Contribution du GMPV-FFB

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Contribution du GMPV-FFB"

Transcription

1 Contribution du GMPV-FFB Consultation sur l évolution des mécanismes de soutien aux installations sous obligation d achat Février 2014 GMPV-FFB : Groupement des Métiers du Photovoltaïque de la Fédération Française du Bâtiment

2 Le GMPV-FFB Le GMPV-FFB est l Union de la Fédération Française du Bâtiment spécifiquement dédiée au métier du photovoltaïque. Le développement du photovoltaïque dans le bâtiment en France, est une activité récente au regard de l histoire de la construction, mais elle s appuie avant tout sur les métiers traditionnels et la maîtrise des règles de l Art qui relèvent de la compétence et du savoir faire des professionnels du bâtiment. Le GMPV-FFB réunit les entreprises notamment d électricité, de couverture, d étanchéité, de métallerie et de génie climatique, qui représentent plus de entités aptes, par leur métier, à aborder les spécificités du photovoltaïque. Croyant fermement au développement raisonné du photovoltaïque, le GMPV-FFB se mobilise au quotidien pour accompagner les entreprises, promouvoir la normalisation et assurer la pérennité de l activité photovoltaïque dans le Bâtiment. Aujourd hui, les professionnels du bâtiment se sont appropriés les techniques de mise en œuvre du photovoltaïque dans le bâtiment, qui sont devenues une composante à part entière de l acte de construire et de rénover. La mission du GMPV-FFB est de représenter et d accompagner ces nombreuses entreprises accordant une grande importance, par leurs corps de métier et leur expérience, à la compétence des équipes et à la qualité de réalisation des installations photovoltaïques. Le GMPV-FFB souhaite promouvoir le développement du photovoltaïque dans le bâtiment de façon raisonnée, responsable et respectueuse des règles et pratiques des métiers de la construction. Le GMPV-FFB agit prioritairement dans le cadre de ses métiers, dans les domaines: de la règlementation technique de la normalisation de la promotion des métiers de la recherche professionnelle de la prévention/sécurité de l environnement des qualifications ou certifications des formations

3 Les entreprises de la Fédération Française du Bâtiment Les entreprises représentées au sein du GMPV-FFB interviennent lors de la conception des installations photovoltaïques, de leur mise en œuvre et de leur entretien. Elles appartiennent au domaine très structuré du bâtiment, et appliquent pour l activité photovoltaïque les mêmes règles que pour toute activité traditionnelle. Elles sont qualifiées, assurées, et font appel à des intervenants formés aux particularités du photovoltaïque. Les produits sont sélectionnés en fonction de leurs évaluations techniques et mis en œuvre dans le respect des règles de l Art. Les métiers traditionnels du bâtiment ont su intégrer les produits et les méthodes nouvelles associées au photovoltaïque. Les entreprises de bâtiment ont été nombreuses à s engager dans la voie du développement durable et ont mis toute leur énergie dans la structuration de l activité photovoltaïque et le développement des compétences spécifiques à la mise en œuvre du photovoltaïque dans l enveloppe du bâtiment. Formées, qualifiées/certifiées, elles ont acquis un capital «savoir-faire». Aujourd hui, les entreprises de la FFB sont «en ordre de marche», et participent d ores et déjà à la mise en place de la transition énergétique.

4 Réponse à la consultation sur l évolution des mécanismes de soutien aux installations sous obligation d achat Le GMPV-FFB représente les entreprises de bâtiment ayant une activité photovoltaïque. En conséquence, la présente contribution traite uniquement de l évolution des mécanismes de soutien au photovoltaïque dans le bâtiment. Le GMPV-FFB souligne que la concertation en cours, parallèlement menée par la DGEC, sur l autoconsommation est corrélativement liée à la présente consultation sur l évolution des mécanismes de soutien. Il est donc nécessaire d intégrer dans notre réflexion, la notion d autoconsommation dans la mesure où il s agit de la principale alternative au mécanisme de soutien actuel. Le constat d une évolution nécessaire vers une plus grande intégration des EnR au système électrique et au marché électrique - Le GMPV-FFB ne partage pas le constat exprimé dans le document de consultation. Un tel constat ne peut se faire sans éléments chiffrés, ni démonstration technique. - Il est impossible de se positionner sans connaître précisément : o d une part, la part maximale des énergies renouvelables en puissance instantanée, dans l année, o d autre part, le seuil de puissance installée à même d engendrer de réels dysfonctionnements du réseau électrique français, ainsi que l échéance à laquelle ce seuil sera atteint. En l absence de ces données, le GMPV-FFB ne peut constater une urgence concernant l intégration des énergies renouvelables au réseau. Sur la base des données rendues publiques par RTE pour l été 2013, on peut constater que la somme de la production photovoltaïque et éolienne a représenté durant les pointes moins de 10% de la puissance totale transitant sur le réseau. Cela doit être comparé au seuil de danger de 30% de la puissance totale, tel qu indiqué dans le document de consultation. - La réflexion ne doit pas se concentrer unilatéralement sur les modalités d intégration des énergies renouvelables au système électrique, mais doit également s appuyer sur les possibilités d adaptation du réseau électrique à ces nouvelles sources d énergies. Le système électrique est un outil au service de l approvisionnement énergétique des foyers et des entreprises. Sans une meilleure pénétration de l électricité d origine renouvelable dans le réseau électrique, les objectifs de la France seront difficiles à atteindre.

5 Les options possibles d évolution des soutiens aux EnR 1. Les modalités de soutiens aux énergies renouvelables Le photovoltaïque dans le bâtiment Il est important de rappeler que le mécanisme de soutien doit s attacher à valoriser l intégration des systèmes photovoltaïques à l enveloppe du bâtiment (spécificité propre à la France), conformément au choix qui a toujours été privilégié par l Etat Le photovoltaïque dans le bâtiment dispose de nombreux atouts en termes de : création d emplois locaux non délocalisables pour des compagnons formés et en activité dans des entreprises qualifiées/certifiées pour l installation de systèmes photovoltaïques intégrés au bâtiment ; savoir-faire reconnu, capitalisé et spécifique à la France ; assurabilité des installations et conformité aux règles de l art de la construction (conception, mise en œuvre et maintenance) ; valorisation immobilière du patrimoine ; intégration architecturale des installations dans le paysage urbain ; stimulation de l innovation dans le bâtiment avec l utilisation de matériaux de construction multifonctionnels. (enveloppe active du bâtiment combinant fonctions traditionnelles et production d énergie). Le GMPV-FFB plaide en faveur d un mécanisme de soutien privilégiant l intégration au bâti des systèmes photovoltaïques, à l instar du cadre de soutien actuellement en vigueur. Le GMPV-FFB rappelle que l installation d un système photovoltaïque sur bâtiment doit obligatoirement tenir compte des contraintes et spécificités du bâtiment. (Règles de l art, DTU, Normes ). Le GMPV-FFB réaffirme l importance de la prise en compte des règles techniques s appliquant aux ouvrages (éléments d enveloppe du bâtiment) sur lesquels sont installés les systèmes photovoltaïques. Un système photovoltaïque installé sur bâtiment doit respecter l ensemble des normes et des règles de l art spécifiques au monde du Bâtiment. Le bénéfice du mécanisme de soutien, quel qu il soit, doit être conditionné au choix des produits mis en œuvre (certifiés) ainsi qu au respect des normes, DTU, évaluations techniques et de l ensemble des règles de l art applicables à l ouvrage. Le GMPV-FFB recommande une révision des critères d intégration au bâti actuellement en vigueur, non rationnels et non adaptés à l acte de construire (lame de ventilation non suffisante en sous-face des panneaux). Une mauvaise évaluation des critères peut mener à des contre-références et des contre-performances. Les règles de la construction doivent primer.

6 Analyse des options proposées : - Les soutiens sous forme de tarifs d achat fixes en /MWh Pour le GMPV-FFB, ce soutien est le plus adapté pour stimuler le développement du photovoltaïque. Ses avantages majeurs sont : o la simplicité de mise en œuvre, o la forte visibilité offerte aux producteurs et aux investisseurs. Ce mode de soutien est financé par la collectivement via la CSPE, à un coût acceptable au regard des enjeux énergétiques et industriels du développement de la filière photovoltaïque. Le GMPV-FFB souhaite rappeler que le niveau des tarifs d achat a chuté de moitié en l espace de trois ans. Par conséquent, les nouveaux contrats n ont qu un poids très réduit sur la CSPE. Bien que la suppression progressive des tarifs d achat soit nécessaire, il convient donc de relativiser l urgence ainsi que l impact de nouvelles mesures sur le modèle économique actuel. Par ailleurs, le mécanisme d appel d offres mis en place en 2011 ne satisfait pas les entreprises du GMPV-FFB. Il s agit d un système extrêmement complexe et non adapté aux entreprises de bâtiment. De plus, les appels d offres créent un marché saccadé et aléatoire qui ne répond pas aux besoins de visibilité des entreprises. Le GMPV-FFB plaide en faveur de tarifs d achat réglementés, notamment pour des cas particuliers tels que le marché du résidentiel ou celui du résidentiel collectif, en dehors de tout mécanisme d appel d offres. - Les soutiens sous forme de «prix de marché plus prime» Ce système a l avantage de transférer une partie du coût du soutien au photovoltaïque de la CSPE vers le marché de l électricité. Une prime à la puissance installée est cependant inenvisageable. Elle tendrait à déresponsabiliser le producteur vis-à-vis de la quantité d électricité réellement produite. Elle n inciterait ni au choix de systèmes de qualité, ni à la maintenance des installations, et conduirait à des contres-références à même de discréditer les filières. Au contraire, une prime à l énergie permettrait de lier la performance technique de l installation à sa performance économique, et inciterait à la maintenance. Une prime ex-ante découragerait fortement les producteurs et les investisseurs car elle induirait un manque de visibilité trop important sur la rémunération obtenue, variable selon le cours du marché de l électricité. Elle présenterait de plus un risque important de sousrémunération pour le producteur.

7 Figure 1: Illustration d'une prime "ex-ante" Une prime ex-post ne présente pas cet inconvénient car elle permet de reconstituer un tarif fixe et fournir ainsi aux producteurs et investisseurs une bonne visibilité, à l instar des tarifs d achat. Figure 2: Illustration d'une prime "ex-post" L introduction d un plafond et/ou d un plancher présente, pour chaque cas de figure, certains avantages et inconvénients. Le tableau suivant résume notre analyse.

8 Tableau 1: Analyse qualitatives des différentes options "prix de marché + prime" L objectif de la mise en place d un plafond sur la prime ex-post peut être la prise en compte du cours du marché de l électricité, le producteur n étant plus incité à injecter de l électricité sur le réseau lorsque les prix sont trop faibles ou négatifs. Figure 3: Illustration d une prime «ex-post» avec plafond

9 Néanmoins, dans tous les cas, le système «prix de marché + prime» est bien trop complexe et déstabilisera les producteurs ainsi que les investisseurs. Il est essentiel que le mécanisme de soutien au photovoltaïque soit simple à mettre en œuvre, à comprendre et à expliquer, en particulier aux clients particuliers souhaitant produire de l électricité photovoltaïque. Dans le cas contraire, le mode de soutien sera inefficace et les installateurs de systèmes photovoltaïques seront dans l impossibilité de commercialiser ces solutions. Le GMPV-FFB plaide en défaveur de ce mode de soutien. - Les marchés de certificats verts associés à des quotas Cette option est inadaptée car : o Les producteurs et investisseurs porteront un double risque de marché : celui du marché de l électricité et celui du marché des certificats verts. La visibilité sera donc très faible et ne permettra pas le développement raisonné de la filière photovoltaïque, o certaines technologies se développeront au détriment d autres techniques présentant pourtant des avantages environnementaux, énergétiques et architecturaux indéniables (tel que le photovoltaïque intégré au bâtiment, cette filière représentant en France plusieurs milliers d emplois à forte valeur ajoutée en conception, installation et maintenance des installations). La mise en place de taux d octroi permettrait de rétablir un équilibre économique entre les différentes énergies mais cette solution serait complexe à mettre en œuvre. Il n est pas envisageable de remplacer le mécanisme de soutien actuel par le seul mécanisme de certificats verts associés à des quotas. Le GMPV-FFB plaide en défaveur de ce mode de soutien.

10 Complément vis-à-vis des options proposées : Les pistes proposées ne sont pas exhaustives. En effet, il n est pas envisageable de mener une réflexion sur l évolution des mécanismes de soutiens aux énergies renouvelables sans tenir compte des possibilités offertes par l autoconsommation. Les soutiens sous forme d «autoconsommation + prime» constituent la seule alternative viable au système actuel. Ce soutien consiste à appliquer une prime sur l énergie autoconsommée afin de reconstituer le niveau d un tarif permettant d assurer le développement de la filière. L avantage principal de cette solution est la réduction drastique du coût pour la CSPE, vis-à-vis du système de tarifs d achat mais également vis-à-vis du système «prix de marché + prime». La valeur de la prime nécessaire sera plus faible que dans l option «prix de marché + prime» car l économie générée par l autoconsommation sera plus importante que l économie induite par la vente d électricité au prix du marché. Cela est amplifié dans le cas des applications résidentielles. Exemple : si un particulier économise 13 c /kwh en autoconsommant, une prime de 17 c /kwh serait suffisante pour reconstituer un gain total de 30 c /kwh. Cela est préférable au système de «prix de marché + prime» : dans ce cas, si l électricité est vendue 6 c /kwh sur le marché, la prime nécessaire sera de 24 c /kwh et la CSPE sera donc plus fortement impactée. La prime serait financée par les économies réalisées en termes de CSPE, par rapport au système actuel de tarifs d achat. Cette prime serait fixe selon le type de contrat de consommation du producteur, et ne serait donc pas soumise à un plafond. Figure 4: Illustration du mécanisme de soutien de type "autoconsommation + prime"

11 Cette solution fournit une excellente visibilité pour le producteur et ne présente aucun risque de sous-rémunération, ni de sur-rémunération. D un point de vue énergétique, l autoconsommation de l électricité photovoltaïque est la solution technique la plus cohérente. Elle contribue à la sobriété énergétique et place l utilisateur au centre de la démarche et s attache en priorité à satisfaire les besoins énergétiques du bâtiment. L autoconsommation permet également de s affranchir en grande partie des problématiques de modernisation du réseau électrique en réduisant les pointes de consommation et de production d énergies renouvelables. Le GMPV-FFB plaide en faveur de l option «autoconsommation + prime». L autoconsommation est très bien adaptée aux bâtiments consommateurs d électricité, en particulier les bâtiments tertiaires et industriels, mais elle est en revanche moins pertinente dans certains cas comme en résidentiel collectif par exemple. Il est donc important de conserver un mécanisme de soutien permettant de valoriser l injection de l électricité sur le réseau électrique. Le GMPV-FFB plaide également en faveur du maintien d un tarif d achat de base lorsque l autoconsommation n est pas cohérente. Il est essentiel de poursuivre la valorisation de l intégration des systèmes photovoltaïques au bâti, c est pourquoi la définition du niveau des primes et des tarifs d achat doit être adossée à la grille tarifaire actuellement en vigueur.

12 2. L intégration des énergies renouvelables au système électrique Analyse des options proposées : - La déconnexion des installations EnR en cas de prix de marché trop faible ou négatif Cette hypothèse présente un réel danger pour l avenir des énergies renouvelables en France : d une part, cette méthode ne serait pas en ligne avec les objectifs nationaux de consommation finale d énergie de source renouvelable, d autre part, cela introduirait un risque élevé pour le producteur. Il est nécessaire de prendre la direction d une plus grande intégration des énergies renouvelables au système, ce qui est contraire à une déconnexion intempestive des installations EnR. - La participation des EnR aux services d équilibrage du réseau Cette piste ne peut être envisagée que pour les installations de grandes puissances, exploitée de manière professionnelle (plusieurs MW). En revanche, celle-ci ne saurait être généralisée aux installations résidentielles, industrielles ou encore agricoles de taille intermédiaires : le dispositif d appel d offres associés à des cahiers des charges détaillés est complexe et très difficile d accès pour les entreprises d installation, dans un contexte administratif et réglementaire qui nécessite une simplification importante. La généralisation de ce système risquerait fortement de paralyser les filières renouvelables. - L accès garanti à la priorité à l injection Ce principe ne doit pas être remis en question. Il s agit d un levier essentiel pour le développement des énergies renouvelables, pour l atteinte des objectifs nationaux et européens dans un contexte économique difficile. La participation aux services systèmes doit s accompagner d intelligence et de progrès technologique. - La création d un marché de services systèmes La création d un tel système risque de ne pas tenir compte des spécificités géographiques de dimensionnement du réseau électrique. Il sera inefficace si la fourniture de services systèmes ne se concentre que sur les installations à risques limités vis-à-vis de l équilibre du réseau. Mais encore, il peut présenter des difficultés importantes en terme de prévisibilité pour les producteurs, si le besoin en termes de services systèmes évolue au cours de la durée de vie des installations (connexion d autres sources d énergies renouvelables au réseau local ). Le GMPV-FFB plaide en défaveur des options proposées.

13 Complément vis-à-vis des options proposées : Il est nécessaire de mener une réflexion globale sur la nécessité d évolution du réseau électrique et l intégration de dispositifs intelligents de type «smart grids» au système existant, à la lumière des différentes expérimentations effectuées sur le sol français. Le GMPV-FFB recommande le développement de l autoconsommation et du stockage de l électricité de manière diffuse, comme principal outil d intégration des énergies renouvelables au système électrique. L autoconsommation permet de limiter naturellement l injection d énergie de source renouvelable intermittente sur le réseau. Elle présente l avantage de fournir des services systèmes en introduisant de la flexibilité à la production électrique. Selon la consommation électrique et les signaux-prix, elle peut notamment permettre de réduire la puissance injectée lorsque cela est nécessaire ou au contraire de la maximiser si besoin. Cette piste est bien plus pertinente que l introduction de pénalités via des procédures d appels d offres complexes, qui grèveraient à la fois la volonté et la capacité des entreprises à réaliser des installations. Le stockage permet quant à lui de contrôler l injection de l énergie sur le réseau en fonction des besoins et de l impact sur le système électrique. Il s agit d une composante essentielle de la pénétration des énergies renouvelables, qui doit accompagner naturellement le développement des réseaux intelligents. Le temps nécessaire à la modernisation du système électrique et au développement de dispositifs de stockage doit être comparé à la durée restante avant l émergence d un danger réel lié à la part des énergies renouvelables dans la puissance totale transitant sur le réseau.

14 Les enjeux de la transition La future règlementation encadrant le photovoltaïque doit permettre de favoriser : - La mise en place d un mécanisme de soutien principalement basé sur le système «Autoconsommation + prime». - Le maintien d un tarif d achat de base pour la valorisation de l électricité injectée sur le réseau lorsque nécessaire. - Une structuration des niveaux de primes et de tarifs d achat permettant de poursuivre la valorisation de l intégration au bâti. - La suppression des appels d offres et la suppression des plafonds de puissance pour l allocation des primes et des tarifs d achat. Les primes et les tarifs d achat seraient réévalués régulièrement afin de prendre en considération l évolution du coût des systèmes et encadrer la rentabilité des installations. Les primes et les tarifs d achat seraient réduits au fur et à mesure jusqu à leur suppression, lorsque la seule économie liée à l autoconsommation permettra une rentabilité suffisante des systèmes. Une première réforme pourrait être mise en œuvre dans le cadre de la loi de programmation pour la transition énergétique, à l automne 2014.

Contribution à la Concertation du Gouvernement

Contribution à la Concertation du Gouvernement Contribution à la Concertation du Gouvernement 06 Janvier 2011 Le Groupement des Métiers du Photovoltaïque de la Fédération Française du bâtiment (GMPV) regroupe, au sein de la FFB, les entreprises notamment

Plus en détail

Boîte à outils pour les entreprises

Boîte à outils pour les entreprises Boîte à outils pour les entreprises A chacun de s en saisir Je suis spécialisé dans le secteur du bâtiment 1. Secteur du bâtiment stimulé par la rénovation énergétique Les règles d'urbanisme sont simplifiées

Plus en détail

Solaire : l'état du droit après les décrets de 2010

Solaire : l'état du droit après les décrets de 2010 Solaire : l'état du droit après les décrets de 2010 Jeudi 10 février de 9h30 à 10h30 Présentateur : Anne-Laure SAINT-GIRON, Cabinet ALLENA Le Cabinet ALLENA est spécialisé en droit de l environnement (EnR,

Plus en détail

Le développement des effacements

Le développement des effacements Le développement des effacements LA CAPACITE, OU COMMENT GARANTIR LA SECURITE D APPROVISIONNEMENT Afin d assurer la sécurité d alimentation en électricité, l UFE milite depuis plusieurs années pour la

Plus en détail

Autoconsommation d énergie photovoltaïque

Autoconsommation d énergie photovoltaïque Autoconsommation d énergie photovoltaïque Principe et intérêt de l autoconsommation de l électricité photovoltaïque Atelier technique PV-NET Mardi 3 décembre 2013 Marc Niell Ingénieur chargé d affaires

Plus en détail

Des menaces sur la cogénération gaz

Des menaces sur la cogénération gaz Des menaces sur la cogénération gaz ; Rappel des enjeux : La puissance de 3 EPR 1,7 Mtep/an économisées Près de 10 Mt de CO 2 /an évitées 30 000 emplois industriels concernés Préserver des actifs performants

Plus en détail

Intégration accrue de production locale d énergie dans les réseaux

Intégration accrue de production locale d énergie dans les réseaux Commission wallonne pour l Energie Intégration accrue de production locale d énergie dans les réseaux Séminaire CMS DeBacker Bruxelles, Auditoire FEB, le 20 octobre 2010 Francis GHIGNY Président de la

Plus en détail

L attractivité de PACA pour le développement des smart grids

L attractivité de PACA pour le développement des smart grids L attractivité de PACA pour le développement des smart grids FORUM OCOVA 16 septembre 2014 Page 1 Les smart grids : une ambition pour la France Objectifs de la feuille de route du plan industriel Consolider

Plus en détail

Financez vos investissements en énergies renouvelables! Me Jean-François Jaminet (The Legal Side) Imperia Automobiles 10 mai 2011

Financez vos investissements en énergies renouvelables! Me Jean-François Jaminet (The Legal Side) Imperia Automobiles 10 mai 2011 Financez vos investissements en énergies renouvelables! Me Jean-François Jaminet (The Legal Side) Imperia Automobiles 10 mai 2011 Contexte Augmentation des besoins énergétiques Incertitudes sur l approvisionnement

Plus en détail

La commercialisation de l électricité

La commercialisation de l électricité N 33 La commercialisation de l électricité Un marché de la fourniture qui bénéficie de la baisse des prix de marché de gros Depuis l ouverture totale des marchés de l électricité en 2007, les tarifs réglementés,

Plus en détail

PRÉAMBULE CRÉONS ENSEMBLE. L entreprise du bâtiment au centre de l acte de construire

PRÉAMBULE CRÉONS ENSEMBLE. L entreprise du bâtiment au centre de l acte de construire PRÉAMBULE CRÉONS ENSEMBLE Le GMPV-FFB, l Union LES MÉTIERS technique DE représentant DEMAIN les professionnels du photovoltaïque dans le bâtiment Ce guide a été établi par le GMPV-FFB, l Union de la Fédération

Plus en détail

Autoconsommation & autoproduction: quel bilan? quelles perspectives?

Autoconsommation & autoproduction: quel bilan? quelles perspectives? Autoconsommation & autoproduction: quel bilan? quelles perspectives? BE POSITIVE Conférence PV-NET Marine JOOS 6 mars 2015 1 Sommaire Quelques fondamentaux Décrypter le rapport DGEC Conclusions 2 Les indicateurs

Plus en détail

Une approche globale et intégrée

Une approche globale et intégrée COHERENCE ENERGIES Une intervention indépendante au cœur c de la transition énergétique des territoires COHERENCE ENERGIES 42 rue Agache 59840 PERENCHIES Tel. : 03 20 00 38 72 Email : contact@coherence-energies.fr

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

Conditions de rentabilité de la méthanisation Recommandations pour la filière

Conditions de rentabilité de la méthanisation Recommandations pour la filière Conditions de rentabilité de la méthanisation Recommandations pour la filière Antoine Jacob, Président du Club Biogaz Christian Couturier, Vice Président Caroline Marchais Déléguée Générale club.biogaz@atee.fr

Plus en détail

Le Photovoltaïque en Guadeloupe

Le Photovoltaïque en Guadeloupe Le Photovoltaïque en Guadeloupe Quelles opportunités? Recommandations pour une bonne mise en oeuvre? Coûts et démarches? CAUE Cynthia CAROUPANAPOULLÉ, Responsable Environnement Sommaire Contexte et enjeux

Plus en détail

Une approche globale et intégrée

Une approche globale et intégrée eole-direct.com SOBRIÉTÉ ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE o Analyse et amélioration énergétique de bâtiment : audit sur site, méthodes d investigation (infrarouge, campagne de mesure ) o Aide à la conception

Plus en détail

Le gaz naturel, facteur essentiel de l évolution vers une économie faiblement contributive à l effet de serre

Le gaz naturel, facteur essentiel de l évolution vers une économie faiblement contributive à l effet de serre 5 février 2010 Le gaz naturel, facteur essentiel de l évolution vers une économie faiblement contributive à l effet de serre L évolution du bouquet énergétique français vers une économie faiblement carbonée

Plus en détail

Les solutions. d autoconsommation de l électricité photovoltaïque. dans le bâtiment PRÉAMBULE CRÉONS ENSEMBLE

Les solutions. d autoconsommation de l électricité photovoltaïque. dans le bâtiment PRÉAMBULE CRÉONS ENSEMBLE PRÉAMBULE CRÉONS ENSEMBLE Le GMPV-FFB, l Union LES MÉTIERS technique DE représentant DEMAIN les professionnels du photovoltaïque dans le bâtiment Ce guide a été établi par le GMPV-FFB, l Union de la Fédération

Plus en détail

Electricité solaire et autoconsommation. Le retour d expérience allemand

Electricité solaire et autoconsommation. Le retour d expérience allemand Electricité solaire et autoconsommation Le retour d expérience allemand Autoconsommation Evolution du cadre réglementaire au cours des dernières années Janvier 2009 : introduction d un tarif d achat à

Plus en détail

Position du secteur électrique français

Position du secteur électrique français 16 novembre 2010 ENERGIE 2020 Position du secteur électrique français L UFE, Union Française de l Electricité, est l association professionnelle du secteur de l électricité. Elle représente les employeurs

Plus en détail

Réforme du dispositif de soutien aux filières sous obligation d achat

Réforme du dispositif de soutien aux filières sous obligation d achat Réforme du dispositif de soutien aux filières sous obligation d achat Mars 2014 Le cri d alarme du 10 septembre 2013 au Parlement européen des 9 «utilities» européennes illustre la gravité de la situation

Plus en détail

RECOMMANDATIONS RELATIVES À L AUTOCONSOMMATION DE L ÉNERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE

RECOMMANDATIONS RELATIVES À L AUTOCONSOMMATION DE L ÉNERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE RECOMMANDATIONS RELATIVES À L AUTOCONSOMMATION DE L ÉNERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE Juin 2014 2 SOMMAIRE 1. RÉSUMÉ... 4 2. CONTEXTE ET OBJET DE LA NOTE... 5 3. DÉFINITION DE L AUTOCONSOMMATION PHOTOVOLTAÏQUE...

Plus en détail

Des investissements massifs dans l outil de production énergétique sont à prévoir dans les prochaines années

Des investissements massifs dans l outil de production énergétique sont à prévoir dans les prochaines années Des investissements massifs dans l outil de production énergétique sont à prévoir dans les prochaines années Un objectif de 25% d énergies renouvelables en 2020(pour mémoire le Grenelle prévoit 23% d EnR)

Plus en détail

PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE

PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE Contribution du SER au Plan de performance énergétique des logements 2 ( ) «La rénovation thermique des logements

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

SEGMENTATION DU PARC FRANÇAIS PAR TRANCHES DE PUISSANCES

SEGMENTATION DU PARC FRANÇAIS PAR TRANCHES DE PUISSANCES MICRO-COGENERATION Etat des lieux de la filière micro-cogénération en France Préconisations du Club Cogénération de l ATEE pour le déploiement de cette filière SEGMENTATION DU PARC FRANÇAIS PAR TRANCHES

Plus en détail

Les énergies renouvelables et la transition énergétique en Allemagne. Discussions actuelles

Les énergies renouvelables et la transition énergétique en Allemagne. Discussions actuelles Les énergies renouvelables et la transition énergétique en Allemagne Discussions actuelles Contrat de coalition 2013 Les priorités gouvernementales 2014-2017 Confirmation des objectifs ambitieux Confirmation

Plus en détail

ANALYSE. La transition énergétique allemande à la recherche de son modèle

ANALYSE. La transition énergétique allemande à la recherche de son modèle La transition énergétique allemande à la recherche de son modèle Florence Chapuis et Nicolas Goldberg Souvent présenté comme un modèle, le programme allemand de développement des énergies renouvelables

Plus en détail

Gestion du réseau électrique et. stockage massif de l énergie. Dominique Maillard Président du directoire de RTE 31 janvier 2013

Gestion du réseau électrique et. stockage massif de l énergie. Dominique Maillard Président du directoire de RTE 31 janvier 2013 Gestion du réseau électrique et stockage massif de l énergie Dominique Maillard Président du directoire de RTE 31 janvier 2013 Plan de la présentation 1. Les évolutions à l œuvre tant du côté de la consommation

Plus en détail

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Communiqué de presse le 30 novembre 2011 Comment fournir au consommateur une électricité propre, de proximité et

Plus en détail

ONDULEUR SMART-GRID AUTO-CONSOMMATION NOUVELLE GÉNÉRATION

ONDULEUR SMART-GRID AUTO-CONSOMMATION NOUVELLE GÉNÉRATION Y o u r P o w e r, Y o u r R u l e s ONDULEUR SMART-GRID AUTO-CONSOMMATION NOUVELLE GÉNÉRATION SMART-GRID ALL-IN-ONE INTELLIGENTE RENDEMENT >30% (1) ET D EXPLOITATION À PROPOS D IMEON ENERGY Fort de plus

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS

CATALOGUE DES FORMATIONS CATALOGUE DES FORMATIONS Sollis organise des sessions de formations en INTER et INTRA entreprise sur les métiers de l énergie. Elles contribuent à développer de nouvelles compétences, acquérir en peu de

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

FEBEG Memorandum en vue des élections de 2014

FEBEG Memorandum en vue des élections de 2014 FEBEG Memorandum en vue des élections de 2014 Un certain nombre de contradictions importantes dans la politique menée actuellement influencent significativement les marchés de l électricité et du gaz.

Plus en détail

ERDF et la Transition Energétique. CESE Nice le 23 avril 2014

ERDF et la Transition Energétique. CESE Nice le 23 avril 2014 ERDF et la Transition Energétique CESE Nice le 23 avril 2014 1. ERDF et la distribution d électricité en France 2. La transition énergétique 3. ERDF dans la transition énergétique 4. En synthèse 1 ERDF

Plus en détail

Cadre réglementaire régissant la production de l électricité à partir des énergies renouvelables et/ou des systèmes de cogénération en Algérie

Cadre réglementaire régissant la production de l électricité à partir des énergies renouvelables et/ou des systèmes de cogénération en Algérie Commission de Régulation de l Electricité et du Gaz لجنة ضبط الكھرباء و الغاز Journée d information organisée par RENAC Berlin le 28 mai 2014 AHK (26 février 2013, Berlin Allemagne) Cadre réglementaire

Plus en détail

plan du chapitre L'approche intégrée et multisectorielle NIVEAU I VII.1

plan du chapitre L'approche intégrée et multisectorielle NIVEAU I VII.1 CHAPITRE VII L'approche intégrée et multisectorielle NIVEAU I plan du chapitre Diapo 1 L approche intégrée et multisectorielle Niveau I Diapo 2 Deux traditions méthodologiques Niveau II Diapo 3 Le tout

Plus en détail

Evolution du processus d allocation. Atelier «processus d allocation» n 2 Le 31 mai 2012

Evolution du processus d allocation. Atelier «processus d allocation» n 2 Le 31 mai 2012 Evolution du processus d allocation Atelier «processus d allocation» n 2 Le 31 mai 2012 Synthèse des propositions reçues 14 contributions ont été reçues, dont une sous couvert d anonymat Les propositions

Plus en détail

SOLWATT. Bilan des énergies renouvelables en Région wallonne. Bilan des énergies renouvelables en Région wallonne

SOLWATT. Bilan des énergies renouvelables en Région wallonne. Bilan des énergies renouvelables en Région wallonne Bilan des énergies renouvelables en SOLWATT Programme du Ministre André Antoine pour développer le solaire photovoltaique En L Europe a fixé l objectif d électricité renouvelable pour la Belgique à 6 %

Plus en détail

VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES

VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES 1. L agriculture et la pêche sont des secteurs essentiels pour le développement social et économique

Plus en détail

Marché des micro et mini-cogénération Une filière à promouvoir

Marché des micro et mini-cogénération Une filière à promouvoir Journée micro et mini-cogénération du 29 janvier 2015 Marché des micro et mini-cogénération Une filière à promouvoir Régis Contreau, Chef de Produits Production décentralisée, GrDF Une production décentralisée

Plus en détail

POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION

POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE SUR LA PASSATION DES MARCHES PUBLICS Mars 2012 Maison européenne des

Plus en détail

APPEL A PROJETS. Utilisation dynamique des Energies Renouvelables dans le bâtiment REGIONAL ANNEE 2015-2016. Règlement

APPEL A PROJETS. Utilisation dynamique des Energies Renouvelables dans le bâtiment REGIONAL ANNEE 2015-2016. Règlement APPEL A PROJETS Utilisation dynamique des Energies Renouvelables dans le bâtiment REGIONAL ANNEE 2015-2016 Règlement 1/10 En résumé, pour participer : Si vous avez un projet de développement d électricité

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

Titre du rapport. Sous titre du rapport

Titre du rapport. Sous titre du rapport RAPPORT RAPPORTS Direction Direction générale générale de de l énergie l énergie et et du du climat climat Service Direction xxxxxxxxxxxxx Direction de de l énergie l énergie Groupe Sous service Groupe

Plus en détail

Filière «Solaire Thermique»

Filière «Solaire Thermique» Filière «Solaire Thermique» Groupe de travail du 24 mars 2015 Construisons ensemble une communauté de travail en Bretagne Rappel des objectifs La réunion du 24 mars 2015 qui s est tenue à la Communauté

Plus en détail

Conférence «Les contrats de PPP : Alliances Publics-Privés pour le développement économique et social»

Conférence «Les contrats de PPP : Alliances Publics-Privés pour le développement économique et social» Conférence «Les contrats de PPP : Alliances Publics-Privés pour le développement économique et social» Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement

Plus en détail

Appel à projets Photovoltaïque et autoconsommation. Vendredi 21 novembre 2014 - Gautier Perrin

Appel à projets Photovoltaïque et autoconsommation. Vendredi 21 novembre 2014 - Gautier Perrin Appel à projets Photovoltaïque et autoconsommation Vendredi 21 novembre 2014 - Gautier Perrin AAP 2014 Photovoltaïque et autoconsommation : Contexte Pourquoi l autoconsommation? Conjugaison des facteurs

Plus en détail

PLAN SOLAIRE INTÉGRÉ : RETOUR D EXPÉRIENCE SUR LA 1 ÈRE PHASE

PLAN SOLAIRE INTÉGRÉ : RETOUR D EXPÉRIENCE SUR LA 1 ÈRE PHASE PLAN SOLAIRE INTÉGRÉ : RETOUR D EXPÉRIENCE SUR LA 1 ÈRE PHASE DU COMPLEXE SOLAIRE D OUARZAZATE Tripoli, le 17 avril 2013 Avion solaire 1 MASEN, PORTEUR DU PLAN SOLAIRE MAROCAIN INTÉGRÉ 2 PLAN SOLAIRE MAROCAIN,

Plus en détail

Consommation d énergie finale en 2011

Consommation d énergie finale en 2011 Consommation d énergie finale en 2011 Jonathan MULLER ADEME Alsace Photovoltaïque et autoconsommation Photovoltaïque et autoconsommation : Contexte En France En Alsace Photovoltaïque et autoconsommation

Plus en détail

Marché de RUNGIS : Du village local au village Monde

Marché de RUNGIS : Du village local au village Monde Marché de RUNGIS : Du village local au village Monde Un acteur économique résolument ouvert vers l extérieur Reconnu comme acteur majeur du commerce de produits frais au niveau international, le Marché

Plus en détail

Intérêt des systèmes gaz et hybrides au niveau régional

Intérêt des systèmes gaz et hybrides au niveau régional Intérêt des systèmes gaz et hybrides au niveau régional Une approche comparative des impacts des technologies de chauffage sur la demande Roch Drozdowski - Chef de mission Smart Grids GrDF - Direction

Plus en détail

La cogénération biomasse en France et en Europe. Réalisations DALKIA Risques et opportunités Y.Flandin Resp. Departement EnR

La cogénération biomasse en France et en Europe. Réalisations DALKIA Risques et opportunités Y.Flandin Resp. Departement EnR La cogénération biomasse en France et en Europe Réalisations DALKIA Risques et opportunités Y.Flandin Resp. Departement EnR Biomasse valorisée en France par DALKIA LES APPELS D OFFRE CRE (Commission de

Plus en détail

Choc de simplification

Choc de simplification Choc de simplification Le choc de simplification souhaité par le Président de la République rejoint les besoins identifiés par le Syndicat des énergies renouvelables qui a défini six grands axes de modernisation

Plus en détail

Pierre-Marie ABADIE. Directeur de l énergie. CLUB ENERGIE & DEVELOPPEMENT - 6ème colloque

Pierre-Marie ABADIE. Directeur de l énergie. CLUB ENERGIE & DEVELOPPEMENT - 6ème colloque Pierre-Marie ABADIE Directeur de l énergie CLUB ENERGIE & DEVELOPPEMENT - 6ème colloque Paris, 13 janvier 2009 Pierre-Marie ABADIE MEEDDAT/DGEC/Direction de l énergie Introduction En régime de monopole

Plus en détail

La cogénération. Annick Lempereur Facilitateur en Cogénération pour la Wallonie.

La cogénération. Annick Lempereur Facilitateur en Cogénération pour la Wallonie. La cogénération Annick Lempereur Facilitateur en Cogénération pour la Wallonie. URE? Utilisation Rationnelle de l Energie. Consommer mieux, consommons MOINS! Réduisons nos consommations d énergie (Electricité,

Plus en détail

La sortie de l obligation d achat de la filière cogénération

La sortie de l obligation d achat de la filière cogénération La sortie de l obligation d achat de la filière cogénération Synthèse : L AFIEG, dont les membres accompagnent la sortie des contrats d obligation d achat (OA) de la production décentralisée en proposant

Plus en détail

METHANISATION. et installations classées et production d électricité. Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie

METHANISATION. et installations classées et production d électricité. Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie METHANISATION et installations classées et production d électricité Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie 1 Nomenclature des installations classées Les installations classées en application

Plus en détail

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 Le Président de la République a annoncé le 2 octobre à Cournon le cadre

Plus en détail

Législation française et belge relative aux marchés publics : les éléments utiles au développement des entreprises adaptées.

Législation française et belge relative aux marchés publics : les éléments utiles au développement des entreprises adaptées. Législation française et belge relative aux marchés publics : les éléments utiles au développement des entreprises adaptées. Les seuils de publicité européenne sont ceux à partir des quels les marchés

Plus en détail

Clean Horizon Consulting I Care Environnement

Clean Horizon Consulting I Care Environnement Le stockage d énergie en France : une nouvelle révolution? 16 Mai 2011 Compte rendu Le 16 Mai, Clean Horizon Consulting et I Care Environnement ont eu le plaisir d accueillir 85 personnalités des communautés

Plus en détail

Assistance à la gestion des contrats de fourniture d électricité et de gaz Dans le contexte défini par la loi NOME Et la loi de la consommation 1 Suppression des TRV d électricité 2 Gestion tarifaire de

Plus en détail

Club Chaleur renouvelable. Les propositions pour le développement de la chaleur renouvelable

Club Chaleur renouvelable. Les propositions pour le développement de la chaleur renouvelable Comité opérationnel énergies renouvelables 1 Club Chaleur renouvelable Les propositions pour le développement de la chaleur renouvelable ASSOCIATION DES MAITRES D OUVRAGE EN GEOTHERMIE AGEMO Préambule

Plus en détail

Conférence de presse d Evelyne Huytebroeck 17 novembre 2005 - Salon Energex

Conférence de presse d Evelyne Huytebroeck 17 novembre 2005 - Salon Energex Conférence de presse d Evelyne Huytebroeck 17 novembre 2005 - Salon Energex La cogénération : une technologie énergétique pour Bruxelles, rentable pour le portefeuille, l'emploi et l'environnement L énergie

Plus en détail

Présentation du dispositif des certificats d économies d énergie

Présentation du dispositif des certificats d économies d énergie Présentation du dispositif des certificats d économies d énergie Contexte et objectifs Principes de fonctionnement Exemples 1 La maîtrise des émissions de GES Une nécessité clairement illustrée par le

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement La Cogénération dans le bâtiment durable Yves LEBBE Spécialiste Cogénération Service du Facilitateur Bâtiment Durable Objectif(s) de la présentation

Plus en détail

On s active pour un Québec sans pétrole

On s active pour un Québec sans pétrole On s active pour un Québec sans pétrole Le pétrole est une énergie non-renouvelable, polluante et de plus en plus chère. Pourtant notre mode de vie en est totalement dépendant. C est une réalité qui n

Plus en détail

Énergie décentralisée : La micro-cogénération

Énergie décentralisée : La micro-cogénération Énergie décentralisée : La micro-cogénération Solution énergétique pour le résidentiel et le tertiaire Jean-Paul ONANA, Chargé d activités projet PRODÉLEC PRODuction et gestion de la production d ÉLECtricité

Plus en détail

1. LES OBJECTIFS PRIORITAIRES DE L EPRT

1. LES OBJECTIFS PRIORITAIRES DE L EPRT Dernière mise à jour : 12 novembre 2013 ENTENTE DE PARTENARIAT RÉGIONAL EN TOURISME DE CHARLEVOIX 2013-2015 Catégorie FESTIVALS ET ÉVÉNEMENTS L EPRT de Charlevoix partenaire du développement touristique

Plus en détail

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL 2 Sommaire Le développement des EnR en France enregistre un ralentissement, imputable à des causes multiples,

Plus en détail

STRATEGIE GLOBALE POUR LA BIODIVERSITE EN PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR. CRB 3 juin 2014

STRATEGIE GLOBALE POUR LA BIODIVERSITE EN PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR. CRB 3 juin 2014 STRATEGIE GLOBALE POUR LA BIODIVERSITE EN PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR CRB 3 juin 2014 Une démarche de co-construction depuis 2010 : 1 - Diagnostic partagé (état de la biodiversité, relations homme-nature,

Plus en détail

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE, UNE PRIORITÉ POUR LA MARTINIQUE La Martinique

Plus en détail

RT 2012: Comment optimiser la distribution dans les systèmes de chauffage à eau chaude?

RT 2012: Comment optimiser la distribution dans les systèmes de chauffage à eau chaude? Jeudi 7 novembre 2013 RT 2012: Comment optimiser la distribution dans les systèmes de chauffage à eau chaude? Intervenants: Marie-Hélène HUZE, directeur technique adjoint, COSTIC Jérôme MALDONADO, porte-parole

Plus en détail

E.ON France, troisième opérateur multi-énergies en France, acteur clé de l ouverture des marchés.

E.ON France, troisième opérateur multi-énergies en France, acteur clé de l ouverture des marchés. E.ON France, troisième opérateur multi-énergies en France, acteur clé de l ouverture des marchés. 2 3 E.ON, une dimension internationale Un grand énergéticien privé Né en 2000, le groupe E.ON est devenu

Plus en détail

«Chèque énergies Haute- Normandie» Audit énergétique des maisons individuelles Cahier des charges

«Chèque énergies Haute- Normandie» Audit énergétique des maisons individuelles Cahier des charges «Chèque énergies Haute- Normandie» Audit énergétique des maisons individuelles Cahier des charges Sommaire Préambule...3 1. Objectifs de l audit...4 2. Les compétences du prestataire...4 3. Description

Plus en détail

Directive de la CEDEAO pour l efficacité énergétique dans les bâtiments. 12/06/2014 - Version V2

Directive de la CEDEAO pour l efficacité énergétique dans les bâtiments. 12/06/2014 - Version V2 Directive de la CEDEAO pour l efficacité énergétique dans les bâtiments 12/06/2014 - Version V2 1. Contexte... 2 2. Objectif de la directive de la CEDEAO relative à l efficacité énergétique dans les bâtiments...

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT Finalité de la prime d activité Article 24 Rédiger ainsi l alinéa 6 : «Art. L. 841-1. La prime d activité a pour objet de soutenir le pouvoir d achat des travailleurs modestes, qu ils soient salariés ou

Plus en détail

2009/02/17 HENRI SIMONS. ÉNERGIE : UN ENJEU MAJEUR POUR LES BRUXELLOIS (contexte et propositions) 1 / Introduction : contexte

2009/02/17 HENRI SIMONS. ÉNERGIE : UN ENJEU MAJEUR POUR LES BRUXELLOIS (contexte et propositions) 1 / Introduction : contexte ÉNERGIE : UN ENJEU MAJEUR POUR LES BRUXELLOIS (contexte et propositions) 2009/02/17 HENRI SIMONS 1 / Introduction : contexte La Région de Bruxelles-Capitale compte approximativement 62 millions de m² de

Plus en détail

Effacement diffus et transition énergétique

Effacement diffus et transition énergétique Effacement diffus et transition énergétique 56 WATT Atelier du 20/03/2014 1 #1 L effacement diffus 2 L effacement diffus >> Principaux enjeux // Sociaux: pour les foyers chauffés électriquement : -le chauffage

Plus en détail

Conférence RICS + ADI

Conférence RICS + ADI Conférence RICS + ADI Loi NOME et Immobilier 22/01/2015 Sommaire 1 Le marché de l Electricité 2 3 4 La loi NOME L achat sur le marché libre Les impacts sur l immobilier 5 Annexes Copyright Allianz SE 15-01-22

Plus en détail

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous.

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous. Madame, Monsieur, Dans un courrier électronique en date du 10 février 2014, vous nous avez interrogés en matière de transition énergétique et de lutte contre le changement climatique. Nous vous prions

Plus en détail

Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française. Dossier de presse

Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française. Dossier de presse Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française Dossier de presse Octobre 2014 Après de trop longues années de crise, un léger vent d optimisme souffle enfin sur notre industrie automobile.

Plus en détail

1. Les PME sont-elles bien armées pour conquérir de nouveaux marchés?

1. Les PME sont-elles bien armées pour conquérir de nouveaux marchés? LES PRINCIPALES PROPOSITIONS DE LA PROFESSION COMPTABLE FRANCILIENNE 1. Les PME sont-elles bien armées pour conquérir de nouveaux marchés? Proposition n 1 : La formation initiale doit davantage être mise

Plus en détail

Loi du 7 février 2012 modifiant la loi sur l énergie. Votation populaire du 25 novembre 2012. Chancellerie d Etat CHA EC 5157

Loi du 7 février 2012 modifiant la loi sur l énergie. Votation populaire du 25 novembre 2012. Chancellerie d Etat CHA EC 5157 Loi du 7 février 0 modifiant la loi sur l énergie Votation populaire du 5 novembre 0 Chancellerie d Etat CHA EC 557 Sommaire Objet de la révision Les arguments du comité référendaire Le point de vue du

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir sur la fin des Tarifs Réglementés de Vente...

Tout ce qu il faut savoir sur la fin des Tarifs Réglementés de Vente... FIN DES TARIFS REGLEMENTES DE GAZ ET D ELECTRICITE Adhérez dès maintenant au groupement de commandes d énergies du SIEML. Les tarifs réglementés de gaz et d électricité vont prochainement disparaître.

Plus en détail

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives TOURCOING 27 septembre 2013 Marie-Hélène LEFEBVRE Éléments de contexte depuis les 30 dernières années : augmentation de 20% de la consommation

Plus en détail

Réponse de France Hydro Electricité. à la consultation sur l évolution des mécanismes de soutien aux installations sous obligation d achat 25.02.

Réponse de France Hydro Electricité. à la consultation sur l évolution des mécanismes de soutien aux installations sous obligation d achat 25.02. Réponse de France Hydro Electricité à la consultation sur l évolution des mécanismes de soutien aux installations sous obligation d achat 25.02.14 1 Les propositions de France Hydro Electricité Il nous

Plus en détail

ERDF au service de la Transition Energétique en NPDC

ERDF au service de la Transition Energétique en NPDC ERDF au service de la Transition Energétique en NPDC Organisation territoriale Eléments clés du réseau de distribution du Nord-Pas de Calais (31/12/2012) Calais Saint Martin Boulogne Boulogne-sur-Mer Saint

Plus en détail

DERBI Perpignan 2007-06-01. Photovoltaïque intégré

DERBI Perpignan 2007-06-01. Photovoltaïque intégré DERBI Perpignan 2007-06-01 Photovoltaïque intégré Sommaire 2. TENESOL Un acteur français du PV 3. Le photovoltaïque en France 4. Photovoltaïque intégré au bâti produits et innovations 5. Conclusion 2 1

Plus en détail

Une énergie essentielle pour atteindre le Facteur 4 *

Une énergie essentielle pour atteindre le Facteur 4 * Une énergie essentielle pour atteindre le Facteur 4 * * La limitation du réchauffement climatique implique dans les pays développés une division par 4 des émissions de gaz à effet de serre par rapport

Plus en détail

CSSS DOMAINE-DU-ROY PLAN TRIENNAL DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2010-2013

CSSS DOMAINE-DU-ROY PLAN TRIENNAL DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2010-2013 CSSS DOMAINE-DU-ROY PLAN TRIENNAL DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2010-2013 Présenté au comité de direction, le 21 décembre 2010 1. LA DÉMARCHE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE Au printemps 2006, le gouvernement du Québec

Plus en détail

Ouverture des marchés de l énergie et facturation de l électricité

Ouverture des marchés de l énergie et facturation de l électricité Ouverture des marchés de l énergie et facturation de l électricité Collectivités : Préparez-vous aux nouvelles conditions d achat de votre électricité MERCREDI 5 NOVEMBRE 2014 - CLERMONT-FERRND 1 Février

Plus en détail

LES SYSTEMES ELECTRIQUES INTELLIGENTS AU SERVICE DE LA VILLE NUMERIQUE ET DURABLE

LES SYSTEMES ELECTRIQUES INTELLIGENTS AU SERVICE DE LA VILLE NUMERIQUE ET DURABLE LES SYSTEMES ELECTRIQUES INTELLIGENTS AU SERVICE DE LA VILLE NUMERIQUE ET DURABLE Thomas VILLARD Directeur de projets Systèmes Electriques Intelligents Anne CHATILLON Chef de projets Ville Durable Sommaire

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Equilibre offre-demande du système électrique : vers la naissance d un marché de capacités

Equilibre offre-demande du système électrique : vers la naissance d un marché de capacités DECRYPTAGE Equilibre offre-demande du système électrique : vers la naissance d un marché de capacités conseil en stratégie opérationnelle DECRYPTAGE Introduction Lorsqu un particulier allume son téléviseur

Plus en détail

Fournisseur d'électricité et de gaz. Fournisseur d'électricité et de gaz

Fournisseur d'électricité et de gaz. Fournisseur d'électricité et de gaz Fournisseur d'électricité et de gaz Fournisseur d'électricité et de gaz Le marché de l énergie : mode d emploi Le marché de l énergie Un marché concurrentiel avec les garanties du Service Public L énergie

Plus en détail

Stockage de l énergie renouvelable et de production d hydrogène

Stockage de l énergie renouvelable et de production d hydrogène Stockage de l énergie renouvelable et de production d hydrogène HYBSEN - HYdrogène en Bretagne pour le Stockage d ENergie Renouvelable Le stockage de l énergie: 2 ème pilier de la troisième révolution

Plus en détail

ADOPTE PAR LE BUREAU DU CESW LE 16 DECEMBRE

ADOPTE PAR LE BUREAU DU CESW LE 16 DECEMBRE AVIS A. 1156 Relatif à l avant- projet de décret modifiant le décret du 12 avril 2001 relatif à l organisation du marché régional de l électricité, visant à instaurer une base juridique pour le financement

Plus en détail

Impact de l intégration des EnR sur les réseaux de distribution d électricité

Impact de l intégration des EnR sur les réseaux de distribution d électricité Impact de l intégration des EnR sur les réseaux de distribution d électricité Clubs Mines-Energie et Mines-Environnement et Développement Durable François Blanquet ERDF Directeur Réseaux 5 décembre 2013

Plus en détail