Les jeunes de bas niveau de qualification (VI, Vbis, V) face à l emploi : une comparaison Haute-Normandie/France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les jeunes de bas niveau de qualification (VI, Vbis, V) face à l emploi : une comparaison Haute-Normandie/France"

Transcription

1 Armelle Testenoire, Danièle Trancart GRIS-Université de Rouen Mont Saint Aignan cedex Les jeunes de bas niveau de qualification (VI, Vbis, V) face à l emploi : une comparaison Haute-Normandie/France S il est une transition difficile pour les jeunes sortant du système éducatif au début des années 90, c est bien l insertion professionnelle. Dans une situation caractérisée par un essor de la flexibilité, la précarité affecte l ensemble des jeunes et des débutants. Ce phénomène est encore plus marqué si l on raisonne en termes de flux, puisque la plupart des recrutements se font sous statut précaire (la reprise récente des créations d emploi confirme ce constat). Les jeunes de bas niveau de qualification (V, Vbis et VI) sont particulièrement exposés aux trajectoires précaires, scandées par un chômage récurrent. L objet de cette étude est d analyser, à partir de l exploitation de données issues d un vaste échantillon de jeunes de niveau V, Vbis et VI sortants du système éducatif en 1992, les processus de différenciation des parcours d insertion ou de retrait, voire de désaffiliation. Les données sont issues de l enquête Génération 92 du Cereq. Nous centrerons l analyse sur les bas niveaux de qualification (inférieur au bac) et sur la comparaison France entière (hors Ile de France)/ Haute Normandie, région pour laquelle un échantillon suffisant de jeunes a été interrogé. I La "génération 92" L'enquête génération 92 du CEREQ Les données de l enquête permettent d analyser les caractéristiques des jeunes ayant quitté le système éducatif en 1992 et leur parcours professionnel entre 1992 et Près de ont été interrogés. Cette enquête a une large représentativité : elle couvre sortants sur les estimés par l enquête Emploi de l INSEE. En Haute Normandie, l échantillon compte près de 2000 jeunes, ce qui constitue un échantillon représentatif des niveaux III (hors IUT), IV, V, Vbis et VI. C est la seule région pour laquelle des analyses assez fines peuvent être conduites. Nous avons retenu les thèmes suivants : 1 Les caractéristiques des jeunes 1

2 Formation, contexte familial et social (sexe, âge, âge en 6 ème, niveau et classe de sortie, apprenti, lieu naissance, niveau d études des parents, situation par rapport à l emploi des parents etc..) 2 La situation des jeunes par rapport à l emploi L itinéraire professionnel est reconstitué de façon séquentielle mois par mois pendant 5 ans (travail, chômage, service national, reprise d études et inactivité) a- indicateurs globaux : nombre de périodes de chômage, d intérim, de formation, d emploi, temps d accès au premier emploi, au premier CDI, etc b- Description des emplois occupés Répartition par niveau de qualification Les niveaux de qualification : Niveau VI : Sorties du 1 er cycle du second degré (6 ème, 5 ème, 4 ème ) et des formations préprofessionnelles en 1 an Niveau V bis : Sorties de 3 ème générale, 4 ème et 3 ème technologique et des classes des seconds cycles courts professionnels avant l année terminale Niveau V : Sortie de l année terminale des seconds cycles courts professionnels (CAP,BEP, mention complémentaire), abandon de la scolarité du second cycle avant la terminale Niveau IV : Sorties des classes terminales du second cycle et abandon des scolarités post bac avant d atteindre le niveau III (niveau Bac) Niveau III : sorties avec un diplôme de niveau Bac+2 Niveau I et II : sorties avec un diplôme de niveau supérieur à Bac+2 La "Génération 92" est mieux formée que les précédentes. Alors qu'en 1980, 26% d'une classe d'âge obtenait le baccalauréat, en 1992 plus de 50% atteignait ce niveau ( Géographie de l école, M.E.N). Au sein de l'échantillon national de l'enquête "Génération 92", 56% des jeunes possèdent au moins le baccalauréat, soit 29% qui ont un diplôme de l'enseignement supérieur (niveau I, II ou III) et 27% un niveau équivalent au baccalauréat (niveau IV). En dépit de l'élévation générale du niveau de formation, 13% des jeunes 1 sortent encore sans aucune qualification (Niveau Vbis et VI). Ce dernier chiffre bien qu'en baisse, demeure élevé au regard de la loi d'orientation de 1989 qui prévoyait des moyens nécessaires pour que tous les élèves poursuivent leur scolarité jusqu'au niveau V (CAP ou du BEP). En Haute-Normandie, l échantillon ne comporte pas de jeunes ayant une formation supérieure au niveau III (BTS, DUT). La comparaison France/Haute-Normandie ne peut donc s'effectuer qu'en excluant de l'échantillon France national les niveaux I et II. Les deux graphiques Haute-Normandie ci-dessous permettent de comparer la répartition par niveau de formation. niveau 5 36% niveau 5bis, 6 16% niveau 3 16% niveau 4 32% niveau 5bis, 6 22% niveau 5 45% niveau 3 9% niveau 4 24% 1 En réalité, selon les sources (INSEE, DPD ou CEREQ), ce chiffre est évalué à 10%au début des années 90 (Poulet, 1999). L écart observé ici peut en partie s expliquer par le fait que le champ d observation de G92 correspond à 80% des sortants. 2

3 Globalement, la Haute-Normandie se distingue par son faible niveau de qualification. Les niveaux V, Vbis et VI y sont sur-représentés par rapport à l'ensemble de la France. Ils atteignent 67% de l'échantillon Haut-Normand contre 52% en France 2. L'écart est particulièrement significatif pour les CAP/BEP (niveau V). Niveaux V et VI : des scolarités marquées par des difficultés Les difficultés scolaires rencontrées au cours de la scolarité peuvent être évaluées à partir de deux indicateurs : le retard en 6 et le fait de n'avoir pas suivi de classe de troisième. Alors que dans l'ensemble de l'échantillon, tous niveaux confondus, 31% des jeunes ont un retard en 6, cette part s'élève à 48% pour les niveaux V et à 64% pour les niveaux inférieurs (Vbis et VI). En Haute- Normandie, le retard est accentué pour les jeunes sans qualification (niveau Vbis et VI). Tableau 1 : Le retard en 6 Dont 2 ans Champ d étude Niveau Retard 6 ème et plus National Niv V 48% 10,7% (Hors Ile de France) Niv Vbis 64% 21% et VI Haute N Niv V 47% 10% Niv Vbis 67,6% 24% et VI National tous niveaux 31% 6,7% L'orientation précoce vers des filières courtes est plus marquée en Haute-Normandie. Ainsi 37,8% des jeunes des niveaux V et VI n'ont pas suivi de classe de troisième 3, ils ne sont que 32% en France. Tableau 2 : Absence de classe de 3ème Champ d étude Niveau Pas de classe de 3ème National (Hors Ile de France) Niv V Niv Vbis et VI 32% Haute Normandie Niv V 37,8% Niv Vbis et VI National tous niveaux 15,6% Des scolarités plus courtes et plus difficiles expliquent l'écart de qualification observé en Haute- Normandie. Le passé industriel pèse encore sur les orientations précoces vers des CAP/BEP. Ces orientations concernent plus fréquemment les garçons. Plus de garçons sortant à un niveau inférieur au bac 2 Ces pourcentages sont calculés sur l'effectif des jeunes de niveau III, IV, V, V bis et VI. 3 Certains jeunes de la génération 92 ont quitté le collège avant la fin d une classe de troisième et ont été orientés vers des filières courtes dès la fin de la cinquième. Aujourd hui, la quasi totalité d une classe d âge effectue un cycle complet au collège. 3

4 On peut vérifier sur nos données nationales que le niveau de qualification des filles est globalement plus élevé que celui des garçons. Alors que l'ensemble de l'échantillon, tous niveaux de formation confondus, est constitué de 52% de garçons et de 48% de filles, les garçons sont sur-représentés au sein des niveaux de qualification V et VI. Ainsi que le met en évidence le tableau ci-dessous, ils représentent 57% et 56% des effectifs des niveaux V et VI (soit une sur-représentation de respectivement 5 et 4 points). Cet écart de qualification est plus conséquent en Haute-Normandie, où la part des garçons au sein de ces niveaux atteint 58 et 60% (soit un différentiel de +6 et 8 points. Dans cette région, la part des garçons dans les formations professionnelles (CAP ou BEP, au niveau V) ainsi que dans les sortants sans qualification (niveau V bis et VI) est particulièrement élevée. Tableau 3 : Part des filles et des garçons au sein des niveaux V et VI Champ d étude Niveau Sexe G F National Niv V 57 % 43 % (Hors Ile de France) Niv Vbis 56 % 44% et VI Haute N Niv V 58 % 42 % Niv Vbis 60 % 40 % et VI National tous niveaux 52 % 48 % Origine sociale et situation familiale Les jeunes sortants de niveau Vbis ou VI, sans diplôme, ont plus souvent que les autres jeunes des parents qui eux-mêmes sont non diplômés : soit 38% en France et 31% en Haute-Normandie. Dans les données analysées il semble que l écart observé, à l avantage de la Haute Normandie, soit dû à une plus grande part de parents ayant obtenu le certificat d études ou le BEPC dans cette dernière région. Le statut des parents par rapport à l emploi est assez proche selon les niveaux, en France et en Haute Normandie, avec un léger avantage pour cette dernière pour les parents de jeunes non-qualifiés : les deux parents sont moins souvent sans emploi et la mère a plus souvent travaillé. Plus que les différences régionales, c est l écart entre les situations des parents de niveau Vbis et VI et les parents de jeunes de niveau V qui est très important. En effet, si l on compte 17% de jeunes, tous niveaux confondus, dont les deux parents sont sans diplôme, on en compte à peine un peu plus parmi les jeunes de niveau V (18,2% en France et 19% en Haute Normandie), mais beaucoup plus parmi ceux de niveaux inférieurs (respectivement 38% et 31%). L observation de la situation par rapport à l emploi des parents et du travail de la mère conduit aux mêmes remarques. Tableau 4 : Origine familiale Champ d étude Niveau Deux parents sans diplôme National (Hors Ile de France) C.S employés et ouvriers Statut des parents par rapport à l emploi Mère n'ayant jamais travaillé Les deux parents sans emploi Niv V 18,2% 68% 7% 18% Niv Vbis et VI 38% 76% 15% 28% 4

5 Haute N Niv V 19% 73% 8,6% 15,3% Niv Vbis 31% 79% 12% 20% et VI National tous niveaux 17% 55,8% 6% 17,8% On observe également plus de jeunes issus de familles nombreuses lorsque le niveau de qualification est bas, avec des structures similaires en Haute Normandie et en France. Là encore, c est entre le niveau V et les plus bas niveaux que les différences sont importantes. Le lieu de naissance des parents donne une indication sur l origine du jeune. On compte une part importante de jeunes d origine étrangère (surtout Maghreb, reste de l Afrique ou Turquie) parmi les jeunes sortant sans qualification, en France. En Haute Normandie, les chiffres sont plus bas, car c est une des régions où la proportion d étrangers est la plus faible (MEN, Géographie de l école) Tableau 5 : Incidence de la composition familiale Champ d étude Niveau Famille nombreuse National (Hors Ile de France) Niv V 11% 9% Niv Vbis 22% 17,3% et VI Haute N Niv V 12,5% 6% Niv Vbis 21% 8% et VI National tous niveaux 9,5% 10,8% 2 parents nés hors de France et d Europe du Nord Si, le niveau de sortie du jeune est fortement dépendant de son parcours scolaire, on observe donc une grande différence entre la situation familiale des jeunes non qualifiés et celle des autres jeunes. Les sortants au niveau V présentent souvent une situation proche de la moyenne pour la plupart des variables étudiées. 5

6 II Situation par rapport à l'emploi Un contexte économique défavorable Après la reprise des années , les années 92 et surtout 93 se caractérisent par une forte récession (baisse de -1,3% du PIB en 93) ainsi que par une dégradation de la situation sur le marché du travail. En 1992, le volume de l'emploi régresse de 0,1% dans l'ensemble de l'ocde; l'europe est particulièrement touchée avec recul de -1,3%.En France, les DEFM 4 atteignent 3,2 millions en janvier 93 (selon l'enquête emploi INSEE, la PSERE 5 est de 2,5 millions). Dans ce contexte, l'insertion professionnelle des jeunes sortant du système éducatif en 92 est problématique, d'autant plus que leur emploi est très sensible face aux variations conjoncturelles de l'activité. Ainsi le taux de chômage des jeunes progresse vivement passant de 19,4% en 1992 à 27,5% en 94 (Enquête emploi INSEE). En effet depuis le milieu des années 80, l'emploi des jeunes "surréagit" à la conjoncture relativement aux autres catégories d'actifs. Les entrants ne sont cependant pas égaux face aux aléas conjoncturels. Des diplômes élevés (niveau I,II et III) donnent accès à des segments plus stables du marché du travail qui atténuent la sensibilité au cycle. Les jeunes de bas niveau de qualification sont touchés de plein fouet par les variations conjoncturelles, d'autant plus qu'en période de pénurie d'emploi la sélectivité s'accroît, entraînant des effets d'éviction pour les moins diplômés (Fournier, Minni, 1999). En outre, les nouveaux entrants sur le marché du travail sont confrontés aux formes d'emplois proposées sur le marché externe. Or les recrutements s'effectuent de plus en plus sur des emplois à durée déterminée et des postes peu qualifiés. Si en % des embauches s'effectuaient sur contrats temporaires, cette proportion s'élève à 33% en Les jeunes faiblement qualifiés (niveaux Vbis et VI) sont les plus affectés par cette précarisation des emplois. Les conditions d'insertion professionnelles, auxquelles est confrontée la "génération 92" sont donc particulièrement défavorables. Mais au-delà de l'effet de la "mauvaise conjoncture", l'analyse des modalités d'entrée dans le rapport salarial constitue un point d'observation privilégié des transformations structurelles de celui-ci. L'enquête "génération 92" suit l'insertion progressive d'une cohorte, sortie la même année du système scolaire. Ce suivi longitudinal permet de focaliser l'analyse sur la situation des débutants. Si la conjoncture défavorable des années 92/93 pèse lourdement sur leur insertion, celle-ci se décline différemment selon les bassins d'emploi, les qualifications mais aussi le sexe. Ce sont ces différenciations que nous nous proposons ici d'analyser. La comparaison Haute-Normandie/France se déclinera selon le niveau de qualification (niveau V d'une part et Vbis et VI d'autre part) et selon le sexe. Les tableaux 6 et 7 donnent une première approche de la situation professionnelle de l'ensemble des jeunes enquêtés (garçons et filles) aux dates extrêmes de l'enquête. 4 Demandes D Emploi en Fin de Mois (évaluation du chômage par l ANPE). 5 Population Sans Emploi à la Recherche d un Emploi (évaluation du chômage par l enquête emploi). 6

7 tableau 6 Recherche d'emploi Situation en France (Hors Ile de France) Niv III Niv IV Niv V Niv V bis VI Janv date enquête Janv date enquête Janv date enquête Janv date enquête 20,8% 7,2% 24,6% 13,2% 27,9% 17,9% 43,2% 33,7% Inactivité 3,2% 2,1% 5,7% 2,8% 3,9% 4,2% 11% 7,9% Service N. 24,5% 0% 17,5% 0,2% 17,7% 0,2% 7,4% 0,9% Formation 1% 2,5% 1,2% 5% 1% 2,9% 4,6% 5,1% Total 50,5% 88,2% 51,1% 78% 49,5% 75,2% 33,8% 52,3% emploi: dont Intérim 3% 1% 3,3% 1,8% 3,5% 4,2% 2,9% 5,6% dont autres emplois 47,5% 87,2% 47,8% 76,2% 46% 71% 30,9% 46,7% Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% Tableau 7 Situation en Haute Normandie Niv III Niv IV Niv V Niv V bis VI Janv date enquête Janv date enquête Janv date enquête Janv date enquête Recherche 16,4% 5,5% 24,8% 11,8% 25,8% 15,1% 35,1% 29,1% d'emploi Inactivité 1,6% 2,6% 3% 4,1% 4,7% 4,7% 10,7% 10,9% Service N. 21,9% 0% 18% 0% 20% 0% 8,2% 0% Formation 0 % 1% 0,8% 3% 0,7% 3,4% 4,8% 5,6% Total 60,2% 91,1% 53,4% 80,9% 48,8% 76% 41,1% 54,3% emploi: dont Intérim 6,3% 4,2% 4,5% 5,5% 4% 7,5% 7,3% 7,6% dont autres emplois 53,9% 86,9% 48,9% 75,4% 44,8% 68,5% 33,8% 46,7% Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 7

8 Pour tous les niveaux de qualification, on observe de 93 à 97 la progression de la part des jeunes en emploi (quel que soit le statut de celui-ci). Cette croissance atteint 27/30 points pour l'ensemble des niveaux de qualification à l'exception des jeunes sans qualification (niveau Vbis et VI), pour lesquels la progression est significativement plus faible (respectivement +18,5 points en France et 13,2 points en Haute Normandie). En fin de période plus des deux tiers des jeunes de niveau III, IV et V sont en emploi contre à peine plus de la moitié des jeunes sans qualification. De plus au sein de cette dernière catégorie, outre le fort taux de chômage, on observe un fort pourcentage d'inactifs(ves). La Haute-Normandie se distingue par la part importante de jeunes employés dans des sociétés d'intérim (7,5% et 7,6% pour les niveaux V et VI en fin de période). Alors qu'au fil des ans la part des intérimaires les plus qualifiés (niveau III) décroît, celle-ci demeure stable ou progresse pour les bas niveaux de qualification. Transition avant l'accès à un emploi pour les plus qualifiés, l'intérim ne joue pas ce rôle pour les bas niveaux. Le fort pourcentage d'inactifs(ves) est également caractéristique de la situation Haut-Normande. Il atteint 10,9% pour les jeunes de niveau Vbis et VI. De plus, en Haute Normandie, cette part ne régresse pas au fil des ans, et ce pour tous les niveaux de qualification. Ces premières observations doivent être affinées par une analyse plus approfondie distinguant la situation des filles de celle des garçons. Les jeunes de niveau V 1) Les garçons Globalement, l'accès des jeunes hommes au premier emploi s'effectue dans un contexte à peine plus défavorable en Haute-Normandie qu'en France. Certes, le taux de chômage est légèrement supérieur en début de période (93) en HN, mais il se rapproche peu à peu du niveau français et ce dès 95. Les premiers emplois sont majoritairement des emplois atypiques, soit 75% (67%) d'emplois temporaires, 12% d'emplois aidés (12,4%) et 18% (18,6%) de temps partiel. Pour ce niveau de qualification, la précarisation du recrutement est devenue la norme, y compris au sein des grands établissements. Au fil des années, le statut des emplois s'améliore progressivement. Cinq ans plus tard, les emplois temporaires représentent 36% des emplois en Haute-Normandie. La stabilisation est plus rapide en France(25,6% des emplois) en 97. 2) Les filles L'accès au premier emploi s'effectue dans des conditions similaires en Haute-Normandie et en France, tant en terme de niveau de salaire (3700F/mois), qu'en terme de statut de l'emploi. La précarité des statuts domine. En Haute-Normandie 77% des emplois sont temporaires (73% en France) et 52% à temps partiel (53%). Pour un tiers des filles de niveau V, le premier emploi est un emploi aidé (tant en HN qu'en France). La composition de ces emplois diffère cependant : la part des emplois CES est moindre en HN (47,5% contre 71 % en France), et celle des contrats de qualification plus importante (43,8% contre 21,5%). A la différence des garçons, la stabilisation des statuts s'effectue parallèlement en Haute-Normandie et en France. En 97 les emplois temporaires représentent encore un tiers des emplois, tant en Haute-Normandie qu'en France. Le temps partiel demeure très élevé : 44% en HN et 41% en France. Sur l'ensemble de la période, on observe une grande proximité entre les taux de chômage en France et en Haute-Normandie (de 35% en 92 à 25% en 97). Le pourcentage de temps passé au chômage est également similaire (25%). Cependant l'inactivité est légèrement plus fréquente en HN (7,6% du temps contre 6,7% en France). 8

9 Pour l'ensemble des jeunes de niveau V, les conditions d'insertion et la structure de l'emploi sont très proches en Haute-Normandie et en France. Seule une plus grande précarité affecte les emplois masculins en Haute-Normandie. 9

10 Les jeunes de niveau Vbis et VI : une situation atypique 1) Les garçons Au moment de l'enquête (fin 1997), il s'avère que le taux de chômage des garçons non qualifiés est nettement plus faible en Haute Normandie (28,5%) qu'en France (33%) (soit un écart de 4,5 points, ce qui est significatif). Rapportée à la population totale, la part des actifs occupés (garçons de niveau V) est de 65% en Haute Normandie contre 60,8% en France. On observe un écart similaire sur toute la période enquêtée (1992/1998). En effet, la part du temps passé en emploi pendant la période 1992/1998 est de 62% en Haute Normandie contre 57, 7% en France (+4,3 points), la part du temps passé en chômage étant respectivement de 22, 6% et de 30,7% (La moitié de ce différentiel de 8 points est imputable à davantage de périodes d'inactivité et de formation). Au sein des chômeurs, la part des chômeurs longue durée est moins forte en Haute Normandie (19% des chômeurs) qu'en France (37,7%). Globalement, ces différents indicateurs sont convergents : que ce soit en terme de trajectoire ou au moment de l'enquête, les jeunes hommes sans qualification sont moins touchés par le chômage en Haute Normandie qu'en France. Ce constat doit bien entendu être relativisé par le niveau élevé du taux de chômage des jeunes sans qualification. Il s'agit donc d'un avantage, tout relatif, pour les hauts normands. Cette situation amène à s'interroger sur la qualité et le statut des emplois occupés. Le différentiel constaté serait-il dû au fait que les hauts normands, occuperaient des emplois de moins bonne "qualité", soit en terme de statut : (emplois temporaires, temps partiels, emplois aidés), soit en terme de rémunération? En bref, une plus grande flexibilité favoriserait-elle l'emploi? Or ce n'est pas le cas. Les niveaux de salaire sont similaires, (salaire moyen 5628/5777, salaire médian 5800/5600, les écarts sont légèrement moins importants en H.N.: Q3/Q1=1,25, 1,33 en France), et les emplois sont moins précaires en Haute Normandie. Le temps partiel y est moins développé qu'en France (12,1% des emplois/15,8%), la part des emplois aidés est moins forte (5,8%/10,7%). Ceci serait dû à plus d'emplois dans le secteur public et dans des entreprises plus grandes en H.N. (fonctionnaires : 7,2%/2,7%, emploi dans entreprises de moins de 10 salariés : 21,7%/24,3%). Globalement tous les indicateurs (taux de chômage, part du chômage longue durée, statut de l'emploi) convergent. Il semblerait qu'au regard du critère de l'emploi, la situation des jeunes hauts normands de niveau Vbis et VI soit moins défavorable en Haute-Normandie qu'en France. Il y aurait (encore) davantage d'emplois non qualifiés, susceptibles d'être occupés par ces jeunes, et notamment dans le secteur public et les grandes entreprises. 2) Les filles Les actives occupées (ayant un emploi) constituent une minorité tant en Haute-Normandie (37,2% en 97) qu'en France (41,5%). Cette faible part est due à des taux particulièrement élevés de chômage (47%/48% en France) et d'inactivité (23%/14,8% en France). Parmi celles qui ont travaillé au cours de la période, l'accès au premier emploi s'est effectué dans des conditions très proches de celles des filles de niveau V. Les contrats temporaires dominent 77% en HN (79% en France) ainsi que le temps partiel (52%/ 59% en France); les contrats aidés sont moins représentés en HN (26%) qu'en France (33%). Si la part des contrats aidés est semblable à celle des filles de niveau V, leur structure se modifie. Par rapport aux filles de niveau V, la part des contrats de qualification décroît fortement en Haute-Normandie (-21 points) et celle des CES progresse (+16 points). En outre, les filles sont peu concernées par l'apprentissage, qui demeure majoritairement masculin (Moreau, 2000). L'absence de qualification a ainsi des effets cumulatifs. En raison d'une sélectivité des emplois aidés, celles 6 qui auraient le plus besoin de contrats qualifiants n'y ont guère accès. 6 Cette tendance se constate également pour les garçons, mais elle est moins accentuée en raison de la part plus importante de contrats d'apprentissage. 10

11 Que ce soit en HN ou en France, les salaires des filles de niveau Vbis et VI sont les plus bas de toutes les catégories. La Haute-Normandie creuse encore l'écart, puisque sur l'ensemble de la période, les salaires y sont plus faibles qu'en France. Cet écart (en terme de médiane) est de 13,7% au niveau du premier emploi et de 7% à la date de l'enquête. Ce qui caractérise la situation des filles hauts-normandes est le niveau élevé de leur taux d'inactivité : 23,2% en 97 contre 14,8% en France. Ce niveau particulièrement élevé du taux d'inactivité se constate sur toute la période : la part du temps passé en inactivité de 92 à 97 atteint 21,8% en Haute- Normandie 7 (14,8% en France). De plus, ce taux d'inactivité progresse au fil des années : de 18,6% en 93 il passe à 20% en 94 et 22, -% en 97. En Haute-Normandie, la moitié des filles sans qualification n'a connu aucune période d'activité professionnelle 8 au cours des dix huit mois qui précèdent l'enquête (37,4% en France). Pour ces filles, il n'y a pas d'insertion lente et progressive mais un processus cumulatif, conduisant à des trajectoires d'inactivité. Dans un contexte de progression générale des taux d activité féminin, ces jeunes femmes non qualifiées se distinguent de la tendance générale. Des recherches (Battagliola, 1997, 1998) ont mis en évidence la progression de l inactivité des jeunes mères peu qualifiées ces dernières années. Les effets de l Allocation Parentale d Education amplifient cette tendance depuis 1994, en faisant chuter le taux d activité des mères de deux enfants 9 (Bonnet, Labbé, 2000) (Afsa, 1998). A cet égard, la Haute-Normandie, où le taux d inactivité est élevé, constitue un lieu privilégié d observation de cette tendance. Quels sont les motifs et les variables de ce retrait du marché du travail? III Impact des caractéristiques individuelles sur le risque d inactivité ou de chômage longue durée. Au cours des 16 mois précédant la date de l enquête, sur l ensemble de l échantillon national, la moitié des jeunes occupe un ou plusieurs emplois, sans interruption (intérim compris). Un peu plus du tiers (35,8%) connaît des successions de périodes d emploi, d intérim ou d inactivité (absence de recherche d emploi, formation ou service militaire 10 ) Enfin 14,2% de ces jeunes n a exercé aucun emploi pendant cette période de 16 mois. Cette dernière situation peut être considérée comme un début de retrait du marché du travail. Nous nous intéressons ici aux caractéristiques individuelles pouvant exercer un impact sur le risque de retrait du marché du travail, tel qu'il est défini ci-dessus. Les principales caractéristiques prises en compte sont : le sexe le niveau de qualification :qualifiés (niveau V) ou non-qualifiés ( V bis ou VI) classe de troisième : suivie ou non retard scolaire en 6 ème : inférieur à 2ans ou supérieur ou égal à 2 ans lieu de scolarisation à la sortie du système éducatif : Haute-Normandie, autre la situation professionnelle des parents par rapport à l emploi : aucun emploi ou parent (s) en emploi le niveau d études des parents : aucun diplôme ou parent (s) diplômés travail de la mère : mère en emploi ou non lieu de naissance du jeune : Europe du Nord ou Hors Europe du Nord lieu de naissance des parents : les deux parents nés hors de l Europe du Nord ou pas famille nombreuse : oui ou non catégorie socioprofessionnelle du père, à défaut de la mère : Employé, ouvrier ou autre catégorie 7 Pour les filles de niveau V, le pourcentage est de 7,6% en HN et de 6,7% en France. 8 Soit en raison de périodes de chômage et d'inactivité. 9 Leur taux d activité a chuté de 74% en 1994 à 56% en Le service militaire, à partir de mars 1996 ne concerne qu une très faible part de garçons 11

12 Pour affiner cette analyse et pour tenir compte des effets conjoints entre variables, nous avons effectué des modèles de régression logistique. Ces modèles permettent d identifier l effet propre de chacune des caractéristiques, toutes choses égales par ailleurs. Tableau 8 Modèle 1 : Analyse globale de l impact des caractéristiques individuelles Modalité de référence Modalité active Coefficient dans le modèle Seuil de significativité Constante -2,18 0,0001 Probabilité estimée pour la situation de référence 10,2% Niveau V Non qualifié 1,08 0, ,1% Filles Garçons - 1,07 0,0001 3,75% Probabilité estimée de risque de retrait (modalité active) Né en Europe Nord Parent (s) en emploi Pas issu de fam nombreuse Parent (s) né (s) en Europe Nord Né hors Europe du Nord 2 Parents sans emploi Issu famille nombreuse 2 parents nés hors Europe du Nord 0,25 0,05 12,7% 0,53 0, ,1% 0,18 0,02 12% 0,10 0,3 N.S 11,1% Parent (s) diplômé (s) 2 parents non diplômés 0,03 0,6 N.S 10,5% Mère en emploi Mère sans emploi 0,2 0,006 12,1% Pas de retard 6 ème 2ans ou plus Retards 6 ème 2ans ou plus 0,09 0,2 N.S 11,1% Hors Haute- Normandie Haute-Normandie 0,31 0,03 13,4% Père à défaut mère non Employé et non Ouvrier A suivi une classe de troisième Père à défaut mère Employé ou Ouvrier N a pas suivi une classe de troisième 0,27 0, % 0,2 0,001 12,2% Note de lecture : on part de la situation de référence suivante : Niv V, Fille, Née en Europe Nord, Parent (s) en emploi, Pas issue de fam nombreuse, Parent (s) né (s) en Europe Nord, Parent (s) diplômé (s), Mère déjà travaillé, Pas de retard 6 ème de 2ans ou plus, n appartenant pas à l échantillon Haut-Normand, Père à défaut mère non Employé et non Ouvrier, A suivi une classe de troisième. Par un modèle de régression logistique on estime le risque de retrait du marché du travail pour un jeune dans cette situation par 10,2%. Un jeune présentant toutes les caractéristiques de la situation de référence mais qui serait non 12

13 qualifié plutôt que qualifié aurait 25,1% de chances d être en retrait. L écart entre les deux pourcentages mesure l effet propre d être non qualifié plutôt que qualifié. L analyse du tableau montre que cette situation de chômage ou d inactivité de longue durée est particulièrement sensible pour les jeunes présentant toutes les caractéristiques de la situation de référence mais qui serait non qualifié plutôt que qualifié (25,1% contre 10,2%). En revanche, les garçons présentant toutes les caractéristiques de la situation de référence ont un risque estimé nettement inférieur à celui des filles (3,75% contre 10,2%). Parmi les autres caractéristiques, on peut remarquer également le surcroît de risque pour les jeunes dont les 2 parents sont sans emploi (16,1% contre 10,2%). Enfin, le fait d avoir effectué sa scolarité en Haute-Normandie a également un impact négatif sur l insertion des jeunes (13,3% contre 10,2%) Ces différents éléments d analyse confirment, au-delà du diplôme, la permanence de l impact des différenciations sexuées, des caractéristiques sociales, familiales, et du facteur géographique sur l insertion. Pour tenir compte de l effet très significatif du sexe et du niveau de qualification, nous avons estimé les risques de retrait associés aux 4 modèles construits pour chacun des sous groupes associés à ces variables : Modèle 2 : Garçons niv V, Modèle 3 : Garçons niv V bis ou VI, Modèle 4 : Filles niv V, Modèle 5 : Filles niv V bis ou VI. Pour les garçons qualifiés de Niveau V, avec les mêmes modalités de référence, le risque estimé de retrait est de 4,5%. De façon marginale, il passe à 8% pour les garçons dont les deux parents sont sans diplôme. Les autres variables ne sont pas significatives. Pour les filles qualifiées de Niveau V, avec les mêmes modalités de référence, le risque estimé de retrait est de 10,6%. De façon marginale, il passe à 19,3% pour les filles dont les deux parents sont sans emploi et à 14% pour les filles dont le père ou à défaut la mère est ouvrier ou employé. Les autres variables ne sont pas significatives. Ainsi, dans le cas des jeunes de niveau V, en dehors de la situation des parents par rapport à l emploi ou au diplôme, on trouve peu de variables significatives. Il n en va pas de même pour les jeunes non qualifiés, et surtout pour les filles. Tout se passe comme si les effets des variables se conjuguaient et conduisaient à des situations de forte précarité par rapport à l emploi (tableau 9). En effet, si le risque estimé de retrait pour les jeunes filles non qualifiées est estimé à 18,2% dans la situation de référence, il passe à 26% pour les jeunes filles dont les parents sont nés hors Europe du nord, 30% si les 2 parents sont sans emploi et surtout près de 32% pour l échantillon haut normand. Alors que cette dernière variable n avait aucune influence dans les autres modèles concernant les sous groupes décrits ci-dessus, le surcroît de risque mis en évidence pour l échantillon de Haute-Normandie confirme le constat que nous avions effectué : le fort taux d inactivité des filles non qualifiées en Haute-Normandie. 13

14 Tableau 9 Modèle 4 et 5 : Impact des caractéristiques individuelles pour les garçons et les filles non-qualifiés Garçons NQ Filles NQ Modalité de référence Modalité active Proba estimée Proba estimée Constante 11,9% 18,2% Né en Europe Nord Né hors Europe du Nord 10,8% n.s 25,9% Parent (s) en emploi Pas issu de fam nombreuse Parent (s) né (s) en Europe Nord 2 Parents sans emploi Issu famille nombreuse 2 parents nés hors Europe du Nord 16,7% 29,8% 17% 20% n.s 12,5% 20% n.s n.s Parent (s) diplômé (s) 2 parents non diplômés 11,7% n.s 16% n.s Mère déjà travaillé Pas de retard 6 ème 2ans ou plus Mère jamais travaillé Retards 6 ème 2ans ou plus 17% 22% 14,4% n.s 19% n.s Echantillon hors Haute- Normandie Haute- Normandie 12,6% n.s 31,8% Père à défaut mère non Employé et non Ouvrier Père à défaut mère Employé ou Ouvrier 12,3% n.s 31,7% A suivi une classe de troisième N a pas suivi une classe de troisième 15,6% 23,4% IV Les classes de trajectoire des jeunes normands Alors que les analyses précédentes étaient statiques, nous nous proposons d effectuer ici une analyse dans une perspective longitudinale, centrée exclusivement sur l échantillon haut-normand. L itinéraire professionnel du jeune est reconstitué de façon séquentielle mois par mois, de janvier 93 à juillet 97. La démarche utilisée (classification ascendante hiérarchique) vise à résumer l ensemble des parcours, à partir de 9 états possibles pour les 55 mois observés en quelques formes ou classes stables. Ces 9 états sont : formation, service, inactivité, chômage, intérim, CDD, CDI, mesures (emplois aidés) et 14

15 autres emplois (saisonniers, stagiaires, "petits boulots" ). On repère alors chaque jeune par sa classe d appartenance, l analyse est ensuite complétée en mobilisant les autres variables d identification pour expliquer les classes. Les différents états permettent de mettre en évidence, non seulement la situation par rapport à l'emploi, mais également le statut des emplois occupés. Cette dernière variable est décisive, dans la mesure où la croissance des emplois atypiques constitue une mutation structurelle du marché du travail (qui ne s'infléchit guère avec la reprise). Les débutants de bas niveau de qualification sont les premiers affectés par la flexibilité : un emploi oui! Mais à quelles conditions et à quel prix? Nous pensons mettre en évidence des classes d insertion lente ou rapide et des classes dans lesquelles chômage et inactivité dominent, surtout pour les jeunes filles de bas niveau de qualification. La classification des jeunes normands fait apparaître 5 classes de trajectoire d'inégale importance. Les trois premières regroupent respectivement : 37%, 13,7% et 38,7% des jeunes. Le choix de retenir les deux dernières classes, représentatives de respectivement 4% et 6,6% des effectifs, est motivé par leur forte homogénéité. Elles permettent une compréhension des trajectoires les plus difficiles en terme d'emploi. Les classes 1 et 2 regroupent la part la plus importante de jeunes qualifiés de notre échantillon. Leurs caractéristiques sont très proches au regard de la qualification : -respectivement 75% et 72% de jeunes qualifiés -peu de retard scolaire -parents ayant un diplôme à 77% et un emploi à plus de 90%. - leurs salaires moyens sont proches (6000 et 6030) soit les plus élevés de l'ensemble des classes. Seul le statut de l'emploi les distingue : CDI (classe 1), intérim (classe2). Classe 1 100% S.N. 80% 60% 40% 20% 0% C.D.I. J 93 M 93 M 93 Jl 93 S 93 N 93 J 94 M 94 M 94 Jl 94 S 94 N 94 J 95 M 95 M 95 Jl 95 S 95 N 95 J 96 M 96 M 96 Jl 96 S 96 N 96 J 97 M 97 M 97 Jl 97 Formation Note de lecture : Si en début de période 40% des jeunes de cette classe ont un CDI, ils sont près de 90% en fin de période. Service Inactivité Chomage Autres emplois Mesures Interim CDD CDI 15

16 Classe 2 100% 80% S.N. 60% 40% 20% 0% J 93 M 93 M 93 Jl 93 S 93 N 93 J 94 M 94 M 94 Jl 94 S 94 N 94 J 95 M 95 M 95 Jl 95 S 95 N 95 J 96 M 96 M 96 Jl 96 S 96 N 96 J 97 M 97 M 97 Jl 97 Formation Service Inactivité Chomage Autres emplois Note de lecture : Si en début de période, près de 50% de jeunes sont en emploi : dont 5% CDI, 8% CDD, 30% en Intérim et 7% répartis en mesures et autres emplois), il sont près de 90% en fin de période dont plus de 50% en intérim Classe 1 : les CDI (37% des effectifs) Intérim C.D.D. C.D.I. Les garçons représentent 65% de ce groupe. De la sortie du système scolaire à fin 95, l'insertion professionnelle s'effectue progressivement sur des CDI. Nombreux à être au service militaire en début de période, la fin du service (1995) correspond à la stabilisation dans un emploi stable. On observe, néanmoins, une légère progression du chômage de fin 95 à 97 (instabilité de certains emplois?) En fin de période, 88% de ces jeunes sont en CDI. Les jeunes de ce groupe se montrent les moins inquiets face à l'avenir, 76% estiment que leur situation professionnelle leur convient. Cette stabilisation progressive permet une indépendance financière, qui entraîne la décohabitation (72% en 97) et la constitution d'un couple (à 60%). La synchronisation des différentes étapes du passage à l'âge, qui caractérisait les jeunes de milieu populaire (Galland, 1991) après le service militaire se réalise pour une part conséquente de ces jeunes. Mesures Interim CDD CDI Classe 2 : l'intérim (13,7% des effectifs) Cette classe est massivement masculine (à hauteur de 84%). Comme le groupe précédent, la fin du service militaire (plus marqué en raison de la forte proportion de garçons) est concomitante d'une insertion professionnelle progressive. Celle-ci s'effectue majoritairement sur des missions d'intérim. L'année 95 marque un infléchissement de la part de l'intérim au profit de CDD et d'une insertion plus stable en CDI. En 1997, 56% de ces jeunes sont en situation d'intérim, 16% en CDD et 10% en CDI. Un certain volant de chômage, lié aux fins de contrats, se maintient sur toute la période. En dépit de salaires légèrement plus élevés que ceux de la classe 1, 59% de ces jeunes se montrent inquiets face à l'avenir, en raison de la précarité du statut de leur emploi. Le modèle de référence, qui autorise une projection dans l'avenir, demeure le CDI. De fait cinq ans après leur entrée sur le marché du travail, près de la moitié de ces jeunes vivent encore chez leurs parents, seuls 39% vivent en couple. 16

17 Classe 3 100% S.N. 80% 60% 40% Chômage Mesures emploi Formation Service Inactivité Chomage Autres emplois Mesures Interim CDD CDI 20% 0% Mesures emploi C.D.D. C.D.I. J 93 Av 93 Jl 93 O 93 J 94 Av 94 Jl 94 O 94 C.D.D. J 95 Av 95 Jl 95 O 95 J 96 Av 96 Jl 96 O 96 J 97 AV 97 Jl 97 Note de lecture : Dans cette classe, la part des jeunes en emploi CDI, CDD ou Intérim en début de période est de 20%. On compte également plus de 40% de jeunes de cette classe au chômage. En fin de période, la part emploi augmente, celle de chômage reste au niveau de près de 38%. Classe 3 : chômage récurrent (38,7% des effectifs) Cette classe, de peu la plus nombreuse, regroupe à égalité filles et garçons. Elle exprime l insertion lente et éminemment vulnérable de nombreux jeunes, touchés de plein fouet par la flexibilité. Ceux-ci alternent emplois aidés, emplois précaires (CDD) et de fréquentes périodes de chômage. C est dans cette classe que l on compte le plus de périodes emploi ou chômage. On observe une modification de la structure des emplois à partir de La part des CDI croît à partir de 1995 et atteint 20% du total des emplois en Le pourcentage de chômeurs se maintient, néanmoins, à un taux élevé sur l ensemble de la période. Ainsi en 1997, 38% des jeunes sont au chômage. Parmi ceux-ci, 30% n ont occupé aucun emploi au cours des dix huit mois précédant l enquête. La part des jeunes sans qualification est à peine plus élevée que dans les deux classes précédentes (32% contre respectivement 25 et 28%), mais le pourcentage de jeunes ayant connu des difficultés lors de leur scolarité est plus conséquent (17% avaient un retard en 6 et n ont pas effectué de classe de troisième). Ces jeunes sont plus souvent que dans les deux classes précédentes d origine étrangère (11%). 54% de ces jeunes se déclarent inquiets face à l avenir. La précarité qui caractérise leur parcours freine la décohabitation et la constitution d un couple : en % vivent encore chez leurs parents et 40% vivent en couple, situation similaire au groupe des intérimaires. 17

18 Les deux dernières classes, minoritaires par leurs effectifs, regroupent les jeunes les moins qualifiés de notre échantillon (respectivement 50% et 62% de jeunes non qualifiés). Leurs parcours sont les plus éloignés de l insertion professionnelle. Face à de grandes difficultés d insertion, deux types de trajectoires, exprimant des rapports diamétralement opposés à l activité, se dessinent. Classe % 80% Chômage 60% 40% Autres emplois Formation Service Inactivité Chomage Autres emplois Mesures Interim CDD CDI 20% C.D.D. C.D.I. 0% J 93 M 93 M 93 Jl 93 S 93 N 93 J 94 M 94 M 94 Jl 94 S 94 N 94 J 95 M 95 M 95 Jl 95 S 95 N 95 J 96 M 96 M 96 Jl 96 S 96 N 96 J 97 M 97 M 97 Jl 97 Note de lecture : La part des jeunes en emploi passe de près de 50% en début de période (dont plus de la moitié en autres emplois ou «petits boulots»), à près de 80% en fin de période (dont la moitié également en petits boulots). 100% Classe 4 Classe 5 80% 60% 40% 20% 0% J 93 Av 93 Chômage Inactivité Note de lecture : Si en début de période, plus de 50% de ces jeunes sont inactifs, ils sont plus de 70% dans cette situation en fin de période. La classe 4 : «petits boulots» (4% des effectifs) Jl 93 O 93 J 94 Av 94 Jl 94 O 94 J 95 Av 95 Jl 95 O 95 J 96 Av 96 Jl 96 O 96 J 97 AV 97 Jl 97 Formation La classe 4 correspond à des jeunes qui manifestent un rapport fortement positif à l activité. Peu qualifiés (50% de non qualifiés), ils accèdent difficilement aux CDD, intérim et même aux emplois Service Inactivité Chomage Autres emplois Mesures Interim CDD CDI 18

19 aidés. Ils se «débrouillent» néanmoins et occupent majoritairement des autres emplois que nous qualifions de «petits boulots» ( vacations, emplois saisonniers, stages, emplois sans contrat). Les périodes de chômage sont fréquentes et diminuent peu au fil des années. L alternance emploi/chômage est caractéristique de ce type de parcours, évitant ainsi que ne se développe un chômage longue durée. Au moment de l enquête, tous les jeunes de cette classe avaient eu une période d emploi au cours des derniers dix-huit mois. Ce rapport positif à l activité se manifeste dès l adolescence, où ils sont plus nombreux que dans les autres classes de trajectoire à avoir occupé des «petits boulots» lors de leur scolarité et pendant les vacances. Cette classe regroupe majoritairement des garçons (à hauteur de 60%), dont la moitié est non qualifiée. Leurs parents sont plus fréquemment que dans les autres classes sans diplôme (34%) ainsi que d origine étrangère (12%). Au moment de l enquête, une forte proportion de ces jeunes (56%) habite encore chez leurs parents, seul un tiers vit en couple. La classe 5 : inactivité (6,6% des effectifs) La classe 5 est caractérisée par un retrait du marché du travail qui s amplifie au fil des années. Cette trajectoire d inactivité est majoritairement le fait de jeunes femmes (à 84%), dont une forte proportion est non qualifiée (62%). C est également au sein de cette classe que l on observe la plus grande part de retards scolaires (26% de ces jeunes avaient un retard en 6 et n ont pas effectué de classe de troisième). Dès leur sortie du système scolaire, on observe que plus de 45% de ces jeunes ne se présentent pas sur le marché du travail. Parmi les actifs(ves), 20% sont au chômage. Découragement face aux difficultés d insertion professionnelle et retrait lié aux maternités se combinent vraisemblablement pour expliquer la progression de l inactivité, qui atteint son plus haut niveau en Les trois quarts des jeunes de cette classe n ont occupé aucun emploi 11 au cours des seize mois précédant l enquête. Leurs parents sont également plus fréquemment sans emploi que dans les autres classes de trajectoire (27% contre 9,5% pour l ensemble de l échantillon). Ces jeunes manifestent un faible rapport à l activité, qui s exprime dès l adolescence par le fait qu ils(elles) sont significativement moins nombreux que dans les autres classes à avoir exercé une activité professionnelle pendant leurs vacances. Ils(elles) sont aujourd hui un tiers à accorder la priorité à la vie privée sur la vie professionnelle. Cet arbitrage, fréquemment familialiste, se concrétise par la constitution d une famille plus précoce que dans les autres classes. Cinq ans après leur sortie du système scolaire, 69% de ces jeunes vivent en couple et les deux tiers ont au moins un enfant (40% ont deux enfants). La décohabitation et la formation d une famille est dissociée de l accès à une indépendance économique. V Les trajectoires d inactivité L identification de cette dernière classe de trajectoire confirme le constat que nous avions effectué de manière statique. Dans un contexte de progression générale des taux d activité féminins, les jeunes femmes non qualifiées se distinguent de la tendance générale. A cet égard, la Haute-Normandie où le taux d inactivité est élevé constitue un lieu privilégié d observation de cette tendance. Le souci de comprendre ces trajectoires d inactivité nous a amenées à compléter l exploitation des données de G92 par une enquête qualitative. Par quel (s) processus s opère le retrait progressif du marché du travail? Quel sens ces jeunes femmes donnent-elles à leur trajectoire? Des entretiens biographiques ont été menés auprès d un échantillon de jeunes femmes de niveau V, Vbis et VI 12 n ayant exercé aucune activité professionnelle au cours des 16 mois précédant l enquête CEREQ. Elles ont été invitées à retracer leur trajectoire tant professionnelle que familiale et 11 Cet indicateur correspond à un cumul des inactifs et des chômeurs longue durée pendant cette période. 12 Leurs coordonnées nous ont été communiquées par l INSEE de Haute-Normandie. Elles avaient accepté un complément d enquête et laissé leurs coordonnées à cet effet. 19

20 résidentielle depuis leur sortie du système scolaire en 92. Le processus de retrait Le passage à l âge adulte se décline traditionnellement selon trois dimensions, insertion professionnelle, constitution d une famille et décohabitation, qui sont aujourd hui de moins en moins synchronisées. Pour ces jeunes femmes, le passage à l âge adulte s effectue sur un mode familialiste : maternités précoces précipitant fréquemment la mise en couple et le départ du foyer parental. Agées de 27 ans, au moment de l entretien, elles ont pour la plupart trois enfants. Plus encore que la vie conjugale, les maternités successives orientent leur parcours. Ainsi Sabrina interrompt sa formation de coiffure avant d obtenir son brevet professionnel : «Je me suis retrouvée enceinte de mon fils aîné, j ai voulu rester avec lui pendant un an. Pour profiter de lui comme toutes les mères et quand je me suis mise à la recherche d un employeur pour faire mon brevet, tous les patrons m ont dit vous êtes trop vieille vous ne nous intéressez pas!» Elle cherche quelque temps un emploi en tant qu aide coiffeuse, mais en vain. «Donc ça m a découragé, j ai abandonné la coiffure!» Sabrina touche alors l Allocation de Parent Isolé, tout en travaillant dans les écoles (2H pendant l interclasse de midi). «Par mois j avais un salaire qui variait entre 500 et 700F, c était pas grand chose et en plus il y avait beaucoup de vacances. Donc j avais pas beaucoup de salaire, et pour si peu de salaire la CAF me retirait entre 1000 et 1500F sur mon parent isolé (allocation d un montant de 3700 à l époque à taux plein). Donc je travaillais en fait à perte. J aurais gardé mon parent isolé, j aurais été mieux mais je voulais rester avec mon fils et je voulais aussi travailler. C était un besoin, le fait d être à l extérieur, voir d autres personnes.» La mise en couple lui faisant perdre le droit à l allocation, Sabrina trouve un autre emploi (4H par jour soit 2400 F par mois). Elle travaillera alors pendant un an dans une entreprise de nettoyage avant d être licenciée. La naissance de son deuxième enfant, un an après, mettra fin à sa recherche d emploi. Depuis 1996, elle perçoit l Allocation Parentale d Education (soit un peu plus de 3000F par mois) ; la naissance d un troisième enfant prolongera de trois ans le versement de cette allocation. La trajectoire de Sabrina illustre les difficultés d insertion de ces jeunes femmes. Peu ou non qualifiées, elles se trouvent confrontées simultanément à deux transitions majeures : la constitution d une famille et leur insertion professionnelle, et ce dans un contexte économique difficile. Il est à observer que les jeunes femmes ayant opté délibérément pour l apprentissage, sont celles qui manifestent le rapport le plus positif à l activité. Dans ce cas, le choix de l apprentissage traduit une volonté d entrer rapidement sur le marché du travail, et non une orientation passive par défaut. Pour autant aucune des jeunes femmes interrogées n a occupé un emploi stable à temps plein. Elles n accèdent qu à des emplois aidés non qualifiants (CES), des emplois à temps (et à salaire) souvent très partiel, entrecoupés de périodes de chômage. La recherche d emploi est pour elles une épreuve, d autant plus douloureuse qu elle se prolonge. De plus, confrontées à des échecs successifs, elles intériorisent peu à peu une image négative d ellesmêmes. «Je tournais en rond. Le ménage il est fini, qu est-ce qu on fait? Bon on va à l ANPE, à l ANPE on arrive et puis rien! J y allais trois fois dans la semaine. Contente d aller à l ANPE et puis arrivée là, rien! Bon ben, tu reprends le car et tu rentres chez toi, et tu te dis ça sera peut-être pour la semaine prochaine! Et puis tout le temps comme ça, tout le temps» - ça faisait combien de temps que vous faisiez ces allées retour? «ça faisait trois ans que je cherchais un emploi. Quand je rentre (de l ANPE), ben je suis désespérée. Parce que je me dis ça sera peut-être pour la semaine prochaine. Et puis non et puis toujours rien. Voir un an arriver et tu te dis : «bon ben voilà c est encore une année qui est encore passée pour rien!» Voilà, et après j ai eu ma fille.» (Stéphanie) Bon nombre de ces jeunes femmes reconnaissent au cours de l entretien avoir connu des périodes de profonde déprime. Dans ces conditions, la sortie du marché du travail afin d élever ses enfants représente une sortie de cette spirale de l échec. Elle constitue, d une certaine manière, un processus de résistance et de recomposition de soi. En outre, ce retrait obéit incontestablement à une rationalité économique. Depuis son extension en 1994 aux naissances de rang deux, l Allocation Parentale d Éducation fournit un revenu de 20

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse DOSSIER DE PRESSE Paris, le 3 décembre 2013 «Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse Fiche «Vue d ensemble» Face à la crise, le diplôme protège du chômage et favorise l accès à la formation

Plus en détail

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Olivier Lefebvre* Sur 100 jeunes entrés en 6 e en 1995, 44 sont désormais titulaires d un diplôme de l enseignement supérieur.

Plus en détail

Les débuts de vie professionnelle

Les débuts de vie professionnelle Les débuts de vie professionnelle au prisme des enquêtes Génération du CEREQ Alberto LOPEZ (DEVA) Arnaud DUPRAY (DPMT) Centre d Etudes et de REcherche sur les Qualifications Plan de l exposé 1 La transition

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

Diplômes et insertion professionnelle

Diplômes et insertion professionnelle Diplômes et insertion professionnelle Béatrice Le Rhun, Pascale Pollet* Les conditions d accès à l emploi des jeunes qui entrent sur le marché du travail varient beaucoup selon le niveau de diplôme. Les

Plus en détail

Céreq Centre d études et de recherches sur les qualifications Centre associé régional de Dijon

Céreq Centre d études et de recherches sur les qualifications Centre associé régional de Dijon DES SIGNES DE REPRISE ET DES DIFFICULTÉS PERSISTANTES pour connaître le devenir des anciens élèves et apprentis, le ministère de l'éducation nationale réalise des enquêtes depuis de nombreuses années,

Plus en détail

Rhône-Alpes. Céreq, avril 2003. 1

Rhône-Alpes. Céreq, avril 2003. 1 Rhône-Alpes En Rhône-Alpes, l industrie joue toujours un rôle moteur dans l économie régionale. Composé de filières très diversifiées qui se sont constituées sur un socle d industries lourdes, ce tissu

Plus en détail

FICHES THÉMATIQUES. Dynamique de l emploi

FICHES THÉMATIQUES. Dynamique de l emploi FICHES THÉMATIQUES Dynamique de l emploi 2.1 Mouvements de main-d œuvre Pour un effectif de salariés en début d année, les établissements de salariés ou plus ont recruté en moyenne 42,5 salariés en 26.

Plus en détail

L'insertion professionnelle des lycéens agricoles moins favorable du fait de la crise économique

L'insertion professionnelle des lycéens agricoles moins favorable du fait de la crise économique n 55 septembre 2010 ISSN 1967-6158 L'insertion professionnelle des lycéens agricoles moins favorable du fait de la crise économique Enquête Insertion dans la vie active des élèves des lycées publics et

Plus en détail

Face à la crise, le diplôme reste un rempart efficace contre le chômage

Face à la crise, le diplôme reste un rempart efficace contre le chômage Face à la crise, le diplôme reste un rempart efficace contre le chômage Béatrice Le Rhun, Daniel Martinelli, Claude Minni* Après avoir beaucoup augmenté au cours des années 1990, le niveau de formation

Plus en détail

Industrie du papier et du carton - PSB 2014 Portrait Statistique de Branche

Industrie du papier et du carton - PSB 2014 Portrait Statistique de Branche I N T E R- S E C T E U R S P A P I E R S C A R T O N S Production Transformation Distribution Industrie du papier et du carton - PSB 2014 Portrait Statistique de Branche Observatoire Prospectif des Métiers

Plus en détail

Femmes et Précarités d emploi Dans le Nord Pas-de-Calais

Femmes et Précarités d emploi Dans le Nord Pas-de-Calais Femmes et Précarités d emploi Dans le Nord Pas-de-Calais Enquêtes quantitatives et qualitatives Projet financé par la DRTEFP Novembre 2006 Sommaire Introduction page 5 1 ère partie : État des lieux des

Plus en détail

L'insertion professionnelle des apprentis altérée par la crise économique

L'insertion professionnelle des apprentis altérée par la crise économique n 56 septembre 2010 ISSN 1967-6158 altérée par la crise économique Insertion dans la vie active des apprentis (Ipa) 2009 issus des centres de formation d'apprentis (Cfa) publics ou privés emploi formation

Plus en détail

LES BÉNÉFICIAIRES DE L ARCE EN 2011

LES BÉNÉFICIAIRES DE L ARCE EN 2011 éclairages Études et analyses N 8 JANVIER 2014 LES BÉNÉFICIAIRES DE L ARCE EN 2011 En 2011, 76 500 demandeurs d emploi ont obtenu l Aide à la reprise ou à la création d entreprise (ARCE). Par rapport aux

Plus en détail

En un an, l insertion professionnelle des lycéens agricoles francs-comtois s est améliorée

En un an, l insertion professionnelle des lycéens agricoles francs-comtois s est améliorée n 62 juin 2011 ISSN 1967-6158 En un an, l insertion professionnelle des lycéens agricoles francs-comtois s est améliorée Enquête sur le devenir des jeunes sortants, en dernière année de cursus, des lycées

Plus en détail

Synthèse. Le travail à temps partiel. Mathilde Pak. Numéro 04 Juin 2013. (avec la participation de Sandra Zilloniz)

Synthèse. Le travail à temps partiel. Mathilde Pak. Numéro 04 Juin 2013. (avec la participation de Sandra Zilloniz) Synthèse Direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 04 Juin 2013 Le travail à temps partiel Mathilde Pak (avec la participation de Sandra Zilloniz) Sommaire SYNTHèSE...

Plus en détail

La baisse des sorties sans qualification

La baisse des sorties sans qualification note d information 1.12 AOÛT Les sorties sans qualification n ont cessé de baisser au cours des trente dernières années. En 1975, un quart des élèves d une même génération interrompait ses études au collège

Plus en détail

Observatoire de la Vie Étudiante de l Université de Provence (Aix-Marseille I) www.up.univ-mrs.fr/ove Numéro 13 Mai 2007

Observatoire de la Vie Étudiante de l Université de Provence (Aix-Marseille I) www.up.univ-mrs.fr/ove Numéro 13 Mai 2007 OVE résultats Observatoire de la Vie Étudiante de l Université de Provence (Aix-Marseille I) www.up.univ-mrs.fr/ove Numéro 13 Mai 27 Devenir des diplômés de DUT 24, 24 mois après l obtention du diplôme

Plus en détail

«Extrait du cahier de l OPEQ n 148»

«Extrait du cahier de l OPEQ n 148» «Extrait du cahier de l OPEQ n 148» LE CONTEXTE ECONOMIQUE DU PRF 2006-2007 PREQUALIFICATION, QUALIFICATION, ACCES A L EMPLOI En 2007, l emploi salarié privé en région tend à la hausse sur l ensemble des

Plus en détail

Transition École Vie Active

Transition École Vie Active Transition École Vie Active Analyse de l insertion professionnelle des élèves de l enseignement secondaire technique : le Certificat d initiation technique et professionnelle et le Certificat de capacité

Plus en détail

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3 SOFIP Observatoire Service Offre de Formation et Insertion Professionnelle L insertion professionnelle des diplômés 2010 de Licence Professionnelle En 2009-2010, 529 étudiants ont été diplômés d une Licence

Plus en détail

Evolutions de l emploi et des salaires COR Séance plénière 11 avril 2012

Evolutions de l emploi et des salaires COR Séance plénière 11 avril 2012 Evolutions de l emploi et des salaires COR Séance plénière 11 avril 2012 Roth Nicole Département emploi et revenus d activité INSEE Plan de la présentation Données de cadrage emploi et salaires Insertion

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

GREF. Bretagne IROISE CHÈQUE FORCE. Insertion à 6 mois des bénéficiaires du Chèque Force. Contrat de projets. Etat-Région

GREF. Bretagne IROISE CHÈQUE FORCE. Insertion à 6 mois des bénéficiaires du Chèque Force. Contrat de projets. Etat-Région GREF Bretagne CHÈQUE FORCE Insertion à 6 mois des bénéficiaires du Chèque Force Contrat de projets Etat-Région Septembre 2012 PÉRIMÈTRE DE L ÉTUDE Le Chèque Force est une aide individuelle du Conseil Régional

Plus en détail

Maintenance industrielle et méthode

Maintenance industrielle et méthode Profil du domaine professionnel Maintenance industrielle et méthode 81 Profil du domaine professionnel Maintenance industrielle et méthode Emploi et marché du travail Idées-forces Ce domaine professionnel

Plus en détail

B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi?

B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi? B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi? a) Le diplôme facilite l'accès à l'emploi typique 1. Les sortants du système éducatif sont de plus en plus diplômés. En 1979, sur 742 000 sortants du

Plus en détail

L emploi intérimaire, entre risque de précarité et opportunité d insertion

L emploi intérimaire, entre risque de précarité et opportunité d insertion Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2012 11, novembre 2012 www.ftu.be/ep L emploi intérimaire, entre risque de précarité et opportunité d insertion Une analyse des

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

Des facteurs persistants d inégalité salariale femmes-hommes

Des facteurs persistants d inégalité salariale femmes-hommes Numéro 153 : novembre 2013 Des facteurs persistants d inégalité salariale femmes-hommes En Midi-Pyrénées, le revenu annuel net des femmes salariées est inférieur de 28 % à celui des hommes en 2010. Elles

Plus en détail

iroise Insertion professionnelle Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) des bénéficiaires d un Contrat unique d insertion - Bretagne

iroise Insertion professionnelle Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) des bénéficiaires d un Contrat unique d insertion - Bretagne G R E F Bretagne des bénéficiaires d un Contrat unique d insertion - Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) iroise PRÉFET DE LA RÉGION BRETAGNE Contrat de projets Etat-Région A l issue du CUI-CAE,

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE EN 2014? ÉTUDES ET ANALYSES N 12 JUIN 2015

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE EN 2014? ÉTUDES ET ANALYSES N 12 JUIN 2015 éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 12 JUIN 2015 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE EN 2014? Au 30 juin 2014, avant l entrée en vigueur de la convention d assurance chômage de mai

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

L'insertion professionnelle des diplômés DNSEP 2003 trois ans après le diplôme

L'insertion professionnelle des diplômés DNSEP 2003 trois ans après le diplôme IREDU-CNRS Ministère de la Culture et de la Communication Délégation aux Arts plastiques Magali Danner Gilles Galodé L'insertion professionnelle des diplômés DNSEP 2003 trois ans après le diplôme Enquête

Plus en détail

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2013-T1 2013-T2 2013-T3 2013-T4 2014-T1 2014-T2 2014-T3 2014-T4 Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2015 Activités juridiques, comptables,

Plus en détail

L impact du Congé individuel de formation. Seconde évaluation nationale SYNTHESE DES RESULTATS DE L ENQUETE REALISEE

L impact du Congé individuel de formation. Seconde évaluation nationale SYNTHESE DES RESULTATS DE L ENQUETE REALISEE L impact du Congé individuel de formation Seconde évaluation nationale SYNTHESE DES RESULTATS DE L ENQUETE REALISEE PAR IPSOS SUR LES PARCOURS ACHEVES EN 2010 Sommaire Préambule... 1 Le contexte... 2 Les

Plus en détail

Enquête I-QUAL, Sortants 2011-2012 Chiffres clés n 22

Enquête I-QUAL, Sortants 2011-2012 Chiffres clés n 22 Unité Développement Direction de la stratégie et des territoires Service Prospective et évaluation FORMATION CERTIFIANTE OU professionnalisante : INSERTION des SORTANTS Enquête I-QUAL, Sortants 2011-2012

Plus en détail

Le ministère de l Éducation nationale

Le ministère de l Éducation nationale ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE00.25 AOÛT Les taux d obtention d un DEUG, d un DUT ou d un BTS, deux ans après le baccalauréat, varient de 64 % pour le DUT à 57 % pour le BTS et 37 %

Plus en détail

Profil du domaine professionnel. Banque Assurance. 295 PFM 2010 - Basse-Normandie

Profil du domaine professionnel. Banque Assurance. 295 PFM 2010 - Basse-Normandie Profil du domaine professionnel Banque Assurance 295 Profil du domaine professionnel Banque - Assurance Emploi et marché du travail Idées-forces Ce domaine professionnel se décline en trois grands groupes

Plus en détail

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden*

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden* Population, famille 1 Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes Mélanie Vanderschelden* Certaines professions sont nettement plus féminisées que d autres.

Plus en détail

Note sur Les emplois d assistant dans le tertiaire administratif et l insertion des BTS. Stéphanie Moullet Céreq Février 2004

Note sur Les emplois d assistant dans le tertiaire administratif et l insertion des BTS. Stéphanie Moullet Céreq Février 2004 Note sur Les emplois d assistant dans le tertiaire administratif et l insertion des BTS Introduction Stéphanie Moullet Céreq Février 2004 Les évolutions à l œuvre dans le secteur du tertiaire administratif

Plus en détail

Famille professionnelle (FAP) étudiée : Professionnels des arts et des spectacles (U1Z) Données de cadrage

Famille professionnelle (FAP) étudiée : Professionnels des arts et des spectacles (U1Z) Données de cadrage Famille professionnelle (FAP) étudiée : Professionnels des arts et des spectacles (U1Z) Données de cadrage Nombre d'actifs occupés 14 198 386 387 1 297 398 Part dans l emploi 1,1 1,5 Répartition par âge

Plus en détail

P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP

P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES SEPTEMBRE 2015 N 17 SOMMAIRE P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP P.3 6 PERSONNES

Plus en détail

études ENQUÊTE SUR LE DEVENIR DES STAGIAIRES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE QUALIFIANTE

études ENQUÊTE SUR LE DEVENIR DES STAGIAIRES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE QUALIFIANTE N U M É R O 2 4 études ENQUÊTE SUR LE DEVENIR DES STAGIAIRES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE QUALIFIANTE > RÉSULTATS DE LA DEUXIÈME INTERROGATION UN AN APRÈS LA FORMATION M a r s 2 0 1 5 l'observatoire

Plus en détail

Formations et emploi. Édition 2013

Formations et emploi. Édition 2013 Formations et emploi Édition 2013 Coordination Daniel Martinelli Contribution Insee : Sébastien Gossiaux, Daniel Martinelli Centre d études et de recherches sur les qualifications (Céreq) : Renaud Descamps,

Plus en détail

Dares. Analyses. LES DISPARITÉS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES : une analyse sur longue période

Dares. Analyses. LES DISPARITÉS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES : une analyse sur longue période Dares Analyses MARS 1 N 1 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques LES DISPARITÉS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES : une analyse

Plus en détail

QUITTER L ÉCOLE SANS LE BAC EN LANGUEDOC-ROUSSILLON

QUITTER L ÉCOLE SANS LE BAC EN LANGUEDOC-ROUSSILLON N 4 - Avril 23 QUITTER L ÉCOLE SANS LE BAC EN LANGUEDOC-ROUSSILLON Magalie DINAUCOURT En 1999,132 jeunes Languedociens de 15 à 29 ans étaient sortis du système scolaire sans le baccalauréat. Parmi eux,

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%).

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%). Contexte socio-économique Revenus > Les revenus fiscaux médians sont plus élevés à (23 408 ) qu en (20 575 ) et en (17 497 ), mais les différences à sont particulièrement marquées entre les plus riches

Plus en détail

LES CAHIERS DU CEPS/INSTEAD Population & Emploi. Spécificités et performances des canaux de recrutement. Anne-Sophie GENEVOIS

LES CAHIERS DU CEPS/INSTEAD Population & Emploi. Spécificités et performances des canaux de recrutement. Anne-Sophie GENEVOIS LES CAHIERS DU CEPS/INSTEAD Population & Emploi Spécificités et performances des canaux de recrutement Anne-Sophie GENEVOIS Cahier n 2011-01 Janvier 2011 Spécificités et performances des canaux de recrutement

Plus en détail

Après un Master 2. Après un Master 2. Observatoire des Étudiants Cellule d aide au pilotage. Devenir des diplômés Promotion 2010

Après un Master 2. Après un Master 2. Observatoire des Étudiants Cellule d aide au pilotage. Devenir des diplômés Promotion 2010 Observatoire des Étudiants Cellule d aide au pilotage Esplanade des Antilles - 33 607 PESSAC Cedex ode@u-bordeaux3.fr - www.u-bordeaux3.fr/fr/ode.html Après un Master 2 Après un Master 2 Devenir des diplômés

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

13.1. L évolution de l emploi des seniors depuis 1975

13.1. L évolution de l emploi des seniors depuis 1975 13.1. L évolution de l emploi des seniors depuis 1975 Stable entre 1975 et 1980, la proportion des seniors (55-64 ans, cf. encadré) qui occupent un emploi a diminué de manière continue jusqu en 1998, passant

Plus en détail

Données sociales 2002. Juin 2003

Données sociales 2002. Juin 2003 Données sociales 2002 Juin 2003 asf - Données sociales 2002-2 - Sommaire Pages Avant-propos : La conjoncture économique... 4 Données sociales : Eléments de synthèse... 5 La situation de l emploi au 31

Plus en détail

MODE DE GESTION DE LA MAIN-D ŒUVRE ET DIFFICULTÉS DE RECRUTEMENT DANS LES MÉTIERS DE L HÔTELLERIE-RESTAURATION

MODE DE GESTION DE LA MAIN-D ŒUVRE ET DIFFICULTÉS DE RECRUTEMENT DANS LES MÉTIERS DE L HÔTELLERIE-RESTAURATION MODE DE GESTION DE LA MAIN-D ŒUVRE ET DIFFICULTÉS DE RECRUTEMENT DANS LES MÉTIERS DE L HÔTELLERIE-RESTAURATION De tous les domaines professionnels du tertiaire, celui de l hôtellerie-restauration est le

Plus en détail

Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi. juin 2013. Regards croisés sur l intérim

Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi. juin 2013. Regards croisés sur l intérim Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi juin 2013 Regards croisés sur l intérim regards croisés sur l intérim L Observatoire des Métiers et de l Emploi s est vu confier, depuis 2008,

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses novembre 2012 N 084 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Le contrat d autonomie : 4 jeunes sur 10 entrés en 2009 ont accédé à un emploi

Plus en détail

éclairages Le Contrat de sécurisation professionnelle LICENCIÉS ÉCONOMIQUES ET CSP : ANALYSE COMPARÉE PROFIL DES BÉNÉFICIAIRES ET SORTIE DU DISPOSITIF

éclairages Le Contrat de sécurisation professionnelle LICENCIÉS ÉCONOMIQUES ET CSP : ANALYSE COMPARÉE PROFIL DES BÉNÉFICIAIRES ET SORTIE DU DISPOSITIF éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 10 AVRIL 2015 LICENCIÉS ÉCONOMIQUES ET CSP : ANALYSE COMPARÉE PROFIL DES BÉNÉFICIAIRES ET SORTIE DU DISPOSITIF Parmi les licenciés économiques, ceux qui ont bénéficié du

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS DE LICENCE PROFESSIONNELLE 2010 DE L ub Situation au 1 er décembre 2012

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS DE LICENCE PROFESSIONNELLE 2010 DE L ub Situation au 1 er décembre 2012 LE DEVENIR DES DIPLOMÉS DE LICENCE PROFESSIONNELLE 2010 DE L ub Situation au 1 er décembre 2012 Les résultats présentés dans ce document concernent le devenir professionnel des diplômés 2010 de licence

Plus en détail

Jeunes sans diplôme et risques d'exclusion sociale

Jeunes sans diplôme et risques d'exclusion sociale Jeunes sans diplôme et risques d'exclusion sociale Exploitations spécifiques de l'enquête "Génération 92" pour l'observatoire de la Pauvreté et de l'exclusion Convention n C176 du 30 mars 2000 Rapport

Plus en détail

Nombre d enfants à charge des retraités : simulations en projection. Fanny Godet, note INSEE n 22 / DG75-G210 pour le COR, novembre 2015

Nombre d enfants à charge des retraités : simulations en projection. Fanny Godet, note INSEE n 22 / DG75-G210 pour le COR, novembre 2015 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 04 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

OBSERVATION PACA CRISE. Panorama sectoriel : Commerce n 0 / 19 juin 2009. Un secteur sensible. Faits marquants. Chiffres-clés

OBSERVATION PACA CRISE. Panorama sectoriel : Commerce n 0 / 19 juin 2009. Un secteur sensible. Faits marquants. Chiffres-clés 1 Panorama sectoriel : Commerce n 0 / 19 juin 2009 Faits marquants Un secteur sensible Le commerce occupe une place stratégique dans l économie régionale par le nombre de ses emplois. Il joue, en temps

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

Céreq. Quand. est finie... Premiers pas dans la vie active d'une génération, enquête 2010. Enquête

Céreq. Quand. est finie... Premiers pas dans la vie active d'une génération, enquête 2010. Enquête Céreq Quand l école est finie... Premiers pas dans la vie active d'une génération, enquête 2010 Enquête 2010 Céreq Quand l école est finie... Premiers pas dans la vie active d'une génération, enquête 2010

Plus en détail

IROISE INSERTION PROFESSIONNELLE CONTRAT UNIQUE D INSERTION - CONTRAT INITIATIVE EMPLOI (CUI-CIE) des bénéficiaires d un. Bretagne. Contrat de projets

IROISE INSERTION PROFESSIONNELLE CONTRAT UNIQUE D INSERTION - CONTRAT INITIATIVE EMPLOI (CUI-CIE) des bénéficiaires d un. Bretagne. Contrat de projets G R E F Bretagne INSERTION PROFESSIONNELLE des bénéficiaires d un CONTRAT UNIQUE D INSERTION - CONTRAT INITIATIVE EMPLOI (CUI-CIE) IROISE PRÉFET DE LA RÉGION BRETAGNE Contrat de projets Etat-Région 8 bénéficiaires

Plus en détail

N 2015-XX. Les études de l emploi cadre

N 2015-XX. Les études de l emploi cadre DOCUMENT SOUS EMBARGO JUSQU AU 4 MARS À 00 h 01 LES ÉCARTS DE SALAIRE HOMMES-FEMMES ÉDITION 2015 Les études de l emploi cadre N 2015-XX Mars 2015 Composantes de la rémunération des cadres Méthode employée

Plus en détail

Second oeuvre du bâtiment

Second oeuvre du bâtiment Profil du domaine professionnel Second oeuvre du bâtiment 51 PFM 2010 - Basse-Normandie Profil du domaine professionnel Second oeuvre du bâtiment Emploi et marché du travail Idées-forces Ce domaine professionnel

Plus en détail

Licence professionnelle Systèmes informatiques et logiciels spécialité développement d'applications Internet/Intranet

Licence professionnelle Systèmes informatiques et logiciels spécialité développement d'applications Internet/Intranet IUT - Institut Universitaire de Technologie Licence professionnelle Systèmes informatiques et logiciels spécialité développement d'applications Internet/Intranet / Objectifs de cette licence professionnelle

Plus en détail

Changer de logement dans le même environnement

Changer de logement dans le même environnement 6 Changer de logement dans le même environnement Christelle Minodier* Les parcours résidentiels sont en grande partie rythmés par les événements familiaux et dans une moindre mesure par les changements

Plus en détail

P.3 L expérience professionnelle est déterminante pour le reclassement

P.3 L expérience professionnelle est déterminante pour le reclassement ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES SOMMAIRE JUILLET 2015 N 13 P.1 Un reclassement sur deux à l issue d une formation financée par Pôle emploi P.3 L expérience professionnelle est déterminante pour le reclassement

Plus en détail

Profils types. à fin décembre 2011

Profils types. à fin décembre 2011 Qui sont les allocataires indemnisés par l Assurance chômage? Profils types à fin décembre 2011 Le profil de l Assurance chômage à fin 2011 est très lié au parcours professionnel suivi en amont de l inscription

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 861 452 934 499 995 498 1 52 183 1 134 493 1 266 358 Densité moyenne (hab/km2)

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 55 364 569 81 571 852 559 413 544 891 554 72 Densité moyenne (hab/km2) 64,2 66,5

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 2 418 847 2 511 478 2 52 526 2 531 855 2 554 449 2 571 94 Densité moyenne (hab/km2)

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 1 397 99 1 42 295 1 412 413 1 433 23 1 441 422 1 461 257 Densité moyenne (hab/km2)

Plus en détail

Contrairement à une formation classique, le dispositif

Contrairement à une formation classique, le dispositif Repères HORS SERIE EMPLOI FORMATION n 21 - Juillet 2014 Les parcours VAE en Haute-Normandie Contrairement à une formation classique, le dispositif de la Validation des Acquis de l Expérience offre des

Plus en détail

La capacité d achat immobilier en Île-de-France :

La capacité d achat immobilier en Île-de-France : La capacité d achat immobilier en Île-de-France : Évaluation dynamique et disparités géographiques Kevin Beaubrun-Diant Juillet 2010 2 La capacité d achat immobilier en Île-de-France Introduction La compréhension

Plus en détail

L insertion professionnelle des apprentis formés en ÎLe-de-france

L insertion professionnelle des apprentis formés en ÎLe-de-france Unité Développement Direction de la stratégie et des territoires Service Prospective et évaluation L insertion professionnelle des apprentis formés en ÎLe-de-france Enquête IPA 2013 Chiffres clés n 24

Plus en détail

Enquête auprès des bénéficiaires CTP / CRP

Enquête auprès des bénéficiaires CTP / CRP Enquête auprès des bénéficiaires CTP / CRP Synthèse des résultats Janvier 2012 Alors que la crise économique continue de faire sentir ses effets dévastateurs sur la réalité de l emploi en France et que

Plus en détail

Emploi. FRANCE ENTIÈRE (2003) (2001) Bénéficiaires en emploi (DOETH) 38 621 224 000 Poids région/national (2000) 12 16 % ILE-DE-FRANCE

Emploi. FRANCE ENTIÈRE (2003) (2001) Bénéficiaires en emploi (DOETH) 38 621 224 000 Poids région/national (2000) 12 16 % ILE-DE-FRANCE Emploi Rappel des dernières données disponibles Données clefs ILE-DE-FRANCE FRANCE ENTIÈRE (2003) (2001) Bénéficiaires en emploi (DOETH) 38 621 224 000 Poids région/national (2000) 12 16 % Evolution annuelle

Plus en détail

Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2013

Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2013 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2007-T4 2008-T1 2008-T2 2008-T3 2008-T4 2009-T1 2009-T2 2009-T3 2009-T4 2010-T1 2010-T2 2010-T3 2010-T4 2011-T1 2011-T2 2011-T3 2011-T4 2012-T1 2012-T2 2012-T3

Plus en détail

L inscription dans une classe préparatoire

L inscription dans une classe préparatoire ISSN 1286-9392 www.education.fr 01.31 JUIN Si l admission en classe préparatoire est étroitement liée au parcours antérieur des élèves et à leurs résultats scolaires, les enseignants jouent un rôle important

Plus en détail

FORM@DOSSIER. L enquête Région 2014 L Insertion Professionnelle des Apprentis. Form@dossier mars 2015 1

FORM@DOSSIER. L enquête Région 2014 L Insertion Professionnelle des Apprentis. Form@dossier mars 2015 1 FORM@DOSSIER L enquête Région 2014 L Insertion Professionnelle des Apprentis Form@dossier mars 2015 1 SOMMAIRE Enquête IPA 2014... 3 Contexte :... 3 Résultats de l enquête... 3 Situation des alternants

Plus en détail

5. La féminisation du travail transforme les modes de vie

5. La féminisation du travail transforme les modes de vie 5. La féminisation du travail transforme les modes de vie Féminisation du travail 1968 2002 Population active féminine (millions) 7,7 12,1 Population active masculine 13,8 14,5 Part des femmes dans la

Plus en détail

Le devenir des personnes handicapées entrées en formation individuelle (co) financée par l Agefiph

Le devenir des personnes handicapées entrées en formation individuelle (co) financée par l Agefiph La lettre des études et évaluations de l Agefiph N 8 - Décembre 2014 Le devenir des personnes handicapées entrées en individuelle (co) financée par l Agefiph Pour les demandeurs d emploi handicapés, la

Plus en détail

Observatoire statistique des Foyers et Services. URFJT Ile-de-France 10/18 rue des terres au curé 75013 Paris

Observatoire statistique des Foyers et Services. URFJT Ile-de-France 10/18 rue des terres au curé 75013 Paris Observatoire statistique des Foyers et Services pour Jeunes Travailleurs de l Essonne 211 1/18 rue des terres au curé 7513 Paris Observatoire des établissements Source : Dossiers vert - Données 211 (ne

Plus en détail

Observatoire statistique des Foyers et Services pour Jeunes. URFJT Ile-de-France 10/18 rue des terres au curé 75013 Paris

Observatoire statistique des Foyers et Services pour Jeunes. URFJT Ile-de-France 10/18 rue des terres au curé 75013 Paris Observatoire statistique des Foyers et Services pour Jeunes Travailleurs de Val-de-Marne 211 1/18 rue des terres au curé 7513 Paris Observatoire des établissements Source : Dossiers vert - Données 211

Plus en détail

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes Quadrat-Études 45 rue de Lyon, Paris 12 ème Contact : Laurent POUQUET Tél : 17551427-6 82 69 25 94 laurent.pouquet@quadrat-etudes.fr Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des

Plus en détail

autofocus L insertion professionnelle des jeunes formés aux métiers de l automobile La lettre de l Observatoire de l ANFA

autofocus L insertion professionnelle des jeunes formés aux métiers de l automobile La lettre de l Observatoire de l ANFA autofocus La lettre de l Observatoire de l ANFA N 55 OCTOBRE 2013 L'EMPLOI DES APPRENTIS REPART DOUCEMENT MALGRÉ UNE TENDANCE à la BAISSe En février 2012, 60% des apprentis sortis de formation automobile

Plus en détail

Évolution des effectifs et caractéristiques du domaine en 1999

Évolution des effectifs et caractéristiques du domaine en 1999 TOURISME ET TRANSPORTS A vec 62 emplois et 8,3 % des actifs, les métiers du tourisme et du transport constituent le 4 e domaine professionnel dans la région. Les effectifs ont progressé de 34 % entre 1982

Plus en détail

Enquête. La formation des jeunes

Enquête. La formation des jeunes Enquête La formation des jeunes à Paris et en Petite Couronne Année 2014/2015 FFB GRAND PARIS Direction des Affaires Economiques et Juridiques 10 rue du Débarcadère 75852 PARIS Cedex 17 Téléphone 01 40

Plus en détail

Travailleurs pauvres: fantasme ou réalité?

Travailleurs pauvres: fantasme ou réalité? Accueillir Héberger Accompagner Insérer Travailleurs pauvres: fantasme ou réalité? Comité d Etude et d Observation 14 octobre 2008 FNDSA Comité d Etude et d Observation 14_10_2008 1 Les critères de référence

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

Les salariés du transport et de la logistique

Les salariés du transport et de la logistique Les salariés du transport et de la logistique Les salariés du secteur Transport-Logistique sont essentiellement des hommes (82%), exerçant un métier d ouvrier (68%), qualifié pour la plupart. Globalement,

Plus en détail

LES FRANÇAIS VOYAGENT DE PLUS EN PLUS

LES FRANÇAIS VOYAGENT DE PLUS EN PLUS LES FRANÇAIS VOYAGENT DE PLUS EN PLUS Nelly GOUIDER En, chaque personne résidant sur le territoire métropolitain a effectué en moyenne près de six voyages à plus de kilomètres de son domicile au cours

Plus en détail

Les droits à la retraite des jeunes générations

Les droits à la retraite des jeunes générations et DOSSIERS Les droits à la retraite des jeunes générations N 1 9 La réforme de 3 a fait de l allongement de la durée d assurance le levier essentiel d équilibrage des régimes de retraite. La durée d assurance

Plus en détail

CONSULTATION EN DIRECTION DES JEUNES COSTARMORICAINS AGES DE 18 A 25 ANS ET DES ACTEURS DE LA JEUNESSE] Portrait social des Jeunes costarmoricains

CONSULTATION EN DIRECTION DES JEUNES COSTARMORICAINS AGES DE 18 A 25 ANS ET DES ACTEURS DE LA JEUNESSE] Portrait social des Jeunes costarmoricains 2011 [ORGANISATION D UNE CONSULTATION EN DIRECTION DES JEUNES COSTARMORICAINS AGES DE 18 A 25 ANS ET DES ACTEURS DE LA JEUNESSE] Portrait social des Jeunes costarmoricains Eneis Conseil accompagne les

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

L ACTIVITÉ DES MISSIONS LOCALES ET PAIO EN 2005 Forte hausse de l activité sous l effet de la mise en place du CIVIS

L ACTIVITÉ DES MISSIONS LOCALES ET PAIO EN 2005 Forte hausse de l activité sous l effet de la mise en place du CIVIS Février 2007 - N 07.1 L ACTIVITÉ DES MISSIONS LOCALES ET PAIO EN 2005 Forte hausse de l activité sous l effet de la mise en place du CIVIS Le réseau des missions locales et permanences d accueil, d information

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail