traitements ayant montré leur efficacité dans les SEP rémittentes au moins à court et moyen termes ont été testés dans les formes progressives.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "traitements ayant montré leur efficacité dans les SEP rémittentes au moins à court et moyen termes ont été testés dans les formes progressives."

Transcription

1 3 Le traitement des formes progressives Les molécules évaluées dans les formes primaires progressives et secondairement progressives n Les avancées thérapeutiques dans la sclérose en plaques rémittente-récurrente n ont malheureusement, actuellement, peu ou pas profité aux formes progressives de SEP. Les formes secondairement progressives, notamment à leur début et si elles gardent une composante inflammatoire, ont une indication avec certains traitements médicamenteux. En revanche, aucune molécule n a montré une efficacité sur la progression du handicap dans les formes primaires progressives. Néanmoins, plusieurs essais thérapeutiques sont en cours, permettant d espérer l apport de nouvelles stratégies thérapeutiques à proposer à nos patients. Sophie Pittion-Vouyovitch * Les formes primaires progressives () représentent 15 % des patients atteints de SEP avec une évolution progressive pure ou avec poussées surajoutées. Le délai de survenue est plus tardif ( 40 ans) et un sexe ratio proche de 1/1. La forme secondairement progressive (SEP- SP) fait suite à la forme rémittente récurrente, et survient dans un délai médian de 15 à 20 ans, qui varie en fonction de certains facteurs comme l âge au début de la maladie (plus l âge des 1 ers symptômes est tardif, plus le délai d entrée dans la phase secondairement progressive est court), un nombre important de poussées dans les 1 res années, les poussées initiales avec séquelles ou polysymptomatiques. Elle peut également s accompagner de poussées surajoutées, notamment dans les premières années. Même si les caractéristiques cliniques sont différentes au début, à partir d un ni- * Service de neurologie, CHU de Nancy veau de handicap correspondant à l EDSS 4, l accumulation de l incapacité semble identique quel que soit le mode évolutif initial. La plupart des traitements actuellement testés ont comme cible l inflammation. En effet, de nombreux traitements ayant montré leur efficacité dans les SEP rémittentes au moins à court et moyen termes ont été testés dans les formes progressives. Probablement qu une meilleure connaissance des mécanismes physiopathologiques permettra de développer d autres cibles dans les années à venir. immuno modulateurs Les interférons bêta Dans les L étude européenne (1) évaluant l efficacité de l interféron bêta-1b dans les inclut 718 patients (358 sous placebo/360 sous IFNβ- 1 b). Le critère de jugement principal était le délai d aggravation du handicap confirmé mesuré par une augmentation de l EDSS de 1 point confirmé à 3 mois, ou d un demi-point si l EDSS initial était à 6.0 ou 6.5. A 33 mois, il fut montré une différence significative entre les deux groupes en faveur de l interféron β-1b (p = 0,008). A 30 mois, 60 % des patients traités n avaient pas progressé, contre 48 % des patients sous placebo. L étude nord-américaine (2) testant l efficacité l IFNβ-1b chez 939 patients présentant une SEP- SP montra des résultats négatifs sur la progression du handicap entre les groupes traités et placebo. En revanche il existait une différence significative sur les poussées et les données IRM (lésions rehaussées par le gadolinium et charge lésionnelle T2). Une analyse combinée des deux études (3) montra des différences dans la sélection des patients expliquant les résultats divergents : les patients de l étude européenne 206 Neurologies Mai 2012 vol. 15 numéro 148

2 étaient plus jeunes, avaient une durée de la maladie plus courte, un taux de poussées plus élevé dans les 2 ans précédant l inclusion et une proportion plus importante de lésions prenant le contraste à l IRM comparativement aux patients de l étude américaine. Les critères d inclusion étaient, dans l étude européenne, la survenue d au moins deux poussées ou une aggravation de 1 point ou plus du score EDSS pendant les 2 années précédentes, et, dans l étude américaine, seulement l accentuation de l EDSS d au moins 1 point dans les 2 ans. L étude multicentrique SPEC- TRIMS (4) testa l IFNβ-1a (deux doses : 22 et 44 μg) vs placebo chez 618 patients atteints de présentant encore des poussées, pendant 3 ans. Le critère principal était le délai confirmant une progression du handicap ; aucune différence significative ne fut mise en évidence entre les groupes. Les résultats sur les poussées et l IRM étaient positifs. L étude IMPACT (5) inclut 436 patients atteints de randomisés en 2 groupes, l un traité par IFNβ-1a (1 IM/semaine) et l autre par placebo, durant une période de 2 ans. L échelle composite MFSC, critère de jugement principal, fut significativement améliorée dans le groupe traité par rapport au groupe placebo. Il existait également une différence significative au profit de l IFNβ sur les poussées et l IRM (lésions T2 et T1 rehaussées par le gadolinium). Aucun effet sur l EDSS ne fut mis en évidence. En conclusion L interféron bêta semble avoir un effet bénéfique dans la SEP de forme secondairement progressive récente et présentant encore des stigmates inflammatoires (poussées, prise de contraste à l IRM). Dans la Une étude monocentrique espagnole (6) évalua l efficacité de l IFNβ-1b dans la. 73 patients furent inclus dans un essai de phase II randomisé en double aveugle contre placebo pendant 2 ans. Le critère principal était la sécurité d emploi et la tolérance de l IFNβ-1b. Le critère d efficacité était le délai de progression du handicap (EDSS) confirmé à 3 mois. Dans le groupe traité, une plus grande proportion de patients présentèrent au moins un effet indésirable lié au traitement (94,4 % vs 45,9 % ; p < 0,001). Concernant les autres variables sur la sécurité d emploi, aucune différence significative ne fut retrouvée entre les 2 groupes. La proportion de patients sans progression de l EDSS n était pas différente entre les deux groupes. Une différence significative en faveur du bras traité fut retrouvée avec le MFSC, sur les variations du volume lésionnel T1 et T2 à 12 et 24 mois, le nombre moyen de lésions actives et la proportion de patients avec des lésions actives à 24 mois. Ce travail fut poursuivi par une réévaluation de ces patients dans les 5 ans après la fin du protocole thérapeutique et non traités (7). Les patients du groupe IFNβ-1b obtinrent des scores meilleurs au 9-hole peg test (p = 0,02), aux tests de fluences verbales (p < 0,001) et un taux de transfert d aimantation dans la substance blanche d apparence normale significativement plus élevé. Considérant la période du début du protocole à la fin des 5 années de suivi, le groupe placebo montra une diminution plus importante de la fraction parenchymateuse cérébrale (p = 0,004). L augmentation du nombre de lésions IRM était corrélée à l aggravation du score EDSS pour les deux groupes pendant ces 5 années (p = 0,004). Cette étude suggère un effet extrêmement modeste de l IFN bêta dans ces formes primaires progressives de SEP. L acétate de glatiramère L étude PROMISE (8) eut pour objectif de déterminer si l acétate de glatiramère (AG) ralentissait la progression du handicap dans les formes primaires progressives. 943 patients furent randomisés dans un essai thérapeutique en double aveugle vs placebo. L étude fut interrompue prématurément, suite aux résultats de l analyse intermédiaire ne mettant pas en évidence d effet significatif de l AG comparativement au placebo à 2 ans. L analyse post hoc suggéra que la Copaxone pouvait diminuer la progression du handicap dans une sous-population d hommes ayant une progression rapide sans traitement. immuno suppresseurs Le cyclophosphamide Le cyclophosphamise (CYC) est un agent alkylant utilisé dans la SEP depuis plus de 40 ans, les premières publications datant de la fin des années soixante. Les essais thérapeutiques réalisés dans les formes progressives sont difficilement comparables et ont donné des résultats contradictoires liés à une méthodologie différente, des protocoles également différents (initialement les essais utilisaient le CYC en cures d induction) et des populations hétérogènes (dans certains travaux, les patients atteints de et étant regroupés sous une même entité SEP progressives, avec des durées de maladies extrêmement variables). Le plus souvent, il s agit d études incluant un faible nombre de patients et donc compromettant leur puissance. Neurologies Mai 2012 vol. 15 numéro

3 Les premières études concernaient surtout des protocoles d induction. En 1975, Hommes et al. avaient traité 86 patients atteints de SEP progressive avec un protocole en cures courtes associant CYC 400 mg IV et 1 g de prednisone/j. 69 % des patients pésentaient une stabilisation clinique pendant 1 à 5 ans (9). Hauser et al., en 1983, dans une étude en ouvert randomisée incluant 58 patients présentant une SEP progressive, montrèrent une stabilisation clinique à 1 an chez 80 % des patients recevant du CYC IV haute dose en cure courte + ACTH, chez 50 % de ceux traités par faible dose IV de CYC + ACTH + plasmaphérèse et chez 20 % de ceux traités par ACTH seule (10). En 1991, les Canadiens publièrent des résultats négatifs d une étude randomisée en simple aveugle réalisée chez 168 patients répartis en 3 groupes : CYC IV + prednisone, CYC IV + prednisone + plasmaphérèse, placebo oral + plasmaphérèse (11). L étude française rétrospective (12) inclut 490 patients atteints de (n = 362) et (n = 128). Le protocole thérapeutique comprenait du CYC 700 mg/ m 2 /mois associé à la méthylprednisolone 1 g. A 1 an de traitement, 78,6 % des patients présentant une et 73,5 % des stabilisèrent ou améliorèrent leur score EDSS. Les patients améliorant leur EDSS à 1 an avaient une durée moyenne de la forme progressive plus courte (5,1 ans) comparativement à ceux stabilisés ou ayant aggravé leur handicap (7,1 ans) (p = 0,02). Les faibles répondeurs à 6 mois étaient aussi faibles répondeurs à 12 mois (p < 0,001). L étude rétrospective de Delmont et al., chez 54 patients (47 et 7 ), montra une efficacité du CYC chez les patients avec une phase progressive récente et une aggravation rapide du handicap (13). L étude PROMESS, protocole thérapeutique multicentrique national coordonné par Bordeaux, évaluant l efficacité du CYC (700 mg/ m 2 ) vs méthylprednisolone (1 g) dans les formes secondairement progressives récentes de SEP, vient de s achever et nous sommes en attente des résultats. Le critère de jugement principal est la progression du handicap mesurée par l EDSS. Il s agit d une étude prospective randomisée en double aveugle avec une méthodologie rigoureuse. Il n existe pas de réel consensus actuellement comme dans les autres traitements de fond de la SEP approuvé par l Agence du médicament. Néanmoins, en pratique courante, le protocole le plus souvent utilisé est le cyclophosphamide (600 à 700 mg/m 2 ) associé ou non à de la méthylprednisolone, à la fréquence d une perfusion mensuelle la 1 re année puis bimestrielle la seconde année, voire trimestrielle la 3 e année. Concernant la tolérance du cyclophosphamide, les effets indésirables communs sont les nausées, les vomissements, les cystites, une alopécie modérée (14). Ces effets sont le plus souvent réversibles. Les effets indésirables graves sont les cystites hémorragiques (4,5 %), le risque de néoplasie vésicale notamment chez les patients sondés (incidence 0,7 %) (15). Une étude récente ne mit pas en évidence d augmentation du risque de néoplasmes tout confondus chez les patients traités par cyclophosphamide (16). Comme tout immunosuppresseur, il existe un risque d aménorrhée chez la femme en âge de procréer (33,3 % dans la série de Portaccio et al.) (17). Chez l homme l azoospermie apparaît dose-dépendante. Une étude en ouvert (18) compara le cyclophosphamide, à la posologie de 700 mg/m 2 mensuellement la première année puis bimestriellement la seconde, et la mitoxantrone (MX) à la posologie de 8 mg/m 2 mensuellement 3 mois, puis trimestriellement (dose totale 120 mg/m 2 ). 75 patients reçurent de la mitoxantrone (31 SEP-RR, 44 ) et 78 du cyclophosphamide (15 SEP-RR, 63 ). A 3,6 ans en moyenne de suivi, aucune différence significative ne fut mise en évidence concernant le délai survenue de la 1 re poussée, alors que le délai de progression d au moins 1 point d EDSS fut légèrement plus long avec la mitoxantrone (MX = 3,8 ans/ CYC = 3,6 ans ; p = 0,04). A 12 mois, l activité IRM était réduite de 69 % dans le groupe mitoxantrone et 63 % dans le groupe CYC, sans différence significative. La mitoxantrone La mitoxantrone (MX) est un agent antinéoplasique, cytostatique appartenant à la famille des anthracyclines. Son mode d action principal est l activité intercalante au niveau de l ADN. Il s agit d un puissant agent immunosuppresseur non sélectif. Deux essais thérapeutiques randomisés (19, 20) ont permis d approuver l utilisation de cette molécule dans les formes agressives de SEP-RR et les, et d obtenir l autorisation de mise sur le marché. L étude MIMS (Mitoxantrone in Multiple Sclerosis Study Group) incluait 194 patients atteints de SEP rémittentes et secondairement progressives ayant une aggravation de l EDSS d au moins 1 point dans les 18 mois précédents et un EDSS compris entre 3 et 6. Ils furent randomisés en 3 groupes (placebo, MX 5 mg/m 2, MX 12 mg/ m 2 ) ; le traitement était administré 208 Neurologies Mai 2012 vol. 15 numéro 148

4 tous les 3 mois pendant 24 mois. Les résultats furent significativement positifs en faveur de la MX 12 mg/m 2 pour toutes les variables du critère de jugement principal (p < 0,0001) (variation de l EDSS, variation de l index ambulatoire, nombre de poussées traitées, délai de survenue de la 1 re poussée traitée, et variation du status neurologique standard) et également pour les critères secondaires : le nombre de patients avec une progression d au moins 1 point d EDSS confirmée à 3 et 6 mois était plus faible dans le groupe MX 12 mg/m 2 comparativement au groupe placebo, il en fut de même pour le nombre de patients sans poussées à 24 mois (p = 0,02). La mitoxantrone commercialisée sous le nom d Elsep pour l indication dans la SEP a reçu l autorisation de mise sur le marché en octobre 2003 en France. Ce traitement est donc indiqué dans les formes agressives de SEP-RR ou chez les patients ayant présenté 2 poussées avec séquelles au cours des 12 derniers mois et 1 nouvelle lésion rehaussée par le gadolinium sur une IRM de moins de 3 mois ou une progression de 2 points à l EDSS au cours des 12 mois précédents et 1 nouvelle lésion rehaussée par le gadolinium sur une IRM de moins de 3 mois. La mitoxantrone n a pas l indication dans les formes primaires de SEP. La posologie d Elsep recommandée est 12 mg/m 2 une fois par mois pendant 6 mois sans dépasser 20 mg par perfusion. La dose maximale cumulée est limitée à 72 mg/m 2, avec une dose totale cumulée de 120 mg en raison de sa toxicité cardiaque et hématologique, notamment leucémogène, partiellement dose-dépendante. Dernièrement, deux études viennent d être publiées sur les risques de leucémies après mitoxantrone (21, 22) : la cohorte française comprenant 802 patients suivis de façon prospective sur une période d au moins 5 ans après l initiation de la mitoxantrone identifia 2 cas de leucémies myéloïdes aiguës sur une période moyenne de 6,7 ans correspondant à une incidence de 0,25 % (95%CI : 0,07-0,90 %). La cohorte italienne retrouva 30 cas de leucémies myéloïdes aiguës/3 220 patients suivis sur une période de 49 ± 29 mois correspondant à un taux d incidence nettement plus élevé à 0,93 % (95% CI : 0,60-1,26 %). Concernant le risque cardiaque, un cas d insuffisance cardiaque aiguë fut décrit dans la cohorte française et 39 patients présentèrent une diminution de la fraction d éjection du ventricule gauche < 50 % (persistante dans 11 cas, réversible dans 27 cas). La mitoxantrone peut également entraîner une aménorrhée chez la femme en âge de procréer. Dans la cohorte française, sur 317 patientes 45 ans au début du traitement, 17, 3 % développèrent une aménorrhée persistante. Une étude de phase II ne montra pas de bénéfice de la mitoxantrone sur la progression du handicap comparativement au placebo à 2 ans chez des patients atteints de SEP primaire progressive (23). Le méthotrexate Le méthotrexate (MTX) n a pas montré d efficacité significative dans la ou SP. Un essai randomisé en double aveugle évaluant l efficacité du MTX à la posologie de 7,5 mg/ sem vs placebo inclut 60 patients (18, 42 ). A 2 ans l évaluation effectuée à l aide d une score composite (EDSS, index ambulatoire, Box and Block Test, 9-Hole Peg test), montra une moindre progression dans le groupe MTX (p = 0,01) ; l effet concernait notamment les fonctions des membres supérieurs (évaluées par le test de dextérité manuelle). Cette étude n a pas montré d effet significatif sur la progression du handicap (EDSS) (24). Une étude utilisant le MTX intrathécal (25) fut réalisée chez 121 patients (87 et 34 SEP- PP) présentant des critères d activité, dans l année précédente, définis par au moins 1 poussée, une aggravation d au moins 0,5 point d EDSS et une majoration des lésions à l IRM avec ou sans lésion rehaussée par le gadolinium. Une injection intrathécale de 12,5 mg fut effectuée toutes les 8 à 11 semaines jusqu à un maximum de 8. Aucun effet indésirable sévère ne fut rapporté. L EDSS resta stable ou s améliora chez 89 % des patients atteints de forme secondairement progressive avec une amélioration des scores moyens de l EDSS significatif entre la baseline et la phase post-thérapeutique (p = 0,014). Chez 82 % des patients, l EDSS fut stabilisé. Bien que la tolérance fût satisfaisante au cours de l essai, il s agit d un traitement lourd non dénué de risque. En effet, le MTX intrathécal présente une toxicité avérée pour le SNC avec de graves complications potentielles : paraplégie, ataxie, convulsions, encéphalopathie avec coma Par conséquent, la prescription de ce type de traitement au cours de la SEP ne paraît pas raisonnable. L azathioprine L azathioprine n a montré aucun bénéfice sur la progression du handicap dans les formes progressives de SEP. Neurologies Mai 2012 vol. 15 numéro

5 Le mycophénolate mofetil Le mycophénolate mofetil n a pas fait l objet d études dans les formes progressives de SEP. anticorps monoclonaux Le rituximab Le rituximab, anticorps monoclonal sélectif anti-cd20, ayant démontré son efficacité chez les patients atteints de SEP rémittente active lors d un essai de phase II, fut testé chez les patients présentant une (26). Une étude nordaméricaine randomisée (2/1) inclut 439 patients recevant 2 perfusions de mg de rituximab ou placebo toutes les 24 semaines pendant 96 semaines. Le critère de jugement principal était le délai confirmant une progression du handicap maintenu à 3 mois. Il ne fut pas montré de différence significative entre les 2 groupes (p = 0,14). Pendant la période de l étude, les patients sous rituximab eurent une plus faible majoration du volume lésionnel T2 comparativement au groupe placebo (p < 0,001). Les variations de volume cérébral restèrent similaires dans les 2 groupes (p = 0,62). Les analyses en sous-groupe montrèrent que le délai confirmant une progression du handicap était retardé chez les patients traités par rituximab âgés de moins de 51 ans (hazard ratio [HR] = 0,52 ; p = 0,01), chez ceux ayant des lésions rehaussées par le gadolinium (HR = 0,41 ; p = 0,007), et chez ceux combinant un âge < 51 ans et la présence de lésions rehaussées par le gadolinium (HR = 0,33 ; p = 0,009) comparés au placebo. Bien que l étude soit négative pour le critère de jugement principal, le rituximab pourrait avoir un intérêt notamment au début de la maladie s il existe une composante inflammatoire. L alemtuzumab L alemtuzumab (Campath-1H), anticorps monoclonal anti-cd-52, fut testé dans les années 90 chez les patients atteints de SEP secondairement progressive. Les résultats montrèrent une réduction significative du taux annualisé de poussées mais pas d effet sur la progression du handicap (27). L ocrelizumab L ocrelizumab est un nouvel anticorps monoclonal anti-cd20 humanisé ayant montré des résultats positifs dans une étude de phase II dans les SEP de forme rémittente (28). Cette molécule fait l objet actuellement de protocoles de phase III dans les formes rémittentes et primaires progressives. autres molécules évaluées dans la SEP L érythropoïétine recombinante L érythropoïétine recombinante, agent neuroprotecteur, fit l objet d une 1 re étude pilote réalisée chez seulement 8 patients atteints de et SP ne permettant pas de conclure (29). Une étude de phase II randomisée en double aveugle contre placebo est actuellement en cours. La lamotrigine La lamotrigine fut testée dans un essai thérapeutique randomisé en double aveugle vs placebo dans les, avec l objectif de montrer une action neuroprotectrice (bloqueurs de canaux sodium). Le critère de jugement principal était la variation d une partie du volume cérébral. Aucune différence significative ne fut montrée entre les 2 groupes à 24 mois, avec même une augmentation réversible de la perte de volume cérébral avec la lamotrigine (30). La fampridine Bien que les thérapeutiques symptomatiques ne fassent pas l objet de ce travail, citons la fampridine, traitement symptomatique visant à améliorer la vitesse de marche des patients présentant une limitation de leur périmètre de marche. Une phase III inclut 301 patients (formes rémittentes, primaire et secondairement progressives) avec un EDSS moyen à 5,8 ± 1,1 randomisés en 2 groupes : fampridine (10 mg 2 fois/j ; n = 229) vs placebo (n = 72), pendant 14 semaines. 35 % des patients du groupe fampridine étaient répondeurs comparés à 8 % dans le groupe placebo (p < 0,0001). Une 2 e étude de phase III inclut 339 patients (formes rémittentes, primaires et secondairement progressives) avec un EDSS moyen à 5,7 ± 1,1 randomisés en 2 groupes : fampridine (10 mg 2 fois/j ; n = 120) versus placebo (n = 119), pendant 9 semaines. 42,9 % des patients du groupe fampridine étaient répondeurs vs à 9,3 % dans le groupe placebo (p < 0,0001). Les principaux effets secondaires étaient des épisodes d infections urinaires, une insomnie, une asthénie, des céphalées, des nausées et des troubles de l équilibre. Un patient a présenté une crise d épilepsie (31). Cette molécule a obtenu l AMM et nous attendons sa commercialisation. Plusieurs molécules sont actuellement testées dans les formes primaires et secondairement progressives de SEP au cours d essais thérapeutiques de phases II et III répertoriés sur le website Clinical- Trials.gov (liste non exhaustive : Tab. 1.). Conclusion Les possibilités thérapeutiques dans les formes progressives de 210 Neurologies Mai 2012 vol. 15 numéro 148

6 Tableau 1 - Molécules évaluées dans les formes progressives de la SEP. Molécules Formes de la maladie Design de l étude Status Références Cyclophosphamide Phase III (randomisée, en double aveugle vs méthylprednisolone, efficacité) Protocole PROMESS FTY 720 Phase III (randomisée, en double aveugle vs placebo, efficacité, tolérance et sécurité d emploi) Ocrelizumab Phase III (randomisation 2 :1, en double aveugle, vs placebo, efficacité, tolérance et sécurité d emploi) Natalizumab Phase III (randomisée, en double aveugle, vs placebo, efficacité) Masitinib (inhibiteur de la tyrosine kinase avec pour cible les mastocytes) Masitinib Phase III (randomisée, en double aveugle, 2 doses - 3 mg/kg/j et 6 mg/kg/j - vs placebo, variation du MSFC à 1an) Phase IIb/III (randomisée, en double aveugle, 6 mg/kg/j, vs placebo, efficacité, tolérance et sécurité d emploi) Rituximab Phase I/II (randomisée en double aveugle, rituximab IV et intrathécal vs placebo, efficacité, tolérance et sécurité d emploi) MIS416 (immunomodulateur IV) Idebenone (antioxydant) Erythropoïétine Dirucotide (peptide synthétique correspondant à une portion de la protéine basique de la myéline) Greffe de cellules mésenchymateuses autologues Carbonate de lithium Sunphenon EGCG (anti-inflammatoire, neuroprotecteur) Phase I/II (étude en ouvert, tolérance et sécurité d emploi, posologie) Phase I/II (randomisée, en double aveugle contre placebo, tolérance et sécurité d emploi, efficacité) Phase II (randomisée, en double aveugle contre placebo, efficacité) Phase III (randomisée, en double aveugle contre placebo, efficacité, tolérance et sécurité d emploi) Phase I/II (randomisée, vs placebo, tolérance et sécurité d emploi, efficacité) Phase I/II (randomisée, 2 doses, simple aveugle, cross over, tolérance et sécurité d emploi, efficacité) Phase III (randomisée, en double aveugle vs placebo, efficacité) Hydroxyurée Phase II/III (randomisée, en double aveugle vs placebo, tolérance et sécurité d emploi, efficacité) Acide lipoïque (anti-oxydant) Greffe de cellules mésenchymateuses autologues Greffe de cellules mésenchymateuses autologues SEP-RR Phase II/III (randomisée, en double aveugle vs placebo, tolérance et sécurité d emploi, efficacité) Phase I/II (randomisée, vs placebo, tolérance et sécurité d emploi, efficacité) Phase I (faisabilité, tolérance et sécurité d emploi) En cours, phase de recrutement terminée En cours, phase de recrutement terminée Etude terminée Pas de publication actuellement Pas d effet sur le délai de progression d au moins 1 point d EDSS confirmé à 6 mois, ni les critères secondaires (32) : SEP Neurologies secondairement Mai progressive 2012 vol. ; 15 numéro : SEP primaire 148 progressive ; NIH : U.S. National Institutes of Health. 211

7 SEP sont actuellement restreintes. Dans la forme PP, aucun traitement n a fait la preuve de son efficacité et n est validé. Certaines molécules sont prescrites hors AMM, comme les immunosuppresseurs, notamment le cyclophosphamide en début de maladie, avec pour objectif une stabilisation du handicap. Dans les formes SP, certains IFNβ ont l indication s il persiste des poussées ; la mitoxantrone a l AMM en cas de phase agressive répondant aux critères sus-cités ; le cyclophosphamide est également utilisé dans cette forme. Plusieurs essais thérapeutiques sont actuellement en cours : le fingolimod et l ocrélizumab pour les formes PP, le natalizumab pour les formes SP, le masitinib pour les formes PP et SP. A côté des traitements de fond, la prise en charge symptomatique multidisciplinaire est essentielle. n Correspondance Dr Sophie Pittion-Vouyovitch Service de neurologie CHU de nancy Mots-clés : Sclérose en plaques, Formes primaires progressives, Formes secondairement progressives, Interférons, Acétate de glatiramère, Cyclophosphamide, Mitoxantrone, Rituximab, Alemtuzumab, Ocrelizumab, Erythropoïétine recombinante, Lamotrigine, Fampridine Bibliographie 1. European Study Group on interferon beta-1b in secondary progressive MS. Placebo-controlled multicentre randomised trial of interferon beta- 1b in treatment of secondary progressive multiple sclerosis. Lancet 1998 ; 352 : Panitch H, Miller A, Paty D, Weinshenker B, for the North American Study Group on Interferon beta-1b in Secondary Progressive MS. Interferon beta-1b in secondary progressive MS: results from a 3-year controlled study. Neurology 2004 ; 63 : Kappos L, Weinshenker B, Pozzilli C et al., for the European (EU-SPMS) Interferon beta-1b in Secondary Progressive Multiple Sclerosis Trial Steering Committee and Independent Advisory Board; North American (NA- SPMS) Interferon beta-1b in Secondary Progressive Multiple Sclerosis Trial Steering Committee and Independent Advisory Board. Interferon beta-1b in secondary progressive MS: a combined analysis of the two trials. Neurology 2004 ; 63 : Randomized controlled trial of interferon-beta-1a in secondary progressive MS: clinical results. Neurology 2001 ; 56 : Cohen JA, Cutter GR, Fischer JS et al. IMPACT Investigators. Benefit of interferon beta-1a on MSFC progression in secondary progressive MS. Neurology 2002 ; 59 : Montalban X, Sastre-Garriga J, Tintoré M et al. A single-center, randomized, double-blind, placebo-controlled study of interferon beta-1b on primary progressive and transitional multiple sclerosis. Mult Scler 2009 ; 15 : Tur C, Montalban X, Tintoré M et al. Interferon B-1b for the treatment of primary progressive multiple sclerosis: five-year clinical trial follow-up. Arch Neurol 2011 ; 68 : Wolinsky JS, Narayana PA, O Connor P et al. ; for the PROMiSe Trial Study Group. Glatiramer acetate in primary progressive multiple sclerosis: results of a multinational, multicenter, double-blind, placebo-controlled trial. Ann Neurol 2007 ; 61 : Hommes OR, Prick JJ, Lamers KJ. Treatment of the chronic progressive form of multiple sclerosis with a combination of cyclophosphamide and prednisone. Clin Neurol Neurosurg 1975 ; 78 : Hauser SL, Dawson DM, Lehrich JR et al. Intensive immunosuppression in progressive multiple sclerosis. A randomized, three-arm study of highdose intravenous cyclophosphamide, plasma exchange, and ACTH. N Engl J Med 1983 ; 308 : The Canadian Cooperative Multiple Sclerosis Study Group. The Canadian cooperative trial of cyclophosphamide and plasma exchange in progressive multiple sclerosis. Lancet 1991 ; 337 : Zephir H, de Seze J, Duhamel A et al. Treatment of progressive forms of multiple sclerosis by cyclophosphamide: a cohort study of 490 patients. J Neurol Sci 2004 ; 218 : Delmont E, Chanalet S, Bourg V et al. [Treatment of progressive multiple sclerosis with monthly pulsed cyclophosphamide-methylprednisolone: predictive factors of treatment response]. Rev Neurol (Paris) 2004 ; 160 : Perini P, Calabrese M, Rinaldi L, Gallo P. The safety profile of cyclophosphamide in multiple sclerosis therapy. Expert Opin Drug Saf 2007 ; 6 : Awad A, Stüve O. Cyclophosphamide in multiple sclerosis: scientific rationale, history and novel treatment paradigms. Ther Adv Neurol Disord 2009 ; 2 : Le Bouc R, Zéphir H, Majed B et al. No increase in cancer incidence detected after cyclophosphamide in a French cohort of patients with progressive multiple sclerosis. Mult Scler 2012 ; 18 : Portaccio E, Zipoli V, Siracusa G et al. Safety and tolerability of cyclophosphamide pulses in multiple sclerosis: a prospective study in a clinical cohort. Mult Scler 2003 ; 9 : Zipoli V, Portaccio E, Hakiki B et al. Intravenous mitoxantrone and cyclophosphamide as second-line therapy in multiple sclerosis: an open-label comparative study of efficacy and safety. J Neurol Sci 2008 ; 266 : Edan G, Miller D, Clanet M et al. Therapeutic effect of mitoxantrone combined with methylprednisolone in multiple sclerosis: a randomised multicentre study of active disease using MRI and clinical criteria. J Neurol Neurosurg Psychiatry 1997 ; 62 : Hartung HP, Gonsette R, König N et al. Mitoxantrone in progressive multiple sclerosis: a placebo-contrllled, double-blind, randomised, multicentre trial. Lancet 2002 ; 360 : Le Page E, Leray E, Edan G ; French Mitoxantrone Safety Group. Longterm safety profile of mitoxantrone in a French cohort of 802 multiple sclerosis patients: a 5-year prospective study. Mult Scler 2011 ; 17 : Martinelli V, Cocco E, Capra R et al ; Italian Mitoxantrone Group. Acute myeloid leukemia in Italian patients with multiple sclerosis treated with mitoxantrone. Neurology 2011 ; 77 : Stuve O, Kita M, Pelletier D, Fox RG et al. Mitoxantrone as a potential therapy for primary progressive multiple sclerosis. Mult. Scler 2004 ; 10 : S Goodkin DE, Rudick RA, VanderBrug Medendorp S et al. Low-dose (7.5 mg) oral methotrexate reduces the rate of progression in chronic progressive multiple sclerosis. Ann Neurol 1995 ; 37 : Sadiq SA, Simon EV, Puccio LM. Intrathecal methotrexate treatment in multiple sclerosis. J Neurol 2010 ; 257 : Hawker K, O Connor P, Freedman MS et al ; OLYMPUS trial group. Rituximab in patients with primary progressive multiple sclerosis: results of a randomized double-blind placebo-controlled multicenter trial. Ann Neurol 2009 ; 66 : Coles AJ, Cox A, Le Page E et al. The window of therapeutic opportunity in multiple sclerosis: evidence from monoclonal antibody therapy. J. Neurol 2006 ; 253 : Kappos L, Li D, Calabresi PA et al. Ocrelizumab in relapsing-remitting multiple sclerosis: a phase 2, randomised, placebo-controlled, multicentre trial. Lancet 2011 ; 378 : Ehrenreich H, Fischer B, Norra C et al. Exploring recombinant human erythropoietin in chronic progressive multiple sclerosis. Brain 2007 ; 130 : Kapoor R, Furby J, Hayton T et al. Lamotrigine for neuroprotection in secondary progressive multiple sclerosis: a randomised, double-blind, placebo-controlled, parallel-group trial. Lancet Neurol 2010 ; 9 : Dunn J, Blight A. Dalfampridine: a brief review of its mechanism of action and efficacy as a treatment to improve walking in patients with multiple sclerosis. Curr Med Res Opin 2011 ; 27 : Freedman MS, Bar-Or A, Oger J et al. MAESTRO-01 Investigators. A phase III study evaluating the efficacy and safety of MBP8298 in secondary progressive MS. Neurology 2011 ; 77 : Neurologies Mai 2012 vol. 15 numéro 148

8

9

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 ACTUALITES THERAPEUTIQUES Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 Traitement de fond Objectifs: Réduire le nombre de poussées Arrêter ou freiner la progression du handicap Les traitements disponibles

Plus en détail

GILENYA MC Sclérose en plaques (SEP) de forme rémittente

GILENYA MC Sclérose en plaques (SEP) de forme rémittente GILENYA MC Sclérose en plaques (SEP) de forme rémittente FÉVRIER 2012 Marque de commerce : Gilenya Dénomination commune : Fingolimod Fabricant : Novartis Forme : Capsule Teneur : 0,5 mg Maintien d une

Plus en détail

DSS 4 DSS 6 DSS 7. 8.4 ans 20.1 ans 29.9 ans

DSS 4 DSS 6 DSS 7. 8.4 ans 20.1 ans 29.9 ans pour un malade, impossible de prédire lʼ évolution 25% de formes bénignes utilisation dʼ une canne: 15 ans dʼ évolution utilisation dʼ un fauteuil roulant: 30 ans dʼ évolution DSS 4 DSS 6 DSS 7 8.4 ans

Plus en détail

LES TRAITEMENTS DE LA SEP

LES TRAITEMENTS DE LA SEP LES TRAITEMENTS DE LA SEP Dr Florence ROBERT Service Neurologie CHU Saint-Etienne 1er Colloque de la sclérose en plaques, Saint-Etienne, le 25/05/2012 LES TRAITEMENTS DE FOND DEPENDENT: du type de SEP

Plus en détail

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Quelle(s) affirmation(s) sont vraies? 1- Il n y a pas de traitement efficace de la SEP 2- On peut traiter les

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 5 mars 2014

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 5 mars 2014 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 5 mars 2014 L avis de la Commission de la transparence adopté le 8 janvier 2014 a fait l objet d une audition le 5 mars 2014 AUBAGIO 14 mg comprimé pelliculé Boîte de

Plus en détail

TRAITEMENTS MODIFICATEURS DE L ÉVOLUTION DE LA SP AU CANADA

TRAITEMENTS MODIFICATEURS DE L ÉVOLUTION DE LA SP AU CANADA 175, rue Bloor Est Bureau 700, tour nord Toronto (Ontario) M4W 3R8 Téléphone : 416 922-6065 Télécopieur : 416 922-7538 www.scleroseenplaques.ca Juin 2007 TRAITEMENTS MODIFICATEURS DE L ÉVOLUTION DE LA

Plus en détail

Journée Rhônalpine 2012 d'information sur la SEP

Journée Rhônalpine 2012 d'information sur la SEP Journée Rhônalpine 2012 d'information sur la SEP Service de Neurologie A Fondation Eugène Devic EDMUS Observatoire Français ais de la Sclérose en Plaques (OFSEP) Université Claude Bernard Lyon 1 Hospices

Plus en détail

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne Actualités dans la SEP Docteur Sophie Géhin Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne PLAN I. Epidémiologie et étiologie II. Présentation clinique et évolution III. Critères diagnostiques

Plus en détail

l interféron-bêta Quelle signification? Faut-il les doser?

l interféron-bêta Quelle signification? Faut-il les doser? 1 Les anticorps neutralisant l interféron-bêta Quelle signification? Faut-il les doser? n Si à l échelle d un groupe de patients les NAB ont un effet sur l efficacité du traitement, à l échelle de l individu

Plus en détail

Par Clotilde LATARCHE 1, Marc SOUDANT 1, Juliette LONGIN 2, Anne-Sophie JEAN-DELEGLISE 2, Marc DEBOUVERIE 1,3 1

Par Clotilde LATARCHE 1, Marc SOUDANT 1, Juliette LONGIN 2, Anne-Sophie JEAN-DELEGLISE 2, Marc DEBOUVERIE 1,3 1 RelSEP Description des prises en charge en vie réelle dans une cohorte de patients atteints de sclérose en plaques et suivis dans un registre épidémiologique en région Lorraine. Par Clotilde LATARCHE 1,

Plus en détail

La sclérose en plaques

La sclérose en plaques Hôpital de la Salpêtrière, La sclérose en plaques Catherine Lubetzki Sclérose en plaques 80 000 cas en France Seconde cause de handicap de l adulte jeune 50% des patients ont un handicap permanent à 15

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 15 avril 2015 PLEGRIDY 63 microgrammes + 94 microgrammes, solution injectable en seringue préremplie, coffret d initiation B/2 (CIP : 34009 279 490 3 6) PLEGRIDY 63 microgrammes

Plus en détail

Alemtuzumab (Lemtrada * ) réduit significativement les rechutes dans la sclérose en plaques comparé à l interféron Bêta-1a dans une étude de Phase III

Alemtuzumab (Lemtrada * ) réduit significativement les rechutes dans la sclérose en plaques comparé à l interféron Bêta-1a dans une étude de Phase III COMMUNIQUE DE PRESSE Alemtuzumab (Lemtrada * ) réduit significativement les rechutes dans la sclérose en plaques comparé à l interféron Bêta-1a dans une étude de Phase III - Présentation de nouvelles données

Plus en détail

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA.

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 mai 2013 XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA DCI Code ATC (2012) Motif de l examen Liste

Plus en détail

TRAITEMENT ORAL DANS LA SCLEROSE EN PLAQUES

TRAITEMENT ORAL DANS LA SCLEROSE EN PLAQUES TRAITEMENT ORAL DANS LA SCLEROSE EN PLAQUES La Sclérose en plaques (SEP), affection «démyélinisante» inflammatoire du système nerveux central, est la première cause de handicap permanent chez le sujet

Plus en détail

Traitement de l hépatite C: données récentes

Traitement de l hépatite C: données récentes Traitement de l hépatite C: données récentes J.-P. BRONOWICKI (Vandœuvre-lès-Nancy) Tirés à part : Jean-Pierre Bronowicki Service d Hépatogastroentérologie, CHU de Nancy, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy. Le

Plus en détail

Les nouveaux traitements de fond de la SEP

Les nouveaux traitements de fond de la SEP Sclérose en plaques : les nouveaux traitements Guillaume MATHEY, Hôpital de Metz-Mercy Les nouveaux traitements de fond de la SEP Le but des traitements de fond Forme par poussées 2 ième ligne TYSABRI

Plus en détail

PCR JC LCR + 3335 copies/ml (USA)

PCR JC LCR + 3335 copies/ml (USA) CAFCIM 12 mai 2012 cas de LEMP PONCTION LOMBAIRE 22/07 Cytologie normale protéinorachie glycorachie normales, cultures négatives PCR JC LCR + 3335 copies/ml (USA) AGGRAVATION 1 crise généralisée tonicoclonique

Plus en détail

Anticorps neutralisants des Interférons dans la Sclérose En Plaques en Bretagne

Anticorps neutralisants des Interférons dans la Sclérose En Plaques en Bretagne Anticorps neutralisants des Interférons dans la Sclérose En Plaques en Bretagne Pr Gilles EDAN, Dr Emmanuelle LEPAGE, Morgane PIHAN (Interne), Virginie OLIVE, (Attaché de recherche clinique), Neurologie,

Plus en détail

sclérose en plaque Amandine MATHIAS Formation continue IAL 14.11.2013 Service d immunologie et allergie Service de neurologie

sclérose en plaque Amandine MATHIAS Formation continue IAL 14.11.2013 Service d immunologie et allergie Service de neurologie Evaluation du risque lié au natalizumab dans la sclérose en plaque Amandine MATHIAS Formation continue IAL 14.11.2013 Service d immunologie et allergie Service de neurologie La SEP: une maladie complexe

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

Mieux reconnaître les poussées de sclérose en plaques

Mieux reconnaître les poussées de sclérose en plaques Mieux reconnaître les poussées de sclérose en plaques La Société canadienne de la sclérose en plaques est fière d être une source d information sur la SP. Les renseignements fournis dans la présente publication

Plus en détail

Numéro 18 l 2011. l Traitements pharmacologiques et SEP

Numéro 18 l 2011. l Traitements pharmacologiques et SEP Numéro 18 l 2011 l Traitements pharmacologiques et SEP Comité de Rédaction Fédération Internationale contre la Sclérose en Plaques (MSIF) La mission de la MSIF est de diriger le mouvement international

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

LE TRAITEMENT DES POUSSEES

LE TRAITEMENT DES POUSSEES 5 novembre 2011 LE TRAITEMENT DES POUSSEES Les corticoïdes à fortes doses permettent d accélérer la récupération de la poussée. Ils sont prescrits en perfusion à la dose de 1g par jour pendant 3 jours.

Plus en détail

Recommandation finale du Comité canadien d expertise sur les médicaments Version en langage clair

Recommandation finale du Comité canadien d expertise sur les médicaments Version en langage clair Recommandation finale du Comité canadien d expertise sur les médicaments Version en langage clair FINGOLIMOD (Gilenya Novartis Pharmaceuticals Canada Inc.) Indication: sclérose en plaques Recommandation

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er octobre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er octobre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 er octobre 2008 Examen dans le cadre de la réévaluation du service médical rendu de la classe des IMAO B, en application de l article R 163-21 du code de la sécurité

Plus en détail

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués par les membres

Plus en détail

Les traitements de fond de la SEP

Les traitements de fond de la SEP DES de Neurologie Inter région Rhône Alpes Auvergne Lyon, le 28 février 2014 Les traitements de fond de la SEP Prof. Sandra VUKUSIC Service de Neurologie A et Fondation Eugène Devic EDMUS sur la Sclérose

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

ATTEINTE INFLAMMATOIRE SB

ATTEINTE INFLAMMATOIRE SB CAFCIM 12 mai 2012 ATTEINTE INFLAMMATOIRE SB les attentes du clinicien en matière d imagerie Docteur ROGGERONE Stéphanie Neurologue, Assistante Service Professeur CONFAVREUX, CHU LYON CAFCIM 12 mai 2012

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

La sclérose en plaques : les traitements de fond

La sclérose en plaques : les traitements de fond Ecole de la SEP Session 2012 Rhône-Alpes La sclérose en plaques : les traitements de fond Dr Géraldine ANDRODIAS, Dr Florian CHENEVIER Service de Neurologie A et Centre de Coordination EDMUS sur la Sclérose

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

SEP SEP 1 800 977-2770. LeParcoursMC. LeParcours

SEP SEP 1 800 977-2770. LeParcoursMC. LeParcours MC LeParcours Table des matières Qu est-ce que la sclérose en plaques? 3 Quelle est la cause de la? 4 Quelles sont les formes de? 4 Quels sont les symptômes de la? 5 Comment diagnostique-t-on la? 5 Quel

Plus en détail

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Généralités... 3 2. Signes oculaires... 3 2

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 décembre 2008 VIRAFERONPEG 50 µg/ 0.5 ml, poudre et solvant pour solution injectable B/1 : code CIP 355 189.3 B/4 : code CIP 355 191.8 VIRAFERONPEG, stylo pré-rempli

Plus en détail

NAVELBINE voie orale

NAVELBINE voie orale DENOMINATION DU MEDICAMENT & FORME PHARMACEUTIQUE NAVELBINE voie orale CARACTERISTIQUES Dénomination commune : vinorelbine Composition qualitative et quantitative : Statut : A.M.M. A.T.U. Classe ATC :

Plus en détail

Sclérose en plaques. Dr Elisabeth MAILLART CCA Département des Maladies du Système Nerveux. GH Pitié-Salpêtrière

Sclérose en plaques. Dr Elisabeth MAILLART CCA Département des Maladies du Système Nerveux. GH Pitié-Salpêtrière Sclérose en plaques Dr Elisabeth MAILLART CCA Département des Maladies du Système Nerveux GH Pitié-Salpêtrière IFSI - 05 avril 2013 Plan Introduction Physiopathologie Épidémiologie Clinique Imagerie Biologie

Plus en détail

LE GILENYA TRAITEMENT ORAL DANS LA SCLEROSE EN PLAQUES

LE GILENYA TRAITEMENT ORAL DANS LA SCLEROSE EN PLAQUES LE GILENYA TRAITEMENT ORAL DANS LA SCLEROSE EN PLAQUES (Document à destination des patients) 1 Madame, Monsieur, Votre neurologue vous a prescrit un traitement oral pour votre sclérose en plaques : le

Plus en détail

Revue de la littérature

Revue de la littérature Résultats à long terme des anévrysmes traités Revue de la littérature Cours de DES de neurochirurgie Inter-région Rhône-Alpes / Auvergne Vendredi 22/04/11 Méthode (1): sélection bibliographique en fonction

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Bulletin. Le mot du président Quel avenir pour les interférons et le Copaxone?

Bulletin. Le mot du président Quel avenir pour les interférons et le Copaxone? Bulletin Numéro 34 I Novembre 2013 Vaincre la Sclérose en Plaques par la recherche Le mot du président Quel avenir pour les interférons et le Copaxone? Depuis 1992, les interférons (IFNs) et le Copaxone

Plus en détail

Communiqué de presse. Direction Communication Externe/Interne Sylvie Nectoux TEL : 01 44 34 65 73 Email : sylvie.nectoux@boehringeringelheim.

Communiqué de presse. Direction Communication Externe/Interne Sylvie Nectoux TEL : 01 44 34 65 73 Email : sylvie.nectoux@boehringeringelheim. Les données des études pivots de phase III STARTVerso démontrent l'efficacité du faldaprevir * dans des populations de patients difficiles à guérir telles que celles co-infectées par le VIH et celles avec

Plus en détail

Hypertension artérielle et démences. Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris

Hypertension artérielle et démences. Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris Hypertension artérielle et démences Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris Classification des démences Neurology 2009;72:368 374 Newer representation of the overlap and relative distribution of dementia

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Actualités IRM dans la SEP Thomas Tourdias 1, 2

Actualités IRM dans la SEP Thomas Tourdias 1, 2 Actualités IRM dans la SEP Thomas Tourdias 1, 2 (1) Service de NeuroImagerie Diagnostique et Thérapeutique, CHU Bordeaux, Université de Bordeaux (2) Neurocentre Magendie, INSERM U 862, Université de Bordeaux

Plus en détail

SANTÉ CANADA POUR LE TRAITEMENT DES PATIENTS ATTEINTS DE MYÉLOFIBROSE

SANTÉ CANADA POUR LE TRAITEMENT DES PATIENTS ATTEINTS DE MYÉLOFIBROSE POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Pr JAKAVI MD, LE PREMIER MÉDICAMENT À RECEVOIR UNE AUTORISATION DE COMMERCIALISATION DE SANTÉ CANADA POUR LE TRAITEMENT DES PATIENTS ATTEINTS DE MYÉLOFIBROSE La myélofibrose est

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence On pose fréquemment le diagnostic de migraine sévère à l urgence. Bien que ce soit un diagnostic commun,

Plus en détail

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT SINUSITE/RHINOSINUSITE

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT SINUSITE/RHINOSINUSITE 1. Pathologie Le terme sinusite désigne une inflammation des sinus. On devrait toutefois préconiser le terme clinique pertinent rhinosinusite pour évoquer une inflammation touchant à la fois les sinus

Plus en détail

Communiqué de presse. Merck Serono. 18 septembre 2008

Communiqué de presse. Merck Serono. 18 septembre 2008 Communiqué de presse 18 septembre 2008 Merck Serono annonce le lancement de l'essai clinique ORACLE MS destiné à évaluer la cladribine en comprimés chez des patients à risque de développer une sclérose

Plus en détail

La sclérose en plaques : les traitements

La sclérose en plaques : les traitements Ecole de la SEP Session 2014 Rhône-Alpes La sclérose en plaques : les traitements Dr Françoise DURAND-DUBIEF, Dr Laurence GIGNOUX Service de Neurologie A et Réseau Rhône-Alpes SEP Hôpital Neurologique

Plus en détail

Thrombolyse au rt-pa de 0 à 7 heures dans l étude randomisée FRALYSE. Comparaison entre la procédure NINDS et une procédure à longue durée d infusion.

Thrombolyse au rt-pa de 0 à 7 heures dans l étude randomisée FRALYSE. Comparaison entre la procédure NINDS et une procédure à longue durée d infusion. Thrombolyse au rt-pa de 0 à 7 heures dans l étude randomisée FRALYSE. Comparaison entre la procédure NINDS et une procédure à longue durée d infusion. P. Trouillas, S. Cakmak, L. Derex, M.H. Mahagne, F.

Plus en détail

Les nouvelles formes médicamenteuses orales dans la sclérose en plaques

Les nouvelles formes médicamenteuses orales dans la sclérose en plaques pratique Les nouvelles formes médicamenteuses orales dans la sclérose en plaques Maladie invalidante, la sclérose en plaques touche de nombreuses personnes en France. Les premiers traitements, qui présentaient

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. AVIS 1 er février 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. AVIS 1 er février 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 er février 2012 Le projet d avis adopté par la Commission de la Transparence le 16 novembre 2011 a fait l objet d une audition le 1 février 2012 XEPLION 25 mg, suspension

Plus en détail

Point d Information. Le PRAC a recommandé que le RCP soit modifié afin d inclure les informations suivantes:

Point d Information. Le PRAC a recommandé que le RCP soit modifié afin d inclure les informations suivantes: Point d Information Médicaments à base d ivabradine, de codéine, médicaments contenant du diméthyl fumarate, du mycophénolate mofétil/acide mycophénolique, de l octocog alpha, spécialité Eligard (contenant

Plus en détail

EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME

EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME Docteur Jean PERRIOT Dispensaire Emile Roux Clermont-Ferrand jean.perriot@cg63.fr DIU Tabacologie Clermont-Ferrand - 2015 NOTIONS GENERALES INTRODUCTION.

Plus en détail

La sclérose en plaques

La sclérose en plaques La sclérose en plaques Guillaume MATHEY, neurologie CHR Metz- Thionville SecBon ammppu de Metz 4nov 2014 LA SCLÉROSE EN PLAQUES 1 65 000-100 000 personnes en France 1 Français sur 1000 2-3 femmes pour

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

Compte-rendu du 28 e Congrès de l ECTRIMS Lyon, 10 au 13 octobre 2012

Compte-rendu du 28 e Congrès de l ECTRIMS Lyon, 10 au 13 octobre 2012 DOSSIER ECTRIMS Edito Pr Bruno Brochet Président du Conseil Médical et Scientifique de la LFSEP Compte-rendu du 28 e Congrès de l ECTRIMS Lyon, 10 au 13 octobre 2012 Par le Pr Bruno Brochet Pour la troisième

Plus en détail

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris 8 Avant l introduction des traitements antirétroviraux hautement actifs (HAART), la majorité des patients

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 23 mai 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 23 mai 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 23 mai 2012 SEGLOR 5 mg, gélule B/30 (CIP: 321 899-8) SEGLOR LYOC 5 mg, lyophilisat oral B/30 (CIP: 334 062-4) Laboratoire UCB PHARMA dihydroergotamine (mésilate de)

Plus en détail

LES TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS DANS LA SCLEROSE EN PLAQUES

LES TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS DANS LA SCLEROSE EN PLAQUES LES TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS DANS LA SCLEROSE EN PLAQUES (Document à destination des patients) 1 EFFICACITE ATTENDUE DES TRAITEMENTS IMD Après au moins une deuxième poussée Lorsque les Immunomodulateurs

Plus en détail

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Sylvie CHABAUD Direction de la Recherche Clinique et de l Innovation : Centre Léon Bérard - Lyon Unité de Biostatistique

Plus en détail

COMMENT CHOISIR SON INHIBITEUR DE L'ACÉTYLCHOLINESTÉR ASE? Présenté par: Nicolas-Simon Tremblay

COMMENT CHOISIR SON INHIBITEUR DE L'ACÉTYLCHOLINESTÉR ASE? Présenté par: Nicolas-Simon Tremblay COMMENT CHOISIR SON INHIBITEUR DE L'ACÉTYLCHOLINESTÉR ASE? Présenté par: Nicolas-Simon Tremblay Alzheimer 10 personnes affectées par malade 80% des soins à domicile par aidants naturels Les coûts annuels

Plus en détail

ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS

ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS Btissame Betari Symposium 8 Avril 2014 1 Cas clinique Mr V. 86 ans ATCD : HTA, ACFA traitée par Xarelto Mode de vie : Vit avec sa femme en pavillon Autonome, marche

Plus en détail

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Dr Florence Parent Service de Pneumologie et Soins Intensifs de Pneumologie Hôpital Bicêtre, AP-HP Inserm U999. Université Paris-Sud Traitement anticoagulant

Plus en détail

Traitement des hépatites virales B et C

Traitement des hépatites virales B et C Traitement des hépatites virales B et C GFMER Yaoundé 26 Novembre 2007 Dr José M Bengoa foie cirrhotique foie normal Vitesse de développement de la fibrose fibrose VHD VHB VHC années Indications au traitement

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 2 juin 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 2 juin 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 juin 2010 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 14 juin 2005 (JO du 28 avril 2006) ARTOTEC 50 mg/0,2 mg, comprimé B/30 -

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique

Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique 1 Qu entend on par évaluation au remboursement? L évaluation est

Plus en détail

PROBIOTIQUES ET VAGINOSE

PROBIOTIQUES ET VAGINOSE PROBIOTIQUES ET VAGINOSE QUESTION : Les probiotiques sont-ils un traitement efficace des vaginoses? AUTEUR : Geneviève Bustros-Lussier (JANVIER 2009) P : Patiente ayant une vaginose bactérienne I : Probiotiques

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Service d Urologie - Hôpital de la Conception - APHM. 2. Service de Gynécologie Obstétrique - Hôpital de la Conception - APHM. 3

Service d Urologie - Hôpital de la Conception - APHM. 2. Service de Gynécologie Obstétrique - Hôpital de la Conception - APHM. 3 Efficacité de la stimulation transcutanée chronique du nerf tibial postérieur dans l hyperactivité vésicale de la femme atteinte de Maladie de Parkinson ou d Atrophie Multisystématisée A. Ohannessian 1,2,4,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 janvier 2006 ADVATE 1500 UI, poudre et solvant pour solution injectable 1 flacon(s) en verre de 1 500 UI - 1 flacon(s) en verre de 5 ml avec matériel(s) de perfusion(s)

Plus en détail

Nouveaux traitements pour la SEP, 1 re partie : Bases scientifiques et impacts des traitements oraux de la SEP

Nouveaux traitements pour la SEP, 1 re partie : Bases scientifiques et impacts des traitements oraux de la SEP Nouveaux traitements pour la SEP, 1 re partie : Bases scientifiques et impacts des traitements oraux de la SEP Avec le soutien d une subvention privée à but éducatif de Biogen idec http://www.medscape.org/viewarticle/823890

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

Objectifs. La sclérose en plaques: ce que doit savoir le médecin. Madame A, 25 ans. Programme

Objectifs. La sclérose en plaques: ce que doit savoir le médecin. Madame A, 25 ans. Programme Objectifs La sclérose en plaques: ce que doit savoir le médecin de premier recours Objectifs SEP: Revoir les critères diagnostiques Différencier les traitements de 1ère et de 2ème générations Distinguer

Plus en détail

Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques. Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006

Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques. Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006 Cancer du rein métastatique Nouvelles approches thérapeutiques Sophie Abadie-Lacourtoisie 20 mai 2006 Cancer du rein à cellules claires métastatique (CRM) Plus de 30 % des CR deviendront métastatiques

Plus en détail

Perfusions de corticoïdes à domicile

Perfusions de corticoïdes à domicile Perfusions de corticoïdes à domicile Livret Infirmier Copyright France 2009 Physiopathologie de la SEP La sclérose en plaques (SEP) est une maladie neurologique inflammatoire, caractérisée par la destruction

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 janvier 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 janvier 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 31 janvier 2007 NEUPRO 2 mg/24 h dispositif transdermique Sachet-dose, B/30 : 377 209-7 Sachet-dose, B/90 : 570 143-4 NEUPRO 4 mg/24 h dispositif transdermique Sachet-dose,

Plus en détail

GASTRO-ENTEROLOGIE. Variabilité. A des entrées. B des sites anatomiques. C inter-individuelle. D intra-individuelle

GASTRO-ENTEROLOGIE. Variabilité. A des entrées. B des sites anatomiques. C inter-individuelle. D intra-individuelle GASTRO-ENTEROLOGIE Variabilité A des entrées B des sites anatomiques 2 l externe + 2 l interne 15 litres sécrétion-absorption entrée 2 l duodénum 4 l grêle 3 l côlon 0,3 l anus 0,3 l œsophage 10" estomac

Plus en détail

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03 A Randomized Trial of Hyperglycemic Control in Pediatric Intensive Care Lalande Marion, Biblio du 3/03 Justification de l étude Etat actuel des connaissances sur le contrôle glycémique chez l adulte :

Plus en détail

3/ Sclérose en plaques

3/ Sclérose en plaques SEMESTRE 2 UE 2.3.S2 Santé, maladie, handicap, accidents de la vie I. Introduction 3/ Sclérose en plaques Historique Triade de Charcot: dysarthrie, nystagmus, tremblement Diagnostic de syphilis Anatomopathologie:

Plus en détail

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir?

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? H Le Hors-Albouze Urgences pédiatriques Timone enfants Marseille Traumatismes crâniens (TC) de l enfant Grande fréquence même si incidence réelle mal

Plus en détail

La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique

La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique 2 èmes Assises de l Innovation Thérapeutique Paris, 05-11-2014 La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique Pr. Jean-François DHAINAUT Président du Groupement Inter-régional de la Recherche Clinique

Plus en détail

ALLERGIE AUX VENINS D HYMENOPTERES

ALLERGIE AUX VENINS D HYMENOPTERES ALLERGIE AUX VENINS D HYMENOPTERES QUI, COMMENT ET COMBIEN DE TEMPS DESENSIBILISER? JOËLLE BIRNBAUM UPRES EA 3287 Université de la Méditerranée Service Pneumo-alergologie Hôpital Ste Marguerite, Marseille

Plus en détail

Café News. Bulletin d actualités destiné aux professionnels de l information. Echos de la recherche

Café News. Bulletin d actualités destiné aux professionnels de l information. Echos de la recherche N 1 Mai 2001 Santé et Café News Bulletin d actualités destiné aux professionnels de l information SOMMAIRE Echos de la recherche Café et maladie de Parkinson : un effet préventif? Café et céphalées de

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE?

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? TABLES DES MATIÈRES Publié par la Fédération mondiale de l hémophilie (FMH) Fédération mondiale de l hémophilie, 2014 La FMH encourage la traduction et la redistribution de

Plus en détail