TP-cours n 7 : Câble coaxial

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TP-cours n 7 : Câble coaxial"

Transcription

1 TP-cours n 7 : Câble coaial Matériel disponible : Câble coaial enroulé de 100m, GBF Centrad, adaptateurs BNC-banane, boite à décade de résistances. I Équation de propagation dans le câble coaial I.1 Introduction Les câbles coaiau (ou ligne bifiliaire) sont couramment utilisés dans la vie de tous les jours (câble d antenne de télévision, internet par le câble, liaison borne Wi-Fi/antenne...) et en travau pratiques. La structure particulière du câble coaial est représentée ci-contre : le conducteur central, appelé l âme est un cylindre conducteur en cuivre ; le conducteur etérieur est constitué d un tresse de fils en cuivre très fins où d une feuille de métal enroulée ; l espace entre les deu conducteurs est comblé par un matériau diélectrique isolant de permittivité relative ɛ r et de perméabilité relative µ r ; la gaine etérieur protectrice est également en matériau isolant. Les deu parties conductrices permettent l aller et le retour du courant. Le signal arrive par le cœur et re-part par la tresse. L intérêt de ce type de câble par rapport à deu simples fils mis en parallèles est double : le champ magnétique généré par les courants à l etérieur du câble est nul et la tresse eterne agit comme une cage de Faraday pour le cœur ce qui atténue fortement les perturbations par d éventuels champs etérieurs. Lorsque du courant alternatif circule dans les conducteur, il est à l origine d un champ magnétique dans l espace intersticiel isolant. Ce champ magnétique possède, à priori, un flu non nul à travers le circuit : un câble coaial va posséder une inductance propre linéique λ non nulle. De façon similaire, la structure géométrique particulière constitué de deu conducteur en vis-à-vis correspond à une structure de type condensateur : un câble coaial va posséder une capacité linéique γ non nulle. On peut montrer que λ = µ ( ) 0µ r D 2π ln et γ = 2πɛ 0ɛ r ( ) où d est le diamètre de l âme et D le diamètre de la tresse. d D ln d Les câbles coaiau de longueur L = 100 m dont on dispose possèdent une inductance linéique λ = 3, H.m 1 et une capacité linéique γ = 5, F.m 1. I.2 Modèle électrique à constantes réparties Pour décrire le comportement du câble, on utilise un modèle dit à constantes réparties. On considère un élément de câble compris entre les abscisses et + d. Ce tronçon de câble possède : une inductance dl = λd proportionnelle à sa longueur, une capacité dc = γd On représente le circuit équivalent à ce tronçon de câble par le schéma électrique suivant : λd i (, t) i ( + d, t) u(, t) γd u( + d, t) où la branche du haut correspond à la tresse, la branche du bas correspond à l âme, l inductance propre est le long de la tresse et la capacité est entre les deu conducteurs. Remarque : le fait de considérer que le courant peut ne pas être le même en des points d abscisse et + d semble entrer en contradiction avec l ARQS, nous verrons qu il n en est rien. D. Manuel 1 Lycée Jean Dautet

2 1. Eprimer la loi des mailles et la loi des nœuds au circuit électrique du schéma. 2. Effectuer un développement limité au premier ordre des grandeurs u( + d, t) et i ( + d, t) pour établir les u (, t) = λ (, t) deu relations de couplage (, t) = γ u (, t) 3. Découpler ces équations en dérivant la première par rapport à t et la seconde par rapport à et obtenir une équation d onde bien connue vérifiée par i. 4. Comment s eprime la célérité v de l onde dans le câble en fonction de λ et γ? Vérifier l homogénéité de la relation. Et en fonction de la célérité de la lumière dans le vide c, de ɛ 0 et de µ 0? 5. Quelle est la distance caractéristique des variations spatiales de u et i si l on suppose que les variations temporelles sont à pulsation ω? Que penser alors de l ARQS que l on utilise un travau pratiques avec les câbles coaiau? I.3 Aspect énergétique 6. Donner l epression de l énergie magnétique de L contenue dans le tronçon de longueur d. En déduire que l énergie magnétique linéique s eprime e L = 1 2 γi 2 (, t). 7. Montrer de même que l énergie électrique linéique s eprime e C = 1 2 γu2 (, t). 8. On note P (, t) = u(, t)i (, t) la puissance que la partie du câble à gauche de transfère à la partie du câble à droite de. Montrer que (e L + e C ) = P II Réfleion en bout de ligne : grandeurs couplées et impédance caractéristique Nous avons obtenus deu équations de couplage entre u(, t) et i (, t) : les variations spatiales de l une sont reliées au variations temporelles de l autre et inversement. C est une caractéristique générale : dans tous les phénomènes propagatifs nous pourrons faire apparaitre de telles grandeurs physiques couplées. II.1 Retour sur la corde vibrante Dans le cas du câble coaial, les grandeurs couplées apparaissent naturellement, c est un peu moins vrai pour la corde vibrante. 2 y (T α) Si l on réécrit l équation obtenue par le PFD µ l = sous la forme v y = 1 ( T y ), on obtient une 2 µ l première équation de couplage entre v y et T y. La deuième équation provient de l approimation d ordre 1 T y = y T 0 sinα T 0 ainsi ( T y ) y y v y = T 0 = T 0 = T 0. Il y a donc une analogie parfaite entre les deu phénomènes = 1 u ( T y ) = 1 v y i (, t) v y (, t) λ u = 1 µ l u(, t) T y (, t) v y ( T y ) γ 1/T 0 = T γ 0 λ µ l II.2 Impédance caractéristique de la ligne On suppose pour commencer que la solution de l équation de propagation sur i (, t) est de la forme OPP + : i (, t) = f ( t ) c. 9. Utiliser les équations de couplage pour eprimer u (, t) en fonction de f puis réintégrer cette équation pour eprimer u(, t) sous la forme u(, t) = 1 γc f ( t ) c + ϕ() où ϕ() est une constante d intégration indépendante de t. D. Manuel 2 Lycée Jean Dautet

3 10. Réinjecter cette solution dans la deuième équation de couplage et montrer que ϕ() = 0. λ La relation de proportionnalité u(, t) = γ i (, t) définit l impédance caractéristique de la ligne Z λ c = γ 11. Calculer la valeur numérique de Z c avec les données trouvées précédemment. 12. Montrer que la relation vérifiée par une OPP - i (, t) = f ( t + ) c est du type u(, t) = Zc i (, t). ( Dans le cas général i (, t) = f t ) ( + g t + ) ( donc u(, t) = Z c f t ) ( Z c g t + ). c c c c II.3 Comportement en bout de ligne - adaptation d impédance Le câble coaial est un élément physique de taille finie et après avoir mis bout-à-bout un grand nombre de tronçons de longueur d, on arrive au bout du câble en = L. Au bout du câble, il est possible de brancher divers composants d impédances Z variables : on peut laisser le bout du câble ouvert, ce qui correspond à une impédance Z = + ; on peut au contraire brancher relier l âme et la tresse par un fil, ce qui correspond à une impédance Z = 0 ; enfin, il est possible de brancher une résistance variable donc Z = R. i (0, t) i (L, t) u(0, t) Z u(l, t) De manière générale dans la suite, nous noterons i (, t) = i i t c + ir t + c où l OPP + ii sera appelée onde incidente et l OPP - i r sera appelée onde réfléchie. De même on notera u(, t) = u i t c + ur t + c. On définit les coefficients de réfleion en amplitude : pour le courant, r i = i r (L, t) i i (L, t) et pour la tension, r u = u r (L, t) u i (L, t). 13. Comment sont reliées les grandeurs u(l, t) et i (L, t) du fait de la présence de l impédance terminale Z? 14. Utiliser la définition de l impédance caractéristique pour eprimer le coefficient de réfleion en courant r i. 15. En déduire que le coefficient de réfleion en tension vaut r u = Z Z c Z + Z c. Que vaut-il pour les différentes impédance citées plus haut? Ce résultat est très général et est transposable à tous les phénomènes ondulatoires. Lorsque le coefficient de réfleion est nul, l onde incidente est totalement absorbé par l impédance terminale et il n y a pas d onde réfléchie : on parle d adaptation d impédance. On définit ensuite un coefficient de réfleion énergétique, défini par R = < P r > < P i > et qui fait intervenir les puissance moyennes de l onde incidente et de l onde réfléchie. On montre que ce coefficient est également relié au impédances de sorte que R = Z Z c 2 Z + Z c 2. II.4 Mise en série de plusieurs câbles : onde transmise De manière encore plus générale, on peut considérer que le premier câble d impédance caractéristique Z 1 est relié à un deuième câble d impédance caractéristique Z 2 (qui peut être identique où non). Dans ce cas, il peut eister une onde réfléchie si Z 2 Z 1 ainsi qu une onde transmise si Z 2 +. On écrit i 1 = i i + i r, u 1 = u i + u r, i 2 = i t et u 2 = u t où l indice t indique l onde transmise. Les relations de continuité { ii (L, t) + i r (L, t) = i t (L, t) en = L imposent u i (L, t) + u r (L, t) = u t (L, t) 16. Montrer que l on obtient r u = u r = Z 2 Z 1 = r i, t u = u t = 2Z 2 et t i = i t = 2Z 1. Que dire de ces u i Z 2 + Z 1 u i Z 2 + Z 1 i i Z 2 + Z 1 valeurs? D. Manuel 3 Lycée Jean Dautet

4 On peut ensuite définir un coefficient de transmission énergétique, défini par T = < P t > < P i >. On montre que ce coefficient est relié au impédances par T = 4Re(Z 2Z1 ) Z 1 + Z 2 2. Les deu coefficients sont reliés par la relation R + T = 1 qui correspond à la conservation de l énergie! III Dispersion et absorption : étude de l atténuation On observe epérimentalement que l impulsion réfléchie est d amplitude plus faible que l impulsion émise et cela même dans le cas idéal où r u = 1 : il eiste un phénomène dissipatif non pris en compte. On va dont raffiner le modèle à constantes réparties pour tenir compte de la résistance : i (, t) λd r d i ( + d, t) u(, t) γd g d u( + d, t) où on introduit la résistance r d du tronçon due au caractère imparfait du conducteur (résistance de l âme et de la tresse) en série avec l inductance ainsi que la conductance g d du tronçon due au caractère non parfait de l isolant (entre l âme et la tresse) en parallèle du condensateur. 17. Ré-écrire la loi des mailles et les loi des nœuds en tenant compte des modifications. u 18. Mettre les équations de couplage sous la forme + λ + r i = 0 + γ u + g u = 0 En dérivant la première par rapport à et la seconde par rapport à t, on obtient l équation d onde sur u : 2 u 2 = u λγ 2 + (g λ + r γ) u 2 + r g u = 0. Il ne s agit plus de l équation de d Alembert mais d une équation plus compliquée faisant intervenir en plus la dérivée première de u ainsi que la fonction u elle-même. Il s agit toujours d une équation différentielle linéaire ce qui va nous permettre d utiliser les méthodes de superposition. On va chercher des solutions du type OPPHC u(, t) = u 0 epi (ωt k(ω)+ϕ) où le vecteur d onde k(ω) dépend à priori de ω et peut être complee. On le décomposera en k(ω) = k 1 (ω)+ik 2 (ω). La solution réelle correspondante sera alors de la forme u(, t) = u 0 e k 2(ω) cos(ωt k 1 (ω) + ϕ) qui est une onde amortie (si k 2 k 1 < 0) dont le coefficient d amortissement k 2 (ω) et le vecteur d onde k 1 (ω) dépendent à priori de la pulsation. 19. Injecter la forme de la solution dans l équation d onde et obtenir l équation de dispersion k 2 ω2 + iω(λg + γr ) + r g = 0. c2 20. Simplifier cette équation dans les conditions de Heaviside (r γ = g λ) et montrer que dans ce cas k = ± ω ( r ) 1 i. c λω Dans ce cas, le câble est absorbant (k 1 k 2 < 0) mais n est pas dispersif car k 2 ne dépend pas de ω et la célérité de l onde non plus. La célérité n est pas modifiée et vaut toujours c = 1/ λγ et on fait apparaitre la distance caractéristique d atténuation δ = 1 k 2 = Z c r. Dans ces conditions, un OPP quelconque sera de la forme u(, t) = e /δ f (t /c). D. Manuel 4 Lycée Jean Dautet

5 Travail epérimental Montage : Régler le GBF centrad pour qu il émette un signal créneau, d amplitude comprise entre 0 et 10 V à la fréquence f = 300 khz. Régler le duty du créneau sur 10% : le signal ressemble à une impulsion de largeur T /10 qui se répète tous les T. Relier le GBF avec un petit câble coaial sur un branchement en T. Relier le câble de 100 m à un autre bout et relier le dernier bout à l oscilloscope. Brancher l adaptateur BNC-banane à l autre bout du câble coaial long. 1. Caractéristique de l onde progressive : Mesurer la capacité totale du fil au capacimètre et en déduire sa capacité linéique γ. Évaluer les diamètres de l âme et de la tresse puis en déduire un ordre de grandeur de la permittivité relative ɛ r de l isolant. Mesurer la célérité de l impulsion. L onde effectue un aller-retour dans le câble. Comparer au résultat théorique. 2. Réfleion et adaptation d impédance : Observer le comportement de l onde réfléchie en fonction de l impédance connectée en bout de câble : circuit ouvert, fil, résistance. Trouver la valeur de l impédance qui atténue le plus l onde réfléchie. Comparer à la valeur théorique. 3. Atténuation de l onde réfléchie : Mesurer l amplitude de l onde réfléchie dans le cas où le circuit est ouvert, la comparer à l amplitude émise et en déduire la valeur de la longueur d atténuation δ. Remonter à la valeur de r, la résistance linéique du câble coaial. D. Manuel 5 Lycée Jean Dautet

Physique des Ondes : Propagation d ondes électrocinétiques dans un câble coaxial

Physique des Ondes : Propagation d ondes électrocinétiques dans un câble coaxial Travaux pratiques Série 2 Physique des Ondes : Propagation d ondes électrocinétiques dans un câble coaxial Objectifs du TP : Mesurer la vitesse de propagation d un signal dans un câble coaxial. Observer

Plus en détail

R r. ε ε. Oscilloscope. Bouchon 50 Ω

R r. ε ε. Oscilloscope. Bouchon 50 Ω TP ONDES DE TENSION LE LONG D'UNE LIGNE COAXIALE Objectifs : - S accoutumer à la technologie d un coaxial et à son comportement en fréquence élevée - Mettre en évidence certaines propriétés générales d

Plus en détail

Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09-09-2015

Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09-09-2015 1 DM1 Sciences Physiques MP 20152016 Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09092015 Problème n o 1 Capteurs de proximité E3A PSI 2013 Les capteurs de proximité sont caractérisés par l absence de liaison

Plus en détail

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes.

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes. III TP 3 : Intérférences à deux ondes dans le domaine hyperfréquence. 22 Introduction Le but de ce TP est d étudier le phénomène d interférences dans le domaine des ondes hyperfréquences 2. Il s agit donc

Plus en détail

ETUDE DES E VI V B I RATIO I N O S

ETUDE DES E VI V B I RATIO I N O S ETUDE DES VIBRATIONS 1 Chapitre I - Présentation et définitions 2 Les objectifs à atteindre: 1) Savoir décrire le modèle de l'oscillateur harmonique et savoir l'appliquer à l'étude des systèmes physiques

Plus en détail

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences E.N.S. de Cachan Département E.E.A. M2 FE 3 e année Physique appliquée 2011-2012 TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences Exercice n o 1 : Interférences à deux ondes, conditions de cohérence

Plus en détail

PHYSIQUE. Lampe à incandescence et bilans thermiques. Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent

PHYSIQUE. Lampe à incandescence et bilans thermiques. Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent PHYSIQUE Lampe à incandescence et bilans thermiques Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent IA - Détermination de la température du filament Le filament d une ampoule à incandescence est constitué

Plus en détail

Superposition de signaux sinusoïdaux

Superposition de signaux sinusoïdaux Superposition de signaux sinusoïdaux I TP interférences obtenues par la superposition de deux ondes ultrasonores...3 1 Modélisation d une courbe sous Regressi...3 2 Mesure de l amplitude de l onde résultant

Plus en détail

Feuille d'exercices : Diusion thermique

Feuille d'exercices : Diusion thermique Feuille d'exercices : Diusion thermique P Colin 2014/2015 1 Diusion thermique dans une barre * On considère une barre cylindrique de longueur l et de section S constituée d un matériau de conductivité

Plus en détail

1 Réflexion et réfraction

1 Réflexion et réfraction 1 Réflexion et réfraction 1.1 Rappel sur la propagation dans les milieux linéaires isotropes Equations de Maxwell dans les milieux Dans un milieu diélectrique sans charges libres (ni courants libres) les

Plus en détail

Sujet Centrale 2012 Physique Option MP

Sujet Centrale 2012 Physique Option MP I Le Satellite Jason 2 IA1) IA - Etude l orbite Sujet Centrale 2012 Physique Option MP Cf cours : IA2) a) Le référentiel géocentrique est le référentiel de centre Terre en translation par rapport au référentiel

Plus en détail

LA CHARGE SANS CONTACT

LA CHARGE SANS CONTACT Epreuve commune de TIPE Session 2012 Ariel SHEMTOV - 25269 LA CHARGE SANS CONTACT PLAN I. PRESENTATION DU MONTAGE ETUDE THEORIQUE 1) Dispositif, lois physiques régissant son fonctionnement 2) Circuit électrique

Plus en détail

Région de saturation V GS4 V GS3 V GS2 V GS1 -V DS

Région de saturation V GS4 V GS3 V GS2 V GS1 -V DS Transistor MO - introduction à la logique Transistor MO - introduction à la logique I. PARTI THORIQU I.1. Constitution et fonctionnement du transistor MO Un transistor MO (Metal Oxyde emiconducteur) est

Plus en détail

CIRCUITS RC, RL, RLC Comment réaliser quelques expériences avec l oscilloscope.

CIRCUITS RC, RL, RLC Comment réaliser quelques expériences avec l oscilloscope. IUITS,, omment réaliser quelques expériences avec l oscilloscope. Avant la manipulation, vérifier que les boutons de l oscilloscope, base de temps, potentiomètres des voies 1 et 2 sont calés en position

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC MATHEMATIQUES 2. Durée : 4 heures

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC MATHEMATIQUES 2. Durée : 4 heures SESSION 2003 PCM2007 EPEUVE SPECIFIQUE FILIEE PC MATHEMATIQUES 2 Durée : 4 heures L utilisation des calculatrices est autorisée. Les deux problèmes sont indépendants *** N.B. : Le candidat attachera la

Plus en détail

Lignes de transfert d Energie Electrique

Lignes de transfert d Energie Electrique Plan du cours Généralités Les surtensions Coordination d isolement Les dispositifs de protection contre les surtensions : éclateur et parafoudre 1 Généralités La coordination d isolement est l ensemble

Plus en détail

Introduction au cours de physique (1)

Introduction au cours de physique (1) Introduction au cours de physique () Exercices : Petites variations, valeurs moyennes Calculs de petites variations Méthode De manière générale : il est souvent plus simple de faire une différentiation

Plus en détail

T.P. n 3. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe

T.P. n 3. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe .P. n 3 polytech-instrumentation.fr 85 563 563,5 C /min à partir d un poste fixe UILISAION DES MULIMERES I. Introduction Les multimètres numériques mesurent principalement des tensions et courants alternatifs

Plus en détail

Résonateur et filtre piézoélectriques

Résonateur et filtre piézoélectriques Résonateur et filtre piézoélectriques L effet piézo-électrique est utilisé dans un grand nombre d applications comme les filtres (quartz, filtres céramiques), les transducteurs piézo-électriques (microphones,

Plus en détail

Concours AVENIR 8 mai 2011 EPREUVE DE PHYSIQUE. DUREE : 1h30mn Coefficient 5 CONSIGNES SPECIFIQUES

Concours AVENIR 8 mai 2011 EPREUVE DE PHYSIQUE. DUREE : 1h30mn Coefficient 5 CONSIGNES SPECIFIQUES NOM :. PRENOM : NUMERO DE CANDIDAT :... EPREUVE DE PHYSIQUE DUREE : 1h30mn Coefficient 5 CONSIGNES SPECIFIQUES Lire attentivement les consignes afin de vous placer dans les meilleures conditions de réussite

Plus en détail

APPAREILS DE MESURE. Grandeurs électriques

APPAREILS DE MESURE. Grandeurs électriques APPAREILS DE MESURE L objectif de cette manipulation est de prendre en main des appareils de mesure tels que des voltmètres ou oscilloscopes, mais aussi d évaluer leurs performances, leurs limites et surtout

Plus en détail

Devoir Surveillé n 2

Devoir Surveillé n 2 Devoir Surveillé n 2 Les candidat(e)s veilleront à exposer leurs réponses avec clarté et rigueur, rédiger avec soin dans un français correct et reporter dans la marge les numéros des questions traitées.

Plus en détail

CHAPITRE IV: ONDES DE CHOCS DROITES

CHAPITRE IV: ONDES DE CHOCS DROITES CHAPITRE IV: ONDES DE CHOCS DROITES Nous avons souligné au chapitre II, ainsi qu au chapitre III, que pour les écoulements à grande vitesse le modèle continu ne permettait pas de décrire la totalité des

Plus en détail

Physique. chassis aimant. Figure 1

Physique. chassis aimant. Figure 1 Physique TSI 4 heures Calculatrices autorisées 2013 Les résultats numériques seront donnés avec un nombre de chiffres significatifs compatible avec celui utilisé pour les données. On s intéresse ici à

Plus en détail

Extraits de récents DS

Extraits de récents DS 1 Extraits de récents DS Chap. 3 : Magnétostatique 2 UT MARSELLE GE 1 Année D.S. d'électricité n 3 avec Corrigé 29 Mars 1997 2 ème exercice. Circuit avec mutuelle. M i 1 (t) Le primaire du circuit ci-contre

Plus en détail

Ce document a été fabriqué par PDFmail (Copyright RTE Multimedia) http://www.pdfmail.com

Ce document a été fabriqué par PDFmail (Copyright RTE Multimedia) http://www.pdfmail.com I- LE COURNT ÉLECTRIQUE : 1) Nature du courant : Le courant électrique est un déplacement de charges électriques dans la matière. Dans les métaux, les porteurs de charges sont les ÉLECTRONS. Circulation

Plus en détail

Oscilloscope à mémoire, décharge dʼun condensateur

Oscilloscope à mémoire, décharge dʼun condensateur Thomas SICARD Aurélien DUMAINE Séance du 8 juin 00 Rapport de Travaux Pratiques Manipulation Oscilloscope à mémoire, décharge dʼun condensateur I. Exercice préparatoire On sait que En effet on a : T =

Plus en détail

Caractérisation de mélangeurs

Caractérisation de mélangeurs Caractérisation de mélangeurs Un mélangeur est un dispositif qui utilise la non-linéarité de diodes ou de transistors pour réaliser une multiplication : e(t) x(t) = K.e(t).e 0 (t) e 0 (t) Puisqu il multiplie

Plus en détail

TD16 Machine synchrone et MCC

TD16 Machine synchrone et MCC TD16 Machine synchrone et MCC 161 Machine synchrone simpliste A Travaux Dirigés Un aimant cylindrique allongé peut tourner autour de l'axe passant par son centre et perpendiculaire à son moment magnétique.

Plus en détail

Transmission FM sur fibre optique

Transmission FM sur fibre optique Transmission FM sur fibre optique L utilisation d une fibre optique permet de transporter un signal sur de grandes distances avec une très bonne immunité aux parasites. Le signal optique qui y transite

Plus en détail

Chapitre 8. Transformateur. 8.1 Introduction

Chapitre 8. Transformateur. 8.1 Introduction Chapitre 8 Transformateur 8.1 Introduction Le transformateur permet de transférer de l énergie (sous forme alternative) d une source à une charge, tout en modifiant la valeur de la tension. La tension

Plus en détail

Conductivité conductimétrie

Conductivité conductimétrie Conductivité conductimétrie I. Généralités sur les milieux conducteurs Le courant électrique est dû à un mouvement d'ensemble des porteurs de charges sous l'action d'un champ électrique. Ils sont de trois

Plus en détail

Équations différentielles en physique

Équations différentielles en physique Fiche Mathématiques pour la Physique - Équations différentielles en physique - MPSI 1 Lycée Chaptal - 2012 Équations différentielles en physique On ne considère en physique en prépa (quasiment) que des

Plus en détail

Éléments de correction du TD

Éléments de correction du TD Septembre 011 Éléments de correction du TD Stéphane Blin Introduction Je donne ici les éléments de correction de la question - de la marche de potentiel, ainsi que les éléments de corrections pour les

Plus en détail

ÉCOLE POLYTECHNIQUE Promotion 2009. CONTRÔLE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 Lundi 12 juillet 2010, durée : 2 heures

ÉCOLE POLYTECHNIQUE Promotion 2009. CONTRÔLE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 Lundi 12 juillet 2010, durée : 2 heures ÉCOE POYTECHNIQUE Promotion 2009 CONTRÔE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 undi 12 juillet 2010, durée : 2 heures Documents autorisés : cours, recueil de problèmes, copies des diapositives, notes de PC Indiquer

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 12 La puissance en triphasé et sa mesure. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 12 La puissance en triphasé et sa mesure. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou ELECTRICITE Analyse des signaux et des circuits électriques Michel Piou Chapitre La puissance en triphasé et sa mesure Edition /03/04 Table des matières POURQUOI ET COMMENT? PUISSANCE DANS UNE LIGNE TRIPHASEE....

Plus en détail

Devoir 9 - Le 1er décembre - 4 heures

Devoir 9 - Le 1er décembre - 4 heures Devoir 9 - Le 1er décembre - 4 heures Le barème est sur 70 points dont 2 points pour la présentation Les questions Q13, Q14, Q17, Q33 et Q34 peuvent être laissées de coté dans un premier temps. Calculatrice

Plus en détail

Lois de l électrocinétique

Lois de l électrocinétique Retour au menu! Lois de l électrocinétique 1 Courant électrique 1.1 Notion de courant n conducteur est un matériau contenant des charges libres capables de se déplacer. Dans les électrolytes les charges

Plus en détail

DS de Spécialité n o 6 Téléphone portable et ondes radio

DS de Spécialité n o 6 Téléphone portable et ondes radio DS de Spécialité n o 6 Téléphone portable et ondes radio. Les ondes électromagnétiques pour communiquer Le téléphone portable fonctionne comme une radio. Lors d une communication, la voix est convertie

Plus en détail

GELE5223 Chapitre 4 : Adaptation d impédances

GELE5223 Chapitre 4 : Adaptation d impédances GELE5223 Chapitre 4 : Adaptation d impédances Gabriel Cormier, Ph.D., ing. Université de Moncton Automne 200 Gabriel Cormier (UdeM) GELE5223 Chapitre 4 Automne 200 / 44 Introduction Contenu Contenu Adaptation

Plus en détail

Lois générales dans le cadre de l ARQS

Lois générales dans le cadre de l ARQS MPS - Électrocinétique - Lois générales dans le cadre de l AQS page /6 Lois générales dans le cadre de l AQS AQS=Approximation des égimes Quasi Stationnaires, consiste à négliger les temps de propagation

Plus en détail

Mesure de la température dans un puits géothermique

Mesure de la température dans un puits géothermique (correcteur : Jean Gasc http://jeaga.voila.net/) Mesure de la température dans un puits géothermique 1 Étude du capteur de température : Sonde au platine: 1.1 unité du coefficient a : Dans la relation

Plus en détail

Master ISIC Introduction 1. F. Wagner. 6 * 3h de cours + 1h d'exam écrit

Master ISIC Introduction 1. F. Wagner. 6 * 3h de cours + 1h d'exam écrit Master ISIC Introduction 1 F. Wagner 6 * 3h de cours + 1h d'exam écrit Master ISIC Introduction 2 Bref Historique de l instrumentation Science relative à la conception et l utilisation rationnelle d instruments

Plus en détail

Propagation d une onde dans un câble coaxial.

Propagation d une onde dans un câble coaxial. 1 Présentation Propagation d une onde dans un câble coaxial. Comme nous l avons vu précédemment, c est la circulation des électrons dans un conducteur qui est à la base des lois régissant l étude des circuits

Plus en détail

Chapitre 7 : Les circuits à courant continu

Chapitre 7 : Les circuits à courant continu Chapitre 7 : Les circuits à courant continu Exercices E. On donne R 4Ω et V 9,5 V, la différence de potentiel aux bornes de cette résistance, et R 6Ω et V 0V. Le courant qui parcourt chacune des résistances

Plus en détail

PHYSIQUE I. Partie I - Phénomène de polarisation de la lumière

PHYSIQUE I. Partie I - Phénomène de polarisation de la lumière PHYSIQUE I Le problème s intéresse à différents aspects de la polarisation de la lumière Les applications de ces phénomènes sont multiples et les dispositifs associés sont des composants de base dans les

Plus en détail

G.P. DS 07 6 février 2008

G.P. DS 07 6 février 2008 DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ CONCOURS BLANC calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Modulateur optique... 2 I.Interférence à deux ondes...2 II.Étude d une séparatrice...2 III.Interférométre de Mach-Zehnder...

Plus en détail

Physique des ondes Onde transmise par un objet diffractant

Physique des ondes Onde transmise par un objet diffractant Physique des ondes Onde transmise par un objet diffractant E. Ouvrard PC CPGE Lycée Dupuy de Lôme - LORIENT 1 er octobre 2015 E. Ouvrard (PC CPGE Lycée Dupuy de Lôme - LORIENT)Physique des ondes 1 er octobre

Plus en détail

La diode. Retour au menu. 1 La diode : un dipôle non linéaire. 1.1 Diode idéale. 1.2 Diode réelle à semi-conducteur. 1.3 Association de diodes

La diode. Retour au menu. 1 La diode : un dipôle non linéaire. 1.1 Diode idéale. 1.2 Diode réelle à semi-conducteur. 1.3 Association de diodes etour au menu La diode 1 La diode : un dipôle non linéaire 1.1 Diode idéale 1.2 Diode réelle à semi-conducteur C est un dipôle électrique unidirectionnel dont les bornes sont l anode (A) et la cathode

Plus en détail

Théorème de Rolle et égalité des accroissements finis. Applications

Théorème de Rolle et égalité des accroissements finis. Applications 0 Théorème de Rolle et égalité des accroissements finis. Applications 0. Le théorème de Rolle sur un espace vectoriel normé Pour ce paragraphe, on se donne un espace vectoriel normé (E, ). Le théorème

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 2 heures Sujet Lampe à incandescence et bilans thermiques...2 I.Lampe à incandescence en régime permanent...2 A.Détermination de la température

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Mécanique...2 I.Mise en équations...2 II.Résolution...4 III.Vérifications...4 IV.Aspects énergétiques...4 Optique...5 I.Interférences

Plus en détail

Chapitre 14 Notion de résistance électrique. Loi d Ohm

Chapitre 14 Notion de résistance électrique. Loi d Ohm Chapitre 14 Notion de résistance électrique. Loi d Ohm Plan Introduction: I Mesurer avec un multimètre Mesure de l intensité Mesure de la tension II Pour aller plus loin Mesures en courant continu. Rappels

Plus en détail

Création (commentaires) : 5 novembre 2010 16/7/11 : ajouter dia II-6-1-15

Création (commentaires) : 5 novembre 2010 16/7/11 : ajouter dia II-6-1-15 Création (commentaires) : 5 novembre 2010 16/7/11 : ajouter dia II-6-1-15 Hypothèses : voir illustration expérimentale à la dia suivante et quantification de l effet de l effort tranchant sur la déformé

Plus en détail

M5 Oscillateur harmonique et régime forcé

M5 Oscillateur harmonique et régime forcé M5 Oscillateur harmonique et régime forcé Rappels des épisodes précédents... Au cours de la première période, nous avons rencontré le modèle de l Oscillateur Harmonique Amorti Cf Cours M4). Nous allons

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures SESSION 2013 PCP1003 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1 Durée : 4 heures N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si

Plus en détail

Epreuve de Physique A. L usage de calculatrices est interdit.

Epreuve de Physique A. L usage de calculatrices est interdit. Epreuve de Physique A Durée 4 h Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être une erreur d énoncé, d une part il le signale au chef de salle, d autre part il le signale sur sa copie

Plus en détail

Les ondes lumineuses. http://plateforme.sillages.info

Les ondes lumineuses. http://plateforme.sillages.info Les ondes lumineuses 1 Les ondes lumineuses I) Préliminaires : 1 Quelques notions qualitatives sur l optique ondulatoire * Rappels d optique géométrique : * Traversée de rayons à travers une lentille CV

Plus en détail

Equations différentielles

Equations différentielles Equations différentielles Mathématiques Martine Arrrou-Vignod FORMAV 2009 I Equations différentielles linéaires à coefficients constants du premier ordre 3 I.1 Vocabulaire Définitions......................

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

1.1. Remplacer le début des phrases suivantes par : «La tension aux bornes d un(e)» ou «L intensité du courant dans un(e)».

1.1. Remplacer le début des phrases suivantes par : «La tension aux bornes d un(e)» ou «L intensité du courant dans un(e)». BTS 2003 Le problème porte sur l impression de tickets de caisse du système de distribution de cartes d entrée de piscine. Dans la première partie, on étudiera l impression thermique de tickets de caisse,

Plus en détail

1 Activité documentaire : l isolation phonique (30 minutes)

1 Activité documentaire : l isolation phonique (30 minutes) Séance de Spécialité n o 10 Isolation & filtrage Mots-clefs «instruments électroniques», «traitement du son» et «isolation phonique». 1 Activité documentaire : l isolation phonique (30 minutes) Un logement

Plus en détail

SCIENCES DE L INGENIEUR GENIE ELECTRIQUE

SCIENCES DE L INGENIEUR GENIE ELECTRIQUE TP N 4 page 1/8 Centres d intérêt abordés : Thématiques : CI9 Acquisition et conditionnement des informations I4 Transformation d une grandeur physique à mesurer Activités proposées : Compétences visées

Plus en détail

PHYSIQUE. n + 1. 1 z = = ---------------------

PHYSIQUE. n + 1. 1 z = = --------------------- PHYSIQUE j est le nombre complexe de module 1 et d argument + π 2 et donc j 2 = 1 Rappel mathématique : z étant un nombre complexe et n un entier naturel, on a pour z 1 l égalité : 1 z z 2 z n n + + +

Plus en détail

Les calculatrices sont interdites.

Les calculatrices sont interdites. Les calculatrices sont interdites. NB. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si un candidat est amené à repérer ce qui peut lui

Plus en détail

Fiche sur les capteurs de courant à zéro de flux (application de l effet Hall et des systèmes asservis)

Fiche sur les capteurs de courant à zéro de flux (application de l effet Hall et des systèmes asservis) Fiche sur les capteurs de courant à zéro de flux (application de l effet Hall et des systèmes asservis) Bibliographie. «Les capteurs en instrumentation industrielle», G. Asch & collaborateurs, DUNOD «Capteurs

Plus en détail

Chapitre 5 La puissance en régime sinusoïdal

Chapitre 5 La puissance en régime sinusoïdal Chapitre 5 La puissance en régime sinusoïdal forcé 61 5.1. Les grandeurs instantanée, moyenne et e cace Les signaux étudiés dans ce chapitre sont des courants ou des tensions sinusoïdaux i(t) et u(t).

Plus en détail

Devoir Surveillé n 3

Devoir Surveillé n 3 Devoir Surveillé n 3 Les candidat(e)s veilleront à exposer leurs réponses avec clarté et rigueur, rédiger avec soin dans un français correct et reporter dans la marge les numéros des questions traitées.

Plus en détail

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs TD n 1 : Dopage des semiconducteurs Exercice 1 : Silicium intrinsèque : On s intéresse au Silicium dans cet exercice On considère le semiconducteur intrinsèque 10 3 qui a une densité n i = 10 cm à T=300K

Plus en détail

Dynamique des lasers. Lasers en impulsion

Dynamique des lasers. Lasers en impulsion Dynamique des lasers. Lasers en impulsion A. Evolutions couplées atomesphotons Rappel: gain laser en régime stationnaire Equations couplées atomes-rayonnement Facteur * Elimination adiabatique de l inversion

Plus en détail

TUTORAT UE3-a 2013-2014 Physique Séance n 2 Semaine du 23/09/2013

TUTORAT UE3-a 2013-2014 Physique Séance n 2 Semaine du 23/09/2013 FACULTE De PHARMACIE TUTORAT UE3-a 2013-2014 Physique Séance n 2 Semaine du 23/09/2013 Optique 1 Pr Mariano-Goulart Séance préparée par Inès BOULGHALEGH, Hélène GUEBOURG DEMANEUF, Karim HACHEM, Jeff VAUTRIN

Plus en détail

Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display)

Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display) Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display) La partie A décrit la structure et le fonctionnement d une cellule LCD. La partie B décrit le dispositif d étude et les observations

Plus en détail

RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE

RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE 1 Définitions Considérons un corps porté à une température T. Ce corps émet de l'énergie par sa surface sous forme de rayonnement thermique, c estàdire

Plus en détail

CHAPITRE 5 EXERCICES 5.2 0,1 ( 4; 0,10) 2. y. Chapitre 5 Régression et modélisation 43. f (x) = 1,8 x (3; 5,83) (2; 3,24) (1; 1,8) (0; 1)

CHAPITRE 5 EXERCICES 5.2 0,1 ( 4; 0,10) 2. y. Chapitre 5 Régression et modélisation 43. f (x) = 1,8 x (3; 5,83) (2; 3,24) (1; 1,8) (0; 1) Chapitre 5 Régression et modélisation CHAPITRE 5 EXERCICES 5.. 0 7 f () =,8 (;,8) (;,) (; 5,8) 0,7 0,5 0, 0, 0, ( ; 5 0,) ( ; 0,7) (0; ) 9( ; 0,5) 0, ( ; 0,0) 0 5 7 8 9.,0 0,7 0,5 0, 0, 0, 0, 5 7 0 Chapitre

Plus en détail

COMPRENDRE LE CÂBLE COAXIAL

COMPRENDRE LE CÂBLE COAXIAL COMPRENDRE LE CÂBLE COAXIIAL sans math est presque sans formules Pour partir sur une bonne base Afin que tout soit bien clair et afin de faciliter la compréhension de l exposé qui suit, je me permets de

Plus en détail

Optique Ondulatoire. UE 32 - Module 3202. Yannick Dumeige

Optique Ondulatoire. UE 32 - Module 3202. Yannick Dumeige Département Mesures Physiques 2 nde année S3 2015-2016 Optique Ondulatoire UE 32 - Module 3202 Yannick Dumeige Volume horaire : 10 h de CM / 15 h de TD yannick.dumeige@univ-rennes1.fr 1/27 Optique Ondulatoire

Plus en détail

1 TP : Polarisation Sciences Physiques MP. TP : Polarisation.

1 TP : Polarisation Sciences Physiques MP. TP : Polarisation. 1 TP : Polarisation Sciences Phsiques MP TP : Polarisation. L étude s effectuera pour les ondes électromagnétiques dans le domaine visible. l ensemble des phénomènes que nous allons aborder est la conséquence

Plus en détail

Chapitre 5. Simulation et validation expérimentale

Chapitre 5. Simulation et validation expérimentale Chapitre 5 Simulation et validation expérimentale 5.1 Boucle primaire 5 Simulation et validation expérimentale Au chapitre 3, nous avons décrit les éléments constituant le capteur et les paramètres influant

Plus en détail

PHYSIQUE - MATHÉMATIQUES

PHYSIQUE - MATHÉMATIQUES SESSION 2013 SECOND CONCOURS ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE PHYSIQUE - MATHÉMATIQUES Durée : 4 heures L usage des calculatrices de poche à alimentation autonome, sans imprimante et sans document d accompagnement

Plus en détail

1. Rappels de 5 ème 5 h + 1 h DS. 2. L intensité du courant 4 h + 1 h DS. 3. La tension électrique 4 h + 1 h DS

1. Rappels de 5 ème 5 h + 1 h DS. 2. L intensité du courant 4 h + 1 h DS. 3. La tension électrique 4 h + 1 h DS En classe de 5 ème : Comprendre, réaliser et représenter un circuit électrique simple Comprendre ce qu est un courant électrique et déterminer le sens du courant dans un circuit électrique Distinguer conducteur

Plus en détail

Programme de khôlles

Programme de khôlles Programme de khôlles Semaines 7 et 8 (du 3 au 16 novembre 2014) Les lentilles minces 1. Savoir qu une lentille épaisse est un système centré, formé de deux dioptres sphériques qui délimitent un milieu

Plus en détail

Correction des exercices sur les ondes progressives sinusoïdales

Correction des exercices sur les ondes progressives sinusoïdales CORRECTION EXERCICES TS 1/5 ONDES PROGRESSIVES SINUSOÏDALES Correction des exercices sur les ondes progressives sinusoïdales Correction de l exercice 1 : le téléphone pot de yaourt A A PROPOS DES ONDES

Plus en détail

Module d Electricité. 1 ère partie : Electrocinétique. Fabrice Sincère (version 4.0.3) http://perso.orange.fr/fabrice.sincere

Module d Electricité. 1 ère partie : Electrocinétique. Fabrice Sincère (version 4.0.3) http://perso.orange.fr/fabrice.sincere Module d Electricité 1 ère partie : Electrocinétique Fabrice Sincère (version 4.0.3) http://perso.orange.fr/fabrice.sincere 1 Sommaire 1- Introduction : les grandeurs périodiques 2- Représentation des

Plus en détail

OFPPT ROYAUME DU MAROC RESUME THEORIQUE & GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES ANALYSE DE CIRCUITS A COURANT ALTERNATIF MODULE N : 8 ELECTROTECHNIQUE SECTEUR :

OFPPT ROYAUME DU MAROC RESUME THEORIQUE & GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES ANALYSE DE CIRCUITS A COURANT ALTERNATIF MODULE N : 8 ELECTROTECHNIQUE SECTEUR : OFPPT ROYAUME DU MAROC Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail DIRECTION RECHERCHE ET INGENIERIE DE FORMATION RESUME THEORIQUE & GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES MODULE N : 8 ANALYSE

Plus en détail

PHYS-F-205. Physique 2. Examen du 6 juin 2012. I. Théorie (20 points 1 heure 15')

PHYS-F-205. Physique 2. Examen du 6 juin 2012. I. Théorie (20 points 1 heure 15') NOM, PRENOM (en majuscules)..... SECTION (barrer la mention inutile) Biologie Géographie Géologie PHYS-F-205 Physique 2 Examen du 6 juin 2012 I. Théorie (20 points 1 heure 15') Justifiez toujours vos réponses.

Plus en détail

Corrigés de la séance 16 Chap 27: Optique ondulatoire

Corrigés de la séance 16 Chap 27: Optique ondulatoire Corrigés de la séance 16 Chap 27: Optique ondulatoire Questions pour réfléchir : Q. p.10. Une onde de lumière naturelle tombe sur une vitre plate sous un angle de 5 o. Décrivez l état de polarisation du

Plus en détail

G.P. DNS05 Octobre 2012

G.P. DNS05 Octobre 2012 DNS Sujet Impédance d'une ligne électrique...1 I.Préliminaires...1 II.Champ électromagnétique dans une ligne électrique à rubans...2 III.Modélisation par une ligne à constantes réparties...3 IV.Réalisation

Plus en détail

MODULATION D AMPLITUDE

MODULATION D AMPLITUDE T.P-cours de Physique n 3 : MODULATION D AMPLITUDE Rappel sur le rôle de la modulation. L information que l on souhaite transmettre (parole, musique, ) est constituée de signaux qui ont des fréquences

Plus en détail

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR Spé y 2001-2002 Devoir n 2 THERMODYNAMIQUE Ce problème étudie quelques aspects des phénomènes intervenants dans une centrale nucléaire de type Réacteur à Eau Pressurisée (ou PWR en anglais) qui est le

Plus en détail

Université de Montréal Lab xi Cellules solaires photovoltaïques 2

Université de Montréal Lab xi Cellules solaires photovoltaïques 2 Université de Montréal Lab xi Cellules solaires photovoltaïques 1 Table des matières Table des matières 1 Introduction 2 Théorie 3 Montages et manipulations 5 Partie 1 (Sans générateur) 5 Partie 2 (avec

Plus en détail

Oscillateurs et mesure du temps

Oscillateurs et mesure du temps Oscillateurs et mesure du temps Très tôt dans l histoire de l humanité, les phénomènes périodiques ont été utilisés pour mesurer le temps. Les premiers ont été les événements astronomiques puis, à mesure

Plus en détail

Corps remorqué dans l eau

Corps remorqué dans l eau ACCUEIL Corps remorqué dans l eau Frédéric Elie, août 2007 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures,

Plus en détail

Mesure de constantes universelles : c

Mesure de constantes universelles : c Manipulation Bac. Math. Constantes universelles : c 1 Mesure de constantes universelles : c 1. But de la manipulation Le but de la manipulation est la mesure de la constante universelle : valeur de la

Plus en détail

Un modèle simple de formation d étoiles

Un modèle simple de formation d étoiles Un modèle simple de formation d étoiles [Exercice classique] Un modèle simple d étoile consiste à supposer que celle-ci est constituée d une masse M d atomes d hydrogène, adoptant une configuration sphérique

Plus en détail

PROBLÈME 1 : Étude de l'eau en physique

PROBLÈME 1 : Étude de l'eau en physique Banque «Agro» A - 0304 PHYSIQUE Durée : 3 h 30 L usage d une calculatrice est autorisé pour cette épreuve L usage d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve Les trois problèmes sont indépendants

Plus en détail

1 Conducteurs et semi-conducteurs

1 Conducteurs et semi-conducteurs Séance de Spécialité n o 20 Diode et redressement Mots-clefs «conducteurs» et «semi-conducteurs». 1 Conducteurs et semi-conducteurs Les semi-conducteurs sont des matériaux qui ont une conductivité électrique

Plus en détail

Cours de mécanique M14-travail-énergies

Cours de mécanique M14-travail-énergies Cours de mécanique M14-travail-énergies 1 Introduction L objectif de ce chapitre est de présenter les outils énergétiques utilisés en mécanique pour résoudre des problèmes. En effet, parfois le principe

Plus en détail

COMPOSITION DE PHYSIQUE (XULCR) (Durée : 4 heures)

COMPOSITION DE PHYSIQUE (XULCR) (Durée : 4 heures) ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES CONCOURS D ADMISSION 2014 FILIÈRE MP COMPOSITION DE PHYSIQUE (XULCR) (Durée : 4 heures) L utilisation des calculatrices n est pas autorisée pour cette épreuve.

Plus en détail

Circuit fixe dans un champ magnétique variable

Circuit fixe dans un champ magnétique variable Circuit fixe dans un champ magnétique variable Calcul d un flux On peut montrer, dans le cadre de la mécanique des fluides, que le champ de vitesse pour un fluide visqueux incompressible, de coefficient

Plus en détail

Mesures à la limite quantique

Mesures à la limite quantique Mesures à la limite quantique ~ 3 ème ème cours ~ A. Heidmann Laboratoire Kastler Brossel Plan du troisième cours Mesures en continu, mesure de position Mesures en continu théorie de la photodétection

Plus en détail