Entraînement en cyclisme

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Entraînement en cyclisme"

Transcription

1 INTENSITE 1 DEFINITION : Zone d intensité très faible, utilisée pour récupérer ou préparer des efforts de haute intensité. EFFETS PHYSIOLOGIQUES: L oxygénation cellulaire devient maximale, la production d acide lactique est totalement neutralisée. La vascularisation musculaire s améliore grâce au développement du réseau de capillaires. Bien que cette intensité corresponde seulement aux temps morts de la compétition elle pourrait sembler inutile à travailler, si elle ne prenait une place indispensable pour récupérer activement des efforts consentis à l entraînement ou en compétition. Améliorant le réseau des vaisseaux sanguins elle prépare aux efforts maximaux, aussi bien au niveau de l approvisionnement musculaire en oxygène et carburant énergétique qu au niveau de la rapidité d évacuation des toxines après course. REPERES d ENTRAINEMENT: La priorité est donnée aux sensations personnelles: aisance totale, le cycliste se promène, il n appuie pas sur les pédales, aucun essoufflement, les repères de fréquences cardiaques paraissent inutiles mais celle çi se situe entre 50 et 60% de la fréquence cardiaque maximale. BRAQUETS: Les braquets proposés dans tous les tableaux correspondent à une utilisation dans des conditions optimales, c est à dire sur le plat, avec un revêtement lisse, sans vent et par beau temps. Dans des conditions plus difficiles le braquet et la vitesse seront réduits et adaptés afin de retrouver les sensations recherchées. D une façon générale on utilisera le petit plateau, afin d avoir une sensation d appui minimal. Le coureur n appuie pas sur les pédales. BRAQUETS en intensité 1 Niveaux Régional National Vitesse indicative Km/h Km/h En vélocité Braquet 42 / / 19 En souplesse Braquet 42 / / 17 En rythme Braquet 42 / / 16 Extrait de «Performances et Records» Ciprelli-Demenois-Longo. RCS France 33 (0) /13

2 DUREES: Consacrer 1 heure à 1 h 30 à ce type de sortie, oxygénera d une façon optimale les cellules. Cette intensité sera également utilisée en début d échauffement, en récupération active lors de séance en fractionné et intervalle et en fin de sortie. Dépasser cette durée ( 2 à 3 h ) permettra de puisser sur le stock de corps gras, voire de perdre du poids si un suivi diététique y est associé. A ce sujet l efficacité de l amaigrissement recherché sera accrue en réalisant dans la journée plutôt 2 fois 2 heures qu 1 fois 4 heures. La chronobiologie montre que la matinée est un moment favorable pour travailler en endurance de base. CONSIGNES pour REUSSIR: Ne pas regarder son compteur de vitesse, Ne pas vouloir calculer sa moyenne, Ne pas mettre de cardiofréquence mètre pour cette intensité, mais écouter et découvrir des sensations d aisance. Pouvoir respirer seulement par le nez, pas de bouche ouverte. On peut se ravitailler et mastiquer sans peine. On est en dessous du seuil de transpiration. Savoir aller vite quand c est facile et continuer de pédaler. Savoir laisser diminuer la vitesse chaque fois qu il le faut (vent, faux-plat, revêtement...) ORGANISATION de la SORTIE en groupe: Elle doit s effectuer sur un parcours sans difficulté ou avec un minimum de relief. Afin de personnaliser l intensité au plus prés des besoins du coureur, la sortie doit se faire de préférence seule. Toutefois, en cas de sortie collective, l organisation du groupe devient nécessaire pour maîtriser l allure et la sécurité (Cf. schéma çi dessous) Sécurité Rouler 2 par 2, avec relais par la droite en endurance de base Extrait de «Performances et Records» Ciprelli-Demenois-Longo. RCS France 33 (0) /13

3 INTENSITE 2 DEFINITION: Zone d intensité soutenue, utilisant un pourcentage élevé de la capacité aérobie. EFFETS PHYSIOLOGIQUES: L entraînement dans cette zone d intensité va améliorer le rendement physiologique et bio mécanique du sportif: Le rendement d oxygène s améliore, et produit une économie du geste et l augmentation de la qualité du pédalage. Economie du geste : oui, mais pas d augmentation de la VO2. Cependant cette économie se traduit par une augmentation de la durée possible d effort et par une utilisation de plus en plus privilégiée des graisses aux dépens des glucides ( un coureur en forme éprouve moins le besoin de se ravitailler sans tomber en hypoglycémie). REPERES d ENTRAINEMENT: On est toujours en propulsion et cela se manifeste au niveau de l appui permanent sur les pédales. L essoufflement ne se manifeste pas mais la respiration s effectue également par la bouche. On est à présent au - dessus du seuil aérobie, on atteint vraiment la première zone d entraînement.les sensations décrites doivent suffire pour la repérer sans avoir à utiliser encore le cardiofréquencemètre. La limite supérieure de l intensité N 2 est la notion d essoufflement réel. Elle se perçoit par la nécessité d une respiration rapide. BRAQUETS en intensité 2 Niveaux Régional National Vitesse indicative Km/h Km/h Vélocité Braquet 42 / / 17 Souplesse Braquet 42 / / 15 Rythme Braquet 42 / / 17 Puissance Braquet 52 / / 15 Extrait de «Performances et Records» Ciprelli-Demenois-Longo. RCS France 33 (0) /13

4 Force 60 / 65 tmn 65 / 70 tmn Braquet 52 / / 13 DUREES: La régularité, le dosage des braquets en fonction des difficultés permettra d accroître la durée des sorties. La chronobiologie montre que la matinée est un moment favorable pour travailler en intensité2. CONSIGNES pour REUSSIR: Cette fois l objectif peut être d assurer la meilleure moyenne possible sur un parcours donné. La plupart du temps consacrée à l intensité N 2 doit être effectuée les mains en bas du cintre, comme en situation de course. ORGANISATION de la SORTIE en groupe Rouler en 2 files, 1 file montante abritée du vent (à droite ou à gauche) et 1 file descendante exposée au vent. Extrait de «Performances et Records» Ciprelli-Demenois-Longo. RCS France 33 (0) /13

5 INTENSITE 3 DEFINITION: Zone d intensité d effort très élevée, permettant de développer la consommation maximale d oxygène (VO2 Max.); qualité déterminante dans les activités sportives intenses de courtes et moyennes durées (6 minutes jusqu à 1 heure).c est le capital performance du sportif. EFFETS PHYSIOLOGIQUES: Amélioration au niveau cellulaire (mitochondries) de l aptitude à capter de l oxygène. La période de vie comprise entre l adolescence et ans semble la plus propice à son développement. La responsabilité des entraîneurs s y trouve engagée pour développer en temps opportun cette qualité fondamentale. Cependant on constate sur des sportifs plus mûrs des progrès et des valeurs remarquables. REPERES d ENTRAINEMENT: La respiration en cette intensité devient un repère de qualité. Sans respiration rapide haletante, où le rythme respiratoire s accélère, mais reste sous le contrôle du coureur. on n est pas en puissance aérobie. Il faut absolument parvenir à ses sensations d essoufflement établi, rapide et contrôlé pour atteindre cette intensité N 3 (l utilisation de trop grand braquet peut être une raison pour ne pas y arriver). Quand il y a perte du contrôle de la respiration, l intensité dépasse la zone de puissance aérobie et on bascule en intensité lactique, le coureur rentre en zone rouge. La mesure de la puissance développée au cours de l effort pourrait déterminer l intensité N 3. L avenir nous permettra sans aucun doute, grâce à l évolution technologique de mettre à disposition des coureurs et entraîneurs des appareils miniaturisés de mesure de puissance, d une précision scientifique, équipés de mémoire, qui supplanteront rapidement les cardiofréquencemètres. Cependant, compte tenu des moyens techniques actuels commercialisés la fréquence cardiaque, reste un moyen assez fiable pour gérer cette intensité. Aussi, on se situera en puissance aérobie pour des valeurs de fréquence cardiaques comprises entre 90% et 97% de la fréquence cardiaque maximale du sujet, mesure prise sur le terrain à vélo. Les vitesses indicatives proposées sont établies à partir d un coefficient de pénétration dans l air (Cx) correspondant à l utilisation d un vélo de route classique, mains en bas du cintre. DUREES: Les efforts se feront en alternance d efforts de 15 à 20 minutes ( 1 à 2 fois ) à 90%, avec une récupération active en intensité N 1, égale au temps d effort, voire égale à la moitié du temps d effort, suivant la place de la séance dans la programmation d entraînement. La progression en difficulté conduit à réduire la durée d effort et à augmenter l intensité. Pour se faire la séance se déroulera en intervalles, avec un temps d effort de 3 à 5 minutes ( 3 séries de 3 répétitions au maximum) à 95% et de récupération active égaux, limités par un nombre de répétitions pour chacune des séries. La maîtrise du contrôle de l entraînement devient fondamentale, le coureur devant toujours engager une puissance proche mais inférieure à sa puissance maximale aérobie. L expérience de terrain montre que bien peu de coureurs sont capables d apprécier cette Extrait de «Performances et Records» Ciprelli-Demenois-Longo. RCS France 33 (0) /13

6 valeur et que de ce fait il semble imprudent en cyclisme de proposer des temps d efforts en puissance aérobie inférieure à 3 minutes. La chronobiologie montre que la fin de matinée et l après midi sont des moments favorables pour travailler en intensité 3. CONSIGNES pour REUSSIR: Choisir un site approprié c est à dire relativement plat et si possible rectiligne. L échauffement est déterminant pour bien mobiliser la puissance aérobie. 30 minutes semblent vraiment un minimum avant de procéder à un premier «déblocage» en vélocité avec le petit plateau, suivi 5 minutes après d un deuxième «déblocage» cette fois en puissance avec le grand plateau. BRAQUETS en intensité 3 Niveaux Régional National Vitesse indicative Km/h Km/h Vélocité Braquet 52 / / 16 Souplesse Braquet 52 / / 15 Rythme Braquet 52 / / 14 Puissance Braquet 52 / / 13 Force Braquet 52 / / 12 ORGANISATION de la SORTIE en groupe: L organisation en groupe d un travail individualisé contre la montre ne pose pas de problème même si le niveau des coureurs est très différent. Il faudra cependant bien connaître la valeur de chacun des participants afin de les faire partir en contre la montre dans l ordre inverse des possibilités connues c est à dire d abord le plus fort puis ainsi de suite. Mise en place: l ensemble du groupe roule à très petite allure; l entraîneur envoie en premier le coureur cité précédemment, les autres continuent à très petite allure. Quant ce premier a pris 100m de champ, le second part et ainsi de suite...le dernier partant est donc le moins performant, qui aura à parcourir une distance plus réduite mais à une vitesse plus faible et le temps d effort pourra être considéré comme identique. Extrait de «Performances et Records» Ciprelli-Demenois-Longo. RCS France 33 (0) /13

7 Il est très important, que les coureurs au fur et à mesure de leur arrivée au point déterminé comme tel, fassent ½ tour et roulent en intensité 1 à la rencontre du dernier partant, pour se placer derrière lui et le laisser finir son parcours. Si tout le monde à bien respecté les consignes, à l arrivée du dernier coureur l ensemble du groupe est reconstitué, chacun a travaillé à son niveau, sans temps mort ni temps d arrêt et peut se diriger vers un autre site d exercice. INTENSITE 3 Bis ou AMPLITUDE AEROBIE DEFINITION: Aptitude physiologique permettant de mobiliser un maximun de sa consommation maximale d oxygène en un minimun de temps. La fréquence cardiaque indiquera cette aptitude à approvisionner les muscles en oxygène. On l exprimera en une accélération cardiaque par minute. Toutefois, on constate que l accélération se passe essentiellement pendant les 30 premières secondes. EFFETS PHYSIOLOGIQUES: L impact physiologique se traduira par une amélioration prépondérante du flux sanguin et de l apport d oxygène et permettra une augmentation importante du débit en un laps de temps le plus court possible. BRAQUETS en intensité 3 bis Niveaux Régional National Amplitudes supposées Accélérations indicatives de 27 à 37 Km/h de 24 à 41 Km/h Puissance 52 / / 14 Force 52 / / 12 Dans ce type d exercice une préférence sera donnée au travail à dominante puissance et force. PRINCIPE d ENTRAINEMENT: Le travail consiste à accélérer régulièrement pendant 30 secondes en restant toujours assis sur la selle même au lancement, sur un parcours plat, pour passer de la fréquence cardiaque basse de l amplitude aérobie (Cf calcul) à 90-95% de la fréquence cardiaque maximale. Si le coureur pouvait mesurer la puissance engagée lors de cet exercice, il serait au niveau maximal de sa puissance aérobie, mais jamais supérieure à celle-ci. Fréquence Cardiaque 90% à 95% de FCMax FC départ = 90% de FCMax - Amplitude Extrait de «Performances et Records» Ciprelli-Demenois-Longo. RCS France 33 (0) /13

8 Temps 1 série est composée de 3 à 5 répétitions, 1 séance est composée de 2 à 3 séries. La récupération active entre chaque répétition sera au début du cycle de 1 minute pour diminuer jusqu à 30. La récupération active entre chaque série restera à 10 minutes. La chronobiologie montre que la fin de matinée et l après midi sont des moments favorables pour travailler en amplitude aérobie. CONSIGNES pour REUSSIR: La séance peut être faite sur une longue portion plate, ou sur un petit circuit routier plat sans intersection dangereuse ou encore mieux sur piste. La variété des sites d entraînement étant toujours souhaitable pour ne pas avoir un entraînement stéréotypé, l alternance des lieux évitera la monotonie. ORGANISATION de la SORTIE: A moins d avoir les deux paramètres de VO2 et d amplitude identiques, il n est pas envisageable de réaliser ce travail avec un groupe hétérogène. A ce niveau,l entraînement ne peut être qu individualisé. Extrait de «Performances et Records» Ciprelli-Demenois-Longo. RCS France 33 (0) /13

9 INTENSITE 4 DEFINITION: Zone d intensité maximale, à solliciter de 30 à 2 30, mais ne pouvant être tenue plus de 3 minutes avec une puissance supérieure à la puissance maximale aérobie stabilisée. On l appellera également la zone rouge. REMARQUE: Toute référence à la fréquence cardiaque, pour se situer en intensité 4 serait une erreur. Cependant dans des conditions particulières où l intensité de l effort augmente progressivement par paliers il y a alors une relation forte entre l intensité d effort et la fréquence cardiaque; la zone rouge se situe, alors et seulement dans ces conditions, à 97 % de la fréquence cardiaque maximale du moment. EFFETS PHYSIOLOGIQUES: Au-delà de la puissance maximale aérobie, quand on atteint l intensité lactique, le facteur limitant immédiat est l aptitude à transformer le plus rapidement possible le glycogène musculaire en ATP. Cette réaction correspond à la puissance anaérobie lactique. La production d acide lactique devient ensuite le facteur limitant à partir d une minute d effort On se situe au-delà des 9 mmôles pour atteindre des valeurs personnalisées extrêmes pouvant dépasser 20 mmôles. Sur le plan physiologique on se trouve en capacité anaérobie lactique Au cours de l exercice, la quantité de gaz carbonique augmente dans le sang, faisant baisser le Ph sanguin. De ce fait, l affinité de l hémoglobine pour l oxygène diminue, l acidose augmente, ainsi que la production de lactates. L équilibre acido-basique se détériore de plus en plus, l intense accélération réflexe de la fréquence respiratoire se produit, on est bien en intensité 4. L excès d acide devra être neutralisé par les substances tampons de l organisme développées lors des récupérations passives. Toutefois, le travail effectué au préalable en intensité 1 ou endurance de base, permettra un drainage et une élimination plus efficace des toxines, ce qui améliorera notoirement les délais de récupération. REPERES d ENTRAINEMENT: La douleur, le mal aux jambes, les cuisses qui brûlent, l incapacité d accélérer en fin d effort, autant de repères qu il faudra atteindre et accepter pour progresser au niveau lactique. Extrait de «Performances et Records» Ciprelli-Demenois-Longo. RCS France 33 (0) /13

10 Quelquefois une forte et désagréable impression de vomissement (réflexe vagal) peut envahir le coureur certain de travailler à la bonne intensité et qui sera alors obligé de rouler en intensité 1 pour éliminer ce petit malaise non dangereux. BRAQUET en intensité 4 Niveaux Régional National VO2 sans signification VO2 sans signification VO2 sans signification DUREES: Vitesse indicative Km/h Km/h Puissance Braquet 52 / / 13 Force Braquet 52 / / 12 Les efforts seront à chaque fois poussés à la puissance extrême du coureur, et la durée sera de préférence comprise entre 1 et 2. La qualité de l intensité de sollicitation sera toujours prioritaire, par rapport à la quantité de travail effectuée. En puissance lactique 5 efforts de 1, semble un maximum difficile à atteindre. En capacité lactique le maximum semble s arrêter à 3 fois 2. La durée de la récupération sera de 3 à 4 fois la durée de l effort: exemple 2 d effort > 6 à 8 de récupération. La forme de la récupération évoluera progressivement d une récupération active vers une récupération passive. La chronobiologie montre que la fin d aprés midi et le début de soirée sont des moments favorables pour travailler en lactique. CONSIGNES pour REUSSIR: Il faut déjà être convaincu de l utilité d une telle séance et avoir envie de se battre pour réaliser ce type d efforts. Sans disposition mentale propice à l agressivité, la séance sera insuffisamment intense. Chaque série doit être finie avec une baisse certaine de vigilance.. ORGANISATION de la SORTIE en groupe: Choisir un terrain régulier plat avec des bornes kilométriques pour organiser des sprints longs par 2 ou 3 coureurs suivis d une récupération active avec petit braquet. Pour une récupération passive, on choisira le même dispositif mais en côte de telle façon que les coureurs aprèès leur effort puissent faire ½ tour et redescendre en roue libre (Récupération passive). Extrait de «Performances et Records» Ciprelli-Demenois-Longo. RCS France 33 (0) /13

11 INTENSITE 5 DEFINITION: Effort explosif d intensité totale de 5 à 10 secondes. EFFETS PHYSIOLOGIQUES: La dominante physiologique se produit au niveau des substrats biochimiques, sans intervention de la composante oxygénation. Aussi, la terminologie alactique sera tout à fait relative pour l entraîneur qui veillera particulièrement aux temps d efforts afin que la production lactique n ait réellement pas le temps d agir. Le temps d effort n est pas assez long pour que l acide lactique ne soit pas retransformé et neutralisé. REPERES d ENTRAINEMENT: La production brutale d énergie est le seul repère valable. BRAQUETS en intensité 5 Niveaux Régional National VO2 sans signification VO2 sans signification VO2 sans signification Vitesse indicative Accélération Max Accélération Max Puissance Braquet 52 / / 13 Force Braquet 52 / / 12 DUREES: Impérativement brève, moins de 10 secondes pour assurer une libération totale des forces. La récupération totale au niveau du système nerveux sera de l ordre de 10 à 12 minutes. La chronobiologie montre que la fin d aprés midi et le début de soirée sont des moments favorables pour le travail alactique. CONSIGNES pour REUSSIR: Avoir une motivation violente d accélération. Le retour au calme préconisé pour clore toute activité physique n est pas souhaitable dans le cas d un travail alactique, recommandé avant une compétition, en effet la sollicitation neuro-musculaire laissera des traces de vigilance très favorable pour l épreuve à venir. ORGANISATION de la SORTIE en groupe: Extrait de «Performances et Records» Ciprelli-Demenois-Longo. RCS France 33 (0) /13

12 Entraînement en cyclisme Les 2 premiers d un peloton roulant par 2 à petite vitesse peuvent au signal faire un effort «alactique» jusqu à un point de repère visible et précis, quand les 2 premiers ont fini, ils roulent à nouveaux à petite vitesse. Les 2 suivants peuvent alors effectuer le même effort, et ainsi de suite, jusqu à ce que l ensemble des coureurs soit passé et ait reconstitué le peloton. Extrait de «Performances et Records» Ciprelli-Demenois-Longo. RCS France 33 (0) /13

13 Extrait de «Performances et Records» Ciprelli-Demenois-Longo. RCS France 33 (0) /13

Ainsi le travail par intervalles permet une augmentation des charges de travail sans risque de surentraînement.

Ainsi le travail par intervalles permet une augmentation des charges de travail sans risque de surentraînement. LA SURCOMPENSATION La surcompensation est le phénomène de base sans lequel s entraîner serait inefficace : je m entraîne, je suis fatigué, je me repose, je suis capable de reproduire ce que j ai fait avec

Plus en détail

QUE SE PASSE T-IL LORSQUE MES ELEVES COURENT? Le plus vite possible entre 10 et 2. Ils sont en course de résistance

QUE SE PASSE T-IL LORSQUE MES ELEVES COURENT? Le plus vite possible entre 10 et 2. Ils sont en course de résistance Les incontournables QUE SE PASSE T-IL LORSQUE MES ELEVES COURENT? Le plus vite possible pendant une durée maximale de 10? Ils sont en course de vitesse ( 30 m 40 m) - l énergie est fournie par les réserves

Plus en détail

Les conseils et connaissances physio utiles pour le step

Les conseils et connaissances physio utiles pour le step Les conseils et connaissances physio utiles pour le step I. S entraîner pour quoi faire? II. Le carburant du muscle et sa production III. IV. La fréquence cardiaque comme repère en Step Les différentes

Plus en détail

3000m 1500m. 2 Les caractéristiques de l endurance générale et spécifique

3000m 1500m. 2 Les caractéristiques de l endurance générale et spécifique L endurance et le demi- fond 1 Généralités : 3000m 1500m! L endurance générale c est l endurance aérobie, ce qui signifie que le système cardiorespiratoire peut fournir tout l oxygène requis par l exercice.

Plus en détail

Entrainements derrière engins motorisés

Entrainements derrière engins motorisés Entrainements derrière engins motorisés L entrainement derrière Derny, scooter ou autre engin motorisé permet au coureur de développer son physique par des entraînements plus engagés. Le coureur est stimulé

Plus en détail

Courir longtemps Animation pédagogique du mercredi 5 décembre 2007 Fabrice Chapel, CPC EPS D'après G. Maitrot CPD EPS et "le guide de l'enseignant" 1

Courir longtemps Animation pédagogique du mercredi 5 décembre 2007 Fabrice Chapel, CPC EPS D'après G. Maitrot CPD EPS et le guide de l'enseignant 1 Courir longtemps Animation pédagogique du mercredi 5 décembre 2007 Fabrice Chapel, CPC EPS D'après G. Maitrot CPD EPS et "le guide de l'enseignant" 1 Courir pour l enfant c est : Dans le domaine moteur

Plus en détail

1.3 Introduction aux différentes formes de résistance (filière anaérobie lactique)

1.3 Introduction aux différentes formes de résistance (filière anaérobie lactique) 1.3 Introduction aux différentes formes de résistance (filière anaérobie lactique) Dans le cadre de la planification de l entraînement, la résistance entre en jeu après un développement minimal de l endurance.

Plus en détail

La course en durée au Lycée Classe de seconde- Compétences de niveau 3 attendues

La course en durée au Lycée Classe de seconde- Compétences de niveau 3 attendues au Lycée Classe de seconde- Compétences de niveau 3 attendues 1. Introduction- Présentation. 2. une nouvelle démarche BO n 4 du 29 avril 2010 : programme d EPS pour les LEGT. BO spécial n 2 du 19 février

Plus en détail

La durée de votre entrainement :

La durée de votre entrainement : 1 Ex-international et champion de France du marathon. Entraîneur de nombreux athlètes internationaux et depuis près 20 ans, consultant commentateur télévision pour les grands rendez-vous mondiaux dʼathlétisme

Plus en détail

1. L énergie de la contraction musculaire provient de l hydrolyse de l ATP 1.1. La contraction musculaire

1. L énergie de la contraction musculaire provient de l hydrolyse de l ATP 1.1. La contraction musculaire LA CHIMIE DE L EFFORT Les différentes sources d énergie du muscle lors de l effort Magnésium et effort musculaire A) Les différentes sources d énergie du muscle lors de l effort 1. L énergie de la contraction

Plus en détail

Man Vs Woman. Tout d abord il existe des facteurs physiologiques qui semblent Ñtre Ö l origine de cet Äcart de performance :

Man Vs Woman. Tout d abord il existe des facteurs physiologiques qui semblent Ñtre Ö l origine de cet Äcart de performance : Man Vs Woman Les femmes sont souvent considäräes comme Å le sexe faible Ç et on peut remarquer que dans certains sports, les femmes sont souvent en minoritä par rapport aux hommes. Vient s ajouter la diffärence

Plus en détail

S entraîner à VMA en ski de fond

S entraîner à VMA en ski de fond S entraîner à VMA en ski de fond Qu est ce que la VMA? La Vitesse Maximale Aérobie correspond à la vitesse associée à la consommation maximale d oxygène, c'est-à-dire à VO2max. On entend parler aussi de

Plus en détail

Les indicateurs de l effort en cyclisme sur route. Raphaël LECA www.culturestaps.com Mai 2015

Les indicateurs de l effort en cyclisme sur route. Raphaël LECA www.culturestaps.com Mai 2015 Les indicateurs de l effort en cyclisme sur route Raphaël LECA www.culturestaps.com Mai 2015 La fréquence cardiaque exprimée en battements par minute (BPM) permet de faire circuler le sang (qui transporte

Plus en détail

à l école primaire Roland LATOU Hélène LE PERFF Franck MOULHIAC Page 1 sur 26

à l école primaire Roland LATOU Hélène LE PERFF Franck MOULHIAC Page 1 sur 26 à l école primaire Roland LATOU Hélène LE PERFF Franck MOULHIAC Page 1 sur 26 PREAMBULE La course longue, trop souvent associée à l endurance dont elle prend parfois le nom, occupe une place parfois insuffisante

Plus en détail

LA COURSE LONGUE DUREE

LA COURSE LONGUE DUREE LA COURSE LONGUE DUREE LES TEXTES (2002): Les compétences de fin de cycle sont les suivantes : Cycle 2 : courir longtemps (entre 6 et 12mn), selon les capacités de chacun, de façon régulière? sur une longue

Plus en détail

STAGE FPC : course de demi-fond

STAGE FPC : course de demi-fond STAGE FPC : course de demi-fond Les nouveaux programmes ne parlent plus de course de durée mais de course de demi-fond DECOUPAGE RAPIDE DU CURSUS SCOLAIRE ETAPE 1: Objectif: L élève doit comprendre la

Plus en détail

S entraåner Ç VMA en ski de fond

S entraåner Ç VMA en ski de fond S entraåner Ç VMA en ski de fond 1. Qu est ce que la VMA? La Vitesse Maximale AÉrobie correspond Ä la vitesse associåe Ä la consommation maximale d oxygéne, c'est-ä-dire Ä VO2max. On entend parler aussi

Plus en détail

La préparation physique. Jean-François COGNEZ Janvier 2015

La préparation physique. Jean-François COGNEZ Janvier 2015 La préparation physique du plongeur Jean-François COGNEZ Janvier 2015 Objectifs Bases physiologiques Principes généraux de la préparation physique du plongeur L entraînement dans les différentes filières

Plus en détail

ENERGIE ET PERFORMANCE

ENERGIE ET PERFORMANCE ENERGIE ET PERFORMANCE A. Introduction Les paramètres influençant la performance sont la Génétique, l entraînement, le mental, puis une série de paramètres tels la nutrition, le sommeil, l environnement,

Plus en détail

BESOINS ENERGETIQUES DE L'EFFORT

BESOINS ENERGETIQUES DE L'EFFORT BESOINS ENERGETIQUES DE L'EFFORT Sommaire Introduction A. La molécule d ATP 1. L ATP comme source d énergie 2. Les besoins en ATP lors de l effort B. Les filières de resynthèse de l ATP 1. La filière anaérobie

Plus en détail

Les Exercices Types. L Amélioration de la Coordination / Souplesse : HT1 : Home Traîner 1 HT2 : Home Traîner 2

Les Exercices Types. L Amélioration de la Coordination / Souplesse : HT1 : Home Traîner 1 HT2 : Home Traîner 2 Les Exercices Types Je vous propose de trouver ci-dessous, des informations concrêtes pour exécuter des Exercices Types correspondant à des Zones d entraînement spécifiques. La Préparation Energétique

Plus en détail

Les Qualités Physiques

Les Qualités Physiques Les Qualités Physiques Introduction : Tantôt qualifiées de capacités motrices ou physiques, d aptitudes ou de potentialités, les qualités physiques, de par leurs interrelations internes mais aussi de par

Plus en détail

Entraînement sur home-trainer

Entraînement sur home-trainer Entraînement sur home-trainer Séance n 1 Durée : 30mn Thème/qualité : décontraction Objectif : pédalage sans intensité avec une petite activité cardio-vasculaire et corporelle. CONTENU : Sur un braquet

Plus en détail

Programme d entraînement

Programme d entraînement Programme d entraînement 1000 km Édition 2012 1. Introduction Vous trouverez ci-dessous, l information nécessaire afin de comprendre et de suivre le programme d entraînement ( voir Annexe 1) préparatoire

Plus en détail

FONDAMENTAUX DE L ENTRAINEMENT EN CYCLISME

FONDAMENTAUX DE L ENTRAINEMENT EN CYCLISME FONDAMENTAUX DE L ENTRAINEMENT EN CYCLISME 1- POURQUOI S ENTRAINER? Physiologie de l effort Intensités et filières énergétiques Biomécanique La surcompensation Les limites de l effort 2- COMMENT S ENTRAINER?

Plus en détail

LES ADAPTATIONS METABOLIQUES A L ENTRAINEMENT. Sandra Joffroy

LES ADAPTATIONS METABOLIQUES A L ENTRAINEMENT. Sandra Joffroy LES ADAPTATIONS METABOLIQUES A L ENTRAINEMENT Sandra Joffroy L'AEROBIE : Type de sports : Sports d endurance, Marathon, Cyclisme, Triathlon L ANAEROBIE ALACTIQUE : Type de sports : Sports de puissance,

Plus en détail

Le certificat médical de non contre-indication à la pratique de la course à pied

Le certificat médical de non contre-indication à la pratique de la course à pied Course à pied CONSEIL IMPORTANT ATTENTION Pierre Levisse, Champion du Monde de cross, vous donne tous les conseils (diététique, étirements, entraînement) pour améliorer vos performances quelque soit votre

Plus en détail

STEP. Connaissances scientifiques et théoriques : Pour aller plus loin

STEP. Connaissances scientifiques et théoriques : Pour aller plus loin STP Connaissances scientifiques et théoriques : Pour aller plus loin I. Principes de développement des processus énergétiques : 1 II. Approfondissement des notions : 2 1. Le processus aérobie : 2 2. Le

Plus en détail

L entraînement. Les différentes filières. Les tests d évaluation. La façon pratique de conduire un entraînement.

L entraînement. Les différentes filières. Les tests d évaluation. La façon pratique de conduire un entraînement. L entraînement. Les différentes filières. Les tests d évaluation. La façon pratique de conduire un entraînement. Quelques rappels Le muscle est l effecteur Son combustible est l ATP Les stocks d ATP sont

Plus en détail

Les activités d entretien au lycée: Quels contenus? Repères physiologiques

Les activités d entretien au lycée: Quels contenus? Repères physiologiques Les activités d entretien au lycée: Quels contenus? Stage Académique. Jeudi 6 janvier 2005 Repères physiologiques Sophie Herrera Cazenave Université Victor Segalen Bordeaux 2 Sophie Herrera Cazenave 1

Plus en détail

Les différents cycles de la périodisation

Les différents cycles de la périodisation PLANIFICATION CULTURISTE EQUIPE DE France Cette planification pyramidale permet d améliorer les facteurs de la performance culturisme grâce à une variation régulière des paramètres d entrainement suivants

Plus en détail

Dans les deux cas, il s agit bien de réaliser une performance en repoussant ses limites.

Dans les deux cas, il s agit bien de réaliser une performance en repoussant ses limites. 1 1) Introduction Ce document est avant tout un guide synthétique et opérationnel. Il a pour vocation d aider l enseignant et de lui donner les repères essentiels pour la mise en place d un cycle d endurance.

Plus en détail

Titre 1. Introduction. Titre 2. Physiologie de l effort

Titre 1. Introduction. Titre 2. Physiologie de l effort Titre 1 Introduction Introduction Chapitre 1 : Est-ce que je sais m entraîner? 1. Dix idées reçues sur l entraînement sportif 2. Tester sa manière de s entraîner Titre 2 Physiologie de l effort Chapitre

Plus en détail

Frédéric GAZEAU Docteur en Sciences de la Santé et du sport Personal Trainer SARL 13, rue Sautter 1205 Genève

Frédéric GAZEAU Docteur en Sciences de la Santé et du sport Personal Trainer SARL 13, rue Sautter 1205 Genève LES TECHNIQUES DE RECUPERATION Frédéric GAZEAU Docteur en Sciences de la Santé et du sport Personal Trainer SARL 13, rue Sautter 1205 Genève Définition de la récupération : Période nécessaire après une

Plus en détail

SYNOPSIS CYCLE COURSE EN DUREE N 4 Bac pro

SYNOPSIS CYCLE COURSE EN DUREE N 4 Bac pro SYNOPSIS CYCLE COURSE EN DUREE N 4 Bac pro Leçons Thèmes de travail pour la leçon Mises en œuvre particulières L1 Estimer VMA. Consignes de sécurité échauf/ /hydr/ étirements. Echauffement ou non en fonction

Plus en détail

Les cinq zones cibles

Les cinq zones cibles Les cinq zones cibles Si nous considérons l'aspect mécanique des choses, notre cœur est une sorte de moteur. Il faut regarder sous le capot de temps en temps, vérifier le niveau d'eau, mettre le bon carburant

Plus en détail

D'une manière générale, les élèves n aiment pas s'échauffer.

D'une manière générale, les élèves n aiment pas s'échauffer. en 18 diapos! 1 D'une manière générale, les élèves n aiment pas s'échauffer. C'est assez désagréable de commencer à bouger après 1 heure d'immobilité en salle de classe. C est une activité où on se sent

Plus en détail

Méthodes d éd. évaluation. Evaluation de la capacité aérobie. Les tests de terrain

Méthodes d éd. évaluation. Evaluation de la capacité aérobie. Les tests de terrain Méthodes d éd évaluation de l aptitude l physique Evaluation de la capacité aérobie Les tests de terrain 1 Introduction Aptitude physique d un sujet dépend de nombreux facteurs Exploration fonctionnelle

Plus en détail

Épreuves d exercice musculaire et aptitude aérobie

Épreuves d exercice musculaire et aptitude aérobie Master 1ère année EOPS UES EOPS 1. Évaluation de la performance ECUF EOPS 1.3. Fonctions cardio-respiratoires et musculaires P. Mucci Épreuves d exercice musculaire et aptitude aérobie I Définition Epreuve

Plus en détail

DEMI-FOND. Education à la prise de responsabilités : travail sur les rôles sociaux pour la réussite individuelle et du groupe

DEMI-FOND. Education à la prise de responsabilités : travail sur les rôles sociaux pour la réussite individuelle et du groupe DEMI-FOND ANALYSE ET LOGIQUE DE L ACTIVITE Activité de production et de conservation d énergie pouvant se définir comme un effort mi-long et continu d'intensité modérée à intense (80 à 95% de VMA) Il s

Plus en détail

Conférence de Michel PRADET sur le thème : COMMENT DÉVELOPPER LES PROCESSUS AÉROBIES CHEZ LE COLLÉGIEN ET LE LYCÉEN?

Conférence de Michel PRADET sur le thème : COMMENT DÉVELOPPER LES PROCESSUS AÉROBIES CHEZ LE COLLÉGIEN ET LE LYCÉEN? Dans le cadre de l AEEPS de l académie de Bordeaux Vendredi 19 janvier 2007 Conférence de Michel PRADET sur le thème : COMMENT DÉVELOPPER LES PROCESSUS AÉROBIES CHEZ LE COLLÉGIEN ET LE LYCÉEN? Préambule

Plus en détail

Programme d entraînement au RAID en partenariat avec le Centre des Sports

Programme d entraînement au RAID en partenariat avec le Centre des Sports Programme d entraînement au RAID en partenariat avec le Centre des Sports Jean-Paul ANCIAN - Caroline BESSAC - Pascal BAHUAUD PROGRAMME D ENTRAINEMENT AU RAID (Par Jean-Paul Ancian) Pour ceux qui ne savent

Plus en détail

Dossier de l élève : en classe

Dossier de l élève : en classe Dossier de l élève : en classe Le cycle course en durée a pour objectif de vous faire prendre conscience à travers la pratique, des critères de réalisation afin d «Orienter et développer les effets de

Plus en détail

Dans ce chapitre : Production d énergie pour la contraction musculaire 96

Dans ce chapitre : Production d énergie pour la contraction musculaire 96 Dans ce chapitre : Production d énergie pour la contraction musculaire 96 Les trois systèmes énergétiques 97 Énergie immédiate : le système du phosphate à haute énergie 99 Énergie à court terme : le système

Plus en détail

Journée scientifique organisée par les HUG 19.3.11 Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé. Conférence

Journée scientifique organisée par les HUG 19.3.11 Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé. Conférence Journée scientifique organisée par les HUG 19.3.11 Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé Conférence Aspects physiologiques et biomécaniques de la course à pied Jean-Luc Ziltener Médecin

Plus en détail

Séance 1 (45') Séance 2 (40')

Séance 1 (45') Séance 2 (40') Adaptation au travail sur Home Trainer, reprise, réglage et mise au point t Séance 1 (45') 40 à 120/130pls max en variant les cadences et positions toutes les 5 (5 à 80 rpm; 5 à 90rpm position aéro ; 5

Plus en détail

Section 3 : Physiologie

Section 3 : Physiologie Section 3 : Physiologie Intensité de l entraînement...28 Zones de travail...31 Guide d'entraînement pour Rameur Concept2 27 Section 3 : Physiologie Intensité de l entraînement La physiologie de l exercice

Plus en détail

Apprendre às entraîner en ½fond

Apprendre às entraîner en ½fond Préparer le futur cadet -junior Apprendre às entraîner en ½fond Bernard Mossant CTS Aquitaine Equipe Technique Nationale ½ fond Constats sur la catégorie Minime pas d apprentissage à l entraînement contenus

Plus en détail

BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE

BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE Sommaire. INTRODUCTION Page 3-7 FILIERE ANAEROBIE ALACTIQUE FILIERE ANAEROBIE LACTIQUE Page 8-15

Plus en détail

L'énergie et le sport

L'énergie et le sport L'énergie et le sport Par Alain Carpentier Laboratoire de Biologie Appliquée et Unité de Recherche en Neurophysiologie Institut Supérieur d'education Physique et de Kinésithérapie (ISEPK) La pratique sportive

Plus en détail

TABLEAU 1, compétences et connaissances

TABLEAU 1, compétences et connaissances Noms des experts : TABLEAU 1, compétences et connaissances Anne LEVARD Bertrand SAVARY Niveau 1 (collège). COMPETENCE(s) (texte de référence) CONNAISSANCES que l élève doit s approprier PROBLEMES principaux

Plus en détail

Soirée Recyclage FORMATION Comité Midi Pyrénées Lundi 22 Novembre 2010. Estrade Lilian Conseiller Technique Fédéral de Rugby XV

Soirée Recyclage FORMATION Comité Midi Pyrénées Lundi 22 Novembre 2010. Estrade Lilian Conseiller Technique Fédéral de Rugby XV Soirée Recyclage FORMATION Comité Midi Pyrénées Lundi 22 Novembre 2010 Estrade Lilian Conseiller Technique Fédéral de Rugby XV Définition de la Préparation Physique «la PP est l ensemble organiséet hiérarchisédes

Plus en détail

Jean-François BERNARD

Jean-François BERNARD LeS 7 secrets DE LA COURSE A PIED Jean-François BERNARD Sommaire 3 Débuter la course à pied (de 0 à 30 mn) 5 Réussir à courir une heure sans s arrêter 7 L hydrataion en course à pied 9 La récupération

Plus en détail

Course à Pieds sur longue distance Le Cardiofréquencemètre : Intérêts et Limites

Course à Pieds sur longue distance Le Cardiofréquencemètre : Intérêts et Limites Course à Pieds sur longue distance Le Cardiofréquencemètre : Intérêts et Limites Dr Thierry Laporte Mise à jour novembre 2011 - Bordeaux Les méthodes d entraînement dans les disciplines sportives «d endurance»

Plus en détail

ÉNERGIE. Tout travail, tout effort, produit des toxines La priorité doit être d'éliminer les déchets qui limitent les performances!

ÉNERGIE. Tout travail, tout effort, produit des toxines La priorité doit être d'éliminer les déchets qui limitent les performances! Optimiser la récupération chez le cheval de compétition Susana Macieira, DMV Clinicienne Ambulatoire équin Tout travail, tout effort, produit des toxines La priorité doit être d'éliminer les déchets qui

Plus en détail

ENTRAINEMENT HOME-TRAINER

ENTRAINEMENT HOME-TRAINER ENTRAINEMENT HOME-TRAINER Préambule : Vous trouverez des dizaines de plans d entraînements, des plus théoriques aux plus farfelus. Ce qui suit résulte uniquement de mon expérience personnelle. C est simple

Plus en détail

Bioénergétique de l exercice musculaire

Bioénergétique de l exercice musculaire Bioénergétique de l exercice musculaire 1 Afin de se maintenir en vie, une cellule doit continuellement "travailler". Donc, elle a besoin d'énergie (énergie = capacité à produire du travail). Travail mécanique

Plus en détail

S entraîner efficacement. Fred Grappe

S entraîner efficacement. Fred Grappe S entraîner efficacement Fred Grappe Programme d entraînement Gestion optimale des charges d entraînement Entraînement Compétitions Performance Caractéristiques de la charge d entraînement Elle est constituée

Plus en détail

Les tests de mesure de la VMA (Vitesse Maximale Aérobie) E.Fontaine

Les tests de mesure de la VMA (Vitesse Maximale Aérobie) E.Fontaine Les tests de mesure de la VMA (Vitesse Maximale Aérobie) Liste des tests : - Le 45-15 de Gacon (1994) - Le test navette de Léger (1985) - Le VAMEVAL de Cazorla - Le TUBII - Le Cooper - Le Demi-Cooper -

Plus en détail

PREPARATION PHYSIQUE DU PLONGEUR Notions de base. Stage Initial MF1. Décembre 2008

PREPARATION PHYSIQUE DU PLONGEUR Notions de base. Stage Initial MF1. Décembre 2008 PREPARATION PHYSIQUE DU PLONGEUR Notions de base Stage Initial MF1 Décembre 2008 POURQUOI SE PREPARER? Pour être capable de répondre r à un effort nécessitn cessité par le plein exercice de ses prérogatives,

Plus en détail

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans.

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans. Le Test d effort L'épreuve du test d'effort est un examen effectué en général par un cardiologue ou un médecin du sport. Le test d'effort permet de mesurer le rythme cardiaque, la pression artérielle,

Plus en détail

Présentation de l'activité

Présentation de l'activité Présentation de l'activité 1) Vous avez dit Endurance? L'activité de course d'endurance est souvent appelée "endurance" Définitions de l'endurance: (On trouve différentes définitions suivant les sources

Plus en détail

REENTRAINEMENT. I) Définition. II) Filières énergétiques

REENTRAINEMENT. I) Définition. II) Filières énergétiques REENTRAINEMENT I) Définition.. II) Filières énergétiques ATP créatine phosphate Oxygène La conso d nrj => l une successive/l autre En 1er intention : ATP sur 10 première sec puis les autres filières en

Plus en détail

Colloque Entraînement Samedi 03 Mars 2012

Colloque Entraînement Samedi 03 Mars 2012 Colloque Entraînement Samedi 03 Mars 2012 1 Quelques idées reçues concernant l entraînement chez les jeunes -Trop s entraîner en cadet va user le jeune coureur - Les bons cadets d aujourd hui ne seront

Plus en détail

LE P TIT MEMO DE DE LA NAGE AVEC PALMES

LE P TIT MEMO DE DE LA NAGE AVEC PALMES LE P TIT MEMO DE DE LA NAGE AVEC PALMES Manu Duchesne Table des matières 1.BUT DU DOCUMENT...4 2.RAPPEL DES ÉPREUVES DU 1ER GROUPE DU N4 AVEC QUELQUES CONSEILS... 4 MANNEQUIN... 4 PRINCIPE... 4 NOTATION...

Plus en détail

1. LE FONCTIONNEMENT MUSCULAIRE. Pour fonctionner, un muscle a besoin d énergie

1. LE FONCTIONNEMENT MUSCULAIRE. Pour fonctionner, un muscle a besoin d énergie Cécile Pétré - 2011 1 2 1. LE FONCTIONNEMENT MUSCULAIRE Pour fonctionner, un muscle a besoin d énergie Cette énergie, c est : ( A T P = Adénosine Tri Phosphate ) 3 2. LA MOLECULE D ATP 4 5 La rupture des

Plus en détail

PRINCIPES D ÉCRITURE DES FICHES

PRINCIPES D ÉCRITURE DES FICHES PRINCIPES D ÉCRITURE DES FICHES C est la compétence (de niveau 1 ou de niveau 2) inscrite dans le programme qui est ici rappelée littéralement. Les éléments retenus dans chacune des trois colonnes (connaissances,

Plus en détail

Les conseils de. Les appareils de cardio-training

Les conseils de. Les appareils de cardio-training Les conseils de Les appareils de cardio-training Aujourd hui, toutes les salles de fitness disposent d une gamme variée d appareils de cardio-training permettant d améliorer sa condition physique dans

Plus en détail

Comité Régional de Bourgogne ------

Comité Régional de Bourgogne ------ in Plan Régional de Détection et d Evaluation des Pilotes PLAN REGIONAL DE DETECTION ET D EVALUATION DES PILOTES Comité Régional de la Fédération Française de Cyclisme de Bourgogne Comité Régional de Bourgogne

Plus en détail

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE LE RISQUE CARDIOVASCULAIRE Commission nationale sport santé Qu est ce qu un accident cardio-vasculaire? Et quelle en est la cause? L athérosclérose

Plus en détail

PASS BIEN-ETRE EN CHAMPAGNE-ARDENNE PASSEPORT PARCOURS ANIMATION SPORT SANTE. Document expérimental

PASS BIEN-ETRE EN CHAMPAGNE-ARDENNE PASSEPORT PARCOURS ANIMATION SPORT SANTE. Document expérimental PASS BIEN-ETRE PASSEPORT PARCOURS ANIMATION SPORT SANTE EN CHAMPAGNE-ARDENNE Document expérimental Le PASS Bien-Etre Aidez-nous a prendre soin Tête et cou Bras gauche Bras droit Buste et dos Main Droite

Plus en détail

LE CONTRE LA MONTRE INDIVIDUEL

LE CONTRE LA MONTRE INDIVIDUEL LE CONTRE LA MONTRE INDIVIDUEL 1. Définition 2. Analyse de la discipline 3. Facteurs de la performance 4. Les derniers préparatifs 5. L échauffement 6. A long terme Epreuve de vérité Définition Coureur

Plus en détail

De la CP5 à l élaboration d un cycle dans une ASDEP

De la CP5 à l élaboration d un cycle dans une ASDEP De la CP5 à l élaboration d un cycle dans une ASDEP Stages FC EPS - Académie de Corse Bastia 22 novembre 2010 Ajaccio 25 novembre 2010 Formateur M. D. Lucchetti - Lycée G.de Casabianca Bastia 1 2 3 Au

Plus en détail

Dans ce chapitre : Anatomie cardiovasculaire 110 Le cœur 110 La circulation systémique 115 Les globules rouges 116

Dans ce chapitre : Anatomie cardiovasculaire 110 Le cœur 110 La circulation systémique 115 Les globules rouges 116 Dans ce chapitre : Anatomie cardiovasculaire 110 Le cœur 110 La circulation systémique 115 Les globules rouges 116 Physiologie du système cardiovasculaire 117 Le transport du dioxyde de carbone 117 La

Plus en détail

Performer sur un trail de 80 km : 4 séances x 12

Performer sur un trail de 80 km : 4 séances x 12 Performer sur un trail de 80 km : 4 séances x 12 semaines OBJECTIF DE CET ENTRA?NEMENT Je veux performer sur un trail d'environ 80 km. Pré-requis : - Vous avez déjà participé a de nombreux trails de 20

Plus en détail

L approche bioénergétique

L approche bioénergétique L approche bioénergétique Appréhender l homme par la bioénergétique est une manière de comprendre et d analyser ses performances motrices. Ce champs d étude resté l apanage des scientifiques entre les

Plus en détail

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER?

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? Il faut s'échauffer pour: être en sécurité dès le début : une activité physique progressivement plus intense est indispensable pour ne pas mettre son coeur, ses artères, ses

Plus en détail

L entraînement en pratique. I - Pourquoi différentes allures? PLAN. Allures activités d endurance

L entraînement en pratique. I - Pourquoi différentes allures? PLAN. Allures activités d endurance Licence ES - UE 45. 3. C - CM Le processus d entraînement L entraînement en pratique Bases du processus d entraînement Analyse de l activité et principe d entraînement Structure de l entraînement Individualisation

Plus en détail

PROTOCOLE D ÉVALUATION POUR PRODUIRE UNE SÉQUENCE EFFECTIVE : IL S AGIT DE MAÎTRISER LES CONNAISSANCES SUIVANTES.

PROTOCOLE D ÉVALUATION POUR PRODUIRE UNE SÉQUENCE EFFECTIVE : IL S AGIT DE MAÎTRISER LES CONNAISSANCES SUIVANTES. PROTOCOLE D ÉVALUATION Produire une séquence Concevoir un entraînement Analyser sa prestation 10 points 7points 3 points POUR PRODUIRE UNE SÉQUENCE EFFECTIVE : IL S AGIT DE MAÎTRISER LES CONNAISSANCES

Plus en détail

Thème 2 Corps humain et santé : l exercice physique. Séance 1 : l évolution des paramètres physiologiques en cours d activité physique.

Thème 2 Corps humain et santé : l exercice physique. Séance 1 : l évolution des paramètres physiologiques en cours d activité physique. Thème 2 Corps humain et santé : l exercice physique. Séance 1 : l évolution des paramètres physiologiques en cours d activité physique. Capacités : utiliser un logiciel d ExAO, de traitement de texte.

Plus en détail

PBP Intervention FFCT Pontivy, le 19 février 2010

PBP Intervention FFCT Pontivy, le 19 février 2010 PBP Intervention FFCT Pontivy, le 19 février 2010 Ou «Comment optimiser sa préparation à Paris-Brest-Paris» 1- PRESENTATION Défi, performance exceptionnelle préparation sur le long terme et rationnelle.

Plus en détail

LES METHODES EN MUSCULATION.

LES METHODES EN MUSCULATION. LES METHODES EN MUSCULATION. la méthodes concentriques la méthodes isométriques Les méthodes combinées Pour une musculation complète et performante : * Alterner les régimes de contractions musculaires.

Plus en détail

repscanada Normes professionnelles et objectifs d apprentissage pour entraîneurs personnels

repscanada Normes professionnelles et objectifs d apprentissage pour entraîneurs personnels Connaissances principales (Ce qu on enseigne à une personne) A. Les principes du conditionnement physique et les concepts de santé et bien-être Normes professionnelles et objectifs d apprentissage pour

Plus en détail

Cœur et sports de raquette. Dr Rémy DALL ANESE CARDIOLOGUE 68 rue du palais Gallien 33000 BORDEAUX

Cœur et sports de raquette. Dr Rémy DALL ANESE CARDIOLOGUE 68 rue du palais Gallien 33000 BORDEAUX Cœur et sports de raquette Dr Rémy DALL ANESE CARDIOLOGUE 68 rue du palais Gallien 33000 BORDEAUX Physiologie de l effort Débit cardiaque x 5 Augmentation volume éjection (VES) Augmentation fréquence cardiaque

Plus en détail

Possibilité d'entraînement du cycliste via le Wattbike

Possibilité d'entraînement du cycliste via le Wattbike Possibilité d'entraînement du cycliste via le Wattbike Présentation du Wattbike Principes d entraînement L utilité du Wattbike dans la planification d entraînement Séances types et programmes d entraînements

Plus en détail

Coaching/Entraînement Juniors 1 er Partie. Pascal LELANDAIS BF3 Spécialisation Route

Coaching/Entraînement Juniors 1 er Partie. Pascal LELANDAIS BF3 Spécialisation Route Coaching/Entraînement Juniors 1 er Partie Pascal LELANDAIS BF3 Spécialisation Route Quelle est la qualité principale du coureur cycliste? Quelle est la qualité principale LE MENTAL ziegelmeyer du coureur

Plus en détail

les classifications intermédiaires comptent 340 types d'humains alors pour simplifier

les classifications intermédiaires comptent 340 types d'humains alors pour simplifier Les humains tous constitués de la même façon et tous les mêmes muscles mais pas tous le même métabolisme et la même ossature. les classifications intermédiaires comptent 340 types d'humains alors pour

Plus en détail

Stage de Préparation Physique Juillet 2012

Stage de Préparation Physique Juillet 2012 Stage de Préparation Physique Juillet 2012 1 Contenu La V.M.A.... 3 Sa définition... 3 Son calcul... 3 Son exploitation en intervalles... 3 Volume/intensité... 4 Que faire et à quel moment de la saison?...

Plus en détail

REGLES. Laurence CECCHINI.Stage CP5 Natation en durée.2012 2

REGLES. Laurence CECCHINI.Stage CP5 Natation en durée.2012 2 Laurence CECCHINI.Stage CP5 Natation en durée.2012 1 REGLES Privilégier les entrées par l intensité. Définir des objectifs clairs et fixes. Varier les formes de travail. Travailler toutes les nages. Former

Plus en détail

DÉVELOPPER LA QUALITÉ MUSCULAIRE

DÉVELOPPER LA QUALITÉ MUSCULAIRE L E N T R A Î N E M E N T P H Y S I Q U E D U J O U E U R D E T E N N I S LES INCONTOURNABLES DU HAUT NIVEAU CHAPITRE II DÉVELOPPER LA QUALITÉ MUSCULAIRE INTRODUCTION Lorsqu un entraîneur analyse les performances

Plus en détail

LES 3 TYPES D'OBECTIFS EN COURSE EN DUREE

LES 3 TYPES D'OBECTIFS EN COURSE EN DUREE Indicateurs d'efficacité de l'entraînement Les repères internes à connaître Qualités à améliorer Principes à respecter Les questions à se poser Exemples de motivations LES 3 TYPES D'OBECTIFS EN COURSE

Plus en détail

PLAN ENTRAINEMENT TRAIL LONG (>60 KM) FORTE DÉNIVÉLATION (>2 KM D+)

PLAN ENTRAINEMENT TRAIL LONG (>60 KM) FORTE DÉNIVÉLATION (>2 KM D+) PLAN ENTRAINEMENT TRAIL LONG (>60 KM) FORTE DÉNIVÉLATION (>2 KM D+) 6 semaines de préparation générale + 5 semaines de préparation spécifique 4 séances par semaine Préambule: Toutes les données que vous

Plus en détail

La Course Longue aux Cycles 2 et 3. Document réalisé par l'équipe départementale E.P.S. de Vaucluse Version Octobre 2006

La Course Longue aux Cycles 2 et 3. Document réalisé par l'équipe départementale E.P.S. de Vaucluse Version Octobre 2006 La Course Longue aux Cycles 2 et 3 Document réalisé par l'équipe départementale E.P.S. de Vaucluse Version Octobre 2006 La course longue dans les programmes de 2002 Enjeux de formation Apprentissages à

Plus en détail

LES FILIERES ENERGETIQUES

LES FILIERES ENERGETIQUES LES FILIERES ENERGETIQUES Institut Régional de Biologie et Médecine du Sport Dr Frédéric MATON www.irbms.com Médecine du Sport Acteur Biologie par de Passion l entraînement dans le Sport et la Santé 3

Plus en détail

Départ à intervalles réguliers (toutes les minutes voire 2 minutes) Objectif : meilleur temps sur la distance donnée

Départ à intervalles réguliers (toutes les minutes voire 2 minutes) Objectif : meilleur temps sur la distance donnée Colloque Entraînement - Samedi 03 Mars 2012 Définition : Epreuve de vérité Cycliste seul face au chronomètre Départ à intervalles réguliers (toutes les minutes voire 2 minutes) Objectif : meilleur temps

Plus en détail

Table des matières. CHAPITRE 1 Développement biologique de l enfant et de l adolescent... 1

Table des matières. CHAPITRE 1 Développement biologique de l enfant et de l adolescent... 1 PHYSIOLOGIE DU SPORT. ENFANT ET ADOLESCENT. Table Chapitre des matières 12 Table des matières Préface... 7 CHAPITRE 1 Développement biologique de l enfant et de l adolescent... 1 EMMANUEL VAN PRAAGH ET

Plus en détail

Leçon 1 : Maître spécial d éducation physique

Leçon 1 : Maître spécial d éducation physique Leçon 1 : Maître spécial d éducation physique Semaine : 1 DISCIPLINE : Développement Corporel ETAPE DU PROJET : «Je me prépare au cross» SOUS - ETAPE ABORDEE : «Je rends ma course efficace» COMPETENCE

Plus en détail

Le cardio-training. Définitions:

Le cardio-training. Définitions: Le cardio-training L'entraînement cardio est très vaste! Je vais ici faire une synthèse des connaissances et répondre aux différentes questions que je peux lire sur divers forums. Vous y trouverez des

Plus en détail

La course longue à l école :

La course longue à l école : aspect bio énergétique, biomécanique, motivationnel gérard: IUFM de la Réunion 2012 13 La course longue à l école : 1 Les instructions officielles 2 Historique du 1500 m 3 S entraîner : améliorer ses performances

Plus en détail

Etirement musculaire Renforcement musculaire

Etirement musculaire Renforcement musculaire Etirement musculaire Renforcement musculaire Pourquoi? Quand un muscle est fortement sollicité, il a tendance à se raccourcir et à rester dans sa position courte. Cette rétraction entraîne un déséquilibre

Plus en détail