La polymérisation industrielle du PVC

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La polymérisation industrielle du PVC"

Transcription

1 du PVC / 1 La polymérisation industrielle du PVC 1. Introduction du PVC peut s effectuer de différentes manières : en suspension ou en émulsion. Le procédé de polymérisation en suspension est le procédé de fabrication le plus employé : 85% de la production. Le second procédé est utilisé pour 15% de la production. 2. La polymérisation en suspension ( PVC en suspension ) 2.1 L AUTOCLAVE La polymérisation s effectue dans un autoclave (AC) appelé réacteur. Les plus petits ce ceux-ci pouvant contenir 12 tonnes de mélange. En voici un schéma du PVC/ 1

2 du PVC / 2 la cuve, dans laquelle on fabrique le PVC. La cuve est munie d une entrée [en haut pour introduire les réactifs] et d une sortie [en bas pour récupérer le produit de la polymérisation]. la double enveloppe, dans laquelle on envoie de la vapeur d eau pour échauffer ou de l eau froide pour refroidir (selon la phase de fabrication). l agitateur, qui sert de mélangeur. les capteurs de température et de pression. 2.2 PRINCIPE On introduit : 1. de l eau déminéralisée (sans réactifs quelconques qui pourraient altérer le PVC final) 2. le chlorure de vinyle monomère (aussi appelé VCM) qui est à l état liquide sous une pression de 7 à 8 bars à température ambiante. L enceinte d un autoclave est donc toujours sous pression et par conséquent la fabrication du PVC ne peut être «observée ou visualisée» La globulation Théoriquement, par action mécanique de l agitateur, on engendre une réaction de globulation ce qui signifie que le VCM ( qui est très peu soluble dans l eau ) se disperse dans l eau et se retrouve sous forme de globules La coalescence Si on coupe le mélangeur ou l agitateur, les petits globules de VCM se rassemblent pour reformer le VC c est la coalescence. Pour éviter cette coalescence, on doit globule donc on agite l ensemble grâce à l agitateur qui doit tout le temps être en fonction. du PVC/ 2

3 du PVC / L échauffement Pour pouvoir démarrer la polymérisation nécessite une température de départ assez élevée ( +- entre 70 et 80 C) L obtention d un PVC de masse molaire précise nécessite une température de fabrication constante à plus ou moins 0,5 C près. Ce sera le rôle de l eau chaude qui circule dans une double enveloppe entourant le réacteur Le refroidissement Or, la réaction de polymérisation VCM PVC est exothermique et elle dégage 24 kcal/mole de VC polymérisé en PVC. Cela signifie que chaque fois qu on polymérise une mole soit 62g de VC, on libère calories. Or on a plus de 12 tonnes soit kg soit g à polymériser Ca va chauffer!!! Il faut donc évacuer cette énorme quantité de chaleur. Ce sera le rôle de l eau froide qui circule dans la double enveloppe entourant le réacteur. Par la globulation continue, on obtient des globules séparés de µm dans l eau Cela permet une meilleure répartition de la chaleur qui s évacue via cette eau qui elle-même se refroidit via la double enveloppe L initiateur Pour polymériser, il faut un initiateur. Celui-ci ( le peroxyde) est soluble dans le VCM mais pas dans l eau. L initiateur agit ( et permet la polymérisation) au sein même du globule et non dans l eau. L initiateur agit au sein même du globule. Le PVC naît par petits grains Des petits «grains» de PVC appelé «nucléi» se forment donc à l intérieur de ces fameux globules. Les nucléi de PVC grossissent et le PVC est gonflé par le VCM ce qui donne un aspect de gel. du PVC/ 3

4 du PVC / La prise en masse contrôlée Entre les globules en agitation, il y a des chocs et ceux-ci peuvent rester collés entre eux, ce qui a pour conséquence de former une masse gélifiée (phénomène de prise en masse). Si la polymérisation s effectue sur la masse gélifiée, on obtiendrait un bloc de PVC. L effet d une telle prise en masse serait d immobiliser l agitateur donc l autoclave d où un arrêt de la production!! Il faut absolument éviter cette prise en masse L agent dispersant protecteur : ADP Pour éviter la coalescence (qui conduirait à une pris en masse), on ajoute une solution d un agent dispersant protecteur (ADP) qui est un agent soluble dans l eau et dans le monomère. Cet agent est en fait une macromolécule (un polymère) avec : Un groupement hydrophile (qui aime l eau) et Un groupement hydrophobe (qui n aime pas l eau) Cet agent dispersant forme un film protecteur sur le globule ce qui à pour effet d éviter le rassemblement de ces fameux globules. En effet, les groupements hydrophiles repoussent les globules entre eux. du PVC/ 4

5 du PVC / 5 L histoire ne s arrête pas là!! Action partielle de l ADP Imaginons l ADP enrobant complètement le globule. Il faut savoir que la masse volumique du VCM est de 0,8g/cm³ et que celle du PVC est de 1,4g/cm³. Cela signifie que lors de la polymérisation, le volume se contracte de 30% (passage de 0,8 à 1,4) et le petit grain de PVC s effondre lors de sa formation laissant apparaître un grain tout cassé d une taille de l ordre de 30 µm. Cela engendre un grain de PVC qui dans l ensemble représente une poudre très très fine difficile à transporter et à manipuler en industrie. Sauf pour des application précises, les grains de PVC en taille «farine» ne sont pas très recherchés Prise en masse contrôlée L action de l ADP ne doit pas être totale mais partielle afin de favoriser l assemblage de quelques globules entre eux pour obtenir des grains plus gros dont la taille est de l ordre de 120 à 150 µm ( taille de grains de sable). Ceci s appelle la prise en masse contrôlée.. contrôlée par la concentration de l agent et les sortes de molécules utilisées comme agent ADP. du PVC/ 5

6 du PVC / 6 Finalement un grain de PVC vu au microscope ressemble à un assemblage de quelques petites billes Le slurry et le cake L ensemble de toutes ces opérations de polymérisation dure de 4 à 9 heures pour enfin obtenir une solution aqueuse de polymère appelée SLURRY toujours en état d agitation. Ce slurry est en suite envoyé dans un dégazeur afin d en extraire le VC qui n a pas réagit. C est l opération appelée «Stripping» Une fois dégazé, le slurry est envoyé dans 2 réservoirs magasins (RM). Afin que le PVC du slurry ne se décante pas, le slurry circule en boucle entre ces 2 réservoirs et est toujours en agitation. Le slurry est ensuite envoyé dans une centrifugeuse (grosse essoreuse) pour le débarrasser en partie de son eau. La partie solide récupérée est appelée CAKE (PVC + eau dans les pores) et les eaux mères sont évacuées. Le cake est envoyé dans un sécheur afin d obtenir le PVC sec ( procédé du lit fluidisé ) Le sécheur est un cylindre muni d une vis sans fin. On y injecte le cake à l entrée où il règne une température de 120 C, l eau s évapore. Une fois l eau évaporée, le PVC ne doit pas rester à cette température sinon il se dégraderait (couleur rose ou même noire). Le PVC sec doit être évacuer du séchoir rapidement ( phase délicate de l opération «séchage») Le PVC sec est ensuite envoyé soit dans des réservoirs (en vrac) pour le chargement camions à l emballage (sac de 25kg) et placé sur palette de 1250 kg pour le chargement bateaux Petite expérience à réaliser au cours Prendre un rétroprojecteur, un récipient transparent avec un fond d eau. Placer doucement de l huile de friture par-dessus. Laisser reposer. Agiter avec une baguette de verre apparition de globules d huile ( phase de globulation) Arrêter l agitation les globules d huile se rassemblent (phase de coalescence). Toujours en agitant, ajouter une solution ADP (poudre de colle à tapisser), celle-ci forme une couche protectrice autour des globules, ce qui les maintient éloigner les uns des autres. du PVC/ 6

7 du PVC / UTILISATION DES PVC PRODUITS EN SUSPENSION La souplesse du procédé en suspension permet de modifier la structure des grains (dimension, forme, porosité) et d'ajuster ainsi la résine à l'application demandée. Ceci explique que les résines suspension conviennent pour la quasi-totalité des applications hormis celles où il est nécessaire d'avoir des résines très fines. C'est le cas de certaines applications de PVC souple où les PVC émulsion sont alors utilisés pour fabrication de pâtes (plastisols). du PVC/ 7

8 du PVC / 8 3. LA POLYMÉRISATION EN EMULSION ( PVC EN ÉMULSION ) 3.1 PRINCIPE Même principe que le procédé en suspension mais avec des initiateurs et des additifs différents. On note la présence d un émulsionnant ( stéarate de sodium par exemple). L ensemble est soumis à l agitation comme pour la suspension. Le rôle de l émulsionnant est en gros d enrober le monomère de sorte que la polymérisation ne se produise que dans de très très fines gouttelettes de VC. Après quelques heures, la polymérisation est terminée et on obtient un latex, c'est-à-dire une dispersion de fines particules de PVC (diamètre 0,05 à 1 micron) dans l'eau. Les particules de PVC sont ensuite séparées de l'eau par pulvérisation du latex en fines gouttelettes dans un courant d'air chaud dans un appareil appelé sécheur atomiseur. Par ce procédé, on obtient des grains de PVC ayant un diamètre 50 microns en moyenne c est à dire semblable à de la farine. 3.2 PARTICULARITÉ DES PVC PRODUITS EN ÉMULSION Les grains de PVC obtenus en émulsion contiennent la majeure partie des produits utilisés lors de la polymérisation (émulsionnant et initiateurs) qui peuvent conférer des propriétés particulières à la résine comme une stabilité thermique et une facilité de transformation accrue. De plus, les grains de la sorte offrent une très grande surface à l'action des plastifiants ce qui explique l'intérêt des résines en émulsion pour certaines applications de PVC souple telles que plastisols. du PVC/ 8

9 du PVC / 9 du PVC/ 9

10 du PVC / La copolymérisation du PVC Le PVC peut être copolymérisé avec de nombreux comonomères ou polymérisé sur d'autres polymères, mais seuls quelques produits existent sur le marché et en faible quantité par rapport au PVC homopolymère. On retiendra : VC / acétate de vinyl amélioration de la fluidité Exemple d'application: disques microsillons VC / éthylène vinyle acétate amélioration de la résistance au choc et de la facilité de transformation Exemple d'application: profilés extrudés VC / acrylate de butyle amélioration de la résistance aux chocs Exemple d'application: profilés pour fenêtres PVC chloré (PVCC) On peut aussi modifier le PVC en le surchlorant, ce qui conduit à des teneurs en chlore d'environ 66 % et permet d'améliorer sa résistance thermique pour des applications telles que la circulation et l'évacuation des fluides chauds. du PVC/ 10

11 du PVC / Cinétique de la réaction de polymérisation Lors du processus de polymérisation, plusieurs paramètres physiques importants sont contrôlés en permanence au niveau de l autoclave. Il s agit en autres : de la température du slurry de la température de la navette (double enveloppe) de la pression interne de la puissance de l agitateur Il est intéressant de se représenter l allure de ces courbes sur un cycle de polymérisation. du PVC/ 11

12 du PVC / 12 La température de la navette Elle augmente fortement au début du cycle (car on envoie de la vapeur dans la double enveloppe) pour échauffer le mélange afin d atteindre la température de polymérisation qui est ici de 68 C La température de l autoclave Elle démarre entre 10 et 20 C. Elle augmente (grâce à la navette) ensuite au début du cycle pour atteindre la température de 68 C qui est pour ce cycle la température désirée. Observer que cette température reste constante pendant tout le processus à plus ou moins 0,5 C près. Pour garder la constance de la température de l autoclave, il faut alors refroidir le mélange car la polymérisation est une opération exothermique. Pour ce faire, il faut envoyer de l eau froide dans la navette d où une chute importante de la température navette à ce stade. La puissance de l agitateur, Par son analyse, on peut visualiser les cycles de production. En effet si la puissance est nulle, c est que l agitateur ne fonctionne pas. Estimer le temps d un cycle de polymérisation sur le graphique et le temps d un cycle complet de production (remplissage et vidage compris). La pression interne Elle augmente suite à l augmentation de température et reste constante pendant le processus. La chute de pression s explique par le fait qu une fois le monomère VC liquide consommé, le monomère VC gazeux qui existe dans l enceinte interagit avec le slurry (qui l absorbe en partie) d où chute de pression indiquant la fin du cycle. A ce stade on injecte suffisamment d eau dans la double enveloppe la température du slurry diminue. Le cycle est terminé. du PVC/ 12

13 du PVC / 13 Questionnaire à préparer : le PVC en suspension 1. Faire le schéma d un autoclave et indiquer les principaux composants 2. Expliquer en quoi consistent la globulation et la coalescence 3. Quel est le double rôle de la double enveloppe du réacteur? 4. Quel est le rôle de l agitateur? 5. Comment agit l initiateur de la polymérisation et quelle en est sa conséquence? 6. Qu est ce que «la prise en masse»? 7. Comment peut-on empêcher «la prise en masse»? 8. Que signifie les lettres «ADP»? 9. Comment agit l ADP dans l autoclave? Son action est-elle totale ou partielle? Pourquoi? 10. Qu appelle-t-on «slurry»? 11. Quelles sont les 2 étapes qui suivent la mise en réservoir du slurry? 12. Comment est conditionné le PVC? du PVC/ 13

Etude de la déshumidification de l air pour les applications de séchage dans les régions humides

Etude de la déshumidification de l air pour les applications de séchage dans les régions humides Revue des Energies Renouvelables SMSTS 08 Alger (2008 135 144 Etude de la déshumidification de l air pour les applications de séchage dans les régions humides H. Derbal 1*, M. Belhamel 1, A. Benzaoui 2

Plus en détail

FLUIDISATION SOLIDE - GAZ

FLUIDISATION SOLIDE - GAZ 1 FLUIDISATION SOLIDE - GAZ I/ MISE EN EVIDENCE DU PHENOMENE DE FLUIDISATION On considère une couche de particules solides sphériques identiques reposant sur une grille poreuse horizontale à l'intérieur

Plus en détail

2015-2016 Qualité de l'eau Biochimie UE : 11 Pharmacotechnie et pharmacie galénique Qualité de l'eau

2015-2016 Qualité de l'eau Biochimie UE : 11 Pharmacotechnie et pharmacie galénique Qualité de l'eau Biochimie UE : 11 Pharmacotechnie et pharmacie galénique Qualité de l'eau Semaine : n 13 (du 30/11/15 au 04/12/15) Date : 03/12/2015 Heure : de 9h à 10h Professeur : Pr. Gayot Binôme : n 29 Correcteur

Plus en détail

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Ce guide est une introduction à l isolation thermique du bâtiment. Il permet de saisir les principales notions techniques entourant

Plus en détail

La chimie c est extrêmement élémentaire :

La chimie c est extrêmement élémentaire : La chimie c est extrêmement élémentaire : Les états de la matière : Toute la matière qui nous entoure, de nos vêtements à nos maisons, en passant par les feuilles des arbres, le sol et notre propre corps,

Plus en détail

TP III. Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse

TP III. Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse CHAMPREDONDE Renaud DAUNIS Mélanie TP III Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse Module de géochimie Responsable : J.-L. DANDURAND SOMMAIRE INTRODUCTION I / Etude théorique

Plus en détail

Doc 3 transferts thermiques

Doc 3 transferts thermiques Activité Documentaire Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Doc 1 Du microscopique au macroscopique La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique.

Plus en détail

Rhéologie des Poudres. Mesure de l écoulement des poudres avec les rhéomètres MCR

Rhéologie des Poudres. Mesure de l écoulement des poudres avec les rhéomètres MCR Rhéologie des Poudres Mesure de l écoulement des poudres avec les rhéomètres MCR Les poudres sont partout et représentent un défi Travailler avec de la poudre peut s avérer difficile, particulièrement

Plus en détail

TD Thermodynamique. Diffusion de particules

TD Thermodynamique. Diffusion de particules TPC2 TD Thermodynamique Diffusion de particules Exercice n o 1 : Diffusion du CO 2 On observe la diffusion du CO 2 dans l air, en régime stationnaire, à l intérieur d un tube de longueur L = 0, 25 m et

Plus en détail

Stratégies de synthèse organique

Stratégies de synthèse organique Chimie rganique Stratégies de synthèse organique La synthèse organique est une discipline dans laquelle de nombreux paramètres sont à prendre en compte afin d obtenir des produits purs avec de bons rendements,

Plus en détail

ANNEXE II. Liste des types de formulations des spécialités phytosanitaires

ANNEXE II. Liste des types de formulations des spécialités phytosanitaires ANNEXE II Liste des types de formulations des spécialités phytosanitaires AB - appât sur grains. AE - générateur aérosol : récipient à partir duquel un produit formulé peut être dispersé sous forme de

Plus en détail

Introduction à la description des systèmes thermodynamiques

Introduction à la description des systèmes thermodynamiques Introduction à la description des systèmes thermodynamiques 1. Définitions et généralités : La Thermodynamique est l étude des échanges d énergie ou de matière. La thermodynamique ne délimite a priori

Plus en détail

Les matières plastiques

Les matières plastiques Les matières plastiques Analyse et synthèse de documents : La vie des plastiques Mots-clefs : Vieillissement, recyclage, élimination Contexte du sujet : Recherchés pour leurs propriétés remarquables (légèreté,

Plus en détail

Les préparations ophtalmiques

Les préparations ophtalmiques Les préparations ophtalmiques Pharmacie galénique Objectifs Définir les. Connaître les critères de qualité de ces préparations. Distinguer entre les différentes formes de ces préparations, leurs spécificités

Plus en détail

Travaux Pratiques de Chimie Organique

Travaux Pratiques de Chimie Organique Préparation du savon I. INTRODUCTION a) Composition d un corps gras : Les corps gras sont des composés naturels d origine végétale ou animale, appelés lipides. Ils sont essentiellement constitués de triglycérides,

Plus en détail

Stratégie de synthèse et sélectivité en chimie organique.

