«Une fiscalité attractive pour l entrepreneur et son entreprise : comment procéder? Une approche»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Une fiscalité attractive pour l entrepreneur et son entreprise : comment procéder? Une approche»"

Transcription

1 «Une fiscalité attractive pour l entrepreneur et son entreprise : comment procéder? Une approche» Présentation faite par M. Pierre Dériaz (Directeur, Administration cantonale des impôts àlausanne) et M. Jean Michel Clerc (Lexartis Avocats àlausanne) Le jeudi 5 juin 2014 àexpo Beaulieu Plan de l'exposé A. Choix de la forme juridique (angle fiscal) 1. Raison individuelle Sociétéde Personnes 2. Société de Capitaux Société Coopérative 3. Niveau d imposition Double imposition 4. Comparaison 5. Constats quant aux choix B. Choix de modélisation fiscale 1. Ordinaire, holding, base 2. Exonération C. Choix de mesures comptables, fiscales et juridiques au cours de la vie de l entreprise D. Vente de l entreprise Généralités Gain professionnel, gain privé, LPI Constats Conclusion Page 2

2 A. Choix de la forme juridique Importance de la forme juridique La forme juridique de l entreprise exerce une influence déterminante sur la fiscalité de l entreprise car elle fixe le traitement en matière : d impôts directs et l assujettissement; d impôt anticipé et/ou de droit de timbre d émission. Page 3 Fiscalité des Raisons Individuelles (RIndividuelles) et Société de Personnes (SPersonnes) Sujet de l impôt : Personnes physiques Personnes physiques Sociétés de personnes Raison individuelle Société simple Société en nom collectif Société en commandite Page 4

3 Fiscalité des Sociétés de Capitaux (SCap) et Sociétés Coopératives (SCoop) Sujet de l impôt : Personnes morales Personnes morales Sociétés de capitaux Sociétés coopératives Associations, fondations, autres personnes morales SA Soc.comm. par actions Sàrl Fonds de placement immobilier Page 5 Introduction RIndividuelles et SPersonnes Revenu Fortune SCapitaux et SCoop Bénéfice Capital + Réserves Page 6

4 1. Fiscalité RIndividuelles et SPersonnes (1) Revenu de l activité lucrative indépendante Revenu du patrimoine mobilier Revenu du patrimoine immobilier Autres revenus Revenu global de la personne physique L entreprise en tant que telle ne constitue pas un sujet fiscal distinct de son détenteur = transparence. Page 7 1. Fiscalité RIndividuelles et SPersonnes (2) Notion de revenu imposable individu Le produit net imposable prend comme première référence: Le bénéfice net comptable qui reflète en principe la différence entre la situation patrimoniale au début et àla fin d un exercice (principe de la déterminance). Le champ des produits imposables inclut les plus values sur les éléments de la fortune commerciale Page 8

5 1. Fiscalité RIndividuelles et SPersonnes (3) Notion de revenu imposable individu On distinguera, auprès du contribuable: Les éléments de son activité et de son patrimoine qui constitue l entreprise; De ses autres activités et éléments de fortune privée. D où l importance des distinctions entre : Activité dépendante et gestion de la fortune privée et, Patrimoine commercial et fortune privée. Page 9 2. Fiscalité des SCapitaux et SCoop (1) Notion de revenu imposable société Le bénéfice net imposable prend comme première référence le résultat commercial qui ressort du compte de résultat établi selon les principes comptables en vigueur; Les apports en capital des porteurs de parts sont exonérés au niveau de la société; Les impôts sont déductibles du bénéfice imposable contrairement aux personnes physiques; Cas échéant, le bénéfice comptable est corrigé en raisons des prescriptions fiscales topiques. Page 10

6 3. Niveau d imposition (1) Importance de la forme juridique Le traitement en matière d impôt direct impliquera alternativement : La transparence, lorsque les résultats et fortune de l entreprise sont attribués directement au propriétaire / exploitant de l entreprise et imposés dans son chef. RIndividuelles et SPersonnes Et l opacité, lorsque ces résultats et fortune sont imposés directement dans le chef de l entreprise (et non au propriétaire / exploitant de l entreprise). SCapitaux et SCoop Page Niveau d imposition (2) La double imposition économique (SCapitaux SCoop) SCapitaux SCoop Détenteur des droits de participation PP Bilan Actifs Passifs Dividende versé par société = Rendements de fortune Impôt sur le bénéfice (22%) Impôt sur le revenu (41.5%) mais réduction de la base d imposition si conditions réunies Double imposition économique Page 12

7 4. Comparaison (1) Taux d imposition globaux maximum applicables aux entreprises dans le canton de VAUD Statut fiscal Taux d impôt sur le capital* Société ordinaire 0.070% 22.08% Taux d impôt effectif sur le bénéfice (ICC et IFD) Holding 0.175% ICC= nil IFD= RPP ou 7.83% Holding mixte 0.070% ICC and IFD = RPP ou 22.08% Société de base** 0.023% 9% à 14% *: l impôt s/bénéfice dû par les sociétés sauf société holding est imputé sur l impôt s/le capital **: pour revenus étrangers uniquement Page Comparaison (2) SCapitaux RIndividuelle Taux ~ SA RI Bénéfice brut (avant salaire, charges sociales et impôts) /. Salaire brut de l actionnaire ( )./. Charges sociales (part de l employeur) (AVS/AI/APG: 5.15%; AC1: 1.1%; AC2: 0.5%; LPCFam: 0.06%; LPP 8.5%) 14.4% (57 600)./. Charges sociales de l indépendant (AVS/AI/APG: 9.7%; Alloc. fam. 1.6% s/max ; LPCFam: 0.06%; LPP 8.5% s/ ; frais admin. 1.6%) 13.5% ( ) = Bénéfice avant impôts / Revenu imposable du propriétaire RI /. Impôt sur le bénéfice (taux effectif) 22.0% ( ) = Bénéfice après impôts Page 14

8 4. Comparaison (3) SCapitaux RIndividuelle Impact au niveau de l actionnaire SA / propriétaire RI * Taux ~ SA RI Salaire net de l actionnaire (charges sociales prélevées 14.4%) Dividende perçu de la SA (100% du BN après impôts) Revenu imposable du propriétaire RI Revenu imposable total (arrondi) Impôts sur le revenu du propriétaire RI 41.5% Impôt sur le revenu de l actionnaire (y.c. atténuation double imposition) 41.0% Part LPP de l indépendant non déductible fiscalement (8.5% s/ ) Total des charges (impôts et charges sociales) (50.8%) (52.8%) Résultat net après impôts et charges sociales *Hypothèses: actionnaire/propriétaire RI = contribuables célibataires sans enfants. Pas d autres déductions, revenus ou fortune pris en compte. Taux 2014 Lausanne/Vaud. Page Constats (1) L entrepreneur doit partir de l existant avec ses contraintes inhérentes les débuts sont humbles. Avantages des RIndividuelles / SPersonnes Coûts faibles de mise en place notaire pas nécessaire pas de capital; Comptabilité plus basique, du moins pour les RIndividuelles; Grande clarté de lecture des comptes et résultats pour le non expert; Immédiateté des revenus et donc structure requiert peu de sophistication pour leur distribution. imposition allégée à 50% des revenus de participations qualifiées, mais AVS en plus. Désavantages Gros risques personnels responsabilité illimitée vis à vis des tiers; Imposition immédiate et définitive des revenus, y compris prélèvements des primes d assurances sociales (AVS, etc.): charge jusqu à environ 50%; Imposition avec les autres revenus éventuels or les taux sont progressifs; Page 16

9 5. Constats (2) Avantages des SCapitaux et SCoop Fiscalité plus basse (environ 22% sur le profit) atténuation de la double imposition économique d où un transfert par dividende des profits plus avantageuse pour la PP. Report dans le temps de la distribution du solde (après impôts ci dessus) des revenus obtenus (thésaurisation); Dès lors, plus grande capacité d autofinancement (possibilités de réinvestissements accrues); Mise en place de stratégie pour financer les activités (holding). Désavantages Les coûts de création coûts de maintien (audit) peuvent rebuter; Sophistication des relations entre actionnaire société et au sein des sociétés du groupe. Page Constats (3) Des raisons non fiscales peuvent pousser l entrepreneur à créer des SCapitaux et SCoop. Limitation des risques d insolvabilité, de poursuite pour dommages, etc. Ex: Mettre à l abri la Propriété Intellectuelle (PI) dans une entité différente de celle commercialisant les produits qui y sont liés Ex: Société immobilière plutôt que RIndividuelle afin de limiter l exposition vis à vis des banques dans le cadre d un investissement immobilier Page 18

10 5. Constats (4) Les sociétés de personnes ne sont pour ainsi dire jamais retenues par les entrepreneurs (environ 4% des entreprises en Suisse en 2011). La raison individuelle est la forme la plus fréquente (environ 60% des entreprises en 2011), mais pour d autres raisons que fiscales ou juridiques: simplicité, activités modestes voire classiques sans réelles possibilités d expansion Page Constats (5) Un tiers des entreprises sont créées sous la forme de sociétés de capitaux (SA et Sàrl) et sociétés coopératives; La Sàrl est en vogue. Elle représentait environ 40% des inscriptions par rapport aux SA en En 2011, la proportion s établit 70%. Raisons : Peu de besoin en fonds propres initiaux (20K au lieu de 100k pour la SA; Révision de la Sàrl a simplifié le cadre juridique (transfert des parts); Conversion possible en SA simple si besoin se fait sentir. Ecueils principaux: Notoriété faible par rapport àla SA; Pas anonyme Pas adaptée à la création de plans de participations vu la taille minimale des actions (CHF 100). Page 20

11 B. Choix de la modélisation fiscale (1) Le choix du modèle fiscal est conditionné par le modèle économique de l entreprise : Société ordinaire Société holding Société de base Exonération fiscale temporaire (aperçu) Page Choix de la modélisation fiscale (2) Société Holding But: La gestion durable de participations. Caractéristiques: Les participations ou rendements des participations représentent au min. 2/3 du total des actifs ou des recettes (! Prêts àlt aux filiales qualifient); Pas d activité commerciale en Suisse, principalement activité de gestion et de financement des participations; Investissements actifs et passifs; Pas d imposition du bénéfice au niveau cantonal et communal (sauf rendements d immeuble situés en Suisse); Taux d imposition sur le bénéfice modéré au niveau fédéral, voire pas d imposition avec le système de la réduction pour participation; Impôt sur le capital modéré (taux légal 0.75 ). Page 22

12 1. Choix de la modélisation fiscale (3) Société de base But: Société dont l activité commerciale est principalement dirigée vers l étranger. Caractéristiques: 80% des revenus doivent être de source étrangère (ventes, trading, finance, droits de PI et autres services); 85% des charges totales doivent être de source étrangère; Max. 25% du chiffre d affaires total de la société pourra être de source suisse; Revenus de source suisse taxés ordinairement; Revenus de source étrangère taxés selon une échelle dégressive selon la résidence de l actionnariat (CH ou Etr.). Page Exonérations fiscales temporaires (1) Critères déterminants Notion d «entreprise» : entreprises de personnes et sociétés (de capitaux, coopératives) Entreprise «nouvellement créée» Notion économique Ou qui «modifie fondamentalement son activité» nouvelles activités avec emplois, investissements, changement d actionnariat, Eligibilité Secteur primaire, secondaire ou tertiaire Page 24

13 2. Exonérations fiscales temporaires (2) Critères déterminants Servir les intérêts économiques du canton» Entreprises industrielles ou autres; Secteurs prioritaires; Absence de concurrence avec des entreprises dans le canton ; Création d emplois; Investissements (volume, nature); Région d implantation; Diversification du tissu économique; Synergie avec l environnement local (sous traitants), partenariat avec les hautes écoles. Page Exonérations fiscales temporaires (3) Modalité d application Impôts concernés : bénéfice et/ou capital (IGI, ICI en principe exclus). Durée : maximum 10 ans, soit 10 exercices commerciaux. Quotité : dégressive ou totale. Exonération de 10 ans à 100 % : accordée en principe en deux périodes de cinq ans. Page 26

14 2. Exonérations fiscales temporaires (4) Constat : L exonération n est pas réservée aux multinationales; C est un outil utile pour démarrer une nouvelle activité (réinvestissement sans friction fiscale au niveau de l impôt sur le bénéfice cantonal et communal); Ne pas oublier de s informer dès le démarrage d une activité ne pas attendre! L exonération augmente la valeur d une société et attire les investisseurs. Elle est aussi la preuve aussi d une gestion saine et rationnelle; L exonération permet aussi d atténuer les effets d une fiscalité plus lourde des PP. Page 27 C. Choix de mesures juridiques, comptables et fiscales au cours de la vie de l entreprise (1) Ne pas oublier d utiliser correctement les instruments fiscaux mis à disposition par l Etat, notamment: Amortissement: Choisir judicieusement la politique d amortissement (sur la valeur résiduelle, sur la valeur d acquisition, progressif, dégressif, etc.); Procédés spéciaux d amortissement?; Amortissements faits après coup?; Provisions pour futurs mandats de R&D confiés àdes tiers (limite CHF 1 mio.); Remploi, provision pour remploi sur actifs immobilisés nécessaires à l exploitation; Report de pertes non limité dans le temps en cas d assainissement. Page 28

15 C. Choix de mesures juridiques, comptables et fiscales au cours de la vie de l entreprise (2) Relations Actionnaires / Sociétés Rémunération de l actionnaire Salaire ou dividende? En raison de l atténuation de la double imposition économique, le versement d un dividende à l actionnaire est plus avantageux qu une rémunération salariale; Attention toutefois à respecter le principe at arm s length en la matière (comparaison avec des tiers parfaits); Du fait de la transparence qui prévaut pour ces entités, cette stratégie ne peut être mise en place pour les RIndividuelles et SPersonnes; Attention aux aspects AVS et autres assurances sociales. Page 29 C. Choix de mesures juridiques, comptables et fiscales au cours de la vie de l entreprise (3) Salaire vs Dividende taux Dès salaire 400'000 Dés salaire 100'000 Au niveau de la société anonyme Bénéfice d'entreprise avant salaire, charges sociales et impôts 1'000'000 1'000'000./. Salaire de l'actionnaire (400'000) (100'000)./. Cotisations des employeurs aux charges sociales (hypothèse: AVS 5.05; AC 1%; LPP risque inclus 11%) 17% (68'000) (17'000) = Bénéfice avant impôts (EBT) 532' '000./. Impôt sur le bénéfice (hypothèse: 28% du bénéfice après impôts; 22% du bénéfice avant impôts) 22% (117'040) (194'260) = Bénéfice après impôts (hypothèse: versement 100%) 414' '740 Total des charges de la SA pour les charges sociales et les impôts 185' '260 Au niveau de l'actionnaire Cotisations des salariés aux charges sociales (analogue à la SA) 17% 68'000 17'000 Impôt sur le revenu du salaire de l'actionnaire (après déduction des cotisations des salariés) 40% 132'800 33'200 Impôt sur le revenu du dividende 40% 99'590 (60%) 165'298 (60%) Total des charges de l'actionnaire pour les charges sociales + impôts 300' '498 Total des charges de la SA et de l'actionnaire 485'430 (48.5%) 426'758 (42.7%)

16 C. Choix de mesures juridiques, comptables et fiscales au cours de la vie de l entreprise (4) Relation entre sociétés du même actionnaire Structure Holding 1er but : détenir et gérer des participations; 2ième but: financement; 3ième but (éventuel): détention passive de propriété intellectuelle. Déduction d intérêts et royautés dans les sociétés opérationnelles au taux ordinaire de 22% alors que l imposition dans le holding se fait à 7.83%. Page 31 La vente de l entreprise par l entrepreneur : les conséquences liées àla forme juridique

17 D. La vente de l entreprise (1) Généralités Une PME survit souvent àses fondateurs, respectivement à ses propriétaires; ceux ci ne veulent pas voir disparaître l œuvre de leur vie; transmettre une PME constitue un défi commercial, économique et familial; les conséquences fiscales ne doivent toutefois pas être ignorées et devraient faire l objet de mesures d anticipation lors de la création de l entreprise déjà (choix de la forme juridique). Page 33 D. La vente de l entreprise (2) Généralités : caractéristiques fiscales En matière d imposition directe des personnes physiques, le système fiscal suisse présente deux variantes : Le gain en capital privé non imposable Exemple : plus value sur titres. Le bénéfice en capital réalisé à titre professionnel imposable Exemple : vente d un fonds de commerce d une droguerie exploitée en raison individuelle. Page 34

18 D. La vente de l entreprise (3) Généralités : caractéristiques fiscales Sur le plan technique : 1. Fortune privée Exemple : x actions BCV achetées en 2007 pour vente de x actions en 2012 à = gain en capital de , exonéré au niveau des impôts directs. 2. Fortune commerciale Exemple : vente d un fonds de commerce d une droguerie exploitée en raison individuelle - Prix de vente Valeur comptable./ Revenu imposable Taux applicable selon situation max. 41.5% plus AVS. Aspirine Page 35 D. La vente de l entreprise (4) Généralités : caractéristiques fiscales Vente d une entreprise en cours d activité par l entrepreneur : a) entreprise exploitée en raison individuelle; b) entreprise exploitée sous forme de société de capitaux (SA, Sàrl). Page 36

19 D. La vente de l entreprise (5) Généralités : caractéristiques fiscales Vente d une entreprise en cours d activité par l entrepreneur en raison individuelle : Lors de la fin d activité : Les actifs et passifs non vendus sont transférés de la fortune commerciale àla fortune privée, àleur valeur vénale; Lors de la remise de commerce : Les actifs et passifs sont vendus àun tiers àleur valeur vénale (prix de vente); Réalisation d un gain en capital : Différence entre la valeur comptable des actifs et leur valeur vénale = le bénéfice de liquidation imposable. Page 37 D. La vente de l entreprise (6) Généralités : caractéristiques fiscales Vente d une entreprise en cours d activité par l entrepreneur en raison individuelle : Bénéfice en capital imposable (prix de cession moins valeur comptable). Charge fiscale y compris AVS maximale (sur Vaud): Canton/commune 30 % IFD 11,5 % AVS (environ) 10 % Total 51,5 % Présentation sans allégement (conditions pas remplies). Page 38

