traitements ayant montré leur efficacité dans les SEP rémittentes au moins à court et moyen termes ont été testés dans les formes progressives.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "traitements ayant montré leur efficacité dans les SEP rémittentes au moins à court et moyen termes ont été testés dans les formes progressives."

Transcription

1 3 Le traitement des formes progressives Les molécules évaluées dans les formes primaires progressives et secondairement progressives n Les avancées thérapeutiques dans la sclérose en plaques rémittente-récurrente n ont malheureusement, actuellement, peu ou pas profité aux formes progressives de SEP. Les formes secondairement progressives, notamment à leur début et si elles gardent une composante inflammatoire, ont une indication avec certains traitements médicamenteux. En revanche, aucune molécule n a montré une efficacité sur la progression du handicap dans les formes primaires progressives. Néanmoins, plusieurs essais thérapeutiques sont en cours, permettant d espérer l apport de nouvelles stratégies thérapeutiques à proposer à nos patients. Sophie Pittion-Vouyovitch * Les formes primaires progressives () représentent 15 % des patients atteints de SEP avec une évolution progressive pure ou avec poussées surajoutées. Le délai de survenue est plus tardif ( 40 ans) et un sexe ratio proche de 1/1. La forme secondairement progressive (SEP- SP) fait suite à la forme rémittente récurrente, et survient dans un délai médian de 15 à 20 ans, qui varie en fonction de certains facteurs comme l âge au début de la maladie (plus l âge des 1 ers symptômes est tardif, plus le délai d entrée dans la phase secondairement progressive est court), un nombre important de poussées dans les 1 res années, les poussées initiales avec séquelles ou polysymptomatiques. Elle peut également s accompagner de poussées surajoutées, notamment dans les premières années. Même si les caractéristiques cliniques sont différentes au début, à partir d un ni- * Service de neurologie, CHU de Nancy veau de handicap correspondant à l EDSS 4, l accumulation de l incapacité semble identique quel que soit le mode évolutif initial. La plupart des traitements actuellement testés ont comme cible l inflammation. En effet, de nombreux traitements ayant montré leur efficacité dans les SEP rémittentes au moins à court et moyen termes ont été testés dans les formes progressives. Probablement qu une meilleure connaissance des mécanismes physiopathologiques permettra de développer d autres cibles dans les années à venir. immuno modulateurs Les interférons bêta Dans les L étude européenne (1) évaluant l efficacité de l interféron bêta-1b dans les inclut 718 patients (358 sous placebo/360 sous IFNβ- 1 b). Le critère de jugement principal était le délai d aggravation du handicap confirmé mesuré par une augmentation de l EDSS de 1 point confirmé à 3 mois, ou d un demi-point si l EDSS initial était à 6.0 ou 6.5. A 33 mois, il fut montré une différence significative entre les deux groupes en faveur de l interféron β-1b (p = 0,008). A 30 mois, 60 % des patients traités n avaient pas progressé, contre 48 % des patients sous placebo. L étude nord-américaine (2) testant l efficacité l IFNβ-1b chez 939 patients présentant une SEP- SP montra des résultats négatifs sur la progression du handicap entre les groupes traités et placebo. En revanche il existait une différence significative sur les poussées et les données IRM (lésions rehaussées par le gadolinium et charge lésionnelle T2). Une analyse combinée des deux études (3) montra des différences dans la sélection des patients expliquant les résultats divergents : les patients de l étude européenne 206 Neurologies Mai 2012 vol. 15 numéro 148

2 étaient plus jeunes, avaient une durée de la maladie plus courte, un taux de poussées plus élevé dans les 2 ans précédant l inclusion et une proportion plus importante de lésions prenant le contraste à l IRM comparativement aux patients de l étude américaine. Les critères d inclusion étaient, dans l étude européenne, la survenue d au moins deux poussées ou une aggravation de 1 point ou plus du score EDSS pendant les 2 années précédentes, et, dans l étude américaine, seulement l accentuation de l EDSS d au moins 1 point dans les 2 ans. L étude multicentrique SPEC- TRIMS (4) testa l IFNβ-1a (deux doses : 22 et 44 μg) vs placebo chez 618 patients atteints de présentant encore des poussées, pendant 3 ans. Le critère principal était le délai confirmant une progression du handicap ; aucune différence significative ne fut mise en évidence entre les groupes. Les résultats sur les poussées et l IRM étaient positifs. L étude IMPACT (5) inclut 436 patients atteints de randomisés en 2 groupes, l un traité par IFNβ-1a (1 IM/semaine) et l autre par placebo, durant une période de 2 ans. L échelle composite MFSC, critère de jugement principal, fut significativement améliorée dans le groupe traité par rapport au groupe placebo. Il existait également une différence significative au profit de l IFNβ sur les poussées et l IRM (lésions T2 et T1 rehaussées par le gadolinium). Aucun effet sur l EDSS ne fut mis en évidence. En conclusion L interféron bêta semble avoir un effet bénéfique dans la SEP de forme secondairement progressive récente et présentant encore des stigmates inflammatoires (poussées, prise de contraste à l IRM). Dans la Une étude monocentrique espagnole (6) évalua l efficacité de l IFNβ-1b dans la. 73 patients furent inclus dans un essai de phase II randomisé en double aveugle contre placebo pendant 2 ans. Le critère principal était la sécurité d emploi et la tolérance de l IFNβ-1b. Le critère d efficacité était le délai de progression du handicap (EDSS) confirmé à 3 mois. Dans le groupe traité, une plus grande proportion de patients présentèrent au moins un effet indésirable lié au traitement (94,4 % vs 45,9 % ; p < 0,001). Concernant les autres variables sur la sécurité d emploi, aucune différence significative ne fut retrouvée entre les 2 groupes. La proportion de patients sans progression de l EDSS n était pas différente entre les deux groupes. Une différence significative en faveur du bras traité fut retrouvée avec le MFSC, sur les variations du volume lésionnel T1 et T2 à 12 et 24 mois, le nombre moyen de lésions actives et la proportion de patients avec des lésions actives à 24 mois. Ce travail fut poursuivi par une réévaluation de ces patients dans les 5 ans après la fin du protocole thérapeutique et non traités (7). Les patients du groupe IFNβ-1b obtinrent des scores meilleurs au 9-hole peg test (p = 0,02), aux tests de fluences verbales (p < 0,001) et un taux de transfert d aimantation dans la substance blanche d apparence normale significativement plus élevé. Considérant la période du début du protocole à la fin des 5 années de suivi, le groupe placebo montra une diminution plus importante de la fraction parenchymateuse cérébrale (p = 0,004). L augmentation du nombre de lésions IRM était corrélée à l aggravation du score EDSS pour les deux groupes pendant ces 5 années (p = 0,004). Cette étude suggère un effet extrêmement modeste de l IFN bêta dans ces formes primaires progressives de SEP. L acétate de glatiramère L étude PROMISE (8) eut pour objectif de déterminer si l acétate de glatiramère (AG) ralentissait la progression du handicap dans les formes primaires progressives. 943 patients furent randomisés dans un essai thérapeutique en double aveugle vs placebo. L étude fut interrompue prématurément, suite aux résultats de l analyse intermédiaire ne mettant pas en évidence d effet significatif de l AG comparativement au placebo à 2 ans. L analyse post hoc suggéra que la Copaxone pouvait diminuer la progression du handicap dans une sous-population d hommes ayant une progression rapide sans traitement. immuno suppresseurs Le cyclophosphamide Le cyclophosphamise (CYC) est un agent alkylant utilisé dans la SEP depuis plus de 40 ans, les premières publications datant de la fin des années soixante. Les essais thérapeutiques réalisés dans les formes progressives sont difficilement comparables et ont donné des résultats contradictoires liés à une méthodologie différente, des protocoles également différents (initialement les essais utilisaient le CYC en cures d induction) et des populations hétérogènes (dans certains travaux, les patients atteints de et étant regroupés sous une même entité SEP progressives, avec des durées de maladies extrêmement variables). Le plus souvent, il s agit d études incluant un faible nombre de patients et donc compromettant leur puissance. Neurologies Mai 2012 vol. 15 numéro

3 Les premières études concernaient surtout des protocoles d induction. En 1975, Hommes et al. avaient traité 86 patients atteints de SEP progressive avec un protocole en cures courtes associant CYC 400 mg IV et 1 g de prednisone/j. 69 % des patients pésentaient une stabilisation clinique pendant 1 à 5 ans (9). Hauser et al., en 1983, dans une étude en ouvert randomisée incluant 58 patients présentant une SEP progressive, montrèrent une stabilisation clinique à 1 an chez 80 % des patients recevant du CYC IV haute dose en cure courte + ACTH, chez 50 % de ceux traités par faible dose IV de CYC + ACTH + plasmaphérèse et chez 20 % de ceux traités par ACTH seule (10). En 1991, les Canadiens publièrent des résultats négatifs d une étude randomisée en simple aveugle réalisée chez 168 patients répartis en 3 groupes : CYC IV + prednisone, CYC IV + prednisone + plasmaphérèse, placebo oral + plasmaphérèse (11). L étude française rétrospective (12) inclut 490 patients atteints de (n = 362) et (n = 128). Le protocole thérapeutique comprenait du CYC 700 mg/ m 2 /mois associé à la méthylprednisolone 1 g. A 1 an de traitement, 78,6 % des patients présentant une et 73,5 % des stabilisèrent ou améliorèrent leur score EDSS. Les patients améliorant leur EDSS à 1 an avaient une durée moyenne de la forme progressive plus courte (5,1 ans) comparativement à ceux stabilisés ou ayant aggravé leur handicap (7,1 ans) (p = 0,02). Les faibles répondeurs à 6 mois étaient aussi faibles répondeurs à 12 mois (p < 0,001). L étude rétrospective de Delmont et al., chez 54 patients (47 et 7 ), montra une efficacité du CYC chez les patients avec une phase progressive récente et une aggravation rapide du handicap (13). L étude PROMESS, protocole thérapeutique multicentrique national coordonné par Bordeaux, évaluant l efficacité du CYC (700 mg/ m 2 ) vs méthylprednisolone (1 g) dans les formes secondairement progressives récentes de SEP, vient de s achever et nous sommes en attente des résultats. Le critère de jugement principal est la progression du handicap mesurée par l EDSS. Il s agit d une étude prospective randomisée en double aveugle avec une méthodologie rigoureuse. Il n existe pas de réel consensus actuellement comme dans les autres traitements de fond de la SEP approuvé par l Agence du médicament. Néanmoins, en pratique courante, le protocole le plus souvent utilisé est le cyclophosphamide (600 à 700 mg/m 2 ) associé ou non à de la méthylprednisolone, à la fréquence d une perfusion mensuelle la 1 re année puis bimestrielle la seconde année, voire trimestrielle la 3 e année. Concernant la tolérance du cyclophosphamide, les effets indésirables communs sont les nausées, les vomissements, les cystites, une alopécie modérée (14). Ces effets sont le plus souvent réversibles. Les effets indésirables graves sont les cystites hémorragiques (4,5 %), le risque de néoplasie vésicale notamment chez les patients sondés (incidence 0,7 %) (15). Une étude récente ne mit pas en évidence d augmentation du risque de néoplasmes tout confondus chez les patients traités par cyclophosphamide (16). Comme tout immunosuppresseur, il existe un risque d aménorrhée chez la femme en âge de procréer (33,3 % dans la série de Portaccio et al.) (17). Chez l homme l azoospermie apparaît dose-dépendante. Une étude en ouvert (18) compara le cyclophosphamide, à la posologie de 700 mg/m 2 mensuellement la première année puis bimestriellement la seconde, et la mitoxantrone (MX) à la posologie de 8 mg/m 2 mensuellement 3 mois, puis trimestriellement (dose totale 120 mg/m 2 ). 75 patients reçurent de la mitoxantrone (31 SEP-RR, 44 ) et 78 du cyclophosphamide (15 SEP-RR, 63 ). A 3,6 ans en moyenne de suivi, aucune différence significative ne fut mise en évidence concernant le délai survenue de la 1 re poussée, alors que le délai de progression d au moins 1 point d EDSS fut légèrement plus long avec la mitoxantrone (MX = 3,8 ans/ CYC = 3,6 ans ; p = 0,04). A 12 mois, l activité IRM était réduite de 69 % dans le groupe mitoxantrone et 63 % dans le groupe CYC, sans différence significative. La mitoxantrone La mitoxantrone (MX) est un agent antinéoplasique, cytostatique appartenant à la famille des anthracyclines. Son mode d action principal est l activité intercalante au niveau de l ADN. Il s agit d un puissant agent immunosuppresseur non sélectif. Deux essais thérapeutiques randomisés (19, 20) ont permis d approuver l utilisation de cette molécule dans les formes agressives de SEP-RR et les, et d obtenir l autorisation de mise sur le marché. L étude MIMS (Mitoxantrone in Multiple Sclerosis Study Group) incluait 194 patients atteints de SEP rémittentes et secondairement progressives ayant une aggravation de l EDSS d au moins 1 point dans les 18 mois précédents et un EDSS compris entre 3 et 6. Ils furent randomisés en 3 groupes (placebo, MX 5 mg/m 2, MX 12 mg/ m 2 ) ; le traitement était administré 208 Neurologies Mai 2012 vol. 15 numéro 148

4 tous les 3 mois pendant 24 mois. Les résultats furent significativement positifs en faveur de la MX 12 mg/m 2 pour toutes les variables du critère de jugement principal (p < 0,0001) (variation de l EDSS, variation de l index ambulatoire, nombre de poussées traitées, délai de survenue de la 1 re poussée traitée, et variation du status neurologique standard) et également pour les critères secondaires : le nombre de patients avec une progression d au moins 1 point d EDSS confirmée à 3 et 6 mois était plus faible dans le groupe MX 12 mg/m 2 comparativement au groupe placebo, il en fut de même pour le nombre de patients sans poussées à 24 mois (p = 0,02). La mitoxantrone commercialisée sous le nom d Elsep pour l indication dans la SEP a reçu l autorisation de mise sur le marché en octobre 2003 en France. Ce traitement est donc indiqué dans les formes agressives de SEP-RR ou chez les patients ayant présenté 2 poussées avec séquelles au cours des 12 derniers mois et 1 nouvelle lésion rehaussée par le gadolinium sur une IRM de moins de 3 mois ou une progression de 2 points à l EDSS au cours des 12 mois précédents et 1 nouvelle lésion rehaussée par le gadolinium sur une IRM de moins de 3 mois. La mitoxantrone n a pas l indication dans les formes primaires de SEP. La posologie d Elsep recommandée est 12 mg/m 2 une fois par mois pendant 6 mois sans dépasser 20 mg par perfusion. La dose maximale cumulée est limitée à 72 mg/m 2, avec une dose totale cumulée de 120 mg en raison de sa toxicité cardiaque et hématologique, notamment leucémogène, partiellement dose-dépendante. Dernièrement, deux études viennent d être publiées sur les risques de leucémies après mitoxantrone (21, 22) : la cohorte française comprenant 802 patients suivis de façon prospective sur une période d au moins 5 ans après l initiation de la mitoxantrone identifia 2 cas de leucémies myéloïdes aiguës sur une période moyenne de 6,7 ans correspondant à une incidence de 0,25 % (95%CI : 0,07-0,90 %). La cohorte italienne retrouva 30 cas de leucémies myéloïdes aiguës/3 220 patients suivis sur une période de 49 ± 29 mois correspondant à un taux d incidence nettement plus élevé à 0,93 % (95% CI : 0,60-1,26 %). Concernant le risque cardiaque, un cas d insuffisance cardiaque aiguë fut décrit dans la cohorte française et 39 patients présentèrent une diminution de la fraction d éjection du ventricule gauche < 50 % (persistante dans 11 cas, réversible dans 27 cas). La mitoxantrone peut également entraîner une aménorrhée chez la femme en âge de procréer. Dans la cohorte française, sur 317 patientes 45 ans au début du traitement, 17, 3 % développèrent une aménorrhée persistante. Une étude de phase II ne montra pas de bénéfice de la mitoxantrone sur la progression du handicap comparativement au placebo à 2 ans chez des patients atteints de SEP primaire progressive (23). Le méthotrexate Le méthotrexate (MTX) n a pas montré d efficacité significative dans la ou SP. Un essai randomisé en double aveugle évaluant l efficacité du MTX à la posologie de 7,5 mg/ sem vs placebo inclut 60 patients (18, 42 ). A 2 ans l évaluation effectuée à l aide d une score composite (EDSS, index ambulatoire, Box and Block Test, 9-Hole Peg test), montra une moindre progression dans le groupe MTX (p = 0,01) ; l effet concernait notamment les fonctions des membres supérieurs (évaluées par le test de dextérité manuelle). Cette étude n a pas montré d effet significatif sur la progression du handicap (EDSS) (24). Une étude utilisant le MTX intrathécal (25) fut réalisée chez 121 patients (87 et 34 SEP- PP) présentant des critères d activité, dans l année précédente, définis par au moins 1 poussée, une aggravation d au moins 0,5 point d EDSS et une majoration des lésions à l IRM avec ou sans lésion rehaussée par le gadolinium. Une injection intrathécale de 12,5 mg fut effectuée toutes les 8 à 11 semaines jusqu à un maximum de 8. Aucun effet indésirable sévère ne fut rapporté. L EDSS resta stable ou s améliora chez 89 % des patients atteints de forme secondairement progressive avec une amélioration des scores moyens de l EDSS significatif entre la baseline et la phase post-thérapeutique (p = 0,014). Chez 82 % des patients, l EDSS fut stabilisé. Bien que la tolérance fût satisfaisante au cours de l essai, il s agit d un traitement lourd non dénué de risque. En effet, le MTX intrathécal présente une toxicité avérée pour le SNC avec de graves complications potentielles : paraplégie, ataxie, convulsions, encéphalopathie avec coma Par conséquent, la prescription de ce type de traitement au cours de la SEP ne paraît pas raisonnable. L azathioprine L azathioprine n a montré aucun bénéfice sur la progression du handicap dans les formes progressives de SEP. Neurologies Mai 2012 vol. 15 numéro

5 Le mycophénolate mofetil Le mycophénolate mofetil n a pas fait l objet d études dans les formes progressives de SEP. anticorps monoclonaux Le rituximab Le rituximab, anticorps monoclonal sélectif anti-cd20, ayant démontré son efficacité chez les patients atteints de SEP rémittente active lors d un essai de phase II, fut testé chez les patients présentant une (26). Une étude nordaméricaine randomisée (2/1) inclut 439 patients recevant 2 perfusions de mg de rituximab ou placebo toutes les 24 semaines pendant 96 semaines. Le critère de jugement principal était le délai confirmant une progression du handicap maintenu à 3 mois. Il ne fut pas montré de différence significative entre les 2 groupes (p = 0,14). Pendant la période de l étude, les patients sous rituximab eurent une plus faible majoration du volume lésionnel T2 comparativement au groupe placebo (p < 0,001). Les variations de volume cérébral restèrent similaires dans les 2 groupes (p = 0,62). Les analyses en sous-groupe montrèrent que le délai confirmant une progression du handicap était retardé chez les patients traités par rituximab âgés de moins de 51 ans (hazard ratio [HR] = 0,52 ; p = 0,01), chez ceux ayant des lésions rehaussées par le gadolinium (HR = 0,41 ; p = 0,007), et chez ceux combinant un âge < 51 ans et la présence de lésions rehaussées par le gadolinium (HR = 0,33 ; p = 0,009) comparés au placebo. Bien que l étude soit négative pour le critère de jugement principal, le rituximab pourrait avoir un intérêt notamment au début de la maladie s il existe une composante inflammatoire. L alemtuzumab L alemtuzumab (Campath-1H), anticorps monoclonal anti-cd-52, fut testé dans les années 90 chez les patients atteints de SEP secondairement progressive. Les résultats montrèrent une réduction significative du taux annualisé de poussées mais pas d effet sur la progression du handicap (27). L ocrelizumab L ocrelizumab est un nouvel anticorps monoclonal anti-cd20 humanisé ayant montré des résultats positifs dans une étude de phase II dans les SEP de forme rémittente (28). Cette molécule fait l objet actuellement de protocoles de phase III dans les formes rémittentes et primaires progressives. autres molécules évaluées dans la SEP L érythropoïétine recombinante L érythropoïétine recombinante, agent neuroprotecteur, fit l objet d une 1 re étude pilote réalisée chez seulement 8 patients atteints de et SP ne permettant pas de conclure (29). Une étude de phase II randomisée en double aveugle contre placebo est actuellement en cours. La lamotrigine La lamotrigine fut testée dans un essai thérapeutique randomisé en double aveugle vs placebo dans les, avec l objectif de montrer une action neuroprotectrice (bloqueurs de canaux sodium). Le critère de jugement principal était la variation d une partie du volume cérébral. Aucune différence significative ne fut montrée entre les 2 groupes à 24 mois, avec même une augmentation réversible de la perte de volume cérébral avec la lamotrigine (30). La fampridine Bien que les thérapeutiques symptomatiques ne fassent pas l objet de ce travail, citons la fampridine, traitement symptomatique visant à améliorer la vitesse de marche des patients présentant une limitation de leur périmètre de marche. Une phase III inclut 301 patients (formes rémittentes, primaire et secondairement progressives) avec un EDSS moyen à 5,8 ± 1,1 randomisés en 2 groupes : fampridine (10 mg 2 fois/j ; n = 229) vs placebo (n = 72), pendant 14 semaines. 35 % des patients du groupe fampridine étaient répondeurs comparés à 8 % dans le groupe placebo (p < 0,0001). Une 2 e étude de phase III inclut 339 patients (formes rémittentes, primaires et secondairement progressives) avec un EDSS moyen à 5,7 ± 1,1 randomisés en 2 groupes : fampridine (10 mg 2 fois/j ; n = 120) versus placebo (n = 119), pendant 9 semaines. 42,9 % des patients du groupe fampridine étaient répondeurs vs à 9,3 % dans le groupe placebo (p < 0,0001). Les principaux effets secondaires étaient des épisodes d infections urinaires, une insomnie, une asthénie, des céphalées, des nausées et des troubles de l équilibre. Un patient a présenté une crise d épilepsie (31). Cette molécule a obtenu l AMM et nous attendons sa commercialisation. Plusieurs molécules sont actuellement testées dans les formes primaires et secondairement progressives de SEP au cours d essais thérapeutiques de phases II et III répertoriés sur le website Clinical- Trials.gov (liste non exhaustive : Tab. 1.). Conclusion Les possibilités thérapeutiques dans les formes progressives de 210 Neurologies Mai 2012 vol. 15 numéro 148

6 Tableau 1 - Molécules évaluées dans les formes progressives de la SEP. Molécules Formes de la maladie Design de l étude Status Références Cyclophosphamide Phase III (randomisée, en double aveugle vs méthylprednisolone, efficacité) Protocole PROMESS FTY 720 Phase III (randomisée, en double aveugle vs placebo, efficacité, tolérance et sécurité d emploi) Ocrelizumab Phase III (randomisation 2 :1, en double aveugle, vs placebo, efficacité, tolérance et sécurité d emploi) Natalizumab Phase III (randomisée, en double aveugle, vs placebo, efficacité) Masitinib (inhibiteur de la tyrosine kinase avec pour cible les mastocytes) Masitinib Phase III (randomisée, en double aveugle, 2 doses - 3 mg/kg/j et 6 mg/kg/j - vs placebo, variation du MSFC à 1an) Phase IIb/III (randomisée, en double aveugle, 6 mg/kg/j, vs placebo, efficacité, tolérance et sécurité d emploi) Rituximab Phase I/II (randomisée en double aveugle, rituximab IV et intrathécal vs placebo, efficacité, tolérance et sécurité d emploi) MIS416 (immunomodulateur IV) Idebenone (antioxydant) Erythropoïétine Dirucotide (peptide synthétique correspondant à une portion de la protéine basique de la myéline) Greffe de cellules mésenchymateuses autologues Carbonate de lithium Sunphenon EGCG (anti-inflammatoire, neuroprotecteur) Phase I/II (étude en ouvert, tolérance et sécurité d emploi, posologie) Phase I/II (randomisée, en double aveugle contre placebo, tolérance et sécurité d emploi, efficacité) Phase II (randomisée, en double aveugle contre placebo, efficacité) Phase III (randomisée, en double aveugle contre placebo, efficacité, tolérance et sécurité d emploi) Phase I/II (randomisée, vs placebo, tolérance et sécurité d emploi, efficacité) Phase I/II (randomisée, 2 doses, simple aveugle, cross over, tolérance et sécurité d emploi, efficacité) Phase III (randomisée, en double aveugle vs placebo, efficacité) Hydroxyurée Phase II/III (randomisée, en double aveugle vs placebo, tolérance et sécurité d emploi, efficacité) Acide lipoïque (anti-oxydant) Greffe de cellules mésenchymateuses autologues Greffe de cellules mésenchymateuses autologues SEP-RR Phase II/III (randomisée, en double aveugle vs placebo, tolérance et sécurité d emploi, efficacité) Phase I/II (randomisée, vs placebo, tolérance et sécurité d emploi, efficacité) Phase I (faisabilité, tolérance et sécurité d emploi) En cours, phase de recrutement terminée En cours, phase de recrutement terminée Etude terminée Pas de publication actuellement Pas d effet sur le délai de progression d au moins 1 point d EDSS confirmé à 6 mois, ni les critères secondaires (32) : SEP Neurologies secondairement Mai progressive 2012 vol. ; 15 numéro : SEP primaire 148 progressive ; NIH : U.S. National Institutes of Health. 211

7 SEP sont actuellement restreintes. Dans la forme PP, aucun traitement n a fait la preuve de son efficacité et n est validé. Certaines molécules sont prescrites hors AMM, comme les immunosuppresseurs, notamment le cyclophosphamide en début de maladie, avec pour objectif une stabilisation du handicap. Dans les formes SP, certains IFNβ ont l indication s il persiste des poussées ; la mitoxantrone a l AMM en cas de phase agressive répondant aux critères sus-cités ; le cyclophosphamide est également utilisé dans cette forme. Plusieurs essais thérapeutiques sont actuellement en cours : le fingolimod et l ocrélizumab pour les formes PP, le natalizumab pour les formes SP, le masitinib pour les formes PP et SP. A côté des traitements de fond, la prise en charge symptomatique multidisciplinaire est essentielle. n Correspondance Dr Sophie Pittion-Vouyovitch Service de neurologie CHU de nancy Mots-clés : Sclérose en plaques, Formes primaires progressives, Formes secondairement progressives, Interférons, Acétate de glatiramère, Cyclophosphamide, Mitoxantrone, Rituximab, Alemtuzumab, Ocrelizumab, Erythropoïétine recombinante, Lamotrigine, Fampridine Bibliographie 1. European Study Group on interferon beta-1b in secondary progressive MS. Placebo-controlled multicentre randomised trial of interferon beta- 1b in treatment of secondary progressive multiple sclerosis. Lancet 1998 ; 352 : Panitch H, Miller A, Paty D, Weinshenker B, for the North American Study Group on Interferon beta-1b in Secondary Progressive MS. Interferon beta-1b in secondary progressive MS: results from a 3-year controlled study. Neurology 2004 ; 63 : Kappos L, Weinshenker B, Pozzilli C et al., for the European (EU-SPMS) Interferon beta-1b in Secondary Progressive Multiple Sclerosis Trial Steering Committee and Independent Advisory Board; North American (NA- SPMS) Interferon beta-1b in Secondary Progressive Multiple Sclerosis Trial Steering Committee and Independent Advisory Board. Interferon beta-1b in secondary progressive MS: a combined analysis of the two trials. Neurology 2004 ; 63 : Randomized controlled trial of interferon-beta-1a in secondary progressive MS: clinical results. Neurology 2001 ; 56 : Cohen JA, Cutter GR, Fischer JS et al. IMPACT Investigators. Benefit of interferon beta-1a on MSFC progression in secondary progressive MS. Neurology 2002 ; 59 : Montalban X, Sastre-Garriga J, Tintoré M et al. A single-center, randomized, double-blind, placebo-controlled study of interferon beta-1b on primary progressive and transitional multiple sclerosis. Mult Scler 2009 ; 15 : Tur C, Montalban X, Tintoré M et al. Interferon B-1b for the treatment of primary progressive multiple sclerosis: five-year clinical trial follow-up. Arch Neurol 2011 ; 68 : Wolinsky JS, Narayana PA, O Connor P et al. ; for the PROMiSe Trial Study Group. Glatiramer acetate in primary progressive multiple sclerosis: results of a multinational, multicenter, double-blind, placebo-controlled trial. Ann Neurol 2007 ; 61 : Hommes OR, Prick JJ, Lamers KJ. Treatment of the chronic progressive form of multiple sclerosis with a combination of cyclophosphamide and prednisone. Clin Neurol Neurosurg 1975 ; 78 : Hauser SL, Dawson DM, Lehrich JR et al. Intensive immunosuppression in progressive multiple sclerosis. A randomized, three-arm study of highdose intravenous cyclophosphamide, plasma exchange, and ACTH. N Engl J Med 1983 ; 308 : The Canadian Cooperative Multiple Sclerosis Study Group. The Canadian cooperative trial of cyclophosphamide and plasma exchange in progressive multiple sclerosis. Lancet 1991 ; 337 : Zephir H, de Seze J, Duhamel A et al. Treatment of progressive forms of multiple sclerosis by cyclophosphamide: a cohort study of 490 patients. J Neurol Sci 2004 ; 218 : Delmont E, Chanalet S, Bourg V et al. [Treatment of progressive multiple sclerosis with monthly pulsed cyclophosphamide-methylprednisolone: predictive factors of treatment response]. Rev Neurol (Paris) 2004 ; 160 : Perini P, Calabrese M, Rinaldi L, Gallo P. The safety profile of cyclophosphamide in multiple sclerosis therapy. Expert Opin Drug Saf 2007 ; 6 : Awad A, Stüve O. Cyclophosphamide in multiple sclerosis: scientific rationale, history and novel treatment paradigms. Ther Adv Neurol Disord 2009 ; 2 : Le Bouc R, Zéphir H, Majed B et al. No increase in cancer incidence detected after cyclophosphamide in a French cohort of patients with progressive multiple sclerosis. Mult Scler 2012 ; 18 : Portaccio E, Zipoli V, Siracusa G et al. Safety and tolerability of cyclophosphamide pulses in multiple sclerosis: a prospective study in a clinical cohort. Mult Scler 2003 ; 9 : Zipoli V, Portaccio E, Hakiki B et al. Intravenous mitoxantrone and cyclophosphamide as second-line therapy in multiple sclerosis: an open-label comparative study of efficacy and safety. J Neurol Sci 2008 ; 266 : Edan G, Miller D, Clanet M et al. Therapeutic effect of mitoxantrone combined with methylprednisolone in multiple sclerosis: a randomised multicentre study of active disease using MRI and clinical criteria. J Neurol Neurosurg Psychiatry 1997 ; 62 : Hartung HP, Gonsette R, König N et al. Mitoxantrone in progressive multiple sclerosis: a placebo-contrllled, double-blind, randomised, multicentre trial. Lancet 2002 ; 360 : Le Page E, Leray E, Edan G ; French Mitoxantrone Safety Group. Longterm safety profile of mitoxantrone in a French cohort of 802 multiple sclerosis patients: a 5-year prospective study. Mult Scler 2011 ; 17 : Martinelli V, Cocco E, Capra R et al ; Italian Mitoxantrone Group. Acute myeloid leukemia in Italian patients with multiple sclerosis treated with mitoxantrone. Neurology 2011 ; 77 : Stuve O, Kita M, Pelletier D, Fox RG et al. Mitoxantrone as a potential therapy for primary progressive multiple sclerosis. Mult. Scler 2004 ; 10 : S Goodkin DE, Rudick RA, VanderBrug Medendorp S et al. Low-dose (7.5 mg) oral methotrexate reduces the rate of progression in chronic progressive multiple sclerosis. Ann Neurol 1995 ; 37 : Sadiq SA, Simon EV, Puccio LM. Intrathecal methotrexate treatment in multiple sclerosis. J Neurol 2010 ; 257 : Hawker K, O Connor P, Freedman MS et al ; OLYMPUS trial group. Rituximab in patients with primary progressive multiple sclerosis: results of a randomized double-blind placebo-controlled multicenter trial. Ann Neurol 2009 ; 66 : Coles AJ, Cox A, Le Page E et al. The window of therapeutic opportunity in multiple sclerosis: evidence from monoclonal antibody therapy. J. Neurol 2006 ; 253 : Kappos L, Li D, Calabresi PA et al. Ocrelizumab in relapsing-remitting multiple sclerosis: a phase 2, randomised, placebo-controlled, multicentre trial. Lancet 2011 ; 378 : Ehrenreich H, Fischer B, Norra C et al. Exploring recombinant human erythropoietin in chronic progressive multiple sclerosis. Brain 2007 ; 130 : Kapoor R, Furby J, Hayton T et al. Lamotrigine for neuroprotection in secondary progressive multiple sclerosis: a randomised, double-blind, placebo-controlled, parallel-group trial. Lancet Neurol 2010 ; 9 : Dunn J, Blight A. Dalfampridine: a brief review of its mechanism of action and efficacy as a treatment to improve walking in patients with multiple sclerosis. Curr Med Res Opin 2011 ; 27 : Freedman MS, Bar-Or A, Oger J et al. MAESTRO-01 Investigators. A phase III study evaluating the efficacy and safety of MBP8298 in secondary progressive MS. Neurology 2011 ; 77 : Neurologies Mai 2012 vol. 15 numéro 148

8

9

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 ACTUALITES THERAPEUTIQUES Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 Traitement de fond Objectifs: Réduire le nombre de poussées Arrêter ou freiner la progression du handicap Les traitements disponibles

Plus en détail

Actualités sur la Sclérose en Plaques

Actualités sur la Sclérose en Plaques Journée Rhône-Alpine de la Sclérose en Plaques Lyon, le 26 septembre 2015 Actualités sur la Sclérose en Plaques Pr. Sandra VUKUSIC Service de Neurologie A et Fondation Eugène Devic EDMUS sur la Sclérose

Plus en détail

GILENYA MC Sclérose en plaques (SEP) de forme rémittente

GILENYA MC Sclérose en plaques (SEP) de forme rémittente GILENYA MC Sclérose en plaques (SEP) de forme rémittente FÉVRIER 2012 Marque de commerce : Gilenya Dénomination commune : Fingolimod Fabricant : Novartis Forme : Capsule Teneur : 0,5 mg Maintien d une

Plus en détail

DSS 4 DSS 6 DSS 7. 8.4 ans 20.1 ans 29.9 ans

DSS 4 DSS 6 DSS 7. 8.4 ans 20.1 ans 29.9 ans pour un malade, impossible de prédire lʼ évolution 25% de formes bénignes utilisation dʼ une canne: 15 ans dʼ évolution utilisation dʼ un fauteuil roulant: 30 ans dʼ évolution DSS 4 DSS 6 DSS 7 8.4 ans

Plus en détail

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier Journal de L ANDAR (Association Nationale de Défense contre l Arthrite Rhumatoîde) octobre2008 Le Mabthéra dans la polyarthrite rhumatoïde Pr Bernard Combe Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 20 Juillet 2011. GILENYA 0,5 mg, gélule, plaquettes thermoformées unidoses perforées B/7 (CIP : 4177853)

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 20 Juillet 2011. GILENYA 0,5 mg, gélule, plaquettes thermoformées unidoses perforées B/7 (CIP : 4177853) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 20 Juillet 2011 GILENYA 0,5 mg, gélule, plaquettes thermoformées unidoses perforées B/7 (CIP : 4177853) GILENYA 0,5 mg, gélule, plaquettes thermoformées B/28 (CIP 4177876)

Plus en détail

LES TRAITEMENTS DE LA SEP

LES TRAITEMENTS DE LA SEP LES TRAITEMENTS DE LA SEP Dr Florence ROBERT Service Neurologie CHU Saint-Etienne 1er Colloque de la sclérose en plaques, Saint-Etienne, le 25/05/2012 LES TRAITEMENTS DE FOND DEPENDENT: du type de SEP

Plus en détail

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Quelle(s) affirmation(s) sont vraies? 1- Il n y a pas de traitement efficace de la SEP 2- On peut traiter les

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 5 mars 2014

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 5 mars 2014 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 5 mars 2014 L avis de la Commission de la transparence adopté le 8 janvier 2014 a fait l objet d une audition le 5 mars 2014 AUBAGIO 14 mg comprimé pelliculé Boîte de

Plus en détail

Journée Rhônalpine 2012 d'information sur la SEP

Journée Rhônalpine 2012 d'information sur la SEP Journée Rhônalpine 2012 d'information sur la SEP Service de Neurologie A Fondation Eugène Devic EDMUS Observatoire Français ais de la Sclérose en Plaques (OFSEP) Université Claude Bernard Lyon 1 Hospices

Plus en détail

TRAITEMENTS MODIFICATEURS DE L ÉVOLUTION DE LA SP AU CANADA

TRAITEMENTS MODIFICATEURS DE L ÉVOLUTION DE LA SP AU CANADA 175, rue Bloor Est Bureau 700, tour nord Toronto (Ontario) M4W 3R8 Téléphone : 416 922-6065 Télécopieur : 416 922-7538 www.scleroseenplaques.ca Juin 2007 TRAITEMENTS MODIFICATEURS DE L ÉVOLUTION DE LA

Plus en détail

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne Actualités dans la SEP Docteur Sophie Géhin Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne PLAN I. Epidémiologie et étiologie II. Présentation clinique et évolution III. Critères diagnostiques

Plus en détail

Traitement de la sclérose en plaques

Traitement de la sclérose en plaques Traitement de la sclérose en plaques 1 re partie: Mise à jour à propos des médicaments enregistrés à l heure actuelle dans cette indication Matthias Mehling, Urs Pohlman, Ludwig Kappos Neurologische Klinik

Plus en détail

Pr Ag Smiti Khanfir Monia Service de Médecine Interne Hôpital la Rabta - Tunis

Pr Ag Smiti Khanfir Monia Service de Médecine Interne Hôpital la Rabta - Tunis Pr Ag Smiti Khanfir Monia Service de Médecine Interne Hôpital la Rabta - Tunis Rationnel Lymphocyte B Rationnel Costimulation Lymphocyte B Lymphocyte T Cytokines Th2 Anticorps anti CD 20 Le Rituximab

Plus en détail

Paris, le 22 septembre 2010 19h15

Paris, le 22 septembre 2010 19h15 Paris, le 22 septembre 2010 19h15 AB Science annonce avoir obtenu les autorisations réglementaires d initier quatre phases 3 annoncées lors de son introduction en bourse, dans le myélome multiple, la polyarthrite

Plus en détail

Avis de la Commission. 15 septembre 2004

Avis de la Commission. 15 septembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE Avis de la Commission 15 septembre 2004 HUMIRA 40 mg, solution injectable en seringue pré-remplie (Boîte de 2 seringues) Laboratoires ABBOTT FRANCE Liste

Plus en détail

l interféron-bêta Quelle signification? Faut-il les doser?

l interféron-bêta Quelle signification? Faut-il les doser? 1 Les anticorps neutralisant l interféron-bêta Quelle signification? Faut-il les doser? n Si à l échelle d un groupe de patients les NAB ont un effet sur l efficacité du traitement, à l échelle de l individu

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 15 avril 2015 PLEGRIDY 63 microgrammes + 94 microgrammes, solution injectable en seringue préremplie, coffret d initiation B/2 (CIP : 34009 279 490 3 6) PLEGRIDY 63 microgrammes

Plus en détail

La sclérose en plaques

La sclérose en plaques Hôpital de la Salpêtrière, La sclérose en plaques Catherine Lubetzki Sclérose en plaques 80 000 cas en France Seconde cause de handicap de l adulte jeune 50% des patients ont un handicap permanent à 15

Plus en détail

Par Clotilde LATARCHE 1, Marc SOUDANT 1, Juliette LONGIN 2, Anne-Sophie JEAN-DELEGLISE 2, Marc DEBOUVERIE 1,3 1

Par Clotilde LATARCHE 1, Marc SOUDANT 1, Juliette LONGIN 2, Anne-Sophie JEAN-DELEGLISE 2, Marc DEBOUVERIE 1,3 1 RelSEP Description des prises en charge en vie réelle dans une cohorte de patients atteints de sclérose en plaques et suivis dans un registre épidémiologique en région Lorraine. Par Clotilde LATARCHE 1,

Plus en détail

Quelle stratégie thérapeutique à long terme pour les PIDC?

Quelle stratégie thérapeutique à long terme pour les PIDC? Quelle stratégie thérapeutique à long terme pour les PIDC? JeanChristophe Antoine Centre de Référence Maladies Rares, Maladies Neuromusculaires RhôneAlpes PIDC : une physiopathologie hypothétique Agent

Plus en détail

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA.

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 mai 2013 XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA DCI Code ATC (2012) Motif de l examen Liste

Plus en détail

Sclérose en Plaques: Quoi de neuf pour le neurologue?

Sclérose en Plaques: Quoi de neuf pour le neurologue? Sclérose en Plaques: Quoi de neuf pour le neurologue? Dr Antoine GUÉGUEN Service de Neurologie Fondation Ophtalmologique A. de Rothschild Introduction George A. SCHUMACHER: «Multiple sclerosis has become

Plus en détail

Alemtuzumab (Lemtrada * ) réduit significativement les rechutes dans la sclérose en plaques comparé à l interféron Bêta-1a dans une étude de Phase III

Alemtuzumab (Lemtrada * ) réduit significativement les rechutes dans la sclérose en plaques comparé à l interféron Bêta-1a dans une étude de Phase III COMMUNIQUE DE PRESSE Alemtuzumab (Lemtrada * ) réduit significativement les rechutes dans la sclérose en plaques comparé à l interféron Bêta-1a dans une étude de Phase III - Présentation de nouvelles données

Plus en détail

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Joseph T. Giacino, The New England Journal of Medicine 2012, 366 ; 9 Introduction CHU de Montpellier Bibliographie St Eloi Avril

Plus en détail

Traitement de l hépatite C: données récentes

Traitement de l hépatite C: données récentes Traitement de l hépatite C: données récentes J.-P. BRONOWICKI (Vandœuvre-lès-Nancy) Tirés à part : Jean-Pierre Bronowicki Service d Hépatogastroentérologie, CHU de Nancy, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy. Le

Plus en détail

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique)

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 PRETERAX 2,5 mg / 0,625 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP : 34009 378 232 2 7) Boîte de 90 (CIP : 34009 378 234 5 6) BIPRETERAX 5 mg / 1,25 mg, comprimé

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 12 18 Décembre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 12 18 Décembre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 12 18 Décembre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation BETAFERON 250 µg/ml (DCI

Plus en détail

Les nouveaux traitements de fond de la SEP

Les nouveaux traitements de fond de la SEP Sclérose en plaques : les nouveaux traitements Guillaume MATHEY, Hôpital de Metz-Mercy Les nouveaux traitements de fond de la SEP Le but des traitements de fond Forme par poussées 2 ième ligne TYSABRI

Plus en détail

TRAITEMENT ORAL DANS LA SCLEROSE EN PLAQUES

TRAITEMENT ORAL DANS LA SCLEROSE EN PLAQUES TRAITEMENT ORAL DANS LA SCLEROSE EN PLAQUES La Sclérose en plaques (SEP), affection «démyélinisante» inflammatoire du système nerveux central, est la première cause de handicap permanent chez le sujet

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

PCR JC LCR + 3335 copies/ml (USA)

PCR JC LCR + 3335 copies/ml (USA) CAFCIM 12 mai 2012 cas de LEMP PONCTION LOMBAIRE 22/07 Cytologie normale protéinorachie glycorachie normales, cultures négatives PCR JC LCR + 3335 copies/ml (USA) AGGRAVATION 1 crise généralisée tonicoclonique

Plus en détail

Physiopathologie et étiologie

Physiopathologie et étiologie SCLEROSE EN PLAQUES Maladie inflammatoire du système nerveux central: processus inflammatoire discontinu de démyélinisation aiguë dans la substance blanche de l encéphale et de la moelle, respectant les

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 25 mai 2011 AVASTIN 25 mg/ml Boîte de 1 flacon de 4 ml (CIP : 566 200-7) Boîte de 1 flacon de 16 ml (CIP : 566 201-3) Laboratoires ROCHE Bevacizumab Liste I Réserve hospitalière

Plus en détail

En juin 2013, le laboratoire a déposé un dossier de réponse à l Avis Défavorable.

En juin 2013, le laboratoire a déposé un dossier de réponse à l Avis Défavorable. JUILLET 2014 RAPPORT PUBLIC D EVALUATION BOTOX 50 UNITES ALLERGAN, poudre pour solution injectable BOTOX 100 UNITES ALLERGAN, poudre pour solution injectable BOTOX 200 UNITES ALLERGAN, poudre pour solution

Plus en détail

Ac monoclonaux en Pneumo-Allergologie Palivizumab, Omalizumab. J.L. Rittié Hôpital des Enfants, Toulouse

Ac monoclonaux en Pneumo-Allergologie Palivizumab, Omalizumab. J.L. Rittié Hôpital des Enfants, Toulouse Ac monoclonaux en Pneumo-Allergologie Palivizumab, Omalizumab J.L. Rittié Hôpital des Enfants, Toulouse Particularités communes! Ac monoclonaux «humanisés»! AMM 1999 pour le palivizumab, 2006 pour omalizumab!

Plus en détail

Sclérose en plaque (125) Docteur Anne MONAVON Décembre 2003 (Mise à jour juillet 2005)

Sclérose en plaque (125) Docteur Anne MONAVON Décembre 2003 (Mise à jour juillet 2005) Sclérose en plaque (125) Docteur Anne MONAVON Décembre 2003 (Mise à jour juillet 2005) Pré-Requis : Sémiologie de la pathologie du système nerveux central Résumé : La sclérose en plaques est une pathologie

Plus en détail

Vie de couple: Grossesse

Vie de couple: Grossesse Vie de couple: Grossesse Etat des lieux Traitements Dr Guilloton, 3 session, Ecole de la SEP, 11 avril 2015 Introduction Grossesse : état physiologique à risque Source de complications de maladie Source

Plus en détail

Valeur pronostique de l IRM dans la sclérose en plaques

Valeur pronostique de l IRM dans la sclérose en plaques dans la sclérose en plaques Prognostic value of MRI in multiple sclerosis M. Cohen* * Service de neurologie, hôpital Pasteur, Nice. de l imagerie par résonance magnétique (IRM) dans la prise en charge

Plus en détail

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire?

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? AMERICAN HEART ASSOCIATION AHA 25 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? CONTEXTE Les données des études

Plus en détail

sclérose en plaque Amandine MATHIAS Formation continue IAL 14.11.2013 Service d immunologie et allergie Service de neurologie

sclérose en plaque Amandine MATHIAS Formation continue IAL 14.11.2013 Service d immunologie et allergie Service de neurologie Evaluation du risque lié au natalizumab dans la sclérose en plaque Amandine MATHIAS Formation continue IAL 14.11.2013 Service d immunologie et allergie Service de neurologie La SEP: une maladie complexe

Plus en détail

Anticorps neutralisants des Interférons dans la Sclérose En Plaques en Bretagne

Anticorps neutralisants des Interférons dans la Sclérose En Plaques en Bretagne Anticorps neutralisants des Interférons dans la Sclérose En Plaques en Bretagne Pr Gilles EDAN, Dr Emmanuelle LEPAGE, Morgane PIHAN (Interne), Virginie OLIVE, (Attaché de recherche clinique), Neurologie,

Plus en détail

La sclérose en plaques

La sclérose en plaques LT Mφ La sclérose en plaques une maladie auto-immune? LT Système immunitaire Mφ Facteurs génétiques étiques SEP Facteurs environnementaux nementaux Données épidémiologiques 60.000 patients en France Sujets

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011. 20 juillet 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011. 20 juillet 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 octobre 2011 20 juillet 2011 L avis adopté par la Commission de la Transparence le 20 juillet 2011 a fait l objet d une audition le 19 octobre 2011 JEVTANA 60 mg,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 31 mars 2010 ANTARENE CODEINE 200 mg/30 mg Boîte de 20 comprimés pelliculés (CIP : 397 555.8) ANTARENE CODEINE 400 mg/60 mg Boîte de 10 comprimés pelliculés (CIP : 397

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 Juillet 2010 ACTONEL 5 mg, comprimé pelliculé B/14 (CIP: 354 362-3) ACTONEL 30 mg, comprimé pelliculé B/28 (CIP : 354 366-9) ACTONEL 35 mg, comprimé pelliculé B/4

Plus en détail

La sclérose en plaques (SEP) La sclérose en plaques. La sclérose en plaques. physiopathologie(1) La sclérose en plaques : épidémiologie

La sclérose en plaques (SEP) La sclérose en plaques. La sclérose en plaques. physiopathologie(1) La sclérose en plaques : épidémiologie (SEP) Février 2011 La SEP est une affection inflammatoire du système nerveux central (cerveau,tronc cérébral, moelle épinière). Les lésions correspondent à des plaques de démyélinisation au sein de la

Plus en détail

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires Tumeurs primitives Traitement standard des GBM: - Résection aussi complète que possible - Bénéfice de la RCT postopératoire - Patients les plus âgés?? (50% > 65 ans) - Quid du TMZ?? ASTRO 2010: - Nombreuses

Plus en détail

Mieux reconnaître les poussées de sclérose en plaques

Mieux reconnaître les poussées de sclérose en plaques Mieux reconnaître les poussées de sclérose en plaques La Société canadienne de la sclérose en plaques est fière d être une source d information sur la SP. Les renseignements fournis dans la présente publication

Plus en détail

ANTIVIRAUX ET NÉVRALGIE POST- HERPÉTIQUE: EN ZONA GRISE VIVIANE PHAN R1 UMF CITÉ DE LA SANTÉ SUPERVISEURE DRE NICOLE AUDET

ANTIVIRAUX ET NÉVRALGIE POST- HERPÉTIQUE: EN ZONA GRISE VIVIANE PHAN R1 UMF CITÉ DE LA SANTÉ SUPERVISEURE DRE NICOLE AUDET ANTIVIRAUX ET NÉVRALGIE POST- HERPÉTIQUE: EN ZONA GRISE VIVIANE PHAN R1 UMF CITÉ DE LA SANTÉ SUPERVISEURE DRE NICOLE AUDET La névralgie post-herpétique Un problème assez fréquent Incidence de 4 à 11,8

Plus en détail

Marc LÉMANN. Méthotrexate : l'oublié?

Marc LÉMANN. Méthotrexate : l'oublié? Marc LÉMANN Méthotrexate : l'oublié? Connaître les indications et modalités d'utilisation du méthotrexate dans la maladie de Crohn et dans la RCH Connaître les effets indésirables de ce traitement, notamment

Plus en détail

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION INTRODUCTION Une extension d indication a été octroyée au laboratoire PFIZER le 02 février 2007 pour sa spécialité Celebrex 100 mg et 200

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 avril 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité CARDIOCALM, comprimé,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire. Commission de la Transparence des médicaments. Avis 4 20 Novembre 2012

Assurance Maladie Obligatoire. Commission de la Transparence des médicaments. Avis 4 20 Novembre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 4 20 Novembre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation - ACTEMRA, TOCILIZUMAB,

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 22 décembre 2004. HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1

AVIS DE LA COMMISSION. 22 décembre 2004. HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 22 décembre 2004 HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1 Laboratoires EXPANSCIENCE

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT -

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT - Version n 4 du 07/03/2011 Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude - Protocole n 10 137 01 PROTOCOLE DE RECHERCHE BIOMEDICALE

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

Recommandation finale du Comité canadien d expertise sur les médicaments Version en langage clair

Recommandation finale du Comité canadien d expertise sur les médicaments Version en langage clair Recommandation finale du Comité canadien d expertise sur les médicaments Version en langage clair FINGOLIMOD (Gilenya Novartis Pharmaceuticals Canada Inc.) Indication: sclérose en plaques Recommandation

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 11 avril 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 11 avril 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 11 avril 2012 FAMPYRA 10 mg, comprimé à libération prolongée B/28 - CIP 219 395-4 B/56 - CIP 219 396-0 BIOGEN IDEC FRANCE Fampridine Code ATC : N07XX (autre médicament

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen ETUDES DE PHASE III EVALUANT L EFFICACITÉ ET LA TOLÉRANCE D IDELALISIB (GS-1101) EN ASSOCIATION À OFATUMUMAB OU À BENDAMUSTINE + RITUXIMAB CHEZ DES PATIENTS PRÉSENTANT UNE LLC EN RECHUTE/RÉFRACTAIRE D

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juin 2011. STELARA 45 mg, solution injectable, 0,5 ml en seringue pré-remplie B/1 (CIP : 374 848-9)

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juin 2011. STELARA 45 mg, solution injectable, 0,5 ml en seringue pré-remplie B/1 (CIP : 374 848-9) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 juin 2011 STELARA 45 mg, solution injectable, 0,5 ml en flacon B/1 (CIP : 392 586-2) STELARA 45 mg, solution injectable, 0,5 ml en seringue pré-remplie B/1 (CIP :

Plus en détail

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués par les membres

Plus en détail

CROHN'S DISEASE MANAGEMENT AFTER INTESTINAL RESECTION: A RANDOMISED TRIAL. De Cruz, P. et al. The Lancet. December 24, 2014.

CROHN'S DISEASE MANAGEMENT AFTER INTESTINAL RESECTION: A RANDOMISED TRIAL. De Cruz, P. et al. The Lancet. December 24, 2014. CROHN'S DISEASE MANAGEMENT AFTER INTESTINAL RESECTION: A RANDOMISED TRIAL De Cruz, P. et al. The Lancet. December 24, 2014. DUVEAU Nicolas Bibliographie janvier 2015 Maladie de l Appareil Digestif CHRU

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er octobre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er octobre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 er octobre 2008 Examen dans le cadre de la réévaluation du service médical rendu de la classe des IMAO B, en application de l article R 163-21 du code de la sécurité

Plus en détail

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ)

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) 1 Définition Hémopathie maligne grave d étiologie inconnue caractérisée par la prolifération de plasmocytes

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 30 juin 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 30 juin 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 30 juin 2004 OXYGENE MEDICAL - AIR LIQUIDE Santé FRANCE Gaz pour inhalation, en Gaz pour inhalation, en évaporateur mobile Gaz pour

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

LE TRAITEMENT DES POUSSEES

LE TRAITEMENT DES POUSSEES 5 novembre 2011 LE TRAITEMENT DES POUSSEES Les corticoïdes à fortes doses permettent d accélérer la récupération de la poussée. Ils sont prescrits en perfusion à la dose de 1g par jour pendant 3 jours.

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007)

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) SYNTHESE DE RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) OBJECTIFS DES RECOMMANDATIONS : Avoir un impact sur la prise en charge quotidienne

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Numéro 18 l 2011. l Traitements pharmacologiques et SEP

Numéro 18 l 2011. l Traitements pharmacologiques et SEP Numéro 18 l 2011 l Traitements pharmacologiques et SEP Comité de Rédaction Fédération Internationale contre la Sclérose en Plaques (MSIF) La mission de la MSIF est de diriger le mouvement international

Plus en détail

ATTEINTE INFLAMMATOIRE SB

ATTEINTE INFLAMMATOIRE SB CAFCIM 12 mai 2012 ATTEINTE INFLAMMATOIRE SB les attentes du clinicien en matière d imagerie Docteur ROGGERONE Stéphanie Neurologue, Assistante Service Professeur CONFAVREUX, CHU LYON CAFCIM 12 mai 2012

Plus en détail

Traitements futurs. Traitements de la SP 2014-10-01. I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation

Traitements futurs. Traitements de la SP 2014-10-01. I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation Traitements futurs Dr François Grand Maison, neurologue et directeur, clinique Neuro Rive Sud Traitements de la SP I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Arrêté du 25 juin 2010 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables aux assurés sociaux NOR : SASS1016264A

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

SEP SEP 1 800 977-2770. LeParcoursMC. LeParcours

SEP SEP 1 800 977-2770. LeParcoursMC. LeParcours MC LeParcours Table des matières Qu est-ce que la sclérose en plaques? 3 Quelle est la cause de la? 4 Quelles sont les formes de? 4 Quels sont les symptômes de la? 5 Comment diagnostique-t-on la? 5 Quel

Plus en détail

Les traitements de fond de la SEP

Les traitements de fond de la SEP DES de Neurologie Inter région Rhône Alpes Auvergne Lyon, le 28 février 2014 Les traitements de fond de la SEP Prof. Sandra VUKUSIC Service de Neurologie A et Fondation Eugène Devic EDMUS sur la Sclérose

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 7 mai 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 7 mai 2003 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 7 mai 2003 NEULASTA 6 mg, solution injectable Boîte de 1 seringue de verre préremplie Laboratoires AMGEN S.A.S Liste I Prescription

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 juillet 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 juillet 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 juillet 2012 MABTHERA 100 mg, solution à diluer pour perfusion B/2 (CIP 560 600-3) MABTHERA 500 mg, solution à diluer pour perfusion B/1 (CIP 560 602-6) ROCHE rituximab

Plus en détail

Rapport sur un nouveau médicament breveté Emend

Rapport sur un nouveau médicament breveté Emend Rapport sur un nouveau médicament breveté Emend Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats de ses examens des prix des nouveaux médicaments brevetés. Ces examens sont effectués

Plus en détail

D après la communication de Goede V

D après la communication de Goede V RÉSULTATS D UNE ÉTUDE DE PHASE III COMPARANT CHLORAMBUCIL SEUL A OBINUTUZUMAB PLUS CHLORAMBUCIL OU RITUXIMAB PLUS CHLORAMBUCIL CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS DE LLC ET PRÉSENTANT DES COMORBIDITÉS D après la

Plus en détail

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Généralités... 3 2. Signes oculaires... 3 2

Plus en détail

TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS

TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS POLYARTHRITE RHUMATOIDE Traitements classiques Antimalariques Sels d or D-Penicillamine

Plus en détail

Union pour la lutte contre la sclérose en plaques

Union pour la lutte contre la sclérose en plaques Union pour la lutte contre la sclérose en plaques UNISEP - 14 rue Jules Vanzuppe - 94 200 Ivry Sur Seine - Tel : 01 43 90 39 35 - Fax : 01 43 90 14 51 - www.unisep.org Pour fédérer recherche et aide aux

Plus en détail

Draft Template for the Assessment of the methodology during Phase pilote

Draft Template for the Assessment of the methodology during Phase pilote Draft Template for the Assessment of the methodology during Phase pilote Ref interne EudraCT no Title of the Study Abbreviation Sponsor IMP (Repeat if necessary) NIMP (Repeat if necessary) Organisation

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 juillet 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 juillet 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 juillet 2012 MABTHERA 100 mg, solution à diluer pour perfusion B/2 (CIP 560 600-3) MABTHERA 500 mg, solution à diluer pour perfusion B/1 (CIP 560 602-6) ROCHE rituximab

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 mars 2007 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

La sclérose en plaques : les traitements de fond

La sclérose en plaques : les traitements de fond Ecole de la SEP Session 2012 Rhône-Alpes La sclérose en plaques : les traitements de fond Dr Géraldine ANDRODIAS, Dr Florian CHENEVIER Service de Neurologie A et Centre de Coordination EDMUS sur la Sclérose

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Avancées, derniers résultats et pratique quotidienne

Avancées, derniers résultats et pratique quotidienne sclérose en plaques La SEP à l AAN 2015 Avancées, derniers résultats et pratique quotidienne n Les SEP Highlights ayant déjà permis de faire un large tour d horizon des communications sur la SEP à l AAN

Plus en détail

Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE

Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE SAINT-LEGER MélanieM Réunion inter-régionale de Réanimation R MédicaleM PLAN Efficacité & essais cliniques

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Arrêté du 30 décembre 2008 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables

Plus en détail

Cancer de la prostate Nouvelles stratégies médicamenteuses. Werner HILGERS Oncologie médical Institut Sainte Catherine AVIGNON

Cancer de la prostate Nouvelles stratégies médicamenteuses. Werner HILGERS Oncologie médical Institut Sainte Catherine AVIGNON Cancer de la prostate Nouvelles stratégies médicamenteuses Werner HILGERS Oncologie médical Institut Sainte Catherine AVIGNON Cancer de la prostate métastatique 24 novembre 2012 Actualités, innovations

Plus en détail