Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012"

Transcription

1 SEPTEMBRE 2012 PRAIRIES Luzerne : limiter les mauvaises herbes p. 3 Ravageurs : une lutte surtout agronomique p. 6 MAÏS Tasser et protéger le silo pour éviter l'entrée d'air p. 8 Ajuster la ration des vaches laitières au maïs p. 10 Le maïs grain humide séduit de plus en plus p. 12 DÉROBÉES Profiter de la valeur alimentaire des intercultures p. 14 COPRODUITS Bien adaptés aux jeunes charolais p. 16 OLÉO- PROTÉAGINEUX Des sources de protéines au cœur des bassins d'élevage p. 18 Du tourteau de colza pour tous les ruminants p. 20 Jouer la complémentarité pois/tourteau de colza en porcs p. 22 Pois et féveroles avantageux en filières volailles de qualité p. 23 Fourrages et tourteaux Optimiser l'alimentation de ses troupeaux Membres de

2 14 Dérobées Profiter de la valeur alimentaire de certaines intercultures Les travaux d'arvalis Institut du végétal montrent que les intercultures peuvent constituer une ressource intéressante pour les élevages qui ont du mal à couvrir les besoins alimentaires. Radis, avoine et colza fourrager, notamment, fournissent une bonne valeur énergétique. N. Cornec Pour constituer un bon fourrage, le couvert doit être facilement ingestible, riche en énergie ainsi qu en azote. Que faire lorsque le fourrage vient à manquer? Pour les élevages bovins des régions de polyculture élevage, la valorisation des cultures intermédiaires au pâturage ou en affouragement en vert peut s avérer une solution intéressante. Pour mieux connaître la valeur énergétique de ces ressources et leur risque acidogène, ARVALIS- Institut du végétal a mené en 2011 une première série d analyses sur quelques cultures intermédiaires : la moutarde blanche, le radis, l avoine strigosa (1), le colza fourrager et le ray grass d Italie (RGI). À l exception du dernier récolté en sortie d hiver, tous ont été coupés en début d hiver. La moutarde blanche et le radis ont été fauchés en début de floraison, le colza fourrager et le RGI au stade feuillu, l avoine entre les stades 2 nœuds et dernière feuille. Des mesures dans le rumen Pour constituer un «bon» fourrage, le couvert doit être facilement ingestible, riche en énergie ainsi qu en azote. Les essais se sont donc d abord intéressés à la valeur énergétique des couverts. Pour la déterminer, un échantillon de chaque espèce a été placé dans un sachet de nylon à mailles très fines, suspendu dans le contenu du rumen des vaches par l intermédiaire d une canule. Après plusieurs heures, chaque sachet a été pesé afin de déterminer la proportion «digérée» du couvert. L opération a été répétée jusqu à obtenir un couvert totalement digéré. Cette méthode dite «des sachets» fournit la vitesse de dégradation de la matière sèche (MS) et la part d énergie «libérée» par le couvert. Le fourrage idéal libère la totalité de son énergie mais avec une dégradation lente au départ pour limiter les risques d acidose du rumen. Des couverts très digestibles À l exception de la moutarde, les couverts étudiés se sont avérés très digestibles : après 72 heures d incubation dans le rumen, plus de 90 % de la MS de l avoine strigosa, du radis, du RGI et du colza fourrager était dégradée contre seulement 64 % pour la moutarde blanche. Pour les quatre premiers couverts, les valeurs énergétiques sont apparues très bonnes, respectivement de 0,84, 0,82, 0,99 et 0,92 UFL (Unités fourragères «lait») (figure 1). Cependant, le RGI, le colza fourrager et le radis libèrent très rapidement leur énergie. Avec plus de 60 % de dégradation en 4 h, ces couverts présentent un risque acidogène assez élevé. À titre de comparaison, l orge fourragère, qui pose également ce problème, L avoine rude (strigosa) est bien valorisée par les ruminants. est dégradée à 80 % en 4 h. Au regard des trois critères étudiés, c est donc l avoine strigosa qui semble le mieux sortir son épingle du jeu. Ce couvert est dégradé à 90 % après 72 h d incubation. Avec 0,85 UFL, il offre une bonne valeur énergétique. Et il présente un risque acidogène relativement faible, seulement 50 % de sa MS étant dégradé en quatre heures d incubation. Équilibrer énergie et azote Pour compléter cette première étude, la valeur azotée des couverts a également été mesurée (figure 2). Comme attendu, l essentiel de la valeur alimentaire de la moutarde blanche réside dans l azote qu elle apporte à l animal. Ce couvert présente une teneur en matières azotées totales (MAT) très élevée, proche de 300 g/kg de matière sèche (MS). Le radis, l avoine strigosa et le colza fourrager sont plus équilibrés avec une teneur en MAT située entre 150 et 180 g/kg MS, et une valeur énergétique comprise entre 0,8 et 1 UFL. Un «plus» pour l avoine strigosa Bilan, l avoine strigosa offre une bonne valeur énergétique, une MAT moyenne et un faible

3 Dérobées 15 Eviter l acidose Valeur énergétique (UFL à partir de dégradation en 48 h) 1,00 0,95 0,90 0,85 0,80 0,75 0,70 0,65 0,60 0,55 moutarde blanche avoine strigosa radis RGI colza fourrager 0, Risque acidogène (à partir de dégradation en 4 h) Figure 2 : Valeurs énergétiques et risque acidogène des couverts étudiés. Critères estimés par la méthode des sachets. Pour la valeur énergétique, la quantité d énergie libérée (UFL) est mesurée après 48h d incubation dans le rumen. Pour le risque acidogène, la part de MS dégradée est mesurée après 4h d incubation. Le phénomène d acidose du rumen est fréquent lorsque le régime est riche en énergie. Il se traduit par une chute du ph du rumen (< à 6,2), liée à une proportion élevée d aliments concentrés. La sécrétion salivaire qui recycle les substances tampons devient insuffi sante par rapport à la production d acides issus de la digestion. À l extrême, ce phénomène peut conduire à une baisse du ph sanguin, mortel pour les vaches. L acidifi cation du rumen dépend d abord des teneurs en amidons dégradables du fourrage. La quantité d amidon digéré dans le rumen peut être prédite grâce à la méthode des sachets. La moutarde blanche apporte essentiellement de l azote Valeur énergétique (UFL à partir de dégradation en 48 h) 1,00 RGI 0,95 colza fourrager 0,90 avoine strigosa 0,85 0,80 radis 0,75 0,70 0,65 0,60 0,55 0,50 moutarde blanche Matières Azotées Totales (g/kgms) Figure 3 : Valeurs énergétiques et matières azotées totales des couverts étudiés. Critères estimés par la méthode des sachets. La teneur en MAT est mesurée au laboratoire. risque acidogène. Si le colza fourrager et le radis apparaissent excellents en ce qui concerne l énergie et la MAT, il est préférable de les associer à un fourrage riche en fibre dans la ration pour éviter les risques d acidose. La moutarde blanche se révèle pour sa part très déséquilibrée, avec une MAT très élevée et une valeur énergétique très faible. Ces travaux confirment qu il est possible de valoriser en fourrage des couverts habituellement enfouis en interculture. D autres études devront suivre pour compléter la liste maintenant «ouverte» des cultures intermédiaires de bonne valeur alimentaire. (1) Aussi très connue sous le nom d avoine brésilienne, diploïde, rude, maigre.

