JEUDI 29 MARS 2007, AVIGNON

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "JEUDI 29 MARS 2007, AVIGNON"

Transcription

1 1 ERE JOURNEE DE RECHERCHE RELATIONS ENTRE INDUSTRIE ET GRANDE DISTRIBUTION ALIMENTAIRE JEUDI 29 MARS 2007, AVIGNON GESTION DU CONFLIT ET MANAGEMENT INTERCULTUREL DANS LE CANAL DE DISTRIBUTION : UNE ANALYSE DES DETERMINANTS ET DES EFFETS DU CONFLIT SUR LA SATISFACTION DES ACTEURS. APPLICATION AU CAS DE LA GRANDE DISTRIBUTION AU VIETNAM. Hoang Linh VU Doctorante Université de la Méditerranée CRET-LOG Résumé La forte internationalisation de la grande distribution a multiplié les échanges entre des acteurs issus de pays et de cultures variés. Dans ce contexte, la question de leur ajustement mutuel devient essentielle. En effet, leurs différences aux niveaux économique, comportemental et culturel peuvent constituer un obstacle à la coopération interorganisationnelle. La recherche se concentre sur l explication du conflit et les mécanismes d ajustement entre la grande distribution et ses fournisseurs du pays d accueil. Le marché vietnamien constitue le terrain de cette recherche doctorale en cours.

2 Contexte de la recherche La mondialisation des marchés et des échanges, la rapidité des mutations techniques et technologiques et de l échange d information génèrent partout dans le monde des effets considérables. Face à cet environnement en perpétuel mouvement, les entreprises s orientent vers de nouveaux marchés hors des frontières nationales dans une recherche de croissance. Dans cette tendance, on remarque la forte internationalisation de la grande distribution vers les pays émergents qui, de par leur croissance rapide en termes économiques ainsi que démographiques, se transforment en un terrain prometteur sous les yeux des acteurs étrangers. Le Vietnam en tant que pays ouvert et cherchant inlassablement le développement économique et social de sa population, devient également une destination attrayante d implantation des distributeurs étrangers. L apparition des distributeurs étrangers au Vietnam a multiplié les coopérations entre les acteurs étrangers et les acteurs locaux. La relation industrie-grande distribution devient un enjeu important quand les distributeurs étrangers favorisent des produits domestiques. La mise en place de coopération avec des fournisseurs locaux est une source importante d avantage concurrentiel. Comme résultat, un grand nombre de fournisseurs vietnamiens joue actuellement un rôle principal dans le réseau d approvisionnement de la grande distribution étrangère. Par ailleurs, dans un futur proche, le besoin de cette coopération internationale pourrait être extensif du fait du développement rapide des grandes surfaces au Vietnam. Problématique et questions de recherche L importance de la coopération entre les fournisseurs locaux et la grande distribution étrangère est incontestable. Pourtant, la relation entre eux pose toujours la question de la compatibilité entre les acteurs venant de différentes cultures et ayant différents niveaux de développement. Les différences aux plans économique, comportemental et culturel peuvent être une source des difficultés pour le maintien d une bonne relation entre les distributeurs étrangers et leurs fournisseurs dans le pays d accueil. Autrement dit, il existe une grande potentialité du conflit qui peut détruire la coopération et donc réduire la satisfaction des deux parties. C est dans cette problématique que s inscrit la recherche en cours. Notre objectif est de contribuer à la compréhension du conflit et ensuite des mécanismes d ajustement entre la grande distribution et ses fournisseurs du pays d accueil en considérant la culture comme une variable clé. En fait, l explication du conflit dans le contexte international est l ambition de la présente recherche qui vise à améliorer la coopération dans le canal de distribution. De plus, nous nous intéressons également à la satisfaction des acteurs qui permet d évaluer les conséquences du conflit. A partir de cet objectif, la recherche tente de répondre à la question suivante : «Quels sont les causes des conflits, leurs modes de résolution et leurs conséquences sur la grande distribution et ses fournisseurs du pays d accueil?». Quels sont les déterminants du conflit, ses conséquences sur la satisfaction des acteurs et comment prévenir et résoudre ce type de conflit? Méthodologie de recherche La recherche en cours adopte une démarche hypothético-déductive avec une approche quantitative. Suite à une première phase exploratoire avec entretiens et analyse documentaire, une phase de terrain avec collecte de données quantitatives est prévue. 1

3 Une présence sur le terrain de la grande distribution et de ses fournisseurs au Vietnam nous permettra de tester le modèle proposé. La recherche sur un marché en développement tel que celui du Vietnam, dans lequel on observe la croissance des interactions ainsi que les difficultés dans le maintien de bonnes relations entre les acteurs nous fournit une bonne compréhension des mécanismes de conflit et de ses conséquences. Particulièrement, avec l orientation vers des ajustements mutuels des acteurs, l échantillon de notre recherche inclut tous les deux parties : les distributeurs étrangers et les fournisseurs vietnamiens. Cette communication est organisée en deux parties. La première est consacrée à une présentation des relations entre la grande distribution et ses fournisseurs au Vietnam. La seconde partie se concentre sur la revue de littérature à partir de laquelle sera construit le modèle de recherche. 1. Panorama de la relation fournisseurs locaux-grande distribution étrangère au Vietnam La grande distribution au Vietnam est encore jeune bien que depuis des années, une grande partie des Vietnamiens ait pris l'habitude de faire des courses dans les supermarchés locaux au lieu des marchés improvisés dans les rues. En effet, des supermarchés vietnamiens apparaissent depuis dix ans mais à une échelle limitée. Le point commun de ces derniers est leur taille réduite et leur caractère artisanal. La présence des grands groupes comme Casino ou Metro (depuis 1998) apporte une dynamique nouvelle à ce secteur à fort potentiel. Des géants internationaux ont appliqué une politique d achat direct dans un effort de recherche d un avantage sur le prix par rapport aux supermarchés vietnamiens où les produits ciblent davantage une clientèle aisée. Cette politique entraîne l installation d un réseau d approvisionnement dans lequel des relations directes avec les producteurs sont essentielles. Chez des distributeurs comme Casino ou Metro, l achat direct est le grand principe. De plus, le choix d un assortiment large et profond à prix compétitif a conduit à une multiplication des relations avec les fournisseurs locaux, par exemple : 90% de produits dans les hypermarchés Big C (une enseigne de Casino) sont actuellement vietnamiens. Pour les fournisseurs, la coopération avec des distributeurs étrangers est aussi une opportunité de renforcer leurs ventes. La relation fournisseurs vietnamiens-distributeurs étrangers devient donc centrale pour le développement de la grande distribution au Vietnam. Pourtant, cette relation implique également plusieurs défis pour les deux parties. La grande distribution étrangère avec ses atouts économiques, son expérience, ses techniques commerciales avancées joue le rôle du leader dans le canal. L exercice des sources de pouvoir se manifeste dans la définition des obligations pour les fournisseurs, explicitées dans le contrat en termes de prix, qualité des produits, de délais de livraison. Les exigences des acteurs étrangers constituent des défis pour les acteurs locaux. Depuis longtemps, les fournisseurs vietnamiens ont l habitude de travailler avec les partenaires commerciaux locaux qui sont souvent petits et non professionnels. Dans un marché comme le Vietnam où l importance de la coopération dans le canal est sous-estimée et les canaux traditionnels restent les plus répandus, l association entre eux est généralement faible. De plus, la rencontre entre deux acteurs qui possèdent le même niveau limité de développement et de professionnalisme a créé une situation dans laquelle ceux-ci ne s intéressent pas à leur propre performance ni à celle de leur partenaire. Ces facteurs ont des influences négatives sur leurs 2

4 comportements, par exemple opportuniste et de même que sur la dynamique d innovation des acteurs vietnamiens en général et des fournisseurs en particulier. La coopération avec des partenaires exige de ces derniers des changements et des adaptations au niveau non seulement économique mais aussi comportemental. Similairement, dans la perspective des distributeurs étrangers, l implantation dans un pays en développement et le recours aux acteurs locaux qui ont des faiblesses aux plans de la production, de la logistique ou de la main d œuvre présentent également des défis. D ailleurs, la différence en termes culturels ainsi que les connaissances limitées des acteurs vietnamiens constituent aussi une partie des difficultés de la coopération dans le canal. Dans ce sens, à côté des coopérations, la relation fournisseurs vietnamiens- distributeurs étrangers implique actuellement des conflits dysfonctionnels provenant des incompatibilités entre eux (et même des limites du cadre juridique). La sortie active de la relation des acteurs vietnamiens, la suppression du contrat avec des fournisseurs ou des désaccords sous-jacents des acteurs sont les manifestations du conflit que l on peut reconnaître dans cette relation. 2. Revue de littérature Dans la perspective que les déterminants du conflit peuvent concerner les facteurs économique, comportemental et culturel dans le contexte international, la littérature mobilisée inclut ces trois cadres théoriques. Il s agit de recourir aux théories économique et comportementale dans le canal de distribution et aux modèles issus du management interculturel. Notamment, au plan culturel, nous nous intéressons aux deux niveaux de culture: culture nationale et organisationnelle. 2.1 Les théories comportementales dans le canal de distribution Les théories comportementales occupent une place capitale dans notre recherche. Celles-ci servent de base à la fois à notre modèle de recherche mais aussi à nos propositions sur des ajustements mutuels des acteurs. Dans ce sens, à côté du conflit et de la satisfaction, nous prenons en compte d autres variables importantes tel que le pouvoir, la dépendance, la coopération, le leadership, la communication Le conflit Le conflit est la variable centrale dans la recherche en cours. Ce concept a fait l objet d un grand nombre de recherches dans le cadre du canal de distribution, notamment dans la littérature anglo-saxonne. Sa définition est adaptée du champ de la psychologie sociale et du comportement interorganisationnel. Selon Stern et Gorman (1969) et Etgar (1979), le conflit est présent quand un composant (membre du canal) perçoit le comportement d un autre membre comme l empêchant d atteindre ses propres objectifs ou nuit à la performance effective de ses schémas de comportement instrumentaux. Stern et El-Ansary (1982) ont défini le conflit comme une situation dans laquelle un membre du canal perçoit qu un autre membre a adopté un comportement qui l empêche d atteindre ses propres objectifs. Le conflit dans le canal de distribution est largement adopté comme un processus dynamique. Pondy (1967) a développé un modèle de conflit interorganisationnel qui considère le conflit comme un processus constitué d une série d épisodes. Chaque épisode comprend cinq étapes: (1) conflit latent où les conditions sous-jacentes existent dans une relation, (2) conflit perçu dans lequel les participants sont conscients des conditions du conflit mais pas nécessairement d être 3

5 gêné par elles, (3) conflit affectif où les participants ont conscience des conditions conflictuelles et déjà des sentiments d hostilité, de tension ou d anxiété, (4) conflit manifeste concernant les comportements ouverts qui empêchent l autre membre d atteindre ses objectifs et (5) conséquence du conflit concernant la résolution, la suppression d une épisode de conflit ou la dissolution de la relation. En se basant sur le modèle de Pondy (1976), un nombre d auteurs, par exemple : Rosenberg et Stern (1970), Rosenberg (1974), Brown (1977) et Cadotte et Stern (1979), ont proposé une série de modèles descriptifs dans un effort d analyse du conflit dans le canal. Ces modèles apportent des contributions majeures au développement de la théorie sur le conflit notamment quand ils ont plus ou moins suggéré que le processus de conflit concerne trois étapes distinctes: (1) l émergence des causes du conflit, (2) des réactions conflictuelles liées aux désaccords avec des politiques, des procédures réalisées pour atteindre des objectifs des membres individuels et (3) des conséquences du conflit concernant des résultats en terme de performance des membres. Généralement, dans la littérature, un consensus sur trois causes de conflit existe: incompatibilité des objectifs, dissension sur le domaine de décision et différence dans la perception de la réalité (Perry, 1991). Bowersox et al. (1980) ont proposé cinq causes possibles du conflit, en convergence avec notre recherche: (1) l incompatibilité entre objectifs des agents, (2) l incongruence de rôle d un agent, (3) la rupture du processus de communication dans le canal, (4) la divergence du niveau des perceptions de l environnement ou des forces et des faiblesses des agents et (5) la différence de culture entre les membres. Au niveau des conséquences du conflit, elles se présentent sous la forme de deux tendances opposées : d une part, la performance du canal s accroît du fait que les parties en opposition décident de coopérer à nouveau dans la clarté. D autre part, la performance diminue à cause des dysfonctionnements divers. Dans les autres recherches, les auteurs ont élargit l analyse et fait distinguer entre deux états de conflit hiérarchiques. A partir du travail de Pondy (1967), Firat et al. (1974) ont démontré que le membre du canal entrent d abord dans une étape cognitive/affective qui est suivie par une étape comportementale/manifeste. La première est liée à un état de conflit dans lequel domine une attitude caractérisée par des sentiments comme la frustration ou l hostilité du membre du canal. Quand ce dernier n est pas satisfait de l attitude et réalise des activités préjudiciables à son adversaire, le conflit passe à la deuxième étape liée aux comportements. Il s agit du passage du conflit affectif au conflit manifeste. Le manque de coopération, le recours à la légalité, l adoption de stratégies afin de nuire au partenaire et l interruption de la relation sont les formes possibles du conflit manifeste. Le conflit manifeste est souvent constitué de désaccords verbaux ou écrits entre les membres (Lusch, 1976). Ils peuvent être le résultat des problèmes concernant des stratégies de marketing (Stern et Gorman, 1969) et identifiés par leur fréquence, leur intensité et l importance du problème de désaccord (Brown et Day, 1981). Le conflit, particulièrement le conflit manifeste, prend une place importante dans les travaux consacrés aux comportements des acteurs dans le canal de distribution. Les auteurs se sont concentrés principalement sur le développement du cadre conceptuel sur le conflit, analysent le mécanisme de gestion du conflit, la mesure empirique de ce construit (Etgar, 1979). Les autres s intéressent à identifier la relation entre le conflit et d autres variables dans le canal comme le pouvoir, le leadership, la performance ou la satisfaction. 4

6 Cependant, peu de recherches analysent les deux types de conflit : affectif et manifeste conjointement, (Etgar, 1979). Notre recherche en cours, à côté du niveau manifeste, s intéresse aussi au niveau affectif du conflit, car la culture concerne étroitement des états cognitifs des individus et émerge de ce fait comme une variable importante Le pouvoir et la dépendance Dans la littérature sur le canal de distribution, plusieurs définitions du pouvoir existent, El- Ansary et Stern (1972) ont proposé une définition spécifiquement adaptée à l analyse des canaux de distribution et aujourd hui fréquemment citée par de nombreux chercheurs: Le pouvoir d une institution du canal est sa capacité à contrôler les variables de décision des stratégies marketing d une autre institution intervenant à un niveau différent du même canal. Pour que ce contrôle soit qualifié de pouvoir, il doit être différent du contrôle initial que l institution dominée avait sur sa propre stratégie (pp.47-52). Dans cette définition, les variables de décisions des stratégies marketing concernent les politiques de prix, de communication, de distribution, et de logistique. Un des grands apports théoriques sur le pouvoir est le modèle des sources de pouvoir de French et Raven (1959), les premiers auteurs ayant identifié les cinq sources de pouvoir d une organisation : la capacité à attribuer des récompenses, à donner des sanctions, l expertise, la valeur de référence et la légitimé (Filser, 1992). Plusieurs adaptations de leur recherche ont ensuite été développées notamment par Hunt et Nevin (1974) qui ont fait une distinction entre les sources de pouvoir coercitives et non coercitives. Particulièrement, Lusch et Brown (1982) ont démontré que la mesure du pouvoir d une institution conduit seulement à celle de la perception de ce pouvoir par les individus interrogés. De plus, ils ont proposé un résultat très important: une institution perçoit le pouvoir d une autre si elle recourt à des sources économiques. Cependant, si elle repose sur des sources non économiques qui peuvent engendrer de fait un pouvoir important, l institution subordonnée ne le percevra pas comme tel. Les sources de pouvoir et la dépendance sont conceptuellement inséparables ou autrement dit, la dépendance est un composant ou une dimension des sources de pouvoir plutôt qu un phénomène séparable (Gaski, 1984). Selon Emerson (1962), le pouvoir d un agent A sur un agent B est égal à, et basé sur, la dépendance de A par rapport à B. On peut appréhender traditionnellement la dépendance d une entreprise envers un partenaire dans le canal de distribution comme son besoin de maintenir une relation avec le partenaire pour atteindre ses objectifs (Kumar et al, 1995). Pourtant, la capacité de remplacement du partenaire est souvent utilisée comme une mesure de la dépendance (Kumar et al, 1995). La littérature met l accent sur l importance de la structure de réciprocité de la dépendance ou autrement dit, sur la structure de l interdépendance. Cette dernière inclut: (1) la dépendance de chaque entreprise, (2) la magnitude de l interdépendance totale qui est la somme de la dépendance de toutes les deux entreprises et (3) l asymétrie de l interdépendance qui correspond à la différence entre la dépendance de l entreprise de son partenaire et la dépendance du partenaire de l entreprise (Emerson, 1962 ; Lawler et Bacharach, 1987). Pour notre part, nous adoptons les propositions des auteurs sur la structure de l interdépendance dans le but d analyser la structure de pouvoir dans le canal, ce qui sert à la formulation du modèle de recherche La coopération A côté des situations de conflit, la relation d échange entre les membres du canal peut impliquer la coopération. En effet, le conflit et la coopération sont deux variables dominantes 5

7 réglant la relation d échange (Stern et Reve, 1980). Celles-ci peuvent coexister dans une même relation, (Stern et Reve, 1980 ; Anderson et Narus, 1990 ; Bonet, 1999). Dans la littérature, le concept de coopération s avère délicat à appréhender. La coopération concerne plusieurs variables économiques et sociales : coordination, engagement, interdépendance, confiance, qualité. En conséquence, plusieurs définitions de la coopération existent. Généralement, la coopération peut être appréhendée comme la situation dans laquelle les parties travaillent ensemble vers des objectifs communs (Stern et Reve, 1980 ; Anderson et Narus, 1990 ; Morgan et Hunt, 1994). Un principe de la coopération est que tous les membres du canal ont un intérêt commun. La coopération est considérée comme une variable d intégration fonctionnelle. Le renforcement de la coopération peut être intensif avec les réseaux de franchise, ou minimal avec les institutions indépendantes. L intégration verticale et la coopération sont perçues comme le moyen de maîtriser l incertitude. Le besoin de coopération dans les canaux a d ailleurs été reconnu par de nombreux auteurs en complément de la vision plus conflictuelle vue précédemment (Jallais, 1992). En effet, la coopération est indispensable dans le canal, car le tout le système de distribution ne peut exister que si tous les membres servent le même marché cible et réalisent le même marketing des produits qu elles distribuent (Jallais, 1992). De plus, des travaux empiriques ont démontré une relation négative entre les deux variables (Skinner et al, 1992 ; Balabanis, 1998). Donc, la coopération joue un rôle important dans la réduction du conflit dans le canal Le leadership Le leadership d un membre est traditionnellement défini comme «l ensemble des activités menées par un membre du canal dans le but d influencer les politiques et stratégies marketing des autres membres du canal et de contrôler différents aspects des opérations dans le canal de distribution» (Schul et al., 1983). On peut comprendre facilement que celui qui détient le leadership est considéré comme commandant du canal, pour organiser le canal dans le sens d une meilleure intégration interne des activités marketing et donc d économies substantielles (Jallais, 1992, p.266). D après Mallen (1967), trois types de leadership existent : - Leadership autocratique : La proposition des politiques ainsi que la distribution des tâches sont réalisées par le leader sans discussion avec d autres membres. Il impose ses vues à ces derniers et les obligent à exécuter. - Leadership démocratique: Le leader soutient à titre actif les autres membres du canal et tient en compte des options de chacun pour parvenir à une décision collégiale. - Leadership anarchique : il n y a aucune directive du leader et chaque membre a la liberté d agir à sa guise. Selon Mallen (1964), dans ce cas, le canal de distribution s autodétruit. Craccro (1987) a démontré trois cas correspondant aux trois membres du canal qui exercent ce pouvoir particulier : - Si un fabricant utilise un canal par les revendeurs exclusifs ou franchisés et propose un vaste assortiment et un programme étendu de services, celui-ci pourra tout à fait devenir le leader. 6

8 - Si les détaillants ont les avantages sur les méthodes de vente, le prix, la couverture géographique, ils seront capables de régir le marketing amont du fabricant et de s imposer sur le marché. - Les grossistes pourront détenir le leadership s ils possèdent une gamme de produits très bien équilibrée pour certains segments de marché avec les petits détaillants. La planification et la coopération des activités du canal reposent sur la délégation à l intermédiaire approprié et sont l essentiel pour le rôle du leader (Jallais, 1992). Il est nécessaire d adopter et de persuader les membres du canal d adopter une approche partenariale au lieu de les considérer comme des opposants La communication La communication est considérée comme l un des facteurs essentiels au fonctionnement du canal (Filser, 2000). Généralement la communication peut être appréhendée comme le partage formel ainsi qu informel des informations significatives et ponctuelles entre des entreprises (Anderson et Narus, 1990). La communication joue un rôle important dans la transmission des informations persuasives, la prise de décision, la coordination des programmes d action, l exercice du pouvoir et l encouragement de l engagement et de la loyauté dans le canal de distribution. Malgré grande importance de la communication dans le canal, le nombre de travaux empiriques sur ce concept reste très limité (Mohr et Nevin, 1990). La fonction modératrice de la communication entre des conditions structurelles/comportementales et des conséquences a été ignorée par les chercheurs (Mohr et Nevin, 1990). Mohr et Nevin (1990) ont proposé un modèle distinguant quatre dimensions de la communication : (1) la fréquence du nombre de contacts, (2) la direction : unidirectionnelle/bidirectionnelle, (3) la modalité: formelle/informelle et (4) le contenu incluant des stratégies d influence directe/indirecte. Les membres du canal peuvent augmenter la coordination par le partage des informations dans un processus de communication informelle, fréquente et bidirectionnelle (Mohr et Nevin, 1990 ; Mohr et al, 1995; Hunt, 1995). La communication effective peut détecter et prévenir le conflit (Mohr et Nevin, 1990) ainsi que minimiser ses conséquences dysfonctionnelles (Anderson et Narus, 1990). La communication constitue un facteur important dans notre modèle dans la mesure où elle peut permettre d expliquer certaines difficultés dans la relation entre des acteurs venant de différentes cultures La satisfaction La satisfaction est un état affectif positif résultant de l appréciation de tous les aspects d une relation d une entreprise avec son partenaire (Anderson et Narus, 1990). Le niveau de satisfaction est considéré comme la conséquence d une relation interorganisationnelle (Frazier, 1983 ; Anderson et Narus, 1990). Geyskens et Steenkamp (2000) distinguent la satisfaction économique et la satisfaction sociale. Selon ces auteurs, la compréhension de cette distinction est importante, car des activités d un membre du canal peuvent produire à la fois les deux types de satisfaction tandis qu il peut miner la satisfaction sociale ou l inverse. 7

9 La satisfaction économique est définie comme «l évaluation d un membre du canal des résultats économiques obtenus de la relation avec son partenaire tels que le chiffre d affaire, les marges ou les remises» (Geyskens et Steenkamp, 2000). C est à dire que membre est satisfait de l efficience et de la productivité générale de la relation avec son partenaire, ainsi que des résultats financiers. La satisfaction sociale est définie comme l évaluation d un membre du canal sur des aspects psychosociaux de sa relation dans laquelle des interactions avec le partenaire sont accomplies, satisfaisantes et aisées» (Geyskens et Steenkamp, 2000). Un membre socialement satisfait apprécie des contacts avec son partenaire et au niveau personnel, aime travailler avec lui parce qu il croit que son partenaire est respectable et prêt à échanger des idées (Geyskens et al., 1999). Deux types de satisfaction peuvent avoir des effets distincts et des interactions entre elles (Geyskens et Steenkamp, 2000). Particulièrement, lorsque la satisfaction économique est faible, la satisfaction sociale joue un rôle important dans le découragement des comportements négatifs du partenaire tels que la négligence ou la dissolution de la relation et à l inverse (Geyskens et Steenkamp, 2000). La satisfaction a fait l objet d un nombre considérable de travaux de recherche en marketing. La littérature a aussi démontré une relation négative entre le conflit et ce concept (Rosenberg et Stern, 1971 ; Skinner et al., 1992 ; Lee, 2001). Pourtant, les auteurs ne considèrent que la satisfaction comme un construit unidimensionnel (Geyskens et al, 1999). La recherche en cours prend en compte les deux dimensions de la satisfaction, dans la mesure où, dans un contexte interculturel, la distinction entre des éléments économiques et sociaux devient importante. 2.2 Les théories économiques dans le canal de distribution Notre cadre théorique s appuie sur deux théories économiques du canal. D une part, la théorie des coûts de transaction constitue le cœur des analyses économiques de notre recherche. D autre part, la théorie contractuelle fournit des éléments sur des normes relationnelles qui servent à nos propositions sur des mécanismes d ajustement entre des acteurs La théorie des coûts de transaction La théorie des coûts de transaction est présente dans différents courants de recherche. Les travaux sur les coûts de transaction, notamment ceux de Williamson (1975, 1985) attirent l attention d un nombre considérable de chercheurs dans plusieurs disciplines et se révèle d une grande opérabilité dans le contexte du canal de distribution. En l occurrence dans le canal, les coûts de transaction sont définis comme des coûts supportés pour faire fonctionner le système (Arrow, 1969). On distingue trois catégories de coûts de transaction (Filser, 2000) : (1) coûts de sauvegarde engendrés des activités de protection des actifs spécifiques dans la transaction, (2) coûts d adaptation liés aux ajustements nécessaires dans le processus d échange en vue de s adapter aux situations imprévisibles et (3) coûts d évaluation créés par la mise en place des procédures de contrôle destinées à évaluer la performance des agents. Selon Williamson (1975, 1985), le comportement des agents et les caractéristiques de la transaction sont à l origine des coûts de transaction. Trois caractéristiques comportementales peuvent aboutir à des coûts de transaction: (1) la rationalité limitée des agents qui concerne les limites à la capacité de communication et de traitement des informations (Simon, 1957), (2) 8

10 l opportunisme lié à la recherche de l intérêt personnel (3) la neutralité des risques. Les caractéristiques de la transaction comprennent: (1) la spécificité des actifs concernant la transmissibilité des actifs qui servent à une transaction donnée, (2) l incertitude et (3) la fréquence de la transaction (unique, occasionnelle, récurrente). Le principe de la théorie des coûts de transaction est que l organisation du canal doit viser à minimiser le coût de la transaction et non le coût de chaque fonction (Filser, 1992). La transaction d un agent économique peut être réalisée par le recours à ses partenaires ou par l intégration de la fonction. C est à dire l agent fait un choix entre l externalisation et l intégration sur la base du coût de transaction. Le cadre théorique fourni par la théorie des coûts de transaction est particulièrement bien adapté à l explication des différents modes d organisation des canaux de distribution (Filser, 1992). Les caractéristiques de l environnement ainsi que le niveau des coûts de transaction expliquent la progression du canal traditionnel vers le canal intégré qui correspond au passage du marché à la hiérarchie. Tableau 1 : Formes d organisation des canaux et coûts de transaction Formes d organisation du canal Canal traditionnel Canal administré Canal contractuel Canal intégré Modèle de Williamson Marché Hiérarchie Etat de l environnement Niveau des coûts de transaction Marché de grand nombre Faible Marché de petit nombre Elevé Source : M. Filser (1992) La théorie contractuelle Dans le courant contractuel, nous nous intéressons principalement aux normes relationnelles qui fournissent des éléments importants en matière de mécanisme d ajustements entre les acteurs. Heide et John (1992) ont défini les normes relationnelles comme les attentes en termes de comportement, qui sont au moins partiellement partagées par un groupe de dirigeants. Les normes sont considérées comme un dispositif protecteur contre des comportements déviants (Heide et John, 1992). Heide et John (1992) ont effectué un choix parmi les normes proposées par Macneil (1978, 1980). Selon les auteurs, trois normes : solidarité, flexibilité et échange d information sont importantes dans le canal de distribution : - La solidarité reflète une attente bilatérale principalement placée sur la relation avec le partenaire. Cette norme prescrit des comportements vers le maintien de la relation. Elle 9

11 concerne la mesure dans laquelle les parties croient que le succès vient du travail collectif dans un esprit coopératif (Canon et al, 2000). - La flexibilité présente une attente bilatérale des parties concernant leur adaptation lorsque les circonstances changent. - L échange d information indique une attente bilatérale de partage d informations utiles au partenaire. Balabanis (1998) a indiqué que l existence de ces normes relationnelles réduit la possibilité de présence du conflit et renforce la coopération dans le canal. 2.3 Les théories de la culture nationale et de la culture organisationnelle Avant d aborder la culture à deux niveaux: national et organisationnel, une présentation de sa définition est importante. En effet, la culture est considérée comme un construit difficile à définir (Triandis et al., 1986) et il existe un nombre considérable de définitions sur la culture. Dans le cadre de cette recherche, nous adoptons la définition de Schein (1985) qui comprend les principaux défis pour les dirigeants dans une organisation : «un groupe d hypothèses fondamentales ou solutions communes à des problèmes universels d adaptation externe (comment survie) et d intégration interne (comment rester unis), qui ont évolué au fil du temps et se transmettent d une génération à l autre» * La culture nationale Parmi différents travaux consacrés à l impact de la culture nationale sur le management, ceux de Hofstede ont été choisis pour notre recherche comme base théorique des analyses culturelles au niveau national. En effet, Hofstede a été l auteur de l une des principales études sur l influence des différences culturelles en matière de management (Schneider et Barsoux, 2003). Les travaux de Hofstede fournissent un apport essentiel dans la constitution d un cadre théorique généralisable et quantifiable qui sert à la recherche de l impact de la culture (Kale et McIntyre, 1991). Particulièrement, l applicabilité des résultats de Hofstede au contexte de la relation internationale dans le canal de distribution ont été défendue par des auteurs (par exemple : Kale et McIntyre, 1991 ; William et al., 1998). A partir d enquêtes dans plusieurs pays, Hofstede (1980, 1983, 1988, 1991) a identifié cinq dimensions de la culture nationale: distance hiérarchique, aversion pour l incertitude, individualisme/collectivisme, masculinité/féminité et orientation sur le long terme (cette dernière dimension a été proposée plus tard): - La distance hiérarchique indique dans quelle mesure une société accepte la répartition inégale du pouvoir dans les institutions et les organisations. - L aversion pour l incertitude concerne la mesure dans laquelle une société se sent menacées par des situations ambiguës ou incertaines. - L individualisme/collectivisme reflètent deux tendances opposées: l individualisme indique dans quelle mesure les personnes préfèrent s occuper seulement d elles-mêmes et de leur proches tandis que le collectivisme révèle dans quelle mesure les personnes perçoivent leur devoir ainsi que la loyauté envers leurs groupes, organisations et collectivités. * Cité dans Schneider, S. et Barsoux, J. (2003), «Management interculturel», Pearson, Paris, p

12 - La masculinité/féminité indique la mesure selon laquelle les valeurs dominantes d une société sont masculines (assurance, compétitivité, matérialisme) ou féminines (enrichissement personnel, qualité de vie, relations) - L orientation sur le long terme reflète les valeurs des personnes tournées vers le futur. Hofstede (1984) a avancé des propositions sur les conséquences des dimensions en matière de management. D après lui, dans les pays où la distance hiérarchique est élevée, les entreprises exercent généralement une plus grande centralisation dans la prise de décisions et fonctionnent avec un personnel important de contrôle. Le statut et le pouvoir créent de grands privilèges pour les dirigeants très respectés. Les entreprises dans les pays où l aversion pour l incertitude est importante ont tendance à renforcer la formalisation des règles et des procédures. Les dirigeants ne sont pas prêts à prendre des risques, ce qui conduit à un plus grand niveau de planification et de contrôle. Par ailleurs, le niveau de spécialisation est lui aussi supérieur, car les employés sont répartis aux postes en fonction de leurs compétences. Dans les pays à orientation collectiviste, les entreprises favorisent la prise de décisions en groupe, et non individuellement. Les dirigeants ont pour rôle de créer une ambiance motivante ainsi que de faciliter le travail d équipe, l intégration des membres. Les résultats collectifs et la coopération entre des membres du groupe ou de l organisation sont mieux appréciés que les efforts individuels. Dans les pays où la masculinité est forte, l accomplissement des taches est placé avant les relations sociales. On suit le matérialisme et on s intéresse à la réussite matérielle plutôt qu à la qualité de vie. Dans ce type de culture, les dirigeants se concentrent sur la recherche de bénéfices par la fixation d objectifs ambitieux. Au contraire, dans une culture féminine, ceux-ci ont la responsabilité d assurer la qualité de vie des employés de même que l intérêt pour la société. A partir du classement par pays, Hofstede a établit une série de cartes culturelles en combinant deux dimensions. Il a identifié les groupes culturels anglophone, latin, nordique et asiatique. Chaque groupe correspond à un statut culturel ayant un impact certain sur les organisations La culture organisationnelle La culture organisationnelle est un phénomène largement accepté et très différemment interprété dans la littérature (Allaire et Firsirotu, 1984 ; Cameron et Quinn, 1999). Le concept de culture organisationnelle est défini de différentes manières et dans les différentes perspectives. Dans le cadre de cette recherche, nous adoptons la définition de Van Muijen et al. (1992) dans une considération de la conformité avec le modèle de culture organisationnelle mobilisé. Selon Van Muijen et al. (1992), la culture organisationnelle est définie comme un ensemble de valeurs centrales, de normes comportementales, d artefacts et de schémas comportementaux qui gouvernent la manière des personnes d agir sur autrui et d investir leur énergie dans leurs travaux et dans l organisation en général. Dans cette définition, on peut distinguer deux aspects de la culture: (1) les aspects descriptifs (comportementaux) correspondent au climat de l organisation (comportements, attitudes, sentiments) et (2) les aspects évaluatifs liés aux normes et valeurs (Van Muijen et Koopman, 1994). Les aspects comportementaux sont gouvernés par les aspects évaluatifs ou autrement dit, par les normes et les valeurs. 11

13 Dans la littérature organisationnelle, le cadre théorique qui a été largement utilisé comme base importante dans la recherche sur la culture au niveau organisationnelle est le cadre des valeurs compétitives développé par Quinn et Rohrbaugh (1983). Ce dernier a été adopté par plusieurs auteurs dans la modélisation de la culture organisationnelle (par exemple : Cameron et Ettington, 1988 ; Cameron et Freeman, 1991 ; Howard, 1998). Figure n 1 : Modèle de culture organisationnelle Flexibilité Culture concentrée sur le clan/les employés Culture entrepreneuriale/adhocracie Orientation interne Orientation externe Culture hiérarchique Culture orientée vers le marché/les résultats Contrôle et Stabilité Source : Adaptation de Cameron et Quinn (1999) Ce modèle se fonde sur quatre concepts d efficience organisationnelle en relation étroite entre eux. L axe vertical distingue entre la flexibilité et le contrôle et la stabilité. L axe horizontal comprend l orientation interne et l orientation externe. L orientation interne et externe reflète successivement la concentration sur l organisation elle-même et sur la relation entre l organisation et son environnement (Van Muijen et Koopman, 1994). La combinaison entre ces dimensions crée quatre quadrants. Chaque quadrant présente un ensemble distinct de valeurs centrales et correspond à un type de culture. Chaque quadrant (culture) est directement opposé à celui sur la diagonal. La culture concentrée sur les employés /le clan est contraire à l ensemble de valeurs de la culture orientée vers le marché/les résultats. Tandis que la première souligne la flexibilité, le travail d équipe, la participation, la cohésion, la deuxième souligne le contrôle, la stabilité, les objectifs financiers et de part de marché ainsi que la compétitivité. Une opposition similaire existe aussi entre deux autres types de culture. La culture hiérarchique s appuie sur l entrepreneuriat, la créativité, l adaptabilité de même que la flexibilité et elle rivalise avec la culture 12

14 entrepreneuriale/l adhocracie qui s appuie sur la maintenance interne, le contrôle, la règle, la stabilité. Le modèle des valeurs compétitives révèle les difficultés auxquelles les dirigeants doivent faire face. Quatre ensembles de valeurs reflètent les demandes opposées de l organisation. L organisation doit être adaptable et flexible mais elle doit être aussi stable et contrôlée. Par ailleurs, l organisation recherche la compétitivité, les nouvelles ressources, les supports externes mais elle recherche aussi la maintenance interne, le contrôle des informations ainsi que de la communication. Pour prendre en synthèse les éléments principaux mobilisés de la littérature, nous présentons le modèle de recherche en cours de construction, qui inclut quelques variables clés des trois cadres théoriques adoptés. Figure n 2 : Modèle de recherche Théorie économique - Coût de transaction + Incertitude + Investissement spécifique Théories comportementales - Pouvoir - Communication - Leadership Conflit affectif Conflit manifeste Satisfaction - économique - sociale Théories de la culture - Culture nationale - Culture organisationnelle Conclusion L étude du développement de la grande distribution et de son adaptation aux contraintes et aux opportunités des pays d accueil est une question importante. Elle recouvre des enjeux capitaux et pose à la fois des questions d ordre économique, humain et technique parmi lesquelles celle de la qualité de la relation entre les acteurs semble fondamentale. La revue de littérature mobilisée afin de répondre à ces préoccupations s appuie sur les cadres théoriques économiques et comportementaux d analyse du canal de distribution. L originalité du modèle que nous proposons est d intégrer la variable culturelle à la fois au sens de la culture nationale mais aussi de la culture organisationnelle. Dans ce sens, l ambition de notre recherche doctorale en cours est double. Il s agit d une part de proposer un ensemble de recommandations aux distributeurs étrangers et aux partenaires 13

15 vietnamiens dans la perspective de constituer un canal de distribution performant sans conflit dysfonctionnel. Il s agit aussi de fournir aux pouvoirs publics un ensemble de préconisations permettant d accompagner les acteurs dans cette dynamique d évolution de la distribution. Bibliographie Allaire Y. et Firsirotu M. (1984), Theories of organizational culture, Organization Studies, vol.5, n o.3, p Anderson J. et Narus A. (1990), A Model of Distributor Firm and Manufacturer Firm Working Partnerships, Journal of Marketing, vol.54, January, p Arrow K.-J. (1969), The Organizational of Economic Activity: Issue Pertinent to the Choice of Market vs Nonmarket Allocation, in US Joint Economic Committee, The Analysis and Evaluation of Public Expenditure: the PPB System, US Government Printing Office, Washington, vol.1, p Balabanis G. (1998), Antecedents of Cooperation, Conflict and Relationship Longevity in an International Trade Intermediary s Supply Chain, Journal of Global Marketing, vol.12, n o.2, p Bonet D. (1999), Conflit et coopération dans le canal de distribution: l analyse du discours des acteurs comme révélateur des comportements stratégiques, Thèse de Doctorat en Sciences de Gestion, Université de la Méditerranée, Aix-Marseille II. Bowersox D., Cooper M., Lambert D. et Taylor D. (1980), Management in Marketing Channels, McGraw Hill, New York. Brown J. (1977), Towards improved measures of distribution conflict, in Greenberg B. et Bellinger D. (éds.), Contemporary Marketing Thought, American Marketing Association, Chicago, p Brown J. et Day R. (1981), Measures of Manifest Conflict in Distribution Channels, Journal of Marketing Research, vol.18, n o.3, p Cadotte E. et Stern L. (1979), A process model of interorganizational relations in marketing channels, in Sheth J. (éd.), Research in Marketing, JAI Press, Greenwich, p Cameron K. et Ettington D. (1988), The conceptual foundations of organizational culture, in Smart J. (éd.), Higher Education: Handbook of Theory and Research, vol.4, Agathon Press, New York, p Cameron K. et Freeman S. (1991), Cultural Congruence, Strength and Type: Relationships to Effectiveness, in Woodman R. et Pasmore W. (éds.), Research in Organizational Change and Development, vol.5, JAI Press, Greenwich, p Cameron K. et Quinn R. (1999), Diagnosing and changing organizational culture, Addison- Wesley, Reading. Cannon J., Achrol R. et Gundlach G. (2000), Contracts, norms and plural form governance, Journal of the Academy of Marketing Science, vol.28, n o.2, p Cracco E. (1986), La gestion de la distribution: un cadre conceptuel, Revue de gestion des petites et moyennes organisations, Presses de l Université du Québec, vol.1. El-Ansary A. et Stern L. (1972), Power Measurement in the Distribution Channel, Journal of Marketing research, vol.9, February, p

16 Emerson R. (1962), Power-Dependence Relations, American Sociological Review, vol.27, February, p Etgar M. (1979), Sources and types of intrachannel conflict, Journal of Retailing, vol.52, n o.1, p Filser M. (1992), Etat des recherches sur les canaux de distribution, Revue Française de Gestion, n o.90, p Filser M. (2000), Les théories du canal de distribution: le dualisme des paradigmes, dans Fabbe-Costes N., Colin J. et Paché G., Faire de la recherche en logistique et distribution?, Vuibert, Paris. Firat F, Tybout A. et Stern L. (1974), A perspective on Conflict and Power in Distribution, in Curhan R. (éd.), Combined Proceedings of the AMA Fall and Spring Conference, American Marketing Association, Chicago, p Frazier G. (1983), Interorganizational Exchange Behavior of Marketing Channels: A Broadened Perspective, Journal of Marketing, vol.47, Fall, p French J. et Raven B. (1959), The bases of social power, in Cartwright D. (éd.), Studies in Social Power, Univ of Michigan Press, Chicago, p Gaski J. (1984), Theory of Power and Conflict in Channels of Distribution, Journal of Marketing, vol.48, Summer, p Geyskens I. et Steenkamp M. (2000), Economic and Social Satisfaction: Measurement and Relevance to Marketing Channel Relationships, Journal of Retailing, vol.76, n o.1, p Geyskens I., Steenkamp M. et Kumar N. (1999), A Meta-Analysis of Satisfaction in Marketing Channel Relationships, Journal of Marketing Research, vol.36, May, p Heide J. et John G. (1992), Do Norms Matter in Marketing Relationships, Journal of Marketing, vol.56, n o.2, p Hofstede G. (1980), Culture s Consequences, Sage, London. Hofstede G. (1983), National Cultures in Four Dimensions, International Studies on Management and Organization, vol.13, n o.1-2, p Hofstede G. (1984), Culture s Consequences: International Differences in Work-Related Values, Sage, Beverly Hills. Hofstede G. et Bond H. (1988), The Confucius Connection: From Cultural Roots to Economic Growth, International Studies on Management and Organization, vol.13, n o.1-2, p Hofstede G. (1991), Culture and Organizations: Software of the Mind, McGraw-Hill, Maidenhead. Howard L. (1998), Validating the Competing Values Model as a Representation of Organization Cultures, The International Journal of Organizational Analysis, vol.6, n o.3, p Hunt K. (1995), The relationship between channel conflict and information processing, Journal of Retailing, vol.71, n o.4, p Hunt S. et Nevin J. (1974), Power in a Channel of Distribution: Sources and Consequences, Journal of Marketing Research, vol.11, May, p Jallais J. (1992), Canaux de distribution, Encyclopédie de gestion, Economica, p Kale S. et McIntyre R. (1991), Distribution channel relationships in diverse cultures, International Marketing Review, vol.8, n o.3, p Kumar N., Scheer K. et Steenkamp M. (1995), The Effects of Perceived Interdependence on Dealer Attitudes, Journal of Marketing Research, vol.32, August, p Lawler E. et Bacharach B. (1987), Comparison of Dependence and Punitive Forms of Power, Social Forces, vol.66, n o.2, p

17 Lee Y. (2001), Power, conflict and satisfaction in IJV supplier-chinese distributor channels, Journal of Business Research, vol.52, n o.2, p Lusch R. (1976), Sources of Power: Their Impact on Intrachannel Conflict, Journal of Marketing Research, vol.13, November, p Lusch R. et Brown J. (1982), A Modified Mode of Power in the Marketing Channel, Journal of Marketing Research, vol.19, August, p Macneil I. (1978), Contract: adjustment of long-term economic relations under classical, neoclassical, and relational contract law, Northwestern University Law Review, vol.72, n o.6, p Macneil I. (1980), The new social contract: an inquiry into modern contractual relations, Yale University Press, New Haven (CT). Mallen B. (1967), Conflict and cooperation in marketing channels, in Mallen B. (éd.), Marketing Channels: a conceptual viewpoint, John Wiley & Sons, New York (NY), pp Mohr J. et Nevin J. (1990), Communication Strategies in Marketing Channels: A Theoretical Perspective, Journal of Marketing, vol.54, n o.4, p Mohr J., Fisher R. et Nevin J. (1996), Collaborative Communication in Interfirm Relationship- Moderating Effects of Integration And Control, Journal of Marketing, vol.60, n o.3, p Morgan M. et Hunt D. (1994), The Commitment-Trust Theory of Relationship Marketing, Journal of Marketing, vol.58, July, p Perry M. (1991), Channel member conflict and performance: a proposed model and research agenda, International Review of Retail, Distribution & Consumer Research, vol.1, n o.2, p Pondy L. (1967), Organizational conflict: Concepts and models, Administrative Science Quarterly, vol.12, n o.2, p Quinn R. et Rohrbaugh J. (1983), A spatial model of effectiveness criteria: Towards a competing values approach to organizational analysis, Management Science, vol.29, n o.3, p Rosenberg L. (1974), A new approach to distribution conflict management, Business Horizons, vol.17, n o.5, p Rosenberg L. et Stern L. (1970), Towards the analysis of conflict in distribution channels: A descriptive model, Journal of Marketing, vol.34, October, p Rosenberg L. et Stern L. (1971), Conflict measurement in the distribution channel: A descriptive model, Journal of Marketing Research, vol.8, November, p Schein E. (1985), Organizational Culture and Leadership, Jossey-Bass, San Francisco. Schneider S. et Barsoux J. (2003), Management interculturel, 2è édition, Pearson, Paris. Schul P., Pride W. et Little L. (1983), The Impact of Channel Leadership Behavior on Intrachannel Conflict, Journal of Marketing, vol. 47, Summer, p Simon H. (1957), Model of Man, John Wiley & Sons, New York. Skinner J., Gassenheimer B. et Kelly W. (1992), Distribution channels as Political Economies: A Framework for Comparative Analysis, Journal of Retailing, vol.68, Summer, p Stern L. et Gorman R. (1969), Conflict in distribution channels: An exploration, in Stern L. et Reve T. (1980), Distribution channels as Political Economies: A Framework for Comparative Analysis, Journal of Marketing, vol.44, Summer, p Stern L. et El-Ansary A. (1982), Marketing Channels, 2è édition., Prentice-Hall, Englewood Cliffs, NJ. 16

18 Triandis H., Bontempo R., Bond M., Leung K., Brenes A., Georgas J., Hui C., Marin G., Setiadi B., Sinha J., Verma J., Spangenberg J. et Montmollin H. (1986), The measurement of the etic aspects of individualism and collectivism across cultures, Australian Journal of Psychology, vol.38, n o.3, p Van Muijen J., Koopman P., Dondeyne P., De Cock G. et De Witte K. (1992), Organizational culture, the development of an international instrument for comparing countries, in Hunyady G. (éd.), Proceedings of the Second European Congress of Psychology, 12 Elte BTK Dürer, Keszült. Van Muijen J. et Koopman P. (1994), The Influence of National Culture on Organizational Culture: A Comparative Study Between 10 Countries, European Work and Organizational Psychologist, vol.4, n o.4, p Williams J., Han S. et Qualls W. (1998), A conceptual model and study of cross-cultural business relationships, Journal of Business Research, vol.42, n o.2, p Williamson O. (1975), Markets and hierarchies: analysis and antitrust implications, The Free Press, New York (NY). Williamson O. (1985), The economic institutions of capitalism: firms, markets, relational contracting, The Free Press, New York (NY). 17

Modèles et pratiques pour le canal de distribution

Modèles et pratiques pour le canal de distribution DOSSIER Modèles et pratiques pour le canal de distribution sous la direction de Marc Filser Gilles Paché INTRODUCTION MARC FILSER IAE Dijon, université de Bourgogne GILLES PACHÉ Université Aix-Marseille

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Relations industrie-grande distribution au Brésil : une analyse des déterminants de la satisfaction des acteurs

Relations industrie-grande distribution au Brésil : une analyse des déterminants de la satisfaction des acteurs Business School W O R K I N G P A P E R S E R I E S Working Paper 2014-229 Relations industrie-grande distribution au Brésil : une analyse des déterminants de la satisfaction des acteurs Larisse OLIVEIRA

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Concevoir des supply chains résilientes

Concevoir des supply chains résilientes Concevoir des supply chains résilientes Karine Evrard Samuel CERAG UMR 5820 Université de Grenoble, France Définition de la résilience appliquée aux supply chains La résilience est la capacité à revenir

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

L internationalisation de sa PME : certainement possible!

L internationalisation de sa PME : certainement possible! L internationalisation de sa PME : certainement possible! 1 L internationalisation de sa PME : certainement possible! Depuis la fin des années 1980, l accélération du rythme des changements dans l économie

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

LE MÉTIER DE CONSULTANT Principes, méthodes, outils

LE MÉTIER DE CONSULTANT Principes, méthodes, outils Patrice Stern Patricia Tutoy LE MÉTIER DE CONSULTANT Principes, méthodes, outils Cinquième édition Éditions d Organisation, 1995, 1997, 1998, 2001, 2003 ISBN : 2-7081-2899-X STYLES DE CONSULTANTS ET TYPES

Plus en détail

Les stratégies d alliance

Les stratégies d alliance Les stratégies d alliance 1 I Définitions II Enjeux stratégiques III Eléments clés d une alliance 2 I Définitions 3 LES OPTIONS D ALLIANCE Les alliés apportent des actifs: de même nature de nature différente

Plus en détail

Le leadership bicéphale. Wendy Reid, Ph.D. HEC Montréal Le 28 mars 2012

Le leadership bicéphale. Wendy Reid, Ph.D. HEC Montréal Le 28 mars 2012 Le leadership bicéphale Wendy Reid, Ph.D. HEC Montréal Le 28 mars 2012 Leadership bicéphale Dans le contexte des organisations artistiques : Deux individus choisis par le Conseil d administration pour

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier 1. Rôle et place du Contrôle de Gestion dans l organisation Au début du XXème siècle, l émergence de la structure divisionnelle

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

ÉTUDE SUR LE POIDS RELATIF DE LA FRANCHISE DANS L ÉCONOMIE QUÉBÉCOISE

ÉTUDE SUR LE POIDS RELATIF DE LA FRANCHISE DANS L ÉCONOMIE QUÉBÉCOISE 1 ÉTUDE SUR LE POIDS RELATIF DE LA FRANCHISE DANS L ÉCONOMIE QUÉBÉCOISE JANVIER 2012 PRÉSENTÉE AU : CONSEIL QUÉBÉCOIS DE LA FRANCHISE PARTENAIRES : PRINCIPAUX RÉSULTATS 2 À L AUTOMNE 2011, LE CONSEIL QUÉBÉCOIS

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Sofiane Messalta Maitre Assistant (Université Sétif 1) Farid Alleg Consultant ( Pro-Think Consulting)

Sofiane Messalta Maitre Assistant (Université Sétif 1) Farid Alleg Consultant ( Pro-Think Consulting) الشراكة المؤسسة الا نتاجیة وقطاع التوزیع الواسع( بین التجزي ة) تجارة Partenariat Producteur Grande Distribution Sofiane Messalta Maitre Assistant (Université Sétif 1) Farid Alleg Consultant ( Pro-Think

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

Jacques Vallerand Directeur administratif Maîtrise en gestion de la chaîne d approvisionnement mondiale Faculté des sciences de l administration

Jacques Vallerand Directeur administratif Maîtrise en gestion de la chaîne d approvisionnement mondiale Faculté des sciences de l administration Jacques Vallerand Directeur administratif Maîtrise en gestion de la chaîne d approvisionnement mondiale Faculté des sciences de l administration Université Laval 1 Gestion des fournisseurs par rapport

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH SOMMAIRE > OBJECTIFS 04 > STRUCTURE / FORMATION MODULAIRE 05 > DÉTAIL DU PROGRAMME 06 > CORPS

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques»

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Avant-propos Mode d emploi du guide TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Chapitre 1 Les PME : Spécificités et problématiques liées au développement 1.1 Le monde méconnu des

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS

RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS REMARQUES PRÉLIMINAIRES Ces questions ont un double objectif. D'une part, mieux cerner les tenants et aboutissants de votre projet

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES

B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES 1.1 Méthodologie Ce mémoire contient deux méthodologies différentes. La première correspond à la revue de la littérature et a pour objectif la documentation dans des sources

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif

Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif Laurent KARSENTY CRTD-CNAM (Paris) ErgoManagement (Toulouse) www.ergomanagement.fr Plan de la présentation 1.

Plus en détail

Les fondements intellectuels de l entrepreneuriat

Les fondements intellectuels de l entrepreneuriat Les fondements intellectuels de l entrepreneuriat Howard H. Stevenson Sarofim-Rock Professor Harvard University Le 5 octobre 2007 Harvard Business School 2007 1 Une longue histoire Premières recherches

Plus en détail

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Introduction Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Marketing des services de l information Vos attentes Redéfinir clairement à qui vous vous adressez Mieux connaître les attentes de votre

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

Economie des Transports

Economie des Transports «Economie des Transports». Vision Macro et Stratégique La formation se situe au niveau des relations entre Transports, Territoires et Société. Différentes matières sont interactives comme celles en relation

Plus en détail

Programme détaillé BTS ASSISTANT DE MANAGER. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS ASSISTANT DE MANAGER. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT Programme détaillé BTS ASSISTANT DE MANAGER Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur d'assistant de Manager est un diplôme national de l enseignement supérieur dont le titulaire exerce

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail

Pourquoi une fonction contrôle de gestion?

Pourquoi une fonction contrôle de gestion? Introduction Pourquoi une fonction contrôle de gestion? On constate une mutation profonde au cours des 30 dernières années dans l environnement et la pratique des entreprises, autour de deux points centraux

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Sept-13 DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Audit commercial Développement de réseau SERVICES Développement commercial Formation vente/négociation Formation management opérationnel Formation communication

Plus en détail

Simplifier vos projets d avenir

Simplifier vos projets d avenir Simplifier vos projets d avenir FINANCEMENT Ouvrir à nos clients l accès aux marchés de capitaux publics et privés par le biais de formules innovatrices d emprunt et de recapitalisation. S O L U T I O

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT DIAGNOSTIC DE L INNOVATION ET DE L ETAT DE LA VALORISATION DES RESULTAS DE LA RECHERCHE AU SENEGAL 1/8 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Levier essentiel

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan. Ingénieur chimiste (ESCIL) FORCE DE VENTE DIRECTION ORGANISATION GESTION

Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan. Ingénieur chimiste (ESCIL) FORCE DE VENTE DIRECTION ORGANISATION GESTION Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan Alfred ZEYL Ingénieur chimiste (ESCIL) MBA Northwestern University Docteur en Gestion Professeur Émérite à l ESC Dijon-Bourgogne Consultant. Armand DAYAN

Plus en détail

Questions clés pour la consultation élargie

Questions clés pour la consultation élargie Processus de planification stratégique de Terre des Hommes Fédération Internationale Questions clés pour la consultation élargie Beaucoup de progrès ont été accomplis lors de l Assemblée Générale (AG)

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 1: La vision processus dans le management des organisations

Plus en détail

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION 1 INTRODUCTION Le phénomène de groupe a attiré plusieurs chercheurs et il a fait l objet d énormes recherches en psychosociologie des organisations vu l importance q il revêt ce phénomène ans la vie de

Plus en détail

Enjeux de la gouvernance interorganisationnelle des TI

Enjeux de la gouvernance interorganisationnelle des TI Enjeux de la gouvernance interorganisationnelle des TI Anne-Marie Croteau, PhD Professeure agrégée en SI Chercheure associée au CEFRIO et au CETO Fellow, CIRANO anne-marie.croteau@concordia.ca Agenda Motivations

Plus en détail

Le flexwork et ses effets sur le bien-être, la collaboration et la productivité au travail

Le flexwork et ses effets sur le bien-être, la collaboration et la productivité au travail Chaire laborh en Management Humain et Transformations du Travail Rapport de recherche, vol. 3 (1), 2014 Le flexwork et ses effets sur le bien-être, la collaboration et la productivité au travail Rapport

Plus en détail

Gérer votre programme Frequent Flyer - administrer les tâches et répondre aux défis (Module FFP 001)

Gérer votre programme Frequent Flyer - administrer les tâches et répondre aux défis (Module FFP 001) Gérer votre programme - administrer les tâches et répondre aux défis (Module FFP 001) Améliorer les compétences et le niveau de confiance des personnes responsables pour la gestion du programme Une journée

Plus en détail

LES NOUVEAUX PARADIGMES DU MARKETING

LES NOUVEAUX PARADIGMES DU MARKETING Table des matières Master Recherche Management, Logistique et Stratégie Jean-Louis Moulins I. LA DEMARCHE MARKETING : CONTENU ET EVOLUTION 1. Le Protomarketing 2. Le Marketing Vente ou Marketing Commercial

Plus en détail

L air pur où il fait bon vivre!

L air pur où il fait bon vivre! L air pur où il fait bon vivre! Un partenariat empreint de confiance Conjointement avec deux sociétés partenaires installées en Allemagne et en Autriche, l entreprise fondée en 1978 fabrique des produits

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance Mis à jour : Catherine VOYNNET FOURBOUL Décembre 2007 La confiance Bibliographie Ouvrages : A. Duluc(2000),Leadership et confiance, édition DUNOD Revue : Lewicki R. J. et Bunker B. B. (1995), Trust in

Plus en détail

ÉVALUATION PERSONNELLE

ÉVALUATION PERSONNELLE ÉVALUATION PERSONNELLE Agent (e) de développement NOM : ÉVALUÉ PAR : DATE : PROFIL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES PERSONNELLES Ces compétences permettent au personnel d atteindre un équilibre et de se ressources

Plus en détail

LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX?

LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX? N 335 - SYLIN Michel, DELAUSNAY, Nathalie LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX? S interroger sur le sens des démarches qualité dans l enseignement

Plus en détail

Appendice N Modèle de plan de travail de recherche

Appendice N Modèle de plan de travail de recherche 1 Appendice N Modèle de plan de travail de recherche Par Yannick Queau La théorie des régimes face aux difficultés de la coopération internationale : le cas du régime sur la biodiversité (titre provisoire)

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Savoir déléguer CADRES DE SANTE

Savoir déléguer CADRES DE SANTE Savoir déléguer CADRES DE SANTE Le 3 avril 2015 Walter DALLE VEDOVE Qu est-ce que déléguer? Nous avons vu que le manager: répartit le travail entre ses subordonnés coordonne les activités (dans son équipe

Plus en détail

Gérer en mode transversal

Gérer en mode transversal Gérer en mode transversal Complément d information Table ronde colloque CII-CIR OIIQ Réal Jacob, HEC Montréal 7 mai 2014 http://expertise.hec.ca/pole_sante FORMA TION ( Diplômante et non diplômante ) Microprogramme,

Plus en détail

Marketing. Printemps 2014

Marketing. Printemps 2014 Marketing Printemps 2014 «Le marketing est à la fois l activité, l ensemble des institutions et des processus visant à créer, communiquer, délivrer et échanger les offres qui ont de la valeur pour les

Plus en détail

Référentiel d Activités Industrielles et de compétences de l Ingénieur de l Ecole des Mines d Alès

Référentiel d Activités Industrielles et de compétences de l Ingénieur de l Ecole des Mines d Alès Référentiel d Activités Industrielles et de compétences de l Ingénieur de l Ecole des Mines d Alès L ingénieur diplômé de l Ecole des Mines d Alès est un généraliste de haut niveau scientifique. Il est

Plus en détail

ÉTUDE TECHNIQUE Pourquoi la gestion déléguée et non la dotation en personnel d appoint? cgi.com

ÉTUDE TECHNIQUE Pourquoi la gestion déléguée et non la dotation en personnel d appoint? cgi.com ÉTUDE TECHNIQUE Pourquoi la gestion déléguée et non la dotation en personnel d appoint? S assurer que les entreprises tirent un maximum de valeur de leurs fournisseurs de services en TI, y compris flexibilité

Plus en détail

PARCOURS TREMPLIN MANAGER Tout employé d un site logistique ayant dans le cadre de son activité professionnelle la responsabilité quotidienne du management d une équipe 10 jours 7,5 heures 8 à 14 Professionnaliser

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES 1 CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES Cécile AYERBE Michel BERNASCONI L a création d entreprises innovantes a fait l objet d attention de la part des chercheurs du fait de la complexité

Plus en détail

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA RESUMÉ Mots clés : marketing, produits alimentaires, stratégies La thèse de doctorat intitulée,,études ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS

Plus en détail

ITSM - Gestion des Services informatiques

ITSM - Gestion des Services informatiques Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ ITSM - Gestion des Services informatiques Copyright 2011 CXP. 1 ITSM - Gestion des Services informatiques L'étude a été réalisée par : Dalila Souiah OBJECTIF DU DOCUMENT.

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales.

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales. Titre: Type de document: Expéditeur: Auteur(s) principal(aux)/ contact(s): Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales Présentation

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

Ageas France. Votre partenaire en assurance

Ageas France. Votre partenaire en assurance Ageas France Votre partenaire en assurance Edito Ageas France est une société d assurance française, filiale du Groupe Ageas. Ageas est un groupe d assurance international riche de plus de 180 années d

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2007 07 89 0262 Catégorie : C* REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Développement de la démarche innovation I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013 Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones Paris, 3-4 septembre 2013 Synthèse thématique Préparé par le service de la recherche

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

La confiance, facteur de protection et développement

La confiance, facteur de protection et développement Association canadienne pour la santé mentale Division du Québec 911, rue Jean-Talon Est, bureau 326, Montréal (Qc) H2R 1V5 Tél. 514-849-3291 Téléc. 514-849-8372 Courriel : info@acsm.qc.ca Site : www.acsm.qc.ca

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

INNOVATIONS & FOURNISSEURS

INNOVATIONS & FOURNISSEURS Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. INNOVATIONS & FOURNISSEURS «La prise en charge de l innovation fournisseur

Plus en détail