HISTOIRE. La Seconde Guerre Mondiale. Sommaire 17/09/2013

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "HISTOIRE. La Seconde Guerre Mondiale. Sommaire 17/09/2013"

Transcription

1 La Seconde Guerre Mondiale 17/09/2013 Sommaire LA SECONDE GUERRE MONDIALE Le point sur la Seconde Guerre Mondiale Approche épistémologique Mémoire jusqu aux années Constitution d une mémoire sélective : le «mythe résistancialiste» La mémoire communiste La mémoire Gaulliste Les oublis et refoulements Les simplifications et erreurs mémorielles Evolution des enjeux mémoriels Affirmation de la mémoire du génocide Le syndrome de Vichy L historien et les mémoires de la guerre Approche didactique Analyse de manuels Utiliser un manuel d histoire Ecrire un résumé de cours d histoire Quoi présenter aux élèves Pistes complémentaires Idée de programmation... 7 ESPE Académie de Lyon Page 1

2 LA SECONDE GUERRE MONDIALE Cf. cours polycopié 1. Le point sur la Seconde Guerre Mondiale 2. Approche épistémologique Etude du discours historique et de la mémoire de la guerre. Ex. a: 1959, Manuels scolaires, cours élémentaire juste après guerre, pas très objectifs, très patriotes («enfants de France», «résistance»). Les français ont résisté mais pas QUE pour la patrie (lutte contre le STO, contre le nazisme ). Ils font également une simplification entre allemands = nazis. Ils jouent sur le sentiment. LOIN de l objectivité, mais se pose la question pour l objectivité sur le sujet aujourd hui. 3. Mémoire jusqu aux années Constitution d une mémoire sélective : le «mythe résistancialiste» Après la guerre, on donne priorité à une réconciliation nationale : rétablissement de la justice légale malgré des lois d amnistie en faveur des collaborateurs dans les années Dans les années 50-60, les films des fictions montrent principalement des actes de résistance Ex. a: film de Command, pro cheminots alors que certains conduisaient les juifs aux camps) Ex. b: 1956, film «Paris libéré», Paris est principalement libéré par les parisiens, donc la France n est pas un pays libéré par les alliés mais un pays vainqueur. - Nombreux actes de fausse résistance pour faire oublier des actes peu glorieux pendant la guerre (raser la tête de femmes ayant eu des rapports avec des militaires allemands) Il y a de gros enjeux pour la France de post-guerre (place à l ONU ) 3.2. La mémoire communiste D après les communistes, le premier parti politique de France, il y a eu morts communistes fusillés (chiffre à diviser par 3 au minimum). - Inscrit dans l idée de la lutte des classes - Idée prédominante : ouvrier = résistant (Colonel Fabien, Guy Moquet) et bourgeois = collaborateur 3.3. La mémoire Gaulliste Ex. a: Extrait du discours d André Malraux à la mémoire de Jean Moulin, 1964, avec De Gaulle, Pompidou et Mezmer. Les héros de la résistance sont associés à De Gaulle, à l appel du 18 juin Les oublis et refoulements - Refoulement du rapprochement de l Allemagne et de la France (6 ans après la guerre) pour la construction de l Europe ESPE Académie de Lyon Page 2

3 - R. Aron, auteur de «Histoire de Vichy», en 1954, donne l illusion que Pétain et De Gaulle sont des alliés contre Hitler. En fait, l occupation aurait atténué les souffrances de la guerre. «Le maréchal était le bouclier, le général l épée». C est une thèse qui durera longtemps après la guerre. - Camps de Pithiviers, un camp de transfert avant le transfert à l est, surveillé par des policiers français Ex. a: «Nuit et brouillard» à sa sortie, le policier français a été noirci - Catégories de français qu on ne reconnait pas : Les soldats des colonies oubliés Les femmes de la résistance Les soldats prisonniers (oflag = soldats et stalag = officiers) Les hommes envoyés au STO Les «malgré nous», jeunes alsaciens envoyés de force au combat au côté des nazis 3.5. Les simplifications et erreurs mémorielles La parole des déportés raciaux n est pas entendue. On parle du déporté résistant mais pas du déporté racial. Ex. a: Simone Veil, revenue des camps avec l une des sœurs très jeunes remarque la différence de traitement entre elles et leur grande sœur aînée qui appartenait à la résistance. De plus, peu de juifs survivent. Ils représentent 6% des rescapés des camps, du coup les témoignages sont rares. 4. Evolution des enjeux mémoriels 4.1. Affirmation de la mémoire du génocide La mémoire juive - Procès Eichmann, haut fonctionnaire nazi responsable de la déportation Il reporte la responsabilité de ses actes sur les autres donneurs d ordres Dédoublement de sa personnalité selon lui (humain donc contre le nazisme mais fonctionnaire allemand donc répond aux ordres) Enorme retentissement en Israël et dans tout le monde qui se demande si c est un grand décidant nazi ou si c est une victime du système nazi. Ce procès libéra la parole juive - Poursuite des époux Crashfeld La mémoire collective Ex. a: «Holocauste», téléfilm (édulcoré)-> choc pour la population Ex. b: «Shoah», de Claude Lanzmann -> dérange à cause des témoignages de collaborateurs ou sympathisants : procès de Claus Barbie, dirigeant de la Gestapo à Lyon - Plusieurs thèses existent au sujet du traitement des juifs pendant la guerre : Négationniste (joue sur les chiffres) Révisionniste (nie l existence des chambres à gaz) Ex. a: R. Fauriçon, universitaire écrivant des ouvrages dénonçants les chambres à gaz -> NEGATIONNISTE (différent avec Le Monde où il gagne, le journal se voit forcé de publier ses thèses, invité au spectacle de Dieudonné) Ex. b: JM Le Pen, les 6 millions de juifs tués seraient un «détail de l histoire» ESPE Académie de Lyon Page 3

4 - Année 70 : mémoriaux et journées commémoratives -> il y a une nécessité de revenir sur les évènements du passé - Communauté Tziganes oubliée Plus de trace des tsiganes pendant la guerre Ils sont considérés comme de mauvaises victimes 4.2. Le syndrome de Vichy Des refoulements à l obsession R. Paxton, «La France de Vichy» Il nie que la collaboration ai pu aider la France pendant la guerre Le film «le chagrin et la pitié» Pose la question des responsabilités de chacun Idée d un pays lâche avec une double culpabilité d avoir eu des collaborateurs qui de plus ne l assume pas Reconnaissance officielle de la culpabilité de l Etat français Jusqu à Jacques Chirac, aucun président de la V république n aborde le thème du régime de Vichy. Reconnaissance officielle de la responsabilité de l état français dans la déportation des juifs. On voit des français ayant collaboré avec des nazis, être poursuivis en justice : - Paul Touvier, 1 français accusé de crime contre l humanité en René Bousquet, secrétaire général de la Police française, responsable en partie de la rafle. Il a longtemps été protégé par amitié politique mais fut tué avant son exécution - Maurice Papon, responsable de déportation d enfants juifs à Bordeaux Condamné à 10 ans de prison pour complicité de crime contre l humanité Amnistié grâce aux lois d amnistie, il devient Préfet de Police de la ville de Paris 1961 : il ordonne que l on jette des algériens manifestant dans la Seine A la fin du XX s, repentances : - De l église (pas assez active contre la déportation, favorise même parfois la fuite de nazis à la fin de la guerre) - De la police française Devoir de mémoire à l école : On impose la lecture de la lettre de Guy Môquet, un jour précis de l année à un moment précis, pour toutes les sections même s ils n ont pas encore étudié cette guerre. A la lecture de cette lettre, si on ne sait pas pourquoi il a été arrêté, dans quel endroit, dans quel contexte et pour quelle raison, cette lecture n a pas grand intérêt On est dans l émotion et non dans l histoire Etude de la shoah sur un enfant juif de l époque pour des enfants de CM2 : trop de responsabilité sur les épaules d enfants qui n y sont pour rien. ESPE Académie de Lyon Page 4

5 Une représentation plus équilibrée qui prend en compte la complexité de la période : Différents courants de pensée et de comportements : - MARECHALISME : doctrine du maréchal Pétain pendant la Seconde Guerre Mondiale. - PETAINISME : partisan du maréchal Pétain, qui adhère à ses idées, proche du nazisme - COLLABORATEUR : aide l ennemi pour des avantages financiers - COLLABORATIONISTE : aide l ennemi parce qu il adhère aux idées nazis Au début de la 2 GM, beaucoup croient encore en Pétain, il jouit encore des retombée de la gloire de la 1 GM. Les effets de la collaboration ne sont pas encore visibles. Croire en Pétain en 1940 est totalement différent que de croire en Pétain en D autres personnes sont entre les deux, ne collaborent pas, mais ne résistent pas non plus. Ils tentent de survivre. On distingue également les résistants, notamment par leur date d entrée dans la résistance : Ex. a: Parcours d Henri Fresnay, ancien Maréchaliste qui s engage très vite au côté de De Gaulle. Il est considéré comme un vrai résistant, car il lutte depuis le début. Ex. b: François Mitterrand, ancien fonctionnaire du régime de Vichy, entre dans la résistance en 1942 selon lui, mais en 1943 d après Pierre Péan. Or entre 1942 et 43 c est un moment critique dans la résistance (lois de déportation, vent qui tourne pour les nazis ) Cf. polycopié 4.3. L historien et les mémoires de la guerre 5. Approche didactique 5.1. Analyse de manuels - Séquence : importance relative des différents points étudiés - Documents : Nature (documents historiques, reconstitution, récit ) Fonction (analyse, illustration) - Question : ouvertes / fermées, intéressantes ou non - Résumé : contenu, fonctions, limites 5.2. Utiliser un manuel d histoire Documents : appui pour le cours ou simple illustration Dépend du choix de l enseignant Faire le résumé soi-même à partir du livre permet à l élève : - De s approprier les notions du cours - D apprendre à synthétiser - D employer des termes appropriés - De donner du sens au travail en classe ESPE Académie de Lyon Page 5

6 Résumé : une forme de trace écrite. Il doit être fait avec les élèves, PAR les élèves avec l aide de l enseignant Ecrire un résumé de cours d histoire - Trace écrite collective (idées des enfants guidés par l enseignant) - Dictée à l adulte (collectif) - Synthèse par petits groupes, mise en commun, puis 2 jet (en groupe ou en temps collectif) La façon de créer ce résumé se fait en fonction de la séance précédente et de la durée de celle-ci Quoi présenter aux élèves - Je ne montre que des photos sur lesquelles je peux avoir un discours intelligible - Je ne montre pas ce que je ne peux pas moi-même voir Ex : «le tombeau des lucioles», côté japonais Montrer les fours des camps d extermination permet de contrer les thèses négationnistes et révisionnistes Attention à la qualité des photocopies Choix de documents : - Il ne faut pas rester bloquer dans l émotion - Il ne faut pas que ce soit traumatisant pour les élèves - Il faut que les documents tordent le cou aux thèses rév. Ou nég. Analyse de documents : - Quelles questions je pose? - Quelles réponses j attends? - Quelles sont les difficultés pour les élèves? 5.5. Pistes complémentaires A. Utilisation de la littérature jeunesse Œuvres contextualisées : - «l étoile d Erika» (déportation) - «La grande porte des étoiles» (rafle du Val d Hiv) - «Grand père» (camps de concentration) - «Rose blanche» - «Il faut désobéir» (policier français qui avertit les familles juives qu il a l ordre de les arrêter) Autres œuvres : - «Matin brun», Franck Pavlov (montée du nazisme sans dire le mot nazisme, pose la question de quand aurions nous du intervenir? Dès le départ, mais au départ on n a pas encore conscience de la gravité des évènements) - «L agneau qui ne voulait pas être un mouton» - «Champignon» ESPE Académie de Lyon Page 6

7 L étude de ces ouvrages permet d ouvrir sur tel ou tel autre sujet en lien avec la seconde guerre mondiale (suscite de l émotion et permet ensuite de créer un lien entre le document et l histoire) B. Archives audiovisuelles Ex : site internet jalons (pour l histoire de France, XX s) Frises chronologiques avec documents d ouverture C. Témoignages Pas plus de quelques minutes pour une étude en classe. D. Films de fiction et BD - World Finest Comics - Tex Avery (vision au second degré, propagande) - Monsieur Batignol - Au revoir les enfants - Extraits du dictateur Les autres œuvres sont trop compliquées pour les élèves E. Histoire de l art 5.6. Idée de programmation - Nombre de séances, thèmes (environ 7 séances de 45 min) - Finalités (pourquoi histoire / géographie à l école) Citoyenneté, conscience historique Le passé est différent du passé mais il y a des liens entres les différentes époques de l Histoire Culture commune (en relation avec les autres finalités) Esprit critique (analyse de documents ) - Objectifs De connaissances Factuelles (Hitler) Notionnelles (nazisme) De compétences (lecture d une carte historique ) - Organisation du travail (individuel, collectif, par groupes) - Place du récit contextualisation, éclairages, synthèses savoir alterner le transmissif et le non transmissif - Trace écrite de quelle manière la réaliser, avec ou par les élèves, pas avant et pas de textes à trous - transversalité : maîtrise de la langue, éducation civique - interdisciplinarité - évaluation et remédiation uniquement ce qui a été fait en classe sur les connaissances et les compétences ESPE Académie de Lyon Page 7

L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France

L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France Table des matières Introduction... 1 I/ La mémoire résistante (1944-1972)... 2 1/ Le mythe résistancialiste... 2 2/ L éclatement des

Plus en détail

1 L historien et les mémoires

1 L historien et les mémoires JE RÉVISE 1 L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale A. L historien a mis en évidence une première période où la mémoire de la guerre est volontairement incomplète Après la Seconde Guerre

Plus en détail

Seconde Guerre mondiale en France

Seconde Guerre mondiale en France Thème 2 : Le rapport des sociétés à leur passé : Les mémoires lecture historique. L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France Introduction : histoire et mémoire Enjeux central :

Plus en détail

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale Qu est-ce que ce film nous apprend sur l évolution de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale en France?

Plus en détail

Etude de cas : «la lettre de Guy Môquet»

Etude de cas : «la lettre de Guy Môquet» Cours Histoire Terminale ES/L «LES MÉMOIRES DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE EN FRANCE» (3 heures) Etude de cas : «la lettre de Guy Môquet» Face à l'exigence présidentielle puis ministérielle de lecture de

Plus en détail

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Septembre 1939 : début de la deuxième guerre mondiale Anschluss : annexion

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

CORRIGÉ DU CAHIER D HISTOIRE NIVEAU PRIMAIRE LA SECONDE GUERRE MONDIALE

CORRIGÉ DU CAHIER D HISTOIRE NIVEAU PRIMAIRE LA SECONDE GUERRE MONDIALE CORRIGÉ DU CAHIER D HISTOIRE NIVEAU PRIMAIRE LA SECONDE GUERRE MONDIALE De la fin de la Première Guerre mondiale au début de la Seconde Guerre mondiale Qui est le personnage sur cette photo? Mussolini

Plus en détail

3.La Mémoire de Vichy

3.La Mémoire de Vichy 3.La Mémoire de Vichy L'histoire, science humain qui cherche la connaissance de manière scientifique, mais en tenant aussi compte du contexte, se veut objective, tandis que la mémoire est subjective, partielle,

Plus en détail

Séance 2 : Résister à l'occupant L'exemple du réseau Manouchian

Séance 2 : Résister à l'occupant L'exemple du réseau Manouchian Thème 12, 3ème partie- Effondrement et refondation républicaine (1940-1946) Séance 2 : Résister à l'occupant L'exemple du réseau Manouchian Objectifs: -Découvrir et raconter la vie d'une organisation de

Plus en détail

Classes de première et terminale préparant au baccalauréat professionnel

Classes de première et terminale préparant au baccalauréat professionnel Projet d'aménagements apportés au programme d'histoire-géographie éducation civique Classes de première et terminale préparant au baccalauréat professionnel Octobre 2013 MEN/DGESCO Histoire Géographie_

Plus en détail

Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944)

Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944) COMMUNIQUE DE PRESSE Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944) Du 11 mars au 20 avril 2013 au musée Edmond-Michelet Destinés à l origine à regrouper les étrangers «indésirables», les camps

Plus en détail

De l Etat français à la IVème République (1940-1946)

De l Etat français à la IVème République (1940-1946) De l Etat français à la IVème République (1940-1946) Introduction : Présentation de la défaite : -En juin 1940, la chute de la IIIème République (1875-1940) accompagne la déroute militaire. -Le 10 juillet

Plus en détail

Le régime de Vichy est le gouvernement qui a renversé la III ème. française alors que la France est envahie puis occupée par les Allemands en juin

Le régime de Vichy est le gouvernement qui a renversé la III ème. française alors que la France est envahie puis occupée par les Allemands en juin PREMIERE PARTIE : HISTOIRE (13 POINTS) I. QUESTIONS (8 POINTS) 1) En quelle année la bataille de Verdun s'est-elle déroulée? Décrire et expliquer cet événement et sa portée. (2 points) Elle s est déroulée

Plus en détail

HISTOIRE. Chapitre 1. Lecture historique de mémoires : l historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France

HISTOIRE. Chapitre 1. Lecture historique de mémoires : l historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France HISTOIRE Chapitre 1 Lecture historique de mémoires : l historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France Je révise et je me perfectionne Structure de la leçon I. Une mémoire sélective (1945

Plus en détail

Chapitre 12 Bilan et mémoires de la Seconde Guerre mondiale

Chapitre 12 Bilan et mémoires de la Seconde Guerre mondiale 1 Chapitre 12 Bilan et mémoires de la Seconde Guerre mondiale Table des matières 1 La France en 1945 : Entre chaos et renouvellement 3 1.1 Un pays meurtri et ravagé........................ 3 1.2 La restauration

Plus en détail

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chanson : Nuit et brouillard de Jean Ferrat http://www.youtube.com/watch?v=94yoxycqo6s

Plus en détail

1. Aurais-je une dette, une promesse à honorer?... 19 Implication et prise de distance, comment faire?... 24 Que faire de la vie sauve?...

1. Aurais-je une dette, une promesse à honorer?... 19 Implication et prise de distance, comment faire?... 24 Que faire de la vie sauve?... Table des matières Préface, Clémentine Autain... 9 Préambule... 13 1. Aurais-je une dette, une promesse à honorer?... 19 Implication et prise de distance, comment faire?... 24 Que faire de la vie sauve?...

Plus en détail

1er sept. 1939 Les troupes allemandes... C'est le début de la Seconde Guerre mondiale.

1er sept. 1939 Les troupes allemandes... C'est le début de la Seconde Guerre mondiale. Le contexte historique : la France pendant la Seconde Guerre mondiale Complétez la chronologie suivante. Vous pouvez vous référer au site http://www.e-chronologie.org/monde/ww2.php 1er sept. 1939 Les troupes

Plus en détail

Seconde Guerre Mondiale

Seconde Guerre Mondiale Prénom : Date : Nom : Histoire Fiche 2 : L Europe sous la domination nazie Seconde Guerre Mondiale Objectifs : Acquis Non acquis En cours -E.C de décrire la France entre 1940 et 1945 -E.C de définir le

Plus en détail

En quoi la loi sur l I.V.G adoptée en 1974 répond-elle aux aspirations et aux comportements de la société?

En quoi la loi sur l I.V.G adoptée en 1974 répond-elle aux aspirations et aux comportements de la société? En quoi la loi sur l I.V.G adoptée en 1974 répond-elle aux aspirations et aux comportements de la société? L apport de la loi Veil L avortement avant la loi Veil La loi Veil en bref L avortement, interdit

Plus en détail

VOYAGE VERCORS 2016. Collège Jean RACINE ALES. Le massif du Vercors haut lieu de la Résistance. Quartier cellulaire de la Prison Montluc à Lyon

VOYAGE VERCORS 2016. Collège Jean RACINE ALES. Le massif du Vercors haut lieu de la Résistance. Quartier cellulaire de la Prison Montluc à Lyon VOYAGE VERCORS 2016 Le massif du Vercors haut lieu de la Résistance Quartier cellulaire de la Prison Montluc à Lyon Collège Jean RACINE ALES 1 Le programme Jour 1 Mardi 10 mai 2016 : Alès/Annecy Matin

Plus en détail

Diplôme National du Brevet Session 2015

Diplôme National du Brevet Session 2015 DANS CE CADRE Académie : POLYNÉSIE FRANÇAISE session : juin 2015 Examen : Diplôme National du Brevet Série : générale Repère de l épreuve : 15DNBGENHGPO1 Epreuves/sous-épreuve : Histoire-Géographie et

Plus en détail

LA PHILOSOPHIE À L ÉCOLE PRIMAIRE

LA PHILOSOPHIE À L ÉCOLE PRIMAIRE LA PHILOSOPHIE À L ÉCOLE PRIMAIRE RESSOURCES OBJECTIF Maîtrise de la langue/palier 2 : S exprimer à l oral comme à l écrit, dans un vocabulaire approprié et précis, en respectant le niveau de langue adapté.

Plus en détail

Ensemble d archives tentant de retranscrire, de l origine de la rafle au témoignage d un survivant, le parcours d une famille juive, les Adoner.

Ensemble d archives tentant de retranscrire, de l origine de la rafle au témoignage d un survivant, le parcours d une famille juive, les Adoner. http://clio-texte.clionautes.org/ensemble-d-archives-tentant-de-retranscrire-de-l-origine-de-larafle-au.html Ensemble d archives tentant de retranscrire, de l origine de la rafle au témoignage d un survivant,

Plus en détail

Dossier de presse. Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah»

Dossier de presse. Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah» Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah» Dossier de presse Reprenant et complétant l exposition «Les Juifs de France dans la Shoah», réalisée en 2012 par l ONAC et le Mémorial de la Shoah, cette

Plus en détail

Chapitre 1 L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale

Chapitre 1 L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN IMPRESSION DU 23 septembre 2014 Chapitre 1 L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale Table des matières 1 L élaboration d une mémoire résistancialiste

Plus en détail

B - «L art engagé» (L œuvre d art et le pouvoir) 1) Le chant des partisans, Joseph Kessel, Maurice Druon, Anna Marly (1943)

B - «L art engagé» (L œuvre d art et le pouvoir) 1) Le chant des partisans, Joseph Kessel, Maurice Druon, Anna Marly (1943) B - «L art engagé» (L œuvre d art et le pouvoir) 1) Le chant des partisans, Joseph Kessel, Maurice Druon, Anna Marly (1943) Le régime de Vichy Rappelé au gouvernement français le 17 mai 1940 au moment

Plus en détail

1943 L AFFAIRE JEAN MOULIN

1943 L AFFAIRE JEAN MOULIN Le 21 juin 1943, Jean Moulin, allias Max, se rend à Caluire, près de Lyon, dans la maison du docteur Dugoujon où il retrouve Raymond Aubrac, le colonel Lacaze et André Lassagne, trois dirigeants de l Armée

Plus en détail

Le cahier de Susi Fiche pédagogique École CP CE1 CE2 CM1 CM2

Le cahier de Susi Fiche pédagogique École CP CE1 CE2 CM1 CM2 Supports Documentaire Le cahier de Susi, de Guillaume Ribot, en intégralité à l exception du prologue, et les documents d archives intégrés au DVD. Fac-similé du Cahier de Susi et présentation de Guillaume

Plus en détail

Première partie : Le rapport des sociétés à leur passé.

Première partie : Le rapport des sociétés à leur passé. Chapitre 1 : Les historiens et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France. Introduction! Le passé laisse des traces susceptibles d unir ou de diviser les hommes. Sur un moment sombre de la Seconde

Plus en détail

Progression des capacités Programme de 3 e HISTOIRE (Page 1)

Progression des capacités Programme de 3 e HISTOIRE (Page 1) Programme de 3 e HISTOIRE (Page 1) s et expliquer Analyser des documents de toute nature Mettre en relation des phénomènes observés Permet une évaluation diagnostique dans les Questions sur documents Lecture

Plus en détail

La mémoire de la rafle du Vel d Hiv

La mémoire de la rafle du Vel d Hiv Contacts Pôle Opinion Corporate Jérôme Sainte-Marie, Directeur du Pôle Opinion-Corporate (jerome.sainte-marie@csa.eu) Nicolas Fert, Chargé d études sénior au Pôle Opinion-Corporate (nicolas.fert@csa.eu)

Plus en détail

Prisons de Lyon 2089 W 1 86 1941-1993. Versement de la Direction de l administration pénitentiaire

Prisons de Lyon 2089 W 1 86 1941-1993. Versement de la Direction de l administration pénitentiaire Prisons de Lyon 2089 W 1 86 1941-1993 Versement de la Direction de l administration pénitentiaire Répertoire numérique des versements 3678 W et 2089 W par Frédérique Murgia Janvier 2001 Revu en septembre

Plus en détail

Séquence n 8. L'évolution des mémoires de la Seconde guerre mondiale en France depuis 1945

Séquence n 8. L'évolution des mémoires de la Seconde guerre mondiale en France depuis 1945 Séquence n 8. L'évolution des mémoires de la Seconde guerre mondiale en France depuis 1945 Introduction - définition du sujet (termes et cadrage) : En 1945, la France célèbre dans l'unanimité la fin de

Plus en détail

Proposition d un parcours en HiDA en 3 ème DP6

Proposition d un parcours en HiDA en 3 ème DP6 Proposition d un parcours en HiDA en 3 ème DP6 Journée de formation à destination des professeurs de 3 ème DP6 de Savoie et Haute-Savoie Olivier BAYLE (Arts appliqués) et Marina FAVRET (Lettres-Histoire-Géographie)

Plus en détail

L'historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France PLAN DU COURS

L'historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France PLAN DU COURS L'historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France Histoire Terminale série S Thème 1 introductif : Le rapport des sociétés à leur passé Question : Les mémoires : lecture historique Mise

Plus en détail

Réviser son bac. avec. 3 :HIKPNE=YU\^U]:?k@a@a@n@f"; HORS-SÉRIE. T erm L, ES. Nouveaux programmes L ESSENTIEL DU COURS

Réviser son bac. avec. 3 :HIKPNE=YU\^U]:?k@a@a@n@f; HORS-SÉRIE. T erm L, ES. Nouveaux programmes L ESSENTIEL DU COURS HORS-SÉRIE Réviser son bac avec Nouveaux programmes T erm L, ES L ESSENTIEL DU COURS Des fiches synthétiques Les points et définitions clés du programme Les repères importants Hors-série Le Monde, mars

Plus en détail

Au chevet des archives

Au chevet des archives Au chevet des archives Présentation Accompagnez Tiléo et Tilina dans la démarche de conservation des archives. Objectifs Sensibiliser à la conservation des documents et aux métiers des archives (le rôle

Plus en détail

Politique mémorielle : un DVD-Rom rend hommage à «La Résistance des Alsaciens»

Politique mémorielle : un DVD-Rom rend hommage à «La Résistance des Alsaciens» Politique mémorielle : un DVD-Rom rend hommage à «La Résistance des Alsaciens» Eric Straumann, Président du Conseil Départemental du Haut-Rhin, Frédéric Bierry, Président du Conseil Départemental du Bas-Rhin,

Plus en détail

LA RESISTANCE Commémorer l engagement dans la résistance

LA RESISTANCE Commémorer l engagement dans la résistance LARESISTANCE Commémorerl engagementdanslarésistance «La réflexion sur le passé, sa connaissance, participent pleinementdelaformationdel hommeetdelaconsciencedu citoyen. Elle préserve de la superficialité

Plus en détail

LA VE RÉPUBLIQUE À L ÉPREUVE DE LA DURÉE

LA VE RÉPUBLIQUE À L ÉPREUVE DE LA DURÉE LA VE RÉPUBLIQUE À L ÉPREUVE DE LA DURÉE Comment les institutions françaises se sont adaptées aux changements politiques et sociaux qui ont marqué la France depuis 1969? Notions clés Pouvoir et contestation

Plus en détail

Résister, collaborer sous l occupation (niveau 3 ème -1 ère ) Déroulement de l atelier

Résister, collaborer sous l occupation (niveau 3 ème -1 ère ) Déroulement de l atelier Résister, collaborer sous l occupation (niveau 3 ème -1 ère ) Déroulement de l atelier Manipuler des objets, analyser des documents d archives, mettre l élève en contact direct avec des traces de l histoire,

Plus en détail

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides?

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? Dans les régions occupées par l URSS, des divisions SS les Einsatzgruppen) massacrent systématiquement les Juifs à partir de 1941. Ils sont gazés

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème DU REGIME DE VICHY AU RETOUR DE LA REPUBLIQUE DE LA DECLARATION DE GUERRE A LA DEFAITE DE LA FRANCE PAGES 4-5 Les documents ci-dessous évoquent les premiers mois

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/MB SEANCE DU 16 NOVEMBRE 2009 2009/1937 - ATTRIBUTION DE SUBVENTIONS AUX ASSOCIATIONS D'ANCIENS COMBATTANTS (DIRECTION DU DÉVELOPPEMENT TERRITORIAL) Le Conseil Municipal, Vu le rapport en date du 21

Plus en détail

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de)

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de) Dans nos classes La Résistance et la Déportation dans les manuels Classe de troisième Les leçons : Belin, avril 2003. Eric Chaudron, Remy Knafou. Leçons La 2 guerre mondiale. * Les grandes phases de la

Plus en détail

LA MÉMOIRE DE LA SECONDE GUERRE

LA MÉMOIRE DE LA SECONDE GUERRE RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA MÉMOIRE DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE EN FRANCE Introduction Historiens étudient : événements mémoire des événements Seconde Guerre mondiale histoire

Plus en détail

Histoire@Politique. Politique, culture, société Rubrique «Comptes rendus ouvrages». Mis en ligne le 12 mai 2010, www.histoire-politique.

Histoire@Politique. Politique, culture, société Rubrique «Comptes rendus ouvrages». Mis en ligne le 12 mai 2010, www.histoire-politique. Olivier Wieviorka, La Mémoire désunie. Le souvenir politique des années sombres, de la Libération à nos jours, Paris, Éditions du Seuil, coll. «L Univers historique», 2010, 303 p. Simon Perego Les «politiques

Plus en détail

Viviane Isambert-Jamati, Solidarité fraternelle et réussite sociale. La correspondance familiale des Dubois-Goblot 1841-1 1882

Viviane Isambert-Jamati, Solidarité fraternelle et réussite sociale. La correspondance familiale des Dubois-Goblot 1841-1 1882 Alain Léger, 2000 L'auteur autorise la copie du présent document dans les conditions suivantes : l exemplaire téléchargé ne doit faire l objet d aucune nouvelle copie. Il ne peut être tiré sur papier qu

Plus en détail

Discours du Bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Freddy Thielemans

Discours du Bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Freddy Thielemans Discours du Bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Freddy Thielemans Cérémonie de reconnaissance officielle de l implication des autorités de la Ville de Bruxelles en place pendant la seconde guerre mondiale

Plus en détail

Oscar Gérard. L'homme et son livre De Viombois à Berchtesgaden

Oscar Gérard. L'homme et son livre De Viombois à Berchtesgaden Oscar Gérard. L'homme et son livre De Viombois à Berchtesgaden Le Mosellan réfractaire à la germanisation, l évadé de son village familial, le maquisard combattant de Viombois, l engagé volontaire de la

Plus en détail

Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999

Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999 Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999 Flore Berlingen Sciences Po, Conférence d Histoire Si son domaine de prédilection est l adolescence, ce n est

Plus en détail

Guide du lecteur. Guide du lecteur. Centre de documentation et de recherche de la Fondation Charles de Gaulle

Guide du lecteur. Guide du lecteur. Centre de documentation et de recherche de la Fondation Charles de Gaulle Centre de documentation et de recherche de la Fondation Charles de Gaulle Guide du lecteur Guide du lecteur Fondation Charles de Gaulle 5 rue de Solférino 75007 Paris Soyez les bienvenus. La bibliothèque

Plus en détail

Le cours d histoire dans l enseignement secondaire Pour une éducation à la citoyenneté

Le cours d histoire dans l enseignement secondaire Pour une éducation à la citoyenneté Marcella Colle-Michel, Inspectrice honoraire d histoire www.ihoes.be Pour une éducation à la citoyenneté En Belgique, l histoire est un cours obligatoire. Commencé à l école fondamentale, il se poursuit

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Introduction «Je n ai pas fait exprès», «je n avais pas toute ma tête», «ce n était pas moi» : autant

Plus en détail

Il est de notre devoir de rappeler ce que fut l une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La

Il est de notre devoir de rappeler ce que fut l une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La Discours de Frédérik BERNARD, Maire de Poissy Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation - dimanche 24 avril 2011 - Monsieur le Député (présence non confirmée), Monsieur le Vice-Président

Plus en détail

Réinsertion des enfants soldats en RDC

Réinsertion des enfants soldats en RDC Réinsertion des enfants soldats en RDC D après le Protocole facultatif à la Convention internationale des droits de l enfant, un enfant soldat est un combattant âgé de moins de 18 ans. L ONU estime à 300

Plus en détail

II- L'environnement matériel des séances d histoire

II- L'environnement matériel des séances d histoire Magali Chapelet-Guirriec - Pierrick Friquet Circonscription de Brest - Nord - Novembre 2012 Enseigner l'histoire en cycle 3 «Si nous voulons être les acteurs responsables de notre propre avenir, nous avons

Plus en détail

Faire l histoire d un poilu

Faire l histoire d un poilu Faire l histoire d un poilu aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques Fonds d Elbée. Reproduction et réutilisation interdite Sommaire Les registres de recrutement militaire Les affaires militaires

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : Épreuve d Histoire-Géographie (18 points) Sujet n 1 : «La France dans la crise des années 1930»

PREMIERE PARTIE : Épreuve d Histoire-Géographie (18 points) Sujet n 1 : «La France dans la crise des années 1930» Collège Georges Lapierre 01/12/2011 BREVET BLANC HISTOIRE-GEOGRAPHIE-EDUCATION CIVIQUE (Durée : 2 heures, note sur 40 points) PREMIERE PARTIE : Épreuve d Histoire-Géographie (18 points) *** ATTENTION VOUS

Plus en détail

Le Souvenir français 20h30 Salle des fêtes HDV

Le Souvenir français 20h30 Salle des fêtes HDV Le Souvenir français 20h30 Salle des fêtes HDV Déroulé : 14h30 : Accueil du Ministre de la Défense 15h00 : Allocution de J Y Le Drian morts 15h45 : Dépôt de gerbe au Monument aux 18h30 : concert 20h30

Plus en détail

le cicr -150 ans d action humanitaire Document d accompagnement pédagogique

le cicr -150 ans d action humanitaire Document d accompagnement pédagogique le cicr -150 ans d action humanitaire Document d accompagnement pédagogique «Ce qui importe, ce n est pas seulement le bien que le CICR apporte, mais le mal qu il permet d éviter.» Nelson Mandela Crédits

Plus en détail

Introduction à la Shoah

Introduction à la Shoah Introduction à la Shoah Des Juifs de la Ruthénie subcarpatique sont soumis à une sélection sur l aire de transit à Auschwitz-Birkenau. (Photo : Musée du Mémorial de l Holocauste aux États-Unis, offerte

Plus en détail

Identifier l antisémitisme et le racisme

Identifier l antisémitisme et le racisme 47 29 ANNExE A2 Identifier l antisémitisme et le racisme Glossaire sur l Holocauste Exemple de représentation graphique Coupons de mots reliés à l Holocauste Glossaire de l élève Centre commémoratif de

Plus en détail

TEXTES LIRE ECRIRE. Savoir repérer des effets : Réconter pour décrire ou pour émouvoir Raconter pour faire rêver Raconter pour faire peur

TEXTES LIRE ECRIRE. Savoir repérer des effets : Réconter pour décrire ou pour émouvoir Raconter pour faire rêver Raconter pour faire peur NOUVEAUX PROGRAMMES Objectifs de la classe de 6 e : tableaux récapitulatifs Lecture : Compétences et applications Textes issus de l héritage antique - La Bible - Homère, L Odyssée - Virgile, L Énéide -

Plus en détail

Préparation de l épreuve orale du CAPES interne d histoire- géographie AEFE Madagascar - Arnaud Léonard 1/14

Préparation de l épreuve orale du CAPES interne d histoire- géographie AEFE Madagascar - Arnaud Léonard 1/14 Enseigner «La Première Guerre mondiale : vers une guerre totale (1914-1918)» en classe de troisième, dans le cadre de la partie «Guerres mondiales et régimes totalitaires (1914-1945)» Préparation de l

Plus en détail

Joseph Inguimberty, Marseille, 1924, huile sur toile, Coll. Musée d'histoire de Marseille cliché D. Giancatarina.Tableau présenté en séquence 11.

Joseph Inguimberty, Marseille, 1924, huile sur toile, Coll. Musée d'histoire de Marseille cliché D. Giancatarina.Tableau présenté en séquence 11. «Les migrations à Marseille de 1830 à la Seconde Guerre mondiale» Fiche pédagogique basée sur l'utilisation des supports audiovisuels présents en séquences 10 et 11 Joseph Inguimberty, Marseille, 1924,

Plus en détail

Animation pédagogique

Animation pédagogique Animation pédagogique Proposition d un cadre de réflexion Rédaction Jean- Michel Guilhermet à partir des travaux du groupe EPS 38 - mai 2012 Page 1 Le document précise les professionnelles attendues dans

Plus en détail

Ordonnance n 45.1181 du 14 mai 1945 relative à la création de l Union française des Combattants

Ordonnance n 45.1181 du 14 mai 1945 relative à la création de l Union française des Combattants Ordonnance n 45.1181 du 14 mai 1945 relative à la création de l Union française des Combattants EXPOSÉ DES MOTIFS Dès la fin de la guerre 1914-1918, se sont constituées de nombreuses associations de victimes

Plus en détail

Première Guerre mondiale 2014. Évaluation préalable d un panel de visiteurs

Première Guerre mondiale 2014. Évaluation préalable d un panel de visiteurs Première Guerre mondiale 2014 Évaluation préalable d un panel de visiteurs 1. Principe et déroulement de l enquête Une évaluation préalable Font-End evaluation Un instrument au service de la conception

Plus en détail

L ILLUSTRATION DOSSIER DE PRESSE LES TABLEAUX D HONNEURS DE LA PREMIERE GUERRE MONDIALE ACCESSIBLES GRATUITEMENT SUR INTERNET

L ILLUSTRATION DOSSIER DE PRESSE LES TABLEAUX D HONNEURS DE LA PREMIERE GUERRE MONDIALE ACCESSIBLES GRATUITEMENT SUR INTERNET L ILLUSTRATION DOSSIER DE PRESSE LES TABLEAUX D HONNEURS DE LA PREMIERE GUERRE MONDIALE ACCESSIBLES GRATUITEMENT SUR INTERNET Les Tableaux d Honneurs Les Tableaux d Honneurs de L Illustration, véritable

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème LA SECONDE GUERRE MONDIALE, UNE GUERRE D ANEANTISSEMENT LA GUERRE DEVIENT MONDIALE PAGES 4-5 Quel front évoque cette affiche? L Afrique du Nord Complétez la phrase

Plus en détail

Fiche méthode Collège : Comment apprendre une leçon?

Fiche méthode Collège : Comment apprendre une leçon? Fiche méthode Collège : Comment apprendre une leçon? P. Casanova "Mieux vaut tête bien faite que tête bien pleine." (Montaigne) 1. Je me connais bien De quel profil es-tu? (dis-moi qui tu es je te dirai

Plus en détail

L ORIENTATION AU LYCéE

L ORIENTATION AU LYCéE L ORIENTATION AU LYCéE L orientation, construite, progressive est au cœur de la rénovation des voies générale, technologique et professionnelle. Ce document a vocation à aider les équipes dans les établissements

Plus en détail

Summer Work, French IS : TRAVAIL A FAIRE EN HISTOIRE-GEOGRAPHIE pendant l été Ms. Agot

Summer Work, French IS : TRAVAIL A FAIRE EN HISTOIRE-GEOGRAPHIE pendant l été Ms. Agot Summer Work, French IS : TRAVAIL A FAIRE EN HISTOIRE-GEOGRAPHIE pendant l été Ms. Agot You, 8 th graders, are going to 9th grade (Troisième) Le Brevet des Collèges est votre premier véritable examen. L

Plus en détail

1 LA PLACE DE L ÉPREUVE D HISTOIRE- GÉOGRAPHIE, SCIENCES-TECHNOLOGIE DANS LE CONCOURS

1 LA PLACE DE L ÉPREUVE D HISTOIRE- GÉOGRAPHIE, SCIENCES-TECHNOLOGIE DANS LE CONCOURS 1 LA PLACE DE L ÉPREUVE D HISTOIRE- GÉOGRAPHIE, SCIENCES-TECHNOLOGIE DANS LE CONCOURS Le concours externe de recrutement des professeurs des écoles est organisé annuellement dans chaque académie. L épreuve

Plus en détail

Enfants d'izieu et de la. Prison de Montluc

Enfants d'izieu et de la. Prison de Montluc Visite de la Maison de Enfants d'izieu et de la Prison de Montluc Jeudi 4 avril 2013, deux classes detroisième (soit 49 élèves) du Collège Geneviève Anthonioz de Gaulle à Cluses ont visité la prison de

Plus en détail

Une idée par paragraphe : 1. 3 ème -Histoire/Correction L Allemagne nazie, une dictature totalitaire et raciste. (annonce du plan 1 pt).

Une idée par paragraphe : 1. 3 ème -Histoire/Correction L Allemagne nazie, une dictature totalitaire et raciste. (annonce du plan 1 pt). 3 ème -Histoire/Correction L Allemagne nazie, une dictature totalitaire et raciste Questions 1. Adolf Hitler (1 pt) est le chancelier de l Allemagne depuis le 30 janvier 1933 (1 pt). 2. C est une affiche

Plus en détail

SITUATION 1: LOUISE WEISS ET LE VOTE DES FEMMES DANS L ENTRE-DEUX GUERRES

SITUATION 1: LOUISE WEISS ET LE VOTE DES FEMMES DANS L ENTRE-DEUX GUERRES SITUATION 1: LOUISE WEISS ET LE VOTE DES FEMMES DANS L ENTRE-DEUX GUERRES Situation: Louise Weiss et le vote des femmes entre les deux guerres mondiales Doc de lancement : Extrait des Actualités françaises

Plus en détail

Avis à l opinion Public

Avis à l opinion Public Avis à l opinion Public La Syrie était le berceau de la civilisation humaine où toutes les civilisations ont né et se sont épanouies. La Syrie a une situation géographique et stratégique très importante

Plus en détail

OFFRE PÉDAGOGIQUE 2014-2015

OFFRE PÉDAGOGIQUE 2014-2015 OFFRE PÉDAGOGIQUE 2014-2015 www.archives71.fr Le service éducatif des Archives départementales de Saône-et-Loire a pour mission de favoriser la rencontre des élèves avec des documents originaux, sources

Plus en détail

La Résistance dans le Gard en 1943 : l attentat de la maison Carro

La Résistance dans le Gard en 1943 : l attentat de la maison Carro CPES Histoire 2011 2012 Spécialité EGENDER Maxime GOGUET Nicolas La Résistance dans le Gard en 1943 : l attentat de la maison Carro Mémoire de spécialité Lycée Alphonse Daudet, Nîmes 1 Avant de commencer

Plus en détail

Avenue Louise 347. Dans les caves de la Gestapo

Avenue Louise 347. Dans les caves de la Gestapo Avenue Louise 347. Dans les caves de la Gestapo André Dartevelle Je remercie la Fondation Auschwitz d avoir à nouveau braqué un projecteur sur les immeubles de la Gestapo à Bruxelles, ce patrimoine ignoré

Plus en détail

Economie Nationale. La politique de la Suisse envers les Réfugiés pendant la seconde guerre mondiale. Samuel Bendahan

Economie Nationale. La politique de la Suisse envers les Réfugiés pendant la seconde guerre mondiale. Samuel Bendahan Economie Nationale La politique de la Suisse envers les Réfugiés pendant la seconde guerre mondiale Samuel Bendahan "Neutres dans les grandes révolutions des Etats qui les environnaient, les Suisses s'enrichirent

Plus en détail

Histoire Thème I : L historien et les mémoires de la seconde guerre mondiale Instructions officielles

Histoire Thème I : L historien et les mémoires de la seconde guerre mondiale Instructions officielles Histoire Thème I : L historien et les mémoires de la seconde guerre mondiale Instructions officielles Les effets du contexte sur l élaboration des mémoires de la seconde Guerre mondiale en France. Les

Plus en détail

Introduction à l entretien semi-directif

Introduction à l entretien semi-directif Introduction à l entretien semi-directif Recherches dirigées en géographie humaine Jean- Michel Decroly «Entre;en semi- direc;f», «semi- dirigé» ou «compréhensif»: Il s agit donc d un interview, et non

Plus en détail

Rencontres. Migrer d une langue à l'autre? Délégation générale à la langue française et aux langues de France

Rencontres. Migrer d une langue à l'autre? Délégation générale à la langue française et aux langues de France Rencontres 25.09.13 Migrer d une langue à l'autre? Délégation générale à la langue française et aux langues de France Entretien de avec À l'occasion de la Journée d'étude du 25 septembre 2013 Cité nationale

Plus en détail

La vie quotidienne en Haute-Garonne pendant la seconde guerre mondiale

La vie quotidienne en Haute-Garonne pendant la seconde guerre mondiale Atelier pratique «Les petits historiens» Fiche pédagogique pour les enseignants CM2 La vie quotidienne en Haute-Garonne pendant la seconde guerre mondiale Avertissement! Pour tous les ateliers, il est

Plus en détail

Du 3 juillet au 30 novembre 2015, le musée du président Jacques CHIRAC, présente «Instantanés

Du 3 juillet au 30 novembre 2015, le musée du président Jacques CHIRAC, présente «Instantanés 1 Du 3 juillet au 30 novembre 2015, le musée du président Jacques CHIRAC, présente «Instantanés», exposition consacrée à l ancien président de la République à l occasion du 20 ème anniversaire de son élection

Plus en détail

Pierrot et Lucien pendant la Seconde Guerre mondiale

Pierrot et Lucien pendant la Seconde Guerre mondiale Villes et Pays d art et d histoire Le Pays du Haut-Allier Service éducatif Activité de préparation à la visite. Cycle3. 1944 Les combats du Mont-Mouchet Pierrot et Lucien pendant la Seconde Guerre mondiale

Plus en détail

Histoire des Arts. Choisir son sujet Quelques précisions 2012-2013

Histoire des Arts. Choisir son sujet Quelques précisions 2012-2013 Histoire des Arts Choisir son sujet Quelques précisions 2012-2013 HISTOIRE DES ARTS / FICHE D INSCRIPTION 2012-2013 Classe : NOM 1 2 NOM Prénom Prénom Rappel : 2 candidats maximum par inscription. Il est

Plus en détail

A propos de... La persécution des juifs en Anjou : les rafles de juillet et octobre 1942. n 20

A propos de... La persécution des juifs en Anjou : les rafles de juillet et octobre 1942. n 20 A propos de... La persécution des juifs en Anjou : les rafles de juillet et octobre 1942 La conviction de la primauté de la race aryenne, qui fonde l idéologie nazie, conduit dès les premiers mois de l

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

JEAN-PIERRE JEUNET FAISEUR D IMAGES

JEAN-PIERRE JEUNET FAISEUR D IMAGES FAISEUR D IMAGES JEAN-PIERRE JEUNET Réalisation : Philippe Fréling La Cinquième, Mérapi Productions, 1999 Durée : 13 minutes Pourquoi et comment devient-on cinéaste? Le film resitue dans une perspective

Plus en détail

Un historien du politique

Un historien du politique Actes académiques Un historien du politique Mélanges en l honneur de Bernard Lachaise Sous la direction de François Audigier et Sébastien-Yves Laurent Mélanges en l honneur de Bernard Lachaise Sommaire

Plus en détail

Rentrée du Barreau de Paris Discours de Michèle Alliot-Marie, ministre d'etat, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés

Rentrée du Barreau de Paris Discours de Michèle Alliot-Marie, ministre d'etat, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés Rentrée du Barreau de Paris Discours de Michèle Alliot-Marie, ministre d'etat, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés Monsieur le Bâtonnier, Monsieur le Président du Conseil Constitutionnel,

Plus en détail

Archives départementales du Finistère ------ Cadre de classement

Archives départementales du Finistère ------ Cadre de classement En noir : les séries ou sous-séries intégralement conservées à Quimper En bleu : les séries ou sous-séries intégralement conservées à Brest En rose : les séries ou sous-séries partagées entre les deux

Plus en détail

HISTOIRE DES ARTS. Prob: Comment l artiste, David Olère, a-t-il représenté l horreur des camps de la mort et la situation des femmes juives déportées?

HISTOIRE DES ARTS. Prob: Comment l artiste, David Olère, a-t-il représenté l horreur des camps de la mort et la situation des femmes juives déportées? HISTOIRE DES ARTS Prob: Comment l artiste, David Olère, a-t-il représenté l horreur des camps de la mort et la situation des femmes juives déportées? Etude du tableau de David Olère réalisé en 1950 : Les

Plus en détail

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»?

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Atelier A : Enseignement de défense et valeurs de la République : quels acteurs?/ La formation du citoyen : du service national à l enseignement

Plus en détail