Mariage entre la première banque du Maroc et la première banque du Sénégal

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mariage entre la première banque du Maroc et la première banque du Sénégal"

Transcription

1 BOURSE Fin de semaine baissière à Abidjan. Page 8 La Classe I de Scipion Capital réalise une performance de 5,57% en octobre. Page 8 Casablanca à l heure du e-trading. Page 9 BANQUES, ASSURANCES Seuls 20% des ménages africains disposent d un compte auprès d une institution financière. Page 3 Le journal de la finance africaine Hebdomadaire La Banque du Caire inaccessible aux hommes d affaires égyptiens. Page 5 Marchés financiers : les atouts de l Afrique subsaharienne. Page 13 INVESTISSEMENT Iffco semblaient avoir définitivement acquis les Industries chimiques du Sénégal. Les tergiversations de l Indien ouvrent la porte au français Roullier. Page 3 Burkina Faso-Ghana : la filière tomate cherche investisseurs. Page 10 La SFI veut aides les entreprises marocaines à se déployer sur le continent africain. Page 14 ECONOMIE L Asecna fragilisée par la sortie du Sénégal. Page 12 Cameroun : le climat des affaires s améliore mais Page 15 Sénégal : l Etat serre la vis des dépenses publiques. Page 15 «Doing business 2008» cite en exemple des pays africains. Page 15 POLITIQUE Le président Wade lance un appel pour un rapprochement stratégique entre l Afrique et l Europe. Page 3 La solution «éthiopienne» a aggravé le chaos somalien. Page 23 TECHNOLOGIES Selon le groupe M2M «Le prépayé a de l avenir en l Afrique». Page 18 Un africain sur 3 disposera de son cellulaire d ici Une donne qui fera forcément basculer le service bancaire vers le mobile. Page 18 Rédaction : Alger, Casablanca, Dakar N o 6 : 22 au 28 novembre 2007 Mariage entre la première banque du Maroc et la première banque du Sénégal Rendue publique en début de semaine, l acquisition de 79,15% du capital de la Compagnie Bancaire de l Afrique Occidentale (CBAO) par Atttijariwafa Bank hisse l institution marocaine au premier rang du secteur bancaire sénégalais en termes d actifs. Montant de la transaction, quelque 75 milliards de FCFA (soit 1,3 milliard de dirhams), chiffre encore non confirmé côté marocain. Ce nouvel investissement du groupe Attijariwafa Bank au Sénégal relève de la volonté de disposer des atouts nécessaires au déploiement de son ambitieux projet, à savoir faire émerger une banque leader dans la région, fonctionnant aux meilleurs standards et contribuant activement au développement des flux entre l Afrique de l Ouest et le Maghreb. Attijariwafa bank est par ailleurs actionnaire à hauteur de 71,43% d Attijari Bank Sénégal, née de la fusion en août dernier entre BST (Banque Sénégalo Tunisienne) et Attijariwafa Bank Sénégal. Banque de droit sénégalais avec un total bilan de 118,3 milliards de FCFA au 30 juin 2007, Attijari Bank Sénégal compte un réseau de 19 agences et se positionne au 6e rang des banques de la place. La banque marocaine devient de facto première banque de la zone UEMOA par son réseau bancaire. Lire en page 7 Le président de Progrosa accuse Bolloré La concession du terminal à conteneurs du Port autonome de Douala (Pad) continue de susciter beaucoup de controverses. Trois ans après l attribution à Bolloré, l espagnol Progosa qui lui disputait le marché, a porté plainte le 9 novembre dernier contre X pour corruption et favoritisme. Le plaignant qui considère l appel d offres complètement Elle a tenu tête à un Général président A 58 ans, Hadja Rabiatou Séra Diallo est la figure de proue du syndicalisme guinéen. Les violentes manifestations qui ont embrasé la Guinée au début de l année et la sanglante répression qui s en est suivie ont porté cette femme sous les feux de la rampe. C est elle qui a dirigé la délégation syndicale aux négociations avec le pouvoir. C est elle qui a aussi fait plier, expression empruntée à la presse Guinéenne, le Général président Lansana Conté. Ce qui n est pas une mince performance sous les tropiques. Lire en page 24 faussé s attend à la mise en évidence des conditions dans lesquelles s est déroulé l attribution. C est un parcours de combattant qui s annonce. Président du groupe espagnol, Jacques Dupuydauby s en explique dans un entretien accordé à Les Afriques. Lire en page 17 HSBC, partenaire de Sonatrach La signature d un accord cadre de coopération, le 11 novembre dernier à Alger, entre HSBC et la Banque extérieure d Algérie (BEA), la première du pays par le bilan et la septième du continent, a retenti fort dans la communauté financière de la place tant ce rapprochement «est chargé de promesse». «HSBC apportera son ingénierie financier et son réseau international tandis que la BEA propose Emoi à la Bourse du Caire Le retrait annoncé du groupe Egyptien, Orascom de ses activités en Algérie, où elle opérait en partenariat avec Telecom Egypte a été mal reçu à la Bourse du Caire. Les deux Mohamed Kettani, PDG d Attijariwafa Bank. valeurs ont décroché respectivement de 3,3 et de 7% sur la semaine du 9 novembre, plombant à la fois l indice Case 30 et l indice AI40. Ce dernier qui regroupe les plus son expertise du marché local et son portefeuille client» a déclaré à la presse Philippe Pontet, PDG de HSBC France en marge de la cérémonie de signature. Lire en page 5 grandes capitalisations boursières du Continent a terminé la semaine du vendredi 9 novembre à 187, 77 points, en légère hausse de 1,85%. Lire en page 8 Afrique CFA 1500 F CFA. - Belgique 1,9 a..- Luxembourg 1,9 a. - Maroc 15 DH. - France 1,9 a. - Suisse CHF 3,80. - Tunisie 2,3 DT - Canada 3,3 $ CAD.

2 2 CONDENSÉ Les Afriques - N 6-22 au 28 novembre 2007 AFRIQUE DU SUD Le groupe public sud-africain Eskom a signé un contrat de près de 3,4 milliards d'euros pour l'achat de matériel qui devrait l'aider à résoudre les problèmes d'approvisionnement en électricité du pays. Les contrats, avec Hitachi et Alstom, prévoient la livraison de chaudières et de turbines pour la centrale au charbon de Medupi, dans la province du Limpopo (nord), qui devrait être mise en service en Le gouverneur de la Banque Centrale d Afrique du Sud, Tito Mboweni, a déclaré qu il aurait augmenté les taux d'intérêt en décembre s'il était le seul membre du Comité de la politique monétaire. Les pressions inflationnistes sont en hausse et les choses ont chanté depuis la dernière réunion du Comité de politique monétaire en octobre, a-t-il estimé. Le Département de la Santé sud-africain a publié une nouvelle réglementation pour l étiquetage des boissons alcoolisées. Les étiquettes devront mentionner un message de mise de garde sur les effets possibles de l alcool. La mise en application de ces nouvelles règles est prévue pour mars Le gouvernement sud-africain a révélé que moins de cinq pour cent des terres agricoles commerciales des exploitants blancs avaient été redistribuées depuis la fin de l apartheid, en L objectif des 30 pour cent de terres redistribuées d ici à l an 2014 semble difficilement réalisable. Le nombre de personnes vivant avec moins d'un dollar par jour a plus que doublé en Afrique du Sud au cours des dix dernières années, selon une étude de l'institut sud-africain des relations entre les races (SAIRR). Leur nombre est passé de 1,89 million en 1996 à 4,2 millions en 2005, soit 8,8% des Sud-Africains, selon le rapport. Le nombre d'actifs a augmenté depuis la fin de l apartheid en 1994, mais le taux de chômage officiel reste élevé à 27,5%. ALGÉRIE L'accord sur la construction du gazoduc Galsi devant relier l'algérie à l'italie a été signé le 14 novembre à Alghero, en Sardaigne, en présence de Romano Prodi et du président Abdelaziz Bouteflika. Le gazoduc sous-marin Galsi fournira 8 milliards de m 3 de gaz par an à l'italie via la Sardaigne à partir de mai La compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach et la Région autonome de Sardaigne (Italie) ont signé un accord prévoyant la création d une société conjointe pour la commercialisation, en Sardaigne, du gaz naturel algérien qui sera acheminé par le gazoduc Galsi. Le projet de loi de finances 2008 a été adopté par l assemblée nationale qui a rejeté l augmentation du prix du gasoil et de la vignette auto. L impôt sur le revenu (Irg) a été supprimé pour les salaires ne dépassant pas dinars. Les coopératives publiques de céréales et de légumes secs (CCLS) n ont reçu que 7 millions de quintaux de blé sur les 43 millions récoltés cette année. Une bonne partie de la production nationale a été récupérée par le marché informel. Le dépôt des offres techniques et financières pour la cession de 51% du capital du Crédit populaire d Algérie (CPA) est prévu pour la fin novembre, a indiqué le PDG de la banque, Mohamed Djelab. Les banques candidates sont BNP Paribas, Crédit Agricole, Banques Populaires, Société Générale, Citibank et Santander. Entre 2003 et 2007, entreprises ont été créées. Plus de entreprises n ont pas déposé leurs comptes sociaux pour 2006 au Centre national du registre du commerce (CNRC) et risquent une amende de à dinars. Le dossier du partenariat entre le leader sud-coréen LG et l Entreprise nationale des industries électroniques (Enie) de Sidi-Bel-Abbès sera soumis au Conseil national de l investissement (CNI) qui tranchera en janvier Une banque d affaires à capitaux publics sera créée, a annoncé Fatiha Mentouri, ministre déléguée auprès du ministre des Finances chargé de la Réforme financière. Selon elle, ce n est pas seulement une banque d affaires qui est en chantier, mais «plusieurs nouvelles entités financières». La Cellule de traitement des renseignements financiers (CTRF) a réceptionné 84 déclarations de soupçons. Pour 2006, la CTRF a porté 2 dossiers en justice pour blanchiment d argent présumé, détournement de fonds et trafic de stupéfiants, représentant un montant cumulé de 7,8 millions d euros. La Société des centres commerciaux d Algérie (SCCA), qui compte parmi ses actionnaires le groupe suisse Jelmoli Holding, ouvrira, avant fin 2008, le premier centre commercial et de loisirs en Algérie, incluant un hypermarché de m 2.Le centre sera érigé à Bab Ezzouar, dans la banlieue est de la capitale. Les crédits à l économie en Algérie ont atteint 2010,2 milliards de dinars (DA) durant les six premiers mois de Le secteur privé a reçu 1125,6 milliards de dinars, soit 55,99% du total des crédits. Un appel d'offres sera lancé entre les 7 et 8 décembre concernant l'exploitation de 18 sites miniers dans les régions du sud et du sudouest du pays. Ces sites contiennent, selon le ministère de l énergie, des dépôts d'or, d'acier et de diamants. 41 entreprises de 18 pays différents sont intéressées. Les investissements directs étrangers dans le secteur des mines ont été de 270 millions de dollars en ANGOLA Le Brésil a accordé 30 millions de dollars américains à l'angola pour un projet concernant des terres arables à Malanje, province nord-centre de l'angola. Le projet, qui consiste à planter de la canne à sucre sur hectares, sera mené par des experts brésiliens de la gestion des terres arables de l'entreprise Gesterra, en partenariat avec la société brésilienne Odebrecht. BENIN Le Bénin a confirmé au moins quatre importants gisements pétroliers aux larges de ses côtes. Ces gisements ont été révélés grâce aux explorations entreprises par des compagnies chinoises, canadiennes et américaines sur plusieurs blocs pétroliers mis à leur disposition par le gouvernement béninois. BOTSWANA Le président Festus Mogae a indiqué que la croissance économique a permis de diminuer le taux de chômage qui est passé de 21,5% en 1996 à 17,5% en CAP-VERT Les recettes d'impôts totales perçues par l'etat au premier semestre 2007 ont connu une hausse de 14,792 milliards d'escudos cap-verdiens (environ 134 millions d'euros), une croissance de près de 5% par rapport à la même période de 2006, indique un rapport de la Banque du Cap-Vert (BCV). La dette intérieure au Cap- Vert devrait atteindre, à la fin de cette année, 27,765 milliards d'escudos cap-verdiens (environ 252 millions d'euros), une réduction de 4% par rapport à l'année précédente. Le gouvernement cap-verdien et les syndicats se sont mis d'accord sur une augmentation des salaires de 2,5% des fonctionnaires de l'administration publique et privée. L'augmentation prend effet à partir de janvier CENTRAFRIQUE La Chine a accordé une aide budgétaire de 787 millions de FCFA au gouvernement centrafricain pour lui permettre de payer les salaires des agents de l Etat. CONGO Le Club de Londres a annulé 80% (987 milliards de FCFA) de la dette du Congo, estimée au 30 juin 2006 à milliards de FCFA. L accord a été signé par le ministre congolais de l Economie, Pacifique Issoibéka, et le président du Club de Londres, Thierry Desjardins. Le Congo reste redevable auprès du Club de Londres de 268 milliards de FCFA, dette qui, après rééchelonnement, devrait être remboursée en 22 ans, avec une période de grâce de cinq ans, au taux de 2,5% à 4% l an au cours des dix premières années et 6% après la dixième année. CONGO RD Le gouvernement a décidé de fermer trois sociétés minières opérant dans la province du Katanga pour cause de pollution, a annoncé M. Jean-Marie Dikanga Kazadi, ministre provincial de l Intérieur. Les trois entreprises minières fermées sont Halay Eski, Bang Chang Li Corporation et Kota Mining, toutes implantées à Lubumbashi et ses environs, a précisé le porte-parole du gouvernement provincial. CÔTE D IVOIRE La pose de la première pierre d'une deuxième raffinerie de pétrole a été effectuée à Abidjan. D'une capacité de barils/jour, elle coûtera environ 700 milliards de FCFA (1,07 milliard d'euros) financés par la Société nationale d'opérations nationales pétrolières (PETROCI) et un groupe d'investisseurs américains. Elle complétera les capacités de raffinage de la Société ivoirienne de raffinage (SIR) qui traite barils par jour. EGYPTE Gaz de France a acquis auprès de la société Vegas Oil & Gas une participation de 45% dans la licence d'alam El Shawish West en Egypte. La licence, qui couvre une superficie de 1075 km 2, est située dans le bassin d'abu Gharadig (désert occidental), à environ 250 km au sudouest d'alexandrie. Vegas Oil & Gas demeure l'opérateur de la licence. La transaction est soumise à l'approbation des autorités égyptiennes. Les investissements saoudiens en Egypte ont atteint, à mai 2007, 9,23 milliards de LE en investissement internes et 7,237 millions de dollars d'investissements en zones franches, indique un rapport du Ministère du commerce. Le nombre d'entreprises saoudiennes en Egypte est de L'Arabie Saoudite est en tête des investisseurs arabes en Egypte. L Egypte a signé un mémorandum avec l Agence américaine de développement pour le financement de la modernisation du centre d informations des organismes du fisc et des douanes pour une somme de 21 millions de US$. Le but est de créer un système de liaison électronique entre les différents accès douaniers des différents gouvernorats du pays dans les 18 prochains mois. L Egypte et la Jordanie ont signé un accord pour la création d une zone industrielle dans la ville du «10 Ramadan». La zone devrait accueillir 150 usines sur une surface de 261 feddans (107 ha) dans les 7 prochaines années avec des investissements en infrastructures estimés à 1 milliard de US$. La création de cette zone pourrait fournir plus de emplois. L Organisme général du pétrole a enregistré des pertes de 43 millions de LE dans des participations de 50 millions de LE dans des sociétés mixtes devenues déficitaires, indique un rapport de l Organisme général des comptes. L organisme du pétrole est épinglé pour des dépenses de 8,7 millions $ dans un champ pétrolier dont l exploitation est suspendue depuis La première filiale en Egypte de la société grecque de développement immobilier Mikhaniki AE a été créée le 10 novembre dernier avec un capital de 500 millions de LE sur le marché égyptien, afin de financer des projets touristiques et de logement. La société Cargos Canal de Suez a acquis 20 % de la société chinoise Cosco Pacifique suite à la signature cette semaine d un accord de partenariat entre les deux entités. Ce partenariat vise à attirer les investissements chinois vers le nouveau port Est Port-Saïd. Le Ministère de l investissement en Egypte, la Commission générale d investissement et des zones libres en Egypte (GAFI) et le groupe Al-Iktissad Wal- Aamal organiseront le second «Forum d Investissement au Caire» les 9 et 10 décembre 2007, avec pour thèmes les opportunités de partenariat entre le secteur public et le secteur privé, les opportunités d investissement dans le projet «Tanmiaat al Saiid», le projet «Est-suez-Golf» avec ses nouvelles zones d investissement. Editeur : Editions Financières du Sud Eurl, 11 rue de Bassano F Paris. Gérant : Koly Keita. Filiale à 100% de Les Afriques Edition et Communication SA. Genève. Administrateurs : Philippe Séchaud (Président), Abderrazzak Sitail, Michel Juvet, François-Eric Perquel, Dominique Flaux (Directeur de la publication). Editeurs partenaires : Maroc, Atlas Publication. Sénégal, Avenir Communication. Directeur de la rédaction et rédacteur en chef Finance : Adama Wade (Casablanca). Rédacteur en chef Economie et politique : Ihsane El Kadi (Alger). Rédacteur en chef Gestion publique et coopération : Chérif Elvalide Seye (Dakar). Télécom Egypt, qui a le monopole du téléphone fixe, a annoncé des bénéfices nets en augmentation de 12,3% au cours des 9 premiers mois de Selon la compagnie, les bénéfices nets ont atteint 1,7 milliard de LE (308,5 millions $). Le nombre des abonnés s'est accru de 3% pour atteindre 11,03 millions. La Banque africaine de développement (BAD) a apporté son appui au projet de centrale électrique à vapeur d'abu Qir, d'une capacité de 1300 MW, en approuvant un prêt de 214,49 millions d'unités de compte (UC), soit 325 millions $. Le projet vise à accroître la capacité de production d'électricité du réseau interconnecté (UPS) d'environ 4 % en 2012, afin de satisfaire la demande d'électricité à court et moyen terme. GABON Des ONG gabonaises ont qualifié de «bradage» et de «forfaiture» l accord conclu avec les Chinois pour l exploitation du fer de Bélinga (nord-est) dont les réserves sont estimées à 1 milliard de tonnes. L exploitation du gisement prévoit la construction d un barrage hydroélectrique ainsi que d un chemin de fer de 560 km pour évacuer le minerai de Bélinga vers la mer au cap Santa Clara, au nord de Libreville, où doit être construit un port en eau profonde. Le projet, d un coût total de près de 1600 milliards de FCFA, sera entièrement financé par la partie chinoise qui sera remboursée par les revenus de la vente du fer d une teneur de 65%. Créée en 2001, Petro Gabon a ouvert sa première station service à Oyem (nord du pays). Coût total de l opération : 400 millions de FCFA ( euros). 100% gabonaise, Petro Gabon détient déjà 15% de la distribution d hydrocarbures du pays. La multinationale Cargill Côte d'ivoire, spécialisée dans la commercialisation et la transformation de fèves de cacao, inaugure son usine implantée dans la zone de Soubré. GUINÉE Le ministre guinéen des Finances, Dr Ousmane Rédaction : Mohamed Baba Fall (Casablanca), Said Djaafer (Alger), Amadou Fall (Dakar), John Kaninda (Johannesburg) Daikha Dridi (Le Caire). Ont également participé à ce numéro : Fayçal Métaoui (Alger), Me Alain Fénéon (Paris), Christelle Marot (Casablanca), Mamadou Ndiaye (Dakar), Sana Harb (Le Caire), François Bambou (Yaoundé), Cédric Makom (Paris), Malick Rokhy Ba (Dakar), Hamza Touré (Ouagadougou), Gilbert Tchomba, Yaoundé, Achille Mbog Pibasso (Douala). Avec le concours d African Investor, Standard & Poor s et CommodAfrica. Abonnements : Les Afriques, 19 rue de Veyrier, CH-1227 Carouge Genève. Tél : Fax : ou Doré, a signé avec l'ambassadeur de France en Guinée Jean-Michel Berrit, à Conakry, une convention d'aide budgétaire exceptionnelle de 2,5 millions d'euros destinée à financer divers projets de développement dans le pays. KENYA Le Suédois Lundin Petroleum, a indiqué que le manque de personnel qualifié en forage pétrolier n aura pas d incidence sur ses opérations au Kenya. L entreprise, qui doit forer deux puits dans le bassin d Anza, au nord du Kenya, aura recours, en cas de besoin, à des ingénieurs pétroliers genevois. Les entreprises pétrolières se plaignent du manque de personnel qualifié pour travailler dans les champs. LIBERIA Le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé qu il solderait les arriérés de paiements que le Liberia a contractés auprès du FMI, de la Banque Mondiale et de la Banque africaine de développement. Après un processus difficile, le FMI a obtenu que ses membres paient 842 millions de dollars pour soulager le Liberia. Un geste qui doit débloquer les mécanismes internationaux d effacement de créances de l Etat. LIBYE L'Autorité d'exécution des projets d'habitat et de services en Libye a signé les contrats d'exécution de 4 projets de services intégrés (routes, assainissement, eaux, électricité, etc.) dans plusieurs villes libyennes d'un coût total de 383 millions de dinars libyens (1,250 dinars libyens = 1 USD). 3 projets seront réalisés par des entreprises libyennes spécialisées, le 4 e sera confié à une société nationale en partenariat avec une grande compagnie internationale. MALAWI Le gouvernement du Malawi veut faire rouler tous les véhicules du pays à l éthanol en l espace de quelques années. En plus de promou- formulaire sur Maquette : Jérémie Flaux. Webmaster : Christian Zanardi. Imprimé en France, au Maroc et au Sénégal. Diffusion NMPP, Sapress, Le Quotidien. Régie publicitaire : Sequence Media SA, 19 rue de Veyrier, CH Carouge Genève ( ). Bureau de Genève : Benjamin Flaux ( Bureau de Paris : Didier Naudin ( Bureau de Casablanca : Atlas Publication: Khadija El Hajoui ( Reproduction interdite sans l accord écrit de l éditeur

3 Les Afriques - N 6-22 au 28 novembre 2007 ACTUALITÉ 3 Industries chimiques du Sénégal : Roullier 3 e larron? Iffco semblaient avoir définitivement acquis les Industries chimiques du Sénégal. Ce n est plus si sûr. Les tergiversations de l Indien ouvrent la porte au français Roullier. Par Mamadou Ndiaye, Dakar Un troisième larron est-il en vue dans le lancinant dossier des Industries chimiques du Sénégal? Après les Indiens et les Marocains, est-ce le tour des Français de s intéresser à la reprise des Industries chimiques du Sénégal? Le groupe Roullier, spécialiste confirmé des engrais granulés, est annoncé dans l éventualité Il semble bien que le Sénégal ait alors décidé de jouer une nouvelle carte en dénonçant la convention d Iffco, coupable de non versement des 60 millions promis. d un nouveau tour de table pour le fleuron industriel sénégalais. Créé il y a plus de 45 ans, Roullier développe ses activités dans l agrochimie, l agrofourniture et les technologies marines. Il annonce un chiffre d affaires de 1,2 milliard d euros et procède périodiquement, en quête d opportunités d investissements, à des opérations d acquisition, de reprise, de rachat ou d implantation à l international dans les 35 pays où il est présent. Sans doute est-il trop tôt pour déchiffrer les intentions de ce groupe familial basé à Saint- Malo, en Bretagne. En revanche, ses récents agissements en direction des ICS sont un indice tangible de son intérêt pour l entreprise sénégalaise. Dette colossale Le président du directoire de la société, Henri Boyer, surveillerait étroitement la recapitalisation des ICS, pour, le moment venu, passer à l offensive. La fragilité des ICS, plombées par une colossale dette de plus de 340 millions d euros, l érosion progressive de son marché, ses pertes cumulées de position sur différents marchés, les arrêts intempestifs de production et la corrosion inéluctable des installations, fait le jeu des Français. En 2003, les ICS produisaient tonnes d acides phosphoriques destinées en exclusivité au marché indien signataire d un contrat de 12 ans. S y ajoute une production de 2 millions de phosphate pour le marché ouest-africain. L appétit venant, les dirigeants d alors avaient décidé de doubler la production en ouvrant un nouveau panneau d extraction de ce minerai «caviar» reconnu pour sa teneur en P2O5, qui le valorise face à la concurrence marocaine, américaine et jordanienne sur l échiquier commercial international. Les projections établies sur la base d un dollar en hausse continue se heurtent à un retournement de conjoncture avec un billet vert au plus bas niveau et un euro revigoré. Le prix de l acide phosphorique est libellé en dollar, les intrants achetés en euro. Les pertes de change détériorent les avoirs des ICS auprès du pool bancaire en charge de ses opérations à l international. La situation se complique avec la fronde des fournisseurs qui, inquiets des impayés, s associent aux banques pour réclamer leur dû. Pour se protéger des créanciers, les ICS se placent sous concordat. Les créanciers ne désarment pas pour autant. Face à l enlisement de la situation, ils réclament désormais une déclaration de faillite. La convention signée par les Indiens d Iffco et l État offre une bouffée d oxygène. Pas d argent indien Malheureusement, les 60 millions d euros promis par les Indiens tardent à venir. Ils étaient liés à l abandon de la moitié des créances dues aux banques. Les ICS, davantage fragilisées, sont obligées de vivre d expédients alloués par le gouvernement sénégalais. Il semble bien que le Sénégal ait alors décidé de jouer une nouvelle carte en dénonçant la convention d Iffco, coupable de non versement des 60 millions promis qui devaient leur conférer la majorité absolue du capital. Pourtant les Indiens, présents dans l entreprise depuis toujours, devaient avoir les meilleures cartes en main. Mais ce long compagnonnage n a pas favorisé une proximité affective entre les deux entreprises. Les cadres des ICS l imputent à une connaissance sommaire des réalités du Sénégal. Ce n est pas le cas des dirigeants de Roullier qui ont mis sur la table 3,9 millions d euros pour acheter les schlamms et les schistes, résidus de production que détiennent à profusion les ICS sans trop savoir quoi en faire, faute de technologie d exploitation appropriée. Le groupe Roullier a ainsi marqué des points et affiche désormais -mais discrètement- ses ambitions de reprise de l entreprise. Il disposerait d une surface financière et d une capacité d endettement auprès d une puissante banque espagnole dont le nom est, pour le moment, tenu au secret. La Banque mondiale appelle à la «finance pour tous» Seuls 20% des ménages africains disposent d un compte auprès d une institution financière. Pat Mohamed B. Fall, Casablanca Au siècle du consumérisme exacerbé, entre 50 et 80% des adultes de nombreux pays en développement n ont toujours qu un accès restreint aux services financiers. On compte une agence bancaire pour habitants en Ethiopie. Il faut compter au moins 700 dollars pour ouvrir un compte-chèques au Cameroun, soit plus que le PIB par habitant de ce pays. Dans l ensemble de l Afrique subsaharienne, seulement 20% des ménages ont ouvert des comptes auprès d institutions financières. Dans les petites entreprises des pays en développement, 15% seulement des nouveaux investissements sont couverts par des financements extérieurs, contre 30 % dans les entreprises de plus grande taille. Ces constats sont de la Banque mondiale, dans un nouveau rapport de recherche intitulé La finance pour tous. Tout en notant les progrès enregistrés par le secteur de la microfinance, le rapport appelle à l adoption d une stratégie financière plus globale, permettant d offrir des services à tous exclus, individus ou entreprises. Réduire l écart Pour Asli Demirgüç-Kunt, directeur de recherche en chef Financement et secteur privé, à la Banque mondiale et directeur de publication du rapport Les réformes qui favorisent l'accès aux services financiers devraient être au cœur du programme de développement, ces réformes devraient non seulement stimuler la croissance économique, mais aussi «contribuer à lutter contre la pauvreté et à réduire l écart de Il faut compter au moins 700 dollars pour ouvrir un compte-chèques au Cameroun, soit plus que le PIB par habitant de ce pays. revenus entre riches et pauvres». Et d en appeler aux pouvoirs publics pour renforcer les institutions et adopter les nouvelles technologies pour baisser le coût des transactions. L implantation des banques étrangères dans ces pays permettrait, selon le rapport, d améliorer le service bancaire et de dynamiser le secteur. A contrario, les interventions directes des pouvoirs publics, à travers, par exemple, l aide au crédit ou aux institutions financières de l Etat, peuvent s avérer contre-productives et réduire l intérêt que le secteur privé pourrait avoir à offrir des services aux pauvres. D après les conclusions du rapport, les politiques publiques dans le secteur financier doivent être axées d abord sur la hiérarchisation des réformes institutionnelles, l amélioration des structures d information et l ouverture à la concurrence. Ces réformes doivent notamment viser l'amélioration des structures d'information, en particulier la création de registres de crédit, la législa- L appel du président Wade Dans une tribune parue dans Le Monde daté du 16 novembre, le président du Sénégal, Abdoulaye Wade, lance un appel pour un rapprochement stratégique entre l Afrique et l Europe. Abdoulaye Wade appelle l Europe et l Afrique à se forger un destin commun. Pour Abdoulaye Wade, si l Europe veut encore exister demain, elle n a pas d autre alternative que de s allier à l Afrique. Face à la montée en puissance des Amériques et de l Asie, l Europe seule ne pèsera pas bien lourd dans quelques décennies. «Les meilleurs analystes pensent que le monde de «Ensemble, l'europe et l'afrique ont des atouts immenses pour bâtir une alliance stratégique». demain sera dominé par un quatuor Etats-Unis - Brésil - Chine - Inde, qui exclut l'europe. Avec l'afrique, l'europe pourrait faire mentir cette prévision! De leur côté, isolés, hors de l'intégration continentale, les pays africains n'auront aucune chance. Ensemble, l'europe et l'afrique ont des atouts immenses pour bâtir une alliance stratégique, mettant en commun la science, la technologie, le savoir-faire, les capacités financières de l'europe, le potentiel humain et les immenses ressources naturelles de l'afrique», écrit le chef d Etat sénégalais. Indéfendable! Soulignant que, ces prochaines années, l Europe devra impérativement accueillir plus de 20 millions d immigrants pour faire face à son déficit démographique, Abdoulaye Wade fustige la politique de courte tion sur le crédit-bail et l'affacturage, ainsi que le renforcement des procédures permettant aux prêteurs individuels de rentrer dans leurs fonds, notamment en cas de nantissement. Lever les obstacles In fine, pour toucher les pauvres, la Banque mondiale reconnaît que l'apport de services financiers aux plus dému- vue de l Union Européenne à l égard du continent africain : «La Commission européenne presse les Etats africains de signer, avant le 31 décembre, de nouveaux accords de partenariat économique (APE)( ). Ces nouveaux accords prétendent démanteler les protections tarifaires et instaurer une parfaite égalité de compétition entre des économies européennes et africaines totalement asymétriques. En clair, cela revient à consacrer et accentuer un déséquilibre de fait et à livrer totalement les marchés africains aux produits européens subventionnés». Destin commun Pour le président sénégalais, les peuples africains ne peuvent pas envisager cette perspective : «En somme, on nous invite à annoncer aux populations en guise de cadeau de Nouvel An : " Chers compatriotes, nous venons de signer avec l'europe un nouvel accord de coopération (sic) qui supprime 35 % de nos budgets. En conséquence, nous allons supprimer des écoles, des dispensaires, des hôpitaux, des projets de routes, licencier des fonctionnaires... en attendant des compensations hypothétiques! " C'est indéfendable». C est donc un projet d une tout autre envergure qu Abdoulaye Wade proposera aux chefs d Etats européens le 6 décembre lors du Sommet Europe Afrique. Rien de moins que de «forger un destin commun» à l Europe et l Afrique. D.F. nis reste difficile sans avoir recours aux subventions. Étant donné que le crédit n'est pas le seul service financier dont les plus pauvres ont besoin, les subventions seraient probablement mieux utilisées, d'après les auteurs du rapport, si elles servaient à lever les obstacles aux services d'épargne et de règlement qui sont nécessaires pour prendre part à l'économie de marché moderne.

4 4 CONDENSÉ Les Afriques - N 6-22 au 28 novembre 2007 voir la production d éthanol à partir de mélasse, ce projet sur cinq ans, d un coût d un million de dollars, financé par le gouvernement malawite, vise à explorer la possibilité d une conversion des véhicules classiques en véhicules à carburant mixte, ou véhicules à carburant modulable (VCM), conçus pour être alimentés par un mélange de carburants. MAROC Quelque emplois nets ont été créés au Maroc entre les troisièmes trimestres de 2006 et de 2007 dans tous les secteurs d'activités à l'exception de l'agriculture, contribuant ainsi à la réduction du taux de chômage de 10,1 à 9,9%, soit chômeurs en moins. Les recettes touristiques ont atteint, au cours des 9 premiers mois de 2007, quelque 45 milliards de dirhams (1 dollar=8 dirhams) contre 40,9 milliards durant la période correspondante de Les Marocains résidant à l étranger ont transféré au cours des trois premiers trimestres 2007 l'équivalent de 41,1 milliards contre 35,8 milliards une année auparavant. Le projet de loi de finances 2008 prévoit un déficit budgétaire ne dépassant pas 3% du PIB, malgré les contraintes et la conjoncture internationale difficiles, a indiqué le ministre de l'economie et des Finances, M. Salaheddine Mezouar, qui table sur un taux de croissance de 6,8% pour Pour la première fois, le gouvernement s'engage pour des investissements publics qui dépassent les 100 milliards de DH (106,93 MMDH). Le groupe bancaire et financier marocain Attijariwafa Bank a acquis auprès du groupe Mimran 79,15% du capital de la Compagnie bancaire de l'afrique occidentale (CBAO), la première banque au Sénégal. La transaction sera réalisée une fois obtenues les autorisations réglementaires au Maroc et au Sénégal, précise Attijariwafa Bank dans un communiqué. Le gouvernement s est engagé à créer postes budgétaires pour 2008 dans la fonction publique. L Education nationale et l Intérieur se taillent la part du lion postes iront à l éducation nationale dont 600 à l enseignement supérieur, 5400 postes au ministère de l Intérieur, 2000 à la Défense nationale et 1800 pour la Santé publique. La banque marocaine Attijariwafa Bank est l'une des cinq banques candidates à l'acquisition de 19% du capital de Al-Wahda, deuxième institution financière libyenne à privatiser dans le cadre d'une stratégie visant le développement du secteur bancaire et financier en Libye. Air Arabia, la première compagnie low-cost au Moyen- Orient et en Afrique du Nord, a annoncé qu'un nouveau hub dans la capitale marocaine allait offrir des vols vers l'europe, l'afrique du Nord et le Moyen-Orient. Air Arabia, qui a signé un accord de gestion avec Regional Air Lines, une compagnie privée marocaine, estime que la mise en place d'un hub à bas coût au Maroc facilitera le développement du secteur touristique du pays. SAGE, le 3 e éditeur mondial des applications de gestion pour entreprise, a annoncé la création de sa filiale à Casablanca. Cette implantation a été effectuée par le rachat de l activité de réédition de son offre assurée par Editinfo. Grégory Desmot dirigera Sage Maroc. Il prendra ses fonctions le mois prochain. Le Maroc occupe la 94 e place sur l indice de performance logistique (IPL) de la Banque mondiale sur une liste de 150 pays. Il est loin de la Tunisie (60 e rang) et devant l Egypte (97 e position) et l Algérie (140 e place). Les importations marocaines en pétrole brut ont atteint, à fin septembre dernier, 18,6 milliards de dirhams contre 19,6 milliards une année auparavant, soit une baisse en valeur de 5%, pour un volume demeuré stable à 4,7 millions de tonnes. MAURICE (ILE) L industrie mauricienne a produit tonnes de sucre au 3 novembre courant, contre tonnes à la même date l année dernière, selon l Institut des recherches de l industrie sucrière (MSIRI). Les estimations officielles prévoient une production sucrière de l'ordre de tonnes, soit environ tonnes de moins que l année dernière. Un projet de loi pour encadrer la gestion des ressources marines de l île a été présenté au parlement. Le secteur de la pêche emploie près de personnes et contribue à près de 188 millions $ dans l'économie de l'île. Les bateaux de pêche, qui accostent à Port-Louis, ont généré environ 109 millions de dollars en La production locale de poisson a généré, elle, quelque 21,9 millions de dollars. La compagnie aérienne Air Mauritius a enregistré des profits de l'ordre de 2,5 millions d'euros entre avril et septembre de cette année, a annoncé à Port-Louis le directeur général de la compagnie, Manoj Ujoodha. Il a souligné que cette performance a été réalisée en dépit d'un environnement difficile pour l'aviation civile. Air Mauritius réceptionnera un nouvel A à la fin de ce mois et un appareil du même type en octobre MOZAMBIQUE Le barrage hydroélectrique de Cabora Bassa passera fin novembre sous le contrôle du Mozambique, qui doit verser au Portugal 700 millions $ pour le rachat de la majorité des actions du barrage. Les parts du Mozambique dans la société, Hidroelectrica de Cahora Bassa passent de 18% à 85% tandis que le Portugal conserve 15%. Le barrage a une capacité de mégawatts mais ne produit actuellement que 2075 mégawatts, dont 60% sont vendus à l Afrique du Sud et 40% au Zimbabwe, sur la base de contrats conclus avant l indépendance. La première compagnie mozambicaine de réassurance, Zimre Moçambique, a été lancée le 15 novembre. Le principal actionnaire est Zimre Malawi Limited, filiale de Zimre Holdings of Zimbabwe qui détient 70% des parts de marché dans la réassurance au Zimbabwe. Zimre Malawi détient 51% de Zimre Moçambique, Continental Reinsurance of Nigeria 19%, l Institut de gestion des participations de l Etat mozambicain (IGEPE) 20% et la compagnie nationale d assurance, EMOSE, 10%. La Société Mozambicaine des Ports et des Chemins de fer (CFM) a entrepris la modernisation du port de Pemba dans la province de Cabo Delgabo, au Nord. Selon les responsables de la société, cette modernisation a été décidée en raison du projet de construction d une raffinerie qui produira plus de barils de pétrole par jour, et la construction d un pont sur le fleuve Zambèze qui reliera les régions du sud au nord du Mozambique par la route. Toutes les licences accordées aux exploitants de pierres précieuses, notamment pour la tourmaline et la rubellite (variété de tourmaline de teinte rose) dans la province centrale de Manica, ont été retirées. Un gisement de rubellite d'une grande valeur a récemment été découvert dans la localité de Barue, à Nhampassa, attirant de nombreux trafiquants de pierres précieuses. La rubellite se négocie à 190 dollars le carat et une pierre exceptionnellement fine peut être vendue 1000 dollars le carat. NAMIBIE L entreprise russe, Sintezneftgaz commencera début 2008 des forages dans le bloc 1711, dans le bassin de Namibie. Le commissaire au pétrole, Immanuel Mulunga, a déclaré qu il «y aura de bonnes nouvelles pour le pays au milieu de l année prochaine». Un responsable de Sintezneftgaz,Valentin Khalin, a estimé à 90% la possibilité de découvrir du pétrole et du gaz. NIGER Le gouvernement nigérien a accordé un permis d'exploitation d'uranium à la Société des Mines d'azelik (SOMINA), dans la région d'agadez, département de Tchirozérine (nord du pays). La SOMINA, Société anonyme d'exploitation de droit nigérien, créée le 5 juin 2007 par l'etat du Niger et des partenaires chinois, a déposé le 19 juin 2007 une demande de permis d'exploitation des gisements d'uranium d'azelik. Selon le rapport général de la commission des finances de l'assemblée nationale, les recettes internes connaîtront pour l'exercice 2008 une augmentation de 9,97 milliards, passant de 270,80 milliards en 2007 à 280,77 milliards, soit un taux de progression de 3,68%. Ces recettes enregistrent une hausse de 22,86 milliards en 2008, soit 9,68 % dont 15,43 milliards au titre des recettes fiscales et 7,43 milliards au titre des recettes non fiscales. NIGERIA Charles Soludo, gouverneur de la Banque Centrale du Nigeria (CBN), a annoncé des mesures pour éviter une domination des banques étrangères. La CBN accordera des licences aux banques étrangères ayant un apport minimum de 25 milliards de nairas (20 millions $) mais ne leur permettra pas de prendre le contrôle des banques locales existantes. Nokia Siemens Networks a signé un contrat de 130 millions $ (environ 16 milliards de nairas) avec Celtel Nigeria pour accroître les capacités de transmission de Celtel dans un marché en plein essor. Nokia Siemens Networks va déployer plus de 4000 kilomètres de fibres optiques et fournira des équipements de transmission. La Commission contre la corruption économique et financière (EFCC) du Nigeria a saisi le gouvernement américain pour demander des détails au sujet d une corruption présumée d'officiels nigérians par un cadre de Wilbros, une société de services pétroliers, en 2003, pour un montant de 6 millions de dollars. Le président nigérian Umaru Yar'Adua a annoncé des mesures pour l'achèvement rapide des divers projets dans le domaine de l électricité afin de satisfaire les besoins immédiats et à moyen terme du pays. Des pourparlers ont débuté avec des investisseurs privés sur un projet de génération de 5000 mégawatts d'électricité supplémentaires à partir de la houille. La compagnie aérienne Virgin Nigeria a commandé 24 appareils à Embraer du Brésil pour un coût total de 101,4 milliards de nairas, selon le président de la compagnie Felix Ohiwerei. Les appareils, des Embraer 170 et 190 Advance Range seront livrés à partir de Les troubles persistants dans la région pétrolière du Delta du Niger privent le Nigeria des avantages de la hausse des prix du pétrole brut sur le marché international, selon le président Umaru Yar'Adua. Les violences ont entrainé une réduction de la production à 2,2 millions barils/jour alors que le quota du Nigeria est de 2,6 millions barils/jour. RWANDA Un contrat de 2,8 millions d'euros a été signé entre l'union européenne et le Rwanda. Il porte sur le financement de l'étude de faisabilité d'un nouveau barrage hydroélectrique sous-régional sur la Rusizi (rivière du sud-ouest du Rwanda). Le barrage devrait générer une puissance de 82 Mégawatts d'ici l'an SÉNÉGAL L'économiste Moubarack Lô estime que la croissance économique du Sénégal ne pourra pas dépasser 4,5% en Il contredit ainsi le président de la République, Me Wade, selon qui, «les performances économiques du Sénégal se traduisent par une croissance de 2,1% en 2006 à 5,4% en 2007.» L'implantation du groupe soudanais, Sudatel, comme 3 e opérateur en télécommunications est effective. Le groupe soudanais a remis, jeudi 15 novembre, le chèque de 200 millions $ US à l'etat sénégalais, représentant le montant de l'octroi à Sudatel de la licence globale de télécommunications (téléphonie fixe, mobile et accès à Internet). Cette somme représente 60 % des investissements directs étrangers (IDE) au Sénégal en L'Espagne a offert au Sénégal 2700 contrats de travail dont 2000 pour le secteur de la pêche et 700 pour l'agriculture. «Nous garantirons aux jeunes un salaire digne tout en leur offrant la possibilité de revenir investir dans leur pays», a indiqué, à Dakar, le ministre espagnol du Travail, Jesus Caldera. Le Sénégal a entamé le recensement de ses doctorants à l étranger en vue de les inciter à rentrer au pays. Cette campagne d identification des doctorants répond, selon un responsable consulaire en France, au besoin, à court terme, de compétences sur le marché national de l emploi, notamment dans le domaine de l enseignement supérieur. Le Sénégal entend poursuivre la libéralisation dans le domaine de la production de l électricité, mais l Etat conservera le monopole sur le transport et la distribution, a indiqué le président Abdoulaye Wade. La Société Nationale d électricité du Sénégal (SENELEC) fait face depuis plusieurs années à un déficit de production d énergie électrique, soumettant les populations et autres usagers à des délestages intempestifs. Le Sénégal cherchera d'autres partenaires financiers si le contrat avec une société indienne en vue de la recapitalisation des Industries chimiques du Sénégal (ICS) tarde à prendre effet, a indiqué le ministre de l'economie et des Finances. La recapitalisation des ICS, un des fleurons de l'économie sénégalaise tombé en faillite en 2005, a été confiée au groupe Indian Farmers Fertiliser Cooperative Limited (IFFCO). Le plan de recapitalisation prévoyait l'injection par les actionnaires d'un minimum de 40 milliards de francs en numéraires avant le 30 juin SIERRA LÉONE Freetown s'illuminera en décembre après deux décennies d'aléas dans la fourniture électrique, partielle et irrégulière, imputés à la guerre civile ( ) et à une mauvaise gestion. Un contrat a été attribué à la compagnie belge Global Trading Group pour la production de 15 mégawatts d'électricité pendant les douze prochains mois. TOGO Le Togo et l'union européenne ont signé à Bruxelles deux conventions de financement non remboursables d'un montant global de 26 millions d'euros (plus de 17 milliards de francs CFA) pour renforcer la capacité de développement économique, social et politique du pays. TUNISIE La Jeune chambre économique de Tunisie a été choisie pour organiser le 64 e congrès mondial des Jeunes chambres internationales (JCI) en Le choix de la Tunisie a été fait au cours du 62 e congrès de la JCI à Antalya (Turquie), du 5 au 11 novembre. La Tunisie a été élue par 582 voix contre 21 voix pour le Canada. Le second «Forum Euro méditerranéen du Capital Investissement» aura lieu en Tunisie les 24 et 25 avril 2008, a décidé l association «Euromed Capital Forum». Quelque 500 professionnels et partenaires dans le domaine du Capital Investissement participeront à la manifestation. L indicateur de la production industrielle en Tunisie, dans les neuf derniers mois de l année 2007, a marqué une croissance positive de 8,4% par rapport à la même période de l année précédente, selon l Institut national de quantification. Le classement de l indice sur l inégalité entre les sexes, publié le 8 novembre 2007 par le World Economic Forum, classe la Tunisie à la 102 e sur 128 pays avec un score de 0,628 point. L Etat n interviendra pas pour imposer un prix plancher pour faire face au phénomène de bradage pratiqué par certains hôteliers tunisiens. Le ministre du Tourisme, Khelil Lajimi, a exclu cette option et a indiqué qu il revenait aux hôteliers «de se contrôler et de s'organiser». Deux opérateurs, Belhassen Trabelsi et Lotfi Abdennadher, lancent en partenariat un projet de construction d une raffinerie de sucre à base de sucre roux dans la zone franche de Bizerte. L investissement est estimé à quelque 70 MDT. La Tunisie projette de forer, au cours du prochain quinquennat, pas moins de 40 puits de pétrole pour accroître sa production d'hydrocarbures, a indiqué Afif Chelbi, ministre de l'industrie, de l'energie. Selon le ministre, le pays s'apprête, au cours de la période , à doubler ses investissements dans l'énergie pour atteindre environ 8 milliards de dinars. La Compagnie des phosphates de Gafsa affiche un résultat d exploitation en progression de 29,6% à 64,8 MDT contre 50 MDT en 2005 et un résultat net de 53,6 MDT contre 47,5 MDT en 2005, soit une croissance de 12,8%. Ces résultats ont été atteints en dépit d une progression exceptionnelle des charges financières nettes qui passent de 2,9 MDT en 2005 à 14 MDT en 2006, soit 4,7 fois supérieures. ZAMBIE Le ministre zambien des Mines et des Minéraux, Kalombo Mwansa va réviser la loi sur les mines et les minéraux afin de contraindre les compagnies minières à investir un certain pourcentage de leurs bénéfices en faveurs des plans de responsabilités sociales. ZIMBABWE Le gouvernement a autorisé Rio Tinto Zimbabwe (RioZim) à importer de l'électricité du Mozambique pour alimenter la mine d'or de Renco. L'autorisation intervient après des coupures d'électricité qui ont entrainé une réduction de la production d'or. D'autres mines rencontrent le même problème de coupure d'électricité. Le Rainbow Tourism Group (RTG) a décidé d'investir 5 millions de dollars de budget pour la rénovation de ses hôtels et établissements à travers le pays. Le Zimbabwe a accumulé un déficit commercial de 5 milliards $ au cours des cinq dernières années en raison de la déstabilisation de l'agriculture, selon un rapport du comité parlementaire de l'agriculture et des terres relatif aux préparations de la saison agricole 2007/2008. Le comité a rédigé son rapport sur la base d'informations collectées auprès du Ministère de l'agriculture, des syndicats d'agriculteurs et de l'agribank.

