I q La définition du marketing. II q Les objectifs fondamentaux du marketing. La définition du marketing et de son champ d action FICHE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I q La définition du marketing. II q Les objectifs fondamentaux du marketing. La définition du marketing et de son champ d action FICHE"

Transcription

1 [ La définition du marketing et de son champ d action En raison de la concurrence accrue et de l évolution de l environnement, le champ d action du marketing s élargit. 1 I q La définition du marketing Le marketing peut se définir comme «(...) une démarche de recherche des besoins des consommateurs et acheteurs permettant de définir l offre de l entreprise en termes de produit, de distribution et de prix, puis de faire connaître et apprécier cette offre à travers des actions publi-promotionnelles.» La pratique du marketing suit une méthode. Elle n est pas réalisée sans préparation. Avant de concevoir tout produit, il faut définir les attentes auxquelles celui-ci répond. La cible visée ne se limite pas aux consommateurs. Le marketing cible également les acheteurs, voire les influenceurs. La conception de la stratégie marketing et la définition de l offre qui en découle répondent à des objectifs pré-établis. Toutes les variables marketing sont liées pour définir l offre permettant d atteindre ces objectifs. Certaines en sont constitutives (produit, prix et distribution). D autres la présentent au marché (publicité et promotion). II q Les objectifs fondamentaux du marketing Ils sont de modeler les croyances dans un sens favorable à l entreprise. D un point de vue marketing, seule compte la perception de la réalité. La réalité n existe pas. Elle est un construit, une perception. Elle est ce que les individus interprètent à partir de leurs qualités sensorielles, leur expérience, leur humeur du moment, etc. Dans les séries policières, l enquêteur, pour connaître la réalité des faits n interroge pas qu une personne. Il questionne tous celles qui ont assisté à la scène. L objectif est de reconstituer une réalité par l addition des perceptions. En ce sens, le marketing ne manipule pas. La réponse aux attentes des consommateurs est le dénominateur commun de toute opération marketing. Cependant, la frontière est mince entre communication et manipulation. Quand un responsable marketing connaît les signaux utilisés par le consommateur pour construire, a priori, sa réalité, en l occurrence, l image d un produit, la tentation est grande de les utiliser dans un sens favorable à son offre. Si le consommateur perçoit la solidité de la carrosserie d une voiture au son mat que fait la portière en se fermant, il est facile d ajouter une feuille plastique dans la portière pour modifier le son à sa fermeture. Si les consommateurs pensent que la qualité d un sirop à la menthe dépend de sa couleur verte, il est déconseillé, comme cela a été tenté, de vendre un sirop incolore, etc. Le manager est souvent partagé entre l objectif marketing de fidélisation et l objectif commercial de maximisation du profit. La relation entre l offre et le consommateur s opère dans un environnement dont le manager doit tenir compte. Les consommateurs comme les concurrents et les influenceurs font partie du micro-environnement de l entreprise. Le but du marketing est de concevoir puis de présenter au marché une offre cohérente avec 8

2 les attentes des consommateurs et pertinentes quant à celle proposée par les concurrents. L objectif est de se démarquer de la concurrence. Le profit n existe qu en situation de monopôle. Tout le problème est de recréer cette situation par une différenciation forte de l offre. Les actions marketing mises en place dans ce but doivent respecter les conditions du macro-environnement. L offre ne doit pas être en contradiction avec les lois et règlements en vigueur sur le marché. Elle doit respecter la culture dominante (sauf si l offre vise une cible particulière), être cohérente avec le niveau de développement technologique de la cible et adaptée à la clientèle ciblée ainsi qu à son pouvoir d achat. L offre peut être évolutive pour s adapter à l évolution du marché. III q L élargissement du champ des actions marketing Les entreprises doivent intervenir de plus en plus au-delà de l échange marchand. Cet élargissement ou méga-marketing ajoute deux variables aux quatre présentées précédemment (produit, prix, distribution et communication) : les pouvoirs publics et l opinion publique. Les actions réalisées auprès des pouvoirs publics ont pour objectif de «fluidifier» les relations avec l administration. Il s agit de lobbying dont le but est de faciliter l octroi d autorisations d ouverture ou d agrandissement de surfaces, voire, si possible, d orienter des décisions en faveur des acteurs du marché. Les actions réalisées auprès de l opinion publique visent, elles, à se rapprocher affectivement de la clientèle pour favoriser la fidélité ou couvrir les opérations marketing et commerciales d un voile éthique. Si le profit est encore le fondement central et la raison d être des entreprises, il ne constitue plus une fin justifiant tous les moyens. Ainsi, les entreprises communiquent de plus en plus sur leurs valeurs. Elles indiquent les règles qu elles s obligent à suivre dans leur management et leurs relations commerciales pour tendre vers plus d éthique dans le commerce. Les entreprises ne peuvent plus ignorer les environnements dans lesquels elles opèrent. 1 A. Les valeurs d entreprise Elles caractérisent sa culture. Ce sont des croyances communes aux employés. Elles concernent les comportements, les politiques et les objectifs jugés importants ou non, appropriés ou non, bon ou mauvais. La recherche de légitimité par la proclamation de valeurs caractérise de plus en plus le comportement des entreprises. Ce besoin fait suite à la «crise des valeurs» qu ont engendrée les différentes crises financières, écologiques, ainsi que les mutations de la société et la mondialisation de l économie. Ces valeurs s expriment dans toutes leurs actions et discours dirigés vers des cibles tant internes qu externes. Elles génèrent de nouvelles pratiques managériales et de nouveaux positionnements marketing à partir d une éthique plus ou moins formalisée. L objectif poursuivi est l adhésion de tous par l intériorisation des valeurs. Pour atteindre cet objectif, la culture doit être proche des us et coutumes de la société. Elle doit paraître comme quelque chose de naturel faisant partie du décor. 9

3 B. Le domaine d expression des valeurs d entreprise Les entreprises expriment leurs valeurs au travers de la mise en avant d une certaine éthique, d un discours citoyen, du développement durable ou dans l exercice du commerce équitable L éthique La notion d éthique est basée sur le triptyque suivant : ma liberté, ta liberté et la règle. Si je reconnais l autre comme mon semblable alors, parce que je crois en ma liberté, je reconnais également son droit à la liberté. L éthique est particulière, la morale universelle. L éthique est l ensemble des règles de conduite typiques d une société. La morale est l ensemble des principes à dimension universelle, normative voire dogmatique. L éthique et la morale sont fondées sur la distinction entre le bon et le mauvais. Cependant, l éthique, contrairement à la morale, permet à l individu d exprimer son point de vue et ses intérêts. Développée par l entreprise, l éthique, normalement liée aux individus, prend le nom d éthique d entreprise. Elle fait référence à la notion d entreprise responsable. 2. Le discours citoyen L entreprise citoyenne est celle qui estime que sa responsabilité va au-delà de son rôle économique. Son objectif est d offrir les produits attendus par ses clients tout en ayant une politique de respect des équilibres sociaux et environnementaux afin de limiter les torts éventuels et d optimiser les bénéfices mutuels. Cette responsabilité touche l entreprise, ses clients, la Société, et donc l ensemble des acteurs concernés par son activité. Le recours aux entreprises pour limiter les maux de la Société, tels que les inégalités sociales ou la dégradation de l environnement écologique, tient au fait que l État n est plus toujours capable de remplir ce rôle. Il faut pourtant noter que ces problèmes ont parfois comme origine l activité des entreprises! Par le développement de sa citoyenneté, l entreprise élargit la notion d échange à celle d échange de valeurs entre elle et ses clients, mais aussi entre elle et la Société. Le discours citoyen des entreprises est de plus en plus souvent intégré dans la problématique stratégique des entreprises. Un tel positionnement peut découler d une réelle conviction, d une démarche marketing ou d une coercition de la part des consommateurs. Devant le risque de boycott ou de dégradation de leur image, certaines entreprises refusent d associer leur marque à des catégories de produits ou à des marques susceptibles d être jugées négativement. 3. Le développement durable Il s agit «d un développement qui répond au besoin du présent, sans compromettre celui des générations futures». Cela concerne trois domaines : l environnement, le social, et l économie. Ces trois dimensions sont traitées de manière égalitaire afin de créer une synergie dont le but est l amélioration de l état du monde. Cette définition place l être humain au centre des préoccupations et se fonde sur la 10

4 solidarité intergénérationnelle. Les actions sur le long terme sont privilégiées. La prise en compte des échelles planétaires et des interdépendances entre les différents espaces est essentielle. Le développement durable traduit l idée d une justice sociale s appuyant sur des fondements économiques. Il s agit de concilier la démarche économique et la juste répartition sociale. 4. Le commerce équitable Le commerce équitable s inscrit dans une démarche de développement durable. «Le commerce équitable est une approche alternative au commerce international conventionnel. C est un partenariat qui vise un développement durable pour des producteurs exclus ou désavantagés. Il cherche à réaliser cela en proposant de meilleures conditions commerciales, en éduquant pour provoquer une prise de conscience et en menant des campagnes». La notion de partenariat entre les pays du Sud et les organisations commerciales des pays du Nord ainsi que la notion de prix équitable pour les producteurs caractérisent ce type de pratiques commerciales. Cette approche du commerce a des objectifs d éducation des populations plutôt que d assistanat. Le but poursuivi est d améliorer les conditions de vie des producteurs du tiers-monde, pour qu ils puissent assurer leur propre développement local. 1 11

5 [ Le modèle du comportement du consommateur 2 Le comportement du consommateur est l un des domaines les plus prolifiques de la littérature marketing. Il reste pourtant partiellement prévisible. I q Le modèle intégrateur de Blackwell, Engel et Miniard C est le modèle le plus complet. Il est qualifié d «intégrateur» car il est conçu à partir des principales connaissances sur le comportement du consommateur. A. La description du modèle intégrateur Entrée Traitement de l'information Processus de choix Entrée Stimuli Exposition Attention Compréhension Recherche interne Mémoire Reconnaissance du besoin Recherche d'informations Evaluation des alternatives Influence de l'environnement - Culture - Classe sociale - Famille - Situation Recherche externe Acceptation Impact Insatisfaction Achat Consommation Evaluation post-achat Différences individuelles - Ressources - Motivation - Implication - Personnalité - Valeurs - Expertise Satisfaction J. Engel, R. Blackwell et P. Miniard, Consumer Behavior, Dryden Press, 1985, 8 e éd. Ce modèle est composé de deux grands axes : 1. Le traitement de l information C est le processus par lequel une information est perçue, comprise, acceptée et mémorisée. La perception est un processus en deux étapes : l information est perçue, puis interprétée. La perception dépend des caractéristiques des stimuli (forme, couleur, etc.) et des caractéristiques des individus. Certains ont des expériences, des motivations, des attentes, des sens (vue, ouïe, odorat, toucher ou goût) plus développés. Les caractéristiques individuelles interviennent pour l interprétation des stimuli perçus. L acceptation d une information dépend de sa convergence avec les informations déjà possédées par l individu. Une information 12

6 dissonante, contraire au système de croyances, a pour effet une remise en cause de ce dernier ou, plus souvent, un rejet de l information perturbante. Accepter une information cohérente avec le système de croyances le renforce. 2. Le processus de choix Après une recherche d informations plus ou moins longue selon son implication, un individu choisit l alternative la mieux adaptée à la réduction de son besoin. La solution adoptée peut être un renoncement ou un report de l achat si aucune alternative ne satisfait le besoin ressenti. Dans ce cas, cette décision peut résulter d une mauvaise évaluation des alternatives ou d une recherche d informations incomplète. Le décideur est d ailleurs, pour la plupart de ses choix, en situation de rationalité limitée. Cette limite est liée au coût du recueil de l information (temps, achat de revues, déplacements en magasin, etc.) ainsi qu au coût cognitif de son traitement. Un individu moyen peut traiter facilement 7 A 2 informations. Ce processus de décision se fait sous l influence de variables individuelles et environnementales. 2 B. Les clefs d entrée du modèle 1. Les stimuli externes Ils sont essentiellement marketing et sont de la responsabilité des entreprises. Ces stimuli sont d autant plus efficaces que les individus sont ouverts aux informations externes. Cette ouverture peut être active : recherche d informations. Elle peut être passive, subie. Le filtre perceptuel, élément du processus de perception, protège les individus des informations non recherchée, mais ce filtre n est pas étanche. 2. La reconnaissance du besoin Elle résulte d un inconfort, d une tension engendrée par un manque. Ce manque a pour origine la comparaison entre la situation effective dans laquelle se trouve l individu et une situation idéale dont il se souvient ou présentée dans les stimuli externes. II q Les différents rôles dans le processus de consommation Plusieurs étapes peuvent être distinguées dans le processus de décision. Elles correspondent à autant de rôles qui peuvent être tenus par une ou plusieurs personnes : l initiateur est à l origine de la démarche d achat. Il propose le premier l achat du produit ; l influenceur influence plus ou moins fortement la décision d achat ; le décideur décide du produit acheté et des conditions d achat (où, quand, comment, combien, etc.) ; l acheteur achète le produit ; l utilisateur le consomme. Les différentes personnes intervenant dans la décision représentent autant de cibles marketing. Quand Findus déclare que «Pour Findus, seul le meilleur est bon», cela rassure les parents, acheteurs, mais ne motive pas les enfants, consommateurs. La marque peut alors inventer un personnage pour s adresser de manière ludique aux enfants ou le faire par la forme originale du produit. 13

7 QCM 1 [ Á La définition du marketing et de son champ d action Fiche 1 SCORE 1 q Le marketing se définit comme : 0 1 a une démarche pour proposer une offre adaptée aux besoins des consommateurs b un moyen de contrôle des achats des consommateurs c l étude des échanges de signaux entreprise-consommateur d une démarche de création de besoins 2 q Le rapprochement entre le marketing du producteur et celui du distributeur s appelle : 0 1 a la conception réactive b le méga marketing c le modèle dialectique d le trade marketing 3 q L offre marketing : 0 1 a est ce que les entreprises ont à vendre b est constituée des échantillons gratuits c se définit à partir des variables du produit, du prix et de la distribution d ne peut être vendue sans communication 4 q Le marketing a pour cible : 0 1 a les annonceurs b toutes les personnes susceptibles d influencer les acheteurs et leur comportement c les concurrents d des personnes de l entreprise 5 q L objectif du marketing est de : 0 1 a vendre à tout prix pour maximiser le profit b répondre aux attentes des clients c manipuler les croyances pour créer des besoins d renforcer la relation client 6 q Le champ d action du marketing : 0 1 a se limite à l échange commercial b intègre les positionnements concurrents c intègre le discours sur les valeurs de l entreprise d favorise les échanges avec les populations défavorisées 146

8 1 7 q La culture d entreprise : 0 1 a est décidée par le manager b est spécifique à chaque entreprise c est une sous-culture de la culture nationale d permet aux employés de définir leur comportement face à des situations nouvelles 8 q Le discours citoyen des entreprises : 0 1 a est pratiqué par toutes les entreprises, dès qu elles communiquent b est la prise en compte, par les entreprises, de certains problèmes sociaux c est la communication commerciale des entreprises nationales d existe quand les entreprises ne s adressent pas directement à leurs clients 9 q La structure d entreprise : 0 1 a est décidée lors de la rédaction des statuts de l entreprise b dépend de l influence des groupes stratégiques présents dans le secteur d activité c dépend de la place disponible dans les locaux d est le reflet de sa culture 10 q L objectif du management fondé sur une culture d entreprise forte est : 0 1 a de donner des valeurs aux salariés b d éviter les conflits sociaux c de faire converger les efforts des employés vers des buts communs d de faciliter l expatriation des salariés en leur permettant de trouver des valeurs communes, quel que soit le pays d implantation 11 q Le champ d action marketing des entreprises s élargit parce que : 0 1 a elles veulent se démarquer de la concurrence b il y a des problèmes sociaux et environnementaux à résoudre c c est un moyen éthique, pour les entreprises, de dépenser leurs bénéfices d cela répond à une sensibilité du dirigeant 12 q Le développement durable : 0 1 a n a rien à voir avec le commerce équitable b suppose que l État et l entreprise partagent équitablement les bénéfices de l entreprise c concerne les domaines de l environnement, de la finance et de la lutte contre le chômage d concerne les domaines de l environnement, du social, et de l économie 147 orésultats /12

9 QCM 2 [ Á Le modèle du comportement du consommateur Fiche 2 SCORE 1 q Le processus de décision d achat : 0 1 a nécessite l intervention de plusieurs personnes b peut être assumé par une seule personne c suppose que l acheteur possède toutes les informations nécessaires à sa décision d se termine par un choix entre les marques disponibles 2 q La qualité de la perception des informations : 0 1 a dépend de la volonté de la personne soumise à la communication b ne dépend que des qualités sensorielles des individus c dépend du vécu de chacun d détermine la mémorisation des informations 3 q Le déclenchement du comportement de consommation : 0 1 a est déterminé par les besoins ressentis b dépend du niveau de revenu des individus c a toujours les mêmes origines d dépend des actions marketing des entreprises 4 q Le traitement de l information dépend de : 0 1 a la perception qu en ont les consommateurs b l importance de la diffusion du message publicitaire c la volonté de la personne touchée d la convergence entre l information et les croyances de la personne touchée 5 q Le modèle du comportement du consommateur : 0 1 a explique l implication dans l achat b explique les comportements de consommation c permet au consommateur de gérer un maximum d informations en même temps d est déclenché par des stimuli externes et internes 6 q La reconnaissance d un besoin par le consommateur : 0 1 a dépend des actions des entreprises b résulte d un manque ressenti par le consommateur c dépend de l entourage du consommateur d dépend des ressources financières du consommateur 148

10 2 7 q Une variable fait partie de l environnement du consommateur et influence son comportement : 0 1 a les ressources financières b les ressources cognitives c la culture d l habitat 8 q Une variable individuelle est liée au besoin : 0 1 a la motivation b la publicité c la qualité sensorielle d la culture 9 q L évaluation des alternatives est : 0 1 a l évaluation des produits alternatifs de substitution b l évaluation par une entreprise des offres concurrentes c une opération similaire au benchmarking d l évaluation par le consommateur des offres proposées sur le marché 10 q Le but de l évaluation des alternatives est de choisir d acheter le produit : 0 1 a le plus réputé b le mieux adapté aux attentes c le moins cher d consommé par l entourage 11 q Un rôle ne fait pas partie du processus de consommation : 0 1 a influenceur b utilisateur c annonceur d initiateur 12 q La mémoire : 0 1 a n intervient pas dans le comportement de consommation b est une des clés d entrée du comportement de consommation c intervient différemment selon les individus et leur capacité de mémorisation d peut susciter la reconnaissance d un besoin de consommation 149 orésultats /12

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES CORRIGÉ TYPE DE L EXAMEN

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES CORRIGÉ TYPE DE L EXAMEN ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES Module : Marketing Fondamental Niveau : 1 ère Année Master Enseignant : KHERRI Abdenacer Date : 13/04/2015 Site web : www.mf-ehec.jimdo.com Durée : 1 heure 30 minutes

Plus en détail

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix!

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix! Communiqué de presse 21 novembre 2011 Une étude CEDRE/Ifop 1 propose le regard croisé des consommateurs et des chefs d entreprises français sur le «Made in France» 72% des Français prêts à payer plus cher

Plus en détail

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix!

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix! Communiqué de presse 21 novembre 2011 Une étude CEDRE/Ifop 1 propose le regard croisé des consommateurs et des chefs d entreprises français sur le «Made in France» 72% des Français prêts à payer plus cher

Plus en détail

Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE

Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE I. La démarche mercatique globale A. Définition Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE La mercatique est l ensemble des techniques et actions ayant pour objet de prévoir, constater, stimuler, susciter ou renouveler

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 6 Septembre 2010

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 6 Septembre 2010 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 6 Septembre 2010 Baromètre annuel vague 6-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

Le Neuromarketing Plan Cours 5.

Le Neuromarketing Plan Cours 5. Le Neuromarketing Plan Cours 5. Définitions et objectifs du neuromarketing Expérimentations en neuromarketing Les systèmes neuronaux de récompense Utilisation de stimuli subliminaux Les neurosciences:

Plus en détail

PLAN --> Introduction : les notions de Segmentation / Ciblage et Positionnement. --> Segmentation : définition et objectifs

PLAN --> Introduction : les notions de Segmentation / Ciblage et Positionnement. --> Segmentation : définition et objectifs COURS N 2 : STRATEGIE MARKETING ET PLAN MARKETING COURS N 2 : STRAT. MARKETING ET PLAN MARKETING PLAN --> Introduction : les notions de Segmentation / Ciblage et Positionnement --> Segmentation : définition

Plus en détail

MC1: Communication et accueil à la clientèle

MC1: Communication et accueil à la clientèle 30 METIERS DE L ACCUEIL ET DU MARKETING MC1: Communication et accueil à la clientèle - Donner une image positive de son entreprise et développer ses capacités à informer et à communiquer avec un public

Plus en détail

19 L A P U B L I C I T E E T L E N F A N T IV. Les effets de la publicité sur les enfants

19 L A P U B L I C I T E E T L E N F A N T IV. Les effets de la publicité sur les enfants 19 L A P U B L I C I T E E T L E N F A N T IV. Les effets de la publicité sur les enfants Avec le développement social, la télévision est entrée dans la plupart des foyers en devenant le média de masse

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Chapitre 3 : l apprentissage et la mémorisation

Chapitre 3 : l apprentissage et la mémorisation Chapitre 3 : l apprentissage et la mémorisation Le consommateur affine sa connaissance du monde au fur et à mesure des stimuli reçus : c est un processus continu Les théories behavioristes Elles s appuient

Plus en détail

Etude du comportement de l acheteur

Etude du comportement de l acheteur Etude du comportement de l acheteur Marché des biens de consommation : le consommateur individuel influence de la situation influence psychologiique influence économico-socio-culturelle processus de décision

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Introduction Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Marketing des services de l information Vos attentes Redéfinir clairement à qui vous vous adressez Mieux connaître les attentes de votre

Plus en détail

Cours de Marketing. Gestion Logistique et Transport. Semestre 1

Cours de Marketing. Gestion Logistique et Transport. Semestre 1 Cours de Marketing Gestion Logistique et Transport Semestre 1 CH I Qu est-ce que le Marketing 1.1/ Un peu d Histoire Fin 19 ème - Début 20 ème : Primauté de la fonction de production. Après la crise de

Plus en détail

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler.

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler. Mobile & achats à la demande Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat tradedoubler.com En Europe, les canaux mobiles de marketing à la performance transforment

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Cours de Marketing. Focaliser l attention sur les besoins du client. Consumer marketing Business to business (B2B)

Cours de Marketing. Focaliser l attention sur les besoins du client. Consumer marketing Business to business (B2B) Cours de Marketing -> L étude du marché, stratégies pour l entrée du produit sur le marché, pour balancer la demande et l offre, étude qualitative (ex : interroger un public ciblé) et quantitative (calculer

Plus en détail

CAFDES Communication Communiquer, c est quoi?

CAFDES Communication Communiquer, c est quoi? CAFDES Communication Communiquer, c est quoi? Communiquer, c est parler v En Grèce antique, Rome, la communication était synonyme d éloquence Ø Le talent de communicateur était assimilé à l art de bien

Plus en détail

STRATEGIES MARKETING. Licence 3 2010-2011. S7 : politique de prix

STRATEGIES MARKETING. Licence 3 2010-2011. S7 : politique de prix STRATEGIES MARKETING Licence 3 2010-2011 S7 : politique de prix Professeur : Alain Debenedetti Alain.debenedetti@univ-mlv.fr Qu est-ce qu un prix? Introduction somme d argent coûts non monétaires Introduction

Plus en détail

Introduction : La psychologie, une science qui a rapporté à l humanité depuis son apparition.

Introduction : La psychologie, une science qui a rapporté à l humanité depuis son apparition. Plan Introduction I. Application de la psychologie au domaine professionnel : Apparition de la psychologie du travail 1. définition : la psychologie du travail 2. historique. 3. Les domaines d intervention

Plus en détail

DEMARCHE MARKETING MODULE : Aouichaoui Moez BTS : Conseiller d apprentissage. moez.aouichaoui@atfp.tn. Démarche Marketing

DEMARCHE MARKETING MODULE : Aouichaoui Moez BTS : Conseiller d apprentissage. moez.aouichaoui@atfp.tn. Démarche Marketing 2012/2013 Démarche Marketing MODULE : BTS : DEMARCHE MARKETING Aouichaoui Moez Conseiller d apprentissage moez.aouichaoui@atfp.tn - Janvier 2014 www.logistiquetn.me.ma, Tunis Aouichaoui Moez 1 Plan N.B

Plus en détail

- Communiqué de Presse -

- Communiqué de Presse - Paris, le 7 janvier 2010 - Communiqué de Presse - L Union Financière de France lance GPS - Gestion Pilotée et Suivi : un concept de gestion innovant en adéquation avec les attentes de la clientèle patrimoniale,

Plus en détail

Corrigé 9K32. NB : ce devoir permet notamment d évaluer les compétences suivantes :

Corrigé 9K32. NB : ce devoir permet notamment d évaluer les compétences suivantes : Corrigé 9K32 Eléments de corrigé : devoir 1 NB : ce devoir permet notamment d évaluer les compétences suivantes : C.11.1 : S approprier la demande de l annonceur C.21.2 : Analyser le portefeuille annonceur

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE Les relations au sein de l entreprise tendent à se complexifier depuis quelques années. L ouverture internationale multiplie en effet le

Plus en détail

LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL. Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel

LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL. Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel Sommaire PRESENTATION GENERALE DU MARKETING: Qu est-ce que le Marketing? Introduction et définition

Plus en détail

Plénière 1 / Le retour sur investissement, nouveau paradigme de la communication? Mythes et réalités

Plénière 1 / Le retour sur investissement, nouveau paradigme de la communication? Mythes et réalités Plénière 1 / Le retour sur investissement, nouveau paradigme de la communication? Mythes et réalités Ce document est la synthèse de la conférence, réalisée et diffusée en direct par : Le retour sur investissement,

Plus en détail

Regard des entreprises au Québec sur les politiques publiques

Regard des entreprises au Québec sur les politiques publiques Montréal Québec Toronto Ottawa Edmonton Philadelphie Denver Tampa Regard des entreprises au Québec sur les politiques publiques Janvier 2010 www.legermarketing.com Table des matières Contexte, objectifs

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

La rédaction web et le mécanisme de perception des internautes

La rédaction web et le mécanisme de perception des internautes La rédaction web et le mécanisme de perception des internautes 3 propositions à analyser pour construire adéquatement une image de marque sur internet Livre Blanc Avril 2015 Cette page est laissée intentionnellement

Plus en détail

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 Le CRM (GRC) est la clef de votre succès Les Principes généraux de la Gestion de la Relation Clients Confidentiel

Plus en détail

Les domaines d application du marketing. Marketing des achats. Marketing industriel

Les domaines d application du marketing. Marketing des achats. Marketing industriel Les domaines d application du marketing Marketing des achats Marketing industriel Ecole Doctorale-Université Pascal Paoli - 1 - Sommaire Introduction I. Analogies entre achat et marketing II. La démarche

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

Observatoire des partenariats Associations / Entreprises. Synthèse ARPEA Entreprises. Associations / entreprises : l amorce d une profonde mutation!

Observatoire des partenariats Associations / Entreprises. Synthèse ARPEA Entreprises. Associations / entreprises : l amorce d une profonde mutation! Observatoire des partenariats Associations / Entreprises Associations / entreprises : l amorce d une profonde mutation! Mai 2009 2 Le monde change, les postures aussi! Les relations entre les associations

Plus en détail

Opérations entre apparentés

Opérations entre apparentés exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Opérations entre apparentés Septembre 2012 DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES COMMENTAIRES : LE 21 NOVEMBRE 2012

Plus en détail

Avis Publicité et stéréotypes sexuels, sexistes et sexués.

Avis Publicité et stéréotypes sexuels, sexistes et sexués. Avis Publicité et stéréotypes sexuels, sexistes et sexués. La réflexion du CPP sur la sexualisation précoce des enfants dans la publicité, qui a fait l'objet d'un Avis publié le 16 avril 2013, s est prolongée

Plus en détail

La communication interne des entreprises

La communication interne des entreprises Nicole d Almeida Thierry Libaert La communication interne des entreprises 7 e édition Dunod, 2014 5 rue Laromiguière, 75005 Paris www.dunod.com ISBN 978-2-10-071106-2 Sommaire Avant- propos 5 Chapitre

Plus en détail

Gestion Marketing. Introduction. Etat d esprit. Le management MARKETING (MKG) 1. Marchés. 2. Détection des marchés. 3. Méthode scientifique

Gestion Marketing. Introduction. Etat d esprit. Le management MARKETING (MKG) 1. Marchés. 2. Détection des marchés. 3. Méthode scientifique Gestion Marketing Introduction Etat d esprit Consommateur Acheteur Prescripteur Utilisateur Besoin Le management MARKETING (MKG) 1. Marchés 2. Détection des marchés 3. Méthode scientifique 4. Conquête

Plus en détail

Les entreprises françaises face au défi du. mobile!"#$!"%&'(#&!"#$%&$'#()&'!$*($'#+,$(!'(*'!-(.++./$(

Les entreprises françaises face au défi du. mobile!#$!%&'(#&!#$%&$'#()&'!$*($'#+,$(!'(*'!-(.++./$( Les entreprises françaises face au défi du mobile!"#$!"%&'(#&!"#$%&$'#()&'!$*($'#+,$(!'(*'!-(.++./$( Objectifs de l étude Comprendre la perception et les usages des mobinautes français, et plus spécifiquement!

Plus en détail

SOCIOLOGIE DES ORGANISATIONS

SOCIOLOGIE DES ORGANISATIONS Objectifs spécifiques... 2 1- Les fonctions économiques... 2 1.1- Production et répartition des biens et services : deux fonctions économiques classique des entreprises... 2 1.2-L innovation, une récente

Plus en détail

Opinion Accélérer Leader votre croissance Un shopper heureux dépense plus

Opinion Accélérer Leader votre croissance Un shopper heureux dépense plus Opinion Accélérer Leader votre croissance Un shopper heureux dépense plus Si les distributeurs et les marques veulent que les shoppers dépensent plus, ils doivent auparavant s employer à les rendre heureux

Plus en détail

Code déontologique du CII pour la profession infirmière

Code déontologique du CII pour la profession infirmière Code déontologique du CII pour la profession infirmière Tous droits réservés, y compris la traduction en d'autres langues. Il est interdit de polycopier ou de photocopier cette publication, de l'enregistrer

Plus en détail

A/. La théorie des marchés contingents ( ) ( )

A/. La théorie des marchés contingents ( ) ( ) MICROECONOMIE - 2 ème année de Sciences-Economiques Chapitre IV - Les défaillances du marché V. Les défaillances d'information [13/04/2001] En présence d'informations imparfaites, asymétriques (les agents

Plus en détail

PROTÉGER ET CONSOLIDER LA RÉPUTATION DE LA SOCIÉTÉ

PROTÉGER ET CONSOLIDER LA RÉPUTATION DE LA SOCIÉTÉ IV L éthique dans vos relations d affaires Nos activités sont tributaires de la qualité des relations que nous entretenons avec les clients, la collectivité, diverses organisations et nos partenaires.

Plus en détail

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Les problèmes d information George A. Akerlof : The Market for «Lemons»: Quality Uncertainty and the Market Mechanism (QJE, 1970) Thèmes de recherche

Plus en détail

LES NOUVEAUX PARADIGMES DU MARKETING

LES NOUVEAUX PARADIGMES DU MARKETING Table des matières Master Recherche Management, Logistique et Stratégie Jean-Louis Moulins I. LA DEMARCHE MARKETING : CONTENU ET EVOLUTION 1. Le Protomarketing 2. Le Marketing Vente ou Marketing Commercial

Plus en détail

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN DÉFINITION l'ensemble des moyens dont dispose une entreprise pour vendre ses produits à ses clients d'une manière rentable LA CONCEPTION TRADITIONNELLE

Plus en détail

TROPHÉE J APPRENDS L ÉNERGIE GUIDE ENSEIGNANT

TROPHÉE J APPRENDS L ÉNERGIE GUIDE ENSEIGNANT TROPHÉE J APPRENDS L ÉNERGIE GUIDE ENSEIGNANT A. Cinq bonnes raisons de participer... 3 B. Quelles sont les classes et disciplines concernées?... 4 C. Comment délimiter le sujet?... 5 D. Que faut-il présenter?...

Plus en détail

Ø Dans un plan marketing deux types d objectifs doivent être fixés :

Ø Dans un plan marketing deux types d objectifs doivent être fixés : 2- La démarche du plan marketing Le plan marketing traduit la stratégie marketing choisie par la firme pour atteindre les objectifs fixés pour un couple produit-marché (ou pour un DAS). Il doit être en

Plus en détail

Ministère de la Communication et des Nouvelles Technologies

Ministère de la Communication et des Nouvelles Technologies Ministère de la Communication et des Nouvelles Technologies République du MALI ----------------------- Un peuple-un but-une foi * Comité de Régulation des Télécommunications* ----------------------- GSM

Plus en détail

L IMPORTANCE DE LA COMMUNICATION ET DE LA GESTION DU CHANGEMENT DANS LA REUSSITE D UN PROJET QUALITE

L IMPORTANCE DE LA COMMUNICATION ET DE LA GESTION DU CHANGEMENT DANS LA REUSSITE D UN PROJET QUALITE Société Nationale Burkinabé d Hydrocarbures La SONABHY, une société de référence: Sécurité et qualité, aujourd hui et demain MANUEL DE MANAGEMENT QUALITE Selon la norme ISO 9001 (Version 2008) Siège social,

Plus en détail

MODULE 5 Plan de marketing

MODULE 5 Plan de marketing Introduction 68 Résultats visés.. 69 Notes à l intention du formateur 69 Principes de marketing fondamentaux 70 Activités de marketing (PRIX) 71 Les cinq principes clés de la recherche en marketing. 72

Plus en détail

La mondialisation des tâches informatiques

La mondialisation des tâches informatiques Chapitre 1 La mondialisation des tâches informatiques Quel que soit le domaine que l on observe, les économies engendrées par l outsourcing, aussi appelé offshore ou délocalisation, sont considérables.

Plus en détail

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur Chapitre 9 La théorie du choix du consommateur Le consommateur Comment sont prises les décisions de consommation? La théorie économique propose un modèle Le consommateur a un comportement maximisateur

Plus en détail

DÉPARTEMENT COMMERCIAL & MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE COMMUNICATION EXTERNE DÉFINITION MARKETING

DÉPARTEMENT COMMERCIAL & MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE COMMUNICATION EXTERNE DÉFINITION MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE Ensemble des actions de communication qui visent à promouvoir l image de l entreprise vis-à-vis de ses clients et différents partenaires.

Plus en détail

REGARDS CROISES SUR L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES

REGARDS CROISES SUR L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES REGARDS CROISES SUR L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES SOMMAIRE I - VIVIENNE16 ET L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES... 3 II - METHODOLOGIE... 4 III - LA NOTION D IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES EST PRIORITAIREMENT

Plus en détail

LOUV11X : Découvrir le marketing. Table des matières

LOUV11X : Découvrir le marketing. Table des matières LOUV11X : Découvrir le marketing Table des matières Table des matières Semaine 1 : Notions Leçon 1 : Introduction Leçon 2 : Marketing stratégique et opérationnel Leçon 3 : Marketing marchand et non marchand

Plus en détail

Coûts de production et de distribution

Coûts de production et de distribution Le prix Coûts de production et de distribution Coûts directs et indirects Clés de répartition Coûts fixes et coûts variables Fixes : indépendants du volume de vente : amortissement des machines, salaires

Plus en détail

Les Ressources Humaines, Un capital pour l entreprise : En quoi la Responsabilité Sociale des Entreprises (R.S.E.) est porteur d innovation R.H.?

Les Ressources Humaines, Un capital pour l entreprise : En quoi la Responsabilité Sociale des Entreprises (R.S.E.) est porteur d innovation R.H.? Les Ressources Humaines, Un capital pour l entreprise : En quoi la Responsabilité Sociale des Entreprises (R.S.E.) est porteur d innovation R.H.? 8 Février 2011 Sylvie PAYOUX Vous avez dit R.S.E.? La thématique

Plus en détail

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Investissement socialement responsable... Quand durable rime avec rentable Peu connus du grand public il y a encore quelques années, les fonds

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil M 1114-B

Secrétariat du Grand Conseil M 1114-B Secrétariat du Grand Conseil M 1114-B Date de dépôt: 19 janvier 2000 Messagerie Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur la motion de M mes et M. Chaïm Nissim, Fabienne Bugnon et Sylvia Leuenberger

Plus en détail

La musique au service du marketing

La musique au service du marketing Laurent DELASSUS La musique au service du marketing L impact de la musique dans la relation client, 2012 ISBN : 978-2-212-55263-8 Introduction La musique est-elle un langage? S il est évident qu elle est

Plus en détail

Pro Conseil 7 rue du commerce 49700 DOUE LA FONTAINE Tél : 06 21 33 57 67 Tél : 02 41 50 98 85 Mail : pro-conseil0467@orange.fr

Pro Conseil 7 rue du commerce 49700 DOUE LA FONTAINE Tél : 06 21 33 57 67 Tél : 02 41 50 98 85 Mail : pro-conseil0467@orange.fr Pro Conseil 7 rue du commerce 49700 DOUE LA FONTAINE Tél : 06 21 33 57 67 Tél : 02 41 50 98 85 Mail : pro-conseil0467@orange.fr Une visite sur le site www.pro-conseils.fr Catalogue formations 2015 L avenir

Plus en détail

Test: Vérification des connaissances logique entrepreneuriale et managériale Cours sur les finalités de l entreprise

Test: Vérification des connaissances logique entrepreneuriale et managériale Cours sur les finalités de l entreprise Sommaire 22.08.2011 AG PME Test: Vérification des connaissances logique entrepreneuriale et managériale Cours sur les finalités de l entreprise Au Delà Du Profit : philosophie d'une entreprise française

Plus en détail

Baromètre : Le bien être psychologique des salariés au travail. Septembre 2008 vague 2

Baromètre : Le bien être psychologique des salariés au travail. Septembre 2008 vague 2 Baromètre : Le bien être psychologique des au travail Septembre 2008 vague 2 Introduction 1 Le rappel du contexte Afin de favoriser, développer et promouvoir l amélioration du bien-être des personnes au

Plus en détail

Marketing de l art et de la culture

Marketing de l art et de la culture Interview Dunod Marketing de l art et de la culture Dominique Bourgeon-Renault Le secteur de l art et de la culture semble incompatible avec la notion même de marketing. Pourtant, la démarche et les outils

Plus en détail

Les communications et le marketing. Des outils au service du développement d affaires rentables

Les communications et le marketing. Des outils au service du développement d affaires rentables Les communications et le marketing Des outils au service du développement d affaires rentables Vous dites MARKETING? Le MARKETING est la fonction qui a la mission de développer une proposition de valeur

Plus en détail

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne Chap 12 : Le prix I. La fixation du prix dans les unités commerciales A. Les étapes 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne En fonction de la cible à atteindre et du positionnement de l enseigne,

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008 Baromètre annuel vague 4-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Sur les 1210 personnes interrogées, 1043 personnes sont en âge de voter, soit

Plus en détail

Marketing Management, 11 e éd.

Marketing Management, 11 e éd. Marketing Management, 11 e éd. Philip Kotler, Bernard Dubois & Delphine Manceau Table des matières détaillée Les innovations de cette nouvelle édition De nouveaux thèmes et une nouvelle structure De nouveaux

Plus en détail

3.1 L OFFRE ET LA DEMANDE : UN MODÈLE DE MARCHÉ CONCURRENTIEL

3.1 L OFFRE ET LA DEMANDE : UN MODÈLE DE MARCHÉ CONCURRENTIEL L offre et la demande 127 Dans ce chapitre, nous exposerons les éléments du modèle de l offre et de la demande, puis nous les assemblerons avant de montrer comment ce modèle peut être utilisé pour comprendre

Plus en détail

Contenu du chapitre. 1. La demande du marché. L offre et la demande. La notion de Demande. Chapitre 1 D 1

Contenu du chapitre. 1. La demande du marché. L offre et la demande. La notion de Demande. Chapitre 1 D 1 L offre et la Chapitre 1 Contenu du chapitre 1. La du marché 2. L offre du marché 3. L équilibre du marché 4. Application: magnétoscope vs lecteur DVD 2 La notion de Demande 1. La du marché Prix C DEMANDE

Plus en détail

MiniKonf 2007 Marketing: Passer d un produit technologique à un produit marketing

MiniKonf 2007 Marketing: Passer d un produit technologique à un produit marketing MiniKonf 2007 Marketing: Passer d un produit technologique à un produit marketing Stéphanie MICHEL AMATO Consultante AJEM Consultants Avec le témoignage de François CHALUMEAU Directeur GlobaWare International

Plus en détail

Business et Internet

Business et Internet Business et Internet Evolution & perspectives Arnaud MAES Docteur en Science de l Information et de la Communication Arnaud MAES Business et Internet 1 1. Introduction: 1.1 Le business sur la toile : c

Plus en détail

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Investissement socialement responsable... Quand durable rime avec rentable Peu connus du grand public il y a encore quelques années, les fonds

Plus en détail

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION 1 INTRODUCTION Le phénomène de groupe a attiré plusieurs chercheurs et il a fait l objet d énormes recherches en psychosociologie des organisations vu l importance q il revêt ce phénomène ans la vie de

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Rôle de la promotion en marketing des services hôteliers Etude de cas : le grand hôtel «Cirta» ville de «Constantine».

Rôle de la promotion en marketing des services hôteliers Etude de cas : le grand hôtel «Cirta» ville de «Constantine». Revue des Sciences Humaines Université Mohamed Khider Biskra No :27/28 Rôle de la promotion en marketing des services hôteliers Etude de cas : le grand hôtel «Cirta» ville de «Constantine». Amel Kehila

Plus en détail

REMISE EN ETAT AVANT OU APRES LA VENTE?

REMISE EN ETAT AVANT OU APRES LA VENTE? CHAPITRE 8 REMISE EN ETAT AVANT OU APRES LA VENTE? Ce que vous allez apprendre dans ce chapitre Préparer vos VO après leur vente coûte plus cher Estimez combien... Pourquoi il est essentiel de vérifier

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

FORMATION FORMATION CERTIFIANTE AU METIER DE COACH. Public. Objectifs : Mode pédagogique : une formation avant tout pratique, novatrice et cohérente.

FORMATION FORMATION CERTIFIANTE AU METIER DE COACH. Public. Objectifs : Mode pédagogique : une formation avant tout pratique, novatrice et cohérente. FORMATION Public Cette action de formation professionnelle au coaching s adresse à ceux et celles qui souhaitent soit devenir coach, soit intégrer les outils du coaching pour enrichir leur pratique professionnelle,

Plus en détail

LES ÉTAPES DE LA STRATÉGIE DE COMMUNICATION

LES ÉTAPES DE LA STRATÉGIE DE COMMUNICATION LES ÉTAPES DE LA STRATÉGIE DE COMMUNICATION SRC1 2012 Les étapes de la stratégie de communication 1. Objectifs de communication 2. Cibles de communication 3. Principes fondamentaux d une stratégie de communication

Plus en détail

«Les Relations Publiques»

«Les Relations Publiques» 46 ème session de formation Club de presse Ooredoo «Les Relations Publiques» 27 mars 2014 Présentée par M hamed BITOURI Docteur en psychologie Expert international 1 Les relations publiques (une fonction

Plus en détail

Communiqué de Presse

Communiqué de Presse Communiqué de Presse Le 23 juillet 2015 «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC La nouvelle campagne de marque HSBC

Plus en détail

De ces définitions qui précèdent, Quels liens pouvons nous relever entre ces deux notions? La force de vente et la communication

De ces définitions qui précèdent, Quels liens pouvons nous relever entre ces deux notions? La force de vente et la communication De nos jours, la force de vente et la communication apparaissent comme des fers de lance de toute entreprise. En effet leur prise en compte engendre des chiffres d affaires notoires. La force de vente

Plus en détail

BIENVENUE. La mise en scène & Urbangaming expérience

BIENVENUE. La mise en scène & Urbangaming expérience BIENVENUE La mise en scène & Urbangaming expérience Appuis à la parole Cette présentation a été préparée comme appuis à la parole. Elle n est pas conçue pour être comprise sans accompagnement. Si vous

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 3: le pilotage et l optimisation des processus opérationnels

Plus en détail

«Les Français et les professionnels de l immobilier : perception, usages et attentes»

«Les Français et les professionnels de l immobilier : perception, usages et attentes» «Les Français et les professionnels de l immobilier : perception, usages et attentes» Sondage Ifop pour OPTIMHOME CONFERENCE DE PRESSE 19 MAI 2015 Le réseau immobilier OptimHome Un acteur français incontournable

Plus en détail

Introduction. Nous définirons les termes clefs de notre recherche.

Introduction. Nous définirons les termes clefs de notre recherche. Introduction En cette période de crise et de concurrence exacerbée, les entreprises tentent de conquérir de nouveaux clients mais également de se concentrer et de développer leurs clients les plus rentables.

Plus en détail

LE MARKETING DIRECT, SUPPORT DU MARKETING CLIENT

LE MARKETING DIRECT, SUPPORT DU MARKETING CLIENT 11 CHAPITRE PREMIER LE MARKETING DIRECT, SUPPORT DU MARKETING CLIENT En moins d un siècle, le marketing direct a profondément évolué. Passant de la commande traditionnelle par courrier à la multiplication

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague 4 Septembre 2010

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague 4 Septembre 2010 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague 4 Septembre 2010 Baromètre annuel vague 4-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

Appel à projets 5,2. Se déplacer Se nourrir Se loger Le reste

Appel à projets 5,2. Se déplacer Se nourrir Se loger Le reste Appel à projets " Plan Climat Régional» Soutien de l investissement participatif dans les énergies renouvelables et la maîtrise de l énergie au bénéfice des territoires 1 Contexte : Les grands objectifs

Plus en détail

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain.

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain. Psychologie Sociale Nous confondons souvent la psychologie sociale et la psychosociologie. La psychologie sociale et la psychosociologie sont différenciées par la méthode. La psychologie sociale exerce,

Plus en détail

Marque et hyperchoix : un mariage apprécié par les consommateurs. Sophie Rieunier

Marque et hyperchoix : un mariage apprécié par les consommateurs. Sophie Rieunier Chaire Marques & Valeurs Parole d expert Marque et hyperchoix : un mariage apprécié par les consommateurs Sophie Rieunier Maître de conférences, IAE de Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne N 2012-07

Plus en détail