Expérimentation des ambassadeurs de livraison rue de Paris Les Lilas. Résultats de l expérimentation Juillet 2012

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Expérimentation des ambassadeurs de livraison rue de Paris Les Lilas. Résultats de l expérimentation Juillet 2012"

Transcription

1 Expérimentation des ambassadeurs de livraison rue de Paris Les Lilas Résultats de l expérimentation Juillet 2012

2 Page 2

3 Objectifs de l expérimentation Déploiement pendant 6 mois des ambassadeurs des livraisons Du 1 janvier 2012 au 30 juin 2012, 2 ambassadeurs sont intervenus sur la rue de Paris entre la rue des Bruyères et la rue Lucien Noel du lundi au vendredi de 6h à 12h pour : > Promouvoir le bon usage des aires de livraison auprès de l ensemble des usagers de la voirie publique : > Riverains > Commerçants, > Transporteurs, > Artisans, > Clients des commerces. > Améliorer la rotation sur les aires, leur disponibilité et ainsi réduire la présence de véhicules en doublefile (particulièrement pénalisant pour la circulation des bus) Les missions des ambassadeurs consistaient à : > Distribuer des disques «livraison 30» > Faciliter les opérations de chargement et déchargement de marchandises effectuées sur les aires de livraison > Travailler en étroite relation avec la Police Municipale > Recenser les principaux dysfonctionnements et corriger les mauvaises pratiques > Orienter les conducteurs vers les espaces de stationnement > Inciter les artisans à utiliser la carte non résident Page 3

4 Règlement de voirie sur la commune des Lilas Dès le 1 janvier 2012, concomitamment au déploiement des ambassadeurs, un nouveau règlement Objectifs du nouveau règlement > Maitriser l espace public occupé par le transport de marchandises. > Faciliter le contrôle et le respect des aires de livraison et du règlement. > Favoriser et sécuriser la circulation, en évitant notamment les stationnements en double file sur les voies de circulation. Les ambassadeurs étaient chargés de distribuer les disques «Livraison marchandises 30» A partir du 1er janvier 2012, des disques livraisons permettent d encadrer les opérations de livraisons et enlèvements de marchandises sur aires de livraison > Des arrêts limités à 30 min > L utilisation du disque obligatoire pour indiquer l heure d arrivée du véhicule > Pendant l opération de livraison la porte du véhicule doit rester ouverte Page 4

5 12 à 15 m Rappel des règles nationales d aménagement des aires de livraison Aire de livraison en temps partagé Aire de livraison 24h/24h 2,20 à 2,50 m INTERDIT SAUF LIVRAISON h - h Abaissement de trottoir Page 5

6 Principe de l évaluation Des enquêtes tronçon, ayant pour objectif d'observer sur le terrain les pratiques de livraisons et d enlèvements de marchandises, ont été réalisées en continu (de 6h à 18h*) les mardi 18 et jeudi 20 octobre 2011 (Evaluation 1, préalablement au déploiement des ambassadeurs) ainsi que les mardi 19 et jeudi 21 juin 2012 (Evaluation 2, 5,5 mois après le déploiement des ambassadeurs). Ces enquêtes se sont déroulées sur la rue de Paris, de la Rue des Bruyères à la Rue Lucien Noël, qui a été "découpée" en 4 tronçons d observation. Chaque tronçon comptant au minimum une aire de livraison. Tous les véhicules utilitaires s arrêtant sur un des 4 tronçons ont été relevés, ainsi que tous les véhicules particuliers qui se Page 6

7 Typologie des véhicules observés Lors de la première évaluation, 577 mouvements ont été relevés contre 649 lors de la deuxième évaluation. Qui a effectué les mouvements? > VP = voiture particulière sur aire de livraison ou réalisant une opération de livraison/enlèvement. > VU = véhicule utilitaire. > Autres = bus, motos sur aire de livraison ou réalisant une opération de livraison/enlèvement. VP (sur AL ou livrant) VU Autres (sur AL ou livrant) Total Evaluation Evaluation Davantage de mouvements (tous véhicules confondus) ont été relevés lors de l évaluation 2. Le nombre de livraison et/ou enlèvement réalisé par véhicules utilitaires est identique lors des 2 sessions (ce qui souligne que les résultats sont comparables). Le nombre de VP recensé sur aire de livraison a, quant à lui, fortement augmenté, ce qui va à l encontre des objectifs fixés. Ceci étant, il convient d analyser plus finement ce phénomène (voir plus loin les durées moyennes d arrêt). Page 7

8 Cas spécifique des véhicules utilitaires Les motifs d arrêt des véhicules utilitaires Source : Interface Transport, 2012 Les aires de livraison sont davantage utilisées par les véhicules utilitaires Page 8

9 Zoom sur les opérations de livraison enlèvement (1) Lors de la première évaluation, un total de 113 mouvements de véhicules effectuant une opération de livraison et/ou enlèvement a été relevé, et 121 lors de la deuxième évaluation (dont 4 voitures particulières et 4 motos). Globalement les véhicules utilisés sont similaires, les opérations de livraison et enlèvement sont majoritairement réalisées avec des véhicules utilitaires légers, respectivement 85% et 90% (fourgonnette, camionnette ou porteur < 3,5 t.). On notera la présence de voitures et scooters lors de la seconde évaluation à hauteur de 6% ainsi qu une baisse sensible de la part des porteurs (passant de 14% à 10%), ce qui n est pas incohérent avec le nouveau règlement de la ville des Lilas interdisant les véhicules de plus de 29 m² au sol à certaines heures. Page 9

10 Zoom sur les opérations de livraison enlèvement (2) Les opérations de livraison et enlèvement de marchandises ont majoritairement (à 64%) été réalisées sur aires de livraison. C est une amélioration importante par rapport à l évaluation précédente et cela entre pleinement dans les objectifs assignés à l expérimentation car, par effet La durée moyenne des opérations de livraison et enlèvement n a pas grandement évolué (elle passe de 13 à 12 mn). Durée moyenne des opérations de livraison et/ou enlèvement Lieu d arrêt : Evaluation 1 Evaluation 2 Aire de livraison 19 min 15 min Double file 9 min 7 min Autre (sortie de véhicule, ) 10 min 10 min Moyenne globale tout lieu 13 min 12 min Page 10

11 Zoom sur les interventions artisan (1) Le nombre d intervention d artisans a diminué entre les 2 évaluations, passant de 50 à 31. Les artisans utilisent préférentiellement des petits véhicules utilitaires de type fourgonnette ou camionnette. Les variations relatives des types de véhicules entre les 2 évaluations s expliquent par le fait que le nombre de fourgonnette est resté stable alors que le nombre de camionnette a considérablement chuté (il explique à lui seul le passage de 50 interventions à 31). Source : Interface Transport 2011 Page 11

12 Zoom sur les interventions artisan (2) Les artisans ont continué à utiliser majoritairement les aires de livraison et pour des durées d arrêt similaires et supérieures aux 30 minutes réglementaires. Il s agit d une population difficile à cerner puisque les artisans sont autorisés à utiliser les aires pour charger et décharger de la marchandise ou leur outillage mais doivent en toute rigueur libérer ces espaces par la suite. Dans les faits, les artisans en profitent souvent pour réaliser leur intervention dans les étages. Source : Interface Transport 2011 Source : Interface Transport 2012 Durée moyenne des interventions artisan Lieu d arrêt : Evaluation 1 Evaluation 2 Aire de livraison 48 min 51 min Double file 6 min 16 min Stationnement payant 3h15 1h13 Autre (sortie de véhicule, ) 42 min / Moyenne globale tout lieu 51 min 48 min Page 12

13 Zoom sur les aires de livraison (1) Le nombre de mouvements sur les aires de livraison est passé de 464 à 566 entre les deux évaluations. La hausse s explique principalement par l augmentation du nombre de voitures Source : Interface Transport, 2011 Source : Interface Transport, 2012 Page 13

14 Zoom sur les aires de livraison (2) Le taux de rotation moyen par aire de livraison a augmenté de 20 % passant de 3,25 véhicules (véhicules utilitaires et véhicules particuliers) par heure, à 3,93 véhicules par heure. La durée moyenne des arrêts sur aire de livraison a considérablement diminué, passant de 28 à 18 min en moyenne. Ceci est en parfait accord avec la réglementation 30 minutes de la ville. A ce propos, lors de l évaluation 2, le disque n a été identifié que sur 1 véhicule sur 4 en moyenne. Son usage n est encore pas totalement généralisé. Durée moyenne des arrêts sur aire de livraison Evaluation 1 Evaluation 2 Véhicules particuliers 27 min 17 min Véhicules utilitaires 29 min 21 min Tous véhicules 28 min 18 min Page 14

15 Zoom sur le créneau d intervention des ambassadeurs 6h 12h Source : Interface Transport, 2011 Source : Interface Transport, 2012 La hausse du nombre de véhicules sur les aires est causée par une augmentation du nombre de véhicules particuliers. Moins de véhicules utilitaires s y sont arrêtés. Toutefois, le taux de rotation sur le créneau 6h-12h a été amélioré, passant de 3 à 3,25 véhicules/heure par aire. La durée moyenne des arrêts sur aires (tous véhicules) a diminué de 33 %. Durée moyenne des arrêts sur aires de livraison Véhicules particuliers Véhicules utilitaires Autres Evaluation 1 32 min 33 min 31 min / Evaluation 2 20 min 18 min 25 min 5 min La présence d un disque livraison a été noté dans 40 % des livraisons et/ou enlèvements réalisés sur le créneau horaire 6h-12h. Page 15

16 Zoom sur la circulation des bus Des gains notables sur les conditions de circulation des bus Des données sur les temps de parcours de la ligne 129 traversant le périmètre d expérimentation ont pu être collectées auprès de la RATP (entre septembre 2011 avant mise en œuvre de l expérimentation et mars 2012 expérimentation en cours) et analysées. Deux conclusions majeures sont à retenir : > Premièrement les temps de parcours de point à point ont sensiblement baissé (de l ordre de 6% à 8% selon le sens de circulation). > Deuxièmement, l écart type à la moyenne a considérablement baissé (de 75% à 86% de baisse selon le sens de circulation). Cet écart type tend vers 0 et souligne l accroissement de la régularité du bus. La monétarisation des gains de temps pour les usagers du bus (selon les méthodes en vigueur pour les estimations socio-économiques des projets d infrastructures) et leur extrapolation sur 6 mois (durée totale de l expérimentation) s élève à plus de Les temps de parcours ont été analysés entre les 2 points bleus dans le sens Ouest Est et entre les 2 points verts dans le sens Est Ouest. Rue de Paris Page 16

République et Canton de Genève Département de l Intérieur, de l Agriculture et de l Environnement

République et Canton de Genève Département de l Intérieur, de l Agriculture et de l Environnement République et Canton de Genève Département de l Intérieur, de l Agriculture et de l Environnement Cadre et objectifs La stratégie de la gestion du stationnement est un des éléments clé de la problématique

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 25 juillet 2014

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 25 juillet 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 25 juillet 2014 Le nombre d accidents et de victimes de la route au plus bas en 2013 La Direction générale Statistique publie aujourd hui les derniers chiffres relatifs

Plus en détail

Observatoire national interministériel de la sécurité routière

Observatoire national interministériel de la sécurité routière Observatoire national interministériel de la sécurité routière Observatoire des vitesses : résultats de l année 2011 Extrait de «la sécurité routière en France Bilan de l année 2011» La vitesse pratiquée

Plus en détail

La circulation. Circulation automobile dans Paris intra-muros (jours ouvrables)

La circulation. Circulation automobile dans Paris intra-muros (jours ouvrables) La circulation Circulation automobile dans Paris intra-muros Source : Mairie de Paris, Direction de la Voirie et des Déplacements Évolution annuelle de la circulation dans Paris intra-muros sur le réseau

Plus en détail

Convention de délégation de l organisation du transport scolaire N 367AO2NS

Convention de délégation de l organisation du transport scolaire N 367AO2NS Convention de délégation de l organisation du transport scolaire N 367AO2NS Le cas échéant, la présente convention met fin aux conventions qui porteraient sur le même sujet. Conclue en application de l

Plus en détail

Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important

Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important Direction du Tourisme Département de la stratégie, de la prospective, de l évaluation et des statistiques N 2008-6 Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important En 2007,

Plus en détail

Les déplacements à vélo

Les déplacements à vélo Les déplacements à vélo Aménagements cyclables et leur fréquentation Comptages réalisés sur les sites aménagés Boulevard de Sébastopol 113 147 Quai de Jemmapes 78 1 Rue de Rivoli 168 123 Nombre de cyclistes

Plus en détail

Observatoire des effets du tramway. Stationnement

Observatoire des effets du tramway. Stationnement Observatoire des effets du tramway Stationnement Méthodologie Le stationnement constitue l un des leviers les plus importants pour le choix modal, il occupe donc une place privilégiée dans la politique

Plus en détail

Chapitre 6 : Le secteur des transports

Chapitre 6 : Le secteur des transports Vue d ensemble La consommation d énergie et les émissions de GES du secteur des transports Figure 6.2 Émissions de GES par secteur, 2005 (en pourcentage) Le secteur des transports s est classé au deuxième

Plus en détail

RAPPORT DE LA PRÉSIDENTE DU JURY du concours d agent territorial spécialisé des écoles maternelles de 1 ère classe session 2010

RAPPORT DE LA PRÉSIDENTE DU JURY du concours d agent territorial spécialisé des écoles maternelles de 1 ère classe session 2010 RAPPORT DE LA PRÉSIDENTE DU JURY du concours d agent territorial spécialisé des écoles maternelles de 1 ère classe session 2010 A- Les sessions précédentes I- LES PRINCIPALES DONNÉES COMPARÉES DE LA SESSION

Plus en détail

Hausse des tarifs pour l année 2013

Hausse des tarifs pour l année 2013 Hausse des tarifs pour l année 2013 Mise en œuvre du complément de parcours Dézonage des forfaits Améthyste le week-end et les jours fériés Extension de l application des avantages tarifaires accordés

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 3 décembre 2015

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 3 décembre 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 3 décembre 2015 Statistiques des accidents de la circulation 2014 La Direction générale Statistique Statistics Belgium publie aujourd'hui les chiffres les plus récents

Plus en détail

les déplacements urbains les villes italiennes

les déplacements urbains les villes italiennes les déplacements urbains les villes italiennes ORT PACA Colloque Transports & Environnement 2 Décembre 2008 aller voir. 2 3 4 5 6 Ferrare: l adjoint mobilité avec l adjoint environnement 7 l usage du vélo

Plus en détail

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 janvier 2011-9 h 30 «Prolongation d'activité, liberté de choix et neutralité actuarielle : décote, surcote et cumul emploi retraite» Document N

Plus en détail

SECURITE ROUTIERE. Quelques données générales sur l insécurité routière francilienne

SECURITE ROUTIERE. Quelques données générales sur l insécurité routière francilienne SECURITE ROUTIERE Les données sont issues de l exploitation des Bulletins d Analyse d Accidents Corporels (BAAC) 24.Source : SETRA-DREIF 2 Quelques données générales sur l insécurité routière francilienne

Plus en détail

LES AIRES DE LIVRAISONS Pour quoi, combien, où, comment?

LES AIRES DE LIVRAISONS Pour quoi, combien, où, comment? Centre de recherches routières LES AIRES DE LIVRAISONS Pour quoi, combien, où, comment? INFRA 2015 30 novembre-2 décembre QUEBEC Wanda DEBAUCHE Chef de Division (Mobilité-Sécurité-Gestion de la Route)

Plus en détail

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 La Note de l Observatoire de l Habitat N 11 Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 Introduction 1 Entre 1996 et 2006, le coût des logements s est

Plus en détail

#295. production audiovisuelle aidée. sommaire. &01 les tendances de la production audiovisuelle aidée...5. &02 la fiction...11

#295. production audiovisuelle aidée. sommaire. &01 les tendances de la production audiovisuelle aidée...5. &02 la fiction...11 #295 production audiovisuelle aidée sommaire &01 les tendances de la production audiovisuelle aidée...5 &02 la fiction...11 &03 le documentaire...21 &04 l animation...31 &05 le...37 &06 le magazine...47

Plus en détail

L influence d un progiciel de gestion sur le système d information d une organisation

L influence d un progiciel de gestion sur le système d information d une organisation Chapitre 8 L influence d un progiciel de gestion sur le système d information d une organisation Notions Processus : nature et présentation Progiciels de gestion dans les métiers de l organisation : approche

Plus en détail

Deux pratiques abusives actuelles : le paiement retardé et le paiement trop rapide

Deux pratiques abusives actuelles : le paiement retardé et le paiement trop rapide Note thématique Juridique/Paiements (délais, retards, moyens ) 12/06/2002 Deux pratiques abusives actuelles : le paiement retardé et le paiement trop rapide On peut observer actuellement un développement

Plus en détail

CONSEIL CITOYEN DE BEAUSEJOUR COMPTE RENDU N 2

CONSEIL CITOYEN DE BEAUSEJOUR COMPTE RENDU N 2 CONSEIL CITOYEN DE BEAUSEJOUR COMPTE RENDU N 2 La deuxième réunion du conseil citoyen de Beauséjour a eu lieu le mardi 31 mars 2015 à 18h30, à maison de quartier. Cette deuxième réunion a réuni 15 personnes

Plus en détail

fiche l aire de livraison son utilisation, ses usagers, les principes d aménagement

fiche l aire de livraison son utilisation, ses usagers, les principes d aménagement fiche l aire de livraison son utilisation, ses usagers, les principes d aménagement 1 Pourquoi aménager des aires de livraison? d l espace urbain est contraint et la non-prise en compte des livraisons

Plus en détail

LA QUALITÉ DE L AIR EN 2011 À ÉVRY. Juillet 2012

LA QUALITÉ DE L AIR EN 2011 À ÉVRY. Juillet 2012 LA QUALITÉ DE L AIR EN 2011 À ÉVRY Juillet 20 LA QUALITE DE L'AIR A EVRY EN 2011 COMPLEMENT A LA QUALITE DE L'AIR EN ESSONNE 1. INTRODUCTION La station de surveillance de la qualité de l air d Evry a été

Plus en détail

Document de présentation de la plateforme de travail des instances de la Francophonie

Document de présentation de la plateforme de travail des instances de la Francophonie Document de présentation de la plateforme de travail des instances de la Francophonie Rappel du contexte Le cadre PGS Initié en 2008, le Plan de gestion stratégique est un projet structurant pour la modernisation

Plus en détail

Statistiques accidentalité 2009 : compléments 2RM (France métropolitaine, données définitives BAAC et autres sources précisées)

Statistiques accidentalité 2009 : compléments 2RM (France métropolitaine, données définitives BAAC et autres sources précisées) La Défense, le 16 novembre 2010 Concertation 2RM GT Connaissance Statistiques accidentalité 2009 : compléments 2RM (France métropolitaine, données définitives BAAC et autres sources précisées) Louis Fernique

Plus en détail

Direction de la communication Tél. : 05 59 46 60 40 Courriel : communication@bayonne.fr Le 10 juin 2010 DOSSIER DE PRESSE

Direction de la communication Tél. : 05 59 46 60 40 Courriel : communication@bayonne.fr Le 10 juin 2010 DOSSIER DE PRESSE Direction de la communication Tél. : 05 59 46 60 40 Courriel : communication@bayonne.fr Le 10 juin 2010 DOSSIER DE PRESSE Dispositions pour la réduction des nuisances en centre-ville Depuis près de 25

Plus en détail

La distribution des films dans les salles : 2 fast 2 furious?

La distribution des films dans les salles : 2 fast 2 furious? La distribution des films dans les salles : 2 fast 2 furious? Alexis Dantec (OFCE) et Florence Lévy-Hartmann (GEM) Avec 175,65 millions d entrées en 2005, la fréquentation des salles marque un net recul

Plus en détail

Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes

Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes n o 28 03 / 2015 études, recherches et statistiques de la Cnav étude Julie Vanriet- Margueron, Cnav Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes Lorsqu un

Plus en détail

3 Fiche d'information Projet de Plan de développement de Montréal

3 Fiche d'information Projet de Plan de développement de Montréal 3 LE DÉPLACEMENT DES PERSONNES À MONTRÉAL ET DANS SA RÉGION Fiche d'information Projet de Plan de développement de Compte tenu de l amplification des problèmes liés à la congestion routière et des conséquences

Plus en détail

STATIONNEMENTÀ DES PROBLÈMES, UN DIAGNOSTIC, DES SOLUTIONS

STATIONNEMENTÀ DES PROBLÈMES, UN DIAGNOSTIC, DES SOLUTIONS STATIONNEMENTÀ DES PROBLÈMES, UN DIAGNOSTIC, DES SOLUTIONS Depuis longtemps, les Buressois connaissent des difficultés de stationnement en coeur de ville, aux abords des gares, dans les quartiers pavillonnaires.

Plus en détail

DSP 2009/2018 MESURES INCITATIVES A LA CREATION DE LIGNES NOUVELLES ET A L ACCROISSEMENT DE L OFFRE SUR LES LIGNES REGULIERES EXISTANTES

DSP 2009/2018 MESURES INCITATIVES A LA CREATION DE LIGNES NOUVELLES ET A L ACCROISSEMENT DE L OFFRE SUR LES LIGNES REGULIERES EXISTANTES DSP 2009/2018 MESURES INCITATIVES A LA CREATION DE LIGNES NOUVELLES ET A L ACCROISSEMENT DE L OFFRE SUR LES LIGNES REGULIERES EXISTANTES Aéroport de Lille est géré par D entrée, il convient d indiquer

Plus en détail

DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006

DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006 DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006 AVRIL 2012 Les questions liées à l application de l étalement seront traitées

Plus en détail

Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes *

Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes * Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes * Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers individuels, y compris

Plus en détail

Synthèse de l enquête covoiturage auprès des entreprises du bassin d emploi d Alençon

Synthèse de l enquête covoiturage auprès des entreprises du bassin d emploi d Alençon Synthèse de l enquête covoiturage auprès des entreprises du bassin d emploi d Alençon Maison de l Emploi et de la Formation d Alençon 6/8 rue des Filles Notre-Dame 61 000 ALENÇON Tél : 02.50.9042.00 PÉRIMÈTRE

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC EMPLOI-QUÉBEC LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC ÉDITION 2015 Rédaction André Levert Catherine Ouellet Paula Santos Élaboration des tableaux Anh Truong Direction de l analyse et de l information sur

Plus en détail

Encadré 3. Graphique A Nombre de demandeurs d emploi de catégorie A et nombre de chômeurs au sens du BIT

Encadré 3. Graphique A Nombre de demandeurs d emploi de catégorie A et nombre de chômeurs au sens du BIT Encadré 3 Chômeurs au sens du BIT et demandeurs d emploi inscrits sur les listes de Pôle emploi Les différences conceptuelles entre chômage au sens du BIT et inscription à Pôle emploi Le chômage au sens

Plus en détail

Enquête Nationale sur l Autopartage : l autopartage comme déclencheur d une mobilité alternative à la voiture particulière

Enquête Nationale sur l Autopartage : l autopartage comme déclencheur d une mobilité alternative à la voiture particulière Enquête Nationale sur l Autopartage : l autopartage comme déclencheur d une mobilité alternative à la voiture particulière Présentation des résultats définitifs Rencontres PREDIT Paris, le 27/03/2013 6T

Plus en détail

Travaux très attendus dans le centre d Auvelais : le Collège communal déterminé!

Travaux très attendus dans le centre d Auvelais : le Collège communal déterminé! Mercredi 4 mars 2015. Travaux très attendus dans le centre d Auvelais : le Collège communal déterminé! COMMUNIQUÉ DE PRESSE Le Collège communal a inscrit dans sa déclaration de politique générale 2012-2018

Plus en détail

Enquête sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2010 et 2011

Enquête sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2010 et 2011 Enquête sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2010 et 2011 n o 6 juin 2012 1 Sommaire 1. Synthèse générale... 3 2. Typologie des contrats et des organismes...

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACTIVITE 2011

COMPTE RENDU D ACTIVITE 2011 EXPLOITATION DU SERVICE DELEGUE DE LA FOURRIERE AUTOMOBILE DE LA VILLE DE BEAUVAIS COMPTE RENDU D ACTIVITE 2011 Délégataire : Société ALLO DEPANNAGE 21 rue de l Avelon 60000 BEAUVAIS Tél : 03.44.48.05.22

Plus en détail

La fréquentation de «La Loire à Vélo»

La fréquentation de «La Loire à Vélo» La fréquentation de «La Loire à Vélo» Dispositif permanent d observation : Le dispositif permanent d observation de 213 s appuie sur un système de 1 compteurs situés sur le tracé de «La Loire à Vélo».

Plus en détail

Analyse du chômage des diplômés de l enseignement supérieur :

Analyse du chômage des diplômés de l enseignement supérieur : REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l Emploi l et de l Insertion l Professionnelle des Jeunes Observatoire National de l Emploi l et des Qualifications Analyse du des diplômés de l enseignement supérieur

Plus en détail

D i r e c t i v e V É L O S - C A R G O Version: Novembre 2015

D i r e c t i v e V É L O S - C A R G O Version: Novembre 2015 D i r e c t i v e V É L O S - C A R G O Version: Novembre 2015 Le transport de marchandises et de services est l un des facteurs principaux de la circulation dans les zones urbaines. Ces dernières années,

Plus en détail

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES De quoi s agit-il? La mesure des risques discriminatoires dans les carrières professionnelles au sein d une organisation présente des difficultés.

Plus en détail

DGO 2013-2017. Données de l'enjeu "le risque routier professionnel" Période d'étude : 2008-2012. Janvier 2014

DGO 2013-2017. Données de l'enjeu le risque routier professionnel Période d'étude : 2008-2012. Janvier 2014 SERVICE EXPERTISE TERRITORIALE RISQUES ET SECURITE Sécurité Routière et Déplacements Janvier 2014 DGO 2013-2017 Données de l'enjeu "le risque routier professionnel" Période d'étude : 2008-2012 Direction

Plus en détail

Conditions d accès Horaires exposants

Conditions d accès Horaires exposants Conditions d accès Horaires exposants Accès au Parc des Expositions de Paris Porte de Versailles Lieu : VIPARIS Porte de Versailles / Pavillon 4 Plan d'accès Horaires visiteurs Jeudi 08 Novembre : 10h00

Plus en détail

FICHE ENFANCE : Accueils de loisirs sans hébergement (ALSH) Mercredis et vacances scolaires

FICHE ENFANCE : Accueils de loisirs sans hébergement (ALSH) Mercredis et vacances scolaires Ville de Roissy en Brie 9, rue Pasteur 77680 ROISSY EN BRIE FICHE ENFANCE : Accueils de loisirs sans hébergement (ALSH) Mercredis et vacances scolaires Il s agit de ce que l on appelle traditionnellement

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. 2.1 : les conditions d admission Planète Jeunes accueille les jeunes qui sont dans leur quinzième année jusqu à 17 ans révolus.

REGLEMENT INTERIEUR. 2.1 : les conditions d admission Planète Jeunes accueille les jeunes qui sont dans leur quinzième année jusqu à 17 ans révolus. REGLEMENT INTERIEUR Préambule L accueil Planète Jeunes est un service public municipal. Le Conseil Municipal entérine le projet éducatif pour l enfance et la jeunesse. La direction de Planète Jeunes conçoit

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL

CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL Dans le cadre du projet d aménagement de la liaison routière RN126 Castres-Soual, la Direction Départementale de l Equipement

Plus en détail

Des motifs de recours presque identiques

Des motifs de recours presque identiques pratiques [travail temporaire] Qu est-ce qui distingue le contrat d intérim du CDD? La réglementation du contrat de travail temporaire est, pour une large part, le décalque de celle du contrat à durée

Plus en détail

RYTHMES SCOLAIRES COMPTE RENDU DE LA REUNION DU GROUPE PARTENARIAL

RYTHMES SCOLAIRES COMPTE RENDU DE LA REUNION DU GROUPE PARTENARIAL RYTHMES SCOLAIRES COMPTE RENDU DE LA REUNION DU GROUPE PARTENARIAL Date : Jeudi 30 Mai 2013, Salle du Conseil de l Hôtel de Ville Participants : annexe 1 Déroulement de la réunion 1. Accueil par Monsieur

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Conclusions et recommandations du colloque Forum Belge pour la Sécurité Urbaine du 31 mars 2003 à St Gilles

Conclusions et recommandations du colloque Forum Belge pour la Sécurité Urbaine du 31 mars 2003 à St Gilles Conclusions et recommandations du colloque Forum Belge pour la Sécurité Urbaine du 31 mars 2003 à St Gilles Au terme de cette journée, il nous a paru important de dégager, sur base des différentes interventions,

Plus en détail

Ateliers 21 du 6 octobre 2009. Atelier 3: Logement, culture, sport, associations, intergénérationnel...

Ateliers 21 du 6 octobre 2009. Atelier 3: Logement, culture, sport, associations, intergénérationnel... Ateliers 21 du 6 octobre 2009 Atelier 3: Logement, culture, sport, associations, intergénérationnel... Tendre vers un développement à Vincennes suppose de relever quatre défis majeurs et d adopter des

Plus en détail

Gestion des temps 2014

Gestion des temps 2014 DIRECTIVE D APPLICATION Gestion des temps 2014 Edition : mars 2014 26.03.2014 Page 1 Table des matières Introduction... 3 Champ d application... 4 Mode de gestion linéaire... 4 Procédure... 6 Connexion

Plus en détail

Bilan d activités de septembre 2007 à décembre 2008 du Numéro unique France Alzheimer

Bilan d activités de septembre 2007 à décembre 2008 du Numéro unique France Alzheimer Bilan d activités de septembre 20 à décembre 20 du Numéro unique France Alzheimer Association France Alzheimer 1 A. Présentation En 2005, la Direction Générale de la Santé a demandé à France Alzheimer

Plus en détail

Résultats technico-économiques des éleveurs et gaveurs de palmipèdes gras

Résultats technico-économiques des éleveurs et gaveurs de palmipèdes gras Résultats technico-économiques des éleveurs et gaveurs de palmipèdes gras Résultats 2006 1. Présentation de l échantillon 2006 Les données centralisées en 2006 en canards et en oies ont été fournies par

Plus en détail

Le parc, la demande, les attributions de logements locatifs sociaux dans le grand Sud

Le parc, la demande, les attributions de logements locatifs sociaux dans le grand Sud Le parc, la demande, les attributions de logements locatifs sociaux dans le grand Sud Les Avirons, Étang Salé, Saint Louis, Cilaos, Entre Deux, Le Tampon, Saint Pierre, Petite Île, Saint Joseph, Saint

Plus en détail

Infrastructure publique liée à la mobilité électrique

Infrastructure publique liée à la mobilité électrique Infrastructure publique liée à la mobilité électrique Règlement grand-ducal du 3 décembre 2015 relatif à l'infrastructure publique liée à la mobilité électrique. Règlement grand-ducal du 3 décembre 2015

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Entrée en vigueur Conducteurs concernés article 1 de l ordonnance de 1958 :

Entrée en vigueur Conducteurs concernés article 1 de l ordonnance de 1958 : Décret n 2007-1340 du 11 septembre 2007 relatif à la qualification initiale et à la formation continue des conducteurs de certains véhicules affectés aux transports routiers de marchandises ou de voyageurs.

Plus en détail

ATTENDU QU UN avis de motion d'adoption du présent règlement a été donné à une séance antérieure de ce conseil tenue le 6 février 2012;

ATTENDU QU UN avis de motion d'adoption du présent règlement a été donné à une séance antérieure de ce conseil tenue le 6 février 2012; CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE PIOPOLIS RÈGLEMENT N 2012-06 RÈGLEMENT N 2012-06 RELATIF AU STATIONNEMENT ATTENDU QU UN avis de motion d'adoption du présent règlement a été donné à une séance

Plus en détail

Guide pratique Répercussion Gazole

Guide pratique Répercussion Gazole Guide pratique Répercussion Gazole Introduction Dans le transport routier, la répercussion de la hausse du gazole dans les prix ne se fait habituellement que tardivement et partiellement. Elle arrive avec

Plus en détail

RECOMMANDATION N 95-01

RECOMMANDATION N 95-01 RECOMMANDATION N 95-01 COMMUNE A LA COB ET AU CNC RELATIVE AUX METHODES À METTRE EN OEUVRE PAR LES EXPERTS CHARGES D ÉVALUER LES ACTIFS IMMOBILIERS DES SOCIÉTÉS CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER (Bulletin

Plus en détail

Fiche action Harmonica. Piétonisation de la rue d Italie. Aix en Provence (France, 13)

Fiche action Harmonica. Piétonisation de la rue d Italie. Aix en Provence (France, 13) Fiche action Harmonica Piétonisation de la rue d Italie Aix en Provence (France, 13) 1 Contexte et objectifs La rue d Italie à Aix en Provence fait partie des voies concernées par la piétonisation du centre-ville.

Plus en détail

Chapitre 2: Comment et combien produire?

Chapitre 2: Comment et combien produire? Chapitre 2: Comment et combien produire? 1. Quels facteurs l entreprise mobilise-t-elle pour produire? a. Le facteur travail -L entreprise embauche des personnes pour pouvoir produire des biens et des

Plus en détail

2012 Service Public d'assainissement Non Collectif (S.P.A.N.C.)

2012 Service Public d'assainissement Non Collectif (S.P.A.N.C.) RAPPORT D ACTIVITES 2012 Service Public d'assainissement Non Collectif (S.P.A.N.C.) Communauté de Communes du Pays de LANDERNEAU DAOULAS 20/02/2014 Page 1 sur 14 SOMMAIRE 1 CARACTÉRISTIQUES DU SERVICE

Plus en détail

Information à l intention du personnel. Les conditions de la retraite dès 2012. Le 19 juillet 2011. Direction des Finances DFIN Finanzdirektion FIND

Information à l intention du personnel. Les conditions de la retraite dès 2012. Le 19 juillet 2011. Direction des Finances DFIN Finanzdirektion FIND Information à l intention du personnel Les conditions de la retraite dès 2012 Le 19 juillet 2011 Direction des Finances DFIN Finanzdirektion FIND Page 2 de 10 Sommaire 1. En bref, les nouveautés concernant

Plus en détail

Issue du référentiel AFAQ Service Confiance Qualiville, la certification repose sur plusieurs engagements de service, tels que :

Issue du référentiel AFAQ Service Confiance Qualiville, la certification repose sur plusieurs engagements de service, tels que : Résultats de l enquête de satisfaction 2015 1 I. RAPPEL DU CONTEXTE ET DES OBJECTIFS Délivrée par AFNOR (Agence Française de Normalisation), la certification Qualiville a été obtenue par la Mairie Centrale

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR «RESTAURATION SCOLAIRE DES ECOLES PRIMAIRES»

REGLEMENT INTERIEUR «RESTAURATION SCOLAIRE DES ECOLES PRIMAIRES» REGLEMENT INTERIEUR «RESTAURATION SCOLAIRE DES ECOLES PRIMAIRES» Article 1 Conditions générales Le présent règlement concerne les modalités de fonctionnement et d accueil des enfants du «restaurant scolaire

Plus en détail

PRADO, le programme de retour à domicile Convention annuelle FHP-MCO

PRADO, le programme de retour à domicile Convention annuelle FHP-MCO , le programme de retour à domicile Convention annuelle FHP-MCO Le programme d accompagnement de retour à domicile des patients hospitalisés Objectifs du programme : anticiper les besoins du patient lié

Plus en détail

AUTOMOBILISTE MOTOCYCLISTE PASSAGER PIÉTON TÉLÉPHONE VITESSE ALCOOL ACCIDENT DÉCÈS ROUTE RAPPORT ANNUEL #2013 LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE EN LOIR-ET-CHER

AUTOMOBILISTE MOTOCYCLISTE PASSAGER PIÉTON TÉLÉPHONE VITESSE ALCOOL ACCIDENT DÉCÈS ROUTE RAPPORT ANNUEL #2013 LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE EN LOIR-ET-CHER AUTOMOBILISTE MOTOCYCLISTE PASSAGER PIÉTON TÉLÉPHONE VITESSE ALCOOL ACCIDENT DÉCÈS ROUTE RAPPORT ANNUEL #2013 LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE EN LOIR-ET-CHER -1 Édition #2014 < ALLO > UN COUP DE FIL AU VOLANT, UN

Plus en détail

Guide de financement de projets locaux en persévérance scolaire et en réussite éducative

Guide de financement de projets locaux en persévérance scolaire et en réussite éducative Guide de financement de projets locaux en persévérance scolaire et en réussite éducative Critères d admissibilité des projets déposés par les MRC de l Estrie 1 dans le cadre du soutien financier de la

Plus en détail

Le développement du e-commerce et la relation-clients

Le développement du e-commerce et la relation-clients N 8 Décembre 2012 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Le développement du e-commerce et la relation-clients

Plus en détail

La Sécurité Routière dans l'aisne Tableau de bord mensuel

La Sécurité Routière dans l'aisne Tableau de bord mensuel La Sécurité Routière dans l'aisne Tableau de bord mensuel AOÛT 2015 Données de l'observatoire départemental 2015 2014 Variation 2014/2015 Aisne National 19 15 +4 +26,7% +3,4% Tués 5 5 0 0,0% +9,5% Blessés

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les obligations Ce document pédagogique ne constitue pas une incitation à investir et n est pas un conseil en investissement. Le Client qui souhaite un conseil en investissement avant

Plus en détail

Comportement sur la route face aux véhicules d urgences

Comportement sur la route face aux véhicules d urgences Comportement sur la route face aux véhicules d urgences Swiss Firefighters Internet www.swiss-firefighters.ch E-mail info@swiss-firefighters.ch 1 Table des matières Introduction...3 En ville...3 Sur l

Plus en détail

Convention de délégation de l organisation du transport scolaire (Gestion en régie) N 196AO2R

Convention de délégation de l organisation du transport scolaire (Gestion en régie) N 196AO2R Convention de délégation de l organisation du transport scolaire (Gestion en régie) N 196AO2R Le cas échéant, la présente convention met fin aux conventions qui porteraient sur le même sujet. Conclue en

Plus en détail

Location des commutateurs, postes dédiés et dispositifs annexes.

Location des commutateurs, postes dédiés et dispositifs annexes. Conditions spécifiques Location des commutateurs, postes dédiés et dispositifs annexes. Article 1 Conditions générales applicables Les présentes conditions spécifiques relèvent des conditions générales

Plus en détail

Observatoire de la sécurité routière

Observatoire de la sécurité routière Observatoire de la sécurité routière AURAN SOMMAIRE En vingt ans baisse du nombre d accidents baisse de la gravité des accidents... p.3 En 2001 forte baisse du nombre d accidents baisse du nombre de tués

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-119. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-119. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 12 mai 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-119 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

Rapport : ville de Trois- Rivières

Rapport : ville de Trois- Rivières Assistance méthodologique pour le traitement et l analyse des données des enquêtes Origine- Destination québécoises pour dresser le portrait du vélo au Québec Projet réalisé pour le compte de Vélo Québec

Plus en détail

FicheInfo. Transports publics et règles de priorité dans les zones de rencontre 2010/11

FicheInfo. Transports publics et règles de priorité dans les zones de rencontre 2010/11 Klosbachstrasse 48 8032 Zurich Téléphone 043 488 40 30 Fax 043 488 40 39 info@mobilitepietonne.ch www.fussverkehr.ch www.mobilitepietonne.ch www.mobilitapedonale.ch FicheInfo 2010/11 Transports publics

Plus en détail

Avis relatif au volet Air de l étude d impact du réseau de transport public du Grand Paris. Document final. Octobre 2012

Avis relatif au volet Air de l étude d impact du réseau de transport public du Grand Paris. Document final. Octobre 2012 Surveillance de la qualité de l air en Île-de-France Avis relatif au volet Air de l étude d impact du réseau de transport public du Grand Paris Document final Octobre 2012 AIRPARIF - Surveillance de la

Plus en détail

Actuellement le parc de véhicules de la commune se compose ainsi :

Actuellement le parc de véhicules de la commune se compose ainsi : Rapport N 247 Demande d'un crédit d investissement de CHF 136 109.- pour le remplacement et l achat de deux véhicules utilitaires et d une machine d entretien en 2016. Nyon, le 16 février 2016 Au Conseil

Plus en détail

RECUEIL DES NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 4 - LES PRODUITS DE FONCTIONNEMENT ET LES PRODUITS FINANCIERS COLLEGE

RECUEIL DES NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 4 - LES PRODUITS DE FONCTIONNEMENT ET LES PRODUITS FINANCIERS COLLEGE COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DES NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 4 - LES PRODUITS DE FONCTIONNEMENT ET LES PRODUITS FINANCIERS NORME N 4 LES PRODUITS

Plus en détail

Le secteur de la distribution d eau en France : évolution des plaintes de consommateurs et des prix jusqu en 2012

Le secteur de la distribution d eau en France : évolution des plaintes de consommateurs et des prix jusqu en 2012 N 13 Avril 2013 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Le secteur de la distribution d eau en France

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE SERVICES. Cahier des Clauses Particulières

MARCHE PUBLIC DE SERVICES. Cahier des Clauses Particulières MARCHE PUBLIC DE SERVICES Cahier des Clauses Particulières OBJET DU MARCHE : TRANPORTS SCOLAIRES ET PERISCOLAIRES ROUTIERS CONSULTATION : MARCHE PASSE SELON LA PROCEDURE ADAPTEE CONFORMEMENT AUX ARTICLES

Plus en détail

Règles de circulation à Vélo

Règles de circulation à Vélo Règles de circulation à Vélo circulation sur les trottoirs : les véhicules doivent, sauf en cas de nécessité absolue, circuler sur la chaussée ; toutefois, ils peuvent franchir un trottoir, à partir de

Plus en détail

Objectif Avril 2014 La nouvelle unité de compte structurée de Swiss Life

Objectif Avril 2014 La nouvelle unité de compte structurée de Swiss Life Objectif Avril 2014 La nouvelle unité de compte structurée de Swiss Life Commercialisation du 26 février au 30 avril 2014 Offre limitée à 150 millions d Euros Instrument financier non garanti en capital

Plus en détail

Erasmus 2014-2015 Faculté de droit et criminologie de l ULB Système de conversion des notes

Erasmus 2014-2015 Faculté de droit et criminologie de l ULB Système de conversion des notes Erasmus 2014-2015 Faculté de droit et criminologie de l ULB Système de conversion des notes 1. Diversités des systèmes de notation Le Guide d utilisation ECTS mis sur pied par la DG Education et Culture

Plus en détail

Poids lourds en 2007

Poids lourds en 2007 Poids lourds en 2007 Avertissements : Toutes les données contenues dans ce document concernent uniquement la métropole. A compter du 1 er janvier 2005, le «tué» est la personne décédée dans les trente

Plus en détail

Baromètre FCIQ. du marché résidentiel. Région métropolitaine de Trois-Rivières. Faits saillants

Baromètre FCIQ. du marché résidentiel. Région métropolitaine de Trois-Rivières. Faits saillants Baromètre FCIQ Le du marché résidentiel Région métropolitaine de Trois-Rivières Faits saillants Rebond des ventes sur le marché immobilier résidentiel de Trois-Rivières au premier trimestre de 2014 record

Plus en détail

La voie publique se compose, d une part, de la voirie de l Etat et, d autre part, de la voirie communale (chiffre 1. de l article 5 précité).

La voie publique se compose, d une part, de la voirie de l Etat et, d autre part, de la voirie communale (chiffre 1. de l article 5 précité). Commission de circulation de l'etat réf. : cce/coper/avis/06/art5 Avis de la Commission de circulation de l Etat concernant l application de l article 5 de la loi modifiée du 14 février 1955 concernant

Plus en détail

Axe 1 : Développer l'exemplarité de la collectivité départementale

Axe 1 : Développer l'exemplarité de la collectivité départementale N de la mesure : 1.3.1 Axe 1 : Développer l'exemplarité de la collectivité départementale Action 1.3 : Développer une mobilité durable au sein de la collectivité Pilote : Direction générale adjointe fonctionnement

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU TEMPS DE DEPLACEMENT POUR FORMATION PROFESSIONNELLE

ACCORD RELATIF AU TEMPS DE DEPLACEMENT POUR FORMATION PROFESSIONNELLE ACCORD RELATIF AU TEMPS DE DEPLACEMENT POUR FORMATION PROFESSIONNELLE ENTRE LES SOUSSIGNES : HSBC France, dont le siège social est situé 103, avenue des Champs Elysées, 75008 PARIS, représenté par Madame

Plus en détail

REGLEMENT DES ACTIVITES PERISCOLAIRES ANNEE SCOLAIRE 2016 2017

REGLEMENT DES ACTIVITES PERISCOLAIRES ANNEE SCOLAIRE 2016 2017 VILLE DE MOIRANS REGLEMENT DES ACTIVITES PERISCOLAIRES ANNEE SCOLAIRE 2016 2017 Contact : Mairie de Moirans - Service de l Education, de la Jeunesse et de l Enfance Courriel : service-educationjeunesse@ville-moirans.fr

Plus en détail

La taxe locale sur la publicité extérieure

La taxe locale sur la publicité extérieure La taxe locale sur la publicité extérieure Saint-Martin sur le Pré Contact : MAIRIE Place du Général de Gaulle - 51520 Saint-Martin-sur-le-Pré Horaires d'ouverture Du lundi au jeudi de 14h30 à 18h30 Les

Plus en détail