R. Ahmed né le 01/10/2013 consulte aux urgences à J18 de vie pour : «Fièvre aigue»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "R. Ahmed né le 01/10/2013 consulte aux urgences à J18 de vie pour : «Fièvre aigue»"

Transcription

1 CAS CLINIQUE

2 R. Ahmed né le 01/10/2013 consulte aux urgences à J18 de vie pour : «Fièvre aigue» J17 de vie : Fièvre aigue chiffrée à 38,5 c + vomissements évoluant 24 heures Notion de contage virale ( Syndrome grippal sœur). 2

3 ANTECEDANTS 3 ème fratrie de 2 sœurs Non consanguins âge GS ATCDs Mère 39 ans A positif Opérée fibrome utérin Père 41 ans Non précisé RAS Grossesse: Sans complications Grossesse Suivie Toxoplasmose et Rubéole:? Accouchement: Ces à froid à 37SA +6 jr / utérus bicicatriciel Apgar PN 3480g ; T 53 cm et PC 34 cm Allaitement maternel exclusif Vaccination : BCG et HBV Sterogyl: 3 gouttes/j

4 EXAMEN ADMISSION: J18 vie : P=4000g, T=53 cm, PC=35 cm T 38,4 C Dextro : 0,65g/l Phototype claire, yeux bleus Absence de dysmorphie craniofaciale Pas d hépato-splénomégalie Paramètres vitaux: Stables 4

5 CONDUITE A TENIR??

6 Hospitalisation? Bilan en urgence? Antibiothérapie?

7 BILAN GB: 5 000/mm 3, Hb: 11g/dl PQ: /mm 3 CRP: 8mg/l ECBU : GB: 10/mm 3 Culture: polymorphe

8 EVOLUTION Demeure fébrile à 39 c + légère hypotonie axiale, Épisodes de vomissements répétitifs et diarrhée liquidienne à raison de 4 à 5 selles par jour,

9 2 HC: - PL

10 J3 d hospitalisation (J21 vie): PL GB GR G mmol/l 500 PNN 15% L 85% Culture =0 P g/l Cl mmol/l 120 2,5 1, J4 d hospitalisation GB GR G mmol/l 390 PNN 10% L 90% Culture=0 P g/l Cl mmol/l 100 2,

11 NORMES LCR CHEZ NN AG GB P g/l mmol/l < 37 SA SA ème J 27 (4-112) 1.5 ( ) 11 ème J 20 (3-56) 1.1 ( ) G g/l

12 + PCR Entérovirus, Herpes 1 et 2, Adénovirus

13 PCR : ARN ENTEROVIRUS + méningite virale Coxsackie B3 (Sensibilité 910cp/ml) PCR entérovirus dans un contexte évocateur de méningite virale est un facteur précieux d économie en termes de coûts de santé Épargner une prescription antibiotique

14 EVOLUTION Apyrexie à J5 d hospitalisation Sortie à j25 de vie. Durée totale hospitalisation: 6 jours Antibiothérapie =0 Prix PCR: 151 Frais Hospitalisation sans ATB: 500Dt

15 NN FEBRILE MENINGITE VIRALE NEONATALE

16 Recommandations de la prise en charge du nouveau-né fébrile Ne sont pas tout à fait claires

17 Recommandations de la prise en charge du NN fébrile Expérience du médecin prenant en charge NN dans le dépistage de ceux dont l état clinique suggère un risque élevé d IB. Ainsi: Persistance d une fièvre, Signes cliniques associés à la fièvre Impression NN «va mal» («not looking well» Anglo-Saxons) Bilan infectieux ± antibiothérapie.

18 NN FEBRILE Hospitalisation du NN fébrile pour une prise en charge adaptée. Ne seront pas hospitalisés systématiquement : 1-NN séjournant près de leur mère en maternité universitaire, surtout en saison chaude, si la fièvre est isolée et qu une IMF est éliminée par une CRP sériée. Ces NN seront admis si : fièvre persiste malgré les moyens physiques ou développent d autres signes ou CRP se positive au cours de la surveillance ; S. Nouri-Merchaoui. Journal de pédiatrie et de puériculture 2009; 22:

19 NN FEBRILE 2- NN quatre jours, consultant pour fièvre si : Fièvre est isolée, évoluant depuis < 24 heures, Apparence clinique NN «non infecté», Absence examen clinique de signes suggestifs d IB: HMG, SMG, ictère pathologique, pétéchies, symptomatologie respiratoire ou neurologique, Domicile des parents proche ou bon niveau socioéconomique et culturel (thermomètre, téléphone, moyen de transport), CRP négative, Possibilité de revoir NN dans 24 heures suivant la première consultation pour évaluation clinique et éventuel dosage de la CRP. S. Nouri-Merchaoui. Journal de pédiatrie et de puériculture 2009; 22:

20 OBJECTIFS DE L HOSPITALISATION Faire baisser la fièvre (moyens physiques et antipyrétiques) BILAN : Tous les NN : NFS et CRP, Reste du bilan infectieux (HC, ECBU, PL, radio thorax) Non systématique d emblée. A faire si on décide de mettre le NN sous antibiotiques, Ionogramme sanguin et fonction rénale si signes de déshydratation ou perte pondérale ;

21 CÉFOTAXIME + GENTAMICINE Fièvre Isolée CRP > 20 mg/l Examen normal + CRP < 20 mg/l + NFS normale! Examen anormal et/ou NFS anormale (GB ou ou PQ ) CRP <20 mg/l Non systématique Oui Non avec contrôle CRP à H24 si fièvre persiste Oui 48 heures + contrôle CRP et NFS à H48 de traitement. S. Nouri-Merchaoui. Journal de pédiatrie et de puériculture 2009; 22:

22 MENINGITES VIRALES NEONATALES

23 Méningites lymphocytaires aiguës INFECTIEUSES Virales Entérovirus Virus ourlien Herpès virus Virus à tropisme respiratoire Arbovirus Autres virus Bactériennes Spirochètes Rickettsies Autres parasitaires Cysticercose Toxoplasmose Paludisme mycosiques Cryptococcus neoformans Candida albicans NON INFECTIEUSES Maladie de still Maladie de kawasaki Certaines connectivites: maladie de harada, de vogt-koyanagi et de Behçet, lupus érythémateux disséminé. Lymphohistiocytose, Les hémopathies malignes C. Chalouhi. EMC (ElsevierMasson SAS, Paris), Pédiatrie, C-10, 2007.

24 MÉNINGITES VIRALES Entérovirus : Première cause virale de méningite 80 % des cas: pathogène est isolé. Ces virus se retrouvent dans le monde entier et atteignent plus particulièrement les petits enfants. Echovirus (sérotypes 3, 4, 5, 6, 7, 9, 11, 21, 30) virus Coxsackie (sérotypes B1, B2, B3, B4, B5, A9). Diagnostic par PCR: Simple et rapide. Préconisé en cas de doute diagnostic afin d épargner une prescription antibiotique

25 ENTÉROVIRUS Famille des Picornaviridae sont: Virus à ARN Cinq espèces (Poliovirus - Entérovirus humains A à D) 110 sérotypes. Andréoletti L. Entérovirus. EMC (Elsevier Masson SAS, Paris), Maladies infectieuses, A-10, 2010

26 Virus herpès : MÉNINGITES VIRALES Herpes simplex 1 et 2 (surtout ce dernier), CMV, EBV, VZV et Herpès 6 (HHV6 : human herpes virus). Impliqués dans 0,5 à 3 % des méningites non bactériennes. Méningite aiguë à CMV ou EBV est le plus souvent associée à un syndrome mononucléosique. Virus Herpès simplex et EBV peuvent être impliqués dans certains cas de méningites récurrentes. Virus HHV6 est identifié par PCR.

27 MÉNINGITES VIRALES Primo-infection VIH: Méningite aiguë virale est concomitante de la primo infection par le VIH dans 24 % des cas. Autres virus : plus rares, peuvent être discutés devant un tableau de méningite virale en fonction du contexte et des circonstances : Arboviroses (dengue, west nile, fièvre jaune), Virus de la chorioméningite lymphocytaire, Poliovirus, Adénovirus, Parvovirus B19.

28 INFECTIONS A` ENTÉROVIRUS EN NÉONATOLOGIE Infections a` entérovirus (EV) sont fréquentes pendant la période néonatale. Pays Etats-Unis Pays-Bas France Organisme réseau National Entérovirus Surveillance System (NESS) CH de Versailles Période 1983 et er mai - 30 septembre 2005 NN 11,4 % 10 % Nrs 57 % Sérotypes Coxsackie virus B1 a` B5 et échovirus 11 Morbidité Mortalité 74 % 10 % C. Farcy. Archives de Pédiatrie 2012;19:

29 INFECTIONS A` ENTÉROVIRUS EN NÉONATOLOGIE Parmi les infections néonatales sévères, 2 tableaux cliniques parfois chevauchants prédominent : Atteintes du système nerveux central + atteintes cardiaques et Atteintes hépatiques avec CIVD

30 INFECTIONS A` ENTÉROVIRUS EN NÉONATOLOGIE Printemps et automne: infection fébrile associée dans 70% des cas à une méningite. Début: Précoce: j5, témoignant d une contamination familiale précoce et intense, Premier mois. Infection se révèle par: Fièvre (93%), Irritabilité (66 %), Refus des tétées (55 %), Troubles respiratoires (21 %), Diarrhée (17 %), Exanthème maculeux, souvent associé à des Œdèmes des extrémités. Aujard Y. Infections néonatales virales. EMC - Pédiatrie 2013;8(1):1-9 [Article R-91].

31 INFECTIONS A` ENTÉROVIRUS EN NÉONATOLOGIE BILAN BIOLOGIQUE : est le plus souvent normal mais une augmentation des transaminases : 21% des cas. Syndrome inflammatoire: modéré CRP est parfois très élevée, > 80 mg/l. Procalcitonine, habituellement normale, peut être également. DIAGNOSTIC ÉVOQUÉ: Méningite lymphocytaire, PL étant réalisée dans le bilan de la fièvre. LCR : anormal dans 90% des cas, avec une réaction cellulaire parfois très élevée >1000 cellules/mm3. Bilirubine, GB sanguine: possibles. Atteinte pulmonaire : 38% des cas. CONFIRMÉ PCR spécifique réalisable dans le LCR et dans le sang. Absence de spécificité de la symptomatologie clinique et biologique implique d éliminer, à la phase initiale et en cas de négativité de la PCR à entérovirus, une infection herpétique qui débute au même âge. Aujard Y. Infections néonatales virales. EMC - Pédiatrie 2013;8(1):1-9 [Article R-91].

32 INFECTIONS A` ENTÉROVIRUS EN NÉONATOLOGIE EVOLUTION: Spontanément favorable et traitement symptomatique. Formes graves: (méningo-encéphalite, myocardite) exceptionnelles Discuter une chimiothérapie antivirale : Pléconaril, 5 mg/kg une à trois fois par jour selon les études, non disponible en France. Gamablobulines polyvalentes Aujard Y. Infections néonatales virales. EMC - Pédiatrie 2013;8(1):1-9 [Article R-91].

33 MERCI

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Enoncé Une femme de 57 ans se présente aux urgences pour céphalées, fièvre, frissons, toux, diarrhée et douleurs diffuses évoluant depuis 5 jours,

Plus en détail

généralités Infections à Herpès virus généralités généralités généralités Virus:

généralités Infections à Herpès virus généralités généralités généralités Virus: généralités Infections à Herpès virus Virus: S. Nguyen 03/2005 multiplication intracellulaire taille: nanomètre pls composants: -acide nucléique (ADN, ARN) -capside -enveloppe ou non généralités herpès

Plus en détail

VARICELLE ET ZONA DE L ADULTE ETIOLOGIES DES EXANTHEMES FEBRILES

VARICELLE ET ZONA DE L ADULTE ETIOLOGIES DES EXANTHEMES FEBRILES VARICELLE ET ZONA DE L ADULTE ETIOLOGIES DES EXANTHEMES FEBRILES 22 Février 2006 - IFSI Croix Rouge Française Dr Sarah KHATIBI SMIT- PURPAN - CHU TOULOUSE Varicelle Epidémiologie Due à un herpes virus

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Severe D. ; Vilcin L.D. ; Antoine J. ; Méridien E. ; BB C.N. de sexe masculin, pesant 2900 g à l admission,

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès

La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès Durant la période allant du mois de février 2013 au mois de mars 2013 : 8 cas de grippe A(H1N1) ont été colligés à l hôpital régional de Gabès. Le diagnostic de

Plus en détail

Quel est votre diagnostic?

Quel est votre diagnostic? Quel est votre diagnostic? Dr Olfa Harzallah Service de Médecine Interne EPS Fattouma Bourguiba Monastir Réunion de la STMI. Novembre 2009 Tunis Motif d admission : Patient, originaire de Sidi Bouzid,

Plus en détail

LE MALAISE DU NOURRISSON CAS CLINIQUES

LE MALAISE DU NOURRISSON CAS CLINIQUES LE MALAISE DU NOURRISSON CAS CLINIQUES M-A Dommergues Centre Hospitalier de Versailles Zakaria, 5 semaines 4 ème d une fratrie de 5 Grossesse gémellaire sans incident Naissance à 39 SA (Apgar 10/10) J1

Plus en détail

Le syndrome méningé. Les méninges. Syndrome méningé. Syndrome méningé. Ensemble des symptômes liés à une irritation pathologique des méninges

Le syndrome méningé. Les méninges. Syndrome méningé. Syndrome méningé. Ensemble des symptômes liés à une irritation pathologique des méninges Les méninges Le syndrome méningé Dr B. MARTHA 16 février 2006 dure mère Méninges : 3 feuillets : arachnoïde pie mère Les méninges Les méninges Syndrome méningé Ensemble des symptômes liés à une irritation

Plus en détail

Suivi ambulatoire de l adulte transplanté rénal au-delà de 3 mois après transplantation

Suivi ambulatoire de l adulte transplanté rénal au-delà de 3 mois après transplantation SYNTHESE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Suivi ambulatoire de l adulte transplanté rénal au-delà de 3 mois après transplantation Novembre 2007 OBJECTIF Assurer une qualité optimale du suivi et de

Plus en détail

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Complications pulmonaires en onco-hématologie (Mokart et al Chest 2003) ~ 20 % des patients ~

Plus en détail

Une polypose peut cacher

Une polypose peut cacher Une polypose peut cacher une mucoviscidose Journées DES 6 et 7 mars 2009 E.MEZGUELDI Service de pneumologie du Pr BELLON C est l histoire d Anton, né le 18/08/1997 ATCD perso : né à 40 SA PN = 3290g taille

Plus en détail

Prise en charge des méningites bactériennes communautaires

Prise en charge des méningites bactériennes communautaires Prise en charge des méningites bactériennes communautaires Table des matières Description du cas clinique Méningite bactérienne 4 Exercice : Quelle est la conduite à tenir? 5 Exercice : Examen biologique

Plus en détail

3emes Rencontres de Cancérologie de Centre Alsace

3emes Rencontres de Cancérologie de Centre Alsace 3emes Rencontres de Cancérologie de Centre Alsace Colmar, 22 octobre 2008 Médecine générale et cancer HYPERTHERMIE en cours de chimiothérapie Dr Bruno Audhuy Onco-hématologie Pôle Oncologie, Hôpital Pasteur,

Plus en détail

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE Prévention de la coqueluche Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE La coqueluche : question d actualité? Epidémiologie Nouvelles recommandations vaccinales et leur application Rôle des professionnels

Plus en détail

UE9 Agent infectieux Hôte. Cours 2 : Manifestation de l'interaction homme-agent infectieux Syndrome infectieux

UE9 Agent infectieux Hôte. Cours 2 : Manifestation de l'interaction homme-agent infectieux Syndrome infectieux L3-UE9 Agents infectieux - Hôte C Leport Lundi 21/01/2013 16h30-17h30 Ronéotypeur : Quentin Gautier Ronéolectrice : Karen Bitton UE9 Agent infectieux Hôte Cours 2 : Manifestation de l'interaction homme-agent

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Dijon, le 8 Octobre 2009. Grippe A / H1N1 v. Pr Ch. RABAUD

Dijon, le 8 Octobre 2009. Grippe A / H1N1 v. Pr Ch. RABAUD Dijon, le 8 Octobre 2009 Grippe A / H1N1 v Pr Ch. RABAUD On avait prévu Une grippe H5, grave, nous venant des oiseaux et d ASIE Grippe aviaire (1997) : 407 cas ; 256 décès pas de transmission interhumaine

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE

CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE 1 INFORMATIONS SUR PANDEMIE GRIPPALE Une pandémie grippale frappe le monde depuis quelques semaines. Il s

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM)

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) Professeur Emmanuel Andrès, Service de Médecine Interne, Diabète et Maladies Métaboliques, Clinique Médicale B, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

Maladies infectieuses - Coqueluche

Maladies infectieuses - Coqueluche Maladies infectieuses - Coqueluche Document d info La coqueluche 1 Introduction La coqueluche est une maladie aiguë et contagieuse des voies respiratoires provoquée par la bactérie Bordetella pertussis.

Plus en détail

Prise en charge de l aplasie fébrile. Unité des Grands Enfants Département de Pédiatrie Génétique Médicale CHU MORVAN - BREST

Prise en charge de l aplasie fébrile. Unité des Grands Enfants Département de Pédiatrie Génétique Médicale CHU MORVAN - BREST Prise en charge de l aplasie fébrile Unité des Grands Enfants Département de Pédiatrie Génétique Médicale CHU MORVAN - BREST 1 La préparation Un tableau de prévision des entrants (tableau fiche en T) Un

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Analyse de 4 cas sur 18 mois en Franche-Comté. Pr Alain MENGET

Analyse de 4 cas sur 18 mois en Franche-Comté. Pr Alain MENGET MALAISES GRAVES ET MORT SUBITE EN SALLE DE NAISSANCE Analyse de 4 cas sur 18 mois en Franche-Comté Pr Alain MENGET CAS N 1 1 Gabriel G Né le 28/07/2009 à la Polyclinique de Franche-Comté de Besançon Mère

Plus en détail

ABX Micros CRP200. Analyseur d urgence. Numération 18 paramètres + CRP simultanées Micro prélèvement

ABX Micros CRP200. Analyseur d urgence. Numération 18 paramètres + CRP simultanées Micro prélèvement ABX Micros CRP200 Analyseur d urgence Numération 18 paramètres + CRP simultanées Micro prélèvement ABX Micros CRP 200 Pour une réponse biologique rapide Une qualité d analyse > Un seul tube Sang total

Plus en détail

Pandémie de grippe : mesures spécifiques. Formation 2007 Cours à l intention du personnel des établissements médico-sociaux

Pandémie de grippe : mesures spécifiques. Formation 2007 Cours à l intention du personnel des établissements médico-sociaux Pandémie de grippe : mesures spécifiques Formation 2007 Cours à l intention du personnel des établissements médico-sociaux La grippe (ou influenza) Infection des voies respiratoires déclenchée par les

Plus en détail

Conseils d utilisation des traitements anti-tnf et recommandations nationales de bonne pratique labellisées par la Haute Autorité de santé française.

Conseils d utilisation des traitements anti-tnf et recommandations nationales de bonne pratique labellisées par la Haute Autorité de santé française. Revue du rhumatisme 80 (2013) 459 466 Conseils d utilisation des traitements anti-tnf et recommandations nationales de bonne pratique labellisées par la Haute Autorité de santé française. Vincent Goëba,,

Plus en détail

CAT devant une fièvre au retour de voyage. Valérie MARTINEZ CHU Saint-Louis Service des Maladies Infectieuses et Tropicales

CAT devant une fièvre au retour de voyage. Valérie MARTINEZ CHU Saint-Louis Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CAT devant une fièvre au retour de voyage Valérie MARTINEZ CHU Saint-Louis Service des Maladies Infectieuses et Tropicales INTRODUCTION 20 à 70 pour cent des 50 millions de voyageurs par an dans le monde

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 15 octobre 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 15 octobre 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE 1 A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 2 1. Adultes et enfants d un an et plus La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

CAS Cliniqiue. DR Borgi Aida Service réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants Béchir Hamza de Tunis

CAS Cliniqiue. DR Borgi Aida Service réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants Béchir Hamza de Tunis CAS Cliniqiue DR Borgi Aida Service réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants Béchir Hamza de Tunis Nourrisson âgé de 2 mois hospitalisé pour dyspnée aigue. Antécédents personnels: Né par C/S,

Plus en détail

Fièvre sans foyer chez l enfant de moins de 3 mois

Fièvre sans foyer chez l enfant de moins de 3 mois Fièvre sans foyer chez l enfant de moins de 3 mois Dr Sophie Blumental Service de Maladies Infectieuses Pédiatriques Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola Bruxelles INTRODUCTION Fièvre = symptôme

Plus en détail

VACCINATIONS. Le plan de vaccination suisse 2013 recommande la vaccination contre la tuberculose dans des groupes à risques.

VACCINATIONS. Le plan de vaccination suisse 2013 recommande la vaccination contre la tuberculose dans des groupes à risques. Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours VACCINATIONS Idriss Guessous Service de médecine de premier recours, HUG 2013 LES POINTS

Plus en détail

Méningites infectieuses et Méningo-encéphalite de l adulte (96) Association des Professeurs de Pathologie Infectieuse et Tropicale Juin 2003

Méningites infectieuses et Méningo-encéphalite de l adulte (96) Association des Professeurs de Pathologie Infectieuse et Tropicale Juin 2003 Méningites infectieuses et Méningo-encéphalite de l adulte (96) Association des Professeurs de Pathologie Infectieuse et Tropicale Juin 2003 Pré-Requis : Cours de bactériologie et virologie du PCEM Résumé

Plus en détail

Programme détaillé AUEC / DU Pathologies infectieuses de la femme, de la mère et du nouveau- né

Programme détaillé AUEC / DU Pathologies infectieuses de la femme, de la mère et du nouveau- né Programme détaillé AUEC / DU Pathologies infectieuses de la femme, de la mère et du nouveau- né MODULE 1 : SPECIFICITES DE LA MICROBIOLOGIE ET DE LA PHYSIOPATHOLOGIE APPLIQUEES A LA GYNECOLOGIE, L OBSTETRIQUE

Plus en détail

LA GRIPPE A H1N1v. Ce que doivent savoir les obstétriciens

LA GRIPPE A H1N1v. Ce que doivent savoir les obstétriciens LA GRIPPE A H1N1v Ce que doivent savoir les obstétriciens EPIDÉMIOLOGIE LA PANDÉMIE EN FRANCE La dynamique de l épidémie n est pas prévisible Les épidémiologistes et virologues estiment qu il y aurait

Plus en détail

Gammapathie monoclonale

Gammapathie monoclonale Gammapathie monoclonale I. Définitions gammapathie = anomalie de la synthèse protéique comportant une _ production d'un ou plusieurs types d'ig gammapathie monoclonale (GPM) : - _ synthèse d'un seul type

Plus en détail

LES HEPATITES VIRALES

LES HEPATITES VIRALES LES HEPATITES VIRALES Infect virales atteignant préférentiellement le foie avec lés inflammatoires, altérat hépatocytaire (cytolsye hépatique) et élévat des transaminases. Etiolo gie Transm ission Contam

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Le diabète gestationnel Nouvelles recommandations de dépistage et de prise en charge Fabienne Viala Carla Chatelet Définitions OMS: «DG = trouble de la tolérance glucidique conduisant à une hyperglycémie

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015

LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015 LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé Capacité de gérontologie 20142015 Mr. C. 87 ans, hospitalisé pour : chute pneumopathie Mr. C. 87 ans, hospitalisé pour : chute pneumopathie Quels examens demandez

Plus en détail

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile.

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile. Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile Hélène Heckenroth l'auteur déclare n'avoir aucun conflit d'intérêt avec l'industrie pharmaceutique

Plus en détail

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Coqueluche Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Définition et mode de transmission La coqueluche est une infection bactérienne peu ou pas fébrile de l'arbre respiratoire

Plus en détail

Sorties de maternité après accouchement : conditions et organisation du retour à domicile des mères et de leurs nouveau-nés

Sorties de maternité après accouchement : conditions et organisation du retour à domicile des mères et de leurs nouveau-nés Sorties de maternité après accouchement : conditions et organisation du retour à domicile des mères et de leurs nouveau-nés Pr Jean-Michel Hascoët et Karine Petitprez Auto-saisine HAS - ANAES (2004) RPC

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION

DOSSIER D INFORMATION Paris, le 11 septembre 2009 DOSSIER D INFORMATION Conduite à tenir en cas d épidémie de grippe A H1N1 pour les femmes enceintes Ce que les futures mamans doivent savoir... Les femmes enceintes doivent

Plus en détail

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD Service de Pneumologie Hôpital Beauregard - THIONVILLE 1 Bilan initial Objectifs Bilan de base Traitement pharmacologique Autres traitements pharmacologiques Autres

Plus en détail

Selon les données scientifiques actuelles,

Selon les données scientifiques actuelles, Recommandations pour les femmes enceintes en cas d épidémie de grippe A/H1N1 Ce que les futures mamans doivent savoir... Recommendations for pregnant women What the future mother should know... J. Lansac*,

Plus en détail

Dr JD Cohen Unité d Immuno Rhumatologie Montpellier

Dr JD Cohen Unité d Immuno Rhumatologie Montpellier Dr JD Cohen Unité d Immuno Rhumatologie Montpellier M. R, né le 23/05/66 Depuis l enfance Crises de polyarthrite (asymétrique) Myalgies déclenchées par le froid Éruption fugace papuleuse, prurigineuse;

Plus en détail

Corticoïdes et vaccination

Corticoïdes et vaccination Corticoïdes et vaccination Corticoïdes Type? Topique Infiltration Inhalation Voie générale Dose? Type de vaccin V. inactivé V. vivant atténué Fièvre jaune ROR Tuberculose Varicelle Durée de traitement?

Plus en détail

Question 1. Quelles sont les anomalies hématologiques qui peuvent être observées au cours des syndromes inflammatoires chroniques?

Question 1. Quelles sont les anomalies hématologiques qui peuvent être observées au cours des syndromes inflammatoires chroniques? Une femme de 62 ans consulte en juillet son médecin généraliste pour une hypodermite de la jambe droite survenue dans un contexte d insuffisance veineuse ancienne des membres inférieurs. Il prescrit un

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Arrêté du 25 juin 2010 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables aux assurés sociaux NOR : SASS1016264A

Plus en détail

Formation Continue. Docteur Nathalie VIGET

Formation Continue. Docteur Nathalie VIGET 27 èmes Journées de JFHOD 2009 19-22 mars 2009 Formation Continue Palais des congrès PARIS Docteur Nathalie VIGET Indications vaccinales et gestion des infections opportunistes au cours des MICI Quelles

Plus en détail

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Christine Pietrement 28 mai 2009 Particularités des infections urinaires de l enfant Grande fréquence : < 3mois + fièvre : IU 13% filles, IU 19% garçon

Plus en détail

Des convulsions réfractaires. ARCO Tours Octobre 2012

Des convulsions réfractaires. ARCO Tours Octobre 2012 Des convulsions réfractaires ARCO Tours Octobre 2012 HDM H 22 ans apprentissage de métallurgie. Débute un stage ATCD Traumatisme crânien grave avec fracture du rocher et hémorragie intracrânienne à 4 ans,

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

De quoi parlons nous?

De quoi parlons nous? De quoi parlons nous? 1 De quoi parlons nous? Grippe Pandémie Grippe Peste saisonnière grippale humaine H5N1 aviaire H1N1 H2N2 H3N2 H5N1 2 De quoi parlons nous? Grippe Pandémie Grippe Peste saisonnière

Plus en détail

Fièvre au retour de voyage Dr Olivier Rogeaux infectiologie CH de Chambéry Grenoble 16 avril 2014

Fièvre au retour de voyage Dr Olivier Rogeaux infectiologie CH de Chambéry Grenoble 16 avril 2014 Fièvre au retour de voyage Dr Olivier Rogeaux infectiologie CH de Chambéry Grenoble 16 avril 2014 Quels risques pour ce voyageur? Risque sanitaire et voyages Voyage de + en + fréquent : une augmentation

Plus en détail

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006 Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives Paris, 13 décembre 2006 Quatre questions Question 1 - Sur quels éléments cliniques et épidémiologiques faut-il évoquer le diagnostic

Plus en détail

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Alain Bonnin, Frédéric Dalle, Coralie L Ollivier - Laboratoire de Parasitologie-Mycologie, CHU de Dijon

Plus en détail

Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences

Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences 52 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2010 Sfar. Tous droits réservés. Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences F. Fays, P. Hausfater

Plus en détail

Conduite à tenir devant un trouble de la marche aigu. Module Urgences Pédiatriques 9 novembre 2006

Conduite à tenir devant un trouble de la marche aigu. Module Urgences Pédiatriques 9 novembre 2006 Conduite à tenir devant un trouble de la marche aigu Module Urgences Pédiatriques 9 novembre 2006 La marche Elément sémiologique essentiel de l examen neurologique +++ et de l appareil locomoteur 60 %

Plus en détail

Catalogue des analyses. 39-CGB-PREL-INS-006/02 mise à jour le 27 mars 2015 1/13

Catalogue des analyses. 39-CGB-PREL-INS-006/02 mise à jour le 27 mars 2015 1/13 Catalogue des analyses 39-CGB-PREL-INS-006/02 mise à jour le 27 mars 2015 1/13 Légende du dictionnaire Tube Citrate de Sodium Tube Sérum = Sec avec Activateur de coagulation (avec ou sans gel) Tube Héparine

Plus en détail

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis.

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Tarek Ben Othman Congrès de la STPI, 24 avril 2009 Plan Introduction

Plus en détail

INTRODUCTION I. FIÈVRE. I.1 La fièvre chez l enfant. I.2 Fièvres aiguës chez l enfant

INTRODUCTION I. FIÈVRE. I.1 La fièvre chez l enfant. I.2 Fièvres aiguës chez l enfant INTRODUCTION Ce cours a pour but de vous donner les bases de diagnostic et de prise en charge des maladies infectieuses pédiatriques les plus importantes. Au terme de vos 6 années de médecine, il sera

Plus en détail

Module 2 : 015 EXAMEN PRÉNUPTIAL

Module 2 : 015 EXAMEN PRÉNUPTIAL Module 2 : 015 EXAMEN PRÉNUPTIAL Validé par le Dr Bertel Intérêts de l examen prénuptial Obligatoire avant le mariage civil datant < 2 mois, il est divisé en 2 consultations : - Première consultation :

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

Les manifestations la grippe

Les manifestations la grippe Les manifestations la grippe Les manifestations de la grippe sont assez caractéristiques: Un début souvent brutal Le début de la grippe est le plus souvent brutal, apparaissent ainsi: Courbatures, Douleurs

Plus en détail

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE Il faut rappeler que pour toute personne malade (par exemple présentant de la fièvre, vomissements ou diarrhée)

Plus en détail

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas)

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas) Vous recevez une interne du service de maternité La Coqueluche Elle vous dit tousser depuis 15 jours. Devant l absence de fièvre elle ne s est pas arrêtée et elle n a pas pris de précautions particulières.

Plus en détail

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard Aline Fallet IDE Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard L évoca'on d une méningite se fait sur les signes cliniques suivants Céphalées 87% Nausées 74% Raideur de nuque 83% Température

Plus en détail

TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION

TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION II. 1 Généralités II.2 Transmission des Virus II.3 Grandes étapes de Cycle de Multiplication Attachement Pénétration Réplication Libération II. 1 Généralités

Plus en détail

Encéphalites Encephalitis. PM Preux, M Strobel IFMT, 2003-2004 Module Maladies Émergentes - Encéphalites

Encéphalites Encephalitis. PM Preux, M Strobel IFMT, 2003-2004 Module Maladies Émergentes - Encéphalites Encéphalites Encephalitis PM Preux, M Strobel IFMT, 2003-2004 Module Maladies Émergentes - Encéphalites Encéphalites : spectaculaires et médiatiques Notions d ensemble sur les encéphalites Les aspects

Plus en détail

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires A) GENERALITES SUR LA NOUVELLE GRIPPE A (H1N1) v. Qu est-ce que la nouvelle grippe A (H1N1) v? La nouvelle grippe A(H1N1) est une infection

Plus en détail

Démarche diagnostique pratique. et des maladies respiratoires de l enfantl

Démarche diagnostique pratique. et des maladies respiratoires de l enfantl Asthme du nourrisson Démarche diagnostique pratique André Labbé Unité de réanimation r et des maladies respiratoires de l enfantl Hôtel-Dieu Clermont-Ferrand Position du problème Fréquence pathologie sifflante

Plus en détail

Sérologie Maladie de Lyme

Sérologie Maladie de Lyme MÉMENTO DU Sérologie Maladie de Lyme DEFINITION BIOLOGISTE La maladie de Lyme est une anthropozoonose, transmise par piqûre de tiques femelles du genre Ixodes, due à un spirochète, Borrelia burgdorferi.

Plus en détail

Travail réalisé à la Résidence St Jean à Laventie (Temps de vie)

Travail réalisé à la Résidence St Jean à Laventie (Temps de vie) Travail réalisé à la Résidence St Jean à Laventie (Temps de vie) Cette évaluation s est réalisée sur le mois d aout 2013. Un groupe de travail a été formé avec le médecin coordonateur, l infirmière coordinatrice,

Plus en détail

Vaccination: savoir répondre r aux controverses. Marc H. Lebel, MD, FRCPC. Service des maladies infectieuses

Vaccination: savoir répondre r aux controverses. Marc H. Lebel, MD, FRCPC. Service des maladies infectieuses Vaccination: savoir répondre r aux controverses Marc H. Lebel, MD, FRCPC Service des maladies infectieuses 1 Objectifs Identifier les principaux effets adverses reliés à la vaccination Savoir répondre

Plus en détail

REPOBLIKAN'I MADAGASIKARA Fitiavana-Tanindrazana-Fandrosoana

REPOBLIKAN'I MADAGASIKARA Fitiavana-Tanindrazana-Fandrosoana REPOBLIKAN'I MADAGASIKARA Fitiavana-Tanindrazana-Fandrosoana ----------------------- MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE PROGRAMME NATIONAL DE LUTTE CONTRE LE SIDA DOSSIER MEDICAL (Femme Enceinte) Code d identification

Plus en détail

Etablissement Français du Sang

Etablissement Français du Sang Etablissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES Document de préparation à l entretien médical préalable au don de sang Partie médicale La sécurité

Plus en détail

LES PATHOLOGIES RESIDUELLES DE L ANCIEN PREMATURE après 1 an. Michèle GRANIER 28 novembre 2006-7 décembre 2006

LES PATHOLOGIES RESIDUELLES DE L ANCIEN PREMATURE après 1 an. Michèle GRANIER 28 novembre 2006-7 décembre 2006 LES PATHOLOGIES RESIDUELLES DE L ANCIEN PREMATURE après 1 an Michèle GRANIER 28 novembre 2006-7 décembre 2006 DEVENIR RESPIRATOIRE DES PREMATURES DEVENIR NUTRITIONNIEL CROISSANCE DYSPLASIE BRONCHO-PULMONAIRE

Plus en détail

RETOUR PRECOCE A DOMICILE APRES ACCOUCHEMENT

RETOUR PRECOCE A DOMICILE APRES ACCOUCHEMENT version 1 page 1/5 Référence : RSN/REF/REA.O/002/A Date de 1 ère mise en service : 10/06/2008 N version Date de la modification Suivi des modifications Objet de la modification Faite par : Rédaction Mise

Plus en détail

Prise en charge du. Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil

Prise en charge du. Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil Prise en charge du nouveau-né de mère m HIV Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil GROSSESSE Chez une femme infecté par le VIH,la grossesse est a risque = prise en charge multidisciplinaire

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

29/09/2010. depuis 3 à 4 jours. il y a 5 jours et 3 jours. FRCV : aucun

29/09/2010. depuis 3 à 4 jours. il y a 5 jours et 3 jours. FRCV : aucun PRESENTATION DE CAS Colloque du 21 juillet 2010 par Dr Lionel GASPARD Cas de M.B., 23 ans Etat fébrile et odynophagie Anamnèse (1) BSH depuis 1 semaine État fébrile à 39 C Odynophagie Toux sèche traité

Plus en détail

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE DCEM 1 Professeur Michel Drancourt Michel.drancourt@univmed.fr Années 2012-2013 http://www.mediterranee-infection.com/ DEFINITION

Plus en détail

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé!

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Dosage pondéral des Ig! é à â à é é é é é é â é Electrophorèse des protides (1) " Explorent : 1) Inflammation 2) Immunoglobulines 3) Foie

Plus en détail

Clairance de la créatinine basse

Clairance de la créatinine basse Clairance de la créatinine basse Conduite à tenir 17 Janvier 2015 XII ème Rencontre des Amicales de Paris Dr. X. Belenfant Réseau de Néphrologie en Ile de France Service de néphrologie CH Montreuil Clairance

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

Infections respiratoires basses chez le nourrisson. Pr A.AGADR Service de Pédiatrie Hôpital Militaire Mohamed V Rabat

Infections respiratoires basses chez le nourrisson. Pr A.AGADR Service de Pédiatrie Hôpital Militaire Mohamed V Rabat Infections respiratoires basses chez le nourrisson Pr A.AGADR Service de Pédiatrie Hôpital Militaire Mohamed V Rabat Introduction Les infections respiratoires basses de l enfant constituent un problème

Plus en détail

Adénopathies de l enfant. Professeur Jean Loup DEMORY Consultations d Hématologie pédiatrique Clinique médicale Saint Antoine

Adénopathies de l enfant. Professeur Jean Loup DEMORY Consultations d Hématologie pédiatrique Clinique médicale Saint Antoine Adénopathies de l enfant Professeur Jean Loup DEMORY Consultations d Hématologie pédiatrique Clinique médicale Saint Antoine Structure du ganglion lymphatique vaisseaux lymphatiques afférents 1-3 mm capsule

Plus en détail

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Ce que vous devez savoir sur les vaccins antigrippaux offerts cette année L influenza, qu on appelle communément la grippe, est une infection respiratoire

Plus en détail

Maladies auto-inflammatoires Le point de vue de l interniste

Maladies auto-inflammatoires Le point de vue de l interniste DU maladies inflammatoires et systémiques Vendredi 29 mars 2013 Maladies auto-inflammatoires Le point de vue de l interniste Dr K. Stankovic Stojanovic Service de médecine interne Centre de référence des

Plus en détail

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012 La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 1 Qu est-ce que la grippe? Infection virale aiguë des voies respiratoires Se propage facilement d un personne à l autre

Plus en détail

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE Le Puy-en-Velay, le 22 Septembre 2006 Il faut rappeler que pour toute personne malade (par exemple présentant

Plus en détail