LE RÔLE MÉDIATEUR DE LA DIFFÉRENCIATION DANS LA RELATION ENVIRONNEMENT STRATÉGIE COÛT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE RÔLE MÉDIATEUR DE LA DIFFÉRENCIATION DANS LA RELATION ENVIRONNEMENT STRATÉGIE COÛT"

Transcription

1 LE RÔLE MÉDIATEUR DE LA DIFFÉRENCIATION DANS LA RELATION ENVIRONNEMENT STRATÉGIE COÛT Chebbi Imen Dr.Assistante contractuelleà la FSEG Nabeul/ Tunisie RÉSUMÉ : Dans le domaine du management stratégique, l étude de la relation entre l environnement et les choix stratégiques est un thème qui reste toujours d actualité. Notre travail consiste à étudier l effet médiateur de la stratégie de différenciation dans la relation Environnement- Stratégie Coût. A cette fin, nous avons construit un modèle et nous l avons testé empiriquement auprès de 226 PME tunisiennes de 10 à 250 salariés. La méthodologie de recherche adoptée permet de mesurer au moyensde la méthode ML suivie d une procédure Bootstrap, constitués du logiciel AMOS de modélisation par les équations structurelles l'ensemble des relations entre les variables du modèle : l environnement et les choix stratégiques. Nous avons abouti à un résultat où la stratégie différentielle joue un rôle de médiation partielle dans la relation Environnement MOTS CLÉS : Environnement, Stratégie coût, Différenciation,Equations structurelles, Méthode de régression, Bootstrap. THE MEDIATING ROLE OF DIFFERENTIA- TION IN THE RELATIONSHIP ENVIRON- MENT-COST STRATEGY ABSTRACT In the field of strategic management, the study of the relationship between the environment and the strategic choices is a theme that is still relevant. Our work consists in investigate the mediating effect of the differentiation strategy in the relationship Environment-Cost strategy. To this end, we built a model and we have empirically tested with 226 Tunisian SMEs from 10 to 250 employees. The research methodology adopted to measure the average of the ML method followed by a bootstrap procedure, consisting of modeling by AMOS structural equation all the relations between the variables in the model: the environment and strategic choices. We show that the differential strategy plays a partial role of mediation in the relationship EnvironmentCost Strategy. KEYWORDS: Environment, Strategy cost, Differentiation, Structural equations, regression method, Bootstrap. 1. INTRODUCTION La littérature managériale s est largement intéressé à l étude du rôle joué par l environnement (Burns et Stalker ; 1961 ; Lawrence et Lorsch, 1967) dans l explication des choix stratégiques. Plusieurs études antérieures (Miles et Snow, 1978 ; Dess et Beard, 1984 ; Miller, 1988) suggèrent que la stratégie est associée aux changements vécus par l environnement.pour Benjamin (1974), «La stratégie, c est la tentative d adaptation de la firme à son environnement». D après Burns et Stalker (1961), l environnement incertain nécessite la différenciation (Lawrence et Lorsch, 1967). L approche déterministeconsidère que l entreprise est menacée par des forces structurelles (menaces d entrants potentiels, produits de substitution, pouvoir des de marché des acheteurs, etc.)permettant de réduire le nombrede choix stratégiques en trois stratégies : la domination par les coûts, la différenciation et la spécialisation (Porter, 1980 ; Santini, 1982).Quant au tenants de l approche volontariste (Miles et Snow, 1978), l environnement est un facteur explicatif des choix stratégiques, il impose des risques et offre des opportunités et l entreprise peut modifier l environnement à son avantage. Dans la même perspective, Miller (1988) souligne que les préférences des clients provoquent de nouveaux comportements concurrentiels. Empiriquement, ces recherches semblent peu éloquentes et divergentes dans l opérationnalisation des variables environnementales et stratégiques. De plus, théoriquement différents auteurs soulignent que l environnement est un phénomène flou et indéfini tant sur le plan des liens eux-mêmes que sur le plan de la définition des variables (Gueguen, 2004). Notre objectif consiste à tirer les possibilités d une pratique managériale pour les PME en vue de consolider leurs avantages compétitifset tenter des nouvelles voies de compétitivité. Pour se faire, la présente recherche s articule autour de trois sections. La première vise à présenter une 226

2 revue de la littérature, les hypothèses de recherche et le modèle conceptuel. Quant à la seconde, elle est consacrée au cadre méthodologique de la recherche. Enfin, la troisième porte sur la démarche d analyse statistique, ses résultats et la conclusion. 2. LES DIMENSIONS CARACTÉRISTIQUES DE L ENVIRONNEMENT Nombreuses recherches se sont intéressées à l étude de l environnement (Duncan, 1972; Sutcliffe et Huber, 1998, Dess et Davis, 1984; Gotteland et Boulé, 2010 ; Nwachukwu et Tsalikis, 2011). Ces chercheurs ont utilisé diverses caractéristiques environnementales telles que : la turbulence, la complexité, l incertitude et le dynamisme. Selon Gueguen (2001), la turbulence est l imprévisibilité perçue du changement environnemental qui touche forcément le système de gestion de l organisation et se distingue des autres facettes de l environnement par ses effets menaçants (Gueguen, 1999). Dess et Beard(1984) ont relevé trois caractéristiques de l environnement qui sont : la munificence, la complexité et le dynamisme. La munificence de l environnement est l abondance de la demande et des ressources nécessaires à la nouvelle entreprise (Castrogiovanni, 1996). En nous référant aux travaux antérieurs, nous constatons qu il y a un consensus autour du caractère dynamique de l environnement, synonyme d imprévisibilité, de changements et de mouvementset que la plupart des études définissent le taux de complexité de l environnement par rapport au degré hétérogénéité de ses constituants (Gotteland et Boulé, 2010). 3. LES DIMENSIONS CARACTÉRISTIQUES DES STRATÉGIES COMPÉTITIVES Lethème des stratégies compétitives a été popularisé par Porter (1980). Le souci majeur des entreprises est la recherche de la meilleure performance dans un environnement de plus en plus compétitif. Selon Porter (2003), l avantage compétitif se traduit par la stratégie de domination par les coûts et la différenciation. Au terme d une revue de la littérature, nous considérons comme d autres chercheurs (Campbell- Hunt, 2000 ; Poisson et al, 2005 ; Jaoua, 2005),que la stratégie compétitive a une double dimension : la stratégie coût et la stratégie de différenciation. La stratégie coût désigne la capacité à produire avec des coûts faibles. Elle consiste à consacrer beaucoup d efforts pour maîtriser les coûts et vendre les produits à des prix plus bas (Frits et Arjen, 2007). La stratégie de différenciation est la capacité d offrir des produits différenciés de ceux des concurrents. Ceci est possible à condition quel entreprise offre des produits de valeur pour la clientèle, et que cette valeur ne peut pas être produite par la concurrence (Hans, 1998). 4. L ENVIRONNEMENT ET LES STRATÉGIES COMPÉTITIVES Dans les recherches antérieures, il y a énormément de travaux qui ont associé le concept destratégie compétitiveau changement de l environnement (Miller et Friesen, 1983; Miller 1988 ; Keats et Hitt, 1988; Miles et al, 2000; Ward et Duray, 2000; Frits et Arjen, 2007 et Rocha, 2012). Rocha (2012) constate que plus l environnement est complexe, plus les PME sont productives et compétitives. Jansen et al (2006) montrent par ailleurs, que l innovation d exploration est adoptée dans un environnement dynamique alors que dans un environnement concurrentiel, l innovation d exploitation est plus efficace. Sur la base des argumentset des résultats que nous venons de présenter, nous nous proposons comme problématique de tester le rôle médiateur de la stratégie de différenciation dans la relation qui lie l environnementetla stratégie coût.nous avançons ainsi les deux hypothèses suivantes : H1 : La stratégie de différenciation constitue une variable médiatrice dela relation entre l environnement dynamique et la stratégie coût. H2 : La stratégie de différenciation constitue une variable médiatrice dela relation entre l environnement complexe et stratégie coût. Notre modèle conceptuel est présenté dans la figure n 1 suivante : Stratégie de Différenciation Environnement Environnement complexe Environnement dynamique 227 Stratégie Coût

