La Syrie, quel enjeu pour la Russie au Moyen-Orient?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Syrie, quel enjeu pour la Russie au Moyen-Orient?"

Transcription

1 DOSSIER La Syrie, quel enjeu pour la Russie au Moyen-Orient? Par Frédéric Pichon Frédéric Pichon, docteur en histoire contemporaine et diplômé d arabe, est membre de l équipe Monde arabe et Méditerranée de l université François Rabelais à Tours. Il est l auteur de Géopolitique du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord (ouvrage collectif, Paris, PUF, 2012) et Maaloula (xix e -xxi e siècle). Du vieux avec du neuf : histoire et identité d un village chrétien de Syrie (Beyrouth, Presses de l IFPO, 2010). Très variés sont les intérêts russes qui se manifestent dans l affaire syrienne. Les livraisons d armement ont aisément survécu à l effondrement de l URSS. Mais Moscou défend aussi traditionnellement dans cette région les minorités chrétiennes, en même temps qu elle valorise le laïcisme affiché du régime alaouite contre les tentations islamistes. Plus largement, la Russie se réinsère dans le jeu moyen-oriental, tout en réaffirmant contre l Occident la prééminence du principe de non-ingérence. politique étrangère Depuis maintenant près de deux ans qu a débuté la crise syrienne, la position de la Russie est l objet de tous les commentaires. Présenté comme le seul et dernier soutien de poids au régime de Damas, Moscou se démarque par la constance de sa politique, voire de son intransigeance. Ayant opposé son veto à plusieurs reprises à toute intervention internationale, la Russie ferait tout pour préserver son dernier pion dans le monde arabe : considérations économiques et stratégiques s entremêleraient alors pour dessiner les contours d une politique qualifiée d immorale et d impasse sur le long terme. La réalité est évidemment beaucoup plus nuancée. Si le soutien russe est indéniable depuis le début du conflit, la position de Moscou est à la fois plus mesurée qu on ne le dit, tout en ayant évolué au gré des événements. Une approche globale se doit donc de considérer le spectre remarquablement varié des intérêts russes en Syrie. De l URSS à la Russie : les aléas d une alliance stratégique Si, à l instar des principales puissances européennes, la Russie tsariste a joué au xix e siècle la carte des chrétiens orthodoxes pour asseoir son 1

2 influence dans le Bilad el-cham 1, l histoire de la relation syro-russe commence véritablement au lendemain de la crise de Suez, en Malgré la reconnaissance par l URSS de l État d Israël dès 1948, les dirigeants syriens, à la suite de l Égypte, se tournent vers l URSS. Dans un contexte de décolonisation où toute alliance avec l Occident viendrait contredire le discours indépendantiste, le mot d ordre est : «Nous voulons vos armes, mais vous laissons vos idées.» Dès la fin des années 1950 commence une coopération bilatérale entre les deux pays. Les Soviétiques restent en général peu soucieux d orthodoxie marxiste dans la mise en œuvre de ces projets de nature économique et militaire, même si le dirigisme et la planification donnent une touche socialisante à cette politique. L arrivée au pouvoir du parti Baas en 1963 et la rectification opérée par Hafez el-assad 2 à partir de 1970 n accélèrent cependant pas l entrée de la Syrie dans l orbite de l Union soviétique, alors que l Irak et l Égypte sont plus avancés dans leur relation avec Moscou. Mais la défection de l Égypte, qui signe la paix avec Israël en 1978, pousse H. el-assad dans les bras des Soviétiques, qui, de leur côté, sont contraints de remplacer le maillon égyptien par la Syrie. Après une visite officielle du président syrien en 1979 à Moscou, il faut attendre le traité d amitié de 1980 pour que soit consacrée une coopération intense entre les deux pays. Il s agit là d un rapprochement tout à fait circonstanciel, et que seuls commandent les intérêts stratégiques. Il est paradoxal de constater que l arrivée d Hafez el-assad au pouvoir en 1970 et son «mouvement de rectification» ont abouti à un virage «bourgeois» pour la politique économique syrienne, qui s appuie sur les grandes familles sunnites et s attire dans le même temps les grâces financières des pays du Golfe. Sur le plan intérieur, cette rectification s est accompagnée d une traque méthodique des éléments politiques marxistes, communistes mais aussi socialistes nassériens. Pour l URSS, l enjeu est régional : l alliance avec la Syrie vient contrebalancer la relation américano-égyptienne instaurée par les accords de Camp David. Pour Damas, il s agit d acquérir, grâce à Moscou, une «parité stratégique» avec Israël par le biais d une coopération militarotechnique. En réalité, la nature des armes livrées et la modération des Soviétiques aboutiront à une situation plaisant aux deux parties. Hafez el-assad se rend indispensable à toute négociation régionale. Pour les 1. Le terme désigne les provinces arabes de l Empire ottoman situées au Moyen-Orient, moins l Irak. On trouve aussi parfois le terme de «Grande Syrie». 2. Ce dernier avait pourtant déjà séjourné en URSS. En 1958, Hafez el-assad y a passé 11 mois, dans le cadre de sa formation de pilote de chasse, et y a appris le russe. Il ne le parla jamais officiellement, comme d ailleurs aucune langue autre que l arabe. 2

3 La Syrie, quel enjeu pour la Russie au Moyen-Orient? DOSSIER Soviétiques, attachés à la résolution du conflit israélo-palestinien par la négociation, la coopération permet de ne pas accorder d avantage stratégique majeur à la Syrie, tout en donnant l impression d appuyer le «front du refus» constitué par la Syrie et par l Organisation de libération de la Palestine (OLP). Mais les Syriens se révèlent parfois des alliés encombrants pour Moscou : ainsi les Soviétiques sont-ils mis devant le fait accompli lors de l invasion du Liban par les troupes syriennes en juin 1976, destinée à soutenir les chrétiens contre les Palestiniens et la gauche libanaise. À la suite de l arrivée au pouvoir de Mikhaïl Gorbatchev en 1985, Hafez el-assad sent le vent tourner : l URSS n a plus les moyens de financer son aide militaire (en partie à perte), dans un contexte d implosion de l économie soviétique. H. el-assad se range dès lors aux côtés des États-Unis lors de la première guerre contre l Irak. Après la dislocation de l URSS en décembre 1991, la coopération ne cesse pas mais devient de plus en plus conditionnée à la capacité syrienne de payer, laquelle reste limitée. Les années 1990 voient la Syrie se rapprocher progressivement des États-Unis et de l Union européenne (UE), à la suite du processus de Barcelone. Les excellentes relations qu entretiendra Bachar el-assad avec Recep Erdogan (qui le comparait à son «petit frère») et le rapprochement de la Syrie avec l Arabie Saoudite, et même le Qatar, achèvent de distendre les liens avec Moscou, sans toutefois que les contrats d armement cessent d être honorés. La Russie entreprend de son côté la réactivation des anciens réseaux soviétiques à partir de , dans un contexte de montée de l antiaméricanisme dans le monde arabe après l occupation de l Irak. La Syrie se présente donc comme un des relais de cette politique. En janvier 2005, Bachar el-assad renoue avec la Russie : sa rencontre avec Vladimir Poutine à Moscou permet de régler définitivement la question lancinante de la dette syrienne, annulée à La réactivation des anciens réseaux soviétiques 75 %. Juste à temps : un mois plus tard, l assassinat de Rafic Hariri à Beyrouth et les soupçons qui pèsent sur les services de sécurité syriens isolent à nouveau le régime, qui doit évacuer le Liban. Au-delà de la perpétuation des contrats d armement, il est indéniable que le rapprochement entre les deux pays a pris un nouveau cours dès le déclenchement de la contestation en Syrie, en mars Mais les liens entre les deux peuples étant assez ténus 3, ce sont les représentations symboliques, essentiellement 3. On dénombre toutefois en Syrie près de couples mixtes (pour la plupart comprenant un conjoint chrétien). 3

4 russes, qui expliquent la force de cette relation politique et sa traduction par un soutien militaire et diplomatique appuyé. La Syrie, une clientèle? Commençons d abord en nous plaçant dans une logique de soft power. Le positionnement russe est très paradoxal. D une part, la dimension religieuse joue un grand rôle dans les représentations des dirigeants comme de l opinion quant au conflit syrien. L orthodoxie russe reste très attachée à une forme d universalisme du Patriarcat de Moscou, qui fait de la Russie la protectrice traditionnelle des minorités chrétiennes dans le monde arabe 4. La dimension symbolique de la minorité chrétienne est sans conteste l une des facettes du soutien russe. Les chrétiens dits «grecs-orthodoxes» sont en effet les plus nombreux parmi cette communauté et les liens entre les deux Patriarcats encore très vivaces, 70 ans après la visite du Patriarche d Antioche à Staline en Cette présence syrienne orthodoxe est encore très visible en Russie. Toutes choses égales d ailleurs, la Russie renoue en quelque sorte avec la tradition impériale, où la communauté chrétienne orthodoxe servait de levier à l influence russe dans la région. Mais la «laïcité» du régime syrien est également une des raisons du soutien de Moscou à Damas. Il faut rappeler que les pays arabes partenaires de l URSS (Algérie, Libye, Égypte du temps d Hosni Moubarak) étaient tous des régimes réputés «laïcs», ou inspirés d une idéologie considérée à tort ou à raison comme séculière. Le soutien russe au dernier régime baasiste revêt donc une dimension psychologique indéniable, dans un Moyen-Orient que les dirigeants russes perçoivent comme de plus en plus dominé par l islam politique. Plus généralement, les autorités russes n ont de cesse de poser la question du futur des minorités 5 dans le pays, dont il faut bien admettre que le sort n est absolument pas garanti et demeure une source d inquiétude pour les chancelleries occidentales. Moscou a aussi formé dans le passé des générations d officiers, notamment alaouites, mais aussi 4. A. Curanovič, The Religious Factor in Russia s Foreign Policy: Keeping God on our Side, Londres, Routledge, En témoigne la récente annonce par le ministère russe des Affaires étrangères de sa participation à la rénovation de la basilique de la Nativité à Bethléem. 5. Le rapport du Club Valdaï de juin 2012 extrapole quelque peu le poids de ces «minorités» en Syrie en avançant, toutes confessions et ethnies confondues, le chiffre de 40 %. Tout dépend de l estimation faite par chacune d elles, aucune statistique confessionnelle ou ethnique n étant effectuée par les autorités syriennes. Logiquement, à l instar de celles qui concernent le groupe chrétien, ces évaluations sont souvent optimistes. Valdaï Discussion Club, Transformation in the Arab World and Russia s Interests, juin 2012, «Analytical Report», p

5 La Syrie, quel enjeu pour la Russie au Moyen-Orient? DOSSIER d universitaires 6. La symbiose culturelle entre les deux peuples est pourtant restée limitée, les Russes vivant entre eux dans leurs bases et gardant de solides préjugés envers les Arabes. Du côté syrien, les clichés sur les Russes sont légion. Si la présence russe est désormais beaucoup moins marquée qu à l époque soviétique, nombre de panneaux d échoppes en russe demeuraient visibles à Alep ces dernières années. C est incontestablement dans le domaine de l armement que se trouve le cœur de la relation entre les deux pays. À la mort de Léonid Brejnev en 1982, Hafez el-assad parvient habilement à intensifier les livraisons à destination de ses forces armées. La Syrie aurait reçu entre 1982 et 1986 ce qui constitue encore son arsenal de base actuel, sensiblement vétuste. La dotation de l armée syrienne passe alors de à chars, et de 440 à 650 avions. Côté artillerie, elle est dotée de pièces, et les sites de défense antiaérienne passent de 100 à Les observateurs s étonnent que la Syrie soit le premier pays La base de Tartous et les livraisons d armes tiers (hors Pacte de Varsovie) à recevoir ce type d armement : ainsi des SS-21, missiles sol-sol d une portée de 100 kilomètres, entrés en service en 1982, sont livrés en De même, des batteries de SAM-5 très performants sont livrées pour protéger le port de Lattaquié, lesquels sont installés notamment sur les bases de Homs et de Dmeir. Des stations radars comme celle de Kassab ont aussi été implantées pour «écouter» les installations de l Organisation du traité de l Atlantique nord (OTAN) en territoire turc. Les équipes de conseillers militaires russes ont été davantage présentes, pour servir ces équipements ou former les équipages syriens à la maîtrise des avions de chasse et des chars livrés. À la fin des années 1980, ces conseillers sont près de 5 000, dont les personnels de la base navale de Tartous, que l URSS utilise depuis 1971 comme point d appui logistique et de ravitaillement pour sa flotte de la mer Noire. Il faut ajouter aux conseillers militaires les centaines d assistants techniques pour les grands projets industriels ou agricoles, qui se désengagent progressivement à partir de La profondeur et la complexité de la défense antiaérienne syrienne impliquent toujours de nos jours la présence de nombreux instructeurs russes, pour former sur place les servants de ces pièces Rifat el-assad, le frère d Hafez, recevra ainsi dans les années 1970 un doctorat honoris causa de science politique de l Académie des sciences d URSS. L actuel «ambassadeur» de la Coalition nationale syrienne à Paris, Monzer Makhous, est titulaire d un doctorat en géologie obtenu en 1993 à l université d État de Moscou. 7. P. Seale, Asad of Syria, The Struggle for the Middle East, Berkeley, University of California Press, 1989, p Il s agit notamment des systèmes de missiles Buk-M2 et Pantsir-S1 (respectivement SA-17 et SA-22 pour l OTAN). Précisons que toute intervention extérieure prendrait ainsi le risque supplémentaire de causer des pertes parmi ces conseillers militaires russes. 5

6 Comme l a récemment rappelé le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov, «l Union soviétique a fourni à la Syrie l essentiel de son armement, mais à l heure actuelle nous nous contentons de mettre en œuvre nos engagements, qui sont liés essentiellement à la fourniture de certains systèmes de défense aérienne 9». Pour Moscou, ces livraisons, étant de nature défensive, ne violent pas les traités internationaux. En février 2011, juste avant que n éclate la crise, les Israéliens s étaient émus de la livraison, confirmée par les Russes, à la Syrie en vertu d un accord datant de 2007 du SS-N-26 Yakhont, missile antinavire supersonique. Ces matériels ont été livrés comme prévu en décembre De plus, les chaînes logistiques des pièces de rechange sont restées intactes, tant pour l aviation que pour les chars, pour la plupart de fabrication russe. Mais Moscou n est pas dupe des livraisons d armes clandestines qui sont effectuées par certains alliés arabes à l opposition. Durant l été 2012, Sergueï Lavrov avait évoqué la livraison de Stinger (arme très symbolique puisqu elle avait permis aux moudjahidin afghans de porter des coups décisifs contre l Armée rouge dans les années 1980) aux rebelles syriens. Plus récemment, le Washington Post assurait que les missiles utilisés, apparemment pour la première fois, fin novembre contre l aviation syrienne avaient été livrés par le Qatar 10. La Russie a œuvré de façon active pour éviter une asphyxie économique de la Syrie, soumise très tôt à divers types d embargos de la part de l Union européenne. C est d ailleurs ce sur quoi comptaient dès le début les chancelleries occidentales souhaitant sur le terrain le maintien du conflit à un niveau de basse intensité. Les experts pariaient sur un écroulement de l armée, du fait de l impossibilité de continuer à payer les traitements des fonctionnaires et ceux des soldats. La Russie, qui dénonce par ailleurs les salaires versés par l Arabie Saoudite aux soldats de l Armée syrienne libre, a consolidé deux domaines principaux : l approvisionnement en produits pétroliers raffinés et les réserves en devises du régime syrien. En août 2012 était conclu un accord de livraison en essence en échange de brut syrien, alors que l embargo décidé par l Union européenne avait commencé à s appliquer dès septembre Si la production syrienne de pétrole reste modeste autour de barils par jour depuis la crise, la Russie ne se contente pas de se substituer aux importateurs pour assurer des revenus à l économie syrienne. L accord russo-syrien est stratégique, dans la mesure où il prévoit la livraison de produits que la Syrie, comme nombre de pays 9. Entretien accordé au quotidien égyptien El-Ahram, 5 novembre J. Warrick, «Officials: Syrian Rebels Arsenal Includes up to 40 Antiaircraft Missile Systems», The Washington Post, 28 novembre

7 La Syrie, quel enjeu pour la Russie au Moyen-Orient? DOSSIER pétroliers, peine à fournir, faute de capacités de raffinage suffisantes, et qui sont pourtant essentiels à l entretien de ses forces armées. Plus récemment, il semblerait aussi que la Russie ait aidé le régime à contourner l embargo européen sur le papier-monnaie ; la Banque centrale de Syrie se fournissant usuellement auprès d un fabricant autrichien auquel s applique l embargo européen, elle se tourne désormais vers la Russie 11. En septembre 2012, ce ne serait pas moins de 240 tonnes de billets qui auraient été livrées. S il s agit officiellement de remplacer les billets usagés et d accompagner le produit intérieur brut (PIB) syrien, le régime de Damas semble engagé dans un inévitable processus d inflation fabriquée. À voir l étendue de la coopération russe avec le régime syrien, on peut se poser la question de savoir si l enjeu syrien n est tout simplement pas pour Moscou une façon de marquer un précédent dans une nouvelle approche de l ordre international. Le retour de la Russie dans le jeu mondial : l obsession de la parité Les années 1990 ont été vécues par la diplomatie russe comme une «décennie noire» correspondant à un incontestable déclassement des positions du pays face à une Amérique «hyperpuissante». L intervention de l OTAN en 1999 en Serbie et l imposition d un Kosovo souverain et indépendant ont été perçus comme une humiliation sans précédent à Moscou. La Russie parvient à revenir dans le jeu mondial depuis 2000, esquissant même un rapprochement de circonstance avec les États-Unis après le 11 septembre 2001, au nom d une lutte commune contre le terrorisme. La gestion du dossier tchétchène, essentiel dans l approche russe du conflit syrien, n est pas parvenue à bannir la Russie de l ordre international. L enjeu actuel dépasse largement la Syrie : les États-Unis sont solidement ancrés dans la région depuis le pacte du Quincy de Leur présence dans le Golfe est un des piliers de leur puissance mondiale et ils entendent continuer à en faire leur chasse gardée, notamment face aux appétits énergétiques chinois et aux dernières positions de la Russie dans la région. À cet égard, le maintien de la base navale de Tartous, seule fenêtre maritime méditerranéenne de la marine russe, constitue un enjeu important, sans être toutefois essentiel. Il est probable que les Russes, comme le rappelle Hubert Védrine 12, craignent tout autant de la perdre que de devoir laisser celle de Sébastopol, en territoire ukrainien. De même, les stations radars, 11. Il s agit de l imprimerie nationale russe Goznak. «Billets syriens imprimés en Russie : satisfaire les besoins économiques», RIA Novosti, 3 août H. Védrine, Dans la mêlée mondiale, , Paris, Fayard, 2012, p

8 dont celle de Kassab, qui permet de surveiller la Turquie, font l objet d une maintenance russe : la protestation récente contre l installation de missiles Patriot par l OTAN à la frontière syro-turque va dans le sens de la défense des intérêts stratégiques russes en Syrie. Les raisons de la rigidité de la position russe renvoient également au «précédent libyen». Les Russes (suivis par les Chinois) avaient négocié et finalement décidé de s abstenir «pour des raisons de principe» sur la résolution du 17 mars 2011, qui instaurait une zone d exclusion aérienne en Libye, pour autant qu elle ne préjugeait pas d un changement de régime par la force. Or la responsabilité directe de l intervention de l OTAN dans la capture, puis dans l exécution de Mouammar Kadhafi a été perçue comme une violation de ladite résolution. C est dans cette disposition d esprit que la Russie aborde durant l année 2011 les discussions au Conseil de sécurité touchant le dossier syrien : d où trois veto successifs et le refus d accepter toute résolution sous chapitre VII concernant la Syrie. Moscou tente depuis de construire une alternative aux projets occidentaux. La Russie a cru remporter une victoire avec l accord de Genève arraché le 30 juin 2012 au Groupe d action sur la Syrie 13. Cet accord avait réussi à exclure la question du départ préalable de Bachar el-assad du pouvoir, au profit d une déclaration sur la constitution d un gouvernement de transition comprenant des membres du régime actuel. Les Occidentaux avaient ainsi accepté une déclaration qui contredisait apparemment leur position et qui semblait se rapprocher des thèses russes, renvoyant dos à dos les forces de répression et les rebelles. Très rapidement, l interprétation du document est devenue un objet de frictions, les États-Unis, par la voix d Hillary Clinton, faisant savoir que leur vision de la situation incluait un départ de B. el-assad. Le document fut enterré par l accord de Doha qui a fondé, en novembre 2012, la Coalition nationale des forces de l opposition et de la révolution. Mais il pourrait à nouveau servir, tant il correspond à la vision russe du règlement de la crise syrienne. Le «réalisme» de la position russe Dans la droite ligne de ce qu on a baptisé le «consensus de Pékin 14», la position russe en matière de relations internationales se veut «réaliste», 13. Le Groupe d action sur la Syrie, constitué par Kofi Annan au printemps 2012, rassemblait les chefs de la diplomatie des cinq membres permanents du Conseil de sécurité, de pays représentant la Ligue arabe, Irak, Koweït et Qatar, de la Turquie, et les secrétaires généraux de la Ligue arabe et de l Organisation des Nations unies (ONU), ainsi que la Haute représentante pour les affaires étrangères de l Union européenne. 14. Le «consensus de Pékin» décrit une diplomatie suivant la logique d un «modèle chinois», qui reposerait sur le respect mutuel entre États, sur la non-ingérence, sur le développement économique et structurel, sur une plus grande tolérance envers la corruption des élites, etc. 8

9 La Syrie, quel enjeu pour la Russie au Moyen-Orient? DOSSIER sorte d actualisation wébérienne 15 de l éthique de responsabilité, que Moscou oppose à une éthique de conviction que véhiculeraient les invocations humanitaires, les indignations (jugées sélectives) et la «morale» des Occidentaux 16. Pour Moscou, une intervention extérieure et un renversement brutal du régime viendraient ajouter au chaos ambiant. Il est vrai que la position russe rappelle régulièrement le poids des «parrains» arabes des révolutionnaires syriens, peu enclins à faire respecter chez eux les valeurs prônées par l Occident 17. La présentation du conflit par certains médias occidentaux et arabes est perçue comme mainstream ; et les Russes soulignent combien ces médias se sont fait les avocats de l option d une intervention armée en Syrie auprès des opinions publiques, fût-ce en manipulant l information, en maniant l émotion, ou en privilégiant systématiquement les sources d opposition 18. L objectif principal de la diplomatie russe est donc de s en tenir au respect de la souveraineté de la Syrie et au principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des États. La question du regime change constitue donc le cheval de bataille de Moscou dans le conflit syrien. C est à l aune de ces principes que doit se comprendre la réaction russe à la Le principe de non-ingérence reconnaissance unilatérale par la France de la Coalition nationale formée à Doha le 11 novembre Une reconnaissance qualifiée par Dmitri Medvedev d «inacceptable». L objectif de cet embryon de «gouvernement provisoire» inclut le départ de B. el-assad et écarte toute possibilité de négociation avec le régime 19. Pire, pour les Russes, la charte adoptée prévoit le démantèlement des structures politico-militaires, ce qui semble promettre la réédition du scénario irakien après l intervention américaine de Plus fondamentalement, les Russes, qui tiennent à un règlement politique de la crise en Syrie, voient dans la militarisation du conflit et dans l ascendant de plus en plus visible pris par les groupes armés d inspiration djihadiste dans l offensive contre les forces gouvernementales un danger sur le long terme, y compris pour l Occident lui-même. La séquence des 15. M. Weber, Le Savant et le Politique, Paris, Plon, Rappelons qu en février 2012, Alain Juppé avait parlé de «tache morale» pour qualifier la position russe sur le dossier syrien. 17. Ainsi le rapport Valdaï pointe-t-il l empressement des Saoudiens et des Émiratis à étouffer dans l œuf le soulèvement des chiites bahreïnis et leur diligence à soutenir l opposition sunnite à Bachar el-assad (cf. p. 53). 18. Ibid. 19. La charte de la Coalition comporte dix points, parmi lesquels : «2. Les parties signataires ont pour objectif commun de renverser le régime, ses bases et ses symboles, démanteler les appareils sécuritaires et déférer en justice ceux qui ont été impliqués dans les crimes commis contre les Syriens» et «3. La Coalition s engage à n engager ni dialogue, ni négociation avec le régime». 9

10 guerres de Tchétchénie continue d être lue en Russie comme un conflit importé de l extérieur par l envoi de combattants djihadistes, à quoi Moscou a opposé la force mais aussi un règlement politique, en prenant appui sur les confréries soufies domestiques 20. La Tchétchénie constitue sans conteste une des grilles d analyse de Moscou sur le conflit syrien. La Russie ne manque jamais l occasion de rappeler à ses partenaires que la fourniture d armes sophistiquées, comme des missiles sol-air, ne ferait qu ajouter au chaos. Moscou n entend donc pas couvrir une stratégie dont elle pourrait être aussi la victime par contagion sur son propre espace, elle qui abrite près de 22 millions de musulmans. Cependant, Moscou se retrouve en quelque sorte en porte-à-faux sur sa position concernant la militarisation du conflit. Jusqu à l attentat du 18 juillet 2012, qui a frappé durement l appareil militaire et sécuritaire du régime, les Russes avaient réussi à persuader leur allié de ne pas utiliser l aviation, pour sauvegarder la possibilité de négociations entre le régime et les rebelles. Depuis, il semblerait que Damas se soit affranchi de cette contrainte et que Moscou ait laissé faire, laissant s éloigner la solution politique. Le cas de Bachar el-assad et le soutien à l opposition interne La question du soutien à une opposition interne, modérée mais indiscutable, est beaucoup plus délicate à résoudre pour Moscou. Dès l été 2011, Moscou a tenté de réactiver ses réseaux et de fédérer l opposition pacifique au régime. Persuadés que le régime se trouvait dans une impasse et qu il ne pouvait pas l emporter sur le terrain militaire, les Russes ont essayé de persuader Damas de créer un espace politique de dialogue. On a évoqué le cas de Qadri Jamil, ancien leader d un des trois partis se réclamant du communisme en Syrie et reçu à maintes reprises à Moscou. Bien qu ayant dénoncé les fraudes massives du scrutin constitutionnel du 26 février 2012, il a accepté de participer au gouvernement d union nationale formé en juin de la même année comme vice-premier ministre et ministre de l Économie. Parmi les autres relais dont dispose la Russie dans sa recherche d une solution négociée, on citera le Comité de coordination nationale pour le changement démocratique 21 (CCNCD) de Haytham Manna, qui soutient les positions russes autour du tryptique : «Non à la violence. Non au confessionnalisme. Non à l intervention étrangère», et le Forum démocratique syrien de l opposant historique Michel Kilo. Ces deux forces ont refusé d intégrer la Coalition formée à Doha, qu elles accusent de favoriser les Frères musulmans. 20. Voir, sur le sujet des infiltrations djihadistes en Tchétchénie et sur la pratique des attentats suicides, l article de P. Larzillière, «Tchétchénie : le jihad reterritorialisé», Critique internationale, vol. 3, n 20, 2003, p Créé en juin 2011 et animé notamment par le militant des Droits de l homme Hattham Manna, exilé en France. Ce dernier préconise des négociations et est hostile à toute intervention extérieure. 10

11 La Syrie, quel enjeu pour la Russie au Moyen-Orient? DOSSIER La très faible marge de manœuvre et le manque de représentativité de ces mouvements en font pourtant des relais peu efficaces. Ils ont d ailleurs rejeté le plan de paix proposé par le régime le 6 janvier 2013, mollement approuvé par Moscou. Quant au régime, il ne s est pas privé d entraver toute initiative politique émanant du CCNCD, pourtant adoubé par Moscou, comme l a montré l affaire Al-Khayyer 22. Haytham Manna a estimé depuis que cette arrestation, attribuée au départ à des groupes rebelles, constituait «un acte d agression envers Moscou» et «une gifle pour la Russie». S il semble bien que la personne de Bachar el-assad ait été, dès le début du conflit en Syrie, écartée de toutes les discussions par le Kremlin, c est paradoxalement le seul point sur lequel la diplomatie russe a évolué depuis mars Le 21 août 2012, lors d une conférence de presse tenue à Moscou (et dans un russe impeccable) par Qadri Jamil, vice-président du Conseil des ministres pour les Affaires économiques, on releva un léger cafouillage, dans lequel s engouffrèrent les médias occidentaux, sur la question du maintien au pouvoir de Bachar el-assad. De fait, l incident aboutit à une clarification de la position russe. Les responsables répètent désormais que Bachar el-assad ne jouit ni de la force ni de la qualité de relation que son père Hafez avait su établir avec les dirigeants soviétiques : une autre façon de dire que la Russie n a jamais réellement accordé sa confiance à Bachar et à son clan. À la mi-septembre, Mikhaïl Bogdanov, vice-ministre russe des Affaires étrangères, a rappelé combien la question de la stabilité du régime et la souveraineté syrienne importaient à la Russie, plutôt que la personne de B. el-assad. Ce qui compte pour Moscou, c est le maintien d une structure politico-militaire, seule condition pour que l arsenal syrien y compris les armes chimiques ne tombe pas en de mauvaises mains. En cela, les Occidentaux ont besoin de la Russie, ne serait-ce que pour répertorier les sites sensibles et contribuer à leur neutralisation. L accord de Genève pourrait alors faire de nouveau consensus et demeurer une base pour l après-assad. *** L avenir personnel de Bachar La Russie ne permettra pas d intervention étrangère en Syrie, avec ou sans mandat de l Organisation des Nations unies (ONU) une intervention 22. Chef du Parti d action communiste, formation tolérée par le pouvoir, Abdel-Aziz al-khayyer est également un cadre du CCNCD. De retour d un voyage en septembre 2012, où il avait reçu la caution des autorités russes à l organisation d une conférence de l opposition intérieure, il a été enlevé par les services de renseignement de l armée de l Air à son retour à Damas. Par la suite, Moscou a dû faire pression sur Damas pour que la réunion puisse se tenir et les diplomates russes réserveront eux-mêmes l hôtel qui abritera la conférence. 11

12 qu elle sait, de toute façon, exclue par les Occidentaux. En cas d effondrement du régime à Damas, Moscou accompagnerait techniquement un repli sur un «réduit alaouite» où se trouve au demeurant sa base de Tartous. Les Russes risquent de perdre beaucoup, en termes d image, dans le monde arabe, en raison de leur soutien à un régime honni par l ensemble des États sunnites de la région, à l exception de l Algérie. Cela alors même que depuis 2003, les Russes avaient considérablement amélioré leur crédit en s opposant aux projets de l administration Bush dans la région, obtenu un statut de membre observateur dans l Organisation de coopération islamique (OCI) et réussi à améliorer leurs relations avec les monarchies du Golfe L analyse de Moscou demeure inchangée. La crise en Syrie est le modèle même de ce qu on appelle un no-win game, sans réel vainqueur. Moscou souhaite bilatéraliser le conflit, escomptant qu au fil des mois l enthousiasme pour les «printemps arabes» retombera et que les États-Unis reviendront à une position réaliste. Le Kremlin entend persuader ces derniers que leurs intérêts convergent, comme le prouve la mise sur liste noire de Jabhat al-nosra par le département d État. Il s agit d éviter un nouvel Irak le chaos faisant suite au démantèlement des structures de l État et de l armée ; de préserver Israël d une instabilité à ses portes ; bref, de conjurer la menace d un «État défaillant» de plus. Pour les Russes, il s agit enfin de lier le dossier syrien à d autres dossiers internationaux, pour obtenir de Washington des concessions, notamment sur le bouclier antimissile ou sur le Caucase. MOTS CLÉS : Syrie Russie Armements Non-ingérence 12

Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique»

Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique» Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique» Commission Affaires étrangères et migration (Version originale) Insistant sur la nécessité de freiner puis stopper l expansion

Plus en détail

Le contexte sécuritaire, menaces et risques

Le contexte sécuritaire, menaces et risques Titre 1 Le contexte sécuritaire, menaces et risques 1. LE CONTEXTE REGIONAL Depuis les évènements de fin 2010 en Tunisie, la situation géopolitique et sécuritaire dans notre région, le monde arabe, est

Plus en détail

Avantages et inconvénients d une force internationale

Avantages et inconvénients d une force internationale e 11 r aaooûût t 22000066 Institut du Renseignement Centre d Etudes du Terrorisme Avantages et inconvénients d une force internationale (par le Général. (res.) Moshe Yaalon et le Général. (res.) Yaakov

Plus en détail

Avis à l opinion Public

Avis à l opinion Public Avis à l opinion Public La Syrie était le berceau de la civilisation humaine où toutes les civilisations ont né et se sont épanouies. La Syrie a une situation géographique et stratégique très importante

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange 5 6 avril 2004 Compte Rendu La conférence s est tenue le 5 et 6 avril 2004 à Doha. Elle a été inaugurée par S.E. Royale Sheikh/ Hamad

Plus en détail

Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955)

Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955) Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955) Légende: Le 14 mai 1955, l'albanie, la Bulgarie, la Hongrie, la République démocratique allemande, la Pologne, la Roumanie,

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Sixième Commission (A/65/475)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Sixième Commission (A/65/475)] Nations Unies A/RES/65/34 Assemblée générale Distr. générale 10 janvier 2011 Soixante-cinquième session Point 107 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport

Plus en détail

Crise syrienne : état des lieux et options possibles. Alya de Postis* LES RESSORTS DE LA RÉSISTANCE DU RÉGIME DE BACHAR AL-ASSAD

Crise syrienne : état des lieux et options possibles. Alya de Postis* LES RESSORTS DE LA RÉSISTANCE DU RÉGIME DE BACHAR AL-ASSAD N 19 - Fondation Jean-Jaurès / Orion - Observatoire de la défense - 30 avril 2012 - page 1 Crise syrienne : et options Alya de Postis* * Consultante, spécialisée sur le Moyen-Orient LES RESSORTS DE LA

Plus en détail

COMPRENDRE LES ENJEUX DE LA VISITE DU PAPE FRANÇOIS EN AMÉRIQUE

COMPRENDRE LES ENJEUX DE LA VISITE DU PAPE FRANÇOIS EN AMÉRIQUE OBSERVATOIRE GÉOPOLITIQUE DU RELIGIEUX COMPRENDRE LES ENJEUX DE LA VISITE DU PAPE FRANÇOIS EN AMÉRIQUE PAR FRANÇOIS MABILLE Professeur de Sciences politiques au sein de la Faculté Libre de Droit septembre

Plus en détail

Atelier C09. Le live de la cellule de crise

Atelier C09. Le live de la cellule de crise Atelier C09 Le live de la cellule de crise Atelier C09 : le live de la cellule de crise Ordre de Jour Ouverture Introduction Simulation de crise : Cuba 1962 Présentation des résultats Questions / Discussion

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/875

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/875 Nations Unies A/AC.105/875 Assemblée générale Distr.: Générale 5 décembre 2006 Français Original: Anglais Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Table des matières Rapport de

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Les membres des conseils de section (les «Membres») sont tenus de lire et de signer

Plus en détail

PROJET D AIDE AUX VICTIMES EN SYRIE

PROJET D AIDE AUX VICTIMES EN SYRIE PROJET D AIDE AUX VICTIMES EN SYRIE Ligue Pour Une Syrie Libre Association loi 1901 Sommaire : I) Présentation et objectifs de l association p.2 II) Contexte et zones d intervention p.3 III) Principales

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

Déclaration de Rabat

Déclaration de Rabat Déclaration de Rabat 12 septembre 2013 Le ministre des Affaires étrangères du Royaume du Maroc, Saad Dine El Otmani, et le ministre des Affaires étrangères de la République fédérale d Allemagne, Guido

Plus en détail

Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire?

Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire? LES RELATIONS INTERNATIONALES DE 1945 à nos JOURS p126 à 157 Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire? I- LES

Plus en détail

Genève 2: l'unité de façade de l'opposition syrienne

Genève 2: l'unité de façade de l'opposition syrienne POURPARLERS DE PAIX Genève 2: l'unité de façade de l'opposition syrienne 15.11.2013, Jol Press (France) http://www.jolpress.com/geneve-2-syrie-opposition-syrienne-assad-lakhdar-brahimi-article- 822923.html

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

POLITIQUE DE DONS ET COMMANDITES

POLITIQUE DE DONS ET COMMANDITES POLITIQUE DE DONS ET COMMANDITES Politique n o ADM-0100-2012 Approuvée le : 1 er janvier 2015 Par : Secteur : Patrice Gagnon, directeur général Communications 1 er janvier 2015 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE...

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France Education-Civique Chapitre n. La Défense et l action internationale en France I) La Défense globale du territoire national Problématique : Comment le territoire national et la population sont-ils protégés?

Plus en détail

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains? Note d information n 85 NOUVELLES SUR LE COTON 12 avril 2010 L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

Plus en détail

PROGRAMME SECRETAIRE DES AFFAIRES ETRANGERES (cadre général) ANNEXE I CULTURE GENERALE

PROGRAMME SECRETAIRE DES AFFAIRES ETRANGERES (cadre général) ANNEXE I CULTURE GENERALE PROGRAMME SECRETAIRE DES AFFAIRES ETRANGERES (cadre général) ANNEXE I CULTURE GENERALE L évolution générale politique, économique et sociale du monde et le mouvement des idées depuis le milieu du XVIII

Plus en détail

Le Conseil ministériel,

Le Conseil ministériel, DÉCISION No 3/11 ÉLÉMENTS DU CYCLE DU CONFLIT LIÉS AU RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DE L OSCE EN MATIÈRE D ALERTE PRÉCOCE, D ACTION RAPIDE, DE FACILITATION DU DIALOGUE ET DE SOUTIEN À LA MÉDIATION, AINSI

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Ordre du jour provisoire

Ordre du jour provisoire L atome pour la paix Conférence générale GC(59)/1/Add.1 15 juillet 2015 Distribution générale Français Original : arabe Cinquante-neuvième session ordinaire Ordre du jour provisoire Point supplémentaire

Plus en détail

Baccalauréat Technologique. Session 2014-2015. Histoire- Géographie. Série : STMG

Baccalauréat Technologique. Session 2014-2015. Histoire- Géographie. Série : STMG Baccalauréat Technologique Devoir Commun Session 2014-2015 ***** Histoire- Géographie Série : STMG Durée : 2h30 Coefficient : 2 Les calculatrices ne sont pas autorisées Le candidat doit répondre à toutes

Plus en détail

Lettre datée du 22 novembre 2006, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire général

Lettre datée du 22 novembre 2006, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire général Nations Unies S/2006/920 Conseil de sécurité Distr. générale 27 novembre 2006 Français Original : anglais Lettre datée du 22 novembre 2006, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire

Plus en détail

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique.

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique. Mesdames, Messieurs, C est pour moi un grand plaisir de pouvoir présenter aujourd hui la coopération japonaise en Afrique aux différents partenaires qui ont répondu à mon invitation à cette soirée de rencontre.

Plus en détail

Commission nationale suisse Justice et Paix Prise de position sur l initiative pour l interdiction d exporter du matériel de guerre

Commission nationale suisse Justice et Paix Prise de position sur l initiative pour l interdiction d exporter du matériel de guerre «Ils briseront leurs épées pour en faire des socs et leurs lances pour en faire des serpes. On ne lèvera plus l'épée nation contre nation, on n'apprendra plus à faire la guerre» Isaïe 2,4 Commission nationale

Plus en détail

Addis Abéba, Éthiopie, B.P.: 3243 Tél.: (251-11) 5513 822 Télécopie: (251-11) 5519 321 Courriel: situationroom@africa-union.

Addis Abéba, Éthiopie, B.P.: 3243 Tél.: (251-11) 5513 822 Télécopie: (251-11) 5519 321 Courriel: situationroom@africa-union. AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Abéba, Éthiopie, B.P.: 3243 Tél.: (251-11) 5513 822 Télécopie: (251-11) 5519 321 Courriel: situationroom@africa-union.org CONSEIL DE PAIX ET DE SÉCURITÉ

Plus en détail

Notes explicatives concernant la Loi de l impôt sur le revenu, la Loi de 2001 sur l accise et la Loi sur la taxe d accise

Notes explicatives concernant la Loi de l impôt sur le revenu, la Loi de 2001 sur l accise et la Loi sur la taxe d accise Notes explicatives concernant la Loi de l impôt sur le revenu, la Loi de 2001 sur l accise et la Loi sur la taxe d accise Publiées par L honorable James M. Flaherty, c.p., député Ministre des Finances

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

LA FRANCE DANS LA CRISE DU KOSOVO : COHABITATION ET PROCESSUS DÉCISIONNEL. Hélène TOURARD (*)

LA FRANCE DANS LA CRISE DU KOSOVO : COHABITATION ET PROCESSUS DÉCISIONNEL. Hélène TOURARD (*) LA FRANCE DANS LA CRISE DU KOSOVO : COHABITATION ET PROCESSUS DÉCISIONNEL par Hélène TOURARD (*) L intervention armée au Kosovo a soulevé de nombreuses interrogations relatives aux moyens dont dispose

Plus en détail

«Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?»

«Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?» «Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?» Michael Jabara Carley Professeur au département d histoire de l Université de Montréal, auteur de 1939: l'alliance de la dernière

Plus en détail

Conférence d évaluation et de suivi de la campagne

Conférence d évaluation et de suivi de la campagne Strasbourg, 10 Mars 2015 DDCP-YD/NHSM (2015) 4F LA FIN DU COMMENCEMENT? Conférence d évaluation et de suivi de la campagne Centre Européen de la Jeunesse, Strasbourg 27 au 30 Mai 2015 Informations et appel

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/58/217

Assemblée générale. Nations Unies A/58/217 Nations Unies A/58/217 Assemblée générale Distr. générale 5 août 2003 Français Original: anglais Cinquante-huitième session Point 122 de l ordre du jour provisoire* Budget-programme de l exercice biennal

Plus en détail

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme La France candidate au Conseil des droits de l Homme UN Photo/Jean-Marc Ferré Les droits de l Homme font partie des valeurs fondatrices de la République française et de sa politique étrangère. C est dans

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS INTERNATIONAL ASSOCIATION OF LAWYERS INTERNATIONALE ANWALTS-UNION UNION INTERNACIONAL DE ABOGADOS UNIONE INTERNAZIONALE DEGLI AVVOCATI CHARTE DE TURIN SUR L EXERCICE DE

Plus en détail

CONCLUSIONS ET PLAN D ACTION DU CONSEIL EUROPEEN EXTRAORDINAIRE DU 21 SEPTEMBRE 2001

CONCLUSIONS ET PLAN D ACTION DU CONSEIL EUROPEEN EXTRAORDINAIRE DU 21 SEPTEMBRE 2001 CONCLUSIONS ET PLAN D ACTION DU CONSEIL EUROPEEN EXTRAORDINAIRE DU 21 SEPTEMBRE 2001 Le Conseil européen s est réuni le 21 septembre 2001 en session extraordinaire afin d analyser la situation internationale

Plus en détail

Ces efforts ont déjà contribué significativement à l atteinte des objectifs de l OTAN depuis 2014.

Ces efforts ont déjà contribué significativement à l atteinte des objectifs de l OTAN depuis 2014. Dès le début de la crise ukrainienne et compte tenu de la menace potentielle perçue par ses alliés d Europe centrale et du Nord à leurs frontières, l OTAN a pris un ensemble de mesures politiques et militaires

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

FRONT DE LIBERATION NATIONALE KANAK SOCIALISTE (FLNKS)

FRONT DE LIBERATION NATIONALE KANAK SOCIALISTE (FLNKS) FRONT DE LIBERATION NATIONALE KANAK SOCIALISTE (FLNKS) Séminaire Régional des Caraïbes organisé par le Comité Spécial des Vingt-Quatre du 23 au 25 mai 2001 à La Havane, Cuba Intervention du Représentant

Plus en détail

Séminaire d introduction au droit international humanitaire Collège d Europe 16-18 février 2009

Séminaire d introduction au droit international humanitaire Collège d Europe 16-18 février 2009 Séminaire d introduction au droit international humanitaire Collège d Europe 16-18 février 2009 Document de travail. Copyright Yves Sandoz. A ne pas citer ni reproduire Ouverture du Séminaire Ire demi-journée:

Plus en détail

Lutte contre la dissémination illicite des armes légères (ALPC) et de leurs munitions

Lutte contre la dissémination illicite des armes légères (ALPC) et de leurs munitions Lutte contre la dissémination illicite des armes légères (ALPC) et de leurs munitions En l espace d une vingtaine d années, l héritage des surplus de stocks d armes héritées de la Guerre Froide, l arrivée

Plus en détail

Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans (possibilité d extension pour une troisième année)

Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans (possibilité d extension pour une troisième année) FICHE DE POSTE DE JEA FRANÇAIS AU PNUE POUR L EQUIPE POST-2015 TEAM/ BUREAU EXECUTIF Information Générale Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Première Commission (A/58/462)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Première Commission (A/58/462)] Nations Unies A/RES/58/51 Assemblée générale Distr. générale 17 décembre 2003 Cinquante-huitième session Point 73, d, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la

Plus en détail

Administration : rapport de situation

Administration : rapport de situation COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-huitième réunion Point 4.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC18/2 8 mai 2013 Administration : rapport de situation Rapport

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE ATTENDU : A. que le paragraphe 83(1) de la Loi sur les Indiens reconnaît le pouvoir des Premières nations de

Plus en détail

La Quatrième Réunion Ministérielle du Groupe des Amis du Peuple syrien Marrakech, 12 Décembre 2012 Conclusions de la Présidence

La Quatrième Réunion Ministérielle du Groupe des Amis du Peuple syrien Marrakech, 12 Décembre 2012 Conclusions de la Présidence La Quatrième Réunion Ministérielle du Groupe des Amis du Peuple syrien Marrakech, 12 Décembre 2012 Conclusions de la Présidence Après ses réunions en Tunisie, à Istanbul et à Paris, le Groupe des amis

Plus en détail

«Formation Management»

«Formation Management» «Formation Management» n Les fondements du management n Donner du sens n Bâtir la confiance n Prendre en compte les besoins individuels n Entretenir la motivation n Le management situationnel n Le management

Plus en détail

Des systèmes d information partagée pour une meilleure gouvernance de l eau en méditerranée

Des systèmes d information partagée pour une meilleure gouvernance de l eau en méditerranée Des systèmes d information partagée pour une meilleure gouvernance de l eau en méditerranée Marseille, 13 mars 2012 INTRODUCTION WALTER MAZZITTI Président du Comité Directeur du SEMIDE Messieurs les ministres,

Plus en détail

Question 1 : Rappelez les principes qui guident le régime de responsabilité des chefs d Etat dans un Etat de droit, pendant le mandat.

Question 1 : Rappelez les principes qui guident le régime de responsabilité des chefs d Etat dans un Etat de droit, pendant le mandat. Cas pratique Cours : Droit constitutionnel de la Vème République Enoncé : Le Président de la République française, lors de vacances privées, a eu un léger accident de voiture avec un automobiliste qui

Plus en détail

Politique administrative

Politique administrative P a g e 1 Politique administrative Titre : Adopté le : 18 octobre 2011 Applicable le : 18 octobre 2011 Responsables de l application : Jessica Langlois, coordonnatrice communication-marketing et Mélissa

Plus en détail

0.512.134.91. Accord. Texte original. (Etat le 25 mai 2004)

0.512.134.91. Accord. Texte original. (Etat le 25 mai 2004) Texte original Accord entre le Conseil fédéral suisse et le Gouvernement de la République française relatif aux activités communes d instruction et d entraînement des armées françaises et de l armée suisse

Plus en détail

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES Numéro du document : 0903-07 Adoptée par la résolution : 60 0903 En date du : 2 septembre 2003 Modifiée par la résolution : En date du

Plus en détail

Imane BENMOHAMED Maître de conférences Institut de Traduction et d Interprétariat Université d Alger II

Imane BENMOHAMED Maître de conférences Institut de Traduction et d Interprétariat Université d Alger II Imane BENMOHAMED Maître de conférences Institut de Traduction et d Interprétariat Université d Alger II Problématique Le discours politique est un discours incitatif dont le but principal est de convaincre

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/65/306. Question du Sahara occidental. Rapport du Secrétaire général** Résumé

Assemblée générale. Nations Unies A/65/306. Question du Sahara occidental. Rapport du Secrétaire général** Résumé Nations Unies A/65/306 Assemblée générale Distr. générale 17 août 2010 Français Original : anglais Soixante-cinquième session Point 59 de l ordre du jour provisoire* Application de la Déclaration sur l

Plus en détail

L'Etat profond américain

L'Etat profond américain Peter Dale SCOTT L État profond américain - La finance, le pétrole, et la guerre perpétuelle Traduit de l américain par Maxime Chaix Éditions Demi-Lune Collection Résistances L'Etat profond américain www.editionsdemilune.com

Plus en détail

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide Histoire Chapitre n. : La Guerre froide I) Le monde en 1945 : Des espoirs de paix rapidement déçus Problématiques : Quels sont les principes, les objectifs et le fonctionnement de l ONU? Comment s organisent

Plus en détail

LIGNE DE CONDUITE POUR UN AVIS EN TECHNOPREVENTION OPTIMAL

LIGNE DE CONDUITE POUR UN AVIS EN TECHNOPREVENTION OPTIMAL LIGNE DE CONDUITE POUR UN AVIS EN TECHNOPREVENTION OPTIMAL Le présent document comprend une série de recommandations pouvant aider les conseillers en technoprévention dans le cadre de leur communication

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 703 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 juillet 2011 PROPOSITION DE LOI tendant à simplifier le recouvrement des créances alimentaires destinées aux enfants,

Plus en détail

CIRCULAIRE CONJOINTE. Ministère de l éducation nationale. la défense. du patrimoine et des archives

CIRCULAIRE CONJOINTE. Ministère de l éducation nationale. la défense. du patrimoine et des archives CIRCULAIRE CONJOINTE Ministère de l éducation nationale Ministère de la défense Ministère de l éducation nationale Direction de l enseignement scolaire Ministère de la défense Direction de la mémoire,

Plus en détail

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT Page 1 de 7 POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT 1.0 CONTEXTE La présente politique est établie conformément au principe 16 b) de la Charte du conseil d administration.

Plus en détail

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Nations Unies S/RES/1306 (2000) Conseil de sécurité Distr. générale 5 juillet 2000 Résolution 1306 (2000) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-128 QPC du 6 mai 2011. Syndicat SUD AFP

Commentaire. Décision n 2011-128 QPC du 6 mai 2011. Syndicat SUD AFP Commentaire Décision n 2011-128 QPC du 6 mai 2011 Syndicat SUD AFP Le Conseil constitutionnel a été saisi le 16 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité relative

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL E1 HISTOIRE-GÉOGRAPHIE SUJET

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL E1 HISTOIRE-GÉOGRAPHIE SUJET SESSION 2013 Métropole - Antilles - Guyane - Réunion - Mayotte Toutes options BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL E1 HISTOIRE-GÉOGRAPHIE Durée : 2 heures Matériel(s) et document(s) autorisé(s) : Aucun Les candidats

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS La sécurité des personnes âgées Ce qu il faut savoir Vie saine, Aînés et Consommation Manitoba Secrétariat manitobain du mieux-être des personnes âgées et du vieillissement en

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1236788L/Bleue-1 ----- ETUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1236788L/Bleue-1 ----- ETUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant la ratification de l accord-cadre entre l Union européenne et ses Etats membres, d une part, et la République de Corée, d

Plus en détail

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève COMPTE-RENDU Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève SYNTHÈSE GÉNÉRALE En vue de préparer sa participation à la 29 e session du Conseil des droits de l Homme

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 11 mars 2010 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-septième session Vienne, 10-12 mai 2010

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc Débat du Conseil de Sécurité Sur Le Maintien de la paix multidimensionnel Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki Ambassadeur Representant du Maroc New York, 21 Janvier 2013 Prière de vérifier à l audition

Plus en détail

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II,

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II, Nations Unies A/RES/62/134 Assemblée générale Distr. générale 7 février 2008 Soixante-deuxième session Point 63, a, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport

Plus en détail

FRANCE ETATS-UNIS : REGARDS CROISES

FRANCE ETATS-UNIS : REGARDS CROISES FRANCE ETATS-UNIS : REGARDS CROISES - Synthèse de l Institut CSA - 0700559 Mai 2007 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 CSA Opinion-Corporate Tél. (33) 01 44 94 59 10 / 11 Fax. (33) 01 44

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

DATE D'ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-27 TARIF INTERNATIONAL RÈGLE AC : 0090

DATE D'ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-27 TARIF INTERNATIONAL RÈGLE AC : 0090 DATE D'ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-27 TARIF INTERNATIONAL RÈGLE AC : 0090 TITRE/APPLICATION 70 REFUS D EMBARQUEMENT A) LORSQUE AIR CANADA EST DANS L IMPOSSIBILITÉ DE FOURNIR DES PLACES ANTÉRIEUREMENT CONFIRMÉES

Plus en détail

Réchauffement diplomatique entre Cuba et les États- Unis : des clés pour comprendre la stratégie du président Obama

Réchauffement diplomatique entre Cuba et les États- Unis : des clés pour comprendre la stratégie du président Obama Centre d études interaméricaines Institut québécois des hautes études internationales 1030, avenue des Sciences-Humaines, Local 5455 Pavillon Charles-De Koninck, Université Laval Québec (Québec), CANADA,

Plus en détail

Introduction. I. Définitions. II. Diplomatie et politique étrangère

Introduction. I. Définitions. II. Diplomatie et politique étrangère Introduction Un diplomate est une personne qui réfléchit à deux fois avant de ne rien dire. F. Sawyer Qu est-ce que la diplomatie? Qu est-ce qu un diplomate? Que fait un ambassadeur? À quoi sert-il? Beaucoup

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION. «Renforcement des Capacités : Le Rôle du Facteur Humain»

NOTE DE PRESENTATION. «Renforcement des Capacités : Le Rôle du Facteur Humain» NOTE DE PRESENTATION SEMINAIRE - ATELIER SUR LE THEME : «Renforcement des Capacités : Le Rôle du Facteur Humain» CONTEXTE ET ENJEUX Le bilan de plusieurs décennies d assistance et plus précisément, de

Plus en détail

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005 Principes fondamentaux et directives concernant le droit à un recours et à réparation des victimes de violations flagrantes du droit international des droits de l homme et de violations graves du droit

Plus en détail

Dans une liberté plus grande : développement, sécurité et respect des droits de l homme pour tous

Dans une liberté plus grande : développement, sécurité et respect des droits de l homme pour tous Nations Unies A/59/2005/Add.1 Assemblée générale Distr. générale 23 mai 2005 Français Original: anglais Cinquante-neuvième session Points 45 et 55 de l ordre du jour Application et suivi intégrés et coordonnés

Plus en détail

Ce projet de loi fixe un plafond pour le budget de la Défense et un plancher pour le budget de l Aide internationale.

Ce projet de loi fixe un plafond pour le budget de la Défense et un plancher pour le budget de l Aide internationale. NOTES EXPLICATIVES Ce projet de loi crée les Forces d autodéfense du Québec. Il vise à modifier la politique québécoise de défense nationale dans le sens d une renonciation au droit de belligérance, sauf

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/2202 (2015) Résolution 2202 (2015) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 7384 e séance, le 17 février 2015

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/2202 (2015) Résolution 2202 (2015) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 7384 e séance, le 17 février 2015 Nations Unies S/RES/2202 (2015) Conseil de sécurité Distr. générale 17 février 2015 Résolution 2202 (2015) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 7384 e séance, le 17 février 2015 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail