IMPACT DU TRAITEMENT DE SOL SUR L EROSION INTERNE DES SOLS FINS COMPACTES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IMPACT DU TRAITEMENT DE SOL SUR L EROSION INTERNE DES SOLS FINS COMPACTES"

Transcription

1 IMPACT DU TRAITEMENT DE SOL SUR L EROSION INTERNE DES SOLS FINS COMPACTES IMPACT OF SOIL TREATMENT ON INTERNAL EROSION OF FINE COMPACTED SOILS Abdelwadoud MEHENNI 1,2, Olivier CUISINIER 1, Farimah MASROURI 1 1 Laboratoire d'energétique et de Mécanique Théorique et Appliquée, UMR 7563 CNRS - Université de Lorraine, France 2 DTP Terrassement - Bouygues Construction, Paris, France RÉSUMÉ Cette étude met en évidence l impact du traitement par la chaux, le ciment, la kaolinite et la bentonite sur les caractéristiques d érosion interne d un sol fin compacté. Un dispositif d érosion de type «Hole Erosion Test» a été développé pour étudier l érosion des sols traités sous hautes contraintes de cisaillement hydraulique. Les résultats montrent que les caractéristiques d érosion peuvent être optimisées par les traitements. Pour un sol donné, cette optimisation dépend principalement de la nature et du dosage du produit de traitement. ABSTRACT This study presents the impact of treatment by lime, cement, kaolinite and bentonite, on the internal erosion characteristics of a fine compacted soil. A modified Hole Erosion Test was developed to study the erosion of treated soil under high hydraulic shear stress. The results show that treatment could improve erosion characteristics. For a given soil, this enhancement depends mainly on the nature and the percentage of the treatment product. 1. Introduction Le traitement des sols est souvent utilisé dans les travaux de terrassement, ou pour la réalisation d'ouvrages en terre. L'impact du traitement sur le comportement hydromécanique des sols est bien documenté. Cependant, l'utilisation du traitement dans les ouvrages hydrauliques soulève d'autres problématiques. En effet, en plus d assurer leur stabilité globale et la fonction hydraulique qui leur incombe, ces ouvrages doivent faire face aux différentes actions érosives de l'eau. Ces actions peuvent provoquer des altérations des caractéristiques des matériaux en place, allant même jusqu à la rupture de l ouvrage. Afin de caractériser l érosion interne des sols, Wan et Fell (2002) ont développé le Hole Erosion Test (HET). Cet essai permet de déterminer la loi d érosion empirique d un sol sous la forme suivante : (1)

2 où : est le taux d érosion par unité de surface et par unité de temps (kg/s/m2) ; est la contrainte de cisaillement hydraulique (Pa) ; est le coefficient d érosion du sol (s/m); est la contrainte critique du sol (Pa). A partir de leur travaux, Wan et Fell (2002) ont proposé une classification se basant uniquement sur l indice d érosion (I) calculé à partir du coefficient d érosion par la relation : I = - log ( ). Les sols sont ensuite groupés en six classes d érodabilité allant de 1 (érosion extrêmement rapide) jusqu à 6 (érosion extrêmement lente). Les conditions de compactage peuvent affecter les caractéristiques d érosion interne des sols. L augmentation de la densité sèche initiale induit une diminution du coefficient d érosion (Wan et Fell, 2002), ainsi qu une augmentation de la contrainte critique (Benahmed et Bonelli, 2012). Wahl (2010) a par ailleurs montré que le long de la courbe de compactage, la résistance à l érosion est optimale pour les valeurs du couple densité sèche/teneur en eau correspondant à l optimum de compactage. L influence de la teneur en argile du sol considéré a été caractérisée par plusieurs auteurs (e.g., Bennabi et al., 2012; Benahmed et Bonelli, 2012; Haghighi, 2012). En travaillant sur des mélanges de sable-argile, ils ont montré que l augmentation du pourcentage d argile induit une augmentation de la contrainte critique et une diminution du coefficient d érosion. Cependant, seules quelques rares études portent sur l impact des traitements type chaux et ciment sur les caractéristiques d érodabilité. Ceci est principalement lié au niveau insuffisant des contraintes de cisaillement hydrauliques appliquées par les dispositifs conçus pour des sols non traités. Indraratna et al. (2009) ont travaillé sur un sable traité au ciment, ils ont observé que le traitement au ciment engendre une augmentation de la contrainte critique et une diminution du coefficient d érosion. Chevalier et al. (2012) et Herrier et al. (2012) ont montré que le traitement à la chaux permet d augmenter la contrainte critique et de diminuer le coefficient d érosion. Néanmoins, le nombre limité d études ne permet pas de conclure quant à l impact du temps de cure et du pourcentage du produit traitement. L objectif principal de cet article est de déterminer l impact des différents traitements sur les caractéristiques d érosion d un limon fin compacté. Les essais d érosion ont été réalisés avec un dispositif d érosion type Hole Erosion Test modifié de manière à atteindre des contraintes de cisaillement hydraulique adaptées. 2. Procédure expérimentale 2.1. Matériaux et programme d essai Le sol utilisé dans le cadre de cette étude est un limon fin, de classe GTR A1 (wl = 28,5 % ; wp = 20,5 % ; VBS = 1,56 ; pourcentage (< 80 µm) = 99,2 %). Les produits de traitement et les dosages utilisés sont les suivants : la kaolinite (2 et 9 %), la bentonite sodique activée (2 %), la chaux vive (1 et 3 %) et le ciment CEM II (3 et 6 %). Ces dosages correspondent à : une valeur couramment utilisée par produit de traitement et une borne supérieure de ce qui pourrait être envisagé in situ.

3 Pour la confection des éprouvettes, le sol a été initialement préparé à la teneur en eau souhaitée, puis conservé durant 24 heures pour homogénéisation. Ensuite le produit de traitement a été mélangé avec le sol par un malaxage mécanique. Dans le cas du traitement avec la chaux, le mélange a été ensuite conservé pendant 1 heure dans des sacs hermétiques avant compactage. Dans le cas du traitement au ciment le sol a été compacté directement après malaxage afin de respecter le délai de prise du ciment. Pour le traitement par produits argileux aucun temps de cure n a été nécessaire avant le compactage. Le sol a été compacté directement dans des moules cylindriques (D = 70 mm, H = 150 mm) adapté au dispositif d érosion interne développé. Les courbes de compactage ont été déterminées pour chaque traitement et chaque dosage. Les éprouvettes pour l essai d érosion ont été compactées du côté humide de l optimum avec : w = wopn+2,5% et 0,96 γdmax<γ< 0,97 γdmax, selon chaque cas de traitement. Dans le cas du traitement à la chaux et au ciment, les éprouvettes ont subi différents temps de cure avant les essais d érosion (1, 7 et 30 j) Principe et dispositif expérimental Le principe de l essai HET est d établir un écoulement d eau dans un conduit cylindrique préformé initialement dans le sol. Les contraintes de cisaillement hydraulique générées à l interface sol/eau provoquent alors l érosion du sol dans le conduit. Le principe de l essai est de suivre l augmentation du diamètre du conduit en fonction du temps par la mesure de différents paramètres durant l essai : i) le débit d eau dans le sol, ii) le différentiel de pression entre l amont et l aval, et iii) la concentration des particules de sol dans les effluents. Dans le cadre de cette étude un nouveau dispositif d'érosion basé sur le modèle HET (Wan et Fell, 2002) a été développé pour mesurer les caractéristiques d'érosion des sols fins traités. Le dispositif permet d'appliquer des pressions à l amont de la cellule allant jusqu à 500 kpa. La pression est appliquée par un réservoir à membrane aireau. Le maintien du niveau de pression se fait par le réglage automatique de la vanne de régulation d entrée d air dans le réservoir. Le schéma de la cellule d essai est présenté dans la Figure 1. Des capteurs de pression placés dans la chambre d entrée et dans la chambre de sortie permettent de mesurer le différentiel de pression entre l amont et l aval de la cellule. Les mesures du débit sont effectuées par un débitmètre à ultrasons placé en amont de la cellule d essai. La concentration des particules de sol dans les effluents est mesurée par un turbidimètre placé juste après la chambre de sortie Procédure d essai Après le compactage du sol, un conduit est réalisé par forage, le diamètre du conduit varie entre 3 et 6 mm. L'éprouvette du sol est ensuite mise en place sur le dispositif d essai. Une phase de saturation du conduit de la cellule d essai est assurée avant le début de l essai. L essai d'érosion est réalisé par application d'une pression constante à l'entrée de la cellule. Le but étant de maintenir cette pression constante

4 pendant l'essai et de mesurer pour chaque pas de temps le débit d eau traversant le conduit, le différentiel de pression entre l amont et l aval, et aussi la turbidité des effluents. A la fin de l essai, le conduit érodé est rempli avec de la paraffine liquide, ce qui permet de déterminer sa géométrie et son diamètre moyen Modèle d'analyse Figure 1. Schéma de la cellule d essai. L observation de la forme finale du conduit des éprouvettes érodées montre qu elle n est pas toujours cylindrique mais plutôt d'une forme ellipsoïdale. Les équations d'analyse ont donc été modifiées afin d'intégrer la forme réelle du conduit dans le calcul des paramètres d'érosion. Considérant un conduit dont la forme est ellipsoïdale, où et sont respectivement le petit et le grand rayon de l ellipse, le taux d érosion et la contrainte de cisaillement hydraulique sont alors définis comme suit : (2) (3) Où : est la densité sèche ; et sont les variations du petit et du grand rayon de l ellipse ; est la hauteur de l éprouvette du sol ; est le différentiel de pression entre l amont et l aval de l éprouvette à l instant t.

5 Afin de déterminer les paramètres d érosion il est nécessaire de mesurer la variation des rayons du conduit durant l érosion du sol. La perte de sol est utilisée pour mesurer l évolution des rayons du conduit durant l essai. Dans un premier temps la perte de masse concentration du sol dans les effluents : est mesurée par rapport à la (4) Où : la concentration du sol dans les effluents; le débit d eau à l instant t. Dans un deuxième lieu, la perte de masse est reliée à la géométrie du conduit érodée. Deux hypothèses sont alors supposées : i) l érosion est uniforme le long du conduit ; ii) la relation entre les rayons de l ellipse est unique [ coefficient est mesuré à la fin de l essai. Ainsi, la perte de masse est comme suit : L évolution du rayon peut être déduite en égalisant les deux équations (4 et 5) de la perte de masse : ], le (5) (6) La concentration du sol est calculée à partir des mesures du signal de turbidité (Reddi et al. 2000). Des essais d étalonnage préliminaire ont permis de déterminer la relation entre la concentration et la turbidité pour chaque traitement et chaque dosage. Cette relation est définie sur deux domaines de concentrations : faibles [0 à ~1,5 kg/m3] et élevées [~1,5 à 16 kg/m 3 ]. L utilisation du domaine de faibles concentrations permet d apporter plus de précision sur la mesure de concentration à partir du signal de turbidité. Les résultats montrent une linéarité entre la concentration du sol et le signal de turbidité, cette linéarité est vérifiée dans les deux domaines considérés. 3. Résultats 3.1. Limon sans traitement L étude de l érosion du limon sans traitement a permis de vérifier la répétabilité des essais obtenus par le diapositif HET. Les éprouvettes ont été compactées dans les mêmes conditions (γd = 1,73 kg/m 3 et w = 17,5 %). Les résultats (Tableau 1) montrent que le coefficient d érosion varie entre 1,13 x 10-04et 3,04 x s/m, et que la contrainte critique varie entre 291 et 615 Pa. La dispersion des résultats est inférieure à celle obtenue dans les études ultérieures (e.g., Wan et Fell, 2002 ; Farrar et al., 2007). Haghighi (2013) obtient le même niveau de contrainte hydraulique pour un limon de même classe GTR. L indice d érosion du limon sans traitement varie

6 entre 3,59 et 3,95 il peut être classé dans le groupe «érosion modérément rapide» d après la classification de Wan et Fell (2002). Tableau 1. Caractéristiques d'érosion du limon sans traitement. Test (s/m) (Pa) 1 2,58 x ,16 x ,22 x ,13 x ,04 x ,30 x Traitement par produits argileux Les résultats du limon traité par produits argileux sont donnés dans le Tableau 2. L utilisation du 2 % de kaolinite n a pas modifié le coefficient d érosion, alors que la contrainte critique tend à augmenter avec une valeur maximale de 754 Pa. Avec 9 % de kaolinite, le coefficient d érosion diminue d un ordre de grandeur et la contrainte critique reste dans le même intervalle de variation que le limon sans traitement. Le limon traité avec 2 % de kaolinite est classé dans le groupe «érosion modérément rapide» alors que le limon avec 9 % de kaolinite est classé dans le groupe «érosion modérément lente». Le traitement avec 2 % de bentonite conduit à une diminution du coefficient d érosion par un ordre de grandeur, la contrainte critique reste dans le même intervalle de variation que le limon sans traitement. Le limon avec 2 % de bentonite est classé dans le groupe «érosion modérément lente». Tableau 2. Caractéristiques d'érosion du limon traité avec des produits argileux. Nature du traitement Limon + 2 % kaolinite Limon + 9 % kaolinite Limon + 2 % bentonite Densité sèche Teneur en eau (%) Nombre d essai 1,73 17,5 3 1,74 18,3 4 1,74 17,8 4 (s/m) 1,54 x 10-04< <2,68 x ,62 x 10-05< <9,83 x ,13 x 10-05< <5,98 x (Pa) 483< < < < < < Traitement à la chaux La Figure2.a montre un exemple de résultats sur le limon traité avec 1 %de chaux à 7 jours de cure. Les deux phases d érosion peuvent être définies par deux droites distinctes. Dans la phase du début d essai, l érosion du sol commence pour une contrainte de cisaillement hydraulique proche de 930 Pa, puis l érosion progresse avec une pente de 3,76 x s/m jusqu à atteindre un taux d érosion maximal de 0,30 kg/s/m². S ensuit alors la phase de fin d essai caractérisée par une diminution

7 d érosion avec une pente de 2,65 x s/m, la contrainte critique pour cette phase est de l ordre de 1500 Pa. Les caractéristiques d érosion issues de la phase de fin d essai sont plus élevées que celles issues de la phase du début d essai. Le sol résiste donc mieux à l érosion en fin d essai qu en début d essai. Ce comportement peut être lié aux dommages résultant de la phase du forage du conduit qui a eu lieu après la période de cure et juste avant l essai d érosion. En effet, dans cette zone endommagée, le sol traité à la chaux présente un comportement fragile. De ce fait, durant le forage du conduit, les couches de sol proches du conduit peuvent subir des dommages plus importants que les autres couches. Cette partie du sol est donc plus vulnérable à l action d eau et elle résiste moins que la partie du sol non affectée par le forage. Cette hypothèse a été vérifiée par des essais où le forage du conduit a été effectué juste après compactage du sol, donc avant le début de la phase de prise pouzzolanique du sol lié aux effets de traitement. Les résultats montrent que les phases du début et de la fin d essai sont les mêmes, ce qui permet donc de tracer une loi d érosion unique. Ainsi, afin d examiner l impact des traitements sur les caractéristiques d érosion, seuls les résultats issus de la phase finale des essais ont été considérés. Figure 2. Exemples des résultats des essais d'érosion. a) limon traité avec 1% de chaux à 7 jours de cure. b) limon traité avec 3% de ciment à 7 jours de cure. Les caractéristiques d érosion du limon traité à la chaux sont données dans le Tableau3. Pour le traitement avec 1 % de chaux (γd = 1,70 kg/m 3 et w = 20,0 %), le coefficient d érosion varie entre 1,20 x 10-04et 2,87 x 10-04s/m, indépendamment du temps de cure. Pour le traitement avec 3 % de chaux (γd = 1,68 kg/m 3 et w = 20,0 %), le coefficient d érosion varie entre 1,54 x et 2,52 x 10-04s/m, aussi indépendamment du temps de cure. De plus, la contrainte critique augmente pour les deux dosages étudiés, avec des valeurs maximales de 1770 Pa et 1889 Pa,

8 respectivement pour 1 et 3 % de chaux. Pour les deux dosages étudiés, les éprouvettes sont classées dans le groupe«érosion modérément rapide». Tableau 3. Caractéristiques d'érosion du limon traité à la chaux. Nature du traitement Temps Nombre de cure d essai (s/m) (Pa) Limon + 1 % chaux 1 3 1,20 x 10-04< <2,62 x < <836 Limon + 1 % chaux 7 3 2,35 x 10-04< <2,87x < <1770 Limon + 1 % chaux ,53 x 10-04< <2,71 x < <1538 Limon + 3 % chaux 1 2 2,01 x 10-04< <2,47 x < <1409 Limon + 3 % chaux 7 3 1,54 x 10-04< <4,52 x < <1889 Limon + 3 % chaux ,78 x 10-04< <2,27 x < < Traitement au ciment Un exemple des résultats d un essai d érosion sur le limon traité avec 3 % ciment à 7 jours de cure est présenté dans la Figure 2.b. Les résultats montrent aussi l existence de deux phases d érosion qui peuvent être définies par deux droites distinctes. Ce comportement est similaire à celui des éprouvettes traitées à la chaux. En effet, le limon traité au ciment suite à 7 jours de cure devient fragile et donc le forage du conduit après cette période de cure peut provoquer des dommages aux couches de sol proches du conduit. Donc, seuls les résultats issus de la phase finale des essais sont retenus pour caractériser le limon traité au ciment. Les caractéristiques d érosion du limon traité au ciment sont données dans le Tableau 4. Pour le traitement à 3 % de ciment (γd = 1,75 kg/m3 et w = 17,5 %), le coefficient d érosion varie entre 1,13 x et 1,67 x s/m, et la contrainte critique varie entre 2531 et 3619 Pa. Le temps de cure semble ne pas avoir d effet sur la variation des caractéristiques d érosion. Les éprouvettes traitées avec 3 % de ciment sont classées dans le groupe «érosion modérément rapide». Pour les éprouvettes traitées avec 6 % de ciment (γd = 1,75 kg/m3 et w = 17,5 %), l érosion du sol est initiée pour des contraintes supérieures à 4000 Pa. La courbe d érosion montre aussi un comportement différent entre le début et la fin d essai. Cependant, dans certains cas, l irrégularité de la courbe d érosion ne permet pas de l assimiler à une droite. Dans ce cas, la contrainte critique est calculée lorsque l érosion s arrête, et le coefficient d érosion n est alors pas déterminé. Les résultats du traitement avec 6 % de ciment sont donnés dans le tableau 4. Le coefficient d érosion diminue d un ordre de grandeur et la contrainte critique augmente jusqu à 9893 Pa à 7 jours de cure. Cette augmentation de la contrainte critique est proportionnelle au temps de cure. Les éprouvettes traitées avec 6 % de ciment sont classées dans le groupe «érosion modérément lente».

9 Tableau 4.Caractéristiques d'érosion du limon traité au ciment. Nature du traitement Temps Nombre de cure d essai (s/m) (Pa) Limon + 3 % ciment 1 1 = 1,13 x =2850 Limon + 3 % ciment 7 2 1,26 x 10-04< <1,47 x < <3619 Limon + 3 % ciment ,31 x 10-04< <1,67 x < <3150 Limon + 6 % ciment 1 3 1,00 x 10-05< <8,00 x < <6800 Limon + 6 % ciment 7 2 Non déterminé 9734< < Discussion La Figure 3 présente l impact des traitements sur les caractéristiques d érosion du limon étudié (, ). Sans traitement le limon présente une contrainte critique élevée (entre 291 et 615 Pa). Ceci peut être lié d une part, au pourcentage élevé des particules fines inférieures à 80 µm (99.2 %), et d autre part, aux conditions de compactage. En effet, le compactage du côté humide de l optimum confère un meilleur arrangement des particules de sol et aussi une porosité plus faible. Le compactage côté humide, combiné au niveau élevé de la densité sèche (1,73), engendre une compacité plus élevée du sol. Ceci nécessite alors une contrainte hydraulique élevée pour provoquer le détachement de particules de sol. Cependant, quand la contrainte critique est atteinte, l érosion progresse rapidement du fait de la valeur élevée du coefficient d érosion (de l ordre s/m). Ce comportement est lié à l absence de liens de cohésion entre les particules du limon. Le traitement à la kaolinite n a pas modifié de manière significative la contrainte critique du limon. Cependant, avec 9 % de kaolinite le coefficient d érosion diminue d un ordre de grandeur. Cette diminution peut être liée à la modification de la granulométrie du sol avec 9 % de kaolinite. Le traitement avec 2 % de bentonite engendre une diminution du coefficient d érosion d un ordre de grandeur. Les effets de 2 % de bentonite sont similaires à ceux de 9 % de kaolinite. Ceci montre l importance de la nature du produit argileux utilisé.

10 Figure 3. Impact des traitements sur les caractéristiques d érosion du limon. Le traitement à la chaux engendre principalement une augmentation de la contrainte critique. Cette augmentation pourrait être liée principalement aux effets immédiats de l ajout de la chaux, puis au développement des réactions pouzzolaniques qui créent des liens entre les particules de sol. Il serait donc nécessaire d appliquer une contrainte de cisaillement hydraulique plus élevée pour rompre ces liens. Ici, le traitement à la chaux n a pas affecté le coefficient d érosion du limon, ceci peut être expliqué par le processus de détachement qui affecte davantage les agrégats et non les particules de sol. Les contraintes hydrauliques affectent donc en premier lieu les liens entre agrégats qui seraient plus faibles que les liens entre particules de sol. Le traitement au ciment engendre une augmentation de la contrainte critique du sol. Cette optimisation est principalement liée à la prise du ciment et le développement des composés cimentaires. Ces modifications confèrent donc au sol une meilleure résistance à l érosion. L impact du temps de cure sur l évolution des caractéristiques d érosion dépend du dosage utilisé. Pour un dosage de 3 % le temps de cure n affluence par l optimisation, qui s obtient à court terme. Alors que pour 6 % de ciment, les modifications sont favorisées par le temps de cure. Ce comportement peut être lié au dosage élevé de ciment qui nécessite un temps de prise plus grand. 5. Conclusion L étude de l érosion interne d un limon fin compacté non traité et traité par deux différents types d argile, de la chaux et du ciment à différents dosages dans un appareil du type HET modifié a été présentée. Les résultats ont montré que les traitements peuvent améliorer les caractéristiques d érosion du sol. Le traitement par des produits argileux peut diminuer le coefficient

11 d érosion et cette diminution dépend du dosage et de la nature du produit argileux. L ajout de la chaux permet d augmenter la contrainte critique. Le traitement avec un dosage approprié de ciment, permet à la fois de diminuer le coefficient d érosion et d augmenter la contrainte critique. Ces traitements peuvent donc être envisageables pour une utilisation dans des ouvrages hydrauliques. Cependant, les optimisations à court terme doivent être vérifiées à long terme par des études de durabilité. En effet, les caractéristiques optimisées peuvent évoluer en fonction des sollicitations que les ouvrages hydrauliques subissent tout au long de leur durée de vie. Remerciements Les auteurs remercient Messieurs E. Lavallée, S. Bonne et T. Le Borgne de DTP Terrassement pour leur contribution et leur soutien de cette étude. Références bibliographiques Benahmed N., Bonelli S., (2012). Investigation concentrated leak erosion behaviour of cohesive soils by performing hole erosion tests, European Journal of Environmental and Civil Engineering, vol. 16, N. 1, January, Bennabi A., Karoui T., Benamar A., Wang H.Q., (2012). Some elements of comparison between two laboratory devices for soil erosion testing, ICSE6 Paris-august 27-31, Chevalier C., Haghighi I., Herrier G., (2012). Resistance to erosion of lime treated soils: a complete parametric study in laboratory, ICSE6 Paris-august 27-31, Farrar J.A., Torres R.L., Erdogan Z., (2007). Bureau of reclamation erosion testing for evaluating piping and internal erosion of dams, Geotechnical Special Publication, N. 167, Haghighi I., (2012). Caractérisation des phénomènes d érosion et de dispersion des sols : développement d essais et applications pratiques. Thèse de doctorat, École Nationale des Ponts et Chaussées, Paris, France. Herrier G. Chevalier C., Froumentin M., Cuisinier O., Bonelli S., Fry J.J., (2012). Lime treated soil as an erosion-resistant material for hydraulic earthen structures, ICSE6 Paris-august 27-31, Indraratna B., Muttuvel T., Khabbaz H., (2009).Modelling the erosion rate of chemically stabilized soil incorporating tensile force-deformation charcacteristics, Canadian Geotechnical journal, N 46, Reddi L.N., Lee I.M., Bonala M.V.S., (2000). Comparison of internal and surface erosion using flow pump tests on a sand-kaolinite mixture, Geotechnical testing journal. N 23, Wahl T., (2010). A comparison of the hole erosion test and jet erosion test, Joint federal interagency conference on sedimentation and hydrologic modeling, Las Vegas june 27-july 1. Wan C.F., Fell R., (2002). Investigation of internal erosion and piping of soils in embankment dams by the slot erosion test and the hole erosion test, UNICIV Report, no. R-412.

WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide

WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide Titre : WTNP128 - Essai de fendage par coin du béton sous [...] Date : 02/03/2011 Page : 1/14 WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide Résumé : Le test présenté ici permet de vérifier

Plus en détail

Fateh BENDAHMANE. Maître de Conférences (Enseignant-Chercheur) Cursus universitaire

Fateh BENDAHMANE. Maître de Conférences (Enseignant-Chercheur) Cursus universitaire Fateh BENDAHMANE Maître de Conférences (Enseignant-Chercheur) Cursus universitaire 2002-2005 Doctorat de l'université de Nantes, spécialité Génie Civil (Ecole doctorale Mécanique, Thermique et Génie Civil,

Plus en détail

Traitement des sols fins compactés : contribution à la reconnaissance des conditions défavorables

Traitement des sols fins compactés : contribution à la reconnaissance des conditions défavorables Traitement des sols fins compactés : contribution à la reconnaissance des conditions défavorables d à la prise Thèse Tangi Le Borgne Directeur de thèse : F. Masrouri (LAEGO) Conseillers d étude : O. Cuisinier

Plus en détail

Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen

Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen Valéry Ferber LCPC Sommaire Objectifs Tassements induits par l humidification des sols fins compactés Conception

Plus en détail

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA FACULTE DES SCIENCES APPLIQUÉES Département de Génie des Procédés Phénomènes de transferts Travaux pratiques de mécanique des fluides CHAOUCH Noura et SAIFI Nadia 2013

Plus en détail

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue F.Z.KETTAF 1, N.H.CHERIET 2, B. BOUCHOUICHA 3 Laboratoire LMSR.Université Djillali Liabès Sidi Bel Abbes- Algérie. 1 fz.kettaf@gmail.com

Plus en détail

Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA

Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA Journées Techniques organisées avec l appui du Sétra et sous l égide de la CoTITA PRISE EN COMPTE DU RISQUE SISMIQUE Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA JF Serratrice

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire

Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire Revue des Energies Renouvelables SIENR 12 Ghardaïa (2012) 23 28 Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire H. Ammar 1*, M.T. Bouziane 2 et Y. Bakelli 1 1 Unité de Recherche

Plus en détail

Rappels et compléments :

Rappels et compléments : CHAPITRE 6 MECANIQUE DES FLUIDES VISQUEUX Pr. M. ABD-LEFDIL Université Mohammed V- Agdal Département de Physique Année universitaire 05-06 SVI-STU Rappels et compléments : Un fluide est un milieu matériel

Plus en détail

APPAREIL ŒDOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUDE DES SOLS NON SATURÉS

APPAREIL ŒDOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUDE DES SOLS NON SATURÉS PPREIL ŒOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUE ES SOLS NON STURÉS INSTRUMENTE OEOMETER PPRTUS TO STUY UNSTURTE SOILS Bernardo IEO, Juan arlos ULLO, Julián TRISTNHO 1 Universidad de Los ndes, Bogotá.. olombie

Plus en détail

3- La classification des sols

3- La classification des sols Géotechnique routière 3- La classification des sols V4 FRED PORTET OLIVIER NOËL, ENSEIGNANTS À L'ENTE D'AIX-EN-PROVENCE SYLVIE NICAISE, LABORATOIRE DU CETE MÉDITERRANÉE CAROLE PORTILLO ET MATHIEU VERMEULEN,

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

PAROI DE SOUTENEMENT EN PIEUX SECANTS CALCULS ET MESURES

PAROI DE SOUTENEMENT EN PIEUX SECANTS CALCULS ET MESURES PAROI DE SOUTENEMENT EN PIEUX SECANTS CALCULS ET MESURES SECANT PILES RETAINING WALL CALCULATION AND MEASUREMENTS Horaţiu POPA 1, Loretta BATALI 1 1 Département de Géotechnique et Fondations, Université

Plus en détail

Chromatographie gazeuse

Chromatographie gazeuse 2012 Chromatographie gazeuse Assisstant : Bastien NEEL Group 1 : Romain LAVERRIERE (romainl0@etu.unige.ch) Tatiana PACHOVA (pachova0@etu.unige.ch) Table of content: 1 Résumé... 3 2 Introduction... 3 3

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

MODÉLISATION DU FONCTIONNEMENT EN PARALLELE À DEUX OU PLUSIEURS POMPES CENTRIFUGES IDENTIQUES OU DIFFERENTES

MODÉLISATION DU FONCTIONNEMENT EN PARALLELE À DEUX OU PLUSIEURS POMPES CENTRIFUGES IDENTIQUES OU DIFFERENTES Annals of the University of Craiova, Electrical Engineering series, No. 30, 006 MODÉLISATION DU FONCTIONNEMENT EN PARALLELE À DEUX OU PLUSIEURS POMPES CENTRIFUGES IDENTIQUES OU DIFFERENTES Daniela POPESCU,

Plus en détail

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 562 ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 563 TABLE DES MATIÈRES ANNEXE J... 562 POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS

Plus en détail

Les enrobés avec chaux hydratée : solution au désenrobage? Par : Michel Paradis, ing. M. Sc. Journée bitume - 26 mars 2002 Trois-Rivières 1 Problématique 2 Désenrobage Présentation - Définition - Évolution

Plus en détail

Etude expérimentale d un four rotatif de séchage des phosphates

Etude expérimentale d un four rotatif de séchage des phosphates Revue des Energies Renouvelables SMSTS 08 Alger (2008) 249 254 Etude expérimentale d un four rotatif de séchage des phosphates T. Raffak 1*, M. Agouzoul 1, E.M. Mabsate 1, A. Chik 2 et A. Alouani 3 1 Equipe

Plus en détail

Simulation physique du frottement latéral à l interface sol-pieu lors du fonçage (cas d une interaction limon acier)

Simulation physique du frottement latéral à l interface sol-pieu lors du fonçage (cas d une interaction limon acier) XI èmes Journées Nationales Génie Côtier Génie Civil Les Sables d Olonne, 22-25 juin 2010 DOI:10.5150/jngcgc.2010.081-O Editions Paralia CFL disponible en ligne http://www.paralia.fr available online Simulation

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya 3. Identification du sol. 3.1. Généralités. On a procédé à faire une identification du sol en ce qui concerne ses propriétés, indices et son état initial. Ceci pour identifier, sur un profil de 5 m de

Plus en détail

Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR

Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR Relation portance - succion Jacques PARAIRE Géologue Groupe des techniques routières Laboratoire régional de Saint-Brieuc INTRODUCTION RÉSUMÉ Cet article

Plus en détail

Formulation et détermination du type de liants hydrocarbonés et mixte à froid et en centrale. Alan Carter, ÉTS

Formulation et détermination du type de liants hydrocarbonés et mixte à froid et en centrale. Alan Carter, ÉTS et détermination du type de liants hydrocarbonés et mixte à froid et en centrale Formation sur le retraitement à froid des chaussées souples Montréal, 4-6 décembre 2007 Plan de la présentation Méthode

Plus en détail

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Titre : SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un [...] Date : 30/07/2015 Page : 1/9 SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Résumé Ce cas de validation

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation

Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation Société de médecine du travail PACA-Corse 15 mars 2011 Amandine Paillat Contexte et présentation

Plus en détail

Changements de dimension

Changements de dimension Changements de dimension Le béton peut être soumis à des changements de dimension les causes principales pour ces changements sont: CHARGE MÉCANIQUE FLUAGE VARIATION D HUMIDITÉ SECHAGE VARIATION DE TEMPERATURE

Plus en détail

15 ans de recherche à la Vallée de la Sionne

15 ans de recherche à la Vallée de la Sionne Journée «dangers naturels» à Sion 21 novembre 2012 15 ans de recherche à la Vallée de la Sionne Betty Sovilla / François Dufour WSL- Institut pour l Etude de la Neige et des Avalanches SLF 1 La vue d ensemble

Plus en détail

Chaleur d'hydratation et fissurabilité

Chaleur d'hydratation et fissurabilité 1. Introduction Chaleur d'hydratation et fissurabilité Les réactions du ciment Portland en présence d'eau ou "hydratation" produisent des composés hydratés qui permettent de lier les différentes particules

Plus en détail

Anémomètre/Débimètre Moulinet FA Vitesse / Débit Air - Gaz

Anémomètre/Débimètre Moulinet FA Vitesse / Débit Air - Gaz Anémomètre/Débimètre Vitesse / Débit Air - Gaz Le capteur à est idéal pour la mesure de vitesse et de débit d écoulement de l air ou de gaz. Caractéristiques techniques - Mesure de vitesse et débit d écoulement

Plus en détail

Drains et matériaux de drainage

Drains et matériaux de drainage CHAPITRE 11 Drains et matériaux de drainage 11.1 INTRODUCTION Les drains agricoles peuvent être fabriqués avec différent matériaux tels que la terre cuite, le ciment et plus récemment en matières thermoplastiques

Plus en détail

Complémentarité de la modélisation physique et numérique à l exemple d un aménagement hydroélectrique

Complémentarité de la modélisation physique et numérique à l exemple d un aménagement hydroélectrique SimHydro 2010, Day 2, Session 2: Complementarity of physical and mathmatical models Complémentarité de la modélisation physique et numérique à l exemple d un aménagement hydroélectrique Complementarity

Plus en détail

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures U 315 J. 5008 SESSION 2003 Filière MP PHYSIQUE ENS de Paris Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et sans document d accompagnement,

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

Essais sur clapet anti-odeur STINK-SHIELD

Essais sur clapet anti-odeur STINK-SHIELD EN-CAPE 14.021 C V0 Xavier FAURE, Emmanuel MORNET et Dominique ORDITZ Département Climatologie Aérodynamique Pollution Epuration TABLE DES MATIERES 1. INTRODUCTION 1 2. BANC D ESSAI DE CYCLAGE 1 3. CONFIGURATIONS

Plus en détail

Devoir maison SSI Support d étude : BORNE ESCAMOTABLE

Devoir maison SSI Support d étude : BORNE ESCAMOTABLE Devoir maison SSI Support d étude : BORNE ESCAMOTABLE PRESENTATION DEFINITION DU BESOIN A SATISFAIRE Déplacer une masse de m = 36 Kg à une vitesse V = 0,33 m/s, hauteur déployée 1m. SOLUTION MECANIQUE

Plus en détail

Etude expérimentale d un béton de sable de dune pour la fabrication des dalles et pré dalles armées et faiblement armées

Etude expérimentale d un béton de sable de dune pour la fabrication des dalles et pré dalles armées et faiblement armées Etude expérimentale d un béton de sable de dune pour la fabrication des dalles et pré dalles armées et faiblement armées Laid BEDADI 1,* et Mohamed Tahar BENTEBBA 2,µ 1 Laboratoire de Travaux Public du

Plus en détail

RESISTANCE AU CISAILLEMENT DES SOLS

RESISTANCE AU CISAILLEMENT DES SOLS Chapitre 4 : Résistance au cisaillement des sols - 1 - RESISTANCE AU CISAILLEMENT DES SOLS Dans la pratique la résolution dun problème de Mécanique des Sols consiste souvent à : - vérifier que la stabilité

Plus en détail

CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat

CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat - 186 - CHAPITRE 7 Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat 1. INTRODUCTION En végétalisation, l'utilisation d'un matériau provisoire fixé au sol est prévue pour servir de points d'ancrages

Plus en détail

CALCULS MULTI PHYSIQUES D UNE STRUCTURE POUR VANNE DE FOND CALCULS FLUIDES ET MECANIQUES D UNE STRUCTURE MECANOSOUDEE. Rédacteur : Sylvain THINAT

CALCULS MULTI PHYSIQUES D UNE STRUCTURE POUR VANNE DE FOND CALCULS FLUIDES ET MECANIQUES D UNE STRUCTURE MECANOSOUDEE. Rédacteur : Sylvain THINAT CALCULS MULTI PHYSIQUES D UNE STRUCTURE POUR VANNE DE FOND CALCULS FLUIDES ET MECANIQUES D UNE STRUCTURE MECANOSOUDEE POUR UNE VANNE DE FOND DE L AMENAGEMENT ROUJANEL Rédacteur : Sylvain THINAT Révision

Plus en détail

P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009

P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009 à é Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de l'aménagement du territoire P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009 WWW.developpement-durable.gouv.fr Constitution

Plus en détail

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal CETE de Lyon DL Lyon : G. Bièvre DL Autun : A. Brach, D. Goutaland, M. Massardi, G. Monnot Page 1/16 Introduction

Plus en détail

Chapitre II ; Le ciment Portland 2011

Chapitre II ; Le ciment Portland 2011 CHPITRE II LE CIMENT 2.1 Définitions a. Liant hydraulique : des poudres finement brayées qui avec le contact d eau font prise et durcissent sous des processus physico-chimiques complexes. b. Ciment : Le

Plus en détail

Fascicule de Travaux Pratiques

Fascicule de Travaux Pratiques Ministère de l'enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université de Sousse Institut Supérieur des Sciences Appliquées et de Technologie de Sousse Fascicule de Travaux

Plus en détail

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Gilbert LE BRAS (IUT de st nazaire, Dépt. Génie Civil) Alain ALEXIS (GeM) 1/42 Introduction Domaine

Plus en détail

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage (OIMEC) du 22 avril 2011 Le Département fédéral de justice et police (DFJP), vu l art. 9, al. 2, de la

Plus en détail

Le traitement de sol.

Le traitement de sol. Le traitement de sol. 1 ) Intro : Pourquoi un traitement à la chaux? Les sols fins ont naturellement une qualité médiocre qui empêche de les utiliser en l état. Ils peuvent gonfler, devenir plastique en

Plus en détail

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES PHYSIQUE DES FLUIDES 1 1. MASSE-UNITES DE FORCE Masse (m).la masse d un corps caractérise la quantité de matière de ce corps en Kilogrammes ( Kg - unité S.I) Le Poids (p) d un corps peut s exprimer par

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz 941.241 du 19 mars 2006 (Etat le 1 er janvier 2013) Le Département fédéral de justice et police (DFJP), vu les art. 5, al. 2, 8, al.

Plus en détail

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian 1 EPFL 2010 Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilia Nafaï Weil Florian 11 Table de matière Ø Introduction 3 Ø Objectif 3 Ø Déroulement de l eai 4 Ø Exécution de deux palier de charge 6 Ø Calcul

Plus en détail

Risque associé au retrait gonflement des sols argileux et marneux.

Risque associé au retrait gonflement des sols argileux et marneux. Risque associé au retrait gonflement des sols argileux et marneux. Expérimentation combinant essais mécaniques et approche microstructurale Myriam Duc, Aurélie Maloula, Lamis Makki Laboratoire Central

Plus en détail

SIMULATION INJECTION D UNE BASEPLATE DE SURF

SIMULATION INJECTION D UNE BASEPLATE DE SURF SIMULATION INJECTION D UNE BASEPLATE DE SURF ETUDE D AMELIORATION DE LA DEFORMEE. CREAFORM Mr Edmond J.P Table des matières Objectifs de l étude. Données pour la simulation injection 2.5D de la base plate.

Plus en détail

9. Équations différentielles

9. Équations différentielles 63 9. Équations différentielles 9.1. Introduction Une équation différentielle est une relation entre une ou plusieurs fonctions inconnues et leurs dérivées. L'ordre d'une équation différentielle correspond

Plus en détail

Amélioration des caractéristiques mécaniques d un béton de Caoutchouc

Amélioration des caractéristiques mécaniques d un béton de Caoutchouc Amélioration des caractéristiques mécaniques d un béton de Caoutchouc Auteurs : GARGOURI Ahmad *, ELLOUZE Samir ** et MAKNI Moncef *** * : ISET: BP 88A 3099 El Bustan, Sfax, Tunisie; e-mail: Ahmad.gargouri@isetsf.rnu.tn

Plus en détail

Granulométrie, humidité résiduel et ph d un sol

Granulométrie, humidité résiduel et ph d un sol Granulométrie, humidité résiduel et ph d un sol ECHANTILLONNAGE ET ANALYSE Echantillonnage : Echantillonnage et préparation des échantillons de sol en vue de l analyse (Norme X 31-100 et Normes NF X 31-101

Plus en détail

Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes

Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes Myriam Bouichou - Elisabeth Marie-Victoire Les ciments naturels dans le patrimoine européen: histoire,

Plus en détail

Mini-projet guidé 09 Octobre 17 Décembre 2015

Mini-projet guidé 09 Octobre 17 Décembre 2015 Projet d Investigation et d Intégration 215-216 1/5 4 OPTIMISTION DU FONCTIONNEMENT D UN SCENSEUR Mini-projet guidé 9 Octobre 17 Décembre 215 Introduction : Le projet «Optimisation du fonctionnement d

Plus en détail

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Stéphane GIBOUT 1, Erwin FRANQUET 1, William MARÉCHAL 1, Jean-Pierre BÉDÉCARRATS 1, Jean-Pierre DUMAS 1 1 Univ. Pau & Pays Adour, LaTEP-EA

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - 1 Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Chapitre 1 : Equations aux dimensions 1. Equation aux dimensions a) Dimension

Plus en détail

Principe de la variation de portée d une grue portuaire

Principe de la variation de portée d une grue portuaire 30t La variation de l angle -α- formé par la flèche et l horizontale engendre la variation de portée du crochet de levage. L angle -α- varie de 20 à 80 soit environ 60. La flèche de 30tonnes est mue au

Plus en détail

63. Protection des ouvrages d art

63. Protection des ouvrages d art 63. Protection des ouvrages d art 63.05 ADHERENCE D'UNE FEUILLE SUR SUPPORT (ESSAI SUR SITE). 63.06 ADHERENCE D'UNE RESINE AU SUPPORT (ESSAI EN LABORATOIRE). 63.07 ADHERENCE D'UNE RESINE AU SUPPORT (ESSAI

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

Fig.1. Orientation dans une plaque renforcée par 30% de fibres de verre. Orifice d'injection

Fig.1. Orientation dans une plaque renforcée par 30% de fibres de verre. Orifice d'injection ème Congrès Français de Mécanique Besançon, 9 août au septembre Comportement en flexion de matériaux composites à fibres courtes A. Djebbar a, M. Salviab, S.Larbi a. b. a Laboratoire de Mécanique, Structure,

Plus en détail

TD 8 Dynamique. 1 Nacelle à flèche téléscopique H21 TX 1. Compétences travaillées :

TD 8 Dynamique. 1 Nacelle à flèche téléscopique H21 TX 1. Compétences travaillées : Compétences travaillées : Déterminer tout ou partie du torseur cinétique d un solide par rapport à un autre. Déterminer tout ou partie du torseur dynamique d un solide par rapport à un autre. Déterminer

Plus en détail

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Applications résidentielles Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et

Plus en détail

DES BÉTONS PLUS DURABLES GRÂCE

DES BÉTONS PLUS DURABLES GRÂCE DES BÉTONS PLUS DURABLES GRÂCE À L ADJONCTION DE GRANULATS DE PNEUS USAGÉS NON RÉUTILISABLES «Les plastiques et caoutchoucs pour un bâtiment performant et durable» 6 et 7 novembre 2013 - Paris Aliapur

Plus en détail

BétonlabPro 3 Leçon N 7 Demandes en (super)plastifiant et en eau des additions minérales

BétonlabPro 3 Leçon N 7 Demandes en (super)plastifiant et en eau des additions minérales BétonlabPro 3 Leçon N 7 Demandes en (super)plastifiant et en eau des additions minérales Thierry Sedran Laboratoire Central des Ponts et Chaussées Centre de Nantes Plan de la leçon Pour quelles additions

Plus en détail

EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES

EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES FERME-PORTE (ou «groom») Un «groom» est un système hydro-mécanique de fermeture automatique de porte. Description du fonctionnement La figure montre le dispositif

Plus en détail

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section : i-prépa Audioprothésiste (annuel) - MATHEMATIQUES 8 : EQUATIONS DIFFERENTIELLES - COURS + ENONCE EXERCICE - Olivier

Plus en détail

Le Catalogue des Structures Types de Chaussées Neuves (Edition 1995)

Le Catalogue des Structures Types de Chaussées Neuves (Edition 1995) Le Catalogue des Structures Types de Chaussées Neuves (Edition 1995) Omar ESSEKELLI Chef de Service Chaussées et Développement Division Technique - DRCR Les entrants du dimensionnement Quatre familles

Plus en détail

RENFORCEMENT DE SOL COMPRESSIBLE PAR INCLUSIONS RIGIDES SOUS DALLAGE : MODELISATION EN CENTRIFUGEUSE

RENFORCEMENT DE SOL COMPRESSIBLE PAR INCLUSIONS RIGIDES SOUS DALLAGE : MODELISATION EN CENTRIFUGEUSE RENFORCEMENT DE SOL COMPRESSIBLE PAR INCLUSIONS RIGIDES SOUS DALLAGE : MODELISATION EN CENTRIFUGEUSE SOFT SOIL REINFORCEMENT BY STIFF PILES UNDER FLOOR SLAB : CENTRIFUGE MODELLING Gaëlle BAUDOUIN 1, Gérard

Plus en détail

Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé :

Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé : Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé : partie II : Les exigences du contrôle de qualité Prof. P.ODOU Institut de Pharmacie du CHRU

Plus en détail

Un terrassement par déblai consiste à enlever des terres initialement en place ;

Un terrassement par déblai consiste à enlever des terres initialement en place ; Ch-2-Les Terrassements. 1. INTRODUCTION. Les terrassements constituent les travaux de préparation de l infrastructure des ouvrages de génie civil. Ils permettent d établir la plateforme des niveaux inférieurs

Plus en détail

Mastère Génie Civil Européen

Mastère Génie Civil Européen ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES Année 009-00 Mastère Génie Civil Européen Géotechnique Remblais sur sols compressibles Étude d un remblai sur sols compressibles L aménagement d un terre-plein a

Plus en détail

Essais de charge sur plaque

Essais de charge sur plaque Page No.: 1 L essai de charge sur plaque est exécuté entre autres dans des galeries d exploration ou dans des puits, mais il peut aussi être exécuté à la surface en appliquant un poids mort ou en chargeant

Plus en détail

TP Numéro 1. AUTOMATIQUE LOGIQUE (programmation et simulation) Durée: 2 heures

TP Numéro 1. AUTOMATIQUE LOGIQUE (programmation et simulation) Durée: 2 heures TP Numéro 1 AUTOMATIQUE LOGIQUE (programmation et simulation) Durée: 2 heures On considère dans ce sujet un dispositif de remplissage de bacs. Le dispositif concerné est représenté sur la figure ci-dessous,

Plus en détail

Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles

Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles ème Congrès Français de Mécanique Bordeaux, 6 au 3 août 3 Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles. BODIF, F. DNNE,.K. BENKL niversité des Sciences et de la Technologie

Plus en détail

CONCEVOIR UNE INSTALLATION D ANC SUR UN TERRAIN SATURE EN EAU

CONCEVOIR UNE INSTALLATION D ANC SUR UN TERRAIN SATURE EN EAU CONCEVOIR UNE INSTALLATION D ANC SUR UN TERRAIN SATURE EN EAU Franck WANERT Expert Judicaire docteur en géologie Un sol se sature en passant d un état tri-phasique à un état bi-phasique C est-à-dire qu

Plus en détail

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts Assainissement de ponts rôle des inspections et des interventions dans la conservation des ponts Cet exposé a pour objectif de rappeler, dans un moment de débat accru sur la durabilité et la pérennité

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

Utilisation de PUNR comme matériaux de substitution des matériaux naturels de drainage utilisés sur les installations de stockage de déchets

Utilisation de PUNR comme matériaux de substitution des matériaux naturels de drainage utilisés sur les installations de stockage de déchets Utilisation de PUNR comme matériaux de substitution des matériaux naturels de drainage utilisés sur les installations de stockage de déchets rnaud BUDK SIT France 132 rue des 3 Fontanot 92758 Nanterre

Plus en détail

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION Dans les leçons précédentes, nous avons modélisé des problèmes en utilisant des graphes. Nous abordons dans cette leçon un autre type de modélisation.

Plus en détail

PERFORMANCES D UNE POMPE TURBOMOLECULAIRE

PERFORMANCES D UNE POMPE TURBOMOLECULAIRE EUROPEAN LABORATORY FOR NUCLEAR RESEARCH CERN - LHC DIVISION LHC-VAC/KW Vacuum Technical Note 00-09 May 2000 PERFORMANCES D UNE POMPE TURBOMOLECULAIRE K. Weiss Performances d une pompe turbomoléculaire

Plus en détail

REVUE INTERNATIONALE D'HÉLIOTECHNIQUE N 43 (2011) 1-7

REVUE INTERNATIONALE D'HÉLIOTECHNIQUE N 43 (2011) 1-7 REVUE INTERNATIONALE D'HÉLIOTECHNIQUE N 3 (11) 1-7 http:\\www.comples.org CARACTERISATION MECANIQUE ET HYDRIQUE D UN BETON ALLEGE AVEC LES RESIDUS DE BOIS D. TAOUKIL *, A. EL BOUARDI, T. AJZOUL, H. EZBAKHE

Plus en détail

EFFET DE LA RETENTION D HYDROCARBURE SUR LES PROPRIETES D UN SOL FIN NON SATURE

EFFET DE LA RETENTION D HYDROCARBURE SUR LES PROPRIETES D UN SOL FIN NON SATURE EFFET DE LA RETENTION D HYDROCARBURE SUR LES PROPRIETES D UN SOL FIN NON SATURE Yu-Jun CUI 1, Pierre DELAGE 1, Pascale ALZOGHBI-MASSAAD 2 1 Ecole Nationale des Ponts et Chaussées (ENPC) CERMES, Institut

Plus en détail

AUCE1172 Mécanique des sols Correction des séances d'exercice. Damien Janssens

AUCE1172 Mécanique des sols Correction des séances d'exercice. Damien Janssens Correction des séances d'exercice Damien Janssens TABLE DES MATIÈRES 1 Analyse Volumétrique des sols 2 1.1 Exercice 1................................................. 2 1.2 Exercice 2.................................................

Plus en détail

Les Conditions aux limites

Les Conditions aux limites Chapitre 5 Les Conditions aux limites Lorsque nous désirons appliquer les équations de base de l EM à des problèmes d exploration géophysique, il est essentiel, pour pouvoir résoudre les équations différentielles,

Plus en détail

Limiteur de débit automatique ASV-Q

Limiteur de débit automatique ASV-Q Application La vanne ASV-Q est un limiteur de débit automatique offrant : - une limitation maximale du débit indépendamment des variations de pression dans l installation, - permet une meilleure répartition

Plus en détail

NORME CAMEROUNAISE NC 235 : 2005 06

NORME CAMEROUNAISE NC 235 : 2005 06 NC 235 : 2005 06 REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON Paix Travail Patrie Peace Work Fatherland ========= ========= MINISTERE DE L INDUSTRIE, DES MINES ET DU MINISTRY OF INDUSTRY, MINES AND DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Erosion et dispersion : nouveaux moyens d étude

Erosion et dispersion : nouveaux moyens d étude Journée technique du 9 décembre 29 Érosion et ouvrages géotechniques Erosion et dispersion : nouveaux moyens d étude Christophe Chevalier, LCPC, Paris Nadia Benahmed, CEMAGREF, Aix en Provence Didier Marot,

Plus en détail

T.P. COMPRESSEUR. T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : 1/8

T.P. COMPRESSEUR. T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : 1/8 T.P. COMPRESSEUR T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : /8 But du T.P. : Tester les performances d un compresseur à piston bi-étagé à refroidissement intermédiaire. Introduction : Les compresseurs

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

SUPPORT TECHNIQUE DE PRESCRIPTION

SUPPORT TECHNIQUE DE PRESCRIPTION SUPPORT TECHNIQUE DE PRESCRIPTION «ECLIPSE» : Additif limitant le retrait des bétons La fissuration du béton est universellement reconnue comme une des limitations les plus sérieuses pour ce matériau de

Plus en détail

1 Institut et Observatoire de Géophysique d Antananarivo Université d Antananarivo 2 Département Mines, ESPA - Université d Antananarivo

1 Institut et Observatoire de Géophysique d Antananarivo Université d Antananarivo 2 Département Mines, ESPA - Université d Antananarivo ÉTUDE DE SITE À LAVAKA PAR PROSPECTION ÉLECTRIQUE ET MÉTHODE GÉOTECHNIQUE À AMPANGABE, RN7 MADAGASCAR RANDRIAMASINATREHINA Mbolatiana. 1, RASOLOMANANA Eddy 1, 2, RAKOTOZAFY Claudine 1 1 Institut et Observatoire

Plus en détail