Table des matières. CSTC Les contraintes thermiques dans les vitrages : Evaluation et Décision Page 2

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Table des matières. CSTC Les contraintes thermiques dans les vitrages : Evaluation et Décision Page 2"

Transcription

1 Les contraintes thermiques dans les vitrages : évaluation et décision P.. Stteenhoudtt Noovveembbrree Centre Scientifique & Technique de la Construction

2 Table des matières 1 INTRODUCTION CONTRAINTES ET CASSES THERMIQUES DES VITRAGES PARAMÈTRES INFLUENÇANT LE RISQUE DE CASSE THERMIQUE Les conditions climatiques Les caractéristiques du vitrage La pose du vitrage L orientation et l inclinaison du vitrage Les ombres portées et les réflexions extérieures L environnement intérieur Les films et autocollants EVALUATION DU RISQUE DE CASSE THERMIQUE Méthode selon le FIV 01 «Evaluation des contraintes thermiques dans les vitrages» Méthode selon la norme française NF P /A1 DTU 39 (France, Vitrage Décision) Méthode selon «Glass and thermal safety» de Pilkington Cas pratiques d évaluation du risque de casse thermique POSSIBILITÉS OFFERTES PAR LES LOGICIELS DE SIMULATIONS THERMIQUES COMMENTAIRES BIBLIOGRAPHIE CSTC Les contraintes thermiques dans les vitrages : Evaluation et Décision Page 2

3 1 Introduction La problématique de la casse thermique des vitrages doit être prise en considération lors de la conception des doubles façades ventilées (DFV). Le choix de ces façades est souvent étroitement lié aux systèmes de chauffe et de refroidissement du bâtiment. Des dispositifs assurant la circulation de l air et des protections solaires intégrées dans les cavités séparant les vitrages sont prévus 1. Ce sont autant d éléments susceptibles d accroître les risques de casse thermique. L évaluation de ce risque fait appel à des méthodes de calcul complexes qui prennent en compte tous les éléments exerçant une influence sur la température du verre. Les méthodes disponibles actuellement ont été mises au point uniquement pour des vitrages simples ou multiples intégrés dans une façade à simple paroi. Ces méthodes sont examinées dans le cadre de cette étude, avant d envisager le développement ou l élargissement d une d entre elles au cas des doubles façades ventilées. 2 Contraintes et casses thermiques des vitrages Une cause majeure des bris de vitrage dans les bâtiments est l apparition de contraintes thermiques dans le verre. Ces contraintes sont la conséquence d un gradient de température formé dans le plan du vitrage. Celui-ci peut-être induit par différentes sources de chaleur ou de refroidissement. Souvent, dans un vitrage simple ou un vitrage multiple, ce gradient s établit entre la zone du vitrage exposée aux rayons du soleil et la zone périphérique protégée par le châssis ou une autre zone ombrée par un élément extérieur (auvent, terrasse surplombante,.bâtiment à proximité, arbre, ). Lorsque les rayons du soleil atteignent la surface du verre, leur énergie est soit absorbée, soit réfléchie ou transmise à travers le verre. L énergie qui est absorbée par le verre génère une augmentation de la température de celui-ci et les conditions d équilibre préexistantes sont rompues. Si le verre est chauffé uniformément par cette absorption d énergie et que son support autorise la dilatation du verre, aucune contrainte n est induite. En revanche, si le verre n est pas chauffé de manière homogène, on observe au sein de ce dernier une différence de température qui génère des allongements différentiels. La partie plus froide du verre empêche la partie plus chaude de se dilater librement, ce qui donne naissance à des contraintes de compression dans la partie chaude et de traction dans la zone froide. Ces contraintes thermiques sont proportionnelles à la différence de température observée. Le verre étant nettement moins résistant à la traction qu à la compression, les contraintes de traction sont susceptibles de dépasser la contrainte de rupture du verre. Le cas échéant, il s ensuit un bris de vitrage. On parle alors de casse thermique. La plupart du temps, les casses thermiques prennent naissance au bord du vitrage qui constitue la zone de moindre résistance. La rupture est caractéristique et différente d une 1 Les différents concepts de DFV sont exposés dans le document Classification & illustration des concepts de DFV. CSTC Les contraintes thermiques dans les vitrages : Evaluation et Décision Page 3

4 rupture due à un effort mécanique. Le plan de rupture est d abord perpendiculaire à la fois au bord et aux deux faces du vitrage. Ensuite, la fracture se propage en se divisant éventuellement en deux ou plusieurs branches de fracture. Les contraintes thermiques et la problématique de la casse thermique des vitrages ont été mises en évidence lors de l apparition des verres de contrôle solaire à forte absorption énergétique. Sous l effet de l ensoleillement, un vitrage s échauffe d autant plus que son absorption énergétique est plus élevée. Lorsqu un risque de casse thermique existe, il y a lieu d utiliser du verre trempé ou du verre durci qui résistent à des différentiels de température relativement élevés (respectivement ± 200 et 100 C). Un verre recuit ne supporte qu une différence de température d environ 30 C. Le verre trempé sera choisi si une résistance mécanique supérieure est recherchée ou pour des raisons de sécurité (protection contre les blessures). Plusieurs méthodes de calculs ont été développées pour évaluer le risque de casse thermique en fonction de la pondération de chacun des paramètres susceptibles de créer un différentiel de température au sein du vitrage. CSTC Les contraintes thermiques dans les vitrages : Evaluation et Décision Page 4

5 3 Paramètres influençant le risque de casse thermique Ci-après sont renseignés les principaux paramètres qui influencent la température du verre, génèrent des contraintes thermiques et augmentent par conséquent le risque de casse thermique des vitrages. 3.1 Les conditions climatiques La température du vitrage dépend directement de l intensité du rayonnement solaire qui l atteint. Celle-ci varie notamment en fonction du moment de la journée, de l emplacement géographique du bâtiment, de la saison, du type de ciel (couvert, nuageux) et de la pollution atmosphérique. La température extérieure est la plus basse durant la nuit. Elle augmente progressivement durant la journée avec l apparition du soleil. Le vitrage suit cette variation de température alors que l inertie thermique de l encadrement du vitrage freine l augmentation de la température des bords du vitrage. C est donc la différence maximale de température entre le jour et la nuit et l intensité maximale du rayonnement solaire qui doivent être prises en compte pour évaluer le risque de casse thermique en fonction des conditions climatiques. 3.2 Les caractéristiques du vitrage La capacité d absorption du flux d énergie solaire est une caractéristique du verre qui influence directement le taux de contraintes thermiques. Plus le facteur d absorption énergétique du vitrage est élevé et plus le risque de casse thermique est élevé. Cette valeur peut être obtenue auprès des fabricants. La finition et l état des bords constituent également des paramètres importants en regard de la casse thermique des vitrages. Un bord présentant des écailles entraînera la rupture du verre à des contraintes thermiques inférieures à celles supportées par un verre dont les bords sont sans écaille. Le rodage des bords permet en partie de réduire le risque de casse thermique. Le même raisonnement s applique à la surface du verre qui sera plus sensible aux casses thermiques si elle est gravée, sablée ou seulement griffée. Les dimensions des verres contribuent aussi au risque de casse thermique. Plus celles-ci sont importantes, plus la surface développée par les bords du verre (produit du périmètre par l épaisseur) est grande et plus la probabilité d observer des défauts de bord est élevée. La composition du vitrage (nombre de verres, largeur des lames d air) influence également le risque de casse thermique. Tout autre facteur étant égal, la température du verre extérieure d un double vitrage est habituellement supérieure à celle d un simple vitrage. Ceci s explique par le faible transfert de chaleur au travers de la lame d air. L effet sera d autant plus prononcé que le vitrage est triple. Le même problème se pose lorsque des vitrages sont montés dans des châssis coulissants ou pouvant amener un vitrage devant un autre. Dans ce cas, la superposition des vitrages ou la présence d un montant derrière un vitrage peut conduire à une augmentation de la température du verre extérieur étant donné le peu de ventilation et l énergie radiante du montant (voir aussi 3.6). CSTC Les contraintes thermiques dans les vitrages : Evaluation et Décision Page 5

6 3.3 La pose du vitrage Les gradients de température dans un vitrage dépendent aussi des éléments qui le supportent et l encadrent. Plus l inertie thermique de l ensemble du châssis ou du cadre est élevée et plus la température du pourtour du verre sera inférieure à celle de la partie visible. Cette inertie dépend à la fois des propriétés des matériaux qui constituent le châssis et de la conception de celui-ci. Le risque de casse thermique sera, par exemple, moins élevé pour un vitrage posé dans un châssis en aluminium avec coupure thermique que pour un même vitrage posé dans un châssis en bois ou en acier. De même, les propriétés thermiques des matériaux de construction qui constituent la baie ont une influence. Si le châssis ou le cadre est en contact direct avec une structure en béton, il restera froid plus longtemps que si la structure est en bois. Il convient d ailleurs d isoler au mieux le châssis du reste du bâtiment de manière à réduire les risques de casse thermique. 3.4 L orientation et l inclinaison du vitrage Si un vitrage est exposé au soleil, le risque de casse thermique est accru. Dans l hémisphère nord, les vitrages non exposés sont ceux dont l orientation est comprise entre - 60 et + 45 autour du nord (zone non hachurée). L inclinaison du vitrage doit aussi être considérée puisque l incidence du rayonnement solaire varie avec l angle d inclinaison. Si un vitrage est faiblement incliné par rapport à l horizontal, sa surface interceptera une plus grande quantité du rayonnement solaire. Autrement dit, les risques de casse thermique sont plus importants pour un vitrage en toiture que pour un vitrage en façade. De plus, selon l inclinaison, une part plus ou moins importante des contraintes dues au poids propre du vitrage vient s additionner aux contraintes d origine thermique. Cet effet est surtout important lorsque le vitrage ne repose que sur deux de ses côtés. Signalons encore qu un vitrage de toiture en porte-à-faux dont une partie a les deux faces en ambiance extérieure présente un risque élevé de casse thermique. 3.5 Les ombres portées et les réflexions extérieures Un ombrage partiel et prolongé peut générer un gradient de température entre deux zones du vitrage. C est le cas lorsqu un vitrage exposé au soleil est en partie abrité par un auvent, une marquise, des balcons, des stores ou des murs attenants. Il faut aussi tenir compte de la présence à proximité du vitrage d arbres ou de bâtiments pouvant projeter des ombres. Un vitrage posé en retrait du plan de la façade sera également partiellement ombré. La présence de surfaces réfléchissantes (neige, eau, bâtiment blanc) à proximité augmente la quantité d énergie lumineuse absorbée par le clair de jour du vitrage et augmente donc le risque de casse thermique. CSTC Les contraintes thermiques dans les vitrages : Evaluation et Décision Page 6

7 3.6 L environnement intérieur La présence de stores, de rideaux et d autres dispositifs d ombrage internes peut avoir un double effet sur la température du vitrage. D un côté, les réflexions du rayonnement solaire (objets clairs) et les énergies radiantes (objets sombres) de ces dispositifs contribuent à l augmentation de la température. D un autre côté, le manque de circulation de l air dans l espace compris entre le vitrage et le dispositif d ombrage minimise les déperditions de chaleur du vitrage. Il est donc conseillé de mettre cet espace en communication avec l air du local et d augmenter au mieux la distance entre le vitrage et le dispositif (40 à 50 mm). Il en va de même pour les murs à l arrière des allèges, les plafonds, les parois intérieures et les bords des planchers (type mezzanine ou palier) situés devant le vitrage. Leur présence se traduit toujours par un échauffement du vitrage. Sur cette même base, un canapé ou un meuble posé non loin d un vitrage accroît le risque de casse thermique. Toute source de chaleur, comme les radiateurs et les convecteurs, située à proximité d un vitrage ou dirigée vers celui-ci entraînera aussi un accroissement local de la température du vitrage et donc l apparition d un gradient de température. De manière analogue, un système de ventilation pulsant de l air froid ou tout dispositif de refroidissement de l air constitue un facteur de risque de casse thermique. 3.7 Les films et autocollants Les autocollants, décorations ou films à contrôle solaire (film réfléchissant) appliqués sur un vitrage sont susceptibles de provoquer des casses thermiques. Cependant, pour des raisons de sécurité, des autocollants doivent parfois être apposés sur certains vitrages de manière à les rendre visibles. CSTC Les contraintes thermiques dans les vitrages : Evaluation et Décision Page 7

8 4 Evaluation du risque de casse thermique Pour évaluer le risque de casse thermique d un vitrage, il faut déterminer le différentiel de température maximal qui pourrait apparaître instantanément entre deux zones du plan d un verre, connaître la contrainte de rupture du verre en traction, Etablir une relation entre la différence de température et la contrainte thermique. En Europe, il existe actuellement trois méthodes reconnues qui répondent à ces questions pour évaluer le risque de bris de vitrage par contraintes thermiques : 1. FIV 01 (Fédération de l industrie du verre, Février 1997): «Evaluation des contraintes thermiques dans les vitrages» 2. Glass and thermal safety (Pilkington) 3. La norme française NF P /A1 DTU 39 (09/1998): Travaux de bâtiment : Travaux de miroiterie-vitrerie, Partie 1 : cahier des clauses techniques Amendement A1 Pour ces trois méthodes d évaluation, le principe du calcul proposé consiste à justifier que la contrainte d origine thermique potentielle résultant de la différence de température instantanée entre deux zones d un même verre reste effectivement inférieure à la contrainte thermique admissible, à savoir la contrainte de rupture du verre utilisé. Si ce n est pas le cas, un verre trempé ou un verre durci devra être prescrit. Il n existe actuellement pas de document normatif européen traitant du sujet. Début 2004, un groupe de travail (WG 08) du CEN TC 129 «Glass in Building» s est réuni pour établir une norme européenne spécifiant une méthode d évaluation des contraintes thermiques dans les vitrages. Le CSTC participe à l élaboration de cette norme. CSTC Les contraintes thermiques dans les vitrages : Evaluation et Décision Page 8

9 4.1 Méthode selon le FIV 01 «Evaluation des contraintes thermiques dans les vitrages» Il s agit d une méthode de calcul établie en 1976 par l Association Internationale à but Scientifique «Glass In Building». Elle a été publiée en 1997 par La Fédération de l industrie du Verre (F.I.V.) sous la référence FIV 01. Cette méthode ne s applique qu aux vitrages de vision. Pour les allèges, les verres doivent être d office traités thermiquement. Seuls les vitrages appartenant aux façades exposées au rayonnement solaire incident doivent faire l objet d un calcul. Les paramètres pris en compte par la méthode de calcul du FIV 01 sont les suivants : - les conditions climatiques - les paramètres liés au vitrage et à sa pose - les paramètres «architecturaux» extérieurs au bâtiment - les paramètres «architecturaux» intérieurs au bâtiment Cette méthode de calcul n est valable que dans certaines conditions : - pas de surchauffe du verre intérieur due aux stores ou aux rideaux (une circulation d air suffisante doit être assurée), - pas d air chaud pulsé vers le vitrage, ni dans l espace compris entre les stores ou rideaux et le vitrage, - pas d autocollants, décoration, etc. sur le vitrage. La méthode d évaluation du risque présentée dans le FIV 01 propose un calcul du gradient thermique corrigé en fonction des trois paramètres suivants : 1/ Si des rideaux ou des stores sont posés devant les vitrages, un T est ajouté au gradient T: T 1 = T + T Si une ventilation est assurée : T = 3 à 5 C Si aucune ventilation n est assurée : T = 6 à 8 C 2/ L influence du châssis se traduit par la multiplication du gradient thermique par un facteur de correction f 1 : T 2 = T 1 x f 1 Le facteur f 1 varie de 1 à 0,5 selon le type de châssis : Type de châssis Facteur f 1 Béton 1 Acier clair 0,9 Acier sombre 0,8 Acier avec coupure thermique 0,8 Alu clair sans coupure thermique 0,8 Bois ou PVC 0,75 Alu sombre sans coupure thermique 0,7 CSTC Les contraintes thermiques dans les vitrages : Evaluation et Décision Page 9

10 Alu avec coupure thermique Montage VEC 0,7 0,5 3/ L influence des ombres portées se traduit par la multiplication du gradient thermique par un facteur de correction f 2 : T 3 = T 2 x f 2 Le facteur f 2 varie de 1,1 à 1,5 selon le type d ombre et selon qu il s agit du verre extérieur ou du verre intérieur. Critère de décision La contrainte thermique du vitrage dépend du gradient thermique et se calcule selon la formule suivante : σ th = E. α. T 3 Où - Le module d élasticité du verre E = MPa - Le coefficient de dilatation du verre sodocalcique α = /K σ th = 0,657 T 3 La contrainte de rupture du verre recuit, σ max,est de 20 N/mm 2 dans le FIV 01 Il y aura bris de vitrage si σ th > σ max autrement dit si T 3 > 30,44 C Le gradient thermique admissible dans un verre recuit sera donc égal à 30 C Si T 3 < 30 C Pas de traitement thermique nécessaire Si T 3 > 30 C Traitement thermique nécessaire (trempé ou durci) CSTC Les contraintes thermiques dans les vitrages : Evaluation et Décision Page 10

11 4.2 Méthode selon la norme française NF P /A1 DTU 39 (France, Vitrage Décision) L amendement A1 de la norme française établit les exigences et les méthodes de détermination des vitrages plans non organiques utilisés en extérieur des bâtiments et susceptibles d'être exposés à l'ensoleillement ou de tous vitrages exposés aux effets des corps de chauffe Par contre, la méthode d évaluation des risques de casse thermique proprement dite s applique uniquement aux vitrages, équipés ou non de stores ou de voilage, non situés devant une paroi opaque ni directement exposés aux effets d un corps de chauffe mais susceptibles d être exposés à l ensoleillement (voir zones hachurées renseignées ci-dessus). Hypothèses principales 1/ Les caractéristiques énergétiques globales individuelles (Transmission, Absorption et Réflexion) des composants du clair de jour (verre et store) doivent être déterminées selon l ISO/DIS Elles sont en principe données dans les documents techniques du fournisseur, pour chacune des faces du produit. Si le type de store à poser n est pas connu au stade du projet, on prendra comme caractéristiques énergétiques celles d un store «standard» : T = 10% ; A = 50%, R = 40% Pour les locaux devant être totalement occultés (salles de projection), le calcul est effectué avec un store noir avec les caractéristiques énergétiques suivantes : T = 0% ; A = 90%, R = 10% 2/ Les coefficients d échange thermique superficiel dépendent de l inclinaison du vitrage. 3/ Les conditions climatiques les plus défavorables sont prises en compte : - le flux solaire maximal - la température extérieure maximale, pour le verre extérieur - la température extérieure minimale, pour le verre intérieur 4/ La température des locaux est supposée constante et égale à 25 C en été et 20 C en hiver. 5/ Trois types de feuillure (châssis) sont considérés : - les feuillures à inertie thermique faible : Type A - les feuillures à inertie thermique moyenne : Type B - les feuillures à inertie thermique forte : Type C 6/ Trois inclinaisons des vitrages par rapport à l horizontal sont distinguées dans la norme : - Vitrages verticaux (angle > 60 ) - Vitrages inclinés (60 > angle > 30 ) - Vitrages horizontaux (angle < 30 ) CSTC Les contraintes thermiques dans les vitrages : Evaluation et Décision Page 11

12 Méthodes de calcul des températures La norme propose trois différents niveaux de méthodes de calcul : Une méthode générale permet une approche fine des conditions réelles d utilisation. Cette méthode calcule à chaque instant les températures des verres dans trois zones du vitrage et détermine l écart de température maximal entre les trois zones de chaque verre. Zone 1 = partie centrale ensoleillée (flux solaire maximal = 750 W/m 2 sur les façades verticales), Zone 2 = partie à l ombre (soumise uniquement à la partie diffuse et réfléchie par le sol du flux solaire incident, soit 10%), Zone 3 = partie prise en feuillure à l ombre Cette méthode en régime varié permet une vérification précise des risques de casse thermique des vitrages en fonction de leur orientation. Elle est mise en œuvre dans un logiciel de référence (VITRAGES DÉCISION du CEBTP). Cette méthode calcule aussi les coefficients d échanges convectifs et radiatifs et le facteur d échange par ventilation entre un vitrage et un store Une méthode simplifiée permet le calcul en régime permanent. Cette méthode est applicable uniquement aux vitrages montés en feuillure à faible inertie thermique. Cette méthode peut être mise en œuvre par des outils informatiques Une méthode simplifiée manuelle s applique aux simples et doubles vitrages, en feuillure légère, sans ou avec store intérieur uniquement. Des hypothèses simplificatrices facilitent le calcul. Des formules sont données pour le calcul des caractéristiques énergétiques effectives et des températures des différents composants. Ces formules sont établies pour les vitrages suivants : - simple vitrage sans store - double vitrage sans store - simple vitrage avec store intérieur ventilé - double vitrage avec store intérieur ventilé Critères de décision : Pour évaluer le risque de choc thermique, il faut comparer la contrainte thermique σ th induite par le gradient thermique à la contrainte thermique maximale admissible σ adm du verre La contrainte thermique induite est donnée par la formule suivante : σ th = k t. E. α. T max où - le coefficient de calcul de la contrainte thermique k t dépend du type de feuillure et de l ombre portée (k t = 1,1 à 0,9) - le module d élasticité du verre E = MPa (légèrement différent de celui renseigné par le FIV01) - le coefficient de dilatation du verre sodocalcique α = /K CSTC Les contraintes thermiques dans les vitrages : Evaluation et Décision Page 12

13 La contrainte thermique maximale admissible du verre est donnée par la formule suivante : σ adm = k v.k a. σ vm où - le coefficient k v dépend de la sensibilité du verre au choc thermique (k v = 1,2 pour un verre recuit rodé, 0,75 pour un verre feuilleté non rodé, 2,5 pour les verres à haute résistance aux chocs thermiques) - le coefficient k a dépend de l inclinaison du vitrage et de ses conditions d appui (k a = 1 si > 60 et 0,8 si < 30 ) - la contrainte de rupture du verre σ vm est de 20 MPa pour un verre recuit, 35 MPa pour un verre durci et 50 MPa pour un verre trempé. - Tout traitement de surface par enlèvement de matière (sablage, gravure) implique l application d un facteur de réduction de 0,8 sur la valeur de σ vm. Cette contrainte admissible et les écarts de température qui s y rapportent sont par exemple de : - 20 MPa et 34 C pour un verre monolithique recuit, brut de coupe, vertical et avec appui sur périphérie - 10 MPa et 17 C pour un verre monolithique recuit, brut de coupe, horizontal et avec appui autre que sur périphérie M et 215 C pour un verre trempé thermiquement, vertical et avec appui sur périphérie - 87 MPa et 150 C pour un verre durci, vertical et avec appui sur périphérie CSTC Les contraintes thermiques dans les vitrages : Evaluation et Décision Page 13

14 4.3 Méthode selon «Glass and thermal safety» de Pilkington La méthode d évaluation du risque de bris de vitrage par contraintes thermiques proposées par le verrier Pilkington est très similaire à la méthode du FIV 01. Cependant, il n y a pas de formule de calcul proposée mais des tableaux de températures, de coefficients et de facteurs à utiliser pour déterminer le gradient thermique maximal auquel est soumis le verre. Cette méthode est très restrictive puisqu elle ne s applique qu aux vitrages produits par Pilkington. Elle convient uniquement pour des vitrages verticaux exposés à un ensoleillement direct ou indirect et dont les bords sont de qualité suffisante. Elle ne s applique pas aux vitrages dont le système d ouverture conduit à la superposition de deux vitrages (porte coulissante) ni aux ouvrants de type basculant. Elle ne prend pas en compte la présence de source de chaleur interne. Paramètres pris en compte : - les conditions climatiques : intensité de la radiation solaire, gamme de température diurne - les stores ou rideaux (addition) avec espace ventilé ou non (< 50 mm) - le type de feuillure (châssis) - les ombres portées - la surface du bord (chant) Critères de décision : Si la différence de température maximale est supérieure à la différence de température de sécurité, il y risque de choc thermique lorsque le chant du verre (périmètre x épaisseur) est supérieur à mm 2. Dans ce cas, le verre doit être durci ou trempé thermiquement La différence de température de sécurité est de : 40 C pour du verre recuit 30 C pour un verre brut coulé 25 C pour un verre armé CSTC Les contraintes thermiques dans les vitrages : Evaluation et Décision Page 14

15 4.4 Cas pratiques d évaluation du risque de casse thermique Ci-après sont évalués les risques de casse thermique pour deux situations de projet avec vitrage isolant. Le gradient thermique au sein des verres extérieur et intérieur et le risque de casse thermique sont évalués au moyen des méthodes du FIV 01 et de la norme NF P /A1. Cas pratique 1 Soit un vitrage isolant ( ) de dimensions, composition et caractéristiques suivantes : - Hauteur du vitrage = 2400 mm - Largeur du vitrage = 1600 mm - Verre extérieur vert, coloré dans la masse (type Planibel Green), Epaisseur = 10 mm Absorption énergétique (a e ) = 0,71 (selon ISO 9050) ou 0,69 (selon EN 410) Transmission énergétique totale = 0,47 - Epaisseur de la lame d air = 16 mm - Verre intérieur clair avec couche à basse émissivité (type Pilkington K) Epaisseur = 6 mm Absorption énergétique (a i ) = 0,04 (selon ISO 9050) ou 0,03 (selon EN 410) - Coefficient global de déperdition calorifique k ou U = 1,7 W/m 2 K - Coefficient d échange thermique superficiel interne h a = 2,4 W/m 2 K Ce vitrage est posé verticalement et sur 4 appuis dans un châssis en aluminium avec coupure thermique. Il est orienté sud. On considère que I, l intensité énergétique solaire sur le vitrage est de 750 W/m 2 et que la variation de température maximale est de 12 C. Evaluation selon le FIV 01 Les variations de température de base sont les suivantes Te = 38,6 C Ti = 9,9 C Si on tient compte des facteurs de correction suivants : f 1 = 0,7 (alu avec coupure thermique) f 2 = 1,2 pour le verre extérieur et 1,1 pour le verre intérieur Avec stores : T = 4 C pour le verre extérieur et 6 C pour le verre intérieur On obtient : Te = 36,5 C > 30 C = Nécessité de verre durci ou trempé Ti = 13,6 C < 30 C = Pas de nécessité de verre durci ou trempé Evaluation selon la norme NF P /A1 Cette évaluation a été réalisée au moyen du logiciel «Vitrages Décision 3.11». CSTC Les contraintes thermiques dans les vitrages : Evaluation et Décision Page 15

16 On a considéré les conditions climatiques du département du Nord (59), avec une altitude de 100 m et une situation en zone urbaine Te Printemps = 36,8 C Eté = 24,8 C Automne = 41,2 C Hiver = 39,8 C > 34 C = Nécessité de verre durci ou trempé Ti = Printemps = 28 C Eté = 14,3 C Automne = 25,8 C Hiver = 32 C < 34 C = Pas de nécessité de verre durci ou trempé Cas pratique 2 La situation est identique à celle du cas pratique 1, à l exception du verre intérieur qui, cette fois, est un verre clair sans couche à basse émissivité. Dans ce cas, les paramètres suivants seront modifiés : - Absorption énergétique (a i ) = 0,02 (selon ISO 9050 et EN 410) - Coefficient global de déperdition calorifique k ou U = 2,7 W/m 2 K - Coefficient d échange thermique superficiel interne h a = 5 W/m 2 K Evaluation selon le FIV 01 Les variations de température de base sont les suivantes Te = 36,15 C Ti = 14,45 C Si on tient compte des mêmes facteurs de correction que pour le cas pratique 1 : On obtient : Te = 34,4 C > 30 C = Nécessité de verre durci ou trempé Ti = 17,1 C < 30 C = Pas de nécessité de verre durci ou trempé Evaluation selon la norme NF P /A1 Cette évaluation a été réalisée au moyen du logiciel «Vitrages Décision 3.11». CSTC Les contraintes thermiques dans les vitrages : Evaluation et Décision Page 16

17 On a considéré les conditions climatiques du cas pratique 1. Te Printemps = 35,3 C Eté = 23,3 C Automne = 38,7 C Hiver = 37,6 C > 34 C = Nécessité de verre durci ou trempé Ti Printemps = 27,3 C Eté = 15 C Automne = 26,7 C Hiver = 29,8 C < 34 C = Pas de nécessité de verre durci ou trempé Bien que les conclusions soient identiques pour les deux méthodes d évaluation, on constate que les gradients de température du verre intérieur varient considérablement selon la méthode utilisée. Ceci s explique par la différence des paramètres pris en compte et de leur pondération pour effectuer le calcul des gradients thermiques selon chacune des méthodes. CSTC Les contraintes thermiques dans les vitrages : Evaluation et Décision Page 17

18 5 Possibilités offertes par les logiciels de simulations thermiques A côté des méthodes de calcul exposée ci-dessus, des logiciels de simulations thermiques permettant la modélisation 3D sous régime dynamique sont à même de fournir des informations au sujet des champs de température au sein d un élément de construction, dans ce cas-ci une façade vitrée. Le logiciel VOLTRA de Physibel en est un exemple. Un exemple de résultat fourni par ce logiciel est donné à la Figure 1. Ces logiciels permettent de tenir compte entre autres des paramètres suivants : o Géométrie quelconque de l élément de construction, o Description détaillée de tous les matériaux (caractéristiques d absorption, réflexion, et transmission, émissivité), o Imposition des conditions de bord o P. ex. ensoleillement partiel de la façade o Température intérieure et extérieure fixée o Imposition des débits de ventilation au sein d une DFV, o Etc Les logiciels de ce type n intègrent pas toujours le couplage entre des modèles thermiques et aérauliques. Dans certains cas, les débits de ventilation, par exemple passant dans la cavité d une DFV devront être imposés. Ceci correspond bien au cas des façades ventilées mécaniquement, moins aux façades ventilées naturellement pour lesquelles des hypothèses complémentaires devront être faites. Ce type de logiciel peut servir de base pour établir les gradients de température les plus importants pouvant survenir au sein d une façade vitrée. Un modèle spécifique à la façade considérée doit être élaboré au cas par cas, ce qui nécessite un travail parfois important. Les contraintes thermiques maximales pouvant être observées dans le verre peuvent être déduites des résultats des champs de température. Figure 1: Exemple de profil de température au sein d une DFV mécaniquement appliquant une stratégie de rideau d air intérieur en cas d ensoleillement ventilation interrompue protection solaire relevée (source Permasteelisa) CSTC Les contraintes thermiques dans les vitrages : Evaluation et Décision Page 18

19 6 Commentaires Les trois méthodes d évaluation des risques de casse thermique des vitrages font intervenir nombre de paramètres et hypothèses liés à l environnement extérieur et intérieur ainsi qu aux caractéristiques du vitrage. Si ces méthodes doivent être adaptées au cas des doubles façades ventilées, on imagine aisément la complexité des calculs devant prendre en compte de multiples paramètres relatifs notamment aux systèmes de chauffe et de refroidissement, aux dispositifs assurant la circulation de l air et aux protections solaires intégrées dans les cavités séparant les vitrages. Chaque cas devra donc faire l objet d un calcul intégrant de manière exhaustive les éléments favorables et défavorables à l apparition de contraintes thermiques, à moins que des hypothèses simplificatrices ne permettent de classer les façades par type. Les logiciels de simulation thermique tels que mentionnés ci-dessus sont également à même de fournir des indications quant aux gradients de température les plus importants pouvant être observés. Les modèles développés pour réaliser ces simulations devront eux aussi être adaptés au cas par cas. CSTC Les contraintes thermiques dans les vitrages : Evaluation et Décision Page 19

20 Bibliographie - Loncour, X. Deneyer, A. Blasco, M. Flamant, G. Wouters, P. Les Doubles Façades Ventilées - Classification & illustration des concepts de façades, Rapport de la 2ème biennale du projet Doubles Façades Ventilées, CSTC, Octobre 2004, Bruxelles - NIT 214 : Le verre et les produits verriers- Les fonctions des vitrages, CSTC, Décembre Norme ISO/DIS 9050 : 2003 «Verre dans la construction -- Détermination de la transmission lumineuse, de la transmission solaire directe, de la transmission énergétique solaire totale, de la transmission de l'ultraviolet et des facteurs dérivés des vitrages» - FIV 01: 1997 Evaluation des contraintes thermiques dans les vitrages, Fédération de l Industrie du Verre - «Glass and thermal safety»:1980, Pilkington - Norme NF P /A1 DTU 39 Travaux de miroiterie-vitrerie Partie 1 : Cahier des clauses techniques Amendement 1 (09/1998) - NBN EN 410 :1998 : Verre dans la construction - Détermination des caractéristiques lumineuses et solaires des vitrages CSTC Les contraintes thermiques dans les vitrages : Evaluation et Décision Page 20

TD de thermique de l habitat 1

TD de thermique de l habitat 1 TD de thermique de l habitat - Parois de locaux - Isolation intérieure / Isolation extérieure La figure représente la coupe transversale de la paroi d un pavillon. Pour une étude simplifiée cette paroi

Plus en détail

Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture

Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture Préparer le bâtiment à l horizon 2010 Journées Thématiques 2004 Enveloppe du Bâtiment 1 Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture Hélène DESMALES Yves JAUTARD 11 mars 2004 Du site isolé

Plus en détail

Fiche technique Sollicitation thermique du verre

Fiche technique Sollicitation thermique du verre Fiche technique Sollicitation thermique du verre Introduction Le verre est un matériau résistant aux contraintes les plus diverses. Cependant, si toutes les sollicitations ne sont pas prises en compte

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

Construire bioclimatique

Construire bioclimatique Définitions 1 L architecture est un mode de conception qui consiste à trouver le meilleur équilibre entre un bâtiment, le climat environnant et le confort de l habitant. Une construction est un bâtiment

Plus en détail

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires les fenêtres aluminium MILLET & la rt 0 la réponse aux exigences réglementaires La Réglementation Thermique 0 s applique d ores et déjà pour les bâtiments neufs du secteur tertiaire, public et les bâtiments

Plus en détail

Verre de protection incendie

Verre de protection incendie Pour professionnels Verre de protection incendie pour bois, alu, acier et tube du commerce Fiche technique de la gamme pyrobel pyrobel - Le Kapverre INTRODUCTION La résistance au feu d un élément de construction

Plus en détail

Cours SIA 380/1, édition 2009

Cours SIA 380/1, édition 2009 Cours SIA 380/1, édition 2009 HES-SO Valais Pierre-André Seppey Novembre 2009 Aujourd hui Il y a quelques années La norme SIA 380/1, édition 2009 Les 6 chapitres de la norme: 0 Domaine d application 1

Plus en détail

La solution verre pour vos façades. 13 Novembre 2014

La solution verre pour vos façades. 13 Novembre 2014 . La solution verre pour vos façades. 13 Novembre 2014 SOMMAIRE 1 PRESENTATION AGC 2 LA FABRICATION DU VERRE 3 ISOLATION THERMIQUE 4 CONTRÔLE SOLAIRE 5 ACOUSTIQUE 6 LES VITRAGES DE SECURITE 7 APPROCHE

Plus en détail

Concilier confort acoustique et santé des occupants. Choix des vitrages

Concilier confort acoustique et santé des occupants. Choix des vitrages Concilier confort acoustique et santé des occupants Choix des vitrages 2010 1 Le verre : ses spécificités Le verre : permet la vision vers l extérieur laisse pénétrer, dans les bâtiments, la lumière naturelle.

Plus en détail

OUVRAGES EN PLAQUES DE PLATRE ORIGINES ET TRAITEMENT DES FISSURES

OUVRAGES EN PLAQUES DE PLATRE ORIGINES ET TRAITEMENT DES FISSURES FICHE CONSEIL N 8 OUVRAGES EN PLAQUES DE PLATRE ORIGINES ET TRAITEMENT DES FISSURES (Plaques, carreaux, enduits) Cette fiche a pour objet d informer les intervenants sur des méthodes simples visant à déterminer

Plus en détail

VERRES RESISTANTS AU FEU INTRODUCTION

VERRES RESISTANTS AU FEU INTRODUCTION VERRES RESISTANTS AU FEU INTRODUCTION - 1 - GENERALITES La résistance au feu d un élément de construction vitré vise à déterminer dans quelle mesure cet élément est capable de limiter la propagation d

Plus en détail

Problèmes de condensation et d humidité des produits de fenêtrage

Problèmes de condensation et d humidité des produits de fenêtrage Problèmes de condensation et d humidité des produits de fenêtrage Qu est-ce que la condensation? Techniques de prévention Résistance à la condensation Ombrage Rideaux et stores Bouches de chaleur et appareils

Plus en détail

Un environnement plus lumineux où il fait bon vivre

Un environnement plus lumineux où il fait bon vivre Isolation thermique Un environnement plus lumineux où il fait bon vivre Pilkington Optifloat Une expérience exceptionnelle dans le verre float Leader mondial du verre pour le bâtiment et l'automobile,

Plus en détail

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur L. Lassoie, CSTC Master title - 2/12/2013 - Page 1 Evolution du concept de toiture plate Jusqu'à la fin des années 80 : nombreuses pathologies

Plus en détail

La toiture compacte. Problématique des toitures plates

La toiture compacte. Problématique des toitures plates La toiture compacte Problématique des toitures plates Les toitures plates sont, du côté extérieur, toujours munies d une membrane souple d étanchéité à l eau (plus souple) qui agit fortement comme freine-vapeur

Plus en détail

Le pavillon. Électrothermie. Chauffage électrique

Le pavillon. Électrothermie. Chauffage électrique PAGE 1 DE 10 SOUS / Objectif Énoncer les différents procédés de chauffage (direct et indirect). Énoncer les principes de fonctionnement. Identifier les éléments constitutifs. Savoir technologique visé

Plus en détail

Le bien-être absolu du vitrage chauffant

Le bien-être absolu du vitrage chauffant UNE INNOVATION DOSSIER DE PRESSE AOÛT 2015 Le bien-être absolu du vitrage chauffant CalorGlass, le premier vitrage chauffant conçu par RIOU Glass, concilie confort, santé, performances énergétiques, domotique,

Plus en détail

CSTC VITRAGE HR : VITRAGE À HAUT RENDEMENT

CSTC VITRAGE HR : VITRAGE À HAUT RENDEMENT DIGEST CSTC UNE ÉDITION DU CENTRE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DE LA CONSTRUCTION VITRAGE HR : VITRAGE À HAUT RENDEMENT Les réglementations relatives à l isolation thermique en vigueur en Région flamande

Plus en détail

Le triple vitrage. Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris. Bruno Carrel

Le triple vitrage. Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris. Bruno Carrel Le triple vitrage Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris Bruno Carrel 1. Rappels 2. Parois vitrées et parois opaques 3. Vitrer plus large 4. SGG PLANITHERM LUX 5. Conclusion Le rayonnement

Plus en détail

BILAN THERMIQUE ETE : CAHIER DES CHARGES POUR LE CALCUL D UN BILAN THERMIQUE DE CLIMATISATION

BILAN THERMIQUE ETE : CAHIER DES CHARGES POUR LE CALCUL D UN BILAN THERMIQUE DE CLIMATISATION BILAN THERMIQUE ETE : CAHIER DES CHARGES POUR LE CALCUL D UN BILAN THERMIQUE DE CLIMATISATION Avant de commencer le calcul du bilan thermique, le technicien devra connaître tous les facteurs qui pourront

Plus en détail

Fédération de l Industrie du Verre asbl Boulevard de la Plaine, 5-1050 Bruxelles Tél. : +32/(0)2/542-61-22 Fax : +32/(0)2/542-61-21 www.vgi-fiv.

Fédération de l Industrie du Verre asbl Boulevard de la Plaine, 5-1050 Bruxelles Tél. : +32/(0)2/542-61-22 Fax : +32/(0)2/542-61-21 www.vgi-fiv. La Fédération de l Industrie du Verre Constituée en 1947, la Fédération de l Industrie du Verre (FIV) regroupe la presque totalité des entreprises belges qui ont, à l échelle industrielle, une activité

Plus en détail

Ensoleillement et rayonnement calorifique

Ensoleillement et rayonnement calorifique Ensoleillement et rayonnement calorifique Ensoleillement et rayonnement calorifique Page 1 sur 5 Dangers principaux Des endroits ombragés, un habillement adéquat (coiffure) voire une crème solaire doivent

Plus en détail

Toits de terrasse de Griesser. Automatiquement bien.

Toits de terrasse de Griesser. Automatiquement bien. Toits de terrasse de Griesser. Automatiquement bien. Toits de terrasse pour prolonger l été 2 Toits de terrasse 3 Toits de terrasse Plaza Home Toit de terrasse en textile Les atouts Plaza Home / plaza

Plus en détail

RÉGLEMENTATION THERMIQUE DES BÂTIMENTS NEUFS RT 2005 L'ESSENTIEL. en 8 points

RÉGLEMENTATION THERMIQUE DES BÂTIMENTS NEUFS RT 2005 L'ESSENTIEL. en 8 points RÉGLEMENTATION THERMIQUE DES BÂTIMENTS NEUFS RT 2005 L'ESSENTIEL en 8 points La réglementation thermique RT 2005 s inscrit dans la continuité de la RT 2000 avec des performances requises en termes de consommation

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : 1 Formation Bâtiment Durable : ENERGIE PASSIF/BASSE ENERGIE Bruxelles Environnement ISOLATION : INTRODUCTION THEORIQUE Marny DI PIETRANTONIO Plate-forme Maison Passive asbl Objectif(s) de la présentation

Plus en détail

Note FIV 06 «LES DIFFERENTS TYPES DE VERRE DE SECURITE ET LEURS APPLICATIONS DANS LE BATIMENT»

Note FIV 06 «LES DIFFERENTS TYPES DE VERRE DE SECURITE ET LEURS APPLICATIONS DANS LE BATIMENT» FEDERATION DE L'INDUSTRIE DU VERRE asbl VERBOND VAN DE GLASINDUSTRIE vzw avenue Louise 89, Bte 1/Louizalaan 89, Bus 1 1050 BRUXELLES/BRUSSEL Tel : 02/542.61.20 Fax : 02/542.61.21 email : info@vgifiv.be

Plus en détail

RT 2012. Bien comprendre pour mieux s y préparer

RT 2012. Bien comprendre pour mieux s y préparer RT 2012 Bien comprendre pour mieux s y préparer RT2012 Préambule La Réglementation Thermique 2012 (RT 2012) vise, comme les précédentes RT, à limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs

Plus en détail

>I En savoir plus I Thermique

>I En savoir plus I Thermique g Un peu d histoire n Choc pétrolier en 1973 Prise de conscience de notre totale dépendance au pétrole Nécessité de maîtrise de la consommation énergétique dans le secteur du bâtiment n Protocole de Kyoto

Plus en détail

PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT

PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT II LE RAYONNEMENT SOLAIRE Introduction : Le soleil est une étoile. La fusion thermonucléaire de l hydrogène en hélium lui fournit toute son énergie,

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N :... 14/IMO/0338 Valable jusqu au :... 15/10/2024 Type de bâtiment :... Habitation (en maison individuelle) Année de construction :.. Avant 1948 Surface habitable :... environ 124.57 m² Adresse :...

Plus en détail

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Atelier Outils de mesure et de diagnostic Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Sommaire Comment mesurer et diagnostiquer : 1) La qualité de l air intérieur

Plus en détail

Coupes 50 mm Coupes 56 mm Coupes 76 mm Coupes 96 mm Coupes avec fenêtre de toit WING 105 DI. Coupes sur faît Coupes sur l égout Coupes sur rive

Coupes 50 mm Coupes 56 mm Coupes 76 mm Coupes 96 mm Coupes avec fenêtre de toit WING 105 DI. Coupes sur faît Coupes sur l égout Coupes sur rive THERM + Programme de livraison Index Profilés Joints Accessoires Outils Programme de livraison THERM + Coupes sur toîture THERM + Raccords au gros œuvre THERM + Applications Coupes 50 mm Coupes 56 mm Coupes

Plus en détail

«FENETRES DE PERFORMANCE THERMIQUE Th6»

«FENETRES DE PERFORMANCE THERMIQUE Th6» 1 «FENETRES DE PERFORMANCE THERMIQUE Th6» Contexte et Enjeux Les déperditions de chaleur par les baies vitrées représentent de l ordre de 30 % des déperditions totales dans beaucoup de bâtiments tertiaires.

Plus en détail

«Lunettes solaires pour la maison»

«Lunettes solaires pour la maison» Flachglas vous informe Edition 7, janvier 2010 «Lunettes solaires pour la maison» Gérer individuellement le transfert de la lumière de la chaleur Nouveau vitrage :«Adoucir»par simple pression d une touche.

Plus en détail

LES ESSENTIELS DE L HABITAT 4. Introduction à la thermique du bâtiment

LES ESSENTIELS DE L HABITAT 4. Introduction à la thermique du bâtiment LES ESSENTIELS DE L HABITAT 4 Introduction à la thermique du bâtiment ÉDITION 2012 LES ESSENTIELS DE L HABITAT 4 Introduction à la thermique du bâtiment L efficacité énergétique des bâtiments, les bâtiments

Plus en détail

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s)

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s) Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 12-007 Le 10 avril 2012 Réf. DER/HTO 2012-093-BB/LS CALCUL DES COEFFICIENTS DE TRANSMISSION SURFACIQUE UP ET DES COEFFICIENTS

Plus en détail

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage V. Detremmerie Laboratoire Eléments de Toiture et de

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 6 décembre 2011 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une

Plus en détail

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009 Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Contenu et but Cette aide à l application traite des exigences à respecter concernant la part maximale

Plus en détail

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Cet Audit de l existant a été effectué suite à la visite du 17/02/2014. Il prend en considération tous les points ayant un rattachement à la thermique

Plus en détail

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération Réglementations Thermique Acoustique Aération Départements d Outre-Mer Version 1.1 Fiche d application Thermique Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS www.territoires.gouv.fr

Plus en détail

Types de Vitrages févier 2003

Types de Vitrages févier 2003 Types de Vitrages févier 2003 Introduction Sommaire P2 P3 P4 P7 P10 P11 P12 P15 Introduction L influence des vitrages sur la consommation d énergie Les principaux types de vitrages Le simple vitrage (verre

Plus en détail

SOLUTIONS CONSTRUCTIVES

SOLUTIONS CONSTRUCTIVES Performance des dispositifs pare soleil par Aziz Laouadi CNRC CONSTRUCTION SOLUTIONS CONSTRUCTIVES N o 77, juin 2011 Ce numéro décrit les résultats d une étude sur un certain nombre de dispositifs pare

Plus en détail

JOURNÉE TECHNIQUE DU 26 MAI 2011

JOURNÉE TECHNIQUE DU 26 MAI 2011 JOURNÉE TECHNIQUE DU 26 MAI 2011 LES REVÊTEMENTS DE SOL DE BÂTIMENT Comparaisons des 2 DTU : DTU 52.1 (sols scellés) et DTU 52.2 (sols collés) pour les PIERRES NATURELLES Philippe DUPUIS NF DTU 52.1 NF

Plus en détail

Que nous enseigne la base de données PAE?

Que nous enseigne la base de données PAE? Que nous enseigne la base de données PAE? Séminaire auditeurs PAE 8 juin 2009 Nicolas Heijmans, ir Division Energie et Climat CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 00/00/2006 Contenu

Plus en détail

Séminaire Rénovation des toitures plate

Séminaire Rénovation des toitures plate Séminaire Rénovation des toitures plate CCBC 5 décembre 2013 Rénovation et isolation des toitures plates en béton Stéphanie DEMEULEMEESTER FACILITATEUR BATIMENT DURABLE Spécialiste ENVIRONNEMENT 1. Introduction

Plus en détail

Simulation de l efficacité énergétique d une façade double peau ventilée mécaniquement

Simulation de l efficacité énergétique d une façade double peau ventilée mécaniquement Simulation de l efficacité énergétique d une façade double peau ventilée mécaniquement Valentin Trillat-Berdal 1, Malorie Trillat-Berdal 1 1 Patriarche & Co 4 allée du lac de garde Taxiway BP 285 73375

Plus en détail

120113DLPLB PROPRIETAIRE COMMUNE DE ST AMAND LONGPRE 41310 ST AMAND LONGPRE

120113DLPLB PROPRIETAIRE COMMUNE DE ST AMAND LONGPRE 41310 ST AMAND LONGPRE 120113DLPLB RAPPORT DE DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE ETABLI LE VENDREDI 10 FEVRIER 2012 - SELON ANNEXE 6.A DE L ARRETE DE REFERENCE Arrêté du 3 mai 2007 relatif au diagnostic de performance énergétique,

Plus en détail

Rénovation des fenêtres

Rénovation des fenêtres Enjeux : (Energétique / patrimoniaux) Rénovation des fenêtres Le changement des fenêtres (ou vitrages), réduit les consommations de chauffage, fait diminuer l effet paroi froide et les condensations, améliore

Plus en détail

Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB Formation développée dans le cadre de PATHB2010

Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB Formation développée dans le cadre de PATHB2010 Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB Formation développée dans le cadre de PATHB2010 PROGRAMME DE FORMATION Dans le cadre du PROJET PAThB2010 Practical Approach for Thermal Bridges 2010 AVEC

Plus en détail

Fiche d Information - Étude Thermique

Fiche d Information - Étude Thermique Fiche d Information - Étude Thermique 7, Grande Rue 84370 BEDARRIDES Tél. : 04.90.22.85.30 Fax : 04.90.22.85.31 e-mail : new-tec@orange.fr Site : www.new-tec.fr Références constructeur ou code avantage

Plus en détail

Principe de fonctionnement de la façade active Lucido. K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido.

Principe de fonctionnement de la façade active Lucido. K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido. Principe de fonctionnement de la façade active Lucido K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido.doc 0. Préambule Le présent document est élaboré dans le but

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION PAR L INTERIEUR : LES TOITS Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

1 - Définitions et principes

1 - Définitions et principes Fiche technique Attention : L air chaud étant moins dense que l air froid, il va avoir tendance à monter! Répartition des déperditions thermiques 1 - Définitions et principes Si à l échelle d un immeuble

Plus en détail

TD de thermique de l habitat 1

TD de thermique de l habitat 1 TD de thermique de l habitat 1 - Td 3-1 Etude des déperditions d un pavillon F3 On étudie le pavillon F3, situé à Blois (41) dont le plan de masse est donné ci-dessous. La ventilation de ce pavillon est

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE LOGEMENT (6.A)

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE LOGEMENT (6.A) LOGEMENT (6.A) Ordonnance 2005-655 du 8 juin 2005, Décret n 2006-1114 du 5 septembre 2006, Arrêtés du 15 septembre 2006, Arrêté du 3 mai 2007 A INFORMATIONS GENERALES N de rapport : LAMBERTINI 1296 08.04.09

Plus en détail

DANS QUELLES CONDITIONS PEUT-ON BENEFICIER DU CREDIT D IMPOT?

DANS QUELLES CONDITIONS PEUT-ON BENEFICIER DU CREDIT D IMPOT? Le crédit d impôt est une disposition fiscale permettant aux ménages de déduire de leur impôt sur le revenu une partie des dépenses réalisées pour certains travaux d amélioration énergétique réalisés dans

Plus en détail

La place des vitrages dans la démarche de qualité environnementale

La place des vitrages dans la démarche de qualité environnementale La place des vitrages dans la démarche de qualité environnementale Des créations architecturales sans oublier les performances Contexte Un produit verrier impacte de différentes façons le bilan environnemental

Plus en détail

FICHE EXPLICATIVE Fenêtres

FICHE EXPLICATIVE Fenêtres Certificats d économies d énergie Fiche explicative n FE 06 FICHE EXPLICATIVE Fenêtres Fiches d opérations standardisées concernées : N BAR-EN-04, BAT-EN-04, BAT-EN-04-GT Ce document a pour objet de donner

Plus en détail

Marché. LE CALEnDRIER. LEs CARACTÉRIsTIqUEs MInIMALEs (non EXHAUsTIVEs) DE LA RT 2012. LEs 3 InDICATEURs DE LA RT 2012. ATTEsTATIons : nouveautés 2012

Marché. LE CALEnDRIER. LEs CARACTÉRIsTIqUEs MInIMALEs (non EXHAUsTIVEs) DE LA RT 2012. LEs 3 InDICATEURs DE LA RT 2012. ATTEsTATIons : nouveautés 2012 Marché Info réglementation rt 2012 GÉnÉRALITÉs LE CALEnDRIER 1 er janvier 2013 : Mise en application à tous les permis de construire (maisons individuelles et logements collectifs). LEs 3 InDICATEURs DE

Plus en détail

Le verre de l habitat durable.

Le verre de l habitat durable. Création Image & Stratégie Illustrations A. Lainé / P. Chédal Saint-Gobain Glass France RCS Nanterre B 998 269 211 - G1-DOC0001/07-12 90000 Sous réserve de modifications Le verre de l habitat durable.

Plus en détail

Les Vitrages à Isolation Renforcée

Les Vitrages à Isolation Renforcée Les Vitrages à Isolation Renforcée Vitrage à Isolation Renforcée En neuf et en réhabilitation, les VIR s imposent en tant que solutions efficaces et rentables Glasstec : 24 oct 2006 1 Les Vitrages à Isolation

Plus en détail

L éco-prêt à taux zéro

L éco-prêt à taux zéro L éco-prêt à taux zéro «L éco-prêt à taux zéro» est un prêt à taux d intérêt nul et accessible sans conditions de ressources, pour financer un ensemble cohérent de travaux d amélioration de la performance

Plus en détail

le chauffage électrique

le chauffage électrique LE CHAUFFAGE RAYONNANT ELECTRIQUE ECONOMIQUE ECOLOGIQUE le chauffage électrique Thermalu Sol chauffage rayonnant Thermalu Bicalendal chauffage rayonnant Thermalu Déneigement Thermalu Plafond chauffage

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) N : 101053 / 1 Valable jusqu au : 21/10/2020 Type de bâtiment : Appartement Année de construction : < 1948 Surface habitable : 44 m² Adresse : 5 rue Saint Marc 29200 BREST Date de visite: 20/10/2010 Date

Plus en détail

La rénovation thermique des copropriétés

La rénovation thermique des copropriétés La rénovation thermique des copropriétés Isolation thermique par l extérieur (façades, toitures, planchers bas) ASDER - Chambéry Mardi 19 mars 2013 François Sivardière Chargé de mission Copropriétés L

Plus en détail

Chauffage par le sol. en combinaison avec une pompe à chaleur GENERAL

Chauffage par le sol. en combinaison avec une pompe à chaleur GENERAL Chauffage par le sol en combinaison avec une pompe à chaleur GENERAL Chauffage par le sol encore plus économe en énergie en combinaison avec une pompe à chaleur GENERAL Les gens sont de plus en plus nombreux

Plus en détail

Mise en œuvre du freine-vapeur pro clima INTELLO (PLUS) & lattes de montage

Mise en œuvre du freine-vapeur pro clima INTELLO (PLUS) & lattes de montage Cahier des charges Mise en œuvre du freine-vapeur pro clima INTELLO (PLUS) & lattes de montage 1 Etanchéité a l air / freine-vapeur pro clima INTELLO (PLUS) Programme Le freine-vapeur pro clima INTELLO

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) N : DPE01230-0002 Valable jusqu au : 27/12/2021 Type de bâtiment : Appartement Année de construction : 2002 Surface habitable : 50 m² Numéro appartement

Plus en détail

L ingénierie au service de la nature MC

L ingénierie au service de la nature MC L ingénierie au service de la nature MC Concerto, la fenêtre qui est testée pour l étanchéité à l air aussi bien à -30 C qu à température ambiante 20 C. Pourquoi est-il important d évaluer le degré d étanchéité

Plus en détail

Energie solaire www.euroclima.fr

Energie solaire www.euroclima.fr Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Energie solaire www.euroclima.fr E U R O C L i M A Un système complet La clé de l efficience solaire réside dans l association et l optimisation des

Plus en détail

FERMACELL contre-cloisons (doublages) Parement simple

FERMACELL contre-cloisons (doublages) Parement simple Des systèmes reconnus dans la construction sèche présentant des qualités coupefeu et d isolation phonique. La cloison de doublage, aussi appelée contre-cloison ou doublage, FERMACELL est destinée à être

Plus en détail

Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage, la production d eau chaude sanitaire et le refroidissement

Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage, la production d eau chaude sanitaire et le refroidissement SDH - SARL n 23 Avenue Gambetta 17100 Saintes Tél. : 05 46 97 61 34 - Fax : 05 46 97 26 30 N SIREN : 504 761 248 Compagnie d assurance : Generali Assurances n AL169975 Diagnostic de performance énergétique

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

CHAPITRE 1 : CONNAISSANCES GENERALES ET CONNAISSANCES SIMPLES EN THERMIQUE

CHAPITRE 1 : CONNAISSANCES GENERALES ET CONNAISSANCES SIMPLES EN THERMIQUE Le QCM (questionnaire à choix multiple) a 40 questions piochées au hasard dans un potentiel de 400 questions environ, divisées en 4 chapitres repris ci-après. La liste des connaissances requises correspond

Plus en détail

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK Guide de mise en œuvre Liant ProKalK Applications Confort Caractéristiques du produit Caractéristiques physiques Dosage et conseil d utilisation Isolation du sol en béton de chanvre ProKalK Isolation pour

Plus en détail

Terrassement- Fondations - Egouttage

Terrassement- Fondations - Egouttage Terrassement- Fondations - Egouttage «Le terrassement débute et ne dure que quelques jours. Viennent ensuite les fondations, puis le réseau d égouttage. On peut remarquer la qualité du travail d égouttage

Plus en détail

Fiche explicative pour la saisie des équipements du génie climatique dans la RT2012

Fiche explicative pour la saisie des équipements du génie climatique dans la RT2012 Fiche explicative pour la saisie des équipements du génie climatique dans la RT2012 SYSTÈMES SOLAIRES COMBINÉS (SSC) I/ PRINCIPE GENERAL Cette fiche d intégration décrit les données d entrées, les paramètres

Plus en détail

Confort d été. Fiche technique

Confort d été. Fiche technique Fiche technique Confort d été 2 7 9 Connaître Les moyens d améliorer le confort d été Regarder Limiter l apport thermique solaire Protection par rapport aux apports solaires directs et indirects. Limiter

Plus en détail

RAL 7015 gris ardoise. RAL 9002 blanc gris

RAL 7015 gris ardoise. RAL 9002 blanc gris La laine de roche Les couleurs Les couleurs standard disponibles sont les suivantes : RAL 1015 ivoire claire RAL 7015 gris ardoise RAL 5008 bleu gris RAL 7022 gris terre d ombre RAL 7032 gris silex RAL

Plus en détail

Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre?

Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre? Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre? Qu est-ce que la condensation? L air contient de la vapeur d eau en suspension. Des études spécialisées démontrent

Plus en détail

Energéticien Consultant Formateur

Energéticien Consultant Formateur 1 Energéticien Consultant Formateur 2 Cas 1 : maison contemporaine Maison individuelle 1972 Façade avant entrée Pignon jardin Façade arrière jardin 3 Description Présentation générale état initial 2 niveaux

Plus en détail

Travaux permettant de réaliser des économies d'énergie

Travaux permettant de réaliser des économies d'énergie Travaux permettant de réaliser des économies d'énergie Espace Info Energie de la CoVe eie.carpentras@aere-asso.com 0490362509 Avec le soutien de : Isolation par l'intérieur des murs extérieurs Isolation

Plus en détail

OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS

OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS Michel Perrin Directeur opérationnel CNDB Un marché en pleine expansion Plus de 10 000 maisons et logements bois/an Une demande potentielle

Plus en détail

Exutoire de fumée pour toiture plate

Exutoire de fumée pour toiture plate Exutoire de fumée pour toit en pente et toiture plate Exutoire de fumée pour toit en pente Exutoire de fumée pour toiture plate Options 5 GGL - GGU P. 98-103 CSP P. 104-106 P. 107 GGL ---SD00403 Données

Plus en détail

Rt 5. L isolant Thermo-réfléchissant. Isolation Maximum... Épaisseur Minimum! 6.1 10.2. www.thermosulit.be. Système de recouvrements plats

Rt 5. L isolant Thermo-réfléchissant. Isolation Maximum... Épaisseur Minimum! 6.1 10.2. www.thermosulit.be. Système de recouvrements plats 6. 0. L isolant Thermo-réfléchissant Rt 5 m²k/w (Rapport CIM 0/007) Système de recouvrements plats Isolation Maximum... Épaisseur Minimum! www.thermosulit.be Découvrez Thermosulit Thermosulit 6. et 0.

Plus en détail

Davantage de lumière et de place, meilleure qualité de vie: les parois pliantes vitrées isolées de Schweizer.

Davantage de lumière et de place, meilleure qualité de vie: les parois pliantes vitrées isolées de Schweizer. Davantage de lumière et de place, meilleure qualité de vie: les parois pliantes vitrées isolées de Schweizer. 2 Une vision claire et limpide: les parois pliantes vitrées apportent de la transparence. Que

Plus en détail

L isolation extérieure dès le gros œuvre

L isolation extérieure dès le gros œuvre L isolation extérieure dès le gros œuvre L ISOLATION PAR L EXTERIEUR : SA SUPERIORITE SUR L ISOLATION PAR L INTERIEUR RTh est un nouveau procédé de maçonnerie spécialement conçu pour l isolation par l

Plus en détail

VENTILATION POUR LE CONFORT D ETE

VENTILATION POUR LE CONFORT D ETE le climat et l'environnement du bâtiment Pourquoi ventiler? VENTILATION POUR LE CONFORT D ETE La ventilation consiste à renouveler l air d une pièce ou d un bâtiment. Elle agit directement sur la température

Plus en détail

PRÉGYMÉTALTM. Mise en œuvre CONTRE-CLOISONS PRINCIPES DE POSE POINTS SINGULIERS ACCROCHAGES & FIXATIONS LOCAUX HUMIDES LOCAUX TRÈS HUMIDES

PRÉGYMÉTALTM. Mise en œuvre CONTRE-CLOISONS PRINCIPES DE POSE POINTS SINGULIERS ACCROCHAGES & FIXATIONS LOCAUX HUMIDES LOCAUX TRÈS HUMIDES PRÉGYMÉTALTM Mise en œuvre Caractéristiques techniques pages 90 à 9 PRINCIPES DE POSE A POINTS SINGULIERS 7 A 0 ACCROCHAGES & FIXATIONS LOCAUX HUMIDES LOCAUX TRÈS HUMIDES TRAÇAGE ET POSE DES RAILS CONTRE-CLOISONS

Plus en détail

Bureaux Surface nette : 1850 m²

Bureaux Surface nette : 1850 m² - Concours restreint, 3 participants - Rénovation de bureaux - Début 2007 - Maître de l Ouvrage: CREDIBE - Logement - Démarche environnementale Bureaux Surface nette : 1850 m² Concept architectural Fonction

Plus en détail

1 - Définitions et principes

1 - Définitions et principes Fiche 09 technique 1 - Définitions et principes Les déperditions thermiques par les vitrages représentent entre 20 et 38% des pertes de chaleur totales d un logement! (cf. fiches 1 & 2) En immeuble collectif,

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement Fabrice DERNY La géothermie MATRIciel SA Objectif(s) de la présentation Cerner les objectifs et les domaines d application de la géothermie

Plus en détail

solutions et confort d été Inertie thermique Logements Paris École de chimie Bibliothèque et archives municipales Montpellier p.

solutions et confort d été Inertie thermique Logements Paris École de chimie Bibliothèque et archives municipales Montpellier p. solutions B É T O N Inertie thermique et confort d été UNE TROP FORTE CHALEUR À L INTÉRIEUR D UNE HABITATION EST UN Logements Paris FACTEUR D INCONFORT IMPORTANT.SI CELA EST SOUVENT VÉCU COMME UNE FATALITÉ,

Plus en détail

Formation 2013 Bâtiment Durable

Formation 2013 Bâtiment Durable Formation 2013 Bâtiment Durable ACOUSTIQUE Bruxelles Environnement INDICE D AFFAIBLISSEMENT ACOUSTIQUE DES MATÉRIAUX Sophie MERSCH, Ir arch. CENTRE URBAIN 25 avril 2013 Formation mise en œuvre par le Centre

Plus en détail

PPE LE VIGNOBLE A OUTRE-VIEZE - MONTHEY PARCELLE N 2061 LIEU DIT OUTRE-VIEZE. Villa A et B - Jumelée 4 pièces ½ avec garage

PPE LE VIGNOBLE A OUTRE-VIEZE - MONTHEY PARCELLE N 2061 LIEU DIT OUTRE-VIEZE. Villa A et B - Jumelée 4 pièces ½ avec garage DESCRIPTIF PPE LE VIGNOBLE A OUTRE-VIEZE - MONTHEY PARCELLE N 2061 LIEU DIT OUTRE-VIEZE Villa A et B - Jumelée 4 pièces ½ avec garage Collombey, le 19 janvier 2015 GROS OEUVRE Travaux de maçonnerie Radier

Plus en détail

Vitrages extérieurs collés

Vitrages extérieurs collés Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe Spécialisé n «Constructions, façades et cloisons légères» Groupe Spécialisé n 6 «Composants de baies, vitrages» Vitrages extérieurs collés Cahier

Plus en détail