Evaluation économique de la prévention des risques : la pertinence de la méthode coûts-bénéfices. Nicolas HENRY

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evaluation économique de la prévention des risques : la pertinence de la méthode coûts-bénéfices. Nicolas HENRY"

Transcription

1 Evaluation économique de la prévention des risques : la pertinence de la méthode coûts-bénéfices 1

2 Résumé L actualité rappelle trop souvent les risques générés par les activités industrielles. Le site internet du BARPI recense 879 accidents industriels en France en 2013, soit entre deux et trois évènements par jour. Ces évènements dramatiques sont-ils le signe d une gestion inadaptée des risques? Seraient-ils plus simplement le signe d investissements inappropriés au niveau de risque généré? Les analyses économiques des risques ne sont pas légion en France. Ainsi, des outils permettant d éclairer les décisions en matière de gestion des risques mettent en lumière la nécessité de recourir davantage aux approches économiques. Une approche ayant fait ses preuves dans le monde Anglo-Saxon est l analyse coûts-bénéfices, plus connue sous l'acronyme «ACB». Cette approche a été introduite en France par les Sciences Humaines [LEONE, 1996] dans le cadre de projets de prévention des risques naturels, notamment les inondations. Cette méthode a fait l objet d une adaptation pour les risques industriels, afin de suggérer le niveau approprié d investissement en matière de sécurité. Cet article présente les principes généraux de l analyse coûts-bénéfices et ses apports potentiels au secteur industriel. Enfin, ce travail revient sur les avantages et les limites de l analyse coûts-bénéfices. Mots-clés : Aide à la décision, Coûts, Bénéfices, Sécurité, Multicritères, Systémique, Efficacité, Décisions, Avantages, Acceptabilité, Economie, Prévention, Performance. Abstract The news reminds too often the potential risks generated by industrial activities. In 2013, the BARPI website listed 879 industrial accidents in France, which represent from two to three events per day. Are these dramatic events a sign of inadequate risk management? Are they the sign of an inappropriate investment considering the risk generated by the activities? Economic risk analyzes are not often used in France. Risk management decisions can be made by the use of economic approaches. The cost / benefit analysis (CBA) is commonly used in many countries such as USA and United Kingdom. This approach was first introduced in France by LEONE for the prevention of natural hazards, more specifically floods. The industrial sector adapted this method to estimate appropriate investments in safety. This article presents the principles of the cost / benefit analysis and its potential contributions to the industry. Finally, this work presents the strengths and the weaknesses of the cost / benefit analysis. Keywords: Decision Support, Costs, Benefits, Safety, Multicriteria, Systemic Efficiency, Decisions, Benefits, Acceptability, Economy, Prevention, Performance. 2

3 Table des matières Résumé 2 Abstract 2 Introduction 4 1. Quels sont les principes de l analyse coûts-bénéfices? Quel est l intérêt d une analyse coûts-bénéfices? Quel est le mode de fonctionnement d une analyse coûts-bénéfices? Une analyse multi-niveaux 9 2. Quels sont les temps d intervention de cette analyse? Quand mesurer les effets de cet outil? Définition de la pertinence de l analyse Des indicateurs pour mesurer l efficacité Quels coûts, pour quels bénéfices? Une méthode d évaluation des coûts et des bénéfices Comment mettre en rapport les coûts avec l efficacité? Actualiser les coûts et les bénéfices futurs Discussion Les principaux avantages de cette approche Les principales limites de cette approche L ACB, un outil de plus? 19 Conclusion 20 Bibliographie 21 3

4 Introduction Entre 1850 et 1940, l Europe a connu une formidable croissance économique encouragée par l industrialisation de son économie. Ce phénomène a généré un bouleversement radical des modes de production des biens et des services. Les révolutions industrielles successives ont permis une mutation des sociétés occidentales et apporté un niveau de confort sans précédent. Les industries, source d emploi, bénéficiaient alors d une image positive de la part des populations. Face à l apparition de grandes catastrophes industrielles, une réglementation plus sévère est apparue sous la pression sociétale. De nombreuses réflexions ont été initiées afin d améliorer la sécurité des systèmes de production. Les outils d analyse des risques, usités à l heure actuelle, sont issus de cette période faste des années 1970 (HAZOP, HAZID, AMDEC, etc.). Malgré cet éventail d outils, l actualité nous rappelle trop souvent les risques générés par les activités industrielles. Le site internet du BARPI recense 879 accidents industriels en France en 2013, soit entre deux et trois évènements par jour. Le 21 janvier 2013, un panache de mercaptan échappé de l usine LUBRIZOL à Rouen a impacté une large zone géographique allant du sud de l Angleterre à la région parisienne, déclenchant maux de têtes et nausées. Ce rejet intervenu au sein d un établissement, classé Seveso seuil haut, est-il le signe d une gestion inadaptée du risque? Serait-il plus simplement le signe d un investissement inapproprié par rapport au niveau de risque généré? Les accidents industriels sont suivis de déferlements médiatiques immédiats, occasionnant une aversion toujours plus grande des populations aux risques. Face à un tel rejet sociétal du risque généré par les industries, les chefs d établissements doivent se doter de systèmes toujours plus sécurisés. Pour ce faire, des mesures préventives et protectrices doivent être mises en place, afin de pérenniser au mieux les activités économiques des systèmes de production et de réduire leurs effets sur les populations, l environnement et les biens. Au regard des terrifiantes statistiques du BARPI, il est légitime de se demander si des économies au détriment de la sécurité n ont pas été réalisées au cours des décennies passées? Face aux réductions budgétaires, les investissements vers le «tout protecteur» sont de plus en plus difficiles à justifier auprès des directions des entreprises. Afin de pérenniser leurs activités, les entreprises ont appris à contrôler leurs coûts certains et doivent apprendre à contrôler leurs coûts aléatoires, c'est-à-dire les risques inhérents à leurs activités (agressions internes et externes). Dans cette démarche, les entreprises doivent identifier et hiérarchiser leurs risques, afin d enclencher des actions correctives. Le contexte économique actuel ne permet pas de réaliser des investissements hasardeux. Ainsi, les entreprises doivent rivaliser d'ingéniosité en envisageant plusieurs solutions techniques et évaluer au préalable leurs coûts de mise en œuvre et leur efficacité. Cette démarche a pour objectif de se concentrer sur les risques pouvant être réduits à moindre coûts. Les analyses économiques permettant d arbitrer des solutions de réduction des risques sont restées relativement peu nombreuses en France jusqu à ces dernières années. Le manque de méthodologies et de données facilement accessibles ont pu en être la cause et freiner le 4

5 développement d une culture de l évaluation. La France accuse un retard en la matière [GRELOT, 2004] où seule une trentaine d analyses coûts-bénéfices est répertoriée [CEPRI, 2008]. Aux États-Unis ou plus récemment en Allemagne, l élaboration d analyse coûtsbénéfices s impose pour tout projet. Les Sciences Humaines ont introduit en France l analyse coûts-bénéfices dans le cadre de projets de prévention des risques naturels, notamment les inondations [LEONE, 1996]. Cette approche se présente comme un outil d'aide à la prise de décision et au pilotage de projets de réduction des risques. Cette démarche consiste à comparer les avantages et les coûts d un projet, en intégrant la réduction de fréquence et de gravité des risques. Cependant, la nécessité d éclairer les décisions, d asseoir les argumentaires, de mieux connaître la réalité des impacts des risques et de hiérarchiser l action en matière de gestion des risques a, dans un contexte de resserrement budgétaire généralisé, mis en lumière la nécessité de recourir davantage aux approches économiques et en particulier aux analyses coûts-bénéfices (ACB). Cet article aborde la question de l économie de la maîtrise des risques en secteur industriel, entendu dans un sens très large et présente la méthode analyses coûts-bénéfices qui offre la possibilité de comparer des projets et d effectuer des analyses de sensibilité sur des options d'investissement. Sa finalité est de conseiller les dirigeants dans «la réalisation de toute décision pour laquelle les bénéfices sont supérieurs aux coûts» [TREICH, 2005]. Ainsi, cet article s'adresse en priorité aux personnes souhaitant fournir une évaluation critique de décisions relatives à la maîtrise des risques, au travers d'une analyse coûts-bénéfices. 5

6 1. Quels sont les principes de l analyse coûts-bénéfices? L'analyse coûts-bénéfices en matière de prévention des risques accuse un certain retard en France [GRELOT, 2004]. L objectif de cette partie est de présenter le fonctionnement de cette approche économique et de mettre en exergue la pertinence de son utilisation dans le processus décisionnel des ordonnateurs Quel est l intérêt d une analyse coûts-bénéfices? L'article L du code du travail impose aux employeurs de prendre des mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des salariés. A cet effet, les établissements doivent veiller au recensement et à la maîtrise de l ensemble des dangers inhérents (internes et externes) à leurs activités. Les dirigeants doivent s équiper de moyens et de méthodes permettant de réduire la probabilité d occurrence des évènements non désirés au-dessous du risque acceptable. Face aux pléiades de mesures disponibles, les dirigeants doivent prendre leurs décisions sur la base d éléments tacites comme : - La diminution des dommages humains et financiers ; - La facilité de mise en œuvre ; - Le coût financier ; - Le délai d'application. L analyse coûts-bénéfices est une approche économique permettant d évaluer les bénéfices et les coûts de projets. Cette méthode offre la possibilité de comparer des solutions de maîtrise des risques et d envisager des options d investissement, dans le but d identifier celle offrant une efficacité optimale et un coût le moins élevé. Sa finalité est de conseiller les dirigeants dans «la réalisation de toute décision pour laquelle les bénéfices sont supérieurs aux coûts» [TREICH, 2005]. Dans cet objectif, l analyse coûts-bénéfices permet d apporter un éclairage aux décisionnaires sur des questions qu ils pourraient légitimement se poser comme : - Dans quelle mesure technique est-il préférable d investir afin d atteindre l objectif? - Quelle mesure apporte les meilleurs résultats en fonction de l objectif fixé? - Quelle est la mesure la plus efficiente selon le budget alloué? - Quelle mesure possède le meilleur ratio coût/rentabilité? - Quel surcoût doit être envisagé afin d améliorer le résultat escompté? En matière de prévention des risques, l analyse coûts-bénéfices permet de mettre en balance des mesures de prévention et/ou de protection. Les projets peuvent être comparés, en tenant compte de contraintes budgétaires et du niveau de réduction du risque généré. L'objectif est de mettre en œuvre des dispositions appropriées pour amener les risques à un niveau acceptable. Ainsi, l analyse coûts-bénéfices se définit comme l évaluation préalable de projets en prenant en compte l ensemble des coûts et des bénéfices induits. 6

7 La partie «coûts» inclut des coûts directs et indirects pour l'entreprise. Les coûts directs concernent des nouveaux dispositifs de sécurité, des changements de technologie, des meilleures techniques disponibles (MTD), etc. Les coûts indirects abordent l impact potentiel sur l emploi, la compétitivité, etc. Dans l article «Les coûts directs et indirects de la sécurité», Liane CAKIL présente une définition des coûts indirects et effectue une revue de la littérature des différentes méthodes d évaluation disponibles. La partie «bénéfices» inclut, quant à elle, les conséquences d une baisse du taux de fréquence, de la réduction du risque de mortalité lié à des accidents majeurs, une exposition réduite des personnes, etc. La comparaison directe des coûts et des bénéfices nécessite une unité de mesure commune. Les coûts étant exprimés en valeur monétaire, l analyse coûts-bénéfices doit revêtir cette même unité. Les coûts et les bénéfices sont ramenés dans la mesure du possible à des euros. De manière plus opérationnelle, l analyse coûts-bénéfices est un outil d aide à la décision permettant de suggérer le niveau approprié d investissement en matière de sécurité en fonction des objectifs fixés. Après la définition des objectifs fixés, cette analyse économique permet d effectuer une comparaison des différents projets et de mesurer leur efficience Quel est le mode de fonctionnement d une analyse coûtsbénéfices? La norme ISO définit «le risque comme l effet de l incertitude sur l atteinte des objectifs de l organisme». Selon cette définition, une entreprise doit effectuer des choix dans l incertitude. Le rôle du dirigeant est d'obtenir une entreprise la plus rentable qu'il soit. Pour ce faire, les risques inhérents à son activité doivent être passés sous contrôle. Le principe est d'atteindre le «risque zéro». Ainsi, en cas d'incertitude trop importante dans l'évaluation des risques, le dirigeant doit stopper les actions engagées. Dans cet objectif, des outils d'aide à la décision doivent soutenir les choix des dirigeants. L analyse coûts-bénéfices est un outil permettant de comparer différents projets conduisant à des solutions de réduction des risques émanant d un établissement. Cet outil fournit des indications quantitatives sur les mesures envisagées notamment leurs impacts, ainsi que sur les opportunités économiques, afin de prendre la mesure des arbitrages éventuels. L'analyse économique propose une analyse cohérente et aboutie des choix de prévention, au travers quatre phases présentées dans la figure 1. 7

8 Mesure de l efficacité du programme Evaluation des risques Mise en place de contrôles Réalisation d aide à la décision Figure 1 : Différentes phases d'une analyse «coûts-bénéfices» (D après MICROSOFT, 2014) La première phase concerne l évaluation des risques. Un recensement et une hiérarchisation des risques par degré de priorité doivent être effectués. Une liste de risques classés par priorité doit être établie. Les risques majeurs doivent être traités en déterminant les actions appropriées qui permettront de les minimiser. Ce travail préliminaire permet d obtenir une vision globale des risques pesant sur l entreprise et de prioriser les mesures correctives à engager. Une fois les objectifs déterminés, la deuxième phase consiste à la réalisation d aide à la décision aux travers : - L identification de solutions de contrôle ; - La comparaison de la solution envisagée ; - L estimation de la réduction des risques ; - L estimation du coût de la solution ; - La sélection d une stratégie de réduction des risques. La troisième phase aborde la mise en place de contrôles afin de pouvoir mesurer les bénéfices des projets engagés et le cas échéant y apporter des correctifs. La quatrième phase concerne la mesure de l efficacité du programme afin de quantifier les bénéfices du projet par rapport aux coûts engagés. L analyse coûts-bénéfices impose d avoir une vision détaillée des projets envisagés. Pour ce faire, l ensemble des paramètres doivent être recensés et discuter un à un afin de mesurer leur incidence sur les objectifs finaux. Tout au long de l étude, des réunions de concertation doivent être régulièrement programmées afin de débattre de l évolution des décisions. Ces éléments permettent de réaliser des analyses de sensibilité et de déterminer quels paramètres ont la plus grande incidence sur les objectifs finaux. 8

9 1.3. Une analyse multi-niveaux Les facteurs de motivation qui poussent les entreprises à agir en matière de prévention sont essentiellement liés au facteur économique, à l image de marque de l entreprise et au capital humain. La figure 2 issue de l étude «La prévention, une affaire rentable» réalisée en 2012 par l'organisme Professionnel de Prévention du Bâtiment et des Travaux Publics (OPPBTP) présente les principales incidences des mesures de prévention au sein de l entreprise. Cinq valeurs sont identifiées dans cette étude : - La valeur «éthique» : les dirigeants ont une exigence morale de protéger leurs salariés et de veiller à leur bien-être ; - La valeur «capital humain» : les entreprises doivent motiver et fidéliser leurs salariés. Une ambiance délétère aura tendance à occasionner un fort turn-over des salariés et engendrera une instabilité opérationnelle au sein de l'entreprise ; - La valeur «image» : les entreprises doivent bénéficier d'une image positive et d'une notoriété reconnue afin d'être perçue comme attractive ; - La valeur «économique» : des mesures évitant des coûts plus élevés ; - La valeur «réglementaire» : l'article L du code du travail impose à l'employeur de prendre des mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des salariés. Ethique Exigence morale Capital humain Source de motivation et de fidélisation des salariés Notoriété Positif pour l image de l entreprise Economique Investissement permettant d éviter d autres coûts plus élevés Règlement Obligation légale Figure 2 : Incidences des mesures de prévention sur l entreprise (D après OPPBTP, 2012) 9

10 Dans un contexte difficile, le facteur économique revêt une importance majeure dans la maîtrise des risques. La première motivation d une entreprise est d éviter les risques pouvant nuire à son activité. Cette gestion en «bon père de famille» permet de pérenniser les activités de l entreprise. Ainsi, l évitement de ces risques engendre des effets économiques positifs comme une marge brute économique plus consolidée. La figure 3 présente les effets domino liés à la prévention des risques pour l entreprise. Prévenir un risque permet d éviter le coût potentiel d occurrence. Cette prévention peut réduire certains coûts comme une réduction de l absentéisme, une montée en qualité des produits, etc. Eviter un coût Réduire les coûts? Améliorer la performance Figure 3 : Effets positifs des mesures de prévention sur l entreprise (D après OPPBTP, 2012) Cette maîtrise des risques permet-elle une amélioration de la performance? La prévention peut-elle augmenter les facteurs positifs (chiffre d affaires, marge, etc.) et avoir un effet net positif sur le compte de résultats des entreprises? L analyse coûts-bénéfices permet de répondre en partie à ces questionnements. 10

11 2. Quels sont les temps d intervention de cette analyse? 2.1. Quand mesurer les effets de cet outil? L'analyse coûts-bénéfices a pour but de fournir des informations pertinentes et exhaustives afin d'identifier, d'évaluer et de déterminer les solutions les plus efficaces et les plus rentables qui permettront de minimiser les risques à un niveau acceptable. Cette partie vise à présenter les différents temps d intervention de cette analyse. La figure 4, réalisée dans le cadre de cet article, présente les trois temps d intervention d une analyse coûts-bénéfices : - Le premier temps est celui de l'avant-projet. L analyse coûts-bénéfices est utilisée comme un outil d'aide à la décision, afin d'orienter des choix stratégiques en matière de prévention des risques. Ce temps permet une évaluation des gains potentiels des projets sélectionnés. Selon les cas, l'outil peut servir à animer la réflexion initiale des décideurs. Durant cette phase, les utilisateurs doivent réaliser des modélisations des résultats effectivement susceptibles d'être atteints, sur des bases rigoureuses [EUROPEAID, 2005]. En aval de la mise en place du projet retenu, les utilisateurs doivent être dans la possibilité de mesurer les résultats obtenus [EUROPAID, 2005]. - Le deuxième temps est l'implémentation du projet permettant des estimations qualitatives et quantitatives des résultats attendus. - Le troisième temps est une phase d'ajustement, visant à actualiser les résultats définis initialement. Le cas échéant, cette étape permet des ajustements éventuels des options techniques retenues. Figure 4 : Temps d'intervention dans une analyse «Coûts-Bénéfices» 2.2. Définition de la pertinence de l analyse La méthode analyse coûts-bénéfices est appropriée aux projets dont les résultats attendus sont clairement identifiés et dont les coûts directs et indirects sont aisément mesurables. Lorsque les effets attendus des projets sont imprécis ou que les unités quantifiables ne sont pas homogènes, il est préférable de ne pas avoir recours à cette méthode. Les entreprises supportent des risques au quotidien ne les empêchant en aucune mesure de produire de la valeur ajoutée. Un niveau de risques «supportable» est ainsi implicitement défini dans son état de référence. Des coûts et des bénéfices sont générés dans cet état initial. 11

12 L'analyse coûts-bénéfices implique le fait de se référer à cet état de référence. Le rapport coûts-bénéfices doit être défini dans la situation actuelle du système et doit être comparé à chaque solution technique envisagée. La figure 5 présente les quatre situations possibles par rapport à l'instant t auquel l'analyse est réalisée : - Situation acceptable : solution moins chère offrant moins d'avantages ; - Situation optimale : solution moins chère offrant plus d'avantages ; - Situation inacceptable : solution plus chère offrant moins d'avantages ; - Situation non désirée : solution plus chère offrant plus d'avantages. La comparaison entre la situation à l'instant t avec ces simulations à l'instant t+1 permet de mesurer les impacts positifs et négatifs des solutions envisagées. Les solutions acceptables et optimales pourront justifier de nouveaux investissements, afin de réduire le niveau de risque. Coûts initiaux Coûts envisagés Situation acceptable Solution moins chère offrant moins d avantages Situation inacceptable Solution plus chère offrant moins d avantages Situation optimale Solution moins chère offrant plus d avantages Situation non désirée Solution plus chère offrant plus d avantages Bénéfices initiaux Bénéfices envisagés Figure 5 : Situations suite à l implémentation de mesures de maîtrise des risques (D après HUBERT, 2009) De ce fait, l analyse coûts-bénéfices permet de définir des seuils d acceptabilité de risque pour chaque partie prenante. Ces seuils serviront de référence à l estimation des objectifs à atteindre dans la maîtrise des risques au sein des organisations afin de définir des objectifs «réalistes». 12

13 2.3. Des indicateurs pour mesurer l efficacité L implémentation d une analyse économique du type analyse coûts-bénéfices est chronophage, nécessitant une implication sans faille de ses utilisateurs. Ainsi, avant de se lancer à corps perdus dans quelconque analyse économique, la véracité des informations en entrée de méthode doit être testée. La qualité de l'analyse dépendra essentiellement de la fiabilité des données retenues. Ainsi, la question de l accessibilité et la fiabilité des données est primordiale. Pour chaque paramètre retenu, il convient d identifier les données permettant d expliquer ses tenants et aboutissants. Afin de réaliser un arbitrage entre les projets étudiés, il convient de définir des critères d évaluation. Les critères doivent mesurer l efficacité des projets en relation directe avec les objectifs fixés. Dans le cas d une intervention dont «les objectifs peuvent être résumés par un objectif unique, l identification du critère d efficacité ne doit pas présenter de difficulté particulière» [EUROPEAID, 2005]. En revanche, pour une intervention dont «les objectifs sont multiples, ce choix peut justifier des débats visant à retenir un objectif principal de l intervention qui sera l objet de l analyse coût efficacité» [EUROPEAID, 2005]. Un volet majeur dans la justification de l implémentation d une analyse coûts-bénéfices réside dans l élaboration d indicateurs. La rareté et la fiabilité réduite des sources statistiques limitent les possibilités de choix. Il peut donc s'avérer indispensable de se doter de moyens d'observation nécessaires à la production de l'indicateur. Dans la plupart des interventions, le choix de l'indicateur peut influer de façon déterminante sur les conclusions de l'analyse. Il est donc recommandé d'effectuer ce choix dans le cadre d'un groupe de travail. Dans les cas les plus simples, un seul groupe de travail suffit à déterminer le critère et l'indicateur. Dans les cas plus complexes, il peut être souhaitable de laisser un délai de réflexion pour arrêter le choix du critère et organiser ainsi une seconde séance de travail pour le choix de l'indicateur. 13

14 3. Quels coûts, pour quels bénéfices? 3.1. Une méthode d évaluation des coûts et des bénéfices Les programmes de maîtrise des risques sont bénéfiques pour les entreprises dans la mesure où ils préviennent les risques majeurs. Par ailleurs, ces programmes doivent être financièrement viables sur le long terme. Seules des stratégies de prévention fortes et efficaces visant à réduire la fréquence et la gravité des risques assurés permettent d assurer la viabilité financière des entreprises. Dans une phase de réduction des budgets alloués à la sécurité, il est indispensable de mesurer l'impact économique de la stratégie de prévention sur l'entreprise. L'Institut Social Security Association (ISSA) distingue des effets des mesures de prévention [ISSA, 2011] : - Coûts directs : mesures de prévention des accidents du travail ; - Coûts indirects : incidence sur l image publique ; - Bénéfices à court terme : diminution des coûts administratifs des mesures de prévention ; - Bénéfices à long terme : pérennité des avantages tirés des mesures de prévention. Le Tableau 1 issu du rapport de recherche de l'issa de 2011, présente les coûts et bénéfices d'une maîtrise des risques pour les entreprises par employé et par an. Ce tableau met en exergue la rentabilité des investissements de maîtrise des risques. Le ratio coûts / bénéfice est évalué à 2,2. Tableau 1 : Coûts et bénéfices de la prévention pour les entreprises (ISSA, 2011) 14

15 Dans l article «Synthèse des études disponibles sur le rendement de la prévention», Clément FERLAUD effectue une revue de la littérature des différentes études disponibles abordant les coûts et les bénéfices en matière de prévention. Dans les projets de réduction des risques, seulement les coûts liés à l investissement de sécurité sont à comptabiliser. Le fait d inclure des coûts qui ne sont pas imputables à la mesure étudiée viendrait biaiser les conclusions de l analyse. Dans les «Cahiers de la Sécurité Industrielle» du CESI, Valérie MEUNIER et Éric MARDSEN définissent une liste d éléments de «coûts» [MEUNIER V. et MARSDEN E., 2009] : - Les coûts d installation du nouvel équipement ou dispositif de sécurité, ainsi que les surcoûts d exploitation, de formation, de maintenance supplémentaire induite. - Le surcoût de démantèlement de l installation en fin de vie. - Les pertes de production qui seraient induites par l arrêt ou le fonctionnement au ralenti de l unité (et des autres unités directement dépendantes) pendant la phase de travaux, à condition que cet arrêt ait pour seule raison l installation de l équipement. - Lorsqu une perte de production peut s assimiler à un report de la production, seuls les intérêts sur la perte de production devraient être listés comme conséquence. S agissant par exemple d un puits de pétrole, le report de production lié à un arrêt temporaire pour travaux ne devrait pas être compté comme perte de production. - Lorsque les pertes de production sont un facteur important dans la décision finale, il sera opportun de démontrer que les pertes seraient aussi importantes si les travaux étaient programmés lors d une période d arrêt planifiée (grand arrêt, par exemple). - Si la mesure de réduction de risque induit également des économies de fonctionnement (coûts d exploitation réduits, maintenance réduite par exemple), ces économies devraient être soustraites des coûts. Dans les «Cahiers de la Sécurité Industrielle» du CESI, Valérie MEUNIER et Éric MARDSEN définissent une liste d éléments de «bénéfices» [MEUNIER V. et MARSDEN E., 2009] : - Toute réduction de risque de mortalité ou de blessure impactant les travailleurs sur site (personnel de l exploitant mais également sous-traitants), sur les sites avoisinants susceptibles d être soumis à l aléa et la population locale (riverains, personnes empruntant des voies de transport à proximité du site, etc.). - Les impacts environnementaux d un éventuel accident qui sont évités. - Les dommages matériels évités : on réduit la probabilité de destruction des installations, de perte de produit, de dommages provoqués aux biens industriels dans les environs, aux biens immobiliers aux alentours (destructions de vitres, etc.). - Les pertes de production évitées : après un accident, les installations mettent un certain temps à être reconstruites. L exploitant a un manque à gagner sur cette période, voire des pénalités contractuelles s il ne fournit pas ses clients. 15

16 - Evitement du déploiement de mesures comprises dans le plan d urgence : mobilisation des secours publics (SDIS, police), mesures d évacuation de la population. - Evitement de mesures de mise en sécurité du site suite à un accident (décontamination post-accidentelle, évacuation et élimination des produits dangereux présents sur le site, mise en œuvre de moyens de limitation de l accès au site, surveillance des effets de l installation sur son environnement). Les coûts abordent des notions facilement chiffrables d un point de vue économique, comme l achat de barrières de protection afin d'atténuer les conséquences économiques d'un accident majeur. Le volet «bénéfices» est, quant à lui, plus délicat à coter car celui-ci traite de biens non matériels comme le bien être des salariés, un nombre de vies épargnées, etc. L analyse coûts-bénéfices est une méthode d évaluation de projets, mettant en balance les coûts et les bénéfices afférents. Une fois ces éléments déterminés, il suffit de soustraire les bénéfices aux coûts afin d orienter les choix. Dans le passage d une situation a à une situation b, l efficience d un projet sera mesurée selon le bénéfice final calculée selon la formule suivante : Bénéfice final = (B(b) - B(a)) + (C(a) - C(b)) 3.2. Comment mettre en rapport les coûts avec l efficacité? L analyse coûts-bénéfices permet de quantifier les bénéfices et les coûts de projets en les mettant dans la même unité. Le critère permettant de départager les projets mis en concurrence sont leur efficacité sur les objectifs fixés par la direction. Une analyse quantitative sur les effets attendus doit être réalisée afin d obtenir une vision des retombées attendues. Des visions à différents temps d analyse doivent être réalisées. L analyse nécessite de disposer d éléments stables sur lesquels repose la comparaison : - Entre différentes interventions aux objectifs similaires ; - Entre des interventions de même nature dans des contextes similaires ; - Des résultats obtenus avec une situation sans intervention, etc Actualiser les coûts et les bénéfices futurs L analyse coûts-bénéfices permet de comparer des projets entre eux. Afin de mener à bien cette analyse, une vision globale des projets est indispensable. Chaque projet doit être étudié dans le détail afin de déterminer les apports et les limites de chaque décision. Les relations de cause à effet doivent être identifiées pour chaque variable du projet étudié. Une autre difficulté majeure réside dans les conséquences d un projet en cours d élaboration. Comment connaître de manière certaine l incidence d un projet qui verra le jour dans plusieurs mois, voire plusieurs années? Des indicateurs choisis avec minutie doivent réduire les incertitudes afin d obtenir une vision prospective la plus fidèle qu il soit. 16

17 4. Discussion Les parties précédentes ont effectué un balayage très large du potentiel de l'utilisation d'une analyse coûts-bénéfices en entreprise. Cette dernière partie a pour objectif de présenter les principaux avantages et les principales limites de cet outil Les principaux avantages de cette approche L'utilisation de cette approche économique occasionne plusieurs avantages pour les utilisateurs et les entreprises : Une simplicité d utilisation L'analyse coûts-bénéfices demeure un outil d'évaluation simple et efficace afin de comparer différentes mesures ou projets aux objectifs identiques. Un outil de communication Un outil pédagogique et de communication qui ramène les résultats obtenus à un indicateur quantifiable unique. Cet outil octroie une visibilité de l efficacité d une intervention. Une opération rentable L utilisation de l analyse coûts-bénéfices peut démontrer le fait que la prévention peut être rentable. Cet aspect positif peut inciter les décideurs à s inscrire plus activement dans des programmes visant à améliorer la santé et la sécurité au travail, au même titre que l incitation par la réglementation. Traçabilité Un élément essentiel concerne la traçabilité des paramètres ayant conduit à privilégier une option parmi d'autres lors du montage du projet. Cet élément peut se révéler précieux, a posteriori de la mise en place de projets, afin de justifier une décision plusieurs années plus tard. Un outil de concertation L analyse coûts-bénéfices encourage l évaluation de projets lorsque l objectif majeur de la politique peut être réduit en un résultat unique [EUROPEAID, 2005]. Ainsi, l analyse coûtsbénéfices permet un ralliement des services d'une entreprise derrière des objectifs communs. En matière de prévention des risques, cette approche donne lieu à un décloisonnement au profit de la sécurité de l'entreprise. Cet outil permet d obtenir une vision transverse des mesures de prévention et de protection mises en place ou à mettre en place au sein d une organisation. L'analyse coûts-bénéfices est ainsi un instrument d analyse économique des objectifs opérationnels à différents niveaux [EUROPEAID, 2005]. 17

18 La figure 6, réalisée dans le cadre de cet article, présente les apports organisationnels d une analyse coûts-bénéfices. Clarifier les éléments pris en compte dans l analyse Intérêts de l ACB Effectuer une analyse de sensibilité selon des options d investissement Favoriser la concertation, l échange d informations Figure 6 : Apports organisationnels d'une analyse «coûts-bénéfices» La figure 6 laisse ainsi transparaître une synergie tout au long de l émergence d'un projet. Les intérêts de chacun sont clairement identifiés et permettent de décloisonner les services et les acteurs au sein d'une entreprise. L'analyse coûts-bénéfices devient ainsi un but commun aux différentes parties prenantes lors de l'établissement d'un projet Les principales limites de cette approche L'utilisation de l'analyse coûts-bénéfices à la prévention des risques soulève de nombreux questionnements, tant éthiques que pratiques. En voici les principales limites : Une sensibilité éthique Les bénéfices générés traitent de coûts humains. Ainsi, des questions d'évaluation économique de la vie humaine se posent : - A combien est estimée le préjudice de la perte d'un père de famille? - Quel est le bénéfice d'une baisse des taux de fréquence? Hormis les assureurs, qui pour des questions évidente de cotation de risques, sont légitimes à définir le coût d'une vie, aucun dirigeant ne peut estimer ces coûts humains. Ainsi, comment quantifier une baisse des coupures au sein de l'entreprise? Ainsi, chaque utilisateur de cet outil doit posséder ses propres réponses à ces questions éthiques. 18

19 Une analyse monodimensionnelle Une autre limite de cet outil est son caractère monodimensionnel. «L analyse coût-bénéfice se concentre sur une seule dimension, l effet principal» [EUROPEAID, 2005]. La mesure du retour sur investissement de la mesure est donc galvaudée. Les effets parallèles d'un vaste projet seront dilués dans l'objectif principal. Pour des projets nécessitant une évaluation parallèle de ces paramètres, l'analyse se révèle inadaptée ou partielle. Une analyse de l efficacité et non de la pertinence La démarche s avère plus lourde et plus complexe dans un cadre ex-post que dans une situation ex-ante car la mise en œuvre d une intervention induit des coûts et des effets non prévus à l origine. La collecte des données relatives aux effets et aux coûts non prévus impose souvent un exercice difficile [EUROPEAID, 2005]. Un outil demandeur d informations Une récolte d information imparfaite, aussi appelée asymétrie d information, peut occasionner une appropriation partielle des risques au sein d une entreprise. Afin de surmonter ces asymétries d information, des approches transversales participatives peuvent aider à concevoir des politiques de gestion des risques efficaces qui répondent à la complexité des entreprises. Cette partie a pour objectif de promouvoir l analyse coûts-bénéfices comme un outil favorisant le décloisonnement des services et développant de manière concertée un curseur d acceptabilité du risque L ACB, un outil de plus? L analyse coûts/bénéfices présente de nombreux avantages afin de comparer des solutions de maîtrise des risques dans le but d identifier celle offrant une efficacité optimale et un coût le moins élevé. Elle vise essentiellement à identifier les projets dont le taux de rendement est maximal, c est-à-dire ceux qui répondent à un des déterminants majeurs du processus décisionnel. L analyse coûts/bénéfices n est dans la pratique toutefois pas toujours à la hauteur de ce que la théorie autorise à attendre d elle. Une des raisons en est que les avis divergent sur ce qu il y a lieu d inclure aussi bien dans les coûts que dans les bénéfices analysés et que la rentabilité est de ce fait un concept qui n est pas toujours pleinement transparent. Il s y ajoute que la rentabilité n est qu un des déterminants du processus décisionnel et qu il n y a partant pas unanimité sur l importance relative des conclusions de l ACB et des autres facteurs pris en compte dans le processus décisionnel. Afin d assoir sa légitimité, l analyse coûts/bénéfices doit être couplée avec des outils de collecte et d'analyse selon les besoins propres à chaque situation. 19

20 Conclusion La démonstration que la prévention peut être rentable est un argument supplémentaire pour inciter les décideurs à s inscrire plus activement dans des programmes visant à améliorer la santé et la sécurité au travail, au même titre que l incitation par la réglementation. Elle permet de présenter la prévention sous un angle positif et cohérent avec la démarche d un décideur habitué à raisonner en termes de rentabilité. Cet article a présenté l analyse coûts-bénéfices comme étant un outil précieux de structuration, de rationalisation et d accession à la transparence des décisions prises en matière de prévention des risques. Les processus décisionnels actuels montrent que les décisions prises ne s inscrivent pas toujours dans la ligne des recommandations des analyses coûts-bénéfices. Ainsi, cette méthode doit être articulée à d autres outils afin de guider au mieux les décisions conduisant à des solutions de réduction des risques. Utilisée en complément à d autres outils d évaluation des risques, cet outil peut renforcer la place de l évaluation quantitative dans les processus de décision. L analyse coûts-bénéfices est utilisée de plus en plus fréquemment comme outil stratégique, afin d analyser la valeur de décisions amenant à disposer de choix dans l avenir. Des propositions incluant le délai de retour sur investissement de l impact sur l objectif permettrait d appuyer des prises de décisions. Un retour sur investissement en trois années, avec une hypothèse d une réduction de 60% des accidents de travail, est un argument pour les décideurs dans une optique d incitation à la prévention. 20

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

La prévention des risques professionnels dans le secteur sanitaire et social

La prévention des risques professionnels dans le secteur sanitaire et social FORMATION CONSEIL EN ORGANISATION ET MANAGEMENT DES ENTREPRISES La prévention des risques professionnels dans le secteur sanitaire et social C est souvent sous l angle de la contrainte ou de la formalité

Plus en détail

Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010

Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010 Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010 www.pr4gm4.com Gestion des risques Présentation Mars 2010 Copyright 2010 - PR4GM4 Actualité du 27 janvier 2010 2 Actualité du 11 février 2010 3 Domaine

Plus en détail

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SANTE AU TRAVAIL ET MEDECINE DU TRAVAIL 41 Chemin de la Durance 13300 SALON DE PROVENCE 0 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I. GENERALITES... 3 A. Définitions...

Plus en détail

Politique de gouvernance et de gestion des ressources informationnelles

Politique de gouvernance et de gestion des ressources informationnelles Politique de gouvernance et de gestion des ressources informationnelles 1. Introduction La gouvernance et la gestion des ressources informationnelles au sein du gouvernement soulèvent des enjeux majeurs

Plus en détail

S424-4 LA MAINTENANCE DE L UC ET LA GESTION DES RISQUE. 1 Les enjeux de la maintenance et de la gestion des risques et incidents

S424-4 LA MAINTENANCE DE L UC ET LA GESTION DES RISQUE. 1 Les enjeux de la maintenance et de la gestion des risques et incidents S424-4 LA MAINTENANCE DE L UC ET LA GESTION DES RISQUE S424 Le contexte organisationnel de la relation commerciale S42 La relation commerciale 1 Les enjeux de la maintenance et de la gestion des risques

Plus en détail

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion Année Universitaire: 2011-2012 L3 Economie et gestion 1 SEANCE 1 Introduction : Comptabilité de gestion : historique, définitions

Plus en détail

JOURNÉE PORTES OUVERTES

JOURNÉE PORTES OUVERTES JOURNÉE PORTES OUVERTES Approfondir l utilisation d outils RH vers une gestion dynamique et prospective des RH 7 octobre 2014 Mission Conseils et Organisation RH Face aux contraintes d activités, l évolution

Plus en détail

LES REFÉRENTIELS ILO OSH 2001

LES REFÉRENTIELS ILO OSH 2001 LES REFÉRENTIELS Une trentaine de référentiels Hygiène Santé Sécurité au Travail ont été répertoriés à travers le monde. Deux grandes familles se distinguent : Les référentiels assimilés tels que l OHSAS

Plus en détail

Identification, évaluation et gestion des incidents

Identification, évaluation et gestion des incidents Identification, évaluation et gestion des incidents De la cartographie des risques à la mise en place de la base incidents Xavier DIVAY Responsable de la conformité et du contrôle permanent QUILVEST BANQUE

Plus en détail

O RMATION. Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité

O RMATION. Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité PLANS F de O RMATION Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité O R G A N I S A T I O N ACTEURS CONCERNÉS Les concepteurs de systèmes doivent détecter, analyser les besoins des utilisateurs,

Plus en détail

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199 Chapitre 5 LE PILOTAGE DES RISQUES DANS LE GROUPE Le changement et l incertitude sont les seuls éléments constants du monde actuel. Le nombre d événements susceptibles d affecter une entreprise et de la

Plus en détail

INFORMATION CONNECTED

INFORMATION CONNECTED INFORMATION CONNECTED Solutions Métiers Primavera pour l Industrie des Services Publics Gestion de Portefeuilles de Projets Garantir l Excellence Opérationnelle grâce à la Fiabilité des Solutions de Gestion

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010 Livre Blanc Optimiser la gestion et le pilotage des opérations Août 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com Web : http://www.nqicorp.com

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11

SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11 SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11 - PARTIE I - Organisation de trésorerie du régime général et principes d optimisation de la régulation des positions de trésorerie à très court terme...15

Plus en détail

THEME : LA GESTION DES RISQUES APPORTS THEORIQUES. I- La nature des risques

THEME : LA GESTION DES RISQUES APPORTS THEORIQUES. I- La nature des risques APPORTS THEORIQUES THEME : LA GESTION DES RISQUES Sources : http://fr.wikipedia.org/wiki/gestion_de_projet http://123business-fr.com/riskanalysis.aspx Roger AÏM, «L essentiel de la gestion de projet»,

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

DÉFINIR DES INDICATEURS D'EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE INDUSTRIELLE

DÉFINIR DES INDICATEURS D'EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE INDUSTRIELLE DÉFINIR DES INDICATEURS D'EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE INDUSTRIELLE Pour l amélioration de la performance énergétique dans le cadre de la norme ISO 50001 des systèmes de management de l énergie Pascal Dumoulin,

Plus en détail

Fiche de pointage du FMV : Projets d immobilisations dans le secteur des matières résiduelles

Fiche de pointage du FMV : Projets d immobilisations dans le secteur des matières résiduelles : Projets d immobilisations dans le secteur des matières résiduelles Au sujet de la fiche de pointage Les demandes de financement pour les projets d immobilisations dans les secteurs de l énergie, des

Plus en détail

STRATEGIE NATIONALE GESTION DU RISQUE INONDATION

STRATEGIE NATIONALE GESTION DU RISQUE INONDATION Contribution CCI de région PACA STRATEGIE NATIONALE GESTION DU RISQUE INONDATION L évaluation préliminaire nationale a montré l'impact économique majeur des inondations, sachant que les zones potentiellement

Plus en détail

Formation - Manager les projets de la DSI

Formation - Manager les projets de la DSI QUALIPSO Formation - Manager les projets de la DSI 4 x 2 jours + 2 jours de bilan Instaurer le PMO pour le support réactif des chefs de projet et l arbitrage et l équilibrage de portefeuille de projets

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE

TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE Ce document décrit le canevas recommandé par la Division de l évaluation et de la capitalisation pour rédiger les termes de référence

Plus en détail

Mission d Appui aux Partenariats Public-Privé

Mission d Appui aux Partenariats Public-Privé Paris, le 31 Octobre 2005 AVIS n 2005-01 portant sur le dossier de rénovation de L Institut National des Sports et de l Education Physique (INSEP) présenté par le Ministère de la Jeunesse, des Sports et

Plus en détail

Evolution des normes ISO 9001 et 14001 v 2015. Laurent BOULINGUEZ AXE Octobre 2015

Evolution des normes ISO 9001 et 14001 v 2015. Laurent BOULINGUEZ AXE Octobre 2015 Evolution des normes ISO 9001 et 14001 v 2015 Laurent BOULINGUEZ AXE Octobre 2015 OBJECTIFS DE LA PRÉSENTATION Connaître les principales évolutions des normes 9001 et 14001 2 LES NORMES 9001 & 14001 v2015

Plus en détail

Formation - Manager les projets de la DSI

Formation - Manager les projets de la DSI QUALIPSO Formation - Manager les projets de la DSI 4 x 2 jours + 2 jours de bilan Instaurer le PMO pour le support réactif des chefs de projet et l arbitrage et l équilibrage de portefeuille de projets

Plus en détail

RETScreen International. ACÉTATE 3 : Feuille Sommaire financier

RETScreen International. ACÉTATE 3 : Feuille Sommaire financier Module de formation NOTES DU FORMATEUR ANALYSES FINANCIÈRE ET DE RISQUE AVEC LE LOGICIEL RETSCREEN COURS D ANALYSE DE PROJETS D ÉNERGIES PROPRES Ce document donne la transcription de la présentation orale

Plus en détail

OCDE November 25 Post-crisis trends in the budgetary use of performance indicators. Is the use of performance budgeting being trimmed back?

OCDE November 25 Post-crisis trends in the budgetary use of performance indicators. Is the use of performance budgeting being trimmed back? OCDE November 25 Post-crisis trends in the budgetary use of performance indicators. Is the use of performance budgeting being trimmed back? La démarche de performance dans le budget de l Etat Emmanuel

Plus en détail

Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique»

Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique» Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique» Qu est ce qu un Schéma Directeur Informatique (SDI)? Un Schéma Directeur Informatique est un document conçu pour préparer l évolution et l adaptation de

Plus en détail

Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure

Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure Denis Duverne et Antoine Lissowski Membres du CFO Forum Paris, le 25 juillet 2006 Sommaire Qui sommes-nous? Quelle est la finalité de la comptabilité?

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Le ministre des affaires sociales, du travail et de la solidarité

Le ministre des affaires sociales, du travail et de la solidarité Le ministre des affaires sociales, du travail et de la solidarité A Mesdames et Messieurs les délégués et directeurs d administration centrale Mesdames et Messieurs les préfets de région et de département

Plus en détail

Formation Atmansoft :

Formation Atmansoft : La particularité de la mise en place d une gestion de trésorerie, c'est-à-dire afin de devancer ses engagements, de connaître ses besoins et de respecter ses lignes d autorisations de découvert est devenu

Plus en détail

ISO 17799 : 2005/ISO 27002. Bonnes pratiques pour la gestion de la sécurité de l information. White Paper

ISO 17799 : 2005/ISO 27002. Bonnes pratiques pour la gestion de la sécurité de l information. White Paper White Paper ISO 17799 : 2005/ISO 27002 Bonnes pratiques pour la gestion de la sécurité de l information Éric Lachapelle, CEO Veridion René St-Germain, Président Veridion Sommaire Qu est-ce que la sécurité

Plus en détail

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC Selon les critères de la GSVC établis par la Haas School of Business de Berkeley, à la différence d un business plan classique, un business plan social

Plus en détail

Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH

Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH Note d information à l usage des professionnels En complément de cette note, des informations relatives au contenu des GBPH sont

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

Charte des relations

Charte des relations Charte des relations entre Élus, membres des Conseils consultatifs de quartier et agents des services de la Ville de Brest et de Brest métropole océane Bellevue, Brest-Centre 1 Europe, Lambezellec Quatre

Plus en détail

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes Préface Toute personne est un jour confrontée à devoir prendre une décision, qu il s agisse de l étudiant qui réfléchit à son orientation académique, du chercheur qui doit privilégier une option scientifique

Plus en détail

Programme IMPACT BOUSSOLE

Programme IMPACT BOUSSOLE Prendre le temps de réfléchir au long terme lorsqu on est pris dans la gestion de son organisation au quotidien n est pas chose aisée. Il faut pourtant s assurer que la stratégie de développement soit

Plus en détail

Synthèse du questionnaire en ligne

Synthèse du questionnaire en ligne èmes Rencontres Régionales pour la Biodiversité VENDREDI SEPTEMBRE 0 Université de Caen Basse-Normandie Amphithéâtre Oresme Vers un observatoire régional de la biodiversité en Basse-Normandie Synthèse

Plus en détail

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Rédaction : Yves Gagnon, FCGA, OMA Consultant en gestion municipale Décembre 2008

Plus en détail

Objectifs : piloter l organisation à travers des indicateurs (regroupés dans un tableau de bord), et informer des résultats la hiérarchie.

Objectifs : piloter l organisation à travers des indicateurs (regroupés dans un tableau de bord), et informer des résultats la hiérarchie. C HAPI TRE 8 Tableau de bord et reporting Objectifs : piloter l organisation à travers des indicateurs (regroupés dans un tableau de bord), et informer des résultats la hiérarchie. 1 Principes A Le tableau

Plus en détail

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 16 I. COMPÉTENCES C1. PROSPECTER C11. Élaborer un projet de prospection C12. Organiser une opération de prospection C13. Réaliser une opération de prospection C14. Analyser

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens 2014-2020 FICHE ACTION

Programmes Opérationnels Européens 2014-2020 FICHE ACTION I. OBJECTIFS ET RÉSULTATS 1. Descriptif de l'objectif de l'action Cette mesure s articule en deux volets : GPEC : volet A ressources humaines Il s agit de renforcer l accompagnement des politiques dans

Plus en détail

Position AMF Swaps de performance sur OPC et structurations sur gestion active DOC-2008-14

Position AMF Swaps de performance sur OPC et structurations sur gestion active DOC-2008-14 Position AMF Swaps de performance sur OPC et structurations sur Textes de référence : articles L. 214-20, L. 214-24-55, R. 214-19 II et R. 214-32-28 II du code monétaire et financier 1. Principes caractéristiques

Plus en détail

Chronique Gouvernance et Économie Hugues Lacroix, CA, MBA, IAS.A LA GESTION DES RISQUES 1. DES EXEMPLES QUI FRAPPENT

Chronique Gouvernance et Économie Hugues Lacroix, CA, MBA, IAS.A LA GESTION DES RISQUES 1. DES EXEMPLES QUI FRAPPENT Chronique Gouvernance et Économie Hugues Lacroix, CA, MBA, IAS.A LA GESTION DES RISQUES 1. DES EXEMPLES QUI FRAPPENT Spécial catastrophe ou simple malheur! Ce ne sont pas les exemples d évènements inusités

Plus en détail

Formation Gérer le portefeuille de projets stratégiques de la DSI & Conduire le changement (5 + 1 jours)

Formation Gérer le portefeuille de projets stratégiques de la DSI & Conduire le changement (5 + 1 jours) QUALIPSO Formation Gérer le portefeuille de projets stratégiques de la DSI & Conduire le changement (5 + 1 jours) Formation-action de 6 jours + 3 mois d assistance à distance offerts Coaching individuel

Plus en détail

CHARTE ACTION LOGEMENT SUR :

CHARTE ACTION LOGEMENT SUR : CHARTE ACTION LOGEMENT SUR : LA GESTION DES RISQUES LE CONTROLE INTERNE L AUDIT INTERNE Validée par le Conseil de surveillance du 18 septembre 2013 1/22 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 I. LE CADRE DE REFERENCE...

Plus en détail

Avis sur la 1 ère révision du schéma d'aménagement et de gestion des eaux «Nappes profondes de Gironde»

Avis sur la 1 ère révision du schéma d'aménagement et de gestion des eaux «Nappes profondes de Gironde» Commission Planification Séance du 24 mai 2012 Délibération n DL/CB/12-XX Avis sur la 1 ère révision du schéma d'aménagement et de gestion des eaux «Nappes profondes de Gironde» Le comité de bassin délibérant

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Cartographie des risques informatiques : exemples, méthodes et outils

Cartographie des risques informatiques : exemples, méthodes et outils : exemples, méthodes et outils Gina Gullà-Ménez, Directeur de l Audit des Processus et des Projets SI, Sanofi-Aventis Vincent Manière Consultant Construction d une cartographie des risques : quel modèle

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS. 1. La valeur (15 heures) 2. Le diagnostic financier des comptes sociaux (40 heures)

UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS. 1. La valeur (15 heures) 2. Le diagnostic financier des comptes sociaux (40 heures) UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS 1. La valeur (15 heures) Il s agit de prendre conscience, à partir du concept de valeur, de mécanismes fondamentaux en finance en excluant tout

Plus en détail

ORIENTATIONS POLITIQUES STRATEGIE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES : MIEUX ANTICIPER ET GERER LE CHANGEMENT 8 octobre 2013

ORIENTATIONS POLITIQUES STRATEGIE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES : MIEUX ANTICIPER ET GERER LE CHANGEMENT 8 octobre 2013 Introduction : ORIENTATIONS POLITIQUES STRATEGIE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES : MIEUX ANTICIPER ET GERER LE CHANGEMENT 8 octobre 2013 1. Dans sa réponse au Livre vert de la Commission européenne

Plus en détail

Format de l avis d efficience

Format de l avis d efficience AVIS D EFFICIENCE Format de l avis d efficience Juillet 2013 Commission évaluation économique et de santé publique Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service documentation

Plus en détail

Ingénierie, design et communication COM-21573

Ingénierie, design et communication COM-21573 Notes de cours Module 1 La gestion de projets d ingénierie Édition Hiver07 FSG 2007 Ingénierie, design et communication Daniel Dupuis Faculté des sciences et de génie Université Laval Faculté des sciences

Plus en détail

L évaluation des risques, éléments de

L évaluation des risques, éléments de L évaluation des risques, éléments de méthodologie pour préventeurs État des lieux concernant les missions du préventeur Cadre de travail des techniciens HSE Structure Missions Équipe PME Groupe, grande

Plus en détail

ISO 26000? Was ist das? C est quoi. che cosa è? Qué es? ? Hablas. Do you speak L ISO ? 26000. en 10 questions

ISO 26000? Was ist das? C est quoi. che cosa è? Qué es? ? Hablas. Do you speak L ISO ? 26000. en 10 questions ISO 26000 Kezako che cosa è C est quoi donc Qué es Was ist das Hablas ISO 26 000 Do you speak ISO 26000 26000 L ISO en 10 questions 7 Bonnes questions centrales Environnement pratiques des affaires SOMMAIRE

Plus en détail

l audit interne dans la gestion de l entreprise Section 1. Positionnement de la fonction audit par rapport à l organisation de l entreprise

l audit interne dans la gestion de l entreprise Section 1. Positionnement de la fonction audit par rapport à l organisation de l entreprise L efficacité de la gestion est attendue en termes de performance de l entreprise. Cette performance peut être évaluée en termes de résultat spécifique, qui peut être le profit, ou en termes de résultat

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise

Le management des risques de l entreprise présentent Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Techniques d application COSO II Report Préface de PHILIPPE CHRISTELLE Président de l Institut de l Audit Interne et de SERGE VILLEPELET

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES ETUDE SUR L ELABORATION D UNE NOTE SUR LES OPTIONS DE MECANISME DE PARTAGE DES REVENUS DE LA REDD EN RDC

TERMES DE REFERENCES ETUDE SUR L ELABORATION D UNE NOTE SUR LES OPTIONS DE MECANISME DE PARTAGE DES REVENUS DE LA REDD EN RDC TERMES DE REFERENCES ETUDE SUR L ELABORATION D UNE NOTE SUR LES OPTIONS DE MECANISME DE PARTAGE DES REVENUS DE LA REDD EN RDC Contexte : La REDD+ doit être considérée comme une incitation économique pour

Plus en détail

Sigma Consulting est un cabinet conseil spécialisé en management des organisations. Démarche Consulting..2. Réalisations..9. Réseau de Compétences.

Sigma Consulting est un cabinet conseil spécialisé en management des organisations. Démarche Consulting..2. Réalisations..9. Réseau de Compétences. Sigma Consulting est un cabinet conseil spécialisé en management des organisations. Sa mission est d'aider les entreprises à développer la qualité de service dont ont besoin leurs clients internes ou externes.

Plus en détail

La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : quatre moyens d accroître le retour sur investissement dans les industries gérant de multiples

La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : quatre moyens d accroître le retour sur investissement dans les industries gérant de multiples La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : quatre moyens d accroître le retour sur investissement dans les industries gérant de multiples actifs Livre Blanc Oracle Octobre 2009 Livre Blanc Oracle

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

Jurisassociations Cette tribune fait partie d'un dossier spécial Maitrise des risques incluant 4 textes de KPMG 15 janvier 2014 - n 491

Jurisassociations Cette tribune fait partie d'un dossier spécial Maitrise des risques incluant 4 textes de KPMG 15 janvier 2014 - n 491 Jurisassociations Cette tribune fait partie d'un dossier spécial Maitrise des risques incluant 4 textes de KPMG 15 janvier 2014 - n 491 Patrick Zeimett, Associé, économie sociale et solidaire, KPMG Sébastien

Plus en détail

ACCORD DU 14 NOVEMBRE 2008

ACCORD DU 14 NOVEMBRE 2008 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord national interprofessionnel GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES

Plus en détail

Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT

Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT ************ Introduction : Pourquoi cette feuille de route régionale? La promotion et le développement des démarches de GPECT se trouvent au cœur

Plus en détail

Generali France optimise la visibilité et la gestion de l ensemble du portefeuille de projets informatiques grâce à la solution PPM de CA Clarity.

Generali France optimise la visibilité et la gestion de l ensemble du portefeuille de projets informatiques grâce à la solution PPM de CA Clarity. PRESENTATION DE LA TECHNOLOGIE : INNOVATION ET TRANSFORMATION DES ACTIVITES Generali France optimise la visibilité et la gestion de l ensemble du portefeuille de projets informatiques grâce à la solution

Plus en détail

Présentation Gérer le risque de taux d intérêt d un immobilier de rendement

Présentation Gérer le risque de taux d intérêt d un immobilier de rendement Présentation Gérer le risque de taux d intérêt d un immobilier de rendement Ce document présente une approche visant à évaluer le risque de taux d intérêt propre à chaque investissement immobilier et propose

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE LA COMMISSION CENTRALE HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TRAVAIL (CCHSCT) DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA FONCTION PUBLIQUE DE L ETAT

RECOMMANDATIONS DE LA COMMISSION CENTRALE HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TRAVAIL (CCHSCT) DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA FONCTION PUBLIQUE DE L ETAT RECOMMANDATIONS DE LA COMMISSION CENTRALE HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TRAVAIL (CCHSCT) DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA FONCTION PUBLIQUE DE L ETAT RELATIVES A LA REALISATION, DANS TOUS LES SERVICES,

Plus en détail

A10 AU CAS OÙ : LE RISK MANAGER, ACTEUR INCONTOURNABLE

A10 AU CAS OÙ : LE RISK MANAGER, ACTEUR INCONTOURNABLE A10 AU CAS OÙ : LE RISK MANAGER, ACTEUR INCONTOURNABLE Organisateur SIDS ALPES-MARITIMES Coordinateur Frédéric TOURNAY, responsable du pôle de compétences sapeurs-pompiers et risques majeurs, CNFPT Animateur

Plus en détail

Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM. Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM

Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM. Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM Le contexte règlementaire L évaluation des risques professionnels

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS XII - ISIAG

UNIVERSITE PARIS XII - ISIAG UNIVERSITE PARIS XII - ISIAG MASTER 2 - CHAPITRE 4.b LE PILOTAGE DU PROJET ANALYSE DES RISQUES 1 LE PILOTAGE DU PROJET I. Software Development Plan II. III. IV. Risks Management Plan (Analyse des Risques)

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL

SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL Avertissement : LE PRÉSENT DOCUMENT CONSTITUE UN CONDENSÉ DU RAPPORT ANNUEL DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL. VOUS ÊTES INVITÉ À CONSULTER LA VERSION INTÉGRALE

Plus en détail

Présente au SCHEMA DIRECTEUR TIC. aux PLANS OPERATIONNELS. Démarche et mise en œuvre. Présentation

Présente au SCHEMA DIRECTEUR TIC. aux PLANS OPERATIONNELS. Démarche et mise en œuvre. Présentation Présente au du SCHEMA DIRECTEUR TIC aux Forum NTIC 2005 PLANS OPERATIONNELS Démarche et mise en œuvre Daniel MEMBRIVES Présentation Cabinet d étude spécialisé dans les interventions autour des Technologies

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I I - Métiers, fonctions et activités visés A. Désignation du métier et des fonctions Expert

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

Managers de la banque, de l assurance et de la protection sociale. Bonnes pratiques pour développer votre performance 10opérationnelle

Managers de la banque, de l assurance et de la protection sociale. Bonnes pratiques pour développer votre performance 10opérationnelle Managers de la banque, de l assurance et de la protection sociale Bonnes pratiques pour développer votre performance 10opérationnelle Pourquoi ce livret? 3 Le retour aux fondamentaux La volatilité et

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Synthèse SYNTHESE L incertitude est une donnée intrinsèque à la vie de toute organisation. Aussi l un des principaux défis pour la direction

Plus en détail

ÉTUDE TECHNIQUE Pourquoi la gestion déléguée et non la dotation en personnel d appoint? cgi.com

ÉTUDE TECHNIQUE Pourquoi la gestion déléguée et non la dotation en personnel d appoint? cgi.com ÉTUDE TECHNIQUE Pourquoi la gestion déléguée et non la dotation en personnel d appoint? S assurer que les entreprises tirent un maximum de valeur de leurs fournisseurs de services en TI, y compris flexibilité

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

Introduction. ( ) Réaliser des bénéfices n est pas un jeu de hasard, mais simplement une question de méthodes ( ) (John Maynard Keynes)

Introduction. ( ) Réaliser des bénéfices n est pas un jeu de hasard, mais simplement une question de méthodes ( ) (John Maynard Keynes) Introduction ( ) Réaliser des bénéfices n est pas un jeu de hasard, mais simplement une question de méthodes ( ) (John Maynard Keynes) Il existe actuellement différentes méthodes de calcul du coût d un

Plus en détail

EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE

EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE Plan des consultations avec les parties prenantes extérieures pendant la phase 2 de l examen et de la

Plus en détail

HSE MONITOR GESTION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT. 8 modules de management intégrés. www.red-on-line.net

HSE MONITOR GESTION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT. 8 modules de management intégrés. www.red-on-line.net HSE MONITOR GESTION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT 8 modules de management intégrés www.red-on-line.net www.red-on-line.net HSE MONITOR GESTION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT 1. 2. 3. 1. 4. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 5. 1.

Plus en détail

Guide pour la mise en place du. Registre Santé et Sécurité au Travail

Guide pour la mise en place du. Registre Santé et Sécurité au Travail Guide pour la mise en place du Registre Santé et Sécurité au Travail I. Introduction 2 II. Référent 2 III. Obligations réglementaires 2 IV. Objectifs du registre santé et sécurité au travail 3 V. Quatre

Plus en détail

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte ONUSIDA Note d information 2011 Un nouveau cadre d investissement pour la riposte mondiale au VIH Version originale anglaise, UNAIDS / JC2244F, novembre 2011 : A new investment framework for the global

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

BONNES PRATIQUES POUR RÉDUIRE ET FINANCER LES RISQUES CATASTROPHIQUES RECOMMENDATION DE L OCDE

BONNES PRATIQUES POUR RÉDUIRE ET FINANCER LES RISQUES CATASTROPHIQUES RECOMMENDATION DE L OCDE BONNES PRATIQUES POUR RÉDUIRE ET FINANCER LES RISQUES CATASTROPHIQUES RECOMMENDATION DE L OCDE 16 décembre 2010 RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR RÉDUIRE ET FINANCER LES RISQUES CATASTROPHIQUES

Plus en détail

Charte du management des risques du groupe La Poste

Charte du management des risques du groupe La Poste Direction de l'audit et des Risques du Groupe Direction des Risques du Groupe Destinataires Tous services Contact Béatrice MICHEL Tél : 01 55 44 15 06 Fax : E-mail : beatrice.michel@laposte.fr Date de

Plus en détail

JOURNÉE THÉMATIQUE SUR LES RISQUES

JOURNÉE THÉMATIQUE SUR LES RISQUES Survol de Risk IT UN NOUVEAU RÉFÉRENTIEL DE GESTION DES RISQUES TI GP - Québec 2010 JOURNÉE THÉMATIQUE SUR LES RISQUES 3 mars 2010 - Version 4.0 Mario Lapointe ing. MBA CISA CGEIT mario.lapointe@metastrategie.com

Plus en détail

Coûts de transfert de compte bancaire

Coûts de transfert de compte bancaire LA MOBILITE BANCAIRE La concurrence ne peut fonctionner que si la mobilité du client est assurée. Avec 2 %, le marché français semble présenter un des taux les plus faibles d attrition au niveau des marchés

Plus en détail

MIEUX ANTICIPER ET GÉRER LE CHANGEMENT

MIEUX ANTICIPER ET GÉRER LE CHANGEMENT EUPAE AISBL / European Public Administration Employers TUNED Trade Union s National and European Delegation ORIENTATIONS POLITIQUES STRATÉGIES DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES MIEUX ANTICIPER ET

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail