Forum N 4. Quel avenir pour l aide à domicile? Compte rendu : Françoise NOUHEN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Forum N 4. Quel avenir pour l aide à domicile? Compte rendu : Françoise NOUHEN"

Transcription

1 Forum N 4 Quel avenir pour l aide à domicile? Présidence et animation :, membre du bureau de l UNCCAS Intervenants : André FLAGEUL, président de l UNA Michel MARTIN, président de la Mutualité Française Bourgogne Luc BROUSSY, vice-président de la commission "Politiques sociales et familiales" de l ADF Claude PERINEL, directeur général de la CNAV Compte rendu : Les gestionnaires de services d aide à domicile éprouvent des difficultés à équilibrer leur budget. En parallèle, la société doit faire face au vieillissement de la population et à l accroissement du phénomène de dépendance. La politique de maintien à domicile, consacrée par le rapport Laroque de 1962 a été une première réponse apporté par les pouvoirs publics à la prise en charge des personnes âgées. Le récent sondage réalisé par TNS du 31 août au 2 septembre 2010 pour Le Journal du Domicile, Mondial Assistance et Le Parisien montre la préférence des français pour le maintien à domicile. Les pouvoirs publics semblent avoir pris conscience de la nécessité d agir sur l emploi : En février 2008, Valérie LETARD, alors Secrétaire d Etat chargée de la solidarité, a lancé un plan des métiers au service des personnes handicapées et personnes âgées dépendantes. Ce plan devrait permettre de créer, avant 2015, emplois et d engager des démarches de formation pour la valorisation des métiers. La caisse nationale de solidarité pour l autonomie (CNSA) au titre de sa section IV, finance des actions pour la modernisation et la professionnalisation des services d aide à domicile. En parallèle, des plans relatifs aux personnes âgées sont adoptés : Plan Solidarité Grand Age en 2006, Plan Alzheimer La difficulté s agissant de ces plans c est que les financements alloués ne sont pas à la hauteur des besoins. Il y a également un questionnement sur l APA à engager. La prise en charge par les départements est de plus en plus importante, au regard du désengagement de l Etat, dont la participation est passée de 50% lors de la création de l allocation à 30% actuellement. En parallèle, la solvabilité des familles est de plus en plus difficile à atteindre. Page 1

2 Autour de nous, nous avons des responsables gestionnaires de SSIAD et des financeurs. Quelle(s) solution(s) commune(s) pouvons-nous dégager ensemble pour l avenir de l aide à domicile? André FLAGEUL C est positif de pouvoir disposer du point de vue des opérateurs. Nous traversons actuellement une véritable crise. L histoire de l aide à domicile est marquée par des poussées et des régressions successives. Ces derniers temps, tout tendait pourtant vers une structuration du secteur (appartenance au champ médico-social, professionnalisation ). Cette crise a des conséquences fortes tant sur les structures privées de l aide à domicile que sur les structures publiques. L ensemble des intervenants est dans une situation déficitaire. Si cela perdure, plusieurs structures vont disparaître. La crise a des effets directs sur la qualité des prestations et sur la professionnalisation. Celle-ci porte un coup d arrêt aux actions de formation du personnel. Les usagers et les aidants sont les premières victimes. C est essentiellement une crise financière : il n y a pas de reconnaissance du coût économique des interventions. Les gestionnaires de service et les financeurs sont en désaccord sur ce coût, par exemple avec la CNAV mais aussi avec certains conseils généraux qui sont asphyxiés. Il y a un grand écart entre les besoins qui augmentent et la solvabilité des personnes qui diminue. Aujourd hui, le système économique est à bout de souffle. Il n est plus efficient ni économiquement, ni socialement. Au chef des premières causes, nous nous confrontons à l éternelle question de ce qui relève de la politique sociale et de ce qui relève de la politique de l emploi. Cette difficulté est issue du Plan Borloo. Les associations ont certes participé à la concertation sur ce plan. Nous y avons vu au départ un intérêt, celui de promouvoir l emploi dans ce secteur. Deux effets négatifs sont à constater aujourd hui : o La banalisation de l idée selon laquelle tout le monde peut tout faire. Or, il y a une confusion entre les prestations de confort et celles à destination de publics fragilisés. S agissant du Plan Borloo, on communique sur les chiffres pour démontrer la création d emploi sur ce secteur mais quand parlet-on d ETP? de qualité de l emploi? o Si l expérience France Domicile a révélé que les services d aide à domicile s inscrivaient dans une dynamique de proximité, elle a surtout montré que le problème de la solvabilité des personnes n est pas réglé. Ainsi, les questions posées par France Domicile restent entières : celle de l avenir des besoins et celle de l accrochage avec les grands comptes sur la question du financement de la dépendance. Face à cette crise, on assiste à la surdité de l Etat. Ce dernier a une vision différente de l ampleur du phénomène. Pour l Etat, s il y a dégâts, c est à cause des problèmes individuels de gestion. Ici, nous n entendons pas faire l économie d une analyse critique sur l efficience de gestion de certaines de nos structures. Qui dit association ne dit pas nécessairement qualité. L Etat dit ne pas avoir d argent. Or, lors des conseils de la CNSA, nous constatons que des ponctions sont réalisées sur son budget. Les pouvoirs publics nous annoncent une multitude de rapports. Tout cela s apparente à un écran de fumée. Page 2

3 Sur la question du financement du secteur et la création d un cinquième risque, doit-on avoir recours à la solidarité ou aux assureurs privés? En conclusion, je vous propose quelques pistes de solutions : 1. Refaire une distinction entre les interventions à destination du public fragile et les prestations de confort 2. Réexpliquer nos modes d intervention. Notre principal concurrent reste le particulier employeur. 3. Avoir une vision de l état critique de nos structures. Nous avons des améliorations internes à réaliser. Il faut rentrer dans le champ de la modernisation. L UNA sur ce point a d ailleurs signé une convention avec la CNSA. 4. Refaire le débat sur le 5 ème risque. Aujourd hui, on veut nous faire croire que rien n est plus possible. Il faut repopulariser le débat sur le 5 ème risque. Nous n avons pas ici beaucoup d alliés. L Etat n ouvre pas de porte. Une fenêtre s entrouvre avec les discussions engagées entre le collectif de l aide à domicile et l ADF. La question essentielle : quel type d intervention pour quel type de public? Il faut consacrer à nouveau l inscription de nos services dans le champ médico-social. Il faut revoir le champ de l autorisation. Il faut rediscuter autour de la dynamique d une nouvelle vision du mode de tarification de l aide à domicile, même s il convient d adopter une certaine retenue sur des points de complexité. Michel MARTIN La FNMF adhère tout à fait au constat qui vient d être dressé par UNA. Le titre du forum est un titre pessimiste. La création de l aide à domicile date de 1965 sur notre département, donc peu de temps après la sortie du rapport Laroque de Nous avons 800 salariés (600 ETP) et 7000 bénéficiaires. Jusqu à présent, nous n avions jamais refusé la prise en charge d une personne. Pour la première fois récemment, nous avons du dire non à quelqu un. Concernant les attentes sociales, il convient d apporter des réponses sociales. Le parcours de l aide à domicile est semé d embûches, et nous avons aujourd hui à en affronter une de taille importante : de mon expérience, nous n avons jamais connu ça. Rappelons qu avant le plan Borloo, nous faisions déjà du Borloo. Ce dispositif, en encadrant l activité, tue l emploi. Il ne permet pas d offrir des garanties sur la qualité, la formation, la rémunération. Dans notre département, nous avons monté un collectif pour la prééminence économique, sociale et solidaire dans notre secteur d activité. Ce collectif comprend 9 membres aujourd hui. Nous comptons sur notre département 120 organisations présentes dans le champ des services à domicile, ce qui montre la banalisation dans le secteur. On assiste à un nivellement par le bas. Aujourd hui, nous sommes acculés sur la question du financement. Nous avons d autres activités, c est pour cela que nous nous en sortons. Les services à domicile font partie de l histoire de la FNMF. A la mutualité, nous sommes un peu schizophrènes. Les mutuelles ont des difficultés aussi à reconnaître le juste prix. Faut-il plus de solidarité nationale ou de l assurance? Cela fait beaucoup débat chez nous. Cette question doit pouvoir s insérer dans le débat général sur le financement de la protection sociale : l aide à domicile fait partie de la santé. Le souci, c est que nous savons aujourd hui que les finances actuelles sont inférieures aux attentes et aux besoins. Page 3

4 Les CCAS/CIAS sont quant à eux davantage sur les prestations à l attention des publics en difficulté et moins sur les prestations de confort. Notre intervention reste très diffuse, nous répondons aux besoins là où les autres acteurs sont peu ou pas présents. Notre offre de service se situe essentiellement sur l aide à domicile, l aide ménagère et le portage de repas. La majeure partie de notre personnel est formé. Le public d encadrement est souvent constitué de rédacteurs territoriaux. Nous avons des contraintes liées au statut de la fonction publique. Le statut d agent social territorial ne reconnaît qu un type d intervention : l accompagnement ou les prestations à l attention de public fragile. Nous connaissons également des difficultés par rapport au transport et à la distance, dans la mesure où nos services sont situés essentiellement en zone rurale/ de montagne. Claude PERINEL La politique de la CNAV tourne autour de la logique de prévention. Nos actions s adressent à nos 13 milliards de retraités. Notre responsabilité, c est d offrir un accompagnement à l ensemble de nos retraités du régime général. Nous travaillons avec les CRAM et l INPES 1. Nous avons trois types d action : 1. Les actions d information et de conseil 2. Les actions de proximité 3. Les actions de prise en charge auprès de retraités en situation de fragilité sociale Les préoccupations de la CNAV sont les suivantes : o Nous avons une responsabilité particulière auprès du public fragile. Il faut faciliter l accès pour les populations précaires. 2/3 des personnes seules vivent avec moins de 1000 euros par mois. Il y a donc dans ces situations des prestations nécessaires à la vie quotidienne. Le défi est de déterminer un montant de prestations commun avec les gestionnaires de services. o Sur la notion de qualité : il est important de distinguer les modalités de réponse. Sur ce point, nous avons beaucoup à construire avec les gestionnaires de services. Les gestionnaires services d aide à domicile sont pris en étau entre la prévention et le travail sur les personnes âgées dépendantes (à partir du GIR 4). Le passage de l un à l autre met en exergue les difficultés liées à l évaluation. André FLAGEUL Nous avons un différent avec la CNAV. Il y a 2 arguments qui se confrontent : 1. Nous comprenons le souci de l égalité de traitement sur le territoire des ressortissants de la CNAV. 1 Institut national de prévention et d éducation pour la santé. Page 4

5 2. Dans le même temps, le tarif unique appliqué par la CNAV ne prend pas en compte les évolutions. Les structures font du travail à perte. La participation de la CNAV est aussi un tarif plafond! De notre côté, nous sommes prêts à reconnaître qu il existe des différences de nature dans les interventions. Nous sommes prêts à regarder cet aspect plus précisément. La prévention est fondamentalement nécessaire. Le débat sur la prise en charge du GIR 4 est inquiétant pour la continuité de la prise en charge des personnes âgées dépendantes. Michel MARTIN Il y a une question que nous n avons pas abordée : pourquoi l Etat français n a pas pris en compte la spécificité de la prise en charge des personnes âgées dépendantes dans le cadre de la directive services? Claude PERINEL Pour rappel et pour nuancer les propos qui viennent d être tenus, la participation de la CNAV a augmenté de 6% ces 6 dernières années. Nous montrons une politique volontariste sur le terrain, avec un travail continu et des expérimentations. Luc BROUSSY Je tiens à rappeler que le travail engagé par l ADF sur le projet de réforme de la tarification relève d une initiative collective, entre l ADF et les représentants de gestionnaires de services d aide à domicile. Nous avons une entente générale sur ce qu il faut pour demain. La crise de l aide à domicile est d abord une crise existentielle : Les gestionnaires de services ne se sentent pas soutenu par le gouvernement qui se concentre d abord sur la question des établissements. C est un paradoxe que le récent sondage réalisé par TNS met en avant. Les français expriment en effet leur préférence pour le maintien à domicile. La crise de l aide à domicile est aussi une crise organisationnelle, avec l enjeu de l adaptation aux contraintes. C est enfin une crise du modèle économique avec le problème de la solvabilité. Les gestionnaires tentent de cadrer leurs prestations dans des prix qui sont de toute façon inférieurs aux coûts. Depuis un an et demi, le secteur est en crise. Le 22 décembre dernier, une table ronde a été organisée par les pouvoirs publics. Celle-ci n a rien donné. De fait, nous nous entendons sur le peu d issue des groupes de travail menés sous l égide de la DGCS. Aujourd hui, les départements sont les plus gros financeurs de l aide à domicile. Nous montrons, avec les représentants de gestionnaires, des signes volontaristes via la conduite de nos travaux. Nos groupes de travail permettent le développement d un esprit de responsabilité. Page 5

6 Sur l aide à domicile, il convient de distinguer le moteur de l essence. Les travaux de l ADF et du collectif se situent uniquement sur le moteur. L essence, c est notamment la demande de fonds d urgence formulée par les associations du secteur. Il y a 3 éléments sur lesquels nous avons avancé : 1. La contractualisation : l autorisation serait ainsi accompagnée de la signature d un CPOM 2. Le passage d une tarification horaire à une dotation globale. La difficulté aujourd hui c est que la population souhaite une égalité de traitement sur l ensemble du territoire mais veut également du sur-mesure. Les conseils généraux, dans la nouvelle formule, pourront acheter auprès des prestataires un service global et non plus des heures. 3. La qualité avec l adoption d un décret sur les conditions techniques de fonctionnement d un SAAD (7j/7, télégestion, professionnalisation ). Il convient d insister sur les spécificités des CCAS. La mise en place d un seuil d intervention horaire n est pas pertinente pour une majorité de petits services gérés par des CCAS. Plusieurs exemples montrent que la taille et la fiabilité des services n est pas corrélée. 4. Sur la suite des évènements, le bureau de l ADF a adopté le 5 octobre le projet de texte discuté entre l ADF et le collectif. Nous proposons à présent d adresser un courrier au Ministère pour être reçu en vue de l adoption, dès le PLFSS 2011, de mesures nouvelles concernant le mode de tarification des services d aide à domicile. Le moteur serait ainsi réparé. Il reste à régler la question de l essence. Le rapport Valérie Rosso-Debord est scandaleux de ce point de vue. Celui-ci prévoit de diminuer l APA de 50% tout en rétablissant le recours sur succession. L UNCCAS est favorable à la poursuite des travaux sur la base de ces pistes. Nous sommes d accord avec la mise en place d un tarif global qui prenne en compte l ensemble des coûts de fonctionnement d un service. Notre CA, sur la question du 5 ème risque, s est positionné pour une prise en charge au titre de la solidarité. Il y a 2 zones que nous n avons pas abordées : 1. La réflexion sur les exonérations de charges 2. L inclusion ou l exclusion de la directive services selon le type de prestation que l on apporte Echanges avec la salle. Maire adjoint de la ville des MUREAUX Notre CCAS est également gestionnaire d un service d aide à domicile pour les personnes âgées. Le budget de fonctionnement s équilibre grâce à une aide financière de la ville. J ai deux questions à poser : 1. Pourquoi ne pas citer dans les axes d amélioration les difficultés/lenteurs quant à la prise en charge par la CNAV? Aujourd hui, on constate de 12 à 18 mois de délais entre le traitement du dossier et le paiement des prestations. Page 6

7 2. Face à certaines rumeurs, peut-il nous être confirmé que les départements réfléchissent aujourd hui à ne plus prendre en charge les GIR 3-4? Claude PERINEL Je suppose que les applaudissements que nous venons d entendre concerne la période passée. Je ne sous estime pas la gravité de la situation, mais je peux vous affirmer que le gros de la crise est derrière nous. Le système d information est en marche désormais avec le but affiché d une simplification administrative. Le conseil de la CNAV a décidé la mise en place d avances de trésorerie. Nous sommes preneurs de vos remontées sur les difficultés que vous rencontrez au plan local dans vos relations avec les CRAM. Nous avons ajouté des moyens supplémentaires afin d accélérer la prise en charge des dossiers en instance de traitement dans les CRAM. Luc BROUSSY Les départements sont contre la suppression de la prise en charge des GIR3-4. Le rapport Valérie Rosso-Debord préconise la suppression de la prise en charge des GIR4 uniquement. Mais même cela, c est scandaleux. Les conseils généraux sont dans une démarche de solidarité avec les publics fragiles. 45% des bénéficiaires de l APA à domicile sont classés en GIR 4. Si on supprimait la prise en charge des GIR 3-4, 1/3 seulement des bénéficiaires actuels toucheraient l APA. En outre, le rapport ne dit pas qui les prendrait en charge. Il y aurait un no man s land. A priori, il ne semble pas que ce soit la CNAV qui récupère cette prise en charge?... En conclusion, il n y a pas de risque que les conseils généraux abandonnent la prise en charge des GIR 3-4. Le seul risque majeur pour les personnes âgées, c est le rapport Valérie Rosso Debord. Directeur du CCAS de LISIEUX Les conseils généraux ne prennent pas en charge l ensemble du personnel qualifié, alors même que l on nous demande d accroître la qualification de ce dernier. Sur certains territoires, cette prise en charge est limitée à 30% des effectifs. Jean Paul CARTERET Je voudrais évoquer avec vous un article paru récemment s intitulant «la double peine de l aide à domicile». Une personne âgée est devenue dépendante suite à un AVC. Cette dépendance a rendu nécessaire l acquisition d un élévateur. Sur euros de coût d appareillage, le montant des aides n est au total que de 10%. A quand la création d un cinquième risque? Luc BROUSSY Vous avez citez un exemple de disfonctionnement touchant la formation du personnel de l aide à domicile. Il y en a et il importe de les relever. Page 7

8 Le paradoxe de la décentralisation, c est que l on souhaite les mêmes règles pour tous mais au plus près du terrain. Le décret sur les conditions techniques de fonctionnement d un service d aide à domicile permettra de solutionner ce type de disfonctionnement, en tentant une harmonisation entre les pratiques. Il conviendra ainsi de déterminer le bon niveau de dotation, les heures nécessaires, la formation du personnel Quant à la question de savoir si l APA sera un jour au même niveau que la PCH, je réponds non. Il faudrait 8 milliards d euros et personne ne les a aujourd hui. Sur la question de la solvabilité, les aides techniques doivent trouver leur place à côté des aides humaines. Nous en sommes sur ce point à la préhistoire. Je souhaite clôturer ce forum sur le volet complémentaire des SSIAD. Le CA et l AG de l UNCCAS se sont prononcés pour une position d attente par rapport aux questionnaires qui vous ont été transmis par les ARS. Nous vous invitons à différer le remplissage de ces questionnaires tant que nous ne disposons pas, au niveau national, des réponses à nos questions comme celle de la garantie de financement ou de l adoption du décret après les résultats de l enquête. La FNMF et l UNA se prononcent également en ce sens. Page 8

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué aux personnes âgées et à l autonomie Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Réunion

Plus en détail

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE janvier 2014 NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE Le secteur de l aide à domicile En bref En cette rentrée sociale 2014, le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médicosocial et santé met à disposition

Plus en détail

Le projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Le projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Le projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Le Gouvernement a fait le choix d une loi d orientation et de programmation, inscrivant la totalité

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE REUNION DU CONSEIL GENERAL DU 19 DECEMBRE 2014 BP 2015 COMMISSION DES SOLIDARITES Direction Générale Adjointe des Solidarités Direction du Handicap et de la Vieillesse RAPPORT

Plus en détail

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC JE SUIS UN AGENT PUBLIC MA PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? AGENTS PUBLICS, NOTRE PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? DEVRA-T-ON SE RÉSIGNER À TOUJOURS MOINS DE SOINS? Dépassements d honoraires, franchises,

Plus en détail

QUESTIONS-REPONSES SUR L EXPERIMENTATION «PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE»

QUESTIONS-REPONSES SUR L EXPERIMENTATION «PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE» QUESTIONS-REPONSES SUR L EXPERIMENTATION «PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE» Qui prévoit cette nouvelle expérimentation? Cette expérimentation figure à l article 70 de

Plus en détail

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS Les Personnes Agées, de 60 ans et plus, représentent déjà plus de 11,2% de la population du Département et vers 2020 plus de 20%. Pour

Plus en détail

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations:

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations: PROTOCOLE D ACCORD ENTRE LE SECRETARIAT D ETAT A LA SOLIDARITE ET LA REGION CENTRE POUR LA MISE EN PLACE D UN PLAN DES METIERS DANS LE SECTEUR SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL I : Contexte: Le schéma régional des

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

Les enjeux du projet de loi sur le 5 ème risque et ses conséquences sur la prise en charge des personnes âgées dépendantes

Les enjeux du projet de loi sur le 5 ème risque et ses conséquences sur la prise en charge des personnes âgées dépendantes Les enjeux du projet de loi sur le 5 ème risque et ses conséquences sur la prise en charge des personnes âgées dépendantes Assemblée Générale UDAMAD 6 juin 2011 SMS - 6 juin 2011 1 Questionnements autour

Plus en détail

de la Guadeloupe et des Iles du Nord

de la Guadeloupe et des Iles du Nord DISCOURS DE Monsieur Maurice DACCORD Secrétaire Général de l Agence Nationale des Services à la Personne EN CLOTURE DU 1 ER SALON DES SERVICES A LA PERSONNE DE LA GUADELOUPE ET DES ILES DU NORD JEUDI 1

Plus en détail

Le Conseil général de la Loire s associe à la. Journée mondiale de la maladie d Alzheimer

Le Conseil général de la Loire s associe à la. Journée mondiale de la maladie d Alzheimer M e r c r e d i 2 1 s e p t e m b r e 2 0 1 1 Dossier de presse Le Conseil général de la Loire s associe à la Journée mondiale de la maladie d Alzheimer par Claude BOURDELLE, vice-président du conseil

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

débattre, comprendre, agir

débattre, comprendre, agir la dépendance : débattre, comprendre, agir Février 2011 MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE débat national sur la dépendance Pourquoi un débat sur la dépendance? Vivre plus longtemps :

Plus en détail

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE janvier 2014 Décembre 2015 NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE En bref Le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médico-social et santé propose aux acteurs de l acccompagnement des structures une série

Plus en détail

SOUTIEN FINANCIER AUX PROJETS DES ORGANISMES INTERVENANT DANS LE CHAMP DE L AIDE A DOMICILE EN SEINE-SAINT-DENIS

SOUTIEN FINANCIER AUX PROJETS DES ORGANISMES INTERVENANT DANS LE CHAMP DE L AIDE A DOMICILE EN SEINE-SAINT-DENIS SOUTIEN FINANCIER AUX PROJETS DES ORGANISMES INTERVENANT DANS LE CHAMP DE L AIDE A DOMICILE EN SEINE-SAINT-DENIS Dans le cadre de la convention pour la modernisation et la professionnalisation des services

Plus en détail

La tarification et la solvabilisation des services d aide et d accompagnement à domicile

La tarification et la solvabilisation des services d aide et d accompagnement à domicile La tarification et la solvabilisation des services d aide et d accompagnement à domicile Le contexte du rapport Ce rapport, publié en janvier 2011, est issu d une mission menée conjointement par l IGAS

Plus en détail

Contexte institutionnel

Contexte institutionnel 1 Formation en protection de l autonomie des personnes âgées pour les aides à domicile Approche écologique Lucette Barthélémy Chargée d expertise en promotion de la santé Contexte institutionnel 2 L Institut

Plus en détail

Le financement des mandataires judiciaires à la protection des majeurs

Le financement des mandataires judiciaires à la protection des majeurs Le financement des mandataires judiciaires à la protection des majeurs I- Le système de prélèvements La loi du 5 mars 2007 maintient le principe de subsidiarité du financement public. Ainsi, la personne

Plus en détail

Allocation personnalisée d autonomie (APA) L APA. Pour aider les personnes âgées à faire face à la perte d autonomie

Allocation personnalisée d autonomie (APA) L APA. Pour aider les personnes âgées à faire face à la perte d autonomie Allocation personnalisée d autonomie (APA) L APA Pour aider les personnes âgées à faire face à la perte d autonomie Edition 2011 En vieillissant, il devient parfois difficile d accomplir, seul, les gestes

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE PREMIERS RÉSULTATS DE L ENQUÊTE

DOSSIER DE PRESSE PREMIERS RÉSULTATS DE L ENQUÊTE PREMIERS RÉSULTATS DE L ENQUÊTE DE COÛTS EN ÉTABLISSEMENTS D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES AGÉES DÉPENDANTES - DONNÉES 2012-2 avril 2014 Communiqué de presse : Une enquête pour mieux cerner le coût d une

Plus en détail

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés RAPPORT du GROUPE DE TRAVAIL INTERMINISTÉRIEL DÉCEMBRE 2013 1 Introduction I -Le contexte II -Le Groupe de travail III -Compte rendu

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE

PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE Rencontre presse Jeudi 12 septembre 2013 PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE Plus de 4 millions de Français1

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Aide à domicile : enjeux territoriaux, atouts sociétaux?

Aide à domicile : enjeux territoriaux, atouts sociétaux? Aide à domicile : enjeux territoriaux, atouts sociétaux? 30 septembre au 1 er octobre 2013 INSET d Angers quand les talents grandissent, les collectivités progressent Lundi 30 septembre 2013 8 h 30 Accueil

Plus en détail

ACCORD-CADRE ENTRE L ETAT ET LE CONSEIL GENERAL D ILLE-ET-VILAINE

ACCORD-CADRE ENTRE L ETAT ET LE CONSEIL GENERAL D ILLE-ET-VILAINE ACCORD-CADRE ENTRE L ETAT ET LE CONSEIL GENERAL D ILLE-ET-VILAINE PREAMBULE : Le projet départemental de développement et de modernisation de l aide à domicile repose sur un ensemble de valeurs fondamentales

Plus en détail

LES AIDES FINANCIERES

LES AIDES FINANCIERES Les fiches sociales de VML Informations Soutien Aides Questions Réponses LES AIDES FINANCIERES POUR LES SEJOURS DE REPIT EN FAMILLE www.vml-asso.org Edition Janvier 2013 Pour plus d informations, contactez-nous

Plus en détail

Introduction. pour ANTICIPER > Développement d un logiciel de gestion des actions de prévention pour les professionnels préventionnistes.

Introduction. pour ANTICIPER > Développement d un logiciel de gestion des actions de prévention pour les professionnels préventionnistes. Pour un meilleur accompagnement de votre parcours à domicile Introduction Mutualité Française Puy-de-Dôme a développé un nouveau système d information santé favorisant la coordination des acteurs de santé

Plus en détail

Mardi 24 mai 2011. CLIC, Réseaux, MAI. CLIC et développement de la coordination

Mardi 24 mai 2011. CLIC, Réseaux, MAI. CLIC et développement de la coordination Mardi 3 ème rencontre nationale des Réseaux de santé Personnes Agées CLIC, Réseaux, MAI CLIC et développement de la coordination Intervention : Yvelise ABECASSIS, présidente A.N.C.CLIC - Association Nationale

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES

APPEL A CANDIDATURES APPEL A CANDIDATURES POUR LE FINANCEMENT DE PRESTATIONS PAR UN DIETETICIEN EN SAAD, SSIAD ET SPASAD INTERVENANT DANS LES 9 ème, 10 ème et / ou 19 ème ARRONDISSEMENTS DE PARIS (Territoire PAERPA) CAHIER

Plus en détail

Actionsdes MUTUELLES

Actionsdes MUTUELLES 10 Actions des MUTUELLES POLITIQUE DE LA MUTUALITE FRANÇAISE EN FAVEUR DES SOINS DE PREMIER RECOURS FACILITER L ACCÈS AUX SOINS ET RÉDUIRE LES RESTES À CHARGE Comment rendre l accès aux soins plus facile?

Plus en détail

Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau de la législation financière - 5B

Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau de la législation financière - 5B Ministère du travail, des relations sociales et de la solidarité Ministère de la santé, de la Jeunesse et des sports Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique Direction de la

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. maintien à domicile personnes âgées - handicapées. Aide à domicile

LIVRET D ACCUEIL. maintien à domicile personnes âgées - handicapées. Aide à domicile C E N T R E C O M M U N A L A C T I O N S O C I A L E LIVRET D ACCUEIL maintien à domicile personnes âgées - handicapées Aide à domicile Portage de repas Téléalarme 1 SOMMAIRE AVANT-PROPOS L aide à domicile

Plus en détail

AUTONOMIS NOUVELLE GÉNÉRATION Une réponse plus efficace pour les personnes dépendantes et leur entourage

AUTONOMIS NOUVELLE GÉNÉRATION Une réponse plus efficace pour les personnes dépendantes et leur entourage AUTONOMIS NOUVELLE GÉNÉRATION Une réponse plus efficace pour les personnes dépendantes et leur entourage PARTENARIAT NATIXIS ASSURANCES, FRANCE DOMICILE ET UNA Contacts presse Karine BRIAND Responsable

Plus en détail

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées. Association des Bibliothécaires de France Journée du 14 mai 2012

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées. Association des Bibliothécaires de France Journée du 14 mai 2012 Association des Bibliothécaires de France Journée du 14 mai 2012 Plan de la présentation Etat des lieux de la population bas-rhinoise et alsacienne des plus de 60 ans Les interventions du Conseil Général

Plus en détail

SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 OCTOBRE 2012 EXPOSE DES MOTIFS

SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 OCTOBRE 2012 EXPOSE DES MOTIFS SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 OCTOBRE 2012 POINT PERSONNEL Participation de l employeur à la mutuelle des agents Rappel du contexte : EXPOSE DES MOTIFS En juin 2009, le Maire a annoncé la volonté de

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

«Mutuelle des Mornantais»

«Mutuelle des Mornantais» Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment solidaire - Extraits de la Vie à Mornant - - décembre 2014 - Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment

Plus en détail

AMENAGER LE QUOTIDIEN

AMENAGER LE QUOTIDIEN AMENAGER LE QUOTIDIEN Aides financières, humaines et matérielles Formation Aide aux Aidants / Octobre 2008 Syndicat Intercommunal de la Vallée de l'ondaine, 44 Rue e la Tour de Varan, 42700 FIRMINY 1 Aides

Plus en détail

FICHE PROSPECTIVE. Chargé-e de mission environnement et développement durable ASSOCIATIONS DE L ENVIRONNEMENT. Autres intitulés possibles :

FICHE PROSPECTIVE. Chargé-e de mission environnement et développement durable ASSOCIATIONS DE L ENVIRONNEMENT. Autres intitulés possibles : Autres intitulés possibles : Chargé-e d accompagnement environnement et développement durable Accompagnateur-trice des démarches de développement durable Chargé-e de médiation environnement et développement

Plus en détail

DEMANDE D AIDE AU MAINTIEN À DOMICILE POUR PERSONNES ÂGÉES. Quelles aides? Pour qui? > Comment et où déposer une demande?

DEMANDE D AIDE AU MAINTIEN À DOMICILE POUR PERSONNES ÂGÉES. Quelles aides? Pour qui? > Comment et où déposer une demande? DEMANDE D AIDE AU MAINTIEN À DOMICILE POUR PERSONNES ÂGÉES Quelles aides? Pour qui? Comment et où déposer une demande? Vous souhaitez une aide pour rester à votre domicile. Selon votre degré d autonomie

Plus en détail

Colloque régional DIRECCTE Alsace. Prévention des risques professionnels dans les activités de services à la personne

Colloque régional DIRECCTE Alsace. Prévention des risques professionnels dans les activités de services à la personne Agence nationale des services à la personne Colloque régional DIRECCTE Alsace Prévention des risques professionnels dans les activités de services à la personne Strasbourg, 22 novembre 2010 La politique

Plus en détail

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme :

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme : Mesdames et Messieurs, Au regard d une analyse de la situation des aidants sur le plan national, au regard des rencontres avec les principaux acteurs de l accompagnement des aidants familiaux en Maine

Plus en détail

AIDE À DOMICILE : LE FINANCIER AU SERVICE DE LA QUALITÉ. 8 février 2012. Contact presse Hélène-Sophie Mesnage 03 20 28 07 55 hsmesnage@unccas.

AIDE À DOMICILE : LE FINANCIER AU SERVICE DE LA QUALITÉ. 8 février 2012. Contact presse Hélène-Sophie Mesnage 03 20 28 07 55 hsmesnage@unccas. AIDE À DOMICILE : LE FINANCIER AU SERVICE DE LA QUALITÉ 8 février 2012 Montpellier Conseil général de l Hérault - 1000 rue d Alco Contact presse Hélène-Sophie Mesnage 03 20 28 07 55 hsmesnage@unccas.org

Plus en détail

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins»

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» «Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» Hélène Fernandez Cadre Supérieur de Santé, Coordinatrice RESOP06 9 Forum SIH 06 EMSP Cannes Grasse Antibes 4 Mars 2010 Palais des Congrès

Plus en détail

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère Sommaire 1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère 1. Contexte et enjeux du PPE 1.1 Une loi et des orientations départementales 1.2 Les enjeux du PPE 2. La démarche

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

Le cahier des charges relatif aux SPASAD

Le cahier des charges relatif aux SPASAD Le cahier des charges relatif aux SPASAD Le cahier des charges relatif aux SPASAD se décline en 6 points 1. Les critères d éligibilité à l expérimentation 2. Les missions des services éligibles 3. Les

Plus en détail

Enjeux du développement durable. Faire reculer la pauvreté et rompre avec la précarité

Enjeux du développement durable. Faire reculer la pauvreté et rompre avec la précarité 4 Action sociale Fiche Axe 3 Garantir la cohésion sociale, l'accès à la ville pour tous, intégrer les habitants et améliorer la qualité de vie Enjeux du développement durable Faire reculer la pauvreté

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

Introduction : reconnaître et développer

Introduction : reconnaître et développer Introduction : reconnaître et développer l Économie sociale et solidaire Qu est-ce que l ESS? chiffres clés z 200000 structures z 2,4 milions de salariés z + 23 % d emplois créés depuis 10 ans Coopératives

Plus en détail

PROGRAMME PARISIEN DE RENFORCEMENT DE L OFFRE DE SOINS DE PREMIER RECOURS Juin 2011

PROGRAMME PARISIEN DE RENFORCEMENT DE L OFFRE DE SOINS DE PREMIER RECOURS Juin 2011 PROGRAMME PARISIEN DE RENFORCEMENT DE L OFFRE DE SOINS DE PREMIER RECOURS Juin 2011 1 INTRODUCTION L accès aux soins de premier recours est une des composantes majeures du droit fondamental à la santé.

Plus en détail

Dossier de presse. Signature de la convention de partenariat entre l ADF et les services d aide et d accompagnement à domicile.

Dossier de presse. Signature de la convention de partenariat entre l ADF et les services d aide et d accompagnement à domicile. ADESSA A DOMICILE - AD-PA - Aînés Ruraux - APF - CFPSAA - Croix-Rouge française- FNAAFP-CSF - FNADEPA - FNAPAEF FNAQPA- Mutualité Française - UNA - UNCCAS - Uniopss - USB- Domicile Signature de la convention

Plus en détail

Assurer la retraite & protéger la santé

Assurer la retraite & protéger la santé Assurer la retraite & protéger la santé La Carsat aux côtés des salariés, des entreprises et des retraités La Caisse d assurance retraite et de la santé au travail 2 Structure de droit privé gérée par

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE RAPPEL DU SUJET : Vous êtes secrétaire administratif de classe exceptionnelle,

Plus en détail

Le programme Marpa. maison d accueil rurale pour personnes âgées

Le programme Marpa. maison d accueil rurale pour personnes âgées Le programme Marpa M A R P A maison d accueil rurale pour personnes âgées Avec les Marpa La Mutualité sociale agricole accompagne depuis vingt ans la création de petites unités de vie qui accueillent des

Plus en détail

Le projet de rénovation des EHPAD «les Camélias» et «les Glycines» de Dax remis en question

Le projet de rénovation des EHPAD «les Camélias» et «les Glycines» de Dax remis en question Fiche n 1 Le projet de rénovation des EHPAD «les Camélias» et «les Glycines» de Dax remis en question Origine du projet Le CCAS de Dax est gestionnaire de deux établissements qui étaient à l origine des

Plus en détail

Contrat de retour à l équilibre financier 2009-2010-2011

Contrat de retour à l équilibre financier 2009-2010-2011 Contrat de retour à l équilibre financier 2009-2010-2011 PROXIM SERVICES ACPADI 79 NIORT 65, avenue de Limoges 79000 NIORT Tel : 05.49.77.53.49 Fax : 05.49.28.38.65 niort@proximservices-acpadi79.org BRESSUIRE

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

Le projet de réforme de la dépendance

Le projet de réforme de la dépendance Le projet de réforme de la dépendance Le contexte du projet de réforme Une réforme de la prise en charge de la dépendance devient nécessaire en raison du vieillissement de plus en plus important de la

Plus en détail

Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)?

Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)? Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)? M o d e d e m p l o i d e s p r ê t s a c c o r d é s a u x s t r u c t u r e s d u t i l i t é s o

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

La réforme de la formation professionnelle pour les élus d entreprise. Les salariés au cœur de leur parcours de formation

La réforme de la formation professionnelle pour les élus d entreprise. Les salariés au cœur de leur parcours de formation La réforme de la formation professionnelle pour les élus d entreprise Les salariés au cœur de leur parcours de formation Loi du 5 mars 2014 27 mars 2015 L esprit de la réforme : une obligation de former

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE. Sous-direction des affaires financières et de la modernisation

DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE. Sous-direction des affaires financières et de la modernisation DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE Sous-direction des affaires financières et de la modernisation Modalités d élaboration des dispositions réglementaires, budgétaires et comptables, en application

Plus en détail

PRÉFÈTE DE LA MAYENNE. Les emplois d avenir DOSSIER

PRÉFÈTE DE LA MAYENNE. Les emplois d avenir DOSSIER PRÉFÈTE DE LA MAYENNE Les emplois d avenir DOSSIER DOSSIER DE PRESSE 6 février 2013 Les objectifs du dispositif s objectifs du dispositif Les emplois d Avenir ont pour ambition : - de fournir aux jeunes

Plus en détail

Petit déjeuner GRANDS COMPTES. Février/Mars 2015

Petit déjeuner GRANDS COMPTES. Février/Mars 2015 Petit déjeuner GRANDS COMPTES Février/Mars 2015 Créée : MAJ : 13/02/2015 Créé le 13/02/2015 LS /PACAC Sommaire 1- Le Contexte/ La Réforme, 2- Les fonds mutualisés 2015, 3- En mode Projet : propositions,

Plus en détail

Le bilan de compétences

Le bilan de compétences Le bilan de compétences PLATEFORME CONSEIL: 02 99 29 72 48 WWW.FONGECIF-BRETAGNE.ORG Le bilan, qui doit vous aider à dégager des pistes d action, sera réalisé avec l aide d un conseiller appartenant à

Plus en détail

Forum N 2. Nouvelle programmation de la politique de la ville : quelle place pour les CCAS/CIAS? Compte rendu : En résumé :

Forum N 2. Nouvelle programmation de la politique de la ville : quelle place pour les CCAS/CIAS? Compte rendu : En résumé : Forum N 2 Nouvelle programmation de la politique de la ville : quelle place pour les CCAS/CIAS? Présidence et animation : Véronique FAYET, membre du bureau de l UNCCAS Intervenants : Serge FRAYSSE, directeur

Plus en détail

L'APA doit être utilisée pour les dépenses prévues par le plan d'aide individuel :

L'APA doit être utilisée pour les dépenses prévues par le plan d'aide individuel : Aide à domicile des personnes âgées I n f o r m a t i o n s SOMMAIRE Exonération des charges sociales Intervenant à domicile Allocation Personnalisée d Autonomie Soins à domicile 1. Allocation Personnalisée

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA DEPENDANCE Synthèse des positions de l UNAF juin 2011

PRISE EN CHARGE DE LA DEPENDANCE Synthèse des positions de l UNAF juin 2011 PRISE EN CHARGE DE LA DEPENDANCE Synthèse des positions de l UNAF juin 2011 Suite à son Conseil d administration de mars 2011, l UNAF a fait part de l ensemble de ses analyses et propositions dans un document

Plus en détail

Améliorer l usage des services d accueil temporaire des personnes âgées en perte d autonomie

Améliorer l usage des services d accueil temporaire des personnes âgées en perte d autonomie Améliorer l usage des services d accueil temporaire des personnes âgées en perte d autonomie Diagnostic de départ Pourquoi les établissements nonspécialisés n investissent-ils pas davantage dans les solutions

Plus en détail

CONVENTION PLURIANNUELLE D OBJECTIFS

CONVENTION PLURIANNUELLE D OBJECTIFS CONVENTION PLURIANNUELLE D OBJECTIFS Annexe 2 Entre : Le Département de la Vienne, dont le siège social est situé : place Aristide Briand, BP 319, 86008 Poitiers cedex, représenté par le Président du Conseil

Plus en détail

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA)

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Historique : d abord il y eut la conférence régionale de santé Conférences Régionales de Santé (CRS) installées par les ordonnances du 24 avril 1996

Plus en détail

Projet de loi n 1210 portant réforme de l hôpital et des dispositions relatives aux patients, à la santé et aux territoires

Projet de loi n 1210 portant réforme de l hôpital et des dispositions relatives aux patients, à la santé et aux territoires Projet de loi n 1210 portant réforme de l hôpital et des dispositions relatives aux patients, à la santé et aux territoires PROPOSITIONS D AMENDEMENTS DE L UNASEA L UNASEA est favorable à l objectif affiché

Plus en détail

La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004. Recrute

La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004. Recrute La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004 Recrute Le/la directeur(trice) adjoint(e) de l établissement I. Les missions et l

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement

Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement DOSSIER PRESSE Décembre Contact : cab-fpa-presse@sante.gouv.fr www.social-sante.gouv.fr Introduction Voulu par le Président de la

Plus en détail

Exploration des perceptions et des consommations des services à la personne et bilan prospectif. Présentation du 7 mars 2012

Exploration des perceptions et des consommations des services à la personne et bilan prospectif. Présentation du 7 mars 2012 Exploration des perceptions et des consommations des services à la personne et bilan prospectif Présentation du 7 mars 2012 Rappel de la méthodologie Nous avons réalisé : 5 groupes de 3 heures (7-10 personnes)

Plus en détail

Considérations préliminaires

Considérations préliminaires 1 Considérations préliminaires Le message que Claude m a envoyé il y a quelques semaines m a fait comprendre qu en dépit du succès du séminaire de Paris en mai dernier, le CEDEP a des soucis financiers

Plus en détail

VILLE DE SCEAUX N 12-f. Séance du 6 décembre 2012 NOTE DE PRESENTATION

VILLE DE SCEAUX N 12-f. Séance du 6 décembre 2012 NOTE DE PRESENTATION NOTE DE PRESENTATION OBJET : Participation à la protection sociale des agents municipaux Rapporteur : Philippe Laurent Suite à la loi du 2 février 2007 de modernisation de la fonction publique, le décret

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF DE L ADAP

PROJET ASSOCIATIF DE L ADAP PROJET ASSOCIATIF DE L ADAP RAPPEL HISTORIQUE C est au travers de l histoire de l ADAP et notamment les raisons qui ont motivé sa création, les transformations de son activité et de son fonctionnement

Plus en détail

SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique»

SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique» SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique» CLÔTURE DES TRAVAUX PAR MADAME CYNTHIA LIGEARD PRESIDENTE DU GOUVERNEMENT DE LA NOUVELLE-CALEDONIE 6 novembre 2014 1 Mesdames, Messieurs les

Plus en détail

QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer)

QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer) QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer) Le cahier des charges national a pour objet de définir les dispositifs MAIA (maison

Plus en détail

1 ère ASSISES NATIONALES DE L AIDE A DOMICILE Paris 22 septembre 2010 14h. Intervention de Claudy LEBRETON, Président de l ADF

1 ère ASSISES NATIONALES DE L AIDE A DOMICILE Paris 22 septembre 2010 14h. Intervention de Claudy LEBRETON, Président de l ADF 1 ère ASSISESNATIONALESDEL AIDEADOMICILE Paris 22septembre2010 14h InterventiondeClaudyLEBRETON,Présidentdel ADF MadamelaMinistre, MesdamesetMessieurslesprésidentsd associations, C est avec plaisir que

Plus en détail

Le SPPASAD Un acteur central de la politique de prévention vers les personnes fragilisées

Le SPPASAD Un acteur central de la politique de prévention vers les personnes fragilisées Le SPPASAD Un acteur central de la politique de prévention vers les personnes fragilisées Cette note présente les propositions conjointes de l Assemblée des Départements de France, de la Croix-Rouge Française

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL SERVICE AIDE A DOMICILE CCAS DE MARLY-LE-ROI CCAS DE MARLY-LE-ROI

LIVRET D ACCUEIL SERVICE AIDE A DOMICILE CCAS DE MARLY-LE-ROI CCAS DE MARLY-LE-ROI SERVICE AIDE A DOMICILE CCAS DE MARLY-LE-ROI CCAS de Marly-le-Roi 2 e étage Service d aide à domicile Hôtel de Ville BP 252 78160 Marly-le-Roi Tel : 01 30 61 60 81 - Fax : 01 30 61 61 11 www.marlyleroi.fr

Plus en détail

Santé des personnes âgées

Santé des personnes âgées Santé des personnes âgées La population française vieillit et l importance numérique des personnes âgées de plus de 60 ans et de plus de 75 ans progressera dans les années à venir, avec l entrée dans le

Plus en détail

Ministère de l éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative

Ministère de l éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative Ministère de l éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative Secrétariat général Direction générale des ressources humaines Sous-direction du recrutement CONCOURS INTERNE COMMUN POUR LE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE ----------

REPUBLIQUE FRANCAISE ---------- REPUBLIQUE FRANCAISE ---------- DEPARTEMENT DE L'AIN --------- DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE SOLIDARITÉ --------- domaine autonomie --------- Buis Marlene 0474325837 CONSEIL DEPARTEMENTAL Réunion Mars 2016

Plus en détail

Pour une réforme structurelle. de la formation professionnelle

Pour une réforme structurelle. de la formation professionnelle Pour une réforme structurelle de la formation professionnelle L accord du 14 décembre 2013 : ce qu il changera, au quotidien, pour les entreprises, les salariés et les demandeurs d emploi 20 13 POUR L

Plus en détail

Politique de communication de l A.R.F.P.

Politique de communication de l A.R.F.P. 27 septembre 2001 AL/GC Politique de communication de l A.R.F.P. 1. Ses raisons d être La communication est un des moyens qui contribue à la réalisation de notre projet associatif. Celui-ci affirme dans

Plus en détail

Chantier restructurations

Chantier restructurations Chantier restructurations Le présent document réalisé par le groupe de travail en charge du chantier restructurations, se fixe pour objectif de décrire de manière synthétique les enjeux présents et à venir

Plus en détail

Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne

Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne Rejoignez la 1 ère fédération de proximité d entreprises de Services à la Personne Dans les pas de Richard Binier qui a su

Plus en détail

Les MATINALES SILVER ECO - La Synthèse

Les MATINALES SILVER ECO - La Synthèse Les MATINALES SILVER ECO - La Synthèse Les services à la personne, enjeux et perspectives au cœur de la silver économie 8 Octobre 2013 En présence de - Thierry d Aboville, secrétaire général, Un-ADMR -

Plus en détail

DEPARTEMENT DE L AIN -------- DIRECTION DE LA PREVENTION ET DE L ACTION SOCIALE. -------- Jacques Chapeau Réunion de décembre 2007 Tél :04 74 32 58 45

DEPARTEMENT DE L AIN -------- DIRECTION DE LA PREVENTION ET DE L ACTION SOCIALE. -------- Jacques Chapeau Réunion de décembre 2007 Tél :04 74 32 58 45 REPUBLIQUE FRANCAISE ---------- DEPARTEMENT DE L AIN -------- DIRECTION DE LA PREVENTION ET DE L ACTION SOCIALE -------- Service Logement CONSEIL GENERAL -------- Jacques Chapeau Réunion de décembre 2007

Plus en détail