Cette étude porte sur l observation de 565 affaires jugées en Comparutions Immédiates au cours de l année 2008.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cette étude porte sur l observation de 565 affaires jugées en Comparutions Immédiates au cours de l année 2008."

Transcription

1 Audiences suivies du 1 er janvier au 31 décembre 2008 Observations de citoyens engagés Novembre 2009

2 Cette étude porte sur l observation de 565 affaires jugées en Comparutions Immédiates au cours de l année Elle a été réalisée grâce à la participation active des membres bénévoles du «Réseau des Observateurs» créé par le Conseil Lyonnais pour le Respect des Droits. Coordination : Mireille Debard André Gachet Karine Bergnes Chantal Pidoux Nous remercions rcions chaleureusement celles et ceux qui ont participé à la réalisation de cette étude. L équipe du CLRD. 2

3 SOMMAIRE I - Présentation 4 II - Introduction 6 III - Petit guide pour suivre une audience 9 IV - Résultat des observations 11 A Les prévenus 11 B La récidive légale 15 C Les délits reprochés 16 a - les atteintes aux personnes a/1 les violences conjugales a/2 les violences contre l autorité b - les atteintes aux biens 19 c - la délinquance routière 20 d - les séjours irréguliers 21 e - les stupéfiants 21 D la place des victimes 23 E Le procès 24 - l interrogatoire 24 - la partie civile 25 - le réquisitoire 25 - la défense 25 - durée du procès 26 - les demandes de renvoi 26 - les magistrats 26 - les interprètes 27 F La sanction 28 - condamnations multiples/précarité des ressources 29 - les mandats de dépôt 29 - les alternatives à la prison 30 - l indemnisation des victimes 33 - les relaxes 34 V - Avant le procès 35 VI - Après le jugement 37 VII - Conclusion 42 VIII - Quelques propositions 43 Lexique 45 Modèle fiche «jugement immédiat»

4 I - Présentation Le Conseil Lyonnais pour le Respect des Droits a été créé en 1989 sous la forme d une commission extra-municipale. Il a été officialisé le 15 octobre 2001 par une délibération du Conseil Municipal de Lyon, confirmée le 21 avril 2008 au cours de la mandature suivante. Il est présidé par le Sénateur Maire de Lyon, Monsieur Gérard Collomb, et animé par un président délégué (Maître Alain Jakubowicz a assuré cette fonction depuis l officialisation du Conseil Lyonnais pour le Respect des Droits jusqu au 8 juin 2009, date à laquelle il a donné sa démission). Composé d élus et d une quarantaine d associations, il a pour objectif de veiller au respect de la dignité de la personne humaine dans, et pour, la Cité. Sa raison d être n est pas seulement d analyser mais également de proposer. Ses travaux 1 (exclusions sociales, place des personnes handicapées dans la ville, accès aux soins, suivi de la l application de la loi DALO, discriminations, suicide des jeunes, etc.) sont conduits par des citoyens issus du monde associatif. Ils portent sur l ensemble des questions où la relation des citoyens à la ville est en cause. L approche des problématiques est transversale grâce à la diversité des membres du CLRD. La délibération du Conseil Municipal du 21 avril 2008 l a également confirmé dans la mission de veille et d alerte prévue par l article 27-2 de la Charte européenne des droits de l Homme dans la ville (signée par Lyon en juin 2002) : 2 «Pour faciliter l'exercice des droits inclus dans cette Charte et soumettre au contrôle de la population leur réalité concrète, chaque ville signataire met en place une commission d'alerte composée par des citoyens et chargée d'effectuer l'évaluation de l'application de la Charte». Cette institution unique en France est le résultat d'une volonté collective de dépasser les différences d'opinions, de sensibilités et d'origines autour des valeurs communes de la République. Elle trouve son sens dans l'aspiration à construire une Cité pour tous à partir de la Maison Commune. 1 Parmi les rapports du CLRD (consultables sur - rubrique publication) : «Les prisons lyonnaises» (juin 2000), «Le négationnisme et le racisme à l Université Lyon 3» (juin 2002), «Analyse du projet de loi de réforme du droit d asile» (juin 2003), «Analyse du projet de loi sur l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées» (mars 2004), «Le logement et l hébergement des personnes en situation de handicap» (juillet 2004), Guide des droits des ressortissants européens» (octobre 2008), «Difficultés de renouvellement des cartes d identité» (décembre 2008) Le CLRD édite également trimestriellement la revue «Droits Dessus Droits Dessous» dont chaque numéro est consacré à un thème particulier. Il a également publié, en collaboration avec les Editions du Moutard : en mars 2004 : «Le petit livre vert du handicap» (pour les jeunes de 8 à 13 ans) et en janvier 2006 : «Bons plans contre les idées noires» (dans le cadre de la lutte contre le mal-être des jeunes). 4

5 L observation des audiences de Comparutions Immédiates s est imposée comme une suite logique de l étude 2 sur les Prisons de Lyon réalisée en janvier 2006 par le Conseil Lyonnais pour le Respect des Droits. La prison fait partie de la ville et la justice s exerce au nom des citoyens. Le Conseil Lyonnais pour le Respect des Droits se devait d y porter attention. Le présent rapport, établi à partir des données recueillies en 2008, prolonge l enquête publiée en février 2008 sur les observations de l année «A la rencontre des prisons de Lyon, pour un avis citoyen sur les peines alternatives et la réalisation de la future prison de Corbas» 5

6 II - Introduction L audience de Comparution immédiate constitue un axe important du système pénal. Au fil de son histoire, de son évolution, le recours à cette forme de jugement rapide (ex-flagrants délits) s est étendu à un grand nombre d infractions correctionnelles parfois complexes telles que les violences domestiques. Il s agit sans doute du secteur le plus sensible de l appareil judiciaire parce que l équilibre y est difficile, souvent menacé entre la rapidité de la réponse judiciaire et le respect des droits. Secteur sensible encore parce que les condamnations prononcées sont en majorité des peines de prison ferme assorties d un mandat de dépôt. En outre, depuis août 2007, cette juridiction est en première ligne pour l application de la loi sur la récidive légale et les peines plancher. Ce rapport a été réalisé avec les données recueillies sur 565 procès en Comparution Immédiate tenus durant l année 2008 devant la 14ème chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Lyon. Il fait suite à un premier document publié en mars 2008 à partir de 500 procès suivis en Il s agit du travail collectif d un réseau d observateurs rassemblant une quarantaine de lyonnais, organisé par le Conseil Lyonnais pour le Respect des Droits. Travail de longue haleine, entrepris par des citoyens engagés bénévolement dans cette observation depuis bientôt trois ans. Assis sur les bancs réservés au public, souvent seuls, parfois à deux, ils suivent, quand leur temps libre le leur permet, les débats devant la 14ème chambre correctionnelle. Certains ont demandé à porter un badge pour ne pas avoir constamment à se «justifier» auprès de l huissier, de quelques policiers ou avocats. Les observateurs se rencontrent une à deux fois par an pour des moments d information et d échange. Ils signent une Charte qui encadre leur engagement. Lors de l audience, ils relèvent différents critères (environ une vingtaine) qu ils retranscrivent ensuite sur une fiche d observation. La saisie informatique des fiches, le croisement et l analyse des données sont à la base de la présente publication. Le Barreau de Lyon s est engagé à assurer prochainement la formation des observateurs, souvent démunis devant le rituel judiciaire ou les termes employés. Une meilleure connaissance de la procédure, du fonctionnement des tribunaux donnera plus d assurance aux membres du réseau et contribuera à forger un jugement plus pertinent, une réflexion plus profonde. Ce travail présentera d autant plus d intérêt qu il sera prolongé sur plusieurs années et que les citoyens seront nombreux à se relayer. Le tribunal correctionnel constitue un observatoire privilégié de la société, de la délinquance, des réponses apportées qui peuvent évoluer selon l attitude et les propositions des citoyens. Cette étude n a pas de prétention scientifique, d autres sont mieux armés pour le faire. Elle n est pas non plus à considérer comme un signe de défiance ou d hostilité vis-à-vis des magistrats. Il s agit simplement de la démarche d un groupe de lyonnais qui cherchent à mieux connaître la Justice rendue en leur nom. * 3 Document consultable sur le site 6

7 Entre 2007 et 2008, l évolution est sensible sur quelques points : Des peines de prison plus élevées, appliquées à des prévenus aux situations sociales plus précaires. I - Les peines de prison prononcées en 2008 sont plus élevées avec une moyenne de 8 mois ferme au lieu de 7 mois en II - Les prévenus sont davantage en situation de précarité et de pauvreté : 173, soit seulement 30 %, déclarent des ressources stables (salaires, travail indépendant, retraite, ). Ils étaient 38,5 % en III - Les violences conjugales et intra familiales sont en hausse : 70 affaires relevées en 2008 contre 47 en IV - Les mesures alternatives à la prison constituent toujours la portion congrue des décisions : 2,3 % de TIG en 2008 (3,4 % en 2007) et 3 % de jours amendes en 2008 (1,8 % en 2007). V - Les renvois de procès à une date ultérieure à la demande du prévenu pour préparer sa défense ont doublé : 122 en 2008 (21,6 %) contre 58 affaires en 2007 (environ 12 %). Un délai supplémentaire de quelques semaines a donc été estimé plus fréquemment nécessaire par le défenseur du prévenu, et accordé par le Tribunal, pour que les conditions d un procès équitable soient réunies. Cette augmentation de reports souligne les difficultés de juger à la hâte. Il est toujours hasardeux de tirer des leçons trop rapides d une addition de constats sans lien direct de cause à effet. Par contre il est nécessaire de les considérer comme des incitations à une réflexion conjointe des professionnels et de la société civile pour vérifier en quoi ces constats rendent compte d un état de notre société, de champs susceptibles d amélioration ou simplement de dysfonctionnement individuels et localisés. La dernière remarque sur la diminution des mesures alternatives ne porte pas critique à l encontre des magistrats dont les décisions ne sont pas remises en cause par cette enquête. En revanche, cette question des peines alternatives, dont les différents rapports du Conseil Lyonnais pour le Respect des Droits ont souligné l intérêt, nécessite l ouverture d un dialogue avec les magistrats. L augmentation sensible de la moyenne de la peine de prison ferme prononcée, un mois en un an, provoque des questions sur la nature des délits qui ont été ainsi sanctionnés. S agit-il des mêmes catégories? Au contraire y-a-t-il une aggravation? Les évolutions judiciaires : peines planchers ou tolérance moindre, ont-ils une incidence sur les résultats? Les observations doivent nous permettre d éclairer un peu ces questions. 7

8 L appauvrissement des prévenus est un signe inquiétant qui doit être examiné avec attention. Les répercussions de la peine sur les plus pauvres méritent d être analysées, en particulier en matière de suivi social et de préparation à la réinsertion. Faut-il considérer l augmentation du nombre de procédures motivées par les violences conjugales et intra familiales comme le signe d une aggravation de la situation des femmes ou s agit-il des conséquences d une meilleure information et d une meilleure protection des plus vulnérables? Sur ce point le rapport ne peut apporter de réponse, mais la question doit être posée aux partenaires du travail social impliqués dans ce domaine. 8

9 III - Petit guide pour suivre l audience Tout commence lorsque le Procureur a connaissance d une infraction et de la garde à vue de la personne mise en cause. C est lui qui choisit l orientation donnée à l affaire (il peut classer sans suite s il estime qu il n y a pas de charges, ouvrir une information judiciaire confiée à un juge d instruction lorsque les faits sont graves ou complexes, convoquer par procès verbal devant le tribunal, orienter en maison de justice ou en comparution immédiate ). L ensemble des infractions correctionnelles commises par des personnes majeures peuvent être jugées en comparution immédiate (à l exception des délits de presse ou les délits politiques). Cependant trois critères sont exigés par les textes : il faut d abord que les charges réunies soient suffisantes ; il faut ensuite que l affaire soit en état d être jugée ; le procureur doit enfin s assurer que les éléments permettant d établir les faits et de connaître la personnalité du prévenu pourront être produits devant le tribunal. Il doit également s assurer que le choix de la procédure de comparution immédiate n affectera pas les droits des victimes. La course contre la montre débute lorsque le procureur choisit d orienter un dossier en comparution immédiate : le prévenu, placé en garde à vue après son interpellation, doit comparaître devant le tribunal dans un délai de trois jours ouvrables. Le procureur doit avoir le temps nécessaire pour lire la procédure avant de prendre une décision définitive sur l orientation. Ce contrôle de la procédure fait partie des garanties d un procès équitable au sens de l article 6 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales. Le procureur doit également apprécier si une répression immédiate est possible et nécessaire. Le procureur reçoit ensuite la personne poursuivie. Il doit vérifier son identité, lui faire connaître les actes concrets qui lui sont reprochés et en donner la qualification juridique. Il doit recueillir ses déclarations si elle en fait la demande. Il lui notifie qu elle a droit à un avocat (choisi ou commis d office). L avocat peut alors consulter le dossier et s entretenir librement et confidentiellement avec la personne poursuivie. Le procureur charge la permanence d orientation pénale de faire une enquête de personnalité obligatoire (dite enquête rapide) avant toute réquisition de placement en détention provisoire (article 41 du Code de procédure pénale). Il s agit, en un temps limité, de vérifier et de compléter les renseignements concernant la situation personnelle du prévenu, sa situation matérielle, familiale, sociale et professionnelle. L audience de comparution doit se tenir dans la journée. Le prévenu est retenu jusqu à sa comparution dans les locaux de justice. Il est déféré sous escorte et ne comparaît donc pas librement. Lorsque le tribunal ne peut pas se réunir le même jour, le prévenu est présenté devant le juge des libertés et de la détention, qui autorise une détention provisoire limitée à quatre jours, jusqu à l audience. Lorsque le juge des libertés et de la détention estime que la détention n est pas nécessaire, il peut remettre le prévenu en liberté avec contrôle judiciaire jusqu à la date de l audience. Le tribunal siège en formation collégiale (trois juges). 9

10 Lorsque le prévenu et son avocat estiment que l affaire n est pas en état d être jugée ou qu ils ont besoin de temps pour produire des pièces nécessaires à la défense, ils demandent au tribunal de renvoyer l affaire à une autre audience qui doit avoir lieu dans un délai minimum de deux semaines et maximum de six semaines. Toutefois, si la peine encourue est supérieure à 7 ans d emprisonnement, le délai minimum du renvoi est porté à deux mois et le délai maximum à quatre mois. Les textes prévoient que la personne condamnée en comparution immédiate peut faire appel du jugement. Une fois condamnée, la personne peut demander au juge d application le bénéfice d un aménagement de peine. Lorsque le prévenu est étranger et non (ou insuffisamment) francophone, un interprète assermenté doit être requis devant le tribunal. La procédure de comparution immédiate répond à la volonté d une répression effective, visible et rapide pour des affaires simples mais déjà graves. Ses règles visant à combiner la célérité et les droits de la défense ont été souvent modifiées tant est difficile à établir le dosage entre ces deux concepts 4. Dessin d'une petite fille de 6 ans lors du procès de son "tonton". 4 Jurisclasseur Procédure pénale art 393 à cote Vincent Lesclous). 10

11 IV - Résultat des observations Les résultats de l observation des 565 affaires suivies apportent des éléments d information sur différents champs. Tout d abord, ils nous renseignent sur le public concerné, ils nous permettent ensuite de voir les motifs qui conduisent devant la juridiction, et nous donnent enfin à lire les résultats des audiences. Mode opératoire : Une fiche d observation a été remplie pour chaque prévenu, selon une vingtaine de critères (modèle en annexe) par l un des observateurs dans la plupart des cas identifié. Une fiche peut contenir plusieurs infractions mais les renseignements demandés ne sont pas toujours fournis. Il arrive par exemple que l âge, les ressources ou la situation familiale ne soient pas mentionnés. Ceci explique que le nombre de données enregistrées soit parfois différent du nombre de fiches traitées. Selon les éléments rassemblés dans l étude : A - Les prévenus Une population masculine, française, jeune, déjà condamnée, aux ressources précaires Les prévenus sont en majorité des hommes : 546 et seulement 19 femmes. L âge : des prévenus jeunes C est encore un élément constant : plus de la moitié des prévenus (297 personnes) ont moins de 30 ans. Les moins de 25 ans (qui ne bénéficient pas des minima sociaux 5 ) représentent à eux seuls 36 %. Les personnes proches ou en âge de la retraite (de 56 à plus de 61 ans) sont largement minoritaires (1,4 %). 18/20 11,9% 21/25 24,1% 26/30 16,6% 31/35 11,2% 36/40 12,4% 41/45 8,3% 46/50 5,1% 51/55 2,8% 56/60 1,4% 61 ans et plus 0,9% NR 5,3% - 18 ans 0,0% Le précédent rapport mettait déjà en évidence la jeunesse des prévenus et les enjeux en matière de prévention et de prise en charge éducative. La régression des mesures alternatives traditionnelles sont-elles à interpréter comme un signe de désintérêt, de découragement ou un constat d inefficacité? 5 La présente étude a été réalisée avant la mise en place du RSA. 11

12 La situation familiale : des hommes le plus souvent isolés Les hommes vivant seuls sont un peu plus nombreux que dans le rapport précédent : les célibataires représentent 50,4 % du total, les divorcés, séparés et veufs 12,4 %. Les personnes mariées ou vivant en couple, qui représentaient dans le rapport précédent plus du tiers de la population (37,5 %), sont descendus à 32,6 %. En ce qui concerne les enfants, 207 prévenus (soit 199 hommes et 8 femmes) ont déclaré avoir des enfants, qu ils vivent ou non avec eux. 242 hommes et 8 femmes ont déclaré ne pas avoir d enfants. Pour les 108 personnes restantes, le renseignement n est pas précisé. Les ressources : des prévenus plus pauvres C est dans cette rubrique que l évolution est la plus sensible témoignant de la paupérisation des prévenus. Comme pour l année 2007, nous avons examiné la situation des personnes à partir de trois catégories générales : - Les ressources stables (salaires, travail indépendant, retraite ) représentent 30,6 % au lieu de 38,4 en Les ressources précaires ou faibles sont passées de 35,8 % en 2007 à 37,7 % en Il en reste 31 % sans aucunes ressources (étudiants, en formation, sans papier, en exécution de peine, ). Ils étaient 25,8 % en Ressources Nombre de prévenus % stables ,6 % faibles ou précaires ,7 % sans ressources ,0 % non renseigné 4 0,7 % La population des moins de 30 ans, soit 52,6 % des prévenus, globalement plus fragile sur le plan économique au regard de la moyenne générale, s est encore dégradée. Elle rassemble en particulier un nombre important de personnes ayant peu ou pas de revenus. La répartition des ressources est la suivante : Moins de 30 ans : 297 prévenus Ressources Nombre de prévenus hommes et femmes % % en 2007 Stables % 33,9 % Faibles ou précaires % 34,7 % Sans ressources % 31,4 % célibataire 50,4% marié 18,4% vivant en couple 14,2% divorcé 7,8% séparé 4,1% non précisé 4,6% veuf 0,5% 12

13 Les moins de 25 ans (36 % des prévenus, soit 203 personnes) sont la tranche d âge la plus importante. Elle compte aux extrémités le plus grand nombre de salariés (51) mais aussi un nombre important de personnes sans ressources (85). Moins de 25 ans : 203 prévenus Ressources Nombre de prévenus hommes et femmes Pourcentage Stables % Faibles ou précaires % Sans ressources % Les moins de 20 ans (qui représentent 11,9 % des prévenus) sont majoritairement en situation précaire ou sans ressources, soit 76 % des dossiers. Le domicile Moins de 20 ans : 67 prévenus Ressources Nombre de prévenus hommes et femmes Pourcentage Stables % Faibles ou précaires % Sans ressources % Pour 155 personnes (soit 27,4 %) la précision n est pas communiquée, ce qui fausse un peu les données. 354 prévenus ont un domicile (62,7 %), 13 vivent en foyer (2,3 %) et 43 sont sans domicile fixe (7,6 %) Un nombre inférieur à celui de 2007 évalué entre 10 et 13 %. La nationalité Domicile Domicile personnel ,7 % En foyer 13 2,3 % Sans domicile 43 7,6 % La majorité des prévenus sont de nationalité française : 383 (67,8 %) ; 42 étrangers viennent de l Union Européenne et 104 sont de nationalité extra-communautaire (pour 36 prévenus, la nationalité n est pas précisée). Cette proportion est sensiblement la même que celle de l année passée (avec 66,5 % de prévenus de nationalité française en 2007). La présence d un interprète a été nécessaire pour 40 personnes ne parlant pas la langue française. non précisé (6,4%) étranger hors Union Européenne (18,4%) étranger Union Européenne (7,4%) Français (67,8%) 13

14 Le casier judiciaire plus chargé (15, soit 2,7 %, non renseigné) Les éléments relevés cette année traduisent des variations importantes sur l année précédente. Sur les observations recueillies durant l année 2008, 147 prévenus au casier judiciaire vierge ont comparu pour la première fois devant un tribunal (26 % au lieu de 34 % en 2007). Les autres, 403 prévenus (71,3 %) ont déjà été condamnés antérieurement. Parmi eux, 205 se trouvent en état de récidive légale. Et 117 ont été condamnés 6 fois ou plus. Pour l un d eux, le record est de 39 condamnations. La diminution du nombre de «délinquants primaires» en comparution immédiate peut s interpréter de plusieurs façons : moins d infractions commises cette année par des gens au casier vierge? Ou traitement de ces infractions par une autre voie (convocation par procès verbal, maison de justice )? A partir de ces éléments recueillis, on pourrait déduire qu un casier judiciaire chargé et des garanties de représentation médiocres constituent deux facteurs déterminants pour l orientation en comparution immédiate. Une minorité de femmes : Dans le précédent rapport, il n avait pas été estimé utile de faire une comparaison par genre étant donné le petit nombre de femmes orientées en comparution immédiate. Cette fois, il a été regardé de plus près les fiches concernant les 19 femmes sur les 565 prévenus orientés en comparutions immédiates. Il ressort que la nationalité (63,2 % sont françaises), la pyramide des âges (42,1 % ont moins de 30 ans), les situations familiales (26,7 % sont mariées ou vivant en couple) et les infractions reprochées sont similaires à celles des hommes. Les délits reprochés : Délits relatifs aux stupéfiants (21,1%) Délit automobile (10,5%) Atteinte aux personnes (31,6%) Séjour irrégulier (26,3%) Atteintes aux biens (31,6%) Il est certain qu elles ne bénéficient pas de «traitement de faveur» : plus de la moitié d entre elles (57,9 %) ont un casier judiciaire vierge alors que seulement un tiers de la population comparante est dans la même situation (34 %). Elles sont condamnées à la prison et placées sous mandat de dépôt dans les mêmes proportions que les hommes. 14

15 B La récidive légale 6 La proportion de prévenus comparaissant en état de récidive légale est en augmentation (36,3 % en 2008 contre 27 % en 2007). Récidive légale Oui ,3 % Non ,5 % non précisé 35 6,2 % L écart s explique peut-être en partie par une plus grande attention portée par les observateurs sur ce point et une meilleure connaissance de cette définition depuis la loi sur les peines planchers d août En matière de récidive légale, les peines planchers requises et prononcées peuvent être mixtes (prison ferme et sursis, mais il semble (toujours selon les observations recueillies) que le Parquet est enclin à faire appel lorsqu une condamnation ferme requise n est pas prononcée comme le montre cette affaire : Il a 33 ans. Il est célibataire, sans enfant, sans travail. Et 13 condamnations à son casier. Il comparaît pour une tentative de vol, en état de récidive légale. La nuit précédente, il a été surpris en train de scier la grille de protection d un bureau de tabac. Le matin suivant, il devait rencontrer le juge de l application des peines pour une autre affaire. Pour expliquer son attitude, il s est lancé dans une histoire compliquée d espionnage : la DGSE lui aurait confié cette mission pour voir de quoi il était capable. Il a fini par admettre qu il avait tout simplement besoin d un peu d argent. Les dégâts sur la grille étaient si minimes que le buraliste ne s est pas constitué partie civile. Le procureur relève le peu de garanties de réinsertion et rappelle qu il encourt une peine plancher de deux ans. Il requiert donc la peine plancher de deux ans, dont 18 mois avec sursis. L avocat commis d office émet des doutes sur «l intégrité mentale» de ce client d un jour et plaide pour des mesures alternatives. Le prévenu est condamné à deux ans d emprisonnement avec sursis et mise à l épreuve pendant trois ans, obligation de soins et de travail. Le Président lui transmet la liste des obligations à respecter et une convocation au SPIP (Service pénitentiaire d insertion et de probation). Le Parquet a fait appel. Très exceptionnellement, il arrive qu un prévenu en récidive légale échappe au couperet de la peine plancher à certaines conditions : efforts de réinsertion, soutien de la famille et poursuites approximativement engagées. Il a 23 ans, est étudiant, a vécu dans un squat et sort tout juste de problèmes d alcoolisme. Il est en état de récidive légale et comparaît libre. La veille, il «zonait» avec un groupe de copains, ils ont lancé des pierres sur des policiers. Lui seul est interpellé. Sa mère, institutrice est appelée à la barre pour témoigner de la volonté de réinsertion de son fils revenu au domicile familial. Elle s engage à l accompagner dans ses efforts. Les deux policiers se sont constitués partie civile. Ils n ont pas été atteints par les pierres, mais ils ont eu peur et demandent 700 euros chacun pour la peur ressentie. Le Procureur n évoque pas la peine plancher. Il réclame 12 mois de prison dont 6 avec sursis mise à l épreuve et obligation d indemniser les victimes. Le jeune homme est reparti libre. Sa «culpabilité partielle» est reconnue. Il devra verser 50 euros à chacun des policiers en réparation du préjudice moral. 6 La loi du 10 août 2007 renforçant la lutte contre la récidive, prévoit une peine minimale de prison pour les délits commis en état de récidive légale. Par exemple la peine plancher ne peut être inférieure à 1 an si le délit est puni de 3 ans. Elle ne peut être inférieure à 2 ans si le délit est puni de 5 ans... Le tribunal peut prononcer une peine inférieure à cette peine plancher ou une condamnation autre que l'emprisonnement. Il doit dans ce cas motiver sa décision. 15

16 C Les délits reprochés Nous avons recensé 63 chefs d inculpations concernant les 1048 infractions commises par les 565 prévenus. 46,5 % des prévenus comparaissent pour un seul délit. 31,2 % pour deux délits et les autres pour trois délits et plus. Nous maintenons le classement adopté dans le précédent rapport en cinq groupes (étant précisé qu une même affaire peut concerner plusieurs délits). La proportion entre ces groupes d infractions n a pas changé, à savoir : - Atteintes aux personnes : 41,2 % - Atteintes aux biens : 36,6 % - Délit automobile : 21,9 % - Séjour irrégulier : 8,7 % - Stupéfiants : 13,8 % a -Les atteintes aux personnes : 233 soit 41,2 % des prévenus concernés par l étude A l'angle d'une ruelle, un jeune homme arrache le sac d'une vieille dame et part en courant en laissant la dame par terre, avec quelques contusions. Grâce au signalement donné par un témoin, il sera interpellé au bout d'un quart d'heure, avec sur lui une somme de 70. Le sac est récupéré dans une poubelle. Le jeune homme est placé en garde à vue. Il reconnaît les faits et passe en comparution immédiate. Le président : «Comment sélectionnez-vous vos victimes?». Réponse: «Selon le physique et la facilité à arracher le sac...». Le président : «Et si on fait ce coup à votre mère, comment allez-vous réagir?». Le prévenu : «C'est déjà arrivé, Monsieur le Président...». Le Procureur : «Le sac a été récupéré ainsi que l'argent dans son intégralité. Je pense que c'est un voleur amateur. Je requiers un TIG de 72 heures...». L'avocat : «Mon client n'a pas réalisé les conséquences de son acte et a perdu tout repère. Son casier judiciaire est vierge. Je demande la relaxe». Le tribunal a reconnu le prévenu coupable des faits et l'a condamné à 72 heures de TIG. Les atteintes aux personnes constituent le premier motif de poursuite et concernent 41,2 % des prévenus. Sous cette rubrique, nous avons répertorié une quinzaine d infractions, par exemple menaces de mort, injures raciales écrites, proxénétisme, agressions ou exhibitions sexuelles. Les dossiers les plus nombreux constituent les violences sur les personnes (173 prévenus soit 54 % des infractions contre les personnes). Ce sont les bagarres entre voisins, entre dealers, entre automobilistes ou les coups à l intérieur de la famille, sur le conjoint ou les enfants. L extrême variété des faits qui sont contenus dans cette catégorie doit inviter à une réflexion sur chacune des formes de violences et les conséquences qu elles entrainent, notamment en matière de violences conjugales (voir chapitre suivant). Quelques prévenus comparaissaient également pour d autres délits associés : Délits associés aux atteintes aux personnes Délits relatifs aux stupéfiants (6,9%) Délit automobile (9,0%) Atteintes aux biens (21,0%) Séjour irrégulier (1,7%) 16

17 a/1 - Les violences conjugales : 70 Elle est assise au fond de la salle, pâle, impressionnée par le décor du tribunal dans lequel elle met les pieds pour la première fois. Son mari va comparaître pour violences conjugales en état d ivresse après plusieurs «mains courantes» qu elle a déposées et qui sont restées sans suite. Il est Rmiste, ils ont trois enfants en bas âge. Elle travaille dans une laverie pour faire vivre la famille. A l appel du dossier, son mari entre, accompagné par trois policiers. Le Président : «Veuillez décliner vos nom, prénom, date de naissance, s il vous plaît Vous comparaissez aujourd hui devant le tribunal pour violences conjugales aggravées sur votre femme et votre fils mineur Ce tribunal vous demande si vous acceptez d être jugé immédiatement ou si vous demandez un renvoi pour vous permettre de préparer votre défense». - «Je préfère être jugé maintenant!» Les faits : «Vous avez, sous l emprise de l alcool, frappé votre femme à coups de manche à balai et fracturé le poignet de votre fils qui cherchait à la protéger, ce qui lui a provoqué une Incapacité Temporaire de 10 jours. Pouvez-vous nous expliquer cette violence?» - «Je ne sais pas ce qui m arrive, chaque fois que je consomme de l alcool. Pourtant, j aime ma femme et mes enfants. Je suis désolé. Je demande pardon». La parole est à la victime : «Mon mari n a jamais contribué aux frais d éducation pour nos enfants. Cela ne me dérange pas. Je travaille pour eux. Je l ai supplié plusieurs fois de cesser de boire et de rentrer sobre à la maison. Mais en vain. Alors pour mettre fin à ce calvaire et vivre tranquillement avec mes enfants, j ai entamé une procédure de divorce. De mon côté, je lui pardonne. Je ne souhaite pas qu il aille en prison. Mais Monsieur le Président, je vous demande de lui interdire de revenir chez moi». Le Procureur réclame 2 ans fermes et une obligation de soins. L avocat souhaite un sursis avec mise à l épreuve pour que le prévenu puisse réfléchir et retrouver sa stabilité car la prison ferme n est pas une solution adéquate. Il est condamné à 2 ans de prison ferme avec obligations de soins. Le chiffre des violences conjugales est en forte augmentation avec 70 affaires observées en 2008, contre 47 en hommes et 2 femmes ont comparu pour violences sur leur conjoint ou conjointe (cela représente 12,4 % des affaires jugées en comparution immédiate). Toutes les tranches d âge sont concernées. La majorité des prévenus sont de nationalité française. Ils ont souvent des enfants, un domicile. 25 d entre eux (soit 36,2 %) avaient un casier vierge (14 étaient en récidive légale). Leurs ressources sont stables (47,1 %) ou précaires (38,6 %) : 14,3 % de sans ressources. Les victimes de violences conjugales sont souvent présentes à l audience : 47,1 % des situations (contre 30,5 % des victimes sur l ensemble des délits). 21 étaient représentées par un avocat et 15 se sont déclarées parties civiles. Par ailleurs, ont été prononcées : 31 peines de prison ferme (allant de 1 mois à 2 ans), 48 peines de sursis avec mise à l épreuve. 20 interdictions d approcher la victime 19 obligations de soins 24 victimes ont perçues des dommages et intérêts, en majorité d un montant inférieur à Ces procès ne seraient que la face visible d un phénomène plus important, si l on se réfère à l observatoire national de la délinquance : une étude récente, basée sur les seules déclarations des personnes enquêtées, rappelle que près de la moitié des violences physiques le sont dans le cadre de la famille. 17

18 Ce sont les affaires les plus complexes jugées en comparution immédiate, mettant en jeu de multiples facteurs, économiques, psychologiques, culturels. Le temps consacré à ces procès est un peu plus long, dépassant les 30 minutes de débats pour 36 de ces dossiers alors que pour l ensemble, les dossiers sont examinés en majorité en moins de trente minutes. Les faits ne semblent pas toujours évidents à établir puisque 3 prévenus ont bénéficié d une relaxe totale. Il aime sa femme, mais elle en aime un autre Pour se séparer de lui, et le faire condamner, elle a inventé des menaces de morts, des actes d intimidation, etc.). Au procès, la femme est là, au premier rang. Dans le box, le prévenu décrit la situation avec des mots justes. On entend chuchoter le public. Dans ce dossier, l enquête menée ne suffit pas pour établir les faits. Aucune preuve n est apportée. Le prévenu a été relaxé au bénéfice du doute. Les poursuites judiciaires sont nécessaires pour établir les faits, condamner l auteur de violences, accorder une réparation aux victimes et ordonner une obligation de soins en cas de problèmes psychiatriques ou d alcoolisme. Mais plus que dans d autres domaines, la compétence et l action du tribunal sont limitées : le tribunal n a pas de prise sur la cause des violences et du conflit. Les communications avec le juge des affaires familiales, les travailleurs sociaux ou d un médiateur ne sont pas automatiques. Exemple, la note d un observateur : «coups et menaces sur sa femme enceinte qui voulait avorter et divorcer : 10 jours d ITT.». La condamnation ne règle pas leur problème : 50 personnes vivaient ensemble au moment des faits. Comment va se décider et s organiser la reprise de la vie commune ou la séparation? Les observateurs ont relevé que, dans certains cas, le Président s est intéressé à cette question. a/2 - Les violences contre l autorité : Il a 29 ans. Célibataire, Rmiste, il est suivi à l hôpital psychiatrique. Il comparaît pour tentative de vol de bijoux par effraction et violences sur agents de la force publique. Deux policiers affirment qu ils l ont reconnu, se promenant dans le même quartier, le lendemain d une tentative de vol dans un appartement. C était bien lui, affirment-ils, qui a pénétré dans un appartement pour voler des bijoux. A l arrivée des policiers qui venaient d être alertés, il est parti en courant. L un des policiers l a rattrapé, le jeune homme s est débattu. Dans la lutte, l un des policiers s est blessé en enjambant un grillage et le garçon a filé en escaladant un balcon. En arrêt de travail, le policier blessé s est constitué partie civile. Devant le tribunal, son avocat demande euros de dommages et intérêts, euros de provision en attendant l expertise médicale qui doit fixer l invalidité et 80 euros de frais de justice. Le Procureur réclame 18 mois de prison dont 9 avec sursis mise à l épreuve pendant deux ans avec obligation de soins. Et le maintien en détention. L avocat du prévenu plaide la relaxe : son client est dans l incapacité physique de grimper sur un balcon, affirme-t-il. En outre les déclarations des policiers n ont pas été vérifiées et divergent de celles des témoins, notamment sur la description des vêtements le jour de l infraction. Il a été condamné à 12 mois de prison dont 6 mois avec sursis mise à l épreuve et maintien en détention. Il devra verser au policier partie civile, 2500 euros de provision et 80 euros pour les frais de justice. Les procès suivis font état de 81 prévenus jugés pour outrages contre les policiers ou rébellion contre les forces de l ordre (28 % environ des infractions répertoriées contre les personnes). En quantité moindre, on retrouve des altercations avec des agents des transports (TCL ou SNCF) ou le personnel médical. Les auteurs de ces agressions sont jeunes (47 ont moins de trente ans). Mais tout de même 7 d entre eux ont plus de cinquante ans. 18

19 Pour 18 prévenus au casier vierge, cette rébellion contre les forces de l ordre constituera leur premier passage devant un tribunal correctionnel. A l extrême, 32 prévenus en récidive légale seraient en somme des habitués. 45 prévenus seront condamnés à une peine de prison. 3 bénéficieront d un TIG. b Les atteintes aux biens : 207, soit 36,6 % des prévenus concernés par l étude. Il est 14 h 10. La salle d audience de la 14 ème chambre correctionnelle est pleine à craquer. La sonnerie annonce l arrivée du tribunal. «Veuillez vous lever» dit l huissier. M.K. menotté sous la surveillance de trois policiers, entre dans le box. Le Président : «Veuillez déclarer votre nom, prénom, date de naissance et adresse s il vous plait». «Je m appelle R.K. J ai 20 ans, sans travail, sans domicile fixe, célibataire». Le Président : «Il vous est reproché d avoir commis un vol avec dégradation du matériel et cela en étant en récidive légale. Avant de procéder à l examen de ce dossier, le Tribunal vous demande si vous acceptez d être jugé immédiatement ou si vous demandez le renvoi de l affaire pour vous permettre de préparer votre défense.» - «Je préfère être jugé maintenant» répond le prévenu. Les faits : De passage à Lyon, M.K. rencontre d anciens amis qui l invitent à passer le week-end avec eux. Le soir, il décide de cambrioler une mairie. Il entre par la fenêtre du rez-de-chaussée et vole du matériel informatique. Une heure plus tard, il est interpelé par la police. M.K. reconnaît : «Je n étais pas moi-même ce jour-là. J avais bu à mort» Etant donné que le Sursis avec mise à l Epreuve n a pas été respecté, que le casier mentionne 8 condamnations pour des faits similaires, le Procureur demande une peine plancher : deux ans fermes avec mandat de dépôt. L avocat du prévenu : «C est vrai que la Justice est un peu épuisée. Je demande l extrême indulgence du Tribunal car c est un jeune dans une situation sociale difficile, privé de tous moyens. Je demande une peine adaptée au profil de mon client». Il est 20 heures. Un renfort de CRS vient de débarquer dans la salle. Les parents des détenus attendent les jugements. M.K. est condamné à deux ans de prison ferme avec mandat de dépôt et à la restitution du matériel volé. Les atteintes aux biens sont, dans une large majorité, des vols, vols aggravés ou en réunion et des tentatives de vol et des recels. Les vols avec violence sont en augmentation (15 % des atteintes aux biens contre 7 % en 2007). Les dégradations et destructions sont fréquentes. S ajoutent quelques affaires un peu plus élaborées d escroquerie, de détournement de fonds, de détention et utilisation de faux billets, ou encore une falsification de plaque minéralogique pour faire le plein de carburant. Ces faits concernent 207 personnes. La présence d un interprète a été nécessaire pour 17 d entre eux. Ils sont 57 à se présenter avec un casier vierge (une moyenne de 27,5 %, un peu plus haute que dans les autres catégories). Les prévenus concernés par l étude sont majoritairement jeunes (moins de 25 ans pour la moitié des prévenus). Mais deux hommes ont plus de 61 ans. 139 prévenus (67,1 %) seront condamnés à une peine de prison ferme (9 mois en moyenne) ; 10 bénéficieront d un TIG (sur les 13 répertoriés sur l ensemble de l étude). Et 7 seront condamnés à des jours-amendes. Quelques prévenus comparaissaient également pour d autres délits : Délits associés aux atteintes aux biens Séjour irrégulier (3,9%) Délit automobile (7,7%) Atteinte aux personnes (23,7%) Délits relatifs aux stupéfiants (5,3%) Anecdote : convoqué pour se faire juger, un prévenu vole, durant l audience, le portable d'une victime pendant qu'elle témoigne à la barre! 19

20 c- La délinquance routière : 21,9 % des prévenus concernés par l étude Il a 43 ans et comparaît pour conduite en état alcoolique et conduite sans permis (annulé en 2000). Il est en état de récidive légale avec six condamnations pour délinquance routière. Il est artisan peintre-plâtrier et emploie deux ouvriers. Divorcé, il vit avec une compagne et a un fils qu il n a pas vu depuis un an. Lors de son arrestation, il a été placé sous contrôle judiciaire et obligations de soins. Il comparaît libre six mois plus tard. Il affirme en avoir fini avec ses problèmes : le certificat du médecin qui l a suivi atteste qu il n est pas alcoolique. Il y a donc six mois, il est arrêté au volant d une voiture prêtée par un ami. Il roulait à 72 kilomètres/heure dans un lieu limité à 50 km. Il affirme qu il venait de boire deux bières. Son taux d alcoolémie était de 0,69. Le Procureur réclame 10 mois de prison dont 4 avec sursis et mandat de dépôt. Son avocat décrit les ennuis familiaux, les efforts pour retrouver une stabilité et demande un sursis avec mise à l épreuve. Il est condamné à 8 mois de prison avec sursis et mise à l épreuve pendant 18 mois avec obligation de soins. Il repart avec une convocation au SPIP (service pénitentiaire d insertion et de probation) pour organiser le suivi judiciaire. «Repassez vite votre permis de conduire» conseille le président. Mais le Parquet a fait appel : il est en état de récidive légale et ne doit pas échapper à la peine plancher. 124 affaires de délinquance routières ont été suivies. C est le groupe qui rassemble le plus grand nombre de prévenus en état de récidive légale (56 % de ceux qui comparaissent pour un délit routier) et peu de primo délinquants. Toutes les classes d âge sont concernées (un prévenu a plus de 61 ans). Le délit de conduite sans permis est l infraction la plus fréquente (91), suivi de peu par la conduite en état d ivresse (58) et la conduite sans assurance (42) et les refus d obtempérer (31). On note aussi les non-respect du code de la route, les délits de fuite, un refus d alcootest. Sur les 124 prévenus, 92 personnes devaient s expliquer sur d autres délits associés (par exemple conduite sans permis, sans assurance et alcoolémie) ou d un autre ordre (vol, violences, séjour irrégulier). Le préjudice subi par les 36 victimes recensées n est pas toujours lié à ces «écarts de conduite» mais se rapportent à d autres délits (outrages à force de l ordre, vol ) La durée des débats n a pas dépassé 30 minutes pour 79 dossiers. Une seule affaire a été examinée en plus d une heure. Les peines de prison ferme (92) sont plus fréquentes que la moyenne (74 % comparées à la moyenne générale de 65 %). Mais ce sont souvent de courtes peines (5 mois ou moins pour 50 prévenus, ce qui fait une moyenne de moins de 6 mois). 14 d entre eux accompliront leur peine en semi liberté et 5 bénéficieront d un aménagement de peine. La condamnation s accompagne d une suspension de permis pour 12 d entre eux et d une annulation pour 9 autres. Et 14 prévenus confrontés à des problèmes d alcoolisme repartent avec une obligation de soins. Autres condamnations Semi liberté 14 Aménagement de peine 5 Suspension permis de conduire 13 Annulation de permis de conduire 11 Obligation de soins 14 20

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF CARTA EUROPEA avec le soutien de la Commission Européenne et des barreaux des Programmes EUROMED DROIT et EURODROIT SUD EST MEDITERRANEE Siège social Maison de l Europe à Montpellier Adresse administrative

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime Association Réflexion Action Prison et Justice FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS L indemnisation de la victime La partie civile dispose des règles du droit civil et des voies d exécution de

Plus en détail

l L immense majorité des condamnations concernent des délits

l L immense majorité des condamnations concernent des délits Prévention de la récidive et individualisation des peines Chiffres-clés Juin 2014 Les condamnations En 2012, environ 900 000 infractions ont donné lieu à environ 600 000 condamnations pénales prononcées

Plus en détail

Institutions Acteurs Procédures Vos droits. Les violences conjugales

Institutions Acteurs Procédures Vos droits. Les violences conjugales Institutions Acteurs Procédures Vos droits Les violences conjugales F i c h e P r a t i q u e Les violences conjugales Toute personne qui subit des violences physiques, verbales, psychologiques ou sexuelles

Plus en détail

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE Document explicatif réalisé à l intention des parents-formateurs 17 novembre 2006 PARCOURS D UN DOSSIER ACCIDENT DE ROULAGE avant l élaboration du

Plus en détail

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318 FICHE 19 Références LEXIQUE JURIDIQUE A ACTE EXTRA-JUDICIAIRE Acte établi généralement par un huissier. Par exemple, un commandement de payer. ACTION EN JUSTICE Pouvoir de saisir la justice. ACTION PUBLIQUE

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE Le casier judiciaire national automatisé est tenu sous l autorité du ministre de la Justice. Il recense les condamnations, décisions et jugements prononcées contre les personnes

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 mars 2012 N de pourvoi: 11-84711 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

Approche globale de la tranquillité publique LEXIQUE DES TERMES JURIDIQUES

Approche globale de la tranquillité publique LEXIQUE DES TERMES JURIDIQUES Approche globale de la tranquillité publique LEXIQUE DES TERMES JURIDIQUES 1 Action en justice C est la possibilité de réclamer en justice le respect ou la reconnaissance d un droit. Désigne également

Plus en détail

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour,

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N0702717 M. A X M. Pernot Conseiller Audience du 30 avril 2007 Lecture du 30 avril 2007 MD LA DEMANDE M. A X, de nationalité

Plus en détail

Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge. Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014

Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge. Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014 Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014 Procédure pénale belge Information Instruction Jugement Exécution Peines I. Les alternatives

Plus en détail

Demande d indemnisation adressée à la. Commission d Indemnisation des Victimes d Infractions 1 (C.I.V.I)

Demande d indemnisation adressée à la. Commission d Indemnisation des Victimes d Infractions 1 (C.I.V.I) Nous sommes là pour vous aider Demande d indemnisation adressée à la N 12825*03 Commission d Indemnisation des Victimes d Infractions 1 (C.I.V.I) (Articles 706-3 à 706-15, R 50-1 à R 50-28 du code de procédure

Plus en détail

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission 2 février 2010 Commission des lois Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission NB : Les amendements enregistrés

Plus en détail

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris République française Au nom du Peuple français Tribunal de Grande Instance de Paris 28eme chambre N d'affaire : Jugement du : 27 septembre 2010, 9h n : 3 NATURE DES INFRACTIONS : CONDUITE DE VEHICULE SOUS

Plus en détail

La majorité, ses droits et ses devoirs. chapitre 7

La majorité, ses droits et ses devoirs. chapitre 7 La majorité, ses droits et ses devoirs chapitre 7 Si le 18 e anniversaire véhicule souvent l idée de plus d indépendance, il est aussi le moment de la majorité légale, assortie d un certain nombre de droits

Plus en détail

Déclaration à la police

Déclaration à la police Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction. C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : quels sont mes droits? Que dois-je faire pour

Plus en détail

Table des matières. Abréviations... 7 Préface... 9. Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique. A. La législation routière...

Table des matières. Abréviations... 7 Préface... 9. Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique. A. La législation routière... Abréviations... 7 Préface... 9 Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique A. La législation routière... 12 1) Quelques mots d histoire... 12 2) Législation actuelle... 18 a) Législation nationale...

Plus en détail

Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple

Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple Les principales mesures de la nouvelle loi visent à mieux protéger des violences les femmes, notamment

Plus en détail

AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE K A F REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

Les juridictions. A) Les juridictions civiles :

Les juridictions. A) Les juridictions civiles : Les juridictions. Tribunaux = Magistrats Ils ont une compétence d attribution (on ne peut pas s adresser à n importe quel tribunal pour n importe quelle affaire. Le droit privé (ordre judiciaire) de 1

Plus en détail

LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006

LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006 Janvier 2007 LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006 Note sur la méthodologie : Les données chiffrées présentées dans ce document sont issues de l état 4001, qui est tenu et mis à jour par la Direction

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie?

Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie? Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie? En cas d autorité parentale exclusive, c est la liberté ; le parent la détenant pouvant

Plus en détail

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT Le CHSCT Un comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) doit être constitué dans tout établissement de cinquante salariés et plus (art. L4611-1 du code du travail). A défaut de CHSCT

Plus en détail

Le rôle des avocats dans la prise en charge des femmes victimes de violences

Le rôle des avocats dans la prise en charge des femmes victimes de violences Le rôle des avocats dans la prise en charge des femmes victimes de violences Me Sophie PENNARUN 22/01/2015 Pourquoi faire appel à un avocat? L'assistance d'un avocat est importante : face à l'impossibilité

Plus en détail

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 mai 2014. TEXTE DE LA COMMISSION DES LOIS CONSTITUTIONNELLES,

Plus en détail

AMENAGEMENTS DE PEINE

AMENAGEMENTS DE PEINE AMENAGEMENTS DE PEINE TEXTES DE REFERENCE La loi du 9 mars 2004 portant adaptation de la justice aux évolutions de la criminalité a affirmé le principe selon lequel les peines d emprisonnement ont vocation

Plus en détail

L E S R É G I M E S CHANGER D ÉTABLISSEMENT

L E S R É G I M E S CHANGER D ÉTABLISSEMENT 2 Les transferts et changements d affectation CHANGER D ÉTABLISSEMENT Un changement d affectation est une décision de transférer un détenu dans un autre établissement. Le transfert est la conduite de la

Plus en détail

La Cimade IDF 46 bd des Batignolles 75017 PARIS 01 40 08 05 34 www.lacimade.org. gratuit

La Cimade IDF 46 bd des Batignolles 75017 PARIS 01 40 08 05 34 www.lacimade.org. gratuit La Cimade IDF 46 bd des Batignolles 75017 PARIS 01 40 08 05 34 www.lacimade.org gratuit Comment préparer votre dossier? 1 Gardez les documents ou courriers à votre nom. Ils vous serviront à prouver votre

Plus en détail

Cette étude porte sur l observation de 500 affaires jugées en Comparutions Immédiates à Lyon, au cours de l année 2007.

Cette étude porte sur l observation de 500 affaires jugées en Comparutions Immédiates à Lyon, au cours de l année 2007. Cette étude porte sur l observation de 500 affaires jugées en Comparutions Immédiates à Lyon, au cours de l année 2007. Elle a été réalisée grâce à la participation active des membres du «Réseau des Observateurs»,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 09DA01584 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 (bis) M. Mortelecq, président M. Vladan Marjanovic, rapporteur M. Minne, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Table des matières L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Damien Dillenbourg et Michaël Fernandez-Bertier Introduction 7 Section 1 Contexte de l adoption de la

Plus en détail

Foire aux questions. 1. J'ai reçu un constat d'infraction, puis je le payer dans une institution financière?

Foire aux questions. 1. J'ai reçu un constat d'infraction, puis je le payer dans une institution financière? Foire aux questions Vous avez reçu un constat d infraction et vous avez plusieurs interrogations concernant les procédures judiciaires. Voici des réponses aux questions les plus fréquentes : 1. J'ai reçu

Plus en détail

Réponses pénales. Pierre-Victor Tournier, Directeur de recherches au CNRS, Centre d histoire sociale du XX e siècle, Université Paris I

Réponses pénales. Pierre-Victor Tournier, Directeur de recherches au CNRS, Centre d histoire sociale du XX e siècle, Université Paris I Sanctions pénales prononcées en 00 Quelles sont les infractions sanctionnées? À quoi condamne-t-on? Quelles évolutions dans la façon sanctionner puis 0 ans? Pierre-Victor Tournier, Directeur recherches

Plus en détail

CE QUE VOUS DEVRIEZ SAVOIR INTRODUCTION AU BUREAU DE L AVOCAT PUBLIC FEDERAL COMMIS A LA DEFENSE ET AU SYSTEME JUDICIAIRE FEDERAL

CE QUE VOUS DEVRIEZ SAVOIR INTRODUCTION AU BUREAU DE L AVOCAT PUBLIC FEDERAL COMMIS A LA DEFENSE ET AU SYSTEME JUDICIAIRE FEDERAL CE QUE VOUS DEVRIEZ SAVOIR INTRODUCTION AU BUREAU DE L AVOCAT PUBLIC FEDERAL COMMIS A LA DEFENSE ET AU SYSTEME JUDICIAIRE FEDERAL F E D E R A L P U B L I C D E F E N D E R O F F I C E 1 2 6 C O L L E G

Plus en détail

Une avancée majeure :

Une avancée majeure : d i t o édito Une avancée majeure : Fatima LALEM Adjointe au Maire de Paris en charge de l Égalité femmes hommes La possibilité pour les femmes victimes de violences de demander une ordonnance de protection,

Plus en détail

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Préambule La vidéo protection est un outil de gestion de l espace public au service

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris Ministère Public Extra 1«de»«* mlmtujt» **m ts n n j?e o u lf,b u n a î Gs'snds in sta n c e d e PARIS û République française Au nom du Peuple français Tribunal de Grande Instance de Paris 23eme chambre

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Le casier judiciaire : source et méthodes

Le casier judiciaire : source et méthodes Le casier judiciaire : source et méthodes Fiche descriptive Organisme Type d'opération Objectif et thèmes Champ Hors champ Unité de compte de base Unité de compte Périodicité de l opération Historicité

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Vous êtes condamné VOUS ÊTES CONDAMNÉ PÉNALEMENT Le juge a statué sur votre cas et vous a condamné. Que vous reste-il

Plus en détail

SÛRETE, SECURITE : Jean Michel CICHOCKI. Quelques précisions sémantiques

SÛRETE, SECURITE : Jean Michel CICHOCKI. Quelques précisions sémantiques SÛRETE, SECURITE : Quelques précisions sémantiques SÛRETÉ SÉCURITÉ La signification attribuée aux termes «sûreté» et «sécurité» varie selon les métiers et les cultures professionnelles. Par exemple : La

Plus en détail

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER QUE DOIS-JE FAIRE? Que dois-je faire? Que dois-je savoir avant de prendre ma décision? Quelles sont les démarches légales et de régularisation?

Plus en détail

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions Pour connaître le nombre de points sur votre permis, connectez-vous sur le site : www.interieur.gouv.fr les principales infractions au code de la route et leurs sanctions En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Le suivi socio-judiciaire

Le suivi socio-judiciaire Le suivi socio-judiciaire Instauré en 1998 pour assurer un contrôle des personnes condamnées pour des infractions sexuelles et une assistance après leur peine, le SSJ (suivi socio-judiciaire) subit une

Plus en détail

Vos droits. L aide juridictionnelle

Vos droits. L aide juridictionnelle Institutions Acteurs Procédures Vos droits L aide juridictionnelle F i c h e P r a t i q u e L aide juridictionnelle L'aide juridictionnelle permet à une personne à faibles revenus, impliquée dans une

Plus en détail

Les Maisons de la Justice et du Droit

Les Maisons de la Justice et du Droit Les Maisons de la Justice et du Droit Conseils, Informations, Accès au droit, Aide aux victimes Qui est votre meilleur interlocuteur? Placées sous l autorité du Président du Tribunal de Grande Instance

Plus en détail

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU MOI INFIRMIER Je veux être conseillé dans l exercice de mon métier Notre métier est en constante évolution. En cela, il est passionnant

Plus en détail

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Page 1 Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Le Conseil Syndical existe de plein droit dans toutes les copropriétés en vertu de la loi. --> Il est chargé d

Plus en détail

CITATION DIRECTE DEVANT LE TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE SAINT-DENIS DE LA REUNION

CITATION DIRECTE DEVANT LE TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE SAINT-DENIS DE LA REUNION CITATION DIRECTE DEVANT LE TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE SAINT-DENIS DE LA REUNION L'AN DEUX MIL QUATORZE et le Monsieur Philippe CREISSEN né le 4 juillet 1969 à Saint-Mandé (Val de Marne)de nationalité française,

Plus en détail

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION 30 téléphones portables disponibles 27 femmes ont été admises au dispositif. Le bénéfice du TGD pendant une durée de 6 mois a

Plus en détail

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes.

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Ziad LATTOUF 1 LZ Pour entrer en Algérie, l étranger doit accomplir quelques formalités. Etre détenteur d'un

Plus en détail

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération faisant suite à un refus d embauche en raison de la grossesse de la réclamante Grossesse - Emploi Emploi privé Rappel à la loi La haute autorité

Plus en détail

LOI N 2002-30 PORTANT CODE DE LA ROUTE (PARTIE LEGISLATIVE) TITRE PREMIER INFRACTION AUX REGLES CONCERNANT LA CONDUITE DES VEHICULES

LOI N 2002-30 PORTANT CODE DE LA ROUTE (PARTIE LEGISLATIVE) TITRE PREMIER INFRACTION AUX REGLES CONCERNANT LA CONDUITE DES VEHICULES République du Sénégal Un Peuple - Un but - Une Foi LOI N 2002-30 PORTANT CODE DE LA ROUTE (PARTIE LEGISLATIVE) L Assemblée nationale a adopté, en sa séance du Jeudi 12 Décembre 2002 Le Président de la

Plus en détail

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ;

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ; Convention entre l Etat et l établissement d enseignement relative aux prêts ne portant pas intérêt destinés aux formations à la conduite de véhicules de catégorie B et à la sécurité routière Vu le code

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

FICHE DE BONNE PRATIQUE

FICHE DE BONNE PRATIQUE FICHE DE BONNE PRATIQUE Programme d actions pour améliorer la prévention des violences faites aux femmes, des violences intrafamiliales, et l aide aux victimes MESURE D ACCOMPAGNEMENT PROTÉGÉ DES ENFANTS

Plus en détail

Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction

Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Ministère de la Justice Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction 2010 En vertu de l article 4-1 du Code d instruction criminelle,

Plus en détail

JEU DE RÔLE. FICHE PERSONNAGE DU JUGE DES ENFANTS (M. OU Mme MAGIS)

JEU DE RÔLE. FICHE PERSONNAGE DU JUGE DES ENFANTS (M. OU Mme MAGIS) LIBERTÉS ET JUSTICE CITOYENNETÉ FERROVIAIRE Activités élève JEU DE RÔLE Vous allez interpréter un jeu de rôle composé de 7 personnages appelés à s exprimer à l occasion d un procès. En vous mettant dans

Plus en détail

SERVICE APPARTEMENTS THÉRAPEUTIQUES. Livret d Accueil - 1 -

SERVICE APPARTEMENTS THÉRAPEUTIQUES. Livret d Accueil - 1 - SERVICE APPARTEMENTS THÉRAPEUTIQUES Livret d Accueil - 1 - Sommaire Contrat de soins p 3 Contrat de séjour d occupation de l appartement Règlement intérieur d occupation de l appartement p 6 Fiche sociale

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F21. MA SÉCURITÉ AU SEIN DU CABINET MÉDICAL. Les suites d une plainte pour agression

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F21. MA SÉCURITÉ AU SEIN DU CABINET MÉDICAL. Les suites d une plainte pour agression Les suites d une plainte pour agression Etape 1. L avis à victime Suite à la plainte que vous avez déposée, le Procureur de la République vous transmet un «avis à victime» à votre domicile. Il vous informe

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 24 avril 2015 relatif au règlement intérieur de la commission administrative paritaire compétente à l égard du corps d encadrement et d application du personnel de surveillance de l administration

Plus en détail

Traite des êtres humains, que faire?

Traite des êtres humains, que faire? Traite des êtres humains, que faire? Conseils pour le personnel hospitalier InTRODUCTION Il arrive que le personnel hospitalier soit confronté à des situations liées à la traite des êtres humains. Ce sont

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a entendu Mme F.R., son ex-concubin et père de son fils, M. H.T. et le capitaine de police B.D.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a entendu Mme F.R., son ex-concubin et père de son fils, M. H.T. et le capitaine de police B.D. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION NATIONALE DE DÉONTOLOGIE DE LA SÉCURITÉ Saisine n 2008-144 AVIS ET RECOMMANDATIONS de la Commission nationale de déontologie de la sécurité à la suite de sa saisine, le

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

En devenant majeur-e, vous devenez responsable de vos actes, c est-à-dire que vous en mesurez toutes les conséquences.

En devenant majeur-e, vous devenez responsable de vos actes, c est-à-dire que vous en mesurez toutes les conséquences. 3La responsabilité La responsabilité civile La responsabilité pénale La procédure judiciaire applicable La protection judiciaire pour les jeunes majeurs En devenant majeur-e, vous devenez responsable de

Plus en détail

Critères de détermination de l Etat responsable

Critères de détermination de l Etat responsable Les grandes lignes du Règlement «Dublin III» Le règlement (UE) n 604/2013 du Parlement européen et du Conseil du 26 juin établit les critères et mécanismes de détermination de l Etat membre responsable

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS

MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS ORIENTATIONS EN TERME DE PROTECTION ET DE REPRESSION 1998-2008 LE CAS DU JAPON Etude à jour le 1 er

Plus en détail

Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière

Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière Condamnations et sanctions prononcées en matière de sécurité routière Année 2011 Les condamnations pour infraction

Plus en détail

LES DROITS DE L ENFANT

LES DROITS DE L ENFANT LES DROITS DE L ENFANT Maître Viviane SCHMITZBERGER HOFFER Avocat, Ancien Bâtonnier du Barreau de METZ Colloque du 11 octobre 2013 Syndrome du bébé secoué au Ministère de la Santé Mise en garde Article

Plus en détail

Vous êtes cité. devant le tribunal de police devant le tribunal correctionnel

Vous êtes cité. devant le tribunal de police devant le tribunal correctionnel Vous êtes cité devant le tribunal de police devant le tribunal correctionnel Introduction Si vous devez comparaître devant le tribunal de police ou le tribunal correctionnel, vous vous posez peut-être

Plus en détail

Numéro du rôle : 2763. Arrêt n 154/2004 du 22 septembre 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2763. Arrêt n 154/2004 du 22 septembre 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2763 Arrêt n 154/2004 du 22 septembre 2004 A R R E T En cause : le recours en annulation de l article 25 de la loi du 7 février 2003 portant diverses dispositions en matière de sécurité

Plus en détail

L ECLATEMENT DES MISSIONS DU MINISTERE PUBLIC

L ECLATEMENT DES MISSIONS DU MINISTERE PUBLIC L ECLATEMENT DES MISSIONS DU MINISTERE PUBLIC par Nadia DEVROEDE Premier substitut du Procureur du Roi près le tribunal de première instance de Bruxelles dirigeant la section famille Le rôle traditionnel

Plus en détail

Le respect de l équilibre entre les parties du procès pénal est, en effet, un des aspects

Le respect de l équilibre entre les parties du procès pénal est, en effet, un des aspects AVIS du 14 octobre 2011 du Contrôleur général des lieux de privation de liberté relatif à l emploi de la visio-conférence à l égard des 1 - Le respect des droits de la défense, au cours d un procès, dans

Plus en détail

RAPPEL DE LA PROCÉDURE

RAPPEL DE LA PROCÉDURE N du 30 NOVEMBRE 2011 18ème CHAMBRE 'Mil des MfNUTP? f ; v>. s*--- '4$ CîQ.U H4 Af pï%t. i*i i.\ *. * i COUR D'APPEL DE VERSAILLES Nature de l arrêt : voir dispositif POURVOI : Arrêt prononcé publiquement

Plus en détail

Sous la coordination de : Chargée de recherche : Angèle César

Sous la coordination de : Chargée de recherche : Angèle César Évaluation de l instauration de l hébergement égalitaire dans le cadre d un divorce ou d une séparation Sous la coordination de : Marie-Thérèse Casman Chargée de recherche : Angèle César Introduction Contexte

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Nous vous conseillons de suivre constamment l évolution de la situation pendant votre séjour à l étranger.

Nous vous conseillons de suivre constamment l évolution de la situation pendant votre séjour à l étranger. FOIRE AUX QUESTIONS J envisage un déplacement à l étranger. Qu est-ce que vous pouvez me dire de la situation dans le pays et est-ce que je peux entreprendre ce voyage? Sur le site du Ministère des affaires

Plus en détail

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007,

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007, Exempt- appel en matière de droit du travail Audience publique du dix juillet deux mille huit. Numéro 32992 du rôle. Composition: Romain LUDOVICY, premier conseiller; Roger LINDEN, conseiller; Jean-Paul

Plus en détail

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 26 janvier 2011. LETTRE RECTIFICATIVE au projet de loi (n 2494) relatif

Plus en détail

Ville de Bures sur Yvette. Vidéo-protection Charte d éthique

Ville de Bures sur Yvette. Vidéo-protection Charte d éthique Ville de Bures sur Yvette Vidéo-protection Charte d éthique La vidéo-protection est un outil au service de la politique de prévention et de sécurité de la Ville de Bures sur Yvette. Ses objectifs sont

Plus en détail

Mise en œuvre de la procédure civile de l ordonnance de protection

Mise en œuvre de la procédure civile de l ordonnance de protection Mise en œuvre de la procédure civile de l ordonnance de protection Brochure à destination des professionnels La loi du 9 juillet 2010 relative aux violences faites spécifiquement aux femmes, aux violences

Plus en détail

2. La police peut-elle m arrêter et m interroger sans raison?

2. La police peut-elle m arrêter et m interroger sans raison? Chapitre 2 : La police Partie 1: Contact avec la police 1. Quand puis-je être en contact avec la police? La police pourrait entrer en contact avec toi si elle a des motifs raisonnables de croire que tu

Plus en détail

Le recours devant les juridictions administratives

Le recours devant les juridictions administratives LA DISCIPLINE La procédure disciplinaire Le recours devant les juridictions administratives Après la décision du directeur interrégional (ou après que le délai d un mois sans réponse de sa part est passé),

Plus en détail

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2 Le tribunal administratif de Paris annule le refus opposé à une candidate de participer aux épreuves d entrée à l Ecole Nationale de la Magistrature au regard de la condition de bonne moralité. Le 3 de

Plus en détail

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE Servir et protéger En bref Comité international de la Croix-Rouge 19, avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T +41 22 734 60 01 F +41 22 733

Plus en détail

Réglementation relative à la prévention du vol à l étalage 27.05.2014

Réglementation relative à la prévention du vol à l étalage 27.05.2014 Réglementation relative à la prévention du vol à l étalage 27.05.2014 Puis-je refuser l accès au magasin? OUI Magasin = votre propriété Liberté de vendre ou non Uniquement critères objectifs (et pas :

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE #J21

DOSSIER DE PRESSE #J21 DOSSIER DE PRESSE #J21 17 mai 2016 DOSSIER DE PRESSE I Projet de loi de modernisation de la justice du 21 e siècle 1. Le projet de loi pour la Justice du 21 e siècle a l ambition de rendre la justice plus

Plus en détail