20 D. La vente de l entreprise (7) Généralités : caractéristiques fiscales Vente d une entreprise en cours d activité par l entrepreneur en raison individuelle : Imposition allégée du bénéfice de liquidation des RI et SNC (art. 37b LIFD et 48a LI) Si contribuable > 55 ans ou invalide, et Arrêt définitif de son activité indépendante; Imposition séparée des revenus ordinaires; Imposition du bénéfice, pour une part au taux des prestations en capital provenant de la prévoyance et, pour le solde, àun taux réduit (mais qui peut être important), voire sans réduction, en cas de gros gain. Si le contribuable décède, ses héritiers peuvent demander le bénéfice de l art. 37b LIFD nouveau s ils ne reprennent pas l entreprise, dans un délai de 5 ans. Page 39 D. La vente de l entreprise (8) Généralités : caractéristiques fiscales Vente d une entreprise en cours d activité par l entrepreneur exploitée en société de capitaux (SA, Sàrl) : Si l acquéreur est une personne physique privée : gain en capital non imposable = charge fiscale et parafiscale 0. (Circulaire AFC No 36). Si l acquéreur est une société ou un indépendant (RI): Incidence fiscale en cas d application de la théorie de la liquidation partielle indirecte imposition d une partie du gain chez le vendeur possible au titre du rendement de fortune au taux maximum de 41.5% (VD/IFD). Page 40

21 D. La vente de l entreprise (9) Généralités : caractéristiques fiscales LPI Vente de l entreprise qualifiée de rendement de fortune auprès du vendeur si les conditions ci dessous sont réunies cumulativement (liquidation partielle indirecte) : La participation vendue est de 20% au moins; L acheteur est une société ou une personne physique détenant la participation dans sa fortune commerciale; La société dispose d actifs non nécessaires à l exploitation et distribuables, au moment de la vente; Ces actifs sont distribués par la société dans les 5 ans qui suivent la vente, avec participation du vendeur; Le vendeur collabore à la distribution de substance activement ou passivement. Page 41 D. La vente de l entreprise (10) Circulaire AFC no 36 du 27 juillet 2012 Examen préalable des 5 critères cumulatifs permettant d exclure l existence d un commerce professionnel de titres (au moment de l aliénation des titres) «safe harbour rules»: 1) Les titres vendus ont étés détenus durant 6 mois au moins. 2) Le volume total des transactions (somme de tous les achats et de toutes les ventes) ne représente pas, par année civile, plus du quintuple du montant des titres et des avoirs au début de la période fiscale. 3) La réalisation de gains en capital provenant d opérations sur titres n est pas nécessaire en vue de remplacer des revenus manquants ou ayant cessé dans le but d assurer le train de vie du contribuable. C est normalement le cas lorsque les gains en capital réalisés représentent moins de 50% du revenu net de la période fiscal considérée. 4) Les placements ne sont pas financés par des fonds étrangers ou les rendements de fortune imposables provenant des titres (par ex. les intérêts, les dividendes, etc.) sont plus élevés que la part proportionnelle des intérêts passifs. 5) L achat et la vente de produits dérivés (en particulier d options) se limitent à la couverture des positions titres du contribuable. Page 42

22 D. La vente de l entreprise (11) Circulaire AFC no 36 du 27 juillet 2012 (II) Si les critères précités ne sont pas cumulativement remplis, il faut apprécier la situation compte tenu de l ensemble des circonstances du cas d espèce (indices développés par la jurisprudence): Critères primordiaux: 1) Montant du volume des transactions (fréquence élevée des transactions et courte durée de possession). 2) Recours à d importants fonds étrangers pour financer les transactions. 3) Utilisation de dérivés. Critères secondaires: (corroborent la qualification si l un des critères principaux est rempli). 4) Manière d agir systématique ou planifiée, réinvestissements. 5) Rapport étroit entre les transactions et l activité professionnelle du contribuable, de même que l utilisation de connaissances spéciales Page 43 D. La vente de l entreprise (12) Constat : Rindividuelles et SPersonnes Possibilité d une imposition allégée àla sortie sur les actifs, en particulier si l entrepreneur a plus de 55 ans (intérêt fiscal pour l acquéreur car gros potentiel d amortissement); Toutefois, l entrepreneur doit cesser son activité indépendante En cas de gains importants (plusieurs millions), la réduction de taux ne fonctionne pas; Dans tous les cas, AVS en plus (environ 10%). Page 44

23 D. La vente de l entreprise (13) Constat : SCapitaux et SCoop Pour l entrepreneur PP, un exit sous forme de gain en capital exonéré (sans AVS également) peut être envisagé si correctement structuré (attention LPI); En cas de sortie, l acquéreur reprend les actifs de la société aux valeurs historiques: les éventuelles réserves latentes sur les actifs de la société demeurent: pas de possibilité supplémentaire d amortissement pour l acquéreur alors que le prix payé pour les titres tient compte de ces réserves. Page 45 Conclusion Importance de l aspect fiscal Il y a lieu de tenir compte de l ensemble des paramètres et pas seulement du critère d ordre fiscal, tels Assurances sociales Main d œuvre Financement Ouverture du capital Publicité Page 46

24 Fin de la présentation Des questions? Merci de votre attention

Aspects fiscaux de l entreprise

Aspects fiscaux de l entreprise Séminaire PME et indépendants Banque Cantonale de Genève Aspects fiscaux de l entreprise questions choisies (impôts directs) Séminaire du 4 septembre 2012 Alexandre Faltin Avocat, diplôme d études supérieures

Plus en détail

Quelques aspects fiscaux du financement

Quelques aspects fiscaux du financement Petit-déjeuner des PME 28 septembre 2012 Quelques aspects fiscaux du financement Vincent Thalmann Agenda Capital propre dissimulé (I à V) Structure simplifiée du bilan Exemple d endettement admis Détermination

Plus en détail

Département fiscal 2003 KPMG

Département fiscal 2003 KPMG Optimisation fiscale de votre implantation Alfred Girod - Expert fiscal diplômé KPMG Genève Thèmes Le système fiscal Suisse Les principaux impôts sur les sociétés Les taux d impôts Les taux effectifs

Plus en détail

Les déductions fiscales. Déclaration Déclaration d impôt d impôt 2009 2009

Les déductions fiscales. Déclaration Déclaration d impôt d impôt 2009 2009 Les déductions fiscales Déclaration Déclaration d impôt d impôt 2009 2009 1 2 lois modifiées En 2007, le Grand Conseil s est prononcé en faveur des baisses fiscales inscrites dans : la Loi sur les impôts

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

Imposition partielle des rendements provenant de participations détenues dans la fortune privée et limitation de la déduction des intérêts passifs

Imposition partielle des rendements provenant de participations détenues dans la fortune privée et limitation de la déduction des intérêts passifs Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l'impôt fédéral direct, de l'impôt anticipé, des droits de timbre Impôt fédéral direct Berne, 16

Plus en détail

relatif au Règlement d examen applicable à l Examen professionnel pour les spécialistes de la prévoyance en faveur du personnel

relatif au Règlement d examen applicable à l Examen professionnel pour les spécialistes de la prévoyance en faveur du personnel Association suisse des Institutions de prévoyance ASIP Association de spécialistes en gestion de la prévoyance en faveur du personnel VVP Guide relatif au Règlement d examen applicable à l Examen professionnel

Plus en détail

Séminaire du 26 Mars 2013

Séminaire du 26 Mars 2013 Séminaire du 26 Mars 2013 Les opportunités fiscales de la prévoyance professionnelle pour l entreprise et son entrepreneur Tél. +41 26 425 84 84 Fax +41 26 425 84 86 E-mail office@fidutrust.ch Présentation

Plus en détail

BIENVENUE. Séminaire prévoyance & fiscalité Organisé par. Présenté par

BIENVENUE. Séminaire prévoyance & fiscalité Organisé par. Présenté par BIENVENUE Séminaire prévoyance & fiscalité Organisé par Présenté par FBBR forte broker bureau romand Sàrl est une société indépendante de conseils en assurances et prévoyance. Siège social à Ecublens,

Plus en détail

ÉPARGNER ET PRÉVENIR 1

ÉPARGNER ET PRÉVENIR 1 ÉPARGNER ET PRÉVENIR 1 ÉPARGNER ET PRÉVENIR ÉPARGNER AVEC LE COMPTE D ÉPARGNE Page 3 ÉPARGNER AVEC LE COMPTE D ÉPARGNE 60+ Page 4 ÉPARGNER AVEC LE COMPTE DE PLACEMENT À TERME Page 5 LA PRÉVOYANCE AVEC

Plus en détail

Payer, épargner, prévenir

Payer, épargner, prévenir Payer, épargner, prévenir 1 sommaire Compte courant et internet-banking page 2 Compte d'épargne page 3 TerZo (pilier 3a) page 7 Compte de libre passage page 10 Part ordinaire page 12 1 Compte courant et

Plus en détail

Guide Indépendants. Personnes physiques Une aide pratique pour remplir la déclaration des indépendants ( Annexes B1, B2, B3, B4 )

Guide Indépendants. Personnes physiques Une aide pratique pour remplir la déclaration des indépendants ( Annexes B1, B2, B3, B4 ) Administration fiscale cantonale Guide Indépendants 2012 Personnes physiques Une aide pratique pour remplir la déclaration des indépendants ( Annexes B1, B2, B3, B4 ) Sommaire p 3 Généralités p 7 Obligations

Plus en détail

Chapitre Fonds de prévoyance de la Société Vaudoise de Médecine. Petit déjeuner conférence du 17 novembre 2011

Chapitre Fonds de prévoyance de la Société Vaudoise de Médecine. Petit déjeuner conférence du 17 novembre 2011 1 Chapitre Fonds de prévoyance de la Société Vaudoise de Médecine Sous-chapitre (s) Petit déjeuner conférence du 17 novembre 2011 08h30 Accueil & conférence 09h30 Questions, réponses 09h45 Café croissants

Plus en détail

Prévoir sur mesure et profiter outre mesure

Prévoir sur mesure et profiter outre mesure ÉPARGNE 3 PORTFOLIO 3 Prévoir sur mesure et profiter outre mesure Avec des solutions de prévoyance 3 e pilier. Des réponses concrètes à vos interrogations Un 3 e pilier à votre mesure Pour un présent serein

Plus en détail

Petits déjeuners des PME & Start-up. Vendredi 31 janvier 2014

Petits déjeuners des PME & Start-up. Vendredi 31 janvier 2014 Petits déjeuners des PME & Start-up Vendredi 31 janvier 2014 Réforme de la Fiscalité des Entreprises III Markus F. Huber, Partner Karen Simonin, Partner Agenda Situation actuelle Rapport de l organe de

Plus en détail

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Membre inscrit I. Définitions Loi du 11 mai 2007 relative

Plus en détail

rsge D 3 14: Loi sur l'imposition des personnes physiques Impôt sur le revenu (revenu imposable) (LIPP-IV)

rsge D 3 14: Loi sur l'imposition des personnes physiques Impôt sur le revenu (revenu imposable) (LIPP-IV) Loi sur l'imposition des personnes physiques Impôt sur le revenu (revenu imposable) (LIPP-IV) D 3 14 du 22 septembre 2000 (Entrée en vigueur : 1 er janvier 2001) Le GRAND CONSEIL de la République et canton

Plus en détail

Aspects fiscaux des placements en société

Aspects fiscaux des placements en société Aspects fiscaux des placements en société Sommaire 1. Généralités 2. Exploiter d abord l épargne fiscale 2.1. L engagement individuel de pension via une assurance externe (EIP) 2.2. Une pension libre complémentaire

Plus en détail

Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop. Le guide

Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop. Le guide Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop Le guide > Sommaire Les Scop, des atouts incontestables >>> 3 Un statut souple >>> 4

Plus en détail

CHAPITRE 20. La Société Anonyme

CHAPITRE 20. La Société Anonyme CHAPITRE 20 La Société Anonyme THEORIE : Formée par trois ou plusieurs personnes physiques ou morales. Le capital-actions de peut être inférieur à 100'000., celui-ci doit être libéré au minimum de 20 %

Plus en détail

Séminaire Association des médecins-dentiste de Genève Système suisse de prévoyance Fisca finance SA

Séminaire Association des médecins-dentiste de Genève Système suisse de prévoyance Fisca finance SA Fisca Finance SA Séminaire Association des médecins-dentiste de Genève Système suisse de prévoyance Fisca finance SA Patrick Féral et Benoit Steiner 8 novembre 2011 page 1 LA PREVOYANCE EN SUISSE page

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL (SPF) www.bdo.lu 2 Les Sociétés de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS 3 1. INTRODUCTION 4 2. ACTIVITES D UNE SPF 2.1 Activités

Plus en détail

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Déductions et crédits d impôt Réductions d impôts Imposition des plus-values Imposition des revenus financiers Régimes spéciaux concernant les expatriés L impôt

Plus en détail

Communication sur le Fonds Commun de Placement d Entreprise «EGIS» Ouverture du Capital réservée aux salariés

Communication sur le Fonds Commun de Placement d Entreprise «EGIS» Ouverture du Capital réservée aux salariés Communication sur le Fonds Commun de Placement d Entreprise «EGIS» Ouverture du Capital réservée aux salariés MOT DU PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL Egis est un acteur de premier plan sur la scène nationale

Plus en détail

Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU

Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU SOMMAIRE I. Cadre de la transmission II. Les étapes clés de la transmission III. Les dix écueils à éviter I. Le cadre de la transmission Céder

Plus en détail

Caisse de pension et propriété du logement/

Caisse de pension et propriété du logement/ Encouragement à la propriété du logement (EPL) Caisse de pension et propriété du logement/ Versement anticipé et mise en gage des avoirs issus du 2 e pilier Table des matières Mobilisation des capitaux

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE La fiscalité simplifiée des valeurs mobilières Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre

Plus en détail

La retraite en Suisse : le 2 ème pilier

La retraite en Suisse : le 2 ème pilier La retraite en Suisse : le 2 ème pilier Conférence du Vendredi 27 mars 2015 présentée par le Service Juridique du GTE Suzanne Ruiz-Berthet LA PLACE DU 2EME PILIER DANS LE SYSTÈME DE RETRAITE SUISSE 1 er

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

Guide Indépendants. Personnes physiques Une aide pratique pour remplir la déclaration des indépendants ( Annexes B1, B2, B3, B4 )

Guide Indépendants. Personnes physiques Une aide pratique pour remplir la déclaration des indépendants ( Annexes B1, B2, B3, B4 ) Administration fiscale cantonale Guide Indépendants 2010 Personnes physiques Une aide pratique pour remplir la déclaration des indépendants ( Annexes B1, B2, B3, B4 ) Sommaire p 3 Édito p 5 Généralités

Plus en détail

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 1 FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 2 Fiscalité 2014 SOMMAIRE I. Imposition des revenus II. Optimisation de l impôt sur le revenu III. Imposition des plus-values IV.

Plus en détail

SPP, ou plan d achat d actions

SPP, ou plan d achat d actions SPP, ou plan d achat d actions destiné aux salariés permanents du groupe Randstad France Au sein du Groupe Randstad, nous avons la conviction que notre personnel est notre atout le plus précieux. C est

Plus en détail

10 ans de Comité directeur de l USAM

10 ans de Comité directeur de l USAM 10 ans de Comité directeur de l USAM Séances standard : Comité directeur Chambre suisse des arts et métiers Congrès suisse des arts et métiers Conférence des sections ou des unions cantonales des arts

Plus en détail

Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance

Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance SUPSI Lugano, 12 mai 2014 Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance Vincent Simon Responsable de projets La Suisse est attractive pour les groupes étrangers Quartiers-généraux

Plus en détail

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS Loi relative à l impôt sur le revenu (amendement) de 2005 Loi relative à la contribution spéciale à la défense (amendement)

Plus en détail

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 1 REUNION DU 19 NOVEMBRE 2012 SOMMAIRE Loi de Finances rectificative 2012 Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

je connais mon banquier je connais mon banquier La sécurité financière de votre vie future Prévoir

je connais mon banquier je connais mon banquier La sécurité financière de votre vie future Prévoir La sécurité financière de votre vie future Prévoir Que nous réserve l avenir? C est une question que chacun de nous se pose de temps en temps sans pouvoir y répondre avec beaucoup d assurance. Quoi qu

Plus en détail

NOTICES D INFORMATIONS 2009

NOTICES D INFORMATIONS 2009 NOTICES D INFORMATIONS 2009 1. NOUVEAUTES FISCALES Double impositions des sociétés allégées Les dividendes issus de participations d au moins 10% ne sont imposés auprès de l actionnaire qu à raison de

Plus en détail

République et Canton de Genève Département des finances

République et Canton de Genève Département des finances République et Canton de Genève Département des finances Administration fiscale cantonale Direction Générale Le directeur général Hôtel des Finances Rue du Stand 26 Case postale 3937 1211 Genève 3 AUX ASSOCIATIONS

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 11533 Projet présenté par les députés : M mes et MM. Ronald Zacharias, Pascal Spuhler, André Python, Jean-Marie Voumard, Jean-François Girardet, Thierry Cerutti, Henry Rappaz,

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

013 2 luxembourg : fiscalité des personnes physiques F R

013 2 luxembourg : fiscalité des personnes physiques F R 2013 LUXEMBOURG : FISCALITé des personnes physiques F R Classe d impôts sans enfant Avec enfant(s) à charge Âgé d au moins 64 ans au 1 er janvier Célibataire 1 1a 1a Marié/ Partenaire 2 2 2 Séparé 1 1a

Plus en détail

expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier

expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier + Management Packages Qu ils soient négociés à l occasion d un changement de contrôle ou, dans les

Plus en détail

Prévoyance professionnelle. Ce qu il faut savoir du 2 e pilier

Prévoyance professionnelle. Ce qu il faut savoir du 2 e pilier Prévoyance professionnelle Ce qu il faut savoir du 2 e pilier Prévoyance professionnelle obligatoire (LPP) en Suisse Etat: janvier 2012 Table des matières Le 2 e pilier dans le système suisse de prévoyance

Plus en détail

La séquence des comptes

La séquence des comptes La séquence des comptes Comptes des institutions sans but lucratif au service des ménages I: Compte de production P.2 Consommation intermédiaire B.1b Valeur ajoutée brute P.51c Consommation de capital

Plus en détail

l'installation de la PME au Maroc et dans la région Provence Alpes Côte d'azur

l'installation de la PME au Maroc et dans la région Provence Alpes Côte d'azur LES OPERATIONS FINANCIERES & l'installation de la PME au Maroc et dans la région Provence Alpes Côte d'azur Enregistrement d'un investissement / compte courant étranger Un investisseur étranger s implante

Plus en détail

Impôt fédéral direct Impôt anticipé. Berne, le 17 juillet 2008. Circulaire n o 18. Imposition des cotisations et des prestations du pilier 3a

Impôt fédéral direct Impôt anticipé. Berne, le 17 juillet 2008. Circulaire n o 18. Imposition des cotisations et des prestations du pilier 3a Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l impôt fédéral direct, de l impôt anticipé, des droits de timbre Impôt fédéral direct Impôt anticipé

Plus en détail

2.09 Etat au 1 er janvier 2013

2.09 Etat au 1 er janvier 2013 2.09 Etat au 1 er janvier 2013 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

S informer sur. Les SCPI. la «pierre papier»

S informer sur. Les SCPI. la «pierre papier» S informer sur Les SCPI la «pierre papier» Janvier 2014 Autorité des marchés financiers Les SCPI / la «pierre papier» Sommaire Les particularités d un placement en SCPI 03 Les différentes catégories de

Plus en détail

Cotisations des personnes sans activité lucrative à l AVS, à l AI et aux APG

Cotisations des personnes sans activité lucrative à l AVS, à l AI et aux APG 2.03 Cotisations Cotisations des personnes sans activité lucrative à l AVS, à l AI et aux APG Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref L assurance-vieillesse et survivants (AVS), l assurance-invalidité (AI)

Plus en détail

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013 États financiers de La Fondation canadienne du rein Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des résultats... 3 État de l évolution des soldes de fonds... 4 État de la situation financière... 5 État

Plus en détail

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 Ci-dessous, nous vous proposons un bref aperçu du traitement fiscal des revenus mobiliers (dividendes

Plus en détail

LES MATINALES DU CRA

LES MATINALES DU CRA LES MATINALES DU CRA 11 MARS 2014 COMMENT OPTIMISER VOTRE REVENU DANS LE CADRE D UN LBO? Intervenant : Christelle POULIQUEN Avocat associé Société d avocats AFFIS 1 Rue de Villersexel 75007 PARIS Comment

Plus en détail

Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip)

Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip) Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip) Mars 2014 Règlementt Le présent règlement se fonde sur l art. 2 des statuts de J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (désignée ci-après

Plus en détail

Les Guides des Avocats de France LES HOLDINGS

Les Guides des Avocats de France LES HOLDINGS Les Guides des Avocats de France LES HOLDINGS La holding est un outil juridique de plus en plus utilisé par les praticiens pour répondre à des besoins très divers tendant toujours à la détention de participations

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1

Table des matières. Chapitre 1 Table des matières Chapitre 1 Les objectifs de la planification financière et les objectifs de placement 1 Les objectifs de la planification financière personnelle 1 Premier objectif: atteindre un certain

Plus en détail

Économie, connaiss.de base Réponse 1. Économie, connaiss.de base Question 1 Affaires bancaires. Économie, connaiss.

Économie, connaiss.de base Réponse 1. Économie, connaiss.de base Question 1 Affaires bancaires. Économie, connaiss. Économie, connaiss.de base Question 1 Économie, connaiss.de base Réponse 1 Quels sont les six types de banques les plus importants? les grandes banques les banques cantonales les banques régionales/caisses

Plus en détail

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

Note rédigée avec le Concours du cabinet NSK FIDUCIAIRE, Cédric Roubin, Associé, Expert-comptable & Commissaire aux comptes

Note rédigée avec le Concours du cabinet NSK FIDUCIAIRE, Cédric Roubin, Associé, Expert-comptable & Commissaire aux comptes LES PRINCIPES DE BASE D UNE SOCIETE D EXERCICE LIBERAL A RESPONSABILITE LIMITEE (SELARL) Note rédigée avec le Concours du cabinet NSK FIDUCIAIRE, Cédric Roubin, Associé, Expert-comptable & Commissaire

Plus en détail

Analyse de benchmarking pour le canton de Zurich et ses districts

Analyse de benchmarking pour le canton de Zurich et ses districts Analyse de benchmarking pour le canton de Zurich et ses districts Table des matières Caractéristiques 3 Performance économique 4 Performance résidentielle 12 Attractivité 19 Sources 32 Annexe : Glossaire

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Panorama de la gestion de patrimoine» 4 ème partie : L investissement immobilier Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Plusieurs niveaux

Plus en détail

KBC GROUP NV SUPPLÉMENT (N 1) AU PROSPECTUS DE BASE EN DATE DU 10 FÉVRIER 2015. KBC Group NV (société à responsabilité limitée de droit belge)

KBC GROUP NV SUPPLÉMENT (N 1) AU PROSPECTUS DE BASE EN DATE DU 10 FÉVRIER 2015. KBC Group NV (société à responsabilité limitée de droit belge) Ce document est la traduction du Supplément N 1 au Prospectus de Base rédigé en anglais qui a été approuvé par la FSMA. En cas de contradictions entre la version anglaise et la version française du Supplément

Plus en détail

DEDUCTION FRAIS REELS/FRAIS FORFAITAIRES TABLEAU COMPARATIF IMPOT A LA SOURCE/DECLARATION

DEDUCTION FRAIS REELS/FRAIS FORFAITAIRES TABLEAU COMPARATIF IMPOT A LA SOURCE/DECLARATION DEDUCTION FRAIS REELS/FRAIS FORFAITAIRES TABLEAU COMPARATIF IMPOT A LA SOURCE/DECLARATION 2012 Données indicatives. Se reporter au guide de l administration fiscale pour toutes précisions Catégorie de

Plus en détail

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 Fonds d Investissement de Proximité agréé par l Autorité des Marchés Financiers (Article L. 214-31 du Code Monétaire et Financier) Société de

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

NOTICES D INFORMATIONS 2007

NOTICES D INFORMATIONS 2007 NOTICES D INFORMATIONS 2007 1. NOUVEAUTES FISCALES Nouveau certificat de salaire Après avoir été retardée de 2 ans, l application du nouveau certificat de salaire (NCS) entrera en vigueur au 1 er janvier

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

Sécurité sociale. Votre couverture d assurance légale en Suisse. (Dernière mise à jour: janvier 2015) ASSURANCES SOCIALES EN SUISSE

Sécurité sociale. Votre couverture d assurance légale en Suisse. (Dernière mise à jour: janvier 2015) ASSURANCES SOCIALES EN SUISSE sozialversicherungen der Schweiz ASSURANCES SOCIALES EN SUISSE Sécurité sociale. Votre couverture d assurance légale en Suisse. (Dernière mise à jour: janvier 2015) Prestations Assurance-vieillesse et

Plus en détail

Assujettissement des caisses-maladie. selon la loi sur l'assurance-maladie (LAMal)

Assujettissement des caisses-maladie. selon la loi sur l'assurance-maladie (LAMal) Circulaire 12 Assujettissement des caisses-maladie selon la loi sur l'assurance-maladie (LAMal) Circulaire 12 - du 27 novembre 2013 1. Remarques préalables Dans ses lettres-circulaires du 27 septembre

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION Code ISIN : FR0010334037 Dénomination : ATOUT HORIZON DUO Forme juridique : Fonds commun de placement (FCP) de droit français Société de gestion :

Plus en détail

Service de la promotion économique et du commerce (SPECo) aides financières. création, implantation et développement d entreprises

Service de la promotion économique et du commerce (SPECo) aides financières. création, implantation et développement d entreprises Service de la promotion économique et du commerce (SPECo) aides financières création, implantation et développement d entreprises x TABLE DES MATIERES 2 1. PRÉAMBULE 1.1. PRINCIPES GÉNÉRAUX 3 2. SOUTIEN

Plus en détail

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal Du constat au conseil Intervenants Félix CICERON, Directeur de l ingénierie patrimoniale, Expert& Finance José SOTO, Directeur des partenariats

Plus en détail

LE CHOIX DE STATUT DU DIRIGEANT. Optimisation et conséquences sociales

LE CHOIX DE STATUT DU DIRIGEANT. Optimisation et conséquences sociales LE CHOIX DE STATUT DU DIRIGEANT Optimisation et conséquences sociales Le statut juridique conditionne le régime social du dirigeant I - Caractéristiques des différents statuts juridiques II - Optimisation

Plus en détail

IV. comptabilité et révision

IV. comptabilité et révision IV. comptabilité et révision Vous devez tenir la comptabilité de votre entreprise Vous trouverez dans ce chapitre des renseignements sur les règles et usages en vigueur pour la comptabilité et la révision

Plus en détail

Emmanuel Jacques Almosnino

Emmanuel Jacques Almosnino Emmanuel Jacques Almosnino LE NOUVEAU REGIME DES COTISATIONS ET PRELEVEMENTS SOCIAUX SUR LES REMUNERATIONS La loi n 2012-1404 du 17 décembre 2012 de financement de la sécurité sociale pour 2013 augmente

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

Votre Entreprise en Suisse. Philipp Troesch Avocat Schaer Partners Bâle, le 26 septembre 2014

Votre Entreprise en Suisse. Philipp Troesch Avocat Schaer Partners Bâle, le 26 septembre 2014 Votre Entreprise en Suisse Philipp Troesch Avocat Schaer Partners Bâle, le 26 septembre 2014 Thèmes abordés 1. Présentation 2. Premiers pas, le début d un projet 3. Fonder une société en Suisse 4. Gérer

Plus en détail

SECTION 1 PRÉPARATION À L EFC

SECTION 1 PRÉPARATION À L EFC PRÉFACE... vii LISTE DES ABRÉVIATIONS... ix SECTION 1 PRÉPARATION À L EFC...1 1.1 LA GRILLE DE COMPÉTENCES SECTION FISCALITÉ : VUE D ENSEMBLE...1 1.2 EXEMPLE DE CONNAISSANCES ATTENDUES À CHAQUE NIVEAU

Plus en détail

DROIT FISCAL. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif

DROIT FISCAL. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DROIT FISCAL DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1-1- Régime d imposition - Quel est le régime d imposition à la de la SA Habitat? La SA Habitat réalise des ventes (menuiseries) et des prestations

Plus en détail

ISF les contraintes bien immobilier exonération complète de l impôt de plus-value Plus-values sur titres droit des fondations

ISF les contraintes bien immobilier exonération complète de l impôt de plus-value Plus-values sur titres droit des fondations 8 juillet 2006 Ledgenda Résumé 2 4 6 Si le législateur français se refuse à réformer en profondeur l ISF, et notamment à revoir la problématique fondamentale des biens professionnels, la Cour de cassation

Plus en détail

Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses

Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses 2.09 Cotisations Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances

Plus en détail

La Fiscalité de l Épargne Salariale

La Fiscalité de l Épargne Salariale FISCALITÉ La Fiscalité de l Épargne Salariale Le cadre fiscal et social pour l entreprise A - Les versements dans les dispositifs Pour l entreprise Nature du versement Charges sociales et taxes patronales

Plus en détail

Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes

Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Pascal Broulis, chef du DFIRE Présentation à l ASMV, le 3 octobre 2014 Contexte international

Plus en détail

Réforme III de la fiscalité des entreprises. Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes

Réforme III de la fiscalité des entreprises. Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Pascal Broulis, chef du DFIRE Présentation à l UCV 25 septembre 2014 Articulation de la présentation

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

Accompagnement et aides financières de Pôle Emploi

Accompagnement et aides financières de Pôle Emploi Découvrez tous les leviers fiscaux pour votre entreprise Maître Guillaume PAINSAR, Notaire associé à RENNES Président association "Ouest Notaires Entreprise" Membre association "Notaires Conseils d'entrepreneurs"

Plus en détail

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Objectif Les produits sont définis dans le Cadre pour la préparation et la présentation des états financiers 1 comme les accroissements

Plus en détail

Découvrez vite le tableau comparatif de nos formules et un aperçu chiffré des revenus que vous pouvez escompter!

Découvrez vite le tableau comparatif de nos formules et un aperçu chiffré des revenus que vous pouvez escompter! Nos solutions pour indépendants Constituez votre capital retraite et assurez la continuité de vos revenus En qualité d entrepreneur indépendant, vous vous engagez jour après jour pour garantir la croissance

Plus en détail

Les incitations fiscales à l investissement dans les PME

Les incitations fiscales à l investissement dans les PME Les incitations fiscales à l investissement dans les PME intégrant les modifications apportées par la Loi de finances pour 2011 witam 31, rue des Poissonniers 92200 Neuilly-sur-Seine tel. 01 55 62 00 80

Plus en détail

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Animé par : Benoît Baron, Rédacteur en chef - L AGEFI ACTIFS Intervenants : Grégoire SALIGNON Directeur de l ingénierie

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

Renforcement des entreprises et du pouvoir d achat des familles. Conférence de presse du Conseil d Etat, le 1 er juillet 2015

Renforcement des entreprises et du pouvoir d achat des familles. Conférence de presse du Conseil d Etat, le 1 er juillet 2015 RIE III dans le canton de Vaud Renforcement des entreprises et du pouvoir d achat des familles Conférence de presse du Conseil d Etat, le 1 er juillet 2015 Réforme fiscale des entreprises Pascal Broulis,

Plus en détail

PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT. (sur base des informations connues au 11/12/2011)

PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT. (sur base des informations connues au 11/12/2011) PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT (sur base des informations connues au 11/12/2011) 1. TAXATION DES REVENUS DU PATRIMOINE Précompte mobilier - Principes : le taux de base du précompte

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II Ces transparents sont fondés sur les conclusions préliminaires de l IASB telles qu elles ont été rendues publiques sur le site de l IASB. Le Board peut à tout

Plus en détail