alcool et politique Le magazine de la RFA 2/2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "alcool et politique Le magazine de la RFA 2/2014 www.eav.admin.ch"

Transcription

1 2/2014 Le magazine de la RFA alcool et politique Révision totale de la loi sur l alcool Avant-goût de la seconde lecture auconseil des Etats L entretien AndréParsic, président de SPIRITSUISSE International Accorddelibre-échange entre lasuisse et la Chine: conséquences sur le commerce des boissons spiritueuses Quiz Que savez-vous de l éthanol? Administration des douanes Trafic touristique: de nouvelles dispositions qui s appliquent également aux boissons alcooliques C2H5OH_F_2_2014.indd :51

2 Table des matières 3 Santé et Ganbei! 4 Seconde lecture auconseil des Etats 6 Enquoi l imposition basée sur le rendement est-elle anticonstitutionnelle? 8 Efficacité accrue grâce au partage d expériences 10 Privilège fiscal accordé aux agriculteurs: entre mythe et réalité 12 L union fait la force 14 Une eau-de-vie de prune suisse àshanghai? 18 Nouvelle interlocutrice pour les questions ayant trait àlapublicité 20 Larecherche au service de la qualité 24 Corso di distillazione amezzana (TI) 25 Distilleries mobiles àlouer 26 Les secrets de la dénaturation de l éthanol 28 Testez vos connaissances sur l éthanol! 30 Première Guerre mondiale: l eau-de-vie, source de réconfort et de motivation 32 Dédouaner plus simplement franchir plus rapidement la frontière 34 Réponses Quiz «Testez vos connaissances sur l éthanol!» Edition Régie fédérale des alcools (RFA) Länggassstrasse Berne 9 Adresse électronique: Rédaction Communication RFA/Yvonne Mäder-Bogorad Traduction Section des services linguistiques du DFF Distribution OFCL, Vente des publications fédérales, 3003 Berne, fax: Site Internet: Adresse électronique: Art.-Nr.: /14F Passez commande ou modifiez votre abonnement en ligne: En saisissant le numéro d article correspondant, vous pouvez télécharger le bulletin-réponse sous le remplir et l envoyer par courriel. 2 C2H5OH_F_2_2014.indd :51

3 Editorial Santé et Ganbei! Depuis 2007, les pictogrammes de la designer Yang Liu, née en Chine et établie en Allemagne depuis l adolescence, font le buzz sur Internet, où ils sont largement diffusés (sites d information, blogs et réseaux sociaux). Leur succès est tel qu ils font désormais partie du kit de survie des managers désireux de développer des relations commerciales fructueuses avec l empire du Milieu. La force de l œuvredeyang Liu réside dans sa simplicité. En quelques traits, tracés en noir et blanc sur fond bleu (pour l Allemagne /l Occident) et rouge (pour la Chine / l Orient), l artiste parvient à rapprocher deux visions du monde. Le mécanisme est habile. Il repose sur l accentuation et la juxtaposition des contrastes. Plus la différence est grande, plus elle devient facile à appréhender. De nombreux aspects de la vie sociale sont disséqués, du concept de ponctualité à l art de la file d attente, en passant par la résolution des problèmes. Le thème de l alcool n en fait hélas pas partie. Ou seulement indirectement, lorsque l artiste compare le niveau sonore d un restaurant européen (brouhaha en sourdine) à celui d un restaurant asiatique (tonnerre de décibels). C est fort dommage, car il y aurait tellement à dessiner sur ce sujet. On pourrait tout d abord imaginer un face-à-face entre un verre vide et un verre plein. En Europe occidentale, il est en effet de coutume d attendre qu un verre soit vidé avant qu on le remplisse de nouveau. En Chine, un verre doit au contraire être plein à tout instant. On pourrait ensuite opposer le bar européen au restaurant chinois. A l Ouest, les boissons spiritueuses sont en principe dégustées à l apéritif ou au dessert, accompagnées de chips ou d un café, tandis qu elles sont consommées au moment du repas àl Est. La façon de trinquer permettrait elle aussi de créer une vignette instructive. Les vœux occidentaux («santé!») y côtoieraient une incitation chinoise à vider son verre dans les meilleurs délais («ganbei!»). Pour faire«tchin tchin», l Européen lève son verre d une main et le choque contre celui des autres convives, qu il regade droit dans les yeux. Le Chinois porte son verreàdeux mains et veille à ce que celui-ci demeure, en signe de respect, à une hauteur légèrement inférieure à celle du verre de son interlocuteur. Aussi intéressante soit-elle, la démarche de Yang Liu a ses limites. En insistant sur les différences, elle tend à faire oublier les nombreuses similitudes qui existent entre l Occident et l Orient. A Beijing, à Berlin ou à Berne, l alcool est généralement consommé en société, dans une atmosphère de convivialité. Ici comme là-bas, il reste difficile de résister à la pression du groupe, qui nous exhorte à vider un verre de plus. Tant en Suisse qu en Chine, le consommateur accorde une grande importance à la qualité des boissons alcooliques, que ce soit pour soutenir la production locale ou se protéger des contrefaçons. Si la Chine est àl honneur de la présente édition de C 2 H 5 OH, c est en raison de l accorddelibreéchange entréenvigueur le 1 er juillet Les possibles répercussions de cet accord sur le marché des boissons spiritueuses sont décrites à partir de la page 14. Ce nouveau numérode C 2 H 5 OH vous fournira en outredes informations actuelles sur la révision totale de loi sur l alcool, la franchise d impôt accordée aux agricultures, la recherche appliquée et les différentes facettes de l éthanol. Nous vous souhaitons une agréable lecture. Nicolas Rion, chef de la communication 3 C2H5OH_F_2_2014.indd :51

4 Révision totale de la loi sur l alcool Seconde lecture au Conseil des Etats La Commission de l économie et des redevances du Conseil des Etats (CER-E) demande de renoncer purement et simplement au système d imposition basée sur le rendement. Le Conseil des Etats se prononcera à ce sujet durant la session d hiver Le Conseil des Etats peut désormais lui aussi voter de manière électronique, ce qui constitue une nouveauté par rapport àlapremière délibération portant sur la loi sur l alcool, qui a eu lieu durant la session de printemps Lors de la première délibération portant sur la révision totale de la loi sur l alcool (Lalc), les deux conseils n ont pas réussi à s accorder sur sept points principaux (voir tableau ci-contre). Trois de ces divergences demeurent après les six séances de travail que la CER-E a consacré à la révision totale précitée dans le cadre de la procédure d élimination des divergences, qui a débuté en automne En effet, la CER-E propose de s aligner sur les décisions prises par le Conseil national en ce qui concerne les quatre points suivants: 1. le maintien de la franchise d impôt pour les agriculteurs (plus d informations à ce sujet à la page 10); 2. la renonciation à instaurer un prix minimal pour la vente d alcool; 3. l exigence d une attestation de formation dans le domaine de la distillation; 4. l interdiction de la remise de boissons alcooliques au moyen de distributeurs automatiques. La majorité de la CER-E recommande en revanche de maintenir les divergences suivantes avec le Conseil national: 1. la renonciation à instaurer un système d imposition basé sur le rendement; 2. le maintien du taux de l impôt à29francs par litre d alcool pur; 3. l interdiction de vendre de l alcool la nuit dans le commerce de détail. Le choix d un système d imposition demeure au centre des discussions. A l automne 2013, la CER-E avait constaté que l imposition basée sur le rendement, préconisée par le Conseil des Etats et modifiée par le Conseil national, contrevenait à la Constitution sur plusieurs points. Elle avait alors demandé à l administration d évaluer,avec le concours d experts, des solutions pouvant remplacer ce système. Voici celles qui ont été retenues: des déductions forfaitaires pour les pertes intervenues lors de la production, l élaboration, l embouteillage et l entreposage; une réduction de l impôt pour les propriétaires de matières premières (50 %sur 50 litres d alcool pur) l octroi d aides financières à hauteur de 1 à 2 millions par an au secteur suisse des boissons spiritueuses pour favoriser la qualité et la durabilité des eaux-de-vie. Favorable au début de l été àces solutions de remplacement plus respectueuses des dispositions constitutionnelles, la CER-E y a finalement renoncé à la mi-octobre. La commission homologue du Conseil national avait en effet refusé de donner son approbation formelle au réexamen de questions qui sortaient du cadre fixé par la procédure d élimination des divergences. Après avoir auditionné les professeurs René Matteotti et Rainer J. Schweizer, la CER-E a ainsi décidé, par 10 voix contre 2, de proposer au Conseil des Etats de supprimer l imposition basée sur le rendement sans aucune mesure de remplacement. La majorité de la commission estime notamment que l inégalité de traitement entre les différents acteurs du marché serait contraire à la Constitution et que la protection de l environnement et du paysage ne justifie pas d y déroger (davantage d informations à ce sujet à la page 6). Une minorité de la commission reste partisane de l imposition basée sur le rendement. Elle suggère de préciser le système de manière à ce que seules 4 C2H5OH_F_2_2014.indd :51

5 les eaux-de-vie issues de fruits produits en Suisse selon des méthodes écologiques en bénéficient. Le Conseil fédéral devrait en outre évaluer l efficacité et l opportunité de la mesure tous les cinq ans. Le Conseil des Etats se penchera sur les propositions de la CER-E lors de la session d hiver Nicolas Rion Décisions du Conseil des Etats (premièrelecture) Décisions du Conseil national (premièrelecture) Propositions de la majorité de la CER-E(élimination des divergences) Imposition L imposition basée sur le rendement s applique aux boissons spiritueuses obtenues exclusivement par distillation. L imposition basée sur le rendement s applique aux boissons spiritueuses obtenues exclusivement par distillation de baies, de fruits àpépins ou de fruits à noyau suisses. Les boissons spiritueuses produites en Suisse par macération ou au moyen d une deuxième distillation bénéficient d une réduction d impôt de 30 %. L imposition basée sur le rendement doit être biffée sans qu une solution de remplacement soit proposée (différence par rapport au Conseil national). Taux de l impôt L impôt ordinaire est maintenu à 29 francs par litre d alcool pur. L impôt ordinaire s élève à 32 francs par litre d alcool pur. L impôt ordinaire est maintenu à 29 francs par litre d alcool pur (différence par rapport au Conseil national). Franchise d impôt pour les agriculteurs Aucune franchised impôt pour les agriculteurs. Sont exonérées de l impôt les boissons spiritueuses issues de produits récoltés par les agriculteurs sur des sols qu ils exploitent eux-mêmes ou à l état sauvage dans le pays qui sont nécessaires à leur ménage et à leur exploitation agricole. Sont exonérées de l impôt les boissons spiritueuses issues de produits récoltés par les agriculteurs sur des sols qu ils exploitent eux-mêmes ou à l état sauvage dans le pays qui sont nécessaires à leur ménage et à leur exploitation agricole. L actuelle franchise d impôt accordée aux agriculteurs doit être maintenue (accord sur le principe avec le Conseil national, mais différence sur l aménagement de la disposition). Formation de base L inscription au registre de l éthanol n est pas automatique pour les titulaires d une concession au sens de l ancien droit. En outre, elle n est assortie d aucune condition. Est inscrit au registre de l éthanol quiconque était titulaire d une concession au sens de l ancien droit, s est annoncé conformément àl art. 4, aatteint l âge de 18 ans et a achevé une formation de base dans le domaine de la distillation. Quiconque entend produire des boissons spiritueuses doit avoir atteint l âge de 18 ans et obtenu une attestation professionnelle certifiant la réussite d une formation de base dans le domaine de la distillation. Le Conseil fédéral règle les exigences relatives à la formation de base et aux institutions qui dispensent des cours de distillation. Il règle également le contenu et la forme des attestations professionnelles. La Confédération peut soutenir par des subsides des projets de formation et de perfectionnement dans le domaine de la distillation (accord sur le principe avec le Conseil national, mais différence sur l aménagement de la disposition). Prix minimal Pour la vente d alcool, le Conseil fédéral fixe un prix minimal en fonction de la teneur en alcool. Aucun prix minimal pour la vente d alcool. Renonciation à l instauration d un prix minimal pour la vente d alcool (accord avec le Conseil national). Interdictiondevendrede l alcool la nuit Les détaillants n ont pas le droit de vendre de l alcool entre 22 heures et 6 heures. Aucune interdiction de vendre de l alcool la nuit dans le commerce de détail. Les détaillants n ont pas le droit de vendre de l alcool entre 22 heures et 6 heures (différence par rapport au Conseil national). Interdictiondevendrede l alcool au moyen de distributeurs automatiques La remise de boissons alcooliques au moyen de distributeurs automatiques est autorisée, pour autant que limites d âge soient respectées. La remise de boissons alcooliques au moyen de distributeurs automatiques non surveillés est interdite. La remise de boissons alcooliques au moyen de distributeurs automatiques non surveillés est interdite (accord avec le Conseil national). Aperçu des principales divergences entre les décisions des deux conseils et des propositions de la CER-E, que le Conseil des Etats examinera durant la session d hiver, C2H5OH_F_2_2014.indd :51

6 Révision totale de la loi sur l alcool En quoi l imposition basée sur le rendement est-elle anticonstitutionnelle? Dans le cadre de la révision totale de la loi sur l alcool, les Chambres fédérales ont examiné en 2013 la question de l imposition basée sur le rendement. Bien que les deux conseils aient approuvé ce système, le Conseil national a proposé certaines modifications, dont l une fait actuellement l objet de la procédure d élimination des divergences. Avant de s intéresser à la constitutionnalité de ce nouveau modèle d imposition, il faut en expliquer le fonctionnement et les conséquences. Fonctionnement de l imposition basée sur le rendement modifiée L imposition basée sur le rendement s applique uniquement aux producteurs suisses. La taxation ne repose pas sur la quantité d alcool pur effectivement produite et relevée par l autorité fiscale, autrement dit sur le produit fini, mais sur la quantité de matières premières à transformer et sur le rendement attendu. L autorité fiscale multiplie la quantité annoncée par le taux de rendement fixé pour la matière première en question. Correspondant à une estimation forfaitaire du nombre de litres d alcool produits, le résultat obtenu sert de base à l imposition. Exemple: Monsieur Xindique à l autorité fiscale qu il souhaite transformer 1000 kg de cerises en boissons spiritueuses. L autorité fiscale multiplie cette quantité par le taux de rendement applicable aux cerises, par exemple 5%,pour obtenir le nombre de litres d alcool pur, àsavoir 50 litres, qui seront soumis àl impôt. Monsieur Xpaie ainsi un impôt réduit, soit 20 fr.30aulieu de 29 francs, sur la quantité d alcool pur estimée par l autorité fiscale, peu importe qu il produise au final, au moyen de ses 1000 kg de cerises, une quantité d alcool pur inférieure ou supérieureà50litres. Conséquences de l imposition basée sur le rendement Afin d évaluer les possibles conséquences de l imposition basée sur le rendement, la Régie fédérale des alcools a déterminé, en prenant l exemple des cerises suisses, les rendements effectivement obtenus et déclarés par les producteurs professionnels durant les cinq derniers exercices de distillation. Les chiffres montrent que les rendements varient considérablement, oscillant entre 2,2 et 9,4 %. En d autres termes, certains producteurs ne produisent que 22 litres d alcool pur au moyen de 1000 kg de cerises suisses, tandis que d autres en produisent 94, c est-à-dire plus que le quadruple. Si l impôt grevant les boissons spiritueuses est systématiquement perçu en fonction du rendement, la quantité d alcool pur réellement produite n aura aucune importance. Seule l estimation effectuée par l autorité fiscale sur la base de la quantité de matières premières annoncée par le producteur sera déterminante. Si l on part d un taux de rendement moyen de 5%pour les cerises, c est-à-dire 50 litres d alcool pur pour 1000 kg de cerises suisses, et si l impôt grevant le rendement de base est réduit de 30 %par rapport à l impôt ordinaire(hypothèse: 29 francs par litre d alcool pur selon le droit en vigueur et la proposition du Conseil fédéral), chaque producteur devra s acquitter d un montant de 1015 francs, peu importe le nombre de litres d alcool pur qu il aura effectivement produit à partir de 1000 kg de cerises. Ce système créera des différences d imposition considérables. Ainsi, le producteur qui n aura obtenu que 22 litres d alcool pur àpartir de 1000 kg de cerises devra payer un impôt s élevant à46fr. 14 par litre d alcool pur,tandis que celui qui en aura produit 75 devra s acquitter d un impôt de 13 fr.50par litre d alcool pur. Inégalité de traitement arbitraire De toute évidence, l imposition basée sur le rendement porte sérieusement atteinte aux principes de l égalité devant l impôt et de l égalité de traitement des personnes appartenant à un même secteur économique. Les partisans de l imposition basée sur le rendement modifiée 6 C2H5OH_F_2_2014.indd :51

7 Rendement de base Excédent de production Imposition par litre d'alcool pur (en francs) Quantité de boissons spiritueuses produite à partir de 1000 kg de cerises (en litres d'alcool pur) Impôt par litre d'alcool pur, calculé en fonction d'un taux de rendement de 5% Impôt ordinaire par litre d'alcool pur Progression de l impôt à l exemple des cerises justifient cette atteinte comme suit: ce nouveau système incitera les producteurs non seulement à utiliser des matières premières d une qualité aussi élevée que possible, mais également à choisir la technique de transformation la plus efficace. Dans leur argumentation, les partisans de ce système d imposition oublient toutefois que la qualité des boissons spiritueuses ne dépend pas seulement des caractéristiques des matières premières utilisées, mais également de la méthode de distillation, qui doit ménager les matières premières et permettre de séparer soigneusement les alcools de tête et les queues de distillation. Le producteur qui entend mettre l accent sur la qualité aura plutôt tendance à fabriquer une petite quantité de cœur,soit l alcool soumis à l impôt, et, partant, de faibles excédents bénéficiant d une réduction d impôt. Ainsi, l imposition basée sur le rendement favorise les exploitations qui produisent des quantités supérieures à la moyenne au détriment de celles qui misent sur la qualité. Aucun argument ni aucune considération liée à la protection de l environnement ou du paysage ne saurait justifier les inégalités qui découlent de la dégressivité de l impôt. Toutes les tentatives de justification montrent au contraire que ce système d imposition empêche d atteindre l objectif visé, à savoir la promotion de la qualité. Soumettant les personnes qui appartiennent à un même secteur économique à une inégalité de traitement arbitraire et portant atteinte de façon flagrante au principe de l égalité devant l impôt, l imposition basée sur le rendement est tout simplement anticonstitutionnelle. René Matteotti, LL.M., avocat Professeur ordinaire en droit fiscal suisse, européen et international à l Université de Zurich et consultant auprès de Baker & McKenzie, Zurich 7 C2H5OH_F_2_2014.indd :51

8 Politique en matière d alcool Efficacité accrue grâce au partage d expériences Les cantons sont les principaux partenaires de la Confédération pour l application de la législation fédérale. Dans le domaine de l alcool, ils disposent de compétences étendues en matière de prévention structurelle et de prévention comportementale. Les programmes et réglementations qui portent leurs fruits dans certains cantons sont souvent repris dans d autres, sous une forme adaptée aux besoins locaux. Les cantons se réunissent régulièrement afin de discuter de leurs mesures et projets respectifs en matière de prévention des problèmes liés àl alcool. Interdire la publicité pour l alcool lors de manifestations sportives, limiter les heures pour la vente de boissons alcooliques ou encore créer des cellules de dégrisement: voilà quelques-unes des décisions que les cantons peuvent prendre. La Confédération a quant à elle compétence pour régler la perception des impôts à la consommation grevant la bière et les boissons spiritueuses, définir un cadre légal pour la publicité et le commerce relatifs aux boissons alcooliques et aider les cantons à appliquer leurs mesures visant à prévenir l alcoolisme et à lutter contre les dépendances. Des réponses différentes à des problèmes similaires La répartition des tâches entre la Confédération et les cantons se fonde sur le principe de la subsidiarité, selon lequel les problèmes locaux sont réglés à un niveau local. Or, de nombreux problèmes dépassent aujourd hui les frontières régionales. Créant de nouvelles habitudes de consommation, la mondialisation et Internet font que les 26 cantons suisses doivent gérer des situations difficiles similaires dans le domaine de l alcoolisme et des autres dépendances. Il n est donc guère étonnant que les mesures prises par les cantons se ressemblent de plus en plus, même si leur aménagement sur le plan local diffère: Le canton de Genève interdit la vente des boissons alcooliques entre 21 heures et 7heures. Le canton de Vaud prévoit une interdiction de vente à importer entre 20 heures et 6heures dans le cadredelarévision de la loi cantonale sur les auberges et les débits de boissons. Cette interdiction ne s applique cependant pas au vin. Depuis le début du mois de septembre 2013, les magasins lausannois qui vendent de l alcool doivent fermer leurs portes à20heures le vendredi et le samedi. Les CFF ayant repris cette réglementation, qu ils appliquent depuis le 1 er mars 2014, les commerces de la gare de Lausanne n ont, ces deux jours, plus le droit de vendrede boissons alcooliques à partir de 20 heures. L article dit du sirop est en vigueur dans 22 cantons. Ainsi, seuls quatre cantons n obligent pas encore les établissements de restauration à proposer à leurs clients au moins une boisson sans alcool à un prix inférieur à celui de la boisson alcoolique la meilleur marché. L application de cet article varie cependant d un canton à l autre. Une chaîne de restaurants active dans l ensemble de la Suisse doit ainsi établir une carte des boissons spécifique à chaque canton. Dans le canton de Bâle-Campagne, il faut par exemple proposer au moins deux boissons sans alcool dont le prix est, à quantité égale, plus bas que celui de la boisson alcoolique la moins chère, tandis qu il faut en proposer au moins trois, dont une eau minérale et un jus de fruits, dans le canton du Jura. Partage d expériences et de connaissances Afin de mieux relever les nouveaux défis auxquels ils sont confrontés, les cantons intensifient leur collaboration. Entendant soutenir ce partage 8 C2H5OH_F_2_2014.indd :51

9 d expériences, la Confédération a créé le Programme National Alcool (PNA), auquel les cantons peuvent se référer et dans le cadre duquel elle s engage notamment en faveur du renforcement de la protection de la jeunesse, informe le grand public des conséquences d une consommation problématique d alcool et propose un système national destiné au financement des projets de prévention de l alcoolisme. Le PNA vise également à encourager la collaboration de la Confédération et des cantons sur le plan institutionnel. Organisée conjointement depuis 2004 par la Commission fédérale pour les problèmes liés à l alcool, l Office fédéral de la santé publique et la RFA, la journée annuelle consacrée aux Plans d action cantonaux alcool constitue une plateforme importante pour l échange entre les cantons. Les professionnels chargés de la politique en matière d alcool dans les différentes directions cantonales sont le public cible de cette journée. D autre part, la RFA organise deux fois par année des rencontres avec ses partenaires cantonaux concernant le commerce de l alcool. Ces rencontres favorisent le dialogue entre la Confédération et les cantons ainsi qu entre les cantons eux-mêmes. L intensification de la collaboration entre les cantons est réjouissante. En effet, plus les mesures qui ont fait leurs preuves dans certains cantons seront reprises dans d autres, plus la consommation problématique d alcool et ses conséquences pourront être réduites de manière efficace et économique. Les recommandations visant à protéger la jeunesse formulées par la Conférence des directrices et directeurs des départements cantonaux de justice et police, la Conférence des directrices et directeurs cantonaux des affaires sociales et la Conférence suisse des directrices et directeurs cantonaux de la santé (voir C 2 H 5 OH, 2/2013) en sont un bon exemple. Nicolas Rion /Ruth Widmer Exemples d interventions et de mesures concernant la politique en matière d alcool (état au 1 er septembre2014) Achats tests Dans le canton de Soleure, la police dispose depuis le 1 er janvier 2014 de la base légale nécessairepour effectuer des achats tests d alcool. Le personnel de vente qui commet une infraction est dénoncé, puis mis àl amende. Cellules de dégrisement Le 10 juin 2014, le Grand Conseil du canton de Berne a accepté par 108 voix contre 40 l installation de cellules de dégrisement. A lafindumois d août, le conseil municipal de Zurich a approuvé à une courte majorité (59 voix contre 56) l exploitation définitive du service central de dégrisement et d accompagnement («Hotel Suff»). La population doit encorese prononcer àcesujet le 30 novembre Le Conseil d Etat du canton de Fribourg est en train d élaborer un rapport dans lequel il examine la possibilité de créer des cellules de dégrisement pour les personnes se trouvant sous l influence de l alcool ou de stupéfiants. Interdiction de périmètre Dans le canton de Lucerne, la majorité des parlementaires arejeté àlafindumoisdemai 2014 une motion visant à instaurer une interdiction de périmètre. L auteur de la motion demandait que la consommation, la vente et la détention d alcool soient interdites et punies d une amende dans des zones publiques telles que la place de la gareoula place de l Europe àlucerne. Interdiction de la publicité Le 18 mai 2014, le peuple zurichois arejeté l initiative de la Croix-Bleue visant à interdire la publicité pour les boissons alcooliques sur les places de sport et lors des manifestations sportives dans le canton de Zurich. Informations complémentaires: C2H5OH_F_2_2014.indd :51

10 Politique en matière d alcool Privilège fiscal accordé aux agriculteurs: entre mythe et réalité En vigueur depuis 1932, l allocation en franchise pour les agriculteurs fait actuellement l objet de discussions dans le cadre de la révision totale de la loi sur l alcool. Dans quel contexte cette réglementation a-t-elle vu le jour et que signifie-t-elle concrètement? Les agriculteurs ont-ils vraiment le droit de disposer en franchise d un litre d eau-devie de leur cru par exercice de distillation et par vache? En principe, les boissons spiritueuses produites à partir des matières premières appartenant aux paysans et destinées exclusivement à l usage personnel de ces derniers ne sont pas fiscalisées. Tous les ans, la RFA calcule le nombre de litres d alcool pur que chaque agriculteur a effectivement le droit d utiliser en franchise d impôt, la quantité maximale étant fixée à 45 litres d alcool pur par exercice de distillation. Pourquoi les agriculteurs bénéficient-ils d un avantage fiscal? En 1923, le peuple suisse arejeté un projet constitutionnel qui, à la différence de la première loi sur l alcool datant des années 1880, visait à fiscaliser également les eaux-de-vie de vin, de fruits et de baies. Le projet anotamment été refusé parce qu il mettait tous les producteurs d eau-de-vie de vin sur le même pied et ne prévoyait aucune allocation en franchise pour les agriculteurs. Afin que la seconde mouture du projet ait une chance d aboutir,ses auteurs y ont inscrit ce privilège. Le projet a ainsi été approuvé par le peuple suisse en Une nouvelle loi sur l alcool aensuite été élaborée sur la base de l art. 32bis de la Constitution fédérale. Entrée en vigueur en 1932, cette loi est toujours appliquée. Le privilège fiscal accordé aux agriculteurs se justifiait notamment par le fait que ces derniers ont toujours utilisé une partie de leur eau-de-vie pour soigner leur bétail. Bien qu elle ait perdu du terrain depuis l arrivée de nombreux nouveaux médicaments plus efficaces, cette pratique n a jamais totalement disparu. Les paysans administrent encore aujourd hui un mélange composé de café et de schnaps (un litredecafé pour un demi-litre de schnaps) aux vaches qui ont des ballonnements ou qui ont mis bas. En usage externe, l eau-de-vie a un effet décongestionnant en cas d enflures ou un effet calmant en cas de douleurs musculaires ou articulaires. Certains agriculteurs s en servent également pour désinfecter les pis des vaches avant de prélever un échantillon de lait en vue d analyses bactériologiques. Comment la franchise d impôt est-elle calculée? Jusqu en 2002, le calcul de la franchise d impôt se fondait non seulement sur la surface agricole utile et le nombre de personnes travaillant en permanence sur l exploitation, mais également sur le nombre d animaux de rente. On distinguait entre les unités de gros bétail (UGB), à savoir les vaches, les reproducteurs dès 2 ans ainsi que les chevaux et mulets dès 3ans, et le petit bétail, qui était converti en UGB pour le calcul de la franchise d impôt. Ainsi, cinq veaux (jusqu à 6 mois) ou moutons d élevage (de plus de 1 an), quatre chèvres, deux porcs à l engrais ou jeunes chevaux ou mulets (moins de 1 an) équivalaient à une UGB. Les agriculteurs avaient droit à un litre d alcool pur en franchise d impôt par UGB. Afin que le calcul de la franchise d impôt puisse être effectué plus simplement et étant donné que les conditions pour la prise en compte des UGB n étaient plus réunies d un point de vue vétérinaire, un nouveau système de calcul a été instauré le 1 er juillet Depuis cette date, le calcul de la franchise d impôt se fonde toujours sur la surface agricole utile et le nombre de personnes travaillant en permanence sur l exploitation. En revanche, il ne repose plus sur le nombre d animaux de rente, qui a été remplacé par le nombre d arbres de haute tige. En outre, il se base aujourd hui également sur les données relatives aux exploitations agricoles fournies par l Office fédéral de l agriculture. Quand les agriculteurs doivent-ils s acquitter de l impôt? Même s il produit, au cours d un bon exercice de distillation, 20 litres d alcool pur au lieu des 10 C2H5OH_F_2_2014.indd :51

12.020 é Loi sur l'alcool. Révision totale (Divergences)

12.020 é Loi sur l'alcool. Révision totale (Divergences) Session d'hiver 04 e-parl 4..04 :8 - -.00 é Loi sur l'alcool. Révision totale (Divergences) Projet du Décision du Décision du Propositions de la Commission de l'économie et des redevances du du 5 janvier

Plus en détail

Les spécialistes de la dépendance soutiennent une augmentation de l impôt sur la bière au profit de la protection de la jeunesse et de la santé!

Les spécialistes de la dépendance soutiennent une augmentation de l impôt sur la bière au profit de la protection de la jeunesse et de la santé! Lausanne / Berne, le 21 février 2006 Débat du Conseil aux Etats du 6 mars 2006 Loi fédérale sur l imposition de la bière (05.071) Les spécialistes de la dépendance soutiennent une augmentation de l impôt

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Documentation de base sur les résultats 2010 des achats tests d alcool

Documentation de base sur les résultats 2010 des achats tests d alcool Département fédéral des finances DFF Régie fédérale des alcools RFA Documentation de base Date 23 mai 2011 Documentation de base sur les résultats 2010 des achats tests d alcool La vente d alcool est soumise

Plus en détail

26 novembre 2000 Votation populaire cantonale Message du Grand Conseil du canton de Berne. Initiative sur la consommation de carburant

26 novembre 2000 Votation populaire cantonale Message du Grand Conseil du canton de Berne. Initiative sur la consommation de carburant 26 novembre 2000 Votation populaire cantonale Message du Grand Conseil du canton de Berne Initiative sur la consommation de carburant Initiative sur la consommation de carburant L initiative législative

Plus en détail

AVIS DU SECTEUR AGRICULTURE DE L EFFAT SUR LA REFORME DU SECTEUR VITIVINICOLE DANS L UNION EUROPEENNE 1

AVIS DU SECTEUR AGRICULTURE DE L EFFAT SUR LA REFORME DU SECTEUR VITIVINICOLE DANS L UNION EUROPEENNE 1 AVIS DU SECTEUR AGRICULTURE DE L EFFAT SUR LA REFORME DU SECTEUR VITIVINICOLE DANS L UNION EUROPEENNE 1 Les quelque 1,5 millions d exploitations viticoles et vinicoles de l Union européenne emploient plus

Plus en détail

portant adhésion du canton de Fribourg à la convention portant révision du concordat sur les entreprises de sécurité

portant adhésion du canton de Fribourg à la convention portant révision du concordat sur les entreprises de sécurité Décret du 7 novembre 2003 Entrée en vigueur :... portant adhésion du canton de Fribourg à la convention portant révision du concordat sur les entreprises de sécurité Le Grand Conseil du canton de Fribourg

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF

Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF Décision de l'assemblée plénière de la CDF du 28 septembre 2007 Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF 1. Bases légales La possibilité d'être

Plus en détail

L industrie suisse des biens de consommation à l heure de la mondialisation

L industrie suisse des biens de consommation à l heure de la mondialisation L industrie suisse des biens de consommation à l heure de la mondialisation L industrie suisse des biens de consommation subit, ces dernières années, une concurrence de plus en plus forte sur les marchés

Plus en détail

Loi fédérale sur le commerce des boissons alcooliques

Loi fédérale sur le commerce des boissons alcooliques Loi fédérale sur le commerce des boissons alcooliques (Loi sur le commerce de l alcool, LCal) Projet du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 95, al. 1, 105 et 118, al. 2, let. a,

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale Ordonnance sur la formation professionnelle initiale du 8 décembre 2004 71100 Assistante du commerce de détail/ Assistant du commerce de détail Detailhandelsassistentin/Detailhandelsassistent Assistente

Plus en détail

Décisions de la Commission cantonale (BE) pour la protection des animaux applicables dès 2010

Décisions de la Commission cantonale (BE) pour la protection des animaux applicables dès 2010 Décisions de la Commission cantonale (BE) pour la protection des animaux applicables dès 2010 Sommaire Détention prolongée d animaux domestiques en plein air... 2 Élevage et détention d animaux à titre

Plus en détail

Les formes d organisation de l entreprise au Canada

Les formes d organisation de l entreprise au Canada Les formes d organisation de l entreprise au Canada Plusieurs formes d organisation de l entreprise peuvent être mises à contribution pour gérer une entreprise au Canada, chacune comportant ses propres

Plus en détail

Bilatérales II : lutte contre la fraude Amélioration significative de la collaboration avec l UE. 18 octobre 2004 Numéro 39/2

Bilatérales II : lutte contre la fraude Amélioration significative de la collaboration avec l UE. 18 octobre 2004 Numéro 39/2 Bilatérales II : lutte contre la fraude Amélioration significative de la collaboration avec l UE 18 octobre 2004 Numéro 39/2 Amélioration significative de la collaboration avec l UE L accord entre la

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Statuts de l Association du Pôle scientifique et technologique du canton de Fribourg (PST-FR)

Statuts de l Association du Pôle scientifique et technologique du canton de Fribourg (PST-FR) Page 1 / 8 Statuts de l Association du Pôle scientifique et technologique du canton de Fribourg (PST-FR) Art. 1 Constitution I. Constitution, siège Sous la dénomination «Pôle scientifique et technologique

Plus en détail

Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine

Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Différend sur les réserves d or et les bénéfices de la Banque nationale 14 juin 2004 Numéro 24/1 Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Raccourcie

Plus en détail

Rapport annuel 2013. Suisseculture Kasernenstrasse 23 CH-8004 Zurich T +41 43 322 07 30 E info@suisseculture.ch w suisseculture.ch

Rapport annuel 2013. Suisseculture Kasernenstrasse 23 CH-8004 Zurich T +41 43 322 07 30 E info@suisseculture.ch w suisseculture.ch Rapport annuel 2013 Suisseculture Kasernenstrasse 23 CH-8004 Zurich T +41 43 322 07 30 E info@suisseculture.ch w suisseculture.ch Sommaire 1 Assemblées générales... 3 2 Comité / Présidence... 3 3 Direction...

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA

Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA Ordonnance sur la formation continue: Audition Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA Zurich, le 7 septembre 2015 Monsieur le Conseiller fédéral Schneider-Ammann Nous vous vous

Plus en détail

OUVERTURE ET EXPLOITATION DE CHAMBRES D HÔTES

OUVERTURE ET EXPLOITATION DE CHAMBRES D HÔTES OUVERTURE ET EXPLOITATION DE CHAMBRES D HÔTES Les chambres d hôtes sont des chambres meublées situées chez l habitant en vue d accueillir des touristes, à titre onéreux, pour une ou plusieurs nuitées,

Plus en détail

Imposition sur la dépense («Imposition forfaitaire»)

Imposition sur la dépense («Imposition forfaitaire») Imposition sur la dépense («Imposition forfaitaire») Les ressortissants étrangers qui s installent en Suisse sont en principe soumis aux mêmes impôts sur le revenu et sur la fortune que les citoyens suisses.

Plus en détail

Ordonnance de l OFFT sur la formation professionnelle initiale de

Ordonnance de l OFFT sur la formation professionnelle initiale de Ordonnance de l OFFT sur la formation professionnelle initiale de gestionnaire en intendance avec certificat fédéral de capacité (CFC) du 20 décembre 2004 (Etat le 15 juillet 2011) 79613 Gestionnaire en

Plus en détail

Se lancer dans la restauration en respectant la législation

Se lancer dans la restauration en respectant la législation Se lancer dans la restauration en respectant la législation Adie Conseil Restauration Vous souhaitez vous lancer dans les métiers de la restauration? Cette fiche vous donne toutes les infos pratiques pour

Plus en détail

1. Créer une société en Suisse occidentale

1. Créer une société en Suisse occidentale Nestle, (canton of Vaud) 1. Créer une société en Suisse occidentale Sommaire 1.1 Éligibilité 1.2 Différentes étapes de la création d une société généralités 1.3 Choix de la forme juridique de la société

Plus en détail

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES SUPPRESSION DE L EXONÉRATION EN FAVEUR DES CRÉATIONS OU EXTENSIONS D ÉTABLISSEMENTS SITUÉS DANS LES QUARTIERS PRIORITAIRES

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Lois sur les investissements étrangers 13 LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur les investissements étrangers d application générale.

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Commentaire aux Cahiers Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Loi organique tendant à l approbation d accords entre l État et les collectivités territoriales de Saint-Martin, de Saint-Barthélemy

Plus en détail

Code des obligations. (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002. Délai référendaire: 3 avril 2003

Code des obligations. (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002. Délai référendaire: 3 avril 2003 Délai référendaire: 3 avril 2003 Code des obligations (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999

Plus en détail

Directives pour les contributions à des. événements sportifs internationaux en Suisse

Directives pour les contributions à des. événements sportifs internationaux en Suisse Swiss Olympic Case postale 606 CH-3000 Berne 22 Tél +41 31 359 71 11 Fax +41 31 359 71 71 info@swissolympic.ch www.swissolympic.ch Siège Maison du Sport Talgutzentrum 27 CH-3063 Ittigen près de Berne 1.

Plus en détail

CIRCULAIRE D INFORMATION No 26

CIRCULAIRE D INFORMATION No 26 15 mars 2001 Dr. Hermann Walser CIRCULAIRE D INFORMATION No 26 Mesures urgentes dans le domaine du droit de timbre de négociation : les institutions de prévoyance assimilées aux commerçants de titres 1.

Plus en détail

Encouragement à la propriété du logement

Encouragement à la propriété du logement Encouragement à la propriété du logement Directives de la Caisse de pension (CPS) concernant l acquisition d un logement en propriété Conditions concernant l encouragement à la propriété du logement au

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

Comment éviter un effet néfaste à court terme sur les prix de l immobilier consécutif à l instauration d un impôt sur la plus-value?

Comment éviter un effet néfaste à court terme sur les prix de l immobilier consécutif à l instauration d un impôt sur la plus-value? Imposition des plus-values immobilières Comment éviter un effet néfaste à court terme sur les prix de l immobilier consécutif à l instauration d un impôt sur la plus-value? Appelons «période transitoire»

Plus en détail

Indice des prix à la production et à l importation

Indice des prix à la production et à l importation 05 Prix 982-1100 Indice des prix à la production et à l importation Neuchâtel, 2011 Qu est-ce que l indice des prix à la production et à l importation? L indice des prix à la production (IPP) mesure l

Plus en détail

Vente et distribution de boissons alcoolisées : Eléments de réglementation à destination des associations

Vente et distribution de boissons alcoolisées : Eléments de réglementation à destination des associations Dans l organisation de son activité, l association doit prendre en compte le cadre général applicable à la vente et à la distribution d alcool. Ce cadre vise à protéger en particulier les personnes vulnérables,

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil M 1114-B

Secrétariat du Grand Conseil M 1114-B Secrétariat du Grand Conseil M 1114-B Date de dépôt: 19 janvier 2000 Messagerie Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur la motion de M mes et M. Chaïm Nissim, Fabienne Bugnon et Sylvia Leuenberger

Plus en détail

EDITION 2015. Conditions de participation au système de bonus BENEVITA. POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES.

EDITION 2015. Conditions de participation au système de bonus BENEVITA. POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES. EDITION 2015 Conditions de participation au système de bonus BENEVITA. POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES. Système de bonus BENEVITA: Informations destinées aux clients. Les informations ci-après vous donneront

Plus en détail

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES LE CONSEIL, Vu l article 5 (b) de la Convention relative à l Organisation de Coopération

Plus en détail

C O N V E N T I O N. B. Autorégulation relative à la publicité pour les crédits à la consommation 1. Principes

C O N V E N T I O N. B. Autorégulation relative à la publicité pour les crédits à la consommation 1. Principes C O N V E N T I O N concernant les restrictions à la publicité et la prévention dans le domaine des crédits privés et des leasings de biens de consommation A. Préambule Les membres de l Association Suisse

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé du Québec Présenté le 17 juin 2004 Principe adopté le 1 er décembre 2004

Plus en détail

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale L Université de Fribourg; L Université de Genève; L Université de Lausanne; L Université de Neuchâtel; (ci-après désignées par «les

Plus en détail

Gestion des envois retournés de façon à orienter les dons des organismes sans but lucratif

Gestion des envois retournés de façon à orienter les dons des organismes sans but lucratif Vos affaires peuvent aller plus loin Juillet 2008 Gestion des envois retournés de façon à orienter les dons des organismes sans but lucratif Les organismes sans but lucratif de toutes sortes se débattent

Plus en détail

Conférence suisse des impôts Cl 16

Conférence suisse des impôts Cl 16 Conférence suisse des impôts Cl 16 L Ordonnance du Conseil fédéral du 9 mars 2001 sur l application de la loi fédérale sur l harmonisation des impôts directs dans les rapports intercantonaux Circulaire

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES

Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES Le saviez vous? La valeur des échanges de produits agricoles s est élevée à 1 765 milliards

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A

Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A Date de dépôt : 25 juin 2013 Rapport de la Commission fiscale chargée d étudier le projet de loi du Conseil d Etat modifiant la loi sur l imposition des personnes

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

0.192.122.975 Echange de lettres

0.192.122.975 Echange de lettres Echange de lettres des 23 juillet/11 août 1971 entre le Département politique fédéral et la Banque asiatique de développement concernant le bureau de la Banque à Zurich et le personnel qui y est affecté

Plus en détail

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg La titrisation d actifs est un mécanisme en pleine expansion au Luxembourg, qui consiste à convertir des actifs difficilement commercialisables

Plus en détail

Session de printemps Compte rendu de la 1 ère semaine

Session de printemps Compte rendu de la 1 ère semaine Session de printemps Compte rendu de la 1 ère semaine 5 mars 2010 Au cours de la première semaine de la session, le Conseil national a débattu de la 11e révision de l AVS : il a renoncé à atténuer les

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale www.inspection.gc.ca/alimentssalubres Balayer le code de réponse

Plus en détail

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Afin de déterminer le régime fiscal d un Office de Tourisme constitué sous forme associative, il est nécessaire de distinguer les différentes

Plus en détail

Rapport annuel 2014 FORMATION EN DEUX PHASES

Rapport annuel 2014 FORMATION EN DEUX PHASES Rapport annuel 214 FORMATION EN DEUX PHASES La formation en deux phases en 214 La décision du Conseil des États du 2 mars 214 de ne pas donner suite à la motion concernant la suppression de la formation

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

Loi sur les chiens 1 916.31. 27 mars 2012

Loi sur les chiens 1 916.31. 27 mars 2012 1 916.1 7 mars 01 Loi sur les chiens Le Grand Conseil du canton de Berne, vu l article 4, alinéa 1 de la loi fédérale du 16 décembre 005 sur la protection des animaux (LPA) 1) et l article 59, alinéa 1

Plus en détail

Feuille-info. (Lois sur la restauration, le débit de boissons et l hébergement (LRDBH) et sur la vente à l emporter des boissons alcooliques (LVEBA))

Feuille-info. (Lois sur la restauration, le débit de boissons et l hébergement (LRDBH) et sur la vente à l emporter des boissons alcooliques (LVEBA)) Evaluation de l application de l interdiction de vente et de service d alcool aux mineurs dans la République et canton de Genève : résultats des achats-tests 2014 (Lois sur la restauration, le débit de

Plus en détail

Conditions d octroi de l agrément pour l exercice de l activité d assurance

Conditions d octroi de l agrément pour l exercice de l activité d assurance Département fédéral des finances DFF Office fédéral des assurances privées OFAP Conditions d octroi de l agrément pour l exercice de l activité d assurance Assurance dommages Entreprises d assurance avec

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE ET REGLES D IDENTIFICATION DE LA CLIENTELE

LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE ET REGLES D IDENTIFICATION DE LA CLIENTELE LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE ET REGLES D IDENTIFICATION DE LA CLIENTELE Punissabilité des entreprises En automne 2001, les Chambres fédérales ont adopté les nouveaux articles 102 et 102a du Code pénal qui

Plus en détail

ROF 2003_005. Loi. sur la profession d avocat (LAv) Le Grand Conseil du canton de Fribourg. Décrète: du 12 décembre 2002

ROF 2003_005. Loi. sur la profession d avocat (LAv) Le Grand Conseil du canton de Fribourg. Décrète: du 12 décembre 2002 Loi du 12 décembre 2002 Entrée en vigueur :... sur la profession d avocat (LAv) Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu la loi fédérale du 23 juin 2000 sur la libre circulation des avocats (loi sur les

Plus en détail

Évaluations statistiques

Évaluations statistiques 1 / 20 Évaluations statistiques Statistiques annuelles 2010, analyses pour l'ensemble de la Suisse Informations et formulaires de demande: www.leprogrammebatiments.ch 2 / 20 18.03.2011 Centre national

Plus en détail

Etude de consommation d alcool chez les jeunes de 16 à 34 ans

Etude de consommation d alcool chez les jeunes de 16 à 34 ans Département fédéral des finances DFF Régie fédérale des alcools RFA RCP Etude de consommation d alcool chez les jeunes de 16 à 34 ans Rapport final synthétisé Basé sur : Institut LINK, Comportements de

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D 3.SF.12 DUS 2009 Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la Convention de double imposition entre

Plus en détail

Mise en place d une organisation CII nationale pour la poursuite du développement de la collaboration interinstitutionnelle

Mise en place d une organisation CII nationale pour la poursuite du développement de la collaboration interinstitutionnelle Département fédéral de l économie DFE Département fédéral de l intérieur DFI Berne, le 11 novembre 2010 Mise en place d une organisation CII nationale pour la poursuite du développement de la collaboration

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie (Ordonnance sur l assurance dommages, OAD) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 8 septembre

Plus en détail

TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE 1 Fiche technique

TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE 1 Fiche technique TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE 1 Fiche technique Depuis le 1er janvier 2009, la taxe locale sur la publicité extérieure (TLPE) remplace : - la TSA (taxe sur la publicité frappant les affiches,

Plus en détail

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES LES HEURES SUPPLEMENTAIRES Définition Les heures supplémentaires sont toujours celles effectuées au-delà de la durée légale hebdomadaire de 35 heures ou d une durée considérée comme équivalente dans certaines

Plus en détail

LOI de santé 2015 Enjeux et perspectives pour la filière viti-vinicole

LOI de santé 2015 Enjeux et perspectives pour la filière viti-vinicole - LOI de santé 2015 Enjeux et perspectives pour la filière viti-vinicole QUELQUES REPÈRES La poids socio-économique de la filière viti-vinicole 500 000 emplois directs et indirects 87 000 exploitations

Plus en détail

Prêts pour l avenir. Dans vos propres murs. Devenir propriétaire: les clés pour réaliser son rêve.

Prêts pour l avenir. Dans vos propres murs. Devenir propriétaire: les clés pour réaliser son rêve. Prêts pour l avenir. Dans vos propres murs. Devenir propriétaire: les clés pour réaliser son rêve. Prêts pour l avenir. Etre propriétaire est un rêve aussi vieux que le monde. Acquérir un logement, ce

Plus en détail

MESURES IMPACTANT LES FABRICANTS DE MEUBLES DU QUÉBEC

MESURES IMPACTANT LES FABRICANTS DE MEUBLES DU QUÉBEC BUDGET FÉDÉRAL 2016 MESURES IMPACTANT LES FABRICANTS DE MEUBLES DU QUÉBEC Le présent document résume les mesures annoncées dans le budget fédéral 2016 2017 déposé le 22 mars dernier et qui pourraient toucher

Plus en détail

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES Rapport présenté par Madame Claudie PAYET, au nom de la Commission de l emploi et des affaires sociales et adopté au Bureau du 28 juin 2007, selon

Plus en détail

Tout sur la Banque WIR

Tout sur la Banque WIR Tout sur la Banque WIR 1 Au service de la classe moyenne et des PME Fondée en 1934, la Banque WIR, dont le siège principal est à Bâle, entend être la partenaire privilégiée de la classe moyenne dans la

Plus en détail

916.402. Dispositions générales. du 16 novembre 2011 (Etat le 1 er juin 2012)

916.402. Dispositions générales. du 16 novembre 2011 (Etat le 1 er juin 2012) Ordonnance concernant la formation de base, la formation qualifiante et la formation continue des personnes travaillant dans le secteur vétérinaire public 916.402 du 16 novembre 2011 (Etat le 1 er juin

Plus en détail

PRATIQUES DÉLOYALES PROVENANT DE LA SUISSE

PRATIQUES DÉLOYALES PROVENANT DE LA SUISSE PRATIQUES DÉLOYALES PROVENANT DE LA SUISSE NOTAMMENT EN MATIÈRE DE COMMERCIALISATION DE LISTES D ADRESSES VENTE PAR CORRESPONDANCE JEUX-CONCOURS PUBLICITAIRES EDITION JUIN 2001 DE QUOI S AGIT-IL? Il n

Plus en détail

Rapport annuel 2013 FORMATION EN DEUX PHASES

Rapport annuel 2013 FORMATION EN DEUX PHASES Rapport annuel 213 FORMATION EN DEUX PHASES La formation en deux phases en 213 Bilan intermédiaire Le bpa a remis son rapport sur la formation en deux phases avec les résultats de son évaluation au printemps

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 703 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 juillet 2011 PROPOSITION DE LOI tendant à simplifier le recouvrement des créances alimentaires destinées aux enfants,

Plus en détail

Le présent budget maintient donc le cap de l équilibre budgétaire et les contribuables continuent de participer activement à l effort.

Le présent budget maintient donc le cap de l équilibre budgétaire et les contribuables continuent de participer activement à l effort. Pour maintenir le cap vers l équilibre budgétaire : les particuliers toujours plus sollicités Bulletin fiscal Budget provincial, 17 mars 2011 Le ministre des Finances du Québec, M. Raymond Bachand, a prononcé

Plus en détail

Ordonnance concernant l octroi d allégements fiscaux en application de la politique régionale

Ordonnance concernant l octroi d allégements fiscaux en application de la politique régionale Ordonnance concernant l octroi d allégements fiscaux en application de la politique régionale du Le Conseil fédéral suisse, Vu l art., al., de la loi fédérale du 6 octobre 006 sur la politique régionale,

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 11 juin 2010 Public Greco RC-II (2008) 4F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

La Société de Participations Financières luxembourgeoise

La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise, communément appelée «SOPARFI», est la société de droit commun luxembourgeoise. Elle est

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES par Marion Steele Département d économie, Université de Guelph et Centre pour les études

Plus en détail

ORGANISATION ET GOUVERNANCE DES ENTREPRISES PUBLIQUES ET DES PARTICIPATIONS. Sous la direction du Professeur Pierre Louis Manfrini

ORGANISATION ET GOUVERNANCE DES ENTREPRISES PUBLIQUES ET DES PARTICIPATIONS. Sous la direction du Professeur Pierre Louis Manfrini MASTER OF Ouvert aux participant-e-s extérieur-e-s MPAPUBLIC ADMINISTRATION ORGANISATION ET GOUVERNANCE DES ENTREPRISES PUBLIQUES ET DES PARTICIPATIONS CONTEXTE ET THÉMATIQUE Durant les vingt dernières

Plus en détail

Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié

Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié (Ordonnance du DFF sur les prêts hypothécaires) du 10 décembre 2001 Le Département fédéral des finances, vu l art. 116, al. 1, de l ordonnance

Plus en détail

Initiative parlementaire Loi fédérale sur la continuation de l assurance des travailleuses dans la prévoyance professionnelle

Initiative parlementaire Loi fédérale sur la continuation de l assurance des travailleuses dans la prévoyance professionnelle 01.400 Initiative parlementaire Loi fédérale sur la continuation de l assurance des travailleuses dans la prévoyance professionnelle Rapport de la Commission de la sécurité sociale et de la santé du Conseil

Plus en détail

Aperçu du budget fédéral de 2016

Aperçu du budget fédéral de 2016 RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS Aperçu du budget fédéral de 2016 Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a déposé le premier budget du gouvernement libéral le mardi 22 mars 2016. Il s agit du premier budget

Plus en détail

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024 Note de service À : De : Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires Geoff Guy, président Conseil des normes actuarielles Date : Le 29 mars 2007 Objet :

Plus en détail