Vers un Outil d aide à la gestion des risques dans les chaînes logistiques : les bases conceptuelles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vers un Outil d aide à la gestion des risques dans les chaînes logistiques : les bases conceptuelles"

Transcription

1 Vers un Outil d aide à la gestion des risques dans les chaînes logistiques : les bases conceptuelles PIERRE DAVID 1, GÜLGÜN ALPAN 1,DELARA SALEH EBRAHIMI 1 1 Grenoble-INP / UJF-Grenoble 1 / CNRS, G-SCOP UMR5272 Grenoble F-38031, France Résumé Dans le contexte actuel d internationalisation des entreprises et des relations clients-fournisseurs, la maîtrise de la chaîne logistique devient un enjeu primordial pour la performance globale de l entreprise. Les variations, bien souvent imprévisibles, de l environnement des relations commerciales entre partenaires font naître un besoin croissant d analyse et de maîtrise des risques relatifs à ces systèmes complexes. Dans le cadre d un projet de mise en place d un outil d aide à l analyse de risque dans les chaînes logistiques, nous proposons une classification et une modélisation des risques présents dans les chaînes logistiques. Ce travail permet de fournir des bases conceptuelles solides pour la création du futur outil et de ses méthodes associées. Nous proposons dans cet article une classification des acteurs de la chaîne logistique, accompagnée d un focus sur les relations entre partenaires. Une classification des risques potentiels de la chaîne logistique est également proposée à partir des résultats d une analyse bibliographique poussée. Le lien entre la modélisation des acteurs et celle des risques potentiels est alors proposé. Ceci permet de fournir un métamodèle cohérent des concepts nécessaires à la représentation des risques dans les chaines logistiques, pouvant fournir une base solide à la mise en place d un outil de simulation et d analyse. Abstract In the current highly globalized context, the relationship and dependencies between companies tend to be even more complex. The efficient management of the supply chain becomes a key factor of the global performance of companies. The unexpected variations and threats existing in such environments require deeper analysis. To the best of our knowledge, no "handy" risk analysis tools exist for supply chain managers. The aim of this article is to provide a meta-model of such a tool. We provide in this article a classification of the actors of supply chains with a focus on the flows exchanged between partners. A classification of potential risks is the connected to this first metamodel. Both classifications are built on a strong literature study based on articles covering supply chain modeling and risk management in supply chains. The obtained metamodel proposes in a coherent manner all the concepts needed to develop a tool for risk analysis and simulation in supply chains. Mots clés Analyse des risques, chaînes logistiques, métamodélisation, SysML. Keywords Risk Analysis, Supply Chain, Metamodel, SysML. 1 INTRODUCTION Un des principaux problèmes auquel sont actuellement confrontés les organisations industrielles sont la gestion des ruptures dans leur chaîne logistique [Stock, 2009]. La plupart des secteurs sont confrontés à une intensification de la concurrence et à une intensification de la mondialisation de leurs activités, qui combinés à un raccourcissement des temps de mise sur le marché conduisent à une exposition plus importante de la chaîne logistique (CL) aux risques. Ces risques ne sont pas cantonnés aux seules ruptures induites par les accidents ou autres catastrophes naturelles. Les perturbations journalières que peuvent subir ou induire les clients, les fournisseurs ou les infrastructures du réseaux peuvent avoir des conséquences très importantes sur l équilibre de la CL [Thun and Hoenig, 2011]. Une étude conduite par the Economist Intelligence Unit en 2009 indique que 62% des entreprises interrogées estiment que la non fiabilité des futures commandes est une des causes les plus importantes de perturbation de leur CL. 59% des sondés estiment avoir déjà été impactés par des fluctuations des taux de changes et plus de la moitié ont rapporté avoir eu des difficultés suite à des augmentations brutales des coûts de leurs fournisseurs ou par des variations brusques des coûts de l énergie. Enfin un tiers des interrogés s est déclaré avoir été victime de défauts de paiement d un de leur client [The Economist Intelligence Unit, 2009]. Ces études soulignent le caractère fortement hétérogène des éléments à prendre en compte en termes d analyse des risques dans la CL. De ce fait, le management des risques dans la CL est considéré comme une analyse complexe où les risques individuels sont très souvent interconnectés et pour lesquels les mesures de contrôle d un point peu souvent impacter négativement un autre aspect de l équilibre [Chopra and Sodhi, 2004]. De plus, comme les CL tendent à se complexifier en intégrants de plus nombreux partenaires, la vulnérabilité de l ensemble du réseau devient plus sujette aux effets domino toujours plus difficiles à analyser [Pfohl et al., 2010]. Les mêmes auteurs ont montré le consensus des chercheurs sur le fait que l analyse systématique des risques aussi bien interne qu externe devient un enjeu de réussite important nécessitant un management partagé entre tous les acteurs du réseau. De plus, [Mason-jones and Towill, 1998, 2000] ont mis en évidence le besoin de comprendre le comportement global du

2 système CL. Ils ont proposé comme moyen de réduire les «zones d incertitude», le développement de moyens d obtention de données fiables sur l ensemble du marché et la réalisation de Système d Aide à la Décision (SAD). Le but de nos travaux est de répondre à ce besoin d aide à l analyse et la décision dans les chaînes logistiques complexes, exposées structurellement à de multiples risques. Le but est de fournir un soutient lors des différentes phases de l analyse du risque, du recensement des menaces, jusqu à la quantification des scénarios retenus. Pour cela il faudra apporter des solutions en termes d élicitation des connaissances sur la chaîne, en termes de proposition et d évaluation de politiques de gestion et de mise en évidence et quantification d un ensemble très variés de risque. Pour réaliser cela, les principes que nous utilisons sont le développement de modèles de simulation de chaînes logistiques, s appuyant sur les techniques de l Ingénierie Basée sur les Modèles et notamment la définition de taxonomies saines et extensibles du domaine des chaînes logistiques et de leurs risques associés. C est sur ce dernier point que nous souhaitons nous concentrer dans cet article. La première étape dans la constitution d un SAD performant est l établissement de différentes taxonomies et classifications des notions à manipuler dans l ensemble de ce problème. Le but de ce travail sera de formaliser et de mettre en cohérence le corpus de notions et éléments qui prendront part à la modélisation des chaînes logistiques. Ceci comprendra en particulier l ensemble des éléments nécessaires à la modélisation de la chaîne logistiques comme les acteurs et leurs liens structurels, mais également l ensemble des politiques de gestion de ce réseau (gestion des stocks, des itinéraires, des livraisons ). La description des acteurs et de leurs liens sera détaillée à la partie 2. Le métamodèle des acteurs est ensuite augmenté de l ensemble des risques ou menaces à étudier ainsi que de la description de leurs effets au sein de la chaîne. Cette proposition de modélisation des risques faisant suite à une large étude bibliographique sur les risques existant dans les CL (détaillée dans [Saleh Ebrahimi et al., 2012]) est présenté dans la partie 3. 2 MODELISATION DES ACTEURS ET DE LEURS RELATIONS Comme nous l avons montré dans une précédente étude de littérature [Saleh Ebrahimi, 2012; Saleh Ebrahimi et al., 2012], il existe de multiples méthodes et types de classification utilisées pour la gestion des risques dans les CL. Dans nos travaux, nous souhaitons proposer et nous appuyer sur un corpus commun de ces notions, reprenant les éléments nécessaires à la description de la chaîne que sont : les acteurs, leurs processus associés et plus tard les risques inhérents au réseau, afin de permettre le développement d un SAD pour l analyse des risques dans les CL. Comme l ont soulignés [Biswas and Narahari, 2004] le temps pour développer un modèle de CL à base d objet peut être grandement diminuer si l on dispose d une base d objets génériques. Cet technique nous semble la plus appropriée pour répondre à la contrainte de la maîtrise de la complexité dans la modélisation des CL mentionnée par [Chandra and Kumar, 2006]. C est pourquoi nous proposons une décomposition des entités participant au CL avec leur modèle associé pour permettre au manager de CL de décrire rapidement et de façon cohérente l environnement d étude. En adoptant une approche similaire à [Harland et al., 2003; Chandra and Kumar, 2006; Marquès et al., 2009], la description des CL est d abord basée sur la définition du mappage du réseau. Les partenaires de la CL ainsi que leurs relations réalisées à travers l échange de divers flux (physiques et informationnels) sont donc les premiers éléments de modélisation que nous décrirons. Le but est de suivre la suggestion de [Biswas and Narahari, 2004] et de fournir des éléments simples, standards et compositionnels reflétant la décomposition des processus, fonctions et activités standards des partenaires de la CL. 2.1 Les acteurs de la CL et leurs processus Pour commencer à définir le réseau de la CL il faut en décrire les premiers types d acteurs. La classification que nous avons retenue a été conçue pour effectuer une synthèse des points de vue rencontrés dans la littérature. Nous avons conservé les acteurs principaux définis par [Lambert and Cooper, 2000], que nous avons adaptés pour intégrer les notions de CL directe et entendue de [Mentzer et al., 2001]. Le but étant d obtenir un ensemble de définitions d acteur de base suffisamment générique pour pouvoir adapter facilement la définition du réseau de partenaires aux éléments nécessaires à l analyse. Il doit ainsi être simple d étendre ou restreindre le réseau étudié. Ceci nous conduit à ne conserver que 4 types d acteurs permettant de balayer l ensemble des rôles importants dans une CL (la notation sera conservée en anglais pour correspondre aux diagrammes du métamodèle développé): Suppliers (fournisseurs) Manufacturers (l entreprise au coeur de l étude et ses sites de production) Customers (clients) Logistics providers (distributeurs/sociétés de transport) Techniquement, les fournisseurs et clients peuvent être des sites de production. La distinction faite ici permet d adopter le bon niveau de détail dans la modélisation de la CL. Il ne parait par exemple pas pertinent de chercher à modéliser la politique de production d un fournisseur, pour lequel la possibilité de mettre à disposition une commande est le seul élément important du point de vue de l entreprise au cœur de la CL. La réelle différence qu il existera entre acteurs de la CL, sera l ensemble des processus utilisés par l acteur en question. En effet, les acteurs sont définis par leur comportement au sein de la CL, ce comportement est décrit par le type de fonctions et processus mis en œuvre par l acteur. Pour compléter notre classification des acteurs, il convient donc de leur ajouter les processus réalisés par chacun d entre eux. Cette projection des processus standards existant dans une CL sur les différents types d acteurs rencontrés permet d obtenir une classification plus fine de ces processus. [Chandra and Kumar, 2006] ont soulignés l importance de définir une telle classification pour permettre une modélisation efficace des CL. Cette seconde classification au niveau processus est pour nous nécessaire puisque la classification d acteurs que nous avons retenue est basée sur le type de relation entretenue avec l entreprise à l étude et non sur un point de vue opérationnel comme ont pu le faire [Herrmann et al., 2003]. En s appuyant sur les acteurs choisis destinés à couvrir une multitude de cas, les processus que nous décrivons doivent être aussi génériques que possible de façon à s adapter aux différentes configurations à modéliser. C est pourquoi nous nous sommes largement appuyés sur le modèle SCOR (Supply Chain Operation Refence model) [Supply Chain Council, 2010] pour lister les processus utilisables dans les CL. Les processus sont ainsi organisés suivant les catégories principales du modèle SCOR: planification, approvisionnement, fabrication, livraison et retour (plan, source, make, deliver and return). Les processus sont alors

3 dérivés sous chacune des ces catégories. Une étude des processus relatifs aux différents acteurs tels que nous les avons définis a alors été conduite pour compléter notre métamodèle. La modélisation (ici la métamodélisation) a été réalisée en utilisant le langage SysML [Object Management Group, 2010], qui en tant que langage dérivé d UML permet d organiser facilement un ensemble de concepts à même de décrire les notions manipulées au sein d un domaine donné. Le choix du passage à SysML est ici motivé par sa sémantique tournée vers l expression de systèmes physiques et non purement logiciels comme c est le cas avec UML. Les diagrammes proposés dans cet article ont été réalisés avec le logiciel Artisan Studio d Atego 7.3. L utilisation de SysML nous permet de disposer des moyens d expressions nécessaires à la définition des relations existants entre acteurs de la CL. Nous pouvons ainsi indiquer des notions d héritage, généralisation, spécialisation et autres possession ou partage. La figure 1 montre le métamodèle des acteurs de la CL. Chaque acteur est décrit par un block SysML assimilable à une classe UML. Nous avons rendu visible sur la figure 1 les operations que peuvent réaliser ces acteurs, ce sont directement les processus que nous avons identifiés, notamment dans le modèle SCOR. L organisation de ces actions est réalisée grâce au préfixe donné au nom de chaque action, par exemple Source_ ou Plan_. Cette métamodélisation nous a également permis d identifier les processus communs aux différents acteurs et ceux spécifiques à chacun d eux. En utilisant la notation de généralisation (flèche à extrémité blanche), nous avons déclaré le nouveau block SCActor (Acteur de la CL) qui modélise le point commun dans les activités réalisées par les clients, fabricants et fournisseurs. Ce mécanisme peut permettre par exemple de modéliser un acteur de façon générique dans une première analyse de la CL avant d indiquer sa spécialisation quand de nouvelles informations sont connues ou lorsque qu une analyse spécifique doit être menée. On peut également souligner que le «LogisticsProvider» en tant que tierce partie logistique a été cantonné dans ses actions (operations), à ses fonctions logistiques pour ainsi clarifier le rôle de cet acteur dans les CL modélisées. Au-delà des seules operations exécutables, les acteurs sont également définis par différents attributs tels que leur nom, localisation ou devise qui seraient trop nombreux à mentionner sur un seul diagramme. Les acteurs sont aussi définis par les éléments qu ils peuvent créer et échanger. Comme nous l avons vu précédemment ce sont ces échanges informationnels, financiers ou matériels qui forment la complexité de la CL, une partie primordiale du métamodèle décrit est donc dévolue à la définition de ces échanges. 2.2 Les flux de la CL Cette vision des flux de la CL à travers 3 différents types que sont les flux informationnels, matériels et financiers est partagée par de nombreux auteurs [Mentzer et al., 2001; Herrmann et al., 2003; Tang, 2006; Tang and Nurmaya Musa, 2011]. En étudiant les processus affectés aux différents acteurs et Figure 1. Les acteurs de la CL

4 listés à la figure 1, nous avons pu identifier les operations manipulant ces flux. Ceci dans le but de définir les concepts à modéliser pour les représenter. Ces principaux processus sont les suivants: Collecter des données sur les stocks et ressources disponibles, Stocker des produits, préparer et emballer des commandes, Fabriquer ou retravailler un produit, Emettre une commande, recevoir une commande, valider une commande, Traiter les retours, Transporter et livrer des commandes, ainsi que valider et réceptionner une livraison, Envoyer, recevoir et payer une facture, Demander et organiser un transport (route, transporteur, douane). Pour modéliser ces échanges, les objets nécessaires ont été recensés et leurs attributs modélisés dans notre métamodèle. Nous avons ainsi décrit les commandes (Orders), les demandes de transport (Shipping orders), les cargaisons (Shipments), les factures (Invoices) et les paiements (Payments). Ces différents objets sont présentés à la figure 2. Les informations nécessaires au traitement de ces flux sont listés par des values SysML qui permettent de modéliser les attributs des objets en question. Ces values sont généralement assignées par l émetteur de l objet. Les flux possèdent également des references qui indiquent d autres éléments du modèle en relation avec le flux décrit. Ce sont par exemple l émetteur et le destinataire du flux, ou le contenu auquel se réfère par exemple une facture. Pour une raison de cohérence dans le métamodèle, une classe de partenaire commercial («CommercialPartner») a été ajoutée afin que chaque acteur de la CL puisse être impliqué dans les échanges de flux financiers. Ensuite certain flux sont rattachés à une seule classe particulière comme par exemple les demandes de transport qui ne peuvent être reçues que par un opérateur logistique («LogisticsProvider»). Cette première partie du métamodèle (Figure 1 et 2) est complétée par la définition d interactions complémentaires entres les acteurs de la CL et ces divers flux. C est le cas par exemple de l affectation de route aux différentes cargaisons effectuée par l opérateur logistique. Les différentes activités sont décrites de façon générique dans divers diagrammes d activité. Ces éléments complétant le métamodèle ne sont pas présentés ici pour des raisons de concision. Cet ensemble de modèles constitue la partie «fonctionnelle» de la description de la CL. La seconde partie du métamodèle est destinée à décrire les risques et événements redoutés pouvant venir perturber la CL. C est cette partie que nous allons maintenant présenter. 3 LES RISQUES DANS LA CL ET LEUR MODELISATION La création d un métamodèle des risques dans les CL est d abord basée sur une étude bibliographique recensant les risques évoqués dans la littérature. Un des défis de la classification dressée à travers cette étude était d être capable de regrouper des risques très divers et très diversement exprimés par les auteurs. En effet, les risques existant dans les CL sont extrêmement hétérogènes. Ils peuvent être décrits à des échelles très variées, de la CL dans son ensemble à l atelier de fabrication d un des partenaires et ils ont des effets sur des processus ou des flux très différents. Les catégorisations rencontrées dans la littérature étaient construites autour des acteurs de la CL, de la localisation de la source ou de l effet du risque, de l échelle de l impact du risque ou des flux touchés. Après l étude de plus de 50 articles sur ces risques nous avons choisis de bâtir notre classification atour de la localisation des risques dans la CL, comme ont pu le faire [Christopher and Peck, 2004; Pfohl et al., 2010; Thun and Hoenig, 2011]. Les risques recensés apparaissent ainsi sous les catégories suivantes : Risques sur le Process (Process Risks) Risques sur le contrôle/planification (Control Risks) Risques liés à la demande (Demand-related Risks) Risques liés à l approvisionnement (Supply-related Risks) Risques liés à environnement (Environmental Risks) Ces catégories regroupent ainsi 33 risques génériques pour les CL. L ensemble des risques recensés ainsi que les détails sur l étude bibliographique sont disponibles dans [Saleh Ebrahimi, 2012; Saleh Ebrahimi et al., 2012]. Cette classification nous donne un premier axe de modélisation des risques dans notre métamodèle. C est ensuite l analyse de leurs effets qui nous permet de les intégrer au métamodèle des acteurs et flux. Cette étude nous donne ainsi des informations sur le comportement du risque (son développement) et les caractéristiques du réseau qu ils affectent. Nous avons ainsi pu mettre en évidence 3 types d effets donnant lieux à 3 types de modélisations différentes. Les risques recensés sont ainsi modélisés dans le métamodèle par une des 3 solutions suivantes : Redéfinitions dans le modèle de l acteur affecté (cette redéfinition au sens SysML, possède des operations dysfonctionnelles remplaçant les operations perturbées chez l acteur touché). Définition d un nouvel objet dans le modèle, avec la capacité de modifier les attributs (values) des autres objets. Définition d un nouvel objet ayant la capacité de détruire d autres objets ou associations (ex : liens indiquant une route). L intégration des risques dans le métamodèle est donc réalisée à travers divers éléments de modélisation. Dans le cas de la redéfinition d acteur, le risque est classifié de 3 manières, on détermine son périmètre (par exemple Risque lié à l approvisionnement), son type d effet (redéfinition d acteur) et l acteur modifié (par exemple le «Manufacturer»). L ensemble des risques de type redéfinition est ainsi reclassifié par le type d acteur modifié. Les classes adéquates ont ainsi été crées comme le montre la figure 3. On remarque dans cette dernière que les risques héritent d un block «Hazard» montrant ainsi la définition d un risque. Ils héritent également d un block définissant un acteur de la CL. Ce second héritage permet au risque ainsi définit de disposer de tous les attributs de l objet remplacé par une version défaillante. L ensemble des risques est ensuite organisé dans différentes parties du métamodèle par l intermédiaire de différents diagrammes reprenant les catégories initiales des risques (Risques liés à la demande, à l approvisionnement etc.). Un exemple est donné à la figure 4, il montre la section des risques liés à l approvisionnement. En plus des risques de type redéfinition, on peut y remarquer deux risques définissant de nouveaux type d objet. Chacun d eux possède une operation permettant d agir dans le modèle soit en modifiant un attribut (par exemple modifier un prix pour «MaterialCostIncrease»), soit en modifiant un objet (par exemple supprimer un fournisseur pour «SupplierBankruptcy»).

5 Figure 2. Les flux entre acteurs de la CL

6 Figure 3. Déclaration de classes de risque Figure 4. Les Risques liés à l approvisionnement

7 4 CONCLUSION Nous avons ainsi présenté les éléments d une classification et métamodélisation des éléments nécessaires à la description des risques dans les CL. Les éléments décrits ici ne montrent qu une partie du métamodèle qui est complété de diagramme décrivant le déroulement des operations que possèdent les différents block. Cette seconde partie couvre l aspect comportemental du métamodèle, les éléments qui y sont définis permettent de décrire également les impacts dynamiques des risques. Le métamodèle comportemental doit encore être développé plus en détail dans la suite de nos travaux, cependant les premier éléments de modélisation que nous avons pu mettre en place nous conforte dans l utilisation d un langage tel que SysML pour sa réalisation. L idée est ici d affecter différents diagrammes d activité aux operations du modèle afin de décrire les différentes alternatives dans la réalisation des processus de chaque acteur. A terme, nous souhaitons également déclarer ces différentes alternatives comme des possibilités de gestions des différents risques du modèle. Le lien avec une solution de simulation sera alors primordial. L ensemble des éléments proposés ici, que se soient les éléments de métamodèle ou les choix de classification nous paraissent tout de même constituer une base importante pour la création d un outil ou de méthode d analyse des risques dans les CL. Les notions présentées ici peuvent ainsi être reprises facilement pour le développement de travaux plus spécifiques. Le choix de SysML pour la réalisation du métamodèle nous permet de fournir des résultats exploitables sous diverses formes. En effet, il est possible de continuer à utiliser ce langage pour bénéficier de son pouvoir de description de système complexe en instanciant le métamodèle à un problème particulier d étude d une CL. Il est aussi possible de compléter ou modifier ce modèle générique pour l adapter à un nouveau champ d étude ou à un domaine d application particulier (ex : domaine pharmaceutique, militaire). Enfin, ce métamodèle peut aussi être exploité pour créer le modèle de donnée sousjacent à un outil de management des risques dont l interface graphique ne reprendra pas nécessairement la syntaxe SysML. 5 REFERENCES Biswas, S., Narahari, Y., (2004). Object oriented modeling and decision support for supply chains. European Journal of Operational Research, 153, pp Chandra, C., Kumar, S., (2006). Supply chain design curriculum : models and methods development. International Journal on Information and Operations Management Education, 1, pp Chopra, S., Sodhi, M.S., (2004). Managing Risk To Avoid Supply-Chain Breakdown. MIT Sloan Management Review, 46. Christopher, M., Peck, H., (2004). Building the Resilient Supply Chain. International Journal of Logistics Management, 15, pp Harland, C., Brenchley, R., Walker, H., (2003). Risk in supply networks. Journal of Purchasing and Supply Management, 9, pp Herrmann, J.W., Lin, E., Pundoor, G., (2003). Supply Chain Simulation Using the Supply Chain Operations Reference Model, in: Proceedings of DETC 03. Chicago, pp Lambert, D.M., Cooper, M.C., (2000). Issues in Supply Chain Management. Industrial Marketing Management, 29, pp Marquès, G., Lamothe, J., Thierry, C., Gourc, D., (2009). A supply chain performance analysis of a pull inspired supply strategy faced to demand uncertainties. Journal of Intelligent Manufacturing, 23, pp Mason-jones, R., Towill, D.R., (1998). Shrinking the supply chain uncertainty circle. IOM Control Magazine, 24, pp Mason-jones, R., Towill, D.R., (2000). Coping with Uncertainty: Reducing Bullwhip Behaviour in Global Supply Chains. Supply Chain Forum an International Journal, 1, pp Mentzer, J.T., DeWitt, W., Keebler, J.S., Min, S., Nix, N.W., Smith, C.D., Zacharia, Z.G., (2001). Defining Supply Chain Management. Journal of Business Logistics, 22, pp Object Management Group, (2010). OMG Systems Modeling Language ( OMG SysML TM ). OMG publishing. Pfohl, H.-C., Köhler, H., Thomas, D., (2010). State of the art in supply chain risk management research: empirical and conceptual findings and a roadmap for the implementation in practice. Logistics Research, 2, pp Saleh Ebrahimi, D., (2012). Setting Up a Taxonomy in Modeling for Supply Chain Risk Management. Master Thesis, INP de Grenoble, KTH Institute of Technology. Saleh Ebrahimi, D., David, P., Alpan, G., (2012). A Model- Based Specification for a Decision Support Tool for Supply Chain Risk Management, in: CIE42 Proceedings, July 2012, Cape Town, South Africa. Stock, J.R., (2009). A research view of supply chain management : Developments and topics for exploration. ORiON, 25, pp Supply Chain Council, (2010). Supply Chain Operations Reference (SCOR ) model. Suppy chain council, inc., Version 10, pp. 23. Tang, C., (2006). Perspectives in supply chain risk management. International Journal of Production Economics, 103, pp Tang, O., Nurmaya Musa, S., (2011). Identifying risk issues and research advancements in supply chain risk management. International Journal of Production Economics, 133, pp The Economist Intelligence Unit, (2009). Managing supplychain risk for reward. The Economist Intelligence Unit, Thun, J.-H., Hoenig, D., (2011). An empirical analysis of supply chain risk management in the German automotive industry. International Journal of Production Economics, 131, pp

Vers un outil d aide à la gestion des risques dans les chaînes logistiques : les bases conceptuelles

Vers un outil d aide à la gestion des risques dans les chaînes logistiques : les bases conceptuelles Vers un outil d aide à la gestion des risques dans les chaînes logistiques : les bases conceptuelles Pierre DAVID, Gülgün ALPAN, Delara SALEH EBRAHIMI & Saleh Eddine BEN JBARA Laboratoire G-SCOP 46, av

Plus en détail

Gestion des risques dans les chaînes logistiques: Concepts et quelques Axes de recherche

Gestion des risques dans les chaînes logistiques: Concepts et quelques Axes de recherche Gestion des risques dans les chaînes logistiques: Concepts et quelques Axes de recherche Pierre DAVID, Gülgün ALPAN Laboratoire G-SCOP 46, av Félix Viallet 38031 Grenoble Cedex www.g-scop.inpg.fr Centre

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Use Cases. Introduction

Use Cases. Introduction Use Cases Introduction Avant d aborder la définition et la conception des UC il est bon de positionner le concept du UC au sein du processus de développement. Le Processus de développement utilisé ici

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION & CONCEPTION de BdD

SYSTEMES D INFORMATION & CONCEPTION de BdD SYSTEMES D INFORMATION & CONCEPTION de BdD PLAN CONCEPT DE SYSTEME D INFORMATION MODELISATION D UN SYSTEME D INFORMATION MODELISATION CONCEPTUELLE : les METHODES METHODE SYSTEMIQUE METHODE OBJET L3 Informatique

Plus en détail

Synergies entre Artisan Studio et outils PLM

Synergies entre Artisan Studio et outils PLM SysML France 13 Novembre 2012 William Boyer-Vidal Regional Sales Manager Southern Europe Synergies entre Artisan Studio et outils PLM 2012 2012 Atego. Atego. 1 Challenges & Tendances Complexité des produits

Plus en détail

Concevoir des supply chains résilientes

Concevoir des supply chains résilientes Concevoir des supply chains résilientes Karine Evrard Samuel CERAG UMR 5820 Université de Grenoble, France Définition de la résilience appliquée aux supply chains La résilience est la capacité à revenir

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET 109 Gestion de projet METHODOLOGIE ET PROJET Durée 3 jours Conduite de projet COND-PRO s Intégrer les conditions de réussite d une démarche de management par projet. Impliquer

Plus en détail

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus Les facteurs clés de succès Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise

Plus en détail

Diagramme de Classe UML et Base de Données Relationnelle-objet

Diagramme de Classe UML et Base de Données Relationnelle-objet Ecole des Hautes Etudes Commerciales HEC Alger Diagramme de Classe UML et Base de Données Relationnelle-objet par Amina GACEM Module Informatique 1ière Année Master Sciences Commerciales Plan Introduction

Plus en détail

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET De manière superficielle, le terme «orienté objet», signifie que l on organise le logiciel comme une collection d objets dissociés comprenant à la fois une structure de

Plus en détail

Piloter l atelier l. Valeur ajoutée e du MES pour les PMI.

Piloter l atelier l. Valeur ajoutée e du MES pour les PMI. Pilotage d atelier Piloter l atelier l grâce au système d information d : Valeur ajoutée e du MES pour les PMI. Le MES? Un Manufacturing execution system (abrégé en MES) est un système informatique dont

Plus en détail

OpenPaaS Le réseau social d entreprise. Tâche 3.2.2 : Métamodèle support à la caractérisation des utilisateurs et des collaborations

OpenPaaS Le réseau social d entreprise. Tâche 3.2.2 : Métamodèle support à la caractérisation des utilisateurs et des collaborations OpenPaaS Le réseau social d entreprise Tâche 3.2.2 : Métamodèle support à la caractérisation des utilisateurs et des collaborations Propriétés du Document Source du Document Titre du Document FSN OpenPaaS

Plus en détail

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Ecole des Mines d Alès Laboratoire de Génie Informatique et d Ingénierie de Production LGI2P Nîmes Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Titre Domaine De l ingénierie des besoins à l ingénierie des exigences

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Mars 2009. Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels

Livre Blanc Oracle Mars 2009. Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels Livre Blanc Oracle Mars 2009 Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels Introduction Pour relancer l économie, le gouvernement des États-Unis, l Union Européenne et la Chine ont développé

Plus en détail

IFT2255 : Génie logiciel

IFT2255 : Génie logiciel IFT2255 : Génie logiciel Chapitre 6 - Analyse orientée objets Section 1. Introduction à UML Julie Vachon et Houari Sahraoui 6.1. Introduction à UML 1. Vers une approche orientée objet 2. Introduction ti

Plus en détail

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET PROJET : «ensemble des actions à entreprendre afin de répondre à un besoin défini dans des délais fixés». Délimité dans le temps avec un début et une fin, mobilisant

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

- Couches - Éléments - Domaines - ArchiMate et les techniques du BABOK

- Couches - Éléments - Domaines - ArchiMate et les techniques du BABOK ArchiMate et l architecture d entreprise Par Julien Allaire Ordre du jour Présentation du langage ArchiMate - Couches - Éléments - Domaines - ArchiMate et les techniques du BABOK Présentation du modèle

Plus en détail

Yphise optimise en Coût Valeur Risque l informatique d entreprise

Yphise optimise en Coût Valeur Risque l informatique d entreprise Gérer le risque opérationnel ORM - Operational Risk Management Juin 2008 Xavier Flez yphise@yphise.com Propriété Yphise GM Gouvernance PR Projets IS Systèmes d Information SO Service Management 1 Le risque

Plus en détail

Conventions communes aux profils UML

Conventions communes aux profils UML Conventions communes aux profils UML Auteur : Projet ACCORD (Assemblage de composants par contrats en environnement ouvert et réparti)* Référence : Livrable 2.1 Date : Juin 2002 * : Les partenaires du

Plus en détail

Le pilotage des collaborations et l interopérabilité des systèmes d information Vers une démarche intégrée

Le pilotage des collaborations et l interopérabilité des systèmes d information Vers une démarche intégrée Colloque : Systèmes Complexes d Information et Gestion des Risques pour l Aide à la Décision Le pilotage des collaborations et l interopérabilité des systèmes d information Vers une démarche intégrée BELKADI

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Toucher juste. Mars 2012

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Toucher juste. Mars 2012 Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 RequIREments EngINEERINg Toucher juste TouchER juste L ingénierie des exigences: les bases

Plus en détail

Présentation livre Simulation for Supply Chain Management. Chapitre 1 - Supply Chain simulation: An Overview

Présentation livre Simulation for Supply Chain Management. Chapitre 1 - Supply Chain simulation: An Overview Présentation livre Simulation for Supply Chain Management Chapitre 1 - Supply Chain simulation: An Overview G. Bel, C. Thierry et A. Thomas 1 Plan Gestion de chaînes logistiques et simulation Points de

Plus en détail

Supply Chain : Diagnostic et niveaux de maturité

Supply Chain : Diagnostic et niveaux de maturité MIL GB/OB/LK -1- Supply Chain : Diagnostic et niveaux de maturité Professeur Gérard BAGLIN Département MIL baglin@hec.fr - 33 1 39 67 72 13 MIL www.hec.fr/mil -2- Les déterminants financiers EVA : Economic

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

Génie logiciel avec UML. Notions sur le langage UML adapté pour les cours du programme Techniques de l informatique

Génie logiciel avec UML. Notions sur le langage UML adapté pour les cours du programme Techniques de l informatique Génie logiciel avec UML Notions sur le langage UML adapté pour les cours du programme Techniques de l informatique Claude Boutet Session hiver 2008 Modélisation de systèmes Table des matières TABLE DES

Plus en détail

SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Eléa 27 janvier 2011

SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Eléa 27 janvier 2011 SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Eléa 27 janvier 2011 Agenda Eléa : qui sommes-nous? Les enjeux et défis de la Supply Chain Quelles compétences / savoirs sont-ils nécessaires? Questions - réponses Agenda Eléa :

Plus en détail

La Gestion de projet. Pour aller plus loin, la Gestion des Risques. Système de Pilotage Programme d Urgence

La Gestion de projet. Pour aller plus loin, la Gestion des Risques. Système de Pilotage Programme d Urgence Système de Pilotage Programme d Urgence Actualités Rôle du PMO Gestion de projet Prince2 Gestion Risques La suite Actualités Le rôle du PMO Dans le cadre du plan d actions défini lors de la présentation

Plus en détail

Rapport concernant le dossier HDR de. M. Dr. Slimane HAMMOUDI

Rapport concernant le dossier HDR de. M. Dr. Slimane HAMMOUDI Prof. Michel LEONARD Département des Systèmes d Information Faculté des Sciences Économiques et Sociales CUI Batelle Bât A 7 route de Drize CH-1227 Carouge Tél. +41 22 379 02 27 Fax. +41 22 379 02 79 Rapport

Plus en détail

Synthèse bibliographique sur le Supply Chain Management

Synthèse bibliographique sur le Supply Chain Management Réunion Groupe Vendôme Journées du GDR MACS 21,22 octobre 2004 1 Synthèse bibliographique sur le Supply Chain Management Julien FRANCOIS* François GALASSO** Jaouher MAHMOUDI*** *jfrancoi@laas.fr **fpgalasso@enit.fr

Plus en détail

Projet : Plan Assurance Qualité

Projet : Plan Assurance Qualité Projet : Document : Plan Assurance Qualité 2UP_SPEC_DEV1 VERSION 1.00 Objet Ce document a pour objectif de définir la démarche d analyse et de conception objet ainsi les activités liées. Auteur Eric PAPET

Plus en détail

ATELIER 6 : LA MODÉLISATION DES PROCESSUS ACHATS DANS UNE DÉMARCHE DE QUALITÉ. 25/01/2013 Amue 2013 1

ATELIER 6 : LA MODÉLISATION DES PROCESSUS ACHATS DANS UNE DÉMARCHE DE QUALITÉ. 25/01/2013 Amue 2013 1 ATELIER 6 : LA MODÉLISATION DES PROCESSUS ACHATS DANS UNE DÉMARCHE DE QUALITÉ 25/01/2013 Amue 2013 1 LES PROCESSUS MÉTIERS 25/01/2013 Amue 2012 MODÉLISATION DES PROCESSUS La modélisation : 25/01/2013 Amue

Plus en détail

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE.

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. Jacques Picard School of Business Administration, Netanya Academic College École des Sciences de la Gestion, Université du Québec à Montréal I Introduction.

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Ecole des Mines d Alès Laboratoire de Génie Informatique et d Ingénierie de Production LGI2P Nîmes Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Titre Domaine De l ingénierie des besoins à l ingénierie des exigences

Plus en détail

L approche agile au-delà du développement logiciel:

L approche agile au-delà du développement logiciel: L approche agile au-delà du développement logiciel: une étude descriptive des pratiques émergentes Présentation du 16 avril 2014 Par : Marie-Michèle Lévesque Maîtrise en gestion de projet (profil recherche)

Plus en détail

PRIMAVERA RISK ANALYSIS

PRIMAVERA RISK ANALYSIS PRIMAVERA RISK ANALYSIS PRINCIPALES FONCTIONNALITÉS Guide d analyse des risques Vérification de planning Modélisation rapide des risques Assistant de registres de risques Registre de risques Analyse de

Plus en détail

Jacques Vallerand Directeur administratif Maîtrise en gestion de la chaîne d approvisionnement mondiale Faculté des sciences de l administration

Jacques Vallerand Directeur administratif Maîtrise en gestion de la chaîne d approvisionnement mondiale Faculté des sciences de l administration Jacques Vallerand Directeur administratif Maîtrise en gestion de la chaîne d approvisionnement mondiale Faculté des sciences de l administration Université Laval 1 Gestion des fournisseurs par rapport

Plus en détail

Manage Yourself. Rapport de planification. Projet de 4ème année informatique. Equipe :

Manage Yourself. Rapport de planification. Projet de 4ème année informatique. Equipe : Manage Yourself Rapport de planification Projet de 4ème année informatique Equipe : Etienne Alibert, Florian Barbedette, Pierre Chesneau, Mathias Deshayes, Sevan Hartunians, Mathieu Poignet. Encadrant

Plus en détail

LES ORIGINES D ITIL Origine gouvernementale britannique 20 ans d existence et d expérience Les organisations gérant le référentiel :

LES ORIGINES D ITIL Origine gouvernementale britannique 20 ans d existence et d expérience Les organisations gérant le référentiel : La méthode ITIL plan Introduction C est quoi ITIL? Utilisation d ITIL Objectifs Les principes d ITIL Domaines couverts par ITIL Les trois versions d ITIL Pourquoi ITIL a-t-il tant de succès Inconvénients

Plus en détail

Processus et Outils S&OP

Processus et Outils S&OP Technical paper Processus et Outils S&OP 1. Processus et Outils S&OP 1.1 Vocabulaire S&OP désigne «Sales and Operations Planning» en anglais. L équivalent Français est le PIC «Plan Industriel et Commercial».

Plus en détail

Présentation de la Gestion des Exigences (REQM) SopraGroup / Direction de la Transformation et de la Performance : Qualité, Méthode & Outils

Présentation de la Gestion des Exigences (REQM) SopraGroup / Direction de la Transformation et de la Performance : Qualité, Méthode & Outils emedia Présentation de la Gestion des Exigences (REQM) SopraGroup / Direction de la Transformation et de la Performance : Qualité, Méthode & Outils Unissons nos Talents T A L E N T E D T O G E T H E R

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1 L APPROCHE PROCESSUS Réunion du 00/00/2011 1 MISSION QUALITE ET METHODE L APPROCHE PROCESSUS Xavier Darrieutort-Approche_PS-Janv_2012 L APPROCHE PROCESSUS 1. SOMMAIRE Définition d un PROCESSUS Caractérisation

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 www.varm.fr Stratégie des risques Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 Sommaire Introduction... 2 La stratégie du risque... 2 I.0 Une démarche d entreprise... 2 I.1 Appétit pour le risque... 3 I.2 La tolérance

Plus en détail

Le but de cet article est de présenter de façon non-exhaustive le langage SysML.

Le but de cet article est de présenter de façon non-exhaustive le langage SysML. Date : 30 septembre 2010 Auteur : Guillaume FINANCE UML, langage de modélisation très répandu pour les développements logiciels, a été utilisé et adapté pour définir un langage de modélisation des systèmes

Plus en détail

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002)

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) L'approche processus D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Diaporama : Marie-Hélène Gentil (Maître de Conférences,

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Noureddine Kerzazi noureddine.kerzazi@polymtl.ca

Noureddine Kerzazi noureddine.kerzazi@polymtl.ca Domaine de la modélisation des processus pour le génie logiciel. Noureddine Kerzazi noureddine.kerzazi@polymtl.ca DSL4SPM Domain-Specific-Language for Software Process Modeling Il s agit d un nouveau cadre

Plus en détail

RAPPORT DE CONCEPTION UML :

RAPPORT DE CONCEPTION UML : Carlo Abi Chahine Sylvain Archenault Yves Houpert Martine Wang RAPPORT DE CONCEPTION UML : Bamboo Ch@t Projet GM4 Juin 2006 Table des matières 1 Introduction 2 2 Présentation du logiciel 3 2.1 Précisions

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

La partie production + vente est principalement concernée par l optimisation et la rationalisation des transports qui représentent l enjeu principal

La partie production + vente est principalement concernée par l optimisation et la rationalisation des transports qui représentent l enjeu principal Chapitre 9 LA FONCTION SUPPLY CHAIN 9.1 Les bases du plan de performance Supply chain et Logistique La Direction de la Supply chain est née récemment des nouveaux enjeux internes liés à l évolution du

Plus en détail

Le génie Logiciel (suite)

Le génie Logiciel (suite) Le génie Logiciel (suite) Lors du cours précédent, on a étudié différents cycles de vie, dont la cascade, ou la spirale. Analyse des besoins L analyse des besoins est une étape menant à l élaboration de

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

L SIO I N O 3 & & PE P R E S R PE P C E TIV I ES E

L SIO I N O 3 & & PE P R E S R PE P C E TIV I ES E INTRODUCTION SOMMAIRE 1 Modélisation de processus et Workflows 2 - Méthodes et outils pour la Modélisation de processus Workflows 3 Notions de flexibilité et d adaptabilité dans les WorkFlow CONCLUSION

Plus en détail

L ecoute, Le service, l echange,

L ecoute, Le service, l echange, L ecoute, Le service, l accompagnement, L assistance, l echange, la formation, le partenariat Acquérir nos solutions, ce n est pas seulement obtenir un outil informatique, c est également accéder à de

Plus en détail

LES SOLUTIONS MEGA POUR LA GOUVERNANCE, RISQUES ET CONFORMITÉ (GRC)

LES SOLUTIONS MEGA POUR LA GOUVERNANCE, RISQUES ET CONFORMITÉ (GRC) LES SOLUTIONS MEGA POUR LA GOUVERNANCE, RISQUES ET CONFORMITÉ (GRC) Donnez à votre comité de direction une visibilité à 360, en temps réel, du cadre de Gouvernance d Entreprise REGULATORY COMPLIANCE Rc

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

OBJECTIFS DE CERTIFICATION

OBJECTIFS DE CERTIFICATION OBJECTIFS DE CERTIFICATION DESCRIPTION DE LA REFERENCE PARTAGEE ASSISTANT COMMERCIAL IMPORT EXPORT EN TERMES D UNITES COMMUNES D ACQUIS D APPRENTISSAGE Tableau descriptif des unités d acquis d apprentissage

Plus en détail

INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE...

INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE... INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE... Article rédigé pour les Etats généraux 2008 du MICADO, par Yannick BOUDIER. Résumé : L ingénierie collaborative est souvent prise pour un système d

Plus en détail

les outils de la gestion de projet

les outils de la gestion de projet les outils de la gestion de projet Sommaire Objectifs de la gestion de projet Les étapes du projet Les outils de gestion de projets Paramétrage de l outil PROJET : «ensemble des actions à entreprendre

Plus en détail

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base SOA et Services Web 23 octobre 2011 1 SOA: Concepts de base 2 Du client serveur à la SOA N est Nest pas une démarche entièrement nouvelle: années 1990 avec les solutions C/S Besoins d ouverture et d interopérabilité

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

Chapitre 2 : Conception de base de données relationnelle

Chapitre 2 : Conception de base de données relationnelle Chapitre 2 : Conception de base de données relationnelle Le modèle entité-association 1. Les concepts de base 1.1 Introduction Avant que la base de données ne prenne une forme utilisable par le SGBD il

Plus en détail

A partner of. Programme de Formation: «LeSystème de Compétence Lean»

A partner of. Programme de Formation: «LeSystème de Compétence Lean» Programme de Formation: «LeSystème de Compétence Lean» Qui sommes nous? Vincia en quelques faits et chiffres Une présence et une expérience internationales Créé en 2001 60 consultants - 20 en France -

Plus en détail

Les principes et les thèmes PRINCE2

Les principes et les thèmes PRINCE2 31 Chapitre 3 Les principes et les thèmes PRINCE2 1. Les principes de la méthode PRINCE2 Les principes et les thèmes PRINCE2 Les principes de la méthode PRINCE2 définissent un cadre de bonnes pratiques

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN La Supply Chain vers un seul objectif... la productivité Guy ELIEN juin 2007 Sommaire Le contexte... 3 le concept de «chaîne de valeur»... 3 Le concept de la Supply Chain... 5 Conclusion... 7 2 La Supply

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR D ADMINISTRATION DES ENTREPRISES DE GAFSA Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : PGI : Progiciels de Gestion Intégrés ERP : Enterprise

Plus en détail

Modèle objet/classe. Sommaire

Modèle objet/classe. Sommaire Modèle objet/classe Sommaire Pourquoi un tel modèle ; Sa place dans le processus de développement ; Les premiers concepts ; Comment construire un diagramme de classes. Sa place dans le processus de développement

Plus en détail

Catalogue des Formations A Vision. Par Olivier Ardouin, CPIM, CSCP, CPF, CGBL,CSCD Consultant A Vision

Catalogue des Formations A Vision. Par Olivier Ardouin, CPIM, CSCP, CPF, CGBL,CSCD Consultant A Vision Catalogue des Formations A Vision Par Olivier Ardouin, CPIM, CSCP, CPF, CGBL,CSCD Consultant A Vision Formations Supply Chain Initiation à la Supply Chain par le jeu (1 jour) Les fondamentaux de la Supply

Plus en détail

Forum AMOA ADN Ouest. Présentation du BABOK. 31 Mars 2013 Nadia Nadah

Forum AMOA ADN Ouest. Présentation du BABOK. 31 Mars 2013 Nadia Nadah Forum AMOA ADN Ouest Présentation du BABOK 31 Mars 2013 Nadia Nadah Ce qu est le BABOK Ce que n est pas le BABOK Définition de la BA - BABOK version 2 Le processus de Business Analysis La structure du

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement Révisions ISO ISO 9001 Livre blanc Comprendre les changements Aborder le changement ISO 9001 en bref Comment fonctionne ISO 9001? ISO 9001 peut s appliquer à tous les types et tailles d organisations et

Plus en détail

Description et illustration du processus unifié

Description et illustration du processus unifié USDP Description et illustration du processus unifié Définit un enchaînement d activités Est réalisé par un ensemble de travailleurs Avec des rôles, des métiers Avec pour objectifs de passer des besoins

Plus en détail

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS La gestion et la maîtrise des flux entrants et sortants du magasin nécessite la mise en œuvre d un dispositif à trois composantes : la classification

Plus en détail

Modélisation: outillage et intégration

Modélisation: outillage et intégration Modélisation: outillage et intégration Emmanuel Gaudin emmanuel.gaudin@pragmadev.com Un réel besoin Le logiciel double tous les deux ans. Le volume final rend extrêmement difficile de garantir le niveau

Plus en détail

Présentation de la plateforme d analyse linguistique médiévale

Présentation de la plateforme d analyse linguistique médiévale Présentation de la plateforme d analyse linguistique médiévale 1. Introduction Tout au long de ce document, notre projet sera présenté à travers la méthodologie suivie pour développer la plateforme d analyse

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2012 07 31 0297 Catégorie : C* Dernière modification : 31/07/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Gestionnaire de configuration

Plus en détail

Cinq raisons d aller encore plus loin avec votre environnement de virtualisation

Cinq raisons d aller encore plus loin avec votre environnement de virtualisation Cinq raisons d aller encore plus loin avec votre environnement de virtualisation Selon une étude, l ajout de puissantes fonctions de gestion améliorerait de 20 à 40 % les mesures de performances clés.

Plus en détail

Travail rendu : Présentation et définition de la M.R.P : Management des ressources de production

Travail rendu : Présentation et définition de la M.R.P : Management des ressources de production Travail rendu : Présentation et définition de la M.R.P : Management des ressources de production Préparé par : Ait ahmed Essedek Matière : Gestion de la production et des stocks Encadré par : Mr. NACIRI

Plus en détail

Nous trouvons là les deux thématiques abordées par les deux parties de l ouvrage.

Nous trouvons là les deux thématiques abordées par les deux parties de l ouvrage. $YDQWSURSRV La mise en œuvre du pilotage des systèmes de production constitue un enjeu sensible en raison, d une part, de l accroissement du niveau d automatisation de ceux-ci et, d autre part, de la multiplication

Plus en détail

Les systèmes d'information dans l'entreprise

Les systèmes d'information dans l'entreprise Chapitre 2 Les systèmes d'information dans l'entreprise Cyril0upjv@gmail.com OBJECTIFS Évaluer le rôle des principaux types de SI dans une entreprise, ainsi que leurs interrelations Décrire les SI qui

Plus en détail

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Présenté par : Demb Cheickysoul 1 INTRODUCTION Parfaitement adapté à l organisation de l entreprise par sa puissance de paramétrage, Sage 100 Gestion Commerciale

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

TAUX DE TRANSFORMATION

TAUX DE TRANSFORMATION Table des matières 1 Le choix des produits...2 2 La politique tarifaire...4 Introduction Afin de convertir efficacement vos visiteurs en acheteurs, il faut veiller à ne jamais les décevoir. La cause première

Plus en détail

Synthèse de son offre logicielle

Synthèse de son offre logicielle Connecting your business Synthèse de son offre logicielle Copyright 2006, toute reproduction ou diffusion non autorisée est interdite STREAM MIND Créateur de produits logiciels innovants dans le traitement

Plus en détail

Systèmes d Information Avancés (et répartis)

Systèmes d Information Avancés (et répartis) Systèmes d Information Avancés (et répartis) Université Lyon 1 MIAGE L. Médini, mars 2005 Plan des cours Protocole HTTP et programmation serveur Architectures réparties Objets distribués Introduction aux

Plus en détail

Sylvain Archenault Yves Houpert. Projet Informatique : Langage Java : Jeu De Dames en Java

Sylvain Archenault Yves Houpert. Projet Informatique : Langage Java : Jeu De Dames en Java Sylvain Archenault Yves Houpert Projet Informatique : Langage Java : Jeu De Dames en Java Projet GM3 Mai 2005 Chapitre 1 INTRODUCTION Le projet qui nous a été confié est de réaliser un jeu de dames en

Plus en détail

L apport de l IE dans la résolution d un problème décisionnel dans le domaine de l architecture

L apport de l IE dans la résolution d un problème décisionnel dans le domaine de l architecture L apport de l IE dans la résolution d un problème décisionnel dans le domaine de l architecture Marie-France ANGO -OBIANG *, Amos DAVID* ango@loria.fr amos.david@loria.fr * Equipe SITE, Laboratoire Lorrain

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

1. Introduction. 2. Diagramme des exigences

1. Introduction. 2. Diagramme des exigences 1. Introduction La complexité des systèmes techniques est telle que, sans outils de représentations abstraites et progressivement enrichies, les intervenants d un projet auraient de nombreuses difficultés

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

LIVRE BLANC. Les négociations périodiques achats, Vous êtes assis sur une mine d or. Pertilience

LIVRE BLANC. Les négociations périodiques achats, Vous êtes assis sur une mine d or. Pertilience LIVRE BLANC Les négociations périodiques achats, Vous êtes assis sur une mine d or Pertilience Loic Biarez 4 septembre 2014 Sommaire Négocier régulièrement : un enjeu stratégique... 3 Vue d'ensemble...

Plus en détail

Supervision des réseaux et services pair à pair

Supervision des réseaux et services pair à pair Supervision des réseaux et services pair à pair Présentation des travaux de Thèse Guillaume Doyen LORIA - Université Henri Poincaré pour l obtention du Doctorat en Informatique de l université Henri Poincaré

Plus en détail