4 16 Biocarburants Les coproduits bien adaptés aux jeunes bovins charolais Dans le cadre d essais réalisés sur la ferme expérimentale de Saint-Hilaire en Woëvre, ARVALIS-Institut du végétal a comparé l intérêt de quatre régimes alimentaires sur des jeunes bovins charolais. Les résultats montrent que les coproduits issus des biocarburants obtiennent de très bonnes performances, le mélange céréales et tourteaux de colza fournissant les meilleurs gains. Un atelier expérimental de 170 places D une capacité de 170 places, l atelier expérimental d engraissement de jeunes bovins de Saint-Hilaire en Woëvre (55) permet d une part d expérimenter la valorisation des coproduits issus de la fabrication de biocarburants en engraissement de jeunes bovins. Il aide d autre part à démontrer la faisabilité technique et économique d un système d alimentation à base de coproduits de la région. Une attention toute particulière a été prise vis-à-vis de la conception du bâtiment afin de le rendre exemplaire et innovant. Un quai de paillage permet de maîtriser la consommation de paille. Un certain nombre d aménagements (fermeture automatique des barrières, barre au garrot pivotante, passage d hommes dans tous les box, couloir de contention, identification électronique des animaux, pesée toute automatisée ) simplifie le travail et la sécurité de l éleveur. Réchauffement de l eau de boisson par la litière, ventilation maitrisée améliore le bien-être animal. Quatre régimes alimentaires ont été expérimentés pendant deux ans sur des jeunes bovins à la ferme expérimentale de Saint-Hilaire en Woëvre. Coproduits de la fabrication du diester et de l éthanol, les drèches de blé et les tourteaux de colza sont désormais disponibles en quantité Particulièrement dans le grand quart nord-est de la France où de nombreuses unités de transformation se sont développées. Ces ressources ouvrent des nouvelles perspectives pour l alimentation animale et plus spécifiquement pour l engraissement de jeunes bovins. En partenariat avec la région Lorraine, le départem ent de la Meuse, la DRAAF (Direction régionale de l agriculture, de l alimentation et de la forêt) ainsi qu avec l ensemble des coopératives viande et céréales de Lorraine, ARVALIS-Institut du végétal Le mélange céréales et tourteaux de colza en tête Témoin Céréales et tourteaux de colza Céréales et CAMV coproduits Aliment complet semihumide Drêche de blé et pulpe de betterave Régime Poids vif début essai (kg) 375,0 374,5 375,4 374,9 Poids vif à l abattage (kg) 737,6 729, ,5 Poids de carcasse (kg) 426,9 424,2 427,0 419,3 Durée d engraissement (j) GMQ Engraissement (g/j) Note de conformation U- U- U- R+ Note d état d engraissement Consommation (kg MS/j) 8,78 9,02 8,41 9,13 IC vif* 4,77 5,47 4,97 5,62 *IC vif : indice de consommation vif : kg MS consommés/kg gain vif Résultats techniques obtenus sur deux années d expérimentation. Les niveaux de croissance des jeunes bovins sont des moyennes de lots. Ils comprennent la phase de transition, la phase de production et la phase de finition.

5 Biocarburants 17 N. Cornec Des économies en minéraux grâce au tourteau de colza Coproduit de la trituration des graines de colza, le tourteau constitue une source de protéines abondante pour l alimentation animale. Il est non seulement riche en protéines mais également bien pourvu en phosphore et en calcium. Il permet ainsi d économiser près de 50 % sur la complémentation en minéraux par rapport à un tourteau de soja. Sa richesse en cellulose réduit sa valeur énergétique mais sécurise les rations à risque. Sa teneur en matière grasse résiduelle est équivalente à celle du tourteau de soja et proche de 2 %. a décidé en 2008 d investir dans un bâtiment d engraissement sur la ferme expérimentale de Saint-Hilaire en Woëvre (55). Objectif : réaliser des essais sur ces nouveaux aliments. Quatre régimes en test En 2010 et 2011, quatre régimes ont donc été testés sur des lots de 16 jeunes bovins charolais âgés de 9,8 mois en début d expérimentation (voir tableau ci-contre). Le poids d abattage était fixé à 730 kg de poids vif, soit 420 kg de carcasse. Dans le régime témoin les animaux ont reçu à volonté un mélange de céréales (60 % blé 40 % orge) associé à 1,7 kg de tourteau de colza et à un Complément minéral vitaminé (CMV) de 0,2 kg (1). Dans le régime, ils ont eu en plus des céréales 2,7 kg de complément azoté minéral et vitaminique (CAMV) constitué de coproduits. La formule a consisté à leur donner à volonté un aliment complet semi-humide (56 % de matière sèche) à base d un mélange de produits et de coproduits d industries agro-alimentaires. Le régime comprenait quant à lui un mélange à volonté de deux-tiers de gluten feed de blé et d un tiers de pulpes de betteraves, associé à 0,2 kg d un CMV identique à celui utilisé dans le témoin. Pour l ensemble des régimes, la paille de blé a été distribuée à volonté, avec une consommation moyenne estimée à 1,5 kg par jour et par jeunes bovins. Hormis durant la transition, les complémentations en azote, en minéraux et vitamines sont restées identiques tout au long de l engraissement. De très bonnes performances Après deux ans d expérimentation, les résultats ont montré que les coproduits issus des C est le régime témoin, associant mélange de céréales et tourteaux de colza, qui a donné les meilleurs résultats en termes de performances. biocarburants fournissent de très bonnes performances de croissance : plus de g de Gain moyen quotidien (GMQ) vif. C est le régime témoin, associant mélange de céréales et tourteaux de colza, qui a donné les meilleurs résultats en termes de performances, avec un gain moyen de g/j. C est aussi celui qui s est avéré le plus efficace, avec un indice de consommation de 4,77 kg de matière sèche consommés pour produire 1 kg de croît vif. Pour un même poids de carcasse, le choix entre les différents régimes a peu modifié le rendement commercial, les notes de conformation et d état d engraissement. Moyennant une grande rigueur lors de l arrivée des broutards tant sur le plan sanitaire préventif qu en termes de transition et de surveillance quotidienne des animaux durant la phase d engraissement, aucun des régimes n a provoqué de problème métabolique. La valorisation des coproduits issus des biocarburants se présente donc comme une opportunité pour les engraisseurs de jeunes bovins viande Sous réserve que leur prix reste compétitif vis-à-vis des aliments classiques. (1) CMV sans phosphore de type 0 19 Des drêches de blé fonction des process de transformation Les drêches sont des coproduits de la production de bioéthanol issues de la fermentation du blé. Les drêches obtenues ont des caractéristiques différentes selon le procédé de fabrication : le son peut être séparé ou non en début de process, réintroduit ou non en fin de transformation et le gluten peut être ou non extrait. Ainsi, le gluten feed de blé issu de l usine Roquette de Beinheim (67) est une drêche déglutenisée obtenue par association de son du blé et du coproduit de la distillation. La drêche de l usine Cristanol de Bazancourt (51) est quant à elle produite à l issue d un process qui conduit à séparer le son dès le départ et à le réincorporer en fin de fabrication. Les drèches présentent une valeur énergétique élevée (de l ordre de 1 UFV/kg brut).

A L I M E N T A T I O N

A L I M E N T A T I O N www.pep.chambagri.fr Dossier : Raisonner l alimentation des chèvres laitières, les principes de base L M E O Favoriser au maximum l ingestion des fourrages grossiers 1- La part des fourrages doit représenter

Plus en détail

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012 SEPTEMBRE 2012 PRAIRIES Luzerne : limiter les mauvaises herbes p. 3 Ravageurs : une lutte surtout agronomique p. 6 MAÏS Tasser et protéger le silo pour éviter l'entrée d'air p. 8 Ajuster la ration des

Plus en détail

APPORTS ALIMENTAIRES RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE

APPORTS ALIMENTAIRES RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE APPORTS ALIMENTAIRES RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE Alimentation Energie et azote Les apports énergétiques et azotés recommandés pour les chèvres laitières sont mesurés respectivement par les unités UFL

Plus en détail

Les sous-produits... peut-on en tirer profit?

Les sous-produits... peut-on en tirer profit? JOHANNE CAMERON, agr. M.Sc. Responsable en vulgarisation au CEPOQ Ovin Québec, Octobre 2007 Les sous-produits... peut-on en tirer profit? Bonjour. J ai toujours aimé contrôler mon coût de production en

Plus en détail

Aspects nutritionnels de la vache laitière et autonomie alimentaire

Aspects nutritionnels de la vache laitière et autonomie alimentaire Aspects nutritionnels de la vache laitière et autonomie alimentaire Yves Beckers Université de Liège Gembloux Agro-Bio Tech Unité de Zootechnie Yves.beckers@ulg.ac.be Henri-Chapelle 16 décembre 2009 Unité

Plus en détail

Les lipides sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, notre alimentation doit

Les lipides sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, notre alimentation doit LES MATIERES GRASSES : De l auge à l assiette Les lipides sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, notre alimentation doit en contenir. On les trouve dans le beurre, l huile, mais

Plus en détail

Le tourteau de colza, source. de protéines. de qualité. bovins. pour vos

Le tourteau de colza, source. de protéines. de qualité. bovins. pour vos Le tourteau de colza, source de protéines pour vos de qualité bovins fleurs de colza Grâce à ses qualités nutritionnelles, le tourteau de colza remplace facilement le tourteau de soja dans l alimentation

Plus en détail

Alimentation hivernale des bovins charolais. Recommandations et repères

Alimentation hivernale des bovins charolais. Recommandations et repères Alimentation hivernale des bovins charolais Recommandations et repères Hiver 0/0 Les conditions climatiques défavorables de cette année 0 n ont pas permis de constituer suffisamment de stocks hivernaux

Plus en détail

Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique -

Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique - Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique - Intervenant : Samuel MAIGNAN Zootechnie : Intérêt nutritionnel de la luzerne déshydratée Intérêt nutritionnel de la luzerne

Plus en détail

Les protéines en nutrition animale

Les protéines en nutrition animale Les protéines en nutrition animale Sources, origine, évolution Plan Qui sommes nous? Les coopératives de nutrition animale Principes de base de la nutrition animale Les principales matières protéiques

Plus en détail

Mobilisation du modèle de simulation du secteur des aliments composés industriels de la filière agrobiologique

Mobilisation du modèle de simulation du secteur des aliments composés industriels de la filière agrobiologique Mobilisation du modèle de simulation du secteur des aliments composés industriels de la filière agrobiologique Analyse de quelques problématiques liées au développement du marché des aliments composés

Plus en détail

La place des bicarbonates dans l alimentation des vaches laitières

La place des bicarbonates dans l alimentation des vaches laitières La place des bicarbonates dans l alimentation des vaches laitières Stefan JURJANZ 19 juin 2014 1 Filière -lait de vaches Actualité : prix fluctuants subventions, abandon des quotas, ouverture des marchés

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Les qualités nutritives des tourteaux de colza

Les qualités nutritives des tourteaux de colza 1 Les qualités nutritives des tourteaux de colza Composition chimique du tourteau de colza Version du 26 octobre 2005 Remarque :!!! Données dans les tableaux pour tourteau non gras!!! Bien équilibré en

Plus en détail

Valorisation de l Energie par les brebis. Jean-Marc ARRANZ 15 mars 2007

Valorisation de l Energie par les brebis. Jean-Marc ARRANZ 15 mars 2007 Valorisation de l Energie par les brebis Jean-Marc ARRANZ 15 mars 2007 Plan Rappel système INRA Le rumen et son fonctionnement Les sucres Les fibres Indices de fibrosité Régulation du transit et du PH

Plus en détail

Vers une alimentation 100% AB. Quelles matières premières pour équilibrer les rations? Quelles stratégies pour y arriver?

Vers une alimentation 100% AB. Quelles matières premières pour équilibrer les rations? Quelles stratégies pour y arriver? Vers une alimentation 100% AB Quelles matières premières pour équilibrer les rations? Quelles stratégies pour y arriver? Vers une alimentation 100% AB Quelles matières premières pour équilibrer les rations?

Plus en détail

Les jeux sont faits, rien ne va plus vraiment? Patrice Fortier, agr.

Les jeux sont faits, rien ne va plus vraiment? Patrice Fortier, agr. Les jeux sont faits, rien ne va plus vraiment? Patrice Fortier, agr. Stratégie de groupage Valorisation des fourrages Choix des ingrédients Digestion de la ration Stratégie d additifs Stratégie de groupage

Plus en détail

Nos métiers. EVIALIS et le Porc. Un des premiers Centres de Recherche d Europe. Un laboratoire d analyses pour des réponses ciblées

Nos métiers. EVIALIS et le Porc. Un des premiers Centres de Recherche d Europe. Un laboratoire d analyses pour des réponses ciblées Merilis Porcilis Nos métiers Un des premiers Centres de Recherche d Europe Le centre de recherche EVIALIS, avec ses réseaux d élevages témoins et ses partenaires extérieurs, étudie les besoins nutritionnels

Plus en détail

Alimentation à la dérobée de veaux de boucherie

Alimentation à la dérobée de veaux de boucherie Bovins de boucherie Alimentation à la dérobée de veaux de boucherie Par : Alain Fournier, agronome, M.Sc. Conseiller en productions laitière et bovine MAPAQ, Région Centre-du-Québec http://www.agr.gouv.qc.ca

Plus en détail

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Les Chambres d agriculture de l Allier et du Puy-de-Dôme organisent des formations collectives d analyse des résultats économiques afin

Plus en détail

Prémix. Minéraux. Aliments 1er âge. Aliments diététiques. Matières premières. Biosécurité

Prémix. Minéraux. Aliments 1er âge. Aliments diététiques. Matières premières. Biosécurité Prémix Minéraux Aliments 1er âge Aliments diététiques Matières premières Biosécurité Des solutions pour chaque élevage La valeur sûre de votre élevage Calcialiment a été fondée il y plus de 80 ans en Bretagne.

Plus en détail

ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28

ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28 ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28 Le potassium, régulateur et anti-stress des plantes Le potassium circule dans la plante sous la forme du cation + tel qu

Plus en détail

Adélia la nutrition de la vache laitière, signée Triskalia

Adélia la nutrition de la vache laitière, signée Triskalia DOSSIER DE PRESSE Mars 2011 Adélia la nutrition de la vache laitière, signée Triskalia SOMMAIRE Communiqué de presse..................................................................................................................

Plus en détail

Alimentation des ovins : rations moyennes et niveaux d autonomie alimentaire

Alimentation des ovins : rations moyennes et niveaux d autonomie alimentaire Juin 2014 Compte-rendu 00 14 301 027 collection résultats Carole Jousseins 1, Edmond Tchakérian 2, Catherine de Boissieu 3, Emmanuel Morin 4, Thomas Turini 5 1. Institut de l Élevage. Département Techniques

Plus en détail

Fiche technique n 3 : l alimentation des porcs

Fiche technique n 3 : l alimentation des porcs Fiche technique n 3 : l alimentation des porcs L alimentation est très importante pour la réussite de l élevage de porcs. Quelques données sur l alimentation des porcs Le porc n est pas très exigeant quant

Plus en détail

Couverts associés au colza Premiers résultats

Couverts associés au colza Premiers résultats Le 29 juillet 21 Couverts associés au colza Premiers résultats AVERTISSEMENT LA NOTE QUI SUIT CORRESPOND AUX PREMIERS RESULTATS PARTIELS DE DEUX ANNEES D ESSAIS REALISES EN SEMIS DIRECT DANS UN CONTEXTE

Plus en détail

Colza : une huile et un tourteau aux nombreuses qualités

Colza : une huile et un tourteau aux nombreuses qualités INDUSTRIE DES SEMENCES DE PLANTES OLÉOPROTÉAGINEUSES FILIÈRE FRANÇAISE DES HUILES ET PROTÉINES VÉGÉTALES Colza : une huile et un tourteau aux nombreuses qualités Les qualités nutritionnelles de l huile

Plus en détail

LA COMPLEMENTATION MINERALE ET VITAMINIQUE DES CHÈVRES LAITIÈRES

LA COMPLEMENTATION MINERALE ET VITAMINIQUE DES CHÈVRES LAITIÈRES LA COMPLEMENTATION MINERALE ET VITAMINIQUE DES CHÈVRES LAITIÈRES Alimentation Avec des animaux de plus en plus performants et des rations alimentaires de moins en moins diversifiées, il importe de vérifier

Plus en détail

CUNICULTURE Magazine Volume 39 (année 2012) pages 33 à 43

CUNICULTURE Magazine Volume 39 (année 2012) pages 33 à 43 Colin et coll. Acides gras oméga 3 : zootechnie et qualité de viande CUNICULTURE Magazine vol 39 (2012) page 33 CUNICULTURE Magazine Volume 39 (année 2012) pages 33 à 43 L ENRICHISSEMENT DES ALIMENTS LAPIN

Plus en détail

Elevage Infos. Bilan de la campagne d analyse d herbe 2013. Résultats 2013 SOMMAIRE

Elevage Infos. Bilan de la campagne d analyse d herbe 2013. Résultats 2013 SOMMAIRE Elevage Infos SOMMAIRE Bilan campagne d analyse d herbe p 1 AgriNIR p 2 Cap ECO p 3 Ovins p 5 Bovins Lait p 6 GEHODES p 8 Contact EDE Chambre d Agriculture Elevage - Tél 02.54.61.61.54 www.indre.chambagri.fr

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

Domaine Elevage bovins

Domaine Elevage bovins Domaine Elevage bovins 22 Autonomie alimentaire pour les vaches laitières et allaitantes Panorama des solutions développées sur la ferme expérimentale de Thorigné d Anjou. Objectifs : obtenir des références

Plus en détail

Chambres d agriculture du Centre PRDAR 2014-2020

Chambres d agriculture du Centre PRDAR 2014-2020 N de l action 122 Améliorer la professionnalisation des élevages pour une meilleure rentabilité, une meilleure gestion des risques et un maintien des activités d élevages et de polycultureélevages en région

Plus en détail

SBW = Shrunk Body Weight et correspond au poids vif x 0,96 SRW = Shrunk Weight = 435 kg pour une carcasse contenant 25,2 % de lipides

SBW = Shrunk Body Weight et correspond au poids vif x 0,96 SRW = Shrunk Weight = 435 kg pour une carcasse contenant 25,2 % de lipides PROTÉINES Par : Dany Cinq-Mars, agronome Nutrition et alimentation MAPAQ/Direction des services technologiques http://www.agr.gouv.qc.ca Pour commentaires : dcinqmar@agr.gouv.qc.ca Révisé le 13 mars 2001

Plus en détail

LA VALEUR ALIMENTAIRE DE LA LUZERNE

LA VALEUR ALIMENTAIRE DE LA LUZERNE LA VALEUR ALIMENTAIRE DE LA LUZERNE AF : acide formique (doses données par tonne de vert) AGV : acides gras volatils CB : cellulose brute DMO : digestibilité de la matière organique MAT : matière azotée

Plus en détail

Quel équilibre entre protéines animales et végétales pour une alimentation durable?

Quel équilibre entre protéines animales et végétales pour une alimentation durable? Quel équilibre entre protéines animales et végétales pour une alimentation durable? Didier RÉMOND, Unité de Nutrition Humaine, Clermont-Fd SIA 2015 26/03/2015.01 Gaz à effet de serre H2O Biodiversité Alloca)on

Plus en détail

ALIMENTATION ANIMALE 1.- LES RUMINANTS

ALIMENTATION ANIMALE 1.- LES RUMINANTS ALIMENTATION ANIMALE L'alimentation des animaux a une répercussion sur la qualité des produits animaux dérivés Cette alimentation doit répondre aux besoins des animaux pour leur entretien, leur production,

Plus en détail

L avenir. de la filière du lin. oléagineux Français. Une graine originale pour des marchés spéc. Une graine originale pour des marchés spécifiques

L avenir. de la filière du lin. oléagineux Français. Une graine originale pour des marchés spéc. Une graine originale pour des marchés spécifiques L avenir de la filière du lin oléagineux Français Un diagnostic interprofessionnel a été effectué en 2008 et 2009 sur la filière du lin oléagineux en France. Basé sur des enquêtes réalisées auprès des

Plus en détail

DIRECTIVES GÉNÉRALES CODEX POUR L UTILISATION DES MATIÈRES PROTÉIQUES VÉGÉTALES (MPV) DANS LES ALIMENTS

DIRECTIVES GÉNÉRALES CODEX POUR L UTILISATION DES MATIÈRES PROTÉIQUES VÉGÉTALES (MPV) DANS LES ALIMENTS 1 CAC/GL 4-1989 DIRECTIVES GÉNÉRALES CODEX POUR L UTILISATION DES MATIÈRES PROTÉIQUES VÉGÉTALES (MPV) DANS LES ALIMENTS CAC/GL 4-1989 1. OBJET Fournir des orientations pour une utilisation appropriée et

Plus en détail

Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs

Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs Dans un contexte économique fluctuant, tracer les chemins de l aprèsquota à l horizon 2015 est primordial. Les 14 groupes lait issus des GEDA (Groupes

Plus en détail

Utilisation des légumineuses à graines

Utilisation des légumineuses à graines Colloque Utilisation des légumineuses dans les systèmes de production animale JL Peyraud, JY Dourmad, M Lessire, F Médale, C Peyronnet Les légumineuses pour des systèmes agricoles et alimentaires durables

Plus en détail

Les coproduits. de l industrie de la pomme de terre: une solution intéressante pour l alimentation des ruminants

Les coproduits. de l industrie de la pomme de terre: une solution intéressante pour l alimentation des ruminants Les coproduits de l industrie de la pomme de terre: une solution intéressante pour l alimentation des ruminants Février 2001 SOMMAIRE Avant-propos..............................................................

Plus en détail

L essentiel de la filière. viande bovine française 2014

L essentiel de la filière. viande bovine française 2014 L essentiel de la filière viande bovine française 2014 Sommaire Cheptel Chiffres filière Systèmes d élevage & environnement Consommation CHEPTEL Lexique / Vocabulaire (définitions réglementaires (CE) n

Plus en détail

Coproduits de la betterave en alimentation animale

Coproduits de la betterave en alimentation animale Coproduits de la betterave en alimentation animale Table Ronde COPRALIM CFGC-W 25 avril 2008 15.02.07 MINAGRI Présentation 1 Table des matières 2 Table des matières 3 1.1 Qualité de la filière: Processus

Plus en détail

Megafol Protein. Augmente la valeur de la récolte.

Megafol Protein. Augmente la valeur de la récolte. . Augmente la valeur de la récolte. Quantité supérieure de protéines dans les grandes productions de blé. Quantité supérieure de protéines et meilleure digestibilité de la luzerne. augmente la quantité

Plus en détail

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait LE SOL forts Sol sensible à l érosion Part du parcellaire labourable faible Accès limité ou difficile aux parcelles pâturées Peu d engrais organiques (effluents d élevage) disponibles sur l exploitation

Plus en détail

Introduction. I. Les besoins alimentaires de la plante. II. Les besoins minéraux de la plante. Définition des termes utilisés

Introduction. I. Les besoins alimentaires de la plante. II. Les besoins minéraux de la plante. Définition des termes utilisés Introduction I. Les besoins alimentaires de la plante Pour se nourrir les plantes supérieures ont, comme tout être vivant, besoin d'énergie et de matières. La plante supérieure a la propriété fondamentale

Plus en détail

L essentiel de la filière. viande bovine française 2013

L essentiel de la filière. viande bovine française 2013 L essentiel de la filière viande bovine française 2013 Sommaire Cheptel Chiffres filière Systèmes d élevage & environnement Consommation Lexique / Vocabulaire (définitions réglementaires (CE) n 1249/2008

Plus en détail

Intercultures et production de fourrages

Intercultures et production de fourrages Mini-conférence Sommet de l Elevage 5 octobre 2012 Intercultures et production de fourrages Cultures dérobées ou «soudure» : les espèces les plus utilisées périodes de croissance exploitations fourrages

Plus en détail

L UTILISATION DU MAÏS HUMIDE EN ALIMENTATION PORCINE

L UTILISATION DU MAÏS HUMIDE EN ALIMENTATION PORCINE L UTILISATION DU MAÏS HUMIDE EN ALIMENTATION PORCINE - Enquête auprès de 28 éleveurs de porcs de Basse-Normandie - PREAMBULE En raison des fluctuations du prix des matières premières, qui se sont accélérées

Plus en détail

Quel système pour maximiser les résultats r économiques des exploitations d élevage allaitant ou laitier? Opt INRA

Quel système pour maximiser les résultats r économiques des exploitations d élevage allaitant ou laitier? Opt INRA Quel système pour maximiser les résultats r économiques des exploitations d élevage allaitant ou laitier? Opt INRA outil d aide à la décision par programmation linéaire Veysset P., Lherm M., Bébin D. Opt'INRA

Plus en détail

EFFETS ZOOTECHNIQUES D UNE BAISSE DE LA TENEUR EN PROTEINES DES REGIMES ALIMENTAIRES DINDES AVEC OU SANS ENRICHISSEMENT EN THREONINE

EFFETS ZOOTECHNIQUES D UNE BAISSE DE LA TENEUR EN PROTEINES DES REGIMES ALIMENTAIRES DINDES AVEC OU SANS ENRICHISSEMENT EN THREONINE EFFETS ZOOTECHNIQUES D UNE BAISSE DE LA TENEUR EN PROTEINES DES REGIMES ALIMENTAIRES DINDES AVEC OU SANS ENRICHISSEMENT EN THREONINE Chevalier Denis 1, Gerfault Vincent 1, Relandeau Claire 2 1 MG2MIX,

Plus en détail

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège Plan L ensilage de maïs en général Caractéristiques anatomiques

Plus en détail

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou :

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou : - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque

Plus en détail

Engraisser des bovins-viande avec du maïs grain humide ou du maïs épi entier pour renforcer l autonomie alimentaire des élevages

Engraisser des bovins-viande avec du maïs grain humide ou du maïs épi entier pour renforcer l autonomie alimentaire des élevages Engraisser des bovins-viande avec du maïs grain humide ou du maïs épi entier pour renforcer l autonomie alimentaire des élevages Les différentes formes de maïs 100 épi MGH Entier Broyé Remplissage du grain,

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

Entre 2 cultures qui rapportent, choisissez une culture qui apporte

Entre 2 cultures qui rapportent, choisissez une culture qui apporte Entre cultures qui rapportent, choisissez une culture qui apporte www.semencesdefrance.com gamme 4 problématiques 4 solutions 4 ENTRE CULTURES DE PRODUCTION, I-SOL APPORTE À LA TERRE DES ÉLÉMENTS NUTRITIFS

Plus en détail

INTEGRATION DE POIS ET FEVEROLE DANS LA RATION DES MONOGASTRIQUES

INTEGRATION DE POIS ET FEVEROLE DANS LA RATION DES MONOGASTRIQUES INTEGRATION DE POIS ET FEVEROLE DANS LA RATION DES MONOGASTRIQUES Hormis le soja dont une bonne par e est des née à l alimenta on humaine, et qui pour l alimenta on animale nécessite une tritura on, d

Plus en détail

Faut-il investir pour faire plus de lait?

Faut-il investir pour faire plus de lait? Normandie Faut-il investir pour faire plus de lait? RÉFLÉCHIR L APRÈS-QUOTA A partir de 2015, les quotas laitiers en place depuis plus de 30 ans disparaissent. Pour beaucoup d éleveurs, ce changement représente

Plus en détail

Etat des recherches sur les protéines végétales. Verrous et leviers de l innovation.

Etat des recherches sur les protéines végétales. Verrous et leviers de l innovation. Colloque PONAN - 29 novembre 2013 Etat des recherches sur les protéines végétales. Verrous et leviers de l innovation. Jacques Guéguen INRA UR BIA Nantes 1 Les systèmes alimentaires de type occidental,

Plus en détail

Diversification des matières premières en aviculture et durabilité des productions. Isabelle Bouvarel

Diversification des matières premières en aviculture et durabilité des productions. Isabelle Bouvarel Diversification des matières premières en aviculture et durabilité des productions Isabelle Bouvarel 1 Une faible autonomie protéique pour la production de volailles 2 Une forte part de soja dans les aliments

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE E7-1 SCIENCES ET TECHNIQUES DES PRODUCTIONS ANIMALES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE E7-1 SCIENCES ET TECHNIQUES DES PRODUCTIONS ANIMALES SESSION 2013 Métropole BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE E7-1 SCIENCES ET TECHNIQUES DES PRODUCTIONS ANIMALES Option : Productions animales Durée : 4 heures Matériel(s) et document(s) autorisé(s)

Plus en détail

Les sous-produits de la transformation du colza comme un substitut du soja égrugé

Les sous-produits de la transformation du colza comme un substitut du soja égrugé Les sous-produits de la transformation du colza comme un substitut du soja égrugé Après l'introduction de l'interdiction d'utiliser des farines de viande et d'os dans l'union européenne augmente la demande

Plus en détail

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Carte de visite : 1 personne + 1 salarié 1/3 temps 85 ha 47 PMTVA (60 vaches nourrices) Signe particulier : Système naisseur en plein air. Des

Plus en détail

Démystifions les engrais naturels

Démystifions les engrais naturels Démystifions les engrais naturels Journée sur les méthodes BIO LOGIQUES en horticulture ornementale 22 janvier 2009 Martin Trépanier, Ph.D., agr. Centre de Recherche en Horticulture La fertilisation des

Plus en détail

DOMAINE DE LA BOUZULE

DOMAINE DE LA BOUZULE DOMAINE DE LA BOUZULE Un domaine expérimental pour imaginer et concevoir la ferme du futur ECOLE NATIONALE SUPÉRIEURE D AGRONOMIE ET DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES AU SOMMAIRE La ferme durable de demain [3]

Plus en détail

Couverture des sols en interculture Choisir et conduire un couvert adapté à ses besoins

Couverture des sols en interculture Choisir et conduire un couvert adapté à ses besoins Note technique n 25 Mai 2012 L opération de conseil Agr Eau Madon, co-financée par l Agence de l Eau Rhin Meuse et le CASDAR, est destinée à vous apporter des informations et des conseils en faveur de

Plus en détail

L humain manque d oligo-éléments. L humain mange des animaux et des végétaux.

L humain manque d oligo-éléments. L humain mange des animaux et des végétaux. L a s a n t é p a r l e s o l L humain manque d oligo-éléments. L humain mange des animaux et des végétaux. Alimenter les cultures végétales avec GENOSOL, permet aux plantes d être plus riche en oligo-éléments.

Plus en détail

Session 4 : Produire et utiliser des légumineuses à graines AB

Session 4 : Produire et utiliser des légumineuses à graines AB Session 4 : Produire et utiliser des légumineuses à graines AB Session 4 Produire des légumineuses à graines pour l alimentation porcine AB : atouts et contraintes S. Lubac (IBB), F. Pressenda (Céréopa)

Plus en détail

) REFERENTIEL 2014 des réseaux d élevage Auvergne, Lozère, Aveyron Conjoncture 2013. Sommaire général : Avertissements

) REFERENTIEL 2014 des réseaux d élevage Auvergne, Lozère, Aveyron Conjoncture 2013. Sommaire général : Avertissements ) REFERENTIEL 2014 des réseaux d élevage Auvergne, Lozère, Aveyron Conjoncture 2013 Sommaire général : Avertissements Fiches techniques - bovins lait - bovins allaitants - cultures Fiches économiques -

Plus en détail

DOSSIER PEDAGOGIQUE ATELIER D ÉVEIL SCIENTIFIQUE. «Eau, Nitrate et Agriculture durable» POUR L ÉCOLE FONDAMENTALE

DOSSIER PEDAGOGIQUE ATELIER D ÉVEIL SCIENTIFIQUE. «Eau, Nitrate et Agriculture durable» POUR L ÉCOLE FONDAMENTALE DOSSIER PEDAGOGIQUE ATELIER D ÉVEIL SCIENTIFIQUE POUR L ÉCOLE FONDAMENTALE «Eau, Nitrate et Agriculture durable» SYNTHESE DE L ATELIER L utilisation des nitrates : Synthèse Résume les différentes situations

Plus en détail

www.terresoleopro.com

www.terresoleopro.com Des cultures au cœur de nos vies www.terresoleopro.com Terres OléoPro Parce que nous avons fait le choix d améliorer le quotidien de chacun en proposant des produits et des marques basés sur les bienfaits

Plus en détail

B7-II Nourrir les volailles

B7-II Nourrir les volailles B7-II Nourrir les volailles Moyen d enseignement pour la formation professionnelle de base de l avicultrice, de l aviculteur en 3 ème année d apprentissage II Nourrir les volailles Table des matières 1

Plus en détail

Les amendements basiques ou chaulage des prairies

Les amendements basiques ou chaulage des prairies Les amendements basiques ou chaulage des prairies Pour quelles raisons chauler ses prairies? Chauler signifie apporter un amendement minéral basique, calcique et/ou magnésien. Les amendements basiques

Plus en détail

Protéines végétales protéines animales: une équa5on à mul5ples inconnues. Chris5an HUYGHE / 9 juin 2015

Protéines végétales protéines animales: une équa5on à mul5ples inconnues. Chris5an HUYGHE / 9 juin 2015 Protéines végétales protéines animales: une équa5on à mul5ples inconnues Chris5an HUYGHE / 9 juin 2015 Protéines végétales et animales: toute vision réduc5onniste est dangereuse Les tendances fortes de

Plus en détail

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie Maître d œuvre : Chambres d Agriculture de Bretagne Partenaires : INRA, Cetiom, CRA des Pays de la Loire, Union Eolys, semenciers Durée du programme

Plus en détail

TRANSFORMATION ALIMENTAIRE QUÉBEC

TRANSFORMATION ALIMENTAIRE QUÉBEC PROFIL SECTORIEL Fabrication des aliments pour animaux TRANSFORMATION ALIMENTAIRE QUÉBEC un réseau à la portée des entreprises Avril 2009 Profil sectoriel Fabrication des aliments pour animaux Faits saillants

Plus en détail

Agriculture en systèmes naturels

Agriculture en systèmes naturels Agriculture en systèmes naturels Mélanges de cultivars, cultures-abris et cultures intercalaires - blé de printemps biologique Contexte Blé avec avoine comme culture associée La production de céréales

Plus en détail

N INERIS-DRC-12-125927-09778A. Paramètres d exposition des animaux terrestres pour le module «Animaux terrestres» du modèle MODUL ERS

N INERIS-DRC-12-125927-09778A. Paramètres d exposition des animaux terrestres pour le module «Animaux terrestres» du modèle MODUL ERS RAPPORT N INERIS-DRC-12-125927-09778A 04/11/2012 Paramètres d exposition des animaux terrestres pour le module «Animaux terrestres» du modèle MODUL ERS PARAMETRES D EXPOSITION DES ANIMAUX TERRESTRES POUR

Plus en détail

Référence avec le maïs

Référence avec le maïs Les sous-produits d Éd Éthanol La valeur alimentaire et économique dans la ration de bouvillon par Régent R Leduc, agronome MAPAQ Sainte-Martine Montérégie Ouest Drummondville, 20 mars 2007 Référence avec

Plus en détail

LES ATELIERS DE PANIER MALIN : Une assiette équilibrée sans viande

LES ATELIERS DE PANIER MALIN : Une assiette équilibrée sans viande LES ATELIERS DE PANIER MALIN : Une assiette équilibrée sans viande Houmous Pour 4personnes : 200g pois chiches (en conserve, poids égouttés) ; ½ piment rouge; quelques feuilles de coriandre (ou basilic)

Plus en détail

Alimentation 100 % biologique en élevage de monogastriques

Alimentation 100 % biologique en élevage de monogastriques Alimentation 100 % biologique en élevage de monogastriques Pistes explorées par la recherche/expérimentation en AB En 2015 : fin du 95% bio en alimentation animale Quelles conséquences dans les élevages

Plus en détail

Des porcs à valeur ajoutée nourris aux «bons gras»!

Des porcs à valeur ajoutée nourris aux «bons gras»! ALIMENTATION Nathalie Plourde, chargée de projets, Centre de développement du porc du Québec inc. Des porcs à valeur ajoutée nourris aux «bons gras»! Viande de porc enrichie en oméga-3 ou en acides linoléiques

Plus en détail

Perspectives offertes par la culture en association de froment et de pois protéagineux d hiver

Perspectives offertes par la culture en association de froment et de pois protéagineux d hiver Perspectives offertes par la culture en association de froment et de pois protéagineux d hiver Jérôme Pierreux (1), Pierre Delaplace (2), Christian Roisin (3) et Bernard Bodson (1) 1 : Unité de Phytotechnie

Plus en détail

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Objectif. Il y a 4 ans je m installait dans une ferme de 100Ha. Apres 2 ans observant l'état si pauvre et usé de la terre, j ai devenu

Plus en détail

ALIMENTATION DU CHEVAL ATHLETE

ALIMENTATION DU CHEVAL ATHLETE MERIAL ANGERS 2001 ALIMENTATION DU CHEVAL ATHLETE Philippe BENOIT Clinique Equine 78610 LES BREVIAIRES DU POULAIN AU CHEVAL ATHLETE Caractèristiques du cheval athlète. Sujets à des efforts variés. Court

Plus en détail

Comment choisir les espèces?

Comment choisir les espèces? 16 Disposer d un gazon en adéquation avec l environnement pédo-climatique, avec l utilisation de la prairie (pâturage et/ou fauche), sa durée, et le type de bovins (lait ou viande) sont des éléments à

Plus en détail

La méthanisation à la ferme

La méthanisation à la ferme La méthanisation à la ferme Un exemple de diversification des activités agricoles Marie PIERREVELCIN 2008 Introduction La méthanisation : un procédé de traitement des déchets organiques et de production

Plus en détail

!" #$%& "' ( # ) * +,

! #$%& ' ( # ) * +, !" #$%& "' ( # ) * +, 1 !" % # " %'# " # $#%$ # #" $ % " $ '# % '$)$ '# "% ' #-., %$# '$ )$ %'# "-.$% %%')$ * #&%+ '# ')$ '# " #&%# # #&% #%'&%(% #%)'# " L environnement devient un enjeu de plus en plus

Plus en détail

Prémix. Minéraux. Aliments 1er âge. Aliments diététiques. Matières premières. Biosécurité

Prémix. Minéraux. Aliments 1er âge. Aliments diététiques. Matières premières. Biosécurité Prémix Minéraux Aliments 1er âge Aliments diététiques Matières premières Biosécurité Des solutions pour chaque élevage La valeur sûre pour votre élevage Calcialiment a été fondée il y plus de 80 ans en

Plus en détail

Le potentiel d incorporation du soja local par les fabricants d aliments du bétail. Patricia Le Cadre - Frédéric Pressenda

Le potentiel d incorporation du soja local par les fabricants d aliments du bétail. Patricia Le Cadre - Frédéric Pressenda Le potentiel d incorporation du soja local par les fabricants d aliments du bétail Patricia Le Cadre - Frédéric Pressenda 1 Répartition de l alimentation des animaux en France 2 Schéma de fonctionnement

Plus en détail

EFFET DU POUVOIR TAMPON DE L ALIMENT SUR LES PERFORMANCES ZOOTECHNIQUES DU POULET ET DU DINDON. Gomez Jean-Marc, Corniaux Alain

EFFET DU POUVOIR TAMPON DE L ALIMENT SUR LES PERFORMANCES ZOOTECHNIQUES DU POULET ET DU DINDON. Gomez Jean-Marc, Corniaux Alain EFFET DU POUVOIR TAMPON DE L ALIMENT SUR LES PERFORMANCES ZOOTECHNIQUES DU POULET ET DU DINDON RESUME Gomez Jean-Marc, Corniaux Alain Primex, La Gare de Baud, BP 21, 56440 Languidic Cette étude a pour

Plus en détail

Nutrition et viande bovine Française

Nutrition et viande bovine Française Nutrition et viande bovine Française Rôle et missions du CIV Contribuer à la connaissance et la compréhension des éléments scientifiques relatifs aux questions sociétales des filières élevage et viandes

Plus en détail

ssentials DESIGNED DOG for your www.delimill.ch

ssentials DESIGNED DOG for your www.delimill.ch e ssentials DESIGNED DOG www.delimill.ch for your Le siège social de la société est basé à Luzern en Suisse. Les actionnaires fondateurs de la société ont de nombreuses années d éxpérience dans le domaine

Plus en détail

Couverts DN et SIE. la Zone Vulnérable. groupes cultures juillet 2015. campagne 2014-2015. ZAR = Zone Action Renforcée = pour partie anciennes ZPPN

Couverts DN et SIE. la Zone Vulnérable. groupes cultures juillet 2015. campagne 2014-2015. ZAR = Zone Action Renforcée = pour partie anciennes ZPPN Couverts DN et SIE groupes cultures juillet 2015 la Zone Vulnérable campagne 2014-2015 ZAR ZAR = Zone Action Renforcée = pour partie anciennes ZPPN 1 la Zone Vulnérable Projet d extension : Bassin Seine

Plus en détail

Fumier de bovin viande

Fumier de bovin viande Les fumiers 139 Fiche N 55 du guide des produits organiques en Languedoc-Roussillon. Version actualisée le 05/11/2011 Fumier de bovin viande Résultats issus d 1 prélèvement fait par les Chambres d Agriculture

Plus en détail

Les protéines : un enjeu majeur pour une alimentation humaine et animale plus durable

Les protéines : un enjeu majeur pour une alimentation humaine et animale plus durable Les Rencontres de l Inra au Salon de l agriculture Les protéines : un enjeu majeur pour une alimentation humaine et animale plus durable Jeudi 26 février 2015 Programme 14h30 Introduction Denis Chereau,

Plus en détail

EVOLUTION DE L APPAREIL DIGESTIF DU VEAU D ELEVAGE

EVOLUTION DE L APPAREIL DIGESTIF DU VEAU D ELEVAGE EVOLUTION DE L APPAREIL DIGESTIF DU VEAU D ELEVAGE VEAU NOUVEAU NE Le lait passe directement dans la caillette. Les pré-estomacs ne sont pas fonctionnels. DES QUE LE VEAU CONSOMME DES ALIMENTS SOLIDES

Plus en détail

Utilisation des oléagineux et de leurs sous-produits dans l alimentation des animaux (partie porc)

Utilisation des oléagineux et de leurs sous-produits dans l alimentation des animaux (partie porc) Utilisation des oléagineux et de leurs sous-produits dans l alimentation des animaux (partie porc) Peter Stoll ALP, 1725 Posieux Facteurs qui influencent l utilisation des oléagineux par le porc nutriments

Plus en détail

La biomasse, source d énergie?

La biomasse, source d énergie? Paul MATHIS mathis.paul@orange.fr Editions Quae Dijon Le 11 octobre 2012 L énergie, c est quoi? L énergie, c est ce qui permet : de se chauffer, de cuire les aliments, de se déplacer, de faire marcher

Plus en détail