Interleukine-2 et Interféron dans le cancer du rein métastatique L expérience du Groupe Français d Immunothérapie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Interleukine-2 et Interféron dans le cancer du rein métastatique L expérience du Groupe Français d Immunothérapie"

Transcription

1 ARTICLE DE REVUE Progrès en Urologie (2002), 12, Interleukine-2 et Interféron dans le cancer du rein métastatique L expérience du Groupe Français d Immunothérapie Sylvie NEGRIER (1), Jean-Yves DOUILLARD (2), Frédéric GOMEZ (1), Christine LASSET (1), Christine CHEVREAU (3), Bernard ESCUDIER (5) (1) Centre Léon Bérard, Lyon, France, (2) Centre René Gauducheau, Nantes, France, (3) Centre Claudius Régaud, Toulouse, France, (4) Institut Bergonié, Bordeaux, France, (5) Institut Gustave Roussy, Villejuif, France RESUME Nous rapportons l'expérience des investigateurs du Groupe Français d'immunothérapie dans le traitement du cancer du rein métastatique par les cytokines à travers plusieurs essais thérapeutiques conduits successivement entre 1991 et Ce groupe a initialement conduit une large étude randomisée rapportée dans le New England Journal of Medicine en comparant trois schémas thérapeutiques: l'interleukine-2 intraveineuse, l'interféron seul et l'association de ces deux modalités thérapeutiques. En termes de résultats, les deux cytokines ont un effet additif permettant un doublement du taux de réponse et de la survie sans progression à un an. Malheureusement cet effet n'est pas retrouvé à long terme et il n'y a pas de différence de survie globale. Par ailleurs, les patients résistant à l'une des cytokines ne tirent pas de bénéfice avec l'autre ultérieurement. Un sous-groupe de patients dont la probabilité de progression sous traitement était supérieure à 70% et la médiane de survie de 6 mois a été identifié. Ces patients présentent, de manière concomitante, des métastases initiales dans l'année suivant le diagnostic de tumeur rénale, plusieurs organes métastatiques et un envahissement hépatique. Par la suite, plusieurs essais testant les deux cytokines s.c. ont apporté des résultats médiocres, avec des taux de réponse faibles, même en association avec le 5-fluorouracile. Ainsi, dans l'expérience française, les schémas de cytokines s.c. sont assez décevants. Ces résultats ont été pris en compte dans le programme d'évaluation en cours actuellement (programme Percy) qui est basé sur la sélection des patients en fonction des facteurs pronostiques. Mots clés : Rein, Cancer, métastases, interféron, interleukine-2. A la fin des années 80, l'équipe du Docteur S. Rosenberg (National Cancer Institute, Bethesda, USA) a ouvert la voie à l'immunothérapie en cancérologie en rapportant les premiers essais utilisant l'interleukine-2 (IL2) dans les cancers avancés [11, 12], principalement le mélanome et le cancer du rein, déjà identifiés comme les tumeurs les plus sensibles à ce nouvel agent thérapeutique. L'absence de résultats des traitements conventionnels dans le cancer du rein explique l'enthousiasme initial qu'a suscité l'il2 en dépit de ses effets secondaires sévères [15]. Comme la plupart de leurs homologues européens, les investigateurs français ont participé au programme de développement clinique de l'il2 dans le cancer du rein métastatique. L'IL2 a été largement utilisée en cancérologie et a fait l'objet d'une autorisation de mise sur le marché en France en Toutefois, l'enthousiasme est aujourd'hui retombé en raison de ses résultats décevants en matière de ratio efficacité/toxicité. Les nombreuses questions que se posait la communauté médicale française sur l'avenir des traitements par l'il2, particulièrement en raison de leur coût élevé, ont amené la création du Groupe Français d'immunothérapie. Ce groupe de cancérologues français responsables de l'évaluation clinique de l'il2 chez les patients porteurs de cancer du rein métastatique a rassemblé des investigateurs issus de 25 établissements (19 centres de lutte Manuscrit reçu : juillet 2001, accepté : novembre Adresse pour correspondance : Dr. S. N é g r i e r, Dé partement d Onc ologie Médicale, Centre Léon Bérard, 28, rue Laënnec, Lyon Cedex

2 contre le cancer et 6 hôpitaux universitaires). Plusieurs essais thérapeutiques ont été conduits successivement entre 1991 et Cet article résume les résultats de ces essais en tentant de souligner leur intérêt pratique pour le patient. Tableau I. Causes d exclusion du protocole CRECY. N = 711 patients inéligibles ECOG PS 2 25% Age < 18 ou > 65 17% RESULTATS DES ESSAIS THERAPEUTIQUES Le protocole CRECY Les résultats de cet essai ont fait l'objet d'un rapport détaillé dans le New England Journal of Medicine [5]. Il s'agissait d'un essai multicentrique comparant 3 schémas thérapeutiques différents : IL2 intraveineuse contre α-interféron (IFN) contre une association IL2 i.v. - IFN, chez des patients porteurs de cancer du rein métastatique. En cas d'échec du traitement initial, le protocole prévoyait un traitement croisé par l'autre cytokine injectée seule. Des régressions tumorales spectaculaires et durables ayant été antérieurement rapportées chez certains patients, les investigateurs ont jugé contraire à l'éthique d'ajouter un bras contrôle sans traitement. De plus, en raison de la sélection nécessaire des patients pour cet essai, il a été décidé d'enregistrer également les patients non éligibles ainsi que la raison principale de leur inéligibilité. Un total de 425 malades ont été randomisés dans le protocole CRECY en un peu plus de 4 ans; 722 autres ont été considérés inéligibles au cours de la même période. Les principales raisons d'exclusion sont détaillées au Tableau I, la plus fréquente étant un mauvais indice de performance dont on sait qu'il est corrélé à un mauvais pronostic. En termes de résultats l'effet des deux cytokines a semblé, dans un premier temps, se cumuler dans le bras associant les 2 cytokines. En effet, le taux de réponse et le taux de survie sans événement à un an sont améliorés de façon significative pour ce groupe de patients par rapport aux résultats obtenus avec chacune des deux cytokines utilisée seule (Tableau II). Cependant, cet effet cumulatif ne se retrouve pas à plus long terme puisque la survie globale des patients est identique dans tous les groupes (Figure 1). Ce dernier résultat pourrait être dû en partie à l'effet du traitement croisé. Toutefois, le traitement croisé n'a pas apporté de résultats intéressants. En effet, les patients non répondeurs à un premier traitement par l'une des deux cytokines ne tiraient aucun bénéfice d'un traitement par l'autre cytokine proposée en seconde intention [3]. Ainsi, l'absence de gain de survie de l'association IL2-IFN par rapport à chaque cytokine utilisée seule semble donc un résultat tout à fait fiable. L'essai CRECY a permis de conclure que : a) les traitements par IL2 et/ou IFN permettent une régression Dysfonctionnement organique 13% Métastases cérébrales 12% Traitement antérieur 11% Refus du patient 6% Causes diverses 16% Tableau II. Résultats des 3 groupes de patients du protocole CRECY en fonction du schéma thérapeutique. tumorale significative chez une petite minorité de malades traités; b) ces régressions sont généralement provoquées par l'association des 2 cytokines plutôt que par les traitements utilisant une seule cytokine (2 fois plus en nombre); c) l'association des cytokines ne confère pas d'avantage en termes de survie globale par rapport à leur utilisation en monothérapie. Facteurs pronostiques IL2 IFN IL2 + IFN P Taux de réponse (%) 6,5 7,5 18,6 < 0,01 Survie à 1 an sans évènement (%) ,01 Survie globale (médiane en mois) ,55* * log. rank test. Figure 1. Courbes de survie globale des patients (test de Kaplan-Meier) en fonction du schéma thérapeutique : IL2+IFN (pointillé en vert), IL2 (trait noir) et IFN (pointillé rouge). De nombreuses questions demeuraient donc quant à l'utilité de l'administration en routine des cytokines 214

3 Tableau III. Facteurs pronostiques de décès lié au traitement dans le cadre du protocole Crécy. Indice de performance avant traitement P = 0,001 0 vs 1 vs 2 Perte de poids récente > 10% P = 0,004 Délai entre le diagnostic et l apparition des P = 0,01 métastases Dose administrée > dose théorique médiane P = 0,03 22/425 patients sont décédés pendant le traitement de diverses causes indépendantes de leur maladie. pour le traitement du cancer du rein métastatique. Nous avons analysé plusieurs types de facteurs pronostiques afin de rassembler suffisamment d'informations pour aider la prise de décision médicale par l'oncologue. Nous avons évalué, par des analyses univariées et multivariées, les facteurs prédictifs de décès lié au traitement, de réponse tumorale ou de progression rapide de la maladie. Facteurs prédictifs de décès lié au traitement Une corrélation a pu être démontrée entre la survenue de décès consécutifs au traitement et certains facteurs pronostiques déjà connus dans cette maladie (Tableau III). Nos résultats montrent que les patients porteurs de tumeurs très avancées ou agressives ne supportent pas les traitements par IL2 i.v. et que ceci peut être à l'origine de leur décès prématuré. En effet, un état général Figure 2. Probabilité de réponse tumorale selon les combinai - sons thérapeutiques. altéré au premier jour de traitement, un amaigrissement récent supérieur ou égal à 10% du poids et un intervalle entre tumeur primitive et métastases de moins d'un an sont corrélés avec un risque de décès sous traitement par IL2 intraveineux. Facteurs prédictifs de réponse tumorale Les résultats de l'étude multivariée des facteurs prédictifs de réponse tumorale ou de progression sont résumés au Tableau IV. La probabilité d'obtenir une régression tumorale significative est corrélée à deux facteurs indépendants seulement : l'administration d'un traitement combiné associant IL2 et IFN et une atteinte métastatique limitée à un seul organe. Les différentes probabilités de réponse en fonction de ces deux facteurs sont données à la Figure 2. Facteurs prédictifs de progression tumorale Dans l'idée d'épargner aux patients non sensibles aux Tableau IV. Analyse multivariée des facteurs pronostiques de réponse ou de progression. Caractéristiques Modèle logistique Intervalle Risque relatif* confiance = 95% Facteurs prédictifs de réponse tumorale* Bras de traitement 3 contre 1 ou 2) 3,5 [1,9; 6,5] Nombre de sites métastatiques (1 contre 2) 3,0 [1,5; 5,6] Facteurs prédictifs de progression Nombre de sites métastatiques (1 contre 2) 2,8 [1,7; 4,8] Survie sans métastase 12 mois contre 12 mois) 2,5 [1,1; 3,9] Métastases hépatiques (Oui/non) 2,1 [1,2; 5,0] Bras de traitement (1 ou 2 contre 3) 1,8 [12,1; 2,8] Envahissement médiastinal (Oui/non) 1,7 [1,0; 2,7] * Les facteurs suivants, dont la valeur était statistiquement significative dans l analyse univariée, ont été inclus dans le modèle : bras de traitement (1 ou 2 contre 3); nombre de sites métastatiques (1 contre 2); ECOG (0 contre 1 ou 2); envahissement osseux (oui/non); envahissement pulmonaire (Oui/non); envahisseent hépatique (Oui/non); autres sites (oui/non). 215

4 Figure 3. Risque de progression en fonction de la combinaison de différents facteurs cliniques. cytokines un traitement inutile, il nous a paru utile d'identifier des facteurs prédictifs de progression tumorale sous traitement. Quatre facteurs indépendants ont été mis en évidence (Tableau IV). La combinaison de ces différents facteurs cliniques entraîne un risque de progression tumorale variable comme le montre la Figure 3. Ainsi, un sous-groupe de patients présentant un risque de progression supérieur à 70% malgré la réalisation d'un traitement combiné a pu être identifié. Ces patients présentent, de manière concomitante, 2 sites métastatiques ou plus, une atteinte hépatique, ainsi qu'un intervalle réduit (moins de 12 mois) entre le diagnostic de la tumeur primitive et l'occurrence des métastases. Ce sous-groupe, soit 20% des patients inclus dans l'étude, présentait une survie limitée, avec une médiane de 6 mois. A la suite de cette analyse, un consensus a été trouvé, parmi les investigateurs, pour ne plus inclure ces patients à forte probabilité de progression dans les protocoles de traitement par cytokines. Administration des cytokines par voie sous-cutanée Au terme du protocole CRECY, le Groupe Français d'immunothérapie a étudié l'effet de différents schémas thérapeutiques associant IL2 et IFN par voie sous-cutanée. Cette voie d'administration a été préférée pour l'il2 après la publication de plusieurs essais de phase II [1, 13], car elle s'est avérée moins toxique que la voie intraveineuse. Les taux de réponse maximum semblaient être obtenus par l'association des deux cytokines avec le 5-fluorouracil (5-FU) [2, 4]. Le groupe d'immunothérapie a réalisé 2 essais successifs (un essai de phase II et un essai randomisé) afin de tester la combinaison de ces produits: IL2, IFN et 5-FU. Le même traitement sous-cutané a été administré dans chacun des deux essais. Seul le 5-FU a été supprimé dans l'un des bras de l'essai randomisé. Les résultats furent très décevants, avec un taux de réponse de seulement 1,8 % dans l'essai de phase II [10]. Aucune différence n'a été notée entre les groupes avec ou sans 5- FU en ce qui concerne les taux de réponse, de survie sans événement ou de survie globale [7] (taux de réponse : 1,8 % avec IL2 + IFN contre 8,2 % avec IL2 + IFN + 5-FU [P = 0,1]). Nous avons conclu à l'absence d'intérêt de l'adjonction de 5-FU pour le traitement du cancer du rein métastatique ; de plus, cette combinaison de cytokines par voie sous-cutanée ne présente qu'une efficacité très limitée. En raison des taux de réponse faibles obtenus dans chacune de ces études, un nouvel essai de phase II a été initié pour tester un traitement combiné identique, en doses et en schéma d'administration, à celui de l'étude CRECY, mais l'il2 était administrée par voie sous-cutanée et non plus par voie intraveineuse [12]. Les résultats obtenus sur 67 patients se sont révélés une fois encore décevants, avec un taux de réponse de 7% et une toxicité sévère par rapport aux autres traitements sous-cutanés. Nous en avons conclu que les doses de cytokines élevées utilisées dans ce protocole, plutôt que la voie d'administration du produit, pouvaient expliquer les réactions toxiques. Cela semblait confirmer que les traitements par l'association d'il2 et d'ifn sous-cutanés avaient une activité antitumorale très limitée. DISCUSSION ET PERSPECTIVES Vers la fin de l'année 1998, les investigateurs du groupe Immunothérapie se sont réunis pour débattre de l'intérêt de ces traitements pour les patients atteints de cancer du rein métastatique. La pri ncipale question concernant l'utilité de l'il2 et de l'ifn n'avait pas été tranchée. Un nouvel essai incluant un groupe de patients non traités de manière à essayer d'apporter une réponse à cette interrogation a été proposé. Afin d'élargir le recrutement potentiel, le Groupe Françai s d'immunothérapie a fusionné avec un autre groupe collaboratif français, le groupe SCAPP, qui avait parallèlement réalisé différentes études avec de l'il2 souscutanée seule dans le cancer du rein métastatique [14]. Les deux groupes ont interrogé les investigateurs, ainsi qu'un certain nombre de médecins référents et de patients, sur la faisabilité d'un essai randomisé comparant deux bras, l'un incluant des patients traités par cytokines, l'autre des patients ne recevant aucun traitement ou recevant un placebo. Les patients, dans leur grande majorité, ont indiqué qu'ils refuseraient de participer à un essai de ce type pour des raisons évidentes, tandis que la plupart des investigateurs et des médecins traitants ont admis qu'ils accepteraient d'inclure des malades à l'exception de ceux qui avaient une réelle chance de régression tumorale sous traitement. Durant le temps de ces réflexions et des discussions stratégiques, 2 essais ont été publiés, rapportant des résultats en faveur de l'utilisation de l'ifn. Le groupe d'étude sur le cancer du rein du Medical Research Council en Grande-Bretagne a montré un gain limité mais significatif en matière de survie avec des doses 216

5 modérées d'ifn, par rapport à l'administration d'acétate de medroxyprogestérone [5]. Quelques mois plus tard, un groupe finlandais a montré qu'une combinaison d'ifn et de vinblastine permettait un gain de survie significatif par rapport à la vinblastine utilisée seule [9]. La sélection des patients est alors apparue comme l'aspect le plus problématique. Nous avons donc décidé d'utiliser les facteurs pronostiques identifiés par l'étude CRECY et de fonder notre stratégie thérapeutique sur cette sélection. Il a été admis que les malades de mauvais pronostic seraient exclus des futurs essais avec IL2 et IFN. Il s'agit des malades dont l'indice de performance est faible (indice de Karnofsky <80%) et du sous-groupe défini par l'étude CRECY comme ayant une probabilité de progression de plus de 70% malgré traitement (cf. page 5). Nous avons ensuite déterminé quels étaient les patients qui présentaient la plus forte probabilité de réponse au traitement selon les facteurs définis par l'étude CRECY; il s'agissait des malades présentant un seul site ou "organe" métastatique. Pour ceux-ci, soit 25% des patients inclus, la probabilité de régression tumorale objective (supérieure à 50% de la masse tumorale) sous traitement combiné par IL2 i.v. est de 37,5%. Dans ce groupe particulier nous comparons l'intérêt d'un traitement combiné avec IL2 i.v. et IFN à celui d'un traitement associant ces 2 cytokines par voie souscutanée (essai randomisé à 2 groupes). Le reste des patients, ceux qui ont plus d'un site envahi tout en conservant un bon état général, mais sans présenter tous les critères du groupe de mauvais pronostic, constituent le groupe de pronostic intermédiaire. Pour ces patients, l'intérêt des cytokines est vraiment discutable. Ils sont donc inclus dans un essai randomisé comparant l'administration de cytokines par voie souscutanée par rapport à un bras contrôle de traitement par acétate de medroxyprogestérone. Ces deux essais complémentaires sont menés en parallèle dans le cadre du programme PERCY qui regroupe 78 centres français. Ce programme d'évaluation qui a débuté en Janvier 2000 prévoit d'inclure 700 patients au total. CONCLUSIONS Le devenir des patients atteints de cancer du rein métastatique n'a pas évolué de façon spectaculaire en ce début de 21ème siècle. Toutefois, un pourcentage très faible d'entre eux peut aujourd'hui espérer obtenir une rémission importante et durable grâce aux traitements par IL2 et/ou IFN. Malheureusement, il est également vrai qu'aucun autre agent thérapeutique n'a apporté de résultats intéressants reproductibles dans ce type de tumeur jusqu'à présent. Il nous paraît donc important, à la lumière de notre expérience, de définir pour l'avenir les critères qui permettront de décider s'il est utile ou non de mettre en œuvre des traitements dont les effets secondaires sont sévères et altèrent la qualité de vie des patients. L'étude des facteurs pronostiques permet une meilleure sélection des patients et représente donc l'un des principaux outils dont nous disposons. L'élaboration de nouvelles stratégies thérapeutiques et la découverte de nouvelles molécules doivent représenter l'un des objectifs majeurs de la recherche dans ce domaine clinique. Remerciements Ce travail a bénéficié du soutien de l'association pour la Recherche contre le Cancer (ARC). REFERENCES 1. ATZPODIEN J., KORFER A., FRANKS C.R., POLIWODA H., KIRCHNER H. Home therapy with recombinant interleukin-2 and interferon-alpha 2b in advanced human malignancies. Lancet, 1990, 335, ATZPODIEN J., KIRCHNER H., HANNINEN E.L., KORFER A., FENNER M., MENZEL T., DECKERT M, FRANZKE A., JONAS U., POLIWODA H. European studies of interleukin-2 in metastatic renal cell carcinoma. Semin. Oncol., 1993, 20(6 Suppl. 9), ESCUDIER B., CHEVREAU C., LASSET C., DOUILLARD J.Y., RAVAUD A., FABBRO M., CATY A., ROSSI J.F., VIENS P., BER- GERAT J.P., SAVARY J., NEGRIER S. Cytokines in Metastatic Renal Cell Carcinoma: Is It Useful to Switch to Interleukin-2 or Interferon After Failure of a First Treatment? J. Clin. Oncol., 1999, 17, HOFMOCKEL G., LANGER W., THEISS M., GRUSS A., FROH- MULLER H.G. Immunochemotherapy for metastatic renal cell carcinoma using a regimen of interleukin-2, interferon-alpha and 5- fluorouracil. J. Urol., 1996, 156, M.R.C.R.C.C. Interferon-alpha and survival in metastatic renal carcinoma: early results of a randomised controlled trial. Medical Research Council Renal Cancer Collaborators. Lancet 1999, 353, NEGRIER S., ESCUDIER B., LASSET C., DOUILLARD J.Y., SAVARY J., CHEVREAU C., RAVAUD A., MERCATELLO A., PENY J., MOUSSEAU M., PHILIP T. TURSZ T. Recombinant human interleukin-2, recombinant human interferon alfa-2a, or both in metastatic renal-cell carcinoma. Groupe Francais d'immunotherapie. New Engl. J. Med., 1998, 338, NEGRIER S, CATY A, LESIMPLE T, DOUILLARD JY, ESCU- DIER B, ROSSI JF, VIENS P, GOMEZ F. and the French Immunotherapy Group, FNCLCC. Treatment of patients with metastatic renal carcinoma with a combination of subcutaneous interleukin-2 and interferon alfa with or without fluorouracil. J. Clin. Oncol., 2000, 18, NE GRIER S., RAVAUD A., DELVA R., CHEVREAU C., DOUILLARD J.V., FARGEOT P., DREVON M., GOMEZ F., and the French Immunotherapy Group, FNCLCC. Combination of cytokines in metastatic renal cell carcinoma (MRCC). Is the subcutaneous (sc) route less active than the intravenous (iv) route? Proc. Am. Soc. Clin. Oncol., 1999, 18, 331a (abst. 1273). 217

6 9. PYRHONEN S., SALMINEN E., RUUTU M., LEHTONEN T., NURMI M., TAMMELA T., JUUSELA H., RINTALA E., HIETA- NEN P., KELLOKUMPU-LEHTINEN P.L. Prospective randomized trial of interferon alfa-2a plus vinblastine versus vinblastine alone in patients with advanced renal cell cancer. J. Clin. Oncol., 1999, 17, RAVAUD A., AUDHUY B., GOMEZ F., ESCUDIER B., LESIMPLE T., CHEVREAU C., DOUILLARD J.Y., CATY A., GEOFFROIS L., FERRERO J.M., LINASSIER C., DREVON M., NEGRIER S. Subcutaneous interleukin-2, interferon alfa-2a, and continuous infusion of fluorouracil in metastatic renal cell carcinoma: a multicenter phase II trial. Groupe Francais d'immunotherapie. J. Clin. Oncol., 1998, 16, ROSENBERG S.A., LOTZE M.T., MUUL L.M., LEITMAN S., CHANG A.E., ETTINGHAUSEN S.E., MATORY Y.L., SKIBBER J.M., SHILONI E., VETTO J.T., et al. Observations on the systemic administration of autologous lymphokine-activated killer cells and recombinant interleukin-2 to patients with metastatic cancer. New Engl. J. Med., 1985, 313, ROSENBERG S.A., LOTZE M.T., MUUL L.M., CHANG A.E., AVIS F.P., LEITMAN S., LINEHAN W.M., ROBERTSON C.N., LEE R.E., RUBIN J.T., et al. A progress report on the treatment of 157 patients with advanced cancer using lymphokine-activated killer cells and interleukin-2 or high-dose interleukin-2 alone. New Engl. J. Med., 1987, 316, SLEIJFER D.T., JANSSEN R.A., BUTER J., DE VRIES E.G., WILLEMSE P.H., MULDER N.H. Phase II study of subcutaneous interleukin-2 in unselected patients with advanced renal cell cancer on an outpatient basis. J. Clin. Oncol., 1992, 10, TOURANI J.M., PFISTER C., BERDAH J.F., BENHAMMOUDA A., SALZE P., MONNIER A., PAULE B., GUILLET P., CHRETIEN Y., BREWER Y., DI PALMA M., UNTEREINER M., MALAURIE E., TADRIST Z., PAVLOVITCH J.M., HAUTEVILLE D., MEJEAN A., AZAGURY M., MAYEUR D., LUCAS V., KRAKOWSKI I., LARREGAIN-FOURNIER D., ABOURACHID H., ANDRIEU J.M., CHASTANG C. Outpatient treatment with subcutaneous interleukin-2 and interferon alfa administration in combination with fluorouracil in patients with metastatic renal cell carcinoma: results of a sequential nonrandomized phase II study. Subcutaneous Administration Propeukin Program Cooperative Group. J. Clin. Oncol. 1998, 16, YAGODA A., ABI-RACHED B., PETRYLAK D. Chemotherapy for advanced renal-cell carcinoma: Semin. Oncol., 1995, 22, C o m m e n t a i re de Didier Jacqmin, Service de Chirurgie Urologique, Hospices Civils de Strasbourg. Dans cette revue les auteurs font le point sur l intérêt et les indications de l imunothérapie dans le cancer du rein métastatique. Il s agit là d une équipe de renommée internationale qui a su par des études bien menées analyser avec fiabilité les résultats de ces traitements dans le cancer du rein métastatique. Leur apport a été essentiellement de mettre en évidence l absence d intérêt de ces thérapeutiques chez bon nombre de patients présentant des facteurs pronostiques défavorables. Ils ont ainsi permis de mieux préciser les indications et les modes d administration pour permettre aux patients d en tirer les meilleurs bénéfices possibles. Malheureusement l ensemble de leurs travaux confirme que nous sommes loin d avoir une thérapeutique efficace et recommandée dans cette pathologie. En plus de leur apport original, ils se sont efforcés d évaluer le bien-fondé de certaines propositions thér ape utiques pa r des associations telles que l Interleukine, l Interféron et le 5-FU, mais ils n ont malheureusement pas pu, comme d autres, reproduire les résultats initiaux extraordinaires des promoteurs de la méthode. Leurs conclusions sont tout à fait éclairantes sur ce que peut atendre le clinicien en terme de bénéfice pour son patient de l immunothérapie dans le cancer du rein métastatique. SUMMARY Interleukin-2 and interferon in metastatic renal cancer. The French Immunotherapy Group experience. The authors re p o rt the experience of the investigators of the G roupe Français d Immunotherapie in the treatment of metastatic renal cancer by cytokines based on several clini - cal trials conducted successively between 1991 and This group initially conducted a large-scale randomized trial re p o rted in the New England Journal of Medicine in 1999, comparing three treatment regimens: intravenous interleu - kin-2, interferon alone and a combination of these two tre a t - ment modalities. The two cytokines demonstrated an additive effect allowing doubling of the response rate and the oneyear pro g re s s i o n - f ree survival. Unfort u n a t e l y, this effect was not maintained in the long term and no overall survival dif - f e rence was observed. Patients resistant to one of the two cytokines also failed to respond to the other cytokine admi - n i s t e red subsequently. A subgroup of patients was identified with a probability of pro g ression during treatment gre a t e r than 70% and a median survival of 6 months. These patients concomitantly presented initial metastases during the year following the diagnosis of renal cancer, involving several o rgans including the liver. Several subsequent trials testing the two cytokines by SC injec - tion provided poor results, with low response rates, even in com - bination with 5-fluorouracil. In the French experience, SC cyto - kine regimens are therefore fairly disappointing. These results were taken into account in the ongoing evaluation programme (Percy programme) based on patient selection as a function of prognostic factors. Key-Words: Kidney, cancer, metastases, Interferon, Interleukin

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us?

First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us? Dr Jean-Charles Soria : Bonjour et bienvenue dans ce programme. Je suis Jean Charles Soria, Professeur de Médecine et Directeur du programme de développement précoce des médicaments à l université Paris

Plus en détail

ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE?

ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE? ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE? D après la communication orale de Yu Y. (Discussion) Prognosis and Prediction of Outcomes in Castration-Resistant

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

Prof. Neil Berinstein

Prof. Neil Berinstein 01.12.2000 Prof. Neil Berinstein Medical Oncology/Hematology, Sunnybrook Regional Cancer Center, Kanada Le traitement par rituximab plus CHOP est supérieur au CHOP seul chez les patients âgés avec lymphome

Plus en détail

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Sylvie CHABAUD Direction de la Recherche Clinique et de l Innovation : Centre Léon Bérard - Lyon Unité de Biostatistique

Plus en détail

Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques. Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006

Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques. Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006 Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006 Cancer du rein à cellules claires métastatique (CRM) Plus de 30 % des CR deviendront métastatiques

Plus en détail

Données récentes sur le traitement ADJUVANT des tumeurs HER2 positives Alexandru Eniu, MD, PhD

Données récentes sur le traitement ADJUVANT des tumeurs HER2 positives Alexandru Eniu, MD, PhD Données récentes sur le traitement ADJUVANT des tumeurs HER2 positives Alexandru Eniu, MD, PhD Dept. des Tumeurs du Sein Chef du service Hôpital de Jour Institut d Oncologie Ion Chiricuţă Cluj-Napoca,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011. 20 juillet 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011. 20 juillet 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 octobre 2011 20 juillet 2011 L avis adopté par la Commission de la Transparence le 20 juillet 2011 a fait l objet d une audition le 19 octobre 2011 JEVTANA 60 mg,

Plus en détail

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires Tumeurs primitives Traitement standard des GBM: - Résection aussi complète que possible - Bénéfice de la RCT postopératoire - Patients les plus âgés?? (50% > 65 ans) - Quid du TMZ?? ASTRO 2010: - Nombreuses

Plus en détail

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97.

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97. Surveillance loco-régionale personnalisée = évaluation du risque de récidive locorégionale personnalisée Histologie : les carcinomes Lobulaires Taux de récidives locales après mastectomie Differences in

Plus en détail

Analyses dans les essais thérapeutiques :

Analyses dans les essais thérapeutiques : 6ème Université d été Recherche et Evaluation en Cancérologie Analyses dans les essais thérapeutiques : analyses intermédiaires, finale et cross-over. M. Bouziani (Oran) 1 Laboratoire de biostatistique

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 10 novembre 2004 GEMZAR 200 mg, lyophilisat pour usage parentéral (IV) Flacon de 10 ml GEMZAR 1000 mg, lyophilisat pour usage parentéral

Plus en détail

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique 2 Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique Patient de 60 ans, ATCD: HTA, IDM en 2007, hypercholestérolémie Juin 2008: Toux, dyspnée (sous 02) et anorexie progressive Bilan

Plus en détail

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales Henri Roché, Institut Claudius Regaud Toulouse, 9 février 2012 Histoire naturelle Les cancers en cause Les éléments de stratégie

Plus en détail

L âge moyen des femmes au moment du diagnostic était de 49,7 ans (E.T. 12), avec un pic de fréquence entre 45 et 55 ans

L âge moyen des femmes au moment du diagnostic était de 49,7 ans (E.T. 12), avec un pic de fréquence entre 45 et 55 ans المجلة الصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٢ Le cancer du sein est le principal cancer féminin dans le monde et en Tunisie [1-4]. Son incidence est plus élevée dans les

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 4 octobre 2010 L ARC ET LA RECHERCHE SUR LES TRAITEMENTS DES CANCERS DU SEIN

DOSSIER DE PRESSE 4 octobre 2010 L ARC ET LA RECHERCHE SUR LES TRAITEMENTS DES CANCERS DU SEIN DOSSIER DE PRESSE 4 octobre 2010 L ARC ET LA RECHERCHE SUR LES TRAITEMENTS DES CANCERS DU SEIN SOMMAIRE Communiqué de presse...p.3 Mettre au point des traitements pour les cancers du sein insensibles aux

Plus en détail

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier Journal de L ANDAR (Association Nationale de Défense contre l Arthrite Rhumatoîde) octobre2008 Le Mabthéra dans la polyarthrite rhumatoïde Pr Bernard Combe Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 25 mai 2011 AVASTIN 25 mg/ml Boîte de 1 flacon de 4 ml (CIP : 566 200-7) Boîte de 1 flacon de 16 ml (CIP : 566 201-3) Laboratoires ROCHE Bevacizumab Liste I Réserve hospitalière

Plus en détail

FOLFIRINOX pour le traitement du cancer du pancréas métastatique PROGRAMME DE GESTION THÉRAPEUTIQUE DES MÉDICAMENTS. Évaluation sommaire abrégée

FOLFIRINOX pour le traitement du cancer du pancréas métastatique PROGRAMME DE GESTION THÉRAPEUTIQUE DES MÉDICAMENTS. Évaluation sommaire abrégée pour le traitement du cancer du pancréas métastatique PROGRAMME DE GESTION THÉRAPEUTIQUE DES MÉDICAMENTS Évaluation sommaire abrégée Approuvé par le comité scientifique du PGTM le 3 mars 0 AVIS Les recommandations

Plus en détail

Etudes cliniques dans les atteintes méningées métastatiques. E Le Rhun 19.04.12

Etudes cliniques dans les atteintes méningées métastatiques. E Le Rhun 19.04.12 Etudes cliniques dans les atteintes méningées métastatiques E Le Rhun 19.04.12 6 études randomisées Chamberlain, 2010 Intrathecal Trastuzumab HER2 is overexpress in 30% of primary BC 29% of patients with

Plus en détail

Évaluation de la prise en charge du cancer du rein métastatique à l ère des thérapies ciblées. Étude clinique rétrospective sur six ans

Évaluation de la prise en charge du cancer du rein métastatique à l ère des thérapies ciblées. Étude clinique rétrospective sur six ans Progrès en urologie (2013) 23, 184 194 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com ARTICLE ORIGINAL Évaluation de la prise en charge du cancer du rein métastatique à l ère des thérapies ciblées. Étude

Plus en détail

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par le Dr Guillaume PLOUSSARD, Hôpital Saint-Louis, Paris

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par le Dr Guillaume PLOUSSARD, Hôpital Saint-Louis, Paris RÉARRANGEMENTS ERG ET RÉSULTATS CLINIQUES CHEZ DES PATIENTS TRAITES PAR ACÉTATE D ABIRATÉRONE: RÉSULTATS DE L ÉTUDE COU-AA- 302 DANS LE CANCER DE LA PROSTATE MÉTASTATIQUE RESISTANT A LA CASTRATION NON

Plus en détail

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX.

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. En-tête Résumé du protocole d étude Titre de la demande : Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. No

Plus en détail

Traitement du carcinome rénal métastatique

Traitement du carcinome rénal métastatique Progrès en urologie (2011) 21, 233 244 ARTICLE DE REVUE Traitement du carcinome rénal métastatique Treatment of metastatic renal cell carcinoma R. Thuret a,b, C. Maurin c,,m.sun a, P. Perrotte a, P.I.

Plus en détail

Place de la chirurgie à l heure des thérapies ciblées. The role of surgery in the era of targeted therapy. * Non ouvert en France.

Place de la chirurgie à l heure des thérapies ciblées. The role of surgery in the era of targeted therapy. * Non ouvert en France. dossier thématique Place de la chirurgie à l heure des thérapies ciblées The role of surgery in the era of targeted therapy P. Bigot*, J.C. Bernhard** Points forts» En association avec l immunothérapie,

Plus en détail

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy A.A. MOUSSA D. SCHWOB Institut de cancérologie Gustave-Roussy 94805 Villejuif cedex - FRANCE Plan

Plus en détail

«N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL. Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var

«N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL. Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var «N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var La totalité des patients doit bénéficier d une décision collégiale prise au sein d une RCP

Plus en détail

Chirurgie palliative des cancers du sein

Chirurgie palliative des cancers du sein Chirurgie palliative des cancers du sein Dr MARTIN-FRANCOISE Sandrine Centre François Baclesse CAEN 1 / xx Cancers du sein métastatiques Cancer du sein d emblée métastatique : 1 à 2% Puis cancer devenant

Plus en détail

Le cancer du sein métastatique Définitions actuelles, épidémiologie, présentations cliniques

Le cancer du sein métastatique Définitions actuelles, épidémiologie, présentations cliniques Le cancer du sein métastatique Définitions actuelles, épidémiologie, présentations cliniques E. Luporsi Introduction Le pronostic du cancer du sein métastatique reste un problème majeur pour l oncologue

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques de phase III

Méthodologie des essais cliniques de phase III Méthodologie des essais cliniques de phase III Dr Patrick Rossignol p.rossignol@chu-nancy.fr Centre d Investigation Clinique & consultation multidisciplinaire d HTA du CHU de Nancy & INSERM 961 Phases

Plus en détail

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique?

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? TVP et algorithme de prédiction clinique - 1 Médiocre sensibilité et spécificité des signes et symptômes cliniques Utilité démontrée de la

Plus en détail

Rétrospective 2012: résultats majeurs présentés dans le cancer du sein HER2+ et impact sur les stratégies thérapeutiques En situation adjuvante

Rétrospective 2012: résultats majeurs présentés dans le cancer du sein HER2+ et impact sur les stratégies thérapeutiques En situation adjuvante Rétrospective 2012: résultats majeurs présentés dans le cancer du sein HER2+ et impact sur les stratégies thérapeutiques En situation adjuvante Jean-Yves Pierga Département d Oncologie médicale Quelles

Plus en détail

EXERCICE N 10 : Modifier le protocole d'un essai pour mieux réussir ; mais réussir quoi?

EXERCICE N 10 : Modifier le protocole d'un essai pour mieux réussir ; mais réussir quoi? EXERCICE N 10 : Modifier le protocole d'un essai pour mieux réussir ; mais réussir quoi? Le bévacizumab (Avastin ) est un anticorps monoclonal qui a fait l objet d une autorisation supplémentaire pour

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

2 Gliomes de haut grade

2 Gliomes de haut grade 2 Gliomes de haut grade Etudes rétrospectives de cohortes populationnelles n Les résultats présentés à l ASCO concernent des études rétrospectives de cohortes. On ne dispose pas de résultats d études de

Plus en détail

Consultations précoces en soins palliatifs

Consultations précoces en soins palliatifs Consultations précoces en soins palliatifs 10 avril 2014 Dr Catherine LACROIX USP /EMSP Précoce tardif Soins de support Soins palliatifs SOINS DE SUPPORT «Ensemble des soins et soutiens nécessaires aux

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques

Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques GRECCAR 4 Groupe de REcherche Chirurgical sur le CAncer du Rectum Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques N EudraCT

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

Actualités Prévention Informations. Medi CMS

Actualités Prévention Informations. Medi CMS Actualités Prévention Informations Medi CMS Table des matières 1.1. Découverte d'un gène de prédisposition commun au mélanome et au cancer du rein.... 3 2.1. Un mélanome mieux compris et mieux traité....

Plus en détail

PAOLA-1. Cancer de l ovaire 1 ère ligne-maintenance

PAOLA-1. Cancer de l ovaire 1 ère ligne-maintenance PAOLA- Cancer de l ovaire ère ligne-maintenance Etude randomisée de phase III, en double aveugle, comparant olaparib vs placebo chez des patientes atteintes de cancer séreux ou endométrioïde de haut grade

Plus en détail

GUSTAVE ROUSSY À L ASCO

GUSTAVE ROUSSY À L ASCO GUSTAVE ROUSSY À L ASCO COMMUNIQUÉ DE PRESSE 30 MAI 03 JUIN CANCER www.gustaveroussy.fr/asco 30 MAI 03 JUIN 14 GUSTAVE ROUSSY À L ASCO COMMUNIQUÉ DE PRESSE ASCO 30 MAI - 03 JUIN 50 e congrès American Society

Plus en détail

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire?

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? AMERICAN HEART ASSOCIATION AHA 25 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? CONTEXTE Les données des études

Plus en détail

Cancer du poumon à petites cellules. Radiothérapie

Cancer du poumon à petites cellules. Radiothérapie Cancer du poumon à petites cellules Radiothérapie Dr Corinne Faivre-Finn Cours du GOLF Toulouse 11 Septembre 2009 Foundation Trust Foundation Trust Progress in the therapy of SCLC has been painfully slow.

Plus en détail

Avis 18 décembre 2013

Avis 18 décembre 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 18 décembre 2013 Le projet d avis adopté par la Commission de la Transparence le 6 novembre 2013 a fait l objet d une audition le 4 décembre 2013 AFINITOR 5 mg, comprimé

Plus en détail

Essai Inter-groupe : FFCD UNICANCER FRENCH - GERCOR

Essai Inter-groupe : FFCD UNICANCER FRENCH - GERCOR CLIMAT - PRODIGE 30 Etude de phase III randomisée évaluant l Intérêt de la colectomie première chez les patients porteurs d un cancer colique asymptomatique avec métastases hépatiques synchrones non résécables

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juillet 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juillet 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 juillet 2010 ENANTONE LP 30 mg, poudre et solvant pour suspension injectable (SC) à libération prolongée en seringue pré remplie Boîte de 1 (CIP : 384 583-8) Laboratoires

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Savoir d où l on vient! Bernstein TE. Colorectal Disease. October 2012 14, (10), e668 e678 Norwegian Rectal

Plus en détail

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Les dix points clés de la lecture critique Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Point 1 Interpréter les résultats pour décider But de la lecture critique : Juger de la validité scientifique (fiabilité du résultat)

Plus en détail

Le nombre de cancers dans le. S intégrer dans un espace européen de la recherche clinique en oncologie. L état des lieux

Le nombre de cancers dans le. S intégrer dans un espace européen de la recherche clinique en oncologie. L état des lieux L e s d é f i s à r e l e v e r S intégrer dans un espace européen de la recherche clinique en oncologie La recherche clinique constitue une des clés du transfert des données de la recherche fondamentale

Plus en détail

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre Cliquez pour modifier le style du titre ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? JULIETTE BOUCHET ET ONCOMIP 1 Cliquez INTRODUCTION pour

Plus en détail

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Dominique JAUBERT Oncologie-Hématologie Clinique Tivoli BORDEAUX Réseau de cancérologie d Aquitaine La recherche de nouvelles molécules anticancéreuses

Plus en détail

Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ

Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ Aucun Conflit d intérêts Référentiels Critères oncologiques de choix des traitements p significatif traitement / protocole établi

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

NAVELBINE voie orale

NAVELBINE voie orale DENOMINATION DU MEDICAMENT & FORME PHARMACEUTIQUE NAVELBINE voie orale CARACTERISTIQUES Dénomination commune : vinorelbine Composition qualitative et quantitative : Statut : A.M.M. A.T.U. Classe ATC :

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Indicateurs de qualité : cancer du sein. Cliniques Universitaires Saint-Luc (2001-2006)

Indicateurs de qualité : cancer du sein. Cliniques Universitaires Saint-Luc (2001-2006) Indicateurs de qualité : cancer du sein (2001-2006) 1 1 Survie observée Dans le cadre du projet du KCE sur l évaluation d indicateurs de qualité pour le cancer du sein, la survie observée et relative à

Plus en détail

Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante.

Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante. 4.9 Surdosage Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante. Il n existe pas d antidote spécifique à un surdosage par pazopanib,

Plus en détail

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Cancer de l endomètre localisé à haut risque Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Plan Introduction: de quoi parle t on? Cas clinique: Mme L 76 ans Recommandations

Plus en détail

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013 Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013 Introduction Les grandes lignes des recommandations ABC 1 et les «ESMO Clinical Practice Guidelines for diagnosis, treatment

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein: traitement, survie et récurrences. Présenté par Dr NGUELE MEKE H Tuteur: Dr TEBEU PM

Cancer inflammatoire du sein: traitement, survie et récurrences. Présenté par Dr NGUELE MEKE H Tuteur: Dr TEBEU PM Cancer inflammatoire du sein: traitement, survie et récurrences Présenté par Dr NGUELE MEKE H Tuteur: Dr TEBEU PM Plan Introduction Objectif Méthodologie Résultats Discussion Conclusion INTRODUCTION1 Cancer

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

Province de l Alberta Financement de la pompe à insuline Trousse d information

Province de l Alberta Financement de la pompe à insuline Trousse d information Province de l Alberta Financement de la pompe à insuline Trousse d information Avril 2012 1 Avantages de la thérapie par pompe à insuline Des études ont démontré que les personnes atteintes de diabète

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 17 octobre 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 17 octobre 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 17 octobre 2012 Le projet d avis adopté par la Commission de la Transparence le 3 octobre 2012 a fait l objet d une audition le 17 octobre 2012 JEVTANA 60 mg, solution

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 mai 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 mai 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 5 mai 2010 ALIMTA 100 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion (CIP 383 080-2) B/1 ALIMTA 500 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion (CIP 565 825-3)

Plus en détail

Peut-on se passer du méthotrexate haute dose dans le traitement de l ostéosarcome de haut degré de malignité?

Peut-on se passer du méthotrexate haute dose dans le traitement de l ostéosarcome de haut degré de malignité? Peut-on se passer du méthotrexate haute dose dans le traitement de l ostéosarcome de haut degré de malignité? Gérard Delepine, Nicole Delepine www.nicoledelepine.fr 1979 Rosen : le protocole T10 Taux de

Plus en détail

Analyse de survie : comment gérer les données censurées?

Analyse de survie : comment gérer les données censurées? Mémento biostatistique Analyse de survie : comment gérer les données censurées? Méthode de Kaplan-Meier C. Alberti 1, J.-F. Timsit 2, S. Chevret 3 1 Centre d Epidémiologie Clinique, Hôpital Robert Debré,

Plus en détail

Evaluation des Tendances

Evaluation des Tendances Etude Clinique Bilan de fin d étude, août 2002 1 Evaluation clinique du système de télémédecine DIATELIC chez les patients traités par dialyse péritonéale à domicile Pierre-Yves Durand Evaluation des Tendances

Plus en détail

Les outils modernes (génomique, criblage à haut débit) ont-ils leur place?

Les outils modernes (génomique, criblage à haut débit) ont-ils leur place? Les outils modernes (génomique, criblage à haut débit) ont-ils leur place? Thomas Bachelot Centre Léon Bérard, Lyon Génomique, criblage à haut débit Définition dans le cadre de cette présentation => Génomique:

Plus en détail

Les données présentées lors de l ASCO 2007 soulignent l engagement de sanofi-aventis dans la prise en charge du cancer

Les données présentées lors de l ASCO 2007 soulignent l engagement de sanofi-aventis dans la prise en charge du cancer Contact: Anne Bancillon + 33 (0)6 86 31 03 89 Les données présentées lors de l ASCO 2007 soulignent l engagement de sanofi-aventis dans la prise en charge du cancer - De nouvelles données relatives à Eloxatine,

Plus en détail

Caractériser les anomalies de la voie Her2 aiderait-il à mieux traiter? Fabrice Andre Gustave Roussy

Caractériser les anomalies de la voie Her2 aiderait-il à mieux traiter? Fabrice Andre Gustave Roussy Caractériser les anomalies de la voie Her2 aiderait-il à mieux traiter? Fabrice Andre Gustave Roussy Cancers du sein avec amplification ERBB2 10-15% breast cancer Amplification Expression Her2: discovered

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 juin 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 juin 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 juin 2009 VELCADE 3,5 mg, poudre pour solution injectable, boîte de 1 flacon (CIP 564 957-3) VELCADE 1 mg, poudre pour solution injectable, boîte de 1 flacon (CIP

Plus en détail

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Radiothérapie dans le cancer du col utérin A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Évolution des idées dans le traitement des cancers du col utérin 19 siècle: chirurgie traitement de base 20 siècle:

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE Valérie Berger Inf, Ph.D, Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

Traitement de l hépatite C: données récentes

Traitement de l hépatite C: données récentes Traitement de l hépatite C: données récentes J.-P. BRONOWICKI (Vandœuvre-lès-Nancy) Tirés à part : Jean-Pierre Bronowicki Service d Hépatogastroentérologie, CHU de Nancy, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy. Le

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

L évaluation du creux axillaire

L évaluation du creux axillaire L évaluation du creux axillaire Journées DESC-SCVO Poitiers, Juin 2007 Marc-Henri JEAN, Nantes Cancer du sein : Introduction (1) 30 000 nouveaux cas / an 11 000 décès / an Problème de santé publique Pronostic

Plus en détail

Guide d utilisation du bévacizumab (Avastin ) pour le traitement du cancer colorectal métastatique

Guide d utilisation du bévacizumab (Avastin ) pour le traitement du cancer colorectal métastatique Guide d utilisation du bévacizumab (Avastin ) pour le traitement du cancer colorectal métastatique Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CÉPO) Janvier 2006 Ce guide constitue un outil d aide

Plus en détail

Traitement de consolidation dans les cancers de l ovaire

Traitement de consolidation dans les cancers de l ovaire Traitement de consolidation dans les cancers de l ovaire J.-F. Geay, I. Ray-Coquard, H. Curé et É. Pujade-Lauraine Pourquoi un traitement de consolidation? Le standard de traitement de première ligne d

Plus en détail

Cancer de la prostate Nouvelles stratégies médicamenteuses. Werner HILGERS Oncologie médical Institut Sainte Catherine AVIGNON

Cancer de la prostate Nouvelles stratégies médicamenteuses. Werner HILGERS Oncologie médical Institut Sainte Catherine AVIGNON Cancer de la prostate Nouvelles stratégies médicamenteuses Werner HILGERS Oncologie médical Institut Sainte Catherine AVIGNON Cancer de la prostate métastatique 24 novembre 2012 Actualités, innovations

Plus en détail

Dentifrice à haute teneur en fluorure

Dentifrice à haute teneur en fluorure Dentifrice à haute teneur en fluorure Résumé complet Description : Les dentifrices au fluorure ont été introduits sur le marché dans les années 50. [1] Le premier dentifrice au fluorure contenant du fluorure

Plus en détail

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris 8 Avant l introduction des traitements antirétroviraux hautement actifs (HAART), la majorité des patients

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

Nous présentons ici le quatrième rapport du Réseau

Nous présentons ici le quatrième rapport du Réseau DÉCLARATION CONSENSUELLE Prise en charge du cancer du rein de stade avancé : Mise à jour 2013 des lignes directrices consensuelles du Forum canadien sur le cancer du rein Forum canadien sur le cancer du

Plus en détail

Lymphome à cellules du manteau : quel traitement de première ligne? Corinne Haioun Hôpital Henri Mondor Créteil, France GELA

Lymphome à cellules du manteau : quel traitement de première ligne? Corinne Haioun Hôpital Henri Mondor Créteil, France GELA Lymphome à cellules du manteau : quel traitement de première ligne? Corinne Haioun Hôpital Henri Mondor Créteil, France GELA Problématiques Quelle est la place du Rituximab? Quels arguments pour une intensification

Plus en détail

Indications de la radiothérapie

Indications de la radiothérapie traitements, soins et innovation MAI 2009 Indications de la radiothérapie CANCER Des vads COLLECTION recommandations & référentiels OUTIL D AIDE À LA DÉCISION CONSENSUS D EXPERTS À PARTIR DE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 28 septembre 2014

Communiqué de presse. Bâle, le 28 septembre 2014 Communiqué de presse Bâle, le 28 septembre 2014 Un protocole à base de Perjeta, médicament de Roche, a prolongé de 15,7 mois la vie de patients atteints d un type de cancer du sein métastatique agressif,

Plus en détail

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations 2005 Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations pour la Pratique Clinique : Standards, Options et Recommandations 2005 pour la prise en charge

Plus en détail

11. Evaluation de la qualité des essais

11. Evaluation de la qualité des essais 11. Evaluation de la qualité des essais L évaluation de la qualité méthodologique d un essai thérapeutique est une tâche difficile [117]. L essai thérapeutique contrôlé randomisé est considéré comme étant

Plus en détail

Marine Lorent, Yohann Foucher, Magali Giral. 13 Décembre 2012. Di at EA-4275

Marine Lorent, Yohann Foucher, Magali Giral. 13 Décembre 2012. Di at EA-4275 Courbes ROC nettes dépendantes du temps : méthode d évaluation de la capacité d un marqueur à prédire la mortalité liée à l insuffisance rénale terminale chez des patients transplantés rénaux. Marine Lorent,

Plus en détail

MESURE DU CONTENU VÉSICAL PAR TECHNIQUE

MESURE DU CONTENU VÉSICAL PAR TECHNIQUE MESURE DU CONTENU VÉSICAL PAR TECHNIQUE ULTRASONIQUE (SYSTÈME D ÉCHOGRAPHIE PORTABLE POUR LA VESSIE) RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE DÉCEMBRE 2008 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue

Plus en détail

S assurer, pour voyager, s assurer, pour emprunter dans le cadre de la PCH

S assurer, pour voyager, s assurer, pour emprunter dans le cadre de la PCH S assurer, pour voyager, s assurer, pour emprunter dans le cadre de la PCH Voyager bien assuré Du neuf en matière d'assurance maladie Attention aux exclusions! Éviter les pays à risque Les personnes atteintes

Plus en détail

Application des courbes ROC à l analyse des facteurs pronostiques binaires

Application des courbes ROC à l analyse des facteurs pronostiques binaires Application des courbes ROC à l analyse des facteurs pronostiques binaires Combescure C (1), Perneger TV (1), Weber DC (2), Daurès J P (3), Foucher Y (4) (1) Service d épidémiologie clinique et Centre

Plus en détail

Indications de la radiothérapie

Indications de la radiothérapie traitements, soins et innovation MAI 2009 Indications de la radiothérapie CANCER De la prostate COLLECTION recommandations & référentiels OUTIL D AIDE À LA DÉCISION CONSENSUS D EXPERTS À PARTIR DE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer.

LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer. LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer. H BENNANI 1, V SAADA 2 1 Institut Curie-Hôpital René Huguenin, Saint Cloud 2 Institut

Plus en détail