Impact toxicologique des migrants : valeurs d exposition, limites d exposition et évaluation du risque

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Impact toxicologique des migrants : valeurs d exposition, limites d exposition et évaluation du risque"

Transcription

1 Impact toxicologique des migrants : valeurs d exposition, limites d exposition et évaluation du risque Les notions de danger et de risque Aujourd hui, on fait souvent la confusion entre danger et risque, alors que ces mots recouvrent des notions différentes. Un danger se caractérise uniquement par sa nature, être victime d un accident de la route, être atteint d un cancer du poumon sont des dangers. Mais on comprend sans mal que le nombre de kilomètres parcourus par an ou le nombre de cigares fumés par jour ne seront pas sans incidence dans l éventuelle manifestation de ces dangers pour un individu. Cette notion de danger, pondérée par la fréquence d exposition à ce même danger, correspond au risque. Il en découle une approche en deux étapes pour l évaluation du risque : - identifier le danger potentiel, - mesurer l exposition à ce danger. Dans le cas présent des emballages, le danger est celui lié à la substance migrant vers l aliment et l exposition à ce danger correspond à la quantité de cette substance ingérée par le consommateur par jour. Il apparait fortement improbable au vu des connaissances actuelles que les constituants d'un emballage puissent déclencher un effet de toxicité aigüe. Seuls sont à craindre, et donc à rechercher, des effets relatifs à une toxicité sub-aigüe ou chronique. Dans l'approche recommandée par les lignes directrices de l'union Européenne (qui ne sont pas une directive...), le rejet implicite de toute toxicité aigüe a été accepté. De ce fait, la nature même du danger se trouve liée à l exposition qui définira à la fois le danger et le risque. Il convient de remarquer que le plus souvent seules les molécules de départ ou «starting substances» font l objet d une évaluation du risque. De ce fait, l influence des procédés de fabrication de l emballage sur ces molécules, la nature de composés néo-formés lors de ces procédés n étaient que peu ou pas abordées. Accéder à ces paramètres d une part, aborder les notions d antagonisme ou de synergie d effets des multiples constituants de certains emballages d autre part, nécessite des outils analytiques ou biologiques que nous ne possédons pas encore totalement et dont par conséquent nous ne connaissons ni la fiabilité, ni les coûts de mise en œuvre. L exposition "Seule la dose fait le poison" disait Paracelse il y a plusieurs siècles. Aucune découverte scientifique récente n'apporte de modification fondamentale à cette notion pour la majorité des effets toxiques

2 recensés à ce jour, seul le phénomène de cancérogénèse échappe peut être à cette notion. Il devra par conséquent être intégré dans la démarche mais sur des bases scientifiques distinctes. Le niveau d'exposition d'un individu standard (en dehors des groupes à risques d'origine génétique ) à des molécules issues de l emballage ne peut aujourd'hui se définir que de trois manières distinctes : - une étude de migration spécifique entre emballage et simulants a été réalisée et permet de simuler une ingestion quotidienne moyenne et donc un niveau d'exposition, - à défaut des cas précédents, on peut considérer que l'intégralité de la molécule va migrer dans l'aliment et prendre cette valeur comme base du calcul d'exposition. - ou plus satisfaisant, une étude épidémiologique, satisfaisante sur le plan des cohortes étudiées et des méthodes statistiques utilisées existe, et donne une valeur numérique correcte. 1 - Migration et exposition Accepter une relation entre le risque, le niveau d'exposition et l'ampleur du dossier toxicologique, est un point important car il va conditionner les études toxicologiques requises pour l'emploi d'un matériau ou d'un constituant. A ce jour, en France) ou un facteur de consommation est admis (0.8 pour les aliments aqueux et 0.2 pour les aliments gras). Est admis aussi en France, que pour l'alimentation humaine, un kg d'aliment emballé dans un même matériau est un maximum pour la ration quotidienne d un individu dont le poids moyen est de 60 kg. Le niveau d'exposition est la valeur pivot pour déterminer les études requises. En France, il est calculé un niveau d'exposition théorique sur la base des études de migration et du facteur de consommation N.E.T (µg/jour) = 0.8 [(SMA + SMB + SMC) x 0.33] SMD SMA = Migration spécifique dans l'eau SMB = Migration spécifique dans le simulant acide SMC = Migration spécifique dans le simulant alcoolique SMD = Migration spécifique dans l'huile d'olive pouvant être transformé en N.E.T (µg/jour) = 0.8 [(SMB + SMC) x 0.5] SMD De ce fait, les différents types d aliments étant considérés, il ne sera pas obligatoire de restreindre l utilisation de cette molécule à un type d aliments.

3 2 - Migration, seuils d exposition et dossier toxicologique Migration mg/kg aliment NET Exposition µg/kg pc/jour Données toxicologiques requises Jusqu à 0.05 Jusqu à 0.83 >0.05 à 5 >0.83 à 83 Génotoxicité Genotoxicité + étude 90-j + information sur la lipophilicité (évent. étude ADME) >5 >83 Genotoxicité + étude 90-j + étude ADME+ étude sur reproduction & développement + étude de toxicité chronique Seuils toxicologiques Par ailleurs, la multiplicité de substances à évaluer et la réponse à l interrogation sur les molécules néo-formées incitent à réfléchir sur la notion de seuil toxicologique qui seul permettra au vu des moyens financiers et humains disponibles de répondre de manière plus large aux problèmes de sécurité alimentaire que posent les emballages destinés au contact alimentaire. Le concept de ce seuil a été développé par la FDA afin de répondre à la notion de l exigence minimale (de minimis requirement) pouvant permettre d établir des priorités quant à des interrogations majeures tout en ne négligeant pas des questions plus triviales dans le domaine de la sécurité alimentaire. A l évidence, ce concept est à la frontière de l évaluation du risque et de la gestion du risque. Il appartient donc d en apporter les bases scientifiques afin que le choix quant à son utilisation puisse être fait par les organismes réglementaires, et conduire ensuite à une nouvelle approche dans l évaluation du risque. Ce concept utilisé par la FDA depuis 1995 dans le domaine des matériaux au contact des aliments (considérés comme indirect additives) se réfère à un seuil en-dessous duquel le risque prévisible est considéré comme acceptable et ne nécessite donc pas d études toxicologiques particulières. Le «treshold of toxicological concern» (TTC) reprend cette notion de seuil mais en la basant sur la détermination d un risque acceptable déterminé à partir de données existantes et non plus sur la base de données propres à la molécule considérée. Cette approche a reçu le nom de méthode probabiliste dans la mesure où elle fait appel à une fréquence de risque acceptée avec une probabilité déterminée à partir le plus souvent d une représentation log-normale de la répartition des doses conduisant à un

4 effet identifié. Une partie importante de la réflexion consiste à passer d un effet identifié à la somme des effets toxiques connus à ce jour, et donc de passer d un seuil pour un seul effet à un seuil de référence toxicologique (toxicological concern). Un large effort a été mis en œuvre pour répondre à cette interrogation tout en sachant que la notion même de TTC ne pouvait être éludée sur le plan de la gestion du risque pour les 3000 substances utilisées dans les emballages et le nombre similaire de molécules aromatiques utilisées dans notre alimentation. Ces commentaires indiquent la pression actuelle sur les aspects de sécurité alimentaire et la nécessité encore plus forte aujourd hui de devoir gérer tous les risques et par conséquent d établir des priorités dans le temps quand cela est possible et surtout de disposer d un système d évaluation toxicologique permettant de hiérarchiser les demandes d études scientifiques en fonction de l exposition prévisible. Une nouvelle approche de l exposition (EFSA, 2012)

5 Conséquences des modifications du modèle pour des consommations de 20 g/kg pc (scénario 3) Migration Exposition Guidelines Guidelines maximale µg/kg pc par actuelles proposées µg/kg alim. jour Jusqu à Génotox Génotox de 50 à 75 de 1.0 à 1.5 Génotox + 90-d Génotox de 75 à 4500 de 1.5 à 90 Génotox + 90-d Génotox + 90-d + ADME de 90 à 100 Génotox + 90-d Dossier complet > 5000 > 100 Dossier complet Dossier complet Conclusion Le risque lié à l emballage alimentaire est reconnu au travers d une double approche analytique et toxicologique. Il ne sera donc jamais totalement maîtrisé dans la mesure où la toxicologie ne sera jamais une science exacte. De façon similaire, on ne maîtrise pas les migrations spécifiques réelles qui se produisent pour un couple aliment-emballage parfaitement défini. Enfin, nous sommes et serons incapables de donner les niveaux d exposition réels pour les différents types de consommateur que nous sommes. Quitte à froisser quelques susceptibilités, il sera incontournable un jour de choisir entre une sécurité alimentaire optimale en fonction des moyens à disposition et une sécurité alimentaire maximale ne tenant compte que des pressions du moment. Ce choix devra ensuite faire l'objet d'une communication clairement explicative auprès des consommateurs lors des «accidents» qui seront immédiatement fortement médiatisés. Dans ce contexte, les procédures actuelles, qui visent à une sécurité alimentaire qualifiée précédemment d'optimale, ne doivent pas être considérées par l industrie comme un exercice de style exigé par les experts qu ils soient analystes ou toxicologues, mais comme le moyen d apporter à tous ceux qui sont concernés par l emballage une réponse la plus objective possible et sans contrainte inutile dans le domaine de la sécurité alimentaire.

Principes d évaluation du risque chimique en sécurité alimentaire

Principes d évaluation du risque chimique en sécurité alimentaire Principes d évaluation du risque chimique en sécurité alimentaire Pr D Parent-Massin Laboratoire de Toxicologie Alimentaire et Cellulaire EA 3880 Université de Bretagne Occidentale RISQUE Le risque est

Plus en détail

Valeurs toxicologiques de référence (VTR)

Valeurs toxicologiques de référence (VTR) Valeurs toxicologiques de référence (VTR) Les VTR sont utilisées dans les démarches d évaluation quantitative du risque sanitaire et de proposition de valeurs guides de qualité des milieux Les VTR sont

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL «COSMETOLOGIE & PLASTURGIE»

GROUPE DE TRAVAIL «COSMETOLOGIE & PLASTURGIE» GROUPE DE TRAVAIL «COSMETOLOGIE & PLASTURGIE» " Pour une filière de l industrie de la cosmétique forte en France " Sommaire 1. L emballage : rarement inerte... 2 2. La nouvelle réglementation cosmétique...

Plus en détail

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP Paiements de transfert Chapitre SP 3410 Avril 2011 CCSP AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 33 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public, publiée en mars 2011, comprenait le chapitre

Plus en détail

Résumé des observations reçues du public concernant les Approches de gestion des risques proposées pour la substance du troisième lot du Défi EMDEG

Résumé des observations reçues du public concernant les Approches de gestion des risques proposées pour la substance du troisième lot du Défi EMDEG Résumé des observations reçues du public concernant les Approches de gestion des risques proposées pour la substance du troisième lot du Défi EMDEG Les observations reçues sur l Approche de gestion des

Plus en détail

LA GESTION DES PRODUITS DANGEREUX

LA GESTION DES PRODUITS DANGEREUX LA GESTION DES PRODUITS DANGEREUX Les produits présents dans l entreprise peuvent être une source de dangers pour les salariés et l environnement que ce soient des produits entrants, des produits fabriqués

Plus en détail

La démarche d'analyse des Risques Résiduels

La démarche d'analyse des Risques Résiduels La démarche d'analyse des Risques Résiduels INDICE ETAT MODIFICATIONS DATE DATE approbation MEDD mise en application V0 opérationnel 08/02/07 08/02/07 2 SOMMAIRE PREAMBULE 5 1 Contexte et champ d application

Plus en détail

Version révisée n 3. Mars 2009. Remplace la version d octobre 2005

Version révisée n 3. Mars 2009. Remplace la version d octobre 2005 Bonnes Pratiques de Fabrication des Encres utilisées sur la face non en contact des aliments des emballages de denrées alimentaires et d articles destinés au contact des aliments Version révisée n 3 Remplace

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ ET DES CONSOMMATEURS

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ ET DES CONSOMMATEURS COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ ET DES CONSOMMATEURS Décembre 2012 GUIDE A L INTENTION DES AUTORITES COMPETENTES POUR LE CONTROLE DE LA CONFORMITE AVEC LES ACTES LEGISLATIFS DE L UE

Plus en détail

Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique.

Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique. de lecture Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique. Afin d aider le lecteur à se forger une opinion sur la

Plus en détail

Guide relatif aux Mesures de Maîtrise des Risques instrumentées (MMRI)

Guide relatif aux Mesures de Maîtrise des Risques instrumentées (MMRI) Guide relatif aux Mesures de Maîtrise des Risques instrumentées (MMRI) 1 - Préambule L objet de ce guide est de définir des règles générales pour la prise en compte, dans les études de dangers, des mesures

Plus en détail

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Préparée par les permanents du Conseil sur la comptabilité dans le secteur public Octobre 2009 TABLE DES MATIÈRES PARAGRAPHE Introduction....01

Plus en détail

CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail :

CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail : CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail : Christiane BASSET François BEAUFILS Frédérique DREIFUSS-NETTER

Plus en détail

Valeurs limites d exposition professionnelle. Critères et méthode de détermination en France Les cancérogènes

Valeurs limites d exposition professionnelle. Critères et méthode de détermination en France Les cancérogènes Valeurs limites d exposition professionnelle Critères et méthode de détermination en France Les cancérogènes 1 HISTORIQUE VLEP (France) Premières valeurs contraignantes > Benzène (décret du 9/11/73) >

Plus en détail

Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension

Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension 1 Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension 2015-020-CTST-PRO-1 Approbation du 5 juin 2015 Annule et remplace l édition du 3 octobre 2014 2 Sommaire 1. Préambule...

Plus en détail

Demi-masques de protection respiratoire contre les poussières. Points essentiels en matière de sélection et d utilisation

Demi-masques de protection respiratoire contre les poussières. Points essentiels en matière de sélection et d utilisation Demi-masques de protection respiratoire contre les poussières Points essentiels en matière de sélection et d utilisation 1 Quand faut-il utiliser des demi-masques de protection respiratoire? Le présent

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER Ce dossier a pour objectif d informer les professionnels de santé prescripteurs sur la sécurité sanitaire associée aux prothèses fabriquées par

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Déchets marins

Consensus Scientifique sur. les. Déchets marins page 1/6 Consensus Scientifique sur Source : GESAMP (2010) les Déchets marins Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - La production mondiale de plastiques augmente et cette hausse s accompagne d une augmentation

Plus en détail

REFERENTIEL TECHNIQUE. Intrants. Utilisables en Agriculture Biologique

REFERENTIEL TECHNIQUE. Intrants. Utilisables en Agriculture Biologique Page: 1/10 REFERENTIEL TECHNIQUE Intrants Utilisables en Agriculture Biologique Ce document est la propriété d ECOCERT. Toute reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement écrit d ECOCERT

Plus en détail

LES IMPACTS DU REGLEMENT REACH DANS LE SECTEUR ALIMENTAIRE

LES IMPACTS DU REGLEMENT REACH DANS LE SECTEUR ALIMENTAIRE LES IMPACTS DU REGLEMENT REACH DANS LE SECTEUR ALIMENTAIRE : Fabrication de denrées alimentaires et de matériaux en contact avec les denrées alimentaires Le règlement REACH 1 («Registration, Evaluation

Plus en détail

NOTICE «Solvabilité II» Évaluation interne des risques et de la solvabilité (ORSA)

NOTICE «Solvabilité II» Évaluation interne des risques et de la solvabilité (ORSA) NOTICE «Solvabilité II» Évaluation interne des risques et de la solvabilité (ORSA) (Version en date du 17/12/2015) TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction...3 2. Gouvernance de l ORSA...3 2.1. Approche générale...3

Plus en détail

Comment surveiller un changement profond :

Comment surveiller un changement profond : : présenter votre plan de basculement aux IFRS dans le rapport de gestion Le basculement des normes canadiennes d information financière aux Normes internationales d information financière (les «IFRS»)

Plus en détail

LA GESTION DES PRODUITS DANGEREUX

LA GESTION DES PRODUITS DANGEREUX LA GESTION DES PRODUITS DANGEREUX Les produits présents dans l entreprise peuvent être une source de dangers pour les salariés et l environnement que ce soient des produits entrants, des produits fabriqués

Plus en détail

METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES

METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES JEUDI LANCEMENT DE LA SECTION REGIONALE SFSTP NORD METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES Eliane Bauthier-Loiseau SFSTP /TechnologieServier INTRODUCTION

Plus en détail

Document de travail 14. Original: anglais

Document de travail 14. Original: anglais Document de travail 14 Original: anglais Vers une politique de partage des données d enquête et de suivi recueillies et/ou conservées par le Programme pêche côtière de la CPS pour le compte des pays membres

Plus en détail

L évaluation quantitative des expositions chimiques liées à l alimentation : données et modèles

L évaluation quantitative des expositions chimiques liées à l alimentation : données et modèles L évaluation quantitative des expositions chimiques liées à l alimentation : données et modèles Jean-Luc Volatier Anses DER Académie nationale de Pharmacie, 18 juin 2014 Les étapes de l évaluation des

Plus en détail

POLLUANTS TRACEURS POUR LES ETUDES D EVALUATION DES RISQUES SANITAIRES DES INFRASTRUCTURES ROUTIERES

POLLUANTS TRACEURS POUR LES ETUDES D EVALUATION DES RISQUES SANITAIRES DES INFRASTRUCTURES ROUTIERES POLLUANTS TRACEURS POUR LES ETUDES D EVALUATION DES RISQUES SANITAIRES DES INFRASTRUCTURES ROUTIERES Dr. Sylvie Cassadou Institut de Veille Sanitaire Groupe d experts Sylvie Cassadou : Institut de veille

Plus en détail

Les dispositifs non innovants. Évaluation biologique : relations avec la validation du nettoyage. iso 10993-1

Les dispositifs non innovants. Évaluation biologique : relations avec la validation du nettoyage. iso 10993-1 cahier spécial 45 Évaluation biologique : relations avec la validation du nettoyage Par Aurélien Bignon, BioM Advice Les dispositifs médicaux (DM) doivent suivre une procédure d évaluation biologique décrite

Plus en détail

Présentation du logiciel des éditions législatives.

Présentation du logiciel des éditions législatives. Présentation du logiciel des éditions législatives. Le logiciel des éditions législatives a été retenu par l ensemble des sites TCF afin d évaluer les risques professionnels. Les sites de Colombes et Cholet

Plus en détail

Approbation du modèle de tarification applicable à la réglementation des marchés de titres de créance

Approbation du modèle de tarification applicable à la réglementation des marchés de titres de créance Avis administratif Avis d approbation Destinataires à l interne: Finances Haute direction Personne-ressource : Keith Persaud Premier vice-président aux finances et à l administration 416 865-3022 kpersaud@iiroc.ca

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL. Art. R. 231-61.- Au sens de la présente section, on entend par :

CODE DU TRAVAIL. Art. R. 231-61.- Au sens de la présente section, on entend par : CODE DU TRAVAIL Art. R. 231-60.- La présente section fixe les règles particulières de prévention et de protection des travailleurs contre les risques résultant d'une exposition à des agents biologiques.

Plus en détail

DOCUMENTS DE FORMATION CODEX FAO/OMS SECTION QUATRE LES BASES SCIENTIFIQUES DES TRAVAUX DU CODEX

DOCUMENTS DE FORMATION CODEX FAO/OMS SECTION QUATRE LES BASES SCIENTIFIQUES DES TRAVAUX DU CODEX DOCUMENTS DE FORMATION CODEX FAO/OMS SECTION QUATRE LES BASES SCIENTIFIQUES DES TRAVAUX DU CODEX L'analyse des risques dans le cadre du Codex Qu'est-ce que l'analyse des risques? Un processus comportant

Plus en détail

La nutrition chez la mère, le nourrisson et le jeune enfant

La nutrition chez la mère, le nourrisson et le jeune enfant SOIXANTE-NEUVIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A69/7 Add.1 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire 13 mai 2016 La nutrition chez la mère, le nourrisson et le jeune enfant Orientations en vue de mettre

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Direction générale des entreprises

MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Direction générale des entreprises 1 sur 6 28/03/2008 17:10 Texte non paru au Journal officiel 1144 MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Direction générale des entreprises Direction de l action régionale, de la qualité

Plus en détail

Questionnaire pour l évaluation des accumulateurs et chargeurs

Questionnaire pour l évaluation des accumulateurs et chargeurs Questionnaire pour l évaluation des accumulateurs et chargeurs Edition : novembre 2012 SuperDrecksKëscht B.P. 43 L-7701 Colmar-Berg Tél. : 00352 488 216 1 Fax : 00352 488 216 255 Courriel : info@sdk.lu

Plus en détail

SECTION 1: Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise

SECTION 1: Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise SECTION 1: Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise 1.1. Identificateur de produit 1.2. Utilisations identifiées pertinentes de la substance ou du mélange et utilisations

Plus en détail

(Texte présentant de l intérêt pour l EEE) Version Consolidée

(Texte présentant de l intérêt pour l EEE) Version Consolidée RÈGLEMENT (UE) N 10/2011 DE LA COMMISSION du 14 janvier 2011 concernant les matériaux et objets en matière plastique destinés à entrer en contact avec des denrées alimentaires (Texte présentant de l intérêt

Plus en détail

LA COLLECTION PARFUM DE GLADE ROSEAUX DIFFUSEURS PARFUMÉS - DOUCEUR DE COTON

LA COLLECTION PARFUM DE GLADE ROSEAUX DIFFUSEURS PARFUMÉS - DOUCEUR DE COTON 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Fiche Nom commercial : LA COLLECTION PARFUM DE GLADE ROSEAUX DIFFUSEURS Utilisation de la : Désodorisant ménager substance/préparation Société : S.C. Johnson

Plus en détail

La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants

La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants Dr. Lechevin Véronique Médecin du travail Dépt Surveillance médicale S.C.P.P. ULB - Erasme - Bordet A. Introduction

Plus en détail

Tirée du site http://www.crisisriskmanagement.com/, 25 novembre 2010.

Tirée du site http://www.crisisriskmanagement.com/, 25 novembre 2010. Tirée du site http://www.crisisriskmanagement.com/, 25 novembre 2010. Qu est-ce qu un danger? La signification du mot danger peut porter à confusion puisque les définitions combinent souvent le danger

Plus en détail

MAXATA Version 1.1 Date de révision: : 24/08/2009

MAXATA Version 1.1 Date de révision: : 24/08/2009 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE Informations sur le produit Nom du produit : Utilisation : Herbicide Société : Nufarm S.A.S. 28, Boulevard Camélinat - BP 75 F-92233

Plus en détail

Montpellier SupAgro - 6 Juin 2013. En partenariat avec

Montpellier SupAgro - 6 Juin 2013. En partenariat avec Montpellier SupAgro - 6 Juin 2013 En partenariat avec Exigences réglementaires : aptitude au contact alimentaire Hervé PEY Direction Générale de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des

Plus en détail

Aglia Quai aux vivres BP 20285 17312 Rochefort Cedex Code du registre de transparence : 252761514474-54

Aglia Quai aux vivres BP 20285 17312 Rochefort Cedex Code du registre de transparence : 252761514474-54 Réponse de l AGLIA à la Consultation de la Commission Européenne concernant l élaboration de plans pluriannuels de gestion pour les pêcheries démersales dans les eaux occidentales de l Union européenne

Plus en détail

AVIS du Conseil supérieur d'hygiène publique de France relatifs aux materiaux au contact des denrées alimentaires

AVIS du Conseil supérieur d'hygiène publique de France relatifs aux materiaux au contact des denrées alimentaires AVIS du Conseil supérieur d'hygiène publique de France relatifs aux materiaux au contact des denrées alimentaires NOR: ECOC991O121 V (BOCCRF n 9 du 12 mai 1999) Section de l'alimentation et de la nutrition

Plus en détail

LE CIRC CLASSE LES CHAMPS DE FREQUENCES ELECTROMAGNETIQUES COMME CARCINOGENES POSSIBLES CHEZ L HOMME

LE CIRC CLASSE LES CHAMPS DE FREQUENCES ELECTROMAGNETIQUES COMME CARCINOGENES POSSIBLES CHEZ L HOMME Traduction intégrale du communiqué de presse n 208 du 31 mai 2011 de l Organisation mondiale de la santé Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) IARC CLASSIFIES RADIOFREQUENCY ELECTROMAGNETIC

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

CONFERENCE SUR «ALCOOL, DROGUES ET PREVENTION EN MILIEU PROFESSIONNEL :

CONFERENCE SUR «ALCOOL, DROGUES ET PREVENTION EN MILIEU PROFESSIONNEL : Groupe de Coopération en matière de lutte contre l abus et le trafic illicite des stupéfiants Strasbourg, 15 mai 2012 P-PG/Work(2012)3rev1_fr CONFERENCE SUR «ALCOOL, DROGUES ET PREVENTION EN MILIEU PROFESSIONNEL

Plus en détail

Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus

Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus I/ L alcool, ennemi du fœtus p2 II/ Les dommages causés par l alcool sur l embryon et le fœtus III/ L atteinte du système nerveux IV/ Les structures cérébrales

Plus en détail

Comparaison entre les législations européenne et suisse en radioprotection

Comparaison entre les législations européenne et suisse en radioprotection B Eidgenössische Kommission für Strahlenschutz und Überwachung der Radioaktivität Commission fédérale de protection contre les radiations et de surveillance de la radioactivité Commissione federale della

Plus en détail

La direction départementale de la protection des populations du Var vous informe

La direction départementale de la protection des populations du Var vous informe La direction départementale de la protection des populations du Var vous informe Direction départementale de la protection des population du Var Centre interadministratif 98 rue Montebello - 83000 TOULON

Plus en détail

CONTRAT D ETUDES. Sexe [M/F] Année académique 20../20.. Cycle d études 2. Département Composante. Département Composante

CONTRAT D ETUDES. Sexe [M/F] Année académique 20../20.. Cycle d études 2. Département Composante. Département Composante Annexe I Les instructions et les notes sont disponibles à la fin du document. CONTRAT D ETUDES L étudiant Nom (s) Prénom (s) Date de naissance Nationalité 1 Sexe [M/F] Année académique 20../20.. Cycle

Plus en détail

ARCHIVE 29/06/2012. DIS 2276 Compléments alimentaires - Emballage et étiquetage (y compris normes de commercialisation) [2276] v2

ARCHIVE 29/06/2012. DIS 2276 Compléments alimentaires - Emballage et étiquetage (y compris normes de commercialisation) [2276] v2 Unité Provinciale de :... Date :... Contrôleur Responsable:... N :... Opérateur :... N unique :... Adresse :...... DIS 2276 Compléments alimentaires - Emballage et étiquetage (y compris normes de commercialisation)

Plus en détail

Eléments de stratégie d échantillonnage à l adresse des diagnostiqueurs amiante.

Eléments de stratégie d échantillonnage à l adresse des diagnostiqueurs amiante. Eléments de stratégie d échantillonnage à l adresse des diagnostiqueurs amiante. Essai de détermination du nombre de prélèvements à effectuer lors d un diagnostic amiante afin d assurer une représentativité

Plus en détail

LE PROJET DE PRELEVEMENT KILOMETRIQUE

LE PROJET DE PRELEVEMENT KILOMETRIQUE Avis de l Union Wallonne des Entreprises UNION WALLONNE DES ENTREPRISES Chemin du Stockoy, 1-3 à 1300 WAVRE Tél. + 32 (0) 10 47.19.41 - Fax : + 32 (0) 10 45 33 43- E-mail : samuel.saelens@uwe.be 1. Introduction

Plus en détail

ICH Q3D Guide relatif aux impuretés élémentaires

ICH Q3D Guide relatif aux impuretés élémentaires ICH Q3D Guide relatif aux impuretés élémentaires Andrea Lodi et Hendrik de Jong 3 décembre 2014 Structure de la présentation Durée : 30 min Introduction et raison d être AL Périmètre du guide HdJ Aspects

Plus en détail

Questions / réponses sur le modèle de déclaration de conformité ANIA / CLIFE

Questions / réponses sur le modèle de déclaration de conformité ANIA / CLIFE Questions / réponses sur le modèle de déclaration de conformité ANIA / CLIFE Version 1 (06/07/2010) Le modèle de déclaration de conformité ANIA / CLIFE (Comité de liaison des industries françaises de l

Plus en détail

LA DEMARCHE COMPETENCE

LA DEMARCHE COMPETENCE LA DEMARCHE COMPETENCE Chapitre 3 : La démarche compétence Chapitre 3 : La démarche compétence... 1 3.1. Les attentes des acteurs de la Démarche Compétence... 2 3.1.1 Les attentes de l entreprise... 2

Plus en détail

: SC Johnson S.A.S. C.S. 30606 95004 - Cergy Pontoise Cedex France

: SC Johnson S.A.S. C.S. 30606 95004 - Cergy Pontoise Cedex France 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/ DU MÉLANGE ET DE LA SOCIÉTÉ/ L'ENTREPRISE 1.1 Identificateur de produit : 1.2 Utilisations identifiées pertinentes de la substance ou du mélange et utilisations déconseillées

Plus en détail

Présentation du Cadre Harmonisé

Présentation du Cadre Harmonisé Intégration des programmes de Nutrition et de Sécurité Alimentaire en situation d urgence et pour le renforcement de la résilience au Sahel Atelier Régional de Formation & de Formation des Formateurs 9

Plus en détail

Phase avant-projet : Sélection de la stratégie d'ingénierie incendie appropriée pour les bâtiments à un seul niveau

Phase avant-projet : Sélection de la stratégie d'ingénierie incendie appropriée pour les bâtiments à un seul niveau Phase avant-projet : Sélection de la stratégie d'ingénierie incendie appropriée pour les Les présentes informations traitent des approches d'ingénierie incendie les plus appropriées dans des cas spécifiques

Plus en détail

Logiciel PEB Versions 6.5.0 6.5.1

Logiciel PEB Versions 6.5.0 6.5.1 (mai 2015 juin 2015) Problèmes et corrections liés à la conversion de fichiers DIRECTION GÉNÉRALE OPÉRATIONNELLE DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, DU LOGEMENT, DU PATRIMOINE ET DE L ÉNERGIE Département de

Plus en détail

Exposition au bitume et à ses émissions dans le cadre professionnel

Exposition au bitume et à ses émissions dans le cadre professionnel 18 octobre 2011 Exposition au bitume et à ses émissions dans le cadre professionnel Lyon, France, 18 octobre 2011 Le programme "monographie"s de l'oms/ centre international de recherche sur le cancer a

Plus en détail

PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES FRUITS ET LÉGUMES FRAIS. Douzième Session Mexico (Mexique), 16-20 Mai 2005

PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES FRUITS ET LÉGUMES FRAIS. Douzième Session Mexico (Mexique), 16-20 Mai 2005 Point 3(b) de l'ordre du jour Alinorm 04/27/35-App.lV CX/FFV 05/12/6 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES FRUITS ET LÉGUMES FRAIS Douzième Session Mexico (Mexique),

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

Material Safety Data Sheet

Material Safety Data Sheet 2 4 Chath am Place, BR IGH TON BN1 3TN ( U K) TE L. (U K) 0845 310 80 6 6 FAX. (U K) 0870 135 27 1 1 I n t e r n a t i o n a l T e l. + 4 4 1 2 7 3 2 3 6 5 2 4 EMAIL: lau ra@nhror ganicoi ls.co.uk Web

Plus en détail

Consensus Scientifique sur la. Pollution de l'air. Ozone

Consensus Scientifique sur la. Pollution de l'air. Ozone page 1/5 Consensus Scientifique sur la Pollution de l'air Ozone Source : OMS (2003-2004) Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les effets sur la santé de trois principaux polluants de l'air ont été revus

Plus en détail

PPA. Préambule. Présentation du Pack PA. ACK Pack PA - Notice d utilisation. En pratique. Sommaire. Comment utiliser les outils?

PPA. Préambule. Présentation du Pack PA. ACK Pack PA - Notice d utilisation. En pratique. Sommaire. Comment utiliser les outils? Classement des outils du Pack PA (fichiers bureautiques) P Petites Associations et Fondations Petits Fonds de dotation Exemple de fichier : Questionnaire d analyse du risque d anomalies Notice d utilisation

Plus en détail

l'organisation d'un intégrateur de services fédéral (CO-A-2015-025) données à caractère personnel (ci-après la "LVP"), en particulier l'article 29 ;

l'organisation d'un intégrateur de services fédéral (CO-A-2015-025) données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier l'article 29 ; 1/9 Avis n 20/2015 du 10 juin 2015 Objet : avis relatif au projet d'arrêté royal déterminant les critères sur la base desquels des données sont qualifiées d'authentiques en exécution de la loi du 15 août

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Dioxines

Consensus Scientifique sur. les. Dioxines page 1/5 Consensus Scientifique sur Source : IPCS - OMS (1998) les Dioxines Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les dioxines sont principalement libérées par les activités humaines telles que l'incinération

Plus en détail

A. Données d identification :

A. Données d identification : Enquête du panel des PME impact de la «législation alimentaire générale» [Règlement (CE) nº 178/2002] Quel est l objectif de cette enquête? Introduction Notre objectif est de déterminer l incidence de

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L ÉDUCATION ET DE LA CULTURE

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L ÉDUCATION ET DE LA CULTURE Version du 18.11.2013 COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L ÉDUCATION ET DE LA CULTURE Direction Culture et créativité Unité Diversité et innovation culturelles MODÈLE DE CAHIER DES CHARGES POUR

Plus en détail

SÉMINAIRE DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET LA FORMATION TECHNIQUE CONCLUSIONS TIRÉES À LA LUMIÈRE DES EXPOSÉS

SÉMINAIRE DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET LA FORMATION TECHNIQUE CONCLUSIONS TIRÉES À LA LUMIÈRE DES EXPOSÉS SÉMINAIRE DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET LA FORMATION TECHNIQUE CONCLUSIONS TIRÉES À LA LUMIÈRE DES EXPOSÉS PAR PAUL INCHAUSPÉ Montréal, le 19 janvier 1995 Ce séminaire

Plus en détail

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT PREFECTURE DE LA REGION AQUITAINE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Santé Sécurité Travail REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE À L INTENTION DE L INDUSTRIE

LIGNE DIRECTRICE À L INTENTION DE L INDUSTRIE LIGNE DIRECTRICE À L INTENTION DE L INDUSTRIE L INNOCUITÉ DES RÉSIDUS DE MÉDICAMENTS VÉTÉRINAIRES DANS LES ALIMENTS DE CONSOMMATION HUMAINE : ESSAI DE TOXICITÉ CHRONIQUE À DOSES RÉPÉTÉES VICH GL37 Date

Plus en détail

CLORTOSINT Version 1.0 Date de révision: : 03/07/2008

CLORTOSINT Version 1.0 Date de révision: : 03/07/2008 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE Informations sur le produit Nom du produit : Utilisation : Herbicide Société : Nufarm S.A.S. 28, Boulevard Camélinat - BP 75 F-92233

Plus en détail

La comptabilité, une technique statistique

La comptabilité, une technique statistique La comptabilité, une technique statistique Claude JANSSENS 1. Introduction En doctrine, une approche qui peut permettre de démontrer l importance du respect du caractère correct et complet des situations

Plus en détail

Guide de lecture du référentiel de certification pour l activité de «conseil indépendant de toute activité de vente ou d application»

Guide de lecture du référentiel de certification pour l activité de «conseil indépendant de toute activité de vente ou d application» Guide de lecture du référentiel de certification pour l activité de «conseil indépendant de toute activité de vente ou d application» mentionné à l article 7 de l arrêté du 25 novembre 2011 fixant les

Plus en détail

AVIS PRESENTATION DE LA DEMANDE 1/6. Anses dossier n 2011-6324_PAMM MAGISEM PROTEC Dossier lié n 2011-6322_PAMM

AVIS PRESENTATION DE LA DEMANDE 1/6. Anses dossier n 2011-6324_PAMM MAGISEM PROTEC Dossier lié n 2011-6322_PAMM Maisons-Alfort, le 21 mars 2013 LE DIRECTEUR GENERAL AVIS de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à une demande d'autorisation de mise sur

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique BEPS ACTION 10: PROJET DE RAPPORT RELATIF AUX PRIX DE TRANSFERT PRATIQUES DANS LES TRANSACTIONS TRANSFRONTALIERES PORTANT SUR DES PRODUITS DE BASE 6 décembre 2014 6 février 2015 PROJET

Plus en détail

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES De quoi s agit-il? La mesure des risques discriminatoires dans les carrières professionnelles au sein d une organisation présente des difficultés.

Plus en détail

L annexe 6: mode d emploi

L annexe 6: mode d emploi Les Normes de Base constituent une série d arrêtés royaux successifs qui définissent les exigences en matière de sécurité incendie applicables aux bâtiments nouveaux et aux extensions de bâtiments existants.

Plus en détail

A. Directives générales

A. Directives générales DIRECTIVES POUR DETERMINER SI DES TACHES RELEVENT OU NON D'UN EMPLOI D'ADMINISTRATEUR A. Directives générales 1. Pour déterminer si un poste doit être classé selon la norme-cadre, la première étape consiste

Plus en détail

Vos ustensiles de nettoyage assurent-ils la sécurité alimentaire?

Vos ustensiles de nettoyage assurent-ils la sécurité alimentaire? Vos ustensiles de nettoyage assurent-ils la sécurité alimentaire? Debra Smith, Vikan (GB) Ltd., 1-3 Avro Gate, Broadmoor Road, South Marston Park, Swindon, Wiltshire, SN3 4AG, Royaume-Uni. Introduction

Plus en détail

Liste d Auto-Evaluation

Liste d Auto-Evaluation Liste d Auto-Evaluation Utiliser cette liste pour revoir la politique et les procédures internes de votre établissement afin de les comparer aux exigences requises pour réussir la vérification du Programme

Plus en détail

Place de l optimisation dans les nouveaux BSS de la Commission Européenne

Place de l optimisation dans les nouveaux BSS de la Commission Européenne Place de l optimisation dans les nouveaux BSS de la Commission Européenne L. Lebaron-Jacobs, J.L. Godet, A. Rannou Experts Article 31 Traité EURATOM Rôle de l'union européenne Traité Euratom (1957) permettre

Plus en détail

814.812.38 Ordonnance du DETEC relative au permis pour l utilisation de fluides frigorigènes

814.812.38 Ordonnance du DETEC relative au permis pour l utilisation de fluides frigorigènes Ordonnance du DETEC relative au permis pour l utilisation de fluides frigorigènes (OPer-Fl) du 28 juin 2005 (Etat le 13 février 2007) Le Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie

Plus en détail

L évaluation du risque. Principes et méthodes

L évaluation du risque. Principes et méthodes Principes et méthodes Claude Alzieu Ifremer Sète Définitions Danger? Effet indésirable, propriété intrinsèque, d une substance (toxicité), d un organisme vivant (pathogénicité), d une situation... Cibles:

Plus en détail

ISO/DIS 9001:2014 Analyse du projet de norme international

ISO/DIS 9001:2014 Analyse du projet de norme international ISO/DIS 9001:2014 Analyse du projet de norme international Une perspective LRQA Mai 2014 Introduction La publication du Projet de Norme Internationale (DIS) de la norme (ISO/DIS 9001:2014) dessystème de

Plus en détail

R É G L E M E N T A T I O N S C E / C L P. Formations. H y g i è n e & S é c u r i t é

R É G L E M E N T A T I O N S C E / C L P. Formations. H y g i è n e & S é c u r i t é R É G L E M E N T A T I O N S C E / C L P Formations H y g i è n e & S é c u r i t é 106 avenue Georges Clemenceau ZA La Garenne 94366 Bry-sur-Marne Cedex Tél. : 01 48 82 51 51 Fax : 01 48 82 51 59 E-mail

Plus en détail

Guide relatif à l assurance de la qualité applicable au transport des matières radioactives

Guide relatif à l assurance de la qualité applicable au transport des matières radioactives Guide relatif à l assurance de la qualité applicable au transport des matières radioactives Références [1] Paragraphe 1.7.3 de l accord européen relatif au transport international des marchandises dangereuses

Plus en détail

Pertinence et non-pertinence de la susceptibilité génétique pour l établissement de normes dans le cadre du contrôle des risques.

Pertinence et non-pertinence de la susceptibilité génétique pour l établissement de normes dans le cadre du contrôle des risques. Pertinence et non-pertinence de la susceptibilité génétique pour l établissement de normes dans le cadre du contrôle des risques. Rapport synthétique de la recherche PS/17 ( 1 ) K. Van Damme (coordinateur),

Plus en détail

Baccalauréat. Document ressources

Baccalauréat. Document ressources Baccalauréat Document ressources "#$%&'(&($)*+&,'(-.))$+/.0,&+&,'(*1.)).2.*#3.'45678 Sommaire du document d accompagnement "##$%&'()*()"+*#',-().$++"#/$0,'#',-1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111112

Plus en détail

Approches fondées sur les notations internes (approche de base et approche avancée) 1 Lettre comportant une demande formelle d approbation

Approches fondées sur les notations internes (approche de base et approche avancée) 1 Lettre comportant une demande formelle d approbation ANNEXE 1 Approches fondées sur les notations internes (approche de base et approche avancée) Cette annexe énumère les informations qu un établissement doit transmettre à la CBFA pour que son dossier en

Plus en détail

Prière de transmettre aux intéressés dans votre société

Prière de transmettre aux intéressés dans votre société Personne-ressource : Prière de transmettre aux intéressés dans votre société Sylvie Poirier Avocate à la mise en application BULLETIN N 3673 514 878-2854 Le 20 septembre 2007 spoirier@ida.ca Discipline

Plus en détail

EXCIPIENTS ET IMPURETES : Structures d alerte et relation entre les parties pharmaceutiques et toxicologiques du dossier d AMM

EXCIPIENTS ET IMPURETES : Structures d alerte et relation entre les parties pharmaceutiques et toxicologiques du dossier d AMM EXCIPIENTS ET IMPURETES : Structures d alerte et relation entre les parties pharmaceutiques et toxicologiques du dossier d AMM Pr. Jean-Paul Fournier Faculté de Pharmacie de Paris Excipients et Impuretés

Plus en détail

DIRECTIVE 96/8/CE DE LA COMMISSION

DIRECTIVE 96/8/CE DE LA COMMISSION 1996L0008 FR 20.06.2007 001.001 1 Ce document constitue un outil de documentation et n engage pas la responsabilité des institutions B DIRECTIVE 96/8/CE DE LA COMMISSION du 26 février 1996 relatives aux

Plus en détail

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable NOTE DE SYNTHÈSE 15 Note de synthèse Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable Par la mise en place de pratiques productives efficientes et le développement

Plus en détail

Ce TD se déroule sur 3 heures : vous devez donc consacrer environ 1 heure pour chacune des phases.

Ce TD se déroule sur 3 heures : vous devez donc consacrer environ 1 heure pour chacune des phases. TD Analyse de données pour l évaluation de l exposition Octobre 2014 1 Contexte et objectif du TD Pour réaliser une évaluation de l exposition d une population à un contaminant chimique, plusieurs sources

Plus en détail

Etude relative aux rapports des Présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2013

Etude relative aux rapports des Présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2013 Etude relative aux rapports des Présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2013 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle

Plus en détail