Enquête 2015 : DRH & Cabinets de recrutement

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Enquête 2015 : DRH & Cabinets de recrutement"

Transcription

1 Jobtruster Enquête 2015 : DRH & Cabinets de recrutement L utilisation des cabinets de recrutement en 2015 et les attentes des entreprises pour 2016 [Nom de l auteur] [Date]

2 Enquête DRH 2015 Table des matières Introduction... 2 I/ L utilisation des cabinets de recrutement des entreprises Constat de la collaboration avec les cabinets de recrutement en A. Les motifs d externalisation... 4 B. Conditions Les attentes des entreprises pour A. Ce que les DRH ne recherchent pas... 9 B. Ce qui est vraiment important pour les DRH II / L utilisation des cabinets de recrutement selon la taille des entreprises Constat de la collaboration avec les cabinets en 2015 selon la taille des entreprises A. Les motifs d externalisation selon la taille des entreprises B. Conditions Les attentes des entreprises pour 2016 selon la taille des entreprises A. Ce que les DRH ne recherchent pas B. Ce qui est vraiment important pour les DRH III / L utilisation des cabinets de recrutement selon la secteur d activité Constat de la collaboration des entreprises avec les cabinets en 2015 selon le secteur A. Les motifs d externalisation B. Conditions Les attentes des entreprises pour 2016 selon le secteur des entreprises A. Ce que les DRH ne recherchent pas B. Ce qui est vraiment important pour les clients

3 Introduction Jobtruster, leader de la mise en concurrence de cabinets de recrutement, a mené l enquête sur l opinion qu ont les recruteurs des cabinets : l utilisation qu ils en ont faits en 2015, leurs projets de recrutement pour 2016 et ce qu elles attendront de la part des cabinets. Cette étude n a pas pour but d être exhaustive ni de rendre compte d une moyenne nationale mais simplement de rendre compte des besoins de prestataires de recrutement des entreprises interrogées. 4c Répartition des entreprises interrogées par secteurs 17,8% 1,0% 4,0% 3,0% Art & Culture - Sport - Loisirs Banque - Assurance - Finance 20,8% Commerce - Distribution Construction - BTP 13,9% 1,0% 1,0% Immobilier Industrie 15,8% 21,8% Informatique - Télécom - Internet Marketing - Communication Celle-ci a été réalisée auprès de plus de 100 recruteurs, RH ou Responsables de recrutement, dans des secteurs les plus variés possible : Industrie (22% des entreprises interrogées) Commerce-Distribution (21%) Services (18%) Informatique- Télécom-Internet (15%) Marketing Communication (14%) Culture-Sport-Loisirs (4%) Banque-Assurance-Finance (3%) mais aussi dans le BTP, l immobilier ou l automobile. Nous avons également questionné des entreprises de tailles différentes : des TPE (12%), des PME (59%), des ETI (20%) et des grandes entreprises (9%). Nous analyserons donc les spécificités des attentes des entreprises en fonction de leur secteur et de leur taille. 2

4 4d bis Répartition des entreprises interrogées par taille 8,9% 11,9% 20,8% 58,4% PME ETI TPE plus de 5000 «Un échantillon d entreprises varié tant par le secteur que par la taille» La majorité des entreprises sondées ont eu recours à des cabinets en Ainsi, 55,4% des personnes interrogées ont fait appel à au moins un cabinet de recrutement en 2015, dont 33,93% qu une seule fois, 46.4% entre 2 et 5 fois, et 19,7% plus de 5 fois. Soit, 18.8% des entreprises interrogées n ont utilisé un cabinet qu une seule fois. 25.7% ont réalisé entre 2 et 5 recrutements grâce à un cabinet et 10.9% ont réalisé plus de 5 recrutements avec un prestataire. 1a Utilisation des cabinets de recrutement - total 44,6% 25,7% 18,8% 10,9% 0 fois 2 à 5 fois 1 fois plus de 5 fois «Une majorité d entreprises ont eu recours au moins une fois à un cabinet de recrutement en 2015.» 3

5 I/ L utilisation des cabinets de recrutement des entreprises en Constat de la collaboration avec les cabinets de recrutement A. Les motifs d externalisation * Pourquoi? Les entreprises font appel à un cabinet par nécessité. La décision de collaborer avec un cabinet ne relève pas d un choix mais d une contrainte. Face à un besoin, ces entreprises ont affirmé avoir recours à des cabinets principalement par manque de temps ou pour des profils particulièrement compliqués. Les contraintes évoqués sont, dans l ordre : des recrutements urgents (26.4% des externalisations), des profils pénuriques (26.4%), des profils expérimentés ou particulièrement techniques (25.3%). En quatrième et cinquième positions viennent le manque de ressources internes (13.8%) et la volonté de rencontrer le plus de candidats possibles (8%). 1d Motifs d'externalisation 26,4% 26,4% 25,3% 13,8% 8,0% Recrutement urgent Profil pénurique Profil expérimenté / technique Manque de ressources internes Benchmark : pour rencontrer davantage de candidats «Les entreprises font principalement appel à des cabinets pour des recrutement urgents et pour des profils pénuriques.» * Pour quels types de profils? Les entreprises n hésitent pas à faire appel à des cabinets pour des postes dont la rémunération est inférieure à 40K. C est même la principale fourchette de rémunération des candidats engagés avec l aide de cabinet en 2015 (36,1%). Les 2/3 des postes recrutés via un cabinet sont à moins de 60K. Parmi les entreprises interrogées, 30,6% ont embauché dans ces conditions un salarié dont la rémunération 4

6 varie entre 40K et 60K, 15,3% entre 60K et 80K, 11,1% entre 80K et 100K et 6,9% avec une rémunération supérieur à 100K. 1c Rémunération des recrutés - total 36,1% 30,6% 15,3% 11,1% 6,9% rémunération <40K rémunération entre rémunération entre rémunération entre 40k et 60K 60k et 80K 80k et 100K rémunération >100k «Les deux tiers des recrutements externalisés concerne des postes de moins de 60K.» * Pour quel type de job? Les niveaux de rémunérations évoqués correspondent ainsi aux types de postes pour lesquelles les entreprises font appel à des prestataires extérieurs en 2015, principalement des profils de commerciaux, IT ou dans la finance. En effet, que ce soit en finance ou pour des recrutements de commerciaux, ils représentent 19,3% des utilisations de cabinets. 15,8% des placements concernaient des postes en IT, 10,5% des postes de dirigeants, 8,8% des ingénieurs et la même proportion de postes dans la distribution. Le reste concernait l hôtellerie et la restauration, la banque, l assurance, le domaine juridique ou l immobilier. 1b Types de postes recrutés 19,3% 19,3% 15,8% 17,5% 10,5% 8,8% 8,8% Commerciaux Finance - Comptabilité IT Dirigeants Ingénieurs Distribution Autres Autres : Immobilier, Marketing, Banque, Assurances, Hôtellerie & Restauration, Juridique & fiscal «Les entreprises font appel à des cabinets pour des commerciaux, en finance ou comptabilité, ou pour des postes en IT.» 5

7 B. Conditions * Combien de cabinets? Même si le principe de la mise en concurrence de plusieurs cabinets par mission se répand de plus en plus largement en France, il n est pas encore complètement installé dans nos mœurs. Ainsi en 2015, 56.5% des recruteurs n ont utilisé qu un seul cabinet à la fois sur chacune des missions, le plus souvent en exclusivité. Mais 29% des entreprises ont utilisé un modèle plus compétitif et mis en concurrence 2 cabinets à la fois. Seules 11,3% des entreprises ont mandaté 3 cabinets et 3,2 % en ont mandaté 4 ou plus. 56,5% 2f Nombre moyen de cabinets en concurrence 29,0% 11,3% 3,2% 1 cabinet 2 cabinets 3 cabinets Plus de 3 cabinets «Une large majorité d entreprises de met toujours pas en concurrence ses cabinets de recrutement.» * Généralistes ou Spécialisés? La tendance générale est à la spécialisation et les cabinets de recrutements spécialisés, que ce soit par secteur, par métier ou par zone géographique, ont le vent en poupe et ont décroché 69,5% de missions en Les cabinets généralistes ont donc répondu quant à eux à 30,5% des besoins. 6

8 2a Cabinets Généralistes ou Spécialisés 69,5% 30,5% Spécialisés Généralistes «Plus de 69% des entreprises ont utilisé en 2015 des cabinets de recrutement spécialisés.» * Dans quelles conditions de rémunération? En 2015, si moins d un tiers des entreprises n y ont jamais recours, une majorité ont mandaté leurs cabinets systématiquement au succès, c est-à-dire qu ils ont rémunéré leurs cabinets uniquement si le recrutement à bien eu lieu, sans acompte, à la date d embauche du candidat. 9,8% des entreprises ont réalisé un recrutement externalisé sur 2 au succès, 6,6% seulement un sur 4 et 1,6% ont fait les trois quarts de leurs recrutements au succès. Ce type de facturation venu des pays anglo-saxon (success fees), est donc maintenant adopté en France, et constitue une alternative à la facturation avec un acompte. 2b Quantité de cabinets mandatés au succès 50,8% 31,1% 9,8% 6,6% 1,6% Systématiquement Jamais 1 recrutement sur 2 1 recrutement sur 4 3 recrutement sur 4 «La moitié des entreprises interrogées ayant utilisé des cabinets en 2015, l avait fait au succès.» * Pour quels honoraires? 7

9 En 2015, les cabinets de recrutement ont en moyenne facturés leurs prestations 17.8 % du salaire annuel brut du candidat recruté. Les honoraires sont donc en adéquation avec des besoins de middle management, la plupart des postes étant à moins de 40K. Mais en fonction des besoins et des types de postes, les honoraires varient. Ainsi le pourcentage du salaire perçu par les cabinets est lui aussi proportionnel au niveau de rémunération du candidat recruté. Ainsi, la moyenne da la rémunération des cabinets est supérieure 22% lorsqu il s agir de poste à plus de 100K par an. 2e ter Les honoraires moyens - selon le niveau de rémunération 22,5% 19,9% 20,4% 21,0% 17,8% <40K entre 40K et 60K entre 60K et 80K entre 80K et 100K >100K Les honoraires varient selon le type de poste recrutés. En effet, la moyenne des honoraires versés aux cabinets pour les recrutements de postes de dirigeants est supérieure à 25%, Les ingénieurs arrivent en deuxième place avec une moyenne de facturation à 20,2%, les postes en Finance/Comptabilité à 18,6%, dans la distribution à 18,5%, et à 17% dans l IT et pour les commerciaux. 26,0% 24,0% 22,0% 20,0% 18,0% 16,0% 14,0% 12,0% 10,0% 17,7% 2e bis Les honoraires moyens - selon le type de poste 18,6% Commerciaux Finance - Comptabilité 17,7% >25% 20,2% 18,5% 16,7% IT Dirigeants Ingénieurs Distribution Autres 8

10 «Les honoraires pour les recrutements de postes de dirigeants sont supérieurs à 25% du salaire annuel brut du candidat recruté.» 2. Les attentes des entreprises pour 2016 Après un état des lieux de l utilisation des cabinets de recrutement qu on fait les entreprises en 2015, voici les perspectives pour Nous avons interrogé les recruteurs sur leurs attentes, ce qu ils pensent des cabinets de recrutement aujourd hui et dans quel sens ils souhaitent les voir évoluer demain. Sur une échelle de 1 à 10, les recruteurs ont évalué leur satisfaction à 6,56. Mais cette moyenne cache de grandes disparités : la note la plus donnée a été 7/10, avec autant de déçus que de conquis : 1.7%. Dans l ensemble ils ont été plutôt satisfaits de leurs expériences avec leurs cabinets de recrutement même s ils citent es points à améliorer. 2c Satisfaction après la prestation des cabinets note 1/10 note 2/10 note 3/10 note 4/10 note 5/10 note 6/10 note 7/10 note 8/10 note 9/10 note 10/10 1,7% 1,7% 1,7% 5,1% 5,1% 6,8% 6,8% 13,6% 25,4% 32,2% «¼ des entreprises accordent une note de 8/10 à leurs cabinets.» A. Ce que les DRH ne recherchent pas * Honoraires plus faibles? Les clients ne recherchent pas forcément à faire baisser les prix coûte que coûte quelles qu en soient les conséquences. A la question, «si vous pouviez externaliser davantage de recrutement au succès, à des honoraires plus faibles, le feriez-vous?» la réponse est négative : 53,9% de Non pour 46,1% de Oui. Les partisans du Oui augmenteraient sans doute le nombre de missions externalisées s ils en avaient la possibilité tout en conservant leur budget actuel. Mais cela ne semble pas toujours être une raison suffisante pour augmenter leur budget alloué au recrutement. Les partisans du Non, quant à eux ne cherchent pas tant un prix idéal, ni même un cabinet idéal, qu un consultant idéal. Ils ne sont pas dans une logique de consommation de masse, mais plutôt en quête de qualité. Le prix n est pas le principal frein à l utilisation des cabinets de recrutement. 9

11 3a Externaliser plus de recrutement, au succès, moins cher 53,9% 46,1% Oui Non 3a Externaliser plus de recrutement, au succès, moins cher ou 46,1% 53,9% Oui Non «Les entreprises ne recherchent pas forcément à recruter moins cher.» B. Ce qui est vraiment important pour les clients Nous avons interrogé les entreprises sur leur opinion quant à l avenir des cabinets et comment ceux-ci pourraient le mieux répondre à leurs attentes en 2016 et pour les années qui viennent. 10

12 3c L'avenir des cabinets de recrutements 37,0% 23,1% 21,3% 18,5% S'adapter Innover Se spécialiser Indispensables «Les entreprises interrogées souhaitent que les cabinets s adaptent, se spécialisent et innovent.» * Adaptation La première revendication est une plus grande capacité d adaptation : 37% des sondés ont estimé que les cabinets doivent à l avenir faire des efforts pour mieux adapter leur condition à la conjoncture actuelle. Cela peut passer par plus de réactivité ou accepter de négocier un montant forfaitaire plutôt qu un pourcentage. * Des cabinets spécialisés Les entreprises utilisent déjà des cabinets spécialisés en grande majorité : en 2015, 69,5% des entreprises. En ce qui concerne l avenir, 21,3% ont déclaré que l avenir des cabinets réside dans encore davantage de spécialisation. Il ressort donc de cette enquête que les recruteurs en tant que professionnel du recrutement, choisissent d externaliser certaines recherchent par nécessité, et souhaitent donc s adresser à des experts de leur secteur ou de leur métier afin qu ils puissent répondre exactement à leurs besoins et bien en comprendre les spécificités. * Plus de flexibilité Selon 23,1% des entreprises interrogées, les cabinets vont devoir faire preuve d innovation pour survivre. Ils vont devoir se réinventer pour faire face au développement des outils en ligne et des réseaux sociaux notamment. Innover pour mieux se plier aux besoins des entreprises et donc offrir davantage de flexibilité. La moitié des recruteurs ayant utilisé des cabinets en 2015 n ont fait appel qu à des cabinets qui facturent au success fees, c est-à-dire sans acompte. Ils ont pu ainsi mandater un ou plusieurs cabinets sans s engager, et ne se fermer aucune porte. 11

13 3b Systématiser la rémunération au succès 67,2% 32,8% Oui Non Qu ils aient déjà fait appel à un cabinet ou pas, au succès ou non, une très large majorité, 62,2 % des recruteurs interrogés souhaitent systématiser la rémunération au succès à l avenir. Les recruteurs qui ne souhaitent pas systématiser ce mode de facturation (32,8%) préfèrent une plus grande flexibilité encore, et souhaitent avoir la possibilité de choisir et pouvoir mandater leurs cabinets avec ou sans acompte selon leur besoin. Leur idéal consiste à mandater un cabinet avec retainer (c est-à-dire avec acompte) s il s agit d un poste de top management ou d une recherche de longue haleine afin de mobiliser le cabinet dans la durée tout en continuant à recruter les postes plus pressés au succès. Une plus grande flexibilité peut concerner aussi la négociation des acomptes, s il y a lieu. «Plus de 67% des entreprises souhaitent à l avenir systématiser la rémunération au succès de leur cabinets de recrutement.» * Faciliter le nombre de cabinets La majorité des entreprises n utilisent actuellement qu un seul cabinet par mission. Une plus grande adaptabilité et une plus grande flexibilité de la part des cabinets, consiste aussi à accepter l absence d exclusivité. Elles pourront ainsi engager plus facilement des cabinets et les mettre en concurrence sur chacune des missions afin de les tester et de rencontrer plus de candidats. 2f Nombre moyen de cabinets en concurrence 56,5% 29,0% 11,3% 3,2% 1 cabinet 2 cabinets 3 cabinets Plus de 3 cabinets «56,5% des entreprises ne mettent pas leur cabinets en concurrence.» 12

14 13

15 II / L utilisation des cabinets de recrutement selon la taille des entreprises Les entreprises que nous avons interrogées sont de tailles diverses. Leurs utilisations des cabinets n est donc pas la même qu il s agisse de Très Petites Entreprises (TPE), de Petites et Moyennes Entreprises (PME), d Entreprises de Tailles Intermédiaires (ETI) ou de Grandes Entreprises. En effet, plus les entreprises ont un nombre de collaborateur important, plus elles font appel à des cabinets. Ainsi en 2015, seules 10% des TPE ont eu recours à au moins un prestataire, pour 53% des PME, 71% des ETI et 78% des grandes entreprises. 100% 80% 60% 40% 20% 1a Utilisation de cabinets - selon la taille des entreprises 0% 0 fois 1 fois 2 à 5 fois plus de 5 fois TPE PME ETI Grandes Entreprises «Plus des ¾ des grandes entreprises ont utilisé des cabinets de recrutement en 2015.» 1a Utilisation des cabinets de recrutement - selon la taille des entreprises 53% 71% 78% 10% oui TPE PME ETI Grandes Entreprises 14

16 1. Constat de la collaboration avec les cabinets de recrutement A. Les motifs d externalisation * Pourquoi? Les TPE, et les PME dans une moindre mesure, externalisent leurs recrutements principalement pour des questions de temps, dans l urgence ou parce qu elles manquent de ressources interne. Au contraire, les Grandes entreprises qui ont plus de personnel à consacrer aux Ressources Humaines font ce choix essentiellement pour des profils pénuriques. Les ETI externalisent également pour cette raison, comme pour des profils expérimentés ou particulièrement techniques. 1d Motifs d'externalisation selon la taille des entreprises 80,0% 60,0% 40,0% 20,0% 0,0% Recrutement urgent Profil pénurique Profil expérimenté / technique Benchmark : pour rencontrer davantage de candidats Manque de ressources internes TPE PME ETI Grandes Entreprises «Les ¾ des TPE qui utilisent des cabinets de recrutement le fond dans l urgence.» * Pour quels types de profils? Quel que soit la taille de l entreprise, le constat reste le même : ce sont les profils inférieur à 40K qui représentent une large majorité du marché. Les TPE recrutent exclusivement dans ce type de profil alors que les grandes entreprises font appel aux cabinets pour toutes les tranches de rémunération. Ce sont donc les plus nombreuses à recruter des salaires supérieurs à 100K : 20% de leur recours aux cabinets de recrutement. 15

17 100,0% 1c Rémunération des recrutés - selon la taille des entreprises 80,0% 60,0% 40,0% 20,0% 0,0% rémunération <40K rémunération entre 40k et 60K rémunération entre 60k et 80K rémunération entre 80k et 100K rémunération >100k TPE PME ETI Grandes Entreprises «Les grandes entreprises sont les plus nombreuses à recruter au-delà de 100K.» * Pour quel type de job? Les TPE ont recrutés en 2015 principalement des commerciaux (50% des recrutements avec cabinets) et dans une moindre mesure dans les SI. Les PME ont embauchés dans tous les domaines, et les grandes entreprises ont embauchés principalement dans la distribution (28,6%). 60,0% 50,0% 40,0% 30,0% 20,0% 10,0% 0,0% 1b Types de postes recrutés - selon la taille des entreprises TPE PME ETI Grandes Entreprises B. Conditions «Les start-up externalisent leur recrutement de commerciaux. «* Combien de cabinets? 16

18 L habitude générale est encore à un seul cabinet en exclusivité. Seules les TPE et les grandes entreprises se lancent dans l utilisation de plus de trois cabinets en compétition. 60,0% 40,0% 20,0% 2f Nombre moyen de cabinets - selon la taille des entreprises 0,0% 1 cabinet 2 cabinets 3 cabinets Plus de 3 cabinets TPE PME ETI Grandes Entreprises «Plus de 57% des grandes entreprises ne mettent pas en concurrence leurs cabinets de recrutement. * Généralistes ou Spécialisés? Quelle que soit la taille des entreprises, le constat reste le même : près de 2/3 des entreprises utilisent des cabinets spécialisés. 2a Cabinets Généralistes ou Spécialisés - Selon la taille des entreprises 80,0% 70,0% 60,0% 50,0% 40,0% 30,0% 20,0% 10,0% 0,0% Généralistes Spécialisés TPE PME ETI Grandes Entreprises «Quelle que soit leur taille, les entreprises ont majoritairement utilisé en 2015 des cabines spécialisés.» * Dans quelles conditions de rémunération?????? 17

19 En ce qui concerne le mode de rémunération es TPE ont font un choix : en ,7% d entre elles ayant fait appel à un cabinet l ont fait systématiquement au succès et 83,3% l ont fait avec un acompte. 54,5% des PME l ont fait au succès, 27,3% avec acompte et 18,2% ont utilisé les deux modes de rémunération. Parmi les ETI externalisant certains recrutements : 57,1% l ont fait au succès, 21,4% avec acompte et 21,4% n ont pas fait de choix. La moitié des grandes entreprises rémunère toujours au succès, un quart jamais et le dernier quart ne systématise pas. 90,0% 80,0% 70,0% 60,0% 50,0% 40,0% 30,0% 20,0% 10,0% 0,0% 2b Quantité de cabinets mandatés au succès - Selon la taille des entreprises 16,7% 54,5% 57,1% 50,0% 83,3% 27,3% 21,4% 25,0% 18,2% 21,4% 25,0% 0,0% Systématiquement Jamais Parfois TPE PME ETI Grandes Entreprises «La moitié des ETI a déjà systématiquement recours à la rémunération au succès.» * Pour quels honoraires? Ce sont les PME qui négocient le mieux leurs honoraires avec une moyenne de 16,9% et les grandes entreprises qui paient le plus avec une moyenne d honoraires à 21,28% du salaire annuel brut du candidat. Les TPE sont facturées en moyenne 19% et les ETI 19,61%. 22,0% 20,0% 18,0% 16,0% 14,0% 12,0% 10,0% 2e Les honoraires moyens - selon la taille des entreprises 19,0% 16,9% 19,6% 21,3% TPE PME ETI Grandes Entreprises «Ce sont les grandes entreprises paient les honoraires les plus importants.» 18

20 2. Les attentes des entreprises pour 2016 Les PME sont les plus positives quant à leurs expériences, en attribuant une note de 6,8/10 et les grandes entreprises sont les plus difficiles à satisfaire, et ne donnent que 5,83. Les ETI leurs donnent une note de 6,5/10, les TPE évaluent leur satisfaction à 6/10. Les grandes entreprises, qui utilisent le plus les cabinets sont aussi les plus dures et donnent aux cabinets une note de 5,83/ ,5 6 2c Satisfaction après la prestation des cabinets - selon la taille des entreprises 6 6,8 6,5 5,8 5,5 5 TPE PME ETI Grandes Entreprises «Les entreprises, selon leur taille, évaluent leur satisfaction entre 5,8/10 et 6,8/10.» A. Ce que les DRH ne recherchent pas * Honoraires plus faibles? On peut constater que les grandes entreprises sont nettement les moins sensibles au prix des cabinets de recrutement, en effet les ¾ d entre elles ne souhaitent pas recruter plus et moins cher. Les TPE (70% et les ETI (52,9%) vont dans le même sens. A l inverse, les PME sont plus réceptives à l argument du prix et 53,7% d entre elles utiliseraient plus les cabinets s ils étaient plus souples, à des honoraires plus faibles. 19

21 3a Externaliser plus de recrutement, au succès, moins cher- selon la taille des netreprises 70,0% 75,0% 53,7% 47,1% 46,3% 52,9% 30,0% 25,0% Oui Non TPE PME ETI Grandes Entreprises «Les ¾ des grandes entreprises ne souhaitent pas externaliser plus de recrutement, au succès, même à des honoraires moindres.» B. Ce qui est vraiment important pour les DRH Voici l opinion des entreprises sur l avenir des cabinets en fonction de leur taille sur l avenir des cabinets de recrutement. 3c L'avenir des cabinets de recrutements - selon la taille des entreprises 35,0% 24,0% 19,0% 10,0% 50,0% 30,0% 22,4% 24,0% 19,0% 15,0% 16,0% 15,0% 39,7% 35,0% 36,0% 10,0% Indispensables Innover Se spécialiser S'adapter TPE PME ETI Grandes Entreprises «50% des grandes entreprises souhaitent plus d innovation de la part des cabinets de recrutement.» * Des cabinets spécialisés La tendance générale est à la spécialisation des cabinets, mais c est un besoin tout particulièrement exprimé les grandes entreprises dont 30% estiment que l avenir 20

22 des cabinets est à spécialisations. Les ETI quant à elles expriment à 24% cette nécessité de spécialisation, 19% pour les PME et 15% pour les TPE. * Adaptation Les PME, qui avaient donné la meilleure note, attendent plus d innovation (22,4%) et de spécialisation (19%). 10% d entre elles considèrent qu ils sont indispensables et doivent mieux s adapter. Les ETI demandent aux cabinets une meilleure adaptation (36%), davantage de spécialisation (24 %) et plus d innovation (16%). Elles les considèrent indispensables à 24%. 35% des TPE considèrent indispensables et elles attendent plus d adaptation de leurs part ainsi que de l innovation et plus de spécialisation (15%). La moitié d entre grandes entreprises souhaitent plus l innovation à l avenir et de spécialisation (30%). Ils vont devoir s adapter (10% mais sont restent indispensable pour 10%. * Plus de flexibilité A l exception des TPE, qui utilisent peu les cabinets (10% seulement en 2015), les entreprises souhaitent en majorité systématiser la rémunération au succès. Les PME sont les plus réceptives à cet argument, 72,2% d entre elle ont déclaré vouloir systématiser ce mode de rémunération pour Elles-mêmes dépendantes du marché, elles souhaitent que les cabinets s adaptent et leur accordent une plus grande flexibilité. Grâce aux sucess fees, elles peuvent ainsi rester souples, s adapter et ne pas s engager trop tôt. Hormis les TPE, plus les entreprises sont petites, plus elles recherchent de flexibilité. 3b Systématiser la rémunération au succès - selon la taille des entreprises 57,1% 72,2% 68,8% 62,5% 27,8% 31,3% 37,5% 42,9% Non Oui TPE PME ETI Grandes Entreprises «Les PME sont les plus favorables à la rémunération au succès : 72,2% d entre elles souhaitent la systématiser à l avenir.» 21

23 * Faciliter le nombre de cabinets Les PME et les ETI semblent être les plus téméraires, 56,2% de celles qui utilisent des cabinets les mettent en concurrence. A l inverse, les TPE et les grandes entreprises fonctionnent en majorité en exclusivité avec un seul cabinet. Davantage de flexibilité permettrait donc aussi aux entreprises d utiliser plusieurs cabinets par mission et ainsi d obtenir plus de profils, à de meilleures conditions financières. 60,0% 50,0% 40,0% 30,0% 20,0% 10,0% 2f Nombre moyen de cabinets - selon la taille des entreprises 0,0% 1 cabinet 2 cabinets 3 cabinets Plus de 3 cabinets TPE PME ETI Grandes Entreprises «Les TPE et les grandes entreprises utilisent majoritairement leur cabinet en exclusivité alors que la majorité des PME et des ETI mettent leurs cabinets en concurrence.» 22

24 III / L utilisation des cabinets de recrutement selon le secteur d activité Les entreprises que nous avons interrogées sont de tailles diverses et viennent aussi de secteurs variés. Nous avons donc analysé les réponses des entreprises par secteurs d activité : Industrie, Distribution, Services, IT et Marketing. 1a bis Utilisation des cabinets de recrutement - selon le secteur des entreprises 67% 56% 55% 55% 29% oui Services IT Distribution Industrie Marketing «C est le secteur des services qui a le plus recours aux cabinets de recrutement en 2015 : 67%.» C est le secteur des services qui a le plus recours aux cabinets de recrutement : 67 % des recruteurs interrogés dans ce secteur ont eu recours à au moins un cabinet de recrutement en L industrie a recours aux cabinets à 55%, la distribution à 55%, l IT à 56% et le secteur du marketing à 29%. 1. Constat de la collaboration des entreprises par secteurs avec les cabinets de recrutement A. Les motifs d externalisation * Pourquoi? Selon les secteurs d activité, les raisons de faire appel aux cabinets sont variées. Ainsi dans 47% des utilisations de cabinets, les entreprises du secteur de l IT l ont fait pour répondre à un besoin de profils rares et pénuriques. Les services, l industrie et la distribution l ont fait pour des recrutements urgents (respectivement 40%, 30% et 23

25 35%). Les services font appel à des cabinets dans 30% des cas pour des profils particulièrement techniques ou expérimentés. 50,0% 40,0% 30,0% 20,0% 10,0% 1d Motifs d'externalisation - selon le secteur 0,0% Recrutement urgent Profil pénurique Profil expérimenté / technique Benchmark : pour rencontrer davantage de candidats Manque de ressources internes Services IT Distribution Industrie Marketing * Pour quels types de profils? «C est l IT qui rencontre le plus de profil pénuriques.» Les entreprises des services et de la distribution sondées ont recrutés en 2015 par l intermédiaire de cabinets dans toutes les tranches de rémunérations, y compris pour les plus de 100K. Le marketing utilise des cabinets pour des postes inférieurs à 60K. Les services recrutent pour la plus grande partie pour des postes dont la rémunération est comprise entre 60Ke et 80K, (30%) l IT plutôt entre 40Ke et 60K (40%). 1c Rémunération des recrutés - selon le secteur 100,0% 90,0% 80,0% 70,0% 60,0% 50,0% 40,0% 30,0% 20,0% 10,0% 0,0% rémunération <40K rémunération entre 40k et 60K rémunération entre 60k et 80K rémunération entre 80k et 100K rémunération >100k Services IT Distribution Industrie Marketing «Près de 80% des recrutements externalisés par l industrie concerne des postes dont la rémunération est inférieur à 60K.» 24

26 * Pour quel type de job? Sans surprise, les entreprises recrutent des profils dans leurs secteurs. Mais elles peuvent aussi choisir d externaliser les recrutements de fonctions supports ou de métiers dont elles n ont pas l habitude. Ainsi, l industrie fait appel à des cabinets principalement pour des postes de commerciaux (38,5%) mais aussi en finance et comptabilité (23,1%), pour la distribution (15,4%) ou pour l IT (7,7%). La distribution utilise des cabinets pour des besoins en finance et comptabilité (36,36%), pour des métiers de la distribution dans 18,18% des cas, mais aussi dans moins de 10% des cas pour des commerciaux, des ingénieurs ou des dirigeants. Les services recrutent grâce à des cabinets des postes de top management (30,8%), des commerciaux (23,1%), en finance et comptabilité (15,4%), des ingénieurs (7,7%), dans l IT (7,7%) et aussi dans la distribution. L informatique fait un tiers de ces recrutement cabinets dans l IT, un autre tiers en finance et comptabilité, mais recrutent aussi des ingénieurs et des commerciaux (16%). Un tiers des recrutements externalisés du marketing sont en IT, autant pour des postes de dirigeants. 1b Types de postes recrutés - selon le secteur 45,0% 40,0% 35,0% 30,0% 25,0% 20,0% 15,0% 10,0% 5,0% 0,0% Commerciaux IT Finance - Comptabilité Ingénieurs Dirigeants Distribution Autres Services IT Ditribution Industrie Marketing «40% des entreprises du secteur des services qui externalise des recrutements l ont fait notamment pour des postes de commerciaux.» B. Conditions * Combien de cabinets? L IT est le secteur le plus avancé dans la mise en concurrence de cabinets, 80% de leurs recrutements externalisés le sont en compétition. Le secteur des services arrive en deuxième position, et mets ses cabinets en compétition dans 31% des recrutements externalisés. Les services le font dans près d une externalisation sur deux, et l industrie dans 40% des cas. A l inverse, le marketing travail encore beaucoup en exclusivité, dans les 3/4 des cas. 25

27 80,0% 2f Nombre moyen de cabinets en concurrence - selon le secteur 60,0% 40,0% 20,0% 0,0% 1 cabinet 2 cabinets 3 cabinets Plus de 3 cabinets Services IT Distribution Industrie Marketing «L industrie est le secteur qui met en concurrence le plus grand nombre de cabinets de recrutement pour une même mission.» * Généralistes ou Spécialisés? Dans tous les secteurs observés, la tendance est la même : les entreprises ont plus souvent recours à des cabinets de recrutement spécialisés qu à des cabinets généralistes. Les entreprises du secteur marketing interrogées n ont fait appel qu à des cabinets spécialisées. L IT les ont utilisés dans 90% des cas. Les services le font dans deux cas sur trois et la distribution dans trois cas sur quatre. L industrie est le secteur qui utilise le plus de généralistes, dans 46,2% des externalisations. 2a Cabinets Généralistes/Spécialisés 100,0% 80,0% 60,0% 40,0% 20,0% 0,0% Cabinets généralistes Cabinets spécialisés Services IT Distribution Industrie Marketing «Le secteur du marketing utilise uniquement des cabinets de recrutement spécialisés.» 26

28 * Dans quelles conditions de rémunération? Les services systématisent le recrutement dans 38,5% des cas, 38,5% des entreprises de ce secteur ne le font jamais et 23,1% s adaptent en fonction de leurs besoins. Dans l IT 54,5% des entreprises facturent toujours au succès, 38,5% ne le font jamais et 18,2% pratiquent les deux. Dans la distribution 38,5% des entreprises n ont engagé leurs cabinets qu au succès, 38,5% qu avec acompte et 23,1% ont utilisé les deux modes de facturation. 61,5% des entreprises interrogées dans l industrie utilisent le succès systématiquement, 23,1% ne le font jamais et 15,4% utilisent les deux. Parmi les entreprises du secteur du marketing interrogées et utilisant des cabinets, 16,7% facturent au succès, 33,3% avec acompte et la moitié s adapte en fonction du type de poste recherché. 2b Quantité de cabinets mandatés au succès - selon le secteur 70,0% 60,0% 50,0% 40,0% 30,0% 20,0% 10,0% 0,0% 61,5% 54,5% 38,5% 38,5% 38,5% 38,5% 27,3% 16,7% 50,0% 33,3% 23,1% 23,1% 23,1% 18,2% 15,4% Systématiquement Jamais Parfois Services IT Distribution Industrie Marketing * Pour quels honoraires? La moyenne tous secteurs confondus est de 17,8% du salaire annuel brut du candidat engagé. C est la distribution qui a payé les honoraires les plus faibles en 2015 avec une moyenne 17,4%. L IT a payé en moyenne des honoraires de 18,9% en 2015, l industrie de 19%, les services de 21,4% et le marketing de plus de 25%. 27

29 2e Les honoraires moyens - selon le secteur 21,4% 18,9% 19,0% 17,4% > 25,0% Services Informatique Distribution Industrie Marketing «Le secteur du marketing rémunère le plus ses cabinets de recrutement, avec une moyenne supérieur à 25% de la rémunération annuelle brute du candidat embauché.» 2. Les attentes des entreprises pour 2016 Comme pour les grandes entreprises, le secteur informatique qui utilisent le plus les cabinets est celui qui donnent la plus mauvaise note à leur expérience : 5,7/10. Le secteur marketing leur donne 6,25/10. Le secteur de la distribution estime sa satisfaction à 6,75/10 après son expérience 2015 des cabines de recrutement.. Les services leurs accordent 7/10 et le secteur de l industrie a donné la meilleure note : 7,23/10. 2c Satisfaction après la prestation des cabinets - selon le secteur 7, ,75 7,23 6,5 6,25 6 5,5 5,7 5 4,5 4 Services Informatiques Distribution Industrie Marketing «L industrie donne la meilleure note aux cabinets de recrutement : 7,23/10.» 28

30 A. Ce que les clients ne recherchent pas * Honoraires plus faibles? C est le secteur du marketing qui a payé les honoraires les plus chers en 2015, le constat reste donc le même pour les prévisions 2016 : c est le secteur le plus insensible à l argument de la baisse des prix. Les 3/4 des entreprises de ce secteur ne n externaliseraient pas plus de recrutement si les honoraires étaient moins chers, au succès. Il en est de même pour le secteur des services qui refuse à 69,2% et l IT à 58,8%. A l inverse, l industrie et la distribution sont davantage freinées par les prix et affirment à 60% et 58,8% qu elles recruteraient davantage si elles pouvaient le faire moins cher au succès. 60,0% 3a Externaliser plus de recrutement, au succès, moins cher- Industrie 58,8% 69,2% 60,0% 75,0% 30,8% 40,0% 25,0% 40,0% 41,2% Oui Non Services IT Distribution Industrie Marketing «Le secteur des services et de l IT sont favorables à l idée de recruter plus, au succès, moins cher.» B. Ce qui est vraiment important pour les clients Voici l opinion des entreprises par secteur d activité, sur l avenir des cabinets de recrutement : 29

31 55,0% 45,0% 35,0% 25,0% 15,0% 5,0% -5,0% 3c L'avenir des cabinets de recrutements - selon la taille des entreprises 16,7% 44,4% 11,1% 27,8% Indispensables Innover Se spécialiser S'adapter Services IT Distribution Industrie Marketing «44,4 % des entreprises interrogées dans le secteur de l IT souhaitent que les cabinets de recrutement face des efforts d innovation.» * Des cabinets spécialisés La tendance des cabinets spécialisés est la même dans tous les secteurs : en 2015, le marketing a fait 100% de ces recrutement externalisés avec ce type de prestataires, l informatique 90%, la distribution 75%, les services 66,7% et l industrie 53,8%. * Adaptation 16,7% des entreprises de l industrie estiment les cabinets indispensables. Elles estiment qu ils devraient concentrer leur attention sur l innovation (44,4%), se spécialiser (11,1%), s adapter (27,8%). Le secteur marketing attend d abord des efforts d adaptation 53,8% de spécialisation (23,1%), d innovation (7,7%). Le secteur de la distribution souhaite des preuves d adaptation pour 2016 (41,7%), 20,8% des entreprises de la distribution estiment que les cabinets doivent de spécialiser, et innover, 16,7% les pensent indispensables. Selon les entreprises du secteur des services, ils sont indispensables (31,3%), doivent innover (18,8%), se spécialiser (18,8%) et s adapter (31,3%). Les cabinets sont, selon 16% des entreprises du secteur de l industrie, indispensables, ils doivent innover à 24%, se spécialiser (28%) et s adapter à 32%. * Plus de flexibilité Tous les secteurs d activité s accordent pour systématiser la rémunération au succès, et ainsi bénéficier d une plus grande flexibilité. 73,3% des entreprises du secteur de l industrie veulent mettre en œuvre une rémunération au succès à chaque recrutement, comme 78,6% des entreprises de la distribution, 54,5% des services, 69,2% de l IT t 50 des entreprises du marketing. 30

32 3b Systématiser la rémunération au succès - selon le secteur des entreprises 73,3% 78,6% 54,5% 69,2% 50,0% 45,5% 50,0% 26,7% 30,8% 21,4% Oui Non Services IT Distribution Industrie Marketing «Tous les secteurs d activités sont favorables à la systématisation de la rémunération au succès, sans acompte.» * Faciliter le nombre de cabinets Faire appel à un seul cabinet de recrutement en exclusivité est encore la norme pour tous les secteurs sauf l IT. Si les cabinets s attachent à répondre aux attentes des entreprises en s adaptant à la conjoncture, en flexibilisant leur fonctionnement, et innovent les entreprises auront toujours la possibilité d engager des cabinets de recrutement. 2f Nombre moyen de cabinets en concurrence - selon le secteur 80,0% 70,0% 60,0% 50,0% 40,0% 30,0% 20,0% 10,0% 0,0% 1 cabinet 2 cabinets 3 cabinets Plus de 3 cabinets Services IT Distribution Industrie Marketing «L IT est le seul secteur où la mise en concurrence des cabinets de recrutement est majoritaire.» 31

33 32

LE FINANCEMENT DES PME ET TPE. Synthèse des résultats

LE FINANCEMENT DES PME ET TPE. Synthèse des résultats LE FINANCEMENT DES PME ET TPE Synthèse des résultats Le 17 décembre 2007 I- Les besoins de financement des PME et TPE Les besoins de financement des PME et TPE varient fortement en fonction de la taille

Plus en détail

Le marché de la profession comptable

Le marché de la profession comptable DOSSIER Le marché de la profession comptable NOVEMbre 2010 Sic 290 15 DOSSIER Les perspectives de développement de la profession passent plus par l élargissement des missions aux clients actuels que par

Plus en détail

Le panel de l enquête

Le panel de l enquête Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de Loire-Atlantique en matière d implantation économique, la CCI Nantes St-Nazaire a réalisé une enquête auprès des chefs d entreprise sur leurs

Plus en détail

Perception des ressources de management dans les PME-ETI

Perception des ressources de management dans les PME-ETI Perception des ressources de management dans les PME-ETI Vague 4 Juin 2015 OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris. Charles-Henri d Auvigny, Matthieu Cassan, Emmanuel Kahn pour Méthodologie Méthodologie

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

N 2016-01. Janvier 2016 Situation d ensemble des diplômés de la promotion 2013 Les conditions d emploi La recherche d emploi

N 2016-01. Janvier 2016 Situation d ensemble des diplômés de la promotion 2013 Les conditions d emploi La recherche d emploi LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2016-01 Janvier 2016 Situation d ensemble des diplômés de la promotion 2013 Les conditions d emploi La recherche d emploi Enquête en ligne réalisée en mai 2015. L INSERTION

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

assistanat tout savoir, tout comprendre, pour mieux manager CDI-Intérim Experts Search & Selection Solutions RH Inhouse Services

assistanat tout savoir, tout comprendre, pour mieux manager CDI-Intérim Experts Search & Selection Solutions RH Inhouse Services assistanat tout savoir, tout comprendre, pour mieux manager CDI-Intérim Experts Search & Selection Solutions RH Inhouse Services l assistant au cœur de l entreprise niveau d implication des assistants

Plus en détail

L emploi, les sites Internet et les réseaux sociaux

L emploi, les sites Internet et les réseaux sociaux L emploi, les sites Internet et les réseaux sociaux Phase 2 de l étude : analyse approfondie auprès des entreprises qui embauchent et des actifs en recherche Sondage réalisé par pour Publié le mardi 9

Plus en détail

Réalisée pour small IZ beautiful par Reims Junior Conseil. Décembre 2014

Réalisée pour small IZ beautiful par Reims Junior Conseil. Décembre 2014 Réalisée pour small IZ beautiful par Reims Junior Conseil Décembre 2014 Étude réalisée auprès d un échantillon de 240 répondants représentatif de l ensemble de la population des étudiants du supérieur.

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle : Qu en pensent les PME?

Réforme de la formation professionnelle : Qu en pensent les PME? Résultats d une enquête menée auprès de 500 PME adhérentes à AGEFOS PME Réforme de la formation professionnelle : Qu en pensent les PME? Le Droit Individuel à la Formation et le contrat de professionnalisation

Plus en détail

Digital Trends Morocco 2016. African Digital Summit 2015 #ADSGAM - Décembre 2015

Digital Trends Morocco 2016. African Digital Summit 2015 #ADSGAM - Décembre 2015 African Digital Summit 2015 #ADSGAM - Décembre 2015 1 Sommaire 04 Objectifs de la démarche 07 Méthodologie 05 Parties prenantes 09 Résultats de l étude 06 Objectifs de l étude 44 Conclusion 2 Contexte

Plus en détail

Parcours Dyn@mique RH du GPNI. Réunion de lancement du 11 février 2010. Résultats de l enquête de Maturité RH

Parcours Dyn@mique RH du GPNI. Réunion de lancement du 11 février 2010. Résultats de l enquête de Maturité RH Parcours Dyn@mique RH du GPNI Réunion de lancement du février 00 Résultats de l enquête de Maturité RH Rappel du contexte et des objectifs La volonté du GPNI: mettre en œuvre une démarche proactive pour

Plus en détail

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015 INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Rapport descriptif : automne 2015 SONDAGE SUR L INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Automne 2015 : faits saillants L indice de confiance commerciale (ICC) a glissé

Plus en détail

Acteurs de la fonction RH et salariés : une perception différente des facteurs de discrimination

Acteurs de la fonction RH et salariés : une perception différente des facteurs de discrimination Issy-les-Moulineaux, le 20 juillet 2007 2 e édition de l enquête Cegos sur la diversité et la discrimination en entreprise Comment favoriser la diversité en entreprise? Réponses croisées des responsables

Plus en détail

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Paris, 23 mars 2016 NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Objet : Réponse au livre vert de la Commission européenne sur les services financiers de détail. Réf. : COM(2015) 630 final P. J. : Réponse des autorités

Plus en détail

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants :

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants : 7 ème baromètre annuel Energie-Info sur l ouverture des marchés, réalisé par le médiateur national de l énergie et la Commission de régulation de l énergie. Enquête réalisée par l institut CSA du 5 au

Plus en détail

Méthodologie : OBJECTIF :

Méthodologie : OBJECTIF : 1 Méthodologie : Deux questionnaires distincts / «Dirigeants d organismes de formation» élaborés par le Comité de pilotage de l étude : les responsables du GARF et de la FFP avec la collaboration du cabinet

Plus en détail

Recrutement et intégration des jeunes cadres en entreprise

Recrutement et intégration des jeunes cadres en entreprise Recrutement et intégration des jeunes cadres en entreprise Introduction Pourquoi cette enquête? Dans le cadre de la crise financière, les medias abordent le chômage des jeunes en Europe de manière récurrente.

Plus en détail

FICHES D ÉVALUATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON AUPRÈS DES APPRENTIS

FICHES D ÉVALUATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON AUPRÈS DES APPRENTIS FORMATION PROFESSIONNELLE & APPRENTISSAGE FICHES D ÉVALUATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON AUPRÈS DES APPRENTIS Selon l enquête de satisfaction et de devenir des bénéficiaires

Plus en détail

Etat des lieux des pratiques des banques françaises en matière d externalisation métiers (BPO).

Etat des lieux des pratiques des banques françaises en matière d externalisation métiers (BPO). Etat des lieux des pratiques des banques françaises en matière d externalisation métiers (BPO). Réponses au Questionnaire n 1 de Maturity Sourcing. Septembre 2012 1 Les répondants 93 entreprises ayant

Plus en détail

Maîtrise Sciences de Gestion

Maîtrise Sciences de Gestion Maîtrise Sciences de Gestion La population de diplômés de l IUP Sciences de Gestion est de 64 pour l année 003 pour les deux options confondues, contrôle de gestion audit et ingénierie comptable et financière,

Plus en détail

LES ENTREPRISES PARLENT DU COACHING

LES ENTREPRISES PARLENT DU COACHING LES ENTREPRISES PARLENT DU COACHING Juin 2004 Syndicat Syntec des Conseils en Evolution Professionnelle 3, rue Léon Bonnat 75016 Paris Contexte de l étude Questionnaire de 15 questions adressé aux clients

Plus en détail

Etude. 4 ème baromètre de l innovation en management. Enquête réalisée auprès de 301 DRH Juillet 2002. Contact : Denis Pennel Tél : 01 56 99 10 17

Etude. 4 ème baromètre de l innovation en management. Enquête réalisée auprès de 301 DRH Juillet 2002. Contact : Denis Pennel Tél : 01 56 99 10 17 Etude 4 ème baromètre de l innovation en management Enquête réalisée auprès de 301 DRH Juillet 2002 Contact : Denis Pennel Tél : 01 56 99 10 17 Sommaire Principaux résultats... 3 Méthodologie de l enquête...

Plus en détail

Une Expertise au Cœur de votre Métier

Une Expertise au Cœur de votre Métier Une Expertise au Cœur de votre Métier working up est un réseau de recrutement spécialisé en recherche et sélection de profils spécifiques tels que des directeurs, des experts, des chercheurs, des chefs

Plus en détail

A - Quatre stratégies de sous-traitance

A - Quatre stratégies de sous-traitance Enjeux du secteur Les nouveaux enjeux de la sous-traitance A - Quatre stratégies de sous-traitance B - Des exigences spécifiques selon les clients C - Trois critères de positionnement des activités des

Plus en détail

Conditions de vie et attentes des étudiants

Conditions de vie et attentes des étudiants Conditions de vie et attentes des étudiants BVA Opinion Céline BRACQ Directrice adjointe BVA Opinion Emile LECLERC Chargé d études 01 71 16 88 00 Méthodologie Recueil Sondage réalisé par l Institut BVA

Plus en détail

Contacts Pôle Opinion - Corporate Jérôme SAINTE-MARIE / Directeur du Pôle 01 44 94 59 10 Claire PIAU / Directrice d études 01 44 94 59 08 Nicolas

Contacts Pôle Opinion - Corporate Jérôme SAINTE-MARIE / Directeur du Pôle 01 44 94 59 10 Claire PIAU / Directrice d études 01 44 94 59 08 Nicolas Contacts Pôle Opinion - Corporate Jérôme SAINTE-MARIE / Directeur du Pôle 01 44 94 59 10 Claire PIAU / Directrice d études 01 44 94 59 08 Nicolas FERT / Chargé d études sénior 01 44 94 59 62 2 Sondage

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté Juillet 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 371 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

ENQUÊTE RH MILLÉSIME 2014 200 PME INTERVIEWÉES

ENQUÊTE RH MILLÉSIME 2014 200 PME INTERVIEWÉES 9 octobre 2014 ENQUÊTE RH MILLÉSIME 2014 200 PME INTERVIEWÉES Présentation des résultats Préambule Depuis 2010, le pôle de compétitivité Systematic-Paris-Region commandite chaque année une enquête téléphonique

Plus en détail

Les créateurs d entreprise & la création d emplois

Les créateurs d entreprise & la création d emplois Les créateurs d entreprise & la création d emplois Un sondage exclusif mené par OpinionWay pour Sondage réalisé à l occasion du 18 ème Salon des Entrepreneurs de Paris - 2 & 3 février 2011 au Palais des

Plus en détail

Mécénat de compétences : comment engager les actifs?

Mécénat de compétences : comment engager les actifs? Mécénat de compétences : comment engager les actifs? 1 ère enquête nationale Septembre 2014 Sommaire Présentation des partenaires Objectifs et méthodologie Qui sont les entreprises qui ont répondu? Mécénat

Plus en détail

II - Les spécialités de formation du commerce et de la vente

II - Les spécialités de formation du commerce et de la vente II - Les spécialités de formation du commerce et de la vente La population des sortants des formations des spécialités du commerce et de la vente (cf. méthode) est à dominante féminine que la formation

Plus en détail

L impact de l innovation sur l emploi vu par les salariés du privé Rapport d étude Octobre 2014

L impact de l innovation sur l emploi vu par les salariés du privé Rapport d étude Octobre 2014 L impact de l innovation sur l emploi vu par les salariés du privé Rapport d étude Octobre 2014 BVA Opinion Adélaïde Zulfikarpasic- Directrice 01 71 16 90 96 Conseil d Orientation pour l Emploi Laurence

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI. 13 mars 2013

RAPPORT FINAL. Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI. 13 mars 2013 Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI RAPPORT FINAL 13 mars 2013 Version finale 13/03/2013 RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE ÉLECTRONIQUE 2 Introduction Le questionnaire diffusé par l ASMEP-ETI auprès

Plus en détail

Réalisation d'un diagnostic sous forme d'enquête

Réalisation d'un diagnostic sous forme d'enquête Réalisation d'un diagnostic sous forme d'enquête DEPARTEMENT OPINION INSTITUTIONNEL Erwan LESTROHAN Chef de groupe 01 55 33 20 05 erwan.lestrohan@lh2.fr Guillaume Inigo Chargé d études 01 55 33 20 57 guillaume.inigo@lh2.fr

Plus en détail

Les Français, leurs élus et le développement durable.

Les Français, leurs élus et le développement durable. SYNTHÈSE DE L ÉTUDE Les Français, leurs élus et le développement durable. Premier Baromètre Auxilia, réalisé en partenariat avec OpinionWay Réalisé fin octobre 2013, ce baromètre portant sur les Français,

Plus en détail

INGÉNIEURS : QUELS BESOINS? QUELLES COMPÉTENCES? QUELS REGARDS SUR LA FORMATION CONTINUE?

INGÉNIEURS : QUELS BESOINS? QUELLES COMPÉTENCES? QUELS REGARDS SUR LA FORMATION CONTINUE? INGÉNIEURS : QUELS BESOINS? QUELLES COMPÉTENCES? QUELS REGARDS SUR LA FORMATION CONTINUE? Juillet 2011 OBJECTIFS ET PRINCIPAUX ENSEIGNEMENTS Les objectifs Quels sont les besoins en ingénieurs aujourd hui?

Plus en détail

Etude sur la qualification et le recrutement par l alternance

Etude sur la qualification et le recrutement par l alternance Etude sur la qualification et le recrutement par l alternance Page 1 1 > INTRODUCTION 1.1 > PRESENTATION POLE PASS Le Pôle de compétitivité Parfums Arômes Senteurs Saveurs (PASS) représente l industrie

Plus en détail

ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES

ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES OBSERVATOIRE REGIONAL DE LA FAMILLE ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES INTRODUCTION Une étude américaine considère que les liens entre frères et sœurs, plutôt affectifs et égalitaires, représentent

Plus en détail

Divergences sectorielles

Divergences sectorielles Octobre 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 373 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

Réalisée pour small IZ beautiful par Reims Junior Conseil

Réalisée pour small IZ beautiful par Reims Junior Conseil Réalisée pour small IZ beautiful par Reims Junior Conseil répartition de l'échantillon Étude réalisée auprès d un échantillon de 207 répondants représentatif de l ensemble de la population des étudiants

Plus en détail

Secrets de la réussite des PME

Secrets de la réussite des PME Secrets de la réussite des PME Avril 2015 Si vous êtes l un des nombreux propriétaires de PME qui cherchent des façons d accroître leur profit, le moment est peut-être idéal pour croître. Un récent sondage

Plus en détail

22 ème Enquête annuelle sur les besoins en emplois et en formations dans la logistique

22 ème Enquête annuelle sur les besoins en emplois et en formations dans la logistique DOSSIER DE PRESSE Le 10 Mars 2016 22 ème Enquête annuelle sur les besoins en emplois et en formations dans la logistique Synthèse Pour la 22 ème année consécutive, l enquête logistique 2015-2016 de l AFT

Plus en détail

20 ème Enquête annuelle sur les besoins en emplois et en formations dans la logistique

20 ème Enquête annuelle sur les besoins en emplois et en formations dans la logistique DOSSIER DE PRESSE LE 13 MAI 2014 20 ème Enquête annuelle sur les besoins en emplois et en formations dans la logistique Synthèse Pour la 20 ème année consécutive, l enquête logistique 2013-2014 de l AFT-IFTIM

Plus en détail

Marketing du prix : valorisez vos prestations!

Marketing du prix : valorisez vos prestations! Le Cabinet du Futur Marketing du prix : valorisez vos prestations! 15/10/2010 Intervenants France Dosne Moisy Consultante en communication auprès des cabinets d expertise comptable Valérie Beyaert Diplômée

Plus en détail

Le financement public des associations entre subventions et commandes

Le financement public des associations entre subventions et commandes Le Ministère des Sports, de la Jeunesse, de l Éducation populaire et de la Vie associative www.associations.gouv.fr Le financement public des associations entre subventions et commandes État des lieux

Plus en détail

«LA PERFORMANCE DES PME EN WALLONIE»

«LA PERFORMANCE DES PME EN WALLONIE» RESULTATS DE L ETUDE «LA PERFORMANCE DES PME EN WALLONIE» MAI JUIN 2015 LE CONTEXTE LA MOTIVATION DE L ETUDE 2 Depuis plus de 20 ans, COHESIUM accompagne les entreprises dans leur développement. Ces dernières

Plus en détail

PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015

PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015 L effort de formation des entreprises du secteur privé en 2013 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

enquete Besoins en main d oeuvre 290 127 intentions

enquete Besoins en main d oeuvre 290 127 intentions enquete Besoins en main d oeuvre 290 127 intentions de recrutement en 2015 BMO île-de-france 2015 pôle emploi IDF STATISTIQUES, études ET évaluation statistiques, études ET ÉVALUATION En 2015, des intentions

Plus en détail

Baromètre de satisfaction envers les cabinets de recrutement. Vague 1 Rapport

Baromètre de satisfaction envers les cabinets de recrutement. Vague 1 Rapport Baromètre de satisfaction envers les cabinets de recrutement Vague Rapport Fiche technique Mode de recueil Cible Téléphone (CATI*) et responsables RH en charge des relations avec les cabinets de recrutement

Plus en détail

L EMPLOI DES JEUNES DIPLÔMÉS DE NIVEAU BAC +5 ET PLUS RÉSIDANT DANS LES QUARTIERS PRIORITAIRES

L EMPLOI DES JEUNES DIPLÔMÉS DE NIVEAU BAC +5 ET PLUS RÉSIDANT DANS LES QUARTIERS PRIORITAIRES L EMPLOI DES JEUNES DIPLÔMÉS DE NIVEAU BAC +5 ET PLUS RÉSIDANT DANS LES QUARTIERS PRIORITAIRES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 015-81 DÉCEMBRE 015 Profi l des diplômés L accès à l emploi Les conditions

Plus en détail

Peut-on encore devenir propriétaire en France?

Peut-on encore devenir propriétaire en France? Peut-on encore devenir propriétaire en France? 1 locataire sur 2 se résigne à ne jamais le devenir Pour la première fois en 2010, le logement devenait la quatrième préoccupation des Français derrière l

Plus en détail

LES AIDES À LA MOBILITÉ GÉOGRAPHIQUE : UN COUP DE POUCE POUR LE RETOUR À L EMPLOI

LES AIDES À LA MOBILITÉ GÉOGRAPHIQUE : UN COUP DE POUCE POUR LE RETOUR À L EMPLOI ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES DÉCEMBRE 2014 N 10 SOMMAIRE P.2 LA SITUATION AU REGARD DE L EMPLOI VARIE EN FONCTION DE L AIDE P.3 QUATRE BÉNÉFICIAIRES SUR DIX DÉCLARENT AVOIR FAIT DES CONCESSIONS POUR RETROUVER

Plus en détail

La question RH du mois

La question RH du mois La question RH du mois Septembre 2015 Embargo : Jeudi 1 er octobre 18h 15 place de la République 75003 Paris Laurent Bernelas Directeur de l activité Corporate & Management 15, place de la République 75003

Plus en détail

Baromètre - Le Crédit d'impôt Recherche dans le numérique 15/01/2015

Baromètre - Le Crédit d'impôt Recherche dans le numérique 15/01/2015 Baromètre - Le Crédit d'impôt Recherche dans le numérique 15/01/2015 Enquête - Le Crédit d'impôt Recherche dans le numérique Le Crédit d Impôt Recherche est une mesure fiscale destinée à soutenir l'effort

Plus en détail

LES ESSENTIELS LES EMPLOYEURS QUI RECRUTENT PAR INTERNET MÉTIERS EMPLOI & ACTIVITÉ PUBLICS DOSSIERS DOCUMENTAIRES ACTES

LES ESSENTIELS LES EMPLOYEURS QUI RECRUTENT PAR INTERNET MÉTIERS EMPLOI & ACTIVITÉ PUBLICS DOSSIERS DOCUMENTAIRES ACTES LES ESSENTIELS LES EMPLOYEURS QUI RECRUTENT PAR INTERNET MÉTIERS EMPLOI & ACTIVITÉ PUBLICS DOSSIERS DOCUMENTAIRES ACTES AVRIL 2005 SOMMAIRE 3 EN RÉSUMÉ 5 INTRODUCTION 7 LE PROFIL DES EMPLOYEURS-UTILISATEURS

Plus en détail

L accès à l emploi des jeunes diplômés français. Avril 2016

L accès à l emploi des jeunes diplômés français. Avril 2016 L accès à l emploi des jeunes diplômés français Avril 2016 Table des matières 1 Contexte 2 Écart de point de vue entre les recruteurs et les jeunes diplômés français 3 Analyse : Les jeunes diplômés français

Plus en détail

Les expatriés français et l immobilier. Photo Syda Productions. Enquête 2016. http://www.myexpat.fr/

Les expatriés français et l immobilier. Photo Syda Productions. Enquête 2016. http://www.myexpat.fr/ Photo Syda Productions Les expatriés français et l immobilier Enquête 2016 http://www.myexpat.fr/ My expat p.3 Résumé de l étude Qui sont les Français de l étranger? Les expatriés français dans le monde.

Plus en détail

Enjeux. Ile-de-France. Trois entreprises franciliennes sur quatre sont toujours en activité trois ans après leur création.

Enjeux. Ile-de-France. Trois entreprises franciliennes sur quatre sont toujours en activité trois ans après leur création. n 182 - mai 2016 L économie en Île-de-France Enjeux Trois entreprises franciliennes sur quatre sont toujours en activité trois ans après leur création En 2013, hors statut de l auto-entrepreneur, les trois

Plus en détail

L Internet of Everything (IoE) Les 10 points essentiels tirés de l étude sur l IoE menée par Cisco auprès de 7 500 décideurs dans 12 pays

L Internet of Everything (IoE) Les 10 points essentiels tirés de l étude sur l IoE menée par Cisco auprès de 7 500 décideurs dans 12 pays L Internet of Everything (IoE) Les 10 points essentiels tirés de l étude sur l IoE menée par Cisco auprès de 7 500 décideurs dans 12 pays Joseph Bradley Jeff Loucks Andy Noronha James Macaulay Lauren Buckalew

Plus en détail

L Epargne Collective : Un marché d opportunités

L Epargne Collective : Un marché d opportunités L Epargne Collective : Un marché d opportunités Estimé par la Banque de France à 8.325 milliards d en 2005, le patrimoine des ménages français a augmenté de 44% depuis 2001. Chaque année, les flux d épargne

Plus en détail

Le Benchmarking CallCenter

Le Benchmarking CallCenter Pourquoi un benchmarking? Placé au cœur de la stratégie de la Relation Client, le centre d'appels est un outil majeur de différentiation pour les entreprises. Conjuguer qualité de service, satisfaction

Plus en détail

Association régionale pour la formation, l orientation et l emploi

Association régionale pour la formation, l orientation et l emploi Association régionale pour la formation, l orientation et l emploi PRINCIPAUX RESULTATS Les EHPAD ont un taux de recrutement important : en 2009, 89% des structures enquêtées ont recruté du personnel et

Plus en détail

les metiers de la comptabilité une publication Orientations

les metiers de la comptabilité une publication Orientations les metiers de la comptabilité une publication Orientations Les cabinets prennent le dessus Sur les 400 000 personnes employées par le secteur, plus de la moitié travaillent dans les services financiers

Plus en détail

Les Français et les déserts médicaux

Les Français et les déserts médicaux Collectif Inter-associatif Sur la Santé Les Français et les déserts médicaux Octobre 2015 Résultats complets Anne-Laure GALLAY Directrice des études institutionnelles BVA Opinion Thomas Genty Chargé d

Plus en détail

( ) BENCHMARK RH 2016. Les pratiques et l engagement RH des entreprises sous la loupe

( ) BENCHMARK RH 2016. Les pratiques et l engagement RH des entreprises sous la loupe ? ( ) BENCHMARK RH 2016 Les pratiques et l engagement RH des entreprises sous la loupe ACTIVITÉS RH OUTILS ET MOYENS RH OBJECTIFS ET PRIORITÉS RH DANS LES ENTREPRISES ROMANDES 2016 Partie I - Genève 87%

Plus en détail

Les nouvelles pratiques de formation dans les entreprises du B.T.P., en Bourgogne. Etude financée par l AREF-BTP de Bourgogne

Les nouvelles pratiques de formation dans les entreprises du B.T.P., en Bourgogne. Etude financée par l AREF-BTP de Bourgogne les Notes de l irédu institut de recherche sur l économie de l éducation 98/1 Les nouvelles pratiques de formation dans les entreprises du B.T.P., en Bourgogne Etude financée par l AREF-BTP de Bourgogne

Plus en détail

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE 4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile (Suivi de la section 3.10 du Rapport annuel 2001) CONTEXTE Le

Plus en détail

L insertion professionnelle des Masters de l Université Toulouse 1 Capitole par composante

L insertion professionnelle des Masters de l Université Toulouse 1 Capitole par composante Observatoire de la Vie Etudiante L insertion professionnelle des Masters de l Université Toulouse 1 Capitole par composante Résultats de l enquête sur le devenir des diplômés 2009 de master au 1 er décembre

Plus en détail

Optimisation des Ressources de Management Baromètre Eurosearch & Associés

Optimisation des Ressources de Management Baromètre Eurosearch & Associés Communiqué de Presse Paris, le 27 février 2014 Optimisation des Ressources de Management Baromètre Eurosearch & Associés Eurosearch & Associés, cabinet spécialisé dans le Conseil en Ressources de Management

Plus en détail

SYNTHÈSE LES MOBILITÉS SECTORIELLES DES CADRES ET LES COMPÉTENCES TRANSFÉRABLES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE

SYNTHÈSE LES MOBILITÉS SECTORIELLES DES CADRES ET LES COMPÉTENCES TRANSFÉRABLES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE LES MOBILITÉS SECTORIELLES DES CADRES ET LES COMPÉTENCES TRANSFÉRABLES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2013-48 Juin 2013 SYNTHÈSE Sous l effet d une flexibilité plus importante du marché du travail, la

Plus en détail

3) L externalisation réduit-elle le coût des services publics?

3) L externalisation réduit-elle le coût des services publics? 1 FIPECO le 14.04.2016 Les notes d analyse V) Les dépenses publiques 3) L externalisation réduit-elle le coût des services publics? François ECALLE L externalisation des services publics, qui consiste

Plus en détail

En 2010/2011, sur les 19 inscrits, 17 ont validé le diplôme soit un taux de réussite de 89,5 %.

En 2010/2011, sur les 19 inscrits, 17 ont validé le diplôme soit un taux de réussite de 89,5 %. M2P AFFAIRES ET COMMERCE INTERNATIONAL Devenir de la promotion 2011 Enquête 30 mois après l obtention du diplôme En 2010/2011, sur les 19 inscrits, 17 ont validé le diplôme soit un taux de réussite de

Plus en détail

Les cadres ingénieurs du secteur privé

Les cadres ingénieurs du secteur privé Les cadres ingénieurs du secteur privé Colloque ingénieurs FO-Cadres Paris, le 17 juin 2014 Pierre LAMBLIN Directeur du Département Études & Recherche 1 Modifiez pied de page dans > Affichage > Masque

Plus en détail

Enquête : les sous-traitants bourguignons

Enquête : les sous-traitants bourguignons Enquête : les sous-traitants bourguignons Octobre 2014 707 établissements bourguignons ont été identifiés comme travaillant en sous-traitance en mécanique générale, assemblage-soudage, chaudronnerie-tôlerie,

Plus en détail

Etude Mercuri Urval informations et données générales destinées à la presse

Etude Mercuri Urval informations et données générales destinées à la presse Contacts presse: Yannik Broquet Senior Consultant Mobile 0032 591325 yannik.broquet@mercuriurval.com Etude Mercuri Urval informations et données générales destinées à la presse Démarche orientée-client

Plus en détail

Enquête Mercer Risque dépendance Résultats 2015

Enquête Mercer Risque dépendance Résultats 2015 Enquête Mercer Risque dépendance Résultats 2015 Février 2015 Paris - La Défense Sommaire Contacts Mercer Eléments de contexte Méthodologie Profil des entreprises participantes à l enquête Synthèse des

Plus en détail

«Le Grand emprunt, c est nous qui le paierons. Alors faisons-nous entendre!» RESULTATS DE L ENQUETE DE L UNI SUR LE GRAND EMPRUNT NATIONAL

«Le Grand emprunt, c est nous qui le paierons. Alors faisons-nous entendre!» RESULTATS DE L ENQUETE DE L UNI SUR LE GRAND EMPRUNT NATIONAL «Le Grand emprunt, c est nous qui le paierons. Alors faisons-nous entendre!» RESULTATS DE L ENQUETE DE L UNI SUR LE GRAND EMPRUNT NATIONAL Enquête menée auprès des étudiants dans toute la France, en septembre

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

La création d entreprises dans le Centre en 2009

La création d entreprises dans le Centre en 2009 La création d entreprises dans le Centre en 2009 17 655 créations d entreprises en 2009 dans la région Centre Comme dans l ensemble des régions de France, le Centre a enregistré un nombre record de créations

Plus en détail

LES DECIDEURS FACE AUX NOUVEAUX DEFIS DE SOCIETE. Synthèse. Baromètre Generali CSA. n 1100079 Avril 2011

LES DECIDEURS FACE AUX NOUVEAUX DEFIS DE SOCIETE. Synthèse. Baromètre Generali CSA. n 1100079 Avril 2011 Baromètre Generali CSA LES DECIDEURS FACE AUX NOUVEAUX DEFIS DE SOCIETE Synthèse n 1100079 Avril 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40

Plus en détail

Étude annuelle «Famille et Entreprises» pour La Maison Bleue et Le Figaro économie

Étude annuelle «Famille et Entreprises» pour La Maison Bleue et Le Figaro économie Étude annuelle «Famille et Entreprises» pour La Maison Bleue et Le Figaro économie Étude Viavoice auprès des dirigeants d entreprise et des DRH Viavoice Paris. Études & conseil 9 rue Huysmans, 75 006 Paris.

Plus en détail

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude :

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude : ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011 Étude réalisée par le bureau d étude : 1 SOMMAIRE Introduction A. CARACTERISTIQUES ET ATTENTES DE LA POPULATION DU MICROCREDIT B. COMMERCIALISATION DES PRETS

Plus en détail

3. Le service des permis de construire jugé par les architectes

3. Le service des permis de construire jugé par les architectes 3. Le service des permis de construire jugé par les architectes Le service des permis de construire 8 Genève () 14% 13% % 8% 6% 4% 3% Les principaux points forts, en spontané La disponibilité L'amabilité

Plus en détail

II. Les délais de paiement

II. Les délais de paiement -17- II. Les délais de paiement 1/ La négociation des délais de paiement Une bonne maîtrise du délai client impose une bonne compréhension du délai réel de crédit qui est accordé au client. Une condition

Plus en détail

Le regard des Français de l'hexagone sur l Outre-Mer

Le regard des Français de l'hexagone sur l Outre-Mer Le regard des Français de l'hexagone sur l Outre-Mer Enquête «miroir» auprès des Français de l'hexagone originaires et non-originaires d Outre-Mer A l occasion de la 5 ème édition de la JOMD (Journée Outre-Mer

Plus en détail

Le pilotage des établissements d Enseignement supérieur et de recherche

Le pilotage des établissements d Enseignement supérieur et de recherche Le pilotage des établissements d Enseignement supérieur et de recherche Présentation des enseignements de l étude Colloque EY du 3 décembre 2014 Notes 1 SOMMAIRE 1 Méthodologie de l étude et profils des

Plus en détail

DASgroupe. Un large éventail de protections qui répondent aux besoins de vos clients VOTRE ACCÈS À LA JUSTICE

DASgroupe. Un large éventail de protections qui répondent aux besoins de vos clients VOTRE ACCÈS À LA JUSTICE DASgroupe Un large éventail de protections qui répondent aux besoins de vos clients VOTRE ACCÈS À LA JUSTICE VOTRE ACCÈS À LA JUSTICE «Le professionnalisme de DAS et son assurance de frais juridiques si

Plus en détail

Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre

Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre Il n'y a pas d'économie dynamique sans banques fortes. Pour restaurer la compétitivité, il faut être capable d'accompagner les

Plus en détail

Un environnement général plus anxiogène mais qui ne détériore pas le souhait d accession à la propriété

Un environnement général plus anxiogène mais qui ne détériore pas le souhait d accession à la propriété Un environnement général plus anxiogène mais qui ne détériore pas le souhait d accession à la propriété Deux ;ers (65%) des 25-65 ans se montrent pessimistes sur la situa;on économique actuelle. A l opposé,

Plus en détail

collectivités locales

collectivités locales Eric LORAND Chef du secteur Pilotage et Animation Direction générale des Finances publiques - Service des collectivités locales Sous-direction du Conseil fiscal, financier et économique Bureau du Conseil

Plus en détail

BAROMÈTRE IMMOBILIER & CONSTRUCTION

BAROMÈTRE IMMOBILIER & CONSTRUCTION BAROMÈTRE IMMOBILIER & CONSTRUCTION ÉDITO SOMMAIRE Dans le contexte et les difficultés que nous connaissons depuis ces 4/5 dernières années, inquiétude et prudence restent une ligne de conduite fréquemment

Plus en détail

TENDANCES METIERS EN AQUITAINE

TENDANCES METIERS EN AQUITAINE TENDANCES METIERS EN AQUITAINE Le secteur et les métiers du numérique en Aquitaine Le 08 mars 2016 Sommaire Séquence 1 : Que savoir sur les métiers du numérique en Aquitaine? Quels sont ces métiers, leurs

Plus en détail

baromètre RH des collectivités locales 2013

baromètre RH des collectivités locales 2013 baromètre RH des collectivités locales 2013 21 10 4 1 en partenariat avec édito publi-information La gestion des ressources humaines territoriales n a cessé de se complexifier depuis le premier «baromètre

Plus en détail

Baromètre Cadremploi - Vague 12

Baromètre Cadremploi - Vague 12 pour Baromètre Cadremploi - Vague 12 Le regard des cadres sur la situation de l emploi Mars 2014 Note Méthodologique Etude réalisée pour : Cadremploi Echantillon : Echantillon de 1000 personnes, représentatif

Plus en détail

Les pratiques commerciales des cabinets d expertise comptable vontelles

Les pratiques commerciales des cabinets d expertise comptable vontelles Les pratiques commerciales des cabinets d expertise comptable vontelles changer? 1 1. Stratégies commerciales des cabinets : un état des lieux difficile à réaliser 2. Les cabinets doivent-ils élaborer

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE Entre : - l Union des Industries Métallurgiques et Minières, d une part, et - les Organisations syndicales

Plus en détail

Planète Pilote. Connaître les visiteurs de

Planète Pilote. Connaître les visiteurs de Connaître les visiteurs de Planète Pilote Etude réalisée du 1 er juillet au 29 août 2010 auprès de visiteurs du musée de l Air et de l Espace ayant assisté à une séance de Planète Pilote 1 Introduction

Plus en détail