SOMMAIRE. 1! Introduction... 4! 2! Qu est-ce que la monnaie?... 5! 3! Les monnaies complémentaires... 11! 4! Types de monnaies complémentaires... 24!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOMMAIRE. 1! Introduction... 4! 2! Qu est-ce que la monnaie?... 5! 3! Les monnaies complémentaires... 11! 4! Types de monnaies complémentaires... 24!"

Transcription

1

2 SOMMAIRE 1! Introduction... 4! 2! Qu est-ce que la monnaie?... 5! 2.1! Définition de la monnaie... 5! 2.2! Historique de la monnaie... 5! 2.3! La richesse se crée quand la monnaie circule... 6! 3! Les monnaies complémentaires... 11! 3.1! Qu est-ce qu une monnaie complémentaire?... 11! 3.2! Finalités... 11! 3.3! Panorama historique... 13! 3.4! Répartition des monnaies complémentaires dans le monde... 17! 3.5! Architectures monétaires... 18! 3.5.1! Unité de compte... 18! 3.5.2! Modalités d émission monétaire... 18! 3.5.3! Fonte... 19! 3.6! Rôle des pouvoirs publics dans le déploiement d une monnaie complémentaire... 20! 3.6.1! Enjeux à l échelle nationale... 21! 3.6.2! Outils de politiques publiques... 21! 3.6.3! Les écueils de l institutionnalisation... 22! 4! Types de monnaies complémentaires... 24! 4.1! Monnaies d échange de services et d entraide... 24! 4.2! Monnaies pour une économie locale, sociale et solidaire... 24! 4.2.1! Relocaliser les échanges par une monnaie complémentaire "locale" ou "territoriale"... 25! 4.2.2! Créer de l emploi et des revenus... 25! 4.2.3! Rendre les échanges possibles... 26! 4.3! Monnaies de développement économique... 26! 4.4! Monnaies mixtes... 27! 4.5! Monnaies pour le développement de gestes éco-citoyens... 27! 5! Panorama des monnaies... 29! 5.1! Monnaies pour le développement de gestes éco-citoyens... 30! 5.1.1! ECO-POINTS Japon... 30! 5.1.2! GREEN CARD Corée du Sud... 32! 5.1.3! GREEN POINTS France... 34! 5.1.4! RECYCLEBANK Etats-Unis... 36! 5.1.5! NU-SPAARPAS Pays-Bas... 38! 5.1.6! TOREKE Belgique... 40! 5.2! Monnaies pour relocaliser les échanges... 42! 5.2.1! TRANSITION TOWN Royaume-Uni... 42! 5.2.2! CHIEMGAUER/REGIOGELD Allemagne... 44! 5.2.3! SOL - France... 46! 5.2.4! SOL VIOLETTE France / Toulouse (31)... 48! 5.2.5! ABEILLE - France / Villeneuve-sur-Lot (47)... 50! 2

3 5.2.6! LUCIOLE France / Ardèche du Sud (07)... 52! 5.2.7! MESURE France / Romans-sur-Isère... 53! 5.2.8! BOGUE Aubenas / Ardèche (07)... 55! 5.2.9! HEOL France / Brest (29)... 57! ! MUSE France / Murs Erigné (49)... 59! ! ECO France / Annemasse (74)... 61! ! DEODAT France / Saint-Dié-Des-Vosges (88)... 63! ! EPI France / Le Havre (76)... 65! ! ROUE France / Vaucluse (84) et Bouches-du-Rhône (13)... 66! ! NOSTRA France / Pays de Salon de Provence (13)... 68! ! CIGALONDE France / La Londe des Maures (83)... 69! ! GASTON France / Marseille (13)... 71! ! EUSKO France / Pays Basque... 72! ! OCCITAN France / Pézenas (34)... 74! 5.3! Monnaies pour créer de l emploi et des revenus... 76! 5.3.1! PALMAS Brésil... 76! 5.4! Monnaies pour rendre les échanges possibles... 78! 5.4.1! Clubes de Trueque - Argentine... 78! 5.5! Monnaies de développement économique... 80! 5.5.1! C3U - Uruguay... 80! 5.5.2! WIR - Suisse... 82! 5.5.3! RES - Belgique... 84! 5.5.4! NANTO France / Nantes (44)... 86! 5.6! Monnaies d échange de services d entraide... 87! 5.6.1! ACCORDERIE Canada / Quebec... 87! 5.6.2! TIME BANKS FAIRSHARES Etats Unis & Royaume Uni... 89! 5.6.3! SEL (Système d Echange Local) - France... 90! Quelques SEL présents en Région PACA... 91! 5.6.4! CES Afrique du Sud... 92! 5.6.5! MAKKIE Pays-Bas... 93! 5.7! Monnaie mixte... 94! 5.7.1! ITHACA HOURS Etats-Unis... 94! 6! Cartographie des monnaies les plus significatives... 96! 7! Conclusion... 97! 8! Bibliographie... 98! 3

4 1 Introduction Afin de développer l écocitoyenneté, des approches très concrètes peuvent être envisagées. Se référant directement à la vie quotidienne du citoyen, dans ses fonctions de consommateur de produits et de services comme dans celles relevant d échanges non monétaires, elles peuvent permettre d inciter les citoyens, en leur donnant les moyens de le faire, à être acteur et à adopter des comportements durables. On assiste depuis quelques années à l essor des monnaies complémentaires à travers le monde, même si des systèmes de monnaies complémentaires ont été attestés à différents moments de l histoire. Les monnaies complémentaires à finalité sociale sont estimées à plus de dispositifs, alors qu il n était que de 100 dans les années Plus récemment encore, des systèmes de monnaies complémentaires à finalité environnementale ont commencé à faire leur apparition, ouvrant ainsi le champ à de nouveaux outils pour favoriser les comportements éco-responsables. La société, telle que nous la connaissons, traverse de nombreuses crises : écologique, sociale, économique et financière. Ces crises impliquent autant de défis à relever, autant de transitions à assurer vers des dynamiques plus soutenables et équitables. Pour favoriser ces transitions, les monnaies complémentaires, quand elles sont développées pour motiver le changement de comportement des citoyens, peuvent constituer l un de ces outils. Ces monnaies dites «complémentaires», dans la mesure où ils sont construits à côté du système monétaire classique, tendent à replacer l'argent comme moyen et non comme une fin et s'appuient dans une large mesure sur les mêmes bases que l'économie de marché. Elles tentent de répondre à des besoins et des objectifs que ne remplit pas le système monétaire conventionnel. Ce dossier présente un panorama des monnaies complémentaires qui existent (ou ont existé) en France mais aussi au niveau mondial, afin d avoir une vision globale de ce que sont les monnaies complémentaires à l heure actuelles, les différentes types qui existent et le rôle des régions dans de tels dispositifs. 4

5 2 Qu est-ce que la monnaie? 2.1 Définition de la monnaie La monnaie est définie comme «un instrument de paiement spécialisé accepté de façon générale par les membres d une communauté en règlement d un achat, d une prestation ou d une dette». On considère que la monnaie a 3 fonctions : - Une unité de compte, c est-à-dire une fonction d expression de la valeur et d unité pour le calcul économique et la comptabilité. Elle sert à évaluer des marchandises ou des biens les uns par rapport aux autres. - Une fonction d intermédiaire dans les échanges. La monnaie, contrairement au troc, n impose pas d acheter et de vendre au même moment et à la même personne, on peut vendre d abord mais acheter plus tard. - Une fonction de «réserve de valeur», c est-à-dire la capacité de transférer du pouvoir d achat dans le temps. Avec le prêt, on peut acheter d abord mais vendre plus tard (pour rembourser l argent avancé). 2.2 Historique de la monnaie La monnaie fait son apparition ans avant notre ère. La monnaie fournit un étalon de mesure pour l'échange de biens de nature différente (une pomme contre une poire, un cochon contre 100 œufs). Elle peut aussi être mise en réserve pour réaliser des achats à une date ultérieure. Ainsi, la monnaie permet de différer les échanges dans le temps. Les premières pièces métalliques en Occident sont inventées par les Grecs d'asie Mineure au VIIe siècle avant J.-C. Peu à peu, l'or et l'argent vont remplacer les coquillages et autres outils d'échange pour s'imposer comme monnaies uniques à la quasi-totalité des sociétés occidentales. L or et l argent (rares et précieux) ont un inconvénient majeur : ils attirent les voleurs. La parade trouvée par les marchands est de confier leurs métaux précieux aux orfèvres, des personnes en qui ils ont confiance. En échange de l or et de l argent reçus, les orfèvres remettent des certificats de dépôt aux déposants. Ces certificats sont les ancêtres des billets de banque. Voyant qu une partie des dépôts restent dans leurs coffres, les orfèvres-banquiers se mettent à faire des prêts : le crédit bancaire est né. Une distinction s'établit ainsi entre ce qu'on appelle aujourd'hui la monnaie fiduciaire (les pièces et les billets) et la monnaie scripturale constituée par les dépôts à vue dans lesquels on peut se servir immédiatement pour effectuer tous ses paiements. Ces comptes sont utilisables sous diverses formes et continuent d'évoluer avec la technologie : chèques, virements, cartes magnétiques, netbanking... Les billets de banque reçoivent un cours légal (il devient obligatoire de les accepter en guise de paiement) au XIXe siècle, en même temps que les banques perdent la liberté d'émettre les billets. En 1973, le président américain Richard Nixon annonce l'inconvertibilité du dollar en or. L'argent moderne se dématérialise, de sorte que la quantité de monnaie disponible ne dépend plus de la quantité d'or et d'argent s'y rapportant, mais de la quantité qu'on décide de créer. Les États ne créent pas la monnaie, ils empruntent aux banques pour qui le critère prioritaire pour accorder un prêt est la capacité de remboursement de l'emprunteur. 5

6 À l'heure actuelle, l'essentiel des transactions monétaires journalières mondiales (98 % selon les dernières estimations des Nations unies) correspond à de la spéculation. Autrement dit, la plus grande partie des échanges dans notre société ne concerne pas des biens et services réellement existants (une poire contre une pomme), mais des paris que prennent les financiers. Ce qu'ils échangent (des produits dérivés, des assurances...) est aussi une forme de monnaie. Mais, à la différence des pièces qui sont échangées contre un service, ces produits financiers sont achetés et revendus entre eux, dans l'unique objectif de créer toujours plus de profit à chaque achat ou chaque revente. Ces transactions sont confinées au monde financier et ne concernent pas l'économie réelle. Outil d'échange au départ, la monnaie a progressivement pris son autonomie grâce aux mécanismes financiers pour devenir essentiellement une source de profit pour l'industrie financière. Il y a donc besoin de retrouver les fonctions centrales de la monnaie : 1- Favoriser l économie réelle et non pas l économie spéculative 2- Une économie réelle qui soit au service d un développement humain soutenable 2.3 La richesse se crée quand la monnaie circule L'argent épargné et déposé en banque est utilisé pour des placements souvent éloignés de l'économie locale, voire de l'économie réelle, d'où une insuffisance de fonds pour son développement. Or, plus une monnaie circule sur un territoire, plus elle crée de richesse dans celui-ci (cf. schémas et exemple suivants). 6

7 Circulation de la monnaie suivant le modèle classique 6 entreprises situées dans la même région L entreprise A réalise un achat chez l entreprise B et en contrepartie, lui verse de l argent L entreprise B épargne une petite partie de la somme versée en prévision d achats futurs Avec l argent qu il lui reste, elle peut réaliser des achats auprès d entreprises extérieures à la région Enfin, elle réalise des achats chez des entreprises de la région : des matières premières par exemple L entreprise réalise la même opération 7

8 L opération se répète pour les entreprise D, E et F On observe qu au fur et à mesure de sa rotation, la masse d argent disponible s est tarit. La circulation de la monnaie avec une monnaie complémentaire Même chose : l entreprise A réalise un achat chez l entreprise B et lui verse l argent Dans un système de monnaie complémentaire, l entreprise ne peut pas épargner du fait de la fonte Les achats hors du territoire sont également rendus impossibles car la monnaie ne peut être échangée que sur un territoire donné L entreprise B réutilise l argent en totalité pour acheter à l entreprise de la région 8

9 Et ainsi de suite Les monnaies complémentaires permettent une création de richesse plus importante sur le territoire 9

10 Par exemple, une économie où les entreprises achètent pour moitié dans la région et l autre moitié à l extérieur de la région L entreprise A achète pour à l entreprise B (1). B réalise donc un chiffre d affaires de Puis B achète la moitié de sa production hors de la région (3). L autre moitié des achats est réalisé chez un partenaire local (4), qui réalise donc un chiffre d affaires de Et ainsi de suite, la création de richesse sur le territoire s élève donc à (somme des chiffres d affaires des entreprises de la région) Dans le cadre d une monnaie complémentaire, l argent circule sans quitter la boucle, dynamisant un à un tous les acteurs économiques Monnaie classique Monnaie complémentaire 10

11 3 Les monnaies complémentaires Les monnaies complémentaires sont des dispositifs d échange locaux de biens, de services et de savoirs, organisés autour d une monnaie spécifique permettant à la fois d évaluer et de régler les échanges. On parle aussi de «monnaies sociales», de «monnaies locales», de «monnaies communautaires», parfois de «monnaies libres». 3.1 Qu est-ce qu une monnaie complémentaire? Les monnaies complémentaires sont des dispositifs locaux fournissant le cadre nécessaire aux échanges de biens, de services et de savoirs, organisés par et pour des communautés de citoyens, au moyen d une organisation monétaire définie ad hoc et qu une monnaie interne propre permet de comptabiliser et de régler. Des règles de fonctionnement particulières sont définies en fonction de l architecture monétaire adoptée et sont contractualisées entre les différents partenaires de l initiative : un nouveau contrat social basé sur une manière nouvelle d appréhender les échanges entre acteurs locaux naît alors et promeut le territoire comme espace renouvelé des échanges. Le plus souvent, l introduction d une monnaie locale transforme de fait la nature des relations entre les acteurs des champs économiques, sociaux et culturels sur le territoire. L une de ses vertus réside notamment dans la mise en place progressive d un maillage resserré de relations plus solidaires entre les acteurs locaux, produisant par là une résilience accrue du territoire face aux bouleversements économiques et sociaux induits à des échelles de territoire plus amples. L identité locale, la cohésion éco-socio-culturelle et l appartenance au territoire s en trouvent ainsi renforcées, ainsi que, parfois, les dimensions de préservation de l environnement et d écoresponsabilité des acteurs du territoire. 3.2 Finalités Le but des monnaies complémentaires n est pas de remplacer les monnaies nationales, mais de favoriser certains domaines : 1. Localiser les échanges au sein d espaces communautaires ou territoriaux Un premier objectif consiste à souhaiter protéger les espaces locaux contre les risques de déplacement des activités économiques. Il s agit de privilégier l usage local de revenus tirés d une production locale. La constitution d un circuit autonome, plus ou moins étanche à l égard du circuit économique courant peut favoriser une telle localisation. - Privilégier l usage local des revenus tirés d une production locale en créant un circuit autonome - S inscrire dans une logique plus large de développement local endogène : offre et demande sont enracinés localement - Rééquilibrer les rapports de force entre modèles d entrepreneuriat locaux et modèles de la grande entreprise transnationale - Répondre à la déconnexion entre les espaces de formation et de dépense des revenus 11

12 - Améliorer la résilience globale des territoires (économique, sociale, culturelle, politique, institutionnelle) - Créer une communauté locale médiatisée par l usage de la monnaie, mobilisant des principes solidaires et/ou réciprocitaires - Renforcer la mise en réseau des acteurs locaux - Mettre en place un espace de délibération collectif (notamment sur les objectifs de développement et de gestion du territoire) - Renforcer la participation démocratique, d instaurer de nouvelles formes de gouvernance partagée - Mettre en pratique une école de la citoyenneté. 2. Dynamiser les échanges à l intérieur de ces espaces Une monnaie complémentaire vise à dynamiser les échanges locaux au bénéfice des populations, autrement dit du développement économique local, du développement social et du développement humain. Cette dynamisation restreint par définition à des acteurs locaux des transactions auparavant tournées vers des clients ou des fournisseurs extérieurs. Le volume des transactions internes est donc mécaniquement accru. Cette localisation bénéficie à la collectivité dans son ensemble puisque l accroissement de l activité interne induit davantage de production et d emplois internes. - Effet mécanique de (re)localisation des échanges, de réduction des fuites de capitaux et de savoirs - Injecter un supplément de monnaie en développant l accès au crédit par le crédit automatique gratuit, par une logique de micro finance - Décourager la détention d avoirs monétaires (via par exemple des monnaies fondantes) et d encourager la circulation des richesses et la multiplication des échanges. 3. Transformer la nature des échanges Une monnaie complémentaire cherche à faire émerger des pratiques et des comportements nouveaux valorisant des activités généralement non rémunérées en reliant la mise en œuvre de ces compétences à la capacité de consommer. Une monnaie complémentaire cherche également à faire émerger de nouvelles relations entre les partenaires des échanges en promouvant la constitution de liens interpersonnels dans et par l échange. 12

13 3.3 Panorama historique Les monnaies complémentaires semblent avoir toujours été présentes en parallèle des monnaies officielles afin d assurer l équilibre économique. On en retrouve des traces en Égypte antique, au Moyen-âge ou plus récemment en Autriche suite à la crise de Il en existe de nos jours de tous types aux quatre coins du globe. Actuellement, il y aurait environ monnaies complémentaires dans le monde, regroupant plus de utilisateurs. Néanmoins, ces chiffres sont à relativiser car des dispositifs de monnaies complémentaires à vocation environnementale, comme Recycle Bank aux Etats-Unis, ont déjà plusieurs millions d utilisateurs. Récemment, c est dans les années 1980 qu il y a eu plein de sortes de monnaies complémentaires : des monnaies convertibles avec les monnaies nationales, des banques de temps pour permettre l échange des services, des monnaies de développement pour l économie locale, puis dans les années 2000, des projets plus complexes apparaissent. Dans la courte histoire des monnaies sociales depuis l expérience fondatrice du LETs de l île de Vancouver, on peut distinguer quatre générations de dispositifs qui se caractérisent par une organisation monétaire et des rapports particuliers au monde socio-économique et aux autorités publiques. Ces «générations» ne se succèdent pas mais s imbriquent et se transforment. Chronologie simplifiée des grands types de monnaies sociales 13

14 1 ère génération : monnaies inconvertibles, peu de partenariats économiques et une distance envers les pouvoirs publics (début des années 1980) Une première génération de dispositifs de monnaies sociales apparaît avec le modèle des LETs (Local Exchange Trade System) dans les années 80. Elle est particulièrement vive jusque dans les années 90. Ce sont des monnaies de «crédit mutuel» comme le sont les LETs et les SEL (Systèmes d échanges locaux) ou des monnaies de papier comme le trueque (troc) argentin. Elles sont fréquemment basées sur le temps. Ces monnaies ont pour caractéristiques d être inconvertibles en monnaie nationale, mais cela n empêche pas l utilisation conjointe de monnaie nationale et de monnaies sociales pour certains échanges de nature professionnelle, qui impliquent l engagement d entreprises ou de commerces et / ou le règlement de taxes (comme la TVA) en monnaie nationale. Dans la très grande majorité des cas, les monnaies complémentaires sont mises en œuvre par des associations locales en réponse à des besoins qui ne sont satisfaits ni par le secteur marchand ni par les services publics. Dans ce processus, les collectivités locales sont quasiment absentes. En France, il est arrivé qu une municipalité impulse la création d un système destiné à des populations défavorisées, mais ces tentatives ont tourné court. - Systèmes scripturaux de crédit mutuel ou monnaies papier (trueque argentin) - Inconvertible en monnaie nationale, mais parfois équivalences - Peu de partenariats socioéconomiques - Un rapport distant, voire défiant, aux collectivités locales - Partage de biens, recyclage = citoyenneté écologique + transformation des représentations (égalité/valeur) Exemples : LETs (Canada) / SEL (France) / Trueque (Argentine) / CES 2 ème génération : des monnaies-temps inconvertibles et une logique parfois municipale (fin des années 1980) La seconde génération trouve ses racines dans les dispositifs japonais de Fureai Kippu qui, dans les années 70, construisent une réponse sous la forme d une entraide comptabilisée aux besoins de services, notamment des personnes âgées. Mais, c est avec les expériences étatsuniennes de Time Banks impulsées par Edgar Cahn (1987) puis les Banche del tempo italiennes que ces dispositifs émergent véritablement. Les banques de temps établissent des monnaies de «crédit mutuel» comme les LETs et les SEL. Les échanges sont concentrés sur les services et leur comptabilisation se fait sur la base du temps qui est consacré à leur prestation. Ces monnaies sont inconvertibles en monnaie nationale. Les banques de temps peuvent entretenir des liens étroits avec des collectivités locales ou des organisations de l économie sociale et solidaire. Les banques de temps italiennes, en particulier, entretiennent des liens très forts avec les municipalités. Autour de l année 2000, environ 60% des banques de temps étaient appuyées de manière déterminante sur une commune, soit parce qu elles étaient directement établies, gérées et financées par elles, soit parce qu elles recevaient un soutien financier municipal. 14

15 - Monnaie temps, systèmes scripturaux de crédit mutuel - Seulement des échanges de services - Basé sur le temps avec un principe d égalité : 1h = 1h (et donc inconvertibilité totale) - Gestion informatisée, gérée par un «courtier du temps» («time broker») - Partenariats fréquents et souvent déterminants avec les collectivités locales (Italie, France) - Transformation des représentations (égalité/valeur) - Peu de partenariats socioéconomiques Exemples : Time Bank (Etats-Unis) / Banche del Tempo (Italie) / Accorderie (Québec Canada) 3 ème génération : à partir du début des années 90 Une troisième génération de monnaies sociales démarre aux États-Unis avec l Ithaca Hour, en 1991, et connaît un second souffle depuis le début des années 2000 avec les cas allemand (Regiogeld) et brésilien (banques communautaires sur le modèle du Banco Palmas). Une équivalence fixe lie la monnaie sociale à la monnaie nationale, et des formes de convertibilité sont établies. L émission de monnaie sociale est couverte par une réserve en monnaie nationale équivalente. L entrée, par conversion de monnaie nationale en monnaie interne, est possible et même favorisée par un taux bonifié (par exemple, 105 en monnaie interne pour 100 en monnaie nationale). La sortie par conversion de monnaie interne en monnaie nationale n est pas toujours acceptée (Ithaca Hours) ; lorsqu elle est possible, des pénalités de sortie cherchent à limiter les risques de revente en masse. Ces modèles se veulent plus efficaces dans l impact économique de leur activité et leurs relations au monde socio-économique. Ils visent la consommation quotidienne et reposent sur l acceptation par des entreprises et des commerces locaux de la monnaie locale. Dans ce cadre, des partenariats avec des banques ou des collectivités locales peuvent être déterminants, d une part pour intégrer des services publics dans le dispositif, de sorte que des paiements (de services de santé, de transport, etc.) puissent être réalisés en monnaie locale ; d autre part pour faire en sorte que les taxes et impôts locaux puissent être réglés en monnaie locale, ce qui constitue un puissant soutien à ces dispositifs. - Monnaie fiduciaire (billets/coupons) et électronique - Entrée par conversion / Sortie parfois autorisée avec «pénalités» - Convertibilité et équivalence en monnaie officielle - Recherche de partenariats avancés dans des objectifs économiques locaux : les collectivités locales sont peu présentes, mais leur présence est déterminante. - Fort essaimage - Parfois microcrédits - Chartes et critères de sélection des professionnels - Intégration de valeurs sociales et/ou écologiques dans les échanges marchands Exemples : Ithaca Hours (Etats-Unis) / Regiogeld (Allemagane) / Villes en Transition / Palmas & banques communautaires de développement (Brésil) / Berkshares 15

16 4 ème génération : plus compliquée à mettre en œuvre, lourde techniquement et financièrement, et qui correspond à des projets complexes Une quatrième génération a commencé à émerger au début des années Elle a pour particularité de combiner plusieurs objectifs jusqu ici demeurés séparés et d intégrer plus qu auparavant la préoccupation environnementale. Cela conduit à nouer des partenariats complexes rapprochant collectivités locales, acteurs économiques et programmes nationaux, voire européens. Un des cas les plus emblématiques est celui du Sol, en France. Le programme a été mis en œuvre en 2007 à partir de plusieurs territoires. Ce projet d une monnaie à valeur ajoutée sociale et environnementale, qui se nourrit des réflexions engagées par et autour de Patrick Viveret à partir de 1998, est complexe, car il combine une monnaie de fidélisation (distribution de points à des clients fidélisés), une monnaie rétribuant des actions bénévoles (s inspirant des SEL) et une monnaie affectée (inspiré de systèmes de bons d achat). L opportunité d intégrer un programme européen a permis d engager l expérimentation d un système technique lourd et coûteux en rassemblant des fonds de l Europe (50 %), de collectivités locales (30 %) et des ressources privées (20 %) provenant d organisations de l économie sociale. - Projets multiplexes (combinaison de plusieurs objectifs: environnementaux, sociaux, économiques...) - Dimension écologique appuyée - Ingénierie coûteuse et parfois lourde - Partenariats multiples dont rôle central des collectivités publiques Exemples : Nu-Spaarpas / SOL En se diffusant, ces dispositifs se différencient par une adaptation aux conditions locales, mais aussi par l activation d une culture de l expérimentation et par la prise de conscience que la monnaie est un outil malléable que l on peut adapter à des fins qu il appartient aussi à la société civile de définir. 16

17 3.4 Répartition des monnaies complémentaires dans le monde Actuellement, il y aurait environ monnaies complémentaires dans le monde, répartis dans une cinquantaine de pays et regroupant plus de utilisateurs Nombre de systèmes monétaires complémentaires dans une douzaine de pays ( ) 5000 Argentina Els e w he re 4000 Japan Other Europe Other Europe Germany + Austria UK Benelux Italy Germany + Austria France Benelux UK Australia New Zealand USA + Canada USA + Canada Répartition des systèmes de devises complémentaires 17

18 3.5 Architectures monétaires Les différentes initiatives de monnaies complémentaires peuvent être regardées au travers de leur architecture monétaire : unité de compte utilisée, mode d émission monétaire, existence ou non d un dispositif de fonte, etc... Ces éléments d architecture monétaire permettent de comprendre comment fonctionne le système et ce qu il permet Unité de compte - Une unité de compte qui fait référence à la monnaie officielle : une unité de monnaie complémentaire = un euro C est le cas par exemple pour la majorité des monnaies à vocation économique ou territoriale, puisqu elles côtoient la monnaie officielle dans l activité, et que les références économiques sont en monnaie officielle. - Une unité de compte en «temps» C est le cas de la majorité des monnaies à vocation sociale (SEL, Banques du temps, etc..) - Une unité de compte basée sur un produit de référence, un panier de matières premières, Modalités d émission monétaire - Ancrage sur les monnaies officielles : Cela concerne principalement les monnaies complémentaires circulant dans la sphère des activités économiques. Il n y a pas de création monétaire en soi, mais une orientation de la monnaie officielle vers des activités particulières. La monnaie complémentaire est obtenue par échange contre de la monnaie officielle. Celle-ci constitue alors un "fonds de garantie" égal au montant de monnaie complémentaire en circulation. La monnaie peut être reconvertie en monnaie officielle, selon certaines conditions. Dans un certain sens, ce type de monnaie complémentaire pourrait être décrit comme un «tampon» apposé à la monnaie et qui permettrait de diriger son utilisation (puisqu elle ne peut être utilisée que dans le réseau l acceptant). D un autre coté, la monnaie officielle "gagée" en banque élargit le spectre d action, par la possibilité d utiliser le "fonds de garantie" constitué en monnaie officielle pour appuyer des activités à caractère solidaire. - Le crédit mutuel : La monnaie est créée par l échange de biens ou de services entre participants (crédit / débit des comptes correspondants, équilibre général du système). Cette création est en lien étroit avec l activité elle-même car sa création se fait sur la base d un échange de biens ou de services réels. Exemples : Systèmes à base temps (comme les SELs), mais aussi systèmes à vocation économique d échanges inter-entreprises comme le Wir et les systèmes Barter. 18

19 - Le crédit simple : C est à dire l attribution de prêts en monnaie complémentaire par la "banque" chargée de gérer la monnaie complémentaire (activité de crédit "classique", création monétaire ex nihilo, la monnaie étant détruire lors du remboursement du crédit). C est le cas du WIR, puisque la banque WIR propose également des prêts "classiques", ou encore du micro-crédit proposé par le Palmas. - Monnaies émises par un «agent» : Ce sont des monnaies «d impulsion», on injecte une certain montant de masse monétaire pour permettre que les échanges se fassent, ou à tout le moins qu ils démarrent en donnant à chacun la possibilité de faire la première transaction. C est le cas de certains cercles d échange où chacun se voit recevoir, à son «entrée», un certain nombre de points. C est le cas également, dans une certaine mesure, de certaines monnaies mixtes. Par exemple, les Calgary dollars (Canada) sont une monnaie "fiat", émise par le centre d animation Arusha, sur la base de la confiance des membres du réseau à l utiliser. En termes fiscaux, ces initiatives s appuient sur les législations des "barters" (systèmes de crédit mutuel) Fonte Dans un certain nombre de cas, la circulation de la monnaie est garantie par un système de «fonte». Au début de chaque trimestre ou semestre, pour que la monnaie reste valable, chaque bon doit recevoir un timbre dont le prix équivaut en général à 2% de la valeur du bon. Ce système pousse à utiliser la monnaie complémentaire, la fonte est un mécanisme de dévaluation périodique de la monnaie locale complémentaire, permettant de garantir qu'elle ne fera pas l'objet d'épargne ni de spéculation. Pour retrouver la valeur nominale du billet, un timbre est apposé sur celui-ci avec la nouvelle date de validité et le montant de la fonte est acquitté par le détenteur du billet. A la date d'échéance, le détenteur du billet doit s'acquitter du montant de la fonte. Il se voit alors apposer un timbre sur chaque billet, précisant la prochaine date d'échéance ou la période de validité. En général, le coût de la fonte est pris en charge par les commerçants qui l assimilent à des coûts marketing. L inventeur des monnaies fondantes s appelle Silvio Gessel ( ). Il publie en 1916 son ouvrage phare «L ordre économique naturel» dans lequel il expose sa théorie de ce qu il appelle à l époque les «monnaies franches». C est son activité de commerce en Argentine, à Buenos Aires, alors que le pays est en proie à des crises économiques importantes, qui le fait réfléchir sur la structure de la monnaie et du capitalisme en général. Il part du constat que dans la nature, tout se détériore mais que l argent obéit à une loi inverse. Cela incite à stocker l argent, et donc à le retirer du circuit économique. A l opposé, un argent qui se détériore avec le temps devient libre, puisque les acteurs économiques ne le retiennent pas. Il devient indisponible pour les échanges, et ne subit pas de phénomène d accumulation. 19

20 3.6 Rôle des pouvoirs publics dans le déploiement d une monnaie complémentaire Extrait du dossier «Les monnaies locales dans les failles de l économie» - Territoires février 2011 Les dispositifs qui ont émergé à partir des années 1980, en particulier les LETs et les SEL, sont des dispositifs légers qui ne nécessitaient pas beaucoup de ressources, mais qui pouvaient quand même avoir un intérêt pour les politiques publiques (développement, biens sociaux ). Au fur et à mesure du développement des monnaies sociales, les collectivités locales semblent s intéresser de plus en plus à ces dispositifs. Cet intérêt croissant porte sur les potentialités des monnaies locales en termes non seulement de dynamisation et de relocalisation des échanges, mais aussi de valorisation des gestes éco-citoyens et ou encore de la création de liens sociaux et la lutte contre l exclusion. Parmi les trois premières générations de monnaies complémentaires, certains dispositifs bénéficient d un soutien local, technique ou financier. Les banques de temps sont particulièrement soutenues. Les SEL cherchent, à l inverse, à maintenir une distance avec les institutions publiques. En 2004, seuls 30 % des SEL entretenaient des relations avec les mairies et aucun d entre eux n étaient en lien avec les départements ou les régions. Néanmoins, 40 % des SEL reconnaissaient bénéficier d une aide logistique de la part des collectivités (prêts de locaux ou de matériel, photocopies...). On trouve des soutiens plus marqués dans les LETS anglo-saxons et une moindre distance à l égard des municipalités. Les dispositifs de quatrième génération entretiennent en revanche des relations étroites avec les collectivités locales. Tableau synthétique du rôle des collectivités locales par type de dispositif Type de dispositifs Rôle des pouvoirs publics Rôle dans l émergence de ces types Soutien logistique et financier Dispositifs de 1ère génération Rôle dans le développement des dispositifs Outil de politique publique Acceptation en tant que moyen de paiement Performation et modification réglementaire LETs non parfois rarement non non SEL non parfois non non non Trueque argentin non parfois Dispositifs de 2ème génération Banques de temps (Royaume-Uni) non parfois parfois au niveau local parfois au niveau local non non non non, mais reconnaissance officielle de leur utilité Banques de temps (Italie) oui au niveau local oui au niveau local souvent au niveau local non oui au niveau étatique Dispositifs de 3ème génération Ithaca Hour non non non oui au niveau local non Monnaies communautaires brésiliennes non parfois au niveau local oui au niveau local non oui Regiogeld allemand non non non Dispositifs de 4ème génération parfois localement non SOL français oui au niveau local oui au niveau local oui au niveau local oui au niveau local non Carte NU oui au niveau local oui au niveau local oui au niveau local oui au niveau local non 20

L importance de la monnaie dans l économie

L importance de la monnaie dans l économie L importance de la monnaie dans l économie Classes préparatoires au Diplôme de Comptabilité et Gestion UE 13 Relations professionnelles Etude réalisée par : Marina Robert Simon Bocquet Rémi Mousseeff Etudiants

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

Avant-propos Introduction. Première partie

Avant-propos Introduction. Première partie 9782100533015-Delap-tdm.qxd 12/08/09 7:41 Page V Table des matières Avant-propos Introduction XI XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie

Plus en détail

Table des matières. La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles. Première partie. Avant-propos Introduction

Table des matières. La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles. Première partie. Avant-propos Introduction Table des matières Avant-propos Introduction IX XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie non autorisée est un délit. Chapitre 1. Les raisons

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

Conso-Solidaires.org. Plateforme web multi-boutiques. dédiée à la consommation responsable en Rhône-Alpes. www.conso-solidaires.

Conso-Solidaires.org. Plateforme web multi-boutiques. dédiée à la consommation responsable en Rhône-Alpes. www.conso-solidaires. Conso-Solidaires.org Plateforme web multi-boutiques dédiée à la consommation responsable en Rhône-Alpes contact@conso-solidaires.org / Tel : 04 76 49 07 72 Sommaire 1. Qu est-ce que Conso-Solidaires? Le

Plus en détail

COMPLÉMENTAIRE. www.sonantes.fr MONNAIE LOCALE SUR NOTRE SONANTES TOUT SAVOIR

COMPLÉMENTAIRE. www.sonantes.fr MONNAIE LOCALE SUR NOTRE SONANTES TOUT SAVOIR SONANTES TOUT SAVOIR SUR NOTRE MONNAIE COMPLÉMENTAIRE LOCALE www.sonantes.fr SoNantes est une monnaie complémentaire à l euro. Elle accélère et amplifie les échanges économiques à l échelle de la région

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Que dit le Traité de Rome en matière monétaire? Pas de propos très détaillés. Ce qui est mentionné, c est l ambition de créer une aire régionale

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

L ACTUALITÉ FÉDÉRALE

L ACTUALITÉ FÉDÉRALE L ACTUALITÉ FÉDÉRALE Quelle monnaie pour une Écosse indépendante? Patrick Leblond Université d Ottawa École supérieure d affaires publiques et internationales Dans quelques jours, soit le 18 septembre,

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Une monnaie pour Nantes Complémentaire Locale, Plus libre, plus solidaire, plus humaine... Enjeux et perspectives

Une monnaie pour Nantes Complémentaire Locale, Plus libre, plus solidaire, plus humaine... Enjeux et perspectives Une monnaie pour Nantes Complémentaire Locale, Plus libre, plus solidaire, plus humaine... Pascal Bolo Adjoint au Maire de Nantes Vice-Président du Crédit Municipal Nantes CCO. Le 10 octobre 2012 Enjeux

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

ANGERS Le 12 novembre 2009. L'économie et les finances solidaires. - le réseau des CIGALES - les finances solidaires - à quoi sert mon épargne?

ANGERS Le 12 novembre 2009. L'économie et les finances solidaires. - le réseau des CIGALES - les finances solidaires - à quoi sert mon épargne? ANGERS Le 12 novembre 2009 L'économie et - le réseau des CIGALES - - à quoi sert mon épargne? - Aujourd'hui, est-ce que je sais à quoi sert mon épargne? Me produire des intérêts (réponse factuelle) Financer

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel»

Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel» DOSSIER DE PRESSE Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel» Lundi 21 janvier 2013 à 15h30 A l Hôtel du Département, à Rouen En présence de : Didier MARIE, Président du

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

1) Histoire du SEL appelé LETS à l origine (Local Exchange Trading System)

1) Histoire du SEL appelé LETS à l origine (Local Exchange Trading System) Origine des SEL Historique du mouvement SEL : 1) Histoire du SEL appelé LETS à l origine (Local Exchange Trading System) La source De tout temps, le troc a été pratiqué, surtout dans les campagnes (tu

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE LA MONNAIE 1 Fonctions de la monnaie Unité de mesure universelle de la valeur. Moyen intermédiaire universel d'échange. Réserve de valeurs intemporelle. 2 Formes de la monnaie Monnaie divisionnaire Valeur

Plus en détail

3e question : Qui crée la monnaie?

3e question : Qui crée la monnaie? 3e question : Qui crée la monnaie? INTRO : Sensibilisation Vidéo : Comprendre la dette publique en quelques minutes (1min à 2min 27) http://www.youtube.com/watch?v=jxhw_ru1ke0&feature=related Partons de

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 1 CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 2 Groupama Asset Management s engage par le biais de cette présente Charte à appliquer et promouvoir une politique de Responsabilité Sociale de

Plus en détail

Chapitre 5 : Les paiements et le change.

Chapitre 5 : Les paiements et le change. I) Les instruments de paiement. A. Les instruments de paiement classique. 1. La notion de paiement scriptural. Chapitre 5 : Les paiements et le change. Les billets de banque (monnaie fiduciaire) ne sont

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT»

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» Bernard Vallageas Faculté Jean Monnet Université Paris-Sud 54 boul.

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

S-5 Politiques monétaire, du taux de change et de la dette

S-5 Politiques monétaire, du taux de change et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-5 Politiques

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

FESTIK propose un service de réservation et de vente en ligne de billets pour des structures culturelles ou artistiques, quelle que soit leur taille.

FESTIK propose un service de réservation et de vente en ligne de billets pour des structures culturelles ou artistiques, quelle que soit leur taille. FESTIK propose un service de réservation et de vente en ligne de billets pour des structures culturelles ou artistiques, quelle que soit leur taille. Avec un objectif : mettre la culture à la portée de

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

COFFRES-FORTS 158,15 240 EUR 237,23 320 EUR. Coût additionnel pour coffre à code 15 EUR

COFFRES-FORTS 158,15 240 EUR 237,23 320 EUR. Coût additionnel pour coffre à code 15 EUR Tenue de compte, coffres, attestations et recherches FORFAIT ANNUEL TENUE DE COMPTE 1 COFFRES-FORTS Avec accès e-banking sécurisé 2 25 EUR Volume (dm 3 ) loyer annuel HT + TVA 17% Avec envoi hebdomadaire

Plus en détail

La mise en oeuvre de la coopération renforcée dans le domaine de la Taxe sur les Transactions Financières (TTF) 23 Janvier 2014

La mise en oeuvre de la coopération renforcée dans le domaine de la Taxe sur les Transactions Financières (TTF) 23 Janvier 2014 La mise en oeuvre de la coopération renforcée dans le domaine de la Taxe sur les Transactions Financières (TTF) 23 Janvier 2014 Les mesures préparatoires et procédurales entre 2010 et 2013 10.2010 Communication

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

L'argent-dette de Paul Grignon

L'argent-dette de Paul Grignon Formation des 1 et 3 avril 2014 au LAG Préalable : 3 fonctions de la monnaie une unité d'échange [ équivalence ] une unité de mesure un moyen de réserve [valeur qu'on peut stocker] introduction L'argent-dette

Plus en détail

Eléments de débat ACPR. Vous trouverez dans ce document :

Eléments de débat ACPR. Vous trouverez dans ce document : Eléments de débat ACPR Vous trouverez dans ce document : 1. Le courrier de l ACP (Autorité de Contrôle Prudentiel) qui fournit un premier cadre en vue d une reconnaissance légale (ou non) de nos projets

Plus en détail

Et si l économie sociale créait une mutuelle d épargne solidaire?

Et si l économie sociale créait une mutuelle d épargne solidaire? Et si l économie sociale créait une mutuelle d épargne solidaire? Les entreprises d'économie sociale placent encore souvent leurs réserves dans des banques classiques. Aujourd hui, la crise financière

Plus en détail

Construire un projet d investissement citoyen dans le photovoltaïque

Construire un projet d investissement citoyen dans le photovoltaïque Construire un projet d investissement citoyen dans le photovoltaïque Contexte Les enjeux des énergies renouvelables Une transition énergétique nécessaire Les questions énergétiques représentent l un des

Plus en détail

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain Le 24 avril 2009, le Parlement européen a adopté deux propositions de la Commission

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Plan du cours. I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé.

Plan du cours. I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé. 1 Plan du cours I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé. II. Les échanges interbancaires. III. La création monétaire et les échanges interbancaires dans un système bancaire hiérarchisé.

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 16 SEPTEMBRE 2002 2002/1561 - PRÉSENTATION DU RAPPORT ANNUEL 2001 DE LA CAISSE DE CRÉDIT MUNICIPAL DE LYON (DIRECTION DES FINANCES) Le Conseil Municipal, Vu le rapport en date du 20 août

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Italie Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Plan d actions 2011/2014

Plan d actions 2011/2014 Plan d actions 2011/2014 Le présent plan d actions s organise en fiches actions, qui précisent les objectifs opérationnels des actions et explicite les modalités de mise en œuvre. Ces fiches répondent

Plus en détail

2 nd vie des produits technologiques. Ecocitoyenneté et nouveaux modèles économiques dans la téléphonie mobile

2 nd vie des produits technologiques. Ecocitoyenneté et nouveaux modèles économiques dans la téléphonie mobile 2 nd vie des produits technologiques Ecocitoyenneté et nouveaux modèles économiques dans la téléphonie mobile SOMMAIRE Electronique Grand Public : un marché de masse! Un cadre réglementaire : depuis 2006

Plus en détail

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance LIVRE BLANC Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance Une vision détaillée des fonctions de CRM etde Gestion de Connaissances dansl environnement commercial actuel.

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

FISCALITÉ COMPARÉE : LA TRANSMISSION D ENTREPRISE. Master 223 Droit du patrimoine professionnel Université Paris Dauphine

FISCALITÉ COMPARÉE : LA TRANSMISSION D ENTREPRISE. Master 223 Droit du patrimoine professionnel Université Paris Dauphine FISCALITÉ COMPARÉE : LA TRANSMISSION D ENTREPRISE Master 223 Droit du patrimoine professionnel Université Paris Dauphine Clément DORNIER Caroline FERTÉ Audrey LEGRAND Marie-Anne MILAN 1 UN ÉVENTAIL DE

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Un moyen de paiement pour le Royaume de DIEU

Un moyen de paiement pour le Royaume de DIEU Un moyen de paiement pour le Royaume de DIEU Qu est-ce que la monnaie, à vrai dire? En bref, la monnaie est une marchandise qui nous sert de dépôt de valeur et que nous utilisons d un commun accord comme

Plus en détail

Manuel de référence Options sur devises

Manuel de référence Options sur devises Manuel de référence Options sur devises Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX TMX Select Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique de Montréal Titres à

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse Communiqué presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 19 juin 2014 Les banques suisses 2013 Résultats s enquêtes la Banque nationale suisse

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE GOOD MORNING DESIGN

DOSSIER DE PRESSE GOOD MORNING DESIGN SOMMAIRE LE DOSSIER DE PRESSE Le concept Page 3 Une place de marché pour les passionnés du design Page 3 Nouvelle Vague : une place de marché pour les designers indépendants et les marques avant-gardistes

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

Charte One Heart Spots

Charte One Heart Spots Charte One Heart Spots Bienvenue sur les One Heart Spots Merci d avoir choisi notre application mobile. Ce service est fourni par la SAS One Heart Communication (OHC), implantée à Paris (75009), au 2 rue

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Réinventer l économie locale : quand les citoyens se réapproprient la monnaie pour repenser le territoire

Réinventer l économie locale : quand les citoyens se réapproprient la monnaie pour repenser le territoire Le 20 novembre 2013 Anne Cécile Ragot acragot@gmail.com skype : acragot_aa http://alternativesetalliances.com/http://alternati vesetalliances.com/ annececile.taoa@gmail.com skype : annececile_taoa http://www.taoaproject.org/

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

UNION EUROPÉENNE ET SÉCURITÉ : ASPECTS INTERNES ET EXTERNES

UNION EUROPÉENNE ET SÉCURITÉ : ASPECTS INTERNES ET EXTERNES COLLECTION RENCONTRES EUROPÉENNES UNION EUROPÉENNE ET SÉCURITÉ : ASPECTS INTERNES ET EXTERNES Éditeur : Catherine FLAESCH-MOUGIN 2 0 0 9 ISBN 978-2-8027-2696-8 D / 2009 / 0023 / 34 2009 Etablissements

Plus en détail

Solutions de paiement dématérialisé pour les marchés émergents

Solutions de paiement dématérialisé pour les marchés émergents Solutions de paiement dématérialisé pour les marchés émergents Accompagnement technologique et décisionnel pour l implémentation de modes de paiement sur Internet et par téléphonie mobile pour accroitre

Plus en détail

par Katherine Steinhoff et Geoff Bickerton Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes

par Katherine Steinhoff et Geoff Bickerton Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes par Katherine Steinhoff et Geoff Bickerton Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes Préparée pour la 21 e Conférence sur l économie de la poste et de la livraison, tenue du 29 mai au 1 er

Plus en détail

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie II. 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère»

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» «Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» * Précision apportée par l auteur, publiée le 26 novembre. Voir en fin d'article Gabriel Zucman vient de publier un livre, «La Richesse cachée

Plus en détail

LA MONNAIE, LE CHANTIER DE LA DÉCENNIE

LA MONNAIE, LE CHANTIER DE LA DÉCENNIE LA MONNAIE, LE CHANTIER DE LA DÉCENNIE Karl Heinz Braun, chercheur-associé à Etopia et député Ecolo au Parlement de la Communauté germanophone Décembre 2011 www.etopia.be 222222 Page 2 sur 6 La plupart

Plus en détail

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Octobre 2005 Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle Dans un contexte de mondialisation, face à une compétitivité

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 10 La monnaie, les banques et les taux d intérêt 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Livre blanc. 4 clés pour personnaliser l expérience web des clients

Livre blanc. 4 clés pour personnaliser l expérience web des clients Livre blanc 4 clés pour personnaliser l expérience web des clients Exploiter toute la valeur du site web Par de nombreux aspects, les responsables marketing web d aujourd hui ont les yeux bandés : ils

Plus en détail

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique La responsabilité sociétale de l entreprise numérique Comme toute organisation, l entreprise numérique génère des attentes fortes en matière de responsabilité sociale, environnementale et de respect des

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail