LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE : UN GUIDE À L INTENTION DES INGÉNIEURS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE : UN GUIDE À L INTENTION DES INGÉNIEURS"

Transcription

1 LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE : UN GUIDE À L INTENTION DES INGÉNIEURS Une collaboration de l Ordre des ingénieurs du Québec et de l Office de la propriété intellectuelle du Canada

2 2 La propriété intellectuelle : TABLE DES MATIÈRES Préambule 3 L ingénieur 3 La propriété intellectuelle 4 La propriété intellectuelle : source inédite de renseignements 4 L ingénieur et la propriété intellectuelle 5 La propriété intellectuelle au Canada en un clin d œil 7 Modes de protection de la propriété intellectuelle 8 Brevet d invention 8 Dessin industriel 12 Marque de commerce 14 Droit d auteur 16 Liens utiles 20

3 La propriété intellectuelle : 3 PRÉAMBULE Ce guide aborde un thème qui joue un rôle primordial dans la nouvelle économie mondialisée de la connaissance : la propriété intellectuelle (PI). Les ingénieurs doivent plus que jamais composer avec un environnement en constante évolution caractérisé par la nécessité d être informé et d innover. Qu il s agisse de la recherche et du développement dans l entreprise privée ou de la recherche appliquée et fondamentale dans le secteur public, le transfert des connaissances s impose dorénavant comme le fer de lance de toute avancée scientifique ou technologique. La PI, comme nous le verrons, protège les droits liés au travail intellectuel et favorise la diffusion de connaissances essentielles au déploiement de l innovation. Les prochaines pages comportent aussi une description des différents modes de protection de la propriété intellectuelle avec une définition de leurs principaux mécanismes et la marche à suivre pour les obtenir. Nous y traiterons plus particulièrement de brevet d invention, de dessin industriel, de marque de commerce et de droit d auteur en tentant de faire ressortir les impacts qu ils peuvent avoir sur le travail de l ingénieur. L INGÉNIEUR Dans son domaine d application, l ingénieur veille à la bonne marche de la conception, la réalisation et la mise en œuvre de produits, de systèmes ou de services. C est aussi un généraliste qui doit s adapter à un environnement technologique et socio-économique en constante évolution. Il doit donc posséder une solide formation scientifique et un ensemble de connaissances techniques, économiques, légales, sociales et humaines. Il doit toujours être à l affût des percées technologiques de l heure dans son domaine et faire appel au savoir d autres disciplines, un apport souvent essentiel à la réalisation de ses projets. Une bonne connaissance de la PI lui sera particulièrement utile lorsqu il devra collaborer au sein d une équipe pluridisciplinaire à l élaboration d une nouvelle technologie.

4 4 La propriété intellectuelle : LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE La propriété intellectuelle (PI) est l ensemble des droits associés à l activité intellectuelle dans les domaines industriel, scientifique, littéraire et artistique. Ces droits prennent habituellement la forme de brevets, dessins industriels, marques de commerce et droits d auteur. Il existe également d autres formes de protection comme les topographies de circuits intégrés et les certificats d obtention végétale, mais elles ne seront pas abordées en détail dans le présent guide. L Office de la propriété intellectuelle du Canada (OPIC) 1 est l organisme qui, au pays, reçoit les demandes de protection des droits de PI. Ces demandes constituent une source d information pour la création des bases de données sur les brevets, dessins industriels, marques de commerce et droits d auteur. La PI joue plusieurs rôles. La protection des droits de PI permet au titulaire de tirer profit de son œuvre créative et d empêcher les autres personnes de produire, vendre ou exploiter celle-ci sur le territoire où la protection s applique, sans l autorisation nécessaire. L actif de PI profite à ses titulaires par l intermédiaire du développement de leur activité commerciale et de leurs stratégies : cela va du développement à la conception du produit, de la fourniture des services à la commercialisation et de la recherche du financement à l exportation ou à l expansion de l activité par la voie des licences ou du franchisage. La publication des demandes de protection des droits de PI favorise la diffusion des connaissances nécessaires à l essor de la recherche et du développement. LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE : SOURCE INÉDITE DE RENSEIGNEMENTS Les droits de PI représentent beaucoup plus qu un moyen de protection. Les renseignements contenus dans chaque demande sont recueillis dans les bases de données des offices de la propriété intellectuelle de plusieurs pays. L accès à cette ressource favorise souvent les inventions et les améliorations percutantes de produits existants. Dans le cas des brevets une forme de PI importante pour les ingénieurs, il s agit de l information la plus récente car elle est rendue publique bien avant que le brevet ne soit concédé ou refusé. 1 L Office de la propriété intellectuelle du Canada (OPIC) comprend le Bureau des brevets, la Commission d appel des brevets, le Bureau des dessins industriels, le Bureau du droit d auteur, le Bureau des marques de commerce et la Commission des oppositions des marques de commerce.

5 La propriété intellectuelle : 5 En effet, les revues spécialisées publient souvent ces mêmes renseignements jusqu à cinq ans ou plus après la publication de la demande de brevet. Les bases de données sont élaborées par les offices de chaque pays. Au Canada, par exemple, l Office de la propriété intellectuelle a inscrit plus de 1,8 million de documents dans sa Base de données sur les brevets canadiens. L office américain, l USPTO, affiche plus de 7 millions d entrées dans sa base de données et il y en aurait plus de 30 millions à l échelle internationale. Une recherche dans les bases de données des brevets permet de trouver, pour chaque brevet : une brève description de la technique ; l historique d un problème et la façon dont l invention permet de le résoudre ; une description détaillée de la manière de fabriquer l invention. Et ce n est pas tout, les renseignements publiés peuvent aider les gens d affaires, les chercheurs, les ingénieurs ou même les étudiants à : identifier les tendances et les innovations dans un domaine particulier de la technologie ; découvrir de nouveaux types de produits qu on peut utiliser sans licence ou pour lesquels on peut prendre un contrat de licence ; suivre le travail d une personne ou d une société en prenant connaissance des demandes de brevets qu ils ont déposées ; trouver la solution à un problème d ordre technique ; puiser, dans un certain domaine, de nouvelles idées de recherche ; identifier les collaborateurs et les compétiteurs. L INGÉNIEUR ET LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE L ingénieur doit transformer des idées en applications concrètes qui pourront être commercialisées. Il conçoit et exploite des solutions, des systèmes, des procédés et des méthodes. Les acquis du travail intellectuel deviennent la matière première de la propriété intellectuelle. Par l enregistrement officiel du fruit de leurs labeurs, les chercheurs, les inventeurs, les ingénieurs, les PME et les grandes entreprises peuvent revendiquer leurs droits de PI et les inscrire dans leur actif. Cet ensemble de connaissances, souvent sous-estimé, devient donc une valeur ajoutée, pouvant être transigée dans une économie de marché comme tout autre bien matériel.

6 6 La propriété intellectuelle : À titre d exemple, une multinationale dans le domaine de l informatique a obtenu des recettes de plus de 1,5 milliard de dollars US provenant de licences accordées à d autres entreprises pour des technologies qu elle ne désirait pas commercialiser elle-même. Un ingénieur bien renseigné et sensibilisé aux différents types de PI devient un atout précieux pour son employeur. Son expertise dans le domaine technologique est essentielle dans les demandes de brevets et les contrats de licence. Les documents ayant trait aux brevets, aux dessins industriels, aux droits d auteur et aux marques de commerce sont aussi une source d information pertinente pour les professionnels du génie. ÉTAPES DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE CRÉATION PROTECTION COMMERCIALISATION GESTION ET SUIVI En plus de savoir ce qu est un brevet, une marque de commerce, un dessin industriel et un droit d auteur, les futurs ingénieurs auraient aussi avantage à connaître toutes les étapes de la gestion de la PI : création des produits PI ; protection de ces produits ; commercialisation ; suivi et gestion de la PI.

7 La propriété intellectuelle : 7 LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE AU CANADA EN UN CLIN D ŒIL Brevets Marques de commerce Droits d auteur Dessins industriels Topographies de circuits intégrés Durée Jusqu à 20 ans à compter de la date de dépôt Période de 15 ans, renouvelable En général, toute la vie de l auteur plus 50 ans Jusqu à 10 ans 10 ans Étendue de la protection Protection au Canada Protection au Canada Protection internationale automatique (peut cependant faire l objet d une demande au Canada) Protection au Canada Protection au Canada Protection contre Utilisation, vente, fabrication Emploi par des tiers Copie, reproduction Fabrication, vente, location ou importation Utilisation, vente, fabrication Objet de la protection Inventions Mots, symboles, dessins ou une combinaison de ceux-ci servant à distinguer des produits ou des services Œuvres littéraires, artistiques, musicales et dramatiques originales et autres objets : enregistrements sonores, prestations, signaux de communication Caractéristiques visuelles d un produit : éléments décoratifs, forme, motif, configuration Configurations originales de circuits intégrés Ce tableau est extrait du document Démarquez-vous de vos concurrents, l original peut être consulté sur cet hyperlien.

8 8 La propriété intellectuelle : MODES DE PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE BREVET D INVENTION L octroi d un brevet accorde à son détenteur le droit d empêcher d autres personnes de fabriquer, de construire, d exploiter et de vendre son invention. Pour que ce droit existe, il faut que l OPIC délivre un brevet pour cette invention. Les brevets constituent donc un stimulant de la recherche et du développement puisqu ils accordent aux inventeurs un droit exclusif d exploitation pendant une certaine période de temps. Il devient donc plus intéressant et rentable d y investir temps et argent. Par contre, en déposant une demande de brevet, une description détaillée de l invention devient disponible pour tous : on vise ainsi à ce que tous les Canadiens puissent tirer profit de l évolution des connaissances et de la technologie qu elle représente. Même s ils peuvent en prendre connaissance, ils ne peuvent pas fabriquer, employer ou utiliser l invention pour des fins commerciales sans l autorisation du détenteur du brevet. Invention brevetable : conditions Sont brevetables les inventions qui répondent à la définition et aux conditions précisées à la Loi sur les brevets. L article 2 de cette loi définit une invention comme suit : «Toute réalisation, tout procédé, toute machine, fabrication ou composition de matière, ainsi que tout perfectionnement de l un d eux, présentant le caractère de la nouveauté et de l utilité.» Ainsi, divers produits, appareils ou procédés sont brevetables à la condition de présenter, tout d abord, ce caractère de nouveauté. C est dire qu il doit s agir d une invention originale et qu elle doit être la première de ce genre dans le monde. Il importe de préciser que, pour que l invention puisse être brevetée, il ne faut pas qu elle ait été rendue publique, à moins que cela ne se soit produit moins de un an avant le dépôt de la demande. Dans la plupart des autres pays, toutefois, la demande de brevet doit être déposée avant toute utilisation ou divulgation. La deuxième condition pour que l invention soit brevetable est que l invention fonctionne et comporte une certaine utilité. Puis, finalement, l invention doit «constituer un changement ou une amélioration de la technique existante, qui n aurait pas été évident avant son élaboration pour des gens compétents dans le domaine en cause».

9 La propriété intellectuelle : 9 Ce qui n est pas brevetable Le brevet est accordé pour une matérialisation de l idée et non pour l idée elle-même. On ne peut pas faire breveter, par exemple, de simples principes scientifiques ou conceptions théoriques. Perfectionnement d une invention On peut obtenir un brevet pour le perfectionnement d une invention déjà brevetée, à la condition que ce perfectionnement soit lui-même inventif. Ce brevet ne lui accorde toutefois pas le droit de fabriquer, vendre ou exploiter l invention originale si le brevet original est encore valide. De même, le détenteur du brevet original n acquiert pas le droit d utiliser le perfectionnement. En pratique, les deux parties conviennent souvent d une entente pour commercialiser le produit amélioré, soit ensemble, soit chacun de leur côté. Titulaire du brevet Le brevet est demandé par l inventeur et accordé à ce dernier. Toutefois, dans le cas d une personne liée par contrat de travail à un employeur, c est généralement cet employeur qui fera la demande du brevet et qui en sera détenteur, à moins que le contrat de travail ne le prévoie autrement. Précisons toutefois que, lorsque l invention porte sur des instruments ou des munitions de guerre, tout membre de l administration publique fédérale ou employé d une société d État peut être tenu de céder son invention et tout brevet obtenu ou à obtenir au ministère de la Défense. Par ailleurs, dans tous les cas de brevet, le gouvernement fédéral peut se servir de l invention brevetée en payant au détenteur du brevet une somme adéquate en l espèce. Durée et portée territoriale de la protection La durée d un brevet est limitée à 20 ans à compter de la date du dépôt de sa demande au Canada. Le brevet accordé protège l invention uniquement au Canada. Une demande de brevet doit donc être faite dans chacun des pays où l on désire que l invention soit protégée. L ingénieur doit alors s assurer de respecter les conditions des lois applicables dans ces autres pays, qui diffèrent souvent des lois canadiennes. Ainsi, par exemple, plusieurs pays n accordent pas de brevet si l invention a déjà été rendue publique. L obtention d un brevet dans un pays peut donc empêcher d en obtenir un ailleurs si les demandes ne sont pas faites simultanément ou presque. D autres pays peuvent exiger que l invention que l on veut breveter soit fabriquée ou exploitée dans leur pays à l intérieur d une certaine période de temps.

10 10 La propriété intellectuelle : Obtention d un brevet Il importe de présenter une demande de brevet le plus rapidement possible après la mise au point de l invention puisque, au Canada, c est le premier inventeur qui dépose une demande de brevet, et non le premier qui la met au point, qui obtiendra le brevet. La procédure de demande d un brevet est très complexe et le processus d examen peut durer de deux à trois ans. Il est donc préférable de s adresser à un agent de brevets pour préparer la demande et en assurer le suivi. Une liste des agents agréés de brevets se trouve sur le site Web de l OPIC. Les principales étapes de demande de brevet sont les suivantes : a) mise au point de l invention ; b) recherche préliminaire afin de déterminer s il existe des brevets ou des demandes de brevets portant sur une telle invention et recherche de l état de la technique en général ; c) si l invention ne semble pas déjà avoir été brevetée et qu elle est nouvelle, utile et ingénieuse, préparation et dépôt à l OPIC d une demande de brevet incluant un précis, un descriptif et, selon le cas, des dessins. Le précis constitue un court résumé du mémoire descriptif. Le mémoire descriptif doit comprendre une description de l invention et de son utilité ainsi que des revendications délimitant l étendue de la protection qui devrait être accordée au brevet ; d) préparation et dépôt d une demande d examen au plus tard cinq ans après la date du dépôt de la demande de brevet ; e) l examinateur de l OPIC avise le requérant s il accepte ou s il refuse sa demande et exige, si nécessaire, que des modifications y soient apportées ; f) faire les modifications demandées ; si certaines revendications sont rejetées, préparation d une réponse aux objections de l examinateur ; g) reprise des étapes e) et f) autant de fois qu il s avère nécessaire ; h) réponse finale de l examinateur ; i) appel possible devant la Commission d appel des brevets si l examinateur recommande le rejet de la demande de brevet ; j) si la demande est à nouveau rejetée, possibilité d appel devant la Cour fédérale du Canada, puis devant la Cour suprême.

11 La propriété intellectuelle : 11 Demandes internationales de brevets En juillet 2004, l OPIC a obtenu le statut d administration chargée de recherche internationale et d administration chargée d examen préliminaire ; toutefois, en raison du rôle d office récepteur aussi tenu par l OPIC, les déposants ont, depuis plus de 10 ans, été en mesure de déposer leurs demandes internationales au Canada. Le Traité de coopération en matière de brevets (PCT) représente un mode de protection avantageux pour les inventeurs et les industriels à l échelon international. Le dépôt d une seule demande internationale de brevet selon le PCT s applique simultanément dans un grand nombre de pays. Tant les déposants que les offices de brevets dans les quelque 130 États contractants du Traité apprécient l uniformisation des formalités à respecter, les rapports de recherche internationale et d examen préliminaire international et la publication internationale centralisée. La procédure nationale de délivrance des brevets et les dépenses relatives sont reportées, dans la majorité des cas, jusqu à 18 mois (voire plus longtemps dans le cas de certains offices) par rapport au système traditionnel des brevets. Le déposant devrait alors en savoir davantage sur ses chances d obtenir une protection par brevet et sur l intérêt commercial potentiel suscité par l invention en question. Vente ou cession d un brevet Le détenteur du brevet peut choisir d accorder une licence à une ou plusieurs personnes ou entreprises pour la fabrication ou la vente de son invention en échange de redevances. Un brevet peut être concédé à toute personne à qui un inventeur a cédé par écrit ou légué par testament son droit sur ce brevet. Toute cession d un brevet et tout acte de concession du droit exclusif d exécuter et d exploiter l invention brevetée doivent être enregistrés au Bureau des brevets. Le détenteur d un brevet peut se voir condamner à accorder une licence à un tiers sur l invention brevetée s il a abusé de ses droits. Il y aura abus des droits lorsque, suivant l expiration d un délai de trois ans après l octroi du brevet, le détenteur : ne satisfait pas aux besoins du marché au Canada ; assujettit les licences à des conditions peu raisonnables ou, si l intérêt public est en jeu, refuse d accorder des licences ; utilise son brevet pour nuire injustement à la fabrication, l utilisation ou la vente d un produit non breveté.

12 12 La propriété intellectuelle : Violation d un brevet Quiconque utilise, fabrique ou vend une invention protégée par un brevet sans en être le détenteur ou sans l autorisation de ce dernier contrevient à la protection accordée par le brevet et viole les prescriptions de la Loi sur les brevets. Recours judiciaires Le détenteur d un brevet peut poursuivre en dommages-intérêts quiconque viole la protection accordée pour son invention au Canada ou dans tout autre pays dans lequel il s est vu délivrer un brevet. Si la violation survient entre la date à laquelle la demande de brevet est devenue accessible au public et la date d octroi du brevet, une indemnité «raisonnable» pourra être réclamée de celui qui enfreint le brevet durant cette période. Précisons finalement que la loi n exige aucune mention particulière sur les articles faisant l objet d un brevet pour aviser le public qu ils sont brevetés. Il peut toutefois s avérer utile, pendant la période d examen de la demande, d y mentionner qu une demande a été déposée afin de prévenir les tiers que le droit exclusif de fabrication et de vente vous appartiendra par la suite. DESSIN INDUSTRIEL Un dessin industriel constitue «les caractéristiques visuelles touchant la forme, la configuration, le motif ou les éléments décoratifs d un objet fini», que l objet soit réalisé à la main ou à l aide d une machine ou d un outil. L enregistrement d un dessin industriel permet de le protéger de la contrefaçon par un tiers. Sans enregistrement, il n est pas protégé. Titulaire des droits sur un dessin industriel Seul le propriétaire d un dessin peut présenter une demande et obtenir l enregistrement d un dessin industriel. Si l employé d une entreprise met au point un dessin dans le cadre de son emploi, l employeur sera considéré comme étant le propriétaire. Durée et portée territoriale de la protection L enregistrement est valable pour une durée de dix ans à compter de la date d enregistrement, pourvu que la taxe de maintien soit versée avant l expiration de la première période d enregistrement de cinq ans et six mois.

13 La propriété intellectuelle : 13 Le dessin ainsi enregistré n est protégé qu au Canada. Sa protection dans d autres pays sera sujette à son enregistrement dans chacun d entre eux, suivant les lois qui y sont en vigueur. De même, les étrangers peuvent enregistrer leurs dessins au Canada en conformité avec la loi canadienne. Demande d enregistrement d un dessin industriel La demande d enregistrement est faite auprès de l Office de la propriété intellectuelle du Canada (OPIC). Il n y a pas de temps limite pour la faire, sauf dans le cas où le dessin a déjà été publié. L enregistrement doit alors être fait dans les 12 mois de cette première publication. La demande d enregistrement doit être accompagnée des documents suivants : une esquisse ou une photographie du dessin ; une description écrite des caractéristiques originales du dessin ; une déclaration du requérant à l effet qu il en est le propriétaire et que, à sa connaissance, il n est pas utilisé par quelqu un d autre ; les droits prescrits. Vente ou cession des droits sur un dessin industriel Le détenteur de l enregistrement d un dessin industriel peut céder, par écrit, ses droits à un tiers ou lui accorder une licence, c est-à-dire un droit temporaire de l utiliser, le fabriquer ou le vendre. Violation des droits sur un dessin industriel Toute personne qui, aux fins de vente, a utilisé ou imité un dessin industriel enregistré viole la protection accordée par l enregistrement d un dessin industriel. Recours judiciaires L action pour violation d un droit exclusif peut être intentée devant tout tribunal compétent soit par le propriétaire du dessin, soit par le titulaire d une autorisation exclusive et relative à celui-ci, sous réserve d une entente entre le propriétaire du dessin et le titulaire. Il est à noter que le propriétaire du dessin doit être partie à l action. Dans toute action pour violation d un droit exclusif, le tribunal pourra accorder une injonction et des dommages-intérêts.

14 14 La propriété intellectuelle : Toutefois, le tribunal ne pourra accorder qu une injonction, et non des dommages-intérêts, si le défendeur prouve qu il ignorait, ou ne pouvait raisonnablement savoir, que le dessin était enregistré. Cette défense ne sera cependant pas possible s il est démontré que la lettre «D» entourée d un cercle et le nom du propriétaire du dessin, ou son abréviation usuelle, figuraient lors de la survenance des faits reprochés : soit sur la totalité ou la quasi-totalité des objets qui étaient distribués au Canada par le propriétaire ou avec son consentement ; soit sur les étiquettes ou les emballages de ces objets. MARQUE DE COMMERCE La marque de commerce peut être définie comme un mot, un symbole, ou un dessin, ou une combinaison de ceux-ci, employé par une personne pour distinguer ses produits ou services de ceux offerts par des tiers. Un nom commercial est le nom sous lequel on poursuit les activités d une entreprise. Il peut s agir de son propre nom, du nom d une société commerciale, d une société en nom collectif, ou d un nom adopté pour une partie de ladite entreprise, c est-à-dire une division de la société. Un nom commercial ne peut être enregistré en vertu de la Loi sur les marques de commerce que s il est utilisé en tant que marque de commerce, c est-à-dire pour identifier des marchandises ou des services. L enregistrement d une marque de commerce n est pas obligatoire. L enregistrement est toutefois souvent souhaitable puisqu il accorde à son détenteur le droit exclusif d utiliser cette marque de commerce au Canada. Une marque de commerce enregistrée auprès de l Office de la propriété intellectuelle du Canada (OPIC) est une marque de commerce inscrite au Registre des marques de commerce. On parle alors de marque de commerce déposée. La Loi sur les marques de commerce comporte plusieurs limitations quant à ce qui peut être enregistré comme marque de commerce. Voici les principales limitations : un nom complet ou de famille ; un mot qui donne une description claire de la nature ou de la qualité (p. ex. une référence au goût du produit) ; une description fausse et trompeuse du produit ou service ; un mot qui désigne clairement le lieu d origine des produits ou services ; le nom de ces produits et services dans une langue étrangère ; une marque qui porte à confusion avec une autre marque de commerce enregistrée ou en instance de l être ;

15 La propriété intellectuelle : 15 un symbole qui ressemble à certains symboles officiels, tels le drapeau du Canada ou d autres pays, les emblèmes et noms de la Croix-Rouge et des Nations unies, les symboles des provinces, municipalités ou institutions publiques, etc. Titulaire des droits sur une marque de commerce L enregistrement peut être demandé par le propriétaire de la marque de commerce, qui est généralement son auteur, ou, s il est lié par un contrat de travail à un employeur, par ce dernier. Durée et portée territoriale de la protection Le droit exclusif d utilisation de la marque de commerce est accordé initialement pour une période de 15 ans. L enregistrement peut être renouvelé par la suite tous les 15 ans. Tout comme pour le brevet et le dessin industriel, l enregistrement d une marque de commerce n est valable qu au Canada. Pour bénéficier d une protection dans d autres pays, un enregistrement doit être obtenu dans chacun d entre eux, en conformité avec les lois qui s y appliquent. Demande d enregistrement d une marque de commerce La demande est faite auprès de l OPIC. Elle suit généralement le processus suivant : a) recherche préliminaire pour déterminer si cette marque est déjà enregistrée ou en instance de l être ; b) préparation et dépôt d une demande d enregistrement incluant tous les dessins ou spécimens officiels exigés, s il y a lieu ; c) examen de la demande par l examinateur de l OPIC qui peut l approuver, la rejeter ou demander des modifications ; d) s il y a rejet, possibilité d appel devant la Cour fédérale du Canada ; e) s il y a approbation de la demande, celle-ci sera publiée dans le Journal des marques de commerce ; f) possibilité d opposition, par des tiers, à l utilisation de cette marque de commerce dans les deux mois de cette publication ; g) s il n y a pas d opposition, ou si celle-ci n est pas maintenue par l OPIC, acceptation de la demande et enregistrement.

16 16 La propriété intellectuelle : Vente ou cession des droits sur une marque de commerce Le détenteur de l enregistrement de la marque de commerce peut permettre à des tiers de l utiliser ou leur vendre, léguer ou céder son droit. Quoique la loi n exige pas d inscription particulière, l enregistrement d une marque de commerce est souvent indiqué par l utilisation de certains symboles. Il est recommandé de s en servir afin d informer les tiers de ses droits. Dans le cas d une marque de commerce déposée, la pratique courante est d utiliser les symboles MD en français et en anglais. Soulignons qu en l absence d enregistrement de la marque de commerce, la pratique courante est d utiliser les symboles MC en français et TM en anglais. Violation des droits sur une marque de commerce Toute personne qui, aux fins de vente, utilise la marque de commerce enregistrée viole la protection accordée par l enregistrement d une marque de commerce. Le propriétaire d une marque de commerce enregistrée pourra obtenir d un tribunal une injonction pour faire cesser l utilisation de celle-ci, ou d une marque qui prête à confusion, par un tiers et/ou réclamer des dommages-intérêts pour compenser les dommages subis à la suite de la violation de son droit. Par ailleurs, les marchandises faisant l objet d une contravention à cette loi peuvent faire l objet d une ordonnance d un tribunal permettant leur retenue provisoire en attendant une décision finale sur la légalité de leur importation ou de leur distribution. DROIT D AUTEUR La Loi sur le droit d auteur protège diverses œuvres contre la reproduction non autorisée. Ainsi, elle accorde à son titulaire le droit exclusif de reproduire, publier ou produire son œuvre ou de l exécuter en public. Elle lui permet également d autoriser quelqu un d autre à le faire. L œuvre en question peut être, par exemple, un livre, une photographie, une œuvre musicale, une bande magnétique, un logiciel ou une banque de données. Les tribunaux ont reconnu que les plans d un ingénieur sont également protégés par cette loi. Les esquisses, modèles, maquettes, croquis et autres dessins qu il réalise bénéficient également d une protection légale. Toutefois, pour qu une œuvre soit protégée par cette loi, elle doit tout d abord être «originale», c est-à-dire ne pas être le résultat d un plagiat, même déguisé. De plus, il faut préciser que le droit d auteur ne protège pas les thèmes, les simples titres, les noms ou les concepts. Le droit d auteur ne protège pas l idée ou le concept, mais bien l expression de celle-ci. Il serait donc possible, par exemple, pour une personne d écrire un ouvrage ou de réaliser un dessin à partir des mêmes idées qu une autre sans qu il y ait violation du droit d auteur.

17 La propriété intellectuelle : 17 Titulaire du droit d auteur Le titulaire du droit d auteur sera, selon le cas : l auteur de l œuvre ; son employeur, si l œuvre est réalisée dans l exercice de son emploi ; la Couronne, si l œuvre a été réalisée ou publiée par l entremise, sous la direction ou sous la surveillance de quelque département du gouvernement, sauf si le contraire a été stipulé ; une autre personne, si les droits lui ont été vendus ou transférés. Ainsi, lorsque l ingénieur est lié à un employeur par un contrat de travail, le droit d auteur relatif aux plans, dessins, logiciels et autres œuvres réalisées dans le cadre de son emploi appartient à son employeur. Il ne peut donc pas reproduire pour son compte, ou celui d une autre personne, les plans, esquisses, dessins, logiciels ou banques de données qu il a conçus alors qu il était avec cet employeur. Les parties peuvent toutefois convenir, dans le contrat de travail, que le droit d auteur appartiendra à l ingénieur. Lorsque, par contre, les œuvres sont réalisées pour le compte d un client, par voie d un contrat d entreprise ou de service, le client en est propriétaire, mais l ingénieur conserve le droit d auteur qui s y rattache. C est donc dire que l ingénieur pourra s opposer, en principe, à ce que le client reproduise ses plans, dessins, logiciels ou autres œuvres. Le client ne peut non plus utiliser les plans de l ingénieur pour d autres constructions que celle faisant l objet de leur contrat sans l autorisation de l ingénieur. En pratique, toutefois, il arrive fréquemment que le contrat intervenu entre l ingénieur et son client contienne une clause spécifiant que les droits d auteur appartiennent au client, ce qui lui permet d en faire l usage qu il veut par la suite. Si aucune référence n est faite dans le contrat à ce sujet, l ingénieur pourrait avoir avantage à y faire inscrire une clause spécifiant qu il conserve le droit d auteur, question de s assurer que cela est clair entre les parties. Durée et portée territoriale de la protection En principe, le droit d auteur, et donc l interdiction de reproduire sans l autorisation du titulaire du droit, existe pendant toute la vie de l auteur et jusqu à 50 ans après son décès. Cette période est toutefois différente dans le cas d un auteur inconnu, d un droit d auteur détenu par la Couronne, de photographies, d œuvres publiées après le décès de l auteur, d œuvres en collaboration ou de disques et de bandes sonores. Soulignons qu au décès du titulaire du droit d auteur, le droit fait partie de sa succession et est transmis à ses héritiers.

18 18 La propriété intellectuelle : Le droit d auteur canadien sur une œuvre est valable dans tous les pays signataires de la Convention de Berne ou membre de l O.M.C., ce qui regroupe la plupart des pays. De même, le droit des auteurs de ces mêmes pays sur leurs œuvres, ou le droit des auteurs dont l œuvre a été publiée pour la première fois dans un pays du Commonwealth ou avec lequel le Canada a conclu un accord, est valable au Canada. Il n est pas nécessaire d indiquer sur une œuvre qui détient le droit d auteur pour sa protection au Canada. Toutefois, la Convention universelle sur le droit d auteur prévoit qu une telle mention ( Nom de l auteur, année de la première publication) s avère nécessaire pour la protection du droit dans d autres pays. Obtention du droit d auteur Le droit d auteur est, au Canada, obtenu automatiquement par tout citoyen canadien, ou d autres personnes désignées par la loi, dès qu il crée une œuvre originale. C est donc dire qu aucun enregistrement oudémarche n est obligatoire. Toutefois, il peut souvent s avérer souhaitable d enregistrer son droit d auteur puisque le titulaire pourra ainsi plus facilement faire déterminer par un tribunal, en cas de contestation ou poursuite, qu il en est le véritable titulaire. L enregistrement du droit d auteur se fait auprès de l Office de la propriété intellectuelle du Canada (OPIC). Vente ou cession du droit d auteur Nous avons vu qu un tiers peut être titulaire du droit d auteur sur une œuvre. Ceci se produit lorsque l auteur cède ou vend en tout ou en partie son droit à une autre personne. Une telle cession ne sera toutefois valable que si elle est faite par écrit et signée par le titulaire du droit qui en fait l objet ou par son agent dûment autorisé. Le nouveau titulaire pourra, à moins que l entente ne le prévoie autrement, céder lui aussi ses droits à un tiers. Le titulaire pourra également concéder, par une licence, un intérêt quelconque dans ce droit. Celui qui acquiert le droit d auteur d un autre a intérêt à faire enregistrer la cession puisque, si le titulaire original cède les mêmes droits à une autre personne et que cette dernière les enregistre, le premier perd ses droits.

19 La propriété intellectuelle : 19 Violation du droit d auteur Quiconque exécute un acte réservé par la loi au titulaire du droit d auteur (reproduction, production...), sans le consentement de ce dernier, porte atteinte au droit d auteur et pourra être poursuivi. Précisons toutefois que la loi prévoit certaines exceptions à ce principe, dont notamment l utilisation équitable d une œuvre, c est-à-dire la citation ou la reproduction de courts extraits pour des besoins d étude privée, de recherche, de critique, de compte rendu. Recours judiciaires Il appartient au titulaire du droit d auteur de prendre les recours appropriés pour prévenir ou faire cesser la violation de son droit d auteur (injonction), ou pour obtenir des dommages-intérêts à la suite d une telle violation. Ces dommages-intérêts pourront comporter, en plus d une compensation pour les dommages subis, une proportion déterminée par le tribunal des profits que le contrevenant a réalisés en commettant cette violation du droit d auteur.

20 20 La propriété intellectuelle : LIENS UTILES Pour en savoir davantage sur la propriété intellectuelle, veuillez consulter le site Web de l OPIC au Vous y trouverez, entre autres : une Foire aux questions les bases de données sur les brevets, les dessins industriels, le droit d auteur et les marques de commerce au Canada. Consultez également : une excellente publication traitant de la propriété intellectuelle (PI) et de ses avantages : Démarquez-vous de vos concurrents le coffre à outils sur la PI qui vous aidera à utiliser judicieusement les divers modes de protection une liste des agents de brevets Pour en savoir davantage sur la PI dans d autres pays, rendez-vous à : USPTO Web Patent Database (anglais seulement) Espacenet (Office européen des brevets) Japanese Patent Office (anglais et japonais seulement) La Gazette électronique du PCT de l OMPI Classifications internationales des brevets (CIB) de l OMPI

Loi sur les dessins et modèles

Loi sur les dessins et modèles Loi sur les dessins et modèles (no 125 du 13 avril 1959, modifiée en dernier lieu par la loi no 116 de 1994)* TABLE DES MATIÈRES** Chapitre I er : Chapitre III : Chapitre III : Chapitre IV : Section 1

Plus en détail

Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international

Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international NATIONS UNIES CONVENTION DES NATIONS UNIES SUR LA CESSION DE CRÉANCES DANS LE COMMERCE INTERNATIONAL NATIONS UNIES

Plus en détail

RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES. adoptée par

RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES. adoptée par RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES adoptée par l Assemblée de l Union de Paris pour la protection de la propriété industrielle et l Assemblée générale de l Organisation Mondiale

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL15-020 TITRE : POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 2 février 2015 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI

Plus en détail

Loi fédérale sur la protection des topographies de produits semi-conducteurs microélectroniques (Loi sur la protection des semi-conducteurs)

Loi fédérale sur la protection des topographies de produits semi-conducteurs microélectroniques (Loi sur la protection des semi-conducteurs) Loi fédérale sur la protection des topographies de produits semi-conducteurs microélectroniques (Loi sur la protection des semi-conducteurs) (du 23 juin 1988) * TABLE DES MATIÈRES ** Articles Objet de

Plus en détail

15. Protection de la propriété intellectuelle au Canada. Brevets

15. Protection de la propriété intellectuelle au Canada. Brevets Protection de la propriété intellectuelle au Canada En cette période où la recherche scientifique, le domaine technique et les activités commerciales évoluent rapidement, il devient de plus en plus important

Plus en détail

Contrat d agent associé

Contrat d agent associé Contrat d agent associé Entre : L EMPIRE, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE (ci-après nommée «Empire Vie») et (ci-après nommé «agent associé») Adresse civique : Ville ou municipalité : Province : Code postal :

Plus en détail

Le droit d auteur à l ère du numérique

Le droit d auteur à l ère du numérique Le droit d auteur à l ère du numérique Conseil canadien des normes Ottawa, septembre 2004 ISBN 0-920360-50-5 Imprimé au Canada sur papier recyclé et recyclable Les nouvelles technologies nous réservent

Plus en détail

Notions de base relatives aux brevets. Abidjan, Côte d Ivoire 16 17 juin 2009

Notions de base relatives aux brevets. Abidjan, Côte d Ivoire 16 17 juin 2009 Notions de base relatives aux brevets Abidjan, Côte d Ivoire 16 17 juin 2009 Propriété intellectuelle Propriété industrielle Convention de Paris (1883) Droit d auteur et droits voisins Convention de Berne

Plus en détail

1 er janvier 2015. Conditions générales relatives aux achats informatiques

1 er janvier 2015. Conditions générales relatives aux achats informatiques 1 er janvier 2015 Conditions générales relatives aux achats informatiques CG relatives aux achats informatiques 2 1 Champ d application 1.1 Les présentes conditions générales (CG) règlent la conclusion,

Plus en détail

WIPO/GRTKF/IC/Q.2 JUILLET 2002 INTRODUCTION

WIPO/GRTKF/IC/Q.2 JUILLET 2002 INTRODUCTION QUESTIONNAIRE SUR LES PRATIQUES ET CLAUSES CONTRACTUELLES RELATIVES A LA PROPRIETE INTELLECTUELLE, A L ACCES AUX RESSOURCES GENETIQUES ET AU PARTAGE DES AVANTAGES COMITE INTERGOUVERNEMENTAL DE LA PROPRIETE

Plus en détail

Protéger ses inventions par brevet

Protéger ses inventions par brevet Protéger ses inventions par brevet 1 - Que peut-on protéger par brevet? L objet de la protection Les conditions de brevetabilité Les exclusions à la brevetabilité 2 - Comment protéger votre invention?

Plus en détail

Accord entre la Confédération suisse et la République de Namibie concernant la promotion et la protection réciproque des investissements

Accord entre la Confédération suisse et la République de Namibie concernant la promotion et la protection réciproque des investissements Texte original Accord entre la Confédération suisse et la République de Namibie concernant la promotion et la protection réciproque des investissements Conclu le 1 er août 1994 Entré en vigueur par échange

Plus en détail

CONTRAT DE SERVICES PROFESSIONNELS

CONTRAT DE SERVICES PROFESSIONNELS CONTRAT DE SERVICES PROFESSIONNELS INTERVENU ENTRE NOM LÉGAL COORDONNÉES ADRESSE VILLE PROVINCE CODE POSTAL TÉLÉPHONE COURRIEL Représenté au présent contrat par, dûment autorisé, ci-appelé INSTITUTION

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES GENERALES APPLICABLES AUX CONVENTIONS DE CONCESSION D OUVRAGE DE SERVICE PUBLIC

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES GENERALES APPLICABLES AUX CONVENTIONS DE CONCESSION D OUVRAGE DE SERVICE PUBLIC CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES GENERALES APPLICABLES AUX CONVENTIONS DE CONCESSION D OUVRAGE DE SERVICE PUBLIC CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES GENERALES APPLICABLES AUX CONVENTIONS DE CONCESSION

Plus en détail

Changements apportés à la Loi sur le droit d auteur par suite de l adoption du projet de loi C-11 et s appliquant aux services d archives

Changements apportés à la Loi sur le droit d auteur par suite de l adoption du projet de loi C-11 et s appliquant aux services d archives Changements apportés à la Loi sur le droit d auteur par suite de l adoption du projet de loi C-11 et s appliquant aux services d archives Après plusieurs faux départs et des années de discussion et de

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT. (ci-après appelée l «INSTITUTION») (ci-après appelée ) INC., (ci-après appelée ) ARTICLE 1 PRÉAMBULE

CONVENTION DE PARTENARIAT. (ci-après appelée l «INSTITUTION») (ci-après appelée ) INC., (ci-après appelée ) ARTICLE 1 PRÉAMBULE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE: CÉGEP, corporation légalement constituée en vertu des lois du Québec, ayant sa place d affaires au directeur général, dûment autorisé à agir tel qu il le déclare; (ci-après

Plus en détail

Convention des Nations Unies sur les immunités juridictionnelles des États et de leurs biens

Convention des Nations Unies sur les immunités juridictionnelles des États et de leurs biens Convention des Nations Unies sur les immunités juridictionnelles des États et de leurs biens Les États Parties à la présente Convention, Considérant que les immunités juridictionnelles des États et de

Plus en détail

Convention de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques*

Convention de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques* ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (OMPI) Convention de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques* du 9 septembre 1886, complétée à Paris le 4 mai 1896, révisée à

Plus en détail

Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique

Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier,

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 130 Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives Présentation Présenté par M. Philippe Couillard

Plus en détail

QUESTION 133. Brevetabilité des logiciels d ordinateur

QUESTION 133. Brevetabilité des logiciels d ordinateur QUESTION 133 Brevetabilité des logiciels d ordinateur Annuaire 1997/III, pages 314-318 Comité Exécutif de Vienne, 18-22 avril 1997/ Q133 QUESTION Q133 Brevetabilité des logiciels d ordinateur Résolution

Plus en détail

POLITIQUE D ACHAT ET DE MISE EN MARCHÉ DE LA SOCIÉTÉ DES ALCOOLS DU QUÉBEC

POLITIQUE D ACHAT ET DE MISE EN MARCHÉ DE LA SOCIÉTÉ DES ALCOOLS DU QUÉBEC POLITIQUE D ACHAT ET DE MISE EN MARCHÉ DE LA SOCIÉTÉ DES ALCOOLS DU QUÉBEC RÉVISÉE LE 16 DÉCEMBRE 2010 (DATE D ADOPTION PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION) 1. LA SAQ ENTREPRISE COMMERCIALE...4 1.1 Mandat...4

Plus en détail

Politique linguistique d Investissement Québec

Politique linguistique d Investissement Québec Politique linguistique d Investissement Québec 1. Objet La présente politique comporte des règles qui devront être appliquées par tous les membres du personnel d Investissement Québec, quels que soient

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 24 La propriété intellectuelle Me Micheline Montreuil 1 La propriété intellectuelle Contenu Le brevet d invention La marque de commerce Le droit d auteur Le dessin industriel

Plus en détail

REDEVANCES AURIFÈRES OSISKO LTÉE RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES

REDEVANCES AURIFÈRES OSISKO LTÉE RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES 1. APERÇU REDEVANCES AURIFÈRES OSISKO LTÉE RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES Le régime de réinvestissement des dividendes (le «régime») de Redevances Aurifères Osisko Ltée (la «Société») offre

Plus en détail

CONDITIONS D UTILISATION DU FREE FACTORY au 25/11/2015

CONDITIONS D UTILISATION DU FREE FACTORY au 25/11/2015 CONDITIONS D UTILISATION DU FREE FACTORY au 25/11/2015 Article 1 - Définitions Les mots et expressions, ci-après auront, dans le cadre des présentes conditions d utilisation, la signification suivante

Plus en détail

Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983)

Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983) Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, DESIRANT établir des dispositions communes concernant

Plus en détail

Règlement de l ARMC 91-501 Dérivés et obligations coupons détachés

Règlement de l ARMC 91-501 Dérivés et obligations coupons détachés Règlement de l ARMC 91-501 Dérivés et obligations coupons détachés PARTIE 1 DÉFINITIONS ET INTERPRÉTATION 1. Définitions 2. Interprétation PARTIE 2 DÉRIVÉS DISPENSÉS 3. Dispenses de l obligation d inscription

Plus en détail

Le i-depot : un souci en moins

Le i-depot : un souci en moins Le i-depot : un souci en moins Par Brigitte Dauwe, avocat et associé chez Stibbe Bruxelles Il n est pas possible de dresser un inventaire de toutes les situations où un i-depot peut être utile. Il y a

Plus en détail

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé du Québec Présenté le 17 juin 2004 Principe adopté le 1 er décembre 2004

Plus en détail

La propriété intellectuelle

La propriété intellectuelle La propriété intellectuelle Département d informatique et de recherche opérationnelle Pierre Patenaude B.D.I., M.Sc.A. Conseiller principal en administration de la recherche Vice rectorat de la Recherche

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION

RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION Adopté par le conseil d administration le 25 mars 2009 et modifié le 17 juin 2015

Plus en détail

Foire aux questions sur la loi qui régit le droit d auteur

Foire aux questions sur la loi qui régit le droit d auteur Foire aux questions sur la loi qui régit le droit d auteur La loi régissant le droit d auteur au Canada a changé en raison 1) d une modification à la Loi sur le droit d auteur adoptée par le Parlement

Plus en détail

Modalités relatives à la soumission de bons de commande et à l achat de produits de la SCHL

Modalités relatives à la soumission de bons de commande et à l achat de produits de la SCHL Modalités relatives à la soumission de bons de commande et à l achat de produits de la SCHL Acceptation La présente entente entre vous et la Société canadienne d hypothèques et de logement (la «SCHL»)

Plus en détail

Conditions Générales d achat de Biens ou de Services des Sociétés Shell en France Edition mars 2010

Conditions Générales d achat de Biens ou de Services des Sociétés Shell en France Edition mars 2010 Généralités Les présentes Conditions s appliquent dans les relations contractuelles entre Shell et le Vendeur, qui pourraient être sous forme, notamment, d un bon d achat ou d un ordre de travail («le

Plus en détail

Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (Accord sur les ADPIC) (1994)*

Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (Accord sur les ADPIC) (1994)* ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE (OMC) Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce * [Texte publié dans l encart Lois et traités de droit d auteur et de droits

Plus en détail

Préparation de l offre de services, Valorisation des résultats de la recherche universitaire

Préparation de l offre de services, Valorisation des résultats de la recherche universitaire Préparation de l offre de services, Propriété é intellectuelle et Valorisation des résultats de la recherche universitaire Karine Herreyre, Ph.D. Agente de valorisation Vice rectorat à l enseignement et

Plus en détail

Contrat de licence utilisateur final Veer concernant les produits non soumis à redevance

Contrat de licence utilisateur final Veer concernant les produits non soumis à redevance IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE LE PRÉSENT DOCUMENT AVEC ATTENTION AVANT D ACCEPTER LE PRÉSENT CONTRAT CONCLU AVEC VEER INCORPORATED, («VEER») UNE SOCIÉTÉ DU DELAWARE. LE PRÉSENT DOCUMENT EST UN CONTRAT LÉGAL

Plus en détail

Contrat de concession exclusive de vente

Contrat de concession exclusive de vente infos@droitbelge.net Contrat de concession exclusive de vente Auteur: Me Frédéric Dechamps, avocat (Bruxelles) E-mail: fd@lex4u.com Tel: + 32 2 340 97 04 Web: www.lex4u.com AVERTISSEMENT Le contrat proposé

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME MANUFACTURIÈRES

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME MANUFACTURIÈRES CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME MANUFACTURIÈRES INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales Table des matières Société admissible...3 Société de personnes admissible...3

Plus en détail

CONSTITUTION TENUE ET CONVOCATION DE RÉUNIONS COMPOSITION BANQUE NATIONALE DU CANADA. 6. Présidence COMITÉ DE RESSOURCES HUMAINES

CONSTITUTION TENUE ET CONVOCATION DE RÉUNIONS COMPOSITION BANQUE NATIONALE DU CANADA. 6. Présidence COMITÉ DE RESSOURCES HUMAINES BANQUE NATIONALE DU CANADA COMITÉ DE RESSOURCES HUMAINES Le comité de ressources humaines (le «Comité») est établi par le conseil d administration (le «Conseil») de la Banque Nationale du Canada (la «Banque»).

Plus en détail

ont établi, ainsi qu il suit, les statuts d une société par actions simplifiée devant exister entre eux.

ont établi, ainsi qu il suit, les statuts d une société par actions simplifiée devant exister entre eux. Statuts d une SAS [Avertissement : Les présents statuts sont proposés par les auteurs. Ils n ont qu un caractère indicatif. En aucun cas, il ne s agit de statuts types. Les personnes désirant rédiger les

Plus en détail

ENTENTE SUR LA MOBILITÉ DES SAGES-FEMMES AU CANADA. entre. Le College of Midwives of British Columbia

ENTENTE SUR LA MOBILITÉ DES SAGES-FEMMES AU CANADA. entre. Le College of Midwives of British Columbia ENTENTE SUR LA MOBILITÉ DES SAGES-FEMMES AU CANADA entre Le College of Midwives of British Columbia et L Alberta Midwifery Health Disciplines Committee et Le College of Midwives of Manitoba et L Ordre

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION (POLITIQUE)

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION (POLITIQUE) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION (POLITIQUE) Titre : Responsable de l application : Probité et des antécédents judiciaires Personne responsable de la direction des Services des ressources humaines Adoption

Plus en détail

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin République du Cameroun /p.48/ /p.49/ Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin Loi N 90-36 du 10 août 1990 Loi N 90-36 du 10 août 1990 Relative à l exercice et à l organisation

Plus en détail

Loi fédérale pour la protection des armoiries publiques et autres signes publics*

Loi fédérale pour la protection des armoiries publiques et autres signes publics* Loi fédérale pour la protection des armoiries publiques et autres signes publics* du 5 juin 9 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les articles 64 et 64 bis de la constitution fédérale )

Plus en détail

PROGRAMME D AGRÉMENT DES SPÉCIALISTES DROIT DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE PHASES DE PERFECTIONNEMENT ET CRITÈRES D APPRENTISSAGE

PROGRAMME D AGRÉMENT DES SPÉCIALISTES DROIT DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE PHASES DE PERFECTIONNEMENT ET CRITÈRES D APPRENTISSAGE PROGRAMME D AGRÉMENT DES SPÉCIALISTES DROIT DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE PHASES DE PERFECTIONNEMENT ET CRITÈRES D APPRENTISSAGE MARQUES DE COMMERCE POURSUITES RELATIVES AUX MARQUES DE COMMERCE 1. DEMANDES

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE

POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE Référer à la : SECTION I PRÉAMBULE Préambule 1. La Politique d intégrité en recherche (ci-après appelée la «présente politique») découle de la Politique institutionnelle

Plus en détail

CONVENTION EUROPÉENNE

CONVENTION EUROPÉENNE CONVENTION EUROPÉENNE sur l exercice des droits des enfants, adoptée à Strasbourg le 25 janvier 1996 3 CONVENTION EUROPÉENNE sur l exercice des droits des enfants PRÉAMBULE Les Etats membres du Conseil

Plus en détail

L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE

L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE ----------- NOR : TRA0200677DL DELIBERATION N 2002-148 APF DU 7 NOVEMBRE 2002 modifiant les dispositions de la délibération n 91-2 AT du 16 janvier 1991 modifiée portant

Plus en détail

CONDITIONS DES BONS DE COMMANDE 1. CONDITIONS DE LA COMMANDE. Les présentes conditions (qui comprennent les conditions figurant au recto du bon de

CONDITIONS DES BONS DE COMMANDE 1. CONDITIONS DE LA COMMANDE. Les présentes conditions (qui comprennent les conditions figurant au recto du bon de CONDITIONS DES BONS DE COMMANDE 1. CONDITIONS DE LA COMMANDE. Les présentes conditions (qui comprennent les conditions figurant au recto du bon de commande (la commande) applicable de l acheteur énoncent

Plus en détail

Contrat de commission portant dépôt d uvres d art

Contrat de commission portant dépôt d uvres d art Contrat de commission portant dépôt d uvres d art entre Galerie XY ci-après dénommée «la galerie» et YZ ci-après dénommé/e «l artiste» 1. Contrat écrit Le présent contrat repose sur le principe d une volonté

Plus en détail

Bonnes pratiques et respect du droit d auteur

Bonnes pratiques et respect du droit d auteur Bonnes pratiques et respect du droit d auteur Présenté par Hélène Lauzon, MBibl. 2011 2 Propriété intellectuelle ou droit d auteur? La propriété intellectuelle inclut : Le droit d auteur, Les droits voisins

Plus en détail

CONCOURS. Les métiers du BTP de la conception à la réalisation REGLEMENT DU CONCOURS

CONCOURS. Les métiers du BTP de la conception à la réalisation REGLEMENT DU CONCOURS CONCOURS Les métiers du BTP de la conception à la réalisation REGLEMENT DU CONCOURS Article 1 Objet COBATY est une association nationale à but non lucratif, régie par la loi du 1 er juillet 1901 COBATY

Plus en détail

F Agent Immobilier A07 Bruxelles, le 1.06.2006 MH/BL/JP A V I S. sur

F Agent Immobilier A07 Bruxelles, le 1.06.2006 MH/BL/JP A V I S. sur F Agent Immobilier A07 Bruxelles, le 1.06.2006 MH/BL/JP A V I S sur UN PROJET D ARRÊTÉ ROYAL RELATIF AUX CONDITIONS DES AGENTS IMMOBILIERS DANS LES CONTRATS D INTERMÉDIAIRES *** 2 Par sa lettre du 5 avril

Plus en détail

De l idée aux marchés... GUIDE PRATIQUE. Petit CHERCHEUR. sur le chemin de la valorisation

De l idée aux marchés... GUIDE PRATIQUE. Petit CHERCHEUR. sur le chemin de la valorisation du De l idée aux marchés... Petit GUIDE PRATIQUE CHERCHEUR sur le chemin de la valorisation Depuis toujours, la recherche est à la fois source de connaissances dans son activité fondamentale et source

Plus en détail

APPEL D OFFRES SUR INVITATION

APPEL D OFFRES SUR INVITATION APPEL D OFFRES SUR INVITATION PROJET : INFO-8 ACQUISITION D ÉQUIPEMENTS INFORMATIQUES POUR LA COMMISSION SCOLAIRE AU COEUR-DES-VALLÉES CAHIER DES CHARGES DOCUMENT I APPEL D OFFRES APPEL D OFFRES «ACQUISITION

Plus en détail

BIENVENUE AU GUIDE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE À L INTENTION DES CHERCHEURS. Table des matières

BIENVENUE AU GUIDE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE À L INTENTION DES CHERCHEURS. Table des matières BIENVENUE AU GUIDE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE À L INTENTION DES CHERCHEURS Table des matières 1. Guide de la propriété intellectuelle 2. En apprendre davantage sur les brevets 3. Processus d'évaluation

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/8/7 ORIGINAL : anglais DATE : 12 janvier 2004 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Huitième session Genève,

Plus en détail

Programme de référencement de clients de Kanetix Entente de référencement

Programme de référencement de clients de Kanetix Entente de référencement Programme de référencement de clients de Kanetix Entente de référencement La présente entente de référencement de clients, ci-après «Entente», détaille les conditions auxquelles doivent se soumettre tous

Plus en détail

DIRECTIVE 93/98/CEE DU CONSEIL

DIRECTIVE 93/98/CEE DU CONSEIL DIRECTIVE 93/98/CEE DU CONSEIL du 29 octobre 1993 relative à l harmonisation de la durée de protection du droit d auteur et de certains droits voisins LE CONSEIL DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES, vu le traité

Plus en détail

Conditions complémentaires de livraison pour les logiciels standards Bosch Rexroth AG

Conditions complémentaires de livraison pour les logiciels standards Bosch Rexroth AG Conditions complémentaires de livraison pour les logiciels standards Bosch Rexroth AG Les conditions complémentaires de livraison pour le logiciel s appliquent exclusivement à la transmission qu elle soit

Plus en détail

ACCORD PORTANT SUR LES CONDITIONS DE CESSION DES DROITS DE PROPRIETE INTELLECTUELLE DES ARTISTES INTERPRETES AU SEIN DE RADIO FRANCE

ACCORD PORTANT SUR LES CONDITIONS DE CESSION DES DROITS DE PROPRIETE INTELLECTUELLE DES ARTISTES INTERPRETES AU SEIN DE RADIO FRANCE ACCORD PORTANT SUR LES CONDITIONS DE CESSION DES DROITS DE PROPRIETE INTELLECTUELLE DES ARTISTES INTERPRETES AU SEIN DE RADIO FRANCE PREAMBULE Radio France est une société nationale de programme qui conçoit,

Plus en détail

«L AFFAIRE GOOGLE NEWS»

«L AFFAIRE GOOGLE NEWS» «L AFFAIRE GOOGLE NEWS» Les décisions 1 dans l affaire introduite par Copiepresse 2 contre Google ont déjà fait couler beaucoup d encre et ont été le sujet de très nombreux commentaires et d analyses,

Plus en détail

PROCESSUS LÉGISLATIF APERÇU

PROCESSUS LÉGISLATIF APERÇU Aperçu Étapes du processus législatif Avis Dépôt et première lecture d un projet de loi Deuxième lecture d un projet de loi et renvoi à un comité Renvoi d un projet de loi à un comité avant la deuxième

Plus en détail

Objet : Plainte à l endroit du Secrétariat du Conseil du trésor et du Centre de services partagés du Québec Dossiers : 1005798 et 1005799

Objet : Plainte à l endroit du Secrétariat du Conseil du trésor et du Centre de services partagés du Québec Dossiers : 1005798 et 1005799 Montréal, le 23 février 2015 Madame Secrétariat du Conseil du Trésor a/s de Madame 875, Grande-Allée E., bureau 4.09 Québec (Québec) G1R 5R8 Madame Responsable de l accès aux documents Centre de services

Plus en détail

Relatif aux contrats d approvisionnement, de services et de travaux de construction

Relatif aux contrats d approvisionnement, de services et de travaux de construction Règlement no 14 Relatif aux contrats d approvisionnement, de services et de travaux de construction 10.06.16.16 14.06.11.05 Article 1 Dispositions générales 1.1 Le Cégep a la responsabilité d acquérir

Plus en détail

Modalités d utilisation de l agence

Modalités d utilisation de l agence Modalités d utilisation de l agence VOTRE AUTORITÉ Propositions Vous pouvez recevoir des propositions portant sur des risques d assurance pour lesquels vous détenez un permis et nous les présenter aux

Plus en détail

Licence de réutilisation

Licence de réutilisation Licence de réutilisation des informations publiques de l'institut national de la propriété industrielle Jurisprudence judiciaire française Décisions de l INPI Opposition Marques Version du 01/10/2014 INPI

Plus en détail

CONSERVATION DES REGISTRES

CONSERVATION DES REGISTRES CONSERVATION DES REGISTRES DOSSIERS DES ENFANTS Paragraphe 6(1) Le titulaire de licence tient des registres à jour contenant les renseignements relatifs à chaque enfant inscrit et sa famille pendant la

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR L INTÉGRITÉ DANS LA RECHERCHE

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR L INTÉGRITÉ DANS LA RECHERCHE Direction générale POLITIQUE N O 15 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR L INTÉGRITÉ DANS LA RECHERCHE Adoptée le 9 juin 2015 cegepdrummond.ca Adoptée au conseil d administration : 9 juin 2015 (CA-2015-06-09-12)

Plus en détail

Services de Banque à Distance

Services de Banque à Distance Particuliers Version : Février 2012 Services de Banque à Distance Conditions d Utilisation de l Outil «Avis Client» Le Crédit Mutuel Arkéa, ci-après désigné «La Banque», permet à ses clients, utilisateurs

Plus en détail

Politique de gestion contractuelle

Politique de gestion contractuelle Politique de gestion contractuelle Décembre 2010 (modifiée juin 2011) Table des matières SECTION 1 : Objectifs, définitions et champs d application...3 1.1 Objectifs...3 1.2 Éthique...3 1.3 Portée...4

Plus en détail

Info Source: Sources de renseignements du gouvernement fédéral et sur les fonctionnaires fédéraux 2015

Info Source: Sources de renseignements du gouvernement fédéral et sur les fonctionnaires fédéraux 2015 Info Source: Sources de renseignements du gouvernement fédéral et sur les fonctionnaires fédéraux 2015 P a g e 1 Musée canadien de l immigration du Quai 21 Info Source : Sources de renseignements du gouvernement

Plus en détail

Convention internationale relative au contrat de voyage (CCV)

Convention internationale relative au contrat de voyage (CCV) Convention internationale relative au contrat de voyage (CCV) (Bruxelles, 23 avril 1970) Les Etats Parties à la présente Convention, Constatant le développement du tourisme et son rôle économique et social,

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA GASPÉSIE ET CERTAINES RÉGIONS MARITIMES DU QUÉBEC INVESTISSEMENT QUÉBEC

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA GASPÉSIE ET CERTAINES RÉGIONS MARITIMES DU QUÉBEC INVESTISSEMENT QUÉBEC CRÉDIT D IMPÔT POUR LA GASPÉSIE ET CERTAINES RÉGIONS MARITIMES DU QUÉBEC INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Société admissible... 3 Régions admissibles... 3 Certificat

Plus en détail

FIRST ASSET FUNDS. 2 e PARTIE UTILISATEURS AUTORISÉS

FIRST ASSET FUNDS. 2 e PARTIE UTILISATEURS AUTORISÉS FIRST ASSET FUNDS CONTRAT D UTILISATION DU SITE INTERNET Veuillez lire ce contrat attentivement et au complet avant d utiliser le site internet de First Asset Funds (FIRST ASSET) (le site internet) car

Plus en détail

0.211.422.913.61 Convention additionnelle

0.211.422.913.61 Convention additionnelle Traduction 1 0.211.422.913.61 Convention additionnelle à la Convention du 6 décembre 1920 entre la Confédération suisse et l Empire allemand, concernant les hypothèques suisses avec clause d or en Allemagne

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ACHAT

CONDITIONS GENERALES D ACHAT CONDITIONS GENERALES D ACHAT 1. APPLICATION DES CONDITIONS GENERALES - DEFINITIONS - CLAUSES GENERALES BRIDGESTONE France 1.1 Tous achats de biens, marchandises, équipements et matériels et de services

Plus en détail

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE 4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile (Suivi de la section 3.10 du Rapport annuel 2001) CONTEXTE Le

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 3 - Texte adopté par l Assemblée nationale en première lecture. Dispositions en vigueur. Texte du projet de loi

TABLEAU COMPARATIF - 3 - Texte adopté par l Assemblée nationale en première lecture. Dispositions en vigueur. Texte du projet de loi - 3 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi pour une Ré numérique Projet de loi pour une Ré numérique Projet de loi pour une société numérique Amdt COM-81 et ss-amdt COM-413 TITRE I ER TITRE I ER TITRE I ER

Plus en détail

PORTANT CREATION ET ORGANISATION D UN MARCHE FINANCIER

PORTANT CREATION ET ORGANISATION D UN MARCHE FINANCIER REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE ------------------------------ ----------------------- LOI N 99/015 DU 22 DEC 1999 PORTANT CREATION ET ORGANISATION D UN MARCHE FINANCIER L Assemblée Nationale

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

La Marque (Document provenant du site de l INPI)

La Marque (Document provenant du site de l INPI) La Marque (Document provenant du site de l INPI) Qu est-ce qu une marque? La marque consiste en un signe distinctif pouvant être apposé sur des produits ou accompagnant des prestations de service, destiné

Plus en détail

Traité de l OMPI sur le droit d auteur (WCT)*

Traité de l OMPI sur le droit d auteur (WCT)* (Ce texte remplace celui classé précédemment sous le même numéro de cote.) ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (OMPI) Traité de l OMPI sur le droit d auteur (WCT)* (adopté à Genève le

Plus en détail

Conditions générales pour l accès enregistré à VZ Portail financier

Conditions générales pour l accès enregistré à VZ Portail financier Conditions générales pour l accès enregistré à VZ Portail financier Les conditions générales (ci-après «CG») régissent la relation entre le contractant et VZ Banque de Dépôt SA, Innere Güterstrasse 2,

Plus en détail

172.056.1. Loi fédérale sur les marchés publics (LMP) Section 2. Champ d application et définitions. du 16 décembre 1994 (Etat le 1 er janvier 2016)

172.056.1. Loi fédérale sur les marchés publics (LMP) Section 2. Champ d application et définitions. du 16 décembre 1994 (Etat le 1 er janvier 2016) Loi fédérale sur les marchés publics (LMP) 172.056.1 du 16 décembre 1994 (Etat le 1 er janvier 2016) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 173, al. 2, de la Constitution 1, en exécution

Plus en détail

23 Joumada El Oula 1424 23 juillet 2003 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 44 23 TITRE IX DISPOSITIONS TRANSITOIRES

23 Joumada El Oula 1424 23 juillet 2003 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 44 23 TITRE IX DISPOSITIONS TRANSITOIRES JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 44 23 TITRE IX DISPOSITIONS TRANSITOIRES Art. 36. Toute personne n'ayant pas satisfait aux obligations de marquage et d'enregistrement édictées par les articles

Plus en détail

MESURES IMPACTANT LES FABRICANTS DE MEUBLES DU QUÉBEC

MESURES IMPACTANT LES FABRICANTS DE MEUBLES DU QUÉBEC BUDGET FÉDÉRAL 2016 MESURES IMPACTANT LES FABRICANTS DE MEUBLES DU QUÉBEC Le présent document résume les mesures annoncées dans le budget fédéral 2016 2017 déposé le 22 mars dernier et qui pourraient toucher

Plus en détail

Commercialisation de services touristiques (Nouveau régime en vigueur le 1 er janvier 2010)

Commercialisation de services touristiques (Nouveau régime en vigueur le 1 er janvier 2010) Commercialisation de services touristiques (Nouveau régime en vigueur le 1 er janvier 2010) I. LES PRINCIPES GENERAUX DE LA COMMERCIALISATION A. L Office de tourisme : un service public Le nouvel article

Plus en détail

Propriété, protection et valorisation des Résultats des recherches réalisées au sein de l'université de Liège. 1. Règlement général : actualisation

Propriété, protection et valorisation des Résultats des recherches réalisées au sein de l'université de Liège. 1. Règlement général : actualisation Conseil d'administration DOC. 17.908bis/CA/18.11.2015 Propriété, protection et valorisation des Résultats des recherches réalisées au sein de l'université de Liège 1. Règlement général : actualisation

Plus en détail

(Etat le 15 mai 2012)

(Etat le 15 mai 2012) Accord entre la Confédération suisse et la République arabe d Egypte concernant la promotion et la protection réciproque des investissements Conclu le 7 juin 2010 Approuvé par l Assemblée fédérale le 8

Plus en détail

INTRODUCTION : NOTIONS PRÉALABLES

INTRODUCTION : NOTIONS PRÉALABLES INTRODUCTION : NOTIONS PRÉALABLES Avant de pouvoir clairement distinguer les différents types de création dont vos salariés peuvent être les auteurs, et leurs régimes juridiques distincts, il convient

Plus en détail

USEED Conditions d utilisation

USEED Conditions d utilisation USEED Conditions d utilisation USEED Inc. (USEED) assure l entretien de son site Web en guise de service aux personnes qui le visitent, aux clients avec lesquels USEED conclut une entente de service distincte

Plus en détail

MESSAGE IMPORTANT AUX FOURNISSEURS D AVANTAGES MÉDICAUX POUR LE COMPTE D ANCIENS COMBATTANTS CANADA

MESSAGE IMPORTANT AUX FOURNISSEURS D AVANTAGES MÉDICAUX POUR LE COMPTE D ANCIENS COMBATTANTS CANADA MESSAGE IMPORTANT AUX FOURNISSEURS D AVANTAGES MÉDICAUX POUR LE COMPTE D ANCIENS COMBATTANTS CANADA Dispositions relatives aux avantages et exigences en matière de paiement pour les avantages médicaux

Plus en détail

IP4GROWTH-UNIVERSITÉ DE OUAGA II ---------- LES ASPECTS TRANSFRONTALIERS DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE : JURIDICTION ET LOI APPLICABLE

IP4GROWTH-UNIVERSITÉ DE OUAGA II ---------- LES ASPECTS TRANSFRONTALIERS DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE : JURIDICTION ET LOI APPLICABLE IP4GROWTH-UNIVERSITÉ DE OUAGA II ---------- LES ASPECTS TRANSFRONTALIERS DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE : JURIDICTION ET LOI APPLICABLE Présenté par : Mathieu HIEN Conseil en Propriété Industrielle Mandataire

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 JUIN 2010 Comité du programme et budget Quinzième session Genève, 1 er 3 septembre 2010 POLITIQUE EN MATIERE DE PLACEMENTS Document établi par le Secrétariat 1. L article

Plus en détail

Le contrat de travail suisse. CIP-Notice abrégée de la deutsche Bibliothek

Le contrat de travail suisse. CIP-Notice abrégée de la deutsche Bibliothek CIP-Notice abrégée de la deutsche Bibliothek Directeur de publication: Marcel Bersier Direction de projet: Birgitt Bernhard-Postma WEKA Business Media AG, Suisse WEKA Business Media AG, Zurich, 2011 Sous

Plus en détail

ADDENDA POUR LES TRANSFERTS DE FONDS DE RETRAITE IMMOBILISÉS DANS UN COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ (CRI)

ADDENDA POUR LES TRANSFERTS DE FONDS DE RETRAITE IMMOBILISÉS DANS UN COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ (CRI) ADDENDA POUR LES TRANSFERTS DE FONDS DE RETRAITE IMMOBILISÉS DANS UN COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ (CRI) Pour les transferts faits conformément à la Loi sur les prestations de pension (Nouveau-Brunswick)

Plus en détail