Commentaires du Barreau du Québec sur la modernisation des dispositions du Code criminel relatives aux moyens de transport Document de travail

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Commentaires du Barreau du Québec sur la modernisation des dispositions du Code criminel relatives aux moyens de transport Document de travail"

Transcription

1 PAR COURRIEL Le 30 avril 2010 Consultation sur la conduite avec facultés affaiblies Section de la politique en matière de droit pénal Ministère de la Justice Édifice commémoratif de l Est 284, rue Willington Ottawa (Ontario) K1A 0H8 Objet : Commentaires du Barreau du Québec sur la modernisation des dispositions du Code criminel Madame, Monsieur, Le Barreau du Québec a pris connaissance du document de consultation portant sur la modernisation des dispositions du Code criminel relatives aux moyens de transport et souhaite vous faire part de ses observations et commentaires. 1) Déclarations Les principes Il est proposé de reconnaître et de proclamer certains principes en adoptant un préambule ou un énoncé de principes afin de guider l appareil judiciaire. Des quatre propositions mentionnées à ce chapitre, deux de ces énoncés requièrent des observations. 1 a) L analyse au moyen d un alcootest approuvé, manipulé par un technicien qualifié, indique l alcoolémie avec fiabilité et exactitude Le Barreau du Québec s oppose à l inscription dans un préambule d un énoncé portant sur la valeur probante de moyens de preuve. Il appartient aux juges, au terme d un procès juste et équitable, de décider de la valeur probante d un moyen de preuve et il est contraire aux principes de justice fondamentale de restreindre le rôle du juge à cet égard.

2 Consultation sur la conduite avec facultés affaiblies 2/8 1 b) La détection rapide et certaine des conducteurs aux facultés affaiblies au moyen de tests d haleine aléatoires, une mesure qui contribue grandement à la sécurité routière dans d autres pays libres et démocratiques, permettra de retirer un nombre accru de ces conducteurs de la route et, ainsi, se révélera utile pour veiller à la protection du public Le Barreau du Québec soutient que le dépistage au moyen de tests aléatoires constituerait une atteinte inacceptable aux droits individuels sans la présence de soupçons ou de motifs raisonnables de la part des agents de la paix. Comme nous l indiquions à l occasion de nos commentaires sur le livre vert sur la sécurité routière au Québec, en 2000, la contrainte de l Alcootest ou d un appareil de détection ne devrait pas reposer sur le hasard ou sur l arbitraire 1. 2) Objectifs de la loi Parmi les objectifs énoncés, certains concernent l application de la loi. 2 a) * Aider les agents chargés de l application de la loi à mener des enquêtes concernant les infractions liées aux moyens de transport; * Offrir un moyen simple et efficace d appliquer les dispositions de cette partie Le Barreau appuie l objectif visé si celui-ci concerne l ajout de moyens mis à la disposition des agents chargés de l application de la loi afin de faciliter leur travail. Par contre, nous nous opposons à toute mesure ou à tout objectif qui aurait comme résultat une atteinte aux droits fondamentaux actuellement reconnus. 3) Accroître la sévérité des peines infligées aux récidivistes Dans l état actuel de la législation, les récidivistes sont sanctionnées plus sévèrement. Le Barreau du Québec suggère qu une réflexion soit entreprise sur les moyens à prendre pour corriger le comportement des multirécidivistes. Force est de constater que la sévérité des peines à elle seule ne suffit pas à influencer les récidivistes. Il serait nécessaire qu un exercice de coordination entre les provinces et le fédéral sur les mesures à offrir soit effectué afin d assurer la cohérence dans leur mise en oeuvre. Au-delà de la sévérité des peines, le Barreau du Québec soumet que les cas de récidives en matière de conduite automobile avec capacité affaiblie auraient avantage à être l objet d un plus grand contrôle social. Le Barreau propose d investir dans les programmes et les ressources de prise en charge afin d aider les récidivistes à modifier leur comportement de manière durable. L imposition de peines minimales ne peut recevoir l assentiment du Barreau, notamment, parce qu elles limitent le pouvoir du tribunal d imposer une sentence individualisée et proportionnelle aux circonstances de l affaire 2. 1 Mémoire du Barreau du Québec sur le livre vert intitulé La sécurité routière au Québec : un défi collectif, 17 février R. c. L.M., [2008] 2 R.C.S. 163.

3 Consultation sur la conduite avec facultés affaiblies 3/8 4) Faire en sorte que toutes les infractions ayant causé la mort soient passibles d une peine maximale d emprisonnement à perpétuité, et celles ayant causé des lésions corporelles, d une peine maximale de 14 ans d emprisonnement Cette proposition soulève plusieurs inquiétudes. Une des conséquences de la modification proposée serait de limiter l exercice de la discrétion judiciaire en obligeant d associer la gravité de l infraction à la présence de lésions corporelles ou de décès. Actuellement, une personne qui fait défaut d arrêter lors d un accident qui, hors sa connaissance cause un décès est passible d un emprisonnement maximal de 5 ans si elle est reconnue coupable d un acte criminel 3. Cette même personne sera passible de l emprisonnement à perpétuité dans les cas où elle savait qu une autre personne impliquée dans l accident est décédée 4. Dans l éventualité où le législateur donnait suite à sa proposition, les deux situations décrites précédemment seraient soumises à la même sentence soit une peine maximale d emprisonnement à perpétuité. Le Barreau croit qu il est nécessaire de nuancer l exercice d harmonisation proposé pour tenir compte des éléments constitutifs des infractions. 5) La possibilité de ramener le nombre d infractions à 7 Le Barreau du Québec appuie toute mesure visant la simplification de la procédure criminelle et du droit criminel. Cependant, nous croyons qu une attention particulière doit être apportée à l analyse des éléments constitutifs des infractions reliées au moyen de transport. Par exemple, il faut éviter de confondre les infractions de conduite avec capacités affaiblies avec celles de la conduite avec une alcoolémie supérieure à 80 mg. Les éléments constitutifs de ces infractions sont distincts tel que l expliquait la Cour suprême du Canada : «33 La preuve d absence de symptômes est certes très pertinente à l égard de l accusation d avoir conduit avec les facultés affaiblies. C est d ailleurs ce qui explique que la poursuite, à la clôture de sa preuve, ait demandé à la juge d acquitter M. Boucher sur le chef de conduite avec les facultés affaiblies. Il en va tout autrement de l accusation d avoir conduit avec un taux supérieur à 80 mg d alcool. L infraction de conduite avec un taux supérieur à 80 mg ne requiert pas la preuve que les facultés sont affaiblies. L absence de symptômes de l affaiblissement des facultés n est généralement pas suffisante pour constituer une preuve contraire permettant de repousser la présomption d exactitude. En effet, l absence de preuve des symptômes habituels de facultés affaiblies comme la démarche chancelante et la bouche pâteuse ne fournit pas d information sur le taux réel d alcoolémie. Des niveaux extrêmes d alcoolémie sont habituellement accompagnés de tels symptômes, mais, à l opposé, des niveaux infimes sont généralement compatibles avec l absence de symptômes. L absence de symptômes ne constitue donc pas, en soi, un fait significatif si le tribunal ne connaît pas le niveau de tolérance de l accusé à l alcool. 5 3 Article 252(1) du Code criminel 4 Article 252(1.3) du Code criminel 5 R. c. Boucher, [2005] 3 R.C.S. 499

4 Consultation sur la conduite avec facultés affaiblies 4/8 La proposition de modifier le libellé actuel concernant le taux d alcoolémie du conducteur pour permettre des poursuites lorsque l alcoolémie est égale ou supérieure à 80 mg d alcool suscite certaines observations. Actuellement, une infraction est commise lorsque l alcoolémie dépasse 80 mg d alcool par cent millilitres dans le sang 6. Cette disposition s appuie sur la reconnaissance que certains appareils de dépistage ne produisent pas des résultats chiffrés et précis. Dans ce contexte, il est difficile de voir l intérêt de la modification. Dans la mesure où les appareils en utilisation aujourd hui produisent des résultats précis, rien n empêche les poursuites lorsque le taux d alcoolémie est de 81mg d alcool par cent millilitres dans le sang. Il est difficile de voir l intérêt de réduire le taux d alcoolémie de 1mg % pour justifier un plus grand nombre de mises en accusations alors que rien n empêche des poursuites lorsque les taux varient entre 81 et 90 mg %. 6) Créer une nouvelle infraction de négligence criminelle simple Il s agirait d une infraction ne nécessitant pas l existence de conséquences telles que des lésions corporelles ou la mort. Le Barreau du Québec soumet que l infraction de conduite dangereuse prévue au paragraphe 249 du Code criminel pourrait couvrir des situations similaires à celles qui le seraient par la nouvelle infraction de négligence criminelle simple. Ainsi, le conducteur circulant à haute vitesse qui omet de s arrêter à des panneaux d arrêt ou à des feux rouges est susceptible d être accusé de conduite dangereuse. Nous nous interrogeons sur l utilité d ajouter une nouvelle infraction au Code criminel alors que les actions délinquantes visées peuvent être traitées par les dispositions actuelles. 7) * Lier à l alcoolémie les amendes minimales imposées pour une première infraction de conduite avec les facultés affaiblies; * Abaisser de 160 mg à 120 mg l alcoolémie constituant une circonstance aggravante Pour les motifs déjà invoqués, cette mesure a un impact direct sur la discrétion judiciaire 7. L imposition d amendes minimales ne reçoit pas l assentiment du Barreau. Par contre, le Barreau soumet que le fait d identifier comme facteur aggravant le taux d alcoolémie, notamment en abaissant le taux d alcoolémie constituant une circonstance aggravante de 160 mg à 120 mg, est un moyen d atteindre les objectifs du législateur sans qu il soit nécessaire d imposer des peines minimales. 8) Énumérer d autres circonstances aggravantes Le document de consultation énonce certaines circonstances aggravantes dont le tribunal devrait tenir compte lorsqu elles sont pertinentes : 6 Article 253(1)b) du Code criminel 7 op. cit. note 2.

5 Consultation sur la conduite avec facultés affaiblies 5/8 Alcoolémie de 120 mg Victimes multiples Enfant passager Conduite contre rémunération (autobus, taxi) Conduite d un gros véhicule (camion semi-remorque) Conduite d un véhicule d urgence (ambulance) Dommages matériels Conduite sans permis Le Barreau du Québec tient à préciser que tous ces éléments sont déjà évalués par les tribunaux lorsque les circonstances le justifient. L utilité de préciser législativement les circonstances aggravantes de façon générale nous apparaît moins évidente que le risque de l effet limitatif de toute énumération. À notre avis, les tribunaux exercent correctement leur discrétion en ce domaine et nous ne croyons pas pertinent de légiférer dans le seul but de leur rappeler certaines circonstances aggravantes. 9) Fixer des périodes d interdiction minimales uniformes Au Québec, la législation en matière de conduite automobile prévoit la révocation ou la suspension immédiate du permis dans les cas de capacité de conduite affaiblie 8. La proposition viserait toute infraction impliquant un moyen de transport que la capacité du conducteur soit affectée ou non. Le Barreau du Québec soumet qu une telle décision entraînera des conséquences sur l ensemble du régime législatif qu il faudra harmoniser afin d éviter les iniquités ou illogismes. Ainsi, actuellement la personne condamnée pour une infraction de conduite avec facultés affaiblies peut obtenir la permission de conduire, durant la période d interdiction, un véhicule moteur équipé d un antidémarreur avec éthylomètre 9. Cette possibilité n existe pas pour les infractions relatives au moyen de transport qui ne mettent pas en cause les capacités du conducteur. Le Barreau du Québec recommande que les gouvernements fédéral et provinciaux tentent d harmoniser les mesures proposées avec les dispositions des législations provinciales afin d assurer l équité dans le traitement des personnes condamnées pour ce type d infractions. 10) Déterminer à quel moment le délinquant peut être autorisé à conduire en utilisant un antidémarreur Le Barreau du Québec appuie cette proposition. 8 Voir notamment le Code de la sécurité routière (L.R.Q., chapitre C-24.2) 9 Paragraphe 259(1.1) du Code criminel

6 Consultation sur la conduite avec facultés affaiblies 6/8 11) Fixer des critères aux antidémarreurs pouvant être utilisés par les conducteurs déclarés coupables d avoir conduit avec les facultés affaiblies Le Barreau du Québec s interroge sur l opportunité de prévoir au Code criminel des éléments de nature scientifique sur une question qui relève de la compétence provinciale. 12) Déterminer quel rôle le Comité des analyses d alcool devrait jouer pour établir les critères d approbation des antidémarreurs Sous réserve du commentaire fait relativement à la fixation des critères aux antidémarreurs, le Barreau du Québec salue toute initiative qui facilite la mise en oeuvre ou l approbation des antidémarreurs. 13) Déterminer si les antidémarreurs utilisés au Canada devraient être approuvés par le procureur général du Canada Le Barreau du Québec craint que l ajout de cette étape dans le processus d approbation des antidémarreurs alourdisse la procédure inutilement. 14) Déterminer si l on devrait recourir aux tests d haleine aléatoires Tel que précédemment mentionné, le Barreau du Québec s oppose à cette mesure. «Pour le Barreau du Québec, le dépistage systématique par l obtention d échantillon d haleine, même dans le cadre d opérations planifiées, constituerait une atteinte inacceptable aux droits individuels sans la présence de soupçons ou de motifs raisonnables de la part des agents de la paix. Ainsi, la contrainte de l Alcootest ou d un appareil de détection ne doit pas reposer sur le hasard ou sur l arbitraire. En outre, il y a risque de confusion très élevé entre le rôle des policiers à titre d agents de la paix au sens du Code criminel en matière de facultés affaiblies et celui qu ils exercent dans le cadre de leurs fonctions en matière pénale dans ce domaine. Cette situation risquerait d apporter des difficultés au niveau de l admissibilité de la preuve dans une éventuelle poursuite criminelle pour les mêmes gestes. C est pourquoi nous estimons que l exigence prévue au Code criminel quant à la présence de soupçons doit être maintenue, même en matière de suspension administrative de permis.» 10 15) Préciser que le tribunal doit tenir compte du résultat de l alcootest approuvé pour évaluer si la police avait le soupçon raisonnable requis pour ordonner le prélèvement d un échantillon d haleine au moyen d un appareil de détection approuvé Le Barreau du Québec s oppose à cette proposition qui est contraire aux dispositions de la Charte canadienne des droits et libertés et à la jurisprudence. 10 Mémoire du Barreau du Québec sur le livre vert intitulé La sécurité routière au Québec : un défi collectif, 17 février

7 Consultation sur la conduite avec facultés affaiblies 7/8 Il s agirait de conclure, suivant les résultats de l alcootest, à l absence de violation des droits protégés par la Charte. Autrement dit, la conduite policière serait exemptée de l obligation de respecter les normes prescrites par la Charte dès lors que la «preuve» obtenue constitue un élément menant à une accusation. La Cour suprême du Canada, dans l arrêt Harrison 11, s exprime ainsi sur l utilisation d une preuve obtenue en contravention des libertés individuelles garanties par la Charte canadienne : «[...] l apparence de tolérance de violations volontaires et flagrantes de la Charte constituant une atteinte importante aux droits de l appelant ne favorise pas la considération à long terme de l administration de la justice; au contraire, elle lui nuit. [...] [39] Comme l a souligné la juge Cronk, permettre aux facteurs de la gravité de l infraction et de la fiabilité des éléments de preuve de supplanter l analyse fondée sur le par. 24(2) [TRADUCTION] «priverait les personnes accusées de crimes graves de la protection des libertés individuelles garanties par la Charte à tous les Canadiens et, en fait, attesterait que dans l administration du droit pénal, "la fin justifie les moyens"» (par.150). Les protections garanties par la Charte doivent être interprétées de façon à s appliquer à tous, même à ceux qui sont accusés d avoir commis les infractions criminelles les plus graves. [...] [40]» 16) * Préciser que si le test est effectué après deux heures, 5 mg seront ajoutés à l alcoolémie pour chaque demi-heure complète; * Éliminer le moyen de défense du «dernier verre»; * Restreindre la preuve de consommation d alcool après la conduite aux situations où rien ne permettait d anticiper que la police ordonne le prélèvement d un échantillon d haleine Ces propositions touchent à des éléments qui font l objet d un débat constitutionnel auquel le Barreau participe. Pour ces raisons, nous ne souhaitons pas commenter plus avant à ce stade-ci. 17) Limiter les éléments devant être divulgués Le Barreau du Québec considère que toute limitation à la divulgation de la preuve telle qu elle est comprise et définie par la Cour suprême risque d entraîner une atteinte au droit de l inculpé à une défense pleine et entière. Ainsi, toute preuve pertinente, rattachée aux éléments constitutifs de l infraction ou à un moyen de défense qui est entre les mains des agents de l état doit être divulguée. 18) * Éliminer le droit à l assistance d un avocat avant de procéder à l alcootest; * Limiter le temps imparti pour appeler un avocat Ces propositions ont pour effet de limiter le droit à l avocat reconnu par l article 10 de la Charte canadienne. 11 R. c. Harrison, 2009 CSC 34

8 Consultation sur la conduite avec facultés affaiblies 8/8 La jurisprudence reconnaît que lorsqu un agent de la paix demande à un accusé de se soumettre à un alcootest, celui-ci est «détenu» aux termes de l article 10b) de la Charte et a le droit de consulter un avocat sans délai et d être informé de ce droit avant le test 12. La preuve obtenue en violation du droit à l avocat, lorsque l accusé est sous la contrainte légale ou physique de fournir une preuve contre lui, doit être exclue, et ce, même si l agent de la paix agit de bonne foi 13. L accès à des services juridiques revêt une importance fondamentale dans toute société libre et démocratique. Dans certains cas, cet accès a été jugé essentiel à l application régulière de la loi à un procès équitable 14. Cela est notamment le cas lorsque les dispositions de l article 10 b) de la Charte canadienne sont en cause. Le Barreau du Québec considère que le recul constitutionnel qui découle de ces propositions est inadmissible et contraire aux valeurs démocratiques. Espérant ces commentaires utiles à vos travaux, nous vous prions de recevoir nos plus cordiales salutations. Le bâtonnier du Québec, Pierre Chagnon PC/jd Réf. : 0213 c. c. Me Greg Yost (par courriel) 12 R. c. Therens [1985] 1 R.C.S. 613, 45 C.R. (3d) 97, 18 C.C.C. (3d) R. c. Harder [1989], 49 C.C.C. (3d) 565, 14 M.V.R. (2d) 205 (C.A.C.-B) 14 Colombie-Britannique (P.G.) c. Christie, [2007] 1 R.C.S. 873

Les infractions au. Code criminel PERMIS DE CONDUIRE

Les infractions au. Code criminel PERMIS DE CONDUIRE Les infractions au Code criminel PERMIS DE CONDUIRE Les infractions au Code criminel PERMIS DE CONDUIRE Le Code criminel et la conduite d un véhicule routier Certains comportements ou certaines actions

Plus en détail

CONDUIRE UNE VOITURE EN ALBERTA

CONDUIRE UNE VOITURE EN ALBERTA CONDUIRE UNE VOITURE EN ALBERTA QUELLES SONT LES CONDITIONS POUR POUVOIR CONDUIRE UNE VOITURE EN ALBERTA? Vous devez être âgé d au moins 16 ans et être détenteur d un permis de conduire valide. Il y a

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 64 Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives Présentation Présenté par Madame Monique

Plus en détail

Conduite d un véhicule et consommation d alcool et de drogues

Conduite d un véhicule et consommation d alcool et de drogues Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc. Conduite d un véhicule et consommation d alcool et de drogues Introduction Les lois concernant la conduite d un véhicule en état d

Plus en détail

Arrêts faisant autorité

Arrêts faisant autorité Peine Obligatoire Minimale Pour Meurtre: R. c. Latimer 1 Arrêts faisant autorité PEINE OBLIGATOIRE MINIMALE POUR MEURTRE R. c. LATIMER Préparé pour le Réseau ontarien d'éducation juridique par une étudiante

Plus en détail

Projet de loi C-32 modifications au Code criminel (conduite avec facultés affaiblies)

Projet de loi C-32 modifications au Code criminel (conduite avec facultés affaiblies) Projet de loi C-32 modifications au Code criminel (conduite avec facultés affaiblies) SECTION NATIONALE DU DROIT PÉNAL DE L ASSOCIATION DU BARREAU CANADIEN Juin 2007 865, avenue Carling, bureau 500, Ottawa

Plus en détail

Le 12 avril 2010. Monsieur Robert Dutil Ministre du Revenu 3800, rue Marly Dépôt 6.2.5 6 e étage Québec (Québec) G1X 4A5

Le 12 avril 2010. Monsieur Robert Dutil Ministre du Revenu 3800, rue Marly Dépôt 6.2.5 6 e étage Québec (Québec) G1X 4A5 Le 12 avril 2010 Monsieur Robert Dutil Ministre du Revenu 3800, rue Marly Dépôt 6.2.5 6 e étage Québec (Québec) G1X 4A5 Objet : Projet de loi 87 Loi sur la publicité légale des entreprises N/D : 26450

Plus en détail

Tout savoir sur les taux d alcoolémie

Tout savoir sur les taux d alcoolémie Fiche de renseignements : Taux d alcoolémie Juillet 2014 Tout savoir sur les taux d alcoolémie L alcool au volant «Je n ai pas beaucoup bu.» «Je suis correct pour conduire.» «Je vais juste au bout de la

Plus en détail

Fonds d assurance responsabilité professionnelle du Barreau du Québec. Mise à jour Janvier 2011

Fonds d assurance responsabilité professionnelle du Barreau du Québec. Mise à jour Janvier 2011 Fonds d assurance responsabilité professionnelle du Barreau du Québec Mise à jour Janvier 2011 2 Un nombre important (plus de 14 %) des réclamations présentées chaque année au Fonds d assurance mettent

Plus en détail

Loi sur la sécurité privée

Loi sur la sécurité privée DEUXIÈME SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 88 (2006, chapitre 23) Loi sur la sécurité privée Présenté le 16 décembre 2004 Principe adopté le 31 mai 2006 Adopté le 14 juin 2006 Sanctionné

Plus en détail

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité?

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? Automne 2011 QU EST-CE QU UN CERTIFICAT DE SÉCURITÉ? Créée en 1978, la procédure actuelle trouve son fondement dans la loi sur l immigration

Plus en détail

(juillet 2007) En France en 2007 il est préférable de tuer une petite vieille que de ne pas payer ses contraventions de stationnement

(juillet 2007) En France en 2007 il est préférable de tuer une petite vieille que de ne pas payer ses contraventions de stationnement (juillet 2007) En France en 2007 il est préférable de tuer une petite vieille que de ne pas payer ses contraventions de stationnement Cette phrase, à ne surtout pas prendre au premier degré, aurait pu

Plus en détail

LE SYSTÈME DE JUSTICE PÉNALE DU CANADA GUIDE DES VICTIMES

LE SYSTÈME DE JUSTICE PÉNALE DU CANADA GUIDE DES VICTIMES LE SYSTÈME DE JUSTICE PÉNALE DU CANADA GUIDE DES VICTIMES LE Ce livret est conçu pour aider les victimes à composer avec les séquelles d une collision attribuable à l alcool ou la drogue. Nous souhaitons

Plus en détail

Loi modifiant de nouveau le Code de la sécurité routière et d autres dispositions législatives

Loi modifiant de nouveau le Code de la sécurité routière et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 55 (2008, chapitre 14) Loi modifiant de nouveau le Code de la sécurité routière et d autres dispositions législatives Présenté le 15 novembre

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme public Juin 2015 1 INTRODUCTION... 4 À QUI S ADRESSE

Plus en détail

«La prison est la seule solution pour préserver la société.»

«La prison est la seule solution pour préserver la société.» «La prison est la seule solution pour préserver la société.» Nous n enfermons rien d autre en prison qu une partie de nous-mêmes, comme d autres abandonnent sur le bord de la route leurs souvenirs encombrants

Plus en détail

L obligation de déposer un rapport Guide à. l intention des employeurs, exploitants et infirmières

L obligation de déposer un rapport Guide à. l intention des employeurs, exploitants et infirmières L obligation de déposer un rapport Guide à l intention des employeurs, exploitants et infirmières Table des matières Introduction.... 3 Pourquoi faut-il déposer un rapport?... 3 Que fait l Ordre lorsqu

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS N T 10-81.568 F-P+B+I N 255 CI/CV 8 FÉVRIER 2011 REJET M. LOUVEL président, R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, en son audience publique

Plus en détail

Notions de responsabilité. Stage initial initiateur CTD 74 - nov 2003 -Jean-Pierre GUERRET

Notions de responsabilité. Stage initial initiateur CTD 74 - nov 2003 -Jean-Pierre GUERRET Notions de responsabilité L initiateur responsable! La pratique de la plongée présente des risques particuliers avec des recherches de responsabilité systématiques en cas d accident L initiateur est confronté

Plus en détail

La responsabilité juridique des soignants

La responsabilité juridique des soignants La responsabilité juridique des soignants Les soignants, face à des conditions de travail parfois difficiles et aux aléas de la médecine, songent plus souvent aux risques thérapeutiques qu aux risques

Plus en détail

Feuillet récapitulatif Gestion des causes de niveau intermédiaire : droit criminal

Feuillet récapitulatif Gestion des causes de niveau intermédiaire : droit criminal Feuillet récapitulatif Gestion des causes de niveau intermédiaire : droit criminal Gestion des causes de niveau intermédiaire : Critères d'admissibilité Les affaires en droit criminel peuvent être dirigées

Plus en détail

Numéro du rôle : 5020. Arrêt n 131/2011 du 14 juillet 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 5020. Arrêt n 131/2011 du 14 juillet 2011 A R R E T Numéro du rôle : 5020 Arrêt n 131/2011 du 14 juillet 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant les articles 55 et 55bis des lois relatives à la police de la circulation routière, coordonnées

Plus en détail

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Avant-projet de loi Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale Déposé par Madame Kathleen

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1)

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1) Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction (1). C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : Quels sont mes droits? Que dois-je faire

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

25 000 $ de rénos pour une maison intelligente! LE PRÉSENT CONCOURS S ADRESSE UNIQUEMENT AUX RÉSIDENTS DU CANADA ET IL EST RÉGI PAR LA LOI CANADIENNE

25 000 $ de rénos pour une maison intelligente! LE PRÉSENT CONCOURS S ADRESSE UNIQUEMENT AUX RÉSIDENTS DU CANADA ET IL EST RÉGI PAR LA LOI CANADIENNE 25 000 $ de rénos pour une maison intelligente! LE PRÉSENT CONCOURS S ADRESSE UNIQUEMENT AUX RÉSIDENTS DU CANADA ET IL EST RÉGI PAR LA LOI CANADIENNE 1. PÉRIODE DU CONCOURS : Le concours 25 000 $ de rénos

Plus en détail

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action Orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle Plan d action Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir d autres

Plus en détail

DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited. («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE

DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited. («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE En soumettant les informations relatives à vos activités de courtage sur le formulaire d enregistrement en ligne

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

PROCÉDURE LIÉE AU DÉPLACEMENT

PROCÉDURE LIÉE AU DÉPLACEMENT PROCÉDURE LIÉE AU DÉPLACEMENT Les termes et expressions utilisées dans la présente procédure liée au déplacement ont le sens qui leur est attribué dans les Conditions de car2go. I. PRÉSENTER UNE DEMANDE

Plus en détail

La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit:

La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit: Arrêt n 102/14 Ch.c.C. du 12 février 2014. (Not. : 22032/99/CD) La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit: Vu les

Plus en détail

Questionnaire du projet Innocence

Questionnaire du projet Innocence 1 Questionnaire du projet Innocence Directives : Répondez de façon aussi détaillée que possible à chacune des questions suivantes ayant trait à votre dossier. Des réponses complètes et précises nous permettront

Plus en détail

COUPABLE D ETRE IRRESPONSABLE A propos de la réforme des procédures de déclaration d irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental

COUPABLE D ETRE IRRESPONSABLE A propos de la réforme des procédures de déclaration d irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental 1 COUPABLE D ETRE IRRESPONSABLE A propos de la réforme des procédures de déclaration d irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental La loi du 25 février 2008 instaurant la rétention de sureté,

Plus en détail

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE Suite à l examen des modalités de service élaborées par différentes entreprises offrant des services de téléphonie cellulaire, l Union des consommateurs a constaté que

Plus en détail

TREVES VII VERS UNE SIXIEME DIRECTIVE ASSURANCE AUTOMOBILE. Une réglementation pour les remorques

TREVES VII VERS UNE SIXIEME DIRECTIVE ASSURANCE AUTOMOBILE. Une réglementation pour les remorques TREVES VII VERS UNE SIXIEME DIRECTIVE ASSURANCE AUTOMOBILE Une réglementation pour les remorques Convient-il d envisager l adoption de dispositions particulières traitant des remorques dans le cadre d

Plus en détail

MÉMOIRE CONCERNANT LE PROJET DE LOI NO

MÉMOIRE CONCERNANT LE PROJET DE LOI NO MÉMOIRE CONCERNANT LE PROJET DE LOI N O 33 Loi modifiant la Loi sur les services de santé et les services sociaux et d autres dispositions législatives Mémoire de l Ordre des infirmières et infirmiers

Plus en détail

La responsabilité des administrateurs et dirigeants en matière d environnement: Nouvelle loi, nouveaux soucis

La responsabilité des administrateurs et dirigeants en matière d environnement: Nouvelle loi, nouveaux soucis La responsabilité des administrateurs et dirigeants en matière d environnement: Nouvelle loi, nouveaux soucis Présentation de Charles Kazaz à l AQVE 15 novembre 2012 Survol 1. Pourquoi imposer la responsabilité

Plus en détail

Démystifier l assurance juridique

Démystifier l assurance juridique Démystifier l assurance juridique Janvier 2014 2 Présentateurs: Diane Bélanger FBA Solutions Présidente Présidente et co-fondatrice de FBA Solutions depuis 1998, ainsi que Membre du Barreau du Québec depuis

Plus en détail

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs (Loi sur la surveillance de la révision, LSR) 221.302 du 16 décembre 2005 (Etat le 1 er septembre 2007) L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

Concours 25 000 $ de prix en argent offerts par le Programme d assurance automobile et habitation CIBC (le «Concours»)

Concours 25 000 $ de prix en argent offerts par le Programme d assurance automobile et habitation CIBC (le «Concours») Concours 25 000 $ de prix en argent offerts par le Programme d assurance automobile et habitation CIBC (le «Concours») EN PRENANT PART AU CONCOURS, CHAQUE PARTICIPANT ACCEPTE D ÊTRE LIÉ PAR LE RÈGLEMENT

Plus en détail

Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire

Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire DOSSIER DE PRESSE 01/09/2014 Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire Avec l appui de la Ligue Contre la Violence Routière,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Circulaire du 6 juillet 2011 relative à la présentation des dispositions de droit pénal et de procédure pénale relatives à la lutte contre la violence routière résultant de la loi n 2011-267 du 14 mars

Plus en détail

Obtenir le titre de prêteur. agréé. La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION

Obtenir le titre de prêteur. agréé. La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION Obtenir le titre de prêteur agréé La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION La SCHL aide les Canadiens à répondre à leurs besoins en matière de logement. En tant qu autorité en matière

Plus en détail

Loi sur le transport de voyageurs

Loi sur le transport de voyageurs Projet de la Commission de rédaction pour le vote final Loi sur le transport de voyageurs (LTV) Modification du 26 septembre 2014 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil

Plus en détail

Activité des programmes de médicaments

Activité des programmes de médicaments Chapitre 4 Section 4.05 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Activité des programmes de médicaments Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.05 du Rapport annuel

Plus en détail

OCRCVM Règles des courtiers membres Règle 2800 (auparavant le Principe directeur n o 5 de l ACCOVAM)

OCRCVM Règles des courtiers membres Règle 2800 (auparavant le Principe directeur n o 5 de l ACCOVAM) OCRCVM Règles des courtiers membres Règle 2800 (auparavant le Principe directeur n o 5 de l ACCOVAM) CODE DE CONDUITE À L INTENTION DES SOCIÉTÉS RÉGLEMENTÉES PAR L OCRCVM QUI NÉGOCIENT SUR LES MARCHÉS

Plus en détail

Imposition de la suramende compensatoire fédérale au Nouveau-Brunswick : un examen opérationnel

Imposition de la suramende compensatoire fédérale au Nouveau-Brunswick : un examen opérationnel Imposition de la suramende compensatoire fédérale au Nouveau-Brunswick : un examen opérationnel Imposition de la suramende compensatoire fédérale au Nouveau-Brunswick : un examen opérationnel M.A. Law

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE

REPUBLIQUE FRANCAISE Grosses délivrées aux parties le : REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS COUR D APPEL DE PARIS Pôle 2 - Chambre 5 ARRET DU 02 OCTOBRE 2012 (n,6 pages) Numéro d inscription au répertoire général

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances DEUXIÈME SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 48 Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances Présentation Présenté par M.

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 37 Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile Présentation Présenté par Madame Pauline Marois Ministre des Finances Éditeur officiel du

Plus en détail

Nouvelle demande de permis d agent ou de courtier d assurances I.A.R.D.

Nouvelle demande de permis d agent ou de courtier d assurances I.A.R.D. Nouvelle demande de permis d agent ou de courtier d assurances I.A.R.D. Réservé à l usage del organisme de réglementation Approuvé N o du permis Date de délivrance Date d expiration 1. Renseignements personnels

Plus en détail

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Introduction Le Groupe Co-operators limitée est détenu et dirigé par 45 membres-propriétaires de tout le Canada, issus

Plus en détail

Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise

Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise MODÉRATEUR : Eric Simard Fasken Martineau PANÉLISTES : Martin Sheehan Fasken Martineau Anne Granger Fasken Martineau 3e Symposium

Plus en détail

COUR PENALE INTERNATIONALE

COUR PENALE INTERNATIONALE ICC-01/04-01/06-917 30-05-2007 1/10 EO PT COUR PENALE INTERNATIONALE Original : Français No : Date de dépôt : 29 mai 2007 LA CHAMBRE PRELIMINAIRE 1 Composée comme suit : M. le Juge Claude Jorda Mme la

Plus en détail

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Secret de la défense nationale Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Textes source : Articles 413-5, 413-7, 413-9 à 413-12,

Plus en détail

TRIBUNAL DE POLICE ET SANCTIONS PENALES : PEINES PRINCIPALES, SUBSIDIAIRES & ACCESSOIRES

TRIBUNAL DE POLICE ET SANCTIONS PENALES : PEINES PRINCIPALES, SUBSIDIAIRES & ACCESSOIRES TRIBUNAL DE POLICE ET SANCTIONS PENALES : PEINES PRINCIPALES, SUBSIDIAIRES & ACCESSOIRES Adrien MASSET Avocat Professeur U.Lg Le 26.01.2012 Jeune Barreau de Verviers Voir notre étude in Chronique de droit

Plus en détail

3012-001_ed02F. Conditions d admissibilité à l assurance des camionneurs professionnels

3012-001_ed02F. Conditions d admissibilité à l assurance des camionneurs professionnels 3012-001_ed02F Conditions d admissibilité à l assurance des camionneurs professionnels MC MC Marques de commerce utilisées sous licence de la Corporation financière Northbridge. Tous droits réservés. La

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs (Loi sur la surveillance de la révision, LSR) 221.302 du 16 décembre 2005 (Etat le 1 er janvier 2013) L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies Préambule La Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies, Ayant à l esprit

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 2 Protection de l enfance et droit de la famille FR 002 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Protection de

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

> OBLIGATIONS des utilisateurs de véhicules lourds

> OBLIGATIONS des utilisateurs de véhicules lourds > OBLIGATIONS des utilisateurs de véhicules lourds > OBLIGATIONS des utilisateurs de véhicules lourds MISE À JOUR Nathalie Dion, Service du comportement des usagers de la route COLLABORATION Société de

Plus en détail

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL À : &' 1$,'6 M. Richard Drouin, O.C., c.r. Président, Commission d examen sur la rémunération des juges 2CVTKEM,/QPCJCP DATE :

Plus en détail

jç- L iis :2! 3 i23 Q Autorisation de financement à obtenir et source de financement proposée: çj Ville de FICHE DE PRISE DE DÉCISION

jç- L iis :2! 3 i23 Q Autorisation de financement à obtenir et source de financement proposée: çj Ville de FICHE DE PRISE DE DÉCISION e çj Ville de jç- L iis Direction générale Comité exécutif FICHE DE PRISE DE DÉCISION Fiche de prise de décision: POL-2015-013 Direction Service de police Objet: Adoption du Règlement RV-201 5-XX-XX sur

Plus en détail

NOTE IMPORTANTE : cette version est une traduction de la version originale anglaise.

NOTE IMPORTANTE : cette version est une traduction de la version originale anglaise. NOTE IMPORTANTE : cette version est une traduction de la version originale anglaise. CENTRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS SPORTIFS DU CANADA (CRDSC) SPORT DISPUTE RESOLUTION CENTRE OF CANADA (SDRCC) AFFAIRE

Plus en détail

La Cour supérieure de l'ontario interprète une clause d'exclusion et refuse la certification d'un recours collectif

La Cour supérieure de l'ontario interprète une clause d'exclusion et refuse la certification d'un recours collectif La Cour supérieure de l'ontario interprète une clause d'exclusion et refuse la certification d'un recours collectif Le 30 mars 2010 Le 15 mars 2010, le juge Cullity de la Cour supérieur de justice de l

Plus en détail

Analyse économique des amendements proposés à la Loi sur l'assurance-automobile concernant les coûts d'indemnisation reliés à la criminalité routière

Analyse économique des amendements proposés à la Loi sur l'assurance-automobile concernant les coûts d'indemnisation reliés à la criminalité routière Analyse économique des amendements proposés à la Loi sur l'assurance-automobile concernant les coûts d'indemnisation reliés à la criminalité routière par Léo-Paul Lauzon, titulaire et Gino Lambert, chercheur

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : R. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 10 Appel n o : GE-13-2316 ENTRE : R. G. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels

Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels (Loi sur le transfert des biens culturels, LTBC) 444.1 du 20 juin 2003 (Etat le 1 er janvier 2012) L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

- JURISPRUDENCE - Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive européenne Action récursoire

- JURISPRUDENCE - Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive européenne Action récursoire 1 LA REVUE EN LIGNE DU BARREAU de LIEGE - JURISPRUDENCE - Tribunal de première instance de Liège (4 ième chambre ) 18 avril 2001 Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX Par Michel LEDOUX Avocat Associé CABINET MICHEL LEDOUX ET ASSOCIES 10 RUE PORTALIS 75008 PARIS Tél : 01.44.90.98.98

Plus en détail

Bulletin de l ACFM. Principe directeur. Aux fins de distribution aux parties intéressées dans votre société

Bulletin de l ACFM. Principe directeur. Aux fins de distribution aux parties intéressées dans votre société Association canadienne des courtiers de fonds mutuels Mutual Fund Dealers Association of Canada 121 King Street W., Suite 1600, Toronto (Ontario) M5H 3T9 Tél. : (416) 361-6332 Téléc. : (416) 943-1218 SITE

Plus en détail

NORME 5 NORMES ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION

NORME 5 NORMES ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION NORME 5 NORME ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION Bien que cette Norme apparaisse dans le Code canadien de sécurité pour les transporteurs routiers, il est important de noter qu'elle s'applique à tous les

Plus en détail

Numéro du rôle : 4936. Arrêt n 21/2011 du 3 février 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4936. Arrêt n 21/2011 du 3 février 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4936 Arrêt n 21/2011 du 3 février 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 19bis-11, 2, de la loi du 21 novembre 1989 relative à l assurance obligatoire

Plus en détail

La majorité, ses droits et ses devoirs. chapitre 7

La majorité, ses droits et ses devoirs. chapitre 7 La majorité, ses droits et ses devoirs chapitre 7 Si le 18 e anniversaire véhicule souvent l idée de plus d indépendance, il est aussi le moment de la majorité légale, assortie d un certain nombre de droits

Plus en détail

l L immense majorité des condamnations concernent des délits

l L immense majorité des condamnations concernent des délits Prévention de la récidive et individualisation des peines Chiffres-clés Juin 2014 Les condamnations En 2012, environ 900 000 infractions ont donné lieu à environ 600 000 condamnations pénales prononcées

Plus en détail

Pour améliorer le bilan routier. Premier rapport de recommandations de la Table québécoise de la sécurité routière

Pour améliorer le bilan routier. Premier rapport de recommandations de la Table québécoise de la sécurité routière Table québécoise de la sécurité routière Pour améliorer le bilan routier Premier rapport de recommandations de la Table québécoise de la sécurité routière Juin 2007 Ce document fût imprimé sur du Rolland

Plus en détail

Politique de la Commission canadienne des droits de la personne sur le dépistage d alcool et de drogues

Politique de la Commission canadienne des droits de la personne sur le dépistage d alcool et de drogues Politique de la Commission canadienne des droits de la personne sur le dépistage d alcool et de drogues Révisé Octobre 2009 Also available in English under the title Canadian Human Rights Commission s

Plus en détail

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels janvier 2014 SOM MAIRE Après l accident p. 4 Procédure pénale

Plus en détail

MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE LIVRE BLANC SUR LA SÉCURITÉ PRIVÉE PARTENAIRE DE LA SÉCURITÉ INTÉRIEURE

MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE LIVRE BLANC SUR LA SÉCURITÉ PRIVÉE PARTENAIRE DE LA SÉCURITÉ INTÉRIEURE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE LIVRE BLANC SUR LA SÉCURITÉ PRIVÉE PARTENAIRE DE LA SÉCURITÉ INTÉRIEURE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES INSTITUTIONS MARS 2004 630, rue Sherbrooke

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler [TRADUCTION] Citation : K. U. c. Ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, 2014 TSSDA 38 N o d appel : AD-13-169 ENTRE : K. U. Demanderesse et Ministre des Ressources humaines

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 68 (2008, chapitre 21) Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres

Plus en détail

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe SEUL LE PRONONCE FAIT FOI! 17.06.2014 Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe 19 e Conférence du Conseil

Plus en détail

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA 1. Définitions Pour les fins du présent régime, les termes énumérés ci-dessous ont le sens suivant : «actions ordinaires» désigne

Plus en détail

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux PRINCIPAUTÉ DE MONACO Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux RAINIER III PAR LA GRACE DE DIEU PRINCE SOUVERAIN

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 180 27 septembre 2007. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 180 27 septembre 2007. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3347 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 180 27 septembre 2007 S o m m a i r e ABAISSEMENT DU TAUX D ALCOOLEMIE

Plus en détail

Observations de Reporters sans frontières relatives aux projets de loi sur la presse marocains -

Observations de Reporters sans frontières relatives aux projets de loi sur la presse marocains - Dernière révision : 19 novembre 2014 Observations de Reporters sans frontières relatives aux projets de loi sur la presse marocains 15 novembre 2014 Reporters sans frontières (RSF), organisation internationale

Plus en détail

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ;

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ; E-réputation : la poursuite et les sanctions des propos injurieux ou diffamatoires sur internet Article juridique publié le 15/07/2014, vu 4483 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM L'injure et la diffamation

Plus en détail

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Procédure pénale Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Corrigé : Dissertation Le jugement de la personne poursuivie en son absence Indications de méthodologie : Sur la

Plus en détail

que ce conseil ordonne et statue par le présent règlement portant le numéro 2003-04-7775 ce qui suit, à savoir:

que ce conseil ordonne et statue par le présent règlement portant le numéro 2003-04-7775 ce qui suit, à savoir: CANADA Province de Québec Ville de Fossambault-sur-le-Lac RÈGLEMENT NO: 2003-04-7775 Sur les alarmes et systèmes d alarme Séance spéciale du conseil municipal de la Ville de Fossambault-sur-le-Lac, tenue

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES DÉLÉGATIONS DE POUVOIRS DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC

RÈGLEMENT SUR LES DÉLÉGATIONS DE POUVOIRS DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC RÈGLEMENT SUR LES DÉLÉGATIONS DE POUVOIRS DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (Loi sur la Société de l'assurance automobile du Québec, a. 15 et 17.1) Section I Délégation de pouvoirs et de

Plus en détail

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT Champ d application de la politique Les options d achat d actions incitatives servent à récompenser les titulaires d option pour les services qu ils fourniront à l émetteur.

Plus en détail

Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal

Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal Présenté à La Commission du développement économique de la Communauté

Plus en détail

L aide juridique au Nouveau-Brunswick. Fournir de l aide de nature juridique aux personnes à faible revenu

L aide juridique au Nouveau-Brunswick. Fournir de l aide de nature juridique aux personnes à faible revenu Fournir de l aide de nature juridique aux personnes à faible revenu La présente publication a été produite dans le cadre d une collaboration entre le Service public d éducation et d information juridiques

Plus en détail

Mémoire relatif au document de consultation - La sécurité routière au Québec : un défi collectif

Mémoire relatif au document de consultation - La sécurité routière au Québec : un défi collectif Mémoire relatif au document de consultation - La sécurité routière au Québec : un défi collectif Présenté au : Ministre des Transports du Québec Janvier 2000 La sécurité routière au Québec : un défi collectif

Plus en détail