Promotion 5 ( ) Mémoire de fin d études THEME. «E-banking» et relation banques-clients : quel avenir pour ce service au SENEGAL?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Promotion 5 (2010-2012) Mémoire de fin d études THEME. «E-banking» et relation banques-clients : quel avenir pour ce service au SENEGAL?"

Transcription

1 «E-banking» et relation banques-clients : quel avenir pour ce service au sénégal? Centre Africain d études Supérieures en Gestion Institut Supérieur de Comptabilité, de Banque et de Finance (ISCBF) Master Professionnel en Comptabilité et Gestion Financière (MPCGF) Mémoire de fin d études THEME Promotion 5 ( ) «E-banking» et relation banques-clients : quel avenir pour ce service au SENEGAL? Présenté par : Dirigé par : M. Abdoulaye YADE M. Mouhamadou Lamine YADE Professeur associé au CESAG Avril 2013 M. Abdoulaye YADE MPCGF 5e Promotion Page i

2 DEDICACES Je dédie ce mémoire : à mes parents ; à mes frères et sœurs ; à mon dahira ; à mes grands-parents. M. Abdoulaye YADE MPCGF 5 ème Promotion ( ) Page i

3 REMERCIEMENTS Mes remerciements s adressent tout d abord et à double titre à M. Moussa YAZI et M. Mouhamadou Lamine YADE qui ont été pour moi plus que des professeurs durant mon cursus universitaire au CESAG. En dehors de l aspect académique, ils ont grandement contribué à mon développement personnel et m ont beaucoup encouragé dans la rédaction de ce mémoire à travers des conseils très utiles et judicieux. Ces quelques lignes de remerciement sont bien peu au regard de votre contribution à ma formation. Qu ils y trouvent, je l espère, l expression de toute ma reconnaissance. Je tiens également à remercier Mme Soukeyna GUEYE qui a été comme une mère pour moi au CESAG, sans oublier tous les membres du corps Professoral de l Institut Supérieur de Comptabilité et de Banque et Finance (ISCBF). A tous ceux, qui, d une manière ou d une autre, m ont soutenu au cours de mes études, qu ils trouvent à travers ce mémoire l expression de ma profonde gratitude. M. Abdoulaye YADE MPCGF 5 ème Promotion ( ) Page ii

4 LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS AML: Anti Money Laundering ANSD: Agence nationale de la statistique et de la démographie ATM: Automatic teller machine BCCI : Bank of Crédit and Commerce International BCEAO : Banque Centrale des Etats de l Afrique de l Ouest BHS : Banque de l Habitat du Sénégal BICIS : Banque Internationale pour le Commerce et l Industrie du Sénégal BIS : Banque Islamique du Sénégal BNDS : Banque Nationale de Développement du Sénégal BOA : Bank Of Africa BOA SN: Bank Of Africa Sénégal CB : Commission Bancaire CBAO : Compagnie Bancaire de l Afrique de l Ouest CDR AMF : Comité Des Régions de l Autorité des Marchés Financiers CDS : Crédit Du Sénégal CNUCED : Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement CMCC : Crédit de mobilisation de créances nées commerciales CMT : Crédit à Moyen Terme CNCAS : Caisse Nationale de Crédit Agricole du Sénégal CRM : Customer Relationship Management CXP : Centre d Expertise des Progiciels DAB: Distributeur Automatique de Billets DFID: Department for International Development E-BANKING : Electronic banking FFIEC : la Federal Financial Institutions Examination Council GAB: Guichet automatique de banque GRC : Gestion de la Relation Client ICCC: International Christian Chamber of Commerce LOSI : Loi d'orientation sur la Société de l'information NTIC: Nouvelles technologies de l'information et de la communication OCDE: Organisation de coopération et de développement économiques M. Abdoulaye YADE MPCGF 5 ème Promotion ( ) Page iii

5 OMC : Organisation Mondiale du Commerce OSIRIS : Observation sur les Systèmes d Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal PME: Petites et Moyennes Entreprises SOCRES : Société de Crédit et d'equipement du Sénégal SONAGA : Société Nationale de Garantie Automobile TIC: Technologies de l'information et de la Communication UBS : Union de Banques Suisses UEMOA : Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine M. Abdoulaye YADE MPCGF 5 ème Promotion ( ) Page iv

6 LISTE DES FIGURES Figure 1 - Les principaux acteurs du secteur des TIC Figure 2 - le passage du marketing de la transaction au marketing de la relation Figure 3 - Présentation du modèle d analyse Figure 4 - Le processus d échantillonnage Figure 5 - Répartition des guichets de banque suivant les régions Figure 6 - Modèle de souscription d alerte en ligne Figure 7 - Réponses des clients Figure 8 - Nombre moyen d opérations effectuées avec la banque par semaine Figure 9 - Comment effectuez-vous vos opérations avec votre banque? Figure 10 - Pourquoi le client n utilise-t-il pas le «e-banking»? Figure 11 - Parc Internet Sénégalais Figure 12 - Evolution des frais d accès et redevances Figure 13 - Evolution du taux de pénétration de l internet M. Abdoulaye YADE MPCGF 5 ème Promotion ( ) Page v

7 LISTE DES ANNEXES Annexe 1 - Questionnaire Annexe 2 - Guide d entretien avec la banque M. Abdoulaye YADE MPCGF 5 ème Promotion ( ) Page vi

8 TABLE DES MATIERES DEDICACES... i REMERCIEMENTS... ii LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS... iii LISTE DES FIGURES... v LISTE DES ANNEXES... vi TABLE DES MATIERES... vii Introduction de la première partie... 8 Chapitre - 1 : Le concept du «e-banking» Définition de l «E-banking» Facteurs et contexte d évolution de l «e-banking» Origine de l «e-banking» Les avantages du «e-banking» Pour le client Anytime : disponibilité 24h sur Anywhere : une offre transfrontalière Anything : de plus en plus de fonctionnalités proposées Pour la banque Faster : un gain de temps considérable Better : de nouvelles possibilités Cheaper : coût de transactions réduit Les variables d adoption du «e-banking» Chapitre 2 - La relation Banque client La relation clientèle dans le milieu bancaire Le marketing relationnel Du marketing de la transaction au marketing de la relation Les services financiers tournés vers le marketing relationnel Impact des TICS dans la relation banque client Chapitre 3 - La méthodologie de l étude Le modèle d analyse Les techniques de collectes des données L enquête M. Abdoulaye YADE MPCGF 5 ème Promotion ( ) Page vii

9 L analyse L entretien avec les banques Processus d échantillonage Définition de la population Sélection du cadre de l échantillonnage Définition des unités d échantillonnage La méthode d échantillonnage La taille de la population Méthode de soumission des questionnaires Critères employés dans l élaboration du questionnaire Forme des questions Conclusion de la première partie Introduction de la deuxième partie Chapitre 4 - Présentation des caractéristiques de l échantillon des répondants Profil des banques ayant répondu à notre étude Historique du secteur bancaire sénégalais Le secteur bancaire sénégalais Les activités des banques sénégalaises La gestion de l'argent et les services proposés aux particuliers et aux ménages La fourniture de crédits et d'instruments de placement Aux entreprises Aux particuliers A l état La fourniture de garanties, cautions, et protections diverses Chapitre 5 - E-banking : relation banques-clients au Sénégal Le cadre legislatif de l «e-banking» au Sénégal Loi d Orientation sur la Société de l Information (LOSI) Règlement N 15/2002/CM/UEMOA Les banque sénégalaises à l heure de l «e-banking» Les services composants du «e-banking» Demande de chéquier et/ou de carte bancaire Opérations de banque Soldes des comptes Les alertes Fonctions avancées M. Abdoulaye YADE MPCGF 5 ème Promotion ( ) Page viii

10 L équipement requis L ordinateur Un système d exploitation La connexion Chapitre 6 - Présentation et analyse des résultats Résultats Du côté du client Nombre de répondants Synthèse des résultats Du côté de la banque Analyse des résultats Le nombre de détenteur de compte bancaire Connaissance des clients du «e-banking» Votre banque propose-t-elle un service «e-banking» Moyen de communication avec sa banque Usage du «e-banking» dans vos opérations courantes Les perspectives des variables d adoption de l «e-banking» au Sénégal Le niveau de bancarisation La fracture numérique La Confiance Le «e-commerce» Conclusion de la deuxième partie CONCLUSION GENERALE ANNEXES BIBLIOGRAPHIE M. Abdoulaye YADE MPCGF 5 ème Promotion ( ) Page ix

11 INTRODUCTION GENERALE Abdoulaye YADE MPCGF 5 ème Promotion ( ) Page 1

12 La banque change depuis toujours. Le développement de l internet, avec la généralisation du haut débit et des réseaux interactifs, a modifié les relations entre la banque, ses clients et les autres acteurs du marché. S ajoute à cela, l émergence des nouveaux TIC (technologies de l information et de la communication) qui a permis de noter des avancées remarquables et l apparition de nouvelles opportunités dans de nombreux secteurs d activités. Le secteur bancaire semble être le secteur le plus impacté par l apparition du «e-banking». Ce concept de «e-banking» a fait son apparition au milieu des années 90 et s est développé vers les années En mai 2002, le «e-banking» enregistrait une couverture en Europe de 40,1 %. Concernant les visiteurs, les sites affichaient un taux de croissance de 50 % en On trouvait des résultats similaires au Canada. Les visites en succursales se faisaient plus rares, remplacées par l attrait des services bancaires en ligne. Les potentiels du «e-banking» sont multiples : - nouveaux modes de promotion et de commercialisation des produits ; - amélioration de la qualité des services offerts avec deux atouts supplémentaires : l'interactivité et l'accessibilité du service sur le lieu du travail ou à domicile ; - effet de «désintermédiation» avec un accès plus direct entre la banque et le client ; - personnalisation et amélioration des relations à la clientèle avec une diminution du nombre d intermédiaires dans les chaînes de la valeur ajoutée. Le «e-banking» offre des services nouveaux et originaux aux clients : capacité de s'informer mais aussi de se former à distance, possibilité d'agir et d'interagir (avec la banque et le conseiller via le site web et la messagerie) en s'affranchissant des contraintes de temps (agir à tout moment), d'espace (de chez soi) et d'expertise (agir seul, sans l'aide d un conseiller, mais avec l'assistance du dispositif). Par rapport au dispositif bancaire traditionnel, les capacités d'action, d'information et d'interaction de l'internaute client se trouvent ainsi accrues. Le «e-banking» regroupe les outils suivants : - consultation de compte bancaire en ligne (solde, débit, crédit) ; - virement et opérations bancaires ; - utilisation d'une réserve d'argent et crédit revolving ; Abdoulaye YADE MPCGF 5 ème Promotion ( ) Page 2

13 - demande de rendez-vous avec un conseiller bancaire ; - gestion de ses comptes et de ses finances personnelles online. Contrairement en Europe et un peu partout ailleurs dans certains pays comme le Canada, en Amérique, en Asie etc., où le concept du «e-bankig» a fini de s installer et de transformer la relation traditionnelle qui préexistait entre la banque et son client, le continent africain n est pas encore très fortement imprégné de ce concept du «e-bankig». Et il faut dire que c est encore très loin d en être le cas quand on sait déjà que le taux de bancarisation est très faible. Cet indice traduit le niveau de pénétration des services bancaires et financiers dans le pays ou la région concerné. Pour les Etats membres de l'union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) que sont le Bénin, le Burkina-Faso, la Côte d'ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo, cet indice est très bas, traduisant un état de faible bancarisation généralisée. Le taux de bancarisation reste «faible» et se situe entre 3 et 7 % dans l espace de l Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa, huit pays) malgré la présence dans la zone de près de 120 établissements financiers selon le rapport annuel 2010 de la BCEAO. En comparaison, la France était en 2001 à un taux de 99%. Le niveau de bancarisation au Sénégal tournerait aujourd hui autour de moins de 10%. Ce faible taux de bancarisation, parmi tant d autres facteurs font que le «e-banking» en est à ses débuts, et est presque inconnu du grand public (personnes détentrices de comptes bancaires). En effet selon une étude menée par l Observatoire sur les Systèmes d Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal (OSIRIS), sur un échantillon de 10 individus choisis au hasard, et possédant un compte ou plusieurs comptes bancaires, seuls 10% connaisse le «e-banking» ; mais cependant ne l utilise pas. Une question à laquelle nous devrons apporter des réponses. Comment se fait-il que le «e-banking» présente un aussi faible taux de pénétration, pour ne pas dire presque inexistant quand on sait qu il ne propose que des avantages pour ses utilisateurs sur plusieurs plans. Quel avenir ce phénomène du «e-banking» présente-t-il au Sénégal? Abdoulaye YADE MPCGF 5 ème Promotion ( ) Page 3

14 Les facteurs explicatifs du faible taux de pénétration du «e-banking» sont à plusieurs niveaux : - d abord, le niveau faible de personnes détentrices de compte dans une banque, rendant ainsi faible le taux d accès des clients aux services de la banque. Quand on sait que sur cent personnes seules environ neuf en détiennent un compte à la banque ; - s ajoute à cela, le faible niveau d accès à un ordinateur des populations, rendant de surcroit faible le taux d accès à internet : quand on sait que le plus souvent ont besoin d un ordinateur pour accéder à internet ; - la faible culture bancaire dans la plupart des pays de la sous-région, car on est encore loin du paysage bancaire américain ou européen et même asiatique. On peut y noter la présence de centaines de banques ou plus, toujours plus proches de leur clientèle ; ce qui est loin d être le cas au Sénégal, quand on sait que le nombre moyen de banques présentes sur le territoire est seulement de 17 pour une population de douze millions d habitants ; - un service E (électronique) pas souvent développé dans le continent : souvent réservé à une certaine catégorie de la population, il réduit ainsi le niveau d accès des populations aux nouvelles technologies de l information et de la communication. Pour faire évoluer le taux de pénétration du «e-banking», il faudrait dans un premier temps agir sur le taux bancarisation car celui-ci étant très faible (dans les alentours de moins de 10% au Sénégal), car c est un service réservé aux clients de la banque. Promouvoir, tout en réduisant et facilitant les conditions générales d accès aux banques et d ouverture de compte devrait nettement améliorer le niveau du taux de bancarisation du pays. Il faudrait également agir sur le taux d accessibilité de la population à Internet, réduire la fracture numérique que connaît l ensemble des pays du continent, et le Sénégal en particulier. A cet effet, faire de sorte qu Internet ne soit plus un service de luxe au coût élevé et destiné qu à une seule partie de la population pourrait aider à relever le niveau d accessibilité des populations à ce dernier. Ainsi tout un chacun pourra avoir accès à cette innovation en tout lieu et à tout temps. Sans oublier d encourager le recours des populations aux technologies de l information et de la communication (ordinateurs, etc ) permettrait de réduire la fracture numérique qui sévit dans le pays. Abdoulaye YADE MPCGF 5 ème Promotion ( ) Page 4

15 Enfin il faudrait aussi penser à faire une bonne promotion de la banque auprès des populations afin d inculquer à ces dernières une certaine culture bancaire. Tout ceci nous ramène à répondre à la question de savoir : «e-banking» et relation banques-clients : quel avenir pour le SENEGAL? Comment se fait-il que dans un monde où les technologies de l information et des télécommunications ont fini d instaurer bien des changements dans divers domaines et secteurs d activités, faisant profiter de ses nombreux avantages, notamment avec l apparition de l «E-banking» dans le secteur de la finance plus particulièrement de la banque, qu un pays comme le nôtre ne puisse toujours pas profiter de ce service? Quelles sont les contraintes de promotion du «e-banking» au Sénégal? Quel avenir ce service présente-t-il dans ce pays? Pour participer aux discussions sur les perspectives du «e-banking» en Afrique, nous avons choisi le thème suivant : «E-banking» et relation banques-clients : quel avenir pour le Sénégal? Nous avons choisi ce thème pour plusieurs raisons. D abord, c est un service qui a fini de s implanter dans bien des zones, ensuite il présente un certain nombre d avantages quant à son utilisation pour la banque mais également pour ses clients. L objectif principal de notre étude est l avenir d un tel service au Sénégal quant à son utilisation. Ce qui nous amènera à répondre à certaines questions : - le niveau d implantation du «e-banking» au Sénégal? - les facteurs explicatifs de ce faible taux de pénétration? - les enjeux de ce service? Les objectifs spécifiques seront pour nous dans cette étude : - de définir les variables d adoption de l «E-banking». - d analyser le degré de pénétration des variables d adoptions de ce service au Sénégal? - d analyser les perspectives des variables d adoption de l «E-banking» au Sénégal? Abdoulaye YADE MPCGF 5 ème Promotion ( ) Page 5

16 - enfin dégager les perspectives d avenir de ce service au Sénégal? Notre travail va concerner exclusivement les clients-particuliers de la banque et quelques banques de la place choisies au hasard. Au terme de notre recherche, les résultats obtenus procureront des avantages essentiellement pour l ensemble des banques, et nous-mêmes clients de la banque. Pour les banques : Ce travail devra permettre de limiter les surprises et accroître les certitudes, d améliorer la prestation de services, de faciliter la gestion du changement, d optimiser l utilisation des ressources, de simplifier et d accélérer les prises de décisions, d éviter les dépenses inutiles et de mieux gérer les activités contingentes et les maintenances. Pour nous-mêmes Cette étude nous permettra de réaliser la partie pratique de notre formation. En plus, nous espérons aussi pouvoir approfondir nos connaissances sur tout ce qui touche la banque. Cette étude nous permettra aussi de connaître les avantages que procure un tel service pour nous clients de la banque et de mieux en profiter. Notre étude s articulera autour de deux parties: le cadre théorique et le cadre pratique. Dans la première partie, nous allons développer la notion d «E-banking» à travers quelques définitions, ensuite il sera question de pour de voir comment la relation entre la banque et son client à évoluer au fil du temps grâce au niveau service développés par les banques. Puis nous définirons la démarche à suivre pour élaborer un manuel des procédures comptables. Enfin la méthodologie de l étude constituera le dernier chapitre de cette première partie ou Il sera question de présenter le modèle d analyse retenu et de présenter la façon de collecter et d analyser les données. Dans la deuxième partie de notre étude, nous présenterons premièrement l échantillon sur lequel porte notre étude, ensuite, nous allons présenter l ensemble des résultats collectés lors de notre étude puis s en suivra une analyse de ces derniers afin de voir quel avenir présente l «E-banking» au Sénégal? Abdoulaye YADE MPCGF 5 ème Promotion ( ) Page 6

17 Première partie: Cadre théorique Abdoulaye YADE MPCGF 5 ème Promotion ( ) Page 7

18 Introduction de la première partie Le métier traditionnel de la banque est d assurer la circulation des ressources monétaires dans l économie. Pour ce faire, celle-ci collecte ces ressources auprès des agents excédentaires et les redistribue aux agents dans le besoin et qui lui font appel. Avec les années le nombre de banque a considérablement augmenté, installant par la même occasion une rude concurrence entres ses dernières que sont les banques, qui feraient tout pour retenir si non voir augmenter le nombre de leur client. Sur ce, les conditions générales de banque n étant pas si différentes que ça d une banque à une autre le seul moyen d atteindre l objectif commun à tout banque, c'est-à-dire voir le nombre de ses clients augmenté, serait l innovation. Innover, en proposant de nouveaux services aux clients afin de se rapprocher le plus de ses derniers, est le défi auquel l ensemble des banques ont eu à faire face. C est dans ce cadre qu entre l objet de notre étude à savoir l «E-banking» qui constitue une grande innovation dans le secteur des banques. Les rapports d hier qui existaient entre la banque et son client ne sont plus les mêmes avec ce nouveau service. L occasion nous sera donné dans le cadre théorique de notre mémoire de définir d abord le concept de «E-banking» et le développer dans son ensemble (le contexte d évolution, les avantages : pour le client, la banque etc.). Ensuite nous parlerons de la relation banque-client d hier et d aujourd hui afin de voir comment elle a évolué au fils des années grâce à la technologie. Enfin en dernière partie nous détaillerons la méthodologie jusque-là utilisée pour mener notre étude. Abdoulaye YADE MPCGF 5 ème Promotion ( ) Page 8

19 Chapitre - 1 : Le concept du «e-banking» Nombre de choses ont changé depuis les dernières décennies. Les nouvelles technologies et les progrès dans les domaines scientifiques, culturels et sociaux ont considérablement changé le monde. L avènement de l Internet et des TIC a bouleversé bien des secteurs et des domaines d activités, créant par la même occasion de nouvelles opportunités d affaires. Les concepts de temps et de distance ont perdu de leur significativité dans bien des domaines d activités. Les TIC créent partout des mutations tant du point de vue quantitative que qualitative, ainsi que dans les prestations et les services. Faisant ainsi émerger de nouveaux modes de travail, ainsi que de nouveaux services, l avènement des nouvelles technologies à impacter de nombreux secteurs et parmi les secteurs les plus influencés par celles-ci, le secteur bancaire apparait comme le secteur le plus affecté par cette révolution technologique. Dans le domaine de la banque et de la finance, de nombreux investissements ont été consentis ces dernières décennies, développant ainsi certains services de la banque. Rapprochant par la même occasion le client de sa banque grâce au «e-banking», qui est la banque appliquée à l internet. Jamais la banque n a été aussi proche de son client grâce à cette innovation. L activité bancaire consiste dans la plupart des cas au développement des produits et services à proposer aux clients. Traditionnellement ces produits et services étaient proposés aux clients de banque dans les agences ou les guichets de celle-ci. En effet, le secteur bancaire est un domaine basé sur les informations qui s appuient fortement sur les TIC. Toutefois, les TIC ne sont pas seulement cruciales dans l analyse des informations, mais elles permettent aussi aux banques de différencier leur offre de services par rapport aux concurrents. Alors, dans une époque où les médias (ordinateurs, médias, téléviseurs ) et les moyens de transmission (télécommunication, câble, électronique ) se complètent et se chevauchent, l agence bancaire n est plus considérée aujourd hui comme le lieu de passage obligé du client. D où le développement durant les dix dernières années du concept des services financiers électroniques, communément appelé «e-banking». Le terme «e-banking», (Inter) net Banking, Web Banking ou encore Online Banking désigne l utilisation de l Internet par Abdoulaye YADE MPCGF 5 ème Promotion ( ) Page 9

20 une institution financière en vue d offrir à ses clients une gamme de services bancaires plus ou moins larges, allant de la simple vitrine commerciale à la gestion à distance de transactions financières. Ce concept est entré dans les mœurs de plusieurs institutions financières pour le traitement de leurs opérations courantes, dans la mesure où de plus en plus il répond aux attentes des clients dont les besoins et les exigences ont évolué avec le développement fulgurant des TIC. Ce dernier fait l objet de notre première section. 1.1 Définition de l «E-banking» S il y a bien une certitude c est que le rapport qu entretenait hier la banque avec son client est tout à fait différent de celui d aujourd hui, et ceci en grande partie grâce aux TIC. Avec le phénomène du «e-banking», jamais le client n a été aussi proche de sa banque. Selon Pickens & al. (2009 :10), le recours aux canaux de banque à distance va inévitablement se généraliser au cours des prochaines années dans la plupart des pays du monde. La définition du «e-banking», contraction de «electronic banking» ou «Internet banking», varie d un auteur à un autre. Cependant, nous avons eu à retenir celles unes qui nous paraient être les plus pertinentes. Le CGAP et DFID définissent la banque à distance comme la prestation de services financiers en dehors du réseau d agences bancaires traditionnelles, reposant sur les technologies de l information et de la communication et recourant à des détaillants non bancaires, en passant par exemple par des réseaux de cartes de paiement ou de téléphonie mobile. La Federal Financial Institutions Examination Council (FFIEC) définit le «e- banking» comme une livraison automatisée de produits et de services traditionnels et nouveaux aux clients par voie de transmission électronique interactive. Le dictionnaire «Francetop» définit quant à lui le «e-banking» comme le fait de se servir d'un outil électronique, comme l'ordinateur, par exemple pour effectuer différentes transactions bancaires. Le «e-banking» permet l'accès à ses comptes, le transfert de fonds d'un compte vers un autre, l'information sur le solde, le transfert de fonds vers le compte d'un tiers, le paiement de factures, etc. Les possibilités sont nombreuses et permettent d'économiser beaucoup de temps aux gens qui utilisent ces services. «In simple words, e-banking implies provision of banking products and services through electronic delivery channels. Electronic Abdoulaye YADE MPCGF 5 ème Promotion ( ) Page 10

21 banking has been around for quite some time in the form of automatic teller machines (ATMs) and telephone transactions. In more recent times, it has been transformed by the internet a new delivery channel that has facilitated banking transactions for both customers and banks» (Economic and Political Weekly, 2003:5378). Les termes qui reviennent le plus dans les différentes définitions ci-dessus sont : «banques», «TIC», «internet», «services». Ce qui nous amène à dire que le «e-banking» serait tout simplement la banque appliquée à l internet grâce à un PC et à l internet. 1.2 Facteurs et contexte d évolution de l «e-banking» Selon CONTE (2000 : 65), depuis l invention du premier ordinateur et l apparition de l internet il y a vingt ans, la société s oriente de plus en plus vers des technologies plus récentes. L importance et la nécessité de l information ont créé la cause pour chercher des politiques et des réformes nécessaires à l essor et à la régulation des technologies numériques qui évoluent encore. En Europe, toujours selon la même source, une série de mesures ont été adoptées en faveur de la société de l information : la libéralisation des télécommunications, la mise en place d un cadre juridique clair pour le commerce électronique (qui concerne notamment le respect de la vie privée, l authentification et la sécurité), le soutien accordé à l industrie et à la R&D. Ces mesures ont généré un environnement convenable pour la mise en œuvre des «TIC». L utilisation des ordinateurs continue sa montée, même dans les pays les moins développés cette machine est devenue indispensable pour différentes raisons : le traitement, l enregistrement des données numériques, etc. En 2009, le nombre de PC se chiffrait en millions dans certains pays tels que les Etats unis (223.81), le Japon (69.20), la France (29.41), l Inde (13.03) et le Mexique (11.21). Avec l internet, le nombre des internautes s élevait à 1,802 milliard d internautes en 2009 selon «Internetworldstats». Cette estimation prouve que l accès à l internet est devenu simple et abordable pour beaucoup d individus. Classé en 1994 en tête des pays africains subsahariens (en termes de croissance de pénétration et de qualité de services) par l Union Internationale des Télécommunications (UIT) dans son rapport intitulé «Etude de cas sur l évolution de l environnement international des télécommunications», le Sénégal a consenti d importants investissements dans ce secteur. Abdoulaye YADE MPCGF 5 ème Promotion ( ) Page 11

22 Le pays est connecté à l Internet depuis avril 1996 et les services liés aux Technologies de l Information et de la Communication (TIC) sont en plein essor selon Mamadou Alhadji LY (2010 :1). Le tableau ci-dessous nous montre les principaux acteurs du secteur des TIC au Sénégal : Figure 1 - Les principaux acteurs du secteur des TIC Source : LY (2010:15) Les TIC ont fini un peu partout, et dans presque tous les secteurs, d instaurer des changements. La Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), dans un de ses rapports en 2006, souligne que «les Technologies de l Information et de la Communication (TIC) ont un impact plus important sur les services fournis depuis l étranger et la consommation à l étranger que sur les services fournis par l intermédiaire d une présence commerciale». De ce fait, le Sénégal a très tôt affiché sa volonté d aller à l assaut du marché international qui exige plus de compétitivité. Avec le souhait pour la plupart des sociétés de réduire considérablement leurs coûts, les TIC ne pouvaient pas tomber mieux. Entre autre, les avantages que procure le «e-banking» sont de deux volets : social et économique. Du point de vue social, il y a : - la participation dans l'amélioration du côté social et la création d'une société de services ; - le changement dans le comportement en ce qui concerne l'éducation et le Abdoulaye YADE MPCGF 5 ème Promotion ( ) Page 12

LE MARKETING RELATIONNEL ET LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LE MARKETING RELATIONNEL ET LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Cycle: Licence professionnelle Filière: Technique banques et assurances LE MARKETING RELATIONNEL ET LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Réalisé par: Mlle Asmae AIT RAI Mlle Ghizlane JALIAD Mlle Hafida EL

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : Customer Relationship Management (CRM) Sommaire Introduction... 1 Les enjeux

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

ITSM - Gestion des Services informatiques

ITSM - Gestion des Services informatiques Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ ITSM - Gestion des Services informatiques Copyright 2011 CXP. 1 ITSM - Gestion des Services informatiques L'étude a été réalisée par : Dalila Souiah OBJECTIF DU DOCUMENT.

Plus en détail

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013 Rapport d études Etudes des spécificités du marché du SaaS en France Rapport de synthèse février 2013 Conception Caisse des Dépôts (Service communication DDTR) février 2013 Veille stratégique, conseil

Plus en détail

Edito : Cybersudoe Innov : Un réseau d experts en innovation par le numérique du Sud-Ouest européen

Edito : Cybersudoe Innov : Un réseau d experts en innovation par le numérique du Sud-Ouest européen Edito : Cybersudoe Innov : Un réseau d experts en innovation par le numérique du Sud-Ouest européen Un des objectifs principaux du projet européen Cybersudoe innov est la création d une base de données

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

Impact de l Apparition de l Hyper-Connectivite sur la Banque de De tail

Impact de l Apparition de l Hyper-Connectivite sur la Banque de De tail Impact de l Apparition de l Hyper-Connectivite sur la Banque de De tail 2012 Financial Breakthroughs - Ver-2012-02-06 - Document sous licence CC-BY-NC-ND I FICHE RESUME DE CE LIVRE BLANC... 1 II INTRODUCTION...

Plus en détail

Sage CRM. La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME. Précision et efficacité à portée de mains!

Sage CRM. La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME. Précision et efficacité à portée de mains! Sage CRM Précision et efficacité à portée de mains! La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME Alliant l innovation pragmatique, la souplesse d utilisation et l efficacité Living Your

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE

CONFÉRENCE DE PRESSE CONFÉRENCE DE PRESSE Marie-Claire Capobianco, Membre du Comité Exécutif de BNP Paribas et Directeur des Réseaux France Bernard Roy, Directeur de la Stratégie de La Banque Postale Laurent Goutard, Directeur

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

Catalogue des cours en BTS Assistant de Manager

Catalogue des cours en BTS Assistant de Manager Catalogue des cours en BTS Assistant de Manager MATIÈRES 1 ère année de formation 2 ème année de formation Horaire ECTS Horaire ECTS Culture générale et expression 60 h 4 60 h 4 Langue vivante A : Anglais

Plus en détail

Sage CRM SalesLogix. Gagnez en compétitivité. Sage CRM Solutions

Sage CRM SalesLogix. Gagnez en compétitivité. Sage CRM Solutions Sage CRM Solutions Sage CRM SalesLogix Gagnez en compétitivité Sage CRM SalesLogix est une solution complète, conçue pour permettre à vos équipes commerciales, marketing et service d optimiser la gestion

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Algérie Université A-Mira-Bejaia, Algérie La société de l information dans le monde: Etat des lieux et perspectives Introduction L avènement des nouvelles technologies

Plus en détail

Associer la puissance des nouvelles technologies tout en préservant l environnement

Associer la puissance des nouvelles technologies tout en préservant l environnement gestco Associer la puissance des nouvelles technologies tout en préservant l environnement A ERP SaaS A propos... GESTCO : Progiciel de gestion d activités en ligne Avantages : - Faciliter la gestion et

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

Analyse des coûts projetés de la plate-forme SAP HANA

Analyse des coûts projetés de la plate-forme SAP HANA Étude Total Economic Impact réalisée par Forrester Pour SAP Directrice du projet : Shaheen Parks Avril 2014 Analyse des coûts projetés de SAP HANA Économies réalisables en migrant vers SAP HANA Synthèse

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Automatisation et CRM

Automatisation et CRM Automatisation et CRM Adoption de la technologie des agents virtuels Etude VirtuOz 2010 Synopsis... 2 Les principales motivations de mise en place du canal Agent Virtuel... 2 Adoption des Agents Virtuels...

Plus en détail

Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr.

Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. Document mis à disposition par : www.marketing-etudiant.fr Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. En conséquence croisez vos sources

Plus en détail

Des services métier performants et personnalisés, dans le Cloud IBM

Des services métier performants et personnalisés, dans le Cloud IBM Des services métier performants et personnalisés, dans le Cloud IBM IZZILI édite et implémente une suite applicative Cloud IZZILI Business Place Manager dédiée aux managers et à leurs équipes pour le management

Plus en détail

EH Intelligence by Sidetrade. Maîtriser le risque sur le bout des doigts

EH Intelligence by Sidetrade. Maîtriser le risque sur le bout des doigts EH Intelligence Maîtriser le risque sur le bout des doigts «Avec EH Intelligence, nous bénéficions d une visibilité en temps réel des indicateurs de suivi du poste client, ce qui améliore considérablement

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

dans les entreprises en pays de la loire Réalité, besoins & perspectives

dans les entreprises en pays de la loire Réalité, besoins & perspectives Les USAGES DES TIC dans les entreprises en pays de la loire Réalité, besoins & perspectives é d i t i o n 2 0 0 9 1 Des ÉQUIPEMENTS qui se sont généralisés Une informatisation qui a atteint un seuil L

Plus en détail

Sage CRM. Customer Relationship Management (CRM) pour petites et moyennes entreprises

Sage CRM. Customer Relationship Management (CRM) pour petites et moyennes entreprises Sage CRM Customer Relationship Management (CRM) pour petites et moyennes entreprises La clé de votre succès. Sage CRM, en tant que solution CRM primée, livre aux petites et moyennes entreprises dans le

Plus en détail

Problématique de la qualité des données statistiques Alexandre BIAOU, DG/INSAE

Problématique de la qualité des données statistiques Alexandre BIAOU, DG/INSAE Problématique de la qualité des données statistiques Alexandre BIAOU, DG/INSAE La qualité : «ensemble des propriétés et caractéristiques d un produit ou d un service qui lui confèrent l aptitude à satisfaire

Plus en détail

Crédit Bureaux. des PME. Alger, le 12 mars 2009 Margherita GALLARELLO

Crédit Bureaux. des PME. Alger, le 12 mars 2009 Margherita GALLARELLO Le rôle des Crédit Bureaux pour l accès au crédit des PME 2009 Agenda L activité des Crédit Bureaux Sujets critiques pour les PME Crédit Bureaux: quels avantages pour les PME? Exemple d évaluation Conclusion

Plus en détail

CRM Service. Exemples de secteurs concernés. Fonctionnalités clés. Gestion de l activité quotidienne. Gestion complète de la force de vente

CRM Service. Exemples de secteurs concernés. Fonctionnalités clés. Gestion de l activité quotidienne. Gestion complète de la force de vente CRM Service Exemples de secteurs concernés Société de commerce et de négoce Société de services informatiques Cabinet de formation Cabinet de recrutement Société de sécurité et de nettoyage Société de

Plus en détail

Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013

Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013 Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013 Bruxelles, le 25 juin 2013 Le SPF Economie publie annuellement un baromètre global de la société de l information. Les résultats

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Toronto-Dominion Centre Toronto (Ontario) Canada M5K 1A2 Le 28 février 2000 Avis de distribution Le présent document doit être accompagné d un exemplaire de tous

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

Dossier de Presse. 10 Octobre 2013

Dossier de Presse. 10 Octobre 2013 Dossier de Presse 10 Octobre 2013 Contacts : Anne-Sophie DUPIRE - Responsable Communication Lucie PORREAUX - Chargée des Relations Presse Tel : 0 328 328 000 - anne-sophie.dupire@sarbacane.com Tel : 0

Plus en détail

Points forts : Amélioration de l efficacité des activités de marketing

Points forts : Amélioration de l efficacité des activités de marketing AUTOMATISATION DU MARKETING Le module d automatisation du marketing dans Microsoft Business Solutions Axapta vous offre une vue détaillée pour gérer des campagnes ciblées et personnalisées à travers tous

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Présentation Etude Multi Clients Sponsorisée 2015. Camille Marchand, Account Manager c.marchand@pac-online.com 07 63 23 01 82

Présentation Etude Multi Clients Sponsorisée 2015. Camille Marchand, Account Manager c.marchand@pac-online.com 07 63 23 01 82 La transformation numérique des banques : Un levier d innovation pour les banques traditionnelles et en ligne qui souhaitent répondre aux nouveaux enjeux de leurs clients. Présentation Etude Multi Clients

Plus en détail

Frais bancaires Troisième rapport annuel. 20 février 2001 http://carrefourdesconsommateurs.ic.gc.ca

Frais bancaires Troisième rapport annuel. 20 février 2001 http://carrefourdesconsommateurs.ic.gc.ca Frais bancaires Troisième rapport annuel 20 février 2001 http://carrefourdesconsommateurs.ic.gc.ca Aperçu Cette année, le rapport annuel porte sur : 1. L attitude des Canadiens à l égard des frais bancaires

Plus en détail

Secteur Finance - Assurance

Secteur Finance - Assurance Secteur Finance - Assurance isatech est spécialiste des solutions de gestion d entreprise Microsoft Dynamics ERP, CRM et Office365 Les problématiques du secteur financier Selon l INSEE, en 2011, le secteur

Plus en détail

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Les partenariats de marketing contribuent à augmenter les taux de conversion de ventes La campagne de services à domicile de Home Depot donne des résultats remarquables

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT

COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT DOCUMENT 1/3 Ce document a pour but d expliquer le fonctionnement du marché du gaz. Il s agit d une introduction permettant de

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL?

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL? La plupart des entreprises disposent d une masse considérable d informations sur leurs clients, leurs produits, leurs ventes Toutefois ces données sont cloisonnées par les applications utilisées ou parce

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

Introduction. La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet

Introduction. La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet Introduction La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet Un principe simple mais imparable : «Attirez votre cible vers vos offres» La stratégie «pull», ou stratégie d attraction, consiste à

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

LE MOBILE BANKING EST-IL

LE MOBILE BANKING EST-IL THE 2ND INTERNATIONAL CONFERENCE ON INSTITUTIONAL AND TECHNOLOGICAL ENVIRONMENT FOR MICROFINANCE LE MOBILE BANKING EST-IL EFFICACE POUR OFFRIR DES SERVICES FINANCIERS AUX NON- BANCARISÉS? Djamchid Assadi

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Magisoft CRM. L intelligence Software. Progiciels de gestion pour l industrie

Magisoft CRM. L intelligence Software. Progiciels de gestion pour l industrie CRM ZA LA LAYE 12 Rue de Truchebenate 01100 ARBENT Tél : +33 (0)4.74.81.22.20 Fax : +33 (0)4.74.73.08.99 contact@cerai.fr Www.cerai.fr Magisoft L intelligence Software Progiciels de gestion pour l industrie

Plus en détail

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise)

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Développer la communication et le travail collaboratif pour mieux servir le citoyen Thomas Coustenoble

Plus en détail

Le Cisco Smart Business Communications System

Le Cisco Smart Business Communications System Le Cisco Smart Business Communications System Smart Business Brochure Le Cisco Smart Business Communications System Aujourd hui, les petites entreprises sont confrontées à une concurrence accrue. Une

Plus en détail

Programme détaillé BTS ASSISTANT DE MANAGER. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS ASSISTANT DE MANAGER. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT Programme détaillé BTS ASSISTANT DE MANAGER Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur d'assistant de Manager est un diplôme national de l enseignement supérieur dont le titulaire exerce

Plus en détail

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 1 2 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services Contenu 1.

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Conversion et e-commerce : la fidélité prime

Conversion et e-commerce : la fidélité prime Conversion et e-commerce : la fidélité prime Etude réalisée du 1 er au 28 février 2010 sur un périmètre de 8 sites d e-commerce audités par AT Internet. Les sites d e-commerce ont de plus en plus le vent

Plus en détail

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN DÉFINITION l'ensemble des moyens dont dispose une entreprise pour vendre ses produits à ses clients d'une manière rentable LA CONCEPTION TRADITIONNELLE

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

Sage CRM. La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME. Précision et efficacité à portée de mains!

Sage CRM. La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME. Précision et efficacité à portée de mains! Sage CRM Précision et efficacité à portée de mains! La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME Alliant l innovation pragmatique, la souplesse d utilisation et l efficacité Le CRM Simplicité

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

APPLICATION N 7 LE CAS FINANCE SA (Adapté d un sujet d expertise comptable de l INTEC)

APPLICATION N 7 LE CAS FINANCE SA (Adapté d un sujet d expertise comptable de l INTEC) APPLICATION N 7 LE CAS FINANCE SA (Adapté d un sujet d expertise comptable de l INTEC) Venant de prendre la Présidence d un important groupe financier français, le nouveau président est alerté par certains

Plus en détail

Les solutions SAS pour les Petites et Moyennes Entreprises

Les solutions SAS pour les Petites et Moyennes Entreprises BROCHURE SOLUTION Les solutions SAS pour les Petites et Moyennes Entreprises Sur un marché aussi compétitif que celui des Petites et Moyennes Entreprises, le temps et l efficacité sont deux valeurs prioritaires

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Présentation de la solution SAP s SAP pour les PME SAP Business One Cloud Objectifs Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Favorisez une croissance rentable simplement et à moindre

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

Baromètre des investissements numériques en France

Baromètre des investissements numériques en France Baromètre des investissements numériques en France Novembre 2015 Objectifs Baromètre des investissements numériques en France avec pour objectifs : de suivre l évolution de l opinion des responsables informatique

Plus en détail

MESURE DE LA PERFORMANCE DE L ENTREPRISE. www.parlonsentreprise.com

MESURE DE LA PERFORMANCE DE L ENTREPRISE. www.parlonsentreprise.com MESURE DE LA PERFORMANCE DE L ENTREPRISE www.parlonsentreprise.com Objectifs de l atelier Prendre conscience des besoins des clients Apporter un service supplementaire utile a nos clients Presenter une

Plus en détail

Faites parler de votre entreprise

Faites parler de votre entreprise Faites parler de votre entreprise Pourquoi annoncer sur Internet? 70 % des consommateurs font confiance aux commentaires laissés sur Internet. 85 % de la population a accès à Internet. 75 % des gens consultent

Plus en détail

EXPÉRIENCE CLIENT. Saison 3 : le e-commerce. Baromètre Akio

EXPÉRIENCE CLIENT. Saison 3 : le e-commerce. Baromètre Akio EXPÉRIENCE CLIENT Baromètre Akio Saison 3 : le e-commerce Etude réalisée par INIT Marketing pour Akio Software en juillet 2014 sur un échantillon représentatif de la population française de 1001 panélistes

Plus en détail

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS Déclaration de Bogotá Instaurer des partenariats constructifs et ouverts pour le développement (VERSION FINALE, 25 mars

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? Lorraine Pour être efficace, un site web doit être réfléchi et en adéquation avec la stratégie de l entreprise. Cette notice présente les différentes possibilités

Plus en détail

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002 Les Distributeurs du Secteur Dentaire [EDITO]. Le marché du matériel dentaire reste un domaine relativement parcellarisé sur le territoire français. Il est couvert par plus de

Plus en détail

Technical Development Solutions, L.L.C.

Technical Development Solutions, L.L.C. NOM DU PRODUIT NOM FOURNISSEUR Kredits Technical Development Solutions, L.L.C. Examen 2009* Achevé en septembre 2009 Examens précédents 2005 SYNTHÈSE Impression générale Kredits est un logiciel intégré

Plus en détail

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises Le rôle des TIC sur le degré d exportation des PME : une étude exploratoire Éditorial InfoPME est publié par le Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises (LaRePE) Institut de recherche

Plus en détail

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant!

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Regroupés autour d une enseigne commune, les commerçants associés sont des distributeurs grâce à une organisation amont forte et structurée qui

Plus en détail

Vers un multi canal centré sur le client et la mobilité?

Vers un multi canal centré sur le client et la mobilité? 18 avril 2013 Vers un multi canal centré sur le client et la mobilité? Forum international de l Assurance 2 ème édition Agenda 1. Introduction 2. Gestion de la relation client et multicanal en France 3.

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 PRÉSENTATION AL BARID BANK Missions et Objectifs Al Barid Bank, filiale bancaire de Barid Al Maghrib (Poste Maroc) a démarré

Plus en détail

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui Management de la chaîne logistique Professeur Mohamed Reghioui M.Reghioui - 2012 1 Informations générales sur le module Intervenants: Mohamed Reghioui(m.reghioui@gmail.com) Informations générales Répartition

Plus en détail

Le géomarketing - Page 1 sur 7

Le géomarketing - Page 1 sur 7 Le géomarketing - Page 1 sur 7 LES DOSSIERS MADWATCH.net méthodes Le Géomarketing Novembre 2003 Nb de pages : 7 Le géomarketing - Page 2 sur 7 Créé dans les années 80, la plupart des applications du géomarketing

Plus en détail

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE Abdellatif Jouahri Wali de Bank Al-Maghrib Rabat, 20 octobre 2015 1 Je tiens

Plus en détail

Université Montpellier I UFR Administration Économique et Sociale (AES) DU Création et Maintenance de Sites Internet E-CRM

Université Montpellier I UFR Administration Économique et Sociale (AES) DU Création et Maintenance de Sites Internet E-CRM Université Montpellier I UFR Administration Économique et Sociale (AES) DU Création et Maintenance de Sites Internet E-CRM Présentée par Yun LIU 06/2010 Introduction PLAN Présentation de l'e-crm Les principaux

Plus en détail

Problématique de la qualité des données statistiques

Problématique de la qualité des données statistiques Revue du Schéma directeur de la Statistique du Mali Problématique de la qualité des données statistiques La qualité : «l ensemble des propriétés et caractéristiques d un produit ou d un service qui lui

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats.

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. DEMATERIALISATION DES FACTURES FOURNISSEURS : PROJET ACHATS OU PROJET D

Plus en détail

LuxApps Property Solution

LuxApps Property Solution Solution LuxApps Property Solution LuxApps Property Solution ou LA.P.S. est un outil professionnel permettant la gestion complète d un patrimoine immobilier. La présentation et l ergonomie ont été étudié

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

LA PLATEFORME DE FIDÉLISATION ET DE CARTES-CADEAUX À SAVEUR AMÉLIORÉE

LA PLATEFORME DE FIDÉLISATION ET DE CARTES-CADEAUX À SAVEUR AMÉLIORÉE LA PLATEFORME DE FIDÉLISATION ET DE CARTES-CADEAUX À SAVEUR AMÉLIORÉE Programmes de fidélisation : vous faites les règles Une solution entièrement configurable rend l expérience de fidélisation plus facile

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

ERP SURVEY 2014 1 ÈRE ENQUÊTE EN FRANCE AUTOUR DE LA SATISFACTION DES UTILISATEURS D ERP ET DE PROGICIELS DE GESTION

ERP SURVEY 2014 1 ÈRE ENQUÊTE EN FRANCE AUTOUR DE LA SATISFACTION DES UTILISATEURS D ERP ET DE PROGICIELS DE GESTION ERP SURVEY 2014 1 ÈRE ENQUÊTE EN FRANCE AUTOUR DE LA SATISFACTION DES UTILISATEURS D ERP ET DE PROGICIELS DE GESTION SURVEY ERP : LES OBJECTIFS Mesurer la satisfaction des utilisateurs d ERP / de progiciels

Plus en détail

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS Présenté par : YEO SIONLE Date : 4 au 6 novembre 2009 Lieu : CCT/BNETD Département des Etudes Economiques et Financières Plan

Plus en détail

GROUPE BARID AL MAGHRIB. Barid eshop

GROUPE BARID AL MAGHRIB. Barid eshop GROUPE BARID AL MAGHRIB Barid eshop GROUPE BARID AL MAGHRIB Barid Al Maghrib: Quelques chiffres Clés: Chiffre d affaires: 1,4 MM DH Collaborateurs: 8000 Nombre d agences 1800 Flotte: ~ 600 véhicules GROUPE

Plus en détail

FORUM REGIONAL ECONOMIQUE ET FINANCIER DES TELECOMMUNICATIONS/TIC DU BDT/UIT

FORUM REGIONAL ECONOMIQUE ET FINANCIER DES TELECOMMUNICATIONS/TIC DU BDT/UIT FORUM REGIONAL ECONOMIQUE ET FINANCIER DES TELECOMMUNICATIONS/TIC DU BDT/UIT Abidjan - Côte d Ivoire, 18 au 19 Janvier 2016-1- SERVICES FINANCIERS MOBILES EN AFRIQUE Présentation: Dr Ettiboua ANGUI, Docteur

Plus en détail

RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS

RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS REMARQUES PRÉLIMINAIRES Ces questions ont un double objectif. D'une part, mieux cerner les tenants et aboutissants de votre projet

Plus en détail