Hépatite C et autoimmunité A propos de 107 hépatites chroniques C traitées

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Hépatite C et autoimmunité A propos de 107 hépatites chroniques C traitées"

Transcription

1 Hépatite C et autoimmunité A propos de 17 hépatites chroniques C traitées N. KABBAJ 1, F. AMLAIKY 1, O. CHEGDALI 1, L. BENKIRANE 2, A. CHAROUF 3, R. AOUAD 3, A. EL IDRISSI LAMGHARI 1, M. MOHAMMADI 1, K. BENABED 1, A. BENAISSA Service de Médecine " E ", CHU Ibn Sina- Rabat, Maroc. 2- Service d Anatomopathologie, HER- Rabat, Maroc. 3- Institut National d Hygiène, Rabat, Maroc. Résumé : Le virus de l hépatite C peut être responsable de maladies dysimmunitaires constituées comme des hépatites autoimmunes à autoanticorps antilkm1, ainsi que des cryoglobulinémies mixtes, ou de l apparition plus fréquente d autoanticorps: antinucléaires (AAN), antimuscle lisse (ASMA), antimitochondries (AMA). Par ailleurs, l interféron alpha de son action immunomodulatrice peut induire, démasquer ou aggraver une maladie autoimmune comme la dysthyroïdie autoimmune (hypothyroïdie ou hyperthyroïdie). Nous rapportons sur un total de 633 patients concernés par le virus de l hépatite C une série de 17 patients porteurs d une hépatite chronique C traités en monothérapie par l interféron alpha, colligés de décembre 1991 à juin 2. Il s agit de 66 hommes et 41 femmes avec un âge moyen de 53,1 ans. Les résultats sont les suivants : les anticorps antitissus sont présents dans 19 cas (7 AAN, 11 ASMA, 1 AMA) soit 17,7%. Une cryoglobulinémie est présente dans 58 cas soit 54,2% dont 1 sont symptomatiques soit 17,2%. Les anticorps antithyropéroxydase (anticorps antitpo) sont retrouvés chez 15 patients en dehors de tout traitement par l interféron alpha soit 14%. Sous interféron alpha, sont apparus 8 cas de dysthyroïdie soit 7,4%. Il s agit de 7 cas d hypothyroïdie dont 2 cas de thyroïdite biphasique et 1 cas d hyperthyroïdie sous forme de maladie de Basedow avec une exophtalmie bilatérale et présence d anticorps antirécepteurs de la thyréostimuline. Nos résultats sont compatibles avec les données de la littérature hormis 2 cas particuliers: une cryoglobulinémie symptomatique sévère à type de glomérulonéphrite membranoproliférative et une maladie de Basedow avec présence d anticorps antirécepteurs à la TSH. Le virus de l hépatite C (VHC), plus que les autres virus hépatotropes, peut induire une réaction immunologique sous forme d autoanticorps non spécifiques d organes, à savoir les anticorps antinucléaires (AAN), les anticorps antimuscle lisse (ASMA), les anti- Article reçu le.. Fév. 22. Adresse de correspondance et de tirés à part : Dr. Nawal KABBAJ, 4, rue Ouled Farés, Lot. Anne-Marie, avenue Bir Kacem, Souissi, Rabat- MAROC. Tél : (212) , Fax : (212) , 28 corps antimitochondries (AMA) et les anticorps antifoie rein microsomes (anti LKM1) [1]. De plus, bien que ne correspondant pas à un véritable phénomène d autoimmunité, le lien entre le VHC et les cryoglobulinémies mixtes (CM) est actuellement bien établi [2]. Ces CM sont le plus souvent asymptomatiques et se traduisent par un tableau de vascularite à complexes immuns lorsqu elles sont sympto- Biologie & Santé vol. 2, n 1, 22

2 Hépatite C et autoimmunité matiques [2]. Par ailleurs, l interféron (INF) alpha par son action immunomodulatrice peut induire une simple production d autoanticorps ou une augmentation de leur titre. [3]. Le but de notre travail est d évaluer, d une part avant traitement par INF alpha : - la prévalence des anticorps antitissus (AAN, ASMA, AMA, antilkm1 et antitpo), - la prévalence de la cryoglobulinémie et de ses manifestations cliniques, et d autre part, d évaluer sous traitement la prévalence des dysthyroïdies en comparant les résultats avec ceux de la littérature. Matériel et méthodes Il s agit d une étude rétrospective étalée sur 8 ans _ (décembre 1991 à juin 2) concernant 17 patients porteurs d une hépatite chronique active virale C traités en monothérapie par l INF alpha sélectionnés sur 633 patients affectés par le VHC. Les critères d inclusion ont été une sérologie virale C validée par LIATEK IIIème génération, une ARN VHC présente par polymerase chain reaction (PCR), une cytolyse > 1,5 la limite supérieure de la valeur normale des alanine aminotransférases (ALAT) retrouvée sur des dosages effectués tous les 2 mois pendant au moins 6 mois avant la biopsie hépatique, un score histologique d activité > 1 et/ou un score de fibrose > 1 selon la grille Métavir (biopsie hépatique transcutanée, 18 G). Tous les patients étaient Ag Hbs négatifs, sans notion de consommation d alcool et traités par l INF alpha à la dose de 3 à 6 MU x 3/ semaine pendant 6 à 24 mois. Chez les 17 patients retenus, l âge moyen est de 53,1 ans (3-62 ans), il s agit de 66 hommes et de 41 femmes, l âge moyen présumé de la contamination est de 11,7 ans /- 5,6 mois, le mode de la contamination est dominé par la chirurgie et les actes invasifs dans 6% des cas, l ARN VHC recherchée par PCR était présente dans tous les cas, le génotype (INNO lipa HCV) recherché dans 63 cas était 1b dans 52,4%, HLA DR3 DR4 était retrouvé dans 57,9%, le recul est > 6 mois dans 12 cas et < 6 mois dans 5 cas. Tous les patients ont bénéficié systématiquement d un bilan immunologique préthérapeutique comprenant : - la recherche des AAN, des ASMA, des AMA, des antilkm1 et des anticorps antitpo, - la recherche de cryoglobulinémie et du facteur rhumatoïde en cas de positivité de la cryoglobulinémie. La technique de dosage utilisée pour les autoanticorps est pour : - les AAN : une immunofluorescence indirecte sur cellules Hep 2, le seuil de positivité est de 1/8, - les ASMA, AMA, antilkm1 : une immunofluorescence sur coupes de rein-estomac-foie de souris, le seuil de positivité est de 1/4, - les anticorps antitpo : une ELISA, le seuil de positivité est de 5 UI/ml. Quant à la cryoglobulinémie, le prélèvement se fait au laboratoire à 37 C, le dépistage se fait à 4 C pendant 7 jours, le seuil de positivité du cryocrit est de,2%, le typage de la cryoglobulinémie se fait à 37 C par immunofixation. En cas de positivité de la cryoglobulinémie, un test au Latex Waaler Rose est réalisé à la recherche du facteur rhumatoïde. Pour rechercher les manifestations cliniques de la cryoglobulinémie, tous les patients ont bénéficié d un interrogatoire minutieux, d un examen clinique et d un bilan comportant un test de shirmer, un compte d addis, une protéinurie des 24 heures et un électro-myogramme. Résultats 1- anticorps antitissus : Sur 17 patients porteurs d une hépatite chronique active virale C, nous avons 19 cas d autoanticorps soit 17,7%, il s agit de 7 AAN, 11 ASMA, 1 AMA; les antilkm1 n ont pas été retrouvés dans la série. Biologie & Santé vol. 2, n 1, 22 29

3 N. Kabbaj et al. Les anticorps antitpo sont présents dans 15 cas soit 14%. Le titre des AAN est > 1/8 et < 1/32 dans tous les cas, la fluorescence est mouchetée dans 6 cas et homogène dans 1 cas. Le titre des ASMA et AMA est > 1/4, le titre des anticorps antitpo est > 5 UI/ml. 2- cryoglobulinémie : Dans la série, une cryoglobulinémie est présente dans 58 cas soit 54,2%, le cryocrit moyen est de 3,2% (,2-14%). La cryoglobulinémie est le plus souvent asymptomatique (48 cas) mais elle est symptomatique dans 1 cas soit 17,2%. Le typage des cryoglobulinémies sympto-matiques révèle dans tous les cas un caractère mixte avec un composant monoclonal Ig M kappa (CM type II) et un facteur rhumatoïde présent. Les anticorps antitissus sont associés à la cryoglobulinémie dans 1 cas: il s agit d 1 cas d association de la cryoglobulinémie avec les AAN, d 1 cas avec les ASMA, de 5 cas avec les anticorps antitpo et d 1 cas avec les ASMA et les anti-corps antitpo. Les manifestations cliniques de la cryoglobulinémie sont dominées par les arthralgies dans 8 cas et le syndrome sec oculobuccal dans 7 cas. Un patient (n 8) présente plusieurs manifestations cliniques de la cryoglobulinémie qui sont un purpura vasculaire, un syndrome de Raynaud, une neuropathie périphérique sensitivomotrice et une glomérulonéphrite membranoproliférative (tableau I). 3- Dysthyroïdies : Aucun cas de dysthyroïdie associé au VHC avant traitement par l INF alpha n a été relevé. Par contre, sous INF alpha, 8 cas de dysthyroïdies sont apparus soit 7,4% (tableau II). L âge des patients varie de 4 à 65 ans, le sex ratio est de 1 (4H/4F), les anticorps antitpo sont positifs avant INF dans 1 seul cas et se sont positivés sous traitement dans 4 cas. La TSH est normale dans tous les cas avant INF alpha. Il s agit de 7 cas d hypothyroïdie dont 2 cas de thyroïdite biphasique (hyperthyroïdie transi-toire suivie par une hypothyroïdie) et 1 cas d hyperthyroïdie sous forme de maladie de Basedow avec une exophtalmie bilatérale et présence d anticorps antirécepteurs à la TSH. Le délai d apparition de la dysthyroïdie varie de 2 à 11 mois de traitement, la dysthyroïdie n était détectable cliniquement que dans 3 cas. L INF alpha a été arrêté dans tous les cas dès la détection des perturbations de la fonction thyroïdienne avec une surveillance clinique et biologique. Un traitement substitutif a été instauré dans 5 cas où l hypothyroïdie persistait malgré l arrêt de l INF alpha; dans 2 cas l arrêt de l INF alpha a permis une régression de l hypothyroïdie et sans obliger à une hor- Patients Myalgies Arthralgies Syndrome sec Purpura vasculaire Syndrome Raynaud Neuropathie périphérique Canal carpien Méningite GNMP Total Tableau I : manifestations cliniques des cryoglobulinémies mixtes (1 cas) 3 Biologie & Santé vol. 2, n 1, 22

4 Hépatite c et autoimmunité Patient n Age (ans) Sexe Anti TPO avant traitement sous traitement TSHus (Ul/ml) Délai (mois) Dysthyroïde clinique biologique INF arrêté Traitement Dysimmunité associée H H F F H F H F 18 2,2 4,9 1,4 5, ,4 6,5 3,7 8,1 84 2,2,9-49, ,4 > ,15, LT4 LT4 LT4 LT4 LT4 ATSIR A,6,2 AAN AAN CM ASMA ASMA CM Tableau II : INF et dysthyroïdes 8 cas/17 monothérapie substitutive. Dans le cas de la maladie de Basedow, l arrêt de l INF alpha a été définitif avec mise en route d un traitement par béta-bloquants, et anti-thyroïdiens de synthèse suivi d un traitement radical par l iode radioactif. Discussion 1- anticorps antitissus : La prévalence des autoanticorps au cours des hépatites chroniques C rapportée dans la littérature varie de 16 à 47% [1]ce qui est en accord avec nos résultats. Par ailleurs, le seuil de positivité des autoanticorps est différent selon les auteurs allant de 1/2 à 1/1 (tableau III) [1]; en ce qui nous concerne, le titre varie entre 1/4 et 1/8. La prévalence des anticorps antitissus associés au VHC est supérieure à celle des donneurs de sang qui est de 1 à 4% et comparable à celle rencontrée au cours des hépatites chroniques B et des hépatites alcooliques sauf pour les anti LKM1 qui ne se voient que dans l hépatite C [1]. La production de ces autoanticorps correspond à une réaction immunologique son spécifique d organe sans aucune conséquence physiopathologique [4], le mécanisme est soit une induction par le VHC d un antigène au niveau de l hépatocyte, soit une production d autoanticorps dirigés contre des structures de l hépatocyte présentant des analogies avec le génôme du VHC (réaction croisée) [1]. Selon plusieurs auteurs, il n y a pas de corrélation entre la présence des autoanticorps et l activité des transaminases, l ancienneté de la contamination, le degré d atteinte histopathologique de l hépatite chronique C, le génotype, l HLA et la réponse à l INF alpha [1,4]. Les hépatites C associées aux anticorps antitissus ne sont pas aggravées par l INF alpha [1]; notion retrouvée chez tous nos patients. a- AAN et ASMA : La prévalence des AAN et ASMA dans la littérature est de 5 à 2% [1] ce qui concorde avec nos résultats (S.P : 16,5%). Les AAN et ASMA représentent les marqueurs sériques des hépatites autoimmunes (HAI) de type 1 [4], leur présence au cours des hépatites chroniques C peut poser un problème diagnostique et par delà thérapeutique avec les HAI de type1. Une fluorescence mouchetée retrouvée chez 6 patients et l absence d une spécificité antiactine constituent des critères permettant le Biologie & Santé vol. 2, n 1, 22 31

5 N. Kabbaj et al. diagnostic différentiel entre hépatite C associée à des AAN et/ou ASMA et HAI de type 1 [1,5]. b- AMA : La prévalence des AMA associés à une hépatite chronique C est faible, elle est de 1% (S.P :,9%), les AMA au cours de l hépatite C peuvent être de type M2, mais leur spécificité est différente en Western Blot de celle de la cirrhose biliaire primitive [1]. c- antilkm1 : La prévalence des antilkm1 associés au VHC est rare, elle est < 5% [6], notre série n en a retrouvé aucun cas. Les antilkm1 représentent les marqueurs sériques des HAI de type 2 [4]. Des hypothèses pathogéniques concernant la production d anticorps antilkm1 lors d une infection virale C sont évoquées grâce à ces épitopes. Ainsi, l épitope linéaire principalement reconnu dans les hépatites chroniques C est différent de celui reconnu dans les HAI de type 2 [1,6]. Par ailleurs, il existe un autoanticorps plus spécifique des HAI de type 2 qui est l anticorps antiliver cytosol 1 (antilc1) [1]. d- hépatite chronique C associée à des autoanticorps et hépatites autoimmunes : L hépatite chronique C associée à des anticorps antitissus peut poser un problème diagnostique et thérapeutique avec les HAI constituées, particulièrement si le titre des autoanticorps est élevé et si les HAI sont associées à une ARN VHC positive [4]. Cette situation est rare et il existe des critères cliniques et immunologiques qui peuvent orienter le diagnostic vers l une ou l autre pathologie; il s agit de l âge jeune du patient, du sexe fréquemment féminin, du titre élevé des autoanticorps, d une spécificité différente et d une fluorescence homogène des AAN qui orientent vers le diagnostic de l HAI [4]. Dans notre série, l âge moyen des patients est > 5 ans, le sexe est fréquemment masculin, le titre des autoanticorps est faible, la spécifi-cité est différente, la fluorescence est mou-chetée et il n y a eu aucun cas d aggravation de l hépatite sous INF alpha. Cependant, dans certains cas litigieux, l examen anatomopatho-logique peut aider en montrant un piece meal necrosis et une distribution lobulaire des lésions d hépatite; par ailleurs si le doute persiste toujours entre hépatite chronique C associée à des autoanticorps et HAI avec ARN VHC positive, une corticothérapie première s impose [4]. 2- Cryoglobulinémie : Les cryoglobulinémies sont des vascularites systémiques par dépôts d immuns complexes qui touchent les vaisseaux de petit calibre [2,7]. 1 er auteur, année, cas AAN ASMA AntiLKM1 Saracco, 199 (6) 12 (>1/2) 2 (>1/2) 3 (>1/2) Abruaf, 1993 (272) 1 (>1/2) 18 (>1/2) 5 (>1/4) Borotto, 1993 (97) 21 (>1/5) 19 (>1/5) 6 (>1/5) Rolachon, 1993 (93) 15 (>1/1) 15 (>1/1) 1,2 (>1/1) Krawitt, 1993 (136) 12 (>1/4) 4 (>1/8) NF Mac Farlane,1994 (16) 18 (>1/4) 6 (>1/4) AMA NF Pawlotsky,1993 ( ) 21 (>1/4) 21 (>1/4) 5 (>1/4) Benaïssa, 2 (17) 6,5 (>1/8) 1,2 (>1/4),9 (>1/4) Tableau III : Prévalence (%) des anticorps antitissus au cours des hépatites chroniques C 32 Biologie & Santé vol. 2, n 1, 22

6 Hépatite c et autoimmunité Il s agit d immunoglobulines (Ig) qui ont, par définition, la propriété de précipiter à une température < 37 C [7]. On distingue d après la classification de Brouet et coll. Les Ig monoclonales (type I) qui sont en rapport avec une hémopathie lymphoïde (leucémie lymphoïde chronique, myélome, lymphome non hodgkinien, maladie de waldenström) et les cryoglobulinémies mixtes, composées de plusieurs Ig dont l une d elles agit comme un facteur rhumatoïde et qui peut être soit monoclonale (type II) soit polyclonale (type III) [7,8]. Le lien épidémiologique fort est établi depuis 199 entre l infection chronique par le VHC et les cryoglobulinémies mixtes jusque là appelées cryoglobulinémies "essentielles" [7,9]. La prévalence des cryoglobulinémies associées au VHC est de 3 à 5% [1] (S.P : 54,2%). La triade classique des cryoglobulinémies associe asthénie, arthralgies et purpura vasculaire [2]. Les cryoglobulinémies sont très rarement cliniquement symptomatiques [11] (S.P : 17,4%), elles traduisent une vascularite multisystémique (tableau IV)[11].Les manifestations cliniques de la cryoglobulinémie peuvent être graves à type de glomérulo-néphrite membranoproliférative (GNMP) dont nous avons relevé 1 cas où l atteinte neurologique centrale sous forme d accident vasculaire cérébral pouvait mettre en jeu le pronostic vital [11,12]. Le traitement par l INF alpha a une efficacité certaine sur la cryoglobulinémie et ses manifestations cliniques à l exception peutêtre des neuropathies périphériques [13], l association d INF alpha et de ribavirine semble plus efficace [1,14]. 3- Dysthyroïdies : Chez les malades atteints d hépatite chronique C, la prévalence des anticorps antimicrosomes est de 1% [15] (en dehors de tout traitement par l INF alpha). Cette prévalence ne diffère pas de celle retrouvée dans la population générale (7 à 1%) [15] ; dans notre série, nous avons trouvé une prévalence des anticorps antitpo de 14%. Il n y a pas de lien entre le VHC et les dysthyroïdies [16], par contre la prévalence des dysthyroïdies sous INF alpha varie selon les auteurs de 5 à 12% [17,18], ce qui concorde avec nos résultats. La dysthy- Manifestations cutanées Manifestations rhumatologiques Purpura vasculaire, ulcères de jambe, nécrose des extrêmités, syndrome de raynaud, livédo, urticaire, nodules infiltrés Polyarthralgies, polyarthrite, myalgies Manifestations rénales GNMP, HTA Signes généraux Manifestations neurologiques Manifestations digestives Atteinte cardiaque Syndrome sec Atteinte du système nerveux central Manifestations biologiques Asthénie, fièvre prolongée Neuropathie sensitivo-motrice prédominant aux membres inférieurs, mono ou multinévrite Douleurs abdominales (ischémie mésentérique) Myocardiopathie ischémique, péricardite Xérostomie, xérophtalmie (pas d autoanticorps) Syndrome d hyperviscosité sanguine, coma, déficit focal, épilepsie Baisse du CH5 et de la fraction C4 (ou C3), facteur rhumatoïde Tableau IV : Principales manifestations cliniques des cryogobulinémies Biologie & Santé vol. 2, n 1, 22 33

7 N. Kabbaj et al. 1- Lunel F. Hépatite C et anomalies immunologiques. Gastroenterol Clin Biol 1994, 18: Cacoub P. Manifestations extrahépatiques associées au virus de l hépatite C. Med Mal Infect 2 ; 3 suppl 1 : Papo T, Marcellin P, Bernuau J, Durand F, Poynard T, Benhamou JP. Autoimmune chronic hepatitis exacerbated by alpha interferon. Ann Int Med 1992; 116: Tran A. Virus de l hépatite C et autoimmunité: un lien qui reste à établir. Gastroenterol Clin Biol 1994 ; 18 : Borotto E, lunel F, Valla D, Abuaf N, Perrin M, Bousquet JC et al. Prévalence et signification des anticorps antiorganites non spécifiques du foie au cours des hépatites chroniques virales C. Gastroenterol Clin Biol 1994 ; 18 : Duclos-Vallée JC, Yamamoto AM, Arotcarena R, Pariente A. Hépatite chronique C avec anticorps antilkm1. Hépato- Gastro 2 ; 3 (7), Cohen P. Les manifestations extrahépatiques du virus de l hépatite C. Press Med 2 ; 29 : Brouet JC, Clauvel JP, Danon N, Klein M, Seligmann M. Biologic and clinical significance of cryoglobulins : a report of 86 patients. Am J Med 1974 ; 57 : Pascual M, Perrin L, Giostra E, Schifferli JA. Hepatitis C virus in patients with cryoroïdie est d autant plus fréquente (6%) que les antitpo sont initialement présents, alors qu en leur absence, le risque de dysthyroïdie sous INF alpha est faible, de 3,6% [19]. L hypothyroïdie induite par l INF alpha représente la dysthyroïdie la plus fréquente avec une prévalence de 7,3% [2], l hyperthyroïdie est rare, sa prévalence est de 4,4% [2], quant à la maladie de Basedow, elle est rarissime : 8 cas sont décrits dans le monde [21]. Le délai d apparition de la dysthyroïdie varie de 6 semaines à 12 mois de traitement et peut se voir même après arrêt de l INF alpha [22,23,24]. Le mécanisme le plus souvent évoqué est autoimmun attesté par l augmentation du titre des anticorps antitpo sous INF alpha et l apparition des anticorps antitrab [25]. Le 2ème mécanisme évoqué est celui de la toxicité directe de l INF alpha étant donné l apparition de dysthyroïdies sous INF alpha malgré l absence des anticorps antitpo. Les thyréopathies induites par l INF alpha nécessitent sous traitement une surveillance clinique et biologique par une TSHus tous les 2 mois. En cas de dysthyroïdie, l arrêt de l INF alpha s impose dans les cas d hypothyroïdie sévère et de thyrotoxicose avec mise en route d un traitement spécifique, dans les cas d hypothyroïdie modérée, l adjonction d une hormonothérapie substitutive est nécessaire tout en maintenant l interféronthérapie [24]. Conclusion La prévalence des autoanticorps est élevée en matière d hépatite chronique C mais à titre faible et sans signification pathologique. Le diagnostic différentiel se pose avec les HAI avec ARN VHC positive impliquant un problème thérapeutique majeur. Quant aux cryoglobulinémies mixtes, elles sont fréquemment associées au VHC, le plus souvent asymptomatiques mais lorsqu elles sont symptomatiques, elles peuvent être graves mettant en jeu le pronostic vital par l atteinte rénale glomérulaire et/ou neurologique centrale. Le risque de survenue de dysthyroïdie sous INF alpha, particulièrement si les anticorps antitpo sont initialement présents, implique une surveillance clinique et biologique par une TSHus tous les 2 mois et ce, même après arrêt de l INF alpha. Références 34 Biologie & Santé vol. 2, n 1, 22

8 Hépatite c et autoimmunité globulinemia type II. J Infect Dis 199; 162: Lunel F. Que dire, que faire devant une cryoglobulinémie? Hépato-Gastro 1999 ; 6: Cohen P. Les cryoglobulinémies liées aux virus de l hépatite B et C. Path Biol 1999; 47 (3) : Gorevic PD, Kassab HJ, Levo Y, Kohn R, Meltzer M, Prose P, Franklin EC. Mixed cryoglobulinemia : clinical aspects and long term follow up of 4 patients. Am J Med 198; 69: Lidove O, Cacoub P, Hausfater P, Wechsler B, Frances C, Leger JM, Piette JC. Cryoglobulinémies et hépatite C: aggravation de la neuropathie périphérique après prise d interféron alpha. Gastro-enterol Clin Biol 1999; 23: Zuckerman E, Slobodin G, Tamir A et al. Treatment of refractory symptomatic HCV related mixed cryoglobulinemia with ribavirin and interferon alpha. Hepatology 1998; 284: Broussard JF, Tran A, Benzaken S, Quaranta JF, Fredenrich A, Dreyfus G, Rampal P. Autoanticorps antithyroïdiens au cours de l hépatite C. Evolution de la fonction thyroïdienne sous traitement chez 4 malades. Press Med 1995; 24 (35) : Blot E, Kerleau JM, Levesque H, Heron F, Menard JF, Buffet-Janvresse C, Boureille J, Courtois H. Les dysthyroïdies autoimmunes liées au virus C existent-elles? Réflexions à propos d une étude contrôlée de 58 sujets consécutifs. Rev Med Int 1999; 2 : Marcellin P, Pouteau M, Messian O, Bok B, Erlinger S, Benhamou JP. Virus de l hépatite C, interferon alpha et dysthyroïdie. Gastroenterol Clin Biol 1993, 17 : Mekkakia- Benhabib C, Marcellin P, Colas- Linhart N, Castelnare C, Buyek D, Erlinger S et al. Histoire naturelle des dysthyroïdies survenant sous interféron dans le traitement des hépatites chroniques C. Ann End 1996 ; 57 : Watanabe U, Hashimoto E, Hisamitsu T, Obata H, Hayashi N. The risk factor for development of thyroid disease during interferon alpha therapy for chronic hepatitis C. Am J Gastroenterology 1994; 3: Roti E, Minelli R, Guiberti T, Marchelli S, Schianchi C, Gardini E et al. Multiples changes in thyroid function in patients with chronic active HCV hepatitis treated with recombinant interferon alpha. Am J Med 1996; 11: Wada M, Hiraizumi W, Kinagasa A, Shintani S, Sawadi K, Shimoyama T, Suihiro M et al. Occurence of Grave s disease during retreatment with interferon alpha 2a for chronic hepatitis C. Int Medicine 1995; 11 (34): Baudin E, Marcellin P, Pouteau M, Colas- Linhart N, Le Floch JP, Lemmonier C et al. Reversibility of thyroid dysfunction induced by recombinant alpha interferon in chronic hepatitis C. Clin Endocrinology 1993; 39: Eugène C, Tennenbaum R, Anciaux ML, Quevauvilliers J, Bergue A. Dysthyroïdies autoimmunes induites par l interféron alpha chez 2 femmes atteintes d hépatite chronique non A non B. Gastroenterol Clin Biol 1993 ; 17 : Lisker- Melmann M, Di Biscelglie AM, Usula SJ, Weirrtraub B, Murray LM, Hoofnagle JH. Development of thyroid disease during therapy of chronic viral hepatitis with interferon alpha. Gastroenterology 1992; 12: Dupont J, Orgiazzi J, Burger A. Maladies autoimmunes et traitement par l interféron alpha: revue de la littérature à propos d un cas d hyperthyroïdie. Rev Med Int 1993 ; 14 : Biologie & Santé vol. 2, n 1, 22 35

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques Hépatites Auto-Immunes Critères et Scores Diagnostiques Olivier CHAZOUILLERES Service d Hépatologie Centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires Paris Saint Antoine HAI: Modes de

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique C Juillet 2015 ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE N 6 HÉPATITE CHRONIQUE C Ce document est

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite Chronique C Mai 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication 2 avenue du Stade de France F 93218

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

Cordarone et Thyroïde par François Boustani

Cordarone et Thyroïde par François Boustani Physiologie de la thyroïde : l hormonosynthèse thyroïdienne se fait à partir de l iode essentiellement d origine digestive et de la thyroglobuline qui est une protéine synthétisée par la thyroïde à partir

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 décembre 2008 VIRAFERONPEG 50 µg/ 0.5 ml, poudre et solvant pour solution injectable B/1 : code CIP 355 189.3 B/4 : code CIP 355 191.8 VIRAFERONPEG, stylo pré-rempli

Plus en détail

Christian TREPO, MD, PhD

Christian TREPO, MD, PhD PEG INTERFERON MONOTHERAPI E Christian TREPO, MD, PhD Unmet medical needs in chronic HBV infection Inhibition of viral replication Normalisation of ALT Improvement in liver necroinflammation Improvement

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique B Février 2015 Ce document est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service des

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie Compte rendu d hospitalisation hépatite C À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS HOPITAL DU BON SECOURS Service d HEPATHOLOGIE du Professeur

Plus en détail

Traitement de l hépatite C: données récentes

Traitement de l hépatite C: données récentes Traitement de l hépatite C: données récentes J.-P. BRONOWICKI (Vandœuvre-lès-Nancy) Tirés à part : Jean-Pierre Bronowicki Service d Hépatogastroentérologie, CHU de Nancy, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy. Le

Plus en détail

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI LES MOYENS THERAPEUTIQUES Les interférons La ribavirine Les nouveaux produits INTERFERONS 1957: activité antivirale Interférence

Plus en détail

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013 Hépatite B Le virus Structure et caractéristiques o o o Famille des Hepadnaviridae Genre orthohepadnavirus Enveloppé, capside icosaédrique, 42 nm 1 Le virus Structure et caractéristiques En microscopie

Plus en détail

Traitement des hépatites h chroniques virales B et C

Traitement des hépatites h chroniques virales B et C Traitement des hépatites h chroniques virales B et C Dr Joanna POFELSKI Service d hépatod pato-gastroentérologierologie CH d Annecyd Particularités? Virus hépatotropes / cytopathogènes : lésions hépatiques

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

HEPATITES VIRALES CHRONIQUES ET AIGUES

HEPATITES VIRALES CHRONIQUES ET AIGUES HEPATITES VIRALES CHRONIQUES ET AIGUES INFORMATIONS Pré-requis : Durée de l'item : Auteur(s) : Professeur Louis Buscail (mail : ) Objectifs : RAPPEL : LE DIAGNOSTIC D HEPATITE CHRONIQUE La fréquence de

Plus en détail

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Best of Hépatologie 2010 Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Evaluation de la fibrose Analyse des échecs de l élastométrie impulsionnelle Castera L et al. Hepatology 2010;51 (3): 828-35

Plus en détail

Les tests thyroïdiens

Les tests thyroïdiens Les tests thyroïdiens Mise à jour de juin 2007 par S. Fatio Réf: les images et les graphiques sont tirés de www.endotext.org (textbook d endocrinologie online et libre d accès) QuickTime et un décompresseur

Plus en détail

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Contexte Hépatite B = risque professionnel pour les soignants Passé futur

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

Traitement des Hépatites Chroniques Virales B et C

Traitement des Hépatites Chroniques Virales B et C Réunion Tunisienne de Consensus Organisée par La Société Tunisienne de Gastro-entérologie Sous l égide de La Société Tunisienne des Sciences Médicales Traitement des Hépatites Chroniques Virales B et C

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Anticorps anti-tissus non spécifiques d organe (anticorps anti-mitochondries de type M2) Immuno-pathologie 04ATI2 Janvier 2005

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique B Octobre 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication 2 avenue du Stade de France F 93218

Plus en détail

Les hépatites virales chroniques B et C

Les hépatites virales chroniques B et C Les hépatites virales chroniques B et C www.aqodad.ma Service d hépato-gastroentérologie CHU HASSAN II; Fès 6èmes journées médicales d Al Hoceima; Le 28 09 2013 1 Introduction Problème majeur de santé

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde et biologie

Polyarthrite rhumatoïde et biologie Polyarthrite rhumatoïde et biologie Le point de vue de l'immunologiste Sylvain Laboratoire d'immunologie, sdubucquoi@univ univ-lille2. -lille2.fr FR et PR Définition Auto-anticorps anti-fragment Fc des

Plus en détail

Interférons et anomalies thyroïdiennes : revue de la littérature

Interférons et anomalies thyroïdiennes : revue de la littérature Interférons et anomalies thyroïdiennes : revue de la littérature S. De g h i m a (1), F. Ch e n t l i (1) RESUME : Les interférons sont des immunomodulateurs utilisés actuellement dans le traitement de

Plus en détail

Virus de l hépatite B

Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Persistance de l antigène HBs 10% - 90% Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B faible ou absente Persistance

Plus en détail

Cirrhoses et étiologie des cirrhoses (228) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005)

Cirrhoses et étiologie des cirrhoses (228) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Cirrhoses et étiologie des cirrhoses (228) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Clinique : o Diagnostic d'une ascite PCEM2 o Insuffisance hépatocellulaire PCEM2

Plus en détail

Hépatite = inflammation du foie. Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach

Hépatite = inflammation du foie. Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach Hépatite = inflammation du foie Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach 1 Hépatites virales chroniques 2 Histoire naturelle Hépatite aiguë Guérison Hépatite chronique

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Abdelfattah CHAKIB Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca Service des maladies infectieuses, CHU Ibn Rochd 06 61 42 91 64 afchakib@gmail.com

Plus en détail

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin La vaccination contre le VHB à l heure du consensus Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin Pourquoi vacciner? Epidémiologie du VHB 370.000.000 de porteurs chroniques du VHB

Plus en détail

Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet*

Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet* Entretiens de Bichat 26 sept. 2013 Salle 352 A 17 h 30 18 h 30 Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet* * Hépatologue, Université Paris XI, Centre de compétence

Plus en détail

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne Actualités dans la SEP Docteur Sophie Géhin Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne PLAN I. Epidémiologie et étiologie II. Présentation clinique et évolution III. Critères diagnostiques

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

GASTRO-ENTEROLOGIE. Variabilité. A des entrées. B des sites anatomiques. C inter-individuelle. D intra-individuelle

GASTRO-ENTEROLOGIE. Variabilité. A des entrées. B des sites anatomiques. C inter-individuelle. D intra-individuelle GASTRO-ENTEROLOGIE Variabilité A des entrées B des sites anatomiques 2 l externe + 2 l interne 15 litres sécrétion-absorption entrée 2 l duodénum 4 l grêle 3 l côlon 0,3 l anus 0,3 l œsophage 10" estomac

Plus en détail

Mme BORGHI Monique Infirmière ETP Mme ALEXIS Françoise Hopital Archet I Infectiologie/Virologie Clinique

Mme BORGHI Monique Infirmière ETP Mme ALEXIS Françoise Hopital Archet I Infectiologie/Virologie Clinique Mme BORGHI Monique Infirmière ETP Mme ALEXIS Françoise Hopital Archet I Infectiologie/Virologie Clinique Une hépatite est une inflammation du foie causée soit par des substances toxiques (médicaments,

Plus en détail

LES HEPATITES VIRALES

LES HEPATITES VIRALES LES HEPATITES VIRALES Infect virales atteignant préférentiellement le foie avec lés inflammatoires, altérat hépatocytaire (cytolsye hépatique) et élévat des transaminases. Etiolo gie Transm ission Contam

Plus en détail

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B TRAITEMENT DE L HÉPATITE B P Mathurin Service d Hépatogastroentérologie Pr Paris Hôpital Claude Hurriez CHRU Lille CRITERES VIROLOGIQUES ET HISTOIRE NATURELLE 1 OBJECTIF THERAPEUTIQUE: Séroconversion HBe

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L HEPATITE CHRONIQUE C EN 2009

PRISE EN CHARGE DE L HEPATITE CHRONIQUE C EN 2009 PRISE EN CHARGE DE L HEPATITE CHRONIQUE C EN 2009 CHU BAB EL OUED DR OSMANE DR MAHIOU PR NAKMOUCHE Evolution du traitement de hépatite c Découverte du génome de l HVC 1989 1989 1989 Evolution du traitement

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

Traitement des hépatites virales B et C

Traitement des hépatites virales B et C Traitement des hépatites virales B et C GFMER Yaoundé 26 Novembre 2007 Dr José M Bengoa foie cirrhotique foie normal Vitesse de développement de la fibrose fibrose VHD VHB VHC années Indications au traitement

Plus en détail

Traitements de l hépatite B

Traitements de l hépatite B Traitements de l hépatite B S Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales A Hôpital Bichat-Claude Bernard Virus de l hépatite B: histoire naturelle Contage Hépatite aigüe 70% asymptomatique

Plus en détail

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME Généralités Syndrome du à une sécrétion d exotoxine Staphylocoques, Streptocoque groupe A Manifestations cliniques non liées au lieu

Plus en détail

Item 116 : Maladies autoimmunes

Item 116 : Maladies autoimmunes Item 116 : Maladies autoimmunes COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Définition du concept d'auto-immunité...3

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

Item 83 : Hépatites virales. Anomalies biologiques hépatiques chez un sujet asymptomatique

Item 83 : Hépatites virales. Anomalies biologiques hépatiques chez un sujet asymptomatique Item 83 : Hépatites virales. Anomalies biologiques hépatiques chez un sujet asymptomatique Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Généralités... 1 1. 1 Diagnostic... 1 1. 2 Conduite

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

Actualités sur le Virus de l'hépatite C

Actualités sur le Virus de l'hépatite C CBP CHRU Lille Actualités sur le Virus de l'hépatite C 2.0 ANNE GOFFARD UNIVERSITÉ LILLE 2 DROIT ET SANTÉ FACULTÉ DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES DE LILLE 2012 Table des matières I - Épidémiologie

Plus en détail

Tumeur maligne des os

Tumeur maligne des os Tumeur maligne des os E p idém iologie tumeur maligne primitive de l os touchant essentiellement l adolescent et l adulte jeune. 70% des sarcomes ostéogéniques sont diagnostiqués avant l âge de 18ans dans

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Hépatites virales. Anomalies biologiques chez un sujet asymptomatique (83) A. Gerolami Janvier 2006

Hépatites virales. Anomalies biologiques chez un sujet asymptomatique (83) A. Gerolami Janvier 2006 Hépatites virales. Anomalies biologiques chez un sujet asymptomatique (83) A. Gerolami Janvier 2006 1. Hépatites virales : étude clinique 1.1. Hépatite aiguë 1.1.1. Forme typique C est la forme clinique

Plus en détail

Marqueurs. Hépatites auto-immunes : pertinence des anticorps anti-sla et des anticorps anti-lc1 TECHNOLOGIE APPLIQUÉE

Marqueurs. Hépatites auto-immunes : pertinence des anticorps anti-sla et des anticorps anti-lc1 TECHNOLOGIE APPLIQUÉE Catherine Johanet, Eric Ballot* Hépatites auto-immunes : pertinence des anticorps anti-sla et des anticorps anti-lc1 Marqueurs RÉSUMÉ L hépatite auto-immune est une maladie inflammatoire du foie caractérisée

Plus en détail

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris 8 Avant l introduction des traitements antirétroviraux hautement actifs (HAART), la majorité des patients

Plus en détail

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant Sites métastatiques m inhabituels chez l'enfant S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de redio-pédiatrie, diatrie, hôpital d enfants, CHU IBN SINA, RABAT, MAROC Introduction Les cancers de l enfant l sont des

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

RECOMMANDATION DU COLLÈGE Prise en charge de l hépatite C par les médicaments anti-viraux à action directe (AAD)

RECOMMANDATION DU COLLÈGE Prise en charge de l hépatite C par les médicaments anti-viraux à action directe (AAD) RECOMMANDATION DU COLLÈGE Prise en charge de l hépatite C par les médicaments anti-viraux à action directe (AAD) Juin 2014 Ce rapport est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Auteurs Cendrine Godet (*) Jean-Pierre Frat (**) Cédric Landron (*) Lydia Roy (***) Paul Ardilouze (****) Jean-Pierre Tasu (****) (*)

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Lionel PIROTH CHU Dijon, Université de Bourgogne Tours juin 2012 Un problème? VIH-VHB Piroth L et al, J Hepatol,

Plus en détail

Hépatite C, les nouveaux traitements

Hépatite C, les nouveaux traitements Hépatite C, les nouveaux traitements Dr Ghassan Riachi CHU de Rouen QDN 2014 Revue de presse p L hépatite C est une maladie curable Peginterferon + DAAs 2011 Standard Interferon 1991 + Ribavirin 1998 2001

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques T Smayra, L Menassa-Moussa, S Slaba, M Ghossain, N Aoun Hôtel-Dieu de France, Université

Plus en détail

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Atelier N 2 Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Contre indica,ons à la grossesse Hypertension artérielle pulmonaire >30mmHg Maladie de Marfan (dilatation aortique>4 cm) Rétrécissement

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

hépatite C MISE À JOUR DE L INFORMATION MÉDICALE transmission diagnostic prise en charge clinique traitement

hépatite C MISE À JOUR DE L INFORMATION MÉDICALE transmission diagnostic prise en charge clinique traitement Fondation canadienne du foie Programme national d éducation sur l hépatite C hépatite C MISE À JOUR DE L INFORMATION MÉDICALE transmission diagnostic prise en charge clinique traitement Une initiative

Plus en détail

Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux

Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux 14 ème forum SOS Hépatites, Lyon Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux Dr. Sylvie LARRAT Laboratoire de Virologie CHU Grenoble Hépatite C chronique 180 millions de porteurs

Plus en détail

Avis 5 mars 2014. PEGASYS 90 microgrammes, solution injectable 1 seringue pré-remplie en verre de 0,5 ml avec aiguille (CIP : 34009 269 805 1 1)

Avis 5 mars 2014. PEGASYS 90 microgrammes, solution injectable 1 seringue pré-remplie en verre de 0,5 ml avec aiguille (CIP : 34009 269 805 1 1) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 5 mars 2014 PEGASYS 180 microgrammes, solution injectable 1 seringue pré-remplie en verre de 0,5 ml avec aiguille (CIP : 34009 359 960 6 0) 1 stylo pré-rempli de 0,5

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS MMES et MM les Directeurs Date : - des Caisses Régionales d'assurance Maladie 27/03/96 - des Caisses

Plus en détail

Comité d organisation

Comité d organisation Workshop Comité d organisation Khadija Akarid Abdelkrim Benbouzid Abdellah Badou Nadia Bouhaddioui Zakaria Chraïbi Hassan Fellah Jamal Hafid Fouad Seghrouchni Faculté polydisciplinaire de Safi Laboratoire

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 2 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation HUMIRA (DCI : Adalimumab

Plus en détail

Les tumeurs du foie (151) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005)

Les tumeurs du foie (151) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Les tumeurs du foie (151) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Clinique : diagnostic des hépatomégalies PCEM2 Résumé : La principale tumeur maligne du foie est

Plus en détail

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD Service de Pneumologie Hôpital Beauregard - THIONVILLE 1 Bilan initial Objectifs Bilan de base Traitement pharmacologique Autres traitements pharmacologiques Autres

Plus en détail

1. Différentes hépatites/ différents traitements

1. Différentes hépatites/ différents traitements III. Traitements 55 1. Différentes hépatites/ différents traitements Se faire soigner 1.1 Traitements des hépatites virales D après les expériences pratiques et la littérature scientifique, le traitement

Plus en détail

Traitement des hépatites virales

Traitement des hépatites virales Traitement des hépatites virales IFMT Séminaire hépatites mai 2006. IFMT-MS-Sémin Hépatites-2006 1 Principes de base 1. Hépatites aigues : on ne traite pas! (VHA, VHE, VHB aigue) aucun traitement n a fait

Plus en détail

Les marqueurs de fibrose

Les marqueurs de fibrose Les marqueurs de fibrose J. P. ZARSKI, Unité INSERM U 548, C.H.U. de Grenoble Tirés à part : Jean-Pierre Zarski Département d Hépato-Gastroentérologie Unité INSERM U 548, CHU de Grenoble, BP 217, 38043

Plus en détail

Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané

Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané Énoncés Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané N 109 Dermatoses faciales : acné, rosacée, dermatite séborrhéique Diagnostiquer l acné, la rosacée, la dermatite séborrhéique.

Plus en détail

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Quelle(s) affirmation(s) sont vraies? 1- Il n y a pas de traitement efficace de la SEP 2- On peut traiter les

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C Vivre avec une hépatite chronique C Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Généralités... 3 2. Signes oculaires... 3 2

Plus en détail

Syndrome de Goodpasture

Syndrome de Goodpasture Syndrome de Goodpasture et anticorps anti-membrane basale glomérulaire Alexandre HERTIG Urgences Néphrologiques et Transplantation Rénale Inserm U702 Hôpital Tenon, Paris 13è réunion annuelle du CJN, Aix

Plus en détail

VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN

VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN 1) Thyroglobuline a) Indications et fréquence Exclusivement sécrétée par la thyroïde Marqueur de choix pour le suivi du cancer différencié de la thyroïde

Plus en détail

sclérose en plaque Amandine MATHIAS Formation continue IAL 14.11.2013 Service d immunologie et allergie Service de neurologie

sclérose en plaque Amandine MATHIAS Formation continue IAL 14.11.2013 Service d immunologie et allergie Service de neurologie Evaluation du risque lié au natalizumab dans la sclérose en plaque Amandine MATHIAS Formation continue IAL 14.11.2013 Service d immunologie et allergie Service de neurologie La SEP: une maladie complexe

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Hépatite. du dépistage au traitement. Questions et réponses. L hépatite C Dépistage, clinique, prise en charge et conseils aux patients

Hépatite. du dépistage au traitement. Questions et réponses. L hépatite C Dépistage, clinique, prise en charge et conseils aux patients DOCUMENT À L USAGE DES PATIENTS Également disponible : L hépatite C Dépistage, clinique, prise en charge et conseils aux patients (document à l usage des professionnels de santé) Document édité et diffusé

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle

Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle 1 Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle Introduction Le personnel soignant est régulièrement confronté au risque de contamination par le virus de l immunodéficience humaine (VIH) mais

Plus en détail