L EXPLOSION DE L USINE AZF À TOULOUSE : UNE CATASTROPHE INSCRITE DANS LA VILLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L EXPLOSION DE L USINE AZF À TOULOUSE : UNE CATASTROPHE INSCRITE DANS LA VILLE"

Transcription

1 L EXPLOSION DE L USINE AZF À TOULOUSE : UNE CATASTROPHE INSCRITE DANS LA VILLE M 65 APPE ONDE Centre interdisciplinaire d études urbaines * RÉSUMÉ. L explosion de l usine chimique AZF de Toulouse, le 21 septembre 2001, a provoqué des dégâts considérables. L histoire de ce site industriel montre la faible prise en compte de la notion de risque industriel. L urbanisation progressive des abords du pôle chimique toulousain explique l ampleur matérielle du sinistre. L impréparation de nos milieux urbains à affronter de tels événements est manifeste au travers de l expérience toulousaine. La gestion de la crise par les pouvoirs publics et les réactions de la population sinistrée sont à mesurer à l aune de ce constat. GESTION DE CRISE PRÉVENTION RISQUE INDUSTRIEL TOULOUSE USINE AZF ABSTRACT. The explosion of the AZF chemicals plant in Toulouse on 21 September 2001 caused large-scale damage. The history of this industrial site shows how little industrial risk has been taken into account. The gradual urbanisation of the area around Toulouse s chemicals zone explains the scale of the property damage caused by the disaster. Toulouse s experience highlights our towns and cities lack of preparedness for this kind of event. The management of the crisis by the public authorities and the reactions of the affected population are to be measured in the light of this observation. AZF PLANT CRISIS MANAGEMENT INDUSTRIAL RISK PREVENTION TOULOUSE RESUMEN. La explosión, el 21 de septiembre 2001, de la planta química AZF de Tolosa ha dejado daños importantes. La historia de esta instalación industrial ilustra una toma muy reducida de la noción de riesgo industrial. La urbanización progresiva de los alrededores del polo químico tolosano explica la amplitud material de la catáastrofe. A través de la experiencia tolosana, es manifiesta la ausencia de preparación de nuestros medios urbanos para confrontarse con tales acontecimientos y, es a partir de esta constatación, que se necesita medir el manejo de la crisis por las autoridades públicas y la reacción de la población. MANEJO DE CRISIS PLANTA AZF PRE- VENCIÓN RIESGO INDUSTRIAL TOLOSA Le vendredi 21 septembre 2001 à 10h17, dans le hangar 221 de l usine AZF de Toulouse, un stock de 300 tonnes de nitrate d ammonium explose accidentellement. Trente personnes perdent la vie, dont la majorité sur le site même de l usine. Plusieurs milliers d habitants de la ville sont atteints à des degrés divers (1170 hospitalisés, 90 blessés graves). Le souffle de l explosion provoque sur plusieurs kilomètres des dégâts matériels considérables, touchant aussi bien des équipements collectifs que les logements. L usine AZF, l une des trois usines du complexe chimique de la zone sud de Toulouse, était pourtant une installation sous surveillance. Mais l accident de 2001 a échappé à tous les scénarios envisagés. Les dommages dus à l explosion ont été ressentis avec d autant plus de force que le contexte international était extrêmement tendu, dix jours exactement après les attentats aux États-Unis et l écroulement des tours du World Trade Center, ajoutant au traumatisme d une population qui dans les premières minutes a pensé à l attentat. Analyser la catastrophe implique de se pencher sur 75 ans d histoire de l agglomération toulousaine, pendant lesquels la plate-forme chimique s est développée en même temps que croissait la ville. C est la question générale des rapports entre l industrie et la ville qui est crûment posée, celle aussi de la régulation bancale des processus d urbanisation dans les zones à risque. Par ailleurs, la catastrophe de Toulouse est une leçon de géographie sociale, une illustration de la cohabitation entre industrie lourde et quartiers d habitation populaires. * UMR 5053 CNRS Université de Toulouse Le Mirail : L. Brevard, G. Capron, F. Desbordes, Ph. Dugot, D. Eckert (coord.), M.-C. Jaillet, G. Jalabert, S. Jouve- Haouès, F. Laumière, S. Le Corre, M. Rey, M. Vidal, M. Zendjebil. CIEU 23 Mappemonde 65 (2002.1)

2 I. L histoire du site La plate-forme chimique toulousaine, située sur la Garonne, à quelque quatre kilomètres en amont du centreville, est constituée de trois éléments. Blagnac RN.124 Canal Capitole La SNPE (Société nationale des poudres et explosifs) est l héritière d une poudrerie installée en ces lieux au milieu du XIX e siècle. La poudrerie avait connu un formidable développement pendant la première guerre mondiale (jusqu à employés), déclinant entre les deux conflits, reprenant une forte activité en Après 1945, la Poudrerie nationale de Toulouse change peu à peu ses productions ; elle devient en 1971 la SNPE et évolue vers la chimie fine. Ses productions, largement exportées, occupaient, en 2001, 513 personnes. Le produit le plus toxique, le phosgène, est en partie utilisé par l usine voisine Tolochimie. Tolochimie, fondée en 1961, qui fut un élément du groupe Rhône-Poulenc avant d être récemment absorbée par la SNPE, fabrique entre autres des vernis et des produits pharmaceutiques. Effectifs en 2001 : 110 salariés. L usine AZF actuelle est l héritière de l ONIA (Office national industriel de l azote), une usine d engrais créée en 1924 pour exploiter des brevets confisqués à l Allemagne vaincue. Elle s installa sur des terrains libérés par la baisse d activité de la Poudrerie après L ONIA changea plusieurs fois de nom, au gré de ses propriétaires successifs (1983 : Rhône-Poulenc ; 1987 : Charbonnages de France ; 1990 : Elf; 1998 : TotalFinaElf). Ses productions, peu à peu diversifiées, comprenaient récemment des engrais nitratés et des produits de base pour peintures, colles ou détergents. Les effectifs de l usine ont fondu au fil du temps : 3800 employés en 1960, 1150 en 1995, 450 en 2001 (plus 200 employés de la sous-traitance). Sa fermeture pour de strictes raisons économiques a été plusieurs fois envisagée. II. Le développement de l urbanisation Lardenne St-Simon A.64 Le Mirail Reynerie Bellefontaine Bagatelle Zones d activités Portet -sur- Garonne St-Cyprien La Faourette Espaces urbanisés en 1950 Complexe chimique (A = AZF, S = SNPE, T = Tolochimie) Espaces urbanisés entre 1950 et 2000 Périmètre du Plan d'intérêt général Périmètre du Plan particulier d'intervention Des origines à 1989 : un développement urbain sans contraintes. Le site où se sont progressivement implantées les usines du pôle chimique était très en retrait de la ville. L asile d aliénés de Toulouse, créé en 1858 (devenu l hôpital psychiatrique Marchant) avait été installé dans ce même secteur justement pour que les malades puissent jardiner et profiter du bon air de la campagne. À part le long de quelques axes (route d Espagne, route de Seysses), la totalité de l urbanisation est postérieure à 1914 et au vrai démarrage du pôle chimique. Dans l entredeux-guerres, la ville gagne certes du terrain, avec en rive gauche les lotissements de la Croix de Pierre et de la Faourette et, de l autre côté de la Garonne, le démarrage d un programme d habitations à bon marché (HBM) dans le quartier d Empalot. Mais jusqu aux années 1950, l urbanisation des abords immédiats du pôle chimique reste très incomplète (fig. 1). C est de cette période que date le développement de tout un ensemble de quartiers proches, surtout sous forme de grands collectifs. En rive droite, l urbanisation est limitée par les coteaux accentués de Pech David. C est donc à l ouest, en rive gauche, que les constructions sont les plus nombreuses. L ONIA construit sa propre cité (1948 : HLM de Papus), EDF aussi, puis l Office municipal d HLM (cités de Bagatelle et de la Faourette à partir de 1957). Enfin, la ZUP du Mirail est créée par arrêté ministériel en 1960 ; ce programme très ambitieux aboutira à la RN Des usines hors la ville, jadis A T La Garonne S Empalot Puech David Ramonville Vieille-Toulouse N 0 1km CIEU 24 Mappemonde 65 (2002.1)

3 construction de logements pour une population de habitants. Le développement de cette zone résidentielle populaire se double de l apparition d équipements nombreux, parfois implantés sur des terrains libérés par le pôle chimique (comme les lycées professionnels Galliéni et Françoise). On peut citer l université des sciences humaines (Toulouse-II Le Mirail, installée en 1971), EDF, un dépôt de bus, de grands établissements commerciaux, des parcs d activités C est une époque où la notion de risque industriel n existe pas officiellement. La coexistence des lotissements, des cités et des usines est considérée comme positive, permettant notamment au personnel d aller au travail à pied ou à vélo. Depuis l application de la directive Seveso: La catastrophe de Seveso (1979), où s étaient produits d importants rejets de dioxine dans l atmosphère, est l occasion d une première prise de conscience du risque chimique en Europe. Elle a pour conséquence la promulgation d une directive communautaire en 1982, progressivement transcrite dans le droit français. À Toulouse, il faut attendre 1989 pour que la préfecture de Haute-Garonne définisse une zone de protection autour des trois usines toulousaines, désormais officiellement classées «établissements à risques». Le premier périmètre de sécurité où s applique le Plan d intérêt général (PIG) doit être inscrit dans le Plan d occupation des sols et l urbanisation sévèrement limitée. Dans la pratique, on s aperçoit (fig. 2) que le périmètre en question (600 ha au total) déborde de très peu le site du pôle chimique : l implantation ou l extension d équipements, d activités, voire de logements à proximité n en est que faiblement affectée. Une zone sensible plus large, de ha (où s applique le Plan particulier d intervention ou PPI) couvre des quartiers très largement urbanisés ( habitants dans cette zone officiellement à risques) ; sa délimitation tardive a pour seul effet positif de bloquer l urbanisation au sud, entre les communes de Toulouse et de Portet-sur-Garonne. Mais tout ce dispositif n empêche pas la construction, au ras des usines, de la rocade toulousaine avec l un des principaux échangeurs autoroutiers de l agglomération (équipement dont on affirmait qu il fluidifierait la circulation et donc réduirait les risques) ; les abords du site chimique connaissent donc un trafic automobile intense et des bouchons quotidiens ; s y ajoutent la voie de chemin de fer et un couloir aérien (les avions atterrissant à Blagnac passent juste au-dessus des usines). Le maintien d établissements commerciaux à forte fréquentation juste en face du site ne pose guère de problèmes aux autorités. Ce secteur sud-ouest de Toulouse est en outre, depuis des années, marqué par une forte spécificité sociale. Ces quartiers populaires, où les employés d usine accédant à la propriété ont été fort nombreux, sont caractérisés dans les grands ensembles par une ghettoïsation qui est apparue à partir des années 1970, avec une concentration progressive des populations précaires et notamment des familles immigrées non-européennes à faibles revenus. La paupérisation du parc locatif a touché aussi bien les immeubles HLM que les copropriétés privées, dans un processus de dévalorisation progressive de tout le secteur. III. L explosion L explosion du stock de nitrate d ammonium provoque presque simultanément une onde sismique, une onde sonore (bang extrêmement puissant entendu à 80 km) et un effet de souffle dévastateur. Un nuage d ammoniac se forme, rapidement évacué sous l effet du vent d autan (de secteur sud-est, il soufflait alors à 30 km/h). Hors du hangar 221 d AZF, les autres installations industrielles (cuves, ateliers de production) résistent bien, y compris les canalisations aériennes de phosgène de la SNPE. On n a pas observé, fort heureusement, d effet domino sur l ensemble du pôle chimique. Les efforts de sécurisation des usines au cours des dernières années ont joué. Les mesures de sécurité civile et les périmètres de protection officiels montrent par contre leur insuffisance. Tout le dispositif, d ailleurs laxiste si l on en juge par l état de l urbanisation autour du site, a été conçu dans l hypothèse de fuites de produits chimiques, le cas d une explosion n étant pas envisagé. Or l effet de souffle entraîne des dégâts jusqu à quatre kilomètres (limite des vitres soufflées). Les heures qui ont suivi l explosion ont souligné la fragilité de nos milieux urbains contemporains. Aucune sirène d alerte n a retenti, le réseau téléphonique dans son ensemble, saturé, a cessé de fonctionner au bout de vingt minutes. Les trafics ferroviaires et aériens ont été stoppés. L inexistence de consignes ou leur méconnaissance a accentué la confusion: la circulation automobile a été bloquée, beaucoup de parents étant partis chercher leurs enfants dans CIEU 25 Mappemonde 65 (2002.1)

4 2. L usine AZF le 23 septembre 2001, vue depuis le 14 e étage de la tour de Seysses ( Pierre Lacoste, architecte) les écoles, alors que le préfet prenait au bout d une heure (soit bien après la dispersion du nuage) une mesure de confinement de la population. Mesure peu applicable dans les quartiers les plus touchés, où toutes les vitres avaient été soufflées et où beaucoup craignaient l écroulement des immeubles. Les consignes contradictoires d évacuation ou de confinement observées dans les établissements accueillant du public en disent long sur l impréparation et la confusion des esprits. La faillite des mesures de protection civile est patente ; fort heureusement, l accident n a donné lieu à aucune dispersion de produits toxiques dans l atmosphère. Que se serait-il passé dans le cas contraire? Le jour et l heure de l explosion ont contribué à limiter le nombre des victimes. Les grands commerces proches très touchés (Darty, Speedy) n étaient pas en période d affluence. La rocade et l autoroute A64 étaient, à cette heure creuse, peu fréquentées. Les élèves d une école effondrée (les Oustalous) étaient en récréation. On n ose imaginer le bilan d un samedi après-midi ou d une heure de trafic de pointe. Les dégâts matériels sont considérables (fig. 2 et 3), variant dans une fourchette de 1,5 à 2,3 milliards d euros selon les experts (10 à 15 milliards de francs). Il est difficile de les cartographier avec précision, les facteurs aggravant ou limitant les dommages ayant été très variables d un bâtiment à l autre. Le bilan suivant, bien que partiel, est néanmoins éloquent : logements endommagés un tiers très sérieusement dont dans le parc HLM, 3625 entreprises, trois lycées, une université et plusieurs instituts supérieurs (Génie chimique, notamment), des dizaines d écoles et de collèges, l hôpital psychiatrique, de nombreux équipements publics (salles de spectacles, piscines). IV. La gestion de la crise Dans l immédiat, la priorité des pouvoirs publics est donnée à l organisation des secours. Leur mobilisation et leur coordination (pompiers, SAMU, hôpitaux, cliniques) ont été remarquablement efficaces. Sur le site de l explosion lui-même, on mène très vite des opérations de sécurisation et le travail d enquête débute. L État prend, à titre conservatoire, la décision de stopper toute l activité du pôle chimique, en attendant de statuer ultérieurement sur son avenir. La mairie crée rapidement une cellule de crise et propose un service d assistance psychologique ; l ensemble est mis en place en plein centre-ville, au Capitole, alors que les populations sinistrées sont en périphérie et que les transports en commun ne fonctionnent plus (le métro est arrêté par mesure de sécurité et 100 bus ont été détruits). Il faudra plusieurs jours et les remarques de groupes militants et des élus Motivé-e-s pour que la mairie installe dans les quartiers sinistrés des cellules de soutien. Ce décalage entre la réalité vécue dans les quartiers du sud-ouest et la gestion depuis le centre-ville explique en partie le sentiment d abandon de beaucoup des habitants sinistrés, dans les tout premiers jours de la catastrophe. Ceci d autant plus que le circuit des personnalités politiques de premier plan qui se succèdent dans la ville comprend une visite du site, des postes de secours, mais pas des grandes cités en arrière-plan. Les pouvoirs publics entament dans les jours qui suivent un travail complexe où se mêlent les problèmes de relogement d urgence, de déblaiement, d ordre public mais aussi de concertation et de médiation (avec les assureurs par exemple). Deux médias assument pendant la crise une CIEU 26 Mappemonde 65 (2002.1)

5 1 AZF, à partir de SNPE, 1850 Destruction Institut de génie chimique, 1970 Commerces (Darty, Speedy...) années 1980 EDF Lycées professionnels, années 1950 Dépôt de bus, fin des années 1970 Blagnac Canal Capitole Dommages forts Dommages 8 9 Hôpital Marchant, 1846 Papus - Croix de Pierre, La Faourette, à partir de Zone d activités du Chapitre, à partir de Bagatelle, à partir de Empalot, Cité Universitaire, début des années ZUP du Mirail, depuis Université du Mirail, depuis 1971 Stadium-parc des expositions, CHU Rangueil, à partir de 1974 Saint-Simon CHU Purpan, 1906 et Zénith, Palais des sports, Espace urbain dense Grands ensembles d'habitations Espace à dominante pavillonnaire Équipements Zones artisanales et commerciales Périmètre du PIG Périmètre du PPI 0 1km Base aérienne Lardenne A64 15 Portet-sur- Garonne N La Garonne 3. Périmètres de protection et dommages observés mission d information qui relève de l intérêt général : le quotidien toulousain La Dépêche du Midi et la chaîne de télévision locale TLT diffusent en permanence les informations pratiques indispensables aux sinistrés. L événement a provoqué la création de plusieurs associations militantes dont la pression contribue à certaines innovations de la part des pouvoirs publics, qui acceptent par exemple d intervenir dans le parc privé pour accélérer les réparations. Au sein du collectif Plus Jamais Ça, qui organise, dès le 29 septembre, une grande manifestation de protestation ( personnes), on retrouve certains membres du DAL (Droit Au Logement) rompus aux techniques d intervention et à la confrontation-négociation avec les pouvoirs publics. Le collectif des Sans-Fenêtres est né lui d une initiative individuelle. Ces nouveaux acteurs contribuent à une meilleure prise en considération des besoins des sinistrés, et pèsent dans la durée. CIEU 27 Mappemonde 65 (2002.1)

6 V. La représentation de l événement La catastrophe toulousaine a fait l objet d un traitement très variable dans les médias. Le contexte international exceptionnel a limité sa couverture à l étranger. Les médias nationaux, fortement mobilisés, utilisent une iconographie restreinte: le site industriel dévasté, le centre-ville (pourtant peu touché), des blessés, un magasin effondré, une rue de pavillons. Il n y a que peu de photos des grands collectifs d habitation. Ces médias produisent donc une image réductrice du sinistre. À l inverse, la presse locale a une large couverture de l ensemble des quartiers touchés, ce dont témoigne une iconographie beaucoup plus riche (fig. 3 et 4). VI. L après-crise L État et l ensemble des acteurs publics ont été stigmatisés pour leur laisser-faire et leur impuissance à réguler la croissance urbaine dans une zone à risques. Les autorités municipales et l État se renvoient la responsabilité de l urbanisation des cinquante dernières années. La question n est sans doute pas pertinente : il est plus intéressant de constater que la question du risque industriel n était pas à l ordre du jour. L adjoint au maire chargé de l urbanisme de 1977 à 2001, G. Hersant, reconnaît qu on ne s était «jamais vraiment posé le problème» de la coexistence de la rocade et des usines chimiques. Et ce n est certes pas la seule zone urbaine de France où l on peut faire pareil constat. L incapacité des services de l État à contrôler toute la sécurité des installations classées a fait l objet d autres attaques. Il est à remarquer que le service le plus contesté, la DRIRE, a mené depuis l explosion une véritable campagne d affichage de ses rapports et des informations relatives au risque industriel sur le Web (cf. p. 21). Le débat organisé à Toulouse le 30 novembre 2001 sur les risques industriels a été l occasion pour la DRIRE de diffuser un rapport d un institut de recherche, l INERIS, qui définit cette fois-ci des périmètres de danger de plusieurs kilomètres pour les produits manipulés sur la plate-forme chimique. Certaines hypothèses catastrophiques de ce rapport ont amené à porter le rayon de danger maximal à 9,5 km. La zone ainsi définie comprend presque toute l agglomération toulousaine. Il faudrait alors déménager la ville, et plus raisonnablement le pôle chimique. Justement, une grande partie du débat local se focalise sur le maintien ou non de la chimie dans la ville. Les associations les plus en pointe réclament un arrêt définitif de l activité 4. La Maison de la Recherche (Université du Mirail), bâtiment abritant le CIEU, auteur de l article chimique, position partagée entre autres par le maire de Toulouse et le président du Conseil général. À ceux qui font remarquer que l on a trop longtemps sacrifié la sécurité des habitants aux centaines d emplois du site, les tenants du redémarrage de l activité mettent en avant le danger de la disparition de la chimie du paysage industriel local, trop dépendant alors des cycles de l industrie aérospatiale. La pression est maintenue par le PDG de TotalFinaElf qui refuse d envisager de redémarrer l activité sur un autre site, faisant planer la menace de fermeture. Les effets de la catastrophe prévisibles à moyen terme sur l espace urbain sont pour l instant difficiles à apprécier. L explosion a touché l essentiel des territoires concernés par le Grand Projet de Ville, dans lequel étaient prévues de grandes opérations de démolition-reconstruction afin de remodeler le tissu urbain de la zone. L hypothèse plausible d un démantèlement de la plate-forme chimique pourrait peut-être contribuer à une requalification de ces quartiers, et changer durablement le paysage du sud-ouest toulousain. Mais bien entendu, au-delà de ses spécificités locales, la catastrophe du 21 septembre 2001 oblige à se poser des questions globales sur le risque et à émettre des doutes sur l efficacité de la régulation des processus d urbanisation. Références bibliographiques COPPOLANI J., 1963, Toulouse au XX e siècle, Toulouse: Privat, 436 p. CHALINE C., DUBOIS-MAURY J., 1994, La ville et ses dangers : prévention et gestion des risques naturels, sociaux, technologiques, Paris : Masson, 247 p. Voir p. 21 la rubrique des sites Internet CIEU 28 Mappemonde 65 (2002.1)

plan local d urbanisme de la Communauté urbaine de Bordeaux

plan local d urbanisme de la Communauté urbaine de Bordeaux plan local d urbanisme de la Communauté urbaine de Bordeaux 3. Les fortes priorités au moment du POS initial (1974) Le rapport de présentation du POS initial accorde une attention particulière et une place

Plus en détail

D I C R I M. Les principales conséquences d un accident lors du transport de matières dangereuses peuvent être :

D I C R I M. Les principales conséquences d un accident lors du transport de matières dangereuses peuvent être : LE RISQUE TMD (Transport de matières dangereuses) Une marchandise dangereuse est une matière ou un objet qui, par ses caractéristiques physicochimiques (toxicité, réactivité ) peut présenter des risques

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

2. EVALUATION DES RISQUES POUR LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES EN FRANCE

2. EVALUATION DES RISQUES POUR LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES EN FRANCE 2. EVALUATION DES RISQUES POUR LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES EN FRANCE Jean-Marie Schléret Observatoire national de la sécurité des établissements scolaires et d enseignement supérieur Résumé : Depuis 1995,

Plus en détail

D I C R I M LE RISQUE INDUSTRIEL. Les établissements à risque industriel à Vitry-sur-Seine. Les établissements SEVESO II à Vitry-sur-Seine

D I C R I M LE RISQUE INDUSTRIEL. Les établissements à risque industriel à Vitry-sur-Seine. Les établissements SEVESO II à Vitry-sur-Seine LE RISQUE INDUSTRIEL Le risque industriel se caractérise par un accident se produisant sur un site industriel et pouvant entraîner des conséquences graves pour le personnel, la population, les biens ou

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification DOSSIER DE PRESSE DES Direction générale de la Sécurité civile et de la gestion des crises Sous-direction de la planification et de la gestion des crises Contact presse : COMMUNIQUÉ DE PRESSE Les départements

Plus en détail

CARGILL. CARGILL Port de commerce 29200 BREST

CARGILL. CARGILL Port de commerce 29200 BREST MAITRISE DES RISQUES ETABLISSEMENT CARGILL Plaquette d information «Les citoyens ont un droit à l information sur les risques majeurs auxquels ils sont soumis dans certaines zones du territoire et sur

Plus en détail

GEOGRAPHIE : La France

GEOGRAPHIE : La France GEOGRAPHIE : La France [La France : ce territoire qui représente une nation et qui a ses frontières est : un ETAT 22 régions, 95 départements et 60 millions d habitants + les DOM-TOM qui ont changé de

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE

PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE PLU D ESVRES-SUR-INDRE 1 SOMMAIRE INTRODUCTION P 3 ORIENTATION 1 : UN CADRE DE VIE PRESERVE ET VALORISE P 4 Protéger les espaces naturels et les paysages p 4 Préserver le territoire agricole p 4 Prendre

Plus en détail

Nitrate d ammonium et catastrophe industrielle à Toulouse

Nitrate d ammonium et catastrophe industrielle à Toulouse Nitrate d ammonium et catastrophe industrielle à Toulouse Risque majeur étudié : risque industriel Niveau : 2 nde professionnelle (fiche testée par des élèves de 2 nde MIP métiers des industries de procédés)

Plus en détail

Plan de Vidéoprotection pour Paris

Plan de Vidéoprotection pour Paris LA PRÉFECTURE DE POLICE la préfecture de police Plan de Vidéoprotection pour Paris Information sur le dispositif RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Liberté Égalité Fraternité À quoi sert la vidéoprotection? Les caméras

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

1 - Identification des contraintes régissant l alerte

1 - Identification des contraintes régissant l alerte FICHE N 13 : ÉLABORER UNE CARTOGRAPHIE DE L ALERTE Si le document final du PCS ne contient que le règlement d emploi des moyens d alerte en fonction des cas envisagés (cf. fiche suivante), l obtention

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Département du Morbihan Commune de l Ile aux Moines Plan Local d Urbanisme Pièce n 2 : Projet d Aménagement et de Développement Durable Vu pour être annexé à la délibération du 19 mars 2014 Le Maire, Dossier

Plus en détail

DICRIM. Document d Information Communal sur les RIsques Majeurs «PRÉVENIR POUR MIEUX RÉAGIR» Qu est ce qu un risque majeur?

DICRIM. Document d Information Communal sur les RIsques Majeurs «PRÉVENIR POUR MIEUX RÉAGIR» Qu est ce qu un risque majeur? Document d Information Communal sur les RIsques Majeurs DICRIM Qu est ce qu un risque majeur? Les différents types de risques majeurs auxquels chacun de nous peut être exposé, sur son lieu de vie, de travail

Plus en détail

Face aux risques technologiques Soyez acteur de votre sécurité

Face aux risques technologiques Soyez acteur de votre sécurité O.R.SE.C. - P.P.I. MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Face aux risques technologiques Soyez acteur de votre sécurité P.P.I. > Plan Particulier d Intervention Direction

Plus en détail

ESPACE INDUSTRIEL NORD D AMIENS

ESPACE INDUSTRIEL NORD D AMIENS Photographie : exercice d entraînement en 2013 Prévention PRÉFET DE LA SOMME 2300 m ESPACE INDUSTRIEL NORD D AMIENS Le Plan Particulier d Intervention (PPI) La conduite à tenir à proximité de l espace

Plus en détail

LE HAMEAU DE L UNION L UNION

LE HAMEAU DE L UNION L UNION LE HAMEAU DE «LE HAMEAU DE» LA VILLE Située au Nord Est de l agglomération et aux portes de Toulouse, L Union bénéficie d une desserte autoroutière d exception avec le périphérique Est et l autoroute Toulouse-Albi

Plus en détail

2. Vers une meilleure maîtrise de l espace rural

2. Vers une meilleure maîtrise de l espace rural 2. Vers une meilleure maîtrise de l espace rural f Petits collectifs à Francheville cellaire minimal de 500 m² et une hauteur maximale de 12 m. La commune veut également concentrer le développement dans

Plus en détail

APPEL À PROJETS PATRIMOINE EN PÉRIL

APPEL À PROJETS PATRIMOINE EN PÉRIL APPEL À PROJETS PATRIMOINE EN PÉRIL CONTEXTE ET OBJECTIFS La Fondation VMF a été créée en 2009. Abritée par la Fondation du Patrimoine, elle complète l action de l association VMF et soutient des projets

Plus en détail

Dominique FIGEAT. Directeur le Direction du Renouvellement Urbain. Caisse des Dépôts et Consignations. Paris, FRANCE

Dominique FIGEAT. Directeur le Direction du Renouvellement Urbain. Caisse des Dépôts et Consignations. Paris, FRANCE 23 26 JUNE 202 Dominique FIGEAT Directeur le Direction du Renouvellement Urbain Caisse des Dépôts et Consignations Paris, FRANCE Le financement du renouvellement urbain en France 1 Le financement du renouvellement

Plus en détail

GRANDS PRINCIPES DE ZONAGE DU P.L.U.

GRANDS PRINCIPES DE ZONAGE DU P.L.U. GRANDS PRINCIPES DE ZONAGE DU P.L.U. Le territoire communautaire est découpé en quatre grands types de zonage : zones urbaines, zones à urbaniser, zones agricoles, zones naturelles. Le territoire intra

Plus en détail

Réunion du 30 septembre 2014 Actualités de Nantes Atlantique

Réunion du 30 septembre 2014 Actualités de Nantes Atlantique Réunion du 30 septembre 2014 Actualités de Nantes Atlantique 1 Transfert de Nantes Atlantique et perspectives de développement urbain pour le Sud Loire Eléments présentés dans le cadre de la Commission

Plus en détail

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD)

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Mémoire présenté à la Communauté métropolitaine de Montréal Septembre 2011 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Bilan annuel 2011 Etienne Lacroix Tous Artifices S.A. Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Page 1 SOMMAIRE Actions réalisées pour la prévention des risques Compte-rendu des

Plus en détail

Dossier d information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) Document à conserver.

Dossier d information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) Document à conserver. Dossier d information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) Document à conserver. Sommaire : Editorial de M. Le Maire ; Définition du risque majeur p 2 Contexte local ; Information préventive ; L alerte

Plus en détail

L explosion au sein de l usine AZF, la gestion de crise, l enquête judiciaire

L explosion au sein de l usine AZF, la gestion de crise, l enquête judiciaire Fiche spécifique n 1 L explosion au sein de l usine AZF, la gestion de crise, l enquête judiciaire LES INSTALLATIONS CONCERNÉES L usine est implantée dans une zone industrielle au sud de l agglomération

Plus en détail

Réunion publique du 14 Juin 2011. Équo-quartier de la Remise présentation des rendus de l appel à idées

Réunion publique du 14 Juin 2011. Équo-quartier de la Remise présentation des rendus de l appel à idées Réunion publique du 14 Juin 2011 Équoquartier de la Remise présentation des rendus de l appel à idées Les temps du projet de la Remise CONCERTATION pendant toute la phase d élaboration du projet Les temps

Plus en détail

Gestion de crise en milieu hospitalier : Evolution de la réflexion

Gestion de crise en milieu hospitalier : Evolution de la réflexion 54 es Journées d'études et de formation des Ingénieurs Hospitaliers de France TOULOUSE 2014 Gestion de crise en milieu hospitalier : Evolution de la réflexion Mme Frédérique BRAYDA- CASABONNE Bonjour,

Plus en détail

Densité d établissements industriels à risque

Densité d établissements industriels à risque Thème : Santé publique, prévention et gestion des risques Orientation : Prévenir et gérer les risques majeurs et chroniques, technologiques et naturels Densité d établissements industriels à risque par

Plus en détail

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Agence d Urbanisme et d Aménagement du Territoire Toulouse Aire Urbaine OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Décembre 2003

Plus en détail

PREMIUM. En plein coeur du centre historique de Nantes. NANTES Carré Vert. Photos non-contractuelles

PREMIUM. En plein coeur du centre historique de Nantes. NANTES Carré Vert. Photos non-contractuelles G A M M E PREMIUM En plein coeur du centre historique de Nantes NANTES Carré Vert Photos non-contractuelles DÉFICIT FONCIER Déduire le montant des travaux réalisés sur l ensemble des revenus fonciers positifs,

Plus en détail

l indépendance en toute sérénité

l indépendance en toute sérénité A P P A R T S E N I O R S N A N T E S S E N g h O R VIVRE à NANTES l indépendance en toute sérénité appart séniors une nouvelle solution d habitat Ici, j ai choisi un logement fonctionnel et sécurisant,

Plus en détail

LES PLANS DE PREVENTION DES RISQUES TECHNOLOGIQUES

LES PLANS DE PREVENTION DES RISQUES TECHNOLOGIQUES LES PLANS DE PREVENTION DES RISQUES TECHNOLOGIQUES Extrait du site www.clic-rhonealpes.com Des catastrophes, Feyzin - Bhopal - AZF, rappellent périodiquement que certaines installations industrielles sont

Plus en détail

PLAQUETTE D INFORMATION de LA POPULATION SUR LE RISQUE INDUSTRIEL

PLAQUETTE D INFORMATION de LA POPULATION SUR LE RISQUE INDUSTRIEL PLAQUETTE D INFORMATION de LA POPULATION SUR LE RISQUE INDUSTRIEL SYNTHRON Rue du Moulin d Herbault BP 13 37110 AUZOUER-EN-TOURAINE Tél : 02.47.56.90.46 Fax : 02.47.29.60.37 Courriel : postmaster@protex-international.com

Plus en détail

La réhabilitation du quartier, une histoire en cours

La réhabilitation du quartier, une histoire en cours ROCHAMBEAU 1 La réhabilitation du quartier, une histoire en cours L opération de reconquête urbaine qui doit être conduite dans le quartier Rochambeau succédera, dans le temps, à la construction du nouveau

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

ACE LEADER S VALUE ÉTUDE DE CAS IMMOBILIER À QUI S ADRESSE CE PRODUIT? INCENDIE? EXPLOSION? ÉVÉNEMENT NATUREL POURQUOI CHOISIR ACE LEADER S VALUE?

ACE LEADER S VALUE ÉTUDE DE CAS IMMOBILIER À QUI S ADRESSE CE PRODUIT? INCENDIE? EXPLOSION? ÉVÉNEMENT NATUREL POURQUOI CHOISIR ACE LEADER S VALUE? ÉTUDE DE CAS P hilippe est asset manager, pour le compte d une société de gestion d actifs immobiliers. Afin de protéger les actifs dont il a la charge, il a souscrit un contrat ACE Leader s Value, comprenant

Plus en détail

Agenda 21, charte de développement durable et gestion du risque inondation Nicolas Bauduceau CEPRI

Agenda 21, charte de développement durable et gestion du risque inondation Nicolas Bauduceau CEPRI Agenda 21, charte de développement durable et gestion du risque inondation Nicolas Bauduceau CEPRI Aux origines de l analyse : un double constat La prise en compte du risque d inondation dans l aménagement

Plus en détail

appart séniors une nouvelle solution d habitat

appart séniors une nouvelle solution d habitat appart séniors une nouvelle solution d habitat Ici, j ai choisi un logement fonctionnel et sécurisant. Et mon balcon offre des vues vers la Loire! Ici, je profite des commerces à 150 mètres mais aussi

Plus en détail

2- AFFIRMER ET ASSURER UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EQUILIBRE ET DURABLE DU TERRITOIRE COMMUNAL

2- AFFIRMER ET ASSURER UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EQUILIBRE ET DURABLE DU TERRITOIRE COMMUNAL 2- AFFIRMER ET ASSURER UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EQUILIBRE ET DURABLE DU TERRITOIRE COMMUNAL Projet d Aménagement et de Développement Durable Dossier de PLU approuvé 13/26 Face à l augmentation du prix

Plus en détail

Votre don en action. CARE Canada 9 Chemin Gurdwara Suite 200 Ottawa, ON K2E 7X6 Canada tél 613.228.5679 site web care.ca

Votre don en action. CARE Canada 9 Chemin Gurdwara Suite 200 Ottawa, ON K2E 7X6 Canada tél 613.228.5679 site web care.ca Un an après le séisme et le tsunami dévastateurs qui se sont abattus sur le Japon, CARE continue de soutenir les communautés qui se remettent de la catastrophe. Le 11 mars 2011, la côte nord-est de la

Plus en détail

APPRENDRE LE TRAM POURQUOI?

APPRENDRE LE TRAM POURQUOI? APPRENDRE LE TRAM POURQUOI? Le retour du tram En 2008, a commencé la construction du tramway, afin que fin 2010, la vie de milliers d habitants de l agglomération toulousaine soit améliorée : moins de

Plus en détail

Exercice du Plan Particulier d Intervention (P.P.I.) Butagaz Arnage. Mercredi 24 juin 2015

Exercice du Plan Particulier d Intervention (P.P.I.) Butagaz Arnage. Mercredi 24 juin 2015 Exercice du Plan Particulier d Intervention (P.P.I.) Butagaz Arnage Mercredi 24 juin 2015 Contact presse : Tél : 02.43.39.71.74/02.43.39.70.22/06.07.40.52.54 www.sarthe.gouv.fr Suivez l actualité de l'état

Plus en détail

La fibre optique VALENCIENNES MÉTROPOLE TERRITOIRE NUMÉRIQUE

La fibre optique VALENCIENNES MÉTROPOLE TERRITOIRE NUMÉRIQUE La fibre optique arrive dans votre ville! VALENCIENNES MÉTROPOLE TERRITOIRE NUMÉRIQUE Valenciennes Métropole Un territoire numérique Valenciennes Métropole a fait le choix ambitieux de développer un pôle

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS

PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS Pour notre programme complet des élections fédérales 2015, veuillez consulter la Feuille de route pour

Plus en détail

LES RISQUES MAJEURS. Document à conserver

LES RISQUES MAJEURS. Document à conserver LES RISQUES MAJEURS Document à conserver Abordons ensemble, les cinq risques majeurs auxquels nous sommes exposés à Saint-Amarin. LES RISQUES NATURELS Inondation...... pages 1-2 Crue torrentielle... pages

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE!

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE! La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle n 431 791 672, soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. Ce document n a pas de valeur contractuelle - Studio LMDE - 12117-03/2012 LA SANTÉ

Plus en détail

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision.

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision. Les enjeux du territoire Le développement de Pau, de son agglomération et maintenant du Grand Pau rappelle celui de villes, d agglomérations et d aires urbaines sensiblement comparables, avec des logiques

Plus en détail

QU'EST-CE QU'UN MOUVEMENT DE TERRAIN?

QU'EST-CE QU'UN MOUVEMENT DE TERRAIN? L E RISQUE MOUVEMENT DE TERRAIN QU'EST-CE QU'UN MOUVEMENT DE TERRAIN? Un mouvement de terrain est un déplacement plus ou moins brutal du sol ou du soussol. Il est fonction de la nature et de la disposition

Plus en détail

Sécurité industrielle 70%

Sécurité industrielle 70% Sécurité industrielle 70% de PPRT approuvés (285 sur 407 PPRT à l échelle nationale). L objectif du Ministère de l Ecologie est d approuver 95% des PPRT à fin 2014. La gestion de la sécurité et son amélioration

Plus en détail

PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST

PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST ENQUÊTE PUBLIQUE DE DÉCLASSEMENT DE LA PORTION DE LA RUE DES HALLES SAINT-LOUIS SITUÉE AU DROIT DE LA RUE DUQUESNE NOTICE EXPLICATIVE 1 LE DECLIN DES HALLES

Plus en détail

4.5 Les nuisances. bruit des aéroports civils.

4.5 Les nuisances. bruit des aéroports civils. 4.5 Les nuisances Le bruit La lutte contre les nuisances sonores est régie par l Ordonnance fédérale sur la protection contre le bruit (OPB), du 1 er avril 1987. Celle-ci donne aux cantons la compétence

Plus en détail

STIF Concertation prolongement ligne 1 75443 PARIS CEDEX 9. Madame, Monsieur,

STIF Concertation prolongement ligne 1 75443 PARIS CEDEX 9. Madame, Monsieur, STIF Concertation prolongement ligne 1 75443 PARIS CEDEX 9 2015-006/GD/GL/CL Créteil, le 8 janvier 2015 Département Projets de territoire et collectivités Affaire suivie par Catherine LAINE et Raphaël

Plus en détail

BLAGNAC. jardin rose. Résidence. construit au cœur des villes

BLAGNAC. jardin rose. Résidence. construit au cœur des villes BLAGNAC jardin rose Résidence construit au cœur des villes «Nous avons imaginé pour la Résidence Jardin Rose une architecture sobre et pérenne au service de l habitant. De larges baies vitrées ouvrent

Plus en détail

Pièce(s) jointe(s) :Erreur! Aucune variable de document fournie.

Pièce(s) jointe(s) :Erreur! Aucune variable de document fournie. Pièce(s) jointe(s) :Erreur! Aucune variable de document fournie. 2 POLE AMENAGEMENT URBAIN ET HABITAT Direction Pôle aménagement Urbain et Habitat DELIBERATION DU CONSEIL SEANCE DU 21 juillet 2006 N 2006/0519

Plus en détail

POUR UN RENOUVEAU DU PARC IMMOBILIER DES ANNEES 50-70 De la requalification classique au portage immobilier

POUR UN RENOUVEAU DU PARC IMMOBILIER DES ANNEES 50-70 De la requalification classique au portage immobilier BREST 28 et 29 NOVEMBRE 2013 POUR UN RENOUVEAU DU PARC IMMOBILIER DES ANNEES 50-70 De la requalification classique au portage immobilier Présentation de la SPLA SOREQA SPLA à vocation métropolitaine crée

Plus en détail

CONSIGNES : Risques Majeurs ALERTE : SIRENE CITE SCOLAIRE

CONSIGNES : Risques Majeurs ALERTE : SIRENE CITE SCOLAIRE CONSIGNES : Risques Majeurs ALERTE : SIRENE CITE SCOLAIRE Sur décisions des Chefs d établissement : Directeurs de Crise Soit EVACUATION Soit CONFINEMENT Personnes Ressources Personnes Ressources Personnels

Plus en détail

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)?

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)? Les plans de secours sont organisés et mis en oeuvre par une direction unique, le directeur des opérations de secours (DOS) qui est le préfet du département concerné. Qu est ce que le plan d organisation

Plus en détail

Dispositif dégradé et réaction initiale

Dispositif dégradé et réaction initiale 3.4 Prise en charge des victimes radiocontaminées Dispositif dégradé et réaction initiale UMH, SMUR Régulation SAMU SAU, UP Les limites du dispositif (circulaire 800) L identification de l attentat n est

Plus en détail

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels ACCIDENTS DU TRAVAIL & MALADIES PROFESSIONNELLES A vos côtés pour gérer vos risques professionnels est le partenaire de votre entreprise en cas d accidents du travail et de maladies professionnelles Un

Plus en détail

«Les Terres de Matisse»

«Les Terres de Matisse» «Les Terres de Matisse» LOI Duflot * Zone B1 Bla bla bla bla ksugkdjfhgdfg Mars 2014 *Selon les conditions de la Loi de finances n 2012-1509 du 29/12/2012 pour 2013, article 80. Résidence «Les Terrasses

Plus en détail

Le risque industriel m

Le risque industriel m Le risque industriel m 1. Qu est-ce qu un risque industriel? Le risque industriel majeur est un événement accidentel se produisant sur un site industriel entraînant des conséquences immédiates graves pour

Plus en détail

A. L évolution du risque dans la société

A. L évolution du risque dans la société Chap 6 : La notion de risque et l évolution de la responsabilité La responsabilité civile consiste dans l obligation de réparer le préjudice subi par autrui et dont on doit répondre personnellement. Le

Plus en détail

L assistance médicale et d urgence aux personnes (SAMU, Autoroute, transport en commun),

L assistance médicale et d urgence aux personnes (SAMU, Autoroute, transport en commun), L ARCEP organise une consultation publique sur les enjeux liés aux nouvelles fréquences pour les réseaux d accès aux services de communication électroniques. L utilisation intensive de la ressource spectrale

Plus en détail

Séminaire LCSQA "Épisodes de pollution et mesures d urgence"

Séminaire LCSQA Épisodes de pollution et mesures d urgence Séminaire LCSQA "Épisodes de pollution et mesures d urgence" Jeudi 22 mai 2014 Messages sanitaires Marie FIORI (chargée du dossier Qualité de l air extérieur) Sous-direction de la Prévention des risques

Plus en détail

Annexe 3. Principaux objectifs de sécurité et mesures pour l éducation nationale, l enseignement supérieur et la recherche

Annexe 3. Principaux objectifs de sécurité et mesures pour l éducation nationale, l enseignement supérieur et la recherche 1 Annexe 3 Principaux objectifs de sécurité et mesures pour l éducation nationale, l enseignement supérieur et la recherche Le plan décrit au sein de chacun de ses 12 domaines : - les objectifs de sécurité

Plus en détail

VILLE DE MONTMORENCY. Plan communal de sauvegarde. c r h w t. risques majeurs. Les bons réflexes en cas de danger!ou d alerte

VILLE DE MONTMORENCY. Plan communal de sauvegarde. c r h w t. risques majeurs. Les bons réflexes en cas de danger!ou d alerte VILLE DE MONTMORENCY Plan communal de sauvegarde c r h w t a Les risques majeurs Les bons réflexes en cas de danger!ou d alerte à quoi sert ce document d information? Ce guide pratique présente les différents

Plus en détail

La prise en compte de la sécurité routière sur le chemin et aux abords des établissements scolaires

La prise en compte de la sécurité routière sur le chemin et aux abords des établissements scolaires La prise en compte de la sécurité routière sur le chemin et aux abords des établissements scolaires Présentation de la fiche «Savoirs de bases en sécurité routière» du CERTU Centre d'études Techniques

Plus en détail

ICPE «Installations Classées pour la Protection de l Environnement» Date : 05/02/08 v.1 Mercure 1-580

ICPE «Installations Classées pour la Protection de l Environnement» Date : 05/02/08 v.1 Mercure 1-580 ICPE «Installations Classées pour la Protection de l Environnement» Sommaire La réglementation ICPE La nomenclature ICPE Utiliser la nomenclature ICPE Les installations non classées ICPE soumises à déclaration

Plus en détail

LE RISQUE DE TRANSPORT DE MATIERES DANGEREUSES TMD I. QU'EST CE QUE LE RISQUE DE TRANSPORT DE MATIERES DANGEREUSES?

LE RISQUE DE TRANSPORT DE MATIERES DANGEREUSES TMD I. QU'EST CE QUE LE RISQUE DE TRANSPORT DE MATIERES DANGEREUSES? LE RISQUE DE TRANSPORT DE MATIERES DANGEREUSES TMD I. QU'EST CE QUE LE RISQUE DE TRANSPORT DE MATIERES DANGEREUSES? Le risque de transport de matières dangereuses est consécutif à un accident se produisant

Plus en détail

L avenir de notre ville, parlons-en. publique. Projet de. hôtel de ville. Enquête

L avenir de notre ville, parlons-en. publique. Projet de. hôtel de ville. Enquête L avenir de notre ville, parlons-en Projet de > Enquête publique 5 MARS > 5 AVRIL 2012 hôtel de ville QU EST-CE QUE LE PLU? 2 3 AMÉNAGEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE LES OBJECTIFS DU PADD (Projet d aménagement

Plus en détail

Atelier A05. Gestion de sinistres: Retour d expérience sur FUKUSHIMA

Atelier A05. Gestion de sinistres: Retour d expérience sur FUKUSHIMA Atelier A05 Gestion de sinistres: Retour d expérience sur FUKUSHIMA 1 Atelier A05 Intervenants Dominique DEBRAY Michel JOSSET Juriste Inspecteur Expert, Gestion sinistres Dommages et Fraude auprès de Axa

Plus en détail

RISQUES MAJEURS. www.vivre-a-niort.com. Notice d information sur la prévention des risques majeurs À NIORT. Toutes les informations sur

RISQUES MAJEURS. www.vivre-a-niort.com. Notice d information sur la prévention des risques majeurs À NIORT. Toutes les informations sur LES RISQUES MAJEURS Notice d information sur la prévention des risques majeurs À NIORT Toutes les informations sur Définition des Risques majeurs Quels risques à Niort? Le territoire de la commune se trouve

Plus en détail

CONCLUSIONS ET AVIS DU COMMISSAIRE- ENQUETEUR

CONCLUSIONS ET AVIS DU COMMISSAIRE- ENQUETEUR DEPARTEMENT DU CHER Commune de Moulins sur Yèvre ENQUETE PUBLIQUE DU MARDI 15 OCTOBRE 2013 AU JEUDI 14 NOVEMBRE 2013 Plan de prévention des risques technologiques (PPRT) autour de l établissement AXEREAL

Plus en détail

LE 1 ER FESTIVAL DE DRONES À PARIS

LE 1 ER FESTIVAL DE DRONES À PARIS LE 1 ER FESTIVAL DE DRONES À PARIS CONFÉRENCE DE PRESSE Lancé à l initiative de la Ville de Paris, en étroite collaboration avec la Préfecture de Police, et organisé par RudeBaguette et le Comité des Champs

Plus en détail

Le Nouveau Grand Paris : Les convictions de la Région Ile-de-France ont rencontré la volonté du Gouvernement Ayrault

Le Nouveau Grand Paris : Les convictions de la Région Ile-de-France ont rencontré la volonté du Gouvernement Ayrault Service de presse Le Nouveau Grand Paris : Les convictions de la Région Ile-de-France ont rencontré la volonté du Gouvernement Ayrault Dossier de presse Contacts presse William Beuve-Méry william.beuve-mery@iledefrance.fr

Plus en détail

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Synthèse Constitué dans tous les établissements occupant au moins 50 salariés, le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection

Plus en détail

e-exposition www.toulouse-inondation.org DOSSIER DE PRESSE (28 juin 2010)

e-exposition www.toulouse-inondation.org DOSSIER DE PRESSE (28 juin 2010) e-exposition www.toulouse-inondation.org DOSSIER DE PRESSE (28 juin 2010) Toulouse, ville inondée, ville inondable Les inondations survenues sur le littoral atlantique en début d'année et plus récemment

Plus en détail

Tramway Garonne Visite de chantier du 8 octobre

Tramway Garonne Visite de chantier du 8 octobre Mardi 8 octobre 2013 Tramway Garonne Visite de chantier du 8 octobre Dossier de presse SOMMAIRE Présentation de la future ligne de Tram Garonne 1. Le tracé 2. Les chiffres et les dates Point d avancement

Plus en détail

Elaboration du schéma directeur d aménagement durable du Sud-Est de l agglomération de Namur

Elaboration du schéma directeur d aménagement durable du Sud-Est de l agglomération de Namur Elaboration du schéma directeur d aménagement durable du Sud-Est de l agglomération de Namur PRESENTATION DU SCENARIO D AMENAGEMENT RETENU pour le compte de la Ville de Namur INSTITUT DE CONSEIL ET D'ETUDES

Plus en détail

LA COMMISSION SCOLAIRE DE L ESTUAIRE RM-EN-2005-10-14

LA COMMISSION SCOLAIRE DE L ESTUAIRE RM-EN-2005-10-14 Page 6013-1 Inondation bris de tuyau d eau bris de tuyau de chauffage refoulement d égout 1. CONTEXTE Les établissements sont dotés d importants systèmes de distribution d eau, de lignes de chauffage et

Plus en détail

CLERMONT - FERRAND SAINT - JEAN. L entre - deux villes

CLERMONT - FERRAND SAINT - JEAN. L entre - deux villes CLERMONT - FERRAND SAINT - JEAN L entre - deux villes Clermont-Ferrand/Saint-Jean 20 L entre deux villes Site inscrit dans l ÉcoCité Clermont métropole Population : 143 000 hab. (ville) ; 290 000 hab.

Plus en détail

LA GESTION URBAINE DE PROXIMITE POUR DES INVESTISSEMENTS DURABLES DANS LES QUARTIERS

LA GESTION URBAINE DE PROXIMITE POUR DES INVESTISSEMENTS DURABLES DANS LES QUARTIERS LA GESTION URBAINE DE PROXIMITE POUR DES INVESTISSEMENTS DURABLES DANS LES QUARTIERS Mise en œuvre d une d politique publique de jardins partagés FRARU FLOIRAC 20 MAI 2008 PERIMETRE DE LA GUP BAGATELLE

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Exercice de sécurité civile SEVESO - APERAM. Jeudi 4 décembre 2014

DOSSIER DE PRESSE. Exercice de sécurité civile SEVESO - APERAM. Jeudi 4 décembre 2014 DOSSIER DE PRESSE Exercice de sécurité civile SEVESO - APERAM Jeudi 4 décembre 2014 Exercice de sécurité civile Jeudi 4 décembre 2014 Un exercice de sécurité civile est prévu le jeudi 4 décembre 2014 sur

Plus en détail

CHARTE D URBANISME COMMERCIAL ENTRE BREST METROPOLE OCEANE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE BREST

CHARTE D URBANISME COMMERCIAL ENTRE BREST METROPOLE OCEANE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE BREST CHARTE D URBANISME COMMERCIAL ENTRE BREST METROPOLE OCEANE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE BREST LA CHAMBRE DE METIERS ET DE L ARTISANAT DU FINISTERE REVISION DE JUIN 2006 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION...

Plus en détail

Conférence de presse. Présentation du projet immobilier de l État. «Le Troadec» Vendredi 12 juillet 11h00. Salon Armor Préfecture du Morbihan

Conférence de presse. Présentation du projet immobilier de l État. «Le Troadec» Vendredi 12 juillet 11h00. Salon Armor Préfecture du Morbihan 33 Conférence de presse Présentation du projet immobilier de l État «Le Troadec» Vendredi 12 juillet 11h00 Salon Armor Préfecture du Morbihan Page 1 sur 6 Le site et les objectifs de l opération Le projet

Plus en détail

La gestion des risques au Maroc

La gestion des risques au Maroc La gestion des risques au Maroc Laila EL FOUNTI, Maroc Key words: RÉSUMÉ La croissance des risques naturels et technologiques est un phénomène mondial préoccupant qui résulte notamment de l industrialisation

Plus en détail

Dr Michel NAHON - SAMU de PARIS. Evacuation d une structure de soins!

Dr Michel NAHON - SAMU de PARIS. Evacuation d une structure de soins! Evacuation d une structure de soins! Les faits ne sont pas anecdotiques! 2013 Incendies (Necker, Lariboisière) Pannes électriques (CH I Créteil, HP Antony)! Analyse des facteurs aggravants! Nature de la

Plus en détail

Mairie de Paris Agenda 21 Diagnostic technique Document de travail présenté à la concertation publique mars 2007 1

Mairie de Paris Agenda 21 Diagnostic technique Document de travail présenté à la concertation publique mars 2007 1 Mairie de Paris Agenda 21 Diagnostic technique Document de travail présenté à la concertation publique mars 2007 1 Huit fiches de synthèse pour un diagnostic partagé La Ville de Paris a lancé son Agenda

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

MIDI PYRENEES Toulouse - Castanet Tolosan - 31 Eligible au dispositif Censi Bouvard

MIDI PYRENEES Toulouse - Castanet Tolosan - 31 Eligible au dispositif Censi Bouvard MIDI PYRENEES Toulouse - Castanet Tolosan - 31 Eligible au dispositif Censi Bouvard Résidence LE DOMAINE DU MIDI Une Réalisation OCEANIS Groupe Equalliance Bienvenue à TOULOUSE! Une ville dynamique! Une

Plus en détail

Le projet d aménagement et de développement durable

Le projet d aménagement et de développement durable 5 Améliorer l accessibilité des territoires en diversifiant les modes de déplacement et réaménager le cadre de vie Les transformations de la ville, et plus spécifiquement encore ses extensions périphériques,

Plus en détail

a b c d e f j o l m n k Document d Information Communal sur les Risques Majeurs numéros utiles

a b c d e f j o l m n k Document d Information Communal sur les Risques Majeurs numéros utiles numéros utiles a b c POMPIERS 18 NUMÉRO D APPEL D URGENCE EUROPÉEN 112 POLICE SECOURS 17 POLICE MUNICIPALE 04 78 03 68 68 SAMU 15 d e f MÉTÉO FRANCE 08 92 68 02 69 EDF 0 810 69 2000 GDF 0 810 69 2000 VILLE

Plus en détail

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS,

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, LA DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA SECURITE PUBLIQUE ET LE GROUPEMENT DE GENDARMERIE DEPARTEMENTALE

Plus en détail

GESTION DES SINISTRES

GESTION DES SINISTRES GESTION DES SINISTRES Notion de sinistre et limites Un sinistre est un évènement accidentel dont la nature est garantie par le contrat. Un sinistre est indemnisable uniquement s il provoque un dommage.

Plus en détail

Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels www.mrn-gpsa.org

Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels www.mrn-gpsa.org Une association créée en 2000 entre : Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels www.mrn-gpsa.org Le régime des catastrophes naturelles et technologiques

Plus en détail

L accès à l eau dans les villes africaines

L accès à l eau dans les villes africaines 165 L accès à l eau dans les villes africaines Mwanza wa Mwanza Sur fond de privatisation, la gestion de l eau dans les villes africaines se heurte à plusieurs problèmes : l inadéquation de l offre à une

Plus en détail