2 - LES APPLICATIONS :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2 - LES APPLICATIONS :"

Transcription

1 Version pré-print : pour citer cet article : «La notion de personne en droit : à quel moment commence et termine la personne»? in La personne dans les sociétés techniciennes,dir. R. Mache, l Harmattan, 2007, p LES APPLICATIONS : A QUEL MOMENT C OMMENCE ET FINIT LA PERSONNE? La notion de personne en droit, si elle peut faire l objet d une définition théorique, est nécessairement confrontée, en pratique, à ses limites. Au-delà des rapprochements que l on peut mettre en évidence entre la personne et d autres entités (les animaux, la nature), il faut s interroger avant tout sur le commencement et la fin de la personne. Si l on part d un présupposé théorique, selon lequel la personne juridique est celle qui bénéficie de droits, 1 on peut tenter de déterminer le début et la fin d une personne avec l émergence et la disparition des droits dont cette personne peut se prévaloir. Cette méthode peut être appliquée à la période qui précède la naissance de la personne humaine c est la question du statut juridique de l embryon et du fœtus (I) mais on peut encore l utiliser en ce qui concerne le statut juridique du défunt (II). Une hypothèse peut alors être soumise à vérification : l embryon ou le défunt ne peuvent être considérés comme des personnes juridiques que s ils bénéficient de droits. Une telle problématique n appelle pas de réponse tranchée. 1 Et parallèlement, sur qui repose des obligations ; mais cet aspect de la question n est pas nécessaire à la démonstration.

2 I)DÉ F I N I T I O N D E L A P E R S O N N E E T S T A T U T D E L E N F A N T C O N Ç U La question du statut de l embryon (ou du fœtus) s est présentée au juriste avec une particulière acuité depuis la dépénalisation de l avortement en Depuis, elle fait l objet d un débat récurrent en matière de droit de la bioéthique. Sans trancher ce débat, on peut mettre en évidence un certain nombre d éléments qui tendent à distinguer l embryon de la personne humaine (A) alors que d autres éléments contribuent, au contraire, à rapprocher l embryon de la personne (B). A) LE STATUT JURIDIQUE DE L ENFANT CONÇU LE DISTINGUE DE LA PERSONNE HUMAINE L embryon ou le fœtus possède un statut juridique particulier qui lui empêche de bénéficier les droits les plus fondamentaux (1) et qui ne le protège pas contre un risque de destruction (2). 1) L enfant conçu ne possède pas de droits fondamentaux Il faut citer en premier lieu l article 16 du Code civil selon lequel «La loi assure la primauté de la personne, interdit toute atteinte à la dignité de celle-ci et garantit le respect de l'être humain dès le commencement de sa vie». Ce texte peut être interprété comme établissant une distinction entre la personne humaine et l être humain. L être humain existe dès le commencement de sa vie, c'est-à-dire dès sa conception et il doit être respecté ; mais, dans l article 16 il se distingue de la personne humaine, laquelle bénéficie de la primauté 2. Ce texte, 2 Ce terme étant lui-même particulièrement ambigu.

3 qui émane de la loi de 1975 sur l IVG 3 reprend, en réalité, une distinction qui transparaissait déjà dans la Déclaration des droits de l homme et du citoyen de Dans son article 1 er, ce texte dispose que «les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit» 4. Il sous-entend de façon assez explicite que l égalité juridique des hommes débute à leur naissance. Avant cette date, il n y a point d égalité et l embryon ne peut être traité comme un homme juridique, c'est-à-dire comme une personne. L embryon ne bénéficie pas d une égalité de traitement juridique, c'est-à-dire qu il ne peut se prévaloir de droits fondamentaux, tel que le droit à la vie. On trouve une illustration de ce statut juridique précaire dans le droit de la procréation médicalement assistée. Selon le Code de la santé publique, cette technique de procréation est admise pour répondre à la demande parentale d un couple. L assistance à la procréation ne peut donc être envisagée que dans le cadre d un projet parental. Le problème se pose néanmoins, une fois l embryon conçu in vitro, de savoir si cet embryon peut se prévaloir d un droit à vivre, c'est-à-dire, en premier lieu, à naître. La question a été soulevée d abord en jurisprudence à propos du transfert in utero de l embryon post mortem, c'est-àdire postérieurement au décès du père. La jurisprudence, puis la loi, ont interdit ce transfert 5 soulignant ainsi l absence d un droit à l existence de l embryon indépendamment du projet parental. Si l embryon ne possède pas un droit autonome à naître, il est aussi mal protégé contre le risque d atteinte portée à son existence in vitro ou in utero. 3 Loi nº du 9 juillet 1975 art. 6 Journal Officiel du 10 juillet 1975 ; inséré dans le Code civil par la Loi nº du 29 juillet 1994 art. 1 I, II, art. 2 Journal Officiel du 30 juillet Cité par P. Sargos, dans son rapport sous cass. ass. plén., 29 juin La décision est disponible ainsi que le rapport et les conclusions de l avocat général sur le site de la Cour de cassation : (rubrique «grands arrêts»). Pour un commentaire doctrinal : cf. not. Sur cette décision, Y. Mayaud, D. 2001, juris., p Article L C.sant.pub., loi nº du 6 août 2004 art. 24 I Journal Officiel du 7 août 2004 : «L'homme et la femme formant le couple doivent être vivants». cf. aussi, L. Brunet, de la distinction entre «personne» ou «chose» en droit civil : a propos du transfert post mortem d embryon, in la recherche sur l embryon, qualifications et enjeux, RGDM, 2000, n spécial., p. 57.

4 - 20-2) L enfant conçu n est pas protégé contre une atteinte à sa vie Cette absence de protection est particulièrement évidente à propos de l interruption volontaire de grossesse. Qu elle soit justifiée par une nécessité médicale, par la détresse de la mère ou par la liberté de choix de celle-ci, l IVG n en reste pas moins, au regard de l embryon et d un point de vue juridique, un acte de destruction et d atteinte à la vie 6. En dehors de tout débat d ordre éthique, cette atteinte à la vie ne peut faire l objet que de deux interprétations. Soit l IVG est considérée comme une atteinte à la vie réprimée par les dispositions du Code pénal sur l homicide volontaire, mais qui fait l objet d une autorisation légale 7, soit l IVG n est pas considérée comme un homicide et l embryon doit être exclu de la catégorie des personnes au sens juridique du terme. C est la seconde interprétation qui a été préférée par la jurisprudence à propos de la destruction involontaire d embryons et de fœtus. On peut citer à ce titre la décision rendue le 9 mars 2004 par le Tribunal administratif d Amiens 8, lequel a été saisi d une action en responsabilité dirigée contre un centre hospitalier en raison de la destruction d embryons surnuméraires. Dans cette espèce, un récipient contenant des embryons congelés destinés à une PMA s était fissuré, puis réchauffé. Les parents avaient demandé à l hôpital des dommages-intérêts pour perte d être cher. Cette demande fut rejetée par le tribunal qui affirma clairement que les embryons surnuméraires «ne sont pas des personnes» et que les parents 6 Atteinte qui est limitée dans le temps pour l IVG décidée par la mère, mais qui peut avoir lieu jusqu à la naissance en ce qui concerne l IVG thérapeutique. Article L du code de la santé publique : «L'interruption volontaire d'une grossesse peut, à toute époque, être pratiquée si deux médecins membres d'une équipe pluridisciplinaire attestent, après que cette équipe a rendu son avis consultatif, soit que la poursuite de la grossesse met en péril grave la santé de la femme, soit qu'il existe une forte probabilité que l'enfant à naître soit atteint d'une affection d'une particulière gravité reconnue comme incurable au moment du diagnostic». 7 L autorisation de la loi est alors conçue comme un fait justificatif qui fait échapper son auteur à toute poursuite pénale. 8 TA Amiens, 9 mars 2004, JCP 2005, II, 10003, note I. Corpart.

5 «ne sont pas fondés à se prévaloir de l existence d un préjudice moral résultant, selon eux, de la perte d un être cher» 9. Cette jurisprudence est conforme à la politique du législateur sur ce point. Lorsque le couple qui a eu recours à une PMA a abandonné son projet parental, les embryons surnuméraires peuvent être confiés à un autre couple, destinés à la recherche, ou tout simplement détruit à l issue d un délai de cinq ans 10. L absence d utilité de l embryon surnuméraire ouvre la voie à sa destruction, soulignant un peu plus l absence d un droit de l embryon à une existence autonome. Ce statut précaire est encore appliqué à l embryon ou au fœtus qui se développe in utero. La question s est posée à de multiples reprises à propos du décès prématuré d embryons ou de fœtus à l occasion d un accident de la circulation. Dans de telles circonstances, la question se pose de savoir si l auteur de l accident peut être condamné sur le fondement du délit d homicide involontaire 11. La réponse à cette question a fait l objet d un important débat avec, en filigrane, l enjeu qui consiste à déterminer la date à partir de laquelle l être humain peut se prévaloir d un droit à vivre. Le débat s est alors porté sur la date à partir de laquelle le fœtus est considéré comme viable. La viabilité du fœtus peut être définie comme l aptitude à vivre de façon autonome une fois séparée de la mère. Ce stade du développement est essentiel, car il permet de séparer physiquement l enfant de sa mère. Le critère pourrait aussi permettre de distinguer juridiquement ces deux personnes ; mais le problème réside dans le fait que la viabilité est très difficile à dater 12. L académie de médecine, interrogée par la Cour de 9 On peut souligner à cet égard que le décès d un animal peut provoquer, selon la Cour de cassation, la perte d un être cher. Cass. civ 1 ère, 16 fév. 1962, D. 1962, juris., p Art C. sant.pub. issu de la loi du 6 août Atteinte involontaire à la vie, C.pén., art et suiv. 12 Cf. par exemple J. Saint-Rose, conclusions sous cass. ass. plén., 29 juin «On estime généralement en France, dans les services de réanimation néonatale qu'à partir de 32 semaines de grossesse une viabilité sans aide médicale est acquise. A partir de 24 semaines la réanimation est en général justifiée ; entre 22 et 24 semaines de grossesse elle se discute davantage en raison d'une mortalité plus élevée et des risques de séquelles graves ; enfin, en

6 cassation, a noté que la notion de viabilité «est étroitement liée aux possibilités de prise en charge médicale» 13. En d autres termes, la viabilité de l enfant dépend avant tout des progrès de la médecine dans l assistance aux enfants prématurés. Ce critère, par son imprécision, est difficile à transposer dans le domaine juridique et le problème demeure entier. En l absence d une distinction suffisamment nette de la viabilité du fœtus, la Cour de cassation s est contentée d appliquer les principes généraux du droit pénal à l homicide sur le fœtus. Dans un arrêt d assemblée plénière, la Cour a alors affirmé que le principe de l interprétation stricte de la loi pénale «s oppose à ce que l incrimination prévue par l article du Code pénal réprimant l homicide involontaire d autrui, soit étendue au cas de l enfant à naître, dont le régime juridique relève de textes particuliers sur l embryon ou le fœtus» 14. En d autres termes, l enfant à naître est placé sous un régime particulier qui le distingue de la personne. La destruction de l embryon ou du fœtus ne peut être qualifiée d homicide. Le débat a été alors porté devant la Cour européenne des droits de l homme pour savoir si l embryon pouvait être protégé par l article 2 de la Convention européenne des droits de l homme garantissant le droit à la vie 15. La Cour européenne, dans un arrêt du 8 juillet , a d abord souligné l absence de consensus européen sur la nature et le statut de l embryon et du fœtus. Elle a ensuite affirmé qu il n était ni souhaitable, ni possible de répondre à la question de savoir si l enfant à naître était une «personne» au sens de la Convention. En conséquence, elle a pu déclarer que le droit français n était pas en contradiction avec le texte européen. La question de l homicide involontaire sur le fœtus semble confirmer l hypothèse selon laquelle les droits de la dessous de 22 semaines de grossesse la réanimation fœtale n'est entreprise qu'exceptionnellement. Le seuil de 22 semaines de grossesse paraît difficilement franchissable car avant cette date l'air ne passe pas dans les poumons». 13 Cité par P. Sargos, dans son rapport sous ass. plén., 29 juin Cass. ass. plén., 29 juin 2001 précit, n Conv.EDH art 2 : «Le droit de toute personne à la vie est protégé par la loi». 16 CEDH, 8 juillet 2004, Vo c/ France, D. 2004, chr., p. 2801, E. Serverin ; et juris., p. 2456, note J. Pradel.

7 personnalité ne sont acquis qu à partir de la naissance de l enfant. Avant la naissance, l enfant conçu ne peut revendiquer aucun des droits les plus fondamentaux de la personne. Cela ne signifie pas, pour autant, que la période anténatale soit une zone de non-droit. Bien au contraire, l enfant conçu est l objet de nombreux textes qui en définissent le statut juridique. Un statut qui rapproche cet être humain de la notion de personne juridique. B) LE STATUT JURIDIQUE DE L ENFANT CONÇU LE RAPPROCHE DE LA PERSONNE HUMAINE Pour définir le statut de l enfant conçu, les juristes ont l habitude de citer une maxime latine encore appliquée aujourd hui en droit des successions. Selon cette maxime, l'enfant conçu est considéré comme né chaque fois qu'il s'agit de ses intérêts 17. Par exemple, il a été jugé qu'un enfant conçu au moment de l'accident mortel de travail survenu à son père, pouvait prétendre à l octroi d une rente indemnitaire 18. Pour autant, la règle de l assimilation de l enfant conçu à l enfant né est imparfaite. En effet, les droits de l enfant conçus ne seront mis en œuvre qu après la naissance. Si l enfant décède avant sa naissance, ou s il naît non-viable, la règle doit être écartée 19. Dès lors, c est bien la naissance qui constitue la condition nécessaire à l acquisition d un droit patrimonial. Mais la formule de la maxime suggère l ambiguïté du statut de l enfant à naître 20. Cette ambiguïté a été appuyée par le premier avis rendu par le Comité consultatif national d éthique le 22 mai La haute instance a ainsi affirmé que «l'embryon ou le fœtus doit être reconnu comme une personne humaine 17 infans conceptus pro nato habetur quoties de commodis ejus agitur. Pour une application, cf. par exemple Cass. civ. 1ère, 10 déc. 1985, bull, n 339, D. 1987, p. 449, defrenois 1986, p Cass. ch. réun., 8 mars 1939, Bull. civ., n Cf. sur ce point supra, in 1) Approche théorique. 20 Ambiguïté reprise par certains textes internationaux. Par exemple, la Convention internationale relative aux Droits de l'enfant du 20 novembre 1989 stipule que «L'enfant a besoin d'une protection spéciale notamment d une protection juridique appropriée avant comme après sa naissance».

8 potentielle». Elle en déduit certains principes tels que l interdiction de toute expérimentation in utero ou de toute utilisation commerciale ou industrielle de l embryon et du fœtus. Le Comité national d éthique a ainsi marqué une volonté de distinguer l enfant conçu d une simple chose pour le rapprocher d une personne sans pour autant procéder à une assimilation. En droit, ce statut intermédiaire se caractérise par une protection qui éloigne l enfant conçu de tout risque de réification (1), mais aussi, et c est plus surprenant, par certains mécanismes juridiques qui aménagent indirectement des droits à son profit (2). 1) Une protection juridique qui éloigne l enfant conçu du risque de réification Le statut juridique de l embryon résulte d un ensemble de textes qui posent un cadre strict pour chacune des atteintes à la vie ou à l intégrité de l enfant conçu. Ce dernier fait ainsi l objet d une protection pénale détaillée qui prohibe par exemple l interruption de grossesse sans le consentement de la mère 21 ou encore l interruption de grossesse d autrui exercée au-delà de l expiration du délai légal 22. Plus particulièrement, dans le Code pénal, figure une section dédiée à la protection de l embryon humain. Un ensemble d incriminations prohibent ainsi le commerce des embryons 23 ou leur fabrication par clonage dans un but thérapeutique ou scientifique 24. Plus précisément, certaines utilisations licites de l embryon font l objet d une réglementation qui tend à montrer que le statut de l embryon se rapproche de celui d un jeune enfant. Tel est le cas de la loi du 6 août 2004 qui a ouvert la possibilité de réaliser des recherches sur l embryon. Certains auteurs ont pu évoquer, à propos de cette loi, le spectre de la 21 C.pén. art C. sant.pub : art L Il est à souligner que seul celui qui pratique l IVG illégale peut être poursuivi. La mère échappe, quant à elle, à l interdiction. 23 C.pén., art C.pén. art et

9 réification 25. Bien au contraire, la protection juridique accordée à l embryon est proche de celle qui concerne l expérimentation humaine sur les enfants 26. Quelques comparaisons suffisent à s en convaincre. 1) La recherche sur l embryon est soumise à la double condition qu il n existe pas de méthode alternative d efficacité comparable et que cette recherche soit susceptible de permettre un progrès thérapeutique majeur 27. La recherche sur l enfant né est aussi soumise à la double condition que des recherches d'une efficacité comparable ne puissent être effectuées sur des personnes majeures et que l'importance du bénéfice escompté pour les mineurs soit de nature à justifier le risque prévisible encouru 28. 2) La recherche sur l embryon ne peut être réalisée qu avec le consentement écrit du couple qui l a conçu dès lors que le projet parental a été abandonné 29. La recherche biomédicale sur la personne d un mineur est elle aussi soumise à l exigence d un consentement écrit donné par les titulaires de l autorité parentale 30. 3) Le protocole de recherche sur l embryon doit faire l objet d une autorisation donnée par l agence de la biomédecine 31. Quant à la recherche sur le mineur, elle est soumise, comme toute recherche biomédicale, à l avis favorable du comité de protection des personnes 32. Ainsi, de nombreuses similitudes peuvent être établies en ce qui concerne le statut de l enfant conçu et celui de l enfant né au regard de l encadrement juridique auquel sont soumises les expérimentations. Des similitudes se retrouvent, dans un tout autre champ du droit, en ce qui concerne l état civil de l enfant conçu lorsque ce dernier vient à décéder avant sa naissance. 25 A. Dorsner-Dolivet, De l interdiction du clonage à la réification de l être humain, JCP 2004, I, Résultant de la loi nº du 9 août 2004, Journal Officiel du 11 août C. sant.pub. art L C. sant.pub. art L C. sant.pub. art L C. sant.pub. art C. sant.pub. art. L C. sant.pub. art

10 L enfant mort-né bénéficie alors d une procédure particulière d inscription à l état civil. Le rôle de l'état civil consiste à répertorier les naissances, les décès et les principaux événements de la vie des personnes 33. Pourtant, lorsque l enfant n est pas né viable, une procédure particulière est offerte aux parents afin d indiquer symboliquement, sur le registre d état civil, que l enfant a existé. C est l acte d enfant sans vie 34. L officier d état civil dresse cet acte en indiquant le jour, l heure et le lieu de l accouchement ainsi que l identité des parents. Cet acte ne préjuge pas de savoir si l enfant a vécu ou non. Ainsi, l enfant conçu qui n a jamais accédé à la vie après l accouchement reçoit aussi une reconnaissance juridique, sans pour autant que cette reconnaissance ne crée des droits à son profit. Ces droits existent pourtant avant la naissance dans certaines circonstances particulières. 2) Des mécanismes juridiques qui accordent des droits à l enfant conçu De façon très particulière, en droit international, il est possible d évoquer le cas peu fréquent, mais signifiant, de l exécution d une femme enceinte. Cette hypothèse est prévue dans le pacte international relatif aux droits civils et politiques du 16 décembre Cette convention internationale stipule, dans son article 6, que le droit à la vie est inhérent à la personne humaine et précise qu une sentence de mort ne peut être exécutée contre des femmes enceintes. Ainsi, de façon indirecte, le pacte établit une distinction entre la femme qui est condamnée à mort pour avoir commis un crime, et l enfant qui bénéficie du droit à vivre malgré la peine qui frappe sa mère. D un point de vue éthique, la solution paraît évidente, mais d un point de vue juridique, elle réintroduit l idée que l enfant à naître peut bénéficier des mêmes droits que les autres personnes humaines. De façon plus symptomatique en droit français, on peut déduire de certaines décisions que l enfant conçu est 33 Frédérique GRANET, Etat civil et décès périnatal dans les Etats de la CIEC, JCP 1999, I C.civ. art 79-1.

11 protégé par le droit au respect de sa dignité. Le droit à la dignité est visé par l article 16 du Code civil et il est réservé, selon ce texte, à la personne humaine. Une interprétation stricte devrait conduire à exclure l enfant simplement conçu du champ d application du principe de dignité. Telle n est pas la solution retenue par le Conseil constitutionnel qui a eu à se prononcer sur cette question à propos de l examen de la loi prolongeant le délai de l interruption volontaire de grossesse de dix à douze semaines 35. Pour le Conseil 36, cette loi «n a pas rompu l équilibre ( ) entre, d une part la sauvegarde de dignité de la personne humaine contre toute forme de dégradation et, d autre part, la liberté de la femme qui découle de l article 2 de la Déclaration des droits de l homme et du citoyen». En plaçant face à face la liberté de la femme et le principe de dignité à propos de l IVG, le Conseil constitutionnel a reconnu implicitement que l embryon ou le fœtus était protégé par le droit à la dignité ; et que ce droit pouvait, dans une certaine mesure, être opposé à celui de la mère. Loin de la réification, cette décision marque au contraire un net rapprochement entre le statut de l enfant conçu et celui de la personne humaine. La difficile frontière qui existe entre le commencement de la vie et la naissance, se prolonge lorsque, à l issue de sa vie, l être humain passe de l état de personne à celui de défunt. II) D E F I N I T I O N D E L A P E R S O N N E E T S T A T U T D U D E F U N T La mort de la personne humaine est définie juridiquement par le Code de la santé publique. Elle consiste soit dans l arrêt cardiaque, soit dans l état de mort cérébrale qui désigne l arrêt irrémédiable de toutes les activités du cerveau 35 Loi n du 4 juillet 2001 art L et suiv. C.sant.pub. 36 CC, 27 juin 2001, déc. N , JCP 2001, II, ; D. 2001, juris., p

12 bien que la respiration et les battements du cœur puissent être maintenus artificiellement 37. Le statut juridique du défunt oscille entre celui de chose et celui de personne humaine. Le Code de la santé publique utilise l expression «personne décédée». Le Code pénal, quant à lui, parle d atteinte à «l intégrité du cadavre» mais vise aussi la «mémoire des morts». La personnalité de l individu décédé persiste ainsi, au moins de façon symbolique, à travers le vocabulaire employé. Ce qui distingue le défunt de l enfant conçu, réside notamment dans le fait que le premier a connu une existence en tant que personne humaine. À ce titre, il a pu exprimer une volonté qui constitue l un des critères de la personnalité. L appréhension du défunt par le droit doit ainsi tenir compte de cette volonté qui a été exprimée et produira des effets après le décès. Pour autant, peut-on encore parler de personne humaine à propos du défunt? Il faut revenir vers l hypothèse de départ, qui attribue la personnalité juridique à celui qui peut se prévaloir de droits. Ainsi, le défunt ne demeure une personne humaine que s il a pu conserver ses droits. On constatera ainsi que les droits du défunt ne disparaissent que partiellement (A) alors que sa volonté survit, dans une certaine mesure, à son décès (B). 37 Article R C.sant.pub : «Si la personne présente un arrêt cardiaque et respiratoire persistant, le constat de la mort ne peut être établi que si les trois critères cliniques suivants sont simultanément présents : 1º Absence totale de conscience et d'activité motrice spontanée ; 2º Abolition de tous les réflexes du tronc cérébral ; 3º Absence totale de ventilation spontanée». Article R C.sant.pub : «Si la personne, dont le décès est constaté cliniquement, est assistée par ventilation mécanique et conserve une fonction hémodynamique, l'absence de ventilation spontanée est vérifiée par une épreuve d'hypercapnie. De plus, en complément des trois critères cliniques mentionnés à l'article R , il est recouru pour attester du caractère irréversible de la destruction encéphalique : 1º Soit à deux électroencéphalogrammes nuls et aréactifs effectués à un intervalle minimal de quatre heures, réalisés avec amplification maximale sur une durée d'enregistrement de trente minutes et dont le résultat est immédiatement consigné par le médecin qui en fait l'interprétation ; 2º Soit à une angiographie objectivant l'arrêt de la circulation encéphalique et dont le résultat est immédiatement consigné par le radiologue qui en fait l'interprétation».

13 A) LA DISPARITION PARTIELLE DES DROITS DU DEFUNT De façon similaire à l enfant simplement conçu, le défunt perd la plupart de ses droits fondamentaux (1) 38 ; mais il bénéficie toujours d une protection juridique (2). 1) L extinction des droits de la personnalité Cette disparition semble logique dans la mesure où le défunt ne laisse derrière lui que son patrimoine alors même que les droits de la personnalité présentent un caractère extrapatrimonial. On peut citer, de façon topique, le droit au respect de la vie privée prévu à l article 9 du Code civil. «Le droit au respect de la vie privée n appartient qu aux vivants» affirmait clairement la Cour d appel de Paris dans un arrêt du 6 mai Cette solution a été confirmée par la Cour de cassation à propos de la publication d un ouvrage révélant la maladie d un président de la République après le décès de ce dernier. La Cour a pu affirmer que «le droit d'agir pour le respect de la vie privée s'éteint au décès de la personne concernée, seule titulaire de ce droit» 40. Une solution identique est reprise à l article 34 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse à propos de la diffamation. Cette infraction, qui constitue une atteinte à l honneur de la personne diffamée, connaît un champ d application réduit en ce qui concerne le défunt. La loi prévoit ainsi que la diffamation et l injure contre la mémoire des morts ne peuvent donner lieu à une action en justice que «dans le cas où l auteur de ces diffamations ou injures aurait eu l'intention de porter atteinte à l'honneur ou à la considération des héritiers, époux ou légataires universels vivants». Ainsi, les héritiers ne peuvent agir au nom du défunt pour sauvegarder son honneur. Le droit à l honneur s éteint avec le décès. En définitive, tout se passe comme si le défunt perdait son statut de personne pour ne devenir plus qu un corps. Ce sentiment est renforcé à la lecture de l article 16-2 du Code civil qui permet de faire cesser les atteintes au corps humain. Sur le 38 Ceux de la personnalité 39 CA Paris, 6 mai 1997, D. 1997, juris., p. 596, note B. Beignier. 40 Cass. civ. 1 ère, 14 déc. 1999, bull, n 345, D. 2000, juris., p. 372, note B. Beignier, JCP 2000, II, 10241, concl. Petit.

14 fondement de cette disposition, les juges du fond ont pu affirmer que «la dépouille mortelle d un individu fait l objet d un droit de copropriété familial» 41, qui doit alors être considéré comme un simple objet. Mais cet objet bénéficie d une protection qui rapproche sa situation juridique de celle d une personne. 2) LA SURVIE D UNE PROTECTION JURIDIQUE DU DEFUNT Cette protection concerne d abord le corps du défunt. Ainsi, l article 16-2 du Code civil permet au juge de «prescrire toutes mesures propres à empêcher ou faire cesser une atteinte illicite au corps humain». Cette protection est assurée à la personne en vie, mais aussi au corps du défunt. Elle est renforcée par l article du Code pénal qui réprime le délit d atteinte à l intégrité du cadavre 42. Symboliquement, ce délit est intégré dans la partie du Code pénal qui envisage les atteintes à la personne humaine, assimilant ainsi les morts à des personnes. Cette infraction est d ailleurs inspirée par l humanité qui demeure dans le corps du défunt. La Cour d appel de Nancy a pu affirmer à cet égard que «le but de l acte doit être un outrage envers le mort, un manquement dû au respect de sa personne» 43. Dans le même esprit, le droit assure encore la protection de la dignité du défunt. Cette solution a été affirmée à deux reprises à propos de la publication de photos de personnes récemment décédées. Dans une importante décision du 20 décembre 2000, la Cour de cassation a affirmé qu une Cour d appel, «ayant retenu que la photographie publiée représentait distinctement le corps et le visage du préfet assassiné, gisant sur la chaussée d'une rue, (elle) a pu juger, dès lors que cette image était attentatoire à la dignité de la 41 Notamment TGI Lille, ord. 5 déc. 1996, D. 1997, juris., p. 376, note Labbée. 42 De la même façon que la violation ou la profanation de sépulture ou de monuments édifiés à la mémoire des morts. 43 CA Nancy, 16 mars 1967, D. 1971, som. p. 212.

15 personne humaine» 44. Elle a précisé dans un arrêt du 20 février 2001, que l atteinte à la dignité d un défunt était caractérisée par une photo indécente recherchant le sensationnel 45. De façon plus étonnante, la Cour de cassation assure une protection pénale de la vie privée de la personne décédée alors même que cette protection n est pas accordée sur le fondement de l article 9 du Code civil. À propos de la publication d une photo de la dépouille mortelle d un président de la République, la chambre criminelle a pu affirmer que «la fixation de l image d une personne, vivante ou morte, sans autorisation préalable des personnes ayant pouvoir de l accorder, est prohibée et la diffusion ou la publication de ladite image sans autorisation entre nécessairement dans le champ d application des articles 226-1, et du Code pénal» 46, lesquels protègent la vie privée des personnes. Cette solution est surprenante, tant elle paraît contradictoire avec la position adoptée en matière civile. Pour autant, si elle accorde une protection particulière à la dépouille mortelle, la Cour de cassation n érige pas cette protection en véritable droit dont pourraient se prévaloir les héritiers par représentation 47. La persistance de la personnalité est plus visible lorsque le droit consacre la survie partielle de la volonté du défunt. B) LA SURVIE PARTIELLE DE LA VOLONTE DU DEFUNT Le corps d un défunt peut être l objet de nombreuses tensions dans la mesure où il représente, parfois, un intérêt non négligeable pour les vivants. Il peut servir à sauver des vies, par un prélèvement d organe, mais aussi à révéler des vérités, par une expertise génétique. Le corps du défunt peut donc connaître 44 «Qu'une telle publication était illicite, sa décision se trouvant ainsi légalement justifiée au regard des exigences tant de l'article 10 de la Convention européenne que de l'article 16 du Code civil». Cass. civ. 1 ère, 20 déc. 2000, D. 2001, p. 885, p. 872 ; JCP 2001, II, Cass. civ. 1 ère 20 fév. 2001, n Cass. crim. 20 oct. 1998, D. 1999, juris., p. 107, note B. Beignier. 47 Cf. l analyse de B. Beignier, selon lequel «le mort perd toute individualité» ses héritiers étant propriétaires de son corps et agissant en leur nom propre.

16 une nouvelle vie après la mort. Toutefois, la persistance de la volonté du défunt après son décès n est prise en compte par le droit que si cette volonté a pu être exprimée par le défunt de son vivant. L atteinte au cadavre est alors soumise au consentement de la personne avant son décès ; consentement qui peut être présumé (1) ou qui doit avoir été exprimé (2). 1) Le consentement présumé L atteinte au corps du défunt peut présenter l utilité incontestable, dans certaines circonstances, de sauver la vie ou d améliorer la santé d autrui par la technique du don d organe. Pour autant cette atteinte est soumise, selon l article 16-3 du Code civil, au consentement de la personne concernée. Dans cet esprit, lorsqu une personne se trouve en état de mort cérébrale, un prélèvement d organe ne peut être effectué que si l individu décédé a donné son consentement au prélèvement. Depuis une loi du 22 décembre 1976, pour favoriser le don d organe, ce consentement est présumé avoir été donné par la personne de son vivant 48. Par la suite, les premières lois bioéthiques de 1994 adoptèrent une distinction entre le prélèvement à finalité thérapeutique et ceux à finalité scientifique (pour lesquels le consentement devait être démontré) 49. Cette distinction a été abandonnée par la loi relative à la bioéthique du 6 août 2004 et le Code de la santé publique prévoit désormais que le prélèvement peut avoir lieu «lorsque la personne n'a pas fait connaître, de son vivant, son refus d'un tel prélèvement» 50. Le refus peut être exprimé du vivant de la personne dans un registre national automatisé. Néanmoins, dans la plupart des situations, le médecin se 48 Loi n , JO 23 déc. 1976, p Cf. sur ce point, J.R. Binet, Le nouveau droit de la bioéthique, Litec, Paris, C. sant.pub : «Le prélèvement d'organes sur une personne dont la mort a été dûment constatée ne peut être effectué qu'à des fins thérapeutiques ou scientifiques. Ce prélèvement peut être pratiqué dès lors que la personne n'a pas fait connaître, de son vivant, son refus d'un tel prélèvement. Ce refus peut être exprimé par tout moyen, notamment par l'inscription sur un registre national automatisé prévu à cet effet. Il est révocable à tout moment». Une limite au prélèvement scientifique est posée : C. sant.pub : «Les prélèvements à des fins scientifiques ne peuvent être pratiqués que dans le cadre de protocoles transmis, préalablement à leur mise en œuvre, à l'agence de la biomédecine».

17 retrouve face au silence du défunt. Il ne peut alors se contenter de ce silence, mais doit «s'efforcer de recueillir auprès des proches l'opposition au don d'organes éventuellement exprimée de son vivant par le défunt». En d autres termes, la volonté du défunt sera exprimée par ses proches 51. Parfois, le droit exige que cette volonté ait été exprimée clairement par la personne de son vivant. 2) Le consentement exprimé Le corps du défunt peut parfois receler des informations qui seront utiles à la découverte de la vérité. Tel est le cas dans un procès en recherche de paternité naturelle. La question se pose alors de savoir s il est possible d aller rechercher, sur le cadavre, des informations génétiques permettant de connaître l existence d un lien de filiation biologique ou encore d identifier une victime. En matière pénale, l expertise génétique sur un cadavre n est pas soumise à l expression antérieure de son consentement. Il s agit d une mesure d enquête ou d instruction et l empreinte génétique est conservée dans le fichier national automatisé 52. En revanche, en matière civile, l exigence du consentement est expressément posée par l article du Code civil. Cette question a d abord fait l objet d un arrêt controversé rendu par la Cour d appel de Paris en La juridiction avait alors ordonné l exhumation du cadavre d un acteur célèbre pour déterminer sa filiation 53. La loi du 6 août 2004 relative à la bioéthique a remis en cause cette solution 54. L article précise désormais que «sauf accord exprès de la personne manifesté de son vivant, aucune identification par empreintes génétiques ne peut être réalisée après sa mort». Le respect de la volonté de la personne vivante est ici mis en évidence, puisque le juge ne pourra se fonder, pour ordonner une expertise génétique post mortem, que sur un consentement exprimé clairement. 51 Bien que la rédaction du texte ait été modifiée. Le médecin ne doit plus rechercher la volonté, mais une éventuelle opposition. Dans la pratique, il est vraisemblable que cette rédaction ne change rien. 52 CPP art CA Paris, 6 nov. 1997, D. 1998, p. 122, RTD civ. 1998, p Loi nº du 6 août 2004.

18 Ce consentement exprimé avant la mort est encore sollicité en ce qui concerne la recherche biomédicale. L article L du Code de la santé publique dispose ainsi qu «Aucune recherche biomédicale ne peut être effectuée sur une personne décédée, en état de mort cérébrale, sans son consentement exprimé de son vivant ou par le témoignage de sa famille». La loi prévoit une possibilité d expression du consentement post mortem par la voie de la famille, mais, contrairement au don d organe, le médecin doit rechercher l expression du consentement et non pas l absence d opposition. En définitive, la recherche de la volonté exprimée par le défunt de son vivant semble être un élément important qui établit une similitude entre le statut juridique avant et après la mort. Dans la plupart des situations, la famille ou les proches du défunt ont un rôle de représentants de cette volonté. Ils revendiquent, au nom du défunt, une protection que ce dernier aurait revendiquée de son vivant. La protection du corps du défunt ressemble alors, en de nombreux points, à celle dont bénéficie la personne humaine. Pour autant, si les effets de la volonté persistent après la mort, nombre de droits fondamentaux disparaissent et il est difficile de considérer le défunt comme une personne à part entière. Au regard des éléments qui viennent d être évoqués, et malgré l ambiguïté créée par la diversité des solutions, il est possible d affirmer que la personne humaine débute avec la naissance et s achève avec la mort. Pour autant, l enfant conçu et le défunt forment certainement les éléments d une catégorie juridique intermédiaire entre les personnes et les choses. Cette catégorie se caractérise par une protection juridique accordée à l enfant conçu et au défunt. Une protection qui ne leur confère pas de droits, mais impose simplement à autrui des obligations. À cette protection juridique, s ajoutent deux prérogatives qui rapprochent l enfant conçu et le défunt de la catégorie des personnes. La première réside dans le respect de la dignité, véritable droit dont on ignore encore les modalités de mise en œuvre. La seconde consiste dans le respect de la volonté lorsque celle-ci a pu être exprimée. En définitive, cette catégorie intermédiaire pourrait être intégrée dans celle, plus générale, d être humain, ou d espèce humaine dont le statut juridique reste à déterminer.

19 Quelles que soient les évolutions futures du droit, la notion de personne humaine devrait, dans les années, décennies, ou siècles à venir, être confrontée à de nouvelles frontières inhérentes à la recherche scientifique. Ainsi, l avènement annoncé de l utérus artificiel pourrait conduire à remettre en cause le moment de la naissance comme l événement fondateur de la personnalité juridique. Dans un tout autre ordre d idée, la recherche sur les chimères homme-animal, que certains chercheurs se proposent de réaliser, va nécessairement placer le juriste devant les limites de sa définition de l homme. Le droit se trouve ainsi dans une position inconfortable, consistant à définir clairement des situations ambiguës qui résultent, la plupart du temps, de débats d ordre éthique et de positions de principe. Il n est pas certain que la fonction du droit soit de trancher ces débats. On tient peut-être ici l explication des nombreuses ambiguïtés qui viennent d être décrites. Etienne Vergès

20 - 36 -

FICHE PEDAGOGIQUE DROIT CIVIL - DROIT PENAL SPECIAL DROIT EUROPEEN

FICHE PEDAGOGIQUE DROIT CIVIL - DROIT PENAL SPECIAL DROIT EUROPEEN ROUX-DEMARE François-Xavier Publication sur http://fxrd.blogspirit.com Janvier 2012 FICHE PEDAGOGIQUE DROIT CIVIL - DROIT PENAL SPECIAL DROIT EUROPEEN L embryon et le fœtus en droit Définitions. Il convient

Plus en détail

DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES

DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES Préambule. Ce cours nous présentera le regard d un praticien non éthicien (Benoît AVERLAND) exerçant en «honnête homme» avec un regard relativement

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

La responsabilité juridique des soignants

La responsabilité juridique des soignants La responsabilité juridique des soignants Les soignants, face à des conditions de travail parfois difficiles et aux aléas de la médecine, songent plus souvent aux risques thérapeutiques qu aux risques

Plus en détail

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat Aspects juridiques de la transplantation hépatique Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat CONTEXTE - La greffe, longtemps image expérimentale, est une thérapeutique éprouvée - Première

Plus en détail

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches.

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches. L Agence de la biomédecine DON D ORGANES le guide L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par

Plus en détail

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012 Version pré-print pour citer cet article : «Les droits de celui qui décide de se défendre seul et le principe d égalité» (Cons. Const. 23 nov. 2012), Rev. Pén. Dr. Pén. 2012, p. 917, Les droits de celui

Plus en détail

DON D ORGANES Donneur ou pas

DON D ORGANES Donneur ou pas Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par la loi de bioéthique du 6

Plus en détail

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Procédure pénale Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Corrigé : Dissertation Le jugement de la personne poursuivie en son absence Indications de méthodologie : Sur la

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale Dispositions législatives relatives au chapitre : La protection des droits de la personne Code de la santé publique Dispositions introduites

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Commentaire de la décision n 2007-557 DC du 15 novembre 2007 Loi relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile Déposé sur le bureau

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs DELEGATIONS DE POUVOIR Secteur Pharmaceutique Paris, 27 septembre 2006 Introduction: définition, contexte et rappel des principes généraux Délégation de pouvoirs et notions voisines

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T.

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T. Commentaire Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013 M. Jory Orlando T. (Conditions d attribution d une carte de séjour mention «vie privée et familiale» au conjoint étranger d un ressortissant français)

Plus en détail

LES DROITS DE L ENFANT

LES DROITS DE L ENFANT LES DROITS DE L ENFANT Maître Viviane SCHMITZBERGER HOFFER Avocat, Ancien Bâtonnier du Barreau de METZ Colloque du 11 octobre 2013 Syndrome du bébé secoué au Ministère de la Santé Mise en garde Article

Plus en détail

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010 LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL En 1896, un arrêt de la Chambre Civile de la Cour de Cassation, l arrêt TEFFAINE, a retenu le principe d une responsabilité directe

Plus en détail

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Patrick Niaudet Président du Conseil d Orientation de l ABM Servie de Néphrologie Pédiatrique Hôpital Necker-Enfants Malades, Paris Mon intervention ne

Plus en détail

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 L article 11 du Code de procédure civile énonce que la procédure au cours de l'enquête et de l'instruction est secrète. La divulgation des informations contenues

Plus en détail

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine le guide L Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine est un établissement public national de l État créé par la loi de bioéthique de 2004. Elle exerce ses missions dans les domaines du prélèvement

Plus en détail

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011 ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011 A propos du bénéficiaire à titre gratuit d'un contrat d'assurance-décès (v. Cass. 2 ème civ., 1 er juin 2011, n 10-30430)

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS RESPONSABILITE PEDAGOGIQUE JURIDIQUE MORALE CIVILE PENALE ETHIQUE TRIBUNAUX TRIBUNAUX MORALE CIVILS REPRESSIFS - Conscience du devoir - Instance - Police - Grande Instance

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

Les responsabilités à l hôpital

Les responsabilités à l hôpital Les responsabilités à l hôpital Pour aller à l essentiel Dans leurs activités de prévention de diagnostic et de soins, les établissements publics de santé et les personnels qui y exercent relèvent principalement

Plus en détail

La responsabilité des directeurs d unité

La responsabilité des directeurs d unité 9 mai 2012 - Journée des administrateurs et responsables des laboratoires de l INSIS La responsabilité des directeurs d unité Direction des affaires juridiques CNRS/DAJ/MF l 9 mai 2012 Journée INSIS P.

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler Cass. crim., 18 mars 2014, n 12-83.274 Assurance automobile Offre d indemnité Pénalité en cas d offre tardive et insuffisante Doublement du taux de l intérêt légal Absence de demande d indemnisation de

Plus en détail

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 M. Karamoko F. (Élection de domicile des étrangers en situation irrégulière sans domicile stable) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 17 juillet

Plus en détail

LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT.

LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT. LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT. Un des soucis du législateur de 1968 a été d assurer la protection du logement des majeurs protégés hospitalisés ou en établissement. L article 490-2 du Code civil prévoit

Plus en détail

La notion d accident de trajet

La notion d accident de trajet La notion d accident de trajet Article juridique publié le 06/02/2015, vu 1161 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La notion d accident de trajet est distincte de celle d accident du travail et bénéficie d

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

La faute et les délits non intentionnels M. Benillouche

La faute et les délits non intentionnels M. Benillouche La faute et les délits non intentionnels M. Benillouche La faute, élément moral des délits non intentionnels, est définie par l article 121-3 CP dont la dernière réforme issue de la loi n 2000-647 du 10

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

COURS DE DROIT CIVIL (juillet 2014) Droit civil :

COURS DE DROIT CIVIL (juillet 2014) Droit civil : COURS DE DROIT CIVIL (juillet 2014) Droit civil : Notion dérivée du droit romain «ius civile». En droit romain le ius civile représente le droit des citoyens, par opposition au «ius gentium»le droit des

Plus en détail

Responsabilité professionnelle des Infirmiers

Responsabilité professionnelle des Infirmiers Responsabilité professionnelle des Infirmiers Diplômés s d Etatd Direction des Affaires Juridiques et des Droits du Patient Bureau de la Responsabilité Médicale et du Contentieux des Personnels Emily THIBAULT

Plus en détail

S'informer sur l'adoption. Le Conseil général et vous. p3 L'adoption dans l'aube en 2000. p4 Deux modes d'adoption : simple ou plénière

S'informer sur l'adoption. Le Conseil général et vous. p3 L'adoption dans l'aube en 2000. p4 Deux modes d'adoption : simple ou plénière Sommaire p1 p2 p3 S'informer sur l'adoption Le Conseil général et vous L'adoption en France p3 L'adoption dans l'aube en 2000 p4 Deux modes d'adoption : simple ou plénière p5 Qui peut demander à adopter

Plus en détail

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Avant-projet de loi Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale Déposé par Madame Kathleen

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous souhaite une très bonne année 2009 ainsi qu une agréable lecture de cette troisième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance

Plus en détail

Etat des lieux de la nullité pour fausse déclaration intentionnelle de risques S. Abravanel-Jolly

Etat des lieux de la nullité pour fausse déclaration intentionnelle de risques S. Abravanel-Jolly ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 19 JANV-FEV 2011 Etat des lieux de la nullité pour fausse déclaration intentionnelle de risques S. Abravanel-Jolly Mots clés : C.

Plus en détail

LA DEONTOLOGIE FRANCAISE DU CONFLIT D INTERET

LA DEONTOLOGIE FRANCAISE DU CONFLIT D INTERET LA DEONTOLOGIE FRANCAISE DU CONFLIT D INTERET Le respect de la règle du conflit d intérêts est un des principes essentiels de la déontologie de l avocat français. 1. La règle Elle est énoncée par l article

Plus en détail

La responsabilité des infirmiers et des établissements de santé

La responsabilité des infirmiers et des établissements de santé La responsabilité des infirmiers et des établissements de santé I. Généralités Notion de responsabilité : Seules les personnes sont juridiquement responsables : o Personnes physiques (particuliers, professionnels)

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision de recommandations - article 25 de la loi organique Domaine(s) de compétence de l Institution : Défense des droits

Plus en détail

Introduction : un contentieux aux trois visages différents

Introduction : un contentieux aux trois visages différents 7 ème assises nationales de la qualité de l environnement sonore Mercredi 15 octobre 2014, 14 h 30-16 h 00 Atelier 16 / SALLE 4 Bruit de voisinage et incivilités sonores : la prévention, la médiation,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2012-239 QPC du 4 mai 2012. Mme Ileana A.

Commentaire. Décision n 2012-239 QPC du 4 mai 2012. Mme Ileana A. Commentaire Décision n 2012-239 QPC du 4 mai 2012 Mme Ileana A. (Transmission des amendes, majorations et intérêts dus par un contribuable défunt ou une société dissoute) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs La responsabilité d une personne est toujours définie par le juge sur la base de faits précis et circonstanciés. Direction

Plus en détail

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile et pénale Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile est la conséquence, soit de l'inexécution d'un contrat, soit d'un acte volontaire ou

Plus en détail

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime Association Réflexion Action Prison et Justice FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS L indemnisation de la victime La partie civile dispose des règles du droit civil et des voies d exécution de

Plus en détail

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains Adoptée par la 18e Assemblée générale de l AMM, Helsinki, Finlande,

Plus en détail

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Mlle C c/ Polynésie française Séance du 30 janvier 2012 Rapporteur : M. Christian Vigouroux Commissaire

Plus en détail

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES I. INTRODUCTION Dans le cadre du séminaire d imprégnation des personnels

Plus en détail

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé DON D ORGANES, IL SUFFIT DE LE DIRE. MAINTENANT. Le guide pour tout comprendre Agence relevant du ministère de la santé La greffe D organes comment s y prendre? des vies La greffe d organes est un acte

Plus en détail

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La volonté affichée au printemps 2013 par le Président de la République d intensifier la

Plus en détail

ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE

ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE Présidence : Martine Behar-Touchais, professeur à l Université Paris Descartes (Paris V) Les clauses abusives à l épreuve de la

Plus en détail

La prise illégale d intérêts

La prise illégale d intérêts La prise illégale d intérêts Valeurs sociales protégées : Il s agit simplement de préserver, d une part, la probité dans la gestion des affaires publiques en respectant le vieil adage " nul ne peut servir

Plus en détail

REVUE DE L AIDE FISCALE ACCORDÉE AUX PERSONNES AYANT RECOURS À LA VOIE MÉDICALE POUR DEVENIR PARENTS

REVUE DE L AIDE FISCALE ACCORDÉE AUX PERSONNES AYANT RECOURS À LA VOIE MÉDICALE POUR DEVENIR PARENTS REVUE DE L AIDE FISCALE ACCORDÉE AUX PERSONNES AYANT RECOURS À LA VOIE MÉDICALE POUR DEVENIR PARENTS Le présent bulletin d information vise rendre publiques les différentes modifications qui seront apportées

Plus en détail

Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur

Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur Ces dispositions ne concernent pas les renouvellements à l identique des mesures de tutelle. Par contre, si

Plus en détail

LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS

LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS ANJEU-TC juin 2008-1 - PETIT GUIDE PRATIQUE LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS Dès 18 ans, le jeune est légalement capable de tous les actes de la vie civile et ses parents ne peuvent plus agir pour son

Plus en détail

AMIFORM PRÉLÈVEMENTS D ORGANES ET DE TISSUS. Docteur Renaud Gruat

AMIFORM PRÉLÈVEMENTS D ORGANES ET DE TISSUS. Docteur Renaud Gruat AMIFORM PRÉLÈVEMENTS D ORGANES ET DE TISSUS Docteur Renaud Gruat Activité de greffe en France Origine des greffons Donneur Vivant Organes «doubles» Rein/ Foie/Pm Tissus Résidus op Peau/ os Cellules souches

Plus en détail

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 16 décembre 2010 N de pourvoi: 10-11628 Non publié au bulletin M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cassation partielle

Plus en détail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2010 En bref Art. L. 1224-1 du Code du travail Cette fiche a pour objet de présenter les conditions d application de l article L. 1224-1 du Code du travail et les

Plus en détail

Correction de la séance 2 : Que pensez vous de la suma divisio responsabilité contractuelle et responsabilité extracontractuelle

Correction de la séance 2 : Que pensez vous de la suma divisio responsabilité contractuelle et responsabilité extracontractuelle Mr. KANE Khalifa Groupe pédagogique 2 : Mardi 17h-20h 3 e séance de droit civil Correction de la séance 2 : Que pensez vous de la suma divisio responsabilité contractuelle et responsabilité extracontractuelle

Plus en détail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2008 Art. L. 1224-1 du Code du travail En bref Cette fiche a pour objet de présenter les conditions d application de l article L. 1224-1 du Code du travail et les

Plus en détail

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 relatif à l exigence d une assurance de responsabilité civile pour dommages directs ou indirects sous peine de résiliation du contrat La Commission interprofessionnelle

Plus en détail

développe les solidarités le guide de l adoption

développe les solidarités le guide de l adoption développe les solidarités le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Prélèvement d organe Santé publique Urgence vitale Circulaire de la DACS n 2007-02 du 4 avril 2007 relative aux conditions d intervention de l autorité judiciaire préalablement à la mise en œuvre de prélèvements,

Plus en détail

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Âge Accès aux crédits à la consommation Recommandations L établissement de crédit X, filiale de F, a refusé d attribuer une carte de paiement adossée à une

Plus en détail

L appréhension pénale du terrorisme Plan détaillé de la dissertation ENM 2014

L appréhension pénale du terrorisme Plan détaillé de la dissertation ENM 2014 L appréhension pénale du terrorisme Plan détaillé de la dissertation ENM 2014 «Je ne connais rien de plus servile, de plus méprisable, de plus lâche, de plus borné qu'un terroriste» (Chateaubriand, Mémoires

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr Date 2009 FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTE? LA PRIME La procédure de sauvegarde est une procédure

Plus en détail

FICHE 13 : Le contrat

FICHE 13 : Le contrat FICHE 13 : Le contrat Le contrat, ou convention, est l accord de volonté intervenu entre deux ou plusieurs personnes en vue de créer, modifier, transmettre ou éteindre un droit subjectif. En pratique,

Plus en détail

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ;

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ; E-réputation : la poursuite et les sanctions des propos injurieux ou diffamatoires sur internet Article juridique publié le 15/07/2014, vu 4483 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM L'injure et la diffamation

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS N T 10-81.568 F-P+B+I N 255 CI/CV 8 FÉVRIER 2011 REJET M. LOUVEL président, R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, en son audience publique

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Versailles N 07VE03227 Inédit au recueil Lebon 4ème Chambre M. BROTONS, président Mme Corinne SIGNERIN-ICRE, rapporteur Mme JARREAU, rapporteur public POULY, avocat(s) lecture

Plus en détail

sommaire DOCTRINE LÉGISLATION La domiciliation de l enfant en hébergement égalitaire : enjeux et projet de réforme François-Xavier Delogne

sommaire DOCTRINE LÉGISLATION La domiciliation de l enfant en hébergement égalitaire : enjeux et projet de réforme François-Xavier Delogne sommaire DOCTRINE La domiciliation de l enfant en hébergement égalitaire : enjeux et projet de réforme François-Xavier Delogne 605 LÉGISLATION 1. Législation fédérale Loi du 6 mai 2009 portant des dispositions

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Victime d une agression. La victime sera indemnisée selon le droit commun.

AVANT-PROPOS. Victime d une agression. La victime sera indemnisée selon le droit commun. AVANT-PROPOS Force est de constater que nous vivons dans une société indemnitaire. Toute personne ayant subi un dommage veut obtenir réparation de celui-ci. L indemnisation du dommage corporel est au cœur

Plus en détail

le guide de l adoption

le guide de l adoption développe les solidarités www.gard.fr le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs, est un acte juridique par lequel une personne/autorité (le délégant) se dessaisit d'une fraction des pouvoirs qui lui sont conférés et les transfère à une personne/autorité subordonnée

Plus en détail

LE MINISTRE DE L INTERIEUR MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS. MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction de la police générale

LE MINISTRE DE L INTERIEUR MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS. MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction de la police générale DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DLPAJ / ECT/ 4 B/ SEJOUR N NOR : Paris, le LE MINISTRE DE L INTERIEUR A MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction

Plus en détail

Les dispositions à prendre en cours de fonction

Les dispositions à prendre en cours de fonction TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction de Curateur dans le cadre d une curatelle dite renforcée (article 472 du code civil) Ces dispositions ne concernent

Plus en détail

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX Par Michel LEDOUX Avocat Associé CABINET MICHEL LEDOUX ET ASSOCIES 10 RUE PORTALIS 75008 PARIS Tél : 01.44.90.98.98

Plus en détail

L analyse de l adoption plénière doit précéder celle de l adoption simple, le maintien de l une comme de l autre étant acquis.

L analyse de l adoption plénière doit précéder celle de l adoption simple, le maintien de l une comme de l autre étant acquis. VII. L ADOPTION 1. ANALYSE L'institution de l'adoption doit être résolument replacée dans la perspective de l'intérêt de l'enfant. Il ne s'agit pas de permettre à des adultes d'assouvir un désir d'enfant,

Plus en détail

Protection juridique de l enfant en situation difficile

Protection juridique de l enfant en situation difficile Protection juridique de l enfant en situation difficile INTRODUCTION I- MESURES DE PROTECTION DES ENFANTS EN DANGER MORAL ET LES ORGANES JUDICIAIRES COMPETENTS II- SITUATION JURIDIQUE DES ENFANTS ABANDONNES

Plus en détail

Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202. Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée)

Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202. Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée) Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202 Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée) Strasbourg, 27.XI.2008 STCE 202 Adoption des enfants (révisée), 27.XI.2008 2 Préambule

Plus en détail

Calcul des parts contributives des père et mère au profit de leurs enfants Analyse bisannuelle de décisions de jurisprudence 155 Sophie Louis

Calcul des parts contributives des père et mère au profit de leurs enfants Analyse bisannuelle de décisions de jurisprudence 155 Sophie Louis sommaire DOCTRINE Calcul des parts contributives des père et mère au profit de leurs enfants Analyse bisannuelle de décisions de jurisprudence 155 Sophie Louis LÉGISLATION 1. Législation fédérale Loi du

Plus en détail

l arrêt qui suit : E n t r e : comparant par Maître Yves KASEL, avocat à la Cour, demeurant à Luxembourg, et : le Ministère public

l arrêt qui suit : E n t r e : comparant par Maître Yves KASEL, avocat à la Cour, demeurant à Luxembourg, et : le Ministère public N 43 / 2014 pénal. du 11 décembre 2014. Not. 16453/13/CD Numéro 3383 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire,

Plus en détail

Huissiers de Justice La saisie-contrefaçon

Huissiers de Justice La saisie-contrefaçon Huissiers de Justice La saisie-contrefaçon La contrefaçon est un mal endémique qui touche aujourd hui tous les secteurs d activité, qu il s agisse des médicaments, des pièces détachées d avion ou d automobile,

Plus en détail

La mise en cause de la responsabilité des dirigeants : La faute de gestion

La mise en cause de la responsabilité des dirigeants : La faute de gestion La mise en cause de la responsabilité des dirigeants : La faute de gestion INTRODUCTION Beaucoup d obligations pèsent sur les épaules du chef d entreprise. En effet, le dirigeant est amené à prendre des

Plus en détail

Loi du 26 juillet 2013 relative à l arrêté d admission en qualité de pupille de l Etat. Note d information

Loi du 26 juillet 2013 relative à l arrêté d admission en qualité de pupille de l Etat. Note d information MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DELEGUE CHARGE DE LA FAMILLE DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE 31 décembre 2013 Loi du 26 juillet 2013 relative à l arrêté d admission en

Plus en détail

Votre union de fait, un choix réfléchi?

Votre union de fait, un choix réfléchi? Votre union de fait, un choix réfléchi? Complément d information de l aide-mémoire Le texte qui suit s adresse à tout couple formé de conjoints de sexe différent ou de même sexe. L utilisation du masculin

Plus en détail

Convention sur la réduction des cas d apatridie

Convention sur la réduction des cas d apatridie Convention sur la réduction des cas d apatridie 1961 Faite à New York le 30 août 1961. Entrée en vigueur le 13 décembre 1975. Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 989, p. 175. Copyright Nations Unies

Plus en détail

Les déplacements du salarié

Les déplacements du salarié Les déplacements du salarié Aller d un lieu à un autre. Action bien anodine de la vie professionnelle source pourtant de situations génératrices de nombreux problèmes. Sait- on que près de 19 500 accidents

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA00763 Inédit au recueil Lebon M. Nowak, président M. David Moreau, rapporteur M. Larue, rapporteur public SCP GABORIT - RUCKER & ASSOCIÉS, avocat(s) 1re chambre

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

Les responsabilités des professionnels de santé

Les responsabilités des professionnels de santé Chapitre 5 : UE6 - Le Droit pharmaceutique Les responsabilités des professionnels de santé Martine DELETRAZ-DELPORTE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

1. Présentation générale de la surveillance de sûreté et de la rétention de sûreté. 1.1. Présentation des dispositions de la loi

1. Présentation générale de la surveillance de sûreté et de la rétention de sûreté. 1.1. Présentation des dispositions de la loi Centre socio-médico-judiciaire, Juge de l application des peines Juridiction régionale de la rétention de sûreté Rétention de sûreté Surveillance de sûreté Surveillance électronique mobile Circulaire de

Plus en détail

CADRES JURIDIQUES D INTERVENTION

CADRES JURIDIQUES D INTERVENTION Etre capable d apprécier le cadre juridique d intervention et mettre en œuvre la procédure judiciaire. Connaître et articuler les cadres juridiques des interventions. Etre capable de situer son action

Plus en détail