Laboratoire National de Référence. Fièvre catarrhale ovine : diagnostique virologique. Rapport annuel d'activité, année 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Laboratoire National de Référence. Fièvre catarrhale ovine : diagnostique virologique. Rapport annuel d'activité, année 2013"

Transcription

1 Laboratoire National de Référence Fièvre catarrhale ovine : diagnostique virologique Rapport annuel d'activité, année 213 A. Introduction Précisez la catégorisation du danger (en SA) sinon la justification de l'existence du mandat de LNR Danger sanitaire de 1ére catégorie Les faits marquants de l'année Départ d Alexandra DESPRAT (contrat non renouvellé) Emergence de BTV-1 en Corse en Septembre 213 Augmentation des activités liées au diagnostic B. Activités de développement, d'analyse et d'est 1. Méthodes disponibles au LNR 1.1. INDICATEUR COP Référence n 1 Indicateur COP Référence n 1-i) Précisez ici le nombre de méthodes développées ou révisées que vous avez proposées à l autorité compétente au cours de l année N Donner le nom et une brève description de chacune de ces méthodes Indicateur COP Référence n 1-ii) Précisez ici le nombre de méthodes développées ou révisées qui sont susceptibles d être prêtes pour être 1

2 proposées à l autorité compétente au cours de l année N Matériels biologiques ou chimiques, matériaux de référence et échantillons et souches d'intérêt Décrire ici les collections d'échantillons biologiques ou d'autre nature (environnement, aliment...) conservés par le LNR; indiquer les méthodes de conservation, la température, le nombre de "repositories", le nombre d'échantillons par souche, l'enregistrement associé...). Toutes les souches isolées (surnageant de cultures de cellules) sont mises en aliquotes et stockées à -8 C. Des fiches (Fiche Procédure A VIRO V.5.1) sont renseignées (origine du prélèvement initial, espèce, historique de passage ) et archivées dans X:\VIRO\Enregistrement\5 Consommable \ Consommable Biologique\Collection\BTV Nombre de souches/échantillons reçu(e)s et mises en collection dans l'année 7 Nombre de souches/échantillons maintenus au total Activités d'analyses de première intention pour l'année N Nombre d'analyses de première intention réalisées dans l'année, de biotypie, sérotypie, caractérisation moléculaire Détaillez ici par type d'analyse de première intention - 13 isolats de BTV-1 Corse nouveaux isolats de FCO (3 souches de BTV-3, une souche BTV-6 et 3 BTV non identifiés obtenus à partir de prélèvements de Guyane. C est le premier isolement de BTV-3 en Amérique du Sud. 2

3 1553 analyses par PCR dont 1123 portent sur le diagnostic de l épizootie Corse 213, 24 sur le plan de surveillance de la Corse (juillet et aout), 28 concernent des suspicions cliniques sur le continent et le reste dans le cadre d enquêtes sur la prévalence de la FCO en Guyane. 32 recherches du virus FCO par inoculation aux œufs embryonnés ou aux cellules KC (cellules de Culicoïdes). 3. Activités de confirmation et activités de laboratoire expert 3.1. Analyses de seconde intention Nombre d'analyses de seconde intention réalisées dans l'année, de biotypie, sérotypie, caractérisation moléculaire Détaillez ici par type d'analyse de confirmation Dans le cadre du programme de surveillance sérologique programmée en France continentale, le LNR a réalisé 16 analyses PCR sur des bovins présentant des sérologies positives. Le génome viral n a pas été détecté chez ces animaux. Taux de confirmations par type d analyse (= nombre d analyses confirmées / nombre d analyses de seconde intention réalisées) 3.2. Activités de production et de contrôle de matériaux de référence et de réactifs biologiques, contribution à l inspection, AMM Le LNR produit-il et fournit-il des réactifs? Oui Quelles sont les bases réglementaires ou infra-réglementaires (note de service) Norme PCR UN Quels sont les types de réactifs produits et fournis (vaccins, kits, autres)? 3

4 Le LNR a fourni aux laboratoires départementaux faisant parti du réseau, du matériel de référence pour l adoption des méthodes PCR tout génotype ou génotypage 1/8 (13 envois de sang). Quels est le nombre de lots produits et fournis par an? (moyenne sur les 5 dernières années) 1 Quelles sont les quantités produites/fournies par lot? (moyenne sur les 5 dernières années) 28 Estimez le temps consacré à la production/mise à disposition? (moyenne sur les 5 dernières années).1 ETP Quels contrôles internes réalisez-vous sur ces réactifs? Contrôles ponctuels sur la stabilité A quels clients fournissez-vous ces réactifs? Aux laboratoires du réseau FCO Sous quelles conditions fournissez-vous ces réactifs (à la demande, à titre gracieux, autre)? A la demande. Facturé Le LNR fournit-il des matériaux de référence? Oui Le LNR réalise-t-il des contrôles de réactifs commerciaux? 4

5 Non 4. Analyse de l'évolution des tendances en termes d'activité Détaillez ici l'analyse de l'évolution des tendances en termes d'activité (augmentation, diminution... sur les 5 dernières années) Très nette augmentation due principalement à l épizootie de FCO corse 5. Activités d'expertise scientifique et technique 5.1. Demandes d expertise scientifique et technique du ministère (chargé de l agriculture, santé, etc ) ou d instances communautaires et internationales qui concernent votre domaine de compétence Nombre de rapports d'est rendus dans l'année 2 Détaillez ici les demandes d'est et les noms des mandataires Groupe AD HOC de l'oie sur les Orbivirus 5.2. Autres expertises Les membres de l'équipe du LNR peuvent avoir des activités d'expertise (internes: CES, GT ou externe: EFSA...) ou des activités auprès de commissions de normalisation (Afnor...). Détaillez ici ces activités et estimez le temps qui y est consacré. Participation de S. Zientara, E. Breard et C. Sailleau aux programmes de surveillance : Action 1 : Surveillance clinique en zone indemne Action 2 : Surveillance programmée en France continentale en 213 Action 3 : Surveillance programmée en Corse. C. SAILLEAU aux GT surveillance FCO (DGAL, DDCSPP) 3 réunions dans l année GECU CES SA : 2 COPIL FCO : 2 Participation de E bréard et C Sailleau au GT4 AFNOR «contrôle de réactifs PCR» 5

6 5.3. Dossiers de demande d'agrément Nombre de dossiers de demande d'agrément étudiés dans l'année C. Animation du réseau de laboratoires officiels 5.4 Organisation d'eila INDICATEUR COP Référence n 2 Indicateur COP Référence n 2-a. Précisez ici le nombre d'eila organisés par le LNR au cours de l année N Ces EILA ont-ils été réalisés selon la norme 1743 (avec ou sans accréditation)? Oui Si vous n'êtes pas accrédité 1743, avez-vous bénéficié d'un audit interne? Non Détaillez ici le nombre de laboratoires ayant participé pour chaque EILA; le nombre de laboratoires ayant obtenu des résultats défavorables pour chaque EILA; les actions mises en oeuvre pour l'identification des causes et des mesures correctives Pas d EILA cette année- Mise en sommeil du réseau de laboratoire en raison du recouvrement du statut indemne de la France continentale (Décembre 212) Indicateur COP Référence n 2-a. Précisez ici le nombre d'eila que vous prévoyez d'organiser au cours de l année N+1 6

7 Indicateur COP Référence n 2-a. Ces EILA sont-ils réalisés selon la norme 1743 avec ou sans accréditation? Non Indicateur COP Référence n 2-b. Précisez ici le nombre d'eil (hors EILA - dont EILV en lien avec méthodes en cours de validation telles que précisées dans le paragraphe 1.1) organisés par le LNR au cours de l année N Indicateur COP Référence n 2-b. Précisez ici le nombre d'eil (hors EILA) que vous prévoyez d'organiser au cours de l année N+1 Indicateur COP Référence n 3. Le cas échéant, indiquez que le système qualité en référence à la norme NF EN ISO/CEI 1743 est en place Non Précisez s'il a été évalué par audit interne Non 5.5. Modalités de diffusion des données de surveillance et production du LNR Détaillez ici les modalités Publications nationales, internationales, congrès 5.6. Formation, organisation d'ateliers, accueil de stagiaires Nombre de journées d'échange et de restitution rassemblant les laboratoires agréés du réseau organisées dans l'année Nombre de sessions de formation des personnels des laboratoires agréés aux 7

8 méthodes utilisées pour les contrôles officiels que le LNR a organisées dans l'année 5.7. Activités de conseil aux professionnels Détaillez ici ces activités et estimez le temps qui y est consacré Des conseils techniques sont donnés par oral et/ou mails. Le LNR est contacté régulièrement par les LVD, DDPP et vétérinaires praticiens (plus rarement) 5.8. EILA auxquels le LNR a participé dans l'année Détaillez les EILA auxquels vous, en tant que LNR, vous avez participé dans l'année Le LNR FCO a participé à l EILA FCO (RT-PCR, ELISA) organisé chaque année par le LR-UE (Pirbright Institute). D. Participation aux activités de surveillance 6. Existence et gestion d'un réseau 6.1. Indiquer si le LNR est intégré à un (ou des) dispositif(s) de surveillance? Oui Quelle est la dénomination spécifique de ce dispositif? Participation de S. Zientara, E. Breard et C. Sailleau aux programmes de surveillance : Action 1 : Surveillance clinique FCO en zone indemne Action 2 : Surveillance programmée en France continentale en 213 Action 3 : Surveillance programmée en Corse Indiquer qui est le gestionnaire de ce dispositif 8

9 DGAL 6.3. Préciser si d'autres unités/entités de l'agence sont intégrées dans ce dispositif à vos cotés Oui Lesquelles? Plateforme ESA (Survepi) 7. Les partenaires et acteurs de ce dispositif de surveillance Sont acteurs ou partenaires de ce dispositif (plusieurs réponses possibles) : Le réseau de laboratoire du LNR 8. Modalités de surveillance Préciser si ce dispositif repose (plusieurs réponses possibles) : Sur des modalités de surveillance événementielles (notification de cas par des acteurs de terrain) Sur des modalités de surveillance programmées (active) 9. Autres activités du LNR en matière de surveillance En dehors des aspects analytiques, quelles sont les autres activités auxquelles le LNR (avec éventuellement les autres unités de l'agence impliquées) participe dans le cadre de la surveillance? (plusieurs réponses possibles) Définition des orientations stratégiques de la surveillance Participation au comité de pilotage du dispositif Définition des modalités de surveillance (protocoles) Appui scientifique et technique Participation à un comité ou groupe de travail d'appui scientifique et technique du dispositif Gestion et analyse des données Interprétation des données Evaluation de la surveillance 9

10 Parmi ces activités, certaines mériteraient-elles une attention ou un investissement plus particulier de l'agence et pourquoi? Afin d approfondir certaines de ces activités, l investissement de l agence pourrait être de fournir un deuxième technicien à cette équipe de 4 personnes (S. Zientara, E. Breard (IR2), C. Sailleau (IR2) et C. Viarouge (Tech)). E. Activités de recherche en lien avec l activité de référence 1.1. Recherches méthodologiques pour la référence Détaillez ici les recherches méthodologiques que vous avez réalisées dans l'année : objectifs, partenariats, apports du LNR, projets retenus dans le cadre d'appels à projets... Développement de nouveaux outils sérologiques pour la détection des anticorps du groupe Bluetongue ou spécifiques des différents sérotypes (technologie du LUMINEX) Projet Européen RAPIDIA Field Test Recherches associées pour la référence Détaillez ici les recherches associées auxquelles vous avez participé dans l'année (participations à des études cliniques, études d'incidences, modèles d'infections expérimentales, études toxicologiques, essais vaccinaux...): objectifs, partenariats, apports du LNR, projets retenus dans le cadre d'appels à projets... Dans le cadre du projet européen Orbivac : essai de vaccin de nouvelle génération (DISC Vaccine- développé par l'équipe de Polly Roy (GB)) sur ovins suivi d'une épreuve virulente (CRBM-ENVA). Dans le cadre du projet ISCOM (Suède) : essai de vaccin de nouvelle génération (Vaccin sous unitaire - développé par l'équipe de JF Valarcher) sur bovins suivi d'une épreuve virulente (PFIE-INRA Nouzilly). F. Liste des publications et communications dans le cadre du mandat 1

11 Publications de l'année destinées aux professionnels (Les publications qui figureront dans le rapport doivent être sous presse ou publiées.) CYRIL VIAROUGE, CORINNE SAILLEAU, GERMAIN RIVES, ALEXANDRA DESPRAT, EMMANUEL BREARD, MANUELLE MILLER, XAVIER BAUDRIMONT, RENAUD LANCELOT, DAMIEN VITOUR, STEPHAN ZIENTARA Identification et caractérisation des virus de la fièvre catarrhale ovine et de la maladie hémorragique épizootique en Guyane en 211 et 212. Epidémiologie et santé animales, n 63, DAMIEN VITOUR, VIRGINIE DOCEUL, EMILIE CHAUVEAU, ESTELLE LARA, STEPHAN ZIENTARA Induction et modulation de la synthèse d'interféron de type I par le BTV. Bulletin de l Académie Vétérinaire de France, 166(3), PASCAL HENDRIKX, STEPHAN ZIENTARA Difficultés et incertitudes de l éradication : l exemple de la fièvre catarrhale ovine en France. Epidémiologie et santé animales, 64, PERRIN JEAN-BAPTISTE, CORINNE SAILLEAU, EMMANUEL BREARD, THOMAS CLEMENT, MELANIE GALLOIS, HELENE GUIS, MORGANE DOMINGUEZ, PASCAL HENDRIKX, STEPHAN ZIENTARA, DIDIER CALAVAS Surveillance et lutte contre l'épizootie de fièvre catarrhale ovine de sérotype 1 de 213 en Corse. Bulletin épidémiologique, santé animale et alimentation, n 6, PERRIN JEAN-BAPTISTE, JEROME LANGUILLE, CORINNE SAILLEAU, EMMANUEL BREARD, ALEXANDRA DESPRAT, CYRIL VIAROUGE, STEPHAN ZIENTARA Surveillance de la FCO en 212 : Recouvrement du statut indemne en France continentale. Bulletin épidémiologique, santé animale et alimentation. Publications scientifiques internationales de l'année (Les publications qui figureront dans le rapport doivent être sous presse ou publiées.) Emergence of Bluetongue Virus Serotype 1 in French Corsica Island in September 213. Sailleau C, Viarouge C, Bréard E, Perrin JB, Doceul V, Vitour D, Zientara S. Transbound Emerg Dis. 214 Jan 24. doi: /tbed Purification, stability, and immunogenicity analyses of five bluetongue virus proteins for use in development of a subunit vaccine that allows differentiation of infected from vaccinated animals. Anderson J, Bréard E, Lövgren Bengtsson K, Grönvik KO, Zientara S, Valarcher JF, Hägglund S. Clin Vaccine Immunol. 214 Mar;21(3): doi: /CVI Epub 214 Jan 22. Culicoides midge bites modulate the host response and impact on bluetongue virus infection in sheep. Pages N, Bréard E, Urien C, Talavera S, Viarouge C, Lorca-Oro 11

12 C, Jouneau L, Charley B, Zientara S, Bensaid A, Solanes D, Pujols J, Schwartz- Cornil I. PLoS One. 214 Jan 8;9(1):e doi: /journal.pone ecollection 214. Induction and control of the type I interferon pathway by Bluetongue virus. Vitour D, Doceul V, Ruscanu S, Chauveau E, Schwartz-Cornil I, Zientara S. Virus Res. 214 Mar;182:59-7. doi: 1.116/j.virusres Epub 213 Nov 7. The immune response of ruminant livestock to bluetongue virus: From type I interferon to antibody. Maclachlan NJ, Henderson C, Schwartz-Cornil I, Zientara S. Virus Res. 214 Mar;182:71-7. doi: 1.116/j.virusres Epub 213 Oct 1. Evidence of transplacental transmission of bluetongue virus serotype 8 in goats. Belbis G, Bréard E, Cordonnier N, Moulin V, Desprat A, Sailleau C, Viarouge C, Doceul V, Zientara S, Millemann Y. Vet Microbiol. 213 Oct 25;166(3-4): doi: 1.116/j.vetmic Epub 213 Jul 6. Dendritic cell subtypes from lymph nodes and blood show contrasted gene expression programs upon Bluetongue virus infection. Ruscanu S, Jouneau L, Urien C, Bourge M, Lecardonnel J, Moroldo M, Loup B, Dalod M, Elhmouzi-Younes J, Bevilacqua C, Hope J, Vitour D, Zientara S, Meyer G, Schwartz-Cornil I. J Virol. 213 Aug;87(16): doi: /JVI Epub 213 Jun 19. Evaluation of the immunogenicity of an experimental subunit vaccine that allows differentiation between infected and vaccinated animals against bluetongue virus serotype 8 in cattle. Anderson J, Hägglund S, Bréard E, Comtet L, Lövgren Bengtsson K, Pringle J, Zientara S, Valarcher JF. Clin Vaccine Immunol. 213 Aug;2(8): doi: /CVI Epub 213 May 29. NS3 of bluetongue virus interferes with the induction of type I interferon. Chauveau E, Doceul V, Lara E, Breard E, Sailleau C, Vidalain PO, Meurs EF, Dabo S, Schwartz-Cornil I, Zientara S, Vitour D. J Virol. 213 Jul;87(14): doi: /JVI Epub 213 May 8. Control of bluetongue in Europe. Zientara S, Sánchez-Vizcaíno JM. Vet Microbiol. 213 Jul 26;165(1-2):33-7. doi: 1.116/j.vetmic Epub 213 Jan 29. A One-year Follow-up of Antibody Response in Cattle and Sheep after Vaccination with Serotype 8- and Serotype 1-inactivated Vaccines. Zanella G, Bréard E, Sailleau C, Zientara S, Viarouge C, Durand B. Transbound Emerg Dis. 213 Jan 19. doi: /tbed

13 Bluetongue virus serotype 8 virus-like particles protect sheep against virulent virus infection as a single or multi-serotype cocktail immunogen. Stewart M, Dubois E, Sailleau C, Bréard E, Viarouge C, Desprat A, Thiéry R, Zientara S, Roy P. Vaccine. 213 Jan 7;31(3): doi: 1.116/j.vaccine Epub 212 Nov 14. Reassortment between two serologically unrelated bluetongue virus strains is flexible and can involve any genome segment. Shaw AE, Ratinier M, Nunes SF, Nomikou K, Caporale M, Golder M, Allan K, Hamers C, Hudelet P, Zientara S, Breard E, Mertens P, Palmarini M. J Virol. 213 Jan;87(1): doi: /JVI Epub 212 Oct 24. Communications nationales de l'année (Les publications qui figureront dans le rapport doivent être sous presse ou publiées.) Communication orale "Identification et caractérisation des virus de la fièvre catarrhale ovine et de la maladie hémorragique épizootique en Guyane en 211 et 212" Communication orale "Immunité innée et infection par le virus de la Fièvre Catarrhale Ovine" Stéphan Zientara et Damien Vitour, Académie Vétérinaire de France, 6 juin 213. Communication orale «Modulation de la voie de réponse interféron par le virus de la fièvre catarrhale ovine». V Doceul, E Chauveau, S Zientara, D Vitour. Journées d animation scientifique du département santé animale de l INRA, Agde, octobre 213. Cyril Viarouge, Corinne Sailleau, Germain Rives, Alexandra Desprat, Emmanuel Bréard, Manuelle Miller, Xavier Baudrimont, Renaud Lancelot, Damien Vitour et Stéphan Zientara. Journées scientifiques de l'aeema- Mai 213 Communications internationales de l'année (Les publications qui figureront dans le rapport doivent être sous presse ou publiées.) Modulation of the interferon signalling pathway by Bluetongue virus. DOCEUL V, CHAUVEAU E, LARA E, ZIENTARA S, VITOUR D. 5éme congrès européen de virologie, Lyon, septembre 213. Zientara Stephan, Valarcher Jean-Francois. Development and evaluation of a diva subunit vaccine against bluetongue virus serotype 8 in cattle. Epizone, Bruxelles, 1-4 Octobre 213. Vitour D, Zientara S. NS3 of bluetongue virus interferes with the innate antiviral 13

14 response. Epizone, Bruxelles, 1-4 Octobre 213 Conférences sur invitation dans l'année (Les publications qui figureront dans le rapport doivent être sous presse ou publiées.) communication orale invitée S Zientara «Vaccination against Bluetongue in Northern Europe: another challenging experience», International workshop, European Directorate for the quality of Medicines and Health Care, Council of Europe, 18 février 213, Strasbourg. G. Activités du LR-UE Avez-vous également des activités de LR-UE? Non H. Détention d'autres mandats de référence Le LNR détient-il d'autres mandats de référence dans le même domaine de compétences Oui Précisez : LNR maladie hémorragique épizootique Et nous sommes également le laboratoire de référence pour le virus Schmallenberg 14

Rapport annuel d'activité, année 2014. Laboratoire National de Référence. Peste équine

Rapport annuel d'activité, année 2014. Laboratoire National de Référence. Peste équine Rapport annuel d'activité, année 214 Laboratoire National de Référence Peste équine Nom du responsable du LNR Sylvie Lecollinet Nom de l'unité où l'activité du LNR est mise en œuvre UMR1161 Virologie INRA,

Plus en détail

d identification et de typage des orbivirus (action A1)

d identification et de typage des orbivirus (action A1) Développement d outils d d identification d et de typage des orbivirus (action A1) Stéphan ZIENTARA, Corinne SAILLEAU, Emmanuel BREARD, Cyril VIAROUGE, Kamilla GORNA, Anthony RELMY, Alexandra DESPRAT UMR

Plus en détail

Rapport annuel d'activité, année 2014. Laboratoire National de Référence. Encéphalopathies spongiformes transmissibles

Rapport annuel d'activité, année 2014. Laboratoire National de Référence. Encéphalopathies spongiformes transmissibles Rapport annuel d'activité, année 214 Laboratoire National de Référence Encéphalopathies spongiformes transmissibles Nom du responsable du LNR Thierry BARON Nom de l'unité où l'activité du LNR est mise

Plus en détail

Rencontres fièvre catarrhale ovine

Rencontres fièvre catarrhale ovine 3 déc. 2008 Intervenants : Gilles Aumont, INRA Renaud Lancelot, CIRAD Bruno Mathieu, EID-Méditerranée Claude Saegerman, Université de Liège Henri Seegers, École Nationale Vétérinaire de Nantes Stephan

Plus en détail

INSTRUCTION Consignes et conditions de recevabilité des demandes d'essais et des échantillons. I. Objet et domaine d application...

INSTRUCTION Consignes et conditions de recevabilité des demandes d'essais et des échantillons. I. Objet et domaine d application... UMR 15 INSTRUCTION Consignes et conditions de recevabilité des demandes d'essais et des échantillons I-TE-04 Version 11 Du 05/03/2014 Ce document est la propriété du CIRAD, il ne peut être consulté ou

Plus en détail

Laboratoire National de Référence

Laboratoire National de Référence Laboratoire National de Référence OGM dans le maïs (parties végétatives) et pommes de terre, betterave, riz, coton et blé (semences et parties végétatives) Rapport annuel d'activité, année 213 A. Introduction

Plus en détail

Le directeur général Maisons-Alfort, le 27 mars 2015 AVIS

Le directeur général Maisons-Alfort, le 27 mars 2015 AVIS Le directeur général Maisons-Alfort, le 27 mars 2015 AVIS De l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif aux «stratégies de vaccination en cas d

Plus en détail

Rapport annuel d'activité, année Laboratoire National de Référence

Rapport annuel d'activité, année Laboratoire National de Référence Rapport annuel d'activité, année 214 Laboratoire National de Référence OGM dans le maïs (parties végétatives) et pommes de terre, betteraves, riz, coton et blé (semences et parties végétatives) Nom du

Plus en détail

Annexe 7. Fiche standardisée pour l enquête auprès des responsables des différents systèmes.

Annexe 7. Fiche standardisée pour l enquête auprès des responsables des différents systèmes. Annexe 7. Fiche standardisée pour l enquête auprès des responsables des différents systèmes. Cher expert, Le Comité scientifique de l AFSCA a pris l initiative d évaluer le caractère organisationnel de

Plus en détail

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC ATELIER DE FORMATION SUR LE DIAGNOSTIC DE LA FIEVRE APHTEUSE 21 mai 2012 Labib BAKKALI KASSIMI Labib.bakkali-kassimi@anses.fr Agence Nationale de Sécurité

Plus en détail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 3 mars 2015 AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif au «risque d introduction de la fièvre catarrhale

Plus en détail

Indicateurs de performance des réseaux de surveillance épidémiologique

Indicateurs de performance des réseaux de surveillance épidémiologique Indicateurs de performance des réseaux de surveillance épidémiologique Méthode Standardisée d Evaluation des Systèmes de Surveillance des Maladies Animales Atelier technique de transfert de connaissance

Plus en détail

Laboratoire National de Référence. Bactéries sur autres matrices. Rapport annuel d'activité, année 2013

Laboratoire National de Référence. Bactéries sur autres matrices. Rapport annuel d'activité, année 2013 Laboratoire National de Référence Bactéries sur autres matrices Rapport annuel d'activité, année 2013 A. Introduction Les faits marquants de l'année Les faits marquants de l'année sont : - la contribution

Plus en détail

Dominantes pathologiques mal appréhendées

Dominantes pathologiques mal appréhendées OMACAP OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES MALADIES CAPRINES Anses Laboratoire de Niort: Rexcap Melle 18 Janvier 2011 Contexte du projet Dominantes pathologiques mal appréhendées Informations sanitaires dispersées

Plus en détail

Instructions aux auteurs

Instructions aux auteurs Instructions aux auteurs Les Cahiers de la Référence sont une publication électronique, qui a pour objectif de partager et de valoriser l ensemble des activités de référence. Ils sont destinés à favoriser

Plus en détail

Laboratoire National de Référence de la Fièvre de la Vallée du Rift - diagnostic sérologique Rapport d activité, année 2011

Laboratoire National de Référence de la Fièvre de la Vallée du Rift - diagnostic sérologique Rapport d activité, année 2011 Laboratoire National de Référence de la Fièvre de la Vallée du Rift - diagnostic sérologique Rapport d activité, année 2011 Introduction Les maladies virales transmises par les arthropodes hématophages

Plus en détail

Rapport annuel d'activité, année Laboratoire National de Référence. Rhinotrachéite infectieuse bovine (IBR)

Rapport annuel d'activité, année Laboratoire National de Référence. Rhinotrachéite infectieuse bovine (IBR) Rapport annuel d'activité, année 215 Laboratoire National de Référence Rhinotrachéite infectieuse bovine (IBR) Nom du responsable du LNR Stephen VALAS Nom de l'unité où l'activité du LNR est mise en œuvre,

Plus en détail

Procédure inter-régionale en cas d épidémie nosocomiale

Procédure inter-régionale en cas d épidémie nosocomiale Annexe Procédure inter-régionale en cas d épidémie nosocomiale Document validé par le Conseil Scientifique du C.CLIN-Ouest le 6 mai 2003 Principes généraux Les épidémie nosocomiales sont définies et prises

Plus en détail

Du G.B.E.A. à l Accréditation en milieu Hospitalier

Du G.B.E.A. à l Accréditation en milieu Hospitalier 27 ème Colloque CORATA IBS MARSEILLE le 16 Septembre 2010 Du G.B.E.A. à l Accréditation en milieu Hospitalier Professeur Henri PORTUGAL LABORATOIRE CENTRAL Biochimie Hématologie Hôpital Sainte Marguerite

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES TECHNIQUE DU SYSTEME NATIONAL D APPELLATION DE CHEPTEL EN MATIERE DE VISNA-MAËDI

CAHIER DES CHARGES TECHNIQUE DU SYSTEME NATIONAL D APPELLATION DE CHEPTEL EN MATIERE DE VISNA-MAËDI CAHIER DES CHARGES TECHNIQUE DU SYSTEME NATIONAL D APPELLATION DE CHEPTEL EN MATIERE DE VISNA-MAËDI REF. : CC/VM/01 révision A Date de Création : 08/12/2003 Date de Révision : 07/12/2004 Rédaction : Mme.

Plus en détail

COMPLEMENT D AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

COMPLEMENT D AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Saisine n 2010-SA-0215 Le directeur général Maisons-Alfort, le 11 août 2011 COMPLEMENT D AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à la

Plus en détail

Master Analyse et contrôle physicochimiques Spécialité Analyses physico-chimiques Parcours Analyses physico-chimiques

Master Analyse et contrôle physicochimiques Spécialité Analyses physico-chimiques Parcours Analyses physico-chimiques Descriptif du Parcours Master Analyse et contrôle physicochimiques Spécialité Analyses physico-chimiques Parcours Analyses physico-chimiques 12/03/2014 Sommaire Sommaire... p. 2 Présentation... p. 3 Contact

Plus en détail

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Corinne Alberti CIE 5 : modèles et méthodes de l évaluation clinique et thérapeutique en pédiatrie

Plus en détail

Prévalence des génotypes du HPV à HR oncogènes dans les échantillons cervicaux analysés au Centre Pasteur du Cameroun

Prévalence des génotypes du HPV à HR oncogènes dans les échantillons cervicaux analysés au Centre Pasteur du Cameroun Prévalence des génotypes du HPV à HR oncogènes dans les échantillons cervicaux analysés au Centre Pasteur du Cameroun Richard Njouom Chef du Service de Virologie Centre Pasteur Cameroun Worshop on HPV/Cervical

Plus en détail

Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs)

Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs) 105 Annexe 3 Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs) On trouvera ci-après une description succincte des NIMP adoptées. Le texte intégral des NIMP peut être consulté sur le Site

Plus en détail

Questionnaires d enquête Activités de surveillance et chercheurs

Questionnaires d enquête Activités de surveillance et chercheurs Questionnaires d enquête Activités de surveillance et chercheurs universitaires dans le domaine de l évaluation des risques pour la santé des animaux Le savoir au service du public Questionnaires d enquête

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de la santé Sous-direction «Prévention des risques liés à l environnement et à l alimentation» Bureau «Qualité des

Plus en détail

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD Phase 1: Planifier Les principes Les principaux référentiels R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD 1 Phase 1: Planifier Les principaux référentiels Principes des certifications - accréditations

Plus en détail

QUE TROUVE-T-ON SUR LE SITE INTERMINISTERIEL WWW.GRIPPEAVIAIRE.GOUV.FR

QUE TROUVE-T-ON SUR LE SITE INTERMINISTERIEL WWW.GRIPPEAVIAIRE.GOUV.FR QUE TROUVE-T-ON SUR LE SITE INTERMINISTERIEL WWW.GRIPPEAVIAIRE.GOUV.FR (le contenu de ce site change assez régulièrement en fonction de l'évolution du dossier) 1. SAVOIR / S'INFORMER Définition des grippes

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Décret n o 2008-321 du 4 avril 2008 relatif à l examen des caractéristiques génétiques

Plus en détail

Laboratoire d Hygiène des Aliments et de l Environnement et le contrôle sanitaire des eaux. Institut Pasteur de Madagascar

Laboratoire d Hygiène des Aliments et de l Environnement et le contrôle sanitaire des eaux. Institut Pasteur de Madagascar Laboratoire d Hygiène des Aliments et de l Environnement et le contrôle sanitaire des eaux Institut Pasteur de Madagascar Alexandra BASTARAUD-CELESTIN Chef d unité 1 Institut Pasteur de Madagascar Institut

Plus en détail

QUALITE DES MEDICAMENTS GENERIQUES

QUALITE DES MEDICAMENTS GENERIQUES QUALITE DES MEDICAMENTS GENERIQUES Aspects réglementaires et pharmaceutiques DEMEB DQPh Unité génériques Anne DUNAND MEDEC 11 mars 2009 QUALITE - définition GARANTIR QUALITE EFFICACITE SECURITE 2 MISSIONS

Plus en détail

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE)

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Domaine : Droit, Économie, Gestion Licence professionnelle : Dénomination Nationale «Management des organisations» Spécialité

Plus en détail

Réglementation européenne. enne des dispositifs médicaux m diagnostic in vitro. E. LAFORGERIE 19 juillet 2006

Réglementation européenne. enne des dispositifs médicaux m diagnostic in vitro. E. LAFORGERIE 19 juillet 2006 Réglementation européenne enne des dispositifs médicaux m de diagnostic in vitro E. LAFORGERIE 19 juillet 2006 Historique des réglementationsr Décret du 19 avril 1996 relatif à l enregistrement des réactifsr

Plus en détail

RESEAU FRANÇAIS POUR LA SANTE ANIMALE

RESEAU FRANÇAIS POUR LA SANTE ANIMALE RESEAU FRANÇAIS POUR LA SANTE ANIMALE - Retour d'expérience - Programmation des études et recherche nécessaires à la gestion d'une maladie émergente Auteurs : RFSA-Groupe 2 Ce document a été rédigé sur

Plus en détail

PO COOPERATION TERRITORIALE 2007-2013 CADRE D INTERVENTION FEDER

PO COOPERATION TERRITORIALE 2007-2013 CADRE D INTERVENTION FEDER Page 1 Axe 2 : Intégration économique régionale Service instructeur DRRT Dates agréments CLS 04 Décembre 2008 POURSUITE D UNE MESURE D UN PROGRAMME PRÉCÉDENT Non X Oui, partiellement Oui, en totalité I.

Plus en détail

Rapport annuel d'activité, année Laboratoire National de Référence. Morve

Rapport annuel d'activité, année Laboratoire National de Référence. Morve Rapport annuel d'activité, année 215 Laboratoire National de Référence Morve Nom du responsable du LNR LNR Morve Nom de l'unité où l'activité du LNR est mise en œuvre, le cas échéant précisez les noms

Plus en détail

Surveillance et Contrôle

Surveillance et Contrôle Surveillance et Contrôle Rappel Surveillance et Contrôle Gestionnaires des risques Approche scientifique par les risques fondement Mesures sanitaires Options de gestion Activités de surveillance et de

Plus en détail

MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE

MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE ORDRE DE SERVICE Direction générale de l alimentation Sous-direction de la santé et de la protection animales MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE Bureau de la santé animale Adresse : 251, rue de

Plus en détail

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232 Famille : Analyse laboratoire Sous-famille : Analyse laboratoire Code ROME : 52232 Technicien(ne) d analyse chimie / physicochimie Chimiste Technicien(ne)-analyste chimie Analyste chimie Définir, réaliser

Plus en détail

SNAT OUTIL D'ÉVALUATION DE RÉSEAU DE SURVEILLANCE. Pays :... Réseau :... Date d'exécution :... Consultants :.. Version de juin 2008

SNAT OUTIL D'ÉVALUATION DE RÉSEAU DE SURVEILLANCE. Pays :... Réseau :... Date d'exécution :... Consultants :.. Version de juin 2008 SNAT OUTIL D'ÉVALUATION DE RÉSEAU DE SURVEILLANCE Pays :... Réseau :... Date d'exécution :... Consultants :.. Version de juin 2008 SNAT - Version le juin 2008 1 SNAT - Version le juin 2008 2 Contributeurs

Plus en détail

épidémiologie & programmes de lutte contre les maladies animales

épidémiologie & programmes de lutte contre les maladies animales Bull-FRA2009-1:boletin INT 3/4/09 19:19 Página 35 épidémiologie & programmes de lutte contre les maladies animales Fièvre catarrhale ovine en Europe du Nord : apparition de nouveaux sérotypes sur fond

Plus en détail

Stratégie de surveillance et de lutte contre la PPR au Maroc

Stratégie de surveillance et de lutte contre la PPR au Maroc ROYAUME DU MAROC Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaire Direction des services vétérinaires Stratégie de surveillance et de lutte contre la PPR au Maroc La Peste des Petits Ruminants

Plus en détail

Plan de réponse à l'épidémie de fièvre hémorragique Virale Ebola en Guinée Mars 2014

Plan de réponse à l'épidémie de fièvre hémorragique Virale Ebola en Guinée Mars 2014 1. Introduction Plan de réponse à l'épidémie de fièvre hémorragique Virale Ebola en Guinée Mars 2014 La Guinée a enregistré du mois de janvier au 23 mars 2014, un nombre total de 86 cas suspects de fièvre

Plus en détail

Respect des règles d hygiène

Respect des règles d hygiène Respect des règles d hygiène Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité des aliments. Vérifier les

Plus en détail

La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE

La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Pascal Xicluna-http://photo.agriculture.gouv.fr La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

Plus en détail

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification ISO 50001 Le cadre réglementaire évolue incitant aujourd hui les Grandes Entreprises à s engager vers une meilleure efficience énergétique.

Plus en détail

dossier de presse La surveillance de la santé des animaux sauvages : 2 Le dispositif de lutte contre la grippe aviaire : 2

dossier de presse La surveillance de la santé des animaux sauvages : 2 Le dispositif de lutte contre la grippe aviaire : 2 L u n d i 6 m a r s 2 0 0 6 dossier de presse par Jean-Baptiste GIRAUD, vice-président du conseil général chargé de l agriculture et du développement agricole La surveillance de la santé des animaux sauvages

Plus en détail

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie Véronique ZULIANI, Institut de la Filière Porcine Jean Christophe Augustin, ENVA, ASA Qu est ce qu un virus? Microorganisme de 15 à 40 nm Environ

Plus en détail

Afssaps : L accompagnement de l innovation et la surveillance du marché des nouveaux dispositifs. CORATA juin 2011 Gaëlle LE BRUN

Afssaps : L accompagnement de l innovation et la surveillance du marché des nouveaux dispositifs. CORATA juin 2011 Gaëlle LE BRUN Afssaps : L accompagnement de l innovation et la surveillance du marché des nouveaux dispositifs CORATA juin 2011 Gaëlle LE BRUN 1 Contexte règlementaire Dispositif médical de diagnostic in vitro - Définitions

Plus en détail

VALIDATION DE METHODES QUALITATIVES EN CONTINU

VALIDATION DE METHODES QUALITATIVES EN CONTINU VALIDATION DE METHODES QUALITATIVES EN CONTINU IX E JOURNÉES PROFESSIONNELLES DE L AFTLM PARIS Informations pré requises Type de flexibilité Méthodes «fournisseurs» (portée flexible standard A), dites

Plus en détail

Appliquer la réglementation dans la filière

Appliquer la réglementation dans la filière Appliquer la réglementation dans la filière laitière fermière re Appliquer la réglementation dans la filière laitière fermière Analyse des risques, enregistrements et GBPH Application à la filière laitière

Plus en détail

Séminaire scientifique sur la gestion du virus Schmallenberg

Séminaire scientifique sur la gestion du virus Schmallenberg Séminaire scientifique sur la gestion du virus Schmallenberg organisé par la Commission européenne le 02 avril 2012 à Bruxelles Participants : 125 personnes, dont _ représentant des autorités publiques,

Plus en détail

DEMANDE D APPROBATION D UNE FORMATION RELATIVE À L EXPÉRIMENTATION ANIMALE

DEMANDE D APPROBATION D UNE FORMATION RELATIVE À L EXPÉRIMENTATION ANIMALE N 15012*02 DEMANDE D APPROBATION D UNE FORMATION RELATIVE À L EXPÉRIMENTATION ANIMALE ARTICLE R. 214-130 DU CODE RURAL ET DE LA PÊCHE MARITIME ARRÊTÉ DU 1ER FÉVRIER 2013 RELATIF À L ACQUISITION ET À LA

Plus en détail

L agrément des entreprises pour le conseil indépendant à l utilisation de produits phytopharmaceutiques. Ordre du jour

L agrément des entreprises pour le conseil indépendant à l utilisation de produits phytopharmaceutiques. Ordre du jour L agrément des entreprises pour le conseil indépendant à l utilisation de produits phytopharmaceutiques Ordre du jour 1. Le cadre réglementaire 2. Les exigences organisationnelles et leurs applications

Plus en détail

EXPERT FINANCIER POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE. Poste de rattachement hiérarchique : Chef de service Conseil et Expertise Financière

EXPERT FINANCIER POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE. Poste de rattachement hiérarchique : Chef de service Conseil et Expertise Financière Direction Finances EXPERT FINANCIER J CHARGE DU CONTRÔLE INTERNE DU FONDS SOCIAL EUROPEEN (FSE) ET DE CONSEIL EN GESTION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction Finances Poste de

Plus en détail

Surveillance des toxi infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi infections alimentaires collectives Nombre de foyers Surveillance des toxi infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2011 En 2011, 1 153 foyers de toxi infections alimentaires collectives (Tiac) ont été déclarés

Plus en détail

Qui sommes-nous? 7 500 prélèvements

Qui sommes-nous? 7 500 prélèvements Qui sommes-nous? Le laboratoire départemental d analyses de l Eure est un service du Conseil général totalement dédié à la recherche de pathogènes, de résidus chimiques et de polluants présents dans les

Plus en détail

Immunité innée et infection par le virus de la fièvre. catarrhale ovine. Stéphan ZIENTARA - Damien VITOUR. Paris, Académie Vétérinaire 6 juin 2013

Immunité innée et infection par le virus de la fièvre. catarrhale ovine. Stéphan ZIENTARA - Damien VITOUR. Paris, Académie Vétérinaire 6 juin 2013 Paris, Académie Vétérinaire 6 juin 2013 Immunité innée et infection par le virus de la fièvre catarrhale ovine Stéphan ZIENTARA - Damien VITOUR Maisons-Alfort Orbivirus 26 serotypes BTV 9 serotypes AHSV

Plus en détail

Messagerie collaborative et unifiée de l Inra

Messagerie collaborative et unifiée de l Inra Messagerie collaborative et unifiée de l Inra Prestation d expertise et d assistance à maitrise d ouvrage pour la conception d un nouveau service. Page 1 sur 7 SUIVI DES MODIFICATIONS Version Eléments

Plus en détail

Programme de Prophylaxie contre la Peste des Petits Ruminants (PPR) au Maroc. SIAM 2010 Dr.MALIK JAMAL Dr.CHERKAOUI ZAKARIA ONSSA/DSV/DSA

Programme de Prophylaxie contre la Peste des Petits Ruminants (PPR) au Maroc. SIAM 2010 Dr.MALIK JAMAL Dr.CHERKAOUI ZAKARIA ONSSA/DSV/DSA Programme de Prophylaxie contre la Peste des Petits Ruminants (PPR) au Maroc SIAM 2010 Dr.MALIK JAMAL Dr.CHERKAOUI ZAKARIA ONSSA/DSV/DSA Définition La PPR est une maladie virale très contagieuse qui affecte

Plus en détail

Questions-Réponses Journée d information et d échanges sur la FCO 18 mars 2010

Questions-Réponses Journée d information et d échanges sur la FCO 18 mars 2010 Questions-Réponses Journée d information et d échanges sur la FCO 18 mars 2010 VIROLOGIE Dispose-t-on de plus de précisions sur la durée de la virémie, et celle de détection de l ARN viral dans le sang?

Plus en détail

Prévention des risques sanitaires liés aux légionelles Réunion DRIRE / DSDS CCIG mardi 9 novembre 2004

Prévention des risques sanitaires liés aux légionelles Réunion DRIRE / DSDS CCIG mardi 9 novembre 2004 Prévention des risques sanitaires liés aux légionelles Réunion DRIRE / DSDS CCIG mardi 9 novembre 2004 09/11/04 DSDS DE GUYANE 1 sommaire 1/ présentation de la légionelle et historique des épidémies de

Plus en détail

Décret N 2005/0577/PM du 23 février 2005 sur les modalités de réalisation des études d'impact environnemental

Décret N 2005/0577/PM du 23 février 2005 sur les modalités de réalisation des études d'impact environnemental Décret N 2005/0577/PM du 23 février 2005 sur les modalités de réalisation des études d'impact environnemental LE PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT DECRETE : CHAPITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article

Plus en détail

Conférence-Débat. Mardi 28 mars 2006 de 15h15 à 17h30 LA GRIPPE AVIAIRE. des sciences. Discussion générale

Conférence-Débat. Mardi 28 mars 2006 de 15h15 à 17h30 LA GRIPPE AVIAIRE. des sciences. Discussion générale Conférence-Débat Mardi 28 mars 2006 de 15h15 à 17h30 LA GRIPPE AVIAIRE Académie des sciences 15h15 Introduction Jean-François Bach, Secrétaire perpétuel de l Académie des sciences 15h30 Actualités sur

Plus en détail

Journée du 14 mai 2013 1

Journée du 14 mai 2013 1 Journée du 14 mai 2013 1 10 ans de «Nouvelle approche» Avant de mettre sur le marché un équipement sous pression relevant des catégories I à IV, les fabricants d'équipements doivent soumettre chaque équipement

Plus en détail

La démarche qualité appliquée aux CNR pathologies infectieuses. Nathalie Fonsale CHRU de Saint-Etienne

La démarche qualité appliquée aux CNR pathologies infectieuses. Nathalie Fonsale CHRU de Saint-Etienne La démarche qualité appliquée aux CNR pathologies infectieuses Nathalie Fonsale CHRU de Saint-Etienne Atout majeur : Votre expertise L évaluateur n évalue pas votre expertise Dossier de validation de méthode

Plus en détail

Actualités sur la coqueluche en 2013

Actualités sur la coqueluche en 2013 Actualités sur la coqueluche en 2013 Nicole Guiso Centre National de Référence de la coqueluche et autres bordetelloses Unité de Prévention et Thérapie Moléculaire des Maladies Humaines Institut Pasteur

Plus en détail

Brest (29) Lessay (50), 12-13 Mars 2012

Brest (29) Lessay (50), 12-13 Mars 2012 Conclusions Projet Aquamanche Aquatic management of catchments for health and environment Gestion des eaux des bassin versants pour la santé et l environnement Brest (29) Lessay (50), 12-13 Mars 2012 Les

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

Avis. de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments sur les analyses virologiques relatives à la fièvre catarrhale ovine

Avis. de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments sur les analyses virologiques relatives à la fièvre catarrhale ovine Maisons-Alfort, Maisons-Alfort, le le 8 septembre 2009 Avis de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments sur les analyses virologiques relatives à la fièvre catarrhale ovine Rappel de la saisine

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

Convention de partenariat Bilan 2012 06/12/2012

Convention de partenariat Bilan 2012 06/12/2012 Convention de partenariat Bilan 2012 06/12/2012 La présente note établit le bilan pour l année 2012 de la convention entre la Région et la Safer Rhône- Alpes. S agissant de la première année d application,

Plus en détail

Rapport de suivi de la situation sanitaire de la fièvre aphteuse en Tunisie

Rapport de suivi de la situation sanitaire de la fièvre aphteuse en Tunisie Rapport de suivi de la situation sanitaire de la fièvre aphteuse en Tunisie République Tunisienne Ministère de l Agriculture Direction Générale des Services Vétérinaires Document élaboré par Dr. Heni HAJ

Plus en détail

PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique

PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique Version du 1 er juin 2012 Le référentiel est protégé par les dispositions du Code de la propriété intellectuelle, notamment

Plus en détail

ARRÊTÉ du 8 avril 2009

ARRÊTÉ du 8 avril 2009 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR :ESRS0906085A ARRÊTÉ du 8 avril 2009 modifiant l arrêté du 31 juillet 1996 modifié portant définition et fixant les conditions

Plus en détail

Accréditation des laboratoires COFRAC ISO15189. Alain Cœur Conseil - alain.coeur@wanadoo.fr - 06.85.75.12.64

Accréditation des laboratoires COFRAC ISO15189. Alain Cœur Conseil - alain.coeur@wanadoo.fr - 06.85.75.12.64 Accréditation des laboratoires COFRAC ISO15189 SOMMAIRE Biologie et qualité : rapide historique Accréditation COFRAC Norme ISO 15189 Ecarts entre l ISO 15 189 et le GBEA Présentation d une méthodologie

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR :ESRS0906085A ARRÊTÉ du 8 avril 2009 modifiant l arrêté du 31 juillet 1996 modifié portant définition et fixant les conditions

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

RCSZ. RCSZ Réseau canadien de surveillance zoosanitaire. Forum national sur la santé et le bienêtre des animaux d élevage

RCSZ. RCSZ Réseau canadien de surveillance zoosanitaire. Forum national sur la santé et le bienêtre des animaux d élevage Réseau canadien de surveillance zoosanitaire Forum national sur la santé et le bienêtre des animaux d élevage 4 décembre 2013 Ottawa (Ontario) Jim Goltz et Harold Kloeze 1 Aperçu de la présentation 1.

Plus en détail

- Septembre 2009 - "Fièvre aphteuse"

- Septembre 2009 - Fièvre aphteuse - Septembre 2009 - "Fièvre aphteuse" Coordinatrices de rédaction Mme Julie CHIRON Mme Anne-Marie HATTENBERGER Secrétariat administratif Mme Sheila GROS-DESIRS 2 Composition du groupe de travail "Fièvre

Plus en détail

DEMARCHE QUALITE. Référentiel A. France Stations Nautiques

DEMARCHE QUALITE. Référentiel A. France Stations Nautiques DEMARCHE QUALITE Référentiel A Grille d auto-évaluation de France Stations Nautiques F AFNOR Juillet 2004 Paragraphe Non appliqué En cours Maîtrisé Progrès Commentaire 3. ENGAGEMENTS F doit organiser une

Plus en détail

REMISE DES MANIFESTATION D'INTERET AVANT LE 4 DECEMBRE 2012

REMISE DES MANIFESTATION D'INTERET AVANT LE 4 DECEMBRE 2012 REGION POITOU-CHARENTES GESTION DE LA FUTURE RESERVE NATURELLE REGIONALE DU BOCAGE DES ANTONINS APPEL A MANIFESTATION D'INTERET CAHIER DES CHARGES REGION POITOU-CHARENTES 15 rue de l'ancienne Comédie 86000

Plus en détail

L évaluation des biocides à l Anses

L évaluation des biocides à l Anses L évaluation des biocides à l Anses Catherine Gourlay-Francé Direction des produits réglementés 23 juin 2015 L Anses Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

Plus en détail

5 ème conférence sur la Qualité dans les Services Publics en Europe. LE CAF EN FRANCE Lundi 20 Octobre 2008

5 ème conférence sur la Qualité dans les Services Publics en Europe. LE CAF EN FRANCE Lundi 20 Octobre 2008 5 ème conférence sur la Qualité dans les Services Publics en Europe LE CAF EN FRANCE Lundi 20 Octobre 2008 Retour d expérience - Lancement d une démarche CAF à l EFS Muriel Freyssinet et Antoine Bastin

Plus en détail

PROCESSUS DE CONTROLE REFERENTIEL INTRANTS UTILISABLES EN AB PROCESSUS DE CONTRÔLE. Contrôle d intrants utilisables en Agriculture Biologique

PROCESSUS DE CONTROLE REFERENTIEL INTRANTS UTILISABLES EN AB PROCESSUS DE CONTRÔLE. Contrôle d intrants utilisables en Agriculture Biologique Page: 1/6 PROCESSUS DE CONTRÔLE Contrôle d intrants utilisables en Agriculture Biologique 1. LES ETAPES DU CONTROLE 2. LEXIQUE 3. MODE DE TRAITEMENT DES ECARTS Page: 2/6 1/ LES ETAPES DU CONTRÔLE 1 - DEMANDE

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT

SERVICE PUBLIC FEDERAL SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT Publié le : 2006-12-22 Numac : 2006023298 SERVICE PUBLIC FEDERAL SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT 14 DECEMBRE 2006. - Arrêté royal relatif aux médicaments à usage humain

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL

RAPPORT DE STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL RAPPORT DE STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL 1. Objectifs Une période de stage obligatoire en milieu professionnel est organisée pour le candidat au brevet de technicien supérieur Bâtiment. Ce stage est un

Plus en détail

Diplôme Universitaire CONSEILS EN GESTION DU PATRIMOINE

Diplôme Universitaire CONSEILS EN GESTION DU PATRIMOINE Diplôme Universitaire CONSEILS EN GESTION DU PATRIMOINE Diplôme d université 2 ème cycle- temps partiel VOS CONTACTS FORMATION : Responsable pédagogique: Dorothée Guérin Maître de Conférences UFR Droit-Sciences

Plus en détail

Métier : AGENT TECHNIQUE MEDICO- SANITAIRE (ATMS)

Métier : AGENT TECHNIQUE MEDICO- SANITAIRE (ATMS) Métier : AGENT TECHNIQUE MEDICO- SANITAIRE (ATMS) (Décision n 0699D/MINSANTE/SG/DRH/ du 21 juillet 2010 1- Conditions d'accès : Etre titulaire d'un BEPC ou du GCE O Level) en 3 matières hormis la religion

Plus en détail

Éradication de la variole : destruction des stocks de virus variolique

Éradication de la variole : destruction des stocks de virus variolique SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/37 Point 16.3 de l ordre du jour provisoire 14 mars 2014 Éradication de la variole : destruction des stocks de virus variolique Rapport du Secrétariat

Plus en détail

Ordonnance sur les épizooties

Ordonnance sur les épizooties Version provisoire - Seule la version publiée dans le Recueil officiel du droit fédéral RO fait foi Ordonnance sur les épizooties (OFE) Modification du Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance

Plus en détail

INFLUENZA. informations AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE. Consommation : en savoir plus. Association loi 1901

INFLUENZA. informations AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE. Consommation : en savoir plus. Association loi 1901 informations INFLUENZA AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE Consommation : en savoir plus Association loi 1901 INFLUENZA AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE Consommation : en savoir plus Le Centre d Information des Viandes

Plus en détail

Laboratoire départemental d analyses

Laboratoire départemental d analyses Catalogue des formations 2015 MICROBIOLOGIE ALIMENTAIRE SANTÉ ANIMALE AUDIT, CONSEIL ET FORMATION EN SÉCURITÉ ALIMENTAIRE LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D ANALYSES DU CHER 216 RUE LOUIS MALLET 18020 BOURGES

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 Le réseau de correspondants médicaux et paramédicaux en hygiène hospitalière - la coordination et l animation sont assurées par l EOHH (infirmier et/ou

Plus en détail

Histoire et Sociologie de la Santé Publique Vétérinaire INRA - Ritme. Décembre 2009

Histoire et Sociologie de la Santé Publique Vétérinaire INRA - Ritme. Décembre 2009 Histoire et Sociologie de la Santé Publique Vétérinaire INRA - Ritme. Décembre 2009 Entre médecine humaine et médecine vétérinaire: l usage et l abandon de la vaccination dans la prophylaxie de la tuberculose

Plus en détail

Guide pour la rédaction du compte-rendu des activités au titre du Service Civique

Guide pour la rédaction du compte-rendu des activités au titre du Service Civique Guide pour la rédaction du compte-rendu des activités au titre du Service Civique A l attention des organismes agréés au titre de l engagement de Service Civique ayant recruté des volontaires avant le

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTES REGLEMENTAIRES

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTES REGLEMENTAIRES FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTES REGLEMENTAIRES NOR: ETLL1513275A Intitulé des textes : Décret pris en application des articles L 423-3 et L 481-8 du code de la construction et de l habitation et portant

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI REGLEMENT INTERIEUR Document GEN REF 02 Révision 04- juin 2012 SOMMAIRE ARTICLE 1 - OBJET... 3 ARTICLE 2 MEMBRES DE L ASSOCIATION... 3 ARTICLE 3 - ASSEMBLEE GENERALE... 3 ARTICLE 4 - ADMINISTRATEURS...

Plus en détail

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser

Plus en détail