LES FAUSSES IDENTITÉS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES FAUSSES IDENTITÉS"

Transcription

1 Université Panthéon -Assas (Paris II) LES FAUSSES IDENTITÉS UNE CRIMINALITÉ AUX CONSÉQUENCES VOLONTAIREMENT IGNORÉES Mémoire pour le diplôme d'université Analyse des 1999 Par

2 1

3 2

4 AVERTISSEMENT "L'université n'entend donner aucune approbation ni improbation aux opinions émises dans les mémoires; ces opinions doivent être considérées comme propres à leurs auteurs." 3

5 SOMMAIRE AVERTISSEMENT 3 SOMMAIRE 4 INTRODUCTION 7 PREMIÈRE PARTIE LE CONCEPT DE FAUSSE IDENTITÉ LA FAUSSE IDENTITÉ : FUITE DE LA RESPONSABILITÉ FAUSSE IDENTITÉ DES PERSONNES PHYSIQUES FAUSSE IDENTITÉ DES PERSONNES MORALES LES FAUSSES IDENTITÉS CRÉATION D IDENTITÉ VIRTUELLE Les pseudonymes Approche historique des identités virtuelles Actes isoles et mobiles divers Apparition des trafics de faux papiers USURPATION D IDENTITÉ SUR DES PERSONNES PHYSIQUES Approche historique des usurpations d identité Actes isoles et mobiles divers USURPATION D IDENTITÉ VIRTUELLE Les cartes bancaires Les cartes téléphoniques Les cartes d achats La signature électronique USURPATION D IDENTITÉ DES PERSONNES MORALES SUBSTITUTIONS D IDENTITÉS Cas général Les substitutions post-mortem VOLS D IDENTITÉS Approche historique des vols d identités L IDENTITÉ PATRONYMIQUE LA RÈGLE OCCIDENTALE LES PROBLÈMES DE TRANSLITÉRATION LES PROBLÈMES DE CALENDRIER LES DIFFÉRENTS CONCEPTS D IDENTITÉ PATRONYMIQUE DANS LE MONDE L AFRIQUE LES ARABES LES COMORES CHINE JAPON CORÉE(s) VIETNAM MONGOLIE LES OCCIDENTAUX PAKISTAN INDE ET BANGLADESH LES RUSSES 102 4

6 4. LES SUPPORTS IDENTITAIRES LES PAPIERS DE LÉGITIMITÉ LES VRAIS «FAUX» LES FAUX «VRAIS» L UTILISATION DE FAUX «VRAIS PAPIERS» PAR DES SERVICES DE L ÉTAT LES DOCUMENTS DE VOYAGE LES PASSEPORTS LES VISAS LES CONTRÔLES D IDENTITÉ CADRE JURIDIQUE LIÉ AUX CONTRÔLES D IDENTITÉ MOYENS TECHNIQUES DE CONTRÔLE LA LUTTE CONTRE LES FAUX PAPIERS 129 DEUXIÈME PARTIE L APPROPRIATION DES TRAFICS DE FAUX PAPIERS PAR LE CRIME ORGANISE LES FAUSSES IDENTITÉS : UN SUPPORT INDISPENSABLE AUX ACTIVITÉS CRIMINELLES TYPOLOGIE DES TRAFICS DE FAUX PAPIERS Afrique centrale Afrique de l Ouest Amérique du Nord Amérique du Sud Asie Europe de l Est Europe Occidentale Maghreb Russie LE CONTRÔLE DES FLUX MIGRATOIRES A DES FINS CRIMINELLES INHIBITION DES ACTIONS JUDICIAIRES LE COÛT SOCIAL LIÉ AUX FAUSSES IDENTITÉS LA DÉSTABILISATION COMPLÈTE DU SYSTÈME CITOYEN CONSÉQUENCES DE L UTILISATION DES FAUSSES IDENTITÉS SUR LES PRESTATIONS SOCIALES CONSÉQUENCES DE L UTILISATION DES FAUSSES IDENTITÉS SUR LE SYSTÈME BANCAIRE CONSÉQUENCES DE L UTILISATION DES FAUSSES IDENTITÉS SUR LES ENTREPRISES CONSÉQUENCES DE L UTILISATION DES FAUSSES IDENTITÉS SUR LE SYSTÈME DE PROTECTION MÉDICALE CONSÉQUENCES DE L UTILISATION DES FAUSSES IDENTITÉS SUR LES CONTRÔLES AUX FRONTIÈRES CONSÉQUENCES DE L UTILISATION DES FAUSSES IDENTITÉS SUR LE SYSTÈME JUDICIAIRE COÛT DES FAUSSES IDENTITÉS 200 5

7 TROISIÈME PARTIE LUTTE CONTRE LES FAUX PAPIERS ARSENAL JURIDIQUE MOYENS TECHNIQUES DE DÉTECTION DES FAUX COOPÉRATION INTERNATIONALE 220 Les pays de l Est en général 220 L exemple de la Pologne et de l Allemagne 221 Chine et pays impérialistes 222 Europe de l Ouest 222 Pays d Afrique, du Maghreb et pays d Europe de l ouest 223 Amérique du Nord 224 Dernière technique imparable : la création «légale» d un pays 224 Conclusion PROSPECTIVE L APPROCHE GÉOPOLITIQUE L APPROCHE DÉMOGRAPHIQUE L IDENTITÉ BIOMÉTRIQUE Principes de fonctionnement de la biométrie Identité biométrique et comportement Identité biométrique et morphologie L IDENTITÉ ABSOLUE Le profil génétique et l identité absolu Les avantages de l identité absolue Problèmes et contraintes de l identité absolue 274 CONCLUSION 278 REMERCIEMENTS 282 BIBLIOGRAPHIE 284 GLOSSAIRE ET ACRONYMES 285 INDEX 287 6

8 INTRODUCTION L utilisation d une fausse identité est désormais chose courante. Au point même, que cette infraction pénale 1 est reléguée au rang des banalités dont l opinion publique ne fait plus cas. Mis à part quelques affaires très médiatiques, les exemples sont tellement nombreux qu ils passent quasiment inaperçus. On se souvient du vrai - faux passeport d Yves CHALIER, ancien chef de cabinet d un ministre de la république, parti prudemment se réfugier à l étranger sous une fausse identité, dans l hypothèse où la justice lui demanderait des explications dans l affaire dite du «carrefour du développement». C était en septembre 1986! A Londres en 1997, un réseau de plusieurs femmes d origine nigériane (une trentaine environ), a été démantelé. Ces dernières ont été arrêtées pour escroquerie, après avoir touché des prestations sociales sous 2000 identités et à 500 adresses différentes. Le montant de la fraude connue a été estimé a par semaine pendant 6 ans, soit un préjudice de 468 MF pour l état britannique. Plus près de nous, en août 1998, Sylvie REHLINGER 3, mère de famille de 36 ans, apprend qu elle a un lourd casier judiciaire, qu elle a été incarcérée à deux reprises, qu elle a 11 enfants (sans compter ses 4 enfants légitimes), qu elle a des dettes auprès de divers organismes financiers, qu elle est poursuivie pour être auteur de plusieurs chèques sans-provisions, etc. L enquête, toujours en cours, démontrera qu une femme a usurpé l identité de Sylvie REHLINGER pendant 21 ans! Cela étant, et dans l attente d un jugement contraire, elle doit assumer les dettes, les saisies, les 1 Infraction réprimée par les articles et du Code Pénal. (de 2 à 7 ans d emprisonnement, et de 200 à francs d amende). 2 LE MONDE du 29/05/1997 page 17. Voir en annexe. 3 Cf Usurpation d identité sur les personnes physiques. 7

9 interdictions de crédit, les doutes de son entourage familial, sans compter sa responsabilité de mère pour les 15 enfants qu elle a désormais. On mentionnera également depuis 1997, la régularisation clandestine des «sans-papiers» par des associations (très souvent clandestines) qui fournissent gratuitement une fausse identité française à des étrangers, sur le fondement de causes humanitaires et/ou politiques. Dernier exemple en date : A la suite d une perquisition en juin 2000, la justice découvre que le Parti Social Démocrate (PSD, l une des composantes de l UDF), présidé par André SANTINI 4, abritait avec la complicité d employés et de militants, dont le secrétaire général adjoint, une officine d attributions de faux papiers 5. A travers ces quelques exemples on comprend bien qu une fausse identité n est pas seulement une infraction en tant que telle, mais une infraction connexe à une autre infraction primaire plus grave ou plus essentielle. C est le début d un processus de déstructuration de l état de droit. Le fonctionnement de notre société repose sur l entité «individu», le seul acteur d une relation politique. Encore faut-il pouvoir discerner l individu de la masse. Depuis les origines de l humanité, l homme existe du fait de son nom. C est ainsi que naît le concept d identité. S agit-il d un concept dépassé? L identité d une personne, au sens large, est multiple. Pour une personne physique, être identifiée dans la masse, c est savoir être distinguée, reconnue comme un élément unique du groupe. L identité est donc le support de base de la responsabilité d un individu dans tous les actes de sa vie courante. Quoi qu il fasse de sa vie, un individu est responsable de ses actions, sauf les cas où sa responsabilité aura été altérée pour diverses raisons. Une personne physique a besoin d une identité pour conserver des repères dans l espace social. Les diverses appartenances culturelles sont en cela des remparts structuraux de toutes les sociétés humaines. 4 Député Maire d Issy-les-Moulineaux, auteur de l ouvrage : «Sécurité : enjeu publique N 1» - Michel LAFON CARRERE - 5 MARIANNE du 03/07/2000. Voir en annexe. 8

10 Malheureusement, nous assistons depuis quelques décennies, à une multiplication inquiétante d utilisation de fausses identités. Tant que le phénomène était négligeable, il n y avait pas lieu de s en alarmer. Aujourd hui, le nombre toujours croissant de découvertes de personnes vivant, dans les pays occidentaux notamment, sous de fausses identités est préoccupant. Comme c est le cas pour d autres activités criminelles, les pouvoirs publics continuent de travailler essentiellement dans la logique du principe de précaution électoral, tandis que les organisations criminelles s accaparent tranquillement le nouveau marché mondial des faux papiers de légitimité ou des documents de voyage, en exploitant au passage la misère économique de quelques individus bien naïfs. Et pourtant, quand il y a usurpation d identité, d une personne physique, c est l ensemble du système social qui s effondre. La notion de responsabilité sur laquelle repose notre droit civil, pénal ou commercial, s efface pour laisser la place aux escroqueries les plus diverses, aux abus en tous genres, à la perte de contrôle des flux migratoires, à l impunité judiciaire et à ses conséquences en matière de récidive, bref à plus ou moins long terme à l effondrement de l état de droit. Si les pouvoirs publics n ont toujours pas réalisé, ou refusent aujourd hui de réaliser, l ampleur du phénomène, les grands acteurs économiques, eux, commencent à mesurer l importance du problème du fait de préjudices toujours croissants qu ils subissent. Même si l État est trop indifférent, les conséquences sont sans appel : le système citoyen est déstructuré (verra t-on un jour un citoyen élu sous une fausse identité?), la sécurité sociale et les allocations familiales ne maîtrisent plus le paiement de leurs prestations pour des individus n ayant pas d existence réelle, les banques intègrent discrètement dans leur bilan comptable le coût des comptes débiteurs ouverts sous de fausses identités, la justice abandonne tout aussi discrètement un nombre croissant de poursuites sur des individus inexistants et parfois même s acharne sur les victimes dont l identité à été usurpée, l état civil est abusé, etc. Cette incapacité actuelle à gérer l identité intrinsèque de nos concitoyens, quelle que soit leur nationalité d origine, s explique de quatre façons : La volonté des gouvernements d identifier tous leurs citoyens grâce à un support identitaire destiné à contrôler les actes de la vie civile 9

11 (naissance, décès, mariages, filiation, migrations, successions, niveau d enseignement, etc.) est récente. Le fait d avoir voulu occidentaliser tous les supports d identification des documents de voyage, tant par un alphabet qui n a pas encore de réalité dans la majorité des pays du monde, que par un calendrier non universel. La multiplication des états dont le nombre a varié de 50 vers 1945 à 200 en La pression démographique dans des pays économiquement faible, (principalement ceux dont la population est jeune), générant des flux migratoires importants. Il ne fait pas de doute que nous connaissons dès à présent les limites d un dispositif technique inadapté pour contrôler les identités, que ce soit celles de nos propres ressortissants, mais également celles des personnes étrangères. La conception des supports d identification est certes techniquement performante, mais elle est inadaptée aux hommes du XXI ème siècle parce qu elle se base sur le fonctionnement ancien des identités occidentales, c est à dire d une identité basée sur le patronyme d un individu. Or l identité patronymique n à toujours pas court dans le reste du monde. On a bien tenté de l imposer durant quelques épisodes de l histoire coloniale à des administrations étrangères. En vain. En Afrique par exemple (là même où l état civil n existait pas) ; en Asie (les enfants changent de nom au fur et à mesure de leur vie, pour éviter d être reconnu par de mauvais génies) ; aujourd hui seulement, on commence à en mesurer les limites. L identité patronymique est tout à fait insuffisante pour assurer la protection identitaire des citoyens du monde. Donc assurer à chacun l unicité de son existence, la garantie de sa liberté intrinsèque en tant que personne unique et responsable. Il faut désormais raisonner sur de nouveaux concepts. Pourquoi le support identitaire de l individu ne serait-il pas l individu lui même? BERTILLON, au siècle dernier, avait bien réalisé qu il faudrait s appuyer sur les caractéristiques morphologiques de l homme pour progresser vers une identification certaine, une identification absolue. Ce furent les débuts de la biométrie! La dactylotechnie permettra quelques décennies plus tard d identifier une personne grâce à ses empreintes digitales. Mais cette technique a 10

12 un faible potentiel mathématique, sans rapport avec les dénombrements que nous impose les contraintes démographiques actuelles ou futures. De nombreux concepts, anciens ou modernes, parfois discutables, ont été proposés. L identité absolue est bien le concept de l avenir. Est-ce donc dans la biologie, par l établissement du profil génétique d un individu que l intégrité identitaire d une personne sera le mieux protégée? L identité absolue, est-ce la certitude de sa propre unicité 6? Si c est effectivement le cas, c est la responsabilisation incontournable de toute personne, c est aussi la garantie de la protection des libertés individuelles. Il convient également de se poser la question de savoir si l identification absolue d un individu est un «plus» pour la communauté sociale. Va t- on mieux utiliser nos ressources financières? Cela va t-il améliorer le fonctionnement de nos institutions comme l éducation, la Police, les services sociaux, ou la Justice? Peut-on supprimer les infractions liées aux fausses identités? Cette tension permanente entre le discours politique rassurant, la fermeté affichée, et la réalité quotidienne a pour conséquence de questionner notre citoyenneté. 6 Sauf dans le cas de naissances multiples homozygotes. 11

13 12

14 PREMIÈRE PARTIE FAUSSES IDENTITÉS : ALTÉRATION DU FONCTIONNEMENT DES PRINCIPES DE BASE DE L ÉTAT DE DROIT 13

15 1. LE CONCEPT DE FAUSSE IDENTITÉ La question de l identité n est pas légère. Parce qu elle implique notre responsabilité d homme. Qu est-ce que l identité? Le fait de définir le concept d identité nous permettra par l absurde d approcher le concept de «fausse identité» et de le décliner. L une des premières réponses nous vient des mathématiques qui nous démontrent que l identité «remarquable» est un principe fondamental de la logique traditionnelle, selon lequel toute chose est égale à elle même 7. Est-elle pour autant identique? C est là une première approche de la fausse identité. La fausse identité est-elle quelque chose d appréhendable? Gottlob FREGE a observé en 1894 que l identité est indéfinissable ; «puisque toute définition est une identité, l identité elle même ne saurait être définie». Avant d aborder le concept des fausses identités, il faut admettre qu il y a une difficulté intrinsèque à saisir scientifiquement le concept d identité, sur les plans les plus divers, que ce soit d un point de vue philosophique, psychologique, anthropologique ou mathématique. De là, nous étayons une première ébauche de réponse : le concept de fausse identité existe du fait de l existence de contrôle de l identité des personnes. Sans qu il soit question d approfondir ces sujets très complexes, il est donc essentiel de s y intéresser avant de pénétrer dans une logique criminelle. Cette longue introduction sur le concept «d identité» et de «fausse identité» est donc un préalable indispensable. Philosophiquement ARISTOTE a cherché quels sont les critères de l identité. La distinction entre une identité par accident (celle de la naissance par exemple), par coïncidence (l identité culturelle de chacun d entre nous), et une autre qui l est de plein droit, n est pas satisfaisante pour le philosophe. En effet, l identité d une personne est plurielle, c est à dire qu elle se compose de ces trois substances identitaires complémentaires. A 7 X = X. Théorème des anneaux dans un ensemble de Bool. Jean Luc VERLEY, Cours d Algèbre Hermann. 14

16 l inverse, la fausse identité est singulière, c est à dire qu elle marque l unité. En effet, une personne ayant une fausse identité n usera que des avantages de droit. Impossible d associer une histoire véritable. Tout au plus, la personne sous fausse identité rattachera à sa nouvelle identité, sa propre culture et parfois une partie de son histoire personnelle, sans quoi il peut y avoir perte de cohérence. David HUME, un philosophe anglais du siècle des lumières, est persuadé que l identité est une fiction 8. L identité véritable se dit seulement des êtres «dont la matière est une, soit par la forme, soit par le nombre, ainsi que des êtres dont la substance est une». L identité se rapporte en effet à l existence dans le temps et à la variation de celui-ci, et elle présuppose l unicité qualitative : le même s oppose au différent. Pour ce faire, il s interroge sur l identité des objets, en se demandant si un objet observé à l instant T est toujours le même que celui qu il observa à l instant T-1. Il réfléchit beaucoup, et il lui sembla que non. L action du temps avait transformé l objet. Il en est de même avec une personne, sauf qu un objet peut être remplacé par un autre, tandis qu un être reste «une unité d être». Si dès lors l identité n existe pas pour David HUME, on en déduit automatiquement que la fausse identité n existe pas non plus! Voilà donc deux points de vue différents sur l identité et la fausse identité. Beaucoup d autres philosophes ont avancé des théories sur l identité, toutes aussi complexes les unes et les autres. On conviendra donc simplement que l identité ne s applique qu aux êtres. Par déduction, le concept de fausse identité ne se conçoit que pour des êtres, non pour des animaux ou des objets. Psychologiquement Sur le plan psychologique la fausse identité est une transformation partielle du moi. C est aussi la négation de l identité personnelle, prise au sens littéral de similitude absolue, (je suis moi). Les êtres varient dans le temps et évoluent parfois. Nous ne sommes plus les enfants que nous avons été. Être sous une fausse identité, ce n est pas «je suis un autre», c est «j ai changé volontairement quelque chose en moi». 8 David HUME, A treatise of Human Nature. Londres 1739, édité chez LAUBIER en

17 Pour simplifier : Alors que j ai été Moi à un instant T avec une identité X. Je suis désormais Moi à un instant T+1 9 avec une identité Y. Pourtant, je suis toujours le (la) même. C est la fausse identité! On ajoutera d ailleurs que la fausse identité requiert un acte strictement intentionnel. Psychologiquement, on peut donc affirmer que la fausse identité est une transformation de l identité personnelle. L identité interpersonnelle «Je suis un autre» mène à une réflexion différente, qui n a rien à voir avec le concept de fausse identité. L acte n est plus volontaire. Ce sont les cas des personnes qui ne reconnaissent pas leur propre sexe et qui en changent : les transsexuels avant leur transformation. Que dire également des personnes qui souffrent de pathologies schizophréniques parce que leur personnalité est déstructurée et qu elles s imaginent être un (une) autre. Toutefois, on a beau s imaginer être quelqu un d autre, on n en reste pas moins soi. En un sens restreint, l identité personnelle concerne le «sentiment d identité» (idem, mêmeté), c est à dire le fait que l individu se perçoit le même, reste le même dans le temps, même s il évolue avec l âge. Mon identité, c est donc ce qui me rend semblable à moi même et différent des autres ; c est ce par quoi je me sens exister aussi bien en mes personnages (fonctions et rôle sociaux) qu en mes actes de personnes (signification, valeurs orientations). Mon identité, c est ce par quoi je me définis et me connais, ce par quoi je me sens accepté et reconnu comme tel par autrui. A partir du moment où je prends une fausse identité, c est pour requérir une reconnaissance ou un statut différent de celui que mon identité véritable m apporte. Il est donc nécessaire de conclure que nous nous fabriquons notre identité au fur et à mesure de notre vie. Pour se rapprocher de la définition d ARISTOTE, la fausse identité n est qu un accident de parcours dans cette construction. 9 La variation dans le temps va évidemment dans les deux sens. 16

18 Anthropologiquement C est l approche du concept de l identité en anthropologie qui nous amènera à mieux saisir le concept de fausse identité. L identité des individus est partout culturellement codée, notamment à l occasion des rituels jalonnant la vie et de ce qui marque l appartenance à certains groupes. Tout individu s inscrit au sein d une classe d êtres humains donnée, opposée à d autres. Par exemple les hommes et les femmes, les adultes et les enfants, les vieux et les jeunes, les aînés et les cadets, les bons et les méchants, les instruits et les ignorants, les honnêtes citoyens des malhonnêtes, les émigrés en situation régulière de ceux qui ne le sont pas, etc. C est évident, la fausse identité permet de donner l impression à la collectivité, qu une personne appartient à une classe spécifique de l espace social, bien que cela ne corresponde pas à la réalité. Quelle que soit la société dans laquelle on vit, l imposition du nom «propre» personnel 10 est une étape essentielle de l inscription d un individu comme singularité à l intérieur et à l extérieur de ces différentes classes d appartenance. C est la première étape de l identification. La question de l identité, vraie ou fausse, est inséparable de celle de l individualité, c est à dire de la différenciation par rapport aux autres. Pour identifier une ou plusieurs personnes à d autres, il faut bien les distinguer de tout ce qu elles ne sont pas ; et à l inverse, pour éviter d être identifié il faut échapper à ce qui se rapproche de sa propre identité véritable. Pour résumer, tous les individus ont besoin d être identifiés par rapport à d autres individus, pour construire leur propre identité. Simplifions le fait que la fausse identité est une anomalie volontaire de cette construction identitaire, anomalie destinée à empêcher l identification. 10 En France par exemple, on attribuera à un nouveau né un ou plusieurs prénoms qui seront rattachés au nom du père. En Espagne, on attribuera à un nouveau né un ou plusieurs prénoms qui seront rattachés au nom du père et au nom de la mère. 17

19 Mathématiquement Comme toujours en mathématique, il faut partir dans le sens inverse de ce vers quoi on souhaite aboutir. Ainsi, dans la logique de l identité, deux mathématiciens britanniques, RUSSEL et WHITEHEAD ont essayé de démontrer par l absurde que ce qui ne pouvait être substitué à autre chose était unique. S appuyant sur les travaux de LEIBNIZ 11, ils démontrent que le principe de la substitution dit salva veritae, ou loi de LEIBNIZ, peut être formulé de plusieurs façons qui reviennent toujours à la définition suivante : ( x = y) Df.( f )[ f ( x) f ( y) ] Autrement dit, x et y sont identiques s ils se correspondent dans toutes leurs propriétés. L identité constitue t-elle une égalité, et laquelle? En tous cas, l identité s évalue par la substitualité de signes, de concepts ou de propositions. Ainsi il est possible de déduire les lois de l identité : symétrie, réflexivité et transitivité. C est ce que l on appelle une «relation d équivalence». Les lois de l identité obéissent à une relation d équivalence, mais pas à une relation d égalité! Les lois de la fausse identité obéissent à des règles différentes. 11 Mathématicien, philosophe, théologien, linguiste, historien, géographe allemand qui a écrit en 1703 une série d ouvrages intitulés : Nouveaux essais sur l entendement humain. 18

20 La réflexivité : L antisymétrie : La transitivité : Je suis «Moi» ; même si je vis sous une fausse identité, je reste «Moi». Je me fais passer pour lui(elle), ce que lui(elle) ne fait pas. L autre n essaye pas systématiquement de se faire passer pour moi. Aux yeux des autres, je suis lui (elle). Bien qu étant en réalité moi-même, je joue le jeu. Sur le schéma précédent, on suppose que le carré à une fausse identité, alors que le rond et le triangle ont une identité véritable. Les lois de la fausse identité obéissent à une relation d ordre partiel 12. On peut donc décrire les lois qui régissent la relation de l identité et celle de la fausse identité. Si l on souhaite approfondir la question, une nouvelle problématique consistera à se demander à quels axiomes peut satisfaire la relation de l identification? C est le mathématicien américano-polonais Alfred TARSKI qui confirme en 1941 que la loi de LEIBNIZ est qualifiable en toute rigueur, d identité absolue (absolute identity). Selon lui, x=y si x a toutes les propriétés de y et y toutes les propriétés de x. 12 Si le carré le rond et le triangle étaient tout trois sous une fausse identité, on pourrait dire que la relation de la fausse identité est une relation d ordre total. 19

21 On retrouve une analyse légèrement différente avec ce que l on appelle en algèbre, les «identités remarquables». Il s agit cette fois de raisonner par comparaison. Pour qu une identité soit remarquable, il faut que les deux éléments étudiés puissent commuter l un avec l autre selon les lois suivantes : ( ) n n 1 n 1 p n p x+ y = + y y x C n x C n x n x n y n = ( ) n 1 n 2 n n 1 x y y... x x x y y Ce que l on qualifie d identité remarquable est donc une démonstration du concept d égalité de deux entités, capables de commuter entre eux et de donner un résultat identique. A ne pas confondre avec le concept d identité absolue au sens d unicité absolue. Il faut simplement retenir de ces deux démonstrations mathématiques que égalité (identité remarquable) est différent de identité (identité absolue). Ce qui est égal n est pas forcément identique. Cette idée est essentielle, principalement lorsque nous aborderons les principes de contrôle identitaire grâce à l outil biologique Un exemple scientifique simple : Les caractéristiques génétiques de deux jumeaux monozygotes sont parfaitement identiques. Sur le plan biologique leur identité est remarquable, ce qui veut dire que l électrophorèse réalisée sur un prélèvement d ADN de chacun des deux jumeaux donnera un résultat parfaitement identique. C est le concept d égalité mathématique transposé à la biologie. Mais les deux jumeaux ne sont pas les mêmes personnes. Chacun d eux à une identité propre. Pouvoir déterminer objectivement cette différenciation sans aucune erreur possible, c est mathématiquement le concept d identité absolue. 20

22 1.1. LA FAUSSE IDENTITÉ : FUITE DE LA RESPONSABILITÉ La responsabilité consiste dans l acte de répondre de ses actes ou de ses fautes. Une fausse identité permet à l évidence d éviter de répondre de sa propre responsabilité des actes que l on a commis. Que l on soit criminel averti, ou à la solde d un service secret, l utilisation d une fausse identité est, en général, destinée à éviter une identification qui permettrait la mise en cause d une organisation ou d un gouvernement. On trouvera ainsi quatre possibilités d éviter de supporter les conséquences de ses actes : Soit en rejetant sa propre responsabilité sur une personne virtuelle 14 Soit en rejetant sa propre responsabilité sur une personne physique. C est l usurpation d identité 15. Soit en échangeant sa responsabilité contre une autre : c est la substitution volontaire d identité 16. Soit en préméditant l extinction de sa propre responsabilité, en la rejetant sur un cadavre. C est le vol d identité 17. L utilisation première d une fausse identité, c est d éviter la culpabilité. Pour paraphraser une formule désormais célèbre 18, c est être : «Ni responsable, Ni coupable!». L apparition d une responsabilité implique d abord la constatation d un fait exigeant une réponse de droit. Mais elle implique également l existence d un sujet auquel l appel est adressé en raison de sa participation au fait. L avantage premier d utiliser une fausse identité est justement de protéger le sujet générateur de la faute, et d obliger la justice à abandonner ses poursuites. Ce fut par exemple, le pari de Klaus BARBIE qui s exila en Bolivie il y a 40 ans sous le nom 14 Cf les identités virtuelles, page Cf les usurpations d identité, page Cf les substitutions d identité, page Cf les vols d identité, page Georgina DUFOIX : Dans l affaire du sang contaminé, alors qu elle était Ministre des affaires sociales du Gouvernement FABIUS, elle avait déclaré devant les caméras de TF1 en 1991 qu elle se sentait «responsable mais pas coupable» du drame vécu par les familles des personnes transfusées par du sang contaminé par le virus HIV. 21

23 de Klaus ALTMANN. La justice internationale le retrouva en 1975, mais ne fut extradé qu en 1982 et jugé à Lyon en Toutefois, on distinguera deux cas spécifiques où la fausse identité n est pas destinée à éviter l endossement d une responsabilité : les affaires à caractère familial (mal d enfant), les mineurs sous fausses identité. Les affaires à caractère familial l analyse précise de l objectif est souvent de récupérer une responsabilité par le biais d une substitution d identité (l accouchement d une mère porteuse se déclarant X alors qu elle est Y) pour faire bénéficier à un tiers des pleins droits de maternité. Hormis les rares cas de mère porteuse strictement déclarés, ou l on procède par la suite à une adoption normale, c est le système de l état civil qui est floué 19 par une manœuvre clandestine de récupération d un enfant. On notera que même si l intention n est pas de créer un trouble à l ordre public, les conséquences pour l enfant devenu adulte peuvent devenir dramatiques (perte identitaire, défaut de succession, changement d avis de la part de la mère naturelle, etc.) Les mineurs sous fausse identité Par définition, un mineur n est pas responsable. Il arrive que des parents choisissent de donner un fausse identité à un enfant mineur pour lui permettre d obtenir un droit ou un avantage. C est le cas de Paule-Chanelle KIFOULA BANZOUZI 20, congolaise de naissance, renommée vers l âge de 6 ans Fanny MIENAMZAMBI (du nom de son oncle, 19 Les cas sont fréquents pour les droits de paternité, et n ont rien à voir avec des substitution d identité puisque la reconnaissance paternelle est déclarative ou s effectue par défaut. C est à dire que pour une femme mariée, le père de son enfant est automatiquement son mari, sauf déclaration contraire de la mère. 20 Le cas de Paul-Chanelle KIFOULA BANZOUZI sera développé page

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 2 Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 Informations et rappels Lorsqu une personne au moins est mise en cause pour un fait constaté de crime et délit non routier enregistré

Plus en détail

INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID

INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID Eskimon 29 octobre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 3 1 Introduction Figure 1.1 Solid Salut Solid! Il parait que tu exerces dans un domaine finalement peu connu,

Plus en détail

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES PAGE 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 3.00 ÉVALUATION DU RISQUE... 3 3.01 Demande d ouverture de crédit...

Plus en détail

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays!

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Guide du citoyen L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Sommaire p 4 p 5 p 8 p 12 p 16 p 20 p 24 p 28 Préambule Nos noms dans la République Les grands moments de l existence Acte de

Plus en détail

LABOUR NEWS - TRAVAIL

LABOUR NEWS - TRAVAIL LABOUR NEWS - TRAVAIL Qu est-ce qu un faux indépendant : quelle est la limite entre le statut de salarié et le statut d indépendant? Une personne physique peut très bien se trouver, d un point de vue administratif,

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 8 Le droit de la famille et les femmes immigrantes, réfugiées ou sans statut FR 008 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur

Plus en détail

I. L EMISSION DU CHEQUE :

I. L EMISSION DU CHEQUE : LE CHEQUE I. L EMISSION DU CHEQUE : En tant qu instrument de paiement, le chèque obéit à des règles précises régissant son émission. Caractéristiques du chèque : C est un instrument de paiement à vue,

Plus en détail

La planification successorale pour votre avenir La planification successorale pour votre avenir Les procurations Les directives en matière de soins de santé L administration des testaments et successions

Plus en détail

Adoptions. http://www.diplomatie.gouv.fr/mai/ind_oeuvr.html. Adresse postale : 244 boulevard Saint Germain 75303 Paris 07 Tel : 01 43 17 93 44

Adoptions. http://www.diplomatie.gouv.fr/mai/ind_oeuvr.html. Adresse postale : 244 boulevard Saint Germain 75303 Paris 07 Tel : 01 43 17 93 44 Adoptions. Association humanitaire Enfants Soleil L Association Enfants Soleil ne se charge pas des adoptions d enfants en provenance d Haïti. Nous n en avons ni la compétence, ni l agrément. De nombreuses

Plus en détail

PARENTS CÉLIBATAIRES Vos droits et obligations concernant la garde, le droit de visite et les prestations de soutien. La garde de l enfant

PARENTS CÉLIBATAIRES Vos droits et obligations concernant la garde, le droit de visite et les prestations de soutien. La garde de l enfant PARENTS CÉLIBATAIRES Vos droits et obligations concernant la garde, le droit de visite et les prestations de soutien La garde de l enfant La garde est le droit et la responsabilité de prendre soin d un

Plus en détail

Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque

Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque JUIN 2015 N 30 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque Ce mini-guide vous est offert par

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

Contester vos flashs de radar automatique : le mode d emploi

Contester vos flashs de radar automatique : le mode d emploi Contester vos flashs de radar automatique : le mode d emploi Vous venez de vous faire flasher par un radar automatique et vous souhaitez contester? SauverMonPermis vous fournit un guide précis pour mener

Plus en détail

L ouverture du mariage et de l adoption aux couples composés de personnes de même sexe n est pas un choix sans conséquences

L ouverture du mariage et de l adoption aux couples composés de personnes de même sexe n est pas un choix sans conséquences L ouverture du mariage et de l adoption aux couples composés de personnes de même sexe n est pas un choix sans conséquences En présentant son projet de loi «ouvrant, selon ses propres termes, le mariage

Plus en détail

2. Comment se déclenche un contrôle fiscal?

2. Comment se déclenche un contrôle fiscal? 2. Comment se déclenche un contrôle fiscal? Qui ne s est pas un jour posé la question de savoir à quel moment son entreprise fera l objet d un contrôle? Voilà une question à laquelle il est bien difficile

Plus en détail

Université Paris I Panthéon-Sorbonne Maison des Sciences économiques. Table-ronde DERPI- EHESE Vendredi 25 octobre 2013

Université Paris I Panthéon-Sorbonne Maison des Sciences économiques. Table-ronde DERPI- EHESE Vendredi 25 octobre 2013 Université Paris I Panthéon-Sorbonne Maison des Sciences économiques Table-ronde DERPI- EHESE Vendredi 25 octobre 2013 Les personnes morales étrangères, comme objet d'une sanction pénale française David

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Conciliateurs de Justice depuis un certain nombre d années, nous avons traité et acquis une expérience certaine concernant l ensemble des conflits du quotidien qui préoccupent nos concitoyens

Plus en détail

Principes de bonne pratique :

Principes de bonne pratique : Principes de bonne pratique : Recommandations en vue de la création de bases de données génétiques nationales Le présent document a été élaboré par le Groupe d experts d INTERPOL sur le suivi des techniques

Plus en détail

Licence Informatique décisionnelle et statistique (IDS)

Licence Informatique décisionnelle et statistique (IDS) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Informatique décisionnelle et statistique (IDS) Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le

Plus en détail

Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012. Professeure Dominique Thouvenin

Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012. Professeure Dominique Thouvenin Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012 Professeure Dominique Thouvenin Ecole des Hautes Etudes en santé Publique () Titulaire de la chaire «Droit

Plus en détail

INSTRUCTIONS A MES PROCHES

INSTRUCTIONS A MES PROCHES INSTRUCTIONS A MES PROCHES Pompes Funèbres Neuchâteloises PFNE.CH PRÉVOYANCE FUNÉRAIRE CHACUN DEVRAIT Y PENSER Pour qui? Notre prévoyance funéraire s adresse à tous ceux qui désirent répondre aux interrogations

Plus en détail

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL 1/ Le phénomène criminel est un fait inhérent au groupe social et à la nature humaine. Dans le temps, il remonte aux origines de l humanité, dans l espace aucun pays n y échappe.

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

La protection de vos données personnelles

La protection de vos données personnelles LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 15 La protection de vos données personnelles FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE novembre 2004 Qu est-ce que la loi Informatique et Libertés? La loi Informatique et Libertés

Plus en détail

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM 2012 - Tous droits réservés Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM En principe, on qualifie la responsabilité comme le fait d assumer la conséquence de ses

Plus en détail

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9 Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) 371.9 Un travail collectif : Renseignements aux parents d élèves ayant des besoins spéciaux ISBN 0-7711-3999-9 1. Éducation

Plus en détail

L acte de naissance permet au greffier de vérifier si les futurs partenaires sont majeurs ou non.

L acte de naissance permet au greffier de vérifier si les futurs partenaires sont majeurs ou non. 04/2012 Note d'information des missions diplomatiques et consulaires allemandes en France concernant la conclusion d un PACS (Pacte civil de solidarité) - note d information rédigée en concertation avec

Plus en détail

Chapitre préliminaire : Présentation générale du contrat

Chapitre préliminaire : Présentation générale du contrat 1 Année universitaire 2014-2015 «DROIT CIVIL : Les obligations» Droit des contrats Licence e 2 Semestre 4 Eva MOUIAL BASSILANA, Professeur Introduction générale au droit des contrats I. L HISTORIQUE DU

Plus en détail

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs.

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs. Je suis actuellement en cinquième année d études universitaires pour la préparation d un Master 2 en Fiscalité et Droit des Affaires au Groupe Ecole des Hautes Etudes Commerciales à X. Je désire poursuivre

Plus en détail

LA CARPA, UN LABEL DE QUALITE POUR LES FONDS MANIES PAR LES AVOCATS

LA CARPA, UN LABEL DE QUALITE POUR LES FONDS MANIES PAR LES AVOCATS LA CARPA, UN LABEL DE QUALITE POUR LES FONDS MANIES PAR LES AVOCATS REUNION AVEC LES BATONNIERS ETRANGERS Rentrée du barreau de Paris 4 décembre 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR LE BATONNIER ALAIN MARTER

Plus en détail

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER 1 LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER La profession d agent immobilier est réglementée par : la loi modifiée n 70-9 du 2 janvier 1970 modifiée par l ordonnance n 2004-634 du 1 er juillet 2004 réglementant

Plus en détail

DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012

DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012 DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012 Demandred 09 novembre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 2 Un marché de la rencontre efficace 7 2.1 L algorithme de Gale-Shapley :...........................

Plus en détail

CLAIMS RESOLUTION TRIBUNAL

CLAIMS RESOLUTION TRIBUNAL CLAIMS RESOLUTION TRIBUNAL [Seule la version originale en langue anglaise fait foi] dans le cadre du Holocaust Victim Assets Litigation Affaire numéro CV96-4849 Décision d attribution certifiée en faveur

Plus en détail

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit.

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. I - AVANT-PROPOS II - DÉFINITION DE L ÉPREUVE DU BACCALAURÉAT III - QU EST-CE QUE DÉMONTRER

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

LE CONTROLE DES RECETTES PUBLIQUES. Le rôle de l ISC à travers les différentes phases budgétaires

LE CONTROLE DES RECETTES PUBLIQUES. Le rôle de l ISC à travers les différentes phases budgétaires LE CONTROLE DES RECETTES PUBLIQUES Sous-thème II Le rôle de l ISC à travers les différentes phases budgétaires Document de discussion élaboré par le groupe de travail sous-thème II National Audit Office,

Plus en détail

Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière

Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière Guide pour les personnes âgées du Manitoba Selon des recherches canadiennes, près de 10 % des personnes âgées du Manitoba seront victimes d une

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE

POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE Référer à la : SECTION I PRÉAMBULE Préambule 1. La Politique d intégrité en recherche (ci-après appelée la «présente politique») découle de la Politique institutionnelle

Plus en détail

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE MJU-25 (2003) 6 25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Sofia (9-10 octobre 2003) - COOPERATION INTERNATIONALE DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME INTERNATIONAL ET MISE EN OEUVRE DES INSTRUMENTS

Plus en détail

Ce que tous les Canadiens âgés devraient savoir au sujet de la 8. fraude et de l escroquerie ISSD-043(8)-05-10

Ce que tous les Canadiens âgés devraient savoir au sujet de la 8. fraude et de l escroquerie ISSD-043(8)-05-10 Ce que tous les Canadiens âgés devraient savoir au sujet de la 8 fraude et de l escroquerie ISSD-043(8)-05-10 La fraude est le premier acte criminel en importance commis à l endroit des Canadiens âgés.

Plus en détail

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement INTRODUCTION : Le constat Le principe d une école destinée à former tous les magistrats

Plus en détail

Protection de la vie privée des membres du personnel à l égard des traitements de données à caractère personnel

Protection de la vie privée des membres du personnel à l égard des traitements de données à caractère personnel U N I V E R S I T É L I B R E D E B R U X E L L E S, U N I V E R S I T É D ' E U R O P E Protection de la vie privée des membres du personnel à l égard des traitements de données à caractère personnel

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la Justice

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la Justice République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la Justice Par : Monsieur Le Président de la Cour de Skikda HAMDANE Abdelkader 5 e Colloque International sur la Coopérative des juridictions

Plus en détail

Réponses aux questions des titulaires sur les Services en ligne et la réception des relevés

Réponses aux questions des titulaires sur les Services en ligne et la réception des relevés Réponses aux questions des titulaires sur les Services en ligne et la réception des relevés Pour en savoir plus à ce sujet, veuillez communiquer avec l administrateur de votre programme ou le Service à

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

Deux regards sur la société des individus

Deux regards sur la société des individus Deux regards sur la société des individus Véronique GUIENNE Dans leurs derniers ouvrages, Robert Castel et François Dubet s interrogent sur la recherche en sociologie et son utilité sociale et politique.

Plus en détail

Leçon 2. La formation du contrat

Leçon 2. La formation du contrat Objectifs : Connaître les différentes étapes de la formation du contrat de crédit à la consommation. Leçon 2 La formation du contrat Afin de responsabiliser l emprunteur la loi a voulu apporter à ce dernier

Plus en détail

Procédures d admission par équivalence

Procédures d admission par équivalence Procédures d admission par équivalence Conformément à ses règlements et aux exigences prescrites par le Code des professions du Québec, l Ordre des conseillers et conseillères d orientation du Québec (OCCOQ)

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

LE GUIDE DES E-CONSOMMATEURS

LE GUIDE DES E-CONSOMMATEURS ? Vous achetez en ligne Alors suivez notre guide! EDITION 2012 LE GUIDE DES E-CONSOMMATEURS VOUS SAUREZ TOUT SUR L'ACHAT EN LIGNE! AVEC NOTRE GUIDE DU CYBER SHOPPING! UN GUIDE DE LA «2 Éditorial Partant

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

économie Sanctions personnelles et sanctions pécuniaires prises à l encontre de dirigeants lors d une procédure collective (1997-2008)

économie Sanctions personnelles et sanctions pécuniaires prises à l encontre de dirigeants lors d une procédure collective (1997-2008) Claudine ALEXANDRE-CASELLI Rédacteur en chef de La Lettre de l Observatoire consulaire des entreprises en difficultés (OCED) Direction générale adjointe chargée des études, de la prospective et de l innovation

Plus en détail

«Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit des termes est le plus grand.»

«Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit des termes est le plus grand.» Recherche d un problème ouvert en classe de seconde Le produit maximum Stéphane Millet Lycée d Andrézieu-Bouthéon «Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit

Plus en détail

Présenté par le Réseau FADOQ devant la Commission de l aménagement du territoire

Présenté par le Réseau FADOQ devant la Commission de l aménagement du territoire Projet de loi 22 concernant la pénalité en cas de résiliation de bail: Une avancée législative, mais un timide impact dans le quotidien des aînés et de leur famille Présenté par le Réseau FADOQ devant

Plus en détail

LES BRANCHES DU DROIT

LES BRANCHES DU DROIT Ressources pour les enseignants et les formateurs en français juridique Fiche notion avec activités Crédit : Michel SOIGNET LES BRANCHES DU DROIT A. DROIT OBJECTIF ET DROITS SUBJECTIFS On distingue : 1.

Plus en détail

Typologies sur la fraude fiscale

Typologies sur la fraude fiscale Typologies sur la fraude fiscale Les transactions suspectes et les anomalies dans le fonctionnement des comptes peuvent révéler des infractions sous-jacentes relevant tant de la fraude fiscale que d autres

Plus en détail

La pratique des décisions dans les affaires

La pratique des décisions dans les affaires Association Française Edwards Deming Une philosophie de l action pour le XXIème siècle Conférence annuelle, Paris, 8 juin 1999 Jean-Marie Gogue, Président de l AFED La pratique des décisions dans les affaires

Plus en détail

B. Le rapprochement bancaire

B. Le rapprochement bancaire D autres signataires peuvent éventuellement être désignés mais il n est pas prudent de multiplier inconsidérément le nombre de personnes habilitées à effectuer des règlements sur le compte du comité d

Plus en détail

GUIDE DE GESTION BANCAIRE

GUIDE DE GESTION BANCAIRE GUIDE DE GESTION BANCAIRE À DESTINATION DES JEUNES PRIS EN CHARGE PAR LES SERVICES DE L AIDE SOCIALE À L ENFANCE ET AUX FAMILLES Pour vos premiers pas dans la gestion de vos biens R1400020-2 4 novembre

Plus en détail

PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES

PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES La réforme européenne sur les prélèvements (Règlement SEPA, pour Single Euro Payments Area) entre en vigueur dans quelques mois (1er août 2014). Ce nouveau système de

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

La filiation. Vous êtes confrontés à des questions relatives à votre filiation ou à celle de votre enfant

La filiation. Vous êtes confrontés à des questions relatives à votre filiation ou à celle de votre enfant La filiation Vous êtes confrontés à des questions relatives à votre filiation ou à celle de votre enfant CONTENU La filiation en droit belge...3 La filiation par l effet de la loi...4 La filiation maternelle...4

Plus en détail

Chapitre 1 : Notions. Partie 9 - Rente viagère. Qu est-ce q u u n e «r e n t e v i a g è r e»?

Chapitre 1 : Notions. Partie 9 - Rente viagère. Qu est-ce q u u n e «r e n t e v i a g è r e»? Chapitre 1 : Notions Qu est-ce q u u n e «r e n t e v i a g è r e»? Principe. Une rente viagère, c est en fait une dette à vie d une personne envers une autre, que l on connaît surtout dans le cadre de

Plus en détail

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES ANNÉE 2010-2011 TABLE DES MATIÈRES Page I. PRÉAMBULE 3 II. ANALYSE DE LA SITUATION 3 III. LES OBJECTIFS QUANTITATIFS 5 IV. LES MESURES ENVISAGÉES

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE A.Idrissi REGRAGUI TAZA Maroc PLAN : I. L INSERTION SOCIALE I.1. INSERTION PROFESSIONNELLE I.1.1. LE BRAILLE CLE DU SAVOIR I.1.2. LA COMPENSATION DU HANDICAP ET LA

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES. adoptée par

RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES. adoptée par RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES adoptée par l Assemblée de l Union de Paris pour la protection de la propriété industrielle et l Assemblée générale de l Organisation Mondiale

Plus en détail

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012 Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Je voudrais tout d abord

Plus en détail

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut Monsieur le Président, Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge Monsieur l Ambassadeur, Autorités, Chers Collègues, Je suis heureux de Vous rencontrer encore une fois après

Plus en détail

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES SERVICE DES RETRAITES DE l ETAT - 0810 10 33 35 - www.pensions.bercy.gouv.fr - Edition du 1 er mai 2013 En application de l article L. 40 du code des

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier)

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) PARTIE I DEMANDE EN RÉPONSE À L AVIS DE POSSIBILITÉ D ENTENTE À TERME FIXE SUIVANT

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement DÉCEMBRE 2013 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Maîtriser son endettement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour toute

Plus en détail

Déclaration de Wolfsberg sur la surveillance, le filtrage et la recherche

Déclaration de Wolfsberg sur la surveillance, le filtrage et la recherche Déclaration de Wolfsberg sur la surveillance, le filtrage et la recherche 1 Préambule Le groupe de Wolfsberg d établissements financiers («groupe de Wolfsberg») 1 a déjà rédigé les déclarations suivantes

Plus en détail

Instruction administrative du 18 mai 2001 (006) portant réglementation de l activité des messageries financières (Banque centrale du Congo)

Instruction administrative du 18 mai 2001 (006) portant réglementation de l activité des messageries financières (Banque centrale du Congo) Instruction administrative du 18 mai 2001 (006) portant réglementation de l activité des messageries financières (Banque centrale du Congo) Chap. I. Dispositions générales Art. 1 : Les messageries financières

Plus en détail

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER QUE DOIS-JE FAIRE? Que dois-je faire? Que dois-je savoir avant de prendre ma décision? Quelles sont les démarches légales et de régularisation?

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation Procédure d habilitation Version 1.1 Page 1/12 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.0 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

ANNALES. OFFICIELLES 2011 concours. ecricome. prepa ÉPREUVE ÉCRITE ÉPREUVE COMMUNE. z Langue vivante 1 / Chinois. www.ecricome.org

ANNALES. OFFICIELLES 2011 concours. ecricome. prepa ÉPREUVE ÉCRITE ÉPREUVE COMMUNE. z Langue vivante 1 / Chinois. www.ecricome.org ANNALES OFFICIELLES 2011 concours ÉPREUVE ÉCRITE ÉPREUVE COMMUNE z Langue vivante 1 / Chinois www..org Esprit général Les épreuves de langues ont pour but de : - vérifier l existence des bases grammaticales

Plus en détail

Code de déontologie des publications du groupe L'Express de Madagascar (adopté par L Express de Madagascar, AoRaha et L Hebdo de Madagascar)

Code de déontologie des publications du groupe L'Express de Madagascar (adopté par L Express de Madagascar, AoRaha et L Hebdo de Madagascar) Code de déontologie des publications du groupe L'Express de Madagascar (adopté par L Express de Madagascar, AoRaha et L Hebdo de Madagascar) Préambule Une presse équitable, libre et indépendante est l

Plus en détail

Fonds de roulement et garanties

Fonds de roulement et garanties Livre blanc Fonds de roulement et garanties Lorsque vous faites affaire à l extérieur du Canada, vos clients étrangers peuvent exiger divers types de garanties avant de conclure un contrat pour la fourniture

Plus en détail

Explication de texte.

Explication de texte. Charlène Lozano TS1 «La science, dans son besoin d'achèvement comme dans son principe, s'oppose absolument à l'opinion. S'il lui arrive, sur un point particulier, de légitimer l'opinion, c'est pour d'autres

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc. Votre nom

Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc. Votre nom Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc. Votre nom Le nom d une personne représente son identité, son sexe et ses liens familiaux. Un nom eut parfois devenir un problème majeur,

Plus en détail

Le casier judiciaire : source et méthodes

Le casier judiciaire : source et méthodes Le casier judiciaire : source et méthodes Fiche descriptive Organisme Type d'opération Objectif et thèmes Champ Hors champ Unité de compte de base Unité de compte Périodicité de l opération Historicité

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

La Lettre de l'etat en V@ucluse

La Lettre de l'etat en V@ucluse La Lettre de l'etat en V@ucluse L éditorial De Yannick BLANC Directeur de la publication Yannick BLANC Préfet de Vaucluse Conception et réalisation Rédaction Service Départemental de Communication Interministérielle

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

M 412 SYSTÈME JURIDIQUE ET JUDICIAIRE DUT GEA ANNÉE SPÉCIALE

M 412 SYSTÈME JURIDIQUE ET JUDICIAIRE DUT GEA ANNÉE SPÉCIALE M 412 SYSTÈME JURIDIQUE ET JUDICIAIRE DUT GEA ANNÉE SPÉCIALE Jean-François Paulin Maître de conférences en droit privé www.jfpaulin.com / jeanfrancoispaulin@gmail.com Qu est-ce que le Droit? Le Droit est

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

QUE SAVEZ-VOUS SUR LES ASSOCIATIONS?

QUE SAVEZ-VOUS SUR LES ASSOCIATIONS? QUE SAVEZ-VOUS SUR LES ASSOCIATIONS? Ces questions concernent toutes les associations loi de 1901. Concernant les associations sportives, des exigences particulières peuvent être demandées par vos fédérations

Plus en détail

Suppression de l autorisation de sortie de territoire pour les mineurs

Suppression de l autorisation de sortie de territoire pour les mineurs Suppression de l autorisation de sortie de territoire pour les mineurs Mise à jour le 27/03/2013 C e document qui permettait à un enfant de circuler dans certains pays sans être accompagné de ses parents

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail