Commentaires du Barreau du Québec sur la modernisation des dispositions du Code criminel relatives aux moyens de transport Document de travail

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Commentaires du Barreau du Québec sur la modernisation des dispositions du Code criminel relatives aux moyens de transport Document de travail"

Transcription

1 PAR COURRIEL Le 30 avril 2010 Consultation sur la conduite avec facultés affaiblies Section de la politique en matière de droit pénal Ministère de la Justice Édifice commémoratif de l Est 284, rue Willington Ottawa (Ontario) K1A 0H8 Objet : Commentaires du Barreau du Québec sur la modernisation des dispositions du Code criminel Madame, Monsieur, Le Barreau du Québec a pris connaissance du document de consultation portant sur la modernisation des dispositions du Code criminel relatives aux moyens de transport et souhaite vous faire part de ses observations et commentaires. 1) Déclarations Les principes Il est proposé de reconnaître et de proclamer certains principes en adoptant un préambule ou un énoncé de principes afin de guider l appareil judiciaire. Des quatre propositions mentionnées à ce chapitre, deux de ces énoncés requièrent des observations. 1 a) L analyse au moyen d un alcootest approuvé, manipulé par un technicien qualifié, indique l alcoolémie avec fiabilité et exactitude Le Barreau du Québec s oppose à l inscription dans un préambule d un énoncé portant sur la valeur probante de moyens de preuve. Il appartient aux juges, au terme d un procès juste et équitable, de décider de la valeur probante d un moyen de preuve et il est contraire aux principes de justice fondamentale de restreindre le rôle du juge à cet égard.

2 Consultation sur la conduite avec facultés affaiblies 2/8 1 b) La détection rapide et certaine des conducteurs aux facultés affaiblies au moyen de tests d haleine aléatoires, une mesure qui contribue grandement à la sécurité routière dans d autres pays libres et démocratiques, permettra de retirer un nombre accru de ces conducteurs de la route et, ainsi, se révélera utile pour veiller à la protection du public Le Barreau du Québec soutient que le dépistage au moyen de tests aléatoires constituerait une atteinte inacceptable aux droits individuels sans la présence de soupçons ou de motifs raisonnables de la part des agents de la paix. Comme nous l indiquions à l occasion de nos commentaires sur le livre vert sur la sécurité routière au Québec, en 2000, la contrainte de l Alcootest ou d un appareil de détection ne devrait pas reposer sur le hasard ou sur l arbitraire 1. 2) Objectifs de la loi Parmi les objectifs énoncés, certains concernent l application de la loi. 2 a) * Aider les agents chargés de l application de la loi à mener des enquêtes concernant les infractions liées aux moyens de transport; * Offrir un moyen simple et efficace d appliquer les dispositions de cette partie Le Barreau appuie l objectif visé si celui-ci concerne l ajout de moyens mis à la disposition des agents chargés de l application de la loi afin de faciliter leur travail. Par contre, nous nous opposons à toute mesure ou à tout objectif qui aurait comme résultat une atteinte aux droits fondamentaux actuellement reconnus. 3) Accroître la sévérité des peines infligées aux récidivistes Dans l état actuel de la législation, les récidivistes sont sanctionnées plus sévèrement. Le Barreau du Québec suggère qu une réflexion soit entreprise sur les moyens à prendre pour corriger le comportement des multirécidivistes. Force est de constater que la sévérité des peines à elle seule ne suffit pas à influencer les récidivistes. Il serait nécessaire qu un exercice de coordination entre les provinces et le fédéral sur les mesures à offrir soit effectué afin d assurer la cohérence dans leur mise en oeuvre. Au-delà de la sévérité des peines, le Barreau du Québec soumet que les cas de récidives en matière de conduite automobile avec capacité affaiblie auraient avantage à être l objet d un plus grand contrôle social. Le Barreau propose d investir dans les programmes et les ressources de prise en charge afin d aider les récidivistes à modifier leur comportement de manière durable. L imposition de peines minimales ne peut recevoir l assentiment du Barreau, notamment, parce qu elles limitent le pouvoir du tribunal d imposer une sentence individualisée et proportionnelle aux circonstances de l affaire 2. 1 Mémoire du Barreau du Québec sur le livre vert intitulé La sécurité routière au Québec : un défi collectif, 17 février R. c. L.M., [2008] 2 R.C.S. 163.

3 Consultation sur la conduite avec facultés affaiblies 3/8 4) Faire en sorte que toutes les infractions ayant causé la mort soient passibles d une peine maximale d emprisonnement à perpétuité, et celles ayant causé des lésions corporelles, d une peine maximale de 14 ans d emprisonnement Cette proposition soulève plusieurs inquiétudes. Une des conséquences de la modification proposée serait de limiter l exercice de la discrétion judiciaire en obligeant d associer la gravité de l infraction à la présence de lésions corporelles ou de décès. Actuellement, une personne qui fait défaut d arrêter lors d un accident qui, hors sa connaissance cause un décès est passible d un emprisonnement maximal de 5 ans si elle est reconnue coupable d un acte criminel 3. Cette même personne sera passible de l emprisonnement à perpétuité dans les cas où elle savait qu une autre personne impliquée dans l accident est décédée 4. Dans l éventualité où le législateur donnait suite à sa proposition, les deux situations décrites précédemment seraient soumises à la même sentence soit une peine maximale d emprisonnement à perpétuité. Le Barreau croit qu il est nécessaire de nuancer l exercice d harmonisation proposé pour tenir compte des éléments constitutifs des infractions. 5) La possibilité de ramener le nombre d infractions à 7 Le Barreau du Québec appuie toute mesure visant la simplification de la procédure criminelle et du droit criminel. Cependant, nous croyons qu une attention particulière doit être apportée à l analyse des éléments constitutifs des infractions reliées au moyen de transport. Par exemple, il faut éviter de confondre les infractions de conduite avec capacités affaiblies avec celles de la conduite avec une alcoolémie supérieure à 80 mg. Les éléments constitutifs de ces infractions sont distincts tel que l expliquait la Cour suprême du Canada : «33 La preuve d absence de symptômes est certes très pertinente à l égard de l accusation d avoir conduit avec les facultés affaiblies. C est d ailleurs ce qui explique que la poursuite, à la clôture de sa preuve, ait demandé à la juge d acquitter M. Boucher sur le chef de conduite avec les facultés affaiblies. Il en va tout autrement de l accusation d avoir conduit avec un taux supérieur à 80 mg d alcool. L infraction de conduite avec un taux supérieur à 80 mg ne requiert pas la preuve que les facultés sont affaiblies. L absence de symptômes de l affaiblissement des facultés n est généralement pas suffisante pour constituer une preuve contraire permettant de repousser la présomption d exactitude. En effet, l absence de preuve des symptômes habituels de facultés affaiblies comme la démarche chancelante et la bouche pâteuse ne fournit pas d information sur le taux réel d alcoolémie. Des niveaux extrêmes d alcoolémie sont habituellement accompagnés de tels symptômes, mais, à l opposé, des niveaux infimes sont généralement compatibles avec l absence de symptômes. L absence de symptômes ne constitue donc pas, en soi, un fait significatif si le tribunal ne connaît pas le niveau de tolérance de l accusé à l alcool. 5 3 Article 252(1) du Code criminel 4 Article 252(1.3) du Code criminel 5 R. c. Boucher, [2005] 3 R.C.S. 499

4 Consultation sur la conduite avec facultés affaiblies 4/8 La proposition de modifier le libellé actuel concernant le taux d alcoolémie du conducteur pour permettre des poursuites lorsque l alcoolémie est égale ou supérieure à 80 mg d alcool suscite certaines observations. Actuellement, une infraction est commise lorsque l alcoolémie dépasse 80 mg d alcool par cent millilitres dans le sang 6. Cette disposition s appuie sur la reconnaissance que certains appareils de dépistage ne produisent pas des résultats chiffrés et précis. Dans ce contexte, il est difficile de voir l intérêt de la modification. Dans la mesure où les appareils en utilisation aujourd hui produisent des résultats précis, rien n empêche les poursuites lorsque le taux d alcoolémie est de 81mg d alcool par cent millilitres dans le sang. Il est difficile de voir l intérêt de réduire le taux d alcoolémie de 1mg % pour justifier un plus grand nombre de mises en accusations alors que rien n empêche des poursuites lorsque les taux varient entre 81 et 90 mg %. 6) Créer une nouvelle infraction de négligence criminelle simple Il s agirait d une infraction ne nécessitant pas l existence de conséquences telles que des lésions corporelles ou la mort. Le Barreau du Québec soumet que l infraction de conduite dangereuse prévue au paragraphe 249 du Code criminel pourrait couvrir des situations similaires à celles qui le seraient par la nouvelle infraction de négligence criminelle simple. Ainsi, le conducteur circulant à haute vitesse qui omet de s arrêter à des panneaux d arrêt ou à des feux rouges est susceptible d être accusé de conduite dangereuse. Nous nous interrogeons sur l utilité d ajouter une nouvelle infraction au Code criminel alors que les actions délinquantes visées peuvent être traitées par les dispositions actuelles. 7) * Lier à l alcoolémie les amendes minimales imposées pour une première infraction de conduite avec les facultés affaiblies; * Abaisser de 160 mg à 120 mg l alcoolémie constituant une circonstance aggravante Pour les motifs déjà invoqués, cette mesure a un impact direct sur la discrétion judiciaire 7. L imposition d amendes minimales ne reçoit pas l assentiment du Barreau. Par contre, le Barreau soumet que le fait d identifier comme facteur aggravant le taux d alcoolémie, notamment en abaissant le taux d alcoolémie constituant une circonstance aggravante de 160 mg à 120 mg, est un moyen d atteindre les objectifs du législateur sans qu il soit nécessaire d imposer des peines minimales. 8) Énumérer d autres circonstances aggravantes Le document de consultation énonce certaines circonstances aggravantes dont le tribunal devrait tenir compte lorsqu elles sont pertinentes : 6 Article 253(1)b) du Code criminel 7 op. cit. note 2.

5 Consultation sur la conduite avec facultés affaiblies 5/8 Alcoolémie de 120 mg Victimes multiples Enfant passager Conduite contre rémunération (autobus, taxi) Conduite d un gros véhicule (camion semi-remorque) Conduite d un véhicule d urgence (ambulance) Dommages matériels Conduite sans permis Le Barreau du Québec tient à préciser que tous ces éléments sont déjà évalués par les tribunaux lorsque les circonstances le justifient. L utilité de préciser législativement les circonstances aggravantes de façon générale nous apparaît moins évidente que le risque de l effet limitatif de toute énumération. À notre avis, les tribunaux exercent correctement leur discrétion en ce domaine et nous ne croyons pas pertinent de légiférer dans le seul but de leur rappeler certaines circonstances aggravantes. 9) Fixer des périodes d interdiction minimales uniformes Au Québec, la législation en matière de conduite automobile prévoit la révocation ou la suspension immédiate du permis dans les cas de capacité de conduite affaiblie 8. La proposition viserait toute infraction impliquant un moyen de transport que la capacité du conducteur soit affectée ou non. Le Barreau du Québec soumet qu une telle décision entraînera des conséquences sur l ensemble du régime législatif qu il faudra harmoniser afin d éviter les iniquités ou illogismes. Ainsi, actuellement la personne condamnée pour une infraction de conduite avec facultés affaiblies peut obtenir la permission de conduire, durant la période d interdiction, un véhicule moteur équipé d un antidémarreur avec éthylomètre 9. Cette possibilité n existe pas pour les infractions relatives au moyen de transport qui ne mettent pas en cause les capacités du conducteur. Le Barreau du Québec recommande que les gouvernements fédéral et provinciaux tentent d harmoniser les mesures proposées avec les dispositions des législations provinciales afin d assurer l équité dans le traitement des personnes condamnées pour ce type d infractions. 10) Déterminer à quel moment le délinquant peut être autorisé à conduire en utilisant un antidémarreur Le Barreau du Québec appuie cette proposition. 8 Voir notamment le Code de la sécurité routière (L.R.Q., chapitre C-24.2) 9 Paragraphe 259(1.1) du Code criminel