5 Les Afriques - N 6-22 au 28 novembre 2007 BANQUES ET ASSURANCES 5 HSBC s ouvre, avec la BEA, une voie enviée vers Sonatrach La grande banque d affaire contribuera aux financements des projets en pétrochimie et voudra accompagner la première entreprise africaine dans le monde. Par Ihsane El Kadi, Alger La signature d un accord cadre de coopération, le 11 novembre dernier à Alger, entre HSBC et la banque extérieure d Algérie (BEA), la première du pays par le bilan et la septième du continent, a retenti fort dans la communauté financière de la place tant ce rapprochement «est chargé de promesse». «HSBC apportera son ingénierie financier et son réseau international tandis que la BEA propose son expertise du marché local et son portefeuille client» a déclaré à la presse Philippe Pontet, PDG de HSBC France en marge de la cérémonie de signature. Financements locaux Le portefeuille client de la BEA? Sonatrach, la première entreprise africaine, y figure en tête. Mais pas seulement. Le gouvernement algérien a décidé, il y a un peu plus d une année, de ne plus s endetter à l international. Le financement de tous les investissements prévus se feront en dinars sur le marché financier national. «C est une demande considérable de financement de projets qui va s adresser aux banques implantées en Algérie. Sonatrach par exemple engage un gigantesque programme d investissement La Banque du Caire inaccessible aux hommes d affaires égyptiens La Banque centrale égyptienne ne veut pas des entreprises familiales pour acquérir la Banque du Caire. Naguib Sawiris s indigne d une politique défavorable aux investisseurs égyptiens. Par Sana Harb, Le Caire Le projet de consortium d hommes d affaires égyptiens pour postuler au rachat des 80% la Banque du Caire risque de ne pas avoir de suite. L intérêt manifesté par des «Ce qui est Hallal pour les autres serait-il Haram pour les égyptiens? Cela n a pas de sens». hommes d affaires de poids, comme Naguib Sawiris, patron d Orascom, Mohamed Chafiq Gabr, président d Artoc Group, et Mohamed Farid Khamis, président d Oriental Weavers, se heurte au véto de Farouk Al Okda, le gouverneur de la Banque centrale égyptienne. L idée d une reprise de la banque par un groupement d hommes d affaires semblait, contrairement à la souscription dans la pétrochimie de nouvelle génération» assure une source proche de la banque internationale. «Plus de 10 milliards de dollars dans les cinq prochaines années. La BEA devra faire les montages financiers, quelque peu complexes dans le cas de «HSBC a une très forte identité qui consiste à se mettre partout dans le monde du point de vue de la banque locale, et à se fondre dans les problématiques du pays». projets de cette taille. HSBC a déjà annoncé la prise en charge de la formation d une partie de l encadrement. Son partenariat avec la BEA va sécuriser les partenaires étrangers qui vont venir s associer à Sonatrach sur ces projets». Le gisement d affaires est en fait colossal. Il fallait juste y penser. Une culture d intégration HSBC qui est arrivé en Algérie cette année seulement a-t-elle soufflé la politesse aux autres acteurs mondiaux, notamment populaire voulue par les syndicats, plus réaliste. Mais la Banque centrale égyptienne a fait savoir qu elle n accepterait pas une cession au profit d entreprises familiales, qu elles soient nationales ou étrangères. La préférence est clairement affichée pour une cession à des institutions financières crédibles et disposant d un savoirfaire dans le domaine. français qui sont présents depuis plusieurs années? «Pas vraiment, affirme un expert financier, Il faut savoir que la BEA et HSBC détiennent en commun une banque à Londres, la BACB. Ils se connaissent depuis longtemps et des liens de confiance se sont crées. Maintenant, l idée d un partenariat de ce type aurait pu être accomplie par un autre poids lourd international. Mais peut être que l on n a pas assez prospecté cette piste non concurrentielle du partenariat». En effet, la «surprise» dans ce rapprochement BEA-HSBC, vient plutôt du fait qu Alger a perdu un peu de vue cette possibilité de partenariat entre ses banques publiques et de grandes banques internationales : «C est un des leviers de la modernisation du secteur bancaire à côté de la création de réseaux bancaires privés à partir de zéro ou de l acquisition de banques publiques dans le cadre des privatisations» explique un cadre du ministère des Finances algérien. «Il faut bien regarder les choses en face. Les banques publiques demeurent les acteurs prédominant sur le marché. Hormis le segment du commerce extérieur sur lequel les nouvelles banques étrangères ont fait une percée, elles représentant près de 90% de la réalité des Mauvaises expériences Le profil de l investisseur stratégique ainsi défini ne peut être qu étranger. La réglementation égyptienne n interdit pas aux particuliers de prendre des parts dans la banque à privatiser. Elle subordonne cependant les prises de participation de plus de 10% à une approbation de la BCE. Or, des échecs retentissants de banques familiales dans les années 90 ont créé comme actuellement en Algérie après l affaire Khalifa une grande prévention à l égard des banques familiales. Au moins six banques détenues par des hommes d affaires égyptiens avaient fait faillite en laissant une ardoise de l ordre de 10 milliards de LE. La Banque centrale a dû les faire absorber par des banques publiques. La réglementation s est depuis faite plus sévère et un capital social minimal de 500 millions de LE a été imposé. Ce passé pèse lourdement dans la préférence de la Banque centrale pour des institutions financières étrangères disposant de l expertise nécessaire. transactions. HSBC a une très forte identité qui consiste à se mettre partout dans le monde du point de vue de la banque locale, et à se fondre dans les problématiques du pays. En fait, à ne pas rester off shore. C est cette approche, inscrite dans ses valeurs de banque, qui a fait qu elle a privilégié la recherche d un partenariat fort en Algérie là ou les autres sont peut être venus avec un autre état d esprit» explique la source près de la Hong Kong Shanghai Banking Corporation. Accompagnement international Autre chantier de synergie entre les deux banques, les ambitions de la grande compagnie pétrolière algérienne à l international. «Il faut s attendre, pour Sonatrach, à la naissance d alliances industrielles et commerciales sur ses marchés clients. De même, sa politique de diversification en amont lui a fait prendre des permis de recherche ailleurs qu en Algérie. Accompagner Sonatrach dans sa nouvelle aventure à l international est un projet que toute banque d affaires voudrait intégrer à ses plans». C est HSBC qui s est placé sur le filon. A Alger tout le monde n a pas encore réalisé. Exclusion de fait Conséquence pratique, les Egyptiens, même des grosses pointures comme Sawiris, sont de facto exclus de la course. Le Tycoon égyptien, qui pèse 10 milliards de dollars selon Forbes, ne l admet pas. Il s en est pris, dans un entretien à une télévision publique, fin septembre, au schéma de privatisation bancaire du gouvernement qui «n autorise pas un investisseur égyptien à détenir une banque». Sawiris s est dit pour la privatisation de toutes les banques publiques mais il veut que les Egyptiens puissent avoir la possibilité de les acheter. La prévention à l égard des investisseurs égyptiens est un mauvais argument, selon lui, car de nombreuses banques arabes présentes sur la place du Caire sont des entreprises familiales. «Ce qui est Hallal pour les autres serait-il Haram (illicite) pour les Egyptiens? Cela n a pas de sens», s est-il indigné en annonçant qu il allait de toute façon créer une «banque, que soit en Égypte ou à l'étranger». Pour la Banque du Caire, dont la privatisation est pilotée par l Américain JP Morgan, il semble hors course. Contrairement aux «étrangers» qui ont manifesté leur intérêt comme la Mashreqbank (Dubaï) ou la Banque nationale de Grèce. Perspectives stables pour la Zenith Bank PLC L agence de notation Standard & Poor s vient d assigner les notes «BB» sur le long terme et «B» sur le court terme pour la banque nigériane Zenith Bank PLC. Les perspectives sont stables. «La notation accordée à cette banque reflète son degrés élevé de risques économiques et industriels associés à l exercice de l activité dans le pays, avec un marché limité, une diversification géographique et une augmentation de la concurrence dans le secteur», estiment les analystes de Standard & Poor s. Le rating prend néanmoins en compte la position de la Zenith Bank PLC, leader dans le domaine de la banque d affaires, l excellente qualité des actifs, la solide capitalisation et la disponibilité des fonds et liquidités. Changement à la tête du pôle «marchés émergents» de BNP Paribas BNP Paribas a annoncé la nomination de Guido van Hauwermeiren en qualité de co-responsable du métier marchés émergents du pôle Services Financiers et Banque de Détail à l'international (SFDI). Ce dernier sera plus particulièrement chargé du suivi des implantations et du développement du métier en Europe extrême orientale, en Asie et en Amérique latine. Guido van Hauwermeiren avait intégré le pôle SFDI en septembre dernier. Auparavant, il était, depuis 2006, directeur de la zone Eurasie - Afrique du Nord chez Cetelem et Membre du Comité Exécutif. Convention entre la BEAC et les banques commerciales centrafricaines La Banque des Etats de l Afrique centrale (BEAC) et les banques commerciales de Centrafrique ont signé, mardi à Bangui, une convention de 16 milliards de FCFA concernant les systèmes et moyens de paiement de la Communauté économique et monétaire de l Afrique Centrale (CEMAC). Cette convention «consacre les bases juridiques et contractuelles permettant de rendre opérationnel, à partir du lundi 19 novembre 2007, un nouveau système unique des transferts financiers entre notre pays et l extérieur», a indiqué le directeur national de la BEAC, M. Enoch Dérant Lakoué, qui a signé la convention avec les principaux responsables des banques commerciales, dont Ecobank, CBCA et la Banque populaire maroco-centrafricaine. Le président de la BAD promet un satellite africain avant la fin de l année Le président du groupe de la Banque africaine de développement, M. Donald Kaberuka, a annoncé, vendredi à Addis- Abeba, que l Afrique aura son premier satellite avant la fin de cette année. L annonce a été faite lors d une conférence de presse tenue dans le cadre de la Conférence économique africaine qui s est tenue dans la capitale éthiopienne du 15 au 17 novembre Le satellite, a-t-il affirmé, facilitera la communication entre l Afrique et le reste du monde, ajoutant que ce satellite réduira les coûts de communication, permettant ainsi aux personnes démunies du continent d accéder à la communication à moindre coût. Le satellite est cofinancé par la BAD et d autres partenaires au développement. Toujours plus d'investisseurs chinois en Afrique Davantage d'investisseurs chinois ont affirmé vouloir investir en Afrique lors du forum d'investissements commerciaux sino-africains qui s'est tenu récemment à Shanghai, le centre économique et industriel de la Chine. Ce forum a attiré des entrepreneurs chinois spécialisés dans les domaines agricole, minier, forestier, textile, touristique, pharmaceutique, entre autres. Selon des données statistiques, le commerce sino-africain a dépassé 10 milliards de dollars en 2000, et a maintenu un rythme de croissance de plus de 30% sur les 5 dernières années. En 2006, les échanges commerciaux entre la Chine et l'afrique se sont établis à 55,5 milliards de dollars, un record historique.

6

7 Les Afriques - N 6-22 au 28 novembre 2007 BANQUES ET ASSURANCES 7 La première banque du Maroc rachète la première banque du Sénégal L acquisition de 79,15% du capital de la CBAO pour 75 milliards de FCFA. Le repreneur marocain, Attijariwafa Bank, est désormais leader du secteur bancaire sénégalais. Par Adama Wade, Casablanca La banque marocaine devient de facto première banque de la zone UEMOA par son réseau bancaire. Rendue publique en début de semaine, l acquisition de 79,15% du capital de la Compagnie Bancaire de l Afrique occidentale (CBAO) par Atttijariwafa Bank hisse l institution marocaine au premier rang du secteur bancaire sénégalais en termes d actifs. Montant de la transaction, quelque 75 milliards de FCFA (soit 115 millions d euros), chiffre encore non confirmé côté marocain. «Ce nouvel investissement du groupe Attijariwafa Bank au Sénégal relève de la volonté de disposer des atouts nécessaires au déploiement de son ambitieux projet, à savoir faire émerger une banque leader dans la région, fonctionnant aux meilleurs standards et contribuant activement au développement des flux entre l Afrique de l Ouest et le Maghreb», lit-on dans le communiqué émis à l occasion. Attijariwafa Bank est, par ailleurs, actionnaire à hauteur de 71,43% d Attijari bank Sénégal, née de la fusion en août dernier entre BST (Banque Sénégalo Tunisienne) et Attijariwafa Bank Sénégal. Banque de droit sénégalais avec un total bilan de 118,3 milliards de FCFA au BEAC : la Guinée équatoriale en force La Banque des Etats de l Afrique centrale se réforme pour faire meilleure place à la Guinée équatoriale, devenue le poids lourd financier de la région. Par François Bambou, Yaoundé La Guinée équatoriale, avec 60% des dépôts et 40% des réserves de la Banque centrale de l Afrique centrale, pousse ses avantages au sein de l institut d émission. En 2006, Le principe de collégialité dans la prise de décisions, la limitation de la durée des mandats des membres du gouvernement de la banque sont désormais acquis. déjà, elle avait obtenu l augmentation de la rémunération des dépôts de 2,25% à 2,85% sous menace de priver la banque centrale de ses immenses revenus pétroliers. 30 juin 2007, Attijari Bank Sénégal compte un réseau de 19 agences et se positionne au 6 e rang des banques de la place. Au total, ce sont donc 34 agences qui s ajoutent au 19 estampillées Attijari au Sénégal. La banque marocaine devient de facto première banque de la zone UEMOA par son réseau bancaire. Un agrément en France valant son pesant d or La CBAO, dont le principal actionnaire était Jean-Claude Mimran, dispose d'un réseau de 34 agences au Sénégal avec une part de marché de 22% pour les dépôts et de 18% pour les crédits. La prépondérance de la CBAO par rapport à ses concurrentes ouest-africaines vient du fait qu il s agit de la seule banque d Afrique de l Ouest à détenir un agrément de la Banque de France, via sa filiale, la CBIP (Compagnie des Banques Internationales de Paris), sise dans le 19 e arrondissement parisien. Ce qui lui permet d ajouter à son portefeuille direct clients et une liste de banques correspondantes, à l exemple de la Banque Atlantique (Côte d Ivoire), la Banque de l habitat du Mali et, entre autres, la Banque internationale du Cameroun. Autres achats en vue Pour Attijariwafa Bank, d autres acquisitions ou créations de filiales pourraient suivre avant la fin de l année. C est le cas en particulier au Niger où la banque marocaine est toujours en pourparlers pour la reprise de la Le comité ministériel, réuni en septembre dernier, a néanmoins réussi à ménager la chèvre et le chou puisque les autres pays membres ne perdent pas trop au change. Leurs positions ont été maintenues et de nouveaux postes créés pour que la Guinée équatoriale, dernier pays ayant adhéré, puisse être représentée dans les instances de décisions conformément à son poids économique. En plus du gouverneur, du vice-gouverneur et du secrétaire général, le gouvernement de la banque comprend désormais trois directeurs généraux. Les postes de directeurs centraux passent de 9 à 12. Un comité de politique monétaire qui comprend les ressortissants de tous les pays membres a aussi été créé et la représentativité rééquilibrée au sein du conseil d administration où certains pays avaient trois administrateurs (cas du Cameroun) tandis que d autres n en avaient qu un seul. Le principe de collégialité dans la prise de décisions, la limitation de la durée des mandats des membres du gouvernement de la banque (l ancien gouverneur Jean Félix Mamalepot était resté 17 années) sont désormais acquis. Mission accomplie Ces réformes permettent à la Guinée équatoriale de placer ses ressortissants à des fonctions stratégiques dans la banque centrale sous régionale, tout en participant d égale voix à la prise des décisions importantes. Consolation pour les membres fondateurs, le maintien du consensus de Fort Lamy (l ancien nom de la capitale tchadienne) qui organise la répartition des postes entre les Etats. Ce consensus adopté en 1973 prévoit que le Cameroun abrite le siège de BIA, anciennement contrôlée par la Belgolaise. En outre, le PDG de la banque, Mohamed Kettani, reçu au plus haut niveau en Mauritanie, a remis une demande officielle d agrément aux autorités financières le 8 novembre dernier. La demande porterait sur la création d une banque universelle. La seule banque de l Afrique de l Ouest à détenir un agrément de la Banque de France. Plus loin, Attijariwafa Bank est engagée dans un processus de rachat de 19% de la banque Wahda en Libye. Reste à savoir comment la première banque marocaine compte financer ce programme d investissement ambitieux. Le lancement d une émission de deux emprunts obligataires subordonnés de 1 milliard de dirhams (devant être souscrits du 19 au 21 novembre 2007) répond en partie à la question. La note d information précise que l émission est destinée au financement des projets de développement des activités d AWB à l international sans altérer ses fonds propres. L emprunt est réalisé à un taux de 5,1% avec une bonne prime d émission (80 points de base). De quoi séduire les institutionnels marocains, destinataires exclusifs de cet emprunt obligataire. l institution, que le Gabon en désigne le gouverneur et que le Congo ou le Tchad désignent le vice-gouverneur. La Guinée équatoriale exigeait la suppression pure et simple de cet arrangement. Mission accomplie donc pour le président guinéen Obiang Nguema Mbasogo chargé par le Sommet des chefs d Etat de mars 2006 de piloter les réformes des institutions communes. A la fin de ce sommet, il s était fait le porte-parole de tous les pays qui se sentaient marginalisés au sein des institutions sous régionales en déclarant : «Je ne cache pas que la Guinée équatoriale croit qu elle doit aussi participer à la prise des décisions stratégiques au sein de la BEAC. Il n existe aucun Equato-guinéen dans l équipe dirigeante. Quand les grandes décisions se prennent au sein de la BEAC, nous ne sommes pas représentés. Ce n est pas normal». Le président d UBS en visite au Maroc Séjour remarqué de Marcel Ospel, président de l Union des banques suisses (UBS) au Maroc. Lors d une conférence presse tenue mardi 13 novembre, en présence de Mohamed El Kettani, PDG d Attijariwafa Bank, les deux partenaires ont multiplié les déclarations d intension, sans rien laisser filtrer sur la nature de «cette collaboration future» dont il a été fait mention. Les deux institutions, qui coopèrent actuellement dans le domaine du trading, envisageraient de travailler ensemble dans le domaine de la gestion de fortune. Une dernière étape sans doute avant d envisager d autres formes de présence au Maroc pour UBS. L UMB plaide pour une monnaie maghrébine unique Lors de la tenue du conseil d administration de l Union Maghrébine des Banques, la semaine dernière à Alger, le président de cette structure, le Marocain Othman Benjelloun (PDG de la BMCE-Bank), a plaidé pour une monnaie maghrébine unique. Des structures de travail planchent sur la question. Les rapports seront transmis aux chefs d Etats respectifs. En attendant, les banques maghrébines voudraient pouvoir mettre en place des offres de services transfrontaliers. Ce qui dans l état des choses demeure difficile. BCEAO : une succession difficile s annonce Depuis la création de la BCEAO en 1959, la règle non écrite voulait que le poste de Gouverneur soit assuré par la Côte d Ivoire représentant, à elle seule 40% de la masse monétaire de l UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest- Africaine). Le président Laurent Gbagbo penche pour son ministre de la Planification et du Développement, Paul Antoine Bohoun Bouabré. C est au président du Burkina Faso, mandaté par les Etats membres, à qui il revient de choisir le candidat idéal. De quoi refermer une page ouverte depuis deux ans. La Tunisie libéralise le taux d épargne La libéralisation du taux d épargne figure parmi les mesures prises dernièrement par la Banque centrale de Tunisie. L institution précise toutefois que cette souplesse sera accompagnée par un taux minimum garanti équivalent au taux du marché monétaire moins deux (TMM-2). Une disposition sensée protéger les épargnants contre le retournement des marchés. Les comptes d épargne représentent jusqu à un tiers des dépôts des banques tunisiennes. Accès Capital Atlantique lance un deuxième fonds d investissement Accès «Capital Atlantique», filiale de la banque d'investissement du groupe CDG (CDG-Capital), vient de lancer son 2 e fonds de capital investissement de 500 millions de dirhams (MDH) destiné au financement des PME-PMI sur le marché marocain, indique un communiqué de la Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG). Appelé «CapMezzanine», ce nouveau fonds vise à financer, avec une approche distinctive, les PME-PMI sur le marché marocain, en proposant des financements sous forme de capital et/ou mezzanine, un financement à terme, sous forme de quasi fonds-propres utilisés pour combler les besoins de financement entre dette classique et fonds propres. La BOAD alloue 4 milliards de FCFA au Niger La Banque ouest-africaine de développement, dont le siège est à Lomé, au Togo, a alloué mardi une somme de 4 milliards de FCFA au Niger. Ce financement est destiné au financement partiel du projet d'aménagement et de bitumage de la route Niamey- Ouallam, longue de 94 km et située à la frontière Niger-Mali. L'accord de prêt a été signé du côté nigérien par le ministre de l'economie et des Finances, Ali Mahamane Lamine Zéine, et du côté de la BOAD par son président par intérim Issa Coulibaly.

8 8 BOURSES Les Afriques - N 6-22 au 28 novembre 2007 Le probable retrait d Orascom de l Algérie alimente les spéculations jan. 06 fév. 06 mars. 06 avr. 06 mai. 06 juin. 06 L indice AI40 retraçant l évolution des 40 plus grosses capitalisations boursières africaines a terminé la semaine du vendredi 9 novembre à 187,77 points, en hausse de 1,85%. L indicateur ramène ainsi sa performance annuelle à 60,56% et sa performance depuis sa date de lancement, le 1er janvier 2006, à 87,77%. La plus forte hausse est intervenue sur la valeur de la Sud-Africaine Anglo American, en augmentation de 11,6% à 72,65 dollars. Performance à relativiser toutefois, car relevant en partie de l appréciation du dollar américain Premier acteur de la finance marocaine à avoir liquidé un fonds, Upline Group adopte à partir du 19 novembre 2007 une nouvelle identité visuelle. La banque d investissement privée créée en 1992 se met au diapason des canons de la finance, qui ont progressivement abandonné la couleur bleue, en vogue durant les années 90, pour des couleurs tirant sur les nuances du bordeaux. Imprimé sur un bordeaux (base de l AI40) par rapport au rand sud-africain. En seconde position vient Intercontinental Bank of Nigeria, qui gagne 9,9% à 0,24 dollars. Cette hausse intervient alors que les résultats du deuxième trimestre 2007 de l Intercontinental Bank doivent être publiés d un moment à l autre. Le marché anticipe, s attendant à de bonnes nouvelles, explique Olaleye Adekeye de Vetiva Nigeria. Envolée du platine En Afrique de l Est, Kenya Airways retrouve des couleurs avec une hausse profond, avec intitulé en gris, les nouvelles couleurs de la banque d affaires permettent également de positionner le groupe dans une dimension internationale et aussi continentale puisque ce sont celles de l Afrique. Le visuel du logo empreinte tout à la fois au lion et au cheval, deux animaux emblématiques du royaume. «Le lion reflète la performance, l agilité, la souplesse, et la précision, et le cheval rend compte de la rapidité, de la proximité et de l extrême réactivité de l entreprise», explique Hassan Ait Ali, administrateur, directeur général du groupe. Quant à la nouvelle accroche, «Votre patrimoine a un nom», elle résume la marque de fabrique du groupe de 7,7%, clôturant la semaine à 0, 97 dollars. «Ce gain découle en partie d une forte demande sur le cours conjuguée à une faible offre à un niveau du cours de l action à 1,15 dollars». Le PER relativement bas de Kenya Airways attire aussi les investisseurs qui considèrent «le cours du transporteur aérien comme étant en dessous du marché», explique Eric Kimanthi de Kestrel Capital. Sur un autre registre, l envolée du cours du platine a influé directement sur Impala Platinum (+ 7,3%, 38,17 dollars). Une autre entreprise La Classe I de Scipion Capital réalise une performance de 5,57% en octobre Lancé il y a cinq mois et dédié à l Afrique, le fonds Scipion Capital affiche une performance de 5,57% en octobre 2007 sur la «Classe I», compartiment basé sur l indice Ai40. La composante sudafricaine a pesé sur ce résultat positif, notamment grâce à l appréciation de 17% du Ai40 and Ai100 since inception (base = 100) juil. 06 août. 06 sep. 06 oct. 06 nov. 06 déc. 06 jan. 07 cours de l action de la Standard Bank of South Africa et de 9% pour Sasol. Les performances des entreprises égyptiennes membres de l AI40 ont été importantes alors que l indice de référence de la bourse marocaine, le Madex, était plutôt dans une zone de trading range sur cette période, à la notable exception près de Lafarge et de CIH, en gains respectifs de 11 et de 6,5%. Le leader sénégalais des télécoms, Sonatel, affiche une performance de 9%, l une des meilleures de l indice. Au Nigeria, le marché est resté sans tendance en octobre alors que le Kenya était otage de l attentisme précédant généralement les périodes électorales. Les nouvelles étaient meilleures à Maurice, avec des gains de 13 et 15% pour les deux entreprises du groupe AI40. M.B.F. Nouveau visuel pour Upline Group fév. 07 mars. 07 avr. 07 mai. 07 juin. 07 juil. 07 août. 07 sep. 07 oct. 07 nov. 07 Ai40 Ai100 qui comptait à la fin octobre des actifs sous gestion de 3,5 milliards de dirhams. «A travers cette nouvelle signature, Upline Group s attache par son écoute à générer des solutions personnalisées pour tout type d investisseur, que ce soit un particulier ou une entreprise», déclare Amin Belkziz, viceprésident d Upline. L image du père et du fils reflète l idée que la création de patrimoine implique des devoirs ou plutôt des responsabilités vis-à-vis de soi-même et des autres, poursuit-il. Pour le moment, le groupe marocain, qui estime ses fonds propres consolidés à 100 millions de dirhams en 2007 pour un chiffre d affaires légèrement supérieur, mise sur l indépendance. kenyane membre de l AI40, la Kenya Commercial Bank, affiche une performance hebdomadaire au dessus des 7 points, clôturant à 0, 40 dollars. C est la conséquence immédiate de l annonce des résultats du troisième semestre marqués chez la banque kenyane par des bénéfices de 30,186 millions de dollars, en augmentation de 41%. IPO en vue De l autre côté du continent, le Cairo Stock Exchange 30, qui regroupe les 30 valeurs les plus liquides de la Bourse du Caire et d Alexandrie, connaît un repli de 3,37%. Un décrochage qui traduit des ventes massives orchestrées par certains investisseurs désireux de se positionner dans l IPO de TMG (Talaat Mustafa Group). Le groupe a annoncé la vente prochaine de 115 millions d actions dans un placement privé et jusqu à 65 millions d actions dans l IPO. La compagnie espère lever entre 400 et 500 millions de dollars à travers le placement privé et entre 200 à 250 millions de dollars dans l IPO. Bref, une opération d envergure qui a affecté les traditionnelles vedettes du marché égyptien, à l image de Telecom Egypt (-7%, 3,63 dollars). «Il se murmure qu Orascom Telecom se retire sur une opération en Algérie, opération où elle avait Telecom Egypt comme partenaire. Les investisseurs doutent de la capacité de cette dernière à poursuivre toute seule le programme algérien», explique Aly Allouba de Delta Securities. Signalons que, face à ces incertitudes, l action Orascom Telecom a cédé 3,3%, clôturant à 13, 7 dollars. Algérie : Lacom en vente Pour les spéculateurs à la Bourse du Caire, Orascom est en train de vendre l opérateur alternatif de téléphonie fixe, Lacom, filiale commune d Orascom et d Egypte Telecom. Les repreneurs pourraient être un fonds d investissement et un groupe de télécoms émirati. Le président du géant égyptien de la téléphonie, Naguib Sawiris, a indiqué à la presse que cette vente était délicate compte tenu de la préférence affichée par l autorité de régulation des télécoms algériens pour l opérateur historique, Algérie Télécom. Des propos qui ne sont pas pour rassurer les éventuels repreneurs de Lacom. Prises de bénéfices Autre entreprise égyptienne à décrocher, mais pour d autres raisons, Sidi Kerir Petrochimicals, victime de la spirale haussière du pétrole, laquelle a alourdi ses coûts de productions. Sur la pointe sud du continent, la East African Breweries régresse de 1,7 points à 2,23 dollars. Idem pour la Standard Bank South Africa ( 1,7%, 17,6 dollars). Des contreperformances qui traduisent dans le dernier cas des prises de bénéfices de la part des investisseurs estimant que le cours de la bancaire a touché un point de résistance, indique Brent Madel de Legae Securities. A.W Abidjan termine la semaine en baisse La Bourse régionale des valeurs mobilières d Abidjan (BRVM) a clôturé sa séance de cotation du vendredi 16 novembre 2007 en baisse par rapport à la séance précédente. L indice BRVM Composite est passé de 199,15 à 196,4 points ; soit un repli de 1,38%. L indice BRVM 10, pour sa part, a cédé 1,91% à 220,66 points contre 224,96 précédemment. La valeur des transactions s établit à 220,50 millions FCFA contre 20,88 millions FCFA réalisés le mercredi précédent. La négociation a porté sur 17 sociétés pour un total de 38 inscrites sur le marché des actions. Le nombre de titres échangés s est élevé à sociétés de bourse dont 8 hors Côte d Ivoire ont participé au marché sur les 20 agréées. Début de cotation des obligations Sotra le 3 décembre L emprunt obligataire de la Société de Transport d Abidjan (Sotra) émise au taux de 6,8% sur la période sera cotée à la Bourse régionale d Abidjan à partir du lundi 3 décembre La diffusion des obligations auprès du public a eu lieu du 14 mai 2007 au 02 juillet 2007 avec une date de jouissance au 03 juillet 2007 au prix de FCFA par obligation. Dans un communiqué, la BRVM indique que la procédure d introduction qui sera retenue sera la procédure ordinaire, c'est-à-dire par la confrontation des ordres de vente et d achat.

9 Les Afriques - N 6-22 au 28 novembre 2007 BOURSES 9 Casablanca à l heure du e-trading Les principales sociétés de bourse marocaines mettent à niveau leurs plates-formes pour permettre aux clients d exécuter des ordres en direct et en temps réel. Par Adama Wade, Casablanca L accès en temps réel à la Bourse de Casablanca via internet connaît de nouveaux développements depuis le début de ce mois de novembre. Ainsi, à la plate-forme Dartawfir.ma, filiale de la banque d affaires CFG Group, seule jusque-là à permettre une transaction en Les clients peuvent transmettre des ordres sécurisés en temps réel, au moyen d un compte spécial, accessible par un nom d utilisateur et un mot de passe. direct, s ajoutent désormais les sites de bourse en ligne d Attijariwafa Bank et de BMCE, dont les lancements ont été annoncés début novembre, de manière quasi-simultanée. Encore en rodage, ces plates-formes fonctionnent à peu près de la même façon. Les clients peuvent transmettre des ordres sécurisés en temps réel, au moyen d un compte spécial accessible par un nom d utilisateur et un mot de passe. En plus de pouvoir passer les ordres en temps réel, les boursicoteurs pourront suivre l évolution des principaux marchés financiers du monde et suivre un certain nombre de sous-jacents. Un détail important peut-être pour la culture générale puisque les transactions boursières avec l extérieur ne peuvent faire qu un «one way», de l extérieur vers le Maroc. Multiplication des offres Côté tarif et conditions d accès on note de petites différences d un opérateur à l autre. Sur le site d Attijariwafa Bank, mis en place avec l assistance de Finacess-Finfo, les frais d abonnement sont de 100 dirhams TTC quelque soit le nombre de transactions. La Banque prélève 0,1% sur chaque opération d achat ou de vente. L offre, qui sera commercialisée par l ensemble du réseau début décembre, permet «aux investisseurs particuliers et professionnels de passer leurs ordres de bourse en temps réel, à travers des accès sécurisés et directement connectés aux bourses», expliquait El Houssine Sahib, directeur général adjoint de la banque, lors de la présentation à la presse. Concernant le prix de l abonnement pour la connexion en ligne via le site dédié de BMCE Bank (www.bmcecapitalbourse.com), il est de 99 dirhams par mois. Les ordres en ligne sont facturés entre 0,4 et 0,6% en commissions d intermédiations auxquelles il faut ajouter entre 0,1 à 0,2% en commissions de règlement/livraison. La mise en place de ce nouveau service occasionne une réorganisation au sein des deux sociétés de bourse de la banque Attijariwafa Bank. Ainsi, Wafabourse, héritée de la fusion avec Wafa Bank, devient Wafabourse.com, s occupant de la clientèle des professionnels et des particuliers, alors qu Attijari Intermédiation traitera les grands comptes et les institutionnels. D autres sociétés de bourse comme SafaBourse, filiale de la CDG, peaufinent aussi sur le même thème. Upline Group a, quant à lui, annoncé la mise en place d un service similaire au courant du premier trimestre C est dire que le client aura un choix élargi. Le leader du monde arabe arrive à Casablanca L évolution du marché casablancais n a pas échappé à la vigilance des promoteurs de logiciels comme Moubasher, diffuseur d informations financières en temps réel et spécialiste des places financières arabes. Le lancement officiel de ce service devait être annoncé le 21 novembre 2007 à Rabat en marge de «Gulf Finance», forum de la finance Arabe. Moubasher est un service qui est offert à partir d un abonnement permettant de suivre le marché et de suivre en temps réel l évolution des cours depuis n importe quelle station de travail connectée sur le Net. Ce service a été développé par NTG national technology, sise en Arabie Saoudite, une des plus grandes sociétés de nouvelles technologies de la région avec plus de 15 filiales en Inde et au Sri Lanka. Elle fournit le flux à plus de 50 banques du Moyen-Orient. Semaine contrastée à la Bourse de Casablanca La chute inattendue du cours de la SNEP, nouvellement introduite, a plombé la Bourse de Casablanca sur la semaine du 12 au 16 novembre La souscription à l introduction en bourse de la société informatique GSI, prévue entre les 21 et 23 novembre, intervient alors que l enthousiasme des petits porteurs est au plus bas. Nombreux parmi La Bourse de Casablanca. les souscripteurs à la Société nationale d électrolyse et de pétrochimie (SNEP), ces investisseurs physiques ont au mieux, quitté la valeur au bout du troisième jour de cotation, alors qu elle traitait à 1600 dirhams. Ceux qui sont restés au-delà, misant sans doute sur une possible remontée à 2500 dirhams, ont vu le cours de la société appartenant au groupe Chaâbi perdre 15,83% points sur la semaine du 12 au 16 novembre. C est la plus forte baisse enregistrée sur le compartiment actions de la Bourse de Casablanca durant cette période. La valeur a traité un volume de transactions de plus de 1 milliard de dirhams sur un volume global de 4,7 milliards. Thèses les plus avancées pour expliquer ce recul, une manœuvre tactique de certains institutionnels désireux de se positionner sur la SNEP et donc, de l acheter au rabais. En tout cas, le cours aura plombé toute la place, puisque sur la semaine considérée, l Indice général de la Bourse de Casablanca stagne à - 0,004%. L indice des valeurs les plus liquides (MADEX) affiche quasiment la même tendance (-0,009) ramenant sa performance annuelle à 38,2%. Dans ce climat de morosité, ce sont les valeurs pour BPF (bon père de famille), comme Maroc Télécom, qui ont révélé leurs vertus de titres stables. Le cours de l opérateur historique a tenu bon (+ 1,09 à 147 dirhams). Sans doute du fait de ses acquisitions à l international, c est Attijariwafa Bank qui aura le plus mobilisé les investisseurs. En témoigne un volume de transactions hebdomadaire de 1,8 milliards de dirhams (+1,62 à 3200). Ce sera l une des valeurs à surveiller pour le reste du mois. Opération GSI Période de souscription: Du 21 au 23 novembre (Pas de clôture anticipée). Attribution des actions: 4 Décembre Première cotation : 7 Décembre. Prix de l'action : 528 Dh. Ordre II : Concerne les souscriptions qui portent sur moins de 1000 actions ( Dh) Nombre d'actions pour type ordre II : Allocation des titres : Par itération. Syndicat de placement (banques autorisées) : Attijari + Crédit du maroc 3 nouveaux indices à Johannesburg La Bourse de Johannesburg et son partenaire FTSE Group ont récemment lancé trois nouveaux indices. Il s agit du JSE international Benchmark Index, du FTSE/JSE ALtX15 index et du FTSE/JSE RAFI 40 index. Le premier indice est conçu pour donner au marché domestique une meilleure visibilité à l international en ne prenant pas en compte toutes les valeurs cotées ailleurs. Quant au FTSE/JSE ALtX 15 Index, il comprend les 15 premières capitalisations du JSE s Alternative Exchange (Alt X). Beaucoup plus liquide, cet indice est moins vulnérable que le FTSE/JSE AltX index. Le troisième indice (le FTSE/JSE RAFI 40 Index) est un peu différent des deux autres en cela qu il mixe les fondamentaux des compagnies avec leurs cotations. Cela donne aux investisseurs une meilleure visibilité. Faible activité à la Douala Stock Exchange La Douala Stock Exchange a clôturé sa séance de cotation du 14 novembre Le cours indicatif de l action SEMC (Société des Eaux minérales du Cameroun), la seule valeur cotée sur cette place, est de FCFA, soit une tendance haussière de 0,002% par rapport à la séance précédente. Il n y a pas eu de titre échangé. Le statut du marché est un marché non coté, indique le gestionnaire de la DSE. La capitalisation boursière du marché des actions, à titre indicatif, est chiffrée à FCFA. France Télécom en course pour la reprise de Telkom Kenya L'opérateur historique fait partie des quatre sociétés candidates à la reprise d'une participation de 51% dans l'entreprise d'etat Telkom Kenya. Trois autres candidats sont sur les rangs : l'indien Reliance Communications, le Sud-Africain Telkom et le Lybien Lap Fund. Désigné vendredi prochain, le vainqueur aura à charge de remettre sur pied l'opérateur déficitaire et de le préparer pour une IPO à la Bourse de Nairobi après une augmentation de capital. Au final, l'investisseur sélectionné détiendra environ 40% du capital. Le gouvernement en conservera 30%, et le reste sera livré à des investisseurs institutionnels. La crise des subprimes pourrait coûter 2000 milliards de dollars Les comparaisons entre la crise du subprime et celle de 1929 sont désormais de mise. Selon Jan Hatzius, chef économiste de Goldman Sachs, la facture totale de la récente crise pourrait atteindre 2000 milliards de dollars. Pour l heure, les banques du continent africain semblent échapper à cette infernale spirale en raison, estiment les spécialistes, du faible développement du secteur immobilier dans leurs activités et d une approche prudente vis-à-vis de l octroi des crédits. Le G20 en Afrique du Sud pour booster le dollar Les responsables des finances des 20 premières économies mondiales étaient en conclave samedi et dimanche en Afrique du Sud pour évoquer la faiblesse du dollar et la force des monnaies asiatiques, les négociations à l'omc, ainsi que la réforme du FMI et de la Banque mondiale. Ce sommet de deux jours organisé à Kleinmond a rassemblé les responsables des finances du G7 et des pays émergents, tels que la Chine, le Brésil, l'inde ou encore l'argentine. Le directeur général du Fonds monétaire international, le Français Dominique Strauss-Kahn, et le président de la Banque mondiale, l'américain Robert Zoellick, étaient également présents.

10 10 NEGOSE ET MATIERES PREMIERES Les Afriques - N 6-22 au 28 novembre 2007 Burkina Faso-Ghana : la filière tomate cherche investisseurs L une des solutions à la crise que traverse la filière dans ces pays pourrait être la création d usines de transformation. Par Hamza Touré, Ouagadougou La tomate demeure l une des productions maraîchères les plus importantes dans ces pays, mais son développement se heurte à des contraintes de conditionnement, de stockage et de transport. La tomate est confrontée à une mévente qui s'explique par une faible absorption de la production nationale, une mauvaise L une des contraintes du marché reste la compétition avec les produits italiens à base de tomates subventionnées et bon marché provenant de l Union Européenne. jonction entre la production et la commercialisation, l'agression du marché par des produits importés et surtout par l absence d unités agro-industrielles de transformation. Usines en vue Le Burkina Faso, le Ghana et le Togo ont tous en projet la construction d usines nationales de transformation. Un groupe italien, déjà présent au Ghana à travers Northern Star Tomato Company, est en pourparlers avec le Burkina Faso en vue d'installer une usine pouvant écraser 500 tonnes de tomate fraîche toutes les 24 heures. Au Burkina Faso, face à la grogne des producteurs, le Ministre de l agriculture, Salif Diallo, leur a annoncé que le gouvernement étudiait la possibilité d ouvrir en 2008 une unité de transformation de la tomate avec 500 tonnes par jour. La nouvelle unité industrielle, qui devra être construite à Bobo- Dioulasso, la deuxième ville du pays, permettra de fabriquer des concentrés de tomates, confitures et autres dérivés. Après avoir vécu le désenchantement avec la Société de promotion des filières agricoles (Soprofa), qui s était donnée pour objectif de produire et commercialiser tonnes de tomates par an, les producteurs de tomates se remettent à espérer des lendemains meilleurs. Les importations de concentré de tomate ont pratiquement quadruplé entre 1994 et 2002, passant de 400 à tonnes, alors que la production de tomates baissait presque de moitié, de à tonnes. selon Marc Gansonré, le président de l Union nationale des producteurs de fruits et légumes du Burkina (Unpfl/B), «avec une usine, le potentiel de tonnes de tomate va être mieux valorisé et les producteurs soulagés et rassurés». Le Ghana est devenu le principal importateur africain de tomates avec des importations dépassant les tonnes par an. Dans ce pays, où les pertes après récolte sont de l ordre de à tonnes par an, soit 30 à 40% de la production, l Italie a financé à hauteur de euros en 2004 un Centre de promotion des activités de transformation de la tomate. Northern Star Tomato Company renaît au bénéfice du Ghana et des pays voisin C est sans nul doute la renaissance de Northern Star Tomato Company au Ghana qui suscite de l espoir chez les producteurs ghanéens et des pays Les tomates africaines subissent la concurrence des tomates italiennes subventionnées. voisins. L usine, après avoir été abandonnée depuis 1989, a été rénovée avec une injection de 3,1 millions d euros. D une capacité de 500 tonnes de tomate par jour, l usine est rouverte depuis avril Elle attend l installation d un transformateur et de l électricité pour pouvoir commencer à opérer à pleine capacité. Son ambition est d envoyer 4000 containers en Afrique annuellement et de contrôler le marché ouest-africain. Ses responsables sont allés à la rencontre des producteurs burkinabés et togolais pour évaluer le potentiel de ces pays en vue de sceller un partenariat pour son approvisionnement, en attendant d ouvrir des unités de transformation dans ces pays. Cependant, l une des contraintes du marché reste la compétition avec les produits italiens à base de tomates subventionnées et bon marché provenant de l Union Européenne. Retrouvez chaque jour sur Actualités Brèves par pays Blogs matières premières Archives Formule d abonnement au journal (papier et en ligne) par carte de crédit

11 Les Afriques - N 6-22 au 28 novembre 2007 NEGOSE ET MATIERES PREMIERES 11 «La régulation du marché par l excédent Saoudien a fait date» Entretien avec Amor Khelif, professeur d université à Nice, expert énergétique, chercheur associé au CREAD (Algérie) «L OPEP a abandonné sans le dire sa fourchette de prix.» Les Afriques : Le 3 e sommet de l histoire de l OPEP cette semaine à Riad n a pris aucune décision pour rassurer les pays consommateurs de pétrole. Est-ce que l OPEP peut encore quelque chose pour réguler le marché pétrolier? Amor Khelif : En réalité plus grandchose. L OPEP a abandonné sans le dire sa fourchette de prix. C est clair, elle n arrive plus à réguler le marché par l offre. En vérité tout le monde produit à son maximum. Longtemps durant c est en fait la capacité de production excédentaire de l Arabie Saoudite qui servait à tenir les prix. Elle a d ailleurs surtout servi à faire un chantage sur les autres pays producteurs sur le mode «nous inondons le marché si vous nous piquez nos parts de marché». Une épée de Damoclès sur la tête de l OPEP. On parlait alors d un potentiel dormant de 3,5 millions jour. C est colossal, sur une année cela correspond à 175 millions de tonnes de pétrole. Aujourd hui tout le monde sait que cette estimation était surfaite. En effet, on entend beaucoup moins parler de l ajustement de l offre de pétrole par «le producteur à la marge saoudien?» AK : Normal, les saoudiens admettent officiellement qu elle n est plus de 3,5 millions de barils jour mais seulement de un million de baril jours. Ce n est plus pareil. Mais même ce niveau est largement remis en cause aujourd hui par les experts. L américain David Simmons, conseiller énergétique à la Maison Blanche, a émis un sérieux doute sur la réalité des réserves de production saoudienne dans un rapport sur l Arabie Saoudite. Il a évoqué les problèmes du gisement géant de Gawar qui est en butte à des remontées d eau qui ont fait chuter les taux de récupération prévisionnels. Le sauvetage de l offre par le surplus saoudien est fictif. L Irak est le seul pays aujourd hui capable de venir, dans le court terme, palier à cette saturation de l offre. Autant l oublier pour le terme qui nous intéresse. Ceux qui parlent de pic de la production mondiale de pétrole sont peut être les plus réalistes. Le président Iranien Mahmoud Ahmadinejad a pris le contre pied des attentes mondiales en affirmant que le pétrole est en dessous de son vrai prix. Vous partager ce point de vue iconoclaste? AK : En tout cas il pose une vraie question. Il faut bien voir que le vrai prix du pétrole pour un pays producteur s évalue par rapport au coût de l énergie de substitution qu il va importer dans 25 ans ou 30 ans lorsque sa production aura fortement baissé. Et là, les études ne prévoient rien de bon. Le coût de la chaîne de traitement du pétrole schisteux qui va se développer dans les prochaines années est de 75 dollars le baril. Celui du baril du Golfe est inférieur à 2 dollars, 4 dollars au Sahara. Affirmer que le prix du pétrole, énergie non renouvelable, demeure inférieure à ce qui devrait être, est une invitation à un débat dans les pays producteurs qui font de l extraction pied au plancher sous la pression de la demande. Est-ce bien raisonnable? Le sommet de Riad n a pas non plus évoqué, puisqu on parle de pouvoir d achat d un baril de pétrole, l érosion de la parité du dollar. AK : Voilà un volet sur lequel les choses n ont pas bougé depuis 25 ans. En , il y a eu les deux rapports Genève 1 et 2, à l initiative du secrétariat général de l Opep, qui étudiaient sérieusement la possibilité de passer à un panel de devises, huit à l époque, pour libeller les «Les Etats-Unis ont besoin d associer leur monnaie au pétrole pour consolider son statut de monnaie de réserve internationale.» transactions pétrolières. Les pays du Golf avaient fait pression et cela ne s est pas fait. C est la même chose aujourd hui. Pourtant le dollar a perdu 25% de sa valeur par rapport, par exemple, à l euro. Cette baisse a même alimenté en partie les cours du brut. Les Etats-Unis ont besoin d associer leur monnaie au pétrole pour consolider son statut de monnaie de réserve internationale. Si l Arabie Saoudite ne peut plus faire baisser les cours, elle peut au moins aider le dollar à rester la devise du pétrole Propos recueillis par Ihsane El Kadi Aide pour la filière cacao en Côte d Ivoire Les producteurs de cacao de Côte d Ivoire, premier exportateur mondial, vont bénéficier d un programme de 23,5 milliards de francs CFA (35,8 millions d euros). Ce programme d`un an sera financé par le Fonds d investissement en milieu rural (FIRM), alimenté par une redevance de 12,5 FCFA le kilogramme (0,01 euros) prélevée sur les ventes. Le programme, géré par l autorité de régulation du café/cacao (ARCC, étatique), prévoit la réhabilitation de 1350 kilomètres de pistes villageoises, pour un coût de 11 milliards de FCFA, dans les zones de productions de la fève, où il est également prévu le forage de 300 puits pour la fourniture d eau potable ainsi que la construction de dispensaires (3,5 milliards de FCFA) et d écoles (6 milliards de FCFA). Nouvelle découverte de pétrole au Congo Total a annoncé une nouvelle découverte de pétrole sur le permis Mer Très Profonde Sud (MTPS), à environ 185 kilomètres des côtes de la République du Congo, par une profondeur d'eau de 2120 mètres, avec le forage positif du puits Persée Nord Est Marine-1. Le puits, foré à une profondeur totale de 4110 mètres, a trouvé au Miocène six niveaux de réservoirs à huile. Suite aux découvertes d'andromède (2000), Pégase Nord (2004), Aurige Nord (2006), et Cassiopée Est (2007), ce forage positif est la cinquième découverte sur le permis MTPS, a précisé le groupe dans un communiqué. Cette découverte conforte la stratégie d'exploration de Total au Congo, visant à constituer un pôle de développement économique sur ce permis en eau très profonde. Les études techniques concernant ce pôle de développement seront lancées une fois faite l'évaluation des réserves associées. Le Gabon va produire du café robusta Le Fonds commun pour les produits de base (FCPB), basé à Amsterdam (Hollande), a débloqué 2 millions de dollars pour financer un projet pilote de production d un café robusta haut de gamme au Gabon, a appris APA samedi à Libreville de source proche de la Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB). «Cette enveloppe, dont les deux tiers se présentent sous forme de don, vise à faire du café gabonais ce qu est le champagne en France», a indiqué le directeur général de la CAISTAB, Mathias Otounga Ossibadjouo. La production du café et du cacao a atteint son niveau record au Gabon en 1975 avec tonnes. Depuis cette date, elle stagne à 300 tonnes l an, selon les statistiques de la direction générale de l économie. Le Congo veut renforcer le contrôle sur ses diamants Fraîchement réintégrée dans le processus de Kimberley, la République du Congo s'est engagée à mettre en place un dispositif approprié de contrôle de la commercialisation des diamants. Le ministre des Mines, de l'industrie minière et de la Géologie, Pierre Oba, a annoncé le 16 novembre à Brazzaville un ensemble de mesures destinées à corriger les erreurs du passé qui ont conduit à l'exclusion du pays du Processus de Kimberley en Le diamant est exploité au Congo de manière artisanale. Le pays, qui dispose d'un potentiel de production de 7 millions de carats, ne produit que carats par an. Cabinet d Avocats International 5, boulevard de la Madeleine Paris Une équipe qui comprend vraiment l Afrique Chambers 2006 Pour tout renseignement, contacter :

12 12 INVESTISSEMENT Les Afriques - N 6-22 au 28 novembre 2007 L Afrique du Sud construit à Dubai Murray & Roberts (M & R) Holdings va construire une grande tour à Dubaï pour une valeur de 3,9 milliards de rands (600 millions $), selon un accord verbal entre les deux parties, a annoncé Aaron Richardson, le porte-parole du promoteur public Nakheel PJSC. Murray & Roberts est la seconde plus grande entreprise de construction en Afrique du Sud Rusal réhabilite une fonderie au Nigeria Russia Aluminium (Rusal) va rouvrir une ancienne usine étatique d'électrolyse (ALSCON) au Nigeria en janvier. La fonderie, qui a couté 2,5 milliards $, est fermée depuis 9 ans. D'une capacité de tonnes/an, an, elle ne produisait que avant sa fermeture en Rusal a pris une participation de 77,5% dans Alscon pour 250 millions $ en février, l Etat dispose d'une participation minoritaire de 15%. Rusal entend dépenser 150 millions $ pour moderniser l'usine. Le Zimbawe compte sur les biocarburants Le président Robert Mugabe a inauguré la première usine de production de biodiesel du pays qui est confronté à d'importantes pénuries de carburants. L'usine Transload, à 15 km au nord-ouest de Harare, est un consortium d'entreprises zimbabwéenne et sud-coréenne. Selon le chef de l'etat, l usine peut produire 100 millions de litres de biodiesel par an à partir de graines de coton, de soja, de tournesol et de Jatropha, permettant au pays d'économiser 80 millions de dollars US. Fonds d investissement libyen La Libye vient de lancer un fonds d investissement de 40 milliards de dollars destiné à des placements sur les marchés internationaux. Le fonds, qui aura deux bureaux, l un à Londres et l autre à Tripoli, se focalisera sur des investissements gérés à travers des institutions et banques occidentales. Il procédera également à des acquisitions immobilières à travers le monde et à des investissements dans des transactions privées. Par Chérif Elvalide Sèye, Dakar Le Sénégal a donc choisi l atterrissage forcé au risque de saborder l une des rares institutions communautaires africaines qui marche bien. La manœuvre a commencé, le 30 octobre dernier, par l annonce, avec fracas, de la reprise de la gestion de ses aéroports. Simple effet d annonce parce que la gestion des aéroports ne relève pas des attributions de l Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar. Sur les dixhuit pays membres, seuls neuf ont confié la gestion de leurs aéroports à l'asecna. La raison d être de l agence, c est aux termes de l article 2 de la convention, «le contrôle de la circulation aérienne, le guidage des avions, la transmission des messages techniques et de trafic, l'information de vol ainsi que le recueil des données, la prévision et la transmission des informations météorologiques.» Le modèle africain en exemple Les raisons invoquées par le Sénégal, «le Trésor sénégalais ne perçoit rien de l Asecna», ont été balayées par Jacques Courbin, le président du conseil d administration. «L Agence Accor ouvre son premier Novotel au Maroc Le groupe Accor renforce sa présence au Maroc. Aux 14 établissements que compte désormais le groupe s ajouteront deux hôtels, à Tanger et à Essaouira, et davantage en cas d Exposition Universelle. Par Christelle Marot, Casablanca. n a pas de bénéfices à répartir»,lui a- t-il rétorqué. Il est vrai que jusqu en l995, ce sont plutôt les Etats qui versaient des contributions à l Asecna. Poursuivant l escalade, le Sénégal a décidé de se retirer de l organisation dont il abrite le siège, en fustigeant «l'obsolescence des moyens de visualisation, la vétusté des moyens de communication et l'inexistence d'un centre régional de contrôle» Ces griefs ne sont pas infondés. Mais en revanche, on ne peut en conclure que l Asecna gère mal l espace aérien de de km 2 qui lui est confié. En février 2002, elle a reçu les félicitations de l'association Internationale des pilotes de ligne pendant que Air et Cosmos, n 1841 du 3 mai 2002, la «Alors que nous venons de fêter les 40 ans du premier Novotel à Lille, avec ce nouvel établissement ici au Maroc, premier hôtel de l enseigne dans le pays, nous inaugurons la formule la plus innovante et moderne du groupe de la gamme Novotel dans le monde», a indiqué Gérard Pélisson, co-fondateur du groupe Accor et président du conseil de surveillance de Risma, lors de l inauguration la semaine dernière à Casablanca du complexe hôtelier Casa City Center. Inauguration en grande pompe, devant de nombreuses personnalités du monde politique et économique, pour les deux nouveaux établissements du groupe au Maroc, sous enseigne Novotel et Ibis Moussafir. Destiné à une clientèle d affaires, essentiellement internationale, ce premier Novotel au Maroc, opérationnel depuis fin octobre, compte 281 chambres dont 8 suites, étalées sur 18 niveaux et m 2. L établissement aura nécessité un investissement global de 233 millions de dirhams. Ce quatre étoiles comprend notamment des espaces réunions/conférences modulables avec connexion sans fil et traduction simultanée, pouvant accueillir jusqu à 250 personnes. Par ailleurs, avec le nouvel Ibis Moussafir Casa City Center, le groupe compte désormais 14 établissements de la gamme au Maroc. L établissement trois étoiles, d une capacité de 266 chambres étalées sur 14 étages et m 2, aura coûté 145 millions de dirhams. Au total, le complexe hôtelier Casa City Center permet la création de 350 emplois. Le projet, situé au coeur de la capitale économique, à quelques encablures des chantiers de la nouvelle gare de Casa Port et de la Marina Casablanca, participe du projet Vision 2012, qui vise à faire de la ville une destination touristique pour les affaires et les loisirs. Dans une seconde phase du projet, un Sofitel doté d une capacité de 181 chambres devrait voir le jour. Dans le pipe Sur le reste du royaume, le groupe Accor poursuit son expansion. Dans le pipe, deux hôtels Ibis. A Tanger, l ouverture d un établissement de 200 chambres est prévue au cours revue spécialisée du domaine, titrait «Ciel unique : le modèle africain», en demandant à l Union européenne qui peine à mettre en place un ciel unique de s en inspirer L Asecna fragilisée par la sortie du Sénégal Chantre de l intégration africaine, le Sénégal, en claquant la porte de l Asecna, fragilise la première institution commune africaine. L Afrique a réussi à mettre en place un modèle de gestion de «ciel unique». Mauvais calcul La question financière semble être la préoccupation première du Sénégal qui pourrait se tromper lourdement. Sur la quarantaine de milliards FCFA (60 millions d euros) générés annuellement par la région d information de vol de Dakar, et contrairement à ce qu a annoncé le Ministère, la part du Sénégal ne devrait pas être de 22 à 30 millions d euros. Il bénéficierait certes des 7,5 millions d euros que rapportent les taxes d atterrissage à l aéroport de Dakar, mais pour le reste des «redevances d'usage des aides et services de route», il aurait la portion congrue puisqu il a le coefficient (basé sur le territoire survolé et le poids de l avion), le moins élevé. Le Sénégal couvre km 2 contre km 2 pour le Mali et km 2 pour la Mauritanie. La région d information de vol en question compte neuf Etats et a été confiée par l Oaci à l Asecna. La sortie du Sénégal ne lui conférerait pas automatiquement la gestion de son propre espace puisque cette région comprend aussi des pays non membres de l Asecna, la Gambie, la Sierra Léone et le Libéria. Songer à demain Les limites techniques, soulignées par le Sénégal sont réelles, mais l agence les a identifiées elle-même et elles ne remettent pas en cause l efficacité de ses services puisqu elle leur a trouvé des palliatifs. Un programme d investissement est d ailleurs déjà prévu pour y remédier. Du reste, ce que le Sénégal n a pas pu financer avec tous les pays membres, pourra-t-il le financer seul? Demain peut-être des satellites permettront d assurer l assistance aux avions depuis un centre Gérard Pélisson, co-fondateur du groupe Accor, lors de l inauguration du Casa City Center. du premier trimestre 2008, pour un investissement de 65 millions de dirhams. Essaouira également devrait accueillir un hôtel de la gamme, offrant 152 chambres et d un coût de 56 millions de dirhams. L horizon 2012 est dans tous les esprits. Si le Maroc est désigné le 26 novembre prochain pour organiser l Exposition universelle à Tanger, perle du Détroit, c est un formidable coup d accélérateur pour le développement du nord du Maroc et un signal fort pour les investisseurs. «A Tanger, le groupe Accor prévoit d être présent avec 1000 chambres à l horizon 2012», indique Marc Thépot, directeur général Accor Maroc. Outre un second Ibis en 2008, «nous avons à Tanger des projets pour un Sofitel et un Novotel», confie Marc Thépot. Au premier semestre 2007, le chiffre d affaires du groupe Accor a progressé de 8,8% pour s établir à 4,015 milliards d euros. Risma, filiale marocaine du groupe, est depuis 2006 cotée sur la Bourse de Casablanca. basé hors d Afrique. Une concurrence s annonce. Les pays de l Asecna ne seront pas de trop, tous ensemble, pour y faire face. Enfin, le Sénégal, qui fait campagne pour un gouvernement africain, est En février 2002, la revue spécialisée Air et Cosmos demandait à l Union Européenne, qui peine à mettre en place un ciel unique, de s inspirer du modèle africain mal venu de saborder la première institution communautaire africaine. En 1960, le président malien Modibo Keita, à l éclatement de la Fédération du Mali, avait décidé de quitter l agence. Il a suffi que le président du conseil d administration Louis Sanmarco regrette que le Mali quitte la seule institution africaine pour que Modibo Keita renonce. Près d un demi-siècle après, Abdoulaye Wade sera-t-il moins africaniste que lui?

13 Les Afriques - N 6-22 au 28 novembre 2007 INVESTISSEMENT 13 Marchés financiers : les atouts de l Afrique subsaharienne Avec la crise des subprimes américains, les marchés financiers du Nord ont frôlé le krach boursier du siècle Ils sont aujourd hui à la recherche d alternatives crédibles. Encore modestes, les marchés subsahariens n en ont pas moins des atouts à faire valoir. Par Amadou Fall, Dakar Les places financières occidentales et asiatiques viennent de passer un été on ne peut plus orageux. Elles ont frôlé le krach boursier du siècle, du fait de l effet domino de la crise née des subprimes américains, de ces crédits hypothécaires consentis à des entreprises au bord de la faillite et à des ménages aux revenus modestes et instables. Ils ont fini par défaillir La plupart des pays ont adopté une gestion plus prudentielle du boom lié aux matières premières, et pas seulement au pétrole. en masse, au grand dam des banques prêteuses, des fonds de placement et des hedge funds qui les ont refinancés en transférant ainsi leurs risques sur de très nombreux particuliers et acteurs économiques à travers le monde développé. Les marchés financiers du Nord sont sans doute en train de sortir de la zone de turbulence. Mais la confiance qui prévalait antérieurement ne va pas revenir totalement de sitôt. Les banques, qui ont subi de lourdes pertes, rechignent encore à se lancer dans de nouveaux prêts, même entre elles, et à plus forte raison au bénéfice des entreprises et des particuliers, nonobstant le coup de pouce de leurs banques centrales. Les fonds de placement et autres véhicules internationaux d investissement sont surtout en quête de nouveaux créneaux rentables et sûrs. Atouts à faire valoir Dans ce contexte nouveau, l Afrique subsaharienne a assurément des potentialités et atouts à faire valoir. Snobés par les investisseurs du reste du monde, jusqu à ces derniers temps, ses marchés financiers se présentent désormais comme des alternatives, à tout le moins, des compléments crédibles à ceux du Nord. Tout d abord, les places boursières du continent ont montré qu elles échappent à l engrenage spéculatif à outrance dans lequel se débattent l Occident et l Asie, dans une périodicité de plus en plus rapprochée. A preuve, pratiquement toutes les places boursières africaines sont restées fermes, avec des résultats en nette croissance, au cours de ces trois derniers mois, contrairement aux autres. Des réserves de change et une épargne à mieux valoriser L Afrique subsaharienne, où presque tout est à construire ou à reconstruire, a des atouts certains pour devenir un nouveau pôle financier attractif. Mais encore faut-il qu elle cesse de faire reposer son avenir essentiellement sur cette aide dont on la perfuse, mais qui l ankylose et l étouffe, plutôt que de contribuer au développement de ses économies. Celles-ci L Afrique subsaharienne doit cesser de faire reposer son avenir essentiellement sur cette aide dont on la perfuse, mais qui l ankylose et l étouffe. ont, bien au contraire, besoin de pouvoir compter sur leurs ressources intrinsèques complétées par des investissements extérieurs productifs. L épargne locale n est sans doute pas aussi consistante que nécessaire, par rapport aux immenses besoins de développement à financer. Il n en reste pas moins que l Afrique subsaharienne est bien mieux lotie que durant les premières décennies d après les indépendances, si l on en juge par l évolution positive de ses réserves de change qui, selon le Fonds monétaire international, sont passées de 21 milliards de dollars en 1996 à 108 milliards de dollars en Elles devraient pointer à 131 milliards de dollars dans le bilan de l année en cours. Moins de dépendance Durant des décennies, ce pactole qui était beaucoup moins étoffé servit essentiellement de ressources additionnelles au financement des économies développées, à partir des comptes d opération dans lesquels il est logé, comme dans l exemple des relations entre la Zone franc africaine et la France. Il a également donné à des dirigeants africains et à leurs proches tout le loisir de s enrichir... Les évasions de capitaux vers les banques suisses et d autres placements illégitimes en Europe et ailleurs étant de moins en moins aisées, les fonds qui restent ou retournent sur le continent tendent à s y investir d une manière ou d une autre. L enjeu majeur est aujourd hui de tout mettre en œuvre pour que les réserves de change et l épargne intérieure africaines soient plus intensivement mobilisées pour la réalisation de projets productifs, par le canal de systèmes et mécanismes financiers adéquats. Cela permettrait aux pays africains d être moins tributaires des institutions de Bretton Woods et de l aide publique au développement qui faussent toujours les attentes placées en elles. On en veut pour preuve les dernières statistiques rendues publiques par l OCDE faisant cas de la baisse de 5,1% de l APD en 2006 et de la tenue d à peine 10% des engagements pris par le G8 à Gleneagles. En fait, les promesses n engagent que ceux qui y croient Meilleure santé économique Si les places financières ouest-africaines sont dans d assez bonnes dispositions pour s inscrire dans le sillage des marchés émergents, c est notamment parce que la réforme des systèmes bancaires et financiers de l UEMOA et de la CEDEAO, entreprise depuis la fin des années 80, a, dans une très large mesure, atteint les objectifs d assainissement et de viabilisation visés. Celle-ci a contribué, de la sorte, à l émergence d acteurs solides et rentables et de plus en plus à même de mobiliser des Snobés par les investisseurs du reste du monde, jusqu à ces derniers temps, les marchés financiers africains se présentent désormais comme des alternatives crédibles. fonds sur les marchés intérieurs et également extérieurs. Ensuite, les taux de croissance des économies qui les sous-tendent sont, depuis plus d une décennie, sur une tendance haussière, au-dessus de 5%, nonobstant quelques fléchissements ça et là. Comme mis en exergue, depuis maintenant plusieurs années, dans les «Perspectives économiques africaines», une publication conjointe de l'ocde et de la Banque africaine de développement : la croissance est de retour en Afrique ; la gestion macro-économique dans de nombreux pays s'est améliorée ; la plupart ont adopté une gestion plus prudentielle du boom lié aux matières premières, et pas seulement au pétrole. La flambée des prix pétroliers profitable au Nigeria, au Ghana et à la Côte d Ivoire, l amélioration des cours des autres produits de base extraits de la région, dont le coton, le café et le L exemple de Sonatel La multiplication, au niveau de la BRVM, des émissions obligataires d Etats (Côte d Ivoire, Togo, Bénin, Mali, Sénégal), d entreprises (SOBOA-Sénégal, SONATEL- Sénégal, Port Autonome de Dakar) et d institutions financières (SFI, filiale de la Banque mondiale) est positivement significative d un mouvement de substitution progressive de l endettement auprès des épargnants et investisseurs locaux à celui auprès de la Banque centrale et des bailleurs de fonds traditionnels extérieurs. Mais pour que le marché financier ouest-africain soit encore plus attractif, de sorte à conjuguer sa dynamique endogène à l apport fortement attendu des investisseurs privés internationaux, il faudrait qu il y ait davantage d introductions d entreprises locales en bourse sur les compartiments dédiés à l actionnariat. Pour l instant, rares sont celles, parmi elles, qui ont franchi le pas. Sonatel, la société nationale des télécommunications du Sénégal, est une de ces remarquables exceptions. C est une successstory dont on ne peut que souhaiter qu elle fasse le plus largement possible tâche d huile. On a reproché aux gouvernements locaux de n avoir pas assorti la privatisation des sociétés d Etat de leur cotation en bourse. Cela est. Mais le fait que nombre d entreprises locales sont peu enclines à rendre publics leurs états financiers reste aujourd hui l obstacle le plus sérieux à une densification des entrées en bourse. Toutefois, devant la difficulté persistante qu ils ont à se faire financer par les banques, en raison des garanties qu elles exigent et de leur faiblesse en ressources longues, les dirigeants de ces entreprises vont être de plus en plus obligés de se tourner vers le marché financier et non plus seulement bancaire, d accepter leur cotation en bourse. Avec tous les avantages mais aussi les risques bien mesurés qui s y attachent. A.F. cacao, la tonicité et le développement de filières rentables dans le secteur agro-industriel, les transports, les télécommunications (+46% d abonnés à la téléphonie mobile en 2006) et les services sont pour une large part dans cette meilleure santé économique qui transparaît derrières les indices boursiers. La dernière frontière Tout ce qui précède justifie l intérêt plus perceptible ces derniers temps que les investisseurs en actions émergentes prêtent à l Afrique en général. Le frémissement financier actuel s inscrit dans la continuité d un mouvement amorcé en 2006, avec les investissements du prince saoudien Ibn Al-Walid Ibn Talal dans le secteur bancaire ghanéen, dans les télécoms au Le nombre d entreprises répertoriées sur les marchés boursiers subsahariens est passé de 66 en 2000 à 522 ces derniers mois. Sénégal et pour la création avec la banque HSBC d'un nouveau fonds, HSBC Kingdom Africa Investments, doté de 400 millions de dollars. A sa suite, Ethos Private Equity a créé un fonds panafricain de 750 millions de dollars. La banque d'investissement basée à Moscou et à Londres, Renaissance Capital, a tenté cette année une opération de prise de contrôle sur Ecobank, le premier réseau bancaire d Afrique de l Ouest et du Centre introduit en bourse en 2006 sur les marchés de Lagos, Accra et Abidjan. Les hedge funds sont également de la partie. Nicolas Clavel, ancien directeur de la Citibank à Kinshasa, a lancé le 1er juillet dernier le tout premier hedge fund dédié à «Certains investisseurs sont à la recherche de nouveauté et l Afrique est considérée comme la dernière frontière» l Afrique : «Scipion African Opportunities Fund». Il ambitionnerait de réunir pour ce dessein quelque 800 millions de dollars. Tudor Investments et Millenium Partners misent sur une nouvelle institution, Africa Opportunities Partners, qui compte investir dans le secteur de la bière en Tanzanie et dans celui des télécommunications au Sénégal. Nouvelle dynamique Ce regain d intérêt pour l Afrique subsaharienne résulte donc de l appréciation de sa dynamique nouvelle, de la situation prévalant sur les autres marchés, et de l option conséquente prise par les investisseurs de se diversifier vers d autres places financières à forte potentialité. L on en veut pour preuve l accroissement du nombre d entreprises répertoriées sur les marchés boursiers subsahariens. Celles-ci sont passées de 66 en 2000 à 522 ces derniers mois. Pour Nicolas Clavel, «miser sur l Afrique aujourd hui est un choix, non pas de cœur, mais de raison. Les rendements sur les pays émergents, notamment BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine), se réduisent après une forte croissance ces dix dernières années. Certains investisseurs sont à la recherche de nouveauté et l Afrique est considérée comme la dernière frontière»

14 14 INVESTISSEMENT Les Afriques - N 6-22 au 28 novembre 2007 Le Maroc à la conquête de l Afrique Les entreprises marocaines se déploient sur le continent, dans des secteurs aussi diversifiés que le BTP, la finance, les télécoms ou la gestion de services publics. Pour la SFI, les opportunités sont bien présentes. Par Christelle Marot, Casablanca «C est le moment idéal pour investir en Afrique (...) la politique macroéconomique est bien meilleure, l inflation maîtrisée, le taux de change stable, les engagements en faveur du secteur privé n ont jamais été aussi forts». Les propos sont d Abdelkader H. Allaoua, directeur de la région Maghreb pour la Société financière internationale (SFI). Sortir des frontières Donner envie aux entreprises marocaines de sortir de leurs frontières, la SFI, bras armé financier de la Banque mondiale, s y emploiera tout au long du colloque «Enjeux et opportunités pour l investissement privé en Afrique sub-saharienne», organisé à Casablanca, avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM). Et de rappeler qu en l espace de 4 ans le volume d investissements de la SFI sur le sous-continent a été multiplié par 10 pour atteindre 1,4 milliard de dollars en 2007 dans 17 pays. En Afrique du Nord et au Moyen-Orient, ce volume s établit aujourd hui à 1,2 milliard de dollars ; des chiffres record pour l institution. Pour Saad Kettani, vice-président de la CGEM, «les entreprises marocaines ont atteint une taille critique qui leur permet de sortir de leurs frontières notamment dans les secteurs de la banque, des télécoms ou du BTP». L Afrique est un débouché naturel, un terrain sur lequel peuvent se battre les entreprises marocaines, où les places sont encore à prendre, a contrario de l Europe. Le Maroc entretient par ailleurs des relations séculaires et une proximité culturelle avec le continent. Pas si facile Sur l Afrique de l Ouest, Attijariwafa Bank et Banque marocaine du commerce extérieur (BMCE) sont citées en exemple, de même que l Office national d électricité «Les entreprises marocaines ont atteint une taille critique qui leur permet de sortir de leurs frontières notamment dans les secteurs de la banque, des télécoms ou du BTP». (ONE) et l Office national de l eau potable (ONEP) en Afrique centrale. Le «couac» de la Royal Air Maroc (RAM) au Sénégal est à relativiser. Dans l ensemble, souligne M. Kettani, «les échos sont bons». Volontarisme et optimisme font bon ménage. Mais pour l un des responsables du groupe Chaâbi, présent dans l assistance, l expérience africaine peut s avérer amère. «Nous avons investi beaucoup d argent en Algérie, en Tunisie, au Sénégal (...) mais nous avons eu aussi beaucoup de déceptions, notamment au Sénégal (...) en raison de lobbies politiques et religieux». «L accès au foncier, c est un véritable parcours du combattant (...), en particulier au Sénégal», ajoute Kamal Sebti, de la société Fenie Brossette. Le recouvrement de créances pose problème. Les financements ne se débloquent pas si facilement. Plus grande stabilité La SFI, qui souhaite accompagner les entreprises marocaines dans leur expansion, propose conseil, assistance technique, intermédiation ainsi que des produits d investissement direct : prise de participation minoritaire dans des sociétés, prêts à long terme, garanties, émissions obligataires en monnaie locale, mise à disposition de ressources longues pour les banques afin de financer le logement, en Afrique de l Ouest en particulier. Le focus est mis également sur le financement des PME et les initiatives post-conflit, comme le soutien au secteur minier, agroalimentaire ou touristique en République démocratique du Congo. La RDC est le pays le plus mal classé en Afrique, souligne d ailleurs l enquête Doing Business 2008 de la Banque mondiale, qui recense les efforts entrepris pour améliorer le climat des affaires. D après cette enquête, l Egypte est le pays le plus réformateur, suivi des pays anglophones, Ghana en tête, et Kenya. En fin de liste figurent les pays qui ont traversé des crises. Pour autant, souligne Oumar Seydi, représentant régional de la SFI pour l Afrique centrale, les «conflits ont largement diminué, la stabilité politique est plus grande dans nombre de pays, en RDC mais également au Liberia, en Sierra Leone, en République centrafricaine ou en Côte d Ivoire». Et les besoins sont criants dans le domaine des infrastructures. Pour les entreprises marocaines, les opportunités sont présentées dans les secteurs des marchés financiers, des télécommunications, de l énergie, des mines, du tourisme et de l agro-industrie. Derrière «Nous avons eu beaucoup de déceptions, notamment au Sénégal (...) en raison de lobbies politiques et religieux». l Afrique du Sud, le Maroc est le second investisseur africain sur le continent et le premier en Afrique de l Ouest. Des investissements déjà extrêmement «diversifiés», souligne Abdelkader H. Allaoua. Et qui ne demandent qu à se poursuivre.

15 Les Afriques - N 6-22 au 28 novembre 2007 INVESTISSEMENT 15 «Doing business 2008» cite en exemple des pays africains Les meilleurs pays africains en matière d'amélioration du climat des affaires, Burkina Faso, Ghana, Ile Maurice, Kenya et Mozambique, ont été distingués à l occasion du lancement du rapport «Doing business 2008». Le Ghana se trouve parmi les 10 premiers pays pour la seconde année consécutive. Le Kenya a lancé un ambitieux programme de réforme des modalités d'octroi de licences qui a permis d'éliminer 110 permis d'exploitation et en a simplifié 8 autres. Pour la première fois, certains pays africains se sont placés parmi les meilleurs réformateurs du monde. L'Ile Maurice, déjà considérée comme le pays d'afrique le plus accueillant pour les affaires, a simplifié la fiscalité. Le Burkina Faso, grâce à un guichet unique, a réduit le délai de création d'entreprise à 18 jours. Le Mozambique a modernisé la procédure d'immatriculation des sociétés, en suppri- Cameroun : le climat des affaires s améliore, mais A juger par l accroissement des investissements étrangers, le climat des affaires s est amélioré au Cameroun. Mais le pays a reculé dans le classement de «Doing business». Par Gilbert Tchomba, Yaoundé La tendance révélée par la notation du Cameroun par Standard and Poor, qui lui a attribué pour le court terme «B» contre «C» auparavant et pour le long terme «B» contre «B-», est confirmée par la reprise des financements des bailleurs de fonds internationaux en faveur du secteur privé. La Société nationale d électricité du Cameroun (Aes / Sonel) a bénéficié d un prêt de près de 170 milliards de FCFA, 260 millions d euros, par un pool de bailleurs de fonds : la Société financière internationale (Sfi), la Banque européenne d investissement (Bei), Promotion et Participation pour la Coopération économique (Proparco), la Banque africaine de développement (Bad) et la Banque de développement des Etats de l Afrique centrale (Bdeac). Investissements en hausse Dans le secteur minier aussi, les investissements se multiplient avec la société américaine Géovic, qui exploite le nickel et le cobalt, et l Australienne Sundance mant les inscriptions provisoires et rendant le recours à un notaire facultatif. Outre ces cinq grands réformateurs, neuf autres pays ayant mis en oeuvre deux réformes ont reçu également une mention honorable. Il s'agit de l'afrique du Sud, du Lesotho, de Madagascar, du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Nigeria, du Rwanda et de l'ouganda. Vice-président de la Banque mondiale, Michaël U. Klein loue les progrès en Afrique tout en soulignant la complexité des règles. Les Afriques : Quel jugement portez vous sur le climat des affaires et le rythme des réformes en Afrique? Michaël U. Klein : Nous avons constaté en Afrique, ces dernières années, un progrès certain dans nombre de pays. Il y a de moins en moins de conflits. La plus grande partie du continent est en paix. De plus, presque partout en Afrique, il y a une politique macro-économique plus prudente. L'inflation est plus basse et il y a moins d'évasion fiscale. Aux effets de la paix et de la bonne politique macroéconomique, il faut encore ajouter de bonnes règles pour établir un climat favorable aux affaires, ainsi que des infrastructures (routes, électricité...) et des mesures qui facilitent la création d'entreprises et d'emplois et la réduction du secteur informel. Hélas, l'afrique souffre souvent de règles parmi les plus complexes au monde, qui rendent difficile la création des emplois et des entreprises par les citoyens. Mais un mouvement de réforme a commencé ces dernières années et, pour la première fois, certains pays africains se sont placés parmi les meilleurs réformateurs du monde. Le Ghana est troisième et le Kenya est huitième dans le monde. Nous sommes donc dans votre pays pour célébrer les réformateurs africains et pour permettre aux différents pays d'échanger leurs points de vue. Ressources Limited pour le fer. D autres secteurs bénéficient également de l intérêt des investisseurs. Une autre Américaine, la Transnational automative Group, intervient dans deux sociétés de transport routier. Dans le tabac, le Sud-Africain, Pour les autorités camerounaises, pas de doute, le pays est devenu attractif auprès des investisseurs étrangers. Mc Croft Tobacco est annoncé à Douala. Pour les autorités camerounaises, pas de doute, la création de toutes ces structures constitue le signe palpable que le pays est devenu attractif auprès des investisseurs étrangers. Bémol Les organisations professionnelles mettent un bémol. Elles dénoncent la lourdeur bureaucratique. Selon une étude menée par le Groupement interpatronal du Cameroun, Gicam, il faut près de 12 procédures et 444 jours pour créer une L.A. : Pourquoi le choix du Burkina Faso pour célébrer cet évènement? M.U.K. : Nous avons choisi de célébrer l'évènement au Burkina Faso parce que le gouvernement a mené, ces deux dernières années, de réels efforts pour améliorer son climat d'affaires. La situation évolue lentement mais les progrès sont déjà perceptibles. En classement absolu, le pays reste 161 e sur 178 pays, mais il occupe, cette année, la 5 e place en Afrique en terme de réformes. Nous espérons que cette célébration va encourager les autorités et le secteur privé à persévérer dans ce sens. Propos recueillis par Hamza Touré entreprise. Le gouvernement a réagi à cette critique par l annonce de la création d une agence de facilitation et de promotion des petites et moyennes entreprises. Une sorte de guichet unique. Les opérateurs économiques déplorent aussi le harcèlement fiscal, le rançonnement par des fonctionnaires véreux ainsi que la lenteur du système judiciaire. Selon le patronat, il faut près de 58 procédures et 800 jours au moins pour un contentieux commercial. Et le jugement n est pas toujours équitable. Le Gicam a du reste créé un centre d arbitrage pour éviter de recourir aux tribunaux. La corruption enfin constitue toujours un réel problème malgré les efforts du gouvernement qui a engagé une lutte contre ce fléau en décembre Une Commission nationale de lutte contre la corruption (Conac) a été créée et des hauts fonctionnaires coupables de détournement des deniers publics ont été traduits devant les tribunaux. Encore insuffisant. Le Cameroun a reculé de cinq places en 2006 par rapport à 2005 dans le classement de «Doing Business». Sénégal : l Etat serre la vis des dépenses Le Sénégal s attaque au déficit de ses finances publiques, gonflé par les subventions aux produits pétroliers et les investissements publics. Par Malick Rokhy Ba, Dakar La dernière annonce de baisse des salaires au Sénégal, le 3 novembre dernier, a révélé aux Sénégalais l ampleur du déficit des finances publiques. Entre 2005 et 2006, il est passé de 3% à près de 6% du produit intérieur brut (PIB), selon les chiffres de la Banque mondiale. Entre 2005 et 2006, le déficit des finances publiques est passé de 3% à près de 6% du produit intérieur brut, selon la Banque Mondiale. La situation s'explique par les subventions destinées à atténuer la flambée du pétrole. Près de 214 millions d'euros, soit quelque 10% du budget national, ont été transférés en 2006 vers des sociétés publiques du secteur, la Senelec (Société nationale d'électricité) et la Sar (Société africaine de raffinage), en difficultés financières. Plus de fonctionnaires Le pétrole n'est pas seul responsable du déficit. Le pouvoir libéral s'est signalé ces dernières années par une politique volontariste. Depuis 2000, quelque personnes se sont ajoutées aux fonctionnaires qui coûtent plus de 300 milliards de FCFA par an sur un budget annuel estimé à environ 1600 milliards de FCFA. «En trois ans, il y a une hausse de 40% de la masse salariale», affirme l'économiste sénégalais Moubarak Lô qui estime en outre que le déficit de l'etat est tiré également par les grands travaux d amélioration de la mobilité urbaine à Dakar. Selon le ministère de l'economie, ces travaux sont financés à 60% sur des ressources propres de l'etat. Mais plusieurs sources indiquent que le retard dans les décaissements des partenaires arabes a contraint l'etat à faire des avances du Trésor public. Les partenaires de l'union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) et les bailleurs de fonds exigent que le déficit soit abaissé à 4% pour mieux respecter les critères de convergence économique. Tout de même une lueur A cause des tensions de trésorerie, les arriérés de la dette intérieure dépasseraient selon de bonnes sources 70 milliards de FCFA. L Etat refuse d en révéler le montant. Le 3 octobre dernier, le directeur des opérations du Fonds monétaire international (Fmi) a critiqué les «dérapages budgétaires» sénégalais. Le Sénégal a lancé en septembre dernier un emprunt obligataire de 114,4 millions d'euros. C'est le deuxième après celui de juin 2005, d'un montant de 68,5 millions d'euros. De quoi soulager le Trésor public. L'Etat envisage de supprimer les subventions aux produits pétroliers. Mais la mesure contribuerait à l inflation, elle aussi trop élevée au regard des critères de convergence de l Uemoa. Elle alimenterait également les tensions sociales nées de la hausse généralisée des prix. L'indice des prix à la consommation s est accru en octobre dernier de 5,6%. Restent néanmoins quelques lueurs au sombre tableau. Les recettes fiscales ont augmenté de 10% par an. Début novembre, le pays a signé avec le Fmi l'instrument de soutien à la politique économique (Ispe), un programme sans décaissement mais qui constitue un gage de bonne gouvernance. Par ailleurs, la dette extérieure est passée de 2000 milliards de FCFA en 2000 à 500 après les allègements consentis par les bailleurs. Soit 17% du PIB contre 40 à 45% auparavant. Qatar Steel en Mauritanie La société qatarie du fer et de l acier Qatar Steel a porté de 15% à 49,9% sa participation au capital du projet «El Aouj» d exploitation des mines de fer dans la région nord de la Mauritanie, Tiris Zemmour. L annonce a été faite mardi par le directeur général de Qatar Steel, Cheikh Nasser Ben Hamed Al Thani, à la sortie d une audience à Nouakchott avec le président mauritanien Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi. Pour rappel, le projet «El Aouj» avait fait l objet, en mars, d une convention de financement d un milliard et demi de dollars, signée par la société saoudienne pour les industries essentielles (SABIK) aux côtés de Qatar Steel et de la société australienne SPHERE.

16

17 Les Afriques - N 6-22 au 28 novembre 2007 DROIT, FISC, DOUANES 17 Progosa accuse Bolloré de corruption L actualité avec La concession du terminal à conteneurs du Port autonome de Douala (PAD) continue à susciter beaucoup de controverses. Trois ans après l attribution à Bolloré, Progosa, qui lui disputait le marché, a porté plainte le 9 novembre dernier pour corruption et favoritisme. Jacques Dupuydauby, président du groupe espagnol, s en explique dans un entretien accordé à Les Afriques. Les Afriques : pourquoi avezvous engagé une procédure judiciaire au sujet de la concession du terminal à conteneurs du port de Douala? Jacques Dupuydauby : J ai déposé à titre personnel une plainte contre X pour corruption et favoritisme. J attends de cette procédure qu elle mette en évidence les conditions dans lesquelles s est déroulé l appel d offres. Je considère que cet appel d offres a été totalement faussé et que l attribution de la concession va à l encontre même de la qualité des réponses fournies par les deux compétiteurs, à savoir le groupement Bolloré/Maersk et nousmêmes. J attends donc de cette procédure qu elle rétablisse la vérité et mette en exergue que c est notre groupement qui avait gagné. Les droits des actionnaires minoritaires dans les sociétés commerciales de l espace OHADA Le Droit Africain des Sociétés Commerciales, dont la source fut pendant longtemps la loi française du 24 juillet 1867, s est trouvé profondément bouleversé par l entrée en vigueur, le 1 er janvier 1998, de l Acte Uniforme relatif aux Sociétés Commerciales et aux Groupements d Intérêt Economique. Par Me Alain FENEON, Avocat à la Cour de Paris LA : Avez-vous des preuves avérées de corruption et de favoritisme? J.D. : Le favoritisme est évident. Tout au long de la procédure, il est apparu que le directeur général du port n a tenu compte d aucune de nos observations. Il a, par contre, pris une série de décisions favorables à Bolloré. Je vais remettre dans les jours qui viennent au magistrat instructeur des documents qui le démontrent. Quant à la corruption, je vous pose seulement la question : à qui profite le crime? Si l Acte Uniforme maintient le principe du gouvernement majoritaire dans les sociétés anonymes, considérant que cette règle est indispensable pour assurer le bon fonctionnement et la stabilité de la direction des sociétés commerciales, cette «loi de la majorité» a fait cependant l objet de différents aménagements, en ce qui concerne notamment la situation des actionnaires minoritaires. Encore convient-il, préalablement, de préciser ce concept de minorité dans les sociétés anonymes. Il y est tout d abord fait référence, dans le cadre des règles relatives au fonctionnement du Conseil d Administration : c est ainsi qu en ce qui concerne le quorum, le Conseil d Administration ne délibère valablement que si la moitié au moins de ses membres est présente. Toute clause contraire étant réputée non écrite. Il y a lieu en outre d observer qu il n est pas tenu compte, pour le calcul du quorum, des administrateurs représentés : leur présence physique est indispensable. S agissant de la majorité, l Acte Uniforme dispose que les décisions sont prises à la majorité des membres présents ou représentés, à moins que les statuts ne prévoient une majorité plus forte. Dans la mesure où la majorité se calcule par tête, chaque administrateur est placé sur un pied d égalité, sous réserve de la voix prépondérante du président en cas de partage des voix, règle qui peut être le cas échéant écartée par les statuts. Dans les assemblées générales, le quorum est fixé à la réunion, sur première convocation d au moins le quart des actions ayant le droit de vote ; sur deuxième convocation, aucun quorum n est requis. L assemblée générale ordinaire statue à la majorité des voix exprimées, étant précisé que les abstentions et les votes blanc sont considérés comme des votes «contre», pour déterminer si cette majorité est atteinte ou non. Toutefois, les statuts peuvent exiger un nombre minimal d actions sans que celui-ci puisse être LA : Pourquoi avoir attendu trois ans? Le groupe Progosa est-il un mauvais perdant? J.D. : Dès le départ nous avons contesté le résultat et nous l avons fait savoir à toutes les autorités concernées, sans aucune réaction. Je suppose que l arrestation de l ex DG du port va relancer le dossier. Et nous ne sommes pas seuls. La Banque Mondiale elle-même a pu observer que l attribution du terminal à Bolloré allait à l encontre des intérêts du Cameroun. Au cours des années écoulées, j ai eu de nombreuses rencontres notamment avec le Premier ministre. Je lui ai exposé de façon très claire les conséquences, pour le Cameroun, de cette attribution frauduleuse. Rien que pour la redevance, si notre groupe avait été retenu, l Etat percevrait pour les 15 ans de la concession une redevance de 84 millions d euros. C est bien plus que ce qui lui est actuellement versé. Ce préjudice, très grave, n est pas le seul. Il en est de même pour les investissements et les prix de passage au port qui sont exorbitants. LA : Que ferez-vous si vous êtes déboutés par la justice? J.D. : A chaque jour suffit sa peine. Pour le moment je constate simplement que ma plainte a été déclarée recevable. Je pense qu elle sera instruite avec compétence et objectivité. Je ne doute pas un seul instant que le droit sera dit. LA : Progosa serait en conflit avec le groupe Bolloré ailleurs. Qu en est-il? J.D. : Il est exact que nous sommes en conflit avec le groupe Bolloré également au Gabon et au Togo. Ceci s explique simplement par le fait que la politique de Bolloré est de jouir d un monopole sur l ensemble de l Afrique et dans chacun des ports qu il gère ou veut gérer. Il est évident par exemple que notre présence au Togo ne plaît nullement au groupe Bolloré qui, tout le monde le sait, jouit d un monopole sur le Port Si notre groupe avait été retenu, l Etat percevrait pour les 15 ans de la concession une redevance de 84 millions d euros. d Abidjan. C est-à-dire que les conteneurs qui passent par Lomé sont en grande partie des conteneurs qui passeraient par Abidjan si nous n étions pas présents à Lomé. Au Togo comme au Gabon, Bolloré use des mêmes méthodes qu au Cameroun pour éliminer ses concurrents, nous en l occurrence. Nous ne sommes pas décidés à nous laisser faire et c est la raison pour laquelle plusieurs procédures sont en cours. Propos recueillis par Achille Mbog Pibasso supérieur à 10 pour ouvrir le droit de participer aux assemblées générales ordinaires. Quant à l assemblée générale extraordinaire, elle statue à la majorité des deux tiers de voix exprimées. Les délibérations prises en violation de ces règles de majorité sont nulles. L Acte Uniforme sur les sociétés commerciales, constituant aujourd hui le droit commun des sociétés dans l espace OHADA, est, à l instar de nombreuses autres législations modernes, venu au secours des actionnaires minoritaires en prévoyant en leur faveur la possibilité d intervenir dans la gestion de la société en exerçant un certain nombre de droits d information et de participation et leur a donné les moyens de faire respecter ces droits, au besoin par des actions judiciaires. Les droits d information et de participation à la gestion de la société Si le principe d égalité des droits entre associés, qui existe en vertu de l affectio societatis, confère à chacun d entre eux des droits d information Les pays de la Ceeac et de la Cemac veulent harmoniser leurs droits des affaires Le bureau sous-régional pour l Afrique centrale de la Commission économique pour l Afrique (CEA) a organisé du 12 au 14 novembre dernier à Douala un séminaire sur l harmonisation des droits compensatoires et des tarifs extérieurs communs. Il s'agit pour les Etats de la CEEAC et de la CEMAC, d'adopter un cadre juridique unique et de parler le même langage. Selon Abdoul Kane, expert de la CEA, «il est question d harmoniser les instruments pour qu ils soient identiques entre les deux communautés et que la pluri appartenance ne pose pas de problème de conflit de normes. Ce sont les préalables d un marché commun régional.» Les Etats membres de la CEEAC et de la CEMAC ont réitéré leur volonté commune de mettre l accent sur les mécanismes compensatoires sur la base d un Tarif extérieur commun (TEC) harmonisé. Dans la perspective des Accords de partenariat économique, l intégration régionale apparaît comme une nécessité pour les économies du Sud, peu compétitives et dont, seules des actions concertées et communautaires peuvent garantir une certaine présence sur le plan international. Dès lors, il revient aux Etats d accepter de se passer de certains privilèges nationaux comme la perception de droits de douane au profit de l espace communautaire. Achille Mbog Pibasso totalement équivalents, il en est différemment de leur participation à la gestion de la société, qui dépend de leurs apports respectifs. Le droit d information permet à l actionnaire de prendre connaissance et copie à tout moment des documents sociaux et des procès-verbaux des trois derniers exercices. De même, tout associé peut deux fois par exercice poser des questions écrites au Président, au Directeur Général ou Administrateur Général, sur tout fait de nature à compromettre la continuité de l exploitation. Par ailleurs, les actionnaires disposent d un droit de communication temporaire et préalable à la tenue des assemblées générales. Ce droit de communication porte pour l assemblée générale ordinaire sur de nombreux documents, dont la liste des actionnaires et l attestation du commissaire aux comptes indiquant le montant global des rémunérations versées aux cinq dirigeants sociaux et salariés les mieux rémunérés. Pour les autres assemblées, il porte notamment sur le rapport du conseil d administration ou de l administrateur général, celui du commissaire aux comptes et le texte des résolutions proposées. L Acte Uniforme pose également le principe général pour toutes les formes de sociétés commerciales du droit de tout associé de participer aux décisions collectives, et ce personnellement ou en étant représenté par le mandataire de son choix. En principe, chaque actionnaire a donc droit à au moins une voix. L Acte Uniforme exclut ainsi implicitement les actions sans droit de vote, et limite par ailleurs le privilège du vote double à certaines actions. Suite dans notre prochain numéro : Le droit d alerte Le respect des droits des actionnaires par des actions judiciaires L expertise de gestion L action en responsabilité civile contre les dirigeants sociaux.

18 18 TECHNOLOGIES Les Afriques - N 6-22 au 28 novembre 2007 Algérie : 80% des connections Internet pour le «chat» Le PDG de l Epad, Nouar Harzallah, a déclaré, hier, que l Algérie est classée par l Union internationale de Telecom au 97 e rang, avec l indice de connectivité le plus faible au nord de l Afrique. Actuellement, 80% des connections internet dans ce pays se font pour le «Chat» et 20% seulement pour aller vers des sites de recherche, indique M. Harzallah dans le Quotidien d Oran.Selon Le PDG de l Epad, l Agérie doit prendre contact avec sa diaspora à l étranger pour essayer de développer des programmes locaux. A terme, le pays pourrait créer postes d emplois pour les informaticiens, dans des entreprises qui se spécialisent dans le développement du contenu. Pour développer l usage de l informatique, le gouvernement avait lancé en 2005 une opération d envergure visant à équiper chaque foyer d un PC. Selon M. Harzallah, pas moins packs ADSL ont été écoulés (PC portables avec connexion ADSL). L objectif est d atteindre le million d usagers d ici Le Togo fête ses dix ans dans l internet Depuis le 16 et jusqu au 30 novembre, le Togo est en train de fêter ses dix ans d Internet. Les manifestations seront clôturées par une soirée de gala, «La nuit de l internet», qui se tiendra le samedi 1 er décembre 2007 à partir de 20h à l Hôtel Mercure Sarakawa. Apparu il y a quelques mois, l ADSL n est accessible qu à Lomé. L accès via V-Sat, proposé par certains opérateurs, est encore restreint. Sudatel remet le «chèque» au gouvernement sénégalais Le Soudanais Sudatel, adjudicataire de la troisième licence GSM au Sénégal, a remis au gouvernement sénégalais un chèque de 200 millions de dollars (100 milliards de FCFA) le jeudi 15 novembre L opérateur soudanais s est engagé également à investir jusqu à 500 millions de dollars au Sénégal. Par ailleurs, l Etat sénégalais aurait obtenu de Sudatel l ouverture de 15% du capital de sa filiale sénégalaise aux privés du pays. Egalement présent en Mauritanie, Sudatel représente 60% des transactions à la Bourse de Khartoum. Programme de renforcement de la connectivité de l Afrique L UIT et la BAD se sont entendues pour collaborer en vue de connecter toutes les capitales et plus grandes villes africaines avec l'infrastructure de large bande de la Technologie internationale de communication (TIC) et de renforcer la connectivité vers le reste du monde d'ici Donald Kaberuka, président de la BAD, et Hamadoun Toure, secrétaire général de l'uit, ont annoncé mardi cette coopération à Kigali, qui accueille actuellement le Sommet «Connect Africa». M. Kaberuka a déclaré que l'investissement privé, notamment dans les réseaux de téléphonie mobile, a eu un impact énorme dans de nombreuses régions d'afrique ces dernières années, mais que d'importants fossés demeuraient néanmoins. «Le prépayé a de l avenir en Afrique» Avec un compte clients couvrant plus de 35 pays, M2M Group est l un des symboles de l essor du secteur de la monétique et des nouvelles technologies à base de cartes à puce en Afrique. Entretien avec Redouan Bayed, président de cette multinationale marocaine spécialisée dans les systèmes de gestion de la transaction électronique sécurisée. Les Afriques : Quel est le domaine d activité de M2M Group? Redouan Bayed : M2M Group est aujourd hui un fournisseur global des systèmes de gestion des transactions électroniques sécurisées. Nos solutions couvrent divers domaines applicatifs tels que le paiement électronique multicanal, les produits prépayés, les systèmes de transfert d argent à base de cartes à puce, le porte-monnaie électronique, les programmes de fidélité, la recharge électronique de téléphones mobiles et le paiement de factures sur des canaux divers tels que les guichets automatiques, terminaux de paiement, serveur vocal interactif, mobile et Internet. Nos solutions, initialement consacrées au secteur bancaire, s adressent aujourd hui à tous les opérateurs de services privés et publics, dans plusieurs secteurs d activités. Cette ouverture applicative constitue un de nos principaux avantages compétitifs. A travers le monde, nos systèmes sont utilisés par les opérateurs télécoms dans la distribution, dans le secteur pétrolier, dans le transport (à travers notamment les programmes de fidélité tels que la gestion des «miles» des compagnies aériennes), ou encore dans les secteurs de l assurance à travers des solutions globales permettant de dématérialiser la gestion de l assuré, de le fidéliser, d optimiser ses dépenses et de gérer les flux liés à la couverture de ses prestations sociales. Au Maroc, nous participons à des projets structurants au sein des grands chantiers de modernisation de l administration publique et de déploiement des programmes e-gov. Vous avez récemment remporté un énorme marché au Maroc, en l occurrence la gestion du permis de conduire et de la carte biométrie? Qu en est-il? RB : Il s agit d un des marchés les plus importants au monde de par son ampleur. Ce projet de dématérialisation à grande échelle concernera l émission de 13 millions de cartes. La solution technologique que notre groupement a proposé est basée sur des supports de type carte à puce java permettant plus tard le développement d une forte activité de services à valeur ajoutée. Des applications telles que le permis à points, le suivi des infractions au code de la route, le péage des autoroutes seront développées autour du support permis de conduire. Les applications prévues pour le support carte grise couvriront quant à elles des applications de paiement de taxes, des prestations de contrôle technique, le suivi des infractions à la législation du transport, etc Quels sont vos marchés prioritaires? RB : Nous explorons les opportunités de développement sur tous les continents à travers une stratégie de consolidation des acquis dans nos grandes régions d activité. D ailleurs, tout récemment M2M a marqué son entrée en Amérique latine après avoir remporté, au Chili, le marché de la Transbank pour la sécurisation des transactions électroniques des 22 banques du pays. Le M-Banque, réalité de demain en Afrique Un africain sur 3 disposera de son cellulaire d ici Une donne qui fera forcément basculer le service bancaire vers le mobile. Par Mohamed B. Fall, Casablanca Alors que le parc de la téléphonie mobile explose en Afrique, le taux de bancarisation est resté relativement modeste sur le continent. D ici 3 à 5 ans, le parc du mobile, actuellement à 200 millions d abonnés entre Le Cap et la pointe extrême de l Egypte, enregistrera 100 millions de nouveaux clients. Soit, sur la base d une population de 900 millions, un Africain sur trois pourra être joignable par téléphone. Une évolution sans commune mesure avec celle des comptes bancaires qui concernent à peine 30% de privilégiés dans la région Maghreb, pourtant de loin en avance par rapport à l Afrique subsaharienne. Service incontournable Cette évolution africaine du mobile suit en fait une tendance mondiale. Dans quatre ans, il y aura 4 milliards d utilisateurs du cellulaire, soit quatre fois plus que de détenteurs de comptes bancaires. D après Rosemary Wilken, représentante de Fundamo, spécialiste de la banque par téléphone et des solutions de paiement, «le téléphone est la plateforme universelle la plus sûre, la plus efficace, pour les services bancaires». Une projection faite lors du salon Cartes, le 13 novembre à Villepinte, et rapportée par Silicon.fr. Très à l écoute des mutations qui traversent le continent, la spécialiste prend en exemple le cas de l Afrique du Redouan Bayed, président de M2M. Sud, où des millions de transactions se déroulent chaque année via le mobile. «Le service bancaire par mobile est passé du statut de la prestation supplémentaire au service que l on ne peut pas ne pas proposer», explique Rosemary Wilken. Une évolution qui ne concerne plus seulement le géant du continent, puisque le Kenya et le Nigeria ont basculé aussi dans le M-Banking, proposant des moyens rapides de transferts d argent entre Mombassa et Londres ou Lagos et Londres. Forte diaspora Pour sa part, la Tunisie a dévoilé lors de son dernier salon bancaire et monétique (fin octobre 2007), un projet de paiement des factures en Nous sommes présents au Maghreb, en Egypte et en Afrique subsaharienne, qui recèle un fort potentiel de développement ligne. La tendance est plutôt au paiement de ces charges et à la consultation des comptes bancaires via le téléphone mobile. Sachant que l Afrique est un continent à forte diaspora, on peut gager que l une des toutes premières applications bancaires de ces nouvelles technologis se fera sur le transfert de fonds depuis l étranger. Selon la Banque Mondiale, ce mouvement totalise 268 milliards de dollars par an. C est plus que la capitalisation boursière totale des 40 premières entreprises africaines cotées. Dans la gamme des services bancaires qui vont exploser d ici 2010, le must serait de transférer son argent au moyen de simples SMS depuis les grandes métropoles occidentales vers un village africain, En Europe, notre présence est forte. Elle remonte à plusieurs années et nous continuons à la conforter. Le tout dernier projet est le partenariat avec le prestataire mondial de services bancaires mobiles, Unipay s, qui nous a confié la gestion globale de ses activités en mode outsourcing. Sur le continent africain, nous sommes présents au Maghreb, en Egypte et partout en Afrique subsaharienne, qui recèle, pour nos activités, un fort potentiel de développement et ce malgré ses contraintes liées au pouvoir d achat et aux faibles taux de bancarisation. Tenant compte de ces particularités, nous mettons à la disposition des marchés africains des produits et services alternatifs adaptés. Dans ce cadre, la carte prépayée, à titre d exemple, pourrait constituer une solution alternative aux cartes bancaires classiques. Tout en offrant la même convivialité d usage et les mêmes niveaux de sécurité, les cartes prépayées permettent à leurs titulaires d effectuer des opérations de paiement et de retrait mais aussi d autres services à valeur ajoutée tels que le transfert d argent ou la recharge électronique de téléphones mobiles. Sur un autre volet, celui des systèmes e-gov, nos solutions proposent aussi aux pays africains des alternatives fiables pour améliorer la qualité des services aux citoyens et combattre efficacement la corruption et la fraude des données et des identités. Propos recueillis par Adama Wade au moindre coût. Le problème de la sous-bancarisation et de l accès aux hameaux reculés s en trouverait résolu. Argument militant en faveur Transférer son argent au moyen de simples SMS depuis les grandes métropoles occidentales vers un village africain. de ces nouvelles technologies, la modestie des coûts : ils n excéderaient pas 10% des transactions traditionnelles qui passent par ATM.

19 Les Afriques - N 6-22 au 28 novembre 2007 EMPLOI, CARRIERES 19 Les réseaux sociaux changent la manière de communiquer À moins que le siège de votre entreprise ne soit dans une caverne où il n y a pas d accès Internet, vous avez déjà sûrement entendu parler des réseaux sociaux. En faisant un peu attention, vous avez également entendu parler des médias sociaux et des exploits de MySpace, HI5 et autre Facebook, la nouvelle star du Web avec ses 50 millions d utilisateurs. Par Cedric Makom, Paris Facebook, la nouvelle star du Net. «Réseaux sociaux», si vous êtes chef d entreprise, ce sont deux mots auxquels vous devriez prêter une attention particulière parce qu ils changent la manière dont les gens communiquent les uns avec les autres, créent des relations, testent et évaluent les produits, perçoivent les marques et les entreprises. Les réseaux sociaux sont une tendance que vous devez comprendre de façon à les adapter à votre entreprise. Interaction Le réseau social est un terme assez large qui désigne des sites Internet qui aident leurs utilisateurs à créer leur propre profil Internet et à partager une partie de leurs contenus préférés, photos, vidéos, blogs, multimédia, etc. La possibilité est donnée aux membres du réseau de participer, de réagir. On est participant et consommateur. Les sites des réseaux sociaux sont les sites dont le nombre de visiteurs explose le plus sur Internet. Ils représentent un nouveau moyen de faire des affaires. Si votre entreprise peut amener ses clients à interagir les uns avec les autres et avec vous, en ligne de façon régulière, vous pouvez espérer potentiellement une augmentation de la visibilité de votre marque ou produit sur Internet, et que cela se répercute sur vos ventes. Entrer en conversation Ce qu on désigne communément Web 2.0 a changé le cœur de la relation entre le client et l entreprise. Voyons comment vous aussi vous pouvez en profitez. Les clients font plus confiance à leur réseau qu à votre marketing. Les clients font plus confiance aux avis de leurs amis et personnes dans leur réseau. C est une nouvelle forme de bouche à oreille. Pour réagir, vous devez entrer dans la conversation avec vos clients ou du moins leur donner l espace pour le faire entre eux. Les masses ont maintenant le pouvoir. Vous avez un mauvais produit que vous essayez de vendre à tout prix malgré Les clients disent ce qu ils veulent et lorsque les entreprises écoutent ce que disent les clients, elles améliorent les produits grâce à l innovation participative. quelques défauts? Ce n est plus possible car les clients mécontents seront les premiers à en parler en ligne. La solution consiste à corriger le problème et à entrer dans la conversation pour donner la bonne réponse et améliorer votre image. L User Generated Content (UGC) apporte maintenant une vraie valeur dans la relation client. Wikipédia est un exemple de partage de savoir et d expertise, les entreprises peuvent s en inspirer pour amener leur client à partager leur expertise. Les clients disent ce qu ils veulent et lorsque les entreprises écoutent ce que disent les clients, elles améliorent les produits grâce à l innovation participative. Les entreprises ont tout intérêt à intégrer les réseaux sociaux dans leur stratégie marketing. Eduquez vos collaborateurs, impliquez le management! - Le spécialiste du recrutement pour l Afrique - Plusieurs dizaines de postes à pourvoir parmi lesquels : 1 Directeur technique (H/F) Région : Afrique de l Ouest Secteur d activité : Télécoms Missions - Déployer et exploiter le réseau GSM en assurant une qualité de service maximale - Planifier et déployer les extensions du réseau - Introduire les nouveaux services dans le réseau - Optimiser le réseau et les interconnexions avec les opérateurs nationaux et internationaux - Maximiser l efficacité tout en maîtrisant les coûts d investissement, d exploitation et d opération - Organiser les activités des collaborateurs de la direction technique et assurer la gestion des équipes. Profil du candidat Ingénieur télécoms de formation, le candidat justifie d une expérience professionnelle concluante d au moins huit années dans le secteur de la téléphonie mobile. Il aura participé à la planification et au déploiement d un réseau GSM et possède une excellente connaissance du réseau GSM dans toutes ses composantes (Radio, BTS, ESC, TRAU, MSC, etc.) et des équipements de facturation, SMS, Roaming plates-formes intelligentes, etc. Il possède de solides compétences en gestion de projets pour pouvoir assurer le suivi des déploiements et la gestion des équipementiers retenus. Le candidat montre une forte aptitude au travail en équipe, de l autonomie dans la gestion de ses missions, de la réactivité et de la créativité. Doté de compétences managériales avérées, le candidat sait organiser, structurer, accompagner, déléguer, contrôler et motiver. 1 Responsable Développement commercial (H/F) Région : Afrique de l Ouest et centrale Secteur d activité : Télécoms Missions - Elaborer la politique commerciale de l'entreprise, en collaboration avec la direction générale - Analyser et évaluer les différentes composantes du marché et déterminer les orientations stratégiques, les objectifs à atteindre et les moyens à mettre en place - Animer, coordonner et contrôler les activités de conception et de mise en œuvre nécessaires au développement des produits de l'entreprise sur le marché. Profil du candidat De formation supérieure, le candidat possède au moins 5 à 8 années d expérience à des fonctions commerciales ou techniques dans le secteur des télécoms. Le candidat est un excellent négociateur et possède un sens commercial développé. Créatif et autonome, il fait preuve de souplesse et d adaptabilité. Le candidat a un très bon niveau d expression écrite et orale et une bonne maîtrise de l anglais. 1 Contrôleur de gestion (H/F) Pays : Madagascar Secteur d activité : Industrie Missions - Elaborer les états de gestion mensuels, trimestriels et annuels - Veiller à la bonne application des procédures du groupe - Identifier les éléments significatifs susceptibles d'impacter les prévisions et les comptes - Elaborer les états de synthèse lors des simulations d'activité (nouvelle activité, nouveaufinancement, plan de crise...). - Participer à l'élaboration de plans d actions correctives pertinentes, s'assurer de leur mise en œuvre et en évaluer les résultats et l'impact - Assurer le suivi de l'ensemble du processus de décision d'investissements - Veiller à la pertinence des outils de gestion et suggérer les évolutions nécessaires. Profil du candidat De formation Bac+4/5 en comptabilité ou contrôle de gestion, le candidat justifie de trois à cinq années d expérience professionnelle dans la fonction comptable et possède d excellentes capacités techniques ainsi que de bonnes connaissances en fiscalité et en analyse financière. Il dispose d une excellente capacité d analyse et d un très bon esprit d équipe et est orienté résultat. 1 Responsable qualité (H/F) Pays : Madagascar Secteur d activité : Industrie Missions - Vérifier en interne la bonne application de la politique qualité - Elaborer, gérer et conserver les documents relatifs au système qualité - Planifier et réaliser les audits internes - Suivre la mise en place des actions correctives et préventives - Informer les chefs de services sur les actions et les résultats qualité - Former le personnel aux différentes activités relatives au système qualité - Apporter une expertise à la maitrise documentaire du système de gestion industrielle (IMS). Profil du candidat Le candidat est titulaire d un diplôme supérieur dans le domaine scientifique et possède au moins cinq années d expérience dans le milieu industriel et de très bonnes connaissances en contrôle qualité, risques industriels et protection de l environnement. Il dispose d une excellente capacité d analyse et est orienté résultat. Doté de très bonnes capacités managériales, il inspire confiance et est fiable.

20 20 REFLEXION Les Afriques - N 6-22 au 28 novembre Operations Controller (M/F) Region : West Africa Branch of activity : Industry Responsibilities - Prepare the monthly, quarterly and annual management statements, and ensure the reliability and coherence of data - Ensure correct application of Group procedures - Identify the significant elements capable of having an impact on projections and accounts - Prepare summary reports during activity simulations (new activity, new funding, crisis plan...) - Participate in the preparation of relevant corrective action plans, then ensure their implementation and evaluate the results and impact on the key indicators monitored - Ensure relevance of management tools and suggest the necessary changes. Requirements The candidate holds a graduate degree in Accounting or Management Control and has 3 to 5 years of experience in related fields with excellent knowledge of taxation and financial analysis. The candidate is a teamplayer and is trustworthy and results-oriented with strong capacities in making decisions and analysing situations. The candidate is fluent in English, has good knowledge of French and is computer litterate. 1 Financial Manager (M/F) Region : West Africa Branch of activity : Industry Responsibilities - Manage the organisation of the accounts sector of the subsidiary as well as the processing of information - Check financial operations and activities including accounts, cash flow, taxation, funding, insurance and investments - Oversee the preparation of financial statements which help to ascertain the financial soundness of the subsidiary and help to take optimal management decisions - Participate in asset management, cost control and tax optimization - Ensure that management tools are relevant and suggest necessary improvements - Develop internal controls and ensure that accounts are accurate and conform to standards - Coordinate and develop the departement staff. Requirements The candidate holds a postgraduate degree in Accounting or Finance and has a minimum of seven years of experience in related fields with excellent knowledge of taxation and cash management. The candidate is a teamplayer and is trustworthy and results-oriented with excellent management skills and capacities in making decisions and analysing situations. The candidate is fluent in English, has good knowledge of French and is computer litterate. 1 Recruitment Consultant (M/F) Region : West and Central Africa Branch of activity : Telecommunications The Recruitment Consultant will be responsible for assisting the subsidiaries in West and Central Africa in recruiting talents. The candidate s main activities will be: - Identifying and evaluating recruitment needs in the above mentionned subsidiaries - Sourcing candidates through targeted search strategies - Headhunting, identifying and approaching suitable candidates - Interviewing and assessing candidates through interviews, tests and background checks - Presenting a shortlist of suitable candidates and making recommendations to the department heads. Requirements - A minimum of 5 years of experience in recruitment - Experience in a headhunting firm or HR department in a multinational company will be an advantage - Results-oriented with a clear focus on high quality service delivery - Autonomous and resourceful - Geographically mobile and willing to travel extensively - French native with good knowledge of English; quasi bilingual. Conditions of recruitment Fixed term contract of 6 or 9 months Pour faire acte de candidature, merci de transmettre un C.V et une lettre de motivation par voie électronique à l adresse Côte d Ivoire-UE : 1 milliard d euros dans la balance La Côte d Ivoire pourrait perdre un milliard d euros si elle ne signe pas un nouvel accord commercial avec l Union Européenne le mois prochain, a déclaré samedi Louis Michel, commissaire européen au Développement et à l Aide humanitaire. De nombreux pays ACP rechignent à signer des APE complets, s'inquiétant de la concurrence des produits venant de la région ainsi que des pays voisins. L UE menace en cas de non conclusion d un accord de réduire le nombre de conditions préférentielles qui étaient accordées aux pays ACP. Deux chefs d Etats africains au sixième sommet des affaires Etats-Unis-Afrique Deux chefs d Etat africains présents au sixième sommet des affaires Etats-Unis - Afrique, organisé par le Conseil africain des entreprises durant deux jours (les 14 et 15 novembre 2007) au Cap. Il s agit des présidents Hifikepunye Pohamba de la Namibie et John Kufuor du Ghana. L Afrique du Sud était représentée par son viceprésident, Mpumzile Mlambo-Ngcuka. Durant ce sommet, les Américains ont rappelé, via le président de l Agence du gouvernement chargée des investissements privés à l étranger (OPIC), Robert Mosbacher, leur volonté de rattraper les Européens et les Chinois en Afrique.

Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance

Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance En bref : Président Directeur Général: Mohamed EL KETTANI Siège Social : 2. Bd Moulay Youssef - BP: 11141 20000 Casablanca - Maroc Capital:

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal)

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal) Classement Doing Business (Les performances du ) Secrétariat du Conseil Présidentiel de l Investissement 52-54, rue Mohamed V, BP 430, CP 18524, Dakar Tél. (221) 338.49.05.55 - Fax (221) 338.23.94.89 Email

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire

Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire (source abidjan.net) La Ministre auprès du Premier Ministre chargée

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES www.oc.gov.ma 2007 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source. 1 TABLE

Plus en détail

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 27/05/2015 à 17:53:19 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE MINISTRE

Plus en détail

L implantation des banques marocaines en Afrique

L implantation des banques marocaines en Afrique L implantation des banques marocaines en Afrique L intégration de l économie marocaine à l économie mondiale est désormais une évidence qui fait l unanimité, le dynamisme de cette intégration a été rendu

Plus en détail

«Programme d aide à la création d entreprises innovantes en Méditerranée» Marseille 14 & 15 Avril 2014

«Programme d aide à la création d entreprises innovantes en Méditerranée» Marseille 14 & 15 Avril 2014 «Programme d aide à la création d entreprises innovantes en Méditerranée» Marseille 14 & 15 Avril 2014 l Algérie, Une économie riche à fort potentiel Salim BRANKI Directeur d études chragé de la promotion

Plus en détail

Rabat, le 20 mars 2014

Rabat, le 20 mars 2014 المملكة المغربية Royaume du Maroc المرجع : Rabat, le 20 mars 2014 Durant les dix dernières années, les flux d investissements directs étrangers réalisés en Afrique ont enregistré, selon les données de

Plus en détail

WWW.INVEST.GOV.MA. Réformes et libéralisation des investissements Maroc. Souraya Ouali 26 juin 2007

WWW.INVEST.GOV.MA. Réformes et libéralisation des investissements Maroc. Souraya Ouali 26 juin 2007 Réformes et libéralisation des investissements Maroc Souraya Ouali 26 juin 2007 Direction des Investissements, email : info@invest-in-morocco.gov.ma 1 Réformes et libéralisation des investissements au

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU Freetown, juillet 2008 2 La situation économique

Plus en détail

Gestion Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique

Gestion Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique Gestion Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique La sous-catégorie Gestion Publique évalue la transparence dans la passation des marchés publics, dans la gestion des entreprises publiques

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis L affacturage en Afrique : Opportunités et défis Par Mme Kanayo Awani Directrice, Financement du commerce et Agences African Export-Import Bank Présenté au séminaire 2014 sur l affacturage Lusaka, Zambie

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis L affacturage en Afrique : Opportunités et défis Par B.O. Oramah Vice président (développement commercial et financement de projet d'entreprise) Banque Africaine d'import-export Présenté au séminaire 2014

Plus en détail

Office National des Produits Pétroliers ******** NOT AN OFFICIAL UNCTAD RECORD APPROVISIONNEMENT ET DISTRIBUTION DES PRODUITS PETROLIERS AU MALI

Office National des Produits Pétroliers ******** NOT AN OFFICIAL UNCTAD RECORD APPROVISIONNEMENT ET DISTRIBUTION DES PRODUITS PETROLIERS AU MALI Email : onapmali@afribone.net.ml Site Web : www.onapmali.co napmali.com Ministère de l Economie, de l Industrie et du Commerce ******** Office National des Produits Pétroliers ******** NOT AN OFFICIAL

Plus en détail

Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014

Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014 Banque Centrale de Mauritanie Direction Générale des Études Direction des Études et des Recherches Économiques Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014 Septembre 2014 Sommaire I. ENVIRONNEMENT

Plus en détail

NOVEMBRE 2013. Dossier de presse. Société Générale, 1 er réseau de banque universelle. en Afrique au service des Entreprises

NOVEMBRE 2013. Dossier de presse. Société Générale, 1 er réseau de banque universelle. en Afrique au service des Entreprises NOVEMBRE 2013 Dossier de presse Société Générale, COMMUNIQUÉ DE PRESSE Casablanca, le 21 novembre 2013 Présent dans 16 pays africains, le groupe Société Générale présente un positionnement unique, qui

Plus en détail

La Côte d Ivoire: Carrefour régional du commerce. Les solutions d une banque panafricaine. Etat des lieux, Opportunités et Défis

La Côte d Ivoire: Carrefour régional du commerce. Les solutions d une banque panafricaine. Etat des lieux, Opportunités et Défis La Côte d Ivoire: Carrefour régional du commerce Les solutions d une banque panafricaine Etat des lieux, Opportunités et Défis Edward George, Directeur de Recherche des Matières Premières Agricoles 26

Plus en détail

MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE

MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE AAI Comité Afrique UNE MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE 28 Mai Tallinn, Estonie L Afrique un continent multiforme : Arabe Français anglais portugais Divisé, en trois, zones 1 - Le Maghreb ou l Afrique du Nord

Plus en détail

Etude sur l industrie alimentaire au Maroc

Etude sur l industrie alimentaire au Maroc Département des Statistiques des Echanges Extérieurs Etude sur l industrie alimentaire au Maroc Avril 215 Plan 1. Contexte mondial 2. Indicateurs clés 3. Production et balance commerciale 4. Principales

Plus en détail

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres 33 % de nouvelles infections à VIH en moins depuis 2001 29 % de décès liés au sida en moins (adultes et enfants) depuis 2005 52 % de nouvelles infections à VIH en moins

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

PLAN DE PRESENTATION. Introduction. Etat des lieux du système énergétique en Afrique: Cas de l Afrique de l Ouest

PLAN DE PRESENTATION. Introduction. Etat des lieux du système énergétique en Afrique: Cas de l Afrique de l Ouest Conférence Partager le Savoir à travers la Méditerranée (7) E. HOUNGNINOU Tunis, le 18 Mai 2012 Introduction Etat des lieux du système énergétique en Afrique: Cas de l Afrique de l Ouest PLAN DE PRESENTATION

Plus en détail

Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie

Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie Exportation et développement Canada Juin 2012 Quelques mots sur EDC Organisme de crédit à l exportation du Canada créé

Plus en détail

AVANTAGES ANDI portoroz, 24,25 Septembre 2013

AVANTAGES ANDI portoroz, 24,25 Septembre 2013 AVANTAGES ANDI portoroz, 24,25 Septembre 2013 Salim BRANKI Directeur d études chragé de la promotion des investissements www.andi.dz 1.Avantages comparatifs de l Algérie Un marché important et stratégique

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 07/10/2014 à 08:46:35 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE

Plus en détail

Fiche récapitulative - Réformes en Afrique

Fiche récapitulative - Réformes en Afrique Fiche récapitulative - Réformes en Afrique L Angola a amélioré le long et fastidieux processus de création d entreprise, grâce à son guichet unique, Guichet Unico da Empresa, qui a réduit les délais nécessaires

Plus en détail

Interview de Monsieur le Président - Dubaï 2014

Interview de Monsieur le Président - Dubaï 2014 1 Interview de Monsieur le Président - Dubaï 2014 1. Quel est le bilan des projets de développement financés par la BOAD dans les pays d Afrique de l Ouest, à ce jour, et les investissements nécessaires

Plus en détail

TOUR D HORIZON. Bâtir des logements, c est bâtir des familles et des nations. C est notre engagement envers le peuple africain.

TOUR D HORIZON. Bâtir des logements, c est bâtir des familles et des nations. C est notre engagement envers le peuple africain. Brochure D entreprise 2012 1 2 TOUR D HORIZON Nous sommes une institution panafricaine de développement dédiée au financement de l immobilier, en particulier à la promotion de l habitat à prix abordables,

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE JANVIER 2015

NOTE DE CONJONCTURE DE JANVIER 2015 NOTE DE CONJONCTURE DE Sommaire Internationale Page 1 nationale Page 3 La conjoncture économique internationale Un PIB mondial revu à la baisse suite à l instabilité de la situation en Europe Les prévisions

Plus en détail

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE Le 20 janvier 2011 LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE ***La confiance des marchés asiatiques se rapproche de son niveau d avant la crise***

Plus en détail

TABLEAU 1 Distribution régionale des superficies cultivables et cultivées Superficies cultivées 2002 Région

TABLEAU 1 Distribution régionale des superficies cultivables et cultivées Superficies cultivées 2002 Région TABLEAU 1 Distribution régionale des superficies cultivables et cultivées Superficies Superficies cultivées 2002 cultivables Superficie en % des superficies cultivables () () (%) Nord 65 320 000 28 028

Plus en détail

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers U Etude réalisée sous la direction d IDEFIE par Charline Jacob-Nassimian Juillet 2010 UI. La situation économique

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

CLIMAT DE L INVESTISSEMENT DANS LES ETATS MEMBRES DE L UEMOA : ETAT DES LIEUX

CLIMAT DE L INVESTISSEMENT DANS LES ETATS MEMBRES DE L UEMOA : ETAT DES LIEUX UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------ La Commission CLIMAT DE L INVESTISSEMENT DANS LES ETATS MEMBRES DE L UEMOA : ETAT DES LIEUX INTERVENTION DE M. SOUMAÏLA CISSE PRESIDENT DE LA

Plus en détail

-------------------------

------------------------- ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) -------------------------------------- SEMINAIRE CONTINENTAL DE L ABCA POUR L'ANNEE 2014 SUR LE THEME : «PREALABLES NECESSAIRES POUR L AMELIORATION ET

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Aux Etats-Unis, la crise des Subprime engendrée par la mévente ou, au mieux, par la cession, à de faibles prix, de millions d habitations

Plus en détail

PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 20/05/2014 à 21:08:58 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE MINISTRE

Plus en détail

Croissance et développement en Afrique subsaharienne

Croissance et développement en Afrique subsaharienne Croissance et développement en Afrique subsaharienne Thèmes La création de richesses et la croissance économique 2.1 Les finalités de la croissance Le développement économique 2.2 La dynamique de la croissance

Plus en détail

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 06/10/2015 à 11:27:48 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE

Plus en détail

La CBAO Groupe Attijariwafa bank

La CBAO Groupe Attijariwafa bank La CBAO Groupe Attijariwafa bank Filiale d'attijariwafa bank, premier groupe bancaire et financier du Maghreb et huitième au niveau Africain, la CBAO Groupe Attijariwafa bank, résultat de la fusion entre

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

Dîner Maroc Entrepreneurs

Dîner Maroc Entrepreneurs Entrepreneurs Conseil Dîner Maroc Entrepreneurs Enjeux et tendances des investissements directs étrangers au Maroc 19 avril 2004 1 Sommaire 1. Synthèse des enjeux et des tendances 2. Chiffres clefs Importations

Plus en détail

Investissement au Maroc

Investissement au Maroc Investissement au Maroc Pourquoi le Maroc La compétitivité des coûts A seulement 14 km de l Europe, le Maroc se positionne comme une plateforme compétitive à l export: o Des charges salariales réduites

Plus en détail

COMMUNICATION EN CONSEIL DES MINISTRES

COMMUNICATION EN CONSEIL DES MINISTRES REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union-Discipline-Travail MINISTERE DES MINES ET DE L ENERGIE MINISTERE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES COMMUNICATION EN CONSEIL DES MINISTRES Objet : Informations du secteur énergie

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE

CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE Le processus de convertibilité du dinar pour les transactions extérieures courantes a été complété en 1997, parallèlement à la libéralisation

Plus en détail

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

SOCIÉTÉ GÉNÉRALE, 1ER RÉSEAU DE BANQUE UNIVERSELLE EN AFRIQUE AU SERVICE DES ENTREPRISES

SOCIÉTÉ GÉNÉRALE, 1ER RÉSEAU DE BANQUE UNIVERSELLE EN AFRIQUE AU SERVICE DES ENTREPRISES Paris, le 3 décembre 2013 SOCIÉTÉ GÉNÉRALE, 1ER RÉSEAU DE BANQUE UNIVERSELLE EN AFRIQUE AU SERVICE DES ENTREPRISES Fort de son engagement en Afrique, Société Générale sera l'un des principaux partenaires

Plus en détail

ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES

ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES RÈGLEMENT INTÉRIEUR ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement 1 CONDITIONS D ADHESION A L AUA (1) Pour être éligible en qualité de membre

Plus en détail

VACANCE DE POSTE: SECRETAIRE EXECUTIF, SECRETARIAT DE LA COMMISSION AFRICAINE DE L ENERGIE NUCLEAIRE (AFCONE)

VACANCE DE POSTE: SECRETAIRE EXECUTIF, SECRETARIAT DE LA COMMISSION AFRICAINE DE L ENERGIE NUCLEAIRE (AFCONE) AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone : 011-551 7700 Fax : 011-551 7844 website : www. africa-union.org VACANCE DE POSTE: SECRETAIRE EXECUTIF, SECRETARIAT

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

BMCE Bank et son Environnement

BMCE Bank et son Environnement BMCE Bank et son Environnement Economie Mondiale 44 SORTIE DE CRISE ET REMISE EN QUESTION DES MODELES Depuis l éclatement de la bulle financière internationale en 2008, de plus en plus d économistes en

Plus en détail

EXPERIENCES AFRICAINES EN MATIERE DE LIBERALISATION. (Note présentée par les Etats africains) 2

EXPERIENCES AFRICAINES EN MATIERE DE LIBERALISATION. (Note présentée par les Etats africains) 2 Mars 2003 Anglais et français seulement 1 EXPERIENCES AFRICAINES EN MATIERE DE LIBERALISATION (Note présentée par les Etats africains) 2 1. INTRODUCTION 1.1 L Afrique a commencé son expérience dans la

Plus en détail

FORUM FRANCO-AFRICAIN POUR UNE CROISSANCE PARTAGEE DISCOURS DE SEM ALASSANE OUATTARA LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

FORUM FRANCO-AFRICAIN POUR UNE CROISSANCE PARTAGEE DISCOURS DE SEM ALASSANE OUATTARA LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE ----------------- ------------------ Union-Discipline-Travail FORUM FRANCO-AFRICAIN POUR UNE CROISSANCE PARTAGEE DISCOURS DE SEM ALASSANE OUATTARA

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Le Mexique est un pays situé sur le continent américain. À l Est du Mexique se trouve le golfe du Mexique et au sud le Guatemala.

Le Mexique est un pays situé sur le continent américain. À l Est du Mexique se trouve le golfe du Mexique et au sud le Guatemala. Le Canada est un pays situé dans l hémisphère Nord. Il fait partie du continent américain. C est le plus grand pays au monde. Son voisin du sud sont les États-Unis. Les États-Unis est un pays situé sur

Plus en détail

Forum sur la Gouvernance forestière en Afrique Centrale: Perspectives du marché régional. Par Mme Célestine NTSAME-OKWO

Forum sur la Gouvernance forestière en Afrique Centrale: Perspectives du marché régional. Par Mme Célestine NTSAME-OKWO Forum sur la Gouvernance forestière en Afrique Centrale: Perspectives du marché régional Par Mme Célestine NTSAME-OKWO Représentant Régional de l OIBT pour l Afrique Introduction Généralités sur les 5pays

Plus en détail

11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LE MEXIQUE

11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LE MEXIQUE 11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE MEXICAINE Mexique Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 119,7 PIB (en G$ US courants) 1 282,7 PIB par habitant (en $ US courants) 10 714,8 Taux

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

Quelle relation entre transferts et développement?

Quelle relation entre transferts et développement? MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION Quelle relation entre transferts et développement? Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières 15 décembre 2006 Plan 1. Introduction.

Plus en détail

Bourse Régionale des Valeurs Mobilières de l UMOA : orientations et actions stratégiques pour le développement

Bourse Régionale des Valeurs Mobilières de l UMOA : orientations et actions stratégiques pour le développement Bourse Régionale des Valeurs Mobilières de l UMOA : orientations et actions stratégiques pour le développement Conférence de presse Abidjan, le 30 novembre 2012 Plan 1 - Présentation de la Bourse Régionale

Plus en détail

ANNEXE : TABLEAUX STATISTIQUES

ANNEXE : TABLEAUX STATISTIQUES ANNEXE : TABLEAUX STATISTIQUES SOMMAIRE TABLEAU 1 : Origine et emploi des ressources aux prix courants..p.188 TABLEAU 2 TABLEAU 3 TABLEAU 4 TABLEAU 5 : Répartition sectorielle du PIB aux prix courants...p.189

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

Les stratégies technologiques des opérateurs de télécommunications en Afrique

Les stratégies technologiques des opérateurs de télécommunications en Afrique Les stratégies technologiques des opérateurs de télécommunications en Afrique Introduction L Afrique n a pas échappée à ce vaste phénomène de réforme du secteur des télécommunications né aux Etats-Unis

Plus en détail

Présentation Des Opportunités d Affaires Tunisie

Présentation Des Opportunités d Affaires Tunisie Présentation Des Opportunités d Affaires Tunisie Casablanca Juin 2014 INTERNATIONAL RETAIL BANKING CORPORATE BANKING 3 ans après la révolution (14/01/2011), la Tunisie dispose: - d un Gouvernement d indépendants

Plus en détail

Par Claude d Almeida, mai 2012.

Par Claude d Almeida, mai 2012. 1 er FORUM ÉCONOMIQUE DU PATRONAT IVOIRIEN Thème : «MÉCANISMES INNOVANTS ET ALTERNATIFS DE FINANCEMENT DU SECTEUR PRIVÉ» Par Claude d Almeida, mai 2012. CLAUDE D ALMEIDA, CONSULTANT ANCIEN STATISTICIEN

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123829L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123829L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Canada-Afrique de l Ouest: la force de l entreprenariat

Canada-Afrique de l Ouest: la force de l entreprenariat Canada-Afrique de l Ouest: la force de l entreprenariat Par Carlos Rojas-Arbulu, Délégué Commercial Principal (Afrique de l`ouest), Service de Délégués Commerciaux du Canada, Ambassade du Canada, Senegal

Plus en détail

Votre Revue de Presse Du 22 / 12 /2014 N 301. www.conect.org.tn

Votre Revue de Presse Du 22 / 12 /2014 N 301. www.conect.org.tn conect Votre Revue de Presse Du 22 / 12 / By N 301 Suivez nos actualités www.conect.org.tn technique.conect@hexabyte.tn // technique@conect.org.tn tel : +216 71231 402 // Fax : +216 71231059 Marché financier

Plus en détail

Backbones régionales: Disponibilité et Fiabilité/Résilience. Nouvelles Opportunités pour l Afrique

Backbones régionales: Disponibilité et Fiabilité/Résilience. Nouvelles Opportunités pour l Afrique Ministères des Télécommunications, des TIC, des Transports Terrestres et des Transports Ferroviaires, INET ISOC Séminaire Dakar, 3-4 novembre 2009 Backbones régionales: Disponibilité et Fiabilité/Résilience

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014 Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014 Avril 2015 898 SYNTHESE La valeur des stocks investis en actions cotées à la bourse de Casablanca par les investisseurs

Plus en détail

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale Ras al-khaimah Géographie Situation générale Ras al-khaimah fait partie des sept émirats des Émirats Arabes Unis et se trouve à environ 100 kilomètres au nord-est de Dubaï dans la partie sud du golfe Persique.

Plus en détail

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Résumé 1 Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Au cours de la dernière décennie,

Plus en détail

Dossier de presse. Fortement présent dans les pays émergents, Necotrans est le 2ème réseau de logistique en Afrique.

Dossier de presse. Fortement présent dans les pays émergents, Necotrans est le 2ème réseau de logistique en Afrique. Dossier de presse Présentation du Groupe Créé en 1985 le groupe Necotrans est un acteur clé de la logistique internationale avec un chiffre d affaires de plus de 950 millions d euros et 3500 collaborateurs

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013

Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013 Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013 CHIFFRE D AFFAIRES CONSOLIDÉ : 3 591,5 millions d euros (3 727,4 millions en 2012) RÉSULTAT BRUT D EXPLOITATION COURANT : 642,9 millions

Plus en détail

Afrique subsaharienne Tendances récentes

Afrique subsaharienne Tendances récentes Afrique subsaharienne Tendances récentes Le taux de croissance des économies d Afrique subsaharienne est passé de 5,7 % en 2006 à 6,1 % en 2007, ce qui constitue la progression la plus soutenue que cette

Plus en détail

1.1.2. L évolution des cours des matières premières exportées par les pays de la Zone franc

1.1.2. L évolution des cours des matières premières exportées par les pays de la Zone franc 1.1.2. L évolution des cours des matières premières exportées par les pays de la Zone franc En 8, les cours des matières premières, à l exception du nickel, ont enregistré à nouveau, en annuelle, une progression

Plus en détail

Restructuration et performance des banques au Maghreb Algérie, Maroc, Tunisie

Restructuration et performance des banques au Maghreb Algérie, Maroc, Tunisie 4 ème Forum International de la Finance 4 th Finance International Forum Alger 13 14 mai 2008 Restructuration et performance des banques au Maghreb Algérie, Maroc, Tunisie Mehrez BEN SLAMA et Dhafer SAIDANE.

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Attijariwafa bank Présentation. Conseil d administration. Chiffres-clés Consolidés / IFRS. Réseau et effectifs Décembre 2014

Attijariwafa bank Présentation. Conseil d administration. Chiffres-clés Consolidés / IFRS. Réseau et effectifs Décembre 2014 Février 2015 Attijariwafa bank Présentation Attijariwafa bank est le premier groupe bancaire et financier du Maghreb et de l UEMOA (Union Économique et Monétaire Ouest Africaine) et acteur de référence

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

Alexandre Gandou : «La chute des cours du pétrole accroît les risques d instabilité au Congo»

Alexandre Gandou : «La chute des cours du pétrole accroît les risques d instabilité au Congo» L ancien Président de la Commission de Surveillance du marché financier de l Afrique Centrale, actuellement à la tête du cabinet GMA Finance Conseil, décrypte, dans une interview exclusive, la situation

Plus en détail

N 370. Votre Revue de Presse Du 03/ 04 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015

N 370. Votre Revue de Presse Du 03/ 04 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 N 370 By Votre Revue de Presse Du 03/ 04 /2015 press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 Entreprises Salon Expo MDD Nouveaux horizons d exportation en Europe La présence

Plus en détail

Le secteur bancaire au Maroc

Le secteur bancaire au Maroc Le secteur bancaire au Maroc Actualisation au 8 août 2007 MINEFE DGTPE Prestation réalisée sous système de management de la qualité certifié AFAQ ISO 9001 De 21 banques en 2000, le Maroc n en compte plus

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA MFW4A La finance au service de l afrique

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie de mobilisation de ressources

Plus en détail

1 DIAPOSITIVE 2 DIAPOSITIVE

1 DIAPOSITIVE 2 DIAPOSITIVE 1 DIAPOSITIVE Monsieur le co-président, mesdames, messieurs, Je suis le LCL Fabrice Delaître chargé de l assistance opérationnelle au sein du CIDHG et c est à ce titre que je vais vous exposer aujourd

Plus en détail