Seconde Guerre mondiale en France

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Seconde Guerre mondiale en France"

Transcription

1 Thème 2 : Le rapport des sociétés à leur passé : Les mémoires lecture historique. L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France Introduction : histoire et mémoire Enjeux central : Ce chapitre cherche à écrire l histoire des mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France. Pour saisir son enjeu, il faut donc absolument comprendre la différence entre l histoire et la mémoire. Mémoire: Subjective Plurielle Sélective Politique Histoire: Objective Singulière Une vérité sur des faits Neutre Les mémoires comme objet d histoire: Évolution des mémoires dans le temps Conflits mémoriaux Mémoire : ensemble de souvenirs qu une personne ou un groupe humain a retenu de son passé. La mémoire est donc une vision sélective, qui ne retient qu une partie du passé. Elle relève de la subjectivité (en fonction de la personne ou du groupe). Elle est aussi plurielle : un même événement peut faire l objet de plusieurs types de mémoires différentes par différents groupes. Du coup, la mémoire est aussi politique, les groupes d acteurs choisissent de retenir tels aspects et non tels autres en fonction de leurs intérêts présents. 1

2 Histoire : science qui étudie les faits et les analyse de façon critique. L histoire est objective, c est-à-dire qu elle tente d établir une vérité valable pour tous. Elle est singulière, un événement ne peut faire l objet que d une histoire. Enfin, elle est neutre et non politique. Du coup, la mémoire peut être une source historique, mais les deux choses sont différentes. Contrairement, à l histoire, la mémoire n a donc pas pour but de rétablir la vérité, mais elle propose la lecture de l histoire qui convient le mieux au moment présent. Ainsi, il est possible de faire l histoire des mémoires autour de deux questions : Comment les mémoires d un événement évoluent au fil du temps en fonction du contexte où elles sont énoncées? Comment différentes mémoires d un même événement peuvent exister en même temps dans une même société? Comment ces mémoires entrent-elles parfois en conflit? Problématique du cours : Comment évoluent les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France depuis 1945? Plan du cours : I. Le mythe résistancialiste ( ) II. La mémoire de la collaboration ( ) III. La mémoire de la Shoah (1985-aujourd hui) : le mythe résistancialiste a. Le contexte de 1945 Une France ravagée et divisée : A la libération en 1945, un Gouvernement Provisoire de la République Française (GPRF) est mis en place et dirigé par le général résistant Charles de Gaulle. Il doit faire face à un double problème : la France est divisée et ravagée. En 1945, la France est un pays divisé, la population n est pas unie. En 1940, l Allemagne bat la France. Le Nord du pays est occupé par Hitler, tandis qu au Sud, le Maréchal Pétain établit le régime de Vichy : o Ce régime collabore activement avec les Allemands, il lui livre des matières premières, des produits manufacturés, des travailleurs forcés. o Il participe à la déportation des Juifs, Tziganes et homosexuels. o Il crée une Milice contre les résistants français à l occupation. Ainsi, le pays est divisé surtout en trois catégories : o La plupart des 42 millions de français ont une attitude «attentiste» : ils subissent et attendent la fin des «années noires». o Certains collaborationnistes, ils collaborent et soutiennent activement Vichy et l Allemagne (55'000 Français se sont engagés dans les forces de Vichy ou allemandes). o D autres entrent dans la Résistance (environ 200'000). En 1945, à la fin de la guerre, la France est aussi complétement ravagée : entre 1940 et 1944 (les «années noires») le pays a subi l occupation allemande. Le bilan de 1945 est lourd : les bombardements alliés ont rasé de nombreuses villes 2

3 du littoral atlantique, plus de 600'000 personnes sont mortes et 2 millions ont été emmenées en captivité en Allemagne, sans compter les milliers de déportés (résistants, travailleurs forcés, Juifs, tziganes ) L épuration : La division des Français est visible dans le phénomène de l épuration sauvage. Les Résistants et les attentistes commencent à se défouler contre les collaborationnistes : o Exécution de 9000 personnes par la foule (lynchages, exécutions sommaires) o Tonte de femmes accusées d avoir aimé des allemands sont humiliées en public et tondues. De Gaulle cherche donc à réconcilier les français et à éviter une guerre civile. Il met en place une épuration légale qui va juger les collaborationnistes dans des tribunaux officiels. 50'000 personnes sont condamnées pour «intelligence avec l ennemi». Le Maréchal Pétain, qui a signé l armistice avec l Allemagne en 1940 et a été à la tête du régime de Vichy entre 1940 et 1944 est condamné à mort pour intelligence avec l ennemi et haute trahison. En raison de son grand âge, cette peine sera remplacée par un emprisonnement à perpétuité. Le second homme fort du régime de Vichy, Pierre Laval est condamné et fusillé en b. La mise en place d une mémoire résistancialiste Le Résistancialisme : Pour unir les Français, De Gaulle a besoin de leur présenter une version commune des derniers événements. A cette époque, les deux principales forces politiques en France sont les gaullistes et les communistes, qui ont aussi été les principaux résistants. Ces deux types d acteurs se mettent d accord pour proposer à la population une mémoire résistancialiste. Cela signifie que tous les Français sont tous présentés comme des résistants qui auraient cherché à se libérer de l occupant alors que la plupart étaient attentistes. Du coup, cette mémoire est sélective car dans les livres, les films et les discours officiels, elle efface les crimes de Vichy et sa participation active à la Shoah. De la même manière, tous les monuments officiels ou les hommages publics l action des résistants et oublie les victimes de la Shoah et les autres communautés assassinées par les nazis dont on ne parle plus. L image de la France résistante lui permet de se réunifier mais aussi de justifier son statut d Etat vainqueur et son siège de membre permanent du Conseil de sécurité de l ONU. Le premier conflit mémoriel Aussi bien les communistes que les gaullistes sont d accord pour présenter une version résistancialiste de la mémoire. Toutefois, avec l arrivée de la Guerre Froide, la tension entre gaullistes et communistes augmente et la question de qui a le plus résisté devient un argument électoral qui fonctionne encore aujourd hui. On a une division entre deux types de résistance : 3

4 La résistance FTP communistes (Francs-Tireurs et Partisans). Le Parti Communiste Français (PCF) met en avant son action résistante pour faire oublier qu il n est véritablement entré dans la Résistance qu à partir de l invasion de l URSS par Hitler en Le PCF se présente comme le «parti des 75'000 fusillés» (alors que les historiens ont établi que seuls 30'000 français de différentes tendances politiques même si majoritairement communistes, ont été exécutés par l occupant). La résistance de la France Libre du général De Gaulle. De Gaulle dénonce les communistes comme des agents de Moscou. La mémoire de la Seconde Guerre mondiale devient donc plurielle : différents groupes d acteurs ont une version différente de l événement. c. Les mémoires occultées et marginalisées Avec le mythe de la résistance, deux mémoires sont «oubliées» : on ne parle plus ni de la Shoah ni de la collaboration. o Ainsi, la mémoire du génocide des juives est englobée dans celle de la déportation en général. Le sort des Juifs et Tziganes est considéré comme équivalent à celui des déportés du STO (Service du Travail Obligatoire), qui a réquisitionné des Français pour travailler en Allemagne à partir de Ainsi, le sort des prisonniers de guerre et des travailleurs forcés est jugé équivalent à celui des populations exterminées, ce qui permet d avoir un discours sur l unité française. o La collaboration est elle aussi rapidement oubliée. L épuration légale est arrêtée après quelques procès importants. Des lois d amnistie sont votées en 1947, 1951 et 1953, pour favoriser la réconciliation nationale. Plus de collaborateurs sont amnistiés. o Dès lors, la collaboration devient un sujet tabou. En 1956, le film d Alain Resnais, Nuit et Brouillard est censuré car on y apprend que les Juifs internés étaient gardés par des policiers français. La mémoire des Malgré-Nous fait l objet d un conflit mémoriel en 1953 : o Treize alsaciens-lorrains engagés de force dans l armée allemande qui ont participé au massacre d Oradour-Sur-Glane sont condamnés à des peines de prison. Ce massacre est le plus grand massacre de civils commis en France par les armées allemandes : le 10 juin 1944, le village est détruit et sa population (642 victimes) est massacrée. o Ce procès fait éclater un conflit mémoriel entre l Alsace, où les Malgré- Nous sont considérés comme des victimes, et le reste du pays, où ils sont considérés comme coupables du massacre. Les jeunes gens seront par la suite amnistiés. d. Le triomphe de la mémoire gaulliste En 1947 De Gaulle démissionne et en 1951, le Maréchal Pétain meurt. Peu après, la mémoire de l Etat adopte un nouveau discours : la thèse du glaive et du bouclier formulée par l historien Robert Aron en 1954 dans son ouvrage Histoire de Vichy. Elle affirme que Pétain (le bouclier) cherchait à protéger les Français pour préparer la libération armée par de Gaulle (le glaive). Les deux hommes, qui dans les faits étaient ennemis jurés, sont présentés comme les deux figures d une même lutte patriotique. 4

5 Le retour de De Gaulle au pouvoir en 1958 marque la fin de cette thèse, et le triomphe de la mémoire de la Résistance gaulliste qui devient la mémoire de l Etat : o Le contexte est celui de la Guerre d Algérie ( ). Les Français sont à nouveau divisés et il est important d exalter une France unie dans le combat contre le nazisme comme exemple à suivre. o Pour appuyer l idée résistancialiste, De Gaulle nie la légitimité du régime de Vichy. Il affirme que de 1940 à 1945, Vichy était une simple parenthèse, tandis que le véritable Etat Français était installé à Londres avec De Gaulle. Ainsi, il affirme que l Etat français n a eu aucune responsabilité dans les actions de Vichy. Le gouvernement fait construite des musées à la gloire des résistants ainsi que le Mémorial du Mont-Valérien : o La forteresse du Mont-Valérien a été le lieu d exécution de plus de 4000 résistants pendant la Seconde Guerre mondiale. En 1960, De Gaulle décide d y ériger un monument grandiose, le mémorial de la France combattante. C est le lieu d une cérémonie de commémoration annuelle, le 18 juin. o En 1964, lors d une émouvante cérémonie retransmise à la radio, les cendres de Jean Moulin sont transférées au Panthéon (le monument où sont inhumés les grands personnages de l histoire de France) : mémoire de la collaboration et fragmentation nationale a. Un nouveau contexte En 1969, De Gaulle se retire, et il meurt l année suivante. Les Président qui suivent restent sur la même ligne politique. Ils refusent de reconnaître les responsabilités de l Etat français. Les collaborationnistes qui se sont enfuis ne sont ni poursuivis ni punis. Cependant, une nouvelle génération, née après la guerre commence à s interroger sur ce qui s est passé. Dans les années 1970, à cause des crises économiques de 1973 et 1979, l extrême-droite revient sur la scène politique. Un nouveau parti politique, le Front National commence à prendre de l importance. Or, la France ne peut pas apprendre de ses erreurs si l histoire de la Seconde Guerre mondiale, qui a été justement causée par l extrême-droite, n est pas connue. Rouvrir les dossiers de la Seconde Guerre mondiale est alors nécessaire pour contrer cette ascension. Ce sont les cinéastes et les historiens qui vont remettre en cause le mythe résistancialiste dans les années 1970 : o Le cinéaste Marcel Ophuls réalise Le Chagrin et la Pitié où il décrit la vie à Clermont-Ferrand pendant l occupation à travers une série de témoignages. Il montre ainsi le fait que la majorité de la population était attentiste, voire favorable à Vichy, et pas résistante. Le film attire 560'000 spectateurs en 1971 puis est interdit de diffusion jusqu en o En 1973, l historien américain Robert Paxton publie sa thèse La France de Vichy, dans laquelle il révèle les complicités du régime de Vichy avec l Allemagne nazie. D autres travaux d historiens suivront, ébranlant de 5

6 plus en plus le mythe résistancialiste. Ils permettent le rétablissement historique des faits. Ainsi, à partir des années 1970, une nouvelle mémoire se dessine, celle de la collaboration. b. L émergence de la mémoire juive Les témoins : En 1945, les rescapés des camps de la mort s aperçoivent que personne ne veut entendre leurs souvenirs et ils se réfugient dans le silence. Leur expérience est jugée indicible. Derrière l image des glorieux résistants ils se sentent incompris, voir rejetés. Leurs souffrances et spoliations dérangent les autres français, qui préfèrent l image de la résistance. Ce n est pas le cas partout. Israël continue de poursuivre les anciens dirigeants nazis. En 1961, il organise le procès d Adolf Eichmann qui était responsable de la logistique des camps d extermination. Ce procès, qui dure plus de 250 heures, attire l attention des médias internationaux. De nombreux témoins sont appelés à comparaitre pendant le jugement. Ainsi, pour la première fois, les survivants des camps sont vus et entendus. Il devient impossible de continuer à ignorer ce qui s est passé. Les témoignages sont de plus en plus souvent recueillis par les cinéastes ou les historiens. Par exemple, le film Shoah (1985) est une longue enquête menée par Claude Lanzmann, constituée de témoignages de rescapés et de bourreaux, et de prises de vues faites sur les lieux du génocide. Il décrit le fonctionnement précis de la solution finale et de l extermination des Juifs et Tziganes. Ce film produit un nouveau choc en France. Toutefois, en France comme ailleurs, apparaissent des défenseurs du négationnisme, surtout parmi l extrême-droite. Exemples : o En 1978, Darquier de Pellepoix, ancien commissaire général aux questions juives du régime de Vichy, déclare dans un article de L Express : «Je vais vous dire, moi, ce qui s'est exactement passé à Auschwitz. On a gazé. Oui, c'est vrai. Mais on a gazé les poux». o En 1979, le professeur de Lycée Robert Faurisson prétend que le génocide n est qu un «mensonge historique». o En 1987, le chef du Front National, Jean-Marie Le Pen affirme que les chambres à gaz étaient un «point de détail de la Seconde Guerre mondiale». De nouveaux procès : En 1964, la Cour Pénale Internationale (le Tribunal de l ONU) proclame la loi sur l imprescriptibilité des crimes contre l humanité. Dès lors, les lois d amnisties ne sont plus valables et les principaux responsables des crimes de guerre sous Vichy doivent être jugés. Les enquêtes judiciaires contre des personnalités amnistiées et suspectes sont relancées. Les nouveaux procès sont très médiatisés, ils se veulent exemplaires et éducatifs. Trois personnes sont condamnées à la prison à perpétuité en France : o Klaus Barbie en

7 o Paul Touvier, qui avait été gracié par Georges Pompidou en 1971 (pour qu on oublie «ces temps où les Français ne s aimaient pas, s entredéchiraient et même s entretuaient» d après un discours de Pompidou) o Maurice Papon (condamné pour sa participation à la déportation des juifs) 3. La mémoire de la Shoah (1985-aujourd hui) a. Le devoir de mémoire Les années 1980 et 1990 sont traversées par des procès, mais aussi des polémiques dans la presse. Commémorer la déportation s impose comme un devoir envers les victimes, le devoir de mémoire. Entretenir le souvenir devient une obligation morale. Les manuels scolaires sont réédités, les films, expositions et les livres sur la Shoah se multiplient. En 1990, le Parlement vote la loi Gayssot qui interdit le négationnisme. Un certain nombre de scandales éclatent dans la presse : o En 1992, on découvre que les Présidents français vont annuellement fleurir la tombe du Maréchal Pétain depuis sa mort. C est un scandale dans la mesure où Pétain a activement participé à la déportation des Juifs. o Les français découvrent l existence des «vichysto-résistants». Ce sont des personnes qui ont servi Vichy avant de s engager dans la Résistance, et donc n ont pas seulement été résistants. C est le cas de François Mitterrand, Président de la République de 1981 à En 1992, le gouvernement crée une Journée Nationale à la mémoire des victimes des persécutions racistes et antisémites (16 Juillet). Finalement, en 1995, le Président Chirac reconnaît la responsabilité de l Etat français dans la déportation des Juifs de France. Il renonce à la distinction entre la République de De Gaulle à Londres et le régime de Vichy en France, et assume le fait que l Etat est responsable des crimes. L Etat indemnise les familles spoliées ou déportées. En 2005, Chirac crée le Mémorial de la Shoah qui honore les déportés mais aussi les Justes parmi les nations. Le nouvel héro de la mémoire nationale n est plus le résistant gaulliste ou communiste, mais celui qui a sauvé les Juifs. Ainsi, la mémoire de l Etat actuelle cherche surtout à mettre en avant la Shoah comme une terrible erreur et laisse de côté la question de la France résistante ou collaborationniste. Les Français sont ainsi unis autour de l idée de devoir de mémoire, qui fait l unanimité. b. Les lois mémorielles La question de l histoire de la mémoire de la Seconde Guerre en France accompagne donc toute l histoire politique française. Elle amène à s interroger sur l instrumentalisation de l histoire par la politique. En effet, de nombreux historient refusent que la mémoire de l Etat, qui est politique, ne soit confondue avec l histoire, qui est neutre. Ainsi, beaucoup d historiens se battent contre le négationnisme avec des faits historiques. Mais ils s opposent également à la loi Gayssot, parce qu elle 7

8 impose une certaine vision de l histoire dans la loi. Ainsi, elle nuit à la liberté de la recherche. Après la loi Gayssot, d autres lois mémorielles seront adoptées qui ne sont pas forcément en lien avec la Seconde Guerre mondiale : o En 2001, une loi reconnaît le génocide arménien. o En 2001, la loi Taubira assimile la traite négrière à un crime contre l humanité. o En 2005, le Président Sarkosy fait voter au Parlement un amendement qui oblige les manuels scolaires à mettre en avant le «rôle positif de la présence française outre-mer». Il veut donc que tous les manuels expliquent les aspects positifs de la colonisation En réaction, 650 historiens signent un appel pour dénoncer les lois mémorielles, avec comme argument central la liberté de la recherche, mais aussi l idée selon laquelle l histoire doit être un instrument au service de la vérité et non de la politique. Ainsi, des historiens comme Henry Rousso ont refusé de participer aux procès des anciens collaborateurs, comme le procès Papon. Aujourd hui, malgré la prédominance de l idée de devoir de mémoire, les dirigeants français continuent d instrumentaliser la figure du résistant dans leurs discours politiques : o Le premier geste de tout président élu est de marquer son attachement à la Résistance. o En 2007, Nicolas Sarkosy veut faire lire dans tous les lycées français la lettre écrite par Guy Moquet, célèbre résistant, avant son exécution, pour promouvoir le mythe de la France résistante. o En 2014, François Hollande annonce l entrée au Panthéon de quatre nouveaux résistants. 8

L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France

L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France Table des matières Introduction... 1 I/ La mémoire résistante (1944-1972)... 2 1/ Le mythe résistancialiste... 2 2/ L éclatement des

Plus en détail

1 L historien et les mémoires

1 L historien et les mémoires JE RÉVISE 1 L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale A. L historien a mis en évidence une première période où la mémoire de la guerre est volontairement incomplète Après la Seconde Guerre

Plus en détail

HISTOIRE. La Seconde Guerre Mondiale. Sommaire 17/09/2013

HISTOIRE. La Seconde Guerre Mondiale. Sommaire 17/09/2013 La Seconde Guerre Mondiale 17/09/2013 Sommaire LA SECONDE GUERRE MONDIALE... 2 1. Le point sur la Seconde Guerre Mondiale... 2 2. Approche épistémologique... 2 3. Mémoire jusqu aux années 60... 2 3.1.

Plus en détail

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale Qu est-ce que ce film nous apprend sur l évolution de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale en France?

Plus en détail

Chapitre 12 Bilan et mémoires de la Seconde Guerre mondiale

Chapitre 12 Bilan et mémoires de la Seconde Guerre mondiale 1 Chapitre 12 Bilan et mémoires de la Seconde Guerre mondiale Table des matières 1 La France en 1945 : Entre chaos et renouvellement 3 1.1 Un pays meurtri et ravagé........................ 3 1.2 La restauration

Plus en détail

Etude de cas : «la lettre de Guy Môquet»

Etude de cas : «la lettre de Guy Môquet» Cours Histoire Terminale ES/L «LES MÉMOIRES DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE EN FRANCE» (3 heures) Etude de cas : «la lettre de Guy Môquet» Face à l'exigence présidentielle puis ministérielle de lecture de

Plus en détail

Chapitre 1 L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale

Chapitre 1 L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN IMPRESSION DU 23 septembre 2014 Chapitre 1 L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale Table des matières 1 L élaboration d une mémoire résistancialiste

Plus en détail

3.La Mémoire de Vichy

3.La Mémoire de Vichy 3.La Mémoire de Vichy L'histoire, science humain qui cherche la connaissance de manière scientifique, mais en tenant aussi compte du contexte, se veut objective, tandis que la mémoire est subjective, partielle,

Plus en détail

HISTOIRE. Chapitre 1. Lecture historique de mémoires : l historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France

HISTOIRE. Chapitre 1. Lecture historique de mémoires : l historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France HISTOIRE Chapitre 1 Lecture historique de mémoires : l historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France Je révise et je me perfectionne Structure de la leçon I. Une mémoire sélective (1945

Plus en détail

Séquence n 8. L'évolution des mémoires de la Seconde guerre mondiale en France depuis 1945

Séquence n 8. L'évolution des mémoires de la Seconde guerre mondiale en France depuis 1945 Séquence n 8. L'évolution des mémoires de la Seconde guerre mondiale en France depuis 1945 Introduction - définition du sujet (termes et cadrage) : En 1945, la France célèbre dans l'unanimité la fin de

Plus en détail

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Septembre 1939 : début de la deuxième guerre mondiale Anschluss : annexion

Plus en détail

Le régime de Vichy est le gouvernement qui a renversé la III ème. française alors que la France est envahie puis occupée par les Allemands en juin

Le régime de Vichy est le gouvernement qui a renversé la III ème. française alors que la France est envahie puis occupée par les Allemands en juin PREMIERE PARTIE : HISTOIRE (13 POINTS) I. QUESTIONS (8 POINTS) 1) En quelle année la bataille de Verdun s'est-elle déroulée? Décrire et expliquer cet événement et sa portée. (2 points) Elle s est déroulée

Plus en détail

Seconde Guerre mondiale en France

Seconde Guerre mondiale en France Thème 2 : Le rapport des sociétés à leur passé : Les mémoires lecture historique. L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France Introduction Enjeux central : Ce chapitre cherche à

Plus en détail

France Libre et enjeux de la libération du territoire national : la refondation de la République

France Libre et enjeux de la libération du territoire national : la refondation de la République France Libre et enjeux de la libération du territoire national : la refondation de la République La reconnaissance progressive des puissances alliées permet ainsi au Général De Gaulle, «chef de tous les

Plus en détail

L'historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France PLAN DU COURS

L'historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France PLAN DU COURS L'historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France Histoire Terminale série S Thème 1 introductif : Le rapport des sociétés à leur passé Question : Les mémoires : lecture historique Mise

Plus en détail

Dossier de presse. Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah»

Dossier de presse. Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah» Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah» Dossier de presse Reprenant et complétant l exposition «Les Juifs de France dans la Shoah», réalisée en 2012 par l ONAC et le Mémorial de la Shoah, cette

Plus en détail

CORRIGÉ DU CAHIER D HISTOIRE NIVEAU PRIMAIRE LA SECONDE GUERRE MONDIALE

CORRIGÉ DU CAHIER D HISTOIRE NIVEAU PRIMAIRE LA SECONDE GUERRE MONDIALE CORRIGÉ DU CAHIER D HISTOIRE NIVEAU PRIMAIRE LA SECONDE GUERRE MONDIALE De la fin de la Première Guerre mondiale au début de la Seconde Guerre mondiale Qui est le personnage sur cette photo? Mussolini

Plus en détail

Histoire@Politique. Politique, culture, société Rubrique «Comptes rendus ouvrages». Mis en ligne le 12 mai 2010, www.histoire-politique.

Histoire@Politique. Politique, culture, société Rubrique «Comptes rendus ouvrages». Mis en ligne le 12 mai 2010, www.histoire-politique. Olivier Wieviorka, La Mémoire désunie. Le souvenir politique des années sombres, de la Libération à nos jours, Paris, Éditions du Seuil, coll. «L Univers historique», 2010, 303 p. Simon Perego Les «politiques

Plus en détail

Seconde Guerre Mondiale

Seconde Guerre Mondiale Prénom : Date : Nom : Histoire Fiche 2 : L Europe sous la domination nazie Seconde Guerre Mondiale Objectifs : Acquis Non acquis En cours -E.C de décrire la France entre 1940 et 1945 -E.C de définir le

Plus en détail

Préparation de l épreuve orale du CAPES interne d histoire- géographie AEFE Madagascar - Arnaud Léonard 1/14

Préparation de l épreuve orale du CAPES interne d histoire- géographie AEFE Madagascar - Arnaud Léonard 1/14 Enseigner «La Première Guerre mondiale : vers une guerre totale (1914-1918)» en classe de troisième, dans le cadre de la partie «Guerres mondiales et régimes totalitaires (1914-1945)» Préparation de l

Plus en détail

LE 8 MAI. Fête de la victoire de 1945. Collection «Mémoire et Citoyenneté»

LE 8 MAI. Fête de la victoire de 1945. Collection «Mémoire et Citoyenneté» n 15 Collection «Mémoire et Citoyenneté» LE 8 MAI Fête de la victoire de 1945 SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L ADMINISTRATION DIRECTION DE LA MÉMOIRE, DU PATRIMOINE ET DES ARCHIVES Le 7 mai 1945, à 2h41, l'acte

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

I. Entre Résistance et Vichy, la mémoire du conflit.

I. Entre Résistance et Vichy, la mémoire du conflit. H 1 L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale. La Seconde Guerre mondiale, compte tenu des événements s étant déroulés en France entre 1940 et 1945, a donné naissance à différentes visions,

Plus en détail

PARLEMENT COMMUNAUTÉ FRANÇAISE

PARLEMENT COMMUNAUTÉ FRANÇAISE 352 (2011-2012) N o 1 352 (2011-2012) N o 1 PARLEMENT DE LA COMMUNAUTÉ FRANÇAISE Session 2011-2012 21 MARS 2012 PROPOSITION DE RÉSOLUTION VISANT À PROMOUVOIR LA COMMÉMORATION DU CENTENAIRE DE LA PREMIÈRE

Plus en détail

1er sept. 1939 Les troupes allemandes... C'est le début de la Seconde Guerre mondiale.

1er sept. 1939 Les troupes allemandes... C'est le début de la Seconde Guerre mondiale. Le contexte historique : la France pendant la Seconde Guerre mondiale Complétez la chronologie suivante. Vous pouvez vous référer au site http://www.e-chronologie.org/monde/ww2.php 1er sept. 1939 Les troupes

Plus en détail

Discriminations : de quoi parle-t-on? AVDL mai 2008 1

Discriminations : de quoi parle-t-on? AVDL mai 2008 1 Discriminations : de quoi parle-t-on? AVDL mai 2008 1 1/ Discrimination : de quoi parle-t-on? 2/ Les voies de recours 3/ Le processus de reconnaissance des discriminations 4/ Les discriminations liées

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème DU REGIME DE VICHY AU RETOUR DE LA REPUBLIQUE DE LA DECLARATION DE GUERRE A LA DEFAITE DE LA FRANCE PAGES 4-5 Les documents ci-dessous évoquent les premiers mois

Plus en détail

Les sociétés face à leur passé. Mémoire, patimoine et histoire.

Les sociétés face à leur passé. Mémoire, patimoine et histoire. Les sociétés face à leur passé. Mémoire, patimoine et histoire. On observe aujourd hui une fascination de nos sociétés pour leur passé. Les mutations de plus en plus rapides des sociétés contemporaines

Plus en détail

1. Aurais-je une dette, une promesse à honorer?... 19 Implication et prise de distance, comment faire?... 24 Que faire de la vie sauve?...

1. Aurais-je une dette, une promesse à honorer?... 19 Implication et prise de distance, comment faire?... 24 Que faire de la vie sauve?... Table des matières Préface, Clémentine Autain... 9 Préambule... 13 1. Aurais-je une dette, une promesse à honorer?... 19 Implication et prise de distance, comment faire?... 24 Que faire de la vie sauve?...

Plus en détail

Politique mémorielle : un DVD-Rom rend hommage à «La Résistance des Alsaciens»

Politique mémorielle : un DVD-Rom rend hommage à «La Résistance des Alsaciens» Politique mémorielle : un DVD-Rom rend hommage à «La Résistance des Alsaciens» Eric Straumann, Président du Conseil Départemental du Haut-Rhin, Frédéric Bierry, Président du Conseil Départemental du Bas-Rhin,

Plus en détail

Classes de première et terminale préparant au baccalauréat professionnel

Classes de première et terminale préparant au baccalauréat professionnel Projet d'aménagements apportés au programme d'histoire-géographie éducation civique Classes de première et terminale préparant au baccalauréat professionnel Octobre 2013 MEN/DGESCO Histoire Géographie_

Plus en détail

Réviser son bac. avec. 3 :HIKPNE=YU\^U]:?k@a@a@n@f"; HORS-SÉRIE. T erm L, ES. Nouveaux programmes L ESSENTIEL DU COURS

Réviser son bac. avec. 3 :HIKPNE=YU\^U]:?k@a@a@n@f; HORS-SÉRIE. T erm L, ES. Nouveaux programmes L ESSENTIEL DU COURS HORS-SÉRIE Réviser son bac avec Nouveaux programmes T erm L, ES L ESSENTIEL DU COURS Des fiches synthétiques Les points et définitions clés du programme Les repères importants Hors-série Le Monde, mars

Plus en détail

Maquisards dans la neige Maquis Vauban. «1944 dans la Nièvre» 15 septembre au 30 novembre 2014 Square de la Résistance et Rue Charles Roy à Nevers

Maquisards dans la neige Maquis Vauban. «1944 dans la Nièvre» 15 septembre au 30 novembre 2014 Square de la Résistance et Rue Charles Roy à Nevers DOSSIER DE PRESSE Nevers, le 23 juillet 2014 Maquisards dans la neige Maquis Vauban «1944 dans la Nièvre» 15 septembre au 30 novembre 2014 Square de la Résistance et Rue Charles Roy à Nevers Une exposition

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/MB SEANCE DU 16 NOVEMBRE 2009 2009/1937 - ATTRIBUTION DE SUBVENTIONS AUX ASSOCIATIONS D'ANCIENS COMBATTANTS (DIRECTION DU DÉVELOPPEMENT TERRITORIAL) Le Conseil Municipal, Vu le rapport en date du 21

Plus en détail

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II,

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II, Nations Unies A/RES/62/134 Assemblée générale Distr. générale 7 février 2008 Soixante-deuxième session Point 63, a, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport

Plus en détail

La relation franco-allemande

La relation franco-allemande La relation franco-allemande Almuth SURMANN Allemagne Une inimitié héréditaire Sous Charlemagne les régions de la France et de l Allemagne étaient unies dans les Royaumes francs, mais en 834 le traité

Plus en détail

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chanson : Nuit et brouillard de Jean Ferrat http://www.youtube.com/watch?v=94yoxycqo6s

Plus en détail

Introduction à la Shoah

Introduction à la Shoah Introduction à la Shoah Des Juifs de la Ruthénie subcarpatique sont soumis à une sélection sur l aire de transit à Auschwitz-Birkenau. (Photo : Musée du Mémorial de l Holocauste aux États-Unis, offerte

Plus en détail

SIXIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011)

SIXIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) SIXIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) INTRODUCTION 1. Le 26 février 2011, le Conseil de sécurité de l

Plus en détail

En quoi la loi sur l I.V.G adoptée en 1974 répond-elle aux aspirations et aux comportements de la société?

En quoi la loi sur l I.V.G adoptée en 1974 répond-elle aux aspirations et aux comportements de la société? En quoi la loi sur l I.V.G adoptée en 1974 répond-elle aux aspirations et aux comportements de la société? L apport de la loi Veil L avortement avant la loi Veil La loi Veil en bref L avortement, interdit

Plus en détail

Pédophilie: l Allemagne expérimente la prévention du passage à l acte

Pédophilie: l Allemagne expérimente la prévention du passage à l acte 1 04.02.2014 16:49 Psychiatrie Mercredi 03 juillet 2013 Pédophilie: l Allemagne expérimente la prévention du passage à l acte Par Frédéric Lemaître, Le Monde En Allemagne, dans plusieurs grandes villes,

Plus en détail

ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE

ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE Travailler- en- Suisse.ch ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE A lire absolument si vous voulez avoir une approche professionnelle sur le marché

Plus en détail

2 e PARTIE. LA GUERRE AU XX e SIECLE

2 e PARTIE. LA GUERRE AU XX e SIECLE 2 e PARTIE LA GUERRE AU XX e SIECLE CHAPITRE 1 : GUERRES MONDIALES ET ESPOIRS DE PAIX Introduction : La guerre est un renversement des valeurs de la civilisation contemporaine : Ä Le dialogue s efface

Plus en détail

Le Souvenir français 20h30 Salle des fêtes HDV

Le Souvenir français 20h30 Salle des fêtes HDV Le Souvenir français 20h30 Salle des fêtes HDV Déroulé : 14h30 : Accueil du Ministre de la Défense 15h00 : Allocution de J Y Le Drian morts 15h45 : Dépôt de gerbe au Monument aux 18h30 : concert 20h30

Plus en détail

Séance 2 : Résister à l'occupant L'exemple du réseau Manouchian

Séance 2 : Résister à l'occupant L'exemple du réseau Manouchian Thème 12, 3ème partie- Effondrement et refondation républicaine (1940-1946) Séance 2 : Résister à l'occupant L'exemple du réseau Manouchian Objectifs: -Découvrir et raconter la vie d'une organisation de

Plus en détail

INTRODUCTION CONCLUSION PROTECTION JURIDIQUE DU MINEUR EN CONFLIT AVEC LA LOI

INTRODUCTION CONCLUSION PROTECTION JURIDIQUE DU MINEUR EN CONFLIT AVEC LA LOI Protection juridique de l enfant en conflit avec la loi INTRODUCTION I- CADRE JURIDIQUE DE PROTECTION A- NOTION D ENFANT EN CONFLIT AVEC LA LOI B- INSTRUMENTS JURIDIQUES DE PROTECTION II- MESURES DE PROTECTION

Plus en détail

LA MÉMOIRE DE LA SECONDE GUERRE

LA MÉMOIRE DE LA SECONDE GUERRE RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA MÉMOIRE DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE EN FRANCE Introduction Historiens étudient : événements mémoire des événements Seconde Guerre mondiale histoire

Plus en détail

La première guerre mondiale (1914-1918)

La première guerre mondiale (1914-1918) La première guerre mondiale (1914-1918) PBQ : En quoi peut-on dire que la première guerre mondiale est une guerre totale? Introduction : Les grandes phases de la guerre Carte p. 30 : 28 juin 1914 Assassinat

Plus en détail

effet buzz Les enjeux de l éducation aux médias Effet Buzz www.effetbuzz.be Note d intention Le film Le livret pédagogique Les partenaires

effet buzz Les enjeux de l éducation aux médias Effet Buzz www.effetbuzz.be Note d intention Le film Le livret pédagogique Les partenaires aux de l information L impact des sur la vie des jeunes n est plus à démontrer. Presse écrite, télévision, radio et surtout internet font aujourd hui partie intégrante de leur vie quotidienne. Présents

Plus en détail

Fiche pédagogique Spots vidéo : «Stop aux discriminations à l embauche!»

Fiche pédagogique Spots vidéo : «Stop aux discriminations à l embauche!» Fiche pédagogique Spots vidéo : «Stop aux discriminations à l embauche!» 1 Introduction Cette série de quatre spots vidéo réalisés par Dancing Dog Productions a été développée dans le cadre d un projet

Plus en détail

L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) à la Direction du Front de Libération Nationale

L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) à la Direction du Front de Libération Nationale L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) PARTI COMMUNISTE ALGERIEN COMITE CENTRAL Le 12 juillet 1956 à la Direction du Front de Libération Nationale Chers Frères, Au cours

Plus en détail

La mémoire du mitterrandisme au sein du Parti socialiste

La mémoire du mitterrandisme au sein du Parti socialiste PRIX DE LA FONDATION JEAN-JAURES 2002 Remi Darfeuil La mémoire du mitterrandisme au sein du Parti socialiste Mémoire pour le DEA de sociologie politique de l Institut d études politiques de Paris, sous

Plus en détail

LE SEXISME AU TRAVAIL : L AFFAIRE DE TOUS!

LE SEXISME AU TRAVAIL : L AFFAIRE DE TOUS! LE SEXISME AU TRAVAIL : L AFFAIRE DE TOUS! Éditorial Par Alexia Dion Du Collège St-Maurice Image tirée du film «Les Combattants» L e sexisme au travail touche particulièrement les femmes, depuis les dernières

Plus en détail

LA BIBLIOTHÈQUE DANS L UNIVERSITÉ : UNE RELATION EN MUTATION 24 OCTOBRE 2002

LA BIBLIOTHÈQUE DANS L UNIVERSITÉ : UNE RELATION EN MUTATION 24 OCTOBRE 2002 LA BIBLIOTHÈQUE DANS L UNIVERSITÉ : UNE RELATION EN MUTATION 24 OCTOBRE 2002 LE POINT DE VUE DES MILIEUX DU TRAVAIL Me Claudine Roy Contrairement aux autres conférenciers qui, jusqu à présent, vous ont

Plus en détail

QUATRIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011)

QUATRIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) Le Bureau du Procureur The Office of the Prosecutor QUATRIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) INTRODUCTION

Plus en détail

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides?

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? Dans les régions occupées par l URSS, des divisions SS les Einsatzgruppen) massacrent systématiquement les Juifs à partir de 1941. Ils sont gazés

Plus en détail

Diplôme National du Brevet Session 2015

Diplôme National du Brevet Session 2015 DANS CE CADRE Académie : POLYNÉSIE FRANÇAISE session : juin 2015 Examen : Diplôme National du Brevet Série : générale Repère de l épreuve : 15DNBGENHGPO1 Epreuves/sous-épreuve : Histoire-Géographie et

Plus en détail

La seconde guerre mondiale

La seconde guerre mondiale La seconde guerre mondiale Coller tableau Picasso Gernica par Pablo Picasso Tableau réalisé après le bombardement de la ville de Guernica (Espagne) et sa population civile en avril 1937 par l aviation

Plus en détail

XIV / XVIII LA PHOTOGRAPHIE ET LA GRANDE GUERRE 13.06-27.07.14 / 20.08-07.09.14 DOSSIER DE PRESSE

XIV / XVIII LA PHOTOGRAPHIE ET LA GRANDE GUERRE 13.06-27.07.14 / 20.08-07.09.14 DOSSIER DE PRESSE XIV / XVIII LA PHOTOGRAPHIE ET LA GRANDE GUERRE 13.06-27.07.14 / 20.08-07.09.14 DOSSIER DE PRESSE 2 FI 1069 0144, ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DU HAUT-RHIN - IMAGE RECADRÉE DANS LE CADRE DES COMMEMORATIONS

Plus en détail

Première Guerre mondiale 2014. Évaluation préalable d un panel de visiteurs

Première Guerre mondiale 2014. Évaluation préalable d un panel de visiteurs Première Guerre mondiale 2014 Évaluation préalable d un panel de visiteurs 1. Principe et déroulement de l enquête Une évaluation préalable Font-End evaluation Un instrument au service de la conception

Plus en détail

2 au 11 novembre 2012. Campagne d appel à la générosité publique

2 au 11 novembre 2012. Campagne d appel à la générosité publique 2 au 11 novembre 2012 Campagne d appel à la générosité publique L Œuvre Nationale du Bleuet de France Aidons ceux qui restent! www.bleuetdefrance.fr 01.49.55.75.41 SD 11.11.indd 2 16/10/2012 09:58:48 L

Plus en détail

«Je jure comme Avocat, d exercer mes fonctions avec dignité, confiance, indépendance, probité et humanité»

«Je jure comme Avocat, d exercer mes fonctions avec dignité, confiance, indépendance, probité et humanité» OIJJ LONDRES 7.11.12 LES JEUNES, LA CRIMINALITE ET LA SOLIDARITE : LES IMPLICATIONS POUR LE CHANGEMENT par Madame Dominique ATTIAS Pour pouvoir exercer, le futur avocat se présente en robe devant le Premier

Plus en détail

Prisons de Lyon 2089 W 1 86 1941-1993. Versement de la Direction de l administration pénitentiaire

Prisons de Lyon 2089 W 1 86 1941-1993. Versement de la Direction de l administration pénitentiaire Prisons de Lyon 2089 W 1 86 1941-1993 Versement de la Direction de l administration pénitentiaire Répertoire numérique des versements 3678 W et 2089 W par Frédérique Murgia Janvier 2001 Revu en septembre

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS INTERNATIONAL ASSOCIATION OF LAWYERS INTERNATIONALE ANWALTS-UNION UNION INTERNACIONAL DE ABOGADOS UNIONE INTERNAZIONALE DEGLI AVVOCATI CHARTE DE TURIN SUR L EXERCICE DE

Plus en détail

Origines juridiques et obligations internationales

Origines juridiques et obligations internationales Formation à la Protection des Personnes Déplacées Internes Origines juridiques et obligations internationales 1/5 Origines juridiques et obligations internationales Origines juridiques des Principes directeurs

Plus en détail

À la recherche de la sécurité collective, "conciliation, arbitrage, paix"

À la recherche de la sécurité collective, conciliation, arbitrage, paix À la recherche de la sécurité collective, "conciliation, arbitrage, paix" Après 1925 et le règlement du problème des réparations allemandes, avec également le retour de la prospérité économique, c'est

Plus en détail

Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3

Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3 Synthèse Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3 Copie notée : 16/20 Un dossier de surendettement est déposé en France

Plus en détail

Communication. Thème : La reconnaissance par le droit constitutionnel. du droit à la santé présentée par :

Communication. Thème : La reconnaissance par le droit constitutionnel. du droit à la santé présentée par : Communication Thème : La reconnaissance par le droit constitutionnel du droit à la santé présentée par : Mme BENCHABANE membre du Conseil constitutionnel Algérien La place du droit à la santé par rapport

Plus en détail

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis Introduction L ensemble ensemble documentaire qui suit est complémentaire compl mentaire des dossiers réalisés r dans le cadre du Concours national de la Résistance R sistance et de la Déportation, D notamment

Plus en détail

Quelques mots sur la Convention relative aux droits de l'enfant

Quelques mots sur la Convention relative aux droits de l'enfant Quelques mots sur la Convention relative aux droits de l'enfant Pourquoi les pays signent-ils des conventions internationales? Imagine un t-shirt cousu en Chine avec du tissu fabriqué en Inde, transporté

Plus en détail

Cours d histoire de la vie politique française Frédéric Sawicki Licence 1 Paris I - 2009-2010 Plan du cours

Cours d histoire de la vie politique française Frédéric Sawicki Licence 1 Paris I - 2009-2010 Plan du cours Cours d histoire de la vie politique française Frédéric Sawicki Licence 1 Paris I - 2009-2010 Plan du cours 1 INTRODUCTION GENERALE 1. Naissance et définition de la politique moderne 2. La Révolution française

Plus en détail

CONVENTION DE GENEVE RELATIVE A LA PROTECTION DES PERSONNES CIVILES EN TEMPS DE GUERRE. (Protocole additionnel)

CONVENTION DE GENEVE RELATIVE A LA PROTECTION DES PERSONNES CIVILES EN TEMPS DE GUERRE. (Protocole additionnel) CONVENTION DE GENEVE RELATIVE A LA PROTECTION DES PERSONNES CIVILES EN TEMPS DE GUERRE (Protocole additionnel) CONVENTION DE GENEVE RELATIVE A LA PROTECTION DES PERSONNES CIVILES EN TEMPS DE GUERRE DU

Plus en détail

VOYAGE VERCORS 2016. Collège Jean RACINE ALES. Le massif du Vercors haut lieu de la Résistance. Quartier cellulaire de la Prison Montluc à Lyon

VOYAGE VERCORS 2016. Collège Jean RACINE ALES. Le massif du Vercors haut lieu de la Résistance. Quartier cellulaire de la Prison Montluc à Lyon VOYAGE VERCORS 2016 Le massif du Vercors haut lieu de la Résistance Quartier cellulaire de la Prison Montluc à Lyon Collège Jean RACINE ALES 1 Le programme Jour 1 Mardi 10 mai 2016 : Alès/Annecy Matin

Plus en détail

2 AU12 MAI 2013 AIDONS CEUX QUI RESTENT CAMPAGNE D APPEL À LA GÉNÉROSITÉ PUBLIQUE. www.bleuetdefrance.fr POUR DÉSIRÉ ET MONIQUE POUR ALPHA

2 AU12 MAI 2013 AIDONS CEUX QUI RESTENT CAMPAGNE D APPEL À LA GÉNÉROSITÉ PUBLIQUE. www.bleuetdefrance.fr POUR DÉSIRÉ ET MONIQUE POUR ALPHA 2 AU12 MAI 2013 CAMPAGNE D APPEL À LA GÉNÉROSITÉ PUBLIQUE DU BLEUET DE FRANCE POUR DÉSIRÉ ET MONIQUE POUR ALPHA POUR CLAIRE ET QUENTIN POUR HAYRI POUR PAUL POUR MEDHI POUR MAGALI AIDONS CEUX QUI RESTENT

Plus en détail

Avis à l opinion Public

Avis à l opinion Public Avis à l opinion Public La Syrie était le berceau de la civilisation humaine où toutes les civilisations ont né et se sont épanouies. La Syrie a une situation géographique et stratégique très importante

Plus en détail

3. L ORIGINALITE DU MODELE AMERICAIN Étude du film «The patriot»

3. L ORIGINALITE DU MODELE AMERICAIN Étude du film «The patriot» 3. L ORIGINALITE DU MODELE AMERICAIN Étude du film «The patriot» Problème : quelle est l originalité de la lutte menée par les Américains contre l absolutisme royal? En quoi le modèle de régime politique

Plus en détail

Histoire Thème I : L historien et les mémoires de la seconde guerre mondiale Instructions officielles

Histoire Thème I : L historien et les mémoires de la seconde guerre mondiale Instructions officielles Histoire Thème I : L historien et les mémoires de la seconde guerre mondiale Instructions officielles Les effets du contexte sur l élaboration des mémoires de la seconde Guerre mondiale en France. Les

Plus en détail

le cicr -150 ans d action humanitaire Document d accompagnement pédagogique

le cicr -150 ans d action humanitaire Document d accompagnement pédagogique le cicr -150 ans d action humanitaire Document d accompagnement pédagogique «Ce qui importe, ce n est pas seulement le bien que le CICR apporte, mais le mal qu il permet d éviter.» Nelson Mandela Crédits

Plus en détail

Première partie : Le rapport des sociétés à leur passé.

Première partie : Le rapport des sociétés à leur passé. Chapitre 1 : Les historiens et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France. Introduction! Le passé laisse des traces susceptibles d unir ou de diviser les hommes. Sur un moment sombre de la Seconde

Plus en détail

Le règlement collectif de dettes en pratique

Le règlement collectif de dettes en pratique Le règlement collectif de dettes en pratique Centre d Appui aux services de médiations de dettes de la Région de Bruxelles-Capitale Janvier 2014 Boulevard du Jubilé, 153-155 à 1080 Bruxelles Tél : 02 217

Plus en détail

Archives départementales du Cher Le massacre des puits de Guerry

Archives départementales du Cher Le massacre des puits de Guerry Archives départementales du Cher Le massacre des puits de Guerry La Shoah dans le Cher Archives départementales du Cher Rue Heurtault de Lamerville 18000 Bourges 02 48 55 82 60 www.archives18.fr direction.archives@cg18.fr

Plus en détail

Economie Nationale. La politique de la Suisse envers les Réfugiés pendant la seconde guerre mondiale. Samuel Bendahan

Economie Nationale. La politique de la Suisse envers les Réfugiés pendant la seconde guerre mondiale. Samuel Bendahan Economie Nationale La politique de la Suisse envers les Réfugiés pendant la seconde guerre mondiale Samuel Bendahan "Neutres dans les grandes révolutions des Etats qui les environnaient, les Suisses s'enrichirent

Plus en détail

La rédaction des offres d emploi : le cadre juridique

La rédaction des offres d emploi : le cadre juridique La rédaction des offres d emploi : le cadre juridique Guide pratique pour la rédaction des offres d emploi Département Internet / Direction de la Réglementation Copyright 2010, Pôle emploi 1 Sommaire Introduction

Plus en détail

II. La mise en place d un régime totalitaire, fasciste et raciste. 1. Comment Hitler met en place un État totalitaire et raciste?

II. La mise en place d un régime totalitaire, fasciste et raciste. 1. Comment Hitler met en place un État totalitaire et raciste? II. La mise en place d un régime totalitaire, fasciste et raciste 1. Comment Hitler met en place un État totalitaire et raciste? Extrait du film de propagande réalisé par Leni Riefenstahl, Le Triomphe

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD/2014-14 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION

Décision du Défenseur des droits n MLD/2014-14 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision du Défenseur des droits n MLD/2014-14 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à la présentation d observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Lutte contre les

Plus en détail

LA VE RÉPUBLIQUE À L ÉPREUVE DE LA DURÉE

LA VE RÉPUBLIQUE À L ÉPREUVE DE LA DURÉE LA VE RÉPUBLIQUE À L ÉPREUVE DE LA DURÉE Comment les institutions françaises se sont adaptées aux changements politiques et sociaux qui ont marqué la France depuis 1969? Notions clés Pouvoir et contestation

Plus en détail

COMMENT ACCOMPAGNER UN FILM AUPRÈS DU PUBLIC?

COMMENT ACCOMPAGNER UN FILM AUPRÈS DU PUBLIC? BOÎTE A OUTILS Diffusion Auteur Suzanne Hême de Lacotte Date 2015 Descriptif COMMENT ACCOMPAGNER UN FILM AUPRÈS DU PUBLIC? Éléments de synthèse d'une formation intitulée «Actions culturelles et cinéma

Plus en détail

Vu le décret n 2005-215 du 4 mars 2005 relatif à la haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité ;

Vu le décret n 2005-215 du 4 mars 2005 relatif à la haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité ; Délibération n 2010-196 du 27 septembre 2010 Refus d assurance âge recommandation Un assureur refuse de couvrir le risque chômage au-delà de 55 ans. Interrogé par la haute autorité, il explique que cette

Plus en détail

La mémoire de la rafle du Vel d Hiv

La mémoire de la rafle du Vel d Hiv Contacts Pôle Opinion Corporate Jérôme Sainte-Marie, Directeur du Pôle Opinion-Corporate (jerome.sainte-marie@csa.eu) Nicolas Fert, Chargé d études sénior au Pôle Opinion-Corporate (nicolas.fert@csa.eu)

Plus en détail

Les Français et Alzheimer. Vivre au quotidien avec la maladie. Synthèse des résultats. Septembre 2012. Les Français et Alzheimer

Les Français et Alzheimer. Vivre au quotidien avec la maladie. Synthèse des résultats. Septembre 2012. Les Français et Alzheimer Vivre au quotidien avec la maladie Synthèse des résultats Septembre 2012 TNS Sofres Rozenn BOUVIER - 01 40 92 33 20 Zein SAWAYA - 01 40 92 27 61 Espace éthique Alzheimer Grégory EMERY - 01 44 84 17 54

Plus en détail

B - «L art engagé» (L œuvre d art et le pouvoir) 1) Le chant des partisans, Joseph Kessel, Maurice Druon, Anna Marly (1943)

B - «L art engagé» (L œuvre d art et le pouvoir) 1) Le chant des partisans, Joseph Kessel, Maurice Druon, Anna Marly (1943) B - «L art engagé» (L œuvre d art et le pouvoir) 1) Le chant des partisans, Joseph Kessel, Maurice Druon, Anna Marly (1943) Le régime de Vichy Rappelé au gouvernement français le 17 mai 1940 au moment

Plus en détail

Aragon, «Il n y a pas d amour heureux» - Commentaire composé des étudiants de 210

Aragon, «Il n y a pas d amour heureux» - Commentaire composé des étudiants de 210 Aragon, «Il n y a pas d amour heureux» - Commentaire composé des étudiants de 210 Présentation / situation La fascination pour la douleur à cause de l amour est un thème qui était très courant pendant

Plus en détail

RÉPUBLIQUE D'ALBANIE L AVOCAT DU PEUPLE

RÉPUBLIQUE D'ALBANIE L AVOCAT DU PEUPLE RÉPUBLIQUE D'ALBANIE L AVOCAT DU PEUPLE Résumé du Rapport spécial de l Avocat du Peuple sur La violence contre les femmes Juillet 2012 L Avocat du Peuple Blvd.: Zhan D Ark No. 2, Tirana, Albanie, Tel./Fax:

Plus en détail

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005 Principes fondamentaux et directives concernant le droit à un recours et à réparation des victimes de violations flagrantes du droit international des droits de l homme et de violations graves du droit

Plus en détail

Combattre la discrimination fondée sur l orientation sexuelle en matière d emploi: législation dans quinze États membres de l UE

Combattre la discrimination fondée sur l orientation sexuelle en matière d emploi: législation dans quinze États membres de l UE Combattre la discrimination fondée sur l orientation sexuelle en matière d emploi: législation dans quinze États membres de l UE Rapport du Groupe européen d'experts dans le domaine de la Lutte contre

Plus en détail

Congés payés : comment gérer les imprévus?

Congés payés : comment gérer les imprévus? Congés payés : comment gérer les imprévus? La période des congés payés a d ores et déjà débuté. Les dates de chacun sont arrêtées depuis plusieurs semaines et certains sont déjà partis. Restent les imprévus

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LE STATUT DU BEAU-PARENT n LC 196 Avril 2009 - 3 - LE STATUT DU BEAU-PARENT Sommaire Pages NOTE DE SYNTHÈSE... 5 DISPOSITIONS NATIONALES Allemagne...

Plus en détail

Corrigé du Brevet blanc janvier 2008. Partie histoire : La Shoah Etude de documents

Corrigé du Brevet blanc janvier 2008. Partie histoire : La Shoah Etude de documents Corrigé du Brevet blanc janvier 2008 Partie histoire : La Shoah Etude de documents Doc.1 : P.V de la conférence de Wannsee, tenue à Berlin en 1942, et réunissant secrètement la haute hiérarchie nazie.

Plus en détail

L'historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France

L'historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France L'historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France 1) Comment se construisent les mémoires de la Seconde Guerre mondiale jusqu aux années 1970 en France? 1.1) la mémoire gaulliste ou l'écriture

Plus en détail

L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION

L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION Article premier En l absence de traités, les conditions, la procédure et les effets

Plus en détail