Les charmes de la fiscalité belge (1) Jacques MALHERBE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les charmes de la fiscalité belge (1) Jacques MALHERBE"

Transcription

1 18 Les charmes de la fiscalité belge (1) Jean-Pierre CASIMIR Professeur à l Université de Bourgogne Directeur du Centre de Recherches fiscales Responsable du DESS de Droit fiscal En France, la fiscalité belge est à la mode. Comment ne pas rêver à un pays où l impôt sur la fortune et la taxation des plus-values n existent pas et où les prélèvements sur les dividendes restent faibles? Mais, si la fiscalité belge attire par certains de ses aspects, il est moins sûr que l on sache en faire la synthèse. État fédéral, la 1. Cet article fait suite à une conférence organisée par le Centre de fiscalité européenne de la Chambre régionale de commerce et d industrie de Bourgogne. 2. La Belgique ne connaît que des cotisations sociales assises sur les revenus professionnels. La sécurité sociale des salariés comporte une cotisation patronale (34,82 %) et une cotisation à charge du salarié (13,07 %), toutes deux élevées. La sécurité sociale des indépendants ne comporte qu'une cotisation unique, à charge bien entendu de l'indépendant, plus basse (14,52 % ou 10,24 %) et plafonnée puisqu'elle n'est plus due au-delà d'un certain revenu ( francs français). Les cotisations de sécurité sociale sont des charges déductibles pour le calcul de l'impôt. Jacques MALHERBE Professeur à l Université Catholique de Louvain Professeur invité à l Université de Bourgogne Avocat (Stibbe Simont Monahan Duhot) Belgique multiplie les sources possibles de législation et les complique en raison d une absence de langue commune. Jusqu'à présent la fiscalité est restée essentiellement nationale, le produit des impôts étant partagé entre le pouvoir fédéral, les communautés et les régions selon des clés liées notamment à la population, au territoire et au produit de l'impôt. Certains impôts sont toutefois devenus régionaux, notamment les droits de succession et la contribution foncière sur les immeubles (appelée en Belgique précompte immobilier). Pour ces deux impôts, l'état fédéral fixe l'assiette mais les régions peuvent en modifier le taux et prévoir des exonérations, ce qu elles ne se privent pas de faire. La fiscalité belge n échappe pas à la distinction classique entre la fiscalité des particuliers et celle des entreprises, notamment des sociétés. On retiendra cette distinction en insistant uniquement sur les points qu il est essentiel de connaître si l on veut effectuer une comparaison objective entre la fiscalité belge et la fiscalité française. LA DES PARTICULIERS L impôt sur le revenu Le poids de l impôt sur le revenu belge n a rien à envier à l impôt français, si l on fait abstraction de la contribution sociale généralisée (2). Les taux progressifs belges sont en effet plus élevés que les taux français. Différence notable avec le système français, les revenus professionnels de chaque époux sont imposés distinctement. Autre originalité, d ailleurs pénalisante, les revenus immobiliers sont ajoutés aux revenus de l époux qui a le revenu professionnel le plus élevé. Pour compenser l absence de foyer fiscal, il existe des réductions pour charges de famille et une modeste atténuation de la progressivité en faveur du conjoint qui ne travaille pas ou qui aide l autre. Mais ces systèmes sont moins avantageux que le quotient familial français, même si celui-ci a perdu beaucoup de ses attraits ces dernières années. Résumé de l'article La fiscalité belge attire les Français. Ses charmes sont en effet indéniables, mais dans certaines hypothèses bien précises. Pour les particuliers, pas d impôt sur la fortune ou sur les plus-values, un prélèvement libératoire de 15 ou 25 % sur les intérêts ou dividendes. Pour les cadres expatriés, un régime de faveur. Pour les sociétés, une exonération mère-filiale et pas d I.S. applicable aux plus-values sur actions.

2 Une analyse plus fine montre cependant que, si la fiscalité belge n est pas très attirante pour les revenus immobiliers (3) et professionnels, il n en va pas de même pour les revenus mobiliers et les plusvalues. Ces deux aspects favorables du régime fiscal belge attirent une forte immigration de résidents néerlandais et français. Quant aux cadres expatriés, un régime extrêmement favorable leur est attribué. Le régime des cadres expatriés L'administration assimile à des non-résidents certains cadres étrangers détachés en Belgique par un groupe ou recrutés à l'étranger pour travailler temporairement dans le pays, dès lors qu'ils conservent à l'étranger des éléments de rattachement prouvant le caractère temporaire de leur séjour en Belgique (habitation, biens, assurances) et qu ils sont en mesure d apporter la preuve qu ils peuvent être transférés à nouveau, grâce à un certificat délivré par leur employeur. Étant considérés comme des non-résidents, ces contribuables ne sont donc pas taxés sur leurs revenus immobiliers et mobiliers étrangers. De plus, ils ne sont imposés que sur la rémunération de leurs activités en Belgique, à l'exclusion des activités exercées à l'étranger. Par ailleurs, les cadres expatriés peuvent bénéficier sans impôt du remboursement d'une série de dépenses qui sont considérées comme des dépenses propres à l'employeur, ce qui ne serait jamais accepté pour un cadre belge. Cette faveur concerne le complément de salaire versé au titre de tax equalization, c'est-à-dire de 3. Les revenus immobiliers bénéficient d'une taxation assez favorable, surtout si l'immeuble est donné en location à une personne privée. Le revenu à déclarer est alors un revenu cadastral (fixé périodiquement et pour la dernière fois en 1980) indexé et majoré de 40 %. Ce montant est en général inférieur au loyer perçu. Lorsque l'immeuble est donné en location à une société ou à un professionnel, le propriétaire est taxé sur le loyer diminué de 40 % pour charges forfaitaires. Toutefois, une seconde taxation frappe les revenus immobiliers : le précompte immobilier, sorte de contribution foncière partagée entre les régions, les provinces et les communes, dont le taux peut atteindre 40 ou 50 % du revenu cadastral. 4. Il s agira en l espèce de SICAV de distribution, qui distribuent leurs revenus, et non de SICAV de capitalisation qui les capitalisent et rachètent leurs propres parts. l égalisation de l'impôt belge à l'impôt du pays étranger d'origine. Elle s applique également aux frais d'enseignement dans des écoles étrangères (lycée français, écoles anglaises, japonaises, ), à un voyage annuel dans le pays étranger et au complément couvrant la différence des frais de logement et de coût de la vie entre la Belgique et le pays d'origine. Ces dépenses peuvent être évaluées forfaitairement. Le maximum est de francs belges pour des cadres de sociétés de production et de francs belges pour des cadres de bureaux de contrôle et de coordination ou de centres de recherche. Les frais scolaires ne sont quant à eux pas limités. Étant considérés comme des non-résidents, les cadres expatriés ne peuvent se prévaloir des traités signés par la Belgique. Ceux-ci n'en ont toutefois pas besoin puisque, dans leur pays d'origine, ils ne seront pas davantage considérés comme des résidents et échapperont donc à toute taxation sur les revenus immobiliers, mobiliers et professionnels de source étrangère. La taxation réduite des revenus mobiliers Les intérêts et les dividendes ne sont pas globalisés avec les autres revenus du contribuable. S'ils sont perçus en Belgique, ces revenus sont soumis à une retenue à la source qui porte le nom de précompte mobilier, que l on ne doit pas confondre avec le précompte mobilier français. Leur taxation est donc proportionnelle. Ce précompte mobilier est fixé à 15 % sur les intérêts, ce qui correspond au prélèvement libératoire français, mais sans les contributions sociales de 10 %. Un taux de 25 % est retenu pour les dividendes. Ce dernier taux est ramené à 15 % pour les dividendes d actions émises par appel public à l épargne, pour les dividendes d actions nominatives ou déposées en banque, représentant des apports en numéraire (et donc pas des apports en nature) et enfin pour les dividendes distribués par des sociétés d'investissement, essentiellement des sociétés d'investissement à capital variable (4). En ce qui concerne les dividendes, on constatera que ce système est généralement plus avantageux que le système français, sauf pour les titulaires de faibles revenus et sous réserve des régimes spécifiques tels que le plan d épargne en action. On notera qu assez curieusement les distributions de liquidation, postérieures à la dissolution d une société, ne sont soumises à aucune retenue à la source et à aucun impôt. Du point de vue de la société qui les paye, les intérêts sont bien entendu déductibles et les dividendes ne le sont pas. Une règle de sous-capitalisation assimile dans certains cas les intérêts à des dividendes lorsqu'une personne physique a consenti à une société dont elle est actionnaire ou administrateur des avances qui sont soit rémunérées par un taux d'intérêt excessif par rapport au taux du marché, soit supérieures aux fonds propres de la société, c'est-à-dire à ses réserves taxées (au début de l'exercice) et à son capital libéré (à la fin de l'exercice). Cette comparaison des fonds propres et des fonds empruntés à des actionnaires ou administrateurs se fait globalement pour tous les prêts de ce type. On remarquera que ce système 19

3 20 donne des résultats finalement assez proches de l application de la règle française de la non-déduction des intérêts de comptes courants au-delà du taux admis. Pour en terminer, on signalera que les résidents belges bénéficient de ce qui est communément appelé le cadeau français. La convention franco-belge alloue en effet aux Belges un remboursement d'avoir fiscal français lorsqu'ils perçoivent des dividendes de source française, sous déduction d'une retenue à la source de 15 % sur le total du dividende et de l'avoir fiscal. La Belgique ne connaissant pas l avoir fiscal, le résident belge, à dividende égal, perçoit plus lorsque son dividende est français que lorsque son dividende est belge. Dividende brut français : 100 Crédit d impôt français : - avoir fiscal : 50 - retenue à la source : 15 % sur = (22,5) Dividende net effectivement reçu : 127,5 Impôt belge : 127,5 x 25 % = 31,875 Additionnels : 31,875 x 9 % = 2,87 Bien entendu, d une manière générale, lorsque l'intérêt ou le dividende étranger perçu a été soumis à une retenue à la source à l'étranger, l'impôt belge est perçu sur le montant net de retenue à la source étrangère. L exonération des plus-values En principe les plus-values qui résultent de la gestion normale du patrimoine privé, qu il s agisse d un patrimoine mobilier ou immobilier, ne sont pas imposables en Belgique. En revanche, les plus-values qui sont issues d'opérations allant au-delà Abstract 34,745 Dividende après impôt perçu en Belgique 92,75 Belgian taxation is attractive to Frenchmen. For individuals, no wealth tax, no tax on capital gains, a final withholding of 15 or 25 % on interest or dividends. For expatriate executives, a special treatment. For companies, a 95 % dividend exemption and no tax on capital gains on shares. d'une simple gestion familiale, donc purement spéculatives, sont imposables, au taux proportionnel de 33 %. Les plus-values réalisées en bourse ainsi que les plus-values réalisées dans des conditions normales sur les cessions d'actions d'une société belge ou étrangère, par exemple française, ne sont donc pas imposées. De même, les plus-values réalisées sur des SICAV de capitalisation lors du rachat des parts ne sont pas imposables. Elles ne subissent qu'une taxe sur les opérations de bourse si l'opération intervient en Belgique. L imposition des plus-values sur actions en Belgique Entreprise et personne physique : pas imposable Opérations et spéculations : revenus divers : 33 % Vente de participation > 25 % dans société belge à société étrangère : revenus divers : 16,5 % SICAV de capitalisation : pas imposable Sont en revanche imposables au taux de 16,5 % les plus-values réalisées sur des actions de sociétés belges dont le contribuable détient, le cas échéant avec sa famille, plus de 25 % des titres et qu'il vend à une société étrangère. Il suffit donc que l'acheteur, société étrangère, constitue une société belge pour acheter des titres. La taxation sera ainsi évitée. Le taux de 16,5 % s applique également aux plus-values réalisées sur la cession d un immeuble bâti si la cession intervient dans les cinq ans de l acquisition, sauf s il s agit de la cession de la résidence principale. On notera que le droit d enregistrement sur les ventes d immeubles est élevé puisqu il atteint à 12,5 %. Pour en terminer, une plus-value sur actions peut-elle être imposée à l'étranger? Généralement pas, puisque les conventions signées par la Belgique, notamment la convention franco-belge, réservent l'imposition des plus-values sur actions au pays de la résidence, à savoir la Belgique qui ne les impose pas. Les impôts sur le patrimoine La Belgique ne connaît pas d impôt sur la fortune. Les droits de succession quant à eux ne sont pas uniformes dans la mesure où il s agit d un impôt régional. Les donations subissent le même taux que les droits de succession, mais la pratique du don manuel est largement répandue et mérite un développement particulier. Les droits de succession Les droits de succession étant un impôt régional, les trois régions ont acquis la possibilité d'en fixer le taux et se sont empressées de se livrer à une course vers le bas (race to the bottom) visant surtout la transmission d'entreprises. Les trois régions ont en effet abaissé successivement le taux à 3 % puis, en ce qui concerne la Flandre, à 0 % pour la transmission d'entreprises et d'actions de sociétés, à des conditions plus larges en Flandre (possibilité de transmission d'une holding) qu en Wallonie et à Bruxelles (Petites et Moyennes Entreprises). La Flandre exige toutefois en plus une condition d emploi. Pour en revenir au régime général, les taux relatifs aux transmissions en ligne directe sont, en Wallonie et à Bruxelles, de 30 % au-delà de francs belges (5). La Flandre utilise un taux de 27 % au-delà de francs belges (6).On notera qu en Flandre, la progressivité s'applique séparément aux actifs mobiliers et immobiliers. Avant de déterminer l'actif successoral, il importe d'appliquer les clauses du régime matrimonial. Si les époux sont mariés par exemple sous le régime de la communauté de biens, seule la moitié appartenant au défunt subit les droits de succession. En l absence de dispositions contraires, le conjoint survivant recueille un usufruit sur toute la succession. Sa réserve est de 50 % en usufruit. La réserve des enfants est la même qu en France. La Belgique n a conclu que très peu de conventions internationales concernant les droits de succession (France et Suède). Il en résulte, à l'égard d'autres pays, un risque de double imposition des successions. En effet, la Belgique ne permet l'imputation du droit de succession étranger sur les droits de succession belge que pour les immeubles situés à l'étranger. Les règles spécifiques aux donations Les donations doivent en principe être faites par acte authentique, sous peine de nullité (qui ne peut être invoquée que FB = FF FB = FF

4 par les héritiers et non par le fisc). Il est perçu sur cet acte un droit de donation, au même taux progressif que les droits de succession. Les droits d'enregistrement sur les donations d'entreprises ont également été abaissés à 3 %. Rien n'oblige bien entendu à faire une donation enregistrée dans ce cas puisqu'un don manuel est possible, portant sur les titres au porteur d'une société et non soumis aux droits de succession. On notera que la progressivité recommence à se calculer à partir du point de départ tous les trois ans. Par ailleurs, les donations faites dans les trois années précédant le décès sont soumises aux droits de succession avec imputation du droit d'enregistrement éventuellement perçu sur la donation. 7. Actuellement, si de nouveaux titres au porteur sont créés ou si des titres sont retirés d'un compte bancaire, un droit de 2 est dû dans le but manifeste de défavoriser les titres au porteur. 8. La donation par virement n est pas une donation manuelle mais une donation indirecte, qui se réalise au travers d'un support apparent neutre. Celle-ci est possible lorsqu'elle porte sur des titres dématérialisés ou encore lorsque la fongibilité des titres est organisée par convention avec le banquier. Elle n'est pas possible s'il s'agit de titres au porteurs déposés chez un banquier avec obligation de restitution des titres mêmes qui ont été déposés. Certains considèrent que le virement est un écrit. Par voie de conséquence, si cet écrit était présenté à la formalité de l'enregistrement, un droit proportionnel serait alors dû. Cette solution semble inexacte mais il vaut mieux ne pas courir le risque. En ce qui concerne les titres nominatifs, l'inscription sur le registre du transfert constitue selon les uns une donation indirecte, selon les autres une donation irrégulière et nulle parce que l'inscription ne fait que rendre opposable aux tiers un transfert antérieur qui, par hypothèse, aurait dû avoir lieu par écrit s'il s'agissait d'une donation. Rappelons toutefois que la nullité, après le décès, ne peut être invoquée que par les héritiers et non par le fisc à = 28 % soit 28,84 % avec la contribution complémentaire à = 36 % soit 37,08 % avec la contribution complémentaire à = 41 % soit 42,23 % avec la contribution complémentaire. Les mêmes taux s appliquent à la succursale belge d une société étrangère. 10. En cas de succursale, il suffira d'un directeur alors que la filiale nécessitera deux ou trois administrateurs (société anonyme) ou un gérant (société privée à responsabilité limitée). De plus, si l'implantation constitue une PME, le responsable de la gestion journalière devra fournir la preuve de qualification professionnelle selon une procédure assez lourde. Le don manuel échappe traditionnellement à la règle de l'écrit obligatoire. Celui-ci peut porter sur des titres au porteur (7) ou de l'argent mais il exige un véritable transfert manuel, alors que le droit français, lui, admet la donation par virement. On ne peut donc la réaliser sur des titres nominatifs (8). Il est cependant important de donner date certaine à un don manuel pour éviter l'application de la règle des trois ans en cas de décès ultérieur. Cette date certaine peut être obtenue de diverses façons. Le donateur peut présenter un écrit à l'enregistrement. S il est seul à le présenter, le droit fixe est dû. En revanche, si cet écrit était présenté par les deux parties ou par le donataire, les droits de donation seraient exigés. La date certaine peut également être obtenue grâce à une lettre recommandée par laquelle le donateur convoque le donataire dans une banque ou grâce à des bordereaux bancaires attestant le retrait du compte du donateur et le dépôt par le donataire sur son propre compte. Mais l'utilité de l'écrit est aussi de constater le cas échéant les modalités du don manuel, par exemple une réserve d'usufruit ou une charge de rente viagère en faveur du donateur. C est pourquoi les parties préfèrent parfois une donation authentique devant un notaire étranger, par exemple aux Pays-Bas. Cette donation aura date certaine, pourra constater les modalités et ne sera pas soumise au droit d'enregistrement belge. LA DES SOCIÉTÉS Les caractéristiques générales de l impôt sur les sociétés Contrairement aux règles que l on connaît en France, la transparence fiscale n existe pas en Belgique. Toutes les sociétés belges, qu elles soient ou non à responsabilité limitée, sont imposées à l impôt des sociétés, au taux de 39 % augmenté actuellement de 3 % de contribution complémentaire de crise, soit un total de 40,17 %. Cependant, des taux réduits sont applicables, à certaines conditions, pour les revenus inférieurs à de francs belges (9). Par rapport au régime fiscal français, plusieurs caractéristiques méritent d être signalées. En premier lieu, les plus-values sur actions ne sont pas imposables. Les plusvalues sur immobilisations corporelles et incorporelles bénéficient d un report de taxation lorsque celles-ci sont détenues depuis plus de cinq ans et qu elles sont suivies d un réinvestissement en immobilisation amortissable : la plus-value est alors imposée au rythme des amortissements du bien acquis en remploi. Ce régime est le même que celui qui consiste à maintenir l'amortissement sur la valeur du bien ancien. Mise à part cette faculté, aucun taux réduit n'est applicable aux plus-values des sociétés. Les différences de traitement entre filiale et succursale L investisseur étranger se pose évidemment toujours la question classique de savoir s il doit réaliser son implantation industrielle ou commerciale sous la forme d une filiale ou d une succursale. En Belgique, la différence essentielle entre la filiale et la succursale réside dans le fait qu'une succursale ne peut payer à son siège central d'intérêts sur les fonds constituant la dotation mise à sa disposition par le siège principal. En revanche, une filiale peut être financée par des prêts de sa société-mère étrangère et lui payer des intérêts. Elle réduit ainsi son bénéfice imposable en Belgique. En principe, également, lors des rapatriements de bénéfices, une filiale devrait calculer une retenue à la source sur les dividendes alors qu'une succursale transfère ses profits sans autre formalité. Toutefois, dès que la société-mère est établie dans l'union européenne, donc par exemple en France et détient plus de 25 % des titres de sa filiale belge, la retenue à la source est supprimée, conformément à la directive européenne mère-filiale. En définitive, l'argument essentiel en faveur du choix de la filiale résulte dans la limitation de responsabilité, qui évite d'impliquer la société-mère en cas de difficulté grave de la filiale (10). La détermination des revenus et charges d'une filiale est également moins susceptible de contestation que la détermination du revenu d'un établissement stable. Dans les deux cas, toutefois, les avantages anormaux ou bénévoles qui seraient consentis à une entreprise étrangère seraient ajoutés aux bénéfices de l'entreprise belge, la loi belge contenant à cet égard une disposition semblable à celle de l article 57 du Code général des impôts français. 21

5 22 Les déficits fiscaux, quant à eux, sont reportables indéfiniment mais ne peuvent être reportés en arrière comme en France. Le report déficitaire disparaît en cas de changement de contrôle de la société, sauf si ce changement de contrôle est justifié par des besoins légitimes de caractère financier ou économique (par exemple une reprise d'entreprise en difficulté). On notera également que la Belgique ne connaît aucun régime d'intégration ou de consolidation fiscale. Les charmes de la holding belge Le régime fiscal des sociétés belges qui perçoivent des dividendes ou des plusvalues sur actions est extrêmement favorable et soutient la comparaison avec le régime des holdings luxembourgeoises (SOPARFI) et néerlandaises. Il est vrai que l on redoute parfois la remise en cause de ce régime, mais aucun signe de modification n'a été donné jusqu ici. L exonération de la quasi-totalité des dividendes 95 % du montant net du dividende reçu de sociétés belges ou étrangères sont déduits du bénéfice taxable à l'impôt des sociétés au titre de revenus définitivement taxés. L'inclusion de 5 % dans le bénéfice taxable est censée correspondre aux charges déductibles relatives à la participation. Cette règle rappelle celle du régime français des sociétés mères et filiales. La déduction est permise sans condition de permanence, c'est-à-dire de détention pendant tout l'exercice fiscal. Elle est subordonnée à la détention de 5 % du capital ou d'une participation de de francs belges. L exonération des plus-values sur titres de participation Les plus-values réalisées sur les cessions d actions sont exonérées dans la mesure où il s'agit d'actions dont les dividendes auraient également été exonérés. Les moins-values ainsi que les réductions de valeur ne sont pas déductibles. Toutefois, si une filiale est liquidée, la moins-value sur actions de cette filiale sera déductible à concurrence du capital réellement libéré de cette filiale. Les centres de coordination, de distribution et de services Le législateur belge a mis en place différents régimes destinés à attirer en Belgique les quartiers généraux ou certaines fonctions de groupes multinationaux : les centres de coordination, de distribution et de services ont connu un succès remarquable, surtout en ce qui concerne les centres de coordination. Toutefois, le groupe du code de conduite mis en place par le Conseil Européen a considéré que ce régime constituait une mesure présentant des caractéristiques dommageables de nature à instaurer une concurrence fiscale déloyale au sein de l Union européenne. Le même sort a été réservé aux quartiers généraux et centres de logistique français nés pour permettre à Paris de concurrencer Bruxelles (11). * * * Cette condamnation commune constitue une preuve supplémentaire de l attention que les Français portent à l évolution de la fiscalité de leurs voisins et amis les plus proches, quitte à parfois succomber à ses charmes lorsque vient le temps où la nécessité d une gestion de fortune personnelle efficace joue en faveur d une résidence belge, sans en subir les inconvénients liés notamment à une fiscalité professionnelle et familiale peu favorable. Manière fiscale de cueillir une rose sans avoir à trop se préoccuper de ses épines. Revenus d une holding Société mère belge Retenue étrangère Pas de retenue étrangère Jean-Pierre CASIMIR Jacques MALHERBE Filiale étrangère Dividende brut Retenue source étrangère 15 % 15 - Dividende net Imposable en principe Revenu définitivement exonéré 95 % 80,75 95 Imposable 4,25 5 Impôt des sociétés 39 % 1,6575 1, Rapport du groupe Code de conduite publié par le Conseil ECOFIN le 28 février Pour plus de détails en général, cf. J. Malherbe, M. De Wolf et C. Schotte, Droit fiscal, Impôt des sociétés, Précis de la Faculté de droit de l'université Catholique de Louvain, 1997 ; mises à jour annuelles disponibles.

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 Ci-dessous, nous vous proposons un bref aperçu du traitement fiscal des revenus mobiliers (dividendes

Plus en détail

---------------------------

--------------------------- F I S C A L I T E A P P L I C A B L E A U X D I V I D E N D E S P A Y E S P A R D E X I A Principe général : Les dividendes d actions payés par des sociétés belges à leurs actionnaires, quelque soit leur

Plus en détail

Fiscalité patrimoniale

Fiscalité patrimoniale Fiscalité patrimoniale Suggestions pour une future réforme fiscale Commission parlementaire mixte sur la réforme fiscale 18 novembre 2013 François Parisis Maître de conférences Plan Préambule : quel pourrait

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

Conventions fiscales préventives de double imposition. Méthode d application d une convention préventive de double imposition (cpdi) à un cas concret

Conventions fiscales préventives de double imposition. Méthode d application d une convention préventive de double imposition (cpdi) à un cas concret PLAN GÉNÉRAL Liste des abréviations Introduction Première partie Contexte (droit fiscal européen et international) Conventions fiscales préventives de double imposition Quelques règles juridiques fondamentales

Plus en détail

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-7081-3467-1 Chapitre 1 LES RELATIONS BANCAIRES : COMPTES, COFFRE, EMPRUNTS Le compte courant Les comptes courants

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ]

B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ] B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ] Références du document 5I-7-97 Date du document 06/06/97 2. Application de la CSG dans le temps La CSG prélevée en application des dispositions de l'article 1600-0

Plus en détail

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 )

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret n 77-608

Plus en détail

Revenus professionnels

Revenus professionnels Revenus professionnels 1. Bénéfices d'exploitations agricoles, industrielles et commerciales Le montant des bénéfices s établit au départ d une comptabilité qui doit être probante vis-à-vis de l Administration.

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Juillet 2014 Sommaire I. Régularisation

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

CIRCULAIRE D INFORMATION

CIRCULAIRE D INFORMATION Siège social 33 Rue Gustave Eiffel- ZAC Ravine à Marquet - 97419 LA POSSESSION Tél. 02 62 43 10 43 Fax 02 62 43 16 04 / E-mail : acorex@acorexsa.com Bureau de Saint-Gilles Tél. 02 62 22 58 02 Fax 02 62

Plus en détail

PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT. (sur base des informations connues au 11/12/2011)

PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT. (sur base des informations connues au 11/12/2011) PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT (sur base des informations connues au 11/12/2011) 1. TAXATION DES REVENUS DU PATRIMOINE Précompte mobilier - Principes : le taux de base du précompte

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1 RÉGIME DES PERSONNES IMPATRIÉES REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008... 1 REGIME NOUVEAU... 4 A - Personnes concernées... 5 1 Salariés et mandataires sociaux... 5 2 Personnes non salariées... 6

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

2. FRANCE - Plus-values Cession de fonds de commerce et clientèles libérales

2. FRANCE - Plus-values Cession de fonds de commerce et clientèles libérales Lettre mensuelle Mai 2005 SOCIETES 1. UE FRANCE - Intégration fiscale Déduction des pertes subies par des filiales situées dans d autres Etats Membre de l UE 2. FRANCE - Plus-values Cession de fonds de

Plus en détail

Chiffres clés pour 2013

Chiffres clés pour 2013 Chiffres clés pour 2013 Certains produits d investissement et d épargne peuvent vous procurer un bel avantage fiscal. Que ce soit l épargne-pension, votre compte d épargne, retrouvez un tableau récapitulatif

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1).

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1). AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) * * * * * Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret

Plus en détail

L IMPÔT SUR LA FORTUNE

L IMPÔT SUR LA FORTUNE L IMPÔT SUR LA FORTUNE Cet impôt a succédé à l'«impôt sur les grandes fortunes» (IGF) créé en 1982. Créé par la loi de finances pour 1989, il reprend les mécanismes et la philosophie de l'igf, supprimé

Plus en détail

013 2 luxembourg : fiscalité des personnes physiques F R

013 2 luxembourg : fiscalité des personnes physiques F R 2013 LUXEMBOURG : FISCALITé des personnes physiques F R Classe d impôts sans enfant Avec enfant(s) à charge Âgé d au moins 64 ans au 1 er janvier Célibataire 1 1a 1a Marié/ Partenaire 2 2 2 Séparé 1 1a

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Membre inscrit I. Définitions Loi du 11 mai 2007 relative

Plus en détail

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015).

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

Les cohabitants et l immobilier

Les cohabitants et l immobilier Les cohabitants et l immobilier 3Des cohabitants non mariés achetant ensemble un terrain à bâtir ou une habitation acquièrent ce bien en copropriété. Cela veut dire que le terrain ou l habitation appartient

Plus en détail

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à :

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à : VERVANDIER Pierre-Luc - pierre-luc.vervandier@notaires.fr Réponse du Conseil supérieur du notariat à la consultation publique de la Commission européenne sur les approches possibles pour lever les obstacles

Plus en détail

Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT

Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT 1- Droit d enregistrement sur cession de fonds de commerce 2- Droit d enregistrement sur cession de titres. A/ cession d actions B/ Cession de parts sociales

Plus en détail

FAQ - TAX REFORM. 1. Comment savoir si le seuil des 20.020 de revenus mobiliers est dépassé?

FAQ - TAX REFORM. 1. Comment savoir si le seuil des 20.020 de revenus mobiliers est dépassé? FAQ - TAX REFORM 1. Comment savoir si le seuil des 20.020 de revenus mobiliers est dépassé? Il faut, pour ce faire, procéder en deux temps. Dans un premier temps, il faut exclure, du montant total des

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE MARS 2010 BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE Aout 2012 Une information de notre partenaire Texte phare de la session parlementaire extraordinaire convoquée en juin dernier par le nouveau président de

Plus en détail

ISF - Calcul de l'impôt - Plafonnement

ISF - Calcul de l'impôt - Plafonnement Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-PAT-ISF-40-60-20130614 DGFIP ISF - Calcul de l'impôt - Plafonnement Positionnement

Plus en détail

Patrimoine franco-isra. israélien : impositions sur le capital

Patrimoine franco-isra. israélien : impositions sur le capital Patrimoine franco-isra israélien : impositions sur le capital Charles SCHEER, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet SCHEER Hervé OLIEL, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte Exposé sur les successions du 26 février 2015 Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte «Les formalités bancaires formalités diverses et déclaration fiscale de succession»

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE La fiscalité simplifiée des valeurs mobilières Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre

Plus en détail

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Déductions et crédits d impôt Réductions d impôts Imposition des plus-values Imposition des revenus financiers Régimes spéciaux concernant les expatriés L impôt

Plus en détail

MARCHAND DE BIENS I. DEFINITION 02/08/2011

MARCHAND DE BIENS I. DEFINITION 02/08/2011 MARCHAND DE BIENS 02/08/2011 Sont considérés comme marchands de biens les personnes qui effectuent habituellement des achats en vue de la revente d'immeubles, fonds de commerce, parts ou actions de sociétés

Plus en détail

LA FISCALITE ISRAELIENNE L INTERET DES INVESTISSEURS OU DES IMMIGRANTS FRANÇAIS

LA FISCALITE ISRAELIENNE L INTERET DES INVESTISSEURS OU DES IMMIGRANTS FRANÇAIS LA FISCALITE ISRAELIENNE L INTERET DES INVESTISSEURS OU DES IMMIGRANTS FRANÇAIS Maître ALON LEIBA Avocat au barreau d ISRAEL et de PARIS 14, rue Clément Marot 75008 Paris 1 PLAN 1. Le régime d imposition

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LES PRINCIPALES MESURES PATRIMONIALES DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013 ET DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 La présente lettre a pour

Plus en détail

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques DIRECTION DE LA LEGISLATION FISCALE Sous-Direction E - Bureau E 2 139, RUE DE BERCY - TELEDOC 568 75572 PARIS CEDEX 12 DLF/E/DO/2006000762 Fiscalités étrangères FE n 11/06 Anne Galmace 01 53 18 92 24 Fax

Plus en détail

Les contrats multi-supports

Les contrats multi-supports Les contrats multi-supports Régime fiscal belge Par Benoît Philippart de Foy Avocat IFE 7 octobre 2014 Sommaire Les contrats d assurance vie multi-supports Les contrats de capitalisation multi-supports

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008?

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Lundi 8 octobre 2007 Nancy Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Frédéric Gros Directeur Nancy Élise Moras Ingénieur patrimonial

Plus en détail

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL)

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) - Loi n 2010-658 du 15 juin 2010 - - Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 - - Arrêté du 29 décembre 2010 - Vendredi 11 Mars 2011

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2014 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2014 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.7 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.7 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

Cercle Patrimonial. Débat sur la Fiscalité

Cercle Patrimonial. Débat sur la Fiscalité Cercle Patrimonial Débat sur la Fiscalité Oujda, le 10 octobre 2013 Cadre légal marocain d imposition des salariés Benchmark sur les différents modèles de la fiscalité des produits de retraite (1/4) Dans

Plus en détail

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Depuis le 1er janvier 2005, de nouvelles modalités de taxation s appliquent aux dividendes distribués par les sociétés

Plus en détail

SPP, ou plan d achat d actions

SPP, ou plan d achat d actions SPP, ou plan d achat d actions destiné aux salariés permanents du groupe Randstad France Au sein du Groupe Randstad, nous avons la conviction que notre personnel est notre atout le plus précieux. C est

Plus en détail

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012. 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre

Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012. 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre Plan I. Exit Tax II. Expatriation III. Présentation synthétique

Plus en détail

STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE UNIPERSONNELLE (SARL UNIPERSONNELLE)

STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE UNIPERSONNELLE (SARL UNIPERSONNELLE) Ce document est un simple modèle Des commentaires sont apportés sur certains points (entre parenthèse ou en pied de page). Ils n ont bien sûr pas à figurer sur le texte définitif. En outre, dans certains

Plus en détail

Personnes physiques domiciliées hors de France

Personnes physiques domiciliées hors de France SECTION 3 Personnes physiques domiciliées hors de France 1. À condition que la valeur nette de leur patrimoine imposable soit supérieure à la limite de la première tranche du tarif fixé à l'article 885

Plus en détail

OPTIMISATION FISCALE DE L INVESTISSEMENT START UP

OPTIMISATION FISCALE DE L INVESTISSEMENT START UP La Note Juridique automne 2014 OPTIMISATION FISCALE DE L INVESTISSEMENT START UP Investir au capital d une société start-up est risqué mais nécessaire au développement de l activité des entreprises françaises.

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Octobre 2012 2012 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire Projet de loi de finances 2013 I - Mesures concernant directement l assurance-vie II - Autres mesures relatives à la fiscalité du patrimoine

Plus en détail

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE La présente note fiscale (la Note Fiscale ) doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds Commun de Placement dans l Innovation

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012

IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012 IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012 Les lois de finances de la fin 2012 ont modifié sur de nombreux points le mode d'imposition des dividendes des SARL et des EURL à l'i.s S'agissant des dividendes

Plus en détail

NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS

NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS Joëlle Garriaud- Maylam Sénateur représentant les Français établis hors de France NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS Au 31 décembre

Plus en détail

UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE

UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE Le Maroc a mis en place un plan d action ambitieux dans le but de se convertir en une destination touristique attractive. Dans ce cadre, il s est doté d une législation

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Octobre 2012 Sommaire 1. CONTRIBUTION EXCEPTIONNELLE SUR LA FORTUNE...2 2. DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION...2 2.1 Réduction de l abattement

Plus en détail

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 1 FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 2 Fiscalité 2014 SOMMAIRE I. Imposition des revenus II. Optimisation de l impôt sur le revenu III. Imposition des plus-values IV.

Plus en détail

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 1 REUNION DU 19 NOVEMBRE 2012 SOMMAIRE Loi de Finances rectificative 2012 Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros Lettre d'information - Mai - Juin 2007 MESURES FISCALES ANNONCÉES PAR LE NOUVEAU GOURVERNEMENT Sous réserve que ces mesures soient votées par le Parlement, certaines de ces mesures seraient applicables

Plus en détail

Loi sur la fiscalité du patrimoine (Loi de finances rectificative pour 2011)

Loi sur la fiscalité du patrimoine (Loi de finances rectificative pour 2011) CENTRE ALTHEMIS DE DOCUMENTATION OPERATIONNEL Loi sur la fiscalité du patrimoine (Loi de finances rectificative pour 2011) Principales mesures ENTRÉE EN VIGUEUR 3 mars 2011 Exit tax Un jour franc après

Plus en détail

S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U

S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U N O T A I R E S OUVERTURE DE SUCCESSION LISTE DES PIECES A FOURNIR AU NOTAIRE Concernant le défunt : - Deux extraits de son acte de décès, - Livret de famille et

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013)

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

L'entreprise face au droit fiscal belge

L'entreprise face au droit fiscal belge L'entreprise face au droit fiscal belge Volume 1 Règles communes à toutes les entreprises - Impôt des personnes physiques - Fiscalité du dirigeant d'entreprise - Procédure fiscale 2 e édition V A jour

Plus en détail

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR Outil d'optimisation fiscale très performant par rapport à la détention directe d'un patrimoine, la société civile permet de choisir

Plus en détail

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Animé par : Benoît Baron, Rédacteur en chef - L AGEFI ACTIFS Intervenants : Grégoire SALIGNON Directeur de l ingénierie

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2011 La loi de finances rectificative pour 2011 a été définitivement adoptée le 6 juillet dernier et devrait, sauf recours constitutionnel, être prochainement publiée

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

Aspects fiscaux des placements en société

Aspects fiscaux des placements en société Aspects fiscaux des placements en société Sommaire 1. Généralités 2. Exploiter d abord l épargne fiscale 2.1. L engagement individuel de pension via une assurance externe (EIP) 2.2. Une pension libre complémentaire

Plus en détail

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE PLUS VALUES DE CESSIONS D ACTIONS Contribuables fiscalement domiciliés en France Régime 2013/2014 Art. 17

Plus en détail

1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2. 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2. 1.1.1. Réforme de l ISF...

1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2. 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2. 1.1.1. Réforme de l ISF... version6.2.1.0 Dernières évolutions 1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2 1.1.1. Réforme de l ISF... 2 1.1.2. Donations et

Plus en détail

Guide pratique de la SCI Pour bien gérer son patrimoine immobilier 2 ème édition 4 ème tirage

Guide pratique de la SCI Pour bien gérer son patrimoine immobilier 2 ème édition 4 ème tirage Guide pratique de la SCI Pour bien gérer son patrimoine immobilier 2 ème édition 4 ème tirage Avertissement Mise à jour sur internet Les éditions de l ouvrage sont annuelles. Entre deux éditions, la législation

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 N 2041 GH N 50149 #18 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. REVENUS

Plus en détail

Accompagnement et aides financières de Pôle Emploi

Accompagnement et aides financières de Pôle Emploi Découvrez tous les leviers fiscaux pour votre entreprise Maître Guillaume PAINSAR, Notaire associé à RENNES Président association "Ouest Notaires Entreprise" Membre association "Notaires Conseils d'entrepreneurs"

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION GUIDE PRATIQUE SUCCESSION Vous venez d'hériter. Il s'agit d'une situation difficile et douloureuse pour laquelle diverses démarches doivent être faites. Les questions que vous vous posez sont nombreuses

Plus en détail

la fiscalité des valeurs mobilières en 2015

la fiscalité des valeurs mobilières en 2015 la fiscalité des valeurs mobilières en 2015 loi de finances 2015 loi n 2014-1654 du 29 décembre 2014 web conference - 10-02-2015 1 les lois de finances 2013 et 2014 régime des plus values simplification

Plus en détail

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte L ASSURANCE VIE L essentiel sur Fiscalité Fonds en euros Unités de compte Qu est ce que c est? Un produit d épargne à moyen et long terme L assurance vie sert à épargner et faire fructifier son capital,

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL SUR UNE ASSIETTE COMMUNE CONSOLIDÉE POUR L IMPÔT DES SOCIÉTÉS (GT ACCIS) Dividendes. Réunion prévue pour le 12 septembre 2006

GROUPE DE TRAVAIL SUR UNE ASSIETTE COMMUNE CONSOLIDÉE POUR L IMPÔT DES SOCIÉTÉS (GT ACCIS) Dividendes. Réunion prévue pour le 12 septembre 2006 COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA FISCALITÉ ET DE L UNION DOUANIÈRE Analyses et politiques fiscales Analyse et coordination des politiques fiscales Bruxelles, 28 juillet 2006 Taxud E1, RP

Plus en détail

Les sociétés agricoles

Les sociétés agricoles Les sociétés agricoles L exercice d une activité agricole peut se faire soit dans le cadre d une entreprise individuelle soit dans le cadre d une société. Dans cette dernière situation, la loi prévoit

Plus en détail