Laboratoire National de Référence. Fièvre catarrhale ovine : diagnostique virologique. Rapport annuel d'activité, année 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Laboratoire National de Référence. Fièvre catarrhale ovine : diagnostique virologique. Rapport annuel d'activité, année 2013"

Transcription

1 Laboratoire National de Référence Fièvre catarrhale ovine : diagnostique virologique Rapport annuel d'activité, année 213 A. Introduction Précisez la catégorisation du danger (en SA) sinon la justification de l'existence du mandat de LNR Danger sanitaire de 1ére catégorie Les faits marquants de l'année Départ d Alexandra DESPRAT (contrat non renouvellé) Emergence de BTV-1 en Corse en Septembre 213 Augmentation des activités liées au diagnostic B. Activités de développement, d'analyse et d'est 1. Méthodes disponibles au LNR 1.1. INDICATEUR COP Référence n 1 Indicateur COP Référence n 1-i) Précisez ici le nombre de méthodes développées ou révisées que vous avez proposées à l autorité compétente au cours de l année N Donner le nom et une brève description de chacune de ces méthodes Indicateur COP Référence n 1-ii) Précisez ici le nombre de méthodes développées ou révisées qui sont susceptibles d être prêtes pour être 1

2 proposées à l autorité compétente au cours de l année N Matériels biologiques ou chimiques, matériaux de référence et échantillons et souches d'intérêt Décrire ici les collections d'échantillons biologiques ou d'autre nature (environnement, aliment...) conservés par le LNR; indiquer les méthodes de conservation, la température, le nombre de "repositories", le nombre d'échantillons par souche, l'enregistrement associé...). Toutes les souches isolées (surnageant de cultures de cellules) sont mises en aliquotes et stockées à -8 C. Des fiches (Fiche Procédure A VIRO V.5.1) sont renseignées (origine du prélèvement initial, espèce, historique de passage ) et archivées dans X:\VIRO\Enregistrement\5 Consommable \ Consommable Biologique\Collection\BTV Nombre de souches/échantillons reçu(e)s et mises en collection dans l'année 7 Nombre de souches/échantillons maintenus au total Activités d'analyses de première intention pour l'année N Nombre d'analyses de première intention réalisées dans l'année, de biotypie, sérotypie, caractérisation moléculaire Détaillez ici par type d'analyse de première intention - 13 isolats de BTV-1 Corse nouveaux isolats de FCO (3 souches de BTV-3, une souche BTV-6 et 3 BTV non identifiés obtenus à partir de prélèvements de Guyane. C est le premier isolement de BTV-3 en Amérique du Sud. 2

3 1553 analyses par PCR dont 1123 portent sur le diagnostic de l épizootie Corse 213, 24 sur le plan de surveillance de la Corse (juillet et aout), 28 concernent des suspicions cliniques sur le continent et le reste dans le cadre d enquêtes sur la prévalence de la FCO en Guyane. 32 recherches du virus FCO par inoculation aux œufs embryonnés ou aux cellules KC (cellules de Culicoïdes). 3. Activités de confirmation et activités de laboratoire expert 3.1. Analyses de seconde intention Nombre d'analyses de seconde intention réalisées dans l'année, de biotypie, sérotypie, caractérisation moléculaire Détaillez ici par type d'analyse de confirmation Dans le cadre du programme de surveillance sérologique programmée en France continentale, le LNR a réalisé 16 analyses PCR sur des bovins présentant des sérologies positives. Le génome viral n a pas été détecté chez ces animaux. Taux de confirmations par type d analyse (= nombre d analyses confirmées / nombre d analyses de seconde intention réalisées) 3.2. Activités de production et de contrôle de matériaux de référence et de réactifs biologiques, contribution à l inspection, AMM Le LNR produit-il et fournit-il des réactifs? Oui Quelles sont les bases réglementaires ou infra-réglementaires (note de service) Norme PCR UN Quels sont les types de réactifs produits et fournis (vaccins, kits, autres)? 3

4 Le LNR a fourni aux laboratoires départementaux faisant parti du réseau, du matériel de référence pour l adoption des méthodes PCR tout génotype ou génotypage 1/8 (13 envois de sang). Quels est le nombre de lots produits et fournis par an? (moyenne sur les 5 dernières années) 1 Quelles sont les quantités produites/fournies par lot? (moyenne sur les 5 dernières années) 28 Estimez le temps consacré à la production/mise à disposition? (moyenne sur les 5 dernières années).1 ETP Quels contrôles internes réalisez-vous sur ces réactifs? Contrôles ponctuels sur la stabilité A quels clients fournissez-vous ces réactifs? Aux laboratoires du réseau FCO Sous quelles conditions fournissez-vous ces réactifs (à la demande, à titre gracieux, autre)? A la demande. Facturé Le LNR fournit-il des matériaux de référence? Oui Le LNR réalise-t-il des contrôles de réactifs commerciaux? 4

5 Non 4. Analyse de l'évolution des tendances en termes d'activité Détaillez ici l'analyse de l'évolution des tendances en termes d'activité (augmentation, diminution... sur les 5 dernières années) Très nette augmentation due principalement à l épizootie de FCO corse 5. Activités d'expertise scientifique et technique 5.1. Demandes d expertise scientifique et technique du ministère (chargé de l agriculture, santé, etc ) ou d instances communautaires et internationales qui concernent votre domaine de compétence Nombre de rapports d'est rendus dans l'année 2 Détaillez ici les demandes d'est et les noms des mandataires Groupe AD HOC de l'oie sur les Orbivirus 5.2. Autres expertises Les membres de l'équipe du LNR peuvent avoir des activités d'expertise (internes: CES, GT ou externe: EFSA...) ou des activités auprès de commissions de normalisation (Afnor...). Détaillez ici ces activités et estimez le temps qui y est consacré. Participation de S. Zientara, E. Breard et C. Sailleau aux programmes de surveillance : Action 1 : Surveillance clinique en zone indemne Action 2 : Surveillance programmée en France continentale en 213 Action 3 : Surveillance programmée en Corse. C. SAILLEAU aux GT surveillance FCO (DGAL, DDCSPP) 3 réunions dans l année GECU CES SA : 2 COPIL FCO : 2 Participation de E bréard et C Sailleau au GT4 AFNOR «contrôle de réactifs PCR» 5

6 5.3. Dossiers de demande d'agrément Nombre de dossiers de demande d'agrément étudiés dans l'année C. Animation du réseau de laboratoires officiels 5.4 Organisation d'eila INDICATEUR COP Référence n 2 Indicateur COP Référence n 2-a. Précisez ici le nombre d'eila organisés par le LNR au cours de l année N Ces EILA ont-ils été réalisés selon la norme 1743 (avec ou sans accréditation)? Oui Si vous n'êtes pas accrédité 1743, avez-vous bénéficié d'un audit interne? Non Détaillez ici le nombre de laboratoires ayant participé pour chaque EILA; le nombre de laboratoires ayant obtenu des résultats défavorables pour chaque EILA; les actions mises en oeuvre pour l'identification des causes et des mesures correctives Pas d EILA cette année- Mise en sommeil du réseau de laboratoire en raison du recouvrement du statut indemne de la France continentale (Décembre 212) Indicateur COP Référence n 2-a. Précisez ici le nombre d'eila que vous prévoyez d'organiser au cours de l année N+1 6

7 Indicateur COP Référence n 2-a. Ces EILA sont-ils réalisés selon la norme 1743 avec ou sans accréditation? Non Indicateur COP Référence n 2-b. Précisez ici le nombre d'eil (hors EILA - dont EILV en lien avec méthodes en cours de validation telles que précisées dans le paragraphe 1.1) organisés par le LNR au cours de l année N Indicateur COP Référence n 2-b. Précisez ici le nombre d'eil (hors EILA) que vous prévoyez d'organiser au cours de l année N+1 Indicateur COP Référence n 3. Le cas échéant, indiquez que le système qualité en référence à la norme NF EN ISO/CEI 1743 est en place Non Précisez s'il a été évalué par audit interne Non 5.5. Modalités de diffusion des données de surveillance et production du LNR Détaillez ici les modalités Publications nationales, internationales, congrès 5.6. Formation, organisation d'ateliers, accueil de stagiaires Nombre de journées d'échange et de restitution rassemblant les laboratoires agréés du réseau organisées dans l'année Nombre de sessions de formation des personnels des laboratoires agréés aux 7

8 méthodes utilisées pour les contrôles officiels que le LNR a organisées dans l'année 5.7. Activités de conseil aux professionnels Détaillez ici ces activités et estimez le temps qui y est consacré Des conseils techniques sont donnés par oral et/ou mails. Le LNR est contacté régulièrement par les LVD, DDPP et vétérinaires praticiens (plus rarement) 5.8. EILA auxquels le LNR a participé dans l'année Détaillez les EILA auxquels vous, en tant que LNR, vous avez participé dans l'année Le LNR FCO a participé à l EILA FCO (RT-PCR, ELISA) organisé chaque année par le LR-UE (Pirbright Institute). D. Participation aux activités de surveillance 6. Existence et gestion d'un réseau 6.1. Indiquer si le LNR est intégré à un (ou des) dispositif(s) de surveillance? Oui Quelle est la dénomination spécifique de ce dispositif? Participation de S. Zientara, E. Breard et C. Sailleau aux programmes de surveillance : Action 1 : Surveillance clinique FCO en zone indemne Action 2 : Surveillance programmée en France continentale en 213 Action 3 : Surveillance programmée en Corse Indiquer qui est le gestionnaire de ce dispositif 8

9 DGAL 6.3. Préciser si d'autres unités/entités de l'agence sont intégrées dans ce dispositif à vos cotés Oui Lesquelles? Plateforme ESA (Survepi) 7. Les partenaires et acteurs de ce dispositif de surveillance Sont acteurs ou partenaires de ce dispositif (plusieurs réponses possibles) : Le réseau de laboratoire du LNR 8. Modalités de surveillance Préciser si ce dispositif repose (plusieurs réponses possibles) : Sur des modalités de surveillance événementielles (notification de cas par des acteurs de terrain) Sur des modalités de surveillance programmées (active) 9. Autres activités du LNR en matière de surveillance En dehors des aspects analytiques, quelles sont les autres activités auxquelles le LNR (avec éventuellement les autres unités de l'agence impliquées) participe dans le cadre de la surveillance? (plusieurs réponses possibles) Définition des orientations stratégiques de la surveillance Participation au comité de pilotage du dispositif Définition des modalités de surveillance (protocoles) Appui scientifique et technique Participation à un comité ou groupe de travail d'appui scientifique et technique du dispositif Gestion et analyse des données Interprétation des données Evaluation de la surveillance 9

10 Parmi ces activités, certaines mériteraient-elles une attention ou un investissement plus particulier de l'agence et pourquoi? Afin d approfondir certaines de ces activités, l investissement de l agence pourrait être de fournir un deuxième technicien à cette équipe de 4 personnes (S. Zientara, E. Breard (IR2), C. Sailleau (IR2) et C. Viarouge (Tech)). E. Activités de recherche en lien avec l activité de référence 1.1. Recherches méthodologiques pour la référence Détaillez ici les recherches méthodologiques que vous avez réalisées dans l'année : objectifs, partenariats, apports du LNR, projets retenus dans le cadre d'appels à projets... Développement de nouveaux outils sérologiques pour la détection des anticorps du groupe Bluetongue ou spécifiques des différents sérotypes (technologie du LUMINEX) Projet Européen RAPIDIA Field Test Recherches associées pour la référence Détaillez ici les recherches associées auxquelles vous avez participé dans l'année (participations à des études cliniques, études d'incidences, modèles d'infections expérimentales, études toxicologiques, essais vaccinaux...): objectifs, partenariats, apports du LNR, projets retenus dans le cadre d'appels à projets... Dans le cadre du projet européen Orbivac : essai de vaccin de nouvelle génération (DISC Vaccine- développé par l'équipe de Polly Roy (GB)) sur ovins suivi d'une épreuve virulente (CRBM-ENVA). Dans le cadre du projet ISCOM (Suède) : essai de vaccin de nouvelle génération (Vaccin sous unitaire - développé par l'équipe de JF Valarcher) sur bovins suivi d'une épreuve virulente (PFIE-INRA Nouzilly). F. Liste des publications et communications dans le cadre du mandat 1

11 Publications de l'année destinées aux professionnels (Les publications qui figureront dans le rapport doivent être sous presse ou publiées.) CYRIL VIAROUGE, CORINNE SAILLEAU, GERMAIN RIVES, ALEXANDRA DESPRAT, EMMANUEL BREARD, MANUELLE MILLER, XAVIER BAUDRIMONT, RENAUD LANCELOT, DAMIEN VITOUR, STEPHAN ZIENTARA Identification et caractérisation des virus de la fièvre catarrhale ovine et de la maladie hémorragique épizootique en Guyane en 211 et 212. Epidémiologie et santé animales, n 63, DAMIEN VITOUR, VIRGINIE DOCEUL, EMILIE CHAUVEAU, ESTELLE LARA, STEPHAN ZIENTARA Induction et modulation de la synthèse d'interféron de type I par le BTV. Bulletin de l Académie Vétérinaire de France, 166(3), PASCAL HENDRIKX, STEPHAN ZIENTARA Difficultés et incertitudes de l éradication : l exemple de la fièvre catarrhale ovine en France. Epidémiologie et santé animales, 64, PERRIN JEAN-BAPTISTE, CORINNE SAILLEAU, EMMANUEL BREARD, THOMAS CLEMENT, MELANIE GALLOIS, HELENE GUIS, MORGANE DOMINGUEZ, PASCAL HENDRIKX, STEPHAN ZIENTARA, DIDIER CALAVAS Surveillance et lutte contre l'épizootie de fièvre catarrhale ovine de sérotype 1 de 213 en Corse. Bulletin épidémiologique, santé animale et alimentation, n 6, PERRIN JEAN-BAPTISTE, JEROME LANGUILLE, CORINNE SAILLEAU, EMMANUEL BREARD, ALEXANDRA DESPRAT, CYRIL VIAROUGE, STEPHAN ZIENTARA Surveillance de la FCO en 212 : Recouvrement du statut indemne en France continentale. Bulletin épidémiologique, santé animale et alimentation. Publications scientifiques internationales de l'année (Les publications qui figureront dans le rapport doivent être sous presse ou publiées.) Emergence of Bluetongue Virus Serotype 1 in French Corsica Island in September 213. Sailleau C, Viarouge C, Bréard E, Perrin JB, Doceul V, Vitour D, Zientara S. Transbound Emerg Dis. 214 Jan 24. doi: /tbed Purification, stability, and immunogenicity analyses of five bluetongue virus proteins for use in development of a subunit vaccine that allows differentiation of infected from vaccinated animals. Anderson J, Bréard E, Lövgren Bengtsson K, Grönvik KO, Zientara S, Valarcher JF, Hägglund S. Clin Vaccine Immunol. 214 Mar;21(3): doi: /CVI Epub 214 Jan 22. Culicoides midge bites modulate the host response and impact on bluetongue virus infection in sheep. Pages N, Bréard E, Urien C, Talavera S, Viarouge C, Lorca-Oro 11

12 C, Jouneau L, Charley B, Zientara S, Bensaid A, Solanes D, Pujols J, Schwartz- Cornil I. PLoS One. 214 Jan 8;9(1):e doi: /journal.pone ecollection 214. Induction and control of the type I interferon pathway by Bluetongue virus. Vitour D, Doceul V, Ruscanu S, Chauveau E, Schwartz-Cornil I, Zientara S. Virus Res. 214 Mar;182:59-7. doi: 1.116/j.virusres Epub 213 Nov 7. The immune response of ruminant livestock to bluetongue virus: From type I interferon to antibody. Maclachlan NJ, Henderson C, Schwartz-Cornil I, Zientara S. Virus Res. 214 Mar;182:71-7. doi: 1.116/j.virusres Epub 213 Oct 1. Evidence of transplacental transmission of bluetongue virus serotype 8 in goats. Belbis G, Bréard E, Cordonnier N, Moulin V, Desprat A, Sailleau C, Viarouge C, Doceul V, Zientara S, Millemann Y. Vet Microbiol. 213 Oct 25;166(3-4): doi: 1.116/j.vetmic Epub 213 Jul 6. Dendritic cell subtypes from lymph nodes and blood show contrasted gene expression programs upon Bluetongue virus infection. Ruscanu S, Jouneau L, Urien C, Bourge M, Lecardonnel J, Moroldo M, Loup B, Dalod M, Elhmouzi-Younes J, Bevilacqua C, Hope J, Vitour D, Zientara S, Meyer G, Schwartz-Cornil I. J Virol. 213 Aug;87(16): doi: /JVI Epub 213 Jun 19. Evaluation of the immunogenicity of an experimental subunit vaccine that allows differentiation between infected and vaccinated animals against bluetongue virus serotype 8 in cattle. Anderson J, Hägglund S, Bréard E, Comtet L, Lövgren Bengtsson K, Pringle J, Zientara S, Valarcher JF. Clin Vaccine Immunol. 213 Aug;2(8): doi: /CVI Epub 213 May 29. NS3 of bluetongue virus interferes with the induction of type I interferon. Chauveau E, Doceul V, Lara E, Breard E, Sailleau C, Vidalain PO, Meurs EF, Dabo S, Schwartz-Cornil I, Zientara S, Vitour D. J Virol. 213 Jul;87(14): doi: /JVI Epub 213 May 8. Control of bluetongue in Europe. Zientara S, Sánchez-Vizcaíno JM. Vet Microbiol. 213 Jul 26;165(1-2):33-7. doi: 1.116/j.vetmic Epub 213 Jan 29. A One-year Follow-up of Antibody Response in Cattle and Sheep after Vaccination with Serotype 8- and Serotype 1-inactivated Vaccines. Zanella G, Bréard E, Sailleau C, Zientara S, Viarouge C, Durand B. Transbound Emerg Dis. 213 Jan 19. doi: /tbed

13 Bluetongue virus serotype 8 virus-like particles protect sheep against virulent virus infection as a single or multi-serotype cocktail immunogen. Stewart M, Dubois E, Sailleau C, Bréard E, Viarouge C, Desprat A, Thiéry R, Zientara S, Roy P. Vaccine. 213 Jan 7;31(3): doi: 1.116/j.vaccine Epub 212 Nov 14. Reassortment between two serologically unrelated bluetongue virus strains is flexible and can involve any genome segment. Shaw AE, Ratinier M, Nunes SF, Nomikou K, Caporale M, Golder M, Allan K, Hamers C, Hudelet P, Zientara S, Breard E, Mertens P, Palmarini M. J Virol. 213 Jan;87(1): doi: /JVI Epub 212 Oct 24. Communications nationales de l'année (Les publications qui figureront dans le rapport doivent être sous presse ou publiées.) Communication orale "Identification et caractérisation des virus de la fièvre catarrhale ovine et de la maladie hémorragique épizootique en Guyane en 211 et 212" Communication orale "Immunité innée et infection par le virus de la Fièvre Catarrhale Ovine" Stéphan Zientara et Damien Vitour, Académie Vétérinaire de France, 6 juin 213. Communication orale «Modulation de la voie de réponse interféron par le virus de la fièvre catarrhale ovine». V Doceul, E Chauveau, S Zientara, D Vitour. Journées d animation scientifique du département santé animale de l INRA, Agde, octobre 213. Cyril Viarouge, Corinne Sailleau, Germain Rives, Alexandra Desprat, Emmanuel Bréard, Manuelle Miller, Xavier Baudrimont, Renaud Lancelot, Damien Vitour et Stéphan Zientara. Journées scientifiques de l'aeema- Mai 213 Communications internationales de l'année (Les publications qui figureront dans le rapport doivent être sous presse ou publiées.) Modulation of the interferon signalling pathway by Bluetongue virus. DOCEUL V, CHAUVEAU E, LARA E, ZIENTARA S, VITOUR D. 5éme congrès européen de virologie, Lyon, septembre 213. Zientara Stephan, Valarcher Jean-Francois. Development and evaluation of a diva subunit vaccine against bluetongue virus serotype 8 in cattle. Epizone, Bruxelles, 1-4 Octobre 213. Vitour D, Zientara S. NS3 of bluetongue virus interferes with the innate antiviral 13

14 response. Epizone, Bruxelles, 1-4 Octobre 213 Conférences sur invitation dans l'année (Les publications qui figureront dans le rapport doivent être sous presse ou publiées.) communication orale invitée S Zientara «Vaccination against Bluetongue in Northern Europe: another challenging experience», International workshop, European Directorate for the quality of Medicines and Health Care, Council of Europe, 18 février 213, Strasbourg. G. Activités du LR-UE Avez-vous également des activités de LR-UE? Non H. Détention d'autres mandats de référence Le LNR détient-il d'autres mandats de référence dans le même domaine de compétences Oui Précisez : LNR maladie hémorragique épizootique Et nous sommes également le laboratoire de référence pour le virus Schmallenberg 14

COMPLEMENT D AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

COMPLEMENT D AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Saisine n 2010-SA-0215 Le directeur général Maisons-Alfort, le 11 août 2011 COMPLEMENT D AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à la

Plus en détail

- Septembre 2009 - "Fièvre aphteuse"

- Septembre 2009 - Fièvre aphteuse - Septembre 2009 - "Fièvre aphteuse" Coordinatrices de rédaction Mme Julie CHIRON Mme Anne-Marie HATTENBERGER Secrétariat administratif Mme Sheila GROS-DESIRS 2 Composition du groupe de travail "Fièvre

Plus en détail

Qui sommes-nous? 7 500 prélèvements

Qui sommes-nous? 7 500 prélèvements Qui sommes-nous? Le laboratoire départemental d analyses de l Eure est un service du Conseil général totalement dédié à la recherche de pathogènes, de résidus chimiques et de polluants présents dans les

Plus en détail

Rapport annuel d'activité, année 2014. Laboratoire National de Référence. Virus Influenza porcin

Rapport annuel d'activité, année 2014. Laboratoire National de Référence. Virus Influenza porcin Rapport annuel d'activité, année 214 Laboratoire National de Référence Virus Influenza porcin Nom du responsable du LNR Gaëlle Simon Nom de l'unité où l'activité du LNR est mise en œuvre Unité Virologie

Plus en détail

ÉTUDE DES CELLULES PRODUCTRICES D INTERFÉRON DE TYPE I DANS LA LYMPHE DRAINANT LES MUQUEUSES ORO-NASALES OU LA PEAU CHEZ LE MOUTON

ÉTUDE DES CELLULES PRODUCTRICES D INTERFÉRON DE TYPE I DANS LA LYMPHE DRAINANT LES MUQUEUSES ORO-NASALES OU LA PEAU CHEZ LE MOUTON ÉTUDE DES CELLULES PRODUCTRICES D INTERFÉRON DE TYPE I DANS LA LYMPHE DRAINANT LES MUQUEUSES ORO-NASALES OU LA PEAU CHEZ LE MOUTON STUDY OF TYPE I INTERFERON PRODUCING CELLS IN SHEEP LYMPH DRAINING ORO-NASAL

Plus en détail

Instructions aux auteurs

Instructions aux auteurs Instructions aux auteurs Les Cahiers de la Référence sont une publication électronique, qui a pour objectif de partager et de valoriser l ensemble des activités de référence. Ils sont destinés à favoriser

Plus en détail

Ordonnance sur les épizooties

Ordonnance sur les épizooties Version provisoire - Seule la version publiée dans le Recueil officiel du droit fédéral RO fait foi Ordonnance sur les épizooties (OFE) Modification du Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance

Plus en détail

Annexe 7. Fiche standardisée pour l enquête auprès des responsables des différents systèmes.

Annexe 7. Fiche standardisée pour l enquête auprès des responsables des différents systèmes. Annexe 7. Fiche standardisée pour l enquête auprès des responsables des différents systèmes. Cher expert, Le Comité scientifique de l AFSCA a pris l initiative d évaluer le caractère organisationnel de

Plus en détail

Brest (29) Lessay (50), 12-13 Mars 2012

Brest (29) Lessay (50), 12-13 Mars 2012 Conclusions Projet Aquamanche Aquatic management of catchments for health and environment Gestion des eaux des bassin versants pour la santé et l environnement Brest (29) Lessay (50), 12-13 Mars 2012 Les

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective 1 2 3 4 5 6 7 Catalogue 2011 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or Sommaire 1 2 3 4 5 6 7 Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

Les maladies infectieuses émergentes animales

Les maladies infectieuses émergentes animales Les maladies infectieuses émergentes animales Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement Une exigence renouvelée de recherches finalisées La dernière décennie a

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION. N 8-3358 rév. 1

ATTESTATION D ACCREDITATION. N 8-3358 rév. 1 Convention N 5350 Section Santé Humaine ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 8-3358 rév. 1 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective Catalogue de formations 2012 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or 1 2 3 4 5 6 7 8 Sommaire Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

Histoire et Sociologie de la Santé Publique Vétérinaire INRA - Ritme. Décembre 2009

Histoire et Sociologie de la Santé Publique Vétérinaire INRA - Ritme. Décembre 2009 Histoire et Sociologie de la Santé Publique Vétérinaire INRA - Ritme. Décembre 2009 Entre médecine humaine et médecine vétérinaire: l usage et l abandon de la vaccination dans la prophylaxie de la tuberculose

Plus en détail

Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs)

Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs) 105 Annexe 3 Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs) On trouvera ci-après une description succincte des NIMP adoptées. Le texte intégral des NIMP peut être consulté sur le Site

Plus en détail

Obtention de données génétiques à grande échelle

Obtention de données génétiques à grande échelle Obtention de données génétiques à grande échelle Stéphanie FERREIRA Ph.D. Campus de l Institut Pasteur de Lille 1, rue du Professeur Calmette 59000 LILLE Tel : 03 20 87 71 53 Fax : 03 20 87 72 64 contact@genoscreen.fr

Plus en détail

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 3 OBTENTION DE LA CERTIFICATION

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 3 OBTENTION DE LA CERTIFICATION REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 3 OBTENTION DE LA CERTIFICATION SOMMAIRE 3.1. Constitution du dossier de demande 3.2. Processus d'évaluation initiale Rev. 9 mai 2012 PROCESSUS D'OBTENTION

Plus en détail

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de Mabsolut-DEF-HI:Mise en page 1 17/11/11 17:45 Page1 le département prestataire de services de MABLife de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

Diagnostic de la rage en laboratoire. Christine Fehlner-Gardiner, Ph.D. Chercheuse scientifique, Centre d expertise de la rage - ACIA

Diagnostic de la rage en laboratoire. Christine Fehlner-Gardiner, Ph.D. Chercheuse scientifique, Centre d expertise de la rage - ACIA Diagnostic de la rage en laboratoire Christine Fehlner-Gardiner, Ph.D. Chercheuse scientifique, Centre d expertise de la rage - ACIA Structure de gouvernance - ACIA L ACIA relève du ministre de l Agriculture,

Plus en détail

Surveillance et Contrôle

Surveillance et Contrôle Surveillance et Contrôle Rappel Surveillance et Contrôle Gestionnaires des risques Approche scientifique par les risques fondement Mesures sanitaires Options de gestion Activités de surveillance et de

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI REGLEMENT INTERIEUR Document GEN REF 02 Révision 04- juin 2012 SOMMAIRE ARTICLE 1 - OBJET... 3 ARTICLE 2 MEMBRES DE L ASSOCIATION... 3 ARTICLE 3 - ASSEMBLEE GENERALE... 3 ARTICLE 4 - ADMINISTRATEURS...

Plus en détail

CATALOGUE ANSES LABORATOIRE DE SANTE ANIMALE

CATALOGUE ANSES LABORATOIRE DE SANTE ANIMALE CATALOGUE ANSES LABORATOIRE DE SANTE ANIMALE Unité / Equipe (cf. légende à la fin du fichier) Autre Espèce animale Objet Caractéristique mesurée ou grandeur recherchée Principe méthode Référence Méthode

Plus en détail

Sciences de l'environnement Toxicologie génétique, réalisation de tests in vitro en vue de détecter les propriétés mutagènes (et antimutagènes)

Sciences de l'environnement Toxicologie génétique, réalisation de tests in vitro en vue de détecter les propriétés mutagènes (et antimutagènes) Toxicologie Mycologie & Aérobiologie Toxicologie Sciences biomédicales Sciences de l'environnement Toxicologie génétique, réalisation de tests in vitro en vue de détecter les propriétés mutagènes (et antimutagènes)

Plus en détail

Appliquer la réglementation dans la filière

Appliquer la réglementation dans la filière Appliquer la réglementation dans la filière laitière fermière re Appliquer la réglementation dans la filière laitière fermière Analyse des risques, enregistrements et GBPH Application à la filière laitière

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

Journée thématique sur les TIAC en région Rhône- Alpes 04-10-2012. Rôle des DDPP dans la gestion des TIAC

Journée thématique sur les TIAC en région Rhône- Alpes 04-10-2012. Rôle des DDPP dans la gestion des TIAC Journée thématique sur les TIAC en région Rhône- Alpes 04-10-2012 Rôle des DDPP dans la gestion des TIAC La DDPP en quelques chiffres 99 agents 74 inspecteurs ou enquêteurs 7234 inspections réalisées 980

Plus en détail

MASTER BIOLOGIE-SANTE PARCOURS MANAGEMENT DE PROJET ET INNOVATION EN BIOTECHNOLOGIE

MASTER BIOLOGIE-SANTE PARCOURS MANAGEMENT DE PROJET ET INNOVATION EN BIOTECHNOLOGIE MASTER BIOLOGIE-SANTE PARCOURS MANAGEMENT DE PROJET ET INNOVATION EN BIOTECHNOLOGIE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : Biologie

Plus en détail

Sciences, Technologies, Santé. Sciences de la vie et de la santé SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTÉ. Entre 120 et 150 h

Sciences, Technologies, Santé. Sciences de la vie et de la santé SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTÉ. Entre 120 et 150 h Niveau : MASTER année Domaine : Mention : Parcours : Sciences, Technologies, Santé Sciences de la vie et de la santé SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTÉ M1 60 ES Volume horaire étudiant : Entre 130 et190

Plus en détail

Présentation. Comment postuler?

Présentation. Comment postuler? Présentation Prestataire de services pour l industrie pharmaceutique, QA est une société de référence en sciences analytiques liés au développement de nouveaux médicaments innovants (ex: anticorps thérapeutiques,

Plus en détail

Master Développement et Immunologie

Master Développement et Immunologie Master Développement et Immunologie MASTER 2 PROFESSIONNALISANT EN IMMUNOLOGIE Le Master 2 Professionnalisant en Immunologie propose aux étudiants des filières scientifiques et médicales une formation

Plus en détail

Les Parcours Scientifiques et les Ecoles Doctorales

Les Parcours Scientifiques et les Ecoles Doctorales Aix 11 Septembre 2006 Les Parcours Scientifiques et les Ecoles Doctorales «Sciences de la Vie» Jean-François DHAINAUT Président du Pôle de Recherche et Enseignement Supérieur «Université Paris-Centre»

Plus en détail

Référentiel Qualité INRA ALIMENTATION AGRICULTURE ENVIRONNEMENT

Référentiel Qualité INRA ALIMENTATION AGRICULTURE ENVIRONNEMENT Référentiel Qualité INRA ALIMENTATION AGRICULTURE ENVIRONNEMENT Sommaire 1 Domaine d application... 1 1.1 Généralités... 1 1.2 Périmètre d application... 1 2 Management de la Qualité et responsabilité

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

Surveillance des toxi infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi infections alimentaires collectives Nombre de foyers Surveillance des toxi infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2011 En 2011, 1 153 foyers de toxi infections alimentaires collectives (Tiac) ont été déclarés

Plus en détail

CINQUIEME ANNEE. SEMESTRE 9.

CINQUIEME ANNEE. SEMESTRE 9. CINQUIEME ANNEE. SEMESTRE 9. Dénomination du Module HIGIENE, TECHNOLOGIE ET SECURITE ALIMENTAIRE Unité temporelle SEMESTRE 9 Cr. ECTS 22 Caractère OBLIGATOIRE Matières M1 TECHNOLOGIE, HYGIENE ET CONTRÔLE

Plus en détail

Titre: Domaine scientifique : Mots clés : Directeurs de thèse : Institution des directeurs de thèse : Adresse email des directeurs de thèse :

Titre: Domaine scientifique : Mots clés : Directeurs de thèse : Institution des directeurs de thèse : Adresse email des directeurs de thèse : Titre: Détermination de l ensemble des ARNs non codants chez Ostreococcus, un modèle d algue unicellulaire marine infectée par des virus à ADN double brin Domaine scientifique : Génomique Mots clés : ARN

Plus en détail

Respect des règles d hygiène

Respect des règles d hygiène Respect des règles d hygiène Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité des aliments. Vérifier les

Plus en détail

CATALOGUE 2015. 21 b boulevard Tellene 13007 Marseille Tél / Fax : 04 91 31 02 17 / 06 12 46 30 26 / tsalmon@wanadoo.fr

CATALOGUE 2015. 21 b boulevard Tellene 13007 Marseille Tél / Fax : 04 91 31 02 17 / 06 12 46 30 26 / tsalmon@wanadoo.fr CATALOGUE 2015 1 LE MOT DU DIRECTEUR Fort du succès de nos formations vous avez été plus nombreux à vouloir poursuivre l aventure avec TS CONSULTANT. Aussi pour satisfaire une demande continuellement forte,

Plus en détail

Dossier de presse. Deux nouveaux bâtiments pour la santé publique et la sécurité sanitaire. Inauguration 6 mars 2015.

Dossier de presse. Deux nouveaux bâtiments pour la santé publique et la sécurité sanitaire. Inauguration 6 mars 2015. LABO CE A Pl ouf r agan ( 22) Deux nouveaux bâtiments pour la santé publique et la sécurité sanitaire Dossier de presse Inauguration 6 mars 2015 Contacts presse Conseil général des Côtes d'armor Caroline

Plus en détail

MINISTÈRE CHARGÉ DE LA RECHERCHE

MINISTÈRE CHARGÉ DE LA RECHERCHE cerfa N 50262#08 MINISTÈRE CHARGÉ DE LA RECHERCHE PROCEDURE D'AGREMENT, AU TITRE DU CREDIT D'IMPOT-RECHERCHE, DES EXPERTS EXECUTANT POUR DES TIERS, DES OPERATIONS DE RECHERCHE ET DE DEVELOPPEMENT NOTICE

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration

Hygiène alimentaire en restauration 2 0 1 5 Catalogue de formations Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or (LDCO) Sommaire 1A 1B 23 4 5 6 7A 7B 8 Sensibilisation à l hygiène

Plus en détail

Hervé Morvan LDA22 Ploufragan. Christophe Renoult AVPO. 14 Novembre 2013. écoantibio2017 OIE Paris

Hervé Morvan LDA22 Ploufragan. Christophe Renoult AVPO. 14 Novembre 2013. écoantibio2017 OIE Paris en m édec ine vétérina ire Christophe Renoult AVPO Hervé Morvan LDA22 Ploufragan 1 La production avicole française Filière chair : - Poulet, - Canard - Gibier Filière œuf de consommation : - Poulette -

Plus en détail

Guide technique. vaccins et autres médicaments immunologiques humains. Pharmacopée Européenne

Guide technique. vaccins et autres médicaments immunologiques humains. Pharmacopée Européenne Guide technique pour l élaboration des monographies de vaccins et autres médicaments immunologiques humains Pharmacopée Européenne Direction Européenne de la Qualité du Médicament & Soins de Santé Edition

Plus en détail

NOTE DE SERVICE DGA/GESPER/N2003-1364 Date : 25 NOVEMBRE 2003

NOTE DE SERVICE DGA/GESPER/N2003-1364 Date : 25 NOVEMBRE 2003 MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES Direction : DGA Sous-direction : GESPER Bureau des mobilités et statuts d'emplois Adresse : 78, rue de Varenne 75349 PARIS

Plus en détail

Procédures d enregistrement des médicaments

Procédures d enregistrement des médicaments Vie du Médicament Procédures d enregistrement des médicaments Avis scientifiques Essais cliniques ATU Inspections AMM Vigilances Contrôle Veille Sanitaire Procédures d enregistrement Soumission du dossier

Plus en détail

Génétique et génomique Pierre Martin

Génétique et génomique Pierre Martin Génétique et génomique Pierre Martin Principe de la sélections Repérage des animaux intéressants X Accouplements Programmés Sélection des meilleurs mâles pour la diffusion Index diffusés Indexation simultanée

Plus en détail

Direction Départementale des Services Véterinaires

Direction Départementale des Services Véterinaires Direction Départementale des Services Véterinaires M A P (DGAL) M E E D A T Direction Départementale des Services Vétérinaires Sécurité sanitaire des aliments Abattoirs,découpe Transformation des DAOA

Plus en détail

MINISTÈRE CHARGÉ DE LA RECHERCHE

MINISTÈRE CHARGÉ DE LA RECHERCHE cerfa N 50078#10 MINISTÈRE CHARGÉ DE LA RECHERCHE PROCEDURE D'AGREMENT, AU TITRE DU CREDIT D'IMPOT-RECHERCHE, DES ORGANISMES EXECUTANT POUR DES TIERS DES OPERATIONS DE RECHERCHE ET DE DEVELOPPEMENT NOTICE

Plus en détail

Audit interne. Audit interne

Audit interne. Audit interne Définition de l'audit interne L'Audit Interne est une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses conseils

Plus en détail

Charte de la Banque ADN et de Cellules de Généthon

Charte de la Banque ADN et de Cellules de Généthon Sommaire 1. PREAMBULE... 2 2. DEFINITIONS... 2 3. CADRE LEGAL... 3 4. ORGANISATION DE LA BACG... 4 5. PRESTATIONS DE LA BACG... 5 6. MODALITES DE CONTRIBUTION ET D UTILISATION DES SERVICES... 5 7. REGLES

Plus en détail

Action de l UTICA pour développer à la Formation en alternance (Work Integrated Education)

Action de l UTICA pour développer à la Formation en alternance (Work Integrated Education) Action de l UTICA pour développer à la Formation en alternance (Work Integrated Education) Rôle des Unités d Appui à la Formation (UAF) UAF-FEDELEC comme exemple Abdelaziz HALLEB Vice Président FEDELEC

Plus en détail

La vaccination des personnes âgées

La vaccination des personnes âgées La vaccination des personnes âgées et les recommandations du calendrier vaccinal 2009 concernant les personnels et les résidents des EHPAD. Journée du CCLIN Paris Nord du 6 mai 2009 Dr Albert SCEMAMA Vaccination

Plus en détail

1 er MASTER CONCEPT «UN MONDE UNE SANTE»

1 er MASTER CONCEPT «UN MONDE UNE SANTE» 1 er MASTER CONCEPT «UN MONDE UNE SANTE» In Partnership with Le Master 2 MAN-IMAL c est : Formation innovante et interdisciplinaire (Médecins, Véto, Ingénieurs agro/iaa, Biologistes ) Double compétence

Plus en détail

Système d autorisation de mise en circulation de lots du CBER : vue d ensemble du processus actuel

Système d autorisation de mise en circulation de lots du CBER : vue d ensemble du processus actuel Système d autorisation de mise en circulation de lots du CBER : vue d ensemble du processus actuel DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait au système d autorisation de mise en circulation de lots du CBER.

Plus en détail

Décrire l'ensemble des mesures de maîtrise et des mesures de surveillance dans des procédures ou modes opératoires portés à la connaissance de tous.

Décrire l'ensemble des mesures de maîtrise et des mesures de surveillance dans des procédures ou modes opératoires portés à la connaissance de tous. DEMARCHE HACCP EN CUISINE CENTRALE Alimentation GROSJEAN L, Vénissieux Juin 2010 Objectif La démarche HACCP (de l'américain Hazard Analysis Critical Control Point) est une méthode préventive visant à maîtriser

Plus en détail

OIE 12, rue de Prony 75017 Paris France Tel.: 33 (0)1 44 15 18 88 Fax: 33 (0)1 42 67 09 87 www.oie.int oie@oie.int

OIE 12, rue de Prony 75017 Paris France Tel.: 33 (0)1 44 15 18 88 Fax: 33 (0)1 42 67 09 87 www.oie.int oie@oie.int Original : anglais Juillet 2006 RAPPORT DE LA RÉUNION DU BUREAU DE LA COMMISSION SCIENTIFIQUE POUR LES MALADIES ANIMALES Paris, 3-4 juillet 2006 Une réunion du Bureau de la Commission scientifique de l

Plus en détail

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF REACTION AU FEU MANCHONS ET PLAQUES D ISOLATION THERMIQUE EN ELASTOMERE EXPANSE PARTIE 4

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF REACTION AU FEU MANCHONS ET PLAQUES D ISOLATION THERMIQUE EN ELASTOMERE EXPANSE PARTIE 4 REGLES DE CERTIFICATION MARQUE MANCHONS ET PLAQUES D ISOLATION THERMIQUE EN ELASTOMERE EXPANSE PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION SOMMAIRE 4.1. Processus

Plus en détail

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Alain Bonnin, Frédéric Dalle, Coralie L Ollivier - Laboratoire de Parasitologie-Mycologie, CHU de Dijon

Plus en détail

http://www.inra.fr/drh/ce2009/bdd/profil.php?numprofil=ir09-dv-2

http://www.inra.fr/drh/ce2009/bdd/profil.php?numprofil=ir09-dv-2 INRA-DRH numconcours externes 2009 http://www.inra.fr/drh/ce2009/bdd/profil.php?numprofil=ir09-dv-2 Page 1 of 2 17/11/2009 IR Responsable de la valorisation de la recherche profil n : IR09-DV-2 emploi-type

Plus en détail

La gestion documentaire les bases d'un système de management de la qualité

La gestion documentaire les bases d'un système de management de la qualité La gestion documentaire les bases d'un système de management de la qualité 8 ème journée professionnelle de l ANTAB - 21 Octobre 2011 Fatima TOUBAIS Ingénieur qualité Accréditation des Laboratoires Direction

Plus en détail

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2012 En 2012, 1 288 foyers de toxi-infections alimentaires collectives (Tiac) ont été déclarés en France,

Plus en détail

Maîtrise universitaire d études avancées en Microbiologie

Maîtrise universitaire d études avancées en Microbiologie Maîtrise universitaire d études avancées en Microbiologie Art. E1 Objet 1. La Faculté des sciences de l Université de Genève décerne le diplôme de Maîtrise universitaire d études avancées en Microbiologie

Plus en détail

MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE)

MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE) MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : BIOLOGIE DES PLANTES

Plus en détail

MASTER (LMD) MANAGEMENT DE PROJET ET INNOVATION EN BIOTECHNOLOGIE

MASTER (LMD) MANAGEMENT DE PROJET ET INNOVATION EN BIOTECHNOLOGIE MASTER (LMD) MANAGEMENT DE PROJET ET INNOVATION EN BIOTECHNOLOGIE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : BIOLOGIE SANTE Spécialité

Plus en détail

RESTAURATEURS-HÔTELLERIE-LOISIRS ACTIONS COLLECTIVES VOUS PROPOSE SON CALENDRIER DE FORMATIONS EN HYGIÈNE ALIMENTAIRE

RESTAURATEURS-HÔTELLERIE-LOISIRS ACTIONS COLLECTIVES VOUS PROPOSE SON CALENDRIER DE FORMATIONS EN HYGIÈNE ALIMENTAIRE Service Conseil et Formation RESTAURATEURS-HÔTELLERIE-LOISIRS ACTIONS COLLECTIVES INOVALYS PARTENAIRE DU FAFIH VOUS PROPOSE SON CALENDRIER DE FORMATIONS EN HYGIÈNE ALIMENTAIRE SOMMAIRE CALENDRIER 3 FORMATION

Plus en détail

Annexe 2.4 Procédure d évaluation des plans d actions correctives (PAC) CHAPITRE 2 ÉCHANTILLONNAGE

Annexe 2.4 Procédure d évaluation des plans d actions correctives (PAC) CHAPITRE 2 ÉCHANTILLONNAGE 1.0 Objet Établir à l intention des inspecteurs du Programme du miel des procédures d évaluation d un plan d actions correctives présenté par une partie réglementée pour mettre fin à une pratique non-conforme.

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE CREP CERTIFICATION SANS MENTION

REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE CREP CERTIFICATION SANS MENTION REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE CREP CERTIFICATION SANS MENTION page 1/6 GENERALITES La personne physique candidate à la certification CREP démontre qu elle possède les connaissances

Plus en détail

Objet : Critères microbiologiques applicables aux auto-contrôles sur les carcasses d'animaux de boucherie. Destinataires d'exécution

Objet : Critères microbiologiques applicables aux auto-contrôles sur les carcasses d'animaux de boucherie. Destinataires d'exécution Ordre de méthode Direction générale de l'alimentation Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments Bureau des établissements d'abattage et de découpe 251 rue de Vaugirard 75 732 PARIS CEDEX 15

Plus en détail

FORMATION. Connaître les exigences réglementaires appliquées aux Systèmes d Information. 1 JOUR soit 7 heures. Réf.AQ-Q1

FORMATION. Connaître les exigences réglementaires appliquées aux Systèmes d Information. 1 JOUR soit 7 heures. Réf.AQ-Q1 Réf.AQ-Q1 Les Systèmes d'information des entreprises réglementées font l'objet d'exigences spécifiques. Celles-ci sont souvent difficiles à appréhender pour les spécialistes métier de l'assurance Qualité,

Plus en détail

MANAGEMENT SECTEUR MEDICO-SOCIAL

MANAGEMENT SECTEUR MEDICO-SOCIAL MANAGEMENT SECTEUR MEDICO-SOCIAL Programmes de Formations Bachelor Bac + 3 Management et Gestion des organisations sanitaires et sociales Spécialisation bac + 3 dans le secteur médico-social. Cycle Bac

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE. N 8-1285 rév. 2

ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE. N 8-1285 rév. 2 Convention N 889 Section Santé Humaine ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 8-1285 rév. 2 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

MANAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PAR ETAPES

MANAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PAR ETAPES ACTION COLLECTIVE REGIONAL DE PROMOTION DU MANAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PAR ETAPES CAHIER DES CHARGES DE LA CONSULTATION Avec le soutien de : Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Rhône-Alpes 75

Plus en détail

Objectif 3 : Confinement et certification

Objectif 3 : Confinement et certification Objectif 3 : Confinement et certification CONFINEMENT ET CERTIFICATION Principaux objectifs Indicateurs de réalisation Principales activités Certifier l éradication et le confinement de tous les poliovirus

Plus en détail

http://www.inra.fr/drh/ce2009/bdd/profil.php?numprofil=ir09-mia-1

http://www.inra.fr/drh/ce2009/bdd/profil.php?numprofil=ir09-mia-1 INRA-DRH numconcours externes 2009 http://www.inra.fr/drh/ce2009/bdd/profil.php?numprofil=ir09-mia-1 Page 1 of 2 16/11/2009 IR Chef de projet ou expert en développement et déploiement d'application profil

Plus en détail

Contrôles sanitaires. DGAL - Direction générale de l alimentation

Contrôles sanitaires. DGAL - Direction générale de l alimentation Contrôles sanitaires de l'alimentation DGAL - Direction générale de l alimentation la sécurité sanitaireaire des aliments Ministère de l Agriculture, de l Agroalimentaire et de la Forêt source : Direction

Plus en détail

Place et avenir du séquençage haut-débit

Place et avenir du séquençage haut-débit Place et avenir du séquençage haut-débit Olivier Bouchez genomique@toulouse.inra.fr La Plateforme GeT Expertise et mise à disposition d une plateforme technologique en génomique : Séquençage Génotypage

Plus en détail

Catalogue Formation 2015

Catalogue Formation 2015 Catalogue Formation 2015 Because you care about CONSUMERS HEALTH HACCP Expertise, votre partenaire en sécurité des aliments Présentation du catalogue Pourquoi faire de la formation? Formation préventive

Plus en détail

SERIE OCDE LES PRINCIPES DE BONNES PRATIQUES DE LABORATOIRE ET LA VERIFICATION DU RESPECT DE CES PRINCIPES NUMÉRO 3 (RÉVISÉ)

SERIE OCDE LES PRINCIPES DE BONNES PRATIQUES DE LABORATOIRE ET LA VERIFICATION DU RESPECT DE CES PRINCIPES NUMÉRO 3 (RÉVISÉ) DIFFUSION GÉNÉRALE OCDE/GD(95)67 SERIE OCDE LES PRINCIPES DE BONNES PRATIQUES DE LABORATOIRE ET LA VERIFICATION DU RESPECT DE CES PRINCIPES NUMÉRO 3 (RÉVISÉ) ORIENTATIONS A L INTENTION DES AUTORITES DE

Plus en détail

Résultats du monitoring de la grippe aviaire au cours de l année 2013

Résultats du monitoring de la grippe aviaire au cours de l année 2013 Résultats du monitoring de la grippe aviaire au cours de l année 2013 Monitoring actif dans l avifaune sauvage En 2013, dans le cadre du monitoring actif, 3.181 oiseaux sauvages ont été échantillonnés.

Plus en détail

La législation de la biologie médicale

La législation de la biologie médicale La législation de la biologie médicale PARIS ANTAB 22 octobre 2010 A-M GALLOT et M BALLEREAU La législation laisse une entière liberté d organisation... elle est toutefois construite pour inciter (très)

Plus en détail

L évaluation des biocides à l Anses

L évaluation des biocides à l Anses L évaluation des biocides à l Anses Catherine Gourlay-Francé Direction des produits réglementés 23 juin 2015 L Anses Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

Plus en détail

Présentation de notre relation de travail avec la FDA lors d inspection réglementaire

Présentation de notre relation de travail avec la FDA lors d inspection réglementaire Présentation de notre relation de travail avec la FDA lors d inspection réglementaire Présenté par Jean Charbonneau Directeur principal, Assurance Qualité et validation Le 17 février 2005 Présentation

Plus en détail

Convention de partenariat Bilan 2012 06/12/2012

Convention de partenariat Bilan 2012 06/12/2012 Convention de partenariat Bilan 2012 06/12/2012 La présente note établit le bilan pour l année 2012 de la convention entre la Région et la Safer Rhône- Alpes. S agissant de la première année d application,

Plus en détail

CHAINE D ANALYSES INTER-LABORATOIRES BOUCHONS PLAN DE CAMPAGNE

CHAINE D ANALYSES INTER-LABORATOIRES BOUCHONS PLAN DE CAMPAGNE CHAINE D ANALYSES INTER-LABORATOIRES BOUCHONS PLAN DE CAMPAGNE 2015 BOUCHONS EN LIEGE POUR VINS TRANQUILLES MESURE DES PARAMETRES MECANIQUES ET PHYSIQUES Version 01 du 01/12/14 Ce document présente notre

Plus en détail

Bachelier - Technologue de laboratoire médical Option chimie clinique

Bachelier - Technologue de laboratoire médical Option chimie clinique Haute École Louvain en Hainaut www.helha.be Année académique 2015-2016 Catégorie Paramédicale Bachelier - Technologue de laboratoire médical Option chimie clinique HELHa Fleurus Rue de Bruxelles 101 6220

Plus en détail

Responsabilité du promoteur et obligations des soustraitants. cliniques : conformité aux Bonnes Pratiques Cliniques et point de vue de l inspection

Responsabilité du promoteur et obligations des soustraitants. cliniques : conformité aux Bonnes Pratiques Cliniques et point de vue de l inspection Responsabilité du promoteur et obligations des soustraitants dans les essais cliniques : conformité aux Bonnes Pratiques Cliniques et point de vue de l inspection Anne RAISON Chef de l Unité Inspection

Plus en détail

CROPSAV POITOU-CHARENTES. Section spécialisée domaine vétérinaire Tuberculose bovine

CROPSAV POITOU-CHARENTES. Section spécialisée domaine vétérinaire Tuberculose bovine CROPSAV POITOU-CHARENTES Section spécialisée domaine vétérinaire Tuberculose bovine Plan de la présentation La situation sanitaire Les mesures de surveillance de la tuberculose mises en place en Poitou-Charentes

Plus en détail

GL BIOCONTROL Le Mas Bas CIDEX 1040 30 250 ASPERES GSM : +33 (0)6 81 71 31 83 - Fax : +33 (0)9 55 25 40 31 Email : contact@gl-biocontrol.

GL BIOCONTROL Le Mas Bas CIDEX 1040 30 250 ASPERES GSM : +33 (0)6 81 71 31 83 - Fax : +33 (0)9 55 25 40 31 Email : contact@gl-biocontrol. PRESENTATION DE LA SOCIETE GL BIOCONTROL GL BIOCONTROL Le Mas Bas CIDEX 1040 30 250 ASPERES GSM : +33 (0)6 81 71 31 83 - Fax : +33 (0)9 55 25 40 31 Email : contact@gl-biocontrol.com - Web : www.gl-biocontrol.com

Plus en détail

L agrément des entreprises pour le conseil indépendant à l utilisation de produits phytopharmaceutiques. Ordre du jour

L agrément des entreprises pour le conseil indépendant à l utilisation de produits phytopharmaceutiques. Ordre du jour L agrément des entreprises pour le conseil indépendant à l utilisation de produits phytopharmaceutiques Ordre du jour 1. Le cadre réglementaire 2. Les exigences organisationnelles et leurs applications

Plus en détail

Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire

Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire Séminaire ANSES (21 novembre 2011) Direction générale de l alimentation SA/SDSSA/BETD 1 Architecture des règlements du Paquet Hygiène FOOD

Plus en détail

Rôle des CRO dans les essais cliniques. DIU Chef de projet en Recherche Clinique 25/01/2013

Rôle des CRO dans les essais cliniques. DIU Chef de projet en Recherche Clinique 25/01/2013 Rôle des CRO dans les essais cliniques DIU Chef de projet en Recherche Clinique 25/01/2013 La sous traitance A tous les niveaux depuis la synthèse se chimique jusqu à la publicité,, en passant par la galénique,

Plus en détail

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES Enseignement du Deuxième Cycle des Etudes Médicales Faculté de Médecine de Toulouse Purpan et Toulouse Rangueil Module I «Apprentissage de l exercice médical» Coordonnateurs Pr Alain Grand Pr Daniel Rougé

Plus en détail

Ville de TEYRAN Hôtel de Ville 34820 TEYRAN Tél: 04 67 16 19 06 Fax : 04 67 87 98 50 Mail : services.population@ville-teyran.fr

Ville de TEYRAN Hôtel de Ville 34820 TEYRAN Tél: 04 67 16 19 06 Fax : 04 67 87 98 50 Mail : services.population@ville-teyran.fr Ville de TEYRAN Hôtel de Ville 34820 TEYRAN Tél: 04 67 16 19 06 Fax : 04 67 87 98 50 Mail : services.population@ville-teyran.fr MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET DE SERVICES REALISATION DU JOURNAL

Plus en détail

curité sanitaire des aliments Tunisie, 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne alimentaire»

curité sanitaire des aliments Tunisie, 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne alimentaire» Atelier à l attention des Points focaux nationaux de l OIEl pour la sécurits curité sanitaire des aliments Tunisie 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne

Plus en détail

FINANCEMENT DE L INNOVATION

FINANCEMENT DE L INNOVATION Laurent ADVENIER : Responsable régional Benjamin DECLERCQ : Ingénieur Consultant www.f-iniciativas.fr FINANCEMENT DE L INNOVATION Historique de F.Iniciativas Présentation CRÉATION F-INICIATIVE PAR M. BOUTE

Plus en détail