Immunologie BCI. maladie et infection tuberculeuse. W. Henry Boom, M.D. Tuberculosis Research Unit Case Western Reserve University

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Immunologie BCI. maladie et infection tuberculeuse. W. Henry Boom, M.D. Tuberculosis Research Unit Case Western Reserve University"

Transcription

1 Immunologie BCI. maladie et infection tuberculeuse W. Henry Boom, M.D. Tuberculosis Research Unit Case Western Reserve University

2 Objectives Histoire naturelle de l infection et de la maladie M.Tuberculose du point de vue du patient Immunologie fondamentale (réponse immunitaire innée (IR), lymphocytes T, cytokines, évasion immunitaire) Les applications de l'immunologie de TB (IGRA, développement de vaccins TB, génétique du patient) HIV-TB

3 Pourquoi se pencher sur la réponse immunologique du patient à VTT? La grande majorité de l'histoire naturelle est paucibacillaire Exposition, infection aiguë et latente peut être détectée par des changements dans la réponse du patient Donc beaucoup sont exposés, infectés, et progrès encore insignifiante : réponse du patient est la clé

4 Histoire Naturelle de infection Mycobacterium Tuberculeuse

5 Comment controlons-nous MTB? Seul dans certains innées? (résistance à l'infection) Système immunitaire inné et adaptatif dans la plupart (infection a LTBI)

6 Rencontre initiale de MTB : système immunitaire inné (macrophage) Poumon : alvéolaire, parenchymateuse, monocyte Plusieurs récepteurs sur la surface & intracellulaires: CR, TLR, clin de œil, Monsieur Inflammation : cytokines (IL1, TNF, IL12, IL6, etc..) Survie : dans le phagosome unique

7 Induction de la réponse des lymphocytes T à VTT Les cellules macrophages & Dendritiques : APC MHC-I (HLA-A, B, C) et II traitement Ag (HLA-DR/DP/DQ) Cellule de Naïve T-> effecteur, mémoire, mémoire centrale des lymphocytes T IFN-gamma, TNF-alpha, CTL Échec de lymphocytes T: progression de la tuberculoseinfection à la tuberculose

8 Nombreux sous-ensembles de cellules T humaines répondent à VTT C D 8 T c e l l c l a s s I M H C α β - T C R M Φ c l a s s I I M H C α β - T C R C D 4 T c e l l Phos. Ag γ δ - T C R γδ T c e l l CD1 restricted T cell T reg cell Th17 MAIT CD8

9 Cytokines Molécules effectrices du système immunitaire ( aussi connus sous le nom de interleukines, lymphokines, chimiokines) Immune hormone Protéines (beaucoup) sécrétées par les cellules (protégés ou non immunisés) Se lie au récepteur de surface (IL2-IL2R) Signalisation cellulaire-> changement fonctionnel

10 Médiateurs de la réponse immunitaire aux VTT : Cytokines IFN-γ Humains déficients IFN- γ Souris IFN- γ TNF-α TNF-α et TNF-α R chez les Souris anticorps anti-tnf-α chez l'homme IL-12 IL-12R humains déficients IL-12 chez les Souris IL-10/TGF-β Inhiber au cours de la maladie active MΦ TNF-α, IL-12 T IFN-γ, IL-10

11 Antigènes reconnus par les cellules T spécifiques VTT? 4000 gènes = 4000 protéines! Aucune immunodominance ; beaucoup de diversité Certains Antigenes reconnu par beaucoup : 30 kda 85 b, ESAT- 6, CFP-10

12 Qu'en est-il du reste du système immunitaire? Neutrophiles : présent dans la maladie Les cellules B: peut faire empirer les choses Anticorps : pas de protection ; augmenté dans la maladie Les cellules NK : présenter;?signification Autres : nombreuses cytokines, médiateurs inflammatoire-poulet ou œuf argument

13 Comment savons-nous tout cela sur la réponse immunitaire à VTT? Modèles animaux : souris (immunologie fondamentale), cobaye, lapin, primate Limites : modèles animaux plus imitent primoinfection aiguë ; aucun modèle de bonne latence (? primate, lapin-dépend de la souche MTB)

14 Comment MTB peut-il survivre dans le cœur du système immunitaire? Immune Evasion!

15 Evasion immunitaire et M. tuberculose I Poumon : un environnement unique Activation Alternative des Macrophages Environnement inhibiteur des lymphocytes T d'amorçage & activation

16 Evasion immunitaire et M. tuberculose II Macrophages Bloque la Maturation de phagosome (aucune fusion avec les lysosomes ; exclut Proton ATP-ase) transferrin R Macrophage cell membrane LAMP1/2 ph > 6.3 désactive les mécanismes class II MHC bactéricides (O2-/ class I MHC M. tuberculosis Proton-ATPase H2O2/OH-; NON ; ph > 6.3 ph > 6.3 Autophagie ; Apoptose)

17 Evasion immunitaire et M. tuberculose III Évite la reconnaissance par les cellules T Entrave la MHC II Ag transformation de lymphocytes t CD4 interfère avec le RCT, signalisation, c'est-à-dire l'activation des cellules T MΦ T

18 M. tb pariétaux : source riche en molécules immunitaires régulatrices 50% or more of dry wt. Complex Lipids, Glycolipids Novel Type IV secretory system (ESX)

19 L important : Principaux facteurs humains Cellules T CD4 + (VIH) L'interféron-gamma (IFN- γ) / IL-12 (TLIG ; défauts génétiques) Le facteur de nécrose tumorale-alpha (TNF-α) (rhumatologie) Réponse immunitaire contrôle mais n'élimine pas le VTT dans la plupart (ITL)

20 Questions?

21 Immunologie de la Tuberculose: Applications TLIG pour le diagnostic de l'infection latente de MTB (ITL) Vaccins nouveaux ou de meilleure qualité TB Insuffisance immunitaire : Progression d'à la tuberculoseinfection à la tuberculose (lymphocytes t CD4 & TB-VIH, anti-tnf-α, immunosuppresseur Rx) L'immunodéficience et autres infections mycobactériennes (MSMD)

22 DX de M. tuberculosis Infection (ITL): TST vs IGRA? Point commun des deux: Aucun signe clinique de la tuberculose active (CXR-, aucun symptôme) Réponse des lymphocytes T aux protéines de M. tuberculose Difference Biologique: PPD/tuberculine : Mélange de protéines mycobactériennes (partagé avec le BCG, myco environnementale.) IGRA : peptides de 2 protéines uniques à VTT (ESAT-6, CFP-10)

23 TCT ou PPD test cutané : essayé & vrai Technique rudimentaire À peu de frais dans le milieu des soins de santé peu coûteux 2 visite Compétences & expérience dans l'administration. + lecture

24 Comment nous avons trouvé les protéines IGRA? M. tuberculose génétique BCG Comparer les génomes de MTB et BCG (vaccin) Régions de délétion (RD) chez BCG RD1: 2 protéines hautement immunogènes (ESAT-6, CFP- 10) Usage en IGRA

25 IGRA plus courante: «QFT Gold» en Tube-Test (Cellestis)

26 Pourquoi diagnostiquer et traiter l infection tuberculeuse? risque à vie de 5 à 10 % pour les personnes non infectées du VIH ; la moitié de ce risque est durant les premières années 2 après l'infection Beaucoup plus élevé (7 à 10% par an) dans le VIH/sida DM, silicose, IRT, cirrhose, inhibiteurs de TNF, sup immunitaire. RX, etc. augmentent le risque de TB Réalité : ITL Rx seule U.S. / Europe Traitement de masse avant la vaccination des adolescents

27 Qui tester pour l infection TB? Contacts étroits des personnes connues ou soupçonnées d'avoir TBForeign-born persons from TB endemic countries Residents & employees of congregate settings (nursing homes, jails & prisons) Health care workers Individuals at risk for LTBI to be placed on longterm immunosuppressive Rx: anti-tnf-alpha, organ Tx, etc.

28 Traitement LTBI 2 comprimés par semaine pour 12 doses vs. 1 comprimé par jour pendant 270 jours

29 IGRA : RESUME IGRA pour Dx LTBI TB pas active! Pas un écran de population (c'est-à-dire les populations à risque seulement) Plus pratique que le TST États-Unis Faux négatifs (comme TST) dans les personnes immunodéprimées (anti-tnfa Rx, greffés, VIH) Pas utile dans les pays d'endémie TB (coût, taux élevé de l'itl) Maintenant simple, sûre, efficace et ITL Rx

30 MDR/XDR TB TB Vaccin plus efficace :meilleure solution

31 MDR/XDR TB: 2012 triste réalité Lancet, Aug 30, 2012 epub. # MDR/XDR TB continuent d'augmenter Absence de moyens appropriés pour les épreuves de sensibilité Utilisation aveugle des médicaments antituberculeux de seconde ligne Difficile d'atteindre les populations (prisonniers, toxicomanie, chômage)

32 Options pour MDR/XDR TB Nouveaux médicaments : seulement 4-5 en développement (#1 a approuvé 12/12; #2 en suivant 1-2 ans) Nouveaux usages des antibiotiques existants non utilisés dans la lutte antituberculeuse: sulfa, doses de bêta-lactamases, supérieurs actuel antituberculeux Régal ITL : schémas ne traitent pas des souches MDR/XDR Prévenir la tuberculose: Nouveaux vaccins

33 Nouveau vaccin TB: Qu'en est-il de BCG? Vaccin plus ancien utilisé Plus de 3 milliards de doses dans le monde entier Campagnes de vaccination massive dans le monde entier (pas USA/Neth)?Protéger la tuberculose disséminée chez les très jeunes enfants Aucune protection contre Pulm. TB chez les adolescents/adultes

34 Efficacité du vaccin BCG (%): Essais cliniques 88,000/arm! Au Brésil enfants (7-14 ans) ont été +/-BCG revacciné: efficacité de BCG de 9 % (Rodrigues et coll., Lancet, 366:9493, 2005)

35 Caractérisation fonctionnelle des cellules T CD4 + BCGspécifiques de prolifération CD8 IFNγ Cytokine+ CD4+ T cells (%) Boost?

36 Où les nouveaux vaccins contre la Tuberculose devrait cibler? INFECTION BCG I O PROGRESSIVE/PEDS. NEW VACCINE Bacterial Load BCG BCG REACTIVATION/ADULTS Innate (TST -) Adaptive (TST +) NIAID-DMID: -AI70022 Acute Chronic

37 Vaccin Quels sont les deux composantes essentielles d'un vaccin? Comment les vaccins qui fonctionnent bien, opèrent-ils?

38 Approches courantes au développement de vaccin contre la tuberculose (N > 50) * Meilleur BCG: ajouter des gènes (s) Faible MTB : assommer de gène (s) Protéines de VTT en vecteur viral : virus (MVA, AD5/35) Protéines MTB seuls avec adjuvant (hépatite b, VPH, etc.) Autres: BCG nasal, M. smeg., M. vaccae, Streptomyces, ADN, polysaccharides *StopTB Partnership/Aeras TB Vaccine Pipeline NIAID-DMID: -AI70022

39 Global TB Vaccine Pipeline : 15 dans les essais cliniques Phase I Phase II Phase IIb Phase III AdAg85A McMaster University Hybrid-I+CAF01 SSI, TBVI M72+AS01 GSK, Aeras VPM 1002 Max Planck, Vakzine Projekt Mgmt, TBVI MVA85A/ AERAS-485 Oxford-Emergent Tuberculosis Consortium (OETC), Aeras, EDCTP, Wellcome Trust Mw [M. indicus pranii (MIP)] Dept of Biotechnology (India), M/s. Cadila H56+IC31 SSI, Aeras, Intercell Hyvac 4/ AERAS-404 +IC31 SSI, sanofi-pasteur, Aeras, Intercell Hybrid-1+IC31 SSI, TBVI, EDCTP, Intercell RUTI Archivel Farma, S.L. AERAS-402/ Crucell Ad35 Crucell, Aeras, EDCTP, NIH ID93/GLA-SE IDRI, Aeras TB Vaccine Types Viral-vectored: MVA85A, AERAS-402, AdAg85A Protein/adjuvant: M72, Hybrid-1, Hyvac 4, H56 rbcg: VPM 1002, ID93/GLA-SE Killed WC or Extract: Mw, RUTI Prime Boost Post-infection Immunotherapy Source: Tuberculosis Vaccine Candidates 2011

40 Comment avons-nous tous ces vaccins? Antigènes connus (85 b, ESAT6) Vector of choice Modèle animal de l'infection aiguë de MTB (aucun ITL) Souris, cobaye, Primate BCG Gold Standard Sécurité dans la Phase I: bras n'est pas tomber! Mesurer la réponse des lymphocytes T (c.-à-d. aucun substitut)

41 Les vaccins suscitent des réactions différentes : Biomarqueur de protection?

42 Reaction de IFN-γ ELISPOT a Ag85A Peptides * * p<0.05 ** p<0.01 SFC / 10^6 PBMC ** ** * BCG MVA85A BCG- MVA85A Time (weeks) McShane et al, Nature Medicine, 2004.

43 MVA85A (AERAS-485): Experience Cummulative 14 essais cliniques achevés ou en cours impliquant > 2500 sujets, à des doses allant de 1 x 107 à 1 x 108 (sains adultes/adolescents/enfants/nourrissons ; Adultes infectés par le VIH ; ITL) Profil d'innocuité acceptable dans toutes les populations étudiées Site de réactions d'injection dans la plupart des sujets Préférentiellement induit CD4 + (certains CD8 +) réponses des cellules T Apparaît plus immunogène chez l'adulte Est actuellement en phase de preuve IIB des essais d'efficacité de concept Nourrissons (Univ de Cape Town/SATVI, N 2800) a lancé juillet 2009 ; plus de 2400 actuellement inscrits ; données probablement disponibles en 2012 Adultes infectés par le VIH (Afrique du Sud, Sénégal, N = 1400) - mars 2011

44 Échec de l'essai du premier vaccin de TB (2/13) Lancet, 2013

45 Antigene importe t elle? Comment optimiser la reaction des cellules T? Utilisation de candidats vaccins plus récente bien caractérisé les antigènes MTB/BCG MTB a +/-4000 gènes : répertoires de CD4/CD8 mal caractérisés Quelques adjuvants pour stimuler les lymphocytes T: TLR4/9 (AS01, IC31) En valeur absolue pas (considérée comme) protection Vaccins primaire des lymphocytes T: pas d'antécédents

46 GSK M72 Fusion protein: Mtb32 C-term Mtb39 Part of PPE family Mtb32 N-term plus ASO1 adjuvant Rationale Stabilité sous-optimale de Mtb72F Peut résulter d'un site de protéase de sérine putatif (Mtb32A) (Skeiky et coll. inf. & Immun, 1999) M72 = Mtb72F avec une mutation ponctuelle (Ser => Ala) dans le site actif Aucun épitope prédit des lymphocytes T dans la région de la mutation Comparaison préclinique de Mtb72F et M72 Médiation cellulaire et la réponse en anticorps comparable chez les souris Protection équivalente chez le cobaye

47 GSK M72 profil immunogenic Le vaccin est immunogène chez les populations cibles Induit une réponse spécifique M72 Ab jusqu'à 2 ans les données disponibles chez des volontaires de PPDneg suivi standard est de 6 mois après la vaccination Induit des cellules T CD4 + M72 spécifiques jusqu'à 2 ans les données disponibles chez des volontaires de PPDneg suivi standard est de 6 mois après la vaccination Principalement un polyfonctionnels réponse des lymphocytes T CD4 + Exprimant des combinaisons de CD40L, il-2, TNF-α et IFN- Expressing combinations of CD40L, IL-2, TNF-α, and IFN-γ. Ampleur comparable des réponses observées après 2 doses en PPD neg, pos PPD et sujets positifs VIH

48 Diversité de souche MTB comptera t elle?

49 Vaccins contre la TB : RESUME Beaucoup de nouveaux Vaccins TB aux effets prometteurs Effort International Massif (NIH, Gates, OMS, Banque mondiale, CEE) Obstacles: En absence de marqueur de substitution pour l'immunité protectrice : essais cliniques à grande échelle ( ) Capacité d'essai clinique mondiale limitée pour les vaccins contre la tuberculose Faible/absence de registre des Vaccins cell T (par exemple le vaccin contre le VIH ; BCG)

50 Discussion Coincé par le BCG? pouvons/devrions nous nous renseigner d avantage? Sterilizing immunity? Biomarqueur d'immunité protectrice? Beaucoup de candidats / beaucoup de vecteurscomment procéder? Qui vacciner/coup de pouce? Protection contre Immuno-pathologie? Aucun défi humain direct Capacité d'essais cliniques limités

51 Immunosuppression et l infection mycobacterielle Nous ont apprises: 1. Composantes immunitaires critiques nécessaires pour le contrôle de MTB 2. Chez qui empêcher la progression de la tuberculose-infection à la tuberculose

52 L infection M. Tuberculose chez des personnes a systeme Immunitaire compromis Ajout Bacteriel 1 o Maladie progressive Increased in IC Maladie reactive Infection latente Innee (TST -) Adaptive (TST +)

53 Démêler les interactions clées des cellules T et les phagocytes mononucléées au contrôle MTB Infection par le VIH: TB directement lié à la déplétion des cellules T CD4 + (50 % > 200 CD4/mm3) Enfants avec des défauts génétiques dans IFN-γ. R, IL12R, voie STAT1: dis INF. avec des mycobactéries non tuberculeuses (NTM ; p. ex. M. avium, BCG) (MSMD : mendélienne susceptibilité aux maladies mycobactériennes) RX de maladies auto-immunes avec des médicaments anti-tnfα : affaiblir le granulome

54 Immunogenetics and MTB Depistage primaire Deux études : Concordance (32 à 62 % en MZ, % en DZ) Enfants avec BCG/NTM (MSMD) disséminé Mutations de la voie de l'il-12-ifn-γ-stat1 Etudes de gene du candidat De nombreuses études, mais incompatibles, même au sein des populations étudiées Evaluation complet Zones prometteurs Études des différentes étapes de la pathogenèse de la TB peuvent être plus prometteuses

55 Patients en Thaïlande et à Taiwan sans une immunodéficience connue qui avaient de graves infections à mycobactéries non tuberculeuses et autres infections opportunistes ont été identifiés. L'évaluation immunologique a montré une forte association avec autoanticorps d'interféron-γ. N Engl J Med Volume 367(8): August 23, 2012

56 Manifestations communes de la maladie chez les Patients Browne SK et al. N Engl J Med 2012;367:

57 Characteristiques Clinique des 203 Participants NTM Other OI DTB TB NL Browne SK et al. N Engl J Med 2012;367:

58 Anti IFN-γ auto-anticorps Concentrations chez 203 Participants Browne SK et al. N Engl J Med 2012;367:

59 Organismes isolés chez 97 Patients souffrant d'infections opportunistes Neutralizing anti interferon-γ autoantibodies were detected in 88% of Asian adults with multiple opportunistic infections and were associated with an adult-onset immunodeficiency akin to that of advanced HIV infection. Browne SK et al. N Engl J Med 2012;367:

60 Conclusions Réponses immunitaires à la matière de VTT! Diagnostiquer la tuberculose infection (CD4 lymphocytes T/IFN-gamma) Insuffisance immunitaire (lymphocytes T CD4 cell ; anti- TNF-α;? anti-ifn- γ auto-abs): progression ITL => TBVaccine Efficacy (BCG failure/new TB vaccines) Réponse à TB Rx et rechute (VIH + plus haut taux d'échec)

61 Questions?

62 VIH-TB Tout à propos de lymphocytes t CD4 +

63 Le tableau clinique tuberculose VIH +: liées au statut immunitaire En Ouganda/Kampala 2375 TB cas projeté ' 04-présent 46 % TB cas VIH + : 49 % CD4 > 200 (règle du 1/4) 26% CD4 >350 gamme de charge virale CD4 plus élevé : maladie de cavitaire «classique» CD4 inférieur : pleural lobe inférieur, non-empr. maladie, extrapulm., Dissé. (+ BC)

64 VIH-TB: Présentation clinique et les lymphocytes t CD4 + CD4 325 CD4 70

65 M. tuberculosis Infection chez les personnes VIH + Bacterial Load 1 o Progressive Disease Increase in HIV+ Reactivation Disease Latent Infection Innate (TST -) Adaptive (TST +) Acute Chronic

66 La co-infection VIH et VTT : interaction bidirectionnelle Infection VIH: cellule de T CD4 perte MTB spécifiques, perte d'aide CD4 CD8, les cellules T gamma-delta, Cellules T essentiels pour l'infection latente/nouvelle de MTB contrôle VIH VIH +: risque de 5 % / an pour la tuberculose Du VIH : risque de 5 % durée de vie TB Maladie et infection MTB : chronique des cellules T & macrophage activation Augmentation de production cytokine (e.g. TNFalpha), augmentation HIV replication et Diversite

67 VIH et VTT : approches de prévention et de thérapie

68 Effet de TB Rx contre tb Rx + ARV sur VIH VL TB seul Rx TB Rx + ARV (6mo) (n=38) (n=38)

69 Entreprises de service public vs TB + TB Rx de ARV Rx et Activation immunitaire : dominante MTB TB Rx alone TB Rx+ARV (6mo) Différences transversale P-valeurs à chaque instant Baseline = 0.73 Mois 3 = 0.01 Mois 6 = Mois 9 = 0.90 Mois 12 = 0.96

70 Zones où Rx de TB est différent dans le VIH + et les Patients non infectés du VIH Taux de récidive élevé chez les patients VIH + w / très intermittents schémas (une fois ou deux fois par semaine) en particulier chez les patients atteints de CD4 < 100 Risque accru de développer la résistance de rifampicin chez les patients atteints du sida avancé

71 Comparaison des résultats de séropositivité pour les schémas de RIF/PZA 6 mois donné comme DOT VIH positive VIH negative Etude Treatment failure (%) Recurrence (%) Treatment failure (%) Recurrence (%) Haiti ( 427) South Africa (403) Baltimore (407) South Africa (385)

72 Rechute contre une réinfection par les séropositives Lancet 2001;358:

73 Résumé durée de Rx dans TB-VIH 6 mois de regime ont eu des résultats raisonnables, mais des inquiétudes subsistent groupe à risque élevé de défaillance/rechute-cd4 faible inconnu si les ARV va corriger problème rôle du secondaire traitement préventif après traitement dans certains contextes besoin de plus d'études prospectives

74 La promesse de l'art pour les Patients atteints de VIH + TB Forte mortalité chez patients w / VIH + TB avant ART - 20 à 30 % en première année Décès précoces en raison de la TB, mais plus tard mortalité due au sida & autres Ois Plus forte mortalité w / CD4 faible (< 100) ART a diminué de décès & OIs esp dans sida avancé & devrait faire de même pour les patients w / TB

75 Traitement antirétroviral & traitement contre la tuberculose Beaucoup d'interactions de la rifampicine avec les inhibiteurs de protéase esp de la thérapie HAART. Moins les interactions avec la rifabutine mais RBT non disponible dans de nombreuses régions du monde Le défi consiste à utiliser la technique accessible chez les patients traités avec des régimes TB contenant de la rifampicine.

76 Calendrier de traitement ART avec des Patients TB doit être équilibré risque de décès en raison de la progression du VIH/sida vs. grand nombre de médicaments a commencé en même temps les interactions & des effets secondaires qui se chevauchent survenue de réactions paradoxales/immune reconstitution (IRIS) lorsque l'art a commencé tôt pire des cas est de traiter mal les deux maladies!

77 ART pour les personnes atteintes de tuberculose Compte CD4 Rec Regimen Commentaire > 350 Start TB Rx Defer ART Start TB Rx. Consider ART < 200 Start TB Rx. Start ART as soon as TB Rx underway. Begin ART after intensive phase of TB Rx. High risk for death.

78 Quels traitements ARV utiliser? QUI en premiere ligne ARV pour Adultes éfavirenz/lamivudine/stavudine (d4t/3tc/efv) éfavirenz/lamivudine/zidovudine (ZDV/3TC/EFV) névirapine/lamivudine/stavudine (d4t/3tc/nvp) zidovudine/lamivudine/névirapine (ZDV/3TC/NVP) DONNEE SUPPLEMENTAIRE NECESSAIRE!

79 Reconstitution immunitaire réaction inflammatoire (IRIS ; Réactions paradoxales) Définition : Aggravation des signes, symptômes, radiographie après TB Rx Décrit avant TB-VIH+/- 10% HIV-TB on HAART Fréquents : extrapulm. (Dissé), faible CD4 (2-3 semaines sous MULTITHÉRAPIE) Immunology: Baisse rapide de VL Retour de fonction CD4 + (pas #) VIH avancé-> grosse charge MTB Ag Inversion des 2 pathogènes immunitaire-suppressive : MTB et VIH

80 Réactions de Reconstitution paradoxal ou immunitaire Syndrome inflammatoire (IRIS) transitoire aggravation ou nouveaux signes, symptômes ou les manifestations radiographiques de la tuberculose après avoir commencé le traitement de la tuberculose. bien décrits chez les patients TB avant l'apparition de l'épidémie de VIH. Plus fréquente chez les patients qui ont commencé sous MULTITHÉRAPIE (6 à 36 %). aucun test de laboratoire de diagnostic ; doivent exclure un échec thérapeutique, la non-observance, autres infections oppotuntistic

81 Intégration de TB & soins VIH TB services programme vertical bien établie Services VIH/ART en phase pilote Les deux charge de service lourd, beaucoup renvois croisés Défis chevauchement d'activités, de la nécessité d'un personnel formé Coetzee. Trop Med Int Health 2004;9:A11.

82 Questions-clés dans la gestion de la tuberculose + VIH Le diagnostic de TB mieux surtout chez les patients atteints de VIH/sida avancé qui souvent sont des frottis négatif ou ont des EPTB Durée de la thérapie devrait il être plus long? Pour qui? Moment optimal d'initiation & meilleurs traitements ARV pour le traitement des patients atteints de tuberculose + VIH Reconnaissance & gestion des réactions de l'iris Prophylaxie secondaire après traitement Prestation de soins VIH & TB efficaces dans les milieux aux ressources limitées

83 Merci

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES Classement NABM : non inscrit code : non codé DÉCEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

QuantiFERON TB Gold in tube

QuantiFERON TB Gold in tube Qu est-ce que le QuantiFERON? Test sanguin de dépistage de l infection tuberculeuse. QuantiFERON TB Gold in tube Test ELISA qui mesure la réponse immunitaire à médiation cellulaire à l infection tuberculeuse.

Plus en détail

Apport d un nouveau test Interféron Gamma

Apport d un nouveau test Interféron Gamma Apport d un nouveau test Interféron Gamma Dr D. Bonnet Service de maladies infectieuses Bichat Claude bernard Tuberculose 1/3 population mondiale infectée par BK Primo infection asymptomatique 90% des

Plus en détail

DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006

DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006 DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006 Place des Nouveaux Tests de Dosage de L INTERFERON GAMMA dans le diagnostic de la Tuberculose Fadi ANTOUN, Cellule Tuberculose DASES Le Quotidien du Médecin 2005

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES Classement NABM : non inscrit code : non codé DÉCEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse

Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse 7 ième édition Chapitre 10 : La tuberculose et le virus de l immunodéficience humaine Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse, 7 ième édition

Plus en détail

www.fnama.fr Tuberculose Pr. Jean-Louis Herrmann Service de Microbiologie, Hôpital R. Poincaré, Garches jean-louis.herrmann@rpc.aphp.

www.fnama.fr Tuberculose Pr. Jean-Louis Herrmann Service de Microbiologie, Hôpital R. Poincaré, Garches jean-louis.herrmann@rpc.aphp. Tuberculose intérêt des tests sanguins Pr. Jean-Louis Herrmann Service de Microbiologie, Hôpital R. Poincaré, Garches jean-louis.herrmann@rpc.aphp.fr Pouvoir Pathogène : Maladie Granulomateuse Chronique

Plus en détail

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Parc d Innovation d Illkirch, France, le 10 mars 2010 Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Transgene (Euronext

Plus en détail

TUBERCULOSE Nouveautés 2009

TUBERCULOSE Nouveautés 2009 TUBERCULOSE Nouveautés 2009 Dr Grégoire Gex Rencontres Genevoises de Pneumologie Avril 2010 Introduction 6044 articles dans PubMed avec Tuberculose dans titre en 2009 Stratégie de recherche : Sélections

Plus en détail

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011 LA REPONSE ALLOGENIQUE C. René -2011 Les Lois de la transplantation Rôle des lymphocytes T Transfert de l immunité par les cellules T Infiltrat de cellules mononuclées disposé en manchons péri-vasculaire:

Plus en détail

Interprétation et signification d un test IGRA en pratique quotidienne

Interprétation et signification d un test IGRA en pratique quotidienne La lutte antituberculeuse en 2013 Institut Pasteur Paris 19 Mars 2013 Interprétation et signification d un test IGRA en pratique quotidienne Dr Emmanuel Bergot Service de Pneumologie, CHU Côte de Nacre

Plus en détail

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins»

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Bernard Duval Institut National de Santé Publique du Québec 18 avril 2002 Objectifs Grands axes de la réponse immunitaire Conjugaison

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012

Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012 Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012 Conclusions provisoires rapport du HCSP juillet 2011 Valeur prédictive positive des

Plus en détail

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine 2012 Explorations des réponses Immunitaires L3 Médecine Rappel sur les réponses Immunitaires DIFFERENTS TYPES DE REPONSES IMMUNITAIRES Naturelle = innée Adaptative Non spécifique Spécifique Immédiate Barrière

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin La vaccination contre le VHB à l heure du consensus Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin Pourquoi vacciner? Epidémiologie du VHB 370.000.000 de porteurs chroniques du VHB

Plus en détail

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives?

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives? Lettre à l éditeur Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles perspectives? HIV Antiretroviral Drug Resistance: What s new in Mali? What is the future? Maiga AI 1,2, Sangare

Plus en détail

- 2 - faire industriel dans la mise au point des produits biologiques. L Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle (IRRMT, basé à

- 2 - faire industriel dans la mise au point des produits biologiques. L Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle (IRRMT, basé à Information presse Roche, l Agence Nationale de Recherches sur le Sida et les hépatites virales (ANRS), le Baylor Research Institute (BRI) et Inserm Transfert mettent en place une coopération stratégique

Plus en détail

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative Références Sélection

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban Vaccination et tuberculose en Gériatrie Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban VACCINATIONS 2 Personnes âgées et vaccinations Avec

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

Tests au Gamma Interferon et Tuberculose

Tests au Gamma Interferon et Tuberculose Tests au Gamma Interferon et Tuberculose Jean Pierre Zellweger Propriétés des tests Gamma Interferon (IGRAs= Interferon Gamma Release Assays) Dépistent la présence de lymphocytes T sensibilisés àdeux antigènes

Plus en détail

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie 1977 - Terme utilisé par Jonas Salk. 1983 - Rassemble tous les aspects des vaccinations : biologiques, immunologiques et cliniques ainsi

Plus en détail

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Jean Daniel Lelièvre, Yves Lévy, Pierre Miossec I-Introduction... 2 II-Les interférons... 2 II-1.L interféron... 3 II-1-a.

Plus en détail

Cas clinique. M. H, né le 27.11.1971 BSH. 50 UPA (1 ½ paquet/j depuis 33 ans) Remerciements: Dre P Roux Lombard et Dr Janssens

Cas clinique. M. H, né le 27.11.1971 BSH. 50 UPA (1 ½ paquet/j depuis 33 ans) Remerciements: Dre P Roux Lombard et Dr Janssens M. H, né le 27.11.1971 Cas clinique DParrat D.Parrat CDC superviseur M.Varcher HUG SMPR Mai 2014 Remerciements: Dre P Roux Lombard et Dr Janssens BSH BSH 50 UPA (1 ½ paquet/j depuis 33 ans) BSH 50 UPA

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare Montréal, 24 mars 2015 David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting 1 RSSPQ, 2013 2 MÉDECINE INDIVIDUALISÉE Médecine personnalisée Médecine de précision Biomarqueurs Génomique

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Recommandations de l HAS Lille le 23 Octobre 2007 Tuberculose infection et tuberculose-maladie Contact

Plus en détail

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Parc d Innovation d Illkirch, France, le 22 mars 2010 Transgene S.A. (Euronext Paris: FR0005175080) présente

Plus en détail

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE)

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Cycle de réplication virale du VIH Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Pourquoi est-ce important de comprendre le

Plus en détail

Christian TREPO, MD, PhD

Christian TREPO, MD, PhD PEG INTERFERON MONOTHERAPI E Christian TREPO, MD, PhD Unmet medical needs in chronic HBV infection Inhibition of viral replication Normalisation of ALT Improvement in liver necroinflammation Improvement

Plus en détail

Activation et polarisation des lymphocytes T. A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis

Activation et polarisation des lymphocytes T. A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis Activation et polarisation des lymphocytes T A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis Immunité acquise La réponse innée reconnaît des structures conservées entre

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Jade GHOSN Laboratoire de Virologie CHU Necker-Enfants Malades EA MRT 3620 Paris 5 Réservoirs anatomiques du VIH:

Plus en détail

TUBERCULOSE : QUID DES TESTS IN VITRO?

TUBERCULOSE : QUID DES TESTS IN VITRO? TUBERCULOSE : QUID DES TESTS IN VITRO? Tests de libération d Interféron γ (IGRA) AFMP Dubrovnik, 2014 Françoise REY Hôpital Nord, Marseille Je déclare n avoir aucun conflit d intérêt Pourquoi des tests

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions

Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions De quoi se compose le système immunitaire? Chaque jour, des substances étrangères, appelées

Plus en détail

Questions prioritaires de recherche sur la co-infection tuberculose/vih dans les pays prévalents pour le VIH et disposant de ressources limitées

Questions prioritaires de recherche sur la co-infection tuberculose/vih dans les pays prévalents pour le VIH et disposant de ressources limitées Questions prioritaires de recherche sur la co-infection tuberculose/vih dans les pays prévalents pour le VIH et disposant de ressources limitées TB/HIV Working Group Questions prioritaires de recherche

Plus en détail

Vaccinations pour les professionnels : actualités

Vaccinations pour les professionnels : actualités Vaccinations pour les professionnels : actualités Dominique Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Les vaccins A (H1N1)v 4QUESTIONS +++++ Pas assez de recul???

Plus en détail

Santé publique Ottawa Lignes directrices concernant le dépistage de la tuberculose et la gestion des contacts 2012

Santé publique Ottawa Lignes directrices concernant le dépistage de la tuberculose et la gestion des contacts 2012 Santé publique Ottawa Lignes directrices concernant le dépistage de la tuberculose et la gestion des contacts 2012 ottawa.ca/health ottawa.ca/sante 613-580-6744 TTY/ATS : 613-580-9656 Lignes directrices

Plus en détail

L investigation chez la personne infectée par le VIH

L investigation chez la personne infectée par le VIH P O U R Q U O I P A R L E R D U V I H E N 2 0 0 4? 2 L investigation chez la personne infectée par le VIH quand et comment utiliser les différents tests de laboratoire? par Harold Dion Paul, un homme de

Plus en détail

Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse

Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse 7 ième édition Chapitre 4 : Le diagnostic de l infection tuberculeuse latente Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse, 7 ième édition est disponible

Plus en détail

QUESTIONS FREQUEMMENT POSEES AUX EXPERTS DU SERVICE TELEPHONE VERT SIDA (800861061) ISTITUTO SUPERIORE DI SANITA

QUESTIONS FREQUEMMENT POSEES AUX EXPERTS DU SERVICE TELEPHONE VERT SIDA (800861061) ISTITUTO SUPERIORE DI SANITA QUESTIONS FREQUEMMENT POSEES AUX EXPERTS DU SERVICE TELEPHONE VERT SIDA (800861061) ISTITUTO SUPERIORE DI SANITA INFORMATIONS SUR LE TEST DE DEPISTAGE Q. Quels examens médicaux doit-on faire pour détecter

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Auteurs Cendrine Godet (*) Jean-Pierre Frat (**) Cédric Landron (*) Lydia Roy (***) Paul Ardilouze (****) Jean-Pierre Tasu (****) (*)

Plus en détail

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021 Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges Membre enseignant chercheur EA 4021 Rhumatisme inflammatoire chronique Prévalence des SA ies en Europe = 1 à 2% Age moy : 26 ans, ratio homme/femme:

Plus en détail

L INSUFFISANCE CARDIAQUE

L INSUFFISANCE CARDIAQUE L INSUFFISANCE CARDIAQUE EXISTE-T-IL DES TRAITEMENTS À BASE DE CELLULES SOUCHES POUR L INSUFFISANCE CARDIAQUE? Bien qu aucun traitement à base de cellules souches pour l insuffisance cardiaque n ait encore

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 2 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation HUMIRA (DCI : Adalimumab

Plus en détail

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli Les cytokines et leurs récepteurs Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli l i@ i 1 Les cytokines et leurs récepteurs 2 mécanismes principaux d interactions cellulaires : - contact membranaire

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

G. Pauli Professeur Honoraire Faculté de Médecine, Strasbourg

G. Pauli Professeur Honoraire Faculté de Médecine, Strasbourg Les vaccins aux allergènes des mammifères: approches avec les allergènes recombinants G. Pauli Professeur Honoraire Faculté de Médecine, Strasbourg 2 èmes rencontres francophones d allergologie moléculaire,

Plus en détail

CONNAÎTRE LA TUBERCULOSE

CONNAÎTRE LA TUBERCULOSE Health CONNAÎTRE LA TUBERCULOSE Ce que tout le monde devrait savoir Nous sommes tous en relation par l air que nous respirons Table des matières Connaître la tuberculose Qu est-ce que la tuberculose et

Plus en détail

Tuberculose en Suisse. Guide à l usage des professionnels de la santé

Tuberculose en Suisse. Guide à l usage des professionnels de la santé Tuberculose en Suisse Guide à l usage des professionnels de la santé Impressum Ligue pulmonaire suisse Chutzenstrasse 10 3007 Berne info@lung.ch www.liguepulmonaire.ch Informations sur la tuberculose Centre

Plus en détail

Médicaments du futur : Tendances et enjeux. Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014

Médicaments du futur : Tendances et enjeux. Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014 Médicaments du futur : Tendances et enjeux Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014 Quelques mots sur Debiopharm Groupe fondé en 1979 Siège à Lausanne 350 collaborateurs Financièrement

Plus en détail

Mécanismes moléculaires à l origine des maladies autoimmunes

Mécanismes moléculaires à l origine des maladies autoimmunes Mécanismes moléculaires à l origine des maladies autoimmunes Sébastien Lacroix-Desmazes INSERM UMRS 1138 Immunopathology and herapeutic Immunointervention CRC - Paris, France Ma connaissance d un patient

Plus en détail

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis Conférence de Presse ABL SA - Chambre de Commerce de Luxembourg - Mardi 29 Septembre 2009, 18h Annonce de Presse ABL and

Plus en détail

J.-L. Herrmann a,b, *, N. Simonney a, P.-H. Lagrange a

J.-L. Herrmann a,b, *, N. Simonney a, P.-H. Lagrange a Revue française d allergologie et d immunologie clinique 46 (2006) 543 547 http://france.elsevier.com/direct/revcli/ Avantages et limites des tests sanguins in vitro lymphocytes T/interféron gamma comparativement

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris 8 Avant l introduction des traitements antirétroviraux hautement actifs (HAART), la majorité des patients

Plus en détail

82 collaborateurs 52 millions

82 collaborateurs 52 millions Édito Chiffre d affaires à fin Septembre 2007 Assemblée générale du 26 juin 2007 Réponses aux questions des actionnaires * Actualité R&D et produits I 2 : la science d Innate * Innate Pharma et ses actionnaires

Plus en détail

Cas clinique Enquête autour d un cas IDR vs IGRA Pr Emmanuel Bergot

Cas clinique Enquête autour d un cas IDR vs IGRA Pr Emmanuel Bergot Cas clinique Enquête autour d un cas IDR vs IGRA Pr Emmanuel Bergot Service de Pneumologie, CHU Côte de Nacre Centre de compétence régionale de l HTAP UMR INSERM 1086 «Cancers et Préventions», Université

Plus en détail

ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD

ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD Brazil Burkina Faso (Bobo Dioulasso) Cambodia (Phnom Penh) Cameroon (Yaounde) Côte d Ivoire (Abidjan) Senegal (Dakar) Vietnam (Ho Chi Minh City) South Africa,

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE AVIS DU COMITE TECHNIQUE DES VACCINATIONS / DU CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE PUBLIQUE DE FRANCE relatif à la vaccination par le vaccin

Plus en détail

II - DIABETE DE TYPE 1 : ÉPIDÉMIOLOGIE - PHYSIOPATHOLOGIE - DIAGNOSTIC- DÉPISTAGE

II - DIABETE DE TYPE 1 : ÉPIDÉMIOLOGIE - PHYSIOPATHOLOGIE - DIAGNOSTIC- DÉPISTAGE II - DIABETE DE TYPE 1 : ÉPIDÉMIOLOGIE - PHYSIOPATHOLOGIE - DIAGNOSTIC- DÉPISTAGE I. ÉPIDÉMIOLOGIE En France, le diabète de type 1 touche 0,38 % de la population totale et environ 10 % des diabétiques.

Plus en détail

RECOMMANDATION. Résumé. CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE Section des Maladies Transmissibles

RECOMMANDATION. Résumé. CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE Section des Maladies Transmissibles CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE Section des Maladies Transmissibles RECOMMANDATION Présidente : Dr Thérèse STAUB Service National des Maladies Infectieuses Secrétaire : Dr Françoise BERTHET Direction de la

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens DECLARATION COMMUNE DES ACADEMIES DU G SCIENCE 2013 La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens Une menace globale pour l'humanité Depuis l introduction dans les années 40 du premier

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 ACTUALITES THERAPEUTIQUES Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 Traitement de fond Objectifs: Réduire le nombre de poussées Arrêter ou freiner la progression du handicap Les traitements disponibles

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

TECHNIQUES DE NUMÉRATION DES LYMPHOCYTES T CD4 INFORMATION TECHNIQUE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ

TECHNIQUES DE NUMÉRATION DES LYMPHOCYTES T CD4 INFORMATION TECHNIQUE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ TECHNIQUES DE NUMÉRATION DES LYMPHOCYTES T CD4 INFORMATION TECHNIQUE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ Organisation mondiale de la Santé 2004 Tous droits réservés. Il est possible de se procurer les publications

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé)

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) EMA/90006/2015 EMEA/H/C/001104 Résumé EPAR à l intention du public vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Le présent document est un résumé du rapport européen public d évaluation

Plus en détail

FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES

FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES ORIENTATIONS SUR LE FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES 09 9.1 Introduction 176 9.2 Observance du traitement antirétroviral 176 9.2.1 Obstacles à l observance du traitement antirétroviral 176 9.2.2

Plus en détail

Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux

Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux Unité Inserm UMR 1087-CNRS UMR 6291 Hervé Le Marec Evolution de la médecine et de la recherche biomédicale développement de traitements

Plus en détail

Traitement et questions connexes

Traitement et questions connexes Traitement et questions connexes L essentiel du congrès sur le sida AIDS 2012 (et des ateliers du congrès 14 th International Workshops on Comorbidities and Adverse Drug Reactions in HIV, juillet 2012)

Plus en détail

Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux

Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux 14 ème forum SOS Hépatites, Lyon Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux Dr. Sylvie LARRAT Laboratoire de Virologie CHU Grenoble Hépatite C chronique 180 millions de porteurs

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD Service de Pneumologie Hôpital Beauregard - THIONVILLE 1 Bilan initial Objectifs Bilan de base Traitement pharmacologique Autres traitements pharmacologiques Autres

Plus en détail

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T.

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Marcelo de Carvalho, Olivier Adotévi, Valérie Frenkel, Gilles Thibault, Richard Le Naour I-Introduction... 2 II-Activation des lymphocytes

Plus en détail

Comment la recherche peut-elle aider à la maîtrise de la tuberculose?

Comment la recherche peut-elle aider à la maîtrise de la tuberculose? INT J TUBERC LUNG DIS 13(5):558 568 2009 The Union ETAT DE LA QUESTION SERIE ETAT DE LA QUESTION Tuberculose Edité par I. D. Rusen NUMERO 7 DE LA SERIE Comment la recherche peut-elle aider à la maîtrise

Plus en détail

sclérose en plaque Amandine MATHIAS Formation continue IAL 14.11.2013 Service d immunologie et allergie Service de neurologie

sclérose en plaque Amandine MATHIAS Formation continue IAL 14.11.2013 Service d immunologie et allergie Service de neurologie Evaluation du risque lié au natalizumab dans la sclérose en plaque Amandine MATHIAS Formation continue IAL 14.11.2013 Service d immunologie et allergie Service de neurologie La SEP: une maladie complexe

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte

Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte Il est prévu que les recommandations contenues dans ce document resteront valables jusqu

Plus en détail

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques UE7 Cours n 9 C. LAMAZE 24.11.11 Elise GODEAU (partie1) Guillaume MERGENTHALER (partie2) Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques SOMMAIRE : I. L endocytose à récepteurs : la voie des clathrines

Plus en détail

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral.

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral. - La cytométrie en flux est une méthode d analyse de cellules en suspension, véhiculées à grande vitesse jusqu à une chambre d analyse traversée par des faisceaux lasers. L interaction des cellules avec

Plus en détail

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Projet ANRS-12186 Évaluation de l échec virologique et résistance aux ARV chez des patients VIH positifs pris en charge dans les programmes

Plus en détail

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires.

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. Produits de thérapie cellulaire DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. DIAPOSITIVE 2 La fabrication des thérapies cellulaires est examinée par la Division

Plus en détail

Mécanisme des réactions inflammatoires

Mécanisme des réactions inflammatoires 01/04/2014 THOMASSIN Guillaume L2 Revêtement Cutané Dr. Sophie Deplat-Jégo Relecteur 4 8 pages Revêtement cutané Mécanisme des réactions inflammatoires cutanés Mécanisme des réactions inflammatoires Plan

Plus en détail

COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre 2007. de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux

COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre 2007. de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles 19 octobre 2007 Inhibition des défenses de l hôte par les bactéries pathogènes Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux Gwennola ERMEL I Détection

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail