Format UQAM Séminaire de droit pénal ( ) Le citoyen face au secret : vérité ou mensonge?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Format UQAM Séminaire de droit pénal (19.01.11) Le citoyen face au secret : vérité ou mensonge?"

Transcription

1 1 Format UQAM Séminaire de droit pénal ( ) Le citoyen face au secret : vérité ou mensonge? Formateur : Me Jean-C. Hébert, avocat Professeur associé - UQAM, Sciences juridiques Introduction Le secret c est un savoir caché, scellé, que l on tait. Le secret s oppose à la transparence. Dans la société civile, le secret a mauvaise presse, au contraire de son opposé, la transparence. Dans une perspective idéologique, la transparence est assimilée à la vérité, à la rectitude et même à l innocence. À l inverse, le secret comporte, dans sa face cachée, de l inavouable et de la culpabilité. L idée de transparence suppose que tout peut s exposer, devenir public pour être soumis au regard des autres, être également l objet de procédures de surveillance et de contrôle. Aujourd hui, le concept de transparence est lié à la démocratie. Médiatisation de la Justice Sur différents registres, la Justice et les médias jouent des partitions qui, selon les circonstances, s'opposent, s'entrecroisent et parfois convergent. Dans une société démocratique, la Justice est une forme essentielle de l'exercice du pouvoir : elle a pour fonction d'intervenir de manière contraignante, en tant qu'autorité indépendante. Ce caractère démocratique lui permet d exercer son autorité sur tous les citoyens, selon le principe de l égalité de tous devant la loi. Les médias informent, critiquent, dénoncent les abus, éclairent les décisions et se font parfois l'écho des différents groupes sociaux. Ils permettent ainsi aux citoyens de se forger une opinion. Pour exercer pleinement cette vigilance, la presse doit être libre. Sa logique, celle de l'événement, nécessite la rapidité. En outre, dans un environnement concurrentiel, des contraintes d'ordre commercial rendent possibles certaines dérives. L idée de transparence diffère selon qu on la perçoit dans la lorgnette de la Justice ou celle des médias. Une information plus rapide et plus complète que

2 2 celle du concurrent préoccupe le journaliste. Dans un contexte médiatique où la transparence de l'information est immédiate, la force émotive des images et la carrure du récit peuvent fausser dans l'opinion publique l'appréciation aseptisée des faits effectuée lentement dans une cour de justice. Grande est la responsabilité du journaliste dans la composition exacte de la trame factuelle. Puisque la réputation et la dignité des justiciables sont en cause, rien n'autorise la presse, au nom de la transparence, à faire justice. Pour l institution judiciaire, la transparence ne consiste pas à tout savoir, mais plutôt à savoir ce qui fut légitimement établi. La quête de vérité Notre système de justice pénale n'a jamais permis la recherche de la vérité à tout prix et par tout moyen. Les cours de justice ont sans contredit pour principal objectif la recherche, la défense et la découverte de la vérité; mais tous les moyens ne leur sont pas permis -- et ne devraient pas leur être permis -- pour réaliser cet objectif, si valable et important soit-il; elles ne peuvent chercher honorablement à l'atteindre sans faire preuve de modération, au prix de l'injustice ou par des moyens inéquitables. Comme tout ce qui est bon, la vérité comporte des dangers : son amour peut porter à la déraison; sa recherche peut mener à des excès; son coût peut s'avérer trop élevé 1. Le secret individuel Une société démocratique chancelle lorsqu elle dénie aux individus une aire de secret leur permettant de résister à l invasion collective. Il y a parfois un désir totalitaire dans la soif de transparence, dans la saisie de l individuel par le collectif. Dans un contexte social favorable à la communication, le secret et la confidentialité sont en concurrence avec l exigence de la transparence.trop de clarté peut nuire à l autonomie de la personne et entraîner des effets pervers. Soulignons le paradoxe : les aspirations à la levée du secret côtoient les revendications au respect de la sphère privée. En marge du secret individuel, mis à mal par la curiosité gouvernementale, les secrets d État couvrent la vérité judiciaire d un voile opaque. 1 R. c. Noël, [2002] 3 R.C.S. 433, par.58

3 3 Au gré du temps, selon les besoins de la société civile et des gouvernements, les tribunaux et le législateur ont, tour à tour, reconnu à certaines personnes un certain droit au silence ayant pour effet de fissurer la plénitude de la vérité. Mais, qu est-ce donc qu un privilège? À l origine, ce terme fut calqué sur le mot anglais privilege. En français, on fait également référence à l idée d un avantage conféré à quelqu un. Bref, le concept de privilège désigne la faculté ou, le cas échéant, l obligation reconnue à un sujet de droit de taire certaines informations. Œuvrant en symbiose, les juges et les élus ont élaboré un ensemble de privilèges d intérêt public en vertu desquels des renseignements pertinents à l objet d un litige sont, pour différentes raisons, écartés du débat. Le secret professionnel du juriste Parmi les privilèges d intérêt public, en vertu desquels certains faits pertinents peuvent échapper à l examen judiciaire, le secret professionnel de l avocat reste le plus connu 2. Il concerne le fonctionnement harmonieux de l administration de la justice. En tout état de cause, le système judiciaire doit être fonctionnel. Par conséquent, lors d une consultation, un client doit sentir qu'il peut librement s'exprimer et que ses confidences sont protégées. En matière pénale, nous savons d ores et déjà qu un inculpé ne peut être contraint de révéler quoi que ce soit, avant comme après sa mise en accusation. Ce serait violer le droit fondamental au silence que de forcer le confident de l accusé, son procureur, à témoigner contre lui. Qu il soit conseiller juridique ou plaideur, l'avocat exerce une fonction utile au maintien de l'ordre social. En effet, toute personne doit pouvoir consulter un avocat secrètement, sinon elle pourrait masquer une partie de la vérité. Le client doit avoir l assurance que ses confidences ne seront jamais divulguées sans son consentement. Voilà pourquoi le droit à confidentialité des communications et la protection du secret professionnel de l'avocat sont essentiels au maintien de la confiance du public dans l administration de la justice. S agissant d un droit 2 Au Québec, s agissant de l application des lois fédérales, le notaire jouit du même statut que l avocat.

4 4 fondamental, la confidentialité des communications entre un client et son avocat peut être revendiquée en toutes circonstances. La confidentialité peut s effriter et sortir du domaine d application du secret professionnel de l avocat. Ainsi, une conversation intime entre un avocat, son client et un témoin pourrait légalement être rapportée en justice par ce dernier. À l inverse, dès lors qu il s applique, le secret professionnel de l avocat comporte impérativement une exigence de confidentialité. Quoiqu il en soit, le droit d un client d opposer le secret de ses communications avec un avocat a donné naissance à une règle de preuve (qualifiée de privilège) protégeant la divulgation de certains renseignements devant le tribunal. Par contre, la notion de secret professionnel fait référence à une règle de droit substantif protégeant le droit fondamental à la confidentialité d une relation entre un client et son conseiller juridique. Par conséquent, cette notion ratisse plus large que celle de privilège. Le juge doit aborder avec circonspection toute mesure limitant le secret professionnel. Une atteinte au droit fondamental à la confidentialité doit être pleinement nécessaire à la réalisation des objectifs supérieurs du législateur. Ce n est pas l importance de la profession juridique mais plutôt les intérêts de la justice qui justifient l existence et la portée de cette atteinte à la vérité judiciaire. Avant tout, ce sont des besoins fonctionnels qui sous-tendent le fondement du secret de la profession juridique. En effet, la relation confidentielle d un justiciable avec son avocat est essentielle au bon fonctionnement du système de justice. Bien qu il soit inextricablement lié au système judiciaire, le secret professionnel de l avocat n en gêne pas moins son efficacité. Voilà un curieux paradoxe! Pour tout dire, malgré son importance, le secret professionnel de l avocat n a rien d absolu. Des dérogations existent. Ainsi, la démonstration de l innocence d un accusé requiert parfois la levée du secret. Pour établir son innocence (et la culpabilité d autrui), le compagnon d un assassin pourrait légitimement faire témoigner l avocat de ce dernier et l obliger à divulguer les confidences de son client. La communication secrète entre un client et son procureur peut également faire l objet de divulgation lorsqu elle révèle un dessein criminel ou constitue une

5 5 menace à la sécurité publique. Exemple : un client révèle à son procureur le détail d un complot pour administrer une raclée à l amant de sa conjointe. L avocat peut alors dénoncer son client et prévenir la police. Puisqu il faut assurer la confiance du public dans l administration de la justice, de telles dérogations sont rares et bien circonscrites. En somme, le devoir de discrétion d un conseiller juridique doit être aussi absolu que possible. Cela dit, l étendue de la protection accordée aux communications secrètes, ainsi que l obligation de discrétion de l avocat, varient selon le contexte. Enfin, le secret professionnel ne protège pas la confidentialité de l ensemble des services rendus par un avocat. Échappent donc à l obligation de silence les conseils portant sur de pures questions d affaires. On peut porter le titre d avocat mais agir essentiellement comme gestionnaire d entreprise. Les rencontres d un administrateur également avocat - avec des partenaires commerciaux ne tombent pas sous le coup du secret professionnel. En définitive, la protection s appliquera ou non selon la nature de la relation avocat-client, l objet de l avis et les circonstances dans lesquelles il est requis et fourni. Les différentes professions ne peuvent agir qu à l intérieur d un champ de compétence démarqué par la loi. Cependant, la sphère d action d un conseiller juridique déborde le champ d exclusivité professionnelle. Par conséquent, le secret professionnel de l avocat ne peut être délimité par les frontières du monopole d exercice. La relation dominante d un client avec un professionnel du droit doit être axée sur un conseil de nature juridique. Dans le contexte d une consultation, le service professionnel fourni doit se conjuguer à l activité de conseil et, selon l usage, en être une composante incidente. Dans la foulée de la mondialisation, l avènement de grands cabinets multidisciplinaires modifie la sphère d application du secret professionnel. Dans la mesure où des services professionnels sont rendus en collégialité par des conseillers juridiques, des comptables et autres spécialistes, les risques de rupture du secret professionnel s amplifient. Différentes valeurs s emmêlent : d une part, la prééminence du secret professionnel pour l administration de la justice et, d autre part, la liberté d association. Au Canada, c est dans le contexte du débat judiciaire par opposition à la consultation juridique - que le secret professionnel de l avocat s est cristallisé. Le besoin des justiciables d obtenir des conseils juridiques comporte forcément

6 6 l exigence de confidentialité. C est le moment de rappeler que seules les communications faites dans le but légitime d obtenir une aide ou des conseils professionnels licites sont privilégiées. Les consultations intervenues de bonne foi entre un avocat et un client incertain des conséquences juridiques d un geste quelconque sont protégées, même si plus tard l acte est considéré illicite. La partie qui réclame la levée du secret professionnel en invoquant l exception de crime ou de fraude projetés doit démontrer que, lors de la consultation, le client savait ou aurait dû savoir que l acte projeté était illégal. Il faut apporter un élément quelconque tendant à établir que l avis juridique a facilité le crime ou que l avocat est devenu conspirateur 3. C est un standard de vraisemblance qui régit la levée du secret professionnel. Il s agit généralement d une preuve circonstancielle rendant probable le fait qu une communication privilégiée sert à des fins illégales. Cette norme représente un équilibre entre des intérêts sociaux et juridiques contradictoires. D une part, elle empêche le détournement du secret professionnel de sa finalité; d autre part, elle évite que son contenu ne soit révélé sans une vérification attentive d une preuve circonstancielle capable d établir, de façon prépondérante, son utilisation à des fins illicites. L exception au secret professionnel fondée sur une communication criminelle s applique sans égard au fait que le conseiller juridique soit dupe ou complice ou conspirateur 4. Les secrets d État Lorsqu un secret officiel bafoue la raison d État, la démocratie a mauvaise mine. Cependant, l intérêt public exige parfois qu un secret d État ne soit pas étalé au grand jour. Voilà pourquoi la loi 5 prévoit qu un ministre ou un fonctionnaire fédéral peut s opposer à la divulgation de renseignements qu il considère comme étant d intérêt public. Puisqu il s agit d une norme à contenu indéterminé, un standard ne répondant à aucune définition précise, il appartient au juge de prendre le relais pour examiner les informations litigieuses et statuer en conséquence. En cas de désaccord, une procédure d appel est prévue. 3 R. c. Campbell, R.C.S. 565, par.55 à 62 4 Leblanc c. Maranda, 2001 QCCA 393, par Articles 37 à 40 de la Loi sur la preuve au Canada. Voir : Louis Belleau, «L immunité de divulgation sous le régime de l article 37 L.P. : des secrets bien gardés», dans Développements récents en droit criminel (2008), Service de formation continue du Barreau du Québec, 2008, à la p.109.

7 7 Le législateur reconnaît que la non-divulgation de certains renseignements peut mettre en péril l équité d un procès. Le tribunal compétent peut donc, le cas échéant, rendre les ordonnances requises pour garantir à l inculpé la tenue d un procès équitable. L exercice de cette compétence réparatrice peut entraîner l abandon d un chef d accusation, sa modification, voire même l arrêt des procédures. Le vaste domaine des relations internationales, de la défense et de la sécurité nationale comporte son lot de secrets d État. La loi distingue deux catégories d informations susceptibles d exclusion dans un procès. Il y a les renseignements potentiellement préjudiciables, c est-à-dire ceux qui, dans l hypothèse d une divulgation, sont susceptibles de porter préjudice aux relations internationales ou à la défense ou à la sécurité nationales. Il y a également les renseignements sensibles, c est-à-dire ceux qui, de provenance canadienne ou étrangère, concernent les affaires internationales ou la défense du pays ou la sécurité nationale. En fait, il s agit du type de renseignements à l égard desquels le gouvernement fédéral prend des mesures de protection. Selon la Cour suprême, l exactitude de l information rapportée et l importance critique d un accès à une information obtenue de manière fiable et sans contrainte sont d une importance cruciale 6. Plusieurs crans de sécurité sont prévus afin de protéger efficacement cette catégorie de secrets étatiques : avis préventif des agents de l État, ordonnances de confidentialité, examen judiciaire ex parte, dépôt d un certificat, révision en appel, cheminement procédural expéditif et possibilité d un accord de divulgation. Lors d une poursuite pénale, le juge peut rendre l ordonnance requise afin de protéger le droit de l accusé à un procès équitable. Dans un jeu de pesée, il doit d abord statuer si l intérêt public justifie la divulgation partielle ou totale des renseignements litigieux. Ensuite, il peut exercer sa compétence réparatrice au regard de l inculpation. La stérilisation du droit d un justiciable d opposer une défense pleine et entière donne ouverture au redressement drastique prenant la forme d un arrêt de procédures. 6 Charkaoui c. Canada (Citoyenneté et Immigration), [2008] 2 R.C.S.326, par.41

8 8 Les renseignements confidentiels émanant du Cabinet des ministres du gouvernement fédéral font également l objet de mesures empêchant leur divulgation. Au Canada, on suit la tradition britannique assurant la confidentialité des discussions tenues dans l enceinte du Cabinet et des documents préparés en vue de ces discussions. C est la liberté de discuter librement qui justifie cette tradition. Sinon, les ministres pourraient, consciemment ou non, censurer leurs propos ou s abstenir de prendre des positions impopulaires ou de faire des commentaires risquant d être perçus comme politiquement incorrects. Le processus de gouvernement démocratique exige que les personnes responsables des politiques puissent s exprimer sans réserve au sein du Cabinet. Les procès-verbaux restent confidentiels pendant une durée de vingt ans. Toutefois, cette protection ne vise pas les documents de travail. Ceux-ci peuvent être dévoilés après l annonce publique d une décision gouvernementale. Lorsqu un ministre ou le greffier du Conseil privé fait valoir une opposition devant un tribunal compétent, celui-ci doit en refuser la divulgation sans examiner l information litigieuse ni tenir d audition sur le sujet. Une attestation écrite par un ministre ou le greffier, à l effet qu il s agit d un renseignement confidentiel du Cabinet ou de ses comités, constitue une fin de non recevoir. L obligation de confidentialité dure vingt ans. Selon la loi actuelle, une fois sa confidentialité attestée, un renseignement bénéficie d une grande protection. En effet, sur présentation d un certificat, un juge n est pas tenu de déterminer si l intérêt public commande que la confidentialité soit préservée ou que le renseignement soit divulgué. Au niveau provincial, la loi prévoit qu un fonctionnaire de l État québécois ne peut être contraint de divulguer ce qui lui fut révélé dans l exercice de ses fonctions si le juge est d avis, pour les raisons exposées dans la déclaration assermentée d un ministre ou de son sous-ministre, que la divulgation serait contraire à l ordre public 7. Il s agit d un privilège en faveur du fonctionnaire en sa qualité de témoin. Celui-ci ne bénéficie d une exemption de répondre qu en raison d une opposition formulée par un représentant de l État. Cependant, assujetti à la discrétion du 7 Article 308 Code de procédure civile du Québec

9 9 juge saisi de l opposition, le privilège est forcément relatif puisque que le témoin peut être contraint de divulguer le renseignement litigieux. Les renseignements personnels par l État comprend la capacité d une personne Le droit de ne pas être importuné par l État comprend la capacité d une personne de contrôler la diffusion de renseignements personnels, surtout lorsque des aspects de son identité sont en jeu : son mode de vie, ses relations intimes ou ses convictions politiques et religieuses. Le droit à la vie privée échappe à une définition formelle. Notion protéiforme, il est difficile d en fixer les limites. Cependant, certaines de ses composantes sont bien connues : tels sont le droit à l anonymat et à l intimité ainsi que le droit à l autonomie dans l aménagement de sa vie personnelle et familiale ou encore le droit au secret et à la confidentialité. Font également partie du droit à la vie privée : l inviolabilité du domicile, l utilisation de son nom, les renseignements liés à l état de santé, la vie familiale et amoureuse et l orientation sexuelle. N étant pas absolu, le droit à la vie privée est balisé par une série de limites et sa mise en œuvre appelle un équilibre avec d autres droits fondamentaux, dont celui du public à l information 8. Toute action gouvernementale nuisant à l intégrité intellectuelle d une personne porte atteinte à sa sécurité. Par conséquent, dans les affaires où une relation thérapeutique est compromise par la communication de dossiers privés, ça concerne autant la sécurité d une personne et non seulement sa vie privée. Par ailleurs, la protection de la vie privée fait l objet d une approche libérale : il est postulé qu une information de caractère personnel est propre à l intéressé, lequel conserve la liberté de la communiquer ou de la protéger comme il l entend. Devant les tribunaux, l équilibre entre le droit d une partie à la divulgation de renseignements personnels et le droit à la vie privée de l autre partie (ou d un témoin) peut différer selon qu il s agit d une affaire civile ou pénale. En matière civile, le droit à la vie privée du demandeur peut prévaloir plus facilement sur le droit à la production de renseignements intimes que cherche à connaître le défendeur. Dans un procès pénal, l enjeu mettant en cause la liberté de l accusé, le tribunal peut davantage favoriser la divulgation de renseignements privés d un plaignant ou d un témoin. 8 The Gazette (Division Southam Inc.) c. Valiquette, 1997 R.J.Q. 30, CAQ, p.36

10 10 Certes, en matière civile, des documents pertinents quant à un moyen de défense peuvent faire l objet de divulgation, nonobstant l intérêt primordial du demandeur (ou d un témoin) à leur confidentialité. Cependant, selon la pondération du droit à la divulgation et du droit à la vie privée, des renseignements peuvent être déclarés privilégiés en raison de leur pertinence douteuse ou de l existence de moyens alternatifs pour les obtenir. Les recherches à l aveuglette ne sont pas appropriées lorsqu un aspect important de la vie privée d un citoyen est en jeu. Par contre, saisie d une question de privilège, la cour peut décider que des renseignements doivent être produits afin de découvrir la vérité. Par exemple, si nécessaire, les dossiers d'un psychiatre concernant un patient mêlé à un procès peuvent devenir des documents privilégiés. Parfois, pour éviter une décision injuste, le juge pourra autoriser la production complète de renseignements personnels. En d autres circonstances, un interdit partiel de divulgation conviendra lorsque le droit à la vie privée l emporte sur l utilité d étaler publiquement des informations personnelles. En définitive, chaque cas doit être examiné et décidé à son mérite. Le législateur a incorporé au Code criminel 9 des dispositions protégeant les renseignements personnels des plaignants dans les procès relatifs à des accusations de nature sexuelle. Désireux d avoir accès à un dossier contenant des renseignements personnels liés à la vie privée d un témoin, l accusé doit présenter au juge une demande convaincante. Pour franchir le seuil critique de la pertinence vraisemblable, il doit étayer sa demande de divulgation par des éléments de preuve. Autrement dit, il ne suffit pas d alléguer que des renseignements pertinents sont possiblement contenus dans un dossier thérapeutique. Un accusé ne peut avoir accès aux renseignements personnels d autrui uniquement dans l espoir de découvrir des faits susceptibles de soutenir sa défense. On a voulu faire en sorte que les mythes, les stéréotypes et les hypothèses générales au sujet des victimes d agression sexuelle ne servent pas de prétexte à la divulgation de dossiers privés. Afin de déterminer si le critère de 9 Articles 277 à C.cr.

11 11 la pertinence vraisemblable est respecté, le juge doit se demander s il existe une possibilité raisonnable que l information soit logiquement probante à l égard d une question litigieuse au procès ou de la compétence d un témoin à déposer. Au final, le juge doit soupeser deux facteurs liés à l intérêt de la justice: l intrusion dans la vie privée d un plaignant causée par à une ordonnance de production et le droit de l accusé de se bien défendre pleinement. Présomption d innocence et liberté de presse A trop vouloir brandir la présomption d innocence, on oublie l essentiel. Dans les faits, la présomption d innocence est l accessoire d une présomption de culpabilité. Sans présomption de culpabilité, la présomption d innocence n a pas sa raison d être : c est l innocence pure et simple La présomption d innocence a notamment pour vertu de limiter le caractère discrétionnaire (parfois arbitraire) du jugement porté sur les faits. Cette règle fondamentale oblige le juge à valider son jugement, au-delà de ce qu il pense, pour intégrer aussi ce que les autres peuvent en penser. Le juge a beau posséder en son for intérieur le net sentiment ou l impression tenace que l accusé est coupable, cette croyance ne lui permet pas de juger légalement, sauf à conclure que la preuve soutient solidement la culpabilité. La justice idéale devrait permettre de punir sur le champ les coupables tout en épargnant les innocents. Cependant, cet idéal s effrite devant la réalité du traitement des affaires judiciaires. Animé par le principe de précaution, le processus d enquête et de mise en accusation procède avec lenteur. Cette retenue favorise l équité du procès et diminue la possibilité d erreur judiciaire. Face au feu roulant du monde de l information, il y a discordance entre le temps judiciaire et le temps médiatique. Certes, condamner hâtivement un innocent sur la foi de lourds soupçons relève de l injustice. Par contre, considérer comme innocente une personne, d ores et déjà promise à condamnation, relève de la foi aveugle. Pierre d angle de la justice pénale canadienne, l équité procédurale existe bien avant l ouverture formelle du procès. Elle s applique à toutes les étapes du processus d enquête et de l instance judiciaire proprement dite 10. Principe de 10 R. c. Kalanj, R.C.S. 1594, p.1608

12 12 justice fondamentale, la présomption d innocence protège autant la personne soupçonnée d avoir enfreint la loi que celle qui est mise en accusation. À ce titre, elle renforce le droit à la sécurité d une personne, sa réputation et sa dignité 11. En pratique, l exigence de justice publique atténue grandement la fiction juridique rattachée à la présomption d innocence. Les gens de robe sont familiers avec le substrat de cette règle cardinale et de ses accessoires procéduraux. Cependant, dans l opinion publique, l innocence présumée par la loi provoque inévitablement le scepticisme. Il va de soi que la nouvelle d une inculpation entretient le doute quant à l intégrité de la personne visée. Variables d un dossier à l autre, les répercussions et perturbations sont inévitables pour le suspect et ses proches. Hélas, ces stigmates font partie de la dure réalité de la justice pénale. À vrai dire, la présomption d innocence ne garantit jamais la nonculpabilité d un accusé. Bien qu un authentique innocent ne peut faire l impasse sur cette icône, le seul fait de la brandir renforce cruellement le halo de culpabilité. Contraints de respecter les bornes d une saine administration de la justice, les médias doivent quand même pouvoir communiquer les informations et les débats étalés devant les tribunaux. Actuellement, cette démarche comprend l identification de certains acteurs de la scène judiciaire. Contrairement aux jeunes gens 12 en délicatesse avec la justice et les victimes d abus sexuels, les personnes inculpées en matière pénale n échappent pas au processus d identification publique. Le dépôt d une inculpation intervient toujours dans le secret du cabinet d un juge de paix en l unique présence d un policier. Cet acte unilatéral de dénonciation intervient forcément en l absence du principal intéressé et souvent à son insu. Cela étant, avant qu un tribunal ne soit formellement saisi d une incrimination de façon contradictoire, transparente et publique, le droit de savoir ne justifie aucunement la divulgation médiatisée d allégations exposées (sans opposition) dans une procédure d exception et fondées sur la seule conviction 11 R. c. Pearson, R.C.S. 665, p.682 à Dans l affaire Québec (Min. Justice) c. Canada (Min. Justice) 2003 QCCA 52182, une formation de cinq juges fit l observation suivante : «Tant la stigmatisation et l'étiquetage pouvant résulter de la publication de l'identité que la présomption d'assujettissement à une peine pour adultes sont de nature à compromettre la sécurité psychologique de l'adolescent.»

13 13 d un accusateur. Par contre, le jour de la première confrontation judiciaire, la liberté provisoire déjà consentie au prévenu (ou sa relaxe autorisée par le juge) peut, du moins en apparence, rasséréner la présomption d innocence. Dans tout système de droit pénal, il arrive qu'une poursuite soit non fondée, que la publicité l'entourant soit injustement préjudiciable, qu'une défense fructueuse occasionne des frais, qu'une déclaration de culpabilité pour une infraction mineure ait des conséquences persistantes et injustes. Bien que graves, ces conséquences font partie des coûts sociaux et personnels liés au système de justice pénale, d opiner la Cour suprême 13. À la décharge de la classe journalistique, force est d admettre que l actuelle règle de droit comporte une zone d ombre. En l absence de prohibition, rien n empêche les médias de révéler l inculpation d un citoyen avant l étape de sa première comparution devant la cour. À bien y penser, avant qu un justiciable ne soit officiellement traduit en justice, l interdit de révéler son identité n entamerait nullement la liberté de presse et l exigence d une justice publique Par contre, pareille mesure renforcerait un tantinet la présomption d innocence. Dans une société démocratique comme la nôtre, cette valeur inestimable mérite une délicate attention., lequel conserve la liberté de la communiquer ou de la protéger comme il l entend. Devant les tribunaux, l équilibre entre le droit d une partie à la divulgation de renseignements personnels et le droit à la vie privée de l autre partie (ou d un témoin) peut différer selon qu il s agit d une affaire civile ou pénale. En matière a droit à la vie privée du demandeur peut prévaloir plus facilement sur le droit à la production de renseignements intimes que cherche à connaître le défendeur. Dans un procès pénal, l enjeu mettant en cause la liberté de l accusé, le tribunal peut davantage favoriser la divulgation de renseignements privés d un plaignant ou d un témoin. 13 R. c. Malmo-Levine, [2003] 3 R.C.S. 57, par. 174

14 14 Certes, en matière civile, des documents pertinents quant à un moyen de défense peuvent faire l objet de divulgation, nonobstant l intérêt primordial du demandeur (ou d un témoin) à leur confidentialité. Cependant, selon la pondération du droit à la divulgation et du droit à la vie privée, des renseignements peuvent être déclarés privilégiés en raison de leur pertinence douteuse ou de l existence de moyens alternatifs pour les obtenir. Les recherches à l aveuglette ne sont pas appropriées lorsqu un aspect important de la vie privée d un citoyen est en jeu. Par contre, saisie d une question de privilège, la cour peut décider que des renseignements doivent être produits afin de découvrir la vérité. Par exemple, si nécessaire, les dossiers d'un psychiatre concernant un patient mêlé à un procès peuvent devenir des documents privilégiés. Parfois, pour éviter une décision injuste, le juge pourra autoriser la production complète de renseignements personnels. En d autres circonstances, un interdit partiel de divulgation conviendra lorsque le droit à la vie privée l emporte sur l utilité d étaler publiquement des informations personnelles. En définitive, chaque cas doit être examiné et décidé à son mérite. Le législateur a incorporé au Code criminel des dispositions protégeant les renseignements personnels des plaignants oser une défense pleine et entièr R. c. Pearson, R.C.S. 665 Cette application [al. 11d) Charte can.] de la présomption d'innocence au procès, où il est question de la culpabilité de l'inculpé, n'épuise pas à mon sens le champ d'application de la présomption d'innocence dans le processus pénal en tant que principe de justice fondamentale. La présomption d'innocence, en tant que principe de fond de justice fondamentale, «a pour effet de sauvegarder la liberté fondamentale et la dignité humaine de toute personne que l'état accuse d'une conduite criminelle»: Oakes, précité, à la p À mon avis, la présomption d'innocence est un principe qui anime toutes les composantes du processus de justice pénale. Le fait que son application au procès concerne strictement la preuve et sa présentation, en conformité avec l'al. 11d) de la Charte, n'amoindrit aucunement le principe de justice fondamentale plus général selon lequel toute atteinte projetée au droit à la vie, à la liberté ou à la sécurité doit avoir comme point de départ que la personne inculpée ou soupçonnée d'une infraction est présumée innocente.

Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise

Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise MODÉRATEUR : Eric Simard Fasken Martineau PANÉLISTES : Martin Sheehan Fasken Martineau Anne Granger Fasken Martineau 3e Symposium

Plus en détail

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité?

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? Automne 2011 QU EST-CE QU UN CERTIFICAT DE SÉCURITÉ? Créée en 1978, la procédure actuelle trouve son fondement dans la loi sur l immigration

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La volonté affichée au printemps 2013 par le Président de la République d intensifier la

Plus en détail

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS Référence : Type de politique : Références juridiques : Autres références : INTRODUCTION Gouvernance autonome Code des professions, Code civil du Québec

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LES RÈGLES DÉONTOLOGIQUES... 17 TITRE II - LA PROCÉDURE DISCIPLINAIRE DU BARREAU DU QUÉBEC... 201

TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LES RÈGLES DÉONTOLOGIQUES... 17 TITRE II - LA PROCÉDURE DISCIPLINAIRE DU BARREAU DU QUÉBEC... 201 TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LES RÈGLES DÉONTOLOGIQUES................................. 17 TITRE II - LA PROCÉDURE DISCIPLINAIRE DU BARREAU DU QUÉBEC............... 201 TITRE III - LA PRATIQUE PROFESSIONNELLE...............................

Plus en détail

Questionnaire du projet Innocence

Questionnaire du projet Innocence 1 Questionnaire du projet Innocence Directives : Répondez de façon aussi détaillée que possible à chacune des questions suivantes ayant trait à votre dossier. Des réponses complètes et précises nous permettront

Plus en détail

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté.

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté. Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales Nos valeurs. Notre fierté. 2 Table des matières Pages 1. But du code 4 2. Champ d application 4 3. Durée d application du code 4 4. Interprétation

Plus en détail

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1)

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1) Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction (1). C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : Quels sont mes droits? Que dois-je faire

Plus en détail

Parallèlement, la Société a prévu des procédures visant la soumission confidentielle et anonyme de telles plaintes. 3. NATURE DE LA PLAINTE

Parallèlement, la Société a prévu des procédures visant la soumission confidentielle et anonyme de telles plaintes. 3. NATURE DE LA PLAINTE Politique et procédures à suivre pour la soumission de plaintes concernant la comptabilité, les contrôles comptables internes, l audit, l environnement et d autres questions 1. OBJECTIFS ET PORTÉE Groupe

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DU MOUVEMENT DESJARDINS

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DU MOUVEMENT DESJARDINS CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DU MOUVEMENT DESJARDINS TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 4 CHAPITRE I PRINCIPES 1. Le respect des personnes 6 2. Le respect de l intérêt commun 6 3. Le respect de l organisation

Plus en détail

Conseil canadien de la magistrature Directives de mi-procès

Conseil canadien de la magistrature Directives de mi-procès Conseil canadien de la magistrature Directives de mi-procès 1 Glossaire NDA = nom de l accusé NDD = nom du déclarant NDP = nom du plaignant NDT = nom du témoin ND1/3 = nom du tiers NDAT = nom de l accusé

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

l arrêt qui suit : E n t r e : comparant par Maître Yves KASEL, avocat à la Cour, demeurant à Luxembourg, et : le Ministère public

l arrêt qui suit : E n t r e : comparant par Maître Yves KASEL, avocat à la Cour, demeurant à Luxembourg, et : le Ministère public N 43 / 2014 pénal. du 11 décembre 2014. Not. 16453/13/CD Numéro 3383 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire,

Plus en détail

X X. Demandeurs. Entreprise DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D ACCÈS.

X X. Demandeurs. Entreprise DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D ACCÈS. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 10 23 Date : 31 juillet 2006 Commissaire : M e Hélène Grenier X X Demandeurs c. MELOCHE MONNEX INC. (SÉCURITÉ NATIONALE CIE D ASSURANCE) Entreprise

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements

Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements Rapport annuel sur les éloges et les plaintes du public 1 Table des matières Message du responsable de la gouvernance

Plus en détail

Le 29 juin 2007. Monsieur,

Le 29 juin 2007. Monsieur, Le 29 juin 2007 Monsieur Donald Savoie Président Groupe de travail sur la révision du droit à l information et de la protection des renseignements personnels Édifice Sartain-MacDonald, bureau 103 551,

Plus en détail

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 M. Karamoko F. (Élection de domicile des étrangers en situation irrégulière sans domicile stable) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 17 juillet

Plus en détail

Code d éthique Version révisée février 2011

Code d éthique Version révisée février 2011 Code d éthique Version révisée février 2011 Table des matières Introduction...3 1. Devoirs et obligations...4 1.1. Déclarations de la personne accompagnatrice... 4 1.2. Dispositions générales de la personne

Plus en détail

Politique d utilisation des médias sociaux et des technologies de l information

Politique d utilisation des médias sociaux et des technologies de l information CA 06-02-2015 Annexe 10.1 Politique d utilisation des médias sociaux et des technologies de l information Janvier 2015 2 1. PRÉAMBULE La Fédération des médecins résidents du Québec (FMRQ) est une fédération

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES F UPOV/INF/9 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES GENÈVE ACCORD entre l Union internationale pour la protection des obtentions végétales et le Conseil fédéral suisse pour déterminer

Plus en détail

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information (Questionnaire) 1. Décrivez brièvement le soutien institutionnel administratif de l accès à

Plus en détail

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 25 mai 2005. PROPOSITION DE LOI abrogeant l article 434-7-2 du code

Plus en détail

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Définitions (1) Les définitions qui suivent s appliquent à la présente règle. Champ d application «demande de réparation» Sont comprises parmi les demandes de réparation

Plus en détail

ENTREPRISES MINIÈRES GLOBEX INC. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE ET DE DÉONTOLOGIE

ENTREPRISES MINIÈRES GLOBEX INC. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE ET DE DÉONTOLOGIE ENTREPRISES MINIÈRES GLOBEX INC. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE ET DE DÉONTOLOGIE INTRODUCTION Le succès d Entreprises minières Globex inc. («Globex») repose sur l intégrité personnelle et professionnelle

Plus en détail

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action Orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle Plan d action Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir d autres

Plus en détail

Règlement relatif à l utilisation des ressources informatiques et de télécommunication

Règlement relatif à l utilisation des ressources informatiques et de télécommunication SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Règlement relatif à l utilisation des ressources informatiques et de télécommunication Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s)

Plus en détail

15. Protection de la propriété intellectuelle au Canada. Brevets

15. Protection de la propriété intellectuelle au Canada. Brevets Protection de la propriété intellectuelle au Canada En cette période où la recherche scientifique, le domaine technique et les activités commerciales évoluent rapidement, il devient de plus en plus important

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

GÉRER SON ENTREPRISE EN RESPECTANT LA LOI SUR LA CONCURRENCE

GÉRER SON ENTREPRISE EN RESPECTANT LA LOI SUR LA CONCURRENCE GÉRER SON ENTREPRISE EN RESPECTANT LA LOI SUR LA CONCURRENCE Pierre-Yves Guay et Yanick Poulin Direction générale des affaires criminelles, Bureau de la concurrence Interprétation Cette présentation n

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 03 94 Date : Le 29 juin 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Plus en détail

La diffamation. Quand l honneur, la dignité et la réputation sont en jeu!

La diffamation. Quand l honneur, la dignité et la réputation sont en jeu! La diffamation Quand l honneur, la dignité et la réputation sont en jeu! Vincent Gingras Avocat Congrès Fédération québécoise des municipalités 25, 26 et 27 septembre 2014 Québec Trois-Rivières Montréal

Plus en détail

Plaintes et procédures d enquête dans le secteur immobilier

Plaintes et procédures d enquête dans le secteur immobilier Plaintes et procédures d enquête dans le secteur immobilier Condominiums Immobilier rural Immobilier commercial Ventes de maisons neuves Gestion immobilière Immobilier résidentiel Division de l immobilier

Plus en détail

Archives numériques de Presse et Droit à l oubli

Archives numériques de Presse et Droit à l oubli Archives numériques de Presse et Droit à l oubli Les Etats généraux des médias d information Atelier 3 "Liberté d'expression" Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles Philippe NOTHOMB Conseiller juridique

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation Chambre criminelle Audience publique du 30 avril 2014 N de pourvoi: 13-88162 ECLI:FR:CCASS:2014:CR02211 Publié au bulletin Rejet M. Louvel, président Mme Chaubon, conseiller apporteur

Plus en détail

La vérification des antécédents, ça vous dit quelque chose?

La vérification des antécédents, ça vous dit quelque chose? La vérification des antécédents, ça vous dit quelque chose? Quel droit les employeurs, les organisations bénévoles, les autorités de réglementation et les établissements d enseignement (les «organismes»)

Plus en détail

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses Cour européenne des droits de l homme Questions & Réponses Questions & Réponses Qu est-ce que la Cour européenne des droits de l homme? Ces questions et réponses ont été préparées par le Greffe de la Cour.

Plus en détail

Politique Utilisation des actifs informationnels

Politique Utilisation des actifs informationnels Politique Utilisation des actifs informationnels Direction des technologies de l information Adopté le 15 octobre 2007 Révisé le 2 juillet 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. OBJECTIFS... 3 2. DÉFINITIONS... 3

Plus en détail

But, champ d application et définitions

But, champ d application et définitions Loi fédérale sur la protection des données (LPD) 235.1 du 19 juin 1992 (Etat le 1 er janvier 2014) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 95, 122 et 173, al. 2, de la Constitution

Plus en détail

La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit:

La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit: Arrêt n 102/14 Ch.c.C. du 12 février 2014. (Not. : 22032/99/CD) La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit: Vu les

Plus en détail

COUR PENALE INTERNATIONALE

COUR PENALE INTERNATIONALE ICC-01/04-01/06-917 30-05-2007 1/10 EO PT COUR PENALE INTERNATIONALE Original : Français No : Date de dépôt : 29 mai 2007 LA CHAMBRE PRELIMINAIRE 1 Composée comme suit : M. le Juge Claude Jorda Mme la

Plus en détail

Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics

Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics Juin 2004 TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION... 1 LE CHAMP D APPLICATION... 1 LA JUSTIFICATION...

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 2 La personne Me Micheline Montreuil 1 Contenu La personne physique La personne morale 2 Objectifs Après la lecture du chapitre, l étudiant doit pouvoir : Différencier

Plus en détail

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Secret de la défense nationale Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Textes source : Articles 413-5, 413-7, 413-9 à 413-12,

Plus en détail

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Avant-projet de loi Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale Déposé par Madame Kathleen

Plus en détail

Memo BATL : la nouvelle loi sur la régularisation fiscale

Memo BATL : la nouvelle loi sur la régularisation fiscale Memo BATL : la nouvelle loi sur la régularisation fiscale Dans le cadre de ses objectifs, la BATL souhaite collaborer à une législation efficace et de qualité qui soit applicable dans la pratique du droit

Plus en détail

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Procédure pénale Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Corrigé : Dissertation Le jugement de la personne poursuivie en son absence Indications de méthodologie : Sur la

Plus en détail

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée (JO n 4984 p. 13) L assemblée nationale à délibéré et adopté, Le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Adopté par l'assemblée générale des Nations Unies le 17 décembre 1979 (résolution 34/169) Article premier Article 2 Les responsables de

Plus en détail

CONTRIBUTION À LA CONSULTATION NATIONALE SUR LE RENFORCEMENT DE LA COMPÉTITIVITÉ JURIDIQUE DE LA PLACE DE PARIS. Paris, le 26 mai 2011

CONTRIBUTION À LA CONSULTATION NATIONALE SUR LE RENFORCEMENT DE LA COMPÉTITIVITÉ JURIDIQUE DE LA PLACE DE PARIS. Paris, le 26 mai 2011 CONTRIBUTION À LA CONSULTATION NATIONALE SUR LE RENFORCEMENT DE LA COMPÉTITIVITÉ JURIDIQUE DE LA PLACE DE PARIS Paris, le 26 mai 2011 Monsieur Michel PRADA, Inspecteur Général des Finances honoraire, a

Plus en détail

On se fait une loi de vous guider

On se fait une loi de vous guider On se fait une loi de vous guider La relation client-avocat Table des matières 3 L avocat : votre allié 4 Comment le choisir? q Les services de référence 6 Bien préparé, vous êtes plus efficace 6 Une communication

Plus en détail

Les voies qui conduisent au Tribunal fédéral Aperçu de l organisation judiciaire en Suisse

Les voies qui conduisent au Tribunal fédéral Aperçu de l organisation judiciaire en Suisse Les voies qui conduisent au Tribunal fédéral Aperçu de l organisation judiciaire en Suisse Contenu Contenu Contenu Introduction I. Tribunaux et juges A Sur le plan cantonal 1 Tribunaux civils a L autorité

Plus en détail

Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels

Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels (Loi sur le transfert des biens culturels, LTBC) 444.1 du 20 juin 2003 (Etat le 1 er janvier 2012) L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

Contrat de courtier. Entre : (ci-après nommée «Empire Vie») (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité :

Contrat de courtier. Entre : (ci-après nommée «Empire Vie») (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité : Contrat de courtier Entre : L EMPIRE, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE (ci-après nommée «Empire Vie») et (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité : Province : Code postal : Date d effet

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS INTERNATIONAL ASSOCIATION OF LAWYERS INTERNATIONALE ANWALTS-UNION UNION INTERNACIONAL DE ABOGADOS UNIONE INTERNAZIONALE DEGLI AVVOCATI PRINCIPES POUR LES AVOCATS ETABLISSANT

Plus en détail

1. À PROPOS DE COURTIKA

1. À PROPOS DE COURTIKA Conditions d utilisation du site web des sociétés Assurances Morin et Associés Inc., Services Financiers Morin Inc. et Lambert Jutras Assurances Inc. (ci-après «Courtika») Bienvenue sur le site Web de

Plus en détail

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE AUX MAISONS DE TRANSFERT ET AUX AGENTS DE CHANGE Les présentes lignes directrices résument les principales obligations légales auxquelles sont assujetties les maisons de transfert et les agents de change,

Plus en détail

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ;

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ; E-réputation : la poursuite et les sanctions des propos injurieux ou diffamatoires sur internet Article juridique publié le 15/07/2014, vu 4483 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM L'injure et la diffamation

Plus en détail

LE ROYAUME DE BELGIQUE

LE ROYAUME DE BELGIQUE ACCORD DE SIEGE ENTRE LE ROYAUME DE BELGIQUE ET L OFFICE INTERNATIONAL DES EPIZOOTIES ACCORD DE SIEGE ENTRE LE ROYAUME DE BELGIQUE ET L OFFICE INTERNATIONAL DES EPIZOOTIES LE ROYAUME DE BELGIQUE, dénommé

Plus en détail

REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE

REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE Le montant de la rétribution «Aide Juridictionnelle» est déterminé par le nombre d unités de valeur «UV» affectées à la procédure et prévues par l article 90 du décret

Plus en détail

Législation et droit d'un administrateur réseaux

Législation et droit d'un administrateur réseaux Législation et droit d'un administrateur réseaux Réalisé par : GUENGOU Mourad OULD MED LEMINE Ahmedou 1 Plan de présentation I. Introduction générale II. L Administrateur Réseaux 1) Mission de l administrateur

Plus en détail

Commentaires du Barreau du Québec sur la modernisation des dispositions du Code criminel relatives aux moyens de transport Document de travail

Commentaires du Barreau du Québec sur la modernisation des dispositions du Code criminel relatives aux moyens de transport Document de travail PAR COURRIEL Le 30 avril 2010 Consultation sur la conduite avec facultés affaiblies Section de la politique en matière de droit pénal Ministère de la Justice Édifice commémoratif de l Est 284, rue Willington

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ACHAT

CONDITIONS GENERALES D ACHAT CONDITIONS GENERALES D ACHAT Article 1 ACCEPTATION/ ACCUSE DE RECEPTION Sauf accords contraires et écrits entre AIRMETEC et le fournisseur, les présentes conditions s appliquent impérativement, à l exclusion

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ACHAT BONTAZ CENTRE

CONDITIONS GENERALES D ACHAT BONTAZ CENTRE CONDITIONS GENERALES D ACHAT BONTAZ CENTRE Article 1 : Objet et champ d application Sauf accord particulier dûment négocié entre les parties sous quelque forme que ce soit, ces présentes conditions générales

Plus en détail

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations LA SCOLARISATION À LA MAISON Orientations Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2010 ISBN 978-2-550-57703-4 (PDF) Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du

Plus en détail

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies Préambule La Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies, Ayant à l esprit

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012 Version pré-print pour citer cet article : «Les droits de celui qui décide de se défendre seul et le principe d égalité» (Cons. Const. 23 nov. 2012), Rev. Pén. Dr. Pén. 2012, p. 917, Les droits de celui

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5. L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques

Table des matières. Sommaire 5. L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques Table des matières Sommaire 5 L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques Introduction générale à la procédure civile et à l expertise 9 Dominique Mougenot I re partie Principes généraux de la

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

Accueil des sans-papiers et interventions policières Que dois-je faire?

Accueil des sans-papiers et interventions policières Que dois-je faire? Accueil des sans-papiers et interventions policières Que dois-je faire? A L USAGE DES BENEVOLES OU SALARIES D ASSOCIATION introduction 3 Une personne sans-papiers se présente dans un lieu d accueil de

Plus en détail

DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS

DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS Commission d accès à l information du Québec Dossier : 03 21 99 Date : 3 février 2005 Commissaire : M e Christiane Constant X Demandeur c. Croix Bleue, Assurance collective Entreprise DÉCISION L OBJET

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

N 2807 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2807 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2807 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 16 septembre 2010. PROPOSITION DE LOI visant à modifier les conditions

Plus en détail

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications La présente annexe au document de politique du Procureur

Plus en détail

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 39616/98 présentée par J. F. contre

Plus en détail

Titre : POLITIQUE AFIN DE CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE OU TOUTE AUTRE FORME DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL

Titre : POLITIQUE AFIN DE CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE OU TOUTE AUTRE FORME DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL Titre : POLITIQUE AFIN DE CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE OU TOUTE AUTRE FORME DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL Numéro : 1. Objet général La présente politique vise à établir les règles applicables

Plus en détail

CONSEIL DE LA MAGISTRATURE LE MINISTRE DE LA JUSTICE DU QUÉBEC. - et - - et - - et - - et - RAPPORT DU COMITÉ D'ENQUÊTE

CONSEIL DE LA MAGISTRATURE LE MINISTRE DE LA JUSTICE DU QUÉBEC. - et - - et - - et - - et - RAPPORT DU COMITÉ D'ENQUÊTE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC CM-8-89-35 CONSEIL DE LA MAGISTRATURE LE MINISTRE DE LA JUSTICE DU QUÉBEC MADAME DIANE LEMIEUX, MADAME LE JUGE ANDRÉE BERGERON, LE BARREAU DE LONGUEUIL, Plaignants MONSIEUR LE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

Avant-projet de Code de déontologie des avocats

Avant-projet de Code de déontologie des avocats Avant-projet de Code de déontologie des avocats Code des professions (L.R.Q., c. C-26, a. 87) PRÉAMBULE ATTENDU QUE la société québécoise est une société libre et démocratique basée sur le respect de la

Plus en détail

Politique et règles en matière de gestion de la propriété intellectuelle

Politique et règles en matière de gestion de la propriété intellectuelle SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique et règles en matière de gestion de la propriété intellectuelle Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration

Plus en détail

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE Suite à l examen des modalités de service élaborées par différentes entreprises offrant des services de téléphonie cellulaire, l Union des consommateurs a constaté que

Plus en détail

PROJET DE LOI. tendant à limiter et à encadrer les gardes à vue ------ EXPOSÉ DES MOTIFS

PROJET DE LOI. tendant à limiter et à encadrer les gardes à vue ------ EXPOSÉ DES MOTIFS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la justice et des libertés NOR : JUSX1022802L/Rose-1 PROJET DE LOI tendant à limiter et à encadrer les gardes à vue ------ EXPOSÉ DES MOTIFS Le Gouvernement a mené, à

Plus en détail

Preuve et pouvoirs exorbitants de l administration en droit italien.

Preuve et pouvoirs exorbitants de l administration en droit italien. 1 Preuve et pouvoirs exorbitants de l administration en droit italien. 1. Afin d analyser le thème de la preuve et des pouvoirs de l administration en droit italien, il faut remarquer tout d abord deux

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

L aide juridique au Nouveau-Brunswick. Fournir de l aide de nature juridique aux personnes à faible revenu

L aide juridique au Nouveau-Brunswick. Fournir de l aide de nature juridique aux personnes à faible revenu Fournir de l aide de nature juridique aux personnes à faible revenu La présente publication a été produite dans le cadre d une collaboration entre le Service public d éducation et d information juridiques

Plus en détail

Jean Juliot Domingues Almeida Nicolas. Veille Juridique [LA RESPONSABILITE DES ADMINISTRATEURS SYSTEMES ET RESEAUX]

Jean Juliot Domingues Almeida Nicolas. Veille Juridique [LA RESPONSABILITE DES ADMINISTRATEURS SYSTEMES ET RESEAUX] 2014 Jean Juliot Domingues Almeida Nicolas Veille Juridique [LA RESPONSABILITE DES ADMINISTRATEURS SYSTEMES ET RESEAUX] S O M M A I R E Définition de l administrateur systèmes et réseau........... 3 Administrateur

Plus en détail

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE 77 PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE Les lois fédérales sur les brevets, le droit d auteur et les marques de commerce assurent la protection de la propriété intellectuelle au Canada. Le Canada a signé l Accord

Plus en détail

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux PRINCIPAUTÉ DE MONACO Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux RAINIER III PAR LA GRACE DE DIEU PRINCE SOUVERAIN

Plus en détail

Par propriétaire, nous entendons toute personne qui met en location un bien déterminé selon les modalités requise par le Site GaloPro.com.

Par propriétaire, nous entendons toute personne qui met en location un bien déterminé selon les modalités requise par le Site GaloPro.com. Merci de votre intérêt pour GaloPro.com. En utilisant les pages du site internet http://www.galopro.com (ciaprès le «site» ou «galopro.com»), vous acceptez ces conditions générales. Si vous ne les acceptez

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉNONCIATION

POLITIQUE DE DÉNONCIATION POLITIQUE DE DÉNONCIATION APPROUVÉE PAR LE COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE MISE EN CANDIDATURE LE 11 DÉCEMBRE 2013 APPROUVÉE PAR LE COMITÉ D AUDIT LE 25 MARS 2014 APPROUVÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION

Plus en détail

Nom du représentant autonome : Code(s) : AGA/AGD actuel : Le demandeur demande son transfert à :

Nom du représentant autonome : Code(s) : AGA/AGD actuel : Le demandeur demande son transfert à : Demande de transfert Nom du représentant autonome : Code(s) : AGA/AGD actuel : Le demandeur demande son transfert à : Le demandeur a-t-il une dette envers son AGA/AGD actuel? Dans l'affirmative, veuillez

Plus en détail

LA DEFENSE DEVANT LES JURIDICTIONS PENALES INTERNATIONALES

LA DEFENSE DEVANT LES JURIDICTIONS PENALES INTERNATIONALES LA DEFENSE DEVANT LES JURIDICTIONS PENALES INTERNATIONALES PAR François ROUX Depuis Nuremberg jusqu au Tribunal spécial pour le Liban, la défense devant les tribunaux pénaux internationaux a subi une évolution

Plus en détail

Proposition de règlement municipal concernant l installation et l exploitation d un pipeline terrestre dans le territoire d une municipalité

Proposition de règlement municipal concernant l installation et l exploitation d un pipeline terrestre dans le territoire d une municipalité Proposition de règlement municipal concernant l installation et l exploitation d un pipeline terrestre dans le territoire d une municipalité Richard E. Langelier Docteur en droit (LL.D.) Doctorant en sociologie

Plus en détail