Terminales S2 Correction du Devoir Surveillé de SVT n 1 02/10/2012 Le domaine continental et sa dynamique (durée 1h50)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Terminales S2 Correction du Devoir Surveillé de SVT n 1 02/10/2012 Le domaine continental et sa dynamique (durée 1h50)"

Transcription

1 Terminales S2 Correction du Devoir Surveillé de SVT n 1 02/10/2012 Le domaine continental et sa dynamique (durée 1h50) N. Pidancier Exercice 1 : Introduction Le relief au niveau de la Terre se répartit selon un mode bimodal : les continents ont une altitude moyenne de +870 m et les océans ont une altitude de m. On peut se demander qu'elle est l'origine de la différence d'altitude moyenne entre continents/océans. Après avoir comparer croûte continentale et croûte océanique et préciser la particularité de la croûte continentale au niveau des chaînes de montagnes, on expliquera les différences d'altitude continent/océans dans le cadre de l'isostasie. Les différences entre croûte océanique et croûte continentale La croûte terrestre est la partie superficielle de la lithosphère, celle-ci incluant la croûte terrestre et une partie du manteau supérieur La limite inférieure de la lithosphère est une limite thermique (1300 C). La limite inférieure de la croûte terrestre est appelée moho. Des études sismiques ont révélé que la croûte continentale a une épaisseur moyenne de 30 km alors que la croûte océanique a une épaisseur moindre (7 km). On remarque que la croûte continentale s'épaissit sous les chaînes de montagnes jusqu'à 70 km de profondeur. L'épaississement en profondeur correspond à une racine crustale. Rque : cet épaississement correspond à un empilement de croûte continentale sous l'effet de la convergence. Les deux croûtes présentent des différences pétrographiques (nature des roches) La croûte océanique est formé de gabbros (roche magmatique plutonique) surmontés par des basaltes en coussins (roches magmatiques volcaniques formés sous l'eau). Gabbros et basaltes se forment au niveau des dorsales Une épaisseur plus ou moins importante de roches sédimentaires peut recouvrir les basaltes : cette épaisseur de sédiments augmente au fur et à mesure que la CO vieillit et s'éloigne de la dorsale. Quand la lithosphère océanique rentre en subduction, les roches de croûte océanique subissent des transformations à l'état solide et deviennent des roches métamorphiques. Gabbros et basaltes deviennent respectivement des métagabbros et métabasaltes de densité supérieures aux roches originelles. La croûte continentale présente une plus grande diversité de roches mais la CC a une composition moyenne s'apparentant au granite (roches magmatiques plutoniques). Néanmoins, elle comporte également des roches magmatiques volcaniques, des roches métamorphiques (gneiss) et des roches sédimentaires. Au niveau des chaînes de montagnes, la croûte est épaissie, des roches parfois formées en surface subissent donc un enfouissement et deviennent des roches métamorphiques. Dans certaines conditions de pression et température, il peut y avoir fusion partielle des roches de la CC, c'est le phénomène d'anatexie à l'origine de nouvelles roches magmatiques. Les deux croûtes étant composées de roches différentes ont des densités différentes. La CO est moins dense (2,7) que la CC (2,9). La CO a, au plus millions d'années alors que les roches les plus anciennes de la CC dépassent 4 Ga. Ces différences d'âge maximal des roches des deux croûtes suggèrent que la formation de la CC est un processus différent de celui de la CO. L'explication des différences d'altitude Pour expliquer les différences de reliefs entre océans/continents pour le géologue, il faut tenir compte des matériaux sur lesquels repose la croûte terrestre. Sous la croûte,qu'elle soit de nature océanique ou continentale, se trouve du manteau lithosphérique. La limite inférieure de celui-ci correspond à l'isotherme 1300 C. L'ensemble croûte+manteau lithosphérique correspond à la lithosphère. L'épaisseur moyenne des lithosphères est de 100 km mais elle est plus importante sous les vieux continents et moins épaisse au niveau des dorsales. Lithosphère océanique et lithosphère continentale reposent/flottent sur l'asthénosphère. En cas d'absence de mouvements verticaux, La lithosphère est en équilibre isostatique sur l'asthénosphère. L'isostasie est une application du principe d'archimède. D'après ce principe, deux colonnes de lithosphère en équilibre exercent la même force sur une surface de compensation en profondeur. Selon la densité des matériaux composant la lithosphère, la hauteur des colonnes varie pour des colonnes en équilibre.deux modèles théoriques (Pratt et Airy) permettent d'expliquer respectivement les reliefs positifs dans les chaînes de montagnes et les différences d'altitude entre LO et LC. (refaire schéma du cours éventuellment) En effet la CO est plus dense que la CC, pour des épaisseurs de croûte similaire, le haut de la CO sera plus

2 bas que celui de la CC. Cela explique l'altitude moyenne des continents par rapport aux océans. D'après Airy, les montagnes et leurs racine crustales s'expliquent par l'épaisseur plus importante de CC et par la présence de matériaux plus denses du manteau lithosphérique sous les reliefs les plus faibles. Différences d'altitude et différences de densités conjuguent leurs effets pour expliquer les différences d'altitude des CC/CO. Les zones plus profondes des océans (fosse) et l'augmentation de la profondeur du plancher océanique quand on s'éloigne de la dorsale s'expliquent également dans le cadre de l'isostasie. En effet, l'épaisseur et la densité de la LO augmente (par ajout d'une semelle de manteau lithosphérique) au fur et à mesure de son vieillissement, la LO s'enfonce donc plus dans l'asthénosphère. CONCLUSION : La flottaison des lithosphères océaniques et continentales sur l'asthénosphère dépend de l'épaisseur et de la densité de la portion et de la nature de croûte qu'elle comporte. La CO a une densité plus importante et une épaisseur plus faible que la CC. Cela explique l'altitude plus faible du plancher océanique par rapport à l'altitude des portions continentales. On peut se demander comment se forme la CC pour expliquer les différences d'âge et de diversité de roches la composant par rapport à la CO. COMPARAISON CROÛTE OCÉANIQUE ET CONTINENTALE (/2,5) rque : ce qui fait varier l'épaisseur de la CO sur le schéma est l'épaisseur des sédiments (non distingué des basaltes et gabbros, l'épaisseur totale de ceux-ci est de 7 km, constante de la dorsale jusqu'à la marge passive). Il est possible de représenter les sédiments d'une autre couleur que la couche de basalte et gabbro. L'épaisseur sous la montagne devrait être plus importante si on respecte l'échelle Exercice 2 : Analyse de documents Pb : montrer que les documents permettent de valider deux étapes de l'histoire des Alpes Franco-italiennes, la formation d'un océan suivie de sa fermeture par collision des marges continentales. (il n'y a pas de traces de subduction dans les documents). Le doc 1, coupe dans les Alpes à l'est de Grenoble (/3) Constats : - présence de 3 blocs de socle (donc granite et roches métamorphiques appartenant à la CC) séparés par des failles inclinées vers l'est. Le bloc à l'est des failles, situé au dessus du plan de faille est descendu par rapport à celui à l'ouest du plan de faille qui est monté, ce sont des failles normales - présence de roches sédimentaires avec des strates inclinées mais paralèles au haut du socle Racine crustale

3 - présence de fossiles marins dans certaines roches sédimentaires (ammonites, crinoïdes, bélemnites, calpionelles) Or - les failles normales se forment dans un contexte d'extension=divergence - la disposition des blocs de socles et des failles correspond à la structure d'une CC fracturée en blocs basculés résultant d'un contexte d'extension d'un domaine continental avec formation d'un rift qui deviendra marge continentale après la mise en place de CO. - Les fossiles marins trouvées dans les roches sédimentaires indiquent la présence d'un ancien océan Donc cette région montre une ancienne marge continentale avec 3 blocs basculés formés lors de l'ouverture d'un océan et les fossiles confirment la présence d'un océan. Le schéma du Doc2 correspond à un agrandissement de la coupe précédente (/2) Constats : -présence d'une faille où les terrains au dessus du plan de faille sont remontées par rapport à ceux du dessous qui sont descendus, ainsi des terrains plus vieux chevauchent des terrains plus jeunes. Ces terrains étant plissés, on peut parler de pli-faille éventuellement. Or - la dispositon des terrains décrite ci-dessus correspond à une faille inverse formée dans un contexte de convergence et entraînant un raccourcissement des terrains - la collision correspond à des mouvement de convergence Donc les terrains de cette région ont subi dans un deuxième temps un phénomène de convergence lié à la collision de lithosphère continentale. Bilan (/1) : La région est une ancienne marge continentale formée lors de l'ouverture d'un océan ; cet océan a recouvert la région d'où les fossiles marins, puis celui-ci a disparu lors de la collision des marges continentales. Le modèle proposé de l'histoire des Alpes franco-italiennes est donc bien cohérent avec les indices de terrain.

4 Pour aller plus loin et pour votre culture scientifique : A propos des fossiles marins cités dans le document 1 Fossile d'ammonite Fossiles de crinoïdes Rostre de belemnite reconstitution d'une ammonite Elles sont apparues il y a 380 Ma et ont disparu avec les dinosaures il y a 65 Ma. Elles appartenaient aux céphalopodes (pieds autour de la tête). Reconstitution, contrairement aux apparences ce ne sont pas des végétaux mais des animaux. Ce sont des Echinodermes, apparentés aux oursins et étoiles de mer. Ils vivaient fixés. Reconstitution d'un belemnite, apparentés aux seiches actuelles. Seuls le rostre est en général fossilisé. Ce sont des céphalopodes disparus il y a 65 Ma. Le nautile, un autre céphalopode, apparu il y a 400 Ma et encore en vie, présente certaines ressemblances avec les ammonites. Il a la particularité de se déplacer en reculant. On peut en voir dans certains aquariums. Un vidéo montrant des nautiles, animaux du fond des âges

5 Exercice 3 : QCM variable suivant les feuilles Choisir la (ou les) réponse(s) exacte(s), sans justifier 1- Sur un diagramme P/T, la courbe appellée ''solidus'' : a- sépare un domaine où une roche est solide d'un domaine où elle est totalement fondue b- sépare un domaine où une roche est solide d'un domaine où elle est partiellement fondue c- sépare un domaine où une roche est partiellement fondue d'un domaine où elle est totalement fondue d- sépare le domaine des roches métamorphiques du domaine des roches magmatiques. 2- Dans un contexte de convergence, les structures suivantes peuvent se former : a- des plis, des failles et fossés d'effondrement. b- des plis, des failles normales et des nappes de charriage c- des plis-failles, des failles inverses et des chevauchements. d- des rifts, des failles inverses et des plis. Exercice 3 : Découper et coller sur votre feuille Choisir la (ou les) réponse(s) exacte(s), sans justifier 1- Les roches métamorphiques : a- sont issues de la fusion partielle de péridotite. b- sont issues de roches transformées à l'état solide. c- sont issues de la fusion partielle d'un granite. d- sont issues de l'érosion de roches sédimentaires. 2- Sur un diagramme P/T, la courbe appellée ''solidus'' : a- sépare un domaine où une roche est solide d'un domaine où elle est totalement fondue b- sépare un domaine où une roche est solide d'un domaine où elle est partiellement fondue c- sépare un domaine où une roche est partiellement fondue d'un domaine où elle est totalement fondue d- sépare le domaine des roches métamorphiques du domaine des roches magmatiques.

Thème Le domaine continental et sa dynamique

Thème Le domaine continental et sa dynamique Thème Le domaine continental et sa dynamique 1 Chapitre I Caractérisation du domaine continental - I - Les caractéristiques de la lithosphère continentale 1) La nature de la croûte continentale Rappels

Plus en détail

continents et leur dynamique

continents et leur dynamique 100 104 114 125 133 101 2 Les continents et leur dynamique Les objectifs généraux de cette partie En classe de Première S, l attention s est portée principalement sur le domaine océanique. En classe de

Plus en détail

La tectonique des plaques: histoire d un modèle. Progression pédagogique en 1 e S David Bard - APBG

La tectonique des plaques: histoire d un modèle. Progression pédagogique en 1 e S David Bard - APBG La tectonique des plaques: histoire d un modèle Progression pédagogique en 1 e S David Bard - APBG Temps approximatif: 10 semaines Rappel des acquis de 4 e et motivation Tableau d Hokusai montrant le tsunami

Plus en détail

PHENOTYPE - GENOTYPE Le phénotype d un individu : - peut être observé uniquement à l échelle moléculaire et à l échelle cellulaire PROTEINES ENZYMES

PHENOTYPE - GENOTYPE Le phénotype d un individu : - peut être observé uniquement à l échelle moléculaire et à l échelle cellulaire PROTEINES ENZYMES REVISIONS DE 1 S. Vous devez indiquer pour chaque proposition si celle-ci est vraie (V) ou fausse (F) en cochant la case correspondante ; une abstention ou une réponse trop peu lisible seront considérées

Plus en détail

Correction de la géothermie

Correction de la géothermie Correction de la géothermie Les ondes issues d un séisme survenu en Alsace sont enregistrées dans différentes stations (Doc. 1). On dispose ainsi du temps de parcours des ondes P réfléchies sur le Moho

Plus en détail

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique Fiche professeur - 4 e Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : L activité interne du globe Connaissances

Plus en détail

Séquence 1. Le domaine continental et sa dynamique : caractéristiques et évolution de la lithosphère continentale. Sommaire. Chapitre 1.

Séquence 1. Le domaine continental et sa dynamique : caractéristiques et évolution de la lithosphère continentale. Sommaire. Chapitre 1. Séquence 1 Le domaine continental et sa dynamique : caractéristiques et évolution de la lithosphère continentale Objectifs Cette séquence permettra de caractériser la croûte continentale du point de vue

Plus en détail

Ressources pour la classe de terminale générale et technologique

Ressources pour la classe de terminale générale et technologique Ressources pour la classe de terminale générale et technologique Thème 1-B - Le domaine continental et sa dynamique Table des matières Quelques éléments de réflexion.. Activités envisageables.. Thème 1-B-1

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre 1 Lac de la station thermale du Blue Lagoon en Islande (eau chauffée par l énergie géothermique) 2 - I - Gradient géothermique et flux géothermique 1) Des

Plus en détail

TP de cartographie Les cartes géologiques au 1/50000 Jeudi 20 septembre 2012

TP de cartographie Les cartes géologiques au 1/50000 Jeudi 20 septembre 2012 TP de cartographie Les cartes géologiques au 1/50000 Jeudi 20 septembre 2012 Partie I) TP de cartographie, la carte de France au 1/1000000 Voir le cours de l année dernière avec Jérôme. Partie II) TP de

Plus en détail

1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE

1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE 1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE Niveau : 1 ère S - TS Extrait du programme : Divergence et phénomènes liés (durée indicative : 3 semaines)

Plus en détail

Fig. 2 : Structure en couches de la Terre

Fig. 2 : Structure en couches de la Terre Cours de Tectonique globale/fb/module M12/ S3 de licence "STU/ Figures/ ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur Observation : Quelle est la température moyenne au sol sur la terre? Comparer avec les données des documents suivants

Plus en détail

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe?

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe? Sommaire Séquence 4 Tu as constaté que les séismes et les éruptions volcaniques se déroulaient toujours aux mêmes endroits. Tu vas maintenant chercher à expliquer ce phénomène. Problématique : Comment

Plus en détail

Le magmatisme à la Réunion

Le magmatisme à la Réunion GEOLOGIE 15 avril 2009 Durée : 2 heures L usage de la calculatrice est autorisé pour cette épreuve (1pt) Le magmatisme à la Réunion L île de la Réunion est située dans l océan Indien. Elle constitue la

Plus en détail

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Page 1 DES CONFERENCES QUI ENRICHISSENT LES PROGRAMMES SCOLAIRES : Objectifs principaux : Acquérir et approfondir des

Plus en détail

Sciences de la vie et de la terre

Sciences de la vie et de la terre Sciences de la vie et de la terre Terminale S Corrigés des exercices Rédaction : Sylvie Bouton Michel Aguelon Marie-Laure Gueuné Yannick Gaudin Coordination : Yannick Gaudin Ce cours est la propriété du

Plus en détail

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE 1 CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE Quels sont les arguments qui permettent de renforcer le modèle? 2 3 I. UNE CONFIRMATION DE L EXPANSION DU PLANCHER OCÉANIQUE A.LES

Plus en détail

THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée

THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée Dès 1858, on dispose de cartes géographiques relativement précises qui ont permis à Antonio Snider- Pellegrini d

Plus en détail

S.C.T. 4003 INTRODUCTION A LA GEODYNAMIQUE

S.C.T. 4003 INTRODUCTION A LA GEODYNAMIQUE S.C.T. 4003 INTRODUCTION A LA GEODYNAMIQUE Hiver 2013 Jean-Claude Mareschal PK7612 tel: 6864 mareschal.jean-claude@uqam.ca L utilisation d ordinateurs portatifs ou de téléphones cellulaires n est pas autorisée

Plus en détail

Séquence 4. De la dérive des continents à la tectonique des plaques, la naissance d une théorie

Séquence 4. De la dérive des continents à la tectonique des plaques, la naissance d une théorie Séquence 4 De la dérive des continents à la tectonique des plaques, la naissance d une théorie Sommaire 1. Dérive des continents : la naissance de l idée 2. L interprétation actuelle des différences d

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2013 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé. Dès que le

Plus en détail

TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus.

TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus. TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus. Matériel : - logiciels informatiques( le fichier Hawai.kmz ; le dossier TP GPS 1S) - Du papier calque - Un globe terrestre ( activité 1) Objectif

Plus en détail

Mesurer les altitudes avec une carte

Mesurer les altitudes avec une carte www.ign.fr > Espace éducatif > Les fiches thématiques > Lecture de la carte Mesurer les altitudes avec une carte Les cartes topographiques ne sont pas uniquement une représentation plane de la surface

Plus en détail

Chapitre 7 : l évolution des paysages

Chapitre 7 : l évolution des paysages Chapitre 7 : l évolution des paysages Où que l on soit sur Terre, sous le sol, se trouvent des roches du sous-sol. DEFINITION : Erosion = dégradation, usure des roches. Qu est-ce qui peut éroder les roches

Plus en détail

Séquence 5. Modéliser la surface de la Terre : frontières et déplacement des plaques lithosphériques

Séquence 5. Modéliser la surface de la Terre : frontières et déplacement des plaques lithosphériques Séquence 5 Modéliser la surface de la Terre : frontières et déplacement des plaques lithosphériques Sommaire 1. Le recyclage de la lithosphère océanique 2. Le premier modèle de la tectonique des plaques

Plus en détail

Séquence 3. Enjeux planétaires contemporains : géothermie et propriétés thermiques de la Terre. Sommaire. Chapitre 1. Prérequis

Séquence 3. Enjeux planétaires contemporains : géothermie et propriétés thermiques de la Terre. Sommaire. Chapitre 1. Prérequis Séquence 3 Enjeux planétaires contemporains : géothermie et propriétés thermiques de la Terre Objectifs L étude du flux thermique d origine interne permettra de comprendre le fonctionnement de la planète

Plus en détail

Géodynamique. Unité d introduction et de socle commun aux 5 UE optionnelles choisies au second semestre de l'année de Master 1

Géodynamique. Unité d introduction et de socle commun aux 5 UE optionnelles choisies au second semestre de l'année de Master 1 Géodynamique 2014 Unité d introduction et de socle commun aux 5 UE optionnelles choisies au second semestre de l'année de Master 1 Pré-requis: Bases en cinématique des plaques, géophysique, géologie sédimentaire,

Plus en détail

Les points chauds et la convection du manteau terrestre

Les points chauds et la convection du manteau terrestre Les points chauds et la convection du manteau terrestre Sommaire 1. LOCALISATION DE QUELQUES STRUCTURES NON EXPLIQUÉES PAR LA THÉORIE DE LA TECTONIQUE DES PLAQUES 2. FORMULATION DE LA THÉORIE DES POINTS

Plus en détail

CORRIGÉS SCIENCES NATURELLES 2

CORRIGÉS SCIENCES NATURELLES 2 CORRIGÉS SCIENCES NATURELLES 2 LA MATIÈRE ET L ÉNERGIE /page 5/ Le mouvement Position initiale Position finale Déplacement 280 m 0 m - 280 m 25 m 525 m 500 m 125 m 150 m 25 m 200 m 125 m - 75 m 175 m 75

Plus en détail

L E BILAN DES ACTIVITÉS

L E BILAN DES ACTIVITÉS L E BILAN DES ACTIVITÉS Activité 1 Des volcans en éruption Mots-clés Il existe deux types d éruptions volcaniques : les éruptions explosives, caractérisées par des explosions plus ou moins importantes,

Plus en détail

BAccALAU RÉAT G É trt Énnl

BAccALAU RÉAT G É trt Énnl BAccALAU RÉAT G É trt Énnl SESSION 2013 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé. Dès gue Ie sujet est remis, assurez-vous

Plus en détail

Chapitre II-3 La dioptrique

Chapitre II-3 La dioptrique Chapitre II-3 La dioptrique A- Introduction Quelques phénomènes causés par la réfraction de la lumière : quelqu'un dans une piscine semble plus petit... un règle en partie immergée semble brisée... un

Plus en détail

Plan d'un habitacle économique de compétition québécois

Plan d'un habitacle économique de compétition québécois Plan d'un habitacle économique de compétition québécois Attention, il faut lire les instructions au moins une fois avant de débuter. Tu pourrais faire de graves erreurs si tu n'as pas tout compris avant

Plus en détail

Les calottes polaires Isostasie Champ de température

Les calottes polaires Isostasie Champ de température 1 M2R STUE / Cours «Neige et Glace» Les calottes polaires Isostasie Champ de température F. Parrenin Laboratoire de Glaciologie et Géophysique de l'environnement Grenoble 2 L'isostasie sous-glaciaire Rigidité

Plus en détail

LA REGLE SEMI-CIRCULAIRE

LA REGLE SEMI-CIRCULAIRE LA REGLE SEMI-CIRCULAIRE A partir du grade : et programme examen du grade et supérieurs A partir du grade : et programme examen du grade et supérieurs 1. INTRODUCTION: Afin d'améliorer la séparation des

Plus en détail

Couronne dentaire. Une couronne ressemble donc à une dent réelle, par sa forme et sa couleur.

Couronne dentaire. Une couronne ressemble donc à une dent réelle, par sa forme et sa couleur. Couronne dentaire Une couronne dentaire est une reproduction d une dent, semblable à un chapeau de porcelaine. Elle est placée audessus d'une dent endommagée afin de recouvrir et protéger celle-ci en reconstituant

Plus en détail

Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs.

Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs. Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs. Niveaux : quatrième, troisième, seconde et première S. Matériel : 2 capteurs piézométriques, Logiciel

Plus en détail

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Le b.a.-ba du randonneur Fiche 2 Lire une carte topographique Mais c est où le nord? Quel Nord Le magnétisme terrestre attire systématiquement

Plus en détail

Géothermie. 1. La ressource

Géothermie. 1. La ressource Géothermie Le but est de prélever ou d extraire l énergie accumulée dans la terre, qu elle soit stockée dans l eau des aquifères ou directement dans les terrains pour l amener à la surface pour l'utiliser

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2015 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S ÉPREUVE DU MERCREDI 24 JUIN 2015 Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice

Plus en détail

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE?

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? Fiches ressources Dossier n 2 Activités 1 à 4 SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? 4. DES ATOUTS POUR L'ENVIRONNEMENT APPLICATIONS

Plus en détail

CHAPITRE. La réfraction CORRIGÉ DES EXERCICES

CHAPITRE. La réfraction CORRIGÉ DES EXERCICES CHAPITRE La réfraction CORRIGÉ DES EXERCICES Exercices. La réfraction de la lumière SECTION.. Pourquoi un crayon partiellement immergé dans l eau semble-t-il plié? Parce que la lumière ne voyage pas à

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

B- Météorologie. En présence de cumulus alignés en bande parallèles vous prévoyez un vent: R : de même direction que les alignements

B- Météorologie. En présence de cumulus alignés en bande parallèles vous prévoyez un vent: R : de même direction que les alignements B- Météorologie Nuages Brouillard Les brouillards côtiers sont du type: R : brouillard d'advection Il y a brouillard dès que la visibilité est inférieure à: R : 1 km Les facteurs favorisant l'apparition

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

Présentation générale des principales sources d énergies fossiles.

Présentation générale des principales sources d énergies fossiles. Présentation générale des principales sources d énergies fossiles. Date : 19/09/2012 NOM / Name SIGNATURE Etabli / Prepared Vérifié / Checked Approuvé /Approved G J-L & R-SENE R.SENE R.SENE Sommaire 1.

Plus en détail

Réalisation d'une brochure PDF en A4 avec SCRIBUS

Réalisation d'une brochure PDF en A4 avec SCRIBUS Réalisation d'une brochure PDF en A4 avec SCRIBUS 1/ planifier son travail quelle cible en terme de population? quelle format? quelle sortie? Écran, print N&B, couleur... s'inspirer de brochures publicitaires,

Plus en détail

enquête pour les fautes sur le fond, ce qui est graves pour une encyclopédie.

enquête pour les fautes sur le fond, ce qui est graves pour une encyclopédie. 4.0 Contrôles /4 4 e enquête pour les fautes sur le fond, ce qui est graves pour une encyclopédie. RPPEL de 0. Wikipédia 2/2 Dans le chapitre : XX e siècle : ( 4.0 mythe paroxysme ) sous la photo d un

Plus en détail

Initiation WORD. Module 3 : La mise en forme d un document

Initiation WORD. Module 3 : La mise en forme d un document Initiation WORD. Module 3 : La mise en forme d un document Système d exploitation utilisé : Windows XP Service Pack 2 Créé par Xavier CABANAT Version 1.0 Document créé par Xavier CABANAT Page 1 sur 21

Plus en détail

INSTALLATION DU BARDEAU DE CÈDRE BLANC

INSTALLATION DU BARDEAU DE CÈDRE BLANC MISE EN GARDE Si un produit est défectueux, ne le posez pas. Les matériaux défectueux seront remplacés sous garantie uniquement si vous en faites la demande avant l installation et si les conditions d

Plus en détail

Formation tableur niveau 5 (Excel 2013)

Formation tableur niveau 5 (Excel 2013) Formation tableur niveau 5 (Excel 2013) L objectif général de cette formation est d améliorer les graphiques créés avec Excel pour qu ils soient plus percutants et de créer des graphiques originaux. Sommaire

Plus en détail

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Table des matières Introduction 1 Les stocks d'eau de surface 1 Les stocks d'eau souterraine 2 L'eau du sol 2 L'eau du sous-sol ou souterraine 3 Les stocks

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Infolettre #18 : Les graphiques avec Excel 2010

Infolettre #18 : Les graphiques avec Excel 2010 Infolettre #18 : Les graphiques avec Excel 2010 Table des matières Introduction... 1 Hourra! Le retour du double-clic... 1 Modifier le graphique... 4 Onglet Création... 4 L onglet Disposition... 7 Onglet

Plus en détail

UTILISER SA CALCULATRICE GRAPHIQUE TI NSPIRE CX CAS

UTILISER SA CALCULATRICE GRAPHIQUE TI NSPIRE CX CAS UTILISER SA CALCULATRICE GRAPHIQUE TI NSPIRE CX CAS Table des matières I ) Bon à savoir 2 I.1. L écran d Accueil (Home), le Bloc-Note (Scratchpad) et les classeurs............................ 2 I.2. Le

Plus en détail

GOOGLE EARTH Quelques méthodes d utilisation et pistes d activités

GOOGLE EARTH Quelques méthodes d utilisation et pistes d activités GOOGLE EARTH Quelques méthodes d utilisation et pistes d activités Google Earth est un logiciel, permettant une visualisation de la Terre (et d autres astres!) avec un assemblage de photographies aériennes

Plus en détail

Version 4.0. Multinet Ressources Inc. Page 1 sur 13

Version 4.0. Multinet Ressources Inc. Page 1 sur 13 Version 4.0 Page 1 sur 13 Introduction Lorsque vous obtenez l accès à Méganet, votre site est déjà construit. C est-à-dire qu il a fait l objet d une étude de style selon les couleurs de votre entreprise

Plus en détail

INTERPRÉTATION ET ANOMALIES DE LA PROSPECTION À RÉSONANCE MAGNÉTIQUE (MRS)

INTERPRÉTATION ET ANOMALIES DE LA PROSPECTION À RÉSONANCE MAGNÉTIQUE (MRS) 1 Géologie, géotechnique, risques naturels, hydrogéologie, environnement et services scientifico-techniques INTERPRÉTATION ET ANOMALIES DE LA PROSPECTION À RÉSONANCE MAGNÉTIQUE (MRS) INTERPRETATION DES

Plus en détail

CHAPITRE 2 DIAGRAMME DES PHASES A L EQUILIBRE

CHAPITRE 2 DIAGRAMME DES PHASES A L EQUILIBRE CHAPITRE 2 DIAGRAMME DES PHASES A L EQUILIBRE Contenu : Miscibilité totale Miscibilité partielle Plan du cours Objectif général Acquérir les notions de base associées à la formation des phases, de leurs

Plus en détail

L eau, sa pollution, et son traitement. René Moletta

L eau, sa pollution, et son traitement. René Moletta L eau, sa pollution, et son traitement René Moletta «Moletta Méthanisation» 1504 Route des Bottières 73470 Novalaise (France) e mail : rene.moletta@yahoo.fr nota bene : Toute mise en œuvre de ce qui est

Plus en détail

RUMFORD 1000 GUIDE DE CONCEPTION POUR ARCHITECTE

RUMFORD 1000 GUIDE DE CONCEPTION POUR ARCHITECTE RUMFORD 1000 GUIDE DE CONCEPTION POUR ARCHITECTE CE LIVRET EST UN SIMPLE GUIDE SERVANT À LA PLANIFICATION D UNE INSTALLATION ET NE DOIT PAS ÊTRE UTILISÉ EN REMPLACEMENT DU MANUEL D'INSTALLATION Le manuel

Plus en détail

Les différentes filières d assainissement non collectif

Les différentes filières d assainissement non collectif Les différentes filières d assainissement non collectif Tout ce que vous devez savoir sur l Assainissement Non Collectif avant de vous lancer dans des travaux d assainissement Il appartient à l usager

Plus en détail

Sciences de la vie et de la Terre 4 e

Sciences de la vie et de la Terre 4 e Sciences de la vie et de la Terre 4 e Livret de corrigés Rédaction Benjamon Tello Ce cours est la propriété du Cned. Les images et textes intégrés à ce cours sont la propriété de leurs auteurs et/ou ayants

Plus en détail

CHAPITRE 6 L IMPLANTATION DES USAGES ET BÂTIMENTS PRINCIPAUX

CHAPITRE 6 L IMPLANTATION DES USAGES ET BÂTIMENTS PRINCIPAUX CHAPITRE 6 L IMPLANTATION DES USAGES ET BÂTIMENTS PRINCIPAUX SECTION I LE CHAMP D APPLICATION ET LES RÈGLES GÉNÉRALES [LAU art.113 ; 2e al. ; para. 5 ] 6.1 Champ d application À moins d indications spécifiques,

Plus en détail

Que savons-nous de notre planète?

Que savons-nous de notre planète? Que savons-nous de notre planète? par Jacques Deferne et Nora Engel Née en même temps que le Soleil de la contraction d'un immense nuage d'hydrogène, d'hélium et de poussière, la Terre est la seule planète

Plus en détail

Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince

Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC) Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE) Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince Le

Plus en détail

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur L. Lassoie, CSTC Master title - 2/12/2013 - Page 1 Evolution du concept de toiture plate Jusqu'à la fin des années 80 : nombreuses pathologies

Plus en détail

FORD C-MAX + FORD GRAND C-MAX CMAX_Main_Cover_2013_V3.indd 1-3 22/08/2012 15:12

FORD C-MAX + FORD GRAND C-MAX CMAX_Main_Cover_2013_V3.indd 1-3 22/08/2012 15:12 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 12,999,976 km 9,136,765 km 1,276,765 km 499,892 km 245,066 km 112,907 km 36,765 km 24,159 km 7899 km 2408 km 76 km 12 14 16 1 12 7 3 1 6 2 5 4 3 11 9 10 8 18 20 21 22 23 24 26 28 30

Plus en détail

Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011)

Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011) Télédétection Radar Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011) Ce chapitre présente successivement les effets du relief

Plus en détail

Concours scientifique des collèges

Concours scientifique des collèges Concours scientifique des collèges Finale de la 2 ème édition Épreuve «théorique» - Mercredi 13 mai 2015 Collège d Arue Vous rendrez cette feuille à la fin de l'épreuve, dûment complétée de vos réponses.

Plus en détail

Traitement de texte : Quelques rappels de quelques notions de base

Traitement de texte : Quelques rappels de quelques notions de base Traitement de texte : Quelques rappels de quelques notions de base 1 Quelques rappels sur le fonctionnement du clavier Voici quelques rappels, ou quelques appels (selon un de mes profs, quelque chose qui

Plus en détail

Documents sur la patrie tectonique de Madagascar Clé USB avec logiciel Audacity et base de données sismiques en ligne : Sismos à l Ecole

Documents sur la patrie tectonique de Madagascar Clé USB avec logiciel Audacity et base de données sismiques en ligne : Sismos à l Ecole Laboratoire de Sciences de la Vie et de la Terre Mise à l épreuve de l idée d une dérive des continents Première S Au début du XXe siècle, les premières idées évoquant une mobilité horizontale des continents

Plus en détail

C-Tunnel : Plate-forme de dimensionnement de tunnels Manuel d utilisation

C-Tunnel : Plate-forme de dimensionnement de tunnels Manuel d utilisation C-Tunnel : Plate-forme de dimensionnement de tunnels Manuel d utilisation C-Tunnel-MU-V20 2-8 Quai de Bir-Hakeim F-94410 Saint Maurice Tel : +33 1 49 76 12 59 - Fax : +33 1 42 83 33 84 http://www.itech-soft.com

Plus en détail

Bien préparer vos fichiers pour l impression. Conseils et astuces

Bien préparer vos fichiers pour l impression. Conseils et astuces Bien préparer vos fichiers pour l impression Conseils et astuces Créez une zone de tranquillité 1 Placer les traits de coupe 2 Bords perdus : entre 3 et 5 mm de débord Et nous chanterons le temps des cerises

Plus en détail

Le Logiciel de traitement sur site IMS

Le Logiciel de traitement sur site IMS Le Logiciel de traitement sur site IMS Ce logiciel permet à partir de votre login et mot de passe: -Tracer vos courbes en direct aux échelles souhaitées -De créer votre dossier PDF complet pour vos clients

Plus en détail

Chapitre 5 Mesures géophysiques

Chapitre 5 Mesures géophysiques Chapitre 5 Mesures géophysiques Plan 5.1 Introduction 5.2 Sismique réfraction 5.3 Prospection électrique 5.4 Radar géologique 5.1 Introduction Pour tous les projets de construction connaissance préalable

Plus en détail

Des investissements massifs dans l outil de production énergétique sont à prévoir dans les prochaines années

Des investissements massifs dans l outil de production énergétique sont à prévoir dans les prochaines années Des investissements massifs dans l outil de production énergétique sont à prévoir dans les prochaines années Un objectif de 25% d énergies renouvelables en 2020(pour mémoire le Grenelle prévoit 23% d EnR)

Plus en détail

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques I/ Objectif : Dans la partie 2 du programme de seconde «enjeux planétaires contemporains : énergie et sol», sous partie

Plus en détail

Communication graphique

Communication graphique Introduction générale Partie I. La projection parallèle 1. Le dessin multivue 2. La méthode de Monge 3. L axonométrie 4. Courbes de Bézier 5. La projection cotée (topographie) Projection cotée Méthode

Plus en détail

Diagrammes de Phases

Diagrammes de Phases Diagrammes de Phases Société Francophone de Biomatériaux Dentaires P. MILLET Date de création du document 2009-2010 Table des matières I ENC :... 2 II Introduction et définitions... 4 III Construction

Plus en détail

ÉNERGIES RENOUVELABLES

ÉNERGIES RENOUVELABLES ÉNERGIE HYDRAULIQUE ÉNERGIE ÉOLIENNE ÉNERGIE SOLAIRE LA BIOMASSE LA GÉOTHERMIE ÉNERGIES MARINES ÉNERGIE HYDRAULIQUE L énergie hydraulique provient de la force de l eau en mouvement, c est-à-dire l énergie

Plus en détail

Le réchauffement climatique, c'est quoi?

Le réchauffement climatique, c'est quoi? LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE Le réchauffement climatique, c'est quoi? Le réchauffement climatique est l augmentation de la température moyenne à la surface de la planète. Il est dû aux g az à effet de serre

Plus en détail

Connaissance sur la construction d une route Séquence «Glossaire d un projet routier»

Connaissance sur la construction d une route Séquence «Glossaire d un projet routier» Connaissance sur la construction d une route Séquence «Glossaire d un projet routier» Introduction : La construction d une route est très complexe. Les travaux commencent bien avant l arrivée de l équipement

Plus en détail

Diagramme D équilibre Binaire

Diagramme D équilibre Binaire Chapitre 4 : Diagramme D équilibre Binaire Objectifs spécifiques : -Connaitre les phases d une composition chimique de deux éléments en différentes températures. - maitriser la lecture d un diagramme d

Plus en détail

Changements au régime d'assurance collective au 1 er janvier 2015 qui s appliquent aux retraités du Mouvement Desjardins. Questions et réponses

Changements au régime d'assurance collective au 1 er janvier 2015 qui s appliquent aux retraités du Mouvement Desjardins. Questions et réponses Changements au régime d'assurance collective au 1 er janvier 2015 qui s appliquent aux retraités du Mouvement Desjardins Questions et réponses Q-1 Pourquoi modifier à nouveau le régime d'assurance collective

Plus en détail

MAMELLE DE PETIT-BOURG Nord Basse-Terre - Petit-Bourg

MAMELLE DE PETIT-BOURG Nord Basse-Terre - Petit-Bourg Autres itinéraires Piton de Bouillante par la Mamelle de Petit-Bourg MAMELLE DE PETIT-BOURG Nord Basse-Terre - Petit-Bourg Afin de vérifier que les sentiers soient praticables et pour en savoir plus sur

Plus en détail

La géothermie: ou comment utiliser les «chauds-froids» de la Terre sans s enrhumer

La géothermie: ou comment utiliser les «chauds-froids» de la Terre sans s enrhumer Cours de géologie de l environnement Prof. A. Parriaux La géothermie: ou comment utiliser les «chauds-froids» de la Terre sans s enrhumer Table des matières - Bases géologiques de la géothermie - Principaux

Plus en détail

Je découvre le diagramme de Venn

Je découvre le diagramme de Venn Activité 8 Je découvre le diagramme de Venn Au cours de cette activité, l élève découvre le diagramme de Venn et se familiarise avec lui. Pistes d observation L élève : reconnaît les éléments du diagramme

Plus en détail

JE RÉALISE. poser une. membrane d étanchéité d air. Niveau

JE RÉALISE. poser une. membrane d étanchéité d air. Niveau JE RÉALISE poser une membrane d étanchéité d air Niveau Après la pose des suspentes à visser, de la laine de verre et de l ossature métallique, on réalise l étanchéité à l air à l aide d une membrane.

Plus en détail

Activité 45 : La responsabilité de l Homme sur son environnement géologique

Activité 45 : La responsabilité de l Homme sur son environnement géologique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : Géologie externe, évolution des paysages (16 heures) Notions. contenus Compétences Exemples d activités L procure à l Homme des ressources. [Thèmes : Environnement,

Plus en détail

Miniaturama.com version 1.0 14 janvier 2002 page 1 sur 1

Miniaturama.com version 1.0 14 janvier 2002 page 1 sur 1 version 1.0 14 janvier 2002 page 1 sur 1 Bonjour, Nous avons tenté de traduire le texte accompagnant la maison victorienne, à quatre mains : ma fille, Stéphanie Trznadel, 15 ans, pour le corps du texte

Plus en détail

SOMMAIRE. Conditions générales 38. Matériel nécessaire 39. Concept 40. Estimation des besoins en bardeaux 40. Préparation du toit 42

SOMMAIRE. Conditions générales 38. Matériel nécessaire 39. Concept 40. Estimation des besoins en bardeaux 40. Préparation du toit 42 F SOMMAIRE Conditions générales 38 Matériel nécessaire 39 Concept 40 Estimation des besoins en bardeaux 40 Préparation du toit 4 Pose des bardeaux 4 Instruction De Pose Bardeaux - 37 - b a 3a 3b 4a I 4a

Plus en détail

Démonstrations sur le pergélisol

Démonstrations sur le pergélisol Démonstrations sur le pergélisol Niveaux : Niveaux 7-9 (12-15 ans) Durée : Environ 40 minutes (maximum 1 heure) Préparation : durant la nuit (gel du pergélisol) Note : Cette activité pourrait convenir

Plus en détail

Chapitre 2 Quelques points de couture à la main. Partie 1 Les points temporaires

Chapitre 2 Quelques points de couture à la main. Partie 1 Les points temporaires Chapitre 2 Quelques points de couture à la main Il existe deux types de points : les points temporaires et les points permanents. Si tu cherches la définition de ces deux mots dans un dictionnaire, tu

Plus en détail

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec 527-3 (1978-1982-1990-1992) L'Assemblée des radiocommunications de l'uit, considérant a) que la propagation de

Plus en détail

Collège des Soeurs des Saints Coeurs Classe : EB9 ( A B ) Bauchrieh Date : mercredi 24 novembre 2010. Durée : 60 min. Physique

Collège des Soeurs des Saints Coeurs Classe : EB9 ( A B ) Bauchrieh Date : mercredi 24 novembre 2010. Durée : 60 min. Physique Collège des Soeurs des Saints Coeurs Classe : EB9 ( A B ) Bauchrieh Date : mercredi 24 novembre 2010. Durée : 60 min. Physique Nom et numéro d ordre :. I. Réfraction de la lumière. ( 5 pts ) On donne :

Plus en détail

Le jour et la nuit. Lecture : Le jour et la nuit, comment ça marche?, Collection les questions de Justine, BELIN

Le jour et la nuit. Lecture : Le jour et la nuit, comment ça marche?, Collection les questions de Justine, BELIN CE1 Le jour et la nuit Découverte du monde 3 séances Outils pour le PE : Le temps Cycle 2, Les dossiers Hachette de 2011. Education civique et découverte du monde, Cycle 2 Collection Magellan de 2008 La

Plus en détail