Enseignant. Pr Denis Oriot. Plan. Simulation = 1 des 4 modes d apprentissage. Enjeu? Les types d enseignement Plan 06/02/2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Enseignant. Pr Denis Oriot. Plan. Simulation = 1 des 4 modes d apprentissage. Enjeu? Les types d enseignement Plan 06/02/2013"

Transcription

1 Simulation: gadget ou outil pédagogique indispensable Comment évaluer l impact de la simulation? Pr Denis Oriot Laboratoire de Simulation - SiMI, Poitiers Plan Quels enjeux? Qualité et amélioration Place de l évaluation dans la simulation Caractéristiques et champs de l évaluation Qualité de la méthode d évaluation Comment évaluer? Modèle de Kirkpatrick Niveaux 1, 2, 3 et 4 avec données de la littérature Quelles difficultés? Conclusion Enjeu? Simulation = 1 des 4 modes d apprentissage Je fais Kolb 1984 Je simule Je vois Je lis Les types d enseignement Plan Equipe Patient imaginaire Etudiant Enseignement magistral Equipe simulée Patient simulé Apprenant S I M U L A T I O N Enseignant Equipe réelle Patient réel Étudiant Réalité Quels enjeux? Qualité et amélioration Place de l évaluation dans la simulation Caractéristiques et champs de l évaluation Qualité de la méthode d évaluation Comment évaluer? Modèle de Kirkpatrick Niveaux 1, 2, 3 et 4 avec données de la littérature Quelles difficultés? Conclusion 1

2 Place essentielle de l évaluation Situation clinique Analyse des besoins But général de la simulation Objectifs pédagogiques Schéma du scénario de simulation Identification des procédures/comportements qui seront évalués au cours de la séance et des outils Evaluation Feed-back = débriefing Modifications des pratiques Changement de la performance impact clinique PAS DE SIMULATION SANS EVALUATION L évaluation permet de valider le processus pédagogique lui-même C est le seul moyen dedémontrer que la simulation s inscrit bien dans un processus d apprentissage avec acquisition de savoir, de savoir-faire et de savoir-être Tous les enseignements devraient être évalués To Err Is Human Building a Safer Health System Linda T. Kohn, Janet M. Corrigan, and Molla S. Donaldson, Editors Committee on Quality of Health Care in America NATIONAL INSTITUTE OF MEDICINE NATIONAL ACADEMY PRESS 2000 Washington, D.C. Medical errors exceed the deaths from motor vehicle accidents, as well as deaths due to breast cancer or AIDS. Prévention des risques Meilleure pédagogie meilleurs soins Plan Quels enjeux? Qualité et amélioration Place de l évaluation dans la simulation Caractéristiques et champs de l évaluation Qualité de la méthode d évaluation Comment évaluer? Modèle de Kirkpatrick Niveaux 1, 2, 3 et 4 avec données de la littérature Quelles difficultés? Conclusion Définition «L évaluation en pédagogie est l analyse systématique de la qualité de l enseignement et de l apprentissage» (MacDougall 2010) La qualité des soins dépend de la qualité de l enseignement (To err is human, 2000) L évaluation de la formation par simulation préfigure de la qualité des soins qui seront prodigués Caractéristiques (J.M. Chabot 2000) Normée: le but est la hiérarchie de classement dans le groupe d étudiants Critériée: le but est la réalisation d un certains nombre de critères prédéterminés 2

3 Caractéristiques (J.M. Chabot 2000) Sanctionnante:le but final est la note pour obtenir le diplôme Formative :le but est d accélérer une dynamique de formation Caractéristiques Avoir une vision unitaire: formation évaluation Il n y a pas de formation sans évaluation Il n y a pas d évaluation sans formation Avoir une vision dynamique (Skinner) question 1-réponse 1-renforcement 1 question 2-réponse 2-renforcement 2 Evaluation et dynamique de la simulation Scenario # 1 Débriefing Scenario # 2 Débriefing Scenario # 3 Débriefing Scenario # 1 Débriefing Scenario # 1 Débriefing Scenario # 1 Débriefing Performance Evaluation de la performance Learning curve Je fais Différents objectifs Améliorations non liées à une learning curve Mêmes objectifs? Construction de la learning curve J ai vu Temps 16 Performance Evaluation de la performance Learning curve Performance Evaluation de la performance Learning curve Objectif pédagogique Je fais Je fais SIMULATION J ai vu Temps J ai vu Temps

4 Continuum novice expert Champ de l évaluation L évaluation est un jugement On évalue le savoir, le savoir-faire et le savoir-être (knowledge, skills, attitudes) Mais jamais les PERSONNES +++ L évaluation est circonstanciée +++ Dreyfus 1986, 2004 Que faut-il évaluer? Que faut-il évaluer? Gestes techniques Respect de l algorithme Gestes techniques Sûreté du patient Respect de l algorithme Travail en équipe Travail en équipe Plan Quels enjeux? Qualité et amélioration Place de l évaluation dans la simulation Caractéristiques et champs de l évaluation Qualité de la méthode d évaluation Comment évaluer? Modèle de Kirkpatrick Niveaux 1, 2, 3 et 4 avec données de la littérature Quelles difficultés? Conclusion Qualités de la méthode Validité (face validity): est d autant plus grande que ce qui est proposé singe la réalité. Est à l évaluation ce que la pertinence est aux moyens Acceptabilité: pas ressentie comme une intrusion pour celui qui s y soumet Faisabilité: facile, peu coûteuse à organiser pour celui qui la met en place Acceptabilité + faisabilité = Commodité 4

5 Qualités de la méthode (suite) Ratio validité/commodité : Plus on augmente la similitude avec le réel (simulation), plus on augmente le ratio validité/commodité Ce qui veut dire que l on complexifie l évaluation qui devient moins commode! Donc, faire un choix raisonnable de la validité! Qualités de la méthode (suite) Reproductibilité : Représente la solidité du savoir Garantit l objectivité de l évaluation Très importante dans un contexte sanctionnant Plan Quels enjeux? Qualité et amélioration Place de l évaluation dans la simulation Caractéristiques et champs de l évaluation Qualité de la méthode d évaluation Comment évaluer? Modèle de Kirkpatrick Niveaux 1, 2, 3 et 4 avec données de la littérature Quelles difficultés? Conclusion Comment évaluer? 1. Avec quels moyens? 2. Pour quels niveaux? Quels moyens d évaluation Ce n est pas un moyen unique qui évalue un processus d apprentissage complexe incluant plusieurs personnes Critères de jugement d une formation médicale Timing Centré sur l apprenant Proche de la formation Centré sur le patient A distance de la formation Connaissances Tests par QCM Audit, meilleure pratique Aptitudes techniques Attitudes comportements Echelle d évaluation (observation) Echelle d évaluation (observation) Taux de succès des interventions Interview des patients (sortie) 5

6 Kirkpatrick: une vision dynamique Evaluation d un processus d apprentissage Evaluation : 4 niveaux 4 Impact clinique Kirkpatrick D Changement des pratiques 2 Acquisition de compétences 1 Degré de satisfaction Evaluation : 4 niveaux Modèle de Kirkpatrick, Degré de satisfaction : toujours auto-évaluée 2. Acquisition de connaissances/performance - 2a : auto-évaluée ; 2b : hétéro-évaluée (mesurée) Science Translational Medicine Changement des pratiques professionnelles: - 3a : auto-évaluée; 3b : hétéro-évaluée (mesurée) 4. Impact clinique: bénéfice pour les patients Kirkpatrick Niveaux 1 et 2 Niveau 3 Niveau 4 Evaluation d un processus d apprentissage 1 2 Evaluation : 4 niveaux 3 4 Impact clinique Changement des pratiques Acquisition de compétences Degré de satisfaction Kirkpatrick D LAB Plan Quels enjeux? Qualité et amélioration Place de l évaluation dans la simulation Caractéristiques et champs de l évaluation Qualité de la méthode d évaluation Comment évaluer? Modèle de Kirkpatrick Niveaux 1, 2, 3 et 4 avec données de la littérature Quelles difficultés? Conclusion 6

7 Niveau 1 Réalisme adhésion Auto-évaluation Niveau 1 Questionnaire à la fin de la session 1. Degré de réalismedes différents modèles et scénarios utilisés durant la session Likertou échelle 0-10 : but > 80% bon réalisme 2. Degré de satisfaction: Likertou échelle 0-10 : but > 80% satisfaits Niveau 1 Niveau de satisfaction élevé «expérience agréable, enrichissante» Kurreck 1996 Haut degré de réalisme des scénarios 7.8 / 10 Devitt2001 «Face Validity» validité écologique Une réponse positive ne garantit pas un apprentissage, mais une réponse négative réduit toujours la possibilité d apprentissage Donc, très important d avoir un haut niveau de satisfaction (> 80%) Niveau 2 Hétéro-évaluation Connaissance: Utilisée par tous les centres QCM(5-10, couvrant le sujet) ou un cas clinique avec des questions après ou avant/après la session Score du post-test Δ= score post test-prétest Objectif : Sim augmente le score au post-test 7

8 Test théorique Test = pré-test et post-test pour chaque niveau QCM : 5 à 10 questions complexes mais importantes pour les apprenants (QCM et réponses aléatoires) Questions directement en lien avec le sujet de l apprentissage Test établi et revu par plusieurs spécialistes Aucune équivoque sur questions ou réponses Aspect consensuel du test et des réponses Comparaison pré/post-test Delta Evaluation (test théorique) On ne peut pas évaluer deux choses à la fois: Exemple: un choc septique se traite initialement par oxygénothérapie en lunettes sous-nasales et expansion volémique Si réponse oui: on ne sait pas quel est l item concerné; on imagine que les 2 sont bons Si réponse non: on ne sait pas pour quel item : O2 lunettes ou expansion volémique ou les 2 Bonne réponse : O2 aumhc + expansion volémique Test théorique Niveau 2 Connaissances techniques : ACLS 41 internes de médecine (2ème année) Tous certifiés ACLS Pré-test / post-test design Intervention: 4 x 2h formation ACLS sur mannequin simulateur avec débriefing s: Amélioration des scores de 24 % Succès : 17 % pré-test 100% post-test Wayne DB, J GenInternMed 2006 Hétéro-évaluation Niveau 2 Gestes pratiques: performance Difficile à évaluer +++ Evaluateurs Un superviseur évaluation subjective Deux superviseurs meilleure évaluation (objective?) mais ne voient pas la même chose? Vidéo : emplacement des caméras; revoir les vidéo? Comparaison de visu vs. vidéo Hétéro-évaluation Niveau 2 Gestes pratiques: performance Difficile à évaluer +++ Outils d évaluation Difficulté complexité procédure; IOT vs. PMO Développement d échelles d évaluation Car les gestes sont le 1 er champ de la simulation Nécessaire d avoir une évaluation objectivedes gestes pratiqués +++ 8

9 Gestes: outils d évaluation Gestes: outils d évaluation Comment évaluer une procédure? Validité Avantages Désavantages Checklist Validité modeste Echelle d évaluation Forte validité Novice peut voir où il doit s améliorer Applicable dans de nombreuses situations par différents évaluateurs (objective) Demandele temps d évaluation d un expert Double évaluation Demandedu temps pour sa réalisation Demandele temps d évaluation d un expert Echelle d observation Réalisée par plusieurs spécialistes Amendée par un expert en évaluation modif Avis de N experts internationaux modif Rodée sur 20 situations cliniques (2 observateurs) Analyse de la reproductibilité inter-observateurs Repérage des paires discordantes modif Réévaluée sur 20 situations cliniques (2 observateurs) Analyse de la reproductibilité inter-observateurs Obtention d un taux de reproductibilité > 80% Echelle d évaluation Construite à partir d une check-list de la procédure Dédiée à l évaluation en simulation/clinique Face validity : facile à comprendre Validité de contenu : repose sur les différentes étapes de la procédure Validité de construit : les apprenants expérimentés ont un meilleur score que les novices Fiabilité : statistiques K et coefficient de corrélation intra-classe (> 0.80) reproductibilité Echelle d évaluation : pose d une voie intra-osseuse N = 30 Kappa = ICC = Accord quasi parfait entre des observateurs indépendants 9

10 Sim Healthcare2012;7: Echelle d évaluation : pose d une voie intra-osseuse IO performance score/ MS2 MS3 MS5 PGY Niveau 2: acquisition de compétences techniques Introduction d un nouvel équipement : Familiarisation avec le ventilateur Dräger Fabius 18 anesthésistes en formation randomisés en 2 groupes Groupe 1 : cours Groupe 2 : cours + pratique en simulateur Test : résolution de 2 crises simulées s : impression subjective de maitrise identique groupe simulateur résout les 2 crises plus vite Dalley P, Anesth Analg Echelle d évaluation : annonce d une mauvaise nouvelle # of of students students Obs 1 Obs 2 N = 16 ICC = Très bon accord entre deux observateurs indépendants Une option : questionnaire d intention Rudolph 2006 Etabli pour chacun des gestes étudiés Une question une réponse unique Ex: Quel est le risque s il y a issue de muqueuse par le surjet? (Réponse = fistule) Ex: Quel est le risque de l absence de garde sur l aiguille intra-osseuse? (Réponse = tibia transfixié) Couplé à la grille d observation Validé par plusieurs spécialistes Permet de repérer des apprenants avec une intention erronée à la base du déficit de performance Une option : questionnaire d intention Rudolph 2006 Où se situe le déficit de performance? Quelle est l intention? GOLD STANDARD bon Success mauvais 10

11 Une option : questionnaire d intention Rudolph 2006 Où se situe le déficit de performance? Quelle est l intention? GOLD STANDARD Une option : questionnaire d intention Rudolph 2006 Où se situe le déficit de performance? Quelle est l intention? GOLD STANDARD bonne bon bonne bon Process Success Process Success inadaptée mauvais inadaptée mauvais Une option : questionnaire d intention Rudolph 2006 Où se situe le déficit de performance? Quelle est l intention? GOLD STANDARD Une option : questionnaire d intention Rudolph 2006 Où se situe le déficit de performance? Quelle est l intention? Invisible GOLD STANDARD Intention adéquate bonne bon Intention adéquate bonne bon Frame Process lambda Frame Process lambda Intention erronée inadaptée mauvais Intention erronée inadaptée mauvais Une option : questionnaire d intention Rudolph 2006 Où se situe le déficit de performance? Quelle est l intention? Invisible GOLD STANDARD Une option : questionnaire d intention Rudolph 2006 Où se situe le déficit de performance? Quelle est l intention? Invisible GOLD STANDARD Intention adéquate bonne bon Intention adéquate bonne bon Pb conceptuel sur la raison de la technique poser la question : Pourquoi? lambda Pb conceptuel sur la raison de la technique poser la question : Pourquoi? Success Intention erronée inadaptée mauvais Intention erronée inadaptée mauvais 11

12 Good-judgment debriefing: base conceptuelle Défi = évaluation des scénarios complexes Algorithme Intention Ce que l on pense Frame Rationalité de l intention? Ce que l on fait Process L objectif Success Rudolph SIH 2006, Rudolph et al. AcadEmergMed 2008;15: Feed-back orienté vers l intention Enseignement à deux boucles : Explorer les intentions, relativiser, Détecter déficit de performance Défi = évaluation des scénarios complexes Algorithme Défi = évaluation des scénarios complexes Algorithme Défi = évaluation des scénarios complexes Algorithme Défi = évaluation des scénarios complexes Algorithme 12

13 Hétéro-évaluation Niveau 2 Evaluation de scénarios complexes: performance Evaluation de la performance d une équipe prenant en charge une situation de menace vitale (trauma sévère, hémorragie de la délivrance, nourrisson en choc ) Evaluation des algorithmes et du CRM Développement d échelles d évaluation +++ Evaluation des scénarios complexes: Exemples pédiatriques Nom Année Auteur Items ICC, Crombach Alpha Standardized Direct Observation Tool(SDOT) NeonatalResuscitation Program Megacode Checklist (NRPMC) Tool for Resuscitation Assessment Using Computerized Simulation (TRACS) MultiraterInstrument for the Assessment of Simulated Pediatric Crises (MIASPC) Evaluation Tool for Simulated Pediatric Resuscitation (ETSPR) 2004 Joshi 26 ICC = 0.81, CA = Wood 20 CA = Calhoun 72 ICC = Calhoun 44 ICC = 0.72, CA = Grant 12 ICC = 0.76, CA = 0.82 Evaluation du CRM Niveau 2: acquisition de compétences Hétéro-évaluation Evaluation du CRM (CrisisResource Mangement) performance Neuf échelles validée Evaluation difficile (plusieurs évaluateurs, vidéo ) pendant une situation de crise! Mais rarement utilisées Quels outils d évaluation? Kardgong-Edgren, Clin Sim Nurs 2010 Evaluation du CRM : échelles spécifiques Nom Année Auteur Anaesthetists Non-Technical Skills(ANTS) 2003 Fletcher Ottawa Global Rating Scale Behavioral Assessment Tool(BAT) Mayo High Performance Teamwork Scale Clinical Teamwork Scale(CTS) Team Performance During Simulated Crises Instrument (TPDSCI) Evaluation instrument of CRM Simulation Team Assessment Tool(STAT) Evaluation tool of CRM 2006 Kim 2006 Anderson 2007 Malec 2008 Guise 2009 Calhoun 2011 Plant 2012 Reid 2012 Grant 13

14 Clinical Teamwork Scale(CTS) La simulation en Médecine d Urgence Niveau 2: acquisition de compétences non techniques Crowded unit Répartition des tâches Fonctionnement en équipe Conscience de la situation Prise de décision Patient 1 Patient 2 Yee B, Anesthesiology2005 ; 103 : Mannequins HF Défi : Crowded unit 2 équipes de 4 personnes 1 équipe de 3 personnes «rescueteam» 5 évaluateurs Quels objectifs pédagogiques? Quoi évaluer? Quels outils d évaluation? Niveau 3 Auto-évaluation Questionnaireà la fin de la session Changement des pratiques professionnelles «Pensez-vous que cette séance de simulation vous fera changer quelque chose dans votre pratique professionnelle?» : objectif > 50% de OUI «Dans quels domaines? Connaissances, procédures, attitudes» 14

15 Niveau 3 Niveau 3: Just-In-Time Treatment Performance Learning Curve Mastery JIT JIT O Donnell, SIH 2011 Temps Niveau 3 Mesuredu transfertapparudansle comportement de l apprenant suite à la sim Connaissances, la compétencetechnique oule savoir-être récemment acquis, sont utilisés dans l environnement quotidien de l apprenant? La plus véridique évaluation de l efficacité d un programme de formation Maisdifficile, impossible de prédirequandle changement surviendra Quandévaluer? À quellefréquenceévaluer? Comment évaluer? Niveau 3 Weller J, Anaesthesia 2003: Changements de pratique 3-12 mois après un cours sur la CRM (Crisis Resource Management) 61% exposés à une ou plus situations critiques 70% estiment que leur gestion de la crise a été améliorée Perceptions / attitudes Formation de collègues à la gestion des crises, stratégies de résolution de problème, planification / anticipation d effets indésirables, travail en équipe, communication avec collègues, impact sur la pratique clinique Niveau 3b Intubation fibroscopique: 24 internes novices en intubation fibroscopique orale 2 groupes randomisés : Gr1 (n=12) : cours Gr 2 (n=12) : cours + mannequin. Mesure de la performance en salle d opération Durée de l intubation (s Intubation réussie Groupe cours Groupe cours + modèle < % 92 % < Naik VN, Anesthesiology 2001 P Niveau 3b Performance du travail en équipe: Beaucoup plus difficile à étudier Pas d étude disponible en anesthésieréanimation 1 étude en médecine d urgence (Shapiro 2004): Observation «live» pré et post-training (8h de simulation et débriefing) «Tendance» à l amélioration du travail en équipe aux urgences (p = 0.07) Mais petit collectif (4 équipes de 5 pers.) 15

16 Efficacité de la simulation : Quelles sont les preuves? Étalon-or de la médecine factuelle : «Étude randomisée contrôlée» = RCT Souvent difficile à réaliser en pédagogie Raisons éthiques / pratiques «Outcomes» difficiles à mesurer Méta-analyses impossibles Comment faire? Impact clinique : Moyens d évaluation Recherche de marqueurs cliniques pertinents en rapport avec la formation, dont la modification de l incidence et/ou de la gravité serait un reflet de l acquisition de savoir, de savoir-faire et de savoir-être par les apprenants, uniquement en lien avec la formation par simulation réalisée Niveau 4: Impact clinique Le niveau 4 essaie d évaluer la formation comme s il s agissait d un processus économique Bénéfice secondaire au processus pédagogique = la santé des patients Epidémiologie des éléments traceurs Recherche translationnelle(= passer du modèle de simulation au patient) Relevé rétrospectifde 2-3 éléments cliniques traceurs bien ciblés lors des années n-1 et n-2 dans l activité de chaque centre Relevé prospectifdes mêmes éléments cliniques traceurs lors des années n et n+1 Pré-intervention vs. post-intervention Mesure de l impact clinique de l apprentissage Mais effet TEMPS inéluctable Niveau 4: Impact clinique Obstétrique Draycott T. BJOG 2006;113: Sim HF -50% d encéphalopathies +++ (avant/après formation) 5 Apgar 6, n (rate / ) HIE n (rate / ) Mod /sev HIE n (rate/10.000) (n = 8430) (n = 11030) Relative risk 73 (86.6) 49 (44.4) 0.51 ( ) 23 (27.3) 15 (13.6) 0.50 ( ) 16 (19.0) 11 (10.0) 0.53 ( ) NB :Montre une association, pas un lien de causalité ; possibilité d un effet-temps! mais encourageant! Niveau 4: Impact clinique Comparaison intra-régionale 2 1,8 1,6 1,4 1,2 1 0,8 0,6 0,4 0,2 0 Pour 1000 naissances vivantes NS * ** MNP IM total IM graves

17 Niveau 4: Impact clinique Comparaison inter-régionale ( ) 2 1,8 1,6 1,4 1,2 1 0,8 0,6 0,4 0,2 0 Pour 1000 naissances vivantes NS **** **** Limousin Poitou-Charentes MNP IM total IM graves Niveau 4: Impact clinique Soins intensifs CVC en USI adulte 0.5 (SIM+) vs 3.2 (SIM-) infections sur cathéter sur 32 mois (p<0.001) Barsuk JH, Arch Intern Med 2009;169: Plan Quels enjeux? Qualité et amélioration Place de l évaluation dans la simulation Caractéristiques et champs de l évaluation Qualité de la méthode d évaluation Comment évaluer? Modèle de Kirkpatrick Niveaux 1, 2, 3 et 4 avec données de la littérature Quelles difficultés? Conclusion Moyens d évaluation de la performance Questionnaire d auto-évaluation Nv1 (satisfaction = réalisme du modèle) Nv2a (connaissances) Nv 3a (changement des pratiques) Tests théoriques (quiz avec QCM ou QROC) Nv 2b : acquisition de connaissances (pré/post-test) Echelle(s) d évaluation (hétéro-évaluation) Nv2b (au labo) : performance gestes, algorithme, travail d équipe Mais pas d échelles combinées! Nv3b (in situ) : changement des pratiques Epidémiologie d éléments traceurs Nv4 : mesure de l impact clinique de la formation Rare! Moyens d évaluation de la performance Non technical skills Moyens d évaluation de la performance Non technical skills Individu Equipe Individu Equipe Technical skills Technical skills 17

18 Simulation = 1 des 4 modes d apprentissage Je fais Je simule Je lis Kolb 1984 Je vois Mastery training (procédure) 1. Package procedure guidelines e-learning Prétest 2. Cours théorique et vidéo -[Post-test 1] 3. Simulation en basse fidélité Evaluation et feed-back 4. Simulation en haute-fidélité Evaluation et débriefing Post-test2 Questionnaire: autoéaluation Niveaux 1, 2 et 3 Plan Quels enjeux? Qualité et amélioration Place de l évaluation dans la simulation Caractéristiques et champs de l évaluation Qualité de la méthode d évaluation Comment évaluer? Modèle de Kirkpatrick Niveaux 1, 2, 3 et 4 avec données de la littérature Quelles difficultés? Conclusion Conclusion L évaluation est indispensable à toute formation par simulation Apporte la différence entre une activité pédagogique et une activité ludique Donne une légitimité scientifique en tant que processus pédagogique Valide ou invalide les hypothèses formulées Précise les déficits de performance possibles complément de formation Lien entre l enseignement et la recherche Limites de l évaluation en simulation? Après apprentissage par simulation (Gaba) : 90%ont réussi la simulation et réussiront dans la réalité 5%ont réussi la simulation et ne réussiront pas dans la réalité 5%n ont pas réussi la simulation et réussiront dans la réalité 18

Laboratoire de Simulation - SiMI, Poitiers

Laboratoire de Simulation - SiMI, Poitiers Qu est-ce que la pédagogie par simulation Pr Denis Oriot Laboratoire de Simulation - SiMI, Poitiers L erreur humaine est ubiquitaire et inévitable Helmreich 1999 To Err Is Human Prévention des risques

Plus en détail

Apprentissage par Simulation curité des pratiques

Apprentissage par Simulation curité des pratiques Apprentissage par Simulation et sécurits curité des pratiques Jean-Claude Granry Pôle Anesthésie Réanimation CHU Angers Développement de la Simulation Aéronautique Industrie nucléaire Armées Services de

Plus en détail

Modalités d évaluation en Simulation

Modalités d évaluation en Simulation Modalités d évaluation en Simulation Définition de l évaluation n Evaluation en pédagogie = «analyse systémique de la qualité de l enseignement et de l apprentissage» (Mac Dougall 2010) Le cercle vertueux

Plus en détail

La recherche en simulation

La recherche en simulation La recherche en simulation Pr Denis Oriot Laboratoire de Simulation - SiMI, Poitiers Recherche en simulation Pourquoi faire? Moyen d évaluer ce que l on fait OUI Ethiquement facile : pas de dépôt de dossier

Plus en détail

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Dr Franck Lagneau Service d anesthésie-réanimation CHU Henri MONDOR, Créteil Deux manières d aborder le sujet Apprentissage

Plus en détail

Pertinence de l enseignement par ateliers de simulation de la prise en charge des détresses vitales de l enfant. Dr Tran Tu-Anh

Pertinence de l enseignement par ateliers de simulation de la prise en charge des détresses vitales de l enfant. Dr Tran Tu-Anh Pertinence de l enseignement par ateliers de simulation de la prise en charge des détresses vitales de l enfant Dr Tran Tu-Anh Rationnel - Les étudiants en médecine débutent souvent aux SAU sans expérience

Plus en détail

PLACE DE LA SIMULATION DANS LA FORMATION A LA GESTION DES ACCOUCHEMENTS A RISQUE POINTS ESSENTIELS

PLACE DE LA SIMULATION DANS LA FORMATION A LA GESTION DES ACCOUCHEMENTS A RISQUE POINTS ESSENTIELS Le Congrès Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2012 Sfar. Tous droits réservés. PLACE DE LA SIMULATION DANS LA FORMATION A LA GESTION DES ACCOUCHEMENTS A RISQUE F. Lecomte, Y. Croguennec, M. Deborne 1

Plus en détail

Objectifs - Plan. Identifier quelques concepts concernant debriefing et feed back. Définir la place de l émotionnel dans la simulation

Objectifs - Plan. Identifier quelques concepts concernant debriefing et feed back. Définir la place de l émotionnel dans la simulation COMMENT FAIRE UN BON DEBRIEFING? Tony Hosmans Master/DEA Sciences de la Santé Publique DAR CHU-Université de Liège Centre de Compétence et de Formation en Aide Médicale Urgente (CeCoFAMU) Objectifs - Plan

Plus en détail

simulation c est [parfois] formidable

simulation c est [parfois] formidable La simulation c est [parfois] formidable Thierry PELACCIA Faculté de médecine de Strasbourg SAMU - CESU 67 La simulation c est [parfois] formidable Thierry PELACCIA Faculté de médecine de Strasbourg SAMU

Plus en détail

Evaluation en Simulation. Dr François LECOMTE Urgences-SMUR-UMJ Cochin-Hôtel Dieu Université Paris Descartes

Evaluation en Simulation. Dr François LECOMTE Urgences-SMUR-UMJ Cochin-Hôtel Dieu Université Paris Descartes Evaluation en Simulation Dr François LECOMTE Urgences-SMUR-UMJ Cochin-Hôtel Dieu Université Paris Descartes Plan Evaluation en simulation en France Formateurs Structures Programmes Apprenants Evaluation

Plus en détail

ÉVALUATION ET AMÉLIORATION DES PRATIQUES. Développement professionnel continu. Simulation en santé. Fiche technique méthode

ÉVALUATION ET AMÉLIORATION DES PRATIQUES. Développement professionnel continu. Simulation en santé. Fiche technique méthode ÉVALUATION ET AMÉLIORATION DES PRATIQUES Développement professionnel continu Simulation en santé Fiche technique méthode Cette fiche technique décrit la participation des professionnels à une session de

Plus en détail

Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome. Un essai contrôlé randomisé en cluster

Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome. Un essai contrôlé randomisé en cluster Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome Un essai contrôlé randomisé en cluster Financement : INCa INSERM / IRESP Cédric RAT, G. QUEREUX, C. RIVIERE, S.

Plus en détail

QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS.

QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS. QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS. Mémoire de D.E.S.C. de Médecine d Urgence Olivier Vuillot Matériel et Méthode : Design

Plus en détail

La sécurité une affaire de culture et d'équipe!

La sécurité une affaire de culture et d'équipe! La sécurité une affaire de culture et d'équipe! Influences de l équipe sur la sécurité des soins 01 Résultats de l enquête ENEIS 2010 EIG survenus pendant l hospitalisation Entre 270 000 et 390 000 EIG

Plus en détail

L observation des aspects non techniques d une simulation

L observation des aspects non techniques d une simulation L observation des aspects non techniques d une simulation Dr François LECOMTE Praticien Hospitalier Urgences SMUR UMJ CHU Cochin Hôtel Dieu Université Paris Descartes francois.lecomte@cch.aphp.fr Mettre

Plus en détail

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE p. 3 LE CESU Les outils Le centre de simulation Quelques chiffres Un exemple : la formation à l emploi des infirmiers des services d urgences En annexe p. 4 p. 5 p. 6 p. 6

Plus en détail

La simulation : Intérêt pédagogique

La simulation : Intérêt pédagogique La simulation : Intérêt pédagogique Plan de la présentation orale Généralités Définition Différents exemples d interfaces Types d apprentissage Intérêt pédagogique Cycle de Kolb Pratique Réflexive Trace

Plus en détail

L entraînement à la synergie d équipe «CrewResource Management» Cyrille Colin Pauline Occelli

L entraînement à la synergie d équipe «CrewResource Management» Cyrille Colin Pauline Occelli L entraînement à la synergie d équipe «CrewResource Management» Cyrille Colin Pauline Occelli Du CRM au CRM Aviation: 70 % des accidents proviennent d erreurs humaines Cockpit Crew Company Resource Management

Plus en détail

LA SIMULATION: INTERETS EN FORMATIION MEDICALE CONTINUE. C Assouline

LA SIMULATION: INTERETS EN FORMATIION MEDICALE CONTINUE. C Assouline LA SIMULATION: INTERETS EN FORMATIION MEDICALE CONTINUE C Assouline Principes «Human error is the price we pay for intelligence» 3 buts principaux de la simulation : détecter les erreurs éviter les erreurs

Plus en détail

Depuis la parution du rapport État de l art (national

Depuis la parution du rapport État de l art (national QUALITÉ ET SÉCURITÉ DES SOINS : UN ENJEU POUR LA FORMATION 21 La simulation : un facteur de développement des compétences professionnelles M.-C Moll 1, J.-C. Granry 2 1- Gestion des risques associés aux

Plus en détail

Inter&professionnalité&et& simulation& Pourquoi&et&quand&?& François&LECOMTE&=&Yvon&CROGUENNEC&

Inter&professionnalité&et& simulation& Pourquoi&et&quand&?& François&LECOMTE&=&Yvon&CROGUENNEC& Inter&professionnalité&et& simulation& Pourquoi&et&quand&?& François&LECOMTE&=&Yvon&CROGUENNEC& 1! Liens&d intérêt& & Yvon&CROGUENNEC&:&néant& & François&LECOMTE&:&AFSARMU,& SFMU,&Sanofi=Aventis,&BMS=UPSA,&

Plus en détail

Dossier de Presse. Inauguration de l Institut Toulousain de Simulation en Santé. Mercredi 4 novembre 2015. Pavillon U 2000 Hôpital PURPAN

Dossier de Presse. Inauguration de l Institut Toulousain de Simulation en Santé. Mercredi 4 novembre 2015. Pavillon U 2000 Hôpital PURPAN Dossier de Presse Inauguration de l Institut Toulousain de Simulation en Santé Pavillon U 2000 Hôpital PURPAN Mercredi 4 novembre 2015 1 Un centre à visée régionale, nationale, voire internationale L apprentissage

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE 1. Objectifs généraux La Maîtrise universitaire d études avancées en médecine clinique (en anglais Master of

Plus en détail

LA SIMULATION AMELIORE T'ELLE LA PRISE EN CHARGE CLINIQUE DES PATIENTS?

LA SIMULATION AMELIORE T'ELLE LA PRISE EN CHARGE CLINIQUE DES PATIENTS? LA SIMULATION AMELIORE T'ELLE LA PRISE EN CHARGE CLINIQUE DES PATIENTS? Jean-Claude Granry, Jérôme Berton, Guillaume Bouhours CHU et Université d'angers Centre de Simulation en Santé I. INTRODUCTION L

Plus en détail

Session d EPP au cours d un congrès

Session d EPP au cours d un congrès Basée sur les pratiques FMC et EPP sont indissociables Quels outils d évaluation des pratiques des participants? PrJacques Barrier, Président de la FSM Paris 23 janvier 2005 Planification Etape 1: choix

Plus en détail

Développer le travail collaboratif IDE / AS par la formation en simulation

Développer le travail collaboratif IDE / AS par la formation en simulation Développer le travail collaboratif IDE / AS par la formation en simulation Catherine Dupuy-Maribas, Catherine Millet, Marie-Jeanne Pommier, Sophie Prissette Plan! Présentation de l IFSI! Historique du

Plus en détail

Outils d évaluations de la simulation en équipe: Évaluation de performance en formation interprofessionnelle. Martina ESDAILE SFAR 19 septembre 2012

Outils d évaluations de la simulation en équipe: Évaluation de performance en formation interprofessionnelle. Martina ESDAILE SFAR 19 septembre 2012 Outils d évaluations de la simulation en équipe: Évaluation de performance en formation interprofessionnelle Martina ESDAILE SFAR 19 septembre 2012 Déclaration de conflits d intérêts! Aucun conflits d

Plus en détail

Plateformes de simulation pour la formation des professionnels de Santé Antoine TESNIERE, MD, PhD

Plateformes de simulation pour la formation des professionnels de Santé Antoine TESNIERE, MD, PhD Plateformes de simulation pour la formation des professionnels de Santé Antoine TESNIERE, MD, PhD Laboratoire universitaire médical d enseignement numérique et de simulation antoine.tesniere@ilumens.org

Plus en détail

Jean- Claude Granry Jérôme Berton. CHU et Université Angers

Jean- Claude Granry Jérôme Berton. CHU et Université Angers Jean- Claude Granry Jérôme Berton CHU et Université Angers La Simula)on : défini)on Le terme «simulation en santé» correspond à l utilisation d un matériel (comme un mannequin ou un simulateur procédural),

Plus en détail

La simulation en Gynécologie. Un plus!

La simulation en Gynécologie. Un plus! La simulation en Gynécologie. Un plus! Cherfi N*, Bendaoud H**, Derguini M**, Addad B* *Maternité CHUM Alger ** Materniteé EPH Kouba 13ème congrès SAERM 22 et 23 mai 2015 1 La simulation en santé «Utilisation

Plus en détail

L apport de la simulation sur l amélioration de la sécurité des patients

L apport de la simulation sur l amélioration de la sécurité des patients L apport de la simulation sur l amélioration de la sécurité des patients R. Doureradjam - Chargé de formation 1 Formation spécialisée en soins d anesthésie EPD ES Définitions Conditions indispensables

Plus en détail

Fiche Contenu 12-1 : Vue d ensemble de la gestion du personnel

Fiche Contenu 12-1 : Vue d ensemble de la gestion du personnel Fiche Contenu 12-1 : Vue d ensemble de la gestion du personnel Rôle dans le système de gestion de la qualité Le personnel constitue la ressource la plus importante du laboratoire. Des personnes intègres,

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman Définitions Chirurgie ambulatoire: définition en France Chirurgie

Plus en détail

Conférence invitée Anne-Sophie Nyssen

Conférence invitée Anne-Sophie Nyssen Conférence invitée Anne-Sophie Nyssen Validité et fidélité de la simulation comme outil de formation et de recherche : l'exemple de l'anesthésie et de la robotique chirurgicale Fidélité et Validité Le

Plus en détail

DIRECTIVES ET RESCRIPTIONS

DIRECTIVES ET RESCRIPTIONS DIRECTIVES ET RESCRIPTIONS EXAMEN PRATIQUE EP - 1 - Remarques générales Conformément aux dispositions réglementaires pour l obtention du Master en Pédagogie Spécialisée / Enseignement Spécialisé, les étudiant-e-s

Plus en détail

Les techniques de simulation pour aider à apprendre Y. CROGUENNEC 1, 2, M. JAFFRELOT 1, 2

Les techniques de simulation pour aider à apprendre Y. CROGUENNEC 1, 2, M. JAFFRELOT 1, 2 Chapitre 118 Les techniques de simulation pour aider à apprendre Y. CROGUENNEC 1, 2, M. JAFFRELOT 1, 2 Points essentiels Les activités de simulation reposent sur les choix pédagogiques stratégiques des

Plus en détail

FORMATEURS A L ENSEIGNEMENT DE LA MEDECINE SUR SIMULATEUR PROGRAMME 2014-2015

FORMATEURS A L ENSEIGNEMENT DE LA MEDECINE SUR SIMULATEUR PROGRAMME 2014-2015 DU FORMATEURS A L ENSEIGNEMENT DE LA MEDECINE SUR SIMULATEUR PROGRAMME 2014-2015 Jeudi 13 Novembre 2014 Module 1 J1 : Pédagogie/Erreur 9H30 10h30 Accueil Présentation 11H00 12h30 Intérêt de la Simulation

Plus en détail

Compétences non techniques. Sécurité du patient

Compétences non techniques. Sécurité du patient Compétences non techniques Et Sécurité du patient 26 octobre 2015 Symposium GLIAL Christian Balmer Médecin Adjoint Service anesthésie et réanimation CHCVS Le défi Les réponses possibles Compétences non

Plus en détail

Former n est pas jouer.

Former n est pas jouer. Former n est pas jouer. Pour quels objectifs et à quelles conditions miser sur la pédagogie ludique? Emmanuelle ROHOU, Consultante-experte en Sciences de l Education 1. Le principe de l utilisation du

Plus en détail

Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie»

Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie» JOURNEE IFRES 2014 Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie» Les élèves moniteurs, piliers d une méthode pédagogique active

Plus en détail

Organisme de formation : n 11 92 19791 92. Déclaration d activité enregistrée auprès du Préfet de région Ile de France

Organisme de formation : n 11 92 19791 92. Déclaration d activité enregistrée auprès du Préfet de région Ile de France ASCORA RISQUES MANAGEMENT CONSEIL AUDIT FORMATION 2015 Une démarche unique, globale et intégrée de management des risques créatrice de valeur Des prestations essentiellement effectuées au sein de votre

Plus en détail

Le laboratoire Laerdal, leader du marché du matériel de simulation adhère à ce projet et se propose d en être le principal partenaire.

Le laboratoire Laerdal, leader du marché du matériel de simulation adhère à ce projet et se propose d en être le principal partenaire. Page 1 sur 12 Introduction Il y a 75 ans..les premiers simulateurs aéronautiques arrivaient. Aujourd hui ils sont :. Une obligation réglementaire pour les compagnies aériennes Maintien des compétences

Plus en détail

UN NOUVEL OUTIL DE FORMATION A LA TRANSFUSION SANGUINE : «FLORENCE»

UN NOUVEL OUTIL DE FORMATION A LA TRANSFUSION SANGUINE : «FLORENCE» 1 UN NOUVEL OUTIL DE FORMATION A LA TRANSFUSION SANGUINE : «FLORENCE» M. SANDLARZ (1), P. CABRE (1), M. LAMIAUX (2), E. POULAIN (3) (1): Cellule Régionale d Hémovigilance Nord Pas-de-Calais, (2): AUDACE,

Plus en détail

Catalogue Formations. Sûreté Protection des Personnes Protection des Biens Risques Plans de Continuité d Activité PPMS, PPE, POI...

Catalogue Formations. Sûreté Protection des Personnes Protection des Biens Risques Plans de Continuité d Activité PPMS, PPE, POI... Crédits photos Fotolia Catalogue Formations L-EBORE SAS 25 rue du Val 78126 AULNAY SUR MAULDRE Téléphone : +33 (0)9 81 23 74 02 Messagerie : contact@l-ebore.fr www.l-ebore.fr Sûreté Protection des Personnes

Plus en détail

Pour une mobilité sure et durable des

Pour une mobilité sure et durable des Safe Move For older drivers Pour une mobilité sure et durable des conducteurs âgés Claude Marin-Lamellet IFSTTAR-TS2-LESCOT 2 Partenaires Projet miroir en Suède Financeurs 3 Personnes impliquées IFSTTAR

Plus en détail

Un centre de simulation : pourquoi et comment? Conférence Management, CHU Toulouse Anne-Claude Allin 9 avril 2014

Un centre de simulation : pourquoi et comment? Conférence Management, CHU Toulouse Anne-Claude Allin 9 avril 2014 Un centre de simulation : pourquoi et comment? Conférence Management, CHU Toulouse Anne-Claude Allin 9 avril 2014 Plan de présentation 2 Vous avez dit simulation? La simulation est une technique d enseignement

Plus en détail

Simulation en santé. Outil de gestion des risques. Avril 2014. Dr MC Moll 1

Simulation en santé. Outil de gestion des risques. Avril 2014. Dr MC Moll 1 C E N T R E H O S P I T A L I E R U N I V E R S I T A I R E D ' A N G E R S Simulation en santé Outil de gestion des risques 1 La Simulation : définition 2 Le terme «simulation en santé» correspond à l

Plus en détail

FORMATEURS A L ENSEIGNEMENT DE LA MEDECINE SUR SIMULATEUR PROGRAMME 2013-2014

FORMATEURS A L ENSEIGNEMENT DE LA MEDECINE SUR SIMULATEUR PROGRAMME 2013-2014 DU FORMATEURS A L ENSEIGNEMENT DE LA MEDECINE SUR SIMULATEUR PROGRAMME 2013-2014 Jeudi 7 Novembre 2013 Module 1 J1 : Pédagogie/Erreur 9H30 10h30 Accueil Présentation 11H00 12h30 Intérêt de la Simulation

Plus en détail

Formation Team Building entre Managers. Formation Team Building entre Managers

Formation Team Building entre Managers. Formation Team Building entre Managers 1/6 Accueil du Public Six Sigma opérationnel Gestion du stress et préservation de soi Pratique de la Médiation Gestion du temps Négociation Pratique Prise de parole en public Coaching individuel Préparation

Plus en détail

L évaluation des compétences chez l apprenant. pratiques, méthodes et fondements

L évaluation des compétences chez l apprenant. pratiques, méthodes et fondements L évaluation des compétences chez l apprenant pratiques, méthodes et fondements Chapitre 10 Comment évaluer des compétences en classe d histoire? g Mathieu Bouhon, Catherine Dambroise et Jean-Louis Jadoulle

Plus en détail

La gestion des risques en hygiène hospitalière

La gestion des risques en hygiène hospitalière La gestion des risques en hygiène hospitalière Rappels des fondamentaux Dr J-L. Quenon Comité de Coordination de l Évaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine Séminaire de la SF2H, 19 novembre 2013,

Plus en détail

La supervision des stagiaires. Dans le cadre du programme de stage du baccalauréat spécialisé et de la maîtrise en criminologie.

La supervision des stagiaires. Dans le cadre du programme de stage du baccalauréat spécialisé et de la maîtrise en criminologie. La supervision des stagiaires Dans le cadre du programme de stage du baccalauréat spécialisé et de la maîtrise en criminologie. Coordonnatrices de stage Joanne Cardinal 120 Université/University(14002)

Plus en détail

INSTITUT REGIONAL DE FORMATIONS SPECIALISEES EN SANTE HOUPHOUET BOIGNY INSTITUT DE FORMATION D INFIRMIERS PUERICULTEURS 416 chemin de la Madrague Ville 13314 MARSEILLE Cedex 15 Tél : 04 91 96 67 18 Réanimation

Plus en détail

Analyses dans les essais thérapeutiques :

Analyses dans les essais thérapeutiques : 6ème Université d été Recherche et Evaluation en Cancérologie Analyses dans les essais thérapeutiques : analyses intermédiaires, finale et cross-over. M. Bouziani (Oran) 1 Laboratoire de biostatistique

Plus en détail

Place et intérêt de la simulation «haute-fidélité» dans la formation des étudiants sages-femmes à la réanimation néonatale

Place et intérêt de la simulation «haute-fidélité» dans la formation des étudiants sages-femmes à la réanimation néonatale UNIVERSITÉ D ANGERS-ECOLE DE SAGES-FEMMES RENE ROUCHY UFR SCIENCES MEDICALES Place et intérêt de la simulation «haute-fidélité» dans la formation des étudiants sages-femmes à la réanimation néonatale Diplôme

Plus en détail

DOSSIERS PÉDAGOGIQUES

DOSSIERS PÉDAGOGIQUES DOSSIERS PÉDAGOGIQUES Les dossiers pédagogiques comprennent des outils pour faciliter la tâche d enseignement d un professeur. 1. PLANIFICATION PÉDAGOGIQUE Yvon Brunet, inf., M. Éd. Ce dossier pédagogique

Plus en détail

Un atelier avec trois C

Un atelier avec trois C Un atelier avec trois C Concepts de Base en docimologie. Concevoir une QCM type A. Comment évaluer nos pratiques docimologiques. 1 Concepts de base en docimologie Guedjati Mohamed Ridha 2 Que signifie

Plus en détail

Normes des programmes d enseignement infirmier (2013)

Normes des programmes d enseignement infirmier (2013) Normes des programmes d enseignement infirmier (2013) Introduction Le College of Registered Nurses of Manitoba a le pouvoir légal d approuver les programmes d enseignement infirmier menant à l inscription

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

Impact d un déménagement de service sur la satisfaction relative au soins

Impact d un déménagement de service sur la satisfaction relative au soins Impact d un déménagement de service sur la satisfaction relative au soins MONTPELLIER JOURNEES DE MEDECINE PERINATALE 19 OCTOBRE 2012 Bénédicte Belgacem SANTE PUBLIQUE CHU Clermont-Fd PEPRADE La satisfaction

Plus en détail

La simulation en pédiatrie

La simulation en pédiatrie La simulation en pédiatrie Philippe Roulleau Service d'anesthésie-réanimation, Hôpital de Bicêtre - 78 rue du Général Leclerc, 94270 Le Kremlin Bicêtre. I. Intérêt de la simulation en anesthésie pédiatrie

Plus en détail

Quelles exigences pour la qualité de la formation à distance?

Quelles exigences pour la qualité de la formation à distance? Conférence Pédagogique INNOVATION PEDAGOGIQUE ET ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Quelles exigences pour la qualité de la formation à distance? Bernard Dumont http://bdumont.consultant.free.fr Ouagadougou, 16 mai

Plus en détail

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique?

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? TVP et algorithme de prédiction clinique - 1 Médiocre sensibilité et spécificité des signes et symptômes cliniques Utilité démontrée de la

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE Éducation thérapeutique de l enfant asthmatique et de sa famille en pédiatrie Juillet 2005 I. PROMOTEURS Association française de pédiatrie ambulatoire

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1 glossaire Les définitions succinctes, présentées dans ce glossaire, sont, en grande partie, tirées des chapitres du Manuel. Elles sont en harmonie avec les références relatives au Processus de Bologne.

Plus en détail

PANORAMA NORD AMÉRICAIN ET EUROPÉEN DES COMPÉTENCES DES INFIRMIERS DES URGENCES

PANORAMA NORD AMÉRICAIN ET EUROPÉEN DES COMPÉTENCES DES INFIRMIERS DES URGENCES PANORAMA NORD AMÉRICAIN ET EUROPÉEN DES COMPÉTENCES DES INFIRMIERS DES URGENCES C.PIEL T.CHERFAOUI CARHAIX 18 MARS 2008 INTRODUCTION La médecine d urgence est reconnue comme spécialité depuis 2004 Les

Plus en détail

FORMATION DE COACH FORMATEUR CERTIFIÉ PARCOURS COMPLET

FORMATION DE COACH FORMATEUR CERTIFIÉ PARCOURS COMPLET FORMATION DE COACH FORMATEUR CERTIFIÉ PARCOURS COMPLET Les publics ciblés : Toute personne souhaitant intégrer le métier de coach et de formateur auprès des particuliers (coaching de vie), dans les Entreprises

Plus en détail

Thierry BELLET INRETS-LESCOT

Thierry BELLET INRETS-LESCOT Modélisation et simulation cognitive du conducteur automobile : De l analyse des représentations mentales à la simulation dynamique de la prise de décision Thierry BELLET INRETS-LESCOT Le programme COSMODRIVE

Plus en détail

Cinq années d expérience

Cinq années d expérience Formation e-learning, DPC et Simulation en sécurité transfusionnelle (1) Cinq années d expérience Dr Jean-Jacques Cabaud Département Enseignement et Formation L Institut National de la Transfusion Sanguine

Plus en détail

11. Evaluation de la qualité des essais

11. Evaluation de la qualité des essais 11. Evaluation de la qualité des essais L évaluation de la qualité méthodologique d un essai thérapeutique est une tâche difficile [117]. L essai thérapeutique contrôlé randomisé est considéré comme étant

Plus en détail

A la Recherche de la Sécurité Perdue des Patients

A la Recherche de la Sécurité Perdue des Patients A la Recherche de la Sécurité Perdue des Patients Patrick Triadou, Hôpital Necker, Université Paris Descartes patrick.triadou@nck.aphp.fr P Triadou 1ères Rencontres Internationales : Gouvernance des Risques

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Denis Smidts (IPM). Nous rapportons ici les principales idées évoquées par chacun des intervenants ; les PWP présentés sont fournis par ailleurs.

Denis Smidts (IPM). Nous rapportons ici les principales idées évoquées par chacun des intervenants ; les PWP présentés sont fournis par ailleurs. «L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES EN STAGE : UN LEVIER IMPORTANT DANS LA QUALITÉ DES APPRENTISSAGES.». COMPTE-RENDU DES PRÉSENTATIONS ET DES DISCUSSIONS. 0. Introduction générale (Dominique Van Pee) Denis

Plus en détail

Méthodes d apprentissage

Méthodes d apprentissage UNIVERSITÉ DE FRIBOURG SUISSE FACULTÉ DES SCIENCES UNIVERSITÄT FREIBURG SCHWEIZ MATHEMATISCH-NATURWISSENSCHAFTLICHE FAKULTÄT Annexe au plan d études du BMed en médecine humaine Méthodes d apprentissage

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION 2015 Talent Suite

PROGRAMME DE FORMATION 2015 Talent Suite PROGRAMME DE FORMATION 2015 Talent Suite Janvier 2015 4, Rte de Lavaux CH1095 Lutry wave@piman.ch +41 21 791 61 77 www.piman.ch www.savilleconsulting.com Offre de formation continue Wave PIMAN D. Held,

Plus en détail

RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES

RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES Philippe Voyer, inf., PhD I Université Laval I Centre d excellence sur le vieillissement de Québec-Unité de recherche

Plus en détail

La simulation en formation initiale infirmière: UNE PROMESSE POUR L APPRENTISSAGE

La simulation en formation initiale infirmière: UNE PROMESSE POUR L APPRENTISSAGE La simulation en formation initiale infirmière: UNE PROMESSE POUR L APPRENTISSAGE F. GIRARD Présidente ANdEP Administrateur de la SoFraSims Co-pilote d un groupe de travail Groupe de travail Cadres formateurs

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques B. Dureuil, PG. Yavordios, A. Steib Collège Français des Anesthésistes Réanimateurs (Absence de conflits d intérêts sur le sujet)

Plus en détail

Analyse des incidents

Analyse des incidents Analyse des incidents Formation B-Quanum 26/06/2012 N. Jacques Coordinatrice Qualité CMSE Introduction Contexte Contrat SPF Coordinateur qualité Médecine nucléaire Hôpital = Entreprise à Haut Risque Efficacité

Plus en détail

English Anywhere Anytime

English Anywhere Anytime English Anywhere Anytime Easy Access English vous offre des solutions de «blended learning», avec un accompagnement personnalisé grâce à un formateur anglophone attitré qui va vous former, vous guider,

Plus en détail

BERTHIER E, CHRISTIANO M, PHILIPPE M O, IEHL J, TATARU N, DECAVEL P, VUILLIER F, ELISEEF A, MOULIN T. Introduction (1). Contexte de l étude

BERTHIER E, CHRISTIANO M, PHILIPPE M O, IEHL J, TATARU N, DECAVEL P, VUILLIER F, ELISEEF A, MOULIN T. Introduction (1). Contexte de l étude REPRODUCTIBILITE INTEROBSERVATEUR DU TEST «NIHSS» (National Institutes of Heath Stroke Scale) RÉALISÉ PAR VIDÉOCONFÉRENCE : EXPÉRIENCE DU RÉSEAU DES URGENCES NEUROLOGIQUES (RUN) BERTHIER E, CHRISTIANO

Plus en détail

Atelier pédagogique Piccline au sein d un CHU. Marion BENOUACHKOU IDE hygiéniste/sehh/chu Dijon

Atelier pédagogique Piccline au sein d un CHU. Marion BENOUACHKOU IDE hygiéniste/sehh/chu Dijon Atelier pédagogique Piccline au sein d un CHU Marion BENOUACHKOU IDE hygiéniste/sehh/chu Dijon Le CHU de DIJON BOURGOGNE 1777 lits dont 281 lits d'ehpad EOH : 1 IDE pour 400 lits ( DU en hygiène ) : 3.3

Plus en détail

Analyse des risques a priori

Analyse des risques a priori Centre de coordination Sud-Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins Analyse des risques a priori Elisabeth Laprugne-Garcia Cadre supérieur de santé en hygiène CClin Sud-Est

Plus en détail

utilisée pour délivrer les exercices en classe.

utilisée pour délivrer les exercices en classe. Rendre accessible l activité physique aux personnes âgées souffrant de troubles de Fiche No 52 mémoire : une étude de faisabilité Logsdon RG, McCurry SM, Pike KC, Teri L. Making Physical Activity Accessible

Plus en détail

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE Forum HH 05.02.2013 Ghislaine Gagnon Unité HPCI Qualitatif ou quantitatif? Les 2 méthodes peuvent être utilisées séparément ou en conjonction - le qualitatif

Plus en détail

Analyse de l activité

Analyse de l activité Plan et liens avec UE2-15 Fondamentaux des IHM (M2 UE2-6) Valérie Renault valerie.renault@lium.univ-lemans.fr Analyse préalable de l activité [UE2-6] (cours / TP) Spécifications cahier des charges et spécifications

Plus en détail

Évènement indésirable grave en obstétrique:

Évènement indésirable grave en obstétrique: Évènement indésirable grave en obstétrique: Recueil, analyse, mesures correctrices Bruno Carbonne, Unité d Obstétrique, Hôpital Trousseau Paris Merci à : Véronique Lejeune, Gynerisq Jacques Weissenburger,

Plus en détail

"Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse"

Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse "Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse" Journées Franco-Suisses de Pharmacie Hospitalière 23 avril 2015, Mâcon Dr Vera Jordan-von Gunten Pharmacien d hôpital,

Plus en détail

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03 A Randomized Trial of Hyperglycemic Control in Pediatric Intensive Care Lalande Marion, Biblio du 3/03 Justification de l étude Etat actuel des connaissances sur le contrôle glycémique chez l adulte :

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Pour une culture commune de la prévention des risques

Pour une culture commune de la prévention des risques Droit et pratiques Gestion des risques Cartographie des risques Assurances Sécurité Sûreté Environnement Pour une culture commune de la prévention des risques Formation & Conseil 2011 EDITO Premier assureur

Plus en détail

L'évaluation des compétences comportementales

L'évaluation des compétences comportementales L'évaluation des compétences comportementales par le 360 degrés La transformation d une pratique d entreprise en une pratique pédagogique, dans une école de commerce Lucie Bégin 1, Antoine Véniard 2 1

Plus en détail

Rapport final d'évaluation Fernstudien Schweiz FS-CH Avril 2004, Annexe 1, page 1/5

Rapport final d'évaluation Fernstudien Schweiz FS-CH Avril 2004, Annexe 1, page 1/5 $QQH[H,QIRUPDWLRQVFRQFHUQDQWO pydoxdwlrqgho HQVHLJQHPHQWXQLYHUVLWDLUHj GLVWDQFH,QWURGXFWLRQ L enseignement à distance de niveau universitaire est d apparition récente en Suisse, où il est soutenu par des

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

Evènements indésirables graves en maternité.

Evènements indésirables graves en maternité. Evènements indésirables graves en maternité. Bilan de 4 années de recueil prospectif au CHU de Toulouse. Pr. O. Parant, M.Herman, E.Delon, C fleury CHU Toulouse Introduction (1) Améliorer la qualité en

Plus en détail