III. Le rôle des Cellules «Natural Killer» (NK) dans l Immunité anti-pathogènes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "III. Le rôle des Cellules «Natural Killer» (NK) dans l Immunité anti-pathogènes"

Transcription

1 III Le rôle des Cellules «Natural Killer» (NK) dans l Immunité anti-pathogènes Elie Mavoungou Professeur d Immunologie Résumé Les cellules tueuses naturelles ou natural killer (NK) sont des cellules lymphoïdes qui catalysent une importante activité cytotoxique et produisent de forts taux de cytokines pro-inflammatoires en réponse aux infections. Au cours d une infection virale, il est admis que la cytotoxicité des cellules NK et la production de cytokines sont induites principalement par les monocytes/macrophages et par les cellules dendritiques. Les ligands codant virtuellement pour les cellules NK sont actuellement en cours de description. La production d interféron gamma (IFNγ) provenant des cellules NK est en outre essentielle pour le contrôle de plusieurs infections par les protozoaires responsables de la toxoplasmose, la trypanosomiase, la leishmaniose et du paludisme. L activation des cellules NK par les pathogènes protozoaires est également mobilisée par les cytokines, bien que certaines études récentes suggèrent qu une reconnaissance directe des parasites par les cellules NK dérivant des cellules accessoires ainsi que la signalisation directe, vraisemblablement par l intermédiaire des récepteurs NK, soient nécessaires dans le cas des parasites du paludisme (Plasmodium spp.) à stimuler efficacement ces cellules. 1. Introduction La résistance de l hôte contre les virus, les bactéries et les protozoaires pathogènes dépend d une interrelation complexe entre les mécanismes de l immunité innée et ceux de l immunité spécifique ou acquise. En intervenant en première ligne de la défense de l organisme, le système de l immunité innée contribue au contrôle des infections aiguës par l augmentation des réponses protectrices contre les parasites qui

2 envahissent l organisme, avant la mise en place de la riposte de l immunité à médiation cellulaire par les lymphocytes T et B, communément appelée : l immunité spécifique. Les réponses innées stimulent et modulent aussi les réponses de l immunité spécifique. Les cellules NK sont bien connues pour jouer un rôle clé dans ces réponses innées rapides [1]. Dans le présent article, nous relatons brièvement la biologie des cellules NK, la structure de leurs récepteurs, et nous discutons les connaissances actuelles concernant leur fonction, dans la mise en œuvre de l immunité innée contre les infections pathogènes en nous focalisons plus particulièrement sur l infection palustre due à Plasmodium falciparum. 2. Biologie des cellules NK L identification de la souche lymphocytaire ayant la capacité d exercer une activité cytolytique contre certaines cellules tumorales sans aucune stimulation préalable a conduit à l utilisation du terme «cellule tueuse naturelle» (en anglais natural killer cells, ou cellules NK ) [2, 3]. La capacité des cellules NK à percevoir les modifications dans l expression des molécules du complexe majeur d histocompatibilité de classe I (CMH I) à la surface des cellules infectées avait été rapportée il y a plusieurs décennies déjà, par Klaus Kärre et ses collaborateurs à l Institut Karolisnka de Stockholm. Dans leur étude, ces auteurs avaient remarqué que des cellules tumorales de souris n exprimant pas d antigènes du CMH I étaient plus facilement détruites par les cellules NK que d autres cellules tumorales qui exprimaient un niveau normal d antigènes de classe I. Il est maintenant bien connu qu en plus de la destruction des cellules transformées encore dites lignées cellulaires transformées [4], les cellules NK peuvent aussi jouer un rôle dans le rejet d allogreffes [5] et dans le contrôle d une grande variété de pathogènes, et plus spécialement ceux qui infectent directement les cellules hôtes [6]. 2

3 Les cellules NK sont des cellules dites grands lymphocytes granulaires ou LGL de l anglais «Large Granular Lymphocytes» qui dérivent de la moelle osseuse et qui chez l homme, sont classiquement définies par l expression à leur surface membranaire de l antigène CD56 (une isoforme de la molécule d adhésion neurale [N-CAM]). Les cellules NK sont caractérisées également par l absence de l expression du marqueur des thymocytes, l antigène CD3, et celle des sous unités αβ et γδ du récepteur T (TCR) des lymphocytes. L expression d autres molécules de surface tels le marqueur 7 des leucocytes (Leu7 encore dénommé CD57), la chaîne β de l interleukine 2 (IL-2 ou CD122), et le récepteur B1 des cellules «Killer lectin like» (KLRB1 ou CD61) a été également utilisé comme marqueur de certaines souches de cellules NK. Toutefois, ces différentes molécules sont aussi exprimées sur certaines autres sous populations de cellules T et des cellules NK-T. La caractérisation phénotypique des cellules NK de souris est plus complexe. Les marqueurs les plus communément utilisés sont, la sous unité α2 de l intégrine (DX5 ou CD49b), l asialo-ganglioside M1 (ASGM1) et le récepteur P1C des cellules NK (NKR-P1C encore appelé NK1.1). Cependant, les lymphocytes T CD4+ et T CD8+ peuvent aussi exprimer ces marqueurs [7, 8]. L ASGM1 par exemple est exprimé par 20 à 30 % de cellules lymphocytaires naïves et par environ 90% de cellules activées [7]. Les anticorps anti-asgm1 et anti-nk1.1 sont typiquement utilisés pour la déplétion des cellules NK chez la souris. Cela peut aboutir par mégarde, à la déplétion simultanée de lymphocytes T exprimant ces marqueurs. Les données des études testant la déplétion des cellules NK chez la souris nécessitent à cet effet, une interprétation très prudente. Les cellules NK représentent approximativement 10 % de cellules mononuclées du sang périphérique (PBMC), et de 0,4 à 5% de cellules mononuclées des organes lymphoïdes secondaires [9]. Les mécanismes de cytotoxicité naturelle sont semblables à ceux utilisés par les lymphocytes T cytotoxiques (CTL) i.e. sécrétion de la protéine formant des pores à la surface des cellules cibles : la perforine et les protéines induisant l apoptose : les granzymes, et/ou l obligation des récepteurs de mort des cellules cibles [10]. La lyse 3

4 catalysée par les cellules NK a été démontrée dans plusieurs infections virales humaines et chez les rongeurs [11], cependant, la signification physiologique de la cytotoxicité naturelle au cours des infections bactériennes et parasitaires est encore matière à débat [12, 13]. La seconde fonction effectrice majeure des cellules NK est la sécrétion de cytokines pro-inflammatoires et de chémokines, tels le facteur activateur des macrophages : l IFN-γ, le facteur α de nécrose des tumeurs (TNF-α), la lymphotoxine (LT-α), le facteur stimulant les colonies de granulocyte-monocytes (GM-CSF) et la protéine inflammatoire des macrophages CCL3 [14, 15]. L IFN-γ a un rôle crucial dans la résistance de l hôte contre plusieurs infections. Il régule plusieurs centaines de gènes associés aux fonctions du système immunitaire et draine d autres cellules effectrices vers le site de l infection [16]. L IFN-γ active les macrophages et les neutrophiles, stimule la différenciation des lymphocytes Th1 CD4+, augmente la présentation des antigènes par les cellules présentatrices en régulant positivement le CMH et les molécules associées au CMH ; il induit aussi la commutation des sous classes d immunoglobuline G (IgG) dans les lymphocytes B, et de ce fait établit le lien entre les deux principaux acteurs du système immunitaire notamment, l immunité innée et de l immunité spécifique [16]. Désormais, la sécrétion d IFN-γ par les cellules NK est considérée comme ayant un rôle important dans la mobilisation de puissantes réponses immunes contre des classes variées de pathogènes [13, 17]. Les pathogènes envahissants ou les antigènes viraux, et des protozoaires d origine bactérienne sont capturés par les cellules dendritiques (DCs) ou les monocytes/macrophages qui libèrent ensuite des cytokines activatrices des cellules NK [18-22]. L IL-2, l IL-12, l IL-15, l IL-18, le TNF-α et l IFN-α/β contribuent tous à l activation des cellules NK alors que l IL-4, l IL-10 et le TGF-β suppriment la fonction cellulaire de ces mêmes cellules [18, 23]. L IL-12, qui est une cytokine proinflammatoire principalement produite par des cellules présentatrices d antigènes professionnelles, i.e. les macrophages et les cellules dendritiques, est un puissant inducteur de l activité cytotoxique des cellules NK, et de la sécrétion d IFN-γ qui, avec 4

5 l IL-18 jouent un rôle crucial dans la mobilisation des réponses immunes catalysées par les cellules NK [24, 25]. 3. Les récepteurs des cellules NK Alors que la stimulation par les cytokines contribue de façon significative à leur activation, les cellules NK ont aussi la capacité de détecter directement les cellules transformées ou les cellules infectées et de répondre immédiatement à de tels stimuli. L engagement d un répertoire élaboré de ligands via un répertoire complexe similaire de récepteurs de surface permet aux cellules NK de différencier les cellules hôtes normales des cellules anormales potentiellement dangereuses et cela sans immunisation préalable. Une fine balance des signaux inhibiteurs et stimulateurs est maintenue en association avec l état d activation des cellules NK [26]. Un aspect de ce processus est la reconnaissance de la perte de soi, «missingself», proposé pour la première fois par Klaus Kärre dans les années Ce processus par lequel les cellules NK scrutent la surface cellulaire des cellules cibles potentielles, et s activent si les cellules cibles ne peuvent pas fournir des signaux suffisamment forts en retour [27]. Il est maintenant bien compris que cela serait due au fait que, dans les conditions physiologiques normales, les cellules NK ont besoin de recevoir un signal négatif fourni par l engagement des récepteurs inhibiteurs spécifiques au CMH de classe I en vue de prévenir leur activation [26, 29]. La régulation négative ou la perte des molécules du CMH de classe I à la surface des cellules cibles peut rompre la balance des signaux inhibiteurs et activateurs en faveur de la mobilisation de l activation des cellules NK. Plus récemment, il a été reconnu que les cellules NK reconnaîtraient aussi les modifications du soi, «altered-self» pour lesquelles les cellules NK peuvent aussi être activées par les cellules exprimant pourtant un complément de CMH de classe I normal s il est suffisamment bien engagé dans les récepteurs d activation NK par les néo antigènes. Ces modifications peuvent être induites par le stress, la transformation 5

6 tumorale ou l infection [29]. Il est maintenant bien connu que les récepteurs activateurs et inhibiteurs des cellules NK (Voir Tableau 1) reconnaissent un large éventail de molécules du soi et du non soi. A l inverse des lymphocytes du système immunitaire spécifique, les cellules NK n utilisent pas de réarrangements des gènes somatiques pour générer des clones ayant la capacité de reconnaissance de divers antigènes ; elles réalisent plutôt leurs potentialités variées par l expression simultanée de multiple récepteurs, inhibiteurs et activateurs ayant différentes spécificités [30, 31]. Il y a trois grandes familles de récepteurs des cellules NK. Les récepteurs membres de la superfamille des immunoglobulines (G) [(e.g. les récepteurs killer Ig-like) (KIR), et les récepteurs LIR/ILT, Siglec-7], les récepteurs membres de la famille des lectines de type C qui sont représentés par les molécules hétéro dimériques (CD94/NKG2) et les récepteurs de cytotoxicité naturelle (NCR) [31, 32, 33]. Alors que la plupart des récepteurs présente très peu de polymorphisme, une remarquable diversité a été trouvée dans le gène de la famille de KIR chez les primates et parmi les gènes du récepteur équivalent, LY49 chez les rongeurs. Certains récepteurs KIR sont activateurs, c est le cas par exemple de KIR2DS et KIR3DS. D autres comme KIR2DL, KIR2DL4 et KIR3DL sont des récepteurs inhibiteurs. Les récepteurs KIR inhibiteurs contiennent dans leur domaine intracytoplasmique des motifs inhibiteurs appelés ITIMs (pour immuno receptor tyrosine-based inhibitory motifs) tandis que les récepteurs activateurs contiennent eux des motifs activateurs ITAMs. A chaque ligand du CMH I correspond un récepteur KIR exprimé à la surface des cellules NK. Le locus du gène KIR humain sur le chromosome 19q13.4 s étend sur approximativement 150 KB codant pour plus de 15 gènes KIR [34]. Les variabilités haplotypique et allélique sont responsables de la grande hétérogénéité trouvée dans le génotype de KIR dans une population où chaque individu exprime un ensemble de caractéristiques de KIR inhibiteurs et activateurs. En outre, des variations dans les loci de KIR exprimés par différents clones de cellules NK entraînent un répertoire polyclonal NK au sein d un même individu. La diversité des génotypes KIR individuel au sein d une population est comparable à la diversité trouvée dans les génotypes des antigènes de 6

7 leucocytes humains (HLA) [35]. Cela suggère que des pressions sélectives similaires de diversification pourraient être activées dans l ensemble des loci. Il n est pas surprenant que la reconnaissance spécifique des molécules CMH de classe I par des KIR inhibiteurs forme une part essentielle du mécanisme de discrimination soi/non soi des cellules NK. A l inverse, l identité des ligands physiologiques de KIR activateurs demeure encore matière à intense investigation. Malgré le fait que les interactions des molécules HLA avec les KIR activateurs aient été décrites [36], les interactions fonctionnelles avec des molécules non CMH ne peuvent être exclues. Les récepteurs polymorphiques lectine de type C de la famille multigène de Ly49 sont des analogues murins du récepteur KIR humain puisqu ils reconnaissent les molécules de CMH de classe I. De plus, les molécules de CMH de classe I-like et des haplotypes individuels de Ly49 varient en nombre de gènes des récepteurs activateurs et inhibiteurs [33]. La famille des récepteurs de type leucocytaire immunoglobulin like (LIR/ILT) présente des similarités structurales avec certaines molécules KIR mais seulement une faible variation allélique et génique n est conservée à travers les haplotypes [37, 38]. C est ainsi par exemple qu un minimum de récepteurs inhibiteurs polymorphiques LIR-1/ILT-2 (LILRB1) n est exprimé sur les cellules NK et fixe une large gamme de molécules du CMH de classe I et de molécules CMH-I like [38, 39]. La molécule multigénique NKG2 de la famille des lectines de type C est présente aussi bien chez l homme que chez les rongeurs. Les hétérodimères de NKG2A, -B, -C ou E avec CD94 sont connus pour reconnaître les molécules CMH-I non classiques (HLA-E/Qa-1) et contribuent ainsi à la discrimination entre le soi et le non soi [40, 41]. 7

8 Tableau 1. Propriétés des récepteurs des cellules NK Récepteur Famille Espèces Gènes Fonction Ligands connus Références Killer Ig Ig H, Hd, Ro Multigène Activateur CMH I, autres spécificités? 34, 36 et/ou Récepteurs Inhibiteur KIR Ig H Multigène Activateur CMH I, gpul18 38 et/ou Inhibiteur NKp30 Ig H, Hd, Ro Seul Activateur? 30 NKp44 Ig H Seul Activateur Haemagglutinines virales 30 NKp46 Ig H, Hd, Ro Seul Activateur Haemagglutinines virales 30 NKp80 Ig H Seul Activateur? 30 Siglec-7 Ig H Seul Inhibiteur Acide sialique 59, 60 LAIR Ig H Seul Inhibiteur Ep-CAM 2B4 Ig H, Ro Seul Activateur CD48 29 NKG2D CLD H, Hd, Ro Seul Activateur MICA/B, ULBP1/2/3, Rae-1, H60 Ly49 CLD H, Hd, Ro Multigène Activateur HLA I, m157, Hm1-C4, autres? 33 et/ou Inhibiteur CD94- CLD H, Hd, Ro Multigène Activateur HLA-E, Qa-1b 40, 41 NKG2 et/ou Inhibiteur KLRB1 CLD H, Hd, Ro Multigène Activateur Molécules liées aux 65 et/ou lectines de type C Inhibiteur TLR Toll Rc A, V Multigène Activateur Molécules associées Aux pathogènes Ig : Superfamille des immunoglobulines ; CDL : Domaine de la famille de lectines de type C ; H : Humain ; Hd : Humanoïdes ; Ro : Rongeurs ; A : Arthropodes ; V : Vertébrés. Chez l homme, l homodimère correspondant NKGD2 est un récepteur activateur qui reconnaît les molécules qui se fixent aux protéines du cytomégalovirus (CMV), les protéines UL16-binding (ULBP), ainsi que les molécules CMH like appelées MICA et MICB [42, 43]. Les ligands de NKGD2 chez la souris sont les membres de la famille du transcrit 1 précoce de l acide rétinoïque (Rae 1), la molécule du complexe mineur d histocompatibilité H-60, et le transcrit Mult1 de la molécule ULBP-like [1, 44, 45]. 8

9 Les ligands de NKGD2 ne sont pas généralement exprimés par les tissus normaux, mais l expression de MICA, MICB, Rae 1, ULBP et des protéines ULBP-like est positivement régulée en réponse au stress cellulaire dans les cellules transformées [44,45, 46-48] et les cellules infectées [49-52] ; c est ainsi que NKGD2 a été considéré comme étant impliqué dans l immunité contre les tumeurs et dans la défense anti-virale [29]. Le récepteur inhibiteur killer lectine like KLRG1 a été récemment montré comme pouvant être positivement régulé par l activation des cellules NK in vivo et pouvant supprimer la sécrétion d IFN-γ de la cytotoxicité des cellules NK in vitro, agissant ainsi comme un avaliseur de l activité NK [53]. Toutefois, le rôle exact de KLRG1 et l identité de ses ligands ne sont pas encore très clairs. Jusqu ici, la famille non polymorphique des NCR activateurs est composée de quatre membres chez la souris et chez l homme, NKp30, NKp44, NKp46 et NKp80 qui sont encore tous des récepteurs «orphelins», dans la mesure où leurs ligands ne sont pas encore connus. Toutefois, Mandelboim et ses collaborateurs ont récemment rapporté l engagement de NKp46 par les protéines d hémagglutinines virales [54], et que NKp30 semblerait être impliqué dans l activation des cellules NK par les cellules dendritiques ; le ligand restant cependant à identifier [55]. Les récepteurs NCR sont capables de déclencher l activité cytotoxique en dehors de tout contexte de molécule du CMH. Ils ont été décrits comme étant responsables de la reconnaissance de cellules tumorales. L importance des récepteurs de reconnaissance de motif (PRR) dans la régulation de l activité des cellules NK est encore très peu comprise. Les récepteurs Toll-like (TLR) fixent les motifs CpG, les lipopolysaccharides et plus fréquemment des molécules associées aux pathogènes [56]. Ils sont particulièrement impliqués dans l activation des macrophages et des cellules dendritiques et participent dans les réponses immunes précoces aux infections virales, bactériennes, parasitaires [57]. Néanmoins, puisque les TLRs exprimés à la surface des cellules NK et sur les lipophosphoglycanes purifiés à partir des parasites protozoaires ont été trouvés engagés avec des cellules infectées [58], il est difficile d écarter la possibilité que l engagement NK-TLRs ne soit relevant dans 9

10 l immunité innée. L inhibiteur spécifique du récepteur Siglec-7, l α-2,8-acide di-sialique a été impliqué dans la reconnaissance des molécules de glycoconjugués non CMH I [59, 60]. La protection de cellules hôtes déficientes en molécules CMH I ou n en exprimant que très faiblement (e.g. les neurones ganglionnaires de la racine dorsale et les érythrocytes) [61, 62], contre la cytotoxicité des cellules NK par la fixation des molécules du soi au Siglec-7 pourrait être une partie d un nouveau mécanisme important de la discrimination entre le soi et le non soi. Il est probable que l interaction de Siglec-7 avec les glycoprotéines de surface contenant de l acide sialique permette à certains parasites extracellulaires d échapper à la cytotoxicité NK alors que les pathogènes n exprimant pas d acide sialique (e.g. Trichophyton spp., [63]) seraient sensibles à l attaque médiée par les cellules NK. 4. L activation des cellules NK par les virus et les parasites pathogènes Des avancées significatives ont été réalisées au cours de ces deux dernières décennies dans la compréhension de la fonction des cellules NK dans différentes maladies infectieuses variées [13, 64]. Bien que la grande majorité des données proviennent d études in vitro et in vivo sur les infections virales [18, 65], il y a une accumulation rapide de preuves soutenant le rôle des cellules NK dans le contrôle des maladies causées par les protozoaires. 4-1/ Les infections virales Il est maintenant bien établi que la cytotoxicité des cellules NK et la production d IFN-γ joue un rôle crucial dans la résolution des infections causées par le virus de l herpès, de papillomavirus et par le virus de l influenza [18]. De plus, des interactions des cellules NK avec le virus de l immunodéficience humaine de type 1 (VIH-1) et le virus de la leucémie des cellules humaines T (HTLV) ont été démontrées [66, 67]. L activation des cellules NK au cours des infections virales semble généralement être médiée de manière indirecte par des cytokines, le plus souvent par l IL-12 et l IFN-α/β 10

11 sécrétées par les monocytes/macrophages [18]. Toutefois, un grand nombre de récentes études rapportent l engagement des récepteurs des cellules NK avec les antigènes viraux in vitro. Par exemple, les protéines d hémagglutinine des virus de l influenza et le complexe hémagglutinine-neuraminidase du virus para influenza sont démontrés comme étant capables de mobiliser directement la cytotoxicité. Cette cytotoxicité est catalysée par les cellules NK in vitro par l interaction spécifique avec le récepteur activateur NKp46 [54]. Toutefois, la relevance physiologique des interactions directes cellules NK et virus dans le contrôle de l infection n est pas encore complètement démontrée de façon convaincante in vivo. Plus récemment le groupe de Vidal, Lanier et Yokohama a apporté une preuve irréfutable que la résistance au cytomégalovirus (CMV) murin dépend de la stimulation par une glycoprotéine viral CMH like [68-70]. Cela donne une explication très plausible de la sensibilité différentielles in vivo de différentes souches de souris au CMV [71]. 4-2/ La Leishmaniose Les cellules NK fournissent aussi la base de la résistance précoce contre la leishmaniose comme le suggère le fait qu au cours de l infection par Leishmania major, la maladie est plus sévère chez les souris ayant subi une déplétion des cellules NK, et que la parasitémie de Leishmania amazonensis ne peut pas être efficacement limitée en absence de cellules NK [72-74]. Bien que la cytotoxicité contre les lignées cellulaires tumorales soit augmentée chez les animaux résistants, comparé aux animaux sensibles dans l infection précoce, et que les macrophages infectés par L. major et L. amazonensis soient détruits par les cellules NK in vitro, la lyse catalysée par les cellules NK ne semble pas être essentielle à la résistance, puisque la capacité de contrôler l infection est seulement faiblement réduite chez les souris beiges infectées par Leishmania tropica [73, 75-77]. La mutation beige perturbe sélectivement la voie lytique des cellules NK mais n a pas modifié la voie de la sécrétion de cytokines [78]. Pris ensemble, ces données indiquent que la fonction effectrice des cellules NK dans la leishmaniose est catalysée par la voie à médiation 11

12 cytokinique plutôt que par celle à médiation cytolytique. Compatible avec cette idée, il a été montré qu une production rapide d IFN-γ au cours des premières heures et des premiers jours de l infection par L. major était cruciale pour la survie. De plus les cellules NK sont la première source de production de cette cytokine [73, 79]. En outre, les souris sévèrement immunodéprimées (SCID) qui n ont pas de cellules T mais présentent une fonction NK normale, sont capables de contenir les parasites de L. major dans le drainage de ganglions lymphatiques, prouvant l existence d un mécanisme indépendant de cellules T qui limite la propagation des parasites ; la neutralisation de l IFN-γ ou la déplétion des cellules NK avant l infection des souris SCID abolit leur capacité à contrôler la propagation des parasites [80]. De même, la guérison spontanée et la protection contre la leishmaniose chez l homme semblent être associées à la capacité de répondre rapidement à l infection à Leishmania aethiopica par la prolifération cellulaire des cellules NK et la sécrétion de cytokine [81]. La richesse de ces données est le fait que l activation des cellules NK au stimulus de la leishmaniose est généralement un phénomène indirect médié par les cytokines/chémokines, plutôt que par un phénomène direct. L IL-12 et l IL- 18 sont les régulateurs majeurs des réponses immunes innée et spécifique contre l infection par L. major [25, 82]. Les souris sensibles aux infections par Leishmania major et Leishmania donovani sont efficacement traitées avec un apport exogène d IL-12 [83, 84]. L absence d activation des cellules NK par les chémokines conduit en une défense sub-optimale par les cellules NK [85]. Des études supplémentaires chez les rongeurs ont permis de suggérer que les cellules dendritiques seraient importantes dans la protection catalysée par les cellules NK. Elles constitueraient la principale source d IL-12 précoce au cours de la leishmaniose, puisqu une production transitoire de cette cytokine par les cellules dendritiques dans les premières 24 heures semblerait être l événement initial requis pour la mobilisation de l activation des cellules NK [21, 86, 87]. Il a été récemment démontré que les promastigotes vivants de L. donovani et L. aethiopiaca stimulent les cellules NK purifiées à secréter l IFN-γ en absence d autres cellules présentatrices d antigènes [88]. On sait aussi qu une stimulation directe de TLR- 12

13 2 de la surface des cellules NK par un lipophosphoglycan (LPG) de L. major entraîne une régulation positive de TLR-2. Cela augmente la production d IFN-γ et de TNF-α [58] suggérant l existence d une activation supplémentaire des cellules NK par une voie indépendante de celle des cellules accessoires. Toutefois, le niveau de production d IFN-γ par les cellules NK pures dans cette étude était faible (détectable par ELISPOT mais pas par ELISA ni par marquage intracellulaire [88]), suggérant que les cytokines provenant des cellules accessoires pourraient être requises à l amplification de la réponse directe. 4-3/ La trypanosomiase L activité précoce des cellules NK influence aussi le cours de la maladie dans les trypanosomiases américaines et africaines. La déplétion des cellules NK des souches de souris résistant à Trypanosoma cruzi provoque une forte parasitémie, une augmentation de la mortalité très précoce dans l infection et un décalage dans la production d IFN-γ par les cellules T [89-91]. L analyse ex-vivo des phénotypes de lymphocytes dans la maladie de Chagas aiguë chez l homme soutient l idée que les cellules NK sont activées par T. cruzi avant que l immunité des cellules T ne se développe [92]. L importance des mécanismes de cytotoxicité dans la résistance aux parasites Trypanosoma est encore discutée. Au début des années 1980, des études ex vivo chez la souris ont révélé une augmentation de l activité cytolytique des cellules NK, dans les 24 heures suivant l infection à T. cruzi, et une destruction directe à médiation NK des formes épimastigotes et trypomastigotes extracellulaires de T. cruzi et Trypanosoma lewisi in vitro [93-95]. Curieusement, les parasites de Trypanosoma musculi ne sont pas sensibles à la lyse par les cellules NK et n augmentent pas non plus la lyse des lignées cellulaires tumorales par les cellules NK [95]. Cependant, comme observé pour l activité des cellules NK in vivo au cours de l infection par Leishmania, la mutation beige n a pas d effet majeur sur l issue de l infection de T. cruzi [93]. En accord avec cette observation, une autre étude plus récente indique que la cytotoxicité des cellules NK n est pas essentielle au contrôle de l infection par T. cruzi ni à la survie des souris déficientes en IFN-α/β [96]. Bien que les souris déficientes, aussi bien pour la voie perforine/granzyme 13

14 que celle de Fas/sFasL succombent très précocement à l infection par T. cruzi, témoignant d un rôle crucial de la cytotoxicité dans le contrôle de l infection, il n est pas possible, à partir des expériences rapportées dans la littérature, de déterminer si la cytotoxicité est catalysée par les cellules cytotoxiques T ou par les cellules NK [97]. Comparables aux données sur les mécanismes de résistance dans la leishmaniose précoce, plusieurs études in vitro et in vivo ont montré que les cellules NK stimulées par l IL-12 peuvent contrôler la parasitémie en sécrétant l IFN-γ dans les premiers jours de l infection par T. cruzi [89, 91, ]. D une part, les cellules NK semblent être activées principalement de façon indirecte par les cytokines produites par les macrophages et les cellules dendritiques. Le glycosylphosphatidylinositol (GPI) de T. cruzi et de Trypanosoma brucei active les macrophages de souris in vitro [101, 102, 103] et la protéine Tc52 libérée par T. cruzi a été montrée comme étant capable d activer les cellules dendritiques humaines via TLR-2 [104]. D autre part, les glycolipides de T. cruzi stimulent directement l activité des cellules NK [105]. Il reste à établir quelles sont les voies de reconnaissance et d activation qui sont physiologiquement relevant in vivo. 4-4/ La Toxoplasmose Il est maintenant bien établi que les cellules NK participent aussi dans la résistance précoce à l infection par Toxoplasma gondii [106]. La cytotoxicité des cellules NK contre les cellules tumorales YAC-1 induite par T. gondii est dépendante des macrophages et les cellules NK présentent une augmentation de la cytotoxicité contre les macrophages infectés par T. gondii et contre les formes extracellulaires des tachyzoites [ ]. Cependant, encore une fois, la cytotoxicité semble être d une importance mineure dans la résistance puisque le défaut sélectif de la cytotoxicité des cellules NK des souris beiges n aurait pas un effet apparent sur leur survie [111, 112]. A l inverse, l issue sévère de la maladie chez les souris infectées par T. gondii dont les cellules NK ont été déplétées, laisse supposer une importante fonction protectrice des cellules NK autre que la fonction cytotoxique [113]. En conséquence, il a été démontré que les tachyzoites intactes aussi bien que les extraits parasitaires stimulent la production d IFNγ par les cellules NK et que la survie des animaux est entièrement dépendante de cette 14

15 cytokine [ ]. Dans les travaux initiaux, il avait été observé qu au cours de l activation indirecte des cellules NK in vitro les étapes de développement extracellulaire et intracellulaire de T. gondii étaient totalement dépendantes de l IL-12 produite par les macrophages [115]. Des travaux plus récents suggèrent aussi un rôle physiologique des cellules dendritiques dans la reconnaissance de T. gondii et dans la stimulation initiale des cellules NK [106, ]. De nouveau, les protéines GPI dérivant du parasite semblent être parmi les facteurs responsables de l induction de l IL-2 comme suggéré par l activation de la voie de NF-κB dans les macrophages [121]. 4-5/ Le Paludisme Une grande perspective du rôle des cellules NK dans l immunité contre le paludisme a été donnée par les études sur les mécanismes liés à l IL-12 au cours des stades précoces de la maladie [122]. L infection des souris A/J normalement sensibles à Plasmodium chabaudi chabaudi AS (P.chabaudi AS) peut être résorbée de façon significative par l administration d IL-12 exogène très précocement au cours de l infection, entraînant le développement de l immunité dépendant de l IFN-γ, de TNF-α et de NO [123]. En outre, la déplétion in vivo des cellules NK, après un traitement avec un anticorps anti-agm1 chez la souris C57BL/6 résistant à l infection par P. chabaudi AS aboutit en une augmentation de la sévérité de la pathologie. De plus les souris A/J traitées à l IL-12 mais déplétées en cellules NK sont totalement incapables de contrôler l infection [124]. De même, l auto-contrôle des infections par P. chabaudi AS et Plasmodium yoelii est caractérisé par la capacité de l hôte à mobiliser une forte réponse IFN-γ dès les 24 heures suivant le challenge [125]. Les animaux privés de leurs cellules NK ont une diminution significative de la réponse IFN-γ et sont incapables de contrôler l infection par P. chabaudi AS. Ils sont de même, incapables de contrôler l infection par une souche non létale de P. yoelii. Cela suggère une contribution majeure de l IFN-γ dérivé des cellules NK à la résolution de l infection dans les premiers stades de la pathologie [125, 126]. Bien que l interprétation de ces résultats pourrait être compliquée par l éventuelle déplétion des souches de cellules T exprimant les marqueurs identiques à ceux exprimés par les cellules NK (comme expliqué dans l article «Le paludisme et le 15

16 système immunitaire humain»), le fait que les souris SCID ayant subi une déplétion de leurs cellules NK succombent à l infection non létale par P. yoelii même bien avant les souris SCID n ayant subi aucune déplétion, ni les souris traitées avec l anticorps anti-thy 1.1 [126], confirme que le rôle des cellules NK ne dépendrait pas des cellules T. Le rôle in vivo de la cytotoxicité des cellules NK, comme opposé à la production d IFN-γ, dans la résistance au paludisme de la souris n est pas encore très clair. Toutefois les souris beiges présentent une parasitémie significativement forte dans les stades précoces de l infection par Plasmodium berghei, et la lyse catalysée par les cellules NK des érythrocytes parasités par P. berghei rend les parasites incapables d infecter efficacement les souris naïves [12, 122, 127]. Toutes les études citées ci-dessus étaient réalisées au cours des stades sanguins de l infection palustre. Toutefois, les sporozoïtes irradiés par les rayonnements γ sont aussi capables d induire la production d IFN-γ in vitro et in vivo. Les sporozoïtes peuvent aussi entraîner la lyse des cellules tumorales murines par les cellules NK de la rate dans les 24 heures qui suivent leur inoculation [128]. Il a été montré plus récemment que l immunité protectrice dépendant de l IFN-γ et de NO et catalysée par les lymphocytes T CD8+ et par la vaccination avec des sporozoïtes irradiés de P. yoelii ou des constructions d ADN, requiert à la fois, l IL-12 et les cellules NK [129]. Cette étude est un excellent exemple de l interrelation qui existe entre l immunité innée et l immunité acquise. Au cours de ces dernières années, le rôle des cellules NK dans le contrôle de l infection palustre chez l homme a commencé à être exploré. Des travaux ont révélé que chez des sujets non immuns, les cellules NK sont parmi les premières cellules du sang périphérique à produire l IFN-γ en réponse à l infection des érythrocytes par P. falciparum [130]. Dans le cadre de cette étude in vitro, il a été observé que les cellules NK sont activées au cours des 18 heures d exposition aux érythrocytes parasités, alors que les cellules γ/δ T et les cellules NK-T, deux autres populations cellulaires productrices d IFN-γ, répondaient plus tard, après 24 ou 48 heures d exposition au pathogène. Cette 16

17 activation était dépendant de l IL-12, et à une moindre mesure de l IL-18 produits par les cellules accessoires [130]. Les résultats d une étude réalisée chez des enfants ayant une infection aigue à P. falciparum a suggéré une corrélation positive entre l activité lytique des cellules NK envers les cellules de la lignée leucémique humaine K562 ex vivo, et le niveau de parasitémie [131]. Orago et Facer avaient donné la preuve que les cellules NK de sujets sains et celles des sujets infectés par P. falciparum détruisent directement les érythrocytes parasités par P. falciparum in vitro [132]. Cette étude avait cependant été réalisée avec, non pas une population homogène de cellules NK mais avec un mélange de cellules mononucléaires du sang périphérique encore dénommé PBMC [132]. Nous avons, pour la première fois, clairement démontré le rôle des cellules NK dans la cytotoxicité des érythrocytes humains parasités par P. falciparum. Nous avons testé la capacité de lyse des cellules NK purifiées sur des érythrocytes parasités in vitro par P. falciparum [133]. Dans cette étude, nous avons apporté la preuve que les cellules NK purifiées inhibaient la croissance des parasites dans des cultures in vitro, et que l activité de lyse des cellules NK était probablement réalisée via le système Fas/sFasL et celui de perforine/granzymes. De plus, nous avons montré que les cellules NK purifiées stimulées par des érythrocytes parasités par P. falciparum produisent non seulement de l IFN-γ, mais aussi du TNF-α et pour la première fois de l IL-12 [133]. (Ces résultats seront détaillés dans notre prochain article). Dans les infections expérimentales de P. falciparum chez des sujets non immuns réalisées au cours d une évaluation de vaccin, des taux élevés d IFN-γ et de granzyme A soluble ont été détectés au moment de la libération des parasites du foie vers la circulation générale périphérique, indiquant un possible rôle des cytokines inflammatoires et de la cytotoxicité, dans la défense initiale de l organisme contre le stade sanguin de l infection in vivo [134]. Les érythrocytes parasités élaborent de grandes modifications structurales au cours du développement de trophozoïtes et de schizontes [135] ; ces modifications sont caractérisées par une exposition anormale à la surface de la membrane des érythrocytes, de protéines telles que la spectrine et la bande 3 [136], et des néo antigènes exprimés à la surface des parasites [137]. Il est ainsi intéressant de noter 17

18 que la lyse par les cellules NK, des érythrocytes exprimant à leur surface des antigènes du stade schizonte de P. falciparum fût significativement plus efficiente que celle des érythrocytes non parasités. Cela suggère une éventuelle reconnaissance spécifique de la surface modifiée des érythrocytes par les cellules NK activées [132]. En soutien à cette idée, il a été démontré qu une activation optimale de la production d IFN-γ dérivée des cellules NK in vitro requiert le contact entre les cellules NK et les érythrocytes parasités par P. falciparum [130, 138]. Ainsi, l activation des cellules NK par les stades sanguins asexués de P. falciparum semble dépendre au moins de deux signaux. La production de cytokines par des cellules «spectatrices» telles les monocytes/macrophages ou les cellules dendritiques, et la reconnaissance directe des érythrocytes parasités par les récepteurs des cellules NK (Figure 1). La capacité de reconnaissance spécifique des érythrocytes pourrait être expliquée par une expression anormale de ligands de récepteurs activateurs des cellules NK, e.g. les KIR activateurs, les récepteurs de cytotoxicité naturelle (NCRs), ou des récepteurs Tolllike, ou alternativement par la régulation négative ou la perte complète d un ligand des récepteurs inhibiteurs tel que Siglec-7. De façon très intéressante, la capacité des cellules NK à répondre aux érythrocytes parasités in vitro par la production d IFN-γ est un phénotype stable au niveau individuel de donneurs mais qui varie significativement entre les individus [130]. Les différences observées dans la réactivité des cellules NK ne sont pas le résultat de niveau variable de production d IL-12 et d IL-18 par les cellules dites spectatrices puisque l administration de cytokines exogènes n augmente pas la réponse aux érythrocytes parasités par P. falciparum par les cellules NK de sujets non répondeurs [130]. 18

19 Figure 1 : Modèle d activation des cellules NK par les érythrocytes parasités par P. falciparum. Il est proposé ici que, très précocement dans le stade sanguin de l infection, les cellules dendritiques et les monocytes-macrophages sont activés par les érythrocytes parasités par Plasmodium falciparum. Les cellules matures activées produisent et libèrent des cytokines dont l IL-12, l IL-18 et certainement l IL-15 qui à leur tour, activent les cellules NK pour produire des cytokines pro-inflammatoires telle que l IFN-γ et libérer des protéines cytotoxiques comme les granzymes et la perforine. En plus de l activation de ces cellules dites spectatrices (bystander), l activation optimale des cellules NK semble nécessiter la reconnaissance directe des érythrocytes infectés, probablement par les récepteurs NK. La sécrétion de l IFN-γ par les cellules NK stimule les macrophages à phagocyter les érythrocytes parasités. De plus, l IFN-γ associe l immunité innée contre le paludisme à l immunité spécifique en induisant une maturation des cellules dendritiques et la différentiation des cellules Th1. Ce schéma a été emprunté à Korbel et al. Int. J. Parasitol

20 Les cellules NK de sujets semi immuns tels des adultes Africains vivant depuis toujours en zone d endémie palustre, produisent significativement moins d IFN-γ en réponse aux érythrocytes parasités par P.falciparum, que les cellules de sujets caucasiens, non immuns [130]. L hypothèse que l hétérogénéité dans la réponse aux érythrocytes parasités par P. falciparum serait due aux différences des répertoires exprimés des récepteurs inhibiteurs ou activateurs des cellules NK a été avancée. Selon cette hypothèse, cela pourrait refléter une variation haplotypique du génotype de KIR au niveau individuel, ou d importants polymorphismes alléliques fonctionnels de KIR et de TLR [ ]. Dans ce contexte, il est intéressant de noter que l analyse génétique d un faible nombre d individus ait révélé une association significative entre les réponses des cellules NK aux érythrocytes parasités par P. falciparum et le génotype de KIR [138], suggérant, comme récemment démontré dans la susceptibilité au VIH et au virus de l hépatite C [142, 143], qu il y aurait des différences intrinsèques, génétiquement déterminées, dans la susceptibilité au paludisme, ce qui pourrait expliquer la variation de la réponse immune innée. A la suite de la stimulation des PBMC, par des érythrocytes parasités par P. falciparum, il a aussi été observé une augmentation significative de l expression de CD94 et de NKG2A sur les cellules NK des sujets répondeurs, suggérant l existence d une fonction régulatrice pour le récepteur inhibiteur hétérodimérique CD94 /NKG2A dans la restriction de la pathologie potentielle causée par une activation continue des cellules NK [138]. Si ces résultats sont confirmés, cela laisserait supposer que l activation des cellules NK par les érythrocytes parasités par P. falciparum, et par d autres protozoaires pathogènes, est le résultat de l intégration par les cellules l ensemble complexe des signaux émanant à la fois des récepteurs activateurs et inhibiteurs. À cet égard, les stades finaux de l activation des cellules NK provoquée par les pathogènes pourraient être semblables à ceux déjà décrits pour les cellules transformées et les cellules n exprimant pas ou peu d antigènes du CMH I. Toutefois, la confirmation de la fonction protectrice des cellules NK au cours du paludisme chez l homme, et la détermination du rôle de KIR 20

Activation et polarisation des lymphocytes T. A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis

Activation et polarisation des lymphocytes T. A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis Activation et polarisation des lymphocytes T A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis Immunité acquise La réponse innée reconnaît des structures conservées entre

Plus en détail

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011 LA REPONSE ALLOGENIQUE C. René -2011 Les Lois de la transplantation Rôle des lymphocytes T Transfert de l immunité par les cellules T Infiltrat de cellules mononuclées disposé en manchons péri-vasculaire:

Plus en détail

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine 2012 Explorations des réponses Immunitaires L3 Médecine Rappel sur les réponses Immunitaires DIFFERENTS TYPES DE REPONSES IMMUNITAIRES Naturelle = innée Adaptative Non spécifique Spécifique Immédiate Barrière

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES. MEMOIRE Présenté par Caroline FLAMENT

ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES. MEMOIRE Présenté par Caroline FLAMENT MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES Science de la vie et de la terre MEMOIRE Présenté par Caroline FLAMENT Pour l obtention du diplôme de l Ecole Pratique des Hautes Etudes

Plus en détail

Régulation de la réponse immunitaire par les molécules HLA

Régulation de la réponse immunitaire par les molécules HLA Régulation de la réponse immunitaire par les molécules HLA G Sterkers, D Zeliszewski, A Eljaatari-Corbin To cite this version: G Sterkers, D Zeliszewski, A Eljaatari-Corbin. Régulation de la réponse immunitaire

Plus en détail

COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre 2007. de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux

COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre 2007. de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles 19 octobre 2007 Inhibition des défenses de l hôte par les bactéries pathogènes Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux Gwennola ERMEL I Détection

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli Les cytokines et leurs récepteurs Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli l i@ i 1 Les cytokines et leurs récepteurs 2 mécanismes principaux d interactions cellulaires : - contact membranaire

Plus en détail

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points)

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) Lycée M hamdia Année scolaire : 2011/2012 Prof : Saïd Mounir Date : 17/05/2012 Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) EXERCIE N O 1: (4 points) : 1 : a-b 2 : b 3 : a-b 4 : d 5 : d 6 :

Plus en détail

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T.

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Marcelo de Carvalho, Olivier Adotévi, Valérie Frenkel, Gilles Thibault, Richard Le Naour I-Introduction... 2 II-Activation des lymphocytes

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie 1977 - Terme utilisé par Jonas Salk. 1983 - Rassemble tous les aspects des vaccinations : biologiques, immunologiques et cliniques ainsi

Plus en détail

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Jean Daniel Lelièvre, Yves Lévy, Pierre Miossec I-Introduction... 2 II-Les interférons... 2 II-1.L interféron... 3 II-1-a.

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

MODULE DE VIROLOGIE 2010 IMMUNITE INNEE ANTIVIRALE CHEZ LES VERTEBRES

MODULE DE VIROLOGIE 2010 IMMUNITE INNEE ANTIVIRALE CHEZ LES VERTEBRES MODULE DE VIROLOGIE 2010 IMMUNITE INNEE ANTIVIRALE CHEZ LES VERTEBRES Marc DALOD CIML Téléphone 04-91-26-94-51 email: dalod@ciml.univ-mrs.fr INTRODUCTION BRAINSTORMING PAR PETITS GROUPES (10 MIN) 1) Qu

Plus en détail

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Parc d Innovation d Illkirch, France, le 10 mars 2010 Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Transgene (Euronext

Plus en détail

L adhérence cellulaire

L adhérence cellulaire UE2 : Biologie cellulaire Migration cellulaire, domiciliation et cancer Chapitre 2 : L adhérence cellulaire Pierre CAVAILLES Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

L immunité est assurée par le système immunitaire

L immunité est assurée par le système immunitaire L immunité est assurée par le système immunitaire végétations amydales 1. Organes primaires, centraux ou producteurs canaux lymphatiques thymus rate ganglions lymphatiques 2. Organes secondaires, périphériques

Plus en détail

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES Classement NABM : non inscrit code : non codé DÉCEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Cytokines & Chimiokines

Cytokines & Chimiokines Cytokines & Chimiokines I. (D après Förster, R. et al. (1999) Cell 99:23) Dans le but d étudier la régulation de la circulation des leucocytes dans l organisme, des souris déficientes pour le récepteur

Plus en détail

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral.

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral. - La cytométrie en flux est une méthode d analyse de cellules en suspension, véhiculées à grande vitesse jusqu à une chambre d analyse traversée par des faisceaux lasers. L interaction des cellules avec

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

82 collaborateurs 52 millions

82 collaborateurs 52 millions Édito Chiffre d affaires à fin Septembre 2007 Assemblée générale du 26 juin 2007 Réponses aux questions des actionnaires * Actualité R&D et produits I 2 : la science d Innate * Innate Pharma et ses actionnaires

Plus en détail

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses M-H H BESSIERES,, S. CASSAING, A. BERRY, R. FABRE, J-F.. MAGNAVAL Service de Parasitologie-Mycologie Diagnostic biologique d une d parasitose

Plus en détail

Mécanismes de l alloréactivité, des rejets de greffe et de la réaction du greffon contre l hôte.

Mécanismes de l alloréactivité, des rejets de greffe et de la réaction du greffon contre l hôte. Mécanismes de l alloréactivité, des rejets de greffe et de la réaction du greffon contre l hôte. Marcelo de Carvalho Bittencourt, Christophe Baron, Gilles Blancho, Myriam Labalette, Hélène Moins Teisserenc

Plus en détail

thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010

thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010 thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010 Qu est-ce qu une cellule souche? Une cellule souche a la capacité unique de: s auto-renouveler

Plus en détail

Différences entre Homme et singes?

Différences entre Homme et singes? Différences entre Homme et singes? Différences entre Homme et singes? Apparition de l œil? Apparition du vol? Apparition des hémoglobines? Molécule d hémoglobine HEME Chaîne polypeptidique de type 2 Chaîne

Plus en détail

Mécanismes moléculaires à l origine des maladies autoimmunes

Mécanismes moléculaires à l origine des maladies autoimmunes Mécanismes moléculaires à l origine des maladies autoimmunes Sébastien Lacroix-Desmazes INSERM UMRS 1138 Immunopathology and herapeutic Immunointervention CRC - Paris, France Ma connaissance d un patient

Plus en détail

Immunologie Intégrative & Biologie des Systèmes. Biologie des systèmes. Biologie des systèmes? Immunologie Intégrative & Biologie des Systèmes

Immunologie Intégrative & Biologie des Systèmes. Biologie des systèmes. Biologie des systèmes? Immunologie Intégrative & Biologie des Systèmes Adrien Six (adrien.six@upmc.fr) IF-IVa Université Pierre et Marie Curie février 2011 Introduction Modèle de la différenciation T Analyse immunomique anticorps Signature transcriptionnelle "Mémoire" Modules

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Donnou S. caractérisation des cellules microgliales adultes et de leur potentiel en immunotherapie des tumeurs cerebrales TEL-00341604

Donnou S. caractérisation des cellules microgliales adultes et de leur potentiel en immunotherapie des tumeurs cerebrales TEL-00341604 Vaisseaux méningés Sinus veineux Os crânien Dure-mère Espace Périvasculaire Cortex cérébral ventricules Substance blanche Flux de LCR Villosités arachnoïdes Sinus veineux Plexus choroïdes Substance grise

Plus en détail

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Nicolas Dauguet Le 20 septembre 2010

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Nicolas Dauguet Le 20 septembre 2010 THÈSE En vue de l'obtention du DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délivré par l'université Toulouse III - Paul Sabatier Discipline ou spécialité : Immunologie Présentée et soutenue par Nicolas Dauguet

Plus en détail

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021 Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges Membre enseignant chercheur EA 4021 Rhumatisme inflammatoire chronique Prévalence des SA ies en Europe = 1 à 2% Age moy : 26 ans, ratio homme/femme:

Plus en détail

Etat de l art sur les mécanismes de l'allergie aux produits chimiques Pr Marc Pallardy INSERM UMR 996 Faculté de Pharmacie Université Paris-Sud

Etat de l art sur les mécanismes de l'allergie aux produits chimiques Pr Marc Pallardy INSERM UMR 996 Faculté de Pharmacie Université Paris-Sud Etat de l art sur les mécanismes de l'allergie aux produits chimiques Pr Marc Pallardy INSERM UMR 996 Faculté de Pharmacie Université Paris-Sud Société Française de Toxicologie «Relations entre Recherche,

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE)

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Cycle de réplication virale du VIH Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Pourquoi est-ce important de comprendre le

Plus en détail

PLAN. Intérêt des cellules souches exogènes (hématopoïétiques ou mésenchymateuses) dans la réparation/régénération

PLAN. Intérêt des cellules souches exogènes (hématopoïétiques ou mésenchymateuses) dans la réparation/régénération Cellules souches & appareil respiratoire : Perpectives thérapeutiques Pr Carole Planès Physiologie SMBH Bobigny EA 2363, UFR SMBH, Université Paris 13 carole.planes@avc.aphp.fr Master 2 B2PCR Respiration

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

intracellulaires et extracellulaires

intracellulaires et extracellulaires - 1 - ACADEMIE DE PARIS Année 211 MEMOIRE pour l obtention du DES d Anesthésie- Réanimation Coordinateur : Monsieur le Professeur Didier Journois Par Jeanne Chatelon Présenté et soutenu le 18 octobre Rôle

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

Cytokines ; Chimiokines

Cytokines ; Chimiokines Cytokines ; Chimiokines I. Dans le but d étudier la régulation de la circulation des leucocytes dans l'organisme, des souris déficientes pour le récepteur CCR7 de chimiokine ont été générées par recombinaison

Plus en détail

Approche par groupe de gènes pour les données longitudinales d expression génique avec une application dans un essai vaccinal contre le VIH

Approche par groupe de gènes pour les données longitudinales d expression génique avec une application dans un essai vaccinal contre le VIH Approche par groupe de gènes pour les données longitudinales d expression génique avec une application dans un essai vaccinal contre le VIH Boris Hejblum 1,2,3 & Rodolphe Thiébaut 1,2,3 1 Inserm, U897

Plus en détail

sclérose en plaque Amandine MATHIAS Formation continue IAL 14.11.2013 Service d immunologie et allergie Service de neurologie

sclérose en plaque Amandine MATHIAS Formation continue IAL 14.11.2013 Service d immunologie et allergie Service de neurologie Evaluation du risque lié au natalizumab dans la sclérose en plaque Amandine MATHIAS Formation continue IAL 14.11.2013 Service d immunologie et allergie Service de neurologie La SEP: une maladie complexe

Plus en détail

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires.

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. Produits de thérapie cellulaire DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. DIAPOSITIVE 2 La fabrication des thérapies cellulaires est examinée par la Division

Plus en détail

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins»

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Bernard Duval Institut National de Santé Publique du Québec 18 avril 2002 Objectifs Grands axes de la réponse immunitaire Conjugaison

Plus en détail

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Parc d Innovation d Illkirch, France, le 22 mars 2010 Transgene S.A. (Euronext Paris: FR0005175080) présente

Plus en détail

Greffe de CSH: Aspects biologiques et cliniques. Enseignement complémentaire_l3 Janvier 2014 Roch Houot & Karin TARTE

Greffe de CSH: Aspects biologiques et cliniques. Enseignement complémentaire_l3 Janvier 2014 Roch Houot & Karin TARTE Greffe de CSH: Aspects biologiques et cliniques Enseignement complémentaire_l3 Janvier 2014 Roch Houot & Karin TARTE Concept de CSH Pluripotentialité Autorenouvellement Capacité de homing Capacité à reconstituer

Plus en détail

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Introduction: - Réponse d un animal à l expérimentation (diapo 1) Facteurs environnementaux et propres à l animal - Notion d animal standardisé

Plus en détail

Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions

Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions De quoi se compose le système immunitaire? Chaque jour, des substances étrangères, appelées

Plus en détail

THÈSE présentée par :

THÈSE présentée par : UNIVERSITÉ FRANÇOIS - RABELAIS DE TOURS ÉCOLE DOCTORALE SST EA 4245 Cellules dendritiques, Immunomodulation et Greffes THÈSE présentée par : Caroline PILON soutenue le : 4 Février 2009 pour obtenir le

Plus en détail

Approches immunologiques potentielles du traitement du paludisme humain

Approches immunologiques potentielles du traitement du paludisme humain Approches immunologiques potentielles du traitement du paludisme humain Claudio Daniel RIBEIRO A l'heure actuelle les différentes possibilités thérapeutiques proposées pour le traitement du paludisme rencontrent

Plus en détail

STRATEGIES DE SURVIE DES VIRUS ET DEFENSE DE L'HOTE

STRATEGIES DE SURVIE DES VIRUS ET DEFENSE DE L'HOTE STRATEGIES DE SURVIE DES VIRUS ET DEFENSE DE L'HOTE d'après le cours de Jean-Louis VIRELIZIER, Unité d'immunologie Virale, Institut Pasteur, Paris. INTRODUCTION L'étude des moyens de défense de l'organisme

Plus en détail

La cytométrie en flux. Chloé Journo, ENS Lyon Jean-François Madre, ENS Lyon IFÉ Publié par Gérard Vidal et Charles-Henri Eyraud

La cytométrie en flux. Chloé Journo, ENS Lyon Jean-François Madre, ENS Lyon IFÉ Publié par Gérard Vidal et Charles-Henri Eyraud La cytométrie en flux Chloé Journo, ENS Lyon Jean-François Madre, ENS Lyon IFÉ Publié par Gérard Vidal et Charles-Henri Eyraud La cytométrie en flux par Chloé Journo, Jean-François Madre, Gérard Vidal,

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

Enseignement de Virologie (part. 2) Pr. Y. BAKRI Plan du cours

Enseignement de Virologie (part. 2) Pr. Y. BAKRI Plan du cours Université Mohammed V-Agdal Département de Biologie Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 Année Universitaire : 2004-2005 Module optionnel: Biologie Humaine (M 16.1) Elément : Parasitologie - Virologie

Plus en détail

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013 Hépatite B Le virus Structure et caractéristiques o o o Famille des Hepadnaviridae Genre orthohepadnavirus Enveloppé, capside icosaédrique, 42 nm 1 Le virus Structure et caractéristiques En microscopie

Plus en détail

Les microarrays: technologie pour interroger le génome

Les microarrays: technologie pour interroger le génome Les microarrays: technologie pour interroger le génome Patrick DESCOMBES patrick.descombes@frontiers-in-genetics.org Plate forme génomique NCCR Frontiers in Genetics Université de Genève http://genomics.frontiers-in-genetics.org

Plus en détail

La sclérose en plaques

La sclérose en plaques Hôpital de la Salpêtrière, La sclérose en plaques Catherine Lubetzki Sclérose en plaques 80 000 cas en France Seconde cause de handicap de l adulte jeune 50% des patients ont un handicap permanent à 15

Plus en détail

LE SYSTÈME IMMUNITAIRE

LE SYSTÈME IMMUNITAIRE LE SYSTÈME IMMUNITAIRE INTRODUCTION Système de protection contre éléments vivants étrangers But: Assurer l intégrité de l organisme 2 tâches successives: Identifier l agresseur => Nécessité de discriminer

Plus en détail

G. Pauli Professeur Honoraire Faculté de Médecine, Strasbourg

G. Pauli Professeur Honoraire Faculté de Médecine, Strasbourg Les vaccins aux allergènes des mammifères: approches avec les allergènes recombinants G. Pauli Professeur Honoraire Faculté de Médecine, Strasbourg 2 èmes rencontres francophones d allergologie moléculaire,

Plus en détail

Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims

Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims 12 2014 HEMATOPOIESE Progéniteurs puis précurseurs Stimulation par facteur : activation spécifique de leur récepteur Moelle

Plus en détail

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME Généralités Syndrome du à une sécrétion d exotoxine Staphylocoques, Streptocoque groupe A Manifestations cliniques non liées au lieu

Plus en détail

Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique

Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique Tuteur : Anne Muhr-Tailleux cardiovasculaires et diabète (Equipe 1) Institut

Plus en détail

Vendredi 6 décembre 2013 Rouen

Vendredi 6 décembre 2013 Rouen Séminaire danimation d Animation de l Axe laxe 1 Vendredi 6 décembre 2013 Rouen «Le Séquençage de Nouvelle Génération dans le Cancéropôle Nord Ouest: Evolution, Résultats, projets» Diagnostic 0,5 2 Gb

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Titre: Domaine scientifique : Mots clés : Directeurs de thèse : Institution des directeurs de thèse : Adresse email des directeurs de thèse :

Titre: Domaine scientifique : Mots clés : Directeurs de thèse : Institution des directeurs de thèse : Adresse email des directeurs de thèse : Titre: Détermination de l ensemble des ARNs non codants chez Ostreococcus, un modèle d algue unicellulaire marine infectée par des virus à ADN double brin Domaine scientifique : Génomique Mots clés : ARN

Plus en détail

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement Chapitre 4 Génotype, phénotype et environnement Comment s établit le phénotype macroscopique? Le phénotype ne se résume pas toujours à la simple expression du génome, les relations entre génotypes et phénotypes

Plus en détail

Mécanisme des réactions inflammatoires

Mécanisme des réactions inflammatoires 01/04/2014 THOMASSIN Guillaume L2 Revêtement Cutané Dr. Sophie Deplat-Jégo Relecteur 4 8 pages Revêtement cutané Mécanisme des réactions inflammatoires cutanés Mécanisme des réactions inflammatoires Plan

Plus en détail

+ Questions et réponses

+ Questions et réponses HÉPATITE B L hépatite B c est quoi? L hépatite B est un type de maladie du foie causée par le virus de l hépatite B, une des formes les plus courantes de l hépatite virale (les autres sont le virus de

Plus en détail

Les Applications industrielles et commerciales des cellules souches. Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises

Les Applications industrielles et commerciales des cellules souches. Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises Les Applications industrielles et commerciales s cellules souches Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises Matthieu COUTET, Responsable du Pôle Jean-François RAX, Business Analyst 1 Plan Cellules souches

Plus en détail

THÈSE. Docteur. l Institut des Sciences et Industries du Vivant et de l Environnement (Agro Paris Tech) Leïla Périé. le 14/10/2009

THÈSE. Docteur. l Institut des Sciences et Industries du Vivant et de l Environnement (Agro Paris Tech) Leïla Périé. le 14/10/2009 THÈSE pour obtenir le grade de Docteur de l Institut des Sciences et Industries du Vivant et de l Environnement (Agro Paris Tech) Spécialité : Immunologie présentée et soutenue publiquement par Leïla Périé

Plus en détail

- 2 - faire industriel dans la mise au point des produits biologiques. L Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle (IRRMT, basé à

- 2 - faire industriel dans la mise au point des produits biologiques. L Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle (IRRMT, basé à Information presse Roche, l Agence Nationale de Recherches sur le Sida et les hépatites virales (ANRS), le Baylor Research Institute (BRI) et Inserm Transfert mettent en place une coopération stratégique

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Observer : l'absence de noyau des hématies la petite taille des plaquettes la forme et la taille des noyaux (leucocytes) ACTIVITES ELEVES TS

Observer : l'absence de noyau des hématies la petite taille des plaquettes la forme et la taille des noyaux (leucocytes) ACTIVITES ELEVES TS 4.1 La réaction inflammatoire, un exemple de réponse innée 4.1.1 Les cellules de défense au microscope optique : Par l'observation d'une goutte de sang humain au microscope, repérer chaque type de cellule

Plus en détail

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06 Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro Directive européenne 98/79/CE du 27/10/98 relative aux DMDIV OBJECTIFS Directive dite «Nouvelle approche» - Harmonisation des réglementations nationales

Plus en détail

Impact de la maladie du greffon contre l hôte sur la reconstitution immunitaire suite à une greffe de moelle osseuse allogénique

Impact de la maladie du greffon contre l hôte sur la reconstitution immunitaire suite à une greffe de moelle osseuse allogénique Université de Montréal Impact de la maladie du greffon contre l hôte sur la reconstitution immunitaire suite à une greffe de moelle osseuse allogénique par Simon-David Gauthier Département de Microbiologie

Plus en détail

Apport d un nouveau test Interféron Gamma

Apport d un nouveau test Interféron Gamma Apport d un nouveau test Interféron Gamma Dr D. Bonnet Service de maladies infectieuses Bichat Claude bernard Tuberculose 1/3 population mondiale infectée par BK Primo infection asymptomatique 90% des

Plus en détail

Tuberculose bovine. Situation actuelle

Tuberculose bovine. Situation actuelle Tuberculose bovine Situation actuelle 21 mai 2013 Dr G. Peduto Vétérinaire cantonal Service de la consommation et des affaires vétérinaires 1 Tuberculose bovine La Suisse est indemne depuis 1959 Dernier

Plus en détail

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro 1 Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro CONTEXTE La leucémie prolymphocytaire B (LPL B) est une pathologie rare,

Plus en détail

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique COL L ÈGE N ATIONAL DES GYNÉ COLOGUES E T OBS TÉ TRICIENS FR A NÇ A IS Président : Professeur F. P u e ch EXTRAIT d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Publié le 10 décembre 2010 N o t a. Le

Plus en détail

3: Clonage d un gène dans un plasmide

3: Clonage d un gène dans un plasmide 3: Clonage d un gène dans un plasmide Le clonage moléculaire est une des bases du génie génétique. Il consiste à insérer un fragment d'adn (dénommé insert) dans un vecteur approprié comme un plasmide par

Plus en détail

Enseignement de Virologie (part. 2) Pr. Y. BAKRI Plan du cours

Enseignement de Virologie (part. 2) Pr. Y. BAKRI Plan du cours Université Mohammed V-Agdal Département de Biologie Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 Année Universitaire : 2009-2010 Module optionnel: Biologie Humaine (M 16.1) Elément : Parasitologie - Virologie

Plus en détail

LE SUICIDE DES CELLULES ET LE SYSTÈME IMMUNITAIRE

LE SUICIDE DES CELLULES ET LE SYSTÈME IMMUNITAIRE le suicide des cellules et le système immunitaire LE SUICIDE DES CELLULES ET LE SYSTÈME IMMUNITAIRE par J. C. AMEISEN* Toutes nos cellules ont le pouvoir de s autodétruire, et leur survie dépend, en permanence,

Plus en détail

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES L OUTIL IDEAL POUR TOUTES LES DETECTIONS IMMUNOCHIMIQUES pour toutes les techniques immunodosages (EIA/ELISA) dot/ westernblot immunohistochimie immunocytochimie cytométrie en flux quel que soit le système

Plus en détail

Biomarqueurs en Cancérologie

Biomarqueurs en Cancérologie Biomarqueurs en Cancérologie Définition, détermination, usage Biomarqueurs et Cancer: définition Anomalie(s) quantitative(s) ou qualitative(s) Indicative(s) ou caractéristique(s) d un cancer ou de certaines

Plus en détail

PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1)

PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1) PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1) Apport de la Biologie Cellulaire et Moléculaire aux innovations médicales (bases et prérequis de biologie cellulaire

Plus en détail

La détection des cellules du système immunitaire par la Cytométrie en flux

La détection des cellules du système immunitaire par la Cytométrie en flux La détection des cellules du système immunitaire par la Cytométrie en flux Les différentes méthodes de détection des cellules du système immunitaire 1 - Etude morphologique Elle est réalisée sur 2 types

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES

LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement

Plus en détail