3 5. LA MÉTHODOLOGIE Notre objectif consiste à valider la relation entre les variables du modèle, à proposer les voies managériales aux PME compétitives et à bien choisir la stratégie la plus adéquate dans un environnement incertain. Nous commencerons par présenter les variables de notre modèle et les échelles de mesure y afférentes, l échantillon support de notre étude, ainsi que les méthodes de traitement statistique et les résultats. 5.1 Les échelles de mesure Les variables de notre recherche sont l environnement et les stratégies compétitives. L environnement est une variable bi-dimensionnelle: le dynamisme Figure 1: Le modèle conceptuel (ENVDYN) et la complexité (ENVCOMP). La dimension «environnement dynamique» indique l apparition de changements dans le temps des facteurs constitutifs de l environnement (Dess et Beard, 1984). L échelle de mesure que nous avons adoptée est inspirée de celle Miller et Friesen (1982), utilisée déjà par Miles et al (2000) et Gueguen (2004). Quant à la dimension «environnement complexe», elle désigne le degré d hétérogénéité des composantes environnementales prises en considération dans la prise de décision. Pour cerner la dimension «environnement complexe», nous avons utilisé l échelle de Sutcliffe et Huber (1998), adaptée de celle de Dess et Beard (1984). Les interviewés sont interrogés sur la perception du dynamisme et de la complexité de leur environnement avec les huit questions qui suivent: Tableau 1 : Items de la variable Environnement ENV1 ENV2 ENV3 ENV4 ENV5 ENV6 ENV7 ENV8 Votre entreprise produit de différents biens /services Votre entreprise interagit avec un grand nombre de partenaires La demande et les goûts des consommateurs sont assez difficiles à prévoir L'environnement externe de votre entreprise est difficile à comprendre Les actions des concurrents sont assez difficiles à prévoir Le taux auquel les produits / services deviennent obsolètes dans l'industrie est rapide Votre entreprise change souvent ses pratiques de commercialisation La technologie de production / service estsoumise à beaucoup de changements Pour cerner la variable «stratégie compétitive», nous avons pris en compte les deux stratégies les plus utilisées dans les études empiriques (Leitner et Gûldenberg, 2010) et qui sont : la domination par les coûts (STCOUT) et la différenciation (STDIFF). En effet, La stratégie coût désigne la capacité de produire avec des coûts plus faibles que la concurrence et la Tableau 1 : Items de la variable Stratégies Compétitives différenciation est la capacité de l entreprise à offrir un produit différencié de celui des concurrents. L échelle de mesure retenue est adaptée des travaux de Poisson et al (2005) et Cueille et Benavent (2003). Le tableau ci-dessous présente les items de la variable «Stratégie Compétitive». STR1 STR2 STR3 STR4 STR5 STR6 STR7 Construction et maintien d une image de marque Innovation dans les méthodes et techniques de mise en marché Introduction fréquente de nouveaux produits ou d innovations majeures Offre de produits/services comportant plusieurs caractéristiques,se démarquant de celles des concurrents Fixation très compétitive des prix Focalisation sur l efficacité des opérations et le contrôle des coûts en général Réduction des coûts de production des biens ou des services 228

4 STR8 STR9 Proceedings of International Conference on Management Finance Economics Amélioration et innovation des procédés de production La focalisation sur des zones géographiques particulières STR10 La focalisation sur des segments de clientèle particuliers Tous les items sont mesurés sur des échelles de Likert 5.3 La fiabilité en 5 points, allant de «Pas du tout d accord» à «Tout à fait d accord». 5.2 L échantillonnage et les méthodes de traitement des données Pour mener à bien notre recherche et tester nos hypothèses, nous avons procédé au volet empirique en nous basant sur l'approche quantitative en menant une enquête par questionnaire que nous avons administré à un échantillon de 250 PME tunisiennes. Pour des raisons de facilité logistique et de coûts, nous avons sélectionné au hasard, des entreprises du grand Tunis et du gouvernorat de Nabeul, et ce à partir du fichier en ligne (source : Notre façon de procéder garantitla nature aléatoire de notre échantillon ainsi que l indépendance des observations. Nous n avons en définitive retenu que 226 questionnaires exploitables. Les variables de notre modèle étant des construits théoriques, elles sont de par leur nature, des variables latentes dont le traitement est plus approprié par les modèles des équations structurelles (Roussel et al., 2002). L analyse de l effet médiateur de la stratégie de différentiation sera également menée dans le cadre des modèles des équations structurelles. En effet, les méthodes d analyse des variables intermédiaires (modératrices ou médiatrices) ont connu un développement considérable au cours de ces dernières années. Ces méthodes d analyse se sont surtout développées grâce aux méthodes des équations structurelles (Schumacker, 2002; Shrout et Bolger, 2002). La démarche d analyse statistique et ses résultats Nous présentons dans ce qui suit, et dans un premier temps, les résultats obtenus suite à l analyse de la fiabilité des échelles que nous avons retenues. Cette analyse permet de purifier chaque dimension. Les résultats de l analyse confirmatoire du modèle de mesure seront abordés dans un second temps. L analyse de l effet médiateur de la stratégie de différentiation dans la relation environnement stratégie coût, sera ensuite développée. 229 Afin de nous assurer de la fiabilité de chaque construit, nous avons calculé l alpha de Cronbach pour chacune de ces dimensions, et avons de demandé de reporter, pour chaque item, la valeur de cet indice si l item est supprimé. Les résultats de cette procédure sont consignés dans le tableau suivant : Nous voyons ainsi, que les items ENV1 et STRAT5 ont été supprimés, pour améliorer la fiabilité. En définitive, les quatre construits jouissent d une excellente fiabilité. Les items retenus au terme de cette première analyse ont été par la suite soumis à une analyse confirmatoire à l aide des méthodes des équations structurelles, conduites sous le logiciel AMOS. 5.4 L analyse confirmatoire La méthode d estimation et ses résultats Nous avons testé l ensemble du modèle de mesure, en incluant les quatre variables de notre modèle de recherche. Nous avons conduit cette analyse en estimant les paramètres du modèle avec la méthode ML, qui rappelons-le est assez robuste, dès lors que la taille de l échantillon est élevée. Plusieurs chercheurs se sont intéressés à la détermination d une règle d or à appliquer dans toute circonstance, mais en vain (Muthe et Muthen ; 2002). Toutefois, lorsque la taille de l échantillon n est pas assez élevée et que les distributions des variables observées ne sont pas gaussiennes, il est recommandé de mettre en œuvre une procédurebootstrap. Or, il existe deux formes de bootstrap qui n ont pas la même finalité. La première forme dite naive, permet de générer des estimations empiriques des écarts-type des estimateurs, dès lors que les distributions théoriques sont inconnues. Elle est ainsi, appropriée pour se prononcer sur la significativité des paramètres estimés. La seconde forme est le bootstrap de Bollen- Stine. Ce dernier permet le calcul d une valeur corrigée de la probabilité associée à la statistique du Chi-deux (p-value). Cette procédure est pertinente lorsqu on s intéresse à l évaluation globale de l ajustement d un modèle. Pour notre part, nous ferons appel aux deux formes et ce, aussi bien pour le modèle de mesure, que pour

5 ceux de la vérification du rôle médiateur de la variable stratégie de différentiation. Au terme de la première étape, la purification des échelles se poursuit en supprimant les items dont les corrélations avec d autres items enregistrent des résidus standardisés élevés. Les indices d ajustement du modèle de mesure qui s ajuste le mieux à nos données sont présentés dans le tableau suivant : Nous n avons reporté les indices GFI et AGFI, du fait de leur grande sensibilité à la multicolinéarité et l écart parrapport à la normalité des distributions des variables observées. Tous les indices obéissent aux normes établies et la probabilité (0.112) est supérieure au seuil critique de Quant à la probabilité corrigée de Bollen-stine, elle est égale à Par ailleurs, les bornes inférieures des intervalles de confiance à 95%, de tous les paramètres libres du modèle sont strictement positives (annexe 2). Ces derniers sont donc tous significatifs. En conclusion, notre modèle de mesure jouit d excellentes propriétés. Il nous reste cependant à vérifier la fiabilité, la validité convergente et la validité discriminante de chaque dimension Fiabilité et validités Nous avons calculé le Rhô de fiabilité de Jöreskog ( F ) ainsi que le Rhô de validité convergente ( VC ) pour chaque dimension, et avons consigné leur valeur dans le tableau 5. Les quatre dimensions ont des indices de fiabilité satisfaisants. Pour ce qui est de la validité convergente, on constate qu elleest aussi satisfaisante. Pour vérifier la validité discriminante, nous rappelons qu il convient que la racine carrée des indices de validité convergente d un facteur doit être supérieure aux corrélations avec les autres construits. Les critères de fiabilité, de validité convergente et de validité discriminante sont hautement satisfaisants et ce, pour chacune des quatre variables latentes du modèle de mesure théorique. Ceci nous autorise à retenir le modèle de mesure avec deux variables bidimensionnelles: l environnement complexe et l environnement dynamique d une part et la stratégie différentielle et la stratégie coût d autre part. Après avoir vérifié que notre modèle de mesure est acceptable, nous passons au test des hypothèses H1 et 230 H2, qui stipulent que la stratégie différentielle est un médiateur des relations qui lient les deux dimensions de l environnement et la stratégie coût. 6. LE TEST DE MÉDIATION Afin de tester les hypothèses H1 et H2, on applique les trois étapes du modèle de Baron et Kenny (1986). Tester la relation entre la variable endogène Stratégie coût et les variables exogènes environnement complexe et environnement dynamique ENVCOMP Tester la relation entre la variable médiatrice Stratégie différentielle et les variables exogènes environnement complexe et environnement dynamique Modèle M2 : ST ENVCOMP Tester la relation entre d une part la variable endogène Stratégie coût et d autre part les variables exogènes et la variable médiatrice Stratégie différentielle. Modèle M3 : STCOUT = β 6 + β 7 ENVDYN + β 8 ENVCOMP + β 9 STDIFF + Ԑ 3 Pour conclure à un effet médiateur de la variable «Stratégie de différenciation» dans la relation environnement dynamique stratégie coût et environnement complexe stratégie coût, il faut que: Les variables exogènes aient un effet significatif 2). Les variables exogènes aient un effet significatif 5). La variable médiatrice ait un effet significatif sur la 9). Dans le cas oùβ 7 et β 8 sont significatifs, la médiation est dite partielle. Dans le cas contraire, la médiation est complète. Nous présentons ci-dessous, les résultats des estimations de chaque modèle, ainsi que les intervalles de confiance (IC) à 95%, de chaque 1 4

6 estimateur. Les estimations sont obtenues par la méthode ML, assortie d une procédure Bootstrap. 6.1 Les résultats du modèle M1 Estimateurs IC β 1 (ENVCOMP) [ ] β 2 (ENVDYN) [ ] Les deux dimensions de l environnement ont un impact positif et significatif sur la stratégie coût. L ajustement du modèle est par ailleurs, excellent comme en témoignent les indices du tableau 7. Tableau 7 : Les indices d ajustement du modèle M1 Chi2/ddl P RMSEA NFI TLI CFI SRMR Les résultats du modèle M2 L estimation du modèle M2 montre que la stratégie différentielle est positivement influencée par les deux variables exogènes de notre modèle. Estimateurs IC 4(ENVCOMP) [ ] 5(ENVDYN) [ ] En outre, les indices d ajustement enregistrés sont plus que satisfaisants. Tableau 8 : Les indices d ajustement du modèle M2 Chi2/ddl P RMSEA NFI TLI CFI SRMR Les résultats du modèle M3 Les résultats de l estimation du modèle M3 figurent dans le tableau 9. Tableau 9 : Les résultats de l estimation du modèle M3 Estimateurs IC (95%) (ENVCOMP) [ ] 8 (ENVDYN) [ ] 9 (STDIFF) [ ] D après ces résultats, la variable stratégie de différenciation influence positivement la stratégie coût. Cet impact est significatif et révèle le rôle médiateur de la stratégie différentielle, dans les relations environnement complexe stratégie coût d une part, et dans la relation environnement dynamique 7 et 8 sont tous les deux significatifs, la double médiation n est que partielle. Avant de nous prononcer sur la vérification des hypothèses H1 et H2, il convient de mettre en œuvre le test de Sobel, qui nous permet de tester la significativité de l effet médiateur de la stratégie différentielle. La statistique Z du test de Sobel a été calculée pour la dimension environnement complexe et la dimension environnement dynamique. Les valeurs obtenues sont respectivement de 2.42 et Ces valeurs indiquent que les deux effets de médiation sont significatifs. Ainsi, la stratégie différentielle joue un rôle de médiation dans les relations qui lient la stratégie coût à l environnement complexe et à l environnement dynamique. Les deux hypothèses H1 et H2 sont dès lors vérifiées. Ces résultats confirment ceux de Shaohan et Zhilin (2014). Ainsi, l équation (2) montre un effet positif de l environnement complexe sur la stratégie de différenciation, ce résultat confirme celui de Rocha (2012) et Miller et Friesen (1983). De même, l effet de l environnement dynamique est positif (Miller, 1988). 231 Concernant les résultats des estimations de l équation (3), on trouve que l effet de la différenciation sur la stratégie coût est positif, ce résultat corrobore et

7 prolonge celui de Ward et Duray (2000). Il semble que la stratégie de différenciation basée sur la segmentation du marché est un moyen permettant de défendre une position de domination par les coûts (Hill, 1988). Les résultats de notre travail montrent que la différenciation médiatise les effets de la complexité et du dynamisme caractéristiques de l environnement sur la stratégie coût. Ils indiquent que les stratégies compétitives pratiquées par les PME sont influencées par le dynamisme et la complexité de l environnement. Nos résultats prolongent les apports empiriques existant, en renforçant l idée de l effet positif entre l environnement incertain et les stratégies compétitives (Bastian et Muchlish, 2012) et de l impactsignificatif et positif de l environnement dynamique sur la stratégie de différenciation (ward et Duray, 2000), d une part et d autre part sur la stratégie coût (Shaohan et Zhilin, 2014). Également, ils enrichissent les recherches antérieures en testant l effet d un construit multidimensionnel (environnement) alors que de nombreuses recherches se sont intéressées à tester l impact d une seule dimension environnementale en négligeant d autres dimensions. CONCLUSION En se situant dans l approche stratégiqueet celle de contingence, notre étude vise à éclairer la compréhension des liens entreles dimensions relatives à l environnement, la stratégie coût et la différenciation. Devant les résultats divergents obtenus par les études antérieures, notre souhait est de mieux comprendre la relation entre ces trois variables. Empiriquement, nous nous basons sur la méthode des équations structurelles permettant de mettre en relief divers résultatssignificatifs. Tout d abord, l environnement des PME d un pays émergent comme la Tunisie est dynamique et complexe contrairement à celui des grandes entreprises des pays développés. Autrement, les PME trouvent des difficultés à suivre l évolution des facteurs constitutifs de l environnement (partenaires, produits, méthodes de commercialisation, technologies) et à augurer les comportements des entreprises concurrentes, ainsi queceux des consommateurs, ceux-ci peut être expliqué par l insuffisance des ressources financières, le manque des compétences et des moyens, de leur petites taille ou encore de leur structure familiale. De plus, nos résultats démontrent clairement l effet positif de 232 l environnement avec ses doubles dimensions d une part sur la stratégie coût et d autre part, sur la stratégie de différenciation.ainsi, les deux modèles présentés soulignent le rôle médiateur de la différenciation dans la relation entre l environnement des PME tunisiennes et la stratégie coût. Les résultats de cette recherche contribuent à conforter la prise en compte de la variable différenciation dans l étude de la relation entre l environnement et la stratégie coût et améliorer la compréhension de la position de domination par les coûts via la différenciation.ils permettent de confirmerla théorie de contingence selon laquelle un choix stratégique est déterminé par l environnement. D après cette étude, la différenciation médiatise la relation entre la variable environnementale et la stratégie de domination par les coûts. Pour faire face à un environnement changeant et incertain, les PME peuvent réduire la structure de leurs coûts en jouant sur la différenciation de leurs produits et par conséquent, elles peuvent créerune valeur différentielle par rapport aux concurrents. Au niveau managérial, les résultats de cette recherche pourraient encourager les dirigeants des PME à tenir compte de l importance du rôle joué par la différenciation lors de l adoption de stratégie coût pour faire face à l incertitude de l environnement. La différenciation est un choix stratégique permettant de renforcer la réussite d une stratégie compétitive et de créerune valeur différentielle par rapport aux entreprises concurrentes. BIBLIOGRAPHIE [1] Burns T.E, and G.M. Stalker (1961), The management of innovation, London, Tavistock. [2] Benjamin, S. (1974), L environnement de l entreprise: vers une théorie de la décision contingente, Management International Review, 14 (1), [3] Benhamou, S., et Garrec, G.L. (2005), «Organisation de l entreprise et complexité de l environnement : une estimation sur données françaises», Document de travail, (14), [4] Bastian, E. and Muchlish, M. (2012), Perceived environment uncertainty, business strategy, performance measurement systems and organizational performance, International Congress on Interdisciplinary Business and Social Science, 65,

8 [5] Bagozzi R.P, Yi Y. (2012), Specification, evaluation, and interpretation of structural equation models, Journal of the Academic Marketing Science, 40, [6] Baron R.M. et Kenny D.A. (1986), The Moderator-Mediator Variable Distinction insocial psychological Research: Conceptual, Strategic, and Statistical Considerations,Journal of Personality and Social Psychology, 51, 6, pp [7] Bollen, K.A. and Stine, R.A. (1992). Bootstrapping goodness-of-fit measures in structural equation models. Sociological Methods and Research, 21, [8] Castrogiovanni, G.J. (1996), Pre-Startup Planning and the Survival of New Small Businesses: Theoretical Linkages, Journal of Management, 22 (6), [9] Campbell-Hunt, C. (2000), What have we learned about generic competitive strategy?, A meta-analysis, Strategic Management Journal, 21, [10] Cueille, S. Yami, S. et Benavent C. (2003), «Stratégies génériques : test de trois modèles descriptifs et perspectives théoriques, 12 ème Conférence de l AIMS, Les côtes de Carthage, [11] Dess, G.G. and Davis, P.S. (1984), Porter s (1980) Generic strategies as determinants of strategic group membership and organizational performance, The Academy of Management Journal, 27 (3), [12] Duncan, R.B. (1972), Characteristics of organizational environments and environmental uncertainty, Administrative Science Quarterly, 17 (), [13] Fornell C., Larcker D.F. (1981), Evaluating structural equations models with unobservable variables and measurement error, Journal of Marketing Research, n 18, pp [14] Frits, H.W. and Arjen, V.W. (2007), SMEs locus of control and competitive strategies: The moderating effect of environmental dynamism, Journal of Economics Psychology,28 (5), [15] Gotteland D. et Boulé, J.-M, (2010), Des grandes inventions aux nouvelles méthodes 233 d innovation : quoi de neuf depuis la Paléolithique?, Décisions Marketing, 59, [16] Gueguen, G. (2001), Environnement et Management Stratégique des PME: Le cas du secteur internet, Thèse de doctorat en Sciences de Gestion, 589 pages. [17] Gueguen, G. (1999), Types de turbulences environnementales et adaptations stratégiques, Montpellier, [18] Gueguen, G. (2004), «TPE et contrainte de l environnement», Réalités de la TPE au XXIème siècle, 7 ème CIFEPME-Montpellier , [19] Jaoua, A. (2005), La double-domination: une nouvelle approche d un avantage concurrentiel», Revue internationale sur le travail et la société, 3 (2), [20] Hans, M.(1998), Différenciation stratégique, Décisions marketing, (14), [21] Hill, C.W.L. (1988), Differentiation versus low cost or Differentiation and low cost: A contingency framework, The Academy of Management Review, 13 (3), [22] Jansen, J.J.P., Van Den Bosch, F.A.J. and Volberda, H.W. (2006), Exploratory innovation, exploitative innovation, and performance: Effects of organizational antecedents and environmental moderators, Management Science, 52 (11), [23] Jöreskog K.G. Yang F. (1996), Nonlinear Structural Equation Models : The Kenny and Judd Model with Interaction Effects, G.A. Marcoulides, R.E. Schumacker, (Eds.), Advances in Structural Equation Modeling Techniques, Hillsdale, NJ: LEA, pp [24] Jöreskog, K. and Sörbom, D. (1996), LISREL 8: User s Reference Guide, Chicago, Scientific Software International Inc. [25] Keats, B.W., Hitt, M.A., (1988), A causal model of linkages among environmental dimensions, macro-organizational characteristics and performance, Academy of Management Journal, 31 (3), [26] Kim, L., Lim, Y., (1988), Environment, generic strategies, and performance in a rapidly developing location: a taxonomic approach,

Marc ROBERT. Courriel : Fonction : Professeur Associé. Biographie

Marc ROBERT. Courriel : Fonction : Professeur Associé. Biographie Courriel : Fonction : Professeur Associé Marc ROBERT Biographie Marc ROBERT, docteur en Economie, est professeur assistant au Groupe Sup de Co Montpellier Business School où il est responsable du département

Plus en détail

La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique

La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique Résumé : L offre de logiciels intégrés auprès des petites entreprises s accroit. Cependant, l acquisition d un

Plus en détail

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1.

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1. Management Stratégique Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1 Plan du Module 3 Chap.3- Les modèles fondés sur la structure des marchés

Plus en détail

Économétrie, causalité et analyse des politiques

Économétrie, causalité et analyse des politiques Économétrie, causalité et analyse des politiques Jean-Marie Dufour Université de Montréal October 2006 This work was supported by the Canada Research Chair Program (Chair in Econometrics, Université de

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

Les comportements orientés vers le marché au cœur de l équation stratégique de l entreprise

Les comportements orientés vers le marché au cœur de l équation stratégique de l entreprise Ibtissam ABARAR Enseignant-chercheur ESCA Ecole de Management Jean-François TRINQUECOSTE Professeur des Universités IAE de Bordeaux Les comportements orientés vers le marché au cœur de l équation stratégique

Plus en détail

UQÀM UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ÉCOLE DES SCIENCES DE LA GESTION DOCTORAT CONJOINT EN ADMINISTRATION MÉTHODES DE RECHERCHE EN GESTION ADM 9201

UQÀM UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ÉCOLE DES SCIENCES DE LA GESTION DOCTORAT CONJOINT EN ADMINISTRATION MÉTHODES DE RECHERCHE EN GESTION ADM 9201 UQÀM UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ÉCOLE DES SCIENCES DE LA GESTION DOCTORAT CONJOINT EN ADMINISTRATION MÉTHODES DE RECHERCHE EN GESTION ADM 9201 Plan de cours Cataldo Zuccaro, MBA, Ph.D. Département

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

Aurélie Merle Professeur associé, Grenoble École de Management Chercheur associé au CEROG et à Coactis (EA 41 61) aurelie.merle@iae-aix.

Aurélie Merle Professeur associé, Grenoble École de Management Chercheur associé au CEROG et à Coactis (EA 41 61) aurelie.merle@iae-aix. LA VALEUR PERCUE DE LA CUSTOMISATION DE MASSE : PROPOSITION ET TEST D UN MODELE CONCEPTUEL INTEGRATEUR Aurélie Merle Professeur associé, Grenoble École de Management Chercheur associé au CEROG et à Coactis

Plus en détail

LE PROCESSUS DE RECONNAISSANCE D'OPPORTUNITES : CAS DES ENTREPRENEURS OPERANT DANS LE SECTEUR DES TIC EN TUNISIE

LE PROCESSUS DE RECONNAISSANCE D'OPPORTUNITES : CAS DES ENTREPRENEURS OPERANT DANS LE SECTEUR DES TIC EN TUNISIE LE PROCESSUS DE RECONNAISSANCE D'OPPORTUNITES : CAS DES ENTREPRENEURS OPERANT DANS LE SECTEUR DES TIC EN TUNISIE Samia KAROUI ZOUAOUI Professeur en management Université de TUNIS EL MANAR FSEG de Tunis

Plus en détail

Frank LASCK. Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur. Biographie

Frank LASCK. Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur. Biographie Frank LASCK Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur Biographie Frank Lasch, professeur en entrepreneuriat, a rejoint le Groupe Sup de Co Montpellier Business School en septembre 2003

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des entreprises du secteur agroalimentaire tunisien

Le mode de fonctionnement des entreprises du secteur agroalimentaire tunisien Le mode de fonctionnement des entreprises du secteur agroalimentaire tunisien Selma Zone Fekih Ahmed Assistante à l ENIM Monastir, Tunisie amidiste@yahoo.fr Résumé Cette recherche traite l'importance des

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO Auteur Baguinébié Bazongo 1 Ingénieur Statisticien Economiste Chef de l Unité de recherche à l Institut national

Plus en détail

Vers la conceptualisation de la relation Agence de Publicité Annonceur dans le contexte du webmarketing

Vers la conceptualisation de la relation Agence de Publicité Annonceur dans le contexte du webmarketing Publié par madwatch Tunis, Tunisie Octobre 2007 Vers la conceptualisation de la relation Agence de Publicité Annonceur dans le contexte du webmarketing PAR MAHA BEN AMOR DOCTORANTE EN SCIENCES DE GESTION

Plus en détail

Christophe REVELLI Associate Professor Kedge Business School christophe.revelli@kedgebs.com PROFESSIONAL +33 491 827 896

Christophe REVELLI Associate Professor Kedge Business School christophe.revelli@kedgebs.com PROFESSIONAL +33 491 827 896 Christophe REVELLI Associate Professor Kedge Business School christophe.revelli@kedgebs.com PROFESSIONAL +33 491 827 896 EDUCATION 2011 Qualification aux fonctions de Maître de Conférences en Sciences

Plus en détail

L'ANALYSE DYNAMIQUE DE RESEAUX SOCIAUX METHODE ET APPLICATION (SIENA POUR LES NULS) COMPLETS AVEC SIENA. Ainhoa de Federico de la Rúa

L'ANALYSE DYNAMIQUE DE RESEAUX SOCIAUX METHODE ET APPLICATION (SIENA POUR LES NULS) COMPLETS AVEC SIENA. Ainhoa de Federico de la Rúa L'ANALYSE DYNAMIQUE DE RESEAUX SOCIAUX COMPLETS AVEC SIENA METHODE ET APPLICATION (SIENA POUR LES NULS) Ainhoa de Federico de la Rúa Université de Toulouse II Le Mirail CERS LISST RESEAUX CAUSES OU EFFETS?

Plus en détail

Approche bayésienne des modèles à équations structurelles

Approche bayésienne des modèles à équations structurelles Manuscrit auteur, publié dans "42èmes Journées de Statistique (2010)" Approche bayésienne des modèles à équations structurelles Séverine Demeyer 1,2 & Nicolas Fischer 1 & Gilbert Saporta 2 1 LNE, Laboratoire

Plus en détail

Déterminants de l assurance dans les entreprises non financières. Approche empirique

Déterminants de l assurance dans les entreprises non financières. Approche empirique Déterminants de l assurance dans les entreprises non financières. Approche empirique Hassen RAÏS. Enseignant-Chercheur. IAE -Toulouse. CRM UMR 5303 CNRS. hassen.rais@iae-toulouse.fr - +33(0)6 33 09 16

Plus en détail

Une exploration des mécanismes formateurs de la performance de l entreprise liée à Internet

Une exploration des mécanismes formateurs de la performance de l entreprise liée à Internet Une exploration des mécanismes formateurs de la performance de l entreprise liée à Internet Yann RIVAL Maître de Conférences - Université de la Polynésie Française - GDI (*) Chercheur Associé - Université

Plus en détail

Choix stratégiques de l entreprise étendue et déploiement technologique : alignement et performance

Choix stratégiques de l entreprise étendue et déploiement technologique : alignement et performance r Résumé Ce travail propose d étudier le rôle du concept de l alignement stratégique entre la stratégie et la stratégie d entreprise en tant que déterminant de la performance organisationnelle. Cette relation

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT)

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) LAGGOUNE Radouane 1 et HADDAD Cherifa 2 1,2: Dépt. de G. Mécanique, université de Bejaia, Targa-Ouzemour

Plus en détail

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message.

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message. RÉSUMÉ Au cours des dernières années, l une des stratégies de communication marketing les plus populaires auprès des gestionnaires pour promouvoir des produits est sans contredit l utilisation du marketing

Plus en détail

ÉVALUATION DE L UTILISABILITÉ D UN SITE WEB : TESTS D UTILISABILITÉ VERSUS ÉVALUATION HEURISTIQUE

ÉVALUATION DE L UTILISABILITÉ D UN SITE WEB : TESTS D UTILISABILITÉ VERSUS ÉVALUATION HEURISTIQUE ÉVALUATION DE L UTILISABILITÉ D UN SITE WEB : TESTS D UTILISABILITÉ VERSUS ÉVALUATION HEURISTIQUE BOUTIN MARIO Centre de recherche informatique de Montréal (CRIM), 550, rue Sherbrooke Ouest, Bureau 100,

Plus en détail

ACADEMIC ACTIVITIES Date of arrival at HEC Paris: 1994. Languages: English, German, Spanish. . The role of the controller as a business partner

ACADEMIC ACTIVITIES Date of arrival at HEC Paris: 1994. Languages: English, German, Spanish. . The role of the controller as a business partner Hélène LÖNING Associate Professor Head, Accounting and Management Control Department Department: Accounting and Management Control Voice: +33 (0)1 39 67 72 63 Fax: +33 (0)1 39 67 70 86 E-mail: loning@hec.fr

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

RÉSUMÉ DE THÈSE. L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile

RÉSUMÉ DE THÈSE. L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile RÉSUMÉ DE THÈSE L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile avec des estimations de deux projets sur trois peinent à donner un résultat satisfaisant (Nelson,

Plus en détail

Achats et parties prenantes

Achats et parties prenantes La perspective de l acheteur L échange transactionnel L émergence de l approche relationnelle Sylvie Mantel-Lacoste 1 Sylvie Mantel-Lacoste 2 La notion d échange, elle a évolué au début des années 80-90

Plus en détail

L IMPACT du COMPORTEMENT ENTREPRENEURIAL sur L INTENTION de CREER une ENTREPREISE

L IMPACT du COMPORTEMENT ENTREPRENEURIAL sur L INTENTION de CREER une ENTREPREISE L IMPACT du COMPORTEMENT ENTREPRENEURIAL sur L INTENTION de CREER une ENTREPREISE Mohamed Jaouadi Faculté des sciences économiques et de gestion de Sfax Route de l aéroport km 4, Sfax, Tunisie. mojaouadi@yahoo.fr

Plus en détail

«Technologies de l informationl & management»

«Technologies de l informationl & management» e-management Cours DEA e-management DEA «e-management : concepts & méthodesm thodes» Cours «Technologies de l informationl & management» Enseignants : Henri Isaac, Robert Nickerson e-management Objectifs

Plus en détail

Proposition d une grille d évaluation de la performance des structures d accompagnement (Cas de la Tunisie)

Proposition d une grille d évaluation de la performance des structures d accompagnement (Cas de la Tunisie) nd international onference on Business, Economics, Marketing & Management Research (BEMM) vol. Proposition d une grille d évaluation de la performance des structures d accompagnement (Cas de la Tunisie)

Plus en détail

Calin GURAU. Courriel : c.gurau@montpellier-bs.com Fonction : Professeur. Biographie

Calin GURAU. Courriel : c.gurau@montpellier-bs.com Fonction : Professeur. Biographie Calin GURAU Courriel : c.gurau@montpellier-bs.com Fonction : Professeur Biographie Călin Gurau, professeur agrégé de marketing, a commencé à travailler au sein du Groupe Sup de Co Montpellier Business

Plus en détail

LA PLACE DE L INNOVATION DANS LES STRATEGIES CONCURRENTIELLES DES P.M.E. INTERNATIONALES

LA PLACE DE L INNOVATION DANS LES STRATEGIES CONCURRENTIELLES DES P.M.E. INTERNATIONALES LA PLACE DE L INNOVATION DANS LES STRATEGIES CONCURRENTIELLES DES P.M.E. INTERNATIONALES Frédéric Le Roy (1) et Olivier Torrès (2) (1) Professeur des Universités Membre du LAGON Université de Nantes, Faculté

Plus en détail

Celine BARREDY, PhD Associate Professor of Management Sciences

Celine BARREDY, PhD Associate Professor of Management Sciences Celine BARREDY, PhD Associate Professor of Management Sciences PUSG, UFR 413 35, avenue Abadie 33072 Bordeaux Cedex celine.barredy@u-bordeaux4.fr TEL +33(0)685431233 Education 2005: PhD in Management Sciences

Plus en détail

L Internet Banking : quelles valeurs pour le consommateur?

L Internet Banking : quelles valeurs pour le consommateur? L Internet Banking : quelles valeurs pour le consommateur? Saïd Ettis #1, Mohamed Haddad *2 #* Département gestion, Institut Supérieur de Gestion, Unité de Recherche en Entreprise et Décisions (UR. RED),

Plus en détail

L analyse de médiation en psychologie sociale expérimentale : une introduction non technique

L analyse de médiation en psychologie sociale expérimentale : une introduction non technique L analyse de médiation en psychologie sociale expérimentale : une introduction non technique Olivier Klein 1, Cynthie Marchal 1,2 et Nicolas Van der Linden 1 1. Université Libre de Bruxelles, < http://www.psycho-psysoc.site.ulb.ac.be/>

Plus en détail

Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base

Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base M.A. Knefati 1 & A. Oulidi 2 & P.Chauvet 1 & M. Delecroix 3 1 LUNAM Université, Université Catholique de l Ouest,

Plus en détail

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Nice, le 16 juin 2014 NOM : JA BARY E-MAIL PRENOM : HALA HALAJABARY@YAHOO.COM Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Page 1 :

Plus en détail

Cloud Computing: de la technologie à l usage final. Patrick CRASSON Oracle Thomas RULMONT WDC/CloudSphere Thibault van der Auwermeulen Expopolis

Cloud Computing: de la technologie à l usage final. Patrick CRASSON Oracle Thomas RULMONT WDC/CloudSphere Thibault van der Auwermeulen Expopolis Cloud Computing: de la technologie à l usage final Patrick CRASSON Oracle Thomas RULMONT WDC/CloudSphere Thibault van der Auwermeulen Expopolis ADOPTION DU CLOUD COMPUTING Craintes, moteurs, attentes et

Plus en détail

Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R

Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R Yves Aragon, David Haziza & Anne Ruiz-Gazen GREMAQ, UMR CNRS 5604, Université des Sciences

Plus en détail

REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION

REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION THÈSE N O 2388 (2001) PRÉSENTÉE AU DÉPARTEMENT D'INFORMATIQUE ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE

Plus en détail

C. Cohen, Inf. M.Sc. Professeure HEdS La Source & Intervenante à l IUFRS

C. Cohen, Inf. M.Sc. Professeure HEdS La Source & Intervenante à l IUFRS 3ème Séminaire européen du SIDIIEF «Les maladies chroniques : Formation, recherche et leadership clinique en soins infirmiers» 26 mars 2015 Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), Lausanne, Suisse

Plus en détail

Tableau 1 : Structure du tableau des données individuelles. INDIV B i1 1 i2 2 i3 2 i4 1 i5 2 i6 2 i7 1 i8 1

Tableau 1 : Structure du tableau des données individuelles. INDIV B i1 1 i2 2 i3 2 i4 1 i5 2 i6 2 i7 1 i8 1 UN GROUPE D INDIVIDUS Un groupe d individus décrit par une variable qualitative binaire DÉCRIT PAR UNE VARIABLE QUALITATIVE BINAIRE ANALYSER UN SOUS-GROUPE COMPARER UN SOUS-GROUPE À UNE RÉFÉRENCE Mots-clés

Plus en détail

Programme de Maîtrise en administration des affaires (MBA) Description officielle

Programme de Maîtrise en administration des affaires (MBA) Description officielle Programme de Maîtrise en administration des affaires (MBA) Description officielle Ce document constitue la version officielle du programme à compter de juin 2015. Les étudiants sont soumis aux règlements

Plus en détail

Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque

Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque Grégory Wegmann, Stephen Nozile To cite this version: Grégory

Plus en détail

DEA ès Sciences de Gestion. DES en Sciences Economiques. Ingénieur diplômé de l'ecole Polytechnique de Paris.

DEA ès Sciences de Gestion. DES en Sciences Economiques. Ingénieur diplômé de l'ecole Polytechnique de Paris. Education René Demeestere Emeritus Professor, Department Accounting and Management Control DEA ès Sciences de Gestion. DES en Sciences Economiques. Ingénieur diplômé de l'ecole Polytechnique de Paris.

Plus en détail

DETERMINANTS OF INTENTION TO PURCHASE THROUGH A MERCHANT WEBSITE DÉTERMINANTS DE L INTENTION D ACHAT À TRAVERS UN SITE WEB MARCHAND ABSTRACT RÉSUMÉ

DETERMINANTS OF INTENTION TO PURCHASE THROUGH A MERCHANT WEBSITE DÉTERMINANTS DE L INTENTION D ACHAT À TRAVERS UN SITE WEB MARCHAND ABSTRACT RÉSUMÉ Journal of Global Management Research 15 DETERMINANTS OF INTENTION TO PURCHASE THROUGH A MERCHANT WEBSITE DÉTERMINANTS DE L INTENTION D ACHAT À TRAVERS UN SITE WEB MARCHAND Moez LTIFI Docteur en sciences

Plus en détail

Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs

Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs 1. Introduction 2. Concepts de la gestion

Plus en détail

GROUPE SYNERGIE PME INC. 800, boul. René-Lévesque O., #161, Stn B, Montréal, QC, H3B 3J5 Tél. : 514.805.8448

GROUPE SYNERGIE PME INC. 800, boul. René-Lévesque O., #161, Stn B, Montréal, QC, H3B 3J5 Tél. : 514.805.8448 GROUPE SYNERGIE PME INC. Société spécialisée en développement des affaires AUGMENTATION DES VENTES 800, boul. René-Lévesque O., #161, Stn B, Montréal, QC, H3B 3J5 Tél. : 514.805.8448 AUGMENTATION DES VENTES

Plus en détail

La croissance des entreprises : nouvel enjeu pour le management?

La croissance des entreprises : nouvel enjeu pour le management? APPEL À CONTRIBUTIONS REVUE INTERNATIONALE PME La croissance des entreprises : nouvel enjeu pour le management? Rédacteurs invités Karim Messeghem, Professeur, Université Montpellier 1 Didier Chabaud,

Plus en détail

L impact de L instrumentalité et du Support Organisationnel sur L efficacité de la Formation E-Learning

L impact de L instrumentalité et du Support Organisationnel sur L efficacité de la Formation E-Learning L impact de L instrumentalité et du Support Organisationnel sur L efficacité de la Formation E-Learning Hanene LOUATI #1, Sami BOUDABOUS *2 # Docteur en Sciences de Gestion, LR Gouvernance, Finance et

Plus en détail

Sawsen Lakhal. Ce que représente PeDTICE pour moi

Sawsen Lakhal. Ce que représente PeDTICE pour moi Sawsen Lakhal Ce que représente PeDTICE pour moi En tant que nouvelle professeure, PeDTICE représente pour moi des occasions de rencontres très enrichissantes. Ces rencontres permettent un codéveloppement

Plus en détail

La qualité comme déterminant de la satisfaction des clients en business-tobusiness. Une application dans le domaine de la téléphonie

La qualité comme déterminant de la satisfaction des clients en business-tobusiness. Une application dans le domaine de la téléphonie La qualité comme déterminant de la satisfaction des clients en business-tobusiness. Une application dans le domaine de la téléphonie Ruben Chumpitaz C. 1 Professeur Associé, Institut d Economie Scientifique

Plus en détail

Restaurer la confiance? Etudes Empiriques Conclusion et ouverture

Restaurer la confiance? Etudes Empiriques Conclusion et ouverture Restaurer la confiance des investisseurs : une exploration expérimentale systématique de l effet des politiques d investissement socialement responsable. Marco Heimann Sous la direction de Jean-François

Plus en détail

Biographie. Activités

Biographie. Activités Frédéric LE ROY Courriel : frederic.le_roy@umontpellier.fr Fonction : Professeur Biographie Frédéric LE ROY est professeur à l Université Montpellier et au sein du Groupe Sup de Co Montpellier. Il est

Plus en détail

MARKETING AGROALIMENTAIRE

MARKETING AGROALIMENTAIRE 13 ème COLLOQUE INTERNATIONAL DE L ASSOCIATION TUNISIENNE DE MARKETING sous le thème MARKETING AGROALIMENTAIRE 03 et 04 Avril 2015 SFAX TUNISIE APPEL A COMMUNICA TIONS Le 13 ème Colloque International

Plus en détail

Does it pay to improve Corporate Governance? An empirical analysis of European Equities

Does it pay to improve Corporate Governance? An empirical analysis of European Equities Does it pay to improve Corporate Governance? An empirical analysis of European Equities Joseph GAWER NATIXIS Asset Management Université Paris Dauphine joseph.gawer@am.natixis.com Association Française

Plus en détail

Article de recherche théorique et article de recherche empirique : particularités 1

Article de recherche théorique et article de recherche empirique : particularités 1 La présentation d un article de recherche de type théorique 1 Article de recherche théorique et article de recherche empirique : particularités 1 Gilles Raîche, professeur Université du Québec à Montréal

Plus en détail

Attitude à l'égard de la publicité mobile et intention de l'utiliser par les Tunisiens

Attitude à l'égard de la publicité mobile et intention de l'utiliser par les Tunisiens Attitude à l'égard de la publicité mobile et intention de l'utiliser par les Tunisiens Mohamed Ilyes ABDELKEFI #1, Salem BEN BRAHIM *2 # Université de Tunis El Manar, ERMA Faculté des Sciences Economiques

Plus en détail

1. Les tests passés lors de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC)

1. Les tests passés lors de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC) LES JEUNES FACE A L ECRIT UN NOUVEAU DISPOSITIF D EVALUATION MASSIVE DE LEURS PERFORMANCES EN LECTURE Thierry Rocher* * DEPP, thierry.rocher@education.gouv.fr Mots-clés : illettrisme, test automatisé,

Plus en détail

Le risque Idiosyncrasique

Le risque Idiosyncrasique Le risque Idiosyncrasique -Pierre CADESTIN -Magali DRIGHES -Raphael MINATO -Mathieu SELLES 1 Introduction Risque idiosyncrasique : risque non pris en compte dans le risque de marché (indépendant des phénomènes

Plus en détail

A quels élèves profite l approche par les compétences de base? Etude de cas à Djibouti

A quels élèves profite l approche par les compétences de base? Etude de cas à Djibouti A quels élèves profite l approche par les compétences de base? Etude de cas à Djibouti Hamid Mohamed Aden, Directeur du CRIPEN, Djibouti Xavier Roegiers, Professeur à l Université de Louvain, Directeur

Plus en détail

Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation

Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation Bernadette Charlier Université de Fribourg (Suisse) Bernadette.charlier@unifr.ch Notre contribution présente et discute

Plus en détail

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction.

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Etudes et traitements statistiques des données : le cas illustratif de la démarche par sondage INTRODUCTION

Plus en détail

Anne-Sophie FERNANDEZ

Anne-Sophie FERNANDEZ Anne-Sophie FERNANDEZ Courriel : Anne-sophie.fernandez@umontpellier.fr Fonction : Maître de conférences Biographie Anne-Sophie FERNANDEZ est Maître de Conférences au sein de l Université de Montpellier.

Plus en détail

Sarah MACHAT. IUT La Rochelle 15 rue de Vaux de Foletier 17026 La Rochelle cedex 01 06 19 03 13 17 e-mail : sarah.machat@univ-lr.

Sarah MACHAT. IUT La Rochelle 15 rue de Vaux de Foletier 17026 La Rochelle cedex 01 06 19 03 13 17 e-mail : sarah.machat@univ-lr. Sarah MACHAT IUT La Rochelle 15 rue de Vaux de Foletier 17026 La Rochelle cedex 01 06 19 03 13 17 e-mail : sarah.machat@univ-lr.fr FONCTION Depuis sept 2011 Maître de conférences, Université La Rochelle,

Plus en détail

Proposition d une échelle de mesure multidimensionnelle de la confiance dans la marque

Proposition d une échelle de mesure multidimensionnelle de la confiance dans la marque Recherche et Applications en Marketing, vol. 17, n 3/2002 Proposition d une échelle de mesure multidimensionnelle de la confiance dans la marque Patricia Gurviez Maître de conférence, ENSIA, Massy Michaël

Plus en détail

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Gilbert Saporta Chaire de Statistique Appliquée, CNAM ActuariaCnam, 31 mai 2012 1 L approche statistique

Plus en détail

Jean-Mathieu Fallu Candidat au doctorat en marketing, HEC Montréal. Proposition de thèse

Jean-Mathieu Fallu Candidat au doctorat en marketing, HEC Montréal. Proposition de thèse 1 Jean-Mathieu Fallu Candidat au doctorat en marketing, HEC Montréal Proposition de thèse L adoption de comportements spontanés et de comportements délibérés de consommation socialement responsable : Une

Plus en détail

Approche hybride de reconstruction de facettes planes 3D

Approche hybride de reconstruction de facettes planes 3D Cari 2004 7/10/04 14:50 Page 67 Approche hybride de reconstruction de facettes planes 3D Ezzeddine ZAGROUBA F. S.T, Dept. Informatique. Lab. d Informatique, Parallélisme et Productique. Campus Universitaire.

Plus en détail

Viser une démarche de recherche organisée

Viser une démarche de recherche organisée Etat de l art sur les travaux portant sur les audits en Management des connaissances Ecole Centrale Paris Le 2 décembre 2009 Audit KM - Rapport intermédaire d'avancement 1 Viser une démarche de recherche

Plus en détail

UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL :

UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL : Management international APPEL A CONTRIBUTION Printemps 2014 UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL : VERS DE NOUVELLES PERSPECTIVES? Rédacteurs en chef invités : Corinne Bessieux-Ollier,

Plus en détail

Eric BARGET, MCF à la Faculté des sports de Poitiers CEREGE (Centre de Recherche en Gestion), IAE de Poitiers

Eric BARGET, MCF à la Faculté des sports de Poitiers CEREGE (Centre de Recherche en Gestion), IAE de Poitiers Journée d étude sur «la métalogistique des événements sportifs» CRO3S / UFR STAPS d Orléans / 2 mai 2006 Eric BARGET, MCF à la Faculté des sports de Poitiers CEREGE (Centre de Recherche en Gestion), IAE

Plus en détail

FICHE DE PROJET DE THESE

FICHE DE PROJET DE THESE 1. Sujet : Titre de la thèse : Management de la coopétition et PME FICHE DE PROJET DE THESE Année d inscription : 2015 Mots clés : Coopétition, tensions, management, PME. 2. Encadrement Statut Nom, prénom

Plus en détail

UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 TESTS PARAMÉTRIQUES

UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 TESTS PARAMÉTRIQUES Université Paris 13 Cours de Statistiques et Econométrie I UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 Licence de Sciences Economiques L3 Premier semestre TESTS PARAMÉTRIQUES Remarque: les exercices 2,

Plus en détail

Session 2-17. 1. Introduction

Session 2-17. 1. Introduction Session 2-16 Étude des effets du service reçu dans le point de vente et de l expérience d achat vécue en magasin sur la valeur perçue par le consommateur lors de l acquisition d un produit. Catherine Parissier,

Plus en détail

La démarche d intelligence économique

La démarche d intelligence économique PROGRAMME D APPUI AU COMMERCE ET À L INTÉGRATION RÉGIONALE Un programme financé par l Union européenne RENFORCEMENT DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ET INTELLIGENCE ECONOMIQUE MARINA SAUZET CONSULTANTE

Plus en détail

L animation de la performance d une Supply Chain

L animation de la performance d une Supply Chain L animation de la performance d une Supply Chain Pré-soutenance de Mémoire Thématique Master Recherche OSIL Ecole Centrale Paris Etudiante : Samira Jaï Encadrant : Alain Chapdaniel Plan de la présentation

Plus en détail

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS 2012 Indice BDC de la nouvelle activité entrepreneuriale PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS Résumé --------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

POULAKIDAS, Angela Département : Commerce et négociation. Matières enseignées. Intervient dans les programmes. Principaux diplômes

POULAKIDAS, Angela Département : Commerce et négociation. Matières enseignées. Intervient dans les programmes. Principaux diplômes POULAKIDAS, Angela Département : Commerce et négociation Matières enseignées Stratégie internationale Commerce international Entrepreneuriat international International marketing Ventes et négociation

Plus en détail

Virginie Pez Université Paris Dauphine Centre de Recherche DMSP DRM (CNRS 7088) Place du Maréchal de Tassigny 75775 Paris Cedex 16, France e-mail :

Virginie Pez Université Paris Dauphine Centre de Recherche DMSP DRM (CNRS 7088) Place du Maréchal de Tassigny 75775 Paris Cedex 16, France e-mail : Virginie Pez Université Paris Dauphine Centre de Recherche DMSP DRM (CNRS 7088) Place du Maréchal de Tassigny 75775 Paris Cedex 16, France e-mail : virginie.pez@dauphine.fr Tél : (0033) 6.63.55.93.10 1

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 3 : Epidémiologie étiologique Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

La fidélité coopérative : point d aboutissement des relations inter-organisationnelles

La fidélité coopérative : point d aboutissement des relations inter-organisationnelles La fidélité coopérative : point d aboutissement des relations inter-organisationnelles Naouel MAKAOUI Enseignante-chercheuse à l Ecole de Management de Normandie makaoui.n@hotmail.fr Cet article vise à

Plus en détail

Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services

Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services 69 Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services M. Bakhouya, J. Gaber et A. Koukam Laboratoire Systèmes et Transports SeT Université de Technologie de Belfort-Montbéliard

Plus en détail

L IMPACT DE LA SATISFACTION SUR LA CONFIANCE DES CONSOMMATEURS A L ENSEIGNE DE DISTRIBUTION

L IMPACT DE LA SATISFACTION SUR LA CONFIANCE DES CONSOMMATEURS A L ENSEIGNE DE DISTRIBUTION Journal of Global Management Research 55 L IMPACT DE LA SATISFACTION SUR LA CONFIANCE DES CONSOMMATEURS A L ENSEIGNE DE DISTRIBUTION THE IMPACT OF SATISFACTION ON CONSUMER CONFIDENCE TO RETAIL COMPAGNIES

Plus en détail

De nouveaux modèles de GRH?

De nouveaux modèles de GRH? 26 ème congrès AGRH à Montpellier du 4 au 6 novembre 2015 De nouveaux modèles de GRH? Ce monde qui change et l importance des mutations sans précédent auxquelles nous sommes confrontées : mondialisation,

Plus en détail

Gestion des risques : Une nouvelle capacité stratégique à développer par les PME?

Gestion des risques : Une nouvelle capacité stratégique à développer par les PME? APPEL À CONTRIBUTIONS REVUE INTERNATIONALE PME Gestion des risques : Une nouvelle capacité stratégique à développer par les PME? Rédactrices invitées Sophie Reboud, Professeure, Groupe ESC Dijon Bourgogne

Plus en détail

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises LES PME manufacturières sont-elles prêtes pour l ERP? Éditorial InfoPME est publié par le Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises (LaRePE) Institut de recherche sur les PME Université

Plus en détail

Les doutes et les questions des économistes face au système des brevets

Les doutes et les questions des économistes face au système des brevets Les doutes et les questions des économistes face au système des brevets Dominique Foray Réunion du Groupe français de l AIPPI Octobre 2003 1 Nous nous intéressons. non pas à la PI en soi mais à l innovation

Plus en détail

Proposition d une typologie des consommateurs tunisiens en fonction des dimensions du risque de santé alimentaire

Proposition d une typologie des consommateurs tunisiens en fonction des dimensions du risque de santé alimentaire Proposition d une typologie des consommateurs tunisiens en fonction des dimensions du risque de santé alimentaire Wafa Battikh Boubakri Doctorante, Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Tunis

Plus en détail

La dimension sociale de l alignement stratégique des ERP : définition et proposition de mesures

La dimension sociale de l alignement stratégique des ERP : définition et proposition de mesures La dimension sociale de l alignement stratégique des ERP : définition et proposition de mesures Résumé Les recherches empiriques sur l alignement stratégique des TI/SI ne cessent de se développer. Toutefois,

Plus en détail

TAUX DE CHANGE REELS FONDES SUR LA PARITE DES POUVOIRS D ACHAT : APPLICATION AU CAS DE L ECONOMIE TUNISIENNE

TAUX DE CHANGE REELS FONDES SUR LA PARITE DES POUVOIRS D ACHAT : APPLICATION AU CAS DE L ECONOMIE TUNISIENNE TAUX DE CHANGE REELS FONDES SUR LA PARITE DES POUVOIRS D ACHAT : APPLICATION AU CAS DE L ECONOMIE TUNISIENNE Auteur : Sana GUERMAZI-BOUASSIDA Assistante Permanente à l Ecole Supérieure de Commerce de la

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

L Excellence Achats et l Evaluation 360

L Excellence Achats et l Evaluation 360 L Excellence Achats et l Evaluation 360 Comment développer et transformer une organisation Achats pour des performances exceptionnelles? Comment pouvons-nous continuer à développer les Achats afin qu'ils

Plus en détail

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management.

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management. Les enseignes spécialisées et l intégration du marketing sensoriel dans l approche multicanale de leur distribution. Fanny NOYELLE Année Universitaire 2007 / 2008 ESUPCOM Lille Directeurs de mémoire :

Plus en détail

COMMENT CONSTRUIRE UN PROJET STRATEGIQUE POUR LA REUSSITE ET LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE

COMMENT CONSTRUIRE UN PROJET STRATEGIQUE POUR LA REUSSITE ET LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE COMMENT CONSTRUIRE UN PROJET STRATEGIQUE POUR LA REUSSITE ET LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE JACKY BOUDEVILLE PROFESSEUR ESCP EUROPE CONSULTANT ADMINISTRATEUR DE SOCIETES PLAN D INTERVENTION UN TITRE

Plus en détail

Introduction à l approche bootstrap

Introduction à l approche bootstrap Introduction à l approche bootstrap Irène Buvat U494 INSERM buvat@imedjussieufr 25 septembre 2000 Introduction à l approche bootstrap - Irène Buvat - 21/9/00-1 Plan du cours Qu est-ce que le bootstrap?

Plus en détail

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion.

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. Définition des termes du sujet : - Structure : c est l ensemble des dispositifs et mécanismes qui permettent la répartition

Plus en détail

10. Peter F. DRUCKER (1909- )

10. Peter F. DRUCKER (1909- ) 10. Peter F. DRUCKER (1909- ) Les tâches majeures des dirigeants efficaces Peter F. Drucker est le gourou des gourous du management. Né à Vienne à l'époque glorieuse d'avant 14, Drucker a effectivement

Plus en détail

RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données

RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données Parmi les fonctions les plus demandées par nos utilisateurs, la navigation au clavier et la possibilité de disposer de champs supplémentaires arrivent aux

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail