Format UQAM Séminaire de droit pénal ( ) Le citoyen face au secret : vérité ou mensonge?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Format UQAM Séminaire de droit pénal (19.01.11) Le citoyen face au secret : vérité ou mensonge?"

Transcription

1 1 Format UQAM Séminaire de droit pénal ( ) Le citoyen face au secret : vérité ou mensonge? Formateur : Me Jean-C. Hébert, avocat Professeur associé - UQAM, Sciences juridiques Introduction Le secret c est un savoir caché, scellé, que l on tait. Le secret s oppose à la transparence. Dans la société civile, le secret a mauvaise presse, au contraire de son opposé, la transparence. Dans une perspective idéologique, la transparence est assimilée à la vérité, à la rectitude et même à l innocence. À l inverse, le secret comporte, dans sa face cachée, de l inavouable et de la culpabilité. L idée de transparence suppose que tout peut s exposer, devenir public pour être soumis au regard des autres, être également l objet de procédures de surveillance et de contrôle. Aujourd hui, le concept de transparence est lié à la démocratie. Médiatisation de la Justice Sur différents registres, la Justice et les médias jouent des partitions qui, selon les circonstances, s'opposent, s'entrecroisent et parfois convergent. Dans une société démocratique, la Justice est une forme essentielle de l'exercice du pouvoir : elle a pour fonction d'intervenir de manière contraignante, en tant qu'autorité indépendante. Ce caractère démocratique lui permet d exercer son autorité sur tous les citoyens, selon le principe de l égalité de tous devant la loi. Les médias informent, critiquent, dénoncent les abus, éclairent les décisions et se font parfois l'écho des différents groupes sociaux. Ils permettent ainsi aux citoyens de se forger une opinion. Pour exercer pleinement cette vigilance, la presse doit être libre. Sa logique, celle de l'événement, nécessite la rapidité. En outre, dans un environnement concurrentiel, des contraintes d'ordre commercial rendent possibles certaines dérives. L idée de transparence diffère selon qu on la perçoit dans la lorgnette de la Justice ou celle des médias. Une information plus rapide et plus complète que

2 2 celle du concurrent préoccupe le journaliste. Dans un contexte médiatique où la transparence de l'information est immédiate, la force émotive des images et la carrure du récit peuvent fausser dans l'opinion publique l'appréciation aseptisée des faits effectuée lentement dans une cour de justice. Grande est la responsabilité du journaliste dans la composition exacte de la trame factuelle. Puisque la réputation et la dignité des justiciables sont en cause, rien n'autorise la presse, au nom de la transparence, à faire justice. Pour l institution judiciaire, la transparence ne consiste pas à tout savoir, mais plutôt à savoir ce qui fut légitimement établi. La quête de vérité Notre système de justice pénale n'a jamais permis la recherche de la vérité à tout prix et par tout moyen. Les cours de justice ont sans contredit pour principal objectif la recherche, la défense et la découverte de la vérité; mais tous les moyens ne leur sont pas permis -- et ne devraient pas leur être permis -- pour réaliser cet objectif, si valable et important soit-il; elles ne peuvent chercher honorablement à l'atteindre sans faire preuve de modération, au prix de l'injustice ou par des moyens inéquitables. Comme tout ce qui est bon, la vérité comporte des dangers : son amour peut porter à la déraison; sa recherche peut mener à des excès; son coût peut s'avérer trop élevé 1. Le secret individuel Une société démocratique chancelle lorsqu elle dénie aux individus une aire de secret leur permettant de résister à l invasion collective. Il y a parfois un désir totalitaire dans la soif de transparence, dans la saisie de l individuel par le collectif. Dans un contexte social favorable à la communication, le secret et la confidentialité sont en concurrence avec l exigence de la transparence.trop de clarté peut nuire à l autonomie de la personne et entraîner des effets pervers. Soulignons le paradoxe : les aspirations à la levée du secret côtoient les revendications au respect de la sphère privée. En marge du secret individuel, mis à mal par la curiosité gouvernementale, les secrets d État couvrent la vérité judiciaire d un voile opaque. 1 R. c. Noël, [2002] 3 R.C.S. 433, par.58

3 3 Au gré du temps, selon les besoins de la société civile et des gouvernements, les tribunaux et le législateur ont, tour à tour, reconnu à certaines personnes un certain droit au silence ayant pour effet de fissurer la plénitude de la vérité. Mais, qu est-ce donc qu un privilège? À l origine, ce terme fut calqué sur le mot anglais privilege. En français, on fait également référence à l idée d un avantage conféré à quelqu un. Bref, le concept de privilège désigne la faculté ou, le cas échéant, l obligation reconnue à un sujet de droit de taire certaines informations. Œuvrant en symbiose, les juges et les élus ont élaboré un ensemble de privilèges d intérêt public en vertu desquels des renseignements pertinents à l objet d un litige sont, pour différentes raisons, écartés du débat. Le secret professionnel du juriste Parmi les privilèges d intérêt public, en vertu desquels certains faits pertinents peuvent échapper à l examen judiciaire, le secret professionnel de l avocat reste le plus connu 2. Il concerne le fonctionnement harmonieux de l administration de la justice. En tout état de cause, le système judiciaire doit être fonctionnel. Par conséquent, lors d une consultation, un client doit sentir qu'il peut librement s'exprimer et que ses confidences sont protégées. En matière pénale, nous savons d ores et déjà qu un inculpé ne peut être contraint de révéler quoi que ce soit, avant comme après sa mise en accusation. Ce serait violer le droit fondamental au silence que de forcer le confident de l accusé, son procureur, à témoigner contre lui. Qu il soit conseiller juridique ou plaideur, l'avocat exerce une fonction utile au maintien de l'ordre social. En effet, toute personne doit pouvoir consulter un avocat secrètement, sinon elle pourrait masquer une partie de la vérité. Le client doit avoir l assurance que ses confidences ne seront jamais divulguées sans son consentement. Voilà pourquoi le droit à confidentialité des communications et la protection du secret professionnel de l'avocat sont essentiels au maintien de la confiance du public dans l administration de la justice. S agissant d un droit 2 Au Québec, s agissant de l application des lois fédérales, le notaire jouit du même statut que l avocat.

4 4 fondamental, la confidentialité des communications entre un client et son avocat peut être revendiquée en toutes circonstances. La confidentialité peut s effriter et sortir du domaine d application du secret professionnel de l avocat. Ainsi, une conversation intime entre un avocat, son client et un témoin pourrait légalement être rapportée en justice par ce dernier. À l inverse, dès lors qu il s applique, le secret professionnel de l avocat comporte impérativement une exigence de confidentialité. Quoiqu il en soit, le droit d un client d opposer le secret de ses communications avec un avocat a donné naissance à une règle de preuve (qualifiée de privilège) protégeant la divulgation de certains renseignements devant le tribunal. Par contre, la notion de secret professionnel fait référence à une règle de droit substantif protégeant le droit fondamental à la confidentialité d une relation entre un client et son conseiller juridique. Par conséquent, cette notion ratisse plus large que celle de privilège. Le juge doit aborder avec circonspection toute mesure limitant le secret professionnel. Une atteinte au droit fondamental à la confidentialité doit être pleinement nécessaire à la réalisation des objectifs supérieurs du législateur. Ce n est pas l importance de la profession juridique mais plutôt les intérêts de la justice qui justifient l existence et la portée de cette atteinte à la vérité judiciaire. Avant tout, ce sont des besoins fonctionnels qui sous-tendent le fondement du secret de la profession juridique. En effet, la relation confidentielle d un justiciable avec son avocat est essentielle au bon fonctionnement du système de justice. Bien qu il soit inextricablement lié au système judiciaire, le secret professionnel de l avocat n en gêne pas moins son efficacité. Voilà un curieux paradoxe! Pour tout dire, malgré son importance, le secret professionnel de l avocat n a rien d absolu. Des dérogations existent. Ainsi, la démonstration de l innocence d un accusé requiert parfois la levée du secret. Pour établir son innocence (et la culpabilité d autrui), le compagnon d un assassin pourrait légitimement faire témoigner l avocat de ce dernier et l obliger à divulguer les confidences de son client. La communication secrète entre un client et son procureur peut également faire l objet de divulgation lorsqu elle révèle un dessein criminel ou constitue une

5 5 menace à la sécurité publique. Exemple : un client révèle à son procureur le détail d un complot pour administrer une raclée à l amant de sa conjointe. L avocat peut alors dénoncer son client et prévenir la police. Puisqu il faut assurer la confiance du public dans l administration de la justice, de telles dérogations sont rares et bien circonscrites. En somme, le devoir de discrétion d un conseiller juridique doit être aussi absolu que possible. Cela dit, l étendue de la protection accordée aux communications secrètes, ainsi que l obligation de discrétion de l avocat, varient selon le contexte. Enfin, le secret professionnel ne protège pas la confidentialité de l ensemble des services rendus par un avocat. Échappent donc à l obligation de silence les conseils portant sur de pures questions d affaires. On peut porter le titre d avocat mais agir essentiellement comme gestionnaire d entreprise. Les rencontres d un administrateur également avocat - avec des partenaires commerciaux ne tombent pas sous le coup du secret professionnel. En définitive, la protection s appliquera ou non selon la nature de la relation avocat-client, l objet de l avis et les circonstances dans lesquelles il est requis et fourni. Les différentes professions ne peuvent agir qu à l intérieur d un champ de compétence démarqué par la loi. Cependant, la sphère d action d un conseiller juridique déborde le champ d exclusivité professionnelle. Par conséquent, le secret professionnel de l avocat ne peut être délimité par les frontières du monopole d exercice. La relation dominante d un client avec un professionnel du droit doit être axée sur un conseil de nature juridique. Dans le contexte d une consultation, le service professionnel fourni doit se conjuguer à l activité de conseil et, selon l usage, en être une composante incidente. Dans la foulée de la mondialisation, l avènement de grands cabinets multidisciplinaires modifie la sphère d application du secret professionnel. Dans la mesure où des services professionnels sont rendus en collégialité par des conseillers juridiques, des comptables et autres spécialistes, les risques de rupture du secret professionnel s amplifient. Différentes valeurs s emmêlent : d une part, la prééminence du secret professionnel pour l administration de la justice et, d autre part, la liberté d association. Au Canada, c est dans le contexte du débat judiciaire par opposition à la consultation juridique - que le secret professionnel de l avocat s est cristallisé. Le besoin des justiciables d obtenir des conseils juridiques comporte forcément

6 6 l exigence de confidentialité. C est le moment de rappeler que seules les communications faites dans le but légitime d obtenir une aide ou des conseils professionnels licites sont privilégiées. Les consultations intervenues de bonne foi entre un avocat et un client incertain des conséquences juridiques d un geste quelconque sont protégées, même si plus tard l acte est considéré illicite. La partie qui réclame la levée du secret professionnel en invoquant l exception de crime ou de fraude projetés doit démontrer que, lors de la consultation, le client savait ou aurait dû savoir que l acte projeté était illégal. Il faut apporter un élément quelconque tendant à établir que l avis juridique a facilité le crime ou que l avocat est devenu conspirateur 3. C est un standard de vraisemblance qui régit la levée du secret professionnel. Il s agit généralement d une preuve circonstancielle rendant probable le fait qu une communication privilégiée sert à des fins illégales. Cette norme représente un équilibre entre des intérêts sociaux et juridiques contradictoires. D une part, elle empêche le détournement du secret professionnel de sa finalité; d autre part, elle évite que son contenu ne soit révélé sans une vérification attentive d une preuve circonstancielle capable d établir, de façon prépondérante, son utilisation à des fins illicites. L exception au secret professionnel fondée sur une communication criminelle s applique sans égard au fait que le conseiller juridique soit dupe ou complice ou conspirateur 4. Les secrets d État Lorsqu un secret officiel bafoue la raison d État, la démocratie a mauvaise mine. Cependant, l intérêt public exige parfois qu un secret d État ne soit pas étalé au grand jour. Voilà pourquoi la loi 5 prévoit qu un ministre ou un fonctionnaire fédéral peut s opposer à la divulgation de renseignements qu il considère comme étant d intérêt public. Puisqu il s agit d une norme à contenu indéterminé, un standard ne répondant à aucune définition précise, il appartient au juge de prendre le relais pour examiner les informations litigieuses et statuer en conséquence. En cas de désaccord, une procédure d appel est prévue. 3 R. c. Campbell, R.C.S. 565, par.55 à 62 4 Leblanc c. Maranda, 2001 QCCA 393, par Articles 37 à 40 de la Loi sur la preuve au Canada. Voir : Louis Belleau, «L immunité de divulgation sous le régime de l article 37 L.P. : des secrets bien gardés», dans Développements récents en droit criminel (2008), Service de formation continue du Barreau du Québec, 2008, à la p.109.

7 7 Le législateur reconnaît que la non-divulgation de certains renseignements peut mettre en péril l équité d un procès. Le tribunal compétent peut donc, le cas échéant, rendre les ordonnances requises pour garantir à l inculpé la tenue d un procès équitable. L exercice de cette compétence réparatrice peut entraîner l abandon d un chef d accusation, sa modification, voire même l arrêt des procédures. Le vaste domaine des relations internationales, de la défense et de la sécurité nationale comporte son lot de secrets d État. La loi distingue deux catégories d informations susceptibles d exclusion dans un procès. Il y a les renseignements potentiellement préjudiciables, c est-à-dire ceux qui, dans l hypothèse d une divulgation, sont susceptibles de porter préjudice aux relations internationales ou à la défense ou à la sécurité nationales. Il y a également les renseignements sensibles, c est-à-dire ceux qui, de provenance canadienne ou étrangère, concernent les affaires internationales ou la défense du pays ou la sécurité nationale. En fait, il s agit du type de renseignements à l égard desquels le gouvernement fédéral prend des mesures de protection. Selon la Cour suprême, l exactitude de l information rapportée et l importance critique d un accès à une information obtenue de manière fiable et sans contrainte sont d une importance cruciale 6. Plusieurs crans de sécurité sont prévus afin de protéger efficacement cette catégorie de secrets étatiques : avis préventif des agents de l État, ordonnances de confidentialité, examen judiciaire ex parte, dépôt d un certificat, révision en appel, cheminement procédural expéditif et possibilité d un accord de divulgation. Lors d une poursuite pénale, le juge peut rendre l ordonnance requise afin de protéger le droit de l accusé à un procès équitable. Dans un jeu de pesée, il doit d abord statuer si l intérêt public justifie la divulgation partielle ou totale des renseignements litigieux. Ensuite, il peut exercer sa compétence réparatrice au regard de l inculpation. La stérilisation du droit d un justiciable d opposer une défense pleine et entière donne ouverture au redressement drastique prenant la forme d un arrêt de procédures. 6 Charkaoui c. Canada (Citoyenneté et Immigration), [2008] 2 R.C.S.326, par.41

8 8 Les renseignements confidentiels émanant du Cabinet des ministres du gouvernement fédéral font également l objet de mesures empêchant leur divulgation. Au Canada, on suit la tradition britannique assurant la confidentialité des discussions tenues dans l enceinte du Cabinet et des documents préparés en vue de ces discussions. C est la liberté de discuter librement qui justifie cette tradition. Sinon, les ministres pourraient, consciemment ou non, censurer leurs propos ou s abstenir de prendre des positions impopulaires ou de faire des commentaires risquant d être perçus comme politiquement incorrects. Le processus de gouvernement démocratique exige que les personnes responsables des politiques puissent s exprimer sans réserve au sein du Cabinet. Les procès-verbaux restent confidentiels pendant une durée de vingt ans. Toutefois, cette protection ne vise pas les documents de travail. Ceux-ci peuvent être dévoilés après l annonce publique d une décision gouvernementale. Lorsqu un ministre ou le greffier du Conseil privé fait valoir une opposition devant un tribunal compétent, celui-ci doit en refuser la divulgation sans examiner l information litigieuse ni tenir d audition sur le sujet. Une attestation écrite par un ministre ou le greffier, à l effet qu il s agit d un renseignement confidentiel du Cabinet ou de ses comités, constitue une fin de non recevoir. L obligation de confidentialité dure vingt ans. Selon la loi actuelle, une fois sa confidentialité attestée, un renseignement bénéficie d une grande protection. En effet, sur présentation d un certificat, un juge n est pas tenu de déterminer si l intérêt public commande que la confidentialité soit préservée ou que le renseignement soit divulgué. Au niveau provincial, la loi prévoit qu un fonctionnaire de l État québécois ne peut être contraint de divulguer ce qui lui fut révélé dans l exercice de ses fonctions si le juge est d avis, pour les raisons exposées dans la déclaration assermentée d un ministre ou de son sous-ministre, que la divulgation serait contraire à l ordre public 7. Il s agit d un privilège en faveur du fonctionnaire en sa qualité de témoin. Celui-ci ne bénéficie d une exemption de répondre qu en raison d une opposition formulée par un représentant de l État. Cependant, assujetti à la discrétion du 7 Article 308 Code de procédure civile du Québec

9 9 juge saisi de l opposition, le privilège est forcément relatif puisque que le témoin peut être contraint de divulguer le renseignement litigieux. Les renseignements personnels par l État comprend la capacité d une personne Le droit de ne pas être importuné par l État comprend la capacité d une personne de contrôler la diffusion de renseignements personnels, surtout lorsque des aspects de son identité sont en jeu : son mode de vie, ses relations intimes ou ses convictions politiques et religieuses. Le droit à la vie privée échappe à une définition formelle. Notion protéiforme, il est difficile d en fixer les limites. Cependant, certaines de ses composantes sont bien connues : tels sont le droit à l anonymat et à l intimité ainsi que le droit à l autonomie dans l aménagement de sa vie personnelle et familiale ou encore le droit au secret et à la confidentialité. Font également partie du droit à la vie privée : l inviolabilité du domicile, l utilisation de son nom, les renseignements liés à l état de santé, la vie familiale et amoureuse et l orientation sexuelle. N étant pas absolu, le droit à la vie privée est balisé par une série de limites et sa mise en œuvre appelle un équilibre avec d autres droits fondamentaux, dont celui du public à l information 8. Toute action gouvernementale nuisant à l intégrité intellectuelle d une personne porte atteinte à sa sécurité. Par conséquent, dans les affaires où une relation thérapeutique est compromise par la communication de dossiers privés, ça concerne autant la sécurité d une personne et non seulement sa vie privée. Par ailleurs, la protection de la vie privée fait l objet d une approche libérale : il est postulé qu une information de caractère personnel est propre à l intéressé, lequel conserve la liberté de la communiquer ou de la protéger comme il l entend. Devant les tribunaux, l équilibre entre le droit d une partie à la divulgation de renseignements personnels et le droit à la vie privée de l autre partie (ou d un témoin) peut différer selon qu il s agit d une affaire civile ou pénale. En matière civile, le droit à la vie privée du demandeur peut prévaloir plus facilement sur le droit à la production de renseignements intimes que cherche à connaître le défendeur. Dans un procès pénal, l enjeu mettant en cause la liberté de l accusé, le tribunal peut davantage favoriser la divulgation de renseignements privés d un plaignant ou d un témoin. 8 The Gazette (Division Southam Inc.) c. Valiquette, 1997 R.J.Q. 30, CAQ, p.36

10 10 Certes, en matière civile, des documents pertinents quant à un moyen de défense peuvent faire l objet de divulgation, nonobstant l intérêt primordial du demandeur (ou d un témoin) à leur confidentialité. Cependant, selon la pondération du droit à la divulgation et du droit à la vie privée, des renseignements peuvent être déclarés privilégiés en raison de leur pertinence douteuse ou de l existence de moyens alternatifs pour les obtenir. Les recherches à l aveuglette ne sont pas appropriées lorsqu un aspect important de la vie privée d un citoyen est en jeu. Par contre, saisie d une question de privilège, la cour peut décider que des renseignements doivent être produits afin de découvrir la vérité. Par exemple, si nécessaire, les dossiers d'un psychiatre concernant un patient mêlé à un procès peuvent devenir des documents privilégiés. Parfois, pour éviter une décision injuste, le juge pourra autoriser la production complète de renseignements personnels. En d autres circonstances, un interdit partiel de divulgation conviendra lorsque le droit à la vie privée l emporte sur l utilité d étaler publiquement des informations personnelles. En définitive, chaque cas doit être examiné et décidé à son mérite. Le législateur a incorporé au Code criminel 9 des dispositions protégeant les renseignements personnels des plaignants dans les procès relatifs à des accusations de nature sexuelle. Désireux d avoir accès à un dossier contenant des renseignements personnels liés à la vie privée d un témoin, l accusé doit présenter au juge une demande convaincante. Pour franchir le seuil critique de la pertinence vraisemblable, il doit étayer sa demande de divulgation par des éléments de preuve. Autrement dit, il ne suffit pas d alléguer que des renseignements pertinents sont possiblement contenus dans un dossier thérapeutique. Un accusé ne peut avoir accès aux renseignements personnels d autrui uniquement dans l espoir de découvrir des faits susceptibles de soutenir sa défense. On a voulu faire en sorte que les mythes, les stéréotypes et les hypothèses générales au sujet des victimes d agression sexuelle ne servent pas de prétexte à la divulgation de dossiers privés. Afin de déterminer si le critère de 9 Articles 277 à C.cr.

11 11 la pertinence vraisemblable est respecté, le juge doit se demander s il existe une possibilité raisonnable que l information soit logiquement probante à l égard d une question litigieuse au procès ou de la compétence d un témoin à déposer. Au final, le juge doit soupeser deux facteurs liés à l intérêt de la justice: l intrusion dans la vie privée d un plaignant causée par à une ordonnance de production et le droit de l accusé de se bien défendre pleinement. Présomption d innocence et liberté de presse A trop vouloir brandir la présomption d innocence, on oublie l essentiel. Dans les faits, la présomption d innocence est l accessoire d une présomption de culpabilité. Sans présomption de culpabilité, la présomption d innocence n a pas sa raison d être : c est l innocence pure et simple La présomption d innocence a notamment pour vertu de limiter le caractère discrétionnaire (parfois arbitraire) du jugement porté sur les faits. Cette règle fondamentale oblige le juge à valider son jugement, au-delà de ce qu il pense, pour intégrer aussi ce que les autres peuvent en penser. Le juge a beau posséder en son for intérieur le net sentiment ou l impression tenace que l accusé est coupable, cette croyance ne lui permet pas de juger légalement, sauf à conclure que la preuve soutient solidement la culpabilité. La justice idéale devrait permettre de punir sur le champ les coupables tout en épargnant les innocents. Cependant, cet idéal s effrite devant la réalité du traitement des affaires judiciaires. Animé par le principe de précaution, le processus d enquête et de mise en accusation procède avec lenteur. Cette retenue favorise l équité du procès et diminue la possibilité d erreur judiciaire. Face au feu roulant du monde de l information, il y a discordance entre le temps judiciaire et le temps médiatique. Certes, condamner hâtivement un innocent sur la foi de lourds soupçons relève de l injustice. Par contre, considérer comme innocente une personne, d ores et déjà promise à condamnation, relève de la foi aveugle. Pierre d angle de la justice pénale canadienne, l équité procédurale existe bien avant l ouverture formelle du procès. Elle s applique à toutes les étapes du processus d enquête et de l instance judiciaire proprement dite 10. Principe de 10 R. c. Kalanj, R.C.S. 1594, p.1608

12 12 justice fondamentale, la présomption d innocence protège autant la personne soupçonnée d avoir enfreint la loi que celle qui est mise en accusation. À ce titre, elle renforce le droit à la sécurité d une personne, sa réputation et sa dignité 11. En pratique, l exigence de justice publique atténue grandement la fiction juridique rattachée à la présomption d innocence. Les gens de robe sont familiers avec le substrat de cette règle cardinale et de ses accessoires procéduraux. Cependant, dans l opinion publique, l innocence présumée par la loi provoque inévitablement le scepticisme. Il va de soi que la nouvelle d une inculpation entretient le doute quant à l intégrité de la personne visée. Variables d un dossier à l autre, les répercussions et perturbations sont inévitables pour le suspect et ses proches. Hélas, ces stigmates font partie de la dure réalité de la justice pénale. À vrai dire, la présomption d innocence ne garantit jamais la nonculpabilité d un accusé. Bien qu un authentique innocent ne peut faire l impasse sur cette icône, le seul fait de la brandir renforce cruellement le halo de culpabilité. Contraints de respecter les bornes d une saine administration de la justice, les médias doivent quand même pouvoir communiquer les informations et les débats étalés devant les tribunaux. Actuellement, cette démarche comprend l identification de certains acteurs de la scène judiciaire. Contrairement aux jeunes gens 12 en délicatesse avec la justice et les victimes d abus sexuels, les personnes inculpées en matière pénale n échappent pas au processus d identification publique. Le dépôt d une inculpation intervient toujours dans le secret du cabinet d un juge de paix en l unique présence d un policier. Cet acte unilatéral de dénonciation intervient forcément en l absence du principal intéressé et souvent à son insu. Cela étant, avant qu un tribunal ne soit formellement saisi d une incrimination de façon contradictoire, transparente et publique, le droit de savoir ne justifie aucunement la divulgation médiatisée d allégations exposées (sans opposition) dans une procédure d exception et fondées sur la seule conviction 11 R. c. Pearson, R.C.S. 665, p.682 à Dans l affaire Québec (Min. Justice) c. Canada (Min. Justice) 2003 QCCA 52182, une formation de cinq juges fit l observation suivante : «Tant la stigmatisation et l'étiquetage pouvant résulter de la publication de l'identité que la présomption d'assujettissement à une peine pour adultes sont de nature à compromettre la sécurité psychologique de l'adolescent.»

13 13 d un accusateur. Par contre, le jour de la première confrontation judiciaire, la liberté provisoire déjà consentie au prévenu (ou sa relaxe autorisée par le juge) peut, du moins en apparence, rasséréner la présomption d innocence. Dans tout système de droit pénal, il arrive qu'une poursuite soit non fondée, que la publicité l'entourant soit injustement préjudiciable, qu'une défense fructueuse occasionne des frais, qu'une déclaration de culpabilité pour une infraction mineure ait des conséquences persistantes et injustes. Bien que graves, ces conséquences font partie des coûts sociaux et personnels liés au système de justice pénale, d opiner la Cour suprême 13. À la décharge de la classe journalistique, force est d admettre que l actuelle règle de droit comporte une zone d ombre. En l absence de prohibition, rien n empêche les médias de révéler l inculpation d un citoyen avant l étape de sa première comparution devant la cour. À bien y penser, avant qu un justiciable ne soit officiellement traduit en justice, l interdit de révéler son identité n entamerait nullement la liberté de presse et l exigence d une justice publique Par contre, pareille mesure renforcerait un tantinet la présomption d innocence. Dans une société démocratique comme la nôtre, cette valeur inestimable mérite une délicate attention., lequel conserve la liberté de la communiquer ou de la protéger comme il l entend. Devant les tribunaux, l équilibre entre le droit d une partie à la divulgation de renseignements personnels et le droit à la vie privée de l autre partie (ou d un témoin) peut différer selon qu il s agit d une affaire civile ou pénale. En matière a droit à la vie privée du demandeur peut prévaloir plus facilement sur le droit à la production de renseignements intimes que cherche à connaître le défendeur. Dans un procès pénal, l enjeu mettant en cause la liberté de l accusé, le tribunal peut davantage favoriser la divulgation de renseignements privés d un plaignant ou d un témoin. 13 R. c. Malmo-Levine, [2003] 3 R.C.S. 57, par. 174

14 14 Certes, en matière civile, des documents pertinents quant à un moyen de défense peuvent faire l objet de divulgation, nonobstant l intérêt primordial du demandeur (ou d un témoin) à leur confidentialité. Cependant, selon la pondération du droit à la divulgation et du droit à la vie privée, des renseignements peuvent être déclarés privilégiés en raison de leur pertinence douteuse ou de l existence de moyens alternatifs pour les obtenir. Les recherches à l aveuglette ne sont pas appropriées lorsqu un aspect important de la vie privée d un citoyen est en jeu. Par contre, saisie d une question de privilège, la cour peut décider que des renseignements doivent être produits afin de découvrir la vérité. Par exemple, si nécessaire, les dossiers d'un psychiatre concernant un patient mêlé à un procès peuvent devenir des documents privilégiés. Parfois, pour éviter une décision injuste, le juge pourra autoriser la production complète de renseignements personnels. En d autres circonstances, un interdit partiel de divulgation conviendra lorsque le droit à la vie privée l emporte sur l utilité d étaler publiquement des informations personnelles. En définitive, chaque cas doit être examiné et décidé à son mérite. Le législateur a incorporé au Code criminel des dispositions protégeant les renseignements personnels des plaignants oser une défense pleine et entièr R. c. Pearson, R.C.S. 665 Cette application [al. 11d) Charte can.] de la présomption d'innocence au procès, où il est question de la culpabilité de l'inculpé, n'épuise pas à mon sens le champ d'application de la présomption d'innocence dans le processus pénal en tant que principe de justice fondamentale. La présomption d'innocence, en tant que principe de fond de justice fondamentale, «a pour effet de sauvegarder la liberté fondamentale et la dignité humaine de toute personne que l'état accuse d'une conduite criminelle»: Oakes, précité, à la p À mon avis, la présomption d'innocence est un principe qui anime toutes les composantes du processus de justice pénale. Le fait que son application au procès concerne strictement la preuve et sa présentation, en conformité avec l'al. 11d) de la Charte, n'amoindrit aucunement le principe de justice fondamentale plus général selon lequel toute atteinte projetée au droit à la vie, à la liberté ou à la sécurité doit avoir comme point de départ que la personne inculpée ou soupçonnée d'une infraction est présumée innocente.

Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD)

Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) I. Introduction

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Comprendre le droit pénal canadien Les sources du droit Au Canada, les crimes sont principalement définis par le Code criminel et, dans une moindre mesure, par

Plus en détail

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE -------------- --------------- DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques LE PREMIER MINISTRE,

Plus en détail

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS Référence : Type de politique : Références juridiques : Autres références : INTRODUCTION Gouvernance autonome Code des professions, Code civil du Québec

Plus en détail

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 Nicole MacKenzie a été accusée d avoir commis un excès de vitesse. Lorsqu elle a comparu pour l interpellation à la Cour provinciale, elle n était pas représentée par un avocat.

Plus en détail

LA CONSTITUTION CANADIENNE

LA CONSTITUTION CANADIENNE Objectifs d apprentissage Présenter aux élèves la notion de loi constitutionnelle. Comprendre l histoire et la nature de la Constitution canadienne. Mieux connaître les responsabilités des divers ordres

Plus en détail

Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24)

Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24) Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24) Chapitre III: Incrimination, détection et répression Infractions obligatoires Corruption d agents publics nationaux (Art. 15) Corruption

Plus en détail

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Avant-projet de loi Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale Déposé par Madame Kathleen

Plus en détail

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL 1/ Le phénomène criminel est un fait inhérent au groupe social et à la nature humaine. Dans le temps, il remonte aux origines de l humanité, dans l espace aucun pays n y échappe.

Plus en détail

f) tout enregistrement audio ou vidéo, les notes ou la transcription de toute déclaration verbale faite

f) tout enregistrement audio ou vidéo, les notes ou la transcription de toute déclaration verbale faite OFFICE OF ATTORNEY GENERAL CABINET DU PROCUREUR GÉNÉRAL PUBLIC PROSECUTIONS OPERATIONAL MANUAL MANUEL DES OPÉRATIONS DE POURSUITES PUBLIQUES TYPE OF DOCUMENT TYPE DE DOCUMENT : Policy Politique CHAPTER

Plus en détail

NÉGOCIATION DE PLAIDOYER

NÉGOCIATION DE PLAIDOYER NÉGOCIATION DE PLAIDOYER En vigueur le : 1992-05-15 Révisée le : 1995-08-31 / 2004-09-08 / 2006-01-20 / 2008-01-11 / 2008-09-08 / 2008-10-20 / 2008-11-17 / 2009-03-31 / 2009-08-21 / 2010-07-20 / 2011-03-31

Plus en détail

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 2 lettre a) paragraphe troisième partie première de la Loi du contentieux administratif nº29/1990,

Plus en détail

Parallèlement, la Société a prévu des procédures visant la soumission confidentielle et anonyme de telles plaintes. 3. NATURE DE LA PLAINTE

Parallèlement, la Société a prévu des procédures visant la soumission confidentielle et anonyme de telles plaintes. 3. NATURE DE LA PLAINTE Politique et procédures à suivre pour la soumission de plaintes concernant la comptabilité, les contrôles comptables internes, l audit, l environnement et d autres questions 1. OBJECTIFS ET PORTÉE Groupe

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

La Commission des services juridiques du Nunavut. Champ d application du droit criminel et politique d admissibilité

La Commission des services juridiques du Nunavut. Champ d application du droit criminel et politique d admissibilité La Commission des services juridiques du Nunavut Champ d application du droit criminel et politique d admissibilité 2014 COMMISSION DES SERVICES JURIDIQUES DU NUNAVUT C. P. 125, Gjoa Haven, Nunavut X0B

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel [TRADUCTION] Citation : E. K. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 360 N o d appel : AD-13-1061 ENTRE : E. K. Appelante et Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement

Plus en détail

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Les membres des conseils de section (les «Membres») sont tenus de lire et de signer

Plus en détail

Montréal, le 5 juin 2006

Montréal, le 5 juin 2006 Montréal, le 5 juin 2006 Monsieur Yvon Marcoux Ministre de la Justice du Québec Édifice Louis-Philippe-Pigeon 1200, route de l'église, 9 e étage Québec (Québec) G1V 4M1 Objet : Projet de loi n o 7 Loi

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

Principes de bonne pratique :

Principes de bonne pratique : Principes de bonne pratique : Recommandations en vue de la création de bases de données génétiques nationales Le présent document a été élaboré par le Groupe d experts d INTERPOL sur le suivi des techniques

Plus en détail

------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification.

------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification. REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL - PATRIE ------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification. LE PREMIER MINISTRE, CHEF DU

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

Présentation de Me Jean-Claude Paquet, avocat (à la retraite)

Présentation de Me Jean-Claude Paquet, avocat (à la retraite) Présentation de Me Jean-Claude Paquet, avocat (à la retraite) À l Association des responsables de la gestion des plaintes du gouvernement du Québec Montréal, 26 octobre 2015 Un rappel des fondements historiques,

Plus en détail

Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique

Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique Adoptée par le Conseil d administration Le 6 décembre 2011 1. PRINCIPES ET VALEURS Le Cégep de Saint-Jérôme

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES Numéro du document : 0903-07 Adoptée par la résolution : 60 0903 En date du : 2 septembre 2003 Modifiée par la résolution : En date du

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION

Demandeur. Entreprise DÉCISION Dossier : 03 04 05 Date : 20031218 Commissaire : M e Michel Laporte X Demandeur c. BOURSE DE MONTRÉAL Entreprise DÉCISION L'OBJET DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE [1] Le 3 février 2003, le demandeur exige

Plus en détail

Règles qui traitent de la substance du droit Et Règle qui traitent qui permettent de le faire observer.

Règles qui traitent de la substance du droit Et Règle qui traitent qui permettent de le faire observer. Règles qui traitent de la substance du droit Et Règle qui traitent qui permettent de le faire observer. On distingue toujours, en droit, entre les règles qui traitent du fond d un litige, autrement dit

Plus en détail

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise L expérience à votre service Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise Assurance pollution et coûts de dépollution des locaux d entreprise Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Plus en détail

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent Tout avocat peut être confronté, dans le cadre de son exercice professionnel, à la question du blanchiment

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise

Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise MODÉRATEUR : Eric Simard Fasken Martineau PANÉLISTES : Martin Sheehan Fasken Martineau Anne Granger Fasken Martineau 3e Symposium

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE Section I : Dispositions générales 1. But La Ville de Kirkland établit par la présente politique des règles en matière de gestion contractuelle afin de favoriser la transparence,

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION La présente Charte établit le rôle du Conseil d administration (le «Conseil») d Innergex énergie renouvelable inc. (la «Société») et est assujettie aux dispositions des

Plus en détail

Code de Déontologie des Agents de Recherches Privées.

Code de Déontologie des Agents de Recherches Privées. Code de déontologie des Agents de Recherches Privées page 1 / 5 Code de Déontologie des Agents de Recherches Privées. Science des droits et des devoirs qu'impose aux Agents de Recherches Privées également

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5. L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques

Table des matières. Sommaire 5. L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques Table des matières Sommaire 5 L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques Introduction générale à la procédure civile et à l expertise 9 Dominique Mougenot I re partie Principes généraux de la

Plus en détail

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration POLITIQUE DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : APPROUVÉ PAR : 2013-12-10 Conseil d administration DERNIÈRE MISE À JOUR : f 2013-12-10 DATE D ABROGATION : AAAA-MM-JJ Politique de gestion des

Plus en détail

Liste des recommandations

Liste des recommandations RECOMMANDATIONS À TOUS LES MINISTÈRES ET ORGANISMES L EXERCICE DES POUVOIRS DISCRÉTIONNAIRES DE L ADMINISTRATION: Que lorsque, dans l exercice de ses pouvoirs discrétionnaires, l Administration prend une

Plus en détail

Rapport annuel sur la Loi sur l accès à l information et la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel sur la Loi sur l accès à l information et la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel sur la Loi sur l accès à l information et la Loi sur la protection des renseignements personnels 2007-2008 Table des matières Introduction...........................................................

Plus en détail

L information des aidants et le secret médical

L information des aidants et le secret médical 1 L information des aidants et le secret médical Destinée à l ensemble des professionnels de santé (médecin, infirmier, kinésithérapeute, etc.), cette fiche entend préciser ce que vous pouvez dire aux

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET RÈGLES DE CONDUITE PROFESSIONNELLE À L INTENTION DU PERSONNEL. Force Financière Excel

CODE D ÉTHIQUE ET RÈGLES DE CONDUITE PROFESSIONNELLE À L INTENTION DU PERSONNEL. Force Financière Excel CODE D ÉTHIQUE ET RÈGLES DE CONDUITE PROFESSIONNELLE À L INTENTION DU PERSONNEL FORCE FINANCIÈRE EXCEL SYNONYME D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE Depuis son avènement sur le marché de l assurance des personnes,

Plus en détail

[TRADUCTION] Par courriel : paul.collins@bc-cb.gc.ca

[TRADUCTION] Par courriel : paul.collins@bc-cb.gc.ca Le 25 novembre 2011 [TRADUCTION] Par courriel : paul.collins@bc-cb.gc.ca Monsieur Paul Collins Sous-commissaire principal de la concurrence Bureau de la concurrence Direction des fusions Industrie Canada

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL APPLICATION Le présent code de conduite (le «code du conseil») s applique à vous si vous êtes membre du conseil d

Plus en détail

Community Legal Information Association of PEI, Inc. Prince Edward Island, Inc.

Community Legal Information Association of PEI, Inc. Prince Edward Island, Inc. Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc. Aller en cour : déroulement d un procès au criminel Si vous avez été accusé d un crime et que votre dossier n a pas été écarté du système

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2015-03-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT PARTIE I. STRUCTURE DU COMITÉ 1.

Plus en détail

POLITIQUE DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE BBA GROUPE FINANCIER

POLITIQUE DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE BBA GROUPE FINANCIER -+ POLITIQUE DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE BBA GROUPE FINANCIER En tant qu entreprise de services, BBA se conforme à la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur

Plus en détail

POLITIQUE SUR L ACCÈS AUX DOCUMENTS ET LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE L ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC

POLITIQUE SUR L ACCÈS AUX DOCUMENTS ET LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE L ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC POLITIQUE SUR L ACCÈS AUX DOCUMENTS ET LA PROTECTION DES PERSONNELS DE L ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC ADOPTÉ PAR LE COMITÉ EXÉCUTIF LE 28 AOÛT 2014 Table des matières 3 1. Introduction 3 2. Champs d

Plus en détail

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence.

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. 1 CHAMP D APPLICATION La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. La présente directive s applique à l ensemble du personnel du Fonds d assurance dans l exercice

Plus en détail

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté.

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté. Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales Nos valeurs. Notre fierté. 2 Table des matières Pages 1. But du code 4 2. Champ d application 4 3. Durée d application du code 4 4. Interprétation

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau. Politique pour contrer le harcèlement

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau. Politique pour contrer le harcèlement Centre de la petite enfance Le Petit Réseau Politique pour contrer le harcèlement Février 2008 2 A- Énoncé et application L objectif premier de cette politique est de consacrer notre souci de prévenir

Plus en détail

modifiant la loi d application du code pénal suisse et d autres lois fédérales en matière pénale (LaCP) (E 4 10)

modifiant la loi d application du code pénal suisse et d autres lois fédérales en matière pénale (LaCP) (E 4 10) Secrétariat du Grand Conseil PL 11404 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt : 19 mars 2014 Projet de loi modifiant la loi d application du code pénal suisse et d autres lois fédérales en

Plus en détail

ARRÊTÉ ROYAL FIXANT LES RÈGLES DE DÉONTOLOGIE DU PSYCHOLOGUE

ARRÊTÉ ROYAL FIXANT LES RÈGLES DE DÉONTOLOGIE DU PSYCHOLOGUE ARRÊTÉ ROYAL FIXANT LES RÈGLES DE DÉONTOLOGIE DU PSYCHOLOGUE PUBLIÉ AU MONITEUR BELGE LE 16 MAI 2014 EN VIGUEUR A PARTIR DU 26 MAI 2014 Chapitre I er. - Dispositions générales Article 1er. Le présent code

Plus en détail

HAUT-COMMISSARIAT AUX DROITS DE L HOMME OFFICE OF THE HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS PALAIS DES NATIONS 1211 GENEVA 10, SWITZERLAND

HAUT-COMMISSARIAT AUX DROITS DE L HOMME OFFICE OF THE HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS PALAIS DES NATIONS 1211 GENEVA 10, SWITZERLAND HAUT-COMMISSARIAT AUX DROITS DE L HOMME OFFICE OF THE HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS PALAIS DES NATIONS 1211 GENEVA 10, SWITZERLAND Mandat de la Rapporteuse spéciale sur l indépendance des juges et

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., c. D-9.2, a. 310) CHAPITRE I DÉFINITION, OBJET ET CHAMP

Plus en détail

Principes et pratiques relatifs à la vente de produits. et services par les courtiers en assurance de dommages

Principes et pratiques relatifs à la vente de produits. et services par les courtiers en assurance de dommages Principes et pratiques relatifs à la vente de produits La déclaration intitulée Principes et pratiques relatifs à la vente de produits et services par les courtiers en assurance de dommages a été élaborée

Plus en détail

Avis concernant la publicité des rapports annuels des médiateurs

Avis concernant la publicité des rapports annuels des médiateurs 22 06 2012 SPF SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT --- DIRECTION GÉNÉRALE DE L ORGANISATION DES ETABLISSEMENTS DE SOINS --- COMMISSION FEDERALE «DROITS DU PATIENT» Avis concernant

Plus en détail

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 39616/98 présentée par J. F. contre

Plus en détail

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 11 34. Date : Le 20 octobre 2006. Commissaire : Demandeur ING, COMPAGNIE D ASSURANCE

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 11 34. Date : Le 20 octobre 2006. Commissaire : Demandeur ING, COMPAGNIE D ASSURANCE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 11 34 Date : Le 20 octobre 2006 Commissaire : M e Christiane Constant X Demandeur c. ING, COMPAGNIE D ASSURANCE Entreprise DÉCISION L OBJET DU

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DES REPRÉSENTANTS EN ASSURANCE DE DOMMAGES

CODE DE DÉONTOLOGIE DES REPRÉSENTANTS EN ASSURANCE DE DOMMAGES (1998, c. 37, a. 313, 1 er al., par. 1 ) Section I Dispositions générales 1. Les dispositions du présent code visent à favoriser la protection du public et la pratique intègre et compétente des activités

Plus en détail

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION Siège Bureau de Montréal Bureau 1.10 Bureau 18.200 575, rue Saint-Amable 500, boulevard René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1R 2G4 Montréal (Québec) H2Z 1W7 Tél. : (418) 528-7741 Tél. : (514) 873-4196

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F13. FORMULAIRES ET CERTIFICATS

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F13. FORMULAIRES ET CERTIFICATS LES DIX QUESTIONS DU MEDECIN LIBERAL SUR LES FORMULAIRES ET CERTIFICATS REQUIS PAR LES COMPAGNIES D ASSURANCE DES PATIENTS «L information médicale est nécessaire à l assureur que ce soit pour l évaluation

Plus en détail

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E N o C 11-88.136 F-P+B N o 5268 1 GT 16 OCTOBRE 2012 REJET M. LOUVEL président, R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, en son audience

Plus en détail

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE Loi sur l Assemblée nationale (chapitre A-23.1, a. 124.3) CHAPITRE I APPLICATION 1. Les présentes

Plus en détail

COUR SUPRÊME DU CANADA

COUR SUPRÊME DU CANADA COUR SUPRÊME DU CANADA RÉFÉRENCE : R. c. Beaulieu, 2010 CSC 7 DATE : 20100225 DOSSIER : 33181 ENTRE : Sa Majesté la Reine Appelante et Georges Beaulieu Intimé TRADUCTION FRANÇAISE OFFICIELLE CORAM : La

Plus en détail

Montréal, le 1 er août 2014. M e François Giroux McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L 1000, rue de la Gauchetière Ouest Bureau 2500 Montréal (Québec) H3B 0A2

Montréal, le 1 er août 2014. M e François Giroux McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L 1000, rue de la Gauchetière Ouest Bureau 2500 Montréal (Québec) H3B 0A2 Montréal, le 1 er août 2014 M. M e François Giroux McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L 1000, rue de la Gauchetière Ouest Bureau 2500 Montréal (Québec) H3B 0A2 Objet : Plainte de M. à l endroit de la CIBC N/Réf.

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION Les règles du comité de vérification qui suivent ont été mises à jour en juin 2009 après un examen annuel de toutes les règles des comités du conseil. I. OBJET Le comité

Plus en détail

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Définitions (1) Les définitions qui suivent s appliquent à la présente règle. Champ d application «demande de réparation» Sont comprises parmi les demandes de réparation

Plus en détail

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 25 mai 2005. PROPOSITION DE LOI abrogeant l article 434-7-2 du code

Plus en détail

L avocat externe et l avocat en entreprise: réussir ensemble

L avocat externe et l avocat en entreprise: réussir ensemble PRÉSENTÉ À «NOM DU CLIENT», DATE PRÉSENTÉ AUX MEMBRES DU BARREAU DE MONTRÉAL, 17 MARS 2015 L avocat et l avocat en entreprise: réussir ensemble M e Jean-Yves Simard SURVOL Introduction Le choix de recourir

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE LAVAL

SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE LAVAL Page: 1 de: 5 1. PRÉAMBULE La présente politique s'inspire des articles 10 et 10.1 de la Charte des droits et libertés de la personne qui interdit toute forme de harcèlement, tant social que sexuel. Elle

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

RÈGLEMENT TYPE SUR L IDENTIFICATION ET LA VÉRIFICATION DE L IDENTITÉ DES CLIENTS AUTRES QUESTIONS ET RÉPONSES

RÈGLEMENT TYPE SUR L IDENTIFICATION ET LA VÉRIFICATION DE L IDENTITÉ DES CLIENTS AUTRES QUESTIONS ET RÉPONSES RÈGLEMENT TYPE SUR L IDENTIFICATION ET LA VÉRIFICATION DE L IDENTITÉ DES CLIENTS AUTRES QUESTIONS ET RÉPONSES 1. J ai été engagé par une compagnie d assurance pour la représenter dans un recours par subrogation.

Plus en détail

Ligne directrice n 5 : COU:1

Ligne directrice n 5 : COU:1 Manitoba Ministère de la Justice Bureau des procureurs de la Couronne Directive d orientation Ligne directrice n 5 : COU:1 Objet : Nomination d un avocat indépendant Date : septembre 2012 ÉNONCÉ DES POLITIQUES

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : R. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 10 Appel n o : GE-13-2316 ENTRE : R. G. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉNONCIATION

POLITIQUE DE DÉNONCIATION POLITIQUE DE DÉNONCIATION APPROUVÉE PAR LE COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE MISE EN CANDIDATURE LE 11 DÉCEMBRE 2013 APPROUVÉE PAR LE COMITÉ D AUDIT LE 25 MARS 2014 APPROUVÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION

Plus en détail

CODE D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE VICTORIAVILLE

CODE D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE VICTORIAVILLE Victoriaville CODE D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE VICTORIAVILLE Règlement numéro 986-2011 Adopté le 2011 Entrée en vigueur le 2011 ARTICLE 1 : TITRE Le titre

Plus en détail

Charte des droits de l étudiant

Charte des droits de l étudiant Charte des droits de l étudiant Revisée : Sénat 21 janvier 2009 Résolution 3 L historique complet en fin de document. PARTIE I : DROITS ET LIBERTÉS FONDAMENTAUX 1 Chaque étudiant jouit à l Université de

Plus en détail

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité?

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? Automne 2011 QU EST-CE QU UN CERTIFICAT DE SÉCURITÉ? Créée en 1978, la procédure actuelle trouve son fondement dans la loi sur l immigration

Plus en détail

Les juridictions. A) Les juridictions civiles :

Les juridictions. A) Les juridictions civiles : Les juridictions. Tribunaux = Magistrats Ils ont une compétence d attribution (on ne peut pas s adresser à n importe quel tribunal pour n importe quelle affaire. Le droit privé (ordre judiciaire) de 1

Plus en détail

Code de conduite des fournisseurs

Code de conduite des fournisseurs Code de conduite des fournisseurs Novembre 2014 1. Introduction La Société canadienne des postes (Postes Canada), une société d État fédérale, vise à maintenir la confiance de tous ses intervenants en

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières

Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières 1. À mesure que la profession actuarielle se mondialise et que les clients que nous servons élargissent

Plus en détail

Approuvé par le conseil d administration de la SADC le 14 septembre 2004; modifié par le conseil le 6 juin 2007 et le 5 mars 2014

Approuvé par le conseil d administration de la SADC le 14 septembre 2004; modifié par le conseil le 6 juin 2007 et le 5 mars 2014 Approuvé par le conseil d administration de la SADC le 14 septembre 2004; modifié par le conseil le 6 juin 2007 et le 5 mars 2014 1. ATTENDUS Code de conduite professionnelle et de comportement éthique

Plus en détail

L expérience à votre service. Sociétés ouvertes Administrateurs et dirigeants. Assurance de la responsabilité des membres de la direction

L expérience à votre service. Sociétés ouvertes Administrateurs et dirigeants. Assurance de la responsabilité des membres de la direction L expérience à votre service Sociétés ouvertes Administrateurs et dirigeants Assurance de la responsabilité des membres de la direction Sociétés ouvertes Administrateurs et dirigeants L importance de l

Plus en détail

2.3 De maintenir un climat de travail exempt d incivilité et de harcèlement.

2.3 De maintenir un climat de travail exempt d incivilité et de harcèlement. Objet : Politique concernant le harcèlement au travail En vigueur le : 2011-06-02 Mise à jour le : 2014-09-01 DIRECTIVE NO : 26 Page 1 de 5 Cette politique remplace toute autre politique antérieure concernant

Plus en détail

AU SERVICE DES CANADIENS DEMANDE DE RÉVISION D UNE CONDAMNATION

AU SERVICE DES CANADIENS DEMANDE DE RÉVISION D UNE CONDAMNATION AU SERVICE DES CANADIENS DEMANDE DE RÉVISION D UNE CONDAMNATION Introduction Le Code criminel confère au ministre de la Justice du Canada le pouvoir de réviser une condamnation pour une infraction à une

Plus en détail

Coalition pour la Cour pénale internationale (CCPI) Questionnaire pour les candidats judiciaires à la CPI Élections de décembre 2011

Coalition pour la Cour pénale internationale (CCPI) Questionnaire pour les candidats judiciaires à la CPI Élections de décembre 2011 Conscients des restrictions auxquelles sont soumis les juges de la CPI concernant les commentaires extrajudiciaires qui pourraient affecter l indépendance mentionnée à l article 40 du Statut de Rome et

Plus en détail

N 2807 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2807 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2807 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 16 septembre 2010. PROPOSITION DE LOI visant à modifier les conditions

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Droit Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la justice pénale Descriptif Le module Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la

Plus en détail

Affidavit à l appui d une demande de garde ou de droit de visite (Au besoin, joignez des feuilles supplémentaires.)

Affidavit à l appui d une demande de garde ou de droit de visite (Au besoin, joignez des feuilles supplémentaires.) ONTARIO situé(e) au Requérant(e)(s) (Nom du tribunal) Adresse du greffe Nom et prénom officiels et adresse aux fins de signification numéro et rue, municipalité, code postal, numéros de téléphone et de

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL15-020 TITRE : POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 2 février 2015 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI

Plus en détail