Aide-mémoire en fiscalité pour les non-fiscalistes. Olivier Fournier Marie-Emmanuelle Vaillancourt

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Aide-mémoire en fiscalité pour les non-fiscalistes. Olivier Fournier Marie-Emmanuelle Vaillancourt"

Transcription

1 Aide-mémoire en fiscalité pour les non-fiscalistes Olivier Fournier Marie-Emmanuelle Vaillancourt 20 février 2013

2 10 règles de base Facteurs de complexité additionnelle 10. Les clauses de non-concurrence ou de non-sollicitation 9. Acquisitions de contrôle 8. Personnes ayant un lien de dépendance 7. Différences entre les règles fédérales et celles du Québec 6. Les non-résidents du Canada 2

3 10 règles de base (suite) À ne pas oublier 5. Responsabilité des administrateurs 4. Bien gérer une vérification fiscale 3. Le secret professionnel de l avocat et du notaire en matière fiscale 2. Capital versé, dividendes en capital et dividendes imposables 1. Vente d entreprise : B.A.S.S. Buy Assets, Sell Shares 3

4 Les clauses de non-concurrence ou de non-sollicitation

5 Clauses restrictives (CR) Notion de clause restrictive («CR») sont incluses : Clauses de non-concurrence Clauses de non-sollicitation Selon la jurisprudence : La portion du prix de vente attribuée aux CR n est pas imposable. Nouvelles règles fiscales Elles traitent les montants attribués aux CR comme du revenu ordinaire. L Agence de revenu du Canada (ARC) a le pouvoir de réattribuer une partie du prix d achat aux CR. Choix possibles dans certains cas Traiter les montants attribués aux CR comme des gains en capital ou un montant relatif à la disposition d une immobilisation admissible Question : doit-on absolument attribuer une valeur à la CR? 5

6 Acquisitions de contrôle

7 Acquisition de contrôle Acquisition de contrôle d une société (ex. : acquisition de plus de 50 % des actions) Conséquences fiscales réputées Fin d exercice fiscal réputée Déclarations de revenus Comptes fiscaux calculés au pro rata pour l exercice raccourci Les pertes d entreprise vieillissent d une année (attention aux expirations de pertes) Conséquences sur les pertes (report habituel -3 / +20 ans) Les pertes d entreprise subsistent prospectivement seulement si l entreprise continue Les pertes en capital disparaissent (sous réserve de choix possibles) Les dépenses et crédits au titre des activités de recherche scientifique et de développement expérimental (RS-DE) expirent, 7 sauf exceptions

8 Personnes ayant un lien de dépendance

9 Vente avec lien de dépendance Vente à une personne ayant un lien de dépendance pour un montant inférieur à la juste valeur marchande : problème! Par exemple, la société A possède un terrain ayant un prix de base rajusté (PBR) de 100 $ et une valeur de $. La société A vend le terrain à sa filiale pour 100 $. L article 69 fait en sorte que la société A est réputée avoir reçu $; elle a donc un gain en capital de 900 $ et est imposée en conséquence. Le PBR du terrain pour la filiale est seulement de 100 $; si elle vend le terrain, elle aura un gain en capital de 900 $. Il en résulte une double imposition. 9

10 Vente avec lien de dépendance Vente à une personne ayant un lien de dépendance pour un montant supérieur à la juste valeur marchande : problème! Le produit de la vente est entièrement considéré comme un gain pour le vendeur. L acheteur aura seulement un PBR égal à la valeur du bien, ce qui donnera lieu à un gain plus important (ou une perte moindre) au moment de la vente. Ainsi, la vente d un bien ayant une valeur de 600 $ et un PBR de 100 $ pour 1000 $ à une personne ayant un lien de dépendance entraînera la réalisation d un gain de 900 $ pour le vendeur, mais l acheteur n aura qu un PBR de 600 $. 10

11 Établissement des prix de transfert Aco est dans un pays où les taux d imposition sont élevés et a besoin de toutes les déductions qu elle peut obtenir. Bco, une société liée, est dans un pays où les taux d imposition sont faibles. Lorsque Bco vend des matières premières à Aco, un prix excessivement élevé est facturé. Cela permet à Aco de déduire un montant plus important et à Bco de réaliser un profit conséquent dans le territoire où les taux d imposition sont faibles. Puisque les deux entités ont la même société mère, le groupe est avantagé. Les règles relatives à l établissement des prix de transfert visent à éviter de telles planifications. 11

12 Établissement des prix de transfert Les règles relatives à l établissement des prix de transfert rajustent les montants par ailleurs déterminés et les ramènent aux montants qui auraient été établis si les parties n'avaient pas eu de lien de dépendance. Des rajustements à la baisse sont possibles. L excès est dorénavant réputé être un dividende assujetti aux retenues à la source. Les contribuables sont tenus de documenter leurs opérations avec les personnes avec lesquelles ils ont un lien de dépendance et de déposer une déclaration de renseignements à cet égard. 12

13 Établissement des prix de transfert Des pénalités peuvent être applicables lorsque le rajustement excède un certain seuil si le contribuable a omis de faire des efforts raisonnables pour déterminer et utiliser les prix de transfert sans lien de dépendance. L ARC a le pouvoir de requalifier une opération lorsque des personnes sans lien de dépendance n accepteraient pas de conclure une telle opération et que celle-ci est principalement motivée par des considérations fiscales. 13

14 Différences entre les règles fédérales et celles du Québec

15 Options d achat d actions à l intention des employés Les règles de base sont généralement les mêmes au Québec et au fédéral. La valeur de l action au moment de l exercice moins le prix d exercice constitue l avantage imposable, lequel est généralement imposable au moment de l exercice. L avantage imposable est ajouté au PBR des actions. 15

16 Options d achat d actions à l intention des employés Exemple : Mme B détient 100 options d achat d actions lui permettant d acquérir 100 actions de Pubco pour 10 $/action. Elle exerce ses options au moment où les actions de Pubco se transigent à 15 $/action. Il en résulte un avantage imposable de 5 $/action, soit 500 $. Le PBR des actions de Mme B est égal à l avantage imposable plus le prix d exercice, soit 15 $/action. Si elle revend immédiatement les actions de Pubco sur le marché, il n en résultera aucun gain en capital. 16

17 Options d achat d actions à l intention des employés L employé a une déduction de 50 % du bénéfice à l emploi (c.-à-d., semblable à un gain en capital) si, au moment où l option d achat d actions a été octroyée, la valeur de l action était égale ou inférieure au prix d exercice, et l action est une action prescrite (généralement, une action ordinaire). Déduction de 25 % seulement au Québec, sauf si la société répond à certaines exigences (actifs inférieurs à 50 millions de dollars), auquel cas : 50 % Dans l exemple précédent, si les actions de Pubco valaient 10 $ au moment de l octroi des options, Mme B pourrait déduire 250 $ de son revenu au fédéral et 125 $ au Québec. 17

18 Options d achat d actions à l intention des employés Si l employeur est une société privée sous contrôle canadien (SPCC), dans ce cas : L inclusion du bénéfice à l emploi est différée jusqu à ce que l action soit vendue; et La déduction de 50 % (25 % au Québec, sauf si l actif de la société est inférieur à 50 millions de dollars) est admissible si les actions sont détenues pendant au moins 2 ans (peu importe que la valeur des actions soit égale ou inférieure au prix d exercice au moment de l octroi); 18

19 Activités de recherche scientifique et de développement expérimental (RS-DE) Les incitatifs fiscaux sont importants au Québec et au fédéral pour les activités de RS-DE. Le fédéral et le Québec définissent la RS-DE de façon semblable. Les incitatifs fiscaux visent généralement les salaires versés aux employés impliqués en RS-DE. Les paiements aux tiers pour la RS-DE effectuée au Canada au nom du payeur. Inclus dans les dépenses liées aux activités de RS-DE (50 % au Québec, 80 % au fédéral) Au fédéral, le crédit d impôt est généralement de 20 % (15 % à partir de 2014). Ces crédits d impôt peuvent être reportés et déduits de l impôt fédéral payable sur une base -3 / +20 ans. 19

20 Activités de recherche scientifique et de développement expérimental (RS-DE) Au fédéral, les SPCC admissibles bénéficient d incitatifs plus généreux : En règle générale, 35 % des premiers 3 M$ de dépenses courantes liées aux activités de RS-DE sont entièrement remboursables; et 20 % (15 % à partir de 2014) des dépenses courantes liées aux activités de RS-DE qui excèdent 3 M$ sont remboursables à 40 %. 20

21 Activités de RS-DE au Québec Au Québec, les crédits sont toujours remboursables Les crédits vont jusqu à 37,5 % de la première tranche de 3 M$ relative aux activités de RS-DE entreprises au Québec par une société privée qui n est pas contrôlée par des non-résidents. Les crédits sont de 17,5 % sur la partie des dépenses liées aux activités de RS-DE qui excède 3M$. Pour les sociétés autres, les crédits sont toujours remboursables au taux de 17,5 %. 21

22 Frais d investissement Au Québec, la déductibilité des frais de placement est limitée aux revenus de placement, y compris le gain en capital et les revenus de dividendes imposables majorés. Certains frais de placement «non québécois» (ex. : Frais d exploration au Canada (FEC) hors Québec) sont particulièrement limités. Les frais de placement non déduits peuvent être reportés aux trois années antérieures et indéfiniment dans le futur à l encontre des revenus de placement seulement. 22

23 La RGAÉ québécoise Pénalité au contribuable Au fédéral, l idée d une pénalité à la règle générale antiévitement (RGAÉ) a été rejetée. Au Québec, la pénalité au contribuable est de 25 % de l impôt additionnel résultant de l application de la RGAÉ. Le contribuable peut éviter la pénalité si : il a fait une divulgation préalable de l opération; ou il fait valoir avec succès une défense de diligence raisonnable. 23

24 Les non-résidents du Canada

25 Partie XIII : Retenue à la source sur les dividendes payés à des non-résidents Le payeur doit retenir 25 % des dividendes (y compris les dividendes réputés, comme dans le cadre d un rachat d actions) payés à des non-résidents du Canada. Cela s applique également aux loyers, aux redevances et autres paiements passifs similaires en faveur de non-résidents, de même qu aux intérêts dans certaines circonstances. Le payeur est redevable de l impôt s il omet de le retenir et de le remettre aux autorités fiscales. Si le payeur n est pas certain s il doit pratiquer une retenue, il est préférable qu il le fasse. Le bénéficiaire devrait pouvoir obtenir un remboursement. 25

26 Partie XIII : Retenue à la source sur les dividendes payés à des non-résidents Les conventions fiscales (traités) peuvent réduire le taux de retenue à la source, s il y a lieu. Il n y a pas de retenue d impôt similaire à celle de la Partie XIII au niveau provincial. Cela s applique également aux dividendes en capital par ailleurs non imposables. 26

27 Vente d un BCI par un nonrésident : art.116 L article 116 pourrait assujettir l acheteur d un bien canadien imposable (BCI) à une retenue d impôt pouvant atteindre 80 % du prix d achat. L expression BCI inclut notamment : Les biens immobiliers situés au Canada; Les avoirs miniers ou forestiers situés au Canada; Les biens utilisés dans le cadre de l exploitation d une entreprise au Canada; Les actions d une société privée canadienne dont la valeur est attribuable à des biens immobiliers situés au Canada. Les «biens protégés par traité» sont des exceptions complexes. 27

28 Article 116 : retenue Sans certificat sous art. 116 (1098 au Québec) : L acheteur doit retenir une partie du prix d achat au titre de la responsabilité fiscale potentielle du vendeur. Taux de retenue : Fédéral : 25 % sur les biens non amortissables (terrains, actions, intérêt dans une fiducie ou une société de personnes) Fédéral : 50 % sur les biens amortissables (immobilier, actifs d entreprise) Québec : 12 % sur les biens non amortissables Québec : 30 % sur les biens amortissables 28

29 Article 116 : retenue Problème : Le montant en espèces n est pas suffisant pour pratiquer la retenue. (Ex. : lorsque la contrepartie comprend la prise en charge d un prêt hypothécaire) Le délai est trop serré pour obtenir un certificat. 29

30 Paiement pour les services rendus par les non-résidents Il y a paiement pour services rendus au Canada par un employé ou un entrepreneur indépendant non-résident. La retenue fédérale est de 15 %. La retenue au Québec est de 9 %, pour un total de 24 %. C est applicable même si le payeur est un non-résident. Le payeur est passible d une pénalité s il omet de procéder à la retenue. S il y a des allégements applicables aux termes d un traité, une dérogation est possible mais elle doit être obtenue avant que les services soient rendus. 30

31 Responsabilité des administrateurs

32 Responsabilité des administrateurs Obligations d une société Retenues à la source sur le salaire (incluant les «petits extras» : A-E, RRQ, RQAP, RAMQ etc.) Retenues en vertu de la Partie XIII (paiements à des non-résidents) Perception et remise de la TPS / TVQ (ou de remboursement excessif) Responsabilité solidaire des administrateurs Cotisation jusqu à deux ans après la démission de ceux-ci Défense possible de diligence raisonnable 32

33 Responsabilité des administrateurs Administrateurs de facto Personnes qui se comportent comme des administrateurs. Anciens administrateurs qui figurent toujours au Registre des entreprises du Québec (REQ). Il est prudent de notifier l ARC / ARQ d une démission : Dans Therrien c. R., 2007 CCI 124, l administrateur avait démissionné par acte notarié. En effet, le document qu il a signé chez le notaire n a aucune valeur juridique face à l intimée qui n est aucunement liée par ce document; il s agit essentiellement d un document privé n ayant aucun impact ou effet quant aux droits des tiers. Le bien-fondé de ce raisonnement est discutable, mais mieux vaut anticiper le problème. 33

34 Bien gérer une vérification fiscale

35 Gérer une vérification fiscale Première étape : la préparation Pour les grandes entreprises, vérification régulière Obligation de conservation des documents Support électronique ou papier Règle générale : six ans à partir de la dernière année à laquelle les documents se rapportent. Attention : les délais de prescription dépassent parfois six ans. En cas d opposition ou d appel, jusqu à la décision finale, ou expiration des délais d appel La politique de rétention des documents doit être synchronisée avec le service de fiscalité. 35

36 Gérer une vérification fiscale Première étape : la préparation Identifier et colliger d avance : Les documents pertinents à chaque transaction importante; Les documents et communications protégés par le secret professionnel de l avocat ou du notaire. Si un problème est connu, pensez à une divulgation volontaire. Une bonne préparation: Réduit les coûts et les délais; Permet d éviter les «bombes documentaires» découvertes trop tard. 36

37 Gérer une vérification fiscale Deuxième étape : la relation avec l ARC et l ARQ Bonne relation = bonne vérification Les pouvoirs de vérification sont très larges. En cas de refus, une demande péremptoire peut être émise. Aspect pénal de la non-réponse Autres conséquences Un refus peut toutefois être justifié. Ex. : secret professionnel de l avocat ou du notaire 37

38 Gérer une vérification fiscale Troisième étape : la vérification elle-même Déterminer l objet de la vérification Vérification de routine ou ciblée Question purement de faits (ex. : évaluation) Question de droit (ex. interprétation de la loi) Montants en jeu Question ponctuelle ou récurrente Degré de complexité, nécessité de recourir à des experts Éloignement des années fiscales en cause Impact sur d autres lois fiscales (ex. : prix de transfert) 38

39 Gérer une vérification fiscale Troisième étape : la vérification elle-même Le plan de vérification (doit être demandé / négocié) : Entités visées, objet de la vérification Renseignements et documents requis Échéancier proposé et convenu Facilite la tâche pour tous les intervenants. Aide à planifier l allocation de ressources internes. Permet d'anticiper les désaccords éventuels. 39

40 Gérer une vérification fiscale Quatrième étape : la finalisation Un projet de cotisation sera émis s il y a : La possibilité de faire des représentations additionnelles; La possibilité de négocier un règlement, selon le cas. Bâtir un dossier de vérification complet : Tous les renseignements doivent être transmis; S il y a lieu, identifier les témoins potentiels et leur demander de préparer un dossier de notes personnelles; Les litiges ont souvent lieu plusieurs années plus tard. 40

41 Le secret professionnel de l avocat et du notaire en matière fiscale

42 Le secret professionnel de l avocat dans un contexte fiscal Le secret professionnel de l avocat : Est spécifiquement reconnu par les lois fiscales; Doit être invoqué afin d éviter à une obligation de divulgation; Ne s applique qu aux avocats et aux notaires; A une portée très large. Le privilège relatif au litige : Est pertinent aux communications non couvertes par le secret professionnel de l avocat; A une portée plus restreinte et spécifique au litige. 42

43 Le secret professionnel de l avocat dans un contexte fiscal Restriction prévue à la LIR 232. (1) [Privilège des communications entre client et avocat] Définitions -- Les définitions qui suivent s appliquent au présent article. «avocat» Dans la province de Québec, un avocat ou notaire et, dans toute autre province, un barrister ou un solicitor. [ ] «privilège des communications entre client et avocat» Droit qu une personne peut posséder, devant une cour supérieure de la province où la question a pris naissance, de refuser de divulguer une communication orale ou documentaire pour le motif que celle-ci est une communication entre elle et son avocat en confidence professionnelle sauf que, pour l application du présent article, un relevé comptable d un avocat, y compris toute pièce justificative ou tout chèque, ne peut être considéré comme une communication de cette nature. 43

44 Le secret professionnel de l avocat dans un contexte fiscal Doit être invoqué à l encontre de : Demandes de renseignement (231.1 LIR) Demandes péremptoires (231.2 LIR) Obligations de divulgation (237.3 LIR) Ordonnances de production (Code criminel) Perquisitions (Code criminel) 44

45 Privilège relatif au litige But du privilège relatif au litige «[ ] [Le privilège relatif au litige] a pour objet d assurer l efficacité du processus contradictoire [ ]. Or, pour atteindre cet objectif, les parties au litige, représentées ou non, doivent avoir la possibilité de préparer leurs arguments en privé, sans ingérence de la partie adverse et sans crainte d une communication prématurée.» Le juge Fish dans l affaire Blank c. Canada (Ministre de la Justice), 2006 CSC 39 au par

46 Le privilège relatif au litige «[ ] [Communications and] documents are protected where they have come into existence after litigation commenced or in contemplation, and when they have been made with a view to such litigation, either for the purpose of obtaining advice as to such litigation, or of obtaining evidence to be used in such litigation, or of obtaining information which might lead to the obtaining of such evidence.» Wheeler v. Le Marchant (1881), 17 Ch. D. 675 at p. 681 (C.A.). «La question s est posée de savoir si le privilège relatif au litige devrait s attacher aux documents dont un objet important, l objet principal ou le seul objet est la préparation du litige. Parmi ces possibilités, la Chambre des lords a opté pour le critère de l objet principal dans Waugh c. British Railways Board, [1979] 2 All E.R » Le juge Fish dans l affaire Blank c. Canada (Ministre de la Justice), 2006 CSC 39 au par

47 Distinctions importantes Secret professionnel Avocats et notaires seulement Litige ou non Vise à protéger une relation de confiance Privilège relatif au litige Peut inclure d autres personnes En préparation ou dans le cadre d un litige Vise à assurer un processus de justice 47

48 Capital versé, dividendes en capital, dividendes imposables

49 Capital versé et dividendes Le capital versé votre ami Il représente généralement la somme après impôts investie dans des actions. Il peut être distribué sans impôt. Attention : il est réparti entre les actions d une même catégorie. Dividendes en capital votre grand frère/sœur Ils sont payés par une société privée. Ils découlent d un gain en capital imposé au niveau de la société. Le solde (portion non imposable 50 % du gain) est ajouté au compte de dividende en capital (CDC) et peut être payé en franchise d impôt. Attention : le CDC réduit par les pertes en capital de la société. 49

50 Capital versé et dividendes Dividendes imposables votre belle-mère Les dividendes entre deux sociétés peuvent être déductibles. Ils sont imposés lorsque reçus par un particulier : Dividendes déterminés : 35,22 % (taux combiné QC/FED) Dividendes non-déterminés : 38,54 % (taux combiné QC/FED) Ces taux ont pour but de tenir compte du taux d imposition payé par la société sur ses revenus. 50

51 Ventes d entreprise : B.A.S.S. Buy Assets, Sell Shares

52 Ventes d entreprise L acheteur veut généralement acheter des actifs Il obtient ainsi le plein coût des actifs amortissables. Plus de coût = plus de déductions pour amortissement Nécessite toutefois une négociation de la répartition du prix de vente entre les actifs. Cela minimise les risques. Évite de devoir assumer le passé du vendeur. Cela réduit donc les coûts de vérification diligente. 52

53 Ventes d entreprise Le vendeur veut généralement vendre des actions Cela évite la récupération d amortissement (revenu) Cela amène un gain en capital sur la vente d actions (imposition moindre) Il y a possibilité de déduction pour gains en capital si les actions vendues sont admissibles (petites entreprises) Le risque moindre pour le vendeur, dépendamment des représentations et garanties négociées au contrat de vente 53

54 Merci! Olivier Fournier Marie-Emmanuelle Vaillancourt

Notes explicatives relatives à la Loi et au Règlement de l impôt sur le revenu

Notes explicatives relatives à la Loi et au Règlement de l impôt sur le revenu Notes explicatives relatives à la Loi et au Règlement de l impôt sur le revenu Publiées par le ministre des Finances l honorable James M. Flaherty, c.p., député Août 2012 Préface Les présentes notes explicatives

Plus en détail

Actifs vs. Actions/ Ententes hybrides. Me Claude E. Jodoin, M.Fisc.

Actifs vs. Actions/ Ententes hybrides. Me Claude E. Jodoin, M.Fisc. Actifs vs. Actions/ Ententes hybrides Me Claude E. Jodoin, M.Fisc. 2012 1. Introduction Vente d actifs vs Vente d actions: Que faire? 1. Vente d actions: Considérations de l acheteur Considérations du

Plus en détail

Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers

Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers par LORI MATHISON Voici le dernier d une série de trois articles rédigés par Lori Mathison et publiés sur le Reper portant

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Bulletin fiscal Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Les versements à un REER effectués au plus tard le 1 er mars 2011 sont déductibles en 2010.

Plus en détail

Fiscalité et émission des reçus pour fins d impôt

Fiscalité et émission des reçus pour fins d impôt Fiscalité et émission des reçus pour fins d impôt AFÉSAQ Audioconférence 18 mars 2013 Mélissa Rioux Conseillère principale Service de fiscalité (514) 878-2691 poste 1839 rioux.melissa@rcgt.com Objectifs

Plus en détail

Bulletin fiscal L AGENCE DU REVENU DU CANADA MET FIN AU SERVICE IMPÔTEL PRÊTS PERSONNELS À VOS ENFANTS

Bulletin fiscal L AGENCE DU REVENU DU CANADA MET FIN AU SERVICE IMPÔTEL PRÊTS PERSONNELS À VOS ENFANTS Octobre 2012 L Agence du revenu du Canada met fin au service IMPÔTEL Prêts personnels à vos enfants Les reports de pertes Les biens à usage personnel Les règles relatives aux biens de remplacement Bulletin

Plus en détail

Communiqué fiscal NOUVELLE OPTION DE REPORTER LA RECEPTION DE LA PENSION DE LA SECURITE DE LA VIEILLESSE ENTRE 65 ET 70 ANS

Communiqué fiscal NOUVELLE OPTION DE REPORTER LA RECEPTION DE LA PENSION DE LA SECURITE DE LA VIEILLESSE ENTRE 65 ET 70 ANS Communiqué fiscal SECTION 1 IMPÔTS SUR LE REVENU NOUVELLE OPTION DE REPORTER LA RECEPTION DE LA PENSION DE LA SECURITE DE LA VIEILLESSE ENTRE 65 ET 70 ANS À compter du 1 er juillet 2013, le gouvernement

Plus en détail

Imposition des sociétés

Imposition des sociétés Imposition des sociétés Introduction L imposition des sociétés est un sujet qui revêt une grande importance pour toute personne qui s occupe de planification financière ou successorale. La mise en place

Plus en détail

Quelques notions de fiscalité applicables à certains produits d assurance

Quelques notions de fiscalité applicables à certains produits d assurance Quelques notions de fiscalité applicables à certains produits d assurance Mars 2013 L éléphant, symbole de nos 100 ans de force et de solidité. 1 Sujets traités > Règles applicables à certains transferts

Plus en détail

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes Novembre 2008 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2013-131. Novembre 2013

BULLETIN FISCAL 2013-131. Novembre 2013 BULLETIN FISCAL 2013-131 Novembre 2013 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés

Plus en détail

Aide-mémoire 2012 Ajustements de divers taux. Par : Bruno Lacasse, M.Sc., CGA, D. Fisc.

Aide-mémoire 2012 Ajustements de divers taux. Par : Bruno Lacasse, M.Sc., CGA, D. Fisc. Aide-mémoire 2012 Ajustements de divers taux Par : Bruno Lacasse, M.Sc., CGA, D. Fisc. L arrivée de 2012 nous apporte plusieurs ajustements de taux aux fins fiscales. Voici les principaux ajustements à

Plus en détail

Introduction FISCALITÉ

Introduction FISCALITÉ Introduction 51 Impôt sur le revenu 53 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une filiale 54 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une succursale 56 Mesures de contrôle des

Plus en détail

Des investisseurs peuvent parfois vouloir planifier la réalisation des pertes en

Des investisseurs peuvent parfois vouloir planifier la réalisation des pertes en NUMÉRO 2013-10 WWW.BDO.CA LE FACTEUR FISCAL RÈGLES FISCALES À CONSIDÉRER LORSQUE VOUS DÉCLAREZ UNE PERTE EN CAPITAL Des investisseurs peuvent parfois vouloir planifier la réalisation des pertes en capital

Plus en détail

SECTION 1 PRÉPARATION À L EFC

SECTION 1 PRÉPARATION À L EFC PRÉFACE... vii LISTE DES ABRÉVIATIONS... ix SECTION 1 PRÉPARATION À L EFC...1 1.1 LA GRILLE DE COMPÉTENCES SECTION FISCALITÉ : VUE D ENSEMBLE...1 1.2 EXEMPLE DE CONNAISSANCES ATTENDUES À CHAQUE NIVEAU

Plus en détail

RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ET D ACHAT D ACTIONS NOTICE D OFFRE

RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ET D ACHAT D ACTIONS NOTICE D OFFRE RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ET D ACHAT D ACTIONS NOTICE D OFFRE Le 18 décembre 2013 Les actionnaires devraient lire attentivement la notice d offre en entier avant de prendre une décision

Plus en détail

Gains et pertes en capital. revenuquebec.ca

Gains et pertes en capital. revenuquebec.ca Gains et pertes en capital 2011 revenuquebec.ca En vendant un bien, vous avez pu réaliser un gain en capital imposable ou subir une perte en capital admissible. Calculer et déclarer adéquatement un tel

Plus en détail

Propositions législatives et notes explicatives concernant la Loi de l impôt sur le revenu

Propositions législatives et notes explicatives concernant la Loi de l impôt sur le revenu Propositions législatives et notes explicatives concernant la Loi de l impôt sur le revenu Imposition des dividendes Publiées par le ministre des Finances l honorable James M. Flaherty, c.p., député Juin

Plus en détail

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Introduction L assurance vie cédée en garantie d un prêt est une stratégie de planification financière qui utilise la valeur de

Plus en détail

Bulletin fiscal. Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE

Bulletin fiscal. Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE Bulletin fiscal Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE Lors de l achat d une résidence, plusieurs personnes ont emprunté de leur REER par le biais du Régime d accession à la propriété. Toutefois, peu de

Plus en détail

Budget Fédéral 2015. Mesures fiscales proposées. dans le budget fédéral 2015. Services de gestion de patrimoine RBC

Budget Fédéral 2015. Mesures fiscales proposées. dans le budget fédéral 2015. Services de gestion de patrimoine RBC Services de gestion de patrimoine RBC Budget Fédéral 2015 Mesures fiscales proposées dans le budget fédéral 2015 Résumé des principales mesures fiscales pouvant avoir une incidence sur vous Le ministre

Plus en détail

SUSPENSION DES MESURES DE RECOUVREMENT

SUSPENSION DES MESURES DE RECOUVREMENT SUSPENSION DES MESURES DE RECOUVREMENT PENDANT L OPPOSITION ET L APPEL INTRODUCTION Dans le présent texte, nous analyserons les restrictions imposées par le Législateur aux autorités fiscales dans le cadre

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2011-119

BULLETIN FISCAL 2011-119 BULLETIN FISCAL 2011-119 Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE Lors de l achat d une résidence, plusieurs personnes ont emprunté de leur REER par le biais du Régime d accession à la propriété. Toutefois,

Plus en détail

SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE. Guide d utilisation du calculateur des sommes récupérables

SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE. Guide d utilisation du calculateur des sommes récupérables SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE Guide d utilisation du calculateur des sommes récupérables Table des matières Introduction... 3 Revenu pleinement imposable et revenu de placement

Plus en détail

Il ne nous reste maintenant qu à attendre pour voir si le gouvernement aura l occasion de mettre en application les mesures annoncées

Il ne nous reste maintenant qu à attendre pour voir si le gouvernement aura l occasion de mettre en application les mesures annoncées Maintenir le cap Bulletin fiscal Budget fédéral, 22 mars 2011 Le ministre des Finances du Canada, M. James M. Flaherty, a prononcé aujourd hui son sixième discours sur le budget, intitulé «Des impôts bas

Plus en détail

Imposition des options d achat d actions accordées aux employés de SPCC (mise à jour de septembre 2005)

Imposition des options d achat d actions accordées aux employés de SPCC (mise à jour de septembre 2005) Imposition des options d achat d actions accordées aux employés de SPCC (mise à jour de septembre 2005) Ce Bulletin fiscal porte sur les options d achat d actions de sociétés privées sous contrôle canadien

Plus en détail

CCI Affacturage de comptes clients : réduction des prix de transfert

CCI Affacturage de comptes clients : réduction des prix de transfert Le 20 janvier 2014 Les multinationales canadiennes auraient intérêt à prendre acte des répercussions de la récente affaire McKesson Canada Corporation c. La Reine (en anglais) (2013 CCI 404) concernant

Plus en détail

Minimiser vos impôts sur votre rémunération d entrepreneur : pouvez vous faire mieux?

Minimiser vos impôts sur votre rémunération d entrepreneur : pouvez vous faire mieux? 1 Minimiser vos impôts sur votre rémunération d entrepreneur : pouvez vous faire mieux? Présenté par France Gagnon, CPA, CA, M.FISC. Le 26 novembre 2014 Agenda Introduction Qu en est il du REÉR? Taux d

Plus en détail

Faites-la comme il faut du premier coup! Évitez les erreurs les plus courantes en préparant votre déclaration de revenus par Jamie Golombek

Faites-la comme il faut du premier coup! Évitez les erreurs les plus courantes en préparant votre déclaration de revenus par Jamie Golombek 19 mars 2014 Faites-la comme il faut du premier coup! Évitez les erreurs les plus courantes en préparant votre déclaration de revenus par Jamie Golombek Produire votre déclaration de revenus peut vous

Plus en détail

Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada

Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada Janvier 2015 L assurance-vie joue un rôle de plus en plus important dans la planification financière en raison du patrimoine croissant

Plus en détail

Taxes indirectes. Concepts de base. Premières Nations du Québec

Taxes indirectes. Concepts de base. Premières Nations du Québec Taxes indirectes Concepts de base Premières Nations du Québec Conférence sur la fiscalité autochtone 4 septembre 2013 Mise en garde Ce document a été conçu uniquement à des fins de formation et ne doit,

Plus en détail

Vente de la ferme et l exonération des gains en capital

Vente de la ferme et l exonération des gains en capital Vente de la ferme et l exonération des gains en capital RBC Banque Royale Vente de la ferme et l exonération des gains en capital 2 L article suivant a été écrit par Services de gestion de patrimoine RBC.

Plus en détail

Maximiser l utilisation des pertes lorsqu on jette l éponge

Maximiser l utilisation des pertes lorsqu on jette l éponge La relève Maximiser l utilisation des pertes lorsqu on jette l éponge À l occasion du congrès de l Association de planification fiscale et financière tenu le 5 octobre 2012, l Agence du revenu du Canada

Plus en détail

Contenu. Application. Résumé. LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU Frais juridiques et comptables

Contenu. Application. Résumé. LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU Frais juridiques et comptables N o : IT-99R5 (Consolidé) DATE : Voir la section Modifications au bulletin OBJET : RENVOI : LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU Frais juridiques et comptables L alinéa 18(1)a) (aussi les articles 9 et 239; les

Plus en détail

Le compte de dividende en capital

Le compte de dividende en capital Le compte de dividende en capital Le mécanisme du compte de dividende en capital (CDC) représente un outil de planification fiscale extrêmement important pour les sociétés privées et leurs actionnaires

Plus en détail

Les permis de travail temporaires. Présenté par: Me Gilda Villaran

Les permis de travail temporaires. Présenté par: Me Gilda Villaran Les permis de travail temporaires Présenté par: Me Gilda Villaran 18 avril 2012 «Immigration Canada et les Ambassades nous diront quoi faire» Certains mythes entourant les permis de travail. «Je ne rémunèrerai

Plus en détail

FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT

FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT LA LECTURE DE CE DOCUMENT VOUS PERMETTRA : De connaître les différentes sources de revenus de placement et leur imposition; De connaître des stratégies afin de réduire

Plus en détail

PÉRIODE DE PRESCRIPTION PROLONGÉE DE TROIS ANNÉES AU FÉDÉRAL

PÉRIODE DE PRESCRIPTION PROLONGÉE DE TROIS ANNÉES AU FÉDÉRAL RÈGLES FISCALES RELATIVES AUX AUTOMOBILES Pour 2014, les plafonds des déductions relatives aux frais d automobile et les taux servant au calcul de l avantage imposable pour les frais de fonctionnement

Plus en détail

DEMANDE DE RÉDUCTION DE LA RETENUE D IMPÔT

DEMANDE DE RÉDUCTION DE LA RETENUE D IMPÔT TP-1016 2001-02 DEMANDE DE RÉDUCTION DE LA RETENUE D IMPÔT Ce formulaire s adresse à tout particulier qui demande au ministère du Revenu d autoriser son employeur (ou le payeur) à réduire sa retenue d

Plus en détail

Transfert d un contrat d assurance entre une société et un actionnaire ou un employé

Transfert d un contrat d assurance entre une société et un actionnaire ou un employé Transfert d un contrat d assurance entre une société et un actionnaire ou un employé Introduction Il existe plusieurs situations où il peut être intéressant pour une société de transférer un contrat d

Plus en détail

Avances sur police. I. Aperçu général

Avances sur police. I. Aperçu général Avances sur police Plusieurs contrats d assurance (comme les polices d assurance vie universelle) permettent aux titulaires de polices d affecter des dépôts au volet placements d un compte permettant le

Plus en détail

Colloque - Question Retraite 2 octobre 2014. Simon Beauchemin, CPA, CA Consultant en fiscalité

Colloque - Question Retraite 2 octobre 2014. Simon Beauchemin, CPA, CA Consultant en fiscalité Colloque - Question Retraite 2 octobre 2014 Simon Beauchemin, CPA, CA Consultant en fiscalité 1 Bilan Budget Sources de revenus à la retraite Revenus de sources publiques Revenus de sources privées Revenus

Plus en détail

Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher

Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher Auteur : Jamie Golombek Juin 2015 Il semble que de plus en plus de Canadiens font l achat de propriétés de vacances aux États-Unis.

Plus en détail

Les incidences fiscales de l assurance vie détenue par une société

Les incidences fiscales de l assurance vie détenue par une société Les incidences fiscales de l assurance vie détenue par une société Au moment de souscrire une police d assurance, il est important de se demander si le titulaire devrait être une personne ou une société.

Plus en détail

Application de l alinéa (2)a.1) banque canadienne admissible

Application de l alinéa (2)a.1) banque canadienne admissible 1 PROPOSITIONS LÉGISLATIVES CONCERNANT L IMPÔT SUR LE REVENU LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU 1. (1) L article 95 de la Loi de l impôt sur le revenu est modifié par adjonction, après le paragraphe (2.3), de

Plus en détail

Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE»)

Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE») Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE») Aperçu du programme et occasions à saisir Pascal Martel Yara Bossé-Viola 8 octobre 2014 Objectifs Objectifs du

Plus en détail

Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC

Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC Mars 2005 Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC La majeure partie des avoirs financiers des propriétaires de petite entreprise est souvent immobilisée dans les actions d

Plus en détail

Pro-Investisseurs CIBC Barème des commissions et des frais

Pro-Investisseurs CIBC Barème des commissions et des frais Pro-Investisseurs CIBC Barème des commissions et des frais En vigueur à compter du 6 octobre 2014 En tant que client de Pro-Investisseurs MD CIBC, vous avez accepté de payer certains frais selon les types

Plus en détail

Le traitement fiscal des fonds communs de placement pour les particuliers

Le traitement fiscal des fonds communs de placement pour les particuliers C Le traitement fiscal des fonds communs de placement pour les particuliers e feuillet de renseignement porte sur le traitement fiscal des revenus reçus de fonds communs de placement canadiens. Il explique

Plus en détail

RÉSUMÉ DU BUDGET FÉDÉRAL DE 2015

RÉSUMÉ DU BUDGET FÉDÉRAL DE 2015 RÉSUMÉ DU BUDGET FÉDÉRAL DE 2015 Le 21 avril 2015 TABLE DES MATIÈRES Table des matières Introduction Mesures visant l impôt sur le revenu des particuliers Mesures visant l impôt sur le revenu des sociétés

Plus en détail

Guide pour demander le crédit d impôt à l innovation de l Ontario (CIIO)

Guide pour demander le crédit d impôt à l innovation de l Ontario (CIIO) Ministère du Revenu Imposition des sociétés 33, rue King Ouest CP 620 Oshawa ON L1H 8E9 Guide pour demander le crédit d impôt à l innovation de l Ontario (CIIO) Ce formulaire s applique aux années d imposition

Plus en détail

Employé, travailleur autonome ou employé incorporé

Employé, travailleur autonome ou employé incorporé Employé, travailleur autonome ou employé incorporé MODÉRATEUR : Ronald J. McRobie Fasken Martineau PANÉLISTES : Jean-François Cloutier Fasken Martineau Serge Gloutnay Fasken Martineau 3e Symposium Fasken

Plus en détail

Document d information

Document d information Document d information La croissance rapide des «fiducies de revenu» Les «fiducies de revenu» ou entités intermédiaires cotées en bourse 1 sont de plus en plus présentes dans le milieu canadien des affaires.

Plus en détail

RAPPORT SUR LE TRAITEMENT FISCAL DU REVENU DES AVOCATS NOMMÉS À LA MAGISTRATURE

RAPPORT SUR LE TRAITEMENT FISCAL DU REVENU DES AVOCATS NOMMÉS À LA MAGISTRATURE 1 RAPPORT SUR LE TRAITEMENT FISCAL DU REVENU DES AVOCATS NOMMÉS À LA MAGISTRATURE Division des entreprises et des publications Direction des décisions de l'impôt Direction générale de la politique et de

Plus en détail

Foire aux questions sur le compte d épargne libre d impôt (CELI)

Foire aux questions sur le compte d épargne libre d impôt (CELI) PLANIFICATION FISCALE Foire aux questions sur le compte d épargne libre d impôt (CELI) Le compte d épargne libre d impôt (CELI) est un instrument d épargne lancé en 2009 permettant aux résidents canadiens

Plus en détail

OPTIMISATION FISCALE Michel Lavoie, M.Fisc., Pl.Fin., CPA, CA.

OPTIMISATION FISCALE Michel Lavoie, M.Fisc., Pl.Fin., CPA, CA. Michel Lavoie, M.Fisc., Pl.Fin., CPA, CA. 1 I- Présentation II- Objectifs Connaître les règles de base de l optimisation fiscale: Pour les individus; Les familles; Les personnes en affaires. Fournir des

Plus en détail

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE Reshaping Canada s Equities Trading Landscape OCTOBER 2014 Horaire des marchés Toutes les données de marché du simulateur sont différées de 15 minutes (sauf

Plus en détail

Une nouvelle vision de l épargne-retraite collective ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE. Produits d épargne-retraite collective

Une nouvelle vision de l épargne-retraite collective ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE. Produits d épargne-retraite collective Une nouvelle vision de l épargne-retraite collective ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE Produits d épargne-retraite collective Comment choisir votre régime d épargne-retraite collective? Si vous êtes à l étape

Plus en détail

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC Le 2 décembre 2014 TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures de relance économique Mesures visant l atteinte et le maintien de l équilibre budgétaire

Plus en détail

BULLETIN DE FISCALITÉ. Juillet 2015 LES RÈGLES D'ATTRIBUTION DU REVENU LES DIVIDENDES INTERSOCIÉTÉS LES PERTES APPARENTES QU'EN DISENT LES TRIBUNAUX?

BULLETIN DE FISCALITÉ. Juillet 2015 LES RÈGLES D'ATTRIBUTION DU REVENU LES DIVIDENDES INTERSOCIÉTÉS LES PERTES APPARENTES QU'EN DISENT LES TRIBUNAUX? Formation en fiscalité BULLETIN DE FISCALITÉ Juillet 2015 LES RÈGLES D'ATTRIBUTION DU REVENU LES DIVIDENDES INTERSOCIÉTÉS LES PERTES APPARENTES QU'EN DISENT LES TRIBUNAUX? LES RÈGLES D'ATTRI- BUTION DU

Plus en détail

DÉDUCTION DES FRAIS À TITRE D EMPLOYÉ

DÉDUCTION DES FRAIS À TITRE D EMPLOYÉ juillet 2015 TABLE DES MATIÈRES Dans quel cas les frais sont-ils déductibles? Quels sont les frais déductibles? Frais de bureau à domicile ou de location de bureau Considérations spéciales pour les propriétairesexploitants

Plus en détail

Crédits d impôt non remboursables et remboursables du Québec offerts aux particuliers pour 2012

Crédits d impôt non remboursables et remboursables du Québec offerts aux particuliers pour 2012 Crédits d impôt non remboursables et remboursables du Québec offerts aux particuliers pour 2012 du Québec pour 2012 Taux d imposition s appliquant aux crédits 1 20,00 % Facteur d indexation 2 2,66 % Montant

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Liste des tâches de l exécuteur testamentaire (ou liquidateur)

Liste des tâches de l exécuteur testamentaire (ou liquidateur) SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE Liste des tâches de l exécuteur testamentaire (ou liquidateur) Note : Certains renseignements contenus dans la présente liste peuvent ne pas s

Plus en détail

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS Loi relative à l impôt sur le revenu (amendement) de 2005 Loi relative à la contribution spéciale à la défense (amendement)

Plus en détail

Pension alimentaire pour enfants

Pension alimentaire pour enfants Pension alimentaire pour enfants Le Service public d éducation et d information juridiques du Nouveau Brunswick (SPEIJ NB) est un organisme de bienfaisance enregistré dont l objectif est de fournir aux

Plus en détail

GUIDE REER. Faites fructifier votre argent selon vos conditions grâce aux placements REER

GUIDE REER. Faites fructifier votre argent selon vos conditions grâce aux placements REER GUIDE REER Faites fructifier votre argent selon vos conditions grâce aux placements REER Sommaire Équilibre entre dépenses et épargne...3 REER...4 Foire aux questions...5 Votre liste de vérification REER...7

Plus en détail

Faire le bon choix SOLUTIONS D ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE. Laissez-vous simplement guider par nos spécialistes

Faire le bon choix SOLUTIONS D ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE. Laissez-vous simplement guider par nos spécialistes SOLUTIONS D ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE Laissez-vous simplement guider par nos spécialistes Faire le bon choix Aide-mémoire à l intention des employeurs Solutions d épargne-retraite collective Appuyés

Plus en détail

FORMULAIRE OBLIGATOIRE CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF VENTE IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL DE MOINS DE 5 LOGEMENTS EXCLUANT LA COPROPRIÉTÉ

FORMULAIRE OBLIGATOIRE CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF VENTE IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL DE MOINS DE 5 LOGEMENTS EXCLUANT LA COPROPRIÉTÉ NOTE Le présent formulaire doit être utilisé lorsqu un contrat de courtage est conclu avec une personne physique. 1. IDENTIFICATION DES PARTIES VIA CAPITALE DU MONT-ROYAL NOM DE L AGENCE DU CRTIER FORMULAIRE

Plus en détail

Organismes de bienfaisance et assurance vie

Organismes de bienfaisance et assurance vie Organismes de bienfaisance et assurance vie Introduction Le présent bulletin porte sur les règles de base qui régissent les dons de bienfaisance à l aide d une police d assurance vie, et plus particulièrement

Plus en détail

présent article, les particuliers devraient consulter un conseiller fiscal ou juridique qualifié ou tout autre professionnel compétent.

présent article, les particuliers devraient consulter un conseiller fiscal ou juridique qualifié ou tout autre professionnel compétent. Services de gestion de patrimoine RBC Budget Fédéral 2014 BUDGET FÉDÉRAL DE 2014 11 FÉVRIER 2014 Résumé des principales mesures fiscales pouvant avoir une incidence sur vous Le 11 février 2014, le ministre

Plus en détail

Le 29 juin 2015 ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS/ MUTUAL FUND DEALERS ASSOCIATION OF CANADA RÈGLES

Le 29 juin 2015 ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS/ MUTUAL FUND DEALERS ASSOCIATION OF CANADA RÈGLES Le 29 juin 2015 ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS/ MUTUAL FUND DEALERS ASSOCIATION OF CANADA RÈGLES TABLE DES MATIÈRES ARTICLE N DE PAGE 1 RÈGLE N O 1 STRUCTURE DE L ENTREPRISE ET QUALITÉS

Plus en détail

Le Régime de retraite assurée d entreprise de BMO MD Assurance

Le Régime de retraite assurée d entreprise de BMO MD Assurance Un guide pour le conseiller Le Régime de retraite assurée d entreprise de BMO MD Assurance Parce que les entreprises prospères ont besoin d une sécurité et d un revenu Table des matières Introduction au

Plus en détail

FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR. Régime de Réinvestissement des Distributions

FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR. Régime de Réinvestissement des Distributions FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR Régime de Réinvestissement des Distributions Le régime de réinvestissement des distributions de Cominar (le «Régime») permet aux porteurs de parts de Cominar d utiliser

Plus en détail

MODALITÉS DU RÉGIME D ÉPARGNE-ÉTUDES DE FINANCIÈRE BANQUE NATIONALE LTÉE (RÉGIME INDIVIDUEL)

MODALITÉS DU RÉGIME D ÉPARGNE-ÉTUDES DE FINANCIÈRE BANQUE NATIONALE LTÉE (RÉGIME INDIVIDUEL) MODALITÉS DU RÉGIME D ÉPARGNE-ÉTUDES DE FINANCIÈRE BANQUE NATIONALE LTÉE (RÉGIME INDIVIDUEL) 1. Définitions Aux fins des présentes, les mots ou expressions figurant ci-après ont le sens suivant : a) actif

Plus en détail

CORPORATIONS ASSOCIÉES

CORPORATIONS ASSOCIÉES BULLETIN N o HE 003 Publié en avril 2001 Révisé en janvier 2008 LOI SUR L IMPÔT DESTINÉ AUX SERVICES DE SANTÉ ET À L ENSEIGNEMENT POSTSECONDAIRE CORPORATIONS ASSOCIÉES Le but de ce bulletin est d aider

Plus en détail

Impôt des particuliers 2014 1

Impôt des particuliers 2014 1 Impôt des particuliers 0 Impôt des particuliers 0 TABLEAU P QUÉBEC (0) TABLE D IMPÔT Revenu Impôt Taux Taux marginal imposable Fédéral Québec Total effectif Fédéral Québec Total $ $ $ $ 0 000 - - - 0,0

Plus en détail

ENTREPRENEURS «À VOS AFFAIRES»

ENTREPRENEURS «À VOS AFFAIRES» ENTREPRENEURS «À VOS AFFAIRES» 15 novembre 2012 Christine Brosseau, CPA, CA, Associée Costandino Muro, CPA, CA, Directeur principal Pourquoi incorporer mon entreprise Au Québec 3 modes d exploitation L

Plus en détail

Objet : Processus de déclaration proposé pour l application des avantages en vertu d une convention concernant des sommes payées à des non-résidents

Objet : Processus de déclaration proposé pour l application des avantages en vertu d une convention concernant des sommes payées à des non-résidents Le Comité mixte sur la fiscalité de l Association du Barreau canadien et de l Institut Canadien des Comptables agréés L Institut Canadien des Comptables agréés, 277, rue Wellington Ouest, Toronto (Ontario)

Plus en détail

DÉCRET DE REMISE ET RÈGLEMENT DE REMISE EN MATIÈRE DE TPS ET DE TVQ

DÉCRET DE REMISE ET RÈGLEMENT DE REMISE EN MATIÈRE DE TPS ET DE TVQ CHRONIQUE TPS/TVQ 167 DÉCRET DE REMISE ET RÈGLEMENT DE REMISE EN MATIÈRE DE TPS ET DE TVQ LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, AVOCAT, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...

Plus en détail

QUESTIONS D IMPÔT SUCCESSORAL AMÉRICAIN POUR LES CANADIENS

QUESTIONS D IMPÔT SUCCESSORAL AMÉRICAIN POUR LES CANADIENS février 2015 TABLE DES MATIÈRES Comment s applique l impôt successoral Historique de l impôt successoral Taux et exemptions de l impôt successoral Idées de planification Résumé QUESTIONS D IMPÔT SUCCESSORAL

Plus en détail

PARTAGE DES INTÉRÊTS DANS UN CONTRAT D ASSURANCE-VIE GUIDE À L INTENTION DES AVOCATS ET DES COMPTABLES

PARTAGE DES INTÉRÊTS DANS UN CONTRAT D ASSURANCE-VIE GUIDE À L INTENTION DES AVOCATS ET DES COMPTABLES PARTAGE DES INTÉRÊTS DANS UN CONTRAT D ASSURANCE-VIE GUIDE À L INTENTION DES AVOCATS ET DES COMPTABLES Conventions d assurance-vie en copropriété et d assurance-vie en partage des coûts et bénéfices La

Plus en détail

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18)

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) Le présent document est une version refondue des Statuts du Régime de pension complémentaire de la Banque

Plus en détail

Les régimes d avantages sociaux au Canada

Les régimes d avantages sociaux au Canada Les régimes d avantages sociaux au Canada Les Canadiens vivent de plus en plus longtemps et doivent plus que jamais faire face à leur responsabilité d épargner pour la retraite. Leur espérance de vie étant

Plus en détail

COUR PROVINCIALE DE TERRE-NEUVE-ET-LABRADOR CENTRE JUDICIAIRE : Dossier n ET : INTIMÉ(E) ÉTAT FINANCIER. (Formulaire complet)

COUR PROVINCIALE DE TERRE-NEUVE-ET-LABRADOR CENTRE JUDICIAIRE : Dossier n ET : INTIMÉ(E) ÉTAT FINANCIER. (Formulaire complet) ANNEXE «D» (04/07) 1 COUR PROVINCIALE DE TERRE-NEUVE-ET-LABRADOR CENTRE JUDICIAIRE : Dossier n ENTRE : REQUÉRANT(E) ET : INTIMÉ(E) ÉTAT FINANCIER (Formulaire complet) Je suis le/la (requérant(e) ou intimé(e))

Plus en détail

de l assurance-santé au Canada Juin 2014

de l assurance-santé au Canada Juin 2014 Étude de cas GUIDE SUR LA FISCALITÉ de l assurance-santé au Canada Juin 2014 Assurance maladies graves détenue par une entreprise La vie est plus radieuse sous le soleil La Sun Life du Canada, compagnie

Plus en détail

Introduction Processus Impôts couverts Biens couverts Personnes visées recours QUIZ VRAI OU FAUX CHOIX DE RÉPONSES MISE EN SITUATION

Introduction Processus Impôts couverts Biens couverts Personnes visées recours QUIZ VRAI OU FAUX CHOIX DE RÉPONSES MISE EN SITUATION Introduction Processus Impôts couverts Biens couverts Personnes visées recours QUIZ VRAI OU FAUX CHOIX DE RÉPONSES MISE EN SITUATION INTRODUCTION Sources Politiques Droit commun: provincial et droit fédéral

Plus en détail

Conseils fiscaux de fin d année pour 2014 Auteur : Jamie Golombek

Conseils fiscaux de fin d année pour 2014 Auteur : Jamie Golombek Octobre 2014 Conseils fiscaux de fin d année pour 2014 Auteur : Jamie Golombek Comme l année tire à sa fin, nous vous présentons une mise à jour de nos conseils fiscaux de fin d année dont vous souhaiterez

Plus en détail

LE TACTICIEN. Prélude à la saison des impôts. Dans ce numéro. Groupe Lanoue Taillefer Audet

LE TACTICIEN. Prélude à la saison des impôts. Dans ce numéro. Groupe Lanoue Taillefer Audet LE TACTICIEN dame McCutcheon Janvier 200 9 Volume VII, Numéro 1 BULLETIN SUR LA T PS, LA TVQ ET LES AUTRES T AXES CANAD IENNES Groupe Lanoue Taillefer Audet Jean-Marie Audet, CA Jean Lanoue, CA Mario Pépin

Plus en détail

Revenus de placement

Revenus de placement PUBLICATION SPÉCIALE DE FIN D ANNÉE STRATÉGIES F ISCALES PERSONNELLES POUR 2009 Automne 2009 Comme l année tire à sa fin, les contribuables devraient envisager les stratégies de planification disponibles

Plus en détail

d entreprises et l application fiscale sur milieu autocthone

d entreprises et l application fiscale sur milieu autocthone Les structures d entreprises et l application fiscale sur et hors réserve Tournée d information sur la fiscalité en milieu autocthone Objectifs de la présentation A. Structures d entreprises B. L application

Plus en détail

Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale.

Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale. Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale. 1) Nouveau régime d imposition des dividendes Désignation tardive

Plus en détail

CONSTITUTION D UNE ENTREPRISE

CONSTITUTION D UNE ENTREPRISE novembre 2014 TABLE DES MATIÈRES Avantages de la constitution en société Avantages d une SEPE Résumé CONSTITUTION D UNE ENTREPRISE Si vous exploitez une entreprise, sa simple constitution en société vous

Plus en détail

FORMULE 11 DÉCLARATION FINANCIÈRE

FORMULE 11 DÉCLARATION FINANCIÈRE FORMULE 11 DÉCLARATION FINANCIÈRE (Loi sur l établissement et l exécution réciproque des ordonnances de soutien, L.N.-B. 2002, c.i-12.05, art.5(2)e), 9(1)b)(ii), 23(2)f) et 27(1)b)(ii)) Je suis le demandeur

Plus en détail

RÉSUMÉ DES MESURES FISCALES DU BUDGET DU QUÉBEC DU 26 MARS 2015

RÉSUMÉ DES MESURES FISCALES DU BUDGET DU QUÉBEC DU 26 MARS 2015 LE RÉSEAU DES SERVICES DE COMPTABILITÉ ET DE FISCALITÉ DE L'UPA RÉSUMÉ DES MESURES FISCALES DU BUDGET DU QUÉBEC DU 26 MARS 2015 AVIS Prenez note que les mesures fiscales du budget du Québec ne sont pas

Plus en détail

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT Champ d application de la politique Les options d achat d actions incitatives servent à récompenser les titulaires d option pour les services qu ils fourniront à l émetteur.

Plus en détail

COGECO CÂBLE INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS. 17 juin 1993

COGECO CÂBLE INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS. 17 juin 1993 COGECO CÂBLE INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS 17 juin 1993 Modifié le 20 octobre 2000, le 19 octobre 2001, le 18 octobre 2002, le 17 octobre 2003, le 13 octobre 2006, le 26 octobre 2007, le 29 octobre

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme public Juin 2015 1 INTRODUCTION... 4 À QUI S ADRESSE

Plus en détail

RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT 51-102 SUR LES OBLIGATIONS D INFORMATION CONTINUE

RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT 51-102 SUR LES OBLIGATIONS D INFORMATION CONTINUE RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT 51-102 SUR LES OBLIGATIONS D INFORMATION CONTINUE Loi sur les valeurs mobilières (LRQ, c V-11, a 3311, par 1, 3, 8, 9, 19, 20 et 34 ; 2007, c 15) 1 Le Règlement 51-102

Plus en détail

GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA

GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA PRÉPARATION DES DÉCLARATIONS FISCALES GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA Des conseils simples pour réclamer des crédits de taxe sur intrants à l égard de transactions effectuées au moyen

Plus en détail