IMPACT DU TRAITEMENT DE SOL SUR L EROSION INTERNE DES SOLS FINS COMPACTES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IMPACT DU TRAITEMENT DE SOL SUR L EROSION INTERNE DES SOLS FINS COMPACTES"

Transcription

1 IMPACT DU TRAITEMENT DE SOL SUR L EROSION INTERNE DES SOLS FINS COMPACTES IMPACT OF SOIL TREATMENT ON INTERNAL EROSION OF FINE COMPACTED SOILS Abdelwadoud MEHENNI 1,2, Olivier CUISINIER 1, Farimah MASROURI 1 1 Laboratoire d'energétique et de Mécanique Théorique et Appliquée, UMR 7563 CNRS - Université de Lorraine, France 2 DTP Terrassement - Bouygues Construction, Paris, France RÉSUMÉ Cette étude met en évidence l impact du traitement par la chaux, le ciment, la kaolinite et la bentonite sur les caractéristiques d érosion interne d un sol fin compacté. Un dispositif d érosion de type «Hole Erosion Test» a été développé pour étudier l érosion des sols traités sous hautes contraintes de cisaillement hydraulique. Les résultats montrent que les caractéristiques d érosion peuvent être optimisées par les traitements. Pour un sol donné, cette optimisation dépend principalement de la nature et du dosage du produit de traitement. ABSTRACT This study presents the impact of treatment by lime, cement, kaolinite and bentonite, on the internal erosion characteristics of a fine compacted soil. A modified Hole Erosion Test was developed to study the erosion of treated soil under high hydraulic shear stress. The results show that treatment could improve erosion characteristics. For a given soil, this enhancement depends mainly on the nature and the percentage of the treatment product. 1. Introduction Le traitement des sols est souvent utilisé dans les travaux de terrassement, ou pour la réalisation d'ouvrages en terre. L'impact du traitement sur le comportement hydromécanique des sols est bien documenté. Cependant, l'utilisation du traitement dans les ouvrages hydrauliques soulève d'autres problématiques. En effet, en plus d assurer leur stabilité globale et la fonction hydraulique qui leur incombe, ces ouvrages doivent faire face aux différentes actions érosives de l'eau. Ces actions peuvent provoquer des altérations des caractéristiques des matériaux en place, allant même jusqu à la rupture de l ouvrage. Afin de caractériser l érosion interne des sols, Wan et Fell (2002) ont développé le Hole Erosion Test (HET). Cet essai permet de déterminer la loi d érosion empirique d un sol sous la forme suivante : (1)

2 où : est le taux d érosion par unité de surface et par unité de temps (kg/s/m2) ; est la contrainte de cisaillement hydraulique (Pa) ; est le coefficient d érosion du sol (s/m); est la contrainte critique du sol (Pa). A partir de leur travaux, Wan et Fell (2002) ont proposé une classification se basant uniquement sur l indice d érosion (I) calculé à partir du coefficient d érosion par la relation : I = - log ( ). Les sols sont ensuite groupés en six classes d érodabilité allant de 1 (érosion extrêmement rapide) jusqu à 6 (érosion extrêmement lente). Les conditions de compactage peuvent affecter les caractéristiques d érosion interne des sols. L augmentation de la densité sèche initiale induit une diminution du coefficient d érosion (Wan et Fell, 2002), ainsi qu une augmentation de la contrainte critique (Benahmed et Bonelli, 2012). Wahl (2010) a par ailleurs montré que le long de la courbe de compactage, la résistance à l érosion est optimale pour les valeurs du couple densité sèche/teneur en eau correspondant à l optimum de compactage. L influence de la teneur en argile du sol considéré a été caractérisée par plusieurs auteurs (e.g., Bennabi et al., 2012; Benahmed et Bonelli, 2012; Haghighi, 2012). En travaillant sur des mélanges de sable-argile, ils ont montré que l augmentation du pourcentage d argile induit une augmentation de la contrainte critique et une diminution du coefficient d érosion. Cependant, seules quelques rares études portent sur l impact des traitements type chaux et ciment sur les caractéristiques d érodabilité. Ceci est principalement lié au niveau insuffisant des contraintes de cisaillement hydrauliques appliquées par les dispositifs conçus pour des sols non traités. Indraratna et al. (2009) ont travaillé sur un sable traité au ciment, ils ont observé que le traitement au ciment engendre une augmentation de la contrainte critique et une diminution du coefficient d érosion. Chevalier et al. (2012) et Herrier et al. (2012) ont montré que le traitement à la chaux permet d augmenter la contrainte critique et de diminuer le coefficient d érosion. Néanmoins, le nombre limité d études ne permet pas de conclure quant à l impact du temps de cure et du pourcentage du produit traitement. L objectif principal de cet article est de déterminer l impact des différents traitements sur les caractéristiques d érosion d un limon fin compacté. Les essais d érosion ont été réalisés avec un dispositif d érosion type Hole Erosion Test modifié de manière à atteindre des contraintes de cisaillement hydraulique adaptées. 2. Procédure expérimentale 2.1. Matériaux et programme d essai Le sol utilisé dans le cadre de cette étude est un limon fin, de classe GTR A1 (wl = 28,5 % ; wp = 20,5 % ; VBS = 1,56 ; pourcentage (< 80 µm) = 99,2 %). Les produits de traitement et les dosages utilisés sont les suivants : la kaolinite (2 et 9 %), la bentonite sodique activée (2 %), la chaux vive (1 et 3 %) et le ciment CEM II (3 et 6 %). Ces dosages correspondent à : une valeur couramment utilisée par produit de traitement et une borne supérieure de ce qui pourrait être envisagé in situ.

3 Pour la confection des éprouvettes, le sol a été initialement préparé à la teneur en eau souhaitée, puis conservé durant 24 heures pour homogénéisation. Ensuite le produit de traitement a été mélangé avec le sol par un malaxage mécanique. Dans le cas du traitement avec la chaux, le mélange a été ensuite conservé pendant 1 heure dans des sacs hermétiques avant compactage. Dans le cas du traitement au ciment le sol a été compacté directement après malaxage afin de respecter le délai de prise du ciment. Pour le traitement par produits argileux aucun temps de cure n a été nécessaire avant le compactage. Le sol a été compacté directement dans des moules cylindriques (D = 70 mm, H = 150 mm) adapté au dispositif d érosion interne développé. Les courbes de compactage ont été déterminées pour chaque traitement et chaque dosage. Les éprouvettes pour l essai d érosion ont été compactées du côté humide de l optimum avec : w = wopn+2,5% et 0,96 γdmax<γ< 0,97 γdmax, selon chaque cas de traitement. Dans le cas du traitement à la chaux et au ciment, les éprouvettes ont subi différents temps de cure avant les essais d érosion (1, 7 et 30 j) Principe et dispositif expérimental Le principe de l essai HET est d établir un écoulement d eau dans un conduit cylindrique préformé initialement dans le sol. Les contraintes de cisaillement hydraulique générées à l interface sol/eau provoquent alors l érosion du sol dans le conduit. Le principe de l essai est de suivre l augmentation du diamètre du conduit en fonction du temps par la mesure de différents paramètres durant l essai : i) le débit d eau dans le sol, ii) le différentiel de pression entre l amont et l aval, et iii) la concentration des particules de sol dans les effluents. Dans le cadre de cette étude un nouveau dispositif d'érosion basé sur le modèle HET (Wan et Fell, 2002) a été développé pour mesurer les caractéristiques d'érosion des sols fins traités. Le dispositif permet d'appliquer des pressions à l amont de la cellule allant jusqu à 500 kpa. La pression est appliquée par un réservoir à membrane aireau. Le maintien du niveau de pression se fait par le réglage automatique de la vanne de régulation d entrée d air dans le réservoir. Le schéma de la cellule d essai est présenté dans la Figure 1. Des capteurs de pression placés dans la chambre d entrée et dans la chambre de sortie permettent de mesurer le différentiel de pression entre l amont et l aval de la cellule. Les mesures du débit sont effectuées par un débitmètre à ultrasons placé en amont de la cellule d essai. La concentration des particules de sol dans les effluents est mesurée par un turbidimètre placé juste après la chambre de sortie Procédure d essai Après le compactage du sol, un conduit est réalisé par forage, le diamètre du conduit varie entre 3 et 6 mm. L'éprouvette du sol est ensuite mise en place sur le dispositif d essai. Une phase de saturation du conduit de la cellule d essai est assurée avant le début de l essai. L essai d'érosion est réalisé par application d'une pression constante à l'entrée de la cellule. Le but étant de maintenir cette pression constante

4 pendant l'essai et de mesurer pour chaque pas de temps le débit d eau traversant le conduit, le différentiel de pression entre l amont et l aval, et aussi la turbidité des effluents. A la fin de l essai, le conduit érodé est rempli avec de la paraffine liquide, ce qui permet de déterminer sa géométrie et son diamètre moyen Modèle d'analyse Figure 1. Schéma de la cellule d essai. L observation de la forme finale du conduit des éprouvettes érodées montre qu elle n est pas toujours cylindrique mais plutôt d'une forme ellipsoïdale. Les équations d'analyse ont donc été modifiées afin d'intégrer la forme réelle du conduit dans le calcul des paramètres d'érosion. Considérant un conduit dont la forme est ellipsoïdale, où et sont respectivement le petit et le grand rayon de l ellipse, le taux d érosion et la contrainte de cisaillement hydraulique sont alors définis comme suit : (2) (3) Où : est la densité sèche ; et sont les variations du petit et du grand rayon de l ellipse ; est la hauteur de l éprouvette du sol ; est le différentiel de pression entre l amont et l aval de l éprouvette à l instant t.

5 Afin de déterminer les paramètres d érosion il est nécessaire de mesurer la variation des rayons du conduit durant l érosion du sol. La perte de sol est utilisée pour mesurer l évolution des rayons du conduit durant l essai. Dans un premier temps la perte de masse concentration du sol dans les effluents : est mesurée par rapport à la (4) Où : la concentration du sol dans les effluents; le débit d eau à l instant t. Dans un deuxième lieu, la perte de masse est reliée à la géométrie du conduit érodée. Deux hypothèses sont alors supposées : i) l érosion est uniforme le long du conduit ; ii) la relation entre les rayons de l ellipse est unique [ coefficient est mesuré à la fin de l essai. Ainsi, la perte de masse est comme suit : L évolution du rayon peut être déduite en égalisant les deux équations (4 et 5) de la perte de masse : ], le (5) (6) La concentration du sol est calculée à partir des mesures du signal de turbidité (Reddi et al. 2000). Des essais d étalonnage préliminaire ont permis de déterminer la relation entre la concentration et la turbidité pour chaque traitement et chaque dosage. Cette relation est définie sur deux domaines de concentrations : faibles [0 à ~1,5 kg/m3] et élevées [~1,5 à 16 kg/m 3 ]. L utilisation du domaine de faibles concentrations permet d apporter plus de précision sur la mesure de concentration à partir du signal de turbidité. Les résultats montrent une linéarité entre la concentration du sol et le signal de turbidité, cette linéarité est vérifiée dans les deux domaines considérés. 3. Résultats 3.1. Limon sans traitement L étude de l érosion du limon sans traitement a permis de vérifier la répétabilité des essais obtenus par le diapositif HET. Les éprouvettes ont été compactées dans les mêmes conditions (γd = 1,73 kg/m 3 et w = 17,5 %). Les résultats (Tableau 1) montrent que le coefficient d érosion varie entre 1,13 x 10-04et 3,04 x s/m, et que la contrainte critique varie entre 291 et 615 Pa. La dispersion des résultats est inférieure à celle obtenue dans les études ultérieures (e.g., Wan et Fell, 2002 ; Farrar et al., 2007). Haghighi (2013) obtient le même niveau de contrainte hydraulique pour un limon de même classe GTR. L indice d érosion du limon sans traitement varie

6 entre 3,59 et 3,95 il peut être classé dans le groupe «érosion modérément rapide» d après la classification de Wan et Fell (2002). Tableau 1. Caractéristiques d'érosion du limon sans traitement. Test (s/m) (Pa) 1 2,58 x ,16 x ,22 x ,13 x ,04 x ,30 x Traitement par produits argileux Les résultats du limon traité par produits argileux sont donnés dans le Tableau 2. L utilisation du 2 % de kaolinite n a pas modifié le coefficient d érosion, alors que la contrainte critique tend à augmenter avec une valeur maximale de 754 Pa. Avec 9 % de kaolinite, le coefficient d érosion diminue d un ordre de grandeur et la contrainte critique reste dans le même intervalle de variation que le limon sans traitement. Le limon traité avec 2 % de kaolinite est classé dans le groupe «érosion modérément rapide» alors que le limon avec 9 % de kaolinite est classé dans le groupe «érosion modérément lente». Le traitement avec 2 % de bentonite conduit à une diminution du coefficient d érosion par un ordre de grandeur, la contrainte critique reste dans le même intervalle de variation que le limon sans traitement. Le limon avec 2 % de bentonite est classé dans le groupe «érosion modérément lente». Tableau 2. Caractéristiques d'érosion du limon traité avec des produits argileux. Nature du traitement Limon + 2 % kaolinite Limon + 9 % kaolinite Limon + 2 % bentonite Densité sèche Teneur en eau (%) Nombre d essai 1,73 17,5 3 1,74 18,3 4 1,74 17,8 4 (s/m) 1,54 x 10-04< <2,68 x ,62 x 10-05< <9,83 x ,13 x 10-05< <5,98 x (Pa) 483< < < < < < Traitement à la chaux La Figure2.a montre un exemple de résultats sur le limon traité avec 1 %de chaux à 7 jours de cure. Les deux phases d érosion peuvent être définies par deux droites distinctes. Dans la phase du début d essai, l érosion du sol commence pour une contrainte de cisaillement hydraulique proche de 930 Pa, puis l érosion progresse avec une pente de 3,76 x s/m jusqu à atteindre un taux d érosion maximal de 0,30 kg/s/m². S ensuit alors la phase de fin d essai caractérisée par une diminution

7 d érosion avec une pente de 2,65 x s/m, la contrainte critique pour cette phase est de l ordre de 1500 Pa. Les caractéristiques d érosion issues de la phase de fin d essai sont plus élevées que celles issues de la phase du début d essai. Le sol résiste donc mieux à l érosion en fin d essai qu en début d essai. Ce comportement peut être lié aux dommages résultant de la phase du forage du conduit qui a eu lieu après la période de cure et juste avant l essai d érosion. En effet, dans cette zone endommagée, le sol traité à la chaux présente un comportement fragile. De ce fait, durant le forage du conduit, les couches de sol proches du conduit peuvent subir des dommages plus importants que les autres couches. Cette partie du sol est donc plus vulnérable à l action d eau et elle résiste moins que la partie du sol non affectée par le forage. Cette hypothèse a été vérifiée par des essais où le forage du conduit a été effectué juste après compactage du sol, donc avant le début de la phase de prise pouzzolanique du sol lié aux effets de traitement. Les résultats montrent que les phases du début et de la fin d essai sont les mêmes, ce qui permet donc de tracer une loi d érosion unique. Ainsi, afin d examiner l impact des traitements sur les caractéristiques d érosion, seuls les résultats issus de la phase finale des essais ont été considérés. Figure 2. Exemples des résultats des essais d'érosion. a) limon traité avec 1% de chaux à 7 jours de cure. b) limon traité avec 3% de ciment à 7 jours de cure. Les caractéristiques d érosion du limon traité à la chaux sont données dans le Tableau3. Pour le traitement avec 1 % de chaux (γd = 1,70 kg/m 3 et w = 20,0 %), le coefficient d érosion varie entre 1,20 x 10-04et 2,87 x 10-04s/m, indépendamment du temps de cure. Pour le traitement avec 3 % de chaux (γd = 1,68 kg/m 3 et w = 20,0 %), le coefficient d érosion varie entre 1,54 x et 2,52 x 10-04s/m, aussi indépendamment du temps de cure. De plus, la contrainte critique augmente pour les deux dosages étudiés, avec des valeurs maximales de 1770 Pa et 1889 Pa,

8 respectivement pour 1 et 3 % de chaux. Pour les deux dosages étudiés, les éprouvettes sont classées dans le groupe«érosion modérément rapide». Tableau 3. Caractéristiques d'érosion du limon traité à la chaux. Nature du traitement Temps Nombre de cure d essai (s/m) (Pa) Limon + 1 % chaux 1 3 1,20 x 10-04< <2,62 x < <836 Limon + 1 % chaux 7 3 2,35 x 10-04< <2,87x < <1770 Limon + 1 % chaux ,53 x 10-04< <2,71 x < <1538 Limon + 3 % chaux 1 2 2,01 x 10-04< <2,47 x < <1409 Limon + 3 % chaux 7 3 1,54 x 10-04< <4,52 x < <1889 Limon + 3 % chaux ,78 x 10-04< <2,27 x < < Traitement au ciment Un exemple des résultats d un essai d érosion sur le limon traité avec 3 % ciment à 7 jours de cure est présenté dans la Figure 2.b. Les résultats montrent aussi l existence de deux phases d érosion qui peuvent être définies par deux droites distinctes. Ce comportement est similaire à celui des éprouvettes traitées à la chaux. En effet, le limon traité au ciment suite à 7 jours de cure devient fragile et donc le forage du conduit après cette période de cure peut provoquer des dommages aux couches de sol proches du conduit. Donc, seuls les résultats issus de la phase finale des essais sont retenus pour caractériser le limon traité au ciment. Les caractéristiques d érosion du limon traité au ciment sont données dans le Tableau 4. Pour le traitement à 3 % de ciment (γd = 1,75 kg/m3 et w = 17,5 %), le coefficient d érosion varie entre 1,13 x et 1,67 x s/m, et la contrainte critique varie entre 2531 et 3619 Pa. Le temps de cure semble ne pas avoir d effet sur la variation des caractéristiques d érosion. Les éprouvettes traitées avec 3 % de ciment sont classées dans le groupe «érosion modérément rapide». Pour les éprouvettes traitées avec 6 % de ciment (γd = 1,75 kg/m3 et w = 17,5 %), l érosion du sol est initiée pour des contraintes supérieures à 4000 Pa. La courbe d érosion montre aussi un comportement différent entre le début et la fin d essai. Cependant, dans certains cas, l irrégularité de la courbe d érosion ne permet pas de l assimiler à une droite. Dans ce cas, la contrainte critique est calculée lorsque l érosion s arrête, et le coefficient d érosion n est alors pas déterminé. Les résultats du traitement avec 6 % de ciment sont donnés dans le tableau 4. Le coefficient d érosion diminue d un ordre de grandeur et la contrainte critique augmente jusqu à 9893 Pa à 7 jours de cure. Cette augmentation de la contrainte critique est proportionnelle au temps de cure. Les éprouvettes traitées avec 6 % de ciment sont classées dans le groupe «érosion modérément lente».

9 Tableau 4.Caractéristiques d'érosion du limon traité au ciment. Nature du traitement Temps Nombre de cure d essai (s/m) (Pa) Limon + 3 % ciment 1 1 = 1,13 x =2850 Limon + 3 % ciment 7 2 1,26 x 10-04< <1,47 x < <3619 Limon + 3 % ciment ,31 x 10-04< <1,67 x < <3150 Limon + 6 % ciment 1 3 1,00 x 10-05< <8,00 x < <6800 Limon + 6 % ciment 7 2 Non déterminé 9734< < Discussion La Figure 3 présente l impact des traitements sur les caractéristiques d érosion du limon étudié (, ). Sans traitement le limon présente une contrainte critique élevée (entre 291 et 615 Pa). Ceci peut être lié d une part, au pourcentage élevé des particules fines inférieures à 80 µm (99.2 %), et d autre part, aux conditions de compactage. En effet, le compactage du côté humide de l optimum confère un meilleur arrangement des particules de sol et aussi une porosité plus faible. Le compactage côté humide, combiné au niveau élevé de la densité sèche (1,73), engendre une compacité plus élevée du sol. Ceci nécessite alors une contrainte hydraulique élevée pour provoquer le détachement de particules de sol. Cependant, quand la contrainte critique est atteinte, l érosion progresse rapidement du fait de la valeur élevée du coefficient d érosion (de l ordre s/m). Ce comportement est lié à l absence de liens de cohésion entre les particules du limon. Le traitement à la kaolinite n a pas modifié de manière significative la contrainte critique du limon. Cependant, avec 9 % de kaolinite le coefficient d érosion diminue d un ordre de grandeur. Cette diminution peut être liée à la modification de la granulométrie du sol avec 9 % de kaolinite. Le traitement avec 2 % de bentonite engendre une diminution du coefficient d érosion d un ordre de grandeur. Les effets de 2 % de bentonite sont similaires à ceux de 9 % de kaolinite. Ceci montre l importance de la nature du produit argileux utilisé.

10 Figure 3. Impact des traitements sur les caractéristiques d érosion du limon. Le traitement à la chaux engendre principalement une augmentation de la contrainte critique. Cette augmentation pourrait être liée principalement aux effets immédiats de l ajout de la chaux, puis au développement des réactions pouzzolaniques qui créent des liens entre les particules de sol. Il serait donc nécessaire d appliquer une contrainte de cisaillement hydraulique plus élevée pour rompre ces liens. Ici, le traitement à la chaux n a pas affecté le coefficient d érosion du limon, ceci peut être expliqué par le processus de détachement qui affecte davantage les agrégats et non les particules de sol. Les contraintes hydrauliques affectent donc en premier lieu les liens entre agrégats qui seraient plus faibles que les liens entre particules de sol. Le traitement au ciment engendre une augmentation de la contrainte critique du sol. Cette optimisation est principalement liée à la prise du ciment et le développement des composés cimentaires. Ces modifications confèrent donc au sol une meilleure résistance à l érosion. L impact du temps de cure sur l évolution des caractéristiques d érosion dépend du dosage utilisé. Pour un dosage de 3 % le temps de cure n affluence par l optimisation, qui s obtient à court terme. Alors que pour 6 % de ciment, les modifications sont favorisées par le temps de cure. Ce comportement peut être lié au dosage élevé de ciment qui nécessite un temps de prise plus grand. 5. Conclusion L étude de l érosion interne d un limon fin compacté non traité et traité par deux différents types d argile, de la chaux et du ciment à différents dosages dans un appareil du type HET modifié a été présentée. Les résultats ont montré que les traitements peuvent améliorer les caractéristiques d érosion du sol. Le traitement par des produits argileux peut diminuer le coefficient

11 d érosion et cette diminution dépend du dosage et de la nature du produit argileux. L ajout de la chaux permet d augmenter la contrainte critique. Le traitement avec un dosage approprié de ciment, permet à la fois de diminuer le coefficient d érosion et d augmenter la contrainte critique. Ces traitements peuvent donc être envisageables pour une utilisation dans des ouvrages hydrauliques. Cependant, les optimisations à court terme doivent être vérifiées à long terme par des études de durabilité. En effet, les caractéristiques optimisées peuvent évoluer en fonction des sollicitations que les ouvrages hydrauliques subissent tout au long de leur durée de vie. Remerciements Les auteurs remercient Messieurs E. Lavallée, S. Bonne et T. Le Borgne de DTP Terrassement pour leur contribution et leur soutien de cette étude. Références bibliographiques Benahmed N., Bonelli S., (2012). Investigation concentrated leak erosion behaviour of cohesive soils by performing hole erosion tests, European Journal of Environmental and Civil Engineering, vol. 16, N. 1, January, Bennabi A., Karoui T., Benamar A., Wang H.Q., (2012). Some elements of comparison between two laboratory devices for soil erosion testing, ICSE6 Paris-august 27-31, Chevalier C., Haghighi I., Herrier G., (2012). Resistance to erosion of lime treated soils: a complete parametric study in laboratory, ICSE6 Paris-august 27-31, Farrar J.A., Torres R.L., Erdogan Z., (2007). Bureau of reclamation erosion testing for evaluating piping and internal erosion of dams, Geotechnical Special Publication, N. 167, Haghighi I., (2012). Caractérisation des phénomènes d érosion et de dispersion des sols : développement d essais et applications pratiques. Thèse de doctorat, École Nationale des Ponts et Chaussées, Paris, France. Herrier G. Chevalier C., Froumentin M., Cuisinier O., Bonelli S., Fry J.J., (2012). Lime treated soil as an erosion-resistant material for hydraulic earthen structures, ICSE6 Paris-august 27-31, Indraratna B., Muttuvel T., Khabbaz H., (2009).Modelling the erosion rate of chemically stabilized soil incorporating tensile force-deformation charcacteristics, Canadian Geotechnical journal, N 46, Reddi L.N., Lee I.M., Bonala M.V.S., (2000). Comparison of internal and surface erosion using flow pump tests on a sand-kaolinite mixture, Geotechnical testing journal. N 23, Wahl T., (2010). A comparison of the hole erosion test and jet erosion test, Joint federal interagency conference on sedimentation and hydrologic modeling, Las Vegas june 27-july 1. Wan C.F., Fell R., (2002). Investigation of internal erosion and piping of soils in embankment dams by the slot erosion test and the hole erosion test, UNICIV Report, no. R-412.

APPAREIL ŒDOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUDE DES SOLS NON SATURÉS

APPAREIL ŒDOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUDE DES SOLS NON SATURÉS PPREIL ŒOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUE ES SOLS NON STURÉS INSTRUMENTE OEOMETER PPRTUS TO STUY UNSTURTE SOILS Bernardo IEO, Juan arlos ULLO, Julián TRISTNHO 1 Universidad de Los ndes, Bogotá.. olombie

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

Étude d'un appareillage de compactage statique et de mesure de la perméabilité des sols fins argileux

Étude d'un appareillage de compactage statique et de mesure de la perméabilité des sols fins argileux Étude d'un appareillage de compactage statique et de mesure de la perméabilité des sols fins argileux Belkacem MOUSSAI Docteur Laboratoire de géotechnique Gérard DIDIER Docteur-Ingénieur Maître de conférences

Plus en détail

Traitement des sols fins compactés : contribution à la reconnaissance des conditions défavorables

Traitement des sols fins compactés : contribution à la reconnaissance des conditions défavorables Traitement des sols fins compactés : contribution à la reconnaissance des conditions défavorables d à la prise Thèse Tangi Le Borgne Directeur de thèse : F. Masrouri (LAEGO) Conseillers d étude : O. Cuisinier

Plus en détail

P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009

P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009 à é Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de l'aménagement du territoire P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009 WWW.developpement-durable.gouv.fr Constitution

Plus en détail

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA FACULTE DES SCIENCES APPLIQUÉES Département de Génie des Procédés Phénomènes de transferts Travaux pratiques de mécanique des fluides CHAOUCH Noura et SAIFI Nadia 2013

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Gilbert LE BRAS (IUT de st nazaire, Dépt. Génie Civil) Alain ALEXIS (GeM) 1/42 Introduction Domaine

Plus en détail

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Titre : SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un [...] Date : 30/07/2015 Page : 1/9 SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Résumé Ce cas de validation

Plus en détail

Consolidation des argiles. CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER

Consolidation des argiles. CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER Consolidation des argiles CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER Plan Introduction Argiles Phénomène de consolidation Essais de consolidation Equation de la consolidation Degré de consolidation et facteur

Plus en détail

Analyse de la dynamique d un lit fluidisé gaz-solide en interaction acoustique avec son système de ventilation : comparaison théorie/expérience.

Analyse de la dynamique d un lit fluidisé gaz-solide en interaction acoustique avec son système de ventilation : comparaison théorie/expérience. Analyse de la dynamique d un lit fluidisé gaz-solide en interaction acoustique avec son système de ventilation : comparaison théorie/expérience. F.BONNIOL, C. SIERRA, R. OCCELLI AND L. TADRIST Laboratoire

Plus en détail

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Plan de présentation Présentation Saint Dizier environnement Les techniques alternatives La maîtrise

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Votre correspondant : Romain CRESSON INRA Transfert Environnement Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Tel: +33 (0)4 68 46 64 32 Fax: +33 (0)4 68 42 51

Plus en détail

MISAPOR verre cellulaire

MISAPOR verre cellulaire MISAPOR verre cellulaire Remblai allégé pour ouvrage en génie civile 2015-03 Suisse: Allemagne: France: MISAPOR AG Löserstrasse 2 CH-7302 Landquart Téléphone +41 81 300 08 08 Fax +41 81 300 08 09 info@misapor.ch

Plus en détail

Essais de charge sur plaque

Essais de charge sur plaque Page No.: 1 L essai de charge sur plaque est exécuté entre autres dans des galeries d exploration ou dans des puits, mais il peut aussi être exécuté à la surface en appliquant un poids mort ou en chargeant

Plus en détail

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian 1 EPFL 2010 Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilia Nafaï Weil Florian 11 Table de matière Ø Introduction 3 Ø Objectif 3 Ø Déroulement de l eai 4 Ø Exécution de deux palier de charge 6 Ø Calcul

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

Mécanique des sols I. Chapitre I Propriétés physiques des sols. Chapitre II Hydraulique des sols. Chapitre III Déformations des sols

Mécanique des sols I. Chapitre I Propriétés physiques des sols. Chapitre II Hydraulique des sols. Chapitre III Déformations des sols Mécanique des sols I Chapitre I Propriétés physiques des sols Chapitre II Hydraulique des sols Chapitre III Déformations des sols Chapitre IV Résistance au cisaillement des sols Chapitre III Déformations

Plus en détail

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS Stockage et Epandage Etude réalisée pour le compte de l ADEME par : SOLAGRO : M. Christian COUTURIER AQUASOL : M. Thierry BRASSET Coordination technique

Plus en détail

LES VASES DE LA LOIRE : MODELISATION DE L EFFET DE LA CONSOLIDATION SUR DES INFRASTRUCTURES EXISTANTES

LES VASES DE LA LOIRE : MODELISATION DE L EFFET DE LA CONSOLIDATION SUR DES INFRASTRUCTURES EXISTANTES LES VASES DE LA LOIRE : MODELISATION DE L EFFET DE LA CONSOLIDATION SUR DES INFRASTRUCTURES EXISTANTES THE SILTS FROM THE LOIRE RIVER: MODELLING OF CONSOLIDATION EFFECTS ON EXISTING INFRASTRUCTURE Sébastien

Plus en détail

Les rencontres scientifiques du vendredi

Les rencontres scientifiques du vendredi Les rencontres scientifiques du vendredi Un élément de l Animation Scientifique de l axe 2 Techniques & Méthodes : Mesurer la taille des Particules Natalia Nicole Rosa Doctorante de l Axe 2 UMR IATE 29

Plus en détail

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010 1ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 21 Identification du dommage par EA de stratifiés composites chargés en statique et cyclique M. Kharoubi 1, L. Fatmi 1, A. El Mahi 2, R. EL Guerjouma

Plus en détail

UTILISATION DES SÉDIMENTS VALORISÉS : exemple de la plate-forme expérimentale SOLINDUS pour le pré-traitement des produits de dragage

UTILISATION DES SÉDIMENTS VALORISÉS : exemple de la plate-forme expérimentale SOLINDUS pour le pré-traitement des produits de dragage UTILISATION DES SÉDIMENTS VALORISÉS : exemple de la plate-forme expérimentale SOLINDUS pour le pré-traitement des produits de dragage Dr H. Bréquel, Responsable département Recherche 1 1 /20 CONTEXTE ET

Plus en détail

Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs.

Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs. Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs. H. ZAÏDI a, S. FOHANNO a, R. TAÏAR b, G. POLIDORI a a Laboratoire

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

FORMATION TECHNIQUE BQ 2012 FRÉDÉRIC NOËL ING.

FORMATION TECHNIQUE BQ 2012 FRÉDÉRIC NOËL ING. FORMATION TECHNIQUE BQ 2012 FRÉDÉRIC NOËL ING. Le contrôle de la mise en œuvre des liants d accrochage par le MTQ o Seulement dans les cas de malfaçon o Les malfaçons sont décrites dans le CCDG Selon le

Plus en détail

Minimisation de coût de l énergie de pompage Cas du Canal haut service des Doukkala. Pr. A. Oulhaj 1, A. Aboussaleh 1

Minimisation de coût de l énergie de pompage Cas du Canal haut service des Doukkala. Pr. A. Oulhaj 1, A. Aboussaleh 1 Résumé La hausse continue du coût de l'énergie et la rareté de l'eau rendent plus complexe la gestion de l'eau dans les périmètres irrigués. Ainsi au cours des deux dernières décennies, le prix de l'énergie

Plus en détail

Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire

Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire Revue des Energies Renouvelables SIENR 12 Ghardaïa (2012) 23 28 Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire H. Ammar 1*, M.T. Bouziane 2 et Y. Bakelli 1 1 Unité de Recherche

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS

ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS Indice de Révision Date de mise en application B 01/09/2014 Cahier Technique F Profil d usage ISOLE ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS 4, avenue du Recteur-Poincarré, 75782 Paris

Plus en détail

Les composites thermoplastiques

Les composites thermoplastiques Les composites thermoplastiques Définition Par définition, un thermoplastique (anglais :thermoplast) est un matériau à base de polymère (composé de macromolécules) qui peut être mis en forme, à l état

Plus en détail

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Applications résidentielles Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et

Plus en détail

TRAITEMENT DES SOLS EN PLACE AUX LIANTS HYDRAULIQUES. Joseph ABDO

TRAITEMENT DES SOLS EN PLACE AUX LIANTS HYDRAULIQUES. Joseph ABDO TRAITEMENT DES SOLS EN PLACE AUX LIANTS HYDRAULIQUES Joseph ABDO LE CONTEXTE LA ROUTE, UNE NÉCESSITN CESSITÉ La route : moyen de communication nécessaire au développement. - Mais, sa construction et son

Plus en détail

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012 1 I.Généralités sur les cellules photovoltaïques I.1.Introduction : Les énergies renouvelables sont des énergies à ressource illimitée. Les énergies renouvelables regroupent un certain nombre de filières

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonnet Master GSI - Capteurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriétés générales des capteurs Notion de mesure Notion de capteur: principes, classes,

Plus en détail

Extrait : DTU 26-1 Travaux d enduits de mortiers Avril 2008

Extrait : DTU 26-1 Travaux d enduits de mortiers Avril 2008 3 Liants 3.1 Ciments Les ciments Portland (CEM I) et ciments Portland composés (CEM II) doivent être conformes à la norme NF EN 197-1. NOTE 1 La marque NF-Liants hydrauliques, ou son équivalent dans les

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

Union générale des étudiants de Tunisie Bureau de l institut Préparatoire Aux Etudes D'ingénieurs De Tunis. Modèle de compte-rendu de TP.

Union générale des étudiants de Tunisie Bureau de l institut Préparatoire Aux Etudes D'ingénieurs De Tunis. Modèle de compte-rendu de TP. Union générale des étudiants de Tunisie Modèle de compte-rendu de TP Dipôle RC Ce document a été publié pour l unique but d aider les étudiants, il est donc strictement interdit de l utiliser intégralement

Plus en détail

63. Protection des ouvrages d art

63. Protection des ouvrages d art 63. Protection des ouvrages d art 63.05 ADHERENCE D'UNE FEUILLE SUR SUPPORT (ESSAI SUR SITE). 63.06 ADHERENCE D'UNE RESINE AU SUPPORT (ESSAI EN LABORATOIRE). 63.07 ADHERENCE D'UNE RESINE AU SUPPORT (ESSAI

Plus en détail

MESURES DE FAIBLES PERMÉABILITÉS (in-situ et en laboratoire) liées aux projets de décharges: Principales techniques de mesure, normalisation

MESURES DE FAIBLES PERMÉABILITÉS (in-situ et en laboratoire) liées aux projets de décharges: Principales techniques de mesure, normalisation COMITÉ FRANÇAIS DE MÉCANIQUE DES SOLS Journée «HYDRAULIQUE» du 23-01-2002 MESURES DE FAIBLES PERMÉABILITÉS (in-situ et en laboratoire) liées aux projets de décharges: Principales techniques de mesure,

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

TP 3 diffusion à travers une membrane

TP 3 diffusion à travers une membrane TP 3 diffusion à travers une membrane CONSIGNES DE SÉCURITÉ Ce TP nécessite la manipulation de liquides pouvant tacher les vêtements. Le port de la blouse est fortement conseillé. Les essuie tout en papier

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

Une brève présentation du Projet Intégré

Une brève présentation du Projet Intégré ENGINEERING STUDIES and DEMONSTRATION of REPOSITORY DESIGNS VI ème PROGRAMME-CADRE de RECHERCHE et de FORMATION EURATOM de l UNION EUROPEENNE (2002-2006) Gestion des déchets radioactifs Une brève présentation

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

Colle époxydique multi usages, à 2 composants

Colle époxydique multi usages, à 2 composants Notice Produit Edition 20 01 2014 Numéro 9.11 Version n 2013-310 01 04 02 03 001 0 000144 Colle époxydique multi usages, à 2 composants Description est une colle structurale thixotrope à 2 composants,

Plus en détail

Rapport technique / Génie-civil / Bassin de rétention souterrain

Rapport technique / Génie-civil / Bassin de rétention souterrain Rapport technique / Génie-civil / Bassin de rétention souterrain Page 1 / 6 Contenu : Bassin de rétention souterrain La route du Condoz, CH-1752 Villars-sur-Glâne Rédaction : Eric Berthoud / Etudiant Ecole

Plus en détail

Les rencontres de l Agence de l eau Clermont Ferrand 10 janvier 2012. TECHNIQUES D EPURATION Dispositifs agréés Abdel LAKEL, CSTB

Les rencontres de l Agence de l eau Clermont Ferrand 10 janvier 2012. TECHNIQUES D EPURATION Dispositifs agréés Abdel LAKEL, CSTB Les rencontres de l Agence de l eau Clermont Ferrand 10 janvier 2012 TECHNIQUES D EPURATION Dispositifs agréés Abdel LAKEL, CSTB 1 Dispositifs agréés Typologie et principe Procédés à écoulement saturé

Plus en détail

PROCEDURE DE CONTRÔLE DES OUVRAGES

PROCEDURE DE CONTRÔLE DES OUVRAGES CABINET E.M.A Expertise Médiation Arbitrage en amiable composition Ouvrages hydrauliques (bassins, lagunes, cuves, fosses à lisier et effluents agricoles) Ouvrages de protection de l environnement (Centres

Plus en détail

IMAGERIE PAR TOMOGRAPHIE ÉLECTRIQUE RÉSISTIVE DE LA DISTRIBUTION DES PHASES DANS UNE COLONNE À BULLES

IMAGERIE PAR TOMOGRAPHIE ÉLECTRIQUE RÉSISTIVE DE LA DISTRIBUTION DES PHASES DANS UNE COLONNE À BULLES IMAGERIE PAR TOMOGRAPHIE ÉLECTRIQUE RÉSISTIVE DE LA DISTRIBUTION DES PHASES DANS UNE COLONNE À BULLES E. Fransolet, M. Crine, G. L Homme, Laboratoires de Génie Chimique, P. Marchot, D. Toye. Université

Plus en détail

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique Chapitre 7 Circuits Magnétiques et Inductance 7.1 Introduction 7.1.1 Production d un champ magnétique Si on considère un conducteur cylindrique droit dans lequel circule un courant I (figure 7.1). Ce courant

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

Microfiltration tangentielle des boissons. Influence des caractéristiques hydrodynamiques

Microfiltration tangentielle des boissons. Influence des caractéristiques hydrodynamiques Microfiltration tangentielle des boissons. Influence des caractéristiques hydrodynamiques Martine Mietton-Peuchot, V. Milisic, R. BEN AIM To cite this version: Martine Mietton-Peuchot, V. Milisic, R. BEN

Plus en détail

La Recherche du Point Optimum de Fonctionnement d un Générateur Photovoltaïque en Utilisant les Réseaux NEURO-FLOUS

La Recherche du Point Optimum de Fonctionnement d un Générateur Photovoltaïque en Utilisant les Réseaux NEURO-FLOUS Rev. Energ. Ren. : Chemss 2000 39-44 La Recherche du Point Optimum de Fonctionnement d un Générateur Photovoltaïque en Utilisant les Réseaux NEURO-FLOUS D.K. Mohamed, A. Midoun et F. Safia Département

Plus en détail

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal DL Lyon : G. Bièvre DL Autun : A. Brach, D. Goutaland, M. Massardi, G. Monnot David GOUTALAND CETE de Lyon

Plus en détail

RÔLES DE LA MICROSTRUCTURE ET DE LA COMPOSITION MINERALOGIQUE DE SOLS ARGILEUX DU BASSIN DE PARIS SUR LEUR SENSIBILITE AU RETRAIT - GONFLEMENT

RÔLES DE LA MICROSTRUCTURE ET DE LA COMPOSITION MINERALOGIQUE DE SOLS ARGILEUX DU BASSIN DE PARIS SUR LEUR SENSIBILITE AU RETRAIT - GONFLEMENT RÔLES DE LA MICROSTRUCTURE ET DE LA COMPOSITION MINERALOGIQUE DE SOLS ARGILEUX DU BASSIN DE PARIS SUR LEUR SENSIBILITE AU RETRAIT - GONFLEMENT ROLES OF MICROSTRUCTURE AND MINERALOGICAL COMPOSITION OF CLAY

Plus en détail

Déformabilité des sols. Tassements. Consolidation

Déformabilité des sols. Tassements. Consolidation Déformabilité des sols. Tassements. Consolidation par Jean-Pierre MAGNAN Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées Directeur technique au Laboratoire Central des Ponts et Chaussées, Paris Professeur de

Plus en détail

technologie de séchage

technologie de séchage technologie de séchage we process the future Technologie de traitement LA TÂCHE Dans tous les domaines de l industrie, le séchage constitue une étape nécessaire du processus de traitement. Tous les produits

Plus en détail

Etude des principaux paramètres influençant les caractéristiques mécaniques des graves-laitier

Etude des principaux paramètres influençant les caractéristiques mécaniques des graves-laitier Etude des principaux paramètres influençant les caractéristiques mécaniques des graves-laitier A.ASTESAN Ingénieur - chargé de mission Laboratoire régional de l'ouest parisien RÉSUMÉ Cet article fait la

Plus en détail

MODÉLISATION DU FONCTIONNEMENT EN PARALLELE À DEUX OU PLUSIEURS POMPES CENTRIFUGES IDENTIQUES OU DIFFERENTES

MODÉLISATION DU FONCTIONNEMENT EN PARALLELE À DEUX OU PLUSIEURS POMPES CENTRIFUGES IDENTIQUES OU DIFFERENTES Annals of the University of Craiova, Electrical Engineering series, No. 30, 006 MODÉLISATION DU FONCTIONNEMENT EN PARALLELE À DEUX OU PLUSIEURS POMPES CENTRIFUGES IDENTIQUES OU DIFFERENTES Daniela POPESCU,

Plus en détail

Equipement d un forage d eau potable

Equipement d un forage d eau potable Equipement d un d eau potable Mise en situation La Société des Sources de Soultzmatt est une Société d Economie Mixte (SEM) dont l activité est l extraction et l embouteillage d eau de source en vue de

Plus en détail

Abstract : Mots clefs : Résistance thermique de contact ; Modèles prédictifs. 1 Introduction

Abstract : Mots clefs : Résistance thermique de contact ; Modèles prédictifs. 1 Introduction Étude comparative et validation de modèles prédictifs de résistance thermique de contact dans le cas solide-liquide avec prise en compte de la tension superficielle Saannibe Ciryle SOME a, Didier DELAUNAY

Plus en détail

ä ãéåíë=åä ë=çé=äû~ëëìê~ååé=èì~äáí =ÇÉë= ÅçìÅÜÉë=ÇÉ=ÑçêãÉ=íê~áí Éë=

ä ãéåíë=åä ë=çé=äû~ëëìê~ååé=èì~äáí =ÇÉë= ÅçìÅÜÉë=ÇÉ=ÑçêãÉ=íê~áí Éë= = Note d'information ^ìíéìêë=w=p íê~= o ëé~ì=`bqb= à~åîáéê=ommv= = ä ãéåíë=åä ë=çé=äû~ëëìê~ååé=èì~äáí =ÇÉë= ÅçìÅÜÉë=ÇÉ=ÑçêãÉ=íê~áí Éë= `Ü~ìëë Éë= a ééåç~ååéë= NNU= Les différents guides techniques et autres

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section : i-prépa Audioprothésiste (annuel) - MATHEMATIQUES 8 : EQUATIONS DIFFERENTIELLES - COURS + ENONCE EXERCICE - Olivier

Plus en détail

TP séances 7 et 8. Forme d une bulle: gravité et tension de surface

TP séances 7 et 8. Forme d une bulle: gravité et tension de surface TP séances 7 et 8 Forme d une bulle: gravité et tension de surface Lorsqu une goutte est posée sur un support, la tension de surface tend à rendre la bulle spérique alors que la gravité tend à écraser

Plus en détail

Nanofluides et transfert de chaleur par convection naturelle

Nanofluides et transfert de chaleur par convection naturelle Journée Thématique SFT Paris, 15 mars 2012 «Intensification des transferts dans les échangeurs thermiques et multifonctionnels : Techniques, Outils d analyse et Optimisation» Nanofluides et transfert de

Plus en détail

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI Initiation à la Mécanique des Fluides Mr. Zoubir HAMIDI Chapitre I : Introduction à la mécanique des fluides 1 Introduction La mécanique des fluides(mdf) a pour objet l étude du comportement des fluides

Plus en détail

Régulateur de process universel econtrol

Régulateur de process universel econtrol Régulateur de process universel Le type 8611 peut être connecté à Régulation en continue, 2 points, 3 points et Tout/Rien Ratio control function Entrées de capteurs (,, fréquence, Pt100) Contrôle de vannes

Plus en détail

MANUEL D INSTALLATION ET DE MISE EN SERVICE SOMMAIRE. Fonction. Avertissements Gamme de produits Caractéristiques techniques

MANUEL D INSTALLATION ET DE MISE EN SERVICE SOMMAIRE. Fonction. Avertissements Gamme de produits Caractéristiques techniques 8/FR www.caleffi.com Groupes de transfert pour installations solaires Copyright Caleffi Séries 8 9 MANUEL D INSTALLATION ET DE MISE EN SERVICE SOMMAIRE Fonction Avertissements Gamme de produits Caractéristiques

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante

PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante Page 1 / 6 PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante Les systèmes PB sont des formulations d'époxy moussant développés pour des productions in situ de mousse

Plus en détail

Analyse & Medical. Electrovannes miniatures

Analyse & Medical. Electrovannes miniatures Analyse & Medical Electrovannes miniatures Introduction Technologies d analyse Les vannes et les procédés utilisés pour les analyses dans les laboratoires ou les industries ne sont pas en contact direct

Plus en détail

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK Guide de mise en œuvre Liant ProKalK Applications Confort Caractéristiques du produit Caractéristiques physiques Dosage et conseil d utilisation Isolation du sol en béton de chanvre ProKalK Isolation pour

Plus en détail

Abaissement des températures d enrobage : avantages d'un liant prêt à l'emploi

Abaissement des températures d enrobage : avantages d'un liant prêt à l'emploi Abaissement des températures d enrobage : avantages d'un liant prêt à l'emploi EUROBITUME Bitumen Day 2014 @ Anderlecht Vincent BAPTISTE, Total Marketing Services Sommaire Concept du liant «prêt à l emploi»

Plus en détail

Mesure de la pression différentielle et différentielle bidirectionnelle expliquée à l'aide du capteur

Mesure de la pression différentielle et différentielle bidirectionnelle expliquée à l'aide du capteur Dans la technique de mesure de pression, on distingue les méthodes de mesure en fonction des tâches à réaliser. Au rang de ces méthodes figurent la mesure de la pression absolue, la mesure de la pression

Plus en détail

Le bitume routier adapté aux applications non conventionnelles

Le bitume routier adapté aux applications non conventionnelles Le bitume routier adapté aux applications non conventionnelles Yvan Paquin, ing. Directeur technique Formation technique Bitume Québec 2012 ÉTS 5 décembre 2012 Introduction Propriétés du bitume Matériau

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

Fiche commerciale. Clim eau glacée. Boîte vav induction Boîte à débit d air variable. www.france-air.com

Fiche commerciale. Clim eau glacée. Boîte vav induction Boîte à débit d air variable. www.france-air.com Fiche commerciale Clim eau glacée Boîte vav induction Boîte à débit d air variable Climatisation eau glacée Direct @ccess Boîte VAV induction rectangulaire à induction avantages Plage de fonctionnement

Plus en détail

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE Denis DEFAUCHY Gilles REGNIER Patrice PEYRE Amine AMMAR Pièces FALCON - Dassault Aviation 1 Présentation

Plus en détail

Essais en grandeur réelle de colonnes ballastées chargées par des semelles rigides

Essais en grandeur réelle de colonnes ballastées chargées par des semelles rigides Essais en grandeur réelle de colonnes ballastées chargées par des semelles rigides Sébastien Corneille Nancy Université LAEGO Rue du Doyen Marcel Roubault Vandœuvre-lès- Nancy RESUME. Les inclusions souples,

Plus en détail

ETUDE DE SOL: OBJECTIFS ET FICHE PRATIQUE

ETUDE DE SOL: OBJECTIFS ET FICHE PRATIQUE ETUDE DE SOL: OBJECTIFS ET FICHE PRATIQUE Objectif d'une étude de sol sur site L'objectif d'une étude de sol d'avant projet de construction (étude géotechnique G12.) est de définir ta contrainte ou portance

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte BIOROCK Documentation technique FOURNISSEUR DE SOLUTIONS POUR A.N.C. DESCRIPTION DE LA FILIERE COMPACTE Une filière compacte est conçue pour traiter les effluents domestiques (les eaux ménagères et les

Plus en détail

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction DNS Sujet Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3 Réfraction I. Préliminaires 1. Rappeler la valeur et l'unité de la perméabilité magnétique du vide µ 0. Donner

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

Nombre dérivé et tangente

Nombre dérivé et tangente Nombre dérivé et tangente I) Interprétation graphique 1) Taux de variation d une fonction en un point. Soit une fonction définie sur un intervalle I contenant le nombre réel a, soit (C) sa courbe représentative

Plus en détail

Influence de la géométrie du conducteur sur la température dans un poste sous enveloppe métallique

Influence de la géométrie du conducteur sur la température dans un poste sous enveloppe métallique SYMPOSIUM DE GENIE ELECTRIQUE (SGE 14) : EF-EPF-MGE 2014, 8-10 JUILLET 2014, ENS CACHAN, FRANCE Influence de la géométrie du conducteur sur la dans un poste sous enveloppe métallique Nesrine REBZANI 1,2,3,

Plus en détail

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 562 ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 563 TABLE DES MATIÈRES ANNEXE J... 562 POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS

Plus en détail

Influence de la répartition de la charge sur les performances d une turbomachine axiale contrarotative

Influence de la répartition de la charge sur les performances d une turbomachine axiale contrarotative Influence de la répartition de la charge sur les performances d une turbomachine axiale contrarotative J. Wang a, F. Ravelet a, F. Bakir a, C. Sarraf a a. DynFluid Lab., Arts et Metiers ParisTech, 151

Plus en détail

Etude comparée de deux méthodes d amélioration de la qualité des données utilisées lors de l expertise de barrages

Etude comparée de deux méthodes d amélioration de la qualité des données utilisées lors de l expertise de barrages Etude comparée de deux méthodes d amélioration de la qualité des données utilisées lors de l expertise de barrages Corinne Curt 1* Richard Gervais 2 1 Cemagref Groupe de Recherche Ouvrages Hydrauliques

Plus en détail

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4 Afin d optimiser leurs procédés, les industries chimiques doivent contrôler le bon déroulement de la réaction de synthèse menant aux espèces voulues. Comment suivre l évolution d une transformation chimique?

Plus en détail

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 André Nadeau, architecte paysagiste, membre agréé de l Association des architectes

Plus en détail

CYLINDRE DE DEFORMATION POUR MACHINE DE COMPRESSION

CYLINDRE DE DEFORMATION POUR MACHINE DE COMPRESSION CYLINRE E EORMATION POUR MACHINE E COMPRESSION Philippe AVERLANT Bureau National de Métrologie Laboratoire National d Essai (BNM-LNE) 1, rue Gaston Boissier 757 Paris Cedex 15 rance Résumé Les résultats

Plus en détail

Béton. Fig. 1- Essai d'étalement sur table

Béton. Fig. 1- Essai d'étalement sur table Béton TD 1- Essai d'étalement sur table ou Flow-table test (Norme ISO 9812) Cet essai est particulièrement adapté au béton très fluide, fortement dosé en superplastifiant. Le diamètre du plus gros granulat

Plus en détail

Document Technique C&B 2012. Etat des lieux des connaissances actuelles sur le Fonctionnement Hygrothermique des matériaux biosourcés

Document Technique C&B 2012. Etat des lieux des connaissances actuelles sur le Fonctionnement Hygrothermique des matériaux biosourcés Document Technique C&B 2012 Etat des lieux des connaissances actuelles sur le Fonctionnement Hygrothermique des matériaux biosourcés 1 Sommaire Liste des Figures... 4 Liste des Tableaux... 5 1 Préface...

Plus en détail

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Nom : Prénom: n groupe: TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Consignes de sécurité de base: Porter une blouse en coton, pas de nu-pieds Porter des lunettes, des gants (en fonction des espèces

Plus en détail