Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli"

Transcription

1 Les cytokines et leurs récepteurs Laurence Guglielmi l i 1

2 Les cytokines et leurs récepteurs 2 mécanismes principaux d interactions cellulaires : - contact membranaire interaction entre molécules complémentaires - médiateurs solubles (hormones, neurotransmetteurs, médiateurs lipidiques, cytokines, ) Les cytokines : - glycoprotéines de faible poids moléculaire (8 à 70 kda) produites par de très nombreux types cellulaires - elles permettent un dialogue entre cellules, régulant des fonctions biologiques extrêmement variées (prolifération, différenciation, activation, survie ou mort cellulaire) - elles sont impliquées dans : l inflammation la réponse immunitaire (innée et spécifique) l hématopoïèse

3 Dénomination des cytokines Cytokines = ensemble hétérogène de molécules Interleukines : IL-1, IL-35 Interférons : IFN-, IFN-, IFN, Tumor Necrosis Factor : TNF- TNF- Facteurs de croissance de transformation : TGF-, TGF- Facteur de croissance hématopoïétique : CSF Chimiokines : CCL ou CXCL

4 Propriétés générales des cytokines inhibition stimulant Les cytokines sont synthétisées par une cellule activée et se lient à des récepteurs membranaires spécifiques. inhibition inhibition cytokines Nécessité é d un contrôle efficace de l activité biologique des cytokines afin de limiter leurs effets dans le temps et dans l espace. inhibition récepteur Une même cytokine peut être produite par plusieurs types cellulaires Une même cellule l peut produire différentes cytokines Activité comprise entre le nanomole et le picomole. Effets biologiques

5 Propriétés générales des cytokines Signal activateur Action AUTOCRINE Signal activateur Action PARACRINE Cellule voisine Signal activateur vaisseau sanguin Ati Action ENDOCRINE Cellule distante

6 Propriétés générales des cytokines Pléiotropie Une même cytokine peut avoir plusieurs effets. Expl : IL 4 cellule B activation prolifération différenciation T cellule T activée thymocyte mastocyte t prolifération prolifération Cellules cibles Effets

7 Propriétés générales des cytokines Redondance Un même effet peut être obtenu par différentes cytokines se fixant chacune sur leur récepteur spécifique. IL 2 IL 4 Prolifération IL 5 cellule B

8 Propriétés générales des cytokines Antagonisme Expl : IL 4 T IgE cellule T activée IFN cellule B L IFN inhibe la production d IgE induite par l IL 4.

9 Propriétés générales des cytokines Activité en cascade La plupart des cytokines entrainent des réactions en cascade en induisant la production d une autre cytokine par les cellules cibles. Expl : IFN IL 12 T cellule T activée macrophage cellule cible

10 Propriétés générales des cytokines Activité en cascade et en réseau. TGF IL 10 IL 4 IL 13 LPS TNF IL 3 GM CSF IFN IFN PDGF IL 1 IL 6

11 Récepteurs des cytokines Les récepteurs de cytokines peuvent être classés en famille selon la présence de motifs communs dans leur structure primaire. G-CSF-R gp130 IL-6-R IL-2-R IL-2-R IL-4-R IL-3-R IL-5-R GM-CSF EPO-R TNF-R NGF-R CD40 CD27 IFN -R IFN / -R IL-1-R M-CSF-R PDGF-R CCR Récepteurs des Récepteurs Récepteurs des Récepteurs de la Récepteurs des hématopoïétines des TNF interférons superfamille des Ig chimiokines

12 Récepteurs des hématopoïétines Famille comprenant le plus grand nombre de membres. Structure : La partie extra-cellulaire comprend deux domaines : - l un avec 4 résidus Cys dont la position est très conservée, - l autre avec un motif W-S-X-W-S. W S La partie intra-cytoplasmique est de longueur variable sans activité tyrosine kinase intrinsèque. (100 AA) (100 AA) (13 à 577 AA) Nter 4 Cystéines Motif tifwsxws (Trp Ser X Trp Ser) pas d activité tyrosine kinase intrinsèque

13 Signalisation des récepteurs des hématopoïétines 1. Fixation de la cytokine Jak Jak 2. Oligomérisation des récepteurs et association avec les tyrosines kinases cytoplasmiques JAK P Jak Jak P 3. Phosphorylation des JAK SOCS P Jak P STAT STAT P STAT P Jak P P STAT 4. Phosphorylation des protéines STAT cytoplasmiques par les JAK activées 5. Homodimérisation ou hétérodimérisation des STAT Régulation possible de le transmission du signal par contrôle retroactif négatif : les STAT peuvent induire l expression lexpression de protéines SOCS qui vont rentrer en compétition avec les STAT et avoir un effet régulateur négatif. 6. Translocation dans le noyau et activation de la transcription ti JAK = Janus Kinase (4 membres JAK1, JAK2, JAK3 et Tyk2) STAT = Signal Transducers and Activators of Transcription (6membres : STAT1 à STAT6) SOCS = Suppressor Of Cytokine Signaling

14 Composition multimérique des récepteurs des hématopoïétines A l exception de certains récepteurs formant des homodimères, les récepteurs de cytokines sontcomposés de 2 ou 3 chaînes distinctes : une chaîne qui assure la spécificité vis à vis du ligand, une ou deux chaînes ( et ) ) qui s associent au complexe chaine + cytokine pour former un récepteur de haute affinité et transmettre le signal. chaîne (CD25) membrane cellulaire IL-2 Chaîne extérieur intérieur chaîne Transduction du signal

15 Composition multimérique des récepteurs des hématopoïétines Différents récepteurs peuvent partager une chaîne commune (expliquant ainsi la redondance fonctionnelle des cytokines). Expl : Les récepteurs de l IL 2, IL 4, IL 7, IL 7, IL 9 et IL 15 partagent une ou deux chaînes. Pour tous ces récepteurs, la chaîne, spécifique de la cytokine, est associée à la chaîne du récepteur de l IL 2, appelée «chaine commune ( c)». IL-2 IL-4 IL-7 Extérieur Intérieur IL-2-R IL-2-R IL-2-R IL-4-R IL-2-R IL-7-R IL-2-R Des mutation du gène codant la chaîne c sont responsables de déficits immunitaires sévères X SCID (X linked Severe Combined ImmunoDeficiency) caractérisés par une absence de cellule T (IL 7), de cellules NK matures (IL 15), et la présence de B déficients fonctionnellement (IL 4) IL-15 IL-15-R IL-2-R IL-2-R

16 Composition multimérique des récepteurs des hématopoïétines Un moyen de réguler la réponse à une cytokine est de réguler l expression d au moins une chaîne du récepteur fonctionnel. Récepteur de faible affinité de l IL 2 IL 2R T4 IL 2R IL 2 Récepteur de haute affinité de l IL 2 IL 2R L activation du LT par l Ag entraîne : T4 l expression de la chaîne du récepteur de l IL 2 lil2 à la membrane qui s associe alors aux chaînes et pour former le récepteur de haute affinité de l IL 2, TCR CD4 Au repos, les lymphocytes T (LT) n expriment que ele récepteur de faible affinité de l IL 2 (formé des chaînes et ) peptide antigénique CHM classe II Cellule dendritique la synthèse d IL 2 qui induit la prolifération uniquement des LT activés.

17 RECEPTEURS SOLUBLES Des formes solubles ont été mises en évidence pour la majorité des récepteurs de cytokine, permettant alors une régulation des activités ités biologiques i de leurs ligands. Elles résultent : - soit d un clivage protéolytique des formes membranaires, - soit d épissage alternatif des ARNm. Elles conservent la capacité de se lier spécifiquement à leur cytokine, avec cependant une affinité légèrement inférieure à celle de la forme membranaire. Pas de consensus général sur leur rôle physiologique : - fonction antagoniste du récepteur : empêche la cytokine de se fixer sur le récepteur membranaire, - rôle «carrier», protecteur : protège la cytokine d une dégradation protéolytique.

18 quelques exemples de régulation de l action des cytokines : IL 1 IL 1ra stnf R IL 1 R IL 1Ra : antagoniste de l IL 1R L IL 1Ra se lie eu récepteur de l IL 1 sans induire de transduction du signal. Il bloque ainsi, par compétition pour le même récepteur, l action de l IL 1. macrophage TNF TNF R stnf R : récepteur soluble du TNF A faible concentration, le stfn R protège la cytokine de la dégradation. A forte concentration, le stnf R à un effet antagoniste avec le récepteur membranaire, limitant l action de la cytokine dans le temps et dans l espace. IL 6R (chaîne ) gp130 IL 6 IL 6Rs Activation i Activation i Blocage gp130 s sil 6R : récepteur de l IL 6 soluble 1 Le récepteur fonctionnel de l IL 6 est composé d une chaîne (spécificité) associée à deux chaînes gp130 (signalisation). 2 En se combinant à son ligand, le sil 6R peut induire un signal à toutes cellules exprimant des gp130 membranaires. 3 Rôle antagoniste du complexe sil 6R + gp130 soluble qui entre en compétition avec le récepteur membranaire.

19 Récepteurs des TNF (Tumor necrosis factor) Famille comprenant plus d une 20aine de récepteurs, mais également un certain nombre de molécule comme le CD40 TNF TNF Structure : récepteurs homotrimériques membranaires ou solubles TNF R1 CD120a TNF R2 CD120b Sous groupe : o les Récepteurs de Mort (Death Receptor) : 6 membres dont les récepteurs du FasL, du TNF (TNF RI), de TRAIL peuvent induire l apoptose des cellules après fixation de leur ligand spécifique : leur partie intra cellulaire comprend un FADD DD TRAF2 motif appelé Death Domaine (DD) permettant la transduction du signal conduisant à l activation de caspases. o D autres récepteurs (expl : TNF RII) possèdent dans leur partie intra cellulaire un motif permettant le recrutement des protéines adaptatrices de type TRAF permettant la transduction du signalconduisant à l activation du facteur de transcription NF B. caspase 8 Apoptose NF B Activation

20 Les chimiokines Les chiomokines sont de petites molécules : 8 à 12 kda Structure des chimiokines La famille des chimiokines se subdivisent en sous groupes ayant des caractéristiques communes : locus 4q21 21 structurales (nombres de cystéines conservées (C), nombre d acides aminées (X) compris entre la 1 ère et la 2 ème cystéine), locus 17q locus 1q23 génomique (localisation chromosomique). NH2 COOH feuillet feuillet feuillet hélice locus 16q13

21 Les chimiokines et leurs récepteurs Une chimiokine donnée peut lier différents récepteurs. Différentes chimiokines peuvent lier un même récepteur («récepteur partagé»). chimiokines CC Les «récepteurs spécifiques» ne lient qu une seule cytokine (seuls 4 récepteurs décrits à ce jour). chimiokines CXXXC chimiokines CXC

22 Les récepteurs de chimiokines Les récepteurs de chimiokines sont des RCPG : NH2 7 hélices trans membranaires G G G Récepteurs p à 7 domaines transmembranaires Couplés à une Protéine G pour la transduction du signal. COOH Un rôle important des chimiokines est leur capacité à induire le chimiotactisme de leucocytes (migration des cellules selon un gradient de chimiokines). Les chimiokines sont également impliquées pq dans : exocytose des granules intracytoplasmiques (dégranulation) production de cytokines, prolifération maturation et différentiation T organogénèse angiogénèse chimiokine chimiotactisme

23 Modulation de l expression du récepteur de chimiokine : Internalisation du récepteur après interaction avec son ligand : diminution de son expression à la surface des cellules («desensibilisation») ce mécanisme joue notamment un rôle dans la rétention des cellules du système immunitaire au sein des organes lymphoïdes ou des sites d inflammation. L activation cellulaire ou encore l interaction des cellules avec certaines cytokines peuvent augmenter ou diminuer l expression des récepteurs à la membrane. chimiokine internalisation recyclage vésicule endosomale neosynthèse activation cellulaire dégradationd

24 Les cytokines sont une famille de messagers intercellulaires impliqués dans : - l inflammation (cf. cours immunité innée) - la réponse immunitaire (plusieurs expl seront donnés dans les cours sur la coopération cellulaire et les réponses effectrices humorales et cellulaires, ) - l hématopoïèse.

25 Cytokines et différenciation des progéniteurs hématopoïétiques Hématopoïèse : maintient de la formule sanguine, répondre rapidement et de façon contrôlée aux situations d urgence, telle qu une infection sévère au cours de laquelle le nombre de globules blancs peut augmenter de façon significative. Ce phénomène résulte de l effet de cytokines produites par les lymphocytes T activées (IL 3, GM CSF, IL 5, IL 6 ) ou encore par les macrophages, les cellules endothéliales ou les fibroblastes (G SCF, M SCF, IL 6 ). IL 7 Lymphocyte Mégacaryocyte IL 3 IL 6 EPO GM CSF Plaquette Erythroblaste IL 3 EPO Erythrocyte Cellule souche Promyélocyte Monoblaste IL 1, IL 3 IL 4, IL 6 GM CSF G CSF IL 3, IL 4 M CSF GM CSF IL 6 IL 5 IL 3 GM CSF G CSF Eosinophile Basophile Neutrophile hl Monocyte

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T Frédéric VELY frederic.vely@ap-hm.fr MCU-PH Laboratoire d Immunologie - Hôpital de la Conception Lab of NK cells and Innate Immunity - Centre d Immunologie de Marseille-Luminy Les bases de la transduction

Plus en détail

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr 1 Cellules Présentatrices d Antigène (CPA) Cellules dendritiques Monocytes / Macrophages Lymphocytes

Plus en détail

PRINCIPALES ETAPES DE L'HEMATOPOIESE MEDULLAIRE (lignées, maturation, voies de domiciliation tissulaire) Partie II

PRINCIPALES ETAPES DE L'HEMATOPOIESE MEDULLAIRE (lignées, maturation, voies de domiciliation tissulaire) Partie II Le 23/09/13 SOGHOMONIAN Astrid, L2 Tissu sanguin et système immunitaire Pr Baccini 22 pages PRINCIPALES ETAPES DE L'HEMATOPOIESE MEDULLAIRE (lignées, maturation, voies de domiciliation tissulaire) Partie

Plus en détail

Communication intercellulaire : Les Cytokines

Communication intercellulaire : Les Cytokines PCEM 2- Cours de Biologie cellulaire n 8 Professeur : M. COHEN-SOLAL Jeudi 13 Décembre 2007, 10h30 Ronéotypeur : DENIAU Benjamin Communication intercellulaire : Les Cytokines 1 SOMMAIRE I/ INTRODUCTION

Plus en détail

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ Les mécanismes de reconnaissance et d élimination des molécules du non soi font intervenir un système diffus d organes, de tissus, de cellules et de molécules qui

Plus en détail

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 1 Vendredi 25 janvier 2008 : Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 2 Immunité et exposition aux rayonnements ionisants Professeur Michel

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

BICH 4943 Thèmes choisis APOPTOSE. Aspects moléculaires et cellulaires. Généralités. 2008 Apoptose Diapo 1

BICH 4943 Thèmes choisis APOPTOSE. Aspects moléculaires et cellulaires. Généralités. 2008 Apoptose Diapo 1 BICH 4943 Thèmes choisis APOPTOSE Aspects moléculaires et cellulaires Généralités 2008 Apoptose Diapo 1 1 Importance physiologique Développement Formation des membres Neurones du systèmes nerveux Contrôle

Plus en détail

Coline Plé IPL. Les Immunoglobulines de type E (IgE) Classes d Immunoglobulines. Structure de l IgE (1) Structure de l IgE : Fragments Fab et Fc (2)

Coline Plé IPL. Les Immunoglobulines de type E (IgE) Classes d Immunoglobulines. Structure de l IgE (1) Structure de l IgE : Fragments Fab et Fc (2) Les Immunoglobulines de type E (IgE) Classes d Immunoglobulines 1. Structure 2. Synthèse 3. Récepteurs 4. Fonctions Division des Immunoglobulines en 5 classes en fonction de leurs propriétés structurales

Plus en détail

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux Neurones et cellules gliales 2) neurone Schéma d un motoneurone Les nombreux prolongements cytoplasmiques (dendrites

Plus en détail

Immunologie Travaux dirigés

Immunologie Travaux dirigés Université Mohammed V-Agdal - Rabat Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 6 Module : Biochimie et Immunologie Élément : Immunologie Immunologie Travaux dirigés 1- De l Immunité innée à l immunité adaptative

Plus en détail

Immunologie de la grossesse

Immunologie de la grossesse Immunologie de la grossesse LI UE8S : Unité fœtoplacentaire Dr ANDRÉ Gwenaëlle 1 Introduction Immunité Ensemble des mécanismes permettant Reconnaître et tolérer «le soi» Reconnaître et rejeter «le non

Plus en détail

28 Complément et inflammation

28 Complément et inflammation 28 Complément et inflammation Introduction Le complément est un système de protéines sériques qui comporte une trentaine de constituants, solubles et membranaires. Il est impliqué dans la réponse innée

Plus en détail

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407.

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407. PB : Comment sont éliminées les cellules reconnues comme étrangères. (infectées, cancéreuses, greffées.) L'organisme dispose d'autres moyens de défense que les anticorps pour se débarasser d'un intrus.

Plus en détail

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Jean Daniel Lelièvre, Yves Lévy, Pierre Miossec I-Introduction... 2 II-Les interférons... 2 II-1.L interféron... 3 II-1-a.

Plus en détail

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi Table des matières v Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi 1 L immunité innée, 1 Les obstacles externes à l infection, 1 Les cellules phagocytaires tuent les micro-organismes,

Plus en détail

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T.

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Marcelo de Carvalho, Olivier Adotévi, Valérie Frenkel, Gilles Thibault, Richard Le Naour I-Introduction... 2 II-Activation des lymphocytes

Plus en détail

Activation et polarisation des lymphocytes T. A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis

Activation et polarisation des lymphocytes T. A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis Activation et polarisation des lymphocytes T A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis Immunité acquise La réponse innée reconnaît des structures conservées entre

Plus en détail

VOIE DES PHOSPHOINOSITIDES

VOIE DES PHOSPHOINOSITIDES VOIE DES HOSHOINOSITIDES LE DIACYLGLYCEROL ACTIVE LA KC L INOSITOL TRI HOSHATE (I3) ROVOQUE LA LIBERATION DE Ca ++ INTRACELLULAIRE (10-6 M Ca ++ ) Ca ++ pompe [Ca ++ ] extra-cellulaire (sang) 2.5 mm (2,5.10-3

Plus en détail

Chapitre 3 : La réaction inflammatoire. Les inflammations. En savoir plus : Les médiateurs chimiques

Chapitre 3 : La réaction inflammatoire. Les inflammations. En savoir plus : Les médiateurs chimiques Chapitre 3 : La réaction inflammatoire. Les inflammations En savoir plus : Les médiateurs chimiques Les médiateurs de l inflammation De multiples médiateurs chimiques, provenant du plasma ou des cellules,

Plus en détail

TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T

TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T 14/10/2013 MARIANI Natacha L2 TSSIBG G. Pommier 8 pages TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T Immunoglobulines (Ig/AC) Récepteurs pour l'antigène des lymphocytes

Plus en détail

Cytokines et Polarisation des lymphocytes T

Cytokines et Polarisation des lymphocytes T Mardi, le 13 Décembre 2011 Professeur : Dr. Eric TAROUR RT : Khadijah KHERALLAH RL :Oualid LOUMI Cytokines et Polarisation des lymphocytes T Plan du cours : I) LES CYTOKINES a) Historique et classification...page

Plus en détail

Maturation des Cellules T et des Cellules B

Maturation des Cellules T et des Cellules B Maturation des Cellules T et des Cellules B 1- Développement lymphocytaire (T & B) 2-Maturation thymique des Cellules T 3-Maturation des Cellules B dans la moelle osseuse (MO) 1-Le développement lymphocytaire

Plus en détail

Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli

Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli Coopération cellulaire et réponses effectrices Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli l i@ i 1 Activation des lymphocytes T DC immature capture de l Ag dans les tissus cellule T activée

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie Nom : Numéro d Étudiant Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 1. Lequel

Plus en détail

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques UE7 Cours n 9 C. LAMAZE 24.11.11 Elise GODEAU (partie1) Guillaume MERGENTHALER (partie2) Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques SOMMAIRE : I. L endocytose à récepteurs : la voie des clathrines

Plus en détail

L adhérence cellulaire

L adhérence cellulaire UE2 : Biologie cellulaire Migration cellulaire, domiciliation et cancer Chapitre 2 : L adhérence cellulaire Pierre CAVAILLES Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 3. LESIONS ET REPARATIONS DE L ADN 41 AVANT-PROPOS 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3

TABLE DES MATIERES PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 3. LESIONS ET REPARATIONS DE L ADN 41 AVANT-PROPOS 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3 TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS XI PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3 1.1 STRUCTURE DE LA CHAINE POLYNUCLEOTIDIQUE 4 Les bases 4 Les pentoses 5 Nucléosides et nucléotides 5 La chaîne

Plus en détail

Le système du Complément

Le système du Complément Le système du Complément Marie-Agnès Dragon-Durey, Jean Yves Cesbron, Alain Chevailler, Christian Drouet, Béatrice Uring-Lambert I-Introduction... 2 II-Les voies d activation du Complément... 2 II-1.La

Plus en détail

Immunité adaptative : la mémoire immunitaire

Immunité adaptative : la mémoire immunitaire Immunité adaptative : la mémoire immunitaire Guislaine Carcelain, Myriam Labalette, Mirjana Radosavljevic I-Introduction... 2 II-Caractéristiques d'une réponse-mémoire ou secondaire... 2 III-La mémoire

Plus en détail

Le rejet aigu cellulaire

Le rejet aigu cellulaire Le rejet aigu cellulaire CUEN: 3/12/2013 Philippe Grimbert Plan Les antigènes de transplantation Le mécanisme du rejet L incidence et les outils du diagnostique Le traitement 1 Rejet aigu cellulaire Représente

Plus en détail

Immunité et Vieillissement

Immunité et Vieillissement Immunité et Vieillissement Laurence Guglielmi Institut de Génétique Humaine CNRS UPR1142, Montpellier «Lentivirus et Transfert de Gènes» Directeur d'équipe : Pr. Pierre Corbeau IMMUNOSENESCENCE Détérioration

Plus en détail

Impact des biothérapies sur l'immunité anti-infectieuse

Impact des biothérapies sur l'immunité anti-infectieuse Impact des biothérapies sur l'immunité anti-infectieuse XXII ème JRPI 13 10 2015 Pr M. Labalette Biothérapies Déficit immunitaire secondaire Susceptibilité aux infections (1 er effet secondaire des biothérapies)

Plus en détail

Lignée lymphocytaire

Lignée lymphocytaire Lignée lymphocytaire I-INTRODUCTION : LES LYMPHOCYTES: Support cellulaire de la défense immunitaire spécifique 25 40 % des globules blancs dans le sang périphérique Moins de 20 % dans le myélogramme. 3

Plus en détail

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation Stage de formation 17 & 18 mars 2014 Conférences Institut français de l Éducation Ateliers École normale supérieure de Lyon (site Monod) nihil est sine ratione NetBioDyn et la modélisation des réactions

Plus en détail

Immunité et grossesse

Immunité et grossesse MODULE de MAIEUTIQUE Unité foetoplacentaire (Coordonateur Pr Janky) Immunité et grossesse Dr. Nadia Prisant 1 Points essentiels : Le système immunitaire, à travers ses deux principales composantes, l immunité

Plus en détail

réponse cellulaire: Prolifération, Différenciation, survie,apoptose

réponse cellulaire: Prolifération, Différenciation, survie,apoptose Signalisation : Concept Stimuli extérieurs: Facteurs de croissance, Hormones Cytokines Interaction cellule/cellule Récepteur cellule ropagation du signal Somme des évènements moléculaires Intracellulaires

Plus en détail

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2 Le complément I_ Généralités A. Découverte Les anticorps ont été découverts en 1890. La fixation d'anticorps ne suffit pas à détruire l'antigène. Pfeiffer et Bordet ont démontré qu'un système complémentaire

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

Éviter une réponse inappropriée

Éviter une réponse inappropriée Une réponse immunitaire "efficace" Quelques rappels : Mécanismes de protection Implication du système immunitaire dans l homéostasie de l organisme Élimination de cellules en apoptose Relations potentielles

Plus en détail

Chapitre II L immunité adaptative

Chapitre II L immunité adaptative Chapitre II L immunité adaptative 1 -I -La réponse adaptative humorale 1) Exemple du virus de la grippe 2 2) Les caractéristiques de cette réponse 3 Conclusion L immunité adaptative n est pas immédiate

Plus en détail

Isorce Nathalie Baier Céline. M1 BE 2008 M. Naquet M. Galland

Isorce Nathalie Baier Céline. M1 BE 2008 M. Naquet M. Galland Isorce Nathalie Baier Céline M1 BE 2008 M. Naquet M. Galland Introduction : Voie NF κb Dérégulation : cancers Rôle de NF κb et de l inflammation dans : les différentes étapes de la tumeur du colon Conclusion

Plus en détail

Examen d immunologie PCEM2 13 janvier 2011

Examen d immunologie PCEM2 13 janvier 2011 Examen d immunologie PCEM2 13 janvier 2011 1 e partie : QCM 1- Un antigène : A- peut jouer un rôle dans la tolérance centrale s il s agit d un allo-antigène B- peut jouer un rôle dans la tolérance centrale

Plus en détail

Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005

Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005 Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005 (D après Carpino, N., et al. (2004) Immunity 20:37) Exercice I (noté sur 14 points) Les lymphocytes T jouent un rôle central dans la reconnaissance

Plus en détail

Les anti-lymphocytes B. Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Hôpital Cochin 4 juillet 2014

Les anti-lymphocytes B. Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Hôpital Cochin 4 juillet 2014 Les anti-lymphocytes B Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Hôpital Cochin 4 juillet 2014 Rôle pathogène des lymphocytes B au cours des maladies auto-immunes Production d'auto-anticorps et/ou formation

Plus en détail

Physiopathologie de l hypersensibilité immédiate (HSI)

Physiopathologie de l hypersensibilité immédiate (HSI) Physiopathologie de l hypersensibilité immédiate (HSI) Cyril Hoarau, Nisen Abuaf, Frédéric Bérard, Jacques Bienvenu, Sylvie Chollet-Martin, Jean François Nicolas, Joana Vitte I-Définitions... 2 II-Classification

Plus en détail

PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T

PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T M. Butte et al Immunity 2007 DOI 10.1016 PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T 1 Généralités L'activation du lymphocyte est due à

Plus en détail

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes 1. Origine des lymphocytes - les lymphocytes proviennent d'une cellule souche hématopoïétique multipotentielle (= totipotente)

Plus en détail

Donnou S. caractérisation des cellules microgliales adultes et de leur potentiel en immunotherapie des tumeurs cerebrales TEL-00341604

Donnou S. caractérisation des cellules microgliales adultes et de leur potentiel en immunotherapie des tumeurs cerebrales TEL-00341604 Vaisseaux méningés Sinus veineux Os crânien Dure-mère Espace Périvasculaire Cortex cérébral ventricules Substance blanche Flux de LCR Villosités arachnoïdes Sinus veineux Plexus choroïdes Substance grise

Plus en détail

Immunophénotypage et étude des cellules

Immunophénotypage et étude des cellules Jeudi 20 novembre 2014 LEBLANC Romane L2 Relecture : Brassier Julia TSSIB Pr P. Robert 6 pages Immunophénotypage et étude des cellules Plan A. Introduction B. Phénotypage lymphocytaire C. Tests fonctionnels

Plus en détail

Origine, différenciation et répertoire lymphocytaire T

Origine, différenciation et répertoire lymphocytaire T Origine, différenciation et répertoire lymphocytaire T Guy Gorochov, Jean Daniel Lelièvre, Gilles Thibault, Antoine Toubert I-Introduction... 2 II-Le récepteur T pour l antigène (T-cell receptor ou TCR)...

Plus en détail

Phase d activation et phase effectrice d un lymphocyte T

Phase d activation et phase effectrice d un lymphocyte T Phase d activation et phase effectrice d un lymphocyte T SUPERFAMILLE DU TNF ET DU RECEPTEUR AU TNF TACI BCMA CD27 EDAR XEDAR Fas DR4 DR5 DcR1 DcR2 OX40 AITR HveA CD40 4-1BB TNFR2 DR3 TNFR1 LTBR RANK DcR3

Plus en détail

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic Département de Biologie Laboratoire de Biochimie - Immunologie Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 (S4) 2004-2005 Module de Biologie Humaine M 16.1 Élément d Immunologie

Plus en détail

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE TOUT D ABORD UN PETIT HISTORIQUE 1910: Peyton ROUS découvre le virus qui porte son nom 1976: les oncogènes de certains virus ont une contrepartie cellulaire

Plus en détail

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine 2012 Explorations des réponses Immunitaires L3 Médecine Rappel sur les réponses Immunitaires DIFFERENTS TYPES DE REPONSES IMMUNITAIRES Naturelle = innée Adaptative Non spécifique Spécifique Immédiate Barrière

Plus en détail

Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation

Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation Document revu par Christian Binet, novembre 2009 L érythropoïèse est l'ensemble des mécanismes qui concourent à la formation des

Plus en détail

Sommaire. Concepts de base en immunologie

Sommaire. Concepts de base en immunologie xi Sommaire Partie I Concepts de base en immunologie Chapitre 1 Les concepts de base en immunologie 1 Chapitre 2 L immunité innée 39 Partie II Chapitre 1 La reconnaissance des antigènes La reconnaissance

Plus en détail

Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk

Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk actif Différentes Cdk peuvent s associer avec différentes Cyclines Cdk active: tyrosine et thréonine Kinase (phosphoryle

Plus en détail

Les récepteurs à activité enzymatique intrinsèque

Les récepteurs à activité enzymatique intrinsèque Les récepteurs à activité enzymatique intrinsèque Différentes activités enzymatiques intrinsèques ont été mise en évidence : Activité tyrosine kinase (TK) Ex : le récepteur au DGF, à l EGF ou les récepteurs

Plus en détail

Comment la glycémie est elle régulée?

Comment la glycémie est elle régulée? Comment la glycémie est elle régulée? La glycémie, quantité de glucose dans le sang, est un facteur primordial pour un bon état de santé. Bien que les apports de glucose soient très variables dans le temps,

Plus en détail

Edgardo D. CAROSELLA TRAVAUX SCIENTIFIQUES

Edgardo D. CAROSELLA TRAVAUX SCIENTIFIQUES Edgardo D. CAROSELLA TRAVAUX SCIENTIFIQUES Depuis 1976, E.D. CAROSELLA (EDC) s'est appliqué à l'étude des molécules HLA et plus particulièrement sur leur rôle dans l'immunité cellulaire et la transplantation.

Plus en détail

Psoriasis 2005 Psoriasis Plus de 5 millions de patients souffrent de psoriasis aux USA Ils dépensent entre 1,6 et 3,2 milliards de dollars par an pour traiter leur maladie Entre 150000 et 260000 nouveaux

Plus en détail

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer)

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Article; IL-6 and Stat3 Are Required for Survival of Intestinal Epithelial Cells and Development of Colitis-Associated Cancer Le cancer

Plus en détail

TRANSDUCTION DU SIGNAL DES RECEPTEURS T ET B

TRANSDUCTION DU SIGNAL DES RECEPTEURS T ET B M1 immuno 11/12/07 RT : Sauvet gabriella TRANSDUCTION DU SIGNAL DES RECEPTEURS T ET B 1- Stimulation des lymphocytes par l antigène 2- Plusieurs protéines membranaires «aident» le récepteur de l antigène

Plus en détail

COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre 2007. de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux

COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre 2007. de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles 19 octobre 2007 Inhibition des défenses de l hôte par les bactéries pathogènes Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux Gwennola ERMEL I Détection

Plus en détail

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Acide aminé (AA) Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Isabelle Quinkal INRIA Rhône-Alpes Septembre 2003 Petite molécule dont l enchaînement compose les protéines - on dit qu

Plus en détail

A) Domaines et prényls de protéines RAS (super-famille)

A) Domaines et prényls de protéines RAS (super-famille) CHAPITRE 2 : PROTÉINES G MONOMÉRIQUES Ce sont des intégrateurs moléculaires des voies de signalisation, des «commutateurs multipositions». Elles sont constituées d une sous-unité α, existent chez les eucaryotes

Plus en détail

Traitement de la polyarthrite rhumatoïde. Prise en charge PR. Déséquilibre cytokinique dans la synovite rhumatoide

Traitement de la polyarthrite rhumatoïde. Prise en charge PR. Déséquilibre cytokinique dans la synovite rhumatoide UNIVERSITE DE MONASTIR FACULTE DE PHARMACIE DE MONASTIR COURS DE CHIMIE THÉRAPEUTIQUE Traitement de la polyarthrite rhumatoïde Certificat Coordonné 1 3 ème année Pharmacie Pr. Ag Olfa GLOULOU ép. LANDOLSI

Plus en détail

Différenciation lymphocytaire T & B. Différenciation lymphocytaire T & B. Théorie de la sélection clonale (1) Différenciation lymphocytaire T & B

Différenciation lymphocytaire T & B. Différenciation lymphocytaire T & B. Théorie de la sélection clonale (1) Différenciation lymphocytaire T & B DES de Biologie Médicale Enseignement d Immunologie Différenciation lymphocytaire T & B CM5.1 Différenciation lymphocytaire T & B Adrien Six (adrien.six@upmc.fr) Phnom Penh Université Pierre et Marie Curie

Plus en détail

Chapitre 6 LES COMMUNICATIONS INTERCELLULAIRES : LES CYTOKINES ET LEUR RESEAU

Chapitre 6 LES COMMUNICATIONS INTERCELLULAIRES : LES CYTOKINES ET LEUR RESEAU Chapitre 6 LES COMMUNICATIONS INTERCELLULAIRES : LES CYTOKINES ET LEUR RESEAU SOMMAIRE 1 ère partie 2 e partie Quelques données fondamentales : les cytokines et leurs récepteurs 8 03 La production des

Plus en détail

La leucémie lymphoïde chronique (LLC)

La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La plus fréquente des hémopathies : 3 nouveaux cas / 100000 habitants / an Pas de facteur favorisant connu Adultes âgés (>65 ans), sexratio = 2/1 Accumulation de lymphocytes

Plus en détail

Partie III: Récepteurs membranaires. RTK RTP Canaux Couplés R (RYK) (RYP) ioniques Prot G cytokines

Partie III: Récepteurs membranaires. RTK RTP Canaux Couplés R (RYK) (RYP) ioniques Prot G cytokines Partie III: Voies de signalisation des récepteurs Tyrosine kinases (RTK) Récepteurs membranaires À activité enzymatique Sans activité enzymatique RTK RTP Canaux Couplés R (RYK) (RYP) ioniques Prot G cytokines

Plus en détail

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement Chapitre 4 Génotype, phénotype et environnement Comment s établit le phénotype macroscopique? Le phénotype ne se résume pas toujours à la simple expression du génome, les relations entre génotypes et phénotypes

Plus en détail

Chapitre 4 Cycle cellulaire. Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases :

Chapitre 4 Cycle cellulaire. Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases : SYNTHESE Chapitre 4 Cycle cellulaire Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases : G1 : phase de croissance cellulaire et d activités métaboliques normales. S : phase

Plus en détail

Implication de l association CD20/CD40 dans la mort cellulaire induite via le CD20

Implication de l association CD20/CD40 dans la mort cellulaire induite via le CD20 Université de Montréal Implication de l association CD20/CD40 dans la mort cellulaire induite via le CD20 par Loubna Al-Zoobi Département de Microbiologie et Immunologie Faculté de Médecine Mémoire présenté

Plus en détail

Techniques d études des réponses immunitaires

Techniques d études des réponses immunitaires Techniques d études des réponses immunitaires I. Principes (d après Hernandes-Fuentes M. P. et al. (2003) J. Immunol. Methods 196:247 ; éléments du polycopié de TP : The 2 nd PSU International Teaching

Plus en détail

Histologie fonctionnelle de la moelle osseuse, du thymus et de la rate

Histologie fonctionnelle de la moelle osseuse, du thymus et de la rate Histologie fonctionnelle de la moelle osseuse, du thymus et de la rate UFR de Médecine de l Université de Bordeaux2 Hématologie - PCEM 2 Dr S LEPREUX 2013-2014 La moelle osseuse Introduction: L os en tant

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ À L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ À L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ À L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN BIOPHYSIQUE ET BIOLOGIE CELLULAIRES PAR MATHIEU DUFRESNE LES MACROPHAGES DE TYPE

Plus en détail

La membrane plasmique

La membrane plasmique La membrane plasmique Les molécules qui composent la membrane plasmique 1. Les lipides ls sont amphiphiles ou amphipatiques (une partie hydrophobe et une partie hydrophile) (amphi= des deux cotés, phile

Plus en détail

Le Vieillissement du Système Immunitaire

Le Vieillissement du Système Immunitaire Le Vieillissement du Système Immunitaire Dr Guislaine Carcelain Immunologie Cellulaire et Tissulaire Hôpital Pitié-Salpêtrière La Réponse Immune Non soi Substances étrangères Soi modifié Organisme altéré

Plus en détail

Résumé. Delphine Théard

Résumé. Delphine Théard Delphine Théard Département de Biologie Cellulaire, section Biologie Cellulaire des Membranes, Centre Medical Universitaire de Groningue, Université de Groningue, 9713 AV Groningue, Pays-Bas - 135 - Résumé

Plus en détail

"Immunologie : nouveaux développements et implications cliniques"

Immunologie : nouveaux développements et implications cliniques "Immunologie : nouveaux développements et implications cliniques" tim tomkinson The Scientist, June 00 Le déroulement. Le système immunitaire au repos. Les pathogènes. La réponse innée. La transition entre

Plus en détail

L'inflammation et sa pathologie propre

L'inflammation et sa pathologie propre 21.10.2013 LY Claudia L3 Appareil locomoteur Pr ROUDIER 12 pages L'inflammation et sa pathologie propre Plan A. La réaction inflammatoire I. Étapes de la réaction inflammatoire II. Évolution III. Maladies

Plus en détail

Chapitre 10. Détection/dosage des cytokines et de leurs récepteurs

Chapitre 10. Détection/dosage des cytokines et de leurs récepteurs Chapitre 10 Détection/dosage des cytokines et de leurs récepteurs Les cytokines sont impliquées dans la régulation des réponses immunitaires innées et adaptatives. Il est nécessaire de bien connaître leur

Plus en détail

LA PROLIFÉRATION CELLULAIRE. Pr J-L. MERLIN

LA PROLIFÉRATION CELLULAIRE. Pr J-L. MERLIN ASECTS MOLÉCULAIRES DE LA ROLIFÉRATION CELLULAIRE r J-L. MERLIN ASECTS MOLECULAIRES DE LA ROLIFERATION «Vers de nouvelles cibles thérapeutiques» r. Jean-Louis Merlin Faculté de harmacie, Université Henri

Plus en détail

DYNAMIQUE DE LA CICATRISATION NORMALE. O DEREURE Service de Dermatologie CHRU Montpellier

DYNAMIQUE DE LA CICATRISATION NORMALE. O DEREURE Service de Dermatologie CHRU Montpellier DYNAMIQUE DE LA CICATRISATION NORMALE O DEREURE Service de Dermatologie CHRU Montpellier INTRODUCTION Processus à la fois bien et trés incomplétement connu! ensemble des phénomènes de détersion, prolifération,

Plus en détail

Système Immunitaire. Immunologie Cellulaire et Tissulaire Hôpital Pitié-Salpêtrière

Système Immunitaire. Immunologie Cellulaire et Tissulaire Hôpital Pitié-Salpêtrière Le Vieillissement du Système Immunitaire Dr Guislaine Carcelain Dr Guislaine Carcelain Immunologie Cellulaire et Tissulaire Hôpital Pitié-Salpêtrière I ère Partie: Le Système Immunitaire La Réponse Immune

Plus en détail

SIGNALISATION DES RECEPTEURS A ITAM ET ITIM

SIGNALISATION DES RECEPTEURS A ITAM ET ITIM Cours d Immunologie Ronéo-Typeur : Anne-Laure Hermann Mardi 4 décembre 17h-19h Sylvain Latour SIGNALISATION DES RECEPTEURS A ITAM ET ITIM SIGNALISATION DES RECEPTEURS A ITAM I)Généralités A.Localisation

Plus en détail

PAES 2010-2011 STAGE DE PRÉ RENTRÉE UE 2

PAES 2010-2011 STAGE DE PRÉ RENTRÉE UE 2 PAES 2010-2011 STAGE DE PRÉ RENTRÉE UE 2 Introduction Théorie cellulaire : toute cellule est issue d une cellule L information génétique est transmise aux 2 cellules filles à chaque division Le génome

Plus en détail

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE Introduction: Le SIDA, ou syndrome immunodéficience acquise, est une maladie due à un virus, le virus de l'immunodéficience humaine ou VIH (HIV: Human Immunodeficiency

Plus en détail

Eléments primordiaux de biologie moléculaire

Eléments primordiaux de biologie moléculaire Eléments primordiaux de biologie moléculaire Pourquoi s intéresser au matériel génétique? Base de l information génétique Tissu Cellule Noyau Organisme entier Lieu où est localisé l ADN Mol d ADN qui est

Plus en détail

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes Comparaison procaryotes/ 2TSbc Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes La majeure partie des connaissances de biologie moléculaire a d'abord débuté par l'étude des phénomènes chez

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

Agenda. Introduction Concept de l apoptose Bases moléculaires de l apoptose Apoptose et pathologies Apoptose et cancer

Agenda. Introduction Concept de l apoptose Bases moléculaires de l apoptose Apoptose et pathologies Apoptose et cancer Agenda Introduction Concept de l apoptose Bases moléculaires de l apoptose Apoptose et pathologies Apoptose et cancer Objectifs Le but de ce cours est : d'apporter des connaissances théoriques sur l aspect

Plus en détail

PHÉNOTYPE, DIFFÉRENCIATION, CIRCULATION ET HOMÉOSTASIE DES CELLULES DU SYSTÈME IMMUNITAIRE

PHÉNOTYPE, DIFFÉRENCIATION, CIRCULATION ET HOMÉOSTASIE DES CELLULES DU SYSTÈME IMMUNITAIRE PHÉNOTYPE, DIFFÉRENCIATION, CIRCULATION ET HOMÉOSTASIE DES CELLULES DU SYSTÈME IMMUNITAIRE 1. Les lymphocytes T Les lymphocytes T et B, qui sont les seules cellules de l'organisme à avoir des récepteurs

Plus en détail

LE SYSTEME ENDOMEMBRANAIRE (S.E.) Réticulum endoplasmique, Appareil de Golgi, Endosomes, Lysosomes

LE SYSTEME ENDOMEMBRANAIRE (S.E.) Réticulum endoplasmique, Appareil de Golgi, Endosomes, Lysosomes LE SYSTEME ENDOMEMBRANAIRE (S.E.) Réticulum endoplasmique, Appareil de Golgi, Endosomes, Lysosomes L. NICOD - UFR SMP Université de Franche-Comté -Système endomembranaire- PACES 2012-13 / S1 : UE2 Plan

Plus en détail

Le complexe majeur d histocompatibilité humain (HLA).

Le complexe majeur d histocompatibilité humain (HLA). Le complexe majeur d histocompatibilité humain (HLA). Polymorphisme et présentation des antigènes aux lymphocytes T. Myriam Labalette, Siamak Bahram, Marie Christine Béné I.Introduction... 2 II-Le complexe

Plus en détail

Le Vieillissement du Système Immunitaire

Le Vieillissement du Système Immunitaire Le Vieillissement du Système Immunitaire Dr Guislaine Carcelain Immunologie Cellulaire et Tissulaire Hôpital Pitié-Salpêtrière I ère Partie: Le Système Immunitaire 1 La Réponse Immune Non soi Substances

Plus en détail

Le système immunitaire

Le système immunitaire Le système immunitaire L organisme doit se protéger des agressions qu il subit continuellement de la part du milieu externe. Cette protection consiste tout d abord en l interposition d une barrière entre

Plus en détail