Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli"

Transcription

1 Les cytokines et leurs récepteurs Laurence Guglielmi l i 1

2 Les cytokines et leurs récepteurs 2 mécanismes principaux d interactions cellulaires : - contact membranaire interaction entre molécules complémentaires - médiateurs solubles (hormones, neurotransmetteurs, médiateurs lipidiques, cytokines, ) Les cytokines : - glycoprotéines de faible poids moléculaire (8 à 70 kda) produites par de très nombreux types cellulaires - elles permettent un dialogue entre cellules, régulant des fonctions biologiques extrêmement variées (prolifération, différenciation, activation, survie ou mort cellulaire) - elles sont impliquées dans : l inflammation la réponse immunitaire (innée et spécifique) l hématopoïèse

3 Dénomination des cytokines Cytokines = ensemble hétérogène de molécules Interleukines : IL-1, IL-35 Interférons : IFN-, IFN-, IFN, Tumor Necrosis Factor : TNF- TNF- Facteurs de croissance de transformation : TGF-, TGF- Facteur de croissance hématopoïétique : CSF Chimiokines : CCL ou CXCL

4 Propriétés générales des cytokines inhibition stimulant Les cytokines sont synthétisées par une cellule activée et se lient à des récepteurs membranaires spécifiques. inhibition inhibition cytokines Nécessité é d un contrôle efficace de l activité biologique des cytokines afin de limiter leurs effets dans le temps et dans l espace. inhibition récepteur Une même cytokine peut être produite par plusieurs types cellulaires Une même cellule l peut produire différentes cytokines Activité comprise entre le nanomole et le picomole. Effets biologiques

5 Propriétés générales des cytokines Signal activateur Action AUTOCRINE Signal activateur Action PARACRINE Cellule voisine Signal activateur vaisseau sanguin Ati Action ENDOCRINE Cellule distante

6 Propriétés générales des cytokines Pléiotropie Une même cytokine peut avoir plusieurs effets. Expl : IL 4 cellule B activation prolifération différenciation T cellule T activée thymocyte mastocyte t prolifération prolifération Cellules cibles Effets

7 Propriétés générales des cytokines Redondance Un même effet peut être obtenu par différentes cytokines se fixant chacune sur leur récepteur spécifique. IL 2 IL 4 Prolifération IL 5 cellule B

8 Propriétés générales des cytokines Antagonisme Expl : IL 4 T IgE cellule T activée IFN cellule B L IFN inhibe la production d IgE induite par l IL 4.

9 Propriétés générales des cytokines Activité en cascade La plupart des cytokines entrainent des réactions en cascade en induisant la production d une autre cytokine par les cellules cibles. Expl : IFN IL 12 T cellule T activée macrophage cellule cible

10 Propriétés générales des cytokines Activité en cascade et en réseau. TGF IL 10 IL 4 IL 13 LPS TNF IL 3 GM CSF IFN IFN PDGF IL 1 IL 6

11 Récepteurs des cytokines Les récepteurs de cytokines peuvent être classés en famille selon la présence de motifs communs dans leur structure primaire. G-CSF-R gp130 IL-6-R IL-2-R IL-2-R IL-4-R IL-3-R IL-5-R GM-CSF EPO-R TNF-R NGF-R CD40 CD27 IFN -R IFN / -R IL-1-R M-CSF-R PDGF-R CCR Récepteurs des Récepteurs Récepteurs des Récepteurs de la Récepteurs des hématopoïétines des TNF interférons superfamille des Ig chimiokines

12 Récepteurs des hématopoïétines Famille comprenant le plus grand nombre de membres. Structure : La partie extra-cellulaire comprend deux domaines : - l un avec 4 résidus Cys dont la position est très conservée, - l autre avec un motif W-S-X-W-S. W S La partie intra-cytoplasmique est de longueur variable sans activité tyrosine kinase intrinsèque. (100 AA) (100 AA) (13 à 577 AA) Nter 4 Cystéines Motif tifwsxws (Trp Ser X Trp Ser) pas d activité tyrosine kinase intrinsèque

13 Signalisation des récepteurs des hématopoïétines 1. Fixation de la cytokine Jak Jak 2. Oligomérisation des récepteurs et association avec les tyrosines kinases cytoplasmiques JAK P Jak Jak P 3. Phosphorylation des JAK SOCS P Jak P STAT STAT P STAT P Jak P P STAT 4. Phosphorylation des protéines STAT cytoplasmiques par les JAK activées 5. Homodimérisation ou hétérodimérisation des STAT Régulation possible de le transmission du signal par contrôle retroactif négatif : les STAT peuvent induire l expression lexpression de protéines SOCS qui vont rentrer en compétition avec les STAT et avoir un effet régulateur négatif. 6. Translocation dans le noyau et activation de la transcription ti JAK = Janus Kinase (4 membres JAK1, JAK2, JAK3 et Tyk2) STAT = Signal Transducers and Activators of Transcription (6membres : STAT1 à STAT6) SOCS = Suppressor Of Cytokine Signaling

14 Composition multimérique des récepteurs des hématopoïétines A l exception de certains récepteurs formant des homodimères, les récepteurs de cytokines sontcomposés de 2 ou 3 chaînes distinctes : une chaîne qui assure la spécificité vis à vis du ligand, une ou deux chaînes ( et ) ) qui s associent au complexe chaine + cytokine pour former un récepteur de haute affinité et transmettre le signal. chaîne (CD25) membrane cellulaire IL-2 Chaîne extérieur intérieur chaîne Transduction du signal

15 Composition multimérique des récepteurs des hématopoïétines Différents récepteurs peuvent partager une chaîne commune (expliquant ainsi la redondance fonctionnelle des cytokines). Expl : Les récepteurs de l IL 2, IL 4, IL 7, IL 7, IL 9 et IL 15 partagent une ou deux chaînes. Pour tous ces récepteurs, la chaîne, spécifique de la cytokine, est associée à la chaîne du récepteur de l IL 2, appelée «chaine commune ( c)». IL-2 IL-4 IL-7 Extérieur Intérieur IL-2-R IL-2-R IL-2-R IL-4-R IL-2-R IL-7-R IL-2-R Des mutation du gène codant la chaîne c sont responsables de déficits immunitaires sévères X SCID (X linked Severe Combined ImmunoDeficiency) caractérisés par une absence de cellule T (IL 7), de cellules NK matures (IL 15), et la présence de B déficients fonctionnellement (IL 4) IL-15 IL-15-R IL-2-R IL-2-R

16 Composition multimérique des récepteurs des hématopoïétines Un moyen de réguler la réponse à une cytokine est de réguler l expression d au moins une chaîne du récepteur fonctionnel. Récepteur de faible affinité de l IL 2 IL 2R T4 IL 2R IL 2 Récepteur de haute affinité de l IL 2 IL 2R L activation du LT par l Ag entraîne : T4 l expression de la chaîne du récepteur de l IL 2 lil2 à la membrane qui s associe alors aux chaînes et pour former le récepteur de haute affinité de l IL 2, TCR CD4 Au repos, les lymphocytes T (LT) n expriment que ele récepteur de faible affinité de l IL 2 (formé des chaînes et ) peptide antigénique CHM classe II Cellule dendritique la synthèse d IL 2 qui induit la prolifération uniquement des LT activés.

17 RECEPTEURS SOLUBLES Des formes solubles ont été mises en évidence pour la majorité des récepteurs de cytokine, permettant alors une régulation des activités ités biologiques i de leurs ligands. Elles résultent : - soit d un clivage protéolytique des formes membranaires, - soit d épissage alternatif des ARNm. Elles conservent la capacité de se lier spécifiquement à leur cytokine, avec cependant une affinité légèrement inférieure à celle de la forme membranaire. Pas de consensus général sur leur rôle physiologique : - fonction antagoniste du récepteur : empêche la cytokine de se fixer sur le récepteur membranaire, - rôle «carrier», protecteur : protège la cytokine d une dégradation protéolytique.

18 quelques exemples de régulation de l action des cytokines : IL 1 IL 1ra stnf R IL 1 R IL 1Ra : antagoniste de l IL 1R L IL 1Ra se lie eu récepteur de l IL 1 sans induire de transduction du signal. Il bloque ainsi, par compétition pour le même récepteur, l action de l IL 1. macrophage TNF TNF R stnf R : récepteur soluble du TNF A faible concentration, le stfn R protège la cytokine de la dégradation. A forte concentration, le stnf R à un effet antagoniste avec le récepteur membranaire, limitant l action de la cytokine dans le temps et dans l espace. IL 6R (chaîne ) gp130 IL 6 IL 6Rs Activation i Activation i Blocage gp130 s sil 6R : récepteur de l IL 6 soluble 1 Le récepteur fonctionnel de l IL 6 est composé d une chaîne (spécificité) associée à deux chaînes gp130 (signalisation). 2 En se combinant à son ligand, le sil 6R peut induire un signal à toutes cellules exprimant des gp130 membranaires. 3 Rôle antagoniste du complexe sil 6R + gp130 soluble qui entre en compétition avec le récepteur membranaire.

19 Récepteurs des TNF (Tumor necrosis factor) Famille comprenant plus d une 20aine de récepteurs, mais également un certain nombre de molécule comme le CD40 TNF TNF Structure : récepteurs homotrimériques membranaires ou solubles TNF R1 CD120a TNF R2 CD120b Sous groupe : o les Récepteurs de Mort (Death Receptor) : 6 membres dont les récepteurs du FasL, du TNF (TNF RI), de TRAIL peuvent induire l apoptose des cellules après fixation de leur ligand spécifique : leur partie intra cellulaire comprend un FADD DD TRAF2 motif appelé Death Domaine (DD) permettant la transduction du signal conduisant à l activation de caspases. o D autres récepteurs (expl : TNF RII) possèdent dans leur partie intra cellulaire un motif permettant le recrutement des protéines adaptatrices de type TRAF permettant la transduction du signalconduisant à l activation du facteur de transcription NF B. caspase 8 Apoptose NF B Activation

20 Les chimiokines Les chiomokines sont de petites molécules : 8 à 12 kda Structure des chimiokines La famille des chimiokines se subdivisent en sous groupes ayant des caractéristiques communes : locus 4q21 21 structurales (nombres de cystéines conservées (C), nombre d acides aminées (X) compris entre la 1 ère et la 2 ème cystéine), locus 17q locus 1q23 génomique (localisation chromosomique). NH2 COOH feuillet feuillet feuillet hélice locus 16q13

21 Les chimiokines et leurs récepteurs Une chimiokine donnée peut lier différents récepteurs. Différentes chimiokines peuvent lier un même récepteur («récepteur partagé»). chimiokines CC Les «récepteurs spécifiques» ne lient qu une seule cytokine (seuls 4 récepteurs décrits à ce jour). chimiokines CXXXC chimiokines CXC

22 Les récepteurs de chimiokines Les récepteurs de chimiokines sont des RCPG : NH2 7 hélices trans membranaires G G G Récepteurs p à 7 domaines transmembranaires Couplés à une Protéine G pour la transduction du signal. COOH Un rôle important des chimiokines est leur capacité à induire le chimiotactisme de leucocytes (migration des cellules selon un gradient de chimiokines). Les chimiokines sont également impliquées pq dans : exocytose des granules intracytoplasmiques (dégranulation) production de cytokines, prolifération maturation et différentiation T organogénèse angiogénèse chimiokine chimiotactisme

23 Modulation de l expression du récepteur de chimiokine : Internalisation du récepteur après interaction avec son ligand : diminution de son expression à la surface des cellules («desensibilisation») ce mécanisme joue notamment un rôle dans la rétention des cellules du système immunitaire au sein des organes lymphoïdes ou des sites d inflammation. L activation cellulaire ou encore l interaction des cellules avec certaines cytokines peuvent augmenter ou diminuer l expression des récepteurs à la membrane. chimiokine internalisation recyclage vésicule endosomale neosynthèse activation cellulaire dégradationd

24 Les cytokines sont une famille de messagers intercellulaires impliqués dans : - l inflammation (cf. cours immunité innée) - la réponse immunitaire (plusieurs expl seront donnés dans les cours sur la coopération cellulaire et les réponses effectrices humorales et cellulaires, ) - l hématopoïèse.

25 Cytokines et différenciation des progéniteurs hématopoïétiques Hématopoïèse : maintient de la formule sanguine, répondre rapidement et de façon contrôlée aux situations d urgence, telle qu une infection sévère au cours de laquelle le nombre de globules blancs peut augmenter de façon significative. Ce phénomène résulte de l effet de cytokines produites par les lymphocytes T activées (IL 3, GM CSF, IL 5, IL 6 ) ou encore par les macrophages, les cellules endothéliales ou les fibroblastes (G SCF, M SCF, IL 6 ). IL 7 Lymphocyte Mégacaryocyte IL 3 IL 6 EPO GM CSF Plaquette Erythroblaste IL 3 EPO Erythrocyte Cellule souche Promyélocyte Monoblaste IL 1, IL 3 IL 4, IL 6 GM CSF G CSF IL 3, IL 4 M CSF GM CSF IL 6 IL 5 IL 3 GM CSF G CSF Eosinophile Basophile Neutrophile hl Monocyte

PRINCIPALES ETAPES DE L'HEMATOPOIESE MEDULLAIRE (lignées, maturation, voies de domiciliation tissulaire) Partie II

PRINCIPALES ETAPES DE L'HEMATOPOIESE MEDULLAIRE (lignées, maturation, voies de domiciliation tissulaire) Partie II Le 23/09/13 SOGHOMONIAN Astrid, L2 Tissu sanguin et système immunitaire Pr Baccini 22 pages PRINCIPALES ETAPES DE L'HEMATOPOIESE MEDULLAIRE (lignées, maturation, voies de domiciliation tissulaire) Partie

Plus en détail

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Jean Daniel Lelièvre, Yves Lévy, Pierre Miossec I-Introduction... 2 II-Les interférons... 2 II-1.L interféron... 3 II-1-a.

Plus en détail

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T.

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Marcelo de Carvalho, Olivier Adotévi, Valérie Frenkel, Gilles Thibault, Richard Le Naour I-Introduction... 2 II-Activation des lymphocytes

Plus en détail

Activation et polarisation des lymphocytes T. A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis

Activation et polarisation des lymphocytes T. A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis Activation et polarisation des lymphocytes T A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis Immunité acquise La réponse innée reconnaît des structures conservées entre

Plus en détail

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques UE7 Cours n 9 C. LAMAZE 24.11.11 Elise GODEAU (partie1) Guillaume MERGENTHALER (partie2) Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques SOMMAIRE : I. L endocytose à récepteurs : la voie des clathrines

Plus en détail

L adhérence cellulaire

L adhérence cellulaire UE2 : Biologie cellulaire Migration cellulaire, domiciliation et cancer Chapitre 2 : L adhérence cellulaire Pierre CAVAILLES Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

Donnou S. caractérisation des cellules microgliales adultes et de leur potentiel en immunotherapie des tumeurs cerebrales TEL-00341604

Donnou S. caractérisation des cellules microgliales adultes et de leur potentiel en immunotherapie des tumeurs cerebrales TEL-00341604 Vaisseaux méningés Sinus veineux Os crânien Dure-mère Espace Périvasculaire Cortex cérébral ventricules Substance blanche Flux de LCR Villosités arachnoïdes Sinus veineux Plexus choroïdes Substance grise

Plus en détail

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine 2012 Explorations des réponses Immunitaires L3 Médecine Rappel sur les réponses Immunitaires DIFFERENTS TYPES DE REPONSES IMMUNITAIRES Naturelle = innée Adaptative Non spécifique Spécifique Immédiate Barrière

Plus en détail

Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation

Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation Document revu par Christian Binet, novembre 2009 L érythropoïèse est l'ensemble des mécanismes qui concourent à la formation des

Plus en détail

COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre 2007. de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux

COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre 2007. de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles 19 octobre 2007 Inhibition des défenses de l hôte par les bactéries pathogènes Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux Gwennola ERMEL I Détection

Plus en détail

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement Chapitre 4 Génotype, phénotype et environnement Comment s établit le phénotype macroscopique? Le phénotype ne se résume pas toujours à la simple expression du génome, les relations entre génotypes et phénotypes

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

L épissage alternatif : un gène, combien de protéines?

L épissage alternatif : un gène, combien de protéines? L épissage alternatif : un gène, combien de protéines? Avant la publication de la séquence complète de l ADN du génome humain, au début des années 2000, on estimait le nombre de gènes à environ 300.000.

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011 LA REPONSE ALLOGENIQUE C. René -2011 Les Lois de la transplantation Rôle des lymphocytes T Transfert de l immunité par les cellules T Infiltrat de cellules mononuclées disposé en manchons péri-vasculaire:

Plus en détail

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Introduction Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Informatique: - stocker les données - éditer les données - analyser les données (computational

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES. MEMOIRE Présenté par Caroline FLAMENT

ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES. MEMOIRE Présenté par Caroline FLAMENT MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES Science de la vie et de la terre MEMOIRE Présenté par Caroline FLAMENT Pour l obtention du diplôme de l Ecole Pratique des Hautes Etudes

Plus en détail

Mécanisme des réactions inflammatoires

Mécanisme des réactions inflammatoires 01/04/2014 THOMASSIN Guillaume L2 Revêtement Cutané Dr. Sophie Deplat-Jégo Relecteur 4 8 pages Revêtement cutané Mécanisme des réactions inflammatoires cutanés Mécanisme des réactions inflammatoires Plan

Plus en détail

Régulation de la réponse immunitaire par les molécules HLA

Régulation de la réponse immunitaire par les molécules HLA Régulation de la réponse immunitaire par les molécules HLA G Sterkers, D Zeliszewski, A Eljaatari-Corbin To cite this version: G Sterkers, D Zeliszewski, A Eljaatari-Corbin. Régulation de la réponse immunitaire

Plus en détail

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

Cytokines & Chimiokines

Cytokines & Chimiokines Cytokines & Chimiokines I. (D après Förster, R. et al. (1999) Cell 99:23) Dans le but d étudier la régulation de la circulation des leucocytes dans l organisme, des souris déficientes pour le récepteur

Plus en détail

L immunité est assurée par le système immunitaire

L immunité est assurée par le système immunitaire L immunité est assurée par le système immunitaire végétations amydales 1. Organes primaires, centraux ou producteurs canaux lymphatiques thymus rate ganglions lymphatiques 2. Organes secondaires, périphériques

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

ULBI 101 Biologie Cellulaire L1. Le Système Membranaire Interne

ULBI 101 Biologie Cellulaire L1. Le Système Membranaire Interne ULBI 101 Biologie Cellulaire L1 Le Système Membranaire Interne De la nécessité d un SMI Le volume augmente comme le cube de la dimension linéaire, alors que la surface n'est augmentée que du carré Une

Plus en détail

PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1)

PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1) PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1) Apport de la Biologie Cellulaire et Moléculaire aux innovations médicales (bases et prérequis de biologie cellulaire

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral.

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral. - La cytométrie en flux est une méthode d analyse de cellules en suspension, véhiculées à grande vitesse jusqu à une chambre d analyse traversée par des faisceaux lasers. L interaction des cellules avec

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT DATE SEQUENCE lundi 12 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Lundi 12 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

UE 2 Biologie cellulaire Endocytose- Exocytose 22/09/2011

UE 2 Biologie cellulaire Endocytose- Exocytose 22/09/2011 UE 2 Biologie cellulaire Endocytose- Exocytose 22/09/2011 Hicham Bouhlal Laboratoire d Immunologie UFR Médecine, Amiens hicham.bouhlal@u- picardie.fr 009/2010 PCEM 1 Biologie Cellulaire P. Lemarchand IntroducKon

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

LE SYSTÈME IMMUNITAIRE

LE SYSTÈME IMMUNITAIRE LE SYSTÈME IMMUNITAIRE INTRODUCTION Système de protection contre éléments vivants étrangers But: Assurer l intégrité de l organisme 2 tâches successives: Identifier l agresseur => Nécessité de discriminer

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL MODULATION DE LA RÉPONSE IMMUNE CELLULAIRE MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE MAÎTRISE EN BIOLOGIE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL MODULATION DE LA RÉPONSE IMMUNE CELLULAIRE MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE MAÎTRISE EN BIOLOGIE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL RÔLE DU FACTEUR INHIBITEUR DE LA MIGRATION DES MACROPHAGES DANS LA MODULATION DE LA RÉPONSE IMMUNE CELLULAIRE PRECOCE ETTARDIVE DURANT L'INFECTION PAR PLASMODIUM MÉMOIRE

Plus en détail

- 1 - Cytokines et chimiokines Marc Humbert, Gilles Garcia

- 1 - Cytokines et chimiokines Marc Humbert, Gilles Garcia - 1 - Cytokines et chimiokines Marc Humbert, Gilles Garcia Service de Pneumologie et Réanimation Respiratoire, Hôpital Antoine-Béclère, Assistance Publique Hôpitaux de Paris, Université Paris-Sud, 157,

Plus en détail

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Parc d Innovation d Illkirch, France, le 22 mars 2010 Transgene S.A. (Euronext Paris: FR0005175080) présente

Plus en détail

Revêtement cutané Mécanismes des réactions inflammatoires cutanées. Mécanismes des réactions inflammatoires cutanées

Revêtement cutané Mécanismes des réactions inflammatoires cutanées. Mécanismes des réactions inflammatoires cutanées 07/04/15 GRANGEON Anastasia L2 (CR : Hamza Berguigua) Revêtement cutané Dr Sophie Jego 12 pages Mécanismes des réactions inflammatoires cutanées Plan A. Organisation du tissu cutané B. Fonctions physiologiques

Plus en détail

L ADIPONECTINE : UNE NOUVELLE ADIPOCYTOKINE

L ADIPONECTINE : UNE NOUVELLE ADIPOCYTOKINE L ADIPONECTINE : UNE NOUVELLE ADIPOCYTOKINE E. LEBAS (1), N. PAQUOT (2), A.J. SCHEEN (3) RÉSUMÉ : Le tissu adipeux n est pas uniquement une réserve énergétique inerte, mais sécrète dans le plasma un ensemble

Plus en détail

Immunopathologie et immunointervention : Allergies Hypersensibilité de type I. Allergies Hypersensibilité de type I

Immunopathologie et immunointervention : Allergies Hypersensibilité de type I. Allergies Hypersensibilité de type I 28/10/2013 MAIROT Kévin D1 Immunopathologie et immunointervention Professeur J. Vitte 8 pages Plan: Allergies Hypersensibilité de type I A. Physiopathologie de l'allergie : I. Schéma global de la réaction

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE RAPPORT GLOBAL

SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE RAPPORT GLOBAL SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE SERVICE DES LABORATOIRES DE BIOLOGIE CLINIQUE COMITE DES EXPERTS RAPPORT GLOBAL

Plus en détail

Cytokines ; Chimiokines

Cytokines ; Chimiokines Cytokines ; Chimiokines I. Dans le but d étudier la régulation de la circulation des leucocytes dans l'organisme, des souris déficientes pour le récepteur CCR7 de chimiokine ont été générées par recombinaison

Plus en détail

La détection des cellules du système immunitaire par la Cytométrie en flux

La détection des cellules du système immunitaire par la Cytométrie en flux La détection des cellules du système immunitaire par la Cytométrie en flux Les différentes méthodes de détection des cellules du système immunitaire 1 - Etude morphologique Elle est réalisée sur 2 types

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT DATE SEQUENCE jeudi 8 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Jeudi 8 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021 Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges Membre enseignant chercheur EA 4021 Rhumatisme inflammatoire chronique Prévalence des SA ies en Europe = 1 à 2% Age moy : 26 ans, ratio homme/femme:

Plus en détail

intracellulaires et extracellulaires

intracellulaires et extracellulaires - 1 - ACADEMIE DE PARIS Année 211 MEMOIRE pour l obtention du DES d Anesthésie- Réanimation Coordinateur : Monsieur le Professeur Didier Journois Par Jeanne Chatelon Présenté et soutenu le 18 octobre Rôle

Plus en détail

Imagerie biologique. CARDINET RémyR LARRAUFIE Pierre MASSUÉ Cyriac 24/09/2009

Imagerie biologique. CARDINET RémyR LARRAUFIE Pierre MASSUÉ Cyriac 24/09/2009 Imagerie biologique Etude d articles d scientifiques CARDINET RémyR LARRAUFIE Pierre MASSUÉ Cyriac 24/09/2009 Imagerie biologique Quelques éléments de biologie cellulaire Etude d article d : Limitation

Plus en détail

Université de Montréal

Université de Montréal Université de Montréal Étude des interactions cellulaires lors de CO-cultures: neutrophiles/synovi~~ytes et neutrophiles/macropbages (RAW264.7). Implication des facteurs de croissance dans Ia sume et les

Plus en détail

Inflammation chronique. Dr Thierry VINCENT Laboratoire d Immunologie Hôpital St ELOI

Inflammation chronique. Dr Thierry VINCENT Laboratoire d Immunologie Hôpital St ELOI Inflammation chronique Dr Thierry VINCENT Laboratoire d Immunologie Hôpital St ELOI Lésions tissulaires microbes nécrose apoptose Lésions de la MEC PAMP DAMP PRR INFLAMMATION (d après Nathan C. Cell 2010,

Plus en détail

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points)

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) Lycée M hamdia Année scolaire : 2011/2012 Prof : Saïd Mounir Date : 17/05/2012 Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) EXERCIE N O 1: (4 points) : 1 : a-b 2 : b 3 : a-b 4 : d 5 : d 6 :

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé Dès que le sujet

Plus en détail

Enseignement de Virologie (part. 2) Pr. Y. BAKRI Plan du cours

Enseignement de Virologie (part. 2) Pr. Y. BAKRI Plan du cours Université Mohammed V-Agdal Département de Biologie Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 Année Universitaire : 2004-2005 Module optionnel: Biologie Humaine (M 16.1) Elément : Parasitologie - Virologie

Plus en détail

1 er sujet : ancre GPI et association aux rafts (64 points)

1 er sujet : ancre GPI et association aux rafts (64 points) Université Joseph Fourier - Grenoble I Année 2007-2008 Epreuve de BIO121 1 ère session mai 2008 Durée : 2 heures Les documents, la calculette et le téléphone portable ne sont pas autorisés. Total des points

Plus en détail

Observer : l'absence de noyau des hématies la petite taille des plaquettes la forme et la taille des noyaux (leucocytes) ACTIVITES ELEVES TS

Observer : l'absence de noyau des hématies la petite taille des plaquettes la forme et la taille des noyaux (leucocytes) ACTIVITES ELEVES TS 4.1 La réaction inflammatoire, un exemple de réponse innée 4.1.1 Les cellules de défense au microscope optique : Par l'observation d'une goutte de sang humain au microscope, repérer chaque type de cellule

Plus en détail

LA MALADIE DE WALDENSTRÖM expliquée au néophyte

LA MALADIE DE WALDENSTRÖM expliquée au néophyte LA MALADIE DE WALDENSTRÖM expliquée au néophyte Comment comprendre sa maladie de Waldenström lorsque l'on est ni médecin, ni biologiste? Bernard Cornillon, biochimiste à l'inserm, a rédigé ce document

Plus en détail

ABX Pentra DX120. Analyseur d hématologie. 45 paramètres Etaleur-colorateur intégré Système expert de validation

ABX Pentra DX120. Analyseur d hématologie. 45 paramètres Etaleur-colorateur intégré Système expert de validation ABX Pentra DX120 Analyseur d hématologie 45 paramètres Etaleur-colorateur intégré Système expert de validation ABX Pentra DX 120 Au cœur de l hématopoïèse Plate-forme complète de cytologie 120 échantillons

Plus en détail

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Parc d Innovation d Illkirch, France, le 10 mars 2010 Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Transgene (Euronext

Plus en détail

Université Louis Pasteur Strasbourg I Ecole Doctorale des Sciences de la Vie et de la Santé THESE. En vue de l obtention du grade de

Université Louis Pasteur Strasbourg I Ecole Doctorale des Sciences de la Vie et de la Santé THESE. En vue de l obtention du grade de Université Louis Pasteur Strasbourg I Ecole Doctorale des Sciences de la Vie et de la Santé THESE En vue de l obtention du grade de Docteur de l Université Louis Pasteur de Strasbourg Discipline : Aspects

Plus en détail

Séquence 10. Le maintien de l intégrité de l organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire. Sommaire

Séquence 10. Le maintien de l intégrité de l organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire. Sommaire Séquence 10 Le maintien de l intégrité de l organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire Sommaire Chapitre 1. Pré-requis Chapitre 2. La réaction inflammatoire, un exemple de réponse innée Chapitre

Plus en détail

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 :

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 : UE2 : Cancérologie Pr Lehmann-Che et Pouessel Mercredi 26 septembre 10h30-12h30 Ronéotypeuse : Aurore Valentin Ronéolectrice : Marion Whiston CANCÉROLOGIE Cours n 3 : De la biologie moléculaire des cancers

Plus en détail

Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire

Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire UE2 : Structure générale de la cellule Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire Professeur Michel SEVE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

interféron ron β 1a dans le traitement des formes rémittentes de sclérose en plaques

interféron ron β 1a dans le traitement des formes rémittentes de sclérose en plaques Le mécanisme m d action d et les effets de l interfl interféron ron β 1a dans le traitement des formes rémittentes de sclérose en plaques Présentation du domaine de terminologie Fanny Jarnet Le 13 avril

Plus en détail

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie 1977 - Terme utilisé par Jonas Salk. 1983 - Rassemble tous les aspects des vaccinations : biologiques, immunologiques et cliniques ainsi

Plus en détail

Régulation GAL4 chez S. cerevisiae. Annie Sainsard-Chanet

Régulation GAL4 chez S. cerevisiae. Annie Sainsard-Chanet Régulation GAL4 chez S. cerevisiae Annie Sainsard-Chanet Contrôle de l expression génique Mécanismes qui régulent, augmentent ou diminuent l expression d un gène donné suivant le milieu, le tissu, le stade

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales

EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales Université Joseph Fourier FACULTE DE MEDECINE 38700 LA TRONCHE Année Universitaire 2012/2013 EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales 1ère SESSION UE 5.1 : Biochimie 1 Lundi 4 février 2013 8h30 à 9h30

Plus en détail

Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie

Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie Licence Professionnelle «Techniques et Applications en Biologie Cellulaire et Biologie Moléculaire» Examen 2006-2007 UE1 : «Technologies en Biologie

Plus en détail

Bêta-oxydation des acides gras

Bêta-oxydation des acides gras O C N C 2 O C 2 SO 3 O O acide taurocholique O C N C 2 COO O O O acide glycocholique Figure.2 Structure d un sel biliaire formé par conjugaison entre un acide biliaire (ici l acide cholique) soit avec

Plus en détail

G. Pauli Professeur Honoraire Faculté de Médecine, Strasbourg

G. Pauli Professeur Honoraire Faculté de Médecine, Strasbourg Les vaccins aux allergènes des mammifères: approches avec les allergènes recombinants G. Pauli Professeur Honoraire Faculté de Médecine, Strasbourg 2 èmes rencontres francophones d allergologie moléculaire,

Plus en détail

evaluation D UN COMPLeMENT ADAPTOGeNE SUR LA PERFORMANCE ET SUR L IMMUNITe NON SPeCIFIQUE CHEZ LES PUR-SANG

evaluation D UN COMPLeMENT ADAPTOGeNE SUR LA PERFORMANCE ET SUR L IMMUNITe NON SPeCIFIQUE CHEZ LES PUR-SANG Xxxxx etude Adaptogene evaluation D UN COMPLeMENT ADAPTOGeNE SUR LA PERFORMANCE ET SUR L IMMUNITe NON SPeCIFIQUE CHEZ LES PUR-SANG Cette etude a ete financee par PAVESCO - TWYDIL tatiana art, clemence

Plus en détail

Mécanismes de l alloréactivité, des rejets de greffe et de la réaction du greffon contre l hôte.

Mécanismes de l alloréactivité, des rejets de greffe et de la réaction du greffon contre l hôte. Mécanismes de l alloréactivité, des rejets de greffe et de la réaction du greffon contre l hôte. Marcelo de Carvalho Bittencourt, Christophe Baron, Gilles Blancho, Myriam Labalette, Hélène Moins Teisserenc

Plus en détail

LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES

LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement

Plus en détail

Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique

Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique Tuteur : Anne Muhr-Tailleux cardiovasculaires et diabète (Equipe 1) Institut

Plus en détail

La filtration glomérulaire et sa régulation

La filtration glomérulaire et sa régulation UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 4 : La filtration glomérulaire et sa régulation Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE, RELATIONS AVEC L ENVIRONNEMENT

DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE, RELATIONS AVEC L ENVIRONNEMENT DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE, RELATIONS AVEC L ENVIRONNEMENT activités Notions construites Mots clés Demander de décrire morphologiquement voisin/ voisine, lui demander son groupe sanguin, ses performances

Plus en détail

Rhumato.net - Médiathèque - Mise au point

Rhumato.net - Médiathèque - Mise au point Rhumato.net - Médiathèque - Mise au point ANGIOGENESE: MECANISMES GENERAUX ET IMPLICATIONS AU COURS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDE Anne-Joëlle Weber, Michel De Bandt RESUME Dans la polyarthrite rhumatoïde,

Plus en détail

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée.

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Les thérapies ciblées du cancer Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Une thérapie ciblée est un traitement qui agit par un mécanisme spécifique sur des altérations biologiques

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

Biomarqueurs en Cancérologie

Biomarqueurs en Cancérologie Biomarqueurs en Cancérologie Définition, détermination, usage Biomarqueurs et Cancer: définition Anomalie(s) quantitative(s) ou qualitative(s) Indicative(s) ou caractéristique(s) d un cancer ou de certaines

Plus en détail

Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions

Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions De quoi se compose le système immunitaire? Chaque jour, des substances étrangères, appelées

Plus en détail

TRANSCRIPTION TRADUCTION

TRANSCRIPTION TRADUCTION 4 TRANSCRIPTION TRADUCTION Objectifs : définir transcription et traduction et donner leur localisation cellulaire sur un schéma, identifier les acteurs de la transcription (ARNpol, brin transcrit, ARNm)

Plus en détail

METABOLISME DES LIPOPROTEINES

METABOLISME DES LIPOPROTEINES 1 Chapitre 19 Pr Claude ZINSOU METABOLISME DES LIPOPROTEINES OBJECTIFS De l enseignant Compléter les connaissances relatives au métabolisme des lipides, dans lequel nous avons insisté sur leur dégradation

Plus en détail

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE)

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Cycle de réplication virale du VIH Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Pourquoi est-ce important de comprendre le

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Contact SCD Nancy 1 : theses.sciences@scd.uhp-nancy.fr

Contact SCD Nancy 1 : theses.sciences@scd.uhp-nancy.fr AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE L'EDUCATION NATIONALE ET DE LA RECHERCHE. ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES Science de la Vie et de la Terre MEMOIRE

MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE L'EDUCATION NATIONALE ET DE LA RECHERCHE. ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES Science de la Vie et de la Terre MEMOIRE MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE L'EDUCATION NATIONALE ET DE LA RECHERCHE ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES Science de la Vie et de la Terre MEMOIRE Présenté par Aurélie CHALON Pour l obtention du diplôme de

Plus en détail

F.Benabadji Alger 22.11.13

F.Benabadji Alger 22.11.13 F.Benabadji Alger 22.11.13 ALLERGIE DANS LE MONDE 4ÉME RANG MONDIAL (OMS) PROBLÈME DE SANTÉ PUBLIQUE LES CAUSES Notre environnement (industriel, technologique, scientifique et climatique) * Allergènes

Plus en détail

LES CORTICOÏDES EN MEDECINE VETERINAIRE

LES CORTICOÏDES EN MEDECINE VETERINAIRE 1 ECOLE NATIONALE DE MEDECINE VETERINAIRE SIDI THABET Année 2014-2015 LES CORTICOÏDES EN MEDECINE VETERINAIRE PHARMACIE & TOXICOLOGIE Pr Agrégé Samir BEN YOUSSEF Dr Jamel BELGUITH Dr Rim HADIJI 2 LES CORTICOIDES

Plus en détail

CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT

CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT Introduction Tous les individus de la même espèce possèdent le même patrimoine génétique, cependant chaque individu est

Plus en détail

Hémochromatose génétique non liée à HFE-1 : quand et comment la rechercher? Cécilia Landman 11 décembre 2010

Hémochromatose génétique non liée à HFE-1 : quand et comment la rechercher? Cécilia Landman 11 décembre 2010 Hémochromatose génétique non liée à HFE-1 : quand et comment la rechercher? Cécilia Landman 11 décembre 2010 Métabolisme du fer : hepcidine Fer absorbé par les entérocytes des villosités duodénales : transporteur

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Impact de la maladie du greffon contre l hôte sur la reconstitution immunitaire suite à une greffe de moelle osseuse allogénique

Impact de la maladie du greffon contre l hôte sur la reconstitution immunitaire suite à une greffe de moelle osseuse allogénique Université de Montréal Impact de la maladie du greffon contre l hôte sur la reconstitution immunitaire suite à une greffe de moelle osseuse allogénique par Simon-David Gauthier Département de Microbiologie

Plus en détail

Cytométrie en flux. DES de Biologie Médicale Enseignement d Immunologie ET05. Phnom Penh Septembre 2009

Cytométrie en flux. DES de Biologie Médicale Enseignement d Immunologie ET05. Phnom Penh Septembre 2009 DES de Biologie Médicale Enseignement d Immunologie ET05 Cytométrie en flux Phnom Penh Septembre 2009 Michelle Rosenzwajg Service de Biothérapies/UPMC CNRS UMR7211 INSERM U959 Pitié-Salpétrière - Paris

Plus en détail

Médiateurs de l inflammation

Médiateurs de l inflammation Médiateurs de l inflammation J.-M. Cavaillon Au cours du sepsis, le processus inflammatoire est initié suite à l interaction des produits microbiens avec les constituants de l hôte, que ceux-ci soit des

Plus en détail

AMINES BIOGENIQUES. Dopamine/Noradrénaline/Adrénaline (CATECHOLAMINES) Sérotonine/Histamine/Dopamine

AMINES BIOGENIQUES. Dopamine/Noradrénaline/Adrénaline (CATECHOLAMINES) Sérotonine/Histamine/Dopamine AMINES BIOGENIQUES Dopamine/Noradrénaline/Adrénaline (CATECHOLAMINES) Sérotonine/Histamine/Dopamine Effets physiologiques des bioamines via le systeme nerveux autonome Cardiovasculaire: Augmentation du

Plus en détail

Identification de mécanismes de régulation des fonctions des interférons: Rôle de la palmitoylation du récepteur de l interféron de type I

Identification de mécanismes de régulation des fonctions des interférons: Rôle de la palmitoylation du récepteur de l interféron de type I Identification de mécanismes de régulation des fonctions des interférons: Rôle de la palmitoylation du récepteur de l interféron de type I Julie Claudinon To cite this version: Julie Claudinon. Identification

Plus en détail

DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DE POITIERS

DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DE POITIERS THÈSE Pour l obtention du grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DE POITIERS (Faculté de Médecine et Pharmacie) (Diplôme National Arrêté du 7 août 2006) Ecole Doctorale : Biosanté N 524 Champ disciplinaire :

Plus en détail

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA Amplification spécifique Détection spécifique Clonage dans des vecteurs Amplification in vitro PCR Hybridation moléculaire - hôte cellulaire

Plus en détail

Contrôle et modulation de la réponse immunitaire par Brucella abortus

Contrôle et modulation de la réponse immunitaire par Brucella abortus AIX-MARSEILLE UNIVERSITE Faculté des sciences de Luminy Ecole Doctorale des Sciences de la Vie et de la Santé THESE DE DOCTORAT Biologie - Spécialité : Immunologie En vue d'obtenir le titre de DOCTEUR

Plus en détail