Les particularités de la responsabilité des dirigeants et des associés au sein des structures de professionnels libéraux.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les particularités de la responsabilité des dirigeants et des associés au sein des structures de professionnels libéraux."

Transcription

1 Les particularités de la responsabilité des dirigeants et des associés au sein des structures de professionnels libéraux. Actes du Colloque Aon Professions 15 décembre 2011 COMPTE-RENDU

2 Direction de la Communication - Studio Aon /ARS - Juin Photos : Marie-Hélène Cabezudo Aon Risk Solutions Aon France : siège social rue de la Fédération Paris cedex 15 t +33(0) f +33(0) w aon.fr Société de courtage en assurances et réassurances immatriculée au Registre Unique des Intermédiaires d Assurances sous le N SA au capital de euros RCS Paris N de TVA intracommunautaire : FR GARANTIE FINANCIÈRE ET ASSURANCE DE RESPONSABILITÉ CIVILE PROFESSIONNELLE CONFORMES AUX ARTICLES L512-7 ET L512-6 DU CODE DES ASSURANCES 2 Actes du colloque 2011

3 Aon Professions Sommaire Programme du Colloque Aon Professions... p. 4 Compte-rendu du Colloque Aon Professions... p. 5 Biographies des intervenants... p. 27 Annexes... p. 31 Actes du colloque

4 Colloque Aon Professions du 15 décembre h00-9h15 : introduction Jérôme GOY Directeur d Aon Professions - France 9h15-10h30 : Table ronde 1 La responsabilité des dirigeants et des associés au sein des structures de professionnels libéraux : responsabilités de droit commun et responsabilités particulières. 10h45-12h15 : Table ronde 2 La continuité de la garantie dans le temps des dirigeants et des associés en cas de changement de structure, de cessation d activités, de scission Modérateur : Anne-Dominique Merville Maître de Conférences à l Université de Cergy-Pontoise et Directrice du Master 2 droit pénal financier Christiane Féral-Schuhl Bâtonnier désignée du barreau de Paris Jonathan Kurens Directeur chez Aon Professional Services - New-York Sophie Largeaud-Proust Commissaire aux Comptes, Deloitte, Direction Qualité Risques Christian Lefebvre Président de la Chambre des Notaires de Paris Jean-Michel Tréhet Directeur Juridique Bearing Point France Modérateur : Matthieu Patrimonio Avocat au barreau de Paris, SCP Raffin et Associés Johanne Charbit Directrice Responsabilité civile et lignes financières, Aon France Jean-Pierre Gaëtan Duffour Avocat au barreau de Paris, ancien Membre du Conseil de l Ordre Philippe-Henri Dutheil, Associé du Cabinet Ernst & Young, ancien Bâtonnier du Barreau des Hauts-de-Seine, Président de la Conférence Régionale des Barreaux d Ile-de France Luc Mayaux Professeur de droit des assurances à l Université de Lyon III, Directeur de l Institut des assurances de Lyon James Roberts Solicitor, Associé du Cabinet Clyde & Co LLP-Londres 12h15-12h45 : Conclusion et perspectives Robert LEBLANC Président-Directeur Général d Aon France 4 Actes du colloque 2011

5 Aon Professions Experts-comptables Notary Union Européenne Auditors Receivers AVocats Conseils en propriété Intellectuelle Lawyers AVoués Huissiers Common Law Administrateurs Droit civil Professions libérales Notaires Sollicitors et mandataires judiciaires International Firms Les particularités de la responsabilité des dirigeants et des associés au sein des structures de professionnels libéraux Jeudi 15 décembre 2011 Immeuble Chaban Delmas, Paris 7 e Assemblée Nationale Compte-rendu 5

6 Sommaire Introduction... 8 Jérôme Goy... 8 Table ronde 1 / Responsabilités de droit commun et responsabilités particulières... 9 Introduction... 9 Anne-Dominique MERVILLE... 9 Responsabilité de l avocat dirigeant... 9 Christiane FERAL-SCHUHL... 9 Une responsabilité différente selon le mode d exercice... 9 Cas usuels de mise en cause de responsabilité... 9 Modes de résolution des litiges au sein de la profession d avocat Responsabilité du dirigeant envers les tiers Une responsabilité de l avocat dirigeant atténuée ou aggravée? Les professions libérales exposées à de nouvelles formes de responsabilités Jonathan KURENS La responsabilité dans les rapports avec la société ou les associés La responsabilité dans les rapports avec les tiers Protéger votre structure des risques éventuels Evolutions de la responsabilité des commissaires aux comptes...12 Sophie LARGEAUD-PROUST Responsabilité civile : jurisprudence du 23 mars Limitations de l exposition personnelle Exposition sur le plan pénal Un double volet en prévention La responsabilité notariale Christian LEFEBVRE Responsabilité civile du notaire et du collaborateur d un office notarial Garantie collective Responsabilité disciplinaire ou pénale Statut du notaire salarié Responsabilité dans la gestion de l office Responsabilité des dirigeants, associés et mandataires sociaux de cabinets de conseil Jean-Michel TREHET Risques inhérents à l exercice des sociétés de conseil Risques liés à la signature d un partnership agreement Gérer au mieux les risques Actes du colloque 2011

7 Aon Professions Table ronde 2 / La continuité de la garantie dans le temps des dirigeants et des associés en cas de changement de structure, de cessation d activités, de scission Un cocktail explosif de problématiques liées à la responsabilité Mathieu PATRIMONIO Le couple responsabilité civile professionnelle et responsabilité civile des mandataires sociaux Mise en cause de la responsabilité des dirigeants et assurances James ROBERTS Restructuration de la structure d exercice Insolvabilité Investissements externes Croissance organique Le cas Archibald : une reprise réussie grâce à sa responsabilité limitée Philippe HENRI-DUTHEIL La problématique de la reprise d un passé inconnu La chute d un géant Opter pour des sociétés à responsabilité limitée La reprise d Archibald L importance du rôle de l ordinalité Conséquences sur la garantie d assurance en cas de changement de structure ou de professionnel Luc MAYAUX Les problèmes liés aux changements de structure ou de professionnel Trois principes de solution Conséquences en termes de garantie Conclusion L assurance du Barreau de Paris Jean-Pierre Gaëtan DUFFOUR Distinguer fait générateur et réclamation Assurer les différentes composantes du Barreau de Paris Mobilité intra-barreau ou inter-barreaux Conclusion Le rôle d un bon courtier Johanne CHARBIT Courtier : une profession aux missions complexes L assureur doit démontrer la connaissance du fait Le courtier et son rôle de garde-fou Transparence et pragmatisme Conclusion Robert LEBLANC Sigles Biographies Annexes Actes du colloque

8 Introduction Jérôme GOY Directeur d Aon Professions - France Ce colloque constitue la 3 e étape d un parcours : en 2009, lors de la 1 ère édition du colloque Aon professions, nous avions travaillé sur les domaines d activité et sur les différentes responsabilités liées aux nouvelles frontières des activités des professionnels en France et dans l Union européenne. En 2010, nous avions abordé les possibilités de limitation de responsabilité, un sujet qui connaîtra encore des évolutions importantes dans les années à venir. Le colloque de 2011 étudiera la différence entre la responsabilité du praticien et la responsabilité du dirigeant. Le propre du professionnel libéral est d être à la fois un praticien et le dirigeant, ou l associé, de sa propre structure. Une de ses caractéristiques, commune aux professionnels assimilés à des professions réglementées ou de conseil dans les pays de droit civil, est que la Responsabilité civile professionnelle (RCP) demeure le plus souvent personnelle. La responsabilité du dirigeant est, quant à elle, commune à toutes les structures d exercice. Néanmoins, les professionnels libéraux exercent très souvent au sein de structures qui sont différentes du droit commun, soit en droit, soit en pratique. Car elles sont souvent issues de types d associations ou de sociétés de personnes dans lesquelles la question de la responsabilité du dirigeant prend une acuité toute particulière et se mêle souvent à la responsabilité du praticien. donc plus d importance qu autrefois. D autre part, sous la forte pression du droit européen, comme l a souligné le rapport Bolkestein, les structures de professionnels libéraux et les structures de droit commun tendent à être mises sur le même plan. Cette pression du droit européen a des conséquences visibles : ainsi, en Espagne et en Norvège, il n est désormais plus obligatoire pour un avocat d être inscrit à un ordre pour exercer. Ces évolutions laissent penser que le mode de règlement des conflits de responsabilité dans un cadre global et intraordinal aura tendance à s affaiblir au profit de conflits portés devant les tribunaux ou externalisés dans des systèmes de garantie. Par ailleurs, les professions réglementées et de conseil connaissent des mouvements d associés, de dirigeants ou d équipes plus fréquents que dans les autres domaines. Les clients suivant fréquemment leur conseil habituel, cela crée, plus souvent qu ailleurs, des questions de responsabilités propres aux professionnels libéraux. En France, ces questions se réglaient historiquement au sein d une organisation professionnelle ou d une structure ordinale. Or cette manière de régler les conflits de responsabilité tend à évoluer sous une double pression. D une part, les structures d exercice autour du professionnel libéral prennent de plus en plus d importance et leur pérennité se renforce : la question de la responsabilité de la structure prend 8 Actes du colloque 2011

9 Aon Professions Table ronde 1 / Responsabilités de droit commun et responsabilités particulières Introduction Anne-Dominique MERVILLE Maître de conférences à l université de Cergy- Pontoise et directrice du master 2 droit pénal financier, modératrice Les professionnels libéraux et de conseil exercent le plus souvent comme dirigeants ou comme associés au sein de structure d exercice libéral ou sous toute autre forme de structure sociale. Ils sont donc, au titre de dirigeants ou d associés, confrontés à une multiplication des risques susceptibles d engager leur responsabilité. Pour cette première table ronde, il s agit de mettre en relief les différents types de responsabilité propres à ces professions. En effet deux phénomènes sont à constater. D une part les textes d origine légale, réglementaire ou propres à l ordre professionnel se multiplient engendrant donc des obligations de plus en plus nombreuses. Or, les obligations conduisent à des responsabilités également plus nombreuses. Ainsi, il est possible de penser à toutes les diligences auxquelles sont soumis ces professionnels dans l entrée en relation avec le client. D autre part les procédures de mise en cause de la responsabilité sont aussi nombreuses que la disparité de ces textes car il y a une responsabilité civile, une pénale, une administrative et bien entendu une disciplinaire. Toutes ces procédures peuvent se cumuler en droit français. Ainsi pour répondre à cette très délicate question, cinq prestigieux intervenants vont nous livrer leurs réflexions Responsabilité de l avocat dirigeant Anne-Dominique MERVILLE La responsabilité des Mandataires sociaux (MS) est-elle différente lorsque ces MS dirigent un cabinet d avocats? Christiane FERAL-SCHUHL Bâtonnier désignée du Barreau de Paris Comme tout dirigeant d entreprise, le MS à la tête d un cabinet d avocats est responsable envers ses associés et salariés. Mais il présente la particularité d être obligatoirement un avocat, puisqu en vertu de la loi du 31 décembre 1990, une structure d exercice d avocat ne peut être dirigée que par un avocat. Or la responsabilité de l avocat s exerce différemment selon le type de structure auquel il appartient. Une responsabilité différente selon le mode d exercice La majorité des avocats parisiens exerce leur activité à titre individuel. Les autres exercent en tant qu associés au sein d une Société civile professionnelle (SCP) ou d une association. Ainsi sur les avocats inscrits au Barreau de Paris, exercent dans des structures. Au 1er janvier 2001, sur près de structures inscrites au Barreau de Paris, se dénombraient quelque 500 associations, près de 500 SCP, environ 900 Sociétés d exercice libéral à responsabilité limitée (SELARL), 28 Sociétés d exercice libéral à forme anonyme (SELAFA) et une cinquantaine de partnerships. Pour les SCP, la loi précise que tous les associés sont gérants sauf en cas de stipulation contraire des statuts et répondent indéfiniment des dettes sociales à l égard des tiers. Par ailleurs, chaque associé répond sur l ensemble de son patrimoine des actes professionnels qu il accomplit et la SCP est solidairement responsable avec lui des conséquences dommageables de ses actes. Il en est de même pour les Sociétés d exercice libéral (SEL), bien qu il n y ait qu un seul dirigeant, à l exception des SELAFA, où le dirigeant peut être assisté d administrateurs. Enfin, la solidarité est fortement renforcée dans les sociétés en participation puisque les associés y sont tenus indéfiniment des engagements pris à l égard des tiers par chacun d eux en qualité d associé. Dans le cas d associations, qu il s agisse d associations traditionnelles ou d Associations d avocats à responsabilité professionnelle individuelle (AARPI), la responsabilité individuelle est désormais privilégiée. A l origine, le décret du 27 novembre 1991 prévoyait que chacun des avocats qui constituent entre eux une association demeure responsable visà-vis de ses clients à proportion de ses droits dans l association. Le décret du 15 mai 2007 rappelle en outre que chacun des membres répond sur l ensemble de son patrimoine des actes professionnels qu il accomplit à l égard de ses clients. Cependant, ce décret introduit également la possibilité pour le contrat d association, sur décision unanime des associés, de prévoir que la mise en cause de la responsabilité professionnelle de l un de ses membres n engagera pas celle des autres associés. Cette clause est opposable aux tiers à condition que toutes les formalités prévues par le texte aient bien été effectuées. Cas usuels de mise en cause de responsabilité En droit commun, la responsabilité du chef d entreprise peut être engagée civilement dans des cas tels que la violation des statuts, une infraction à une disposition législative et réglementaire, un dommage à un tiers et pénalement Actes du colloque

10 pour une infraction, une faute commise par un préposé, etc. Dans la pratique, ces infractions classiques, ne concernent quasiment pas la profession d avocat. En effet, les actionnaires des structures d exercice sont, en vertu de la loi, des avocats qui exercent au sein de la structure : il ne s agit donc pas de tiers. En outre, la taille et l organisation des structures permettent une surveillance accrue des dirigeants, prohibant presque de fait des situations d infractions classiques. Ainsi, une violation des statuts supposerait que le dirigeant veuille entraîner la société dans une activité qu il n a pas le droit d exercer en tant qu avocat (toute autre activité que celle d avocat lui étant interdite). Dans une telle situation, le dirigeant risquerait de perdre son titre d avocat. Les règles professionnelles jouent ici le rôle de garde-fou et il est quasiment impossible qu un avocat prenne un tel risque. Une faute de gestion, quant à elle, suppose la délégation d un trop grand pouvoir financier et comptable au dirigeant. Dans la profession d avocat, les membres associés ont pour coutume de définir collectivement les objectifs tels que le Chiffre d affaires (CA) et des normes de qualité existent pour encadrer la gestion de la structure. Un détournement de dividendes est donc peu probable. Sur le plan pénal, la responsabilité de l avocat dirigeant pourrait en théorie être recherchée pour des infractions telles que l escroquerie, le faux, la publicité mensongère ou encore l abus de bien social mais cela est peu vraisemblable. Il existe, certes, des cas de dérive (détournement d actifs par exemple) mais qui demeurent mineurs. En droit du travail, une mise en cause pour non-respect des règles d hygiène ou de sécurité, pour harcèlement ou encore pour non-respect de la législation concernant les horaires est envisageable. Quant à la responsabilité pénale des avocats dirigeants, elle est beaucoup plus rare que celle des avocats qui exercent individuellement. L escroquerie ou la fraude à la TVA se rencontrent dans de rares cas et au niveau individuel. Enfin, concernant le non-respect des règles de maniement de fonds, extrêmement rare, la Caisse autonome des règlements pécuniaires des avocats (CARPA) a vocation à réguler le système des contrôles et exerce des contrôles aléatoires. Depuis 2000, le Barreau de Paris n a répertorié que deux cas de mise en cause de responsabilité d avocats dirigeants. L un est le fait d un escroc, agissant à titre individuel et l autre, le fait du préposé d un avocat, qui disposait de tellement de pouvoir qu il est permis de penser que le dirigeant était son complice. Modes de résolution des litiges au sein de la profession d avocat Les conflits entre associé et dirigeant ont en en général pour objet le retrait de l associé ou l exclusion de celui qui ne rapporte pas un CA suffisant et n ont pas de lien direct avec la responsabilité du dirigeant ou du MS. Si un avocat dirigeant a pris de mauvaises décisions, le contrôle de ses pairs aboutira à la révocation de ses fonctions de mandataire social. En vertu des modalités prévues dans les textes de la profession, les conflits seront réglés par voie d arbitrage du Bâtonnier, sauf si une conciliation peut être obtenue. Il en sera de même pour les conflits entre dirigeants et collaborateurs. Réguler en interne ce type de conflits est sans doute une spécificité de la profession d avocat. En 2011, le Barreau a été saisi 300 fois : la moitié de ces litiges avaient trait à des problèmes avec des collaborateurs, dont 21 ont débouché sur un arbitrage et le reste sur une conciliation. Les 150 autres conflits étaient des conflits entre associés, dont seuls 36 ont abouti à un arbitrage. Les autres ont fait l objet d une médiation ou d une conciliation. La nature des conflits portait sur les locaux, les actes de concurrence déloyale, des présentations de clientèle imparfaite, des retraits d associés trop brutaux Responsabilité du dirigeant envers les tiers La Responsabilité civile (RC) de nature contractuelle peut être encourue par les avocats du fait de leur activité de conseil ou de plaideur. Les plaideurs peuvent alors rechercher la responsabilité délictuelle de leur avocat en revendiquant son comportement fautif dans la défense des intérêts de son client, à l image de l avocat de Laure Manaudou, qui a porté atteinte à la réputation de la nageuse en tenant des propos malvenus sur les dirigeants de son club italien. Dans ces litiges, la responsabilité du dirigeant de la structure pourrait également être recherchée car ce dernier n a pas su éviter les débordements des avocats au sein de sa structure. L avocat est également responsable des préposés de la structure, en vertu de l article du Code civil. L avocat est pour cela assuré car sa police garantit «les conséquences pécuniaires de la RC personnelle pouvant incomber aux préposés de l assuré et stagiaires à l occasion des missions qu ils effectuent pour son compte ainsi que les stages de formation auxquels ils participent en raison des dommages corporels, matériels, immatériels consécutifs à des dommages corporels et matériels garantis subis par autrui.» En revanche, il ne sera assuré que pour autant qu il n a pas contribué personnellement à une infraction pénale. Une responsabilité de l avocat dirigeant atténuée ou aggravée? La déontologie des avocats français leur fait l obligation d exécuter les décisions de justice, ce qui double le contrôle exercé a priori sur l activité de l avocat d un contrôle a posteriori, portant cette fois sur la réparation apportée à la faute qui a été sanctionnée. Si cette exigence peut paraître lourde, cette responsabilité est la condition de la liberté de l avocat et il ne peut y avoir de défense si l avocat n est pas libre. 10 Actes du colloque 2011

11 Aon Professions Les professions libérales exposées à de nouvelles formes de responsabilités Anne-Dominique MERVILLE Selon vous, quels sont les problèmes auxquels sont confrontés les associés, les dirigeants et mandataires sociaux (D&O), aux Etats-Unis et dans les autres pays? Jonathan KURENS Directeur d Aon Professional Services à New York La Responsabilité civile des mandataires sociaux et les problématiques auxquelles sont confrontés les professionnels libéraux qui exercent au sein d une structure s apparentent, à de nombreux égards, à celles rencontrées par les sociétés privées. Dans les sociétés privées, la direction est généralement assumée par les administrateurs ou les directeurs, tandis que, dans les structures d exercice au sein desquelles exercent le professionnel libéral, ce rôle est dévolu aux associés, collaborateurs ou membres du conseil de gérance ou du conseil d administration. Si les sociétés américaines de droit commun ont depuis longtemps souscrit des assurances Responsabilité D&O afin de couvrir les responsabilités des personnes physiques ainsi que des personnes morales découlant de l exercice de leurs fonctions, les structures d exercice libéral commencent à réaliser qu elles sont, elles aussi, soumises aux mêmes responsabilités que leurs homologues au sein de sociétés privées et ce, qu il s agisse de cabinets d avocats, d expertise-comptable ou de conseil. Cette tendance tend à se mondialiser : les professionnels libéraux exerçant en structure sont exposés aux mêmes responsabilités que les personnes morales constituées en sociétés, notamment aux conséquences prévues en droit commun en matière d intervention fautive, de bonne foi et de loyauté, ou encore de délit de marchandage, etc. La responsabilité dans les rapports avec la société ou les associés Aux Etats-Unis, les structures d exercice libéral sont exposées à deux catégories de mises en cause. La première catégorie concerne les actions individuelles, intentées par les associés, collaborateurs ou gérants et actionnaires d une même structure à l encontre d un collègue ou encore de la structure elle-même. Dans le contexte économique défavorable que nous connaissons actuellement, si les «associés» s estiment lésés, ils sont susceptibles d intenter une action à l encontre de leurs collègues ou de la société elle-même afin de protéger leurs intérêts économiques. Ainsi, un retrait d associé ou son exclusion en raison d un manque de rentabilité pourra donner lieu à une procédure contentieuse. En outre, en cas de défaillance économique et de dissolution ou encore en cas de faillite de la structure, de nombreux collaborateurs sont susceptibles d introduire une action à l encontre de la direction. Bien que ces situations soient encore relativement rares dans le vieux Continent, les arbitrages relatifs à des litiges initiés par des associés tendent à se généraliser en Europe. En Italie, par exemple, l associé italien d un cabinet d avocats américain avait été condamné pour délit aggravé. Du fait de la législation européenne en matière de protection de la vie privée, le cabinet d avocats n avait pas été informé de cette condamnation. Par conséquent, lorsqu ils l ont découvert, ils ont décidé de démettre l associé italien de ses fonctions. Au final, l affaire a fait l objet d une transaction de plusieurs millions de dollars. Les professionnels libéraux veulent être certains de bénéficier d un traitement juste au sein de leur structure, conformément aux principes de bonne foi et de loyauté, sans abus de confiance. De plus, les associés n hésitent plus à faire appliquer les termes des statuts, des contrats d association ou des pactes d associés et à mettre en cause la responsabilité de la structure en cas de manquement. En Europe comme aux États-Unis, ces litiges trouvent généralement leur dénouement au terme d une médiation ou d une procédure arbitrale, surtout lorsque des sommes importantes sont en jeu. Sur les continents américain et européen, les affaires civiles de droit commun initiées à la suite de revendications en interne ne cessent de se multiplier ; une tendance qui risque de s accentuer, surtout en Europe, si le marasme économique persiste. La responsabilité dans les rapports avec les tiers Dans cette deuxième catégorie, les actions en responsabilité émanent de l Etat ou de tiers, notamment de concurrents, et sont intentées sur le fondement de violations présumées de dispositions légales ou réglementaires, de fautes ou de délits civils quelconques. Ainsi, les mouvements croissants d avocats entre cabinets, tant en Europe qu aux Etats-Unis, constituentils un contexte favorable à ce type d actions. Aux Etats-Unis, les accords de non-concurrence entre avocats n existent pas, alors qu ils sont d usage en Europe. Par conséquent, ces mouvements peuvent donner lieu à des conflits car les cabinets recruteurs peuvent être poursuivis pour intervention fautive dans les affaires de l ancien cabinet. Une affaire survenue dans le New Jersey illustre bien cette situation : un cabinet avait recruté un groupe d avocats issu d un autre cabinet, de petite taille. Malheureusement, ce mouvement concernait également certains des avocats les plus renommés du cabinet, et leur départ entraîna la dissolution de la structure. Les ayants cause du cabinet entamèrent des poursuites, au motif que les nouvelles recrues, en s appropriant des informations confidentielles, s étaient rendues coupables d interventions fautives ayant entraîné la dissolution du cabinet. L affaire a été réglée par voie extrajudiciaire moyennant plusieurs millions de dollars. Même dans le cadre d une fusion, les obligations et principes prescrits par l Ordre des avocats américain doivent être respectés pour des raisons déontologiques. Une autre affaire similaire à celle du New Jersey a été reportée à Hong Kong, où un mouvement d avocats entre cabinets a entraîné des allégations d intervention fautive en droit commun. Les mandataires sociaux, dirigeants et associés se doivent d être particulièrement prudents lorsqu il s agit de procédures initiées par l Etat, que ce soit sur le fondement d un délit d initié, de blanchiment de capitaux ou de corruption. Si les avocats sont généralement couverts par leur assurance responsabilité Actes du colloque

12 civile professionnelle lorsqu ils opèrent pour le compte de leurs clients, il n en va pas de même des fautes détachables de leurs fonctions (dont a priori le blanchiment de capitaux ou la fraude) qui peuvent être exclues de leur police d assurance. La question fondamentale qui se pose ensuite porte sur l indemnisation : les structures d exercice autour du professionnel libéral sont-elles tenues d indemniser les personnes mises en cause? En France, il semble que la structure peut ou non être soumise à l obligation d indemniser toute personne mise en cause dans des actes pouvant être jugés malvenus ou répréhensibles pénalement. Si le professionnel libéral ne peut prétendre à une indemnisation, sa responsabilité personnelle risque fortement d être engagée. Aux États-Unis, l indemnisation dépend des statuts de la structure d exercice ou du contrat d association. En effet, le contrat d association ne prévoit pas nécessairement de clause d indemnisation des associés. Si une enquête est diligentée à l encontre d un associé pour délit d initié, par exemple, les autres associés peuvent décider du retrait de l associé inculpé. La question de l indemnisation par la structure d exercice est de plus en plus prégnante, surtout à l égard des associés. Une autre tendance récente aux États-Unis est celle des responsabilités résultant de la dissolution ou de la faillite d une structure d exercice autour du professionnel libéral. Une pléthore de poursuites a été engagée à la suite de dissolutions, et ce phénomène tend à se renforcer. À titre d exemple, en 2005, Coudert, un cabinet d avocats international existant depuis une centaine d années, a fait faillite suite à la défection et aux mouvements d associés hors État-Unis, ce qui a donné lieu à de nombreuses plaintes. À l heure actuelle, les procédures sont toujours pendantes. Enfin, les mises en cause de responsabilités dans les rapports avec les tiers peuvent naître de questions relevant du droit social, notamment le harcèlement sexuel ou la discrimination. Aux États-Unis, les affaires de cette nature connaissent une véritable explosion : le nombre de plaintes pour discrimination à l embauche et de conflits entre associés, notamment pour des motifs liés à l âge ou au handicap, tend à augmenter fortement. Protéger votre structure des risques éventuels Dans les structures d exercice autour du professionnel libéral, qu il s agisse d une personne morale ou d une société de personnes à responsabilité limitée (LLP), il faut avoir conscience de l environnement professionnel de la structure, qui doit être considérée comme toute autre entreprise. Les intérêts des salariés et des tiers ne seront pas toujours convergents avec ceux de la structure. Et étant donné le climat économique actuel, il convient de protéger les actifs de votre structure de tout risque éventuel. Evolutions de la responsabilité des commissaires aux comptes Anne-Dominique MERVILLE Dans les sociétés de commissaires aux comptes et d experts-comptables, quelles sont les évolutions récentes de la responsabilité des associés et des MS, dans les volets civil et pénal? Sophie LARGEAUD-PROUST Commissaire aux comptes, Deloitte, Direction Qualité Risques En France, contrairement aux 17 pays de l Union européenne ayant mis en place un système de limitation des responsabilités, le commissaire aux comptes peut voir sa responsabilité civile mise en cause sans limitation de montant. Responsabilité civile : jurisprudence du 23 mars 2010 Avant mars 2010, si une personne physique signataire exerçant au sein d une structure de commissariat aux comptes était mise en cause, sa responsabilité personnelle était écartée, comme ce fut le cas dans un arrêt de la cour d appel de Rennes en mars Or le 23 mars 2010, la Cour de cassation, qui se prononçait pour la première fois sur le sujet, a estimé que le commissaire aux comptes, agissant en qualité d associé, d actionnaire ou de dirigeant d une société, répond personnellement des actes professionnels qu il engage au nom de la société, et ce, quelle qu en soit la forme. La personne morale ne joue donc plus le rôle d écran qu elle jouait auparavant. Il s agit là d un accroissement du risque pour l associé signataire. 12 Actes du colloque 2011

13 Aon Professions Cet arrêt de la Cour de cassation a confirmé la position des juges du fond qui avaient fondé leur argumentaire sur deux articles du Code de commerce, l un stipulant que le rapport doit être signé par le responsable technique et l autre que l associé doit être assuré personnellement. La position de la Cour de cassation a été critiquée pour plusieurs raisons, dont notamment le fait que son argumentaire était fondé sur un texte réglementaire, soulevant ainsi la question de la hiérarchie des sources de droit. Le commissaire aux comptes se trouve désormais désavantagé par rapport à d autres professionnels libéraux, qui, s ils exercent dans une structure, voient leur responsabilité personnelle préservée au profit de la responsabilité de la société. Limitations de l exposition personnelle Pour limiter son exposition personnelle, le commissaire aux comptes peut adopter le statut d Entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL), à condition qu il exerce en son nom propre, de manière à n affecter qu une partie de son patrimoine personnel à son entreprise. Le commissaire, en tant qu entrepreneur individuel, peut également, en vertu de la loi Dutreil, remplir une déclaration d insaisissabilité de ses biens immobiliers. L exposition du commissaire aux comptes demeure donc forte, notamment pour le professionnel qui exerce en société et qui ne serait pas nécessairement couvert par ces dispositions. Si l arrêt du 23 mars 2010 ne le vise pas explicitement, il est possible que cette jurisprudence s applique également au MS. Actuellement, l article R du Code de commerce précise que tout rapport qui émane d une société de commissariat aux comptes doit comporter les signatures du responsable technique et du mandataire social, à moins de mettre en place une délégation de signature. Le MS peut donc voir sa responsabilité mise en cause s il ne met pas en place une telle procédure. Quant aux associés, personnes physiques, ils sont attaqués en même temps que la personne morale dans 25 % des cas de litige déclarés dans le cadre du contrat d assurance-groupe de la Compagnie nationale des commissaires aux comptes (CNCC) depuis la jurisprudence de mars Concernant la sinistralité des commissaires aux comptes, une augmentation des montants de réclamation en cas de litiges est constatée, d environ 40 %. Ceci dit, les commissaires aux comptes sortent gagnants des dossiers de mise en cause 8 fois sur 10. Enfin, s agissant de l expert-comptable, l article 12 de l ordonnance de 1945 précise que, même lorsque les missions sont exercées par une personne morale, la responsabilité personnelle de l expert-comptable subsiste. Par ailleurs, une jurisprudence de juin 2011 a confirmé que pouvait être attaquée soit la personne morale soit la personne physique. Commissaires aux comptes et experts comptables sont donc logés à la même enseigne en matière de responsabilité : bien qu exerçant au sein d une société, leur responsabilité personnelle peut être mise en cause par les tribunaux. Exposition sur le plan pénal Même si depuis 2006 les cabinets de commissariat aux comptes peuvent voir leur responsabilité pénale engagée, ce sont majoritairement les associés, personnes physiques, qui sont exposés au risque de mise en cause pénale. Depuis 2006, la profession n a d ailleurs connu qu un seul cas de mise en cause de la responsabilité de la personne morale. Les commissaires aux comptes risquent une peine d emprisonnement pouvant aller jusqu à cinq ans et une amende maximum de euros. Concernant le mandataire social, la jurisprudence n a jamais fait de distinction entre le MS qui signe au nom du cabinet et l associé personne physique : dès lors que le MS engage sa signature, il est responsable. Les condamnations des commissaires aux comptes restent limitées. Toutefois une tendance nouvelle est à noter, telle qu elle est apparue dans un arrêt de la Cour de cassation du 31 janvier 2007 qui a confirmé la condamnation de l associé signataire des rapports de commissaire aux comptes sur une société accusée d escroquerie à la TVA. Le dirigeant a été condamné pour escroquerie et le commissaire aux comptes pour non-révélation de faits délictueux et complicité d établissement de faux-bilans. En effet, la Cour a estimé du fait de sa certification répétée, que le commissaire aux comptes a fourni sciemment au dirigeant les moyens d effectuer sa fraude. Dans cet arrêt, la présomption de mauvaise foi est établie par la Cour et cette jurisprudence a été reprise par la suite. L expertcomptable est soumis à cette même présomption de mauvaise foi. Un double volet en prévention Pour se prémunir de ces risques, tout professionnel doit être attentif à intégrer, à la gestion de son cabinet, à la fois un programme de gestion des risques s appliquant dès l acception du client et jusqu à la délivrance du rapport et un programme d assurance qui soit adapté à l exposition aux risques du cabinet. Ces deux volets sont complémentaires car si l on peut assurer les conséquences civiles des mises en cause, les enjeux en termes de réputation ne sont pas assurables alors qu il s agit du capital le plus important de cette profession. Actes du colloque

14 La responsabilité notariale Anne-Dominique MERVILLE Pouvez-vous nous brosser le tableau de la responsabilité des notaires, tant professionnelle que celle procédant de la gestion de l office? Christian LEFEBVRE Président de la chambre des notaires de Paris La responsabilité notariale est particulière en raison de la spécificité de la fonction d intérêt général confiée au notaire. La qualité d officier public du notaire implique un devoir professionnel exigeant dont les manquements sont sévèrement réprimés et qui aggrave sa responsabilité. Responsabilité civile du notaire et du collaborateur d un office notarial Au devoir d authentification s est ajouté un large devoir de conseil, qui engage la responsabilité du notaire dans tous les domaines de son activité professionnelle. Délictuelle et quasi-délictuelle, la RC des notaires est plus large que la responsabilité contractuelle et davantage pénalisante, sauf en ce qui concerne la prescription (elle survient après 10 ans au lieu de 30 ans). A cette RC s ajoute une responsabilité disciplinaire qui vient sanctionner les manquements à l honnêteté, à l impartialité, etc. Cette responsabilité est contrôlée par les instances professionnelles notariales sous l autorité des Parquets. La responsabilité pénale est aggravée, du fait que les notaires sont dépositaires de la confiance publique. Enfin, face à une responsabilité civile des notaires de plus en plus lourdement sanctionnée, la couverture de l assurance professionnelle, devenue insuffisante, est complétée par une garantie collective. En cas de mise en cause de la responsabilité d un collaborateur salarié de l office notarial, la responsabilité du notaire, sous l autorité duquel travaille le collaborateur, est généralement celle recherchée. En effet, à la différence d autres professions, les collaborateurs du notariat n ont pas de clientèle attachée à leur personne. Garantie collective La garantie collective joue lorsque la couverture de l assurance RCP n existe plus, car le seuil de garantie est dépassé ou en cas d une exclusion de garantie, au motif notamment de faute volontaire du notaire. Les notaires sont alors solidaires pour assumer les conséquences pécuniaires du préjudice subi par le client, via les caisses de garanties. Ces caisses, qui existent au niveau régional et national ont pour particularité de mener une action récursoire contre le notaire, sur son propre patrimoine, lorsqu elles ont été amenées à débourser des indemnités. Responsabilité disciplinaire ou pénale Une société titulaire d un office notarial peut voir sa responsabilité pénale engagée si elle ne respecte pas par exemple la législation du droit du travail. Sa responsabilité disciplinaire peut également être mise en jeu dès lors que celle des associés est en même temps recherchée. Statut du notaire salarié Au sein de la profession notariale, le statut des notaires salariés qui se développe de plus en plus (1) est particulier. Le notaire salarié dispose du sceau de l Etat et est indépendant en tant que notaire. Cependant, il se trouve également sous l autorité d un employeur, puisqu il exerce dans le cadre d un contrat de travail. Ce statut crée une double responsabilité : personnelle, d officier public et, comme salarié, il engage la responsabilité de son employeur (responsabilité du commettant), en vertu de l article du Code civil. Sa responsabilité personnelle est engagée pour les conséquences dommageables de ces actes dans le cadre de son exercice de notaire. En revanche, le notaire salarié n est pas astreint à la souscription d une assurance RCP personnelle. La responsabilité du notaire commettant est assimilable à celle d un clerc, sous la responsabilité de l employeur. Le client effectuant une réclamation préférera engager la responsabilité du commettant puisque le notaire bénéficie de l assurance RCP obligatoire et ce, quelle que soit la cause du dommage causé par le notaire salarié, même en cas de fautes graves ou s il s est livré à des opérations interdites. La loi prévoit en effet que l assurance notariale exclut la garantie pour les agissements illicites personnels du notaire assuré ; celles du notaire salarié sont donc couvertes. Responsabilité dans la gestion de l office Les Sociétés de participation financière des professions libérales (SPFPL) ne sont pas titulaires 14 Actes du colloque 2011

15 Aon Professions d un office notarial, n exerçant pas la profession notariale. Elles peuvent remplir des missions générales (comptabilité, accueil) pour les études et encourent donc une responsabilité classique pour les dommages qu elles peuvent causer. Concernant la responsabilité des notaires dans la gestion de l office, les risques sont assez limités. Les gérants ont peu de marge de manœuvre car la cogérance est de rigueur dans la profession notariale : les statuts exigent très souvent des décisions collégiales. Les chambres de notaire organisent en outre des inspections annuelles inopinées des études, qui sont autant d incitations à respecter les règles qui incombent aux notaires. La détention des fonds est gérée par la Caisse de conciliation, qui représente un sas de contrôle sur l utilisation de ces fonds. Enfin, la déontologie notariale est très précise sur ce qui est interdit au notaire, dont notamment les activités commerciales. Lorsqu une chambre de notaire détecte des difficultés récurrentes dans une étude, elle peut demander à la caisse régionale de garantie de nommer un curateur, qui aidera le notaire en difficulté à remettre de l ordre dans son étude. Lorsque la situation est plus grave, le président de la chambre demande au Tribunal de grande instance (TGI) de faire en sorte que le notaire en situation délicate soit suspendu afin qu un notaire vienne le suppléer dans l étude. Enfin, les statuts d un office notarial ne peuvent pas prévoir l exclusion d un associé, ce qui rend particulièrement difficile l évacuation d un associé. Dans des cas rares et extrêmes, une scission de l étude peut être effectuée. (1) A Paris, parmi les 703 notaires inscrits au Parquet, 110 sont des notaires salariés en 2011 Responsabilité des dirigeants, associés et mandataires sociaux de cabinets de conseil Anne-Dominique MERVILLE Quels types de responsabilité peuvent rencontrer les dirigeants de cabinets de conseil et comment peuvent-ils se prémunir contre ces risques? Jean-Michel TREHET Directeur juridique Bearing Point France N étant pas une profession réglementée, la profession de conseil s exerce dans une structure de droit commun et la responsabilité des dirigeants consultants répondra donc aux risques de droit commun inhérents à ces structures, tels que l infraction aux dispositions législatives et réglementaires, la faute de gestion, la faute de gestion liée à l emploi et la violation des statuts. Il existe en outre des risques inhérents à la gestion des sociétés de conseil. Enfin, les cabinets de conseil peuvent également se regrouper au sein d un partnership. Dans ce cadre, ils peuvent également voir leur responsabilité mise en cause à un autre niveau. Les dirigeants de cabinet de conseil sont donc exposés à trois niveaux de risques. Risques inhérents à l exercice des sociétés de conseil Les risques inhérents à la gestion des sociétés de droit commercial représentent le premier niveau de risque. Ensuite, les risques inhérents à l exercice des sociétés de conseil, dont par exemple les délits de marchandage, constituent un second niveau de risques. En effet, les contrats de conseil s articulent autour d un contrat commercial, autour duquel se greffent des contrats de sous-traitance, de cotraitance et de mise à disposition d équipes de consultants. Ces contrats doivent être juridiquement bien structurés de façon à éviter toute problématique de délit de marchandage ou de manœuvre illicite, qui pourrait engager la responsabilité civile ou pénale du dirigeant de la structure de conseil. Existent également des responsabilités en lien avec le droit social, puisque le Code du travail prévoit des obligations en matière d hygiène et sécurité (inspection commune des locaux...), assorties de sanctions pénales en cas de non-respect. L employeur consultant doit ainsi informer ses employés de la dangerosité des lieux ou de la mission auxquels ils sont confrontés. Des responsabilités sont en outre liées aux missions à l étranger puisque l employeur est tenu à une obligation de sécurité Actes du colloque

16 de résultat sur place. Sa responsabilité peut donc être mise en cause sans même qu il ait commis une faute. En matière de marché public, lorsqu une mission est exécutée auprès du ministère de la Défense, la structure de conseil et la personne physique exerçant la mission doivent être habilitées. Le consultant est également tenu au respect d obligations dont notamment le secret-défense national. En cas de non-respect (violation de secret, divulgation d informations ), il en découle des sanctions pénales. Dans le secteur du droit financier, les sociétés de conseil cotées en Bourse sont tenues à des obligations en termes d information financière, telle que l obligation d information sur les transactions des dirigeants. En outre, lorsqu une société travaille pour un client dans le secteur financier, elle se verra imposer des obligations visant au respect du Code monétaire et financier concernant le secret bancaire et du règlement général de l Autorité des marchés financiers (AMF) sur la déclaration des transactions personnelles des salariés de sociétés extérieures. Le client imposera également le respect des obligations de confidentialité liée à ces activités. Chaque dirigeant, voire consultant, peut être tenu personnellement responsable de ces violations. Enfin, dans le cadre de l exécution des contrats, des obligations figurant dans ces derniers peuvent être dirigées à l encontre des personnes physiques, notamment en matière de violation d une obligation de confidentialité, de fraude informatique ou de contrefaçon. Risques liés à la signature d un partnership agreement Un dernier niveau de risque est établi lorsque les dirigeants de société de consultants signent un partnership. agreement car le pacte est assorti d obligations et de sanctions, légales et conventionnelles. Au sein des sanctions conventionnelles figurent trois catégories de sanction : les clauses pénales, visant la violation d une des règles du partnership ou toute violation du contrat de travail de l associé au sein de sa structure d exercice ; les astreintes conventionnelles et les clauses de retrait en cas de condamnation ou de délit de moralité ayant un impact sur la réputation et le développement commercial du partnership.. La responsabilité de l associé consultant au niveau du partnership n engagera pas nécessairement celle des structures d exercice locales. A l inverse, la mise en cause du praticien, dans le cadre de ses activités dans les sociétés locales pourra engager sa responsabilité de partner, dans le cadre du partnership. Gérer au mieux les risques Compte tenu de ces points, qui ne sont guère rassurants, le dirigeant d une structure de conseil doit se préparer au pire en répartissant les risques entre les associés, via l établissement de délégations de pouvoir et de signature et en souscrivant une bonne police RCMS ou D&O. Il est ainsi recommandé à un dirigeant d une société de conseil de prévoir, dans le cadre de l élaboration de la délégation de pouvoir et de signature, des délégations pénales en matière d hygiène et sécurité, de respect des règles relatives à l embauche, à l établissement des contrats de sous-traitance Il est important qu un président d une société de conseil puisse, à travers ces délégations de pouvoir, répartir la responsabilité auprès de ses collaborateurs dirigeants. En outre, il est recommandé d établir une police d assurance RCMS ou D&O qui aura pour but de couvrir la responsabilité civile des dirigeants pour les fautes de gestion et les fautes liées à l emploi (harcèlement moral, discrimination syndicale ). A travers cette police, seront couvertes les personnes physiques ainsi que la personne morale. Enfin, il faut savoir que ces polices d assurance ne couvrent pas les responsabilités pénales mais pourront couvrir les frais de justice d une action pénale. 16 Actes du colloque 2011

17 Aon Professions Table ronde 2 / La continuité de la garantie dans le temps des dirigeants et des associés en cas de changement de structure, de cessation d activités, de scission Un cocktail explosif de problématiques liées à la responsabilité Mathieu PATRIMONIO Avocat au Barreau de Paris, SCP Raffin et Associés Aux problématiques complexes et variées des régimes de responsabilité des structures de professionnels réglementés, s ajoutent d autres difficultés comme celles qui se posent lorsqu un professionnel quitte sa structure ou lorsque la structure change, ou comme celle tenant à l application dans le temps des polices d assurance. Une troisième problématique, d ordre juridique, tient à la particularité du risque de RC d être un risque à cycle long, la condamnation pouvant survenir très longtemps après l acte litigieux. En effet, bien que la durée de la prescription ait été réduite, dans l essentiel des cas, à cinq ans pour la RC, la définition du point de départ d un litige demeure très fluctuante. En RCMS, la prescription pour les dirigeants de droit est de trois ans mais là encore, le point de départ peut être reculé en vertu de la notion de dissimulation des actes par le dirigeant, ce qui peut prolonger la durée d exposition. Par ailleurs, en matière de procédure collective, le jugement de liquidation judiciaire constitue le point de départ de la prescription de trois ans pour l action en responsabilité pour insuffisance d actifs. Le mélange des différentes problématiques peut donc très vite aboutir à un cocktail explosif aux conséquences désastreuses sur le patrimoine propre des professionnels. Le couple responsabilité civile professionnelle et responsabilité civile des mandataires sociaux En raison de la dualité des rôles (activité professionnelle et gestion de la structure) des avocats, experts-comptables et consultants, les garanties RCP et RCMS sont susceptibles d être mises en jeu. L on peut citer l exemple récent (2010) d une décision rendue en matière de responsabilité professionnelle des avocats. Cette décision concerne un dossier a priori classique puisqu il s agit de la responsabilité d un avocat pour acquisition d une prescription dans le cadre d une action en garantie décennale, avec un défaut d habilitation du syndic agissant au nom du syndicat de copropriétaires et une absence de régularisation avant la fin de la prescription. Ce cas fréquent entre bien dans le champ des activités assurées. Le problème réside dans le fait que 12 ans se sont écoulés entre la première assignation, qui comportait ce vice, en 1980 et la fin de l intervention du cabinet d avocats. La mise en cause de l avocat n a eu lieu qu en 2003 suite à quoi sept ans se sont écoulés avant que le tribunal ne statue. Or en 1980 et 1992, l avocat qui exerçait à titre individuel s associe avec un autre avocat, qui décède ensuite. Un nouvel avocat arrive alors et une SCP est créée. Le syndicat de copropriétaires assigne à la fois les associés successifs et les héritiers. Compte tenu de la durée de cette affaire, qui s étend de 1980 jusqu au jugement de 2010, naît une véritable problématique assurantielle. Les assureurs mis en cause refusent la garantie, ne reconnaissant notamment pas être l assureur au moment du fait générateur ou de la réclamation. Les trois derniers associés, ainsi que les héritiers du second associé ont donc été condamnés à payer eux-mêmes et in solidum une somme de euros, avec exécution provisoire. L affaire semble avoir été transigée ensuite. Un second exemple de ces problématiques se produit très souvent en RCMS, lorsque deux structures se rapprochent, chacune dotée auparavant de sa propre police d assurance. Suite au rapprochement, une nouvelle police d assurance est souscrite. Lorsqu une action est intentée contre les dirigeants pour des fautes continues qui s étendent sur les périodes précédant et succédant la restructuration, comment les garanties, de responsabilité civile et de défense, jouent-elles? En raison des spécificités des professions réglementées, d autres problèmes peuvent également naître. Des garanties complémentaires peuvent s ajouter à celles souscrites par l Ordre (quels associés anciens et/ou nouveaux bénéficieront plus tard de cellesci?), et l on verra nécessairement se multiplier des changements d associés au sein des structures, des changements de forme des structures elles-mêmes, des passages d un Barreau à un autre (Barreaux successifs qui ne sont pas nécessairement assurés auprès de la même compagnie). En mélangeant tous ces problèmes, certains professionnels libéraux sont susceptibles en cas de mise en cause de se trouver dans des situations très difficiles. Actes du colloque

18 Mise en cause de la responsabilité des dirigeants et assurances Mathieu PATRIMONIO Quels sont les changements structurels qui exposent les associés et les structures à un risque accru de mise en cause? James ROBERTS Avocat, Associé chez Clyde & Co, LLP, Londres Le Royaume-Uni connaît une multiplication des mises en cause de la responsabilité des dirigeants. Cette tendance s explique notamment par l évolution organisationnelle des structures d exercice des professionnels libéraux, qui s apparentent de plus en plus à des personnes morales de droit commun. Ce changement s accompagne d une souscription de plus en plus massive d assurances responsabilité civile des mandataires sociaux de la part de ces structures d exercice. Au Royaume-Uni, si la responsabilité des mandataires sociaux est généralement mise en cause dans le cadre de litiges «classiques», notamment des différends entre associés ou des plaintes pour discrimination, les affaires les plus importunes surviennent suite à des changements organisationnels, notamment insolvabilité, croissance organique, etc. Restructuration de la structure d exercice En cas de fusion ou d acquisition complète, les dirigeants d une entreprise qu il s agisse d une personne morale de droit commun ou d une structure d exercice autour du professionnel libéral s exposent à des plaintes pour tromperie initiées à leur encontre par les acquéreurs. Dans une affaire survenue assez récemment au Royaume-Uni, les dirigeants ont été poursuivis en justice par les acquéreurs au motif qu ils n avaient pas dûment divulgué les difficultés financières de l entreprise. Récemment, un grand cabinet d avocats britannique a procédé à une opération de défaisance d une part importante de son activité au profit d une nouvelle entité. Cet exemple témoigne d une tendance croissante au Royaume-Uni, consistant à transférer une part importante d une activité au profit d une entité distincte, avec des participations et une garantie de passif croisées. Dans le cas présent, la nouvelle entité a fait faillite. Un conflit extrêmement médiatisé a opposé la structure d origine et la nouvelle entité : la question était de savoir lesquels des associés, de la structure d origine ou de la nouvelle entité, seraient responsables des obligations de l entité défaillante. La question était d autant plus problématique que certains étaient parfois associés des deux structures : certains associés ont ainsi engagé une procédure contre eux-mêmes. La restructuration a également des conséquences sur le plan des assurances. Au Royaume-Uni, les personnes en charge des négociations relatives à la responsabilité civile professionnelle au sein d une structure peuvent voir leur responsabilité mise en cause dès lors qu ils ont porté atteinte aux possibilités d actionnement de la police d assurance. La mise en place d une couverture appropriée aux procédures de run-off, lorsqu une entreprise cède son activité, peut également s avérer extrêmement complexe. Prenons l exemple d un cabinet d expertise-comptable cédant sa filiale spécialisée en investissement à une autre société. La responsabilité de la filiale est ensuite mise en cause pour des fautes antérieures à la cession, qui deviennent une charge financière pour l acquéreur, désormais propriétaire de ladite filiale. L acquéreur tente de 18 Actes du colloque 2011

19 Aon Professions faire supporter ce passif au cabinet d expertise-comptable en faisant appel aux garanties accordées par ce dernier lors de la vente. En substance, ce passif relevait de la responsabilité civile professionnelle. Toutefois, la couverture run-off souscrite par le cabinet d expertise-comptable n a pas pu être actionnée au motif que ces dettes relevaient de la garantie de passif accordée volontairement à un non client. Dans cette affaire, le problème tenait au fait qu au lieu de s appuyer sur une couverture de run-off RPC afin de se protéger, le cabinet d expertise-comptable aurait dû souscrire une police d assurance de garantie d actif et de passif (W&I). Insolvabilité Les changements structurels inhérents aux cas d insolvabilité sont souvent générateurs de conflits avec les dirigeants du fait de la venue d un décideur extérieur à la structure. À titre d exemple, nous pouvons évoquer le cas d un grand cabinet d avocats qui a fait faillite en 2010 sous le poids de la pression financière. Ledit cabinet avait conclu un contrat de bail portant sur un nouvel immeuble de bureaux. Il s est ensuite avéré que le cabinet avait reçu une importante incitation financière de la part du propriétaire, et que la somme avait été reversée aux associés seniors. Apparemment, les associés les plus jeunes avaient été écartés de la partie, ce qui avait généré des tensions qui ont par la suite été exacerbées lorsque le cabinet a dû avoir recours à un prêt bancaire. L entreprise a fini par faire faillite, des administrateurs judiciaires ont été désignés et des actions en remboursement de l incitation financière ont été introduites à l encontre des associés seniors. Les associés juniors envisageraient, quant à eux, de contester la gestion de leurs aînés, qui a au final eu raison du cabinet. Dans cette affaire, il est évident qu une assurance responsabilité civile professionnelle n aurait été d aucun secours concernant les litiges. L assurance Responsabilité des mandataires sociaux n est certes pas la solution à toutes les formes de litiges. Elle est néanmoins d une aide précieuse, en cas d urgence, notamment afin de financer sa défense. Investissements externes Au Royaume-Uni, les structures commerciales alternatives (ABS) sont sur le point de voir le jour. Elles permettront d ouvrir le capital des cabinets d avocats à des tiers investisseurs. Par ailleurs, les avocats pourront s associer au sein de partnerships avec des experts-comptables et d autres professionnels libéraux. Ces structures ABS pourraient bien créer une petite révolution, surtout car elles rapprocheront les structures d exercice libéral du modèle des sociétés de droit commun. Corolairement, les investisseurs externes déçus des résultats pourraient mettre en cause la responsabilité de l ABS pour gestion fautive au même titre qu ils le feraient pour les dirigeants d une société de droit commun. De plus, les structures d exercice des professionnels libéraux étant soumises à des contraintes réglementaires spécifiques qui élèvent l intérêt des clients au-dessus des intérêts des investisseurs, il pourrait en résulter des malentendus, qui seraient sources de conflits. Le lancement des structures de type ABS nécessitera une réflexion approfondie afin de proposer une assurance adaptée. La souscription d assurances responsabilité des mandataires sociaux devrait continuer de se généraliser au sein des structures d exercice autour du professionnel libéral. Croissance organique Enfin, au sein d une structure, la croissance organique est génératrice de changements structurels qui peuvent conduire à un décalage entre les modalités d assurance existantes et les besoins d assurance de la société en temps réel, à l image d une société qui pénètrerait le marché américain alors que sa police RC professionnelle comporte une clause d exclusion des opérations réalisées aux Etats-Unis. Un autre exemple, plus complexe, concerne les entreprises de taille plus importante qui ont tendance à racheter plusieurs entités distinctes et à les intégrer au sein d une structure organisationnelle unique. Cette approche pose la question de l adéquation de la couverture d assurance pour chaque entité. Il y a quelques années, un litige majeur relatif aux garanties d assurance est survenu dans l affaire Parmalat, où la police d assurance a créé un malencontreux effet de domino. Au final, le problème a certes été résolu mais il n empêche que cette problématique était probablement due à la couverture d assurance, qui n avait pas été ajustée au fur et à mesure de l évolution de la société. Une solution d assurance est une simple photo d une société à un moment donné. Par conséquent, il convient de réévaluer constamment les besoins afin de s assurer que la police d assurance est toujours adaptée aux objectifs recherchés. Actes du colloque

20 Le cas Archibald : une reprise réussie grâce à sa responsabilité limitée Philippe HENRI-DUTHEIL Ancien Bâtonnier du Barreau des Hauts-de- Seine, Président de la conférence régionale des Barreaux d Ile-de-France, Associé du Cabinet Ernst & Young Cette présentation vise à apporter un éclairage sur une expérience unique dans le paysage des cabinets français : la disparition soudaine et imprévisible du cabinet Arthur Andersen, l un des plus grands réseaux mondiaux pluridisciplinaires. Suite à cette disparition, se posait la question de la reprise des activités en France du Cabinet Archibald (structure d exercice de la pratique juridique). J ai vécu l explosion du cabinet Archibald de l intérieur car j étais déjà à l époque associé chez Ernst & Young, structure qui au final, et après le vote des deux partnerships, a récupéré l ensemble de l activité du cabinet d avocats. La problématique de la reprise d un passé inconnu La disparition du réseau Arthur Andersen et, plus précisément, du cabinet Archibald, est une problématique emblématique car elle illustre la confrontation qui a lieu lors d une reprise et de la transmission d un outil professionnel, avec notamment la question des garanties. Cette dernière est importante dans la mesure où elle nous a occupés pendant plusieurs mois. Je considère que la reprise du «passé inconnu» et des garanties d un cabinet a un rôle essentiel aujourd hui et ce phénomène renvoie à la mobilité des avocats. L on peut en effet désormais dire qu il existe une culture de la mobilité. Concernant l aspect ordinal, la problématique de la responsabilité personnelle est extrêmement forte aujourd hui, surtout dans le cadre de structures sociétaires. La chute d un géant Je souhaite aborder la disparition du réseau Andersen sous le prisme du problème des garanties dans le temps. Aux Etats-Unis, la responsabilité du réseau dans l affaire Enron avait été recherchée sur le plan pénal et sur le plan civil. S agissant d une affaire qui était au départ strictement américaine, la question de la responsabilité du réseau Andersen en tant que personne morale - et des membres du réseau, dont faisait partie le cabinet Archibald, s est très vite posée. S est ensuite posée une question concernant le cabinet Ernst & Young, en tant que repreneur potentiel de l activité, des hommes et des moyens humains d Archibald. Cette question était la suivante : quel était le risque que nous courrions dans le partnership d Ernst & Young en étant repreneur? Il y a dix ans, nous n avions aucune visibilité sur les responsabilités américaines. Nous ne savions pas ce que les autorités américaines souhaitaient faire. Pendant des semaines, nous avons pensé que le réseau n allait éclater qu aux Etats- Unis. Puis, nous avons compris que la situation s apparentait à un immense jeu de dominos : dès que le premier domino est tombé, tout l ensemble a suivi.. Opter pour des sociétés à responsabilité limitée Le seul moyen de travailler efficacement autour des questions de garanties et de protection contre les risques pourrait se résumer à la question de la personnalité morale. Il faut en effet considérer que la clé organisationnelle est à même de protéger des risques en cas de reprise d un cabinet. Il est apparu très vite indispensable de travailler sur un nouveau mode d exercice dans lequel les structures de sociétés que nous allions être amenés à mettre en place auraient une responsabilité limitée. Nous avons par conséquent repoussé l idée, pourtant très en vogue à l époque, qui consistait à mettre en place des partnerships mondiaux avec une responsabilité illimitée. Ce mode d organisation qui n avait pas été choisi par le réseau Arthur Andersen, nonobstant sa disparition en a assuré quelque part la conservation des entités nationales. En effet, ce réseau était organisé autour d entités juridiques qui étaient toutes séparées dans chaque pays. La plupart de ces structures d exercice étaient des sociétés de capitaux, à responsabilité limitée. Il y avait par ailleurs une société faîtière, en l occurrence une société coopérative de capital à responsabilité limitée, déclarée en Suisse. La société suisse coordonnait les activités du réseau, en assurait la qualité et en promouvait l image au niveau mondial. La reprise d Archibald La société d exercice d avocats française, Archibald, était complètement indépendante du réseau Andersen en termes de capital et de responsabilité. En effet, conformément à la loi française, cette société était détenue intégralement par des avocats. La seule zone de risque qui avait été détectée pour la société Archibald résidait dans le fait qu elle aurait pu commettre une faute propre dans l affaire Enron ce qui n était pas le cas. En outre, se posaient également des questions liées à la problématique de risque au titre de l appartenance d Archibald à un réseau. Une fois ces éléments posés, nous avons cherché à identifier les zones de risque. Puis, dans une certaine urgence, et sans aucune logique économique ou «industrielle», une alchimie s est nouée grâce aux femmes et aux hommes qui ont été placés à la tête de ce nouveau réseau. Elle a permis d éviter de priver d emploi plusieurs centaines de collaborateurs. Depuis cette période, l ancien cabinet Archibald et Ernst & 20 Actes du colloque 2011

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

Table des matières. Partie 1 Responsabilité civile... 19. Engagements pris au nom d une société en formation... 21

Table des matières. Partie 1 Responsabilité civile... 19. Engagements pris au nom d une société en formation... 21 Table des matières Avant-propos... 7 Préface... 9 Liste des abréviations... 11 Introduction générale... 15 1. Sociétés concernées... 15 2. Dérogations au principe de la responsabilité limitée... 16 3.

Plus en détail

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME Sommaire Introduction Cadre législatif et réglementaire applicable Extension de l obligation de déclaration Obligations des professionnels Textes

Plus en détail

Nous constatons de nos jours

Nous constatons de nos jours LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS DE SOCIETES par Me Jean Brucher Nous constatons de nos jours que l internationalisation et la globalisation des problèmes relatifs à l activité des entreprises ainsi que

Plus en détail

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent Tout avocat peut être confronté, dans le cadre de son exercice professionnel, à la question du blanchiment

Plus en détail

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société Responsabilité des dirigeants d entreprise en société François MOISES, avocat Un des objectifs de la constitution d une société est de mettre son patrimoine privé à l abri des poursuites des créanciers

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE PARIS. Avril 2004 JURISCOPE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET SOUS-DIRECTION DE LA STATISTIQUE, DES ETUDES ET DE LA

MINISTERE DE LA JUSTICE PARIS. Avril 2004 JURISCOPE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET SOUS-DIRECTION DE LA STATISTIQUE, DES ETUDES ET DE LA MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES SOUS-DIRECTION DE LA STATISTIQUE, DES ETUDES ET DE LA DOCUMENTATION PARIS Rapport de synthèse Le statut juridique des syndics

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

CHAPITRE 1 : Réception des travaux CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement CHAPITRE 3 : La responsabilité décennale

CHAPITRE 1 : Réception des travaux CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement CHAPITRE 3 : La responsabilité décennale SOMMAIRE 7 CHAPITRE 1 : Réception des travaux 7 1. Nature juridique de la réception 10 2. Conditions de la réception 12 3. Effets de la réception 15 CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement 15 1.

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Multirisques de Professionnels

Multirisques de Professionnels Multirisques de Professionnels GARANTIES Incendie Dégât des eaux Vol Bris de glace Matériel Informatique Perte d exploitation Frais supplémentaires d exploitation Responsabilité Civile 2 La Responsabilité

Plus en détail

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Question 1 : «En France, la rédaction d un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale

Plus en détail

Introduction. Qu est ce qu une association? -Un contrat - Une personne morale - Une responsabilité civile et pénale CHANTONNAY 2012 1

Introduction. Qu est ce qu une association? -Un contrat - Une personne morale - Une responsabilité civile et pénale CHANTONNAY 2012 1 Introduction Qu est ce qu une association? -Un contrat - Une personne morale - Une responsabilité civile et pénale CHANTONNAY 2012 1 Plan de la formation La responsabilité de l association La responsabilité

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

ASSURANCE RC MANDATAIRES SOCIAUX Questions/Réponses. Questions relatives à l objet des garanties :

ASSURANCE RC MANDATAIRES SOCIAUX Questions/Réponses. Questions relatives à l objet des garanties : ASSURANCE RC MANDATAIRES SOCIAUX Questions/Réponses Cette synthèse a pour objet de répondre aux questions les plus fréquemment posées relatives au contrat d assurance RC MANDATAIRES SOCIAUX Questions relatives

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE PROFESSIONNELLE VCCS

PROTECTION JURIDIQUE PROFESSIONNELLE VCCS PROTECTION JURIDIQUE PROFESSIONNELLE VCCS Siège social 53, rue BelliardL 1040 Bruxelles 1 Coordinateur sécurité VCCS Conditions spéciales Article 1 - Quelles sont les personnes assurées? 1.1. Quelles sont

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Le régime de la responsabilité civile des enseignants

Le régime de la responsabilité civile des enseignants Le régime de la responsabilité civile des enseignants Document réalisé par le SE-UNSA 94 Octobre 2014 Complexité : tel est le maître mot du régime de la responsabilité des enseignants. Ses grands principes

Plus en détail

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime.

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime. I. CHAMP D APPLICATION Conditions générales Les présentes conditions générales sont d application sur toutes les relations professionnelles entre le professionnel et le client. Toute dérogation doit être

Plus en détail

CESSION D UN CABINET D AVOCAT

CESSION D UN CABINET D AVOCAT CESSION D UN CABINET D AVOCAT Entre les soussignés : 1., Avocat au Barreau de PARIS, De nationalité française, Né le à ), Ayant son domicile à, (situation et régime matrimonial) Ci-après dénommé le Vendeur,

Plus en détail

LOI N 86-21 du 16 juin 1986 instituant une Caisse des Règlements Pécuniaires des Avocats (CARPA)

LOI N 86-21 du 16 juin 1986 instituant une Caisse des Règlements Pécuniaires des Avocats (CARPA) LOI N 86-21 du 16 juin 1986 instituant une Caisse des Règlements Pécuniaires des Avocats (CARPA) EXPOSE DES MOTIFS L Article 82 de la loi N 84-09 du 4 janvier 1984, portant création de l Ordre des Avocats

Plus en détail

COURTIER EN ASSURANCE I. CONDITIONS REQUISES. A. Age et nationalité 23/07/2012

COURTIER EN ASSURANCE I. CONDITIONS REQUISES. A. Age et nationalité 23/07/2012 COURTIER EN ASSURANCE 23/07/2012 Le courtier d assurance est un commerçant qui fait à titre principal des actes d entremise dont le caractère est commercial. A ce titre, il doit s inscrire au Registre

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité LE RISQUE SPORTIF LA RESPONSABILITE CIVILE

Plus en détail

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

Réforme des règles du contentieux prud homal

Réforme des règles du contentieux prud homal Loi de sécurisation de l emploi n 2013-504 du 14 juin 2013 5 e avertissement sur la loi entrant en vigueur au 1 er juillet Réforme des règles du contentieux prud homal Si les dispositions relatives au

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE?

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? 1. Introduction 1.1 La loi du 15 février 2006, relative à l exercice

Plus en détail

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER 1 LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER La profession d agent immobilier est réglementée par : la loi modifiée n 70-9 du 2 janvier 1970 modifiée par l ordonnance n 2004-634 du 1 er juillet 2004 réglementant

Plus en détail

Synthèse de rapport. (Version française)

Synthèse de rapport. (Version française) www.fondation-droitcontinental.org Synthèse de rapport La protection contre l appropriation illicite des secrets d affaires et des informations commerciales confidentielles (Version française) Rapport

Plus en détail

La garantie légale des vices cachés

La garantie légale des vices cachés La garantie légale des vices cachés Article juridique publié le 11/05/2015, vu 682 fois, Auteur : Yaya MENDY La garantie des vices cachés est une protection contre les défauts d un produit acheté et qui

Plus en détail

SODEJE Assurances & Patrimoine

SODEJE Assurances & Patrimoine SODEJE Assurances & Patrimoine FICHE D'INFORMATIONS LEGALES Remis à : Siège social et réception clientèle Tél. : 01 43 51 51 52 Siège administratif et correspondances 23-25 avenue MAC MAHON Fax : 01 43

Plus en détail

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE OBJECTIF DU GUIDE Présenter au public et en particulier aux investisseurs, les règles de constitution et de fonctionnement des organismes d assurance. Arrêté n 2005-0773 du 14 décembre 2005 fixant les

Plus en détail

>Associations. Conventions spéciales. Convergence Sécurité mandataires sociaux

>Associations. Conventions spéciales. Convergence Sécurité mandataires sociaux >Associations 1 Conventions spéciales Convergence Sécurité mandataires sociaux SOMMAIRE conventions spéciales sécurité mandataires sociaux ART. 1 - Définitions 2 ART. 2 - Objet de la garantie 2 ART. 3

Plus en détail

La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts

La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR A l origine, la Société par Actions Simplifiée (SAS) a été créée (par la loi n 94-1 du 13 novembre

Plus en détail

Loi de Modernisation de l Economie (LME) Son impact au regard du droit des sociétés

Loi de Modernisation de l Economie (LME) Son impact au regard du droit des sociétés Loi de Modernisation de l Economie (LME) Son impact au regard du droit des sociétés Les dispositions relatives à la réforme des sociétés commerciales prévues dans la loi n 2008-776 de modernisation de

Plus en détail

- la loi n 2011-331 du 28 mars 2011 - la loi de finances.

- la loi n 2011-331 du 28 mars 2011 - la loi de finances. Expert-Comptable 2015 Risques. Réassurance. Ressources Humaines. Notice d information Responsabilité Civile Professionnelle des Experts-Comptables Un seul et même contrat pour : Contrat cadre d assurance

Plus en détail

Atelier A12. Gestion du contentieux de sinistre Quelles parties prenantes?

Atelier A12. Gestion du contentieux de sinistre Quelles parties prenantes? Atelier A12 Gestion du contentieux de sinistre Quelles parties prenantes? Intervenants Stefano TASSO Directeur département Sinistres stefano.tasso@fmglobal.com André LAVALLEE Directeur Technique et Sinistres

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE MONTPELLIER 27 mai 2013 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité Les

Plus en détail

L'AGENT COMMERCIAL I. DEFINITION ET STATUT II. CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE III. CESSATION DU CONTRAT 30/07/2015

L'AGENT COMMERCIAL I. DEFINITION ET STATUT II. CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE III. CESSATION DU CONTRAT 30/07/2015 L'AGENT COMMERCIAL 30/07/2015 L agent commercial est un intermédiaire de commerce indépendant et qui agit au nom et pour le compte d une autre entité. Son statut est régi par les articles L134-1 et suivants

Plus en détail

DOCUMENT D ENTREE EN RELATION. D.E.R. Maj 01-04-2015

DOCUMENT D ENTREE EN RELATION. D.E.R. Maj 01-04-2015 DOCUMENT D ENTREE EN RELATION. D.E.R. Maj 01-04-2015 CARPE DIEM PATRIMOINE - SARL au Capital de 50 000 -RCS Lyon 452 089 964-APE 7022 Z Membre ANACOFI-CIF N E001954 N ORIAS 07005641 Transactions Immobilière

Plus en détail

ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE

ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE 27/02/2015 L EURL - Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée dotée de la personnalité morale, n est pas une nouvelle forme de société ; c est

Plus en détail

Création de SCP. Caractéristiques de la SCP. Les associés de la SCP. Capital et apports. Règles de constitution

Création de SCP. Caractéristiques de la SCP. Les associés de la SCP. Capital et apports. Règles de constitution 1 Création de SCP Caractéristiques de la SCP But des sociétés civiles... 4000 Professions réglementées... 4001 Hiérarchie des textes... 4001 Intérêt de la SCP... 4003 Régimes fiscal et social... 4003 SCP

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

L AUTORÉGULATION DE LA PROFESSION D AVOCAT SITUATION EN SUISSE. Pierre-Dominique SCHUPP Vice-Président de la Fédération Suisse des Avocats

L AUTORÉGULATION DE LA PROFESSION D AVOCAT SITUATION EN SUISSE. Pierre-Dominique SCHUPP Vice-Président de la Fédération Suisse des Avocats L AUTORÉGULATION DE LA PROFESSION D AVOCAT SITUATION EN SUISSE Pierre-Dominique SCHUPP Vice-Président de la Fédération Suisse des Avocats INTERMEDIATE MEETING / STAGE FBE Geneva, 10 th 13 th October 2012

Plus en détail

Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015. Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES

Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015. Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015 Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES FDE / FEPC 19 RUE BEAUREPAIRE 75010 PARIS 1 SOMMAIRE 1. Les rôles et fonctions du commissaire

Plus en détail

Généralisation des mutuelles santé

Généralisation des mutuelles santé Date de mise à jour : juin 2013 Généralisation des mutuelles santé La loi instaure une couverture complémentaire santé minimale obligatoire pour tous les salariés du secteur privé d ici au 1 janvier 2016.

Plus en détail

CONDITIONS D INSCRIPTION AU TABLEAU DE L ORDRE PERSONNE MORALE

CONDITIONS D INSCRIPTION AU TABLEAU DE L ORDRE PERSONNE MORALE CONDITIONS D INSCRIPTION AU TABLEAU DE L ORDRE PERSONNE MORALE Les articles 6 et 7 de l ordonnance du 19 septembre 1945 prévoient la possibilité pour les experts-comptables de constituer des sociétés pour

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2)

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) Le Parlement a adopté, le jeudi 27 février, une loi dont l article 30 procède

Plus en détail

Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG.

Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG. Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG. UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE Niveau M : 180 heures - 20 ECTS 1. L entreprise et son environnement (50 heures) 1.1 Éléments généraux

Plus en détail

Atelier de la Profession

Atelier de la Profession Sécuriser le recours à la prestation de services et à la sous-traitance en Europe : Obligations & droits pour les entreprises et les salariés Atelier de la Profession LES INTERVENANTS Laurence BOURGEON

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Table des matières. A. La «vente»... 10 B. Le bien de consommation... 12 C. Le vendeur professionnel... 14 D. Le consommateur...

Table des matières. A. La «vente»... 10 B. Le bien de consommation... 12 C. Le vendeur professionnel... 14 D. Le consommateur... 1 Les droits de l acheteur confronté à un défaut de la chose vendue................ 7 Julie DEWEZ assistante à l U.C.L., collaboratrice notariale CHAPITRE 1 L obligation légale de délivrance d un bien

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL 1. POURQUOI? Ce nouveau statut vient répondre à la principale préoccupation des entrepreneurs en nom propre

Plus en détail

LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014

LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014 LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014 Assurance des praticiens Un praticien peut être amené à répondre de ses actes (ou omissions) à un triple niveau selon l objectif

Plus en détail

RC DES DIRIGEANTS 1 Gilles GASTON Pôle Assistance Technique et Prévention. Septembre 2012

RC DES DIRIGEANTS 1 Gilles GASTON Pôle Assistance Technique et Prévention. Septembre 2012 RC DES DIRIGEANTS Gilles GASTON Pôle Assistance Technique et Prévention. Septembre 2012 1 REMARQUES 1) On parle de RC Dirigeants (Définition plus large) et non plus de RC Mandataires Sociaux. 2) Un seul

Plus en détail

Les Assurance en République du Congo

Les Assurance en République du Congo Les Assurance en République du Congo Article juridique publié le 19/10/2012, vu 610 fois, Auteur : Joseph MIKALA Inscrit dans l esprit de l article 1382 du Code civil stipulant «tout fait quelconque de

Plus en détail

UE2 Droit des sociétés Corrigé indicatif

UE2 Droit des sociétés Corrigé indicatif DCG session 2009 UE2 Droit des sociétés Corrigé indicatif «SA ESSENTIALS» DOSSIER 1 1.1 Nombre des membres du directoire Questions Le nombre des membres du directoire est fixé par les statuts et ne peut

Plus en détail

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4 RÈGLES PROFESSIONNELLES RELATIVES AUX OBLIGATIONS DES PROFESSIONNELS DE L EXPERTISE COMPTABLE POUR LA PRÉVENTION DE L UTILISATION DU SYSTÈME FINANCIER AUX FINS DE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DE FINANCEMENT

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 29/05/2013 Cour Administrative d Appel de Nancy N 12NC00126 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre - formation à 3 M. LAPOUZADE, président Mme Pascale ROUSSELLE, rapporteur M. WIERNASZ, rapporteur public

Plus en détail

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire)

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) (Mandataire 2014) MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1, Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES ASSURANCES : - PREVENTION ET INFORMATION JURIDIQUES - DEFENSE AMIABLE DES INTERETS - DEFENSE JUDICIAIRE DES INTERETS Les présentes conditions particulières

Plus en détail

RESUME. Julia REDENIUS-HOEVERMANN

RESUME. Julia REDENIUS-HOEVERMANN RESUME La responsabilité des dirigeants de sociétés anonymes en droit allemand et droit français Julia REDENIUS-HOEVERMANN La responsabilité civile des dirigeants de sociétés anonymes, tant en droit allemand

Plus en détail

UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE

UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE Niveau M : 180 heures 20 ECTS Thèmes Sens et portée de l'étude Notions et contenus 1. L entreprise et son environnement (50 heures) 1.1 Eléments généraux sur

Plus en détail

L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE

L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE --------- NOR : SAA0201952 DL DELIBERATION N 2002-162 APF DU 5 DECEMBRE 2002 portant réglementation de la consultation juridique et la rédaction d actes sous seing privé.

Plus en détail

Or, la cour de cassation a rejeté cet argument en considérant que :

Or, la cour de cassation a rejeté cet argument en considérant que : LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA COMMENTAIRE SUR L ARRÊT DE LA CHAMBRE CRIMINELLE DE LA COUR DE CASSATION DU 23 MAI 2013 ET SUR L ARRÊT DE LA COUR D APPEL DE DOUAI DU 5 MAI 2012 L arrêt de la cour

Plus en détail

LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA

LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA COMMENTAIRE SUR L ARRÊT DE LA CHAMBRE CRIMINELLE DE LA COUR DE CASSATION DU 23 MAI 2013 ET SUR L ARRÊT DE LA COUR D APPEL DE DOUAI DU 5 MARS 2012 L arrêt de la cour

Plus en détail

CONTRAT DE MISSION. MANDAT DE POUVOIR SPECIAL Art. 1987 du code civil. Domicile ou siège social (RCS). Profession Société.. Téléphone Mobile.. Email.

CONTRAT DE MISSION. MANDAT DE POUVOIR SPECIAL Art. 1987 du code civil. Domicile ou siège social (RCS). Profession Société.. Téléphone Mobile.. Email. Michel MAMMERI Diplômé d Etat 2009 Licence Professionnelle Sécurité des biens et des personnes Certificat Ecole de Détective et Enquêteur 1983 Agrément CNAPS - 075 2017 10 10 20120299902 Tel : 01 78 54

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

irigeants d associations

irigeants d associations esponsabilité personnelle des irigeants d associations Préservez votre patrimoine privé en cas de mise en cause de votre responsabilité personnelle Découvrez l'application iprev pour les TNS L assurance

Plus en détail

Charte d éthique et de comportement

Charte d éthique et de comportement Charte d éthique et de comportement Préambule Le groupe BDO France, membre à part entière du réseau international BDO, effectue des missions de nature variées dans les domaines de l audit, du conseil financier

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE EXERCICE CLOS LE 31 DÉCEMBRE 2014 À JOUR AU 30 MARS 2015 SOMMAIRE Introduction 2 I Présentation du Cabinet 1. Le Cabinet

Plus en détail

Contrat d'assurance de protection et de défense des adhérents

Contrat d'assurance de protection et de défense des adhérents Contrat d'assurance de protection et de défense des adhérents de l'aitf Résumé des garanties SOMMAIRE ART. 1 - BÉNÉFICIAIRES DE LA GARANTIE 3 ART. 2 - PRISE D EFFET, CESSATION DES GARANTIES 3 2.1 - Prise

Plus en détail

CHARTE DEONTOLOGIQUE DU SECTEUR

CHARTE DEONTOLOGIQUE DU SECTEUR CHARTE DEONTOLOGIQUE DU SECTEUR Préambule L ouverture des activités d assurances économiques aux opérateurs privés nationaux et étrangers ainsi que la réintroduction des intermédiaires et des experts d

Plus en détail

HUISSIER DE JUSTICE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

HUISSIER DE JUSTICE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 HUISSIER DE JUSTICE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'HUISSIER DE JUSTICE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'HUISSIER DE JUSTICE... 4 L'ACTIVITÉ DE L'HUISSIER DE JUSTICE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE L'HUISSIER DE JUSTICE...

Plus en détail

Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique

Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier,

Plus en détail

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Mai 2014 Bulletin de Litige Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Le projet de Loi numéro 28 instituant le nouveau

Plus en détail

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318 FICHE 19 Références LEXIQUE JURIDIQUE A ACTE EXTRA-JUDICIAIRE Acte établi généralement par un huissier. Par exemple, un commandement de payer. ACTION EN JUSTICE Pouvoir de saisir la justice. ACTION PUBLIQUE

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

PACTES D ACTIONNAIRES. I) Le contenu des pactes d actionnaires : Quelles sont les clauses essentielles?

PACTES D ACTIONNAIRES. I) Le contenu des pactes d actionnaires : Quelles sont les clauses essentielles? PACTES D ACTIONNAIRES I) Le contenu des pactes d actionnaires : Quelles sont les clauses essentielles? Il existe différents pièges à éviter ainsi que des oublis à ne pas faire. L exposé ne concerne cependant

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

N 2758 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2758 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2758 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 juillet 2010. PROPOSITION DE LOI visant à donner un statut à la

Plus en détail

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE LA RESPONSABILITE FINANCIERE SOMMAIRE Propos introductifs ------------------------------------------------page

Plus en détail

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Page 1 Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Le Conseil Syndical existe de plein droit dans toutes les copropriétés en vertu de la loi. --> Il est chargé d

Plus en détail

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales www.jeanclaudegaudin.net Juillet 2006 Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales Une polémique a récemment surgi à propos du financement de l enseignement privé par les

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes DIPLOME D EXPERTISE COMPTABLE Session de novembre 2012 Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes Durée : 1 heure Aucune documentation

Plus en détail

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE 1 - L'APPLICATION DE LA GARANTIE DANS LE TEMPS (Application de la garantie dans le temps dans les assurances de responsabilité avant

Plus en détail

Fiche conseil DIRIGEANT. Comment vous prémunir contre une mise en cause de votre responsabilité? Evitez les fautes de gestion

Fiche conseil DIRIGEANT. Comment vous prémunir contre une mise en cause de votre responsabilité? Evitez les fautes de gestion DIRIGEANT Comment vous prémunir contre une mise en cause de votre responsabilité? Evitez les fautes de gestion Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les

Plus en détail

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Synthèse Constitué dans tous les établissements occupant au moins 50 salariés, le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection

Plus en détail

CRÉATION DE DEUX GROUPES DE TRAVAIL : Justice et Médias et Justice-Entreprise. TRAVAUX du 4 e étage

CRÉATION DE DEUX GROUPES DE TRAVAIL : Justice et Médias et Justice-Entreprise. TRAVAUX du 4 e étage Activité de la cour d'appel 27 CRÉATION DE DEUX GROUPES DE TRAVAIL : Justice et Médias et Justice-Entreprise Jean-Claude MAGENDIE, premier président de la Cour d appel de Paris et Maître Paul LOMBARD,

Plus en détail

Le non-paiement répété par la société de la dette d impôt en matière de TVA, est, sauf preuve du contraire, présumé résulter d une faute.

Le non-paiement répété par la société de la dette d impôt en matière de TVA, est, sauf preuve du contraire, présumé résulter d une faute. 23. Je suis dirigeant d une société. Existe-t-il des cas dans lesquels je peux être tenu des dettes de ma société vis-à-vis de la TVA ou du précompte professionnel? Cette situation peut effectivement se

Plus en détail

«Le choix juridique et fiscal» 18 Novembre 2015 / 10h-11h

«Le choix juridique et fiscal» 18 Novembre 2015 / 10h-11h «Le choix juridique et fiscal» 18 Novembre 2015 / 10h-11h Quelle forme juridique pour entreprendre? RDV de la Création d Entreprise du 18 novembre 2015 Maître Nathalie MEILLAND-PLANCHE, Avocat Cabinet

Plus en détail

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE Tribunal de grande instance de Paris 5 ème Chambre 2 ème Section Jugement du 7 avril 2011 Melle X c/ M. Y RG n 09/15353 Références de publication : - http://www.lexbase.fr/ EXPOSÉ DU LITIGE Monsieur Y,

Plus en détail