Le Cancer en Tunisie UN CONTEXTE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Cancer en Tunisie UN CONTEXTE"

Transcription

1 Le Cancer en Tunisie UN CONTEXTE 1

2 Plan de la présentation Analyse de la situation Contexte épidémiologique Les principaux acquis Les principales insuffisances Stratégie de lutte contre le cancer Principes directeurs Buts Axes Activités proposées pour l année

3 Analyse de la situation 3

4 Contexte épidémiologique Le cancer = fléau mondial Dans le Monde Selon l OMS, dans le monde en 2008: 12.4 millions de nouveaux cas de cancer ont été diagnostiqués. 7.6 millions de décès par cancer. La tendance est à la hausse, d'ici à 2030, il y aurait entre 20 et 25 millions de cas incidents de cancer, et 13 à 16 millions de décès annuels dus au cancer", indique le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC). 4

5 Contexte épidémiologique Dans le Monde Le cancer reste la deuxième cause de décès dans les pays développés, (derrière les maladies cardiovasculaires) et cette situation commence à s observer dans les pays émergents. Trois grands facteurs sont avancés pour expliquer ce développement du cancer : le vieillissement de la population, l'adoption du mode vie occidental au plan mondial (mauvaises habitudes alimentaires, sédentarité, obésité...) et le tabac. 5

6 Contexte épidémiologique en Tunisie On estime le nombre de nouveaux cancers par an à (5900 pour le sexe masculin et 4400 pour le sexe féminin). Les taux d incidence bruts, toutes localisations confondues sexe masculin: 117,9/ sexe féminin : 87,6/ Les taux d incidence standardisés sont sexe masculin : 133/ sexe féminin : 94,6/

7 Tunisie:133/

8 Tunisie:94,6/

9 Contexte épidémiologique en Tunisie Le nombre de cas prévalents (malades vivants: nouveaux + anciens ) serait au moins le double de celui des cas incidents :soit environ patients Cancer = deuxième cause de décès (derrière les maladies cardiovasculaires): Masculin : 18.7% parmi l ensemble des décès Féminin : 14.7% parmi l ensemble des décès Coût des soins : DT par an (sur la base d un coût annuel moyen par cancer autour de DT)

10 30,0 15,6 9,9 6,6 6,3 6,1 5,9 5,7 3,6 Taux d'incidence standardisés des principales localisations cancéreuses - sexe masculin Poumon Vessie Prostate Lymphome non-hodgkinien Larynx Côlon Rectum Estomac Nasopharynx 0, 0 5, 0 10, 0 15, 0 2 0, 0 2 5, 0 3 0, 0 3 5, 0 t a ux pour

11 29,4 5,4 5,1 4,0 3,8 3,8 3,6 3,4 3,2 2,8 1,9 Taux d'incidence standardisés des principales localisations cancéreuses - sexe féminin sein Côlon Col de l'utérus Lymphome non-hodgkinien Ovaire Rectum Thyroïde Estomac Corps de l'utérus Vésicule, VB extra-hépatiques Cerveau,système nerveux 0, 0 5, 0 10, 0 15, 0 2 0, 0 2 5, 0 3 0, 0 3 5, 0 t a ux pour

12 Contexte épidémiologique en Tunisie Diagnostic = très souvent tardif Cancer du sein : diamètre moyen au diagnostic=4,0 cm ( moins de 2 cm dans les pays occidentaux grâce au dépistage) Cancer du poumon: souvent étendu extension régionale : 48,4% extension à distance : 45,9% Tendance à la hausse : vieillissement de la population, tabac adoption du mode vie occidental (mauvaises habitudes alimentaires, sédentarité, obésité...) Cancer du poumon (sexe masculin) 12/ en / actuellement Cancer du sein (sexe féminin) 16/ en ,4/ actuellement 12

13 Principaux acquis enregistrés (1) Mise en place d un plan cancer : (DGS) Enregistrement des cancers:mise en place de 3 registres de cancer de population (Nord, Sfax et Sousse) Offre en soins Infrastructure Secteur public Centre anti-cancereux Salah Azaiez à Tunis 2 pôles de cancérologie à Sousse et à Sfax Des services HU de chirurgie, orthopédie, gynécologie, ORLpneumologie etc. En cours de réalisation: o unité radio et chimiothérapie à l Ariana o Trois unités de médecine carcinologique à Jendouba, Gafsa et Gabès Secteur privé 3 cliniques spécialisées : 02 cliniques fonctionnelles et la troisième en cours de réalisation 04 cabinets de radiothérapie (02 à Tunis et 02 à Sfax) 13

14 Principaux acquis enregistrés (2) Equipements Public Privé Total Télécobalt Gamma Caméra 6 6/1* 12/1* Simulateur de radiothérapie 3 2/1* 5/1* Accélérateur linéaire 1/4* 1/1* 2/5* Système de planification (dosimètrie) * En cours d acquisition

15 Principaux acquis enregistrés (3) Personnel médical Chirurgie carcinologique* Radiothérapie Public Privé Total Spécialistes Résidents Spécialistes Résidents Médecine carcinologique** Total Spécialistes Résidents Spécialistes Résidents * + les nombreux spécialistes en gynécologie et chirurgie d'organes ** + les spécialistes en pneumo, hémato, pédiatrie etc. 15

16 Principaux acquis enregistrés (4) Couverture des dépenses de soins ambulatoires par la CNAM : cancer = APCI Nette réduction des délais de rendez vous pour la radiothérapie dans le secteur public, suite à la couverture des dépenses de soins par la CNAM Elaboration de référentiels pour la prise en charge de certains cancers, cependant non encore validés Loi des 28 jours pour la prescription des médicaments morphiniques 16

17 Principaux acquis enregistrés (5) Prévention primaire Lutte anti tabac : programme consistant : Législation: révision de la loi :interdiction de fumer dans les restaurants, cafés- avertissement du danger lié au tabac sur les paquets de cigarettes, interdiction de la vente du tabac aux enfants de moins de 18 ans, une interdiction de la vente au détail dans les lieux publics, et une interdiction de toutes formes de publicité. Taxation: augmentation progressive des prix Sensibilisation: élaboration d une stratégie de communication, plusieurs manifestations de sensibilisation ciblant particulièrement les jeunes Aide au sevrage tabagique: formation de 2000 médecins au conseil minimum, 105 médecins au sevrage tabagique (126 consultations) Intégration des ONGs dans la lutte anti tabac 17

18 Principaux acquis enregistrés (6) Prévention primaire Promotion d habitudes alimentaires saines & de l activité physique: activités de sensibilisation Lutte contre l exposition solaire prolongée : activités de sensibilisation Lutte contre l exposition aux nuisances cancérigènes en milieu professionnel Contrôle de l exposition aux radiations ionisantes Lutte contre les IST/SIDA 18

19 Principaux acquis enregistrés (7) Dépistage et détection précoce Cancer du sein : Programme national de détection précoce du cancer du sein basé sur l examen clinique Expérience pilote de dépistage du cancer du sein par la mammographie (Service de radiologie de l hôpital Charles Nicolle & UNFT, ONFP à l Ariana, Association de lutte contre le cancer du Sud Tunisien) Cancer du col utérin Programme national de dépistage du cancer du col utérin 19

20 Principaux acquis enregistrés (8) Formation 7 Certificats d études complémentaires (CEC) dans le domaine du cancer (05 CEC à la faculté de médecine de Tunis et 02 CEC à la faculté de médecine de Sousse - Tunis : oncologie thoracique, cancers de la peau, imagerie mammaire, prise en charge du cancer du sein, tabacologie - Faculté de Médecine de Sousse : 1 CEC : prévention et soins palliatifs en cancérologie + 1 CEC en sénologie (30 médecins en moyenne formés chaque année pour chaque CEC) Un master en radiophysique : Faculté des Sciences de Bizerte Coopération Internationale Coopération tuniso française: Formation de 40 radiophysiciens et 13 médecins de l ONFP + acquisition d un mammotome ( ) 20

21 Principaux acquis enregistrés (9) Coopération tuniso italienne: Appui aux pôles anti cancéreux régionaux (Jendouba, Gafsa), notamment en matière de diagnostic précoce du cancer du sein - Unité complète de mammographie à Gafsa et à Jendouba - Équipement d un laboratoire d anapath à Gafsa et à Jendouba - Équipement du service de carcinologie médicale à Gafsa et à Jendouba - Formation en radiologie : 4 techniciens - Formation en anatomopathologie : 1 médecin et 4 techniciens - Formation en Chirurgie : 8 chirurgiens et 8 gynécologues - Formation des médecins de première ligne : 93 - Formation des sages femmes de première ligne : Formation des infirmiers de première ligne : Formation dans le domaine de la communication : Formation en épidémiologie : 7 - Perspectives d étendre le projet à Gabès 21

22 Principaux acquis enregistrés (10) Tissu associatif actif : Association tunisienne de lutte contre le cancer, Association de lutte contre le cancer du Sud Tunisien, Association tunisienne de lutte contre le cancer du sein, Association de prévention et de lutte contre le cancer du centre tunisien, Association de recherche sur le cancer à Monastir, Association d'information sur le cancer au centre tunisien 22

23 Principales insuffisances (1) Les structures actuelles de prise en charge ne sont pas suffisantes pour subvenir aux besoins en matière de diagnostic et de prise en charge: encombrement des structures, dégradation de la relation médecin/malade, plusieurs malades sont perdus de vue Les rendez vous pour la radiothérapie dans le secteur public méritent d être raccourcis davantage, malgré l allègement de l activité dans les structures publiques, suite à la couverture des dépenses par la CNAM Les médicaments antalgiques (soins palliatifs) ne sont pas remboursés par la CNAM Manque de médecin, Indice de paramédicaux/patient insuffisant, faible nombre de radio physiciens, psychologues, assistantes sociales pour un nombre élevé (> /jour à l ISA) de consultants par consultation 23

24 Principales insuffisances (2) Le plateau technique, notamment en matière de radiothérapie est très insuffisant: Selon la revue de la littérature européenne il faudrait 1 appareil / à habitants, ce qui suppose un minimum de 20 appareils pour la Tunisie. Disparité géographique très marquée : Toutes les structures de prise en charge sont localisées à l Est du pays. (en attendant que les unités régionales soient fonctionnelles) 24

25 Principales insuffisances (3) Nécessité d une meilleure prise en charge des soins palliatifs à l hôpital et à domicile : qualité de vie affectée. Le besoin a été évalué à - 66 lits (20 à l ISA, 10 à l Ariana, 15 à Sousse, 15 à Sfax, 2 dans chacun des pôles régionaux) - Besoin en médecins : 4 (01 à l ISA, 01 à Sfax, 01 à l Ariana, 01 à Sousse) - Besoins en paramédicaux : 48 (15 à ISA, 6 à l Ariana, 9 à Sfax, 9 à Sousse, 3 Gafsa, 3 Gabès, 3 Jendouba) - Besoins en kinésithérapeutes : 10 (2 à ISA, 2 à Sfax, 2 à Sousse, 1 à Ariana, 1 dans chaque unité 25

26 Principales insuffisances (4) Manque de concertation/coordination entre les différents intervenants (filière publique et privée) ; la continuité des soins altération des indicateurs de qualité des soins Travail de validation des référentiels (diagnostic & prise en charge) existants et diffusion/application auprès des intervenants. Dépistage et diagnostic précoce : couverture très faible de la population éligible (couverture recommandée > 70%) Cancer du col utérin : moins de 15% en 5 ans Cancer du sein : moins de 10% 26

27 Principales insuffisances (5) Prévention primaire: manque de coordination entre les différents secteurs: santé, agriculture, industrie, secteur de l'information etc. Lutte contre les cancers professionnels : manque d exhaustivité des données épidémiologique de la caisse de sécurité sociale, insuffisances au niveau du suivi des travailleurs exposés et au niveau de la reconnaissance des cancers professionnels qui apparaissent après la retraite La recherche mérite d être mieux développée 27

28 Stratégie de lutte contre le cancer

29 Tunisie : Dans quelle situation diagnostique Examen clinique % 50% 40% 30% 20% 10% 0% Stade 1 Stade 2 Stade 3 nous sommes? 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Mammographie +++ Stade 1 Stade 2 Stade 3 29

30 Surveillance des cancers - Mettre en place un système d information hospitalier (Ministère de la Santé Publique) 30

31 31

Registre des cancers Nord Tunisie

Registre des cancers Nord Tunisie Registre des cancers Nord Tunisie Données 1999-2003 Evolution 1994-2003 Projections à l horizon 2024 Ministère de la Santé Publique Institut Salah Azaiez Institut National de la Santé Publique Ministère

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

CANCER ET TABAC EN AFRIQUE. Hamdi Cherif Mokhtar

CANCER ET TABAC EN AFRIQUE. Hamdi Cherif Mokhtar CANCER ET TABAC EN AFRIQUE Hamdi Cherif Mokhtar EN AFRIQUE : Transition épidémiologique: - Amorce de la transition démographique - Transformations de l environnement - Changement des modes de vie -tabagisme

Plus en détail

LE PLAN CANCER 2014-2019

LE PLAN CANCER 2014-2019 LE PLAN CANCER 2014-2019 De la part de la porte-parole Najat Vallaud-Belkacem Mercredi 5 février 2014 Le 3 ème Plan cancer (2014-2019) a été présenté par le président de la République. Il sera doté de

Plus en détail

CALENDRIER DES EVENEMENTS PREVUS

CALENDRIER DES EVENEMENTS PREVUS CALENDRIER DES EVENEMENTS PREVUS PROGRAMME DE COOPERATION ENTRE LA TUNISIE ET LE FONDS MONDIAL DE LUTTE CONTRE LE SIDA, LA TUBERCULOSE ET LE PALUDISME Avril 2011 Unité de gestion du programme fonds mondial

Plus en détail

Dépistage Organisé du cancer du sein en Saône et Loire ADéMaS 71

Dépistage Organisé du cancer du sein en Saône et Loire ADéMaS 71 Dépistage Organisé du cancer du sein en Saône et Loire ADéMaS 71 Dr Catherine HAMEL Médecin Coordonnateur 2013 Les cancers en France 1980 2010 170 000 nouveaux cas 365 000 nouveaux cas > 100 % en 30 ans

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE PLAN 1. Cancérogénèse/Définition 2. Les causes connues 3. Epidémiologie 4. Prévention

Plus en détail

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE LE CANCER EN QUELQUES CHIFFRES Problème majeur de santé publique avec près de 355 000 nouveaux cas estimés chaque année, le cancer est la première

Plus en détail

Etude de cas : Madagascar

Etude de cas : Madagascar Etude de cas : Madagascar Enquête menée e au sein du service d oncologie d de l hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) Juin-Juillet Juillet 2007 Laurine LAVERGNE Atelier ReMeD : Le cancer en Afrique

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE LA SANTE

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE LA SANTE REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE LA SANTE PLAN POUR LA LUTTE CONTRE LE CANCER EN TUNISIE 2015-2019 Février 2015 1 Introduction Le cancer est un fléau mondial. Selon l OMS, dans le monde en 2012, il y

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer?

Qu est-ce que le cancer? Qu est-ce que le cancer? Pierre-Hugues Fortier Oto-Rhino-Laryngologie Oncologie Cervico-Faciale 3 avril 2012 Le cancer Au Québec 100 nouveaux cas par jour 50 morts par jour A travers le monde 1 nouveau

Plus en détail

Un dépistage précoce. est-il possible ou envisageable. pour le cancer primitif du poumon?

Un dépistage précoce. est-il possible ou envisageable. pour le cancer primitif du poumon? Un dépistage précoce est-il possible ou envisageable pour le cancer primitif du poumon? Cancer primitif du poumon une fréquence majeure 40 000 nouveaux cas / an en France 2e cancer chez l'homme (après

Plus en détail

Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer

Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer L activité physique régulière et la consommation de fruits et légumes réduisent le risque de cancers. À l inverse, le surpoids et

Plus en détail

«TOXIC CLOPE, la vérité sans filtre» Nouvel outil pédagogique de prévention sur le tabac

«TOXIC CLOPE, la vérité sans filtre» Nouvel outil pédagogique de prévention sur le tabac Dossier de presse 20/05/2014 «TOXIC CLOPE, la vérité sans filtre» Nouvel outil pédagogique de prévention sur le tabac Le mardi 20 mai 2014, M. Dominique KELLER, Directeur de la Santé Publique et de l Environnement

Plus en détail

La santé environnementale observée : quelques caractéristiques en Lorraine

La santé environnementale observée : quelques caractéristiques en Lorraine La santé environnementale observée : quelques caractéristiques en Lorraine 1 Introduction : estimations OMS 24% de la charge mondiale de morbidité et 23% des décès peuvent être attribués à des facteurs

Plus en détail

Questions / Réponses

Questions / Réponses Questions / Réponses Participation au dépistage du cancer du sein : Recommandations de la HAS pour les femmes de 50 à 74 ans Quelques données sur le dépistage du cancer du sein en France en 2012 : 52 588

Plus en détail

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Introduction Le cancer du sein est une maladie multifactorielle La susceptibilité génétique

Plus en détail

Le cancer dans la Capitale-Nationale : incidence et mortalité

Le cancer dans la Capitale-Nationale : incidence et mortalité Direction régionale de santé publique Le cancer dans la Capitale-Nationale : incidence et mortalité LE CANCER DANS LA CAPITALE-NATIONALE : INCIDENCE ET MORTALITÉ Direction régionale de santé publique Agence

Plus en détail

GENERALITES SUR LE CANCER. Formation continue AS en cancérologie Nicole Morel le 17/10/2008

GENERALITES SUR LE CANCER. Formation continue AS en cancérologie Nicole Morel le 17/10/2008 GENERALITES SUR LE CANCER Formation continue AS en cancérologie Nicole Morel le 17/10/2008 PLAN 1 Définition 2 Les causes connues 3 Fréquence 4 Les principaux cancers et leurs signes d alarmes 5 Prévention

Plus en détail

1 ére Observation de la santé des nantais. GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique

1 ére Observation de la santé des nantais. GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique 1 ére Observation de la santé des nantais GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique Déterminants de santé La santé des habitants n est pas l apanage des soignants elle est influencée

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Bernard Fortin Mars 2014 Source: Comité consultatif de la Société canadienne du cancer : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013. Toronto

Plus en détail

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche 17 ème Journée Médicale de l ARKM Cherbourg, le 29 Novembre 2014 L incidence de principaux cancers chez les femmes et chez

Plus en détail

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville Le suivi post thérapeutique en ville Surveillance Docteur Elisabeth LUPORSI Centre Alexis Vautrin-CHU 25 mai 2012 Strasbourg CNGOF Quelle indications? Quel rythme? Que surveiller? Quand changer l hormonothérapie?

Plus en détail

SOMMAIRE LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS. a) Au regard de l organisation du dépistage

SOMMAIRE LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS. a) Au regard de l organisation du dépistage SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS Pages I - L ASSOCIATION ARCADES... 3 II - SA MISSION... 4 a) Au regard de l organisation du dépistage b) Au regard de la

Plus en détail

Prévention des cancers. Pr GANRY

Prévention des cancers. Pr GANRY Prévention des cancers Pr GANRY Pourquoi mettre en place une politique de prévention? Cancers de mauvais pronostic: ORL, œsophage, estomac. effet connu de l arrêt du tabagisme, de l alcoolisme Efficacité

Plus en détail

Le parcours de soin du patient cancéreux : du dépistage à la guérison. Pr Suzy Duflo, Présidente de CME, CHU de Pointe à Pitre Abymes

Le parcours de soin du patient cancéreux : du dépistage à la guérison. Pr Suzy Duflo, Présidente de CME, CHU de Pointe à Pitre Abymes Le parcours de soin du patient cancéreux : du dépistage à la guérison Pr Suzy Duflo, Présidente de CME, CHU de Pointe à Pitre Abymes Données épidémiologiques 2008 2009 2010 2011 Total 1707 1623 1809 1755

Plus en détail

SYNTHÈSE Plan national de prévention et de contrôle du cancer

SYNTHÈSE Plan national de prévention et de contrôle du cancer SYNTHÈSE Plan national de prévention et de contrôle du cancer 2010-2019 3 L utter contre le cancer est un vrai chantier de la vie. C est une lutte de longue haleine, qui nous apprend humanité, humilité,

Plus en détail

Le Programme National de Surveillance du Mésothéliome. Centre local Paca-Corse. (Bilan 2006 2011)

Le Programme National de Surveillance du Mésothéliome. Centre local Paca-Corse. (Bilan 2006 2011) Le Programme National de Surveillance du Mésothéliome Centre local Paca-Corse (Bilan 2006 2011) I. Le PNSM Contexte national Mise en place en 1998 à la demande de la Direction Générale du Travail (DGT)

Plus en détail

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer I) Introduction Traitement actuel du cancer : compétences multiples oncologie médicale radiothérapie réanimation biologie anatomopathologie des tumeurs

Plus en détail

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France DÉPISTAGE Dépistage organisé du cancer colorectal Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France UN CANCER CURABLE À UN STADE PRÉCOCE LE DÉPISTAGE ORGANISÉ : UNE STRATÉGIE

Plus en détail

Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus

Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus Généralités 42 000 nouveaux cancers diagnostiqués /an Taux brut : 138,5 /100 000 11 700 décès /cancer du sein /an Taux brut : 38,5 /100 000 35,7%

Plus en détail

Organisation des soins

Organisation des soins p.1 Schéma régional Organisation des soins Organisation Médico-Social - hospitalier Prévention Traitement du cancer Traitement du cancer La prise en charge du cancer est un enjeu majeur de santé publique.

Plus en détail

Délégation aux droits des femmes et à l égalité des chances entre les hommes et les femmes

Délégation aux droits des femmes et à l égalité des chances entre les hommes et les femmes Délégation aux droits des femmes et à l égalité des chances entre les hommes et les femmes Rapport d information Femmes et santé, les enjeux d aujourd hui Annick Billon co-rapporteure (Vendée, UDI-UC)

Plus en détail

Registre des cancers de Loire- Atlantique et Vendée. Le cancer en Vendée. F. Molinié. Association EPIC-PL

Registre des cancers de Loire- Atlantique et Vendée. Le cancer en Vendée. F. Molinié. Association EPIC-PL Registre des cancers de Loire- Atlantique et Vendée Le cancer en Vendée F. Molinié Association EPIC-PL www.sante-pays-de-la-loire.com/registre_des_cancers.161.0.html Principaux indicateurs nécessaires

Plus en détail

Mammographie de dépistage

Mammographie de dépistage Pour avoir plus d information sur le PQDCS : CENTRE DE COORDINATION DES SERVICES RÉGIONAUX DE MONTRÉAL Ligne d information : 514 528-2424 Mammographie de dépistage destinée aux femmes de 50-69 ans CONCERTATION-FEMME

Plus en détail

L exercice coordonné en soins de 1 er recours en Bourgogne

L exercice coordonné en soins de 1 er recours en Bourgogne L exercice coordonné en soins de 1 er recours en Bourgogne 1 Stratégie régionale de l Agence Pourquoi un référentiel? Consolider l offre de santé coordonnée déjà en place Impulser et développer l exercice

Plus en détail

Youssef Ech chaykhy Master TNRP

Youssef Ech chaykhy Master TNRP Youssef Ech chaykhy Master TNRP 1 1. Généralités PLAN 2. Protection contre les rayonnements ionisants 3. Principes de la protection contre l irradiation externe 4. Objectifs de la protection et de la sûreté

Plus en détail

Panel 2 : La phase de création - entreprendre

Panel 2 : La phase de création - entreprendre Groupe de travail sur les politiques en faveur des PME, de l entreprenariat et du Capital Humain Panel 2 : La phase de création - entreprendre Mr Khalil AMMAR Président Directeur Général BFPME 30 Mars

Plus en détail

De nouvelles technologies en radio-oncologie à l HFR

De nouvelles technologies en radio-oncologie à l HFR De nouvelles technologies en radio-oncologie à l HFR Conférence de presse du 30 mai 2012 Conférence de presse "Inauguration TomoHD & Truebeam" 30/05/2012 1 Importance de la technologie dans les processus

Plus en détail

NOVA RADIOPROTECTION. Solutions de consultance en radioprotection médicale

NOVA RADIOPROTECTION. Solutions de consultance en radioprotection médicale Solutions de consultance en radioprotection médicale 1021, Avenue de Toulouse - Espace ARC-EN-CIEL (Hall 3) 34070 MONTPELLIER - www.nova-radioprotection.com courriel : contact@nova-radioprotection.com

Plus en détail

Pour les nouveaux retraités, les ateliers «Bienvenue à la retraite»

Pour les nouveaux retraités, les ateliers «Bienvenue à la retraite» Pour les nouveaux retraités, les ateliers «Bienvenue à la retraite» Le passage à la retraite est une période de transition qui implique des changements et la perte d un certain nombre d éléments structurant

Plus en détail

Adresse : 5, boulevard Mustapha Khaznadar 1007 Tunis Tél : 71 561 636 Fax : 71 571 902 email : dg.isst@email.ati.tn Site web : www.isst.nat.

Adresse : 5, boulevard Mustapha Khaznadar 1007 Tunis Tél : 71 561 636 Fax : 71 571 902 email : dg.isst@email.ati.tn Site web : www.isst.nat. 1 7 ANNEE 2013 Formation des chargés de sécurité Adresse : 5, boulevard Mustapha Khaznadar 1007 Tunis Tél : 71 561 636 Fax : 71 571 902 email : dg.isst@email.ati.tn Site web : www.isst.nat.tn PLANNING

Plus en détail

MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE

MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines de système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières(rh4) Personne

Plus en détail

LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE

LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE LE CANCER Causes de décès - Nombre de décès - Taux comparatifs - Survie à 5 ans Nombre de décès (Sénat) La France se caractérise par une mortalité encore excessive avant 65 ans

Plus en détail

Dépistage et diagnostic du cancer de la prostate chez les assurés du régime général en France

Dépistage et diagnostic du cancer de la prostate chez les assurés du régime général en France Dépistage et diagnostic du cancer de la prostate chez les assurés du régime général en France P. Tuppin, S. Samson, P. Perrin, A. Weill, P. Ricordeau, H. Allemand Caisse nationale d assurance maladie des

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

2. Présidente du comité d organisation du Cours International du GERDA Sfax, 30 Avril 2003.

2. Présidente du comité d organisation du Cours International du GERDA Sfax, 30 Avril 2003. ORGANISATIONS ET ANIMATION DE MANIFESTATIONS SCIENTIFIQUES I- ORGANISATION MANIFESTATIONS SCIENTIFIQUES A/ INTERNATIONALES (3) 1. Membre du comité d organisation 5 ème Conférence Mondiale de la CIST Tunis,

Plus en détail

Forum territorial de santé Sud de l Aisne 20 novembre 2009

Forum territorial de santé Sud de l Aisne 20 novembre 2009 Forum territorial de santé Sud de l Aisne 20 novembre 2009 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Le Sud de l Aisne a un indice conjoncturel de fécondité (ICF) plus élevé qu en Picardie et

Plus en détail

Connaissances du personnel en radioprotection Etude multicentrique dans les blocs opératoires sur le grand Tunis

Connaissances du personnel en radioprotection Etude multicentrique dans les blocs opératoires sur le grand Tunis Connaissances du personnel en radioprotection Etude multicentrique dans les blocs opératoires sur le grand Tunis H.Kamoun, D.Abbes, A.Hammou Centre National de Radioprotection, Tunis, Tunisie. INTRODUCTION

Plus en détail

Rapport sur les charges et produits pour 2015 Propositions. Conseil CNAMTS 3 juillet 2014

Rapport sur les charges et produits pour 2015 Propositions. Conseil CNAMTS 3 juillet 2014 Rapport sur les charges et produits pour 2015 Propositions Conseil CNAMTS 3 juillet 2014 Rappel des thèmes abordés dans les constats du rapport 2015 Répartition des dépenses par groupes de pathologies

Plus en détail

Description et analyse de l accès des patientes aux établissements de chirurgie

Description et analyse de l accès des patientes aux établissements de chirurgie Description et analyse de l accès des patientes aux établissements de chirurgie projet REPERES (Recherche Évaluative sur la Performance des REseaux de Santé) Comité de présentation des résultats 09 juin

Plus en détail

PLAN D ACTIONS 2010 DE L INSTITUT NATIONAL DU CANCER

PLAN D ACTIONS 2010 DE L INSTITUT NATIONAL DU CANCER PLAN D ACTIONS 2010 DE L INSTITUT NATIONAL DU CANCER Un plan d actions fortement guidé par le nouveau Plan cancer Le plan d actions 2010 de l Institut National du Cancer traduit la première année complète

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision

Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision DOSSIER DE PRESSE Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision Inauguration du CyberKnife M6 au Centre de Lutte Contre le Cancer Eugène Marquis de Rennes 20 février

Plus en détail

Facteurs de retard au diagnostic. du mélanome cutané

Facteurs de retard au diagnostic. du mélanome cutané Rapport d orientation sur les facteurs de retard au diagnostic du Mélanome cutané RAPPORT D ORIENTATION Facteurs de retard au diagnostic du mélanome cutané Juillet 2012 SYNTHESE Ce rapport d orientation

Plus en détail

INSTRUCTION GENERALE TYPE SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION DANS LES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE RECHERCHE

INSTRUCTION GENERALE TYPE SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION DANS LES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE RECHERCHE MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE, DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE INSTRUCTION GENERALE TYPE SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION DANS LES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

Plus en détail

Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009

Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009 Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Si globalement l épidémiologie des cancers (cf. points négatifs) n est pas bonne sur le

Plus en détail

Données 2004 2006. Registre NORD-TUNISIE. Des Cancers

Données 2004 2006. Registre NORD-TUNISIE. Des Cancers Registre Des Cancers NORD-TUNISIE Données 2004 2006 Un village du Nord de la Tunisie MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE Institut Salah AZAIEZ Institut National de la Santé Publique MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT

Plus en détail

Le marché des équipements et matériels médicaux en Algérie : perspectives et opportunités SOMMAIRE. Synthèse... 11

Le marché des équipements et matériels médicaux en Algérie : perspectives et opportunités SOMMAIRE. Synthèse... 11 7 Le marché des équipements et matériels médicaux en Algérie : perspectives et opportunités SOMMAIRE Synthèse... 11 1. Réforme du système de santé... 27 1.1 D importants enjeux... 29 1.2 Indicateurs de

Plus en détail

Enquête auprès des médecins généralistes pour la FFC

Enquête auprès des médecins généralistes pour la FFC Fédération Française de Cardiologie Septembre 2011 Fédération Française de Cardiologie N 19792 Contact Damien Philippot Directeur de clientèle Département Opinion Damien.philippot@ifop.com Enquête auprès

Plus en détail

PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER

PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER MERCI Nous vous remercions de lire ce support d information! Notre objectif est de vous aider à comprendre comment prévenir

Plus en détail

Un équipement de la dernière génération pour les examens de la Femme

Un équipement de la dernière génération pour les examens de la Femme Un équipement de la dernière génération pour les examens de la Femme Le Mammographe Numérique avec tomosynthèse» au Centre Hospitalier de Valenciennes 1 Sommaire Contexte...p. 3 Une technologie de pointe

Plus en détail

Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) :

Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) : Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) : Les meilleures expertises du CHU Amiens-Picardie rassemblées dans un pôle d excellence régional. Avril 2014 1 Communiqué de synthèse La prévention,

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 25 septembre 2012 Français Original: anglais ECE/AC.30/2012/3 Commission économique pour l Europe Groupe de travail sur le vieillissement Conférence

Plus en détail

المجلةالصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٣ Les maladies cardio-vasculaires sont la cause principale de morbidité et de mortalité dans les pays industrialisés. Elles sont

Plus en détail

Les cancers digestifs de la personne âgée. Société Bretonne de Gériatrie Malestroit le 19/03/2010

Les cancers digestifs de la personne âgée. Société Bretonne de Gériatrie Malestroit le 19/03/2010 Les cancers digestifs de la personne âgée Société Bretonne de Gériatrie Malestroit le 19/03/2010 Épidémiologie Le cancer est une maladie de l âge : balducci + de 50% des cancers ap 65 ans Prévisions pour

Plus en détail

Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération

Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération PLAN CANCER 2003-2007 Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération consolidant le plateau technique du Centre Hospitalier Sud Francilien dédié à la cancérologie Mercredi 19 décembre

Plus en détail

IRM mammaire : quelles indications?

IRM mammaire : quelles indications? JIM.fr 05 mars 2015 IRM mammaire : quelles indications? Centre d imagerie médicale JURAS, Paris Service de radiodiagnosic, Hôpital René Huguenin, Institut CURIE L'IRM améliore la détection des tumeurs

Plus en détail

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins Problématiques de recherche en chirurgie du sein Problématiques de recherche en chirurgie du sein C MATHELIN 1, MF BRETZ-GRENIER 2, S CROCE 3, D BRASSE 4, A GANGI 2 1. Pôle de gynécologie-obstétrique,

Plus en détail

Vers des réseaux locaux de services de santé et de services sociaux à Montréal PROGRAMME DE LUTTE CONTRE LE CANCER - BALISES RÉGIONALES

Vers des réseaux locaux de services de santé et de services sociaux à Montréal PROGRAMME DE LUTTE CONTRE LE CANCER - BALISES RÉGIONALES Vers des réseaux locaux de services de santé et de services sociaux à Montréal PROGRAMME DE LUTTE CONTRE LE CANCER - BALISES RÉGIONALES Vers des réseaux locaux de services de santé et de services sociaux

Plus en détail

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 SOMMAIRE 1. Epidémiologie 1. Incidence du cancer bronchique 2. Mortalité liée au cancer bronchique 3. Facteurs de risque

Plus en détail

MINISTERE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE L EMPLOI

MINISTERE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE L EMPLOI MINISTERE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE L EMPLOI Arrêté du ministre de la formation professionnelle et de l'emploi du 28 avril 2010, portant homologation et renouvellement d'homologation de certificats

Plus en détail

Centre hospitalier de Dieppe CHIFFRES CLÉS 2014. Juillet 2015

Centre hospitalier de Dieppe CHIFFRES CLÉS 2014. Juillet 2015 CHIFFRES CLÉS 2014 Juillet 2015 Le Centre hospitalier de Dieppe, un établissement de référence Le Centre hospitalier de Dieppe est l hôpital de référence du territoire de santé de Dieppe qui couvre une

Plus en détail

L éducation thérapeutique dans les réseaux. L exemple du réseau Santé Nutrition diabète 41

L éducation thérapeutique dans les réseaux. L exemple du réseau Santé Nutrition diabète 41 L éducation thérapeutique dans les réseaux L exemple du réseau Santé Nutrition diabète 41 Louisette MONIER Coordonnatrice Vincent LESIRE Directeur Qualité santenutritiondiabete41@wanadoo.fr Contexte local

Plus en détail

Un regard féministe sur le réseau de la santé et des services sociaux

Un regard féministe sur le réseau de la santé et des services sociaux Un regard féministe sur le réseau de la santé et des services sociaux Doit-il y avoir des approches en santé adaptées aux spécificités des femmes? Y a-t-il des obstacles pour elles dans l accessibilité

Plus en détail

PARCOURS DE SOINS EN CANCEROLOGIE

PARCOURS DE SOINS EN CANCEROLOGIE PARCOURS DE SOINS EN CANCEROLOGIE Congrès de la FHF Picardie 06.06.2014 Dr Sarah MONTEMBAULT- Centre Hospitalier de Soissons ETABLISSEMENTS FHF AU CŒUR DES PARCOURS DE SOINS Les données épidémiologiques

Plus en détail

Rapport de suivi de la situation sanitaire de la fièvre aphteuse en Tunisie

Rapport de suivi de la situation sanitaire de la fièvre aphteuse en Tunisie Rapport de suivi de la situation sanitaire de la fièvre aphteuse en Tunisie République Tunisienne Ministère de l Agriculture Direction Générale des Services Vétérinaires Document élaboré par Dr. Heni HAJ

Plus en détail

Paris, le DIRECTION DES HÔPITAUX DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ. La Ministre de l emploi et de la solidarité

Paris, le DIRECTION DES HÔPITAUX DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ. La Ministre de l emploi et de la solidarité République Française Paris, le DIRECTION DES HÔPITAUX DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ La Ministre de l emploi et de la solidarité La Secrétaire d État à la santé et aux handicapés à Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Pour le Pr. J. Janssens, Président, Le secrétaire,

Pour le Pr. J. Janssens, Président, Le secrétaire, SPF SANTE PUBLIQUE, Bruxelles, le 11/05/2006 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT Direction générale de l Organisation des Etablissements de Soins CONSEIL NATIONAL DES ETABLISSEMENTS HOSPITALIERS

Plus en détail

2010 MISE À JOUR RÉDACTIONNELLE JANVIER 2014 VERSION 1.2

2010 MISE À JOUR RÉDACTIONNELLE JANVIER 2014 VERSION 1.2 Normes spécifiques d agrément pour les programmes de résidence en neurochirurgie 2010 MISE À JOUR RÉDACTIONNELLE JANVIER 2014 VERSION 1.2 INTRODUCTION Le présent document a pour but de fournir à ceux et

Plus en détail

Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015

Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015 Point d information mensuel Jeudi 5 juillet 2007 Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015 L évolution des dépenses de santé et les modalités de leur prise en charge sont au cœur de nombreuses réflexions

Plus en détail

Incidence et traitement chirurgical des cancers

Incidence et traitement chirurgical des cancers Les registres du cancer ont estimé le nombre de nouveaux cas à 240 000 sur l ensemble de l année 1995. Bien que leur fréquence augmente avec l'âge, les cancers représentent la première cause de mortalité

Plus en détail

Les services de lutte contre le cancer. Manitoba C A D R E S T R A T É G I Q U E

Les services de lutte contre le cancer. Manitoba C A D R E S T R A T É G I Q U E Les services de lutte contre le cancer au Manitoba C A D R E S T R A T É G I Q U E Introduction Toutes les trois heures, un Manitobain ou une Manitobaine meurt du cancer, la principale cause de décès prématuré

Plus en détail

Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA)

Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA) Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA) Le PNUD en tant que Récipiendaire Principal (RP) du Fond

Plus en détail

SATISFACTION AU TRAVAIL DES PROFESSIONNELS DE SANTE GRILLE DE RECUEIL

SATISFACTION AU TRAVAIL DES PROFESSIONNELS DE SANTE GRILLE DE RECUEIL SATISFACTION AU TRAVAIL DES PROFESSIONNELS DE SANTE GRILLE DE RECUEIL Ce questionnaire aborde différents aspects de votre vie professionnelle ; pour chacun d eux, indiquez si vous l estimez plus ou moins

Plus en détail

EDITEE LE 11 NOVEMBRE 2014 EQUIPE DE REDACTION

EDITEE LE 11 NOVEMBRE 2014 EQUIPE DE REDACTION MINISTERE DE LA SANTE DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PLANIFICATION CARTE SANITAIRE DE LA PREMIERE LIGNE 2013 EDITEE LE 11 NOVEMBRE 2014 EQUIPE DE REDACTION Mme IMEN EL FAHEM, Ingénieur principal des statistiques

Plus en détail

Proposition de résolution pour une politique globale et intégrée de prévention et de traitement du cancer.

Proposition de résolution pour une politique globale et intégrée de prévention et de traitement du cancer. Proposition de résolution pour une politique globale et intégrée de prévention et de traitement du cancer. Développements : Nous sommes confrontés à une augmentation permanente du nombre de cancers. Les

Plus en détail

Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape

Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape Symposium Plan cancer Bruxelles, 26 novembre 2012 Catherine Morin, responsable du suivi du Plan cancer - INCa Sommaire de la présentation

Plus en détail

IMAGERIE THORACIQUE. Principales causes des examens inutiles. Doses délivrées dans le cadre de radiodiagnostics. Prescription d un examen d imagerie

IMAGERIE THORACIQUE. Principales causes des examens inutiles. Doses délivrées dans le cadre de radiodiagnostics. Prescription d un examen d imagerie Septembre 2008 ; N 17 IMAGERIE THORACIQUE Principales causes des examens inutiles Doses délivrées dans le cadre de radiodiagnostics Prescription d un examen d imagerie Grossesse et protection de l embryon

Plus en détail

Faculté des sciences de Tunis Laboratoire de génétique, immunologie et pathologie humaine Institut Salah Azaiez Le Cancer Du Sein Héréditaire En Tunisie Génétique & Éthique TROUDI Wafa C est Quoi Le Cancer?

Plus en détail

5. 6 ème Journée des Infirmières. Sfax, 2 Mars 2002 Les agents de santé et la surcharge mentale due au travail Marouen- Jamoussi S.

5. 6 ème Journée des Infirmières. Sfax, 2 Mars 2002 Les agents de santé et la surcharge mentale due au travail Marouen- Jamoussi S. ENSEIGNEMENTS POST-UNIVERSITAIRES & CONFERENCES (72) I- CINQUANTE QUATRE (54) CONFERENCES OU EPU ONT ETE PRESENTES EN INSTANCE INTERNATIONALE ET/OU NATIONALE ET DIXHUIT (18) COURS DE COLLEGES OU EPU SOIT

Plus en détail

ACSSD : Alliance canadienne pour des soins de santé durables

ACSSD : Alliance canadienne pour des soins de santé durables ACSSD : Alliance canadienne pour des soins de santé durables L'avenir du Système de Soins de Santé au Québec Fares Bounajm Économiste, Le Conference Board du Canada Le 15 novembre 2013 L Alliance canadienne

Plus en détail

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON MILLE Sara Ronéo de Module 5 LABERGERIE Laura Cours de Mr LECOMTE Le 21/02/11 Le cours est disponible sur l'ent TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON Épidémiologie du Cancer Colo-rectal (CCR): Le

Plus en détail

RÉDUISEZ VOTRE RISQUE DE CANCER

RÉDUISEZ VOTRE RISQUE DE CANCER Je suis heureuse de venir parler de prévention car les conseils de prévention devraient être l objet de davantage de «prescriptions» de la part des personnels de santé. Pour prévenir le cancer, tant que

Plus en détail

GARANTIES. Étudiants NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE

GARANTIES. Étudiants NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE Étudiants NOUS SOMMES PARCE BIEN QUE PLACÉS VOUS ÊTES POUR PLUS VOUS QU UN COMPRENDRE MÉDECIN, NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE Étudiants 5 raisons de choisir la Mutuelle du Médecin Une

Plus en détail

Estimation de l incidence départementale des cancers à partir de données médico-administratives*

Estimation de l incidence départementale des cancers à partir de données médico-administratives* Estimation de l incidence départementale des cancers à partir de données médico-administratives* Z Uhry 1, L Remontet 2, A Rogel 1, N Mitton 3,4, N Bossard 2, M Colonna 3,4 A Belot 1,2, P Grosclaude 4,

Plus en détail

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques.

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques. Tumeurs du pancréas (155) Professeur B. CHAUFFERT (Département d Oncologie. Centre Georges François Leclerc. Dijon), Professeur F. MORNEX (Département de Radiothérapie. Centre Hospitalier Lyon Sud), Professeur

Plus en détail

L Institut de formation des professions de santé ouvre ses portes au public le 24 janvier 2015

L Institut de formation des professions de santé ouvre ses portes au public le 24 janvier 2015 Communiqué de presse, le 7 janvier 2014 L Institut de formation des professions de santé ouvre ses portes au public le 24 janvier 2015 L Institut de Formation des Professions de Santé du CHRU de Tours

Plus en détail

Enquête nationale sur la prise en charge des cancers ou hémopathies malignes dans les structures gériatriques

Enquête nationale sur la prise en charge des cancers ou hémopathies malignes dans les structures gériatriques ENQUETE PUGG 2014 Pratiques et Usages en Gériatrie et en Gérrontologie Enquête nationale sur la prise en charge des cancers ou hémopathies malignes dans les structures gériatriques Claude Jeandel (CNPG)

Plus en détail