Laboratoire National de Référence. Fièvre catarrhale ovine : diagnostique virologique. Rapport annuel d'activité, année 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Laboratoire National de Référence. Fièvre catarrhale ovine : diagnostique virologique. Rapport annuel d'activité, année 2013"

Transcription

1 Laboratoire National de Référence Fièvre catarrhale ovine : diagnostique virologique Rapport annuel d'activité, année 213 A. Introduction Précisez la catégorisation du danger (en SA) sinon la justification de l'existence du mandat de LNR Danger sanitaire de 1ére catégorie Les faits marquants de l'année Départ d Alexandra DESPRAT (contrat non renouvellé) Emergence de BTV-1 en Corse en Septembre 213 Augmentation des activités liées au diagnostic B. Activités de développement, d'analyse et d'est 1. Méthodes disponibles au LNR 1.1. INDICATEUR COP Référence n 1 Indicateur COP Référence n 1-i) Précisez ici le nombre de méthodes développées ou révisées que vous avez proposées à l autorité compétente au cours de l année N Donner le nom et une brève description de chacune de ces méthodes Indicateur COP Référence n 1-ii) Précisez ici le nombre de méthodes développées ou révisées qui sont susceptibles d être prêtes pour être 1

2 proposées à l autorité compétente au cours de l année N Matériels biologiques ou chimiques, matériaux de référence et échantillons et souches d'intérêt Décrire ici les collections d'échantillons biologiques ou d'autre nature (environnement, aliment...) conservés par le LNR; indiquer les méthodes de conservation, la température, le nombre de "repositories", le nombre d'échantillons par souche, l'enregistrement associé...). Toutes les souches isolées (surnageant de cultures de cellules) sont mises en aliquotes et stockées à -8 C. Des fiches (Fiche Procédure A VIRO V.5.1) sont renseignées (origine du prélèvement initial, espèce, historique de passage ) et archivées dans X:\VIRO\Enregistrement\5 Consommable \ Consommable Biologique\Collection\BTV Nombre de souches/échantillons reçu(e)s et mises en collection dans l'année 7 Nombre de souches/échantillons maintenus au total Activités d'analyses de première intention pour l'année N Nombre d'analyses de première intention réalisées dans l'année, de biotypie, sérotypie, caractérisation moléculaire Détaillez ici par type d'analyse de première intention - 13 isolats de BTV-1 Corse nouveaux isolats de FCO (3 souches de BTV-3, une souche BTV-6 et 3 BTV non identifiés obtenus à partir de prélèvements de Guyane. C est le premier isolement de BTV-3 en Amérique du Sud. 2

3 1553 analyses par PCR dont 1123 portent sur le diagnostic de l épizootie Corse 213, 24 sur le plan de surveillance de la Corse (juillet et aout), 28 concernent des suspicions cliniques sur le continent et le reste dans le cadre d enquêtes sur la prévalence de la FCO en Guyane. 32 recherches du virus FCO par inoculation aux œufs embryonnés ou aux cellules KC (cellules de Culicoïdes). 3. Activités de confirmation et activités de laboratoire expert 3.1. Analyses de seconde intention Nombre d'analyses de seconde intention réalisées dans l'année, de biotypie, sérotypie, caractérisation moléculaire Détaillez ici par type d'analyse de confirmation Dans le cadre du programme de surveillance sérologique programmée en France continentale, le LNR a réalisé 16 analyses PCR sur des bovins présentant des sérologies positives. Le génome viral n a pas été détecté chez ces animaux. Taux de confirmations par type d analyse (= nombre d analyses confirmées / nombre d analyses de seconde intention réalisées) 3.2. Activités de production et de contrôle de matériaux de référence et de réactifs biologiques, contribution à l inspection, AMM Le LNR produit-il et fournit-il des réactifs? Oui Quelles sont les bases réglementaires ou infra-réglementaires (note de service) Norme PCR UN Quels sont les types de réactifs produits et fournis (vaccins, kits, autres)? 3

4 Le LNR a fourni aux laboratoires départementaux faisant parti du réseau, du matériel de référence pour l adoption des méthodes PCR tout génotype ou génotypage 1/8 (13 envois de sang). Quels est le nombre de lots produits et fournis par an? (moyenne sur les 5 dernières années) 1 Quelles sont les quantités produites/fournies par lot? (moyenne sur les 5 dernières années) 28 Estimez le temps consacré à la production/mise à disposition? (moyenne sur les 5 dernières années).1 ETP Quels contrôles internes réalisez-vous sur ces réactifs? Contrôles ponctuels sur la stabilité A quels clients fournissez-vous ces réactifs? Aux laboratoires du réseau FCO Sous quelles conditions fournissez-vous ces réactifs (à la demande, à titre gracieux, autre)? A la demande. Facturé Le LNR fournit-il des matériaux de référence? Oui Le LNR réalise-t-il des contrôles de réactifs commerciaux? 4

5 Non 4. Analyse de l'évolution des tendances en termes d'activité Détaillez ici l'analyse de l'évolution des tendances en termes d'activité (augmentation, diminution... sur les 5 dernières années) Très nette augmentation due principalement à l épizootie de FCO corse 5. Activités d'expertise scientifique et technique 5.1. Demandes d expertise scientifique et technique du ministère (chargé de l agriculture, santé, etc ) ou d instances communautaires et internationales qui concernent votre domaine de compétence Nombre de rapports d'est rendus dans l'année 2 Détaillez ici les demandes d'est et les noms des mandataires Groupe AD HOC de l'oie sur les Orbivirus 5.2. Autres expertises Les membres de l'équipe du LNR peuvent avoir des activités d'expertise (internes: CES, GT ou externe: EFSA...) ou des activités auprès de commissions de normalisation (Afnor...). Détaillez ici ces activités et estimez le temps qui y est consacré. Participation de S. Zientara, E. Breard et C. Sailleau aux programmes de surveillance : Action 1 : Surveillance clinique en zone indemne Action 2 : Surveillance programmée en France continentale en 213 Action 3 : Surveillance programmée en Corse. C. SAILLEAU aux GT surveillance FCO (DGAL, DDCSPP) 3 réunions dans l année GECU CES SA : 2 COPIL FCO : 2 Participation de E bréard et C Sailleau au GT4 AFNOR «contrôle de réactifs PCR» 5

6 5.3. Dossiers de demande d'agrément Nombre de dossiers de demande d'agrément étudiés dans l'année C. Animation du réseau de laboratoires officiels 5.4 Organisation d'eila INDICATEUR COP Référence n 2 Indicateur COP Référence n 2-a. Précisez ici le nombre d'eila organisés par le LNR au cours de l année N Ces EILA ont-ils été réalisés selon la norme 1743 (avec ou sans accréditation)? Oui Si vous n'êtes pas accrédité 1743, avez-vous bénéficié d'un audit interne? Non Détaillez ici le nombre de laboratoires ayant participé pour chaque EILA; le nombre de laboratoires ayant obtenu des résultats défavorables pour chaque EILA; les actions mises en oeuvre pour l'identification des causes et des mesures correctives Pas d EILA cette année- Mise en sommeil du réseau de laboratoire en raison du recouvrement du statut indemne de la France continentale (Décembre 212) Indicateur COP Référence n 2-a. Précisez ici le nombre d'eila que vous prévoyez d'organiser au cours de l année N+1 6

7 Indicateur COP Référence n 2-a. Ces EILA sont-ils réalisés selon la norme 1743 avec ou sans accréditation? Non Indicateur COP Référence n 2-b. Précisez ici le nombre d'eil (hors EILA - dont EILV en lien avec méthodes en cours de validation telles que précisées dans le paragraphe 1.1) organisés par le LNR au cours de l année N Indicateur COP Référence n 2-b. Précisez ici le nombre d'eil (hors EILA) que vous prévoyez d'organiser au cours de l année N+1 Indicateur COP Référence n 3. Le cas échéant, indiquez que le système qualité en référence à la norme NF EN ISO/CEI 1743 est en place Non Précisez s'il a été évalué par audit interne Non 5.5. Modalités de diffusion des données de surveillance et production du LNR Détaillez ici les modalités Publications nationales, internationales, congrès 5.6. Formation, organisation d'ateliers, accueil de stagiaires Nombre de journées d'échange et de restitution rassemblant les laboratoires agréés du réseau organisées dans l'année Nombre de sessions de formation des personnels des laboratoires agréés aux 7

8 méthodes utilisées pour les contrôles officiels que le LNR a organisées dans l'année 5.7. Activités de conseil aux professionnels Détaillez ici ces activités et estimez le temps qui y est consacré Des conseils techniques sont donnés par oral et/ou mails. Le LNR est contacté régulièrement par les LVD, DDPP et vétérinaires praticiens (plus rarement) 5.8. EILA auxquels le LNR a participé dans l'année Détaillez les EILA auxquels vous, en tant que LNR, vous avez participé dans l'année Le LNR FCO a participé à l EILA FCO (RT-PCR, ELISA) organisé chaque année par le LR-UE (Pirbright Institute). D. Participation aux activités de surveillance 6. Existence et gestion d'un réseau 6.1. Indiquer si le LNR est intégré à un (ou des) dispositif(s) de surveillance? Oui Quelle est la dénomination spécifique de ce dispositif? Participation de S. Zientara, E. Breard et C. Sailleau aux programmes de surveillance : Action 1 : Surveillance clinique FCO en zone indemne Action 2 : Surveillance programmée en France continentale en 213 Action 3 : Surveillance programmée en Corse Indiquer qui est le gestionnaire de ce dispositif 8

9 DGAL 6.3. Préciser si d'autres unités/entités de l'agence sont intégrées dans ce dispositif à vos cotés Oui Lesquelles? Plateforme ESA (Survepi) 7. Les partenaires et acteurs de ce dispositif de surveillance Sont acteurs ou partenaires de ce dispositif (plusieurs réponses possibles) : Le réseau de laboratoire du LNR 8. Modalités de surveillance Préciser si ce dispositif repose (plusieurs réponses possibles) : Sur des modalités de surveillance événementielles (notification de cas par des acteurs de terrain) Sur des modalités de surveillance programmées (active) 9. Autres activités du LNR en matière de surveillance En dehors des aspects analytiques, quelles sont les autres activités auxquelles le LNR (avec éventuellement les autres unités de l'agence impliquées) participe dans le cadre de la surveillance? (plusieurs réponses possibles) Définition des orientations stratégiques de la surveillance Participation au comité de pilotage du dispositif Définition des modalités de surveillance (protocoles) Appui scientifique et technique Participation à un comité ou groupe de travail d'appui scientifique et technique du dispositif Gestion et analyse des données Interprétation des données Evaluation de la surveillance 9

10 Parmi ces activités, certaines mériteraient-elles une attention ou un investissement plus particulier de l'agence et pourquoi? Afin d approfondir certaines de ces activités, l investissement de l agence pourrait être de fournir un deuxième technicien à cette équipe de 4 personnes (S. Zientara, E. Breard (IR2), C. Sailleau (IR2) et C. Viarouge (Tech)). E. Activités de recherche en lien avec l activité de référence 1.1. Recherches méthodologiques pour la référence Détaillez ici les recherches méthodologiques que vous avez réalisées dans l'année : objectifs, partenariats, apports du LNR, projets retenus dans le cadre d'appels à projets... Développement de nouveaux outils sérologiques pour la détection des anticorps du groupe Bluetongue ou spécifiques des différents sérotypes (technologie du LUMINEX) Projet Européen RAPIDIA Field Test Recherches associées pour la référence Détaillez ici les recherches associées auxquelles vous avez participé dans l'année (participations à des études cliniques, études d'incidences, modèles d'infections expérimentales, études toxicologiques, essais vaccinaux...): objectifs, partenariats, apports du LNR, projets retenus dans le cadre d'appels à projets... Dans le cadre du projet européen Orbivac : essai de vaccin de nouvelle génération (DISC Vaccine- développé par l'équipe de Polly Roy (GB)) sur ovins suivi d'une épreuve virulente (CRBM-ENVA). Dans le cadre du projet ISCOM (Suède) : essai de vaccin de nouvelle génération (Vaccin sous unitaire - développé par l'équipe de JF Valarcher) sur bovins suivi d'une épreuve virulente (PFIE-INRA Nouzilly). F. Liste des publications et communications dans le cadre du mandat 1

11 Publications de l'année destinées aux professionnels (Les publications qui figureront dans le rapport doivent être sous presse ou publiées.) CYRIL VIAROUGE, CORINNE SAILLEAU, GERMAIN RIVES, ALEXANDRA DESPRAT, EMMANUEL BREARD, MANUELLE MILLER, XAVIER BAUDRIMONT, RENAUD LANCELOT, DAMIEN VITOUR, STEPHAN ZIENTARA Identification et caractérisation des virus de la fièvre catarrhale ovine et de la maladie hémorragique épizootique en Guyane en 211 et 212. Epidémiologie et santé animales, n 63, DAMIEN VITOUR, VIRGINIE DOCEUL, EMILIE CHAUVEAU, ESTELLE LARA, STEPHAN ZIENTARA Induction et modulation de la synthèse d'interféron de type I par le BTV. Bulletin de l Académie Vétérinaire de France, 166(3), PASCAL HENDRIKX, STEPHAN ZIENTARA Difficultés et incertitudes de l éradication : l exemple de la fièvre catarrhale ovine en France. Epidémiologie et santé animales, 64, PERRIN JEAN-BAPTISTE, CORINNE SAILLEAU, EMMANUEL BREARD, THOMAS CLEMENT, MELANIE GALLOIS, HELENE GUIS, MORGANE DOMINGUEZ, PASCAL HENDRIKX, STEPHAN ZIENTARA, DIDIER CALAVAS Surveillance et lutte contre l'épizootie de fièvre catarrhale ovine de sérotype 1 de 213 en Corse. Bulletin épidémiologique, santé animale et alimentation, n 6, PERRIN JEAN-BAPTISTE, JEROME LANGUILLE, CORINNE SAILLEAU, EMMANUEL BREARD, ALEXANDRA DESPRAT, CYRIL VIAROUGE, STEPHAN ZIENTARA Surveillance de la FCO en 212 : Recouvrement du statut indemne en France continentale. Bulletin épidémiologique, santé animale et alimentation. Publications scientifiques internationales de l'année (Les publications qui figureront dans le rapport doivent être sous presse ou publiées.) Emergence of Bluetongue Virus Serotype 1 in French Corsica Island in September 213. Sailleau C, Viarouge C, Bréard E, Perrin JB, Doceul V, Vitour D, Zientara S. Transbound Emerg Dis. 214 Jan 24. doi: /tbed Purification, stability, and immunogenicity analyses of five bluetongue virus proteins for use in development of a subunit vaccine that allows differentiation of infected from vaccinated animals. Anderson J, Bréard E, Lövgren Bengtsson K, Grönvik KO, Zientara S, Valarcher JF, Hägglund S. Clin Vaccine Immunol. 214 Mar;21(3): doi: /CVI Epub 214 Jan 22. Culicoides midge bites modulate the host response and impact on bluetongue virus infection in sheep. Pages N, Bréard E, Urien C, Talavera S, Viarouge C, Lorca-Oro 11

12 C, Jouneau L, Charley B, Zientara S, Bensaid A, Solanes D, Pujols J, Schwartz- Cornil I. PLoS One. 214 Jan 8;9(1):e doi: /journal.pone ecollection 214. Induction and control of the type I interferon pathway by Bluetongue virus. Vitour D, Doceul V, Ruscanu S, Chauveau E, Schwartz-Cornil I, Zientara S. Virus Res. 214 Mar;182:59-7. doi: 1.116/j.virusres Epub 213 Nov 7. The immune response of ruminant livestock to bluetongue virus: From type I interferon to antibody. Maclachlan NJ, Henderson C, Schwartz-Cornil I, Zientara S. Virus Res. 214 Mar;182:71-7. doi: 1.116/j.virusres Epub 213 Oct 1. Evidence of transplacental transmission of bluetongue virus serotype 8 in goats. Belbis G, Bréard E, Cordonnier N, Moulin V, Desprat A, Sailleau C, Viarouge C, Doceul V, Zientara S, Millemann Y. Vet Microbiol. 213 Oct 25;166(3-4): doi: 1.116/j.vetmic Epub 213 Jul 6. Dendritic cell subtypes from lymph nodes and blood show contrasted gene expression programs upon Bluetongue virus infection. Ruscanu S, Jouneau L, Urien C, Bourge M, Lecardonnel J, Moroldo M, Loup B, Dalod M, Elhmouzi-Younes J, Bevilacqua C, Hope J, Vitour D, Zientara S, Meyer G, Schwartz-Cornil I. J Virol. 213 Aug;87(16): doi: /JVI Epub 213 Jun 19. Evaluation of the immunogenicity of an experimental subunit vaccine that allows differentiation between infected and vaccinated animals against bluetongue virus serotype 8 in cattle. Anderson J, Hägglund S, Bréard E, Comtet L, Lövgren Bengtsson K, Pringle J, Zientara S, Valarcher JF. Clin Vaccine Immunol. 213 Aug;2(8): doi: /CVI Epub 213 May 29. NS3 of bluetongue virus interferes with the induction of type I interferon. Chauveau E, Doceul V, Lara E, Breard E, Sailleau C, Vidalain PO, Meurs EF, Dabo S, Schwartz-Cornil I, Zientara S, Vitour D. J Virol. 213 Jul;87(14): doi: /JVI Epub 213 May 8. Control of bluetongue in Europe. Zientara S, Sánchez-Vizcaíno JM. Vet Microbiol. 213 Jul 26;165(1-2):33-7. doi: 1.116/j.vetmic Epub 213 Jan 29. A One-year Follow-up of Antibody Response in Cattle and Sheep after Vaccination with Serotype 8- and Serotype 1-inactivated Vaccines. Zanella G, Bréard E, Sailleau C, Zientara S, Viarouge C, Durand B. Transbound Emerg Dis. 213 Jan 19. doi: /tbed

13 Bluetongue virus serotype 8 virus-like particles protect sheep against virulent virus infection as a single or multi-serotype cocktail immunogen. Stewart M, Dubois E, Sailleau C, Bréard E, Viarouge C, Desprat A, Thiéry R, Zientara S, Roy P. Vaccine. 213 Jan 7;31(3): doi: 1.116/j.vaccine Epub 212 Nov 14. Reassortment between two serologically unrelated bluetongue virus strains is flexible and can involve any genome segment. Shaw AE, Ratinier M, Nunes SF, Nomikou K, Caporale M, Golder M, Allan K, Hamers C, Hudelet P, Zientara S, Breard E, Mertens P, Palmarini M. J Virol. 213 Jan;87(1): doi: /JVI Epub 212 Oct 24. Communications nationales de l'année (Les publications qui figureront dans le rapport doivent être sous presse ou publiées.) Communication orale "Identification et caractérisation des virus de la fièvre catarrhale ovine et de la maladie hémorragique épizootique en Guyane en 211 et 212" Communication orale "Immunité innée et infection par le virus de la Fièvre Catarrhale Ovine" Stéphan Zientara et Damien Vitour, Académie Vétérinaire de France, 6 juin 213. Communication orale «Modulation de la voie de réponse interféron par le virus de la fièvre catarrhale ovine». V Doceul, E Chauveau, S Zientara, D Vitour. Journées d animation scientifique du département santé animale de l INRA, Agde, octobre 213. Cyril Viarouge, Corinne Sailleau, Germain Rives, Alexandra Desprat, Emmanuel Bréard, Manuelle Miller, Xavier Baudrimont, Renaud Lancelot, Damien Vitour et Stéphan Zientara. Journées scientifiques de l'aeema- Mai 213 Communications internationales de l'année (Les publications qui figureront dans le rapport doivent être sous presse ou publiées.) Modulation of the interferon signalling pathway by Bluetongue virus. DOCEUL V, CHAUVEAU E, LARA E, ZIENTARA S, VITOUR D. 5éme congrès européen de virologie, Lyon, septembre 213. Zientara Stephan, Valarcher Jean-Francois. Development and evaluation of a diva subunit vaccine against bluetongue virus serotype 8 in cattle. Epizone, Bruxelles, 1-4 Octobre 213. Vitour D, Zientara S. NS3 of bluetongue virus interferes with the innate antiviral 13

14 response. Epizone, Bruxelles, 1-4 Octobre 213 Conférences sur invitation dans l'année (Les publications qui figureront dans le rapport doivent être sous presse ou publiées.) communication orale invitée S Zientara «Vaccination against Bluetongue in Northern Europe: another challenging experience», International workshop, European Directorate for the quality of Medicines and Health Care, Council of Europe, 18 février 213, Strasbourg. G. Activités du LR-UE Avez-vous également des activités de LR-UE? Non H. Détention d'autres mandats de référence Le LNR détient-il d'autres mandats de référence dans le même domaine de compétences Oui Précisez : LNR maladie hémorragique épizootique Et nous sommes également le laboratoire de référence pour le virus Schmallenberg 14

d identification et de typage des orbivirus (action A1)

d identification et de typage des orbivirus (action A1) Développement d outils d d identification d et de typage des orbivirus (action A1) Stéphan ZIENTARA, Corinne SAILLEAU, Emmanuel BREARD, Cyril VIAROUGE, Kamilla GORNA, Anthony RELMY, Alexandra DESPRAT UMR

Plus en détail

Rapport annuel d'activité, année 2014. Laboratoire National de Référence. Encéphalopathies spongiformes transmissibles

Rapport annuel d'activité, année 2014. Laboratoire National de Référence. Encéphalopathies spongiformes transmissibles Rapport annuel d'activité, année 214 Laboratoire National de Référence Encéphalopathies spongiformes transmissibles Nom du responsable du LNR Thierry BARON Nom de l'unité où l'activité du LNR est mise

Plus en détail

Le directeur général Maisons-Alfort, le 27 mars 2015 AVIS

Le directeur général Maisons-Alfort, le 27 mars 2015 AVIS Le directeur général Maisons-Alfort, le 27 mars 2015 AVIS De l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif aux «stratégies de vaccination en cas d

Plus en détail

INSTRUCTION Consignes et conditions de recevabilité des demandes d'essais et des échantillons. I. Objet et domaine d application...

INSTRUCTION Consignes et conditions de recevabilité des demandes d'essais et des échantillons. I. Objet et domaine d application... UMR 15 INSTRUCTION Consignes et conditions de recevabilité des demandes d'essais et des échantillons I-TE-04 Version 11 Du 05/03/2014 Ce document est la propriété du CIRAD, il ne peut être consulté ou

Plus en détail

Rencontres fièvre catarrhale ovine

Rencontres fièvre catarrhale ovine 3 déc. 2008 Intervenants : Gilles Aumont, INRA Renaud Lancelot, CIRAD Bruno Mathieu, EID-Méditerranée Claude Saegerman, Université de Liège Henri Seegers, École Nationale Vétérinaire de Nantes Stephan

Plus en détail

Laboratoire National de Référence de la Fièvre de la Vallée du Rift - diagnostic sérologique Rapport d activité, année 2011

Laboratoire National de Référence de la Fièvre de la Vallée du Rift - diagnostic sérologique Rapport d activité, année 2011 Laboratoire National de Référence de la Fièvre de la Vallée du Rift - diagnostic sérologique Rapport d activité, année 2011 Introduction Les maladies virales transmises par les arthropodes hématophages

Plus en détail

COMPLEMENT D AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

COMPLEMENT D AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Saisine n 2010-SA-0215 Le directeur général Maisons-Alfort, le 11 août 2011 COMPLEMENT D AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à la

Plus en détail

Laboratoire National de Référence. Bactéries sur autres matrices. Rapport annuel d'activité, année 2013

Laboratoire National de Référence. Bactéries sur autres matrices. Rapport annuel d'activité, année 2013 Laboratoire National de Référence Bactéries sur autres matrices Rapport annuel d'activité, année 2013 A. Introduction Les faits marquants de l'année Les faits marquants de l'année sont : - la contribution

Plus en détail

épidémiologie & programmes de lutte contre les maladies animales

épidémiologie & programmes de lutte contre les maladies animales Bull-FRA2009-1:boletin INT 3/4/09 19:19 Página 35 épidémiologie & programmes de lutte contre les maladies animales Fièvre catarrhale ovine en Europe du Nord : apparition de nouveaux sérotypes sur fond

Plus en détail

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC ATELIER DE FORMATION SUR LE DIAGNOSTIC DE LA FIEVRE APHTEUSE 21 mai 2012 Labib BAKKALI KASSIMI Labib.bakkali-kassimi@anses.fr Agence Nationale de Sécurité

Plus en détail

Questions-Réponses Journée d information et d échanges sur la FCO 18 mars 2010

Questions-Réponses Journée d information et d échanges sur la FCO 18 mars 2010 Questions-Réponses Journée d information et d échanges sur la FCO 18 mars 2010 VIROLOGIE Dispose-t-on de plus de précisions sur la durée de la virémie, et celle de détection de l ARN viral dans le sang?

Plus en détail

Séminaire scientifique sur la gestion du virus Schmallenberg

Séminaire scientifique sur la gestion du virus Schmallenberg Séminaire scientifique sur la gestion du virus Schmallenberg organisé par la Commission européenne le 02 avril 2012 à Bruxelles Participants : 125 personnes, dont _ représentant des autorités publiques,

Plus en détail

- Septembre 2009 - "Fièvre aphteuse"

- Septembre 2009 - Fièvre aphteuse - Septembre 2009 - "Fièvre aphteuse" Coordinatrices de rédaction Mme Julie CHIRON Mme Anne-Marie HATTENBERGER Secrétariat administratif Mme Sheila GROS-DESIRS 2 Composition du groupe de travail "Fièvre

Plus en détail

Qui sommes-nous? 7 500 prélèvements

Qui sommes-nous? 7 500 prélèvements Qui sommes-nous? Le laboratoire départemental d analyses de l Eure est un service du Conseil général totalement dédié à la recherche de pathogènes, de résidus chimiques et de polluants présents dans les

Plus en détail

Dominantes pathologiques mal appréhendées

Dominantes pathologiques mal appréhendées OMACAP OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES MALADIES CAPRINES Anses Laboratoire de Niort: Rexcap Melle 18 Janvier 2011 Contexte du projet Dominantes pathologiques mal appréhendées Informations sanitaires dispersées

Plus en détail

Laboratoire d Hygiène des Aliments et de l Environnement et le contrôle sanitaire des eaux. Institut Pasteur de Madagascar

Laboratoire d Hygiène des Aliments et de l Environnement et le contrôle sanitaire des eaux. Institut Pasteur de Madagascar Laboratoire d Hygiène des Aliments et de l Environnement et le contrôle sanitaire des eaux Institut Pasteur de Madagascar Alexandra BASTARAUD-CELESTIN Chef d unité 1 Institut Pasteur de Madagascar Institut

Plus en détail

Annexe 7. Fiche standardisée pour l enquête auprès des responsables des différents systèmes.

Annexe 7. Fiche standardisée pour l enquête auprès des responsables des différents systèmes. Annexe 7. Fiche standardisée pour l enquête auprès des responsables des différents systèmes. Cher expert, Le Comité scientifique de l AFSCA a pris l initiative d évaluer le caractère organisationnel de

Plus en détail

Éradication de la variole : destruction des stocks de virus variolique

Éradication de la variole : destruction des stocks de virus variolique SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/37 Point 16.3 de l ordre du jour provisoire 14 mars 2014 Éradication de la variole : destruction des stocks de virus variolique Rapport du Secrétariat

Plus en détail

SNAT OUTIL D'ÉVALUATION DE RÉSEAU DE SURVEILLANCE. Pays :... Réseau :... Date d'exécution :... Consultants :.. Version de juin 2008

SNAT OUTIL D'ÉVALUATION DE RÉSEAU DE SURVEILLANCE. Pays :... Réseau :... Date d'exécution :... Consultants :.. Version de juin 2008 SNAT OUTIL D'ÉVALUATION DE RÉSEAU DE SURVEILLANCE Pays :... Réseau :... Date d'exécution :... Consultants :.. Version de juin 2008 SNAT - Version le juin 2008 1 SNAT - Version le juin 2008 2 Contributeurs

Plus en détail

Les viroses respiratoires constituent une préoccupation majeure surtout dans les âges extrêmes (enfant et personnes âgés).

Les viroses respiratoires constituent une préoccupation majeure surtout dans les âges extrêmes (enfant et personnes âgés). Les Viroses respiratoires aigues Diagnostic Biologique Pr Abdelhalim Trabelsi Service de virologie CHU Sahloul,Sousse Faculté de pharmacie de Monastir Tunis le 7 Avril 2011 (13 janvier 2011) INTRODUCTION

Plus en détail

INDUCTION ET MODULATION DE LA SYNTHÈSE D'INTERFERON DE TYPE I PAR LE BTV INDUCTION AND MODULATION OF TYPE I INTERFERON SYNTHESIS UPON BTV INFECTION

INDUCTION ET MODULATION DE LA SYNTHÈSE D'INTERFERON DE TYPE I PAR LE BTV INDUCTION AND MODULATION OF TYPE I INTERFERON SYNTHESIS UPON BTV INFECTION INDUCTION ET MODULATION DE LA SYNTHÈSE D'INTERFERON DE TYPE I PAR LE BTV INDUCTION AND MODULATION OF TYPE I INTERFERON SYNTHESIS UPON BTV INFECTION Damien VITOUR, Virginie DOCEUL, Emilie CHAUVEAU, Estelle

Plus en détail

Prévalence des génotypes du HPV à HR oncogènes dans les échantillons cervicaux analysés au Centre Pasteur du Cameroun

Prévalence des génotypes du HPV à HR oncogènes dans les échantillons cervicaux analysés au Centre Pasteur du Cameroun Prévalence des génotypes du HPV à HR oncogènes dans les échantillons cervicaux analysés au Centre Pasteur du Cameroun Richard Njouom Chef du Service de Virologie Centre Pasteur Cameroun Worshop on HPV/Cervical

Plus en détail

LE LABORATOIRE VETERINAIRE DEPARTEMENTAL

LE LABORATOIRE VETERINAIRE DEPARTEMENTAL LE LABORATOIRE VETERINAIRE DEPARTEMENTAL LABORATOIRE A O R VETERINAIRE E I R E DEPARTEMENTAL 20, avenue Saint-Roch 38028 Grenoble cedex 1 Tél 04.76.03.75.40 Fax 04.76.03.75.50 e-mail : sce.lab@cg38.fr

Plus en détail

Rapport annuel d'activité, année 2014. Laboratoire National de Référence. Virus Influenza porcin

Rapport annuel d'activité, année 2014. Laboratoire National de Référence. Virus Influenza porcin Rapport annuel d'activité, année 214 Laboratoire National de Référence Virus Influenza porcin Nom du responsable du LNR Gaëlle Simon Nom de l'unité où l'activité du LNR est mise en œuvre Unité Virologie

Plus en détail

ÉTUDE DES CELLULES PRODUCTRICES D INTERFÉRON DE TYPE I DANS LA LYMPHE DRAINANT LES MUQUEUSES ORO-NASALES OU LA PEAU CHEZ LE MOUTON

ÉTUDE DES CELLULES PRODUCTRICES D INTERFÉRON DE TYPE I DANS LA LYMPHE DRAINANT LES MUQUEUSES ORO-NASALES OU LA PEAU CHEZ LE MOUTON ÉTUDE DES CELLULES PRODUCTRICES D INTERFÉRON DE TYPE I DANS LA LYMPHE DRAINANT LES MUQUEUSES ORO-NASALES OU LA PEAU CHEZ LE MOUTON STUDY OF TYPE I INTERFERON PRODUCING CELLS IN SHEEP LYMPH DRAINING ORO-NASAL

Plus en détail

RESEAU FRANÇAIS POUR LA SANTE ANIMALE

RESEAU FRANÇAIS POUR LA SANTE ANIMALE RESEAU FRANÇAIS POUR LA SANTE ANIMALE - Retour d'expérience - Programmation des études et recherche nécessaires à la gestion d'une maladie émergente Auteurs : RFSA-Groupe 2 Ce document a été rédigé sur

Plus en détail

Réchauffement climatique et conséquences en santé animale: : 3 exemples d'émergence de maladies virales vectorielles animales en Europe

Réchauffement climatique et conséquences en santé animale: : 3 exemples d'émergence de maladies virales vectorielles animales en Europe Réchauffement climatique et conséquences en santé animale: : 3 exemples d'émergence de maladies virales vectorielles animales en Europe Stéphan Zientara UMR ANSES/INRA/ENVA Emergences liées au réchauffement

Plus en détail

Programme de Prophylaxie contre la Peste des Petits Ruminants (PPR) au Maroc. SIAM 2010 Dr.MALIK JAMAL Dr.CHERKAOUI ZAKARIA ONSSA/DSV/DSA

Programme de Prophylaxie contre la Peste des Petits Ruminants (PPR) au Maroc. SIAM 2010 Dr.MALIK JAMAL Dr.CHERKAOUI ZAKARIA ONSSA/DSV/DSA Programme de Prophylaxie contre la Peste des Petits Ruminants (PPR) au Maroc SIAM 2010 Dr.MALIK JAMAL Dr.CHERKAOUI ZAKARIA ONSSA/DSV/DSA Définition La PPR est une maladie virale très contagieuse qui affecte

Plus en détail

dossier de presse La surveillance de la santé des animaux sauvages : 2 Le dispositif de lutte contre la grippe aviaire : 2

dossier de presse La surveillance de la santé des animaux sauvages : 2 Le dispositif de lutte contre la grippe aviaire : 2 L u n d i 6 m a r s 2 0 0 6 dossier de presse par Jean-Baptiste GIRAUD, vice-président du conseil général chargé de l agriculture et du développement agricole La surveillance de la santé des animaux sauvages

Plus en détail

RÉSUMÉ. Mots-clés: méthodes de diagnostic, réaction de polymérisation en chaîne (PCR) optimisation, viroses des animaux de compagnie.

RÉSUMÉ. Mots-clés: méthodes de diagnostic, réaction de polymérisation en chaîne (PCR) optimisation, viroses des animaux de compagnie. RÉSUMÉ Mots-clés: méthodes de diagnostic, réaction de polymérisation en chaîne (PCR) optimisation, viroses des animaux de compagnie. 1. L'importance de la thèse Actuellement, la pathologie infectieuse/contagieuse

Plus en détail

Questionnaires d enquête Activités de surveillance et chercheurs

Questionnaires d enquête Activités de surveillance et chercheurs Questionnaires d enquête Activités de surveillance et chercheurs universitaires dans le domaine de l évaluation des risques pour la santé des animaux Le savoir au service du public Questionnaires d enquête

Plus en détail

RCSZ. RCSZ Réseau canadien de surveillance zoosanitaire. Forum national sur la santé et le bienêtre des animaux d élevage

RCSZ. RCSZ Réseau canadien de surveillance zoosanitaire. Forum national sur la santé et le bienêtre des animaux d élevage Réseau canadien de surveillance zoosanitaire Forum national sur la santé et le bienêtre des animaux d élevage 4 décembre 2013 Ottawa (Ontario) Jim Goltz et Harold Kloeze 1 Aperçu de la présentation 1.

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE. N 8-3432 rév. 0

ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE. N 8-3432 rév. 0 Convention N 5460 Section Santé Humaine ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 8-3432 rév. 0 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

Influenza aviaire et maladie de newcastle Bilan de la surveillance de l Influenza aviaire et de la maladie de Newcastle en France en 2014

Influenza aviaire et maladie de newcastle Bilan de la surveillance de l Influenza aviaire et de la maladie de Newcastle en France en 2014 Influenza aviaire et maladie de newcastle Bilan de la surveillance de l Influenza aviaire et de la maladie de Newcastle en France en 04 Isabelle Guerry* () (isabelle.guerry@agriculture.gouv.fr), Audrey

Plus en détail

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie Véronique ZULIANI, Institut de la Filière Porcine Jean Christophe Augustin, ENVA, ASA Qu est ce qu un virus? Microorganisme de 15 à 40 nm Environ

Plus en détail

L exemple de la détermination de la structure cristallographique de la nucléocapside du bluetongue virus

L exemple de la détermination de la structure cristallographique de la nucléocapside du bluetongue virus J. Phys. IV France 130 (2005) 203 207 C EDP Sciences, Les Ulis DOI: 10.1051/jp4:2005130014 L exemple de la détermination de la structure cristallographique de la nucléocapside du bluetongue virus P. Gouet

Plus en détail

Actualités sur la coqueluche en 2013

Actualités sur la coqueluche en 2013 Actualités sur la coqueluche en 2013 Nicole Guiso Centre National de Référence de la coqueluche et autres bordetelloses Unité de Prévention et Thérapie Moléculaire des Maladies Humaines Institut Pasteur

Plus en détail

LVD69 MANUEL QUALITE N SIRET 130 008 584 00018 MANUEL QUALITE

LVD69 MANUEL QUALITE N SIRET 130 008 584 00018 MANUEL QUALITE Page 1/18 LABORATOIRE VETERINAIRE DEPARTEMENTAL DU RHONE LVD69 1, Avenue Bourgelat - BP 35 69280 MARCY L ETOILE 04 78 87 82 04 04 78 87 82 08 lvd69@vetagro-sup.fr http://www.vetagro-sup.fr/lvd N SIRET

Plus en détail

Évaluation du coût global du dispositif de surveillance de la brucellose bovine en France en 2013

Évaluation du coût global du dispositif de surveillance de la brucellose bovine en France en 2013 Évaluation du coût global du dispositif de surveillance de la brucellose bovine en France en 2013 Évaluation du coût global du dispositif de surveillance de la brucellose bovine en France en 2013 Viviane

Plus en détail

Réglementation européenne. enne des dispositifs médicaux m diagnostic in vitro. E. LAFORGERIE 19 juillet 2006

Réglementation européenne. enne des dispositifs médicaux m diagnostic in vitro. E. LAFORGERIE 19 juillet 2006 Réglementation européenne enne des dispositifs médicaux m de diagnostic in vitro E. LAFORGERIE 19 juillet 2006 Historique des réglementationsr Décret du 19 avril 1996 relatif à l enregistrement des réactifsr

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES TECHNIQUE DU SYSTEME NATIONAL D APPELLATION DE CHEPTEL EN MATIERE DE VISNA-MAËDI

CAHIER DES CHARGES TECHNIQUE DU SYSTEME NATIONAL D APPELLATION DE CHEPTEL EN MATIERE DE VISNA-MAËDI CAHIER DES CHARGES TECHNIQUE DU SYSTEME NATIONAL D APPELLATION DE CHEPTEL EN MATIERE DE VISNA-MAËDI REF. : CC/VM/01 révision A Date de Création : 08/12/2003 Date de Révision : 07/12/2004 Rédaction : Mme.

Plus en détail

DEMANDE D APPROBATION D UNE FORMATION RELATIVE À L EXPÉRIMENTATION ANIMALE

DEMANDE D APPROBATION D UNE FORMATION RELATIVE À L EXPÉRIMENTATION ANIMALE N 15012*02 DEMANDE D APPROBATION D UNE FORMATION RELATIVE À L EXPÉRIMENTATION ANIMALE ARTICLE R. 214-130 DU CODE RURAL ET DE LA PÊCHE MARITIME ARRÊTÉ DU 1ER FÉVRIER 2013 RELATIF À L ACQUISITION ET À LA

Plus en détail

Afssaps : L accompagnement de l innovation et la surveillance du marché des nouveaux dispositifs. CORATA juin 2011 Gaëlle LE BRUN

Afssaps : L accompagnement de l innovation et la surveillance du marché des nouveaux dispositifs. CORATA juin 2011 Gaëlle LE BRUN Afssaps : L accompagnement de l innovation et la surveillance du marché des nouveaux dispositifs CORATA juin 2011 Gaëlle LE BRUN 1 Contexte règlementaire Dispositif médical de diagnostic in vitro - Définitions

Plus en détail

L AMPLIFICATION GÉNIQUE PAR PCR. (Polymérase Chain Reaction)

L AMPLIFICATION GÉNIQUE PAR PCR. (Polymérase Chain Reaction) L AMPLIFICATION GÉNIQUE PAR PCR (Polymérase Chain Reaction) ATELIER DE FORMATION SUR LE DIAGNOSTIC DE LA FIEVRE APHTEUSE 21 mai 2012 Corinne SAILLEAU Corinne.sailleau@anses.fr Agence Nationale de Sécurité

Plus en détail

Instructions aux auteurs

Instructions aux auteurs Instructions aux auteurs Les Cahiers de la Référence sont une publication électronique, qui a pour objectif de partager et de valoriser l ensemble des activités de référence. Ils sont destinés à favoriser

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

Brest (29) Lessay (50), 12-13 Mars 2012

Brest (29) Lessay (50), 12-13 Mars 2012 Conclusions Projet Aquamanche Aquatic management of catchments for health and environment Gestion des eaux des bassin versants pour la santé et l environnement Brest (29) Lessay (50), 12-13 Mars 2012 Les

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

Plan d Action du RFSA

Plan d Action du RFSA Plan d Action du RFSA Réseau Français pour la Santé Animale 05 mars 2009 Le Réseau Français pour la Santé Animale (RFSA) a été créé dans le but de favoriser les partenariats de recherche entre des institutions

Plus en détail

JNI. Pr B Lina. Les tests rapides grippe : leur utilisation en pratique de ville

JNI. Pr B Lina. Les tests rapides grippe : leur utilisation en pratique de ville Les tests rapides grippe : leur utilisation en pratique de ville Pr B Lina Hospices Civils de Lyon, CNR des virus influenza (Sud), F69677, Bron Université de Lyon, Université Lyon 1, F69372, Lyon JNI 15

Plus en détail

et la gestion des alertes

et la gestion des alertes Le signalement des infections nosocomiales et la gestion des alertes L expérience française Bruno Coignard, MD, MSc Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France JAPI, Québec, 20/11/2008 Plan de

Plus en détail

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Corinne Alberti CIE 5 : modèles et méthodes de l évaluation clinique et thérapeutique en pédiatrie

Plus en détail

PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES

PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES Laboratoire Vétérinaire et Alimentaire Départemental 54 PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES Principe : Démarche de diagnostic différentiel des avortements de bovins selon un protocole commun Meuse - Moselle

Plus en détail

Épidémie d infections cutanées à virus cowpox en France. Décembre 2008 Février 2009

Épidémie d infections cutanées à virus cowpox en France. Décembre 2008 Février 2009 Épidémie d infections cutanées à virus cowpox en France Décembre 2008 Février 2009 Journées Nationales d Infectiologie Lyon 10-11-12 juin 2009 Alerte et contexte : signalement et premières investigations

Plus en détail

Objet : Changements importants relatifs aux épreuves de détection qualitative et quantitative de l ARN du virus de l hépatite C (VHC)

Objet : Changements importants relatifs aux épreuves de détection qualitative et quantitative de l ARN du virus de l hépatite C (VHC) PAR COURRIER ÉLECTRONIQUE Le 29 juillet 203 Aux responsables des laboratoires de microbiologie Aux médecins microbiologistes-infectiologues Aux médecins gastroentérologues et hépatologues Aux assistants-chefs

Plus en détail

Accréditation des laboratoires COFRAC ISO15189. Alain Cœur Conseil - alain.coeur@wanadoo.fr - 06.85.75.12.64

Accréditation des laboratoires COFRAC ISO15189. Alain Cœur Conseil - alain.coeur@wanadoo.fr - 06.85.75.12.64 Accréditation des laboratoires COFRAC ISO15189 SOMMAIRE Biologie et qualité : rapide historique Accréditation COFRAC Norme ISO 15189 Ecarts entre l ISO 15 189 et le GBEA Présentation d une méthodologie

Plus en détail

Les méthodes de diagnostic en virologie

Les méthodes de diagnostic en virologie Les méthodes de diagnostic en virologie Pourquoi faire du diagnostic en virologie? Dons de sang, d organes et de tissus (dépistage obligatoire) Suivi biologique des infections (VIH, VHB, VHC) Mesures prophylactiques

Plus en détail

Ordonnance sur les épizooties

Ordonnance sur les épizooties Version provisoire - Seule la version publiée dans le Recueil officiel du droit fédéral RO fait foi Ordonnance sur les épizooties (OFE) Modification du Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance

Plus en détail

Obtention de données génétiques à grande échelle

Obtention de données génétiques à grande échelle Obtention de données génétiques à grande échelle Stéphanie FERREIRA Ph.D. Campus de l Institut Pasteur de Lille 1, rue du Professeur Calmette 59000 LILLE Tel : 03 20 87 71 53 Fax : 03 20 87 72 64 contact@genoscreen.fr

Plus en détail

1, Avenue Bourgelat - BP 35 69280 MARCY L ETOILE 04 78 87 82 04 04 78 87 82 08 lvd69@vetagro-sup.fr http://www.vetagro-sup.fr/lvd

1, Avenue Bourgelat - BP 35 69280 MARCY L ETOILE 04 78 87 82 04 04 78 87 82 08 lvd69@vetagro-sup.fr http://www.vetagro-sup.fr/lvd Page 1/18 LABORATOIRE VETERINAIRE DEPARTEMENTAL DU RHONE LVD69 1, Avenue Bourgelat - BP 35 69280 MARCY L ETOILE 04 78 87 82 04 04 78 87 82 08 lvd69@vetagro-sup.fr http://www.vetagro-sup.fr/lvd N SIRET

Plus en détail

Du G.B.E.A. à l Accréditation en milieu Hospitalier

Du G.B.E.A. à l Accréditation en milieu Hospitalier 27 ème Colloque CORATA IBS MARSEILLE le 16 Septembre 2010 Du G.B.E.A. à l Accréditation en milieu Hospitalier Professeur Henri PORTUGAL LABORATOIRE CENTRAL Biochimie Hématologie Hôpital Sainte Marguerite

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective 1 2 3 4 5 6 7 Catalogue 2011 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or Sommaire 1 2 3 4 5 6 7 Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

VALIDATION DE METHODES QUALITATIVES EN CONTINU

VALIDATION DE METHODES QUALITATIVES EN CONTINU VALIDATION DE METHODES QUALITATIVES EN CONTINU IX E JOURNÉES PROFESSIONNELLES DE L AFTLM PARIS Informations pré requises Type de flexibilité Méthodes «fournisseurs» (portée flexible standard A), dites

Plus en détail

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 3 OBTENTION DE LA CERTIFICATION

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 3 OBTENTION DE LA CERTIFICATION REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 3 OBTENTION DE LA CERTIFICATION SOMMAIRE 3.1. Constitution du dossier de demande 3.2. Processus d'évaluation initiale Rev. 9 mai 2012 PROCESSUS D'OBTENTION

Plus en détail

ÉVALUATION PAR LA SÉROLOGIE DE L EFFICACITÉ D UN VACCIN ANTIRABIQUE CHEZ DES CHIENS DU TERRAIN EN TUNISIE

ÉVALUATION PAR LA SÉROLOGIE DE L EFFICACITÉ D UN VACCIN ANTIRABIQUE CHEZ DES CHIENS DU TERRAIN EN TUNISIE ÉVALUATION PAR LA SÉROLOGIE DE L EFFICACITÉ D UN VACCIN ANTIRABIQUE CHEZ DES CHIENS DU TERRAIN EN TUNISIE HADDAD Nadia To cite this version: HADDAD Nadia. ÉVALUATION PAR LA SÉROLOGIE DE L EFFICACITÉ D

Plus en détail

- les intestins des animaux, quel que soit leur âge, issus de troupeaux non concernés par la police sanitaire;

- les intestins des animaux, quel que soit leur âge, issus de troupeaux non concernés par la police sanitaire; AVIS de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments concernant l évaluation des effets de la technique du délimonage appliquée aux intestins d ovins au regard du risque d encéphalopathies spongiformes

Plus en détail

Master Analyse et contrôle physicochimiques Spécialité Analyses physico-chimiques Parcours Analyses physico-chimiques

Master Analyse et contrôle physicochimiques Spécialité Analyses physico-chimiques Parcours Analyses physico-chimiques Descriptif du Parcours Master Analyse et contrôle physicochimiques Spécialité Analyses physico-chimiques Parcours Analyses physico-chimiques 12/03/2014 Sommaire Sommaire... p. 2 Présentation... p. 3 Contact

Plus en détail

LA FIÈVRE CATARRHALE OVINE (OU «BLUETONGUE») DANS LE NORD DE L EUROPE BLUETONGUE IN THE NORTH OF EUROPE RÉSUMÉ

LA FIÈVRE CATARRHALE OVINE (OU «BLUETONGUE») DANS LE NORD DE L EUROPE BLUETONGUE IN THE NORTH OF EUROPE RÉSUMÉ LA FIÈVRE CATARRHALE OVINE (OU «BLUETONGUE») DANS LE NORD DE L EUROPE BLUETONGUE IN THE NORTH OF EUROPE Par Emmanuel BRÉARD, Corinne SAILLEAU, Kamilla GORNA, Lotfi BOUNAADJA, Céline BAHUON et Stéphan ZIENTARA

Plus en détail

QUE TROUVE-T-ON SUR LE SITE INTERMINISTERIEL WWW.GRIPPEAVIAIRE.GOUV.FR

QUE TROUVE-T-ON SUR LE SITE INTERMINISTERIEL WWW.GRIPPEAVIAIRE.GOUV.FR QUE TROUVE-T-ON SUR LE SITE INTERMINISTERIEL WWW.GRIPPEAVIAIRE.GOUV.FR (le contenu de ce site change assez régulièrement en fonction de l'évolution du dossier) 1. SAVOIR / S'INFORMER Définition des grippes

Plus en détail

INVENTAIRES NATIONAUX SERVICES DANS LE SECTEUR DE LA PÊCHE ISLANDE

INVENTAIRES NATIONAUX SERVICES DANS LE SECTEUR DE LA PÊCHE ISLANDE INVENTAIRES NATIONAUX SERVICES DANS LE SECTEUR DE LA PÊCHE ISLANDE Aquaculture Services vétérinaires coûts a été mis en place, ou, à défaut le mode de financement de ce service. L Islande possède, depuis

Plus en détail

CATALOGUE AUTRES ESPECES

CATALOGUE AUTRES ESPECES CATALOGUE AUTRES ESPECES Laboratoire Vétérinaire Départemental du Rhône (LVD69) VetAgro Sup Campus Vétérinaire de Lyon Bâtiment d Infectiologie niveau 1 1, avenue Bourgelat 69280 MARCY L ETOILE Téléphone

Plus en détail

Outils moléculaires de surveillance de laboratoire

Outils moléculaires de surveillance de laboratoire Outils moléculaires de surveillance de laboratoire Hugues Charest Laboratoire de santé publique du Québec Faculté de médecine, Université de Montréal Conflits d intérêts Je déclare n avoir aucun conflit

Plus en détail

2 avril 2004 Vol. 17 N o 14. Sommaire

2 avril 2004 Vol. 17 N o 14. Sommaire ISSN 1012-5310 2 avril 2004 Vol. 17 N o 14 Sommaire Peste bovine en République Centrafricaine : le Délégué déclare son pays «provisoirement indemne de peste bovine» 97 Influenza aviaire hautement pathogène

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT

SERVICE PUBLIC FEDERAL SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT Publié le : 2006-12-22 Numac : 2006023298 SERVICE PUBLIC FEDERAL SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT 14 DECEMBRE 2006. - Arrêté royal relatif aux médicaments à usage humain

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION. N 8-3358 rév. 1

ATTESTATION D ACCREDITATION. N 8-3358 rév. 1 Convention N 5350 Section Santé Humaine ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 8-3358 rév. 1 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

Le laboratoire développe 6 axes d activités :

Le laboratoire développe 6 axes d activités : Le laboratoire développe 6 axes d activités : -Activités analytiques -Activités de développement de méthodes -Activités d appui scientifique et technique pour les tutelles -Activités de recherche -Activités

Plus en détail

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232 Famille : Analyse laboratoire Sous-famille : Analyse laboratoire Code ROME : 52232 Technicien(ne) d analyse chimie / physicochimie Chimiste Technicien(ne)-analyste chimie Analyste chimie Définir, réaliser

Plus en détail

A) Présentation de la plateforme Trans-Prot

A) Présentation de la plateforme Trans-Prot Charte de la plateforme Trans-Prot (Transcriptome-Protéome) de l IFR 141-IPSIT «Institut Paris-Sud d'innovation Thérapeutique» UFR de Pharmacie de l Université Paris-Sud (UPS), Châtenay-Malabry Une plateforme

Plus en détail

Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire?

Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire? Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire? Sophie GIBAUD Pole de biologie - chu de Nantes - Laboratoire de Bactériologie et Hygiène Outils du diagnostic biologique Culture PCR temps

Plus en détail

Guide d évaluation de la qualité des données d un dispositif de surveillance épidémiologique en santé animale Version «bêta»

Guide d évaluation de la qualité des données d un dispositif de surveillance épidémiologique en santé animale Version «bêta» Guide d évaluation de la qualité des données d un dispositif de surveillance épidémiologique en santé animale Version «bêta» Janvier 2014 Mathilde PALUSSIERE Anne BRONNER Pascal HENDRIKX Didier CALAVAS

Plus en détail

Transmission nosocomiale des entérovirus :

Transmission nosocomiale des entérovirus : Transmission nosocomiale des entérovirus : Intérêt du diagnostic moléculaire rapide associé au génotypage prospectif Enseignement à propos d une observation Audrey MIRAND EA3843 Laboratoire de Virologie

Plus en détail

FAQ s EXEMPLES REMARQUE

FAQ s EXEMPLES REMARQUE Si vous avez des questions concernant la mise en oeuvre de votre système de qualité, des suggestions pour ce site ou si vous avez besoin de toute autre information pertinente, veuillez envoyer un message

Plus en détail

Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs)

Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs) 105 Annexe 3 Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs) On trouvera ci-après une description succincte des NIMP adoptées. Le texte intégral des NIMP peut être consulté sur le Site

Plus en détail

BRUCELLOSE BOVINE EXPERIMENTALE IV. ANTICORPS ANTIBRUCELLIQUES CHEZ LES GÉNISSES APRÈS VACCINATION PAR LES VACCINS H 38 ET B I9

BRUCELLOSE BOVINE EXPERIMENTALE IV. ANTICORPS ANTIBRUCELLIQUES CHEZ LES GÉNISSES APRÈS VACCINATION PAR LES VACCINS H 38 ET B I9 BRUCELLOSE BOVINE EXPERIMENTALE IV. ANTICORPS ANTIBRUCELLIQUES CHEZ LES GÉNISSES APRÈS VACCINATION PAR LES VACCINS H 38 ET B I9 Contient Des Caractères ÉtrangesG. RENOUX, M. PLOMMET, A. Philippon To cite

Plus en détail

http://www.inra.fr/drh/ce2009/bdd/profil.php?numprofil=atp09-phase-19

http://www.inra.fr/drh/ce2009/bdd/profil.php?numprofil=atp09-phase-19 INRA-DRH numconcours externes 2009 http://www.inra.fr/drh/ce2009/bdd/profil.php?numprofil=atp09-phase-19 Page 1 of 2 16/11/2009 AT Animalier profil n : ATP09-PHASE-19 emploi-type n : A5B22 Jouy-en-josas

Plus en détail

Destinataires d'exécution

Destinataires d'exécution Ordre de service d'action Direction générale de l'alimentation Service des actions sanitaires en production primaire Sous-direction de la santé et de protection animales Bureau santé animale 251 rue de

Plus en détail

Référentiel des compétences nécessaires pour exercer la biologie médicale

Référentiel des compétences nécessaires pour exercer la biologie médicale Référentiel des compétences nécessaires pour exercer la biologie médicale Préambule Le biologiste médical, un professionnel de santé Le biologiste médical, médecin ou pharmacien, est un professionnel de

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective Catalogue de formations 2012 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or 1 2 3 4 5 6 7 8 Sommaire Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

Rapport annuel d'activité, année 2014. Laboratoire National de Référence. Brucelloses animales (y compris pour le contrôle officiel des brucellines)

Rapport annuel d'activité, année 2014. Laboratoire National de Référence. Brucelloses animales (y compris pour le contrôle officiel des brucellines) Rapport annuel d'activité, année 2014 Laboratoire National de Référence Brucelloses animales (y compris pour le contrôle officiel des brucellines) Nom du responsable du LNR Claire Ponsart Nom de l'unité

Plus en détail

Développement de proteines thérapeutiques et d'anticorps monoclonaux des phases R&D à la production de lots cliniques

Développement de proteines thérapeutiques et d'anticorps monoclonaux des phases R&D à la production de lots cliniques Développement de proteines thérapeutiques et d'anticorps monoclonaux des phases R&D à la production de lots cliniques Les Services de Recherche et de Production de Protéines Recombinantes Chaque programme

Plus en détail

MAB Solut. MABSolys Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de vos projets

MAB Solut. MABSolys Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de vos projets Mabsolys-2015-FR:Mise en page 1 03/07/15 14:02 Page1 le département prestataire de services de MABSolys de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

Objet : Diarrhée épidémique porcine (DEP) surveillance du territoire. Destinataires d'exécution

Objet : Diarrhée épidémique porcine (DEP) surveillance du territoire. Destinataires d'exécution Ordre de service d'action Direction générale de l'alimentation Sous-direction de la santé et de protection animales Bureau de la santé animale 251 rue de Vaugirard 75 732 PARIS CEDEX 15 0149554955 Note

Plus en détail

Histoire et Sociologie de la Santé Publique Vétérinaire INRA - Ritme. Décembre 2009

Histoire et Sociologie de la Santé Publique Vétérinaire INRA - Ritme. Décembre 2009 Histoire et Sociologie de la Santé Publique Vétérinaire INRA - Ritme. Décembre 2009 Entre médecine humaine et médecine vétérinaire: l usage et l abandon de la vaccination dans la prophylaxie de la tuberculose

Plus en détail

Transport des animaux vivants. 1. Base Légale. 2. Schéma. Vade-mecum: Direction Santé des Animaux et Sécurité des Produits Animaux 1

Transport des animaux vivants. 1. Base Légale. 2. Schéma. Vade-mecum: Direction Santé des Animaux et Sécurité des Produits Animaux 1 Transport vivants 1. Base Légale. Schéma Vade-mecum: Direction Santé des Animaux et Sécurité des Produits Animaux 1 Transport vivants 1. Base Légale Règlement CE/1/005 du Conseil du décembre 004 relatif

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

M. Vittecoq & M. Gauthier-Clerc. Séminaire Biodiversité et Gestion des Crises, 31 Mai 2013, Lyon

M. Vittecoq & M. Gauthier-Clerc. Séminaire Biodiversité et Gestion des Crises, 31 Mai 2013, Lyon M. Vittecoq & M. Gauthier-Clerc Séminaire Biodiversité et Gestion des Crises, 31 Mai 2013, Lyon Les parasites : une part importante de la biodiversité? - Traitements antibiotiques Eradication de la variole

Plus en détail

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Nouvelles stratégies de dépistage du VIH Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Point épidémiologique sur le VIH Dépistage du VIH en France 5 millions de sérologies

Plus en détail

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de Mabsolut-DEF-HI:Mise en page 1 17/11/11 17:45 Page1 le département prestataire de services de MABLife de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

Encéphalopathies Spongiformes Transmissibles

Encéphalopathies Spongiformes Transmissibles AU001 Autopsie lot de poussin (10) AU002 Autopsie lot volaille, oiseaux (5) AUTOPSIE AU003 AU004 AU005 AU006 AU007 AU008 AU009 Autopsie lapin,lièvre Autopsie chien, chat (adulte), NAC Autopsie petit ruminant

Plus en détail

LABORATOIRE DEPARTEMENTAL D ANALYSES 71 MANUEL QUALITE

LABORATOIRE DEPARTEMENTAL D ANALYSES 71 MANUEL QUALITE 71 MNUEL QULITE Page : 1/10 LBORTOIRE EPRTEMENTL NLYSES 71 MNUEL QULITE Contacts : L71 267 rue des Epinoches 71000 MCON ccueil : 03 85 33 52 20 lda@cg71.fr irectrices technique : Hélène BERTHET h.berthet@cg71.fr

Plus en détail