Prise en charge des dysplasies et carcinomes in situ de la surface oculaire au CHT de Nouvelle-Calédonie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prise en charge des dysplasies et carcinomes in situ de la surface oculaire au CHT de Nouvelle-Calédonie"

Transcription

1 Prise en charge des dysplasies et carcinomes in situ de la surface oculaire au CHT de Nouvelle-Calédonie Congrès de la SFO Mai 2011 M. Le Loir (Brest), E. Mancel (Nouméa), L.W. Hirst (Brisbane)

2 Dysplasie et Carcinome in situ de la surface oculaire Ocular surface dysplasia (Hirst, 1992) ou Conjunctival & corneal intraepithelial neoplasia = lésions précancéreuses Potentiel malin et temps de doublement cellulaire : faibles Lésion en relief, associée au limbe, gélatineuse, papilliforme, en plaque blanchâtre et caractéristique, parfois Risque d évolution spontanée vers le carcinome épidermoïde (in situ ou vascularisée. invasif).

3 Epidémiologie Incidence du carcinome épidermoïde (état du Queensland, Australie) = 1,9/ habitants par an. Facteurs de risque : M > F, >70 ans, tabac, iris clairs, virus (hpv, HIV), exposition aux UV

4 Notre prise en charge Etude rétrospective monocentrique: 10 patients présentant des signes cliniques de dysplasie cornéo-conjonctivale. Premier temps chirurgical : prélèvement épithélial sous AL et examen cytologique pour les dysplasies; biopsie-exérèse maximale (marges de sécurité) et examen anatomopathologique pour les carcinomes in situ. Deuxième temps chimiothérapie topique adjuvante : collyre Mitomycine C (cf protocole Pr Hirst) : 1 cycle, voire un 2ème cycle si persistance d activité tumorale. En cas d échec, collyre Interféron a-2b jusqu à disparition de tout signe d activité tumorale.

5 Suspicion clinique de dysplasie cornéo-conjonctivale Cytologie ou Biopsie-exérèse et Ex AnaPath Mitomycine C (1 er cycle) 1 gtte x 4/jour pendant 3 semaines Guérison Insuffisant Récidive Mitomycine C (2 ème cycle) +/- Reprise chir. Guérison Insuffisant Récidive Interféron alpha-2b 1 goutte x 4/jour jusqu à disparition de tout signe d activité tumorale

6 Fiche d information sur le collyre Mitomycine (traduction de la fiche confiée par le Pr Hirst)

7 Collyre Mitomycine C 0,02% Préparation magistrale par la pharmacie du CHT, à garder au réfrigérateur, avec fiche d information sur les précautions à prendre ajoutée à la prescription. Agent antitumoral induisant apoptose et nécrose cellulaires. Les modifications cytologiques (nucléo/cytomégalie, vacuolisation) persistent 8 mois après l arrêt du traitement. Effets secondaires peu fréquents car durée-dépendants+++: hyperhémie conjonctivale, KPS, gêne oculaire superficielle, fibrose conjonctivale, déplétion des cellules souches limbiques. 1ère cure de 3 semaines (4/j), si besoin renouvelable une fois.

8 Collyre Interféron alpha-2b (1 M UI/mL) Glycoprotéine naturelle. Préparation magistrale par la pharmacie du CHT, à garder au réfrigérateur. Liaison aux récepteurs de surface cellulaire et cascade d activation intracellulaire : action antivirale et antitumorale. Peu d effets secondaires (hyperhémie conjonctivale et conjonctivite folliculaire dans 57% des cas) et résolution spontanée de ces effets 1 mois après l arrêt du traitement. Indiqué en cas d échec de deux cures de collyre Mitomycine: collyre Interféron 4/j au moins un mois, et jusqu à disparition de tout signe d activité tumorale.

9 Notre prise en charge En fonction de l épaisseur des lésions: cytologie, ou pièce(s) de résection orientées et adressées en Anatomo-Pathologie après fixation (pas d examen extemporané). Surveillance clinique en LAF et photographies : hebdomadaire : MMC et IFN alpha-2b (1er mois) mensuelle : IFN alpha-2b (au-delà du 1er mois) collyres MMC et IFN alpha-2b : préparations magistrales hospitalières avec éducation thérapeutique du patient par l ophtalmologiste et le pharmacien. La guérison est admise en l absence de récidive tumorale clinique 12 mois après l arrêt de tout traitement.

10 Dysplasie épithéliale minime à modérée Age Biopsieexérèse MMC (1er cycle) Reprise chir. MMC (2ème cycle) Reprise chir. IFN alpha- 2b Mme H Mr B Mme C Mr R Mr N

11 Dysplasie minime à modérée JO Récidive post chir + MMC 1er cycle Post MMC 2ème cycle + IFN alpha-2b 1 semaine

12 Carcinome épidermoïde Age Biopsieexérèse MMC (1er cycle) Reprise chir. MMC (2ème cycle) Reprise chir. IFN alpha- 2b Mr N Mr W Mr BG Mr BP Mr H

13 Carcinome épidermoïde J0 Post-Chir + MMC 1er cycle Post MMC 2ème cycle

14 Résultats Pas de différence d âge significatif au moment du diagnostic de la néoplasie cornéo-conjonctivale. Toutes les dysplasies de grade minime à modéré ont été guéries par résection chirurgicale et MMC topique adjuvante, sauf 1 cas non guéri malgré IFN alpha-2b complémentaire mais problème majeur d observance et de suivi traitement complémentaire par collyre IFN alpha-2b. Tous les carcinomes épidermoïdes in situ ont été guéris par résection chirurgicale, MMC et IFN alpha-2b topiques, à l exception d un cas guéri sans IFN alpha-2b complémentaire.

15 Résultats A noter l excellente tolérance des chimiothérapies topiques : KPS localisée (MMC collyre - 1 cas) et hyperhémie conjonctivale (IFN Alpha-2b - 2 cas), spontanément résolutives à l arrêt du traitement. Aucun autre effet secondaire, d où une excellente observance thérapeutique des patients. Le respect des consignes particulières pour l usage de ces collyres est facilité par l éducation thérapeutique des patients incluant une fiche d information. Importance d un suivi régulier et prolongé pendant et à distance de l arrêt de tout traitement (dépistage des récidives au stade précoce), avec photographies systématiques des deux yeux.

16 Thérapeutique : les points clés Toute exérèse de ptérygion doit s accompagner d un examen anatomo-pathologique (9,8% de carcinome épidermoïde). (6) Importance de la qualité de l exérèse chirurgicale : 53% de récidive des dysplasies de grade modéré en cas de marges (3), (8), atteintes versus 5% de récidive en cas de marges saines. (9) Une exérèse chirurgicale trop délabrante ou répétée, ainsi qu un traitement prolongé par MMC collyre peuvent entrainer une déplétion en cellules souches limbiques et des remaniements cicatriciels de la surface oculaires. (8)

17 Thérapeutique : les points clés La simplicité du protocole utilisé (cf. schéma) et l excellente tolérance des collyres ont facilité la gestion du suivi des patients et leur observance. L éducation thérapeutique du patient joue un rôle primordial pour sa sécurité: pas de grossesse en cours, port de gants pour l instillation, remise à la pharmacie hospitalière des gants et mouchoirs contaminés placés en sac plastique, pas d autre collyre pendant la chimiothérapie topique, respect du rythme et de la durée des instillations, report immédiat des incidents,

18 Thérapeutique : les points clés Tout carcinome invasif de la surface oculaire est une contreindication aux chimiothérapies topiques de première intention. Un traitement par MMC 0,002% collyre seul a montré son efficacité sur 7 cas de dysplasies et carcinomes épidermoïdes in situ primitifs et récidivants. (10) IFN alpha-2b par voie topique seule voire combinée à IFN alpha-2b par voie sous-conjonctivale pendant 6 à 12 semaines, pourrait représenter une thérapeutique efficace et bien tolérée des dysplasies cornéo-conjonctivales de grade bas à modéré primitives et récidivantes (1), (7), (8), (9) ainsi que des carcimomes épidermoïdes récalcitrants. (11)

19 Bibliographie (1) Successful management of conjunctival intraepithelial neoplasia by Interferon a-2b. A.Kobayashi, T.Yoshita, K.Uchiyama, Y.Shirao, K.Kitagawa, A.Fujisawa, S.Tseng. Jpn J Ophtalmol 2002;46: (2) Treatment of 9 conjunctival cell carcinoma in situ (CIN) with Mitomycin C eye drops under cytological and DNA-image-cytometric control. O.Cartsburg, A.Kersten, R.Sundmacher, B.Nadjari, N.Pomjanski, A.Böcking. Klin Monatsbl Augenheilkd 2001; 218: (3) Regression of presumed primary conjunctival and corneal intraepithelial neoplasia with topical Interferon Alpha-2b. B.Schechter, A.Schrier, R.Nagler, E.Smith, G.Velasquez. Cornea 21(1):6-11, 2002 (4) Short-term Mitomycin C followed by long-term Interferon alpha-2b for conjunctivacornea intraepithelial neoplasia. V.Huerva, A.Mateo, I.Mangues, C.Jurjo Cornea 2006;25: (5) Use of Mitomycin C for corneal-conjunctival intraepithelial neoplasia : management options - case reports. R.Santana de Figueiredo, E.Santana de Figueiredo Arq Bras Oftalmol. 2006;69(3):407-11

20 Bibliographie (6) Pterygium and associated ocular surface squamous neoplasia. L.W.Hirst, R.A.Axelsen, I.Schwab. Arch Ophtalmol.2009;127(1):31-32 (7) Perilesional and topical Interferon Alfa-2b for conjunctival and corneal neoplasia. R.R.Vann, C.L.Karp. Ophtalmology 1999;106:91-97 (8) Treatment of conjunctival and corneal intraepithelial neoplasia with topical Interferon a- 2b. C.L.Karp, J.K.Moore, R.H.Rosa. Ophtalmology 2001;108: (9) Treatment of recurrent conjunctival and corneal intraepithelial neoplasia with topical Interferon a-2b. M.D.Boehm, A.J.W.Huang. Ophtalmology 2004;111: (10)Topical 0,002% Mitomycin C for the treatment of conjunctival-corneal intraepithelial neoplasia and squamous cell carcinoma. P. Prabhasawat, P.Tarinvorakup, N.Tesavibul, M.Uiprasertkul, P.Kosrirukvongs, W.Booranapong, S.Srivannaboon. Cornea 2005;24: (11)Topical Interferon Alfa-2b for the treatment of recalcitrant ocular surface squamous neoplasia. D.J.Holcombe, G.A.Lee. Am J OPhtalmol 2006;142:568.e1-568.e6. (12)Impression cytology following mitomycin C therapy for ocular surface squamous neoplasia. P.McKelvie, M.Daniell. Br J Ophtalmol 2001;85:

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

HPV Human Papilloma Virus

HPV Human Papilloma Virus QuickTime et un décompresseur GIF sont requis pour visualiser cette image. PATHOLOGIE GYNECOLOGIQUE HPV INDUITE J.L.LEROY Hôpital Jeanne de Flandre CHRU LILLE XI Journée e Régionale R de pathologie infectieuse

Plus en détail

CHAPITRES DU COURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER

CHAPITRES DU COURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER CHAPITRES DU COURS GENERALITES SUR LES TUMEURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES HISTOIRE NATURELLE ET BASES MOLECULAIRES DU CANCER MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER 1 OBJECTIFS

Plus en détail

CARCINOME BASO CELLULAIRE

CARCINOME BASO CELLULAIRE CARCINOMES CARCINOME BASO CELLULAIRE Développé au dépend des kératinocytes En France :70 cas/100 000 hab/an.facteur causal= exposition solaire+++, 85% surviennent sur des zones photoexposées Ne métastase

Plus en détail

QUAND REPRENDRE UNE CONISATION. Dr FOURNET S.

QUAND REPRENDRE UNE CONISATION. Dr FOURNET S. QUAND REPRENDRE UNE CONISATION Dr FOURNET S. Après CONISATION Taux de succès: 90 à 95 %, sous colposcopie 75 % des échecs dans les 2 ans de suivi RR x5 de récidive, jusqu à 25 ans après ttt RR de cancer

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 16 novembre 2005 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 5 août 2000 (JO du 30 août 2005) CILOXAN 0,3 %, pommade

Plus en détail

Hors AMM, la prescription

Hors AMM, la prescription VIN classique et imiquimod RÉSUMÉ : De nombreuses études de bonne qualité attestent de l efficacité de l imiquimod pour traiter les VIN classiques. La chirurgie, quant à elle, garde toute sa place pour

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

HYLO -GEL Idéal en postopératoire

HYLO -GEL Idéal en postopératoire HYLO -GEL Idéal en postopératoire Hydratation intensive et prolongée 2 3 Chère patiente, cher patient, Vous venez de subir une chirurgie des yeux par votre ophtalmologue? Grâce à sa teneur en acide hyaluronique

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

FROTTIS CERVICO-UTERIN EN MILIEU LIQUIDE : QUELS AVANTAGES PRATIQUES POUR LE PRATICIEN?

FROTTIS CERVICO-UTERIN EN MILIEU LIQUIDE : QUELS AVANTAGES PRATIQUES POUR LE PRATICIEN? FROTTIS CERVICO-UTERIN EN MILIEU LIQUIDE : QUELS AVANTAGES PRATIQUES POUR LE PRATICIEN? M. Courtade-Saïdi, L. Collin, J. Aziza UF d Histologie-Cytologie - Service d Anatomie Pathologique et Histologie-Cytologie

Plus en détail

L évaluation du creux axillaire

L évaluation du creux axillaire L évaluation du creux axillaire Journées DESC-SCVO Poitiers, Juin 2007 Marc-Henri JEAN, Nantes Cancer du sein : Introduction (1) 30 000 nouveaux cas / an 11 000 décès / an Problème de santé publique Pronostic

Plus en détail

Actualités sur les conservateurs

Actualités sur les conservateurs 7 ème journée de la Société Algérienne du Glaucome Session: surface oculaire et glaucome 3 octobre 2015 Actualités sur les conservateurs D r Muriel Poli Hôpital Édouard Herriot, Hôpital Lyon Sud LYON Conservateur

Plus en détail

Il y a deux mois, Mme S. a consulté un ophtalmologiste parce que sa vision de près baissait. Outre une presbytie, les examens ont mis en évidence

Il y a deux mois, Mme S. a consulté un ophtalmologiste parce que sa vision de près baissait. Outre une presbytie, les examens ont mis en évidence Il y a deux mois, Mme S. a consulté un ophtalmologiste parce que sa vision de près baissait. Outre une presbytie, les examens ont mis en évidence plusieurs anomalies dont une trop forte pression dans les

Plus en détail

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 Cancer du sein 1 2 Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 1er cancer en fréquence et en mortalité de la femme 48.763 nouveaux cas 31,5 % des nouveaux cas de cancers de la femme 50 % des cancers

Plus en détail

Virus de l hépatite B

Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Persistance de l antigène HBs 10% - 90% Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B faible ou absente Persistance

Plus en détail

Les grands syndromes. Endoscopie trachéo-bronchique. Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY

Les grands syndromes. Endoscopie trachéo-bronchique. Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY Les grands syndromes Endoscopie trachéo-bronchique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY 1 Endoscopie souple avec pince et brosse (fibroscopie) 2 Endoscopie Arbre bronchique normal Bifurcation trachéobronchique

Plus en détail

Item 299 (ex item 149) Tumeurs cutanées, épithéliales Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 299 (ex item 149) Tumeurs cutanées, épithéliales Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 299 (ex item 149) Tumeurs cutanées, épithéliales Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Prérequis... 3 2. Fréquence et épidémiologie... 3 3. Types histologiques...

Plus en détail

240 - GLAUCOME CHRONIQUE. Ce qu il faut savoir. 2. Enumérer les principales causes de glaucome chronique.

240 - GLAUCOME CHRONIQUE. Ce qu il faut savoir. 2. Enumérer les principales causes de glaucome chronique. glaucome chronique 240 - GLAUCOME CHRONIQUE Ce qu il faut savoir 1. Connaître la définition, la physiopathologie et l épidémiologie du glaucome chronique. 2. Enumérer les principales causes de glaucome

Plus en détail

Surveillance des cols traités

Surveillance des cols traités Surveillance des cols traités Collège de Gynécologie de Normandie 12 mai 2007 Dr Juan BERROCAL Clinique Europe ROUEN Biologie de l HPV La connaissance de la biologie de l HPV nous a permis d énormes progrès

Plus en détail

Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER

Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Tumeurs cutanées Mélanome Carcinome basocellulaire

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

Item 100 (ex item 304) : Diplopie EVALUATIONS

Item 100 (ex item 304) : Diplopie EVALUATIONS Item 100 (ex item 304) : Diplopie EVALUATIONS 2013 1 Cas clinique : Item 127, 212, 304 Scénario : UMVF - Université Médicale Virtuelle Francophone Vous êtes praticien hospitalier ophtalmologiste dans un

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Docteur Fabienne MESSAOUDI Gynécologue-Obstétricienne Hôpital de Versailles Généralités Les lésions précancéreuses et cancéreuses

Plus en détail

Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie

Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie Coalition européenne contre le cancer du sein Document extrait du site Version imprimable Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie Oeuvre collective de la FNCLCC Extrait de Comprendre le cancer

Plus en détail

CROHN'S DISEASE MANAGEMENT AFTER INTESTINAL RESECTION: A RANDOMISED TRIAL. De Cruz, P. et al. The Lancet. December 24, 2014.

CROHN'S DISEASE MANAGEMENT AFTER INTESTINAL RESECTION: A RANDOMISED TRIAL. De Cruz, P. et al. The Lancet. December 24, 2014. CROHN'S DISEASE MANAGEMENT AFTER INTESTINAL RESECTION: A RANDOMISED TRIAL De Cruz, P. et al. The Lancet. December 24, 2014. DUVEAU Nicolas Bibliographie janvier 2015 Maladie de l Appareil Digestif CHRU

Plus en détail

Evaluation de la dose équivalente au cristallin suite à des incidents de contamination oculaire en médecine nucléaire

Evaluation de la dose équivalente au cristallin suite à des incidents de contamination oculaire en médecine nucléaire Evaluation de la dose équivalente au cristallin suite à des incidents de contamination oculaire en médecine nucléaire C. Huet 1, I. Clairand 1, B. Aubert 2, C. Challeton-de Vathaire 3, D. Célier 2, F.

Plus en détail

240 - GLAUCOME CHRONIQUE CE QU IL FAUT SAVOIR

240 - GLAUCOME CHRONIQUE CE QU IL FAUT SAVOIR 240 - GLAUCOME CHRONIQUE CE QU IL FAUT SAVOIR 1. Connaître la définition, la physiopathologie et l épidémiologie du glaucome chronique. 2. Enumérer les principales causes de glaucome chronique. 3. Connaître

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein

I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein STRATÉGIE DIAGNOSTIQUE FACE À UNE ANOMALIE CLINIQUE OU INFRACLINIQUE DU SEIN I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein 1. Anomalie à la palpation (ou à l inspection : capiton, rétraction

Plus en détail

Item 125 : Oeil et sclérose en plaques

Item 125 : Oeil et sclérose en plaques Item 125 : Oeil et sclérose en plaques Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Généralités... 1 2 Signes oculaires...2 ENC : OBJECTIFS Décrire les manifestations

Plus en détail

Evaluation in vivo de l efficacité de la photothérapie dynamique sur des xénogreffes de rétinoblastome

Evaluation in vivo de l efficacité de la photothérapie dynamique sur des xénogreffes de rétinoblastome Evaluation in vivo de l efficacité de la photothérapie dynamique sur des xénogreffes de rétinoblastome Dr Aerts Isabelle Département d'oncologie Pédiatrique, Institut Curie, Paris INSERM U 612, Laboratoire

Plus en détail

Place de la chirurgie dans la prise en charge de la tuberculose ganglionnaire

Place de la chirurgie dans la prise en charge de la tuberculose ganglionnaire PCR Place de la chirurgie dans la prise en charge de la tuberculose ganglionnaire Chirurgie Nabil DRISS Service ORL, EPS Mahdia Tunis 29/11/2013 1 INTRODUCTION L atteinte ganglionnaire constitue, en Tunisie,

Plus en détail

Dysplasies et Cancer du col de l Utérus. Dépistage et Traitement

Dysplasies et Cancer du col de l Utérus. Dépistage et Traitement Dysplasies et Cancer du col de l Utérus Dépistage et Traitement JNI 2007 Professeur Patrice Mathevet Cancer du col utérin en France : en 2000 Incidence : 3 387 cas par an (7 ème position) Mortalité : 1

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

Élaboré dans le cadre de la

Élaboré dans le cadre de la Traitements et soins Cancer du sein C O L L E C T I O N Recommandations Outil d aide à la décision Consensus d experts à partir de recommandations internationales Focus sur les indications de la radiothérapie

Plus en détail

Le traitement du glaucome

Le traitement du glaucome Le traitement du glaucome A.M.U.B. 2014 DUFRANE REBECCA SERVICE D OPHTALMOLOGIE Conflits d intérêt en rapport avec la présentation Honoraires de conférence : néant Participation à un «Advisory Board» :

Plus en détail

Infection par le Papillomavirus Humain. A. Épidémiologie et histoire naturelle de l'infection génitale à papillomavirus humain (HPV)

Infection par le Papillomavirus Humain. A. Épidémiologie et histoire naturelle de l'infection génitale à papillomavirus humain (HPV) 26/02/2014 BATTISTA Jennifer L2 AIH Dr CHARREL Relecteur 6 6 pages Plan Agent infectieux et hygiène Infection par le Papillomavirus Humain Infection par le Papillomavirus Humain A. Épidémiologie et histoire

Plus en détail

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter-

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Largement débattue au cours du XII ème congrès de Gastroentérologie, tenu ce week end, l hépatite B mérite d être mieux connue

Plus en détail

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues Plan Mise en contexte Objectifs Intérêts de l étude Méthodes Issues Mise en contexte Recommandations ACC/AHA pour bilan préopératoire des chirurgies de l aorte ascendante Angioscan aorte thoracique synchronisé

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

Zone A: 5 à 9. ZONE: A de 5 à 9

Zone A: 5 à 9. ZONE: A de 5 à 9 ZONE: A de 5 à 9 5 - CAT DEVANT UNE LESION SUSPECTE:Suspicion de mélanome Exérè se complète de la lésion suspecte Mélanome in situ? : Marge d exérèse: 0,5cm (+si mélanome sur Dubreuilh*) Breslow 1mm? Ulcération

Plus en détail

Docteur Brigitte Seradour

Docteur Brigitte Seradour Dépistage du cancer du sein Docteur Brigitte Seradour Pourquoi dépister le cancer du sein? (Selon 10 principes OMS) Il s agit d une maladie grave, fréquente, détectable (phase latente) L examen de dépistage

Plus en détail

AVIS 17 octobre 2012

AVIS 17 octobre 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 17 octobre 2012 EXOCINE 0,3 %, collyre en solution Flacon de 5 ml (CIP : 34009 331 708 0 6) Laboratoire ALLERGAN FRANCE SAS DCI Code ATC (année) Motif de l examen Liste

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Résultats fonctionnels après chirurgie filtrante dans le glaucome à angle ouvert à un stade avancé

Résultats fonctionnels après chirurgie filtrante dans le glaucome à angle ouvert à un stade avancé Résultats fonctionnels après chirurgie filtrante dans le glaucome à angle ouvert à un stade avancé Dr S.Khimoud Dr F.Mazari Dr H.Zemour Dr A.Chachoua Dr I.Derder Pr L.Chachoua INTRODUCTION Le glaucome

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

HIV AND CERVICAL CANCER CANCER DU COL ET VIH. B. NKEGOUM MD,Pathologist Yaounde - Cameroon

HIV AND CERVICAL CANCER CANCER DU COL ET VIH. B. NKEGOUM MD,Pathologist Yaounde - Cameroon HIV AND CERVICAL CANCER CANCER DU COL ET VIH B. NKEGOUM MD,Pathologist Yaounde - Cameroon Plan I- INTRODUCTION II-EPIDEMIOLOGIE II.1- VIH et lésions préinvasives II.2-VIH et lésions invasives III- PRISE

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 avril 2009 NAVELBINE 20 mg, capsule molle plaquette(s) thermoformée(s) PVC-aluminium PVDC de 1 capsule(s) : 365 948-4 NAVELBINE 30 mg, capsule molle plaquette(s) thermoformée(s)

Plus en détail

Les cancers de l endomètre

Les cancers de l endomètre Chapitre 2 Les cancers de l endomètre Généralités Prise en charge Il convient d évaluer les facteurs de comorbidité et l espérance de vie. La stratégie thérapeutique repose principalement sur l opérabilité

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

Radiothérapie adjuvante des CCIS

Radiothérapie adjuvante des CCIS Radiothérapie adjuvante des CCIS standard, abstention, ou surimpression? Pr David AZRIA Pôle de Radiothérapie Oncologique INSERM U896 UM1 Montpellier Retour vers le futur. CCIS peut légitimement être traité

Plus en détail

Patient : Contacts : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M. Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable :

Patient : Contacts : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M. Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable : Patient : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable : Personnes à joindre : Contacts : Service hospitalier Etablissement de santé Acteurs

Plus en détail

- Anamnèse familiale: hyperthyroïdie chez une sœur. Consulte pour une voussure cervicale

- Anamnèse familiale: hyperthyroïdie chez une sœur. Consulte pour une voussure cervicale Colloque de médecine de premier recours Dr Patrick MEYER Nodules Thyroïdiens 6 Février 2013 - Unité d Endocrinologie HUG, patrick.meyer@hcuge.ch - Centre de Médecine Interne et Spécialités, Clinique La

Plus en détail

SOFARTHRO.com. Chirurgie du canal carpien: techniques endoscopiques CTRS versus chirurgie à ciel ouvert (à propos de 100 cas) Pas de conflit d interêt

SOFARTHRO.com. Chirurgie du canal carpien: techniques endoscopiques CTRS versus chirurgie à ciel ouvert (à propos de 100 cas) Pas de conflit d interêt Chirurgie du canal carpien: techniques endoscopiques CTRS versus chirurgie à ciel ouvert (à propos de 100 cas) Pas de conflit d interêt N.Alidrissi, J.North, M.Elyaacoubi, A.Elbardouni, MS.berrada, D.Bledea,

Plus en détail

Traduction microscopique des lésions élémentaires primaires vues en sémiologie dermatologique (suite)

Traduction microscopique des lésions élémentaires primaires vues en sémiologie dermatologique (suite) UE Revêtement Cutané (2010-2011) Traduction microscopique des lésions élémentaires primaires vues en sémiologie dermatologique (suite) Pr. Béatrice Vergier (service de pathologie, CHU Bordeaux) Lésions

Plus en détail

Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé

Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé M. Berlière Clinique du Sein Centre du Cancer Cliniques Universitaires St Luc Quand la cible n est pas seulement la tumeur mais

Plus en détail

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI 1 MISES EN ARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI Mises en garde Ce médicament est TERATOENE. Une contraception efficace est obligatoire chez les femmes en âge de procréer. Ce médicament est soumis

Plus en détail

Cancers de la cavité buccale

Cancers de la cavité buccale Cancers de la cavité buccale LES CANCERS DE LA CAVITE BUCCALE : ASPECTS GENERAUX Données épidémiologiques : Les carcinomes de la cavité buccale représentent environ 20% des cancers des VADS. Ce sont dans

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

Item 295 (ex item 145) Tumeurs de la cavité buccale, nasosinusiennes. voies aérodigestives supérieures

Item 295 (ex item 145) Tumeurs de la cavité buccale, nasosinusiennes. voies aérodigestives supérieures Item 295 (ex item 145) Tumeurs de la cavité buccale, nasosinusiennes et du cavum, et des voies aérodigestives supérieures Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Types

Plus en détail

La surface oculaire constitue une

La surface oculaire constitue une Le glaucome et la surface oculaire, un mariage difficile Résumé : Les traitements du glaucome et de l hypertonie oculaire (HTO) sont associés à de nombreuses modifications de la surface Réciproquement,

Plus en détail

Le glaucome chronique à angle ouvert, encore

Le glaucome chronique à angle ouvert, encore glaucome chronique 240 - GLAUCOME CHRONIQUE Ce qu il faut savoir 1. Connaître la définition, la physiopathologie et l épidémiologie du glaucome chronique. 2. Enumérer les principales causes de glaucome

Plus en détail

Prise en charge des occlusions veineuses rétiniennes Résultats dans la «vraie vie»

Prise en charge des occlusions veineuses rétiniennes Résultats dans la «vraie vie» Prise en charge des occlusions veineuses rétiniennes Résultats dans la «vraie vie» Sylvia NGHIEM-BUFFET Centre d Imagerie et de Laser, Paris Hôpital Avicenne, Bobigny Sud Rétine, Monaco,14 juin 2013 INTRODUCTION

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Généralités... 3 2. Signes oculaires... 3 2

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011 TRAITEMENT DE L ASTHME DEFINITION du GINA (global initiative for asthma) «Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes dans laquelle de nombreuses cellules jouent un rôle, notamment les mastocytes,

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de :

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de : 1 Les référentiels de bonnes pratiques cliniques des tumeurs de l endomètre. Version 2013 Sous la conduite de : Cédric NADEAU Service de Gynécologie - Obstétrique - CHU de Poitiers & Yannick THIROUARD

Plus en détail

Toxicité oculaire des conservateurs. Henri Chibret

Toxicité oculaire des conservateurs. Henri Chibret Toxicité oculaire des conservateurs Henri Chibret Les conservateurs : pourquoi? Le développement des collyres s est accéléré avec : La verrerie industrielle flacon pénicilline Des compte-gouttes adaptés

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 10 novembre 2004 GEMZAR 200 mg, lyophilisat pour usage parentéral (IV) Flacon de 10 ml GEMZAR 1000 mg, lyophilisat pour usage parentéral

Plus en détail

Pathologie de l appareil génital féminin. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.)

Pathologie de l appareil génital féminin. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Pathologie de l appareil génital féminin Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Anatomie Voies génitales: Vagin Col, et corps utérin Cavite utérine, Endométre

Plus en détail

Les condylomes acuminés

Les condylomes acuminés Les condylomes acuminés Epidémiologie Les condylomes acuminés (appelés aussi papillomes, végétations vénériennes ou plus communément crêtes de coq) sont secondaires à une affection virale par le Human

Plus en détail

Collège de Gynécologie CVL

Collège de Gynécologie CVL Impact des traitements anticancéreux sur la fertilité Chez la femme adulte Dr E. VIEL CCA Hôpital de Jour de Cancérologie CHU de Tours Le 05 avril 2013 à Orléans 1 Ce que dit l INCa Il existe peu données

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

FORMATION MEDICALE Cas clinique de cancérologie thoracique discuté en Web RCP. Dr. JM. Vernejoux

FORMATION MEDICALE Cas clinique de cancérologie thoracique discuté en Web RCP. Dr. JM. Vernejoux Juin 2008 ; N 16 ACTUALITE DE RESPIR.COM News, activités et chiffres clés. ACTUALITE DE NOS PARTENAIRES Holyvac & AVAD Assistance. OÙ PARTIRIEZ-VOUS EN VACANCES? Enquête organisée par HOLYVAC en partenariat

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques - juin 2005 - CARCINOMES INTRA-CANALAIRES Diagnostic Dépistage (le plus souvent examen clinique normal ; parfois tumeur,

Plus en détail

L HYSTEROSCOPIE DIAGNOSTIQUE EST-ELLE INCONTOURNABLE?

L HYSTEROSCOPIE DIAGNOSTIQUE EST-ELLE INCONTOURNABLE? Actualités sur les explorations diagnostiques de l utérus Hôpital André Mignot, 5 mars 2009 L HYSTEROSCOPIE DIAGNOSTIQUE EST-ELLE INCONTOURNABLE? Arnaud LE TOHIC Praticien Hospitalier Service de Gynécologie

Plus en détail

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 6 Pathologie mammaire Dystrophie et Cancer du sein Lames virtuelles TP 6 Mastose Carcinome mammaire HES 1 Carcinome mammaire HES 2 Carcinome mammaire

Plus en détail

Efficacité, Sécurité des Anneaux Intra-Cornéens (ICR) Ferrara pour Kératocône (KC).

Efficacité, Sécurité des Anneaux Intra-Cornéens (ICR) Ferrara pour Kératocône (KC). S. Leroux Les Jardins 1,2, F. Poisson,2 G. Leroux les Jardins, 3. 1-Cabinet Paris. 2-CHNO des Quinze Vingts, Paris, 3-Chef de clinique-assistant, Groupe hospitalier Cochin Hôtel Dieu, Paris. SFO 2012 PAS

Plus en détail

Chirurgie palliative des cancers du sein

Chirurgie palliative des cancers du sein Chirurgie palliative des cancers du sein Dr MARTIN-FRANCOISE Sandrine Centre François Baclesse CAEN 1 / xx Cancers du sein métastatiques Cancer du sein d emblée métastatique : 1 à 2% Puis cancer devenant

Plus en détail

PAPILLOMAVIRUS - HPV. et Cancer ORL. JC Nicolas Université Pierre et Marie Curie

PAPILLOMAVIRUS - HPV. et Cancer ORL. JC Nicolas Université Pierre et Marie Curie PAPILLOMAVIRUS - HPV et Cancer ORL JC Nicolas Université Pierre et Marie Curie PAPILLOMAVIRUS DNA en minichromosome Virus nus, résistants Cancérigènes chez l animal Et, pour certains génotypes chez l homme

Plus en détail

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012 Surveillance des patients VHC non traités Julia ATTALI 15/12/2012 Patients non traités Absence d indication au traitement: patients F0/F1 Echec traitement Contre-indication au traitement Refus du patient

Plus en détail

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille Aucun CONFLITS D INTÉRÊT Objectifs pédagogiques Savoir définir un cancer du pancréas localement avancé et border

Plus en détail

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Plan Buts de la chirurgie Chirurgie au sein: Y-a-t-il toujours un choix? Reconstruction simultanée?

Plus en détail

Le cancer de la peau. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Le cancer de la peau. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer de la peau Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer de la peau Les cancers de la peau se présentent sous diverses formes.

Plus en détail

Notre programme. Introduction Carcinome in situ Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions

Notre programme. Introduction Carcinome in situ Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions Notre programme Introduction Carcinome in situ Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions Carcinome in situ Sénologie Dr Mazy Pathologie Dr Müller Chirurgie conservatrice Dr Bollue Mastectmie

Plus en détail

Incidence du cancer en Belgique et dans la Communauté Germanophone

Incidence du cancer en Belgique et dans la Communauté Germanophone Incidence du cancer en Belgique et dans la Communauté Germanophone Julie Francart, Katia Emmerechts, Liesbet Van Eycken Eupen, le 5 Avril 2011 Contenu Introduction Objectives Incidence du Cancer en Belgique

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

Cancer de l endomètre

Cancer de l endomètre Traitement chirurgical des cancers de l endomètre, du col et de l ovaire Cancer de l endomètre Emile Daraï Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, CancerEst, Université Pierre et Marie Curie

Plus en détail

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J J. Maladie du sein Sommaire 1 J 2 J 3 J 4 J 5 J 6 J 7 J 8 J 9 J 1 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J Dépistage : femmes de moins de 4 ans sans risque génétique... 1 Dépistage : femmes de 4-49

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 juin 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 juin 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 juin 2010 LEVOFREE 0,05 %, collyre en solution en récipient unidose Boîte de 30 récipients unidoses de 0,3 ml (CIP : 576 713-7) Laboratoires CHAUVIN BAUSCH & LOMB

Plus en détail

Traitement antiglaucomateux. grossesse. O. Ouhadj, N. Chouchaoui, M.T. Nouri. C.H.U. Béni-Messous, Alger

Traitement antiglaucomateux. grossesse. O. Ouhadj, N. Chouchaoui, M.T. Nouri. C.H.U. Béni-Messous, Alger Traitement antiglaucomateux et grossesse O. Ouhadj, N. Chouchaoui, M.T. Nouri C.H.U. Béni-Messous, Alger Introduction Pendant la grossesse : tt médicament administré par voie générale ou topique effet

Plus en détail

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC?

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? On vous a diagnostiqué une leucémie myéloïde chronique (LMC) et il se peut que vous ayez déjà débuté un traitement. Le traitement de la LMC dépend largement

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail