LE RÔLE MÉDIATEUR DE LA DIFFÉRENCIATION DANS LA RELATION ENVIRONNEMENT STRATÉGIE COÛT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE RÔLE MÉDIATEUR DE LA DIFFÉRENCIATION DANS LA RELATION ENVIRONNEMENT STRATÉGIE COÛT"

Transcription

1 LE RÔLE MÉDIATEUR DE LA DIFFÉRENCIATION DANS LA RELATION ENVIRONNEMENT STRATÉGIE COÛT Chebbi Imen Dr.Assistante contractuelleà la FSEG Nabeul/ Tunisie RÉSUMÉ : Dans le domaine du management stratégique, l étude de la relation entre l environnement et les choix stratégiques est un thème qui reste toujours d actualité. Notre travail consiste à étudier l effet médiateur de la stratégie de différenciation dans la relation Environnement- Stratégie Coût. A cette fin, nous avons construit un modèle et nous l avons testé empiriquement auprès de 226 PME tunisiennes de 10 à 250 salariés. La méthodologie de recherche adoptée permet de mesurer au moyensde la méthode ML suivie d une procédure Bootstrap, constitués du logiciel AMOS de modélisation par les équations structurelles l'ensemble des relations entre les variables du modèle : l environnement et les choix stratégiques. Nous avons abouti à un résultat où la stratégie différentielle joue un rôle de médiation partielle dans la relation Environnement MOTS CLÉS : Environnement, Stratégie coût, Différenciation,Equations structurelles, Méthode de régression, Bootstrap. THE MEDIATING ROLE OF DIFFERENTIA- TION IN THE RELATIONSHIP ENVIRON- MENT-COST STRATEGY ABSTRACT In the field of strategic management, the study of the relationship between the environment and the strategic choices is a theme that is still relevant. Our work consists in investigate the mediating effect of the differentiation strategy in the relationship Environment-Cost strategy. To this end, we built a model and we have empirically tested with 226 Tunisian SMEs from 10 to 250 employees. The research methodology adopted to measure the average of the ML method followed by a bootstrap procedure, consisting of modeling by AMOS structural equation all the relations between the variables in the model: the environment and strategic choices. We show that the differential strategy plays a partial role of mediation in the relationship EnvironmentCost Strategy. KEYWORDS: Environment, Strategy cost, Differentiation, Structural equations, regression method, Bootstrap. 1. INTRODUCTION La littérature managériale s est largement intéressé à l étude du rôle joué par l environnement (Burns et Stalker ; 1961 ; Lawrence et Lorsch, 1967) dans l explication des choix stratégiques. Plusieurs études antérieures (Miles et Snow, 1978 ; Dess et Beard, 1984 ; Miller, 1988) suggèrent que la stratégie est associée aux changements vécus par l environnement.pour Benjamin (1974), «La stratégie, c est la tentative d adaptation de la firme à son environnement». D après Burns et Stalker (1961), l environnement incertain nécessite la différenciation (Lawrence et Lorsch, 1967). L approche déterministeconsidère que l entreprise est menacée par des forces structurelles (menaces d entrants potentiels, produits de substitution, pouvoir des de marché des acheteurs, etc.)permettant de réduire le nombrede choix stratégiques en trois stratégies : la domination par les coûts, la différenciation et la spécialisation (Porter, 1980 ; Santini, 1982).Quant au tenants de l approche volontariste (Miles et Snow, 1978), l environnement est un facteur explicatif des choix stratégiques, il impose des risques et offre des opportunités et l entreprise peut modifier l environnement à son avantage. Dans la même perspective, Miller (1988) souligne que les préférences des clients provoquent de nouveaux comportements concurrentiels. Empiriquement, ces recherches semblent peu éloquentes et divergentes dans l opérationnalisation des variables environnementales et stratégiques. De plus, théoriquement différents auteurs soulignent que l environnement est un phénomène flou et indéfini tant sur le plan des liens eux-mêmes que sur le plan de la définition des variables (Gueguen, 2004). Notre objectif consiste à tirer les possibilités d une pratique managériale pour les PME en vue de consolider leurs avantages compétitifset tenter des nouvelles voies de compétitivité. Pour se faire, la présente recherche s articule autour de trois sections. La première vise à présenter une 226

2 revue de la littérature, les hypothèses de recherche et le modèle conceptuel. Quant à la seconde, elle est consacrée au cadre méthodologique de la recherche. Enfin, la troisième porte sur la démarche d analyse statistique, ses résultats et la conclusion. 2. LES DIMENSIONS CARACTÉRISTIQUES DE L ENVIRONNEMENT Nombreuses recherches se sont intéressées à l étude de l environnement (Duncan, 1972; Sutcliffe et Huber, 1998, Dess et Davis, 1984; Gotteland et Boulé, 2010 ; Nwachukwu et Tsalikis, 2011). Ces chercheurs ont utilisé diverses caractéristiques environnementales telles que : la turbulence, la complexité, l incertitude et le dynamisme. Selon Gueguen (2001), la turbulence est l imprévisibilité perçue du changement environnemental qui touche forcément le système de gestion de l organisation et se distingue des autres facettes de l environnement par ses effets menaçants (Gueguen, 1999). Dess et Beard(1984) ont relevé trois caractéristiques de l environnement qui sont : la munificence, la complexité et le dynamisme. La munificence de l environnement est l abondance de la demande et des ressources nécessaires à la nouvelle entreprise (Castrogiovanni, 1996). En nous référant aux travaux antérieurs, nous constatons qu il y a un consensus autour du caractère dynamique de l environnement, synonyme d imprévisibilité, de changements et de mouvementset que la plupart des études définissent le taux de complexité de l environnement par rapport au degré hétérogénéité de ses constituants (Gotteland et Boulé, 2010). 3. LES DIMENSIONS CARACTÉRISTIQUES DES STRATÉGIES COMPÉTITIVES Lethème des stratégies compétitives a été popularisé par Porter (1980). Le souci majeur des entreprises est la recherche de la meilleure performance dans un environnement de plus en plus compétitif. Selon Porter (2003), l avantage compétitif se traduit par la stratégie de domination par les coûts et la différenciation. Au terme d une revue de la littérature, nous considérons comme d autres chercheurs (Campbell- Hunt, 2000 ; Poisson et al, 2005 ; Jaoua, 2005),que la stratégie compétitive a une double dimension : la stratégie coût et la stratégie de différenciation. La stratégie coût désigne la capacité à produire avec des coûts faibles. Elle consiste à consacrer beaucoup d efforts pour maîtriser les coûts et vendre les produits à des prix plus bas (Frits et Arjen, 2007). La stratégie de différenciation est la capacité d offrir des produits différenciés de ceux des concurrents. Ceci est possible à condition quel entreprise offre des produits de valeur pour la clientèle, et que cette valeur ne peut pas être produite par la concurrence (Hans, 1998). 4. L ENVIRONNEMENT ET LES STRATÉGIES COMPÉTITIVES Dans les recherches antérieures, il y a énormément de travaux qui ont associé le concept destratégie compétitiveau changement de l environnement (Miller et Friesen, 1983; Miller 1988 ; Keats et Hitt, 1988; Miles et al, 2000; Ward et Duray, 2000; Frits et Arjen, 2007 et Rocha, 2012). Rocha (2012) constate que plus l environnement est complexe, plus les PME sont productives et compétitives. Jansen et al (2006) montrent par ailleurs, que l innovation d exploration est adoptée dans un environnement dynamique alors que dans un environnement concurrentiel, l innovation d exploitation est plus efficace. Sur la base des argumentset des résultats que nous venons de présenter, nous nous proposons comme problématique de tester le rôle médiateur de la stratégie de différenciation dans la relation qui lie l environnementetla stratégie coût.nous avançons ainsi les deux hypothèses suivantes : H1 : La stratégie de différenciation constitue une variable médiatrice dela relation entre l environnement dynamique et la stratégie coût. H2 : La stratégie de différenciation constitue une variable médiatrice dela relation entre l environnement complexe et stratégie coût. Notre modèle conceptuel est présenté dans la figure n 1 suivante : Stratégie de Différenciation Environnement Environnement complexe Environnement dynamique 227 Stratégie Coût

3 5. LA MÉTHODOLOGIE Notre objectif consiste à valider la relation entre les variables du modèle, à proposer les voies managériales aux PME compétitives et à bien choisir la stratégie la plus adéquate dans un environnement incertain. Nous commencerons par présenter les variables de notre modèle et les échelles de mesure y afférentes, l échantillon support de notre étude, ainsi que les méthodes de traitement statistique et les résultats. 5.1 Les échelles de mesure Les variables de notre recherche sont l environnement et les stratégies compétitives. L environnement est une variable bi-dimensionnelle: le dynamisme Figure 1: Le modèle conceptuel (ENVDYN) et la complexité (ENVCOMP). La dimension «environnement dynamique» indique l apparition de changements dans le temps des facteurs constitutifs de l environnement (Dess et Beard, 1984). L échelle de mesure que nous avons adoptée est inspirée de celle Miller et Friesen (1982), utilisée déjà par Miles et al (2000) et Gueguen (2004). Quant à la dimension «environnement complexe», elle désigne le degré d hétérogénéité des composantes environnementales prises en considération dans la prise de décision. Pour cerner la dimension «environnement complexe», nous avons utilisé l échelle de Sutcliffe et Huber (1998), adaptée de celle de Dess et Beard (1984). Les interviewés sont interrogés sur la perception du dynamisme et de la complexité de leur environnement avec les huit questions qui suivent: Tableau 1 : Items de la variable Environnement ENV1 ENV2 ENV3 ENV4 ENV5 ENV6 ENV7 ENV8 Votre entreprise produit de différents biens /services Votre entreprise interagit avec un grand nombre de partenaires La demande et les goûts des consommateurs sont assez difficiles à prévoir L'environnement externe de votre entreprise est difficile à comprendre Les actions des concurrents sont assez difficiles à prévoir Le taux auquel les produits / services deviennent obsolètes dans l'industrie est rapide Votre entreprise change souvent ses pratiques de commercialisation La technologie de production / service estsoumise à beaucoup de changements Pour cerner la variable «stratégie compétitive», nous avons pris en compte les deux stratégies les plus utilisées dans les études empiriques (Leitner et Gûldenberg, 2010) et qui sont : la domination par les coûts (STCOUT) et la différenciation (STDIFF). En effet, La stratégie coût désigne la capacité de produire avec des coûts plus faibles que la concurrence et la Tableau 1 : Items de la variable Stratégies Compétitives différenciation est la capacité de l entreprise à offrir un produit différencié de celui des concurrents. L échelle de mesure retenue est adaptée des travaux de Poisson et al (2005) et Cueille et Benavent (2003). Le tableau ci-dessous présente les items de la variable «Stratégie Compétitive». STR1 STR2 STR3 STR4 STR5 STR6 STR7 Construction et maintien d une image de marque Innovation dans les méthodes et techniques de mise en marché Introduction fréquente de nouveaux produits ou d innovations majeures Offre de produits/services comportant plusieurs caractéristiques,se démarquant de celles des concurrents Fixation très compétitive des prix Focalisation sur l efficacité des opérations et le contrôle des coûts en général Réduction des coûts de production des biens ou des services 228

4 STR8 STR9 Proceedings of International Conference on Management Finance Economics Amélioration et innovation des procédés de production La focalisation sur des zones géographiques particulières STR10 La focalisation sur des segments de clientèle particuliers Tous les items sont mesurés sur des échelles de Likert 5.3 La fiabilité en 5 points, allant de «Pas du tout d accord» à «Tout à fait d accord». 5.2 L échantillonnage et les méthodes de traitement des données Pour mener à bien notre recherche et tester nos hypothèses, nous avons procédé au volet empirique en nous basant sur l'approche quantitative en menant une enquête par questionnaire que nous avons administré à un échantillon de 250 PME tunisiennes. Pour des raisons de facilité logistique et de coûts, nous avons sélectionné au hasard, des entreprises du grand Tunis et du gouvernorat de Nabeul, et ce à partir du fichier en ligne (source : Notre façon de procéder garantitla nature aléatoire de notre échantillon ainsi que l indépendance des observations. Nous n avons en définitive retenu que 226 questionnaires exploitables. Les variables de notre modèle étant des construits théoriques, elles sont de par leur nature, des variables latentes dont le traitement est plus approprié par les modèles des équations structurelles (Roussel et al., 2002). L analyse de l effet médiateur de la stratégie de différentiation sera également menée dans le cadre des modèles des équations structurelles. En effet, les méthodes d analyse des variables intermédiaires (modératrices ou médiatrices) ont connu un développement considérable au cours de ces dernières années. Ces méthodes d analyse se sont surtout développées grâce aux méthodes des équations structurelles (Schumacker, 2002; Shrout et Bolger, 2002). La démarche d analyse statistique et ses résultats Nous présentons dans ce qui suit, et dans un premier temps, les résultats obtenus suite à l analyse de la fiabilité des échelles que nous avons retenues. Cette analyse permet de purifier chaque dimension. Les résultats de l analyse confirmatoire du modèle de mesure seront abordés dans un second temps. L analyse de l effet médiateur de la stratégie de différentiation dans la relation environnement stratégie coût, sera ensuite développée. 229 Afin de nous assurer de la fiabilité de chaque construit, nous avons calculé l alpha de Cronbach pour chacune de ces dimensions, et avons de demandé de reporter, pour chaque item, la valeur de cet indice si l item est supprimé. Les résultats de cette procédure sont consignés dans le tableau suivant : Nous voyons ainsi, que les items ENV1 et STRAT5 ont été supprimés, pour améliorer la fiabilité. En définitive, les quatre construits jouissent d une excellente fiabilité. Les items retenus au terme de cette première analyse ont été par la suite soumis à une analyse confirmatoire à l aide des méthodes des équations structurelles, conduites sous le logiciel AMOS. 5.4 L analyse confirmatoire La méthode d estimation et ses résultats Nous avons testé l ensemble du modèle de mesure, en incluant les quatre variables de notre modèle de recherche. Nous avons conduit cette analyse en estimant les paramètres du modèle avec la méthode ML, qui rappelons-le est assez robuste, dès lors que la taille de l échantillon est élevée. Plusieurs chercheurs se sont intéressés à la détermination d une règle d or à appliquer dans toute circonstance, mais en vain (Muthe et Muthen ; 2002). Toutefois, lorsque la taille de l échantillon n est pas assez élevée et que les distributions des variables observées ne sont pas gaussiennes, il est recommandé de mettre en œuvre une procédurebootstrap. Or, il existe deux formes de bootstrap qui n ont pas la même finalité. La première forme dite naive, permet de générer des estimations empiriques des écarts-type des estimateurs, dès lors que les distributions théoriques sont inconnues. Elle est ainsi, appropriée pour se prononcer sur la significativité des paramètres estimés. La seconde forme est le bootstrap de Bollen- Stine. Ce dernier permet le calcul d une valeur corrigée de la probabilité associée à la statistique du Chi-deux (p-value). Cette procédure est pertinente lorsqu on s intéresse à l évaluation globale de l ajustement d un modèle. Pour notre part, nous ferons appel aux deux formes et ce, aussi bien pour le modèle de mesure, que pour

5 ceux de la vérification du rôle médiateur de la variable stratégie de différentiation. Au terme de la première étape, la purification des échelles se poursuit en supprimant les items dont les corrélations avec d autres items enregistrent des résidus standardisés élevés. Les indices d ajustement du modèle de mesure qui s ajuste le mieux à nos données sont présentés dans le tableau suivant : Nous n avons reporté les indices GFI et AGFI, du fait de leur grande sensibilité à la multicolinéarité et l écart parrapport à la normalité des distributions des variables observées. Tous les indices obéissent aux normes établies et la probabilité (0.112) est supérieure au seuil critique de Quant à la probabilité corrigée de Bollen-stine, elle est égale à Par ailleurs, les bornes inférieures des intervalles de confiance à 95%, de tous les paramètres libres du modèle sont strictement positives (annexe 2). Ces derniers sont donc tous significatifs. En conclusion, notre modèle de mesure jouit d excellentes propriétés. Il nous reste cependant à vérifier la fiabilité, la validité convergente et la validité discriminante de chaque dimension Fiabilité et validités Nous avons calculé le Rhô de fiabilité de Jöreskog ( F ) ainsi que le Rhô de validité convergente ( VC ) pour chaque dimension, et avons consigné leur valeur dans le tableau 5. Les quatre dimensions ont des indices de fiabilité satisfaisants. Pour ce qui est de la validité convergente, on constate qu elleest aussi satisfaisante. Pour vérifier la validité discriminante, nous rappelons qu il convient que la racine carrée des indices de validité convergente d un facteur doit être supérieure aux corrélations avec les autres construits. Les critères de fiabilité, de validité convergente et de validité discriminante sont hautement satisfaisants et ce, pour chacune des quatre variables latentes du modèle de mesure théorique. Ceci nous autorise à retenir le modèle de mesure avec deux variables bidimensionnelles: l environnement complexe et l environnement dynamique d une part et la stratégie différentielle et la stratégie coût d autre part. Après avoir vérifié que notre modèle de mesure est acceptable, nous passons au test des hypothèses H1 et 230 H2, qui stipulent que la stratégie différentielle est un médiateur des relations qui lient les deux dimensions de l environnement et la stratégie coût. 6. LE TEST DE MÉDIATION Afin de tester les hypothèses H1 et H2, on applique les trois étapes du modèle de Baron et Kenny (1986). Tester la relation entre la variable endogène Stratégie coût et les variables exogènes environnement complexe et environnement dynamique ENVCOMP Tester la relation entre la variable médiatrice Stratégie différentielle et les variables exogènes environnement complexe et environnement dynamique Modèle M2 : ST ENVCOMP Tester la relation entre d une part la variable endogène Stratégie coût et d autre part les variables exogènes et la variable médiatrice Stratégie différentielle. Modèle M3 : STCOUT = β 6 + β 7 ENVDYN + β 8 ENVCOMP + β 9 STDIFF + Ԑ 3 Pour conclure à un effet médiateur de la variable «Stratégie de différenciation» dans la relation environnement dynamique stratégie coût et environnement complexe stratégie coût, il faut que: Les variables exogènes aient un effet significatif 2). Les variables exogènes aient un effet significatif 5). La variable médiatrice ait un effet significatif sur la 9). Dans le cas oùβ 7 et β 8 sont significatifs, la médiation est dite partielle. Dans le cas contraire, la médiation est complète. Nous présentons ci-dessous, les résultats des estimations de chaque modèle, ainsi que les intervalles de confiance (IC) à 95%, de chaque 1 4

6 estimateur. Les estimations sont obtenues par la méthode ML, assortie d une procédure Bootstrap. 6.1 Les résultats du modèle M1 Estimateurs IC β 1 (ENVCOMP) [ ] β 2 (ENVDYN) [ ] Les deux dimensions de l environnement ont un impact positif et significatif sur la stratégie coût. L ajustement du modèle est par ailleurs, excellent comme en témoignent les indices du tableau 7. Tableau 7 : Les indices d ajustement du modèle M1 Chi2/ddl P RMSEA NFI TLI CFI SRMR Les résultats du modèle M2 L estimation du modèle M2 montre que la stratégie différentielle est positivement influencée par les deux variables exogènes de notre modèle. Estimateurs IC 4(ENVCOMP) [ ] 5(ENVDYN) [ ] En outre, les indices d ajustement enregistrés sont plus que satisfaisants. Tableau 8 : Les indices d ajustement du modèle M2 Chi2/ddl P RMSEA NFI TLI CFI SRMR Les résultats du modèle M3 Les résultats de l estimation du modèle M3 figurent dans le tableau 9. Tableau 9 : Les résultats de l estimation du modèle M3 Estimateurs IC (95%) (ENVCOMP) [ ] 8 (ENVDYN) [ ] 9 (STDIFF) [ ] D après ces résultats, la variable stratégie de différenciation influence positivement la stratégie coût. Cet impact est significatif et révèle le rôle médiateur de la stratégie différentielle, dans les relations environnement complexe stratégie coût d une part, et dans la relation environnement dynamique 7 et 8 sont tous les deux significatifs, la double médiation n est que partielle. Avant de nous prononcer sur la vérification des hypothèses H1 et H2, il convient de mettre en œuvre le test de Sobel, qui nous permet de tester la significativité de l effet médiateur de la stratégie différentielle. La statistique Z du test de Sobel a été calculée pour la dimension environnement complexe et la dimension environnement dynamique. Les valeurs obtenues sont respectivement de 2.42 et Ces valeurs indiquent que les deux effets de médiation sont significatifs. Ainsi, la stratégie différentielle joue un rôle de médiation dans les relations qui lient la stratégie coût à l environnement complexe et à l environnement dynamique. Les deux hypothèses H1 et H2 sont dès lors vérifiées. Ces résultats confirment ceux de Shaohan et Zhilin (2014). Ainsi, l équation (2) montre un effet positif de l environnement complexe sur la stratégie de différenciation, ce résultat confirme celui de Rocha (2012) et Miller et Friesen (1983). De même, l effet de l environnement dynamique est positif (Miller, 1988). 231 Concernant les résultats des estimations de l équation (3), on trouve que l effet de la différenciation sur la stratégie coût est positif, ce résultat corrobore et

7 prolonge celui de Ward et Duray (2000). Il semble que la stratégie de différenciation basée sur la segmentation du marché est un moyen permettant de défendre une position de domination par les coûts (Hill, 1988). Les résultats de notre travail montrent que la différenciation médiatise les effets de la complexité et du dynamisme caractéristiques de l environnement sur la stratégie coût. Ils indiquent que les stratégies compétitives pratiquées par les PME sont influencées par le dynamisme et la complexité de l environnement. Nos résultats prolongent les apports empiriques existant, en renforçant l idée de l effet positif entre l environnement incertain et les stratégies compétitives (Bastian et Muchlish, 2012) et de l impactsignificatif et positif de l environnement dynamique sur la stratégie de différenciation (ward et Duray, 2000), d une part et d autre part sur la stratégie coût (Shaohan et Zhilin, 2014). Également, ils enrichissent les recherches antérieures en testant l effet d un construit multidimensionnel (environnement) alors que de nombreuses recherches se sont intéressées à tester l impact d une seule dimension environnementale en négligeant d autres dimensions. CONCLUSION En se situant dans l approche stratégiqueet celle de contingence, notre étude vise à éclairer la compréhension des liens entreles dimensions relatives à l environnement, la stratégie coût et la différenciation. Devant les résultats divergents obtenus par les études antérieures, notre souhait est de mieux comprendre la relation entre ces trois variables. Empiriquement, nous nous basons sur la méthode des équations structurelles permettant de mettre en relief divers résultatssignificatifs. Tout d abord, l environnement des PME d un pays émergent comme la Tunisie est dynamique et complexe contrairement à celui des grandes entreprises des pays développés. Autrement, les PME trouvent des difficultés à suivre l évolution des facteurs constitutifs de l environnement (partenaires, produits, méthodes de commercialisation, technologies) et à augurer les comportements des entreprises concurrentes, ainsi queceux des consommateurs, ceux-ci peut être expliqué par l insuffisance des ressources financières, le manque des compétences et des moyens, de leur petites taille ou encore de leur structure familiale. De plus, nos résultats démontrent clairement l effet positif de 232 l environnement avec ses doubles dimensions d une part sur la stratégie coût et d autre part, sur la stratégie de différenciation.ainsi, les deux modèles présentés soulignent le rôle médiateur de la différenciation dans la relation entre l environnement des PME tunisiennes et la stratégie coût. Les résultats de cette recherche contribuent à conforter la prise en compte de la variable différenciation dans l étude de la relation entre l environnement et la stratégie coût et améliorer la compréhension de la position de domination par les coûts via la différenciation.ils permettent de confirmerla théorie de contingence selon laquelle un choix stratégique est déterminé par l environnement. D après cette étude, la différenciation médiatise la relation entre la variable environnementale et la stratégie de domination par les coûts. Pour faire face à un environnement changeant et incertain, les PME peuvent réduire la structure de leurs coûts en jouant sur la différenciation de leurs produits et par conséquent, elles peuvent créerune valeur différentielle par rapport aux concurrents. Au niveau managérial, les résultats de cette recherche pourraient encourager les dirigeants des PME à tenir compte de l importance du rôle joué par la différenciation lors de l adoption de stratégie coût pour faire face à l incertitude de l environnement. La différenciation est un choix stratégique permettant de renforcer la réussite d une stratégie compétitive et de créerune valeur différentielle par rapport aux entreprises concurrentes. BIBLIOGRAPHIE [1] Burns T.E, and G.M. Stalker (1961), The management of innovation, London, Tavistock. [2] Benjamin, S. (1974), L environnement de l entreprise: vers une théorie de la décision contingente, Management International Review, 14 (1), [3] Benhamou, S., et Garrec, G.L. (2005), «Organisation de l entreprise et complexité de l environnement : une estimation sur données françaises», Document de travail, (14), [4] Bastian, E. and Muchlish, M. (2012), Perceived environment uncertainty, business strategy, performance measurement systems and organizational performance, International Congress on Interdisciplinary Business and Social Science, 65,

8 [5] Bagozzi R.P, Yi Y. (2012), Specification, evaluation, and interpretation of structural equation models, Journal of the Academic Marketing Science, 40, [6] Baron R.M. et Kenny D.A. (1986), The Moderator-Mediator Variable Distinction insocial psychological Research: Conceptual, Strategic, and Statistical Considerations,Journal of Personality and Social Psychology, 51, 6, pp [7] Bollen, K.A. and Stine, R.A. (1992). Bootstrapping goodness-of-fit measures in structural equation models. Sociological Methods and Research, 21, [8] Castrogiovanni, G.J. (1996), Pre-Startup Planning and the Survival of New Small Businesses: Theoretical Linkages, Journal of Management, 22 (6), [9] Campbell-Hunt, C. (2000), What have we learned about generic competitive strategy?, A meta-analysis, Strategic Management Journal, 21, [10] Cueille, S. Yami, S. et Benavent C. (2003), «Stratégies génériques : test de trois modèles descriptifs et perspectives théoriques, 12 ème Conférence de l AIMS, Les côtes de Carthage, [11] Dess, G.G. and Davis, P.S. (1984), Porter s (1980) Generic strategies as determinants of strategic group membership and organizational performance, The Academy of Management Journal, 27 (3), [12] Duncan, R.B. (1972), Characteristics of organizational environments and environmental uncertainty, Administrative Science Quarterly, 17 (), [13] Fornell C., Larcker D.F. (1981), Evaluating structural equations models with unobservable variables and measurement error, Journal of Marketing Research, n 18, pp [14] Frits, H.W. and Arjen, V.W. (2007), SMEs locus of control and competitive strategies: The moderating effect of environmental dynamism, Journal of Economics Psychology,28 (5), [15] Gotteland D. et Boulé, J.-M, (2010), Des grandes inventions aux nouvelles méthodes 233 d innovation : quoi de neuf depuis la Paléolithique?, Décisions Marketing, 59, [16] Gueguen, G. (2001), Environnement et Management Stratégique des PME: Le cas du secteur internet, Thèse de doctorat en Sciences de Gestion, 589 pages. [17] Gueguen, G. (1999), Types de turbulences environnementales et adaptations stratégiques, Montpellier, [18] Gueguen, G. (2004), «TPE et contrainte de l environnement», Réalités de la TPE au XXIème siècle, 7 ème CIFEPME-Montpellier , [19] Jaoua, A. (2005), La double-domination: une nouvelle approche d un avantage concurrentiel», Revue internationale sur le travail et la société, 3 (2), [20] Hans, M.(1998), Différenciation stratégique, Décisions marketing, (14), [21] Hill, C.W.L. (1988), Differentiation versus low cost or Differentiation and low cost: A contingency framework, The Academy of Management Review, 13 (3), [22] Jansen, J.J.P., Van Den Bosch, F.A.J. and Volberda, H.W. (2006), Exploratory innovation, exploitative innovation, and performance: Effects of organizational antecedents and environmental moderators, Management Science, 52 (11), [23] Jöreskog K.G. Yang F. (1996), Nonlinear Structural Equation Models : The Kenny and Judd Model with Interaction Effects, G.A. Marcoulides, R.E. Schumacker, (Eds.), Advances in Structural Equation Modeling Techniques, Hillsdale, NJ: LEA, pp [24] Jöreskog, K. and Sörbom, D. (1996), LISREL 8: User s Reference Guide, Chicago, Scientific Software International Inc. [25] Keats, B.W., Hitt, M.A., (1988), A causal model of linkages among environmental dimensions, macro-organizational characteristics and performance, Academy of Management Journal, 31 (3), [26] Kim, L., Lim, Y., (1988), Environment, generic strategies, and performance in a rapidly developing location: a taxonomic approach,

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

Les déterminants des systèmes d information comptables dans les PME : une recherche empirique dans le contexte tunisien

Les déterminants des systèmes d information comptables dans les PME : une recherche empirique dans le contexte tunisien Manuscrit auteur, publié dans "27ÈME CONGRES DE L'AFC, Tunisie (2006)" Les déterminants des systèmes d information comptables dans les PME : une recherche empirique dans le contexte tunisien Kaïs LASSOUED

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO Auteur Baguinébié Bazongo 1 Ingénieur Statisticien Economiste Chef de l Unité de recherche à l Institut national

Plus en détail

Marc ROBERT. Courriel : Fonction : Professeur Associé. Biographie

Marc ROBERT. Courriel : Fonction : Professeur Associé. Biographie Courriel : Fonction : Professeur Associé Marc ROBERT Biographie Marc ROBERT, docteur en Economie, est professeur assistant au Groupe Sup de Co Montpellier Business School où il est responsable du département

Plus en détail

GROUPE SYNERGIE PME INC. 800, boul. René-Lévesque O., #161, Stn B, Montréal, QC, H3B 3J5 Tél. : 514.805.8448

GROUPE SYNERGIE PME INC. 800, boul. René-Lévesque O., #161, Stn B, Montréal, QC, H3B 3J5 Tél. : 514.805.8448 GROUPE SYNERGIE PME INC. Société spécialisée en développement des affaires AUGMENTATION DES VENTES 800, boul. René-Lévesque O., #161, Stn B, Montréal, QC, H3B 3J5 Tél. : 514.805.8448 AUGMENTATION DES VENTES

Plus en détail

Principe des tests statistiques

Principe des tests statistiques Principe des tests statistiques Jean Vaillant Un test de signification est une procédure permettant de choisir parmi deux hypothèses celles la plus probable au vu des observations effectuées à partir d

Plus en détail

Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs

Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs 1. Introduction 2. Concepts de la gestion

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

Adoption de la norme ISO 9001 par les entreprises marocaines du secteur textile-habillement : modélisation et analyse empirique.

Adoption de la norme ISO 9001 par les entreprises marocaines du secteur textile-habillement : modélisation et analyse empirique. Adoption de la norme ISO 9001 par les entreprises marocaines du secteur textile-habillement : modélisation et analyse empirique. OMAR TAOUAB, Professeur Habilité à l école nationale de commerce et de gestion

Plus en détail

MARKETING AGROALIMENTAIRE

MARKETING AGROALIMENTAIRE 13 ème COLLOQUE INTERNATIONAL DE L ASSOCIATION TUNISIENNE DE MARKETING sous le thème MARKETING AGROALIMENTAIRE 03 et 04 Avril 2015 SFAX TUNISIE APPEL A COMMUNICA TIONS Le 13 ème Colloque International

Plus en détail

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1.

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1. Management Stratégique Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1 Plan du Module 3 Chap.3- Les modèles fondés sur la structure des marchés

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA RESUMÉ Mots clés : marketing, produits alimentaires, stratégies La thèse de doctorat intitulée,,études ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS

Plus en détail

MÉTHODES STATISTIQUES D ÉVALUATION II

MÉTHODES STATISTIQUES D ÉVALUATION II PLAN DE COURS ENP7138 MÉTHODES STATISTIQUES D ÉVALUATION II Frédérick Philippe Chargé de cours Région : Montréal Session : Hiver 2011 Coordonnées HIVER 2011 Chargé de cours Frédérick Philippe Département

Plus en détail

Analyse des coûts projetés de la plate-forme SAP HANA

Analyse des coûts projetés de la plate-forme SAP HANA Étude Total Economic Impact réalisée par Forrester Pour SAP Directrice du projet : Shaheen Parks Avril 2014 Analyse des coûts projetés de SAP HANA Économies réalisables en migrant vers SAP HANA Synthèse

Plus en détail

Changements institutionnels, Stratégie concurrentielle et performance Cas de l industrie des équipements télécommunications en Amérique du Nord

Changements institutionnels, Stratégie concurrentielle et performance Cas de l industrie des équipements télécommunications en Amérique du Nord Changements institutionnels, Stratégie concurrentielle et performance Cas de l industrie des équipements télécommunications en Amérique du Nord Taïeb Hafsi et Imad-Eddine Hatimi Ecole des HEC Montréal

Plus en détail

La présence syndicale affecte-t-elle la performance économique et financière des entreprises?

La présence syndicale affecte-t-elle la performance économique et financière des entreprises? La présence syndicale affecte-t-elle la performance économique et financière des entreprises? Patrice LAROCHE et Heidi WECHTLER GREGOR IAE - Université Paris 1 Sorbonne Plan de l exposé Le contexte d émergence

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier 1. Rôle et place du Contrôle de Gestion dans l organisation Au début du XXème siècle, l émergence de la structure divisionnelle

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Facteurs d utilisation des Technologies Internet dans les PME : une étude exploratoire

Facteurs d utilisation des Technologies Internet dans les PME : une étude exploratoire International Journal of Business & Economic Strategy International Conference on Innovation in Business, Economics & Marketing Research (IBEM 14) Vol.2 Facteurs d utilisation des Technologies dans les

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE Paul Pașcu, Assist Prof, PhD, Ștefan cel Mare University of Suceava Abstract: This article aims to present a number

Plus en détail

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Auteurs : Abdoulaye DIAGNE et Abdou-Aziz NIANG Introduction Ceci devrait contribuer à réduire l écart entre

Plus en détail

PARCOURS ACADEMIQUE FONCTIONS UNIVERSITAIRES EXPERIENCES D ENSEIGNEMENT

PARCOURS ACADEMIQUE FONCTIONS UNIVERSITAIRES EXPERIENCES D ENSEIGNEMENT Curriculum Vitae 1 WALEED OMRI (Ph.D.) Chercheur Postdoctoral Université de Montpellier LabEx Entreprendre Avenue Raymond Dugrand 34960 Montpellier Cedex 2 Mobile: (+ 33)7 61 80 66 95 E-mail : waleed.omri@univ-montp1.fr

Plus en détail

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015 PRÉSENTATION L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation Sophie Vincent, Spécialiste en recherche consommateurs et évaluation sensorielle 22 janvier 2015 CINTECH

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Mercator 8 e édition, 2006, Cinquième partie - Chapitre 19 : Je me teste sur Le marketing des services

Mercator 8 e édition, 2006, Cinquième partie - Chapitre 19 : Je me teste sur Le marketing des services Mercator 8 e édition, 2006, Cinquième partie - Chapitre 19 : Je me teste sur Le marketing des services Ce chapitre comporte un quiz de 35 questions de difficulté variable, disponible sur le CD-ROM des

Plus en détail

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction.

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Etudes et traitements statistiques des données : le cas illustratif de la démarche par sondage INTRODUCTION

Plus en détail

RELATIONS AGENTS-APPRENANTAPPRENANT. Processus: Modeling, renforcement, interaction sociale.. Agents: Parents, pairs, école, médias

RELATIONS AGENTS-APPRENANTAPPRENANT. Processus: Modeling, renforcement, interaction sociale.. Agents: Parents, pairs, école, médias Université de Lyon II Janvier 2014 Choix de la méthode de recherche: Aspects pratiques Marie J. Lachance Professeure titulaire Sciences de la consommation Université Laval, Québec Question et problématique

Plus en détail

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail

SES-Colibri. (Version 2.0)

SES-Colibri. (Version 2.0) SES-Colibri.doc 19/09/2013 1/9 SES-Colibri (Version 2.0) Vous vous intéressez à la taille des effets : - lors d une recherche personnelle, - lors de la lecture d un article, Mais vous ne disposez que du

Plus en détail

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Introduction Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Marketing des services de l information Vos attentes Redéfinir clairement à qui vous vous adressez Mieux connaître les attentes de votre

Plus en détail

Actes du 24 e colloque de l Adméé-Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel

Actes du 24 e colloque de l Adméé-Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel EN QUOI LES DONNÉES LONGITUDINALES PERMETTENT-ELLES DE MIEUX ÉVALUER LES RETOURS SUR LES INVESTISSEMENTS EN FORMATION AU SEIN DES ORGANISATIONS? Amélie Bernier * * TÉLUQ (Université du Québec), bernier.amelie@teluq.ca

Plus en détail

Restaurer la confiance? Etudes Empiriques Conclusion et ouverture

Restaurer la confiance? Etudes Empiriques Conclusion et ouverture Restaurer la confiance des investisseurs : une exploration expérimentale systématique de l effet des politiques d investissement socialement responsable. Marco Heimann Sous la direction de Jean-François

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme

Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme Serghei Floricel Dans l introduction nous avons mentionné que les projets d innovation suivent

Plus en détail

La RSE et les PME: quels enseignements de la recherche en économie? Réunion RSE et compétitivité 4 juin 2014. Patricia Crifo

La RSE et les PME: quels enseignements de la recherche en économie? Réunion RSE et compétitivité 4 juin 2014. Patricia Crifo 1 La RSE et les PME: quels enseignements de la recherche en économie? Réunion RSE et compétitivité 4 juin 2014 Patricia Crifo Université Paris Ouest, Ecole Polytechnique & Cirano (Montréal) Plan de la

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Programme de bourses Fonds commémoratif Louise-Montpetit-Morisseau Développement et validation de l échelle de mesure

Plus en détail

B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES

B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES 1.1 Méthodologie Ce mémoire contient deux méthodologies différentes. La première correspond à la revue de la littérature et a pour objectif la documentation dans des sources

Plus en détail

le: Comment retenir ses clients lorsqu ils expérimentent un problème de service? Association de la recherche et d intelligence d Par Martin Savard

le: Comment retenir ses clients lorsqu ils expérimentent un problème de service? Association de la recherche et d intelligence d Par Martin Savard Les stratégies marketing de rétention r de clientèle: le: Comment retenir ses clients lorsqu ils expérimentent un problème de service? Association de la recherche et d intelligence d marketing Par Martin

Plus en détail

Table des cas d entreprise et enquêtes. Avant-propos Nos choix d adaptation Visite guidée La 4 e édition Remerciements

Table des cas d entreprise et enquêtes. Avant-propos Nos choix d adaptation Visite guidée La 4 e édition Remerciements Table des matières Table des cas d entreprise et enquêtes Avant-propos Nos choix d adaptation Visite guidée La 4 e édition Remerciements xiii xiii xiv xv xv Première partie Les fondements de la comptabilité

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Résumé du rapport Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Numéro de contrat : 90030-121581/001/CY Contrat attribué le : 2013-01-18 Préparé pour : Office national

Plus en détail

Le risque Idiosyncrasique

Le risque Idiosyncrasique Le risque Idiosyncrasique -Pierre CADESTIN -Magali DRIGHES -Raphael MINATO -Mathieu SELLES 1 Introduction Risque idiosyncrasique : risque non pris en compte dans le risque de marché (indépendant des phénomènes

Plus en détail

Mesurer la valeur ajoutée par la gestion des ressources humaines

Mesurer la valeur ajoutée par la gestion des ressources humaines Mesurer la valeur ajoutée par la gestion des ressources humaines Par Daniel Held, Dr. ès Sc. Econ. Paru dans Personnel, Janvier 2001, no 416, pp. 34-37 La création de valeur a toujours été le moteur du

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques»

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Avant-propos Mode d emploi du guide TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Chapitre 1 Les PME : Spécificités et problématiques liées au développement 1.1 Le monde méconnu des

Plus en détail

Dispositif d'accompagnement

Dispositif d'accompagnement PRÉFET DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES Direction régionale des s, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi de Poitou-Charentes Pôle 3E Service développement économique-innovationentreprises

Plus en détail

CAHIER DE RECHERCHE n 2010-004 E4

CAHIER DE RECHERCHE n 2010-004 E4 CAHIER DE RECHERCHE n 2010-004 E4 Management Entrepreneurial et Orientation Entrepreneuriale : Deux concepts aussi différents? Kathleen Randerson Alain Fayolle Unité Mixte de Recherche CNRS / Université

Plus en détail

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Nouveauté Méthodes quantitatives et qualitatives Prix : 81,95 $ Auteurs : Marie-Fabienne Fortin, Johanne Gagnon ISBN13 : 9782765050063 Nombre

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur RÉSUMÉ DE RECHERCHE Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur Fondé sur un rapport de recherche réalisé

Plus en détail

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier Christophe Fournier Clinique de Thuys Aunége - Christophe Fournier 2 Table des matières Information sur l'échantillon 3 Structure de l'échantillon...4 Point méthodologique 6 Point méthodologique...7 Représentativité

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Un modèle pour l évaluation et l auto-positionnement des dispositifs hybrides

Un modèle pour l évaluation et l auto-positionnement des dispositifs hybrides Un modèle pour l évaluation et l auto-positionnement des dispositifs hybrides N.Andrew Vernyuy, Université du Luxembourg Réginald Burt, Université du Luxembourg Giovanna Mancuso, Université du Luxembourg

Plus en détail

Frank LASCK. Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur. Biographie

Frank LASCK. Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur. Biographie Frank LASCK Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur Biographie Frank Lasch, professeur en entrepreneuriat, a rejoint le Groupe Sup de Co Montpellier Business School en septembre 2003

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

Test de comparaison de deux modèles de régression non paramétriques basé sur les coefficients de Fourier

Test de comparaison de deux modèles de régression non paramétriques basé sur les coefficients de Fourier Test de comparaison de deux modèles de régression non paramétriques basé sur les coefficients de Fourier Zaher Mohdeb Université Mentouri Département de Mathématiques, Constantine, Algérie E-mail: zaher.mohdeb@umc.edu.dz

Plus en détail

La démarche d intelligence économique

La démarche d intelligence économique PROGRAMME D APPUI AU COMMERCE ET À L INTÉGRATION RÉGIONALE Un programme financé par l Union européenne RENFORCEMENT DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ET INTELLIGENCE ECONOMIQUE MARINA SAUZET CONSULTANTE

Plus en détail

Économétrie, causalité et analyse des politiques

Économétrie, causalité et analyse des politiques Économétrie, causalité et analyse des politiques Jean-Marie Dufour Université de Montréal October 2006 This work was supported by the Canada Research Chair Program (Chair in Econometrics, Université de

Plus en détail

Cours et applications

Cours et applications MANAGEMENT SUP Cours et applications 3 e édition Farouk Hémici Mira Bounab Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-058279-2 Table des matières Introduction 1 1 Les techniques de prévision : ajustements linéaires

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

Matrices stratégiques

Matrices stratégiques Conservatoire National des Arts et Métiers Matrices stratégiques Dynamiques Industrielles et Stratégies Concurrentielles 2 François Moreau Séance n 9 CNAM - Dynamiques Industrielles et Stratégies Concurrentielles

Plus en détail

Intérêt et limites des estimations sur petits domaines HID «Petits domaines», une opération inhabituelle :

Intérêt et limites des estimations sur petits domaines HID «Petits domaines», une opération inhabituelle : Intérêt et limites des estimations sur petits domaines HID «Petits domaines», une opération inhabituelle : a. Une opération de «production» b. Visant l ensemble des variables d une enquête c. Recherchant

Plus en détail

L efficacité d un site Web selon les consommateurs : une question de qualité qui repose avant tout sur la facilité d utilisation

L efficacité d un site Web selon les consommateurs : une question de qualité qui repose avant tout sur la facilité d utilisation L efficacité d un site Web selon les consommateurs : une question de qualité qui repose avant tout sur la facilité d utilisation Par Serey-Bopha Sandrine Prom Tep Étudiante au Ph.D. Marketing, HEC Montréal

Plus en détail

UQÀM UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ÉCOLE DES SCIENCES DE LA GESTION DOCTORAT CONJOINT EN ADMINISTRATION MÉTHODES DE RECHERCHE EN GESTION ADM 9201

UQÀM UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ÉCOLE DES SCIENCES DE LA GESTION DOCTORAT CONJOINT EN ADMINISTRATION MÉTHODES DE RECHERCHE EN GESTION ADM 9201 UQÀM UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ÉCOLE DES SCIENCES DE LA GESTION DOCTORAT CONJOINT EN ADMINISTRATION MÉTHODES DE RECHERCHE EN GESTION ADM 9201 Plan de cours Cataldo Zuccaro, MBA, Ph.D. Département

Plus en détail

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier : comment y contribuer? Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la

Plus en détail

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ;

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ; TITRE DE LA THESE Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie Par Riadh Béchir Unité de recherche ; Laboratoire ; Entreprise - Economie - Environnement Economie et sociétés rurales

Plus en détail

Habilitation à Diriger les Recherches

Habilitation à Diriger les Recherches FACULTE JEAN MONNET Habilitation à Diriger les Recherches présentée et soutenue publiquement le 28 juin 2011 Résumé des travaux de recherche Hajer Kéfi Jury : Professeur Ahmed Bounfour Université Paris-Sud

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique

La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique Résumé : L offre de logiciels intégrés auprès des petites entreprises s accroit. Cependant, l acquisition d un

Plus en détail

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Nice, le 16 juin 2014 NOM : JA BARY E-MAIL PRENOM : HALA HALAJABARY@YAHOO.COM Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Page 1 :

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Simplifier vos projets d avenir

Simplifier vos projets d avenir Simplifier vos projets d avenir FINANCEMENT Ouvrir à nos clients l accès aux marchés de capitaux publics et privés par le biais de formules innovatrices d emprunt et de recapitalisation. S O L U T I O

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

«Technologies de l informationl & management»

«Technologies de l informationl & management» e-management Cours DEA e-management DEA «e-management : concepts & méthodesm thodes» Cours «Technologies de l informationl & management» Enseignants : Henri Isaac, Robert Nickerson e-management Objectifs

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

Le processus d innovation, son articulation et son pilotage

Le processus d innovation, son articulation et son pilotage Le processus d innovation, son articulation et son pilotage Agadir (Maroc) 9 mai 2013 Quelques convictions L innovation s inscrit dans un processus d entreprise commun Elle ne peut réussir sans intégration

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE!

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! Le 5 mars 2014 A quelques jours de la Journée Internationale de la Femme, l Observatoire International de l Equilibre Hommes

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Chapitre 8Innovation technologique et dynamique des industries

Chapitre 8Innovation technologique et dynamique des industries Chapitre 8 Innovation technologique et dynamique des industries Niveau méso-économique : Approche évolutionniste innovations technologiques comme source principale de la dynamique industrielle Vision riche,

Plus en détail

Plan Défi Biotech Santé

Plan Défi Biotech Santé Plan Défi Biotech Santé Positionnement Concurrentiel et Commercial Présentation de l opération 24 novembre 2011 24 novembre 2011 1/20 2011 Intervenants Denis le Bouteiller, responsable de la mission Expérience

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles M. L. Delignette-Muller Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive VetAgro Sup - Université de Lyon - CNRS UMR 5558 24 novembre

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION 1 INTRODUCTION Le phénomène de groupe a attiré plusieurs chercheurs et il a fait l objet d énormes recherches en psychosociologie des organisations vu l importance q il revêt ce phénomène ans la vie de

Plus en détail

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Gilbert Saporta Chaire de Statistique Appliquée, CNAM ActuariaCnam, 31 mai 2012 1 L approche statistique

Plus en détail

Environnement et management stratégique des PME : le cas du secteur Internet

Environnement et management stratégique des PME : le cas du secteur Internet Résumé de la thèse de doctorat en sciences de gestion Environnement et management stratégique des PME : le cas du secteur Internet par Gaël GUEGUEN Université Montpellier I, soutenue le 19 décembre 2001,

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Aurélie Merle Professeur associé, Grenoble École de Management Chercheur associé au CEROG et à Coactis (EA 41 61) aurelie.merle@iae-aix.

Aurélie Merle Professeur associé, Grenoble École de Management Chercheur associé au CEROG et à Coactis (EA 41 61) aurelie.merle@iae-aix. LA VALEUR PERCUE DE LA CUSTOMISATION DE MASSE : PROPOSITION ET TEST D UN MODELE CONCEPTUEL INTEGRATEUR Aurélie Merle Professeur associé, Grenoble École de Management Chercheur associé au CEROG et à Coactis

Plus en détail

QCM d autoévaluation

QCM d autoévaluation QCM d autoévaluation Concernant les techniques d analyse stratégique Philippe Massol Vous devez pouvoir répondre à toutes les questions de ce QCM pour pouvoir considérer que vous êtes à l aise avec les

Plus en détail

Les Entreprises Familiales

Les Entreprises Familiales Les Entreprises Familiales Paris, le 5 Fevrier 2008 Les Entreprises Familiales Centenaires sont en France 1400 (présentes dans presque tous les secteurs) dont 400 dans le secteur des Vins et Spiritueux.

Plus en détail