Hépatite C et autoimmunité A propos de 107 hépatites chroniques C traitées

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Hépatite C et autoimmunité A propos de 107 hépatites chroniques C traitées"

Transcription

1 Hépatite C et autoimmunité A propos de 17 hépatites chroniques C traitées N. KABBAJ 1, F. AMLAIKY 1, O. CHEGDALI 1, L. BENKIRANE 2, A. CHAROUF 3, R. AOUAD 3, A. EL IDRISSI LAMGHARI 1, M. MOHAMMADI 1, K. BENABED 1, A. BENAISSA Service de Médecine " E ", CHU Ibn Sina- Rabat, Maroc. 2- Service d Anatomopathologie, HER- Rabat, Maroc. 3- Institut National d Hygiène, Rabat, Maroc. Résumé : Le virus de l hépatite C peut être responsable de maladies dysimmunitaires constituées comme des hépatites autoimmunes à autoanticorps antilkm1, ainsi que des cryoglobulinémies mixtes, ou de l apparition plus fréquente d autoanticorps: antinucléaires (AAN), antimuscle lisse (ASMA), antimitochondries (AMA). Par ailleurs, l interféron alpha de son action immunomodulatrice peut induire, démasquer ou aggraver une maladie autoimmune comme la dysthyroïdie autoimmune (hypothyroïdie ou hyperthyroïdie). Nous rapportons sur un total de 633 patients concernés par le virus de l hépatite C une série de 17 patients porteurs d une hépatite chronique C traités en monothérapie par l interféron alpha, colligés de décembre 1991 à juin 2. Il s agit de 66 hommes et 41 femmes avec un âge moyen de 53,1 ans. Les résultats sont les suivants : les anticorps antitissus sont présents dans 19 cas (7 AAN, 11 ASMA, 1 AMA) soit 17,7%. Une cryoglobulinémie est présente dans 58 cas soit 54,2% dont 1 sont symptomatiques soit 17,2%. Les anticorps antithyropéroxydase (anticorps antitpo) sont retrouvés chez 15 patients en dehors de tout traitement par l interféron alpha soit 14%. Sous interféron alpha, sont apparus 8 cas de dysthyroïdie soit 7,4%. Il s agit de 7 cas d hypothyroïdie dont 2 cas de thyroïdite biphasique et 1 cas d hyperthyroïdie sous forme de maladie de Basedow avec une exophtalmie bilatérale et présence d anticorps antirécepteurs de la thyréostimuline. Nos résultats sont compatibles avec les données de la littérature hormis 2 cas particuliers: une cryoglobulinémie symptomatique sévère à type de glomérulonéphrite membranoproliférative et une maladie de Basedow avec présence d anticorps antirécepteurs à la TSH. Le virus de l hépatite C (VHC), plus que les autres virus hépatotropes, peut induire une réaction immunologique sous forme d autoanticorps non spécifiques d organes, à savoir les anticorps antinucléaires (AAN), les anticorps antimuscle lisse (ASMA), les anti- Article reçu le.. Fév. 22. Adresse de correspondance et de tirés à part : Dr. Nawal KABBAJ, 4, rue Ouled Farés, Lot. Anne-Marie, avenue Bir Kacem, Souissi, Rabat- MAROC. Tél : (212) , Fax : (212) , 28 corps antimitochondries (AMA) et les anticorps antifoie rein microsomes (anti LKM1) [1]. De plus, bien que ne correspondant pas à un véritable phénomène d autoimmunité, le lien entre le VHC et les cryoglobulinémies mixtes (CM) est actuellement bien établi [2]. Ces CM sont le plus souvent asymptomatiques et se traduisent par un tableau de vascularite à complexes immuns lorsqu elles sont sympto- Biologie & Santé vol. 2, n 1, 22

2 Hépatite C et autoimmunité matiques [2]. Par ailleurs, l interféron (INF) alpha par son action immunomodulatrice peut induire une simple production d autoanticorps ou une augmentation de leur titre. [3]. Le but de notre travail est d évaluer, d une part avant traitement par INF alpha : - la prévalence des anticorps antitissus (AAN, ASMA, AMA, antilkm1 et antitpo), - la prévalence de la cryoglobulinémie et de ses manifestations cliniques, et d autre part, d évaluer sous traitement la prévalence des dysthyroïdies en comparant les résultats avec ceux de la littérature. Matériel et méthodes Il s agit d une étude rétrospective étalée sur 8 ans _ (décembre 1991 à juin 2) concernant 17 patients porteurs d une hépatite chronique active virale C traités en monothérapie par l INF alpha sélectionnés sur 633 patients affectés par le VHC. Les critères d inclusion ont été une sérologie virale C validée par LIATEK IIIème génération, une ARN VHC présente par polymerase chain reaction (PCR), une cytolyse > 1,5 la limite supérieure de la valeur normale des alanine aminotransférases (ALAT) retrouvée sur des dosages effectués tous les 2 mois pendant au moins 6 mois avant la biopsie hépatique, un score histologique d activité > 1 et/ou un score de fibrose > 1 selon la grille Métavir (biopsie hépatique transcutanée, 18 G). Tous les patients étaient Ag Hbs négatifs, sans notion de consommation d alcool et traités par l INF alpha à la dose de 3 à 6 MU x 3/ semaine pendant 6 à 24 mois. Chez les 17 patients retenus, l âge moyen est de 53,1 ans (3-62 ans), il s agit de 66 hommes et de 41 femmes, l âge moyen présumé de la contamination est de 11,7 ans /- 5,6 mois, le mode de la contamination est dominé par la chirurgie et les actes invasifs dans 6% des cas, l ARN VHC recherchée par PCR était présente dans tous les cas, le génotype (INNO lipa HCV) recherché dans 63 cas était 1b dans 52,4%, HLA DR3 DR4 était retrouvé dans 57,9%, le recul est > 6 mois dans 12 cas et < 6 mois dans 5 cas. Tous les patients ont bénéficié systématiquement d un bilan immunologique préthérapeutique comprenant : - la recherche des AAN, des ASMA, des AMA, des antilkm1 et des anticorps antitpo, - la recherche de cryoglobulinémie et du facteur rhumatoïde en cas de positivité de la cryoglobulinémie. La technique de dosage utilisée pour les autoanticorps est pour : - les AAN : une immunofluorescence indirecte sur cellules Hep 2, le seuil de positivité est de 1/8, - les ASMA, AMA, antilkm1 : une immunofluorescence sur coupes de rein-estomac-foie de souris, le seuil de positivité est de 1/4, - les anticorps antitpo : une ELISA, le seuil de positivité est de 5 UI/ml. Quant à la cryoglobulinémie, le prélèvement se fait au laboratoire à 37 C, le dépistage se fait à 4 C pendant 7 jours, le seuil de positivité du cryocrit est de,2%, le typage de la cryoglobulinémie se fait à 37 C par immunofixation. En cas de positivité de la cryoglobulinémie, un test au Latex Waaler Rose est réalisé à la recherche du facteur rhumatoïde. Pour rechercher les manifestations cliniques de la cryoglobulinémie, tous les patients ont bénéficié d un interrogatoire minutieux, d un examen clinique et d un bilan comportant un test de shirmer, un compte d addis, une protéinurie des 24 heures et un électro-myogramme. Résultats 1- anticorps antitissus : Sur 17 patients porteurs d une hépatite chronique active virale C, nous avons 19 cas d autoanticorps soit 17,7%, il s agit de 7 AAN, 11 ASMA, 1 AMA; les antilkm1 n ont pas été retrouvés dans la série. Biologie & Santé vol. 2, n 1, 22 29

3 N. Kabbaj et al. Les anticorps antitpo sont présents dans 15 cas soit 14%. Le titre des AAN est > 1/8 et < 1/32 dans tous les cas, la fluorescence est mouchetée dans 6 cas et homogène dans 1 cas. Le titre des ASMA et AMA est > 1/4, le titre des anticorps antitpo est > 5 UI/ml. 2- cryoglobulinémie : Dans la série, une cryoglobulinémie est présente dans 58 cas soit 54,2%, le cryocrit moyen est de 3,2% (,2-14%). La cryoglobulinémie est le plus souvent asymptomatique (48 cas) mais elle est symptomatique dans 1 cas soit 17,2%. Le typage des cryoglobulinémies sympto-matiques révèle dans tous les cas un caractère mixte avec un composant monoclonal Ig M kappa (CM type II) et un facteur rhumatoïde présent. Les anticorps antitissus sont associés à la cryoglobulinémie dans 1 cas: il s agit d 1 cas d association de la cryoglobulinémie avec les AAN, d 1 cas avec les ASMA, de 5 cas avec les anticorps antitpo et d 1 cas avec les ASMA et les anti-corps antitpo. Les manifestations cliniques de la cryoglobulinémie sont dominées par les arthralgies dans 8 cas et le syndrome sec oculobuccal dans 7 cas. Un patient (n 8) présente plusieurs manifestations cliniques de la cryoglobulinémie qui sont un purpura vasculaire, un syndrome de Raynaud, une neuropathie périphérique sensitivomotrice et une glomérulonéphrite membranoproliférative (tableau I). 3- Dysthyroïdies : Aucun cas de dysthyroïdie associé au VHC avant traitement par l INF alpha n a été relevé. Par contre, sous INF alpha, 8 cas de dysthyroïdies sont apparus soit 7,4% (tableau II). L âge des patients varie de 4 à 65 ans, le sex ratio est de 1 (4H/4F), les anticorps antitpo sont positifs avant INF dans 1 seul cas et se sont positivés sous traitement dans 4 cas. La TSH est normale dans tous les cas avant INF alpha. Il s agit de 7 cas d hypothyroïdie dont 2 cas de thyroïdite biphasique (hyperthyroïdie transi-toire suivie par une hypothyroïdie) et 1 cas d hyperthyroïdie sous forme de maladie de Basedow avec une exophtalmie bilatérale et présence d anticorps antirécepteurs à la TSH. Le délai d apparition de la dysthyroïdie varie de 2 à 11 mois de traitement, la dysthyroïdie n était détectable cliniquement que dans 3 cas. L INF alpha a été arrêté dans tous les cas dès la détection des perturbations de la fonction thyroïdienne avec une surveillance clinique et biologique. Un traitement substitutif a été instauré dans 5 cas où l hypothyroïdie persistait malgré l arrêt de l INF alpha; dans 2 cas l arrêt de l INF alpha a permis une régression de l hypothyroïdie et sans obliger à une hor- Patients Myalgies Arthralgies Syndrome sec Purpura vasculaire Syndrome Raynaud Neuropathie périphérique Canal carpien Méningite GNMP Total Tableau I : manifestations cliniques des cryoglobulinémies mixtes (1 cas) 3 Biologie & Santé vol. 2, n 1, 22

4 Hépatite c et autoimmunité Patient n Age (ans) Sexe Anti TPO avant traitement sous traitement TSHus (Ul/ml) Délai (mois) Dysthyroïde clinique biologique INF arrêté Traitement Dysimmunité associée H H F F H F H F 18 2,2 4,9 1,4 5, ,4 6,5 3,7 8,1 84 2,2,9-49, ,4 > ,15, LT4 LT4 LT4 LT4 LT4 ATSIR A,6,2 AAN AAN CM ASMA ASMA CM Tableau II : INF et dysthyroïdes 8 cas/17 monothérapie substitutive. Dans le cas de la maladie de Basedow, l arrêt de l INF alpha a été définitif avec mise en route d un traitement par béta-bloquants, et anti-thyroïdiens de synthèse suivi d un traitement radical par l iode radioactif. Discussion 1- anticorps antitissus : La prévalence des autoanticorps au cours des hépatites chroniques C rapportée dans la littérature varie de 16 à 47% [1]ce qui est en accord avec nos résultats. Par ailleurs, le seuil de positivité des autoanticorps est différent selon les auteurs allant de 1/2 à 1/1 (tableau III) [1]; en ce qui nous concerne, le titre varie entre 1/4 et 1/8. La prévalence des anticorps antitissus associés au VHC est supérieure à celle des donneurs de sang qui est de 1 à 4% et comparable à celle rencontrée au cours des hépatites chroniques B et des hépatites alcooliques sauf pour les anti LKM1 qui ne se voient que dans l hépatite C [1]. La production de ces autoanticorps correspond à une réaction immunologique son spécifique d organe sans aucune conséquence physiopathologique [4], le mécanisme est soit une induction par le VHC d un antigène au niveau de l hépatocyte, soit une production d autoanticorps dirigés contre des structures de l hépatocyte présentant des analogies avec le génôme du VHC (réaction croisée) [1]. Selon plusieurs auteurs, il n y a pas de corrélation entre la présence des autoanticorps et l activité des transaminases, l ancienneté de la contamination, le degré d atteinte histopathologique de l hépatite chronique C, le génotype, l HLA et la réponse à l INF alpha [1,4]. Les hépatites C associées aux anticorps antitissus ne sont pas aggravées par l INF alpha [1]; notion retrouvée chez tous nos patients. a- AAN et ASMA : La prévalence des AAN et ASMA dans la littérature est de 5 à 2% [1] ce qui concorde avec nos résultats (S.P : 16,5%). Les AAN et ASMA représentent les marqueurs sériques des hépatites autoimmunes (HAI) de type 1 [4], leur présence au cours des hépatites chroniques C peut poser un problème diagnostique et par delà thérapeutique avec les HAI de type1. Une fluorescence mouchetée retrouvée chez 6 patients et l absence d une spécificité antiactine constituent des critères permettant le Biologie & Santé vol. 2, n 1, 22 31

5 N. Kabbaj et al. diagnostic différentiel entre hépatite C associée à des AAN et/ou ASMA et HAI de type 1 [1,5]. b- AMA : La prévalence des AMA associés à une hépatite chronique C est faible, elle est de 1% (S.P :,9%), les AMA au cours de l hépatite C peuvent être de type M2, mais leur spécificité est différente en Western Blot de celle de la cirrhose biliaire primitive [1]. c- antilkm1 : La prévalence des antilkm1 associés au VHC est rare, elle est < 5% [6], notre série n en a retrouvé aucun cas. Les antilkm1 représentent les marqueurs sériques des HAI de type 2 [4]. Des hypothèses pathogéniques concernant la production d anticorps antilkm1 lors d une infection virale C sont évoquées grâce à ces épitopes. Ainsi, l épitope linéaire principalement reconnu dans les hépatites chroniques C est différent de celui reconnu dans les HAI de type 2 [1,6]. Par ailleurs, il existe un autoanticorps plus spécifique des HAI de type 2 qui est l anticorps antiliver cytosol 1 (antilc1) [1]. d- hépatite chronique C associée à des autoanticorps et hépatites autoimmunes : L hépatite chronique C associée à des anticorps antitissus peut poser un problème diagnostique et thérapeutique avec les HAI constituées, particulièrement si le titre des autoanticorps est élevé et si les HAI sont associées à une ARN VHC positive [4]. Cette situation est rare et il existe des critères cliniques et immunologiques qui peuvent orienter le diagnostic vers l une ou l autre pathologie; il s agit de l âge jeune du patient, du sexe fréquemment féminin, du titre élevé des autoanticorps, d une spécificité différente et d une fluorescence homogène des AAN qui orientent vers le diagnostic de l HAI [4]. Dans notre série, l âge moyen des patients est > 5 ans, le sexe est fréquemment masculin, le titre des autoanticorps est faible, la spécifi-cité est différente, la fluorescence est mou-chetée et il n y a eu aucun cas d aggravation de l hépatite sous INF alpha. Cependant, dans certains cas litigieux, l examen anatomopatho-logique peut aider en montrant un piece meal necrosis et une distribution lobulaire des lésions d hépatite; par ailleurs si le doute persiste toujours entre hépatite chronique C associée à des autoanticorps et HAI avec ARN VHC positive, une corticothérapie première s impose [4]. 2- Cryoglobulinémie : Les cryoglobulinémies sont des vascularites systémiques par dépôts d immuns complexes qui touchent les vaisseaux de petit calibre [2,7]. 1 er auteur, année, cas AAN ASMA AntiLKM1 Saracco, 199 (6) 12 (>1/2) 2 (>1/2) 3 (>1/2) Abruaf, 1993 (272) 1 (>1/2) 18 (>1/2) 5 (>1/4) Borotto, 1993 (97) 21 (>1/5) 19 (>1/5) 6 (>1/5) Rolachon, 1993 (93) 15 (>1/1) 15 (>1/1) 1,2 (>1/1) Krawitt, 1993 (136) 12 (>1/4) 4 (>1/8) NF Mac Farlane,1994 (16) 18 (>1/4) 6 (>1/4) AMA NF Pawlotsky,1993 ( ) 21 (>1/4) 21 (>1/4) 5 (>1/4) Benaïssa, 2 (17) 6,5 (>1/8) 1,2 (>1/4),9 (>1/4) Tableau III : Prévalence (%) des anticorps antitissus au cours des hépatites chroniques C 32 Biologie & Santé vol. 2, n 1, 22

6 Hépatite c et autoimmunité Il s agit d immunoglobulines (Ig) qui ont, par définition, la propriété de précipiter à une température < 37 C [7]. On distingue d après la classification de Brouet et coll. Les Ig monoclonales (type I) qui sont en rapport avec une hémopathie lymphoïde (leucémie lymphoïde chronique, myélome, lymphome non hodgkinien, maladie de waldenström) et les cryoglobulinémies mixtes, composées de plusieurs Ig dont l une d elles agit comme un facteur rhumatoïde et qui peut être soit monoclonale (type II) soit polyclonale (type III) [7,8]. Le lien épidémiologique fort est établi depuis 199 entre l infection chronique par le VHC et les cryoglobulinémies mixtes jusque là appelées cryoglobulinémies "essentielles" [7,9]. La prévalence des cryoglobulinémies associées au VHC est de 3 à 5% [1] (S.P : 54,2%). La triade classique des cryoglobulinémies associe asthénie, arthralgies et purpura vasculaire [2]. Les cryoglobulinémies sont très rarement cliniquement symptomatiques [11] (S.P : 17,4%), elles traduisent une vascularite multisystémique (tableau IV)[11].Les manifestations cliniques de la cryoglobulinémie peuvent être graves à type de glomérulo-néphrite membranoproliférative (GNMP) dont nous avons relevé 1 cas où l atteinte neurologique centrale sous forme d accident vasculaire cérébral pouvait mettre en jeu le pronostic vital [11,12]. Le traitement par l INF alpha a une efficacité certaine sur la cryoglobulinémie et ses manifestations cliniques à l exception peutêtre des neuropathies périphériques [13], l association d INF alpha et de ribavirine semble plus efficace [1,14]. 3- Dysthyroïdies : Chez les malades atteints d hépatite chronique C, la prévalence des anticorps antimicrosomes est de 1% [15] (en dehors de tout traitement par l INF alpha). Cette prévalence ne diffère pas de celle retrouvée dans la population générale (7 à 1%) [15] ; dans notre série, nous avons trouvé une prévalence des anticorps antitpo de 14%. Il n y a pas de lien entre le VHC et les dysthyroïdies [16], par contre la prévalence des dysthyroïdies sous INF alpha varie selon les auteurs de 5 à 12% [17,18], ce qui concorde avec nos résultats. La dysthy- Manifestations cutanées Manifestations rhumatologiques Purpura vasculaire, ulcères de jambe, nécrose des extrêmités, syndrome de raynaud, livédo, urticaire, nodules infiltrés Polyarthralgies, polyarthrite, myalgies Manifestations rénales GNMP, HTA Signes généraux Manifestations neurologiques Manifestations digestives Atteinte cardiaque Syndrome sec Atteinte du système nerveux central Manifestations biologiques Asthénie, fièvre prolongée Neuropathie sensitivo-motrice prédominant aux membres inférieurs, mono ou multinévrite Douleurs abdominales (ischémie mésentérique) Myocardiopathie ischémique, péricardite Xérostomie, xérophtalmie (pas d autoanticorps) Syndrome d hyperviscosité sanguine, coma, déficit focal, épilepsie Baisse du CH5 et de la fraction C4 (ou C3), facteur rhumatoïde Tableau IV : Principales manifestations cliniques des cryogobulinémies Biologie & Santé vol. 2, n 1, 22 33

7 N. Kabbaj et al. 1- Lunel F. Hépatite C et anomalies immunologiques. Gastroenterol Clin Biol 1994, 18: Cacoub P. Manifestations extrahépatiques associées au virus de l hépatite C. Med Mal Infect 2 ; 3 suppl 1 : Papo T, Marcellin P, Bernuau J, Durand F, Poynard T, Benhamou JP. Autoimmune chronic hepatitis exacerbated by alpha interferon. Ann Int Med 1992; 116: Tran A. Virus de l hépatite C et autoimmunité: un lien qui reste à établir. Gastroenterol Clin Biol 1994 ; 18 : Borotto E, lunel F, Valla D, Abuaf N, Perrin M, Bousquet JC et al. Prévalence et signification des anticorps antiorganites non spécifiques du foie au cours des hépatites chroniques virales C. Gastroenterol Clin Biol 1994 ; 18 : Duclos-Vallée JC, Yamamoto AM, Arotcarena R, Pariente A. Hépatite chronique C avec anticorps antilkm1. Hépato- Gastro 2 ; 3 (7), Cohen P. Les manifestations extrahépatiques du virus de l hépatite C. Press Med 2 ; 29 : Brouet JC, Clauvel JP, Danon N, Klein M, Seligmann M. Biologic and clinical significance of cryoglobulins : a report of 86 patients. Am J Med 1974 ; 57 : Pascual M, Perrin L, Giostra E, Schifferli JA. Hepatitis C virus in patients with cryoroïdie est d autant plus fréquente (6%) que les antitpo sont initialement présents, alors qu en leur absence, le risque de dysthyroïdie sous INF alpha est faible, de 3,6% [19]. L hypothyroïdie induite par l INF alpha représente la dysthyroïdie la plus fréquente avec une prévalence de 7,3% [2], l hyperthyroïdie est rare, sa prévalence est de 4,4% [2], quant à la maladie de Basedow, elle est rarissime : 8 cas sont décrits dans le monde [21]. Le délai d apparition de la dysthyroïdie varie de 6 semaines à 12 mois de traitement et peut se voir même après arrêt de l INF alpha [22,23,24]. Le mécanisme le plus souvent évoqué est autoimmun attesté par l augmentation du titre des anticorps antitpo sous INF alpha et l apparition des anticorps antitrab [25]. Le 2ème mécanisme évoqué est celui de la toxicité directe de l INF alpha étant donné l apparition de dysthyroïdies sous INF alpha malgré l absence des anticorps antitpo. Les thyréopathies induites par l INF alpha nécessitent sous traitement une surveillance clinique et biologique par une TSHus tous les 2 mois. En cas de dysthyroïdie, l arrêt de l INF alpha s impose dans les cas d hypothyroïdie sévère et de thyrotoxicose avec mise en route d un traitement spécifique, dans les cas d hypothyroïdie modérée, l adjonction d une hormonothérapie substitutive est nécessaire tout en maintenant l interféronthérapie [24]. Conclusion La prévalence des autoanticorps est élevée en matière d hépatite chronique C mais à titre faible et sans signification pathologique. Le diagnostic différentiel se pose avec les HAI avec ARN VHC positive impliquant un problème thérapeutique majeur. Quant aux cryoglobulinémies mixtes, elles sont fréquemment associées au VHC, le plus souvent asymptomatiques mais lorsqu elles sont symptomatiques, elles peuvent être graves mettant en jeu le pronostic vital par l atteinte rénale glomérulaire et/ou neurologique centrale. Le risque de survenue de dysthyroïdie sous INF alpha, particulièrement si les anticorps antitpo sont initialement présents, implique une surveillance clinique et biologique par une TSHus tous les 2 mois et ce, même après arrêt de l INF alpha. Références 34 Biologie & Santé vol. 2, n 1, 22

8 Hépatite c et autoimmunité globulinemia type II. J Infect Dis 199; 162: Lunel F. Que dire, que faire devant une cryoglobulinémie? Hépato-Gastro 1999 ; 6: Cohen P. Les cryoglobulinémies liées aux virus de l hépatite B et C. Path Biol 1999; 47 (3) : Gorevic PD, Kassab HJ, Levo Y, Kohn R, Meltzer M, Prose P, Franklin EC. Mixed cryoglobulinemia : clinical aspects and long term follow up of 4 patients. Am J Med 198; 69: Lidove O, Cacoub P, Hausfater P, Wechsler B, Frances C, Leger JM, Piette JC. Cryoglobulinémies et hépatite C: aggravation de la neuropathie périphérique après prise d interféron alpha. Gastro-enterol Clin Biol 1999; 23: Zuckerman E, Slobodin G, Tamir A et al. Treatment of refractory symptomatic HCV related mixed cryoglobulinemia with ribavirin and interferon alpha. Hepatology 1998; 284: Broussard JF, Tran A, Benzaken S, Quaranta JF, Fredenrich A, Dreyfus G, Rampal P. Autoanticorps antithyroïdiens au cours de l hépatite C. Evolution de la fonction thyroïdienne sous traitement chez 4 malades. Press Med 1995; 24 (35) : Blot E, Kerleau JM, Levesque H, Heron F, Menard JF, Buffet-Janvresse C, Boureille J, Courtois H. Les dysthyroïdies autoimmunes liées au virus C existent-elles? Réflexions à propos d une étude contrôlée de 58 sujets consécutifs. Rev Med Int 1999; 2 : Marcellin P, Pouteau M, Messian O, Bok B, Erlinger S, Benhamou JP. Virus de l hépatite C, interferon alpha et dysthyroïdie. Gastroenterol Clin Biol 1993, 17 : Mekkakia- Benhabib C, Marcellin P, Colas- Linhart N, Castelnare C, Buyek D, Erlinger S et al. Histoire naturelle des dysthyroïdies survenant sous interféron dans le traitement des hépatites chroniques C. Ann End 1996 ; 57 : Watanabe U, Hashimoto E, Hisamitsu T, Obata H, Hayashi N. The risk factor for development of thyroid disease during interferon alpha therapy for chronic hepatitis C. Am J Gastroenterology 1994; 3: Roti E, Minelli R, Guiberti T, Marchelli S, Schianchi C, Gardini E et al. Multiples changes in thyroid function in patients with chronic active HCV hepatitis treated with recombinant interferon alpha. Am J Med 1996; 11: Wada M, Hiraizumi W, Kinagasa A, Shintani S, Sawadi K, Shimoyama T, Suihiro M et al. Occurence of Grave s disease during retreatment with interferon alpha 2a for chronic hepatitis C. Int Medicine 1995; 11 (34): Baudin E, Marcellin P, Pouteau M, Colas- Linhart N, Le Floch JP, Lemmonier C et al. Reversibility of thyroid dysfunction induced by recombinant alpha interferon in chronic hepatitis C. Clin Endocrinology 1993; 39: Eugène C, Tennenbaum R, Anciaux ML, Quevauvilliers J, Bergue A. Dysthyroïdies autoimmunes induites par l interféron alpha chez 2 femmes atteintes d hépatite chronique non A non B. Gastroenterol Clin Biol 1993 ; 17 : Lisker- Melmann M, Di Biscelglie AM, Usula SJ, Weirrtraub B, Murray LM, Hoofnagle JH. Development of thyroid disease during therapy of chronic viral hepatitis with interferon alpha. Gastroenterology 1992; 12: Dupont J, Orgiazzi J, Burger A. Maladies autoimmunes et traitement par l interféron alpha: revue de la littérature à propos d un cas d hyperthyroïdie. Rev Med Int 1993 ; 14 : Biologie & Santé vol. 2, n 1, 22 35

MANIFESTATIONS SYSTEMIQUES DES INFECTIONS PAR LE VIRUS DE L HEPATITE C Dr. Fatma BOUSSEMA, Dr Lilia ROKBANI

MANIFESTATIONS SYSTEMIQUES DES INFECTIONS PAR LE VIRUS DE L HEPATITE C Dr. Fatma BOUSSEMA, Dr Lilia ROKBANI MANIFESTATIONS SYSTEMIQUES DES INFECTIONS PAR LE VIRUS DE L HEPATITE C Dr. Fatma BOUSSEMA, Dr Lilia ROKBANI Le virus C est associé à des manifestations extra-hépatiques d origine immunologique. Certaines

Plus en détail

Maladies auto-immunes du foie

Maladies auto-immunes du foie Maladies auto-immunes du foie Ouvrage réalisé sous la direction du Docteur Bach-Nga PHAM Ce cahier de formation est dédié à Annie, Catherine, Geneviève, Myrtha, Ouiza, Patricia et Régine 3 SOMMAIRE CHAPITRE

Plus en détail

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012 Surveillance des patients VHC non traités Julia ATTALI 15/12/2012 Patients non traités Absence d indication au traitement: patients F0/F1 Echec traitement Contre-indication au traitement Refus du patient

Plus en détail

Anticorps anti F-actine d isotype IgG dans l hépatite auto-immune type 1 : Fréquence et intérêt diagnostique

Anticorps anti F-actine d isotype IgG dans l hépatite auto-immune type 1 : Fréquence et intérêt diagnostique XXVIe journées nationales d'hépato Gastroentérologie Anticorps anti F-actine d isotype IgG dans l hépatite auto-immune type 1 : Fréquence et intérêt diagnostique Benrokia K 1, Djidjik R 1, Tahiat A 1,

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM)

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) Professeur Emmanuel Andrès, Service de Médecine Interne, Diabète et Maladies Métaboliques, Clinique Médicale B, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Plus en détail

Diagnostic des hépatites autoimmunes. Constance BERTHAULT 10/02/2012

Diagnostic des hépatites autoimmunes. Constance BERTHAULT 10/02/2012 Diagnostic des hépatites autoimmunes Constance BERTHAULT 10/02/2012 Les Hépatites auto immunes 0,1 à 0,2 pour 100 000 personnes (pays occidentaux) Cause indéterminée Manifestations complexes è Le diagnostic

Plus en détail

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques Hépatites Auto-Immunes Critères et Scores Diagnostiques Olivier CHAZOUILLERES Service d Hépatologie Centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires Paris Saint Antoine HAI: Modes de

Plus en détail

Atteintes hépatiques de la polyarthrite rhumatoïde

Atteintes hépatiques de la polyarthrite rhumatoïde Chapitre 2 Atteintes hépatiques de la polyarthrite rhumatoïde G. Falgarone, P. Nahon, M.-C. Boissier Résumé Le foie n'est pas habituellement le siège d'atteintes spécifiques lors de la polyarthrite rhumatoïde

Plus en détail

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Pathogène Réponse spécifique - Adaptée - Mémoire Complément Macrophages NK Lymphocytes B Lymphocytes T 1) Distinguer "le soi" du "non soi" 2) Réarrangements

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé!

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Dosage pondéral des Ig! é à â à é é é é é é â é Electrophorèse des protides (1) " Explorent : 1) Inflammation 2) Immunoglobulines 3) Foie

Plus en détail

Hépatites virales. Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques. Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba

Hépatites virales. Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques. Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba Hépatites virales Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba Journées de Biologie Clinique Necker Institut Pasteur 2010 Mercredi 20 janvier 20 Difficultés

Plus en détail

Attitudes thérapeutiques au cours des vascularites

Attitudes thérapeutiques au cours des vascularites Attitudes thérapeutiques au cours des vascularites Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Centre de Référence Maladies Systémiques et Autoimmunes Hôpital Cochin Université Paris Descartes Classification

Plus en détail

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie Compte rendu d hospitalisation hépatite C À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS HOPITAL DU BON SECOURS Service d HEPATHOLOGIE du Professeur

Plus en détail

LES AUTO-ANTICORPS. Dr Modeste KOUMOUVI (Rhumatologie) Dr Catherine PAULIN (Labo Biologie) CHG Gayraud Carcassonne

LES AUTO-ANTICORPS. Dr Modeste KOUMOUVI (Rhumatologie) Dr Catherine PAULIN (Labo Biologie) CHG Gayraud Carcassonne LES AUTO-ANTICORPS Dr Modeste KOUMOUVI (Rhumatologie) Dr Catherine PAULIN (Labo Biologie) CHG Gayraud Carcassonne Maladie auto-immune : définition Auto-agressivité du système immunitaire vis à vis de ses

Plus en détail

PTT et maladies auto-immunes

PTT et maladies auto-immunes PTT et maladies auto-immunes Réunion CNR MAT 18/10/2013 CNR MAT, Hôpital Saint Antoine Mélanie Roriz¹, Mickael Landais², Jonathan Desprez³ ¹ Service de Néphrologie, CHU de Tours, ² Service de Médecine

Plus en détail

Maladies auto-immunes

Maladies auto-immunes Perturbation des mécanismes de sélection des lymphocytes 1 Perturbation des mécanismes d apoptose Maladies auto-immunes Anomalie de la régulation du système immunitaire Réseau des cytokines Réseau idiotypique

Plus en détail

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann Borréliose de Lyme Borrelia burgdorferi stricto sensu, B. afzelii, B. garinii, B. spielmanii, B. valaisiana Eléments de physiopathologie inoculation

Plus en détail

SURINFECTION VIRALE AU COURS DES MICI. Seminaire de DES Gastro-entérologie Marine BESNARD

SURINFECTION VIRALE AU COURS DES MICI. Seminaire de DES Gastro-entérologie Marine BESNARD SURINFECTION VIRALE AU COURS DES MICI Seminaire de DES Gastro-entérologie Marine BESNARD INTRODUCTION o Utilisation croissante des immunomodulateurs dans les MICI o Nombreuses infections opportunistes

Plus en détail

AUTO-ANTICORPS ET HEPATITE AUTOIMMUNE Mise au point 2013

AUTO-ANTICORPS ET HEPATITE AUTOIMMUNE Mise au point 2013 AUTO-ANTICORPS ET HEPATITE AUTOIMMUNE Mise au point 2013 Catherine Johanet Unité d Immunologie, CHU Saint-Antoine, Paris 4 ème réunion des centres de compétence des maladies inflammatoires des voies biliaires

Plus en détail

HÉPATITE AUTO-IMMUNE

HÉPATITE AUTO-IMMUNE HÉPATITE AUTO-IMMUNE (HAI) Les recommandations EASL* de 2015 * European Association of Study of Liver disease, J Hepatol 2015, 63 : 971-1004. Claude EUGENE 1 L HAI, qu est-ce que c est? Une maladie hépatique

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique C Juillet 2015 ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE N 6 HÉPATITE CHRONIQUE C Ce document est

Plus en détail

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux!

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Mathieu Royer CCA Service de rhumatologie Rappel Albumine : 60% des protéines circulantes α1 : orosomucoïde, α1anti trypsine α 2 : haptoglobine,

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

Glomérulopathies : Aspects physiopathologiques & thérapeutiques Séminaire national de Néphrologie Gressy, Juin 2010. Cryoglobuline

Glomérulopathies : Aspects physiopathologiques & thérapeutiques Séminaire national de Néphrologie Gressy, Juin 2010. Cryoglobuline Glomérulopathies : Aspects physiopathologiques & thérapeutiques Séminaire national de Néphrologie Gressy, Juin 2010 Cryoglobuline Dominique Chauveau Néphrologie & Immunologie clinique CHU Rangueil Toulouse

Plus en détail

Cordarone et Thyroïde par François Boustani

Cordarone et Thyroïde par François Boustani Physiologie de la thyroïde : l hormonosynthèse thyroïdienne se fait à partir de l iode essentiellement d origine digestive et de la thyroglobuline qui est une protéine synthétisée par la thyroïde à partir

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE * Groupe médico-chirurgical 25 avenue Jean MEDECIN 0600 NICE FREDERIC BRACCINI L attitude à adopter devant la découverte d un nodule thyroïdien revient

Plus en détail

Troubles fonctionnels intestinaux : jusqu où aller dans les explorations? Séminaire de DES Mai 2008 Damien Carmona

Troubles fonctionnels intestinaux : jusqu où aller dans les explorations? Séminaire de DES Mai 2008 Damien Carmona Troubles fonctionnels intestinaux : jusqu où aller dans les explorations? Séminaire de DES Mai 2008 Damien Carmona Rappels : troubles fonctionnels intestinaux Score diagnostique : les critères de Rome

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

Christian TREPO, MD, PhD

Christian TREPO, MD, PhD PEG INTERFERON MONOTHERAPI E Christian TREPO, MD, PhD Unmet medical needs in chronic HBV infection Inhibition of viral replication Normalisation of ALT Improvement in liver necroinflammation Improvement

Plus en détail

AUTO-IMMUNITE EN HEPATOLOGIE

AUTO-IMMUNITE EN HEPATOLOGIE AUTO-IMMUNITE EN HEPATOLOGIE Catherine JOHANET Unité d Immunologie, CHU Saint-Antoine, Paris MALADIES AUTO- IMMUNES DU FOIE MAI affections ou les lésions des organes cibles résultent du déclenchement d

Plus en détail

Collection 24 heures / Pôle : Appareil locomoteur

Collection 24 heures / Pôle : Appareil locomoteur Dossier N 9 Mme L, âgée de 58 ans, consulte en raison de douleurs inflammatoires touchant principalement les mains, les poignets et les chevilles, évoluant depuis 8 mois et résistant aux traitements antalgiques

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Contexte Hépatite B = risque professionnel pour les soignants Passé futur

Plus en détail

Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs

Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs S Chevaliez 1,2, L Poiteau 1,2, I Rosa 3, A Soulier 1,2, F Roudot- Thoraval 2,4, C Hézode

Plus en détail

LES VIROSES GRAVES. JP STAHL Infectiologie CHU de Grenoble

LES VIROSES GRAVES. JP STAHL Infectiologie CHU de Grenoble LES VIROSES GRAVES JP STAHL Infectiologie CHU de Grenoble Une histoire clinique Jeune homme de 16 ans Angine érythémateuse, survenue brutale Adénopathies cervicales et sousmentonnières, non douloureuses,

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Purpura thrombopénique idiopathique

Purpura thrombopénique idiopathique Purpura thrombopénique idiopathique I. Définition Le purpura thrombopénique idiopathique (PTI) ou purpura thrombopénique auto-immun est caractérisé par une diminution du chiffre des plaquettes circulantes

Plus en détail

HépatiteC n 5. onseil. Comprendre mes analyses biologiques

HépatiteC n 5. onseil. Comprendre mes analyses biologiques HépatiteC n 5 onseil Ma maladie traitement Ma vie sociale Mon Comprendre mes analyses biologiques Sommaire ( 1 2 Au vu de mes dernières analyses de sang successives, mon médecin m annonce que je suis porteur

Plus en détail

La voie de l autophagie est altérée in vivo, dans le foie de malades atteints

La voie de l autophagie est altérée in vivo, dans le foie de malades atteints La voie de l autophagie est altérée in vivo, dans le foie de malades atteints d hépatite C Pierre-Emmanuel RAUTOU, Dominique CAZALS-HATEM, Gérard FELDMANN, Tarik ASSELAH, Alain GRODET, Abdel MANSOURI,

Plus en détail

Virus de l hépatite B et marqueurs

Virus de l hépatite B et marqueurs Virus de l hépatite B et marqueurs Le virus de l hépatite B (VHB) Virus VHB: Hepadnavirus,, ADN enveloppé. Modes de transmission principaux: Parentérale Nosocomiale Toxicomanie intraveineuse Sexuelle Mère-enfant

Plus en détail

Hépatopathies et triple substrat (IFI sur estomac, foie et rein de rat)

Hépatopathies et triple substrat (IFI sur estomac, foie et rein de rat) Hépatopathies et triple substrat (IFI sur estomac, foie et rein de rat) Hépatites auto-immunes = 5% des hépatites Hépatite chronique active auto-immune de type I Femme (80%) Pic de fréquence = "10-20"

Plus en détail

Dysthyroïdies et grossesse

Dysthyroïdies et grossesse Dysthyroïdies et grossesse C.Chatelet-Cheront Observation Clinique Mme B. 3ème geste, 30 ans. Pas antc. M-CH-F. 2 gr antérieures: RAS. DDR = 27/03/2011 14/05: 9 SA vomissements +++ CAT? B.S: TSH = 0,02,

Plus en détail

Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C

Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C E. Estrabaud 1, I. Bièche 2, M. Lapalus 1, S. de Muynck 1, M.

Plus en détail

CLASSIFICATION ET DIAGNOSTIC DES VASCULARITES SYSTEMIQUES Loïc Guillevin Hôpital Cochin, Paris

CLASSIFICATION ET DIAGNOSTIC DES VASCULARITES SYSTEMIQUES Loïc Guillevin Hôpital Cochin, Paris CLASSIFICATION ET DIAGNOSTIC DES VASCULARITES SYSTEMIQUES Loïc Guillevin Hôpital Cochin, Paris Fibrinoid necrosis (media) Inflammation Thrombosis CLASSIFICATION CLASSIFICATION DES VASCULARITES NECROSANTES

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES

Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES Service d Hépatologie Centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires Paris Saint Antoine HAI - Prise en

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PATIENTE antigène HBs + PENDANT LA GROSSESSE

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PATIENTE antigène HBs + PENDANT LA GROSSESSE Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay Tel : 01 39 43 12 04 Web : www.nat78.com email: cpav@medical78.com CONDUITE

Plus en détail

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Quel est le plus fréquent des rhumatismes inflammatoires? Quelle

Plus en détail

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Objectifs 1. Connaître pour chaque virus des hépatites la cinétique des marqueurs virologiques

Plus en détail

LES ANTICORPS ANTI-ANTIGENES SOLUBLES DU FOIE (anti-sla)

LES ANTICORPS ANTI-ANTIGENES SOLUBLES DU FOIE (anti-sla) LES ANTICORPS ANTI-ANTIGENES SOLUBLES DU FOIE (anti-sla) 18 ième journée de biologie de Marseille, 27 ième colloque IBS-Corata Septembre 2010 Catherine JOHANET Unité d Immunologie, CHU Saint-Antoine, Paris

Plus en détail

Les diabètes «atypiques»

Les diabètes «atypiques» 6 ème Congrès de la SMGT 13 décembre 2014 Les diabètes «atypiques» Emna Haouat Endocrinologue-AHU Institut National de Nutrition Introduction et intérêt du sujet Diabètes = états d hyperglycémie chronique

Plus en détail

Sérologie Maladie de Lyme

Sérologie Maladie de Lyme MÉMENTO DU Sérologie Maladie de Lyme DEFINITION BIOLOGISTE La maladie de Lyme est une anthropozoonose, transmise par piqûre de tiques femelles du genre Ixodes, due à un spirochète, Borrelia burgdorferi.

Plus en détail

COMMENT PRENDRE EN CHARGE LES PATIENTS

COMMENT PRENDRE EN CHARGE LES PATIENTS COMMENT PRENDRE EN CHARGE LES PATIENTS ATTEINTS D HÉPATITE DHÉPATITE C Mr Figo a 45 ans ;il est marié et a deux enfants de 18 et 14ans. Il travaille comme cadre dans une entreprise pétrolière et effectue

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé

Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé Capacité de gérontologie clinique Vendredi 6 mai 2011 Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé Dr H Gil Praticien Hospitalier Centre de Compétences des maladies systémiques et auto-immunes rares de

Plus en détail

EXPLORATIONS BIOLOGIQUES THYROÏDIENNES

EXPLORATIONS BIOLOGIQUES THYROÏDIENNES EXPLORATIONS BIOLOGIQUES THYROÏDIENNES Etienne Mollet 1 RAPPEL PHYSIOLOGIQUE Les HT sont synthétisées dans les vésicules thyroïdiennes à partir d un acide aminé (la tyrosine) et d atomes d iode en nombre

Plus en détail

UN CAS DE GLOMÉRULOPATHIE À C3 TRAITÉ PAR ECULIZUMAB

UN CAS DE GLOMÉRULOPATHIE À C3 TRAITÉ PAR ECULIZUMAB UN CAS DE GLOMÉRULOPATHIE À C3 TRAITÉ PAR ECULIZUMAB Alexis Payette SQN le 9 mai 2014 Conflits d intérêt Aucuns 1 Glomérulopathie à C3 Caractérisée par la présence de dépôts prédominants de C3 en immunofluorescence

Plus en détail

Highlight sur les Hépatopathies Auto-immunes

Highlight sur les Hépatopathies Auto-immunes Formation Continue Hépatites 29 novembre 2007 Highlight sur les Hépatopathies Auto-immunes «La Cirrhose Biliaire Primitive» Caractéristiques Épidémiologie Histologie Pathophysiologie Traitement Situation

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

Hépatite auto-immune: étude multicentrique* de 29 cas

Hépatite auto-immune: étude multicentrique* de 29 cas Hépatite auto-immune: étude multicentrique* de 29 cas EL Ouni A 1, Larbi T 1, Abdallah M 1, Harmel A 1, Bahri F 2, Ben Jazia I 2, Bouslama K 1, Hamzaoui S 1, M rad S 1. 1-Service de médecine interne, CHU

Plus en détail

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale Conduite à tenir devant

Plus en détail

Maladies Autoimmunes du foie

Maladies Autoimmunes du foie Maladies Autoimmunes du foie Pr Jean- Dominique de Korwin Département de Médecine interne CHU Nancy- Hôpitaux de Brabois- BPC Université de Lorraine AMMPU Faulquemont, Saint- Avold 17-09- 2014 Maladies

Plus en détail

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant Sites métastatiques m inhabituels chez l'enfant S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de redio-pédiatrie, diatrie, hôpital d enfants, CHU IBN SINA, RABAT, MAROC Introduction Les cancers de l enfant l sont des

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

HEPATITES VIRALES. Dr charaoui Service maladies infectieuses Chu cne

HEPATITES VIRALES. Dr charaoui Service maladies infectieuses Chu cne HEPATITES VIRALES Dr charaoui Service maladies infectieuses Chu cne INTRODUCTION Infections systemiques atteignant preferentiellement le foie Lesions inflammatoires et alterations hepatocytaires 5 virus

Plus en détail

Particularités du syndrome de chevauchement CBP/HAI: étude multicentrique de 13 cas

Particularités du syndrome de chevauchement CBP/HAI: étude multicentrique de 13 cas Particularités du syndrome de chevauchement CBP/HAI: étude multicentrique de 13 cas EL Ouni A 1, Larbi T 1, Abdallah M 1, Harmel A 1, Bahri F 2, Ben Jazia I 2, Bouslama K 1, Hamzaoui S 1, M rad S 1. 1-Service

Plus en détail

Traitement de l hépatite C: données récentes

Traitement de l hépatite C: données récentes Traitement de l hépatite C: données récentes J.-P. BRONOWICKI (Vandœuvre-lès-Nancy) Tirés à part : Jean-Pierre Bronowicki Service d Hépatogastroentérologie, CHU de Nancy, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy. Le

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite Chronique C Mai 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication 2 avenue du Stade de France F 93218

Plus en détail

ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE

ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro-Entérologue CHG Haguenau Dr Pierre OSWALD Radiologie CHG Haguenau MESSAGE SONORE DU DR BERNARD WILLEMIN NOUS EXPLIQUANT QUELS

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003 SRAS: Aspects virologiques et prévention Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis Introduction ti SRAS = Syndrome Respiratoire Aigu Sévère = Pneumonie atypique sévère 1

Plus en détail

Pathologies cutanées liées au froid. Dr Claire Lecomte Médecine Interne et Maladies Infectieuses CH Chambéry

Pathologies cutanées liées au froid. Dr Claire Lecomte Médecine Interne et Maladies Infectieuses CH Chambéry Pathologies cutanées liées au froid Dr Claire Lecomte Médecine Interne et Maladies Infectieuses CH Chambéry Chamonix 5 septembre 2009 Multiples pathologies de gravité et d étiologie variables Pathologies

Plus en détail

Place des tests non-invasifs de fibrose dans la prise en charge des hépatopathies

Place des tests non-invasifs de fibrose dans la prise en charge des hépatopathies Place des tests non-invasifs de fibrose dans la prise en charge des hépatopathies Victor de Lédinghen CHU Bordeaux Paris 15 Octobre 2010 Intérêt des marqueurs de fibrose Bilan de gravité d une maladie

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Anticorps anti-tissus non spécifiques d organe (anticorps anti-mitochondries de type M2) Immuno-pathologie 04ATI2 Janvier 2005

Plus en détail

Hypothyroïdie du nouveau-né et de l enfant

Hypothyroïdie du nouveau-né et de l enfant Hypothyroïdie du nouveau-né et de l enfant Journée DES Décembre 2010 Docteur Frédérique TIXIER Service endocrinologie et diabétologie pédiatriques Hôpital Femme Mère Enfant Lyon Bron HYPOTHYROÏDIE CONGENITALE

Plus en détail

Quelle stratégie diagnostique adopter face à des anticorps anti-nucléaires positifs en 2012? L.Bouillet C.Dumestre-Pérard

Quelle stratégie diagnostique adopter face à des anticorps anti-nucléaires positifs en 2012? L.Bouillet C.Dumestre-Pérard Quelle stratégie diagnostique adopter face à des anticorps anti-nucléaires positifs en 2012? L.Bouillet C.Dumestre-Pérard Plan Qu est ce qu un anticorps anti-nucléaires (ACAN)? Comment rechercher les ACAN?

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Asthénie, ictère d aggravation progressive depuis 2014, prurit, quelques angiomes stellaires

Asthénie, ictère d aggravation progressive depuis 2014, prurit, quelques angiomes stellaires Patiente de 43 ans ATCD : tabagisme sevré 2003, G3P2 Asthénie, ictère d aggravation progressive depuis 2014, prurit, quelques angiomes stellaires Biologie : Cytolyse, cholestase ALAT, ASAT 80, GGT 107,

Plus en détail

Virus de l hépatite B

Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Persistance de l antigène HBs 10% - 90% Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B faible ou absente Persistance

Plus en détail

Feuille de résultats : QUAL IMMUN 5 Campagne 2015 - Numéro de contrôle : 152

Feuille de résultats : QUAL IMMUN 5 Campagne 2015 - Numéro de contrôle : 152 : Campagne 2015 - Centre Toulousain pour le Contrôle de qualité en Biologie clinique Association déclarée à la Préfecture de la Haute-Garonne le 30 Octobre 1973 et enregistrée sous le n W313002633 CTCB

Plus en détail

RECHERCHE D ANTICORPS ANTI-PROTÉINES

RECHERCHE D ANTICORPS ANTI-PROTÉINES RECHERCHE D ANTICORPS ANTI-PROTÉINES CITRULLINÉES LES ANTICORPS ANTI-KÉRATINE () Classement NABM : chapitre 8 Immunologie code : 1464 LES ANTICORPS ANTI-PEPTIDES CYCLIQUES CITRULLINÉS () Classement NABM

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 décembre 2008 VIRAFERONPEG 50 µg/ 0.5 ml, poudre et solvant pour solution injectable B/1 : code CIP 355 189.3 B/4 : code CIP 355 191.8 VIRAFERONPEG, stylo pré-rempli

Plus en détail

Faut-il toujours faire un bilan endoscopique? Dr JM Rouillon -Service Gastro Polyclinique Montréal

Faut-il toujours faire un bilan endoscopique? Dr JM Rouillon -Service Gastro Polyclinique Montréal SOFOMEC - Jeudi 17 mars 2011 1 Faut-il toujours faire un bilan endoscopique? Dr JM Rouillon -Service Gastro Polyclinique Montréal OUI!... Puisque Sine materia... En fait : NON But de cette présentation

Plus en détail

Hépatite chronique C à transaminases normales

Hépatite chronique C à transaminases normales Hépatite chronique C à transaminases normales Philippe Sogni Service d Hépato-gastroentérologie, Hôpital Cochin et Faculté de Médecine Cochin Port-Royal (Université Paris 5) Au cours du suivi d une hépatite

Plus en détail

Sémiologie médicale Endocrinologie Glande thyroïde. Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud- Charles Mérieux Pr Christiane Broussolle

Sémiologie médicale Endocrinologie Glande thyroïde. Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud- Charles Mérieux Pr Christiane Broussolle Sémiologie médicale Endocrinologie Glande thyroïde Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud- Charles Mérieux Pr Christiane Broussolle Goitres, nodules Hypothyroïdies Hyperthyroïdies Goitres Goîtres

Plus en détail

LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET

LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET A Historique L analyse rétrospective de foyers épidémiques d hépatite aiguë non A, non B en Inde laisse supposer l existence d un autre type d hépatite virale. Le virus

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde et biologie

Polyarthrite rhumatoïde et biologie Polyarthrite rhumatoïde et biologie Le point de vue de l'immunologiste Sylvain Laboratoire d'immunologie, sdubucquoi@univ univ-lille2. -lille2.fr FR et PR Définition Auto-anticorps anti-fragment Fc des

Plus en détail

DIAGNOSTIC D UNE MALADIE DE WILSON

DIAGNOSTIC D UNE MALADIE DE WILSON DIAGNOSTIC D UNE MALADIE DE WILSON ATP7B S. BARGE 11/12/2009 INTRODUCTION Syndrome «hépato-lenticulaire» Maladie génétique RARE Accumulation toxique tissulaire de cuivre libre Transmission autosomique

Plus en détail

Observation. Pr Badre. Service d Hépato-Gastro-Entérologie CHU Ibn Rochd - Casablanca

Observation. Pr Badre. Service d Hépato-Gastro-Entérologie CHU Ibn Rochd - Casablanca Observation Pr Badre Service d Hépato-Gastro-Entérologie CHU Ibn Rochd - Casablanca Observation Mr T.A. 64 ans (DDN : 01/01/1949) Opéré pour fistule anale en 1994 Diabète type 2 sous ADO En 2009 lors d

Plus en détail

Les tests thyroïdiens

Les tests thyroïdiens Les tests thyroïdiens Mise à jour de juin 2007 par S. Fatio Réf: les images et les graphiques sont tirés de www.endotext.org (textbook d endocrinologie online et libre d accès) QuickTime et un décompresseur

Plus en détail

EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE

EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE 2Oéme Congrès de la Société Algérienne de Médecine Interne Alger 16-18 2014 EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE Auteurs : S.BOUGHANDJIOUA, S. ALI

Plus en détail

La pseudo polyarthrite rhizomélique

La pseudo polyarthrite rhizomélique La pseudo polyarthrite rhizomélique Journée de formation médicale continue Jeudi 29 janvier 2015 Béatrice Bouvard Conflits d intérêts de l orateur en rapport avec le thème de la conférence AUCUN La PPR

Plus en détail

EXPLORATIONS D UNE ANOMALIE THYROÏDIENNE

EXPLORATIONS D UNE ANOMALIE THYROÏDIENNE EXPLORATIONS D UNE ANOMALIE THYROÏDIENNE DOSSIER DOCUMENTAIRE Document établi avec le concours méthodologique de la HAS et conforme à la méthode de la HAS de production des listes de critères d'évaluation

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic Département de Biologie Laboratoire de Biochimie - Immunologie Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 (S4) 2004-2005 Module de Biologie Humaine M 16.1 Élément d Immunologie

Plus en détail

Item 126 : Immunoglobuline monoclonale

Item 126 : Immunoglobuline monoclonale Item 126 : Immunoglobuline monoclonale COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Électrophorèse des

Plus en détail