En régime d'intégration

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "En régime d'intégration"

Transcription

1 DROIT FISCAL CHRONIQUES Fiscalité des groupes intégrés L'audit du résultat d'ensemble et de l'is groupe En régime d'intégration fiscale, il est opportun de prévoir un certain nombre de contrôles au niveau des différentes étapes Eric TORT ponctuant la démarche de détermination du résultat d'ensemble du groupe. Des actions de vérification pourront être entreprises aux différents paliers d'intégration (cf tableau 1) : - tout d'abord, au niveau des résultats individuels des filiales intégrées, des contrôles portant sur l'assiette propre seront mis en œuvre (1 re partie) ; - ensuite, en ce qui concerne les opérations internes au groupe fiscal, des vérifications spécifiques seront nécessaires pour valider le traitement de celles-ci au regard des règles propres à l'intégration fiscale (2 e partie) ; - enfin, concernant la détermination du résultat d'ensemble, des contrôles plus généraux seront envisagés de sorte que la charge d'is groupe puisse également être validée (3 e partie). L'ensemble de ces contrôles vise finalement à apporter une assurance suffisante de la bonne application des règles de l'intégration fiscale. L'objectif poursuivi consiste à offrir les garanties minimales souhaitées par la personne responsable de la gestion du groupe fiscal comme celles que tout contrôleur interne ou externe est en droit d'attendre dans le cadre d'une vérification du résultat d'ensemble servant de base à la liquidation de l'impôt auprès du Trésor public. Tableau 1 : les principales étapes de la détermination du résultat fiscal du groupe R.F individuel filiale intégrée A (tableau 2058-A) Comptabilisation IS individuel selon RF du 2058 A Bis Economie R.F individuel filiale intégrée B (tableau 2058-A) En matière d'intégration fiscale, les difficultés de détermination du résultat d'ensemble tiennent d'une part à la relative complexité du régime régi par l'instruction du 9 mai 1988 et d'autre part à la multiplicité des interlocuteurs locaux en charge de l'établissement des résultats individuels. Dans ce contexte particulier, la personne responsable de la gestion du groupe fiscal doit s'assurer de la conformité avec laquelle les résultats fiscaux sont établis et transmis par les filiales intégrées. Au delà de l'usage d'outils adaptés de reporting, il s'agira de mettre en place des contrôles permettant de garantir la qualité des éléments communiqués. Par ailleurs, cette même personne pourra être confrontée à son tour à des opérations de Résumé R.F individuel filiale intégrée C (tableau 2058-A) Rectifications liées aux opérations intra-groupe Tableaux 2058 ER & SG Traitement des cas particuliers liés aux sorties de périmètre et restructurations internes Tableaux 2058 ES/ER Sommation des RF individuels rectifiés 2058 ER & ES + tableau 2058 TS Détermination du RF d'ensemble et suivi des déficits groupe Tableaux 2058 RG et DG Comptabilisation IS groupe R.F individuel filiale intégrée D (tableau 2058-A) Comptabilisation IS individuel selon RF du 2058 A Bis Economie contrôle dans le cadre des vérifications initiées par l'administration fiscale. Face à ces difficultés, cet article tente d'examiner les pistes d'audit possibles afin de répondre aux situations suivantes : - comment faire face et se préparer au mieux à des contrôles externes (vérifications fiscales) et internes (tax review) ; - comment instaurer des contrôles efficaces de nature à assurer une fiabilité satisfaisante des mécanismes de détermination, de déclaration et de suivi de l'impôt dans un groupe fiscal ; - comment mener à bien un audit de l'intégration fiscale en validant les principaux risques de non-conformité et d'erreur. 40 R.F.C Avril 1999

2 1 re partie Contrôle du résultat fiscal et de l'impôt individuels Au niveau des filiales intégrées, le respect des contraintes et spécificités propres à l'intégration fiscale mérite une attention toute particulière. Une des sources d'erreur les plus fréquemment rencontrées est celle provenant de la confusion possible entre les feuillets CERFA permettant la remontée du résultat fiscal dans le groupe intégré et ceux réservés à la détermination du résultat fiscal individuel comme si la société était indépendante. Le tableau 2 présente les différences fondamentales entre ces deux jeux d'imprimés fiscaux. Pour résumer, on peut dire que le résultat fiscal issu du tableau 2058-A permet de déterminer le résultat devant faire l'objet d'une intégration dans le groupe fiscal alors que celui du tableau 2058-A.Bis est utile pour connaître le niveau de contribution (charge d'impôt propre) de cette filiale au sein du groupe fiscal. Comme l'indique le tableau 2, la détermination du résultat fiscal avant imputation des déficits suit les règles de droit commun dans tous les cas de figure. A ce stade, les contrôles classiques de validation de l'assiette fiscale pourront être mis en œuvre comme en l'absence de toute appartenance à un groupe fiscal. En revanche, il conviendra d'être particulièrement vigilant quant au traitement des déficits antérieurs susceptibles d'être imputés sur les résultats fiscaux réalisés dans le groupe fiscal. On rappellera à cet égard que, selon l'article 223.I-1.a, «les déficits subis par une société du groupe au titre d'exercices antérieurs à son entrée dans le groupe, (...) ne sont imputables que sur son bénéfice». A contrario, les déficits réalisés dans le groupe fiscal sont définitivement acquis par la mère intégrante l'année 1. En vertu de l'article 223.G-3 du CGI, les créances CB issues d'option de report en arrière de déficit exercées avant l'entrée dans le groupe fiscal peuvent être cédées à la société mère à leur valeur nominale pour imputation sur l'is d'ensemble. Tableau 2 : les différences entre les résultats fiscaux issus des tableaux 2058-A et 2058-A.Bis ITEM Résultat fiscal inclus dans le résultat d'ensemble du groupe fiscal Résultat fiscal comme si la société était indépendante Feuillets CERFA 2058-A, 2058-B, 2059-A & C, 2058-FC 2058-A.Bis, 2058-B.Bis, 2059-A & C Détermination du résultat fiscal Gestion des déficits Calcul de l'impôt sur les sociétés Détermination de la réserve spéciale de participation Utilisation de la créance Carry-Back cédée à la mère (1) Règles de droit commun Pas de rajeunissement possible des déficits ; Déficits antérieurs (ou MVLT) à l'entrée dans le groupe fiscal : plafonnement du bénéfice d'imputation (ou PVLT) ; Déficits antérieurs (ou MVLT) réalisés dans le groupe fiscal : pas de possibilité d'imputation sur le résultat fiscal propre (PVLT) absence de report sur les feuillets 2058-B ou 2059-C ; Pas d'option possible pour le report en arrière du déficit fiscal ; Règles de droit commun Possibilité de rajeunissement des déficits antérieurs ; Application des règles de droit commun quant à la gestion des déficits ; Les déficits antérieurs (ou MVLT) réalisés hors ou dans le groupe fiscal sont reportables sur le résultat fiscal propre (PVLT nettes) report sur les feuillets 2058-B ou 2059-C ; Possibilité d'exercer une option carry-back au titre du déficit fiscal de l'exercice ; Résultat fiscal après imputation éventuelle des déficits antérieurs A partir du résultat fiscal au taux de droit commun suivant la formule relative au calcul de la participation Dans la limite de l'is propre de la fille cédante, calculé à partir du tableau 2058-A.Bis. R.F.C Avril

3 de leur réalisation, et ne pourront donc pas être réutilisés par la fille sur son propre bénéfice d'imputation. Les contrôles effectués à partir des tableaux 2058-A et associés En conséquence, il conviendra de s'assurer plus particulièrement que les feuillets 2058-B ne sont pas renseignés en cas de déficits subis pendant la période d'intégration et que les reports y figurant concernent véritablement des déficits antérieurs à l'entrée dans le groupe fiscal (2). En effet, le risque de pratiquer une double 2. Ce contrôle sera également valable pour ce qui concerne le tableau 2059-C de suivi des MVLT. 3. Plus exactement, on pense ici à la double utilisation involontaire des déficits qui consisterait à inclure, une première fois, le déficit individuel au niveau du résultat d'ensemble du groupe et à le réutiliser par erreur une deuxième fois par voie d'imputation au niveau du résultat fiscal propre de cette même filiale, lors des exercices suivants. Ce risque est d'autant plus grand que les personnes responsables des liasses fiscales au niveau de la filiale et au niveau du groupe sont généralement distinctes. 4. Il s'agit ici essentiellement des PVCT sur cession intra-groupe d'immobilisation, des abandons de créance interne, des subventions directes et indirectes internes ainsi que des profits liés aux opérations de réévaluation libre des éléments d'actif. De la même manière, les PVLT nettes de l'exercice seront retraitées des éventuelles PVLT sur cession intra-groupe d'immobilisation. 5. Voir en ce sens, notamment, H. Stolowy, "La comptabilité créative", Revue fiduciaire comptable, n 212, octobre 1995, pp ; voir aussi, P. Dufils, C. Lopater, R. Jouffroy, "Errements fiscaux et vagabondage comptable : les nouvelles limites", Les Echos du 17 novembre 1996, p. 49. imputation des déficits (3) dans le groupe fiscal est loin d'être nul. Après avoir validé la véracité des déficits en report, il s'agira alors de vérifier l'application des règles d'imputation propres à l'intégration fiscale à partir d'un examen détaillé des feuillets 2058-A et FC, à savoir : L'impossibilité d'un quelconque rajeunissement des déficits tel que prévu par la doctrine administrative pour ce qui concerne les sociétés non membres d'un groupe fiscal. En régime d'intégration fiscale, les déficits antérieurs ne peuvent s'imputer sur le bénéfice fiscal issu du tableau 2058-A qu'après déduction des amortissements de l'exercice. La règle selon laquelle les dotations aux amortissements constituent une charge de l'exercice est non applicable en l'espèce. Le plafonnement du bénéfice d'imputation : de plus, les déficits antérieurs peuvent s'imputer sur le bénéfice fiscal de l'exercice issu du tableau 2058-A corrigé cependant de certaines opérations intra-groupe ayant permis de dégager des profits internes. A cet égard, une revue scrupuleuse des opérations visées (4) par les articles 49 et 53 In matters of fiscal integration, the difficulties of determining the global profit in accordance with integration standards arise partly from the relative complexity of the rules provided under the Instruction of 9 th May 1988 and also from the numerous local agents responsible for establishing individual results. In this special context, the person responsible for the tax management of the Group must be satisfied with respect to the conformity with which the tax profits are determined and communicated by the integrated subsidiaries. In addition to the use of adapted methods of reporting, it will be necessary to establish permanent audit procedures for guaranteeing the quality of information communicated. Moreover, this same Abstract de l'instruction du 9 mai 1988 devra être conduite afin de s'assurer de l'exhaustivité des corrections opérées sur le tableau 2058-FC servant précisément au plafonnement du bénéfice (et PVLT) d'imputation. En outre, la présence de déficits antérieurs importants pourra justifier des investigations complémentaires visant à détecter toute opération de nature à favoriser une majoration de l'assiette fiscale propre. En ce sens, on accordera une attention particulière aux éléments exceptionnels, à la politique menée en matière de provision et de couverture du risque, et plus généralement aux techniques de maximisation des résultats relevant plus souvent de la comptabilité dite créative (5) que du bon usage du droit fiscal. Citons par exemple : - la requalification de provisions antérieurement déduites du résultat comme fiscalement non déductibles ; - l'externalisation de plus-values internes significatives à la suite d opérations d'apport, de cession d'actifs au profit de filiales non intégrées fiscalement, et donc hors du champ de neutralisation ; person could in turn have to face audit operations in the context of verifications initiated by the Tax Authorities. In view of these difficulties, this article attempts to examine possible audit paths in order to deal with the following situations : - how to address and be better prepared for external audits (tax audits) and internal audits (tax review) ; - how to install effective audit procedures for ensuring a satisfactory degree of reliability of mechanisms for the determination, declaration and follow-up of taxation in a fiscally integrated Group ; - how to successfully manage an audit of fiscal integration by validating the main risks of non-conformity and error. 42 R.F.C Avril 1999

4 - l'impact fiscal d'un changement de méthode comptable pouvant entraîner dans certains cas (6) un profit imposable non négligeable... Autrement dit, l'auditeur devra s'assurer, de façon générale, que : - d'une part, l'imputation des déficits fiscaux suit les règles propres au régime d'intégration fiscale posées par les articles 45 à 54 de l'instruction du 9 mai 1988, - d'autre part, la récupération des déficits est réalisée dans des conditions compatibles avec la réglementation fiscale en vigueur, en particulier pour les reports en voie de prescription. Plus spécifiquement, il lui appartiendra de vérifier le bon usage des options fiscales. En la matière, on rappellera notamment que : - l'imputation d'un déficit fiscal à taux plein sur une PVLT nette doit être formellement proscrit car généralement pénalisant, du fait du mécanisme de compensation des résultats individuels existant au niveau de la société mère intégrante ; - l'option pour le report en arrière du déficit (carry-back) est impossible, en régime d'intégration fiscale, au niveau des filiales intégrées compte tenu de la remontée systématique des résultats. Les contrôles effectués à partir des tableaux 2058-A.Bis et associés En la matière, les contrôles à réaliser visent essentiellement à vérifier la conformité des éléments portés sur les feuillets 2058-A.Bis & 2058-B.Bis qui conditionne notamment la véracité du calcul de la contribution propre de chaque filiale en termes d'impôt. En tout état de cause, le contrôle des tableaux 2058-A.Bis et B.Bis ne présente pas de difficultés particulières. Contrairement à la situation précédente (cf.supra), la détermination du résultat fiscal tel que porté sur le tableau A.Bis suit les règles de droit commun comme en l'absence d'intégration fiscale. Ainsi par exemple, les possibilités de rajeunissement de déficit sont-elles autorisées et même fortement recommandées pour des raisons identiques à celles des sociétés non intégrées. Elles peuvent permettre notamment (7) : - de différer les échéances de prescription des déficits ordinaires (DO) ; - de limiter les effets du risque de banalisation des amortissements réputés différés (ARD) en cas de restructuration interne. Il est également vrai que les déficits dégagés pendant la période d'intégration fiscale sont imputables sur le bénéfice de l'exercice, dans les conditions de droit commun. A cet égard, il conviendra de s'assurer que le tableau de suivi des déficits (2058- B.Bis) reprend bien l'ensemble des déficits en report quelle que soit leur date de réalisation (avant et pendant l'appartenance au groupe fiscal). Plus généralement, il s'agira de valider, suivant les cas, que : - le bénéfice fiscal issu du tableau 2058-A.Bis (ligne 17) tient effectivement compte des éventuels déficits antérieurs comme si la société était 6. Cf. par exemple, les possibilités offertes par l'avis du Conseil National de la Comptabilité n du 18 juin 1997 quant au passage de la méthode de l'achèvement à celle de l'avancement pour la comptabilisation des contrats à long terme. 7. Toutefois, en régime d'intégration fiscale, cette pratique a une portée limitée. En effet, elle permet uniquement de minorer, le cas échéant, la contribution individuelle d'impôt à la charge de la filiale sans apporter pour autant une quelconque économie d'impôt au niveau du résultat d'ensemble du groupe (cf. infra). 8. Ceci est applicable aussi bien pour l'is à taux plein que pour celui à taux réduit. Il conviendra de se reporter respectivement aux lignes 17 et 6 du tableau 2058-A.Bis. non intégrée ; ce résultat servant ensuite d'assiette fiscale pour le calcul de la charge individuelle d'impôt, pour la détermination de la participation des salariés, et pour l'utilisation des créances carry-back ; - les déficits fiscaux (DO/ARD) ressortant respectivement en ligne 18, 14 du 2058-A.Bis sont bien reportés suivant leur nature sur le tableau de suivi (2058-B.Bis) dans les zones prévues à cet effet ; ils demeurent ainsi utilisables pour les exercices suivants ; - les MVLT nettes de l'exercice figurant sur le tableau 2059-A (cadre A-colonne 12) font l'objet d'un suivi sur le feuillet 2058-B.Bis ; les PVLT nettes de l'exercice issues du tableau 2059-A (cadre A-colonne 12) sont inscrites sur les lignes 6 à 9 du tableau 2058-A.Bis suivant les cas et reportées sur le tableau 2058-B.Bis si celles-ci font l'objet d'une imputation de MVLT antérieures. La validation du calcul et de la comptabilisation de la charge individuelle d'impôt Naturellement, le calcul de l'impôt société (IS) et des contributions additionnelles suit là aussi les règles de droit commun. De fait, avant de procéder à la vérification arithmétique du calcul de l'is, l'auditeur devra s'assurer avant tout que l'assiette retenue est bien celle issue du tableau 2058-A.bis (8) et non celle figurant sur le tableau 2058-A. Il s'agit ici d'une vérification simple mais indispensable tant les risques d'erreur sont potentiellement importants. Comme indiqué précédemment, la confusion entre ces deux tableaux est relativement fréquente du fait de leur présentation voisine et surtout de l'utilisation contre nature du traditionnel tableau 2058-A dédié ici à un usage d'intégration fiscale. Paradoxalement, le tableau spécifiquement créé et intitulé 2058-A.Bis se substitue au tableau 2058-A pour la détermination du résultat fiscal comme si la société n'était pas intégrée fiscalement. R.F.C Avril

5 Après avoir opéré cette première vérification et validé les modalités du calcul de l'impôt, il sera alors question de confirmer la comptabilisation de la dette d'impôt vis-à-vis de la société intégrante ; cette dernière jouant le rôle de collecteur de l'impôt à l'égard des filiales intégrées. Cela permettra, dans un deuxième temps, de conduire des travaux de rapprochement tant au niveau de la réciprocité des comptes de bilan (filles-mère) que de la corrélation entre les charges et produits d'impôt constatés au sein du groupe (cf. 3 e partie). De façon complémentaire, l'auditeur pourra aussi vérifier que : - le calcul de la réserve spéciale de participation a bien été réalisé à partir du résultat fiscal à taux plein donné par le tableau 2058-A.Bis ; - la réserve spéciale de PVLT n'a pas été dotée en cas de réalisation d'une PVLT nette pendant la période d'intégration (9) dans la mesure où la loi prévoit sur ce point que cette obligation s'impose à la seule mère intégrante à raison cette fois-ci de l'éventuelle PVLT nette d'ensemble. Pour conclure, il convient de préciser que les contrôles effectués à partir des tableaux 2058A et A.Bis sont applicables à la totalité des filiales intégrées, y compris à la tête de groupe fiscal. En revanche, les vérifications d'assiette d'is individuel sont inopérantes pour ce qui concerne la mère intégrante. En effet, à son niveau, ne sont enregistrées que les écritures d'impôt (10) relatives au résultat d'ensemble comme nous le verrons dans la 3 e partie.. 2 e partie Revue des rectifications liées aux opérations intra-groupe 9. L'affectation d'une partie du résultat de l'exercice à la RSPVLT n'est pas neutre en matière de politique de dividendes puisque cela se traduit finalement par un amoindrissement des capacités distributives. 10. Autrement dit, la société mère ne constatera pas d'impôt propre dans ses comptes individuels car cela reviendrait à constater une dette à soi-même (la société mère étant alors son propre collecteur d'impôt). 11. Attention : en termes de présentation, la réintégration des suramortissements pratiqués doit être portée sur le tableau 2058-ER de la société ayant réalisé la PV (cédante) et non sur celui de la société cessionnaire. 12. En effet, si le prix de cession retenu s'écarte de manière significative de "la valeur réelle", le régime des subventions indirectes liées aux cessions d'immobilisation est susceptible de s'appliquer. Ce régime est très pénalisant pour les groupes puisqu'il se traduit par : - une première majoration du résultat d'ensemble à hauteur de la subvention indirecte, lors de l'exercice de cession ; - une deuxième majoration en cas de sortie d'une des filiales ayant participé à cette cession, et ce quelle que soit la date de sortie du groupe (cf. notamment, A. Chevériat, J.Y. Mercier, L'intégration fiscale, Editions Francis Lefebvre, Paris, 1994, 134 à 137). L'ensemble de ces contrôles vise à s'assurer : - d'une part, que les retraitements liés aux opérations internes sont correctement effectués conformément à la législation en vigueur (régularité) ; - d'autre part, que la totalité des opérations internes a fait l'objet des rectifications nécessaires (exhaustivité). A partir des tableaux 2058-ER des sociétés membres du groupe, il sera possible de vérifier le bien-fondé des retraitements réalisés. En outre, des contrôles complémentaires seront conduits par entretien et par revue de la comptabilité générale afin de s'assurer de la suffisance des rectifications apportées au résultat d'ensemble. Nous examinerons dans cette 2 e partie les trois principales neutralisations liées aux opérations intragroupe les plus fréquemment rencontrées. La neutralisation des plus et moinsvalues internes de cessions d'actif Conformément aux dispositions de l'article 223.F du CGI, les plus et moins-values afférentes aux cessions d'immobilisation intra-groupe ne sont pas retenues pour le calcul du résultat ou de la PV/MVLT d'ensemble au titre de l'exercice de cession. En outre, les suppléments d'amortissements pratiqués par la société cessionnaire, au titre de ces PV internes, doivent être réintégrés au résultat d'ensemble au rythme de leur constatation (11). En l'espèce, les principaux points à contrôler sont les suivants : Modalités de fixation des prix de cession interne : depuis la loi du 30 décembre 1991, les opérations de cessions internes doivent être réalisées sur la base de leur valeur réelle et non de leur valeur nette comptable. Dans ce cas, le dispositif de neutralisation des plus et moins-values internes s'appliquera conformément à l'article précité du CGI. Comme l'indique l'instruction du 23 juillet 1992 ( 48) en référence à l'article 223.R modifié du CGI, pour apprécier la valeur réelle d'un bien, il faut raisonner «par comparaison avec le prix de cession qui aurait résulté d'une transaction entre sociétés indépendantes». En pratique, on notera que les groupes ont plutôt intérêt : - à se conformer à la réglementation actuelle ; - à dégager des plus ou moins-values internes en appliquant des valeurs de marché afin d'éviter les lourdes conséquences du régime des subventions indirectes applicables en cas de cession intra-groupe réalisée à un prix différent de la valeur réelle du bien considéré (12). Naturellement, l'audi- 44 R.F.C Avril 1999

6 teur devra tenter d'apprécier la réalité des valeurs retenues dans le cadre des transactions internes. Champ d'application du dispositif de neutralisation : il s'agit de l'ensemble des éléments d'actif (à l'exclusion des biens mentionnés à l'article 39-4 du CGI) amortissables ou non amortissables, qu'ils soient incorporels, corporels ou financiers. Qui plus est, depuis le 1 er janvier 1994, les titres de portefeuille exclus du régime des PV/MVLT au sens de l'article 219.Ia du CGI, sont également assimilés à des éléments de l'actif immobilisé pour l'application du régime de neutralisation des PV ou MV de cessions intra-groupe (13). C'est dire que le champ d'application est large. Il ne suffit pas de faire une revue des transactions internes portant exclusivement sur les éléments corporels, il convient également d'examiner par exemple les mouvements internes sur titres. Méthode de calcul des suramortissements pratiqués : le montant du suramortissement correspond à l'amortissement de la plus-value interne réalisée lors de la cession du bien en retenant le même taux de dépréciation que celui utilisé par la société cessionnaire. Attention, il serait donc erroné de vouloir comparer la dotation annuelle constatée chez le cessionnaire à celle qui aurait été pratiquée chez le cédant (c'est-à-dire, suivant son propre plan d'amortissement) s'il n'y avait pas eu cession. Déclaration des filiales et tableau de suivi : l'auditeur examinera également la pertinence des outils de reporting internes permettant aux filiales intégrées de déclarer l'existence d'opérations internes de cession/acquisition. Par test de détail, il s'assurera en particulier de la concordance des éléments déclarés par la cessionnaire et par la cédante à partir d'une sélection de quelques opérations significatives. Il vérifiera que des tableaux de suivi sont mis en œuvre de sorte qu'il soit garanti une bonne traçabilité des diverses opérations de nature à affecter le traitement de ces éléments d'actif. Une attention particulière devra être portée aux cessions successives voire triangulaires (14). En outre, il s'agira d'examiner que les événements entraînant la fin de neutralisation des PV ou MV ont bien été pris en compte (15). Pour chaque élément figurant sur l'état de suivi, l'auditeur vérifiera : - que cet élément n'a pas fait l'objet d'une cession hors du groupe fiscal ; - que les sociétés ayant participé aux opérations de cession d'un élément d'actif, depuis son entrée dans le groupe fiscal, sont toujours membres du groupe fiscal. Au total, on remarquera que la neutralisation des PV internes n'est que transitoire. Elle disparaîtra dès lors que la réintégration des suramortissements pratiqués devient totale et définitive. C'est pourquoi il ne faut 13. Pour plus de développement, cf. Feuillets F. Lefebvre, n FR Voir en ce sens, notamment, l'exemple 83 donné par l'instruction du 9 mai Il s'agit de "la cession du bien hors du groupe ou de la sortie du groupe d'une société qui l'a cédée ou de celle qui en est propriétaire" (cf. article 223.F du CGI). On précisera que cette réintégration doit être faite sous déduction des suramortissements déjà réintégrés. 16. On rappellera que ceux-ci sont appréhendés comme en l'absence d'intégration fiscale. De fait, les dividendes ouvrant droit au régime mère et fille seront déduits de l'assiette fiscale de la société bénéficiaire dans les conditions de droit commun tandis que seront pris en compte, dans le résultat fiscal, les dividendes hors régime mère et fille. pas exclure l'éventualité de pratiques qui consisteraient à : - fixer des seuils de signification en dessous desquels aucune neutralisation n'est effectuée ; - faire abstraction de toutes rectifications prévues par les textes. A notre sens, ces pratiques ne pourraient être acceptables qu'à partir du moment où elles ne lèsent pas le Trésor public. Ce sera notamment le cas en présence de plus-value nette taxable l'année de leur réalisation, c'est-à-dire, non compensée par des déficits reportables antérieurs. A contrario, en situation de report déficitaire important (prescriptible), la non-neutralisation de plus-values internes significatives pourrait être suspectée par l'administration fiscale en cas de contrôle, de même que l'existence d'une moinsvalue interne nette non rectifiée compte tenu d'une situation d'ensemble fiscalement bénéficiaire. Le traitement des dividendes reçus dans le groupe fiscal Au sein du groupe fiscal, le traitement des dividendes sera différent selon l'origine de la distribution (cf. tableau 3). C'est pourquoi, l'auditeur pourra procéder à la distinction suivante pour mener à bien ces contrôles : Au niveau des dividendes externes en provenance de filiales non intégrées (16) : l'auditeur s'attachera essentiellement à examiner le sort des avoirs fiscaux associés à ces dividendes. En effet, en régime d'if, les AF ne sont pas utilisables, en tant que tels, par les filiales intégrées. Ils sont uniquement transmissibles à la mère intégrante comme moyen de paiement du précompte dans le groupe fiscal ou pour se libérer de l'is sur le résultat d'ensemble si le régime mère et fille n'est pas appliqué. Dans ce dernier cas, l'imprimé 2058-CG relatif au suivi des AF et CI devra alors être renseigné. R.F.C Avril

7 Tableau 3 : le traitement fiscal des dividendes dans un groupe intégré Distributrice Bénéficiaire Régime M&F Neutralisation Attribution AF Utilisation des AF Filiales hors groupe fiscal Filiales intégrées fiscalement Filiales intégrées fiscalement ou mère intégrante Oui car Oui, déduction sur le précompte (c) conditions sur tableau Oui, dans le groupe (dans remplies 2058-A transmissibles le délai de 5 ans) à la tête de Non Non groupe fiscal imputable sur l'is Groupe de l'exercice Oui, car Oui (a), déduction Non sauf si les sur le précompte (c) conditions sur tableau dividendes sont dans le groupe (dans remplies 2058-A prélevés sur : le délai de 5 ans) - des résultats Non car conditions Oui, rectification non intégrés (art. 145 du CGI) sur tableau non remplies 2058-ER ou - des résultats imputable sur l'is intégrés ayant Groupe de l'exercice Non car renonciation Non donné lieu à volontaire précompte (b) (Inst. du ) Commentaires du tableau 3 (a) Y compris, le cas échéant, la neutralisation sur le tableau 2058-ER de la réintégration de quote-part de frais et charges de 2,5 % pratiquée sur le tableau 2058-A de la société bénéficiaire : cf. Loi de finances pour 1999 (régime société M&F). (b) Depuis l'instruction très restrictive du relative au précompte dans un groupe fiscal, les possibilités de distribution en franchise de précompte sont strictement limitées aux dividendes prélevés : - d'une part, sur les résultats fiscaux et les PVLT nettes réalisés dans le groupe fiscal ; - d'autre part, sur les produits des filiales soumis au régime M & F et le bénéfice net réalisé à l'étranger dans la limite de l'excédent du bénéfice comptable sur la somme du résultat fiscal et de la PVLT nette. A contrario, «la distribution de l'excédent éventuel du résultat comptable sur le total formé par le résultat fiscal, la PVLT nette, les produits de filiales et le bénéfice net réalisé à l'étranger ouvre droit à l'af et est soumise au précompte dans les conditions de droit commun» (cf. Feuillet F. Lefebvre, FR 11-99, pp. 3-7). En d'autres termes, dans certaines situations, la distribution interne de l'intégralité du résultat comptable pourra entraîner l'exigibilité du précompte à l'intérieur du groupe fiscal. (c) Les règles d'imputation des AF sur le précompte sont très sensiblement modifiées par l'instruction du précitée. Nous demandons au lecteur de bien vouloir s'y reporter pour plus de précisions. Voir aussi, par exemple, P. Paul-Boncour et L. Ruaux, "Les distributions au sein des groupes intégrés dans la tourmente, Les Echos du 22 mars Au niveau des dividendes internes distribués par les filiales intégrées : l'auditeur aura à vérifier avant tout que les dividendes internes sont globalement neutralisés pour la détermination du résultat d'ensemble, que ce soit : - en amont, au niveau du résultat de la filiale bénéficiaire par application du régime mère et fille (tableau 2058-A ligne XA); - en aval, au niveau du résultat d'ensemble dans le cas où les dividendes considérés n'ouvrent pas 17. Depuis l'instruction du 14 mars 1995, les dividendes reçus par une société du groupe à raison de sa participation dans une autre société du groupe sont retranchés du résultat d'ensemble s'ils n'ouvrent pas droit à l'application du régime mère-fille prévu à l'article 145 du CGI. Il s'agit principalement du cas de dividendes reçus d'une filiale intégrée détenue par participation indirecte à plus de 95% avec un pourcentage de détention directe inférieur à 10%. droit à l'application du régime mère et fille (17) (tableau 2058-ER ligne CE). Attention : si l'exclusion du régime mère-fille résulte d'une renonciation volontaire, le mécanisme de neutralisation décrit ci-dessus ne joue pas. En effet, ce dernier est réservé aux dividendes n'ouvrant pas droit au régime de l'article 145 du CGI en raison exclusivement du non-respect des conditions requises. Ensuite, pour ce qui est des avoirs fiscaux, l'auditeur examinera l'origine des dividendes 46 R.F.C Avril 1999

8 versés pour savoir si ceux-ci donnent lieu à AF (18). Enfin, on soulignera que la loi de Finances pour 1999 a rétabli la réintégration d'une quote-part de frais et charges fixée à 2,5 % chez l'associé en cas d'application du régime M&F. En matière d'if, la loi prévoit comme dans le dispositif antérieur au 1 er janvier 1993, que cette réintégration soit neutralisée pour la détermination du résultat d'ensemble. En l'espèce, l'auditeur s'assurera que ces modalités nouvelles sont mises en œuvre pour les exercices clos à compter du 31 décembre La neutralisation des dotations et reprises de provisions intra-groupe Il s'agit ici des provisions constituées à l'intérieur du groupe fiscal à raison : 1 des créances détenues sur une filiale intégrée ou des risques encourus au titre d'une société membre (article 223.B.du CGI) ; 2 des participations détenues sur les sociétés intégrées (article 223.D du CGI). Sauf cas particulier, les dotations correspondantes seront systématiquement neutralisées au niveau du résultat d'ensemble (cas 1 ) ou au niveau de la PV/MVLT d'ensemble (cas 2 ). En revanche, la neutralisation des reprises relatives aux dotations précédentes n'est pas systématique. Elle est limitée par au moins deux restrictions posées par les articles précités du CGI (cf. tableau 4) dont l'auditeur devra tenir compte dans sa démarche de contrôle. Au niveau des dotations intra-groupe : l'auditeur s'assurera essentiellement que la neutralisation correspondante est correctement effectuée au sein du groupe fiscal. Au sens de l'article 223 du CGI, il s'agit des "dotations complémentaires aux provisions constituées par une société après son entrée dans le groupe". Comme l'indique le tableau 4, les dotations non déductibles fiscalement (19) ne feront l'objet d'aucune neutralisation au niveau du résultat ou de la PV/MVLT d'ensemble. Toutefois, l'auditeur 18. Naturellement, il sera tenu compte des conséquences liées aux fortes restrictions posées par la récente instruction du pour ce qui concerne les distributions intervenues à compter du 15 février Exemple : la provision pour dépréciation de titres ayant bénéficié d'un apport en régime de faveur article 210.B du CGI n'est déductible que sur la base de sa valeur fiscale et non de sa valeur comptable. devra y porter une attention particulière. En effet, la tentation peut être grande de qualifier une provision comme non déductible afin d'échapper aux conséquences très pénalisantes attachées aux reprises de provisions constituées dans un groupe fiscal (cf. infra). Au niveau des reprises intra-groupe : il convient d'examiner principalement que les conditions posées par l'article 223.B & D sont respectées. Autrement dit, la neutralisation (ou l'absence de neutralisation) devra être justifiée par : - le caractère déductible (ou non déductible) de la provision initialement constituée ; - la présence (ou non) des sociétés concernées dans le groupe fiscal lors de l'exercice de reprise ; - l'imputation sur des dotations ayant été constituées après (ou avant) l'entrée dans le groupe fiscal sachant que l'on commence prioritairement par les plus anciennes. A l'issue de ces contrôles, l'auditeur disposera d'une assurance satisfaisante quant à la véracité et l'exhaustivité du traitement relatif aux trois principales opérations intra-groupe. Cela ne l'empêchera pas, si besoin est, de procéder à une revue limitée des autres opérations internes telles que, par exemple, celles concernant la neutralisation des abandons de créances Tableau 4 : le mécanisme de neutralisation des provisions intra-groupe Régime fiscal Nature Neutralisation Neutralisation Conditions des dotations des reprises art. 223.B & D du CGI Créance Non déductible Risques Non Non Non applicable Participation Droit commun PV/MVLT Créance Risques Participation Oui Oui, sous les conditions posées par les articles 223.B et D du CGI - les sociétés concernées doivent être membres du groupe fiscal lors de l'exercice de reprise ; - les reprises sont réputées s'imputer sur les dotations les plus anciennes. R.F.C Avril

9 internes (20) ou celles consistant à la réintégration des jetons de présence versés par les filiales membres du groupe fiscal. 3 e partie Validation du résultat d'ensemble et de l'is Groupe Après avoir vérifié les rectifications liées aux opérations intra-groupe, il convient de procéder aux opérations ultimes de contrôle portant sur la détermination du résultat d'ensemble et de l'is groupe. On commencera par l'examen de certaines opérations structurelles. Examen des conséquences liées aux sorties et aux restructurations internes En raison des conséquences qu'elles entraînent, les sorties de groupe ainsi que certaines opérations de restructuration interne justifient au préalable la mise en œuvre d'une revue limitée. Conséquences des sorties de périmètre d'intégration : à partir du tableau 2058-ES réservé aux filiales sortantes, il sera possible de s'assurer du correct traitement des sorties de groupe fiscal. On rappellera que cellesci sont automatiques dès lors que les conditions d'accès au régime ne sont plus respectées. Il s'agit essentiellement des cas suivants : - détention inférieure au seuil requis de 95 % ; - modification du régime fiscal (IS) (21) ou de la date de clôture des comptes. A cela, s'ajoute la faculté offerte à la mère intégrante, de décider librement, avant le début de chaque exercice, de l'exclusion du périmètre d'intégration d'une ou plusieurs de ses filiales. En tout état de cause, les conséquences de la sortie de groupe fiscal tiennent principalement à : 1 la fin de la neutralisation des PV et MV de cessions internes d'immobilisation (cf. 2 e partie) ; 2 la réintégration des abandons de créances, subventions directes et indirectes réalisés dans le groupe fiscal au cours des cinq exercices précédant la sortie. En l'espèce, l'auditeur vérifiera : - d'une part, que le résultat dégagé au cours de l'exercice n'est pas inclus dans le résultat d'ensemble puisque la sortie est considérée comme rétroactive au premier jour de l'exercice ayant constaté l'événement de sortie ; - d'autre part, que les majorations spécifiques consécutives à la sortie de groupe (cf. 1 & 2 ) sont correctement effectuées, exhaustives et reportées sur les tableaux 2058-ES et 2058-ER. De plus, pour les filiales sorties lors des exercices précédents, des sondages 20. En l'espèce, on vérifiera que les abandons de créances et subventions internes sont suivis sur l'état spécial 2058-SG sous peine d'une amende fixée à 5 % des sommes non déclarées ou à 1 % dans le cas où aucune infraction n'a été constatée au cours des trois dernières années (cf. art Bis du CGI). 21. Voir à ce sujet, E. Tort, "Transformation d'une filiale SA en SNC soumise à l'ir : contraintes et optimisations fiscales", Revue française de comptabilité, n 306, décembre 1998, pp Cf. "Les fusions, scissions et A.P.A. dans l'intégration fiscale", in J.C. Mercier, Fusions, guide des fusions, scissions et A.P.A., éditions Francis Lefebvre, 1995, titre III, 516 à En vertu de l'article 223.C du CGI, "cette fraction est égale au rapport qui existe entre les amortissements réputés différés par la société du groupe qui procède à la reprise ou au transfert et le total des amortissements réputés différés par les sociétés du groupe". complémentaires pourront être menés de sorte que soient vérifiés les points suivants : - les reprises ultérieures de provisions initialement constituées sur ces sociétés dans le groupe fiscal n'ont fait l'objet d'aucune neutralisation conformément à l'article 223.B & D du CGI ; - les déficits subis en période d'intégration fiscale n'ont pas été reportés en avant sur les bénéfices propres de la filiale ; - les bénéfices réalisés en période d'intégration fiscale n'ont pas été considérés comme bénéfices d'imputation pour le report en arrière de déficits dégagés après la sortie du groupe fiscal. Conséquences des restructurations internes (22) : à défaut d'exhaustivité, nous donnerons deux exemples qui illustrent bien la nécessité de faire une revue rapide mais non moins scrupuleuse de l'ensemble des opérations de restructurations internes pour en évaluer les effets éventuels sur le résultat d'ensemble du groupe. - Exemple 1 : en cas d'absorption de la mère par une société tierce, on dit qu'il y a continuité du groupe fiscal dès lors que la fusion est rétroactive au premier jour d'ouverture de l'exercice d'intégration et que la société tierce est éligible au rang de tête de groupe fiscal (cf. notamment seuil de détention de 95%). Néanmoins, cette continuité n'est qu'apparente puisqu'elle ne permet pas d'éviter la dissolution du groupe initial et par là même, les conséquences de sortie applicables dans ce cas à l'ensemble des sociétés membres du groupe ainsi dissout. - Exemple 2 : en cas de transfert ou d'apport partiel d'actif d'une société intégrée au profit d'une société extérieure au groupe, il peut y avoir banalisation d'une quote-part des ARD d'ensemble. Autrement dit, une fraction du déficit d'ensemble (23) est susceptible de perdre son caractère indé- 48 R.F.C Avril 1999

10 finiment reportable sauf opérations de faible importance ou agrément préalable. Ces deux exemples montrent, si besoin était, que les restructurations internes (apports, fusions, etc.) peuvent induire des effets directs comme indirects sur la situation du groupe. Agrégation des résultats individuels et détermination du résultat d'ensemble La détermination du résultat d'ensemble passe préalablement par l'agrégation des résultats individuels rectifiés et des majorations spécifiques relatives aux sorties de groupe. Vérification de l'agrégation des résultats individuels : que soit utilisé un progiciel incluant un module d'intégration fiscale ou un simple tableur, les opérations de cumul des tableaux individuels devront faire l'objet d'une validation sommaire. A cet effet, le tableau 5 récapitule les normes d'agrégation de l'intégration fiscale qu'il convient de respecter. Dans le cas d'un progiciel, l'utilisation du module d'établissement de la liasse groupe suffira généralement à garantir la conformité des chiffres obtenus. En présence d'un outil de type "tableur", la mise en œuvre de quelques sondages (vérification arithmétique) permettra de valider globalement le bon fonctionnement des règles de calcul. Validation du résultat d'ensemble : en ce qui concerne le résultat d'ensemble, le travail de l'auditeur ne présentera pas de difficultés particulières. En effet, les règles de droit commun s'appliquent en la matière (24) comme s'il s'agissait du résultat fiscal propre d'une société indépendante. En particulier, les règles de report et d'imputation des déficits d'ensemble (DO, ARD, MVLT) sont globalement celles de droit commun aux exceptions suivantes : Spécificités relatives aux ARD d'ensemble : conformément à l'instruction du 9 mai 1988 ( 141 & 142), les ARD d'ensemble constatés au niveau du groupe ne peuvent être supérieurs à la somme des ARD constatés par chacune des sociétés membres du groupe fiscal (cf. tableau 2058-ER agrégatif - ligne CC). L'auditeur s'assurera du respect de cette limitation spécifique. Par ailleurs, il examinera si une quote-part des ARD d'ensemble en report (y.c. ARD de l'exercice) n'est pas susceptible d'être frappée de banalisation comme indiqué au 3 e partie, exemple 2. Particularité relative au report en arrière du déficit d'ensemble : si les filiales intégrées n'ont plus la possibilité de reporter en arrière les déficits dégagés pendant la période d'intégration fiscale (cf. 1 re partie), la tête de groupe fiscal est en droit d'opter 24. Comme indiqué en 1 re partie, les déficits individuels antérieurs à l'entrée dans le groupe fiscal de chaque filiale intégrée (y.c. mère intégrante) ne sont imputables que sur leurs propres bénéfices ultérieurs en tenant compte des règles spécifiques de plafonnement. pour un carry back au titre du déficit d'ensemble. Il s'agira ici de vérifier que les dispositions prévues par l'article 223 G du CGI sont respectées. En vertu de cet article, le déficit d'ensemble déclaré au titre d'un exercice peut être imputé : - sur les bénéfices d'ensemble non distribués des trois derniers exercices selon les prescriptions de l'article 220 quinquies-i du CGI ; - ou à défaut, dans les mêmes conditions, sur les bénéfices antérieurs propres à la société mère «si les exercices d'imputation sont antérieurs au premier exercice d'intégration» (cf. instruction du 9 mai ) Pour être complet, il conviendra enfin de vérifier que le processus déclaratif est correctement mis en œuvre, à partir d'un examen sommaire des tableaux suivants : - le tableau 2058-RG relatif à la détermination du résultat fiscal et des plusvalues à long terme d'ensemble ; - le tableau 2058-DG concernant le suivi et l'affectation des déficits, ARD et moins-values à long terme d'ensemble. Calcul et comptabilisation de l'is groupe La dernière étape de contrôle concerne la validation de l'is groupe. On rappellera ici que : - la mère intégrante est seule redevable de l'impôt sur les sociétés pour le compte des filiales intégrées ; - l'impôt du groupe est calculé sur la base du résultat fiscal d'ensemble de l'exercice. Tableau 5 : Processus déclaratif et normes d'agrégation de l'intégration fiscale Tableau individuel 2058 ER par filiale intégrée Tableau individuel 2058 ES par filiale sortante Tableau agrégatif 2058 ER du groupe Tableau agrégatif 2058 ES des sorties du groupe Tableau de synthèse 2058 TS au niveau du groupe R.F.C Avril

11 Dans le même sens, on notera que les avoirs fiscaux (AF) relatifs à des dividendes encaissés dans le groupe (hors régime mère et fille) et les crédits d'impôt (CI) détenus par chacune des sociétés membres sont transmissibles à la mère intégrante pour imputation sur l'is groupe conformément à l'article du CGI. Enfin, on soulignera que les créances CB propres cédées à la tête de groupe en vertu de l'article 223.G-3 du CGI sont utilisables pour le paiement de l'is groupe dans la limite de l'is «auquel aurait été soumise la société filiale si elle avait été imposée distinctement». Ceci étant précisé, il conviendra de s'assurer que le calcul de l'impôt brut et des contributions additionnelles est correctement effectué ; l'impôt net devant tenir compte des imputations possibles d'af, CI et CB conformément aux règles principales rappelées ci-avant. Sur un plan comptable, il s'agira de vérifier que l'is groupe, les contributions à la charge des filiales et l'économie liée au régime de groupe sont correctement enregistrés conformément à la législation et à la convention d'intégration fiscale définissant les modalités de répartition de l'impôt au sein du groupe (25). Selon la méthode de neutralité, les règles de comptabilisation sont les suivantes (26) : - les filiales intégrées enregistrent une charge d'impôt comme si elles étaient indépendantes ; - la tête de groupe fiscal constate en contrepartie les produits d'impôt correspondants et la charge d'impôt groupe assise sur le résultat d'ensemble. Dans cette méthode qui reste la plus utilisée par les groupes, l'économie d'impôt résultant du régime de l'intégration fiscale est conservée par la mère intégrante. Bref, comme évoqué en 1 re partie, un des principaux contrôles de cohérence sera basé sur l'examen de la réciprocité des comptes d'impôt entre les filles et la mère intégrante. Conclusion 25. Pour plus de détails sur ce point, voir notamment, P. Morgenstern, "Les conventions d'intégration fiscale", Revue fiduciaire comptable, n 240, mai 1998, pp Cf. note précédente et P. Morgenstern, "Intégration fiscale, les écritures dans les comptes individuels", Revue fiduciaire comptable, n 214, décembre 1995, pp Toutefois, on soulignera les spécificités suivantes : - «en vertu de l'article L. 51 du LPF, le législateur a autorisé l'administration à soumettre la mère intégrante, si besoin est, à une seconde vérification de la comptabilité. - selon l'article L. 169 du LPF (al. 2 et 3), le vérificateur est également fondé à contrôler les résultats individuels constatés au titre d'exercices prescrits dès lors que ceux-ci ont concouru à la formation d'un déficit (ou MVLT) d'ensemble qui a fait l'objet d'une imputation sur des résultats d'ensemble non prescrits (ou PVLT)». 28. L'instruction administrative du 3 mars 1995 recommande d'ailleurs que la mère intégrante soit informée, par l'administration fiscale, de toute procédure de vérification engagée envers une filiale intégrée. Comme nous l'avons vu tout au long des paragraphes précédents, la complexité du régime des groupes de sociétés tend à légitimer la mise en place de contrôles-clés à tous les stades de l'intégration fiscale. Au delà des avantages que ces dispositifs d'autocontrôle peuvent apporter en interne, n'oublions pas qu'ils seront également d'une grande utilité en cas de vérification externe engagée par l'administration fiscale. Dans une perspective analogue, même si le contrôle fiscal des sociétés intégrées s'exerce globalement dans les conditions de droit commun (27) (vérification, contrôle sur pièces, notification, etc.), il n'est pas inutile de suivre scrupuleusement le déroulement de la procédure de vérification externe. On pourra s'assurer notamment que : - le vérificateur a bien pris en compte l'appartenance au groupe fiscal de la filiale objet du contrôle (28) ; - la notification des redressements est bien adressée à la filiale contrôlée abstraction faite de toute appartenance au groupe fiscal ; - la mise en recouvrement des suppléments d'impôt donnera lieu à l'émission de rôle(s) au nom de la mère intégrante 1 et/ou au nom de la filiale vérifiée 2 selon qu'il s'agisse d'un exercice d'intégration fiscale ou non. En l'espèce, les principes sont les suivants : 1 en tant que tête de groupe, la mère intégrante se trouve être redevable des suppléments d'impôts consécutifs aux redressements notifiés à une filiale intégrée, en ce qui concerne l'is, le Liste des abréviations AF Avoirs fiscaux ARD Amortissements réputés différés CB Carry Back CI Crédits d'impôt DO Déficits ordinaires IF Intégration fiscale (régime) M & F Régime spécial "mère et filiales" (art. 145 du CGI) MVLT Moins-value à long terme PVLT Plus-value à long terme PV/MV Plus-values / Moins-values RSPVLT Réserve spéciale de plus-value à long terme 50 R.F.C Avril 1999

12 précompte et l'ifa relatifs aux exercices pendant lesquels celle-ci était membre du groupe fiscal. 2 en revanche, toute filiale intégrée reste redevable des redressements mis en recouvrement au titre des autres impôts (TVA, etc.) ainsi que naturellement de l'is, du précompte et de l'ifa relatifs aux exercices pendant lesquels celle-ci était indépendante. Pour conclure, on n'omettra pas de vérifier que : - les éventuels suppléments d'impôt mis à la charge de la tête de groupe à raison de résultats redressés en période d'intégration fiscale tiennent compte de la situation fiscale d'ensemble des années considérées ; - la contribution individuelle mise à la charge de la filiale ayant fait l'objet d'un redressement est conforme aux dispositions prévues par la convention interne qui la lie ou qui la liait à la mère intégrante s'il y a eu sortie depuis cette date. Eric TORT Diplômé d'expertise comptable Directeur administratif Doctorant en gestion à l'iae de Paris Bibliographie Chavériat A. et Mercier J.Y. : L'intégration fiscale, éditions Francis Lefebvre, 4 e édition, Paris, Lavabre C.& G. : L'intégration fiscale, édition Expert Comptable Média, Paris, Morgenstern P. : L'intégration fiscale, La Villeguérin éditions, 4 e édition, Paris, Mémento pratique fiscal, édition Francis Lefebvre, mars 1999, 3550 à Instruction administrative du 9 mai 1988 relative au régime fiscal des groupes de sociétés. Instructions administratives du 13 septembre 1990, du 13 juillet 1994 et du 3 mars 1995 concernant le contrôle et la vérification fiscale des groupes de sociétés. Code Général des Impôts. Livre des Procédures Fiscales. Loi de finances pour Contrôle fiscal Droits, garanties et procédures 6 e édition Jean-Pierre CASIMIR 16 x 23 cm, 574 pages. 385 F Groupe Revue Fiduciaire R.F.C Avril

Élimination des distorsions entre le régime fiscal des subventions et celui des apports

Élimination des distorsions entre le régime fiscal des subventions et celui des apports aout 2012 v1 Suppression non rétroactive de l optimisation fiscale par moins values à court terme L article 18 de la loi n 2012-958 du 16 août 2012 de finances rectificative pour 2012 a pour objet de mettre

Plus en détail

Obligations des sociétés du groupe

Obligations des sociétés du groupe 4 Obligations des sociétés du groupe 76 Le processus d élaboration d une intégration fiscale se réalise en deux temps. Dans une première étape, chaque société, y compris la société mère, va devoir : déterminer

Plus en détail

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

REGIME FISCAL DES GROUPES DE SOCIETES

REGIME FISCAL DES GROUPES DE SOCIETES REGIME FISCAL DES GROUPES DE SOCIETES 02/08/2012 Le droit fiscal réserve aux sociétés réunies au sein d un même groupe un régime optionnel et particulier d imposition. Ce régime permet à une société, la

Plus en détail

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers Comprendre les impôts différés Les impôts différés constituent un sujet qui fait généralement peur dans la mesure où ils sont le plus souvent perçus comme abstraits et complexes. Pour autant, le développement

Plus en détail

Intervenant. Patrick MORGENSTERN. Expert-comptable, Chargé d enseignement fiscal à l Université de Bourgogne

Intervenant. Patrick MORGENSTERN. Expert-comptable, Chargé d enseignement fiscal à l Université de Bourgogne Les impôts différés Intervenant Patrick MORGENSTERN Expert-comptable, Chargé d enseignement fiscal à l Université de Bourgogne Sommaire Présentation synthétique du mécanisme des impôts différés Impôts

Plus en détail

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 12 : IMPÔTS SUR LE RÉSULTAT...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département.

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département. COMPTES ANNUELS - Immeuble à destination spécifique loué à une société placée en procédure de sauvegarde - Modalités d'évaluation et de dépréciation de l'immeuble - EC 2011-05 Mots clés Comptes annuels,

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011 Du résultat social au résultat consolidé Novembre 011 Du résultat social au résultat consolidé Préambule Les comptes consolidés ont pour but de présenter le patrimoine, la situation financière et les résultats

Plus en détail

18. Correction résultant de l'affectation du bénéfice (à déduire) 120

18. Correction résultant de l'affectation du bénéfice (à déduire) 120 Tableau 41.70 - COMPOSITION DES FONDS PROPRES SUR BASE SOCIALE (Art. 14 et 15 du règlement) 1. Fonds propres sensu stricto (art. 14, 1er, 1 ) Valeur comptable Code 05 11. Capital libéré et primes d'émission

Plus en détail

REUNION DU 10 DECEMBRE 2013 GERANT MAJORITAIRE : LA NOUVELLE DONNE FISCALE 2013

REUNION DU 10 DECEMBRE 2013 GERANT MAJORITAIRE : LA NOUVELLE DONNE FISCALE 2013 REUNION DU 10 DECEMBRE 2013 GERANT MAJORITAIRE : LA NOUVELLE DONNE FISCALE 2013 Timing de la réunion 1. Tour de table 2. Présentation 3. Questions 4. Une clôture conviviale 2 Sommaire 1. Quels avantages

Plus en détail

BIC Amortissements Régimes particuliers - Amortissement des biens dans le cadre d'opérations de crédit-bail mobilier et immobilier

BIC Amortissements Régimes particuliers - Amortissement des biens dans le cadre d'opérations de crédit-bail mobilier et immobilier Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-BIC-AMT-20-40-20-20120912 DGFIP BIC Amortissements Régimes particuliers

Plus en détail

B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ]

B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ] B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ] Références du document 5I-7-97 Date du document 06/06/97 2. Application de la CSG dans le temps La CSG prélevée en application des dispositions de l'article 1600-0

Plus en détail

Fusion, scission, APA, transmission universelle de patrimoine

Fusion, scission, APA, transmission universelle de patrimoine Fusion, scission, APA, transmission universelle de patrimoine Intervenants Martial CHADEFAUX Professeur à l Université de Bourgogne Gilles de COURCEL Expert-comptable Danièle DEPAËPE Expert-comptable Sommaire

Plus en détail

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les Intérêts des Comptes Courants d Associés- Généralités 2 PAGES Généralités 3 Champs d application 5 La libération totale du capital 6 Le taux

Plus en détail

22. NOMENCLATURE ET FONCTIONNEMENT DES COMPTES

22. NOMENCLATURE ET FONCTIONNEMENT DES COMPTES 21. ELEMENTS CONSTITUTIFS ET EVALUATION 22. NOMENCLATURE ET FONCTIONNEMENT DES COMPTES 21. ELEMENTS CONSTITUTIFS ET EVALUATION 21.1 GENERALITES Les immobilisations incorporelles regroupent l'ensemble des

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 76 DU 30 JUILLET 2009 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 4 B-4-09 INSTRUCTION DU 29 JUILLET 2009 PLUS-VALUES ET MOINS-VALUES (BIC, IS, DISPOSITIONS COMMUNES). REGIME

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles

Plus en détail

I. Règles comptables applicables depuis 2008

I. Règles comptables applicables depuis 2008 Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-BIC-PROV-30-20-30-20141210 DGFIP BIC - Autres provisions pour charges -

Plus en détail

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants L ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet

Plus en détail

11 Détermination de votre résultat fiscal 2012

11 Détermination de votre résultat fiscal 2012 11 Détermination de votre résultat fiscal 2012 Six nouveaux retraitements extra-comptables MC 816, 817, 939-1, 1880, 1918-4, 2153-1, 2220-2, 2857 PAR LES AUTEURS DU MEMENTO ANNE-LYSE BLANDIN, Associée,

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 CREDIT BAIL IMMOBILIER - Sommaire 2 DEFINITION 3 Crédit-bail 3 Différents types de crédits-bails 3 ASPECTS COMPTABLES ET FISCAUX 4 Pendant la période couverte par

Plus en détail

Provisions déductibles pour les établissements financiers de factoring (art 37 et 38)

Provisions déductibles pour les établissements financiers de factoring (art 37 et 38) 2 Provisions déductibles pour les établissements financiers de factoring (art 37 et 38) A. REGIME EN VIGUEUR AU 31 DECEMBRE 2006 L article 30 de la loi n 2005-106 du 19 décembre 2005 portant loi de finances

Plus en détail

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013 Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Rapport de mission d'examen 2 États financiers Résultats 3 Réserve 4 Flux de trésorerie

Plus en détail

2 ) de mettre à la charge de l Etat une somme de 3 000 euros au titre de l article L. 761-1 du code de justice administrative ;

2 ) de mettre à la charge de l Etat une somme de 3 000 euros au titre de l article L. 761-1 du code de justice administrative ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 1200562 SOCIETE LVMH MOET HENNESSY LOUIS VUITTON M. Ouillon Rapporteur Mme Restino Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 Relatif aux règles comptables applicables aux établissements et services privés sociaux et médico-sociaux relevant de l article R. 314-1

Plus en détail

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France Téléphone : +33 (0)4 37 64 78 00 Télécopie : +33 (0)4 37 64 78 78 Site internet : www.kpmg.fr

Plus en détail

RÈGLEMENT. Note de présentation

RÈGLEMENT. Note de présentation AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2015-01 du 2 avril 2015 Relatif aux comptes des comités d entreprise, des comités centraux d entreprise et des comités interentreprises relevant de l article

Plus en détail

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-IR-RICI-250-10-20-50-20151014 DGFIP IR - Réduction d'impôt au titre des

Plus en détail

Conseil national de la comptabilité - Note de présentation - Avis n 2003-C du Comité d urgence du 11 juin 2003

Conseil national de la comptabilité - Note de présentation - Avis n 2003-C du Comité d urgence du 11 juin 2003 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation - Avis n 2003-C du Comité d urgence du 11 juin 2003 Relatif aux conséquences comptables résultant de l application du nouveau régime fiscal introduit

Plus en détail

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-10 du 12 décembre 2002. Relatif à l amortissement et à la dépréciation des actifs

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-10 du 12 décembre 2002. Relatif à l amortissement et à la dépréciation des actifs COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-10 du 12 décembre 2002 Relatif à l amortissement et à la dépréciation des actifs Le Comité de la réglementation comptable, Vu la loi n 98-261 du 6

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances Direction de la sécurité sociale Sous-direction du Financement de la sécurité sociale Bureau 5D Recettes fiscales Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

Guide du résultat 29 mars 2009 Cahier VIII* - Les déclarations de résultat des groupes fiscalement intégrés Exercice clos le 31 décembre 2008

Guide du résultat 29 mars 2009 Cahier VIII* - Les déclarations de résultat des groupes fiscalement intégrés Exercice clos le 31 décembre 2008 Guide du résultat 29 mars 2009 Cahier VIII* - Les déclarations de résultat des groupes fiscalement intégrés Exercice clos le 31 décembre 2008 Résumé Les sociétés membres d un groupe d'intégration fiscale

Plus en détail

Annexes PREAMBULE. L'exercice social clos le 31/12/2014 a une durée de 12 mois. L'exercice précédent clos le 31/12/2013 avait une durée de 12 mois.

Annexes PREAMBULE. L'exercice social clos le 31/12/2014 a une durée de 12 mois. L'exercice précédent clos le 31/12/2013 avait une durée de 12 mois. Annexes PREAMBULE L'exercice social clos le 31/12/2014 a une durée de 12 mois. L'exercice précédent clos le 31/12/2013 avait une durée de 12 mois. Le total du bilan de l'exercice avant affectation du résultat

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

La déductibilité des intérêts versés aux associés et entreprises liées

La déductibilité des intérêts versés aux associés et entreprises liées La déductibilité des intérêts versés aux associés et entreprises liées (Article 113 de la loi de Finances pour 2006) (Instruction Administrative du 31 décembre 2007) Pascal Grandchamp, Avocat Amyot Juridique

Plus en détail

Fiscalité approfondie : Corrigé série de révision n 3 (Impôt sur les sociétés)

Fiscalité approfondie : Corrigé série de révision n 3 (Impôt sur les sociétés) Université de Sfax Ecole Supérieure de Commerce de Sfax Année universitaire : 2010-2011 Fiscalité approfondie : Corrigé série de révision n 3 (Impôt sur les sociétés) Auditoire : 1 ère année Mastère Professionnel

Plus en détail

SOUS-SECTION 2 RÉDUCTION D'IMPÔT AU TITRE DES SOUSCRIPTIONS DE PARTS DE FONDS COMMUNS DE PLACEMENT DANS L'INNOVATION [DB 5B3392]

SOUS-SECTION 2 RÉDUCTION D'IMPÔT AU TITRE DES SOUSCRIPTIONS DE PARTS DE FONDS COMMUNS DE PLACEMENT DANS L'INNOVATION [DB 5B3392] SOUS-SECTION 2 RÉDUCTION D'IMPÔT AU TITRE DES SOUSCRIPTIONS DE PARTS DE FONDS COMMUNS DE PLACEMENT DANS L'INNOVATION [DB Références du document 5B3392 Date du document 23/06/00 d. Conditions relatives

Plus en détail

Pratique de la correction symétrique des bilans et de l'intangibilité du bilan d'ouverture

Pratique de la correction symétrique des bilans et de l'intangibilité du bilan d'ouverture Pratique de la correction symétrique des bilans et de l'intangibilité du bilan d'ouverture Patrick Michaud, avocat En cas d erreurs affectant l actif net du bilan, le Conseil d Etat avait posé le principe

Plus en détail

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ 5 MARS 2009 Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés 1/11

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GENERALE DES IMPOTS 5 F-17-07 N 133 du 31 DECEMBRE 2007 IMPOT SUR LE REVENU. TRAITEMENTS ET SALAIRES. REGIME SPECIAL D IMPOSITION DES SALARIES ET MANDATAIRES SOCIAUX

Plus en détail

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages)

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) SOMMAIRE... liste des abréviations... VII XI INTRODUCTION GÉNÉRALE... 1 PREMIÈRE PARTIE Fiscalité directe (impôt sur le revenu et impôt

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 4 I-1-05 N 213 du 30 DECEMBRE 2005 FUSIONS DES SOCIETES ET OPERATIONS ASSIMILEES - SUPPRESSION DES PLAFONDS AU TRANSFERT DES DEFICITS EN CAS D

Plus en détail

L IS exigible. Section 1 re : L établissement de l IS. La déclaration des résultats permet de calculer l IS. I Déclaration du résultat

L IS exigible. Section 1 re : L établissement de l IS. La déclaration des résultats permet de calculer l IS. I Déclaration du résultat L IS exigible Contrairement aux entrepreneurs individuels et assimilés dont le revenu global relève de la fiscalité des ménages, les sociétés passibles de l IS calculent elles-mêmes leur impôt et l acquittent

Plus en détail

Direction de la sécurité sociale Sous-direction du Financement de la sécurité sociale Bureau 5D Recettes fiscales

Direction de la sécurité sociale Sous-direction du Financement de la sécurité sociale Bureau 5D Recettes fiscales Ministère du travail, de l emploi et de la santé Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l Etat Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Direction de la sécurité sociale

Plus en détail

Fiche n 7. Les comptes 102 et 13 et l imputation comptable des financements et dotations

Fiche n 7. Les comptes 102 et 13 et l imputation comptable des financements et dotations Fiche n 7 Les comptes 102 et 13 et l imputation comptable des financements et dotations Direction générale de l offre de soins Direction générale des fi nances publiques Les comptes 102 et 13 et l imputation

Plus en détail

1er EXEMPLAIRE DESTINÉ A L'ADMINISTRATION

1er EXEMPLAIRE DESTINÉ A L'ADMINISTRATION AGREMENT DGFIP C50.004 A bis du Code général des impôts) BILAN SIMPLIFIÉ DGFiP N 033-A00 Formulaire obligatoire (article 30 septies Désignation de l'entreprise Adresse de l'entreprise 66 AVENUE PHILIPPE

Plus en détail

Crédit d impôt pour dépenses de formation des dirigeants

Crédit d impôt pour dépenses de formation des dirigeants Crédit d impôt pour dépenses de formation des dirigeants Crédit d impôt pour dépenses de formation des dirigeants 2 Sommaire 2 Champ d application 3-4 Entreprises bénéficiaires 4 Notion de dirigeant 4

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTALES Avis CNC 2009/11 Le traitement comptable des scissions partielles Avis du 16 septembre 2009 Mots clés Scission partielle Sommaire I. INTRODUCTION II. TRAITEMENT COMPTALE

Plus en détail

Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96)

Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96) G ISF SONT EXONERES Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96) L'article 6 de la loi de finances pour 1996 (n 95-1346 du 30 décembre 1995 - JO du 31 décembre 1995, p. 19030 et 19031): - précise le champ

Plus en détail

2,5 x SMIC horaire x [(12 x 151,67) + nombre d'heures complémentaires ou supplémentaires)] rémunération totale.

2,5 x SMIC horaire x [(12 x 151,67) + nombre d'heures complémentaires ou supplémentaires)] rémunération totale. QUESTION- DU 6 DECEMBRE 2013 2. Calcul du CICE Quelles sont les règles d arrondi? Le montant du CICE, du plafond d'éligibilité et de l'assiette est arrondi à l'euro le plus proche. La fraction d'euro égale

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SAISIE DES FORMULAIRES 2572 ET 2573 Millesime 2015

FICHE TECHNIQUE SAISIE DES FORMULAIRES 2572 ET 2573 Millesime 2015 FICHE TECHNIQUE SAISIE DES FORMULAIRES 2572 ET 2573 Millesime 2015 CONSTATS Les entreprises redevables de l'impôt sur les sociétés procèdent spontanément, à l'aide du relevé de solde (formulaire 2572),

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 13 DU 9 FEVRIER 2012 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 C-1-12 INSTRUCTION DU 26 JANVIER 2012 IMPOT SUR LE REVENU. PLUS-VALUES DE CESSION DE VALEURS MOBILIERES ET

Plus en détail

Texte n DGI 2013/13 NOTE COMMUNE N 13/2013. OBJET : Détermination du tableau de détermination du résultat fiscal

Texte n DGI 2013/13 NOTE COMMUNE N 13/2013. OBJET : Détermination du tableau de détermination du résultat fiscal BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2013/03/12 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2013/13 NOTE COMMUNE N 13/2013 OBJET : Détermination du tableau de

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 E-11-01 N 132 du 23 JUILLET 2001 5 F.P. E 2321 INSTRUCTION DU 12 JUILLET 2001 BENEFICES AGRICOLES. REGIMES REELS D IMPOSITION. OBLIGATIONS COMPTABLES.

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 5 novembre 2013 Experts Comptables Commissaires aux Comptes 43, rue de Liège 75008 Paris Tél. : 33 (0) 1 44 90 25 25 Fax 33 (0) 1 42 94 93 29 E-mail : contact@caderas-martin.com PROJET DE LOI DE FINANCES

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

NOTES ANNEXES AUX COMPTES CONSOLIDES

NOTES ANNEXES AUX COMPTES CONSOLIDES NOTES ANNEXES AUX COMPTES CONSOLIDES Préambule I. Faits marquants Page 6 II. Principes comptables, méthodes d'évaluation et modalités de consolidation II.1. Principes et conventions générales Page 6 II.2.

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE

HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE PREMIER MINISTRE HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE Avis du HCVA relatif au régime fiscal applicable aux opérations de fusion, scission, apport partiel d actifs entre associations et organismes assimilés

Plus en détail

1. CHAMP D APPLICATION

1. CHAMP D APPLICATION Avis n 2010-02 du 30 juin 2010 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables corrections d erreurs dans les établissements publics nationaux relevant des instructions

Plus en détail

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Question 1 : Il s agit de la réalisation simultanée de deux projets, l un de renouvellement et l autre

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 E-6-01 N 69 du 10 AVRIL 2001 5 F.P. / 37 E 4211 INSTRUCTION DU 30 MARS 2001 BENEFICES AGRICOLES. LIQUIDATION ET MODALITES D IMPOSITION. DEDUCTION

Plus en détail

INITIATION AUX IMPOTS DIFFERES

INITIATION AUX IMPOTS DIFFERES INITIATION AUX IMPOTS DIFFERES Si les impôts différés constituent une notion comptable familière dans l environnement anglo-saxon, ils sont encore souvent perçus en France comme un sujet très technique,

Plus en détail

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 février 2011-9h30 «Rappel des principales mesures de la réforme de 2010 Préparation du rapport sur les transferts de compensation démographique»

Plus en détail

A U D I K A G R O U P E

A U D I K A G R O U P E Page 1 sur 8 A U D I K A G R O U P E Société anonyme au capital de 283 500 Siège social : 58 avenue Hoche 75008 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris Ordre du jour de l assemblée générale ordinaire et

Plus en détail

LES TRAVAUX D INVENTAIRE

LES TRAVAUX D INVENTAIRE LES TRAVAUX D INVENTAIRE I. Les opérations de fin d exercice Les opérations de fin d exercice ou «travaux d inventaire», réalisé s en fin d exercice comptable, ont pour objectif l élaboration des documents

Plus en détail

RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE DU 6 JUIN 2012

RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE DU 6 JUIN 2012 Société anonyme avec Conseil d Administration Au capital social de 7 097 879 Siège social : 155 avenue de la Rochelle, 79000 Niort B 025 580 143 RCS Niort RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

supérieure à 250 000 et inférieure ou égale à 500 000 pour les contribuables célibataires, veufs, séparés ou divorcés,

supérieure à 250 000 et inférieure ou égale à 500 000 pour les contribuables célibataires, veufs, séparés ou divorcés, Fiscalité des particuliers Contribution exceptionnelle sur les hauts revenus (article 2 de la loi) - Est instaurée une contribution exceptionnelle sur les hauts revenus, assise sur le revenu fiscal de

Plus en détail

Version du 21/01/2013 au 13/05/2014 comparée avec la version au 13/05/2014. Changements aux fragments de document. Le fragment Contenu a été modifié

Version du 21/01/2013 au 13/05/2014 comparée avec la version au 13/05/2014. Changements aux fragments de document. Le fragment Contenu a été modifié 1 sur 7 14/05/2014 10:43 Version du 21/01/2013 au 13/05/2014 comparée avec la version au 13/05/2014 Etat des différences Changements aux fragments de document premier Le fragment Contenu a été modifié

Plus en détail

Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif

Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif Tax accounting Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif Définition de la base fiscale des actifs et passifs Introduction L IASB a publié le 31 mars dernier

Plus en détail

Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48

Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48 Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48 Résumé de l article Les regroupements d entreprises peuvent se traduire en comptabilité par une fusion régie par le règlement

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

Sans avoir la prétention d être exhaustif, nous examinerons dans cet article, successivement :

Sans avoir la prétention d être exhaustif, nous examinerons dans cet article, successivement : Les dividendes SigmaConso Allen White Dominique Galloy La problématique de l élimination des dividendes interne en consolidation semble à priori être un sujet relativement simple. En effet, les financiers

Plus en détail

B.O.I. N 1 du 2 JANVIER 2009 [BOI 4L-1-09]

B.O.I. N 1 du 2 JANVIER 2009 [BOI 4L-1-09] B.O.I. N 1 du 2 JANVIER 2009 [BOI 4L-1-09] Références du document 4L-1-09 Date du document 02/01/09 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 4 L-1-09 N 1 du 2 JANVIER 2009 TAXES DIVERSES DUES PAR LES ENTREPRISES PRELEVEMENT

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

NC 17 Norme comptable relative au portefeuille-titres et autres opérations effectuées par les OPCVM

NC 17 Norme comptable relative au portefeuille-titres et autres opérations effectuées par les OPCVM NC 17 Norme comptable relative au portefeuille-titres et autres opérations effectuées par les OPCVM Objectif 01. La Norme Comptable NC 07 - relative aux placements définit les règles de prise en compte,

Plus en détail

BILAN SIMPLIFIÉ ACTIF { PASSIF. 1 e r E X E M P L A I R E D E S T I N É À L A D M I N I S T R A T I O N. DGFiP N 2033-A 2014 @internet-dgfip

BILAN SIMPLIFIÉ ACTIF { PASSIF. 1 e r E X E M P L A I R E D E S T I N É À L A D M I N I S T R A T I O N. DGFiP N 2033-A 2014 @internet-dgfip N 0956 6 Formulaire obligatoire (article 0 septies A bis du Code général des impôts) ➀ BILAN SIMPLIFIÉ DGFiP N 0-A 0 @internet-dgfip Désignation de l entreprise Adresse de l entreprise Numéro SIRET* Durée

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FINANCEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS

Plus en détail

4. Obligations déclaratives et comptabilisation du CICE

4. Obligations déclaratives et comptabilisation du CICE QUESTION- DU 14 FÉVRIER 2013 4. Obligations déclaratives et comptabilisation du CICE Quelles sont les modalités déclaratives du CICE auprès de l administration fiscale? Ces modalités doivent être précisées

Plus en détail

Circulaire relative aux fonds propres des établissements de crédit

Circulaire relative aux fonds propres des établissements de crédit BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur CN 24/G/2006 04 décembre 2006 Circulaire relative aux fonds propres des établissements de crédit Le gouverneur de Bank Al-Maghrib ; vu la loi n 34-03 relative aux établissements

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 PARIS, le 05/09/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 OBJET : Dispositif de report partiel des cotisations patronales pour les PME

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

Partie 2.1 Principes généraux d imposition des résultats

Partie 2.1 Principes généraux d imposition des résultats Le résultat fiscal peut être imposé de deux manières : Partie 2.1 Principes généraux d imposition des résultats soit au titre de l impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux,

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

LA NEUTRALISATION DANS LES COMPTES INDIVIDUELS DES INCIDENCES FISCALES DES DÉPRÉCIATIONS COMPTABLES

LA NEUTRALISATION DANS LES COMPTES INDIVIDUELS DES INCIDENCES FISCALES DES DÉPRÉCIATIONS COMPTABLES LA NEUTRALISATION DANS LES COMPTES INDIVIDUELS DES INCIDENCES FISCALES DES DÉPRÉCIATIONS COMPTABLES tions peuvent être synthétisées par le schéma suivant : Etape 1 : Identification d une perte de valeur

Plus en détail

AMORTISSEMENT ET DEPRECIATION D IMMOBILISATIONS Règlement du CRC applicable à partir de 2005

AMORTISSEMENT ET DEPRECIATION D IMMOBILISATIONS Règlement du CRC applicable à partir de 2005 AMORTISSEMENT ET DEPRECIATION D IMMOBILISATIONS Règlement du CRC applicable à partir de 2005 Amortissement et dépréciation d immobilisations 2 S O M M A I R E PAGES Le règlement 2002-10 du CRC 3 Les actifs

Plus en détail

DCG session 2011 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 : TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET CONTROLE FISCAL

DCG session 2011 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 : TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET CONTROLE FISCAL DCG session 2011 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 : TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET CONTROLE FISCAL 1. Quelles sont les composantes et la valeur des coefficients de déduction applicables : -

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE La fiscalité simplifiée des valeurs mobilières Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre

Plus en détail

La Fiscalité de l Épargne Salariale

La Fiscalité de l Épargne Salariale FISCALITÉ La Fiscalité de l Épargne Salariale Le cadre fiscal et social pour l entreprise A - Les versements dans les dispositifs Pour l entreprise Nature du versement Charges sociales et taxes patronales

Plus en détail

D.E.S.C.F - UV 1 - Module 8 Consolidation dans les groupes de sociétés. Corrigé - Cas IG/IP/MEE

D.E.S.C.F - UV 1 - Module 8 Consolidation dans les groupes de sociétés. Corrigé - Cas IG/IP/MEE D.E.S.C.F UV 1 Module 8 Cas IG/IP/MEE Corrigé D.E.S.C.F UV 1 Module 8 Consolidation dans les groupes de sociétés Corrigé Cas IG/IP/MEE HYPOTHESE N 1 : FILIALE EN INTEGRATION GLOBALE 6 étapes sont à distinguer

Plus en détail

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-INT-CVB-USA-10-20-40-20120912 DGFIP INT - Convention fiscale entre la France

Plus en détail

En particulier, le montant des frais de personnel est nettement plus important : 2 788 F/habitant en 1998, contre 1 396 F pour la moyenne nationale.

En particulier, le montant des frais de personnel est nettement plus important : 2 788 F/habitant en 1998, contre 1 396 F pour la moyenne nationale. COMMUNE D'EYMOUTIERS EXAMEN DE LA GESTION OBSERVATIONS DEFINITIVES 1 - Situation financière : Le montant du budget de fonctionnement (environ 17 millions de francs) est atypique par rapport aux communes

Plus en détail

TRAITEMENT FISCAL DES FRAIS D ACQUISITION

TRAITEMENT FISCAL DES FRAIS D ACQUISITION TRAITEMENT FISCAL DES FRAIS D ACQUISITION DES TITRES DE PARTICIPATION POUR LES SOCIETES SOUMISES A L IMPOT SUR LES SOCIETES Source : Infodoc-experts 2 ème trimestre 2008 www.oec-paris.fr Suite à la réforme

Plus en détail