6 Consultation sur la conduite avec facultés affaiblies 6/8 11) Fixer des critères aux antidémarreurs pouvant être utilisés par les conducteurs déclarés coupables d avoir conduit avec les facultés affaiblies Le Barreau du Québec s interroge sur l opportunité de prévoir au Code criminel des éléments de nature scientifique sur une question qui relève de la compétence provinciale. 12) Déterminer quel rôle le Comité des analyses d alcool devrait jouer pour établir les critères d approbation des antidémarreurs Sous réserve du commentaire fait relativement à la fixation des critères aux antidémarreurs, le Barreau du Québec salue toute initiative qui facilite la mise en oeuvre ou l approbation des antidémarreurs. 13) Déterminer si les antidémarreurs utilisés au Canada devraient être approuvés par le procureur général du Canada Le Barreau du Québec craint que l ajout de cette étape dans le processus d approbation des antidémarreurs alourdisse la procédure inutilement. 14) Déterminer si l on devrait recourir aux tests d haleine aléatoires Tel que précédemment mentionné, le Barreau du Québec s oppose à cette mesure. «Pour le Barreau du Québec, le dépistage systématique par l obtention d échantillon d haleine, même dans le cadre d opérations planifiées, constituerait une atteinte inacceptable aux droits individuels sans la présence de soupçons ou de motifs raisonnables de la part des agents de la paix. Ainsi, la contrainte de l Alcootest ou d un appareil de détection ne doit pas reposer sur le hasard ou sur l arbitraire. En outre, il y a risque de confusion très élevé entre le rôle des policiers à titre d agents de la paix au sens du Code criminel en matière de facultés affaiblies et celui qu ils exercent dans le cadre de leurs fonctions en matière pénale dans ce domaine. Cette situation risquerait d apporter des difficultés au niveau de l admissibilité de la preuve dans une éventuelle poursuite criminelle pour les mêmes gestes. C est pourquoi nous estimons que l exigence prévue au Code criminel quant à la présence de soupçons doit être maintenue, même en matière de suspension administrative de permis.» 10 15) Préciser que le tribunal doit tenir compte du résultat de l alcootest approuvé pour évaluer si la police avait le soupçon raisonnable requis pour ordonner le prélèvement d un échantillon d haleine au moyen d un appareil de détection approuvé Le Barreau du Québec s oppose à cette proposition qui est contraire aux dispositions de la Charte canadienne des droits et libertés et à la jurisprudence. 10 Mémoire du Barreau du Québec sur le livre vert intitulé La sécurité routière au Québec : un défi collectif, 17 février 2000

7 Consultation sur la conduite avec facultés affaiblies 7/8 Il s agirait de conclure, suivant les résultats de l alcootest, à l absence de violation des droits protégés par la Charte. Autrement dit, la conduite policière serait exemptée de l obligation de respecter les normes prescrites par la Charte dès lors que la «preuve» obtenue constitue un élément menant à une accusation. La Cour suprême du Canada, dans l arrêt Harrison 11, s exprime ainsi sur l utilisation d une preuve obtenue en contravention des libertés individuelles garanties par la Charte canadienne : «[...] l apparence de tolérance de violations volontaires et flagrantes de la Charte constituant une atteinte importante aux droits de l appelant ne favorise pas la considération à long terme de l administration de la justice; au contraire, elle lui nuit. [...] [39] Comme l a souligné la juge Cronk, permettre aux facteurs de la gravité de l infraction et de la fiabilité des éléments de preuve de supplanter l analyse fondée sur le par. 24(2) [TRADUCTION] «priverait les personnes accusées de crimes graves de la protection des libertés individuelles garanties par la Charte à tous les Canadiens et, en fait, attesterait que dans l administration du droit pénal, "la fin justifie les moyens"» (par.150). Les protections garanties par la Charte doivent être interprétées de façon à s appliquer à tous, même à ceux qui sont accusés d avoir commis les infractions criminelles les plus graves. [...] [40]» 16) * Préciser que si le test est effectué après deux heures, 5 mg seront ajoutés à l alcoolémie pour chaque demi-heure complète; * Éliminer le moyen de défense du «dernier verre»; * Restreindre la preuve de consommation d alcool après la conduite aux situations où rien ne permettait d anticiper que la police ordonne le prélèvement d un échantillon d haleine Ces propositions touchent à des éléments qui font l objet d un débat constitutionnel auquel le Barreau participe. Pour ces raisons, nous ne souhaitons pas commenter plus avant à ce stade-ci. 17) Limiter les éléments devant être divulgués Le Barreau du Québec considère que toute limitation à la divulgation de la preuve telle qu elle est comprise et définie par la Cour suprême risque d entraîner une atteinte au droit de l inculpé à une défense pleine et entière. Ainsi, toute preuve pertinente, rattachée aux éléments constitutifs de l infraction ou à un moyen de défense qui est entre les mains des agents de l état doit être divulguée. 18) * Éliminer le droit à l assistance d un avocat avant de procéder à l alcootest; * Limiter le temps imparti pour appeler un avocat Ces propositions ont pour effet de limiter le droit à l avocat reconnu par l article 10 de la Charte canadienne. 11 R. c. Harrison, 2009 CSC 34

8 Consultation sur la conduite avec facultés affaiblies 8/8 La jurisprudence reconnaît que lorsqu un agent de la paix demande à un accusé de se soumettre à un alcootest, celui-ci est «détenu» aux termes de l article 10b) de la Charte et a le droit de consulter un avocat sans délai et d être informé de ce droit avant le test 12. La preuve obtenue en violation du droit à l avocat, lorsque l accusé est sous la contrainte légale ou physique de fournir une preuve contre lui, doit être exclue, et ce, même si l agent de la paix agit de bonne foi 13. L accès à des services juridiques revêt une importance fondamentale dans toute société libre et démocratique. Dans certains cas, cet accès a été jugé essentiel à l application régulière de la loi à un procès équitable 14. Cela est notamment le cas lorsque les dispositions de l article 10 b) de la Charte canadienne sont en cause. Le Barreau du Québec considère que le recul constitutionnel qui découle de ces propositions est inadmissible et contraire aux valeurs démocratiques. Espérant ces commentaires utiles à vos travaux, nous vous prions de recevoir nos plus cordiales salutations. Le bâtonnier du Québec, Pierre Chagnon PC/jd Réf. : 0213 c. c. Me Greg Yost (par courriel) 12 R. c. Therens [1985] 1 R.C.S. 613, 45 C.R. (3d) 97, 18 C.C.C. (3d) R. c. Harder [1989], 49 C.C.C. (3d) 565, 14 M.V.R. (2d) 205 (C.A.C.-B) 14 Colombie-Britannique (P.G.) c. Christie, [2007] 1 R.C.S. 873

Les infractions au. Code criminel PERMIS DE CONDUIRE

Les infractions au. Code criminel PERMIS DE CONDUIRE Les infractions au Code criminel PERMIS DE CONDUIRE Les infractions au Code criminel PERMIS DE CONDUIRE Le Code criminel et la conduite d un véhicule routier Certains comportements ou certaines actions

Plus en détail

Les infractions au. Code criminel PERMIS DE CONDUIRE

Les infractions au. Code criminel PERMIS DE CONDUIRE Les infractions au Code criminel PERMIS DE CONDUIRE Les infractions au Code criminel PERMIS DE CONDUIRE Le Code criminel et la conduite d un véhicule routier Certains comportements ou certaines actions

Plus en détail

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Comprendre le droit pénal canadien Les sources du droit Au Canada, les crimes sont principalement définis par le Code criminel et, dans une moindre mesure, par

Plus en détail

ÉVALUATION DES PROGRAMMES PROVINCIAUX ET TERRITORIAUX D UTILISATION D ANTIDÉMARREURS AVEC ÉTHYLOMÈTRE : BULLETIN DE L AN 2008

ÉVALUATION DES PROGRAMMES PROVINCIAUX ET TERRITORIAUX D UTILISATION D ANTIDÉMARREURS AVEC ÉTHYLOMÈTRE : BULLETIN DE L AN 2008 ÉVALUATION DES PROGRAMMES PROVINCIAUX ET TERRITORIAUX D UTILISATION D ANTIDÉMARREURS AVEC ÉTHYLOMÈTRE : BULLETIN DE L AN 2008 AOÛT 2008 RÉSUMÉ Huit provinces et un territoire ont implanté des programmes

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/3 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

INTERDICTION. de mettre en circulation, d acquérir, de louer, d immatriculer et de remiser un véhicule routier

INTERDICTION. de mettre en circulation, d acquérir, de louer, d immatriculer et de remiser un véhicule routier INTERDICTION de mettre en circulation, d acquérir, de louer, d immatriculer et de remiser un véhicule routier SANCTION pour les récidivistes et les multirécidivistes Depuis le 30 juin 2012, une sanction

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Droit Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la justice pénale Descriptif Le module Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/3/Rev.1 20 avril 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Conduite avec facultés affaiblies

Conduite avec facultés affaiblies Conduite avec facultés affaiblies Conséquences sévères Évaluation des conducteurs avec facultés affaiblies La conduite de tout véhicule avec des facultés affaiblies par l alcool ou la drogue est dangereuse

Plus en détail

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 Nicole MacKenzie a été accusée d avoir commis un excès de vitesse. Lorsqu elle a comparu pour l interpellation à la Cour provinciale, elle n était pas représentée par un avocat.

Plus en détail

Les permis restreints sont non renouvelables. Ils peuvent cependant être remplacés avec frais en cas de perte, de bris ou de vol.

Les permis restreints sont non renouvelables. Ils peuvent cependant être remplacés avec frais en cas de perte, de bris ou de vol. POLITIQUE Permis restreints OBJECTIF Cette politique a pour objectif de fournir des renseignements sur les permis restreints, lesquels peuvent être délivrés pendant une sanction, ou après la période d

Plus en détail

FACULTÉS AFFAIBLIES NE CONDUISEZ PAS! Alcool Drogues Médicaments

FACULTÉS AFFAIBLIES NE CONDUISEZ PAS! Alcool Drogues Médicaments FACULTÉS AFFAIBLIES Alcool Drogues Médicaments NE CONDUISEZ PAS! L alcool, les drogues et certains médicaments affectent votre capacité de conduire. Si vous conduisez avec les facultés affaiblies, vous

Plus en détail

Montréal, le 31 mai 2010. Mme Marjory LeBreton Leader du gouvernement au Sénat Le Sénat du Canada Ottawa (Ontario) K1A 0A4

Montréal, le 31 mai 2010. Mme Marjory LeBreton Leader du gouvernement au Sénat Le Sénat du Canada Ottawa (Ontario) K1A 0A4 Montréal, le 31 mai 2010 Mme Marjory LeBreton Leader du gouvernement au Sénat Le Sénat du Canada Ottawa (Ontario) K1A 0A4 Objet: Projet de loi S-9 : «Loi modifiant le Code criminel (vol d automobile et

Plus en détail

Economic and Social Council

Economic and Social Council UNITED NATIONS E Economic and Social Council Distr. GENERAL ECE/TRANS/WP.1/2006/3/Rev.2 17 août 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS et FRANÇAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS

Plus en détail

COU R DU QUÉ BEC. 200-01-066866-017 page: CANAD A PR OVIN CE DE QUÉBE C DISTRI CT DE «Cha mbre crimin elle et pénale» N : 20 0-01- 06 68 66-01 7

COU R DU QUÉ BEC. 200-01-066866-017 page: CANAD A PR OVIN CE DE QUÉBE C DISTRI CT DE «Cha mbre crimin elle et pénale» N : 20 0-01- 06 68 66-01 7 COU R DU QUÉ BEC CANAD A PR OVIN CE DE QUÉBE C DISTRI CT DE «Cha mbre crimin elle et pénale» N : 20 0-01- 06 68 66-01 7 QUÉBEC DATE : L e 9 m a i 2 0 0 3 SOUS LA PRÉSI DENCE DE : L HONORABLE JEAN-PIERRE

Plus en détail

Séminaire «alcohol interlock» Mardi, le 19 mai 2015

Séminaire «alcohol interlock» Mardi, le 19 mai 2015 Séminaire «alcohol interlock» Mardi, le 19 mai 2015 9h45 10h00 Les «alcohol interlocks» dans le contexte de la lutte contre l insécurité routière au Luxembourg François BAUSCH Ministre du Développement

Plus en détail

CONDUITE AVEC FACULTÉS AFFAIBLIES PAR LES DROGUES : DOCUMENT DE CONSULTATION

CONDUITE AVEC FACULTÉS AFFAIBLIES PAR LES DROGUES : DOCUMENT DE CONSULTATION CONDUITE AVEC FACULTÉS AFFAIBLIES PAR LES DROGUES : DOCUMENT DE CONSULTATION MINISTÈRE DE LA JUSTICE DU CANADA RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX ET PROPOSITIONS LÉGISLATIVES VISANT À AMÉLIORER LES ENQUÊTES SUR LES

Plus en détail

ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982

ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982 ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982 PARTIE I CHARTE CANADIENNE DES DROITS ET LIBERTÉS Attendu que le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Sociologie La mise en liberté sous condition Descriptif Le module La mise en liberté sous condition permet aux étudiants de démystifier le processus

Plus en détail

COUR MUNICIPALE D ALMA

COUR MUNICIPALE D ALMA COUR MUNICIPALE D ALMA CANADA PROVINCE DE QUÉBEC LOCALITÉ d ALMA CAUSE NO : 10-01759 DATE : 9 JUIN 2011 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE JEAN-M. MORENCY, J.C.M. VILLE D ALMA, Ci-après désignée la «Poursuivante»

Plus en détail

La Commission des services juridiques du Nunavut. Champ d application du droit criminel et politique d admissibilité

La Commission des services juridiques du Nunavut. Champ d application du droit criminel et politique d admissibilité La Commission des services juridiques du Nunavut Champ d application du droit criminel et politique d admissibilité 2014 COMMISSION DES SERVICES JURIDIQUES DU NUNAVUT C. P. 125, Gjoa Haven, Nunavut X0B

Plus en détail

Les mesures administratives en matière de circulation routière. Présentation à l'afcas

Les mesures administratives en matière de circulation routière. Présentation à l'afcas Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le retrait du permis de conduire et les nouvelles mesures du programme de sécurité routière «Via Sicura» sans jamais oser le demander! 5 mai 203 Les mesures

Plus en détail

Gestionnaire responsable (titre) Date prévue pour la mise en œuvre. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action

Gestionnaire responsable (titre) Date prévue pour la mise en œuvre. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action Titre du projet : Évaluation de la Loi sur les contraventions Centre de responsabilité : Réponse de la direction et Plan d action Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action On devrait

Plus en détail

Table des matières. Abréviations... 7 Préface... 9. Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique. A. La législation routière...

Table des matières. Abréviations... 7 Préface... 9. Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique. A. La législation routière... Abréviations... 7 Préface... 9 Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique A. La législation routière... 12 1) Quelques mots d histoire... 12 2) Législation actuelle... 18 a) Législation nationale...

Plus en détail

CA20061211-05. Politique sur la vérification des antécédents judicaires

CA20061211-05. Politique sur la vérification des antécédents judicaires CA20061211-05 Politique sur la vérification des antécédents judicaires Adoptée par le conseil d administration du Collège Marie-de-l Incarnation le 11 décembre 2006 TABLE DES MATIÈRES Pages 1. Contexte

Plus en détail

Loi modifiant le Code de la sécurité routière et d autres dispositions législatives

Loi modifiant le Code de la sécurité routière et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 29 Loi modifiant le Code de la sécurité routière et d autres dispositions législatives Présentation Présenté par Madame Julie Boulet Ministre

Plus en détail

The Advocates Society

The Advocates Society The Advocates Society PROMOTING EXCELLENCE IN ADVOCACY Observations concernant le de l assurance-automobile de l Ontario Date : Le 24 août 2012 Soumis au : Groupe de travail antifraude de l assurance automobile

Plus en détail

Loi sur l aide juridique et sur la prestation de certains autres services juridiques (L.R.Q., c. A-14; 2010, c.12, a. 30 et a. 37)

Loi sur l aide juridique et sur la prestation de certains autres services juridiques (L.R.Q., c. A-14; 2010, c.12, a. 30 et a. 37) RÈGLEMENT CONCERNANT LE TARIF DES HONORAIRES ET LES DÉBOURS DES AVOCATS DANS LE CADRE DE LA PRESTATION DE CERTAINS SERVICES JURIDIQUES ET CONCERNANT LA PROCÉDURE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS Loi sur l aide

Plus en détail

Projet de loi C-32 modifications au Code criminel (conduite avec facultés affaiblies)

Projet de loi C-32 modifications au Code criminel (conduite avec facultés affaiblies) Projet de loi C-32 modifications au Code criminel (conduite avec facultés affaiblies) SECTION NATIONALE DU DROIT PÉNAL DE L ASSOCIATION DU BARREAU CANADIEN Juin 2007 865, avenue Carling, bureau 500, Ottawa

Plus en détail

METTONS FIN À LA CONDUITE EN ÉTAT D IVRESSE

METTONS FIN À LA CONDUITE EN ÉTAT D IVRESSE Note: La date limite de réception des réponses aux questionnaires sur la conduite en état d ivresse est maintenant passée. Restez à l écoute pour le rapport sur l atelier sur la conduite en état d ivresse,

Plus en détail

Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits

Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits ou réglementés. Cela concerne toutes les drogues illégales,

Plus en détail

POLITIQUE DRHSC 2013-082

POLITIQUE DRHSC 2013-082 POLITIQUE Programme Déficience physique VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DE TOUTE PERSONNE DÉSIRANT EXERCER OU EXERÇANT DES FONCTIONS AU PROGRAMME DÉFICIENCE PHYSIQUE EXPÉDITEUR : Direction des

Plus en détail

Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière

Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière Condamnations et sanctions prononcées en matière de sécurité routière Année 2011 Les condamnations pour infraction

Plus en détail

ormule T Statistique de l'application des règlements de la circulation

ormule T Statistique de l'application des règlements de la circulation Centre canadien de la statistique juridique ormule T Statistique de l'application des règlements de la circulation Mois de Confidentiel une fois rempli Veuillez envoyer cet exemplaire à la Direction générale

Plus en détail

Le 19 novembre 2014. Monsieur Peter MacKay Ministre de la Justice Chambre des communes Ottawa (Ontario) K1A 0A6

Le 19 novembre 2014. Monsieur Peter MacKay Ministre de la Justice Chambre des communes Ottawa (Ontario) K1A 0A6 Le 19 novembre 2014 Monsieur Peter MacKay Ministre de la Justice Chambre des communes Ottawa (Ontario) K1A 0A6 Monsieur Bob Runciman Comité sénatorial permanent des affaires juridiques et constitutionnelles

Plus en détail

CONDUIRE UNE VOITURE EN ALBERTA

CONDUIRE UNE VOITURE EN ALBERTA CONDUIRE UNE VOITURE EN ALBERTA QUELLES SONT LES CONDITIONS POUR POUVOIR CONDUIRE UNE VOITURE EN ALBERTA? Vous devez être âgé d au moins 16 ans et être détenteur d un permis de conduire valide. Il y a

Plus en détail

Numéro du rôle : 4140. Arrêt n 133/2007 du 24 octobre 2007 A R R E T

Numéro du rôle : 4140. Arrêt n 133/2007 du 24 octobre 2007 A R R E T Numéro du rôle : 4140 Arrêt n 133/2007 du 24 octobre 2007 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 36 des lois relatives à la police de la circulation routière, coordonnées par

Plus en détail

Numéro du rôle : 5297. Arrêt n 62/2012 du 3 mai 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5297. Arrêt n 62/2012 du 3 mai 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5297 Arrêt n 62/2012 du 3 mai 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 38, 5, des lois relatives à la police de la circulation routière, coordonnées par

Plus en détail

Ligne directrice n 5 : COU:1

Ligne directrice n 5 : COU:1 Manitoba Ministère de la Justice Bureau des procureurs de la Couronne Directive d orientation Ligne directrice n 5 : COU:1 Objet : Nomination d un avocat indépendant Date : septembre 2012 ÉNONCÉ DES POLITIQUES

Plus en détail

Manitoba Ligne directrice n o : 2 :PRO :1 Ministère de la Justice Service des poursuites

Manitoba Ligne directrice n o : 2 :PRO :1 Ministère de la Justice Service des poursuites Manitoba Ligne directrice n o : 2 :PRO :1 Ministère de la Justice Service des poursuites Directive d orientation Objet : Infractions à l égard d un agent de la paix Date : Octobre 2015 ÉNONCÉ DES POLITIQUES

Plus en détail

Numéro du rôle : 4812. Arrêt n 77/2010 du 23 juin 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4812. Arrêt n 77/2010 du 23 juin 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4812 Arrêt n 77/2010 du 23 juin 2010 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l'article 63, 4, des lois relatives à la police de la circulation routière, coordonnées par

Plus en détail

Le 12 avril 2010. Monsieur Robert Dutil Ministre du Revenu 3800, rue Marly Dépôt 6.2.5 6 e étage Québec (Québec) G1X 4A5

Le 12 avril 2010. Monsieur Robert Dutil Ministre du Revenu 3800, rue Marly Dépôt 6.2.5 6 e étage Québec (Québec) G1X 4A5 Le 12 avril 2010 Monsieur Robert Dutil Ministre du Revenu 3800, rue Marly Dépôt 6.2.5 6 e étage Québec (Québec) G1X 4A5 Objet : Projet de loi 87 Loi sur la publicité légale des entreprises N/D : 26450

Plus en détail

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité?

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? Automne 2011 QU EST-CE QU UN CERTIFICAT DE SÉCURITÉ? Créée en 1978, la procédure actuelle trouve son fondement dans la loi sur l immigration

Plus en détail

Projet de loi 89 intitulé «Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement afin d en renforcer le respect» N/D : 26410 D004 Référence : 147566

Projet de loi 89 intitulé «Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement afin d en renforcer le respect» N/D : 26410 D004 Référence : 147566 Le 15 février 2011 Madame Danielle Doyer Présidente de la Commission des transports et de l environnement Assemblée nationale Édifice Pamphile-Le May 1035, rue des Parlementaires 3 e étage, bureau 3.15

Plus en détail

EN 2005, 248 845 condamnations ont été prononcées pour infraction à la sécurité routière, soit 40,2% de

EN 2005, 248 845 condamnations ont été prononcées pour infraction à la sécurité routière, soit 40,2% de INFOSTAT JUSTICE Juin 2007 Numéro 95 Bulletin d information statistique Les condamnations pour infraction à la sécurité routière en 2005 Odile Timbart *, Tiaray Razafindranovona ** EN 2005, 248 845 condamnations

Plus en détail

LA CONDUITE AVEC FACULTÉS AFFAIBLIES AU CANADA, 1996

LA CONDUITE AVEC FACULTÉS AFFAIBLIES AU CANADA, 1996 Statistique Canada N o 85-002-XPF Vol. 7 n o 2 au cat. LA CONDUITE AVEC FACULTÉS AFFAIBLIES AU CANADA, 996 par Sylvain Tremblay FAITS SAILLANTS n n n n n n n Après avoir atteint un sommet en 98, le nombre

Plus en détail

Outils de recouvrement d avoirs au Canada. Guide pratique

Outils de recouvrement d avoirs au Canada. Guide pratique Outils de recouvrement d avoirs au Canada Guide pratique Outils de recouvrement d avoirs au Canada Guide pratique I. INTRODUCTION Tout comme il appuie les instruments juridiques internationaux tels que

Plus en détail

Conduite d un véhicule et consommation d alcool et de drogues

Conduite d un véhicule et consommation d alcool et de drogues Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc. Conduite d un véhicule et consommation d alcool et de drogues Introduction Les lois concernant la conduite d un véhicule en état d

Plus en détail

COMMISSION DES INSTITUTIONS

COMMISSION DES INSTITUTIONS COMMISSION DES INSTITUTIONS MANDAT : ÉTUDE DU RAPPORT «PROPOSITIONS DE MODIFICATIONS À LA LOI SUR LA TRANSPARENCE ET L ÉTHIQUE EN MATIÈRE DE LOBBYISME ALLOCUTION DU COMMISSAIRE AU LOBBYISME DU QUÉBEC 17

Plus en détail

MÉMOIRE À LA COMMISSION DES TRANSPORTS ET DE L ENVIRONNEMENT DE L ASSEMBLÉE NATIONALE

MÉMOIRE À LA COMMISSION DES TRANSPORTS ET DE L ENVIRONNEMENT DE L ASSEMBLÉE NATIONALE Cat. 2.412.35.4 MÉMOIRE À LA COMMISSION DES TRANSPORTS ET DE L ENVIRONNEMENT DE L ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 57, LOI MODIFIANT L ENCADREMENT DE L UTILISATION DES CINÉMOMÈTRES PHOTOGRAPHIQUES ET

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 64 Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives Présentation Présenté par Madame Monique

Plus en détail

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 2 lettre a) paragraphe troisième partie première de la Loi du contentieux administratif nº29/1990,

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011. (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons

Commentaire. Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011. (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons Commentaire Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011 (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons Par arrêt en date du 24 mars 2011 (n 490), la troisième chambre civile de la Cour

Plus en détail

POLITIQUE. Délivrance des permis et obtention des classes et des mentions OBJECTIF PRÉALABLE MODALITÉS D APPLICATION

POLITIQUE. Délivrance des permis et obtention des classes et des mentions OBJECTIF PRÉALABLE MODALITÉS D APPLICATION POLITIQUE Délivrance des permis et obtention des classes et des mentions OBJECTIF Cette politique a pour objectifs de : définir les différents types de permis et les conditions générales d obtention et

Plus en détail

AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 14 mai 2007 Objet: Amendements au projet de loi a) modifiant la loi modifiée du 14 février 1955 concernant la réglementation de la circulation sur toutes les voies publiques ; b) modifiant

Plus en détail

Arrêts faisant autorité

Arrêts faisant autorité Peine Obligatoire Minimale Pour Meurtre: R. c. Latimer 1 Arrêts faisant autorité PEINE OBLIGATOIRE MINIMALE POUR MEURTRE R. c. LATIMER Préparé pour le Réseau ontarien d'éducation juridique par une étudiante

Plus en détail

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission 2 février 2010 Commission des lois Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission NB : Les amendements enregistrés

Plus en détail

ACTIVITÉ PÉDAGOGIQUE : LA CHARTE CANADIENNE DES DROITS ET LIBERTÉS ET LES DROITS DES ACCUSÉS

ACTIVITÉ PÉDAGOGIQUE : LA CHARTE CANADIENNE DES DROITS ET LIBERTÉS ET LES DROITS DES ACCUSÉS Activité pédagogique La Charte canadienne des droits et libertés et les droits des personnes accusées Description : Au fil de la présente activité, l élève Matière scolaire : découvrira les composantes

Plus en détail

RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION

RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION FÉVRIER 2005 2005 Institut canadien des actuaires Document 205009 This

Plus en détail

f) tout enregistrement audio ou vidéo, les notes ou la transcription de toute déclaration verbale faite

f) tout enregistrement audio ou vidéo, les notes ou la transcription de toute déclaration verbale faite OFFICE OF ATTORNEY GENERAL CABINET DU PROCUREUR GÉNÉRAL PUBLIC PROSECUTIONS OPERATIONAL MANUAL MANUEL DES OPÉRATIONS DE POURSUITES PUBLIQUES TYPE OF DOCUMENT TYPE DE DOCUMENT : Policy Politique CHAPTER

Plus en détail

NÉGOCIATION DE PLAIDOYER

NÉGOCIATION DE PLAIDOYER NÉGOCIATION DE PLAIDOYER En vigueur le : 1992-05-15 Révisée le : 1995-08-31 / 2004-09-08 / 2006-01-20 / 2008-01-11 / 2008-09-08 / 2008-10-20 / 2008-11-17 / 2009-03-31 / 2009-08-21 / 2010-07-20 / 2011-03-31

Plus en détail

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence.

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. 1 CHAMP D APPLICATION La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. La présente directive s applique à l ensemble du personnel du Fonds d assurance dans l exercice

Plus en détail

Le rôle du Service des poursuites pénales du Canada

Le rôle du Service des poursuites pénales du Canada Le rôle du pénales du Canada Me Luc Boucher, Avocat-Général Bureau de Ottawa / Gatineau APERÇU Présentation du SPPC. Mandat,Rôle et Fonction du SPPC Section du droit de la concurrence du SPPC Portrait

Plus en détail

Cadre de réglementation et gestion des risques

Cadre de réglementation et gestion des risques Cadre de réglementation et gestion des risques Lors du lancement d une entreprise au Canada, les propriétaires d entreprise et exploitants ainsi que leurs dirigeants doivent être sensibilisés au risque

Plus en détail

Le coup en valait-il la peine de prison?

Le coup en valait-il la peine de prison? Les peines pour adolescents Le coup en valait-il la peine de prison? Mise en situation Salut, je m appelle Jason et j ai 16 ans. Cet été, j étais au palais de justice. C était mon procès. J ai été déclaré

Plus en détail

Ministère du Procureur général

Ministère du Procureur général Ministère du Procureur général Étude d un système en ligne de sanctions administratives pécuniaires pour les infractions aux lois provinciales et aux règlements municipaux de l Ontario Ministère du Procureur

Plus en détail

[TRADUCTION] Par courriel : paul.collins@bc-cb.gc.ca

[TRADUCTION] Par courriel : paul.collins@bc-cb.gc.ca Le 25 novembre 2011 [TRADUCTION] Par courriel : paul.collins@bc-cb.gc.ca Monsieur Paul Collins Sous-commissaire principal de la concurrence Bureau de la concurrence Direction des fusions Industrie Canada

Plus en détail

Le 24 octobre 2011. Monsieur le Président,

Le 24 octobre 2011. Monsieur le Président, Le 24 octobre 2011 Monsieur Raymond Bernier Président de la Commission des relations avec les citoyens Hôtel du Parlement 1045, rue des Parlementaires RC, Bureau RC. 119 Québec (Québec) G1A 1A4 Objet:

Plus en détail

Guide pour adolescents

Guide pour adolescents Guide pour adolescents Guide pour adolescents Nous remercions le ministère de la Justice du Canada pour sa contribution financière. Nous remercions également Public Legal Education Association Saskatchewan

Plus en détail

Montréal, le 23 novembre 2009 PAR XPRESSPOST «MJ 025 371 435» PAR COURRIEL

Montréal, le 23 novembre 2009 PAR XPRESSPOST «MJ 025 371 435» PAR COURRIEL Montréal, le 23 novembre 2009 PAR XPRESSPOST «MJ 025 371 435» PAR COURRIEL Maître Anne-Marie Beaudoin Secrétaire de l Autorité Autorité des marchés financiers 800, square Victoria, 22 e étage C.P. 246,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 mars 2012 N de pourvoi: 11-84711 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 7 Titre I La police de la circulation routière 9

Table des matières. Sommaire 7 Titre I La police de la circulation routière 9 Table des matières Sommaire 7 Titre I La police de la circulation routière 9 Chapitre 1 La police de la circulation routière, les infractions et les procès-verbaux 9 Section 1 Introduction 9 Section 2

Plus en détail

BLOC 1 Révision BLOC 2 Révision BLOC 3 Révision v

BLOC 1  Révision BLOC 2  Révision BLOC 3  Révision v Table des matières Bloc 1 Les sources du droit pénal au Canada 1.1 Les origines et les sources du droit pénal au Canada........................... 1 1.2 Les sources constitutionnelles............................................

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur...

Ce qu il faut savoir sur... A Government Information Service Feature Juillet 2013 Ce qu il faut savoir sur...... LE PERMIS A POINTS Le système de permis à points (SPP) pour les permis de conduire est entré en vigueur le 10 mai 2013,

Plus en détail

Projet de loi n o 59. Présentation. Présenté par Madame Stéphanie Vallée Ministre de la Justice

Projet de loi n o 59. Présentation. Présenté par Madame Stéphanie Vallée Ministre de la Justice PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 59 Loi édictant la Loi concernant la prévention et la lutte contre les discours haineux et les discours incitant à la violence et apportant

Plus en détail

Position du gouvernement concernant la coopération avec l enquête de la CPPM

Position du gouvernement concernant la coopération avec l enquête de la CPPM Le 7 mars 2008 Monsieur Alain Préfontaine Avocat-conseil Section du contentieux des affaires civiles Ministère de la Justice Édifice Banque du Canada Tour Est, pièce 1133 234, rue Wellington Ottawa (Ontario)

Plus en détail

2. Le bénévole communautaire est un membre de la communauté qui n a pas d enfant fréquentant l école où il fait du bénévolat.

2. Le bénévole communautaire est un membre de la communauté qui n a pas d enfant fréquentant l école où il fait du bénévolat. RÉSOLUTION 87-07 265-08 Date d adoption : 20 mars 2007 21 octobre 2008 En vigueur : 21 mars 2007 22 octobre 2008 À réviser avant : RECUEIL DES POLITIQUES Définitions 1. Les bénévoles sont des personnes

Plus en détail

Le recours devant la Cour criminelle après une agression sexuelle L agression à CaraCtère sexuel

Le recours devant la Cour criminelle après une agression sexuelle L agression à CaraCtère sexuel AS-CC-livret3_Layout 1 13-01-24 9:10 AM Page 1 3 Le recours devant la Cour criminelle après une agression sexuelle L agression à CaraCtère sexuel AOcVF février 2013 ACS 003 Pour vérifier que vous avez

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Droit Le système correctionnel canadien : un travail d équipe Descriptif Le module Le système correctionnel canadien : un travail d équipe permet

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/2/Rev.1 20 avril 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Projet de loi C-560 Loi modifiant la Loi sur le divorce (partage égal du rôle parental) et d autres lois en conséquence

Projet de loi C-560 Loi modifiant la Loi sur le divorce (partage égal du rôle parental) et d autres lois en conséquence Le 28 avril 2014 Monsieur Maurice Vellacott Chambre des communes Ottawa (Ontario) K1A 0A6 Objet : Projet de loi C-560 Loi modifiant la Loi sur le divorce (partage égal du rôle parental) et d autres Monsieur

Plus en détail

SIAVOSH VAKILIAN, appelant-défendeur c. DIRECTEUR DES POURSUITES CRIMINELLES ET PÉNALES, intimé-poursuivant. [2012] J.Q. no 13197 2012 QCCS 5736

SIAVOSH VAKILIAN, appelant-défendeur c. DIRECTEUR DES POURSUITES CRIMINELLES ET PÉNALES, intimé-poursuivant. [2012] J.Q. no 13197 2012 QCCS 5736 Page 1 Intitulé de la cause : Vakilian c. Directeur des poursuites criminelles et pénales SIAVOSH VAKILIAN, appelant-défendeur c. DIRECTEUR DES POURSUITES CRIMINELLES ET PÉNALES, intimé-poursuivant [2012]

Plus en détail

«La prison est la seule solution pour préserver la société.»

«La prison est la seule solution pour préserver la société.» «La prison est la seule solution pour préserver la société.» Nous n enfermons rien d autre en prison qu une partie de nous-mêmes, comme d autres abandonnent sur le bord de la route leurs souvenirs encombrants

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : M. C. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 63 Appel n o : GE-14-466 ENTRE : M. C. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

Le droit du travail et de l emploi au Canada

Le droit du travail et de l emploi au Canada Le droit du travail et de l emploi au Canada Les changements fréquents qui touchent le droit du travail et de l emploi au Canada posent un défi de taille aux employeurs qui font des affaires ici. À cela

Plus en détail

HORAIRE : Les lundis du 8 septembre au 8 décembre 2014 de 8h30 à 11h30

HORAIRE : Les lundis du 8 septembre au 8 décembre 2014 de 8h30 à 11h30 UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL École de criminologie Automne 2014 CRI 1151 Justice criminelle 1 CHARGÉ DE COURS: KEVIN MOUSTAPHA LOCAL: B-2285 PAVILLON JEAN BRILLANT NOMBRE DE CRÉDITS : 3 HORAIRE : Les lundis

Plus en détail

SERVICES À L INTENTION DES Victimes d actes criminels

SERVICES À L INTENTION DES Victimes d actes criminels SERVICES À L INTENTION DES Victimes d actes criminels Le Service public d éducation et d information juridiques du Nouveau-Brunswick (SPEIJ-NB) est une organisation à but non lucratif qui cherche à fournir

Plus en détail

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large LEXIQUE Accident D une façon générale l accident est un événement fortuit ou involontaire entraînant des conséquences dommageables. En matière de circulation automobile voir implication Pour la sécurité

Plus en détail

Mémoire relatif au projet de loi 13 Loi modifiant la Loi sur les véhicules hors route

Mémoire relatif au projet de loi 13 Loi modifiant la Loi sur les véhicules hors route Mémoire relatif au projet de loi 13 Loi modifiant la Loi sur les véhicules hors route Présenté à la : Commission des transports et de L Environnement Juin 2001 Mémoire relatif au projet de loi 13 Loi

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler [TRADUCTION] Citation : D. B. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 603 N o d appel : AD-15-210 ENTRE : D. B. Demandeur et Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement

Plus en détail

Les droits et devoirs des chefs d établissement

Les droits et devoirs des chefs d établissement Les droits et devoirs des chefs d établissement MODULE 1 Éléments de droit pénal général 1 re partie Cadre juridique et modalités d intervention du chef d établissement 2 e partie ÉLÉMENTS DE DROIT PÉNAL

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction

Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Ministère de la Justice Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction 2010 En vertu de l article 4-1 du Code d instruction criminelle,

Plus en détail

Commission des libérations conditionnelles ducanada : Pour la sécurité du public

Commission des libérations conditionnelles ducanada : Pour la sécurité du public conditionnelles ducanada : Pour la sécurité du public Produit et publié par : conditionnelles du Canada Pour obtenir des exemplaires supplémentaires, veuillez vous adresser à : Division des communications

Plus en détail

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions les principales infractions au code de la route et leurs sanctions Les infractions liées à l alcoolémie CONTRAVENTION Conduite avec une alcoolémie égale ou supérieure à 0,5 et inférieure à 0,8 g/ l de

Plus en détail

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF CARTA EUROPEA avec le soutien de la Commission Européenne et des barreaux des Programmes EUROMED DROIT et EURODROIT SUD EST MEDITERRANEE Siège social Maison de l Europe à Montpellier Adresse administrative

Plus en détail

RAPPEL DE LA PROCÉDURE

RAPPEL DE LA PROCÉDURE N du 30 NOVEMBRE 2011 18ème CHAMBRE 'Mil des MfNUTP? f ; v>. s*--- '4$ CîQ.U H4 Af pï%t. i*i i.\ *. * i COUR D'APPEL DE VERSAILLES Nature de l arrêt : voir dispositif POURVOI : Arrêt prononcé publiquement

Plus en détail

Commentaires du CCBE sur le document de travail de la Commission

Commentaires du CCBE sur le document de travail de la Commission Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Commentaires du CCBE sur le document de travail de la Commission «L application à la profession d avocat de la directive 91/308/CEE relative

Plus en détail

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions les principales infractions au code de la route et leurs sanctions Les infractions liées à l alcoolémie En 2009, 1 200 vies auraient pu être sauvées si tous les conducteurs avaient respecté la limite légale

Plus en détail