Stratégie de synthèse et sélectivité en chimie organique. FICHE 14 Stratégie de synthèse et sélectivité en chimie organique. I. Stratégie à employer lors d une synthèse On veut synthétiser un composé au laboratoire. On doit donc imaginer les différentes étapes

Plus en détail

Les Traitements Thermiques Pasteurisation et Stérilisation

Les Traitements Thermiques Pasteurisation et Stérilisation Les Traitements Thermiques Pasteurisation et Stérilisation Ce sont les opérations unitaires les plus répandues en agroalimentaire. Il y a deux objectifs: assure la qualité hygiénique du produit et préserver

Plus en détail

Activité 53 : Dynamique du volcan et structure de la roche volcanique

Activité 53 : Dynamique du volcan et structure de la roche volcanique Activité 53 : Dynamique du volcan et structure de la roche volcanique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : L activité interne du globe 2. PLACE DE L ACTIVITE DANS UNE PROGRESSION Chapitre I. Les séismes

Plus en détail

Chapitre 2 Obtenir de l eau pure

Chapitre 2 Obtenir de l eau pure Chapitre 2 Obtenir de l eau pure Item Connaissances Acquis Mélanges homogènes et hétérogènes. Décantation. Filtration. Une eau d apparence homogène peut contenir des substances autres que l eau. La distillation

Plus en détail

DIAGRAMME BINAIRE EN EQUILIBRE LIQUIDE VAPEUR

DIAGRAMME BINAIRE EN EQUILIBRE LIQUIDE VAPEUR DIAGRAMME BINAIRE EN EQUILIBRE LIQUIDE VAPEUR L'objectif du TP est de tracer un diagramme isobare en équilibre liquide vapeur du binaire H 2 O / HCl, par une méthode utilisant le principe de la distillation

Plus en détail

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE BILANS THERMIQUES La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique: L approche microscopique décrit le comportement individuel

Plus en détail

Ducatez Raphaël Avec l aide de M Jeanjacquot

Ducatez Raphaël Avec l aide de M Jeanjacquot Johanna Singvongsa Ducatez Raphaël Avec l aide de M Jeanjacquot Lycée Charlie Chaplin Année 2007-2009 1 Sommaire Partie 1 : présentation du projet 3 - Description théorique 3 - Exp. : Mesure d énergie

Plus en détail

Département Aérospatiale et mécanique.

Département Aérospatiale et mécanique. Département Aérospatiale et mécanique. Laboratoire de Thermodynamique Université de Liège Campus du Sart-Tilman - Bâtiment B49 Parking P33 B-4000 LIEGE (Belgium) tel : +32 (0)4 366 48 00 fax : +32 (0)4

Plus en détail

LES CRISTAUX CAHIER DE L ÉLÈVE

LES CRISTAUX CAHIER DE L ÉLÈVE LES CRISTAUX CAHIER DE L ÉLÈVE Décembre 2007 cristaux_eleve_st.doc 1 Révision linguistique : mai 2008 NOTE : Cette SAE a été élaborée dans le cadre de sessions de formation. Des adaptations seront nécessaires

Plus en détail

Habitat et confort Isolation

Habitat et confort Isolation Isolation Français p 1 Maquette isolation phonique et thermique Version : 9009 Habitat et confort 1 Présentation du concept 1.1 Introduction La maquette isolation phonique et thermique a été conçue par

Plus en détail

L'industrie pétrolière : du produit naturel au carburant avancé

L'industrie pétrolière : du produit naturel au carburant avancé Laurent Zorzi et Georges eyen Chimie Industrielle et LASSC L'industrie pétrolière : du produit naturel au carburant avancé Le pétrole Tout comme le charbon, le pétrole brut est un produit naturel qui résulte

Plus en détail

La cuisine moléculinaire

La cuisine moléculinaire La cuisine moléculinaire Projet scientifique Ecole Georges Dagneaux, CM2 Élèves de l IMED, intégrés dans la classe de CM2 Avec la participation de Jean Matricon Atelier amidon La farine est un mélange

Plus en détail

Mini dictionnaire de physique ( d après 5 ème BELIN)

Mini dictionnaire de physique ( d après 5 ème BELIN) Mini dictionnaire de physique ( d après 5 ème BELIN) Année (une) : durée de la révolution de la Terre autour du Soleil. Une année est égalée 365,25 jours. Aqueux (adj.): se dit d'un mélange dont le constituant

Plus en détail

UTILITÉS AIR SERVICE - AIR INSTRUMENT

UTILITÉS AIR SERVICE - AIR INSTRUMENT Ingénieurs en Sécurité Industrielle Risques et Précautions Liés au Matériel UTILITÉS AIR SERVICE - AIR INSTRUMENT I - RÔLE ET CARACTÉRISTIQUES DE L'AIR COMPRIMÉ 1 - Rôle de l'air comprimé... 1 2 - Caractéristiques

Plus en détail

Chromatographie liquide haute performance (CHLP)

Chromatographie liquide haute performance (CHLP) Chromatographie liquide haute performance (CHLP) La chromatographie liquide haute performance (CHLP en français, HPLC en anglais) est une technique analytique très générale d emploi. Elle correspond à

Plus en détail

Impression. Impression. La lithographie offset

Impression. Impression. La lithographie offset Impression Le carton permet d utiliser toutes les techniques d impression existantes. Vous obtiendrez la même satisfaction qu avec du papier de qualité en matière de présentation graphique. La bonne imprimabilité

Plus en détail

L'AIR HUMIDE Deuxième partie: Le Séchage

L'AIR HUMIDE Deuxième partie: Le Séchage L'AIR HUMIDE Deuxième partie: Le Séchage Site: http://genie.industriel.iaa.free.fr Le séchage est l'opération ayant pour but d'éliminer l'eau d'un corps humide par évaporation de cette eau. Le corps humide

Plus en détail

I Introduction à l ultrafiltration sur membranes

I Introduction à l ultrafiltration sur membranes I Introduction à l ultrafiltration sur membranes I.1 L Ultrafiltration sur membranes : une révolution pour le traitement de l eau L ultrafiltration a été développée dans les années 70 pour le traitement

Plus en détail

Notice technique Le collage des vins

Notice technique Le collage des vins Notice technique Le collage des vins 1 POURQUOI COLLER? Le collage est l opération qui consiste à incorporer un adjuvant au vin (ou au moût). Elle permet de : 1.1 AMÉLIORER LA LIMPIDITÉ La limpidité, c

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL PHYSIQUE CHIMIE. Série S. Durée de l épreuve : 3 heures 30. Coefficient : 6. L usage de la calculatrice électronique est autorisé

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL PHYSIQUE CHIMIE. Série S. Durée de l épreuve : 3 heures 30. Coefficient : 6. L usage de la calculatrice électronique est autorisé Session 2014 BACCALAURÉAT GÉNÉRAL PHYSIQUE CHIMIE Série S Durée de l épreuve : 3 heures 30 Coefficient : 6 L usage de la calculatrice électronique est autorisé Ce sujet comporte 3 exercices présentés sur

Plus en détail

omécanicien de Maintenance Industrielle

omécanicien de Maintenance Industrielle AT1_SQ7_Fluides hydraulique Electromécani omécanicien cien(ne) de Maintenance Industrielle Notice Technique : Fluides hydraulique Centre de formation de : Foulayronnes Gagnez en compétences Version AFPA

Plus en détail

Quelques généralités et faits historiques sur les

Quelques généralités et faits historiques sur les Quelques généralités et faits historiques sur les phénomènes électriques L. Villain 1 Notion de charge électrique 1.1 Historiques et principaux faits La notion fondamentale à la base de la description

Plus en détail

Cours MP-1a : MOULAGE

Cours MP-1a : MOULAGE Cours MP-1a : MOULAGE Ce chapitre vise à l'acquisition des savoir-faire : M O U L A G E Mettre en place des simulations d obtention de pièces brutes par fonderie et injection plastique (S4222) Choisir

Plus en détail

Perfectionnement depannezvous.com. Électricien

Perfectionnement depannezvous.com. Électricien r Richard Roy Perfectionnement depannezvous.com Électricien Mécanicien Vous présente Électrotechnicien Électromécanicien r Richard Roy Technique du vide r Richard Roy Pression La pression est une force

Plus en détail

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR Spé y 2001-2002 Devoir n 2 THERMODYNAMIQUE Ce problème étudie quelques aspects des phénomènes intervenants dans une centrale nucléaire de type Réacteur à Eau Pressurisée (ou PWR en anglais) qui est le

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE MICRO-ONDES AU SERVICE DE LA CHIMIE VERTE

LA TECHNOLOGIE MICRO-ONDES AU SERVICE DE LA CHIMIE VERTE LA TECHNOLOGIE MICRO-ONDES AU SERVICE DE LA CHIMIE VERTE Parmi les 12 critères de base définissant la "chimie verte" (green chemistry), énoncés en 1998 par deux chimistes, Paul Anastas et John C. Warner,

Plus en détail

I) Les solvants hydrophiles A) Eaux

I) Les solvants hydrophiles A) Eaux Les solvants UE 11:Pharmacotechnie et pharmacie galénique Semaine : n 10 (du 09/11/15 au 13/11/15) Date : 13/11/2015 Heure : de 8h00 à 9h00 Professeur : Pr. Gayot Binôme : n 75 Correcteur : n 74 PLAN DU

Plus en détail

SCIENCES CM1. Les reporters. Directrice d édition Sandra Boëche. Conseiller scientifique Franck James, formateur en sciences à l IUFM

SCIENCES CM1. Les reporters. Directrice d édition Sandra Boëche. Conseiller scientifique Franck James, formateur en sciences à l IUFM CM1 SCIENCES Les reporters Directrice d édition Sandra Boëche Conseiller scientifique Franck James, formateur en sciences à l IUFM Auteurs Régis Delpeuch, professeur des écoles Bernard Darley, formateur

Plus en détail

Feuille d'exercices : Diusion thermique

Feuille d'exercices : Diusion thermique Feuille d'exercices : Diusion thermique P Colin 2014/2015 1 Diusion thermique dans une barre * On considère une barre cylindrique de longueur l et de section S constituée d un matériau de conductivité

Plus en détail

UNE CHALEUR RAYONNANTE COMME CELLE DU SOLEIL

UNE CHALEUR RAYONNANTE COMME CELLE DU SOLEIL UNE CHALEUR RAYONNANTE COMME CELLE DU SOLEIL Panneau climatisant WEM pour construction récente Habitation individuelle près de Coblence, Allemagne Tuyau préformé WEM pour rénovation Musée Paulinzella,

Plus en détail

DOSSIER 2 TRAITEMENT ET CONDITIONNEMENT DES DÉCHETS

DOSSIER 2 TRAITEMENT ET CONDITIONNEMENT DES DÉCHETS R A P P O R T D E S Y N T H È S E 2 0 1 5 C H A P I T R E 5 - L E S D O S S I E R S T H É M AT I Q U E S - D O S S I E R 2 DOSSIER 2 TRAITEMENT ET CONDITIONNEMENT DES DÉCHETS INVENTAIRE NATIONAL DES MATIÈRES

Plus en détail

10 Cycles frigorifiques

10 Cycles frigorifiques 14 mars 2003 Introduction 277 10 10.1 Introduction Dans la section 9.1, on a considéré des machines thermiques constituées de quatre processus distincts, mettant en œuvre soit des dispositifs à circulation

Plus en détail

nitrate d argent Frédéric ELIE, avril 2006

nitrate d argent Frédéric ELIE, avril 2006 ACCUEIL nitrate d argent Frédéric ELIE, avril 2006 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures, est

Plus en détail

TP Cuisine moléculaire

TP Cuisine moléculaire TP Cuisine moléculaire o ceb o a F ge k: e pa r t o itte rn r u e s u g nous Mar s i e u é S c Ly n i t ss 2013 / E 2 t 1 e 20 Proj 1 2 Introduction Quelle est la différence entre la cuisine classique

Plus en détail

Composition des couches

Composition des couches Composition des couches Divers produits chimiques sont ajoutés aux préparations de couchage, mais les composants les plus importants d une couche sont le pigment et le liant. Cette section se limitera

Plus en détail

Concours C génial collège 2014. Le réfrigérateur solaire ou comment faire du froid avec du chaud! - 1 -

Concours C génial collège 2014. Le réfrigérateur solaire ou comment faire du froid avec du chaud! - 1 - Concours C génial collège 2014 Le réfrigérateur solaire ou comment faire du froid avec du chaud! - 1 - Sommaire Introduction 3 I. Comment un réfrigérateur peut-il faire du froid? 4 II. Comment utiliser

Plus en détail

Les compresseurs Scroll dédiés aux applications de réfrigération

Les compresseurs Scroll dédiés aux applications de réfrigération Les compresseurs Scroll dédiés aux applications de réfrigération Le compresseur est le cœur de toute installation de froid à compression. Il aspire les vapeurs du fluide frigorigène à partir d un niveau

Plus en détail

ST/SG/AC.10/C.3/2002/76 13 septembre 2002

ST/SG/AC.10/C.3/2002/76 13 septembre 2002 NATIONS UNIES ST Secrétariat Distr. GÉNÉRALE ST/SG/AC.10/C.3/2002/76 13 septembre 2002 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ D EXPERTS DU TRANSPORT DES MARCHANDISES DANGEREUSES ET DU SYSTÈME GÉNÉRAL HARMONISÉ

Plus en détail

«Réinventer le Paris Brest»

«Réinventer le Paris Brest» «Réinventer le Paris Brest» Ophélie : «Tonnerre de Brest» Pour : 6 personnes Temps de Préparation : 3h environ Temps de Cuisson : 30 minutes 1 PREPARATION Pâte à choux - 125g de lait - 125g d eau - 5g

Plus en détail

Traitements thermiques des aciers. I - Traitements volumiques

Traitements thermiques des aciers. I - Traitements volumiques I - Traitements volumiques 1 Trempe C est un traitement thermique de durcissement consistant à chauffer la pièce à une température supérieure à la ligne de transformation fer α fer γ (austénisation), puis

Plus en détail

Assemblage des métaux. Assemblage des métaux

Assemblage des métaux. Assemblage des métaux Assemblage des métaux La fonction principale d un assemblage est de transmettre correctement des efforts qui peuvent être très importants et qui sont le plus généralement statiques ou quasi-statiques (actions

Plus en détail

1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques

1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques 1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques Pour l'air : r = R / M = 0,871 kj / (kg.k), avec M masse molaire c p =1,005 kj/kg K, c v = 0,718 kj/kg K = 1.93 kg / m 3 à 0 C et à 1013 mbars Pour un

Plus en détail

Air humide : corrigé

Air humide : corrigé Air humide : corrigé 1 Prise en mains du diagramme Notations : w = humidité absolue, ψ = humidité relative, P w = pression partielle de vapeur d eau, P s w = pression de saturation de l eau Placer le point

Plus en détail

2. Principe de fonctionnement du moteur Stirling sauteur

2. Principe de fonctionnement du moteur Stirling sauteur Le moteur Stirling sauteur gilles.charles@univ-orleans.fr Résumé : Cet article présente la réalisation d'un petit moteur Stirling assez simple à fabriquer, et fonctionnant selon le principe d'un oscillateur

Plus en détail

CatoCool. Traitement de l eau pour systèmes de refroidissement

CatoCool. Traitement de l eau pour systèmes de refroidissement CatoCool Traitement de l eau pour systèmes de refroidissement Eau de refroidissement Avantages et défauts En plus d être un produit de base facilement disponible, l eau a également la propriété d être

Plus en détail

Les solutions pour le refroidissement de l eau pour les condenseurs à eau

Les solutions pour le refroidissement de l eau pour les condenseurs à eau Les solutions pour le refroidissement de l eau pour les condenseurs à eau Généralités o Pour les condenseurs à eau de moyenne et grosse puissance on est amené à prévoir des dispositifs spéciaux permettant

Plus en détail

Contrôle des adhésifs

Contrôle des adhésifs Contrôle des adhésifs Masse volumique On utilise un pycnomètre de type Hubbard uniquement pour la mesure de la masse volumique des adhésifs liquides comportant des solvants volatils. - Nettoyer puis sécher

Plus en détail

Bulles de savon. Le savon possède une tête hydrophile et une queue hydrophobe. Les molécules de savon sont représentés de la façon suivante:

Bulles de savon. Le savon possède une tête hydrophile et une queue hydrophobe. Les molécules de savon sont représentés de la façon suivante: Bulles de savon La transformation chimique responsable des propriétés du savon est la saponification. Au cours de cette réaction, les corps gras (graisses ou huiles) sont hydrolysés en milieu alcalin par

Plus en détail

1. Présentation de l entreprise 2. Microémulsion et Turbotransducteur (Turbotransducer ) 3. Principe physique 4. Méthodes d application 5.

1. Présentation de l entreprise 2. Microémulsion et Turbotransducteur (Turbotransducer ) 3. Principe physique 4. Méthodes d application 5. 1. Présentation de l entreprise 2. Microémulsion et Turbotransducteur (Turbotransducer ) 3. Principe physique 4. Méthodes d application 5. Secteurs d application 6. Dernière génération: le Bio-végétal

Plus en détail

Fiche technique Interfilt Installations de filtration Filtres par gravité automatiques en PE-HD Série SK

Fiche technique Interfilt Installations de filtration Filtres par gravité automatiques en PE-HD Série SK Fiche technique Interfilt en PE-HD ProMinent Réf.: 987758 ProMinent Dosiertechnik GmbH 69123 Heidelberg Germany TM IT 002 06/04 F Interfilt Filtration avec le filtre par gravité automatique (SK) Quels

Plus en détail

SCIENCES PHYSIQUES. Les tables et calculatrices réglementaires sont autorisées.

SCIENCES PHYSIQUES. Les tables et calculatrices réglementaires sont autorisées. UNIVERSITÉ CHEIKH NT DIOP DE DKR /5 6 G 8 Durée : heures OFFICE DU BCCLURET Séries : S-S3 Coef. 8 Téléfax () 8 65 8 - Tél. : 8 95 9-8 65 8 Epreuve du er groupe SCIENCES PHYSIQUES Les tables et calculatrices

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES Collège Voltaire, 2014-2015 AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE http://dcpe.net/poii/sites/default/files/cours%20et%20ex/cours-ch2-thermo.pdf TABLE DES MATIERES 3.A. Introduction...2 3.B. Chaleur...3 3.C. Variation

Plus en détail

C4. La pompe à chaleur

C4. La pompe à chaleur C4. La pompe à chaleur I. BUT DE LA MANIPULATION Se familiariser avec le fonctionnement d'une pompe à chaleur et en déterminer le coefficient de performance sous différentes conditions d'utilisation. II.

Plus en détail

Exercices sur le thème II : Les savons

Exercices sur le thème II : Les savons Fiche d'exercices Elève pour la classe de Terminale SMS page 1 Exercices sur le thème : Les savons EXERCICE 1. 1. L oléine, composé le plus important de l huile d olive, est le triglycéride de l acide

Plus en détail

TRAITEMENT DES CONDENSATS

TRAITEMENT DES CONDENSATS TRAITEMENT DES CONDENSATS Des Solutions et des Systèmes complets Innovants Les Solutions de Filtration de Donaldson Donaldson est un constructeur leader dans les systèmes de filtration. La société, créée

Plus en détail

Le Poromètre Fluide Fluide : L appareil capable de caractériser les pores des membranes jusqu aux plus petits à 2 nm

Le Poromètre Fluide Fluide : L appareil capable de caractériser les pores des membranes jusqu aux plus petits à 2 nm Le Poromètre Fluide Fluide : L appareil capable de caractériser les pores des membranes jusqu aux plus petits à 2 nm 1- Introduction Marie Andrée SIRVAIN IFTS Institut de la Filtration et des Techniques

Plus en détail

TD 4 : Systèmes, paramètres d'état et transformations

TD 4 : Systèmes, paramètres d'état et transformations TD 4 : Systèmes, paramètres d'état et transformations Applications de cours Thermodynamique Application 1 : échelles de température Le physicien allemand D.G. Fahrenheit établit en 1724 son échelle de

Plus en détail

6. AUTRES TYPES DE CHROMATOGRAPHIE

6. AUTRES TYPES DE CHROMATOGRAPHIE 6. AUTRES TYPES DE CHROMATOGRAPHIE OBJECTIFS Connaître les particularités de la chromatographie en fluide supercritique et des chromatographies sur couche mince ou sur papier Comprendre les avantages et

Plus en détail

LA MESURE DU DOSAGE DES EPANDEUSES DE FONDANT ROUTIER

LA MESURE DU DOSAGE DES EPANDEUSES DE FONDANT ROUTIER LA MESURE DU DOSAGE DES EPANDEUSES DE FONDANT ROUTIER Ce document a été réalisé par la Direction Territoriale Normandie Centre du CEREMA dans le cadre des travaux de la Conférence technique interdépartementale

Plus en détail

Le cycle du rendement se résume en 3 phases :

Le cycle du rendement se résume en 3 phases : TOURS DE REFROIDISSEMENT Le problème de la perte de rendement Les utilisateurs de tours de refroidissement connaissent bien le phénomène de leur diminution de rendement; l'aggravation est presque certaine,

Plus en détail

b) Quelles sont les précautions à prendre pour effectuer les prélèvements des matières premières?

b) Quelles sont les précautions à prendre pour effectuer les prélèvements des matières premières? T.P 17 : Synthèse d un savon Réaction de saponification Thème Santé Les objectifs de ce TP sont de : suivre un protocole de synthèse en respectant les consignes de sécurité. réaliser un montage de chauffage

Plus en détail

CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES

CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES la liaison étant supposée parfaite. Le rouleau n est entraîné en rotation par un moteur extérieur non figuré, sa vitesse de rotation est ω > constante au cours du temps.

Plus en détail

mini INTERROS de Prépas & Deug SUP-SPÉ Thermodynamique Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE

mini INTERROS de Prépas & Deug SUP-SPÉ Thermodynamique Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE mini INTERROS de Prépas & Deug MPSI-PCSI-PTSI SUP-SPÉ Thermodynamique MP-MP*-PC-PC*-PT-PT* Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE pages 1. Introduction à la thermodynamique.......................

Plus en détail

LA POMPE A CHALEUR (ER 10)

LA POMPE A CHALEUR (ER 10) LA POMPE A CHALEUR (ER 10) Réchauffer l intérieur d une pièce en captant la chaleur naturelle de l extérieur. 1 INTRODUCTION Depuis quelques années dans notre pays, la pompe à chaleur bénéficie d un regain

Plus en détail

Comment fabriquer une colle à partir du lait?

Comment fabriquer une colle à partir du lait? BTS Mil agroressources septembre 2010 TP N 1 CHIMIE Comment fabriquer une colle à partir du lait? Pour faire coaguler le lait, il y a 3 principales méthodes : - par action enzymatique (ex : de la pressure

Plus en détail

MODE D EMPLOI DU SYSTEME DST

MODE D EMPLOI DU SYSTEME DST MODE D EMPLOI DU SYSTEME DST Sommaire Sommaire...2 Quelques explications!...3 Les différentes étapes...3 Paramétrage de l imprimante OKI C910...4 Impression de la sous couche...5 Recommandations...5 Retardeur

Plus en détail

Technique sur lit fluidisé pour affinage de produit. Séchage, refroidissement, calcination, agglomération, granulation

Technique sur lit fluidisé pour affinage de produit. Séchage, refroidissement, calcination, agglomération, granulation Technique sur lit fluidisé pour affinage de produit Séchage, refroidissement, calcination, agglomération, granulation 2 I 3 Technique sur lit fluidisé Traitement produit précautionneux pour les marchandises

Plus en détail

Elaboré par Juvénal TURATSINZE www.africa-do-business.com. Profil de Projet : Mini-laiterie: production de lait pasteurisé et caillé, fromage, yaourt

Elaboré par Juvénal TURATSINZE www.africa-do-business.com. Profil de Projet : Mini-laiterie: production de lait pasteurisé et caillé, fromage, yaourt Profil de Projet : Mini-laiterie: production de lait pasteurisé et caillé, fromage, yaourt 1. Une description du projet Le projet consiste à l installation d une laiterie pour la production de lait pasteurisé,

Plus en détail

Christian MATHIEU. Arnaud COUPÉ

Christian MATHIEU. Arnaud COUPÉ Récupération, Recyclage, Régénération Christian MATHIEU Gérant Arnaud COUPÉ Directeur Technique Récupération, Recyclage Régénération La Réglementation La France s'aligne sur le règlement européen 1005/2009

Plus en détail

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2 PARTIE 3 : Réactions chimiques et milieux biologiques TP 15 La chimie des facteurs cinétiques OBJECTIFS : Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mettre en évidence quelques paramètres influençant

Plus en détail

C5 Synthè sès èn chimiè organiquè

C5 Synthè sès èn chimiè organiquè Synthè sès èn chimiè organiquè Une synthèse chimique est un enchaînement de réactions chimiques mis en œuvre pour l obtention d un ou plusieurs produits finaux. Ce processus en chimie va permettre de créer

Plus en détail

L isolation éco-biologique

L isolation éco-biologique L isolation éco-biologique thermique Les animaux à sang froid s adaptent à la température du milieu ; les mammifères, eux, ont besoin de maintenir une température interne constante. Pour introduire une

Plus en détail

La salinité. Chlorure (Cl - ) Sodium (Na + )

La salinité. Chlorure (Cl - ) Sodium (Na + ) La salinité L eau de nos aquariums est salée! Pour le bien être des animaux que nous hébergeons il est indispensable se savoir à quel point. Par définition la salinité est la quantité de sel dissout par

Plus en détail

1 Chambre froide : CORRECTION G.I.M. 2. Contrôle de thermodynamique du vendredi 30 janvier 2015

1 Chambre froide : CORRECTION G.I.M. 2. Contrôle de thermodynamique du vendredi 30 janvier 2015 IUT de Saint Denis Module THERM3 CORRECTION G.I.M. Contrôle de thermodynamique du vendredi 30 janvier 015 1 Chambre froide : 1. Les pressions d'évaporation et de condensation sont données par la table

Plus en détail

Spécialité TS EVALUATION N 7 (1h30)

Spécialité TS EVALUATION N 7 (1h30) Spécialité TS EVALUATION N 7 (1h30) Toutes les réponses doivent être rédigées et justifiées!! Pour préparer une mayonnaise on peut mélanger un jaune d'œuf, une cuillère à café de moutarde, une pincée de

Plus en détail

Fiche technique. Description du produit. Fabricant. Désignation du produit. Guide de démarrage rapide LONGLIFE

Fiche technique. Description du produit. Fabricant. Désignation du produit. Guide de démarrage rapide LONGLIFE Description du produit Fabricant Architects Paper Une marque d A.S. Création Tapeten AG Südstr. 47 51645 Gummersbach www.architects-paper.com Désignation du produit LONGLIFE Guide de démarrage rapide -

Plus en détail

Etude d une installation de cogénération industrielle

Etude d une installation de cogénération industrielle Etude d une installation de cogénération industrielle Objectif du TD : L objectif de ce TD est l étude et la modélisation sous Thermoptim d une installation de cogénération existante, et l influence des

Plus en détail

Enceintes climatiques

Enceintes climatiques ... La technologie n'est rien sans un bon climat! Enceintes climatiques Enceintes climatiques Segments d'essais Technologie d'essai pour les matériaux de construction Équipements spéciaux Les tâches Les

Plus en détail

Initiation au fusing Par Sabine Alienor SINGERy http://www.sabinealienor.com

Initiation au fusing Par Sabine Alienor SINGERy http://www.sabinealienor.com Il existe une multitude de verres différents, souvent classés selon leur coefficient de dilatation ou COE. Le COE est un coefficient tenant compte de la viscosité et de l'allongement à la chaleur. Le verre

Plus en détail

Questions fréquentes Informations spécifiques pour planificateurs et artisans publiées le 19/10/2011

Questions fréquentes Informations spécifiques pour planificateurs et artisans publiées le 19/10/2011 Qualité du support - Problèmes liés au support Quelle doit être la qualité du support? Pour une pose de papier peint réussie, le support doit être sec, solide, régulier, absorbant, propre et lisse. Que

Plus en détail

Plateforme Technologique ENERBAT Cogénération - Froid solaire par adsorption Construction Bois

Plateforme Technologique ENERBAT Cogénération - Froid solaire par adsorption Construction Bois Plateforme Technologique ENERBAT Cogénération - Froid solaire par adsorption Construction Bois Najeh GHILEN, Damien DESCIEUX, Riad BENELMIR LERMAB Faculté des Sciences et Technologies 54506 Vandœuvre-lès-Nancy

Plus en détail

Laboratoire #3 : Dosage des carbonates

Laboratoire #3 : Dosage des carbonates Laboratoire #3 : Dosage des carbonates Au cours de cette expérience, vous allez obtenir de façon simple du dioxyde de carbone, caractériser quelques unes de ses propriétés et effectuer quelques réactions

Plus en détail

Du cacao au carré de chocolat

Du cacao au carré de chocolat Du cacao au carré de chocolat Comme à la chocolaterie? Ouvertures scientifiques en fin de présentation (1) Un changement d état physique : la Fusion (2) Qu est-ce que le beurre de cacao? un peu de chimie

Plus en détail

Par ners. We will be under the same roof. Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération

Par ners. We will be under the same roof. Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération GUIDE DU FROID Date : 01/2008 Rév. : 0 Par : PARTNERS 18, rue Nelson Mandela2045 L Aouina-Tunis Tél. : (00 216) 71 724 032/760

Plus en détail

E-II-2.1V1 : DOSAGE DU MERCURE DANS LES EAUX METHODE PAR SPECTROMETRIE ATOMIQUE DE VAPEUR FROIDE. 4. Conditionnement et conservation de l échantillon

E-II-2.1V1 : DOSAGE DU MERCURE DANS LES EAUX METHODE PAR SPECTROMETRIE ATOMIQUE DE VAPEUR FROIDE. 4. Conditionnement et conservation de l échantillon E-II-2.1V1 : DOSAGE DU MERCURE DANS LES EAUX METHODE PAR SPECTROMETRIE ATOMIQUE DE VAPEUR FROIDE 1. Objet Description du dosage du mercure par spectrométrie atomique de vapeur froide. 2. Domaine d application

Plus en détail