Interactions entre les virus de I'Immunodeflclence humaine et de I'hepatite C

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Interactions entre les virus de I'Immunodeflclence humaine et de I'hepatite C"

Transcription

1 Rev Med Interne 1998 ; 19: Elsevier, Paris Mise au point Interactions entre les virus de I'Immunodeflclence humaine et de I'hepatite C S Pol, H Zylberberg Unite d' hepatologie, hopital Necker, 149, rue de Sevres, Paris. France (Recu Ie 7 novembre 1997; accepte Ie 14 mars 1998) Resume Introduction. - La prevalence de I'infection par Ie virus de l'hepatite C (VHC) chez les patients infectes par Ie VIH est d'environ 9 % et varie en fonction des modes de contamination; il importe d'en preciser I'impact reciproque. Actualites et points forts. - Chez les patients infectes par Ie VIH, I'infection par Ie VHC est habituellement associee IIune hepatite chronique avec viremie detectable. L'infection par Ie VIH majore la replication du VHC et expose II des lesions hepatiques plus severes et II une evolution plus rapide vers la cirrhose. Cela souligne la necessite d'une prise en charge diagnostique, voire therapeutique, precoce pour ne pas laisser evoluer une maladie severe. Perspectives et projets, - Meme si I'efficacite de l'interferon a reste mediocre quant a la reponse IIlong terme, un espoir d'amelioration des resultats est apporte par les combinaisons therapeutiques, notamment avec la ribavirine. L'impact de la tritherapie anti-vih, et de la restauration immunitaire qui lui est associee, sur I'histoire nature lie et Ie traitement de I'hepatite C doit etre imperativernent evalue car les concepts acceptes aujourd'hui pourraient etre modifies dans un futur proche Elsevier, Paris virus de l'immunodeflclence humaine I virus de I'hepatlte C I interferon a Summary - Interactions between human immunodeficiency and hepatitis C viruses. Introduction. - Prevalence ofhepatitis C virus (HCV) infection in human immunodeficiency virus (HIV)-infected subjects is around 9%, varying according to the mode ofcontamination. Reciprocal interactions between the two viruses have to be evaluated. Current knowledge and key points. - HCV infection is usually associated with chronic hepatitis and detectable viremia in HIV-infected Patients. HIV infection enhances HCV replication, leading to more severe liver lesions and to a more rapid occurrence ofcirrhosis. This underlines the need for both early diagnosis and therapy in order to avoid severe evolution ofthe liver disease. Future prospects and projects. - Even though the rate oflong-term responses to interferon a is low. improvement may be expectedfrom ~ombined therapies. especially with combination including ribavirin. The impact ofboth antiretroviral triple therapy and accompanying Immune restoration on natural history and treatment ofhcv infection has to be assessed. as the above mentionedconsensual conclusions may be modified in a near future Elsevier. Paris human immune deficiency virus I hepatitis C virus I interferon a Le virus de l'immunodeficience humaine (VIH) et le virus de I'hepatite e (VHe) partagent Ies memes voies de transmission (principalement parenterale, sexuelle et verticale). Cette superposition des groupes arisque rend ~ompte d'une frequence elevee de co-infection [1]. Les Interactions entre Ies infections par Ie VIH et Ie VHe sont en cours d'etude; Ie developpement des techniques de viremic quantitative et de genotypage en a recemment pennis une analyse plus precise. II importe de preciser les interactions reciproques des infections VIH et VHe sur Ie plan clinique, biologique, histologique, virologique et therapeutique, Les questions principales sont: 1) I'in fection par Ie VHe modifie-t-elle l'histoire naturelle de!'infection VIH? 2) L'infection par Ie VIH modifie-t-elle l'histoire naturelle de I'infection VHe et Ies reponses aux traitements antiviraux? 3) Les nouvelles strategies therapeutiques antiretrovirales (tritherapie) qui permet tent une restauration de Ia reponse immunitaire vont-elles modifier l'infection virale e des patients co-infectes? EPIDEMIOLOGIE ET HISTOIRE NATURELLE DE L'INFECTION VIRALE C DANS LA POPULATION GENERALE NON INFECTEE PAR LE VIH Elles ont ete Iargement developpees dans Ies deux conferences de consensus, francaise et americaine, sur Ie VHe [2, 3].

2 886 S Pol, H Zylberberg Modes de transmission Le VHC a une transmission principalement parente rale [2-4]. Elle rend compte de la prevalence des anticorps anti- VHC chez les patients ayant recu des transfusions sanguines ou des produits derives du sang avant l'introduction des marqueurs indirects d'infection non-a, non-b en novembre 1988 et avant le depistage des anticorps anti- VHC en mars 1990 (de l' ordre de 90 % chez les hemophiles avant les traitements par solvant/detergent, de 5 a 10 % chez les sujets transfuses ou ayant recu des lots de gammaglobulines polyvalentes ou specifiques anti D contaminees), Elle explique aussi l'infection observee chez environ 70 a 80 % des usagers de drogues par voie intraveineuse (voire nasale) et les 3 % d'infections chez le personnel soignant liees aux piqures accidentelles. Les effractions cutanees avec du materiel contarnine lors de tatouages, mesotherapie, percements unique ou multiples, acu puncture ou rasages collectifs sont susceptibles de transmettre Ie VHC, comme d'autre voie de conta mination parenterale (rnedecine traditionnelle par ventouses ou scarifications rituelles). Les transmissions non parenterales chez l'immu nocompetent restent controversees. La transmission sexuelle est theoriquement possible, bien que rare ment observee : la prevalence des anti- VHC est de l'ordre de 5 % chez les homosexuels ou hetero sexuels a partenaires multiples, mais on ne peut exclure que des modes de contamination autres que sexuels en rendent compte. La transmission verticale matemofeetale est notee chez environ 3 % des enfants, et exclusivement chez ceux nes de meres virerniques [5]. On peut donc considerer qu'il n'y a pas de contre-indication liee a l'infection virale C pour une grossesse normalement menee et delivree, Les conseils concernant l'allaite ment maternel sont plus difficiles a preciser : merne si la plupart des travaux ne trouvent pas de VHC dans le lait maternel, le risque d'une transmission favorisee par des ulcerations du teton ne peut pas etre exclu; la tendance actuelle en pediatrie est de ne pas contre indiquer l'allaitement. D'autres modes de contamina tion existent puisque, apres des interrogatoires pous ses, environ 20 % des patients ayant une infection par le VHC n'ont pas de facteur de risque identifie. Chez les donneurs de sang, la prevalence des tests anti-vhc positifs se situe autour de 0,3 % en France, mais elle est plus elevee dans les pays comme l'italie du sud, l'espagne et le Japon. Cette prevalence est constamment superieure dans les populations generales non selectionnees (1,2 % de la population des Francais realisant un examen de sante systematique de la securite sociale) [6]. ontage Carcinome 3 a5% Ian Fig 1. Resume de l'histoire naturelie de l'infection virale C. Histoire naturelle 90% asymptomatique 10% symptomatique Hepatite fulminante? Infection chronique?<6,5% Portage sain? L'histoire naturelle de l'infection virale C est caracteri see par une hepatite aigue survenant 5 a45 jours apres la rencontre avec le virus. Le syndrome preicterique (arthralgies, rash cutane ou fievre) est observe chez moins de 20 % des patients et l'ictere chez environ 10 % des patients. Ce caractere le plus souvent asympto matique de l'hepatite aigue explique que le diagnostic d'infection virale C est habituellement fait a un stade d'hepatite chronique (figure 1). La realite d'hepatites fulminantes liees au VHC reste discutee: elle est sugge ree par certaines etudes japonaises et reste exceptionnelle dans la plupart des etudes europeennes ou americaines, Apres l'hepatite aigue, le risque principal de l'infec tion virale C est l' evolution vers la chronicite, observee chez 70 a 80 % des patients. Cela signifie qu'environ 30 % des patients vont guerir spontanement: la gueri son est affirmee par des transaminases durablement normales, la presence, habituellement prolongee, des anticorps anti-vhc contrastant avec l'absence d' ARN du virus detectable dans le serum; elle ne releve d'au cune prise en charge diagnostique ou therapeutique, A l'inverse, en cas d'infection chronique, une hypertransaminasemie persistante, souvent moderee, est observee dans environ 85 % des cas: il n'est alors pas justifie de rechercher l' ARN viral C, qui serait present dans plus de 95 % des cas, mais il importe de realiser la biopsie hepatique afin d'apprecier l'activite de l'hepatopathie, sa severite et de preciser au mieux les indications therapeutiques. Chez environ 15 % des patients, les transaminases pourront etre normales: pour distinguer Ies patients viremiques a transami nases normales des patients gueris non viremiques, it est recommande de chercher l' ARN du VHC. Si cette recherche est positive, signant I'infection chronique, une biopsie hepatique sera realisee montrant dans Ia

3 Infection par Ie VIH et Ie VHC 887 moine des cas des maladies hepatiques minimes et dans I' autre moitie des maladies hepatiques plus actives, avec des scores de Knodell superieurs ou egaux a5 pouvant justifier un traitement. Le risque de l'hepatite chronique C est I'evolution vers la cirrhose dans 10 a 20 % des cas. La cirrhose elle-meme expose a ses propres complications d'hy pertension portale (hemorragie par rupture de varices resophagiennes, ascite) et d'insuffisance hepatocellu laire (asterixis ou encephalopathie, ictere, sensibilite aux infections) ainsi qu'a la survenue du carcinome hepatocellulaire avec une incidence annuelle de 3 a 5 % par an apartir de la constitution de la cirrhose [7]. Trois facteurs principaux participent au risque de cirrhose: la duree de I'infection virale (superieure a 20 ans), l'age au moment de la contamination (supe rieur a40 ans) et une alcoolisation associee. Ainsi, la cirrhose est observee chez environ 10 % des patients inrectes par voie parenterale ayant moins de 20 ans d'evolution et chez 24 % de ceux ayant plus de 20 ans d' evolution. Le temps pour developper une cirrhose est de 20 ans chez les sujets ayant rencontre Ie VHC avant 40 ans et de 9 ans chez ceux ayant rencontre Ie virus apres 40 ans [8-10]. Une infection associee par le VHB favorise aussi l'apparition de la cirrhose. De facon paradoxale, les facteurs virologiques tels que le genotype viral ou la viremic quantitative, qui condi tionnent la reponse au traitement antiviral [11], ne semblent pas influencer Ie risque cirrhogene. L'histoire naturelle de l'infection virale C justifie une prise en charge diagnostique et therapeutique pre coce afin d'eviter la cascade evolutive de I'hepatite aigue a l'hepatite chronique puis a la cirrhose et au carcinome hepatocellulaire. Certaines manifestations extrahepatiques peuvent compliquer I'evolution de l'infection virale C. II s'agit principalement de manifestations auto-irnmunes (cryoglobulinemie mixte, glomerulonephrite membra noproliferative, syndrome de Gougerot-Sjogren, hepa tite auto-immune de type II, lichen plan...) ou gene rales telles que la porphyrie cutanee tardive Sporadique de type I. Un certain nombre d'arguments suggere une association entre les thyrordites auto imrnunes (notamment d'hashimoto) et l'infection virale C, quoi que Ie lien reste controverse. Cela justi fie cependant la recherche d'une affection thyror dienne sous-jacente silencieuse dans la prise en charge de tous les patients ayant une infection par Ie VHC. IMPACT DE L'INFECTION VIRALE C SUR L'HISTOIRE NATURELLE DE L'INFECTION VIII II a ete suggere que des cofacteurs puissent influen cer la progression de l'infection VIH [12]. L'infec- Tableau I. Consequences significatives de J'infection VIH sur I'infection virale C. Prevalence accrue des anti VHC [I] Variations serologiques Tests Riba indetermines [20] Seroversicns [21] Augmentation relative de la replication virale Transmission sexuelle [18] Transmission maternofoetale [16.17] Cirrhoses [10.32] Frequen ce accrue Temps moyen de constitution reduit tion virale C ne semble pas en faire partie. Deux larges series prospectives, ayant analyse des patients infectes par Ie VIH dont certains avaient une hepa tite chronique C, n'ont pas montre d'influence signi ficative de l'infection virale C sur la progression de l'infection VIH [13, 14]: 17 % des patients ayant des anti-vhc compares a 37 % de ceux n'en ayant pas avaient un sida declare; 88 % des patients ayant des anti-vhc versus 44 % de ceux n'en ayant pas avaient un taux de cellules CD4 superieur a 200/mm 3 II n'existe done pas d'argument pour sug gerer que l'infection VHC augmente la severite de l'infection VIH. IMPACT DE L'INFECTION VIH SUR L'HISTOIRE NATURELLE DE L'INFECTION VIIC Prevalence accrue Sujets non infectes parle VIH 1% 5 % 0 % I ",0% <5% 11 % 19 ans Sujets infectes parle VIH 9% IOA25 % 10% x2a3 3% 20 % 22 % 14ans Chez les patients infectes par Ie VIH, la prevalence des anti-vhc varie selon Ie facteur de risque de contamination; elle est en moyenne de 9 % compa ree aux 1,2 % dans la population non infectee par Ie VIH [13, IS] (tableau I). Elle est d'environ 5 % chez les homosexuels et de 60 a90 % chez les hemophiles et les toxicomanes par voie veineuse [13]. La fre quence de la transmission matemofeetale du VHC est augmentee en cas de co-infection par Ie VIH (20 % versus 0 a 3 %) [16, 17]. II en va de meme pour la transmission sexuelie: les conjointes d'hemophiles ayant des anti- VHC sont infectees par Ie VHC dans 3 % des cas si leur partenaire a une seropositivite VIH associee (cinq sur 164), alors qu'on ne trouve pas d'infection (zero sur 30) si leur partenaire est seronegatif pour Ie VIH (p < 0,01) [18].

4 888 Modifications serovirologfques S Pol, H Zylberberg Modifications de l'histoire naturelle L'infection par Ie VIH entraine plusieurs modifica tions des caracteristiques serologiques de I'infection VHC. Comme dans d'autres situations d'immunodefi cience, on observe chez ces patients une diminution de reactivite vis-a-vis des antigenes du virus de I'he patite C, qui augmente Ia frequence des tests serolo giques Riba indetermines (loa 25 %), definis par une reactivite vis-a-vis d'un seul anti gene [19, 20]. De plus, il existe, dans 10 % des cas environ, des pheno menes de seroreversion, definis pas Ia negativation d'une serologic anti-vhc anterieurernent positive [21]. Cette frequence majoree de Riba indetermines et de seroreversion chez les patients infectes par Ie VIH rend necessaire la recherche de I' ARN serique du VHC par PCR, et ce d'autant plus qu'il n'existe pas, chez ces patients immunodeprimes, de correlation entre I'activite serique des transaminases et I' exis tence d'une hepatite chronique. La prevalence globale d'une virernie detectable n' est pas differente chez les patients infectes ou non par Ie VIH. Dans une etude prospective comparant Ies caracteristiques de I'infection VHC chez ISO patients ayant une hepatite chronique C infectes ou non par Ie VIH, l'arn du VHC etait detecte dans des propor tions comparables chez respectivement 91 et 83 % des patients [19]. Comme le laissait suggerer I' augmentation de la transmission maternofcetale et sexuelle de l'infection VHC en cas de co-infection par Ie VIH, une augmen tation de Ia replication du VHC est observee dans toutes Ies situations d'immunosuppression. Dans une etude comparative de Ia charge virale C selon Ie statut VIH, une virernie C superieure a 10 7 copies/ml etait observee chez 50 % des patients infectes par Ie VIH contre 1,5 % des patients non infectes [21]. Si Ia majorite des etudes n'a pas montre de correlation entre I'importance de Ia viremie C et la severite de l'hepatopathie chez les immunocompetents, il se peut que cette augmentation ait des consequences chez les irnmunodeprimes. La distribution des differents genotypes du virus de l'hepatite C est intimement liee aux facteurs de risque de contamination. Le genotype I b est predominant dans les contaminations post-transfusionnelles ou spo radiques, et les genotypes Ia et 3a sont majoritaires chez les toxicomanes par voie veineuse [II]. L'infec tion par Ie VIH ne modifie apparemment pas cette dis tribution genotypique, Les infections mixtes, c'est-a dire concernant au moins deux genotypes differents, ont ete decrites relativement frequernment chez Ies hernophiles et Ies toxicomanes (respectivement 30 et 10 % des cas) et ne semblent pas plus frequentes en cas d'infection VIH [22]. Comme chez les patients immunocompetents, l'hepa tite aigue liee au VHC est habituellement asymptoma tique. II n'existe pas de donnees ciaires indiquant un risque augmente de passage a Ia chronicite chez Ies patients infectes par Ie VIH; cela peut refleter que I'infection par Ie VHC a souvent precede l'infection par Ie VIH. Les mecanismes par lequel Ie VHC entraine des lesions hepatiques n'ont pas ete c1airement determines [23]. II existe a Ia fois des arguments pour une cyto toxicite directe telle que I'efficacite rapide de l'inter feron a et les lesions plus severes chez les patients immunodeprimes (transplantes), et des arguments pour des mecanismes lesionnels immuno-induits teis que I' absence de correlation entre la charge virale C et l'intensite des lesions hepatiques, les hepatites severes pouvant survenir au decours de chimiotherapies au moment du «rebond» immunitaire ou Ia correlation entre I'Infiltrat Iymphocytaire (CD4 et CD8) intrahe patique et l'activite des lesions observees [24-26]. La plupart des etudes ont montre, en cas d'infection chronique C et de co-infection VIH, une severite accrue des lesions histologiques, Une evolution, non seulement plus frequente mais aussi plus rapide, vers la cirrhose est habituellement observee [13, 27-31]. Dans notre experience des usages de drogue ou des hemophiles ayant une infection virale C, Ia cirrhose est deux a trois fois plus frequente chez les patients infectes par le VIH. Alors que chez Ies sujets contami nes avant I' age de 40 ans, une cirrhose est presente chez II % des immunocompetents (et se constitue en 19 ans environ), elle existe chez 22 % des immuno deprimes (et se constitue en moyenne apres 14 ans d'evolution) [10, 32]. Les mecanismes expliquant une majoration des lesions en cas d'infection par Ie VIH n'ont pas ete precisement analyses. L'alcoolisation chronique, qui est un des facteurs independamment associes au risque de cirrhose chez les immunocompe tents, semblait peu intervenir chez Ies sujets infectes par Ie VIH. II se peut que I'augmentation de la repli cation virale ait un role determinant puisque c'est la seule caracteristique clinicobiologique et virologique qui distingue les sujets infectes par Ie VHC et co infectes ou non par Ie VIH [32]. L'impact sur Ia survie des patients co-infectes par Ie VIH et Ie VHC a ete variablement apprecie, Dans une etude francaise multicentrique inciuant sujets infectes par le VIH, Ia mortalite liee a une infection hepatotrope n'etait que de 0,28 %; Ia mortalite liee a une cirrhose etait de 1,4 % et celle liee au carcinome hepatocellulaire de 0,07 % [33]. A. l'inverse, dans une cohorte d'hemophiles anglais dont on sait qu'ils sont majoritairement infectes par Ie VHC, une surmortalite

5 Infection par Ie VIR et Ie VHC 889 liee a une hepatopathie ou a un carcinome hepatocel lulaire etait respectivement 16,7 (intervalle de confiance: 12,5-22,0) et 5,6 (intervalle de confiance: 1,8-13,0) superieure a celie observee dans la popula tion generale, que les hemophiles soient ou non infec tes par le VIH [34]. TRAITEMENT DE L'HEPATITE CHRONIQUE C CHEZ LES PATIENTS INFECTES PAR LE VIH L'interferon a est le seul traitement ayant une effica cite prouvee dans le traitement de I'fiepatite chronique C. Ce traitement instaure a doses standard (3 MU trois fois par semaine par voie sous-cutanee pendant 6 ou 12 mois) induit une normalisation des transaminases chez environ la moitie des patients trai tes, definissant la reponse primaire. La moitie de ces patients rechute dans les 6 mois suivants I'interruption du traitement (rechuteurs) [35]. Vingt-cinq pour cent des sujets traites sont repondeurs a long terme. Une clairance precoce de la virernie apparait comme un facteur predictif positif de reponse primaire et prolongee, La reponse a I'Interferon est correlee a une viremic faible, une heterogeneite genomique faible, un genotype autre que 1b et a I'absence de cir rhose [11]. Chez les repondeurs a long terme, il existe, dans la moitie a deux tiers des cas, une clairance de I'ARN du virus C dans Ie serum, Ie foie et les cellules rnononucleees, pouvant correspondre a une guerison [36,37]. Les etudes ayant analyse I'efficacite du traitement par interferon a de l'hepatite chronique C chez des patients infectes par le VIH [38-40] concluent de fa~on discordante, suggerant que la reponse primaire (normalisation des transaminases a la fin du traite rnent) et la reponse prolongee (observee dans 0 a 20 % des cas en cas d'infection VIH) sont equiva lentes chez les patients infectes ou non par le VIH ou, au contraire, qu'elles sont plus rarement observees en cas de co-infection VIH (in [1]). II a ete suggere que la reponse au traitement puisse etre dependante du degre du deficit immunitaire et ne soit observee que lorsque le nombre de CD4 est superieur a 500/pI. Que Ie tau x de reponse soit ou non equivalent chez les patients infectes par le VIH, il importe que l'evalua tion de l'efficacite des traitements prenne en compte les donnees virologiques qui conditionnent largement la reponse. En particulier, la frequence plus impor tame de genotype «bon repondeur au traitement» (de ~ype 3, par exemple) chez les patients toxicomanes Infectes par le VIH pourrait expliquer un taux de reponse comparable a celui observe dans une popula tion non infectee par le VIH mais infectee par un genotype viral C «mauvais repondeur» comme le genotype 1b. CONSIDERATIONS POUR LE FUTUR Les donnees precedernment expo sees concernent prin cipalement les patients infectes par le VIH avant l'in troduction de la tritherapie antiretrovirale. Celle-ci a certainement permis une amelioration de la survie [41] ; on ne peut alors exclure que l'impact de l'infec tion virale C (encore peu important car responsable de moins de 1 % de la mortalite des sujets infectes par le VIH suivis dans les services de medecine interne et de pathologie infectieuse) n'en soit ainsi modifie en termes de morbidite et de mortalite. Devront etre pris en compte le retentissement des hepatites medicamen teuses induites par les inhibiteurs de proteases [42] ou par les analogues nucleosidiques [43], probablement minoritaire, et surtout de la reconstitution immuni taire. En effet, la restauration immunologique associee a la tritherapie pourrait activer des hepatopathies jusqu'a present silencieuses si la physiopathogenie de l'infection virale C est principalement immuno induite, notamment par l'induction de clones CD8 [44] : nous avons recernment observe, comme d'autres, plusieurs cas d'evclution cirrhogene rapide parallele a l'amelioration du statut immunitaire. A l'inverse, si la physiopathogenie est principale ment liee a la cytotoxicite directe du VHC, l'absence defficacite de la tritherapie sur la charge virale C (resultats personnels) pourrait dernasquer, du fait de la survie prolongee des patients, de rares fibroses hepa tiques cholestasiantes [45] et surtout favoriser la sur venue de cirrhoses aboutissant a des insuffisances hepatocellulaires mortelles. Ces risques justifient la constitution d'observatoires visant a identifier de tels evenements. Entin, la diffusion des combinaisons the rapeutiques, associant ribavirine et interferon a, dont on connait la superiorite par rapport a l'interferon a seul, risque de modifier les resultats therapeutiques encore trop insuffisants chez les sujets infectes par le VIH [46-48]. En conclusion, la prevalence globale de l'infection VHC chez les patients infectes par le VIH est d'envi ron 9 %. L'infection par le VHC est habituellement associee a une hepatite chronique avec une virernie detectable. L'infection par le VIH rnajore la replica tion du VHC et expose a des lesions hepatiques plus severes et a une evolution plus rapide vers la cirrhose. L'efficacite de l'interferon-rr reste mediocre en termes de reponse a long terme. Si l'impact de l'infection virale C en termes de mortalite reste au second plan par rapport ad'autres problemes, il est toutefois important, du fait des espoirs lies a l'efficacite de la tritherapie, de mieux definir : 1) les patients pouvant beneficier d'un traitement antiviral; 2) les modalites therapeutiques (association a la ribavirine, augmenta tion des doses et des durees) pour obtenir une diminu-

6 890 S Pol, H Zylberberg tion de la mortalite et de la morbidite liee aleur hepa tite chronique C; 3) Ie retentissement des nouveaux traitements antiretroviraux sur l'infection virale C, Nous entrons dans une nouvelle ere dont it ne faut meconnaitre ni les espoirs ni les dangers. REFERENCES Zylberberg H, Pol S. Reciprocal interactions between human immunodeficiency virus and hepatitis C virus infections. Clin Infect Dis 1996; 23: Conference de consensus. Hepatite C: depistage et traitement. Gastroenterol Clin 8iol1997 ; 20 (suppl) : NIH Consensus Development Conference. Management of hepatitis C. Hepatology 1997 ; 26 (suppl) : Serfaty L. Noubaum JB, Elghouzzi MH. Giral P, Legendre C. Poupon R. Prevalence. severity and risk factors of liver disease in blood donnors positive in a second generation anti-hepatitis virus screening test. Hepatology 1995 ; 2 : Ohto H. Terazawa S. Sasaki N. Sasaki N. Hino K. Ishiwata C et al. Transmission of hepatitis C virus from mother to infants. N Engl J Med 1994 ; 330 : Dubois F. Desenclos JC. Mariotte N, Goudeau A and the Colla borative Study Group. Hepatitis C in French population-based survey, 1994: seroprevalence, frequency of viremia. genotype distribution. and risk factors. Hepatology 1997; 25 : Colombo M. Hepatocellular carcinoma. J Hepatol 1992 ; 15 : Poynard T. Bedossa P. Opolon P. for the OBSVIRC. META VIR. CLINIVIR, and DOSVIRC Groups. Natural history of liver fibrosis progression in patients with chronic hepatitis C. Lancet 1997 ; 349 : Roudot-Thoraval F. Bastie A. Pawlotsky JM. Dhumeaux D and the Study Group for the Prevalence and the Epidemiology of Hepatitis C Virus. Epidemiological factors affecting the severity of hepatitis C virus-related liver disease: a French survey of patients. Hepatology 1997 ; 26 : Fontaine H. Pol S. Carnot F. Zylberberg H. Berthelot P. Brechot C et al. Predictive factors for HCV-related cirrhosis: compari son between immunocompetent and immunocompromised patients. J Hepatol 1998 ; 29 : Nousbaum JB. Pol S, Nalpas B. Landais P, Berthelot P, Brechot C and the Collaborative Study Group. Hepatitis C virus type Ib (II) infection in France and Italy. Ann Intern Med 1995 ; 122 : Lifson AR. Hessol NA. Rutherford GW. Progression and clini cal outcome of infection due to human immunodeficiency virus. Clin Infect Dis 1992; 14: Quan CM. Krajden M. Grigoriew GA. Salit IE. Hepatitis C virus infection in patients infected with the human immunodefi ciency virus. Clin Infect Dis 1993 ; 17 : L1ibreJM. Garcia E. Aloy A. Valls J. Hepatitis C virus infection and progression of infection due to human immunodeficiency virus. Clin Infect Dis 1993 ; 16: Sherman KE. Freeman S. Harrison S. Andron L. Prevalence of antibody to hepatitis C virus in patients infected with the human immunodeficiency virus. J Infect Dis 1991 ; 163: Giovanninni M. Tagger A. Ribero ML. Zuccotti G. Pogliani L. Grossi A et al. Maternal-infant transmission of hepatitis C virus and HIV infections: a possible interaction. Lancet 1990 ; 335 : Ercilla MG. Fortuny C. Roca A. Gil MP. Espuny R, Celis R et al. HCV vertical transmission. A prospective study. In: Procee dings of the International Symposium on Viral Hepatitis and Liver Disease (The 8th Triennal Congress) Tokyo Eyster ME. Alter HU. Aledort LM. Quan SM. Halzakis A. Goe dert JJ. Heterosexual cotransmission of hepatitis C virus and human immunodeficiency virus. Ann Intern Med 1991 ; 115 : Cribier B. Rey D. Schmitt C. Lang JM. Kim A. Stoll-Keller F. High hepatitis viremia and impaired antibody response in patients coinfected with HIV. AIDS 1995 ; 9 : Marcellin P, Martinot-Peignou M, Elias A. Branger M. Cour tois F. Level R et ai. Hepatitis C virus (HCV) viremia in Human Immunodeficiency Virus-seronegative and seropositive patients with indeterminate HCV recombinant immunoblot assay. J Infect Dis 1994 ; 170 : Chamot E. Hirschel B. Wintsch J. Robert CF. Gabriel V. Deglon JJ et al. Loss of antibodies against hepatitis C virus in HIV-sero positive intravenous drug users. AIDS 1990 ; 4 : Tuveri R. Rothschild C, Pol S. Reijasse D. Persico T. Gazengel C et ai. Hepatitis C virus genotypes in french haemophiliacs: kinetics and reappraisal of mixed infections. J Med Virol 1997 ; 51 : Gerber MA. Pathobiologic effects of hepatitis C. J Hepatol 1995; 22 : Nelson DR. Marousis CG. Davis GL. Rice CM. Wong J. Houghton M et al. The role of hepatitis C virus-specific cyto toxic T lymphocytes in chronic hepatitis C. J Immunol 1997 ; 158: Vento S, Caine IIi F. Mirandola F. Cosco L, Perri GDI. Solbiati M et al. Fulminant hepatitis on withdrawal of chemotherapy in carriers of hepatitis C virus. Lancet 1996 ; 347 : Ballardini G. Groff P. Pontisso P, Giostra F. Fransesconi R. Lenzi M et al. Hepatitis C virus genotype. tissue HCV antigens. hepatocellular expression of HLA-A. B. C and intercellular adhesion molecules. Clues to pathogenesis of hepatocellular damage and response to interferon treatement in patients with chronic hepatitis C. J Clin Invest 1995 ; 95 : Martin P, Di Bisceglie AM. Kassianides C. Lisker-Melman M. Hoofnagle JH. Rapidly progressive non-a, non-b hepatitis in patients with human immunodeficiency virus infection. Gas troenterology 1989; 97: Eyster ME, Diamondstone LS. Lien JM. Natural history of hepatitis C virus infection in multitransfused effect of coinfec tion with human immunodeficiency virus. The multicenter hemophilia cohort study. J Acquired Immune Defic Syndr 1993; 6: Soto B. Rodrigo L, Del-Olmo JA. Garcia-Bengoechea M, Her nandez-quero J, Lissen E. Influence of human immunodefi ciency virus type I infection on the natural history of chronic parenteral-acquired hepatitis C. A multicenter study on 547 patients [Abstract]. J Hepatol1994; 21 (suppl): Andreu J. Sanchez-Quijano A. Gavilan F. Luque F. Abad MA. Soto B et al. Influence of human immunodeficiency virus type I infection on the natural history of chronic parenteral-acquired hepatitis C [Abstract]. J Hepatol1994; 21 (suppl): Ridzon R. Gallagher K. Ciesielski C. Mast EE. Ginsberg MB. Robertson BJ et al. Simultaneous transmission of Human Immunodeficiency Virus and Hepatitis C Virus from a needle stick injury. N Engl J Med 1997 ; 336: Pol S. Lamorthe B, Trinh Thi N. Thiers V. Carnot F. Zylberberg H et al. Retrospective analysis of the impact of HIV infection and alcohol abuse in a large cohort of drug users. J Hepatol 1998 ; 28: Geffray L, Rosenthal E. Perronne C. Cacoub P. Raguin G. Veyssier P et al. et les membres du GERMIVIC. de la SNFMI et du RESIF [Abstract]. Mortalite par cirrhose virale C en 1995 dans une file active de patients infectes par Ie VIH (etude retrospective multicentrique du groupe GERMIVIC). Rev MM Interne 1997; 18.(suppl): Darby SC. Ewart DW. Giangrande PLF, Spooner RJD. Rizza

7 Infection par Ie VIH et Ie VHC 891 CR, Dusheiko GM et ai. for the UK Haemophilia Centre Direc tors'organisation. Mortality from liver cancer and liver disease in haemophilic men and boys in UK given blood products contaminated with hepatitis C. Lancet 1997 ; 350: Davis GL, Balart LA, Schiff ER, Lindsay K, Bodenheimer H, Perrillo RP et ai. Treatment of chronic hepatitis C with recombi nant interferon alpha. N Engl J Med 1989 ; 321 : Romeo R, Pol S, Berthelot P, Brechot C. Eradication of HCV RNA after alpha-interferon therapy. Ann Intern Med 1994 ; 58 : Marcellin P, Boyer N, Gervais A, Martinot M, Pouteau M, Cas telnau C et ai. Long-term histologic improvement and loss of detectable intrahepatic HCV RNA in patients with chronic hepatitis C and sustained response to interferon-a therapy. Ann Intern Med 1997 ; 127: Boyer N, Marcellin P, Degott C, Degos F, Saimot AG, Erlinger S, Benhamou JP. Recombinant interferon alpha for chronic hepatitis C in patients positive for antibody to human immuno deficiency virus. J Infect Dis 1992; 165 : Marriott E, Navas S, Del Romero J, Garcia S, Castillo I, Qui roga JA et ai. Treatment with recombinant alpha-interferon of chronic hepatitis C in anti-hiv positive patients. J Med Virol 1993; 40: Soriano V, Garcia-Samaniego J, Bravo R. Efficacy and safety of alpha-interferon treatment for chronic hepatitis C in HIV infected patients. J Infection 1995; 31 : Lipsky James J. Antiretroviral drugs for AIDS. Lancet 1996 ; 348: Braii N, Leaf HL, Wieczorek RL, Margolis DM. Severe hepati tis in three AIDS patients treated by indinavir. Lancet : Lai KK, Gang DL, Zawacki JK, Cooley TP. Fulminant hepatic failure associated with 2', 3'-dideoxyinosine (ddi). Ann Intern Med 1991 ; 115 : Carr A, Emery S, Kelleher A, Law M, Cooper DA. CD8+ Lymphocyte responses to antiretroviral therapy of HIV infec tion. J AIDS Hum Retrovirol 1996 ; 13 : Zylberberg H, Carnot F, Mamzer MF, Blancho G, Pol S. Hepa titis C virus-related fibrosing cholestatic hepatitis after renal transplantation. Transplantation 1997; 63: Lai MY, Kao JH, Yang PM, Wang IT, Chen PJ, Chan KW et ai. Long-term efficacy of ribavirin plus interferon aifa in the treat ment of chronic hepatitis C. Gastroenterology 1996 ; III : Chemello L, Cavaletto L, Bernardinello E, Guido M, Pon tisso P, Alberti A. The effect of interferon alfa and ribavirin combination therapy in naive patients with chronic hepatitis C. J Hepatol1995; 23: Reichard 0, Norkrans G, Fryden A, Braconier JH, Sonneborg A, Weiland 0 for the Swedish Study Group. Randomised, double blind, placebo-controlled trial of interferon a-2b with and without ribavirin for chronic hepatitis C. Lancet 1998 ; 351 : 83-7

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris 8 Avant l introduction des traitements antirétroviraux hautement actifs (HAART), la majorité des patients

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

Traitement de l hépatite C: données récentes

Traitement de l hépatite C: données récentes Traitement de l hépatite C: données récentes J.-P. BRONOWICKI (Vandœuvre-lès-Nancy) Tirés à part : Jean-Pierre Bronowicki Service d Hépatogastroentérologie, CHU de Nancy, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy. Le

Plus en détail

Avis 20 février 2013

Avis 20 février 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 février 2013 PEGASYS 135 microgrammes, solution injectable en seringue préremplie Boîte de 1 (CIP 34009 359 958 1 0) Boîte de 4 (CIP 34009 359 959 8 8) PEGASYS 135

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Abdelfattah CHAKIB Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca Service des maladies infectieuses, CHU Ibn Rochd 06 61 42 91 64 afchakib@gmail.com

Plus en détail

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Objectifs 1. Connaître pour chaque virus des hépatites la cinétique des marqueurs virologiques

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 décembre 2008 VIRAFERONPEG 50 µg/ 0.5 ml, poudre et solvant pour solution injectable B/1 : code CIP 355 189.3 B/4 : code CIP 355 191.8 VIRAFERONPEG, stylo pré-rempli

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

Traitements de l hépatite B

Traitements de l hépatite B Traitements de l hépatite B S Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales A Hôpital Bichat-Claude Bernard Virus de l hépatite B: histoire naturelle Contage Hépatite aigüe 70% asymptomatique

Plus en détail

Christian TREPO, MD, PhD

Christian TREPO, MD, PhD PEG INTERFERON MONOTHERAPI E Christian TREPO, MD, PhD Unmet medical needs in chronic HBV infection Inhibition of viral replication Normalisation of ALT Improvement in liver necroinflammation Improvement

Plus en détail

Virus de l hépatite B

Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Persistance de l antigène HBs 10% - 90% Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B faible ou absente Persistance

Plus en détail

Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH

Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH Odile Launay CIC de vaccinologie Cochin Pasteur Hôpital Cochin, Paris 6 ème journée de vaccinologie clinique JG Guillet Mardi 4 juin 2013

Plus en détail

Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs

Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs S Chevaliez 1,2, L Poiteau 1,2, I Rosa 3, A Soulier 1,2, F Roudot- Thoraval 2,4, C Hézode

Plus en détail

Actualités sur le Virus de l'hépatite C

Actualités sur le Virus de l'hépatite C CBP CHRU Lille Actualités sur le Virus de l'hépatite C 2.0 ANNE GOFFARD UNIVERSITÉ LILLE 2 DROIT ET SANTÉ FACULTÉ DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES DE LILLE 2012 Table des matières I - Épidémiologie

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013 Hépatite B Le virus Structure et caractéristiques o o o Famille des Hepadnaviridae Genre orthohepadnavirus Enveloppé, capside icosaédrique, 42 nm 1 Le virus Structure et caractéristiques En microscopie

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite Chronique C Mai 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication 2 avenue du Stade de France F 93218

Plus en détail

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B TRAITEMENT DE L HÉPATITE B P Mathurin Service d Hépatogastroentérologie Pr Paris Hôpital Claude Hurriez CHRU Lille CRITERES VIROLOGIQUES ET HISTOIRE NATURELLE 1 OBJECTIF THERAPEUTIQUE: Séroconversion HBe

Plus en détail

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Best of Hépatologie 2010 Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Evaluation de la fibrose Analyse des échecs de l élastométrie impulsionnelle Castera L et al. Hepatology 2010;51 (3): 828-35

Plus en détail

RECOMMANDATION DU COLLÈGE Prise en charge de l hépatite C par les médicaments anti-viraux à action directe (AAD)

RECOMMANDATION DU COLLÈGE Prise en charge de l hépatite C par les médicaments anti-viraux à action directe (AAD) RECOMMANDATION DU COLLÈGE Prise en charge de l hépatite C par les médicaments anti-viraux à action directe (AAD) Juin 2014 Ce rapport est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Traitement des hépatites virales B et C

Traitement des hépatites virales B et C Traitement des hépatites virales B et C GFMER Yaoundé 26 Novembre 2007 Dr José M Bengoa foie cirrhotique foie normal Vitesse de développement de la fibrose fibrose VHD VHB VHC années Indications au traitement

Plus en détail

Santé Canada approuve INCIVEK MC (télaprévir) pour le traitement des personnes atteintes d hépatite C

Santé Canada approuve INCIVEK MC (télaprévir) pour le traitement des personnes atteintes d hépatite C Santé Canada approuve INCIVEK MC (télaprévir) pour le traitement des personnes atteintes d hépatite C - Près de quatre personnes sur cinq ayant reçu pour la première fois un traitement d association à

Plus en détail

Vaccin contre l Hépatite A. Points clés

Vaccin contre l Hépatite A. Points clés Vaccin contre l Hépatite A Vaccin contre l Hépatite A Jean-Pierre Bronowicki Hépato-gastroentérologie, CHU de Nancy 54500 Vandoeuvre les Nancy Points clés Du fait de l augmentation de la morbidité et peut

Plus en détail

Virologie et hépa.tes. Journées Scientifiques du Site ANRS-SENEGAL

Virologie et hépa.tes. Journées Scientifiques du Site ANRS-SENEGAL Virologie et hépa.tes Site ANRS-SENEGAL Plan Généralités VHB VHC Conclusion 350 million infected with HBV worldwide 170 million infected with HCV worldwide HBV prevalence HCV prevalence HBV and HCV are

Plus en détail

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin La vaccination contre le VHB à l heure du consensus Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin Pourquoi vacciner? Epidémiologie du VHB 370.000.000 de porteurs chroniques du VHB

Plus en détail

Note de cadrage Algorithmes de dépistage des hépatites B et C G. Jeanblanc

Note de cadrage Algorithmes de dépistage des hépatites B et C G. Jeanblanc Note de cadrage Algorithmes de dépistage des hépatites B et C G. Jeanblanc Service Evaluation Economique et Santé Publique SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 Présentation de la saisine et du thème... 4 I. Introduction...

Plus en détail

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter-

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Largement débattue au cours du XII ème congrès de Gastroentérologie, tenu ce week end, l hépatite B mérite d être mieux connue

Plus en détail

Les hépatites virales chroniques B et C

Les hépatites virales chroniques B et C Les hépatites virales chroniques B et C www.aqodad.ma Service d hépato-gastroentérologie CHU HASSAN II; Fès 6èmes journées médicales d Al Hoceima; Le 28 09 2013 1 Introduction Problème majeur de santé

Plus en détail

MANIFESTATIONS SYSTEMIQUES DES INFECTIONS PAR LE VIRUS DE L HEPATITE C Dr. Fatma BOUSSEMA, Dr Lilia ROKBANI

MANIFESTATIONS SYSTEMIQUES DES INFECTIONS PAR LE VIRUS DE L HEPATITE C Dr. Fatma BOUSSEMA, Dr Lilia ROKBANI MANIFESTATIONS SYSTEMIQUES DES INFECTIONS PAR LE VIRUS DE L HEPATITE C Dr. Fatma BOUSSEMA, Dr Lilia ROKBANI Le virus C est associé à des manifestations extra-hépatiques d origine immunologique. Certaines

Plus en détail

Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand?

Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand? Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand? Michelle Martinot-Peignoux Service d Hépatologie Hôpital Beaujon Université Paris-Diderot INSERM U-773/CRB3 Clichy-France Plan Introduction Applications Cliniques

Plus en détail

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012 Surveillance des patients VHC non traités Julia ATTALI 15/12/2012 Patients non traités Absence d indication au traitement: patients F0/F1 Echec traitement Contre-indication au traitement Refus du patient

Plus en détail

Hépatite. Dépistage, clinique, prise en charge et conseils aux patients DOCUMENT À L USAGE DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ

Hépatite. Dépistage, clinique, prise en charge et conseils aux patients DOCUMENT À L USAGE DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ DOCUMENT À L USAGE DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ Hépatite C Dépistage, clinique, prise en charge et conseils aux patients Etat des connaissances : Août 2001 Table des matières 4page 4 8page 8 Indications

Plus en détail

Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet*

Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet* Entretiens de Bichat 26 sept. 2013 Salle 352 A 17 h 30 18 h 30 Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet* * Hépatologue, Université Paris XI, Centre de compétence

Plus en détail

Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C

Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C Synthèse avis des groupes de travail et de lecture Et recommandation de la HAS mars 2011 sur La synthèse

Plus en détail

Recommandation de la Haute autorité de santé (France) pour le dépistage biologique des hépatites virales B et C

Recommandation de la Haute autorité de santé (France) pour le dépistage biologique des hépatites virales B et C Recommandation de la Haute autorité de santé (France) pour le dépistage biologique des hépatites virales B et C Guidelines of the French National Authority for Health for the biological screening of B

Plus en détail

Docteur Pascal Melin Hôpital de Saint Dizier UTEP CHG SAINT DIZIER CSAPA 52

Docteur Pascal Melin Hôpital de Saint Dizier UTEP CHG SAINT DIZIER CSAPA 52 Docteur Pascal Melin Hôpital de Saint Dizier UTEP CHG SAINT DIZIER CSAPA 52 Plan gouvernemental de lutte contre les drogues et les toxicomanies 2008-2011 Soutenir l application des mesures de dépistage

Plus en détail

RECOMMANDATIONS AUX MEDECINS ET AUX PATIENTS CONCERNANT L HéPATITE C

RECOMMANDATIONS AUX MEDECINS ET AUX PATIENTS CONCERNANT L HéPATITE C CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE Section des Maladies Transmissibles Président: Dr Robert HEMMER Service National des Maladies Infectieuses Secrétaire: Dr Pierrette HUBERTY-KRAU Division de l Inspection Sanitaire

Plus en détail

Communiqué de presse. Direction Communication Externe/Interne Sylvie Nectoux TEL : 01 44 34 65 73 Email : sylvie.nectoux@boehringeringelheim.

Communiqué de presse. Direction Communication Externe/Interne Sylvie Nectoux TEL : 01 44 34 65 73 Email : sylvie.nectoux@boehringeringelheim. Les données des études pivots de phase III STARTVerso démontrent l'efficacité du faldaprevir * dans des populations de patients difficiles à guérir telles que celles co-infectées par le VIH et celles avec

Plus en détail

HépatiteC n 7. Hépatite chronique B : onseil. quelques notions pour mieux connaître ma maladie

HépatiteC n 7. Hépatite chronique B : onseil. quelques notions pour mieux connaître ma maladie HépatiteC n 7 onseil Ma maladie Mon traitement Ma vie sociale Hépatite chronique B : quelques notions pour mieux connaître ma maladie Sommaire Après plusieurs prises de sang, mon médecin me confirme que

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Hépatite = inflammation du foie. Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach

Hépatite = inflammation du foie. Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach Hépatite = inflammation du foie Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach 1 Hépatites virales chroniques 2 Histoire naturelle Hépatite aiguë Guérison Hépatite chronique

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique C Juillet 2015 ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE N 6 HÉPATITE CHRONIQUE C Ce document est

Plus en détail

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Lionel PIROTH CHU Dijon, Université de Bourgogne Tours juin 2012 Un problème? VIH-VHB Piroth L et al, J Hepatol,

Plus en détail

LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET

LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET A Historique L analyse rétrospective de foyers épidémiques d hépatite aiguë non A, non B en Inde laisse supposer l existence d un autre type d hépatite virale. Le virus

Plus en détail

Ariane MALLAT. Tabac, cannabis et foie

Ariane MALLAT. Tabac, cannabis et foie Ariane MALLAT Tabac, cannabis et foie Connaître le rôle du tabac et du cannabis dans le développement de la fibrose Savoir l évaluer Connaître les conséquences pratiques chez un malade porteur d une hépatopathie

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

Traitement des hépatites h chroniques virales B et C

Traitement des hépatites h chroniques virales B et C Traitement des hépatites h chroniques virales B et C Dr Joanna POFELSKI Service d hépatod pato-gastroentérologierologie CH d Annecyd Particularités? Virus hépatotropes / cytopathogènes : lésions hépatiques

Plus en détail

Hépatite C. Fraction LDL VLP. Flaviviridae Hepacivirus ssrna (+), 1 segment enveloppe + VLP. VLP délipidées. Virions libres avec enveloppe

Hépatite C. Fraction LDL VLP. Flaviviridae Hepacivirus ssrna (+), 1 segment enveloppe + VLP. VLP délipidées. Virions libres avec enveloppe Fraction LDL VLP Hépatite C Flaviviridae Hepacivirus ssrna (+), 1 segment enveloppe + VLP VLP délipidées Virions libres avec enveloppe André P. et al.,j Virol 76 (2002) 6919 Petit M-A et al., Virology

Plus en détail

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille XVIIe Journée Régionale de Pathologie Infectieuse 12 octobre 2010 Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

Un dépistage positif, que faire? épatite

Un dépistage positif, que faire? épatite Un dépistage positif, que faire? épatite Que signifie un test de dépistage positif pour l hépatite C? Un test de dépistage de l hépatite C positif signifie que le laboratoire a détecté dans le sang des

Plus en détail

Table Ronde «Prévention et Dépistage»

Table Ronde «Prévention et Dépistage» Table Ronde «Prévention et Dépistage» «L infection à VIH/SIDA en 2013» Conférence organisée par la Ville de Marseille Dr Pervenche Martinet Dr Chantal Vernay Vaïsse 29/11/2013 1 Le dépistage aujourd'hui

Plus en détail

Document de synthèse : Hépatite B et hépatite C. Sommaire :

Document de synthèse : Hépatite B et hépatite C. Sommaire : Document de synthèse : Hépatite B et hépatite C Sommaire : Au Canada, l hépatite B et l hépatite C demeurent de graves enjeux de santé publique en raison de taux de prévalence élevés, de coûts élevés pour

Plus en détail

Hépatite C, les nouveaux traitements

Hépatite C, les nouveaux traitements Hépatite C, les nouveaux traitements Dr Ghassan Riachi CHU de Rouen QDN 2014 Revue de presse p L hépatite C est une maladie curable Peginterferon + DAAs 2011 Standard Interferon 1991 + Ribavirin 1998 2001

Plus en détail

Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble

Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble Quels liens entre puissance et rapidité d action? Est-ce un avantage d obtenir une décroissance virale rapide? Dans

Plus en détail

Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz

Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L HEPATITE CHRONIQUE C EN 2009

PRISE EN CHARGE DE L HEPATITE CHRONIQUE C EN 2009 PRISE EN CHARGE DE L HEPATITE CHRONIQUE C EN 2009 CHU BAB EL OUED DR OSMANE DR MAHIOU PR NAKMOUCHE Evolution du traitement de hépatite c Découverte du génome de l HVC 1989 1989 1989 Evolution du traitement

Plus en détail

Traitement des hépatites virales C. Avis d experts 5 janvier 2015

Traitement des hépatites virales C. Avis d experts 5 janvier 2015 AFEFoie @AFEFoie Association reconnue d utilité publique Traitement des hépatites virales C Avis d experts 5 janvier 2015 M. Bourlière (Marseille) JP. Bronowicki (Nancy) Ch. Hézode (Créteil) D. Larrey

Plus en détail

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE Introduction: Le SIDA, ou syndrome immunodéficience acquise, est une maladie due à un virus, le virus de l'immunodéficience humaine ou VIH (HIV: Human Immunodeficiency

Plus en détail

Conférence internationale de consensus sur l'hépatite C EASL

Conférence internationale de consensus sur l'hépatite C EASL Conférence internationale de consensus sur l'hépatite C EASL Paris, 26-28 Février 1999 1. QUELLES SONT LES IMPLICATIONS DE L'HÉPATITE C EN SANTÉ PUBLIQUE? L'hépatite C est un problème majeur de santé publique.

Plus en détail

Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C

Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C E. Estrabaud 1, I. Bièche 2, M. Lapalus 1, S. de Muynck 1, M.

Plus en détail

F ZOULIM. Traitement du VHB : Interféron ou anti-viraux

F ZOULIM. Traitement du VHB : Interféron ou anti-viraux F ZOULIM Traitement du VHB : Interféron ou anti-viraux - Connaître les objectifs du traitement - Connaître les résultats immédiats et à long terme des traitements - Savoir choisir une option thérapeutique

Plus en détail

LES HEPATITES VIRALES

LES HEPATITES VIRALES LES HEPATITES VIRALES Infect virales atteignant préférentiellement le foie avec lés inflammatoires, altérat hépatocytaire (cytolsye hépatique) et élévat des transaminases. Etiolo gie Transm ission Contam

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique B Octobre 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication 2 avenue du Stade de France F 93218

Plus en détail

Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES

Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES Service d Hépatologie Centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires Paris Saint Antoine HAI - Prise en

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

hépatite C MISE À JOUR DE L INFORMATION MÉDICALE transmission diagnostic prise en charge clinique traitement

hépatite C MISE À JOUR DE L INFORMATION MÉDICALE transmission diagnostic prise en charge clinique traitement Fondation canadienne du foie Programme national d éducation sur l hépatite C hépatite C MISE À JOUR DE L INFORMATION MÉDICALE transmission diagnostic prise en charge clinique traitement Une initiative

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier Journal de L ANDAR (Association Nationale de Défense contre l Arthrite Rhumatoîde) octobre2008 Le Mabthéra dans la polyarthrite rhumatoïde Pr Bernard Combe Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de

Plus en détail

Traitement de l hépatite C chez le sujet infecté par le VIH Actualités 2004

Traitement de l hépatite C chez le sujet infecté par le VIH Actualités 2004 Traitement de l hépatite C chez le sujet infecté par le VIH Actualités 2004 Pr C. PERRONNE Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Raymond Poincaré Faculté de Médecine Paris - Ile de France

Plus en détail

RECOMMANDATION EN SANTE PUBLIQUE. Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C. Argumentaire

RECOMMANDATION EN SANTE PUBLIQUE. Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C. Argumentaire RECOMMANDATION EN SANTE PUBLIQUE Stratégies de biologique des hépatites virales B et C Argumentaire Mars 2011 L argumentaire scientifique de cette évaluation en santé publique est téléchargeable sur www.has-sante.fr

Plus en détail

Item 83 : Hépatites virales. Anomalies biologiques hépatiques chez un sujet asymptomatique

Item 83 : Hépatites virales. Anomalies biologiques hépatiques chez un sujet asymptomatique Item 83 : Hépatites virales. Anomalies biologiques hépatiques chez un sujet asymptomatique Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Généralités... 1 1. 1 Diagnostic... 1 1. 2 Conduite

Plus en détail

14 Co-infections par le VIH et les virus des hépatites

14 Co-infections par le VIH et les virus des hépatites 14 Co-infections par le VIH et les virus des hépatites Les co-infections VIH-VHC (virus de l hépatite C) et VIH-VHB/VHD (virus de l hépatite B ou delta) sont devenues les premiers facteurs de co-morbidité

Plus en détail

Objet : Changements importants relatifs aux épreuves de détection qualitative et quantitative de l ARN du virus de l hépatite C (VHC)

Objet : Changements importants relatifs aux épreuves de détection qualitative et quantitative de l ARN du virus de l hépatite C (VHC) PAR COURRIER ÉLECTRONIQUE Le 29 juillet 203 Aux responsables des laboratoires de microbiologie Aux médecins microbiologistes-infectiologues Aux médecins gastroentérologues et hépatologues Aux assistants-chefs

Plus en détail

Hépatites virales. Anomalies biologiques chez un sujet asymptomatique (83) A. Gerolami Janvier 2006

Hépatites virales. Anomalies biologiques chez un sujet asymptomatique (83) A. Gerolami Janvier 2006 Hépatites virales. Anomalies biologiques chez un sujet asymptomatique (83) A. Gerolami Janvier 2006 1. Hépatites virales : étude clinique 1.1. Hépatite aiguë 1.1.1. Forme typique C est la forme clinique

Plus en détail

Hépatite B : qui et quand vacciner?

Hépatite B : qui et quand vacciner? Hépatite B : qui et quand vacciner? La communauté médicale a été très vite sensibilisée au risque professionnel lié au virus de l hépatite B et l approche vaccinale a de ce fait, conquis rapidement une

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 juillet 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 juillet 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 juillet 2012 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 19/09/2007 (JO du 07/04/2009). VIRACEPT 50 mg/g, poudre orale Flacon

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

HÉPATITE C : DÉPISTAGE ET TRAITEMENT

HÉPATITE C : DÉPISTAGE ET TRAITEMENT Avec la participation de HÉPATITE C : DÉPISTAGE ET TRAITEMENT CONFÉRENCE DE CONSENSUS TEXTE COURT Jeudi 16 et vendredi 17 janvier 1997 Cité des Sciences et de l Industrie La Villette 75019 PARIS AFEF Association

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique B Février 2015 Ce document est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service des

Plus en détail

Le Comité Scientifique a traité les questions suivantes : «Association reconnue d utilité publique» - 1 -

Le Comité Scientifique a traité les questions suivantes : «Association reconnue d utilité publique» - 1 - - 1 - Prise de position de l'association Française pour l'etude du Foie (AFEF) sur les trithérapies (Peg-IFN + ribavirine + inhibiteur de protéase) dans la prise en charge des malades atteints d'hépatite

Plus en détail

Etes-vous sûr de savoir diagnostiquer une primo-infection à V.I.H.?

Etes-vous sûr de savoir diagnostiquer une primo-infection à V.I.H.? Etes-vous sûr de savoir diagnostiquer une primo-infection à V.I.H.? Retard au diagnostic de primo-infection par le VIH après consultation auprès de différentes structures de soins. Weintrob, J. Giner,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mai 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mai 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 mai 2010 AVAXIM 160 U ADULTES, suspension injectable en seringue préremplie. Vaccin de l'hépatite A (inactivé, adsorbé) Boîte de 1 seringue préremplie en verre de

Plus en détail

Prof. Neil Berinstein

Prof. Neil Berinstein 01.12.2000 Prof. Neil Berinstein Medical Oncology/Hematology, Sunnybrook Regional Cancer Center, Kanada Le traitement par rituximab plus CHOP est supérieur au CHOP seul chez les patients âgés avec lymphome

Plus en détail

Avis 5 mars 2014. PEGASYS 90 microgrammes, solution injectable 1 seringue pré-remplie en verre de 0,5 ml avec aiguille (CIP : 34009 269 805 1 1)

Avis 5 mars 2014. PEGASYS 90 microgrammes, solution injectable 1 seringue pré-remplie en verre de 0,5 ml avec aiguille (CIP : 34009 269 805 1 1) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 5 mars 2014 PEGASYS 180 microgrammes, solution injectable 1 seringue pré-remplie en verre de 0,5 ml avec aiguille (CIP : 34009 359 960 6 0) 1 stylo pré-rempli de 0,5

Plus en détail

Bénéfices du sevrage tabagique L exemple de la greffe hépatique. A Abergel Médecine digestive CHU Estaing Clermont Ferrand. SFT, 25 Octobre 2013

Bénéfices du sevrage tabagique L exemple de la greffe hépatique. A Abergel Médecine digestive CHU Estaing Clermont Ferrand. SFT, 25 Octobre 2013 Bénéfices du sevrage tabagique L exemple de la greffe hépatique A Abergel Médecine digestive CHU Estaing Clermont Ferrand SFT, 25 Octobre 2013 Les principales maladies hépatiques -Hépatopathies dues au

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG (HIV, HBV, HCV) Anne-Sophie LASCAUX

PRISE EN CHARGE DES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG (HIV, HBV, HCV) Anne-Sophie LASCAUX PRISE EN CHARGE DES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG (HIV, HBV, HCV) Anne-Sophie LASCAUX DEFINITION L accident d exposition au sang (AES) est une exposition percutanée par piqûre ou coupure (par une aiguille,

Plus en détail

Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux

Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux 14 ème forum SOS Hépatites, Lyon Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux Dr. Sylvie LARRAT Laboratoire de Virologie CHU Grenoble Hépatite C chronique 180 millions de porteurs

Plus en détail

HépatiteC n 5. onseil. Comprendre mes analyses biologiques

HépatiteC n 5. onseil. Comprendre mes analyses biologiques HépatiteC n 5 onseil Ma maladie traitement Ma vie sociale Mon Comprendre mes analyses biologiques Sommaire ( 1 2 Au vu de mes dernières analyses de sang successives, mon médecin m annonce que je suis porteur

Plus en détail

MALI MEDICAL Prise en charge de Ia toxoplasmose maternelle et...

MALI MEDICAL Prise en charge de Ia toxoplasmose maternelle et... MALI MEDICAL Article original Prise en charge de Ia toxoplasmose maternelle et... DEPISTAGE ET PRISE EN CHARGE DE LA TOXOPLASMOSE MATERNELLE ET CONGENITALE A BOBO-DOULASSO, BURKINA FASO Screening and management

Plus en détail

Je surveille mon hépatite C?

Je surveille mon hépatite C? BROCHURE BLEUE comprendre et m adapter aux différentes situations de la maladie être hépatant5 Je surveille mon hépatite C? comprendre mes examens et leurs résultats Nous voulons informer sur l hépatite

Plus en détail

HEPATITES VIRALES CHRONIQUES ET AIGUES

HEPATITES VIRALES CHRONIQUES ET AIGUES HEPATITES VIRALES CHRONIQUES ET AIGUES INFORMATIONS Pré-requis : Durée de l'item : Auteur(s) : Professeur Louis Buscail (mail : ) Objectifs : RAPPEL : LE DIAGNOSTIC D HEPATITE CHRONIQUE La fréquence de

Plus en détail

USAGERS DE DROGUE ET VHC ADIJA CHAMPAGNOLE MARDI 17 MARS

USAGERS DE DROGUE ET VHC ADIJA CHAMPAGNOLE MARDI 17 MARS USAGERS DE DROGUE ET VHC ADIJA CHAMPAGNOLE MARDI 17 MARS RAPPELS Répartition des patients VHC 15% Nosocomial 20% Autres + Inconnue 3% Activité prof. 37 % Transfusion 1 % sexuel 25 % Toxicomanie IV D'après

Plus en détail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Elisabeth BOUVET, Dominique Abiteboul GERES Tuberculose infection et tuberculose maladie Contact BK= TM Infection latente 95% Infection = 30% des

Plus en détail