Sans boussole ni carte topographique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sans boussole ni carte topographique"

Transcription

1 Sans boussole ni carte topographique Les grandes banques suisses Credit Suisse et UBS et les droits humains Une contribution au débat de la Déclaration de Berne (DB) Dr. Andreas Missbach et Urs Rybi Avril 2010

2 Traduction: Géraldine Viret et Olivier Longchamp La Déclaration de Berne Qui sommes-nous? La Déclaration de Berne (DB) est une organisation indépendante active dans le domaine de la politique de développement. Elle est principalement financée par ses membres et donateurs. La DB s engage pour plus de justice sociale au niveau global, et ce dans les domaines suivants notamment: Responsabilité sociale d entreprise/corporate Social Responsibility (CSR) Relations économiques et politique de commerce Santé (accès aux médicaments, R&D pour les maladies négligées) Marchés financiers et les banques Agriculture, biodiversité et propriété intellectuelle textile (Campagne Clean Clothes) Ce que nous faisons Nous cherchons à influencer les questions de politique de développement en Suisse, informons le public des relations Nord-Sud inéquitables et intervenons auprès des institutions économiques et financières au niveau international. Au sein d un réseau international d organisations de défense des droits humains, de développement et de protection de l environnement, nous nous engageons depuis 1968 pour une globalisation juste et à visage humain. Plus d informations sur La Déclaration de Berne, Rue de Genève 52, 1004 Lausanne Tel ; Fax ; 2

3 Table des matières Résumé 4 1. Introduction 5 2. Méthode et cas examinés Approche Critères de sélection Recherche dans le domaine de la finance Recherche basée sur les droits humains 7 3. Résultats: les droits concernés 9 Etude de cas d une violation du droit à la vie 9 Etude de cas d une violation de l interdiction du travail forcé 9 4. Les devoirs des banques en matière de droits humains «Corporate Responsibility to Respect» «Due Diligence « Le financement de projets et les principes de l Equateur Une responsabilité indirecte dans des violations des droits humains Les standards des banques en matière de droits humains Les droits humains chez Credit Suisse et UBS Les standards de droits humains d autres banques internationales Importantes lacunes en termes de politique des droits humains, de standards, de transparence et de mise en œuvre Une politique substantielle de respect des droits humains Prise en compte systématique des droits humains dans tous les standards sectoriels Transparence Mise en œuvre Remarques conclusives 20 Annexe 1 : Etudes de cas: droits humains et violations dénoncées 3

4 Résumé La Déclaration de Berne a examiné les relations financières des grandes banques suisses, UBS et Credit Suisse, avec des entreprises impliquées dans des controverses relatives à de graves violations des droits humains, notamment aux droits à la vie, à la sécurité, à la santé, à l alimentation et à l eau. Cette contribution donne un aperçu des cas concernés et des droits violés. En nous basant sur les rapports du Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l homme et les sociétés transnationales, nous montrons ce que cela signifie pour une banque de faire face à ses responsabilités sociales, en particulier en ce qui concerne la mise sur pied de conventions de diligence destinées à garantir le respect des droits humains. La Déclaration de Berne exige de Credit Suisse et UBS qu elles développent et appliquent des règles de conduite détaillées destinées à garantir le respect des droits humains. Ces règles doivent comprendre une étude préalable de l impact de leurs activités sur les droits humains, quel que soit le domaine d activité considéré. Les banques suisses doivent inclure le respect des droits humains dans leurs standards et leurs procédures. Pour finir, elles doivent publier leurs standards et leurs pratiques. Dans ce domaine aussi, le temps des cachotteries est terminé. 4

5 1. Introduction Le texte fondateur des droits humains, la Déclaration universelle des droits de l homme de 1948, et ses pactes contraignants relatifs aux «droits civils et politiques» et aux «droits économiques, sociaux et culturels» (tous deux de 1966) confient en premier lieu aux Etats la responsabilité de veiller au respect des droits humains. Dans le Préambule de la Déclaration universelle déjà, il est énoncé que «tous les individus et tous les organes de la société» ont le devoir de respecter et faire respecter les droits humains, ce qui signifie que les entreprises y sont tenues également. L importance croissante et souvent dramatique de leurs activités à l échelle mondiale, les cas de violations graves des droits humains commises par des multinationales ainsi que les activités des ONG ont, dès les années 1990, fortement souligné la responsabilité des entreprises. Le travail du Représentant spécial pour la question des droits de l homme, des sociétés transnationales et autres entreprises, John Ruggie, nommé en 2005 par les Nations Unies, a contribué ces dernières années à faire avancer la discussion sur les devoirs des entreprises en matière de droits humains. Il ne s agit pas seulement pour les entreprises de se comporter de manière conforme au droit et de respecter les lois. Ruggie stipule en effet clairement que la responsabilité des entreprises n est pas assumée par le simple fait qu elles ne violent pas les lois nationales. La discussion sur les entreprises et les droits humains s oriente plutôt vers les attentes de la société, qui demande aux entreprises de se comporter «correctement» : «cet agrément social est fonction de normes sociales préexistantes qui peuvent avoir autant d importance pour le succès d une entreprise que les normes juridiques. Les normes sociales varient certes selon les régions et les secteurs d activité, mais l une d entre elles est reconnue désormais presque unanimement par l ensemble des acteurs: la responsabilité de respecter les droits de l homme, ou plus simplement, de ne pas léser les droits d autrui. Cette responsabilité s impose aux entreprises.» 1 La crise financière, principalement déclenchée par le comportement à hauts risques et peu avisé des banques, a eu des effets négatifs graves sur la réalisation des droits sociaux et économiques de nombreux êtres humains, avant tout dans les pays en développement et les pays en transition. 2 La crise a accentué encore davantage l importance de la thématique des droits humains pour les entreprises en général, et pour les banques en particulier. Dans son dernier rapport au Conseil des droits de l homme, John Ruggie écrit que: «les entreprises ont dû se rendre à l évidence que le statu quo n est satisfaisant pour personne, y compris pour elles-mêmes, et qu elles doivent mieux intégrer les préoccupations sociétales dans leurs stratégies à long terme. La réparation des torts, quand tort il y a eu, est une revendication unanime de la société. Les idées de transparence et de responsabilité rencontrent bien plus d écho que par le passé, et les appels à l équité se font plus insistants.» A/HRC/11/13, para 46, p. 13. Voir à ce propos la prise de position du réseau BankTrack sur la crise financière: scorial_statement A/HRC/11/13, para 10, p. 6. 5

6 2. Méthode et cas examinés Le but et la raison d être de notre recherche étaient de mettre en lumière les liens entre des opérations bancaires uniques et la violation d un droit humain spécifique. Cette approche basée sur les droits permet de faire du sort des victimes de ces violations, et des droits dont ils disposent, un élément central. 2.1 Approche Comme l implication des banques dans les violations des droits humains ne peut être en règle générale que de nature indirecte, un processus de recherche en plusieurs étapes est nécessaire pour mettre en lumière les liens entre celles-ci et les activités bancaires. Le graphique suivant offre un aperçu de ce processus : pour Effets notoires et graves sur des personnes ou des groupes de personnes Le processus de recherche 2.2 Critères de sélection La directive sur la finance du Programme des Nations Unies pour l Environnement (PNUE) retient trois secteurs dans lesquels les établissements financiers sont particulièrement confrontés à la problématique des droits humains: les clients et leurs activités, le financement de projets et le blanchiment d argent. En Suisse, la répression de ce délit est réglementée par une loi ad hoc. Pour les financements de projets étroitement définis par les techniques bancaires, des normes sectorielles existent. Il s agit des «Principes de l Equateur» (voir 4.3). C est pourquoi nous nous sommes concentrés sur les clients bancaires et sur leurs activités. L initiative sur la finance du PNUE identifie ici deux risques spécifiques, à savoir que «la manière dont le client dirige ses affaires conduit à des violations des droits humains ou que l utilisation des produits ou services cause ou participe à des violations des droits humains». 4 4 Traduit de l anglais, UNEP FI, CEO Briefing, Human rights, 2008, p. 4. 6

7 2.3 Recherche dans le domaine de la finance Cette étude et le site internet sont basés sur des recherches menées par la Déclaration de Berne, en collaboration avec l agence spécialisée dans le domaine de la finance «Profundo». Nous avons examiné les relations financières des grandes banques suisses Credit Suisse et UBS avec plus de 80 entreprises à propos desquelles des rapports faisant état de violations des droits humains existent. 5 Nous nous sommes focalisés en premier lieu sur des financements massifs survenus entre 2004 et 2009 dans le cadre des activités de banque d affaires («Investment Banking») des grandes banques, en particulier l octroi de crédits, l émission d emprunts, les entrées en bourse et les augmentations de capital. 6 La faible participation par la gestion d actions ou d obligations émises par une entreprise, une pratique courante dans la gestion de fortune, n a pas été examinée, car elle n implique qu une relation faible entre la banque et l entreprise concernée. De même, la décision d une seule banque d acheter ou de ne pas acheter une action ou une obligation n a guère d influence sur l entreprise. La relation entre une société (ou un seul projet) et une banque est beaucoup plus étroite dans les activités bancaires d investissement et de financement. Sans les services en question offerts par la banque, l entreprise ne pourrait pas gérer ses affaires comme prévu ni concrétiser certains projets spécifiques. La plupart des entreprises examinées sont actives dans les secteurs de l exploitation minière, l extraction du pétrole et du gaz ainsi que dans le domaine des agrocarburants. L extraction des matières premières est un secteur particulièrement propice aux violations des droits humains, un constat également fait par John Ruggie dans son rapport intermédiaire de Parmi les 65 rapports relatifs à des violations des droits humains par des entreprises, les deux tiers concernent des sociétés pétrolières, gazières ou minières. 7 Selon les informations de Nostromo Research, Credit Suisse figurait, de 2000 à 2006, au troisième rang des plus importants financeurs de /Profundo_2010_Swiss_banks_and_human_ rights.pdf En mettant l accent sur l activité de banque d affaires, notre approche diffère de l étude du Danish Institute for Human Rights, qui se concentre principalement sur la gestion de fortune. Voir Danish Institute for Human Rights, Values Added, The Challenge of Integrating Human Rights into the Financial Sector, E/CN.4/2006/97, para. 25, p. 8. l exploitation minière (crédits et emprunts). UBS, quant à elle, suivait en 11 ème position. 8 A titre d exemple, nous avons examiné deux secteurs très sensibles en termes de droits humains : la production des bombes à sousmunitions et les activités dans le domaine du coton en Ouzbékistan. Les recherches de la Déclaration de Berne sur les relations financières des grandes banques suisses avec des clients accusés de violations des droits humains n ont aucune prétention d exhaustivité. Les droits humains sont pertinents pour toutes les activités bancaires. Outre les entreprises, il existe d autres secteurs dans lesquels les droits humains risquent constamment d être violés. Les domaines examinés n ont pas été totalement couverts. Plus qu un souci d exhaustivité, il s agit avant tout d illustrer la problématique par des exemples pertinents. 2.4 Recherche basée sur les droits humains Une fois la première étape financière de ces recherches accomplie, nous nous sommes concentrés dans un deuxième temps sur les droits humains. Nous avons choisi ici de restreindre le champ d analyse à la Charte internationale des droits de l homme, un cadre de référence certes modeste, mais pratique, car reconnu au niveau universel, et dont il est relativement facile d avoir une vue d ensemble. 9 Ceci présente en outre l avantage d être cohérent avec la pratique établie dans le manuel destiné aux entreprises par les Nations Unies «Human Rights translated». 10 Nous avons également tenu compte de certains droits humains encore peu protégés du point de vue international, en particulier le droit des peuples autochtones à disposer de leurs terres, en nous référant directement au pacte civil. La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones est explicite sur ce point, mais elle n est pas contraignante. Pour nous, ce cadre de référence constitue par ailleurs un minimum absolu. Un processus de devoir de vigilance convaincant s'appuie en effet sur l'ensemble des 8 Nostromo Research, From Money to Metals, etals 9 Nous avons intégré les "General Comments" des deux commissions d experts qui contrôlent la mise en œuvre des pactes social et civil. Ces recommandations pour la mise en œuvre concrète des droits garantis par ces textes ne sont pas de nature contraignante, mais ont une importance considérable dans les faits. Dans les "General Comments", le droit au logement, le droit à l alimentation, le droit à l eau, basés sur l article 11 (respectivement 11 et 12), sont présentés comme des droits à part entière. 10 /Human%20Rights%20Translated_web.pdf 7

8 normes internationales en matière de droits humains et doit prendre en compte le fait que celles-ci continuent à se développer. Pour les cas relatifs aux secteurs de l exploitation minière, de l extraction pétrolière et gazière, nous avons cherché des projets impliqués dans des controverses relatives à des violations des droits humains. En référence au «survey of the scope and patterns of alleged corporate-related human rights abuses», présenté en 2008 par John Ruggie au Conseil des droits de l homme 11, nous avons rassemblé des accusations crédibles, sans pour autant les attester. Une vérification de ces critiques aurait en effet demandé des ressources nettement supérieures. La base de données businesshumanrights.org a été utilisée comme point de départ de notre recherche. «En l absence d une base de données universelle recensant toutes les accusations d abus», il s agit selon Ruggie de «la source la plus complète et objective disponible». La plateforme d ONG minesandcommunities.org a été notre deuxième source principale d informations, ainsi que des ONG locales et internationales spécialisées sur ces questions avec lesquelles la Déclaration de Berne travaille au sein de réseaux internationaux. Pour des questions de ressources, nous n avons pu inclure dans notre sélection que quelques entreprises parmi celles actives dans l exploitation minière (11 des 27) ou dans l extraction pétrolière et gazière (4 des 14). (Les 31 cas relatifs à ces secteurs figurant dans l annexe 1 ne représentent ainsi que 15 des 41 entreprises sur lesquelles des recherches auraient été possibles.) Sur la base des abus dénoncés, nous avons ensuite identifié les droits humains qui ont vraisemblablement été violés. Les droits humains sont indivisibles et il est souvent malaisé de les distinguer les uns des autres. En fait, ils constituent plus un réseau dense de propositions entretenant des liens très étroits que des droits autonomes les uns des autres. Un abus représente souvent une violation de plusieurs droits en même temps. Il ne s agit donc pas ici de faire une évaluation complète d un projet isolé, mais d exposer des exemples probants de violation d un droit. En ce qui concerne les bombes à sousmunitions, les agrocarburants et la production de coton en Ouzbékistan, ce ne sont pas des projets isolés qui sont remis en question, mais les secteurs d activités eux-mêmes. Ils ont donc été directement classés selon un droit humain pertinent. Parmi les 31 projets controversés, 3 cas sont liés à un secteur d activités (voir aussi Tab. 1). Recherche financière Recherche sur les droits humains Projets et secteurs controversés Secteur Nombre d entreprises Nombre d entreprises Nombre de cas documentés Mines Pétrole & Gaz Agrocarburants & monoculture (le secteur = 1 cas) Armes controversées (le secteur = 1 cas) Ouzbékistan, commerce du coton (le secteur = 1 cas) Prisons privées aux USA Autres entreprises Minus double comptage 3 1 Total A/HRC/8/5/Add.2, p En plus de notre propre recherche, nous utilisons ici une étude menée par Profundo pour les Amis de la Terre: European financing of agrofuel production in Latin America,

9 3. Résultats: les droits concernés Les droits humains considérés dans le survol qui suit et dans l annexe ne constituent pas une sélection de droits particulièrement pertinents pour les banques. Pour John Ruggie, il n existe pas de droits humains spécifiques aux entreprises: «Companies can affect the entire spectrum of internationally recognized rights, not only a limited subset. (...) Therefore, the quest to construct ex ante a delimited list of business-specific rights for which companies would have some responsibility is a fool s errand. Virtually all rights are relevant, though some may be more so than others in particular circumstances. This fact needs to inform the policies of states and companies alike.» 13 Les cas examinés ont pu être classés selon les droits humains suivants: le droit à la vie, l interdiction de l esclavage et du travail forcé, le droit à la sécurité personnelle, le droit à une procédure équitable, le droit à l égalité de traitement devant un tribunal, le droit des minorités à préserver leur identité, le droit à la liberté d association, le droit de faire la grève, le droit à un logement convenable, le droit à une alimentation suffisante, le droit à l eau, le droit à la santé. Cette sélection constitue un mélange assez vaste comprenant des droits du travail, des droits culturels, des droits à une existence sûre, des droits de procédure et de protection de l intégrité de la personne. Dans les sections suivantes, deux cas seront présentés de plus près, le droit à la vie et l interdiction du travail forcé. Les autres cas sont développés plus en détails dans l annexe 1. Etude de cas d une violation du droit à la vie Credit Suisse et UBS participent au financement de Lockheed Martin et Textron. Credit Suisse est également impliqué dans L-3 Communications et Alliant Techsystems. Filiale de UBS, UBS Hana Asset Management détient 4,95% des actions de Poongsan. Les cinq entreprises citées appartiennent toutes à l un des plus importants producteurs de composants de bombes à sous- 13 Déclaration d introduction par le professeur John G. Ruggie, Consultation on operationalizing the framework for business and human rights presented by the Special Representative of the Secretary-General on the issue of human rights and transnational corporations and other business enterprises, Geneva 5-6 October munitions. 14 La caisse de pension de l Etat norvégien a ainsi mis ces compagnies sur sa liste noire. 15 L utilisation de bombes à sousmunitions libère des récipients contenant jusqu à 2000 éléments explosifs. Une partie importante de ceux-ci n explosent pas lors de leur dispersion. Ils jouent ensuite le rôle de mines anti-personnel. Même après la fin des combats, les bombes à sous-munitions tuent des civils, sans distinction. Selon Handicap International, 98 pour cent des victimes des bombes à sous munitions ne sont pas des soldats. 16 En décembre 2008, 94 pays, dont la Suisse, ont signé à Oslo la Convention contre les bombes à sous-munitions. En Belgique, en Irlande, au Luxembourg et en Nouvelle-Zélande, des lois interdisent les investissements dans la production de bombes à sous-munitions. Au Danemark, en Allemagne, aux Pays-Bas et en Norvège, des projets similaires sont soumis au Parlement. Lors de la session de printemps 2010, le Conseil national a suivi le Conseil des Etats en acceptant une motion demandant que le financement de la production des bombes à sous-munitions et des mines antipersonnel soit interdit. 17 Etude de cas d une violation de l interdiction du travail forcé L Ouzbékistan est le troisième plus important producteur de coton du monde. Dans ce pays d Asie centrale, la production de coton est basée sur un système de travail forcé organisé par l Etat. Dans de nombreux cas, les enfants sont également contraints de trimer. Chaque année, pendant la récolte du coton, le gouvernement ferme les écoles, les universités, les hôpitaux et les bureaux de l administration. Les employés comme les écoliers et les écolières sont alors 14 IKV Pax Christi and Netwerk Vlaanderen, Worldwide Investments in Cluster Munitions, 2009, pp Selected-topics/the-government-pensionfund/responsible-investments/companies-excludedfrom-the-investment-u.html?id= Handicap International: Fatal Footprint: The Global Human Impact of Cluster Munitions, 2006, p Il s agit de la motion contre le financement des armes interdites, déposée par Hugues Hiltpold le , ainsi que de la motion contre le financement des armes interdites, déposée au Conseil de Etats le par Liliane Maury Pasquier. 9

10 forcés de travailler dans les champs. 18 Selon un rapport de International Crisis Group, la succursale de Credit Suisse à Tachkent offre aux acheteurs étrangers des crédits destinés à financer le commerce de coton. 19 Nos propres recherches montrent que Credit Suisse entretient des relations financières avec plusieurs des plus importants acheteurs du coton ouzbek, soit les entreprises Cargill, Daewoo International, Ecom Agroindustrial, Olam International et Paul Reinhart. 18 Voir par exemple le rapport du ministre des affaires étrangères des Etats-Unis au sujet des droits humains en Ouzbékistan: m 19 International Crisis Group, The Curse of Cotton: Central Asia's Destructive Monoculture, Crisis Group Asia Report N 93, 28 February 2005, p.4. 10

11 4. Les devoirs des banques en matière de droits humains Le Représentant spécial pour la question des droits de l homme, des sociétés transnationales et autres entreprises de l ONU, John Ruggie, ne s est pas encore occupé d édicter des recommandations sectorielles précises pour les différentes sphères d activité économiques des entreprises transnationales, pas davantage pour le secteur bancaire. Toutefois, ces déclarations sur les devoirs des entreprises à l égard des droits humains sont valables pour toutes les entreprises, pour les banques également. 4.1 «Corporate Responsibility to Respect» En 2008, John Ruggie a présenté des cadres théoriques fondés sur trois piliers 20 : «The state duty to protect», c est-à-dire le devoir de l Etat de protéger les êtres humains contre les violations de leurs droits par les entreprises. «The corporate responsibility to respect», c est-à-dire le devoir des entreprises de respecter les droits humains et, pour cela, de mettre en place les structures et les procédures nécessaires. «Access to remedy», c est-à-dire des mécanismes juridiques et extra-juridiques nouveaux et plus pertinents afin d aider les victimes de violations des droits humains par des entreprises à faire valoir leurs droits. Le devoir des entreprises de respecter les droits humains est indépendant de la manière dont les Etats remplissent leur mission. Si la législation nationale reste en-deca des normes internationales en matière de droits humains, une entreprise est tenue de combler ces lacunes de gouvernance («gouvernance gap»). Ruggie sépare clairement ce devoir des engagements humanitaires et caritatifs des entreprises: «en outre, le respect des droits de l homme étant une obligation absolue, une entreprise ne peut pas compenser une atteinte à ces droits en accomplissant de bonnes actions par ailleurs.» «Due Diligence «Pour prendre au sérieux leur responsabilité en termes de droits humains, les entreprises ont un devoir de vigilance. Afin de le décrire, Ruggie utilise le concept de «due diligence», 20 A/HRC/8/5 21 A/HRC/8/5, para. 55, p. 17. originaire du droit du marché capital et de la protection des investisseurs étasuniens : «cette notion s applique aux mesures qu une entreprise doit prendre pour évaluer les incidences négatives qu elle peut avoir sur le respect des droits de l homme, les prévenir et y remédier.» 22 Le processus de devoir de vigilance doit se référer au moins à la Charte internationale des droits de l homme des Nations Unies (la Déclaration universelle des droits de l homme et ses deux pactes de 1966) et aux normes fondamentales du travail de l OIT. Ruggie énonce ainsi les éléments centraux du processus de devoir de vigilance : Une politique en matière de droits humains et des indications détaillées quant à leur mise en œuvre. Une procédure d étude d impact sur les droits humains («human rights impact assessment»), pour l ajustement des mesures existantes afin de prévenir les violations des droits humains. L intégration de la thématique des droits humains dans la culture d entreprise ou son organisation. Cet aspect nécessite un engagement des dirigeants, des ressources suffisantes et une formation. Finalement, la mise en œuvre de toutes les procédures pertinentes pour les droits humains doit être surveillée et évaluée («tracking performance»). Les informations récoltées doivent être utilisées pour améliorer ces procédures. 23 Le devoir de respecter les droits humains s applique à toutes les entreprises. Par conséquent, elles doivent toutes élaborer un processus de vigilance spécifique pour les droits humains : «(L)a responsabilité de respecter est le critère minimum pour toute entreprise dans toutes les situations. (...) L outil indispensable est la diligence raisonnable processus par lequel les entreprises non seulement veillent à respecter les lois nationales, mais gèrent le risque de porter atteinte aux droits de 22 A/HRC/8/5, para. 56, p A/HRC/8/5, paras , p. 18. Pour un aperçu des débats méthodologiques, voir : A/HRC/4/74; ainsi que : Aims for Human Rights, Guide to Corporate Human Rights Impact Assessment Tools, 2009.; Sur le développement d instruments spécifiques pour le domaine de la finance: The Danish Institute for Human Rights, Values Added: The Challenge of Integrating Human Rights into the Financial Sector,

12 l homme de façon à prévenir ce risque» 24 Les sections suivantes seront dédiées à la mise en perspective et la discussion des spécificités du secteur bancaire. 4.3 Le financement de projets et les principes de l Equateur Ruggie mentionne une seule fois les banques de manière explicite en lien avec le financement de projet («a project loan»): «Les obligations de diligence raisonnables s appliquent bien aussi aux banques dans ce contexte, et les risques que les projets comportent pour les droits humains sont aussi un risque auquel la banque s expose elle-même du point de vue de sa responsabilité, de son retour sur investissement et de sa réputation.» 25 La responsabilité des banques impliquées dans le financement d un projet est incontestable. Pour les projets de financement définis de façon étroite par les techniques bancaires («non-recourse project finance»), des standards valables pour l ensemble de la branche existent depuis Il s agit des principes de l Equateur. La spécificité de ces formes de financement réside dans le fait que les banques impliquées ne peuvent pas se retourner contre les entreprises exécutrices («les project sponsors») pour le service de leurs prêts. Le succès commercial des banques est donc étroitement lié à celui d un projet spécifique. Il est clair que les principes de l Equateur ne sont pas des normes spécifiques pour les droits humains. Ils sont basés sur les standards de performance de l International Finance Corporation (IFC), qui ne prend pas en compte de manière systématique les droits humains. 26 Les principes de l Equateur revêtent ainsi une importance particulière, car en les signant, les banques de l Equateur reconnaissent la nécessité d un devoir de vigilance plus important pour les projets à hauts risques. Malgré la proéminence des principes de l Equateur dans les débats sur la responsabilité des banques, la société civile estime que de nombreuses questions subsistent encore quant à leur mise en œuvre A/HRC/8/5, para. 24/25, p A/HRC/11/13, para. 73, p Pour une analyse de la pertinence pour les droits humains des standards de performance de l IFC voir : The International Finance Corporation s Performance Standards and the Equator Principles: Respecting Human Rights and Remedying Violations? A Submission to the U.N. Special Representative to the Secretary General on Human Rights and Transnational Corporations and other Business Enterprises. Bank Information Center, BankTrack, Center for International Environmental Law, Oxfam Australia, World Resources Institute, Consulter à ce propos: d_towards_equator_principles_that_deliver_to_people_ L effet des principes de l Equateur reste en tous les cas restreint, car ils ne sont valables que pour les projets financés spécifiquement («nonrecourse project finance»), une forme de financement représentant moins de 5 pour cent de l ensemble des financements d entreprises. UBS, par exemple, n est pas véritablement active dans ce domaine et n a donc pas signé les principes de l Equateur. Alors qu aucun des cas présentés ne concerne des financements de projet, les banques suisses sont malgré tout impliquées financièrement, entre autres par leurs crédits commerciaux, en tant que bailleurs de fonds, du fait de leurs activités sur le marché des obligations et lors d augmentations de capital Une responsabilité indirecte dans des violations des droits humains Le Rapporteur spécial des Nations-Unies s est toutefois penché en détail sur la question de la responsabilité des entreprises dans des violations des droits humains par un tiers. Pour la Déclaration de Berne et les organisations partenaires du réseau BankTrack, les opérations financières relèvent de cette catégorie. 40 pour cent des cas de violations des droits humains par des entreprises analysés par John Ruggie concernent une implication indirecte. Parmi ceux-ci, 12 pour cent viennent du secteur financier (soit 8 pour cent de l ensemble des cas). 28 Ruggie définit l implication indirecte dans des violations de droits humains par la notion de complicité: «Essentiellement, il y a complicité quand une entreprise concourt sciemment à la violation par autrui des droits de l homme.» 29 Le deuxième principe énoncé par le Global Compact vise également à éviter la complicité dans l infraction aux droits humains. Le caractère potentiellement indirect de l implication est également souligné: The participation of the company need not actually cause the abuse. Rather, the company s assistance or encouragement has to be to a degree that without such participation, the abuses most probably would not have occurred to the same extent or in the same way. 30 En règle générale, le financement est un soutien sans lequel l entreprise ne pourrait pas and_the_planet/100114_civil_society_call_equator_prin ciples.pdf 28 A/HRC/8/5/Add.2, S. 4 und para. 8 p A/HRC/8/16, para. 30, p En français : «à veiller à ce que leurs propres compagnies ne se rendent pas complices de violations des droits de l'homme.» TheTenPrinciples/Principle2.html 12

13 poursuivre ses pratiques, lesquelles conduisent à des violations des droits humains. La notion de complicité fait partie intégrante du devoir de vigilance. 31 Les déclarations de Ruggie sur l étendue et le domaine d application du devoir de vigilance montre aussi que l on attend des banques qu elles évaluent l impact de leurs activités sur les droits humains. Parmi les trois facteurs à prendre en considération, il convient d évaluer «( ) si l entreprise risque de contribuer à des violations des droits de l homme du fait des relations associées à ses activités, par exemple les relations qu elle entretient avec des partenaires commerciaux, des agents de la chaîne de valeur, d autres acteurs non étatiques ou des agents de l État, notamment.» 32 Même si pour les entreprises, ou dans ce cas les banques, le comportement des partenaires d affaires se trouve hors de leur contrôle direct, Ruggie ne les dispense pas pour autant de leur devoir de vigilance. Celui-ci doit également inclure les relations à un tiers: «L entreprise doit veiller à ne pas être impliquée dans les atteintes aux droits de l homme commises par un tiers du fait des relations qu elle entretient avec celui-ci. ( ) Par conséquent, elle doit connaître les antécédents de ses relations d affaires pour savoir si elle ne risque pas de concourir ou d être associée au préjudice causé par les entités avec lesquelles elle traite ou a des activités, ou avec qui elle envisage d en avoir.» 33 La question du bénéfice indirectement tiré des violations des droits humains est particulièrement importante pour les établissements financiers, étant donné que le profit financier tiré d un commerce controversé à des répercussions immédiates pour la banque. Ruggie soutient que le simple profit tiré de violations des droits humains n occasionne pas de culpabilité au sens strict. Néanmoins, «il peut ( ) en résulter une détérioration de l image de l entreprise auprès du public.» 34 Pour la Déclaration de Berne et les organisations partenaires du réseau BankTrack, il est clair que les banques doivent développer des processus spécifiques de vigilance, afin de s acquitter de leur devoir de respecter les droits humains. Le commerce financier implique que le degré d implication et les possibilités d influence après le début des affaires sont très différents. La responsabilité de la banque dépend d un côté de l ampleur des violations des droits humains. Ici les questions suivantes sont pertinentes : quels droits sont enfreints et combien d êtres humains sont concernés? S agit-il seulement de soupçons ou de violations avérées des droits humains? L entreprise impliquée est-elle directement responsable des violations des droits humains ou se sont-elles produites dans leur domaine de responsabilité plus large? Avons-nous affaire à des cas isolés ou à des violations systématiques des droits humains? D un autre côté, c est la nature de l affaire qui est décisive: de quelle somme parle-t-on? A quel moment la banque entre-t-elle en jeu? Le financement implique-t-il une relation d affaire à long terme ou à durée indéterminée (par exemple dans le cas d une entrée en bourse)? La banque assure-t-elle le financement seule ou dans le cadre d un syndicat? La banque joue-telle un rôle clé au sein du syndicat? Par conséquent, deux revendications fondamentales s appliquent au devoir de vigilance des banques. La banque doit définir, pour chaque type d affaires (par exemple, les crédits commerciaux, la vente et l émission d actions, l octroi de crédit, les entrées en bourse et augmentations de capitaux, la gestion de fonds, la banque privée etc.) quand un examen approfondi des procédés de ses activités sous l angle des droits humains permettant une évaluation doit être fait. Elle doit également disposer des capacités spécifiques nécessaires pour un tel examen de son devoir de vigilance et mobiliser les ressources correspondantes, afin que les effets sur les droits humains puissent être contrôlés de manière sérieuse (voir chapitre 6). 31 A/HRC/8/16, para. 32, p A/HRC/11/13, para. 50, p A/HRC/8/16, para. 22, p A/HRC/8/5, para 78, p

14 5. Les standards des banques en matière de droits humains Dans son rapport de 2009 au Conseil des droits de l homme, le Rapporteur spécial de l ONU sur les entreprises et les droits humains stipulait clairement que peu d entreprises mettent en œuvre de manière crédible leur engagement public en termes de droits humains: «D un côté, les entreprises peuvent dire qu elles respectent les droits de l homme. Mais d un autre côté, en interrogeant des entreprises sur l existence d un système qu elles auraient mis en place leur permettant d étayer cette affirmation avec plus ou moins de certitude, le Représentant spécial a constaté que relativement peu d entre elles l avaient fait.» 35 Selon nos analyses, ce constat s applique également aux grandes banques suisses. 5.1 Les droits humains chez Credit Suisse et UBS Sur son site internet, Credit Suisse se réfère à la Déclaration universelle des droits de l homme et au Global Compact, mais la manière dont la banque traduit cette déclaration d intention dans les faits est à peine esquissée. Sous le terme clé de «domaine d influence», elle avise les clients individuels des prescriptions légales en matière de lutte contre le blanchiment d argent. En ce qui concerne les secteurs d affaire auxquels les exemples de violations des droits humains précédemment mentionnés appartiennent, on lit seulement : «Bei Firmenkunden, deren Geschäftsaktivitäten möglicherweise Menschenrechtsaspekte tangieren, muss der bankweite Reputationsrisikoprüfungsprozess angewandt werden, in dem potenzielle Risiken von Transaktionen mit solchen Kunden identifiziert, beurteilt und allenfalls entschärft werden.» 36 Pourtant, peu d informations relatives à cette procédure de vérification sont rendues publiques. Chez Credit Suisse, les droits humains sont inclus de manière générale dans les «questions de société». Sur son site internet, les instruments d'évaluation des risques, en particulier, ne sont pas communiqués ouvertement. Seules les directives pour les secteurs de l'exploitation forestière et minière, sont mentionnées A/HRC/11/13, para. 49, p https://www.credit-suisse.com/citizenship/de/ banking/human_rights.jsp 37 https://www.credit-suisse.com/citizenship/de/ banking/risk_review.jsp La Déclaration d UBS sur les droits humains ne compte qu une seule page et ne fait pas référence à la Charte internationale des droits de l homme. Seul le Global Compact est mentionné. Ici également ne figure qu une phrase très générale sur les activités commerciales : «Wir wollen die verantwortungsvolle Nutzung unserer Produkte und Dienstleistungen fördern, indem wir bei der Prüfung potenzieller Kunden und bei der Ausführung von Transaktionen Menschenrechtsstandards berücksichtigen.» 38 La gestion des «risques sociaux» est réglementée dans des directives sectorielles pour la chimie, le pétrole, le gaz, l énergie, l infrastructure, l exploitation forestière et les agrocarburants ainsi que l exploitation minière et la prospection des métaux. Ici encore, ces directives sectorielles ne sont pas accessibles au public. Les deux banques suisses ne peuvent pas prouver qu elles mettent en œuvre leurs déclarations très générales relatives aux droits humains, car les procédures agréées, les standards et les directives ne sont pas communiqués au public. Elles se dérobent ainsi à une évaluation critique et à toute discussion sur la qualité de leurs standards. Les quelques informations rendues publiques montrent que les droits humains ne sont pas ancrés dans la procédure comme une catégorie autonome et centrale (à côté des questions environnementales et de durabilité) du devoir de vigilance. Nous en apprenons plus dans les sections «risques pour la réputation» ou «risques sociaux». Toutefois, les responsabilités sont inversées, puisqu il s agit ici de discuter des risques encourus par la banque et non plus des droits humains entravés par ses activités. Un simple développement de l étude d impact environnemental n est pas adapté à la thématique des droits humains. Ce constat est également partagé par le Rapporteur spécial des Nations Unies: «Une étude d impact sur les droits de l homme ne devrait toutefois pas être un simple chapitre supplémentaire dans une étude d impact environnemental et social, ni une étude d impact environnemental et social réorganisée selon différentes rubriques. Au contraire, évaluer les conséquences d une 38 commitment_strategy/policies_guidelines/human_ rights.html 14

15 activité sous l angle de la protection des droits de l homme exige une approche différente. Contrairement à l approche suivie pour les études d impact environnemental et social, qui consiste à examiner les conséquences directes d un projet, les études d impact sur les droits de l homme devraient s attacher à analyser l incidence potentielle du projet sur chacun des droits humains» Les standards de droits humains d autres banques internationales Le secteur de la finance n en est qu à ses débuts au niveau de l intégration des droits humains dans la conduite des affaires, ce que montre également une étude récemment publiée et cofinancée par le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Le Danish Institute for Human Rights estime que: «Financial sector actors have mixed understandings of the content of human rights and of their responsibility toward them (...) The majority of financial sector actors have weak in-house capacity to integrate human rights information into their decision making (...).» 40 La majorité des directives en matière de droits humains sont d un caractère aussi général que celles d UBS et CS. 41 Il existe toutefois quelques exemples de banques beaucoup plus avancées à cet égard. Le «Position paper Human Rights» de la banque néerlandaise Rabobank est le plus détaillé. Il complète une déclaration générale et brève sur les droits humains. Ce document fait explicitement référence à la Déclaration universelle des droits de l homme et aux deux pactes contraignants de 1966, aux normes fondamentales du travail de l OIT ainsi qu à d autres standards de droits humains, dont la convention 169 de l OIT sur les droits des peuples indigènes et tribaux. Rabobank s exprime en détail sur la problématique du travail forcé, du travail des enfants, des mauvaises conditions de travail et des droits des peuples autochtones. 42 La banque anglaise Barclays appuie aussi sa déclaration sur les droits humains («Statement on Human Rights») sur les principaux standards en la matière. Parmi les quatre principes que Barclays s engage à respecter figure également le devoir de réparation: «Where we discover, or are made aware, that we have been associated with human rights violations we shall take steps to remedy the situation, taking account of the interests of those whose rights are being violated.» 43 L arrêt des relations commerciales comme conséquence d une violation est également mentionné de manière explicite. La banque anglaise Standard Chartered dispose également d une directive étayée en matière de travail des enfants, ainsi que des brèves déclarations sur les «régimes fondés sur l oppression» et «le matériel de défense et l armement». De plus, les quelque 20 directives sectorielles sont accessibles au public. A part ces deux banques, les banques des Pays- Bas Fortis et ABN-Amro obtiennent également la note 2 dans l étude «Close the gap» 44 du réseau BankTrack, qui analyse les standards en matière de droits humains. Ceci signifie que leurs standards vont au-delà de vagues déclarations d intentions et qu elles contiennent au moins la moitié des éléments considérés comme essentiels par le réseau BankTrack 45. Il existe par ailleurs de nombreux autres établissements bancaires qui publient leurs standards, dont le tableau suivant offre un survol. Les standards sectoriels sont valables pour des branches dans lesquelles la problématique des droits humains est particulièrement importante. Tous les standards mentionnés ci-dessous ont reçu au minimum la note 2 dans l étude du réseau BankTrack. 39 A/HRC/4/74, paras , p Danish Institute for Human Rights, Values Added, The Challenge of Integrating Human Rights into the Financial Sector, 2010, p Voir banks_and_human_rights sous «documents» pour une vue d ensemble. 42 Position_paper_Human_Rights_tcm pdf 43 Human-rights 44 gap.pdf 45 «The Bank has developed its own policy, that includes at least half of the essential elements» 15

16 Branche / Thématique Banques disposant de standards publiés Droits du travail ABN AMRO, Barclays, Rabobank Rabobank forestière, cellulose et papier ANZ, Bank of America, Citigroup, Goldman Sachs, Morgan Stanley, HSBC, ING Group, JPMorgan Chase, Rabobank, Standard Chartered, WestLB, Peuples indigènes Morgan Stanley, JPMorgan Chase, Rabobank Agriculture ANZ, Rabobank Droits humains ABN AMRO, Barclays, Fortis Bank Nederland, Rabobank Economie pétrolière et gazière Rabobank de l armement et commerce Barclays, BBVA, BNP Paribas, Deutsche Bank, Fortis d armes Bank Nederland, ING Group, Intesa Sanpaolo, KBC, Natixis, Rabobank, RBS, Royal Bank of Canada, Standard Chartered, UniCredit Group 16

17 6. Importantes lacunes en termes de politique des droits humains, de standards, de transparence et de mise en œuvre Jusqu à présent, l expérience a montré que Credit Suisse et UBS n ont abordé la question des droits humains que de manière très superficielle et sont plutôt faible en comparaison avec d autres établissements au niveau international. Les deux grandes banques suisses ne sont ainsi pas en mesure d assumer leur responsabilité en termes de respect des droits humains. Pour que le devoir de vigilance puisse être exercé, des procédures de suivi crédibles doivent être mises en œuvre de manière transparente. Pour la Déclaration de Berne, les étapes suivantes sont nécessaires Une politique substantielle de respect des droits humains. «An explicit human rights policy is widely seen as a necessary starting point for demonstrating corporate commitment to the protection and promotion of human rights», souligne le CEO Briefing du PNUE FI. 46 Et le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits humains et les sociétés transnationales stipule que «les entreprises doivent adopter une politique relative aux droits de l homme ( ).» 47 La politique de respect des droits humains de Credit Suisse et d UBS devraient répondre au minimum aux exigences suivantes 48 : Faire référence à la Charte internationale des droits de l'homme de l ONU (Déclaration universelle des droits de l'homme, Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, Pacte international relatif aux droits civils et politiques) et aux normes fondamentales de l OIT, ainsi qu à la convention 169 de l OIT relative aux peuples indigènes et tribaux. Déterminer clairement comment la banque assume sa responsabilité en termes de respect de droits humains dans tous ses domaines d activités. Exclure catégoriquement certaines activités 49 et éviter d entretenir des relations d affaire pour le 46 UNEP FI, CEO Briefing, Human rights, 2008, p A/HRC/8/5, para. 60, p Pour une meilleure pratique et des éléments centraux d une politique en matière de droits humains, voir aussi an_rights compte de clients de la banque avec des entreprises controversées. 50 Expliciter les mesures d évaluation de la mise en œuvre de la politique et préciser les modalités de rapports à ce sujet Prise en compte systématique des droits humains dans tous les standards sectoriels Une politique de respect des droits humains générale ne peut que poser quelques jalons autour de cette thématique et déterminer l importance de cette question dans la culture de l entreprise. C est pourquoi il est essentiel que Credit Suisse et UBS inscrivent les différents aspects du respect des droits humains dans des standards détaillés. Dans tous les domaines d activités où les violations des droits humains sont fréquentes, comme l extraction du pétrole et du gaz, l industrie minière, l agriculture industrielle, les modes de production intensifs, l industrie de l armement et des armes controversées, des standards spécifiques doivent être développés et les normes actuelles doivent être revues. Ces standards doivent tenir compte de manière explicite des droits humains et ne peuvent se contenter d aborder cette thématique de manière vague et générale dans l évaluation des «risques sociaux». Les standards sectoriels de Credit Suisse et UBS doivent garantir que certaines activités font l objet de recherches systématiques pour déterminer dans quelle mesure elles sont conformes aux droits humains. En cas de violations particulièrement graves et lorsque la banque ne peut pas prendre de mesures d ajustement (par exemple, par des accords spécifiques), les relations d affaires doivent être interrompues ou évitées. 49 Lire à ce sujet : BankTrack, Human Rights, Banking Risks; Incorporating Human Rights Obligations in Bank Policies, p Lorsque la Déclaration de Berne et d autres ONG ont critiqué la participation de Credit Suisse et UBS dans l entreprise s occupant de la mine de charbon de Pulbari au Bangladesh, les deux banques ont répondu qu il s agissait d activités réalisées pour le compte de clients. Les conséquences dramatiques de ce projet en termes de violations des droits humains sont telles que des banques véritablement responsables ne devraient pas entretenir de relation d affaire au nom de tiers avec cette entreprise. 17

18 6.3. Transparence Lorsque des organisations non gouvernementales interrogent les grandes banques sur leurs implications dans le financement de projets, d entreprises ou de transactions controversées, elles obtiennent en règle générale une réponse lénifiante selon laquelle l impact de l affaire en question aurait déjà été étudié ou qu il devrait l être prochainement. Interrogée sur son engagement dans le financement de la mine de charbon de Phulbari, au Bangladesh, Credit Suisse a répondu de la façon suivante: «Any direct involvement of Credit Suisse would have to be thoroughly assessed in our internal risk review process, which aims to ensure that business relationships that entail potential risks relating to human rights and the environment are examined in detail and subject to a special authorization process.» 51 UBS, quant à elle, s exprimait ainsi : «(A)ny acquisitons of securities by UBS on a proprietary basis would be subject to our customary due diligence procedures which, where relevant, would include environmental and social considerations.» 52 Cependant, comme aucune des deux banques ne publie ses lignes directrices sectorielles ou ses standards internes, la société civile et le public intéressé sont condamnés à croire aveuglement les deux banques. Pourtant, les standards en matière de droits humains ne sont pas des informations suffisamment sensibles pour la réussite d une entreprise, et il n y a aucune raison de penser que leur publication pourra amener les banques suisses à perdre du terrain face à leurs concurrentes. La peur de plaintes juridiques n est pas davantage justifiée. Aucune des banques qui publieraient ses lignes directrices sectorielles ne serait accusée de ce fait par les investisseurs ou par d autres acteurs. En 2003 déjà, la société civile, représentée par plus d une centaine d organisations, a demandé dans la déclaration de Collevecchio que les entreprises bancaires s engagent à être transparentes : «Financial Institutions (FI s) must be transparent to stakeholders, not only through robust, regular and standardized disclosure, but also by being responsive to stakeholder needs for specialized information on FIs policies, procedures and transactions. Commercial confidentiality should not be used as an excuse to deny stakeholders information.» 53 Les organismes nationaux de contact (National Contact points NCP) chargés de la mise en œuvre des standards de l OCDE pour les entreprises multinationales de Suède et de Norvège ont soutenu en 2008, par une déclaration réalisée dans le cadre d une plainte déposée contre la banque Nordea, les revendications en faveur d une transparence accrue des entreprises bancaires : «(The NCP encourages) Nordea and other actors in the financial sector to practise as much transparency and freedom of information as possible. In order to foster greater understanding among the general public for their activities, it is essential that companies be sensitive to the public s increasing demands for information.» 54 Si Credit Suisse et UBS veulent prendre au sérieux leurs responsabilités en matière de respect des droits humains, elles doivent développer un code de conduite interne exhaustif sur la question et des standards sectoriels précis dans ce domaine. Et pour que leur démarche soit crédible, elles doivent publier ces documents Mise en œuvre Les lignes de conduite et les standards ne valent jamais que ce que vaut leur mise en œuvre. Afin que le respect des droits humains reçoive, tant chez UBS que chez Credit Suisse, l attention qui leur revient, les responsabilités et les compétences respectives des différents départements de la banque doivent être définies pour l ensemble de l organisation. La directive sur la finance du PNUE souligne la responsabilité du haut management à cet égard : «Senior management including the CEO review is of particular importance for human rights given the relative novelty of human rights as a management issue.» 55 Les encouragements et les systèmes de bonus devraient être configurés de façon à ne pas empêcher une mise en œuvre sérieuse de ces standards. La formation continue et les exercices destinés aux collaborateurs revêtent également une importance centrale. D une part, afin de sensibiliser des collaborateurs de référence dans tous les domaines à l importance de la thématique des droits humains. D autre part, afin de pourvoir aux nécessités impliquées par le devoir de vigilance dans ce domaine, Credit Suisse et UBS doivent pouvoir disposer de suffisamment de collaborateurs bénéficiant de connaissances approfondies dans ce domaine. 51 Lettre du Credit Suisse à la Déclaration de Berne du Lettre de l UBS à la Déclaration de Berne du collevecchio_declaration_with_signatories/030401_ collevecchio_declaration_with_signatories.pdf 54 Statement by the Swedish National Contact Point (NCP) for the OECD Guidelines for Multinational Enterprises with the full support of Norway s NCP in connection with a complaint from the Argentine environmental organisation CEDHA against Nordea. 55 UNEP FI, CEO Briefing, Human rights, 2008, p

19 Comme le montre l exemple suivant, l examen de transactions ou de relations d affaires avec des clients potentiels ne peut pas être accompli de façon valable si elle se base uniquement sur les informations fournies par le client lui-même. En juillet 2009, Credit Suisse et UBS ont organisé, de concert et avec la banque française BNP-Paribas, l augmentation du capital du conglomérat de l huile de palme Golden Agri Ressources (GAR, appartenant au groupe Sinar Mas). 56 A cette date, on dispose déjà de nombreux rapports d organisations non gouvernementales entre autres de Greenpeace qui attestent de pratiques non-durables, tant de la firme en question que des acteurs généralement actifs dans ce secteur. Alors que les banques déclarent, sans avoir pris contact avec les auteurs de ces études, que leur opération est sans risque, Unilever décide à peu près à la même date de ne plus acheter d huile de palme à Golden Agri Ressources. Unilever avait demandé à un bureau de consultants indépendants de procéder à un examen détaillé du rapport de Greenpeace, examen qui avait permis de confirmer la plupart des critiques émises par l ONG. Ceci avait conduit Unilever à dénoncer ses liens d affaires avec la filiale de GAR, PT Smart. 57 Selon les déclarations de la firme, Nestlé a également cessé ses achats d huile de palme auprès de Sinar Mas, suite à la publication en 2009 par Greenpeace d une étude sur les déboisements illégaux. 58 Afin que Credit Suisse et UBS remplissent correctement leurs devoirs à l égard du respect des droits humains, il est décisif qu elles s assurent de prendre au sérieux les voix des défenseurs des droits humains et de celles et ceux qui sont victimes de leur infraction. 56 A ce sujet, cf: (pages en allemand) 57 thegreenpeacereportburning%20up%20borneo(2009)_ tcm pdf 58 AndStatements/AllSpeechesAndStatements/statement _Palm_oil.htm 19

20 7. Remarques conclusives Nous ne sommes qu au début des discussions sur les devoirs des banques en matière de droits humains. La directive sur la finance du PNUE demande dès lors aux banques de s en préoccuper activement : «Work with clients, stakeholders and others in the finance industry to develop a clearer understanding of the human rights responsibilities of the sector (...) to develop tools such as human rights impact assessments and to develop a human rights reporting framework for the financial sector as a whole.» 59 En produisant ce document et en travaillant dans ce domaine, la Déclaration de Berne espère contribuer à alimenter et à faire avancer le débat sur cette thématique importante. Par nos activités de lobbying, de campagne et de recherche, nous continuerons à nous engager, avec nos organisations partenaires du réseau Banktrack, pour que les droits humains obtiennent dans la pratique bancaire quotidienne la place qui leur est due. 59 UNEP FI, CEO Briefing, Human rights, 2008, p

Questionnaire Entreprises et droits humains

Questionnaire Entreprises et droits humains Membres du Avec & Asset Management Questionnaire Entreprises et droits humains 1 2 Présentation des organisations Le CCFD-Terre Solidaire est la première association française de développement. Elle a

Plus en détail

Version finale de la ligne directrice E-15, Actuaire désigné : Dispositions législatives, qualifications et examen par des pairs

Version finale de la ligne directrice E-15, Actuaire désigné : Dispositions législatives, qualifications et examen par des pairs Référence : Ligne directrice à l intention des SAV et SM Le 11 septembre 2012 Destinataires : Sociétés d assurances fédérales et succursales canadiennes de sociétés d assurances étrangères, y compris les

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS Norme n o 610 RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS 1. Les experts en évaluation d entreprises peuvent se voir

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610. Utilisation des travaux des auditeurs internes

NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610. Utilisation des travaux des auditeurs internes NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610 Utilisation des travaux des auditeurs internes This International Standard on Auditing (ISA) 610, Using the Work of Internal Auditors, published by the International

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Lois sur les investissements étrangers 13 LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur les investissements étrangers d application générale.

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME

UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES DE PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME INTRODUCTION À l échelle du pays, les pipelines acheminent tous les jours, de façon sûre et fiable,

Plus en détail

DACHSER Code de conduite

DACHSER Code de conduite DACHSER Code de conduite 1. Préambule Toute action chez Dachser repose sur le respect des dispositions juridiquement contraignantes aux niveaux national et international ainsi que sur tous les engagements

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Développement durable contrôlé fonds de placement

Développement durable contrôlé fonds de placement Développement durable contrôlé fonds de placement Notre contrôle minutieux vous garantit une parfaite transparence dans la sélection des fonds de placement. Notre processus de contrôle nous permet d assumer

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Texte révisé d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac présenté par le Président et débat général

Texte révisé d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac présenté par le Président et débat général Conférence des Parties Organe intergouvernemental de négociation d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac Troisième session Genève (Suisse), 28 juin-5 juillet 2009 Point 4 de l ordre

Plus en détail

POLITIQUE SECTORIELLE DÉFENSE

POLITIQUE SECTORIELLE DÉFENSE POLITIQUE SECTORIELLE DÉFENSE 1. INTRODUCTION... 2 2. ENGAGEMENT... 2 3. GESTION DU RISQUE... 2 4. STANDARDS ET CRITÈRES SPÉCIFIQUES AU SECTEUR... 3 5. CHAMP D'APPLICATION... 4 6. PROCÉDURES D'APPLICATION...

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/70/34/Add.1 17 juin 2013 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

RESTITUTION DES TRAVAUX EFFECTUES AU COURS DES TROIS DERNIERES SESSIONS DE LA CNUCED/ISAR

RESTITUTION DES TRAVAUX EFFECTUES AU COURS DES TROIS DERNIERES SESSIONS DE LA CNUCED/ISAR LE ROLE DE LA COMPTABILITE DANS LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE SEMINAIRE ORGANISE PAR LE CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE RESTITUTION DES TRAVAUX EFFECTUES AU COURS DES TROIS DERNIERES SESSIONS DE LA CNUCED/ISAR

Plus en détail

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Rapport du Directeur général

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Rapport du Directeur général BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DIX-HUITIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR Rapport du Directeur général

Plus en détail

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d' AINC DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 DATE D ACHÈVEMENT PRÉVUE

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d' AINC DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 DATE D ACHÈVEMENT PRÉVUE COMPTE RENDU SUR L ÉTAT DE LA MISE EN ŒUVRE DU RAPPORT AU COMITÉ D ÉVALUATION, DE MESURE DU RENDEMENT ET D EXAMEN EN DU 30 SEPTEMBRE 2013 D'APPROBATION : 22/02/2011 Il est recommandé que, en collaboration

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes

Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes 1 Préambule Le groupe de Wolfsberg d établissements financiers internationaux 1 s est accordé sur ces Principes qui constituent

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

Charte de Compliance ERGO Insurance sa

Charte de Compliance ERGO Insurance sa Charte de Compliance ERGO Insurance sa Introduction Sur la base de la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 sur la compliance adressée aux entreprises d assurances, une obligation légale a été imposée

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Comité permanent du droit des marques, des dessins et modèles industriels et des indications géographiques

Comité permanent du droit des marques, des dessins et modèles industriels et des indications géographiques F SCT/31/8 REV.4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 23 MARS 2015 Comité permanent du droit des marques, des dessins et modèles industriels et des indications géographiques Trente et unième session Genève, 17 21

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012

RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012 RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012 Avril 2013 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION.2 AUDIT INTERNE 2 AUDIT EXTERNE.4 GESTION DES RISQUES..5 OPINION GLOBALE

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Déclaration de Wolfsberg sur la surveillance, le filtrage et la recherche

Déclaration de Wolfsberg sur la surveillance, le filtrage et la recherche Déclaration de Wolfsberg sur la surveillance, le filtrage et la recherche 1 Préambule Le groupe de Wolfsberg d établissements financiers («groupe de Wolfsberg») 1 a déjà rédigé les déclarations suivantes

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT RESPONSABLE. SWEN Capital Partners «SWEN CP»

POLITIQUE D INVESTISSEMENT RESPONSABLE. SWEN Capital Partners «SWEN CP» POLITIQUE D INVESTISSEMENT RESPONSABLE SWEN Capital Partners «SWEN CP» 2015 Origines de la démarche d investissement responsable de l expertise non cotée de SWEN CP Filiale de deux acteurs fortement engagés

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE 1. OBJET La présente politique vise à garantir la conformité D EXANE SA, EXANE DERIVATIVES, EXANE OPTIONS, EXANE LIMITED et leurs succursales concernées

Plus en détail

Le droit des Autochtones au Canada Introduction

Le droit des Autochtones au Canada Introduction Le droit des Autochtones au Canada Introduction Les questions relatives au droit des Autochtones peuvent avoir des incidences sur tous les aspects des affaires traitées aux quatre coins du Canada. Avant

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW Adoptée le 18 mai 2006 par le Conseil d administration ATTENDU que les archives sont la propriété du Conseil de la Nation Atikamekw

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe

Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 164/2 du 28 janvier 2011 L.I.R. n 164/2 Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe 1. Définitions Par

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES 1 BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SBS MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES I. INTRODUCTION La supervision bancaire évolue de façon dynamique. La récente crise financière internationale

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION Les règles du comité de vérification qui suivent ont été mises à jour en juin 2009 après un examen annuel de toutes les règles des comités du conseil. I. OBJET Le comité

Plus en détail

Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée

Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée Préambule Le présent accord illustre le rôle que les partenaires sociaux peuvent jouer dans la stratégie européenne pour l emploi, adoptée

Plus en détail

RESPONSABILITÉS DE L AUDITEUR EN VERTU DES NORMES GÉNÉRALEMENT RECONNUES AUX ÉTATS-UNIS

RESPONSABILITÉS DE L AUDITEUR EN VERTU DES NORMES GÉNÉRALEMENT RECONNUES AUX ÉTATS-UNIS Crowe Horwath LLP Independent Member Crowe Horwath International Comité d audit Western Climate Initiative, inc. Sacramento, Californie Nous sommes tenus, en vertu des normes d exercice professionnel,

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/2015/L.1/Add.4 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. limitée 5 novembre 2015 Français Original: anglais Sixième session Saint-Pétersbourg

Plus en détail

Nouvelles prescriptions de placement (révision OPP 2) et son interprétation

Nouvelles prescriptions de placement (révision OPP 2) et son interprétation Nouvelles prescriptions de placement (révision OPP 2) et son interprétation Dr. Dominique Ammann, associé PPCmetrics SA Financial Consulting, Controlling & Research www.ppcmetrics.ch Mars 2009 Pourquoi

Plus en détail

Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges

Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges Convention sur l interdiction des mines antipersonnel Convention sur l interdiction de l emploi,

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT Le Comité de vérification (le «Comité») du Conseil d'administration (le «Conseil») de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (la «Société») a pour mandat

Plus en détail

Convention n o 172 concernant les conditions de travail dans les hôtels, restaurants et établissements similaires

Convention n o 172 concernant les conditions de travail dans les hôtels, restaurants et établissements similaires Texte original Convention n o 172 concernant les conditions de travail dans les hôtels, restaurants et établissements similaires 0.822.727.2 Conclue à Genève le 25 juin 1991 Approuvée par l Assemblée fédérale

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

Déclaration d adhésion au UK Stewardship Code

Déclaration d adhésion au UK Stewardship Code Déclaration d adhésion au UK Stewardship Code En 2010, le régulateur indépendant britannique Financial Reporting Council a publié le UK Stewardship Code, un code de bonne pratique pour les investisseurs,

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES Projet «Systèmes de Surveillance et de MNV nationaux avec une approche Régionale» TERMES DE REFERENCES Recrutement d un consultant pour la rédaction de la composante 1A et 2C du R PP (Readiness Preparation

Plus en détail

Ethics & Compliance. Instruction du Groupe relative aux Dons aux organisations caritatives

Ethics & Compliance. Instruction du Groupe relative aux Dons aux organisations caritatives Instruction du Groupe relative aux Dons aux organisations caritatives Ethics & Compliance 1/6 1. Préambule Le Code d Éthique d Alstom est essentiel. Il décrit la bonne conduite que les collaborateurs doivent

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Traitement du financement du commerce dans le cadre du dispositif de Bâle sur les fonds propres

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Traitement du financement du commerce dans le cadre du dispositif de Bâle sur les fonds propres Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Traitement du financement du commerce dans le cadre du dispositif de Bâle sur les fonds propres Octobre 2011 Le présent document est traduit de l anglais. En cas

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Réunions des comités régionaux Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Rapport du Secrétariat aux comités régionaux 1. Le présent rapport est soumis aux comités régionaux pour faire suite

Plus en détail

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif Charte 22 avril 2009 l investissement responsable de la maif objectifs considération sur l investissement responsable les axes d engagement l investissement responsable de la maif /// Préambule La MAIF

Plus en détail

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Organisation de coopération et de développement économiques Division de l'investissement,

Plus en détail

POLITIQUE CAPITAL INVESTISSEMENT RESPONSABLE

POLITIQUE CAPITAL INVESTISSEMENT RESPONSABLE POLITIQUE CAPITAL INVESTISSEMENT RESPONSABLE PRÉAMBULE Engagés depuis 2002 dans une première réflexion sur le Capital Investissement Socialement Responsable (C-ISR), nous sommes convaincus de la nécessité

Plus en détail

Rapport de certification indépendant. Au conseil d administration et à la direction de La Banque Toronto- Dominion (la «Banque») Notre responsabilité

Rapport de certification indépendant. Au conseil d administration et à la direction de La Banque Toronto- Dominion (la «Banque») Notre responsabilité Rapport de certification indépendant Au conseil d administration et à la direction de La Banque Toronto- Dominion (la «Banque») Notre responsabilité Nous avons planifié et effectué notre mission de certification

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Nations Unies S/RES/1306 (2000) Conseil de sécurité Distr. générale 5 juillet 2000 Résolution 1306 (2000) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Stratégie d encouragement

Stratégie d encouragement Stratégie d encouragement du 26 novembre 2009 Table des matières Table des matières... 2 1. But de la stratégie d encouragement... 3 2. Vision... 3 3. Objectifs d encouragement généraux... 3 3.1. Objectifs

Plus en détail

Dans une liberté plus grande : développement, sécurité et respect des droits de l homme pour tous

Dans une liberté plus grande : développement, sécurité et respect des droits de l homme pour tous Nations Unies A/59/2005/Add.1 Assemblée générale Distr. générale 23 mai 2005 Français Original: anglais Cinquante-neuvième session Points 45 et 55 de l ordre du jour Application et suivi intégrés et coordonnés

Plus en détail

RAPPORT D'EVALUATION DU CAO. Plainte à l'égard du projet AES Sonel (Projet IFC #11579) Cameroun. Juillet 2013

RAPPORT D'EVALUATION DU CAO. Plainte à l'égard du projet AES Sonel (Projet IFC #11579) Cameroun. Juillet 2013 RAPPORT D'EVALUATION DU CAO Plainte à l'égard du projet AES Sonel (Projet IFC #11579) Cameroun Juillet 2013 Bureau du CAO Société Financière Internationale/ Agence Multilatérale de Garantie des Investissements

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

ECD Watch. Les. Principes directeurs de l OCDE à l intention des entreprises multinationales. Un outil pour la conduite responsable des entreprises

ECD Watch. Les. Principes directeurs de l OCDE à l intention des entreprises multinationales. Un outil pour la conduite responsable des entreprises ECD Watch Les Principes directeurs de l OCDE à l intention des entreprises multinationales Un outil pour la conduite responsable des entreprises À propos des Principes directeurs de l OCDE à l intention

Plus en détail

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Allocution de Darren Hannah Vice-président intérimaire, Politiques et opérations

Plus en détail

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1 1 1. OBJET (1) Les membres du conseil d administration ont le devoir de surveiller la gestion des affaires tant commerciales qu internes de la Banque CIBC. Le conseil d administration donne, à la fois

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Introduction : Dans le but d accroître la transparence et la comparabilité des rapports

Plus en détail

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS)

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) Page 1 PREAMBULE Le présent Règlement de Déontologie spécifique aux sociétés de gestion d OPCVM

Plus en détail

SYNTHESE MEDIA SF 09 M 22 LE SECTEUR FINANCIER ET LES BOMBES A SOUS-MUNITIONS

SYNTHESE MEDIA SF 09 M 22 LE SECTEUR FINANCIER ET LES BOMBES A SOUS-MUNITIONS SYNTHESE MEDIA SF 09 M 22 LE SECTEUR FINANCIER ET LES BOMBES A SOUS-MUNITIONS 1. Synthèse des échanges d (AIF) avec les principaux groupes bancaires français sur les investissements et financements des

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/22/20 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 JUILLET 2014 Comité du programme et budget Vingt-deuxième session Genève, 1 er 5 septembre 2014 RAPPORT DU CORPS COMMUN D INSPECTION INTITULE EXAMEN DE LA GESTION

Plus en détail

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE Mieux comprendre le système commercial de l OMC Le saviez vous? Plus de 14 7 participants issus de pays en développement ont bénéficié des cours de formation et des programmes

Plus en détail

DIRECTIVES VOLONTAIRES

DIRECTIVES VOLONTAIRES DIRECTIVES VOLONTAIRES à l appui de la concrétisation progressive du droit à une alimentation adéquate dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale Adoptées à la cent vingt-septième session du

Plus en détail

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012 La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & la Norme ISO 26000 Analyse comparée Octobre 2012 Sommaire 1. Introduction 2. Les instruments permettant d orienter les démarches RSE 3. La Charte de responsabilité

Plus en détail

Pictet-Ethos (CH) Swiss Sustainable Equities

Pictet-Ethos (CH) Swiss Sustainable Equities Pictet-Ethos (CH) Swiss Sustainable Equities Profil Développement durable Etat: août 2012 1 Le fonds a été contrôlé par le Comité pour un développement durable et satisfait les critères d attribution du

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle De meilleures statistiques pour des vies meilleures PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle Présentation de PARIS21 PARIS21 est l acronyme de l anglais Partnership in

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Organisation. n de l aviation. ATConf/6-WP/80 1. Point 1 : 1.1 SOUVERAINETÉ. peut par contre. site web. Références : 1. CONTEXTE. un principe 1.

Organisation. n de l aviation. ATConf/6-WP/80 1. Point 1 : 1.1 SOUVERAINETÉ. peut par contre. site web. Références : 1. CONTEXTE. un principe 1. Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/80 1 4/ 3/13 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 1 : 1.1 Aperçu général des tendances

Plus en détail

Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal

Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal Le 15 mars 2012 Redevances minières : réflexion sur un mécanisme de perception qui risque de nous faire rater la cible Depuis que le gouvernement

Plus en détail